Vous êtes sur la page 1sur 147

Table des matières

Introduction générale........................................................................................................1

Présentation du cadre du projet.........................................................................................2

Chapitre 1 : Description Architecturale et étude urbanistique

I. Présentation du projet.............................................................................................4
II. Contraintes architecturales......................................................................................6
III. Étude urbanistique..................................................................................................7

Chapitre 2 : Conception Structurale

Introduction...................................................................................................................11
I. Choix du type de plancher....................................................................................11
II. L’implantation des poteaux...................................................................................12
III. Choix des poutres..................................................................................................12
IV. Choix des fondations.............................................................................................12
V. Utilisation de logiciel « Arche »...........................................................................12

Chapitre 3 : Caractéristiques des matériaux et hypothèses de calcul

Introduction...................................................................................................................15
I. Caractéristiques du béton......................................................................................15
II. Caractéristiques de l’acier.....................................................................................15
III. Caractéristiques du sol..........................................................................................16
IV. Hypothèses de calcul.............................................................................................17

Chapitre 4 : Évaluation des charges

Introduction...................................................................................................................20
I. Description............................................................................................................20
II. Plancher intermédiaire..........................................................................................21
1. Charges permanentes G....................................................................................21
2. Charges d’exploitation Q..................................................................................21
III. Plancher en dalle pleine........................................................................................22
IV. Plancher terrasse...................................................................................................22
1. Charges permanentes G....................................................................................22
2. Charges d’exploitation Q..................................................................................23
V. Autres charges.......................................................................................................23

Chapitre 5 : Nervures

Introduction...................................................................................................................25
I. Données de calcul.................................................................................................25
1. Pré dimensionnement de la section de la nervure.............................................25
2. Détermination des charges................................................................................26
II. Détermination des sollicitations............................................................................27
III. Combinaison des charges......................................................................................28
IV. Calcul des moments..............................................................................................28
1. Moment sur l'appui B........................................................................................29
2. Moment en travée.............................................................................................30
a. Travée AB.................................................................................................30
b. Travée BC.................................................................................................30
V. Calcul des armatures longitudinales.....................................................................33
1. La section minimale des armatures tendues......................................................33
2. Les sections des armatures tendues nécessaires................................................34
a. Sur appui...................................................................................................34
b. En travée...................................................................................................35
3. Armatures supérieurs........................................................................................37
VI. Calcul des armatures transversales.......................................................................37
1. Calcul de l'effort tranchant................................................................................37
2. Dispositions constructives................................................................................40
2.1. Diamètre des armatures transversales...........................................................40
2.2. Pourcentage minimal et maximal des armatures transversales.....................40
2.3. L'espacement maximal entre les parements..................................................40
2.4. Règle de couture...........................................................................................41
3. Répartition des armatures transversales............................................................41
3.1. À droite de l'appui A (de rive)......................................................................41
3.2. À gauche de l'appui B...................................................................................42
3.3. À droite de l'appui B.....................................................................................43
3.4. À gauche de l'appui C...................................................................................44
4. Armatures inférieures tendues à prolonger sur appui.......................................46
5. Vérification de compression du béton de l'appui..............................................47

Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

Introduction...................................................................................................................50
I. Données de calcul.................................................................................................50
1. Charges appliquées...........................................................................................50
2. Pré dimensionnement........................................................................................51
II. Choix de la méthode de calcul..............................................................................51
1. Méthode forfaitaire...........................................................................................51
1.1. Domaine d’application..................................................................................51
1.2. Vérification de la méthode............................................................................52
2. Méthode de Caquot...........................................................................................52
2.1. Domaine d’application..................................................................................52
2.2. Vérification de la méthode............................................................................52
III. Combinaisons des charges....................................................................................53
IV. Calcul des moments..............................................................................................54
V. Calcul des armatures longitudinales à l'ELU........................................................57
1. La section minimale des armatures tendues......................................................57
2. Les sections des armatures tendues nécessaires................................................58
a. Sur appui...................................................................................................58
b. En travée...................................................................................................59
3. Armatures supérieurs........................................................................................61
VI. Calcul des armatures transversales.......................................................................61
1. Calcul de l'effort tranchant................................................................................61
2. Dispositions constructives................................................................................64
2.1. Diamètre des armatures transversales...........................................................64
2.2. Pourcentage minimal et maximal des armatures transversales.....................64
2.3. L'espacement maximal entre les parements..................................................64
2.4. Règle de couture...........................................................................................65
3. Répartition des armatures transversales............................................................65
3.1. À droite de l'appui A (de rive)......................................................................65
3.2. À gauche de l'appui B...................................................................................66
3.3. À droite de l'appui B.....................................................................................67
3.4. À gauche de l'appui C...................................................................................68
4. Armatures inférieures tendues à prolonger sur appui.......................................70
5. Vérification de compression du béton de l'appui..............................................71
VII. Arrêt des barres.....................................................................................................72

Chapitre 7 : Étude d'une dalle pleine

Introduction...................................................................................................................75
I. Pré-dimensionnement et charge............................................................................76
1. Pré-dimensionnement de l'épaisseur de la dalle...............................................76
1.1. Détermination de sens de la dalle.................................................................76
1.2. Détermination de l'épaisseur minimale.........................................................76
2. Les charges appliquées.....................................................................................77
3. Détermination des moments fléchissant...........................................................77
a. À l'ELU.....................................................................................................77
b. À l'ELS......................................................................................................78
II. Dimensionnement des armatures..........................................................................79
III. Vérification vis-à-vis les efforts tranchants..........................................................80
a. Vérification...............................................................................................80
b. Vérification des contraintes à l'ELS..........................................................80

Chapitre 8 : Étude d’un Poteau

Introduction...................................................................................................................83
I. Descente de charges..............................................................................................83
II. Données de calcul du poteau.................................................................................88
1. Dimensionnement de la section du poteau........................................................88
2. Longueur de flambement lf ..............................................................................88
3. L’élancement de la section................................................................................89
III. Dimensionnement des armatures..........................................................................90
1. Calcul de la section d’armature longitudinale..................................................90
2. Armatures transversales....................................................................................91
IV. Vérification a l’ELS..............................................................................................92
V. Schéma de ferraillage du poteau...........................................................................92

Chapitre 9 : Étude de la semelle sous poteau P 5

Introduction...................................................................................................................94
I. Dimensionnement de la semelle...........................................................................94
1. Actions et sollicitations.....................................................................................94
2. Dimension de la semelle homothétique avec celle de poteau...........................95
II. Dimension de gros béton......................................................................................95
III. Vérification des contraintes transmises au sol......................................................95
IV. Ferraillage de la semelle.......................................................................................96

Chapitre 10 : Étude acoustique

Introduction...................................................................................................................99
I. Objectifs................................................................................................................99
II. Méthodologie........................................................................................................99
III. Environnement règlementaire...............................................................................99
1. Textes et normes de référence...........................................................................99
2. Dispositions générales règlementaires............................................................100
2.1. Isolement aux bruits d’impacts...................................................................100
2.2. Incertitude liée aux mesures........................................................................100
IV. Descripteurs utilises............................................................................................100
V. Étude acoustique.................................................................................................101
1. Calcul de l’amortissement...............................................................................102
2. Détermination des caractéristiques des planchers...........................................102
2.1. Calcul de l’amortissement...........................................................................103
2.2. Calcul de la fréquence propre.....................................................................104
2.3. Calcul de la masse modale..........................................................................104
2.4. Détermination de la classe du plancher......................................................104

Chapitre 11 : Étude d’éclairage

Introduction.................................................................................................................108
I. Cahier des charges..............................................................................................108
1. Le local à éclairer............................................................................................108
2. Les types de lampes préconisées.....................................................................108
3. Les appareils d’éclairage.................................................................................108
4. Autres conditions............................................................................................109
II. Éclairement.........................................................................................................109
III. Les caractéristiques du local...............................................................................109
1. Indice du local.................................................................................................109
2. Rapport de suspension....................................................................................110
3. Facteur de réflexion........................................................................................110
4. L’Utilance U...................................................................................................111
5. Facteur d’empoussièrement (D 1)...................................................................111
6. Facteur de dépréciation (D 2)..........................................................................112
7. Flux lumineux à fournir (F)............................................................................112
8. Nombre de luminaires (N)..............................................................................113
IV. Implantation des sources.....................................................................................113
V. Calcul (Exemple : Appartement témoin)............................................................114
1. Détermination de l’éclairement de la salle......................................................114
2. Détermination de la surface de la salle...........................................................114
3. Calcul de l’indice du local K..........................................................................115
4. Détermination de la classe du luminaire et de son rendement........................115
5. Détermination de l’Utilance............................................................................116
6. Détermination du facteur d’empoussièrement D 1.........................................116
7. Détermination du facteur de dépréciation.......................................................116
8. Détermination du flux lumineux à fournir......................................................116
9. Détermination du nombre de luminaire..........................................................117

Chapitre 12 : Climatisation

Introduction.................................................................................................................119
I. Caractéristiques...................................................................................................119
II. Fonctionnement...................................................................................................119
III. Bilan thermique de climatisation........................................................................119
1. Le bilan thermique..........................................................................................120
2. Charges thermiques totales.............................................................................120
3. Puissance du climatiseur et de déshumification..............................................120
4. Apports à travers le vitrage.............................................................................120
5. Apports à travers les parois opaques...............................................................121
IV. Comment choisir un climatiseur.........................................................................121
V. Calcul (Exemple : Appartement témoin)..........................................................122

Conclusion générale......................................................................................................124
Liste des tableaux

Tableau 1 : Tableau des articles Urbains...................................................................................9


Tableau 2 : Charge permanentes pour un plancher intermédiaire...........................................21
Tableau 3 : Charges d’exploitation des planchers intermédiaires...........................................21
Tableau 4 : Charges permanentes pour un plancher intermédiaire en dalle pleine.................22
Tableau 5 : Charges permanentes pour un plancher terrasse...................................................22
Tableau 6 : Charges des cloisons et acrotère...........................................................................23
Tableau 7 : Tableau récapitulatif du calcul des moments à l’ELU.........................................31
Tableau 8 : Tableau récapitulatif du calcul des moments à l’ELS..........................................32
Tableau 9 : Tableau récapitulatif des sections d’acier sur appuis et en travées......................36
Tableau 10 : Tableau récapitulatif du calcul des efforts tranchants (en kN) à l’ELU.............37
Tableau 11 : Tableau récapitulatif du calcul des efforts tranchants (en kN) à l’ELS..............38
Tableau 12 : Tableau de répartition des armatures transversales à droite de l'appui A...........42
Tableau 13 : Tableau de répartition des armatures transversales à gauche de l'appui B.........43
Tableau 14 : Tableau de répartition des armatures transversales à droite de l'appui B...........44
Tableau 15 : Tableau de répartition des armatures transversales à gauche de l'appui C.........45
Tableau 16 : Tableau de répartition des armatures transversales............................................45
Tableau 17 : Tableau récapitulatif des Armatures inférieures tendues à prolonger sur appui 46
Tableau 18 : Tableau des paramètres de vérification de la méthode de Caquot minoré.........53
Tableau 19 : Tableau récapitulatif du calcul des moments à l’ELU.......................................55
Tableau 20 : Tableau récapitulatif du calcul des moments à l’ELS........................................56
Tableau 21 : Tableau récapitulatif des sections d’acier sur appuis et en travées....................60
Tableau 22 : Tableau récapitulatif du calcul des efforts tranchants (en kN) à l’ELU.............61
Tableau 23 : Tableau récapitulatif du calcul des efforts tranchants (en kN) à l’ELS..............62
Tableau 24 : Tableau de répartition des armatures transversales à droite de l'appui A...........66
Tableau 25 : Tableau de répartition des armatures transversales à gauche de l'appui B.........67
Tableau 26 : Tableau de répartition des armatures transversales à droite de l'appui B...........68
Tableau 27 : Tableau de répartition des armatures transversales à gauche de l'appui C.........69
Tableau 28 : Tableau de répartition des armatures transversales............................................69
Tableau 29 : Tableau récapitulatif des Armatures inférieures tendues à prolonger sur appui 70
Tableau 30 : Tableau d’interpolation linéaires pour SF=2heures............................................77
Tableau 31 : Tableau récapitulatif des moments à l'ELU.......................................................78
Tableau 32 : Tableau récapitulatif des moments à l'ELS........................................................78
Tableau 33 : Tableau de calcul des sections d'aciers sur appuis et travée...............................79
Tableau 34 : Tableau de vérification des contraintes..............................................................81
Tableau 35 : Charges calculés Manuellement........................................................................88
Tableau 36 : Charges calculés sur Arche.................................................................................88
Tableau 37 : Tableau récapitulatif du calcul précédant.........................................................117
Tableau 38 : Tableau des apports à travers le vitrage............................................................122
Tableau 39 : Tableau des apports à travers les parois opaques.............................................122
Tableau 40 : Tableau récapitulatif du calcul précédant.........................................................123
Liste des figures

Figure 1 : Localisation de l'entreprise........................................................................................2


Figure 2 : Façade Sud-Est de l’immeuble..................................................................................4
Figure 3 : Façade Nord-Est de l’immeuble................................................................................5
Figure 4 : Plan d’architecture du RDC......................................................................................7
Figure 5 : Extrait du plan d’aménagement.................................................................................8
Figure 6 : Représentation en 3D du bâtiment sur Arche..........................................................13
Figure 7 : Coup transversale d’un plancher à corps creux.......................................................20
Figure 8 : Nervure étudiée.......................................................................................................25
Figure 9 : Schéma de la nervure..............................................................................................26
Figure 10 : Cas des charges les plus défavorables...................................................................28
Figure 11 : Courbe enveloppe à l’ELU....................................................................................31
Figure 12 : Courbe enveloppe à l’ELS....................................................................................32
Figure 13 : Effort tranchant à l’ELU.......................................................................................38
Figure 14 : Effort tranchant à l’ELS........................................................................................39
Figure 15 : Ferraillage de la nervure........................................................................................48
Figure 16 : Poutre étudiée........................................................................................................50
Figure 17 : Cas des charges de la poutre.................................................................................54
Figure 18 : Courbe enveloppe à l’ELU....................................................................................56
Figure 19 : Courbe enveloppe à l’ELS....................................................................................57
Figure 20 : Effort tranchant à l’ELU.......................................................................................62
Figure 21 : Effort tranchant à l’ELS........................................................................................63
Figure 22 : Ferraillage de la poutre..........................................................................................73
Figure 23 : Dalle pleine étudiée...............................................................................................75
Figure 24 : Ferraillage du poteau.............................................................................................92
Figure 25 : Ferraillage de la semelle........................................................................................97
Figure 26 : Dalle nervurée étudiée.........................................................................................103
Figure 27 : Calcul de l’amortissement...................................................................................103
Figure 28 : OS-RMS 90 pour un amortissement de 5%.........................................................105
Figure 29 : Classification des planchers et recommandations en fonction de l’utilisation....106
Figure 30 : Schéma explicatif................................................................................................109
Figure 31 : Appartement étudié.............................................................................................114
Figure 32 : Luminaire choisi..................................................................................................115
Figure 33 : Tableau d’utilance pour la classe A....................................................................116
Introduction générale

Introduction générale

La formation à l’……………………………….. s’achève par un projet de fin d’études


dans le but de permettre aux élèves ingénieurs d’utiliser de mieux leurs connaissances ainsi
que de découvrir d’avantage le domaine du génie civil.

Ce présent projet de fin d’études, qui reflète notre connaissance théorique et pratique,
s’agit en effet de la conception et du dimensionnement en béton armé de la superstructure et
de l’infrastructure d’un immeuble composé d’un sous-sol, rez-de-chaussée et cinq étages,
situant à Sousse.

L’étude de ce projet commence par le recueil des données architecturales et


géotechniques. Ces données constitueront, en première étape, la base d’une conception
structurale de l’immeuble. Une modélisation et un dimensionnement de quelques éléments de
la structure seront ensuite réalisés manuellement et à l’aide du logiciel Arche. Ce travail
comporte les étapes suivantes :

 La lecture approfondie des plans architecturaux

 La réalisation d’une conception structurale répondant au mieux aux contraintes


architecturales

 L’identification des caractéristiques des matériaux et les hypothèses adoptées pour le


calcul

 L’évaluation des charges

 L’étude de différents éléments de la superstructure :

 Nervure

 Poutre

 Dalle pleine

 Poteau

 Étude de la fondation

 Semelle à charge centrée

 La réalisation des plans de coffrage

Rapport de projet de fin d’étude Page 1 sur 124


Introduction générale

Rapport de projet de fin d’étude Page 2 sur 124


Présentation du cadre du projet

Présentation du cadre du projet

SEGC est un bureau d’études situé au 95 Avenue Ali Bourguiba 5000 Monastir.Ce
bureau d’études est spécialisé en béton armé, charpentes Métalliques, VRD, Expertise, &
suivi des travaux.Il est créé par l’ingénieur Conseil Agrée Ahmed ELTAIEF en 2000.

Figure 1 : Localisation de l'entreprise

Parmi les projets adoptés durant les dernières années :

 Étude d’une station de pompage « ONAS »

 Extension de Garde national Maritimes à Monastir

 Extension de l’école nationale d’ingénieurs de Monastir

 Étude d’une Passerelle à Sousse

 Construction d’un Clinique avec une couverture Métallique à Kairouan

 Étude d’aménagement des voiries à Sousse

 Étude des voiries et drainage d’eau pluviale à Sidi Bouzid

 Étude des voiries à Raoued

 Construction d’un stade municipale à Akouda – Sousse

 Construction d’une école Naval à Monastir

Rapport de projet de fin d’étude Page 3 sur 124


Chapitre 1 :

Chapitre 1 : Description Architecturale et étude


urbanistique
Chapitre 1 : Description Architecturale et étude urbanistique

I. Présentation du projet

Le projet en question est un immeuble réalisé pour le compte de la Caisse Nationale de


Sécurité Sociale (CNSS). L’architecture est conçue par le bureau d’architecture BEN
HAMIDA JALAL, et les études de structure et de béton armé sont réalisées par le bureau de
l’ingénieur conseil Mr. LETAEIF AHMED.

La construction, se situe dans une zone qui ne cesse de se développer et qui est réservée
à l’usage administratif, commercial et à l’habitation.Une brève description architecturale du
projet peut nous donner une idée sur les différentes contraintes qu’on peut rencontrer lors de
la phase de la conception structurale :

Figure 2 : Façade Sud-Est de l’immeuble

Rapport de projet de fin d’étude Page 5 sur 124


Chapitre 1 : Description Architecturale et étude urbanistique

Figure 3 : Façade Nord-Est de l’immeuble

 Sous-sol

Il couvre une surface de655 m 2, d’hauteur sous plafond3 m, dont40 m 2est réservée à un
archive et le reste est réservée à un parking. L’accès des voitures au sous-sol est garanti par
une rampe, alors que la communication avec les autres niveaux est effectuée grâce à un
escalier et aux 2 ascenseurs.

 Rez de chaussée

Ce niveau est composé d’un jardin, d’un parking de 33 places et d’une partie couverte
entièrement réservée pour une salle d’attente et des guichets. Ce niveau est d’hauteur sous
plafond de4 m.

 1er étage

Ce niveau est réservé à l’usage administratif, il comprend 9 bureaux et un appartement


luxueux comportant deux ou trois chambres avec cuisine, salle de bain...

Il a une hauteur sous plafond de3,20 m. Il communique avec les étages supérieurs par trois
escaliers et deux ascenseurs.

Rapport de projet de fin d’étude Page 6 sur 124


Chapitre 1 : Description Architecturale et étude urbanistique

 2ème étage

Ce niveau est composé de bureaux, un local technique et un DATA Center. Il a une


hauteur sous plafond de3,10 m.

 3ème jusqu’au 5ème étage

Ils sont presque identiques, chaque niveau est composé de 14 bureaux et a une hauteur
sous plafond de3,20 m.

II. Contraintes architecturales

Au niveau de RDC on a été obligé de minimiser le nombre de poteaux dans la salle


d’attende pour une meilleure circulation et vision des visiteurs. Ainsi les retombées des
poutres pour l’esthétique et les installations tel que la climatisation centrale, l’électricité...

La figure ci-dessous présente le plan d’architecture de RDC qui pose la problématique de


notre projet :

Rapport de projet de fin d’étude Page 7 sur 124


Chapitre 1 : Description Architecturale et étude urbanistique

Figure 4 : Plan d’architecture du RDC

III. Étude urbanistique

L’urbanisme ou la science de la ville concerne l'aménagement des quartiers selon des


critères esthétiques et fonctionnel la création des services publics indispensables, ainsi il
concerne le milieu socioculturel, l’éducation, le travail, les aspirations des résidents 

L'état tunisien s'est fixe pour objectif central ; de promouvoir le citoyen ; de garantir son
droit au développement durable et améliorer son mode de vie et ses conditions
d'existence tout en identifiant et en relevant les défis auxquels il se doit de faire face
notamment :

 L’expansion urbaine rapide

 Le déséquilibre entre la densité démographique et les espaces disponibles pour


l'habitat

 Le développement de l'habitat anarchique

 Des villages et agglomérations plus humaines et de plus en plus esthétiques et propres

Rapport de projet de fin d’étude Page 8 sur 124


Chapitre 1 : Description Architecturale et étude urbanistique

 Des infrastructures et des équipements qui devancent les attentes et les aspirations de
la population

⟹L’étude urbanistique permettre un habitat mieux organisé et mieux équipé, des


constructions solides, des logements décents et accessibles à tous et un cachet urbain de plus
en plus respecté.

Réglementation

Les plans d’aménagement sont des documents qui fixent les règles et les servitudes
d’utilisation de sol de façon les règles prévoient un certain nombre de pointe

 La localisation et le volume des constructions

 Le mode de construction et d’implantation

 L’accès à la construction

 Le stationnement

 Aspect extérieur

Rapport de projet de fin d’étude Page 9 sur 124


Chapitre 1 : Description Architecturale et étude urbanistique

Figure 5 : Extrait du plan d’aménagement

Le projet se situe dans une zone UBa1.

Rapport de projet de fin d’étude Page 10 sur 124


Chapitre 1 : Description Architecturale et étude urbanistique

Le tableau en dessous met en valeur les articles urbains de cette zone.

Tableau 1 : Tableau des articles Urbains

ZONE UBa1
C’est une zone polyfonctionnelle de forte densité constituée de commerces, de services, de
bureaux et de l’habitat en étage.
S=655 m2
Le coefficient d’occupation du D’après la surface doit être occupée
ARTICLE 9 S Bâti=surface terrain ×cos
sol(cos)=75 %
S Bâti=655 ×0,75=491,5 m 2
La hauteur de bâtiment :
 Sous-sol=3 m
La hauteur maximale des
ARTICLE 10  R.D.C=4 m
constructions limite18 m
 1 ,2 , 3,4et5ème étages=15,9 m
 Hauteur de bâtiment =22,9 m
 R.D.C=contient un parking de 33
places.
 1 ,2 èmeétages contiennent :
2 appartements d’habitat : 2places
Les besoins minimaux en
18 bureaux avec une surface de90 m 2dans
stationnement sont :
chaque étage
 Pour l’habitat une place
(180)/50=4 places
de parking pour un
ARTICLE 12  3,4et5ème étages contiennent 14 bureau
logement
 Pour les bureaux et les et avec une surface de 193,61 m2
commerce une place Nbe des places de parking :
pour50 m 2 580,83/50=12 places
 Le sous-sol contient uniquement 10
places de stationnement alors que
d’après le calcul le nombre de places
doit être 18 places
Coefficient d’utilisation
ARTICLE 14 R+3
foncière est fixe 2,5

Rapport de projet de fin d’étude Page 11 sur 124


Chapitre 2 :

Chapitre 2 : Conception Structurale


Chapitre 2 : Conception Structurale

Introduction

C’est la phase la phase la plus délicate dans l’étude d’un ouvrage quelconque. En effet,
c’est tous les connaissances qui entre en jeu afin de choisir la structure la plus adéquate.

Comme tout projet, le premier pas consiste à trouver une conception simple et réalisable
tout en respectant les détails et les contraintes architecturales. La présence de salle d’attente
au niveau du RDC nous a obligés de minimiser le nombre de poteaux ainsi que les retombées.

Pour des raisons de coffrage, d’économie, de simplicité d’exécution et de confort


thermique et acoustique nous avons opté pour des planchers à corps creux(16+5). Quelques
panneaux dans les planchers courants sont réalisés en dalle pleine vu à leurs formes
irrégulières

Les éléments porteurs horizontaux sont des poutres, les éléments porteurs verticaux sont des
poteaux.

On a essayé de prendre en considération les conditions suivantes :

 Éviter d’avoir des poutres avec des retombées apparentes ce qui serait esthétiquement
inadmissible ; pour cela, on a essayé de choisir la disposition des poutres de telle façon
que les éventuelles retombées soient cachées dans les cloisons le maximum possible.

Il est de même pour l’emplacement des poteaux.

 Éviter d’adopter un sens unique pour toutes les nervures (à déconseiller en prévention
d’éventuelles actions sismiques)

 Minimiser les portées des poutres et des nervures

 Se conformer aux choix de l’architecte.

La conception d’un plan de coffrage passe par plusieurs étapes pour aboutir à un bon plan
décrivant tous les détails. Dans ce qui suit, on décrit chacune de ces étapes.

I. Choix du type de plancher

Utilisation des planchers à corps creux :

 Pour les formes régulières

 Solution économique

 Plus léger que la dalle pleine.

Rapport de projet de fin d’étude Page 13 sur 124


Chapitre 2 : Conception Structurale

Utilisation des Dalles pleines :

 Formes irrégulières

 Portées importantes

 Des charges d’exploitation très importantes.

II. L’implantation des poteaux

L’emplacement des poteaux est une tâche fondamentale, en effet les poteaux doivent être
implantés de telle sorte qu’ils ne nuisent pas à l’architecture. D’où il est déconseillé de placer
un poteau au milieu d’un passage ou d’une fenêtre ou à l’intérieure d’une pièce. Les poteaux
sont inscrits au mieux dans les doubles cloisons ou à niveau des croisements entre cloisons.

III. Choix des poutres

Une fois qu’on fixe l’emplacement des poteaux, la disposition des poutres est à peu près
claire alors il ne reste plus qu’à choisir le sens des nervures en fonction des celles des poutres.

Il faut tenir compte de la continuité des nervures pour faciliter le calcul.

Pour les poutres isostatiques, il faut que la hauteur h vérifie la condition suivante :

l l
≤h≤
16 10

Pour les poutres hyperstatiques, il faut que la hauteur h vérifie la condition suivante :

l l
≤h≤
20 16

IV. Choix des fondations

En se basant sur les données géotechniques fournies par le bureau d’études, nous avons
opté pour une fondation superficielle.

V. Utilisation de logiciel «  Arche  »

Après avoir terminé la phase de conception en utilisant le logiciel Auto-CAD, on a


exporté les plans de coffrage vers ARCHE ossature pour effectuer la descente de charge et le
dimensionnement des différents éléments.

Rapport de projet de fin d’étude Page 14 sur 124


Chapitre 2 : Conception Structurale

On suit les étapes suivantes :

 Préparation des plans de coffrages.

 Identification des axes des éléments de la structure.

 Enregistrement de fichiers sous forme DXF.

 Importation des fichiers vers arche ossature.

 Définition des poteaux, des poutres et des dalles.

 Application des charges convenables.

 Fixation des hypothèses de calcul.

 Vérifier les erreurs de modélisation.

 Lancer la descente de charge.

Figure 6 : Représentation en 3D du bâtiment sur Arche

Rapport de projet de fin d’étude Page 15 sur 124


Chapitre 3 :

Chapitre 3 : Caractéristiques des


matériauxethypothèses de calcul
Chapitre 3 : Caractéristiques des matériaux et hypothèses de calcul

Introduction

L’étude d’un projet de construction en béton armé repose sur trois éléments
indispensables à savoir :

 Le béton : caractérisé par sa valeur de résistance à la compression à l’âge de 28 jours

 Les aciers : dont les caractéristiques sont conformes aux textes réglementaires

 Le dimensionnement des éléments de la structure est établi selon les règles techniques
de conception et calcul des ouvrages en béton armé .On a optés pour l’EUROCODE 2.

I. Caractéristiques du béton

La résistance à la compression à 28 jours :

f c28 =25 MPa

Le coefficient partiel de sécurité du béton :

γ b=1,5

La résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours égale à :

f t 28=0,6+ 0,06 × f c28 =2,1 MPa

Le module de déformation longitudinale instantanée du béton à 28 jours, pour les charges


dont la durée d’application est inférieur à 24 heures :

Ei =11 000 √3 f c 28=32164,19 MPa

Le module de déformation différée du béton à 28 jours, pour les charges de longue durée :

Eυ 28=3 700 √3 f c 28=10 818,86 MPa

II. Caractéristiques de l’acier

Les armatures longitudinales utilisées sont des aciers à haute adhérence de nuance
FeE500, dont les caractéristiques sont les suivantes :

 La limite d’élasticité garantie :

f e =500 MPa

 Le module d’élasticité :

E s=2,105 MPa

Rapport de projet de fin d’étude Page 17 sur 124


Chapitre 3 : Caractéristiques des matériaux et hypothèses de calcul

 Le coefficient partiel de sécurité des aciers :

γ s =1,15

 Le coefficient de fissuration :

η=1,6

 Le coefficient de scellement :

ψ s =1,5

Les armatures transversales utilisées sont des aciers ronds lisses de nuances FeE235
ayant les caractéristiques suivantes :

 La limite d’élasticité garantie :

f et =235 MPa

 Le coefficient de fissuration :

η=1

 Le coefficient de scellement :

ψ s =1

 Le coefficient partiel de sécurité des aciers :

γ s =1,15

III. Caractéristiques du sol

D’après le rapport géotechnique des sondages carottés et pressiométriqueréalisés par


C.E.T.U :

 On a un taux de travail admissible :

σ sol =2,75 ¯¿ 0,275 MPa

 Un tassement unitaire de 0.05cm, le tassement prévisible total reste tolérable et


inférieur à 50 cm.

σ Gros béton=6 ¯¿ 0,60 MPa

Rapport de projet de fin d’étude Page 18 sur 124


Chapitre 3 : Caractéristiques des matériaux et hypothèses de calcul

IV. Hypothèses de calcul

1. Dimensionnement et ferraillage des éléments de la superstructure

La fissuration sera considérée peu préjudiciable(FPP).

L’enrobage (c) des éléments de la superstructure sera égal à2,5 cm.

2. Dimensionnement et ferraillage des éléments de l’infrastructure

La fissuration sera considérée préjudiciable(FP).

L’enrobage (c) des éléments de l’infrastructure sera égal à5 cm.

3. Dimensionnement à l’état limite ultime (ELU)

Les hypothèses à considérer pour la vérification des contraintes à l’ELU sont :

 Les coefficients de pondération des charges permanentes et des charges d’exploitation


sont respectivement égaux à1,35et1,5

 La contrainte admissible en compression du béton est égale à :

f c 28
f bu=0,85 =14,16 MPa
γb

 La contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux est égale à :

fe
f su =434,78 MPa
γs

4. Vérification à l’état limite de service (ELS)

Les hypothèses à considérer pour la vérification des contraintes à l’ELS sont :

 Les coefficients de pondération des charges permanentes et des charges d’exploitation


sont égaux à 1.

 La contrainte limite de compression du béton (à l’ELS) : 

σ´bc=0,6 f c 28=15 MPa

 La contrainte de traction des armatures est égale à :

FTP : σ´st =0,8 ξ

FP : σ´st =ξ

Rapport de projet de fin d’étude Page 19 sur 124


Chapitre 3 : Caractéristiques des matériaux et hypothèses de calcul

Avec :

f
ξ=min [ 3
2 (
f e ; max e ; 110 √ η × f t 28
2 )]
FPP :σ´st =non définit

Rapport de projet de fin d’étude Page 20 sur 124


Chapitre 4 :

Chapitre 4 : Évaluation des charges


Chapitre 4 : Évaluation des charges

Introduction

C’est la phase dont on détermine les différentes charges permanentes et d’exploitation


agissant sur la structure. En effet, il s’agit de déterminer la charge de type de plancher choisis.

Il s’agit du plancher à corps creux(16+5)ainsi que le plancher en dalle pleine sans


oublier les charges des cloisons et des acrotères.

Planchers à corps creux 

Le plancher à corps creux est le plus utilisé dans les constructions. Il se distingue par son
faible coût, la facilité de sa mise en œuvre et sa bonne isolation acoustique et thermique.

Le choix du type de ce plancher à corps creux est dicté par les dimensions des espaces à
couvrir. L’épaisseur est à déterminer en fonction des portées des nervures.

I. Description

Le plancher à corps creux est constitué de :

 Nervures : ce sont les éléments porteurs du plancher, reposant de part et d’autre sur
des poutres, elles sont coulées sur place et leurs dimensions sont liées à celles du corps
creux.

 Chape de béton : (ou dalle de compression), elle transmet les charges qui lui sont
appliquées aux nervures.

 Corps creux : C’est un coffrage perdu pour les nervures qui permet d’augmenter les
qualités d’isolation du plancher.

Figure 7 : Coup transversale d’un plancher à corps creux

Rapport de projet de fin d’étude Page 22 sur 124


Chapitre 4 : Évaluation des charges

II. Plancher intermédiaire

1. Charges permanentes G

Tableau 2 : Charge permanentes pour un plancher intermédiaire

Produits Poids (daN /m2 ) (16+5)


60
Carrelage
50
Mortier de pose
90
Lit de sable
30
Enduit sous plafond
75
Cloisons légères
285
Corps creux et chape

Totale 590

2. Charges d’exploitation Q

Tableau 3 : Charges d’exploitation des planchers intermédiaires

Natures des locaux Poids (daN /m2 )

Habitation 150

Bureaux proprement dit 250

Escalier 250

Salle d’archives 500

Salles de réunion et archive 350

Halles à guichets 400

Salle Data Centre 600

Rapport de projet de fin d’étude Page 23 sur 124


Chapitre 4 : Évaluation des charges

III. Plancher en dalle pleine

Charges permanentes G

Tableau 4 : Charges permanentes pour un plancher intermédiaire en dalle pleine

Produits Poids (daN /m2 )

Carrelage 45

Mortier de pose 40

Sable 51

Enduit sous plafond + faux plafond 35

Cloisons légères 75

Poids propre de la dalle 2500×e

Totale

Dalle pleine(e=21 cm) 771

Dalle pleine(e=25 cm) 871

IV. Plancher terrasse

1. Charges permanentes G

Tableau 5 : Charges permanentes pour un plancher terrasse

Produits Poids (daN /m2 ) (16+5)

Enduit de plafond 30

Forme de pente 200

Étanchéité 20

Couche de protection 80

Couche de ravoirâge 40

Corps creux +chape 285

Totale 655

Rapport de projet de fin d’étude Page 24 sur 124


Chapitre 4 : Évaluation des charges

2. Charges d’exploitation Q

La terrasse est accessible donc elle supporte une charge d’exploitationQ=150 daN / m2 .

V. Autres charges

Cloisons et acrotère

Dans notre projet, on a des cloisons légères de10 cmd’épaisseur qu’on a évalué leurs
charges permanentes avec celles des planchers. Nous avons également des murs de20 cmet
25 cmd’épaisseur et des murs en double cloison de35 cmd’épaisseur, leurs charges
permanentes agissantes sur les poutres sont évaluées dans le tableau ci-dessous :

Tableau 6 : Charges des cloisons et acrotère

Cloisons Poids (t /ml)


Double cloison (épaisseur35 cm) 1
Cloison (épaisseur25 cm) 0,8
Cloison (épaisseur20 cm) 0,6
Poids (daN /ml)
Acrotère simple 170

Rapport de projet de fin d’étude Page 25 sur 124


Chapitre 5 :

Chapitre 5 : Nervures
Chapitre 5 : Nervures

Introduction

La nervure, par sa forme, se calcule comme étant un élément fléchi en T.Dans cet
exemple nous allons étudier manuellement la nervure à 2 travées du plancher haut du1er étage

Figure 8 : Nervure étudiée

I. Données de calcul

1. Pré dimensionnement de la section de la nervure

La nervure doit vérifier la condition de flèche :

1
hN ≥
22,5

Aveclest la portée maximale :l=4,57 m

l 457
= =20,21cm ≤21 cm
22,5 22,5

Rapport de projet de fin d’étude Page 27 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

On adopte une nervure d’hauteur21 cmet par la suite un plancher(16+5).

La section de la nervure est alors :

Figure 9 : Schéma de la nervure

Largeur de la table de compression :b=33 cm

Hauteur de la table :h0 =5 cm

Hauteur de l’âme :h – h0=16 cm

Largeur de l’âme :b 0=7 cm

d=0,9 h=09 × 21=18,9 cm

2. Détermination des charges

On est au niveau du plancher intermédiaire, la nervure reprend les charges suivantes :

 Charge permanente : G=590 daN /m2

 Charge d’exploitation : Q=150 daN /m2

 Les charges par mètre linéaire sont :

 Charge permanente : g=5,90× 0,33=1,94 kN /ml

 Charge d’exploitation : q=1,50 ×0,33=0,49 kN /ml

Les valeurs des charges appliquées sur une travée sont comme suit :

 Travée chargée (C) : {ELU :1,35 ×G+1,5 ×Q=3,37 kN /ml


ELS :G+Q=2,44 kN /ml

Rapport de projet de fin d’étude Page 28 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

 Travée déchargée (D) : {ELUELS:1,35:G=1,94


×G=2,61kN /ml
kN /ml

II. Détermination des sollicitations

Méthode de calcul

 Les charges d’exploitation sont modérées :

 q=1,5 kN /m2 ≤2 × g=2× 5,9=11,8 kN /m2

 q=1,5 kN /m2 ≤5 kN / m2

 La fissuration est peu préjudiciable

 Les moments d’inertie des sections transversales sont identiques le long de la


nervure

 Les portées successives sont dans un rapport compris entre

Li 4,57
0,8< <1,25 =1,08< 1,25 (Vérifiée)
Li +1 4,22

⟹D’où, les deux méthodes forfaitaires et Caquot sont applicables.

Rapport de projet de fin d’étude Page 29 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

III. Combinaison des charges

La détermination des sollicitations se fait selon les cas des charges suivantes qui nous
donnent les valeurs les plus défavorables :

Figure 10 : Cas des charges les plus défavorables

IV. Calcul des moments

À l'aide d'un traitement que nous faisons sur Excel, on a calculé les sollicitations pour
tous les cas de chargement de cette nervure.

Rapport de projet de fin d’étude Page 30 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

Soient :

 q ABet q BC les charges réparties appliquées sur les travées, respectivement, AB et BC,
ces charges se different selon le cas de chargement étudié et aussi du l'état limite
considéré.

 M A M B et M C les moment sur appuis respectivement A, B et C.

 m AB ( x) et m BC (x )les moments en travées isostatiques AB et BC

 M AB ( x) et M BC ( x )les moments en travées hyperstatique AB et BC

 M A =M C =0 Car A et C sont deux appuis de rive

1. Moment sur l'appui B

On appliquant la relation de la méthode des trois moments on obtient :

l AB × M A +2 × ( l AB +l BC ) × M B + l BC × M C =6 EI ( w'BC −w'AB
'
)
Avec :

l AB x2

{ m AB ( x )=q ×

mBC ( x )=q ×
2
l BC
2
× x−q ×

× x−q ×
2
x2
2

w 'BC , w 'AB
'
les rotations
l BC 3
x dx −q ×l
'
w =−∫ mBC (x) × 1−
BC
0
( l BC ) × = BC BC
EI 24 EI

l AB 3
x dx q AB × l AB
''
w =∫ m AB ( x)×
AB
0
(l )
AB
×
EI
=
24 EI

D’où on aura :

−q BC × l BC 3 q AB × l AB3 −q BC × l BC 3+ q AB ×l AB3
2 × ( l AB +l BC ) × M B =6 EI × ( 24 EI

24 EI )=
4 × ( l AB +l BC )

−q BC ×l BC3 + q AB × l AB3
M B=
8 × ( l AB +l BC )

Rapport de projet de fin d’étude Page 31 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

2. Moment en travée

a. Travée AB

x
M AB ( x )=mAB ( x )+ M A × 1− ( l AB )+ M × l x
B
AB

x2 l AB qBC ×l BC3 +q AB × l AB3 x


¿−q AB × +q AB × × x− ×
2 2 8 × ( l AB +l BC ) l AB

x2 l q ×l 3 +q AB × l AB3
M AB ( x )=−q AB ×
2 (
+ q AB × AB − BC BC
2 8 × ( l AB +l BC ) ×l AB
×x
)
−d M AB ( x ) l AB q BC ×l BC 3+ q AB ×l AB3
T AB ( x )= =q AB × x−(q AB × − )
dx 2 8 × ( l AB +l BC ) × l AB

On cherche l'abscisse où le moment en travée AB soit maximal, soit x M AB max cette abscisse

1 l AB q BC × l BC 3 +q AB ×l AB3
T AB ( x M max )=0⟹ x M max = ×(q AB × − )
AB AB
q AB 2 8 × ( l AB+ l BC ) × l AB

b. Travée BC

x
M BC ( x ) =mBC ( x ) + M B × 1− ( l BC )+ M × l x
C
BC

x² l BC qBC ×l BC 3 +q AB × l AB3 x
¿−q BC × + q BC ×
2 2
× x−
8 × ( l AB +l BC )
× 1−
l BC ( )
x² l q × l 3+ q AB ×l AB3 q × l 3 +q AB ×l AB3
¿−q BC ×
2
(
+ q BC × BC + BC BC
2 8
× ( l AB+l BC ) × l BC
× x− BC BC
)
8 × ( l AB+ l BC )

−d M BC ( x ) l BC qBC ×l BC 3 +q AB × l AB3
T BC ( x )= =q BC × x−(q BC × + )
dx 2 8 × ( l AB +l BC ) ×l BC

On cherche l'abscisse où le moment en travée BC soit maximal, soit x M BC max cette abscisse

1 l BC q BC × l BC 3+ q AB ×l AB3
T BC ( x M BC max ) =0 ⟹ x M BC max =
q BC
×(q BC × +
2 8 × ( l AB +l BC ) × l BC
)

Rapport de projet de fin d’étude Page 32 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

Tableau 7 : Tableau récapitulatif du calcul des moments à l’ELU

Moment sur appui (kN /ml) Moment en travée (kN /ml)


Cas de changement A B C AB BC
er
1 cas DD 0 -6 ,33 0 3,08 4,02
2éme cas CC 0 -8,18 0 3,97 5,18
éme
3 cas DC 0 -7,14 0 4,35 3,71
éme
4 cas CD 0 -7,36 0 2,71 5,5
Moment dont la valeur
0 -8,18 0 4,35 5,5
absolue est maximale

Figure 11 : Courbe enveloppe à l’ELU

Rapport de projet de fin d’étude Page 33 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

Tableau 8 : Tableau récapitulatif du calcul des moments à l’ELS

Moment sur appui (kN /ml) Moment en travée (kN /ml)


Cas de changement A B C AB BC
er
1 cas DD 0 -4,71 0 2,29 2,98
éme
2 cas CC 0 -5,92 0 2,88 3,75
éme
3 cas DC 0 -5,24 0 3,13 2,78
éme
4 cas CD 0 -5,39 0 2,05 3,96
Moment dont la valeur
0 -5,92 0 3,13 3,96
absolue est maximale

Figure 12 : Courbe enveloppe à l’ELS

Rapport de projet de fin d’étude Page 34 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

V. Calcul des armatures longitudinales

Moment de référence

C'est un moment limite entre deux cas : la zone comprimée a une forme rectangulaire où
une forme en T. Il est égale au moment équilibré par la table supposée comprimée sur toute sa
hauteur :

ht 0,05
M Tu=bt × ht × f cd × d− ( 2) (
=0,5 ×0,33 ×16,67 × 0,19−
2 )
=0,045 MN

M Ed ,max =0,00414 MN < M Tu=0,045 MN

Et par suite la hauteur du béton comprimé intervenant dans le calcul est dans la table de
compression, puisque le béton tendu est négligé, la poutre se comporte comme une poutre
rectangulaire fictive de sectionb 0 × h.

1. La section minimale des armatures tendues

f ct , eff
A s ,min =max
{
0,26 ×
f yk
0,00083 ×b 0 × d
× b0 × d

Avec :

silamaî trisedelafissuration
f ctm
f ct ,eff =
{ {
h
f ctm , fl =max (1,6− 1000 )× f ctm
f ctm
estrequise

sinon

La maîtrise de fissuration est non requise et f ck =25 MPa on aura f ctm=2,6 MPa

h 0,21

{ f ctm {
f ct ,eff =f ctm , fl =max (1,6− 1000 )× f ctm =max (1,6− 1000 )× 2,6 =max 4,159 =4,159 MPa
2,6
{
2,6

A s ,min =max ¿

Et par suite :

A s ,min =0,28 ×10−4 m 4

Rapport de projet de fin d’étude Page 35 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

2. Les sections des armatures tendues nécessaires

a. Sur appui

Appui B

μ AB=0,0561 (Acier utilisé S500 B).

μlim ¿=0,3717¿ (La classe d'exposition de béton est XC1 ; pas de limitation des
contraintes à l'ELS).

M Ed 8,18 ×10−3
μu= = =0,1942
b 0 × d × f cd 2 25
0,07 ×0,19 ×
1,5

Comme :

μ AB < μu < μ lim ⁡⇔ Alors on calcul le pivot A et A's=0

α u=1,25 × ( 1−√ 1−( 2 × μu ) )=1,25 × ( 1−√ 1−( 0,3884 ) )=0,2724

1−α u 1−0,2724
ε su =3,5 ×10−3 × =3,5 ×10−3 × =9,34 × 10−3
αu 0,2724

Et

ε se=2,17× 10−3

D'où :

ε su > ε se ( 9,34 ×10−3> 2,17× 10−3 )

Étantdonné que le diagramme contraintes-déformations est à palier incliné, la contrainte dans


l'acier tendu est :

σ su=435+ 842× ( ε su −2,17 ×10−3 )=435+842 × ( 9,34 × 10−3−2,17× 10−3 )

Donc : σ su =441,03 MPa

La section nécessaire des armatures tendues est :

M ed 8,18 ×10−3
A su= = =1,01× 10− 4 m 2=1,04 cm 2
(1−0,4 × α u)×d ×σ su (1−0,4 × 0,1552) ×0,19 × 441,03

b. En travée

Travée AB

Rapport de projet de fin d’étude Page 36 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

μ AB=0,0561 (Acier utilisé S500 B).

μlim ¿=0,3717¿ (La classe d'exposition de béton est XC1 ; pas de limitation des
contraintes à l'ELS).

M Ed 4,35 ×10−3
μu= = =0,1032
b 0 × d × f cd 225
0,07 ×0,19 ×
1,5

Comme : μ AB < μu < μ lim ¿⇔¿Alors on calcul le pivot A et A's=0

α u=1,25 × ( 1−√ 1−( 2 × μu ) )=1,25 × ( 1−√ 1−( 0,2064 ) )=0,1364

1−α u 1−0,1364
ε su =3,5 ×10−3 × =3,5 ×10−3 × =22,15 ×10−3
αu 0,1364

Et ε se=2,17× 10−3

D'où : ε su > ε se ( 22,15× 10−3 >2,17 ×10−3 )

Etant donné que le diagramme contraintes-déformations est à palier incliné, la


contrainte dans l'acier tendu est :

σ su=435+ 842× ( ε su −2,17 ×10−3 )=435+842 × ( 22,15 ×10−3−2,17 ×10−3 )

Donc : σ su =443,183 MPa

La section nécessaire des armatures tendues est :

M ed 4,35 ×10−3
A su= = =0,53× 10−4 m 2=0,53 cm2
(1−0,4 × α u)×d ×σ su (1−0,4 × 0,1364)× 0,19 ×443,183

Travée BC

μ AB=0,0561 (Acier utilisé S500 B).

μlim ¿=0,3717¿ (La classe d'exposition de béton est XC1; pas de limitation des
contraintes à l'ELS).

M Ed 5,5 ×10−3
μu= = =0,1305
b 0 × d × f cd 225
0,07 ×0,19 ×
1,5

Comme : μ AB < μu < μ lim ⁡⇔ Alors on calcul le pivot A et A's=0

α u=1,25 × ( 1−√ 1−( 2 × μu ) ) =1,25 × ( 1−√ 1−( 0,2611 ) )=0,1755

Rapport de projet de fin d’étude Page 37 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

1−α u 1−0,1755
ε su =3,5 ×10−3 × =3,5 ×10−3 × =16,44 ×10−3
αu 0,1755

Et ε se=2,17× 10−3

D'où : ε su > ε se ( 16,44 × 10−3 >2,17 × 10−3 )

Etant donné que le diagramme contraintes-déformations est à palier incliné, la


contrainte dans l'acier tendu est :

σ su=435+ 842× ( ε su −2,17 ×10−3 )=435+842 × ( 16,44 ×10−3−2,17 × 10−3 )

Donc : σ su =447,01 MPa

La section nécessaire des armatures tendues est :

M ed 5,5 ×10−3
A su= = =0,069 ×10−4 m2 =0,69 cm 2
(1−0,4 × α u)×d ×σ su ( 1−0,4 ×0,1755 ) ×0,19 × 447,01

Tableau 9 : Tableau récapitulatif des sections d’acier sur appuis et en travées

Désignation Appui B Travée AB Travée BC


A su ¿) 1,04 0,53 0,69
A s ,min ¿ ) 0,36 0,36 0,36
Condition à vérifier
Vérifiée vérifiée Vérifiée
A su> A s ,min
A su, aprés verif ¿ ) 1,04 0,53 0,69
Acier choisi 1 HA 12 1HA10 1 HA 10
A su, réel ¿) 1,13 0,79 0,79

Rapport de projet de fin d’étude Page 38 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

3. Armatures supérieurs

A' s ≥ 0,15× A sl =0,12cm2

Où :

Soit HA 10⟹ A ' s ,r é el=0,79 cm2

VI. Calcul des armatures transversales

1. Calcul de l'effort tranchant

L'effort tranchant, pour un cas de charge donné, est calculé classiquement comme
l'opposé de la dérivée du moment fléchissant, soit :

−dm ( x ) M w −M e
V ( x )= +
dx l

Sur l'appui a, les valeurs à gauches et à droite de l'effort tranchant sont donc :

M w −M e M w −M e
V a , w =v 0 a ,w + ;V a ,e =v 0 a ,e +
lw le

Où M w et M e les moments, respectivement, sur les travées à gauche et à droite de cet


appui dont les longueurssont, respectivement, l w et l e

Le calcul sera résumé dans ces tableaux :

Tableau 10 : Tableau récapitulatif du calcul des efforts tranchants (en kN) à l’ELU

Appui A B C
Cas de changement V A ,e V B ,w V B ,e V C,w
er
1 cas DD -4,01 7,01 -7,35 4,58
éme
2 cas CC -5,17 9,05 -9,49 5,91
3éme cas CD -5,42 8,80 -7,53 4,40
éme
4 cas DC -3,76 7,25 -9,31 6,09
Effort tranchant dont la valeur
-5,42 9,05 -9,49 6,09
absolue est maximale

Rapport de projet de fin d’étude Page 39 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

Figure 13 : Effort tranchant à l’ELU

Tableau 11 : Tableau récapitulatif du calcul des efforts tranchants (en kN) à l’ELS

Appui A B C
Cas de changement V A ,e V B ,w V B ,e V C,w
1er cas DD -3,03 5,27 -4,63 1,72
éme
2 cas CC -3,75 6,55 -5,77 2,21
éme
3 cas CD -3,91 6,39 -4,80 1,57
éme
4 cas DC -2,87 5,43 -5,61 2,27
Effort tranchant dont la valeur
-3,91 6,55 -5,77 2,27
absolue est maximale

Rapport de projet de fin d’étude Page 40 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

Figure 14 : Effort tranchant à l’ELS

Vérification de b 0:

θ : Angle d ' inclinaisondesbiellesdeb é ton

α : Angle d' inclinaisondesarmaturestransversales

V Ed ,max =9.41,4 kN=0,0094 MNavecθ=45 ° etα=90 °

ν 1 × f cd
V rd ,max =0,9 × b0 × d ×
2

Où : f ck =25 MPa ; f cd =16,67 MPa

ν1 coefficient réducteur corrigeant la résistance du béton.

f ck 25
(
ν1 =0,6 × 1−
250 ) =0,6 × 1− (
250
=0,54 )
D'où :

0,54 ×16,67
V rd ,max =0,9 × 0,07× 0,19 × =0,057 MN
2

b0 estsuffisante
V rd ,max =0,057 MN ≥ V Ed ,max =0,0094 MN ⟹
etonpeutgarderα =90 °

Rapport de projet de fin d’étude Page 41 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

2. Dispositions constructives

2.1. Diamètre des armatures transversales

∅l 10 '
∅t ≥ ⟹ ∅t ≥ ⟹ ∅ t ≥3,33 mm ; D où soit ∅ t=6 mm
3 3

On a2 ϕ 6 ⟹ A st =0,57 cm2

2.2. Pourcentage minimal et maximal des armatures transversales

Le pourcentage des armatures transversales est donné par :

A st
ρt =
b0 × St × sin α

Il faut avoir : ρt ,min ≤ ρt ≤ ρt , max

Avec ρt ,min =0,08 ×


√ f ck et ρ =ν 1 ×
f cd
t ,max
f yk 2 × f yk

Avec ρt ,min =0,08 ×


√ f ck =0,08× √25 =0,0008
f yk 500

f cd 16,667
ρt ,max =ν 1 × =0,54 × =0,009
2× f yk 2 ×500

ρt ,min ≤ ρt ≤ ρt , max

A st A st
≤ St ≤
b0 × ρt ,max × sin α b 0 × ρt , min ×sin α

On aura alors :

A st 0,57 ×10− 4

{ St ≤

St ≥
b0 × ρ t ,min × sin α ⟹
Ast
b 0 × ρt ,max × sin α
St ≤

St ≥ {
0,07 × 0,0008× sin ( 90 ) ⟹ S t ≤101 cm
0,57 ×10−4
0,07 × 0,009× sin ( 90 )
S t ≥ 9,05 cm {
f t , min ≤ St ≤ f t , max ⇔9,05 c m≤ S t ≤101 cm

2.3. L'espacement maximal entre les parements

St ,max =min 0,75× d × ( 1+cotg ( α ) ) = 0,75 × 0,19× 1 = 15 cm =15 cm


{
15× ∅ l ,comp 15 ×1,0 {
15 cm {

Rapport de projet de fin d’étude Page 42 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

2.4. Règle de couture

A st V Ed 0,9 × A st ×d × f yd 0,9× 0,57 ×10−4 ×0,19 ×500


≥ ⇒ St ≤ ⇒ St ≤
St 0,9 ×d × f yd V Ed ,max V Ed ,max

On donnant V Ed la valeur absolue de l'effort tranchant (à gauche et à droite) à chaque fois


pour chaque appui, l'espacement des armatures transversales sera :

101 cm

{
9,05 cm ≤ St ≤ min 0,0048 ×100 cm
V Ed
15 cm

3. Répartition des armatures transversales

3.1. À droite de l'appui A (de rive)

V Ed=|V A ,e|=|−5,42× 10−3|=0,00542 MN

0,0039 0,0039
St 0 ≤ ×100 ⇒ St 0 ≤ × 100 ⇒S t 0 ≤71,95 cm
V Ed 0,00542

Et par suite

101cm
{
9,05 cm ≤ St 0 ≤ min 71,95 cm ⇒9,05 cm≤ St 0 ≤ 15 cm
15 cm

St 0=15 cm

Le premier court d'armature doit être placé à l'abscisse ( S2 )=7,5. L’espacement des
t0

armatures transversales peut être défini par une méthode forfaitaire dite de « Caquot ». Les
espacements augmentent progressivement en suivant la suite 7-8-9-10-11-13-16-20-25-35-40
cm, en répétant la valeur adoptée.

Autant de fois (N) on répète les espacements de la suite de Caquot avec un nombre de
répétition"n" tel que :

d
n=
{
l' 0 +
'
l0
S 0 Où l 0=
l AB
2
'
=2,11 m⇒ l 0=l 0 −d=2,11−0,19=1,92m

Rapport de projet de fin d’étude Page 43 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

Rapport de projet de fin d’étude Page 44 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

St 1 =13 cm(lepr𝑒𝑚𝑖𝑒𝑟𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒𝑖𝑛𝑓𝑒𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟 à 15 𝑑𝑎𝑛𝑠𝑙𝑎𝑠𝑢𝑖𝑡𝑒𝑑𝑒𝐶𝑎𝑞𝑢𝑜𝑡.)

n d 0,19
1=¿ l' 0 + =1,92+ =3,18 ≈3 ¿
S0 0,15

St 2 le deuxième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "13" dans la suite de
Caquot

St 2 =16 cm⇒ n2=l ' 0=1,92 ≈ 2

St 3 le troisième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "16" dans la suite de
Caquot

St 3 =20 cm⇒ n3=l ' 0=1,92 ≈ 2

St 4le quatrième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "20" dans la suite de
Caquot

St 4=25 cm ⇒n 4=l ' 0=1,92 ≈ 2

St 5 le cinquième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "25" dans la suite de
Caquot

St 5 =35 cm⇒ n5=l ' 0=1,15 ≈ 1

Tableau 12 : Tableau de répartition des armatures transversales à droite de l'appui A

St0
(c
2 1é r espacement 2é me espacement 3é meespacement 4 é me espacement 5é me espacement
m)
St 1 (cm) n1 St 2 (cm) n2 St 3 (cm) n3 St 4 (cm) n4 St 5 (cm) n5
7,5
13 3 16 2 20 2 25 2 35 1

3.2. À gauche de l'appui B

V Ed=|V B , w|=|9,05× 10−3|=0,00905 MN

0,0039 0,0039
St 0 ≤ ×100 ⇒ St 0 ≤ ×100 ⇒ St 0 ≤ 43,1 cm
V ed 0,00905

Etpar suite

Rapport de projet de fin d’étude Page 45 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

101cm
{
9,05 cm ≤ St 0 ≤ min 43,1 cm ⇒ 9,05 cm ≤ St 0 ≤ 15 cm
15 cm

Rapport de projet de fin d’étude Page 46 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

St0
=7,5 cm etS t 1=13 cm
2

St 1 =13 cm(lepr𝑒𝑚𝑖𝑒𝑟𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒𝑖𝑛𝑓𝑒𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟 à 15 𝑑𝑎𝑛𝑠𝑙𝑎𝑠𝑢𝑖𝑡𝑒𝑑𝑒𝐶𝑎𝑞𝑢𝑜𝑡.)

n d 0,19
1=¿ l' 0 + =1,92+ =2,62 ≈3 ¿
S0 0,15

St 2 le deuxième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "13" dans la suite de
Caquot

St 2 =16 cm⇒ n2=l ' 0=1,92 ≈ 2

St 3 le troisième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "16" dans la suite de
Caquot

St 3 =20 cm⇒ n3=l ' 0=1,92 ≈ 2

St 4le quatrième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "20" dans la suite de
Caquot

St 4=25 cm ⇒n 4=l ' 0=1,92 ≈ 2

St 5 le cinquième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "25" dans la suite de
Caquot

St 5 =35 cm⇒ n5=l ' 0=1,92 ≈ 2

Tableau 13 : Tableau de répartition des armatures transversales à gauche de l'appui B

St0
(
2 1é r espacement 2é me espacement 3é meespacement 4 é me espacement 5é me espacement
cm)
St 1 (cm) n1 St 2 (cm) n2 St 3 (cm) n3 St 4 (cm) n4 St 5 (cm) n5
7,5
13 3 16 2 20 2 25 2 35 2

3.3. À droite de l'appui B

V Ed=|V B , e|=|−9,43 ×10−3|=0,00943 MN

0,0039 0,0039
St 0 ≤ ×100 ⇒ St 0 ≤ ×100 ⇒ St 0 ≤ 41,4 cm
V ed 0,00943

Rapport de projet de fin d’étude Page 47 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

Etpar suite

101 cm
{
9,05 cm ≤ St 0 ≤ min 41,4 cm ⇒ 9,05 cm≤ S t 0 ≤ 15 cm
15 cm

Rapport de projet de fin d’étude Page 48 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

St0
=7,5 cm etS t 1=13 cm
2

l BC '
Et l 0= =2,28 m⇒l 0=l 0 −d=2,28−0,19=2,1cm
2

n d 0,19
1=¿ l' 0 + =2,1+ =3,36 ≈ 3 ¿
S0 0,15

St 2 le deuxième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "13" dans la suite de
Caquot

St 2 =16 cm⇒ n2=l ' 0=2,1 ≈ 2

St 3 le troisième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "16" dans la suite de
Caquot
'
St 3 =20 cm⇒ n3=l 0=2,1 ≈ 2

St 4le quatrième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "20" dans la suite de
Caquot

St 4=25 cm ⇒n 4=l ' 0=2,1 ≈ 2

St 5 le cinquième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "25" dans la suite de
Caquot

St 5 =35 cm⇒ n5=l ' 0=2,1 ≈ 2

Tableau 14 : Tableau de répartition des armatures transversales à droite de l'appui B

St0
1é r espacement 2é me espacement 3é meespacement 4 é me espacement 5é me espacement
2
St 1 n1 St 2 ( cm) n2 St 3 ( cm) n3 St 4 (cm) n4 St 5 ( cm) n5
7,5
13 3 16 2 20 2 25 2 35 2

3.4. À gauche de l'appui C

V Ed=|V C ,w|=|6,09× 10−3|=0,00609 MN

0,0039 0,0039
St 0 ≤ ×100 ⇒ St 0 ≤ ×100 ⇒ St 0 ≤ 64,03 cm
V ed 0,00609

Rapport de projet de fin d’étude Page 49 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

Et par suite

101cm
{
9,05 cm ≤ St 0 ≤ min 64,03 cm ⇒9,05 cm ≤ St 0 ≤ 15 cm
15 cm

St0
=7,5 cm etS t 1=13 cm
2

l BC '
Et l 0= =2,28 m⇒l 0=l 0 −d=2,28−0,19=2,1m
2

n d 0,19
1=¿ l' 0 + =2,1+ =3,36 ≈ 3 ¿
S0 0,15

St 2 le deuxième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "13" dans la suite de
Caquot

St 2 =16 cm⇒ n2=l ' 0=2,1 ≈ 2

St 3 le troisième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "16" dans la suite de
Caquot

St 3 =20 cm⇒ n3=l ' 0=2,1 ≈ 2

St 4le quatrième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "20" dans la suite de
Caquot

St 4=25 cm ⇒n3 =l '0 =2,1≈ 2

St 5 le cinquième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "25" dans la suite de
Caquot

St 5 =35 cm⇒ n5=l ' 0=2,1 ≈ 2

Tableau 15 : Tableau de répartition des armatures transversales à gauche de l'appui C

St0
1é r espacement 2é me espacement 3é meespacement 4 é me espacement 5é me espacement
2

St 1 n1 St 2 n2 St 3 n3 St 4 n4 St 5 n5
7,5
13 3 16 2 20 2 25 2 35 2

Rapport de projet de fin d’étude Page 50 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

Tableau 16 : Tableau de répartition des armatures transversales

St0 1é r espacement 2é me espacement 3é meespacement 4 é me espacement 5é me espacement


2 St 1 n1 St 2 n2 St 3 n3 St 4 n4 St 5 n5

à droite A 7,5 13 3 20 2 25 2 35 2 40 1

à gauche B 7,5 13 3 20 2 25 2 35 2 40 2

à droite B 7,5 13 3 16 2 20 2 25 2 35 2

à gauche C 7,5 13 3 16 2 20 2 25 2 35 2

4. Armatures inférieures tendues à prolonger sur appui

Armatures à prolonger aux appuis :

V Ed N Ed M Ed

{
A s ,app ≥ max 2 × f yd + f yd + 0,9 ×d × f yd
A s ,app ,min =0,25 × A sl

 A s ,app ,min =0,25 × A sl

 Si l'appui est un appui de rive alors M Ed =0

 En cas de flexion simple N Ed=0

D'où :

A s ,app ≥ max ¿

Tableau 17 : Tableau récapitulatif des Armatures inférieures tendues à prolonger sur appui

Désignation à droite A à gauche B à droite B à gauche C

Moment sur appui M Ed (


0 -8,18 0
10 MN . m)
−3

Effort tranchant V Ed (10−3 MN ) -5,42 9,05 -9,49 6,09

A sl(10−4 m2) 0,79 0,79

Rapport de projet de fin d’étude Page 51 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

V Ed M Ed
+ ( 10− 4 m2 ) -0,06 -1,2 -1,2 0,07
869,5 74,34

0,25 × A sl ( 10−4 m 2 ) 0,197 0,197

V Ed M Ed

{
A s ,app =max 869,5 + 74,34
0,25 × A sl
0,197 0,197 0,197 0,197

Remarque

Les sections négatives d'acier de glissement, impliquent qu'on n'a pas besoin de
prolonger les aciers longitudinaux sur appuis.

5. Vérification de compression du béton de l'appui

La contrainte de compression dans les bielles du béton de l'appui doit être inférieure à la
contrainte maximale.

V Ed
σ Rd= ≤ σ Rd ,max =0,85 ×ϑ ' × f cd
l bd ×b 0 × sin ⁡(θ ' )2

θ' : L'inclinaison de la bielle d'about (zone d'appuis)¿ 45

1
sin ( θ' ) =
l bd
√ 1+(
0,9 × d
¿)²=0,39 ¿

∅ f

{
l b ,req = × yd
4 f bd
l bd=max l b , req avec
{ 0,3 ×l b ,req
l b , min
l b , min=max 10 × ∅
{
100 mm

f bd=2,25 × η1 × η2 × f ctd

Rapport de projet de fin d’étude Page 52 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

1
{ silesconditions d ' adh é rencesontbonne

{
η1 = 7
sinon
10
1
avec
{
η2 = 132−∅

f ctk , 0,05
100
si ∅ ≤32 mm
sinon

f ctd = =1,1 ( f ck=25 MPa ⇒ f ctk ,0,05 =1,65 MPa)


γc

f bd=2,25 ×1 ×1 ×1,1=2,475 MPa

Etpar suite :

∅ f 10 435
l b , req = × yd =l b ,req = × =439,39 mm=43,39 cm
4 f bd 4 2,475

0,3 ×l b ,req 0,3 × 439,39 131,81 mm


l b , min=max
{ 10 × ∅
100 mm
=l b ,min
{
=max 10 ×10
100 mm
=l b , min=max
{
100 mm =13,18 cm
100 mm

l bd=max l b , req =max 43,39 cm=43,39 cm


{
l b , min {
13,18 cm

f ck 25
ν ' =1− =1− =0,9
250 250
−3
9,49× 10
σ Rd= =0,748 MPa
0,439 × 0,19× 0 ,39²

σ Rd , max=0,85× ϑ' × f cd =0,85× 0,9 ×16,66=12,74 MPa

Donc σ Rd=0,748 MPa ≤ σ Rd ,max =12,74 MPa ⟹ v é rifi é e

Rapport de projet de fin d’étude Page 53 sur 124


Chapitre 5 : Nervures

Figure 15 : Ferraillage de la nervure

Rapport de projet de fin d’étude Page 54 sur 124


Chapitre 6 :

Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

Introduction

Les poutres sont des éléments principaux de la structure qui sont sollicités généralement
à la flexion simple .Dans cette partie, on propose de présenter en détail le principe de
dimensionnement d'une poutre hyperstatique suivant l'EUROCODE 2, en partant de
l'identification des charges et le calcul des sollicitations par la méthode de trois moments
jusqu'à la détermination de ferraillage et les vérifications nécessaires.

Figure 16 : Poutre étudiée

I. Données de calcul

Le calcul d'une poutre commence par l'identification des charges permanentes et


d'exploitation qui lui sont appliqués ainsi que les surcharges différents. Ensuite identifier les
appuis de la poutre en question pour le choix de la méthode de calcul de l’élément. Enfin,
choisir la méthode de calcul afin de déterminer les sollicitations. Dans notre cas nous avons
choisi celle des trois moments.

Nous allons traiter l'étude d'une poutre continue à deux travées située dans le plancher
haut 1 étage (voir plan de coffrage). La poutre est soumise à une charge permanente et à une
charge d'exploitation uniformément réparties.

1. Charges appliquées

Le plancher haut1ér étage est composé d'une dalle nervurée(16+5)d'épaisseur 21 cm avec


un revêtement ordinaire et la charge d'exploitation est égale à2,5 kN /m2car il est à usage
Bureautique.

Poids propre de la poutre : g pp , poutre =1× 0,3 ×0,45 ×25=3,375 kN /ml

Revêtement sur la poutre : grev , poutre=1 ×0,3 × 2=0,6 kN /ml

Poids propre de la dalle nervuré : g pp , dalle=¿

Rapport de projet de fin d’étude Page 56 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

D'où :

G 1=g pp , poutre + grev , poutre + g pp , dalle=3,8+ 0,6+24,6=29 kN /ml

G 2=0,75 × 4,17=3.12kN /ml(Cloisons légères)

G=G 1+G 2=29+3,12=32,12kN /ml

Q=1 × ( 2+2,17 ) × 2,5=10,42 kN /ml

2. Pré dimensionnement

1 1
≤h≤
16 12

6,96 6,96
≤h≤
16 14

0,43 ≤ h ≤0,49

On prend : h=45 cm

II. Choix de la méthode de calcul

1. Méthode forfaitaire

Les recommandations professionnelles relatives à l’application de l’EC2 en France


indiquent que l’utilisation de cette méthode n’est pas pour le dimensionnement mais plutôt
pour le pré-dimensionnement et de celui de la vérification d’ouvrages.

1.1. Domaine d’application

 «Constructions courantes» (charges d’exploitation modérées) :

Q ≤max (2 G; 5000 N /m2)

 Les portées successives sont dans un rapport compris entre0,8 et1,25

 Les moments d’inertie des sections transversales sont les mêmes dans les différentes
travées en continuité

 La fissuration ne compromet pas la tenue du béton armé et de ses revêtements :

(La fissuration considérée comme peu préjudiciable)

Rapport de projet de fin d’étude Page 57 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

1.2. Vérification de la méthode

L AB 2,98
Comme : = =0,42n'est comprise entre0,8et1,25
LBC 6,96

 Une des conditions d'application de la méthode forfaitaire n'est pas satisfaite, on passe
alors à vérifier la méthode de Caquot.

2. Méthode de Caquot

2.1. Domaine d’application

 «Constructions industrielles» (charges d’exploitation élevées) :

Q>inf (2G ; 5000 N /m 2)

 Cette méthode s’applique également aux planchers à charges d’exploitation modérées


lorsque que l’une des conditions de la méthode forfaitaire n’est pas remplie.

2.2. Vérification de la méthode

Or on a :

Q=10,42 kN /ml

G=32,12 kN /ml ↔2 ×G=64,24 kN /ml

Q>2 ×G c.-à-d. 10,42>64,24 Absurde

Alors la condition de Caquot n'est pas applicable, on vérifie la méthode de Caquot minoré ; en
multipliant la charge permanente par le coefficient 2/3 (ce coefficient est compris entre 1 et
1/3).

~ 2 2
G=G × =32,12× =21,41kN /ml (pour calculer les moments sur appuis)
3 3

b ×h3 0,3 ×0,453 −4 4


L'inertie I= = =22,78 × 10 m
12 12

Les moments aux nus des appuis sont calculés en tenant compte uniquement des charges
appliqués sur les travées voisines à gauche (w) et à droite (e).
' '
 On détache de chaque côté des appuis des travées fictives de longueurl w et l e, tel que

 l 'w ou l 'e =0,8 ×l i pour les travées intermédiaires.

 l 'w ou l 'e =l i pour les travées de rives sans console.

Rapport de projet de fin d’étude Page 58 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

 Vérification des conditions de la méthode de Caquot minoré :

Tableau 18 : Tableau des paramètres de vérification de la méthode de Caquot minoré

Appuis B
l w =6,9 l e =2,98
l ' w =6,9 l ' e =2,38

I
k e ( m3 ) 9,57 × 10−4
l' e

I
k w (m 3) 3,3 ×10−4
l' w

l' w +l' e
D(m 3 ) l× 12,76 ×10−4
l ' w ×l ' e

ke k l 'w
On doit vérifier la condition suivante : =1− w =
D D l' w +l' e

k e 9,57 ×10−4

{
= =0,74
D 12,76 ×10−4
Appuis B: 1− k w =1− 3,3 × 10 =0,74 ⟹ Condition vérifiée
−4

D 12,76 × 10−4
l' w 6,9
= =0,74
l ' w +l ' e 6,9+ 2,38

⟹ Méthode adoptée: Méthode de Caquot minorée

III. Combinaisons des charges

Le nombre des cas de charges augmente en fonction du nombre des travées. L'étude de
plusieurs cas de charge permet de déterminer les valeurs maximales et minimales du moment
fléchissant et de l'effort tranchant pour toutes les sections et dessiner la courbe enveloppe de
ces sollicitations.

Les valeurs des charges appliquées sur une travée sont comme suit :

Travée chargée (C) : {ELU :1,35 ×G+1,5 ×Q=62,9 kN /ml


ELS:G+Q=45,44 kN /ml

Rapport de projet de fin d’étude Page 59 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

Travée déchargée (D) : {ELUELS:1,35:G=35,02kN


×G=47,27 kN /ml
/ml

Figure 17 : Cas des charges de la poutre

IV. Calcul des moments

À l'aide d'un traitement que nous faisons sur Excel, on a calculé les sollicitations pour
tous les cas de chargement de cette poutre.Notre calcul s'appuie sur les hypothèses suivantes :

 Les moments aux nus des appuis sont calculés en tenant compte uniquement des
charges appliqués sur les travées voisines à gauche (w) et à droite (e) ; en multipliant
la charge permanente par le coefficient 2/3(ce coefficient est compris entre 1 et1/3)

Rapport de projet de fin d’étude Page 60 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

' '
 On détache de chaque côté des appuis des travées fictives de longueurl w etl etelque :

 l 'w ou l 'e =0,8 ×l i pour les travées intermédiaires

 l 'w ou l 'e =l i pour les travées de rives sans console

Pour le cas des charges réparties, les moments sur appui intermédiaire sont données par :

−Pw ×l ' 3w + Pe × l' 3e


M a=
8,5 ×(l ' w +l ' e )

Avec l ' w , l ' e sont les longueurs des travées fictives à gauche et à droite de l'appui
considéré et Pw , Pe sont les charges appliquées sur ces travées

Pour le calcul des moments en travée Mt, on utilise la longueur des portées réelles l (et non
plus l')

L’évolution du moment en travée M(x), pour un cas de charge, est donné par :

M e −M w
M t ( x )=m ( x ) + M w + ×x
l

Où m(x) est le moment dans la travée isostatique de référence correspondant au


cas de charge étudié, l’est sa longueur, M w et M e sont les moments sur les appuis,
respectivement, à gauche et à droite de cette travée.

On aura de suite :

P ×l × x P × x2 M e −M w
M t ( x )= − + M w+ ×x
2 2 l

La position du moment maximum en travée est obtenu en recherchant l'abscisse où la dérivée


de M t ( x ) s'annule, soit dans le cas d'un chargement symétrique sur la travée :

x l M w −M e
M tmax =¿ − ¿
2 P×l

Le calcul sera détaillé dans l'annexe et résumé dans ces tableaux :

Tableau 19 : Tableau récapitulatif du calcul des moments à l’ELU

Moment sur appuis(kN . m) Moment en travée(kN . m)


Cas de chargement Ma Mb Mc M ab M bc
Cas 1 0 -186,61 0 200,53 0,65
Cas 2 0 -253,87 0 264,55 0,58
Cas 3 0 -248,99 0 266,59 1,42
Cas 4 0 -191,51 0 198,48 6,90

Rapport de projet de fin d’étude Page 61 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

Moment dont la valeur


0 -253,87 0 266,59 6,9
absolue est maximale

Figure 18 : Courbe enveloppe à l’ELU

Tableau 20 : Tableau récapitulatif du calcul des moments à l’ELS

Moment sur appuis(kN . m) Moment en travée(kN . m)


Cas de chargement Ma Mb Mc M ab M bc
Cas 1 0 -138,23 0 150,95 0,59
Cas 2 0 -183,08 0 191,4 0,44
Cas 3 0 -179,81 0 192,59 0,95
Cas 4 0 -141,50 0 147,21 4,5
Moment dont la valeur
0 183,08 0 192,59 4,5
absolue est maximale

Rapport de projet de fin d’étude Page 62 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

Figure 19 : Courbe enveloppe à l’ELS

V. Calcul des armatures longitudinales à l'ELU

1. La section minimale des armatures tendues

f ct , eff
A s ,min =max
{0,26 ×
f yk
0,0013 ×b t ×d
× bt × d

Avec :

silamaî trisedelafissuration
f ctm
f ct ,eff =
{ {
h
f ctm , fl =max (1,6− 1000 )× f ctm
f ctm
estrequise

sinon

La maîtrise de fissuration est non requise et f ck =25 MPa. On aura f ctm=2,6 MPa

h 0,45

{ f ctm {
f ct ,eff =f ctm , fl =max (1,6− 1000 )× f ctm =max (1,6− 1000 )× 2,6 =max 4,158 =4,158 MPa
2,6
{
2,6

Rapport de projet de fin d’étude Page 63 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

A s ,min =max ¿

Etpar suite :

A s ,min =2,59 ×10−4 m 4

2. Les sections des armatures tendues nécessaires

a. Sur appui

Appui B

μ AB=0,0561 (Acier utilisé S500 B)

μlim ¿=0,3916¿ (La classe d'exposition de béton est XC1 ; pas de limitation des contraintes à
l'ELS)

M Ed 253,87 ×10−3
μu= = =0,31733
b 0 × d ²× f cd 2 25
0,3 ×0,4 ×
1,5

Comme : μ AB < μu < μ lim ⁡⇔ Alors on calcul le pivot B et A's=0

α u=1,25 × ( 1−√ 1−( 2 × μu ) )=1,25 × ( 1−√ 1−( 0,6346 ) )=0,4944

1−α u 1−0,4944
ε su =3,5 ×10−3 × =3,5 ×10−3 × =3,57 ×10−3
αu 0,4944

Et ε se=2,17× 10−3

D'où : ε su > ε se ( 3,57 × 10−3 >2,17 ×10−3 )

Étant donné que le diagramme contraintes-déformations est à palier incliné, la contrainte


dans l'acier tendu est :

σ su=435+ 842× ( ε su −2,17 ×10−3 )=435+842 × ( 3,57 ×10−3−2,17 ×10−3 )

Donc : σ su =436,179 MPa

Rapport de projet de fin d’étude Page 64 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

La section nécessaire des armatures tendues est :

M ed 253,87 ×10−3
A su= = =15,94 ×10−4 m2=15,94 cm2
(1−0,4 × α u)×d ×σ su (1−0,4 × 0,2172) ×0,40 × 436,179

b. En travée

Travée AB

μ AB=0,0561 (Acier utilisé S500 B).

μlim ¿=0,3916¿ (La classe d'exposition de béton est XC1 ; pas de limitation des
contraintes à l'ELS).

M Ed 266,59 ×10−3
μu= = =0,3332
b 0 × d × f cd 2 25
0,3× 0,4 ×
1,5

Comme : μu < μ AB ⇔Alors on calcul le pivot B et A's=0

α u=1,25 × ( 1−√ 1−( 2 × μu ) )=1,25 × ( 1−√ 1−( 0,6664 ) )=0,528

−3 1−α u −3 1−0,528 −3
ε su =3,5 ×10 × =3,5 ×10 × =3,12× 10
αu 0,528

Et ε se=2,17× 10−3

D'où : ε su > ε se ( 3,12 ×10−3 >2,17 ×10−3 )

Étant donné que le diagramme contraintes-déformations est à palier incliné, la contrainte


dans l'acier tendu est :

σ su =435+ 842× ( ε su −2,17 ×10−3 )=435+842 × ( 3,12 ×10−3 −2,17 ×10−3 )

Donc : σ su =435,807 MPa

La section nécessaire des armatures tendues est :

M ed 266,59 ×10−3
A su= = =19,38 × 10−4 m2=19,38 cm2
(1−0,4 × α u)×d ×σ su (1−0,4 × 0,528)× 0,40× 435,807

Rapport de projet de fin d’étude Page 65 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

Travée BC

μ AB=0,0561 (Acier utilisé S500 B)

μlim ¿=0,3916¿ (La classe d'exposition de béton est XC1 ; pas de limitation des
contraintes à l'ELS)

M Ed 6,9 ×10−3
μu= = =0,0086
b 0 × d × f cd 2 25
0,3× 0,4 ×
1,5

Comme : μ AB < μu < μ lim ⁡⇔ Alors on calcul le pivot A et A's=0

α u=1,25 × ( 1−√ 1−( 2 × μu ) )=1,25 × ( 1−√ 1−( 0,0172 ) ) =0,0108

1−α u 1−0,0108
ε su =3,5 ×10−3 × =3,5 ×10−3 × =320,564 ×10−3
αu 0,0108

Et ε se=2,17× 10−3 D'où : ε su > ε se ( 320,564 ×10−3 >2,17 × 10−3 )

Étant donné que le diagramme contraintes-déformations est à palier incliné, la contrainte dans
l'acier tendu est :

σ su =348+842 × ( ε su−2,17 × 10−3 ) =348+842 × ( 320,564 × 10−3−2,17 × 10−3 )

Donc : σ su =703,088 MPa

La section nécessaire des armatures tendues est :

M Ed 6,9 ×10−3
A su= = =0,246 ×10−4 m2=0,246 cm2
(1−0,4 × α u)×d ×σ su (1−0,4 × 0,0108)× 0,40× 703,088

Tableau 21 : Tableau récapitulatif des sections d’acier sur appuis et en travées

Désignation Appui B Travée AB Travée BC


A su ¿) 15,94 19,38 0,246
A s ,min ¿ ) 2,59 2,59 2,59
Condition à vérifier
vérifiée vérifiée non vérifiée
A su> A s ,min
A su, aprés verif ¿ ) 15,94 19,38 2,59
3 HA20
Acier choisi 8 HA 16 3 HA 12
+5HA16

Rapport de projet de fin d’étude Page 66 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

3. Armatures supérieurs

A' s ≥ 0,15× A sl =3 cm2

Où :

Soit 4 HA 10 ⟹ A ' s , r é el =3,14 cm2

VI. Calcul des armatures transversales

1. Calcul de l'effort tranchant

L'effort tranchant, pour un cas de charge donné, est calculé classiquement comme
l'opposé de la dérivée du moment fléchissant, soit :

−dm ( x ) M w −M e
V ( x )= +
dx l

Sur l'appui a, les valeurs à gauches et à droite de l'effort tranchant sont donc :

M w −M e M w −M e
V a , w =v 0 a ,w + ;V a ,e =v 0 a ,e +
lw le

Où M w et M e les moments, respectivement, sur les travées à gauche et à droite de cet


appui dont les longueurs sont, respectivement, l w et l e.

Le calcul sera détaillé dans l'annexe et résumé dans ces tableaux :

Tableau 22 : Tableau récapitulatif du calcul des efforts tranchants (en kN) à l’ELU

Appui Effort tranchant sur appuis(kN . m)


Cas de changement VA V B ,w V B ,e VC
1er cas -137,69 191,31 -133,05 7,81
2éme cas -182,44 255,39 -178,92 8,54
3éme cas -183,14 254,96 -153,98 -13,12
4 éme cas -136,98 192,02 -158 29,47
Effort tranchant dont la
-183,14 255,39 -178,92 29,47
valeur absolue est maximale

Rapport de projet de fin d’étude Page 67 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

Figure 20 : Effort tranchant à l’ELU

Tableau 23 : Tableau récapitulatif du calcul des efforts tranchants (en kN) à l’ELS

Appui Effort tranchant sur appuis(kN . m)


Cas de changement VA V B ,w V B ,e VC
er
1 cas -102,82 142,32 -98,61 6,45
2éme cas -131,93 184,54 -129,19 6,31
3éme cas -132,30 183,97 -112,52 -8,16
4 éme cas -101,54 142,20 -115,19 20,22
Effort tranchant dont la
-132,30 184,54 -129,19 20,22
valeur absolue est maximale

Rapport de projet de fin d’étude Page 68 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

Figure 21 : Effort tranchant à l’ELS

Vérification de b 0 :

θ : Angle d ' inclinaisondesbiellesdeb é ton

α : Angle d' inclinaisondesarmaturestransversales

V Ed ,max =255,39=0,25539 MNavecθ=45° etα =90 °

ν 1 × f cd
V rd ,max =0,9 × b0 × d ×
2

Où : f ck =25 MPa ; f cd =16,67 MPa

ν1 coefficient réducteur corrigeant la résistance du béton

f ck 25
(
ν1 =0,6 × 1−
250 ) =0,6 × 1− (
250
=0,54 )
D'où :

0,54 × 16,67
V rd ,max =0,9 × 0,3× 0,4 × =0,486 MN
2

b 0 est suffisante
V rd ,max =0,486 MN ≥ V Ed ,max =0,25539 MN ⟹
et on peut garder α=90°

Rapport de projet de fin d’étude Page 69 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

2. Dispositions constructives

2.1. Diamètre des armatures transversales

∅l 16 '
∅t ≥ ⟹ ∅t ≥ ⟹ ∅ t ≥5,33 mm ; D où soit ∅ t =6 mm
3 3

On a 4 ϕ 6 ⟹ A st =1,13 cm2

2.2. Pourcentage minimal et maximal des armatures transversales

Le pourcentage des armatures transversales est donné par :

A st
ρt =
b0 × St × sin α

Il faut avoir : ρt ,min ≤ ρt ≤ ρt , max

Avec ρt ,min =0,8 ×


√ f ck et ρ =ν 1 ×
f cd
t ,max
f yk 2 × f yk

Avec ρt ,min =0,08 ×


√ f ck =0,08× √25 =0,0008
f yk 500

f cd 16,667
ρt ,max =ν 1 × =0,54 × =0,009
2× f yk 2 ×500

ρt ,min ≤ ρt ≤ ρt , max

A st A st
≤ St ≤
b0 × ρt ,max × sin α b 0 × ρt , min ×sin α

On aura alors :

A st 1,13× 10−4

{ St ≤

St ≥
b0 × ρ t ,min × sin α ⟹
Ast
b 0 × ρt ,max × sin α
St ≤

St ≥ {
0,3 ×10−3 × sin ( 90 ) ⟹ S t ≤38 cm
1,13× 10−4
0,3 × 0,009× sin ( 90 )
St ≥ 4,18 cm {
St ,min ≤ S t ≤ S t ,max ⇔3 cm≤ St ≤ 38 cm.

2.3. L'espacement maximal entre les parements

St ,max = 0,75× d ×(1+ cotg ( α )) = 0,75 ×0,4 ×1 = 30 cm =18 cm


{ 0,5 × ∅l , comp {
0,5 × 1,2 18 cm {

Rapport de projet de fin d’étude Page 70 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

2.4. Règle de couture

A st V Ed 0,9 × A st ×d × f yd 0,9× 1,13× 10−4 × 0,4 ×500


≥ ⇒ St ≤ ⇒ St ≤
St 0,9 ×d × f yd V Ed ,max V Ed ,max

On donnantV Ed la valeur absolue de l'effort tranchant (à gauche et à droite) à chaque fois pour
chaque appui, l'espacement des armatures transversales sera :

38 cm

{
3 cm ≤ St ≤ min 0,02034 ×100 cm
V Ed
18 cm

3. Répartition des armatures transversales

3.1. À droite de l'appui A (de rive)

V Ed=|V A ,e|=|−183,14 ×10−3|=0,18314 MN

0,02034 0,02034
St ≤ ×100 ⇒ S t ≤ ×100 ⇒ S t ≤ 11,1 cm
V Ed 0,18314

Et par suite

38 cm
{
4,18 cm≤ S t ≤min 11,1 cm ⇒ 4,18 cm≤ S t ≤ 11,1 cm
18 cm

St 0=11,1 cm

Le premier court d'armature doit être placé à l'abscisse ( S2 ). L’espacement des armatures
t0

transversales peut être défini par une méthode forfaitaire dite de « ’Caquot ». Les espacements
augmentent progressivement en suivant la suite 7-8-9-10-11-13-16-20-25-35-40 cm, en
répétant la valeur adoptée.

Autant de fois (N) on répète les espacements de la suite de Caquot avec un nombre de
répétition "n" tel que :

d
n=
{
l' 0 +

l0
'
S 0 Où l ' 0=l 0−d

Et l 0=l AB=3,48 m⇒ l ' 0=l 0−d=3,48−0,4=3,08 m

Rapport de projet de fin d’étude Page 71 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

St 1 =11cm(le premier𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒𝑖𝑛𝑓𝑒𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟 à 11 𝑑𝑎𝑛𝑠𝑙𝑎𝑠𝑢𝑖𝑡𝑒𝑑𝑒𝐶𝑎𝑞𝑢𝑜𝑡)

n d 0,4
1=¿ l' 0 + =3,08+ =6,68 ≈7 ¿
S0 0,11

St 2 le deuxième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "11" dans la suite de
Caquot

St 2 =13 cm⇒ n 2=l ' 0=3,08 ≈ 3

St 3 le troisième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "13" dans la suite de
Caquot

St 3 =16 cm⇒ n3=l ' 0=3,08 ≈ 3

St 4le quatrième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "16" dans la suite de
Caquot

St 4=20 cm ⇒n 4=l ' 0=3,08 ≈ 3

St 5 le cinquième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "20" dans la suite de
Caquot

St 5 =25 cm⇒ n5=l ' 0=3,08 ≈ 3

Tableau 24 : Tableau de répartition des armatures transversales à droite de l'appui A

St0
(
2 1é r espacement 2é me espacement 3é meespacement 4 é me espacement 5é me espacement
cm)
St 1 (cm) n1 St 2 (cm) n2 St 3 (cm) n3 St 4 (cm) n4 St 5 (cm) n5
5,5
11 7 13 3 16 3 20 3 25 3

3.2. À gauche de l'appui B

V Ed=|V B , w|=|255,39 ×10−3|=0,25539 MN

0,02034 0,02034
St ≤ ×100 ⇒ S t ≤ ×100 ⇒ S t ≤ 7,96 cm
V ed 0,25539

Rapport de projet de fin d’étude Page 72 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

Etpar suite

38 cm
{
3 cm ≤ St ≤ min 7,96 cm ⇒3 cm≤ St ≤ 7,96 cm
18 cm

St0
=3,98 cm etS t 1=16 cm
2

St 1 =7 cm(lepremiernombreinferieur à 7,96 danslasuitedeCaquot .)

n d 0,4
1=¿ l' 0 + =3,08+ =3,58 ≈ 4 ¿
S0 0,07

St 2 le deuxième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "7" dans la suite de Caquot

'
St 2 =8 cm⇒ n2=l 0=3,08 ≈ 3

St 3 le troisième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "8" dans la suite de Caquot

St 3 =9 cm⇒ n3=l ' 0=3,08 ≈ 3

St 4le quatrième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "9" dans la suite de Caquot

St 4=10 cm ⇒n4 =l ' 0=3,08 ≈ 3

St 5 le cinquième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "10" dans la suite de
Caquot

St 5 =11cm⇒ n5=l ' 0=3,08 ≈ 3

Tableau 25 : Tableau de répartition des armatures transversales à gauche de l'appui B

St0
(c
2 1é r espacement 2é me espacement 3é meespacement 4 é me espacement 5é me espacement
m)
St 1 (cm) n1 St 2 (cm) n2 St 3 (cm) n3 St 4 (cm) n4 St 5 (cm) n5
3,98
7 4 8 3 9 3 10 3 11 7

Rapport de projet de fin d’étude Page 73 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

3.3. À droite de l'appui B

V Ed=|V B , e|=|−178,92 ×10−3|=0,17892 MN

0,02034 0,02034
St ≤ ×100 ⇒ S t ≤ ×100 ⇒S t ≤ 11,36 cm
V ed 0,17892

Etpar suite

38 cm
{
3 cm ≤ St ≤ min 11,36 cm ⇒3 cm ≤ St ≤ 11,36 cm
18 cm

Rapport de projet de fin d’étude Page 74 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

St0
=5,6 cm etS t 1=11 cm
2

l BC '
Et l 0= =1,49 m⇒l 0=l 0 −d=1,49−0,4=1,09 m
2

n d 0,4
1=¿ l' 0 + =1,09+ =4,72 ≈5 ¿
S0 0,11

St 2 le deuxième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "11" dans la suite de
Caquot

St 2 =13 cm⇒ n 2=l ' 0=1,09 ≈1

St 3 le troisième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "13" dans la suite de
Caquot
'
St 3 =16 cm⇒ n3=l 0=1,09 ≈ 1

St 4le quatrième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "16" dans la suite de
Caquot

St 4=20 cm ⇒n 4=l ' 0=1,09 ≈ 1

St 5 le cinquième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "20" dans la suite de
Caquot

St 5 =25 cm⇒ n5=l ' 0=1,09 ≈ 1

Tableau 26 : Tableau de répartition des armatures transversales à droite de l'appui B

St0
1é r espacement 2é me espacement 3é meespacement 4 é me espacement 5é me espacement
2
St 1 n1 St 2 ( cm) n2 St 3 ( cm) n3 St 4 (cm) n4 St 5 ( cm) n5
5,6
11 5 13 1 16 1 20 1 25 1

3.4. À gauche de l'appui C

V Ed=|V C ,w|=|29,47 ×10−3|=0,02947 MN

0,02034 0,02034
St ≤ ×100 ⇒ S t ≤ ×100 ⇒S t ≤ 69,01cm
V ed 0,02947

Rapport de projet de fin d’étude Page 75 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

Et par suite

38 cm
{
3 cm ≤ St ≤ min 69,01 cm ⇒ 3 cm≤ S t ≤18 cm
18 cm

St0
=9 cm etS t 1=16 cm
2

l BC '
Et l 0= =1,49 m⇒l 0=l 0 −d=1,49−0,4=1,09 m
2

n d 0,4
1=¿ l' 0 + =1,09+ =3,59 ≈ 4 ¿
S0 0,16

St 2 le deuxième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "16" dans la suite de
Caquot

St 2 =20 cm⇒ n2=l ' 0=1,09 ≈ 1

St 3 le troisième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "20" dans la suite de
Caquot

St 3 =25 cm⇒ n3=l ' 0=1,09 ≈ 1

St 4le quatrième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "25" dans la suite de
Caquot

St 4=35 cm ⇒n3 =l' 0=1,09≈ 1

St 5 lecinquième espacement qui prend la valeur du nombre qui suit "35" dans la suite de
Caquot

St 5 =40 cm ⇒n5=l' 0=1,09 ≈ 1

Tableau 27 : Tableau de répartition des armatures transversales à gauche de l'appui C

St0
1é r espacement 2é me espacement 3é meespacement 4 é me espacement 5é me espacement
2

St 1 n1 St 2 n2 St 3 n3 St 4 n4 St 5 n5
9
16 4 20 1 25 1 35 1 40 1

Rapport de projet de fin d’étude Page 76 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

Tableau 28 : Tableau de répartition des armatures transversales

1é r espacement 2é me espacement 3é meespacement 4 é me espacement 5é me espacement


St 0
St 1 n1 St 2 n2 St 3 n3 St 4 n4 St 5 n5

à droite A 11,1 11 7 13 3 16 3 20 3 25 3

à gauche B 7,96 7 4 8 3 9 3 10 3 11 3

à droite B 11,36 11 5 13 1 16 1 20 1 25 1

à gauche C 18 16 4 20 1 25 1 35 1 40 1

4. Armatures inférieures tendues à prolonger sur appui

Armatures à prolonger aux appuis :

V Ed N Ed M Ed

{
A s ,app ≥ max 2 × f yd + f yd + 0,9 ×d × f yd
A s ,app ,min =0,25 × A sl

 A s ,app ,min =0,25 × A sl

 Si l'appui est un appui de rive alors M Ed =0

 En cas de flexion simple N Ed=0

D'où :

A s ,app ≥ max ¿

Tableau 29 : Tableau récapitulatif des Armatures inférieures tendues à prolonger sur appui

à droite à droite à droite à gauche


Désignation à gauche B à gauche C
A B C D
Moment sur appui M Ed (
0 -183,08 -81,65 0
10−3 MN . m)

Effort tranchant V Ed (10−3 MN ) -41,38 77,97 -118,07 121,3 -41,38 77,97

Rapport de projet de fin d’étude Page 77 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

A sl(10−4 m2) 3,39 10,05 6,03

V Ed M Ed
+ ( 10−4 m2 ) - 0,51 -0,42 -0,7 -0,047 - 0,51 -0,42
696 125,28

0,25 × A sl ( 10−4 m 2 ) 1,507 2,51 1,507

V Ed M Ed

{
A s ,app =max 696 + 125,28
0,25 × A sl
1,507 1,507 2,51 2,51 1,507 1,507

Remarque

Les sections négatives d'acier de glissement, impliquent qu'on n'a pas besoin de
prolonger les aciers longitudinaux sur appuis.

5. Vérification de compression du béton de l'appui

La contrainte de compression dans les bielles du béton de l'appui doit être inférieure à la
contrainte maximale.

V Ed
σ Rd= ≤ σ Rd ,max =0,85 ×ϑ ' × f cd
l bd ×b 0 × sin ⁡(θ ' )2

θ' : L'inclinaison de la bielle d'about (zone d'appuis)

1
sin ( θ' ) =
l
√ 1+( bd ¿)² ¿
0,9 × d

∅ f

{
l b ,req = × yd
4 f bd
l bd=max l b , req avec
{ 0,3 ×l b ,req
l b , min
l b , min=max 10 × ∅
{
100 mm

f bd=2,25 × η1 × η2 × f ctd

Rapport de projet de fin d’étude Page 78 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

1
{ silesconditions d ' adh é rencesontbonne

{
η1 = 7
sinon
10
1
avec
{
η2 = 132−∅

f ctk , 0,05
100
si ∅ ≤32 mm
sinon

f ctd = =1,1 ( f ck=25 MPa ⇒ f ctk ,0,05 =1,65 MPa)


γc

f bd=2,25 ×1 ×1 ×1,1=2,475 MPa

Et par suite :

∅ f 16 348
l b , req = × yd =l b ,req = × =562,5mm=56,25 cm
4 f bd 4 2,475

0,3 ×l b ,req 0,3 ×562,5 168,75


l b , min=max
{ 10 × ∅
100 mm
=l b ,min
{
=max 10 ×16
100mm
=l b ,min =max
{ 160 =16,87 cm
100 mm

l bd=max l b , req =max 56,25 cm=56,25 cm


{
l b , min {
16,87 cm

f ck 25
ν ' =1− =1− =0,9
250 250
−3
121,3 ×10
σ Rd= =1,33 MPa
0,562 ×0,3 × 0,54

σ Rd , max=0,85× ϑ' × f cd =0,85× 0,9 ×16,66=12,74 MPa

Donc σ Rd=1,33 MPa ≤ σ Rd ,max =12,74 MPa ⟹ v é rifi é e

VII. Arrêt des barres

On trace les courbes des moments réelles, puis on décale ces courbes de (0,9 × d) vers la
coté où les moments s'annulent.

On trace les droites horizontales correspondant aux moments équilibrés par les groupes
de barres arrêtées suivants deux sections différentes .Dans notre cas on a choisi de définir ces
groupes comme suit :

Rapport de projet de fin d’étude Page 79 sur 124


Chapitre 6 : Étude d'une poutre continue

 Groupe 1 : 3HA16 prolongées jusqu'aux appuis.

 Groupe 2 : 2HA16 arrêtées avant le 1er groupe en une section à déterminer

 Moment maximal admissible d'un groupe de barres longitudinales :

C'est le moment maximal Ḿ i que peut équilibrer un groupe de i barres tendues de

i
section totale A si =∑ A sk à l'ELU c'est :
k=1

Ḿ ui = Asi × f yd × z 0 Avec z 0=(1−0,4 × α )×d


−4
Pour 5HA16 on a Ḿ ui =10,05 ×10 × 347,82× ( 1−0,4 × 0,2136 ) × 0,4=127,87 kN .


−4
Pour 3HA16 on a Ḿ ui =6,03 ×10 × 347,82× ( 1−0,4 × 0,2136 ) ×0,4=76,72 kN . m

On raccorde les droites correspondants aux divers moments résistants des groupes
d'armatures par des segments inclinés sur la longueurs de scellements des barres de façon à
tracer une ligne brisée enveloppant la courbe décalée des moments.

Figure 22 : Ferraillage de la poutre

Rapport de projet de fin d’étude Page 80 sur 124


Chapitre 7 :

Chapitre 7 : Étude d'une dalle pleine


Chapitre 7 : Étude d'une dalle pleine

Introduction

Les dalles sont des éléments horizontaux généralement de forme rectangulaire mais dans
notre cas elle est trapézoïdale dont l’épaisseur est trop faible par rapport aux deux autres
dimensions.

Les planchers dans une construction doivent remplir ses différentes fonctions :

 Soit suffisamment rigide pour pouvoir supporter les charges permanentes et


d’exploitation.

 Soit stable vis-à-vis au feu.

 Soit isolant (thermique et acoustique).

La dalle qui fait l’objet de notre étude appartient au plancher haut du sous-sol, les dimensions
de cette dalle sont reportées dans la figure suivante :

Figure 23 : Dalle pleine étudiée

Rapport de projet de fin d’étude Page 82 sur 124


Chapitre 7 : Étude d'une dalle pleine

I. Pré-dimensionnement et charge

1. Pré-dimensionnement de l'épaisseur de la dalle

1.1. Détermination de sens de la dalle

Lx=6,96 ly=4 m

l x 6,96
α= = =1,74>0,4
ly 4

⇒ Ladalleportesurlesdeuxsens

1.2. Détermination de l'épaisseur minimale

lx
h0 > =0,174
40

La dalle appartient au plancher d’un parking donc une vérification vis-à-vis au feu pour :

α θ × ∆θ ×(l 'w + l 'e )


h min=
2 ×Ω R

Avec :

α θ=10−5: coefficient de dilatation thermique de béton

0,25 RL
{
Ω R= 0,1 HA Ω R=0,1
0,08 TS

l 'i= 0,8 ×l x :Trav é e continue ⟹l 'w =l 'e =l x =6,96


{ l x :Trav é e de rive

−2 ∆θ 2 ×Ω R
10 × = −3
hmin 10 × ¿ ¿

Par Interpolation linéaire pour SF=2heures

On prend h=25 cm> hmin

h=25 cm

Rapport de projet de fin d’étude Page 83 sur 124


Chapitre 7 : Étude d'une dalle pleine

Tableau 30 : Tableau d’interpolation linéaires pour SF=2heures

∆θ
−2
10 × H min
hmin
21,4 22
16,3 24
14,656 22,9

2. Les charges appliquées

Les charges par m2 de plancher sont :

 Charge permanente :G=2500 × 0,25+590=12,15 kN /m 2

 Charge d’exploitation : Q=2,5 kN / m2

Les combinaisons :
2
 ELU : Pu=1,35 ×G+1,5 × Q=20,15 kN /m
2
 ELS : Ps =G+ Q=14,65 kN /m

3. Détermination des moments fléchissant

Par ce que le panneau de dalle travaille dans les deux sens et pour une bande de largeur
unité, on a:

a. À l'ELU

Moment en travée :

1
M 0 x =μ x Pu l ² x pourlesens l x Avec : μx= 3
=0,009
8×(1+2,4 α )

M 0 y =μ y M 0 x pourlesens l y μ y =α 3 [ 1,9−( 0,9 × α ) ]=1,759

Suivant x : M 0 x =8,784 kN . m/ml

Suivant y : M 0 y =15,45 kN . m/ml

Moment sur appuis :

Suivant x : M ax × (−0,15 )=−1,31 kN . m/ml

Suivant y : M ay × (−0,15 )=−2,31 kN . m/ml

Valeurs minimale à respecter  :

Rapport de projet de fin d’étude Page 84 sur 124


Chapitre 7 : Étude d'une dalle pleine

Pour la présence des chargements repartis seulement :

M tx m M tx 8,784
M ty ≥ <¿> M ty =15,45 k N . ≥ = =2,19 k N . m/ml (Vérifié)
4 ml 4 4

b. À l'ELS

Moment en travée :

1
M 0 x =μ x P s l ² x pourlesens l x Avec : μx= =0,009
8×(1+2,4 α 3 )

M 0 y =μ y M 0 x pourlesens l y μ x =α 3 [ 1,9− ( 0,9× α ) ]=1,759

Suivant x : M 0 x =6,38 k N . m/ml

Suivant y : M 0 y =11,23 kN .m/ml

Moment sur appuis :

Suivant x : M ax × (−0,15 )=−0,95 kN .m/ml

Suivant y : M ay × (−0,15 )=−1,68 kN . m/ml

Valeurs minimale à respecter :

Pour la présence des chargements repartis seulement :

M tx m M tx 6,38
M ty ≥ <¿> M ty =11,23 kN . ≥ = =1,59 k N . m/ml (Vérifié)
4 ml 4 4

Tableau 31 : Tableau récapitulatif des moments à l'ELU

ELU Moment en travéekN . m/ml Moment sur appuiskN . m/ml


Selon x 8,784 −1,31
Selon y 15,45 −2,31

Tableau 32 : Tableau récapitulatif des moments à l'ELS

ELS Moment en travéekN . m/ml Moment sur appuiskN . m/ml


Selon x 6,38 −0,95
Selon y 11,23 −1,68

Rapport de projet de fin d’étude Page 85 sur 124


Chapitre 7 : Étude d'une dalle pleine

II. Dimensionnement des armatures


2
 ELU : Pu=1,35 ×G+1,5 × Q=20,15 kN /m
2
 ELS : Ps =G+ Q=14,65 kN /m

Rapport du moment ultime au moment service :

Pu 20,15
γ= = =1,37
Ps 14,65

La hauteur utile d=0,9× h0=22,5 cm

f c28 25
f bu=0,85 × =0,85 × =14,16 MPa
1,5 1,5

Tableau 33 : Tableau de calcul des sections d'aciers sur appuis et travée

Dimensionnement à l'ELU En travée :(l x ) En travée :(l y ) En appuis :(l x ) En appuis :(l y )

M u [ KN . m/ml] 8,784 15,45 −1,31 −2,31


Mu −3
μbu= × 10 0,0123 0,0215 0,0018 0,0032
b 0 × d ² × f bu
μ< μlu =0,2997 vérifié vérifié vérifié vérifié

A sc [c m2 ] 0 0 0 0

α =1,25 ׿ 0,01547 0,0271 0,00225 0,004

β=1−0,4 α 0,9938 0,989 0,9991 0,9984

Z=d × β [m] 0,2236 0,2225 0,2247 0,2246


Mu 2
A st = ×10 [c m /ml] 0,9 1,597 0,134 0,2366
Z × f su
A y, min selony=d × 0,8 - 2 - 2
3−α
A x ,min selonx= × A y, min 1,4922 - 1,4988 -
2
A st [c m2 /ml] 0,9 1,597 1,4988 1,4922
1,13 2,26 1,57 1,57
A st ,r é el [c m2 /ml ]
1HA12 2HA12 2HA10 2HA10

Rapport de projet de fin d’étude Page 86 sur 124


Chapitre 7 : Étude d'une dalle pleine

III. Vérification vis-à-vis les efforts tranchants

Les efforts tranchants sont calculés pour une bande de largeur unitaire

Détermination des sollicitations

On a pour α =0,4

Pu ×l x 1 20,15 ×6,96 1
V tx = × =¿V tx= × =38 KN
Au milieu de grand coté : 2 α 2 1,74
1+ 1+
2 2

Pu ×l y 20,15× 4
V tY = =¿ V tY = =26,86 KN <V tx ⟹ v é rifi é e
3 3

a. Vérification

Il faut vérifier que τu ≤ τ

Vu 48 ×10−3 f
τu= = =0,213 MPa ; τ=0,07 × c 28 =1,16 ⟹ v é rifi é e
b0 × d 1× 0,225 γb

¿=¿Les contraintes tangentielles dans le béton sont vérifiées

b. Vérification des contraintes à l'ELS

La nouvelle valeur de la distance utile après mise en place de la section réelle d'acier:

d=0,25+0,025+0,006=0,281 m

d ' =0,025+ 0,006=0,031 m

15
x 1=−D+ √ D 2+ E Avec
{ D=

E=
30
b0
b0
( As+ A' s)

( A × d+ A ' × d' )

Avec n=15

x 13 2 ' 2
I =b × +n [ A st × ( d −x1 ) + A sc ( x 1−d ) ]
3

Rapport de projet de fin d’étude Page 87 sur 124


Chapitre 7 : Étude d'une dalle pleine

x1
σ bc=M s
I

σ´bc=0,6× f c28

σ s=0,8 × f e =320( MPa)

Ms
σ s=n × ( d−x 1 )=244,8 ; 230,2 ; 63,9; 35,97 (MPa)
I

Tableau 34 : Tableau de vérification des contraintes

Dimensionnement à
En travée : (l x ) En travée : (l y ) En appuis :(l x ) En appuis :(l y )
l'ELU
M s [ MN . m/ml] 0,00638 0,01123 −0,00095 −0,00168
x 1 [cm] 11,86 12,17 13,35 13,33
4
I × 10 4 [cm ] 4,1 6,6 5,68 5,67
σ bc [ MPa] 1,8 2,07 0,2 0,3
σ´bc [ MPa] 15 15 15 15
σ bc ≤ σ´bc Vérifié Vérifié vérifié Vérifié
σ s ≤ σ´bc vérifié Vérifié vérifié vérifié

Rapport de projet de fin d’étude Page 88 sur 124


Chapitre 8 :

Chapitre 8 : Étude d’un Poteau


Chapitre 8 : Étude d’un Poteau

Introduction

Les poteaux sont des éléments verticaux de l’ossature. Ils permettent de transmettre les
charges permanentes et d’exploitation des éléments horizontaux (poutres, raidisseurs,
planchers) ainsi que leurs poids propre vers les fondations.C’est pour cette raison que les
dimensions de ces éléments dépendent étroitement des valeurs de ces efforts.

On a choisi le poteau de rive "P30" dans le sous-sol, il a une longueur de4 m, il supporte 2/4
d'une dalle pleine

I. Descente de charges

5ème Étage (P 21)

Poids propre de la dalle

( ( 4,17× 3,48 )−2,2) ×G t (16 +5)=7,38 t

Poids propre des poutres

( ( 3,48 ×0,3 × 0,7 ) + ( 2 ×0,3 ×0,7 ) + ( 2,17 ×0,4 × 0,3 ) ) ×2500=0,307 t


G T =7,38+0,307=7,68 t

Charge d'exploitation

QT =( ( 4,17 ×3,48 ) −2,2) ×150=1,84 t

À l'ELS : Ps =G T +Q T Ps =7,68+1,84=9,52 t

Majoration de 10% Ps =10,472t

À l'ELU : Pu=1,35 G T +1,5 Q T Pu=1,35 ×7,68+ 1,5× 1,84=13,128t

Majoration de 10% Pu=14,44 t

4 ème Étage (P 21)

Poids propre de la dalle

( ( 4,17× 3,48 )−2,2)×Gt ( 16+5)=7,38 t

Poids propre des poutres

( ( 3,48 ×0,3 × 0,7 ) + ( 2 ×0,3 ×0,7 ) + ( 2,17 ×0,4 × 0,3 ) ) ×2500=0,307 t

Rapport de projet de fin d’étude Page 90 sur 124


Chapitre 8 : Étude d’un Poteau

Poids propre de poteau

G p=2500 ×(3,1 ×0,22 ×0,22)=0,375 t

Poids propre des murs

G m =1×(4,17)=4,17 t

GT =7,38+0,307+ 0,375+ 4,17=12,225t

Charge d'exploitation

Q T =( ( 4,17 ×3,48 ) −2,2)×250=1,84 t

À l'ELS : Ps =G T +QT Ps =12,225+1,84=14,065t

Majoration de 10% Ps =15,4 t

À l'ELU : Pu=1,35 GT +1,5 QT Pu=1,35 ×14,065+1,5 × 1,84=21,74 t

Majoration de 10% Pu=23,914 t

Ps =15,4+10,472=25,87 t

Pu=23,914 +14,44=38,35t

3ème Étage (P 21)

Poids propre de la dalle

( ( 4,17× 3,48 )−2,2)×G t ( 16+5)=7,38 t

Poids propre des poutres

( ( 3,48 ×0,3 × 0,7 ) + ( 2 ×0,3 ×0,7 ) + ( 2,17 ×0,4 × 0,3 ) ) ×2500=0,307 t

Poids propre de poteau

G p=2500 ×(3,1 ×0,22 ×0,22)=0,375 t

Poids propre des murs

G m =1×(4,17)=4,17 t

GT =7,38+0,307+ 0,375+ 4,17=12,225t

Charge d'exploitation

Q T =( ( 4,17 ×3,48 ) −2,2)×250=1,84 t

Rapport de projet de fin d’étude Page 91 sur 124


Chapitre 8 : Étude d’un Poteau

À l'ELS : Ps =G T +QT Ps =12,225+1,84=14,072t

Majoration de 10% Ps =15,47 t

À l'ELU : Pu=1,35 GT +1,5 QT Pu=1,35 ×12,225+1,5 × 1,84=19,27 t

Majoration de 10% Pu=21,19 t

Ps =15,47+25,87=41,27 t

Pu=21,19+ 38,35=59,54 t

2ème Étage (P 1)

Poids propre de la dalle

( ( 4,17× 3,48 )−2,2)×G t ( 16+5)=7,38 t

Poids propre des poutres

( ( 3,48 ×0,3 × 0,7 ) + ( 2 ×0,3 ×0,7 ) + ( 2,17 ×0,4 × 0,3 ) ) ×2500=0,307 t

Poids propre de poteau

G p=2500 ×(3,1 ×0,22 ×0,22)=0,375 t

Poids propre des murs

G m =1×(4,17)=4,17 t

GT =7,38+0,307+ 0,375+ 4,17=12,225t

Charge d'exploitation

Q T =( ( 4,17 ×3,48 ) −2,2)×250=1,84 t

À l'ELS : Ps =G T +QT Ps =12,225+1,84=14,072t

Majoration de 10% Ps =15,47 t

À l'ELU : Pu=1,35 GT +1,5 QT Pu=1,35 ×14,072+1,5 ×1,84=21,75 t

Majoration de 10% Pu=23,92 t

Ps =15,47+41,27=56,74 t

Pu=23,92+59,54=83,46 t

Rapport de projet de fin d’étude Page 92 sur 124


Chapitre 8 : Étude d’un Poteau

Rapport de projet de fin d’étude Page 93 sur 124


Chapitre 8 : Étude d’un Poteau

1er Étage (P1)

Poids propre de la dalle

( ( 4,17× 3,48 )−2,2)×G t ( 16+5)=7,38 t

Poids propre des poutres

( ( 3,48 ×0,3 × 0,7 ) + ( 2 ×0,3 ×0,7 ) + ( 2,17 ×0,4 × 0,3 ) ) ×2500=0,307 t

Poids propre de poteau

G p=2500 ×(3,1 ×0,22 ×0,22)=0,375 t

Poids propre des murs

G m =1×(4,17)=4,17 t

GT =8,56+0,307+ 0,375+4,17=13,412 t

Charge d'exploitation

Q T =( ( 4,17 ×3,48 ) −2,2)×250=1,84 t

À l'ELS : Ps =G T +QT Ps =12,225+1,84=14,072t

Majoration de 10% Ps =15,47 t

À l'ELU : Pu=1,35 GT +1,5 QT Pu=1,35 ×14,072+1,5 ×1,84=21,75 t

Majoration de 10% Pu=23,92 t

Ps =15,47+56,74=72,22t

Pu=23,92+83,46=105,38 t

RDC (P 1)

Poids propre de la dalle

( ( 4,17× 3,48 )−2,2)×Gt ( 16+5)=7,38 t

Poids propre des poutres

( ( 3,48 ×0,3 × 0,7 ) + ( 2 ×0,3 ×0,7 ) + ( 2,17 ×0,4 × 0,3 ) ) ×2500=0,307 t

Poids propre de poteau

Rapport de projet de fin d’étude Page 94 sur 124


Chapitre 8 : Étude d’un Poteau

G p=2500 ×(3,1 ×0,22 ×0,22)=0,375 t

Poids propre des murs

G m =1×(4,17)=4,17 t

GT =8,56+0,307+ 0,375+4,17=13,412 t

Charge d'exploitation

Q T =( ( 4,17 ×3,48 ) −2,2)×250=1,84 t

À l'ELS : Ps =G T +QT Ps =12,225+1,84=14,072t

Majoration de 10% Ps =15,47 t

À l'ELU : Pu=1,35 GT +1,5 QT Pu=1,35 ×14,072+1,5 ×1,84=21,75 t

Majoration de 10% Pu=23,92 t

Ps =15,47+72,22=87,69 t

Pu=23,92+105,38=129,3 t

Sous-Sol (P5)

Poids propre de la dalle

( ( 4,17× 3,48 )−2,2)×Gdalle pleine ¿ ¿=11,08 t

Poids propre des poutres

( ( 3,48 ×0,3 × 0,7 ) + ( 2 ×0,3 ×0,7 ) + ( 2,17 ×0,4 × 0,3 ) ) ×2500=0,307 t

Poids propre de poteau

G p=2500 ×(3,9 ×0,22 ×0,22)=0,471 t

Poids propre des murs

Gm =1×(4,17)=4,17 t

G T =11,08+0,307 +0,471+4,17=16,028 t

Charge d'exploitation

QT =( ( 4,17 ×3,48 ) −2,2) ×0,5=6,15 t

À l'ELS : Ps =G T +Q T Ps =16,028+6,15=22,178 t

Rapport de projet de fin d’étude Page 95 sur 124


Chapitre 8 : Étude d’un Poteau

Majoration de 10% Ps =24,39 t

À l'ELU : Pu=1,35 G T +1,5 Q T Pu=1,35 ×16,028+ 1,5× 6,15=30,86 t

Majoration de 10% Pu=33,94 t

Ps =24,39+87,69=112,08 t

Pu=33,94 +129,3=163,24 t

Évaluations des charges sur les tètes des poteaux :

Tableau 35 : Charges calculés Manuellement

Manuel ELU(t) ELS(t)

P5 163,24 0,112,08

Tableau 36 : Charges calculés sur Arche

Arche ELU(t) ELS(t)

P5 150,9 110

II. Données de calcul du poteau

1. Dimensionnement de la section du poteau

SoitB=a× bla section du poteau aveca=30 cm.

On a :

Ns 2
B≥ ⟹ B≥ 0,1053 m
10

1,12
↪b≥ =0,37 m=37 cm
0,3

On fixe : b=40 cm

Rapport de projet de fin d’étude Page 96 sur 124


Chapitre 8 : Étude d’un Poteau

2. Longueur de flambement l f

La longueur de flambement est par définitionl f =k ×10

Avec k : coefficient de flambement qui est déterminé selon le cas :

Cas 1  : si le poteau est entre deux planchers

Soit :

R0: la raideur du poteau étudié

Ii
R1: la raideur de la poutre supérieure, avec Ri=
li

R2 : la raideur de la poutre inferieure

R1 ≥ R0
Si
R2 ≥ R0 }
⟹ k =0,7 si non k =1

Cas 2 : si le poteau est encastre dans un massif de fondation et traversée en tête par
une poutre de raideur R1

Si R1 ≥ R0 ⟹ k =0,7 si non k =1

Dans notre cas le poteau étudié est lie à un massif de fondation.

On a : k =0,7 ⟹ l f =k ×l 0=0,7 × 3=2,1 m

3. L’élancement de la section

lf
On définit l’élancement parλ=
i

I
Aveci=
√ B
 : rayon de giration de la section du béton seul.

I : moment d’inertie de la section du béton seul.

B : section de coffrage (25 ×35).

Pour une section rectangulaire(a b), on aura :

b× a3
I=
12 ⟹ i=
B=a ×b
a
}
√12
l √ 12
⟹ λ= f
a

A.N : λ=24 × 24

Rapport de projet de fin d’étude Page 97 sur 124


Chapitre 8 : Étude d’un Poteau

0,85 0,85
λ ≤ 50⟹ α = 2
= =0,775
Donc 24 ×24 2
1+0,2 ( 35λ ) (
1+ 0,2
35 )

III. Dimensionnement des armatures

1. Calcul de la section d’armature longitudinale

La section d’armature longitudinale est déterminée par la formule suivante :

N u × K Bf × f c 28 δ s
Al =
[ α

0,9× δ b] ×
fe

Br : section réduite du béton¿( a−2 cm)×(b – 2cm)=0,0924 m2

K : coefficient qui dépend du temps de la première mise en service :

1,1 Si plus de la majorité des charges est appliquée avant 90 jours

1
{
K= 1,2
Si plus de la majorité des charges est appliquée avant 28 jours
( avec f cj aulieu de f c 28 )
Autre cas

D’où K=1,1

1,63 × 1,1 0,1064 × 25 1,15


Al = [ 0,775

0,9 ×1,5
× ]
500
=7,8 cm2

Les conditions à satisfaire sont :

 Condition d’acier minimal

2
4 cm

{
Al ≥ A min =max mètre de
0,2 ×
périmètre
B
1000
=
4 ×1,12=4,48 cm2
{2,1 cm 2 =4,48 cm2

⟹Condition vérifiée

 Condition d’acier maximal

B ( 30 × 40 )
Al ≥ A max =5× =5 × =60 cm2 ⟹Condition vérifiée
100 100

Rapport de projet de fin d’étude Page 98 sur 124


Chapitre 8 : Étude d’un Poteau

Choix des armatures : Soit 8HA12¿ 9,04 cm2.

 Condition d’espacement entre armatures longitudinales

On doit s’assurer, sur chaque face, que l’écartement entre deux barres consécutives d vérifie
la condition :

40 cm
d ≤ min {
( a+10 ) cm

a : diamètre du plus grande cercle inscrit dans la section

40
d ≤ min {( 35+10 )
=45 cm

Soit :d=12cm

2. Armatures transversales

 Choix du diamètre des armatures transversales

∅ lmax 12
≤ ∅ ≤ 12 mm⟹ =4 mm ≤ ∅ ≤ 12 mm
3 3

On dispose deux cadres∅ 6

 Espacement St entre deux nappes consécutives de At

En zone courante St  :

40 cm 40 cm

{ 15 f 1 {
St ≤ min ( a+10 ) cm =
min min
45 cm
15 f 1 =15× 1,2=18 cm

Soit : St =15 cm

En zone de recouvrement Sr   :

Il faut dispose sur la zone de recouvrementl r au minimum 3 nappes en respectant Sr ≤ S t

On a :

La longueur de recouvrementl r dans la zone de recouvrement est égale à :

Rapport de projet de fin d’étude Page 99 sur 124


Chapitre 8 : Étude d’un Poteau

l r =0,6 l s

∅lmax f e
Avec ls = × Où τ´u =0,6 ×Ψ s2 × f t 28 Avec Ψ s=1,5
4 τ´u

A.N :

12 ×10−3 500
ls = × =0,53 m
4 2,8

l r =0,6 ×53=32cm

l r −10
D’où Sr = =11 cm ≤ S t=15 cm vérifiée
2

IV. Vérification a l’ELS

Vérifions que :

σ bc ≤ σ´bc =0,6 × f c 28=15 MPa

On a :

Ns Ns 1,12
σ bc= = = =9,54 MPa ≤ σ´bc
S RH B +15 A 1 0,105+15 × 8,3× 10−4

V. Schéma de ferraillage du poteau

Rapport de projet de fin d’étude Page 100 sur 124


Chapitre 8 : Étude d’un Poteau

Figure 24 : Ferraillage du poteau

Rapport de projet de fin d’étude Page 101 sur 124


Chapitre 9 :

Chapitre 9 : Étude de la semelle sous poteau P5


Chapitre 9 : Étude de la semelle sous poteau P 30

Introduction

Les fondations sont les éléments qui assurent la transmission des charges d’une
construction (poteaux, voiles...) vers le sol. Elles sont dimensionnées après la descente de
charge.Il faut satisfaire aux conditions suivantes :

 La semelle doit être assez rigide pour que la réaction du sol puisse être uniforme.

 La résistance à l’effort tranchant soit assurée sans qu’il soit nécessaire de prévoir des
aciers verticaux.

 La contrainte sur le sol soit compatible avec la résistance de celui-ci.

 Les tassements n’entraînent pas des désordres dans la superstructure.

On présente dans la suite un exemple de calcul d’une semelle isolée qui est soumis à un effort
normal concentré

I. Dimensionnement de la semelle

D’après le rapport géotechnique, on a pris la valeur de contrainte admissible de sol


σ =2,75, une fissuration préjudiciable et un enrobage de5 cm.

1. Actions et sollicitations

À l’ELS : N ser =G+Q=1,12 MN

Àl’ELU : Nu=1,35 G+1,5 Q=1,63 MN

On considère que cette semelle est homothétique. En appelant A et B les cotes de la semelle
aux cotes a et b du poteau, deux conditions sont à satisfaire pour dimensionner une semelle
rigide sous un chargement centré.

Nous sommes en présence d’un sol dont la portance est moyenne, on utilise des semelles
déposant sur du gros béton afin d’augmenter cette portance ; on désigne par GB σ ; la
contrainte de compression dans le gros béton : σ GB =6 bars

N ser =N g+ N q=1,12

N ser a A
σ= <σ sol ⟹ =
A×B b B

Rapport de projet de fin d’étude Page 103 sur 124


Chapitre 9 : Étude de la semelle sous poteau P 30

2. Dimension de la semelle homothétique avec celle de poteau

b × N ser 0,4 ×1,12


Semelle sur gros béton GB → B >
√ a ×σ GB
=

0,35× 0,6
=1,46 m

On prend B=1,5 m

a 0,3
A= × B= ×1,5=1,125 m⇒ A=1,2 m
b 0,4

∅b ∅b ∅a
H=d b+ +c nom d a =d b + + d a =d b−2 cm
2 2 2

(B−b) 1,5−0,4
≤ da⟹ =0,275 m
4 4

d b ≤ ( A × a ) → d b ≤ ( 1,5−0,4 )=1,1 m

⟹ 0,275−0,02=0,273 m< d b <1,1 m

H ≥ d b +c nom +1=33,3 H=27,3+5+1=33,3


{ 20 cm

A × B=1,2 ×1,5 metH =35 cm

II. Dimension de gros béton

Poids de la semelle : 2500 ×1,2 ×1,5 ×0,35=15,75 KN

Poids du remblai : ( A × B−a ×b ) ×( H remblai −H )× γ remblai

( 1,2 ×1,5−0,3× 0,4 ) × ( 1,5−0,35 ) ×17=32,844 KN

N ' ser =1,12+ 0,015+0,032=1,167 MN

a A A'
= = dimensionshomoth é tiques
b B B'

'
b N ser
B≥'
×

a σ sol
=
0,4 1,167
×
0,3 0,275 √
=¿ 2,37 ¿ On prend B' =2,5 m

0,3
A' = ×2,5=1,87 On prend A' =2 m
0,4

III. Vérification des contraintes transmises au sol

Poids du remblai : ( A ' × B '−A × B ) × H rembl ai × γ remblai

Rapport de projet de fin d’étude Page 104 sur 124


Chapitre 9 : Étude de la semelle sous poteau P 30

( 2 ×2,5−1,2×1,5 ) × 1,5× 17=81,6 KN

Poids du gros béton : 2 ×2,5 ×1 ×2300=115 KN

Contrainte transmise au sol :

1,12+ 0,081+ 0,115


σ= =0,26< 0,275: Les dimensions adoptées conviennent.
2 ×2,5

IV. Ferraillage de la semelle

N ed ( B−b)
A s ,B =
8 d B × f yd

N ed =1,35 N g +1,5 N q =1,63 MPa

1,63 ×(1,5−0,4)
A sb= ×10 4=18,77 cm ²
8 × 0,275× 434

Nombre de barres :

B B
=5<n b< =10
0,3 0,15

⟹ onprend :6 HA 12 18,8 cm 2

B−b 1,5−0,4
Lbd (∅=16)=40 ∅=48 cm> ,→ =27,5 cm
4 4

1,63 ×(1,2−0,3)
A sa= × 104 =15,47 cm²
8 ×0,273 × 434

Nombre de barres :

1,2 1,2
=4 <nb < =8
0,3 0,15

⟹ onprend :5 HA 20 15,71 cm2

Rapport de projet de fin d’étude Page 105 sur 124


Chapitre 9 : Étude de la semelle sous poteau P 30

Figure 25 : Ferraillage de la semelle

Rapport de projet de fin d’étude Page 106 sur 124


Chapitre 10 :

Chapitre 10 : Étude acoustique


Chapitre 10 : Étude acoustique

Introduction

Afin de répondre à la réglementation relative au bruit d’impact, nous allons étudier


l’isolement acoustique dans le but de proposer des solutions techniques en vue de réduire les
nuisances sonores en se conformant à la réglementation en vigueur.

I. Objectifs

« Toutes précautions techniques devront être prises pour assurer une isolation au bruit
d’impact conformément aux règlements ».

II. Méthodologie

La méthodologie proposée pour mener à bien cette étude est définie comme suit :

 Détermination des caractéristiques dynamiques du plancher :

 Fréquence propre

 Masse modale

 Amortissement

 Lecture de la valeur d’OS-RMS90

 Détermination et vérification de la classe d’acceptabilité

 Une proposition de protections en vue de réduire les nuisances sonores au bruit


d’impact en se conformant à la réglementation en vigueur.

III. Environnement règlementaire

1. Textes et normes de référence

Exigences acoustiques particulières relatives à la démarche « Habitat &


Environnement »

Arrêté du 30 juin 1999 relative aux caractéristiques acoustiques des bâtiments d’habitation.

Arrêté du 30 juin 1999 relative aux modalités d’application de la réglementation acoustique.

Norme NF S 31-057 d’octobre 1982 relative à la vérification de la qualité acoustique des


bâtiments.

Rapport de projet de fin d’étude Page 108 sur 124


Chapitre 10 : Étude acoustique

Norme NF EN ISO 717-1 et 2 d’août 97 relative à l’évaluation de l’isolement acoustique des


immeubles et des éléments de construction. Partie 2 : Protection contre le bruit de choc.

2. Dispositions générales règlementaires

2.1. Isolement aux bruits d’impacts

La constitution des parois horizontales, y compris les revêtements de sol, et des parois
verticales doit être telle que le niveau de pression pondéré du bruit de choc standardisé,
L’nT,w, perçu dans chaque pièce principale d’un logement donné, ne dépasse pas 55 dB,
lorsque les impacts sont produits sur le sol des locaux extérieurs à ce logement.

2.2. Incertitude liée aux mesures

Dans l’article 9 de l’arrêté du 30 juin 1999 relatif aux caractéristiques acoustiques des
bâtiments, il est spécifié que pour tenir compte des incertitudes dues aux mesures, une valeur
I fixée à 3 dB par arrêté du 30 juin 1999 relatif aux modalités d’application de la
réglementation acoustique devra être prise en compte lors de la vérification de la qualité
acoustique des logements.

Le logement est considéré comme conforme aux exigences requises en matière


d’isolation acoustique lorsque le résultat de mesure des niveaux de pression pondérés du bruit
de choc standardisés, L’nT,w, atteint au plus la limite énoncée augmentée de la valeur de I.

IV. Descripteurs utilises

Niveau de pression acoustique brut du bruit de choc : Niveau de pression acoustique


dans le local de réception lorsque le plancher en essai est excité par la machine à choc
normalisée. Cette grandeur est désignée par Li.

Niveau de pression acoustique standardisé du bruit de choc : Niveau de pression


acoustique Li correspond à une valeur de référence de la durée de réverbération du local de
réception lorsque le plancher en essai est excité par la machine à choc normalisé. Cette
grandeur est désignée par L’nT et est donnée par la formule : L ’ nT =Li +10 ×l og(T /T 0 )

Niveau de pression acoustique standardiser du bruit de choc, L’nT,w : Il permet de


caractériser par une seule valeur la transmission du bruit de choc par un plancher. Dans le cas
de mesurage par bandes d’octave, il s’agit de la valeur en dB, de la courbe de référence à
500 Hzaprès décalage selon la méthode indiquée dans la norme NF EN ISO 717-2, réduite de

Rapport de projet de fin d’étude Page 109 sur 124


Chapitre 10 : Étude acoustique

5 dB. Dans le cas de mesurage par tiers d’octave, il s’agit de la valeur en dB, de la courbe de
référence à500 Hzselon la méthode indiquée dans la norme NF EN ISO 717-2.

Amortissement D : L’amortissement est la dissipation d’énergie d’un système vibrant.


L’amortissement total consiste en :

 L’amortissement dû aux matériaux et à la structure

 L’amortissement dû au mobilier et aux finitions (ex. faux-plafond)

 La redistribution de l’énergie dans l’ensemble du bâtiment

Masse modale M mod  : Dans de nombreux cas chaque mode d’un système comportant
plusieurs degrés de liberté peut être assimilé à un système à un seul degré de liberté. La masse
modale peut donc être interprétée comme la masse activée dans un mode vibratoire
spécifique.

Fréquence propre f : Chaque structure a son propre comportement dynamique face à la
forme et la durée T[s] d’une seule oscillation. La fréquence f est l’inverse du temps
d’oscillation ou périodeT (f =1/T ). La fréquence propre est la fréquence d’un système libre
pouvant osciller sans excitation extérieure continue. Chaque structure a autant de fréquences
propres et de modes vibratoires (formes d’oscillation) associés que de degrés de liberté. Elles
se distinguent généralement par les différents niveaux d’énergie créés par l’oscillation. La
fréquence propre (fondamentale) est celle qui correspond au niveau d’énergie le plus bas.
C’est donc celle qui sera activée de préférence en premier.

OS-RMS90 : RMS Valeur efficace de la vitesse (verticale) sous l'effet de la marche


d'une personne couvrant 90% de personnes marchant normalement.

OS : « One step » pas unique

RMS :RootMean Square = valeur efficace de la vitesse

V. Étude acoustique

Dans le chapitre 5 de l’EC,(états limites de service) l’état limite concernant la vibration


est cité sans donner de règles d’application. Afin de donner des limites, le Document
d’Application Nationale a proposé l’amendement 5.1 A où la fréquence propre fondamentale
doit être supérieure à 3 Hz pour les planchers de bureaux. Concernant les charges à
considérer, l’amendement 5.1 Aaindiqué qu’il faut prendre en compte uniquement le poids
propre et les charges permanentes sur le plancher. Bien entendu, on peut ajouter ou non une

Rapport de projet de fin d’étude Page 110 sur 124


Chapitre 10 : Étude acoustique

fraction de 10% à 20% de la charge d’exploitation selon l’appréciation que l’on a du mode
d’exploitation des locaux.

1. Calcul de l’amortissement

Les structures de planchers sont généralement dimensionnées aux États Limites Ultimes
(ELU) ainsi qu’aux États Limites de Service (ELS) :

 Les États Limites Ultimes traitent de la stabilité et de la résistance

 Les États Limites de Service font essentiellement référence aux vibrations et


par conséquent dépendent des raideurs, des masses, de l’amortissement et des
mécanismes d’excitation.

L’étude repose sur des méthodes et des recommandations simples pour juger de
l’acceptabilité des vibrations provoquées par des personnes lors d’une utilisation normale. Les
méthodes de calcul des vibrations de plancher font référence aux vibrations de résonance
d’origine humaine, provoquées par la marche de personnes lors d’une utilisation normale du
plancher du bâtiment.

2. Détermination des caractéristiques des planchers

La procédure de dimensionnement décrite dans ce rapport est une procédure simplifiée à


trois pas qui sert pour la vérification du plancher vis à vis de vibrations sous l’action des
usagers :

 D’abord, on détermine les caractéristiques du plancher de base.

 En utilisant ces caractéristiques et une série de diagrammes on peut obtenir le fractile


90 % de la valeur efficace de l’accélération sous l’effet de la marche d’une personne
marchant normalement, ce qui caractérise la réponse du plancher sous l’action des
usagers.

 Cette valeur est ensuite comparée aux valeurs recommandées pour les différentes
utilisations du plancher.

Rapport de projet de fin d’étude Page 111 sur 124


Chapitre 10 : Étude acoustique

Cas de la dalle nervurée

Figure 26 : Dalle nervurée étudiée

CP=690 kg / m 2 CE=250 kg /m 2

2.1. Calcul de l’amortissement

Figure 27 : Calcul de l’amortissement

Rapport de projet de fin d’étude Page 112 sur 124


Chapitre 10 : Étude acoustique

Le rapport d’amortissement de la dalle en béton armé avec faux-plafond se déduit de la figure


26 :

D=D 1+ D2 + D3 =2+ 2+ 1=5 %

Avec

D1=2(Dalle béton armé)

D2=2(Bureau de 1à 3 personnes)

D 3=1(faux-plafond)

2.2. Calcul de la fréquence propre

La fréquence propre est calculée selon l’approche du poids propre. La déformée


maximale totale sera obtenue par superposition de la déformée de la dalle et de celle de la
poutre principale :

La déformée maximale est : δ =7,99 mm

La première fréquence propre sera alors : f =6,36 Hz>3 Hzvérifiée.(Avecf =18/ √ δ max)

2.3. Calcul de la masse modale

La masse totale de la dalle est : M =20474 kg

La masse modale de la dalle est : M mod =5118 kg

2.4. Détermination de la classe du plancher

Lorsque la masse modale et la fréquence ont été obtenues, la valeur de l’OS-RMS90 et la


classe d’acceptabilité du plancher peut être déterminées grâce aux diagrammes suivants. Le
choix du diagramme dépend de la valeur de l’amortissement du plancher en condition réelle
d’utilisation.

Rapport de projet de fin d’étude Page 113 sur 124


Chapitre 10 : Étude acoustique

Figure 28 : OS- RMS 90 pour un amortissement de 5%

Selon les caractéristiques modales calculées ci-dessus, le plancher est de classe D. La valeur
OS-RMS90 espérée est d’environ0,5 mm /s.

Rapport de projet de fin d’étude Page 114 sur 124


Chapitre 10 : Étude acoustique

Figure 29 : Classification des planchers et recommandations en fonction de l’utilisation

Selon la figure 20 la classe D fait partie du domaine recommandé pour les bâtiments
résidentiel, l’exigence est donc remplie.

Rapport de projet de fin d’étude Page 115 sur 124


Chapitre 11 :

Chapitre 11 : Étude d’éclairage


Chapitre 11 : Étude d’éclairage

Introduction

Partant d’un local à éclairer dont on connait les dimensions, la couleur murs et la nature
des taches qui y seront accomplies, le projet consiste à déterminer le type, le nombre et la
disposition des luminaires nécessaires pour réaliser un éclairage convenable.

Un projet d’éclairage comporte :

 Un cahier des charges qui indique les données.

 Le projet proprement dit, qui utilise une méthode de calcul d’éclairage.

 L’implantation des lampes et l’alimentation électrique.

Dans cette partie, Un seul exemple de calcul sera illustrer ci-dessous et ça sera celui du Salon.
Les résultats pour le reste des locaux seront donnés sous forme de tableau.

I. Cahier des charges

Il est précisé particulièrement par les données sur :

1. Le local à éclairer

 La nature de l’activité prévue.

 Les dimensions.

 La couleur des murs et du plafond.

2. Les types de lampes préconisées

Selon le type de travail, on précisera le type de lampe a employer (Incandescence,


fluorescence) sans en donner les caractéristiques précises. Le choix peut être aussi en fonction
des économies d’énergies.

3. Les appareils d’éclairage

 En fonction des dispositions constructives, on peut être conduit à choisir un type


d’appareil à encastrer ou à suspendre.

 Selon la nature de l’activité, certains règlements relatifs aux locaux spécialisés sont à
prendre en compte : indice de protection, classe d’appareillage électrique, température
ambiante, luminance acceptable, ambiances dangereuses, etc.

Rapport de projet de fin d’étude Page 117 sur 124


Chapitre 11 : Étude d’éclairage

4. Autres conditions

Le cahier des charges peut préciser par exemple :

 Les critères d’implantation (pour éviter des reflets gênants)

 Les conditions de maintenance (aspect esthétique a concilier avec les facilités


d’accès).

 L’éclairage de sécurité (les normes imposent un éclairage de sécurité dans tous les
établissements assujettis à la législation du travail).

II. Éclairement

La destination d’un local permet de déterminer le niveau d’éclairement a réaliser sur le


plan de travail.Le tableau des éclairements recommandés en fonction de la destination des
locaux donne des indications sur les éclairements recommandés.

III. Les caractéristiques du local

Un local, en général de forme parallélépipédique, est caractérisé par le rapport de ses


dimensions. On utilise pour cela deux facteurs : K et J.

1. Indice du local

A×B
K=
( A+ B ) H 3

A : longueur du local

B : largeur du local

H 3: Hauteur du luminaire au-dessus du plan utile en m.

Rapport de projet de fin d’étude Page 118 sur 124


Chapitre 11 : Étude d’éclairage

Figure 30 : Schéma explicatif

On arrondit les valeurs de K aux nombres : 0,6−0,8−1−1,5−1,5−1,75−2−2,5−3−4−5

2. Rapport de suspension

H2
J=
( H ¿ ¿ 2+ H 3 )¿

H 1: Hauteur du plan utile en m (en général0,85 m).

H 2 : Hauteur de suspension du luminaire enm.

H : Hauteur totale du local.

On ne retient pour les tableaux suivants que deux valeurs :

J=0 (soit le luminaire contre le plafond)

J=1 /3 (soit le luminaire suspendu)

Remarque

On ne considère jamais la hauteur totale d’un local ais la hauteur des luminaires au-
dessus du plan utile.

3. Facteur de réflexion

La lumière émise par le luminaire est réfléchie en partie par les parois du local éclairé.
On a caractérisé en pourcentage les facteurs de réflexion du plafond, des murs et du sol.

Blanc brillant : 80 %

Blanc mat : 70 %

Couleurs claires : 50 %

Rapport de projet de fin d’étude Page 119 sur 124


Chapitre 11 : Étude d’éclairage

Couleurs vives : 30 %

Couleurs foncées : 10 %

Vitrages sans rideaux : 10 %

Pour éviter une surcharge des tableaux, ils ne sont pas donnés en pourcentage, mais par le
chiffre des dizaines de cette valeur.

Rapport de projet de fin d’étude Page 120 sur 124


Chapitre 11 : Étude d’éclairage

Exemple : 753 signifie

 Réflexion du plafond 70 %

 Réflexion des murs 50 %

 Réflexion du plan utile 30 %

4. L’UtilanceU

C’est le rapport du flux utile (reçu par le plan utile) au flux total sortant des luminaires.
Son symbole estU i .

On détermine le facteur d’utilance à l’aide de tableaux comportant trois variables :

 La valeur de J (facteur de suspension)

 La valeur de K (indice du local)

 Les facteurs de réflexions parois.

Il existe autant de tableaux qui de classes de luminaires.

Utilisation du tableau des utilances.

 Choisir le tableau correspondant à la classe du luminaire de A à T.

 Retenir le tableau correspondant à J (soit J=0, soit J=1 /3 ).

 Rechercher le facteur U à l’intersection de la ligne donnant la valeur K et de la


colonne correspondant aux trois facteurs de réflexion.

 Si la valeur trouvée est 88 on obtient : U i=0,88

5. Facteur d’empoussièrement ( D1)

Il existe trois niveaux :

 Faible : 1,1

 Moyen : 1,25

 Fort : 1,4

Rapport de projet de fin d’étude Page 121 sur 124


Chapitre 11 : Étude d’éclairage

6. Facteur de dépréciation ( D2)

En cours d’utilisation, le flux émis par une lampe baisse, les causes sont diverses :

 Les lampes se couvrent de poussière, les parois du local vieillissent et sont moins
réfléchissantes.

 Les lampes ont tendance à s’user et le flux lumineux produit diminue.

 Selon la maintenance, changement périodique des lampes.

Pour tenir compte de ces évènements, L’Association Française de l’Éclairage (AFE) indique
les valeurs suivantes :

 Incandescence courante : 1,10

 Incandescence aux halogènes : 1,00

 Tube fluorescent : 1,20

 Vapeur de mercure ballon fluorescent : 1,20

 Halogènes métalliques : 1,35

 Vapeur de sodium : 1,10

7. Flux lumineux à fournir  (F)

Pour éclairer la totalité du plan utile d’une pièce rectangulaire ( Surface= A × B) au


niveau d’éclairement E avec des lampes, il faut installer des lampes donnant au total un flux F
(en lumens)

E× A × B× D 1× D 2
F=
η ×Ui

E : éclairement demandé en lux.

A : longueur du local en lux

B : largeur du local en m

U i  : facteur d’Utilance

η: Rendement du luminaire (voir annexe 2)

D1 : facteur d’empoussièrement

D2 : facteur de dépréciation

Rapport de projet de fin d’étude Page 122 sur 124


Chapitre 11 : Étude d’éclairage

8. Nombre de luminaires (N)

Connaissant le flux lumineux total, et le flux lumineux produit par chèque luminaire, On
en déduit le nombre de luminaires à installer.

F
N=
f

N : nombre de luminaires.

F : flux lumineux total à produire en lumens.

f  : flux lumineux produit par un appareil.

IV. Implantation des sources

La répartition des luminaires peut être fonction :

 De l’emplacement des postes de travail.

 De la constitution du plafond.

 De la présence d’obstacle (poutres apparentes, caissons, etc.)

 Du nombre de points lumineux

Les valeurs es distances entre luminaires dépendent de la classe des luminaires et de la


hauteur utile H 3 .

Rapport de projet de fin d’étude Page 123 sur 124


Chapitre 11 : Étude d’éclairage

V. Calcul (Exemple  : Appartement témoin)

Figure 31 : Appartement étudié

1. Détermination de l’éclairement de la salle

Salle de séjours : éclairage général E=200lux

2. Détermination de la surface de la salle

A=4,30 m; B=5,25 m

Surface= A , B=4,3× 5,25=22,5 m 2

Rapport de projet de fin d’étude Page 124 sur 124


Chapitre 11 : Étude d’éclairage

3. Calcul de l’indice du local K

A×B
K=
( A+ B ) H 3

Avec : H 3=3,2 m

22,5
K= =0,78 0,8
( 5,25+ 4,3 ) × 3,2

Luminaire contre le plafond J=0

La valeur des facteurs de réflexion en %

Le plafond : blanc brillant 80 %

Les murs : blanc mat 70 %

Le plan utile : couleurs vives 30 %

⟹ 873

4. Détermination de la classe du luminaire et de son rendement

Nous avons un LED Day zone 35S ⟹ CLASSE A

Figure 32 : Luminaire choisi

Rapport de projet de fin d’étude Page 125 sur 124


Chapitre 11 : Étude d’éclairage

Figure 33 : Tableau d’utilance pour la classe A

D’où rendement η=0,97

5. Détermination de l’Utilance

J =0

%=873
CLASSEA
}
K =0,8 U=0,95

6. Détermination du facteur d’empoussièrement D1

Faible ⟹ D1=1,1

7. Détermination du facteur de dépréciation

D 2=1

8. Détermination du flux lumineux à fournir

E× A × B× D 1× D 2 200 ×22,5 ×1,1 ×1


F= =
η ×Ui 0,95× 0,97

F=5371,67 lumens

Rapport de projet de fin d’étude Page 126 sur 124


Chapitre 11 : Étude d’éclairage

9. Détermination du nombre de luminaire

F 5371,67
N= = =1,5 soit 2luminaires
f 3500

De même on a :

Tableau 37 : Tableau récapitulatif du calcul précédant

S K D E µ ɲ F N
Salon 22,5 0,8 1,1 200 0,95 0,97 5371,67 2
Chambre 1 10,2 0,6 1,1 175 0,81 0,97 2499 1
Chambre 2 13,15 0,6 1,1 175 0,87 0,97 3221 1
Cuisine 11,6 0,6 1,1 425 0,81 0,97 6902 2
SDB 6,22 0,6 1,1 100 0,87 0,97 810 1

Rapport de projet de fin d’étude Page 127 sur 124


Chapitre 12 :

Chapitre 12 : Climatisation
Chapitre 12 : Climatisation

Introduction

La climatisation est la technique qui consiste à modifier, contrôler et réguler les


conditions climatiques (température, humidité, etc.) d’un local pour des raisons de confort
(bureaux, maison individuelles) ou pour des raisons techniques (laboratoires médicaux locaux
de fabrication de composants électroniques, bloc opératoires, salles informatiques).

I. Caractéristiques

 Degré de pollution de l’air ambiant (local à traiter)

 La température de l’air

 Le degré d’hygrométrie de l’air traité

 La teneur en poussières de l’air

 Le maintien permanent des conditions intérieures (la régulation)

II. Fonctionnement

Les climatiseurs sont des appareils capables de déplacer la chaleur depuis un point où
elle s’avère nuisible au confort (l’ambiance d’un local) vers un endroit où elle ne dérange pas
(l’extérieur).Ils peuvent également assurer la fonction inverse, afin de chauffer un local. On
parle alors de climatiseurs réversibles.

Les climatiseurs fonctionnent grâce à une machine frigorifique qui utilise l’énergie
électrique afin de comprimer un fluide appelé réfrigérant (Fréon) au cours de son évolution
dans le circuit frigorifique, le réfrigérant change de phase :

 Son évaporation s’effectue avec absorption de chaleur.

 Sa condensation avec dégagement de chaleur

C’est grâce à ce changement d’état que la chaleur sera transportée d’un point à l’autre.

III. Bilan thermique de climatisation

Le calcul du bilan thermique de climatisation ou de conditionnement d’air permet de


déterminera la puissance de l’installation qui pourra répondre aux critères demandés.Ce calcul
s’effectuera à partir des grains réels, c'est-à-dire au moment où les apports calorifiques
atteignent leur maximum dans le local.

Rapport de projet de fin d’étude Page 129 sur 124


Chapitre 12 : Climatisation

On distinguera :

 Les apports internes :

Ce sont les dégagements de chaleur sensible et/ou latents ayant leurs sources à l’intérieur du
local (occupants, éclairage et autres équipements)

 Les apports externes :

Ce sont les apports de chaleur sensible dus à l’ensoleillement et à la conduction à travers les
parois extérieurs et les toits.

1. Le bilan thermique

Le calcul précis d’un bilan thermique de climatisation est long et compliqué, car
plusieurs facteurs entrent en jeu :

 Les charges extérieures varient tout au long d’une journée (Type de vitrage).

 L’inertie du local.

 L’isolation du local.

2. Charges thermiques totales

Le bilan thermique total est la somme de toutes les charges externes et internes.

3. Puissance du climatiseur et de déshumification

La puissance frigorifique du climatiseur représente les charges thermiques totales qu’il


faut combattre pour chaque unité de temps. La puissance du compresseur est généralement
déduite à partir des catalogues des constructeurs.

4. Apports à travers le vitrage

 Ils varient suivant les saisons et dépendent de la situation géographique du bâtiment,


du moment considéré et de l’orientation de vitrage par rapport au rayonnement
incident.

 Ils sont de loin les plus importants, ils représentent 50 à 80 % des apports.

⟹ C’est pourquoi, pour simplifier le calcul de charge en climatisation, on va déterminer a


partir des apports travers le vitrage, la date, l’heure ou ces apports sont maximum. Les autres
apports seront calculés pour cette date et cette heure.

Rapport de projet de fin d’étude Page 130 sur 124


Chapitre 12 : Climatisation

A v =φ × S v × α

Avec :
' 2
φ :l heureetladateoulesapportsparlevitragesontaumaximum [W /m ]

α :Coefficientdecorrectionquidependdutypedevitrage

Sv :Surfacedelaparoivitr é e [m2 ]

5. Apports à travers les parois opaques

Les apports calorifiques résultent non seulement de la différence entre les températures
de l’air à l’extérieur et à l’intérieur des locaux climatisés mais aussi du fait que les parois
extérieures sont exposées aux rayonnements solaires.

Lorsqu’un flux solaire atteint une paroi extérieur, une partie du flux est réfléchie, une
autre partie est absorbée ce qui a pour effet qu’elle varie la température de la paroi.

A p =U × S p × Δθ ev × α

Avec :

U :Coefficientdetransmissionthermiquesurfacique d ' uneparoi

S p :Surface d ' uneparoiopaque

Δθ ev :Temperaturevirtuelle

α :Coefficientdecorrection

IV. Comment choisir un climatiseur

 La puissance du climatiseur (kW ouW ).

 La classe énergétique du climatiseur.

 Le rendement du climatiseur à froid (délivré par l’EnergyEfficiency Rating).

 Le coefficient de performance (COP) du climatiseur.

 Le débit d’air du climatiseur.

 Le niveau sonore du climatiseur (la norme acoustique est35 dB )

Rapport de projet de fin d’étude Page 131 sur 124


Chapitre 12 : Climatisation

V. Calcul(Exemple  : Appartement témoin)

Les données : A g=15 W /m 2 HSP=3,20 m

Murs isolés : U M =0,6 W /m2 ° C

Les fenêtres et les portes fenêtres sont en aluminium avec double vitrage, glace claire,
épaisseur 6 mm : U f =1,6 W /m2 ° C

Les portes en bois : U p =3,5W /m 2 ° C

Plancher dalle nervurée épaisseur :21 cm, U p =1,85W /m2 ° C

Salon :

Tableau 38 : Tableau des apports à travers le vitrage

Désignation Orientation Date Δ θ ev Sv α Av

PFA Sud-Est 21 sep 11h 504 1,4 ×1,2=1,68 0,87 736,64

Tableau 39 : Tableau des apports à travers les parois opaques

Désignatio Surfac
Orientation Date U θev α Ap
n e
Mur 1 Sud-Est 21 Aout 12,08 0,6 11 0,7 55,81

Mur 2 Sud-Ouest 16h 16,8 0,6 7,6 0,7 7,05

Total 62,86

Atotal= A p + A v + A g=62,86+ 736,64+337,5

Atotal=1137 W

Atotal=1137 ×3,4=3865,8 BTU /h

Choix du climatiseur :

Split-system : 7000 BTU /h

Rapport de projet de fin d’étude Page 132 sur 124


Chapitre 12 : Climatisation

Le calcul pour les autres locaux se résume dans ce tableau :

Tableau 40 : Tableau récapitulatif du calcul précédant

Ap Av Ag Atotal Split

Salon 62,86 736,64 337,5 3868,8 7000 BTU/h

Chambre 1 79,41 736,64 183 3396,7 7000 BTU/h

Chambre 2 16,21 156,6 197,25 1258,2 7000 BTU/h

Rapport de projet de fin d’étude Page 133 sur 124


Conclusion générale

Conclusion générale

Dans ce projet de fin d’étude nous avons eu une bonne occasion pour mieux apprendre
et maitriser nos connaissances acquises au sein de notre école durant notre formation ainsi
qu’une bonne initiation pour notre future vie professionnelle.

À travers les différentes tâches qu’on a abordés (étude urbanistique, conception,


modélisation sur Arche, calcul manuel des différents éléments de la structure, étude
acoustique, thermique et éclairement) nous avons eu l’opportunité de confronter des divers
problèmes du métier ingénieur civil auxquels nous avons essayé de chercher des solutions tout
en respectant les exigences architecturales.

Au terme de ce projet, nous sommes persuadé que la phase conception est la plus
importante. En effet, c’est à cette phase que la différence se montre entre un ingénieur et un
autre surtout en point de vue esthétique et économique.

Espérons, que ce travail soit à la hauteur des ambitions de tous ceux qui nous ont fait
confiance et qui nous ont consacré leurs temps pour nous fournir les meilleures conditions de
travail.

Rapport de projet de fin d’étude Page 134 sur 124


Références bibliographiques

[1] : Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome -II- [Henry Thonier]

[2] : Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome -III- [Henry Thonier]

[3] : Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome -IV- [Henry Thonier]

[4] : Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome -VI- [Henry Thonier]

[5] : Formulaire de béton armé, Tome -I-[Victor Davidovici]

[6] : Formulaire de béton armé, Tome -II-[Victor Davidovici]

[7] : Béton armé, BAEL 91 ; modifier 99 et DTU associés [Jean-Pierre Mogin]

[8] : Béton armé : guide de calcul [H.Renauld et J.Lamirault]

[9] : EUROCODE 2 [S.Multon]

[10] : Cours de béton armé, [NeilaJgham]

[11] : Cours de conception et calcul des structures en béton armé ; OuniHechmi


Annexes

Vous aimerez peut-être aussi