Vous êtes sur la page 1sur 22

NF EN 12681

mai 2003
AFNOR
Association Française
de Normalisation

www.afnor.fr

Ce document est à usage exclusif et non collectif des clients AFNOR SAGAWEB.
Toute mise en réseau, reproduction et rediffusion, sous quelque forme que ce soit,
même partielle, sont strictement interdites.

This document is intended for the exclusive and non collective use of AFNOR SAGAWEB.
(Standards on line) customers. All network exploitation, reproduction and re-dissemination,
even partial, whatever the form (hardcopy or other media), is strictly prohibited.

SAGAWEB

Pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE

Toute reproduction ou représentation


le 31/10/2003 - 8:26
intégrale ou partielle, par quelque
procédé que ce soit, des pages publiées
dans le présent document, faite sans
l'autorisation de l'éditeur est illicite et
constitue une contrefaçon. Seules sont
autorisées, d'une part, les reproductions
strictement réservées à l'usage privé
du copiste et non destinées à une
utilisation collective et, d'autre part,
les analyses et courtes citations Diffusé par
justifiées par le caractère scientifique
ou d'information de l'œuvre dans
laquelle elles sont incorporées (Loi du
1er juillet 1992 – art. L 122-4 et L 122-5,
et Code Pénal art. 425).
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26
FA036087 ISSN 0335-3931

norme européenne NF EN 12681


Mai 2003

Indice de classement : A 04-190

ICS : 77.040.20

Fonderie
Contrôle par radiographie

E : Founding — Radiographic examination


D : Gießereiwesen — Durchstrahlungsprüfung

Norme française homologuée


© AFNOR 2003 — Tous droits réservés

par décision du Directeur Général d'AFNOR le 20 avril 2003 pour prendre effet
le 20 mai 2003.
Remplace les normes homologuées NF A 04-150, de novembre 1984 et NF A 04-160,
de mai 1990.

Correspondance La Norme européenne EN 12681:2003 a le statut d’une norme française.

Analyse Le présent document fait partie d’une série de normes européennes traitant des pro-
duits de fonderie. Il s’applique au contrôle par radiographie de toutes les pièces mou-
lées en acier, en fonte, en magnésium, en zinc, en cuivre, en nickel, en aluminium,
en titane et leurs alliages pour la détection des discontinuités.

Descripteurs Thésaurus International Technique : fonderie, pièce moulée, acier, fonte, magné-
sium, zinc, alliage de cuivre, alliage de nickel, alliage d'aluminium, alliage de titane,
essai non destructif, contrôle, méthode radiographique, radiographie industrielle,
rayon X, rayonnement gamma, détection, défaut, image, qualité.

Modifications Par rapport aux documents remplacés, adoption de la norme européenne.

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR) — 11, avenue Francis de Pressensé — 93571 Saint-Denis La Plaine Cedex
Tél. : + 33 (0)1 41 62 80 00 — Fax : + 33 (0)1 49 17 90 00 — www.afnor.fr
Diffusée par le Bureau de Normalisation des Industries de la Fonderie (BNIF),
44, av de la Division Leclerc, 92318 Sèvres Cedex — Tél. : 01 41 14 63 00

© AFNOR 2003 AFNOR 2003 1er tirage 2003-05-F


SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Contrôles BNIF 07

Membres de la commission de normalisation


Président : M LIETVEAUX
Secrétariat : BNIF

M BOUVET CTIF
M BATTISTELLI BRONZE ACIOR
M BRAMAT COMITE DE NORMALISATION DE LA SOUDURE
M CAMY FONDERIE MESSIER
M COSSE ALUMINIUM PECHINEY
M DESORMAIS
M DUVEAU LAJOINIE ET CIE
M FAYOLLE METALTEMPLE
M FIGUET FEURSMETAL
M FRANCOIS SOCIETE HUOT
M GARAT ALUMINIUM PECHINEY
M GERALD FONDERIE DE MEUNG SUR LOIRE
M GEREAU CREUSOT LOIRE INDUSTRIE
M GILLET ATS FRANCE SA
M GUERIN LES BRONZES D’INDUSTRIE
M HANNEQUIN BRONZE INOX
M JARDOT FERRY CAPITAIN
M LADAVIERE SOCIETE DES FONDERIES D’USSEL
M LAGRENE HONSEL FONDERIE MESSIER
M LAURENT MANOIR INDUSTRIES
M MASSON CTIF
M MORASSI LA FONTE ARDENNAISE
M RAQUIDEL ETABLISSEMENTS VANHERCK
M ROBAULT EDF — DE
MME ROY EDF/SQR — DIRECTION DE L’EQUIPEMENT
M SIBUE ST GOBAIN PAM
M SOCHON AFNOR — NORMALISATION
M THINEY HACHETTE ET DRIOUT
M TOURNIER DIRECTION DU DEVELOPPEMENT
ET DES PRODUITS DE PONT A MOUSSON
MME TRAVAGLINI ZINC FONDERIE

Avant-propos national

Références aux normes françaises


La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes françaises
identiques est la suivante :
EN 444 : NF EN 444 (indice de classement : A 09-201)
EN 462-1 : NF EN 462-1 (indice de classement : A 09-205-1)
EN 462-2 : NF EN 462-2 (indice de classement : A 09-205-2)
EN 462-3 : NF EN 462-3 (indice de classement : A 09-205-3)
EN 462-4 : NF EN 462-4 (indice de classement : A 09-205-4)
EN 25580 : NF EN 25580 (indice de classement : A 09-210)
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

NORME EUROPÉENNE EN 12681


EUROPÄISCHE NORM
EUROPEAN STANDARD Janvier 2003

ICS : 77.040.20

Version française

Fonderie —
Contrôle par radiographie

Gießereiwesen — Founding —
Durchstrahlungsprüfung Radiographic examination

La présente norme européenne a été adoptée par le CEN le 21 novembre 2002.

Les membres du CEN sont tenus de se soumettre au Règlement Intérieur du CEN/CENELEC qui définit les
conditions dans lesquelles doit être attribué, sans modification, le statut de norme nationale à la norme
européenne.

Les listes mises à jour et les références bibliographiques relatives à ces normes nationales peuvent être obtenues
auprès du Secrétariat Central ou auprès des membres du CEN.

La présente norme européenne existe en trois versions officielles (allemand, anglais, français). Une version faite
dans une autre langue par traduction sous la responsabilité d'un membre du CEN dans sa langue nationale, et
notifiée au Secrétariat Central, a le même statut que les versions officielles.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne, Autriche,
Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Malte, Norvège,
Pays-Bas, Portugal, République Tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse.

CEN
COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION

Europäisches Komitee für Normung


European Committee for Standardization

Secrétariat Central : rue de Stassart 36, B-1050 Bruxelles

© CEN 2003 Tous droits d’exploitation sous quelque forme et de quelque manière que ce soit réservés dans le monde
entier aux membres nationaux du CEN.
Réf. n° EN 12681:2003 F
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 2
EN 12681:2003

Sommaire
Page

Avant-propos ...................................................................................................................................................... 3

Introduction ........................................................................................................................................................ 4

1 Domaine d'application ...................................................................................................................... 4

2 Références normatives .................................................................................................................... 4

3 Termes et définitions ........................................................................................................................ 4

4 Généralités ........................................................................................................................................ 5
4.1 Protections contre les rayonnements ionisants ................................................................................... 5
4.2 Exigences générales ........................................................................................................................... 5
4.3 Accords ............................................................................................................................................... 5
4.4 Qualification du personnel ................................................................................................................... 5

5 Dispositions d’essai ......................................................................................................................... 6


5.1 Généralités .......................................................................................................................................... 6
5.2 Radiographie de paroi simple de surfaces planes .............................................................................. 6
5.3 Radiographie de paroi simple de surfaces courbes ............................................................................ 6
5.4 Radiographie de double paroi de surfaces courbes et planes ............................................................ 6
5.5 Choix des dispositions d’essai pour les géométries complexes ......................................................... 6
5.6 Dimensions acceptables des surfaces d'essai .................................................................................... 6
5.7 Explication des symboles utilisés dans les figures .............................................................................. 7

6 Choix de la source de rayonnement ............................................................................................. 11

7 Classes de système films spécifiques .......................................................................................... 12

8 Techniques pour augmenter la gamme d'épaisseur couverte ................................................... 12


8.1 Généralités ........................................................................................................................................ 12
8.2 Technique à films multiples ............................................................................................................... 12
8.3 Baisse du contraste par énergie de rayonnement plus élevé ........................................................... 13
8.4 Durcissement du faisceau ................................................................................................................. 13
8.5 Égalisation des épaisseurs ............................................................................................................... 14

9 Radiogrammes ................................................................................................................................ 14
9.1 Identification du radiogramme, de la surface d'essai et du plan de position des films ...................... 14
9.2 Marquage des surfaces d'essai ........................................................................................................ 14
9.3 Recouvrement des films .................................................................................................................... 14

10 Vérification de la qualité d'image .................................................................................................. 14

11 Exigences relatives à la densité du radiogramme ....................................................................... 15

12 Influence de la structure cristalline ............................................................................................... 15

Annexe A (informative) Discontinuités possibles dans les pièces moulé — Radiogrammes


de référence et désignations ...................................................................................................... 16
Bibliographie .................................................................................................................................................... 19
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 3
EN 12681:2003

Avant-propos

Le présent document (EN 12681:2003) a été élaboré par le Comité Technique CEN/TC 190 «Technique de
fonderie», dont le secrétariat est tenu par leDIN.
Cette Norme européenne devra recevoir le statut de norme nationale, soit par publication d'un texte identique, soit
par entérinement, au plus tard en juillet 2003, et toutes les normes nationales en contradiction devront être retirées
au plus tard en juillet 2003.
Dans le cadre de son programme de travail, le Comité Technique CEN/TC 190 a demandé au CEN/TC 190/GT 4.10
«Défauts internes» d’élaborer la norme suivante :
— EN 12681, Fonderie — Contrôle par radiographie
L’annexe A est informative.
Selon le Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, les instituts de normalisation nationaux des pays suivants sont
tenus de mettre cette Norme européenne en application : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne,
Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Portugal,
République Tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie, Suède et Suisse.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 4
EN 12681:2003

Introduction
La radiographie peut être utilisée pour détecter les discontinuités internes d'une pièce moulée. Les discontinuités
peuvent être des soufflures de gaz, des inclusions non métalliques, des retassures, des fissures, des supports de
noyaux, des refroidisseurs ou des inclusions ayant une densité plus forte ou plus faible que le métal de base.

1 Domaine d'application
La présente Norme européenne donne les procédures spécifiques pour la radiographie industrielle au moyen de
rayons X et gamma, relatives à la détection de discontinuités, en utilisant des techniques de films. Ces procédures
sont applicables aux pièces moulées, fabriquées par tous les procédés de moulage, particulièrement pour l'acier,
la fonte, le magnésium, le zinc, le cuivre, le nickel, l'aluminium, le titane et leurs alliages.
La présente Norme européenne ne s'applique pas :
— au contrôle des joints soudés ;
— aux critères d'acceptation ;
— à la radioscopie (contrôle en temps réel).

2 Références normatives
Cette Norme européenne comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces
références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées
ci-après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces publi-
cations ne s'appliquent à cette Norme européenne que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision.
Pour les références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique (y
compris les amendements).

EN 444:1994, Essais non destructifs — Principes généraux de l'examen radiographique à l'aide de rayons X et
gamma des matériaux métalliques.

EN 462-1, Essais non destructifs — Qualité d'image des radiogrammes — Partie 1 : Indicateurs de qualité
d'image (à fils), détermination de l'indice de qualité d'image.

EN 462-2, Essais non destructifs — Qualité d'image des radiogrammes — Partie 2 : Indicateurs de qualité
d'image (à trous et à gradins) — Détermination de l'indice de qualité d'image.

EN 462-3, Essais non destructifs — Qualité d'image des radiogrammes — Partie 3 : Classes de qualité d'image
pour des métaux ferreux.

EN 462-4, Essais non destructifs — Qualité d'image des radiogrammes — Partie 4 : Evaluation expérimentale
des indices de qualité d'image et des tables de qualité d'image.

EN 25580, Essais non destructifs — Négatoscopes utilisés en radiographie industrielle — Exigences minimales
(ISO 5580:1985).
NOTE Les références informatives utilisées pour la préparation de la présente Norme européenne et citées aux endroits
appropriés dans le texte sont citées dans une bibliographie.

3 Termes et définitions
Pour les besoins de la présente Norme européenne, les termes et définitions donnés dans l’EN 444:1994
s'appliquent.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 5
EN 12681:2003

4 Généralités

4.1 Protections contre les rayonnements ionisants


Les mesures de prévention de sécurité locales, nationales ou internationales doivent être strictement appliquées
lorsqu’on utilise des rayonnements ionisants.
AVERTISSEMENT L’exposition de toute partie du corps humain aux rayons X ou gamma peut être très
dangereuse pour la santé.

4.2 Exigences générales


La présente Norme européenne doit être utilisée conjointement avec l’EN 444:1994.
Les rapports d’essais doivent être établis conformément à l’EN 444:1994.

4.3 Accords
Les pièces moulées ayant une forme géométrique complexe peuvent comporter des zones qui ne peuvent être,
ou uniquement partiellement, contrôlées par radiographie. De telles surfaces doivent être identifiées avant de pro-
céder au contrôle par radiographie. Les surfaces non contrôlables doivent être identifiées par toutes les parties
contractantes et être marquées sur le plan de position de film.
Les points suivants doivent faire l'objet d'un accord :
a) étape de fabrication ;
b) étendue du contrôle ;
c) zones d'essai ;
d) état de surface ;
e) classe d'essai selon l’EN 444:1994 1) ;
f) informations sur le plan de position de film ;
g) marquage des zones d'essai sur la pièce moulée ;
h) valeur de la qualité d'image selon l’EN 462-3 et l’EN 462-4 ;
i) marquage des films ;
j) critères d'acceptation.
Tout point additionnel doit faire l'objet d'un accord entre les parties contractantes.
Les radiogrammes doivent être évalués en les comparant à des radiogrammes de référence.
NOTE Une sélection de radiogramme de référence selon les matériaux et les gammes d’épaisseur est donnée en
annexe A.

4.4 Qualification du personnel


On suppose que le contrôle par radiographie est effectué par du personnel qualifié et compétent. Pour prouver
cette qualification, il est recommandé que le personnel soit certifié selon l’EN 473.

1) Il est recommandé d’effectuer le contrôle selon le test de classe A de l’EN 444:1994, si cela n’a pas été spécifié
autrement. Pour les alliages dont la masse volumique est inférieure à 5 kg/dm3, la classe d'essai B est
recommandée.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 6
EN 12681:2003

5 Dispositions d’essai
5.1 Généralités
Les dispositions d’essai doivent être conformes :
— aux Figures 1 à 6 pour les zones d'essais simples ;
— à la Figure 7 pour la radiographie de double paroi ;
— aux Figures 8 à 12 pour les zones d’essais complexes.
Si ces dispositions ne sont pas applicables, d’autres dispositions peuvent être utilisées.

5.2 Radiographie de paroi simple de surfaces planes


La disposition d’essai pour la radiographie de paroi simple de surfaces planes doit satisfaire aux prescriptions
représentées à la Figure 1.

5.3 Radiographie de paroi simple de surfaces courbes


La disposition d'essai pour la radiographie de paroi simples de surfaces courbes doit satisfaire aux prescriptions
représentées aux Figures 2, 3 ou 4.
NOTE Dans la mesure du possible, il convient de placer la source de rayonnement conformément aux dispositions des
Figures 3 et 4 afin d’obtenir une direction d’examen plus appropriée. La réduction de la distance minimale source — objet
ne devrait pas excéder 40 % pour autant que les exigences des IQI sont satisfaites. Il convient de prendre en compte le 6.6
de l’EN 444:1994.
Lorsque la source est située à l’intérieur de l’objet et le film à l’extérieur (disposition de la Figure 4) et pour autant que les
exigences des IQI sont satisfaisantes, ce pourcentage peut être augmenté. Toutefois, il est recommandé que la réduction
de la distance minimale source — objet n’excède pas 50 %. Des cassettes rigides peuvent être utilisées si l’augmentation
correspondante de b est prise en compte pour le calcul de la distance f entre la source et le côté source de l’objet test.

5.4 Radiographie de double paroi de surfaces courbes et planes


Les dispositions pour la radiographie de double paroi de surfaces courbes et planes doivent satisfaire aux pres-
criptions représentées aux Figures 5, 6 ou 7.
La radiographie de double paroi, en tant que technique de vue générale selon la Figure 7, doit être utilisée si les
conditions géométriques interdisent d’autres dispositions d'essai ou si la sensibilité de détection des défauts est
meilleure avec cette technique. On doit assurer que les discontinuités inacceptables sont détectées avec une cer-
titude suffisante. La qualité d’image requise doit être obtenue.
En cas de dispositions d'essai selon les Figures 6 et 7, les discontinuités doivent être classées en se référant à
une paroi simple. En cas d’épaisseur de paroi différente, la paroi la plus mince doit être prise en référence.
En cas de dispositions d’essais selon la Figure 5, la distance de la source à la surface d’essai doit être minimisée,
sous réserve que les spécifications de l’IQI sont respectées.

5.5 Choix des dispositions d’essai pour les géométries complexes


Sauf accord contraire, les dispositions d’essai pour les surfaces géométriques complexes doivent être conformes
aux Figures 8 à 12 (selon les cas).

5.6 Dimensions acceptables des surfaces d'essai


En plus des exigences de l’EN 444:1994, l’angle incident de rayonnement ne doit pas excéder 30°.
NOTE Cette valeur peut être plus élevée si des discontinuités à orientations particulières peuvent être détectées de cette
manière ou si c’est la seule manière de contrôler des surfaces qu’il serait impossible de contrôler autrement.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 7
EN 12681:2003

5.7 Explication des symboles utilisés dans les figures


Dans la Figure 1, les symboles suivants s'appliquent :

Q est la source radiographique ;


t est l'épaisseur nominale du matériau dans la zone à contrôler ;
b est la distance entre la face de l'objet, côté source de rayonnement et le film dans la direction de l’axe
du faisceau ;
B est le film radiographique ;
f est la distance entre la source du rayonnement et la face de l’objet située du côté de la source mesu-
rée dans la direction de l’axe du faisceau ;
w est l’épaisseur du matériau dans la direction du faisceau de rayonnement, calculée en fonction de
l’épaisseur nominale (voir article 6). Si l’épaisseur réelle du matériau diffère de son épaisseur nomi-
nale de plus de 10 %, l’épaisseur de paroi réelle doit être utilisée (voir t et w).
Dans les Figures 2 à 12, les symboles de la Figure 1 s’appliquent selon les cas.

Figure 1 — Disposition d'essai pour radiographie


de paroi simple de surfaces planes

Figure 2 — Disposition d'essai pour radiographie


de paroi simple de surfaces courbes avec la source située
sur le côté convexe et le film sur le côté concave de la surface d'essai
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 8
EN 12681:2003

Figure 3 — Disposition d'essai pour radiographie


de paroi simple de surfaces courbes, avec position excentrée de la source
sur le côté concave et le film sur le côté convexe de la surface d'essai

Figure 4 — Disposition d'essai pour radiographie


de paroi simple de surfaces courbes, avec position centrée de la source
sur le côté concave et le film sur le côté convexe de la surface d'essai

Figure 5 — Disposition d'essai pour radiographie


de double paroi de surfaces d'essai planes ou courbes ; source et film à l'extérieur
de la surface d'essai, paroi du côté du film seule impressionnée pour interprétation

Figure 6 — Disposition d'essai pour radiographie de double paroi


de surfaces d'essai planes ou courbes ; plusieurs expositions ; source et film
à l'extérieur de la surface d'essai ; deux parois impressionnées pour interprétation
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 9
EN 12681:2003

Figure 7 — Disposition d'essai pour radiographie de double paroi


de surfaces d'essai planes ou courbes ; exposition générale ; source et film
à l'extérieur de la surface d'essai ; deux parois impressionnées pour interprétation

a)

b)
Il convient de n’utiliser b) que si a) ne peut l'être.

Figure 8 — Exemples de bords et rebords


SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 10
EN 12681:2003

a)

b)
Il convient de n’utiliser b) que si a) ne peut l'être.
Figure 9 — Exemples de nervures

Figure 10 — Exemple de géométries en forme de croix

Figure 11 — Exemple de géométries à coins


SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 11
EN 12681:2003

a)

b)

Figure 12 — Exemple de nervure et de support

6 Choix de la source de rayonnement


Le choix de la source de rayonnement dépend de l'épaisseur traversée w (voir l'EN 444:1994) de l'objet d'essai,
de la classe d'essai, de la disposition d'essai et du matériau. Pour le rayonnement incident non perpendiculaire,
w est l'épaisseur traversée dans le sens du faisceau central. Pour la radiographie de double paroi, w est la somme
des épaisseurs traversées de l'objet d'essai. S'il existe différentes épaisseurs illustrées par une exposition, on peut
utiliser une valeur moyenne de ces épaisseurs.
Contrairement au Tableau 1 de l'EN 444:1994, la gamme d'épaisseurs du cobalt 60 (Co-60) dans la classe d'essai A
est limitée à :
— Classe d'essai A, Co-60 : 40 mm < w ≤ 170 mm.
NOTE En plus de l’EN 444:1994, on peut utiliser la source gamma Se-75 pour le contrôle. Dans ce cas, la gamme
d’épaisseur de paroi pour les pièces moulées en acier pour la classe A doit être : 10 mm ≤ w ≤ 40 mm, et pour la
classe B : 14 mm ≤ w ≤ 40 mm.

Par accord entre les parties contractantes, la gamme d’épaisseur de paroi minimum des pièces moulées en acier pour le
Se-75 peut être encore réduite à 5 mm.
La gamme d’épaisseur de paroi pour l’aluminium et les alliages d’aluminium pour la classe A doit être :
35 mm ≤ w ≤ 120 mm.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 12
EN 12681:2003

7 Classes de système films spécifiques


Lorsqu’on utilise une source au sélénium pour la radiographie d’acier, de cuivre et d’alliages de cuivre, de nickel
et d’alliages de nickel, on doit utiliser la classe de système film C5 au moins pour un essai de classe A, et la classe
de système film C4 au moins pour un essai de classe B. On doit utiliser des écrans avant et arrière en plomb d’une
épaisseur de 0,1 mm à 0,2 mm.
Lorsqu’on utilise une source au sélénium pour la radiographie de l’aluminium et des alliages d’aluminium et du
titane et des alliages de titane, on doit utiliser la classe de système film C5 au moins pour un essai de classe A.
On doit utiliser des écrans en plomb arrière d’une épaisseur de 0,1 mm à 0,2 mm et des écrans en plomb avant
d’une épaisseur de 0,2 mm.

8 Techniques pour augmenter la gamme d'épaisseur couverte

8.1 Généralités
Dans de nombreuses applications, il est utile d'avoir une image d'une gamme d'épaisseurs plus grande comprise
dans les limites données de la densité optique avec une seule exposition. Ceci peut être effectué par l'une des
techniques suivantes :
— technique à films multiples ;
— baisse de contraste par une énergie de rayonnement plus élevée ou un durcissement du faisceau ;
— égalisation des épaisseurs.
NOTE La gamme d’épaisseur couverte possible dans une certaine plage de densité peut être estimée selon la Figure 13
pour différents voltages de tubes à rayons X et de source gamma.

Légende
a Quotient optimal de densité Dmax./Dmin.
b Épaisseur, en millimètres

Figure 13 — Estimation de la gamme d’épaisseur couverte possible


pour différents niveaux d’énergie de rayonnement pour l’acier

8.2 Technique à films multiples


Dans le cas de la technique à films multiples, on expose en même temps (voir Figure 14) deux films ou plus et on
les visionne un à un ou ensemble.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 13
EN 12681:2003

Légende
D Densité
a Système de film avec sensibilité plus grande
b Système de film avec sensibilité moins grande
c Dimension latérale

Figure 14 — Disposition des films pour la technique à films multiples

Il doit y avoir au moins un écran entre chacun des films. Lorsqu’on utilise des écrans en plomb avec un papier à
l’arrière, on doit insérer deux écrans avec la couche de métal du côté du film. On doit choisir des films avec écran
avant et arrière conformément aux Tableaux 2 et 3 de l’EN 444:1994.
Les zones de film avec une densité moins grande doivent être masquées pour éviter l’éblouissement quand on
les regarde.
On doit avoir au moins des images des marques d’identification (au moins 2) afin d’assurer le positionnement
exact des films multiples l’un sur l’autre. Les caractéristiques géométriques de la pièce moulée et leurs images
sur le film doivent être en correspondance.
La densité d’un film (voir article 11) ne doit pas être inférieure à 1,3, lorsque le radiogramme est réalisé en tech-
nique double film.

8.3 Baisse du contraste par énergie de rayonnement plus élevé


Une baisse de contraste par énergie de rayonnement plus élevé n’est permise que pour l’essai de classe A.
Pour les sources de rayons X jusqu’à 500 keV, le voltage maximum du tube, selon la Figure 1 de l’EN 444:1994,
peut être dépassé de 30 % max. de la valeur permise. Pour augmenter la gamme d’épaisseur couverte, les sour-
ces de rayons X peuvent être remplacées pour des sources γ ou des accélérateurs linéaires.
Les exigences de qualité d’image données dans l’EN 462-3 ou l’EN 462-4 doivent être respectées.

8.4 Durcissement du faisceau


Le durcissement du faisceau pour diminuer le contraste n’est permis que pour la classe A.
Les exigences de qualité d’image données dans l’EN 462-3 ou l’EN 462-4 doivent être respectées.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 14
EN 12681:2003

8.5 Égalisation des épaisseurs


Dans l’essai de classe A, l’impression de différentes épaisseurs de paroi avec une exposition sur un film est pos-
sible en recouvrant la zone d’épaisseur moindre — qui est impressionné sur le film ayant la plus haute densité —
avec de la matière qui égalise les différences d’épaisseurs de paroi, de telle sorte que les exigences de densité
suivant l’article 11 sont respectées pour l’ensemble des épaisseurs.
Le matériau d’égalisation ne doit pas avoir de discontinuités ni de structure grossière et ne doit pas causer des
interférences d’image qui pourraient perturber une bonne analyse de la zone contrôlée.

9 Radiogrammes

9.1 Identification du radiogramme, de la surface d'essai et du plan de position des films


On doit toujours avoir une identification claire de la surface d'essai et du radiogramme correspondant.
Pour les pièces moulées qui ont besoin d'un grand nombre de radiogrammes, il faut préparer un plan de position
des films ou une documentation photographique avant de procéder au contrôle. Le plan de position de chaque
film et les zones de contrôle correspondantes doivent avoir des coordonnées clairement définies.
Dans le cas où les figures proposées dans la présente Norme européenne ne définissent pas la position de la
source de radiation, on doit ou bien préparer un plan spécial des positions des sources de radiation ou bien on
doit noter la source de radiation sur le plan de position du film ou sur la documentation photographique.

9.2 Marquage des surfaces d'essai


Si l'on pense que le radiogramme n'indiquera pas la position des surfaces d'essai, le marquage doit en être fait à
l'aide de marqueurs. Ces marqueurs doivent consister en un matériau plus absorbant que celui de la pièce moulée
afin d'indiquer la surface d'essai sur le radiogramme. On doit également enregistrer la position des marqueurs à
la surface de la pièce moulée.

9.3 Recouvrement des films


Lorsqu'on fait la radiographie d’une zone avec deux ou plusieurs films séparés, ceux-ci doivent se recouvrir suffi-
samment pour assurer que tout la zone d’essai est radiographiée. Ceci sera vérifié au moyen d’un marqueur de
haute densité placé sur la surface de l’objet, qui apparaîtra sur chaque film.

10 Vérification de la qualité d'image


Sauf accord contraire, la qualité d'image doit être vérifiée au moyen d'indicateurs de qualité d'image (IQI), confor-
mément à l’EN 462-1, l’EN 462-2, l’EN 462-3 ou l’EN 462-4. Si on ne peut placer les IQI sur ces pièces conformé-
ment à ces normes, la qualité d’image doit être vérifiée par un objet-test représentatif à l’aide d’un IQI sur le même
film. Si de nombreux radiogrammes doivent être pris dans les mêmes conditions, avec une seule exposition, la
qualité d'image doit être vérifiée à l’aide d’au moins un IQI sur chaque film. Lorsqu'une zone d’essai comportant
des gammes d'épaisseurs de parois différentes doit être radiographiée, il faut positionner l’IQI sur la surface
d'essai ayant la plus grande épaisseur.
Pour les expositions d’objets circulaires ayant un diamètre de 200 mm ou moins, avec une source positionnée au
centre, au moins trois IQIs doivent être placés à une distance égale de la circonférence.
Il faut enregistrer l'épaisseur de paroi dans la zone de l'emplacement de l'IQI et le type d'IQI pour la vérification
de la qualité d'image.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 15
EN 12681:2003

11 Exigences relatives à la densité du radiogramme


Il faut que les conditions d'exposition soient telles que la densité de film du radiogramme dans la zone contrôlée
soit au moins égale à celle requise dans l’EN 444:1994.
Par accord entre les parties contractantes, la densité du radiogramme peut être réduite à 1,5 pour la classe A et
à 2,0 pour la classe B sous réserve que les exigences des IQIs soient respectées.
Lorsqu’on choisit la technique à films multiples, la limite inférieure de la densité de film peut être réduite à 1,5 pour
la classe A et 2,0 pour la classe B pour autant que les exigences des IQIs sont respectées.
La limite supérieure de la densité du radiogramme est influencée par l'intensité lumineuse du négatoscope
conformément à l'EN 25580. L'intensité lumineuse minimale transmise du côté du contrôleur du film doit être
conforme à l'EN 25580.
Pour tous les mesurages de densité, la tolérance est de ± 0,1.

12 Influence de la structure cristalline


Le moutonnement dans un radiogramme peut résulter de la diffraction et de l'absorption du rayonnement dans les
structures cristallines. Le moutonnement peut être confirmé par des modifications dans la technique d'exposition,
par exemple en choisissant une énergie de rayonnement plus élevée ou en augmentant la distance entre la sur-
face de la pièce moulée du côté du rayonnement et le film (voir Figure 1).
Lorsque le moutonnement rend l’interprétation du radiogramme impossible, d'autres paramètres que ceux donnés
dans la présente norme peuvent être utilisés par accord entre les parties contractantes.
NOTE L'effet de moutonnement de diffraction peut se produire dans quelques alliages légers, alliages de cuivre, alliages
nickel-cobalt et acier austénitique.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 16
EN 12681:2003

Annexe A
(informative)
Discontinuités possibles dans les pièces moulé —
Radiogrammes de référence et désignations

Init numérotation des tableaux d’annexe [A]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [A]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [A]!!!

Dans le Tableau A.1, des radiogrammes de référence qui existent dans les normes ASTM sont donnés pour les
différents matériaux, sources de rayonnement et épaisseurs de paroi.
En outre, les catégories de discontinuité et leur classification en classe de qualité sont énumérées.
Pour la fonte, des radiogrammes de référence sont en cours de développement. Une collection de radiogrammes
de référence relatifs à la fonte lamellaire est publiée dans DGZfP D5 [1]. Une collection de radiogrammes de réfé-
rence relatifs à la fonte à graphite sphéroïdal sera publiée sous la forme VDG-Merkblatt P 541 [2]. Dans l’inter-
valle, il convient d’utiliser les radiogrammes des pièces en acier moulé. En attendant que ces radiogrammes
deviennent d’utilisation pratique, il convient d’utiliser les radiogrammes de référence des pièces en acier moulé.
Les Tableaux A.2 et A.3 donnent la liste de la nature des discontinuités possibles ainsi que leur désignation sous
forme de numéro de code ou de symbole pour les différents matériaux donnés, tels qu'utilisés dans le
Tableau A.1.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 17
EN 12681:2003

Tableau A.1 — Références pour l'évaluation des radiogrammes


Gamme
Source Code de discontinuité Niveau
Matériau a) ASTM d'épaisseurs c)
de rayonnement (voir Tableaux A.2 et A.3) de sévérité
mm

≤ 12,7 3.2.2 (plus ou moins dense) ;


de 12,7 à 51 3.2.3 ; 3.2.4 ; 3.2.10
Aluminium
Pièces moulées Toutes épaisseurs 3.2.9
en aluminium Rayons X b) E 155 1à8
et en magnésium ≤ 12,7 3.2.2 (plus ou moins dense) ;
Magnésium de 12,7 à 51 3.2.3 ; 3.2.5 ; 3.2.6

Toutes épaisseurs 3.2.7 ; 3.2.8

Pièces moulées ≤3 A, B
sous pression Aluminium b)
Rayons X E 505 de 3 à 25 A, C 1à4
en aluminium et magnésium
et en magnésium ≤ 25 D

Alliages de cuivre Rayons X b)


≤ 51 A, Ba, Bb, Cd,
à haute résistance
Co-60 E 272
et alliages
Pièces moulées de 51 à 152 A, Ba, Bb, Ca, Cd
de cupro-nickel (2 MeV)
en cuivre
Rayons X b)
Alliage cuivre-étain E 310 ≤ 51 A, B, Ca, Cd, Da, Eb
Ir192

Rayons X b)
Fonte grise Ir192 E 802 ≤ 114 C
1à5
Co-60

Rayons X b) E 446 ≤ 51 A, B, CA, CB, CC, CD, D, E,


Pièces moulées de 51 à 114 F, G
en fonte Ir-192 E 186

Fonte à graphite (1 MeV)


E 689
sphéroïdal Co-60
E 280 de 114 à 305 A, B, C1, C2, C3, D, E, F
(2 MeV)
4-30 MeV

Ir-192
(1 MeV)
Co-60 E 186 de 51 à 114
(2 MeV)
A, B, C1, C2, C3, D, E, F
4-30 MeV

Co-60
Pièces moulées
Acier (2 MeV) E 280 de 114 à 305 1à5
en acier d)
4-30 MeV

Rayons X b)
Ir-192
A, B, CA, CB, CC, CD, D, E,
(1 MeV) E 446 ≤ 51
F, G
Co-60
(2-4 MeV)

≤ 6,4
Pièce en moulage 3.2.1.1, 3.2.2.2,
de précision de 6,4 à 12,7
b) 3.2.2.3, 3.2.3.1
Acier Rayons X E 192 1à8
en acier de 12,7 à 25,4
(cire perdue)
Toutes épaisseurs 3.2.2.1 ; 3.2.2.4

≤ 9,5
4.1.1.2 ; 4.1.1.3 ; 4.1.2.1 ;
de 9,5 à 16
4.1.2.2 ; 4.1.3 ; 4.1.4
de 16 à 25,4
Pièces moulées
Titane Rayons X b) E 1320 1à8
en titane de 6,35 à 25,4 4.1.2.3

de 25,4 à 38,1
4.1.1.3 ; 4.1.2.3 ; 4.1.2.2
de 38,1 à 51

a) Au moment de la préparation de la présente norme, des radiogrammes de référence pour les pièces moulées en alliages de zinc ou de nickel n’existent pas.
b) Rayons X : ≤ 0,5 MeV.
c) Groupements pour des ensembles de radiogrammes de référence spécifiques
d) Dans le cas où l’on combine le contrôle par radiographie et le contrôle par ultrasons, voir l’EN 12680-1:2003, 4.3.3, l’EN 12680-2:2003, Figure 4 et
l’EN 1559-2:2000, 7.3.3.1.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 18
EN 12681:2003

Tableau A.2 — Code des discontinuités par numéro

Pièces moulées en aluminium


Code Pièces en moulage Code Pièces moulées en titane
et alliage d'aluminium
de discontinuités de précision en acier de discontinuités et alliages de titane
et en magnésium et alliages
(par numéro) (selon ASTM E 192) (par numéro) (selon ASTM E 1320)
de magnésium (selon ASTM E 155)

3.2.1 — Gaz 4.1.1 Gaz


.1 — Soufflures .1 soufflure
3.2.2 Matériaux étrangers Retassure .2 soufflure en amas
.1 — cavité de retassure .3 soufflure dispersées
.2 — retassure, spongieuse 4.1.2 Retassure
.3 — retassure, dendritique .1 retassure dispersée
.4 — retassure, filamenteuse .2 retassure centrale
3.2.3 Soufflures Hétérogénéités .3 cavité de retassure
.1 — matériau étranger — moins dense 4.1.3 Inclusions moins denses
.2 — matériau étranger — plus dense 4.1.4 Inclusions plus denses
3.2.4 Porosité gazeuse Discontinuités discrètes
3.2.5 Microretassure (type ramifié) Moule défectueux
3.2.6 Microretassure (type spongieuse) Modèle de diffraction
3.2.7 Inclusions de sable
3.2.8 Ségrégation
3.2.9 Cavité de retassure
3.2.10 Petite cavité de retassure ou éponge

Tableau A.3 — Code des discontinuités par symboles

Pièces coulées sous pression


Pièces moulées Pièces moulées en cuivre en aluminium et alliage
Code de discontinuités en fonte et en acier et alliage de cuivre d'aluminium et pièces coulées
par symbole (selon ASTM E 186, E 280, (selon ASTM E 272 sous pression en magnésium
E 446 suivant le cas) ou E 310 suivant le cas) et alliages de magnésium
(selon ASTM E 505)

A Porosité gazeuse Porosité gazeuse Porosité

B Inclusions de sable et de laitier — Goutte froide

Ba — Inclusions de sable —

Bb — Écume —

C Retassure Retassure Retassure

C1, CA, Ca retassure retassure linéaire —

C2, CB retassure — —

C3, CC retassure — —

CD, Cd retassure ramifiée, spongieuse a) —

D Fissure — Matériaux étrangers

Da — fissure à chaud a) —

E Fissure à chaud — —

Eb — insert, support de noyau a) —

F Insert — —

G Moutonnement — —

a) Alliages cuivre-étain.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 31/10/2003 - 8:26

Page 19
EN 12681:2003

Bibliographie

Pour l'élaboration de la présente Norme européenne, de nombreux documents ont été utilisés pour référence. Ces
références informatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte, et les publications sont énumérées
ci-après.

EN 473, Essais non destructifs — Qualification et certification du personnel END — Principes généraux.

EN 1559-2:2000, Fonderie — Conditions techniques de fourniture — Partie 2 : Spécifications complémentaires


pour les pièces moulées en acier.

EN 12680-1:2003, Fonderie — Contrôle par ultrasons — Partie 1 : Pièces moulées en acier pour usages généraux.

EN 12680-2:2003, Fonderie — Contrôle par ultrasons — Partie 2 : Pièces moulées en acier pour composants
fortement sollicités.

ASTM E 155:1995, Radiogrammes de référence pour le contrôle des pièces moulées en aluminium et magnésium.

ASTM E 186:1993, Radiogrammes de références pour les pièces moulées en acier aux parois épaisses
(2 à 4 ½-in.) (51 à 114-mm).

ASTM E 192:1995, Radiogrammes de référence pour les pièces de moulage de précision en acier pour applica-
tions aéronautiques.

ASTM E 272:1995, Radiogrammes de référence pour les pièces moulées à hautes résistance base cuivre et base
nickel cuivre.

ASTM E 280:1993, Radiogrammes de références pour les pièces moulées en acier aux parois épaisses (4 ½
à 12-in.) (114 à 305-mm).

ASTM E 310:1995, Radiogrammes de référence pour les pièces moulées en bronze.

ASTM E 446:1993, Radiogrammes de références pour les pièces moulées en acier d’épaisseur jusqu’à 2 in.
(51 mm).

ASTM E 505:1996, Radiogrammes de référence pour les pièces coulées sous pression en aluminium et
magnésium.

ASTM E 689:1995, Radiogrammes de référence pour les pièces moulées en fonte ductile.

ASTM E 802:1995, Radiogrammes de référence pour les pièces moulées en fonte grise d’épaisseur jusqu’à
4 ½ in. (114 mm).

ASTM E 1320:1995, Radiogrammes de référence pour les pièces moulées en titane.


[1] DGZfP D5 2), Radiogrammes de référence pour les pièces moulées en fonte grise et en fonte ductile.
[2] VDG Merkblatt P 541 3), (en préparation : Radiogrammes de référence pour les pièces moulées en fonte à
graphite spheroïdal).

2) Publié par DGZfP DEUTSCHE GESELLSCHAFT FÜR ZERSTÖRUNGSFREIE PRÜFUNG e.V.,


Max-Planck-Str.6, 12489 Berlin.
3) Publié par VDG –Postfach 10 51 44, 40042 Düsseldorf.