Vous êtes sur la page 1sur 16

‫السالم عليكن و رحوة هللا تعالى و بركاته‬

‫هرحبا بالجويع على قناتكن‬

Filière ‫فيديو خاص بالسنة الثانية‬


TS en Commerce

MODULE : LEGISLATION DU TRAVAIL

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


CH1 : Généralité sur la législation de travail
(LT)

1- Définition : la législation de travail est l’ensemble des règles


qui régissent les relations individuelles et collectives de travail
en ce qui concerne :
 Les droits et les obligations
 Le temps de travail
 Le temps de repos et des congés
 La rémunération
 L’hygiène
 La sécurité sociale (CNSS…)

2- Les sources de la LT :
Les règles de LT ont plusieurs sources :

a- Les sources législatives :

 La constitution : droite de travail, droit de la grève.

 La loi : code de travail élaboré par le parlement.

 Le règlement : application de la loi

 La jurisprudence : interprétation de la loi par les tribunaux.

b- Les sources professionnelles :

 Les conventions collectives


 Les usages : cotîmes de secteur
 Le règlement interne de l’entreprise
 Le contrat de vente.

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


c- les sources externes :

 Règles de l’OIT : Organisation Internationale de Travail.


 Règles de l’OAT : Organisation Arabe de Travail.

3- Le champ d’application de la LT

 Aux personnes liées par en contrat de vente.


 Aux les entreprise industrielles, commerciales, artisanales
et de services.
 Aux établissements publics à caractères commercial et
industriels.
 Aux coopératives et associations.
 Aux professions libérales.

4- Les droits et les obligations des parties

Le travailleur doit :
Fournir le travail
Respecter le règlement intérieur
Sauvegarder les biens de l’entreprise
Ne pas divulgué le secret professionnel

L’employeur doit :
Rémunérer la prestation de travail
Sauvegarder la santé et la sécurité du travailleur
Appliquer le droit de travail

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


CH2 : le contrat de travail (CT)

1- Définition : le contrat de travail est une convention liant un


employeur et un travailleur en contrepartie de la
rémunération.

2- Les caractéristiques du CT :

 Contrat consensuel : accord de volonté des parties.


 Contrat synallagmatique : engagement réciproque des deux
parties.
 Contrat à titre onéreux : avantageux pour les deux parties.
 Contrat gré à gré : les conditions de contrat sont librement
discutées.

3- Les types de contrat de travail

On distingue trois types de contrat de travail : le contrat de

travail à durée indéterminée, le contrat de travail à durée


déterminée et le contrat de travail temporaire.

A- Le contrat de travail à durée indéterminée (CDI)

<< Est la forme normale de contrat de travail >>. C’est donc


la norme, les autres solutions qui s’offrent aux salariés et
aux recruteurs se doivent d’être temporaire ou
correspondre à une situation particulière prévue par la loi.

La principale propriété du CDI et de ne pas avoir de terme.


Les contractants s’engagent à respecter les clauses du

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


contrat mais peuvent y mettre un terme sous condition de
préavis.

B- Le contrat de travail à durée déterminée (CDD)

Conclut dans les cas fixés par la loi.

 Lancement d’un nouveau produit


 Activités occasionnelle
 Augmentation temporaire de l’activité
 Remplacement d’un salarie par un autre en cas
d’absence temporaire sauf grève
 Durée 1 an renouvelable une seule fois.

C- Le contrat de travail temporaire (CTT)

Le contrat de travail temporaire est un contrat de


travail liant un salarié à une entreprise de travail
temporaire.

Une entreprise de travail temporaire est une entreprise dont


l'activité exclusive est de mettre provisoirement
des salariés, qu'elle embauche, à disposition d'entreprises
qui utilisent ces salariés.

4- Les périodes d’essaies

Pour le CDI :
Selon le statut de l’employé

 Cadre : 3 mois

 Employé : 1.5 mois

 Ouvrier : 15 jrs

NB : renouvelable une seule fois.

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


Pour CDD :

 En cas de CDD < 6 mois = 1 jrs par semaine limitée à 2


semaine.
 En cas CDD > 6 mois = 1 mois par les cadre.

5- La validité de contrat de travail


Le contrat de travail est formé cas qu’il remplit les

conditions de forme et de fond.

1) Les conditions de forme :

Pour CDI : n’est pas obligatoire.

L’écrit :
Pour CDD : obligatoire.

Le contenu : toutes les clauses sauf celles contraires à

la loi, à ordre public et aux bonnes mœurs.

2) Les conditions de fond :

 Capacité : majorité + capacité mentale

 Consentement : libertés de contracter

 Objet licite : le travail encore doit être licite.

 Cause licite : le résultat de travail doit être licite.

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


CH3 : la cessation du contrat de travail

Cessation : arrêt provisoire ou définitive du CT par décision

de l’employeur ou de l’employé.

I- Cessation provisoire (la suspension)

 Pour décision de l’employeur :

 Arrêt provisoire
 Sanction
 Fermeture temporaire de l’entreprise

 Pour décision de l’employé :

 grève
 maladie
 congé

II- Cessation définitive (licenciement)

1) Le licenciement individuel : c’est la rupture définitive du CT


pour cause valable ou non valable.

a- Licenciement valable = fautes graves, vol, absence


répétitive, insultes…

Les conséquences :

Pas d’indemnités de licenciement


Pas de délai de préavis
Attestation de travail
Solde de tout compte

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


b- Le licenciement non valable (abusif) = c’est la rupture
de CT sans délai de préavis, ni juste motif.

Les conséquences :

Indemnités de licenciement Solde de tout compte

Attestation de travail

c- Indemnité de licenciement
 0-5 ans = 96 h
 6-10 ans = 144 h
 11-15 ans = 192h
 +15 ans = 240h

2) Licenciement collectif
Arrêt de travail de plusieurs salariés à la fois.

Il n’est valable que sur autorisation du gouverneur.

L’employeur doit :

Négocier avec les salariés et leur syndicat.

Présenter au gouverneur la demande de licenciement plus les


motifs économiques et financiers.

Les conséquences de licenciement collectif :

Indemnités de licenciement
Préavis de licenciement
Solde de tout compte
Attestation de travail

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


3) La démission :

C’est la décision d’arrêt du CT par le salarié, cette décision doit


être par écrit légalisée par voie recommandé.

Les conséquences :

Préavis de démission (même duré que licenciement) en


faveur de l’employeur.

 Droit de salarié démissionnaire :

Attestation de travail
Solde de tout compte

CH4 : la règlementation du travail

1) DUREE DU TRAVAIL

Dans les établissements industriels et commerciaux, la durée


du travail effective des ouvriers et employés de tous âges et
sexe ne peut excéder 8 heures par jour ou 48 heures par
semaine.

Pour les heures supplémentaires les salaires doivent être


majorés de 25 % entre 5H et 22 H un jour ouvrable, et de 50%
entre 22 H et 5 H; le jour de repos hebdomadaire, ces
majorations sont portées à 50% et 100 %.

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


2) LES CONGES
Tout travailleur a droit à un congé après six mois de travail,
continus et effectifs.

Le droit au congé payé est calculé sur la base d'un jour et demi
ouvrable par mois de service (deux jours ouvrables par mois de
service effectifs pour les travailleurs âgés de moins de 18 ans).

L'ancienneté dans un établissement ou chez le même employeur


donne droit à un jour et demi ou 2 jours de congés
supplémentaires par période de 5 années de service.

Repos hebdomadaire : Doit avoir une durée minimum de 24 H


consécutives pour tout le personnel d'un même établissement.

Jours fériés :

11 Janvier (Manifeste de l'Indépendance)


30 Juillet (Fête du Trône)
1er Mai (Fête du Travail)
23 Mai (Fête nationale)
14 Août (Journée Oued Ed-Dahab)
20 Août (Révolution du Roi et du Peuple)
21 Août (fête de la jeunesse)
6 Novembre (Al Massira Al Khadra)
18 Novembre (Fête de l'Indépendance)
1er Moharrem, Aïd El Fitre, Aïd El Adha, Aïd El Mawlid
Annabaoui

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


3) SECURITE SOCIALE
Tout employeur est tenu de procéder à son affiliation à la Caisse
Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), ainsi qu'à l'immatriculation
de ses salariés et apprentis à la caisse.

Le taux de cotisation dû à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale


est les suivants à partir du 1er mars 1995 :

 Pour les prestations familiales, le taux de cotisation est de


8,87% à la charge de l'employeur, calculé sur le salaire brut
mensuel du salarié.
 Pour les prestations à court terme, le taux de cotisation est
de 0,66% dont 0,44% à la charge de l'employeur et 0,22% à
la charge du salarié.
 Pour les prestations à long terme, le taux de cotisation est
de 9,12% dont 6,08% à la charge de l'employeur et de 3,04%
à la charge du salarié.
 Pour les prestations à court et long terme, la cotisation est
calculée sur la base d'un salaire plafonné à 5000 Dirhams.
 S'agissant de la formation professionnelle la cotisation est
de 1,6% sur le salaire brut.

4) RAPPORT EMPLOYEUR-EMPLOYE

La législation marocaine reconnaît aux travailleurs le droit de se


grouper en syndicat pour la défense de leurs intérêts
professionnels.

Les litiges individuels relatifs à l'exécution du contrat de travail


sont réglés par les tribunaux sociaux.

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


5) ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES
PROFESSIONNELLES

Sont considérés comme accidents de travail les accidents


survenus par le fait, ou à l'occasion du travail et les accidents qui
se produisent en cours du trajet d'aller et retour au travail.

L'employeur est tenu :

 De déclarer l'accident dans les 48 heures.


 De verser une indemnité journalière à la victime pendant
son incapacité temporaire qui est égale à la moitié du
salaire pour les 28 jours qui suivent l'accident et au deux
tiers (2/3) à partir du 29ème jour.
 En celui concerne les maladies professionnelles, le
travailleur atteint d'une maladie professionnelle bénéficie
des avantages fixés par la législation, sur les accidents du
travail.

6) MEDECINE DU TRAVAIL

 Les établissements industriels et commerciaux occupant


plus de 50 salariés, sont tenus d'organiser des services
médicaux du travail. Ce service médical du travail est
également imposé à tous les établissements occupant
moins de 50 travailleurs lorsque leur activité peut être à
l'origine d'une maladie professionnelle.

 Les frais de ce service médical sont à la charge de


l'employeur.

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


CH5 : salaires et charges sociale

Il est librement débattu entre employeur et salarié, mais il ne peut


être inférieur, selon les secteurs d'activité :
 Au Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti
(SMIG:8,78DH/H à partir de juillet 2000),
 Au Salaire Agricole Garanti (SMAG 41,36 DH/jour à partir de
juillet 1996).
 Tous les travailleurs doivent percevoir, en sus de leur
salaire, une prime d'ancienneté de:
 5 % du salaire après 2 ans de service continus ou non dans
le même établissement ou chez le même employeur 10 %
après 5 ans de service.

« Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti » applicable à compter


du 1er juillet 2000 est de : 8,78 DH/l'heure. (Source : BO n° 4808 bis
du 29 juin 2000)

8 heures/jour, 48 heures/semaines, 2496 heures/an.


Heures supplémentaires : salaires majorés de
 25% entre 5 h du matin et 22 h.
 50% entre 22 h et 5 h.

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


Les taux sont doublés les jours de repos et les jours fériés.
Selon la réglementation du travail, le personnel a le droit à un
repos hebdomadaire d'une durée minimale de 24 heures
consécutives. (Source : Petit précis de législation marocaine du travail
et de la prévoyance sociale du Ministère du Travail).

Les salaires sont débattus librement entre employeurs et


employés.

 Manœuvre non spécialisé : 8,78-9,35 DH/heure.


 Ouvrier spécialisé : 9,30-10,45 DH/heure.
 Ouvrier semi-qualifié : 10,40-10,83 DH/heure.
 Ouvrier qualifié : 12,04-12,98 DH/heure.
 Chef d'équipe : 14,85-16,77 DH/heure.
 Contremaître : 2 750-3 630 DH/mois.
 Ingénieurs et cadres : 6 600-11 000 DH/mois.

A ces coûts de salaires, variables selon les branches d'industrie,


s'ajoutent les charges sociales.

Ces dernières sont de l'ordre de 17% de la rémunération brute


mensuelle.

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE


Taxe de formation professionnelle : 1,6 % sur le salaire brut
Cotisation à la CNSS:

 Prestations familiales : 8,87 % sur le salaire brut mensuel


 Prestations à court terme : 0,44 %
 Prestations à long terme : 6,08 %

Les cotisations prévues pour les prestations à court et à long


terme sont calculées sur la base d'un salaire brut mensuel
plafonné à 5.000 Dirhams. (Source : BO n° 3870 bis du 31.12.86 /BO n°

4188 du 03.02.93).

Congés annuels payés:

 1 jour et demi-ouvrable par mois / 2 jours par mois pour les


ouvriers âgés de moins de 18 ans.

 Jours fériés légaux : 13 jours chômés et payés.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

(Source : Petit précis de législation marocaine du travail et de prévoyance

sociale du ministère du travail / BO n° 4796 du 18 mai 2000).

FIN

BON COURAGE
Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE
Compte FACEBOOK / ‫حسابي الفيسبوك‬

https://web.facebook.com/ZiriiMohamed

Compte INSTAGRAM / ‫حسابي االنستغرام‬

https://www.instagram.com/Ziri_med1

TWITTER /‫حسابي تويتر‬

https://twitter.com/Mohammed_Ziri

PAGE FECEBOOK ‫انضم لصفحتنا على الفيسبوك‬

https://web.facebook.com/AJITAFHAMLCOMMERCE

Résumé par : Mr Ziri Mohamed _ AJI TAFHAM L’COMMERCE