Vous êtes sur la page 1sur 7

DIMENSIONNEMENT D’UNE

STRUCTURE METALLIQUE
SERVANT DE SUPPORT POUR
PANNEAUX SOLAIRES :
NOTE DE CALCUL

Réalisé par :
 WATSOP Piankeu Noël élève ingénieur
 METCHEKA KENGNE Igor élève ingénieur
 NOHONET NEGOUE Judicaël élève ingénieur

Vérifié par :
 YIGA BOUMSSONG Camille Ingénieur polytechnicien
PRESENTATION DU PROJET
Le projet consiste à dimensionner une structure métallique pouvant supporter des
panneaux solaires : calcul et vérification des différents éléments de la structure.
1. Hypothèses de l’étude
 Matériau : Acier S235
 Plan de structure :
 Caractéristiques des panneaux solaires : 16 panneaux de 1.68 ×1 m.
Chaque panneau a un poids de 19 K g , et ils sont repartis sur la structure métallique
sous forme de réseau rectangulaire.
On négligera l’action du vent.
2. Calcul et vérifications des éléments
2.1. Calcul des pannes
La panne ici est l’élément sur lequel repose les panneaux. Pour un montage aisé des
panneaux, nous utiliserons les profilés de type cornière pour nos pannes.
 Modélisation de la panne

mg 19 ×10
F= = =113,1 N /m
L 1,68
 Réactions aux appuis

X A =0

{ Fl
Y A=Y B= =95,004 N
2

 Diagrammes des moments fléchissant (DMF)

F x2 0 si x=0
Mf =
−Fx
2
+Y A=Y A −
2 {
= −39,9 si x=0,84
0 si x =1,68
 Sections possibles (Catalogue Acelor) : calcul de la section en résistance
Les sections doivent vérifier la condition de résistance suivante :
R e Re =235 MPa
σ≤
s { s=6

|M fy| Re |M fy| s
σ= ≤ ⟺W pl, y ≥ ×103
W pl , y s Re
39,9 ×6
⟺ W pl , y ≥ ×103
235

W pl , y ≥ 1,018× 103 mm3

D’après le catalogue Acelor, les sections qui répondent à cette condition sont :
Section Moment résistant (×10 3 mm3 ) Moment d’inertie (×10 4 mm4 )
L 35× 35× 4 1,18 2,95
L 35× 35× 5 1,45 3,56
L 40 × 40× 4 1,55 4,47
L 40 × 40× 5 1,91 5,43

 Vérification en rigidité
Ici on utilisera la condition :
l 168
| y max|≤ 200 = 200 =0,84 cm=8,4 mm

5 F l4
y max =
384 E I y
4
5 × 113,1 ×10−3 × ( 1,68 ×10 3 ) 5586,2352
y max = =
384 × 2,1× 106 × I y Iy

Pour la section L 35× 35× 4, y max =0,189 mm<8,4 mm, donc elle vérifie la condition
rigidité.
La section L 35× 35× 4 peut donc être choisie comme section de notre panne.
2.2. Calcul des arbalétriers
Les arbalétriers supportent la charge (poids) des pannes et celle des pannes. Pour une
section optimale, on dimensionnera un arbalétrier intermédiaire. Pour une optimisation des
couts, on utilisera des tubes carrés laminés à chaud.
 Modélisation
La= √ 42 +1.422=4,24 m

P1=( C panneaux + C pannes ) La

P1=[ ( m panneaux +m pannes ) g ] La

P 1=
[ ( 4 × 19+5 ×3,51 ) × 10 ] P =220,636 N /m
1
4,24
 DMF (fait sur RDM6)

Y A=456,75 N

{ Y B=478,75 N
M A =−307,64 N . m

 Sections possibles (Catalogue T.S. MS.) : calcul de la section en résistance


Les sections doivent vérifier la condition de résistance suivante :
R e Re =235 MPa
σ≤
s { s=6

|M fy| Re |M fy| s
σ= ≤ ⟺W pl, y ≥ ×103
W pl , y s Re
307,64 × 6
⟺ W pl , y ≥ × 103
235

⟺ W pl , y ≥ 7,85× 103 mm3

W pl , y ≥ 7,85 cm3

D’après le catalogue T.S. MS., les sections qui répondent à cette condition sont :
Section Moment résistant (×10 3 mm3 ) Moment d’inertie (×10 4 mm4 )
TCAR 50 ×50 3 8,20 20,5
3,2 8,62 21,6
4 10,20 25,5
5 11,90 29,6

 Vérification en rigidité
Ici on utilisera la condition :
l 424
| y max|≤ 200 = 200 =2,12cm=21,2mm

P1 l 4
y max =
185 E I y
4
220,636× 10−3 × ( 4,24 ×103 ) 183547,62
y max = =
185 ×2,1 ×106 × I y Iy

Pour la section TCAR 50 ×50 ×3, y max =0,89 mm<21,2 mm, donc elle vérifie la
condition rigidité.
La section TCAR 50 ×50 ×3 peut donc être choisie comme section de notre arbalétrier.
2.3. Calcul des poteaux
Les poteaux sont calculés à partir des réactions aux appuis déterminés dans le calcul
des arbalétriers. Le poteau étant sollicités en compression axiale, nous allons dimensionner le
poteau le plus chargé et vérifier la section obtenue sur le poteau le moins chargé.
 Calcul du poteau le plus chargé

La poutre étant sollicité en compression, la section du


poteau doit satisfaire la condition :
A f y f =235 N /m m2
N sd ≤ N c , Rd=
γM0 {
y
γ M 0=1,0

De la condition ci-dessus, on a :


N sd γ M 0 478,75 ×1
A≥ ⟺A≥
fy 235

A ≥ 0,02C m2
D’après le catalogue T.S. MS., les sections qui répondent à cette condition sont :
sections Aire (C m2)
TCAR 20 ×20 × 3 1,42
TCAR 25 ×25 × 3 1,82
TCAR 30 ×30 × 3 2,72
TCAR 40× 40 ×3 3,72
TCAR 50 ×50 ×3 5,60
TCAR 60 × 60× 3 6,80
Pour de raisons constructives, on prendra la section du poteau soit TCAR 50 ×50 ×3,
soit TCAR 60 × 60× 3.
 Vérification au flambement
o Longueur de flambement
Lf =0,7 L0=0,7× 0,44=0,308 m=30,8 cm

o Calcul de l’élancement

λ=max ( λ́ y , λ´z )

λ λ
λ´ y = y √ β α et λ́ z= z √ β α
λ1 λ1

Lf 235
λ y =λ z=
i
λ1=93,9 ε avec ε=

fy
=1

Le tableau suivant présente le calcul de l’élancement pour les sections choisies :


Section i λ y =λ z λ= λ´ y = λ́ z
TCAR 50 ×50 ×3 1,91 16,12 0,17
TCAR 60 × 60× 3 2,32 13,27 0,14
Quelques soit la section choisi (tableau ci-dessus), λ< 0,2, donc on n’a pas besoin de
vérifier ce poteau au flambement. Pour des restrictions constructives et un assemblage aisé,
on prendra TCAR 60 × 60× 3 comme section des poteaux.
 Vérification de la section obtenue sur le poteau le moins chargé
o Longueur de flambement
Lf =0,5 L0=0,5 ×1,86=0,93 m=93 cm

o Calcul de l’élancement
Lf 93 λ 40,086
λ= = =40,086 ⟺ λ́= √ β α = ×1=0,42>0,2
i 2,32 λ1 93,9

λ́> 0,2, donc le poteau doit être vérifié au flambement.


o Courbe de flambement

Pour un tube carré laminé à chaud, la courbe de


flambement est (a) et le facteur d’imperfection est α =0,21.
o Coefficient de flambement χ ( χ ≤1)
2
ϕ=0,5 [ 1+α ( λ́−0,2 ) + λ́ ]
ϕ=0,5 [ 1+0,21 × ( 0,42−0,2 )+ 0,422 ] ϕ=0,611
1 1
χ= =
( ϕ+ √ ϕ2− λ́2 ) ( 0,611+ √0,611 2−0,422 )
χ =0,948<1

o Vérification de la condition de flambement ( N sd 1 ≤ N b , Rd)


N sd 1 =456,75 N

χ β α A f y 0,948× 1× 680× 235


N b , Rd = = N b ,Rd =137,72 KN
γM1 1,1
N sd 1 ≤ N b , Rd, donc pour la section TCAR 60 × 60× 3, le poteau est stable pour le
flambement.
2.4. Calcul des contreventements
Pour des restrictions constructives, on prendra la section L 40 × 40× 4.