Vous êtes sur la page 1sur 12

UNIVERSITÉ DU MAINE

Faculté de Droit et de Sciences Économiques


Licence 1 Économie-gestion - Année 2020-2021
X.FAIRISE, A.POIRIER, J.BOISDE, N.FAHA DIEF et S.MÉNARD 1 -

Problèmes Macroéconomiques

1 Chapitre : Macroéconomie et données macroéconomiques


1.1 PIB et Inflation
1.1.1 Définitions
Soit pi le prix du bien i et qi la quantité du bien i. Donc,

P IBt = p1,t q1,t + p2,t q2,t + . . . + pn,t qn,t


PIB réelt = p1,t0 q1,t + p2,t0 q2,t + . . . + pn,t0 qn,t
PIB nominal à la date t
déflateur du PIB à la date t =
PIB réel à la date t
V aleurt − V aleurt−1
T aux de variationt = × 100
V aleurt−1
p1,t q1,t0 + p2,t q2,t0 + . . . + pn,t qn,t0
IP Ct =
p1,t0 q1,t0 + p2,t0 q2,t0 + . . . + pn,t0 qn,t0
Problématiques :

— PIB = indicateur agrégé de richesse

— Distinction croissance nominale vs. réelle

— Croissance du revenu par tête.

— Distinction déflateur du PIB vs. Indice des Prix à la Consommation.

1.1.2 Questions chapitre 1


1. Définir le PIB nominal, le PIB réel, le déflateur des prix du PIB et l’indice des prix à la
consommation. Comment calculez-vous ces différents indicateurs ?
Le produit intérieur brut évalue la production de biens et services dans un pays durant une
période donnée. Le PIB nominal mesure la production aux prix courant, alors que le PIB réel
calcule cette richesse aux prix d’une année de base. Ainsi, le PIB réel mesure la production en
volume et le PIB nominal inclut l’inflation. On envisage une économie qui produit deux biens
A et B.

1. GAINS - e-mail : sébastien.menard@univ-lemans.fr

1
Anné 2022 2023
Prix du bien A Pa2 Pa3
Prix du bien B Pb2 Pb3
Quantité de A Qa2 Qa3
Quantité de B Qb2 Qb3

Le PIB nominal en 2022 s’écrit alors :

P IBnominal2 = Pa2 × Qa2 + Pb2 × Qb2


De même, le PIB nominal en 2023 est :

P IBnominal3 = Pa3 × Qa3 + Pb3 × Qb3


En prenant 2022 comme année de base, le PIB réel en 2022 est :

P IBreel2 = Pa2 × Qa2 + Pb2 × Qb2

Pour l’année 2023, le PIB réel (année de base 2022) s’écrit :

P IBreel3 = Pa2 × Qa3 + Pb2 × Qb3

Le déflateur des prix du PIB (déflateur implicite des prix du PIB) et l’indice des prix à la
consommation sont deux indicateurs permettant d’évaluer l’évolution des prix. Le déflateur du
PIB est le rapport du PIB nominal et du PIB réel. En prenant 2022 comme année de base, on
a:
Pa3 × Qa3 + Pb3 × Qb3
def lateur − du − P IB2023 =
Pa2 × Qa3 + Pb2 × Qb3
L’indice des prix à la consommation mesure l’évolution des prix à l’aide d’un panier constant
de biens et services. En prenant 2022 comme année de base, l’IPC en 2023 est :
Pa3 × Qa2 + Pb3 × Qb2
IP C2023 =
Pa2 × Qa2 + Pb2 × Qb2

L’indice des prix à la consommation utilise en panier constant (quantités de l’année de base),
alors que le déflateur utilise un panier variable (quantités courantes)

2. Quelles sont les 3 approches du PIB.

(a) La somme des valeurs ajoutées.


(b) La somme des rémunérations.
(c) La sommes des emplois finals intérieurs de biens et services.
3. Définir le PNB.
Le PNB est le revenu total les ressortissants d’un pays. Pour l’obtenir, il faut ajouter au PIB
les revenus reçus du reste du monde et retrancher les revenus versés au reste du monde.

2
4. Définir l’indice de Laspeyres et l’indice de Paasche.
Un indice de Laspeyres mesure le rapport entre le prix d’un panier de biens et le prix de ce
même panier à une date antérieure. Cet indice se calcule donc à partir d’un panier constant de
biens. L’IPC est un indice de Laspeyres. En revanche, un indice de Paasche utilise un panier
de biens évolutif. C’est le cas du déflateur du PIB.

1.1.3 Exercices
Exercice 1. PIB nominal vs. PIB réel .

On considère une économie qui produit des magnétoscopes, des téléviseurs et des téléphones :

Table 1 – Une économie simple

Année 2021 2022 2023


Prix d’un Magnétoscope $ 200 $ 215 $ 215
Prix d’un Téléviseur $ 200 $ 220 $ 220
Prix d’un Téléphone $ 100 $ 120 $ 120
Quantité de Magnétoscopes 20 20 22
Quantité de Téléviseurs 15 15 17
Quantité de Téléphones 10 10 13

1. En prenant 2021 comme année de base, calculez le PIB nominal, le PIB réel (en volume) et le
déflateur des prix du PIB. P IBt = p1,t × q1,t + p2,t × q2,t + . . . + pn,t × qn,t
Pour une économie qui produit 3 biens : mg, tv, tp, le PIB nominal en t = 2021, 2022, 2023
s’écrit :
P IB2021 = pmg,2021 × qmg,2021 + ptv,2021 × qtv,2021 + ptp,2021 × qtp,2021
P IB2021 = $200 × 20 + $200 × 15 + $100 × 10 = $8000
P IB2022 = $215 × 20 + $220 × 15 + $120 × 10 = $8800
P IB2023 = $215 × 22 + $220 × 17 + $120 × 13 = $10030

PIB réelt = p1,t0 × q1,t + p2,t0 × q2,t + . . . + pn,t0 × qn,t

PIB réel2021 = pmg,2021 × qmg,2021 + ptv,2021 × qtv,2021 + ptp,2021 × qtp,2021


PIB réel2021 = $200 × 20 + $200 × 15 + $100 × 10 = $8000 = P IB2021
PIB réel2022 = pmg,2021 × qmg,2022 + ptv,2021 × qtv,2022 + ptp,2021 × qtp,2022
PIB réel2022 $200 × 20 + $200 × 15 + $100 × 10 = $8000
PIB réel2023 = $200 × 22 + $200 × 17 + $100 × 13 = $9100

PIB nominal à la date t


Déflateur du PIB à la date t =
PIB réel à la date t

3
P IB2021
Déflateur du PIB2021 = =1
PIB réel2021
P IB2022
Déflateur du PIB2022 = = 1, 1
PIB réel2022
P IB2023
Déflateur du PIB2023 = = 1, 1022
PIB réel2023

2. Quelle est la variation du PIB nominal entre 2021 et 2022, puis entre 2022 et 2023 ?
V aleurt − V aleurt−1
T aux de variationt (∆) = × 100
V aleurt−1

P IB2022 − P IB2021 8800 − 8000


∆P IB2022 = × 100 = × 100 = 10%
P IB2021 8000
P IB2023 − P IB2022 10030 − 8800
∆P IB2023 = × 100 = × 100 = 14%
P IB2022 8800

3. Quelle est la variation du PIB réel entre 2021 et 2022, puis entre 2022 et 2023 ?
P IB reel2022 − P IB reel2021 8000 − 8000
∆P IB reel2022 = × 100 = × 100 = 0%
P IB reel2021 8000
P IB reel2023 − P IB reel2022 9100 − 8000
∆P IB reel2023 = × 100 = × 100 = 13, 75%
P IB reel2022 8000
Pour mesurer l’évolution et la valeur de l’activité économique on préfère le PIB réel pour ne
pas prendre en compte l’inflation.
4. Calculez l’indice de prix à la consommation.

p1,t × q1,t0 + p2,t × q2,t0 + . . . + pn,t × qn,t0


IP Ct =
p1,t0 × q1,t0 + p2,t0 × q2,t0 + . . . + pn,t0 × qn,t0
pmg,2021 × qmg,2021 + ptv,2021 × qtv,2021 + ptp,2021 × qtp,2021
IP C2021 = =1
pmg,2021 × qmg,2021 + ptv,2021 × qtv,2021 + ptp,2021 × qtp,2021
pmg,2022 × qmg,2021 + ptv,2022 × qtv,2021 + ptp,2022 × qtp,2021
IP C2022 =
pmg,2021 × qmg,2021 + ptv,2021 × qtv,2021 + ptp,2021 × qtp,2021
$215 × 20 + $220 × 15 + $120 × 10
IP C2022 = = 1, 1
$200 × 20 + $200 × 15 + $100 × 10
IP C2023 = IP C2022 (car prix en 2022 = prix en 2023)

5. Calculez la variation des prix entre 2021 et 2022, puis entre 2022 et 2023. Pourquoi le déflateur
des prix du PIB et l’IPC vous donnent des résultats différents ?
La variation des prix (Π) calculée à partir du déflateur est :

Def l.2022 − Def l.2021 1, 1 − 1


Π2022 = × 100 = × 100 = 10%
Def l.2021 1

4
Def l.2023 − Def l.2022 1, 1022 − 1, 1
Π2022 = × 100 = × 100 = 0, 2%
Def l.2022 1, 1
De même, la variation des prix calculée à partir de l’IPC est :
IP C2022 − IP C2021 1, 1 − 1
∆IP C2022 = × 100 = × 100 = 10%
IP C2021 1
IP C2023 − IP C2022 1, 1 − 1, 1
∆IP C2023 = × 100 = × 100 = 0%
IP C2022 1, 1
La différence des résultats vient du fait que l’IPC utilise un panier constant (quantités de
l’année de base) alors que le déflateur du PIB utilise un panier variable (quantités courantes).

6. On souhaite évaluer le taux de croissance réelle de cette économie. Quel indicateur proposez-
vous ? Pourquoi ?
En 2022, le taux de croissance du PIB nominal est de 10% alors que la quantité de biens reste

la même qu’en 2021. Cette croissance s’explique par l’inflation. Ainsi, pour mesurer l’évolution
de la production, on utilisera le PIB réel.

Année Variation du Inflation Variation du


PIB nominal PIB réel
2022 10% 10% 0%
2023 14% 0% 13,75%

Exercice 2. Taux de croissance .

Table 2 – PIB nominal, PIB réel et déflateur du PIB. France, 1995 - 2005

PIB nominal, PIB réel, Prix du PIB


milliards d’euros milliards d’euros de 2000 Indice 100 en 2000
1995 1195 1250 95.60
1996 1228 1264 97.15
1997 1268 1294 97.99
1998 1325 1340 98.88
1999 1366 1385 98.63
2000 1441 1441 100.00
2001 1497 1468 101.98
2002 1549 1483 104.45
2003 1595 1499 106.40
2004 1659 1534 108.15
2005 1710 1552 110.18

1. A partir des données du tableau 2, calculez la croissance moyenne entre 1995 et 2005 du
PIB nominal (T cP IBnominal ), du PIB réel (T cP IBreel ) et du déflateur du PIB (T cPP IB ).

5
Interprétez ces valeurs.

V aleur f inale − V aleur initiale


Croissance moyenne = × 100
V aleur initiale

Table 3 – Croissance moyenne, France, 1995 - 2005


T cP IBnominal T cP IBreel T cPP IB
(1710−1195)×100 (1552−1250)×100 (110,18−95,6)×100
1195
= 43, 09% 1250
= 24, 16% 95,6
= 15, 25%

Variation en % du PIB nominal ≈ (variation en % du déflateur du PIB) + (variation en % du


PIB réel) ⇒ 43, 09% ≈ 24, 16% + 15, 25%
2. Comparez le taux de croissance du PIB nominal avec le taux de croissance du PIB réel et notez
que T cP IBnominal ' T cP IBreel + T cPP IB .
3. Calculez le taux de variation annuel pour les années 2000, 2001 et 2002.

Table 4 – Taux annuels de variation (%). France, 1995 - 2005


PIB nominal (P Y ) PIB réel (Y ) Prix du PIB (P)
2000 5,49% 4,04% 1,39%
2001 3,89% 1,87% 1,98%
2002 3,47% 1,02% 2,42%

Pour quelle année l’accroissement du PIB nominal reflète :


— une évolution positive de la création de richesse ? 2000, car la variation de Y est supérieure
à la variation de P : 4,04 1,39
5,49 = 0, 73 > 5,49 = 0, 25.
— un accroissement du prix des biens ? 2002, car la variation de Y est inférieure à la variation
1,02
de P : 3,47 = 0, 29 < 2,42
3,47 = 0, 69.
— une évolution semblable des prix et de la richesse ? 2001, car la variation de Y est similaire
1,87
à la variation de P : 3,89 = 0, 48 ≈ 1,98
3,89 = 0, 5.

1.2 Les composantes de la dépense


1.2.1 Définitions
En comptabilité nationale, la production totale (PIB, noté Y ) est répartie entre quatre grands
groupes, et vérifie donc l’identité comptable suivante : Y = C + I + G + N X, où
C : Consommation des ménages
I : Investissement des firmes et ménages
G : Dépenses publiques
Z : Importations
X : Exportations, et

6
N X = X − Z : Solde extérieur

1.2.2 Exercice
Exercice 3. Agrégats macroéconomiques .

Table 5 – Principaux agrégats macroéconomiques

Milliards d’euros courants Valeurs en 1978 Valeurs en 2005

PIB (Y) 337,5 1679,2


Importations (Z) 66,4 462,6

Consommation (C) 188,0 953,3


Investissement (I) 76,0 336,6
Dépenses publiques (G) 70,5 405,6
Exportations de biens et services (X) 69,4 446,3

1. À partir des donnés du Tableau 5, vérifier l’identité comptable du PIB.

Soit m = milliards d’euros, donc


En 1978
N X = 69, 4m − 66, 4m = 3m
Y = 188m + 76m + 70, 5m + 3m = 337, 5m

En 2005
N X = 446, 3m − 462, 6m = −16, 3m
Y = 953, 3m + 336, 6m + 405, 6m − 16, 3m = 1679, 2m

2. Comparez le poids relatif (en %) des composantes suivantes en 1978 et en 2005 : C, I, G, N X.


Quels ont été les principaux changements ?

En 1978,
C 188m
= × 100 = 55, 7%
Y 337, 5m
Investisement :
I 76m
= × 100 = 22, 52%
Y 337, 5m
Gouvernement :
G 70, 5m
= × 100 = 21%
Y 337, 5m

7
Exportations nettes :
NX 3m
= × 100 = 0, 89%
Y 337, 5m
55, 7% + 22, 52% + 21% + 0, 89 ≈ 100%

En 2005,

C 953, 3m
= × 100 = 56, 77%
Y 1679, 2m
Investisement :
I 336, 6m
= × 100 = 20, 04%
Y 1679, 2m
Gouvernement :
G 405, 6m
= × 100 = 24, 15%
Y 1679, 2m
Exportations nettes :
NX 16, 3m
= × 100 = −0, 97%
Y 1679, 2m
56, 77% + 20, 04% + 24, 15% − 0, 97 ≈ 100%

Variations,
 
C
∆ = 56, 77% − 55, 7% = 1, 07%
Y
Investisement :  
I
∆ = 20, 04% − 22, 52% = −2, 48%
Y
Gouvernement :  
G
∆ = 24, 15% − 21% = 3, 15%
Y
Exportations nettes :  
NX
∆ = −0, 97% − 0, 89% = −1, 86%
Y

1.3 Indicateurs du marché du travail


1.3.1 Définitions
Population active (PA) : Elle désigne l’ensemble des personnes qui exercent une activité rémunérée
(E) ou qui en recherchent une (U) : P A = E + U .
Taux de chômage (u) : Il rapporte le nombre de chômeurs (U) à la population active totale
(salariés y compris les militaires du contingent, les non salariés et les chômeurs) : u = PUA .
Taux d’activité (a) : C’est le rapport de la population active sur la population totale en âge de
travailler (L) : a = PLA .

8
Taux d’emploi (e) : Le taux d’emploi est la proportion de personnes disposant d’un emploi parmi
la population active : e = PEA .
Problématique :
— L’analyse du chômage ne permet qu’une compréhension très partielle de la “performance” du
marché du travail ⇐⇒ ne reflète pas le taux d’activité des femmes, les âges moyens d’entrée
et de sortie (retraite) du marché du travail du travail, la durée du travail hebdomadaire, le
nombre de congés payés...
— Comparaison internationale (OCDE) de l’effort au travail par personne à partir d’une mesure
globale : H = [Total des heures rémunérées]/ [Population âgée de 15-64 ans].
→ variations de H = variation d’emploi (chômage et participation) + variation du nombres
d’heures travaillées par employé.

Faits

Relativement aux US :
— H < .75 : Belgique, France, Allemagne, Italie
— .75 < H < .85 : Autriche, Finlande, Hollande, Norvège, Espagne
— .85 < H < .95 : Danemark, Grèce, Portugal, Suède, UK
— H > .95 : Australie, Canada, Japon.

En France, 2/3 du différentiel de H par rapport à la moyenne OCDE renvoie au nombre d’heures
travaillées en moyenne par un employé (effet durée hebdomadaire + nombre de congés payés). Le
différentiel de taux d’emploi (effet chômage + participation des jeunes/seniors) ne compte que pour
1/3.

1.3.2 Exercices
Exercice 4. Marché du travail .
On étudie une économie dont la population en âge de travailler est de 40 millions de personnes, le
taux d’activité de 60% et la population ayant un emploi de 21 millions de personnes.

Table 6 – Exercice 4.

cas 1 cas 2 cas 3 cas 4


Population en âge de travailler
Population active
Nombre d’emplois
Nombre de chômeurs
Taux de chômage
Taux d’activité

9
P A = 0, 6 × 40M̄ = 24M̄
La population ayant un emploi (E) est de 21M̄ . Pour déduire le nombre de chômeurs (U ) on utilise
l’identité :
P A = E + U ⇒ U = P A − E = 24M̄ − 21M̄ = 3M̄
On peut en déduire le taux de chômage (u) :

3M̄
u= = 0, 125 = 12, 5%
24M̄

1. Le gouvernement décide de favoriser le départ en préretraite d’un million de chômeurs âgés de


plus de 45 ans. Calculez le taux de chômage et le taux d’activité.

U = 3M̄ − 1M̄ = 2M̄ , P A = 21M̄ + 2M̄ = 23M̄

2M̄ PA 23M̄
u= = 0, 087 = 8, 7%, T x. act. = = = 57, 5%
23M̄ P op. T ot. 40M̄

2. Après réflexion, le gouvernement renonce à la politique des préretraites et préfère relancer la


croissance pour créer un million d’emplois. Quel sera alors le taux de chômage ?, Et le taux
d’activité ?

U = 3M̄ − 1M̄ = 2M̄ , E = 21M̄ + 1M̄ = 22M̄ ⇒ P A = 22M̄ + 2M̄ = 24M̄

2M̄ PA 24M̄
u= = 0, 083 = 8, 3%, T x. act. = = = 60%
24M̄ P op. T ot. 40M̄

3. En réalité, l’amélioration de la situation sur le marché du travail incite 500 000 inactifs à
chercher un emploi. Calculez le taux de chômage et le taux d’activité.

L’arrivée de 500 000 nouveaux actifs réduit l’effet de la baisse du chômage, donc :

U = 3M̄ − 1M̄ + 0, 5M̄ = 2, 5M̄ ⇒ P A = 24M̄ + 0, 5M̄ = 24, 5M̄

2, 5M̄ PA 24, 5M̄


u= = 0, 102 = 10, 2%, T x. act. = = = 61, 25%
24, 5M̄ P op. T ot. 40M̄

4. Construisez un tableau dans lequel vous ferez apparaı̂tre la population en âge de travailler, la
population active, le nombre de personnes ayant un emploi, le nombre de chômeurs, le taux
d’activité et le taux de chômage pour les quatres cas étudiés.

10
cas 1 cas 2 cas 3 cas 4
Population en âge de travailler 40M̄ 40M̄ 40M̄ 40M̄
Population active 24M̄ 23M̄ 24M̄ 24,5M̄
Nombre d’emplois 21M̄ 21M̄ 22M̄ 22M̄
Nombre de chômeurs 3M̄ 2M̄ 2M̄ 2,5M̄
Taux de chômage 12,5% 8,7% 8,3% 10,2%
Taux d’activité 60% 57,5% 60% 61,25%
5. Que peut-on dire à propos du taux de chômage ? Dans quelle mesure reflète-t-il la situation sur
le marché de l’emploi ?

On constate que les taux de chômage des cas 2 et 3 sont proches (8.7% et 8.3%) alors que le
nombre d’emplois est de 21 millions dans le cas 2 contre 22 millions dans le cas 3. Dans le cas
2, la baisse du chômage ne s’explique pas par la création de nouveaux emplois, mais par une
réduction du nombre d’actifs. Ainsi, le taux de chômage ne reflète que partiellement la situation
sur le marché du travail.

Les politiques économiques peuvent inciter les individus à rentrer ou sortir du marché du travail.
C’est pourquoi le taux de chômage du cas 4 est plus important que celui du cas 2 alors que le
nombre d’emplois est de 22 millions dans le cas 4 et de 21 millions dans le cas 2.

1.4 Croissance v.s. fluctuations


Pour chaque variable économique, il est possible de distinguer sa dynamique de long-terme (=
tendance/croissance) de sa dynamique de court-terme (= conjoncture/fluctuations).

Exemples :

— Le PIB réel croı̂t en moyenne de 1.5% par an (= tendance)


→ une croissance inférieure à 1.5% caractérise une situation où la conjoncture économique est
défavorable (pas nécessairement une récession)
→ une récession caractérise une “croissance négative” du PIB (= baisse de la richesse nationale).

— Les effectifs industriels déclinent tendanciellement ; une conjoncture favorable est une situation
où la baisse des effectifs s’effectue à un rythme inférieur à la décroissance tendancielle (cf Figure
à suivre).

— Les effectifs industriels augmentent tendanciellement ; une conjoncture favorable est une situa-
tion où la hausse des effectifs s’effectue à un rythme supérieur à la croissance tendancielle.

Problématique :

— Dans l’analyse économique, intérêt à distinguer les facteurs influencant la croissance de long-
terme de ceux impactant les mouvements conjoncturels (il peux néanmoins exister des facteurs

11
communs).
— Intérêt à dissocier l’analyse des politiques économiques selon leur horizon d’impact (cf. poli-
tiques d’offre vs. de demande.

⇒ Théme 2 : Les déterminants du revenu national à long terme.

12