Vous êtes sur la page 1sur 4

afps-pdt 13/10/03 16:43 Page 3

Guide de la
conception parasismique
des bâtiments

Publié avec le soutien


du ministère de l’Écologie et du Développement Durable
(MEDD/DPPR/SDPRM)

© AFPS et Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-212-11347-1


07 chapitre 7.fm Page 53 Mardi, 7. octobre 2003 2:46 14

Contreventement 7
7.1 Stabilité des constructions vis-à-vis des charges latérales
Du point de vue de la stabilité sous charges horizontales (vent, séismes,…), on
distingue deux types de structures :
• structures autostables ou autocontreventées qui, de par leur conception vis-à-vis
des charges gravitaires, sont stables également sous l’action des charges horizon-
tales. C’est par exemple le cas des constructions comportant des portiques dans les
deux directions principales, ainsi que celui des structures dites « spatiales » ou
« tridimensionnelles » (coques, treillis 3D, structures gonflées, etc.) ;
• structures contreventées qui comportent un ensemble d’éléments de construc-
tion appelé contreventement, dans le but d’assurer la stabilité (et la rigidité) de
l’ouvrage vis-à-vis des charges horizontales.
Lorsque le contreventement d’une construction non autostable est absent ou
insuffisant, sa stabilité horizontale est compromise. L’insuffisance de contrevente-
ment a été souvent révélée par les séismes (fig. 7.1a,b).

7.2 Rôle et constitution du contreventement


Le contreventement a donc principalement pour objet :
• d’assurer la stabilité des constructions non autostables vis-à-vis des charges
horizontales (celle des structures autostables étant assurée intrinsèquement),
donc de transmettre ces charges jusqu’au sol ;
• de raidir les constructions, car les déformations excessives de la structure sont
source de dommages aux éléments non structuraux et à l’équipement.
Dans le cas d’une construction parasismique, le contreventement comporte obli-
gatoirement deux familles d’éléments :
• contreventement horizontal (diaphragme) ;
• contreventement vertical (murs, travées triangulées ou portiques).
07 chapitre 7.fm Page 54 Mardi, 7. octobre 2003 2:46 14

54 GUIDE AFPS DE LA CONCEPTION PARASISMIQUE DES BÂTIMENTS

a) Bâtiment dont le rez-


de-chaussée s’est effon-
dré en raison de l’absen-
ce de contreventement.
La stabilité de l’étage,
contreventé par des
tirants croisés, a été assu-
rée (séisme de Kobé, Ja-
pon, 17 janvier 1995)

b) Rupture des poteaux


sous l’effet de la charge
horizontale. La résistance
des portiques a été insuf-
fisante pour assurer la
stabilité (séisme de San
Fernando, Californie, 9
février 1971)

Fig. 7.1. – Dommages sismiques dus à l’absence ou à l’insuffisance du contreventement.

7.3 Diaphragmes

■ 7.3.1 Notion de diaphragme


Le diaphragme est un ouvrage plan rigide, horizontal ou incliné, assurant trois
fonctions principales.
1/ Transmettre les charges sismiques horizontales sur les éléments de contre-
ventement vertical (fig. 7.2).
La transmission des charges s’effectue par effet de poutre, car le diaphragme se
comporte comme une poutre située dans le plan des charges horizontales (fig. 7.3).
07 chapitre 7.fm Page 55 Mardi, 7. octobre 2003 2:46 14

Contreventement 55

Fig. 7.2. – Transmission des charges sismiques horizontales par les diaphragmes sur les murs de
contreventement (présentation schématique).

a) Effet de poutre b) Analogie avec une poutre

Fig. 7.3. – Fonctionnement d’un diaphragme : les charges horizontales sont transmises sur les élé-
ments de contreventement vertical qui, en résistant, produisent des réactions d’appui.

Afin de donner lieu à une distribution des charges favorable, il est hautement
souhaitable que les diaphragmes soient plus rigides dans leur plan que le contreven-
tement vertical. Néanmoins, les diaphragmes « flexibles », c’est-à-dire moins rigides
que le contreventement vertical, ne sont pas interdits. Mais cette situation peut
donner lieu à une répartition défavorable des charges sur les éléments verticaux.

2/ Raidir les bâtiments à la manière d’un couvercle de boîte (fig. 7.4). Le raidis-
sage vise à prévenir le déversement des éléments porteurs verticaux.

Fig. 7.4. – Effet


raidisseur des
diaphragmes.

Vous aimerez peut-être aussi