Vous êtes sur la page 1sur 25

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET

METIERS

CHAIRE DE TRAVAUX PUBLICS ET BATIMENT

___________

" BETON ARME "


Chapitre 11 : Calcul des poutres continues
Méthode de Caquot

(Code CCV109)

Enseignant : J. PAÏS 2008 – 2009


CNAM CCV109 – Béton armé 2

Sommaire

11. CALCUL DES POUTRES PAR LA METHODE DE CAQUOT.................................................. 3


11.1. DOMAINE D’APPLICATION........................................................................................................... 3
11.2. PRINCIPE DE LA METHODE ......................................................................................................... 3
11.3. CALCUL DES MOMENTS SUR APPUIS ........................................................................................... 4
11.3.1. Cas des charges réparties ............................................................................................ 4
11.3.2. Cas des charges ponctuelles ........................................................................................ 7
11.3.3. Cas des consoles .......................................................................................................... 9
11.4. CALCUL DES MOMENTS EN TRAVEE .......................................................................................... 10
11.5. CALCUL DES EFFORTS TRANCHANTS ........................................................................................ 13
11.6. REACTIONS D’APPUIS.............................................................................................................. 13
11.7. METHODE DE CAQUOT MINOREE. ............................................................................................ 14
11.8. EXERCICE 1 POUTRE CONTINUE A 2 TRAVEES........................................................................... 15
11.8.1. Moment maximum sur l’appui B .................................................................................. 15
11.8.2. Moment en travée AB.................................................................................................. 15
11.9. EXERCICE 2 POUTRE CONTINUE A 3 TRAVEES........................................................................... 17
11.9.1. Recherche des moments sur appuis........................................................................... 17
11.9.2. Recherche des moments sur la travée 1..................................................................... 18
11.9.3. Recherche des moments sur la travée 2..................................................................... 20
11.9.4. Analyse détaillée de la travée 2. ................................................................................. 22
CNAM CCV109 – Béton armé 3

11. Calcul des poutres par la méthode de Caquot

11.1. Domaine d’application


La méthode de Caquot s’applique pour le calcul des poutres supportant des planchers dont les
charges d’exploitation sont relativement élevées : QB > 2G ou QB > 5 kN/m². C’est le cas par exemple
pour les bâtiments industriels et entrepôts.
Elle s’applique également quand l’une des trois conditions qui délimitent la méthode forfaitaire n’est
pas remplie.

Cette méthode est décrite dans l’annexe E2 du BAEL.

11.2. Principe de la méthode


La méthode consiste à calculer les moments sur appuis d’une poutre continue en considérant
uniquement les travées qui encadrent l’appui considéré. Cette méthode est donc une « méthode de
continuité simplifiée ». Ainsi une poutre continue est assimilée à une série de poutres à deux
travées :

Prenons une poutre à 4 travées, on aura les différents cas suivant à traiter :

A B C D E

Pour le calcul de MB
A B C

Pour le calcul de MC
B C D

Pour le calcul de MD
C D E

Ensuite, en tenant compte des travées chargées-déchargées, on calcule les courbes de moments
fléchissants.
CNAM CCV109 – Béton armé 4

11.3. Calcul des moments sur appuis


Les moments sur appuis sont calculés en ne tenant compte que des travées voisines de gauche (w)
et de droite (e). On considère que la longueur des travées de calcul l’w et l’e sont égales à :
 S’il s’agit d’une poutre de rive : l’i = li
 S’il s’agit d’une poutre intermédiaire : l’i = 0,8.li

avec li = longueur réelle de la travée i (prise en compte entre-nus d’appuis dans le cadre du BAEL)

En reprenant l’exemple précédent nous avons :

A B C

l’w = l1 l’e = 0,8.l2

B C D

l’w = 0,8.l2 l’e = 0,8.l3

B C D

l’w = 0,8.l3 l’e = l4

11.3.1. Cas des charges réparties

On considère les deux charges réparties de part et d’autre de l’appui à calculer.


Soit pw la charge répartie sur la travée de gauche et pe la charge sur celle de droite, le moment d’appui

p w .l'3w + p e .l' e3
i est égale à : Mi = −
8,5(l' w + l'e )
pw pe

l’w l’e
i

La méthode de Caquot diffère de la méthode de calcul des 3 moments pour laquelle on

p w .l'3w + p e .l' e3
trouve M i = − .
8(l' w + l'e )
ATTENTION, ces formules ne sont valables que si l’inertie I de la poutre est constante entre les deux
travées.
CNAM CCV109 – Béton armé 5

La différence entre la méthode de Caquot et la méthode des 3 moments réside dans le coefficient de
8,5 au lieu de 8, pour tenir compte du fait que les inerties sont variables pour chaque travée, du fait de
la fissuration du béton.

En effet pour une section en T, on aura des états de fissuration différents sur appui et en travée qui
conduiront à mener le calcul en tenant compte de section résistante en T ou rectangulaire :

en travée sur appui


 Itravée ≠ Iappui

Dans le cas où les inerties des travées de part et d’autres de l’appui sont différentes, on applique les
formules suivantes :

 K  K 
M i = −  M w' e + M e' 1 − e 
 D  D 
Avec :

p w .l w' ² pe .le' ²
M =
'
w et M e =
'

8,5 8,5
Iw I
Kw = '
; K e = 'e et D = K w + K e
lw le

Attention, dans les expressions précédentes, les inerties I w et I e doivent être calculées en

bh 3
considérant la section de béton seule (soit pour une section rectangulaire) sans tenir compte
12
des armatures.
CNAM CCV109 – Béton armé 6

Démonstration
Pour démontrer les formules précédentes, on part de l’équation générale des 3 moments :

 bi x Mi-1 + (ci + ai+1) Mi + bi+1 x Mi+1 = ω 'i +1 −ω ' 'i


li
 ai = 2 x bi = ci = si Ii = Cste
3EI i
 Ii = moment d’inertie de la travée li

 ω 'i +1 et ω ' 'i = rotations sur l’appui Gi des travées de référence encadrant cet appui

Les rotations des travées isostatiques (avec les notations précédentes) d’une poutre uniformément
chargée valent :
3
Pe .le'
 ωi' +1 = −
24.EI e
3
P .l '
 ω = w w
''
i
24.EI w

Caquot ne considère que les deux travées adjacentes pour déterminer le moment sur appuis.
On a donc M i −1 = M i +1 = 0 .

On peut donc écrire en simplifiant l’équation générale des 3 moments :


3 3
 l w' l e'  Pe .l e' Pw .l w'
 3EI + . M = − −
3EI e 
 i
 w 24. EI e 24. EI w

On simplifie par E car supposé constant :


3 3 2 2
 l w' l e'  Pe .l e' Pw .l w'  l w' l e'  Pe .le' l e' Pw .l w' l w'
  3I + .
 iM = − − ⇒ I + .
 iM = − . − .
 w 3I e  24. EI e 24. EI w  w Ie  8 Ie 8 Iw
 l w' le'   Pe .le' 2 l e' Pw .l w' l w' 
2

  I + I . M i = −  8 . I + 8 . I 
 w e  e w 

 le' '
lw 
 '2 ' 2 
 Pe .l e Ie Pw .l w Iw 
 Mi = − . ' + . '
 8 l w le' 8 l w l e' 
 + + 
 Iw Ie I w I e 

Caquot a remplacé le coefficient 8 par un coefficient 8,5 pour tenir de l’adaptation de la méthode
classique au dimensionnement des sections en Béton Armé.
CNAM CCV109 – Béton armé 7

11.3.2. Cas des charges ponctuelles

Soit :
 Pw la charge ponctuelle située sur la travée de gauche et distante de aw de l’appui considéré.
 Pe la charge ponctuelle située sur la travée de droite et distante de ae de l’appui considéré.

Le moment d’appui i est égal à :

k .Pw .l' w2
 Mi = − pour la charge Pw
l' w + l' e

k .Pe .l'e2
 Mi = − pour la charge Pe
l ' w + l' e

aw Pw ae Pe

l’w i l’e

Le coefficient k dépend du rapport a/l’ et prend les valeurs suivantes :

1 a  a a
k= . . 1 − . 2 − 
2,125 l'  l'   l' 

 a = aw et l’ = l’w pour la travée à gauche de l’appui


 a = ae et l’ = l’e pour la travée à droite de l’appui

De la même façon, lorsque les inerties des travées de part et d’autres de l’appui sont différentes, on
applique les formules suivantes :

 K  K 
M i = −  M w' . e + M e' .1 − e 
 D  D 
avec :

1 a w  a w  a  1 a e  a e  a 
kw = . ' .1 − '  2 − 'w  et k = . ' .1 − '  2 − 'e 
2,125 l w  l w  lw  e 2,125 l e  l e  le 

M w' = k w . Pw .l w' et M e' = k e .Pe .l e'


Iw I
Kw = '
; K e = 'e et D = K w + K e
lw le
Nota :

1 8 1
 le coefficient provient de l’application de la méthode Caquot : .
2,125 8,5 2
 Lorsqu’il y a plusieurs charges ponctuelles, il suffit de sommer les effets de chacune des
charges.
CNAM CCV109 – Béton armé 8

Démonstration
Pour démontrer les formules précédentes, on part également de l’équation générale des 3 moments :
 bi x Mi-1 + (ci + ai+1) Mi + bi+1 x Mi+1 = ω 'i +1 −ω ' 'i
li
 ai = 2 x bi = ci = si Ii = Cste
3EI i
 Ii = moment d’inertie de la travée li

 ω 'i +1 et ω ' 'i = rotations sur l’appui Gi des travées de référence encadrant cet appui

Les rotations des travées isostatiques d’une poutre soumise à une charge ponctuelle, distante de "a"
par rapport à l’appui gauche, valent :
Pe .a e .(l e' − a e )( 2l 'e − a e )
 ω '
i +1 =−
6 E . I e .l 'e
Pw .a w .(l w' − a w )( 2l w' − a w )
 ω =
''
i
6 E . I w .l w'

Caquot ne considère que les deux travées adjacentes pour déterminer le moment sur appuis.
On a donc M i −1 = M i +1 = 0 .

On peut donc écrire en simplifiant l’équation générale des 3 moments :


 l w' l e'  Pe .ae .(l e' − a e )( 2l e' − a e ) Pw .a w .(l w' − a w )( 2l w' − a w )
 3EI + . M = − −
3EI e 
 i
 w 6 E. I e .l e' 6 E. I w .l w'

On simplifie par E car supposé constant :


 l w' le'   Pe .a e .(le' − ae )( 2l e' − a e ) Pw .a w .(l w' − a w )( 2l w' − a w ) 
 I + .
 iM = −  + 
 w Ie   2. I e .l e' 2. I w .l w' 
 l w' le'   1 a e  a e  a e  Pe .l e'
2
1 a w  a w  a w  Pw .l w' 
2

  I + I . M i = −  2 . l ' .1 − l '  2 − l '  I + 2 . l ' .1 − l '  2 − l '  I 
 w e  e  e  e  e w  w  w  w 
 Pe .le'
2
Pw .l w' 
2

 
 1 a e  a e  ae  I e 1 a w  a w  aw  I w 
 M i = − . ' .1 − '  2 − '  ' + . .1 − '  2 − '  '
 2 le  l e  le  l w l e' 2 l w'  l w  l w  l w l e' 
 + + 
 Iw Ie I w I e 

Caquot a remplacé le terme « 2 » par « 2,125 » de façon à avoir la même correction que pour les
charges réparties (2/2.125=8/8.5)

1 a w  a w  a  1 a e  a e  a 
En posant kw = . ' .1 − '  2 − 'w  et k e = . ' .1 − '  2 − 'e  , on retrouve
2,125 l w  l w  lw  2,125 le  l e  le 
les formules précédentes.
CNAM CCV109 – Béton armé 9

11.3.3. Cas des consoles

Les charges appliquées sur la console vont induire un moment sur l’appui i-1. On cherche donc à
déterminer les effets de ce moment sur l’appui i.

= Mi-1
l’w l’e l’w l’e
i-1 i i

On applique le théorème des 3 moments pour calculer le moment sur l’appui i:


 bw x Mi-1 + (cw + ae) Mi + be x Mi+1 = ω ' e −ω ' ' w
li
 ai = 2 x bi = ci = si Ii = Cste
3EI i
 Ii = moment d’inertie de la travée li

 ω'e = 0 et ω ' ' w = 0 car les deux travées ne sont pas chargées (influence uniquement de la
console).

On a donc :
l w'  l w' l e' 
 . M i −1 +  + . M i = 0
6. E . I w  3.E . I w 3. E . I e 
l w'
6. E . I w
 Mi = − . M i −1
l w' l'
+ e
3. E . I w 3. E . I e

On simplifie par E car supposé constant :


1 l w' . I e
 Mi = − .M i −1
2 l w' . I e + le' . I w

De la même façon que précédemment, Caquot a modifié le coefficient 2 en 2.125, ce qui nous
donne :

1 l w' . I e
Mi = − .M i −1
2.125 l w' . I e + le' . I w

Si l’inertie de la poutre continue est constante, on a :


1 l w'
 Mi = − . M i −1
2.125 l w' + le'
CNAM CCV109 – Béton armé 10

Si la console est à droite de la poutre continue, il faut inversé le rapport des travées dans la formule
précédente, ce qui nous donne :

= Mi+1
l’w l’w l’e
l’e i+1
i i

1 le' . I w
Mi = − .M i +1
2.125 l w' . I e + le' . I w

Dans le cas d’’une inertie constante, on a :

1 l e'
Mi = − . M i +1
2.125 l w' + le'

Bien entendu, ce moment viendra se cumuler aux moments sur appui issus du chargement des
travées.

11.4. Calcul des moments en travée


Pour le calcul des moments en travée, on utilise les formules classiques de RDM (théorème des 3
moments, en considérant les travées réelles et non plus les travées fictives.

Pour le calcul des moments de la travée i ci-dessous, il faut prendre en compte 3 combinaisons de
charges (notion de travée chargée-déchargée) :

Cas 1 : Toutes les travées chargées avec la surcharge.


1,35G+1,5QB 1,35G+1,5QB 1,35G+1,5QB

Travée i

Cas 2 : On charge uniquement la travée i


1,35G 1,35G+1,5QB 1,35G

Travée i

Cas 3 : On charge les travées adjacentes


1,35G+1,5QB 1,35G 1,35G+1,5QB

Travée i
CNAM CCV109 – Béton armé 11

 Cas 1 : Pour le calcul des moments maximum sur appuis, donc des aciers maxi en chapeaux
 Cas 2 : pour le calcul du moment maximum en travée, donc des aciers maxi en travée et leurs
longueurs.
 Cas 3 : pour le calcul du moment minimum en travée, donc de la longueur des aciers en
ème
chapeaux. Dans le cas des travées soulevées (voir 2 exercice), il se peut que le cas I
soit plus défavorable que le cas III en ce qui concerne les longueurs d’aciers sur
appuis.

Pour chaque cas de combinaisons, on calcule :


 Les moments sur appuis avec les longueurs l’ comme décrit en 10.3 (avec les travées
fictives).
 La courbe des moments fléchissants sur la travée i selon les formules données ci-après.

Ainsi on peut dresser la courbe enveloppe des moments fléchissants qui a en général l’allure
suivante :

Mw max Me max

Cas 1

Cas 3

Cas 2

Mt max

L’équation du moment fléchissant le long de la travée i est :

 x x
M ( x ) = M o ( x ) + M w 1 −  + M e.
 l l
Avec Mo(x) Moment fléchissant de la poutre considéré isolée (calcul isostatique) :

plx px 2
 Pour une charge répartie : M o ( x ) = −
2 2
 Pour une charge ponctuelle :

Pbx P
o M o ( x) = pour x < a
l
Pbx
o M o ( x) = − P( x − a ) pour x ≥ a a b
l
Le moment maximum en travée est obtenu au point x0, tel que l’effort tranchant V(x0) est nul en
ce point.
CNAM CCV109 – Béton armé 12

Remarque
Dans notre exemple, ce mode de calcul permet de déterminer la courbe enveloppe des moments d’une
poutre continue à trois travée simplement en étudiant 3 cas de charges différents.

Cette décomposition est tout à fait exacte pour la détermination des moments sur appuis et en travée
mais amène à sous-estimer légèrement la valeur des efforts tranchants aux appuis.

Si on souhaite faire un calcul plus exact, il faut faire la décomposition suivante :

Cas 1 : Les deux premières travées chargées avec la surcharge.


1,35G+1,5QB 1,35G+1,5QB 1,35G

Travée i

Cas 2 : Les deux dernières travées chargées avec la surcharge.


1,35G 1,35G+1,5QB 1,35G+1,5QB

Travée i

Cas 3 : On charge uniquement la travée i


1,35G 1,35G+1,5QB 1,35G

Travée i

Cas 4 : On charge les travées adjacentes


1,35G+1,5QB 1,35G 1,35G+1,5QB

Travée i

 Cas 1 et 2 : Pour le calcul des moments maximum sur appuis, donc des aciers maxi en
chapeaux
 Cas 3 : pour le calcul du moment maximum en travée, donc des aciers maxi en travée et leurs
longueurs.
 Cas 4 : pour le calcul du moment minimum en travée, donc de la longueur des aciers en
chapeaux.

La différence entre les deux décompositions (3 cas ou 4 cas) est d’environ 5% sur l’effort tranchant aux
appuis de la travée centrale (la décomposition en 4 cas est plus précise).
CNAM CCV109 – Béton armé 13

11.5. Calcul des efforts tranchants


Les efforts tranchants sont calculés en tenant compte des moments d’appuis évalués par la méthode
Caquot.

En général l’effort tranchant Vu est maximum sur appuis lorsque les travées qui encadrent l’appui
considéré sont chargées (voir remarque au paragraphe précédent).

1,35G+1,5QB 1,35G+1,5QB 1,35G +1,5 QB

travée i
Vw Ve
Me − Mw
 Effort tranchant sur l’appui de gauche de la travée i : Vw = Vo (0) +
l
Me − Mw
 Effort tranchant sur l’appui de droite de la travée i : Ve = Vo (l ) +
l
Me − Mw
 Effort tranchant le long de la travée i : Vu ( x ) = Vo ( x ) +
l

avec Vo(x) effort tranchant de la poutre considéré isolée (calcul isostatique) :

pl pl pl
 Pour une charge répartie : Vo ( x ) = − p.x , Vo (0) = , Vo ( l ) = −
2 2 2
P
Pb Pa
 Pour une charge ponctuelle : Vo (0) = , Vo ( l ) = −
l l a b

Quelque soit le chargement, l’équation de l’effort tranchant ainsi obtenue doit vérifier la
relation :
dM ( x )
= V ( x)
dx

11.6. Réactions d’appuis


Connaissant les efforts tranchants au droit des appuis intermédiaires, on peut en déduire facilement
les réactions d'appuis correspondantes :
 Soit Ri, la réaction d'appui à l'appui "i".
 "V'i+1" l'effort tranchant "gauche" de la travée i+1
 " V''i" l'effort tranchant "droit" de la travée i

On a : Ri = Vi+' 1 − Vi ''
CNAM CCV109 – Béton armé 14

11.7. Méthode de Caquot minorée.


La méthode de Caquot minorée s’applique pour les poutres supportant des charges d’exploitations
modérées (telles que décrites au chapitre de la méthode forfaitaire) mais dont le rapport des
longueurs de portée ne respecte pas les conditions de la méthode forfaitaire (ou si on a une inertie
variable le long d’une travée).

Dans ce cas, on applique la méthode de Caquot décrite précédemment en réduisant uniquement les
charges permanentes (pas de réduction sur les surcharges) d’un coefficient compris entre 1 et 1/3,
pour le calcul des moments sur appuis.

Pour le calcul des moments en travée, on considère la totalité des charges.


CNAM CCV109 – Béton armé 15

11.8. Exercice 1 poutre continue à 2 travées


Soit une poutre continue à 2 travées identiques chargées par des charges permanentes et
d’exploitation réparties

Calculer à l’ELU : Charges A l’E.L.U.


 Le moment maximum sur l’appui B
 Le moment maxi en travée le moment à mi- permanentes p = 1,35 g = 18 kN/m
portée de la travée AB.
 La courbe de moment le long de la poutre d’exploitation q = 1,5q B = 32 kN/m
totales q u = 1,35 g + 1,5q B = 50 kN/m

A B C

6,00 6,00

Portées fictives : l ' w = l ' e = 6,00

11.8.1. Moment maximum sur l’appui B

Le moment max sur l’appui B est calculé en chargeant les deux travées adjacentes :

A 6,00 B 6,00 C

On a donc :

 p w = p e = qu = 50 kN/m

p l ' + pe l ' e
3 3
qu l 2
 MB = − w w .  MB = − = −211.765KN .m
8,5(l ' w + l ' e ) 8,5

11.8.2. Moment en travée AB

Pour avoir le moment max sur la travée AB, on ne charge que cette travée :

A B C

Les moments d’appuis en A et C sont nuls car ce sont des appuis de rive.
CNAM CCV109 – Béton armé 16

On recalcule le moment sur l’appui B correspondant à ce chargement.

50,0 × 63 + 18,0 × 63
 MB = − = −144 KN .m
8,5(6 + 6)
 x x
Le moment en travée est défini par M ( x ) = M o ( x ) + M w 1 −  + M e . .
 l l

qu .l . x qu . x 2
Le moment isostatique vaut M o ( x) = −
2 2

50 × 6 50 144
Soit M ( x) = .x − .x ² − x = −25. x ² + 126 x
2 2 6
Moment à mi-travée :

En x=l/2, on a :
l l2
 M 0 (x = ) = q u = 225,0 kN.m
2 8

l M + Me 0 − 144
 M x (x = ) = M 0 + w = 225 + = 153kN .m
2 2 2
Moments maximal en travée AB

Pour déterminer l’abscisse où le moment est maximal, il nous faut déterminer le point ou l’effort
tranchant s’annule.

Me − Mw q .l
On a Vu ( x ) = Vo ( x ) + avec Vo ( x ) = u − qu . x
l 2

qu .l M − M w 50 × 6 144
 Vu ( x ) = − qu . x + e = − 50. x − = −50. x + 126
2 l 2 6
 V(x) = 0 pour x = 2,52 m.

Le moment max vaut donc


 M(x)= − 25. x ² + 126 x = −25 × 2,52² + 126 × 2,52 = 158,76 KN .m
CNAM CCV109 – Béton armé 17

11.9. Exercice 2 poutre continue à 3 travées

l1 l2 l3
A 6 B 7 C 6 D

1.35 g = 18 kN/m
1.35 g + 1.50 q = 50 kN/m

11.9.1. Recherche des moments sur appuis

 MA = MD = 0 appuis de rive

 MB = MC du fait de la symétrie de la poutre.

Les portées de calcul, pour la détermination des moments sur appuis, sont les suivantes :

A B C
l '1 = l 1 = 6 l ' 2 = 0,8l 2 = 5,60

On calcul les moments sur appuis pour les 3 scénarios de chargement :

1 Les deux travées chargées simultanément.

1,35g+1,5q 1,35g+1,5q

Pw l ' 1 + p e l ' 2 3 50 × 63 + 50 × 5,60 3


3
MB = − = − = −198,59 KN .m
8,5(l '1 + l ' 2 ) 8,5(6 + 5,6 )

ère
2 1 travée chargée uniquement.

1,35g+1,5q
1,35g

50 × 63 + 18 × 5,603
MB = − = −141,59 KN .m
8,5(6 + 5,6)
CNAM CCV109 – Béton armé 18

ème
3 2 travée chargée uniquement.

1,35g+ 1,50q
1,35g

18 × 63 + 50 × 5,603
MB = − = −128,49 KN .m
8,5(6 + 5,6)

On a donc les moments max suivant MB = MC = - 198,59 kN.m

11.9.2. Recherche des moments sur la travée 1

On cherche à déterminer les courbes enveloppes des moments de la travée 1 :

 x x
 M ( x ) = M o ( x ) + M w 1 −  + M e .
 l l
 M w = 0 et M E dépend des cas étudiés.
p.l . x p. x ²
 M 0 ( x) = −
2 2
p.l . x p. x ² x
 M ( x) = − + M e.
2 2 l
On détermine donc les courbes de moments pour les 3 cas étudiés précédemment, qui correspondent
à trois valeurs de moment différentes.

Cas 1 : M e = −198,59 KN .m

50 × 6 50 x 2 198,59
 M ( x) = .x − − x
2 2 6
 M ( x ) = 150 x − 25 x 2 − 33,10 x
 M ( x ) = 116,90 x − 25 x 2
o M ( x ) = 0 => x (116,90 − 25 x ) = 0 => x = 4,68m
 V ( x ) = 116,90 − 50 x
o V ( x ) = 0 pour x = 2,34m M max = M ( x = 2,34m ) = 136,66 KN .m
CNAM CCV109 – Béton armé 19

On a le diagramme suivant pour le moment de flexion :

- 198,59 kN.m

4,68

136,66 kN.m

Cas 2 : M e = −141,59 KN .m

50 × 6 50 x 2 141,59
 M ( x) = .x − − x
2 2 6
 M x= 150 x − 25 x 2 − 23,60 x
 M x = 126,40 x − 25 x 2
M ( x ) = 0 => x (126,40 − 25 x ) = 0 => x = 5,06m
o
 V x = 126,40 − 50 x
o V ( x ) = 0 pour x = 2,53m => M max = M ( x = 2,53m ) = 159,77 KN .m

On a le diagramme suivant pour le moment de flexion :

- 141,59 kN.m

5,06

159,77 kN.m
CNAM CCV109 – Béton armé 20

Cas 3 : M e = −128,49 KN .m (la travée 1 n’est chargée qu’avec 1,35 g)

18 × 6 18 x 2 128,49
 M ( x) = .x − − x
2 2 6
 M ( x ) = 54 x − 9 x 2 − 21,415 x
 M ( x ) = 32,585 x − 9 x 2
M ( x ) = 0 => x(32,585 − 9 x ) = 0 => x = 3,62m
o
 V x= 32,585 − 18 x
o V ( x ) = 0 pour x = 1,81m => M max = M ( x = 1,81m) = 29,49 KN .m

On a le diagramme suivant pour le moment de flexion :

- 128,49 kN.m

3,62

29,49 kN.m

11.9.3. Recherche des moments sur la travée 2

De la même façon, on veut déterminer les courbes enveloppes des moments de la travée 2 :
 x x
 M ( x ) = M o ( x ) + M w 1 −  + M e .
 l l
p.l . x p. x ²
 M 0 ( x) = −
2 2
 M w et M E dépendent des cas étudiés.
p.l . x p. x ²  x x
 M ( x) = − + M w 1 −  + M e.
2 2  l l

On détermine donc les courbes de moments pour les 3 cas étudiés précédemment, qui correspondent
à trois valeurs de moment différentes.
CNAM CCV109 – Béton armé 21

Cas 1 : M w = M e = −198,59 KN .m

50 × 7 50 x 2  x  198,59
 M ( x) = .x − − 198,591 −  − x
2 2  7 7
 M ( x ) = 175 x − 25 x − 198,59
2

o M ( x ) = 0 => x = 1,42m ou x = 5,57m


 V ( x ) = 175 − 50 x
o V ( x ) = 0 pour x = 3,50m M max = M ( x = 3,50m ) = 107,66 KN .m

On a le diagramme suivant pour le moment de flexion :

-198,59 kN.m

107,66 kN.m

Cas 2 : M w = M e = −141,59 KN .m (la travée est chargée avec 1,35g)

18 × 7 18 x 2  x  141,59
 M ( x) = .x − − 141,591 −  − x
2 2  7 7
 M ( x ) = 63 x − 9 x 2 − 141,59 + 20,23 x − 20,23 x
 M ( x ) = 63 x − 9 x 2 − 141,59
o M ( x ) = 0 => 63 x − 9 x − 141,59 = 0 => pas de solution réelle. Ce qui veut dire que
2

le moment ne change pas de signe. La travée est entièrement soulevée.


 V ( x ) = 63 − 18 x
o V ( x ) = 0 pour x = 3,50m M max = M ( x = 3,50 m) = −31,34 KN .m

-141,59 kN.m

-31,34 kN.m
CNAM CCV109 – Béton armé 22

Cas 3 : M w = M e = −128,49 KN .m

50 × 7 50 x 2  x  128,49
 M ( x) = .x − − 128,491 −  − x
2 2  7 7
 M ( x ) = 175 x − 25 x 2 − 128,49 + 18,36 x − 18,36 x

 M ( x ) = 175 x − 25 x 2 − 128,49
o M ( x ) = 0 => x = 0,833m ou x = 6,17m
 V ( x ) = 175 − 50 x
o V ( x ) = 0 pour x = 3,50m M max = M ( x = 3,50m ) = 177,76 KN .m

-128,49 kN.m

177,76 kN.m

Les moments de la travée 3 sont obtenus par symétrie de la travée 1.

11.9.4. Analyse détaillée de la travée 2.

Si on superpose toutes les courbes de moments obtenus précédemment, on a le schéma suivant :


CNAM CCV109 – Béton armé 23

Nous maintenant analyser de façon détaillée la travée 2 en partant des hypothèses suivantes :
 Section de la travée centrale : 25*60cm
 Béton B25 et acier Fe500.
 Hauteur utile : d=0.9h= 0.54m.

On cherche à calculer pour cette travée :


 Les armatures longitudinales inférieures.
 Les aciers de chapeaux.
 La longueur des barres en considérant les courbes de moments adéquates.

Armatures longitudinales inférieures

Pour le calcul de ces armatures, on prend compte la courbe de moment du cas III (qui donne le
moment max en travée) qui correspond au chargement de la travée centrale et au non-chargement
des travées adjacentes.

On a donc M u = 177.76 KN .m = 0.178MN .m .

On effectue à partir de cette valeur un dimensionnement en flexion simple :


 Hauteur utile : d=0,54m
Mu 0,178
 Calcul du moment réduit : µb = = = 0,172
bd ² Fbu 0,25 × 0,54² × 14,17

 Calcul de α : [ ] [ ]
α u = 1,25 1 − (1 − 2µb ) = 1,25 1 − (1 − 2 × 0,172) = 0,237
 Calcul du bras de levier zb : zb = d (1 − 0,4α ) = 0,54(1 − 0,4 × 0,237) = 0,489m
 Calcul de la section d’armatures :
Mu 0,178
o Au = = = 8,37.10− 4 m ² = 8,37cm²
zb Fed 0,489 × 434.78

On peut mettre en place 3HA16+3HA12= 6.03 + 3.39= 9.42 cm².

Aciers de chapeaux – travée 2

Pour le calcul des aciers sur appuis, on prend en compte le cas de chargement donnant le moment
maximum sur appui, à savoir le cas I : chargement des travées de part et d’autres de l’appui.

On a donc M u = 198.59 KN .m = 0.198MN .m

Le signe du moment n’a pas d’influence sur le dimensionnement en flexion simple mais indique
simplement que la fibre tendue est en partie supérieure de la poutre.

On effectue à partir de cette valeur un dimensionnement en flexion simple :


 Hauteur utile : d=0,54m
0,198
 µb = = 0,192
0,25 × 0,54² × 14,17

 [ ]
α u = 1,25 1 − (1 − 2 × 0,192) = 0,269
 zb = d (1 − 0,4α ) = 0,54(1 − 0,4 × 0,269) = 0,482m
0,198
 Au = = 9,45.10 − 4 m ² = 9,45cm ²
0,482 × 434.78

Vu le faible écart, on peut mettre en place 3HA16+3HA12= 6.03 + 3.39= 9.42 cm².
CNAM CCV109 – Béton armé 24

Arrêt des barres en fibre inférieure (travée)

Pour l’arrêt des barres des aciers inférieurs, on va utiliser la courbe de moments du cas III qui nous a
donné le moment max en travée.

Le calcul précédent en flexion simple nous a donné :


 M u = 0.178MN .m
 Un bras de levier de zb = 0.48m
 Une section d’acier réelle de 3HA16 + 3HA12.

On détermine ensuite le moment résistant de chaque lit :



er
1 lit – 3HA16 (6.03cm²) => M r1 = 6,03.10 −4 × 434,78 × 0,48 = 0,126 MN .m
 2
ème
lit – 3HA12 (3.39cm²) => M r 2 = 3,39.10 −4 × 434,78 × 0,48 = 0,071MN .m

On a bien M r1 + M r 2 = 0.197 MN .m > M u = 0.178MN .m .

L’équation du moment en travée 2 du cas III est : M ( x ) = 175 x − 25 x 2 − 128,49 .


ème
Pour connaitre l’abscisse à laquelle on doit arrêter le 2 lit, on chercher à déterminer x tel que M(x)=
0.126MN.m soit 126KN.m

On a donc :
 M ( x) = 175 x − 25 x 2 − 128,49 = 126
 175 x − 25 x 2 − 254,49 = 0 => x=2.06m et x=4.93m

A l’abscisse x=2.06m, il faut retrancher le décalage de la courbe de moment, soit 0.8h= 0.48m.
ème
Le 2 lit d’armature commence donc à x=2.06-0.48= 1.58m.
er
On vérifie ensuite qu’en projetant une perpendiculaire sur le 1 lit et en y ajoutant la longueur de
scellement (ls=50φ=50*1.2=60cm), on ne coupe pas la courbe de moment.

1er lit 3HA 16 Mru = 0,126 MNm

2.06

2eme lit 3HA12 Mru = 0,071 MNm

0.48 0.60

1.92
3.50
CNAM CCV109 – Béton armé 25

Arrêt des barres en fibre supérieure (sur appui)

Théoriquement, pour le calcul des longueurs d’aciers de chapeaux, on part de la courbe de moment
du cas II, à savoir le cas qui donne le point de moment nul le plus éloigné de l’appui, et donc la
longueur d’acier de chapeaux la plus importante (voir §11.4).

En analysant la courbe de moment, on se rend compte que le cas II correspond à une travée centrale
entièrement soulevée, c'est-à-dire que le moment sur appui ne s’annule pas le long de la travée. Pour
er
des raisons de simplification de ferraillage, on prolonge donc le 1 lit (3HA16) sur toute la longueur de
la travée, ce qui suffit largement à reprendre le moment de -31.34KN.m.
ème
Ensuite, on arrête le 2 lit (3HA12) par rapport à la courbe du cas II :
 M ( x ) = 63 x − 9 x 2 − 141,59
ème
Pour connaitre l’abscisse à laquelle on doit arrêter le 2 lit, on chercher à déterminer x tel que M(x)=
-0.126MN.m soit -126KN.m

On a donc :
 M ( x) = 63 x − 9 x 2 − 141,59 = −126
 63 x − 9 x 2 − 15,59 = 0 => x=0.26m et x=6.74m

A l’abscisse x=0.26m, il faut ajouter (car on décale en sens inverse par rapport au moment en travée)
le décalage de la courbe de moment, soit 0.8h= 0.48m.
ème
Le 2 lit d’armature se termine donc à x=0.26+0.48= 0.54m en considérant le cas II.

Faisons le même calcul en considérant le cas I :


 M ( x ) = 175 x − 25 x 2 − 198,59
 M ( x) = 175 x − 25 x 2 − 198,59 = −126
 M ( x) = 175 x − 25 x 2 − 72.59 = 0 => x= 0.44m
ème
Pour le cas I, le 2 lit doit donc s’arrêter à 0.44 + 0.48= 0.92m.

On se rend compte que dans le cas de notre exemple, c’est la courbe de moment du cas I (moment
ème
max sur appui) qui donne la longueur du 2 lit la plus importante. Cela vient du fait que la travée
centrale est entièrement soulevée sous le cas II, à savoir que le moment ne change pas de signe en
travée et reste toujours négatif.

Vous aimerez peut-être aussi