Vous êtes sur la page 1sur 126

Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

REMERCIEMENTS

NOUS TENONS A EXPRIMER NOS PROFONDE GRATITUDE A NOTRE

ENCADREUR MONSIEUR GUERMAZI SLIM, POUR NOUS AVOIR

ENCADRE AVEC SON EXTREME BIENVEILLANCE, SON SOUTIEN ET

SES DIRECTIVES TECHNIQUES DURANT L’ELABORATION DE CE

PROJET DE FIN D’ETUDE .

NOTRE REMERCIEMENT S’ADRESSE EGALEMENT A, MONSIEUR

KECHICH AHMED, RESPONSABLE DU BUREAU D’ETUDES , POUR


NOUS AVOIR FOURNI LES DONNEES NECESSAIRES A

L’ELABORATION DE CE PROJET,

ET ENFIN, NOUS NE POUVONS PAS ACHEVER SES LIGNES SANS

ADRESSER NOS VIFS REMERCIEMENTS A TOUS NOS

ENSEIGNANTS DE L’ECOLE POLYTECHNIQUE DE SOUSSE

AUXQUELS NOUS DEVONS NOTRE FORMATION.

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


1
Table des matières

INTRODUCTION......................................................................................................................6
Chapitre I : Description architecturale...............................................................7
& conception structurale:..................................................................................................7
1- Introduction :......................................................................................................................7
2- Description architecturale du projet :.................................................................................7
3- Conception structurale du projet :......................................................................................7
3-1- Critères de choix:...............................................................................................7
3-2- Etapes de la conception structurale:.................................................................8
Chapitre II : Caractéristiques des matériaux...............................................10
& Hypothèses de calcul:..................................................................................................10
1- Introduction :....................................................................................................................10
2- Caractéristiques du béton :...............................................................................................10
3- Caractéristiques des aciers :..............................................................................................11
4- Hypothèses de calcul :......................................................................................................12
Chapitre III : Evaluation des charges sur les planchers........................13
1- Introduction :....................................................................................................................13
2- Charges permanentes :......................................................................................................13
3- Charges d'exploitation :....................................................................................................15
Chapitre IV : POUTRES:..............................................................................................16
1- Introduction :....................................................................................................................16
2- Données de calcul de la poutre :.......................................................................................16
2-1- Pré-dimensionnement de la section de la poutre :...........................................16
3- Calcul des sollicitations:...................................................................................................18
3-1- Choix de la méthode de calcul :.......................................................................18
3-2- Calcul des moments sur les appuis:.................................................................18
3-3- Calcul des moments en travées:.......................................................................20
3-3-1 moment maximal en travées:.........................................................................20
4-Calcul des efforts tranchants:............................................................................................21
5- Calcul de ferraillage de la poutre:.....................................................................................22
5-1- Calcul des armatures longitudinales:...............................................................22
5-1-1- Calcul des armatures longitudinales en travées:...........................................22
5-1-2- Calcul des armatures longitudinales sur appuis:..........................................24
5-2- Calcul des armatures transversales:.................................................................25
5-3- Vérification de la flèche:..................................................................................27
5-3-1-Dispenses de vérification:..............................................................................27
Chapitre V : PORTIQUES....................................................................................................29
1- Introduction :....................................................................................................................29
2- Calcul des sollicitations:...................................................................................................30
3- Dimensionnement:............................................................................................................31
3-1- Armatures longitudinales :...............................................................................31
3-1-1-Dimensionnement des traverses :..................................................................31
3-1-2-Dimensionnement des consoles :...................................................................40
3-1-3-Dimensionnement des poteaux :....................................................................40
3-2-Les armatures transversales :............................................................................47
3-3- Armatures de peau :.........................................................................................49
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

3-4- Vérification de la flèche :.................................................................................50


3-4-1-Dispenses de vérification:..............................................................................50
Chapitre VI : POTEAUX:.....................................................................................................52
1- Introduction :....................................................................................................................52
2- Evaluation des charges :...................................................................................................52
3- Pré-dimensionnement :.....................................................................................................52
4- Tableau récapitulatif des semelles sous poteaux :............................................................55
Chapitre VII : SEMELLES:..................................................................................................56
1- Calcul de la semelle :........................................................................................................56
2- Tableau récapitulatif des semelles sous poteaux :............................................................59
Chapitre VIII : Escalier:........................................................................................................60
1- Introduction :....................................................................................................................60
2- Dimensionnement :...........................................................................................................62
3- Calcul des moments :........................................................................................................63
4- Calcul de ferraillage :.......................................................................................................63
4-1- Armatures longitudinales :...............................................................................63
4-2- Armatures transversales :.................................................................................64
4-3- Vérification a l'ELS :.......................................................................................64
4-4- Vérification de cisaillement :...........................................................................65
Chapitre IX : Etude de correction acoustique....................................................................66
1-Introduction:......................................................................................................................66
2-Etude acoustique:...............................................................................................................66
2-1-Caractéristiques de la salle:...............................................................................66
2-2-Vérification du temps de réverbération:...........................................................66
2-2-Air d'absorption minimale pour la correction acoustique:................................67
Chapitre X: Calcul d’une nervure :......................................................................................68
1-Introduction:......................................................................................................................68
2-Pré-dimensionnement de la section de la nervure:............................................................68
2-1-Evaluation des charges:....................................................................................68
3-CALCUL DES SOLLICITATIONS.................................................................................69
3-1- Choix de la méthode de calcul.........................................................................69
3-2Moments fléchissant dans les travées de référence:...........................................69
3-3 Moments fléchissant maximaux sur appuis:....................................................69
3-3Moments fléchissant maximaux en travées:......................................................70
3-4- Efforts tranchants maximaux:..........................................................................72
3-5- Récapitulation des sollicitations maximales :..................................................72
4-Calcul de feraillage de la nervure :....................................................................................73
4-1- Calcul des armatures longitudinales:...............................................................73
4-2- Calcul des armatures transversales:.................................................................76
5- VÉRIFICATION DE LA FLÈCHE :...............................................................................80
Chapitre XI: Fondations profondes......................................................................................84
1-Conception des fondations................................................................................................84
2-Mode et Principe de Fondation:........................................................................................90
3-Les fondations profondes:.................................................................................................91
3-1-Classification des fondations profondes...........................................................91
4-1-Combinaisons de calcul:...................................................................................97
4-2-CHARGE ADMISSIBLE D’UN PIEU :.......................................................98
4-4-CHARGE ADMISSIBLE :............................................................................103
4-5-CHOIX DES PIEUX :....................................................................................105
4-6-FERRAILLAGE DES PIEUX:.......................................................................105

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


3
5-SEMELLES EN TETES DES PIEUX:...........................................................................107
5-1-Exemple de calcul :.........................................................................................109
ANNEXES..............................................................................................................................110
Conclusions.............................................................................................................................122

Liste des tableaux


Tab 1: Charges permanentes sur plancher intermédiaire (16+5).....................................13
Tab 2: Charges permanentes sur plancher intermédiaire (19+6).....................................14
Tab 3: Charges permanentes sur plancher terrasse (16+5)..............................................14
Tab 4: Charges permanentes sur plancher terrasse (16+5)..............................................15
Tab 5: Charges d'exploitation..........................................................................................15
Tab 6: Hauteurs minimales des travées...........................................................................17
Tab 7: Tableau des moments sur appuis à L’ELU..........................................................20
Tab 8: Tableau des moments sur appuis à L’ELS...........................................................20
Tab 9: Tableau des moments maximaux en travées à L’ELU.........................................21
Tab 10: Tableau des moments maximaux en travées à L’ELS.......................................21
Tab 11: Efforts tranchants maximaux............................................................................22
Tab 12 :Tableau des armatures longitudinales en travées..............................................24
Tab 13: Tableau des armatures longitudinales sur appuis...........................................25
Tab 14: Tableau des armatures transversales pour les travées........................................27
Tableau 15: Vérification de la flèche..............................................................................29
Tab 16: Sollicitations dans la portique Bi-encastrée.......................................................30
Tableau 17: Sollicitations dans la portique Bi-articulée..................................................31
Tab 18: Valeurs des efforts tranchants dans la traverse supérieure.................................31
Tab 19 : Armatures longitudinales des traverses.............................................................40
Tab 20: Armatures longitudinales des consoles..............................................................40
Tab 21: Armatures longitudinales des poteaux...............................................................46
Tab 22: Armatures transversales de la portique.............................................................49
Tab 23: Tableau des Poteaux...........................................................................................55
Tab 24: Tableau des semelles..........................................................................................59
Tab 25: Les charges a l'ELU et a l'ELS sur la volée de l'escalier....................................63
Tableau 26: Sollicitation de l'escalier..............................................................................63
Tab 27: Calcul de l'air d'absorption.................................................................................67
Tab 28: Moments maximaux en travées de référence.....................................................69
Tab29 Moments fléchissant maximaux sur appuis.......................................................70
Tab 30: Moments maximaux en travées..........................................................................71
Tab 31:Sollicitations........................................................................................................72
Tab 32: Tableau récapitulatif des armatures longitudinales de la nervure....................75
Tab 33: Tableau récapitulatif des armatures transversales de la nervure........................78
Tableau 34 Charge limite de pointe Qp: SP1................................................................100
Tableau 35: Charge limite de pointe Qp: SP2...............................................................100
Tableau 36 Charge limite de frottement latérale Qs: SP1 et SP2..................................101
Tableau 37: Charge limite Ql(t) SP1.............................................................................102
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Tableau 38: Charge LIMITE Ql(t) SP2.........................................................................102


Tableau 39: Charge admissible Qadm(t) à l’ELU........................................................103
Tableau 40: Charge admissible Qadm(t) à l’ELS..........................................................103
Tab 41:effort normal max appliquble sur≤ pieua l ' ELS...............................................104
Tableau 42: Choix des pieux.........................................................................................105
Tableau 43:Disposition constructives............................................................................106
Tableau 44: ferraillages des pieux.................................................................................107
Tableau 45:Exemple decalcul........................................................................................109
Liste des figures
Fig 1: Position de la poutre............................................................................................16
Fig 2: Schéma de calcul définitif de la poutre...............................................................17
Fig 3: Combinaisons des charges...................................................................................19
Figure 4: Positon du poteau...........................................................................................52
Fig 5: Section droite du poteau.......................................................................................54
Fig 6: Dimensions de la semelle.....................................................................................56
Fig 7: Ferraillage de al semelle.....................................................................................59
Fig 8: Terminologie de l’escalier...................................................................................60
Fig 9: Modèle de calcul de l'escalier..............................................................................62
Fig 10: Schéma de ferraillage de l'escalier....................................................................65
Fig 11: Section transversale de la nervure.....................................................................68
Fig 12: dimensions de la nervure...................................................................................73
Fig 13: schéma................................................................................................................74
Fig 14: Travée 1..............................................................................................................76
Fig 15: schéma................................................................................................................98
Figure 16: semelle a la tête du pieu..............................................................................107
Figure 17: Semelle sur pieu..........................................................................................108
Figure 18: stratification du sol selon la pression limite nette Pl* : SP1.....................112

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


5
INTRODUCTION

Le projet de fin d’étude est l’accomplissement d’une formation théorique qui


nous a permis d’appliquer les connaissances acquises dans les différentes
disciplines pour l’élaboration d’un projet réel d’ingénierie.

Dans ce cadre, on propose l’étude en béton armé de la superstructure et


l'infrastructure d’un immeuble RDC + 4 étages situé à Kairouan.

Nous avons passé la période du stage au sein du bureau d’études AHMED KECHICHE
situé a Sousse, Il est dirigé par l'ingénieur conseil agrée structure Mr Ahmed kechiche .
il intervient dans toutes les phases d'un projet BTP a savoir l'étude de conception: béton
armée, charpente métallique, VRD, pilotage et suivi des travaux .
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Chapitre I : Description architecturale


& conception structurale:

1- Introduction :
Dans ce chapitre on décrit en première étape l’architecture du projet afin
d’éclaircir la fonctionnalité et la répartition des différents espaces adoptés, puis on
présente dans une deuxième étape la conception structurale du projet.

2- Description architecturale du projet :


L’immeuble à étudier, est situé à Kairouan. Sa superficie est d’environ 1100 m 2 et
de hauteur 20.75 m. Il est divisé en deux Joints:

 Le premier joint est composé d’un rez-de-chaussée et de trois étages:

*Le RDC est un grand surface commercial, sa superficie est d'environ 550 m² et
sa hauteur est 4m.

*Le 1er étage est une grande salle de hauteur 6m et une superficie d'environ 550
m² destiné pour les fêtes. Pour éliminé les poteaux au milieux de la salle on a choisit le
système des portiques a la place de système poutres-poteaux.

*Le 2ème et le 3ème étages sont destinées à des bureaux à usage public. Chacun de
ces étages s’étend sur une superficie d’environ 550 m2 et a une hauteur sous plafond de
3.1 m.

 Le deuxième joint est composé d’un rez-de-chaussée et de quatre étages:

*Le RDC est d'une superficie d'environ 550 m² et de hauteur égale a 4m. Il est
composé des bureaux à usage public et des boutiques.

*Les autres étages sont tous destinés à des bureaux à usage public. Chacun de ces
étages s’étend sur une superficie d’environ 550 m2 et a une hauteur sous plafond de 2.85
m pour le 1er et le 2ème étage et de 3.1m pour le 3ème et le 4ème.

3- Conception structurale du projet :


3-1- Critères de choix:
La phase de conception est la phase la plus importante dans la réalisation du
projet. En effet c’est la où se manifeste l’esprit d’ingénierie, afin d’établir la structure
adéquate pour le projet. Elle consiste à opter à un choix judicieux des éléments de la
structure tout en tenant compte des contraintes architecturales, ainsi de l’exigence de la
stabilité et de la résistance sans négliger l’aspect économique.

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


7
Pour réussir la phase de conception, on a opté pour une démarche qui comporte
les étapes utiles pour bien concevoir une structure.

Dans ce qui suit on citera ces étapes, en précisant les difficultés rencontrées et
les solutions proposées.

3-2- Etapes de la conception structurale:

 Lecture et compréhension des plans architecturaux:

On a accordé à cette étape un intérêt assez important pour se permettre de mieux


comprendre les différentes composés du projet et les différentes fonctionnalités de
chacun de ses espaces.

 Le choix du système porteur :

Pour notre projet, on a opté pour un système poteaux – poutres qui est le plus
adéquat dans notre cas, puisqu’il est caractérisé par la facilité de l’exécution et par son
aspect de résistance et d’économie. Mais sous l’effet de certaines contraintes
architecturales on a rencontré certaines difficultés tels que :

 au niveau de la salle des fêtes l'architecte a imposer de ne mettre


aucun poteau au milieu
 Solution : On a décidé de prévoir des portiques pour bénéficier de leur
hyperstaticité, et leur capacité de supporter des fortes charges a des travées
importantes.

 Implantation des poteaux :

Pour l’implantation des poteaux, on a essayé de les placer autant que possible
dans les murs et d’éviter leur emplacement devant les ouvertures (portes et fenêtres) et
dans les emplacement qui peuvent nuire à l’aspect esthétique de l’architecture.

Mais dans certains cas, quelques contraintes architecturales nous causent


quelques problèmes tels que :

 La non-superposition des espaces d’un étage à un autre, ainsi que


l’existence des grandes portées, nous pousse à réarranger des poteaux.
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

 Le choix du type du plancher :

Le choix du type de plancher dépend de plusieurs facteurs qui sont liées


essentiellement aux longueurs des travées. Aussi ce choix peut être imposé par des
critères d’isolation acoustique ou de sécurité d’incendie.

Pour notre cas on a choisit des dalles en corps creux pour toutes les étages.

 Le choix de la disposition des poutres :

Le problème le plus gênant dans cette étape est celui des retombées :

 L’absence des cloisons en dessous des poutres chargées et des


portées importantes favorise l’apparition des retombés.
 Solution1 : On a essayé dans la mesure de possible de choisir la
disposition des poutres de telle façon que les éventuelles retombées soient
cachées dans les cloisons.

 Solution2 : On a recourt à des poutres plates dans certains cas où les


retombées ne sont plus admissibles tel que dans les salons dans les
chambres

 Le choix de la disposition des nervures :

En général, on essaye de placer les nervures suivant les plus faibles portées.

 Le choix du type de fondation :

Etant donnée que le sol sur lequel repose le projet est de mauvaise qualité on
choisit le type des fondations profondes:

 Semelles isolées sur pieux sous les poteaux


 Semelles filantes sur pieux sous les murs voiles.

 Justifications de joint: 

Le bâtiment étudié s’étend sur une longueur de 44 m il faut donc prévoir un joint au
minimum. L’emplacement de ce joint dépend du comportement monolithique des parties du
bâtiment, il est mieux adapté de placer le joint entre le premier bloc(RDC et 3 étages) et le
deuxième (RDC et et 4 étages) pour limiter les effets du retrait du bâtiment dus à la variation
de la température et les éventuels tassements d’ensemble (tassement différentiel).

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


9
Chapitre II : Caractéristiques des matériaux
& Hypothèses de calcul:

1- Introduction :
L’établissement d’un projet repose sur trois éléments indispensables à
savoir :

 Le béton : qui est caractérisé par une valeur de la résistance à la


f
compression à l’âge de 28 jours : c 28
 Les aciers ; dont les caractéristiques doivent être conformes aux
textes réglementaires.
 Les hypothèses de calcul : Le dimensionnement des éléments de la
structure est conduit selon les règles techniques de conception et de
calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la
méthode des états limites (Eurocode 2)

2- Caractéristiques du béton :
 Dosage en ciment : 350 kg /m3.
 Le béton de propreté est dosé à 150Kg/m2.
 La résistance caractéristique du béton à 28 jours :
ƒc28 = 25 MPa

 La résistance de calcul pour la compression:


f ck
f cd =α acc
γc

avec:

α acc =1

γ c =1.5 en cas courant

→ f cd =16.67 MPa

 La résistance moyenne a la traction :


2 /3
f ctm=0.3 [ f ck ] =2.6 MPa

 La résistance minimale a la traction :


f ctk ,0.05=0.7 f ctm =1.8 MPa

 La résistance maximale a la traction :


f ctk ,0.95=1.3 f ctm=3.3 MPa
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

 La résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours :


ƒt28 = 0.6 + 0.06 ƒc28 = 2.1 MPa

 Module de déformation :
0.3
f ck +8
Ecm =22000 ( ) =31 GPa
10

 Limite de compression dans le béton:


σ c =0.6 × f c k =15 MPa

3- Caractéristiques des aciers :


 Les armatures longitudinales utilisées sont des aciers à haute
adhérence de nuance FeE400, dont les caractéristiques sont les suivantes :

 La limite d’élasticité garantie : f yk =400 MPa


 Le coefficient de fissuration :   1.6
  1.5
 Le coefficient de scellement : s
 La contrainte limite de calcul des armatures à haute
adhérence (HA)
f yk
f yd = =348 MPa
γs
avec: γ s =1.15

 Les armatures transversales utilisées sont des aciers rondes lisses de


nuance FeE235, dont les caractéristiques sont les suivantes :
 La limite d’élasticité garantie : 235 MPa
 Le coefficient de fissuration :   1
 1
 Le coefficient de scellement : s
 La contrainte limite de calcul des armatures rondes lisses
(RL)
f 235
f su  e   204.3 MPa
 s 1.15

 Module de d'élasticité :
E s=200000 MPa

 Limite de traction dans l'acier:


σ s=0.8 × f yk =320 MPa

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


11
4- Hypothèses de calcul :

Pour le dimensionnement des éléments de la superstructure et de l’infrastructure,


on doit fixer certaines hypothèses à savoir, le type de la fissuration et l’épaisseur de
l’enrobage des armatures.

 Pour le dimensionnement des éléments de la superstructure, on


choisit :
 Une fissuration peu préjudiciable.
 Un enrobage des armatures égal à 5 cm.
 Pour le dimensionnement des éléments de l’infrastructure, on
choisit :
 Une fissuration très préjudiciable.
 Un enrobage des armatures égal à 5 cm.
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Chapitre III : Evaluation des charges sur les


planchers

1- Introduction :
Le plancher est un élément de la structure destiné à transmettre les charges,
provenant de son poids propre, des charges permanentes et des charges d’exploitation,
aux autres éléments porteurs de la structure, (poutres, poteaux, voiles et fondations)

Le choix du type du plancher dépend de plusieurs facteurs parmi lesquels on site:

 La longueur moyenne des travées.


 La répartition architecturale des espaces.
 Les moyens de travail et mise en œuvre sur chantier.
 Le type d’isolation demandé ou exigé.
 Le facteur économique du projet.
2- Charges permanentes :
Du fait du confort thermique et acoustique et en raison des charges modérées
(habitation), on opte pour les planchers à corps creux qui sont constitués par:

 Des nervures coulées sur place qui prennent la forme des


entrevous, constituant un coffrage perdu. Elles constituent les éléments
porteurs du plancher et reposent sur les poutres.
 Une chape de béton armé coulée sur place.
2-1- Plancher intermédiaire (16+5):

Charge
Désignation
(daN/m²)

Corps creux + chape 285

Enduit sous plafond 30

Sable 85

Revêtement Mortier de pose 60

Carrelage 45

Cloisons légères 75

TOTAL 580

Tab 1: Charges permanentes sur plancher intermédiaire (16+5)

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


13
2-2- Plancher intermédiaire (19+6):

Charge
Désignation
(daN/m²)

Corps creux + chape 310

Enduit sous plafond 30

Sable 85

Revêtement Mortier de pose 60

Carrelage 45

Cloisons légères 75

TOTAL 605

Tab 2: Charges permanentes sur plancher intermédiaire (19+6)

2-3- Plancher terrasse (16+5):

Charge
Désignation
(daN/m²)

Corps creux + chape 285

Enduit sous plafond 30

Forme de pente 200

Asphalte sablé 50

Etanchéité Multicouche 10

Enduit de planéité 30

Protection de l’étanchéité 30

TOTAL 635

2-4-
Tab 3: Charges permanentes sur plancher terrasse (16+5)

Plancher terrasse (19+6):


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Charge
Désignation
(daN/m²)

Corps creux + chape 310

Enduit sous plafond 30

Forme de pente 200

Asphalte sablé 50

Etanchéité Multicouche 10

Enduit de planéité 30

Protection de l’étanchéité 30

TOTAL 660

Tab 4: Charges
permanentes sur plancher terrasse (16+5)

3-
Charges d'exploitation :

Charge
Désignation
(daN/m²)

Escaliers d’habitation 250

Balcons 350

Bureaux 250

Boutiques 500

Salle des fêtes 250

Terrasses non accessibles 80

Tab 5: Charges d'exploitation

Chapitre IV : POUTRES:

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


15
1- Introduction :
Les poutres sont des éléments porteurs en béton armé, leur rôle consiste
essentiellement à supporter les charges transmises par le plancher.

La descente des charges, le calcul et le dimensionnement de l’ensemble des poutres


du bâtiment sont élaborés à l’aide du logiciel « ARCHE ».

On traite, à titre indicatif, par un calcul détaillé une poutre continue à 4 travées et
une console. Il s’agit de la poutre D2 du plancher haut du 3 ème étage. Elle est soumise à
des charges uniformément réparties provenant des réactions des nervures.

Fig 1: Position de la poutre.

2- Données de calcul de la poutre :


2-1- Pré-dimensionnement de la section de la poutre :

Selon le règlement EC2, le pré-dimensionnement de la section de la poutre se fait en


se basant sur les deux conditions suivantes :

hc 1

 l 16  : pour respecter la flèche admissible.
M 0u

Avec :
hc ≥

b0 μlu f cd
+d ' : pour éviter les aciers comprimées.

 μlu = 0.39.
 fcd = 16.67 MPa.
 hc = hauteur de calcul de la poutre.
 M0u = Moment ultime maximal de la travée isostatique considérée, il est
donné dans le tableau qui suit (Tab 1) :

Travée «  i  »    
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

390 175.28 173.8 184.23


Mou (kN.m)

M 0u
√ b0 μ lu f cd
+d '
0.54 m 0.33 m 0.33 m 0.34 m

l 0.4 m 0.3 m 0.3 m 0.31 m


16

Tab 6: Hauteurs minimales des travées

 Soit hc=0.65 pour la première travée, et hc=0.5 m pour les autres travées

En tenant compte du poids propre de la poutre qui est donnée par:

 Travée 1:

Pp1 = 0.25×0.65×25=4.06 kN/m.

 Travées 2,3,4:

Pp1 = 0.25×0.5×25=3.12 kN/m.

On obtient le schéma de calcul définitif de la poutre :

Fig 2: Schéma de calcul définitif de la poutre

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


17
avec: pZ: les valeurs des charges permanentes (pZ supérieur) et charges d'exploitation
(pZ inférieurs) en kN.m.

3- Calcul des sollicitations:


3-1- Choix de la méthode de calcul :

 Les charges d’exploitation sont modérées :


 q =2,50 KN/m ≤ 2×g = 12.1 KN/m².
 q =2,50 KN/m ≤ 5KN/m².
 La fissuration ne compromet pas la tenue des revêtements ni celle des
cloisons.
 Les éléments de plancher ont une même inertie dans les différentes travées.
l l
0.8  i  1.25 et 0.8  i  1.25
 Les portées ne vérifient pas: li 1 li 1 , en effet :
l 2 4.76
= =0.74<0.8
l 1 6.42
 On appliquera donc la méthode de « CAQUOT MINORÉE » qui consiste à
multiplier la part des moments sur appuis provenant des charges permanentes par 2/3.

3-2- Calcul des moments sur les appuis:

Pour déterminer les sollicitations les plus défavorables, on considère les


combinaisons de charges suivantes :
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Fig 3: Combinaisons des charges.

*Les moments sur appuis dus aux charges réparties pour les poutres d'inertie
constante sont donnés par :

p i−1 l 'i−13+ p i+1 l 'i +13


M i=
8.5(l 'i−1+ l 'i+1)

Avec :  li  li : Pour les travées de rives sans


'

porte à faux.

 li  0.8.li : Pour les travées


'

intermédiaires.

*pour les poutres d'inertie variable:

p i−1 l 'i−12+ βp i+1 l 'i +12


M i=
8.5 (1+ β)

l 'i+1 × I 'i −1
Avec:  β= '
l i × I 'i+1
1

I 'i−1etI 'i+1: les moments d'inertie des travées de gauche et de droite

*Pour le cas d'une console le moment est déterminée directement (appuis 0):


M (0) =−P ×
2

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


19
→Les valeurs des moment sur les appuis des différentes combinaisons sont représentées
dans le tableau suivant:

Appui (i) Mi(a) (kN.m) Mi(b) (kN.m) Mi(c) (kN.m) Mi(d) (kN.m) Mi(e) (kN.m)

(0) -13.24 -7.94 -7.94 -7.94 -7.94

(1) -95.16 -97.55 -117.4 -95.16 -75.29

(2) -64.86 -64.64 -64.86 -80.72 -64.64

(3) -96.17 -80.44 -66.53 -80.44 -110.07

(4) 0 0 0 0 0

Tab 7: Tableau des moments sur appuis à L’ELU.

Appui (i) Mi(a) (kN.m) Mi(b) (kN.m) Mi(c) (kN.m) Mi(d) (kN.m) Mi(e) (kN.m)

(0) -11.19 -5.88 -5.88 -5.88 -5.88

(1) -69.02 -70.62 -83.86 -69.02 -55.78

(2) -46.86 -46.73 -46.86 -57.44 -46.73

(3) -69.05 -58.56 -49.29 -58.56 -78.31

(4) 0 0 0 0 0

Tab 8: Tableau des moments sur appuis à L’ELS.

3-3- Calcul des moments en travées:

3-3-1 moment maximal en travées:

Le moment M(x) le long de la travée de la poutre contenue est donnée par :

( xl )+ M xl
M f ( x )=m 0 ( x ) + M w 1− e

Avec :

  m 0 ( x ) : Moment fléchissant de la travée de référence :


Pour une travée supportant uniquement une charge répartie :
q .x
m0 ( x ) = ( l −x )
2 i

 M w  : Moment sur appui gauche de la travée considérée.


   M e: Moment sur appui droite de la travée considérée.
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Pour obtenir le moment maximum en travée, il suffit alors de dériver cette


expression par rapport à x, donc de résoudre:

d M x d m0 M w M e
= − + =0
dx dx l l

Pour obtenir l'abscisse xMax du maximum, et calculer M f ( x Max )

Travée  «  i  » X Max(m) M tmax ( KN .m)

 3 326.51

 2.5 76.7

 2.27 78.72

 2.85 133.22

Tab 9: Tableau des moments maximaux en travées à L’ELU.

Travée  «  i  » X Max(m) M tmax ( KN .m)

 3 235.4

 2.5 83.86

 2.27 57.17

 2.8 96.05

Tab 10: Tableau des moments maximaux en travées à L’ELS.

4-Calcul des efforts tranchants:

De même l’effort tranchant est obtenu en dérivant M f ( x ):

−d M x ( x) −d m 0 (x) M w M e
V (x)= = + −
dx dx l l

pour le cas de la console (appuis 0 à gauche) l'effort tranchant est:

V 0w =−P× l=27.94 ×1.11=31.02 kN

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


21
(0) (1) (2) (3) (4)
Appui «  i  »
G D G D G D G D G

ELU Vumax (KN) -31.02 226.8 -259.3 155 -139.6 140.5 -152.9 173.6 -128.5

ELS Vumax (KN) -22.27 164.23 -186.9 111.34 -100.24 100.94 -109.75 124.5 -92.42

Tab 11: Efforts tranchants maximaux

5- Calcul de ferraillage de la poutre:


5-1- Calcul des armatures longitudinales:

5-1-1- Calcul des armatures longitudinales en travées:


A titre indicatif, on détaille le calcul pour la travée N °, et pour les autres
travées un calcul identique est conduit, tous les résultats seront résumés dans le tableau
Tab.12.

La fissuration étant peu préjudiciable, on procède par un dimensionnement à


l’ELU, ensuite une vérification à l’ELS.

 Dimensionnement à L’ELU :

 Travée 1:

Mu= 0.326 MN.m.

Mu 0.326
→ μ u= = =0.22 ;
b0 d 1 f cd 0.25∗0.6 2∗16.67
2

μ AB=0.102≤ μu=0.22 ≤ μ u=0.39

→2ème cas, pivot B:


(s) 2
→ Pas d’armatures comprimées : A sc =0 cm

α u=1.25 ( 1− √1−2 μu ) =0.31

Zu =( 1−0.4 α u ) d =0.52

MA 0.326 2
A su= = =18.01 cm
σ su Z u 348∗0.52
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

*Section minimale d'acier:

f ctm 2.6
A s min=max
{
0.26
f yk
b0 d=0.26
400
25∗60=2.53 cm ²

0.0013b 0 d=1.95 c m 2
→ A s min =2.53 cm²

A s> max A su =18.01 cm ² → A s =18.01cm ²


{
A s min =2.53 cm²

*Section maximale d'acier:

Ac 170∗65
4 =4 =442 cm²
100 100

A s+ A 's=238.94 cm² <442 cm ²

→ V é rifié e .

 Vérification à L’ELS  :

15
D= ( A s + A 's ) =10.58
b0

30
E= ( A d + A 's d ' )=1270.08
b0 s

→x 1=√ D 2+ E−D=26.6 cm

b0 3 ' ' 2 2
I 1= x 1 +15 A s ( x 1−d ) +15 A s ( d−x 1 ) =0 .0045
3

M ser 0.235
K= = =52.31
I1 0.0045

*Contrainte dans le béton comprimé:

σ c1=K x 1=13.9 MPa ≤ σ´ c =0.6 f ck =15 → V é rifi é e .

*Contrainte dans l'acier tendu:

σ s 1=15 K (d−x ¿¿ 1)=262.07 Mpa ≤ σ́ s =0.8 f yk =320 Mpa →V é rifié e ¿.

*Contrainte dans l'acier comprimé:

σ sc 1=15 K (x ¿¿ 1−d ' )=169.48 Mpa ≤ σ́ s=0.8 f yk =320 Mpa → V é rifi é e ¿ .

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


23
Travée « i » console    

Mu (KN.m) -13.24 326.51 76.7 78.72 133.22

μ 0.079 0.22 0.091 0.093 0.158

μl (fe=400MPa) 0.39 0.39 0.39 0.39 0.39

Asc (cm²) 0 0 0 0 0

α 0.104 0.31 0.119 0.123 0.216


Dimensionnement à l’ELU

Z (m) 0.192 0.52 0.429 0.428 0.411

Ast théorique (cm²) 1.9 18.01 4.93 5.06 9.1

Amin (cm²) 0.845 2.53 1.9 1.9 1.9

Asup théorique (cm²) 1.9 0 0 0 0

Ainf théorique (cm²) 0 18.01 4.93 5.06 9.1

3 HA 10
Asup Réelle choisie (cm²) 0 0 0 0
2.36 cm²

3 HA 12 3 HA 12 3 HA 16
9 HA 16
Ainf Réelle choisie (cm²) 0 3 HA 10 3 HA 10 3 HA 12
18.1 cm²
5.75 cm² 5.75 cm² 9.42 cm²

Vérification àl'ELS ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)

Tab 12 :Tableau des armatures longitudinales en travées.


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

5-1-2- Calcul des armatures longitudinales sur appuis:


Appui « i » (0) (1) (2) (3) (4)

Mu (KN.m) -13.24 -117.4 -80.72 -110.07 ---

μ 0.079 0.139 0.096 0.1305 ---

μl (fe=400MPa) 0.39 0.39 0.39 0.39 ---


Dimensionnement à l’ELU

Asc (cm²) 0 0 0 0 ---

α 0.104 0.188 0.126 0.175 ---

Z (m) 0.192 0.416 0.427 0.418 ---

Ast théorique (cm²) 1.9 7.88 5.2 7.33 ---

Amin (cm²) 0.845 1.9 1.9 1.9 ---

3 HA 14 3 HA 12 3 HA 14
3 HA 10
Ast Réelle choisie(cm²) 3 HA 12 3 HA 10 3 HA 12 ---
2.36 cm²
8 cm² 5.75 cm² 8 cm²

Vérification à l’ELS ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ---

5-2-
Tab 13: Tableau des armatures longitudinales sur appuis.
Calcul d
es
armatures transversales:

 Les armatures transversales :

L’effort tranchant maximal a la droite de la travée 1 par exemple est égal à 0.259
MN

 Vérification de la compression des bielles :

V Ed <V Rd ,max

Soit: θ=45 ° ; α =90 °

avec: θ : angle d'inclinaison des bielles de béton.

α: angle d'inclinaison d'armatures transversales: 45 ° ≤ α ≤ 90°

*Pour tenir compte d'en état de contrainte complexe, la contrainte de calcul du béton est
réduite par le coefficient ν1 :

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


25
f ck 25
ν1 =0.6 1−( 250 ) (
=0.6 1−
250 )
=0.54

→ V Rd , max =0.45 .b 0 . d . ν 1 . f cd =0.45 ×0.25 ×0.6 × 0.54 ×16.67=0.61 MN

→ V Ed =0.259 MN <V Rd ,max =0.61 MN →V é rifié e .

 condition de résistance :

A st V Ed 0.259
≥ = =13.8 .10−4
St 0,9. d . f yd 0,9∗0.6∗348

∅t 16
A st: ∅ t > = =5.33
3 3

→Soit 1 cadre et un pingle HA 6 → A st=4HA6=1.13 cm²

1.13
→ ≥ 13.8 → S t ≤ 0.08 m
St

 Vérifications supplémentaires:

A st b0 . ν 1 . f cd 0.25∗0.54∗16.67
≤ = =32.33 . 10−4
St 2 f yd 2∗348

→ S t ≥0.03 m

 Dispositions constructives:

A st √f
ρt = ≤ ρt , min =0.08 ck =10 .10−4
b0 . S t f yk

→ S t ≤ 44.7 cm

 Espacement maximale:

St =min 0.75 d=0.45 m → S t ≤ 45 cm


{60 cm

8 cm
{
→ 6 cm≤ S t 0 ≤ min 44.7 cm
45 cm

→ S t 0=8 cm

La répartition des armatures transversales est déterminée en utilisant la suite de


Caquot:
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

d
N 1=Nomb ℜ entier≤ plus proc h e de l ' 0 +( St0)=10 avec l ' 0=l 0 −d=2.61 m

N 2=Nombre entier ≤ plus proc h e de (l '¿¿ 0)=3 ¿

d'ou: 6+10 × 11+3 ×13+6 × 16+20 ×1+2 ×25

De même on calcule les armatures transversales des autres travées qui sont
regroupés dans le tableau xx :

Travée Répartition en cm
« i » Mi travée Gauche Mi travée droite

console 5x13\11\10x3\6

2x25\20\6×16\3×13\10×11\6
  6/9×13/3×16/5×20/2×25

  6/6x11/2x13/5x16/3x20 3x20\5x16\2x13\6x11\6 

  5/6×11/2×13/5×16/3x20 3x20\5×16\2×13\6×11\5 

  5/7×11/2×13/6×16/2x20 4x16\7×13\2×11\6×10\7 

Tab 14: Tableau des armatures transversales pour les travées

5-3- Vérification de la flèche:

5-3-1-Dispenses de vérification:

 Travée 1:

D'après l'EC2 pas de nécessité de vérifier la flèche si :


3
ρ ρ
l
[ √
ρ ≤ ρ0 → <k 11 +1.5 f ck 0 +3.2 √ f ck 0 −1
d ρ ρ ( ) ] × 310σ
2

ρ0
l
d [
ρ> ρ 0 → <k 11+ 1.5 √ f ck
1
+ √ f ck
ρ−ρ ' 12
ρ ' 310
ρ0
×
σs √ ]

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


27
avec: ρ0 =√ f ck . 10−3=0.005

A
ρ= =0.011
bh

A'
ρ' = =0
bh

σ s=f yk =400 Mpa

K=1.5(travée intermédiaire)

l
=10.7
d

ρ0
[
ρ> ρ 0 → k 11+1.5 √ f ck
1
+ √f
ρ− ρ' 12 ck ρ0√ ]
ρ' 310
×
σs
=16.74

ρ0
l
d [
→ =10.7< k 11+1.5 √ f ck
1
+ √f
ρ' 310
ρ− ρ' 12 ck ρ0
×
σs √ ]
=16.74

 Donc, pas de nécessité de vérifier la flèche.


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

 Pour les autres travées:

Travée Console    

ρ0 0.005 0.005 0.005 0.005 0.005

ρ 0.0037 0.011 0.0046 0.0046 0.007

ρ' 0 0 0 0 0

k 0.4 1.5 1.5 1.5 1.3

l 5.5 10.7 9.52 9.48 9.76


d

7.143 --- 22.35 22.35 ---


ρ0 ρ0
[ √
k 11+ 1.5 f ck +3.2 √ f ck
ρ ρ (
−1 ×2 310
σs )]

ρ0 ρ---' 310 16.74 --- --- 16.48


[
k 11+ 1.5 √ f ck
1
+ √ f ck
ρ−ρ ' 12 ρ0 √ ]
×
σs

Fl è che Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée

Tableau 15: Vérification de la flèche.

Chapitre V : PORTIQUES

1- Introduction :
Pour assurer la bonne fonctionnalité de la salle des fêtes, on a choisi les portiques
comme éléments de l’ossature, au lieu du système poutres-poteaux. Les portiques

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


29
permettent de franchir des portées importantes, par contre ils sont plus difficiles à
réaliser et aussi plus coûteux.
2- Calcul des sollicitations: 
Les sollicitations dues à l’ensemble des charges permanentes et d’exploitation
dans les différentes sections sont calculées à l’aide du logiciel ROBOT STRUCTURAL
ANALYSIS.

Les résultats sont représentés dans les tableaux suivants:

Sollicitations à ELU Sollicitations à ELS

M (KNm) N (KN) V (KN) M (KNm) N (KN) V (KN)


Com Com
Mg Mt Md Tract Tg Td Mg Mt Md Tract Tg Td
p p
Traverses

Voir Voir Voir Voir


Tsup -6985 7006 -6931 1555 -
tab 3 tab 3
-5042 5056 -5002 1121 -
tab 3 tab 3

Tinf -3691 1807 -3655 - -1165 1007 -1004 -2643 1293 -2618 - -844 721 -719

Com Com
Mg Md Tract Tg Td Mg Md Tract Tg Td
p p
Consoles

Csup 0 -71.6 0 0 0 82.7 0 -51.8 0 0 0 59.9

Cinf 0 -71.3 0 0 0 82.4 0 -50.8 0 0 0 58.8

M(tête) M(pied) Tête Pied Tête Pied M(tête) M(pied) Tête Pied Tête Pied

P1 -733 945 4149 4312 -390 -517 677 2994 3115 -278
Poteaux

P2 -6913 2886 2808 3047 -1555 -4990 2075 2029 2206 -1121

P3 786 -892 3785 3948 390 555 -639 2731 2851 278

P4 6931 -2868 2527 2766 1555 5002 -2062 1824 2001 1121

Tab 16: Sollicitations dans la portique Bi-encastrée

Sollicitations à ELS
Sollicitations à ELU
M (KNm) N (KN) V (KN) M (KNm) N (KN) V (KN)
Traverses

Com Com
Mg Mt Md Tract Tg Td Mg Mt Md Tract Tg Td
p p

Tsup -6993 7009 -6918 1570 --- Voir Voir -5048 5059 -4993 1132 --- Voir Voir
tab 3 tab 3 tab 3 tab 3
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Tinf -3688 1826 -3621 --- -1420 1009 -1002 -2641 1306 -2593 --- -1027 722 -718

Com Com
Mg Md Tract Tg Td Mg Md Tract Tg Td
p p
Consoles

C1 0 -71.56 0 0 0 82.7 0 -51.8 0 0 0 59.9

C2 0 -71.3 0 0 0 82.4 0 -50.8 0 0 0 58.8

M(tête) M(pied) Tête Pied Tête Pied M(tête) M(pied) Tête Pied Tête Pied

P1 -645 0 4151 4314 -150 -454 0 2996 3117 -105


Poteaux

P2 -6922 2972 2809 3048 -1570 -4996 2136 2029 2207 -1132

P3 645 0 3782 3946 150 454 0 2729 2850 105

P4 6918 -2976 2526 2765 1570 4993 -2139 1823 2000 1132

Tableau 17: Sollicitations dans la portique Bi-articulée.

Abscisse (m) 0 6.67(-) 6.67(+) 11.68(-) 11.68(+) 16.67(-) 16.67(+) extrémité


Effort tranchant (kN)
Bi-encastrée

ELU 2136 1499 612 134 -546 -1022 -1710 -2199

ELS 1543 1081 442 95 -393 -739 -1233 -1588


Bi-articulée

ELU 2137 1500 613 135 -545 -1021 -1709 -2198

ELS 154 1082 443 96 -392 -738 -1232 -1587

Tab 18: Valeurs des efforts tranchants dans la traverse supérieure.

3- Dimensionnement: 

3-1- Armatures longitudinales :

3-1-1-Dimensionnement des traverses :

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


31
 En travée :
Traverse supérieure:

 Cas du portique bi encastré:

Nu = 1.559 MN.

Mu= 7.008 MN.m.

→ N >0: Il y a un risque de flambement donc on doit vérifier le domaine de validité:

15
lf
h {
≤ max 20 e 1
h

M
avec: *e 1 : Excentricit é initiale :e 1= =4.49m
N

*h: la plus faible coté de la section: 0.65 m

*l f =longueur de flambement de la poutre :l f =k .l 0 =21.8 m

21.8 20∗4.49
→ =33.5 ≤ =138.15→ V é rifi é e .
0.65 0.65

-Calcul en flexion composé avec compression: Il faut majorer l'excentricité:

*Excentricité initiale:

M
e 1= =4.49 m
N

*Excentricité additionnelle:

lf 21.8
e i= = =0.05 m
400 400

*écarts sur les dimensions:

0.02m
Δ e0 =max h 1.7
=
30 30
{ =0.06 m

→ e0 =e 1+ ei + Δ e0 =4.6

→ Le moment majoré: M Ed =N Ed e0 =1.559∗4.6=7.18 MN . m


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

M Ed 7.18
→ μ u= 2
= =0.24 ≤ 0.48 ;
b0 d f
1 cd 0.65∗1.652∗16.67

→La section est partiellement tendue, on procède par analogie à la flexion


simple.

M A =M + N d− ( h2 )=7.18+1.559 (1.65− 1.72 )=8.43 MN . m


MA 8.43
→ μ u= 2
= =0.286
b0 d f1 cd 0.65∗1.652∗16.67

μ AB=0.1019 ( S 400 A ) ≤ μu=0.286 ≤ μlim ¿=0.39 ¿

(s) 2
→ Pas d’armatures comprimées : A sc =0 cm

α u=1.25 ( 1− √ 1−2 μu ) =0.43

Zu =( 1−0.4 α u ) d =1.36

MA 8.43
A su= = =178.05 cm2
σ su Z u 348∗1.36

*Section minimale d'acier:

f ctm 2.6
A s min=max
{
0.26
f yk 0
b d=0.26
400
65∗165=18.13 cm ²

0.0013 b 0 d =13.94 c m2
→ A smin =18.13 cm ²

A su =178.05 cm ²
A s> max
{ A s min =18.13 cm²
→ A s=178.05 cm ²

Les armatures en flexion composée deviennent alors :


(c)
A sc =A sc(s) =0 cm 2

(c) (s) Nu 2
A st = A st − =133.26 cm
σ s1

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


33
 Cas du portique bi-articulé:

Nu = 1.574 MN.

Mu= 7.011MN.m.

→ N >0: Il y a un risque de flambement donc on doit vérifier le domaine de validité:

15
lf
h {
≤ max 20 e 1
h

M
e 1= =4.45 m
N

21.8 20∗4.45
→ =33.5 ≤ =136.9→ V é rifi é e .
0.65 0.65

-Calcul en flexion composé avec compression: Il faut majorer l'excentricité:

*Excentricité initiale:

M
e 1= =4.45 m
N

*Excentricité additionnelle:

lf 21.8
e i= = =0.05 m
400 400

*écarts sur les dimensions:

0.02m
Δ e0 =max h 1.7
=
30 30
{ =0.06 m

→ e0 =e 1+ ei + Δ e0 =4.56

→ Le moment majoré: M Ed =N Ed e0 =1.574∗4.56=7.177 MN . m

M Ed 7.18
→ μ u= 2
= =0.24 ≤ 0.48 ;
b0 d f
1 cd 0.65∗1.652∗16.67

→La section est partiellement tendue donc on procède à la flexion simple sous
M A.
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

M A =M + N d− ( h2 )=7.177+1.574 (1.65− 1.72 )=8.436 MN . m


MA 8.436
→ μ u= 2
= =0.286 ;
b0 d f1 cd 0.65∗1.652∗16.67

μ AB=0.1019 ( S 400 A ) ≤ μu=0.286 ≤ μlim ¿=0.37 ¿


(s) 2
 Pas d’armatures comprimées A sc =0 cm

α u=1.25 ( 1− √ 1−2 μu ) =0.43

Zu =( 1−0.4 α u ) d =1.36

MA 8.44 2
A su= = =178.24 cm
σ su Z u 348∗1.36

*Section minimale d'acier:

f ctm 2.6
A s min=max
{0.26
f yk
b0 d=0.26
400
65∗165=18.13 cm ²

0.0013 b 0 d =13.94 c m2
→ A s min=18.13 cm ²

A su =198.77 cm ²
A s> max
{ A s min =18.13 cm²
→ A s=198.77 cm²

Section maximale d'acier:

Ac 170∗65
4 =4 =442 cm²
100 100

A s+ A 's=238.94 cm² <442 cm ²

→ V é rifié e .

Les armatures en flexion composée deviennent alors :

A(c) (s)
sc = A sc =0 cm²

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


35
Nu
A(c) =133.01cm2
(s)
st = A st −
σ s1

Finalement on retiendra le cas qui a donné la section maximale


d’armatures:
2
A(c)
st =133.26 cm

→ Soit: 24HA25 + 8HA16 = 133.95 cm2

Section maximale d'acier:

Ac 170∗65
4 =4 =442 cm²
100 100

A s+ A 's=133.95 cm ²< 442 cm²

→ V é rifié e .

 Vérification à L’ELS :

15
D= ( A + A 's )=30.7
b0 s

30
E= ( A s d + A 's d ' )=10128.5
b0

→x 1=√ D 2+ E−D=74.5 cm

b0 3 ' ' 2 2
I 1= x 1 +15 A s ( x 1−d ) +15 A s ( d−x 1 ) =0.253
3

M ser 5.06
K= = =20
I1 0.253

*Contrainte dans le béton comprimé:

σ c1=K x 1=14.9 MPa ≤ σ´ c =0.6 f ck =15 → V é rifi é e .

*Contrainte dans l'acier tendu:

σ s 1=15 K (d−x ¿¿ 1)=271.5 Mpa ≤ σ́ s=0.8 f yk =320 Mpa →V é rifié e ¿.


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

*Contrainte dans l'acier comprimé:

σ sc 1=15 K (x ¿¿ 1−d ' )=208.5 Mpa ≤ σ´ s=0.8 f yk =320 Mpa → V é rifi é e ¿ .

Traverse inférieure:

 Cas du portique bi-encastrée:

{Mu=1807KN⋅m¿{Mser=1293KN⋅m¿{Nu=−165KN ¿
→ N <0: Calcul en flexion composée avec traction:

*Position de centre de pression:

M
e 1= =5.78 m
N

→ Centre de pression en dehors des 2 nappes donc la section est partiellement tendue
donc en procède a la flexion simple sous M A .

M A =M + N d− ( h2 )=1.807+1.165 (1.65− 1.72 )=1.05 MN . m


MA 1.05
→ μ u= 2
= =0.086  ;
b0 d f 1 cd 0.4∗1.35 2∗16.67

μu=00.086 ≤ μ AB =0.1019 ( S 400 A )


(s) 2
Pivot A: Pas d’armatures comprimées A sc =0 cm

α u=1.25 ( 1− √ 1−2 μu ) =0.11

Zu =( 1−0.4 α u ) d =1.289

MA 1.05
A su= = =23.38 cm2
σ su Z u 348∗1.289

*Section minimale d'acier:

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


37
f ctm 2.6
A s min=max
{ 0.26
f yk
b0 d=0.26
400
40∗135=9.13 cm²

0.0013 b0 d=7.02 c m2
→ A s min =9.13 cm ²

A su =23.38 cm²
A s> max
{ A s min =9.13 cm ²
→ A s =198.77 cm²

Les armatures en flexion composée deviennent alors :

A(c) (s)
sc = A sc =0 cm²

|N u|
A(c) =56.85 cm2
(s)
st = A st +
σs1

 Cas du portique bi-articulé:

{Mu=1826KN⋅m¿{Mser=1306KN⋅m¿{Nu=−1420KN ¿
Le calcul a donné:

A (c)
{ (c)
sc =0
A st =60.74

2
→ A(c)
st =60.74 cm

→ Soit: 10HA25 + 4HA20 = 61.68 cm2

Section maximale d'acier:

Ac 140∗40
4 =4 =224 cm ²
100 100

A s+ A 's=61.68 cm²< 224 cm ²


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

→ V é rifié e .

 Vérification à L’ELS :

15
D= ( A s + A 's ) =23.13
b0

30
E= ( A d + A 's d ' )=6245.1
b0 s

→x 1=√ D 2+ E−D=59.21 cm

b0 3 ' ' 2 2
I 1= x 1 +15 A s ( x 1−d ) +15 A s ( d−x 1 ) =0.08
3

M ser 1.306
K= = =16.32
I1 0.08

*Contrainte dans le béton comprimé:

σ c1=K x 1=9.63 MPa ≤ σ́ c =0.6 f ck =15→ V é rifi é e .

*Contrainte dans l'acier tendu:

σ s 1=15 K (d−x ¿¿ 1)=186 Mpa ≤ σ́ s =0.8 f yk =320 Mpa →V é rifié e ¿.

*Contrainte dans l'acier comprimé:

σ sc 1=15 K (x ¿¿ 1−d ' )=132.19 Mpa ≤ σ́ s=0.8 f yk =320 Mpa → V é rifi é e ¿ .

 Sur appuis :

Traverse supérieure (bi-encastré):

 Appui gauche :

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


39
{Mu=−6985KN⋅m¿{Mser=−5042KN⋅m¿{Nu=15 KN ¿ de même on trouve
{ A'=0¿¿¿¿
 Appui droite :

{Mu=−6931KN⋅m¿{Mser=−50 2KN⋅m¿{Nu=15 KN ¿ de même on trouve


{ A '=0¿¿¿¿
 De même on calcule les sections d’armatures longitudinales des autres
traverses qui sont regroupés dans le tableau VII.2
Appui gauche En travée Appui droit

Section Section Section


Armatures Armatures Armatures
(cm2) (cm2) (cm2)
Bi-encastrée

A' =0 A= 24HA25 A' =0 A= 24HA25 A' =0 A= 24HA25


+ + +
Traverse sup

A=130.99 8HA16 A=133.26 8HA16 A=130.63 8HA16


=133.95 =133.95 cm² =133.95 cm²
Bi-articulée

A' =0 A= 24HA25 A' =0 A= 24HA25 A' =0 A= 24HA25


+ + +
A=131.06 8HA16 A=133.01 8HA16 A=¿130.39 8HA16
=133.95 =133.95 cm² =133.95 cm²
Bi-articulée Bi-encastrée

A' =0 A= 20HA25 A' =0 A= 10HA25 A' =0 A= 20HA25


+ + +
Traverse inf

A=¿105.83 5HA14 A=¿56.89 4HA20 A=¿105.29 5HA16


=61.68 cm² =108.24

A' =0 A= 10HA25 A' =0 A= 10HA25 A' =0 A= 10HA25


+ + +
A=108.43 19HA20 A=¿60.84 4HA20 A=¿106.88 19HA20
=108.83 cm² =61.68 cm² =108.83 cm²

Tab 19 : Armatures longitudinales des traverses.

3-1-2-Dimensionnement des consoles :


Le dimensionnement des armatures longitudinales pour les consoles est déterminé
par la flexion simple qui sont regroupés dans le tableau 5 :
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Bi-encastré Bi-articulé
C1 C2 C1 C2
Section A '=0 A '=0 A '=0 A '=0
(cm2) A=5.27 A=6.21 A=5.27 A=6.21
Armatures A=4 HA 14 A=2 HA 20 A=4 HA 14 A=2 HA 20
Tab 20: Armatures longitudinales des consoles

3-1-3-Dimensionnement des poteaux :


 soit l’exemple du poteau gauche (portique bi-encastré):

 Tête du poteau :

{Mu=−73 KN⋅m¿{Mser=−517KN⋅m¿{Nu=419KN ¿
→ N >0: Il y a un risque de flambement donc on doit le vérifier:

*Vérification de flambement:

√ 12 .l f
λ=max
{ b0
√ 12 .l f
h

l f =k l 0

k =1(en g é n é r al par s é curit é )

l 0=0.5 l (bi-encastré)

l f =1∗0.5∗4.3=2.15 m

√ 12. l f √ 12∗2.15
→ λ= = =8.27
b0 0.9

λ 10.78
lim ¿= ¿
√n

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


41
N Ed 4.149
n= = =0.22
A c f cd 0.9∗1.25∗16.67

→ λlim ¿=22.98¿

→ λlim ¿> λ¿

→Pas de risque de flambement, effet de 2ème ordre sont négligeables.

-Calcul en flexion composé avec compression: Il faut majorer l'excentricité:

*Excentricité initiale:

M
e 1= =0.177 m
N

*Excentricité additionnelle:

lf 2.15
e i= = =0.005 m
400 400

*écarts sur les dimensions:

0.02 m
=
30 30
{
Δ e0 =max h 1.25
=0.042 m

→ e0 =e 1+ ei + Δ e0 =0.224 m

→ Le moment majoré: M Ed =N Ed e0 =4.149∗0.224=0.929 MN . m

M Ed 0.929
→ μ u= 2
= =0.043≤ 0.48  ;
b0 d f
1 cd 0.9∗1.22∗16.67

→La section est partiellement tendue, on procède par analogie à la flexion


simple sous MA.

( h2 )=0.929+4.149 ( 1.2− 1.252 )=3.315 MN . m


M A =M ed + N d−

MA 3.315
→ μ u= 2
= =0.153
b0 d f 1 cd 0.9∗1.22∗16.67
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

μ AB=0.1019 ( S 400 A ) ≤ μu=0.153 ≤ μlim ¿=0.39¿

(s) 2
→ Pas d’armatures comprimées : A sc =0 cm

α u=1.25 ( 1− √1−2 μu ) =0.21

Zu =( 1−0.4 α u ) d =1.1

MA 3.315
A su= = =86.6 cm2
σ su Z u 348∗1.1

*Section minimale d'acier:

f ctm 2.6
A s min=max
{
0.26
f yk
b0 d=0.26
400
90∗120=18.25 cm ²

0.0013 b 0 d =14.04 c m2
→ A s min=18.25cm ²

A su =86.6 cm²
A s> max
{ A s min =18.25 cm²
→ A s=86.6 cm²

Les armatures en flexion composée deviennent alors :


(c)
A sc =A sc(s) =0 cm 2

(c) (s) Nu 2
A st = A st − =32.62cm
σ s1

 Pied du poteau :

{Mu=945KN⋅m¿{Mser=67 KN⋅m¿{Nu=4312KN ¿ de même on trouve


{ A'=0¿¿¿¿
B.Fahd & A.Youssef 2018/2019
43
o Dans le cas du poteau 2 et poteau 4 en tète les sections d'armatures en ELU
n'étés pas vérifiées a l'ELS donc on a procédé au calcul a l'ELS:

pour l'exemple du tète du poteau 2, portique bi-articulé:

{Mu=692 KN⋅m¿{Mser=49 6KN⋅m¿{Nu=2809KN ¿


Le calcul a l'ELU a donné:

{ A'=5.25¿¿¿¿
 Calcul a l'ELS:

M ser / A =M ser + N ser d− ( h2 )=4.996+2.029 ( 1.2− 1.252 )=6.163 MN . m


1 h h 1 1.25 1.25
2 d1
1− ( )
b d 2 σ́ = ×
3 d 1 0 1 c 2 1.2
1−
3× 1.2 ( )
0.9× 1.2 ²× 15=6.609 MN . m

M ser / A =6.163 MN . m<6.609 MN . m →Section partiellement tendue.

σ́ c =0.6 f ck =15 Mpa

σ́ s=0.8 f yk =320 Mpa

15 σ́ c
ά 1= =0.41
15 σ́ c + σ́ s

1 ά
(
μrc = ά 1 1− 1 =0.177
2 3 )
→ M rc =μrc b0 d 2 σ́ c =3.44

M rc=3.44 MN .m< M ser =4.996 MN . m

→2ème cas: La contrainte dans le béton comprimé dépasse la limite σ́ c donc on ajoute
des aciers comprimées :
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

ά 1−δ d'
σ sc 1=15 σ́ c =201.95 Mpa avec δ = =0.042
ά 1 d

' M ser −M rc
A s1 = =117.25 cm²
(d−d' ) σ sc 1

ά 1
(
Ź c =d 1−
3 )
=1.036

M rc ' σ sc1
A s1 = + As1 =177.8 cm²
Ź c σ́ s σ́ s

→Les armatures a la flexion composé deviennent:

A'c = A 's=117.25 cm²

{ N
A 'c = A's− ser =119.45
σ s1

A'c =max 5.25 cm ² → A 's 1=117.25 cm²


{
117.25 cm²

*Section minimale d'acier:

f ctm 2.6
A s min=max
{
0.26
f yk
b0 d=0.26
400
90∗120=18.25 cm ²

0.0013 b 0 d =14.04 c m2
→ A s min=18.25cm ²

A's1 =max 5.25 cm ² → A 's 1=117.25 cm²


{
117.25 cm²

A s ELU =200.8 cm ²

{
A s> max A s ELS =119.45 cm ² → A s=200.8 cm ²
A s min =18.25 cm²

→ Soit: 10HA25 + 4HA20 = 61.68 cm2

Section maximale d'acier:

Ac 125∗90
4 =4 =450 cm ²
100 100

A s+ A 's=318.05 cm ²<224 cm²

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


45
→ V é rifié e .

 Vérification à L’ELS :

15
D= ( A + A 's )=53.68
b0 s

30
E= ( A s d + A 's d ' ) =8262.13
b0

→x 1=√ D2+ E−D=51.88 cm

b0 3 ' ' 2 2
I 1= x 1 +15 A s ( x 1−d ) +15 A s ( d−x 1 ) =0.22
3

M ser 4.996
K= = =22.7
I1 0.22

*Contrainte dans le béton comprimé:

σ c1=K x 1=11.58 MPa ≤ σ´c =0.6 f ck =15→ V é rifi é e .

*Contrainte dans l'acier tendu:

σ s 1=15 K (d−x ¿¿ 1)=231.54 Mpa ≤ σ́ s=0.8 f yk =320 Mpa → V é rifi é e ¿ .

*Contrainte dans l'acier comprimé:

σ sc 1=15 K (x ¿¿ 1−d ' )=160 Mpa ≤ σ´ s=0.8 f yk =320 Mpa → Vérifiée ¿ .

De même on calcul les sections d’armatures longitudinales des autres poteaux qui
sont regroupés dans le tableau (On a choisi la section maximale entre le cas du
portique bi-articulé et bi-encastré) :

Tête du poteau Pied du poteau

Section (cm2) Armatures Section (cm2) Armatures

Bi- A '=0 A '=0


Poteau 1

encastré A=32 .62 A=7HA25 A=33.25 A=7HA25


Bi- A '=0 A '=0
articulé A=33 .96 A=7HA25 A=18 .25 A=7HA25
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Poteau 2 Bi- A '=118 .11 A ' =20HA25+10HA16 A '=0


encastré A=200.71 A=40HA25+4HA12 A=44.14 A=8HA25+4HA16

Bi- A '=117 .25 A ' =20HA25+10HA16 A '=0


articulé A=200.8 A=40HA25+4HA12 A=46 .57 A=8HA25+4HA16

Bi- A '=0 A '=0


Poteau 3

encastré A=26.61 A=10 HA20 A=25.5 A=4HA25+4HA14

Bi- A '=0 A '=0


articulé A=30 .74 A=10 HA20 A=18 .25 A=4HA25+4HA14

Bi- A '=112.42 A ' =20HA25+8HA16 A '=0


Poteau 4

encastré A=205.36 A=40HA25+8HA20 A=46 .38 A=10HA25


Bi- A '=112 A ' =20HA25+8HA16 A '=0
articulé A=204.9 A=40HA25+8HA20 A=48.69 A=10HA25
Tab 21: Armatures longitudinales des poteaux

3-2-Les armatures transversales :

L’effort tranchant maximal sur la traverse supérieure Tsup par exemple est égal à 2.2
MN

 Vérification de la compression des bielles  :

V Ed <V Rd ,max

Soit: θ=45 ° ; α =90 °

avec: θ : angle d'inclinaison des bielles de béton.

α: angle d'inclinaison d'armatures transversales: 45 ° ≤ α ≤ 90°

*Pour tenir compte d'en état de contrainte complexe, la contrainte de calcul du béton est
réduite par le coefficient ν1 :

f ck 25
ν1 =0.6 1− ( 250 ) (
=0.6 1−
250 )
=0.54

→ V Rd , max =0.45 .b 0 . d . ν 1 . f cd =0.4 × 0.65× 1.65× 0.54 ×16.67=4.34 MN

→ V Ed =2.2 MN <V Rd ,max =4.34 MN →V é rifi é e .

 condition de résistance :

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


47
A st V Ed 2.2 −4
≥ = =42,6 .10
St 0,9. d . f yd 0,9∗1.65∗348

∅t 25
A st: ∅ t > = =8.33
3 3

→Soit 3 cadres HA 10 → A st=6HA10=4.71 cm²

4.71
→ ≥ 42.6 → St ≤ 0.11 m
St

 Vérifications supplémentaires:

A s t b0 . ν 1 . f cd 0.65∗0.54∗16.67 −4
≤ = =84.07 .10
St 2 f yd 2∗348

→ S t ≥0.06 m

 Dispositions constructives:

A st √f
ρt = ≤ ρt , min =0.08 ck =10 .10−4
b0 . S t f yk

→ S t ≤72.5 cm

 Espacement maximale:

St =min 0.75 d=1.25 m → S t ≤60 cm


{60 cm

11 cm
{
→ 6 cm≤ S t 0 ≤ min 72.5 cm
60 cm

→ S t 0=10 cm

La répartition des armatures transversales est déterminée en utilisant la suite de


Caquot:

d
(
N 1=Nombre entier ≤ plus proc h e de l ' 0 +
St0 )
=25 avec l ' 0=l 0 −d=8.15 m

N 2=Nombre entier ≤ plus proc h e de (l ' ¿¿ 0)=8 ¿

d'ou: 10+25 ×16+ 8 ×20+6 × 25+4 × 35+3 × 40.

*Pour les poteaux on a l’effort tranchant constant ce qui nous donne une répartition
des armatures transversales constante ( St = St0 ).
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

De même on calcule les armatures transversales des autres éléments du portique qui
sont regroupés dans le tableau 22 :

At (cm2) St0 (cm) N1 N2 At (cm2) St0 (cm) N1 N2

A gauche A droite
Traverses

T1 4.71 10 25 8 4.71 10 25 8

T2 4.71 19 16 8 4.71 19 16 8

A gauche A droite
Consoles

C1 1.01 16 5 2 1.01 16 5 2

C2 1.01 13 5 2 1.01 13 5 2

En tête En pied

At (cm2) St0 (cm) At (cm2) St0 (cm)


Poteaux

P1 3.93 35 3.93 35

P2 6.29 15 6.29 15

P3 3.14 30 3.14 30

P4 6.29 15 6.29 15

Tab 22: Armatures transversales de la portique.

3-3- Armatures de peau :


Pour les poutres de grande hauteur (>1m), l'EC2 préconise des armatures de peau
nécessaires pour maitriser la fissuration, à répartir dans la zone tendue du béton:

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


49
0.2 f ct .eff A ct
A s ,surf =
σs

Pour la traverse supérieure Tsup:

0.2× 2.6 ×1.7 × 0.65


A s ,surf = =14.36 cm²
400

Pour la traverse inférieure Tinf:

0.2× 2.6 ×1.4 × 0.4


A s ,surf = =7.28 cm ²
400

3-4- Vérification de la flèche :

3-4-1-Dispenses de vérification:
*Pour l'exemple de la travée supérieure: Pas de nécessité de vérifier la flèche si :
3
ρ ρ
l
[ √
ρ ≤ ρ0 → <k 11 +1.5 f ck 0 +3.2 √ f ck 0 −1
d ρ ρ ( ) ] × 310σ
2

ρ0
l
d [
ρ> ρ 0 → <k 11+ 1.5 √ f ck
1
+ √ f ck
ρ−ρ ' 12
ρ ' 310
ρ0
×
σs √ ]
avec: ρ0 =√ f ck . 10−3=0.005

A
ρ= =0.012
bh

A'
ρ' = =0
bh

σ s=f yk =400 Mpa

K=1 (poutre sur appuis simples)

l
=13.21
d

ρ0
[
ρ> ρ 0 → k 11+1.5 √ f ck
1
√ ]
+ √ f ck
ρ− ρ' 12
ρ' 310
ρ0
×
σs
=10.95
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

ρ0
l
→ =13.21<k 11+1.5 √ f ck
d [ 1
+ √ f ck
ρ−ρ ' 12
ρ ' 310
ρ0
×
σs √ ]
=10.95

Donc, il faut vérifier la flèche

3-4-1 vérification de la flèche:

D'après l'EC2 la flèche peut être calculée par la formule simplifiée:

Mt L ²
ω= =0.006 m
10 EI

avec Mt: moment maximum en travée: Mt=7MN

La flèche limite:

l>7 m→ ω ( l−7 m )
lim ¿=1.4 + =1.41m ¿
1000

ω=0.006< ωlim ¿=1.41 m ¿

→ donc la flèche est vérifiée.

 de même, la flèche dans la travée inférieure est vérifiée.

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


51
Chapitre VI : POTEAUX:

1- Introduction :
Un poteau est un élément généralement vertical, dont une dimension, la longueur, est
grande par rapport aux deux autres. Il est destiné principalement à transmettre les
charges gravitaires de la structure.

Dans ce chapitre on va étudier le poteau P6:

Figure 4: Positon du poteau.

2- Evaluation des charges :


Ce poteau est implanté au niveau de RDC , il est soumis aux efforts de compression
suivants :

N ser=G+Q=1.59 MN
G = 1197 KN ; Q = 375.95 KN  { N ed =1.35 G+ 1.5Q=2.18 MN
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

3- Pré-dimensionnement :

*Vérification de flambement:

√ 12 .lf
λ=max
{ b = √ 12 .l f
√ 12 .lf
h
b

l f =k l 0

k =1(en g é n é ral par s é curit é )

l 0=0.5 l (bi-encastré)

l f =1∗0.5∗4.3=2.15 m

√ 12. l f √ 12∗2.15
→ λ= = =14.9
b0 0.5

λ 10.78
lim ¿= ¿
√n

N Ed 2.18 0.26
n= = =
A c f cd 0.5∗h∗16.67 h

→ λlim ¿=22.98¿

λ 10.78 ²
lim ¿>λ → λ² < λli m ² = h=446.9 ¿
0.26

222.01
λ ²=14.9 ²=222.01< 446.9 h →h> =0.49 m
505.3

h>0.49 m

{ h ≥ b=0.5 m → 0.5 m ≤h ≤ 0.72 m


l
h ≤ 0 =0.72 m
3

→ soit h=0.5 m

Vérification du coffrage:

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


53
N Ed 2.18
Ac > = =0.072cm ²
σs 348
f cd + 16.67+
100 100

Ac =0.5 ²=0.25 cm ²

→Condition Vérifiée.

Acier nécessaire:

N Ed− A c f cd 2.18−0.5 ² ×16.67 ×10 4


A s> = <0
σs 348

→ Section u b é ton surabandante .

0.1 N Ed
A s min=max
{
f cd
0.2 A c
100
=6.26 cm²

=5 cm²
→ A s min = A s=6.26 cm ²

→On prend 4 HA 16: A s=8.05 cm ²

Fig 5: Section droite du poteau.

1: 4HA16

3: Cadre Φ=6mm

Section d'acier maximale:

4 A c 4 ×50 ²
A s max= = =100 cm²
100 100

Armatures transversales:
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

6 mm
Φ t ≥max Φ l 16
4 {
= =4 mm
4
→ Φt =6 mm

20 Φl =20 ×1.6=32
St < min
{ 50 cm
40 cm
→ S t <32 cm→ S t =25 cm.

4- Tableau récapitulatif des semelles sous poteaux :


N° Charges Section

Poteau G Q (a x b) Ferraillage Coupe

(t) (t) (cm)

P1 26.7 4.3 25x25 4HA12

P2 44.9 9.3 30x30 4HA14

P3 80 16 30x40 4HA14

P4 33 8 25x25 4HA14

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


55
P5 85.7 19.5 40x40 4HA16

P6 130 28.7 50x50 4HA16

Tab 23: Tableau des Poteaux

Chapitre VII : SEMELLES:

1- Calcul de la semelle :

Le poteau à une section axb, la semelle est un rectangle AxB, avec a<b et A<B.
Dans le cas générale, on choisit les dimensions de la semelle de telle sorte qu’elles
A a
=
soient homothétiques du poteau c’est à dire B b

Détermination des dimensions géométriques :

On désigne par:  a ,b  : dimensions du poteau

A,B,H: dimensions de la semelle

di  : hauteur utile respective au lit inférieur

a
b

h
B

A
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Fig 6: Dimensions de la semelle.

 Dans le cas d’une charge centrée, on a les relations suivantes :

b N Ed 0.5 2.18
B≥
√ ×
a σ sol
=
√ ×
0.5 0.5
=2.09 m

D'après l'EC2 il faut majorer cette valeur de 10%:

→ B ≥ 2.299 m

On prend B=2.3m

a
A ≥ B=2.3 m
b

On prend A=2.3m.

Hauteur de la semelle:

d b =H−C nom −1 cm

d a =d b−2 cm

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


57
B−b
d=
da+ db
2
→ max 4
A−a
4
{ }
=0.45

=0.45
≤ d ≤min B−b=1.8
A−a=1.8 {
0.45 m≤ d ≤1.8 m

H ≥max d +c nom +2 cm=53.5 cm → On prend H=55 cm .


{ 20 cm

d b =H−C nom−1 cm=47.5 cm

d a =d b−2 cm=45.5 cm

Vérification de la contrainte transmise au sol:

Gsemelle =A∗B∗H∗γ b é ton=72.74 kN

G Remblais=[ A∗B−a∗b ]∗h remblais∗γ remblais=136.1 kN

Ned +1.35(G Remblais+ Gsemelle )


=0.46 MPa< σ sol =0.5 MPa
A∗B

Ferraillage de la semelle:

Acier //B:

Ned (B−b)
A sb ≥ =23.74 cm ²
8 d b f yd

majoration de 10%: A sb ≥ 26.11 cm²

230 230
≤ nb ≤
30 15

7.6 ≤ nb ≤15.3

→ 9 HA 20 → A sb =28.29 cm ²

l bd=40 ∅=80 cm

B−b 2.3−0.5
= =0.45 m< l bd
4 4

Donc l'ancrage des barres est obligatoire.

Acier //A:
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Ned ( A−a)
A sa ≥ =24.78 cm ²
8 d a f yd

Majoration par 10%: A sa=27.26

230 230
≤ nb ≤
30 15

8 ≤ nb ≤15

→ 9 HA 20 → A sb=28.29 cm ²

l bd=40 ∅=80 cm

A−a 2.3−0.5
= =45 cm< l bd
4 4

Donc l'ancrage est obligatoire.

*espacement des aciers:

230−2∗6.5−2∗2−2∗9
e a=eb = =24.97 cm<30 cm
8

→15<e a=eb < 30→ V é rifi é e .


h = 0.55 m

9HA20
B = 2.3 m 9HA20

Fig 7: Ferraillage de al semelle

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


59
2- Tableau récapitulatif des semelles sous poteaux :

N° Charges Poteau Semelle

Semelle G Q Section Section Ferraillage

(t) (t) (a x b) (AxBxh) ( Aa x Ab )

S1 31 5.4 25x25 100x100x25 7HA10x7HA10


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

S2 55 17 30x30 145x145 x 35 14HA10x14HA10

S3 80 16 30x40 165x170x 40 13HA12x13HA12

S4 34 8 25x25 110x110x 30 7HA10x7HA10

S5 98 27 40x40 190x190x 45 10HA16x10HA16

S6 149 53 50x50 240x240x 55 11HA20x11HA20

Tab 24: Tableau des semelles

Chapitre VIII : Escalier:

1- Introduction :
L’escalier est une construction architecturale constitué d’une suite régulière de marche
qui permet d’accéder à un étage ou de passer d’un niveau à un autre.

C’est un ouvrage constitué d’une suite régulière de plans horizontaux (Marches et


Paliers). Il est important dans la construction d’un escalier de savoir sa destination ou
son usage pour bien respecter la réglementation qui lui sera appliquée.

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


61
 Le giron : C’est la distance horizontale mesuré entre le nez de marches
consécutives.

 Le contre marche : Désigne la face verticale située entre deux marches


consécutives.

 La marche : C’est la surface plane de l’escalier sur laquelle on pose les pieds
pour monter ou descendre.

 Le nez de marche : C’est le bord avant de la marche.

 L’échappée : Une hauteur libre de passage mesurée l’aplomb des marches.

Fig 8: Terminologie de l’escalier

 Le reculement : Longueur de l’escalier projetée au sol.

 La trémie de l’escalier : L’ouverture ménagée dans un plancher permettant le


passage de l’escalier.

 La volée : C’est l’ensemble de marches d’un escalier compris entre deux paliers
consécutifs. La volée ne doit pas comporter plus de 20 à 22 marches.

 L’angle : L’angle de l’escalier qui donne la valeur de la pente ou l’inclinaison


de l’escalier.
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

2- Dimensionnement :

Fig 9: Modèle de calcul de l'escalier.

 La hauteur du Volée est de H=3.3 m.

3.3∗0.5
Par la suite le nombre des contres marches n march e+1= =9.7 on prend n=10
0.17

H 3.3∗0.5
 La hauteur du contre marche est définie par h = n = =0.165mh
marc h e+1 10
=16.5cm
l paillasse 2.1
 La hauteur du marche est définie par g = = = 0.233m
nmarc h e 9
 La formule de Blondel à vérifier, donnée par : 55≤ 2h+g ≤65

Or on a g=23.3 cm  2  16.5 +23.3 = 56.3 Escalier confortable.

h
 L’angle d’inclinaison de la paillasse : Tg (α )=
g

16.5
α = cotg = 35.3°
23.3

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


63
L L
 L’épaisseur de la dalle d’escalier : ≤ e p ≤ Avec L=3.9 m
30 25

0.13 ≤ e p≤ 0.156

e p =14cm

e = 0.018  L3 √3 25 e +Q

e = 0.018  3.9 √3 25 e+ 4 e=0.14m.

Onl’arrondira à e= 0.15m pour prendre en compte le poids des revêtements.

3- Calcul des moments :

Charges Palier Paillasse

Pu KN/m 12.91 16.6


Ps KN/m 9.17 11.9

Tab 25: Les charges a l'ELU et a l'ELS sur la volée de l'escalier

P u '∗l 2
V u= Pu*l1 +
2

P u∗l 1² P u '∗l 2(2∗l−l2) q∗l ²


M u= + +
2 8 8

Moments Fléchissant (KN.m) Efforts Tranchant (KN)

A l’ELU 30.08 12.38

A l’ELS 21.52 9.17


Tableau 26: Sollicitation de l'escalier

4- Calcul de ferraillage :
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

4-1- Armatures longitudinales :

Le calcul de ferraillage est réalisé pour une section rectangulaire de section (0.15x1) m²
soumise à la flexion simple.

Mu 30.08 10−3
 μbu= e = = 0.154
b . d . f bu 10.125 ² 16.67

μbu=0.154 ≤ μlim ¿ ¿=0.39 Pas d’aciers comprimé.

 α =1.25 ¿) = 1.25 (1-√ 1−2 0.154 ) =0.21


 Z=d ( 1−0.4 α )=0.125(1-0.4  0.21) = 0.115 m
Mu 30.0810−3
 A st= = = 7.52 cm²
Z . f ed 0.115 348
f t 28 b d 0.23 0.1251.92
 Amin = 0.23 = = 1.59 cm²
f ed 348
Amin < A st« Condition Vérifiée »
 Choix des Armatures :
5HA14 ( A st/réel =7.7cm²) ; Amin =4HA8( Amin /réel =2.01cm²)

4-2- Armatures transversales :


La section des armatures transversales est presque égale au quart-tournant de la section
des armatures longitudinales donc :

A st 7.7
 AT = = =1.925cm² Choix des Armatures :
4 4
4HA8/ml
 La section des Armatures r é el AT Réel =2.01 cm²
 Armatures de C h apeau : AC h apeau =0.15  A st =1.155cm

d ' ou A C h apeau< Amin =1.59cm²


C h oix des armatures :4 HA 8 ¿ ¿ = 2.01 cm²)

4-3- Vérification a l'ELS :

On a Ms=21.52 KN.m

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


65
b
 S tan = . y ²+15. A st. y 1-15. A st.d
2 1

S tan=0.5. y 1²+ 15  7.7  10−4. y 1-15  7.7  10−4  0.12

S tan=0.5. y 1²+ 115.5  10−4. y 1-14.44  10−4

∆=b 2- 4ac

 y 1= −b+ √ ∆ = 0.043 m
2a
bx 3
 I H= y +15  A st  (d- y 1)²
3 1

0.0433
I H= +15  7.7  10−4  (0.125-0.043) ²
3

I H =¿0.778  10−4 m4

Ms 21.52 10−3 
 σ bc = . y1 = 0.043 =11.89 MPa
IH 0.77810−4

σ bc =11.89<σ bc =13.2 MPa « Condition Vérifiée »

 Fissuration peu préjudiciable : il n’y a aucune vérification à effectuer en ce qui


concerne σ s.

4-4- Vérification de cisaillement :

Les Armatures transversales ne sont pas nécessaires si :

Vu
 τu = <τ
bd
−3
τ u = 12.3810 =0.1 MPa
0.125
f c 28
 τ max = min (0.2  ; 5MPa) =2.93 MPa
γb
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

 τ u <τ maxLa section de Béton et la contrainte tangente est bien


Vérifiée.

Fig 10: Schéma de ferraillage de l'escalier

Chapitre IX : Etude de correction acoustique

1-Introduction:

Le principe de la correction acoustique consiste soit a réduire les niveaux sonores en


neutralisant l'énergie réverbérée, soit à contrôler cette énergie pour faciliter l'audition.

Dans notre cas on va étudier la salle des fêtes donc on cherche a contrôler l'énergie sonore et
obtenir une parfaite diffusion de cette énergie.

2-Etude acoustique:
2-1-Caractéristiques de la salle:
La salle des fêtes est de hauteur sous plafond de 4 m. le plancher haut est un faux plafond en
plâtre (𝛼=0.04) de surface S=485.31 m², le revêtement du sol est en carrelage (𝛼=0.03) de
S=485.31 m², les fenêtres sont en vitrage courant (𝛼=0.12) de S=48 m² et les portes sont en bois
de S=10.92 m².

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


67
Avec : 𝛼= coefficient d'absorption ( les valeurs de 𝛼 des plusieurs matériaux sont représentées le
fichier ci-joint (voir ANNEXES).

2-2-Vérification du temps de réverbération:


V
Il faut vérifier que : T R =0.16 <T R . opt =0.1 √3 V
A

Avec: T R : Temps de réverbération

V: Volume de la salle : V =4 × 485.31=1941.24 m²

A= air d'absorption équivalant

T R . opt : Temps de réverbération optimale.

T R . opt =0.1 √3 1941.24=1.25 s

 Calcul de l'air d'absorption équivalant:

A=∑ S ×α

le résultat de calcul de A est donné dans le tableau suivant:

Matériau S (m²) 𝛼 (pour f=1000Hz) A (m²)

Murs 338.84 0.03 10.16

Sol 485.31 0.03 14.56

Faux plafond 485.31 0.04 19.41

Fenêtres 48 0.12 5.76

Portes 10.92 0.09 0.98

∑A 50.87

Tab 27: Calcul de l'air d'absorption


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

V 1941.24
→ T R=0.16 =0.16 =6.1 s
A 50.87

→ T R >T R . opt

→Il faut prévoir une correction acoustique, il faut augmenter la surface d'absorption.

2-2-Air d'absorption minimale pour la correction acoustique:

V 1941.24
→ A ' =0.16 =0.16 =248.48m²
T R . opt 1.25

On peut installer des élément absorbant pour avoir cette valeur: le fichier ci-joint (voir
annexes) contient des exemples des matériaux absorbants et leurs surfaces d'absorption.

Chapitre X: Calcul d’une nervure :

1-Introduction:
La conception d’un plancher en corps creux repose sur l’utilisation des nervures.
La dalle de compression et la géométrie de l’hourdis font que la nervure soit de section
en Té. Suivant sa conception, une nervure est dimensionnée comme une poutre continue
ou isostatique sollicitée à la flexion simple.

A titre d’exemple on va dime

2-Pré-dimensionnement de la section de la nervure:


La largeur de la table de compression b ainsi que celle de l’âme b 0 sont
imposées par le type des corps creux à savoir :

 b = 33 cm.
 b0 = 7 cm.

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


69
La hauteur h est fonction du type du plancher, elle est déterminée d’après le
règlement BAEL par:

l
h
22.5 ; Avec l est la portée maximale.

5.2
On a : lmax = 5.2m  h= = 0.2177  Soit h = 25 cm (hourdis 19 + 6)
22.5

Finalement on a :

Fig 11: Section transversale de la nervure.

2-1-Evaluation des charges:


Dans le cas d’un plancher intermédiaire, la nervure est soumise aux actions
suivantes :

 Charges permanentes : G = 6.05 ¿ 0,33 = 2 KN/m.


 Charges d’exploitation : Q = 2,50 ¿ 0,33 = 0,825 KN/m.
On obtient ainsi les combinaisons fondamentales de calcul:

 A l’ELU: Pu = 1,35 G + 1,50 Q = 3,94 KN/m.


 A l’ELS : Ps = G + Q = 2,82 KN/m.

3-CALCUL DES SOLLICITATIONS


3-1- Choix de la méthode de calcul
Le choix de la méthode de calcul dépend de la vérification d’un certain nombre des
conditions:

 Les charges d’exploitation sont modérées :


 q =2,50 KN/m ≤ 2×g = 12.1 KN/m².
 q =2,50 KN/m ≤ 5KN/m². ( Ok)
 La fissuration ne compromet pas la tenue des revêtements ni celle des
cloisons. ( Ok)
 Les éléments de plancher ont une même inertie dans les différentes travées.
( Ok)
l l
0.8  i  1.25 et 0.8  i  1.25
 Les portées vérifient : li 1 li 1 ( Ok)
 La méthode forfaitaire peut être appliquée.
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

3-2Moments fléchissant dans les travées de référence:


M 0i : C’est le moment maximal dans la travée isostatique (de référence) « i »
soumise au même
chargement, il est donné Travée M 0i u (KN.m M 0i ser (KN.m
li (m)
par : « i »
) )
1 5.2 13.3 9.5
2 4.98 12.2 8.7
3 4.67 10.7 7.7
4 4.75 11.1 7.95
5 4.765 11.2 8
Tab 28: Moments maximaux en travées de référence.
Pu .li2
M 0i u 
 8  : à
L’ELU.
Ps .li2
M i
0 ser 
 8  : à L’ELU.

3-3 Moments fléchissant maximaux sur appuis:


Les moments maximaux sur appuis sont :

Appui Appui Appui Appui Appui Appui


Appui  « i »
1 2 3 4 5 6

Mi ELU - 1.73 - 6.1 - 4.3 - 4.4 - 5.6 -1.68


(KN.m) ELS - 1.425 - 4.35 - 3.03 - 3.2 -4 -1.2

Tab29 Moments fléchissant maximaux sur appuis.

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


71
3-3Moments fléchissant maximaux en travées:
Les moments maximaux en travées sont donnés forfaitairement par les formules
suivantes:

Mw  Me (1  0.3 ).M 0( i ) 


1.2+0.3 α Mt   max  
Mt ≥ M 0(i) 2 (i )
2 Et tel que : 1.05.M 0 

(i )
Avec  : * M 0 Moment isostatique maximal de la travée de
référence « i ».

* M e et Mw  : sont respectivement les valeurs absolues


des moments maximaux sur appui droite et

gauche de la travée « i ».

* Mt  : Moment maximal dans la travée continue.


q

* gq .

Dans notre cas et à titre indicatif, on développe le calcul du moment maximal


pour la première travée, et pour les autres travées, le calcul sera analogue et l’ensemble
des résultats sera représenté dans le Tableau 3 qui suit le calcul :

Travée Ner1 :

q 0.825
α= = =0.292
g+q 2+0.825

1.2+ 0.3∗α 1.2+ 0.3∗0.292


 A L’ELU : Mtu1 = M0u(1) = ∗13.3=8.56 KN
2 2

1.2+ 0.3∗α 1.2+ 0.3∗0.292


 A L’ELS : Mtser1 = M0ser(1) = ∗9.5=6.11 KN
2 2

(1+0.3α).M0(i) 1.09.M0(i)

M w +M e
Vérifions alors que : Mt + ≥ max =
2
= 1.09.M0(i)
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

1.05. M0(i) 1.05. M0(i)

Or pour cette travée on a :

A L’ELU: Mtu1 = 8.56 KN.m; Mw = 1.73 KN.m; Me = 6.1 KN.m; M0u(1) =


13.3 KN.m

1.73+6.1
 8.56 + =12.475 < 13.3 *1.09 = 14.1 KN.m
2

1.73+6.1
 L’inégalité n’est pas vérifiée on prend : Mtu1 + ≥ 14.1
2
 Mtu1 = 10.2 KN.m

A L’ELS: Mt ser = 6.11 KN.m; Mw = 1.425 KN.m; Me = 4.35 KN.m; M0ser =


1.425+ 4.35
9.5 KN.m  6.11 + = 9 < 9.5*1.09 = 10.355 KN.m
2

1.425+ 4.35
 L’inégalité n’est pas vérifiée on prend : Mtser1 + ≥
2
10.355

 Mser1 = 7.5 KN.m

Travée « i » 1 2 3 4 5

ELU 10.2 8.01 7.31 7.15 8.56


M t ( KN .m)
ELS 7.5 5.8 5.28 5.12 6.05

Tab 30: Moments maximaux en travées.

3-4- Efforts tranchants maximaux:


Les efforts tranchants maximaux sont :

P u∗li 1 3.94∗5.2
V01 = = = 10.24 KN
2 2

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


73
P u∗li 2 3.94∗4.98
V02 = = = 9.81 KN
2 2

P u∗li 3 3.94∗4.67
Avec : V03 = = = 9.2 KN Efforts tranchants
2 2
isostatiques

P u∗li 4 3.94∗4.75
V04 = = = 9.36 KN
2 2

P u∗li 5 3.94∗4.765
V05 = = = 9.55 KN
2 2

3-5- Récapitulation des sollicitations maximales :

Le tableau ci-dessous résume les sollicitations maximales dues aux charges appliquées
sur la nervure :

Trav Appu
Appu Travée Appu Trav Appui Travée App Travée Appui
ée i 6
i1  i 2 ée  3  ui 4  5

Moment
fléchissant -1.73 10.2 -6.1 8.01 -4.3 7.31 -4.4 7.15 -5.6 8.56 -1.68
(KN.m)
ELU

Effort Gauc --- -9.55


0 --- -11.3 --- -9.81 --- -10.1 --- -9.36
tranchant he
(KN) Droite 10.24 --- 10.8 --- 9.2 --- 10.3 --- 10.5 --- 0

Moment
5. 5.
ELS fléchissant 6.05 -1.2
-1.43 7.5 - 4.35 8 - 3.03 5.28 - 3.2 12 -4
(KN.m)

Tab 31:Sollicitations

4-Calcul de feraillage de la nervure :


4-1- Calcul des armatures longitudinales:
La fissuration étant peu préjudiciable, on va procéder par un dimensionnement de la
section à L’ELU, puis une vérification à L’ELS, ainsi que la vérification de la condition
de non fragilité.
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

On détaillera le calcul pour la première travée, et la procédure sera la même pour les
autres travées ainsi que pour les appuis. L’ensemble des résultas sera récapitulé dans le
tableau 5 :

Travée Ner1 :

 Dimensionnement à L’ELU  :

Mu = 10.2 KN.m

h0
M Tu  b.h0 . fbu .(d  )
2

0.06
= 0.33 x 0.06 x14.17 x (0.225 – ) = 54.7 KN.m
2 Fig 12: dimensions de la nervure

 Mu< MTU

 La section en T se comporte comme une section rectangulaire (b×h)

Mu 0.0102
µ= = = 0.043
b . d ² . fbu 0.33.0 .225 ² .14 .17

 μ < μL = 0.39
2
 La section sera dépourvue d’armatures comprimées A sc =0 cm

α =1.25 x [ 1− √1−2u ] =1.25 x [ 1−√ 1−2 x 0.043 ] =0.055

y u=α . d=0.055 x 0.225=0.012375 m

Z=d−0.4 y u=0.225−0.4 × 0.012375=0.22 m

Mu 0.0102 2
A st= = =1.33 c m
Z × f su 0.22 ×347.8

Soit 1HA14
= 1.54 cm².

 Vérification à L’ELS  :
2
bh0
f (h0 )= +15. A sc .(h0 −d )−15 . A st .(d −h0 )
2

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


75
0.33 ×0. 06 2 −4 −4
f ( h0 )= −15 ×1.54 ×10 (0.225−0.06)=2.13 ×10
2

 f(h0) > 0  La section en T se comporte comme une section rectangulaire


(b×h)

Y1 est la solution de l’équation :


b 2
y + [ 15. A sc +15. A st ] . y 1 −[ 15. A sc .d'+15. A st .d ]=0
2 1
0.33 2
y 1 +15 ×1.54 ×10−4 y 1−15 ×1.54 × 10−4 × 0.225=0 
2
Y1=0.0465m

by13
I SRH   15. Ast .(d  y1 )²  15. Asc .( y1  d ')²
AN 3 
I SRH =
AN
8.46 ×10−5 m4

M ser 7.5× 10−3


σ bc= × y 1= × 0.0465=4.12 MPa
I SRH 8.46 ×10−5
AN

 σ bc=4.07 MPa< σ´bc = 12 MPa  ( Ok)

 Condition de non fragilité:

Comme la section est une section en T, on doit vérifier :

I Gx f t 28
A min = .
Ast ≥ Amin avec : 0 .81 .h. v ' f e

0.19 Fig 13: schéma


(0.06  0.33)  0.22  (0.19  0.07) 
v '  XG  2  0.1697m  16.97cm
(0.19  0.07)  (0.06  0.33) ;
b.v 3 (b  b0 ).(v  h0 )3 b0 .v ' 3
I Gx     1.702  104 m 4
v  h  v '  8.03cm 3 3 3 
1.702  104 1.92
Amin    0.23cm ²
0.81 0.25  0.1697 400

 Ast ≥ Amin  La condition de non fragilité est vérifiée

Travée
Appui Appui Appui Appui Appui Appui Travée Travée ❸ Travée Travée❺
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

1 2 3 4 5 6 ❶ ❷ ❹

M u (KN.m) -1.73 -6.1 -4.3 -4.4 -4 -1.2 10.2 8.01 5.28 7.15 6.05

M Tu(KN.m) --- --- --- --- --- --- 54.7 54.7 54.7 54.7 54.7

Section de Rec Rec Rec Rec Rec Rec Rec Rec Rec Rec Rec
calcul (7x (7x25) (7x25) (7x25) (7x25) (7x25) (33x25) (33x25) (33x25) (33x25) (33x25)
25)

µ 0.034 0.12 0.085 0.087 0.08 0.024 0.043 0.034 0.022 0.03 0.0255
Dimensionnement à l’ELS

A sc (c m 2) 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

α 0.043 0.16 0.11 0.114 0.1 0.03 0.055 0.04 0.028 0.038 0.0323

Z(m) 0.2211 0.21 0.2151 0.2147 0.216 0.2223 0.25 0.2214 0.2224 0.2215 0.222

A st (c m2 ) 0.225 0.835 0.575 0.59 0.532 0.155 1.33 1.04 0.685 0.928 0.78

Théorique

A st (c m2 ) 1HA8 1HA12 1HA10 1HA10 1HA1 1HA8 1HA14 1HA12 1HA10 1HA12 1HA10
0
réelle
0.5 1.13 0.79 0.79 0.79 0.5 1.54 1.13 0.79 1.13 0.79

Amin (c m 2) 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.23 0.23 0.23 0.23 0.23

M ser (KN . m) -1.43 -4.35 -3.03 -3.2 -4 -1.2 7.5 5.8 5.28 5.12 6.05

Y 1(m) 0.0595 0.0829 0.0719 0.0719 0.0719 0.0595 0.0465 0.0495 0.0367 0.0495 0.0367
Dimensionnement à l’ELS

I SRH ×(10−5 m4 )2.5 4.75 3.64 3.64 3.64 2.5 8.46 6.55 4.74 6.55 4.74
AN

σ bc(MPa) 3.4 7.6 6 6.32 7.9 2.856 4.12 4.38 4 3.86 4.68

σ´bc(MPa) 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2 13.2

σ bc≤σ´bc ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)

Tab 32: Tableau récapitulatif des armatures longitudinales de la nervure.


4-2- Calcul
des armatures transversales:
Pour le calcul des armatures transversales, on va détailler le calcul pour la moitié
droite de la travée Ner1, et pour les autres travées les résultats seront donnés dans le
tableau 6 :

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


77
Travée Ner1 (mi-travée droite):

Fig 14: Travée 1

 Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant  :


 u : Contrainte tengentielle conventionnelle du béton  :

V u 10.24 ×10−3
τu= = =¿0.65 MPa
b0 .d 0.07 × 0.225

f c 28
 u  min(0.2.
;5 MPa)
 u : Contrainte tengentielle admissible  : b . Pour une
fissuration peu préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures α = 90°.

25
(
τ u =min 0.2× ; 5 MPa =3.33 MPa   u   u
)
1.5

 Pourcentage minimal des armatures transversales  :


At At 0 . 4 b 0 0 . 4×0 . 07 m2
( )( )
St

St min
=
f et
=
235
=1. 19×10−4
m

 Diamètre minimal des armatures transversales  :


h b0
φt ≤ Min (l ; 35 ; 10 )  φt ≤ min (10; 7.14; 7)  7 mm
 t  6

 Espacement maximal des armatures  :


St = Min (0.9 d ; 40 cm) = Min (20.25; 40 cm) =20 .25cm 
St  20cm

 Espacement initial St0  :


A partir de la règle de coûture, on détermine l’espacement initial
S t 0 au droit de

l’appui en assurant : 7cm ¿


St 0 ¿ St  ; cette règle est donnée par:

* ft28 = 2.1 MPa.


réd
A t b 0 . γ s .(τ −0 . 3. K . f t 28 )
u

st 0 .9 . f et .(sin α+ cos α )
0
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

* K= 1 (flexion simple, sans reprise de


bétonnage et en F.F.P

* γ s = 1.15

* α = 90°

V réd
u
τ réd
u =
*
b0 . d

Pu 5
V0réd  .(li  h)
Avec :
i
2 3

Vuréd
 uréd  1
9.43 ×10−3
=0.598 MPa
b0 .d = 0.07 ×0.225

At b0 . s .( uréd  0.3.K . ft 28 )



st0 0.9. fet .(sin   cos  )

2
0.07 ×1.15(0.598−0.3 ×1 ×2.1) −4 m
¿ =−0.121× 10
0.9 ×235 m

At  At 
 
st0  St  min
  On prend:
At  At  m2
    1.19 104
st0  St min m

Or At : est un étrier Ø6  At = 0.56 cm².

 St0 = 47 cm >
St ; soit St0 =
St = 20cm.

L’espacement tout au long de la nervure sera constant avec S t = 20 cm, la première


nappe sera disposée à St/2, soit 10cm :

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


79
Travée ❶ Travée ❷ Travée ❸ Travée ❹ Travée ❺

Mi Mi Mi Mi Mi Mi Mi Mi Mi Mi
Travée Travée Travée Travée Travée Travée Travée Travée Travée Travée
Gauche droite Gauche droite Gauch droite Gauch droite Gauche droite
e e

max
Vu 10.24 11.26 10.8 9.81 9.2 10.12 10.3 9.36 9.55 10.5
(KN)

max
Vured 9.43 10.4 8.6 7.85 7.3 8 8.2 7.45 7.48 8.22
(KN)

 ured (MPa) 0.598 0.66 0.546 0.498 0.463 0.508 0.52 0.473 0.475 0.522

 At 
   cm² m  -0.121 -0.092 -0.367 -0.502 -0.635 -0.46 -0.42 -0.6 -0.59 -0.411
 St 0 Théorique

 At 
   cm² m  1.19 1.19 1.19 1.19 1.19 1.19 1.19 1.19 1.19 1.19
 St 0 Choisie

St0 Théorique (cm) 47 47 47 47 47 47 47 47 47 47

St0 Choisie (cm)


20 20 20 20 20 20 20 20 20 20

Répartition (cm) 10/9×20/1 16/9×20/1 10/9×20/1 11.5/9×20 10/9×20 11.5/9×20 10/9×20 15/9×20 10/9×20/ 16/9×20
6 0 1.5 /10 /11.5 /10 /15 /10 16 10

Tab 33: Tableau récapitulatif des armatures transversales de la nervure.

 Vérification des appuis  :


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

 Appui de rive  : Appui 1  :

Acier de glissement : Ag :

Vu
A g≥ V u=10.24 KN
f su Or

10.24 ×10−3 2
 Ag≥ =0.294 c m
347.8

Il faut prolonger l’armature inférieure de flexion au delà de l’appui


considéré.

Cette armature de 1HA10 = 0.78 cm² vérifie le non glissement.

Vérification de la bielle de béton :

Vérifions la condition de non écrasement du béton :

2 V max 0 . 8 . f c 28
σ b= u ≤
a .b 0 γb Avec : σb = Contrainte de
compression dans la bielle

a = la-enrobage-2cm = 22-


2-2.5 = 17.5cm

42.01
2× ×01 − 3 8.0 × f c82
σ=
b 2
276.1
= aPM ≤ 4.71aPM
= 
5.71 ×01 −70.0
× γb

 La condition de non écrasement du béton est vérifiée.


 Appui intermédiaire  : Appui 2  :

Acier de glissement : Ag :

|M u| −3 6.1 ×10−3
|V u D|− Z
11.26 × 10 −
0.9 × 0.225
A¿ = = =−0.542 c m 2 ≤ 0
f su 347.8

En principe dans ce cas on n’est pas obligé de prolonger les armatures,


mais il est de bonne construction de prolonger les armatures inférieures au-
delà de l’appui de part et d’autre.

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


81
|M u| 6.1× 10−3
|V u D|− 10.8 ×10−3−
Z 0.9× 0.225
A¿ = = =−0.556 c m2 ≤ 0
f su 347.8

Vérification de la bielle de béton :

Vérifions la condition de non écrasement du béton :


max
2V 0 . 8 . f c 28
σ b= u ≤
a .b 0 γb Avec : σb = Contrainte de
compression dans le béton

a = la-enrobage-2cm = 22-2-


2.5 = 17.5cm

2× 10.8× 10−3 0.8 × f c 28


σ b= =1.76 MPa ≤ =17.4 MPa
−2
17.5× 10 × 0.07 γb

 La condition de non écrasement du béton est vérifiée.


 Vérification de la jonction table nervure  :
 Vérification du béton :

b0 b1
τ table =τ âme . . ≤τ u
Il faut vérifier que : 0 . 9. h0 b

Or : τ u =3.33 MPa

0.65 ×0.07 × 0.13


τ ame=0.65 MPa τ table= =0.332 MPa≤ τ u
0.9 ×0.06 × 0.33

b−b 0
b 1= =13 cm
2


τ table ≤τ u  ( Ok)

 Armatures de couture :

A c τ table−0.3 f
≥ × h0 ×1.15=−1.02c m2< 0
t28

St f et

 on n’aura pas besoin d’acier pour la jonction puisque le béton seul assure
cette fonction,
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

il suffit de prévoir un Ø6 tous les 33 cm.

5- VÉRIFICATION DE LA FLÈCHE :
La vérification de la flèche est une vérification vis-à-vis de l’état limite de service.
Elle devient inutile si les conditions suivantes sont satisfaites :

h 1

 l 22.5 Avec :* M0  : Moment de la
travée de référence

h 1 Mt
 .
 l 10 M 0 * Mt  : Moment maximal
en travée

A 4.2

 b0  d fe * A : Section d’acier
tendu en en travée

 Travée Ner1 :

h 25 1
 = =0.048 ≥ ( Ok)
l 520 22.5

h 1 M t 1 7.5
 =0.048< . = . =0.073 Non vérifiée
l 10 M 0 10 10.2

A 0.78 104 4.2


  0.0049   0.01
 b0  d 0.07  0.225 f e ( Ok)

 La condition  n’est pas vérifiée ; le calcul de la flèche est nécessaire.

Appliquons la méthode de « L’inertie fissurée » : (Etant donné que le plancher


considéré ne supporte pas des cloisons dans le sens longitudinal des nervures)

M ser  l 2
fi 
10.Ei .I fi

Avec :

1.1 I 0
I fi 
 1  i . .
 I0 : Moment d’inertie de la section totale rendue homogène (STRH).
. 3 (b  b0 ).(V1  h0 )3 b0 .V23
bV
I 0  I STRH  1    15. Ast (d  V1 )2
G 3 3 3

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


83
h0  h  h0 
(h0 .b).  ( h  h0 ).b0 .   h0   15. Ast .d
X G  V1 
 xi .Si 
2  2 
S i  S RH ( h0 .b)  b.(h  h0 )  15. Ast

V2  h  V1

0.05. f t 28
i  A
b
 .(2  3. 0 )   b .d
 b , 0

1.75. f t 28 M
  1  s  15  ser (d  y1 )
 4. . s  ft 28 , I Gx
Ei  11000 3 f c 28

Dans notre cas :

7.5 ×10−3
σ s=15 × (0.225−0.0365)=78.8 MPa
2.69 ×10−4

0.78 104 1.75× 2.1


  0.0049 μ=1− =1.008
0.07  0.225  4 × 0.0049× 78.8+2.1

0.05 ×2.1
λ i= =8.128
0.07
0.0049×(2+3. )
0.33
4
V1= 3.48 cm  V2 = 25 – 3.48 = 21.52 cm  I0 = 2.809 10 m
4

1.1× 2.809 ×10−4 −4 4


I ft = =0.336 ×10 m
1+ 8.128 ×1.008

Ei =11000 √3 25=32164.2 MPa

7.5× 10−3 ×5. 22


 f i= =0.0187 m
10× 32164.2× 0.336 ×10−4

1
Or la flèche admissible est limitée à : f admi = car l> 5 m
250

5.2
 f admi = =0.0208m  fi  f admi  La flèche est vérifiée.
250

 Travée Ner2 :

h 25 1
 = =0.05 ≥ ( Ok)
l 498 22.5
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

h 1 M t 1 5.8
 =0.05< . = . =0.048 ( Ok)
l 10 M 0 10 8.01

A 0.5 104 4.2


  0.0031   0.01
b
 0  d 0.07  0.225 f e ( Ok)

 Travée Ner3 :

h 25 1
  0.062   0.04
 l 403 22.5 ( Ok)

h 1 M 1 3.05
 0.062  . t  .  0.06
 l 10 M 0 10 5.08 ( Ok)

A 0.78 104 4.2


  0.0049   0.01
 b0  d 0.07  0.225 f e ( Ok)

 Les 3 conditions sont vérifiées ; la justification de la flèche n’est pas


exigée.

 Travée Ner4 :

h 25 1
 = = 0.052 ≥ = 0.04 ( Ok)
l 475 22.5

h 1 M t 1 5.12
 =0.05> . = . =0.039 ( Ok)
l 10 M 0 10 7.15

A 1.13 104 4.2


  0.007   0.01
 b0  d 0.07  0.225 f e ( Ok)

 Les 3 conditions sont vérifiées ; la justification de la flèche n’est pas exigée.

 Travée Ner5:

h 25 1
 = = 0.0525 ≥ = 0.04 ( Ok)
l 476.5 22.5

h 1 M t 1 6.05
 =0.05> . = . =0.043 ( Ok)
l 10 M 0 10 8.56

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


85
A 1.13 104 4.2
  0.007   0.01
 b0  d 0.07  0.225 fe ( Ok)

 Les 3 conditions sont vérifiées ; la justification de la flèche n’est pas exigée.

Chapitre XI: Fondations profondes

1-Conception des fondations


1-1- Introduction

Les fondations d’une construction sont constituées par les parties de l’ouvrage
qui sont en contact avec le sol auquel elles transmettent les charges de la superstructure,
elles constituent donc la partie essentielle de l’ouvrage, puisque de leurs bonnes
conception et réalisation, découle la bonne tenue de l’ensemble.
En comparant la charge avec la valeur de la portance du sol, à une profondeur D
déterminée à partir de l’étude géotechnique, on peut fixer le choix de fondation adéquat
selon le rapport D/B (B largeur de l’élément de fondation) [2].
A ce titre, ce choix est guidé par :

 Fondations superficielles (semelles filantes ou isolées, radier) : D/B<4


La fondation superficielle est une fondation qui repose sur le sol ou qui
n’est que faiblement encastrée. Les charges qu’elle transmet ne
sollicitent que les couches superficielles et peu profondes.
 Fondations semi profondes (puits) : 4< D/B<10
Les puits sont encastrés à des profondeurs limitées ayant une section
circulaire importante (ф>1.2m) généralement non armés.
 Fondations profondes (pieux) : D/B >10
Un pieu est une fondation élancée, qui reporte les charges de la structure
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

sur des couches de terrain de caractéristiques mécaniques suffisantes,


ayant 3 partie principales la tête, la pointe et le fût.

Les fondations superficielles ayant comme principaux avantages la simplicité


d’exécution et un coût, de loin moindre, que les fondations profondes. Elles restent le
type de fondation les plus utilisé pour les ouvrages dont les charges ne sont pas
importantes et quand la qualité du sol le permet.

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


87
1-2-Description de la campagne géotechnique:

1-2-1-Consistance de la campagne:
La campagne a été réalisée par l’entreprise GEOCONSEIL et a consistée en :

- Un sondages carottés de 20 m de profondeur avec des prélèvements


d’échantillons intacts dans les formations cohérentes pour analyse et
identification au laboratoire.
- Deux sondages préssiomètriques de 20 m de profondeur avec réalisation d’essais
préssiomètriques tous les mètres.

1-2-2-Lithologie du sol à partir des sondages carottés:


L’analyse des cinq sondages carottés a permis d’identifier, de haut en bas, la
succession des horizons suivants :

- Horizon 1 : Remblai d’épaisseur 5.5m

- Horizon 2 : Argile sableuse légèrement de couleur beige à jaunâtre dont les
caractéristique mécaniques sont faibles en profondeur et se traduisent par un
module préssiomètriques compris entre 31 et 70 bars et s’étend jusqu’à une
profondeur comprise entre 5.5m et 12 m. pour une pression limite nette
comprise entre 3 à 6 bars

- Horizon 3 : argile silteuse plastique de couleurs beige , elle a été identifiée entre
12m à 14m de profondeur dont le module préssiomètriques varie de 80 à 156
bars pour une pression limite nette comprise entre 8 et 13 bars

- Horizon 4 : il s’entend de -14 m a -20m de profondeur dont les caractéristiques


mécaniques s’améliorent en profondeur , en effet le module préssiomètriques
varie de 168 à 265 bars pour une pression limite nette comprise entre 14 à 20
bars

La nappe est située à -5.5m de profondeur par rapport au terrain naturel actuel.
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

1-2-3-Essai au pressiomètre MENARD


L’essai pressiométriques est l’un des essais in situ les plus utilisés dans le monde
.Le procédé consiste à introduire dans le terrain une sonde cylindrique dilatable. Les
moyens pour introduire la sonde dans le terrain sont le forage, battage, lançage…
La sonde est reliée à un système de mesure ; pression et volume [3].

 Appareillage 

L´ensemble préssiomètriques se compose de 3 éléments principaux

(Annexe I. Figure I.1.1) :

- Une sonde préssiomètriques monocellulaire qui se présente sous la forme d´une


gaine en caoutchouc de faible inertie, protégée par des lamelles acier inox. La
partie inférieure de la sonde est munie d´une pointe pour éviter lors du battage le
contact de la cellule avec le terrain. Sur la partie supérieure un raccord pour
protéger la cellule lors de l’arrachage et raccorder la sonde avec les tiges.
- Une tubulure qui assure la liaison entre le pressiomètre et la sonde. Ses deux
extrémités sont munies d´embouts rapides.
- Le pressiomètre ou contrôleur pression volume qui permet d´assurer la dilatation
de la sonde et de mesurer en fonction du temps. Il ne comporte qu´un seul circuit
d´eau d´une capacité de 350 cm3. Il est équipé de des manomètres et d´un
détendeur alimenté par de l´azote.
 Procédures

La sonde doit être descendue dans le forage jusqu’à la profondeur désirée par
l’intermédiaire d’une tige de guidage et on le place de tel sorte que la partie médiane
de la cellule centrale corresponde exactement au niveau choisi pour l’essai.

On ouvre le circuit d’eau alors qu’il y a une pression égale au poids de la


colonne d’eau s’exerce au niveau de la sonde, entraînant une légère augmentation de
volume de la sonde.

La mise en charge s’effectue à l’aide du détendeur, par paliers progressifs avec


minimum de 7 palies et pour chaque palier la lecture des variations de volume de la
sonde est faite à 15, 30,60s après la fin de la mise pression à ce palier (Annexe I.
Figure I.1.2).

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


89
L’essai doit être poursuivi jusqu'à ce que le volume mesuré atteigne :

- 700 à 750cm³environ pour les sols de faible résistance (p<8bars).


- 600 cm³ pour le sol de résistance moyenne (8<p<15bars)
- Terrains meubles très résistant p= 20à25bars
- Dans le rocher p=70 à100bars
 Présentation des résultats

L’essai préssiomètriques donne des résultats présentés par deux courbes

(Annexe I. Figure I.1.3)

Courbe préssiomètriques :
La pression p est portée en abscisses et le volume V correspondant en
ordonnées.

Cette courbe présente l’allure des courbes de chargement. La courbe se décompose


en trois parties.

- Première partie correspond à l’adaptation de la sonde au calibre du forage et à une


prise de contact progressive avec le sol décomprimé sur la paroi.

- Deuxième partie correspond à une loi de proportionnalité entre pression et


déformation.

- Troisième partie correspond aux déformations plastiques du terrain.

Courbe de fluage :
Au cours d’un palier de pression p donné, il se produit dans le terrain une
déformation qui augmente en fonction du temps et se traduit par un accroissement
du volume de la sonde ; cette déformation est représentée conventionnellement par
la différence :

V (60s)-V (30s).

Alors que la courbe de fluage est établie en portant en abscisses la pression p et


en ordonnées, la différence V60-V30.
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

On obtient une courbe sous forme d’une ligne polygonale dont les sommets
correspondent sensiblement aux divers points caractéristiques de la courbe
pressiométrique.

1-2-4-Caractéristiques préssiomètriques
 Pression limite Pl :

La pression limite est une pression correspond à la rupture du terrain sur la paroi
de la cavité cylindrique qui a été soumise à un état des contraintes croissantes. La
valeur de la pression limite est déduite directement de la courbe préssiomètriques, il
correspond à l’abscisse de l’asymptote verticale de la courbe. Cette caractéristique
intervient dans tous les calculs de stabilité à la rupture effectués à partir de l’essai
préssiomètriques.

 Module préssiomètriques  E:

Le module préssiomètriques E caractérise la phase de déformation Pseudo-


élastique de l’essai, il intervient dans le calcul de tassement. La valeur de E,
mesurée par une sonde, est donnée par la relation suivante :

E= (∆p/∆v).k

Tel que : ∆v représente la variation du volume de la sonde pour


accroissement de pression ∆p de la pression p,

K est un facteur dépendant du coefficient de poisson ñ, du volume V0 de la


cellule centrale de la sonde à vide et du volume V de la déformation de cette cellule
(égale au volume de liquide injecté) pour une pression p, alors on peut écrire :

K=2. (1+ñ). (V0+V).

Le coefficient de poisson ñ est pris égal à 0,33.

 Pression de fluage :

La pression de fluage Pf représente la limite du domaine pseudo-élastique


déduite de la courbe de fluage.

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


91
1-2-5-Lithologie du sol à partir de l’essai préssiomètriques

Les résultats des pressiomètre confirment ceux obtenues à partir des sondages
carottés et montrent la succession de deux horizons(SP2) [1]:

 Le premier horizon A : Argile sableuse plastique beige entre 0 et 12 m,


caractérisé par des paramètres de résistance très faibles (pl <7 bars).
 Le deuxième horizon B : Argile silteuse brune et sable argileux beige de
profondeur entre 12 et 20m, caractérisé par des paramètres de résistance
faibles à moyennes (12<pl <20 bars).
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

2-Mode et Principe de Fondation:


Compte tenu des caractéristiques géologiques et géotechniques mises en
évidence par les différentes investigations, le site est marqué par la présence sous
une couche de remblai de 5.5 m d’épaisseur les formations suivantes :

 Une couche argilo-sableuse plastique située entre -5.5m et -10m de


profondeur dont les caractéristiques mécaniques sont faibles en profondeur.
 Sous-jacent et jusqu’à -14 m de profondeur, les argiles apparaissent avec des
propriétés de portance relativement modérées.
 Par ailleurs au-delà de -14m et jusqu’à -20 m de profondeur on reconnue une
couche sableuse beige dont les caractéristiques mécaniques sont croissantes en
profondeur.

Les fondations profondes s’avèrent indispensable. La solution est donc de


chercher des couches résistantes en profondeur avec une section à la pointe
adéquate.

Trouver une profondeur et un diamètre du pieu permettant au sol de supporter la


descente de charge de l’ouvrage, représente le travail de dimensionnement des
fondations profondes.

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


93
3-Les fondations profondes:
3-1-Classification des fondations profondes
On distingue deux grands groupes de pieux: les pieux mis en œuvre avec
refoulement du sol et les pieux réalisés par excavation du sol [5].

 Pieux mis en œuvre par refoulement de sol

Ces types des pieux, par battage, refoulent le sol et le compriment le long de fût,
mobilisant ainsi un frottement maximum.

 Pieux façonnés à l’avance

* Pieux battus préfabriqués

Les pieux préfabriqués sont soit en béton armé, soit en béton précontraint dont
l'élancement géométrique, c'est-à-dire le rapport entre la longueur totale du pieu et
sa dimension transversale, ne peut être supérieur à 60.
Ils sont enfoncés dans le sol par une machine qui assure le battage qui fait descendre
le casque pour habiller la tête du pieu sur 15 cm environ (Annexe I. Figure I.2.1). Si
la profondeur exigée est supérieure à la longueur du pieu la jonction de l’enture se
fait par résine et par soudure.
Ce type de pieu est utilisé au niveau des terrains alluvionnaires, limons, silts, sables,
sables et graviers, argile, marnes.
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Avantage Inconvénients

-Economique (rapidité de mise en œuvre : -Bruit et vibration


jusqu’à 200m/jour)
-Risque d’endommagement lors de la mise
en place (destruction de la tête ou du pied)
-Inclinaison possible (jusqu’à 30°, voire
même 45°) Plus adéquats pour -Manutention difficile
reprendre des charges inclinées -Longueur et section limites

-Vérification de la capacité portante à -capacité portante limitée


l’exécution.
-Non recommandés dans le cas de
liquéfaction des sols

Pieux battus métalliques

Pour une même longueur de pieu, les pieux métalliques sont plus coûteux que les pieux
en béton, mais plus grande capacité de reprise de charge, ce qui peut réduire les coûts de
mise en œuvre.

Ces pieux ont des profilés en H ou des tubes cylindriques de longueurs usinées entre 12
et 21 m de portance comprise entre 350 et 1800 KN. Les profilés en H génèrent un
faible déplacement de sol.
A cause des risques de corrosion, il y a un certain refus d’utiliser ce type d’inclusion.

Pieux à tube battu

Un tube en acier, obturé à la base, est battu dans le sol. Lorsque la profondeur requise
est atteinte, les armatures sont mises en place dans le tube. Celui-ci est rempli de béton
(damé ou vibré). Le tube est remonté progressivement au fur et à mesure du bétonnage
et peut être abandonné dans le sol après fonçage (Annexe I. Figure I.2.2).

Pieux vissés moulés dans le sol

Un tube métallique, dont la base est pourvue d'une tarière hélicoïdale, est vissé dans le
sol. Lorsque la profondeur requise est atteinte, les armatures sont mises en place dans le
tube, celui-ci est rempli de béton (damé ou vibré).
Le tube est remonté progressivement au fur et à mesure du bétonnage qui ne peut
dépasser 500 mm lors de la formation du bulbe de base.

Pieux mis en œuvre sans refoulement de sol

*Pieux forés avec tube de fonçage

Le choix entre l'utilisation de pieux forés simples et de pieux forés tubés dépend de la
cohésion du sol et de la position de la nappe.
En effet pour diminuer les risques d'ameublissement du sol autant que possible, il faut
que le fonçage du tube précède le forage (Annexe I. Figure I.2.3). Le volume de terre se
trouvant à l'intérieur du tube est enlevé au fur et à mesure de son enfoncement.

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


95
Les différents éléments du tube métallique sont soudés ou vissés ensemble de telle
façon que la liaison soit lisse et imperméable.
Le tubage métallique est retiré lentement et régulièrement en cours de bétonnage.

Ce type de pieu est utilisé au niveau des terrains alluvionnaires, limons, silts, sables,
sables et graviers, argile, marnes, roches fracturées et fragmentées.

*Pieux foré à la tarière creuse

Le procédé des pieux forés à la tarière creuse est applicable dans 70% des cas de figure,
il se caractérise par le forage du sol à l’aide d’une tarière jusqu’à la profondeur
souhaitée, puis par injection du béton sous pression par l’axe de l’outil tout en
remontant celui-ci. La cage d’armature est mise en place par vibreur (Annexe I. Figure
I.2.4).
Les foreuses sont équipées en général d’un système d’enregistrement numérique des
paramètres de forage (vitesse d’avancement, de rotation et couple de rotation) et de
bétonnage (pression d’injection, débit, vitesse de remonté).

*Pieux forés avec apport de boue bentonite

Ces pieux sont exécutés sans tube de fonçage. La stabilité de la paroi de forage est
assurée par l'apport d'un fluide à propriétés thixotropiques, appelé boue bentonite : boue
permettant d’assurer la stabilité et la tenue des parois du forage. Cette boue bentonite est
chassée graduellement par le béton versé dans le puits de forage.
L'entrepreneur précis dans une note les caractéristiques de la boue bentonite. Celle-ci
mentionne notamment : la viscosité, la teneur en eau libre, la teneur en sable, le pH et la
masse volumique de la boue.

Avant le forage proprement dit, un anneau métallique ou en béton est placé à


l'emplacement précis du pieu. Cet anneau est enfoncé sur une profondeur de 2 à 3 m par
rapport au plan de travail. Il sert de guider l'outil de forage durant toute l'exécution du
pieu.

Lors de bétonnage la colonne de béton dans le puits foré sera toujours maintenue à un
niveau suffisamment élevé, afin d'empêcher par surpression l'introduction de terre ou
d'eau dans le béton frais. Le pied du tube plongeur ne doit jamais se trouver à moins de
2 m sous le niveau atteint par le béton frais dans le pieu.

Justification le choix de la technique d’exécution des pieux:

Dans notre cas où l’épaisseur de la couche de argile est importante, le battage du pieu
provoque un remaniement du sol autour du fût qui diminue le frottement d’une manière
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

importante, c’est pour cela on ne va pas admettre les types des pieux mis par
refoulement du sol.

Quant au pieux forés, la cohésion du sol va affecter le maintien de la paroi de forage


donc on doit utiliser une technique de forage permettant d’assurer sa stabilité. Dans une
situation pareille, le choix est limité entre le forage tubé et le forage à la boue

La plus part des fondations mitoyennes de charge similaire dépassent 20 m de


profondeur, c’est pour cela le forage tubé coûtera beaucoup plus cher, ce qui rend le
forage à la boue est la plus adéquate.

Auscultation et recépage des pieux

Auscultation

LA METHODE DE TRANSPARENCE (NORME : NFP 94 - 160 – 1)

Les pieux sont soumis à un test après exécution, ce dernier est appelé auscultation du
pieu [6]. La méthode par carottage sonique permet de vérifier la continuité des
fondations profondes en détectant la présence de fissures ou d’anomalies le long du fût
et en pointe. L’homogénéité et la qualité du béton sont appréciées et les défauts
localisés avec précision, y compris en pointe de pieu.

Le principe: Dans un béton homogène, la vitesse du son est constante, de l’ordre de


4000 m/s. Elle chute rapidement en présence d’anomalies du type inclusion de sol,
fissures, ségrégations, etc. Le carottage sonique est une mesure continue le long du pieu
de la vitesse du son entre une sonde d’émission et une sonde de réception (Annexe I.
Figure I.3.1).
Les sondes sont descendues dans deux tubes solidarisés avec les armatures du pieu. Le
signal est transmis à l’unité CS97, qui le mémorise, le traite, et restitue à l’écran la
diagraphie au fur et à mesure de la remontée des sondes.
Les diagraphies: Les signaux reçus par la sonde de réception sont modulés et convertis
au niveau de gris. L’image obtenue, que l’on nomme diagraphie, donne la
représentation caractéristique de la zone auscultée du pieu et de la qualité du béton
(Annexe I. Figure I.3.2).

Recépage

Cette tâche correspond au curage (par démolition) des bétons pollués remontés du fond
(donc en début de bétonnage) et qui se trouvent en partie supérieure du pieu (de 60 cm
au-dessus du niveau d'assise de la semelle de fondation).

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


97
Le recépage permet la mise à jour des armatures du pieu pour reprise dans le massif de
tête de pieux ou dans un autre ouvrage d’infrastructure pour assurer une liaison efficace
avec la semelle de fondation (Annexe I. Figure I.3.3).

Fonctionnement : Terme de pointe – frottement latéral

La force portante des pieux fonctionne à travers deux domaines différents; l'appui direct
par la section du pieu sur le fond du forage (terme de pointe) et le frottement sur le fût
(frottement latéral) [1].

Terme de pointe

La fondation profonde présente une surface d'appui sur l'horizon d'assise égale à sa
section. Cette surface d'appui engendre une réaction du sol.

La capacité portante apportée par le terme de pointe peut être très importante si les
conditions d'encastrement dans le bon sol sont respectées.

Terme de frottement latéral

Lorsque la fondation présente une dimension verticale importante, la surface de contact


entre les flancs de la fondation et le terrain peut être le siège de frottements à l'interface
pieu – terrain dus au déplacement entre le pieu et le sol qui par réaction en s’opposant à
ce déplacement exercera un frottement latéral vers le haut.
Dans certain cas, le terme de frottement peut devenir prépondérant sur le terme de
pointe, notamment lorsque le pieu ne rencontre pas d'horizon réellement compact. On
parle dans ce cas de pieux flottants ou, mieux, frottant.

4-Dimensionnement des pieux:

La justification des fondations profonde se fait dans les deux états limites à l’ELU et à
l’ELS [1].

Portances

A l’ELU la portance du sol est représentée par la charge limite en compression dont
l’expression est donnée par :
Qu= Qpu + Qsu

A l’ELS la portance du sol est représentée par la charge de fluage en compression


dépend de la mise en œuvre de l’élément de fondation et dans notre cas où les pieux
sont de type foré-boue (mise en œuvre sans refoulement) l’expression de Qc est donnée
par :

Qc= 0.5 Qpu +0.7 Qsu

Effort limite mobilisable sous la pointe (Qpu)


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

L’effort limite sous la pointe est donné par la formule suivante :

Q pu=q u × S

Avec qu : Contrainte de rupture sous la pointe

S : Section droite du pieu

Pour déterminer qu on va procéder par la méthode basée sur les essais au pressiomètre
MENARD.

qu= Kp x Ple*

Kp : Coefficient de portance dépendant à la mise en œuvre et la nature du sol

(Annexe II. Tableau II.1).

Ple* : Pression limite nette équivalente de la couche d’assise au niveau de la pointe


donnée par l’expression suivante :
D +3 a
¿ 1 ¿
Ple=
b+3 a
∫ Pl ( z ) dz
D−b

Avec : b= min (a,h)

a : est pris égale à la moitié de la largeur B de l’élément de fondation si celle-ci est
supérieure à 1 m et à 0.5 m dans le cas contraire.

h : désigne la hauteur de l’élément de fondation continue dans la formation porteuse.

Pl*(z) est obtenu en joignant par des segments de droite sur une échelle linéaire les
différents (Annexe II. Figure II.1).

Pour simplifier le calcul on a déterminé la valeur de Ple* après approximation de la


fonction Pl*(z) par une fonction en escalier.

Effort limite mobilisable par frottement latéral (Qsu)

Le frottement latéral est donné par la formule suivante :

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


99
h
Qsu=P .∫ qs ( z ) . dz
0

P : périmètre de l’élément de fondation

h: hauteur de l’élément de fondation continue dans la formation porteuse.


qs(z) : frottement latéral unitaire limite déterminé à partir de l’abaque (Annexe
II. Figure II.2) ou par une méthode analytique après avoir déterminé la courbe
correspondant à notre cas (Annexe II. Tableau II.2).

4-1-Combinaisons de calcul:
Le règlement prévoit des coefficients de sécurité pour la justification des pieux aux
deux états limites :

En effet, la vérification vis à vis des états limites ultimes est donc faite par rapport à la
charge limite Qu et la vérification vis à vis des états limite de service par rapport à la
charge critique de fluage Qc

A l’ELU :

Qu
- Combinaisons Fondamentales : Q = 1.4
Qu
- Combinaisons Accidentelles : Q = 1.2

A l’ELS :

Qc
- Combinaisons Quasi-permanentes : Q = 1.4

Qc
- Combinaisons Rares : Q = 1.1

Procédé de calcul et présentation des résultats


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

4-2-CHARGE ADMISSIBLE D’UN PIEU :


CHARGE LIMITE :

La charge limiteQ L est la charge qui correspond à la rupture du sol pour un grand
déplacement. Cette charge limite est équilibrée par deux réactions limites : la résistance
de

pointe qui donne la charge limite de pointe Q p et le frottement latéral qui s’exerce sur
la surface latérale du pieu qui donne la charge limite de frottement latéraleQ s .Il faut
noter que le frottement latéral est mobilisé Le premier puis l’effort de pointe ,le pieu
mobilisera sous les premières charges Q le frottement latéral ,quand ce dernier sera
complètement mobiliser les charges supplémentaires seront transmise à la pointe , enfin
quand la résistance de pointe sera complètement mobilisé ,on atteindra la rupture totale
du sol

D
qs

qu
B

Fig 15: schéma

Calcul de la charge limite de pointe Q p :

Q p=P ¿¿∗A∗k pAvec

- k p : facteur de portance

- A :section de pointe

-P¿¿ :Pression nette limite équivalente

Pression nette limite équivalenteP¿¿ :

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


101
C’est la pression moyenne autour de la base de la fondation profonde .Elle est déterminé
de la manière suivante :
D +3∗a
¿ 1
P =
¿ ∫ Pl¿ dz
3∗a+b D−b

Avec a=B/2 si B>1m

a=0.5 m si B<1m

b=min (a, h) ou h est la hauteur de l’élément de fondation dans la couche porteuse.

Facteur de portance k p :



Argile A
Couche 1 {
¿ refoul ement du sol
❑ k p=1.1


Argile B
Couche 2 { ¿ refoulement du sol
❑ k p =1.2


Sable B
Couche 3 {
¿ refoulement du sol
❑ k p =1.2

Section de pointe : A

π∗B 2
A=
4

On récapitule les calculs dans les tableaux suivants.

COUCHE D B cm a h b D+3*a D-b 3*a+b P¿¿ kp A Qp


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

m m m m m m m MPA (Cm2) (T)

80 0.5 9 0.5 10.5 8.5 2 5026.5 27.1


Argile A 9 0.49 1.1
100 0.5 9 0.5 10.5 8.5 2 7854.0 42.4

80 0.5 13 0.5 14.5 12.5 2 5026.5 60.3


Argile B 13 1.09 1.1
100 0.5 13 0.5 14.5 12.5 2 7854.0 94.2

80 0.5 18 0.5 19.5 17.5 2 5026.5 116.5


Sable B 18 1.93 1.2
100 0.5 18 0.5 19.5 17.5 2 7854.0 182.3

Tableau 34 Charge limite de pointe  Q p: SP1

D+3* 3*a+
D B a h b D-b P¿¿ A Qp
COUCHE a b kp
m cm m m m m MPA (Cm2) (T)
m m

80 0.5 9 0.5 10.5 8.5 2 5026.5 33.25


Argile A 9 0.6 1.1
100 0.5 9 0.5 10.5 8.5 2 7854.0 52.2

80 0.5 13 0.5 14.5 12.5 2 5026.5 71


Argile B 13 1.28 1.1
100 0.5 13 0.5 14.5 12.5 2 7854.0 111

80 0.5 18 0.5 19.5 17.5 2 5026.5 117.3


Sable B 18 1.94 1.2
100 0.5 18 0.5 19.5 17.5 2 7854.0 183.5

Tableau 35: Charge limite de pointe  Q p: SP2

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


103
 Calcul de la charge limite de frottement latérale Q s :

L’effort total limite mobilisable par frottement latéral sur toute la hauteur h concernée
du fut du pieu est calculé par l’expression suivante :
h
Qs =P∫ qs ( z )dz
o

Avec :  P : périmètre du pieu

q s :≤frottement lateralun itaire limite ala cote z , il est donné en fonction de la


¿
pression limite nette pl .

On récapitule les calculs dans les tableaux suivants.

SP1 SP2
D P
COUCHE qs Qs qs Qs
m cm
Kg/cm2 t Kg/cm2 t

Argile 188.496 0.23 3.9 0.15 2.544


9
A 251.327 0.23 5.2 0.15 3.393

Argile 188.496 0.37 9.066 0.33 8.086


13
B 251.327 0.37 12.088 0.33 10.782

Sable 188.496 0.37 12.554 0.34 11.536


18
B 251.327 0.37 16.711 0.34 15.381

Tableau 36 Charge limite de frottement latérale  Q s : SP1 et SP2

La charge limiteQ L :
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Q L=Q p +Q s

Charge limite Ql(t) SP1

H(m) D(cm) Φ 80 Φ 100

9 31 47.6

13 69.366 106.288

18 129.054 199

Tableau 37: Charge limite Ql(t) SP1

Charge LIMITE Ql(t) SP2

H(m) D (cm) Φ80 Φ100

9 35.794 55.6

13 69.366 79.186

18 128.836 198.881

Tableau 38: Charge LIMITE Ql(t) SP2

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


105
4-4-CHARGE ADMISSIBLE :
Qc
ELS :Q adm = avec Q c : charge de fluage ,Q c =0.5∗Q p + 0.7∗Q s
1.4

Ql
ELU :Q adm =
1.4

Charge admissible Qadm(t) à l’ELU

H(m) D (cm) Φ80 Φ100

9 31 34

13 51.1 75.92

18 92.14 278.6

Tableau 39: Charge admissible Qadm(t) à l’ELU

Charge admissible Qadm(t) à l’ELS

H(m) D (cm) Φ80 Φ100

8 11.62 37.4

13 47.88 73.46

18 67 162.4

Tableau 40: Charge admissible Qadm(t) à l’ELS


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

RESISTANCE DU MATRIAUX DU PIEUX :

Pour les fondations en béton armé, les justifications sont conduites conformément au
B.A.E.L, en tenant compte des spécificités du béton de pieu, qui n’est pas vibre pour les
pieux fores et est dote d’une ouvrabilité tres supérieure na celui d’un béton de
structure .la résistance conventionnelle du béton f cest égale à :

min ⁡( f c 28 , f clim )
f c=
K1. K2

La contrainte moyenne du béton sur la surface comprimée doit être limitée à 0.3∗f c

N ser
σ b moy= ≤ 0.3∗f c
B

Avec : N ser : effort normal applique sur ≤pieu a l ' ELS

B: section transversale du pieu

f clim =25 MPa, K 1=1.2 et K 2=1.05

25 ⇒ ⇒
f c= =19.841 MPa ❑ N ser ≤ 0.3∗19.841∗B❑ N ser ≤5.9523∗B
1.2∗1.05

B cm N ser (t) ≤

80 299.195231

100 467.492549

Tab 41:effort normal max appliquble sur ≤ pieua l ' ELS

 ANALYSE ET COMMANTAIRES :

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


107
CHOIX DE LA PROFONDEUR D’ENCASTREMENT :

Vue la faible portance du sol la profondeur d’encastrement est assez importante, (pas
moins de15 mètre) ce qui confirme les constatations dans le rapport géotechnique et
justifie le choix de la variante fondation profonde .on choisis la profondeur 17 m
comme profondeur d’encastrement.

4-5-CHOIX DES PIEUX :


On a classé tous les poteaux en 6 catégories pour simplifier le calcul.

Catégori
e des G (t) Q (t) NU (t) NS (t) Pieux Qadm (t) ELU Qadm (t) ELS
poteaux

1 26.7 4.3 42.495 31 1 Φ80 92.14 67

2 44.9 9.3 74.565 54.3 1 Φ80 92.14 67

3 80 16 132 96 1 Φ100 278.6 162.4

4 33 8 56.55 41 1 Φ80 92.14 67

144.94
5 85.7 19.5 105.2 1 Φ100 278.6 162.4
5

1
6 130 28.7 218.55 158.7 278.6 162.4
Φ100
Tableau 42: Choix des pieux

4-6-FERRAILLAGE DES PIEUX:


Il est généralement constitue par les1 barres verticales de la cage d’armature du pieu,
retournées en partie inferieure pour éviter la redentée de la cage lors du bétonnage ou du
retrait du tubage (panier).

Dispositions constructives :
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

DTU-13.2 PIEUX BETON

PIEU Foré + boue

ACIERS LONGITUDINAUX

nombre minimum 5

% min pour A < 0.5 m2 0.50%

Pour 0.5 < A < 1 m2 25 cm2

Pour A > 1 m2 0.25%

Espacement maximum (m) 0.1

ACIERS TRANSVERSAUX

diamètre minimum (mm) 8

Espacement maximum (m) 0.35

PANIER

Attentes 4

diamètre (mm) 12

longueur (m) 2

débord minimum (m) 0.75

Espacement (m) 0.5*B

ENROBAGE cm 7

BETON

dosage minimum kg/m3 350

slump >14

granulat maximum 35
Tableau 43:Disposition constructives

On présente les résultats dans le tableau suivant 

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


109
pieu Φ80 Φ100

S (m2) 0.5026 0.7853


ACIERS ALONTH(Cm2) 25 0.0025
LONGITUDINA
UX CHOIX 13HA16 14 HA16

ALON (Cm2) 26.138 28.14

4 CERCES 4 CERCES
ACIERS TRANSVERSAUX
HA8/m HA 8 /m
Tableau 44: ferraillages des pieux

5-SEMELLES EN TETES DES PIEUX:


Compte tenu de la charge apportée par la structure et des forces portantes des pieux
disponibles, il est nécessaire de disposer un ou plusieurs pieux sous l’élément porteur.
Pour un seul pieu, la forme du poteau (généralement rectangulaire) et la forme du pieu
(généralement circulaire), la nature différente des bétons utilisés, les méthodes
différentes de réalisation, nécessitent la mise en place d’un ouvrage de transition appelé
semelle sur pieu.

Dispositions constructives :

Les semelles doivent déborder de :

0.1 m des poteaux

0.15 m des pieux

La hauteur totale h peut être déduite de la hauteur


utile d en ajoutant 0.05 m correspondant à un
enrobage 3cm, un diamètre transversal de l’ordre de
8 a 10 mm et un demi-diamètre de 10 a 12 mm

On pourra disposer d’un pourcentage minimum


d’acier pour les :

-Aciers horizontaux inferieurs et supérieurs, de 4 cm2


par mètre de largeur.
Figure 16: semelle a la tête du
-Aciers verticaux, de 2h cm2/m et par face. pieu

-Acier horizontaux intermédiaires, de 3 cm2 /m de face verticale.

Cage de ferraillage :
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Les armatures paniers sont des armatures en cages préfabriquées formes de U pour les
aciers inferieurs et de U renversées pour les aciers supérieurs .Le recouvrement des
crochets des U supérieurs et inferieurs assurent une continuité verticale tenant lieu des
cadres.

Les armatures de répartition horizontales sont disposées sous forme de cadres


horizontaux repartis sur la hauteur de la semelle

SEMELLES SUR UN PIEU :

Les semelles sur un pieu sont calculées comme


des semelles superficielles en appliquant la
méthode des bielles.

D : diamètre du pieu

a : coté du poteau suivant OX

b : coté du poteau suivant OY

h : hauteur totale de la semelle

d : hauteur utile de la semelle

A, B : dimension en plan de la semelle

C : coté équivalente du pieu s’il était carré

π∗D2
C=

4

P : charge apportée par le poteau

σ s: Contrainte de calcul des aciers en ELU ou en


ELS La méthode de bielle permet de calculer :
Figure 17: Semelle sur pieu
(C−b) (C−a)
La hauteur utile :d ≥ et d ≥
4 4

La section d’acier :

P∗(C−b) P∗(C−a)
As≥ Et As≥
8∗d∗σ s 8∗d∗σ s

Cependant comme les différences C-a et C-b sont faibles, on est amené alors :

A prendre une hauteur conseillée égale a 0,9D et au minimum de 0.75 D

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


111
A disposer d’un pourcentage minimum d’acier

5-1-Exemple de calcul : 
On se propose de calculer la semelle sous le poteau de catégorie 3 .

Poteau P9 semelle  pieu

a m 0.3 B m 1.3 D m 1

0.88622692
b m 0.4 A m 1.3 C m
5

PU MN 1.32    

PS MN 0.96    
Tableau 45:Exemple decalcul

(C−b) (C−a)
La hauteur utile :d ≥ = 0.1215 m et d ≥ =0.059 m
4 4

Soit d=0.9*D=0.9 m donc h=0.95m

La section d’acier :

P∗(C−b) P∗(C−a)
As≥ =4.14 cm2Et As≥ =1.4 cm2
8∗d∗σ s 8∗d∗σ s

Soit 4HA12 en partie supérieure et en partie inferieure.

Les aciers de répartition horizontaux seront réalisés sous forme de cadres

2*h=1.9cm2 soit 3 cadres HA10.


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

ANNEXES

Annexe I

1- Essai au pressiomètre MENARD [3]

Figure I.1.1 : Appareillage

Figure I.1.2 : Procédure

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


113
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Figure I.1.3 : Présentation des résultats

Classe de sol Pressiomètre Pl(MPa)

Argiles - limons A Argiles et limons mous < 0.7

B Argiles et limons fermes 1.2-2.0

C Argiles très fermes à dures >2.5

Sables - graves A Lâches <0.5

B Moyennement compacts 1.0-2.0

C compacts >2.5
sp1
Craies A Molles <0.7
Z (m) Ep (MPa) pl* (MPa) Description classe
B Altérées 1.0-2.5
1 2.8 0.31
C Compactes >3.0
2 4.5 0.35
Marnes A Tendres 1.5-4
3 3.7 0.3 Remblai
Marno-calcaires B Compacts >4.5
4 3.6 0.32

5 3.1 0.31
Tableau I.1.1 :
6 5.5 0.41
Classification du
7 4.6 0.39 sol à partir du
Argile sableuse pressiomètre de
8 5.4 0.49 légèrement sableuse MENARD [1]
A
9 6.2 0.52 plastique beige à
jaunâtre Etude du
10 6 0.49 sondage
pressiomètrique
11 7 0.55 SP1
12 8 0.8

13 13.6 1.09 Argile silteuse beige A

14 15.6 1.26

15 17.3 1.39

16 21.3 1.74

17 23.6 1.87 Sable fin argileux beige à


B
18 21.2 1.93 jaunâtre
19
B.Fahd 21.9 1.98
& A.Youssef 2018/2019
115
20 24.6 1.8
Figure 18: stratification du sol selon la pression limite nette Pl* : SP1

ETUDE DU SONDAGES PRESSIOMETRIQUE SP2:


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Sp2

Z (m) Ep (MPa) pl* (MPa) Description classe

1 3.6 0.32

2 2.9 0.31

3 2.4 0.3 Remblai 2-Classification


des pieux [4]
4 4.1 0.35

5 3.1 0.31
Pieux mis en œuvre par refoulement de sol
6 3.1 0.33

7 3.1 0.34
Argile sableuse
8 3.3 0.31 légèrement sableuse
A
9 7.2 0.6 plastique beige à
jaunâtre
10 5.1 0.46

11 6.8 0.57

12 9.2 0.89

13 14 1.28 Argile silteuse beige A

14 14.2 1.27

15 16.8 1.42

16 20.2 1.81

17Figure21.7
I.2.1 : Pieux battus préfabriqués
2.09 Sable fin argileux beige
FigureàI.2.2 :
B Pieux à tube battu
18 24.8 1.94 jaunâtre

Pieux mis
19 26.5en œuvre
2 sans refoulement de sol

20 20.9 1.8

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


117
Figure I.2.4 : Pieux foré à la tarière creuse

Figure I.2.3 : Pieux forés avec tube de fonçage

3- Auscultation et recépage des pieux [6]

Figure I.3.2 : Les diagraphies


Figure I.3.1 : Principe
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Figure I.3.3 : Recépage

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


119
Annexe II

Tableau II.1 : Valeur du facteur de portance Kp [1]

Figure II.1 : Schéma de calcul de la pression limite nette équivalente [1]


Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Tableau II.2 : Choix des abaques pour la détermination de qs [1]

(1) Réalésage et rainurage en fin de forage.

(2) Pieux de grandes longueurs (supérieure à 30m).

(3) Forage à sec, tube non louvoyé.

(4) Dans le cas des craies, le frottement latéral peut être très faible pour certains types
de pieux. Il convient d’effectuer une étude spécifique dans chaque cas.

(5) Sans tubage ni virole foncé perdu (parois rugueuses).

(6) Injection sélective et répétitive à faible débit

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


121
Graphiquement

Figure II.2 : Courbes de frottement unitaire limite le long du fût du pieu [1]

Analytiquement

Courbes Q1 à Q4 (n désignant le numéro de la courbe) :

pl pl Pl
q s =q sn
pn(2−
pn ) Pour Pn
≤1

Pl
≥1
q s =q sn Pour Pn

Avec qsn=0.04.n (MPa) et Pn= (1+0.5.n) (MPa)

Courbes Q5 à Q7 :
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

pl −0 . 2 p l +3 .3
Q 5 : q s =min ( 9
;
32 ) Pour pl ¿ 0.2 MPa
p l +0 . 4 pl + 4 . 0
Q 6 :q s =min ( 10
;
30 ) (En général : pl ¿ 1.0 MPa)

pl +0 . 4
Q 7 :q s =
10 (En général : pl ¿ 2.5 MPa)

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


123
Annexe III

Identification du sol

Identification du sol

Z (m) Lithologie Pl (bar) pl* (MPa) Classe du sol classe

1 0.9 1.9 0.32 Q1

2 1 1.8 0.31 Q1

3 0.8 1.8 0.3 Q1

4 0.8 2.2 0.35 Q1

5 0.7 1.8 0.31 Q1

6 1.4 1.9 0.33 Q1

7 1.1 1.9 0.34 Q1

8 0.9 1.9 0.31 Q1


Argile A
9 0.9 3.2 0.6 Q1

10 1 2.6 0.46 Q1

11 1.2 4 0.57 Q1

12 1.2 0.89 Q1
Argile A
13 2.1 1.28 Q1

14 3 1.27 Q1

15 3 1.42 Q1

16 1 1.81 Q1

17 2.4 2.09 Sable B Q1

18 5.7 1.94 Q1

19 1.7 2 Q1

20 0.8 1.8 Q1
Projet de Fin d’Etudes EPS- GC

Conclusions

Ce projet consiste à modéliser et dimensionner la structure et les fondations en béton


armé d’un immeuble comportant cinq niveaux (un rez de chaussé et quatre étages) situé
au Kairouan.

La première partie de ce travail consacrée à la conception a été menée en respectant le


parti architectural et les règles d’art de la construction. Une structure poutres-poteaux
généralement a été retenue, mais au niveau de la salle des fêtes on a utiliser les
portiques . Pour les planchers, nous avons opté pour des dalles nervurées. Des voiles ont
été également conçus pour les cages d’ascenseurs. Enfin, vu la médiocrité du sol, nous
avons opté pour la solution fondations profondes consistant en des pieux forés a la boue.

La deuxième partie de ce travail consacrée à la modélisation et le dimensionnement de


la structure a été menée principalement à l’aide du logiciel ARCHE , et ROBOT
STRUCTURAL ANALYSIS pour le calcul de la portique. Cependant, certains éléments
de la structure (poteau, poutre continue, nervure, portique et escalier) ont été
dimensionnés manuellement. Les résultats des calculs manuels et numériques sont en
bonne concordance.

Enfin, le dimensionnement des pieux et de la semelle de liaison a été mené aussi


manuellement.

Au terme de ce projet de fin d’études, nous tenons à signaler le grand intérêt


qu’il nous a apporté. C’est en fait une étape transitoire qui nous amène à la vie
professionnelle. Une étape très remarquable par un nombre assez important de
problèmes d’ordre architecturale, structurale et technique.

B.Fahd & A.Youssef 2018/2019


125