Vous êtes sur la page 1sur 7

Université Oran 2

Institut de Maintenance et Sécurité Industrielle Chapitre I : Transformateurs


Département Maintenance en Instrumentation

Partie B Transformateur triphasé


III Transformateur triphasé
La production de l’énergie électrique et son transport se fait généralement en triphasé.
3.1 Constitution
Un circuit magnétique feuilleté fermé composé de 3 colonnes verticales qui supportent les 6
enroulements (fig.2) nécessaires à la réalisation du transformateur triphasé.

Figure 3.1 Disposition des enroulements du transformateur triphasé

Remarque :

Les bornes sont repérées comme suit :


 Enroulements primaires par des lettres majuscules (A.B.C)
 Enroulements secondaires par des lettres minuscules (a.b.c)
3.2 Couplages du transformateur triphasé
3.2.1 Principe
Les enroulements primaires se couplent au choix en Y ou en Δ :

 En respectant la tension maximale supportée par un enroulement.


 En fonction de la tension du réseau de distribution disponible.
Les enroulements secondaires se couplent en Y, Δ ou en zigzag :

 En fonction de la valeur de la tension au secondaire que l’on veut obtenir.

1
Université Oran 2
Institut de Maintenance et Sécurité Industrielle Chapitre I : Transformateurs
Département Maintenance en Instrumentation

Remarque :
Le couplage zig-zag est obtenu en divisant les trois bobines d’un enroulement en six bobines. Pour
avoir une phase, on met en série deux demi-bobines prises sur des colonnes différentes en sens
inverse.
Les transformateurs sont nommés selon les couplages au primaire et au secondaire en
respectant les règles suivantes :

Lettre majuscule côté haute tension :


Y : pour le couplage étoile,
D : pour le triangle,
Z : pour le zigzag.
Lettre minuscule côté basse tension : y, d, z

Fig. 2.2 Couplage : Etoile Triangle Zig-Zag

Si un neutre existe côté « haute tension », il est indiqué par la lettre « N » après la lettre figurant
le couplage.
Si le neutre est côté « basse tension », la lettre « n » est utilisée après celle indiquant le couplage
« basse tension ».
3.2.2 Choix du couplage
Il s’effectuera à partir de nombreux critères ; citons quelques règles générales :
 Dimensionnement des enroulements :
 En très hautes tensions, on aura intérêt à choisir un couplage étoile pour que chaque bobine n'ait
à supporter que : V = U / √3

2
Université Oran 2
Institut de Maintenance et Sécurité Industrielle Chapitre I : Transformateurs
Département Maintenance en Instrumentation

 Pour les très forts courants, on préférera le montage triangle où chaque enroulement n'est
parcouru que par un courant d'intensité : J = I / √3
Fonctionnement déséquilibré :
 Aux faibles déséquilibres (I neutre ≤ 10%. I ligne), primaire et secondaire seront couplés en
étoile avec conducteurs neutres;
 Si le déséquilibre est plus important, le primaire restera en étoile mais le secondaire sera
connecté en zigzag
 Si le déséquilibre et la puissance sont importants, on utilisera un montage triangle-étoile pour
économiser du cuivre au secondaire.
3.2.3 Couplages normalisés
 Couplage étoile-étoile Yy VA
Va
VA Va
A a
B b
C c
N1 N2 I = 0 puisque θ = 0°

 Couplage triangle-étoile Dy
UAB

UAB Uab -
Uab Va
A a
B b
c Vb
C
θ = 330°
N1 N2 UBC
UCA I = 11
θ = 330° → I = 330°/30 = 11 C’est bien 11 heures Ce
couplage sera désigné Dy11

 Couplage étoile-zig zag Yz


VA
V V
a
A
V a1 -
A a V b2 Va V a1
B b
C c V b2
N1 N2 N2 θ = 330°
VC VB
I = 11

3
Université Oran 2
Institut de Maintenance et Sécurité Industrielle Chapitre I : Transformateurs
Département Maintenance en Instrumentation

On obtient ainsi 6 couplages possibles entre primaire et secondaire :


Y-y : étoile –étoile
Y-d : étoile-triangle
Y-z : étoile-zigzag
D-y : triangle- étoile
D-d : triangle –triangle
D-z: triangle-zigzag
Puissances
Quel que soit le couplage (étoile ou triangle) les puissances s’expriment de la même façon.
P = √3.U.I.cosϕ ; Q = √3.U.I.sinϕ ; S = √3 UI
3.2.4 Indice horaire
L'indice de couplage est complété par un « indice horaire » qui donne, par pas de 30°, le déphasage
horaire en 12es de tour entre la tension primaire et la tension secondaire du transformateur (ex. :
11 = 11×30° = 330° en sens horaire ou 30° en sens antihoraire)
La représentation de Fresnel sert à déterminer « l’indice horaire » du transformateur.
3.4. Mise en parallèle des transformateurs triphasés
La mise en marche en parallèle de transformateurs peut être nécessaire afin de répondre à l’augmentation
de la demande de la puissance à fournir.
Les conditions nécessaires pour brancher deux transformateurs triphasés en parallèle, ce qu'ils
aient :
 Même tension primaire
 Même rapport de transformation
 Même indice horaire ou même groupe d’indice horaires

Groupes Indices Couplages


I 0 ,4,8 Y-y,D-d,D-z
II 1,5,9 Y-y,D-d,D-z
III 2,6,10 D-y,Y-z,Y-d
IV 3,7,11 D-y,Y-z,Y-d

Tableau n°2 Indices horaires et couplage des transformateurs

4
Université Oran 2
Institut de Maintenance et Sécurité Industrielle Chapitre I : Transformateurs
Département Maintenance en Instrumentation

Nota : Les indices 9 et 3 n'existent pas


Les conditions pour la mise en parallèle de transformateurs
 Des couplages avec des indices horaires compatibles (notion de groupe)
 Des tensions de court-circuit égales à 10% près
 Une différence des tensions secondaires inférieure à 0.4 %.
Remarque :
Quel que soit le couplage (étoile ou triangle) les puissances s’expriment de la même façon.
Puissance active [W] : P = √3.U.I.cosϕ [ W]
Puissance réactive Q = √3.U.I.sinϕ [VAR]
Puissance apparente S = √3 UI [VA]
Application :
On lit dans le catalogue d’un constructeur les renseignements suivants concernant un
transformateur triphasé: 23KV –400V, 100KVA, P1v=320w, I1v =2,5%, Pj=1750 W, U1cc=4%,
chute de tension sur charge purement résistive 1,81% et pour un facteur de puissance de 0,8 de
3,58%.
Calculer :
1. Les courants nominaux primaires et secondaires,
2. Le courant à vide,
3. La tension de court-circuit,
4. Le rapport de transformation
Solution :
𝑆 = √3 𝑈1 𝐼1𝑛 = √3 𝑈2 𝐼2𝑛 = 100𝐾𝑉𝐴
1. Le courant primaire nominal
S 100000
I1n = = = 2.6 A
√3 .U1 √3.23000

2. Le courant secondaire nominal


S 100000
I2n = = = 144 A
√3 . U2 √3. 400
3. Le courant à vide
2.5 ∗ 2.6
𝐼1𝑉 = 𝐼1𝑉 [%]. 𝐼1 = = 0.065 𝐴
100
4. La tension de court-circuit

5
Université Oran 2
Institut de Maintenance et Sécurité Industrielle Chapitre I : Transformateurs
Département Maintenance en Instrumentation

23000 ∗ 4
𝑈1𝑐𝑐 = 𝑈1𝐶𝐶 [%]. 𝑈1 = = 920 𝑉
100
5. Le rapport de transformation
∆𝑈 = 𝑈2𝑉 − 𝑈1
∆𝑈 𝑈2𝑉 −𝑈1
Or ∗ 100 = ∗ 100 = 1.81 𝑈2𝑉 = 407.2𝑉
𝑈2𝑉 𝑈2𝑉

U2V 407.2
m= = = 0.0177
U1 23000

3.5. Refroidissement des transformateurs


Etant donné que le transformateur est le siège de deux types de pertes : magnétiques dans les tôles
du circuit magnétique et par effet Joule dans le cuivre des enroulements, cette puissance électrique
consommée et non restituée à la charge apparaît sous forme de chaleur au sein du transformateur.
Cette chaleur doit être entièrement évacuée vers l’extérieur pour empêcher la détérioration des
isolants. Il faut prévoir un dispositif de refroidissement.
Les transformateurs peuvent être divisés en deux types:
 Transformateurs de type sec
 Transformateurs immergés dans l'huile.

3.5.1 Méthodes de refroidissement pour les transformateurs à sec


 Transformateur Air Natural ou Self à refroidissement par air
Cette méthode de refroidissement des transformateurs est généralement utilisée dans les petits
transformateurs (jusqu'à 3 MVA). Dans cette méthode, le transformateur est autorisé à refroidir
par le flux d'air naturel qui l'entoure.

 Souffle d'air
Pour les transformateurs de plus de 3 MVA jusqu’à 15 MVA, refroidissement par la méthode de
l'air naturel est inadéquate. Dans cette méthode, l'air est forcé sur le noyau et les enroulements à
l'aide de ventilateurs ou de soufflantes. L'air doit être filtré pour éviter l'accumulation de particules
de poussière dans les conduits de ventilation.

3.5.2 Méthodes de refroidissement pour les transformateurs immergés dans l'huile

 Huile Naturelle Air Naturel (ONAN)


Cette méthode est utilisée pour les transformateurs immergés dans l'huile, dont la puissance allant
jusqu’à 30MVA. La chaleur générée dans le noyau et l’enroulement est transférée à l’huile.

6
Université Oran 2
Institut de Maintenance et Sécurité Industrielle Chapitre I : Transformateurs
Département Maintenance en Instrumentation

 Huile naturelle à air forcé (ONAF)


Cette méthode de refroidissement du transformateur est généralement utilisée pour les gros
transformateurs jusqu'à environ 60 MVA.
L'air forcé permet une dissipation de chaleur plus rapide que le flux d'air naturel. Dans cette
méthode, les ventilateurs sont montés à proximité du radiateur et peuvent être dotés d'un système
de démarrage automatique, qui s'allume lorsque la température augmente au-delà d'une certaine
valeur.
 Huile forcée à air forcé (OFAF)
Ce type de refroidissement est prévu pour les transformateurs de classe supérieure dans les sous-
stations ou les centrales.
Dans cette méthode, l'huile est distribuée avec l'aide d'une pompe. La circulation de l'huile est
forcée à travers les échangeurs de chaleur. Ensuite, de l'air comprimé est forcé de s'écouler sur
l'échangeur thermique à l'aide de ventilateurs.

 Huile forcée forcée (OFWF)


Ce type de refroidissement est utilisé dans les très grands transformateurs ayant une puissance
nominale de plusieurs centaines de MVA. Cette méthode est similaire à la méthode OFAF. L'huile
est forcée de s'écouler à travers l'échangeur de chaleur à l'aide d'une pompe, où la chaleur est
dissipée dans l'eau, qui doit également s'écouler. L'eau chauffée est emportée pour refroidir dans
des glacières séparées.