Vous êtes sur la page 1sur 111

2010

P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA


-

Le présent travail s’inscrit dans le cadre d’un projet de fin d’études, consacré à
l’étude d’un hôtel ‘JAWHARA’ à Sousse

Ce projet a été proposé par le bureau d’étude Sami Boudhri à Sousse. L’étude de ce
projet porte essentiellement sur la conception et le calcul de structures en béton armé.

Les principales tâches dans notre travail vont porter sur la conception, le
dimensionnement de deux types de plancher (plancher corps creux et plancher dalle
pleine), le dimensionnement des poteaux et des semelles et le dimensionnement des
escaliers d’une partie le l’hôtel.

La conception s’est basée sur un choix de système poteau-poutre, qui dans la plupart
des cas répond aux exigences architecturales, à l’exception des espaces dégagés tel quela
réception où la grande portée et l’impossibilité de prolonger les poteaux de l’étage
au- dessus jusqu’au sol implique l’adaptation deportiques.

Il est à noter que pour l’étude des divers éléments du projet ci-dessus énoncés, nous
avons utilisé plusieurs outils de calcul à savoir le logiciel ARCHE Ossature, Poutre,
Poteau, Semelle, dalle, ainsi que le logiciel RDM-Flexion et Ossature pour la
détermination des sollicitations lors de l’étude des escaliers, etc. ce qui nous a
énormément facilité la tâche.

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
hu tcxmc 3c cc txwUwil xstultwt 3c twwt 3’wwwsct 3c twcxificct ct
3’cffsxtt∫ wsut tcwswt ù xcmcxcicx wUcc bcwucsuµ 3c xctµcct ct 3c
xccswwwittwwcct Æx. h3wcw ‡ucxmwvi cw twwt çu’cwcw3xwwt∫ µsux tw
3itµswibilits∫ tw Uwlcux∫ tw bswwc 3ixcctiUc∫ ct tw µwticwcc çu’il w mswtxsc
µsux cswtxibucx ù lw xswlitwtisw 3c cc µxsjct 3c fiw 3’stu3ct ct cwfiw 3c
Usulsix wcccµts 3c juycx lc cswtcwu 3c cc xwµµsxt.
ðst Uift xcmcxcicmcwtt t’w3xcttcwt sywlcmcwt ù Æx Æsuttw
cchix ct ù Æx suvywxxsu #suhil µsux wUsix wcccµts 3c
csmmcwtcx ct 3c juycx cc txwUwil.
ðsut tcxswt txst xccswwwittwwtt cwUcxt lct cwtciywwwtt 3u 3sµwxtcmcwt
‡swic MiUil çui swt µxscs3st ù wstxc cwtciywcmcwt 3uxwwt lct wwwsct
uwiUcxtitwixct 3DD7 ù 3D1D
INTROOUSTION CENERALE.........................................................................................................5

Iére Shapitre : OESSRIPTION ARSHITESTURALE, SONSEPTION STRUSTURALE ET


MOOELISATION

I. Oescription architecturale.............................................................................6
II. Sonception structurale.................................................................................0
III. Modélisation................................................................................................4
éme
2 Shapitre : SARESTERISTIQUES OES MATERIAUX ET E7ALUATION OES
SHARCES
A- SARASTERISTIQUES OES MATERIAUX ET HTPOTHESES OE SALSUL
:

I. Saractéristiques des matériaux...................................................................7


II. Hypothèse de calcul.....................................................................................8
III. Méthode de calcul.........................................................................................9

B- E7ALUATION OES SHARCES :

I. Evaluation des charges permanentes..........................................................20


II. Evaluation des charges exploitations..........................................................24
éme
3 Shapitre : PLANSHER EN SORPS SREUX : A-

ETUOE O’UNE POUTRE:

I. Aperçus théorique.......................................................................................25
II. Oonnées de calcul d’une poutre.................................................................26
III. Salcul des sollicitations...............................................................................28
I7. Salcul du Ierraillage...............................................................................I
7. 7ériIication de la Ilèche..............................................................................36

B- ETUOE O’UNE NER7URE:

I. Oonnées de calcul d’une nervure................................................................36


II. Salcul de sollicitation...................................................................................37
III. Ferraillage de la nervure..............................................................................40
I7. 7ériIication de la Ilèche................................................................................47

4éme Shapitre : PLANSHER EN OALLE PLEINE :

A- EXEMPLE OE SALSUL O’UNE OALLE ISOSTATIQUE:


I. Oimensionnement de la dalle......................................................................49
II. Evaluation des charges...............................................................................49
III. Sollicitations................................................................................................50
I7. Ferraillage..............................................................................................I
7. 7ériIication de la Ilèche.............................................................................5 3
7I. Salcul de la Ilèche.........................................................................................53
7II. Plan de Ierraillage........................................................................................57

B- EXEMPLE OE SALSUL O’UNE OALLE SONTINUE

I. Pré dimensionnement et charges de calcul................................................5 8


II. Oétermination des sollicitations..................................................................59
III. Oimensionnement des armatures.................................................................60
I7. 7ériIication des eIIorts tranchants.........................................................I
7. Arrêt des barres...........................................................................................62
7I. 7ériIication de la Ilèche................................................................................62
7II. Plan de Ierraillage........................................................................................63
éme
5 Shapitre: OIMENSIONNEMENT OES POTEAUX :

I. Introduction.................................................................................................64
II. Evaluation des charges................................................................................64
III. Longueur de Ilambement............................................................................64
I7. Exemple de calcul de poteau........................................................................65
7. Schéma de Ierraillage..................................................................................68
éme
6 Shapitre : OIMENSIONNEMENT OES ESSALIERS:

I. OéIinition et terminologies.........................................................................69
II. Oonnées de calcul.......................................................................................70
III. Oétermination des sollicitations.................................................................72
I7. Salcul des armatures....................................................................................73
7. 7ériIication de la Ilèche..............................................................................76

7éme Shapitre : OIMENSIONNEMENT OES FONOATIONS :

I. Introduction.................................................................................................77
II. Solution retenue..........................................................................................77
III. Méthode de calcul.......................................................................................77
I7. Oisposition constructives............................................................................78
7. Oimensionnement des Iondations................................................................78
v.i – Semelle soumise à un eIIort normale centré....................................7 9
v.ii – Semelle isolée sous joint de dilatation...............................................82

SONSLUSION................................................................................................................................8 4

REFERENSES BIBLIOCRAPHIQUE............................................................................................8 5

ANNEXES.......................................................................................................................................8 6
L e Projet de Fin d’Etudes représente la dernière phase de notre cycle de formation
au sein de l’Ecole Nationale d’Ingénieur de Gabes (ENIG). Il consiste à appliquer
l’ensemble des connaissances acquises tout le long de nos trois années universitaires sur
un
projet réel du domaine de Génie Civil.

Le projet faisant l’objet de notre étude consiste à dimensionner l’ossature et les


fondations de l’hôtel EL JAWHARA situé dans la zone touristique de SOUSSE, au
voisinage de la mer. Il est considéré comme un grand projet vu son étendue et sa richesse
structurale et architecturale. En effet ce projet s’étend sur une superficie importante; il
comprend un sous-sol, un RDJ, un niveau intermédiaire, un RDC et Cinque étages.

Dans le premier chapitre du rapport, on va commencer par décrire l’architecture de


l’hôtel pour donner une idée générale sur la répartition des espaces adoptés dans chacun
des étages ce qui nous permettra de choisir la conception structurale la plus adéquate. Une
fois la conception est terminée, on procède à la modélisation del’ossature en utilisant le
module « Arche Ossature» du logiciel « Arche » permettant d’effectuer la descente des
charges sur les différents éléments porteurs de manière automatique.

Avant de passer à la phase de calcul, on doit préciser les caractéristiques des


matériaux ainsi que les différentes hypothèses de calculs adoptés pour ce projet qui seront
déterminés dans le deuxième chapitre. On doit également évaluer les charges permanentes
et d’exploitation pour les différents types de planchers ainsi que quelques autres éléments
tels que les diverses types de cloisons en se basent sur des données biens connus.

Toutes les autres parties seront consacrées à la phase de calcul. On commencera par
le calcul manuel d’une poutre et d’une nervure, figuré dans le chapitre 3 et on ajoutera un
catalogue de ferraillage des poutres réalisées sur le module « Arche Poutre » présenté à
l’annexe. Dans le chapitre 4 on présentera l’exemple de calcul des deux panneaux de dalle
pleine appartenant au plancher haut de deuxième étage. Le chapitre 5 comporte
l’exemple de calcul d’un poteau et on ajoutera un catalogue de ferraillage des poteaux
réalisés sur le module « Arche Poteau » présenté aussi dans l’annexe. Un type d’escalier
présenté sera étudié dans le chapitre 6. L’étude de la fondation fera l’objet du chapitre 7.
l fl J" ZIÏfl

l- Oescription architecturale :

Le projet objet de notre étude est un hôtel de catégorie « 4 étoiles », nommé« Jawhara
» et situé dans la zone touristique de Sousse au bord de la mer. Le site actuel du projet est
celui de l’hôtel Coralia qui a été démoli, sa piscine extérieure est encore préservée.

Figure 1 : Façade principale de l’hôtel.

Ce projet s’étend sur une superficie totale d’environ 5 hectares et présente unesurface
couverte de 17 000 m². Il comprend un sous-sol (S.S), un rez-de-jardin (RDJ), un rez-de-
chaussée (RDC) et cinq étages.
A partir du RDC, la surface de chaque étage est d’environ 13 200 m² .Cet hôtel est formé
principalement par une partie centrale entourée par deux ailes comme indique la figure
suivante.
Figure 2 : les trois parties de l’hôtel.

Selon la fonctionnalité, on peut distinguer 3 parties. Une première partie formée par
des blocs à usage d’hébergement comportant 582 chambres et 39 suites ; les deux ailes
principales de l’hôtel sont exclusivement réservées à l’habitation. La deuxième partie
comporte les locaux communs (réception, restaurants, vestiaires, bars, salles polyvalentes,
etc.) et la troisième les locaux de service et techniques (cuisines, laveries, etc.).

Le sous-sol situé à une profondeur de 7.5 m (par rapport au niveau du RDC) a une
surface d’environ 8215 m². Il comprend essentiellement des locaux techniques, de
stockage et de dépôt, des bâches à eau de hauteur sous plafond (HSP) variant entre 2.5 et 3.2
m, une salle polyvalente (HSP égale à 7.2 m) et un parking (HSP égale à 3.2 m) ayant une
capacité de stationnement de 43 véhicules. Le moyen d’accès des camions aux locaux
techniques est
assuré par une rampe de pente d’environ 15%.

Le RDJ a une surface d’environ 16 000 m². Il est constitué essentiellement des
cuisines, d’une piscine couverte (HSP égale à 3.8m), un centre de thalasso thérapie, un
restaurant (HSP égale à 5.3 m) et un parking (HSP égale à 3.2 m) de capacité de
stationnement de 24 véhicules. Le RDJ comporte aussi le premier niveau des ailes
d’hébergement (HSP égale à 3m).

Le RDC comprend deux blocs d’hébergement au niveau des ailes (HSP égale à 3m),
un hall de réception vaste (HSP égale à 10.2m) s’étalant sur trois niveaux et des bureaux
pour la direction. On trouve également des boutiques, des cafés, un bar, des restaurants et
une salle des jeux (HSP égale à 5m). Deux entrées principales se situent à ce niveau ; la
première ouvre sur la façade principale et la deuxième sur la piscine.
Les deux premiers étages constituent des blocs d’hébergement(au niveau des ailes) et
des restaurants et des bureaux administratifs (au niveau du deuxième étage) situés dans la
partie centrale.
Les trois derniers étages sont réservés principalement pour l’hébergement
(HSP égale à 2.8 m). Ils sont pratiquement identiques sauf que le 5ème étage comporte
deux suites de plus.
Des escaliers et des ascenseurs et des montes charges sont conçus pour permettre
d’accéder d’un étage à un autre.

A cause de l’étendue du projet, l’architecte a proposé de diviser l’hôtel en seize


blocs moyennant des joints de dilatation de longueur d’environ 30m.

l .I- Joints de structure


l.I.I- lntroduction

Un joint désigne une coupure entre deux parties d’un bâtiment, permettant à chaque
partie de se déplacer librement, sans que les sollicitations auxquelles elle se trouve
soumise aient une influence sur l’autre partie.
Les variations de température, le retrait dû au durcissement, le fluage et le gonflement
initial du béton entraînent une déstabilisation entre les éléments d’une construction en
béton armé. Il devient alors nécessaire de prévoir dans les ouvrages des solutions de
continuité sous forme de joints.

l.I.2- Types et caractéristiques

Figure 3: Types de joints de structure

Les joints utilisés sont : Joint de dilatation et Joint de rupture.

• Le Joint de dilatation et de retrait est plus particulièrement une coupure destinée à


parer à l’action normale des variations thermiques et du retrait.

• Le Joint de rupture est plus spécialement une coupure destinée à permettre le


mouvement de la déformation provoquée par des causes accidentelles(tassements
différentiels des du sol et des fondations) ou par des causes normales (différence de hauteur
entre deux bâtiments accolées ou une différence importante dans les surcharges et les
sollicitations auxquelles sont soumis les deux bâtiments).

Ces joints structurels doivent être judicieusement distribués, et concerner toute


l'épaisseur de la maçonnerie (y compris chapes, enduits et revêtements extérieurs
rapportés) sur environ 2 cm de largeur ; ils ne peuvent être obturés qu'avec des matériaux
ou profilés qui s'adaptent à des déformations importantes.
En pratique, l'espacement maximal entre deux joints de structure consécutifs varie entre
25 et 50 m selon les conditions climatiques (plus le climat est humide plus l’espacement
est important).
A la suite des caractéristiques citées des joints, vu l’étendue du terrain du projet, on a
opté pour un placement de joints de dilatation tous les 25 à 30 m tout en respectant la
répartition architecturale et sa fonctionnalité.

l .2- La partie du projet étudiée :


Vue l’importance du projet (une superficie importante avec richesse architecturale et
structurale) et la contrainte du temps, on a choisit avec notre encadrant de subdiviser le
projet en deux parties et de consacrer notre étude sur l’une d’entre elles.

2éme partie

1ere partie

Figure 4: Ies deux parties étudiées.

Pour avoir une idée générale sur la répartition d’espace adoptée dans ces deux parties
on subdiviser la partie étudiée en deux, comme indique le schémaci dessus.

ére
l.2.I- I partie :

Dans ce paragraphe on s’intéresse à décrire les différents étages pour donner une idée
générale sur la répartition d’espace adoptée dans ce projet.
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

✓ Un sous-sol contenant les locaux techniques, des bâches à eau pour les piscines,
local chaufferie, bureau de pointage, lingerie, réfectoire de personnel, vestiaires de
personnel, local poubelle, atelier de réparation, bac de cuisson, cuisine, les boxes
de préparations, local armoire frigorifique, groupe d’électrogène, laverie,
pâtisserie, des chambres froides pour des les produits de nourriture, dépôts, cave à
vin, bureau des cadres de l’hôtel (chef personnel, directeur des ressources
humaines, chef cuisine ).
✓ Un RDJ qui contient le buffet, le restaurant des clients, locaux de soins esthétiques,
locaux de massages et hydro massages, des salles de vapeurs, salle de fitness,
cuisine de finition, pâtisserie, bar, bazar, vestiaires.
✓ Un RDC contenant l’entrée principale de l’hôtel ainsi que le restaurant, cuisine de
finition, salons, bureau change et réservation, bagagerie, salle coffre, bureau du
chef réception, bureau coffre, réception, jardin minéral.
✓ Du 1ére jusqu’au 5ème Etages sont tous à usage d’habitation avec des bureaux
administratifs au niveau première et deuxième étage.

éme
l.2.2 - 2 partie :

Pour cette partie les huit étages sont tous à usage d’habitation

✓ un plan RDJ et un plan niveau intermédiaire qui sont parfaitement semblables et


qui sont à usage d’habitation ; chaque étage comporte 30 chambres.
✓ Un RDC et un 1ére étage qui sont parfaitement semblables et qui sont à usage
d’habitation ; chaque étage comporte 26 chambres et des offices.
✓ Un 2éme étage et un 3éme étage qui sont parfaitement semblables et qui sont à usage
d’habitation ; chaque étage comporte 26 chambres et des offices.
✓ Un 4éme étage et un 5éme étage qui sont parfaitement semblables et qui sont à usage
d’habitation ; chaque étage comporte 23 chambres et des offices.

ll- €onception structurale:

Un projet consiste à faire la conception, le calcul des structures et des infrastructures


en béton armé.

La conception est une tâche extrêmement complexe qui résulte d’uncompromis entre
plusieurs facteurs : architecturale, économique, esthétique, Ainsi qu’il présente aussi la
base du pré dimensionnement, du calcul et de la détermination du ferraillage.

Contrairement à ce qu’on peut penser, la phase conception est la phase la plus


délicate dans notre projet de construction pour laquelle nous avons consacré le plus de
tempsvue la complexité aux niveaux plans architecturaux. En effet c’est tout l’esprit
d’ingénierie qui entre en jeux afin de fixer la structure la plus adéquate pour l’étude en
question. La partie calcul est une phase de poids certes, toute fois elle ne demande pas
de réflexion vue que

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

nous n’avons qu’à introduire les bonnes données pour obtenir des bonnes résultats:
généralement c’est le travail des logiciels.

En effet, pour bien concevoir notre structure nous sommes basés sur les critères
suivants :

➢ Respecter les plans architecturaux pour conserver l’aspect architectural et


esthétique du bâtiment.
➢ Assurer la stabilité et la rigidité de la structure.
➢ Assurer une bonne fonctionnalité des locaux.

Une bonne conception est celle prenant globalement en compte tous ces facteurs.
Nous allons essayer de présenter les principales règles et critères d’une bonne conception
:

- Eviter les poutres isostatiques sauf dans des cas critiques ou on se trouve obliger à
le faire.
- Eviter les retombées dans les salles et dans les circulations (mais c’est toléré dans
les murs et dans les grands espaces ce qui est fréquent dans notre cas d’étude); pour
cela, on a essayé dans la mesure du possible, de choisir la disposition des poutres
de telle façon que les éventuelles retombées soient cachées dans les cloisons le
maximum possible.
- Prendre en considération l’exécution pour faciliter la tache de la main d’œuvre
(coffrage).
- Eviter les poutres en allèges sauf pour les planchers terrasses si non accessibles.
- Le classement des poteaux se fait suivant les charges appliquées; c'est-à-dire à
chaque intervalle de charges correspond un type de poteaux.
- Choisir des poteaux de sections (22*cote calculé) pour qu’ils soient cachés dans
les murs d’épaisseurs 25cm. (sauf si la section de béton est insuffisante ou s’ils
existent des dispositions architecturales).
- Le choix de sens de nervures se fait suivant la portée la plus petite d’une surface
coffrée. (sauf si on ne tolère pas une retombée dans la poutre portante).
- Les poteaux sont considérés encastrés dans la fondation et articulés dans le
plancher intermédiaire.
- L’épaisseur des cloisons nous a empêchés de faire des portiques qui peuvent
supporter les poteaux naissants (vu que l’architecte ne tolère pas des poteaux
apparents au niveau des cloisons).
- Minimiser le nombre des poutres et des poteaux.

La conception d’un plan de coffrage passe par plusieurs étapes pour aboutir à un bon
plan décrivant tous les détails. Dans ce qui suit, on veut décrire chacune de ces étapes en
essayant de montrer son rapport avec les autres.

Comme structure porteuse, nous avons adopté plusieurs systèmes: poutre-poteaux


dans le cas de portées moyennes, portiques dans le cas des grandes portées.

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
Dans l’emplacement des poteaux, nous étions conditionnés par la fonctionnalité des
lieux. En effet la voie d’accès des camions ainsi que l’étage de réception qui doivent avoir
des espaces dégagés, en plus la présence des vides au niveau planchée de restaurant impose
l’absence des poteaux au dessous du plancher bas de l’étage qui représente un sujet de
conception développé ultérieurement à travers plusieurs variantes.

On a essayé d’éviter l’utilisation des poteaux naissants mais les contraintes


architecturaux nous obligent d’y utiliser car l’emplacement des poteaux est
conditionnépar la répartition des espaces ; le choix de l’emplacement possible des
poteaux est effectué tout en essayant d’éviter au maximum d’avoir des poteaux naissants,
mais vue l’irrégularité de l’architecture on a obligé de les implanter au niveau du
plancher haut du 1er étage juste sur la réception ainsi que d’autre endroits.

Nous avons choisi de concevoir des voiles en béton armé, qui commencent duSous-
sol et terminent au niveau plancher haut du RDJ, pour supporter la charge résultante du
jardin. Ces voiles ne seront pas pris en considération dans le calcul de contreventement
par ce qu’elles ne sont pas encastrées dans le sol, mais elles joueront un rôle primordial
dans le support des charges horizontales vis-à-vis l’action du sol.

Nous avons trouvé une très grande difficulté dans la conception des quelques locaux
par ce que nous n’avons pas la coupe en plan à ce niveau là qui peut nous fournir tous les
détails architecturaux.

Concernent le choix de type du planché Nous distinguons deux types de plancher


dont nous citons les avantages, les inconvénients et leurs domaines d’utilisation.
➢ Plancher en dalle pleine :
Elle s’adopte aux architectures complexes et au logement à formes irrégulières.
Avantage :

- Coupe feu : pour une coupe feu de deux heures, l’épaisseure est tel que e
≤11cm.
- Isolation phonique : une isolation appréciable nécessite e≤15cm.
- Utiliser pour des formes irrégulières.
Inconvénient :

- Poids important.
- Plus de coffrage par rapport au plancher en corps creux.

➢ P lancher corps creux:


Ce type de plancher est le plus utilisé en Tunisie, chaque fois la répartition
architecturale des espaces le permet. Le choix de l’épaisseur de ce type de plancher
dépend de la portée des nervures à envisager.

Ce type de plancher est constitué par :


- des nervures : reposant de part et d’autre sur les poutres et qui sont
coulés sur place.
- Une chappe de béton : c’est la dalle qui permet la transmission et la
répartition des charges aux nervures qui sont coulées aussi sur place.
- Des corps creux : utilisés comme coffrage perdu
Avantage :

- Economiques (facteur temps et main d’œuvre ordinaire).


- Facilité de la mise en œuvre.
Inconvénients :

- La résistance au feu moins bonne que celle de la dalle pleine.

Remarque:

- Il faut tenir compte de la continuité des nervures pour faciliter le calcul.


- Pour les poutres en console il faut avoir une portée
li ≤ 2 5m . (Selon le
B.A.E.L 91)
- Éviter les surcharges concentrées pour réduire les moments fléchissant
au niveau des appuis.
- Pour les poutres isostatiques, il faut que la hauteur h vérifie la condition
suivante : l l
16 ≤ h ≤ 10

- Pour les poutres hyperstatiques, il faut que la hauteur h vérifie la condition suivante :

l ≤h l

20 16
lll- Wodélisation :

Au cours de cette étape, on a eu recours à l’emploi de plusieurs logiciels vu la diversité


des éléments de structure :

✓ Pour l’évaluation de la descente de charge, on a utilisé le module « Arche


Ossature », en se basant sur les fichiers « autocad.dxf » comportant les axes
des poutres et des poteaux.

✓ Pour le dimensionnement des poteaux, on a utilisé « Arche Poteau BAEL »


; on exporte les poteaux de arche ossature, une foi la descente de charge est
faite, vers arche poteau, on pré dimensionne la section du poteau, puis on
calcul son ferraillage. On adopte généralement le même dimensionnement
pour les poteaux supportant des charges proches.

✓ Pour le dimensionnement des poutres, on a utilise « Arche Poutre BAEL » ;


de même on exporte les poutres de arche ossature vers arche poutre. Le
calcul se fait poutre par poutre de la façon suivante ; on pré dimensionne la
section de la poutre, puis on calcule son ferraillage en travée et sur appuis. Il
faut s’assurer aussi que la condition de limitation de la flèche est vérifiée.

✓ Pour le dimensionnement des fondations ; on a utilisé « Arche Semelle


BAEL ».

✓ Pour la détermination des sollicitations dans les escaliers, etc. ; on a utilisé


RDM6.
1ERE PARTIE :

Figure 5 : Structures de la 1ere partie modélisé sur l’ARCHE ossature


2EME PARTIE :

Figure 6 : Structures de la 2ème partie modélisée sur l’ARCHE ossature


fi ½ J" ZIÏfl

A- CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ET HYPOTHESES DE


CALCUL

L’étude et le dimensionnement des éléments de la structure sont menés suivant les


règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et de constructions en béton
armé selon la méthode des états limites (B.A.E.L 91.):
Tous les paramètres en question sont indiqués ci-après.

A.l- €aractéristiques des matériaux :

A.l.I. Béton :
Le béton est dosé à 350 kg/m3en utilisant un liant hydraulique mis en œuvre sur chantier
dans des conditions de fabrication courantes
✓ Dosage en ciment : 350 Kg/m3.
✓ Classe du ciment : CPA45 pour les éléments en élévation.
✓ Pour l’infrastructure, la présence de gypse dans les formations
rencontrées impose l’utilisation du ciment de haute résistance ( HRS ).
✓ La résistance caractéristique à la compression à 28 jours :fc28=20 MPa
✓ Le gros béton est dosé à 250 Kg/m3.
✓ Le béton de propreté est dosé à 150 Kg/m3.
✓ La résistance caractéristique à la traction à 28 jours :
ft28=0.6+0.06fc28=1.92 MPa.

✓ Le module de déformation longitudinale instantanée:


Ei=11000 3√fc28 =30822,43 MPa

✓ Le module de déformation différée :


Ev=3700 3√ fc28 =10367,54 MPa

✓ La résistance de calcul de béton :


fbu=0,85 fc28/1,5 = 12,47 MPa

✓ La contrainte limite de compression du béton :


abc=O,6fc28=13,2 MPa .

✓ Le poids volumique du béton armé : q= m


A.l.2. Acier
• Les armatures longitudinales sont des aciers à haute adhérence de nuance FeE400
de limite d’élasticité garantie f et de module d’élasticité longitudinale E tels que :
e s
5
f = 400 MPa et E = 2.10 MPa.
e s
Le coefficient de fissuration : h =1.6 ;
Le coefficient de scellement : 1.5;

• Les armatures transversales sont des aciers doux de nuance FeE235 de


limite d’élasticité garantie f :
et

f = 235 MPa.
et
Le coefficient de fissuration : h =1.6 ;
Le coefficient de scellement =1.5;
Coefficient de sécurité : y = 1.15

A.ll- Hypothèses de calcul :

Le projet étant situé au centre de la Tunisie dans un climat non agressif pour la
superstructure, alors qu’au niveau de l'infrastructure milieu est supposé agressif.
Et on considère ce qui suit :
- Pour la superstructure
La fissuration est peu préjudiciable.
Epaisseur d’enrobage des armatures : 2.5
cm.
- Pour l’infrastructure
La fissuration est préjudiciable
Epaisseur d’enrobage des armatures : 4 cm.

A.ll.I. Oimensionnement à l’ELU


Pour le dimensionnement des armatures à l’ELU, on considère :
- les coefficients de pondération sont pris égal à :
▪ 1.35 : pour les charges permanentes ;
▪ 1.5 : pour les charges d’exploitation ;
- la contrainte admissible en compression du béton est égale à :
fbu=O,85 fc28/1,5 = 12,46 MPa

- la contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux est égale à :


f
fsu = e = 347.826MPa
ðs
A.ll.2. Oimensionnement à l’ELS :
Pour la vérification des contraintes à l’ELS, on considère :

- la contrainte admissible en compression du béton est égale à :


abc=O,6fc28=13,2 MPa.

- la contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux :


⎛2 †
¤ = imf ƒ , 110
s { 4ƒ t 28 }
⎝3
e
J

A.ll.3. Sol de Iondation


Les valeurs si dessous sont données par le bureau d’étude.
Le sol est formé principalement par une couche épaisse de sable ayant pour
caractéristiques :
- Angle de frottement : $ = 30°.
- Coefficient de cohésion : C = 0.
- Capacité portante : o = 0.25 MPa.
sol

A.lll-- Wéthode de calcul :

L’étude et le dimensionnement des éléments de la structure sont menés suivant les


règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et de constructions en béton
armé selon la méthode des états limites (B.A.E.L 91.):

A.lll.I -Poteaux
Les poteaux sont généralement soumis aux charges verticales centrées, ils sont donc
dimensionnés à la compression simple. D’autres poteaux peuvent être soumis en plus des
charges verticales à des moments de flexion et sont donc dimensionnés à la flexion
composée.

A. lll.2 -Poutres, nervures, escaliers


Afin de déterminer les armatures longitudinales, la méthode utilisée estcelle de flexion
simple, et pour les armatures transversales, la méthode utilisée est à travers l’effort
tranchant.
Suites à des conditions à vérifier, le calcul des poutres continues sera fait soit par la
méthode forfaitaire, soit par la méthode de caquot ou caquot minorée.
Les méthodes de calcul sont les mêmes même s’il est fait manuellement ou par logiciel.
B- EVALUATION DES CHARGES :

B.l- Evaluation des charges permanentes :

Les planchers traditionnels se diffèrent par le type du corps creux (dehauteur16+5) et


la nature du plancher (terrasse ou intermédiaire) et par suite les charges permanentes qui
leurs sont appliquées se diffèrent comme indiqué ci-dessous :

B.l .I- Plancher intermédiaire :

Poids
Dimensions Poids
Nombre unitaire
(cm) (daN/m²)
(daN)
Hourdis 16 x30 x33 10 7.5 75
Nervures 33x7x21x5 3 69.25 207.75
Total 282.75

Tableau 1 : Poids d'un hourdis 16+5

Épaisseur Poids volumique Poids


(cm) (daN/m3) (daN/m²)
Hourdis 16+5 **** **** 283
Lit de sable 4 1800 72
Mortier de pose 2 1800 36
Carrelage 2.5 2000 50
Enduit sous plafond 1.5 1400 21
Mur léger **** **** 75
Total 537

Tableau 2 : Plancher intermédiaire corps creux


Épaisseur Poids volumique Poids
(cm) (daN/m3) (daN/m²)
Dalle en BA e 2500 e (en m) x 2500
Lit de sable 4 1800 72
Mortier de pose 2 1800 36
Carrelage 2.5 2000 50
Enduit sous plafond 1.5 1400 21
Mur léger **** **** 75
Total 254+(e x 2500)

Tableau 3 : Plancher intermédiaire dalle pleine

B.l.2- Plancher terrasse :

Épaisseur Poids volumique Poids


(cm) (daN/m3) (daN/m²)
Hourdis 16+5 **** **** 283
Béton forme pente 10 2200 220
Enduit sous plafond 1.5 1400 21
Étanchéité par
**** **** 49
asphalte coulé
Total 573
Tableau 4 : Plancher terrasse corps creux

Épaisseur Poids volumique Poids


(cm) (daN/m3) (daN/m²)
Dalle en BA e 2500 e(en m) x 2500
Béton forme pente 10 2200 220
Enduit sous plafond 1.5 1400 21
Étanchéité par
**** **** 49
asphalte coulé
Total 290+(e x 2500)
Tableau 5 : Plancher terrasse dalle pleine
B.l.3- Wurs :
B.l.3.I – Wur de 20:

Dimensions Poids unitaire Poids


Nombre
(cm) (daN) (daN/m²)
Brique 12t 15 x20 x30 15 6.7 100.5
Mortier de pose 2 **** 1800 27
Enduit 5 **** 1800 90
Total 217.5
Tableau 6 : Cloison 20 cm

B.l.3. 2 – Wur de 25:

2,5 2,5
20

15

Enduit Enduit

25

Dimensions Poids unitaire Poids


Nombre
(cm) (daN) (daN/m²)
Brique 12t 15 x20 x30 19.5 6.7 130.65
Mortier de pose 2 **** 1800 43.2
Enduit 5 **** 1800 90
Total 263.85
Tableau 7 : Cloison 25 cm
B.l.3.3 – Wur de 3¥:

2,5 1,5
15 6 10

Enduit extérieure Enduit intérieure

35

Dimensions Poids unitaire Poids


Nombre
(cm) (daN) (daN/m²)
Brique 12t 15 x20 x30 15 6.7 100.5
Brique plâtrière 6.5 x20 x30 15 3.4 51
Mortier de pose 2 **** 1800 38.7
Enduit 4 **** 1800 72
Total 262.2
Tableau 8 : Cloison 35 cm (1ére type)

Dimensions Poids unitaire Poids


Nombre
(cm) (daN) (daN/m²)
Brique 12t 15 x20 x30 15 6.7 100.5
Brique 8t 10.5 x20 x30 15 4.6 69
Mortier de pose 2 **** 1800 45.9
Enduit 4 **** 1800 72
Total 287.4
Tableau 9 : Cloison 35 cm (2éme type)
On récapitule les différentes charges permanentes dans les deux tableaux suivantes:

Poids (daN/m²)
PLANCHER Corps creux 16+5 537
INTERMEDIAIRE Dalle pleine 254+(e.2500)
PLANCHER Corps creux 16+5 573
TERRASSE Dalle pleine 290+(e.2500)
Tableau 10 : charges permanentes des planchers

Poids (daN/m²)
Mur de 10 cm 125.7
Mur de 20 cm 217.5
Mur de 25 cm 263.85
Mur de 35 cm 287.4
Tableau 11 : Poids des murs

B. ll- Les charges d’exploitations

On considère les charges d’exploitations dans les calculs comme suit :

✓ Locaux d’habitation : 150 daN/m²


✓ Balcon pour locaux d’habitation : 350 daN/m²
✓ Restaurant : 350 daN/m²
✓ Hall de réception : 250 daN/m²
✓ Escalier pour locaux publics : 400 daN/m²
✓ Hall de circulation : 250 daN/m²
✓ Bureaux : 250 daN/m²
✓ Locaux à usage sportif : 500 daN/m²
✓ Dépôts de cuisines : 600 daN/m²
✓ Circulation des véhicules : 500 daN/m²
✓ Terrasse non accessible : 100 daN/m²
✓ Terrasse accessible : 250 daN/m²
6 ½ J" ZIÏfl

A- ETUDE D’UNE POUTRE :

Les poutres représentent les éléments principaux de la structure, ce sont les


éléments les plus sollicitées en flexion, et ce sont eux qui conditionnent parfois
l’esthétique du bâtiment par l’existence ou non de retombée ou de flèche.

l- APERÇU THEORlQUE :

Pour le calcul des sollicitations des poutres continues en béton armé, le règlement
BAEL 91 nous offre trois méthodes possibles pour le calcul des sollicitations. On a la
méthode forfaitaire, la méthode Caquot et la méthode Caquot Minorée.

On va exposer dans ce qui suit les conditions d’application de chaque méthode, les détails
de calcul des moments et des efforts tranchants sont représentés plus en détails dans le
référence bibliographique [1].

l.I- Wéthode IorIaitaire :


Cette méthode consiste à l’évaluation des valeurs maximales des moments en
travées et sur appuis, et de même pour l’effort tranchant maximal comme des fractions,
fixées forfaitairement, de la valeur maximale du moment fléchissant MO et de l’effort
tranchant VO de la poutre isostatique équivalente.

❖ Domaine de validité :
La méthode forfaitaire de calculs planchers à charge d’exploitation modéré s’applique
dans les cas où :

1- Les charges d’exploitation sont modérées, c'est-à-dire qu’elles vérifient :


⎛Q ≤ 2G
{ ⎛|Q : des charges variables.
⎝Q ≤ 5KN / Avec
somme:
m2 { des charges permanente s.
|⎝G :
somme

2- Les éléments du plancher ont même inertie dans toutes les différentes
travées. 3- Les portées vérifient :
⎛ l { ¿
0.8 |
| l
≤ |¿ —1
| l¿
l ¿ +1

1.2
5


1.2
5
l.2- Wéthode de €aquot :
La méthode de Caquot est inspirée principalement de la méthode de trois moments.

❖ Domaine de validité :
La méthode de Caquot s’applique dans le cas où :

Les charges d’exploitation sont élevées et susceptible de faire des variations rapides
dans le temps. Ces conditions d’application sont :

⎛Q > des charges variables.


2G ⎛|Q :
Avec
somme:
{ /m { des charges permanente s.
⎝Q > 2 |⎝G :
5KN somme

Dans le cas où l’une des hypothèses (2), (3) ou (4) relatives à la méthode forfaitaire
ne serait pas vérifiés on applique la méthode de Caquot pour les planchers à charge
d’exploitation (Q > 2G ) en multipliant la part des moments sur appuis provenant des
seules charges permanentes par un coefficient variant entre 1 et 2/3: c’est la méthode de
Caquot Minorée.

ll- OONNEES OE €AL€UL O’UNE POUTRE :

ll.I- Schéma mécanique de la poutre:


On étudiera explicitement un exemple de calcul d'un type depoutre (T 48) à quatre
travées du plancher intermédiaire du deuxième étage.

La poutre, par sa forme se calcule comme étant une poutre de section rectangulaire
travaillant à la flexion simple et soumise à l'action des charges permanentes et celles
d'exploitations.

q
g

4.55 m 4.47 m 3.02 m 1.85 m

Figure 7 : Schéma de calcul de la poutre.

ll.2- Evaluation des charges (sans tenir compte du poids propre de la


poutre) :
- g’ plancher= 537 x 0.83 = 445.71 daN/m
g’ total= 1250.43 daN/m
- g' mur = 287.4 x 2.8 = 804.72 daN/m
- q’ = 150 x 0.83 = 124.50 daN/m
e'u = 1.35 × g' + 1.5 × q' = 1874. 83 daN/N
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

ll.3- Pré dimensionnement de la section de la poutre:

Pour le pré dimensionnement de la section, il est judicieux de considérer les deux


conditions :
- limiter
h la flèche de la section □ , (1)
S
l
- Eviter les aciers comprimés □ Xam
, (2)
· µlm · ƒbm
hS

Avec :
h : hauteur de la section de la poutre ;
Mau : moment sur appui = section critique d’une poutre continue ; Mau=0.5 M0u
l : longueur de la travée de la poutre;
d : hauteur utile de la section de la poutre, d = 0.9h ;
b : largeur de la section, d ≤ b ≤ 0.5 d, soit b = d ;
0.
µlu : moment réduit limite ; FeE 400 et fc28 < 30 MPa, soit
µlu =0.39
p u' S 2
MOU = ( )
8
1874.83×4.552
=( )
8
= 4851.71 daN. N

h = = m
l
|
|
{ = m

|h ×
⎝| ×××
Soit h = 0.35 m pour tenir compte du poids propre de la poutre

ll-4- €orrection de la charge :


- g total= (0.35 x 0.22 x 2500+ 1250.43 =1442.93 daN/m
- q = q’ = 124.50 daN/m
- P u = 2134.7 daN/m
- P u = 1567.43 daN/m
lll- €AL€UL OES SOLLl€lTATlONS :

lll.I- Woments Iléchissant :


A titre indicatif on va développer le calcul de la 1ère travée, le calcul des autres
travées est analogue, l’ensemble des résultats sera représenté dans un tableau récapitulatif
(Tab).

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

lll.I.I- Woments sur appuis :

q
g

ƒ 2 ⎞
P = 1.35~ ~g + (1.5~q) = 14.85 KN/m
| |
u
⎝ 3 ⎠
ƒ 2 ⎞
P = | ~g | + q = 10.86 KN/m
s
⎝3 ⎠
❖ Moment maximal sur appui 2 :

✓ à l’ELU

−( )
30.08
( ) ( )
✓ à l’ELS

P l'3
+3 P 10.86 − ( .553 + 3.576 3 )
l' e
M =- w w e
=- = -22.00 KN.m
g
8.5(l'w + l'e 8.5 (4.55 + 3.576 )
)
lll.I.2- Woment maximal en travée :

q
g

x x
M(x) = U(x) + M (1 - ) + M
w e
Li Li

▪ à l’ELU

- Pour les moments en travée :

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

-
Pour les moments sur appui
u ƒ 2 ⎞
Pw = |1.35 − − g | + (1.5 − q )= 14.85 KN/m
⎝ 3 ⎠
u ƒ 2 ⎞
Pe = |1.35 − − g | = 12.99 KN/m
⎝ 3 ⎠
P l'3 + P 14.85− 4.553 +12.99−3.5763
l'3 e
M2 = - w w e
=- = - 28.85 KN.m
e
8.5− (l'w + 8.5−(4.55 + 3.576 )
l'e )
l Mw 4.55 0 (-28.85)
x Me
- + =1.98m
max
= - + = 2 21.35−4.55 21.35−4.55
2 ql ql
x x
(x) = µ + (1 - )+
(x) w e
L L
2
q qx 21.35 4.55 21.35 1.98 2
= 54.32KN.m 1.98 -
µ(x) = x- = 2
2 2 2
1.98 1.98
M(x) = 54.32 + 0 (1 - ) - 28.85 = 41.76KN.m

▪ à l’ELS 4.55 4.55


:

- pour les moments en travée :

Pw› = g + q = l5.67 KN

Pe› = g = l4.43 KN

- pour les moments sur appui :

s 2
P= × g + q = 10.86 HN
w
3

Pes = 2/3× g = 9.62 HN


P l'3 + P l'3
10.86 ~ 4.553 + 9.62 ~ 3.5763
M 2e =-
w =- w e e = -21.18 KN.m
8.5 ~ (l'w + l'e 8.5 ~ (4.55 + 3.576 )
)
l M M
x = - w + e = 4.55 - 0
+
-21.18 = 1.98 m
max
2 ql ql 2 15.67 × 4.55 15.67 × 4.55
x x
M(x) = µ + M (1 - ) + M
e

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-
(x)
Li
w
Li
2
ql qx 15.67 × 4.55 15.67 ×1.98 2
µ(x) = x - = ×1.98 - = 39.87 KN.m
2 2 2 2
1.98 1.98
M(x) = 39.87 + 0 × (1 - ) - 21.18 × 30.66 KN.m
=
4.55 4.55

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

Appui Travée Appui Travée Appui Travée Appui Travée Appui


1 1 2 2 3 3 4 4 5

Moments ELU 0 41.76 -30.09 31.21 -17.45 12.58 -8.37 5.71 0


fléchissent
(KN.m) ELS 0 30.66 -22.00 22.88 -12.76 9.21 -6.12 4.18 0

Tableau 12 : Les moments fléchissent

−30.09 KN.m

−17.45 KN.m
−8.37 KN.m

5.71 KN.m
12.58 KN.m
31.21 KN.m
41.76 KN.m

Figure 8 : Diagrammes des moments

lll.2- EIIorts tranchants extrêmes sur appuis :

Mi –Mi Mi+1–Mi
Vw = —VOw + ; Ve = VOe +
—1 Sei
Swi

Appui I :

Pu = (1.35 × g) + (1.5 × q)
= (1.35 ×14.43) + (1.5 ×1.245)
= 21.35 KN
Pu × l1-2 21.35 × 4.55
V = = = 48.57KN
0(1-2)
2 2

Mi+1 - Mi (-28.85)= 42.23 KN


V=V+ = 48.57 +
e1 0e
lei 4.55

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4 Appui 5
Vw (KN) 0 -55.18 -45.45 -29.78 -15.61
Ve (KN) 42.23 50.65 35.35 24.27 0
Tableau 13 : Les efforts tranchants

−55.18 KN
−45.45 KN
−29.78 KN
−15.61 KN

24.27 KN
35.35 KN
42.23 KN 50.65 KN

Figure 9 : Diagrammes des efforts tranchants

lV- €AL€UL OU FERRAlLLACE :


lV.I- €alcul des armatures longitudinales :
lV.I.I- Ferraillage des travées :
ére
• Oimensionnement à l’ELU (I travée) :

µ µ <µ Pas

’ar at res co pr es Asc c et Ast


Z s

a J ] J ]
⎝ ] ⎝ ]

yu = a.d = 0.l95 × 0.325 = 0.0634 Z = d - 0.4yu = 0.325 - 0.4 × 0.0634 = 0.299

A = M u = 4l.76 − l0 -3 = 4.02 cm2


st
Z × fsu 400
0.299 −
l.l5
ƒt − b − d =
A = −
ƒ m #sit 3HA14=4.61 cm2 > 4.02 cm2 (OK)
e
• VériIication à l’ELS :
Pour la vérification des contraintes à l’ELS il faut vérifier :
M
a bc = I ser y1 ≤ 0.6 × 22 = MPA
13.2
ser AN
- Position de l’axe neutre :
f(y) = A y²+B y+C avec A= b/2

B = 15 Asc+15 Ast ; C = -[15 Asc d’+15 Ast d]

D’ou y1 = 0.115m
- Moment d’inertie:
y1
Isrh /AN = b +15 Asc (y1-d’)²+15 Ast (d-y1)² = 4.165 10-4 m4

M
Mser = 30.66 10-3 MN.m d’où ab = ser y1 . MPa
Iser AN
c =

a bc = 0.6 ƒ c 28 = 0.6 × 22 = l3.2 a (..OK)


≤a
MPa bc
bc

T v T v T v 3 T v 4
Mu (KN, ) 41.76 31.66 12.58 5.71
µ 0.144 0,109 0.043 0.020
ASC (c ) 0 0 0 0
a 0.195 0,145 0,055 0,025
Yu ( ) 0,0634 0,0471 0,0179 0,0081
Z( ) 0,299 0.306 0,318 0,322
Ast theorique (c ) 4.02 2.97 1.14 0,51
2
Amin (cm ) 0,79 0,79 0,79 0,79
Ast choisi 3HA14 3HA12 3HA10 3HA10
Ast réelle (cm²) 4.61 3.39 2.35 2.35
Y (m) 0,115 0,102 0,087 0,087
-4 4
ISRH ( 0 .m ) 4.165 3.307 2.479 2.479
MS (KN,m) 30.66 22.88 9.21 4.18
obc (M ) 9.29 7.06 3.23 1.47
obc “<bc vérifier vérifier vérifier vérifier
Tableau 14 : Ferraillage des travées
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

lV.I.2- Ferraillage des appuis :

N.B : Les moments maximales qu’ont va utiliser dans le calcul des armatures
longitudinales sur appuies, sont présentés dans le tableau (12).

Or ces moments sont négatives, d’où on va renverser la section de coffrage et on va


travailler avec Mu . (Acier tendue en haut de la section : armature supérieur)

Appui1 Appui2 Appui 3 Appui4 Appui5


Mu (KN,m) 0 -30.09 -17.45 -8.37 0
ELU

µ 0 0,104 0,06 0,029 0


2
ASC (cm ) 0 0 0 0 0
a 0 0,138 0,077 0,037 0
Yu (m) 0 0,0449 0,025 0,012 0
Z (m) 0 0,307 0,315 0,32 0
2
Ast theorique (cm ) 0 2.82 1.59 0,75 0
Amin (cm2) 0 0,79 0,79 0,79 0
3HA10
Ast choisi 0 4HA8 3HA8 0
+1HA8
Ast réelle (cm²) 0 2.85 2.01 1.50 0
Y1 (m)
ELS

0 0,095 0,082 0,072 0


-4 4
ISRH (10 .m ) 0 2.89 2.185 1.714 0
MS (KN,m) 0 -22.00 -12.76 -6.12 0
obc (Mpa) 0 7.23 4.79 2.57 0
bc
“<bc 0 vérifier vérifier vérifier 0
Tableau 15 : Ferraillage des appuis

lV.2- €alcul des armatures transversales :


Pour le calcul des armatures transversales, on va détailler le calcul pour la moitié
droite de la première travée, et pour les autres travées leurs résultats seront explicités dans
le tableau ci-dessous:

- Sollicitation :
Vumax = 42.23 KN
Vred = V
P - h ) |
=V h| ) 0.3 = 40.61 KN
5
u max u max |1 - | = 42.23× |1 - |
2 ) 2l ∫ ) 2 × 4.55 ∫

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

- Vérification du béton vis-à-vis effort tranchant :


-3
ı = Vu = 42.23 ×10 = 0.591 MPa
max

u
b0 d 0.22 × 0.325

Les armatures transversales sont droites ( α =


) et la fissuration est peu préjudiciable

ƒc
0.2 Q c = 2.93 MPa > T (OK)
c = Min 28
μb
u u u

5 MPa

▪ Choix du tracée : un cadre et un étrier Ø


▪ Choix de $t
diamètre
:
$t ≤ min mm
t ≤ Min c

▪ Espacement maximal : S t
St = Min (0.9 d ; 40 cm) =29.25 cm

▪ Pourcentage minimal :
)A | )A | 0.4b0 0.4 × 0.22 m2
| t |S| t | = = 3.74 ×l0-4
=
S S f 235 m
) t ∫ ) t ∫min et

A Partir de règle de couture, on détermine l’espacement initial St


au droit de l’appui en assurant :

7cm ≤
ft0 ≤ f t

- ft28= 1.92 MPa


A b .7 .(T réd
- 0.3.K.f ) - K=1 flexion simple sans
Or 0 s u t ; avec reprise de bétonnage
S
28
t

. s t0 0.9.fet .(sima + cosa) - ys =1.15.


r
- = 90°.
V 4 .61−1 -3

ır = = .568 MPa
. .22 − .325

Alors
0.22 ×1.15 × (0.568 - 0.3 ×1×1.92)
* m-5 m²
= -0.96 .10
0.9 × 235
At ƒ At A ) At m
(Non) Q t = 3.74 ×l0-4
⎞ S| |
Q | = ||
2

s S s S m

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-
t0 ⎝ ⎠
t mim t0 ) t ∫min

Q St0 = 30 cm > St (Donc on prend la valeur deSt ) ;

#sit St0 = S = 29 cm
t

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

- Vérification des appuis :

• Acier de glissement : Ag :
Ag S Or
s
42.231O—
Q 3
− 1.15 = 1.21.1O—4m²
Ag
4OO
La première nappe est de 3HA14 = 4.61 cm² >>> 1.21cm² Q donc cette nappe
suffira.

✓ Bielle de béton :
Vérifions la condition de non écrasement du béton:

V ma
0.8.fc
b
u
≤ b
a.b b

Avec : ob = Contrainte de compression dans le béton

a = la – enrobage - 2cm = 22-2-2 = 18 cm


2 × 42.23 ×10-3 0.8.fc28
Qo = = 2.13 M ≤ = 11.73M
b
18 ×10-2 × 0.07 yb

Alors La condition de non écrasement du béton est vérifiée

Travée1 Travée2 Travée3 Travée4


mi travée mi travée mi travée mi travée mi travée mi travée mi travée mi travée
gauche droite gauche droite gauche droite gauche droite

V max (KN ) 42.23 55.18 50.65 45.45 35.35 29.78 24.27 15.61
u

40.61 53.06 48.70 43.70 33.99 28.63 23.34 15.01


Vured
red
( )
0.568 0.742 0.681 0.611 0.475 0.400 0.326 0.210
cu
ƒ At ⎞
(cm m) <0 1.99 1.26 0.42 <0 <0 <0 <0
| |
⎝ St 0 ⎠Théorique
ƒ At ⎞
(cm² m ) 3.74 3.74 3.74 3.74 3.74 3.74 3.74 3.74
| |
⎝ St0 ⎠Choisie
2
At (cm ) 1.13 1.13 1.13 1.13 1.13 1.13 1.13 1.13
St0 Théorique (cm) 30 30 30 30 30 30 30 30
St0 Choisie (cm) 25 25 25 25 25 25 25 25
Répartition (cm) 12.5+ 12.5+ 12.5+ 12.5+ 12.5+ 12.5+ 12.5+ 12.5+

(8x25) (8x25) (8x25) (8x25) (5x25) (5x25) (3x25) (3x25)

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-
Tableau 16 : Les armatures transversales

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
V- VEREFl€ATlON OE LA FLE€HE :
La justification de la flèche est une vérification vis-à-vis de l’état limite de service.
Elle devient inutile si les conditions suivantes sont satisfaites

: On doit vérifier seulement la première travée.


h 1
© S * 0.0769 S 0.0625 Avec :
Ok
l 16 - MO : Moment de la travée de référence
MO =Ps L²/8 = 4O.55 KN.m
h 1 Mt
S .
l 10 M 0 - A : Section d’acier tendu en travée
º
0.0769 S 1 30.66 A = 4.61 cm²
. = 0.0756
- Mt : Moment maximal en travée

OK
10 40.55

A 4.2
b0 × d≤ fe * 0.00645 ≤ 0.105 OK
©

B- ETUDE D’UNE NERVURE :

La conception d’un plancher en corps creux repose sur l’utilisation des nervures. La
dalle de compression et la géométrie de l’hourdis font que la nervure soit de section en Té.
Donc, suivant sa conception, une nervure est dimensionnée comme une poutre continue
(ou isostatique) sollicitée à la flexion simple.

l- OONNEES OE €AL€UL O’UNE NERVURE :

l.I- Schéma mécanique de la nervure :


La nervure étudiée est schématisée comme une poutre continue à deux travées
soumise à une charge uniformément répartie comme le montre la figure:

q
g

4.10 m 4.10
m 4.10 m
Figure 10 : Schéma de calcul de la nervure .
l.2- Pré dimensionnement de la section de la Nervure :
Les trois portés sont de même longueur : L = 4.10 m.

L 4.10 va utiliser une nervure (16+ ) = 1 cm: épaisseur du


. = . = 0.18m, donc on
plancher.

La section de la nervure est alors : 33


- Largeur de la table de compression : b = 33
cm

5
- Hauteur de la table : h0 = 5 cm

16
- Hauteur de l’âme : h – h0 = 16 cm
- Largeur de l’âme : b0 = 7 cm.
7

l.3- Oétermination des charges :

On est au niveau du plancher intermédiaire, la nervure reprend les charges

- Charges permanentes : suivantes: G = 5.37 KN/m2.


- Charges d’exploitation : Q = 1.50 KN/m2.
Il s’agit d’un local à usage domicile donc :

Les charges par mètre linéaire sont :

- Charges permanentes : g = 5.37 * 0.33 = 1.7721 KN/m.


- Charges d’exploitation : q = 1.50 * 0.33 = 0.495 daN/m.
D’où enfin, on aura :

- A l’ELU : Pu = 1.35 g + 1.50 q = 3.1348 KN/m.


- A l’ELS : Ps = g + q = 2.2671 KN/m.

ll- €AL€UL OES SOLLl€lTATlONS :

ll.I- €hoix de la méthode :

( (O )

✓ q =1.5 KN/m2 et g = 5.37 KN/m2

q ( 5 KN m2 (OK)

✓ Inertie des travées :


I = Cste * rerifiée
✓ Fissuration : Fissuration peu préjudiciable * verifiée
✓ Les éléments de plancher ont une même inertie dans les différentes travées

0.8 ≤ li li
≤ 1.25 c E0.8;1.25E* ve ifiée
li+1 li+1
*
La méthode forfaitaire est applicable

ll.2- Woment Iléchissant dans les travées de réIérence :


i
M 0 : C’est le moment maximal dans la travée isostatique (de référence) «i », il est donné
i Pu P
par l i : à L’ELU M
i
= s : à L’ELS.
: M u= li ser
;

Travée « i » Li(m) M0u(KN.m) M0S (KN.m)


1 4.10 6.59 4.76
2 4.10 6.59 4.76
3 4.10 6.59 4.76
Tableau 17 : Tableau des moments isostatiques

ll.3- Woments Iléchissant maximaux sur appuis :

Figure 11 : Schéma des moments sur appuis

Appui Moment à L’ELU (KNm) Moment à l’ELS (KNm)


1 -0.99 -0.71
2 -3.30 -2.38
3 -3.30 -2.38
4 -0.99 -0.71
Tableau 18 : Tableau des moments fléchissant sur appuis

ll.4- Woments Iléchissant maximaux en travées :


Les moments maximaux en travées sont donnés forfaitairement par les formules suivantes:

Figure 12 : Schéma des moments en travées


M+M
⎛ +α M i

On doit vérifier la condition suivante : M + a { | }|
w e
S i
t
⎝| M |J
Avec :
• M0 : moment isostatique maximal de la travée deréférence « i ».
• Me et Mw : sont respectivement les valeurs absolues des moments maximaux
sur appui droite et gauche de la travée « i ».
• Mt : Moment maximal dans la travée continue.
q
• α = g
+q
A titre indicatif on va développer le calcul de la 1ère travée, le calcul des autres travées
est analogue, l’ensemble des résultats sera représenté dans un tableau récapitulatif (Tab).

➢ Exemple de calcul de la travée N° 1 :


q 1.5
α= = = 0.22
g + q 5.37 + 1.5

1.2 + 0.3 ×α 1.2 + 0.3 ×0.22


ELU : M
tu1
=
(1 .M0u = × 6.59 = 4.17KN.m
2 2
1.2 + 0.3×α (1) 1.2 + 0.3× 0.22
ELS : Mtser1 = .M 0 ser = × 4.76 = 3.01KN.m
2 2

Y érification :

M+M ⎛|(1 + ⎛|1.066 × M (i) †|


0.3α).M 0†|
(i)

M + w e
S max { }= M (i)
0 } = t{ 1.066 ×
2 |⎝1.05.M (i) | |1.05 × M (i) | 0
0 J ⎝ 0 J

✓ À
l’ELU
(l)
M0u = 6.59 KN.m ; Mw= 0.99 KNm ; M = 3 .30 KNm
e ) Mw + Me | ) 0.99 + 3.30 |
M = 4.l7 Sl.066 × M (i) – =l.066 ×6.59 – =4.88 KN. m

) ∫ ) ∫
Non vérifiée Mtu1= 4.88 KNm

✓ À l’ELS
(l)
M0S = 4.76 KN.m ; M w= 0.7l KNm ; M = 2 .38 KNm
) Mw + Me | ) 0.7l + 2.38 |
M = 3.0l S l.06.M (i) –e =l.066 ×4.76 – =3.53 KN. m

) ∫ ) ∫
Non vérifiée Mts1= 3.53 KNm
Moments en travées Mu (KN.m) Ms (KN.m)
1 4.88 3.53
2 3.72 2.69
3 4.88 3.53
Tableau 19 : Moments maximaux en travées

ll.¥- EIIort tranchant :

Figure 13 : schéma des efforts tranchants

⎛ P l − †
| V =u = = KN |
| − |
Avec : | P l
u
|Efforts tranchants isostatiques
{V = = = KN }
| |
| P l − |
|V = = = KN |
u

⎝ J

ll.6- Récapitulation des sollicitations :


Le tableau ci-dessous résume toutes les sollicitations calculées, pour l’ensemble des
travées de la nervure.

Récapitulation des sollicitations Appui1 Travée1 Appui2 Travée2 Appui 3 Travée3 Appui4
Moment fléchissant (KN.m) -0.99 4.88 -3.30 3.72 -3.30 4.88 -0.99
ELU gauche 0 --- -7.07 --- -7.07 --- -6.43
Effort tranchant (KN)
droite 6.43 --- 7.07 --- 7.07 --- 0
ELS Moment fléchissant (KN.m) -0.71 3.53 -2.38 2.69 -2.38 3.53 -0.71
Tableau 20 : Tableau récapitulatif des sollicitations de la nervure

lll- FERRAlLLACE OE LA NERVURE

La nervure travaille en flexion simple, étant donné que la fissuration est peu
préjudiciable on va dimensionner à l’ELU et ensuite vérifier à l’ELS tout en respectant la
CNF(Condition de non fragilité).Le calcul sera développé uniquement pour la première
travée, le reste sera résumé dans les tableaux (Tab).
lll.I- Armatures longitudinales :
lll.I.I- Oimensionnement à l’ELU :

Le comportement de la section en T
M = bh f ) d - h0 |
TU 0 bu | |
2
) ∫
b= 0.33 m ; b0 =0.07 m ; h= 0.21m ; d=0.185 m

0.85 0.85 22 = 12. 7


= c28
= a
b
1.5 1.5
0.05
M = 0.33 × 0.05 × 12.47 × (0.185 - ) = 32.92KN.m
T
2
M U = 4.88 KN.m MTu = 32.92 KN.m
]Donc la section en T se comporte mécaniquement comme une section
rectangulaire (bxh)
-
u
µ ×10 00 5 µ 0 0 5<µ 0 9 Pas
lim
b × d × fbu 0 × 0 185 ×1 7

d’armatures comprimes Asc 0 cm et


As
t Z×fsu

a l. 5 l
l µ l. 5 l 0.045

l 0.0 5
yu a.d 0.045 0.l85 0.008
d 0.4yu 0.l85 0.4 0.008 0.l8
-3
A = M u = 4.88 − 10 = 0.77 cm2
st
Z × fsu 400
0.182 −
1.15
#sit 1HA10=0.78 cm2 > 0.77 cm2 (OK)

lll.I.2- VériIication à l’ELS :

La fissuration est peu préjudiciable donc il suffit de vérifier que: bc ≤ bc

( ) ( ') A ( dh) ; Asc cm

(h ) ( ) >

] Donc la section en T se comporte mécaniquement comme une section


rectangulaire ( ×h)

Résolution de l’équation suivante :


2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-
b 2
y2 + 15(A + A )y - 15(A .d' + A .d ) = 0 ; y +0.10Py -13.41 =0
1 sc st 1 sc st 1 1
2
y1 =3 .3 cm < 5cm (OK)
by3 2
1 +15A (y - d') +15A (d - y )
2
I =
SRH sc 1 st 1
AN 3
3 3 × 3 .33 2
ISRH = +15× 0.18(18.5 - 3 .3) = 30P 8.48cm4
AN 3
Ms
o bc = y1 ; Ms = 3.53 10 -3 MN.m ; o = − 3.3 −10
-
= 3. M Pa
3.53 10-3
bc
SRH
AN 30.−10 -
I
obc = 0. c28 = 0. −22 = 13.2MPa o bc = 3. MPa Q Æw tcctisw ctt Usxifisc ù L’ELS
)

lll.I.3 VériIication de la condition de non Iragilité :

Il faut vérifier que Ast S Amin

Ms > 0 et section en T
] .8 hv' f
Amin

v
Σ i Sv Sv . cm ] v’= 14.25 cm
vi
S S S

3
bv3
I =
- (b - 0 )(v - h0 + b 0v'
3

b )
G
3 3 3 3
33 × 6.753 (33 - 7 )(6.75 - 5 ) 7 ×14.253
I = - + = 10088.39cm4
G
3 3 3
10088.39 1.92 2 2 2
Amin = × = 0.20cm ; Ast= 0.78 > Amin = 0.20 (OK)
0.81× 21×14.25 400 cm cm

De point de vue exécution, il faut ajouter des armatures de montage, soit des armatures de
diamètre 8 mm

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

Travée 1 Travée 2 Travée 3


Mu (KN.m) 4.88 3.72 4.88
Mtu (KN.m) 32,92 32,92 32,92
µ 0,035 0,026 0,035
ASC (cm2) 0 0 0
a 0,045 0,033 0,045
Yu (m) 0,008 0,006 0,008
Z (m) 0,182 0,183 0,182
Ast theorique(cm2) 0.77 0.58 0.77
Amin (cm2) 0,20 0,20 0,20
Ast choisi 1HA10 1HA10 1HA10
Ast réelle (cm2) 0,78 0,78 0,78
f (h0) (104.m4) 2,55 2,55 2,55
Y1 (m) 0,033 0,033 0,033
ISRH (10-4.m4) 0,309 0,309 0,309
ELS

MS (KN,m) 3.53 2.69 3.53


obc (Mpa) 3.76 2.87 3.76
o bc “<bc vérifier vérifier vérifier
Tableau 21 : Ferraillage des travées

lll.2- €alcul des armatures sur appuis :


Hypothèse : La section se comporte mécaniquement de la même manière qu’une
section rectangulaire (b0xh) sous réserve de vérifier que 0.8 yu < (h-h0).

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

Appui1 Appui2 Appui 3 Appui4


Mu (KN,m) -0.99 -3.30 -3.30 -0.99
µ 0.033 0,11 0,11 0.033
ASC (cm2) 0 0 0 0
a 0,042 0,146 0,146 0,042
Yu (m) 0,0078 0,027 0,027 0,0078
Z (m) 0,182 0,174 0,174 0,182
Ast theorique (cm2) 0,16 0,55 0,55 0,16
Amin (cm2) 0,14 0,14 0,14 0,14
Ast choisi 1HA8 1HA10 1HA10 1HA8
Ast réelle (cm²) 0,5 0,78 0,78 0,5
Y1 (m) 0,053 0,064 0,064 0,053
-4 4
ISRH (10 .m ) 0,165 0,232 0,232 0,165
MS (KN,m) -0,71 -2.38 -2.38 -0,71
obc (Mpa) 2.28 6.56 6.56 2.28
obc “<bc vérifier vérifier vérifier Yérifier
Tableau 22 : Ferraillage des appuis

lll.3- €alcul des armatures transversales :


Pour le calcul des armatures transversales, on va détailler le calcul pour la moitié
droite de la première travée, et pour les autres travées leurs résultats seront explicités dans
le tableau 16:

- Sollicitation :

Vumax = 6.43 KN

Vred = V
P - h |
=V ) h| ) 0.21 = 6.27 HN
u max u max | 1 - | = 6.43 × | 1 - |
2 ) 2l ∫ ) 2 × 4.10 ∫

- Vérification du béton vis-à-vis effort tranchant :


-3
T = Vu = 6.43 ×10 = 0.497MPa
max

u
b0 d 0.07 × 0.185

Les armatures transversales sont droites ( α =


) et la fissuration est peu préjudiciable
ƒc
0.2
c = Min 28 Q c = 2.93 MPa > T (OK)
μb
u u u
5 MPa

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

▪ Choix du tracée : un étrier Ø


▪ Choix de $t
diamètre
:
$t ≤ min mm
$t ≤ Min c

▪ Espacement maximal : S t
St = Min (0.9 d ; 40 cm) =16.65 cm

▪ Pourcentage minimal :
)A | )A 0.4b 0.4 × 0.07 m2
|
| t |S| t | 0
= = l.l9 × l0-4
=
S S f 235 m
) t ∫ ) t ∫min et

A Partir de règle de couture, on détermine l’espacement initial St


au droit de l’appui en assurant :

7cm ≤
ft0 ≤ f t

- ft28= 1.92 MPa


A b .7 . - 0. 3. K. f ) - K=1 flexion simple sans
(Tréd
Or 0 s u t 28 ; avec reprise de bétonnage
t
S
. s t0 0. 9. f e t .(s in a + c o s - ys =1.15.
a) - = 90°.
r
V
6.27 −10-3
ır = = 0.484 MPa
. 0.07 − 0.185

Alors
0.07 ×1.15 × (0.484 - 0.3 ×1×1.92)
m m²
-5
* 0.9 × 235 = -3.5 .10
A ƒA ⎞ A )A | m2
-4
t
S| t (Non) t t
=| | = 1.19 ×10
Q | Q
t
st 0 ⎝ ⎠mi s ) St ∫min m
St m 0

Q St0 = 47 cm > St (Donc on prend la valeur deSt ) ;

#sit St0 = S = 16 cm
t

- Vérification des appuis :

• Acier de glissement : Ag :
Vu
A S Or

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-
g
f su
6.43.1O —3
Q A S − 1.15 = O.18.1O —4m² = O.18cm²
g
4OO
La première nappe est de 1HA12 = 1.13 cm² >>> 0.24cm² Q donc cette nappe
suffira.

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
✓ Bielle de béton :
Vérifions la condition de non écrasement du béton:

V ma
0.8.fc 8
u
b
≤ b
a.b0 b

Avec : ob = Contrainte de compression dans le béton

a = la – enrobage - 2cm = 22-2-2 = 18 cm


-
2
3 × 6. 3 ×10 0.8.f
Qo = = 1.02 MPa ≤ c28
= 11. 3MPa
b
18 ×10-2 × 0.07 yb

Alors La condition de non écrasement du béton est vérifiée

Travée1 Travée2 Travée3


mi travée mi travée mi travée mi travée mi travée mi travée
gauche droite gauche droite gauche droite
max
V (KN) 6.43 7.07 7.07 7.07 7.07 6.43
u

red
V red
u
( ) 6.27 6.89 6.89 6.89 6.89 6.27

cu 0.484 0.532 0.532 0.532 0.532 0.484


ƒ At ⎞
(cm m ) 0 0 0 0 0 0
| |
⎝ St 0 ⎠ Théorique
ƒ t ⎞
(cm² m )
| | 1,191 1,191 1,191 1,191 1,191 1,191
⎝ St0 ⎠ Choisie
2
At (cm ) 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56
St0 Théorique (cm) 47 47 47 47 47 47
St0 Choisie (cm) 16 16 16 16 16 16
Répartition (cm) 8+(12x16) 8+(12x16) 8+(12x16) 8+(12x16) 8+(12x16) 8+(12x16)

Tableau 23 : Tableau récapitulatif des armatures transversales de la nervure

➢ Appui intermédiaire : Appui 2 :


• Acier de glissement : Ag :
M 3.30 −10-3

Ag,G = Vu,G
- U 7.01−10-3 -
Z
= 0.9 −0.185 = -0.37 cm 2 p 0
fsu 347.8

MU
V - 7.01−10-3 - 3.30−10-3
u,D
A = Z = 0.9− 0.185 = -0.37 cm2 p 0
g,D
fu 347.8
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

En principe dans ce cas on n’est pas obligé de prolonger les armatures, mais il est de
bonne construction de prolonger les armatures inférieures au-delà de l’appui de part et
d’autre.

- Vérification de la jonction table nervure :

➢ Yérification du béton :

Il faut vérifier que :c b1


=c . b0 . ≤c
table âme u
0.9.h0 b
cu = MPa
c âme . × . 7× 0.13
= MPa Q c =
Or : × . 5× 0.33 = 0.30MPa
table
0.
b–b
b= = cm

Q
c table ≤ c u Q (Ok)

➢ Armatures de couture :
Ac
ctablS – .3 ƒt 28
St .h .1.15 = .4cm² <


ƒt
Q On n’aura pas besoin d’acier pour la jonction puisque le béton seul assure cette
fonction, il suffit de prévoir un Ø6 tous les 33 cm.

lV- VEREFl€ATlON OE LA FLE€HE :

La justification de la flèche est une vérification vis-à-vis de l’état limite de service.


Elle devient inutile si les conditions suivantes sont satisfaites

: On doit vérifier seulement la première travée.


h 1
© * 0.0512 S 0.044 Avec :
22.5
S
Ok - MO : Moment de la travée de référence
l
h 1 M
S . t MO =Ps L²/8 = 4.76 KN.m
l 10 M 0 - A : Section d’acier tendu en travée
º
0.0512 S 1 3.53 A = O.78 cm²
. = non - Mt : Moment maximal en travée
0.0742 vérifié
10 4.76

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-
A 4.2
© ≤
b0 × d ƒe * 0.006 ≤ 0.105 OK

La condition 2 est non vérifiée pour la travée 1: un calcul de flèche est nécessaire.

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

➢ Calcul de la flèche pour la 1ére travée :

Mser × l 2
ƒi = 10.E i .I ƒi

Avec :

l.l× I 0
Iƒ =
l+ h .µ
.

- I0 : Moment d’inertie
3 de la section totale rendue homogène (SRH).
b.V1 (b − b0 ).(V 1− h )03 0 2b .V 3
I 0 = I SRH = − + +15.A (d − Vst ) 2 = 1.16
1
×1O -4
G 3 37 3 )7–7 |
(70.b).
0
+ (7 – 7 ).b . 0
+ 7 +l5.A .d
Σ x .S 2
0 | 0|
0
) 2 ∫ st
YG = Vl = i i
= = 7.2l cm
S
Σ S= (7 .b) + b .(7 – 7 ) + l5.A
i RH 0 0 0 st

V = 7 –V = l3.79cm
2 l
= 2.42
2 2 0.05.b. ƒt 28 2 0.05×
×10 –3
×(20.33×1.92
× 0.33 + 3× 0.07) ,
h = hi = × =
- 5 × 5 q.(2b + 3.b )
0 5 6.02
Pour les déƒormations de longue durée
As –
q= t
= 6.02×l03
b0 .d
- µ = 1— 1. 1. −1. 2
. ft = 1— = —0.212 ,
28

4.q.a s + ft 28 (
4 − 6.02−10—3 − 35. + 1. 2 )
Mser 3.53×10 –3
a = 15× (d – y ) = 15× (0.185 – 0.0721) = 35.373 MPa
s 1
IGx 1.16 ×10–4
- Ev = 3700 3 ƒc28 = 10367.54 MPa

1.1× I0 1.1×1.16 ×10–4


I = = = 2.62×10–4
fi
1+ h.µ 1+ 2.42 × (–0.212)
M ×l 3.53 ×10−3 ×4.102
ƒ = ser = −4
= 0.00218m
10.Ev .I ƒ 10 ×10367.54 ×2.62 ×10
Px x l— x— − —
− − − — − —
l
ƒ = = = m
EI − − − —

- x : la distance ou la valeur de moment fléchissant est maximale

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-
- I : inertie de la section de béton I= 1.01 10-4 m4

Donc 0.00218 m < 0.0033 m Condition

vérifiée

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
“ ½ Z flÏI

Les dalles sont calculées comme des plaques minces chargées perpendiculairement à
leur plan moyen tout en adoptant les hypothèses classiques de l’élasticité linéaire. Elles
permettent d’avoir une répartition bidirectionnelle des charges appliquer vers lespoutres
de rives (éléments porteurs du plancher).

Les dalles sont dimensionnées en considérant une section de béton de largeur un mètre
et de hauteur égal à l’épaisseur de la dalle. En prenant l’indice x ou y suivant le sens de
flexion à envisagée, les aciers en travée ainsi que sur appui sont déterminés avec les
moments respectifs.

A- ELEWPLE OE €AL€UL O’UNE OALLE PLElNE lSOSTATlQUE :

l. OlWENSlONNEWENT OE LA OALLE :

Dans cet exemple on va présenter le calcul d’un panneau de dalle isostatique couvrant
le plancher du 2émeétage.
l .
a= x = =.2S .
l .2

Le panneau est continu avec ≤ 0.40 donc l’épaisseur de la dalle sera évaluée selon la
relation suivante :

l h0 = 20cm
0) *7 0 S 0. Prenons
0
m

ll. EVALUATlON OES €HARCES :

G = 2.54 + 25. h
0

= 7.54 KN/m² & Q = 1.5 KN/m²

❖ Charge de calcul à l’état limite ultime :


2
P = 1,35*7.54+ 1,50*1.5= 12.43 KN/m .
u
❖ Charge de calcul à l’état limite de service :
2
P = 7.54 + 1.5= 9.04 KN/m .
s
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

lll. SOLLl€lTATlONS :

lll.I. Woments :

❖ Moment fléchissant pour le panneau articulé sur son contour:


a = 0.52 S Le panneau porte dans les deux sens.
0.40

1m

Lx = 5.95 m
h0

Ly = 11.52 m
Figure 14 : Dimensions de la dalle

M =
Ox µ x Pl x ;M = µ y M Ox
2
Oy

- Sollicitation à l’ELU et à l’ELS :

µx= 1 2 2 l
µ y = α [l– 0,95(l– α )] S
3 4
8(1 + 2,4α
)

- Déformations à l’ELS (flèche):


1
µ =
2 3 2 l
x 3 µy = a [l+ (l– a )] S
8(1+ 2 ) 2 4

CALCULS µx µy
Sollicitations
0.0935 0.25
à l'ELU et à l'ELS

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-
Déformations
0.0976 0.3638
à l'ELS
Tableau 24 : Valeurs deµ

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-
M = µ x ~ P~ l 2 = 0.0935~12.43~ 5.95² = 41.14 kN.m
0x x

M = µy M = 0.25 − 41.14 =10.28 kN.m


0y 0x

lll.2. EIIort tranchant :

V P l
2(1+a ) u x
2 uy = 3
12. − 5.95
, 12.43− 5.95
=
2(1+ .52 3
2 ) = 24.65 kN
29. 5 N

CALCULS M0x (kN.m) M0y (kN.m) Vx (kN) Vy (kN)


Sollicitations
41.14 10.28 29.35 24.65
à l'ELU
Sollicitations
29.92 7.48 21.34 17.93
à l'ELS
Déformations
31.23 11.36 - -
à l'ELS
Tableau 25 : Les sollicitations

lll.3. Nécessité d’armature d’âme :

Pas d’armature transversales si :

- La dalle est bétonnée sans reprise dans son épaisseur.


- La contrainte tangente vérifie :

ı=u(, fc
u
d b
μ -
. fc
. a ( , . a
u . b

lV. FERRAlLLACE :

lV.I. Section d’acier calculée :

▪ Sens lx :
M tx 41.14 −10 —3
µ = = = 0.108
bu
d 2 1−12.47 −0.175²
b f0 bu

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-
µbu ≤ * Pas d’aciers comprimés.
µlu

Si µ bu ≤
. * Formules simplifiées

=(–, bu ) ×( -( × 8)) =
=

= = − = −

▪ Sens ly :
M 10.28 −10—3
µbu =
ty = = 0.027
2
b 0fbud 1−12.47 − 0.175²

≤ * Pas d’aciers comprimés.

Si µ bu ≤0.275
* Formules simplifiées

= – , bu = × × = 7

= = − = −


lV.2. Section minimale d’acier

A ymin = Min { 12h ; (8h 0 0 : FeE400);(6h 0 : FeE500) }


= 8 × 0.25 = 1.6 cm²
(3 − a)
Axmin = Aymin
2
(3 − 0. 2)
= *1. = 1.98 cm
2

Suivant lx soit 5HA14 = 7.69 cm²> 1.98 cm²

Suivant ly soit 4HA8 = 2.01 cm² > 1.6 cm²

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
lV.3. Espacement des aciers :

• Sens lx:
st ≤ min { h0 ;33cm}
s t ≤ min { cm;33cm} .
s t ≤ 33cm * st 0 cm
• Sens ly:
st ≤ min{ 4h0 ; 45cm }
st ≤ min{100cm; 45cm}.
s t ≤ 45cm * st = 25cm

V. VlRlFl€ATlON OE LA FLE€HE :

3
h0 ) 80 et A 2MPa
st
lx Mt h d≤ ƒe
0
20 − M0 x

0.0375
0.0336 ) donc l condition n' st pas vérifier
0.05

On a essayé avec d’autre hypothèses de conception comme:

- On a concéderai un encastrement partiel au niveau des appuis de 0.30 M0x et de


0.95 M0xen travée.

Mais la flèche reste toujours non vérifiée d’où la nécessité de faire le calcule de la flèche.

Vl. €AL€UL OE LA FLE€HE :


On s’intéresse dans cette partie à l’Etat Limite de Service vis à vis des déformations
des éléments fléchis. On cherche à vérifier que les flèches de services restent inférieures
aux flèches admissibles déterminées pour que l’usage de la structuer se fasse dans de
bonnes conditions (non fissuration des revêtements de sol et des cloisons, bonne fermeture
des portes et des fenêtres.

Vl.I - valeurs limites des Ilèches :

Pour les éléments reposant sur deux appuis ou plus(poutre et dalle), les fléches sont
limitées à :
l
si la portée l ≤
5.00m 500
0.005+ l
sinon avec l exprimée en mètre
100
0
Pour les éléments en console, les flèches sont limitées à :

l
si l ortée l ≤ m

Vl.2 – Wéthode de calcule de la Ilèche :

On considère la plaque reposant sur appuis simple le long de son pourtour


schématisée sur la figure ci-dessous.

schéma de calcul

q (x y)
q
b

q
h

On suppose que la plaque est soumise à une charge quelconque (x,y). la fonction
cherchée w(x,y) doit satisfaire l’équation de la surface fléchie et les conditions aux limites.
Pour les bords simplement appuyés, ces conditions aux limites peuvent s’exprimer comme
suit :

- W=0, Mx=0 pour x=0 et x=a


- W=0, My=0 pour x=0 et x=b
On applique la solution proposée par NAVIER qui traite les plaques rectangulaire
simplement appuyés sur tous le contour et pour tout les cas de chargement
œ œ
mnx nnx
w x y = ΣΣ Amn sin sin
m= n = a b

Avec :

4
B a
A = n

4
n Dn 2
+a 2 n 2 )
2

( 4
et B = a b q(x, nx nnx
y)sin dxdy
sin
ab (0
n a b
( 0

4 mnx
nnx
Bm
ab 0 0
( a ( b q(x, y)sin
a
sin
b
dxdy
n
0 nnx ]0
4q J a mnx ] J b cos( )
= cos( )
ab |⎝ mn ]| a |⎝nn b |] b

=mn n 2 E1– cos(mn)EE1 – cos(nn) E


4q

cos(mn) = (–1) m;cos( nn) = (–1) n


4q
B = J1– (–1)m ] J1–(–1) n ]
mn n 2 ⎝ ]⎝ ]
mn

⎛Bmn = 0 si m et n pair
|
{ 16q
|Bmn = si m et n impair

mnn

⎛Amn = 0 si m et n pairs
|
{ 16 q a 4 a
B
| mn = si m et n impair avec a =
⎝ Dn 6 (m 2 + a b
2 2 2
n)

avec : D= Eh3 2
12(1- v
)
ƒ qa4 ⎞ 16 œ œ
w(x, y) = | | 6 1 mnx nnx
⎝ D ⎠n ΣΣ
mimp
2 2
m.n(m + a n )
sin a sin b
2 2
nimp
La flèche maximale au centre de la plaque :
a b ƒ qa ⎞ œ mnx nnx
œ
w =| | ΣΣ mnm+an
in in
⎝D ⎠n mimp nimp a b
ƒ mn ⎞ m-l
in
2 | |= (-l) si m impair

⎝2 ⎠
d'ou (-l) m+n
2

a b ƒ qa ⎞ œ
œ
w =| | ΣΣ
mnm +an
⎝ D ⎠ n mimp nimp
ƒ qa ⎞
wmax = | | − 6 1 (a);
⎝ D⎠
61( ) : coefficient numérique adimensionnel (sans unité) qui dépend uniquement de

Après tout calcul fait et avec une précision (9 termes) on a trouvée une valeur de
flèche qui égale f = 0.00524m

ƒ = 0.00524 ≤ 0.005 + l
1000
ƒ = 0.00524 m ≤ 0.01095 m Donc la condition est véréƒié

Pour s’assurer que la valeur de la flèche calculée est juste on a comparé avec celle
déterminé par le logiciel arche on a trouvée le même résultat.
Vll. PLAN OE FERRAlLLACE :

Ly=11.52m

Lx=5.95m

5HA14

4HA8
Acier inférieur
Lx=5.95m

4HA8
4HA8

Acier supérieur
B- ELEWPLE OE €AL€UL O’UNE OALLE PLElNE €ONTlNUE :

l. PREOlWENSlONNEWENT ET €HARCES OE €AL€UL :

l.I - Pré dimensionnement de l’épaisseur de la dalle :

h0 Lx≤IY

LY

Figure15: Dimensions de la dalle

On pose : α = x = .
= .3
ly 9.16

α Alors La dalle porte dans un seul sens.

l
) : Pour les panneaux de dalles continues

l
) x= . = . cm Alors l’épaisseur de la dalle est h0=15 cm.

l.2- Estimation de la charge appliquée sur le panneau :

❖ Charges appliquées :

L’ensemble des charges permanentes : G = 6.29 KN/m 2

L’ensemble des charges d’exploitations : Q = 1,50 KN/m2 ;

Les charges de calcul sont :

✓ A l’ELU : Pu = 10.74 KN/m2


✓ A l’ELS : Pser = 7.79 KN/m2.
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

ll. OETERWlNATlON OES SOLLl€lTATlONS :

En tant que le panneau de dalle porte dans les deux sens, pour unebande de largeur unité
et au centre de la dalle, on a :


| =p· our le sens lx.
ox lx
{
| 8
=0 our le sens l .
⎝ oy

ll.I- Woments dans la dalle continue :

❖ à l’ELU :

- Bande de largeur 1 m parallèle à lx :

On a x = × = mm

En travée :
Mtx = ·M = KN m m
Sur appuis
: Max = ·M = KN m m

- Bande de largeur 1 m parallèle à ly :

On a Moy KN.m / m
=

En travée Mty = KN m m
:

Sur appuis : May = KN.m / m

Les valeurs minimales à respecter sont :


+ ×α
En travée Mtx 2.51KN . S M 10.765 * vérifier
x
: 2

Sur appuis : Max ≤ 0.5M0x

Max = 0 5· Mox
. KN.m m * Uérifier
=
Les moments fléchissant agissants sur le panneau de dalle en travée et sur appuis sont:

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-
ELU
Sens lx Sens ly
Moment en travée (mkN/m) 12.51 0
Moment sur appui (mkN/m) 8.34 0
Tableau 26 : Les sollicitations

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

lll. OlWENSlONNEWENT OES ARWATURES

lll.I- Armatures longitudinales :

Pu 10.
μ=
Pse = = 1. 8
r
. 9

µ lu = l0–4 · (3440·μ + 49 ·c28


ƒ – 3050) Pour acier FeE400 * µlu = 0, 276
❖ Armature en travée dans le sens lx :
• Calcul des sections d’acier :
Mtx
bu = =,
b · d ² · ƒbu

On a µbu < µlu * pas d’armatures comprimées (Asc = 0).

µ bu < 0 , on utilise la méthode simplifiée.

Zb = d ( – , · µbu ) = , m

* Atx Mtx = 3 cm² / m


=
Zb ·
ƒed
• Sections minimales d’armatures :

- Bande suivant ly (armatures de répartitions):


Ay min = 8.h0 = 1,2 cm² / m

On prend donc Aty = Ay m n

- Bande suivant lx
3 –α 1.57c
x n × yn
2

Ax=3 cm²/m > 1.57cm²/m Vérifier

❖ Armature sur appui :


Aax = l.96cm* / m . Aax S Axmin Uérifier

Alors Aax =1.96cm²/m

❖ Condition à remplir lors du choix de l’armature :


h On a d’après les dispositions constructives,

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-
$≤
¤ ÷≤ mm d’où on peu pas

dépasser le HA14 comme armature longitudinale.

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
lll.2- Espacement entre les barres :

❖ En travée
:
• Sens lx :
St ≤ ;33
St ≤ 33 cm ;
{ }*
0
Min 3h cm

On a 4 HA10 (3.14cm²/m) * 4 barres * St = 25 cm : espacement


entre deux barres.
• Sens ly :
St ≤ 45 cm;
St ≤ 0 ;45

Min {4h cm }*
On a 4HA8 (2.1cm²) * quatre barres * St = 25 cm : espacement
entre deux barres.

❖ En chapeau :
St ≤ 33 cm

On a Aax = 4 HA8 (2.01cm² / m). * Soit l’espacement St = 25 cm.

lV. VERlFl€ATlON OE L’EFFORT TRAN€HANT :

lV.I- Oétermination des sollicitations :

on a α p 0 4 Alors
❖ Au milieu du grand côté :
l
V =p x = . . = . KN
ux u

❖ Au milieu du petit côté :


Vuy = KN

Vl.2-VériIication :

Il faut qu’on ait : c u c li

V V
Or
b· avec b = 1 m c = u = 0.1 MPa
d ¤ u
d
c li ƒc
= · = MPa
μb
D’où
cu< : les contraintes tangentielles dans le béton sont vérifiées alors les
cu
armatures d’âmes ne sont pas nécessaires.

V. ARRET OES BARRES :

❖ En travée :

- Sens lx :

On dispose par alternance : 2 HA10 par mètre filant, et 2 HA10 / m arrêtés à


0,1 − 3.525 = 0,352 m de la rive, soit à 0,4 m de la rive.

- Sens ly :

On dispose par alternance : 2 HA8 par mètre filant, et 2 HA8 / m arrêtés à


0.1 − 3.525 m de la rive, soit à 0.4 m de la rive.
❖ Sur appuis :

On a utilisé 5 HA8 / m.
⎛l s
l Max , 2 HA8 / m ⎛50$ = 40 cm
{ l = Max { *
; x

⎝0, 2 ·l = 70.5 cm
1
⎝0,2
1
x

l
ll = 70.5 *
75cm
⎛40 cm
⎛l l
l2 = |
{l1 , 2 HA8 / m 2 = Max { * = 40 cm
| ; ⎝ 37.5cm
2


2

Vl. VERlFl€ATlON OE LA FLE€HE :

Pour vérifier la flèche d’un panneau de dalle appuyé sur ses côtés, on procède de la
même façon que pour les poutres. Il est inutile de passer au calcul de la flèche si les
conditions suivantes sont vérifiées :
⎛ M tx ⎛h
h S ave Mtx S 0.75M 0 x = 0, 0425 S 0, 0375
| 20M 0 c |
|l x
* {
|
lx x
{
|A 2 | A = 0, 0025 ≤ 2 = 0, 005
| ≤ |⎝ b 0 d
⎝b0 ƒe ƒe
d
* Donc on a les deux conditions vérifiées, et par suite la condition de flèche est vérifiée.
Vll. PLAN OE FERRAlLLACE :
2 Ø10
2 Ø10

Aciers inférieurs

2 Ø8
2 Ø8

2 Ø8
2 Ø8

Aciers supérieurs
Ú ½ Z flÏI

l- lNTROOU€TlON:
Les poteaux sont les éléments verticaux de la structure permettant la
transmission des charges à la fondation.

Les poteaux sont généralement soumis aux charges verticales centrées, ils sont
donc dimensionnés à la compression simple. D’autres poteaux peuvent être
soumis en plus des charges verticales à des moments de flexion et sont donc
dimensionnés à la flexion composée.

Dans notre cas, tous les poteaux sont soumis aux charges verticales centrées.

Le poteau ainsi constitué de béton et d’armatures longitudinales seules à une


résistance médiocre au flambement des armatures ; on introduit donc des
armatures transversales pour y remédier.

ll- EVALUATlON OES €HARCES:


Les poteaux sont dimensionnés de façon qu’ils supportent les charges des surfaces
affectées en appliquant la majoration nécessaire et en tenant compte de leur poids propre.

Ainsi un poteau de l’étage le plus haut reprend :

• Les charges de la surface affectée.


• Le poids propre.
Un poteau de l’étage le plus bas reprend.

• L’effet du poteau au dessus.


• Les charges de la surface affectée.
• Le poids propre.
.
lll- LONCUEUR OE FLAWBEWENT:
La longueur de flambement lf d’un poteau est prise égale :

✓ 0.7l0 si le poteau est, à ses extrémités, soit encastré dans un massif de


fondation, soit assemblé à des poutres de planchers ayant au moins la même raideur
(EI) que le poteau dans le sens considéré et le traversant de part et d’autres.
✓ l0 dans les autres cas.
Remarque : Dans notre cas d’étude on adopte par sécurité une longueur de
flambement égale à l0 (on a des poutres avec des inerties plus petites que celle du
poteau calculer).

lV- ELEWPLE OE €AL€UL OE POTEAU :


On se propose d’étudier un exemple de poteau tout en expliquant les différentes étapes
de calcul.

On prendra l’exemple du poteau P88 au niveau 2éme étage. La section de ce poteau est
de (22− 30) cm² et il est soumis à l’action d’un effort normal Nu= 562.O7 KN à l’ELU et
Ns= 4O7.8 KN.

lV.I- Oonnées de calcul d’un poteau :

lV.I.I- Longueur de Ilambement lI :

La longueur de flambement est par définition lf = k − lO.

Avec k : coefficient de flambement, pour le déterminer on procède comme suit:

On attribut à chaque élément i (poteau ; plancher haut ; plancher bas) une

raideur :
l
Ri = i , On désigne par :
I
i

- R0 : raideur du poteau.
- R1 : raideur du plancher haut.
- R2 : raideur du poteau de l’étage précèdent.

1- cas où le poteau est lié au massif de fondation :

Si R1 S R0 alors k =0.7 Sinon k = 1

2- cas où le poteau est entre deux planchers:

Si R1 S R0 et R2 S R0 alors k = 0.7 Sinon k = 1.

Dans le cas de notre projet, on a k = 1 d’où lf = lO.

La hauteur sous-plafond est l0 = 3.10 m * lf = lO = 3.1O m.

lV.I.2- L’élancement de la section :

lƒ I
On définit l’élancement par : fi = , avec = B : rayon de giration.
i

I : moment d’inertie de la section transversale (béton seul) dans le plan de


flambement.

B : aire de la section transversale.


Dans le cas d’une section rectangulaire (a− b), a< b, on aura :

b · a3
I= 0.22
= = 0.063m .
a 12
12 * = 12
B=a×b

A.N : h = 3.10
= 49.206 .
0.063
lV.2- Oimensionnement des armatures :
lV.2.I- €alcul de la section d’armature longitudinale :

La section d’armature longitudinale est déterminée par la formule suivante:


7J N Br − ƒc ]
A = s | u —
l
|
ƒe ⎝α(fi) .9 − 7b ]
avec :
- Br : section réduite du béton = (a - cm) x (b – cm) en section
rectangulaire.

Alors on a la section d’acier longitudinal est :


. ]
Al ×J . – .× c =c
|⎝ . 9 .9× . . |
]
Alors Al=Amin

Les conditions à satisfaire sont :

❖ Condition d’acier minimal :


B
= M x(4 cm 2 / e périmètre ; 0.2 ),
min
m 100
❖ Condition d’acier maximal :
A B
max
= , B :aire de la section de béton.
❖ condition d’espacement entre armatures longitudinales:

On doit s’assurer, sur chaque face, que la distance entre deux armatures C
vérifie :
C ≤ Min (40 cm ; a + 10 cm), a : la plus petite dimension transversale.

Or nous avons :
B 30 × 22
A = =5× = 33 cm2
ma
100
Amin 22 × 30
= Max(4 ×1.04 ; 0.2 ) = Max cm
1
0
0 cm = cm
Al < Am * on prend Al = Amin = 4.16 cm2 * soit 4 HA12 ;(Al =
4.52 cm2).
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

lV.2.2- Oispositions constructives :

On a :
C ≤ Min (40 cm ; a + 10 cm)= Min (40 cm ; 22 + 10 cm)
* C ≤ 32 cm. Vérifier.

lV.2.3- Armatures transversales :

❖ Le diamètre des armatures transversales est donné par:


1 1
≤ 0 ≤ 12 * ×12 ≤ 0 ≤ 12 mm
0l 3
3 mm
max
* 4 ≤ 0 ≤ 12 * Soit on prend un diamètre0 .
mm

❖ l’espacement doit vérifier :


- En zone courante :
⎛40 cm
|
St ≤ in{0.22 + 10 = 32 * St ≤ 18 cm * Soit St = 15 cm.
cm
|15 ·1.2 = 18 cm.

- en zone de recouvrement lr :
l = l avec l 0l max ƒ e où c ·; · et ; = .
· ƒ
r u s t s
s
4 cu
1.2 400
* ls = · = 49.38 c
4 0.6 ×1.5² ×1.8
* lr = 0.6 − 49.38 = 29.63 cm. Alors on prend lr = 30 cm

lV.2.4- VériIication a l’ELS :


NG + Q
a = .= 407.8.10
–3
N = 5.6MPA
b
–4
B + 1.5 × Al 0.066 + 15 × 4.52.10

a bc = 0.6 − 20 = 12MPA

a bc 4a bc Vérifier

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

V- S€HEWA OE FERRAlLLACE :

A A

coupe A-A
15

30

RL 6
15

22
15
10

4 HA 12
30
10

PLAN DE FERRAILLAGE

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
fi ½ Z flÏI

l. OEFlNlTlONS ET TERWlNOLOClE :

Les escaliers constituent un ouvrage de circulation verticale composé d'une série de


marches de même hauteur permettant de monter ou de descendre d'un niveau de
pIancher à un autre.
Pour ce type d’escalier on considère les paramètres suivants:

▪ h : hauteur de la contre marche, variant de 0.13 à 0.17m.


▪ g : largeur de la marche, variant de 0.25 à 0.32m.
▪ a : Inclinaison du volée,α ƒh⎞
arctg |g | .
⎝ ⎠
▪ H : hauteur de la volée, égale à la hauteur libre sous plafond +
épaisseur du plancher fini.
▪ L : longueur projetée de la volée.
▪ e : épaisseur de dalle (paillasse ou palier).

Figure16 : Différents élément d’un escalier.


L’établissement d’un escalier nécessite le respect de certains facteurs

- il doit être esthétique et fonctionnel


- être facile à gravir et sans fatigue
Cet équilibre est réalisé par une relation entre la hauteur d’une marche et le giron:

2h+g=P

Avec P variant de 0.59 m (escalier courants) à 0.66 m (locaux publics)

h varie entre 13cm et 17cm , g varie entre 25cm et 32 cm

Plus couramment on prend 2 h + g = 64

Le nombre de marche ne dépasse pas 20 par volée au-delà prévoir un palier de repos
intermédiaire (3 au minimum et 20 au maximum).

ll. OONNEES OE €AL€UL OE L’ES€ALlER :

ll.I- €aractéristiques géométriques de l’escalier :

❖ La hauteur sous-plafond = 2.8 m.


❖ Hauteur des contremarches : 13< h <20
D’après le plan architecturale h =15
cm.

❖ Largeur des marches = 30 cm.


On vérifie la formule de Blondel : 2H + G ≤ 64 cm.

On a H = 15cm et G = 30 cm, ce qui vérifie bien :

2H + G = 60 cm ≤ 64 cm.

❖ L’inclinaison du paillassea :
)H|
On a a = Arctg | | =
26.56°
)g∫
❖ Largeur de paillasse =1.45m
❖ Longueur du volé = 3.35m
ll.2- Oétermination des charges :

❖ €harges d’exploitation :
Les charges d’exploitations pour les escaliers recevant du public sont prisent à:

Q = 4 KN/m²

❖ €harges permanentes :

✓ C
harge sur la volée :

L’épaisseur du volée doit vérifier la relation suivante :

e =−−·e +

Avec :

L : la longueur projetée de l’escalier = 4.55 m

* Une valeur de e = 16.46 cm vérifie bien l’équation,

En tenant compte du poids du revêtement. On prend = 18 cm


e
1

( )( )
□ Béton banché : a
0.3× 0.03×1.4 × 2800
□ Poids des marches d’épaisseur 3 cm: = 121.8 da /m
0.3
× . × .
□ Poids du paillasse d’épaisseur (e) : = . da
os .
□ Poids de contre marches d’épaisseur 1.5cm:

0.015× (0.15 - 0.03 ) × 2800 = 24.36 d /


×1.45
0.3
. 15
□ Enduit (1.5 cm) : 1. 5 1 . d m
c .5
□ Poids du garde corps = 50 daN/m,

✓ C G volée = 1141.67 daN/m


harges sur le palier :

□ Poids propre de la chape d’épaisseur (e): .l8×l.45 652.5 daN/m


□ Poids de mortier de pose : 0.02× 2200 ×1.45 = 63. d m
□ Poids propre de l’enduit : 5×l.45 = 39.l5 d .
□ Revêtement (marbre de 2.5cm) : 2 00 0.02 .45 .2 da m

G palier = 836.65 daN/m

❖ Tableau récapitulatiI des charges :

Les combinaisons de charge à l‘ELU et à L‘ELS sont respectivement:

⎛ L'ELU : Pu = .35× G + .5 × Q
{
⎝ L'ELS : Ps = G + Q

Volée Palier
ELU 21.41 17.29
P (KN/m)
ELS 15.42 12.37
Tableau 27 : Charges sur escalier

lll. OETERWlNATlON OES SOLLl€lTATlONS:

Pour qualifier l’effet de l’effort normal qui peut être modélisé par un modèle simplifié
on considère la longueur développée de l’escalier et le chargement est définie par sa
composante normale au volée. Les sollicitations sont alors calculées par la théorie des
poutres.
Pour déterminer la valeur de moment fléchissant ainsi que la valeur du moment de
torsion, une poutre intermédiaire au niveau du palier est envisagée. Les contraintes
engendrées par le moment de torsion sont alors négligées

P2=21.41 KNƒm
Q1
P1=17.29 KNƒm
Q2

I1=1.55 m L2 = 3.00
L=4.55 m
Σ(F/A) * R + R = (P × l )+ (P × l )
A B
1
1
2
2
J ) l |] ) l2|
Σ (M/A) * R ×(l + l (P × l )×| l + | -| P
2 2 1
×1|=0
)- |
|
B 1 2

2
) 1
2∫
] )
2

Donc :
J 2 ) |
|
(P × 2l )×)| 1l +l 2||]| + |P1 × l1 2|
) 2∫ 2
⎝ ] ) ∫
RB =
(l1 + l2 )
Aprés un calcul simple on trouve :
RB = 47.62 HN & RA = 43.41 HN
* pour 0 ≤ x ≤ 1.55
) x2 | ⎛x = * M=0
0
M = (R x)-| P1 × | ¤ { f
f
) 2 ∫ ⎝x = 1.55 * Mf = 46.52 t/m
* pour 1.55 ≤ x ≤ 4.55 m
)
) l | ) (x - l )2 ⎛x = 1.55 * M = 46.52 t/m
||
Mf = (RA x ) - | P1 × l × x - 1 + P22 | 1|| || =
¤0{
f

1 | | x = 4.55 * M
| |
) 2∫
) ) ∫∫ ⎝ f

pour déduire la valeur max du moment il faut piciser la position x par la formule suivante
dM
ƒ = 0 * x = 2.33m
dx

Les résultats des sollicitations sont donnés dans le tableau suivant:

Moment fléchissant maximal


kN.m
ELU 52.96
ELS 38.09
Tableau 28 : les sollicitations

lV. €AL€UL OES ARWATURES :

On effectuera le calcul de ferraillage pour une « poutre » de largeur unitaire (b = 1.45


m) et de hauteur égale à l’épaisseur du paillasse (calcul en section rectangulaire).

On prendra les valeurs des sollicitations les plus importantes pour avoir les mêmes
nuances d’armatures le long de tout l’escalier.

❖ Armatures longitudinales en travée :


Mumax = 52.96 kN.m ; d = 0.155 m ;
µ .9
.
b f . . .
µ . <µ . 9

Pas ’ar at res co pr es Asc c et A


s
t
Z fs
= 1.25 × J1 - 1 - 2 ×µ ] = 1.25 J1 - 1 - 2 × 0.122 ] = 0.16
⎝ ] ⎝
yu = a.d = 0.163 × 0.155 = 0.0253 Z = d - 0.4yu = 0.155 - 0.4 × 0.0253 = 0.145
Mu 52. 6 ×10-3 2
A = = = 10.50 c
0.145 400
st
Z su
× × 1.15
#sit 10HA12 = 11.31 cm2 > 10.50 cm2 (OK)

❖ Yérification de la condition de non fragilité (C.N.F) : acier minimal :


ft28 1.92
A = 0.23bd× = 0.23×1.45× 0.155× = 2.48cm²
min
fe 400

Amin = 2.48cm² < Ast C .N.F vérifiée.

❖ Armature sur appuis :

Le moment sur appuis est estimé à 0.15 M0

On peut utiliser des armatures de 0.15 Ast, or on a 0.15 Ast = 1.58 cm²

Soit on utilise 4 HA8 (2.01 cm²)

❖ Armature de répartition :

La section des armatures de répartition, dans le sens de la largeur des escaliers est prise
égale au quart de la section des armatures principales, on a alors:

Ar = Ast /4 = 2.63 cm²/m, Soit on utilise 4HA 10 / m (3.14 cm²/m)

❖ Yérification de la contrainte tangentielle de cisaillement :

Pour les poutres dalles, coulées sans reprise de bétonnage sur leur épaisseur, les
armatures transversales ne sont pas nécessaire si :
T ne doit pas dépasser T 0.07 × 28 = 1.026 MPa.
, f =
T
u u u
1.5

7.62 ×10
Tu= 0.155 = 0.212 MPa Par suite la contrainte tangentielle dans le béton est
×1.45
vérifiée.
V. VERlFl€ATlON OE LA FLE€HE :

5Ps .l4 5×15.42 ×10–3 × 4.554


f = 384.E = ƒ 1.45 ×0.183 ⎞= 0.0039 m
I
384 ×30822.43×| |
⎝ 12 ⎠
l
ƒ = 0.0039 m ≤ = 0.0091m * ƒlèche vériƒiée
500
cxh
su P.
mw F.
. E.
-
h Armatures sur appuus
H
4 HA æ
ð O
whl TE
sul L
EL
O,3

¡ .
JA
O e = O,1æ m
W

O,3
Æoutre paluère
6 HA 12
O,2
Acuer de répartutuom
4 HA 1Olm
O
,1
5

Armatures sur appuus


4 HA æ

Acuer prumcupale
ÆLAN DU FEÆÆAILLAGE D'UN ESCALIEÆ
1O HA 12

O,3
Æoutre De volée
1,55 m 3-OO 6 HA 12 O,2

4,55 m

20
10
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

» ½ Z flÏI

l. lNTROOU€TlON :

Les fondations d’une construction sont constituées par les parties de l’ouvrage qui
sont en contact avec le sol auquel elles transmettent les charges de la superstructure, leur
bonne conception et réalisation assurent une bonne tenue de l’ouvrage. Quant à leur type,
il est choisi en fonction de la portance du sol et la nature des charges transmises.

Etant donnée le fort pourcentage de gypse en surface, il y a lieu de protéger la


construction contre l’agressivité en présence de l’eau de provenance naturelle (nappe,
pluie) ou accidentelle (fuite, ruissellement), on exige de prendre les précautions suivantes:

✓ Utiliser pour les fondations un ciment de haute résistance aux sulfates (HRS).
✓ Prévoir un dosage en ciment de 400 Kg/m3.
✓ Le béton doit être vibré pour obtenir une meilleure résistance.
✓ Adopter un enrobage des armatures de4 cm.
✓ Bien choisir les composantes du béton (sable, gravier).

ll. SOLUTlON RETENUE :

Pour les conditions du sol o sol = 2.5 bars, on a conçu la fondation comme fondation
superficielle sur semelles isolées sous les poteaux en béton armé avec une base en gros
béton ( oGros,béton. = 6 bars) et des semelles filantes sous les voiles.

lll. WETHOOE OE €AL€UL :


Il est d’usage courant d’appliquer pour le calcul des semelles sur sol une méthode
simple dite : méthode des bielles ; qui suppose que les charges appliqués aux semelles par
les poteaux sont transmises au sol par des bielles obliques qui déterminent à la base des
semelles des efforts de traction qui doivent être équilibrées par des armatures.
Cette méthode s’adapte spécialement aux semelles à charges centrées et transmettant au
sol une pression supposée uniforme.

Méthode de bielle

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
lV. OlSPOSlTlONS €ONSTRU€TlVES :
Pour le dimensionnement des semelles, il faut que :
▪ La semelle soit assez rigide pour que la réaction du sol puisse considérer
comme uniforme.
▪ La résistance à l'effort tranchant soit assurée sans qu'il soit nécessaire de
prévoir des aciers verticaux.
▪ La contrainte sur le sol soit compatible avec la résistance de celui-ci.
▪ L’enrobage minimal des armatures est de 4 cm pour les fondations.
▪ Nécessité d’ancrage des armatures.
▪ Les armatures verticales des poteaux doivent être prolongées jusqu'à la base de
la semelle.

V. OlWENSlONNEWENT OES FONOATlONS :

Le poteau à une section (axb), la semelle est un rectangle (axb), avec a<b et A<B.
Dans le cas générale, on choisit les dimensions de la semelle de telle sorte qu’elles soient
A a
homothétiques du poteau c’est à dire =
B b

On désigne par :

✓ Gr : charge permanente totale (poids propre inclus)


✓ Q : charge d’exploitation
✓ Pu : charge totale ultime
✓ a ,b : dimensions du poteau
✓ A,B : dimensions de la semelle
✓ di : hauteur utile respective au lit inférieur
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

V.I- Semelle soumise a l’eIIort normal centré :

V.I.I- Oimensions de la semelle:


Il s’agit de la semelle S26 de dimensions (A B h) avec B≤A ; sous un poteau de
dimension (a=b= 35cm).G= 69O.O83 KN et Q = 186.O17 KN


S s
| oG b s ²
⎛oG *
{ {
| ⎝s 8 .
|⎝b
Ps 876.1
ABS
* B 600 1.21m * so t A B 1. m
o
S
B-b 150 - 35
hS + 4cm = + 4 = 32. 5cm * soit h = 35 cm ; d = d = 31cm.
a b
4 4
❖ Poids propre de la semelle :

A× B× h× J béton = l.5* ×0.35× 25 = l9.687 KN


Pu = l.35(G + Ptemelle) +l.5Q = l237.245KN
❖ Ferraillage de la semelle :
PU (A - PU (B- b)
Aa-rect= ; Ab-rect =
a) 8dbf›u
8da f›u

On a da= db ‹ Aa-rect = Ab-rect = .49c


P * majorat on de› ac er› de 0%
* Aa-rect = Ab-rect = 18.14 *soit 12HA14 = 18.36cm²
cm²
❖ Vérification des contraintes :
On suppose la semelle comme un console encastré au pied de pré poteau d’où la
valeur du moment d’encastrement :
)B–b|
a.
| |
) 2 ∫
Me = EKN .mE
2
Ps 876.1
a= = = 389.38 KN/m²
S 1.5²
on multiplie la ontrante par la dimonsion pour devenir une harge liniaire

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-
a = 389.38 × 1.5 = 584.07 KN/m
584.07×0.5752
Me = = 96.55
KN.m 2

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

yl = 9 cm
I SR = l6.97×lO -4 m4
H
MS 96.55×lO -3
a = ×y = ×O.O9 = 5.l2 MPa
l -4
bc
I SR l6.97×lO
H
abc = 5.l2 MPa ≤ abc = l3.2 MPa OK

M 96.55×lO- ×(O.3l- O.O9)= l87.75 MPa


a = l5 3
S
×(d - y )= l5 ×
l
st
I SRH l6.97×lO -4
ast = l87.75 MPa ≤ abc = l92.79 MPa OK
V.I.2- Oimensionnement du gros béton (A’’B’’H) :

A' A
B' = B = 1

Ps + Psemelle Ps + Psemelle
A'× B' S oSOL → B' = 0. m avec oSOL = 250KN/m²
oSOL
S
Soit A' = B' = 1. m soit A' = B' = 2m

H' S ) B' - B |
tg( 5).| | = 0.25m soit H ' = 0. m.
) 2 ∫
V.I. 3- VériIication vis-à-vis le poinçonnement :
f
P' ≤ P = 0.045× U × h× C28
U U c
yb
Uc = 2 (a + b + 2h) avec (a, b : dimensions du poteau et h : hauteur de la semelle )
' ƒ (a + 2h )(b + 2h ) ⎞
PU = |1- |× avec PU : effort normal sur la semelle.
⎝ A× B PU
Yérification ⎠
:
P = 1210. , U = 2.8 , P ' = 0. P = 0. .
U c U U

* PU' < → (&sxifisc) .


P

V.I.4- JustiIication du mode d’ancrage :


B
= 37.5cm < l = 40 = 48cm * utilisation d'un ancrage courbe.
s
4

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
2010
P.F.E. - HOTEL EL JAWHARA
-

SEMELLE ISOLEE SOUMISE


S CHEMA A U EFFO T CE T E
DE FERRAILLAGE

Zonne de recouvrement

A
Aa= 12 5HA12
HA 14 Aa= 125HA12
HA 14

h=30cm
h= 0.35 m

roséton H=40cm
H =0.50 m
Bon sol B=0.9m
1.5 m
2m
B'=1.2m

m
2. m (22x22)
9. 35x35
1.5 m
2m

1= 0
' =
A A

cxhsumw . h ð whlsul ¡
.O
V.2- Semelle isolées sous joint de dilatation :

En cas de semelle sous joint de dilatation, donc sous deux poteaux, on procède de la
même manière tout en confondant les deux poteaux à un poteau unique recevant un effort
normal P et éventuellement un moment M définit comme ci-dessous.

d M
d1 d2

N1 N
N2
POTEAU

LONGRINE

SEMELLE

e
B
A
a

b1 b2 b

Avec :

- S = A × B : Section de la semelle.
- S1 = a1×b1 : Section du poteau n° 1
- S2 = a2×b2 : Section du poteau n° 2
- N1 : Charges transmises par le poteau n° 1
- N2 : Charges transmises par le poteau n° 2
- d1 : Distance entre l’axe de la semelle et l’axe du poteau n°1
- d2 : Distance entre l’axe de la semelle et l’axe du poteau n°2
- d: Distance entre les axes des poteaux
- Les dimensions du poteau fictif sont : (af x bf)
bf = b1 + b2+2cm
Pour le calcul de ce type de fondations on présente deux cas:

▪ Si N1 = N2 : le calcul se ramène à celui d’une semelle rectangulaire soumise


à un effort normale centré avec N = N1 + N2
▪ Si N1 sN2 : la semelle est remplacée par une semelle fictive équivalente
soumise à un effort normal ( N = N1 + N2 ) applique a une distance
d N–N
(e = 1 2
) du centre de gravité ce qui engendre un moment de flexion
2 N+N
1 2

M = e × N.

Cas ou N1 = N2

▪ Pour le premier poteau : G= 74.98 T et Q= 11.58 T


▪ Pour le deuxième poteau : G= 74 T et Q= 13.86 T

Donc N1 = N2

La semelle est alors assimilée à une semelle centrée supportant un poteau ayant
pour caractéristiques géométriques :
▪ b= b1+b2 + 2 cm = 0.35 + 0.35 + 0.02 = 0.72 m
▪ a = 35 cm
▪ N= N1 + N2

V.2.I- Oimensionnement de la semelle :

Ps (T) Pu (T) A (cm) B (cm) h (cm)


174.42 239.28 120 250 50
Tableau 30 : Dimensions de la semelle

V.2.2- Oimensionnement de la semelle :

Aa (cm²) Acier Ab (cm²) Acier


17.85 12HA14 37.38 19HA16
Tableau 31 : Armature de la semelle

V.2.3- Oimensionnement de la semelle :

A' (cm) B'(cm) H (cm)


200 400 130
Tableau 32 : Dimensions du gros
béton
Æwc yxww3c µwxtic 3c cc µxsjct 3c fiw 3’stu3ct w sts cswtwcxs
ù lw cswccµtisw ct lc 3imcwtiswwcmcwt 3c lw tuµcxttxuctuxc ct 3ct
fsw3wtiswt
µxiwciµwlcmcwt cw bstsw wxms 3c l’hûtcl « ‡wGhwxw ».

@’wbsx3∫ wsut wUswt µu wstcx l’imµsxtwwcc 3c lw cswccµtisw çui


xcµxstcwtc uwc stwµc µxiwciµwlc 3c txwUwil. 4w fwit wsut wUswt
cswfxswts uw ccxtwiw wsmbxc 3c µxsblsmct cswccxwwwt l’cmµlwccmcwt 3ct
µstcwus ct lc chsis 3c tcwt 3ct µsutxct. Æcux cswccµtisw 3cUxwit
stxc cswfsxmc wus csiycwcct wxchitcctuxwlct ct scswsmiçucmcwt
wcccµtwblct∫ cw ywxwwtittwwt uwc tscuxits ccxtwiwc µsux l’suUxwyc ct uwc
fwcilits 3’csscutisw.

4wtuitc∫ wsut wUswt ms3slits∫ 3imcwtiswws∫ cwlculs ct Usxifis lct


3iffsxcwtt slsmcwtt 3c lw ttxuctuxc 3c l’hûtcl.

4wfiw∫ wsut wUswt 3imcwtiswws lct fsw3wtiswt tuµcxficicllct 3c


l’hûtcl.

@l ctt ù wstcx çuc lw 3iUcxtits 3ct wtµcctt stu3ist wsut w


µsuttst ù utilitcx lct lsyiciclt 3c cwlcult∫ ù twUsix : hxchc∫ Q3m3∫
∫ cc çui wsut w swsxmsmcwt fwcilits lw tûchc.

@swc cc µxsjct wsut w 3swws lw µsttibilits 3c csmµlstcx wstxc


bwywyc
µwx 3ct wcçuit 3’sx3xc tcchwiçuct ct µxwtiçuct çui cswttitucwt lc
µxcmicx µwt 3wwt lc msticx 3’iwyswicux.
▪ B.A.E.L.91 : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
constructions en béton armé, suivant la méthode des états limites.
▪ HENRY.T : Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome 2,
Presse de l’école nationale des ponts et chaussées.
▪ HENRY.T : Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome 4,
Presse de l’école nationale des ponts et chaussées.
▪ HENRY.T : Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome 5,
Presse de l’école nationale des ponts et chaussées.
▪ HENRY.T : Le projet de béton armé, Ecole nationale des ponts et
chaussées, 1987.
▪ OLIVIER GAGLIARDINI : Cours de Béton Armé.
▪ Cours de Mr GERMAZI Adnen (Mécanique des Sols I et II).
▪ Cours de Mr NAJARI Salim (Béton Armé).
▪ Cours de Mr MOUSSA Bechir (Résistance Des Matériaux).
▪ Cours de Mr TRIKI Riadh (Calcul et Conception des Structures en Béton
Armé).
▪ Cours de Mr BEN JMAA Fehmi (Plaque et coque).
Dans cette partie, nous présenterons les Plans architecturaux, les Plans de
conception, les Fiches des poteaux, les Fiches des poutres.

Vous aimerez peut-être aussi