Vous êtes sur la page 1sur 536

FRANCK LOZAC'H

JOB

1
I - PROLOGUE

Satan met Job à l’épreuve

11 Il y avait jadis, dans le pays de Ous


Un homme appelé Job : cet homme était parfait
Et droit. Il craignait Dieu et se gardait du mal.

2 Sept fils et trois filles lui avaient été donnés.


3 Son troupeau était formé de sept mille brebis
Et de trois mille chameaux, et de cent cinq ânesses
De cinq cents paires de bœufs. De très nombreuses personnes
Étaient à son service. Cet homme était plus grand
Que tous les fils d’Orient.

4 Ses fils avaient coutume


D’aller faire un festin dans la maison de l’autre
Et chacun à son tour. Ils invitaient toujours
Leurs trois sœurs à manger et à boire avec eux.
5 Or une fois terminé le cycle des festins,
Job les faisait venir afin de les laver.
Le lendemain à l’aube, d’après leur nombre à tous,

2
Il se levait et il offrait des holocaustes.

Job voulait supposer ; il se peut que mes fils


Aient péché et maudit Elohim en leur cœur.
Ainsi Job agissait.

6 Or, il advint un jour


Que les fils d’Elohim vinrent à se présenter
Devant Yahvé. Satan vint aussi parmi eux.

7 Yahvé dit à Satan : peux-tu dire d’où tu viens ?


De parcourir la terre, et de m’y promener.
8 Yahvé dit à Satan : as-tu fait attention
Sur mon serviteur Job ? Non, il n’y a personne
De comparable sur terre : un homme intègre et droit
Qui a peur d’Elohim et se détourne du mal.

9 Satan de riposter : Non, ce n’est pas pour rien


Que Job craint Elohim ? 10 Toi, n’as-tu pas dressé
Une haie qui l’entoure, n’as-tu pas protégé
Sa maison, tout ce qui est à lui, à la ronde ?
Car toi tu as béni les œuvres de ses mains,
Son troupeau a surabondé dans le pays.

3
11Veuille étendre ta main, et t’en prendre à ses biens,
Je puis te le jurer, il maudira ta face !

12 Yahvé dit à Satan : soit, ses biens t’appartiennent.


Mais sur lui seulement, ne porte pas ta main.
Et Satan de sortir de l’audience de Yahvé.

13 Il advint que le jour où les fils et les filles


De Job étaient en train de manger et de boire
Chez l’aîné, 14 un messager vint vers Job et dit :

Les bœufs labouraient, les ânesses paissaient près d’eux.


15 Soudain les Sabéens se sont jetés sur eux
Et les ont enlevés. Quant à tes serviteurs,
Ils les auront passés par les fils de l’épée.
Je me suis échappé, seul pour te l’annoncer.

16 Comme il parlait encore, un autre vint et dit :


Oui, le feu d’Elohim s’est abattu des cieux.
Il a brûlé les brebis et les serviteurs.
Il les a dévorés. Je me suis échappé,
Seul pour te l’annoncer.

4
17 Comme il parlait encore,
Un autre vint et dit : ce sont des Chaldéens
Qui ont formé trois bandes, et ils se sont jetés
Contre tous les chameaux. Ils les ont enlevés.
Quant à tes serviteurs, ils les auront passés
Par le fil de l’épée. Je me suis échappé,
Seul pour te l’annoncer.

18 Comme il parlait encore,


Un autre vint et dit : quand tes fils et tes filles
Étaient à boire et à manger dans la maison
De l’aîné, 19 un vent violent souffla du désert.
Il secoua les quatre coins de la maison.
Elle s’abattit sur les enfants, ils en sont morts
Je me suis échappé, seul pour te l’annoncer.

20 Alors Job se leva, déchira son habit


Et se massa la tête. Puis tombant sur le sol,
Se prosternant, 21 il dit : Moi, nu je suis sorti
Du ventre de ma mère, nu j’y retournerai.
Car Yahvé a donné et Yahvé a repris.
Que le nom de Yahvé soit (à jamais) béni !

5
22 En toute cette infortune Job ne pécha jamais,
Ne dit point de sottise à l’adresse d’Elohim.

2 1 Or il advint un jour que les fils d’Elohim


Étaient devant Yahvé, et Satan parmi eux
Était devant Yahvé, il s’avançait aussi.

2 Yahvé dit à Satan : Peux-tu dire d’où tu viens ?


Satan dit à Yahvé : De parcourir la terre
Et de m’y promener. 3 Yahvé dit à Satan :
Toi, tu n’as pas porté toute ton attention
Sur Job mon serviteur. Car il n’y a personne
De comparable sur terre : un homme intègre et droit

6
Qui a peur d’Elohim et se détourne du mal.
Oui, il s’attache encore dans son intégrité,
Et c’est bien sans raison que tu m’as excité
Contre lui pour le perdre.

4 Satan de riposter :
C’est la peau pour la peau ! Tout ce que l’homme possède,
Il le donne pour sa vie. 5 Veuille étendre ta main
Et toucher à ses os, à sa chair, à coup sûr,
Il voudra te maudire.

6 Yahvé dit à Satan :


Soit, dispose de sa vie, mais sur lui seulement
Ne porte pas ta main. 7 Et Satan de sortir
De l’audience de Yahvé.

Il infligea à Job
Une lèpre maligne de la plante du pied
Au sommet de la tête. 8 Lors il prit un tesson
Pour se gratter. Il s’installa parmi les cendres.

9 Alors sa femme lui dit : Vas-tu persévérer


Dans ton intégrité ? Maudis ton Dieu et meurs.

7
10 Et Job lui répondit : tu parles comme les folles.
Tel un don d’Elohim, nous prenons le bonheur
De la sorte, le malheur, nous devons l’accepter.

En tout cela, Job ne pêche point par ses lèvres.

11Or trois amis de Job connaissant les malheurs


Qui s’abattaient sur lui, vinrent chacun de son lieu.

Elkiphaz de Teyman et Bildad de Shonakh,


Sophar de Naamah. Ensemble, ils décidèrent
D’aller gémir sur lui et de le consoler.

8
12Voyant de loin, ils ne purent pas le reconnaître.
Ils jetèrent des sanglots. Et chacun déchira
Son habit, jeta de la poussière sur sa tête.

13Puis s’asseyant à terre, ils restèrent près de lui


Là sept jours et sept nuits. Personne ne disait mot,
Car ils voyaient que la douleur était immense.

II - DIALOGUE
I - PREMIER CYCLE DE DISCOURS
Job maudit le jour de sa naissance

31Et Job ouvrit la bouche, maudissant sa naissance.


2 Quand il prit la parole, il s’exprima ainsi :

3Que ce jour soit détruit où je fus enfanté


Comme sa nuit qui a dit : un mâle a été fait !

4Et que ce jour devienne pareil à des ténèbres !


Et que le Dieu là-haut ne le rappelle pas !
Non que jamais sur lui ne brille la lumière !

9
5 Mais que le revendiquent les ombres et les ténèbres !
Alors qu’une nuée se répande sur lui !
Que les éclipses en fassent un objet d’épouvante !

6 Oui, que l’obscurité cette nuit s’en empare !


Mais qu’elle ne s’inclut pas dans les jours de l’année !
0Qu’elle ne puisse rentrer dans le comput des mois !

7 Il faut que cette nuit demeure toujours stérile,


Et que nul cri de joie ne puisse la pénétrer.
8 Que l’exècrent tous ceux qui maudissent le jour,
Ceux qui sont prêts à réveiller Léviathan !
9 Que viennent à s’obscurcir les étoiles de son aube :
Qu’elle espère la lumière, et qu’elle ne vienne pas !
Qu’elle ne puisse entrevoir les paupières de l’aurore !

10
10Car elle n’a pas fermé sur nous la porte du ventre,
Et elle n’a pas caché à mes yeux la souffrance !
11Mais je ne suis pas mort dès le sortir du sein,
Je n’ai pu expirer quand je sortais du ventre !
12Mais pourquoi deux genoux m’avaient-ils accueilli ?
Et pourquoi deux mamelles que je pouvais sucer ?
13Maintenant je serais étendu dans le calme
Et je pourrais dormir d’un sommeil reposant,
14Avec les rois et les ministres de la terre,
Avec tous ceux qui se bâtissent des solitudes
15 Avec les princes qui ont de l’or en abondance,
Qui remplissent d’argent leurs immenses demeures.
16Tel l’avorton caché qui n’a pas existé,
Je serais un petit qui n’a pas vu le jour.

17Car là cesse l’agitation des méchants


Et se reposent tous ceux qui sont à bout de force.
18 De même les prisonniers ont retrouvé la paix,
C’est pour ne plus entendre les cris du surveillant.
19Là les petits, les grands peuvent se réconforter,
Et le serviteur est délivré de son maître.
20Pourquoi donner à un malheureux la lumière,
Et la vie à ceux qui ont l’amertume au cœur ?

11
21Ils sont dans l’attente de la mort, elle ne vient pas,
Ils sont à sa recherche plus que pour un trésor.

22 Ils se réjouiraient face au tertre funèbre,


Seraient à exulter s’ils atteignaient la tombe.
23 Pourquoi ce don à l’homme qui ne voit plus sa route ?
C’est lui que le Seigneur protégeait d’un enclos !

24 Pour toute nourriture, j’ai mes gémissements.


Ils déferlent comme l’eau, tous mes rugissements.
25 Si je crains une chose, la chose se réalise
Et ce qui m’épouvante surgit pour m’assaillir.
26 Je ne suis pas tranquille, je ne suis pas en paix.
Je ne m’apaise pas : le tourment m’envahit.

12
Confiance en Dieu

41 Eliphaz de Teyman prit la parole et dit :

2 Nous sommes à te parler, te voilà déprimé.


Mais qui pourrait ici contraindre ses paroles !
3 Tu faisais la leçon à beaucoup de personnes.
Tu fortifiais les bras qui tombaient de fatigue.
4 Tes propos redressaient celui qui trébuchait.
Les genoux qui ployaient, tu les raffermissais.

5 Le malheur te visite, et tu perds ta patience.


Tu es toi-même atteint, et tu es consterné.

6 Ta pitié n’est-elle pas de former ta confiance ?


Ta vie intègre ne fait-elle pas ton assurance ?
7 Souviens-toi ! Quel est l’innocent qui a péri ?
Aurait-on aperçu des justes exterminés ?

8 J’ai vu ceci : ceux qui cultivent l’iniquité


Et qui sèment l’affliction devront les récolter ;
9 Sous l’haleine d’Eloah, déjà ils doivent périr.
Oui, au souffle de sa narine ils se consument.
13
10 Rugissements du lion, et voix du léopard !
Elles seront fracassées, les dents des petits lions !
11 Et si le fauve périt, c’est qu’il n’a pas de proie.
Les petits de la lionne devront se disperser.

12 Vers moi une parole fut dite furtivement,


Mon oreille avait pu en saisir un murmure.
13 Ce fut dans les pensées qu’apportent les visions,
Quand un épais sommeil se répand sur les hommes.
14 Un tremblement s’en vint et je fus envahi.
Et mes os en tremblèrent. Ils frissonnèrent d’effroi.
15 Oui, ce fut comme un souffle qui effleura ma face,
Et je sentis le poil de ma chair s’hérisser.
17Il se tenait debout … Une figure dont les traits
Me semblaient inconnus, se tint là sous mes yeux
Et j’entendis le son d’une voix très légère :

18 Se peut-il qu’un Humain soit juste devant Yahvé ?


En face de son Auteur, un humain est-il pur ?

19 Même à ses serviteurs, Dieu ne fait pas confiance.


À ceux qui sont ses anges, il impute la folie.

14
20 Que dire des habitants de ces maisons d’argile,
Qui ont posé leurs fondements dans la poussière !
Là, ils sont écrasés, méprisés comme un vent !
21 Oui, du matin au soir ils sont réduits en poudre !
Sans y faire attention, ils périssent à jamais.
22 Le piquet de leur tente est alors arraché.
Il leur faudra mourir par défaut de sagesse.

5 1 Tu appelles maintenant, mais qui te répondra ?


Tu chercheras quel saint ? Où te tourneras-tu ?
2 Oui, c’est bien le chagrin qui détruit l’insensé,
Et c’est bien la colère qui consume l’imbécile.

3 J’ai observé ceci : l’un deux prenait racine.


J’ai voulu aussitôt détester sa demeure.
4 Ainsi ses fils ne recevront aucun secours,
Accablés à la Porte sans aucun défenseur.

5 Ce qu’ils ont récolté, un affamé le mange ;


Qu’on saisisse la récolte malgré la haie d’épines,
Et que le besogneux engouffre ses richesses.

6 Car ce n’est pas du sol qu’est sorti le malheur,

15
Ce n’est pas de la terre que germe la douleur.
7 C’est l’humain qui lui-même engendre le malheur,
Comme les fils de l’éclair ont élevé leur vol.
9 S’il en était de moi, j’aurais recours à Dieu.
C’est bien à Elohim que je m’en remettrais.
10 Il a fait de grandes choses, et elles sont insondables.
Il a fait des merveilles qu’on ne pourrait compter.

11 Lui qui répand la pluie sur la face de la terre,


Et qui envoie les eaux sur la face des campagnes.
12 C’est lui qui a placé au sommet ceux qui gisent,
Donné aux affligés le comble du bonheur.

13 Il déjoue les desseins de ceux qui sont rusés,


Et leurs mains ne réalisent pas leur prévision.
14 Il sait prendre les sages au piège de leurs astuces,
Il sait rendre stupides les conseillers retors.

15 Même dans l’éclat du jour, ils sont dans la ténèbre,


Ils tâtonnent à midi, comme dans la nuit obscure.
16 Il éloigne de leur bouche celui qui est ruiné.
Il éloigne de la main du puissant l’indigent.
17 Alors le miséreux renaît par cet endroit,

16
Ainsi l’iniquité doit garder la bouche close.

18 Heureux doit être l’homme que Dieu a corrigé.


Toi, sois docile à la leçon de Shaddaï !

19 C’est lui qui fait souffrir et qui panse la plaie,


Et c’est lui qui meurtrit, qui guérit de sa main.
20 Oui, six fois de l’angoisse il te délivrera.

21 Dans une famine, il te délivrera de la mort,


Dans un combat, de toutes les atteintes de l’épée.
22 Et tu seras à l’abri du fouet de la langue,
Tu seras sans la crainte à l’approche du pillard.
23 Et tu pourras te rire de la faim et du gel.
Non, tu ne craindras pas les animaux sauvages.
24 Toi, tu auras un pacte avec les pierres des champs.
Toi, tu auras un pacte avec les bêtes sauvages.

17
26 Tu verras le bonheur fixé dans sa demeure,
Inspectant ta maison, tu seras satisfait.
27 Tu sauras que nombreuse est ta postérité.
Tes rejetons seront comme l’herbage de la terre.
28 Tu iras au tombeau dans ta grande vieillesse,
Comme s’élève une meule dans sa saison voulue.

29 Tout cela nous l’avons observé, c’est ainsi.


C’est à toi d’écouter et d’en faire ton profit.

l’homme accablé connaît Seul Sa miSère

6 1 Et Job prit la parole pour s’exprimer ainsi :

2 Si du moins l’on pouvait peser mon affliction,


Si l’on portait aussi mes maux sur la balance,
3 Ils pèseraient bien plus que le sable des mers.
Et c’est bien pour cela que mes propos s’égarent.

18
4 Les flèches de Saddaï sont au profond de moi.
Il est que mon esprit en aspire leur venin,
Les terreurs d’Eloah s’alignent contre moi.

5 Voit-on braire l’onagre auprès de l’herbe tendre,


Voit-on mugir le bœuf à portée du fourrage ?

6 Ce qui est sans teneur se mange-t-il sans sel ?


Et trouve-t-on quelque saveur au blanc de l’œuf ?
7 Non, mon âme se refuse de vouloir y goûter,
C’est devenu pour moi une nourriture immonde.

8 Veuille se réaliser ce qui est ma prière,


Et qu’Eloah accorde ce que j’ai espéré,
9 Et qu’Eloah consente à vouloir m’écraser.
Oui, qu’il délie ma main et veuille me supprimer.
10 Cela serait pour moi un heureux réconfort,
Dernier sursaut de joie en de cruelles souffrances,
De n’avoir pas renié les paroles du Très Haut.

19
12 Aurais-je assez de force pour que dure ma patience ?
Ma fin est trop certaine pour persister à vivre !
13 Ma force se compare-t-elle à la puissance des pierres,
Ma chair se compare-t-elle à la puissance du bronze ?
14 N’est-ce pas le néant, ce secours que j’attends ?
15 L’homme effondré a droit à la pitié de l’homme,
Si non il abandonne la crainte de Shaddaï.

16 Mes frères ont été décevants comme un torrent.


(Décevants) comme le lit des ruisseaux passagers.
17 La débâcle des glaces les avait augmentés,
Là-bas au-dessus avait fondu la neige.
18 Mais à la saison sèche, ils ont déjà tari,
Oui, ils s’évanouissent sous l’ardeur du soleil.

19 Pour eux les caravanes ont détourné leurs routes.


Car elles avancent, et vont se perdre dans le désert.
20 Les caravanes de Teima les cherchent du regard.
Les convois de Sheba ont espéré en eux.
21 Et les voilà confus d’avoir eu trop confiance,
Car arrivés près d’eux, ils restent confondus.

20
22 C’est ceci que vous êtes devenus à mes yeux !
Vous êtes saisis d’effroi, et vous vous dérobez !
23 Mais vous aurais-je dit : “ Offrez-moi tel présent,
Et sur votre fortune, faites-moi des largesses.
24 Ou délivrez-moi de la main d’un ennemi ? ”

25 Oui, vous pouvez m’instruire et moi, je me tairai,


Ce en quoi j’ai erré, voulez-vous l’expliquer ?
26 On supporte sans peine les discours équitables.
Que peuvent prouver les arguments venant de vous ?
27 Ainsi prétendez-vous censurer des paroles,
Propos de désespoir du vent qui les emporte !
28 Même sur un orphelin, vous jetteriez le sort,
Et sur un bon ami, vous pourriez spéculer !

21
30 Allons, je vous en prie, regardez-moi enfin.
Alors en face de vous, je ne mentirai pas.
31 Revenez donc ! Il n’y a point de fausseté.
Revenez donc ! Car ma justice est encore là.
32 Y aurait-il de la fausseté sur mes lèvres ?
Mon palais ne sait-il discerner l’infortune ?

7 1 N’est-ce pas un service que fait l’humain sur terre,


Et n’y mène-t-il pas la vie d’un mercenaire ?
2 Oui, pareil à l’esclave soupirant après l’ombre,
Ou tel un mercenaire qu’espère son salaire,
3 Ainsi ai-je hérité des mois de déceptions !
Ce sont des nuits de peine que l’on m’a assignées.
4 Étendu sur ma couche, je dis : à quand le jour ?
Si je dois me lever, je dis : à quand le soir ?
Mon esprit obsédé divague jusqu’à l’aurore.

5 Ma chair s’est revêtue de vers, de croûtes terreuses.


Ma peau s’est crevassée, et a coulé son pus.
6 Mes jours ont été plus rapides que la navette,
Et ils vont s’achever sans plus aucun espoir.
7 Souviens-toi que ma vie est pareille à un souffle,
Que mes yeux plus jamais ne verront le bonheur !

22
8 Il ne me verra plus l’œil de qui me voyait.
Tes yeux seront sur moi, et j’aurais disparu.
9 Pareille à la nuée qui se dissipe et passe,
Qui descend au Shéol, n’en remontera pas.
10 Non, il ne revient pas habiter sa maison,
L’endroit où il était ne le reconnaît plus.

11Aussi je ne pourrais encore fermer ma bouche,


Je veux parler dans la détresse de mon esprit.
Et dans l’amertume de mon âme, je veux me plaindre.

12Et moi, je suis la Mer ou le Monstre marin ?


Car toi, tu as posté une garde contre moi !
13Si je me dis : mon lit pourra me consoler,
Ma couche pourra bien apaiser ma souffrance,
14Alors toi tu viens m’effrayer avec des songes,
Tu viens m’épouvanter par des visions (d’horreur).

15Mon âme préférerait se savoir étranglée.


La mort serait meilleure à toutes mes souffrances !
16 Je dépéris ! Non je ne vivrai pas toujours.
Aussi laisse-moi, mes jours ne dureront pas.

23
17 Mais que vaut le mortel pour en faire si grand cas,
Et pour fixer sur lui toute ton affection ?
18 Ou pour que tu l’inspectes quand vient chaque matin ?

19 Cesseras-tu enfin de chercher à m’épier,


M’oublieras-tu le temps d’avaler ma salive ?
20 Mais si j’avais péché qu’aurai-je fait sur toi,
Toi qui es attentif à ce que peut faire l’homme ?
Pourquoi as-tu voulu me prendre pour ta cible ?
Pourquoi as-tu voulu que je devienne ta charge ?

21 Ne peux-tu tolérer ce qui fait mon offense,


Ne peux-tu effacer ce que fait mon péché ?
À présent que je suis terré dans la poussière,
Tu voudras me chercher, et je ne serai plus !

Le cours nécessaire de la justice divine

81Bildad de Shonakh prit la parole et dit :

2 Cesseras-tu enfin de parler de la sorte,


De tenir des propos semblables à un grand vent ?
24
3 Car le Seigneur fait-il se fléchir le bon droit,
Et Shaddaï fait-il dévier la justice ?

5 Si tes fils ont commis des péchés contre lui,


Il les aura livrés au pouvoir de leur crime.
6a Si tu es irréprochable dans la justice,
6 Alors recherche Yahvé, et implore Shaddaï.
6b Dès maintenant il veillera en ta faveur.
7 Ta condition ancienne te paraîtra comme rien,
Tant la surpassera ta condition nouvelle.

8 Tu peux interroger ceux qui t’ont précédé,


Tu peux être attentif au savoir de leurs mères.
9 Nous sommes nés d’hier, et nous ne savons rien.
Notre vie sur la terre est passée comme une ombre.
10 Mais eux, ils t’instruiront, oui ils te parleront.
Ainsi de leur mémoire, ils diront des sentences :

11 Le papyrus peut-il pousser hors du marais,


Et le jonc peut-il croître démuni de son eau ?
12 Il est encore en fleur pas même encore cueilli,
Déjà il se dessèche parmi toutes les herbes.

25
13 Telles sont les destinées de ceux qui oublient Dieu,
C’est ainsi que périt l’espérance de l’impie.
14 Lui sa confiance pourrait tenir dans une besace,
Une maison d’araignée est sa sécurité !
15 Et s’il s’appuie sur sa maison, elle ne tient pas.
S’il vient à s’accrocher, elle ne résiste pas.

16 Plein de sève au soleil, au-dessus du jardin


Apparaît son surgeon. 17 Alors contre un monceau,
S’entrelacent ses racines. Dans une maison de pierre,
Lui il puisait sa vie. 18 On l’arrache de son lieu,
Et son lieu le renie : je ne t’ai jamais vu.
19 Le voilà pourrissant sur un autre chemin,
Tandis que sur le sol d’autres sont à germer.

20 Dieu ne méprise pas celui qui est intègre.


Et il n’empoigne pas la main des malfaisants.

22 Ta bouche s’emplira à nouveau de ton rire,


Ta joie éclatera à nouveau sur tes lèvres.
23 Tes ennemis seront revêtus par la honte.
La demeure des méchants viendra à disparaître.

26
La justice divine domine le droit

9 1 Et Job prit la parole pour s’exprimer ainsi :

2 En vérité, je sais que c’est toujours ainsi :


L’homme pourrait-il avoir raison devant Yahvé ?
3 S’il lui venait à rechercher la discussion,
Il ne trouverait pas réponse une fois sur mille.

4 Il a le cœur d’un sage, la robustesse, la force.


Qui lui a tenu tête et s’en est bien trouvé ?
5 Il déplace les montagnes, et elles ne connaissent point
Qui les a renversées dans son immense colère !
6 Il fait trembler la terre, et ses colonnes chancellent.
7 Il commande au soleil : il ne se lève pas !
Il met un sceau sur les étoiles pour les cacher.

8 Lui seul a déployé l’immensité des Cieux,


Et lui seul a foulé les hauteurs de la Mer.
9 Il a créé l’Ourse, et Orion et les Pléiades,
Et les Chambres du Sud. 10 Il a fait de grandes choses,
Des œuvres insondables, des beautés innombrables !

27
11S’il passait près de moi, je ne le verrais point.
S’il venait à glisser, je ne le verrais point.
12 S’il prenait une proie, qui l’en empêcherait ?
Et qui pourrait lui dire : mais qu’as-tu osé faire ?

13 Eloah ne tient pas son immense colère :


Sous lui sont prosternés les alliés de Rahab !
14 O combien je voudrais pouvoir plaider ma cause,
Ainsi je choisirais les paroles à lui dire !
15 Même si j’avais raison, à quoi bon me défendre ?
C’est lui qui est mon juge, et qu’il faut supplier !
16 Et si sur mon appel, il daignait comparaître
Aurai-je la certitude qu’il entendrait ma voix ?

17Car c’est lui qui me broie pour un mince cheveu,


C’est lui qui multiplie mes blessures sans raison.
18 Il ne me permet pas de reprendre mon souffle,
Tant il m’a abreuvé avec des amertumes.
19Recourir à la force ? Il l’emporte en vigueur.
S’agit-il de juger ? Qui donc l’assignerait ?

20 Je pense avoir raison, mais ma bouche me condamne.


Je pense être parfait, elle me déclare pervers.

28
21 Mais le suis-je innocent ? Je ne le sais moi-même !
Je fais fie de ma vie !

22 C’est un tout, je l’ai dit :


Il fait périr de même les justes et les coupables.
23 Quand un fléau soudain fait répandre la mort,
Il veut se rire de la détresse des innocents.

24 Dans un pays livré au pouvoir d’un méchant,


Il sait voiler les yeux de qui rend la justice.
Si ce n’était pas lui, qui en serait coupable ?

25 Et mes jours ont été plus rapides qu’un coureur,


Mes jours se sont enfuis au plus loin du bonheur.
26 Ils ont glissé pareils à des vaisseaux de joncs,
Ou pareils à un aigle qui fond sur sa pâture.

27 Si je dis : je décide de refouler ma plainte,


Je changerai de mine, mon visage sera gai,
30 La crainte s’empare de moi, je redoute tous mes maux,
Car je le sais trop bien, tu ne m’acquittes pas.
31 Et si je suis coupable, pourquoi me fatiguer ?

29
33 Je me serais lavé dans de la neige fondue,
Purifié mes mains avec de la potasse,
34 Toi tu m’aurais plongé dans une fosse fangeuse,
Pour que mes vêtements me tinssent en horreur.

35 Il n’est pas homme comme moi pour que je lui réponde,


Et pour que nous allions tous les deux en justice.
36 Il ne peut y avoir entre nous un arbitre
Qui placerait sa main pour nous départager.
37 Et qui écarterait sa verge de dessus moi,
De sorte que sa terreur ne m’épouvante point ?
38 Oui, je pourrais parler, je ne le craindrais pas,
Car je ne me crois pas coupable en ma conscience.
10 1 Comme mon âme ne ressent que l’horreur de la vie,
Alors j’exhalerai sur moi toute ma plainte.
Oui, je veux épancher l’amertume de mon âme.

2 Je dirai à mon Dieu : ne me condamne pas.


Indique-moi pourquoi tu me prends à partie.
3 Serait-ce un bien pour toi que de me faire violence,
De vouloir mépriser les œuvres de tes mains,
Et d’aimer à sourire au conseil des méchants ?

30
4 As-tu des yeux de chair ? Vois-tu comme voit un homme ?
5 Ton existence serait l’existence des mortels ?
6 Toi qui insistes tant pour rechercher ma faute,
Toi qui fais une enquête pour trouver mon péché,
7 Pourtant tu sais très bien que je suis innocent !…

8 Tes mains m’ont façonné, et elles m’ont fabriqué,


Et ensuite tu me détruiras complètement !
9 Souviens-toi tu m’as fait comme on pétrit l’argile,
C’est en poussière que tu me feras retourner.
11 Ne m’as-tu pas versé comme on verse le lait ?
Pareil à du fromage, ne m’as-tu pas caillé ?
12 Vêtu de peau, de chair, tissé en os, en nerfs,
13 Ne m’as-tu pas remis le don de l’existence ?
Tu veillais avec sollicitude sur mon souffle !

14 Voici ce que tu dissimulais en ton cœur.


C’est cela, je le sais ce que ton cœur cachait :
15 Si je viens à pécher, tu veux me surveiller.
Pour la faute accomplie, tu ne pardonnes pas.
16 Et si je suis coupable, le malheur vient sur moi.
Si je suis innocent, je n’ose lever la tête,
Moi saturé de honte, et enivré de peines !

31
17 Je me dresse, tel un lion toi, tu me fais la chasse.
À toujours répéter contre moi tes exploits,
18 Tu renouvelles contre moi tes hostilités.
Et tu fais augmenter contre moi ta colère.
Tes troupes de combat contre moi sont dressées.

18 Pourquoi as-tu voulu me faire sortir du sein ?


J’aurais péri alors. Nul œil ne m’aurait vu.
19 Et je ne serais rien n’ayant pas existé,
Du ventre l’on m’aurait transporté à la tombe !

20 N’est-ce pas peu de chose que les jours de ma vie ?


Finis de me fixer que je sois dans la joie !
21 Avant que je m’en aille pour ne plus revenir,
Aux pays des ténèbres, des ombres de la mort,
22 Ô la terre de noirceur et de sombres désordres
Où même la clarté ressemble à la nuit noire !

32
la SageSSe de dieu appelle l’aveu de Job

11 1 Sophar de Naamah prit la parole et dit :

2 Le bavard ne recevra-t-il pas de réponse ?


Si l’homme est éloquent, a-t-il toujours raison ?
3 Tes bavardages laisseront-ils muets les autres ?
Pourras-tu te moquer sans que l’on te confonde ?

4 Toi tu as dit ceci : “ Si pure est ma doctrine !


Je suis net à tes yeux ! ” 5 Si Dieu voulait parler
Et s’il voulait ouvrir sa bouche pour te répondre,
7 S’il te révélait les secrets de la Sagesse,
Car ils sont ambigus à tout entendement.
Tu saurais qu’il te demande compte de ta faute !

8 Prétendras-tu saisir la nature d’Eloah,


Et pénétrer la perfection de Saddaï ?

9 Elle est plus haute que les cieux, que feras-tu ?


Plus profonde que le Shéol, que sauras-tu ?
Et plus longue que la Terre est sa dimension !
Et plus large que la Mer !
33
10 S’il fonce et emprisonne,
Qui pourra l’arrêter ? Et s’il veut convoquer
Le tribunal, mais qui pourra l’en empêcher ?
11Car, Lui peut discerner la fausseté chez l’homme.
Oui, il observe le crime. Il y prête attention.
12 Et l’homme au cerveau creux devient intelligent.
N’ayant plus un onagre, il s’élève vers l’humain.

13 Mais si tu peux prétendre que ton cœur est fidèle,


Et vers lui diriger les paumes de tes mains,
14 Si tu peux répudier ce que souillent tes mains,
Si tu peux déloger l’injustice de tes tentes,
15 Alors tu lèveras ton front exempt de tache,
Tu deviendras solide. Non, tu ne craindras pas.

17 Et quant à ton épreuve, tu n’y penseras plus.


Elle sera oubliée comme des eaux passagères.

18 Plus belle que le midi surgira l’existence.


L’obscurité sera plus claire que le matin !
19 Et tu seras tranquille rempli de l’espérance.
Protégé, tu te coucheras en toute quiétude.
20 Et tu pourras t’étendre sans que l’on te dérange,

34
Oui, beaucoup voudront te caresser le visage.
21 Ceux qui sont des méchants tournent des yeux éteints,
Ils ne pourront pas trouver une échappatoire,
Leur dernier espoir sera de rendre l’esprit.

35
La sagesse de Dieu se manifeste surtout par
Les ravages de sa puissance

12 1 Et Job prit la parole pour s’exprimer ainsi :

2 Vous représentez l’humanité tout entière,


Et c’est bien avec vous que mourra la sagesse.

3 Oui, moi aussi, pareil à vous, je réfléchis,


Mais qui donc n’a jamais observé de tels faits ?
4 Un objet de risée, pour son ami, je suis !
Quand je crie vers Yahvé pour avoir une réponse,
Un objet de risée est le juste parfait !

5 À l’infortune, mépris ! opinent les gens heureux.


Un coup de plus pour ceux qui trébuchent du pied.

6 Elle jouissent de la paix, les tentes des pillards :


Qui irrite le Seigneur est en pleine confiance,
Lui qui a pu tenir Eloah dans sa main.

36
7 Tu peux interroger le bétail pour t’instruire …
Et les oiseaux du ciel, ils te renseigneront …
8 Les reptiles de la terre, eux pourront t’enseigner …
Les poissons de la mer, ils te raconteront …
10 Qui ne pourrait savoir alors dans l’univers,
Que c’est la main de Dieu qui a fait tout cela ?
11 Il tient en son pouvoir l’esprit de tout vivant,
Le souffle qui anime le corps de tout humain.

12 Et l’oreille, on le dit, apprécie les discours,


Comme le palais peut déguster les aliments.
13 C’est bien chez les anciens que se trouve la sagesse,
Et le discernement est le fait du grand âge.

14 C’est en Lui que résident la sagesse, la puissance,


Et c’est Lui qui possède le conseil, le savoir.
15 S’il cherche à démolir, on ne peut rebâtir.
S’il emprisonne quelqu’un, nul ne lui ouvrira.
16 Et s’il retient les eaux, s’étend la sécheresse.
S’il veut les relâcher, elles se bouleversent.

37
17 En lui sont la vigueur et l’ingéniosité.
Il maîtrise l’égaré et celui qui s’égare.
18 Il peut rendre stupides les conseillers du peuple.
Par la démence, il peut frapper aussi les juges.

19 Il peut dissoudre aussi l’autorité des rois,


Et passer une corde pour encercler leurs reins.
20 Il peut faire divaguer nu-pieds ses serviteurs,
Comme il peut renverser les puissances établies.

21 Il retire la parole aux hommes les plus experts,


Comme il ravit le discernement aux vieillards.
22 Comme il déverse aussi le mépris sur les nobles,
Comme il relâche aussi le ceinturon des forts.
23 Il peut retirer aux profondeurs leurs ténèbres,
Comme amener à la lumière les ombres obscures.

24 Il grandit les nations comme il les fait périr.


Il laisse s’étendre les nations puis il les déporte.
25 Il retire la raison aux chefs de la nation,
Comme il les fait errer dans un désert sans pistes.

38
27 Ils vont divaguant dans des ténèbres sans lumière,
Et ils vont titubant sous l’emprise de l’ivresse !

13 1 Mais tout cela aussi, je l’ai vu de mes yeux.


Et mes oreilles l’ont entendu et l’ont compris.
2 J’en sais autant que vous. Je ne vous cède en rien.
3 Oui, c’est vers le Puissant que je veux m’exprimer.
Je veux faire à Yahvé de grandes remontrances.
4 Vous êtes des plâtriers, des médecins d’idoles.
5 Qui donc vous apprendra à tenir le silence ?
C’est bien la seule sagesse qui puisse vous convenir !

6 Écoutez, je vous prie, ma récrimination.


Et soyez attentifs aux paroles de mes lèvres !
7 Vous défendez un Dieu par un langage perfide,
Vous voulez prononcer des choses mensongères ?
8 Prendre aussi son parti, vous faire son avocat ?
9 Serait-il bon pour vous qu’il voulût vous scruter ?
Se moque-t-on de lui comme on se joue d’un homme ?

10 Il vous infligerait une sévère correction,


Si vous prenez parti pour quelqu’un en cachette.
11 Et sa grande Majesté ne vous effraierait pas ?

39
Et la peur qu’il inspire ne vous frapperait pas ?
12 Vos arguments deviennent des maximes de cendre,
Et vos raisonnements des réponses d’argile.

13 Mais vous, faites silence. C’est moi qui vais parler.


Et m’advienne que voudra. 14 Ainsi j’emporte ma chair
Entre mes dents ! Mon âme, je l’expose dans ma main !
15 Il peut bien me tuer, je ne tremblerai pas.
Je pourrai à sa face expliquer ma conduite.
16 Et cette audace serait pour moi ma délivrance,
Aucun impie ne peut paraître en sa présence.

20 Écoutez mes paroles. Que mes explications


Pénètrent en vos oreilles ! 18 Car je vais en justice.
Oui, je suis bien conscient, je me sais innocent.
21 Mais qui donc oserait contester avec moi ?
Sitôt je me tairais, je pourrais expier.
22 Accorde-moi pourtant d’avoir deux concessions
Et je pourrais ainsi affronter ta présence.

23 Toi, écarte au plus loin ta main qui pèse sur moi,


Et fais que ta terreur ne m’épouvante point.
24 Puis engage le début et je te répondrai.

40
Plutôt, je parlerai, et tu me répondras.

25 Combien de fautes et de péchés aurais-je commis ?


Ma transgression et mon péché, fais-les connaître !
26 Pourquoi voiles-tu ta face ? Tu me considères
Au titre d’adversaire ?

25 Tu veux donc effrayer


La feuille que le vent chasse, tu veux donc t’acharner
Contre une paille sèche ?

26 Toi qui as rédigé


Contre moi des sentences, toi qui veux m’imputer
Des fautes de jeunesse, 27 qui veux mettre mes pieds
Dans les entraves des ceps, qui surveilles tous mes pas,
Et qui veux étudier les empreintes de mes pieds.

27 Le voilà qui s’use telle une chose pourrie,


Pareil au vêtement dévoré par la teigne !

14 1 Et l’homme né de la femme, vivant très peu de jours,


En proie à des tourments, se développe, se fane,
2 Et ressemble à la fleur. Cela fuit comme l’ombre,

41
Cela ne tiendra pas. 3 Et c’est pourtant sur lui
Que tu ouvres les yeux. C’est lui que tu amènes
En justice avec toi.

4 Mais qui donc extraira


Le pur de son impur ? Personne. 5 Ses jours sont sus.
Le nombre de ses mois est bien connu de toi.
Et tu lui fixes un terme qu’il ne franchira pas.
6 Détourne de lui tes yeux, et laisse-le ainsi.
Lui, tel un mercenaire finira sa journée.

7 L’arbre conserve l’espoir : une fois qu’il est coupé,


Il peut renaître encore. Quant à ses rejetons,
Ils ne manqueront pas. 8 Même avec des racines
Qui ont poussé en terre, et même avec une souche
Qui périt dans le sol, 9 il lui faut sentir l’eau
Et déjà, il bourgeonne. On se fait une ramure
Comme pour un jeune plant. 10 Un homme mort est inerte.
Quand un humain expire, où donc se trouve-t-il ?
11 Et les eaux pourraient s’échapper du fond des mers,
Le fleuve pourrait tarir, ou bien se dessécher,
12 L’homme restera couché, ne se redressant pas.
Et les cieux s’useront avant qu’il se réveille,

42
Ou ne veuille sortir de son profond sommeil !

13 Si tu pouvais dans le Shéol là me cacher,


Si tu m’y abritais, tant que passe ta colère,
Et me fixais un terme pour que tu te souviennes :

14 Car pourrait-on revivre une fois la mort venue ?


Durant les jours de mon service, moi j’attendrais
Que vienne ma mutation. 15 Toi, tu appellerais,
Moi, je te répondrais. Et tu aurais voulu
Voir l’œuvre de tes mains.

16 Toi, au lieu de compter


À présent tous mes pas, 17 tu ne prendrais plus garde
À ce qui fait ma faute. Tu blanchirais ma faute,
Tu scellerais ma transgression dans un sachet.
18 Hélas ! Comme une montagne finit par s’écrouler,
Hélas ! Comme un rocher s’éloigne de son lieu,
19 Et comme les eaux finissent par éroder les pierres,
L’averse par emporter ce qui reste de terre,
Ainsi l’espoir de l’homme, toi tu l’anéantis.
20 Si tu veux l’attaquer, il ne reviendra pas.
Toi tu le défigures, et tu le congédies.

43
22 Ses fils seraient honorés, il n’en saurait rien !
Seraient-ils méprisés, il n’y penserait pas !
23 Car il n’a de souffrance que pour son propre corps,
Et rien que sur lui-même, se lamente son âme.

II - DEUXIEME CYCLE DE DISCOURS


Job se condamne par son langage

15 1 Eliphaz de Teyman prit la parole et dit :

2 Mais le sage répond-il par des raisons en l’air ?


Se repaît-il avec un vent venu de l’est ?
3 Se défend-il avec des mots sans qualité ?

4 Tu vas beaucoup plus loin, car tu ruines la pitié.


Tu abolis la méditation devant Dieu.
5 Oui, c’est ton injustice qui fait parler ta bouche,
Et tu prends le langage de la mauvaise foi.
6 C’est ta bouche qui t’a condamné, ce n’est pas moi.
Et ce sont bien tes lèvres qui témoignent contre toi.

7 Es-tu par ta naissance le premier des humains ?


Toi, tu fus enfanté avant même les collines ?
44
8 Et qu’as-tu entendu au conseil d’Eloah ?
As-tu pris la sagesse ? 9 Mais toi qu’as-tu compris
Que nous ne sachions pas ? 10 Car parmi nous se trouve
Un vieillard, un ancien plus âgé que ton père !

45
11 Mais est-ce trop peu toi les réconforts de Dieu ?
Les paroles si modérées que nous, nous t’adressons ?
12 Comme la passion t’emporte ! Tes regards son mauvais,
13 Quand tu veux faire passer toute ta colère sur Dieu.

14 Car l’homme serait-il pur ? Pourrait-il rester juste,


Le natif de la femme ? 15 Dieu ne fait pas confiance
À ses êtres sacrés ! Si les Cieux à ses yeux
Ne sont pas purifiés, 16 quand serait-il être du moins
Pour l’être abominable et qui est corrompu,
Cet homme qui boit la forfaiture pareille à l’eau ?

17 Je décide de t’instruire, il te faut m’écouter.


Et ce que j’ai pu voir, je vais le raconter.
18 C’est ce que disent les sages sans vouloir rien changer
Du savoir de leurs pères, 19 eux qui prirent le pays
Sans qu’aucun étranger ne fût mêlé à eux.

20 Tous les jours de sa vie, le méchant se tourmente.


Les années réservées au tyran sont comptées.
21 Et des voix effrayantes résonnent à ses oreilles.
En pleine paix, le brigand va fondre sur lui.
22 Il ne peut pas compter échapper aux ténèbres.*

46
Il se sent désigné pour recevoir l’épée,
24 Comme il se sait jeté en pâture au vautour.
Il sait que l’infortune est pour lui imminente
25 Et le jour qui l’attend, c’est le jour des ténèbres.
L’angoisse et l’anxiété se sont rué sur lui,
Et elles vont l’agresser tel un roi à l’assaut.

26 C’est qu’il a étendu sa main contre Yahvé,


Et contre Shaddaï, il voulait faire le brave !
27 Il courait contrer Lui, le cou était tendu !
Un bouclier massif derrière lui l’abritait.
29Il avait le visage recouvert dans sa graisse,
Il s’était alourdi tout autour de ses reins.
30 Il avait occupé des cités dévastées,
Il avait habité des maisons oubliées,
Qui étaient destinées à se changer en ruines.

31 Au lieu de s’enrichir, sa fortune tombera.


Il ne couvrira plus le pays de son ombre.
32 La flamme desséchera ce qui fait son surgeon.
Il sera écarté par le vent de sa bouche.

47
33 Et qu’il ne se fie pas à sa taille élevée !
Ce serait du mensonge : c’est bien la duperie
Qui sera son salaire ! Cela s’accomplira
Avant la fin. Sa ramure ne verdira plus.
Il laissera tomber telle la vigne, son verjus.

34 C’est que la bande du mécréant devient stérile.


Un feu dévore la tente remplie de corruption.
35 Qui a conçu le mal, engendre le malheur.
Le ventre porte en soi le fruit de déception.

de l’inJuStice deS hommeS à la JuStice de dieu

16 1 Et Job prit la parole pour s’exprimer ainsi :

2 Combien de fois ai-je pu entendre ces propos ?


Quels pénibles consolateurs vous ne faites pas !
3 Y aura-t-il un terme à ces paroles en l’air ?
Quelle est la maladie qui t’oblige à répondre ?

4 Mou aussi je pourrais m’expliquer comme vous,


Si votre esprit était à la place du mien.
5 Je saurais prononcer des mots à vos dépens,
48
Hochant la tête sur vous. Je vous raffermirais
Des mots, puis je cesserais d’agiter les lèvres.

7 Si je viens à parler, ma douleur dure encore !


Si je devais me taire, en quoi cesserait-elle ?

8 Et maintenant la malveillance me pousse à bout,


Tu as jeté le trouble dans tout mon entourage.
9 Il se dresse contre moi, il est témoin à charge.
Mon calomniateur a juré contre moi.
10 Sa fureur me déchire, et il me persécute
Avec des dents grinçantes. Mes adversaires aiguisent
Leurs regards contre moi, 10 leur bouche est menaçante.
On m’insulte de gifles, on s’ameute contre moi.

11 Le Seigneur m’a livré au caprice d’un gamin !


Il voulait me jeter dans les mains de crapules !

12 Moi, je vivais tranquille quand il m’a secoué.


M’a saisi par le cou cherchant à me briser.
13 Il fait de moi sa cible, me cernant de ses traits.
Il transperce mes reins sans la moindre pitié,
Répand à terre mon fiel. 14 Il a ouvert en moi

49
Une brèche sur une brèche, et tel un guerrier
Il a foncé sur moi. 15 J’ai cousu sur ma peau
Un sac, j’ai enfoncé ma corne dans la poussière.

16 Mon visage est rougi par les larmes (versées),


Et c’est un voile d’ombre qui couvre mes paupières.
17 Pourtant il n’y a point de violence en mes mains,
Ma prière est pure. 18 Terre, ne cache pas mon sang.
Que rien n’arrête mon cri. 19 Voici que maintenant
J’ai un témoin au ciel. Mon défenseur se tient
Dans les hauteurs du ciel. 20 Ma clameur est montée
Au plus près d’Eloah tandis que devant lui
Ont ruisselé mes yeux. 21 Mais s’ils étaient arbitres,
Et s’ils plaidaient la cause d’un homme avec Yahvé,
Comme on plaide la cause d’un homme avec un homme !
22 Elles sont toutes comptées mes années à venir,
Et je me dois de prendre le chemin sans retour.

50
17 1 Mon souffle est épuisé et mes jours sont éteints.
À moi les sépultures ! 2 Ne suis-je point l’objet
De nombreuses railleries ? Mes yeux ne sont-ils pas
Constamment les témoins de toutes leurs perfidies ?

3 Oui, dépose, je t’en prie, ma caution près de toi,


Comme il n’y a personne qui veut taper pour moi.
4 Vraiment, tu as fermé leur cœur à la raison.
5 Tu ne permettras pas qu’ils puissent triompher.
Tel celui qui annonce aux amis un partage
Quand les yeux de ses fils languissent de misère.

6 Pour beaucoup de personnes, je deviens un proverbe.


Je suis celui à qui l’on crache sur le visage !
7 Mes yeux se sont fermés gonflés par le chagrin.
Mes membres tels une ombre se sont évanouis !

8 Même les hommes équitables se désolent de cela,


Et l’innocent s’indigne contre le mécréant.
9 Cependant l’homme juste persiste en sa conduite,
Et l’humain aux mains pures redouble d’énergie.
10 Quant à vous revenez ! Vous tous, revenez donc !
Je ne trouverai pas un sage parmi vous !

51
11 Mes jours se sont enfuis très loin de mes projets,
Les désirs de mon cœur changent la nuit en jour :
12 Oui, la lumière est proche en avant des ténèbres.
13 Mais quel est mon espoir ? D’habiter le Shéol,
Et d’étendre ma couche dans les sombres ténèbres !

14 À la fosse, j’ai crié : c’est toi qui es mon père !


À la vermine, j’ai dit : tu es ma sœur, ma mère !
15 Oui, quel est mon espoir ? Mon bonheur, qui le voit ?
16 Mais eux vont-ils descendre avec moi au Shéol ?
Nous enfoncerons-nous ensemble dans la poussière ?

52
la colère ne peut rien contre l’ordre de JuStice

18 1 Bildad de Shouakh prit la parole et dit :

2 Jusqu’à quand mettrez-vous des entraves aux paroles ?


Crois-tu que nous serons en retard pour parler ?
3 Serions-nous pour tes yeux comparables à des bêtes ?
4 Ô toi qui te déchires dans ton immense fureur,
La terre à cause de toi deviendra-t-elle déserte ?
Peut-on dire des rochers qu’ils quitteront leur place ?

5 La lumière des méchants, oui elle devra s’éteindre,


Et ses flammes de feu ne devront plus briller.
6 C’est bien sous sa tente que la lumière s’obscurcit,
7 Et ses pas vigoureux devront se rétrécir.
Le voilà qui trébuche dans ses propres desseins.

8 Oui, ce sont bien ses pieds qui le jettent dans les rets,
9 Et c’est encore un piège qui le prend au talon.
Là, un collet l’étreint. 10 Le nœud qui doit le prendre
Est caché dans la terre. Le piège est sur la route.

53
11 Et lui devient la proie de terreurs obsédantes
Qui le suivent pas à pas. 12 Sa force est affamée.
Le malheur est présent, debout à ses côtés.
13 C’est le mal qui dévore les lambeaux de sa peau.
Le Premier-Né de la Mort a rongé ses membres.
14 On l’arrache de sa tente où il était en paix,
Car on veut le traîner vers le Roi des frayeurs.
15 Tu habiteras la tente qui n’est plus à lui.
Et l’on voudra répandre sur son domaine du soufre.

16 Ses racines se dessèchent, en bas. Et sa ramure


Sera coupée, en haut. 17 Disparaît du pays
Son souvenir. Son nom s’efface dans la contrée.

54
19 Poussé de la lumière jusqu’aux sombres ténèbres,
Et du monde, on l’expulse ! 19 Il n’est point de lignée,
Ni de postérité pour lui parmi son peuple.
Et point de survivant en ses lieux de séjour.
20 Sa tragique fin frappe de stupeur l’Occident,
Et tous ceux de l’Orient en éprouvent un frisson.
21 Point d’autre sort pour les maisons de l’impiété,
Pour la demeure de qui n’a pas connu Yahvé !

le triomphe de la foi danS l’abaddon


De Dieu et des hommes

19 1 Et Job prit la parole pour s’exprimer ainsi :

2 Ne cesserez-vous pas de tourmenter mon âme,


De m’écraser encore avec tous vos discours ?
3 Voilà déjà dix fois que vous me méprisez,
Et vous n’avez point honte d’encore me maltraiter ?
4 Même si je fais fausse route, si je me trompe encore,
5 Toutes ces erreurs commises ne regardent que moi.

6 Sachez donc que c’est Dieu qui a violé mon droit,


Qui m’a enveloppé dans son (immense) filet.
55
7 Je crie à la violence, il n’est pas de réponse !
Et je peux appeler, il n’est pas de justice !
8 Il a muré ma porte d’un mur infranchissable,
Et c’est sur mes sentiers qu’il a mis des ténèbres.

9 Et il m’a dépouillé de ce qui m’honorait,


Comme il a écarté le nimbe de ma tête.
10 Il m’a sapé de toutes parts, et je trépasse.
Il déracine comme un arbuste mon espérance.

11 Comme il a enflammé sa colère contre moi,


Car il me considère au titre d’ennemi !
12 Alors ce sont ses troupes qui unies sont venues,
Elles sont arrivées à pratiquer un chemin.
Elles ont décidé d’un siège autour de ma tente.

56
14 Même mes frères ont voulu me tenir à l’écart,
Et ceux qui me connaissent ne font que s’éloigner.
15 Ils ont disparu mes proches et mes familiers,
Et ils m’ont oublié, les hôtes de la maison.

16 Même mes servantes me considèrent en étranger,


Et je suis devenu un intrus à leurs yeux.
17 J’appelle mon serviteur, il ne me répond pas,
Quand de ma propre bouche, il me faut l’implorer.

18 Le souffle de l’haleine est odieux à ma femme,


Et je suis même fétide aux fils de mes entrailles.
19 Les gamins ne m’ont témoigné que leurs mépris.
Et quand je me lève, ils déblatèrent contre moi.
20 Eux, tous mes confidents sont en horreur de moi.
Mes préférés se sont retournés contre moi.
21 Sous ma peau, ma chair est devenue pourriture.
Je ne sauve du désastre que la peau de mes dents.

22 Ayez pitié de moi, ayez pitié de moi


Vous, mes amis, car la main de Dieu m’a frappé.
23 Pourquoi me poursuivez-vous comme Dieu lui-même
De ma chair n’êtes-vous jamais insatiables ?

57
24 Ah ! Si seulement on écrivait mes paroles !
Si l’on pouvait les graver en une inscription !
25 Ce seraient le burin et le ciseau de fer
Qui pourraient les sculpter pour toujours dans le roc !

26 Mais moi, je sais que mon Défenseur est vivant,


Que lui, le dernier, se lèvera sur la terre.
27 Et c’est bien moi qui le contemplerais, oui, moi !
28 Oui, mes yeux le verront, non ceux qui languissent
En mon sein. [-------------------------------------------]

58
30 Vous essayez de dire : comment l’accablons-nous ?
Quel prétexte à procès trouverons-nous en lui ?
31 Vous devez plutôt craindre pour vous-même par l’épée,
Car le courroux s’enflammera contre les fautes,
Et vous saurez ainsi ce qu’est un jugement !

l’ordre de la JuStice eSt SanS exception

20 1 Sophar de Naamah prit la parole et dit :

2 C’est pourquoi mes pensées s’agitent pour te répondre,


Ce sont mes inquiétudes qui me font répliquer.
3 Car moi, j’ai entendu une leçon qui m’outrage,
L’inspiration de mon savoir me fait répondre.

4 Ne le sais-tu, depuis toujours, depuis que l’homme


Fut mis sur terre, 5 l’allégresse du méchant est brève
Et la joie de l’impie est de courte durée ?

6 Et sa taille pourrait bien s’élever jusqu’aux cieux,


Sa tête toucher la nue, 7 pareil à un fantôme,
Il périt à jamais. Ceux qui le voient s’expriment :
Où est-il ? 8 Il s’envole tel un songe disparu,
59
Et déjà il s’enfuit dans une vision nocturne.

9 L’œil qui pouvait le voir, ne le trouvera plus,


L’endroit où il était ne le connaîtra plus.
10 Ses fils devront donner pour la pitié des pauvres,
Ses propres mains devront restituer ses biens.
11 Ses os étaient remplis de vigueur juvénile.
La voilà avec lui couchée dans la poussière !

12 Il s’avère que le mal est nectar à sa bouche.


Sous sa langue, il le cache, 13 il le garde longuement.
Il le conserve encore. 14 Sa nourriture s’altère
Alors en ses entrailles. C’est un venin d’aspics
Là dans son intestin. 15 Et il lui faut vomir
Les richesses englouties. Dieu lui fait rendre gorge.

60
16 C’est un venin d’aspics qu’il était à sucer.
Une langue de vipère qui est à le détruire !

17 Il ne connaîtra plus les torrents d’huile fraîche,


Et les ruisseaux de miel et les flots de laitage.
18 Il doit rendre son grain et ne pas l’avaler.
Du fruit de son commerce, il ne pourra pas jouir.

19 Car il a pressuré avec force, l’indigent,


Et volé des maisons au lieu de les bâtir.
20 Non, il n’a pas connu l’apaisement du ventre.
21 Il ne sauvera rien de ses plus chers trésors

22 Il regorge de biens, la disette le saisit,


Tous les coups du malheur frapperont sa personne.
23 Dieu déchaîne sur lui l’ardeur de sa colère.
Il lance contre sa chair une multitude de traits.
24 S’il fuit l’arme de fer, l’arc d’airain le transperce.
25 Une flèche sort de son dos, un trait brillant du foie.

La réserve des terreurs va s’abattre sur lui,


26 Et toutes les ténèbres lui seront destinées.
Un feu que nul ne souffle viendra le dévorer,

61
Et viendra consumer ce qui reste sous sa tente.

27 Les cieux révèlent sa faute, la terre est contre lui.


28 Et c’est l’inondation qui emporte sa maison !
Des eaux qui coulent au jour de la colère divine !
29 Tel est le lot que Dieu veut donner au méchant,
Tel est le lot que la personne reçoit de Dieu !

62
Le démenti des faits

21 1 Et Job prit la parole pour s’exprimer ainsi :

2 Écoutez, écoutez ce que disent mes paroles.


Accordez-moi du moins cette consolation.
3 Laissez-moi dire un mot. Et quand j’aurai fini,
Libre à vous de railler. 4 En serait-il de moi
De m’en prendre à un homme ? En serait-il de moi
Que je perdrais patience ? 5 Prêtez-moi attention,
Vous serez stupéfaits. Peut-être mettrez-vous
La main sur votre bouche. 6 Moi je suis appuyé
Quand je dois y songer. Ma chair est effrayée.

7 Oui, pourquoi les méchants conservent-ils la vie ?


Pourquoi vieillissent-ils, et grandit leur puissance ?
8 Et leur postérité devant eux s’affermit !
Ils voient leurs rejetons s’établir sous leurs yeux !
9 La paix de leur maison ignore tout de la peur,
Et la verge d’Eloah sait bien les épargner !
10 Le taureau est fécond, il peut se reproduire.
Et la vache met bat. Non elle n’avorte pas.
Ils envoient leurs gamins s’amuser en troupeaux,
63
11Ils laissent leur marmaille bondir comme des cerfs !
12Ils chantent avec des harpes, avec des tambourins,
Ils sont à se réjouir au son du chalumeau.
13 Ils achèvent leur séjour profitant du bonheur,
Et c’est comblés de paix qu’ils iront au Shéol !

14 Or ils disaient à Dieu : détourne-toi de nous.


Nous ne recherchons pas à connaître tes voies.
15 Mais qui est Shaddaï pour que nous le servions ?
16 Quel profit aurions-nous à vouloir l’invoquer ?

64
17 N’est-ce pas en leurs mains que se trouve le bonheur ?
Le conseil du méchant n’est-il pas loin de Lui ?
18 Combien de fois la lampe du méchant s’éteint-elle ?
La ruine fond-elle sur lui ? Combien de fois fait-il
Trépasser les méchants ? 18 Et sont-ils comme paille
Envolée par le vent ? Sont-ils comme la balle
Prise dans un tourbillon ?

19 Eloah voudrait-il
À travers ses enfants lui donner pénitence ?
Que lui-même le punisse ! Ainsi il apprendra !
20 Et que ses propres yeux observent son infortune !
Qu’il soit à boire à la fureur de Shaddaï !

21 Qu’en serait-il pour lui du sort de sa maison


Quand la série de ses années sera brisée ?
22 Peut-on donner à Dieu des leçons de sagesse ?
C’est bien Lui qui juge les êtres supérieurs !

23 Tel autre encore se meurt en sa pleine perfection.


Au comble du bonheur et riche de quiétude,
24 Le flanc chargé de graisse, et la moelle de ses os
Apparaît tout humide ! 25 Et celui-là se meurt

65
L’amertume dans l’âme, sans savoir le bonheur !
25 Tous deux dans la poussière, ils iront se coucher
Et les vers les recouvrent !

27 Oui, je sais vos pensées,


Les réflexions perfides que vous forgez sur moi.
28 Vous dites : où est la maison de l’homme important ?
Mais où se trouve la tente, l’endroit du criminel ?

29 N’avez-vous pas interrogé les voyageurs ?


N’avez-vous pas interprété ce qu’ils disaient ?
30 Le méchant est en paix dans le jour de malheur.
Dans le jour des fureurs, il est mis à l’abri.

66
32 Mais qui donc lui reproche en face sa conduite,
Lui rend ce qu’il a fait ? 32 C’est bien lui qu’on escorte
Au cimetière. Et c’est un tumulus qu’il veille !

33 Comme les mottes du ravin lui semblent douces !


C’est encore derrière lui que tout le monde défile.
34 Mais que peuvent signifier vos vaines consolations ?
De toutes vos réponses, il reste le mensonge !

III - TROISIèME CYCLE DE DISCOURS


dieu ne châtie qu’au nom de la JuStice

22 1 Eliphaz de Teyman prit la parole et dit :

2 Serait-il bien à Dieu que l’homme puisse être utile


Quand celui qui est sage ne peut servir qu’à soi ?
3 Shaddaï serait-il ouvert à ta justice,
Tirerait-il profit de ta conduite intègre,
4 Serait-ce pour ta pitié qu’il te corrigerait,
Et qu’il serait rentré avec toi en justice ?
5 Ne serait-ce pas plutôt pour ta malice multiple,
Et pour tes injustices qui ne cessent d’en finir ?

67
6 Tu as pris à tes frères des gages injustifiés,
Dépouillant les habits de ceux qui étaient nus.
7 Tu ne remis point d’eau à qui fut assoiffé,
Tu refusais du pain à qui fut affamé.
8 C’est encore à l’homme fort que tu donnas la terre,
Car tu voulais y installer ton favori.
9 Tu congédiais les veuves, et leurs mains étaient vides !
Tu as osé broyer les bras des orphelins !

11 Voilà pourquoi autour de toi sont les lacets,


Voilà pourquoi les terreurs vont t’épouvanter !
12 La lumière s’obscurcit, et tu n’y vois plus rien !
C’est la masse des eaux qui déjà te submerge !

68
Eloah n’est-il pas au plus haut dans les cieux ?
Vois la tête des étoiles, comme elles sont élevées !
13Et tu en as conclu : que peut discerner Dieu ?
14Les nuages sont un voile, il ne distingue rien.
Il ne sait parcourir que le pourtour des cieux !

15Tu préfères emprunter le chemin des anciens,


Le chemin qu’ont foulé les partisans du mal.
16 Ils ont été détruits avant le temps venu.
Un fleuve s’est répandu noyant leurs fondations.
17 Car ils disaient à Dieu : détourne-toi de nous.
Que ferait Shaddaï ? 18 Or c’est lui qui comblait
Leurs maisons de bonheur tandis que les méchants
Se tenaient loin de lui.

19 Les justes le verront,


Ils pourront se réjouir. L’innocent se moque d’eux.
20 Elle est réduite à rien ce qui fait leur grandeur,
Le feu n’a pas détruit ce qui fait leur richesse ?

21 Réconcilie-toi avec lui, fais donc la paix.


Par ce moyen, tu recevras un revenu.
22 Et reçois de sa bouche tout son enseignement,

69
Oui, tu pourras placer ses paroles en ton cœur.
23 Si tu reviens à Shaddaï et t’humilies,
Si tu sais éloigner l’injustice de ta tente,
24 Si tu estimes l’or au titre de poussière,
Si tu dis que l’Ophir est caillou des torrents,
25 Shaddaï deviendra pour toi des lingots d’or,
Il deviendra aussi de l’argent en monceaux.

26 Alors de Shaddaï, tu te délecteras,


Et toi tu lèveras ta face vers Eloah.
27 Quand tu l’invoqueras, Lui il t’exaucera.
Et tu auras motif d’acquitter tous tes vœux.
28 Tu voudras une chose, elle te réussira.
Et sous tous tes chemins, brillera ta lumière.

70
30 Oui, c’est Lui qui abaisse la fierté des superbes.
31 Et c’est Lui qui délivre l’homme qui est innocent.
Que tes mains soient pures, tu te trouveras sauvé.

Dieu est loin et le mal triomphe

23 1 Et Job prit la parole pour s’exprimer ainsi :

2 Même aujourd’hui ma plainte se considère rebelle.


Ma main pesante s’étale sur mes gémissements.
3 Si du moins je savais le lieu où le trouver,
Je pourrais arriver jusqu’à sa résidence.
4 Et là, j’arrangerais un procès devant Lui.
Je remplirais ma bouche de récriminations,
5 Je connaîtrais les termes qu’il voudrait employer.
Je serais attentif à ce qu’il me dirait.

6 Jetterait-il toute sa force dans ce débat


Avec moi ? Il n’aurait qu’à ouvrir ses oreilles.
7 Il pourrait voir aussi un homme droit face à Lui.
Je me délivrerais pour toujours de mon juge.

71
8 Si je vais vers l’orient, je ne l’aperçois pas.
Je vais vers l’occident, je ne l’aperçois pas.
9 Si je le cherche au nord, il n’est pas discernable.
Je me tourne au midi, et il reste invisible.

10 Mais toutes mes démarches, il les connaît pourtant !


Qu’il me passe au creuset, j’en sortirai or pur !

11 Mon pied s’est résolu à poursuivre ses traces,


J’ai conservé sa voie. Non, je n’ai point dévié.
12 Je ne m’éloigne pas du précepte de ses lèvres.
Et j’abrite en mon sein les paroles de sa bouche.

72
14 Mais Il a décidé ! Qui l’en ferait changer ?
Ce qu’il a projeté, il peut bien l’accomplir.
15 Il applique sa sentence. Beaucoup de ses décrets
Sont tenus en attente ! 15 C’est pourquoi devant Lui,
Je me trouve terrifié. Plus il m’y faut songer,
Plus je suis en frayeur. 16 Dieu détruit mon courage.
Shaddaï m’a fait peur. 17 L’ombre me cache de lui,
Et c’est l’obscurité qui a voilé ma face !

24 1 Pourquoi à Shaddaï les temps sont-ils cachés ?


Et ceux qui le connaissent ne voient-ils pas ses jours ?
2 Il est en des méchants qui déplacent les bornes.
Ils dérobent le troupeau avec son pasteur.

3 C’est l’âne des orphelins que l’on veut emmener,


C’est le bœuf de la veuve que l’on retient en gages !
4 Ils forcent les indigents à quitter le chemin,
Les faibles du pays doivent se dissimuler.

5 Tels des onagres dans le désert, ils doivent partir


Pour leur travail dès l’aube en quête de nourriture.
C’est la steppe qui fournit du pain pour leurs enfants.
6 Et dans les champs, ils vont cueillir leurs provisions.

73
Là, ils ramassent des herbes dans la vigne du méchant.
10 Et nus, ils passent la nuit, ils sont sans vêtement.
Non, ils n’ont pas d’habits pour se couvrir du froid.

8 Et les voilà trempés par la pluie des montagnes.


Comme ils sont sans abri, ils étreignent le rocher.
7 Et nus, ils vont marchant ils sont sans vêtement.
9 Ce sont des affamés, et ils portent des gerbes.
11 C’est entre les murettes qu’ils écrasent les olives,
S’ils foulent au pressoir, ils sont encore assoiffés !

12 De la ville, on entend se lamenter les hommes,


Le souffle des victimes implore la vengeance.
Mais Eloah refuse d’entendre la prière !

74
14 Certains sont révoltés et haïssent la lumière.
Ils n’ont jamais voulu emprunter ses sentiers.

15 Le meurtrier se lève quand va poindre le jour.


Il veut assassiner le pauvre et l’indigent.
Et l’œil de l’adultère épie le crépuscule,
Il cherche à se convaincre : aucun œil ne me voit,
Il s’est voilé la face. Il perfore les maisons

16 Dans les ténèbres, qu’il avait repérées le jour.


Se cachent le jour ceux qui rejettent la lumière.

17 Pour eux tous, le matin représente l’instant noir.


Il connaît les terreurs des ténèbres épaisses.

18 Ils sont comme une épave flottant légère sur l’eau.


Et leur sort est maudit par les gens du pays.
Ils ont cessé de prendre le chemin vers leur vigne.

19 Sécheresse et chaleur emportent les eaux de neige.


Ainsi fait le Shéol qui emporte le pécheur.

20 Ils ont vite oublié le sein qui les porta.

75
Mais c’est bien la vermine qui d’eux fait ses délices.
Et plus jamais on ne mentionnera leurs noms.
Ainsi l’injustice est foudroyée comme un arbre.

21 Car il a maltraité la femme privée d’enfants,


Et il a refusé d’être bon pour la veuve.

22 Celui qui se saisit des tyrans avec force,


Surgit et lui retire l’assurance de la vie.
23 Dieu lui accorde de s’affermir en toute quiétude,
Mais ses yeux sont toujours à surveiller leurs voies.

76
25 Il s’élevait pour peu de temps, mais n’était rien.
Lui, il s’est affaissé comme la roche cueillie,
Et lui, il s’est fané telle la tête des épis.
26 S’il n’en est pas ainsi, qui me démentira,
Et qui pourra réduire mon discours à néant ?

Hymne à la Toute Puissance de Dieu

25 1 Bildad de Shonakh prit la parole et dit :

2 Chez lui, domination et redoutable force,


Celui qui fait régner la paix dans ses hauteurs.

3 Et peut-on dénombrer sa quantité de troupes,


Et peut-on se vanter d’éviter ses embûches ?

4 Comment un homme serait-il juste devant Yahvé,


Comment l’enfant né de la femme serait-il pur ?

5 La lune est sans éclat, les étoiles sont impures.


6 S’il le veut, comment serait l’homme, cette vermine,
Comment serait le fils de l’homme, ce vermisseau ?

77
26 5 Oui, ce sont bien les mânes qui tremblent sous la terre.
Les eaux, leurs habitants s’effraient. 6 Et devant lui,
Le Shéol est nu, et point de voile à l’Abaddon.

7 Il a tendu le septentrion sur le vide,


Et suspendu la terre. Elle tient sur le néant.

8 Oui, c’est dans ses nuages qu’il enferme ses eaux,


Mais sans que la nuée en crève sous leur poids.
9 Comme il sait recouvrir la face de la pleine lune
En déployant sur elle ce qui fait sa nuée.

78
11 Il a tracé un cercle à la surface des eaux,
Dans les confins de la lumière et des ténèbres.
12 Les colonnes des cieux ont subi des secousses,
Et elles sont frappées de stupeur à sa menace !

13 C’est avec sa puissance qu’il a fendu la Mer.


Par son intelligence, il a frappé Rahab.
14 Et c’est bien par son souffle qu’il a chassé les Cieux.
Oui, sa main a transpercé le serpent fuyard !

15 Tout cela a formé l’extérieur de ses œuvres,


Et nous n’en saisissons qu’un écho si infime !
Le tonnerre de la puissance, qui le comprendra ?

Bildad parle en l’air

26 1 Job prit la parole pour s’exprimer ainsi :

2 Comme tu sais assister l’homme qui est en détresse,


Et secourir le bras de qui est affaibli !
3 Tu donnes de bons conseils à qui est sans savoir,
C’est pourquoi ton savoir est fertile en ressources !
4 Mais ces nombreux discours, à qui s’adressent-ils ?

79
De qui est cet esprit qui est issu de toi ?

Job, innocent, connaît la Puissance de Dieu

27 1 Et Job dit, poursuivant l’exposé de son thème :

2 Oui, par le Dieu vivant qui me refuse justice,


Par Shaddaï qui a rendu ma vie amère,
3 Tant qu’un reste de vie voudra bien m’animer,
Que le souffle de Dieu viendra dans mes narines,
4 Je le jure : non, mes lèvres ne diront rien d’injuste,
Non, jamais le mensonge ne viendra sur ma bouche.
5 À Dieu, il ne plaît que je vous donne raison
Jusqu’à ce que j’expire, je jurerai encore
Ma pure intégrité. 6 Je tiens à ma justice,
Je ne lâcherai pas. Mon cœur ne me reproche
Non, aucun de mes jours. 7 Et que mon ennemi
Soit enfin reconnu comme étant criminel !
Que mon adversaire ait le sort de l’injustice !

8 Quel est l’espoir d’un mécréant quand il supplie,


Quand il veut élever vers Eloah son âme ?

80
9 Mais Dieu entend son cri lorsque s’étend sur lui
La détresse ? 10 Se délecte-t-il en Shaddaï ?
Lui, invoque-t-il Eloah en tout instant ?

11 Je vous enseignerai ce qu’est la main de Dieu,


Sans jamais vous cacher la pensée de Shaddaï.
12 Mais si vous tous, vous avez pu le constater,
Pourquoi donc faites-vous vainement cette chose ?

Discours de Shophar : le maudit

13 Voici le lot que Dieu réserve à l’homme méchant,


Le lot que les méchants reçoivent de Shaddaï !

14 Si nombreux que soient tes fils, l’épée les attend.


Ainsi leurs rejetons souffriront de la faim.
15 Ceux qui survivent seront enterrés par la Mort,
Sans jamais que leurs veuves ne puissent s’apitoyer !

16 S’il amasse de l’argent pareil à la poussière,


S’il entasse des habits pareils à de la boue,
17 Il peut bien entasser ! un juste les portera,
81
Et c’est un innocent qui détiendra l’argent !
19 La maison qu’il construit est comme celle de la teigne,
Oui, c’est comme une hutte qu’a construit un gardien.
20 Riche, il se couche, il ne recommencera pas.
Il a ouvert les yeux, mais il n’est déjà plus !

21 Puis la terreur l’atteint comme une trombe d’eau.


Un tourbillon l’enlève en une souple nuit !
22 Le vent d’Est le soulève, et il doit s’en aller,
Certes il veut l’enlever de l’endroit où il est.

23 Sans la moindre pitié, on se jette sur lui.


24 On bat des mains sur lui. De partout, on le siffle.

IV - éLOGE DE LA SAGESSE
la SageSSe inacceSSible à l’homme

28 1Certes, il existe des mines pour l’argent et pour l’or


Des lieux où l’on épure. 2 Le fer se tire du sol,
Et c’est la pierre fondue qui se transforme en cuivre.

3 On met fin aux ténèbres. Jusqu’à l’extrême limite,


On fouille la pierre obscure dans l’ombre de la mort.
82
4 C’est un peuple étranger qui perce des tranchées
Loin des lieux habités. Le voilà suspendu,
Oscillant loin des hommes. 5 La terre d’où sort le pain,
Fut ravagée en ses entrailles comme par le feu.
5 Alors les pierres sont le gisement du saphir
Ayant des poussières d’or.

7 Un sentier qui n’a point


Connu l’oiseau de proie, qui n’a point remarqué
8 L’œil aigu du vautour, non point ne l’ont foulé
Les bêtes féroces, point n’est passé le léopard.
9 L’homme s’attaque au silex. Il a bouleversé
Les montagnes à la base. 10 Oui, à travers les roches,
Il perce des galeries, et son œil est ouvert
Sur tout objet précieux. 11 Les origines des fleuves
Il les a explorées. Ce qui était caché,
Il a voulu le faire paraître à la lumière.

12 Mais la Sagesse elle-même, où se trouverait-elle


L’Intelligence elle-même, où se trouverait-elle ?
13 Celui qui est mortel, n’en connaît par le prix.
Elle ne se trouve pas dans la terre des vivants.

83
14 L’Abîme a déclaré : je ne le connais pas.
La Mer a ajouté : non, elle n’est pas chez moi.

15 On ne peut l’acquérir avec de l’or massif,


On ne peut l’acheter en pesant de l’argent.
16 Elle n’est pas évaluée avec l’or d’Ophir,
Avec l’agate précieuse, ou avec le saphir.
17 Et l’on ne peut lui comparer l’or ou le verre.
On ne l’échange point contre un vase d’or fin.
18 Les coraux, le cristal ne méritent pas mention.
Il vaudrait mieux pécher la sagesse que les perles.
19 Auprès d’elle, la topaze de Coush est sans valeur.
Avec l’or pur, non elle n’est pas évaluée.

20 Mais la Sagesse elle-même, où se trouverait-elle ?


L’Intelligence elle-même, où se trouverait-elle ?

21 Elle a été cachée aux yeux de tout vivant,


Elle a été cachée à l’oiseau dans le ciel.

22 L’Abaddon et la Mort ont tous deux déclaré :


23Vos oreilles ont eu bruit de sa grande renommée.

84
24 Oui, Elohim en a discerné le chemin,
Et c’est lui qui a connu où elle se trouvait,
25 Comme jusqu’aux confins de la terre, il regardait.
Il apercevait tout ce qui est sous les cieux.

26 Lorsqu’il voulut donner au vent son équilibre,


Lorsqu’il voulut jauger la mesure des eaux,
27 Lorsqu’il voulut imposer des lois à la pluie.
28 C’est alors qu’il la vit et put évaluer,
Qu’il put l’examiner et qu’il put la scruter !

29 Alors il dit à l’homme : la crainte du Seigneur


C’est la Sagesse ! Fuit le mal, c’est l’intelligence !

85
V - CONCLUSION DU DIALOGUE
Plaintes et apologie de Job : A - leS JourS d’antan

29 1 Et Job dit, poursuivant l’exposé de son thème :

2 Ah ! Que ne suis-je tel que j’étais aux temps passés


Dans les jours où Eloah me sauvegardait,
3 Quand il faisait briller son flambeau sur ma tête,
Et qu’à la lumière, je traversais les ténèbres !

4 Tel que j’étais aux jours féconds de mon automne,


Quand Eloah acceptait de cerner ma tente,
5 Quand Shaddaï se tenait encore avec moi,
Tandis qu’autour de moi se tenaient mes garçons,
6 Et tandis que mes pieds baignaient dans du laitage,
Que des ruisseaux d’huile s’écoulaient pour moi du roc !

7 Ainsi quand je sortais vers la porte de la ville,


Quand sur la place, je m’installais avec mon siège,
8 Les jeunes gens me voyaient, ils allaient se cacher,
Les vieillards me voyaient, mais eux restaient debout.

86
9 Ceux que l’on dit notables retenaient leurs paroles,
Et ils mettaient leurs mains pour contenir leurs lèvres.
11 Oui, la voix des Seigneurs expirait sur leurs bouches
C’est ainsi que leur langue se collait au palais.

21 Eux cois, ils écoutaient, attendant mon avis.


22 Après que j’eus parlé, aucun ne répliquait.
Et sur eux, une à une, venaient choir mes paroles.
23 Pourtant ils m’attendaient comme on attend la pluie,
Et ils ouvraient leur bouche comme pour l’ondée tardive.

24 Si je leur souriais, ils n’osaient pas y croire.


La lumière de mes faces ne les abattait pas.
25 Je leur traçais d’autorité la route à suivre,
Et j’étais comme un roi au milieu de ses troupes,
J’étais comme quelqu’un qui console des affligés.

87
13 L’oreille qui m’entendait, me proclamait heureux,
Et l’œil qui me voyait me rendait témoignage.
14 Car j’avais délivré le pauvre qui criait,
Et l’orphelin qui ne possède aucun appui.

15 La bénédiction du mourant allait à moi,


Je mettais de la joie dans le cœur de la veuve.
16 Je me revêtais d’équité comme d’une parure.
Mon droit était pareil au manteau, à la tiare.

17 J’étais les yeux de l’aveugle, les pieds du boiteux,


18 Et j’étais comme un père pour tous les indigents.
La cause de l’inconnu, je voulais l’étudier.
19 Et je brisais les crocs de qui était injuste,
Et de ses dents, je voulais arracher sa proie.

20 Je me disais : quand j’expierai dans mon nid,


J’aurai des jours nombreux comme les grains de sable :
21 Ma racine trouve l’eau, la rosée se dépose
La nuit dans mon feuillage. 20 Mon prestige gardera
Sa fraîcheur. Dans ma main, mon arc reprendra force.

88
B - Détresse présente

30 1 Maintenant des plus jeunes, je deviens la risée,


Eux dont les pères étaient trop vils pour mon regard,
Pour se mêler avec les chiens de mon troupeau !

2 La force de leurs mains, à quoi m’eût-elle servi ?


Leur vigueur n’était plus, desséchée par la faim,
La disette. 3 Ils rongeaient les racines de la steppe,
Lugubre terre de désolation et d’horreur !

4 Ils récoltaient l’arroche et les feuilles des buissons,


Et ils faisaient leur pain des racines du genêt.
5 Ils étaient expulsés du milieu des humains.
On criait après eux comme après des voleurs.
6 Ils devaient habiter sur les flancs des ravins.
C’était dans des grottes, ou des crevasses de rocher.

7 Et parmi les buissons, on les entendait braire !


Là-bas, sous le charbon, ils étaient entassés !

8 Une troupe méprisable et des gens sans aveu,


Ils se voient de partout expulsés du pays !
89
9 Maintenant, moi je suis devenu leur chanson,
Et me voici leur fable ! 10 Ils sont saisis d’horreur,
Ils se tiennent à distance. Ils me crachent au visage.

11 Il a défait son arc, et il m’a terrassé,


Celui qui de ma face a rejeté le mors.

12 A ma droite, ils se lèvent ceux qui forment une engeance,


Dans un lacet, ils ont voulu jeter mes pieds,
Et ils ont remblayé des chemins contre moi,
Et défait des sentiers dans l’espoir de me perdre.

13 Déjà ils escaladent, personne ne les arrête.


14 Par une large brèche, les voilà qui arrivent.
Oui, ils se sont roulés au milieu des fracas.
15 Là, des terreurs se sont dirigées vers moi.
Mon assurance est éloignée comme par le vent !
Il passe comme un nuage, mon espoir de salut !

16 Et maintenant la vie en moi va s’écrouler,


Des jours de tristesse viendront me saisir la nuit,
17 Le mal perce mes os, mes veines ne dorment pas.
18 Avec une grande force, il tient mon vêtement,

90
Et je me sens serré au col de ma tunique.
20 Puis il a cherché à me plonger dans la boue.
Je me compare à la poussière et à la cendre !

21 Je veux crier vers Toi, tu ne me réponds pas.


Si je me tiens debout ton regard me transperce.
22 Toi, tu es devenu cruel à mon égard,
Et ta main vigoureuse s’acharne encore sur moi !

23 Tu m’emportes vers le vent, tu me fais chevaucher.


Tu me fais ballotter par les vents des tempêtes.
24 Je sais que tu me fais retourner vers la Mort,
Et c’est le rendez-vous de tout être vivant !

25 Pourtant ai-je porté la main sur l’indigent,


Si, dans son infortune, il suppliait vers moi ?
26 N’ai-je pas pleuré sur ceux dont la vie est ingrate ?
Mon âme ne s’est-elle pas penchée sur l’indigent ?
27 J’espérais le bonheur, le malheur est venu.
J’attendais la lumière, voici l’obscurité !

28 Et mes entrailles en sont à toujours fermenter !


Oui, des jours d’infortune sont venus m’accabler !

91
29 J’ai marché tout bruni sans le fait du soleil,
Je me suis levé dans l’assemblée, j’ai crié.
30 Et je suis devenu un frère pour les chacals,
Oui, devenu un compagnon pour les autruches !

31 Ma peau tout noircie s’est détachée de moi,


Et mes os sont brûlés par le feu de la fièvre.
32 Ma harpe est accordée à l’instrument de deuil,
Mon chalumeau émet à la voix des pleureurs !

92
Apologie de Job

31 1 Pourtant j’avais conclu un pacte avec mes yeux,


Je refusais de faire attention à une vierge.

2 Or, quel partage Yahvé propose-t-il de là-haut ?


Oui, quel lot, Shaddaï envoie-t-il de son ciel ?
3 N’est-ce pas le malheur qu’il réserve à l’injuste,
L’adversité pour les fauteurs d’iniquité ?

4 Lui, ne pourrait-il pas observer mes chemins ?


Lui, ne pourrait-il pas dénombrer tous mes pas ?
5 Moi, j’aurai donc marché en présence du mensonge
Et vers la fausseté, j’aurai hâté mon pied ?

6 Oui, qu’il veuille me peser sur une balance exacte,


Qu’Eloah reconnaisse enfin ma perfection !
7 Si mes deux pieds se sont éloignés de ma voie,
Et si mon cœur a été entraîné par mes yeux,
Et si mes mains ont adhéré à une souillure,
8 Un autre peut manger ce que moi, j’ai semé !
Et mes jeunes pousses, on peut les déraciner !

93
9 Si mon cœur a été séduit par une femme,
Si à la porte de mon prochain, j’ai fait le guet,
10 Que pour autrui ma femme aille tourner la meule !
Les autres pourront bien commencer avec elle !

11 Oui, j’aurais commis là une impudicité !


Ceci est un forfait passible de justice.
12 C’est un feu qui dévore jusqu’à la Perdition !
Et toute ma récolte, il la consumerait.

14 Si j’ai méconnu les droits de mon serviteur,


Et ceux de ma servante en litiges avec moi,
15 Que m’arrivera-t-il quand Dieu se lèvera ?
Quand il fera enquête que lui répliquerai-je ?
Quel partage Yahvé propose-t-il de là-haut ?
16 Car Il les a conçus comme moi dans le ventre,
C’est bien un même Dieu qui nous fit dans le sein !

38 Si mon terrain a crié vengeance contre moi,


Et si les sillons se sont répandus en larmes,
39 Si j’ai osé manger de son fruit sans argent,
Et si j’ai fait soupirer ses propriétaires,
40a Qu’à la place du blé vert, se développe la ronce,

94
Qu’à la place de l’orge, s’en vienne l’herbe puante !

17 Ai-je été insensible à la demande des pauvres ?


Ai-je laissé se languir les regards de la veuve ?
18 Ai-je mangé seul mon pain oubliant l’orphelin ?
19 Moi, j’étais un père qui dès l’enfance l’élevait.
Au sortir de la mère, je dirigeai la veuve.

20 Ai-je vu un miséreux alors sans vêtement


Ou un indigent sans habit ? 20 Alors ses reins
Ne me bénissaient pas ? La laine de mes agneaux
Ne le réchauffait pas ?

21 Ai-je agité la main


Pour frapper l’innocent ? Je savais qu’à la porte,
Je tenais un appui ? 22 Alors que mon épaule
Se détache de ma nuque, et que mon bras se casse
À la hauteur du coude, 23 car la terreur de Dieu
Aurait fondu sur moi ! Je ne pourrais tenir
Devant sa majesté !

24 Aurai-je placé dans l’or


Ma confiance ? Aurai-je dit à l’or fin, mon espoir ?

95
25 Me serais-je réjoui pour ma grande richesse
Et pour ce que ma main avait beaucoup gagné ?

27 À la vue du soleil brillant dans son éclat,


De la lune radieuse avançant dans sa course,
28 Mon cœur, dans son secret, s’est-il laissé séduire ?
Je leur ai de la main envoyé un baiser ?

29 C’eût été accomplir une faute criminelle,


J’eusse ainsi renié le Dieu puissant d’en haut !

30 Ai-je pris plaisir à la ruine de mon ennemi,


Ai-je exulté quand le malheur l’avait atteint ?
31 Je n’ai jamais permis à ma langue de pécher,
De lui donner la mort dans une malédiction.

32 Et les gens de ma tente, eux ne disaient-ils pas :


“ Mais qui donc n’a-t-il apaiser de sa viande ? ”
33 Un étranger ne passait point la nuit dehors.
Ma porte était ouverte à celui qui passait.

34 Ai-je dissimulé tel un homme mes transgressions,


35 Ai-je enfoui mon tort dans mon intégrité ?

96
Je pouvais redouter le mépris des familles,
Me suis-je tenu coi n’osant franchir la porte ?

36 Mais qui me donnera une personne attentive ?


J’ai dit mon dernier mot. Que Shaddaï réponde !
Quant au libelle qu’a écrit ma partie adverse,
37 Je n’aurai pas à le porter sur mon épaule ?
Je ne le nouerai pas en couronnes pour moi.
38 Je lui ferai connaître le nombre de mes pas.
Oui, tel un chef je me présenterai à lui.

40b Les paroles de Job sont ainsi achevées.

97
III - leS diScourS d’elihu
intervention d’elihu

32 1 Et ces trois hommes cessèrent de répliquer à Job


Car ils l’estimaient juste. 2 La colère d’Elihu
Lui, fils de Burakel, de la famille de Ram,
S’enflamma contre Job. Celui-ci prétendait
Avoir raison sur Dieu. 3 Sa colère s’enflamma
Contre ses trois amis. Ils n’avaient pas trouvé
De réponse, et avaient condamné Elohim.

4 Elihu avait entendu quand ils parlaient


Avec Job, car ils étaient ses anciens en jours.

5 Quand Elihu vit que ces trois hommes dans la bouche


N’avaient pas de réponse, sa colère s’enflamma.

6 Elihu, le fils de Barakel, le Bouzite,


Prit la parole et dit :

98
Exorde

Je suis petit par l’âge,


Vous êtes des anciens, c’est pourquoi j’ai eu peur,
Et j’ai craint de vous manifester mon savoir.

7 Pourtant, je me disais : l’âge saura bien parler,


Les nombreuses années livreront la sagesse.

8 Mais à la vérité, c’est un souffle dans l’homme,


C’est l’esprit du Puissant qui rend intelligent.
9 Ce n’est pas le grand âge qui assure la sagesse,
Ce n’est pas la vieillesse qui discerne la justice.

11 Aussi je vous invite, vous tous, à m’écouter,


Je vais manifester à présent mon savoir.
12 Jusqu’ici, j’attendais beaucoup de vos paroles,
Et j’ouvrais mon oreille à vos raisonnements,
Tandis que vous étiez à rechercher vos mots.

13 C’était sur vous que je fixais mon attention,


Mais aucun d’entre vous n’a répondu à Job.
Non, aucun d’entre vous n’a réfuté ses dires.
99
14 Ne dites pas : nous avons trouvé la sagesse.
La doctrine est divine. Non, elle n’est pas humaine.
15 Ce n’est pas de la sorte que je répliquerai,
Je répondrai à Job en usant d’autres termes.

16 Ils étaient éperdus ! Ils ne pouvaient répondre,


Et les mots leur manquaient. 16 Et je devais attendre,
Ils ne répondraient pas. Ils se sont arrêtés
De donner la réplique. 17 La réplique, c’est bien moi
Qui pourrais la donner. Je possède du savoir.

18 Comme je suis plein de mots ! Comme je suis oppressé


Par un souffle intérieur ! 19 C’est pourquoi dans mon sein
C’est comme un vin nouveau qui n’aurait pas d’issue,
Comme un vin qui ferait crever les outres neuves.

21 Laissez-moi donc parler, je serai soulagé,


Oui, j’ouvrirai mes lèvres et je répliquerai.
22 Car je ne prendrai pas le parti de personne.
23 Je ne possède pas l’art de la flatterie.
En peu de temps, m’emporterait mon Créateur.

100
La présomption de Job

33 1 Mais que tu veuilles, ô Job, entendre mes paroles,


Et à tous mes discours proposer une oreille !

2 Toi, tu peux l’observer, je vais ouvrir la bouche,


Et ma langue articule des mots sur mon palais.

3 Mon cœur pourra livrer des paroles de sagesse,


Mes lèvres pourront dire ce qu’est la vérité.

5 Si tu en es capable, tu sauras réfuter !


Propose tes raisons et tiens-toi devant moi.
6 Vois, je suis comme toi. Je ne suis pas un Dieu.
Et tout pareil à toi, d’argile je fus pétri.

4 C’est le souffle de Dieu qui m’aura animé,


L’haleine de Shaddaï qui m’aura vivifié.
7 C’est pourquoi ma terreur ne te fera pas peur,
Ma main ne saura pas peser sur ta personne.

8 Comment as-tu pu prononcer à mes oreilles,


Car j’ai bien entendu le son de tes paroles :
101
9 Je suis pur, sans péché. Je suis intact, sans faute ?

10 Voici qu’il a trouvé des prétextes contre moi.


Oui, tel un adversaire, il m’a considéré !
11 N’aurait-il pas soumis mes pieds à des entraves,
N’a-t-il pas cherché à épier mes démarches ?

12 Or, en cela, je te réponds, tu as eu tort,


Car Eloah est bien plus grand que tout humain.
13 Pourquoi le chicanes-tu ? Car il ne dit rien
À toutes tes paroles ? 14 Dieu parle d’une façon,
Puis s’exprime autrement sans qu’on prête attention.

102
16 C’est alors par les rêves, dans les visions nocturnes,
Quand un profond sommeil s’abat sur les humains,
Quand ils sont endormis étendus sur leur couche,
17 Alors Il lui arrive de lui ouvrir l’oreille.
Il met son sceau sur la violence qu’il lui inflige.

18 C’est pour le détourner de ses agissements,


Et c’est pour préserver les puissants de l’orgueil.
19 Ainsi il préserve leur âme de la perdition,
Comme il épargne leur vie de passer sous le glaive.

20 Il le corrige par la souffrance sur le grabat,


Par un continuel tremblement de ses os.
21 Sa vie est dégoûtée de toute nourriture,
Son âme repousse les mets les plus délicieux.
22 Sa chair se consumant disparaît à la vue.
Ses os sont amaigris. Ils sont inexistants.
23 C’est que son âme s’est présentée devant la Fosse,
Sa vie s’est proposée au séjour de la Mort !

24 Mais s’il y a tout près de lui un messager,


S’il y en a un seul pris parmi un millier
Qui rappelle à l’humain son ordre à accomplir,

103
25 Qui prend pitié de lui et qui veuille lui dire :
“ Ne lui impose pas à descendre à la fosse.
J’ai trouvé la rançon qui dispose à la vie ”,
26 Sa chair retrouvera la fraîcheur juvénile,
Il reviendra aux jours de son adolescence.

27 Il invoque Eloah qui se complaît en lui,


Il lui permet de voir sa face dans l’allégresse.
Il rémunère ainsi la droiture du mortel.

104
29 Et celui-ci regarde les hommes, puis dit ceci :
J’avais péché, et j’avais fait dévier le droit.
Dieu ne m’a pas puni selon la faute commise.
30 Mon âme est exemptée de passer par la Fosse,
Et ma vie pourra jouir encore de la lumière.

31 Voilà tout ce que Dieu a fait deux fois, trois fois,


Pour l’humain, 30 pour ramener son âme de la fosse,
Pour que brille sur lui la lumière des vivants !

32 Sois attentif, Job, écoute-moi bien. Tais-toi,


J’ai encore à parler. 32 Si tu as quelque chose,
Réplique-moi, parle, je veux te donner raison.
33 Sinon, prête-moi intérêt, et fais silence.
Oui, ainsi je pourrais t’enseigner la sagesse.

L’échec des trois Sages à disculper Dieu

34 1 Elihu reprit son discours et s’exprima :

2 Ô vous qui êtes sages, écoutez mes paroles,


Vous qui êtes savants, prêtez-moi une oreille.
3 L’oreille sait discerner les différentes paroles,

105
Comme le palais sait apprécier la nourriture.
4 Examinons pour nous ce qui semble justice.
Et ce qui semble bien, sachons le discerner.

5 Lui, Job a déclaré : Moi, je suis dans mon droit,


6 Dieu me refuse justice. Ma plaie est incurable,
Mais je suis innocent. 7 Qui donc ressemble à Job ?
Il boit la moquerie comme l’on boit de l’eau !
8 Il est en compagnie des fauteurs d’injustice,
Et il fait cause commune avec les malfaiseurs.
9 Oui, c’est lui qui a dit : l’homme n’a point de profit
À toujours rechercher le bon plaisir de Dieu.

106
11 Écoutez-moi, hommes de bons sens ! Loin de Dieu
Est la méchanceté, l’injustice du Puissant !
12 Il sait donner à l’homme selon l’œuvre accomplie,
Par son comportement, il sait traiter chacun.
13 Pour dire la vérité, Dieu ne fait aucun mal,
Et le Puissant ne veut pas fausser la justice !

14 Mais qui lui a confié à diriger la terre,


Et qui donc l’a chargé de l’univers entier ?
15 S’il avait la pensée de ramener son souffle,
S’il retirait à lui son esprit et son souffle,
16 Toutes les créatures périraient en un temps,
L’homme s’en retournerait à la (vile) poussière.

17 Si tu as de l’intelligence, écoute ceci.


Dispose ton oreille au son de mes paroles.
18 Un ennemi du droit saurait-il gouverner ?
Pourrais-tu condamner le Juste Tout-puissant ?

19 Dit-on au roi : vaurien, à des nobles : méchants ?


Et traite-t-on alors les grands de criminels ?
20 Lui seul ne prendra pas le parti pour un prince.
Il ne distingue pas le riche de l’indulgent.

107
Car ils sont tous les deux les œuvres de ses mains.
21 Ils meurent en un instant au milieu de la nuit.
Il écarte un tyran sans qu’une main se lève.

22 Ses yeux ont surveillé toutes les voies de l’homme,


Tous les pas sont vus. 22 Point de ténèbres ni ombre
Pour que puissent se cacher les fauteurs d’injustice.
23 Non, il n’impose pas d’assignation à l’homme,
S’il lui faut comparaître devant Lui en justice.
24 Il peut briser les grands, nul besoin de procès,
Il en constitue d’autres qui s’imposent à leur place.
25 Car il connaît leurs œuvres. Il les renverse la nuit,
Et ils sont écrasés. 26 b Pour leur méchanceté,
Il les soufflette, et en public, il les enchaîne.

108
27 Si l’on réplique : “ Ils se sont détournés de Lui,
Ont ignoré ses voies 28 jusqu’à faire s’élever
Vers Lui le cri du pauvre, jusqu’à Lui faire entendre
L’appel des indigents. 29 Mais Il reste immobile
Et personne ne l’ébranle ! Il peut voiler sa face,
Personne ne l’aperçoit ! ”

Non ! Lui prend en pitié


Les nations et les hommes, 30 refusant qu’un pervers
Puisse régner et tendre des filets pour le peuple.

33 Si quelqu’un dit à Dieu : “ Certes, je fus réduit


Mais j’abolis le mal. 32 J’ai péché, instruis-moi.
J’ai commis l’injustice. Mais j’en cesserai là ”.

33 D’après ce que tu penses, Il rendra la pareille ?


Toi qui as méprisé ce qu’était la leçon,
Toi, tu peux apprécier. Je n’en suis pas capable.
Dis donc ce que tu sais !

34 Des gens me le diront,


Des gens qui sont sensés, comme tout sage qui écoute :
35 Ce grand parleur de Job ne sait pas ce qu’il dit.

109
Ces paroles ne sont pas données à la raison !

36 Je veux qu’il soit examiné jusqu’à la fin,


Car ces réponses sont dignes de celles des mécréants.
37 Et il ajoute à son péché la rébellion :

Oui, parmi nous il met en doute sa transgression,


Et il va prodiguant ses propos contre Dieu !

110
Dieu n’est pas indifférent aux affaires humaines

35 1 Elihu reprit son discours et s’exprima :

2 As-tu considéré ceci comme judicieux ?


As-tu pensé : ceci est justice devant Dieu ?
3 Toi tu dis : que t’importe, que te fais-je si je pèche ?
4 Moi, je veux te répondre, à tes amis aussi.

5 Observe les cieux et vois. Considère les nuages.


Ils sont plus hauts que toi. 6 Si tu viens à pécher,
Que produis-tu en lui ? Multiplie tes révoltes,
Mais que lui feras-tu ? 7 Si tu te prétends juste,
Que peux-tu lui donner, que prend-il de ta main ?
À un homme comme toi va la méchanceté !
8 C’est bien pour des mortels qu’est faite ta justice !

9 Il est vrai, on ne plaint pas l’excès d’oppression,


On peut crier contre la tyrannie des grands.
10 Mais nul ne pense à dire : où est Dieu, mon auteur
Lui qui fait retentir les mélodies de nuit,
11 Lui qui nous instruit par les bêtes de la terre,
Qui fait de nous des sages par les oiseaux du ciel.

111
12 Dès lors ils peuvent crier mais qu’Il leur réponde.
C’est à cause de l’orgueil qui habille les méchants.
13 Quelle vanité de dire : Dieu ne peut pas entendre,
Et c’est bien Shaddaï qui ne remarque rien !

14 Tu prétends insister : Non, il ne peut pas voir.


Mon procès est là devant lui, j’attends toujours !
15 Et tu veux ajouter : sa colère est pour rien,
Et Il semble ignorer la révolte de l’homme.
16 Oui, Job ouvre sa bouche pour parler dans le vide,
C’est par manque de science qu’il multiplie les mots.

112
Le vrai sens des souffrances de Job

36 1 Elihu poursuivit et s’exprima ainsi :

2 Supporte-moi un peu et laisse-moi t’instruire,


3 Car je n’ai pas tout dit des paroles d’Eloah.
Ainsi je chercherai mes raisons au plus loin
Afin de justifier celui qui m’a conçu.
4 Il est que mes paroles ignorent la fausseté,
C’est un parfait en science qui se trouve près de toi.

5a Oui, Dieu s’avère immense comme il possède la force.


Il n’a pas méprisé ceux dont le cœur est pur.
6 Il refuse de laisser le méchant exister,
7 Mais il fait triompher le droit de l’indigent.
Non, il n’enlève pas au juste son bon droit.
Pourtant il avait placé des rois sur le trône,
Lui, il cherchait à les faire siéger pour toujours.
Certains voulaient se recouvrir d’exaltation,
8 Et les voilà liés, soumis à des entraves.

9 Il dévoile les actes et les fautes d’orgueil


Qu’ils ont osé commettre. 10 Il ouvre leurs oreilles,

113
C’est pour les avertir. 11 Et s’ils veulent écouter,
S’ils deviennent dociles, leurs jours s’écouleront
Dans le bonheur, et leurs années dans les délices.

11 Mais s’ils n’écoutent pas, ils passent par le Canal,


Ils doivent agoniser par manque de connaissance.
12 Les hypocrites de cœur qui conservent la rancune,
Qui ne crient pas à l’aide quand ils sont entravés,
14 Se meurent dans la jeunesse, leur vie est méprisée.
16 Il a sauvé le malheureux par sa misère,
Et c’est par la détresse qu’il lui ouvre l’oreille.
17 Oui, toi aussi, il veut t’arracher à l’angoisse.
Ce sera l’abondance sans restriction aucune,
Et ta table sera regorgeante de graisse.

18 Si tu as dû subir la violence du méchant,


C’est que violence et justice forment une force.
19 Crains donc que le dépit ne crée de nouveaux coups,
20 Qu’une forte rançon ne te fasse dévier !
21 Et garde-toi de te laisser aller au mal.
22 Mais Dieu peut-il priser tous tes cris suppliants
Pour vouloir t’épargner souffrance et dur effort ?

114
Hymne à la sagesse toute puissante

22Vois, Dieu est souverain dans sa toute puissance.


Quel maître prétendrait enseigner comme lui ?
23 Qui lui a imposé la direction à suivre ?
Qui oserait lui dire : tu commets l’injustice ?

24 Tu dois songer plutôt à célébrer son œuvre


Qu’ont honorée les hommes. 25 Tout humain la contemple,
Peut l’admirer de loin. 26 Voici, Dieu est immense,
Il dépasse notre science. Le nombre de ses ans
Ne peut être compté.

27 Il attire les gouttes d’eau.


Il pulvérise la pluie, et elle devient brouillard.
28 Des nuages les déversent, et la font ruisseler
Sur la foule des humains.

29 Qui comprendra aussi


Le déploiement des nues ? le bruit sourd de sa tente ?
30 Il étend sa lumière, et il a découvert
Les racines de la mer. 31 Oui, c’est par les nuages
Qu’il alimente le peuple, et redistribue
115
L’abondante nourriture.

32 Ses deux paumes, de flammes,


Il les a recouvertes. Il lui ordonne une cible.
34 Et le bruit du tonnerre accompagne la foudre.
Oui, le troupeau lui-même en pressent son approche.
37 1 C’est aussi ce qui jette la frayeur dans mon cœur,
Et c’est ce qui le fait vivement sursauter !
2 Oui, prêtez attention au fracas de sa voix,
Ainsi qu’au grondement qu’il sort hors de sa bouche !
3 Son éclair est lâché sous l’étendue des cieux,
Et celui-ci atteint les pourtours de la terre !

4 Puis sa voix retentit derrière lui, car Dieu tonne


De sa voix magnifique. Il ne les retient pas
Ses foudres et ses éclairs quand elle s’entend sa voix !
5 C’est Dieu qui par sa voix accomplit des merveilles.
Il fait de grandes choses que nous ne savons pas.

6 Quand il dit à la neige : abats-toi sur la terre,


Aux averses : pleuvez dru, 7 alors il peut suspendre
L’activité des hommes, et chacun reconnaît
L’œuvre qu’il a formée.

116
8 La bête va au repaire,
Elle regagne sa tanière. 9 De la Chambre australe
Sort l’ouragan. Les vents du nord amènent le froid.
10 Par le souffle de Dieu est produite la glace,
11 Et se solidifient les étendues des eaux.

12 S’en vient le beau temps qui emporte les nuages,


Qui éloigne les nuées remplies de leurs éclairs.
Et ces derniers s’en vont, et ils tournoient en cercles.
Ils exécutent ses ordres sur son monde terrestre.
13 Soit pour un châtiment, il fait sa volonté.
Soit pour miséricorde, il la fait s’accomplir.

14 Prête l’oreille à ceci, Job, et réfléchis.


Arrête-toi à toutes les merveilles de Dieu.
15 Pourrais-tu dire comment Eloah leur commande,
Et comment sa nuée fait briller un éclair ?
16 Pourrais-tu dire comment il suspend les nuées
En équilibre, miracles du Parfait en science ?

17 Mais toi tu as pourtant des vêtements brûlants.


Quand se repose la terre sous le vent du midi,
18 Viendras-tu pour étendre avec Lui des nuages ?

117
Les durcir comme un miroir de métal fondu ?

19 Toi, fais-nous donc savoir ce que nous devons dire :


À cause des ténèbres, nous manquons d’arguments !
20 Si je viens à parler, retient-il mes paroles ?
Serait-il informé des décisions de l’homme ?

21 Il suffit d’un instant, la lumière disparaît,


La voilà obscurcie par les nombreux nuages.
Le vent passe, les balaie. 22 Du nord vient la clarté.
Tout autour d’Eloah est la gloire redoutable.
23 C’est pourquoi Shaddaï, nous ne l’atteignons pas.
Il est suprême en force et dans le jugement.
Il est maître en justice, non il n’opprime pas.
24 Mais il sait s’imposer à la crainte des hommes.
Il ne tient aucun compte de qui se prétend sage.

IV - LES DISCOURS DE YAHVE


PREMIER DISCOURS
La Sagesse créatrice confond Job

38 1 Yahvé répond à Job du sein de la tempête,

118
Il dit :
2 Quel est celui qui brouille la providence
En usant des propos dépourvus de raison ?
3 Tu peux ceindre tes reins et imiter le brave :
Je te questionnerai et tu sauras m’instruire.

4 Mais où donc étais-tu quand je fondai la terre ?


Exprime-toi si ton savoir est éclairé !
5 Qui fixa ses mesures, tu pourrais l’expliquer ?
Qui a bien voulu tendre sur elle le cordeau ?
6 De quelle façon ses socles ont été enfoncés,
Et qui donc a posé son fondement de base ?
7 Les étoiles du matin jubilaient de concert,
Et tous les Fils de Dieu exultaient de bonheur !

8 Mais qui a enfermé à deux habitants la mer,


Quand elle sortit, bondissante du sein maternel ?
9 Et quand je lui donnais les brumes pour se vêtir,
Oui, quand je la langeais avec des nuées sombres ?

10 Je lui ai imposé de tenir mes limites,


Et j’ai voulu placer des portes et des verrous.
11 Je dis : “ Viens jusqu’ici. Tu n’iras pas plus loin.

119
C’est le lieu où s’achève la puissance de tes flots ! ”

13 Aurais-tu dans ta vie commandé au matin,


Et assigné l’aurore à rester à son poste,
14 Pour qu’elle puisse saisir par tous ses bords la terre,
Et en rejette les méchants en une secousse ?

15 Et ainsi elle devient de l’argile de sceau,


Et ainsi elle se teint comme le vêtement !
16 Les méchants sont privés de leur propre lumière,
Le bras qui est levé se retrouve brisé.

17 Aurais-tu pénétré jusqu’aux sources marines,


Aurais-tu circulé au profond de l’Abîme ?
18 Les portes de la Mort te furent-elles montrées,
Aurais-tu vu l’entrée du royaume des ombres ?

19 Aurais-tu quelque idée des étendues terrestres ?


Si tu sais tout cela, tu peux bien t’exprimer.
20 Saurais-tu le chemin où habite la lumière ?

21 Et les (sombres) ténèbres, où donc résident-elles ?


Tu pourras les conduire vers leur (propre) domaine !

120
22 Tu étais déjà né si tu peux le prétendre !
Le nombre de tes jours est donc considérable !

23 Serais-tu parvenu aux réservoirs de neige ?


Aurais-tu aperçu les réservoirs de grêle
24 Que je tiens en dépôts pour les temps de détresse,
Pour les jours de batailles, pour les jours de combat ?

25 (Sais-tu) par quel chemin se dissipe la vapeur ?


[Par quel chemin] le vent d’est se répand sur la terre ?
26 Mais qui a percé une rigole pour l’averse,
Qui a frayé la voie à la nuée qui tonne ?

27 Et qui a fait pleuvoir sur une terre sans hommes,


Sur des vagues de sable où il n’y a personne
28 Pour abreuver les solitudes si désolées ?
Pour que puissent pousser de la steppe des prairies ?

30 La pluie a-t-elle un père et qui fait la rosée ?


Et du ventre de qui est engendré la glace ?
31 Le givre dans les cieux, mais qui l’a enfanté ?
32 Quand les eaux se déguisent en imitant la pierre,
La surface de l’abîme alors se coagule.

121
33 Et pourras-tu nouer les cordes des pléiades,
Pourras-tu dénouer les attaches d’Orion ?
34 Sauras-tu faire sortir la couronne en son temps ?
L’ourse avec ses petits, sauras-tu les guider ?

35 Toi, connais-tu les lois qui régissent les Cieux,


Et fais-tu observer leur charte sur la terre ?
36 Et ta voix pourrait-elle monter jusqu’aux nuées
Pour que l’inondation vînt à ta submerger ?

37 Est-ce toi qui commandes aux éclairs de partir


Pour qu’enfin ils te disent : “ (regarde car) nous voici ! ” ?

38 Mais qui donc aurait mis dans l’ibis la sagesse ?


Oui, qui aurait donné au coq l’intelligence ?

39 Qui compte les nuages avec sa compétence,


Et qui sait incliner les outres dans les cieux,
40 Afin que la poussière se transforme en limon,
Que les mottes de terre puissent se solidifier ?

41 Et saurais-tu chasser pour la lionne une proie ?


Pourrais-tu apaiser l’appétit des lionceaux ?

122
42 Quand ils sont accroupis au fond de leurs tanières,
Quand ils se tiennent en embuscade dans les fourrées ?

43 Qui prépare au corbeau ce qu’il faut de provende


Quand ses petits crient vers Dieu, faute de nourriture.
39 1 Sais-tu comment les bouquetins ont leurs petits ?
Aurais-tu observé les biches dans leur travail ?
2 As-tu compté les mois qu’il leur faut accoupler,
Et connais-tu l’époque de leur enfantement ?
3 Alors elles s’accroupissent, mettent bas leurs petits,
Et déposent leurs portées. 4 Les petits gagnent en force,
Grandissent dans le désert puis s’en vont à jamais.

5 Qui a remis l’onagre en toute liberté,


Qui a dénoué les liens de l’âne sauvage ?
6 Je lui ai assigné le désert pour demeure.
7 Il se rit de la multitude des cités.
Il n’entend pas les hurlements du conducteur.
8 Il explore les montagnes cherchant son pâturage.
Il essaie de trouver tout ce qui est verdure.

9 Le bœuf sauvage accepterait de te servir ?


Passerait-il la nuit chez toi près de la crèche ?

123
10 Pourras-tu attacher une corde à son cou,
Et voudra-t-il herser les sillons derrière toi ?
11 Te fieras-tu à lui comme sa force est grande ?
Sauras-tu lui remettre le soin de ton travail ?
12 Compteras-tu sur lui pour qu’il rende ton grain
Et veuille recueillir le produit de ton aire ?

13 Oui, les ailes de l’autruche battent joyeusement.


Elle possède des plumes gracieuses, un pennage.
14 Mais elle a abandonné ses œufs à la terre,
Et les laisse chauffer sur la poussière du sol.
15 C’est oublier qu’un pied pourrait les écraser,
Qu’une bête sauvage pourrait les piétiner :

16 Si dure pour ses petits comme pour des étrangers !


D’une peine inutile, elle ne s’inquiète pas.
17 Il est que le Seigneur l’a privé de sagesse,
Il lui a refusé la moindre intelligence.
18 Qu’elle vienne à se dresser, se lever, s’élancer,
Elle défie le cheval, se rit du cavalier !

124
20 Saurais-tu au cheval remettre la bravoure ?
Saurais-tu revêtir son cou d’une crinière ?
21 Et telle la sauterelle, l’aurais-tu fait bondir ?

29 Il répand la terreur, son fort hennissement !


21Il piaffe dans le vallon et exulte avec force !
Il s’élance avec joie au-devant des épées.
22 Il se rit de la peur, il n’est pas effrayé.
Il refuse de reculer de devant des armes.
23 Et sur lui, résonnent le carquois, le javelot,
La lance étincelante.

24 Frémissant d’impatience,
Il dévore l’étendue. Il ne peut se tenir
25 Quand sonne la trompette. Il dit : Ah ! Ah ! De loin
Car il flaire le combat. C’est le tonnerre des chefs !
Ce sont les cris de guerre !

26 Est-ce sur ton conseil


Que le faucon prend vol, et qu’il déploie ses ailes
En direction du sud ? 27 Est-ce sur ton ordre
Que s’est élevé l’aigle, et qu’il bâtit son nid
Sur les plus hauts sommets ?

125
28 Il a fait du rocher
Son habitat nocturne, et de la dent d’un pic
Son repaire inviolable. 29 De là, il voit sa proie.
30 Ses petits lapent le sang. Il est près des cadavres.

401Et Yahvé s’adressa à Job en lui disant :

2 Oui, l’adversaire de Shaddaï, cédera-t-il ?


Le censeur d’Eloah voudra-t-il répliquer ?

3 Et Job dit à Yahvé, s’exprimant de la sorte :

5 Je suis trop peu de chose : que saurais-je te répondre ?


Je devrais plutôt mettre ma main sur ma bouche.
6 J’ai parlé une fois, je ne redirai plus.
Une deuxième fois, je n’ajouterai rien.

126
SECOND DISCOURS
Maîtrise de Dieu sur les forces du mal

7 Yahvé répond à Job du sein de la tempête,


Il dit :
7 Toi, tel un brave, tu peux ceindre tes reins.
Je vais t’interroger, et tu sauras m’instruire.
8 Le voudras-tu vraiment casser mon jugement ?
Tu me condamneras pour assurer ton droit ?
9 Ton bras possède-t-il une vigueur divine,
Tonnes-tu d’une voix identique à la sienne ?

10 Orne-toi donc de majesté et de grandeur,


Et revêts-toi de gloire, parais-toi de splendeur !
11 Oui, répands les débordements de ta colère.
12 Regarde tout être fier, abaisse son arrogance.

13 Oui, tu peux les cacher ensemble dans le sol.


Emprisonne leur personne dans le (sombre) cachot.
14 Moi-même je saurai célébrer ton hommage
Pour avoir triompher par ta droite victorieuse !

127
Béhémoth

15 Voici Béhémoth qui se trouve devant toi,


Et lui pareil au bœuf, se nourrit de verdure.
16 Tu peux voir que sa force réside dans ses reins,
Que la force de ses fibres se trouve dans son ventre.

17 Il peut tendre la queue, et c’est le tronc du cèdre.


Oui, les nerfs de ses cuisses se sont entrelacés
18 Ses vertèbres se comparent à des tuyaux d’airain.
Ses os sont aussi durs qu’une barre de fer.

19 Et c’est lui le premier des ouvrages de Dieu,


Mais son Auteur voulut le menacer du glaive.
20 Les montagnes produisent du fourrage pour lui.
Autour de lui se jouent les animaux des champs.
21 Sous les lotus, il est couché. Dans les roseaux
Des marécages, il est caché. 22 Ainsi le couvrent
Les ombres des lotus, les saules des torrents
Sauront l’environner. 23 Le fleuve est violent,
Il n’en est pas ému. Il est tranquille même
Si le Jourdain jaillit jusqu’au bord de sa bouche.
24 Mais qui parviendra à le saisir par les yeux,
128
Qui lui percera le nez avec des épines ?

Léviathan

25 Et Léviathan, le pêches-tu à l’hameçon ?


C’est avec une corde que tu comprimes sa langue ?
26 Aurais-tu fais passer un jonc dans ses naseaux ?
C’est avec un croc que tu perces sa mâchoire ?

27 Prodiguera-t-il des supplications vers toi ?


Et te parlera-t-il en usant de tendresse ?
28 Voudra-t-il s’engager par contrat envers toi ?
Voudra-t-il devenir ton serviteur à vie ?
30 Et tel un passereau, joueras-tu avec lui ?
Pourras-tu l’attacher pour la joie de tes filles ?
31 Vous associerez-vous pour le mettre aux enchères ?
Le débiteront-ils au milieu des marchands ?
32 Toi, voudras-tu cribler sa peau avec des dardes,
Et voudras-tu piquer sa tête par le harpon ?
33 Essaie de poser seulement ta main sur lui.
Songe au combat, tu ne recommenceras pas.

129
41 1b Devant lui l’assurance devient une illusion,
Car le fait de le voir suffit à terrasser.
Et il devient féroce si l’on veut l’éveiller.
2 Qui l’ayant affronté, en serait resté sauf ?
Non, il n’y a personne sous l’étendue des cieux.

3 Je ne recherche pas à évincer ses membres,


Et je dirai encore sa force incomparable.

4 Qui pourrait découvrir ses faces et sa verdure ?


Et qui aurait osé franchir son double mors ?
5 Mais qui donc a ouvert les battants de sa bouche ?
C’est la terreur qui règne là autour de ses dents !
6 Imposantes sont ses lignes qui forment un bouclier,
Pressurées tel un sceau qui adhère fortement !
7 Elles sont si rapprochées que nul vent ne s’y glisse !
8 Chacune à sa voisine, se retrouve collée.
9 Elles se tiennent de près, ne se séparent pas.

10 Dans son éternuement, il jette la lumière.


Ses yeux sont comparés aux paupières de l’aurore.
11 Des torches (ont resplendi et) jaillissent de sa gueule.
Il s’en échapperait des étincelles de feu !

130
12 Déjà de ses naseaux est sortie la fumée,
Comme elle sort du chaudron chauffé et bouillonnant !
13 Son souffle parviendrait à brûler des charbons.
C’est comme une flamme qui s’échappe de sa gueule !

15 C’est bien dans son cou que la puissance réside !


C’est encore devant lui que bondit l’épouvante !
16 Les fanons de sa chair sont pressurés ensemble.
Ils sont pressés sur lui, il est inébranlable.
17 Oui, son cœur est compact pareil à une pierre !
Et aussi résistant que la meule inférieure !

18 Il est à se dresser, les valeureux ont peur !


Déjà ils sont en fuite sous l’effet de la crainte !
19 Voudrait-on l’attaquer que le glaive ne tient pas
Ni même la lance, le javelot ou la cuirasse !

20 Il considère le fer comme étant de la paille !


C’est à du bois pourri, qu’il compare le bronze !
21 Ne pourrait pas le mettre en fuite le fils de l’arc !
Et les pierres de la fronde sont pour lui un fétu !
22 (Il méprise) la massue qui lui semble un roseau,
Il se rit du frémissement du javelot !

131
23 Et son ventre est garni de pointes de tesson.
Pareille à une herse, il passe sur la vase.
24 Et il change le gouffre en chaudron écumant,
Change également la mer en brûle-parfum.
25 Derrière lui, il laisse un sillage lumineux.
On dirait que l’abîme est une tête chenue.
26 Point son pareil sur terre ! Il fut créé sans peur.
27 Il voit avec dédain ce qui est élevé.
Et il devient le roi sur le fils de l’orgueil.

132
Dernière réponse de Job

42 1 Et Job prit la parole pour répondre à Yahvé :

2 Je sais que tu peux tout, et ce que tu conçois


Alors se réalise.

3 “ Mais qui donc a osé


Dénigrer mes propos par manque d’intelligence ? ”
Je me suis exprimé sur des faits que j’ignore,
Choses qui me dépassent, que je ne connais pas.

133
4 “ Toi, laisse-moi parler, je vais t’interroger,
Et tu pourras m’instruire.”

5 Je ne te connaissais
Que par ouï-dire, mais maintenant mes yeux t’ont vu.
6 C’est pourquoi je m’abîme et je veux me répandre
Avec de la poussière et avec de la cendre.

V - EPILOGUE
Yahvé blâme les trois Sages

7 Après qu’il eut adressé ces paroles à Job,


Yahvé s’adressa à Eliphaz de Teyman :

“ Alors ma colère s’est enflammée contre toi,


Contre tes deux amis car vous n’avez pas dit
De moi la vérité comme mon serviteur Job.

8 Et maintenant prenez pour vous sept taurillons


Et sept béliers, allez vers mon serviteur Job.
Il vous faudra offrir pour vous un holocauste.

134
Tandis que mon serviteur Job priera pour vous.

J’aurai égard à lui, ne vous infligeant pas


De flétrissure pour ce que vous n’avez pas dit
De moi en vérité comme mon serviteur Job ”.
9 Eliphaz de Teyman et Bildad de Shouakh,
Sophar de Naamath s’en furent exécuter
L’ordre de Yahvé. Yahvé eut égard à Job.

Yahvé restaure la fortune de Job

10 Et Yahvé restaura la condition de Job


Car il avait agi auprès de ses amis.
Yahvé accrut au double ce qui était à Job.

11 Celui-ci vit venir tous ses frères et ses sœurs,


Toutes les connaissances qu’il avait autrefois.
Ils mangèrent avec lui le pain dans sa maison.
Ils le plaignirent encore et ils le consolèrent
Du malheur que lui avait envoyé Yahvé.
Chacun lui fit cadeau d’une pièce d’argent,
Et d’une bague en or.

135
12 Alors Yahvé bénit
La condition nouvelle de Job, plus que l’ancienne :
Il eut quatorze mille brebis, six mille chameaux,
(Il eut encore) mille paires de bœufs, mille ânesses.

13 Il reçut aussi quatorze fils et trois filles.


14 Il nomma la première du nom de Tourterelle,
Donna à la seconde celui de Cinnamome,
Remis à la troisième celui de Corne-de-fard.

136
16 Et dans tout le pays, on ne pouvait trouver
De femmes aussi jolies que les filles de Job.
Puis leur père leur remit une part d’héritage
Au milieu de leurs frères.

16 Bien après son épreuve


Job vécut jusqu’à l’âge de cent quarante ans.
Il vit ses fils, les fils de ses fils sur quatre âges.
17 Job mourut chargé d’ans et rassasié de jours.

137
FRANCK LOZAC'H

LES PSAUMES

138
LES PSAUMES

139
Psaume 1
Deux voies, deux destinées

1 Heureux l’homme qui refuse les conseils des méchants,


Et qui n’emprunte pas le chemin des pécheurs,
Et qui n’a pas siégé au milieu des railleurs,
2 Mais qui prend son plaisir en la Loi de Yahvé,
Mais qui médite sa Loi le jour et la nuit.

3 Il est l’arbre planté près du cours du ruisseau,


Qui distribue son fruit en son temps de saison.
Son feuillage reste vert. Ce qu’il fait, réussit.

4 Il n’en va pas de même de ceux qui sont méchants.


Ils sont comme la bale emportée par le vent.

5 C’est pourquoi les méchants ne tiendront pas debout


Lors de leur jugement, pas plus que les pécheurs
Dans l’assemblée des justes. 6 C’est Yahvé qui connaît
La voie des justes, mais la voie des méchants se perd.

140
Psaume 2
Le règne du Christ

1 Pourquoi ces nations s’agitent en un tumulte ?


Pourquoi ces grondements inutiles des peuples ?

2 Les rois de la terre se lèvent pour conspirer,


Les princes complotent ensemble contre Yahvé
Et contre son Messie : 3 “ Détruisons leurs liens,
Et rejetons leurs entraves bien loin, très loin de nous ! ”

4 Celui qui réside dans les cieux s’en amuse.


Adonaï se moque d’eux. 5 Gonflé de colère,
Il leur parle. En sa faveur, il les épouvante.

6 “ C’est moi qui ai sacré sur ma sainte montagne,


Sur Sion mon roi. ” Et moi, je veux énoncer
Le décret de Yahvé. Il m’a parlé ainsi :

Tu es mon fils. Je t’ai engendré aujourd’hui


8 Demande, et je te donne en héritage des peuples,
Pour domaine les extrémités de la terre.

141
9 Avec le spectre de fer, tu les briseras.
Comme vases de potier, les fracasseras.

10 Et maintenant, les rois, soyez intelligents.


Laissez-vous corriger, les juges de la terre.

11 Servez Yahvé avec crainte, avec tremblement.


12 Baisez-lui ses pieds dans la peur, humiliés.

S’il entrait en colère, il vous ferait périr.


Car sa violence sait s’enflammer en peu
De temps.

Heureux tous ceux qui se confient en lui !

142
Psaume 3
Confiance du juste persécuté

1 Psaume. David. Quand il fuyait


devant son fils Absolom.

2 Yahvé qu’ils sont nombreux mes oppresseurs, nombreux


Ceux qui se dressent contre moi, 3 nombreux ceux qui.
Disent de moi pas de salut pour lui en Dieu ! ” Pause

4 Mais toi, Yahvé, tu es un bouclier pour moi.


Tu es ma gloire, et tu relèves la tête,

5 C’est pourquoi à pleine voix, je crie vers Yahvé.


Et il sait me répondre de sa sainte montagne. Pause

6 Moi, je me couche et je m’endors. Puis je m’éveille :


Yahvé est mon soutien. 7 Je ne crains pas ces gens
Postés de toutes parts, par milliers contre moi.

143
8 Lève-toi, Yahvé. Sauve-moi, mon Dieu ! Tu frappes
La mâchoire de tous mes ennemis. Tu casses
Les dents des méchants. 9 De Yahvé, vient le salut.
Que sur ton peuple soit la bénédiction !

144
Psaume 4
Sécurité en Yahvé

1 Pour le coryphée. Avec instruments à cordes.


Psaume. De David.

2 Quand je crie, réponds-moi, Dieu, mon justicier


Dans la détresse, tu m’as mis au large. Pitié
Pour moi, écoute ma prière.

3 Vous les hommes


Jusques à quand ma gloire sera-t-elle outragée ?
Aimerez-vous des riens, irez-vous au mensonge ? Pause

4 Sachez-le, Yahvé pour son ami fait merveille.


Yahvé sait écouter lorsque je crie vers Lui.

5 Tremblez, ne péchez plus. Parlez en votre cœur. Pause


Sur votre couche. Silence. 6 Sacrifiez
De justes sacrifices et croyez en Yahvé.

145
7 Mais beaucoup disent : “ Qui nous fera voir le bonheur ?
Fais ô Yahvé lever sur nous la lumière de ta Face,
8 Tu as mis en mon cœur plus de joie
Qu’aux temps où leur froment, et vin nouveau abondent.

9 Dans la paix, je me couche. Aussitôt, je m’endors.


Toi seul Yahvé, tu m’établis en toute quiétude.

146
Psaume 5
Prière du matin

1 Pour le coryphée. Sur les flûtes. Psaume. De David.

2 Ma parole, entends-la, Yahvé. Discerne ma plainte,


3 Et soit attentif car c’est ma voix qui t’appelle.
O mon roi, ô mon Dieu, c’est bien toi que je prie.

4 Toi Yahvé dès le matin, tu entends ma voix.


Dès le matin je prépare tout pour toi et je guette.

5 Car tu n’es pas un Dieu prenant plaisir au mal.


Le méchant ne trouve pas accès près de toi.

6 Les insensés ne tiennent pas devant tes yeux.


Tu hais tous les malfaisants. 7 Tu fais périr les
Menteurs. Yahvé hait l’homme de sang et de fraude.

8 Par l’excès de ta grâce, j’entre dans ta Maison.


Oui, moi je me prosterne dans ton temple sacré,

147
Pénétré de ta crainte. 9 Yahvé dirige-moi
En suivant ta justice. À cause de mes tyrans,
Veuille bien redresser devant moi ton chemin.

10 Rien de sûr dans leur bouche ! Leur cœur rêve de crimes !


Leur gosier ressemble à un sépulcre béant,
Ils ont sur la langue des paroles flatteuses !

11 Traite-les en coupables, Elohim ! Qu’ils échouent


À cause de leurs projets ! Pour leurs nombreux péchés,
Chasse-les : ils se sont révoltés contre toi.

12 Mais que se réjouissent ceux qui s’abritent en toi.


Que jubilent à jamais tous ceux que tu protèges.
Et qu’ils exultent en toi ceux qui aiment ton nom.
13 C’est toi Yahvé qui bénis le juste. Et c’est toi
Qui le ceins de ta faveur comme un bouclier.

148
Psaume 6
appel d’un malade

1 Du maître de chant. Sur les instruments à cordes.


Sur l’octacorde. Psaume de David.

Dans ta colère,
Non, ne veuille pas me réprimander, Yahvé.
2 Dans ta grande fureur, ne me corrige pas.

3 Pitié pour moi, Yahvé car je suis languissant.


Et guéris-moi, Yahvé car mes os sont usés.
4 Mon âme est troublée. Toi, Yahvé, jusques à quand ?

5 Reviens, Yahvé. Délivre mon âme. Sauve-moi


En vertu de ta grâce, 6 car personne dans la mort
Ne se souvient de toi. Qui donc te rendra grâce ?
Oui, qui louerait ta personne au fond du Shéol ?

7 Je suis las de gémir et je baigne ma couche


Chaque nuit. J’inonde ma couche avec mes pleurs.

149
8 C’est par le chagrin que mon œil est obscurci.
Il vieillit en raison de tous mes ennemis.

9 Éloignez-vous de moi, fauteurs d’iniquité.


Yahvé a entendu la voix de mes sanglots.

10 Yahvé a entendu ma supplication


Yahvé accueillera ma [puissante] prière.

11 Et tous mes ennemis confondus, effarés !


Qu’ils reculent subitement, couverts de honte !

150
Psaume 7
Prière du juste persécuté

1 Une lamentation que David a chanté


A Yahvé à propos de Coush le Benjamite.

2 Yahvé, mon Dieu, c’est en toi que j’ai mon abri.


Sauve-moi de mes poursuivants, délivre-moi.
3 Ils sont tels des lions pour arracher mon âme.
Ils me déchireraient ! Qui me délivrerait ?

4 Yahvé, mon Dieu, (moi), si j’ai agi de la sorte,


Si j’ai laissé la fraude (dans le creux de) mes mains,
5 Si j’ai rendu le mal à qui m’a fait le bien,
Et si j’ai sans raison pris à mon adversaire,
6 Que l’ennemi poursuive mon âme, qu’il l’atteigne !
Qu’il écrase ma vie et la broie contre terre ! Pause

7 Lève-toi, Yahvé, en ta colère. Élève-toi


Pour faire front aux excès de tous mes oppresseurs.
Réveille-toi, mon Dieu, décrète un jugement !

151
8 Que t’environne l’assemblée des nations.
Reviens au-dessus d’elle vers les lieux élevés !

9 Yahvé, rends-moi justice toi qui fais le procès


Des nations. Yahvé, selon mon innocence
Et selon ma droiture, ô Très-Haut ! 10 Et mets fin
À la malice des méchants. Affermis le juste,
Toi qui scrutes et les cœurs et les reins, ô Dieu juste !

11 Mon bouclier sur moi qui sauve des cœurs droits,


12 C’est Yahvé qui me juge, si lent à la colère
Mais toujours menaçant. 13 Si l’on ne revient pas,
Il aiguise l’épée. Il bande l’arc, l’apprête.
14 C’est pour lui qu’il dispose ses engins meurtriers.
Il a fait de ses flèches des flambeaux aiguisés.

15 Voici celui qui porte en son sein l’injustice,


Qui conçoit un méfait et enfante un mensonge.

16 Il a creusé un trou et l’a rendu profond.


Lui-même tombera dans le trou qu’il a fait.
Son injustice méfait reviendra sur la tête,
Et sa violence tombera sur son crâne.

152
Je rends grâce à Yahvé pour toute sa justice.
Je jouerai pour le Nom de Yahvé le Très-Haut.

153
Psaume 8
Munificence du Créateur

1 Du maître de chant. Sur la... de Gat. Psaume de David.

2 Yahvé, notre Seigneur, ton nom est magnifique


Parmi toute la terre ! Alors je chanterai
Ta majesté (immense) qui se trouve sur le ciel !

3 Par la bouche des enfants et des nourrissons,


Tu affirmes ta puissance. Tu opposes ton lieu fort
A l’agresseur pour supprimer l’ennemi.

4 Je contemple les cieux, ouvrage de tes mains,


La lune et les étoiles que tu as établies.

5 Quelle valeur a cet homme pour que tu t’en souviennes ?


Ce descendant d’Adam pour que tu t’en occupes ?

6 Tu l’as fait de peu inférieur aux Elohim,


Et tu l’as couronné de gloire et de splendeur.
7 Tu l’as fait dominer sur l’œuvre de tes mains.

154
Tu as tout mis sous ses pieds : 8 brebis, bœufs ensemble.
Jusqu’aux bêtes des champs. 9 Les oiseaux dans le ciel,
Les poissons dans la mer. Oui, tout ce qui parcourt
Les sentiers de la mer.

10 Yahvé, notre Seigneur


Que ton nom est magnifique sur toute la terre.

155
Psaume 9 - 10
Dieu juge les nations

1 Du chef de chant. En sourdine. Psaume de David.

Aleph.
2 Je te célébrerai, Yahvé, de tout mon cœur.
Je dirai tes merveilles. 3 Je veux me réjouir
Et exulter en toi, chanter ton nom, Très-Haut !

Bêth.
4 Mes ennemis reculent et trébuchent en arrière,
Ils périssent devant ta Face ! 5 Tu m’as rendu
Sentence et jugement sur un trône, juste juge !

Ghimel.
6 Tu as perdu l’impie, fais périr les méchants
Et effacé leur nom pour toujours, à jamais.

7 L’ennemi devient une ruine éternelle.


Tu as détruit des villes. Leur souvenir n’est plus.

156
Hé.
8 Yahvé siège pour toujours. Il établit son trône.
9 Il juge le monde avec toute sa justice,
Et il fait le procès des peuples avec droiture.

Vav.
10 Que Yahvé soit un lieu puissant pour l’opprimé,
Un lieu fortifié au temps de la détresse.
11 En toi se confient ceux qui connaissent ton nom.
Tu n’oublies pas ceux qui te recherchent, ô Yahvé.

157
Zaïn.
12 Jouez donc pour Yahvé, l’habitant de Sion.
Et au milieu des peuples, publiez ses hauts faits.

13 Lui qui s’enquiert du sang, il s’est souvenu d’eux !


Il n’oublie pas le cri souffrant des malheureux.

Hêt.
14 Pitié pour moi, Yahvé. Vois quelle est ma misère.
Tu me fais remonter des portes de la mort
15 Afin que je raconte tes nombreuses louanges.
(Je parlerai) aux portes de la fille de Sion
Et je jubilerai, heureux de ton salut.

Têth.
16 Ils s’enfoncent, les païens dans le trou qu’ils ont fait.
Leurs pieds sont emmêlés dans le filet tendu.
17 Et Yahvé s’est montré pratiquant sa justice.
Le méchant s’est lié par l’œuvre de ses mains. Sourdine. Pause.

Yodh.
18 Que les méchants retournent dans le séjour des morts.
Tous ceux qui sont païens, sont oublieux de Dieu.
158
Kaph.
19 Car l’indigent n’est pas oublié pour toujours.
L’espoir des malheureux ne périt à jamais.

20 Oui, dresse-toi Yahvé ! Qu’un mortel ne l’emporte !


Que soient jugées les nations devant ta Face !
21 Sache leur inspirer l’épouvante, ô Yahvé !
Que les païens sachent qu’ils ne sont que des hommes ! Pause

Lamed.
10-1 Mais pourquoi, ô Yahvé, restes-tu éloigné ?
Pourquoi te caches-tu au temps de la détresse ?
2 Sous l’orgueil de l’impie, le pauvre se consume.
Ils sont victimes des trames qu’il a conçues.

3 Car le méchant se loue des désirs de son âme.


Le profiteur maudit et méprise Yahvé.

4 Le méchant front levé, ne s’inquiète de rien :


“ Non, il n’est pas de Dieu ! ” C’est toute sa pensée.

159
Mêm.
5 Ses procédés sont confirmés à chaque instant.
Là-haut, tes jugements sont éloignés de lui.
Quant à ses adversaires, il leur souffle dessus !

6 Il prétend en son cœur : “ Je suis inébranlable ! ”


Je serai d’âge en âge à l’abri du malheur.

Phê.
7 La fraude, la violence lui emplissent la bouche.
Le méfait, l’injustice sont tapis sous sa langue.

8 Il se tient aux aguets à l’entrée des villages.


Il tue les innocents dans ses mauvais repaires.

Aïn.
Son œil cherche le pauvre. 9 À l’affût, bien couvert
Lion dans son fourré ; à l’affût pour ravir
Le malheureux en le traînant dans son filet.

10 Il épie, s’accroupit. Puis le miséreux tombe


En son pouvoir. 11 Il dit en son cœur : “ Dieu oublie.
Il cache sa face. Il ne regarde jamais ! ”

160
12 Oui dresse-toi, Yahvé. Lève ta main, ô Dieu.
Et n’oublie pas les malheureux. 13 Mais pourquoi
L’impie a-t-il pu mépriser Dieu ? Dans son cœur,
Mais pourquoi a-t-il dit : “ Il ne cherchera point.”

Rêsh.
14 La peine et le chagrin toi, tu peux bien les voir.
Tu sais les regarder et les prendre en ta main.
Qui s’abandonne à toi, sinon les miséreux ?
C’est encore toi (Yahvé) qui secours l’orphelin.

Shin.
15 Brise le bras de l’impie, et celui du méchant.
Punis son impiété qu’on ne la trouve plus.
16 Car Yahvé est le roi pour toujours, à jamais.
Oui, les païens ont disparu de son pays.

Taw.
Et le désir des humbles, tu l’écoutes, Yahvé.
Tu raffermis leurs cœurs, tu leur prêtes l’oreille
Pour juger l’orphelin ainsi que l’opprimé,
Pour plus qu’aucun tyran ne tyrannise la terre.

161
Psaume 11 (10)
Confiance du juste

1 Pour le coryphée. De David.

J’ai mon abri,


En Yahvé. Comment pouvez-vous dire à mon âme :
“ Éloigne-toi vers la montagne, le passereau.

2 Car voici les méchants qui ont tendu leur arc.


Ils ajustent leurs flèches, sur la corde (x) viser (x) pour
Dans l’ombre ceux dont le cœur est droit. 3 Si les bases
Ont été démolies, mais que put faire le juste ?

4 Ainsi Yahvé dans son palais de sainteté,


Yahvé dont le trône est situé dans les cieux,
Son Oeil voit, sa paupière scrute les fils d’Adam.

5 Mais Yahvé sonde le juste ainsi que le méchant,


Et son esprit déteste le partisan du mal.

6 Et qu’il fasse pleuvoir sur les impies des chardons


De feu avec du soufre ! Et que le vent brûlant
162
Soit la part de leur coupe ! C’est que Yahvé est juste.
Il aime les choses justes. L’homme droit verra sa Face !

163
Psaume 12 (11)
Contre le monde menteur

1 Pour le coryphée. À l’octave. Psaume de David.

2 Au secours, Yahvé car c’en est fait de l’homme pieux.


Les fidèles disparaissent d’entre les fils d’Adam.
3 Ils ne font que mentir, chacun à son prochain.
Toute lèvre est trompeuse. Le cœur a deux langages.

4 Si la lèvre est trompeuse, que Yahvé la retranche !


(Et qu’il retranche) la langue, si elle dit de grands mots !

5 Comme pour ceux qui disent : “ La langue est notre fort.


Nos bouches sont pour nous. Qui serait notre maître ? ”

6 Pour le pauvre opprimé, l’indigent qui gémit,


Maintenant je me lève, a déclaré Yahvé.
Je porterai secours à celui qu’on méprise.

7 Les paroles de Yahvé sont des paroles sincères.


C’est de l’argent natif de sept fois épuré.

164
8 Mais c’est bien toi, Yahvé qui nous prends en ta garde.
C’est pour nous protéger de cette engeance mauvaise.

De partout le méchant est à vagabonder,


La débauche des fils d’Adam s’amplifie encore.

165
Psaume 13 (12)
Appel confiant

1 Pour le coryphée. Psaume de David.

2 Oui, Yahvé,
Jusques à quand, m’oublieras-tu obstinément ?
Et jusques à quand, me cacheras-tu ta Face ?
3 Et jusques à quand, éprouverai-je des souffrances
En mon âme, de l’affliction en mon cœur toujours ?
Jusques à quand triomphera mon adversaire ?
4 Oui, regarde et réponds-moi, toi Yahvé mon Dieu.

Éclaire mes yeux. Que dans la mort je m’endorme.


5 Que l’adversaire me dise : oui, je l’emporte sur lui.
Et qu’il ne jubile pas à me voir chanceler.

6 Pour moi, en ton amour je confie, Yahvé :


Oui, que mon cœur exulte admis en ton salut.
Je veux chanter Yahvé car il m’a fait du bien,
Et jouer pour le nom de Yahvé, le Très-Haut.

166
Psaume 14
l’homme SanS dieu

1 Pour le coryphée. De David

Et l’insensé
A parlé en son coeur : il n’y a pas de Dieu.
Ils sont tous corrompus. Il n’y en a pas un
Qui ait une bonne action, pas un ami qui fasse le bien.

Yahvé, du haut des cieux se penche sur les fils d’Adam


Pour observer s’il en est un qui cherche Dieu.

Ils sont tous dévoyés. Ils sont tous pervertis.


Ils ne sont pas honnêtes. Pas un qui fasse le bien.

Ne savent-ils pas ces malfaisants manger mon peuple ?


Ils mangent de ce pain, ils n’invoquent pas Yahvé.

Ils sont effrayés quand rien est effrayant.


C’est que Dieu est avec la génération juste.

167
Mais vous croyez pouvoir condamner les projets
Du petit alors que Yahvé est son refuge ?

Qui donne depuis Sion le salut d’Israël ?


Si le Seigneur ramène les captifs de son peuple,
Allégresse pour Jacob, et joie pour Israël.

168
Psaume 15 (14)
l’hôte de Yahvé

1 Psaume de David

Yahvé, qui ira sous ta tente ?


Qui pourra demeurer sur ta sainte montagne ?

2 Celui qui est parfait et qui marche en justice.


Celui dont les pensées habitent en son cœur pur,
3 Celui qui ne calomnie pas avec sa langue,
Qui ne fait pas de mal à ceux qui sont ses proches
Qui ne profère pas d’insulte vers ses semblables,
4 Il voit avec dédain qui lui est méprisable,
Mais il sait honorer ceux qui craignent Yahvé.
S’il jure à ses dépens, il ne se parjure pas.

5 Son argent est prêté sans le moindre intérêt,


Et il n’accepte rien pour nuire à l’innocent.

Qui fait ainsi, ne sera jamais ébranlé.

169
Psaume 16 (15)
Yahvé, ma part d’héritage

1 Miktam. De David

Garde-moi, Dieu mon refuge.

2 Et j’ai dit à Yahvé : Oui, toi tu es mon maître.


Pas de bonheur pour moi. Rien au-dessus de toi.

3 Et c’est ainsi qu’aux saints qui sont sur cette terre,


Aux nobles cœurs vont toutes mes aspirations.

4 Que d’autres multiplient leurs idoles à la hâte,


Je ne répandrai pas leurs libations de sang,
Et je ne porterai pas leurs noms à mes lèvres.

5 Ainsi Yahvé est ma part d’héritage,


Et de ma coupe. Oui, c’est toi qui consolides mon lot.

6 Et le cordeau m’échoit en enclos de délices.


Oui, je prends du plaisir avec ce patrimoine.

170
7 Et je bénis Yahvé qui s’est fait mon conseil.
Lorsque s’écoule la nuit, ma conscience me raisonne.

8 J’ai placé constamment Yahvé devant mes yeux.


Et s’il est sur ma droite, je suis inébranlable.

9 Aussi, mon cœur exulte, mes entrailles jubilent !


Ma chair reposera en toute sécurité.

10 Non, tu ne peux lasser mon esprit au Shéol ;


Tu ne permets pas que ton dévot voit la fosse.

11 Tu me feras savoir le chemin de ta vie.


Abonde devant ta face la plénitude de joie !
Des délices à ta droite pour toute l’éternité !

171
Psaume 17 (16)
appel de l’innocent

1 Prière. De David.

Écoute, Yahvé, la justice


Sois attentif à ma clameur, prête l’oreille
À ma prière qui ne sort pas de lèvres fausses.

2 Que de ta face émane enfin mon jugement !


Tes yeux ont contemplé ce qui est équitable !

3 Tu peux scruter mon cœur, faire une visite de nuit,


Me passer au creuset, tu ne trouveras rien
Qui soit honteux en moi. Ma bouche n’a point péché
À la façon des hommes. La parole de tes lèvres,
Moi je l’ai conservée. Oui, affermis mes pas
Dans tes sentiers. Et que mes pieds ne vacillent pas !

6 Je suis là, je t’appelle. Tu me réponds, ô Dieu !


Tends une oreille vers moi. Entends bien mes paroles.

172
7 Mets le comble à tes grâces, ô protecteur de ceux
Qui malgré l’adversaire se confient à ta droite !

8 Il te faut me garder comme la prunelle de l’œil.


Il te faut me cacher à l’ombre de tes ailes,
9 Loin des regards de ces impies qui me ravagent !

Mes ennemis mortels font cercle autour de moi.


Ils ont le cœur bouché. 10 Ils sont bouffis de graisse.
Ils parlent avec orgueil. 11 Ils m’épient, et me cernent.

Et s’ils ont des regards, c’est pour m’étendre à terre.


12 Ils sont pareils au lion impatient d’arracher,
Et pareils au lionceau tapi dans des cachettes.

13 Oui, lève-toi Yahvé. Avance à sa rencontre.


Délivre mon âme du méchant par ton épée.
Oui, terrasse-le, Yahvé.

14 Certains mortels, Yahvé,


Qu’ils tombent par ta main ! Retire leur part de vie !
Ce que tu leur réserves, oui, emplis-en leur ventre !

173
Leurs fils s’en rassasient, et de pouvoir laisser
À leurs progénitures le surplus et le reste !

15 Quant à moi, en justice, j’observerai ta face.


Je me rassasierai de ta vue, au réveil.

174
Psaume 18 (17)
Te Deum royal

1 Pour le coryphée. Du serviteur de Yahvé,


David qui adressa à Yahvé les paroles
De ce cantique quand Yahvé put le délivrer.

De tous ses ennemis, de la main du Saül


2 Il dit :

3 Je t’aime, Yahvé, ma force est mon Rocher,


Ma forteresse et mon libérateur, Yahvé.

Mon Dieu est mon roc, c’est en lui que je m’abrite.


Mon bouclier, ma corne de salut, mon rempart.

4 Si j’invoque Yahvé, digne de mes louanges,


Alors je suis sauvé de tous mes ennemis.

5 Les lacets de la mort m’avaient enveloppé,


Les torrents du Bélial m’avaient épouvanté,

175
6 Les filets du Shéol m’enlaçaient, (me cernaient),
Et les pièges de la mort étaient tendus vers moi.

7 Alors dans mon angoisse, j’ai invoqué Yahvé.


Vers mon Dieu, j’ai crié. Il entendit ma voix
De son Temple, et mon cri parvint à ses oreilles.

8 Et la terre s’ébranla, et (la terre) chancela.


Les assises des montagnes frémirent et s’agitèrent.
Il était en colère. 9 Une fumée montait
À ses narines. De sa bouche un feu dévorant
Jaillissait. Des charbons en sortaient, embrasés.

10 Il inclina les cieux, et il en descendit.


Et un nuage épais se posa sous ses pieds.

11 Il chevaucha un chérubin, et s’envola.


Il plana sur les ailes du vent. Autour de lui,
12 Il plaça des ténèbres pour lui servir de voile.
Et il forma sa tente avec un amas d’eaux.

13 De l’éclat qui l’entoure s’élancent ses nuées :


Ce sont des flammes ardentes et des charbons de feu.

176
14 Yahvé tonna des cieux, et le Très Haut donna
De sa voix. 15 Il lança ses flèches. Ses ennemis,
Il put les disperser. Il jeta des éclairs
Les mit en déroute, 16 le lit des mers apparut
Alors les fondements du monde se dévoilèrent,
À ta menace, Yahvé, au vent de tes narines.

17 D’en haut il tend la main. Il me saisit, me tire


Du sein des grandes eaux. 18 Il me délivre aussi
D’un ennemi puissant, de solides adversaires
Qui l’emportaient sur moi. 19 Au jour de mon malheur,
Ils m’attaquèrent : Yahvé fut pour moi un appui.
20 Et il me mit au large. Il m’aime : il me sauva.

21 Et Yahvé me traitait me rendant ma justice,


Selon la pureté qu’il voyait sur mes mains.

22 Car j’ai toujours gardé les chemins de Yahvé.


Je n’ai point fait de mal éloigné de mon Dieu.

23 Et tous ses jugements sont présents devant moi.


24 Je ne les écarte pas de moi, ses préceptes.
Et parfait devant lui, je me garde de toute faute.

177
25 Yahvé me rétribue selon ma vraie droiture,
Selon la pureté qu’il voyait sur mes mains.

26 Avec qui est fidèle, tu te montres fidèle.


Avec l’homme parfait, tu te montres parfait.
27 Pur avec qui est pur, rusant avec le fourbe.

28 C’est encore toi qui sauves un peuple humilié,


Et qui rabaisses les yeux de ceux qui sont hautains.

29 Et c’est toi, ô Yahvé qui illumines ma lampe.


Oui, c’est toi, ô mon Dieu qui éclaires mes ténèbres.

30 Et grâce à toi, Yahvé je fonce sur une bande.


Avec mon Dieu, je bondis par-dessus le mur.

31 Et Dieu, sa voie est sans reproche, et la parole


De Yahvé sans alliage. Il est le bouclier
Pour tous ceux qui veulent trouver un abri en lui.

32 Mais qui donc serait Dieu en dehors de Yahvé ?


Et qui serait Rocher si ce n’est notre Dieu ?
33 Ce Dieu me ceint de force et rend ma voix parfaite.

178
34 Il rend mes pieds agiles pareils à ceux des biches,
Et il me fait tenir debout sur les hauteurs.

35 Il enseigne à mes mains le savoir du combat,


Comme il instruit mes bras à bander l’arc d’airain.

36 Et c’est toi qui me donnes ton bouclier sauveur


Oui, ta droite me soutient. Avec soin tu m’exerces.

37 Tu donnes de l’aisance à mes pas, tu empêches


Mes chevilles de fléchir, (mes talons de céder.)

38 Si je poursuis mes ennemis, je les atteins.


Et je ne reviens pas qu’ils ne soient achevés.

39 Je veux le massacrer, peuvent-ils se relever ?


Non, ils gisent abattus et ils sont à mes pieds.

179
40 Tu m’as ceint de ta force pour aller au combat,
Et tu fais se ployer sous moi mes agresseurs.

41 Mes ennemis, tu les fais fuir de devant moi.


Et ceux qui me haïssent, je les anéantis.

42 Ils crient, pas de sauveur ! Vers Yahvé, nulle réponse !


43 Je les écrase comme la poussière emporte le vent,
Je (les broie et les) triture comme la boue dans les rues.

44 Tu me fais triompher des séditions du peuple,


Et tu sais me placer à la tête des nations.
Des nations inconnues sont soumises à ma loi.

45 Les fils de l’étranger deviennent mes courtisans.


À la première écoute, déjà ils m’obéissent.

46 Les fils de l’étranger en sont à succomber


Et ils sortent en tremblant du fond de leurs retraites.

47 Et vivant est Yahvé ! Bénis soit le Rocher !


Oui, que soit exalté le Dieu de mon salut !
48 Le Dieu qui m’accorde la vengeance, et qui soumit

180
Les peuples à m’adorer ! 49 O Dieu qui me délivres
D’ennemis en colère, qui me fais triompher
De tous mes adversaires, tu me libères aussi,
Tu me fais échapper à l’homme et sa violence.

50 Aussi je te rends grâce chez les païens, Yahvé


Et je chante ta gloire, 51 toi qui donnes à ton roi
Des combats victorieux, qui combles de bienfaits
Ton Oint David, et sa dynastie pour toujours.

181
Psaume 19 (18)
Yahvé soleil de justice

1 Du maître de chant. Psaume de David.

2 Les cieux racontent


La gloire de Dieu. Alors le firmament annonce
L’œuvre de ses mains. 3 Le jour au jour en publie
Le message. La nuit à la nuit donne le savoir.

Ce ne sont pas des mots, des paroles ou des voix.


5 Mais de toute la terre un écho est sorti
Ainsi que leur discours jusqu’aux limites du monde.

Là-haut, pour le soleil il dressa une tente.


6 Et lui, comme un époux qui sort du pavillon,
Se fait joie en héros de courir sa carrière.

7 Et son point de départ est à un bout des cieux,


Sa course à l’autre bout. Rien ne fuit sa chaleur.

8 La loi du Yahvé est parfaite. Elle rend la vie.


Et l’ordre de Yahvé est sûr. Sagesse du simple.
182
9 Les préceptes de Yahvé sont droits. Joie pour le cœur.
L’ordre de Yahvé est limpide. Lumière des yeux.

10 Oui, la crainte de Yahvé est pure et éternelle.


Ses jugements sont vérité et équitables.

11 Plus appréciés que l’or, que quantité d’or fin,


Et plus doux que le miel, le suc de ses rayons !

12 Aussi ton serviteur s’en inspire avec soin.


C’est un grand avantage que de les observer.

13 Qui pourrait discerner des erreurs très légères ?


Oui, innocente-moi de ces fautes inconscientes !

14 Préserve ton serviteur de ces gens orgueilleux,


Et que nul n’est d’emprise ! Qu’ils ne dominent pas !
Là, je serai parfait, exempt de grande faute !

15 Oui, que les paroles de ma bouche te fassent plaisir,


Comme les médiations de mon coeur devant toi !
Et sans trêves, Yahvé, mon Rocher, mon rédempteur.

183
Psaume 20 (19)
Prières pour le roi

1 Du maître de chant. Psaume de David

2 Oui, que Yahvé


Te donne une réponse, au jour de la détresse,
Et que le nom du Dieu de Jacob le protège !

3 Oui, que du Sanctuaire il t’envoie du secours !


De la ville de Sion, qu’il demeure ton soutien !

4 Qu’il veuille se souvenir de toutes tes offrandes !


Qu’il se trouve plantureux avec ton holocauste ! Pause

5 Et qu’il veuille te donner ce que désire ton cœur !


Tout ce que tu projettes, que Yahvé l’accomplisse !

6 Puissions-nous exprimer la joie en ton salut


Et lever l’étendard au nom de notre Dieu !
Que Yahvé accomplisse tout ce que tu demandes !

184
7 À présent je sais que Yahvé sauve son Messie,
Et qu’il lui réponde de son sanctuaire des cieux
Avec toutes les promesses victorieuses de sa droite.

8 Aux uns iront les chars, aux autres les chevaux.


Nous invoquons le nom de Yahvé notre Dieu.
9 Ceux-là plient pour tomber, nous debout, nous tenons.

10 Toi, Yahvé, sauve le roi. (Donne-lui la victoire.)


Réponds-nous, Yahvé, le jour où nous t’invoquons.

185
Psaume 21 (20)
Action de grâces pour le roi

1 Du maître de chant. Psaume de David

2 Yahvé, le roi
A su se réjouir de toute ta puissance.
Et combien ton salut le comble d’allégresse !
3 Tu n’as point refusé le souhait de ses lèvres ! Pause

4 Car tu lui présentes des bénédictions de choix,


Et tu poses sur sa tête une couronne d’or fin.
5 La vie qu’il demandait, tu la lui as donnée.
Longueur, (longueur) de jours, encore et à jamais !

6 Oui, sa gloire est immense à cause de ta victoire.


Tu as placé sur lui majesté et splendeur.
7 Et tu fais de lui la source des bénédictions.
Tu le réjouis de bonheur près de ta face.

8 Alors que le roi veuille se confier en Yahvé !


Que la grâce du Très-Haut le rende inébranlable !

186
9 Et ta main atteindra tes nombreux ennemis,
Et ta gloire atteindra tous ceux qui te haïssent.

10 Tu pourras les jeter dans la fournaise ardente


Dès que tu paraîtras. Yahvé dans sa colère
Saura les engloutir. Un feu les brûlera.

11 Tu feras disparaître leur fruit sur cette terre


Ainsi que leur semence d’entre les fils d’Adam.

12 Mais s’ils ont décidé de tramer du malheur,


De combiner des plans, ils seront impuissants !

13 Tu leur imposeras à rester dos tourné.


Les cordes de ton arc, tu les tendras contre eux.

14 Dans ta puissance immense, oui lève-toi Yahvé !


Nous voulons chanter et célébrer tes exploits !

187
Psaume 22 (21)
Souffrance et espoir du juste

1 Au chorège. Sur “ Biche de l’aurore.” Psaume de David.

2 Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?


T’éloignant de mon cri, des mots que je rugis ?
3 Mon Dieu, le jour j’appelle, point de réponse !
Ainsi pendant la nuit, pour moi point de violence !

Tu habites le Sanctuaire, louanges d’Israël.


5 Et c’est bien en toi que nos pères ont eu confiance.
Ils ont eu confiance et tu les as délivrés.
6 Ils ont crié vers toi, ils ont été sauvés.
Et ils ont eu confiance en toi jamais en vain.

7 Je suis un vermisseau, je ne suis pas un homme.


Opprobre du genre humain, et mépris pour le peuple.

8 Car tous ceux qui me voient en sont en me railler !


Et ils grimacent des lèvres et ils hochent de la tête !

188
9 Il s’en est remis à Yahvé. Qu’il le libère !
Et bien qu’il le délivre puisqu’il est son ami ! ”

10 C’est toi qui m’as tiré des entrailles maternelles,


C’est toi qui m’as confié aux mamelles de ma mère.
11 Sur toi je fus jeté au sortir des entrailles.
Dans le sang de ma mère, toi tu étais mon Dieu.
12 Ne sois pas éloigné car la détresse est proche.
Et il n’y a personne pour venir au secours.

13 De nombreux taurillons, de taureaux de Basan


M’ont cerné et m’entourent. 14 Ils ont ouvert la gueule.
Ils sont pareils au lion qui déchire et rugit.

15 Moi je suis comme l’eau qui lentement s’écoule.


Tous mes os se disloquent. Mon cœur est de la cire.
Il fond dans mes viscères. 16 Ma sève est desséchée
Semblable à un tesson. Ma langue colle au gosier.
On va me déposer dans la poussière de mort.

17 Et les chiens sont nombreux. Ils sont autour de moi.


Une bande de malfaiteurs fait cercle autour de moi.
Ces vauriens ont meurtri et mes mains et mes pieds.

189
18 Ils ont compté mes os. Ils me regardent, me voient.
19 Ils partagent entre eux mes habits. Ils tirent au sort
Mon vêtement. 20 Mais toi, Yahvé ne sois pas loin.

Mais toi, Yahvé, hâte-toi de me secourir !


Ma force, vite à mon aide ! 21 Sauve ma vie du glaive !
Sauve ma vie, unique, de la fureur des chiens !
22 Alors délivre-moi de la mâchoire du lion,
Et ma pauvre personne de la corne du taureau !

23 Que j’annonce ton nom dans l’assemblée des frères !


Que je te loue encore au milieu des fidèles !

24 Vous qui craignez Yahvé, sachez donc le louer !


Vous progéniture de Jacob, glorifiez-le !
Et vous tous race d’Israël, ayez peur de lui !

25 Il n’a point méprisé, il n’a point dédaigné


La pauvreté de pauvre, ni caché son visage.
Mais il a écouté le cri qu’il pousse vers lui.

190
26 Car c’est toi ma louange dans ma grande assemblée.
J’accomplirai mes vœux devant ceux qui me craignent.
27 Les humbles mangeront et seront rassasiés.

Ils sauront le louer, ceux qui cherchent Yahvé !


Que votre cœur renaisse à la vie pour toujours !

28 Les confins de la terre reviendront vers Yahvé.


Oui, ils se souviendront. Et là devant sa force,
Toutes les familles des peuples iront se prosterner.
29 À Yahvé, la royauté au maître des peuples.

30 Devant lui se prosternent les puissants de la terre.


Devant lui s’agenouillent ceux qui dans la poussière
Vont et descendent. Et toute mon âme vivra pour lui.

31 Ma race le servira. On parlera d’Adonaï


Aux âges qui s’en viennent, 32 et l’on relèvera
Aux peuples qui s’éveillent sa justice. C’est son œuvre.

191
Psaume 23 (22)
Le bon Pasteur

1 Psaume de David

C’est Yahvé qui est mon pasteur.


Je ne manque de rien. 2 Dans des prés, il me parque.
Près des eaux de repos, 3 il y mène mon esprit.
Il y refait mon âme. Par la voie de justice,
Il veut bien me conduire pour l’amour de son nom.

4 Si je viens à marcher dans un val ténébreux,


Je ne crains aucun mal car tu es avec moi.
Près de moi ton bâton, ta houlette me rassurent.

5 Alors là devant moi, tu as dressé la table,


Face à mes adversaires. Tu me parfumes la tête.
Tu m’as oint d’huile sacrée. Ma coupe est débordante.

6 La grâce et le bonheur tous les jours de ma vie


Me pressent. Ma demeure est la maison de Yahvé,
(Oui, j’y habiterai) en la longueur des jours.

192
Psaume 24 (23)
liturgie d’entrée du Sanctuaire

1 Psaume de David

À Yahvé, la terre, son ensemble


Ainsi que le monde et ceux qui y habitent.

2 C’est lui qui l’a fondée sur les mers, l’a posée
Sur les fleuves. 3 Qui montera au mont de Yahvé,
Et qui donc se tiendra en son lieu sanctifié ?

4 Est-ce celui dont les mains et dont le cœur aussi


Sont innocents et purs ? Celui qui ne veut pas
Se livrer au mensonge, qui refuse de jurer
Comme il craint de tromper ? 5 Il obtiendra de Dieu
La part de son salut et sa bénédiction.

6 C’est la génération de ceux qui la recherchent,


Qui recherchent ta face, (toi le) Dieu de Jacob Pause

193
7 Levez vos têtes, ô portes, et vous portails d’antan
Soulevez-vous : il doit entrer, le roi de gloire !

8 Qui est ce roi de gloire ? C’est Yahvé le puissant !


Le vaillant, Yahvé, c’est le vaillant des combats ! Pause

9 Levez vos têtes, ô portes. Et vous portail d’antan


Soulevez-vous : il doit entrer, le roi de gloire !

10 Qui est ce roi de gloire ? C’est Yahvé des Armées !


(C’est Yahvé Sabaot) c’est lui le roi de gloire !

194
Psaume 25 (24)
Prière dans le péril

1 De David

Aleph.
Vers toi, ô Yahvé, j’élève mon âme.

Bêth.
2 Mon Dieu, en toi j’ai confiance. Que je n’ai point honte,
Et que mes ennemis ne me gaussent point de moi !

Ghimel.
3 Que ceux qui croient en toi ne soient point confondus,
Mais que soient confondus ceux qui trahissent pour rien !

Daleth.
4 Ainsi fais-moi savoir tes sentiers (ô) Yahvé.
Enseigne-moi tes voies.

195
Hê.
5 Ainsi dirige-moi *
Enseigne-moi. C’est toi le Dieu de mon salut.

Waw.
En toi le jour j’espère pour ta bonté, Yahvé.

Zaïn.
6 (Oui) souviens-toi Yahvé de ta miséricorde
Et de toutes tes grâces car elles seront toujours.

* Le texte veut : dirige-moi dans ta vérité.

196
Hêth.
7 De mes égarements durant cette jeunesse,
Non, ne t’en souviens pas. Mais selon ton amour
Oui, souviens-toi de moi !

Têth.
8 Yahvé est bon et droit.
C’est pourquoi il indique la voie aux égarés.

Yodh.
9 C’est pourquoi il enseigne aux malheureux sa voie.

Kaph.
10 Les sentiers de Yahvé sont grâce et vérité
Pour ceux qui gardent son alliance et ses témoignages.

Lamed.
11 En vertu de ton nom, [- - - -] Yahvé
Pardonne mon injustice bien qu’elle s’avère immense.

197
Mêm.
12 S’il est un homme qui craint Yahvé, il le remet
Dans le chemin à prendre. 13 Son âme habitera
Dans le bonheur. Sa race possédera la terre.

Samek.
14 Le secret de Yahvé est à ceux qui le craignent
De la sorte, son alliance, il la leur fait connaître.

Aïn.
15 Oui, j’ai constamment les yeux tournés vers Yahvé,
Car c’est lui qui dégagera mes pieds du filet.

Phê.
16 Tourne-toi vers moi, ainsi pitié de moi.
Je suis seul, malheureux.

Sadê.
17 Dilate mon cœur serré.
Fais-moi sortir de mes angoisses.

198
Qoph.
18 Considère
Ma misère et ma peine. Enlève tous mes péchés.

Resh.
19 Ainsi vois comme ils sont nombreux, mes ennemis !
Et avec quelle violence, ils (peuvent) me détester !

Shîn.
20 Garde mon âme. Délivre-moi. Et point de honte
Pour moi. Où est mon abri ?

Taw.
21 Alors que me sauvegardent
Innocence et droiture ! J’espère en toi, Yahvé.

22 O Dieu, rachète Israël de toutes ses craintes.

199
Psaume 26 (25)
prière pour l’innocent

1 De David

Justice pour moi Yahvé car je marche


Dans mon intégrité. En Yahvé j’ai confiance.
Je ne chancelle pas. 2 Oui, tu peux me scruter
Et m’éprouver, passer au feu mes reins mon cœur !

3 Car j’ai devant les yeux ton amour, et je marche


En ta vérité.

4 Je ne veux pas près du fourbe


M’asseoir, et chez l’hypocrite je ne veux entrer.

5 Ainsi j’ai détesté le parti des méchants.


Au milieu des impies, je refuse de siéger.

6 Et je lave mes mains en état d’innocence.


Alors je fais le tour de ton autel, Yahvé.
7 En clamant les actions et les accents de grâce,
En annonçant très fort tes nombreuses merveilles.
200
8 Que j’aime, Yahvé, la demeure de la Maison !
Et que j’aime le lieu où séjourne ta gloire !

9 Ne confonds pas mon âme avec celle des pécheurs,


Et ne lie pas ma vie à celle des assassins.

10 Ils ont de l’infamie, (de l’ordure) sur les mains.


Leur main droite est remplie de gratifications.

11 Je marche en me dirigeant dans ma perfection.


Oui, libère-moi, Yahvé ! Et prends-moi en pitié !

12 Mon pied se tient bien droit sur un sol aplani.


Et dans les assemblées, je te bénis Yahvé.

201
Psaume 27 (26)
Prière de Dieu, point de crainte

1 De David

Yahvé est ma lumière, mon salut.


Mais qui donc pourrait me faire trembler ? Car Yahvé
Est l’abri de ma vie. Qui pourrait m’effrayer ?

2 Quand s’avancent contre moi des êtres malfaisants,


Pour dévorer ma chair, ce sont eux ennemis
(Ce sont eux) adversaires qui tombent et qui succombent !

3 Si une armée en campagne campait contre moi,


Mon coeur n’aurait pas peur ! Que la guerre contre moi
S’en vienne à éclater, je garde ma confiance !

4 Et la seule chose que j’ai demandée à Yahvé,


Oui, celle que je recherche, c’est d’aller habiter
Dans le Lieu de Yahvé tous les jours de ma vie,
Afin de contempler la douceur de Yahvé,
Afin de fréquenter son (divin) sanctuaire.

202
5 Il me donne en sa hutte un lieu de protection,
Dans les jours de malheur. Il me cache au secret
Au profond de sa tente. Sur le roc, il me mène.

6 Déjà ma tête s’élève au-dessus des rivaux


Qui m’entourent et je viens sacrifier en ma tente
Des sacrifices de fanfare et de cris de guerre

Je veux chanter et je veux jouer pour Yahvé.

7 Entends ma voix, Yahvé, je crie. Toi, réponds-moi.


Et prends pitié de moi. 8 Mon cœur a dit de toi :
Toi, cherche sa face. C’est ta face que je cherche Yahvé,
9 Ne voile pas ta Face. Oui, c’est toi mon secours.

Ne repousse pas ton serviteur avec violence.


Ne me délaisse pas. Ne m’abandonne pas,
Toi Dieu de mon salut. 10 Si mon père, si ma mère
Venaient à m’oublier, Yahvé m’accueillerait.

11 Enseigne-moi, Yahvé, ta voie et guide-moi


Sur une route aplanie malgré tant de guetteurs.

203
12 Ne me livre pas à l’être de mes oppresseurs,
Ce sont de faux témoins qui se dressent contre moi.
Ils soufflent la violence. 13 Je le crois, je verrai,
La bonté du Seigneur sur la terre des vivants.

14 Espère en Yahvé. Sois fort. Que ton coeur soit ferme !


Oui, espère en Yahvé, et reprends du courage.

204
Psaume 28 (27)
Supplication et actions de grâces

1 De David

Vers toi, Yahvé, j’appelle. Mon rocher,


Ne sois pas sourd. Car si tu gardais le silence,
Je deviendrais comme ceux qui descendent à la fosse !

2 Écoute ma voix suppliante quand je prie vers toi,


Quand j’élève les mains, (Yahvé) vers ton saint des saints.

3 Ne me ramasse pas avec les gens méchants,


Avec les malfaisants. Ils parlent de paix (aux proches),
Le mal est dans le cœur. 4 Mais donne-leur (Yahvé)
Le prix de la conduire, la malice de leurs actes.
Traite-les selon l’œuvre accomplie par leurs mains.
Paie-les de leur salaire.

5 Ils ne comprennent pas


Les actes de Yahvé ni l’œuvre de ses mains,
Alors qu’il les renverse et ne les rebâtisse !

205
6 Et bénit soit Yahvé car il a entendu
La voix de ma prière ! 7 Et Yahvé est ma force,
Mon bouclier. C’est en lui que mon cœur a eu foi.
J’ai été secouru. Ma chair a refleuri
Déjà mon cœur exulte. Je rends grâce par le chant.

8 Yahvé est une force pour son peuple, un refuge


De salut pour son messie. 9 Sauve ton peuple, bénis
Ton héritage. Conduis-les. Porte-les toujours.

206
Psaume 29 (28)
hYmne au Seigneur de l’orage

1 Psaume. De David.

Offrez à Yahvé, fils de Dieu,


(Oui), offrez à Yahvé la gloire et la puissance,
2 (Oui), offrez à Yahvé la gloire pour son renom.
Adorez Yahvé dans son sanctuaire superbe.

3 Et la voix de Yahvé est au-dessus des eaux !


Car Yahvé pour sa gloire s’exprime par le tonnerre.
La voix de Yahvé au-dessus des eaux immenses !

4 Voix de Yahvé dans la force et voix Yahvé


Dans l’éclat. 5 La voix de Yahvé s’attaque aux cèdres.
Yahvé s’attaque aux cèdres du Liban. 6 Il fait
Bondir le Liban comme un veau, le Siryon
Comme un petit de buffle.

207
7 Et la voix de Yahvé
Fait jaillir des flammes de feu. 8 La voix de Yahvé
Fait trembler le désert. 9 Et la voix de Yahvé
Fait trembler le désert de Quadès. Alors la voix
De Yahvé fait frissonner les chênes, elle écorce
Les forêts. Pourtant dans son Temple, chacun dit : Gloire !

10 Yahvé trônait lors du Déluge, et Yahvé trône


En roi à jamais. Yahvé donnera puissance
A jamais. Yahvé bénira son peuple en paix.

208
Psaume 30 (29)
Action de grâces après un danger mortel

1 Psaume. Chant pour la dédicace du Temple. De David

2 Je t’exalte, Yahvé toi qui m’as relevé.


Et tu n’as pas fait rire de moi mes ennemis.

3 Yahvé, mon Dieu j’ai crié * et tu m’as guéri


4 Yahvé, tu as fait monter mon âme du Shéol.
Me ranimant d’entre ceux qui vont à la fosse !

5 Psalmodiez à Yahvé vous qui êtes mes dévots,


Et louez sa mémoire car il est Sainteté.
6 Que sa colère est brève ! Sa faveur est à vie !
Le soir des pleurs obsèdent, à l’aube des cris de joie.

7 Et moi, je me disais quand j’étais en bonheur :


“ Je suis inébranlable, en repos à jamais. ”

* Le texte veut : j’ai crié vers toi

209
8 Car Yahvé par ta faveur, tu m’avais fixé
Sur de fortes montagnes. Tu as caché ta face
Je suis bouleversé !

9 Vers toi, Yahvé, j’appelle.


Je supplie le Seigneur : 10 “ Que tires-tu de mon sang,
De ma descente en la tombe ? Peut-elle te louer,
La poussière ? Et annonce-t-elle ta vérité ?

11 Entends, Yahvé et prends pitié de moi. Yahvé


Sois moi donc secourable. ”

12 Pour moi, tu as changé


En une danse mon deuil. Tu dénouas mon sac,
Me ceignis d’allégresse. 13 C’est afin que mon cœur
Puisse te psalmodier et ne se taise pas.
Yahvé, mon Dieu, je te célébrerai toujours.

210
Psaume 31 (30)
prière danS l’épreuve

1 Du maître du chant. Psaume de David

2 Je m’abrite,
En toi, Yahvé. Sur moi, pas de honte à jamais.
En ta justice, affranchis-moi, délivre-moi.
3 Tends vers moi ton oreille, hâte-toi, secours-moi.

Et que tu sois pour moi un rocher de refuge,


Une enceinte de rempart, afin de me sauver.
4 Car mon rocher, une forteresse c’est bien toi.
En vertu de ton nom, tu me guides, me diriges !

5 Tu me feras sortir des rets qu’on m’a tendus


Car c’est toi mon refuge. 6 Je remets mon esprit
En tes mains car c’est toi qui me rachètes, Yahvé.
Dieu de vérité, 7 tu hais tous ceux qui vénèrent
De vaines idoles. Mais moi, j’ai confiance en Yahvé.
8 J’exulterai, jubilerai en ton amour !

211
Tu as su ma misère. Tu as connu aussi
Les angoisses de mon âme. 9 Tu ne m’as point livré
Aux mains de l’ennemi. Tu mis mes pieds au large.

10 Pitié pour moi, Yahvé, l’oppression est sur moi !


Les pleurs rongent mes yeux, ma gorge et mes entrailles.

11 Et ma vie se consume toujours dans l’affliction,


Mes années en soupirs. Vois, ma vigueur chancelle
Du fait de ma misère et mes os dépérissent.

12 Pour mes adversaires, je deviens un opprobre,


Et pour (tous) mes voisins, je ne suis que dégoût,
Un sujet de frayeur pour (tous) mes familiers.
Qui me voit dans la rue, s’enfuit très loin de moi.

13 Et je suis oublié des mémoires comme un mort.


(Oui), je deviens semblable à un objet perdu.

14 Quand j’entends les paroles répandues par la foule,


C’est de partout l’effroi ! Ils se groupent contre moi,
Et ils forment le projet de me détruire la vie.

212
15 Moi c’est pourtant en toi que j’ai confiance, Yahvé.
Je dis : c’est toi mon Dieu. 16 Mes temps sont dans ta main.
Ainsi délivre-moi de mes persécuteurs
Et de mes ennemis. (Ainsi) fais luire ta face
Sur celui qui te sert. Sauve-moi par ta grâce !

17 Et pas de honte pour moi pour t’avoir invoqué,


Yahvé, Pourtant que soient confondus les méchants
Et qu’ils descendent silencieux dans le Shéol !
18 Que deviennent muettes les lèvres du mensonge
Qui disent des insolences contre l’homme qui est juste.
Par l’orgueil et mépris.

19 Elle est grande ta bonté,


Yahvé que tu réserves à celui qui te craint.
Tu la dispenses à qui te prend pour son abri.
En face des fils d’Adam !

20 Tu les caches au secret


De ta face, bien loin des combinaisons des hommes
Tu le mets à couver dans ta hutte loin des langues
Querelleuses.

213
Et béni Yahvé qui fit pour moi
Des merveilles d’amour (en une ville de rempart) !

21 Et pourtant je disais en mon trouble intérieur :


“ Je suis exclu loin de tes yeux ! Tu écoutas
La voix de ma prière quand je criai vers toi.

22 Aimez Yahvé vous tous qui êtes ses dévots


Il garde ses fidèles. Il paie avec usure
Qui agit par orgueil. 23 Courage, reprenez Cœur
Soyez forts vous tous qui espérez en Yahvé !

214
Psaume 32 (31)
l’aveu libère du péché

1 De David. Doctement.

Heureux celui dont les fautes


Sont remises et dont les péchés sont effacés !
2 heureux l’homme à qui Yahvé n’impute aucun tort,
Et dont l’esprit ignore quelconque tromperie !

3 Je gardais le silence, mes os se consumaient


A rugir tout le jour. 4 De l’aube jusqu’à la nuit,
Ta main pesait sur moi. Mon cœur était chargé,
Et ma sève s’altérait aux ardeurs de l’été. Pause

5 Je t’ai monté ma faute. Je ne l’ai point cachée.


J’ai dit : “ Oui, j’avouerai à Yahvé mon péché ”,
Et toi, tu as remis la peine de mes erreurs.

6 Que tout dévot te prie au temps de la détresse !


Les grandes eaux débordent, elles ne t’atteindront pas !

215
7 Toi tu es mon refuge. Tu me gardes de l’angoisse,
De chants de délivrance, tu m’as enveloppé. Pause

8 Tu vas t’instruire et te montrer la route à suivre.


Je te conseillerai, et j’aurai l’œil sur toi.

9 Ne sois pas le cheval, le mulet insensé.


Car il faut mors et freins pour en dompter l’ardeur.
Là, de toi nulle approche. 10 Nombreux sont les tourments
Qui attendent les méchants. Qui se fie en Yahvé,
C’est la grâce qui l’enveloppe.

11 Prenez du plaisir
En Yahvé. Jubilez, ô justes ! et exprimez
Des cris de joie, vous tous qui avez un coeur droit !

216
Psaume 33 (32)
Hymne à la Providence

1 Criez de joie, les justes en l’honneur de Yahvé :


Ceux dont le cœur est droit, leur convient la louange.

2 Rendez un hommage à Yahvé sur la cithare


Et psalmodiez pour lui sur la harpe à dix cordes.

3 Chantez-lui un chant qui soit nouveau. Avec art


Faites résonner vos instruments pour l’ovation.

4 Car droite est la parole qui provient de Yahvé.


L’ensemble de son œuvre est fait de vérité
5 Il aime ce qui est juste, ce qui est le bon droit.
Et la terre est remplie de l’amour de Yahvé.

6 Ainsi par sa parole, les cieux ont été faits,


Par le souffle de leur bouche toute leur armée.

7 Il rassemble comme dans une outre, les flots de la mer.


Et il met en réserve la profondeur des eaux.

217
8 Et que toute la terre est la crainte de Yahvé !
Ou, qu’il soit craint de tous les habitants du monde !
9 Quand il parle, ceci est, ordonne, ceci existe.

10 C’est Yahvé qui déjoue le dessein des nations,


Et qui fait échouer les conceptions des peuples.
11 Mais le dessein de Yahvé subsiste à jamais.
Les pensées de son cœur s’accomplissent d’âge en âge.

12 Heureuse la nation qui a pour Dieu Yahvé.


Heureuse la nation qu’il prend en héritage !

13 Des cieux, Yahvé regarde. Il voit les fils d’Adam.


14 Du lieu de sa demeure, il observe sur la terre
Tous les habitants. 15 C’est lui seul qui forme le cœur
Et c’est lui qui prête attention à tous leurs actes.

16 Le roi n’est pas sauvé par une force immense,


Ni le brave préservé par sa grande vigueur.

17 Mensonge qu’un cheval pour tenir la victoire !


Et sa grande vigueur, ne fait pas échapper !

218
18 Voici l’oeil de Yahvé est sur ceux qui le craignent,
Est sur ceux qui espèrent en son amour (précieux),
19 Et c’est pour délivrer leur esprit de la mort,
Et c’est pour les faire vivre au temps de la famine.

20 Notre âme attend Yahvé. C’est Lui notre secours


Et notre bouclier. 21 En lui, se réjouit
Notre coeur. En son saint nom, nous avons confiance.

22 Ta grâce, Yahvé sur nous en toi, fut notre espoir.

219
Psaume 34 (33)
Louange de la justice divine

1 De David. Quand ayant simulé la folie


devant Abimélech, celui-ci le chasse. Il partit.

Aleph.
2 Quelle que soit la période, je bénirai Yahvé,
Et sa louange sera constamment en ma bouche.

Bêth.
3 Mon âme se loue en Yahvé. Que les malheureux
Entendent et s’en réjouissent !

Ghimel.
4 Magnifiez Yahvé,
Avec moi, et exaltons ensemble son nom.

Daletch.
5 J’ai recherché Yahvé, et il m’a répondu.
Et de toutes mes frayeurs, il m’a délivré.

220
Hê.
6 Tournez-vous vers lui et soyez radieux.

Waw.
Alors que vos visages ne soient point confondus !

Zaïn.
7 Quand ce pauvre a crié, Yahvé l’a entendu.
Ainsi de toutes ses angoisses, il l’a sauvé.

Heth.
8 Et l’ange de Yahvé autour de ceux qui le craignent
Établit son camp. Il les arrache au danger.

221
Têth.
9 Constatez et voyez combien Yahvé est bon !
Heureux l’homme qui recherche à s’abriter en lui !

Yodh.
10 Oui, vénérez Yahvé vous qui êtes ses sains,
Car celui qui le craint ne manquera de rien.

Kaph.
11 Les riches sont appauvris, et ils sont affamés.
Celui qui cherche Dieu ne manquera de rien.

Lamed.
12 (Vous qui êtes mes) fils, venez, écoutez-moi :
Je vais vous enseigner la crainte de Yahvé.

Mêm.
13 Quel est l’homme qui désire augmenter sa durée,
Et qui aime les journées où l’on goûte le bonheur ?

Noun.
14 Garde ta langue du mal. Préserve bien tes lèvres
Des paroles mensongères.

222
Samech.
15 Détourne-toi du mal,
Et accomplis le bien. Aime la Paix. Poursuis-la.

Phê.
16 Contre les malfaisants est la face de Yahvé
Afin de retrancher de la terre leur mémoire.

‘Aïn.
17 Et les yeux de Yahvé sont tournés vers les justes.
L’oreille est attentive à toutes leurs prières.

Sadê.
18 Ils crient, Yahvé écoute; Et toutes leurs angoisses,
Il sait les délivrer.

Qoph.
19 Yahvé est proche de ceux
Qui ont le coeur brisé. Il sauve l’âme abattue.

223
Rêsh.
20 Nombreux sont les malheurs qui s’accaparent du juste.
Mais de tous (les malheurs), Yahvé les débarrasse.

Shîn.
21 Il veille sur tous ses os, et pas un n’est brûlé.

Taw.
22 La malice est la cause de la mort du méchant
Punis, les ennemis du juste expireront.
23 Ainsi Yahvé rachète l’âme de ses serviteurs,
Et personne n’est châtié de qui s’abrite en lui.

224
Psaume 35 (34)
prière d’un JuSte perSécuté

1 De David.

Accuse Yahvé, mes accusateurs


Assaille mes assaillants. 2 Saisis-toi du petit
Et du grand bouclier. Lève-toi pour mon aide.
3 Brandis la lance, la pique contre mes poursuivants.
Parle ainsi à mon âme : “ Moi, je suis ton salut. ”

4 Et qu’ils soient confondus et recouverts d’opprobre


Ceux qui cherchent mon âme ! En arrière et confus.
Ceux qui méditent mon mal ! 5 Comme la bale au vent
Que l’Ange de Yahvé les pourchasse ! 6 Que leur voie soit
Sombre, glissante ! Que l’Ange de Yahvé les poursuive !

7 C’est que sans raison, ils m’ont tendu leur filet.


Et sans raison aucune, ils m’ont creusé une fosse.
8 Que sur chacun d’eux fonde une ruine imprévue !
Que le filet qu’il a caché (puisse) le saisir !
(Ainsi) que dans la fosse, ce soit lui qui (y) tombe !

225
9 Alors mon âme se réjouira en Yahvé.
Elle sera pleine de joie à cause de son secours.

10 Tous mes os diront : “ Yahvé, qui est comme toi ?


Tu délivres le faible d’un ennemi puissant,
L’indigent et le pauvre de qui les dépouillait. ”

11 (Il y a de faux témoins qui se sont levés.


On me pose des questions sur des choses que j’ignore.
12 On récompense mon bien en me rendant du mal.
À chaque instant l’on est à espionner ma vie.)

13 Pendant leurs maladies, j’avais vêtu un sac.


J’humiliais mon âme (en m’infligeant) le jeûne.
Ma prière revenait (constamment) dans son sein.
14 Comme s’il se fût agi d’un ami ou d’un frère,
Je m’en allais voûté. Comme en deuil d’une mère,
Je m’en allais courbé et j’étais assombri.

15 Eux, ils se réjouissent de ma chute, ils s’attroupent


Ils s’attroupent contre moi, frappant à l’improviste.
Ils déchirent sans relâche. 16 Ce sont des hypocrites,
Qui se moquent sans arrêt. Ils ont la dent grinçante.

226
17 Adonaï, jusques à quand le verras-tu ?
Fais retourner mon âme très loin de leurs tourments,
Mon bien le plus précieux contre tous les lionceaux !

18 Et je t’en rendrai grâce dans la grande assemblée,


Je t’en louerai au milieu d’un peuple nombreux.

19 Que ne se rient de moi mes ennemis menteurs,


Ni ne se fassent des clins d’oeil ceux qui m’ont haï *

20 Ils ne parlent pas de paix. Contre les gens tranquilles


Qui habitent le pays, ils inventent des mensonges.
21 Et contre moi ils ouvrent une bouche largement.
(Ils s’esclaffent) en disant : “ Ha ! Ha ! Notre œil l’a vu .”

22 Toi, tu as vu, Yahvé. Ne reste pas muet.


Adonaï, ne sois pas éloigné de moi.

* Le texte veut : ceux qui m’ont haï sans raison.

227
23 Éveille-toi, réveille-toi pour me juger.
Défends-moi au procès, ô mon Dieu, mon Seigneur.
24 Juge-moi selon ta justice, Yahvé mon Dieu.
Et qu’ils ne se réjouissent pas à mon sujet !

25 Qu’ils ne disent en leur cœur : “ Enfin ! Nous respirons ! ”


Et qu’ils ne disent ceci : “ Nous l’avons englouti ! ”

26 Que la honte et le déshonneur, les deux unis,


Soient sur ceux qui se réjouissent de mon malheur !
Que la honte et la confusion habillent ceux
Qui ont cherché à se grandir à mes dépens !

27 Des rires, des cris de joie pour ceux que réjouit


Ma justice et pour ceux qui répètent constamment :
“ Grand est Yahvé ! Il désire de son serviteur
La paix ! ”

28 Quant à moi, ma louange proclamera


Ta justice, et tout au long du jour, tes louanges.

228
Psaume 36 (35)
Malice du pécheur et bonté de Yahvé

1 Du maître de chant. Du serviteur de Yahvé.


De David.

2 Oracle pour l’impie, le péché


Dans le fond de son cœur. Et il n’a pas la crainte
De Dieu devant ses yeux.

3 Il aime à se flatter
Devant ses propres yeux. Il répugne (toujours)
À constater sa faute.

4 Les paroles de sa bouche


Sont fraude et tromperie. C’est fini d’être un sage.

5 Il rumine le méfait allongé sur sa couche.


Il s’obstine dans la voie, celle qui n’est pas la bonne.
Il ne réprouve pas le mal.

229
6 Ta grâce est aux cieux,
Yahvé. Ta vérité se répand jusqu’aux nues.

7 Ta justice est semblable aux montagnes divines,


Et tes jugements sont semblables au grand abîme.
Les hommes et le bétail, tu les secours, Yahvé.

Et combien précieuse est ta grâce, ô (toi mon) Dieu !


À l’ombre de tes ailes, s’abritent les fils d’Adam.

9 Ils se rassasient de la graisse de ta Maison.


Et tu les abreuves au torrent de tes délices.
10 Parce que près de toi est la source de la vie.
C’est par ta lumière que nous voyons la lumière.
11 Conserve ton amour pour ceux qui t’ont connu,
Ta justice pour ceux qui ont le cœur bien droit.

12 Que ne m’atteigne pas le pied de l’orgueilleux,


Que la main des méchants ne me fasse pas fuir !

13 Les voilà tomber les fauteurs d’iniquité,

Ils sont renversés, ils ne peuvent se relever !

230
Psaume 37 (36)
le Sort du JuSte et de l’impie

Dalêth.
Tais-toi devant Yahvé, sois confiant, attends-le.
Non, ne t’indigne pas contre le parvenu,
Contre celui qui songe à tirer des intrigues,
À renverser le pauvre, à détruire l’indigent.

Hê.
Une trêve à la colère. Abonde la fureur.
Non, ne t’indigne pas. Ce n’est que pour le mal.
Voici que les méchants seront exterminés.
Ceux qui espèrent en Dieu posséderont la terre.

Waw.
Un peu de temps encore, et le méchant n’est plus.
Tu examines sa place : il aura disparu !
Et ce seront les humbles qui détiendront la terre.
Ils se délecteront dans une paix immense.

231
Psaume 37 (36)
le Sort du JuSte et de l’impie

1 De David.

Aleph.
Ne t’échauffe pas contre les méchants.
Ne porte pas envie à ceux qui font le mal.
2 Car ils sont comme l’herbe ils se fanent bientôt
Comme le vert des prés, ils se flétrissent vite.

Bêth.
3 Aie confiance en Yahvé et accomplis le bien.
Et demeure au pays, broute en sécurité.
4 Délecte-toi en Yahvé afin qu’il t’accorde
Les demandes de ton cœur.

Ghimel.
5 Et remets à Yahvé
Ton destin. 6 Il fera éclater ta justice
Comme la lumière, et ton bon droit comme le grand jour.

232
Dalêth.
7 Repose-toi en silence devant Yahvé, attends-le
Et ne t’indigne pas contre le parvenu.
Contre celui qui songe à tirer des intrigues
14 À renverser le pauvre, (à détruire) l’indigent.

Hê.
8 Une trêve à la colère, abandonne la fureur,
Et ne t’indigne pas. Ce n’est que pour faire mal !
9 Voici que les méchants seront exterminés !
Qui espère en Yahvé possédera la terre.

Waw.
10 Un peu de temps encore et le méchant n’est plus.
Tu observeras sa place, il n’y sera plus.
11 Mais ce seront les humbles qui détiendront la terre.
Ils se délecteront dans une paix immense.

Zaïn.
12 L’impie complote contre le juste et grince des dents
Contre lui. 13 Mais Adonaï se rit de lui :
Il voit arriver le jour de son châtiment.

233
Hêth.
14 Les impies tirent l’épée. Ils ont bandé leur arc,
Et ils veulent égorger ceux dont la voie est droite.
15 C’est dans leur propre cœur qu’entrera leur épée.
Leurs arcs seront brisés.

Têth.
16 Mieux vaut la pénurie
Du juste que la grande abondance pour les méchants.
17 Les bras des impies seront brisés, mais Yahvé
Est le soutien des justes.

Yodh.
18 Yahvé connaît les jours
Des parfaits, et leur patrimoine dure à jamais.
19 Ils ne sont pas confondus au temps du malheur.
Au temps de la famine, ils seront rassasiés.

Kaph.
20 Cependant les impies périront, de Yahvé
Eux, les ennemis. Et telle la parure des prés,
Ils s’évanouissent, s’évanouissent en fumée.

234
Lamed.
21 Le méchant emprunte (et) il ne rend pas. Le juste
A Pitié et il donne.

22 Et ceux qu’il a béni,


Posséderont la terre, (mais) ceux qu’il a maudits
Seront exterminés.

Mêm.
23 Yahvé mène les pas
De l’homme (et) il prend du plaisir à sa conduite.
24 (Et) s’il vient à tombe, il n’est pas terrassé,
Yahvé soutient sa main.

Noun.
25 (Et moi), j’ai été jeune,
Je suis devenu vieux, non je n’ai jamais vu
Le juste abandonné ni même sa descendance
En quête de quelque pain. 26 Toujours, il a pitié
Il prête. Sa descendance est en bénédiction.

Samech.
27 Détourne-toi du mal et accomplis le bien,

235
Tu auras pour toujours un lieu à habiter.
28 Parce que Yahvé apprécie ce qui est juste.
Il n’abandonne pas ceux qui sont ses dévots.

Aïn.
À jamais les injustes seront anéantis,
Et la race des méchants sera exterminée.

29 Les justes posséderont la terre. Là, pour toujours


Ils y habiteront.

Phê.
30 La bouche du juste murmure
La sagesse, et sa langue redit ce qui est juste.
31 (Et) la loi de son Dieu est placée dans son coeur.
Ses pas ne chancellent point.

Sadê.
32 Le méchant guette le juste
Il veut le faire mourir. Non, à sa main Yahvé
Ne l’abandonne pas. Il n’est pas condamné
Quand il est en justice.

236
Qoph.
34 (Toi,) espère en Yahvé.
Garde sa voie. Il te délivrera des méchants.
Car il t’exaltera pour posséder la terre.
Ainsi tu pourras voir les méchants extirpés.

Rêsh.
35 Et j’ai vu le méchant tyrannique se dressant
Comme un cèdre du Liban. 36 Je suis repassé,
Voilà qu’il n’était plus. Pourtant je l’ai cherché.
On ne le trouvait plus.

Shîm.
37 Observe l’homme parfait,
Vois celui qui est droit, car pour le pacifique
Il est une descendance. 38 Mais d’un coup les pécheurs
Seront anéantis.

Taw.
30 Et le salut des justes
Vient de Yahvé. Il devient leur refuge au temps
De la détresse. 40 Yahvé les secourt, les délivre
Il le sauve car ils se sont abrités en lui.

237
Psaume 38 (37)
Prière dans la détresse

1 Psaume. De David. Pour commémorer.

2 Non, Yahvé
Ne m’admoneste pas dans ton irritation.
Ne me châtie pas en ta fureur. 3 Car en moi,
Tes flèches ont pénétré. Ta main s’est abattue
Sur moi. 4 Rien d’intact en ma chair sous ta colère,
Rien de sain dans mes os à cause de mon péché.

5 Et toutes mes erreurs ont dépassé ma tête.


Comme un pesant fardeau, elles pèsent trop de moi.
6 Mes plaies sont puanteurs et elles sont pourritures
À cause de ma folie. 7 Je suis tordu, plié
À l’excès, et tout le jour je marche assombri.

8 Mes entrailles sont toutes malades d’inflammation,


Et nulle partie n’est saine qui réside en mon corps.
9 Je suis broyé, je suis lassé jusqu’à l’extrême.
Je hurle et je rugis. Je suis comme la lionne.

238
10 Adonaï, tout mon désir est devant tes yeux,
Et mon gémissement pour toi n’est point caché.
11 C’est que mon cœur palpite, que ma force m’abandonne !
Et de mes propres yeux, je n’ai plus la lumière !

12 Amis et compagnons sont distants de ma plaie,


(Et ceux qui sont mes proches sont restés éloigné.)

13 Ceux qui en veulent à ma vie, ont tendu des pièges,


Et ceux qui veulent ma perte, murmurent des perfides.

14 Mais je ressemble au sourd, je ne peux pas entendre.


Je suis comme un muet qui n’ouvre pas la bouche.
15 Je suis pareil à l’homme qui n’ayant entendu,
Ne connaît de réponse à donner à ses lèvres.

16 Car c’est toujours en toi que j’espère, (ô) Yahvé.


C’est toi qui répondras, Adonaï, mon Dieu !
17 J’ai dit ainsi : “ Qu’ils ne se rient à mes dépens
Qu’ils ne gagnent sur moi lorsque mon pied chancelle. ”

18 Ne suis-je pas désigné pour recevoir la ruine ?


Mon mal est encore là, sans relâche sous mes yeux !

239
19 Il faut que je confesse toute mon injustice :
Que je suis angoissé de mon péché !

20 Mes ennemis sans cause sont d’une force immense,


Ils sont très nombreux ceux qui me haïssent à tort.
21 Eux qui me rendent le mal quand j’accomplis le bien,
Eux qui toujours m’accusent quand j’accomplis le bien,
22 Et ne m’abandonne pas, Yahvé. O mon Dieu,
Surtout ne reste pas si éloigné de moi !
23 Hâte-toi de me secourir, Adonaï.

240
Psaume 39 (38)
néant de l’homme devant dieu

1 Au chef des chantres. Pour Yedouthoun. Psaume de David.

2 Car j’ai pensé ainsi : “ Je garderai ma route


Des écarts de langage. Je garderai ma bouche.
J’y mettrai un bâillon, oui, tant que le méchant
Se tiendra devant moi. 3 Je restais en silence,
Muet. Je me taisais. À cause de son bonheur,
4 Mon cœur était brûlant au-dedans de moi-même.

Et j’y songeai encore quand un feu s’enflamma.


Une parole enfin est venue sur ma langue :
5 “ Fais-moi savoir Yahvé comment s’achève ma vie.
Permets-moi de savoir la durée de mes jours !
Et je pourrai comprendre combien je suis fragile !

6 C’est avec un empan que tu as fait mes jours.


Le temps de ma durée est néant devant toi.
Celui qui se tient droit devant toi est un souffle. Pause.

241
7 Oui, le mortel s’avance, il ressemble à une ombre.
Il s’agite dans le vide, et il entasse des biens.
Mais il est sans savoir qui les ramassera.

8 Et maintenant que puis-je attende, Adonaï ?


Mon espoir est en toi. 9 Et de tous mes péchés
Veuille me délivrer. Non, ne fais pas de moi
L’opprobre de l’insensé. 10 Et je reste muet
Je n’ouvre pas la bouche comme c’est toi qui agis.

11 Détourne de moi tes coups. Je suis anéanti


Par ta main qui m’attaque. 12 En reprenant les torts
Tu sais corriger l’homme. Et comme fait la teigne,
Tu parviens à détruire ce qu’il a de précieux.
Mais l’homme dans son entier ne représente qu’un souffle. Pause.

242
13 Écoute ma prière, Yahvé. Entends bien mon cri.
Surtout ne sois pas silencieux à mes larmes.
Parce que je suis comme l’étranger chez toi,
Un simple passager pareil à mes ancêtres.
14 Mais détourne ton regard que j’aie un peu de joie,
Avant que je m’en aille et que je ne sois plus !

243
Psaume 40 (39)
Action de grâces. Appel au secours

1 Du maître de chant. De David. Psaume

2 Et j’ai mis
Mon espoir dans Yahvé. Il s’est penché vers moi.
Il écouta mon cri. 3 Il m’a fait remonter
Du gouffre dangereux, de la vase du bouclier.
Il m’a remis debout, les pieds sur le rocher,
Affermissant mes pas.

4 Il plaça dans ma bouche


Un cantique nouveau, un hymne à notre Dieu.
Et beaucoup le verront, (beaucoup) en auront peur.
Ils auront foi en Yahvé.

Heureux l’homme qui met


En Yahvé sa confiance, qui ne s’est pas tourné
Du côté des rebelles égarés ans l’erreur !

244
6 Tu les as faits nombreux, Yahvé, (ô) mon Dieu,
Tes merveilleux, tes desseins accomplis pour nous-mêmes !
Nul ne t’est comparable ! Je veux le publier.
Et le redire encore : trop ne peut se compter !

7 Sacrifice, oblation, toi tu n’en voulais pas.


Tu m’as creusé l’oreille. Holocauste et victimes,
Tu n’en exigeais pas. 8 J’ai dit : voici, je viens.

Dans le rouleau du Livre, il est écrit de moi :


9 “ À faire Ta volonté, mon Dieu, je prends plaisir.
Et ta Loi est placée au fond de mes entailles ! ”

10 Oui, j’ai dit la justice dans la grande assemblée.


Vois, je n’ai pas bouclé les paroles de mes lèvres,
Tu le sais, toi, Yahvé. 11 je ne l’ai pas cachée
Dans le fond de mon cœur ta justice. Et j’ai dit
Ton secours et ta fidélité. Ai-je caché
Ton amour et ta vérité à la grande foule ?

12 Toi, Yahvé ne me refuse pas ta clémence.


Que ta grâce et ta vérité me gardent toujours !

245
13 Car des malheurs m’assiègent, et ils sont innombrables !
Oui, mes péchés débordent sans que je puisse y voir.
Ils sont plus abondants que mes cheveux au crâne !
Et mon cœur m’a abandonné !

14 Daigne, Yahvé,
Me délivrer. Yahvé, viens vite me secourir !
Que la honte et déshonneur tombent sur tous ceux-là
Qui en veulent à ma vie, qui veulent me supprimer.
15 En arrière, confondus, ceux qui flattent mon malheur !
16 Et qu’ils soient consternés par l’effet de leur honte !
(Oui, qu’ils soient ravagés) ceux qui disent : Ha ! Ha !

17 Joie en toi et plaisir pour ceux qui te recherchent


Et pour ceux qui répètent encore : Yahvé est grand !
Pour ceux qui veulent ton salut !

18 Quant à moi, le pauvre,


L’indigent, Adonaï, pense à moi ! C’est toi
Mon secours, mon sauveur, mon Dieu, ne tarde pas !

246
Psaume 41 (40)
Prière du malade abandonné

1 Du maître de chant. Psaume de David.

2 Heureux qui
A le souci du pauvre comme de l’indigent.
Au jour de son malheur, Yahvé le sauvera.

3 Yahvé le gardera, le maintiendra en vie


Et le rendra heureux. Oh ! Ne le livre pas
À la force ennemie. 4 Car Yahvé le soutient
Sur son lit de douleur. Et tu as retourné
Sa couche tout entière durant sa maladie.

5 Or moi, j’ai dit ceci : “ Yahvé, prends pitié de moi !


Et guéris mon âme car j’ai péché contre toi ! ”

6 Mes ennemis parlant de moi expriment leur mal :


“ Mais quand va-t-il mourir pour qui son nom périsse ? ”
7 Si quelqu’un vient me voir, il dit des faussetés,
Son cœur fait provisions de paroles mensongères.
Quand il est dans la rue, il débite ces mensonges !
247
8 Tous ceux qui me haïssent chuchotent contre moi.
Contre moi ils méditent de funestes pensées :
9 “ C’est une plaie d’enfer qui a fondu sur lui.
Dès lors qu’il est couché, comment se relever ? ”

10 Même mon ami intime en qui j’avais confiance,


Et qui mangeait mon pain a haussé le talon.

11 Mais toi Yahvé, par pitié, relève-moi


Que je leur rende leur dû ! 12 Ainsi je connaîtrai
Que tu es mon ami, si plus jamais ces gens
Ne jettent sur moi leurs cris ! 13 Moi, (pour mon innocence)
Je resterai indemne car tu me soutiendras.
Tu m’auras à jamais établi devant toi.
14 (Ainsi) Et bénis soit Yahvé, le Dieu d’Israël
Depuis longtemps toujours jusqu’à toujours. Amen ! Amen !

248
Psaume 42-43 (41-42)
Complainte du lévite exilé

1 Du maître de chant. Poème. Des fils de Corée

2 Comme la biche haletant courant après l’eau vive,


Mon âme est haletante après toi, Elohim !
3 Que mon âme a soif d’Elohim, le Dieu vivant :
Mais quand pourrai-je entrer voir la face d’Elohim ?

4 Je n’ai pour tout pain que mes larmes, la nuit, le jour,


Tandis qu’on me répète encore : “ Où est ton Dieu ? ”

5 Je me souviens, épanchant mon âme sur moi-même


Du temps où je passais au milieu des notables,
Jusqu’à la Maison d’Elohim, au son des cris
Et des actions de grâces parmi la foule en fête.

6 Mais pourquoi t’effondrer, mon âme, gémir en moi ?


Espère en Elohim ! Je te lourerai encore !
Il est le salut de ma face, 7 (il est) mon Dieu.

Mon âme vient-elle à défaillir, je songe à toi


249
Des pays du Jourdain jusqu’aux cimes de l’Hermon,
À toi, humble montagne. 8 L’Abîme appelle l’Abîme.
Dans le fracas de tes cataractes, la masse
De tes vagues et de tes flots a passé sur moi.

9 Que Yahvé chaque jour mette sa grâce en œuvre !


Que la nuit un cantique alors en son honneur
Soit sur mes lèvres, la prière à mon Dieu vivant !

10 Je dis à Dieu mon Rocher : “ Pourquoi m’oublier ?


Pourquoi, irai-je en deuil pressé par l’ennemi ?
11 Et mes os sont meurtris, mon ennemi m’insulte
Et me redisant tout le jour : “ Où est ton Dieu ? ”

12 Mais pourquoi t’effondrer, gémir en moi ?


Espère en Elohim ! Je te louerai encore !
Il est le salut de ma face, (il est) mon Dieu.

43-1 Rends-moi justice, ô Elohim et prends en main


Ma cause contre la gent impitoyable. Ainsi
De l’homme de fraude et d’injustice, délivre-moi !

250
2 Dieu, c’est toi mon refuge. Pourquoi me rejeter ?
Pourquoi, rirai-je en deuil pressé par l’ennemi ?

3 Oui, envoie ta lumière, envoie ta vérité.


Elles me conduiront, elles me feront arriver
À ta Sainte Montagne ainsi qu’à tes Demeures.

4 Je pourrai parvenir à l’autel d’Elohim


Vers le Dieu de la joie, de la jubilation.
Je te louerai sur la cithare, * Dieu ! Elohim !

5 Mais pourquoi t’effondrer, mon âme, gémir en moi ?


Espère en Elohim ! Je te louerai encore !
Il est le salut de ma face, (il est) mon Dieu.

* Le texte veut : mon Dieu.

251
Psaume 44 (43)
Lamentation nationale

1 Du maître de chant. Des fils de Corée. Poème.

2 Elohim, nous avons ouï de nos oreilles.


Nos pères nous ont raconté ce que tu as fait,
Durant leurs jours, aux jours d’antan, 3 toi de ta main.

Tu chassas des nations et tu les implantais,


Tu malmenas des peuples et tu les mis au large.
4 Car ce n’est pas leur glaive qui conduit le pays,
Et ce n’est pas leur bras qui en fit des vainqueurs.
C’est ta droite et ton bras, la lumière de ta face,
Parce que tu les avais pris en affection.

5 C’est toi mon Roi, mon Dieu qui décides les victoires
De Jacob. 6 Par toi, nous (tuons) nos ennemis.
Par ton nom, nous foulons aux pieds nos agresseurs.

7 Non, ce n’est pas en mon arc que j’ai ma confiance.


Ce n’est pas mon épée qui me donne la victoire.

252
8 Non, car c’est toi qui nous sauves de nos adversaires,
Car c’est toi qui confonds tous ceux qui nous haïssent.

9 En Elohim, nous nous glorifions tout le jour.


C’est ton nom que nous célébrerons à jamais.
Pause

10 Pourtant tu nous as rejetés, couverts de honte.


Et tu ne veux plus sortir avec nos armées.
11 Tu nous fais reculer de devant l’adversaire,
Et ceux qui nous haïssent ont pillé à leur aise.

12 Comme petit bétail de boucherie, tu nous livres,


Parmi les nations, tu nous as disséminés.
13 Ainsi tu vends ton peuple sans aucun bénéfice,
Car tu estimes à peu le poids de sa valeur.

14 Et tu as fait de nous l’opprobre de nos voisins,


La fable et la risée de ceux qui nous entourent.
15 (Oui), tu as fait de nous le proverbe des nations,
Le hochement de tête de ceux qui nous entourent.

253
16 En tout moment, mon déshonneur est devant moi.
La honte recouvre mon visage, 17 sous les clameurs
D’outrage et de blasphème de ces accusateurs,
En face des ennemis gonflés de leur vengeance.

18 Tout cela nous advint sans t’avoir oublié,


Et sans que nous ayons démenti ton alliance.
19 Sans que nos cœurs (non plus) soient allés en arrière,
Sans que nos pas (non plus) aient quitté ton sentier.
20 Mais toi tu nous broyas au séjour des chacals,
Et tu nous recouvras d’une enveloppe mortelle.

21 Avons-nous oublié le nom de notre Dieu,


Et proposé nos mains vers un dieu étranger ?
22 Dans ce cas, Elohim ne l’aurait-il pas su
Lui qui connaît (trop bien) les secrets de nos cœurs ?
23 Mais c’est à cause de toi que toujours l’on nous tue,
Que l’on nous traite en petit bétail d’abattoirs !

24 Éveille-toi, pourquoi dors-tu, Adonaï ?


Réveille-toi, ne me rejette pas pour toujours !
25 Et pourquoi dérobes-tu ta face ? Oublies-tu
La misère, l’oppression qui sont hélas les nôtres ?

254
26 Notre âme est abaissée jusque dans la poussière,
Notre corps est collé de son long sur le sol !
27 Oui, lève-toi pour venir à notre secours,
Et sauve-nous enfin en vertu de ta grâce !

255
Psaume 45 (44)
Épithalame royal

1 Du maître de chant. Et sur l’air : des lys... Des fils


De Coré. Poème. Chant d’amour.

2 Mon cœur s’agite


En belles paroles. Je vais dire mes poèmes au roi.
Que ma langue soit la plume d’un habile écrivain !

3 Tu es beau, le plus beau parmi les fils d’Adam.


La grâce est répandue (et elle coule) sur tes lèvres.
C’est pourquoi Elohim t’a béni pour toujours.

4 Ceins ton glaive à ta hanche, ô héros ! Dans le faste


Et l’éclat, 5 bande ton arc, et bondis et chevauche
Pour la cause de la loyauté, de la douceur,
De la justice. Que ta droite t’enseigne des exploits !

6 Que tes flèches sont aiguës ! Les peuples sont sous toi !
Et elles percent le cœur des ennemis du roi !

256
7 Et ton trône subsistera à jamais, à jamais !
Un spectre de droiture que ton spectre royal !
8 Tu aimes la justice et détestes le mal !

C’est pourquoi Elohim, ton Dieu, t’a oint d’une huile


D’allégresse, de préférence à tes compagnons.
9 La myrrhe et l’aloès et la cannelle parfument
Tous les habits. Et sortant des palais d’ivoire,
Les luths te réjouissent. 10 Parmi tes favorites
Il est des filles de roi. À ta droite est une reine
Parée de l’or d’Orphir qui se trouve debout.

11 Écoute, (ô) ma fille, regarde et tends bien ton oreille.


Et oublie ton peuple et la maison de ton père !

12 (Et) que le roi s’éprenne de ta grande beauté !


Puisqu’il est ton Seigneur, courbe-toi devant lui !

13 Ainsi la fille de Tyr est chargée de présents.


Et les gens opulents adoucissent ta face.

257
14 Resplendissante, la fille du roi fait son entrée
Parée de tissus d’or. 15 En habits diaprés,
Elle est conduite au roi. Des vierges sont à sa suite.

On amène des compagnes qui te sont destinées.


16 Dans la joie, l’allégresse elles pénètrent au palais.

17 À la face de tes pères, succéderont tes fils.


Tu en feras des princes sur tout le territoire.

18 Je veux redire encore ton nom dans tous les âges.


Que les peuples te louent à jamais, à jamais !

258
Psaume 46 (45)
Dieu est avec nous

1 Pour le coryphée. Des fils de Coré. Cantique


De Sopranes

2 Car Élohim est le refuge,


La force, le secours que l’on trouve dans les angoisses
3 Aussi ne craindrons-nous si la terre est changée
Et si les monts chancellent au sein de l’océan,
4 Si les eaux vont gronder, les flots tourbillonner,
Les montagnes trembler à leur soulèvement ! Pause

5 Ses canaux réjouissent la cité d’Elohim,


Le fleuve... ! Il sanctifie les Demeures du Très-Haut.

6 Elohim est en elle, elle ne peut chanceler


Elohim la secourt à l’approche du matin.

7 Des nations ont mugi, des royaumes ont tremblé,


Quand il donne de la voix, la terre se liquéfie.

259
8 Et Yahvé des Armées est encore avec nous.
Une citadelle pour nous que le Dieu de Jacob ! Pause

9 Venez et contemplez les œuvres d’Elohim,


Lui qui cause sur la terre tant de dévastations !
10 Il fait cesser les guerres jusqu’au bout de la terre :
Et l’arc, il l’a rompu. Il a brisé la lance.
Il a brûlé les chars (les chariots par le feu.)
11 “ Arrêtez, connaissez que c’est moi qui suis Dieu.
Je triomphe des nations, je triomphe de la terre ! ”

12 Car Yahvé des Armées est encore avec nous.


Une citadelle pour nous que le Dieu de Jacob ! Pause

260
Psaume 47 (46)
Yahvé roi d’iSraël et du monde

1 Du maître de chant. (Pour) des fils de Coré. Psaume

2 Peuples, battez des mains, acclamez Elohim


Aux bruits des cris de joie. 13 Car Yahvé, le Très-Haut
Est terrible. C’est un grand Roi par toute la terre !

4 Il soumet des nations à subir notre Empire.


Il impose (et il met) des peuplades à nos pieds.
5 Et il a fait choix pour nous de notre héritage,
Ô fierté de Jacob qui est son bien-aimé !

6 Elohim a monté dans les acclamations !


Yahvé, au son du cor ! 7 Sonnez pour Elohim !
Sonnez, sonnez encore pour le grand Roi, sonnez !
8 Car Elohim est roi de toute l’étendue.
Sonnez pour Elohim ! Sonnez un beau cantique !

9 Oui, Elohim domine sur l’ensemble des peuples.


Elohim sur son trône de sainteté s’impose.

261
10 Que les princes des peuples (s’unissent) et se rassemblent
Autour de ceux qui croient dans le Dieu d’Abraham !
Car Elohim détient les parois de la terre,
Il est ainsi souverainement élevé.

262
Psaume 48 (47)
Sion, montagne du Dieu

1 Cantique. Psaume. Des fils de Coré.

2 Car il est grand,


Yahvé, très digne de louanges, dans la Cité
De notre Dieu comme sur sa montagne sainte,
Belle d’élévation, plaisir de toute la terre !

Aux extrémités du nord, 3 c’est le mont Sion


La cité du grand Roi. 4 Car Elohim réside
Dans ses donjons. On sait qu’il est la citadelle.

5 Car voici que des rois avançaient à la fois.


Ils s’étaient tous lignés. Et comme ils avaient vu,
Ils en furent stupéfaits. Ils furent épouvantés.

6 Là, une peur les saisit : un frisson d’accouchée.


7 Ainsi brise le vent d’Est les vaisseaux de Tarsis.

8 Ce que nous avions entendu, nous l’avons vu


Dans la ville de Yahvé des armées, dans la ville
263
De notre Dieu qu’Elohim dressa à jamais. Pause

9 Nous évoquons ta grâce, Elohim dans ton Temple


10 Comme ton nom, Elohim, ainsi va ta louange
Jusqu’aux bouts de la terre ! Et ta droite est remplie
De justice. 11 Ainsi la montagne Sion jubile !

Elles se livrent à l’allégresse, les filles de Juda


Devant tes jugements.

12 Faites le tour de Sion.


Ainsi parcourez-la. Dénombrez ses tourelles.
13 Fixez votre attention (alors) sur ses remparts.
Parcourez ses donjons pour que vous racontiez
Aux générations futures 14 que c’est Elohim,
Notre Dieu à jamais, à jamais, que c’est lui
Qui nous dirigera jusqu’à l’heure de la mort. En sourdine

264
Psaume 49 (48)
Le néant des richesses

1 Du maître de chant. (Pour) les fils de Coré. Psaume

2 Écoutez ceci vous tous peuples. Prêtez l’oreille


Vous tous habitants du monde, gens du commun
Et gens de condition, riches et pauvres ensemble !

3 Ma bouche va s’exprimer en paroles raisonnables.


Le murmure de mon coeur m’inspire l’intelligence.
4 Je m’accorde une oreille aux sentences poétiques.
5 Je réponds sur ma lyre le sens de mon énigme.

6 Mais pourquoi je craindrais dans les jours de malheur ?


Quand m’entoure et me cerne la malice des perfides,
7 Ceux qui mettent la confiance dans leur propre fortune,
Eux qui se glorifient de leur grande richesse !

8 Mais l’homme ne peut jamais acheter son rachat,


Ni rembourser à Dieu le prix de sa rançon,
9 Car il est trop coûteux le rachat de son âme !

265
C’en est fait pour toujours. 10 Et il vivrait encore
Sans jamais voir la fosse ? 11 Il voit les sages mourir,
Il voit le fou périr et l’insensé le suivre,
Ils abandonneront à d’autres leurs fortunes.

12 Leurs tombeaux deviendront leurs maisons, à jamais,


De génération en génération, leurs lieux,
Alors que sur des terres, ils avaient mis des noms.

13 Pourtant l’homme entouré d’honneurs ne peut comprendre.


Il est pareil aux bêtes réduites au silence.

14 Voici la voix de ceux qui ont confiance en eux,


Et l’avenir de ceux qui croient en leurs paroles.
Pause

266
15 Comme du petit bétail, ils s’enfoncent au Shéol
Où la mort les fait paître. Ils vont droit au tombeau
Leur image qui s’use a le Shéol pour demeure.

16 Au contraire, Elohim rachètera mon âme.


De la main du Shéol, il pourra me reprendre.

267
Psaume 50 (49)
Pour le culte en esprit

1 Psaume. D’Asaph

Le Dieu des dieux, Yahvé parle, appelle


La terre du lever du soleil à son couchant.

2 Et depuis Sion, la perfection de beauté,


Elohim apparaît. 3 Qu’il devienne notre Dieu,
Qu’il ne se taise plus ! Devant lui, est un feu
Dévorant, et autour, c’est une violente tempête !

4 Il convoque les cieux d’en haut, la terre pour juger


Son peuple : 5 “ Rassemblez-moi mes dévots qui scellèrent
Une alliance avec mon sacrifice ”. Que les cieux
Annoncent sa justice ! Elohim, c’est lui le juge ! Pause

268
Psaume 51 (50)
Miserere

1 Du maître de chant. Psaume. De David. 2 Quand Nathan


Le prophète vint à lui, parce qu’il était allé
Vers Bethsabée.

3 Aie pitié, Elohim, de moi


Selon ta grâce. Selon ta grande miséricorde,
Efface mes forfaits. 4 Lave-moi de ma faute
Complètement, de mon péché purifie-moi.

5 Je reconnais mes fautes. Mon péché est sans cesse


Offert à mes regards. 6 Et c’est contre toi seul
Que j’ai osé pécher. J’ai fait ce qui est mal
À tes yeux, pour que tu sois juge quand tu édictes,
Et que tu sois sans reproche quand tu juges.

7 Vois : mauvais, je suis né car c’est dans le péché


Que ma mère m’a conçu. 8 Tu aimes la vérité
Qui vit au fond de l’être. Et c’est dans le secret
Que tu m’enseignes la sagesse.

269
9 Pour que je sois pur,
Traite-moi avec l’hysope, et pur que je sois
Plus pur que neige, lave-moi.

10 Et rends-moi le son
De la joie, de la fête ! Les os que tu broies
Ils seront dans la joie !

11 Cache devant mes péchés


Ta face. Ainsi efface de moi toute malice.

12 Crée en moi un cœur pur, Elohim et rénove


En mon sein un esprit ferme? 13 et de devant toi
Ne me rejette pas. Ne me retire pas
Ton esprit sanctifié.

14 Mais rends-moi l’allégresse


De se savoir sauvé. Par l’esprit de noblesse,
Soutiens-moi. 15 Alors j’enseignerai tes voies
Aux pécheurs. A toi, se rendront les égarés.

16 Elohim, Dieu de mon salut affranchis-moi


Du sang, et ma langue acclamera ta justice.

270
17 Adonaï, ouvre mes lèvres. Alors ma bouche
Publiera ta louange. 18 Tu ne souhaites pas
De sacrifice. Mais je l’offrirais volontiers.

19 Les sacrifices à Elohim, c’est un esprit


Brisé ; d’un coeur brisé et broyé, Elohim,
Tu n’as point de mépris.

20 Et selon ta faveur,
Fais du bien à Sion. Rebâtis les murailles
De Jérusalem, et tu prendras du plaisir
En de bons sacrifices holocaustes et offrande, *
On offrira des taurillons sur ton autel.

* Le texte veut : offrande totale.

271
Psaume 52 (51)

Jugement du cynique

1 Du maître de chant. Poème. De David. 2 Doëg,


L’Edomite quand il arriva et avertit
Saül en disant ceci : “ David est entré
Dans la maison d’Akhimélech.

3 De ta malice
Pourquoi tu glorifies-tu, ô tyran sans dieu ?
(Toi durant) 4 tout ce jour, tu prémédites le crime.
Ta langue est un rasoir effilé, artisan
D’imposture.

5 Tu aimes mieux le mal que le bien


Le mensonge plutôt que de dire la vérité Pause
6 Tu aimes toute parole qui dévore, langue d’imposture.

7 C’est pourquoi Dieu te démolira à jamais


Il te saisira, t’arrachera de ta tente,
Tu déracineras de la terre des vivants. Pause

272
Psaume 53 (52)

l’homme SanS dieu

1 Du maître de chant. Pour la maladie. Poème


De David.

2 Le fou dit en son cœur : “ Plus de Dieu ! ”


Ils sont faux, corrompus, ils sont abominables,
Pas un qui fasse le bien.

3 Du haut des cieux, se penche


Elohim sur les fils d’Adam pour observer
S’il en est un de sensé qui recherche Dieu !

4 Tous se sont dérobés. Ils sont tous pervertis.


Pas un à faire le bien. Il n’en est pas un seul.

273
Psaume 54 (53)
Appel au Dieu justicier

1 Du maître de chant. Sur les instruments à cordes.


Poème. De David. 2 Lorsque les Ziphéens vinrent
Dirent à Saül : “ David n’est-il pas parmi nous
Caché ? ”

3 Elohim, par ton nom, sauve-moi ! Rends-moi


Justice par ta puissance ! 4 Elohim, ma prière,
Entends-la, prête l’oreille aux paroles de ma bouche !

274
Psaume 55 (54)
Prière du persécuté

1 Du maître de chant. Sur les instruments à cordes


Poème. De David.

2 Elohim, prête l’oreille


À ma prière. Ainsi ne te dérobe pas
À ma supplique. 3 Écoute et réponds-moi.

Je me démène et je divague et je gémis


4 Aux cris de l’ennemi, à cause de la clameur
Du méchant. Ils font crouler sur moi la misère
Et c’est avec (leur) colère qu’ils me persécutent.

5 Mon coeur gémit en moi. Les affres de la mort


S’en viennent m’assaillir. 6 L’effroi, le tremblement
M’ont envahi, et je suis couvert de frissons.

7 Et j’ai dit : “ Si j’avais les ailes de la colombe,


Je pourrais m’envoler, et j’irais me poser.
8 Je m’enfuirais au loin, je passerai la nuit
Au désert. 9 Je trouverai bientôt un asile Pause
275
Contre le vent qui fait rage, contre la tempête. ”
10 Confonds, Adonaï et divise leur langage.
Car je vois violence et querelle dans la ville.
11 Jour et nuit elles en font le tour sur ses murailles.
Et dans son sein ce n’est qu’injustice et méfait.
12 Astuce et tromperie ne quittent pas ses rues.

13 Or ce n’est pas un ennemi qui là m’insulte,


Je le supporterais. Et ce n’est pas non plus
Un adversaire haineux qui me traite de haut,
Car je pourrai me mettre à l’abri contre lui.

14 Toi, un homme de mon rang, mon ami mon intime


15 À qui je m’unissais en douces confidences
Vers la maison d’Elohim tandis qu’une foule
Alors que nous allions était dans son tumulte.

276
16 Que sur eux fonde la mort, et qu’ils descendent vivants
Au Shéol comme le mal est chez eux dans leur sein !

17 Je crie vers Elohim, Yahvé me sauvera.


18 Le soir, le matin, à midi, je me plains
Et frémis. Il entendra ma voix. 19 Par la paix
Il arracha mon âme quand ils me combattaient
Bien qu’ils fussent nombreux, ces gens à mes côtés !

20 Ainsi que Dieu entende et qu’il les humilie.


Lui qui trône depuis les origines. Car pur eux
Point d’amendement ! Ils ne craignent pas Elohim !

21 Il a tendu ses mains contre ses partenaires ;


Il a violé mon pacte ; 22 plus suaves que les crèmes
(Les paroles de) sa bouche, mais son cœur est en guerre.
Plus onctueux que l’huile les discours (de ses lèvres),
Pourtant ce ne sont que des épées dégainées.

23 Mais décharge sur Yahvé le poids de ton fardeau


Et il te soutiendra. Il ne permettra pas
Jamais, que le juste chancelle. 24 Toi, Elohim
Tu les feras descendre dans le puits de la fosse.

277
Les hommes de sang, de fraude ne pourront pas atteindre
La moitié de leurs jours.

Moi, j’ai confiance en toi.

278
Psaume 56 (55)
Le fidèle ne succombera pas

1 Du maître de chant. Sur “ La colombe des dieux


Lointains. ” De David. A mi-voix. Les philistins
Quand ils le saisirent à Gath.

2 Aie pitié pour moi,


Elohim, on me piétine. Tout au long du jour,
L’adversaire me harcèle. 3 Les tyrans me harcèlent
Tout le jour, et nombreux les assaillants sur moi !

Sublime, 4 le jour où j’ai peur, je me fie à toi


5 D’Elohim, je célèbre la parole. Je la loue.
En Elohim, j’ai toute confiance, je n’ai pas peur.
Que pourrait contre moi une créature humaine ?

6 Tout le jour ils me disent des paroles blessantes.


Et toujours leur pensée est de me faire du mal.

7 Ils s’attroupent, ils épient et ils observent mes traces.


Ils en veulent à ma vie. 8 Et pour cette injustice
Point de salut pour eux. Que ta colère abatte
279
Tous ces gens, Elohim ! 9 Et toi, tu as compté
Mes pas de vagabond et recueilli dans ton outre
Mes larmes. Ne sont-elles pas dans ton Livre de comptes ?

10 Alors mes ennemis s’en iront en arrière


Quand je t’invoquerai. Je sais bien qu’Elohim
Est pour moi. D’Elohim, je célèbre la parole.
Je célèbre de Yahvé la parole. 12 J’ai confiance
En Elohim, je n’ai pas peur : qu’est pour pour l’homme ?

13 Je me charge, Elohim, des vœux que je t’ai faits,


Je t’offrirai des sacrifices d’actions de grâces,
14 Car tu as préservé mon esprit de la mort.
N’as-tu pas éloigné mes deux pieds de la chute ?
Et c’est ainsi que je marche devant Elohim,
Pour être dans la lumière qui éclaire les vivants.

280
Psaume 57 (56)
au milieu deS “ lionS ”

1 Du maître de chant. “ Ne détruis pas ! ” De David.


À mi-voix. Lorsqu’il s’enfuit de devant Saül
Dans la caverne.

2 Aie pitié de moi, Elohim,


Aie pitié de moi. Car en toi s’abrite mon âme,
Et ainsi je m’abrite à l’ombre de tes ailes
Jusqu’à ce que soit passé le malheur.

3 Et je crie
Vers Elohim, le Très-Haut, vers le Dieu. Pour moi,
Il fait du bien. 4 Des cieux qu’il envoie et me sauve,
Qu’il confonde celui qui me harcèle, et qu’Elohim
Envoie sa grâce et sa vérité !

5 Et mon âme
Est couchée au milieu des lions et ils dévorent
Les fils d’Adam. Ainsi leurs dents sont comme des lances,
Comme des flèches. Leur langue est une épée acérée.

281
6 Élève-toi, Elohim, au-dessus des cieux,
Et que ta gloire s’élève au-dessus de la terre !

7 Car ils avaient tendu un filet sous mes pas


Ils avaient fait ployer mon âme, avaient creusé
Une fosse devant moi, ils sont tombés dedans ! Pause

8 Mon cœur est prêt, Elohim, (oui), mon cœur est prêt
Je vais chanter. Je vais jouer pour toi. Mon cœur,

9 Éveille-toi. Éveillez-vous harpe et cithare.


Je veux éveiller l’aurore.

10 Et je te louerai
Parmi les peuples, Adonaï, je te louerai
Parmi les peuplades. 11 Ta grâce est grande jusqu’aux cieux,
Ainsi ta vérité atteint jusques aux nues.

Dresse-toi, Elohim, toi au-dessus des cieux,


Et que ta gloire s’élève au-dessus de la terre !

282
Psaume 58 (57)
Le juge des juges terrestres

1 Du maître de chant. “ Ne détruis pas. ” De David.


Miktam.

2 Est-il vrai, Dieux, vous rendez la justice ?


Et vous voyez selon le droit les fils d’Adam ?

3 Mais non ! De cœur vous commettez des injustices,


Sur le pays vos mains font peser la violence.

4 Dévoyés les méchants dès le sein maternel !


Dès le ventre de la mère les diseurs de mensonges
S’égarent. 5 Leur venin est un venin de serpent.
Ils sont sourds comme l’aspic qui se bouche l’oreille,
6 Qui n’entend pas la voix des charmeurs, ni la voix
De l’enchanteur expert dans les enchantements.

7 Elohim, brise leurs dents dans leur bouche. Yahvé,


Casse les crocs des lionceaux ! 8 Comme les eaux qui s’en vont,
Qu’ils s’écoulent ! Comme l’herbe qu’on piétine, qu’ils se fanent !

283
9 Qu’ils soient le limaçon qui fond en avançant,
Ou qu’ils soient l’avorton interdit de soleil !

10 Avant que vos chaudrons n’aient senti le buisson


Qu’il soit vert ou brûlé qu’un tourbillon l’emporte !

11 Le juste se plaira d’avoir vu la vengeance


Il lavera ses pieds dans le sang du méchant.

12 L’on dira : “ Oui, il y a un fruit pour le juste.


Oui, il y a des Elohim qui jugent la terre ! ”

284
Psaume 59 (58)
Contre les impies

1 Pour le coryphée. “ Ne détruis pas ! ” De David.


À mi-voix. Quand Saül envoya surveiller
La maison pour le mettre à mort.

2 Délivre-moi
Des ennemis, mon Dieu, et protège-moi
Contre mes agresseurs. 3 Délivre-moi de ceux
Qui font le mal, et sauve-moi des hommes de sang !

4 Car voici que contre ma personne des puissants


S’embusquent, ils s’attroupent contre moi sans qu’il y ait
En moi de transgression ou de péché, Yahvé,
Je suis sans faute. Pourtant ils accourent et s’apprêtent,
Éveille-toi et viens à ma rencontre et vois !

6 Toi, Yahvé-Elohim des armées, Dieu d’Israël


Réveille-toi pour (visiter) tous les païens.
Sois sans pitié pour tous ces traîtres malfaisants. Pause

285
7 Ils reviennent le soir, hurlant comme des chiens
Et rôdant par la ville. 8 Voici qu’ils déblatèrent
À pleine bouche. Ils ont des épées sur les lèvres :
Mais qui peut les entendre ? 9 Yahvé, tu te ris d’eux.
10 Tu te trompes de tous ces païens. Ô ma puissance,
Pour toi je veux jouer, Dieu est ma citadelle.

11 Mon Dieu me préviendra de sa fidélité.


Elohim me fera braver ceux qui m’épient.

12 Ne les oublie pas de peur qu’ils ne tuent ton peuple.


Rends-les par ta puissance errants et vagabonds.
Seigneur, mon bouclier. 13 Le péché sur leur bouche,
La parole sur leurs lèvres ! Ils seront des victimes
Punies par leur orgueil pour la malédiction,
Pour le mensonge aussi qu’ils osent débiter
Détruis en ta fureur, détruis, qu’ils ne soient plus,
Ainsi qu’on sache qu’Elohim domine en Jacob,
Jusqu’aux confins de la terre Pause

286
15 Ils reviennent le soir
Hurlant comme des chiens et rôdant par la ville.
16 Ils errent pour manger. S’ils ne sont pas repus,
Ils grognent.

17 Moi, je chante ta force. J’acclame le matin


Ton amour, car pour moi tu es une citadelle,
(Et tu es) un refuge au jour de la détresse.
Ô ma puissance, c’est pour toi que je veux jouer.
Dieu est ma citadelle, le Dieu qui m’est fidèle.

287
Psaume 60 (59)
Prière nationale après la défaite

1 Pour le coryphée. Sur le “Lys du témoignage ”.


A mi-voix. De David. Pour apprendre. 2 Lorsqu’il fit
La guerre à Aram. Naharaïm et Aram.
Soba, quand Joub revint, quand il combattit
Edon dans la vallée-de-Sel, soit douze mille hommes.

3 Tu nous as rejetés et tu nous as battus,


Elohim, Tu étais irrité. Oui, reviens,
Reviens à nous ! 4 Tu as ébranlé le pays.
Tu l’as fendu, répare ses brèches car il s’effondre !

5 Tu as fait voir de durs traitements à ton peuple,


Et tu nous as abreuvés de vin de vertige.
6 Tu as donné à ceux qui te craignent un signal
Mais c’est pour qu’ils s’enfuient au plus loin de l’ar(cher) Pause

7 Pour que tes bien-aimés soient (enfin) délivrés


Secours-nous avec ta droite et exauce-nous.

288
8 Elohim l’a annoncé dans son sanctuaire :
(Oui), je triompherai, et je veux m’adjuger
Shichem, et arpenter la vallée de Souccoth.

9 À moi (est) Galaad et moi Manassé.


Ephraïm est un heaume (pour protéger) ma tête,
Et Juda est mon bâton de commandement !

10 Moab est la cuvette où je me lave. Je jette


Sur Edom ma sandale. Contre la Philistie,
Je pousse le cri de guerre !

11 Qui donc me conduira


À la ville forte, m’emmènera jusqu’en Edom ?

289
12 N’est-ce pas toi, Elohim qui nous as rejetés,
Qui ne sort plus, Elohim, avec nos armées ?

13 Accorde-nous le secours contre l’adversaire,


Car le salut de l’homme est pareil au néant.
14 C’est par Elohim que nous ferons des prouesses.
C’est lui qui foulera aux pieds nos adversaires.

290
Psaume 61 (60)
prière d’un exilé

1 Pour le coryphée. Sur les instruments à cordes.


De David.

2 Entends bien ma clameur, Elohim.


Sois attentif à ma prière. 3 Vers toi, je crie
De l’extrémité de la terre. Mon cœur me manque.

Mène-moi au rocher qui est trop haut pour moi.


4 Tu es un refuge pour moi et une tour puissante
En face de l’ennemi. 5 Que je loge à jamais
Sous ta Tente, et m’abrite au secret de tes ailes !

6 Car c’est (toi) Elohim, tu écoutes mes vœux


Tu exauces le souhait de ceux qui craignent ton Nom.

7 Ajoute des jours aux jours du roi, que ses années


S’étendent de génération en génération.

8 Qu’il trône à jamais devant la face d’Elohim


Que la grâce et que la vérité le protègent !
291
9 Alors je psalmodierai ton nom à jamais
Afin de m’acquitter de mes vœux chaque jour.

292
Psaume 62 (61)
Le repos en Dieu

1 Pour le coryphée. Yedouthoun. Psaume. De David.

2 C’est en Elohim seul que mon âme a repos.


De lui vient mon salut. 3 Lui seul est mon rocher,
Mon salut, mon bastion. Je suis peu ébranlé.

4 Jusques à quand fondrez-vous contre un homme,


Vous tous, et l’abattrez-vous tel un mur qui penche,
Une clôture renversée ? 5 Ils n’ont d’autre projet
Que de vouloir le précipiter de son rang
Qui est élevé. Ils affectionnent le mensonge.
De leur bouche, ils bénissent. De leur cœur, ils maudissent. Pause
Elohim est un refuge pour nous.

10 C’est un souffle
Les fils d’Adam et c’est un mensonge les fils d’Homme.

Et s’ils devaient monter sur la balance ensemble


Ils pèseraient autant que peut peser un souffle !

293
11 Et n’allez pas vous confier dans la concussion,
Ne placez pas dans la rapine de vains espoirs.

Quand la richesse fructifie, n’y attachez pas


Votre cœur.

12 Élohim a parlé une fois,


Deux fois, je l’ai entendu. C’est que la puissance
Est à Elohim, 13 et à toi Adonaï,
La grâce, toi qui rends à chacun selon ses œuvres.

294
Psaume 63 (62)
Le désir de Dieu

1 Psaume. De David. Quand il était dans le désert


De Juda.

2 Elohim, toi mon Dieu, je te cherche


Mon âme a soif de toi. Mon corps languit de toi
Comme une terre aride altérée et sans eau.

3 Ainsi que je te voyais dans le Sanctuaire,


Lorsque je contemplais ta puissance et ta gloire,

4 Car ta fidélité vaut bien mieux que la vie.


Que mes lèvres te glorifient ! Durant ma vie
Je te bénis, et j’élève mes mains en ton nom.

Comme de graisse et de moelle se gorgera mon âme


Et d’allégresse aux lèvres ma bouche te louera !

7 Quand je pense à toi sur ma couche, durant les vieilles,


Je médite sur toi 8 car tu étais mon secours.

295
J’ai exprimé ma joie à l’ombre de tes ailes.
9 Mon âme se lie à toi, ta droite me soutient.

10 Pourtant ceux qui en veulent à ma vie pour la perdre,


Ils rentreront dans les profondeurs de la terre.

11 On pourra les livrer au tranchant de l’épée,


Ils deviendront la proie des renards.

12 Et le roi,
Se réjouira par Elohim. Alors quiconque
Jugera par lui pourra s’en féliciter.
Les diseurs de mensonges auront la bouche close.

296
Psaume 64 (63)
Châtiments des calomniateurs

1 Pour le coryphée. Psaume. De David.

2 Elohim,
Entends ma voix quand je me plains, et de la crainte
De l’ennemi, préserve ma vie. 3 Dérobe-moi
Au complot des malfaisants, au déchaînement
De ceux qui font le mal, 4 (et de c)eux qui aiguisent
Leur langue comme une épée. Ils ajustent leur flèche,
C’est une amère parole 5 pour tirer en cachette
Sur un homme innocent. Ils tirent à l’improviste
Et ils ne craignent rien.

6 Ils s’encouragent encore


Pour accomplir le mal. (C’est ainsi qu’)ils racontent
Qu’ils ont dissimulé des pièges. “ Qui les verra,
Disent-ils, et qui donc scrutera nos secrets ? ”

297
7 Ils combinent des crimes. “ Nous avons mis au point
Notre affaire au-dedans du cœur profond de l’homme.”

8 Élohim leur tire une flèche. Il les blesse soudain


Il les fait trébucher, c’est à cause de leur langue.

9 Et tous ceux qui les regardent ont hoché la tête.

10 Tous les hommes auront peur. Et l’œuvre d’Élohim


Ils la publieront. Ils comprendront son action.

11 Le juste jouira en Yahvé s’abritant en lui.


Alors tous les cœurs droits s’en féliciteront.

298
Psaume 65 (64)
Lamentation nationale

1 Pour le coryphée. Psaume. De David. Chant.

2 À toi,
Elohim, te convient la louange dans Sion.
Ainsi c’est pour toi que des vœux sont acquittés.

3 Toi qui entends la prière, jusqu’à toi parviennent


Tous les êtres de chair. 4 Et les actions coupables,
Plus fortes que nous, nos fautesc, tu sais les pardonner.

5 Heureux qui tu choisis,[heureux] que tu admets


À demeurer dans tes parvis. Et nous serons
Rassasiés des biens de ta maison, des choses saintes
De ton Temple.

c
: la concordance veut : nos transgressions.
299
6 Tu nous répondras par tes prodiges
De justice, Dieu de notre salut et espoir
Des confins de la terre et des îles lointaines.

7 Toi qui par ta vigueur établis les montagnes


Qui te ceins de vaillance, 8 qui apaises le tumulte
Des mers, le tumulte de leurs flots, le grondement
Des peuples. 9 Et par tes signes la peur envahit
Les habitants des bouts du monde. Tu fais crier
De joie les portes du matin et (celles) du soir.

10 Tu visites la terre et tu l’as inondée.


Tu l’enrichis abondamment. Et le ruisseau
De Dieu est rempli d’eau. Tu prépares leur froment.
Ainsi tu la prépares 11 abreuvant ses sillons,
Aplanissant ses glèbes. Tu la détrempes d’averses,
Et tu bénis ses germes.

300
12 Tu couronnes l’année
De tes biens, ainsi tes sentiers ruissellent de graisse.
13 Les pacages du désert ruissellent et les collines
Se ceignent d’allégresse. 14 Les prairies se revêtent
De troupeaux et les vallées se parent de froment
Et de partout, elles poussent des cris, bien plus, elles chantent.

301
Psaume 66 (65)
Actions de grâces publiques

1 Pour le coryphée. Chant. Psaume.

Acclamez la terre
Entière, Elohim ! 2 Chantez la gloire de son nom.
Faites-vous gloire de sa louange, 3 dites à Elohim :
“ Que ton œuvre est terrible ! Par ta grande puissance,
Tes ennemis te flattent. 4 Tous ceux qui sont sur terre
Se prosternent devant toi. Ils psalmodient pour toi,
Ils psalmodient ton nom ! ” Pause

5 Venez et contemplez
Les œuvres d’Elohim car sur les fils d’Adam
Son action est terrible. 6 Il a changé la mer
La rendant en terre ferme. L’on passe le fleuve à pied,
Réjouissons-nous en lui !

7 Il domine à jamais
Par sa vaillance, et ses yeux surveillent les nations
Afin que les rebelles ne se redressent pas. Pause

302
8 Bénissez notre Dieu, peuples et faites entendre
La voix de sa louange. 9 C’est lui qui a doté
Notre âme de la vie et il n’a pas laissé
Chanceler notre pied !

10 Tu nous as éprouvés,
C’est certain Elohim. Tu nous as fait passer
Au creuset comme l’argent.

11 Tu nous as attrapés
Dans le filet. Tu as mis l’angoisse en nos reins.
12 Tu as fait chevaucher un humain sans valeur
À notre tête. Nous avons passé par le feu
Et par l’eau. Puis tu nous as fait reprendre haleine.

13 J’entre dans ta maison avec des holocaustes


Afin de m’acquitter de mes vœux envers toi
14 Qu’ont prononcés mes lèvres et que ma bouche a dits
Dans ma détresse. 15 Et je t’offre de gras holocaustes
Avec la fumée des béliers. Je sacrifie
Des bœufs avec des boucs.

303
Pause

16 Venez et écoutez,
Je vous raconterai ce qu’il fit pour mon âme,
Vous tous qui craignez Elohim.

17 Vers lui, ma bouche


A crié et sur ma langue était son éloge.

18 Si dans mon coeur j’avais constaté l’injustice,


(Lui) Adonaï ne m’aurait pas entendu.

19 Mais Elohim a entendu, et à la voix


De ma prière, il aura été attentif.

20 Béni soit Elohim qui n’a pas écarté


Ma prière, non plus de moi sa fidélité.

304
Psaume 67 (66)
Prière collective après la récolte annuelle

1 Pour le coryphée. Sur les instruments à cordes.


Psaume. Chant.

2 Qu’Élohim ait pitié * et nous bénisse,


Qu’il fasse briller sa face sur nous ! Pause

3 L’on connaîtra
Ta voie sur terre, dans toutes les nations, ton salut.

4 Que tous les peuples ainsi te rendent grâce, Elohim,


Que tous les peuples te rendent grâce. 5 Que les peuplades
Se réjouissent et jubilent car tu juges les peuples
Avec droiture, les peuplades, tu les guides sur terre ! Pause

6 Que tous les peuples (ainsi) te rendent grâce, Elohim,


Que tous les peuples te rendent grâce.

* Le texte veut : Qu’Elohim ait pitié de nous.

305
7 Alors la terre
A donné ses produits. Elohim, notre Dieu
Nous bénit. 8 Que nous bénisse Elohim (ainsi)
Et qu’il soit craint de tous les confins de la terre !

306
Psaume 68 (67)
la glorieuSe épopée d’iSraël

1 (Et) pour le coryphée. De David. Psaume. Cantique.

2 Que se lève Elohim, et que soient dispersés


Ses ennemis ! Que fuient tous ceux qui le haïssent
De devant lui !

3 Et comme la fumée se dissipe,


Tu les dissipes. Comme fond la cire en face du feu,
Les méchants périssent en face d’Elohim. 4 Les justes
Se réjouissent. Ils exultent devant Elohim,
Ils sont transportés de joie !

5 Psalmodiez son nom,


Chantez à Elohim. Préparez un chemin
Au chevaucheur des nues. Réjouissez-vous en Iah,
Exultez devant Lui.

6 Le père des orphelins,


Le justicier des veuves, dans sa sainte demeure
C’est Elohim, 7 Elohim qui aux solitaires
307
Donne d’habiter dans une maison, qui fait sortir
Les captifs pour la prospérité. Les rebelles
Seuls sont dans les geôles.

8 À la tête de ton peuple


Elohim, quand tu sortis et quand tu marches
Dans le désert,
Pause

9 La terre trembla, et les cieux mêmes


Fondèrent devant Elohim, devant Élohim
Le Dieu d’Israël !

10 Tu déversas, Elohim,
Une pluie généreuse, et tu le raffermis,
Ton héritage épuisé.

308
11 Près de lui, les bêtes
Se posèrent. Elohim, tu raffermis le pauvre
En ta bonté.

12 Adonaï profère un ordre.


Il annonce la bonne nouvelle à la grande armée.
13 Les rois des armées s’enfuient, s’enfuient, et la belle
Du logis partage le butin.

14 Quand vous étiez


Couchés parmi les bercails, des ailes de colombe
Étaient plaquées d’argent, ses plumes étaient d’or fauve.

15 Quand Saddaï dispersait les rois, il neigeait


Sur le Salomon. 16 La montagne de Dieu, la montagne
De Basan, la montagne sourcilleuse, la montagne
De Basan, 17 pourquoi jalousez-vous, les montagnes
Sourcilleuses, la montagne qu’Elohim a voulu
Pour son séjour où Yahvé demeure pour toujours ?

18 Les chars d’Elohim sont des milliers de myriades.


Adonaï est venu dans le sanctuaire
Du Sinaï. 19 Et tu es monté sur la hauteur.

309
Tu as emmené les captifs. Tu as reçu
Des hommes en tribut. Même les rebelles près de Yah
Doivent demeurer.

20 Et béni soit Adonaï


Jour après jour ! Il nous supporte le Dieu qui est
Notre salut.
Pause

21 Car ce Dieu est pour nous un Dieu


De secours, et grâce à Yahvé Adonaï
On peut échapper à la mort.

22 Oui, Élohim
Fracasse la tête de ses ennemis, et le crâne
Chevelu de celui qui mène une vie coupable.

23 Adonaï a dit : “ De Basan je ramène,


Je ramène les abîmes * 24 afin que ton pied baigne
Dans le sang, que la langue de tes chiens ait sa part
D’ennemis. ”

310
25 Et l’on voit ton entrée, Elohim,
L’entrée de mon Dieu, de mon roi, dans le Sanctuaire
26 En avant les chanteurs, les musiciens derrière.
Au milieu les jeunes filles battant du tambourin.

27 Et bénissez Elohim dans les assemblées


Adonaï, vous êtes dans la source d’Israël.

28 Voici que Benjamin, le plus jeune les conduit


Les princes de Juda dans des habits de brocart
Les princes de Zabulon, les princes de Hephtali.

29 Ordonne, Elohim, selon ta puissance, renforce


La puissance que tu as mise en œuvre pour nous !

Depuis ton Temple, au-dessus de Jérusalem,


Vers toi viendront des rois, apportant des présents !

31 Menace la Bête des roseaux, la troupe des taureaux


Dominateurs des peuples afin qu’ils se prosternent
Avec des lingots d’argent, et disperse les peuples
Qui se plaisent aux combats.

311
* Le texte veut : les abîmes de la mer.

32 (Oui), des gens opulents


Arriveront d’Égypte, et l’Éthiopie tendra
Ses mains vers Elohim.

33 Royaumes de la terre,
Chantez à Elohim, et pour Adonaï
Jouez ! Pause

34 Le chevaucheur des cieux, des cieux antiques,


Il donne de la voix, de sa puissante voix
35 Décernez la force à Elohim.

Sa grandeur
Est sur Israël, et sa force dans les nuées.

36 Terrible est Elohim depuis son sanctuaire


Lui, le Dieu d’Israël qui donne la puissance
Et la vigueur au peuple. Béni soit Elohim !

312
Psaume 69 (68)
Lamentation

1 Pour le coryphée. Sur “ les lis ”. De David.

2 Sauve-moi, Elohim, car les eaux m’ont atteint


Jusqu’à la gorge, 3 et j’enfonce dans la boue du gouffre
Rien pour raccrocher. Au plus profond des eaux
Je suis descendu. Alors le flot me submerge.
4 Je m’épuise à crier, mon gosier est en feu
Mes yeux sont consumés dans l’attente de mon Dieu.
(Ils sont) plus nombreux que les cheveux de ma tête
Ceux qui m’en veulent sans raison. Plus forts que moi-même
Ceux qui à tort sont devenus mes ennemis.
Ce que je n’ai pas pris, il me faudrait les rendre ?

6 Elohim, tu connais ma folie. Mes délits


Ne te sont point cachés. 7 Qu’ils n’aient pas honte de moi,
Ceux qui espèrent en toi, Adonaï Yahvé
Des armées, qu’ils ne soient pas dans l’opprobre pour moi,
Ceux qui te cherchent, Dieu d’Israël !

313
8 Car c’est pour toi,
Que je supporte l’insulte et que la confusion
Me couvre le visage, que je suis devenu
9 Un étranger pour mes frères et un inconnu
Pour les fils de ma mère.

10 Le zèle de ta Maison
M’a dévoré, les insultes de tes insulteurs
Sont retombées sur moi !

11 Si je me mortifie
Par le jeûne, on m’en fait un opprobre. 12 Si je prends
Un sac pour vêtement, je suis pour eux une fable.

13 Ceux qui sont assis à la Porte jasent sur mon compte.


Je suis la chanson des buveurs de boisson forte.

14 Et moi, c’est ma prière qui va vers toi, Yahvé


Au temps propice, Elohim, par ta grande grâce,
Réponds-moi par la vérité de ton salut !

15 Tire-moi de la boue que je ne m’enfonce pas,


Que je sois délivré des profondeurs des eaux,

314
16 Et que le flot des eaux ne me submerge pas,
Que le gouffre (non plus) ne m’engloutisse pas,
Que le puits ne renferme pas sa bouche sur moi !

17 Réponds-moi, Yahvé, car ta grâce est bien faite


Par ta grande miséricorde, tourne-toi vers moi
18 Et ne cache point ta face à ton serviteur.
Je suis dans la détresse, hâte-toi, réponds-moi.
19 Approche-toi de mon âme et rachète-la.
En raison de mes ennemis, affranchis-moi.

20 Tu connais mon opprobre, ma honte, ma confusion,


Car tous mes adversaires sont présents devant toi.

21 L’opprobre a brisé mon cœur, c’est inguérissable !


Car j’espérais de la compassion, mais c’est en vain !
Des consolateurs, je n’en aurais pas trouvé.

22 (Et) dans ma nourriture, ils ont mis du poison !


(Et) pour ma soif, ils m’ont abreuvé de vinaigre !

23 Que leur table devant eux devienne comme un lacet,


Leurs mets sacrés un piège !

315
24 Que leurs yeux s’obscurcissent
Au point de ne plus voir. Fais vaciller leurs reins
Sans cesse. 25 Déverse sur eux ton courroux. Que l’ardeur
De ta colère les atteigne. 26 Que leur campement
Soit dévasté ! Et que nul n’habite sous leurs tentes !

27 Ils ont persécuté celui que tu frappais.


Ils ont ajouté aux douleurs de ta victime.

28 Fais-les entasser faute sur faute. Qu’à ta justice


Qu’ils n’aient aucun accès, 29 et qu’ils soient effacés
Du Livre de la vie. Qu’ils ne soient pas inscrits
Avec les justes. 30 Et moi, malheureux et souffrant,
Que ton salut, Elohim, me protège !

31 Le Nom
D’Elohim par un cantique je célébrerai.
Je le magnifierai par un chant de louange.

32 Ce sera (alors) plus agréable qu’un taureau


Qu’un taurillon cornu et fourchu à Yahvé !

33 Que les humbles le voient et qu’ils se réjouissent.

316
Et vous qui cherchez Dieu, que vive votre cœur !
34 Yahvé écoute ses indigents, et ses captifs
Ils ne les méprisent pas. 35 Que le louent le ciel
Et la terre, la mer avec tout ce qui s’y meut !

36 Car Elohim viendra au secours de Sion,


Et il rebâtira les villes de Juda.
On y habitera, on y possédera.
37 La race de ses serviteurs en héritera.
Ceux qui aiment son Nom, y auront leur demeure.

317
Psaume 70 (69)
Cri de détresse

1 Au chef des chantres. De David. Pour commémorer.

2 Daigne Elohim me délivrer. À mon secours


Hâte-toi, Yahvé. 3 Qu’ils soient confondus,
Ceux qui en veulent à ma vie. Et ceux qui désirent
Mon malheur, 4 qu’ils reculent tout recouverts de honte,
Ceux qui disent : Ah ! Ah !

5 Qu’ils prennent du plaisir,


Qu’ils se réjouissent en toi tous ceux qui te cherchent
Et qu’ils disent constamment : “ Grand est Elohim ! ”

6 Moi, pauvre et malheureux, Elohim, hâte-toi.


Mon secours, mon sauveur, * Yahvé, ne tarde pas.

* Le texte veut : mon sauveur, c’est toi.

318
Psaume 71 (70)
prière d’un vieillard

1 En toi, Yahvé, j’ai mon abri. Que je ne sois


Jamais honteux. 2 Par ta justice, délivre-moi
Libère-moi. Tends vers moi l’oreille, sauve-moi.

3 Sois pour moi un rocher d’asile, un château fort


Pour me sauver car ma roche et ma forteresse,
C’est toi !

4 Et délivre-moi mon Dieu de la main


Du méchant, de la paume du pervers, du violent.

5 Car c’est toi mon espoir, Adonaï Yahvé


Ma confiance depuis ma jeunesse. 6 Et dès le sein
Sur toi, je me suis appuyé. Tu m’as tiré
Des entrailles de ma mère. Constamment ma louange
S’inspire de toi.

7 Pour beaucoup, je suis un scandale


Toi, tu es mon solide refuge. Ma bouche est pleine
De ta louange, de ta gloire tout (au long) du jour.
319
8 Ma bouche est remplie de ta louange, et sans cesse
Je prône ta gloire. 9 (Non), ne me rejette pas
Au temps de la vieillesse. Ne m’abandonne pas
Quand ma force disparaît, 10 et quand mes ennemis
Parlent contre moi, car ceux qui guettent mon âme
Se concertent en disant : 11 “ Dieu l’a abandonné
Empoignez-le car nul ne le délivrera.
Poursuivez-le. ”

12 Elohim, ne reste pas loin


De moi. Mon Dieu, hâte-toi de me secourir.

13 Qu’ils aient honte et soient confus, les accusateurs


De mon âme. Et qu’ils soient enveloppés d’opprobre
Et de honte, ceux qui cherchent mon malheur.

14 Constamment,
Moi, j’attendrai. J’ajouterai à ta louange.
15 Ma bouche racontera ta justice, ton salut,
Tout le jour, car je saurai en faire le compte.

16 J’en viendrai aux prouesses d’Adonaï Yahvé,

320
Et je rappellerai ta justice à toi seul.

17 (Toi), Elohim, tu m’as instruit dès ma jeunesse.


Et jusqu’à maintenant, j’annonce tes merveilles.

18 Même dans la vieillesse et lors des cheveux blancs


Ne m’abandonne pas, ô Dieu, pour que j’annonce
À toute génération à venir ta vaillance
19 Et ta justice, Elohim, jusque dans les nues !

Toi qui as fait de si grandes choses, qui est comme toi


Elohim ? 20 Toi qui m’as fait connaître de nombreuses
Et de cruelles détresses, tu me rendras la vie,
Des abîmes de la terre, me feras remonter.

21 Tu accroîtras ma grandeur. À me consoler


Tu recommenceras.

22 Je te célébrerai
Sur les cordes de ma harpe, moi, pour ta loyauté,
Mon Dieu. Je psalmodierai pour toi sur la lyre
Saint d’Israël.

321
23 Et mes lèvres t’acclameront,
Je psalmodierai pour toi, ainsi que mon âme
Que tu as rachetée.

Et ma langue tout le jour


Murmurer ta justice. Ils seront honteux
Car ils seront confus ceux qui cherchent mon malheur.

322
Psaume 72 (71)
Le roi promis

1 De Salomon

Élohim, donne ton jugement


Au roi et au fils du roi ta justice. 2 Qu’il juge
Ton peuple avec justice, selon ton jugement
Tes pauvres ! 13 Que les montagnes apportent la paix au peuple,
Les collines, la justice. 4 Il remettra le droit
Aux malheureux du peuple, il sauvera les fils
De l’indigent, il écrasera l’oppresseur.

5 Il durera autant que le soleil, autant


Que la lune, d’âge en âge ! 6 Qu’il descende comme la pluie
Sur le gazon, comme l’ondée arrosant la terre.
7 Alors durant ces jours, fleurira la justice
Et une grande paix, jusqu’à l’extinction de la lune.

8 Il pourra dominer de la Mer à la Mer


Et du Fleuve aux confins de la terre. 9 Devant lui
Ploieront le genou ses adversaires, lécheront
La poussière ses ennemis.
323
10 Les rois de Tarsis,
Des îles paieront un tribut, les rois de Sheba
Offriront des présents. 11 Tous les rois devant lui
Se prosterneront, les nations * le serviront.

*Le texte veut : toutes les nations

12 Car il délivrera l’indigent qui implore,


Le pauvre sans secours. 13 Il prendra en pitié
Le faible et l’indigent. Il sauvera les âmes
Des indigents. 14 De l’astuce et de la violence
Il rachètera leur âme, et leur sang aura
Du prix à ses yeux. 15 Qu’il vive, qu’on lui donne de l’or
De Sheba. Qu’on prie pour lui constamment. Tout le jour
Qu’on le bénisse !

324
16 Qu’il y ait profusion de blé
Dans le pays ! Qu’à la cime des montagnes s’agite
Du fruit comme au Liban ! Que sa moisson fleurisse,
Ses épis, comme l’herbe de la terre.

17 Que son nom


Subsiste à jamais, que son nom se perpétue
Tant que dure le soleil. Et qu’en lui se bénissent
Toutes les familles de la terre ! Que toutes les nations
Le félicitent !

18 Béni soit Yahvé Elohim,


Le Dieu d’Israël qui a fait seul de merveilles.
Béni soit à jamais son nom rempli de gloire
Que sa gloire remplisse toute la terre. Amen ! Amen !

Là s’achèvent les prières de David, fils de Jessé.

325
Psaume 73 (72)
La justice finale

1 Psaume. D’Asaph.

Élohim est bon pour Israël,


Oui, pour ceux qui ont le cœur pur. 2 Moi, pour un peu
Mes pieds déviaient, pour un rien mes pas glissaient.

3 J’étais envieux des encensés. Je voulais


La paix des méchants 4 car pour eux pas de tourments
Leur corps est sain et gras. 5 À la peine des mortels,
Ils n’ont aucune part, et comme les humains
Ils ne sont pas frappés. 6 Aussi l’orgueil leur fait
Un collier, la violence un habit qui les couvre.

7 Leur oeil sort de la graisse. Leurs pensées de leur cœur


Débordent. 8 Avec méchanceté ils parlent et raillent.
De leur hauteur, ils parlent d’oppression, 9 et leur bouche
S’en prend au ciel, leur langue va bon train sur la terre.

326
10 C’est pourquoi ils se sont rassasiés de pain
Des eaux d’abondance leur sont présentées. 11 Ils disent :
“ Comment Dieu le saurait-il ? Y a-t-il une science
Chez le Très-Haut ? ” 12 Voilà ce que sont les méchants,
Alors toujours tranquilles, ils accroissent leur richesse !
C’est (donc) en vain que j’aurais gardé mon cœur pur,
Et que j’aurais lavé mes mains dans l’innocence.

14 Tout le jour, je suis frappé et chaque matin,


Mon châtiment est là.

15 Si j’avais dit : je veux,


(Moi), m’exprimer comme eux, j’aurais trahi la race
De tes fils.

16 J’ai pensé pour comprendre cela,


Et quelle peine ce fut pour mes yeux ! 17 Jusqu’à ce que
Ayant pénétré dans les sanctuaires de Dieu
J’y décernai leur fin.

327
18 Oui, tu vas les placer
En des endroits glissants. Tu les jettes à la ruine.

19 Eh quoi ! en un instant, les voilà dévastés,


Emportés, disparus dans l’épouvantement
20 Tel un songe au réveil, tu rejettes leurs images
En t’éveillant, Adonaï.

21 Lors donc
Que s’aigrissait mon cœur et que j’avais les reins
Transpercés, 22 j’étais stupide ne comprenant rien.
J’étais bête devant toi.

23 Mais je suis constamment


Près de toi, et tu m’as saisi par la main droite.
24 Par ton conseil, tu me guideras. Puis en gloire,
Tu me guideras.

25 Qui est à moi, dans les cieux,


(Sinon toi ?) Sinon toi, je ne désire rien
Sur la terre. 26 Ma chair et mon cœur, ô mon Rocher,
Se consument, Élohim toi ma part à jamais !

328
Or voilà que périssent ceux qui sont loin de toi.
Tu anéantis * ceux qui te sont adultères.
Mon bonheur à moi, c’est d’être près d’Elohim.
Et j’ai placé mon refuge dans Adonaï
Pour dire tes œuvres aux portes de la fille de Sion.

* Le texte veut : tous ceux.

329
Psaume 74 (73)
Lamentation après le sac du Temple

1 Poème. D’Asaph.

Pourquoi rejettes-tu sans fin,


Elohim ? Pourquoi es-tu fumant de colère
Contre le troupeau de ton pâturage ? 2 Aussi,
De ta communauté que tu acquis jadis,
Souviens-toi ; celle que tu as rachetée, tribut
Qui est ton héritage, où tu fis ta demeure,
Le mont Sion. 3 Vers ces ruines éternelles, élève
Tes pas. Il a tout saccagé dans le lieu saint,
L’ennemi ! 4 Tes adversaires ont rugi au lieu
De ton assemblée. Et pour emblèmes, ils ont mis
Leurs emblèmes.

5 Il est connu, il a fait venir


En haut les haches au hallier des arbres. 6 Maintenant,
Tous ses reliefs ensemble, à la hache, par la masse,
Ils les martèlent.

330
7 Et ils ont mis ton Sanctuaire
Au feu ! Ils ont profané par terre la Demeure
De ton Nom ! [ - - - - - - - - -]

8 Ils ont dit en leur cœur : détruisons-les d’un coup.


Brûlons dans le pays tout lieu d’assemblée sainte
9 Nos signes, nous ne les voyons plus. Il n’y a plus
De prophète, et personne ne sait jusques à quand
Chez nous.

10 Jusques à quand, Elohim, l’adversaire


Insultera-t-il ? Méprisera-t-il sans fin
Ton nom, l’ennemi ? 11 Pourquoi retiens-tu ta main,
Retires-tu ta droite au-dedans de ton sein ?

12 Elohim, ô mon roi depuis les temps anciens


Qui opère des délivrances au sein de la terre,
13 C’est toi qui par ta puissance, as fendu la mer,
Qui as brisé les têtes des dragons sur les eaux,
14 Toi qui as fracassé les têtes du Léviathan,
Le donna en pâture aux requins de la mer
15 Toi qui as fait jaillir la source et le torrent
Toi qui as mis à sec les fleuves intarissables.

331
16 À toi le jour, à toi aussi la nuit, c’est toi
Qui établis les astres et le soleil ; 17 c’est toi
Qui fixes toutes les limites de la terre, l’été
Et l’hiver, c’est toi qui les formas.

18 Souviens-toi
De ceci : l’ennemi a insulté Yahvé
Et un peuple insensé a méprisé ton nom.
19 Ne livre pas aux bêtes l’âme de la tourterelle,
Et la vie de tes pauvres, ne l’oublie pas sans fin.
20 Regarde vers l’Alliance : les recoins du pays
Sont pleins de repaires de violence.

21 Que l’écrasé
Ne revienne pas confus. Que l’indigent, le pauvre
Louent ton nom ! 22 Lève-toi, Elohim et défends
Ta cause. Souviens-toi de l’insulte que tout le jour
Te vient de l’insensé. La vocifération
De tes adversaires, ne l’oublie pas, 23 ni le bruit
Qui va sans cesse croissant de tous tes agresseurs.

332
Psaume 75 (74)
Au juge divin qui abaisse et qui élève

1 Du maître de chant. Ne détruis pas. Psaume. D’Asaph.


Cantique

2 Nous te rendons grâce, nous te rendons grâce,


Elohim, et ceux qui invoquent ton nom racontent
Tes merveilles.

3 Dès que j’atteindrai le temps fixé,


Moi, je jugerai avec droiture. 4 Que s’effondrent
La terre et tous ses habitants, j’en ai fixé, moi,
Les colonnes. Pause

5 J’ai dit aux insensés : ne faites pas


L’insensé, aux méchants, n’élevez pas la corne.
N’élevez pas si haut votre corne, ne dites pas
D’insolence en vous regorgeant.

7 Ce n’est pas
De l’orient, ni du couchant ni (même) du désert
Ni des montagnes... 8 Car le juge c’est Elohim.
333
Il abaisse celui-ci, il élève celui-là.

9 Il y a une coupe dans la main de Yahvé.


On fermente du vin tout rempli d’aromates
Il en verse, et c’est jusqu’à la lie que la vident
En buvant, tous les méchants de la terre.

10 Et moi,
Je publierai cela à jamais. Pour le Dieu
De Jacob, je jouerai. J’abattrai tous les fronts
Des méchants, le juste, lui, lèvera le front.

334
Psaume 76 (75)
Ode du Dieu redoutable

1 Du maître de chant. Sur les instruments à cordes.


Psaume. D’Asaph. Cantique.

2 Élohim s’est fait connaître


En Juda, et son nom est grand en Israël
3 Sa hutte est à Salem, sa demeure à Sion.
4 C’est là qu’il a brisé les flamboiements de l’arc,
Le bouclier, l’épée, la guerre.

5 Tu es terrible,
Magnifique, plus que les monts antiques. 6 Les guerriers
Au cœur fort ont été dépouillés. Ils se sont
Endormis de leur dernier sommeil. Mais aucun
De ces hommes de valeur n’a retrouvé ses mains.

7 Ainsi à ta menace, Dieu de Jacob, le char


Avec le cheval furent donc saisis de torpeur.

8 Toi, tu es terrible, qui peut tenir devant toi


Au moment de ta colère ? 9 Des cieux, tu as fait
335
Entendre la sentence. Alors la terre a peur
Et demeure tranquille 10 quand se lève Elohim
Pour le jugement et pour sauver tous les humbles
Du pays. Pause

11 La fureur de l’homme te rend hommage.


(De même) quand tu te ceins du vestige des fureurs.

12 Faites des vœux, accomplissez-les pour Yahvé,


Votre Dieu, et que tous ceux d’alentour apportent
Des présents au Terrible qui affaiblit les souffle
Des princes, qui est redoutable aux rois de la terre !

336
Psaume 77 (76)
méditation Sur le paSSé d’iSraël

1 Pour le coryphée. D’après Yedouthoun. D’Asaph.


Psaume.

2 Ma voix monte vers Elohim, alors je crie


Ma voix monte vers Elohim, il me prêtera
L’oreille.

3 Au jour de ma détresse, j’ai recherché


Adanaï. Et la nuit, ma main est tendue
Elle ne s’engourdit pas. Mon âme a refusé
D’être consolée.

4 Je me souviens d’Elohim.
Je gémis, je médite et mon esprit défaille. Pause

5 Tu retiens les paupières de mes yeux, je me trouble


Et ne puis parler. 6 Je songe aux jours d’autrefois
Des années anciennes, 7 je me souviens, ma musique
Remonte à mon cœur, dans la nuit et je médite,
Mon esprit réfléchit.
337
8 Rejette-t-il à jamais
Adonaï ? M’accordera-t-il sa faveur
A-t-elle disparu ? Sa parole est-elle finie
De génération en génération ? 10 Et Dieu,
A-t-il oublié la pitié ? Et de colère,
A-t-il fermé ses entrailles ? Pause

11 Alors je me dis :
“ Ce qui me transperce, c’est que la droite du Très-Haut
Est changée ! ” 12 Je me souviens des œuvres de Yah,
Oui, je me souviens de tes merveilles d’autrefois
13 Je médite sur tous tes exploits. Ainsi je pense
À tes hauts faits.

14 Ta voix est dans la sainteté,


Elohim. Qui est un Dieu grand comme Elohim ?
15 C’est toi le Dieu qui fait merveille. Parmi les peuples
Tu as fait connaître ta puissance. 16 Et par ton bras,
Tu as racheté ton peuple, les fils de Jacob
Et de Joseph. Pause

338
17 Et les eaux t’ont vu, Elohim,
Les eaux t’ont vu, elles ont tremblé, même les abîmes
Se sont émus. 18 Les nuées déversaient leurs eaux,
Les nuages donnaient de la voix. Et même tes flèches
Tourbillonnaient. 19 Ton tonnerre grondait comme un char.
Les éclairs illuminaient le monde et la terre
Frémissait et tremblait.

20 Car ton chemin était


Sur la mer, et tes sentiers sur les grandes eaux.
Nul ne sut tes traces. 21 Tu menas comme un troupeau
Ton peuple par la main de Moïse et d’Aaron.

339
Psaume 78 (77)
Les leçons de l’hiStoire d’iSraël

1 Doctement. D’Asaph.

Prête à mon enseignement


L’oreille, mon peuple, tendez votre oreille aux paroles
De ma bouche, 2 car je vais ouvrir la bouche pour dire
Des sentences, pour énoncer les énigmes des temps.

3 Ce que nous connaissons pour l’avoir entendu,


Ce que nos pères nous ont raconté, à leurs fils
Nous ne le cacherons pas.

4 Nous raconterons
A la génération qui s’en vient les louanges
De Yahvé, sa puissance et les merveilles qu’il fît.

5 Il a établi un témoignage en Jacob,


Mis une loi en Israël. Il a ordonné
A nos pères de (bien) les faire connaître à leurs fils

340
6 Pour que les connaissent ceux de la génération
Qui s’en fuit, les fils qui en naîtraient, et se lèvent
Et les racontent à leurs fils.

7 Ainsi mettraient-ils
En Dieu leur confiance. Ils n’oublieraient pas les œuvres
De Dieu. Ils observeraient ses commandements,
8 Ne seraient pas une génération rebelle,
Révoltée, une génération qui n’a pas
Un cœur stable, dont l’esprit n’a pas été fidèle
À Dieu, comme leurs pères.

9 Or, les fils d’Ephraïm,


Tireurs d’arc exercés firent volte-face au jour
Du combat. 10 Et ils n’avaient pas gardé l’alliance
D’Elohim, ils avaient refusé de marcher
Suivant sa Loi. 11 Ils avaient oublié ses hauts faits
Ainsi que les merveilles qu’il leur avait fait voir.

341
12 Devant leurs pères, il fit des merveilles, au pays
D’Égypte, aux champs de Tanis. 13 Il fendit la Mer
Et les fit passer. Il dressa comme un monceau
Les eaux. 14 Il les guida par une nuée le jour,
Chaque nuit, par une lueur de feu. 15 Il fendit
Les rochers dans le désert et les abreuva
Comme avec des flots d’abondance. 16 Il fit jaillir
Des ruisseaux de la roche, il fit descendre les eaux
Comme des fleuves.

17 Mais ils recommencèrent à pécher


Contre lui, se révoltant contre le Très-Haut,
Sur le sol aride. 18 Ils tentèrent Dieu en leur cœur,
Demandant de la nourriture pour leur gosier.

19 Ils parlèrent contre Elohim, ils dirent : “ Dieu peut-il


Dresser une table au désert ? 20 Voici le rocher,
Il l’a frappé. Des eaux ont coulé, des torrents,
Se sont répandus. Mais peut-il donner du pain,
Apprêter de la viande pour son peuple ? ”

21 C’est pourquoi
Yahvé, ayant entendu s’emporta, un feu

342
S’alluma contre Jacob. Alors la colère
S’éleva contre Israël. Ils n’avaient pas cru
En Elohim, ils n’avaient pas dans son salut
Eu confiance.

23 Il commanda aux nuages d’en haut


Et il ouvrit les portes des cieux. 24 Il fit pleuvoir
Sur eux la Manne en nourriture, il leur donna
Le froment des cieux, 25 l’homme mangea le pain des forts,
Il envoya pour eux des vivres à satiété.

26 Alors il fit souffler le vent d’est dans les cieux,


Il amena par sa puissance le vent du sud.
27 Il fit pleuvoir de la viande comme de la poussière
Sur eux, de la volaille, comme le sable des mers.
28 (Et) il en fit tomber au milieu de leur camp
Autour de leurs demeures.

343
29 Ils mangèrent et ils furent
Bien rassasiés. Il satisfit leur convoitise,
30 Ils n’avaient pas encore calmé leur convoitise,
Leur nourriture était encore là dans leur bouche,
31 Que la colère d’Elohim s’éleva contre eux.
Il tua alors les plus vigoureux d’entre eux,
Il terrassa les éphèbes d’Israël.

32 Malgré
Tout cela, ils péchèrent encore, ils ne crurent pas
À ses merveilles. 33 Alors il mit fin à leurs jours
Par un souffle, et à leurs années dans l’épouvante.
34 Quand il les massacrait, ils le cherchaient (encore) !
Et ils s’en retournaient, et ils recherchaient Dieu !
35 Ils se rappelaient qu’Elohim est leur Rocher,
Le Dieu Très-Haut leur rédempteur.

36 Avec leur bouche


Ils le dupaient, avec leur langue, ils lui mentaient,
37 Leur cœur ne lui était pas ferme. En son alliance,

344
Ils n’avaient pas foi. 38 Mais lui, miséricordieux,
Pardonnait la faute et ne détruisait pas.
Et c’est bien souvent qu’il retenait sa colère
Comme il ne réveillait pas toute sa fureur.
39 Il se souvint qu’ils étaient chair, vent qui s’en va
Et qui ne revient pas.

40 Que de fois contre lui


Ils se révoltèrent dans le désert ! Ils le mirent
En colère dans la steppe. 41 Mais ils recommencèrent
De tenter Dieu, d’offenser le Saint d’Israël.
42 Ils ne se souvinrent pas de sa main, ni du jour
Où il les sauva des adversaires 43 quand il mit
Des signes en Égypte et des prodiges dans les champs
De Tanis.

345
44 Il transforma leurs canaux en sang
Ainsi que leurs ruisseaux pour qu’ils ne pussent pas boire.
Il leur envoya des taons qui les dévoraient ;
Des grenouilles qui les ravageaient. Aux criquets,
46 Il abandonna leurs récoltes, aux sauterelles
Le fruit de leur labeur. Il fit périr leurs vignes
Par la grêle, de même leurs sycomores par le givre
Il livra à la grêle leur bétail, leurs troupeaux
Aux éclairs.

49 Il lança l’ardeur de sa colère


Contre eux : emportement, courroux et détresse,
Une expédition d’Anges de malheurs. 50 Il donna
Libre cours à sa colère. Loin de préserver
Leur âme de la mort, il livra à la peste
Leur vie. 51 Il frappa tout premier-né en Égypte,
Prémices de la vigueur dans les tentes de Cham !

52 Puis il fit partir son peuple comme des brebis.


53 Il les mena comme un troupeau dans le désert,
Les guida durement. Ils ne tremblèrent pas.
La mer recouvrit leurs ennemis. 54 Il les fit
Entrer dans sa sainte contrée, cette montagne

346
Que sa droite a conquise. 55 Il chassa les nations
Devant eux, puis il leur assigna, au cordeau,
Un héritage, et il installe les tribus
D’Israël dans les tentes des autres.

56 Mais ils tentèrent


Avec leurs rebellions, Elohim le Très-Haut
Et n’observèrent ses ordres. 57 Ils se dérobèrent
Et ils trahirent comme leurs pères. Ils se retournèrent
Comme un arc de tromperie. 58 Et ils l’indignèrent
Par leurs hauts lieux, par leurs idoles, ils le rendirent
Jaloux.

59 Élohim l’entendit et s’emporta,


Alors il rejeta bel et bien Israël.
60 Il délaissa la Demeure de Silo, la Tente
Qu’il avait installée chez les hommes, 61 il donna
Sa puissance à la captivité, et sa gloire
À la main de l’adversaire. 62 Il livra son peuple
À l’épée, s’emporta contre son héritage,
63 Un feu dévora ses éphèbes, de même ses vierges
N’eurent pas d’épithalame, 64 et ses prêtres par l’épée
Tombèrent. Ses veuves ne firent pas de lamentation.

347
65 Adonaï s’éveilla tel un endormi,
Tel un héros grisé par le vin, 66 il frappa
Ses adversaires par-derrière, il leur infligea
Un opprobre éternel. 67 Il rejeta la tente
De Joseph. 68 Mais il ne choisit pas la tribu
D’Ephraïm, il choisit la tribu de Juda,
La montagne de Sion qu’il aime.

69 Puis il bâtit
Son sanctuaire comme les hauteurs et comme la terre
Qu’il a fondée à jamais.

70 Il choisit David
Son serviteur, il le tira des bergeries.
Il le fit venir de derrière les brebis mères.
Pour faire paître Jacob, son peuple et Israël
Son héritage. Il les fit paître dans le parfait
De son cœur, il les mena de ses mains adroites.

348
Psaume 79 (78)
Plainte nationale

1 Psaume. D’Asaph.

Élohim, les païens sont venus


Dans ton héritage. Ils ont souillé ton saint Temple,
Ils ont mis Jérusalem en ruines, 2 ont livré
Le cadavre de tes serviteurs aux oiseaux
Des cieux en nourriture, la chair de tes dévots
Aux bêtes de la terre. 3 Ils ont répandu le sang
Comme de l’eau, autour de Jérusalem, personne
Pour mettre dans le tombeau !

4 Nous sommes devenus


Un opprobre pour nos voisins, et une moquerie,
Et une raillerie pour tous ceux qui nous entourent.

5 Jusques à quand, Yahvé, seras-tu en colère ?


Et ta jalousie brûlera-t-elle comme un feu
Sans fin ?

349
6 Et répands ta fureur sur les nations
Qui ne te connaissent pas et sur les royaumes
Qui ne t’invoquent pas par ton nom 7 car ils ont
Dévoré Jacob et dévasté son domaine.

8 Ne retiens pas, contre nous, des fautes des aïeux,


Hâte-toi, préviens-nous de ta miséricorde,
Nous sommes bien misérables. Dieu de notre salut
9 Aide-nous, par égard pour la gloire de ton nom
Délivre-nous, pardonne nos péchés en vertu
De ton nom.

10 Mais pourquoi les païens diraient-ils :


“ Où est leur Dieu ? ” Que chez les païens soit comme
La vengeance du sang, sous nos yeux, répandu.

11 Que devant toi vienne le soupir du prisonnier,


Relâche les condamnés à mort par la grandeur
De ton bras.

12 Fais retomber sept fois sur le sein


De nos voisins l’insulte dont ils t’ont insultée,
Adonaï ! 13 Et nous, ton peuple et le troupeau

350
De ton pâturage, nous te rendons à jamais
Grâce. D’âge en âge, nous répéterons ta louange !

351
Psaume 80 (79)
prière pour la reStauration d’iSraël

1 Pour le coryphée. Sur “ les lis, témoignage ”. Psaume.


D’Asaph.

Pasteur d’Israël, prête l’oreille toi


Qui conduis Joseph comme un troupeau, toi qui sièges
Sur les Chérubins, apparais ! 3 Alors devant
Ephraïm, Benjamin et Manassé, réveille
Ta vaillance, viens à notre secours !

4 Elohim,
Rétablis-nous, fais briller ta Face, nous serons
Sauvés !

5 Jusques à quand seras-tu en colère,


Yahvé. Elohim des armées ? Pourtant te prie
Ton peuple. 6 Tu leur as fait manger un pain de larmes
Et tu leur as fait boire des larmes à profusion.
7 Puis tu as fait de nous un sujet de querelle
Pour nos voisins. Nos ennemis se moquent de nous.

352
8 Elohim des armées, rétablis-nous, ainsi
Fais briller ta face, nous serons sauvés !

9 D’Égypte
Tu as arraché une vigne, tu as chassé
Des nations, tu l’as plantée, 10 tu as déblayé
Devant elle, elle a enraciné ses racines
Et rempli la terre. 11 Les montagnes furent recouvertes
De son ombre, de ses rameaux, les cèdres divins
12 Alors elle étendait ses branches jusqu’à la Mer,
Ses rejetons jusqu’au Fleuve.

13 Pourquoi as-tu fait


Une brèche dans ses clôtures ? Afin que les passants
De la route la vendangent ? Afin que le ravage
Le sanglier de la forêt et que la broute
Le bétail des champs.

15 Daigne, Elohim des Armées


Revenir, et regarde du haut des cieux puis vois
Visite cette vigne, 16 protège ce que ta droite
A planté.

353
17 Et ceux qui l’ont brûlée par le feu,
Comme une ordure, que sous la menace de ta Face
Ils périssent !

18 Alors que ta main se pose sur l’homme


De ta droite, sur le fils de l’homme dont tu as fait
Ta force. 19 Nous ne nous écarterons plus de toi.
Tu nous feras revivre, et nous redirons ton nom.
20 Yahvé-Elohim des armées, rétablis-nous
Et fais briller ta face et nous serons sauvés.

354
Psaume (80)
Pour la fête des Tentes

1 (Et) pour le coryphée. Sur la guittite. D’Asaph.

2 Criez vers Elohim notre force. Acclamez


Le Dieu de Jacob, 3 entonnez la psalmodie
Jouez du tambourin, de la lyre harmonieuse
Et de la harpe, 4 sonnez à la néoménie
Du cor, à la pleine lune, à notre jour de fête.

5 C’est une règle pour Israël, une coutume


En l’honneur du Dieu de Jacob, 6 un témoignage
Qu’il a imprimé en Joseph quand Il sortit
Contre le pays d’Égypte.

J’entends un langage
Qui m’est inconnu 7 : “ J’ai dégagé du fardeau
Son épaule et ses mains ont lâché le couffin
Dans la détresse, tu crias, je te délivrai.
Et je répondis caché dans le tonnerre
Je te mis à l’épreuve aux eaux de Meribah. Pause

355
9 “ Écoute mon peuple, que je t’avertisse, Israël,
Puisses-tu m’écouter ! 10 Qu’il n’y ait pas chez toi
De Dieu étranger, et ne te prosterne pas
Devant un dieu exotique, 11 car je suis Yahvé,
Ton Dieu qui t’a fait monter du pays d’Égypte.
Ouvre large ta bouche et je la remplirai.

12 “ Pourtant mon peuple n’a pas écouté ma voix


Israël ne m’a pas obéi. 13 Je les ai
Alors laissés à l’obstination de leur cœur
Et ils ont pu marcher en suivant leur conseil.

14 Ah ! Si mon peuple m’écoutait, si Israël


Voulait marcher dans mes voies, 15 j’abattrais bien vite
Leurs ennemis, alors contre leurs adversaires
Je tournerais ma main. 16 Ceux qui haïssent Yahvé
Le flatteraient, leur peur durerait à jamais !
17 Lui, je le nourrirais de froment
Et du miel du rocher, je le rassasierais.

356
Psaume 82 (81)
Contre les mauvais juges

1 Psaume. D’Asaph.

Élohim est debout au conseil


Divin. Parmi les Dieux, il juge 2 : “ Jusques à quand
Jugerez-vous iniquement et aurez-vous
Des égards pour les méchants ? ” Pause

3 Jugez en faveur
Du faible et de l’orphelin, et rendez justice
Au malheureux et au pauvre ! 4 Délivrez le faible
Et l’indigent. Alors de la main des méchants,
Arrachez-le ! ”

5 Ils ne savent, ils ne comprennent pas


Ils s’avancent dans les ténèbres, tous les fondements
De la terre sont ébranlés : 6 J’avais dit : Vous êtes
Des Dieux, vous êtes aussi tous des fils du Très-Haut ! ”

357
Comme des hommes, vous mourrez ! Comme des êtres de chair
Vous tomberez ! Lève-toi, Elohim et juge
La terre, c’est toi le maître de toutes les nations.

358
Psaume 83 (82)
Contre les mauvais juges

1 Chant. Psaume. D’Asaph.

2 Et qu’il n’y ait pas, Élohim


De repos pour toi ! Ne garde pas le silence
Ne t’apaise pas, Dieu ! 3 Vois les ennemis grondent,
Et ceux qui te haïssent ont relevé la tête.

4 Car c’est contre ton peuple qu’ils machinent un complot


Ils se dressent contre tes protégés, et ils disent
Allons ! Supprimons-les comme nation, que le nom
D’Israël ne soit plus mentionné.

6 Et leur cœur
Est unique, ils se sont concertés. Contre toi
Ils ont conclu une alliance : 7 Les Tentes d’Edom
Des Israélites, de Moab, des Hagriens,
8 Quebal, Ammon et Amalec, la Philistie

359
Avec les habitants de Tyr. 9 Et même Ashour
S’est joint à eux, ils ont prêté leurs bras au fils
De Loth.
Pause

10 Traite-les comme Madian, comme Sisera


Comme Jabin au torrent du Cison. À En-dor
11 Ils ont été détruits et ils sont devenus
Du fumier sur le sol. 12 Et leurs princes, traite-les
Contre Orêb et Zeêb, tous leurs chefs contre Zébah
Et Salmounna 13 qui avaient dit : “ Emparons-nous
Des domaines d’Élohim. ”

14 Mon Dieu, rends-les pareils


Au tourbillon, à la paille en présence du vent.

15 Comme un feu embrase une forêt, comme une flamme


Dévore des montagnes, 16 poursuis-les dans ta tempête
Et par ton ouragan, frappe-les d’épouvante.

17 Comme leur face d’ignominie pour qu’ils recherchent


Ton nom, Yahvé ! 18 À jamais qu’ils soient confondus

360
Épouvantés, confus et qu’ils périssent ! 19 Qu’ils sachent :
Toi seul a nom Yahvé, Très-Haut sur toute la terre !

361
Psaume 84 (83)
Chant de pèlerinage

1 (Et) pour le coryphée. Sur la guittite. Des fils


De Coré. Psaume.

2 Que tes demeures sont désirables,


Yahvé des Armées ! Et mon âme languit jusqu’à
Se consumer après les parvis de Yahvé
Et mon cœur et ma chair poussent des cris de joie
Vers le Dieu vivant.

4 Même le passereau trouve


Une maison, et l’hirondelle où elle dépose
Ses petits, un nid, près de tes autels, Yahvé
Des armées, mon Roi et mon Dieu !

Heureux ceux qui


Habitent en ta Maison, à jamais ils te louent ! Pause
Heureux les hommes qui mettent leur force en toi, qui ont
À cœur les pèlerinages.

362
7 Passant par la plaine
Du Balsamier, ils boivent à la source. Même la pluie
Précoce donne ses bénédictions, 8 et ils avancent
De muraille en muraille. Alors ils se présentent
À Elohim dans Sion.

9 Yahvé-Élohim
Des armées, entends ma prière, prête l’oreille,
Dieu de Jacob. Pause

10 Votre bouclier, Elohim,


Vois regarde la face de ton Messie !

11 Comme un jour
Dans tes parvis vaut mieux que mille, j’ai préféré
Me tenir au seuil de la Maison de mon Dieu,
Plutôt que d’habiter dans les tentes des méchants.

12 Parce que Yahvé-Elohim est un créneau,


Un bouclier, Yahvé donne la grâce et la gloire.
Et Yahvé ne refuse pas le bonheur à ceux
Qui marchent dans la perfection.

363
13 (C’est pourquoi) Yahvé
Des Armées, heureux l’homme qui a confiance en toi !

364
Psaume 85 (84)

1 Et pour le coryphée. Des fils de Coré. Psaume.

2 Yahvé, tu as été propice à ton pays


Et tu as ramené les captifs de Jacob
3 Et tu as enlevé la faute de ton peuple,
Et as couvert d’un voile toutes leurs défaillances. Pause

4 Et tu as retiré tout ton emportement


Tu es revenu de l’ardeur de ta colère
5 Ramène-nous, Dieu de notre salut. Mets fin
À ton irritation contre nous. 6 Seras-tu
À jamais en colère contre nous ? D’âge en âge,
Prolongeras-tu ta colère ? 7 Reviendras-tu
Pour nous rendre la vie, pour que ceux de ton peuple
Se réjouissent en toi ? 8 Fais-nous donc voir,
Yahvé, ta grâce, et ton salut, donne-le nous !

9 Je veux écouter ce que dit le Dieu Yahvé


Il parle de paix à son peuple et à des dévots
Afin qu’ils ne retournent pas à leur folie.

365
10 Oui, proche est son salut pour ceux qui en ont peur
Afin que la gloire demeure en notre pays.

11 La grâce et la vérité se sont rencontrées


Et la justice et la paix se sont embrassées
12 La vérité germe de la terre et la justice
Se penche des cieux. 13 Yahvé donnera le bonheur,
Notre terre, ses produits. 14 La justice marchera
Devant lui, et la paix sur la trace de ses pas.

366
Psaume 86 (85)
prière danS l’épreuve

1 Prière. De David.

Tends ton oreille, réponds-moi


Yahvé, car je suis pauvre et je suis indigent
2 Garde mon âme car je suis pieux, sauve ton serviteur
Qui a confiance en toi. 3 Tu es mon Dieu, pitié
Pour moi, Adonaï quand je crie tout le jour
Vers toi, 4 et réjouis l’âme de ton serviteur
Quand vers toi, Adonaï, j’élève mon âme. 5 Et toi,
Adonaï, tu es bon, indulgent, et riche
En miséricorde auprès de ceux qui t’invoquent.

6 Yahvé, prête l’oreille à ma prière, et sois


Attentif à la voix de mes supplications
Aux jours de ma détresse, je t’invoque et c’est toi
Qui me réponds !

8 Nul n’est contre toi parmi les Dieux,


Adonaï. Il n’est pas d’œuvres comme les tiennes.
9 Et toutes les nations que tu as faites viendront
367
Pour se prosterner devant toi, Adonaï.
Elles glorifieront ton nom, 10 tu es grand, tu fais
Des merveilles, toi seul, Elohim !

11 Apprends-moi donc
Tes chemins, Yahvé afin que je marche suivant
Ta loyauté. Communique à mon cœur la crainte
De ton nom.

12 Je te rendrai grâce, Adonaï,


Mon Dieu, de tout mon cœur et je glorifierai
Ton Nom à jamais. 13 Ta fidélité est grande
Envers moi. Tu as sauvé mon âme du Shéol
D’en bas !

14 Elohim, des arrogants se lèvent


Contre moi, et une bande de violents en veulent
À ma vie. Ils ne t’ont pas présentés devant eux !

15 Toi, Dieu miséricordieux et compatissant,


Adonaï, lent à la colère, abondant
En véritable bienveillance, 16 tourne-toi donc
Vers moi et prends pitié de moi, donne de ta force

368
À ton serviteur, sauve le fils de ta servante,
17 Opère à mon égard un signe de bonheur :
Que ceux qui me haïssent soient confondus et voient
Que c’est bien toi, Yahvé, qui m’aides et me consoles.

369
Psaume 87 (86)
Sion, Mère des peuples

1 Des fils de Coré. Psaume. Chant.

Et sa fondation
Sur les montagnes saintes, 2 les portes de Sion
Yahvé les aime plus que les demeuresc de Jacob
3 On a dit de toi des choses glorieuses, cité
D’Elohim. Pause

4 Et je rappelle à mes familiers


Rahab et Babel, voici la Philistie, Tyr
Avec l’Éthiopie : c’est donc là qu’un tel est né !
5 À Sion, l’on dit : “ Mère ! “, en elle est né tout homme.
Lui l’a établie, le Très-Haut.

c
: la concordance veut : plus que toutes les demeures.

370
6 Yahvé inscrit :
Au registre des peuples : “ Ici un tel est né ” Pause
7 Chanteurs comme danseurs, tous ensemble te chantent.

371
Psaume 88 (87)
Prière du fond de la détresse

1 Chant. Psaume. Des fils de Coré. Pour le coryphée.


En chœur. A entonner doctement. De Heyman.
De l’Ezakhite.

2 Yahvé, mon Dieu, j’appelle jour et nuit,


Je crie en ta présence. 3 Que parvienne devant toi
Ma prière, et tends ton oreille à ma clameur.

4 Mon âme est rassasiée de maux et ma vie touche


Au Shéol. Et compté parmi ceux qui descendent
À la fosse, je suis comme un homme sans force.

Mon lit
Est parmi les morts, et je suis comme les cadavres
Couchés dans le tombeau, hors de ton souvenir
Et qui avaient été supprimés par ta main.

372
7 Et tu m’as placé au plus profond de la fosse
Dans les ténèbres, dans les gouffres. 8 Sur moi a pesé
Ta fureur. Avec toutes tes vagues, tu m’accables. Pause

9 Et tu as éloigné de moi mes familiers,


Tu as fait de moi une horreur pour eux, je suis
Enfermé et ne puis sortir. 10 Mon œil s’épuise
Par suite de ma souffrance. Chaque jour, je t’invoque,
Yahvé, j’étends mes mains vers toi.

11 Est-ce pour les morts


Que tu as fait merveille ? Est-ce que les Tephaïm
Se lèvent pour te louer ?

12 Parle-t-on de ta grâce
Au tombeau, de ta vérité dans l’Abaddon ?
13 Connaît-on dans les ténèbres tes merveilles,
Ta justice dans la terre de l’oubli ?

373
14 Moi, vers toi
Je crie, Yahvé, dès le matin ma prière va
Au-devant de toi. 15 Mais pourquoi rejettes-tu
Mon âme, Yahvé ? Pourquoi me caches-tu ta Face ?
16 Car je suis pauvre et expirant depuis l’enfance
Je supporte tes terreurs, je suis inerte. Sur moi
Ont passé tes colères. (De même), tes épouvantes
M’ont anéanti. 18 Et elles m’ont enveloppé
Tout le jour, comme les eaux, elles m’ont environné
Toutes ensemble. 19 Tu as éloigné de moi, ami
Et compagnons. Mes familiers sont les ténèbres.

374
Psaume 89 (88)
Hymne et prière au Dieu fidèle

1 Doctement. D’Eytan l’Ezrakhite.

2 Je chanterai
Toujours les grâces de Yahvé de génération
En génération, et ma bouche fera savoir
Ta fidélité, 3 car tu as dit : “ Pour toujours
La grâce est édifiée, et ma fidélité
Dans les cieux est établie.

4 Avec mon élu


J’ai conclu une alliance, et j’ai fait un serment
À David, mon serviteur :

5 Car j’établis
Pour toujours ta postérité, et j’édifie
Ton trône de génération en génération. ”

6 Ainsi les cieux célèbrent tes merveilles, Yahvé,


Et ta fidélité dans l’assemblée des saints.

375
7 Qui donc, dans les nues est comparable à Yahvé ?
Qui ressemble à Yahvé parmi les fils des dieux ?
8 Dieu redoutable au grand conseil des saints, terrible
Pour tous ceux qui l’entourent !

9 Yahvé, Dieu des armées,


Qui est comme toi ? Tu es fort, Yah. T’environne
Ta fidélité ! 10 C’est toi qui domines l’orgueil
De la mer. C’est toi qui les apaises quand ses flots
Se soulèvent ! 11 Et c’est toi qui écrases Rahab
Comme un cadavre, toi qui dispersas par ton bras
Puissant tes ennemis.

12 À toi les cieux, à toi


Aussi la terre, le monde et tout ce qui l’emplit !
C’est toi qui les as fondés !

13 Le nord, le midi
C’est toi qui les as créés, le Thabor, l’Hermon
Acclament ton nom. 14 À toi le bras plein de vaillance.
Ta main est puissante, ta droite élevée. 15Justice
Et Jugement sont à la base de ton trône. Grâce
Et vérité marchent devant toi.

376
16 Heureux le peuple
Qui connaît l’ovation. Yahvé, à la lumière
De ta Face, ils avancent. 17 En ton nom, ils jubilent
Tout le jour. Par ta justice aussi ils s’élèvent.
18 C’est toi l’orgueil de leur puissance. Par ta faveur
Tu élèves notre corne, 19 et notre bouclier
Est à Yahvé, notre roi au Saint d’Israël !

20 Jadis tu parlas en vision à tes dévots.


Tu dis :

“ J’ai prêté assistance à un héros


Et j’ai élevé un élu d’entre le peuple.
21 J’ai trouvé David, mon serviteur, je l’ai oint
De mon huile sainte. 22 C’est lui que ma main soutiendra
Et que mon bras fortifiera.

23 Alors l’ennemi
Ne le surprendra pas, alors le scélérat
Ne pourra pas l’opprimer, 24 car j’écraserai

Devant lui ses adversaires, et je frapperai

377
Ceux qui le haïssent. 25 Ma fidélité, ma grâce
Seront avec lui. En mon nom s’élèvera
Sa corne, 26 et je poserai sa main sur la mer
Et sa droite sur les fleuves.

27 Lui, il m’invoquera :
“ Tu es mon père, mon Dieu, le Roc de mon salut.
28 Aussi, moi je ferai de lui ce premier-né,
Et le plus haut des rois de la terre.”

29 À jamais,
Je lui garderai ma fidélité. Pour lui,
Mon alliance sera fidèle 30 et j’établirai
Pour toujours sa descendance, son trône comme les jours
Des cieux.

31 Pourtant si ses fils abandonnent ma Loi


Et s’ils ne marchent pas en suivant mes sentences
32 S’ils profanent mes préceptes et s’ils ne gardent pas

Mes commandements, 33 je punirai par la verge


Leur transgression et leurs fautes par des coups.

378
34 Pourtant
Je ne lui retirerai pas ma grâce, pourtant
Je ne démentirai pas ma fidélité.

35 Je ne profanerai pas (non plus) mon alliance,


Et ne changerai pas ce qui sort de mes lèvres.

36 J’ai juré par ma sainteté une fois pour toutes,


Mentirai-je à David ?

37 Et sa postérité
Durera à jamais, autant que le soleil
En ma présence son trône 38, comme la lune, établie
Pour toujours, comme ce témoin fidèle dans les nues. ” Pause

39 Et pourtant tu as rejeté et méprisé


Tu t’es emporté contre ton Messie. 40 Tu as
Dédaigné l’alliance de ton serviteur. Tu as

Profané par terre son diadème. 41 Tu as fait


Des brèches dans toutes ses clôtures. Tu as mis en ruines
Ses forteresses.

379
42 Et tous les passants sur la route
L’ont pillé. Il est devenu pour ses voisins
Un opprobre.

43 Et tu as fait de ses adversaires


Se lever la droite, comme chez tous ses ennemis
Tu as mis de la joie. 44 Tu fais même reculer
Le tranchant de son glaive. Tu ne le soutiens pas
Dans le combat, 45 et tu as enlevé le spectre
De sa main, tu as renversé son trône à terre.
46 Or tu as écourté les jours de sa jeunesse,
Tu l’as couvert de honte ! Pause

47 Jusques à quand, Yahvé,


Brûlera ta fureur comme un feu à jamais ?

48 Rappelle-toi Adonaï ce qu’est la vie,


Sur quel néant tu créas tous les fils d’Adam.

49 Quel est l’homme qui vit et ne voit pas la mort,


Qui sauvera son âme de la main du Shéol ? Pause

50 Où sont donc, Adonaï, tes anciennes grâces

380
Qu’à David tu juras dans ta sincérité ?
51 Et souviens-toi de l’outrage de tes serviteurs,
Adonaï. Je porte tous les affronts des peuples
En mon sein 52 dont tes ennemis outragent, Yahvé,
(Oui), dont ils outragent les talons de ton Messie !

53 Béni soit Yahvé à jamais ! Amen, amen !

381
Psaume 90 (89)
fragilité de l’homme

1 Prière de Moïse, l’homme de Dieu.

Adonaï
Tu fus un asile pour nous de génération
En génération avant que fussent nés les monts.
2 Avant que fussent enfantés la terre et le monde
De toujours à toujours, tu es Dieu ! 3 Tu réduis
L’homme en poudre et tu dis : “ Retournez, fils d’Adam ! ”

4 Car mille ans sont, à tes yeux, comme le jour d’hier


Qui est passé ou comme une vieille dans la nuit.

5 Tu les entraînes, ils n’étaient qu’un songe, et ils sont


Comme l’herbe qui pousse le matin, le matin
Elle fleurit, elle pousse, le soir elle se fane,
Elle est desséchée !

7 Par ta colère, nous mourrons,

382
De même par ta fureur, nous sommes anéantis.
8 Tu as mis nos fautes en ta présence, nos secrets
Sous la lumière de ta face.

9 Tous nos jours déclinent


Par suite de ton irritation, nous achevons
Nos ans comme d’un soupir.

10 Le temps de nos années


Est de soixante-dix ans, pour les plus vigoureux
De quatre-vingts ans. Pour le grand nombre c’est labeur
Et peine. Bien vite elles passent, et nous nous envolons !

11 Qui sait la force de ta colère et qui peut voir


Le fond de ta fureur ? 12 Mais à compter nos jours
Apprends-nous pour que nous acquérions un cœur sage.

13 Reviens, Yahvé ! Jusques à quand ? ... Prends en pitié


Tes serviteurs, 14 et rassasie-nous de ta grâce,
Dès le matin que nous exultions et soyons

383
Joyeux ! 15 Alors réjouis-nous aussi autant de jours
Que tu nous as humiliés et autant d’années
Que nous avons eu de malheur !

16 Et qu’apparaisse
Ton action à tes serviteurs, ta majesté
À tes fils. 17 La douceur de Yahvé notre Dieu
Soir sur nous. Et affermis l’ouvrage de nos mains.

384
Psaume 91 (90)
Sous les ailes divines

1 Toi qui habites au secret du Très-Haut, qui loges


À l’ombre de Shaddaï, toi, 2 dis à Yahvé :
“ Mon abri et ma forteresse, mon Dieu en qui
Je me confie ! ”

3 C’est lui qui te délivrera


Du piège de l’oiseleur, du filet des malheurs,
4 De son plumage, il te couvrira, sous ses ailes
Tu te réfugieras.

Cuirasse et bouclier,
Sa loyauté ! 5 Tu ne craindras ni la terreur
De la nuit, ni la flèche qui vole durant le jour,
Ni le fléau qui marche dans l’ombre, ni même la peste
Qui dévaste à midi.

7 Que mille à ton côté


Tombent, dix mille à ta droite, toi rien ne t’atteindra.
8 Tu n’as qu’à regarder de tes yeux, tu verras
La punition des méchants.
385
9 Car tu as Yahvé
Pour abri, tu as fait du Très-Haut ton asile.
10 Le mal ne t’atteindra pas, la plaie de ta tente
N’approchera pas.

11 À ses Anges, il prescrira


De te garder dans toutes ses voies. 12 Et sur leurs mains
Ils te porteront de peur que ton pied ne heurte
Contre une pierre. 13 Tu fouleras le léopard,
L’aspic aux pieds, tu écraseras le lionceau
Et le dragon.

14 “ Puisqu’il s’est attaché à moi,


Je vais le libérer, je vais le protéger
Puisqu’il a su mon nom. Et il m’invoquera.
Et je luis répondrai. Je suis dans la détresse
Avec lui, je le sauverai et lui ferai
Honneur et je le rassasierai de longs jours.
(C’est ainsi que) je lui ferai voir mon salut.

386
Psaume 92 (91)
Cantique du juste

1 Psaume. Chant pour le jour du Sabbat.

2 (Oui), il est bon


De rendre grâce à Yahvé et de psalmodier
À ton nom, Très-Haut, 3 d’annoncer dès le matin
Ta grâce, et ta fidélité durant les nuits
4 Sur le désaccord et la harpe, au murmure
De la lyre.

5 Tu m’as réjoui, par ton action,


Yahvé, pour l’œuvre de tes mains je crie de joie.

6 Qu’elles sont grandes tes œuvres, Yahvé, combien profondes


Tes pensées. 7 L’homme abruti n’en sait rien. Le sot
N’y comprend rien.

8 Quand les méchants poussent comme l’herbe


Et quand fleurissent tous les fauteurs d’iniquité,

387
C’est pour être détruits à jamais. 9 Pourtant toi,
Yahvé, tu es sublime à jamais.

10 En effet
Voici que tes ennemis, (ô) Yahvé, voici
Que tes ennemis périssent, ils sont dispersés
Tous ceux qui sont injustes.

11 Tu élèves ma corne
Comme celles des buffles, me trempes dans l’huile fraîche
12 Mon œil brave ceux qui m’épient, mes oreilles écoutent
Mes agresseurs malfaisants.

13 Le juste fleurit
Comme le palmier et il s’élève dans le Liban
Comme un cèdre. 14 Plantés dans la Maison de Yahvé,
Ils donnent des fleurs dans les parvis de notre Dieu.

15 Ainsi dans la vieillesse, ils donnent encore des fruits.


Ils sont remplis de sève et (ils sont) verdoyants
16 Pour annoncer que Yahvé est droit et qu’il est
Mon Rocher. Il n’est point d’iniquité en lui.

388
Psaume 93 (92)

1 Yahvé est roi ! De majesté il est vêtu,


Yahvé est vêtu de puissance, et il s’en fait
Une ceinture : le monde est stable, inébranlable !

2 De tout temps est érigé ton trône, et tu es


Depuis toujours. 3 Les fleuves, Yahvé, ont élevé
Leur grondement. 4 Plus que les voix des grandes eaux,
Plus grandiose que les vagues de la mer, et grandiose
Est Yahvé là-haut ! 5 Tes témoignages sont très sûrs,
À ta Maison convient la sainteté, Yahvé
Pour la longueur des jours.

389
Psaume 94 (93)

1 Dieu des vengeances, Yahvé


Dieu des vengeances, apparais ! 2 Élève-toi, juge
De la terre et rends la pareille aux orgueilleux.

3 Et jusques à quand les méchants, jusques à quand


Yahvé, les méchants exulteront-ils ?

3 Ainsi
4 Ils bavardent, ils disent des insolences, ils se vautrent
Tous les fauteurs d’iniquité, 5 et ils écrasent
Ton peuple, Yahvé, ils oppriment ton héritage
6 Ils tuent la veuve et l’étranger, ils assassinent
Les orphelins. 7 Puis ils disent : “ Iah ne le voit pas,
Et le Dieu de Jacob ne le remarque pas. ”

8 Comprenez donc, abrutis du peuple ! Et vous, sots


Quand raisonnerez-vous ? 9 Celui qui plante l’oreille
N’entendra-t-il pas ? Et celui qui ferme l’œil
N’apercevra-t-il pas ? 10 Et celui qui corrige

390
Les nations, ne punira-t-il pas ? Il enseigne
Le savoir à l’homme ! 11 Yahvé connaît les pensées
De l’homme, il sait qu’elles sont un souffle.

12 (Oui), heureux l’homme


Que tu corriges, Iah, que tu instruis par ta Loi
13 Pour le rendre tranquille dans les jours de malheur
Jusqu’à ce qu’au méchant soit creusée une fosse.

14 C’est que Yahvé ne délaissera pas son peuple,


Et il n’abandonnera pas son héritage.
15 Lorsque le jugement retournera au Juste,
Derrière lui seront tous ceux qui ont le coeur droit.

16 Mais qui se lèvera contre les malfaisants


Pour moi, 17 qui se dressera contre les fauteurs
D’iniquité pour moi ? Et si Yahvé n’était
Venu à mon secours, mon âme habiterait
Le pays du Silence.

391
18 Je dis : “ Mon pied chancelle ! ”
Et ta grâce, Yahvé, me soutient. 19 Quand en mon sein
Abondent les soucis, toutes tes consolations
Égaient mon âme.

20 Mais aurais-tu un tribunal


Criminel pour allié, un inventeur de peines
Contraires aux lois ?

21 Ils s’attroupent contre l’âme du juste,


Et ils condamnent le sang innocent. 22 Yahvé pour moi
Est une citadelle, mon Dieu est le rocher
Où je m’abrite, 23 il fera retomber sur eux
Leur iniquité. Il les anéantira c
Yahvé, notre Dieu, il les anéantira.

c
: le texte précise ; par leur malice.

392
Psaume 95 (94)
Invitatoire

1 Venez et poussons des cris de joie vers Yahvé


Acclamons donc le rocher de notre salut
2 Présentons-nous devant lui avec des actions
De grâces, acclamons-le par des psaumes.

3 Car Yahvé
C’est un grand Dieu, et c’est un grand roi au-dessus
De tous les Dieux. C’est lui qui a les profondeurs
De la terre sous sa main. Les sommets des montagnes
Lui appartiennent. 5 Et il possède aussi la mer,
C’est lui qui l’a fait comme la terre ferme car ses mains
L’ont façonnée.

Entrez, prosternons-nous, courbons


Nous. Soyons à genoux en présence de Yahvé
Qui nous a faits ! Il est notre Dieu et nous sommes
Le peuple qu’il fait paître, le troupeau sous sa main.

393
“ Si vous pouviez aujourd’hui écouter ma voix !
8 Et n’endurcissez donc pas comme à Mériba
Votre cœur comme au jour de Massah au désert
9 Où m’ont tenté vos pères, où ils m’ont éprouvé
Bien qu’ils aient vu mon œuvre.

10 Durant quarante années


J’ai été dégoûté par cette génération
Et j’ai dit : c’est un peuple dont le coeur va errant,
Ils ne connaissent pas mes voies :

11 Dans ma colère,
Je le jure, ils n’entreront pas dans mon repos.

394
Psaume 96 (95)

1 Chantez à Yahvé un chant nouveau, chantez


À Yahvé, toute la terre, 2 chantez à Yahvé,
Bénissez son nom, annoncez de jour en jour
La bonne nouvelle de son salut 3 et racontez
Sa gloire parmi les nations, ses merveilles parmi
Tous les peuples.

4 Car il est grand, Yahvé, et très digne


De louanges, et c plus redoutable que tous les dieux.
5 Tous les dieux des peuples sont des idoles, c’est Yahvé
Qui fit les cieux. 6 Force et majesté sont devant
Lui, et dans son sanctuaire puissance et splendeur.

7 Et rendez à Yahvé, familles des peuples, rendez


Gloire et puissance, 8 et rendez à Yahvé la gloire
De son nom, apportez l’oblation et venez
Dans ses parvis, 9 prosternez-vous devant Yahvé

c
: il est plus redoutable.

395
En ornements sacrés, tremblez devant sa face,
Toute la terre, 10 dites parmi les nations : “ Yahvé
Est roi. ” Le monde sera stable, il ne sera pas
Ébranlé. Il jugera les peuples avec droiture.

11 Que se réjouissent les cieux, qu’exulte la terre,


Que gronde la mer et ce qu’elle contient ! 12 Que jubile
La campagne et tout ce qu’elle contient ! Et que poussent
En même temps tous les arbres de la forêt
Des acclamations, 13 devant Yahvé car il vient,
Car il vient pour juger la terre : il jugera
Le monde par justice, les peuples par sa vérité.

396
Psaume 97 (96)

1 Yahvé est roi ! Que la terre exulte, que les îles


Nombreuses se réjouissent ! 2 Car un épais nuage
Est autour de lui, justice et jugement sont
La base de son trône, 3 et un feu marche devant lui.

Il embrase autour de ses adversaires, 4 ses éclairs


Illuminent le monde, la terre le voit et tremble.
5 Et les montagnes fondent comme de la cire en présence
De Yahvé, en présence du Seigneur de la terre.

6 Les cieux annoncent sa justice, tous les peuples voient


Sa gloire.

7 Ils ont honte tous ceux qui servent des images,


Qui se vantent des Néants, tous les Dieux se prosternent
Devant lui !

8 Sion l’entend, elle se réjouit,


Elles exultent, les filles de Juda à cause, Yahvé,

397
De tes jugements. 9 Puisque toi, Yahvé, Très-Haut
c
Sur toute la terre, tu t’élèves bien au-dessus
De tous les dieux !

10 Amis de Yahvé, détestez


Le mal ! Il protège les âmes de ses dévots,
Il les délivre de la main des méchants. 11 Se lève
La lumière pour le juste et la joie pour tous ceux
Qui ont le coeur droit. 12 Justes, réjouissez-vous,
En Yahvé. Ainsi rendez grâce à son saint nom !

c
: le texte veut : de toute la terre.

398
Psaume 98 (97)

1 Psaume.

Chantez à Yahvé un chant nouveau, il a


Fait des merveilles. Sa droite l’a secouru, son bras
De sainteté l’a aidé. 2 Son salut, Yahvé
L’a fait connaître. Il a révélé sa justice
Aux yeux des nations. 3 De sa fidélité
Et de sa sincérité, il s’est souvenu
Envers la maison d’Israël. Tous les confins
De la terre ont vu le salut de notre Dieu.

4 Acclamez Yahvé, terre entière, exaltez-vous,


Éclatez de joie, et psalmodiez, 5 psalmodiez
Pour Yahvé sur la lyre, sur la lyre et au son
De la psalmodie, 6 avec des trompettes, au son
Du cor, acclamez donc devant le roi Yahvé !

7 Que gronde la mer avec ce qu’elle contient, le monde


Avec ceux qui l’habitent ! 8 Que les fleuves battent des mains,

399
Que simultanément les montagnes crient de joie
9 Au-devant de Yahvé, car il vient, car il vient
Pour juger la terre, et il jugera le monde
Avec justice comme les peuples avec droiture.

400
Psaume 99 (98)

1 Yahvé est roi, les peuples tremblent, sur les Chérubins


Il siège, la terre est ébranlée, 2 Yahvé est grand
Dans Sion, il est élevé, au-dessus
De tous les peuples, 3 on loue ton nom grand et terrible :
Il est saint !

4 Il est puissant le roi et il aime


Le jugement. C’est toi qui établis le droit
Le jugement et la justice, c’est en Jacob
Que tu l’exerces ! 5 Exaltez Yahvé notre Dieu,
Prosternez-vous devant l’escabeau de ses pieds :
Il est saint !

6 Moïse, Aaron parmi ses prêtres,


Samuel parmi ceux qui invoquaient son Nom
Ils invoquaient Yahvé et il leur répondait.

7 C’est dans la colonne de nuée qu’il leur parlait,


Ils gardèrent ses témoignages avec le statut
Qu’il leur avait ordonnés.

401
8 Yahvé, notre Dieu, toi
Tu leur répondras, tu étais pour eux un Dieu
Tolérant pourtant qui se venge de leurs méfaits.

Exaltez, Yahvé, notre dieu, prosternez-vous


Vers sa montagne sainte, car il est saint, Yahvé. c

c
: le texte précise : Yahvé, notre Dieu.

402
Psaume 100 (99)

1 Psaume d’action de grâces.

Acclamez toute la terre


Yahvé, 2 servez Yahvé dans la joie, devant lui
Venez avec des cris de joie ! 3 Sachez que c’est
Yahvé qui est Dieu, et c’est lui qui nous a fait,
Nous sommes à lui, son peuple ainsi que le troupeau
De son pâturage.

4 Entrez avec la louange


Par ses portes, et dans ses parvis avec des hymnes.
Rendez-lui grâces, bénissez son nom. 5 Il est bon,
Yahvé, sa grâce dure toujours, et sa fidélité
Aussi de génération en génération.

403
Psaume 101 (100)

1 Psaume. De David.

Je veux chanter la bienfaisance


Et le jugement pour toi, Yahvé, et je veux
Psalmodier, 2 je veux étudier la voix parfaite,
La vérité viendra vers moi, j’avancerai
Dans la perfection de mon cœur, à l’intérieur
De ma maison, 3 je ne mettrai devant mes yeux
Rien de mauvais.

Aussi je hais des dévoyés


La conduite. Elle n’a sur moi aucun attrait.
4 Le cœur tortueux qu’il s’écarte de moi, du mal
Je ne veux rien savoir. 5 Qui dénigre en secret
Son prochain, je l’anéantirai. L’homme aux yeux
Hautains, au cœur enflé, je ne peux le souffrir.

6 Je fixe mes yeux sur les gens loyaux du pays


Pour qu’ils habitent avec moi, et celui qui marche

404
Dans la voie parfaite, c’est lui qui à mon service
Sera.

7 Mais point n’habitera à l’intérieur


De ma maison qui est faiseur de tromperie,
Qui est diseur de mensonges ne se tiendra pas
Devant mes yeux.

8 Chaque matin, j’anéantirai


Les méchants du pays afin de retrancher
De la ville de Yahvé tous ceux qui font le mal.

405
Psaume 102 (101)

1 Prière d’un malheureux quand il est défaillant


Et qu’il épanche sa plainte devant Yahvé.

2 Yahvé,
Entends ma prière, que mon cri vienne jusqu'à toi ?
3 Ne me cache pas ta face au jour de ma détresse
Et tends vers moi ton oreille, le jour où j’invoque,

Hâte-toi, réponds-moi.

4 Car mes jours se consument


En fumée, car (tous) mes os brûlent comme un brasier ;
5 Mon cœur est fauché comme l’herbe, et desséché,
J’en oublie de manger mon pain. Au bruit que font
Mes sanglots, (tous) mes os sont collés à ma chair.

7 Je ressemble au pélican du désert, je suis


Comme le hibou des ruines, 8 je veille et je gémis
Pareil au passereau solitaire sur un toit.

406
9 Tout le jour mes ennemis m’insultent, mes flatteurs
M’exècrent.

10 C’est de la cendre que je mange comme pain


À ma boisson, je mêle mes larmes. 11 Par ta colère
Et ton courroux, tu m’as soulevé, rejeté.

12 Mes jours sont comme l’ombre qui décline, comme l’herbe


Moi, je me dessèche. 13 Yahvé, tu sièges à jamais,
Toi. Et ton souvenir dure de génération
En génération. 14 C’est toi qui te lèveras,
Tu auras compassion de Sion car le temps
De lui faire grâce est venu, 15 et tes serviteurs
En chérissant les pierres, ont pitié de sa poussière.

16 Alors les nations craindront le nom de Yahvé,


Et tous les rois de la terre ta gloire ; 17 quand Yahvé
Rebâtira Sion, qu’il y apparaîtra
Dans sa gloire, 18 il se tournera vers la prière
Des dépouillés car il n’aura pas méprisé
Leur prière.

407
19 C’est pour la génération future
Qu’on écrira cela, et un peuple crée
Célébrera Yah.

20 Il s’est penché de sa sainte


Hauteur, Yahvé, du haut des cieux, il a regardé
La terre 21 pour entendre le soupir du prisonnier
Et pour libérer les condamnés à (la) mort
22 Pour qu’on répète, en Sion le nom de Yahvé
Sa louange dans Jérusalem 23 quand s’uniront
Ensemble les peuples et les royaumes pour servir
Yahvé !

24 Il a, sur la route, affaibli ma force,


Il a abrégé mes jours, 25 et je dis : “ Mon Dieu,
Ne m’enlève pas au milieu de mes jours ! Tes ans
Vont d’âge en âge.

26 Jadis tu as fondé la terre


Les cieux sont l’œuvre de tes mains. 27 Ils périront
Eux, mais toi tu subsistes, eux tous comme un habit,
Ils s’usent !

408
Comme un vêtement, tu les changes, ils changent
28 Toi, tu es le même, tes années ne finissent pas.
29 Les fils de tes serviteurs pourront demeurer,
Et leur race en ta présence sera affermie.

409
Psaume 103 (102)
Dieu est amour

1 De David

2 Mon âme, bénis Yahvé et du fond


De mon être, son saint nom ! Mon âme, bénis Yahvé
Et il ne faut pas que tu oublies ses bienfaits.
Lui qui pardonne toutes tes fautes, lui qui te guérit
De toutes les maladies, 4 lui qui rachète ta vie
De la fosse, lui qui te nimbe de fidélité
Et de miséricorde, 5 et lui qui rassasie
De joie ton existence tandis que, comme l’aigle,
Te renouvelle ta jeunesse.

6 Yahvé qui agit


Avec justice, fait droit à tous les opprimés.
7 Il a révélé ses voies à Moïse, aux fils
D’Israël ses exploits.

8 Car Yahvé est clément


Et miséricordieux, très lent à la colère
Riche en fidélité.

410
9 Il ne dispute pas
À perpétuité, il ne garde pas rancune
À jamais, 10 il n’agit pas avec nous selon
Nos péchés, il ne nous traite pas d’après nos fautes.

11 Autant le ciel s’élève au-dessus de la terre,


Autant de grâce l’emporte pour tous ceux qui le craignent.

12 Autant l’orient est éloigné de l’occident,


Autant il éloigne de nous tous nos manquements.

13 Comme un père a compassion de son fils, Yahvé


A compassion de tous ceux qui le craignent.

14 Il sait,
Lui, de quoi nous sommes formés, et il s’en souvient
Nous sommes poussière. 15 L’homme, ses jours sont comme l’herbe
Comme la fleur des champs, c’est ainsi qu’il fleurit.

16 Qu’un souffle passe sur lui, et il n’est plus. La place


Où il était ne le revoit plus.

411
17 Mais la grâce
De Yahvé va depuis toujours jusqu'à toujours
Sur ceux qui le craignent et sa justice pour les fils
De leurs fils 18 comme pour ceux qui gardent son alliance,
Et qui se souviennent aussi de ses ordonnances
Pour les accomplir.

19 Car Yahvé a établi


Son trône dans les cieux, et sa royauté domine
Sur tout. 20 Bénissez Yahvé, vous, ses Anges, héros
Puissants qui appliquez sa parole.

21 Bénissez
Yahvé, vous toutes ses armées qui le servez,
Qui exécutez ses volontés.

22 Bénissez
Aussi Yahvé vous toutes ses œuvres, dans tous les lieux
De sa domination ! Mon âme, bénis Yahvé !

412
Psaume 104 (103)
Les splendeurs de la création

1 Mon âme, bénis Yahvé ! Yahvé, mon Dieu, tu es


Si grand, car tu es revêtu de majesté
Et de splendeur, 2 enveloppé dans la lumière
Comme d’un manteau. Tu entends les cieux comme une toile.
3 Sur les eaux tu bâtis les chambres hautes. Tu fais
Ton char des nuées, et tu chemines sur les ailes
Du vent. 4 Des vents tu fais tes messagers, du feu
Dévorant tes ministres.

5 Il a fondé la terre
Sur ses bases, elle est inébranlable à jamais,
À jamais ! 6 Et de l’abîme comme d’un vêtement
Tu l’as couverte, les eaux se sont arrêtées
Sur les montagnes.

7 À ta menace, elles sont en fuite,


À la voix de ton tonnerre, elles se précipitent,
8 Elles gravissent les montagnes, descendent les vallées

413
Vers le lieu que tu leur as fixé. 9 Tu as mis
Une frontière qu’elles ne franchiront pas. La terre
Elles ne reviendront plus la couvrir.

10 Tu fais souder
Des fontaines dans les torrents, entre les montagnes
Elles cheminent, 11 elles abreuvent toutes les bêtes des champs,
Les onagres y étanchent leur soif. 12 Au-dessus d’elles
Font leur demeure les oiseaux, des cieux, ils élèvent
La voix sous la feuillée.

13 Du haut de tes étages


Tu abreuves les montagnes, et du fruit de tes œuvres
Tu rassasies la terre, 14 et tu fais germer l’herbe
Pour le bétail, les plantes pour l’usage de l’humain,
Pour qu’il rire le pain de la terre 15 et que le vin
Réjouisse le cœur de l’homme, pour qu’il fasse briller
Son visage avec de l’huile, que le pain soutienne
Le cœur de l’homme.

414
16 Les arbres de Yahvé, ils sont
Bien nourris, les cèdres du Liban que sa main
A plantés. 17 Et c’est là que nichent les passereaux
Et là sur leur cime, la cigogne a sa maison,
18 Les hautes montagnes sont aux bouquetins, les roches
Sont à l’abri des damans.

19 Il a fait la lune
Pour les dates, le soleil sait l’heure de son coucher,
20 Tu amènes les ténèbres et c’est la nuit, y rôdent
Tous les animaux de la forêt.

21 Les lionceaux
Rugissent après leur proie et réclament de Dieu
Leur manger. 22 Le soleil se lève, ils se retirent
Et ils vont se tapir dans leurs repaires. 23 L’homme sort
Pour son travail et pour sa besogne jusqu’au soir.

24 Que tes œuvres, Yahvé, sont nombreuses ! Tu les fis,


Toutes avec sagesse. Ainsi la terre est remplie
De tes créatures !

415
25 Voici la mer, grande et vaste
Dans tous les sens : il y a là un grouillement
Innombrable d’animaux, des petits et des grands.
26 Là, circulent des vaisseaux ainsi que Léviathan
Que tu formeras pour te louer de lui.

27 De toi
Tous ces êtres attendent que tu leur donnes le manger.
28 Tu le leur donnes, ils recueillent, tu ouvres ta main,
Ils se rassasient de ce qui est bon, 29 tu caches
Ta face, ils sont anéantis, tu leur retires
Le souffle, ils expirent à leur poussière, ils retournent !
30 Tu envoies ton souffle, ils sont créés, et la face
De la terre, tu la renouvelles.

31 Qu’à jamais dure


La gloire de Yahvé ! Que Yahvé se réjouisse
De ses œuvres ! 30 Lui qui regarde la terre et elle tremble,
Qui touche aux montagnes, et elles fument.

416
33 Je veux chanter
À Yahvé durant ma vie, tant que j’existe,
Psalmodier pour mon Dieu. 34 Que ma méditation
Lui soit agréable ! Car moi, je me réjouis
En Yahvé.

35 (Alors) que les pécheurs de la terre


Disparaissent, et que les méchants n’existent plus !
(Ainsi) mon âme, bénis Yahvé ! Alléluia !

417
Psaume 105 (104)
l’hiStoire merveilleuSe d’iSraël

1 Rendez grâce à Yahvé et invoquez son nom,


Faites reconnaître parmi les peuples ses hauts faits,
2 Chantez-le et psalmodiez pour lui, méditez
De toutes ses merveilles, 3 tirez gloire de son nom
De sainteté, qu’il soit joyeux le cœur de ceux
Qui cherchent Yahvé !

4 (Ainsi) recherchez Yahvé


Et sa puissance, cherchez sa Face avec constance,
5 Rappelez-vous les merveilles qu'il a opérées
Ses prodiges avec les sentences de sa bouche, 6 race
De son serviteur Abraham, fils de Jacob,
Ses élus !

Puisque c’est lui Yahvé notre Dieu,


Dont les sentences emplissent la terre.

8 Il se rappelle
À jamais son alliance, sa parole engagée

418
Pour mille générations, 9 et son alliance
Conclue avec Abraham, comme son serment
Avec Isaac. 10 Il l’érigera pour Jacob
En règle, pour Israël en alliance éternelle ;
11 “ À toi, je donnerai la terre de Canaan
Comme part de votre héritage. ”

12 Et bien qu’ils fussent


En petit nombre, si peu de choses et étrangers
Au pays, 13 alors qu’ils s’en allaient de nations
En nations et d’un royaume vers un autre pays,
14 Il ne permit à personne de les opprimer,
Il punit des rois à cause d’eux : 15 “ Ne touchez pas
À mes oints, à mes prophètes ne faites pas le mal ! ”

419
16 Il appela donc la famine sur le pays,
Il brisa tout bâton de pain, 17 il envoya
Devant eux un homme, et Joseph fut comme esclave
Vendu.

18 On tortura ses pieds par des entraves,


Son cou entra dans des fers 19 jusqu’au temps où vint
Sa parole, où put le justifier la sentence
De Yahvé.

20 Le roi envoya le délier,


Le gouverneur des peuples donc le fit libérer,
21 Il l’établit alors seigneur de sa maison,
Et gouverneur de toutes ses possessions, afin
22 Qu’il instruisît ses princes comme lui-même, afin
Qu’il enseignât la sagesse à ses anciens.

23 Puis
Israël vint en Égypte, Jacob séjourna
Au pays de Cham. 24 Dieu fit fructifier son peuple
Très fort. Il le fit plus fort que ses adversaires.

420
25 Dont il changea le cœur pour qu’ils haïssent son peuple
Et pour qu’ils usent de ruses contre ses serviteurs.

26 Alors il envoya Moïse, son serviteur,


Aaron qu’il avait choisi. 27 Il mit chez eux
Les signes qu’il avait prédits avec ses prodiges
Au pays de Cham.

28 Il envoya des ténèbres


Et enténébra, pourtant ils ne prirent pas garde
À sa parole. 29 Il changea donc les eaux en sang,
Fit mourir leurs poissons.

30 Leur pays pullula


De grenouilles jusque dans les chambres de leurs rois.
31 Il dit et des moucherons et de la vermine
Arrivèrent.

32 Pour leurs pluies il donna de la grêle,


Et des flammes de feu dans le pays, 33 il frappa
Leurs vignes avec leurs figuiers, il brisa les arbres
De leur territoire.

421
34 Puis il dit, et arrivèrent
Les sauterelles, avec les hannetons sans nombre.
35 Ils mangèrent toute l’herbe en leur pays, de même
Ils mangèrent leurs fruits de leur sol.

36 Et il frappa
Tout premier-né en leur pays, toutes les prémices
De leur vigueur.

37 Avec de l’argent et de l’or


Il les fit sortir, et pas un dans leurs tribus
Qui chancelât. 38 Ainsi l’Égypte se réjouit
Sur eux ! 39 Il déploya la nuée comme un voile
Pour éclairer la nuit en feu.

40 Ils demandèrent,
Il fit venir des cailles, et il les rassasia
Du pain des cieux. 41 Il ouvrit le rocher, les eaux
Coulèrent, elles allèrent, en fleuve, par les sols arides.

42 C’est qu’il se souvenait de sa parole sainte


A son serviteur Abraham ! 43 Il fit sortir
Son peuple en allégresse, avec des cris de joie

422
Ses élus. 44 Il leur donna les pays des peuples
Ainsi ils purent hériter de tout le labeur
Accompli par ses nations, 45 afin qu’ils observent
Ses préceptes et qu’ils gardent ses lois ! Alléluia !

423
Psaume 106 (105)
Confession nationale

1 Alléluia ! Célébrez Yahvé, il est bon.


Sa grâce dure à jamais ! 2 Qui dira les promesses
De Yahvé, fera entendre toute sa louange ?

3 Heureux ceux qui observent le droit, ceux qui pratiquent


La justice en tout temps ! 4 Et souviens-toi de nous,
Yahvé, en faveur de ton peuple, visite-nous
Par ton salut 5 que nous puissions voir le bonheur
De tes élus et nous réjouir de la joie
De ton peuple, nous satisfaire de ton héritage !

6 Nous avons péché avec nos pères, nous avons


Commis une faute, nous sommes coupables. 7 En Égypte
Nos pères n’ont pas compris tes merveilles.

Ils n’eurent pas


Souvenir de l’abondance de tes grâces. Alors
Ils bravèrent le Très-Haut près de la mer de Jonc.

424
8 Pourtant il les sauva en vertu de son Nom
Pour faire connaître sa vaillance, 9 il menaça
La Mer de Jonc, elle se dessécha. Il les fit
Marcher dans les flots comme au désert. 10 De la main
De celui qui haïssait, il les délivra.

11 Les eaux recouvrirent leurs adversaires. Alors


Il n’en reste pas un. 12 Ils crurent à ses paroles
Ils chantèrent sa louange. 13 Ils oublièrent bien vite
Ses œuvres ; ils n’attendirent pas son conseil : 11 ils furent
Pris de convoitise dans le désert, ils tentèrent
Dieu, dans la steppe ; 15 il leur donna ce qu’ils voulaient,
Il envoya de quoi les dégoûter.

16 Ensuite
Dans le camp, ils jalousèrent Moïse, Aaron,
Le saint de Yahvé. 17 La terre s’ouvrit, engloutit
Datha, et elle recouvrit la ligne d’Ab Irato.
18 Un feu s’alluma contre leur ligne, une flamme
Dévora ces méchants !

425
19 Et ils firent à l’Horeb
Un veau, ils se prosternèrent devant le métal
Fondu, 20 ils échangèrent leur Gloire contre l’image
D’un bœuf qui mange de l’herbe. 21 Ils oublièrent donc Dieu,
Leur Sauveur qui a fait de grandes choses en Égypte,
22 Des miracles au pays de Cham, et des actions
Formidables sur la mer de Jonc.

23 Et il parlait
De les exterminer si Moïse, son élu
Ne s’était pas tenu devant lui sur la brèche,
Afin d’empêcher sa fureur de les détruire.

24 Ensuite ils méprisèrent une terre de délices,


Ils ne crurent pas à sa parole, ils critiquèrent,
Dans les tentes, et ils ne voulurent pas écouter
La voix de Yahvé.

26 Il leva sa main contre eux


Pour les abattre dans le désert, 27 pour disperser
Leur race chez les nations, pour les disséminer
Dans les terres.

426
28 Ils s’attachèrent à Baal-Peor,
Mangèrent des sacrifices aux morts, 29 ils l’irritèrent
Par leurs pratiques, et un fléau fit irruption
Parmi eux.

30 Se dressa Pinekkas qui en juge


Se dressa, le fléau cessa. 31 Cela lui fut
Compté comme justice, d’âge en âge, pour jamais.

32 Puis ils le couronnèrent aux eaux de Meribah


Et c’est à cause d’eux que Moïse fut malheureux,
33 Car ils aigrirent son esprit, et il balbutia
Des lèvres.

34 Mais ils n’exterminèrent pas les peuples,


Ceux que Yahvé leur avait dits, 35 ils se mêlèrent
Aux nations, et ils apprirent leurs manières de faire,
36 Ils servirent leurs idoles et elles devinrent un piège
Pour eux. 37 Ils sacrifièrent aux démons leurs fils
Et leurs filles.

38 Ils répandirent le sang innocent


Le sang de leurs fils, de leurs filles qu’ils sacrifièrent

427
Aux idoles de Canaan, alors le pays
Fut profané par le sang. 39 Et ils se souillèrent
Par leurs actions, de même ils se prostituèrent
Par leurs pratiques. 40 Or s’enflamma contre le peuple
La colère de Yahvé. Il prit son héritage
En horreur. 41 Il les mit dans les mains des nations,
Et sur eux dominèrent ceux qui les haïssaient.
42 Leurs ennemis les opprimèrent, ils furent soumis
Sous leur main.

43 Et maintes fois, il les délivra


Mais eux, rebelles à son conseil, ils s’enfonçaient
Dans leur faute.

44 Il s’apercevait de leur détresse


En écoutant leur clameur, 45 il se souvenait
A propos d’eux, de son alliance, il s’apitoyait
Selon l’abondance de ses grâces, 46 et il leur fit
Trouver pitié auprès de tous leurs conquérants.

428
47 Sauve-nous Yahvé, notre Dieu, rassemble-nous
De parmi les nations pour que nous rendions grâce
À ton saint nom, pour que nous fassions notre gloire
De ta louange.

48 Depuis toujours jusqu'à toujours


Que soit béni Yahvé, un Dieu d’Israël. Alors
Tout le peuple dira : Amen, Alléluia !

429
Psaume 107 (108)
dieu Sauve l’homme de tout péril

1 Rendez grâce à Yahvé, car il est bon, sa grâce


Dure à jamais ! 2 Que les rachetés de Yahvé
Le disent, (tous) ceux qu’il a rachetés de la main
De l’adversaire, 3 rassemblés d’entre les pays
De l’orient et du couchant, du nord, du midi.

4 Ils erraient au désert, dans la steppe sans trouver


Le chemin d’une ville habitable, 5 affamés,
Assoiffés. Ils sentirent leur âme défaillir.
6 Alors ils crièrent vers Yahvé dans leur détresse,
Il les délivra de leur angoisse. 7 Il les fit
Marcher par un chemin direct pour qu’ils arrivent
A une ville habitable.

8 Qu’ils célèbrent Yahvé


Pour sa fidélité comme pour ses merveilles
En faveur des fils d’homme ! 9 Car il a rassasié
La gorge altérée et remplie de bonnes choses
Le gosier affamé !

430
10 Ainsi ils habitaient
Des ténèbres épaisses, captifs dans la misère
Et les fers 11 parce qu’ils avaient été rebelles
Aux paroles de Yahvé, * et avaient méprisé
Le conseil du Très-Haut. 12 Il avait humilié
Leur cœur par la souffrance, ils avaient trébuché,
Personne pour les aider !

13 Ils crièrent vers Yahvé


Dans la détresse, il les sauva de leurs angoisses.
14 Et il les fit sortir des ténèbres épaisses,
Il rompit les liens.

15 Et qu’ils célèbrent Yahvé


Pour sa fidélité comme pour ses merveilles
En faveur des fils d’homme ! 16 Il a brisé les portes
D’airain, il a mis en pièces les verrous de fer.

* Le texte veut : aux paroles de Dieu.

431
17 Et des insensés par leur route du crime, par leurs fautes,
S’étaient rendus, malheureux, 18 leur gosier avait
Horreur de toute nourriture, et ils touchaient
Aux portes de la mort.

19 Ils crièrent vers Yahvé


Dans leur détresse, il les sauva de leurs angoisses.
20 Puis il envoya sa parole, pour les guérir
Pour sauvegarder aussi leur vie de la fosse.

21 Qu’ils célèbrent Yahvé pour sa fidélité


Comme pour ses merveilles en faveur des fils d’homme !
22 Qu’ils sacrifient des sacrifices d’actions de grâces
Et qu’ils racontent ses œuvres avec des cris de joie !

23 Ceux qui descendent en mer sur des navires faisant


Leur travail sur les grandes eaux, 24 ceux-là ont vu
Les œuvres de Yahvé ainsi que ses merveilles
Dans les profondeurs.

432
25 Il dit et fit se lever
Un souffle de tempête qui souleva ses vagues ;
26 Ils montent aux cieux, ils descendent aux abîmes, leur âme
Se fond dans un malaise ; et ils ont le vertige,
Ils titubent comme un ivrogne, toute leur sagesse
S’évanouit.

28 Alors ils crièrent vers Yahvé,


Dans leur détresse, il les sortit de leurs angoisses :
29 Il ramena au calme la tempête et les vagues
De la mer se turent.

30 Ils se réjouirent ainsi


De ce qu’elle s’apaisait, il les mena au port
Comme ils le désiraient.

31 Qu’ils célèbrent Yahvé


Pour sa fidélité comme pour ses merveilles
En faveur des fils d’homme. 32 Dans l’assemblée du peuple

433
Qu’ils l’exaltent, (de même) dans la séance des anciens
Qu’ils le louent !

33 Il change les fleurs en désert, les sources


D’eau en région de la soif, et la terre féconde
En terre salée à cause de la méchanceté
De ses habitants.

36 Pourtant il change le désert


En nappe d’eau, la terre aride en source d’eau.
Il y installe des affamés qui établissent

37 Ils ensemencent des champs et ils plantent des vignes


Qui produisent des fruits. 38 Alors il les bénit,
Ils se multiplient beaucoup, il ne laisse pas
Diminuer leur bétail.

39 Ils sont amoindris


Prostrés par suite de la détention, du malheur,
De l’affliction.

434
40 Celui qui répand le mépris
Sur les nobles et les fait errer dans un désert
Sans route, 41 c’est lui qui relève l’indigent et rend
Les familles pareilles au petit bétail. 42 Les hommes
Droits le voient, ils se réjouissent, toute iniquité
Ferme sa bouche.

43 Si quelqu’un est sage, qu’il prenne garde


À ces choses, qu’ils comprennent les grâces de Yahvé !

435
Psaume 108 (107)
Hymne matinal et prière nationale

1 Chant. Psaume. De David.

2 Mon cœur est prêt, Elohim ;


Je vais chanter et psalmodier de tout mon cœur.
Éveillez-vous harpe et lyre, je veux éveiller
L’aurore. 4 Je te louerai parmi les peuples, Yahvé,
Et je te psalmodierai parmi les peuplades.
5 Ta grâce est grande au-dessus des cieux, jusqu’aux nues
Ta vérité.

6 Élève-toi Elohim, (toi)


Au-dessus des cieux, et que s’élève ta gloire
Au-dessus de toute la terre afin que soient
Délivrés tes bien-aimés, sauve par ta droite
Et réponds-nous !

8 Élohim dans son sanctuaire


A parlé : “ J’exulte, je vais partager Sichem

436
Et arpenter la vallée de Souccoth, 9 à moi
Galaad et à moi Manassé, Ephraïm
Est un heaume pour ma tête, et Juda mon bâton
De commandement, 10 et Moab est la cuvette
Où je me lave, sur Edom je jette ma sandale,
Contre la Philistie je pousse le cri de guerre.

11 Mais qui me conduira à la ville fortifiée,


Qui m’emmènera jusqu’en Edom ? 12 N’est-ce pas
Toi, Dieu qui nous as rejetés et ne sors plus,
Avec nos armées ?

13 Accorde-nous le secours
Contre l’adversaire car elle est vaine, l’aide de l’homme.
14 C’est par Elohim que nous ferons des promesses,
C’est lui qui foulera aux pieds nos adversaires !

437
Psaume 109 (108)
Psaume imprécatoire

1 Pour le coryphée. De David. Psaume.

Ne sois pas
Silencieux, Dieu de ma louange 2 car la bouche
Du méchant et la bouche trompeuse contre moi s’ouvrent
Et l’on s’adresse à moi avec une langue menteuse,
3 De paroles de haine, on m’enveloppe, on me fait
La guerre sans raison. 4 Pour prix de mon amour
On m’accuse, et moi je prie ! 5 On me rend le mal
Pour le bien, la haine pour mon amour.

6 Poste-lui
Un méchant, que l’accusateur soit à sa droite !
7 S’il passe en jugement, qu’il en sorte coupable !
Que son recours passe pour un péché !

8 Que ses jours


Soient en petit nombre, et qu’un autre prenne sa charge !
9 Que ses fils deviennent orphelins et sa femme veuve !

438
10 Que ses fils soient vagabonds, qu’ils mendient, qu’ils soient
Expulsés de leurs ruines ! 11 Qu’un créancier s’empare
De tout ce qui est à lui, que des étrangers
Pillent le fruit de son labeur ! 12 Que nul ne lui garde
Bienveillance, et n’ait pitié de ses orphelins.

13 Que sa postérité à l’extermination


Soit vouée, et dès la génération suivante
Que leur nom soit effacé ! 14 Que soit rappelé
A Yahvé la faute de ses pères, que le péché
De sa mère ne s’efface point. 15 Que constamment
Ils soient devant Yahvé ! Qu’il retranche de la terre
Leur souvenir !

16 Il ne songeait pas à faire grâce,


Il a persécuté le pauvre et l’indigent,
Afin de faire mourir l’homme au cœur abattu !

17 Il aimait la malédiction : qu’elle fonde sur lui !


Et il n’a pas voulu la bénédiction :
Qu’elle s’éloigne de lui !

439
18 Comme il a revêtu
La malédiction pour son costume : qu’elle pénètre
En son sein comme de l’eau, dans ses os comme de l’huile !
19 Et qu’elle lui soit comme l’habit dont il s’enveloppe,
Comme une ceinture dont il s’entoure constamment !
20 Tel soit, de par Yahvé, de mes accusateurs
Le salaire, de ceux qui contre moi disent du mal.

21 Et toi, Yahvé Adonaï, en ma faveur,


Agis, par la vertu de ton nom, délivre-moi
Par ta grâce si bonne. Je suis pauvre et indigent,
Mon cœur est meurtri dans mon sein, et je m’en vais
Comme l’ombre à son déclin, je suis emporté
Comme la sauterelle.

24 Mes genoux chancellent par suite


Du jeûne, mon corps qui est amaigri se dessèche.
25 Alors moi, je suis pour eux un objet d’opprobre,
Ils me voient, ils hochent la tête.

440
26 Aide-moi Yahvé
Mon Dieu, sauve-moi par ta grâce 27 afin qu’ils sachent
Que c’est ta main, que c’est toi Yahvé qui as fait
Cela !

28 Que ceux-là maudissent toi tu béniras.


Honte à mes agresseurs, joie à ton serviteur.

29 (Ainsi) que mes accusateurs d’ignominie soient revêtus,


Enveloppés de honte pareils à un manteau.

30 Et je célébrerai Yahvé à haute voix.


Parmi la foule, je le louerai. Car il se tient
À la droite du pauvre pour sauver de ses juges son âme !

441
Psaume 110 (109)
Le sacerdoce du Messie

1 De David. Psaume.

Oracle de Yahvé (donné)


À mon Seigneur : “ Assieds-toi à ma droite jusqu'à
Ce que je fasse de tes adversaires l’escabeau
De tes pieds ! ”

2 Le spectre de ta puissance, Yahvé


L’étendra depuis Sion : domine au milieu
De tes ennemis !

3 En toi la noblesse, au jour


De naissance accompagné d’honneurs sacrés,
Dès le sein, et à toi, dès l’aurore, la rosée
De ta jeunesse !

4 (C’est ainsi :) Yahvé l’a juré,


Et il ne s’en repentira pas : “ Tu es prêtre
À jamais à la manière de Melchisédech. ”

442
5 Adonaï est à ta droite, il brise les rois
Au jour de sa colère, 6 il juge les nations :
C’est plein de cadavres, dont il a brisé la tête
Sur l’étendue de la terre.

7 Au torrent il boit
En chemin, c’est pourquoi il relève la tête.

443
Psaume 111 (110)
Éloge des œuvreS divines

1 Alléluia !

Aleph.
Je louerai Yahvé de tout cœur

Bêth.
Dans le conseil des justes et la communauté.

Ghimel.
2 Grandes sont les œuvres de Yahvé,

Daleth.
Dignes d’étude
Pour tous ceux qui aiment.


3 Horreur et majesté
C’est son action,

444
Waw.
Sa justice subsiste à jamais.

Zaïn.
4 Il a fixé le souvenir de ses merveilles :

Hêth.
Compatissant et miséricordieux, Yahvé !

Têth.
5 Il a donné à qui le craint la nourriture.

Yodh.
Et pour toujours, il se souvient de son alliance !

Kaph.
6 Il a révélé donc la puissance de ses œuvres
À son peuple,

Lamed.
quand il lui a remis l’héritage
Des nations.

445
Mêm.
7 Sont vérité et sont jugement
Les œuvres de ses mains,

Noun.
toutes ses ordonnances
Sont sûres,

Sachem.
8 affermies à jamais,

‘Aïn.
exécutées
En vérité et droiture.

Phê.
9 Il a envoyé
La rédemption à son peuple

Sadê.
Et il a prescrit
Pour toujours son alliance

446
Qoph.
Saint, terrible son Nom !

Rêsh.
10 Le commencement de la sagesse, c’est la crainte
De Yahvé :

Shîn.
Et ils sont bien avisés tous ceux
Qui la pratiquent.

Taw.
Sa louange subsiste à jamais.

447
Psaume 112 (111)
Éloge du juste

1 Alléluia

Aleph.
Heureux l’homme qui craint Yahvé,

Bêth.
Et qui prend grand plaisir à ses commandements !

Ghimel.
2 Forte sera sa race dans le pays, ainsi

Daleth.
La génération des hommes droits sera bénie.

Hê.
3 Biens et richesse en sa maison

Waw.
Et sa justice
Subsiste à jamais.
448
Zaïn.
4 Dans les ténèbres se lève
La lumière pour les hommes droits,

Hêth.
miséricordieux
Cléments et justes.

Têth.
5 Heureux est l’homme compatissant
Qui prête,

Yodh.
qui règle ses affaires d’après le droit,

449
Kaph.
6 Il ne sera jamais ébranlé.

Lamed.
En mémoire
Éternelle sera le juste,

Mêm.
7 il n’a pas à craindre
De mauvaises nouvelles.

Noun.
8 Son cœur est prêt en Yahvé

Sachem.
Il a confiance, comme son cœur est affermi
Il ne craint pas

‘Aïn.
au point qu’il brave ses adversaires.

Phê.
9 Il est large, il donne aux indigents,

450
Sadê.
Sa justice
Subsiste à jamais,

Qoph.
sa corne s’élève dans la gloire

Rêsh.
10 Le méchant le voit et s’irrite,

Shîn.
Il grince des dents
Et se morfond :

Taw.
Le désir des méchants se perd.

451
Psaume 113 (112)
Au Dieu de gloire et de pitié

1 Alléluia !

Louez, serviteurs de Yahvé,


Louez le nom de Yahvé ! 2 Et que soit béni
Le nom de Yahvé, maintenant et à jamais !
3 Du lever du soleil à son couchant loué
Soit le nom de Yahvé !

4 Élevé au-dessus
De toutes les nations, Yahvé ! Et au-dessus
Des cieux, sa gloire ! Au ciel et sur la terre,
5 Qui est comme Yahvé, notre Dieu lui qui s’élève
Pour siéger, 6 et (lui qui) s’abaisse pour regarder.

7 Il relève de la poussière le pauvre, du fumier


Il fait remonter l’indigent, 8 et il l’assoit
Avec les nobles, avec les nobles de son peuple, 9 lui
Qui fait habiter dans une maison la stérile,
Une joyeuse mère de famille ! Alléluia !

452
Psaume 114 (113)
Hymne Pascal

1 Quand Israël sortit d’Égypte, et la maison


De Jacob de chez un peuple barbare, 2 Juda
Devint son sanctuaire, Israël fit partie
De ses domaines.

3 La mer le vit et elle s’enfuit,


Le Jourdain retourna en arrière, 4 les montagnes
Bondirent pareilles à des béliers, et les collines
Pareilles à des agneaux !

5 Qu’as-tu, mer, à t’enfuir


Jourdain, à retourner en arrière, 6 et montagnes
A bondir pareilles à des béliers, et collines
Pareilles à des agneaux ?

7 En présence du Seigneur,
Et tremble, (ô) terre, en présence du Dieu de Jacob,
8 Qui change le roc en étang, le caillou en source.

453
Psaume 115 (113 b)
Le seul vrai Dieu

1 Non pas à nous, Yahvé, non pas à nous, rends gloire


À ton nom pour ta grâce et pour ta vérité.

2 Pourquoi les nations diraient-elles : “ Où est leur Dieu ? ”


3 Notre Dieu est dans les cieux, et tout ce qu’il veut,
Il le fait.

4 Les idoles, c’est de l’argent, de l’or


Oeuvre des mains de l’homme ! 5 Car elles ont une bouche,
Elles ne parlent pas, des yeux et elles ne voient pas,
6 Des oreilles elles n’entendent pas ; elles ont un nez
Elles ne sentent pas, 7 des mains, elles ne touchent pas
Elles ont des pieds, elles ne marchent pas, elles n’émettent
Aucun son de leur gosier. 8 Que deviennent comme elles
Ceux qui les font, tous ceux qui ont confiance en elles !

9 Maison d’Israël, aie donc confiance en Yahvé !


Car il est leur aide et leur bouclier ! 10 Maison

454
D’Aaron, ayez confiance en Yahvé ! Il est
Leur aide et leur bouclier ! 11 Et vous qui craignez
Yahvé, ayez confiance en Yahvé, car Il est
Leur aide et leur bouclier !

12 Yahvé se souvient
De nous : il bénira, bénira la maison
D’Israël, il bénira (aussi) la maison
D’Aaron, bénira ceux qui craignent Yahvé
Les petits comme les grands.

14 Que Yahvé vous donne


Accroissement à vous et à vos fils ! 15 Soyez
Bénis de Yahvé qui fit les cieux et la terre.
16 Les cieux sont les cieux de Yahvé, il a donné
La terre aux fils d’Adam.

17 Ce ne sont pas les morts


Qui louent Iah ni tous ceux qui descendent au silence,
18 Mais c’est nous qui sommes vivants qui bénissons Iah
Dès maintenant et à jamais ! Alléluia !

455
Psaume 116 (114 - 115)
Action de grâces

1 J’aime Yahvé, il entend la voix de mes prières


2 Et il a tendu le jour où je l’invoquais
Son oreille vers moi.

3 Mais les lacets de la mort


M’avaient enveloppé, les filets du Shéol
M’avaient surpris, alors j’éprouvais de l’angoisse
Et du chagrin. 4 J’invoquai le nom de Yahvé :
“ Ah ! Yahvé, sauve mon âme ! ”

5 Miséricordieux,
Juste est Yahvé, notre Dieu est compatissant,
6 Yahvé sauvegarde les simples ; il m’a secouru,
Car j’étais faible. 7 Reviens mon âme à ton repos,
Yahvé t’a fait du bien !

8 Puisque tu as sauvé
Mon âme de la mort, mes yeux des larmes, mes pieds

456
Du faux pas, 9 je marcherai (alors) devant Yahvé
Sur les terres des vivants.

10 Et même quand je disais :


“ Je suis vraiment bien malheureux ! ”,“ j’avais foi, 11 moi ! ”
Qui disais dans mon trouble : “ Tout homme est un menteur ! ”

12 Mais que rendrai-je à Yahvé pour tous ses bienfaits


Envers moi ? 13 Je lèverai la coupe des saluts,
J’invoquerai le nom de Yahvé,

14 pour Yahvé,
J’accomplirai mes vœux, ou devant tout son peuple.

457
15 Car elle a du prix aux yeux de Yahvé, la mort
De ses dévots. 16 Ah ! Moi, je suis ton serviteur,
Yahvé, ton serviteur, le fils de ta servante,
Tu dénouas mes liens !

17 Je te sacrifierai
Un sacrifice d’action de grâces, j’invoquerai
Le nom de Yahvé, (en effet) j’accomplirai
Mes vœux, à Yahvé, oui, devant tout son peuple
18 (Là), dans les parvis de la Maison de Yahvé,
Dans ton enceinte, Jérusalem, Alléluia !

458
Psaume 117 (116)
Appel à la louange

1 Louez Yahvé, vous toutes nations, glorifiez-le


Vous tous, peuples, sa grâce l’emporte pour nous. 2 À jamais
Dure la vérité de Yahvé. Alléluia !

459
Psaume 118 (117)
Liturgie pour la fête des tentes

1 Rendez grâce à Yahvé car il est bon, sa grâce


Dure à jamais ! 2 Que la maison d’Israël dise :
Sa grâce dure à jamais ! 3 (De même) que la maison
D’Aaron dise ! Sa grâce dure à jamais ! 4 Que ceux
Qui craignent Yahvé disent : Sa grâce dure à jamais !

5 Dans mon angoisse, j’ai invoqué Iah. Me mettant


Au large, il m’a répondu. 6 Yahvé est pour moi
Je n’ai pas peur : que peut me faire un homme ? 7 Yahvé
Est pour moi parmi ceux qui m’aident, et moi, je brave
Ceux qui me haïssent. Je brave ceux qui me haïssent,
Moi.

8 Il vaut mieux s’abriter en Yahvé qu’en l’homme


Se fier. 9 Il vaut mieux s’abriter en Yahvé
Que de se fier aux nobles.

10 Car tous les païens


M’avaient entouré quand je les fis circoncire
Au nom de Yahvé. Ils m’avaient entouré, même
460
Encerclé quand je les fis, au nom de Yahvé
Circoncire, 12 ils m’avaient entouré, ils étaient
Comme des abeilles, ils flambèrent comme un feu d’épines
Quand je les fis circoncire au nom de Yahvé.

13 On m’avait poussé pour que je tombe, mais Yahvé


M’a secouru. 14 Car Iah est ma force et l’objet
De mon hymne, il a été pour moi le salut.

15 Écho de cris de joie, de triomphe dans les tentes


Des justes : la droite de Yahvé a fait des prouesses,
16 (Oui) la droite de Yahvé s’est exaltée, la droite
De Yahvé a fait des prouesses ! ”

17 Et je vivrai,
Je ne mourrai pas, je raconterai les œuvres
De Iah : 18 Iah m’avait bien corrigé, à la mort
Il ne m’a pas livré.

19 Les portes de justice,


Ouvrez-les moi : par elles j’entrerai, je rendrai
Grâce à Iah. 20 Et c’est ici la porte de Yahvé.
Par elles entrent les justes. Comme tu m’as répondu,

461
21 Je te rends grâce, tu étais pour moi le salut.

22 Et la pierre qu’avaient rejetée les bâtisseurs,


Elle est devenue tête d’angle. 23 C’est avec Yahvé
Que cela s’est fait, et c’est merveille à nos yeux !

24 Voici le jour que Yahvé a fait, exultons,


Réjouissons-nous en lui ! 25 Ah ! Daigne accorder,
Yahvé, le salut ! Ah ! Daigne accorder le succès,
Yahvé !

26 Et béni soit celui qui vient au nom


De Yahvé ! Nous vous bénissons de la Maison
De Yahvé ! 27 Yahvé est Dieu, il nous illumine.
Rangez la procession ainsi que les rameaux
Jusqu’aux coins de l’autel.

462
28 C’est toi qui es mon Dieu
Je te rends grâces, mon Eloah *. 29 Car il est bon,
Rendez grâces à Yahvé, sa grâce dure à jamais !

Le texte veut : mon Eloah et je t’exalte !

463
Psaume 119 (118)
Éloge de la loi divine

Aleph.
1 Heureux ceux dont la voix est parfaite, ceux qui marchent
Suivant la Loi de Yahvé ! 2 Heureux ceux qui gardent
Ses témoignages, et qui de tout cœur le recherchent,
3 Qui ne commettent pas d’iniquité mais marchent
Dans ses voies. 4 Toi, tu as prescrit tes ordonnances
Pour qu’on les observe bien. 5 Que mes voies soient fermes
Pour observer tes préceptes ! 6 je n’aurai pas honte
Quand j’aurai à voir vers tous tes commandements.
7 Et je te rendrai grâce en toute droiture de cœur
Quand j’apprendrai les jugements de ta justice.
8 Tes préceptes, je les observerai. Aussi
Ne m’abandonne pas complètement.

Bêth.
9 Comment
Purifier son sentier ? En observant
Tes paroles. 10 De tout mon cœur, je t’ai recherché :

464
Ne m’égare pas loin de tes commandements !
11 En mon cœur, j’ai caché ta parole. Contre toi
Je ne voulais pas pécher. 12 Mais béni sois-tu,
Yahvé, apprends-moi donc tes préceptes ! 13 De mes lèvres,
14 J’ai énuméré les jugements de ta bouche.
Dans la voie de tes témoignages, j’ai pris du plaisir
Plus que pour toute une fortune. 15 Je méditerai
Sur tes ordonnances, je regarderai tes voies ;
16 Alors de tes préceptes, je me délecterai,
Je n’oublierai pas ta parole.

Ghimel.
17 Mais fais du bien
À ton serviteur, je vivrai, j’observerai
Ta parole. 18 Dessille mes yeux pour que je regarde
Les merveilles de ta Loi. 19 Je suis un hôte sur terre,
Ne me cache pas tes commandements. 20 Mon âme
Est hantée de désir et de tes jugements
En tout temps. 21 Tu menaces les arrogants maudits,
Qui s’égarent loin de tes commandements, 22 Mais roule
Loin de moi l’opprobre et le mépris : j’ai gardé
Tes témoignages. 23 Pourtant si des princes siègent et parlent
Contre moi-même, ton serviteur méditera

465
Sur tes préceptes. 24 Tes témoignages feront aussi
Mes délices, et tes préceptes seront mes conseillers.

Daletch.
25 Mon âme est collée à la poussière. Fais-moi vivre
Suivant ta parole, 26 car j’ai raconté mes voies
Et tu m’as répondu, apprends-moi tes préceptes.
27 Fais-moi comprendre le chemin de tes ordonnances,
Pour que je médite sur tes merveilles. 28 Mon âme fond
D’affliction. Relève-moi selon ta parole,
29 Éloigne de moi la voie du mensonge. Ainsi
Gratifie-moi de ta Loi. 30 J’ai choisi la voie
De la vérité. Je suis avide de tes règles,
31 Et j’ai adhéré à tes témoignages. Yahvé,
Ne me rends pas honteux. 32 Car je cours sur la voie
De tes commandements quand tu dilates mon cœur.

Hê.
33 Enseigne-moi, Yahvé, la voie de tes préceptes,
Pour que je la garde jusqu’au bout, 34 et donne-moi
L’intelligence, ainsi je garderai ta Loi,

466
Je l’observerai de tout cœur. 35 Fais-moi marcher
Sur les sentiers de tes commandements. En lui,
Je me complais. 36 Incline vers tes témoignages
Mon coeur et mon poing vers la vénalité. 37 Détourne
Mes yeux de la vue des choses vaines, fais-moi vivre
Sur ta voie, 38 et réalise pour ton serviteur
Ta parole qui est donnée à ceux qui te craignent.
39 Détourne de moi l’opprobre dont j’ai peur car tes règles
Sont bonnes. 40 Voici que je désire tes ordonnances,
Par ta justice, fais-moi vivre.

Waw.
41 Que me vienne ta grâce
Yahvé, ton salut, suivant ta parole ! 42 J’aurai
Une réponse à qui m’insulte, car j’ai confiance
En ta parole. 43 Mais n’arrache pas de ta bouche
La parole de la vérité. En tes jugements,
J’espère. 44 Je veux observer ta Loi constamment,
À Jamais, à jamais. 45 Je me promènerai
Au large, car j’étudie tes ordonnances. (De plus)
46 Je parlerai de tes édits devant des rois
Et je n’aurai pas honte. 47 Je me délecterai
De tes commandements que j’aime. 48 Je lèverai

467
Mes mains vers tes commandements. Sur tes préceptes
Je songerai.

Zaïn.
49 Souviens-toi pour ton serviteur
De ta parole par quoi tu m’as fait espérer.
50 Ce qui est ma consolation dans ma misère,
C’est que ta parole me fera vivre. 51 Des superbes
M’ont bien raillé, de ta Loi je ne dévie pas.
52 Je me souviens de tes jugements de jadis,
Yahvé, et je me console. 53 La fureur m’emporte
En raison des méchants qui abandonnent ta Loi.
54 Et tes préceptes deviennent pour moi des psalmodies
Dans la maison dont je suis l’hôte. Je me souviens,
La nuit, de ton nom, Yahvé. J’observe ta Loi.
Car ce qui m’appartient en propre c’est de garder
Tes ordonnances !

468
Hêth.
Ma part, Yahvé, je le dis : c’est
D’observer tes paroles. 58 J’ai adouci ta face
De tout mon cœur. Mais ai pitié de moi selon
Ta parole. 59 J’ai examiné mes voies, je veux
Revenir vers tes témoignages. 60 Car je me hâte
Et je ne suis pas en retard pour observer
Tes commandements. 61 Pourtant les pièges des méchants
M’enveloppent mais je n’ai pas oublié ta Loi.
62 Oui, je me lève et je te célèbre au milieu
De la nuit pour les jugements de ta justice.
63 Je suis le compagnon de tous ceux qui te craignent,
Et de ceux qui observent tes ordonnances. 64 Yahvé,
De ta grâce, la terre est pleine : apprends-moi tes lois. *

* tes préceptes.

469
Têth.
65 Tu as fait du bien à ton serviteur, Yahvé,
Selon ta parole. 66 Apprends-moi le jugement,
Le bien et le savoir. En tes commandements,
J’ai foi. 67 Avant d’être humilié, je m’égarais
Mais maintenant j’observe ta parole. 68 Tu es bon
Et (tu es) bienfaisant, apprends-moi tes préceptes.
69 Des arrogants me salissent de mensonges, mais moi,
De tout mon cœur, je garde tes ordonnances. 70 Leur cœur
Est bouché comme par de la graisse, je me délecte
Moi, de ta Loi. 71 Ce fut un bien d’avoir été
Humilié pour moi afin d’apprendre tes préceptes.
72 Mieux vaut pour moi la Loi de ta bouche que des pièces
D’or et d’argent par milliers.

470
Yodh.
73 (Oui), tes mains m’ont fait
Et organisé, donne-moi l’intelligence,
J’apprendrai tes commandements. 74 Ceux qui te craignent
En me voyant, se réjouiront puisque j’espère
En ta parole. 75 Je sais, Yahvé, tes jugements
Sont justice. C’est par sincérité que tu m’as
Humilié. 76 Mais que ta grâce veuille me consoler
Selon ta parole à ton serviteur ! (De même)
77 Que me viennent tes miséricordes, pour que je vive,
Car ta Loi fait mes délices. 78 Qu’ils soient confondus
Les arrogants car c’est à tort qu’ils me maltraitent,
Moi qui médite sur tes ordonnances ! 79 Que reviennent
Vers moi ceux qui te craignent et qui connaissent tes ordres.
80 Que mon cœur accomplisse parfaitement tes lois
Afin que je ne sois pas confondu !

Kaph.
81 Mon âme
Languit après ton salut, c’est en ta parole
Que j’espère. 82 Mes yeux languissent après ta parole
Alors je (te) dis : “ Quand me consoleras-tu ? ”
83 Quoique je sois pareil à une outre enfumée,

471
Je n’ai pas oublié tes préceptes. 84 Mais combien
Sont les jours de ton serviteur ? Quand feras-tu
Justice de mes persécuteurs ? 85 Des arrogants
Ont creusé des fosses devant moi, ce qui n’est pas
Conforme à ta Loi. 86 Tous tes commandements sont
Vérité et c’est à tort qu’on me persécute,
Secours-moi ! 87 Pour un peu, l’on m’aurait supprimé
De ta terre, mais moi je n’ai pas abandonné
Tes ordonnances. 88 Et selon ta grâce, fais-moi vivre
Afin que j’observe le témoignage de ta bouche.

Lameh.
89 À jamais, Yahvé, ta parole, car elle se dresse
Dans les cieux. 90 Ta vérité, de génération
En génération. 91 Tu as établi la terre,
Elle est stable. D’après tes jugements, tout subsiste
À ce jour, car l’univers est ton serviteur.
92 Si ta Loi n’avait pas fait mes délices, j’aurais
Péri dans la misère. 93 Jamais je n’oublierai
Tes ordonnances, c’est par elles que tu m’as fait vivre.
94 Je suis à toi, sauve-moi, car j’ai étudié
Tes ordonnances. Tes méchants m’attendent pour me perdre.
Je suis attentif à tes témoignages. De tout

472
Ce qui est perfection, j’ai sa finalité
Mais ton commandement est d’une ampleur extrême.

Mê.
97 Que j’aime ta Loi ! Elle est ma méditation
Tout le jour. 98 Ton commandement me rend plus sage
Que mes ennemis, il est à moi pour toujours.
97 Plus que tous mes maîtres, je suis avisé. Tes ordres
Sont ma méditation. 100 Et plus que les vieillards
Je comprends, ainsi tes ordonnances, je les garde.
101 Loi de toute mauvaise route, je retiens mes pieds
Pour observer ta parole. 102 De tes jugements
Je ne m’écarte pas. C’est toi qui m’as instruit.
103 Qu’elles sont douces à mon palais tes paroles, meilleures
Que le miel à ma bouche. 104 Grâce à tes ordonnances
Je comprends. Voilà pourquoi je hais toute route
Mensongère.

Noun.
105 Une lampe pour mes pieds, ta parole
Une lumière sur mon sentier. 106 J’ai fait serment,
Je le tiendrai : c’est observer les jugements
De ta justice. 107 J’étais humilié à l’excès,

473
Yahvé, selon ta parole fais-moi vivre. Yahvé,
108 Daigne les agréer les offrandes de ma bouche ;
Et apprends-moi tes règles. 109 Je risque constamment
Ma vie mais je n’oublie pas ta Loi. 110 Des méchants
M’ont tendu un piège, mais je n’ai pas erré loin
De tes préceptes. 111 Tes ordres sont mon héritage
À jamais, ils sont la joie de mon cœur. 112 J’incline
Mon cœur à pratiquer tes décrets à jamais,
Jusqu’au bout.

Samech.
113 Je hais les équivoques, j’aime ta Loi.
114 Mon asile et mon bouclier, c’est toi, j’espère
En ta parole. 115 Éloignez-vous donc, malfaisants,
De moi, car je veux garder les commandements
De mon Dieu. 116 Mais soutiens-moi selon ta parole
Pour que je vive. Ainsi ne me rends pas confus
De mon espérance. 117 Sois mon appui et je serai
Sauvé. Je me délecterai de tes préceptes
Constamment. 118 Tu méprises tous ceux qui s’égarent loin
De tes préceptes, car leur astuce est mensongère.

474
119 (Toi,) tu regardes comme des scories tous les méchants
De la terre, et c’est pourquoi j’aime tes témoignages.
120 Ma chair frissonne d’effroi à cause de toi. J’ai peur
De tes jugements.

‘Aïn.
121 J’ai agi selon le droit
Et selon la justice. Ne m’abandonne pas
À mes oppresseurs. 122 Pour le bien, sois le garant
De ton serviteur : que ne puissent pas m’opprimer
Les arrogants ! 123 Et mes yeux après ton salut,
Après ta parole de justice languissent. 124 Agis
Avec grâce envers ton serviteur. Apprends-moi
Tes préceptes. 125 Je suis ton serviteur, donne-moi
L’intelligence, je connaîtrai tes témoignages.
126 Il est temps d’agir, Yahvé car on viole ta Loi.

127 C’est pourquoi j’aime tes commandements plus que l’or,


Et plus que l’or fin. 128 C’est pourquoi je me dirige
D’après tous tes préceptes. J’ai haï tout chemin
Du mensonge.

475
Phê.
129 Et merveilleux sont tes témoignages,
130 L’exposé de tes paroles illumine donnant
L’intelligence aux simples. 131 J’ouvre ma bouche toute grande.
Pour aspirer, ainsi de tes commandements
Je suis avide. 132 Tourne-toi vers moi, prends pitié
De moi, comme le méritent ceux qui aiment ton nom.
133 Affermis mes pas par ta parole mais ne me laisse
Dominer sur moi-même aucune iniquité.
134 Affranchis-moi aussi de l’oppression de l’homme
Pour que j’observe tes ordonnances, 135 et fais briller
Ta face sur celui qui te sert, enseigne-moi
Tes préceptes. 136 Mes yeux ruissellent en larmes car ta Loi
On ne l’observe pas.

Sadê.
137 Tu es juste, Yahvé,
Droit en tes jugements. 138 Tu as prescrit tes ordres
En justice et en toute vérité. 139 Mon zèle
Me fait dépérir parce que mes adversaires
Oublient tes paroles. 140 Ta parole est éprouvée

476
Vraiment, et ton serviteur l’aime. 141 Je suis petit
Et méprisé, je n’oublie pas tes ordonnances.
142 Ta justice est justice éternelle et ta Loi
Est vérité. 143 Anxiété et angoisse m’atteignent
Mais tes commandements font mes délices. 144 Justice
Éternelle sont tes témoignages. Donne-moi
L’intelligence pour que je vive.

Qoph.
145 Alors j’invoque
De tout cœur, réponds-moi, Yahvé, pour que je garde
Tes lois. 146 Je t’invoque, sauve-moi, pour que j’observe
Tes témoignages. 147 Je devance l’aube pour appeler,
J’espère en tes paroles, 148 mes yeux devancent les veilles
Pour méditer sur ta parole. 149 Entends ma voix
Selon ta grâce, Yahvé. Selon ton jugement
Yahvé, fais-moi vivre. 150 Mes persécuteurs s’approchent
De la turpitude mais de ta Loi, ils s’éloignent.
151 Tu es proche, toi, Yahvé, tous tes commandements
Sont vérité. 152 Et de tes témoignages je sais
De longtemps que tu les as fondés pour toujours.

477
Rêsh.
153 Vois ma misère, délivre-moi car je n’ai pas
Oublié ta Loi. 154 Défends ma cause, venge-moi.
Seulement ta parole, fais-moi vivre. 155 Loin des méchants
Le salut, car ils n’étudient pas tes préceptes.
156 Tes miséricordes sont grandes, Yahvé. Fais-moi
Selon tes jugements vivre. 157 Car ils sont nombreux
Mes persécuteurs ainsi que mes adversaires.
Mais je n’ai pas dévié de tes témoignages.
158 À la vue des traîtres, j’ai ressenti du dégoût
Car ils n’ont pas voulu observer tes paroles.
159 Vois combien j’aime tes ordonnances. Fais-moi vivre
Selon ta grâce, Yahvé. 160 La somme de ta parole
Est vérité. Tout jugement de ta justice
Est pour toujours.

Shîn, Sîn
161 Car tes princes m’ont persécuté
Sans raison, mais c’est de tes paroles que mon cœur

Est effrayé. 162 Je prends plaisir à ta parole


Comme celui qui trouve un grand butin. 162 Je hais

478
Le mensonge, j’en ai horreur, puisque j’aime ta Loi.
164 Sept fois par jour je te loue pour tes jugements
De justice. Grande paix pour ceux qui aiment ta Loi,
Il n’est pas pour eux de scandale. Sur ton salut,
Je compte, Yahvé. Je pratique tes commandements.
Mon âme observe tes ordres, et je les aime bien.
J’observe tes ordonnances et tes témoignages
Car toutes mes voies sont devant toi.

Taw.
169 Oui, que mon cri
Approche de ta face, Yahvé, selon ta parole.
Permets-moi de comprendre. 170 Que ma supplication
Parvienne devant toi. Ainsi selon ta parole,
Délivre-moi ! 171 Que mes lèvres publient ta louange,
Car tu m’apprends tes préceptes ! 172 Et que ma langue chante
Ta parole : tous tes commandements sont justice !
173 Que ta main me soit en aide puisque j’ai choisi
Tes préceptes. 174 J’ai désiré ton salut, Yahvé.

Ta Loi fait des délices. 175 Que vive pour te louer


Mon âme, et que tes jugements me viennent en aide !

479
176 J’errais, brebis perdue ! Mais cherche ton serviteur,
Car je n’ai pas oublié tes commandements.

480
Psaume 120 (119)
Les ennemis de la paix

1 Cantique des montées

2 Vers Yahvé quand j’étais


Dans la détresse, j’ai crié, il m’a répondu.
Délivre mon âme de la lèvre mensongère,
Yahvé !

3 Que t’infligera-t-il, et puis encore,


Ô (toi) langue trompeuse ? 4 Les flèches d’un guerrier,
Aiguisées sur des braises de genêts.

5 Quel malheur
Pour moi de séjourner en Méshek, de rester
Au sein des tentes de Cédar ! 6 Mon âme est restée
Trop longtemps parmi ceux qui haïssaient la paix.
7 Je suis tout à la paix, pourtant dès que j’en parle,
Eux, ils ne pensent qu’à la guerre.

481
Psaume 121 (110)
le gardien d’iSraël

1 Cantique des montées

Je lève mes yeux vers les montagnes d’où mon secours


Viendra. 2 Mon secours vient de Yahvé qui a fait
Les cieux et la terre.

3 Qu’il ne laisse pas chanceler


Ton pied et qu’il ne sommeille pas, ton gardien !
4 Non, il ne sommeille pas, non, il ne dort pas,
Le gardien d’Israël !

5 Yahvé est ton gardien,


Yahvé est ta protection, à ta droite. 6 Durant
Le jour, le soleil ne te fera pas de mal
Ni la lune durant la nuit.

7 Que Yahvé te garde


De tout mal, qu’il garde ton âme, 8 et que Yahvé garde
Tes sortie et rentrée, maintenant et toujours !

482
Psaume 122 (121)
Salut à Jérusalem

1 Cantique des montées. De David.

Quand on m’a dit


“ Allons à la Maison de Yahvé ! ”, je me suis
Réjoui. 2 Nos pieds s’arrêtent, Jérusalem,
À tes portes.

3 Jérusalem qui se trouve bâtie


Comme une ville d’un ensemble parfait, 4 où montent
Les tribus, les tribus de Iah, en témoignage
D’Israël pour rendre grâce au nom de Yahvé.
5 Et là sont installés les sièges du jugement
Les sièges de la maison de David.

6 Demandez
La paix pour Jérusalem ! Et que soient tranquilles,
Ceux qui t’aiment ! 7 Que la paix soit aussi dans tes murs,
La tranquillité dans tes palais ! 8 Pour mes frères

483
Et mes amis, je me plais à dire : “ Paix sur toi !
9 À cause de la Maison de Yahvé, notre Dieu,
Je réclamerai pour toi la prospérité. ”

484
Psaume 123 (122)
Prière des malchanceux

1 Cantique des montées

Vers toi j’ai levé les yeux


Vers toi qui trônes dans les cieux, 2 ainsi tels les yeux
Des esclaves vers la main de leur maître, tels les yeux
De la servante vers la main de sa dame, ainsi
Nos yeux vers Yahvé, notre Dieu, qu’il ait pitié
De nous.

3 Aie pitié de nous, Yahvé, aie pitié


De nous, car nous sommes trop rassasiés de mépris !
4 Notre âme est trop rassasiée de la moquerie
Des satisfaits et du mépris des orgueilleux.

485
Psaume 124 (123)
le Sauveur d’iSraël

1 Cantique des montées. De David.

Et si Yahvé
N’avait pas été pour nous, qu’Israël le dise !
2 (De même) si Yahvé n’avait pas été pour nous,
Quand les hommes se levèrent contre nous, tout vivants
3 Ils nous avalaient dans l’ardeur de leur colère,
Contre nous.

4 Et les eaux nous auraient submergés,


Un torrent aurait passé sur nous, 5 sur notre âme
Auraient passé les eaux écumantes !

6 Béni soit
Yahvé qui ne nous a pas livrés à leurs dents !
7 Et notre âme, comme un passereau, s’est échappée
Du filet des oiseleurs : le filet rompu,
Nous nous sommes échappés. 8 Dans le nom de Yahvé,
Est notre secours qui fit les cieux et la terre.

486
Psaume 125 (124)
Dieu protège les siens

1 Cantique des montées

Ceux qui se fient en Yahvé


Sont comme le mont Sion qui est inébranlable,
Qui est stable à jamais. 2 Des montagnes l’entourent
Jérusalem, Yahvé aussi entoure son peuple
Dès maintenant et pour jamais, 3 puisque le spectre
De la méchanceté ne se posera pas
Sur la part échue aux justes, afin que les justes
Ne tendent pas leurs mains vers l’injustice.

4 Yahvé,
Fais du bien aux bons, à ceux qui ont la droiture
En leur cœur. 5 Pour ceux qui deviennent par leurs chemins
Tortueux, que Yahvé les supprime avec ceux
Qui fautent dans l’iniquité.

487
Psaume 126 (125)
Chant de retour

1 Cantique des montées

Lorsque Yahvé ramena


Les captifs de Sion, nous étions comme des gens
Qui rêvent. Notre bouche était pleine de rires
2 Et notre langue de cris de joie.

On se disait
Au milieu des nations : “ Yahvé a fait pour eux
De grandes choses ! ” 3 Yahvé a fait de grandes choses
Pour nous, oui ! Et nous avons été dans la joie !

4 Ramène, Yahvé, nos captifs comme les cours d’eau


Dans le Négeb. 5 Ceux qui sèment dans les larmes moissonnent
Avec des cris de joie. 6 Il marche tout en pleurant
Celui qui porte la semence des semailles, revient
Avec des cris de joie quand il porte ses gerbes.

488
Psaume 127 (126)
l’abandon à la providence

1 Cantique des montées. De Salomon.

Si Yahvé
Ne bâtit pas la maison, en vain y travaillent
Les maçons. Si Yahvé ne garde pas la ville
En vain y veille le gardien. 2 (mais) en vain
Vous vous levez de bon matin, vous retardez
Votre repos, mangeant le pain de vos douleurs
Quand il en donne à son bien-aimé endormi.

3 Et l’héritage que donne Yahvé, ce sont des fils,


La récompense, c’est le fruit des entrailles. 4 Des flèches
Dans la main d’un héros, les fils de la jeunesse !

5 Heureux est l’homme qui en a rempli son carquois !


Ils ne seront pas confondus quand ils devront
Plaider contre (tous) leurs ennemis à la Porte.

489
Psaume 128 (127)
Bénédiction sur le fidèle

1 Cantique des montées.

Heureux l’homme qui craint Yahvé


Et qui marche dans ses voies ! 2 Le labeur de tes mains,
Tu t’en nourriras. Heureux seras-tu, et tout
Ira bien pour toi, 3 ta femme sera une vigne
Féconde, à l’intérieur de ta maison, tes fils
Des plants d’oliviers, autour de ta table.

4 Voici
Comment est donc béni celui qui craint Yahvé :
5 Que Yahvé te bénisse de Sion, puisses-tu
Voir le bonheur de Jérusalem, tous les jours
De ta vie ! 6 Puisses-tu voir les fils de tes fils !
Paix sur Israël !

490
Psaume 129 (128)
Contre les ennemis de Sion

1 Cantique des montées

2 Souvent
On m’a pressé depuis ma jeunesse. Qu’Israël
Veuille le dire ! Souvent on m’a pressé depuis
Ma jeunesse, on ne l’a pas emporté sur moi.
3 Et sur mon dos, ont labouré des laboureurs,
Ils ont tracé de longs sillons.

4 Yahvé est juste,


Il tranche les cordes nouées par les méchants. 5 Qu’ils soient
Confondus et qu’ils reculent tous ceux qui haïssent
Sion. 6 Qu’ils deviennent comme l’herbe des toits qui,
Avant qu’on l’arrache, a séché. 7 Le moissonneur
N’en remplit point sa main, ni son sein le metteur
En gerbes. 8 Et les passants ne disent pas : Que soit
(Venue) sur vous la bénédiction de Yahvé
Et nous vous bénissons au nom de Yahvé ! ”

491
Psaume 130 (129)
De profondis

1 Cantique des montées

Des profondeurs, je t’invoque,


2 Yahvé, Adonaï, écoute ma voix ! Que soient
Attentives tes oreilles * à mes supplications !

3 Car si tu prends garde aux fautes Iah, Adonaï,


Qui tiendra debout ? 4 Près de toi est le pardon,
Pour qu’on te vénère, 5 et j’espère, Yahvé, mon âme
Espère, je compte sur ta parole. 6 Sur Adonaï
Mon âme compte plus que les veilleurs sur le matin !

7 Qu’Israël compte sur Yahvé, car près de Yahvé


Est la grâce, près de lui abondante rédemption !

* Le texte veut : à la voix de mes supplications.

492
Psaume 131 (130)
l’eSprit d’enfance

1 Cantique des montées. De David.

Yahvé, mon cœur


N’est pas hautain, et mes yeux ne sont pas altiers ;
Je ne marche point parmi les grandeurs, parmi
Qui me dépassent. 2 Non car je tiens mon âme égale,
En silence comme sevré sur ma mère
Comme un enfant sacré, mon âme en moi. 3 Qu’espère
Israël en Yahvé, maintenant, à jamais !

493
Psaume 132 (131)
Pour l’anniverSaire de la tranSlation de l’arche

1 Cantique des montées.

Yahvé, de tout son tourment


A David garde mémoire, 2 du serment qu’il fit
A Yahvé, et de son vœu au Fort de Jacob.

3 “ Non je n’entrerai pas dans la tente où j’habite,


Je ne monterai pas sur le lit où je couche
Et je n’accorderai ni sommeil à mes yeux
Ni repos à mes paupières que je n’ai trouvé
Un lieu pour Yahvé, une demeure pour le Fort
De Jacob ! ”

6 Et voici que nous avons appris


Qu’Elle était à Ephratah, nous l’avons trouvée
Dans les champs de Yaar ! 7 Allons vers sa Demeure,
Prosternons-nous devant l’escabeau de ses pieds !

494
8 Mais lève-toi, Yahvé, pour venir à ton lieu
De repos toi avec l’Arche de ta puissance !
9 Que tes prêtres revêtent la justice, tes fidèles
Jubilent ! 10 En raison de ton serviteur David,
Ne repousse pas la face de ton Oint !

11 Car Yahvé
A fait serment à David, (une) vérité
Dont il ne se démentira pas : “ C’est du fruit
De tes entrailles que je placerai sur ton trône.
12 Si tes fils gardent mon alliance et mes témoignages
Que je leur apprendrai, leurs fils eux-mêmes aussi,
À jamais, siégeront sur ton trône. ”

13 Car Yahvé
A choisi Sion. Ainsi il l’a désirée
Pour sa résidence : 14 “ C’est à tout jamais mon lieu
De repos, là je résiderai car je l’ai
Désiré ! 15 Je comblerai de bénédictions
Sa forteresse, et je rassasierai de pain
Ses indigents. 16 Ses prêtres, je les revêtirai

495
Du salut, et ses dévots pousseront des cris
De joie. 17 Je ferai germer une corne pour David,
(De même) je disposerai une lampe pour mon Oint
18 Ses ennemis, je les revêtirai de honte
Tandis que sur lui fleurira son diadème.

496
Psaume 133 (132)
La vie fraternelle

1 Cantique des montées. De David.

Ah ! Qu’il est bon,


Et qu’il est doux pour des frères d’habiter ensemble.
2 Telle, sur la tête, l’huile parfumée, qui descend
Sur la barbe, la barbe d’Aaron et qui descend
Sur le bord de ses habits !

3 Et telle la rosée
De l’Hermon qui descend sur les monts de Sion !
Là Yahvé a conféré la bénédiction,
La vie à jamais !

497
Psaume 134 (133)
Pour la fête de nuit

1 Cantique des montées

Allons !
Bénissez Yahvé, vous * serviteurs de Yahvé,
Vous qui vous tenez dans la Maison de Yahvé,
Dans les parvis de la Maison de notre Dieu.
2 Durant les nuits, élevez vers le Sanctuaire
Vos mains et bénissez Yahvé ! 3 Et que Yahvé
Te bénisse de Sion lui qui a fait les cieux
Et la terre !

* vous tous.

498
Psaume 135 (134)
Hymne de louanges

1 Alléluia ! Et louez le Nom de Yahvé,


Louez-le, serviteurs de Yahvé, louez-le
2 Vous qui vous tenez dans la maison de Yahvé,
Dans les parvis de la maison de notre Dieu.
3 Louez Iah, car il est bon, Yahvé, psalmodiez
Son nom, car il est doux ! 4 Yah s’est choisi Jacob,
Israël pour son apanage.

5 Car, je le sais,
Yahvé est grand et notre Seigneur est plus grand
Que tous les dieux. 6 Tout ce qu’il veut, Yahvé, le fait,
Dans les cieux et sur la terre, dans tous les Abîmes et
Dans les mers.

7 Il fait monter des bouts de la terre


Des nuages, et il fait des éclairs pour la pluie
Comme il fait sortir le vent de ses réservoirs.

499
8 Et c’est lui qui frappa les premier-nés d’Égypte
Depuis l’homme jusqu’au bétail. Puis il envoya
Des signes avec des prodiges, en ton sein, Égypte
Contre (le) Pharaon et contre tous ses serviteurs !

10 C’est lui qui frappa un grand nombre de nations


(C’est lui) qui tua des rois puissants : 11 Sihon, roi
Des Amorréhens avec Og, roi du Basan,
Et tous les royaumes de Canaan. 12 Il donna
Donc leur pays en héritage, en héritage
À son peuple Israël.

13 Ton nom dure à jamais,


Yahvé, Ton souvenir dure de génération
En génération, Yahvé.

14 Yahvé rend justice


À son peuple, il s’apitoie sur ses serviteurs.

500
15 Les idoles des nations, c’est de l’argent, de l’or,
Une œuvre des mains de l’homme.

16 Elles ont une bouche,


Et ne parlent pas, elles ont des yeux, ne voient pas.
17 Elles ont des oreilles et n’entendent pas. Pas même
Un souffle n’est dans leur bouche.

18 Et que deviennent
Comme elles ceux qui les font, tous ceux qui ont confiance
En elles !

19 Maison d’Israël, bénissez Yahvé


Maison d’Aaron, bénissez Yahvé, 20 Maison
De Lévi, bénissez Yahvé, vous qui craignez
Yahvé, bénissez Yahvé, 21 béni soit Yahvé
De Sion, lui qui demeure à Jérusalem !
Alléluia !

501
Psaume 136 (135)

Grande litanie d’action de grâces.

1 Rendez grâce à Yahvé, il est


Bon, sa grâce dure à jamais, 2 rendez grâce au Dieu
Des Dieux, car sa grâce dure à jamais, 3 rendez
Grâce au Seigneur des Seigneurs, (puisque) sa grâce dure
À jamais, 4 lui seul a fait de grandes merveilles,
Car sa grâce dure à jamais, 5 lui a fait les cieux
Avec intelligence, car sa grâce dure à jamais.

6 Lui a étendu la terre sur les eaux, sa grâce


Dure à jamais, 7 lui a fait les grands luminaires,
Sa grâce dure à jamais, 8 le soleil pour dominer
Sur le jour, car sa grâce dure à jamais, 9 la lune
Avec les étoiles pour dominer la nuit
Car sa grâce dure à jamais.

10 (C’est) lui qui frappa


Dans leurs premier-nés, car sa grâce dure à jamais,
11 Il fit sortir Israël de ceux eux, sa grâce
Dure à jamais, 12 par une main forte, par un bras
502
Tendu, sa grâce dure à jamais, 13 lui qui fendit
En deux la mer de joncs, sa grâce dure à jamais,
14 Et il fit passer Israël au milieu d’elle,
Car sa grâce dure à jamais, 15 et il culbuta
Pharaon et son armée dans la mer de Jonc,
Car sa grâce dure à jamais.

16 Lui qui fit marcher


Son peuple au désert, car sa grâce dure à jamais
17 Et frappa de grands rois, sa grâce dure à jamais,

18 Tua des rois puissants, sa grâce dure à jamais


19 Sihon, roi des Amorrhéens, car sa grâce dure
À jamais 20 et Og, roi du Basan, car sa grâce
Dure à jamais, 21 et il donna en héritage
Leur pays parce que sa grâce dure à jamais
22 En héritage à son serviteur Israël
Car sa grâce dure à jamais.

23 Lui qui se souvint


De nous dans notre abaissement sa grâce dure à
Jamais, 24 il nous arracha à nos adversaires

503
Sa grâce dure à jamais, 25 lui qui donne du pain
À toute chair, sa grâce dure à jamais. 26 Rendez
Grâce au Dieu des cieux, car sa grâce dure à jamais.

504
Psaume 137 (136)
ballade de l’exilé

1 Près des fleuves de Babel, nous étions assis.


Là, nous pleurions en nous souvenant de Sion.
2 Aux saules qui s’y trouvent nous avions suspendu
Nos cithares. 3 Alors nos vainqueurs nous demandèrent
Les paroles d’une chanson, nos bourreaux, un chant
Joyeux : “ Chantez-nous un chant de Sion ! 4 Comment
Chanterions-nous un chant de Yahvé sur un sol
Étranger ? ”

5 Et si je t’oublie, Jérusalem,
Que ma droite m’oublie ! 6 Que ma langue se colle
Au palais, si je ne me souviens pas de toi,
Si au comble de la joie je n’élève pas
Jérusalem !

7 Et souviens-toi Yahvé des fils


D’Edom durant la journée de Jérusalem
Eux qui disaient : “ Jusqu’à ses fondements, rasez,
Rasez ! ”

505
8 Fille de Babel, la dévastatrice
Heureux qui t’infligera le traitement que
Tu nous as infligés 9 et heureux qui prendra
Et brisera tes enfançons contre le roc !

506
Psaume 138 (137)
hYmne d’action de grâceS

1 De David. Je te rends grâces de tout mon cœur,


Yahvé, les paroles de ma bouche tu les as
Écoutées, et en présence de Elohim
Je psalmodie pour toi. 2 Devant ton Temple saint,
Je me prosterne, pour ta grâce et ta vérité
Je rends grâce à ton nom, car tu as élevé
Au-dessus de tout le renom de ta parole.
3 Et le jour où j’ai crié, tu m’as répondu,
Tu as augmenté la force en mon âme.

4 Yahvé,
Tous les rois de la terre sauront te célébrer
Quand ils entendront les paroles de ta bouche,
5 Et ils chanteront les voies de Yahvé : “ Grande est
La gloire de Yahvé, Yahvé est là-haut, il voit
6 Ce qui est en bas, et il repère l’orgueilleux
De loin. ”

507
7 Et si je marche au sein de la détresse,
Tu me fais revivre, contre mes ennemis, ta main
Tu l’étends, ta droite me sauve.

Yahvé pour moi


Parachèvera ce qu’il a fait. À jamais
Durera ta fidélité, Yahvé. Aussi
Ne te désiste pas de l’œuvre de tes mains !

508
Psaume 139 (138)
Hommage à celui qui sait tout

1 Pour le coryphée. De David. Psaume.

2 Toi, Yahvé
Tu m’as scruté et tu me connais, et tu sais
Quand je m’assieds et quand je me lève, tu discernes
De loin ma pensée, 3 que je voyage, que je sois
Couché, tu m’examines et tu es le témoin
Assidu de toutes mes voies.

4 Car la parole
N’est pas encore sur ma langue, que déjà, Yahvé,
Tu la connais toute, 5 tu me discernes derrière
Et devant, puis tu mets la main sur moi. 6 Science
Trop mystérieuse pour moi, je n’y puis atteindre,
Elle est trop haute.

7 Où irai-je loin de ton esprit


Et où fuirai-je loin de ta face ? 8 Car si je monte

509
Aux cieux, tu es là, si je me couche au Shéol,
T’y voici ! J’emprunte tes ailes de l’Aurore,
Et je vais demeurer au plus loin de la mer
10 Mais là aussi ta main me conduit, c’est ta droite
Qui me saisit. 11 Et je dis alors : “ Que du moins
Les ténèbres me couvrent, que la lumière autour
De moi, soit la nuit ! ” 12 Pourtant même les ténèbres
Ne sont pas ténébreuses pour toi et la nuit
Est lumineuse comme le jour. (Telles les ténèbres,
Telle la lumière.)

13 C’est toi qui as créé mes reins


Et qui m’as tissé dans le ventre de ma mère.
Je te rends grâce parce que tu as accompli
Des prodiges merveilleux ; et les œuvres sont
Prodigieuses et mon âme le sait bien.

15Mes os
Ne m’étaient pas cachés lorsque dans le secret
J’étais fait, lorsque dans les profondeurs de la
Terre j’étais brodé,16 mes jours tes yeux les voyaient

510
Et sur ton livre, ils étaient tous inscrits, les jours
Étant tracés avant que 17 n’existe aucun d’eux.

Pour moi, Dieu que tes pensées semblent difficiles,


Que leur somme est considérable ! 18 Si je les compte
Elles sont plus nombreuses que le sable, je m’éveille
Je suis encore avec toi !

19 (Et) si tu voulais
Eloah, tuer le méchant et si les hommes
De sang s’éloignaient de moi ! 20 Ils parlent de toi
Sournoisement, ils s’élèvent en vain contre toi.
Et ne dois-je pas haïr ceux qui te haïssent,
21 Yahvé, ne serai-je pas dégoûté de ceux
Qui t’attaquent ? 22 D’une haine totale je les hais,
Et ils sont pour moi des ennemis. 23 Scrute-moi,
O Dieu, connais mon coeur, éprouve-moi, connais
24 Mes soucis. Vois s’il y a en moi un chemin
Perfide ? Mène-moi par le chemin d’antan !

511
Psaume 140 (139)
Contre les méchants

1 Du maître de chant. Psaume. De David.

(Ô) Yahvé
2 Délivre-moi de l’homme mauvais, et des hommes
Violents préserve-moi, 3 qui dans leur cœur méditent
Des méchancetés. Ils provoquent des combats
Chaque jour, 4 ils aiguisent leur langue comme fait
Le serpent, ils ont sous leurs lèvres le venin
Des vipères. Pause

5 Garantis-moi des mais du méchant,


Yahvé, et préserve-moi des hommes violents
Car ils méditent de faire trébucher mes pas.
Des orgueilleux 6 ont caché pour moi un lacet.
Ils ont tendu des cordes en filet, au bord
Du sentier ils ont posé des pièges pour moi.

7 J’ai dit à Yahvé : “ Tu es mon Dieu, à la voix


De mes supplications prête l’oreille, Yahvé ! ”

512
8 Adonaï Yahvé, force de mon salut,
Tu protèges ma tête au jour de la mêlée.
9 N’accomplis pas, Yahvé, les désirs du méchant
Et ne laisse pas se réaliser son plan. Pause

Et qu’ils n’élèvent pas 10 la tête, ceux qui me cernent


Que retombe sur eux le malheur de leurs lèvres
11 Qu’il fasse pleuvoir sur eux des charbons ardents,
Qu’Il les fasse choir dans le feu et dans des abîmes
D’où ils ne remontent pas ! Que le détracteur
Ne se maintienne pas dans le pays, que l’homme
Violent, 12 le mal le pourchasse, tout à coup.

13 Je sais,
Que Yahvé rendra justice au pauvre, qu’il fera
Droite aux indigents ; 14 oui, les justes rendront grâce
À ton nom. Les saints * resteront en ta présence.

* Les hommes droits.

513
Psaume 140 (141)
contre l’entraînement du mal

1 Psaume de David

Yahvé, je t’invoque, hâte-toi


Vers moi, prête l’oreille à ma voix, quand je crie
Vers toi. 2 Que ma prière devienne comme un encens
Devant toi, et que l’élévation de mes mains soit
Comme l’oblation du soir !

3 Yahvé, à ma bouche
Mets une garde ! Veille à la porte de mes lèvres,
4 N’incline pas mon cœur au mal, à se livrer
À des actes criminels avec des fauteurs
D’iniquité. Que je ne prenne aucune part
À leurs festins !

5 Qu’un juste me donne des coups,


Qu’un dévot me corrige, que l’huile des méchants
Ne fasse pas luire ma tête, puisque ma prière

514
Témoigne contre leurs méchancetés ! 6 Leurs juges
Seront précipités sur les flancs du rocher,
Ils comprendront combien mes paroles étaient douces.
7 Comme lorsqu’on fend et qu’on laboure la terre, mes os
Seront dispersés à la bouche du Shéol.
8 C’est vers toi, Yahvé Adonaï que mes yeux
Sont tournés, en toi je m’abrite, n’expose pas
Ma vie, 9 garde-moi du lacet qu’ils m’ont tendu,
Des pièges de ceux qui font le mal, 10 que les méchants
Tombent dans leurs filets quand moi je passerai.

515
Psaume 142 (141)
prière d’un perSécuté

1 Poème. De David. Quand il était dans la grotte. Psaume.

2 De ma voix, je crie vers Yahvé, de ma voix


Je supplie Yahvé, 3 et devant lui je répands
Ma plainte, devant lui je raconte ma détresse,
4 Quand mon esprit en moi est défaillant, mas toi,
Tu connais mon sentier.

Sur la route où je marche


On a caché un lacet pour me prendre. 5 regarde
À droite et vois, pas un seul qui me reconnaisse.
Tout refuge a disparu loin de moi, personne
Qui se soucie de mon âme !

6 J’ai crié vers toi,


Yahvé, j’ai dit : “ C’est toi mon abri, et ma part
Sur la terre des vivants ! ” 7 Et sois attentif
À mon cri, parce que ma faiblesse est extrême

516
Délivre-moi de mes persécuteurs, ils sont
Plus forts que moi. 8 Fais sortir de prison mon âme,
Pour que je célèbre ton nom ; autour de moi
Les justes feront cercle : tu m’auras fait du bien !

517
Psaume 143 (142)
Humble supplication

1 Psaume. De David.

Yahvé, écoute ma prière,


Prête l’oreille à mes supplications, selon
Ta fidélité et ta justice, réponds-moi.
2 N’entre pas en procès avec ton serviteur
Car pas un présent n’est juste en ta présence.

3 Oui,
L’ennemi a écrasé mon âme et il a
Écrasé à terre ma personne, comme ceux
Qui sont morts depuis longtemps, c’est dans les ténèbres
Qu’il m’a fait habiter. 4 En moi est défaillant
Mon esprit. Mon cœur en mon sein est consterné.
5 Je me souviens des jours d’autrefois, je médite
Sur toutes tes actions, je réfléchis sur l’œuvre
De tes mains, 6 j’étends les mains vers toi et mon âme
Pareille à la terre altérée a soif de toi. Pause

518
7 Hâte-toi, réponds-moi, Yahvé, car mon esprit
Se consume, ne me cache pas ta Face, à ceux
Qui descendent à la Fosse, je serais semblable !

8 Fais-moi entendre ta grâce dès le matin, car


J’ai confiance en toi, fais-moi connaître la voie
Où j’irai, c’est vers toi que j’élève mon âme.

9 Et délivre-moi de mes ennemis, Yahvé,


Près de toi je me suis caché, 10 enseigne-moi
À faire ton bon plaisir, c’est toi qui es mon Dieu.
Et que ton bon esprit me guide sur un terrain
Aplani.

11 En vertu de ton nom, Yahvé, fais


Que je vive, et fais-moi sortir par ta justice
De la détresse, 12 anéantis mes ennemis
Par ta grâce, et fais périr tous les adversaires
De mon âme, parce que je suis ton serviteur !

519
Psaume 144 (143)
Hymne pour la guerre et la victoire

De David.

Béni soit Yahvé, mon Rocher, lui


Qui enseigne à mes mains le combat, à mes doigts
La bataille, 2 mon bienfaiteur, ma forteresse, ma
Retraite, mon libérateur, mon bouclier
En qui je m’abrite, lui qui abaisse les peuples
Sous moi.

3 Qu’est-ce que l’homme pour que tu le connaisses,


Yahvé, le fils de l’homme pour que tu penses à lui ?
4 L’homme est semblable à un souffle, ses jours sont une ombre
Qui passe.

5 Yahvé, incline tes cieux et descends,


Touche aux montagnes et qu’elles fument : 6 Émets tes éclairs,
Disperse les ennemis (et) lance tes flèches,

520
Mets-les en déroute ! 7 Étends tes mains de là-haut,
Sauve-moi et délivre-moi des grandes eaux
De la main des fils de l’étranger 8 dont la bouche
Dit des faussetés, dont la droite est une droite
Mensongère.

9 O Elohim, je veux te chanter


Un chant nouveau, te psalmodier sur une harpe
A dix cordes, 10 tu accordes la victoire aux rois,
Tu sauves ton serviteur David. De l’épée
De malheur, 11 sauve-moi, et de la main des fils
De l’étranger délivre-moi, la bouche dit
Des faussetés, la droite est droite mensongère.

12 Nos fils sont comme des plants qui dans leur jeunesse
Ont grandi, nos filles comme des colonnes d’angle
Sculptées et elles ornent les palais.

13 Nos greniers
Sont pleins débordant de tous biens, et nos brebis
Se multiplient par milliers, et dans nos campagnes
Par myriades ; 14 et nos bœufs sont pesants. Pas de brèche
Pas de reddition, et aucun cri sur nos places !

521
15 Heureux le peuple pour qui il en est ainsi,
Et heureux le peuple qui a pour Dieu Yahvé !

522
Psaume 145 (144)
Louange au roi Yahvé

1 Hymne. De David.

Aleph.
Je t’exalterai, mon Dieu roi,
Je bénirai ton nom à jamais, à jamais.

Bêth.
2 Chaque jour je te bénirai, et je louerai
Ton nom à jamais, à jamais.

Ghimel.
3 Il est grand, très
Digne de louange, sa grandeur est insondable.

Dalêth.
4 De génération en génération tes œuvres
On les glorifie, on raconte des prouesses.

Hê.
5 L’honneur, la gloire de ta majesté et tes actes
523
Merveilleux, je les redirai.

Waw.
6 Et ta puissance
Formidable, on en parlera, et tes grandeurs
Je les raconterai.

Zaïn.
7 Et l’on évoquera
Le souvenir de ta grande bonté et l’on
Proclamera ta justice.

Hêth.
8 Miséricordieux
Et clément est Yahvé, longamine, abondant
En grâce.

524
Têth.
9 Yahvé est bon pour tous, et elle s’étend
Sur toutes ses œuvres sa miséricorde.

Todh.
10 Yahvé,
Toutes tes œuvres te rendront grâce, 11 tes dévots
Te béniront, diront la gloire de ton règne.

Lamed.
12 Ils parleront de tes prouesses pour faire connaître
Aux fils de l’homme tes prouesses, la gloire et l’honneur
De ton règne.

Mêm.
13 Ton règne est règne de tous les siècles
Et ta domination dure de génération
En génération.

Noun.
C’est en toutes ses paroles
Que Yahvé est fidèle, et en toutes ses œuvres
Il est bienveillant.

525
Samech.
14 Yahvé est l’appui de ceux
Qui tombent, et il redresse ceux qui sont tombés.

Aïn.
15 Les yeux de tous espèrent en toi et tu leur donnes
Leur nourriture en son temps,

Thê.
16 tu ouvres ta main,
Tu rassasies tout vivant de ce qu’il désire.

Sadê.
17 Yahvé est juste en toutes ses voies, bienveillant
En toutes ses œuvres.

526
Qoph.
18 (Et) de tous ceux qui l’invoquent,
De tous ceux qui l’invoquent avec sincérité,
Il est proche.

Rêsh.
19 Il fait la volonté de ceux qui
Le craignent, il entend leur appel et il les sauve.

Shîm.
20 Yahvé garde tous ceux qui l’aiment, il extermine
Tous les méchants.

Taw.
21 (Et) ma bouche prononcera
La louange de Yahvé, et que toute chair
Bénisse son saint Nom, à jamais, à jamais !

527
Psaume 146 (145)
Hymne au Dieu secourable

1 Alléluia ! Loue Yahvé, ô mon âme, 2 je veux


Louer Yahvé durant ma vie, et pour mon Dieu.
Je veux psalmodier tant que j’existe !

3 Votre foi
Ne la mettez pas dans les nobles, dans le fils d’homme
Qui ne peut sauver ; 4 et que son souffle s’échappe,
Il retourne au sol, et périssent ses projets
Ce jour-là.

5 Heureux celui dont le secours est


Le Dieu de Jacob, dont l’espoir est en Yahvé,
Son Dieu, 6 qui a fait les cieux et la terre, la mer
Et tout ce qui se trouve en eux, qui à jamais
Garde la vérité, 7 fait droit aux opprimés,
Et qui donne du pain aux affamés.

528
8 Yahvé
Délie les prisonniers, Yahvé rend aux aveugles
La vue, Yahvé redresse ceux qui sont courbés,
Yahvé aime les justes, 9 Yahvé garde les hôtes,
Il ranime l’orphelin, et la veuve, mais il fait
Dévier la voie des méchants.

10 (Et) à jamais
Yahvé règne, ton Dieu, ô Sion, d’âge en âge !
(Alléluia.)

529
Psaume 147 (146)
Hymne au Tout-Puissant

Alléluia ! 1 Louez Iah, parce qu’il est bon,


Psalmodiez pour notre Dieu, parce qu’il est doux,
La louange lui convient.

2 Yahvé rebâtit
Jérusalem, il rassemble les exilés
D’Israël, 3 lui qui guérit ceux qui ont le cœur
Brisé et qui panse leurs blessures.

4 Il compte
Le nombre des étoiles, il les appelle toutes
Par leurs noms. 5 Il est grand, notre Seigneur, très fort
Et son intelligence est incalculable.

6 Yahvé
Ranime les humbles, il abaisse jusqu’à terre
Les méchants. 7 Et chantez à Yahvé en action
De grâce, jouez pour notre Dieu sur la cithare,

530
8 Lui qui couvre les cieux de nuages, qui prépare
La pluie pour la terre, qui fait germer la verdure
Sur les montagnes et les plants pour le travail
De l’homme, 9 lui qui donne au bétail sa nourriture
Et aux petits du corbeau qui crient.

10 Ce n’est pas
La vigueur du cheval qui lui agrée, les jambes
De l’homme qui lui plaisent : 11 Yahvé se complaît en ceux
Qui le craignent et en ceux qui espèrent en sa grâce.

12 Glorifie Yahvé, Jérusalem, loue ton Dieu,


Sion, 13 parce qu’il a renforcé les verrous
De tes portes, il a béni tes fils en ton sein.
14 Il met la paix à ta frontière, te rassasie
De la graisse du froment.

15 C’est lui qui adresse


Sa parole à la terre, à toute vitesse court
Son verbe, 16 il disperse la neige comme de la laine ;

531
Il répand le givre comme la cendre, 17 il jette
Sa glace comme par morceaux, devant sa froidure
Qui peut tenir ? 18 Il adresse sa parole et
Les fait fondre, il fait souffler son vent, les eaux coulent.

19 Il révèle sa parole à Jacob, ses préceptes


Et ses jugements à Israël. 20 Il n’a pas
Agi de la sorte pour toutes les nations pour
Faire connaître ses jugements. Alléluia !

532
Psaume 148 (147)
Louange cosmique

1 Alléluia ! Louez du haut des cieux,


Louez-le dans les hauteurs, 2 louez-le, vous tous,
Ses Anges, et louez-le, vous toutes ses Armées !
3 Louez-le, soleil et lune, louez-le, vous toutes
Étoiles de lumière, 4 louez-le, cieux des cieux,
Eaux qui êtes au-dessus des cieux !

5 Et qu’ils louent
Le nom de Yahvé, parce qu’il a commandé
Et ils furent créés, 6 il les a établis
À jamais, à jamais, il a rendu l’arrêt
Qu’on ne transgresse pas.

7 Louez Yahvé depuis


La terre, dragons et tous les Abîmes, 8 feu et grêle,
Neige et brume, vent de tempête qui réalisez
Sa parole, 9 montagnes et vous toutes les collines,

533
Arbres fruitiers, vous tous, les cèdres, 10 bêtes sauvages
Et vous tous, bestiaux, reptiles et oiseaux ailés,

11 Rois de la terre, et vous toutes, peuplades, princes et


Vous tous, juges de la terre, 12 éphèbes, vous aussi,
Vierges, vieillards et jeunes gens !

13 Qu’ils louent le nom


De Yahvé, car seul est digne d’exaltation
Son nom, sa majesté domine ciel et terre.
14 Il élève la corne de son peuple. Sujet
De louange pour tous ses dévots, pour les fils
D’Israël, peuple près de lui. Alléluia !

534
Psaume 149
Chant triomphal

1 Alléluia ! Et chantez à Yahvé un chant


Nouveau, sa louange dans l’assemblée des dévots !
2 Que se plaise Israël en celui qui l’a fait,
Et que les fils de Sion exultent en leur roi !
3 Qu’ils louent son nom par des danses et qu’ils psalmodient
Pour lui avec le tambourin et la cithare !
4 Car Yahvé se complaît en son peuple et il pare
Les humbles de son salut.

5 Et que les dévots


Tressaillent de gloire, qu’ils crient de joie sur leurs couches
6 Les éloges de Dieu dans leur gosier, l’épée
A double tranchant dans leur main, 7 pour exercer
La vengeance sur les nations, des châtiments
Sur les peuples, 8 pour lier leurs rois avec des chaînes
Et leurs notables avec des entraves de fer
9 Pour rendre contre eux le jugement écrit. Tel
Est l’honneur pour tous ses dévots. Alléluia !

535
Psaume 150
Doxologie finale

1 Alléluia ! Louez Dieu dans son sanctuaire,


Et louez-le au firmament de sa puissance !
2 Louez-le pour ses prouesses, louez-le selon
L’immensité de sa puissance, 3 et louez-le
Au son du cor, louez-le sur la harpe et la
Cithare, 4 louez-le sur le tambourin et par
La danse, 5 louez-le par les instruments à corde
Et la flûte, louez-le par les cymbales sonores
Et louez-le par les cymbales retentissantes !
6 Que tout être animé loue Iah ! Alléluia !

536