Vous êtes sur la page 1sur 52

CFST

COMMUNICATIONS
Nº 83 | novembre 2016
Schweizerische Eidgenossenschaft Commission fédérale de coordination
Confédération suisse pour la sécurité au travail CFST
Confederazione Svizzera
Confederaziun svizra

Détermination des dangers


en entreprise
Détermination des dangers:
le maillon central d’un
concept de sécurité interne
Felix Weber
Président
de la CFST Sans connaître les phénomènes dangereux
présents dans une entreprise, il est impossible
de prendre des mesures appropriées pour pré-
venir les accidents et les maladies profession-
nels. Même si cette précision semble être une
évidence, elle ne va pas forcément de soi.

Souvent, nous ne nous rendons pas compte


des dangers auxquels nous sommes confrontés
au quotidien dans notre travail. La perception
des risques étant subjective, elle varie d’un
individu à l’autre. Aussi, il est indispensable
de suivre une procédure professionnelle.
Celle-ci requiert des connaissances spécifiques
et, bien souvent, il faut faire appel à des
spécialistes de la sécurité au travail, comme
le prévoit la CFST dans sa directive 6508. Impressum

Communications de la Commission
Vous pourrez retrouver dans le thème principal fédérale de coordination pour la sécurité
au travail CFST, no 83, novembre 2016
du présent numéro de Communications des
Editeur
explications des principaux concepts ainsi que
Commission fédérale de coordination
les approches et les diverses méthodes en pour la sécurité au travail CFST
Fluhmattstrasse 1, 6002 Lucerne
vue d’effectuer une détermination des dangers Tél. 041 419 51 11, fax 041 419 61 08
et une appréciation du risque. Nous souhaitons ekas@ekas.ch, www.cfst.ch
également encourager les employeurs, les Rédacteur en chef
préposés à la sécurité et les organismes respon- Carmen Spycher, secrétaire principale de
la CFST, Lucerne
sables des solutions par branches à procéder Thomas Hilfiker, rédacteur, elva solutions,
à une détermination des dangers approfondie Meggen

et à mettre celle-ci à jour de manière ponc- Des articles d’auteurs sont publiés dans
les Communications. L’auteur de chaque
tuelle. Il s’agit là du maillon central du concept article est mentionné par son nom.
de sécurité interne. Conception et réalisation
Agentur Frontal AG, www.frontal.ch
Nous espérons, chères lectrices, chers lecteurs, Parution
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

que ces articles et les exemples de bonnes Paraît deux fois par an.

pratiques pourront vous aider dans vos activi- Edition


tés de prévention et vous remercions de Allemand: 22 000 exemplaires
Français: 7 500 exemplaires
votre engagement. Italien: 2 200 exemplaires

Diffusion
Suisse

Copyright
Felix Weber, © CFST; reproduction autorisée avec
mention de la source et accord préalable
président de la CFST de la rédaction.

2
4

THÈME PRINCIPAL
4 La détermination des dangers
nécessite des connaissances spécialisées
9 La détermination des
dangers est l’affaire de tous
15 Identifier systématiquement
les contraintes psychiques au travail
20 Une détermination des
dangers des plus complètes

24 Concilier rentabilité
et sécurité au travail

28 Détermination des dangers


pour les solutions par branches
9 20

THÈMES SPÉCIFIQUES
32 Sécurité et santé au travail dans les
entreprises d’entretien des textiles
34 Informations de l’Association
pour la formation professionnelle
supérieure STPS
38 Débusquer les sources de faux
pas et autres dangers avec les applis 24 28
de la Checkbox CFST
40 Dermatoses professionnelles:
causes et détermination des dangers

DIVERS
44 Nouveaux moyens d’information de la CFST
45 Nouveaux moyens d’information de la Suva 32 38
49 Nouveaux moyens d’information du SECO
51 Personnes, faits et chiffres

3
THÈME PRINCIPAL

Situation dans laquelle une personne est


Source potentielle de dommage. exposée à au moins un phénomène dangereux.

Événement susceptible de causer un dommage.


Les facteurs déclencheurs sont des actions Blessure physique ou atteinte à la santé.
ou conditions non sûres. Mais aussi dommages matériels possibles.
La détermination des
dangers nécessite des
connaissances spécialisées
La détermination des dangers est le maillon central d’un système de sécurité interne.
Sans connaissance des dangers présents dans l’entreprise, impossible de prendre
des mesures appropriées pour protéger les travailleurs. La planification des mesures
nécessite également de bien maîtriser les processus de travail, les équipements de
travail et les substances employés ainsi que les sources de dommage potentielles.
Mais qu’entend-on par danger? Qu’est-ce qu’un risque et comment l’évaluer? Selon
quels critères mettre en œuvre des mesures? Le présent article fournit des réponses
à ces questions ainsi que des définitions à ces termes. Les diverses méthodes pour
réaliser une détermination des dangers en entreprise sont explicitées dans les dif-
férents articles consacrés à notre thème principal (voir p. 9 à 19).

L’
employeur est tenu de pro- quelles catégories les phénomènes vaises postures, etc.) ou apparaître de
téger ses travailleurs des dangereux sont-ils classés? manière inattendue (par ex. explosion,
accidents et maladies pro- mise en route intempestive d’une
fessionnels. Il doit prendre Connaissances spécialisées machine, chute d’une charge, rupture
toutes les mesures dont l’expérience requises d’un élément de machine, etc.). Une
a démontré la nécessité, que l’état explication illustrée de ces termes se
de la technique permet d’appliquer Danger ou mise en danger sont sou- trouve à la page 4.
et qui sont adaptées aux conditions vent utilisés comme synonymes. Les
données (art. 82 LAA). Dès le milieu Directives pour la sécurité au travail Si l’événement dangereux survient
des années nonante, la CFST a par de la CFST en donnent la définition de manière inattendue (soudaine-
conséquent prôné la prévention sys- suivante: ment) et entraîne un dommage cor-
tématisée et l’appel à des médecins • Le danger est une situation, une cir- porel, on parle alors d’accident pro-
du travail et autres spécialistes de la constance ou un processus duquel fessionnel. Il s’agit en revanche
sécurité au travail (spécialistes MSST) peut résulter un dommage. On d’une maladie professionnelle lors-
avec sa directive MSST1. Révisée en parle de mise en danger lorsque le qu’une personne est exposée à une
2007, cette directive MSST a apporté danger se rapporte à une personne situation dangereuse sur une longue
des allégements administratifs en par- ou un objet. période (chronique) et qu’elle souffre
ticulier pour les petites et moyennes d’une atteinte à la santé (par ex. res-
entreprises et précisé clairement ce Phénomène dangereux (au sens de pirer des substances nocives).
qu’il faut comprendre par dangers par- mise en danger) est un terme norma-
ticuliers (cf. directive MSST, annexe 1). lisé. La norme EN ISO 12 100:2010 Types de phénomènes dangereux
définit un phénomène dangereux
La méthodologie MSST et son pro- Les phénomènes dangereux ne sont
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

gramme en 10 points sont devenus pas tous évidents. Il est donc utile de
depuis lors la base de nombreux sys- Connaissances se familiariser avec les divers types pos-
tèmes de sécurité internes. Le spécialisées: sibles. Les spécialistes classent les phé-
numéro 80 de Communications a nomènes dangereux en diverses caté-
consacré sa thématique principale à un facteur clé gories (voir p.  6 à 7). Lors de la
ce sujet. L’un des fondements de ce détermination des dangers en entre-
système de sécurité est la détermina- comme une source potentielle de prise, cette liste peut s’avérer précieuse
tion des dangers ou l’évaluation des dommage. Il peut être soit présent en pour ne pas en «oublier» certains.
risques. Mais qu’entend-on par dan- permanence (par ex. éléments mobiles Carmen Spycher
1
CFST 6508 «Directive relative à l’appel à Secrétaire princi-
ger et pourquoi parle-t-on également d’une machine, arc électrique lors du des médecins du travail et autres spécialistes pale de la CFST,
de phénomènes dangereux? Dans soudage, températures élevées, mau- de la sécurité au travail (Directive MSST)» Lucerne

5
THÈME PRINCIPAL

Types de phénomènes dangereux


Remarque: ce tableau n’est pas Suva pour de plus amples informa- Phénomènes dangereux
exhaustif. Il s’agit d’un aperçu des tions (voir bibliographie p. 14) ainsi
principaux phénomènes dangereux que les articles de notre thème
Evénements dangereux /
et de leurs conséquences. On principal.
dommages
consultera les publications de la

Phénomènes dangereux Risques de chute Phénomènes dangereux


mécaniques (de personne) électriques

• Eléments non protégés • Hauteur de travail • Eléments sous tension


en mouvement (sur des échelles, paliers, rampes, • Phénomènes électrostatiques
plateformes élévatrices, etc.) • Courts-circuits, arcs électriques,
• Ouvertures dans le sol surcharges
Ecrasement • Niveaux
Choc • Sols glissants
Coupure • Désordre Electrocution
Piqûre • Visibilité Brûlures cutanées
Entraînement Lésion de la cornée
Happement
Chute
Chute de hauteur
• Moyens de transport en mouvement

Accrochage
Heurt
Ecrasement Atteintes physiques Phénomènes dangereux
Basculement particulières thermiques
Chute

• Bruit • Milieux chauds ou froids (flammes,


• Chute d’objets
surfaces ou liquides chauds / froids,
vapeurs, projections de matériaux
Lésion de l’ouïe
Etre atteint chauds / froids, réfrigérants, etc.)
Coup
• Vibration
Brûlure
• Fluides sous pression Gelure
Lésions nerveuses et vasculaires Engelure
Etre atteint
Heurt • Ultrasons

L ésions nerveuses,
lésions de l’ouïe
Phénomènes dangereux
Risques d’incendie
dus à des substances • Rayonnements (UV, laser,
et d’explosion
nocives champs électromagnétiques)

L ésions de la peau et des yeux • Liquides, poussières, gaz, solides


Inhalation ou ingestion de,
Arythmie • Atmosphère explosive
contact avec des
• Explosifs
• gaz
• Source d’inflammation
• vapeurs • Rayonnements ionisants
• liquides
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

(rayons X, substances radioactives)


• solides Brûlure
Asphyxie
Destruction de cellules
Intoxication par inhalation
Intoxication de gaz d’incendie
Brûlure Effet du souffle
• Travaux en dépression
Allergies
ou surpression
Cancers ou mutations
génétiques
Infection par des Lésions de l’ouïe,
microorganismes lésions vasculaires

6
Sollicitations de Actions inattendues Défaillance de
l’appareil locomoteur l’alimentation en énergie

• Panne du circuit de commande


• Postures ou mouvements ou de la boucle d’asservissement • Energie non fournie
défavorables • Dysfonctionnement de
• Levage et port de charges la commande
• Activités très répétitives Différentes conséquences

Différentes conséquences
L ésions de l’appareil locomoteur
(colonne vertébrale, articulations)
Inflammations
(tendons, articulations)
Surmenage important Sollicitations psychiques Contraintes liées à
l’environnement de travail

• Surmenage
• Sous-occupation • Climat
?
• Travailleurs isolés • Conditions climatiques
Phénomènes dangereux • Agitation, pression des délais
!

• Hygrométrie
dus à une organisation • Interruptions fréquentes • Climat ambiant
du travail défectueuse • Mauvais climat de travail • Chaleur, froid

Malaise Chute sur surfaces verglacées


• Qualification insuffisante
Maladie Malaise
• Information / formation
Maladies dues au stress, burnout Maladie
insuffisantes
• Compétences mal définies Tensions musculaires
• Pas de retours
• Non-intégration des travailleurs • Lumière
• Postes de travail isolés
• Horaires de travail éprouvants
Fatigue
Erreurs de manipulation
Différentes conséquences

CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

7
THÈME PRINCIPAL

Exemple de matrice de risques Ordre des mesures de protection,


avec efficacité décroissante

S T O P
Fréquent A 3 2 1 1 1 Substitution Mesures Mesures Mesures de
techniques organisation- protection
Probabilité d’occurrence

nelles personnelle
Occasionnel B 3 2 1 1 1

Rare C 3 2 2 1 1

Improbable D 3 2 2 2 1

Quasi
impossible
E 3 3 3 2 2

V IV III II I Efficacité importante Efficacité moindre

Gravité du dommage

V sans arrêt de travail S substitution, c.-à-d. remplacer l’activité ou les substances


IV avec arrêt de travail par d’autres ne présentant aucun risque ou seulement
III Invalidité légère un risque minime
II Invalidité grave T réduire le risque par des mesures techniques
I Décès (par ex. dispositifs de protection).
O réduire le danger par des mesures d’ordre organisationnel (forma-
Risques importants: la sécurité n’est pas assurée tions, instructions, règles, instructions, maintenance, contrôle).
Risques moyens: la sécurité n’est pas assurée P mesures de protection personnelle, par exemple le port
Risques faibles: la sécurité est en grande partie assurée d’équipements de protection individuelle

Estimer les risques haut à gauche). La méthodologie de Les connaissances sont


détermination des dangers est expli- la première étape dans
Il est également utile de revenir sur le quée dans l’article de Ruedi Hauser, la prévention
terme risque. La perception du risque Suva (voir p. 9 à 14).
étant très subjective, il est indispen- Les connaissances spécialisées sont
sable de définir plus précisément le Hiérarchiser correctement et demeurent un élément clé pour
risque effectif par des calculs ou sur les mesures procéder à une détermination des
la base de normes, de valeurs limites dangers. Pour les experts, les termes
et d’expériences relatives aux acci- Même si la détermination des dan- définis dans cet article sont une évi-
dents. La norme mentionnée précé- gers est la meilleure, elle ne sert à dence. Mais pour les profanes, il
demment décrit le risque comme la rien si les mesures correspondantes faut espérer que cet article permet-
combinaison de la probabilité d’un ne sont pas prises par la suite. Sou- tra de les sensibiliser et d’apporter
dommage et de la gravité attendue vent, on constate malheureusement quelques précisions. Les entreprises
de ce dommage. La gravité du dom- que les mesures réduisent certes les qui ne disposent pas ou uniquement
mage d’un phénomène dangereux risques mais ne les éliminent pas de peu de connaissances spécialisées
est répartie en catégories: par ex. vraiment. Le principe S-T-O-P est par approfondies peuvent obtenir une
mineure, légère, moyenne, grande conséquent la référence en matière assistance professionnelle en faisant
ou très grande. En fonction de la gra- de protection des travailleurs. Il per- appel aux spécialistes de la sécurité
vité, les conséquences du dommage met aux spécialistes de la sécurité au au travail. L’adhésion à une solution
vont d’une blessure légère et guéris- travail de classer les mesures selon par branche permet également à
sable à des atteintes à la santé leur efficacité et ainsi d’atteindre la de nombreuses entreprises d’avoir
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

légères ou durables jusqu’au décès. meilleure protection possible pour accès à une détermination des dan-
Pour déterminer la probabilité d’oc- les travailleurs dans les entreprises gers solide et ainsi à un système de
currence, les événements dangereux (voir illustration en haut à droite). sécurité qui a fait ses preuves.
sont également répartis en catégo-
ries: par ex. pratiquement impossible, Lors de la planification des mesures,
improbable et rare jusqu’à occasion- il faut toujours privilégier les mesures
nel ou fréquent. En combinant ces de substitution ou techniques car
deux paramètres, il est possible leur efficacité est plus importante.
d’établir une matrice des risques qui En cas d’impossibilité, il faut alors
joue un rôle important dans l’évalua- prendre des mesures d’ordre organi-
tion des risques (voir illustration en sationnel ou personnel.

8
La détermination des
dangers est l’affaire de tous
Il existe diverses méthodes pour identifier les phénomènes dangereux dans les entre-
prises. De nombreuses PME sont soutenues dans cette tâche par les solutions par
branches. D’autres, en particulier les grandes entreprises ou les entreprises mixtes,
privilégient les solutions de sécurité personnalisées en misant sur leurs propres connais-
sances spécialisées et en faisant appel au besoin à des spécialistes MSST. En matière
de sécurité au travail, l’important n’est pas la manière d’aboutir aux connaissances
correctes mais que les phénomènes dangereux soient connus dans l’entreprise, que
les mesures de sécurité soient ancrées au quotidien et que tous les acteurs soient
suffisamment sensibilisés.
THÈME PRINCIPAL

La détermination des dangers nécessite une procédure systématique.

L
a directive 6508 relative à l’ap- Que fait la petite entreprise? qui couvre tous les aspects d’une
pel à des médecins du travail solution MSST. En plus d’organiser
et autres spécialistes de la Je connais mes problèmes. Je connais des formations pour les employeurs,
sécurité au travail stipule que aussi les règles! Bien que fréquente, les personnes de contact ou les pré-
tous les employeurs doivent identifier cette affirmation est malheureu- posés à la sécurité, ils élaborent des
les dangers présents dans leur entre- sement fausse car les travailleurs listes de contrôle pour la détermina-
prise. Pour les PME, les solutions par des PME sont aussi victimes d’acci- tion des dangers, qui peuvent être
branches sont une réponse idéale dents (voir graphiques en haut de employées de manière ciblée pour les
pour satisfaire à cette obligation et la page 11). Faute d’expériences en actions de prévention. La CFST réper-
faire appel à des spécialistes de la matière d’accidents, les petites entre- torie sur son site Internet l’ensemble
sécurité au travail. Les moyennes et prises en nient volontiers le risque des solutions par branches certifiées
grandes entreprises disposant de leur et lorsque l’événement survient à (voir infobox à la fin de cet article,
propre organisation de la sécurité l’improviste, les conséquences sont page 14).
intègrent la détermination des dan- graves. Les PME dépendent forte-
gers dans leurs systèmes de gestion ment de la capacité opérationnelle Soutien par la Suva
existants et accomplissent ainsi leurs de chaque travailleur. Toute absence
tâches individuellement par l’inter- due à un accident a de ce fait des Les entreprises n’adhèrent pas toutes
médiaire de leurs propres spécialistes répercussions très importantes. à une solution par branche. Pour
de la sécurité au travail. aider ces employeurs, la Suva pro-
La solution par branche: pose des listes de contrôle spécifiques
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

Peu importe que les lacunes de sécu- la voie royale et des règles vitales (voir graphiques
rité soient identifiées au moyen de en bas de la page 11) qui illustrent
listes de contrôle ou de méthodes Pour de nombreuses PME, l’adhésion point par point les connaissances des
systématiques: l’essentiel est que la à une solution par branche est la spécialistes de la sécurité au travail.
direction sur place réponde au com- méthode idéale pour élaborer une Le travail de prévention peut ainsi
portement contraire à la sécurité, le solution de sécurité interne. Les asso- démarrer de manière optimale. Les
corrige et répare les moyens d’ex- ciations professionnelles et orga- experts de la Suva savent qu’atteindre
ploitation défectueux. nismes responsables de ces solutions rapidement des résultats permet de
Ruedi Hauser par branches connaissent les princi- conforter la volonté de renforcer sys-
Chef de team,
team formation, paux dangers de leurs membres. Ils tématiquement la sécurité au travail
Suva, Lucerne les soutiennent grâce à un manuel et la protection de la santé.

10
Entreprises sans accident Dommages maximaux
selon leur taille selon la taille de l’entreprise

90 %
en pour cent de la somme des salaires soumis aux primes

75 % 250 %

60 % 200 %

45 % 150 %

30 % 100 %

15 % 50 %

0 % 0 %
1 5 10 15 20 10 15 20 25 30 35 40 45 50

Taille de l’entreprise (travailleurs à plein temps) Taille de l’entreprise (travailleurs à plein temps)

La proportion des entreprises ne présentant aucun accident Un faible nombre d’accidents ne signifie pas que le
augmente plus la taille de l’entreprise est petite. De nom- dommage sera également minime. Au contraire:
breuses PME n’ont par conséquent pas d’expériences en dans les PME, leurs conséquences sont souvent sérieuses.
matière d’accidents. Source: (SSAA), statistique des accidents LAA 2015, p. 12
Source: Service de centralisation des statistiques de
l’assurance-accidents LAA (SSAA), statistique des accidents
LAA 2015, p. 12

Détermination des dangers dans les PME

Listes de contrôle
et règles vitales

Les listes de contrôle et les règles


vitales sont de bons outils pour éva-
luer les situations connues par les
1. Détecter les dangers 2. Prendre les mesures 3. Agir méthodiquement
supérieurs et les travailleurs.
requises
Principales étapes pour
la mise en application:

• Faites-vous un plan! Moins, c’est


plus: une liste de contrôle au maxi-
mum par mois.
• Vérifiez toujours la situation avec
les travailleurs. Si ces derniers par-
ticipent à la recherche de mesures,
ils deviennent acteurs.
• Mettez en application de manière
systématique les mesures conve-
nues.
• Valorisez les points positifs lors du
contrôle. Les compliments sont un
encouragement!

11
THÈME PRINCIPAL

Portefeuille des phénomènes dangereux

Le portefeuille des phénomènes dangereux est un outil qui permet


Management de contrôler systématiquement la sécurité par les dirigeants et spé-
cialistes.

Visualiser les besoins Principales étapes pour la mise en application:

Quand réaliser une appréciation du risque? • Déterminer les limites du système pour les secteurs ou processus
à examiner. Eléments à intégrer ou restant à l’extérieur?

Collaborateurs
A quels spécialistes faire appel?
Encadrement

• Subdiviser les systèmes partiels en unités interdépendantes selon


Obtenir un aperçu des les processus, secteurs de travail et / ou groupes de personnes. Les
Fixer les priorités systèmes de gestion de la qualité peuvent être utiles dans ce
phénomènes dangereux
cadre, par ex. OHSAS 18001 ou la nouvelle norme ISO 45001 qui
entrera en vigueur probablement en 2017.
Potentiel des phéno- Nombre de personnes Règles de sécurité
mènes dangereux? exposées? disponibles? • Elaborer l’inventaire des phénomènes dangereux sous forme de
tableau et lister les dangers présents survenant dans le déroulement
Exige une discussion avec les collaborateurs ainsi qu’un examen du travail, avec les équipements et substances de travail utilisés.
des produits, processus, substances et équipements utilisés Cette liste des phénomènes dangereux est ici un outil précieux.
• Attribuer chaque processus partiel à une zone (voir graphique en
bas à gauche).
But du portefeuille des phénomènes dangereux.
- Evaluer le potentiel de chaque phénomène dangereux
(élevé / faible)
- Attribuer à chaque phénomène dangereux les règles possibles
(règles de sécurité existantes oui / non).
Potentiel des phénomènes dangereux

- Distinguer les processus partiels par type de fonctionnement

2 1
4 (exploitation normale / particulière, maintenance).
10 8
élevé

- Pondérer les processus partiels et les phénomènes dangereux


2 qui en découlent en fonction d’autres critères (par ex. nombre
1 5 9 de personnes exposées ou certaines propriétés des substances).

• Analyse:
Zone 1: potentiel des phénomènes dangereux élevé, pas de
règles de sécurité reconnues. Il est nécessaire de faire appel à un

4 3 spécialiste MSST pour effectuer une appréciation des risques


faible

7
selon une méthode reconnue et définir les mesures appropriées.
3 6 Zone 2: potentiel des phénomènes dangereux élevé mais
règles de sécurité reconnues. Veiller à ce que les travailleurs
soient informés et respectent systématiquement les mesures
de sécurité.
Règles reconnues indisponibles ou
Règles reconnues disponibles Zone 3: potentiel des phénomènes dangereux faible mais pas
partiellement disponibles
de règles de sécurité reconnues. Définir des règles de sécurité
adaptées et, si nécessaire, faire appel à un spécialiste. Puis
Représentation graphique du portefeuille des phénomènes dangereux. Les processus mise en application en entreprise.
partiels sont attribués à l’une des quatre zones en fonction de leur potentiel de phéno- Zone 4: potentiel des phénomènes dangereux faible et règles
mènes dangereux et des règles reconnues disponibles. La dimension des symboles de sécurité reconnues. S’assurer que tous les travailleurs
correspond à la priorité, par ex. en raison du nombre de personnes exposées. concernés connaissent et respectent les règles existantes.

Méthodes pour une détermina- lacunes ou les infractions aux règles selon une méthode reconnue (voir
tion des dangers systématique permet aux directions des entreprises graphique, page 13). Cette apprécia-
de fixer des priorités et d’assumer tion est applicable à la plupart des
Grâce à un portefeuille des phéno- leur responsabilité de conduite. situations de travail. Pour s’assurer
mènes dangereux, les spécialistes de que tous les phénomènes dangereux
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

la sécurité au travail identifient systé- Appréciation des risques sont recensés, une équipe se charge
matiquement les dangers présents pour l’analyse des situations de leur identification systématique
dans les processus de travail (voir gra- de travail critiques au moyen du tableau des phéno-
phique ci-dessus). Ils attribuent à mènes dangereux. Cette méthode
chaque phénomène dangereux un Le risque se fraie toujours un che- est axée sur les personnes et requiert
potentiel ainsi que les règles appli- min à travers une faille de sécurité. au final de discuter des risques rési-
cables. Il est ainsi possible de relever Si la faille est identifiée avec le porte- duels avec la direction, laquelle peut
les écarts critiques par rapport à ces feuille des phénomènes dangereux, il ainsi prendre conscience de sa res-
règles et les lacunes en matière faut faire appel à des experts ou pro- ponsabilité et adopter les mesures
de réglementation. Connaître ces céder à une appréciation des risques de protection correctes et efficaces.

12
Méthode Suva d’appréciation et de réduction
des risques pour les processus de travail

Début Recherche des causes

Réduction du risque
Définition des limites
Analyse de risque
du système
Contrôle de Décrire les défail-
l’efficacité lances possibles des
des mesures mesures de protection
Idetification des
phén. / événements
dangereux

Estimation du risque Estimation du risque


Estimation du risque
Evaluation du risque

Evaluation du risque Evaluation du risque Evaluation du risque

Risque Risque résiduel Risque résiduel


initial optimal réel

L’objectif
Le système Non Oui Le risque Oui
? de travail ? de diminution des
risques est-il ? résiduel est-il
est-il sûr? acceptable
atteint?
Oui Non Non

Consigner les mesures Expliquer


Fin systémiques dans le le risque résiduel
sytème de management au management

Appréciation des risques Principales étapes pour


L’appréciation des risques est une méthode la mise en application:
d’analyse des situations de travail critiques • Limiter l’analyse du système de travail aux •
Décrire dans quelles circonstances les
par des spécialistes de la sécurité au travail, étapes à apprécier mesures perdent de leur efficacité.
par exemple un ingénieur de sécurité, un • Décrire toutes les situations dangereuses > Décider si le risque résiduel effectif
hygiéniste de travail, un médecin du travail identifiées. peut être assumé.
ou un chargé de sécurité disposant d’une • Veiller avec des mesures dans le système
formation complémentaire. Elle doit être • Estimer le risque en attribuant à chaque
situation dangereuse une gravité du dom- de management à ce que la sécurité soit
effectuée en cas de: constamment contrôlée et maintenue au
mage et une probabilité d’occurrence.
• planification de nouveaux processus niveau de la direction.
de travail. •
Rechercher les causes possibles pour
chaque situation dangereuse.
• exploitation d’anciennes installations.
• Déduire des mesures efficaces à partir des
• planification de travaux extraordinaires, causes. A Risque initial
de courte durée.
• Apprécier de nouveau le risque pour déci-
La méthode Suva convient pour l’appréciation R Risque résiduel réel
der si risque résiduel ainsi identifié satis-
et la réduction des risques pour les processus fait à l’objectif de protection en cas d’ef-
de travail (voir infobox à la fin de l’article) O Risque résiduel optimal
ficacité optimale des mesures.

A
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016
Probabilité d’occurrence

B A

C R

D O

V IV III II I

Gravité du dommage
avant après

13
THÈME PRINCIPAL

Respecter les règles de sécurité: une démarche qui paie pour les employeurs
et les travailleurs.

Ce n’est pas la méthode • En l’absence de règles ou si ces


qui compte mais les règles ne sont pas applicables, il
connaissances acquises faut d’urgence rétablir la sécurité. Publications
Il peut être nécessaire d’arrêter le complémentaires et liens
Une analyse n’a de valeur qu’à travail pour y parvenir. On pourra
l’aune des mesures prises sur la base faire appel à des spécialistes de la • CFST, directive 6508.f «Directive
des connaissances acquises. Procé- sécurité au travail pour des conseils relative à l’appel à des médecins du
travail et autres spécialistes de la
der systématiquement porte ses et les appréciations des risques. sécurité au travail (Directive MSST)»
fruits. La détermination des dangers • www.cfst.ch > Solutions
et les mesures de protection qui en par branches
découlent sont un élément clé de la Ressortez gagnant • www.suva.ch > Détermination
des dangers
prévention. avec la sécurité – • Suva, répertoire des listes de

Lorsque tous les travailleurs auront la sécurité est contrôle 67000.f «Détermination
des dangers et planification des
pris conscience des phénomènes l’affaire des mesures au moyen de listes de
contrôle»
dangereux et que toutes les mesures
de protection seront systématique-
supérieurs! • Suva, publication 66105.f
«Connaissez-vous le potentiel
ment appliquées, le risque d’acci- des phénomènes dangereux dans
dents et de maladies professionnelles Adhérer à une solution par branche votre entreprise? Le portefeuille
des phénomènes dangereux vous
pourra alors diminuer de manière ou à la Charte de la Suva peut favori-
permet d’obtenir une vue d’en-
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

déterminante, ce qui profitera gran- ser l’instauration d’une culture de la semble» (uniquement en version
dement aux employeurs mais aussi sécurité dans l’entreprise. électronique).
aux travailleurs. Les employeurs et les • Suva, publication 66099.f
«Méthode Suva d’appréciation
préposés à la sécurité devraient par
des risques à des postes de travail
conséquent suivre les principes sui- et lors de processus de travail».
vants dans les entreprises: Cette méthode est axée sur la
norme EN ISO 12100.
• S’il existe des règles mais qu’elles
• Commandes: www.suva.ch >
ne sont pas appliquées, il est
Commander des moyens
important d’en discuter avec les d’information
travailleurs et de faire respecter
ces mesures de sécurité.

14
Identifier systématiquement les
contraintes psychiques au travail
Le travail s’accompagne de nombreux effets bénéfiques: il favorise le bien-être et
renforce l’estime de soi. En revanche, des conditions de travail défavorables peuvent
avoir des répercussions négatives sur la santé et causer des problèmes dont les per-
sonnes concernées ne sont pas seules à en pâtir. Les absences soudaines dues à une
maladie et précédées par une diminution des capacités peuvent nuire à une entreprise,
car elles entraînent souvent des coûts supplémentaires et des désagréments. L’em-
ployeur a donc tout intérêt à contrôler les situations pouvant engendrer des sollici-
tations et à les éliminer au plus tôt. Il lui faut à cet effet réfléchir aux conditions de
travail et déduire les risques potentiels. Identifier les sollicitations psychiques et
prendre les mesures adaptées mérite une attention particulière.
THÈME PRINCIPAL

Le phénomène dangereux effectif résulte d’une interaction entre


les sollicitations externes et la disposition de l’individu.

I
dentifier les sollicitations psychiques consiste à se faire • Constitution de l’équipe de projet: intégration
une idée des conditions de travail spécifiques dans une de l’ensemble des niveaux hiérarchiques et des
entreprise et de leurs influences sur le psychisme du spécialistes importants
personnel. Des recherches scientifiques effectuées sur • Garantie des compétences requises concernant
le travail ont démontré que certaines activités réduisent la les risques psychosociaux
performance, la satisfaction ainsi que la motivation au tra- • Etablissement d’un lien avec les informations
vail et nuisent à la santé psychique mais aussi physique de et structures existantes et intégration dans ces
l’individu. Des tâches, une organisation du travail et des dernières: lesquelles utiliser? Quelles synergies
relations sociales défavorables ou insuffisantes peuvent peuvent offrir un soutien?
ainsi avoir des répercussions négatives. C’est par ex. le cas • Garantie des ressources personnelles,
Stephanie
Lauterburg des situations suivantes: obligations de performances exa- temporelles et spécialisées
Collaboratrice gérées, faible autonomie, manque de temps, absence de • Participation des personnes concernées pour
scientifique, diversité, surcharge ou sous-charge mentale, précarité acquérir des informations sur la manière dont
SECO Conditions
de travail, concernant le poste de travail, manque de communication les conditions de travail sont perçues
Travail et santé, ou absence de soutien par les collègues ou les supérieurs. • Communication continue sur l’objectif,
Berne l’état actuel et la poursuite du projet
Facteurs de succès pour la
conception du processus Participation des travailleurs

Pour parvenir à l’objectif fixé, il est important de plani- Les contraintes psychiques ne peuvent pas être décrites
fier l’ensemble du processus dès le départ, depuis l’iden- avec les méthodes habituelles de la sécurité au travail.
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

tification des contraintes psychiques jusqu’au contrôle Du fait qu’ils ne sont pas tous visibles, les facteurs néga-
de l’efficacité des mesures en passant par le choix de ces tifs ne peuvent pas être estimés de l’extérieur. S’agissant
dernières. des répercussions sur la santé, l’évaluation des facteurs
par les personnes concernées est plus significative
Planifier et préparer le recensement qu’une mesure objective car le phénomène dangereux
effectif résulte d’une interaction entre les sollicitations
Margot Vanis
Collaboratrice Afin que tous les travailleurs sachent de quoi il retourne, externes et la disposition de l’individu. C’est également
scientifique, il est nécessaire de disposer d’une bonne préparation et le cas pour d’autres dangers, par ex. pour soulever et
SECO Conditions organisation de projet, et ce, pour s’assurer que le pro- porter des charges.
de travail,
Travail et santé, cessus bénéficie du soutien de tous, du sommet à la
Berne base. Les principaux éléments dans ce cadre sont:

16
Procédures pour identifier
les contraintes psychiques

Méthodologie Source Procédure

Enquête écrite Observation Entretien de


groupe structuré
avec animateur

www.stressnostress.ch Stress-Check pour les


dirigeants d’entreprises

Stress-Check pour groupes

Suva Liste de contrôle «Stress»,


réf. 67010.f

Brochure du SECO: Liste de contrôle


«Contraintes mentales – «Contraintes mentales»
Listes de contrôle
pour s’initier»

Listes de contrôle pour


l’identification des contraintes
psychosociales et de leurs
effets négatifs (ChEF)

ABS Groupe 2015

Promotion www.s-tool.ch
Santé Suisse Questionnaire exhaustif détaillé

Diverses manières pour recenser • Enquête écrite


les contraintes psychiques Une enquête écrite permet d’interroger un grand
nombre de personnes en peu de temps. Elle fournit un
Les contraintes psychiques peuvent être identifiées par bon aperçu avec relativement peu d’investissements et
des observations et des enquêtes. Il existe à cet effet de permet des comparaisons directes. Il est ainsi possible
nombreux instruments éprouvés et standardisés. Une de connaître les secteurs et les groupes de personnes
procédure par étapes, une adaptation à la situation de fréquemment concernés par ces contraintes. Une
l’entreprise et une combinaison des méthodes peuvent enquête écrite met en lumière les problèmes qui
s’avérer judicieuses. doivent être examinés plus précisément et permet
ainsi de se concentrer sur certains secteurs. Si l’anony-
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

• Observation de l’extérieur mat des enquêtes est garanti, la probabilité de rece-


Grâce à des guides simples, les cadres ou les experts voir des réponses honnêtes est relativement grande.
peuvent observer diverses activités et se faire une idée C’est notamment le cas pour une taille de groupe à
de la situation de sollicitations au moyen de critères partir d’environ 10 personnes si l’enquête ne demande
donnés. Cette première sensibilisation fournit des pas de données personnelles telles que l’âge, le sexe
informations et détermine la suite de la procédure. Il et la formation et que l’évaluation est effectuée par
est possible d’estimer grossièrement la situation de une personne externe.
stress dans l’entreprise par ex. en utilisant la liste de
contrôle «Stress» de la Suva. En présence de signes de Il existe pour cela des questionnaires préétablis par des
sollicitations inappropriées dans une entreprise, une spécialistes et éprouvés. Ces procédures standardisées
détermination systématique est judicieuse et s’impose. fournissent des informations ciblées sur la situation de

17
THÈME PRINCIPAL

Etapes depuis le recensement


des contraintes jusqu’à
l’évaluation des mesures prises

Planifier et préparer
le recensement
6 2

Contrôler l’efficacité Déterminer les facteurs


des mesures prises de sollicitations

5 3

Sélectionner et mettre Identifier et sélectionner


en œuvre les mesures
4 les zones sensibles

Identifier les approches pour


aboutir à un soulagement
et développer des idées
de modifications
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

18
travail, importante pour la santé du point de vue de la sées et se distinguent par une certaine distance profes-
recherche sur le travail. Il s’agit par ex. du «Stress- sionnelle et une impartialité. Le plus souvent, devant
Check» de www.stressnostress.ch. Pour des enquêtes une personne extérieure et neutre, les travailleurs ont
détaillées, il est aussi possible de recourir au «S-Tool» moins peur des conséquences négatives en cas de cri-
(www.s-tool.ch). tiques et leurs réponses sont donc
plus fidèles à la réalité. L’une des pro-
Mais l’enquête écrite comporte aussi Il faut connaître cédures pour ces entretiens est par ex.
des limites. L’entreprise ne reçoit précisément les l’«ABS-Gruppe» proposée en Autriche
que peu d’informations sur la nature et qui consiste en une échelle d’éva-
concrète des sollicitations. Le résul-
causes pour prendre luation du travail (brochure du SECO:
tat montre certes qu’il y a des pro- des mesures. «Contraintes mentales – Listes de
blèmes concernant l’information et contrôle pour s’initier»).
la participation mais ne précise pas dans quelle situation
les informations font défaut ou bien où et pourquoi l’ab- Procédure d’identification
sence de participation est considérée comme une des contraintes psychiques
contrainte. Souvent, il n’y a pas assez d’information
pour en déduire les mesures appropriées. Il existe un grand nombre de procédures validées pour
identifier les contraintes psychiques. Elles se distinguent
Les informations manquantes peuvent être récupérées dans la manière de recenser les informations et dans
au moyen d’entretiens de groupes structurés. L’objectif leur étendue, c.-à-d. dans le degré de détails qu’elles
est de déterminer ensemble les causes concrètes à l’ori- contiennent. Moins une procédure contient de ques-
gine d’un événement. Une explicitation est nécessaire tions, plus les informations sur les problématiques
parce que des mesures parfaitement adaptées pour seront générales. Le tableau à la page 17 présente les
réduire les sollicitations inappropriées constatées ne sont procédures applicables dans l’ensemble des branches.
possibles qu’en connaissant les conditions spécifiques
qui y ont conduit. Déduire des mesures

Dans de nombreuses entreprises, les enquêtes écrites Lorsque les contraintes sont relevées et leurs causes
anonymes ne sont pas possibles du fait de la barrière connues avec une grande précision, il sera d’autant plus
de la langue ou en raison d’un trop faible nombre de facile de prendre les mesures appropriées pour garantir
travailleurs. Dans ce cas, il est judicieux de procéder à une prévention durable. Les mesures doivent être adap-
des entretiens de groupes structurés avec un animateur. tées à la situation dans l’entreprise et s’attaquer si pos-
sible à la source du problème.
• Entretiens de groupes structurés
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

Ce type d’entretien suit un déroulement standardisé Les travailleurs et les cadres ainsi que les spécialistes des
afin de garantir que les thèmes et les questions soient ressources humaines, de la sécurité au travail et des services
identiques pour tous les groupes et ainsi permettre analogues qui peuvent être concernés doivent être intégrés
une comparaison des résultats entre tous les groupes. dans la recherche et la mise en œuvre de solutions.

La personne qui conduit les entretiens doit savoir ani- Pour plus d’informations sur la conception du pro-
mer car il lui faut poser les questions sur tous les conte- cessus et sur la procédure, voir le site Internet www.
nus définis dans le temps déterminé et enregistrer les stressnostress.ch et la brochure du SECO «Contraintes
avis de la même façon. La qualité des informations mentales – Listes de contrôle pour s’initier» ainsi que le
dépend donc aussi de cette personne. Les experts site Internet www.psyatwork.ch.
externes disposent de grandes connaissances spéciali-

19
THÈME PRINCIPAL

Une détermination des


dangers des plus complètes
Avec ses plus de 250 employés et ses 13 succursales, SIGNAL SA réalise un chiffre
d’affaires de 54 millions de francs. Cette entreprise dynamique compte trois secteurs
d’activité principaux: signalisation, marquage et guidage du trafic. La sécurité occupe
une place centrale dans sa philosophie et pas seulement à cause du lien étroit avec le
trafic et la sécurité routière. La sécurité est également vécue au quotidien. Une analyse
des risques complète de tous les processus de travail et activités internes joue un rôle
important dans ce cadre. Car sans connaître les dangers, il est impossible de prendre
des mesures efficaces.

Détermination
des dangers
en entreprise

Exemple de bonnes
pratiques n° 1
SIGNAL SA: chiffres clés

Nombre de collaborateurs • Aménagement de surfaces • Production de plus de


routières colorées 90000 panneaux de signalisa-
> 250
tion routière par an

Nombre de succursales Systèmes et solutions • Traitement d’environ


25000 commandes par an
13 • Gestion de projet et ingénierie
• Aménagement routier Sécurité au travail et
Domaines d’activité (extrait)
protection de la santé
• Systèmes de barrage et d’accès
Signalisation
• Système de gestion de la
• Systèmes d’information
• Panneaux routiers et sécurité au travail et de
et de guidage
de signalisation protection de la santé selon
• Systèmes de guidage du trafic OHSAS 18 001
• Fabrication et montage
• Sécurité dans les tunnels
• Signalisation de chantiers • Solution MSST individuelle avec
détermination des dangers
Chiffres clés importants
complète et portefeuille des
Marquage
• Fondation en 1946 phénomènes dangereux pour
• Marquage routier l’ensemble des processus
• 54 millions de francs
• Marquage intérieur de chiffre d’affaires de travail
et de sécurité

A
près sa fondation en 1946, cette entreprise et plateformes élévatrices ainsi que des dangers liés aux
moyenne est rapidement devenue l’un des moyens de transport. Il ne faut pas non plus oublier les
principaux fournisseurs dans le domaine de la dangers liés à l’électricité puisque l’entreprise emploie
signalisation. Les produits de SIGNAL SA se des équipements électriques et cette liste pourrait
trouvent aujourd’hui partout sur les routes suisses: pan- encore s’allonger. Chez SIGNAL SA, l’éventail des dan-
neaux routiers et autoroutiers, marquages par ex. pour gers est presque complet.
passages pour piétons, pistes cyclables, etc. SIGNAL SA
est le leader du marché dans le domaine de la signalisa- Comment gérer autant de phénomènes dangereux
tion et travaille en étroite collaboration avec la Confédé- pour un préposé à la sécurité? L’analyse des risques a
ration, les cantons et les communes. Elle accomplit éga- été effectuée par étapes. De nombreux aspects ont été
lement des projets et fournit des conseils pour résolus au préalable de manière pragmatique en se
l’économie privée: systèmes d’information électroniques basant sur l’expérience. L’ancien coactionnaire de l’en-
pour le tourisme, pour le guidage routier, la gestion des treprise – le français Plastic Omnium – était étroitement
parkings ou pour la sécurité dans les tunnels, etc. lié à l’industrie automobile et accordait une très grande
importance à la sécurité au travail. Lorsque SIGNAL SA
Large éventail de dangers a décidé il y a 12 ans d’instaurer un système individuel
de sécurité au travail compte tenu de la diversité des
SIGNAL SA est un prestataire global. Conception, secteurs d’activité, il a été possible de recourir aux
design, production et montage: l’entreprise propose expériences de ce grand groupe. Par ailleurs, l’entre-
une gamme complète de services. Les phénomènes dan- prise a également obtenu les certifications ISO 9001
gereux qui surviennent dans l’entreprise et durant le Qualité, ISO 14001 Environnement et OHSAS 18001
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

montage sont tout aussi variés. La majeure partie de Sécurité au travail et protection de la santé. Afin d’être
l’activité relève de la construction métallique. Les prin- conforme à la systématique MSST de la CFST, un
cipaux risques rencontrés y sont d’ordre mécanique, par concept de sécurité a été élaboré qui tenait compte des
ex. pour découper ou ébarber des plaques d’aluminium principaux points du programme MSST en les reliant
ou plier des tubes en acier. Les travailleurs sont égale- avec les autres systèmes.
ment confrontés à des risques thermiques lors du sou-
dage, dans l’atelier de peinture ou de sérigraphie du fait La détermination des dangers en est le fondement. Elle Jürg Amiet
de la présence de substances nocives. A ces risques a tenu systématiquement compte des méthodes de la Responsable
s’ajoutent également, dans le domaine logistique ainsi Suva ainsi que des moyens auxiliaires correspondants, Qualité, Sécurité
& Environnement,
que lors du transport et du montage, des sollicitations par ex. listes de contrôle, directives, feuillets d’informa- SIGNAL SA,
de l’appareil locomoteur, le risque de chute des échelles tion, etc. Les principes suivants ont été appliqués: Büren an der Aare

21
THÈME PRINCIPAL

• Définition des limites du système (en fonction du mettent une actualisation permanente du portefeuille
secteur d’activité). des phénomènes dangereux et des mesures appropriées.
• Définition des processus de travail, classification
en processus principaux et partiels. Que faire pour que la base soit informée?
• Etablissement du portefeuille des phénomènes
dangereux en tenant compte des dangers pour l’en- Peu importe la qualité d’un système de sécurité: il ne sert
semble des activités, processus et machines grâce à rien si le message n’arrive pas à la base. SIGNAL SA a
aux notices d’instructions, listes de contrôle, direc- par conséquent transposé les connaissances liées au por-
tives, feuillets d’information et fiches de données tefeuille des phénomènes dangereux et aux accidents
de sécurité. sous la forme de «6 règles non négociables». Elles
• Réalisation d’une analyse des risques spéciale concernent les voies de circulation, les zones à risque de
pour tous les risques élevés et tous les secteurs chute, l’utilisation des chariots élévateurs, les charges
sans règles de la technique. suspendues, la maintenance, l’entretien ainsi que le tra-
• Appel à des spécialistes MSST pour les analyses vail en hauteur sur des échelles ou avec des nacelles
de risques, par ex. ingénieur de sécurité pour télescopiques. Ces règles de sécurité sont visibles sur des
les machines, hygiéniste du travail pour les mesures posters affichés dans toute l’entreprise. Elles sont abso-
des valeurs limites d’exposition. lument comparables avec les «règles vitales» élaborées
par la Suva pour les diverses branches et professions.
Des portefeuilles détaillés des phénomènes dangereux
ont été établis pour l’ensemble des processus de travail La formation est un autre élément de sensibilisation.
selon la méthode de la Suva (cf. article p. 9). Les plans Tout le personnel reçoit une formation approfondie au
de mesure qui en ont découlé répondent au principe moment de son embauche. Les phénomènes dangereux
S-T-O-P (voir p. 8). Le portefeuille des phénomènes dan- ainsi que les mesures requises sont expliqués et les for-
gereux est saisi électroniquement et accessible à tous les mations ou instructions sont répétées régulièrement. Les
participants sur l’Intranet. responsables hiérarchiques tiennent à cet effet un
«tableau des compétences» qui présente l’ensemble des
Contrôles et actualisation à intervalles réguliers capacités, cours consacrés aux machines ainsi que les
autres formations, ce qui permet au supérieur en charge
Afin que le système ne reste pas sta- de mieux planifier les missions. En cas
tique, des contrôles réguliers sont d’absence, il trouve rapidement
organisés. Le groupe DEGUS coor- La sécurité au d’autres travailleurs qui disposent des
donne toutes les activités dans le travail n’est jamais compétences correspondantes et qui
domaine de l’environnement et de la peuvent poursuivre le travail sans se
sécurité. Ce groupe se compose de terminée. mettre en danger. Ce tableau permet
personnes qui traitent des aspects également de connaître les forma-
suivants: substances et marchandises dangereuses, sécu- tions continues requises à l’occasion d’entretiens avec
rité au travail, protection de l’environnement, protection les collaborateurs.
incendie, service de santé et incidents. Cette pluridisci-
plinarité permet d’avoir une vision globale des choses. Si Un investissement lourd
un problème survient dans un secteur, par ex. avec une mais qui en vaut la peine
soupape de surpression défectueuse, l’ensemble de l’en-
treprise est examiné pour déceler les répercussions pos- Rétrospectivement, les efforts accomplis pour parvenir à
sibles, les problèmes similaires ou les effets liés. Tous les une détermination des dangers complète ont porté leurs
responsables hiérarchiques travaillent avec des fiches de fruits: SIGNAL SA est aujourd’hui sur la bonne voie en
contrôle qu’ils passent en matière de sécurité au travail. Le taux d’accident est bas
Phénomènes dange- revue deux fois par mois à par rapport à la branche. Mais elle n’est toutefois pas à
reux thermiques lors l’occasion de visites l’abri d’un revers. Un seul accident grave replongerait
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

du soudage
de sécurité. Le pré- rapidement l’entreprise dans la statistique des accidents.
posé à la sécurité Le travail de prévention n’est par conséquent jamais ter-
effectue de plus miné. Lorsque l’on se réjouit rapidement des réalisations,
deux contrôles par il ne faut pas s’étonner lorsque de nouveaux problèmes
an dans chaque suc- inattendus surgissent. SIGNAL SA a mis sur pied un sys-
cursale. Soit au total tème qui permet une gestion dynamique des risques et
environ 240 contrôles qui représente ainsi une solution durable dans le
documentés par an, qui per- domaine de la sécurité au travail.

22
Secteur d’activité important de SIGNAL SA: fabrication et La découpe et l’ébarbage de plaques d’aluminium
montage de panneaux routiers et de signalisation s’accompagnent de dangers mécaniques importants.

Entretien avec Jürg Amiet, nomènes dangereux aussi ramifié et détaillé. C’est une
mené par Thomas Hilfiker, rédacteur tâche gigantesque et le temps nécessaire à cette actuali-
de la revue Communications de la CFST sation est très important. Parfois, il me semblerait souhai-
table de moins se concentrer sur les détails et plus sur les
M. Amiet, une détermination des dangers aussi grands risques. Sinon, comme le dit le proverbe, nous
poussée nécessite beaucoup de temps et acca- risquons de voir l’arbre cacher la forêt.»
pare des ressources. Votre direction vous a-t-elle
soutenu suffisamment? Avez-vous déjà procédé à une détermination
des dangers dans le domaine des risques
Jürg Amiet: «De par ma fonction de préposé à la sécu- psychosociaux?
rité, je dépends directement de la direction. A ce poste,
je bénéficie d’un soutien exceptionnel de la part de Jürg Amiet: «Nous avons encore du travail sur ce point.
toute la direction. Les responsables de secteur mettent Certes, j’estime que ces problèmes ne sont pas très nom-
également un accent particulier sur breux dans notre entreprise. On
la sécurité au travail, ce qui est très remarque davantage les accidents
important car c’est la seule manière Sans soutien de que les problèmes de stress, de burn­
de sensibiliser suffisamment les tra- la direction, on out ou de mobbing. Mais ces risques
vailleurs à la base. L’engagement de sont également abordés, par ex. dans
la direction a été et reste capital. ne va nulle part. le cadre des entretiens avec les colla-
Sans cela, il n’est pas possible d’ac- borateurs. Par ailleurs, notre départe-
complir grand-chose dans le domaine de la sécurité au ment de ressources humaines analyse les absences dues
travail. Sur ce point, la situation est très positive.» aux maladies et discute des causes avec les travailleurs.
Lors d’un contrôle de système, l’inspecteur cantonal du
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

Procéderiez-vous aujourd’hui de la même travail nous a suggéré d’instaurer un service de média-


manière pour la détermination des dangers? tion pour les problèmes psychosociaux. Nous approfon-
dirons encore certainement ce thème à l’avenir avec le
Jürg Amiet: «Nous disposons d’un bon système qui fonc- service des ressources humaines. Il ne faut pas sous-es-
tionne parfaitement. Aujourd’hui, je me concentrerais timer ces risques dans ce domaine.»
toutefois davantage sur les zones sensibles et divers
points prioritaires. Le principal problème réside dans le
fait d’actualiser régulièrement un tel portefeuille des phé-

23
THÈME PRINCIPAL

Concilier rentabilité
et sécurité au travail
gammaRenax AG propose une gamme complète de facility services dans toute la
Suisse, 24 h / 24, 7 jours sur 7. Faisant appel à des professions très variées, elle est
ainsi confrontée à des dangers disparates. Pour former son personnel, l’entreprise
a élaboré des manuels spécifiques aux différents secteurs, processus et ouvrages.
L’importance de la sécurité au travail et de la protection de la santé y occupe la même
place que l’efficacité des processus de travail. La rentabilité et la sécurité au travail
vont ainsi de pair.

Détermination
des dangers
en entreprise

Exemple de bonnes
pratiques n° 2
gammaRenax AG: chiffres clés

Nombre de collaborateurs Entretien des jardins Dates importantes


et des environs
1550 • 1968: fondation de Renax AG
• Entretien des espaces verts (filiale de Swissair)
Siège
• Entretien des surfaces dures • 1985: fondation de Gamma
Zurich-Dübendorf Reinigungen AG par Hugo Gallo
• Service d’hiver
Nombre de succursales: 9 • 2001: fondation de gamma­
• Plantes d’intérieur
Renax AG suite à la fusion
Principaux secteurs Entretien technique de Renax AG et Gamma
d’activité (extrait) Reinigungen AG
• Gestion technique
Nettoyage de bâtiments des bâtiments • 2004: fondation de la filiale
clean&soft SA spécialisée dans
• Nettoyage d’entretien • Piquet technique
l’hygiène
et maintenance
• Entretien / service de bâtiment
• Nettoyage des fenêtres Sécurité au travail et
• Health, Security, Safety &
et façades protection de la santé
Environment (HSSE)
• Nettoyage de construction • Système de gestion de la sécu-
Entretien des infrastructures
et en fin de chantier rité et santé au travail selon
• Réception et assistance OHSAS 18001
• Nettoyage de base
• Support de bureau • Solution MSST interne indivi-
duelle avec détermination des
• Tenue des locaux et restauration
dangers complète et manuels
• Approvisionnement pour les travailleurs
et élimination

G
rande entreprise comptant environ 1550 employés, • Travaux avec des substances
gammaRenax est un prestataire intégral de ser- • Equipements de travail / machines
vices généraux pour la maison, les bâtiments • Utilisation de moyens de transport
et les infrastructures: nettoyage de bâtiments, • Utilisation d’équipements de levage, échafaudages
de fenêtres et façades, entretien des espaces verts, ser- roulants, échelles, plateformes
vice d’hiver, entretien et maintenance techniques, • Entreposage, réparation
conciergerie, réception et assistance, service de courrier, • Parties de bâtiment, voies de circulation
transport et déménagement de postes de travail, restau- • Conditions de travail générales
ration, service d’hygiène et élimination. Presque tous les • Direction, comportement
services sont proposés. Les métiers exercés dans l’entre- • Administration
prise sont ainsi très divers, tout comme les dangers
au travail. La particularité de ce portefeuille est de prendre en
compte simultanément la sécurité au travail, la protec-
Portefeuille détaillé des phénomènes dangereux tion de la santé, l’environnement et l’énergie. Tous les
processus ont été classés grâce à une matrice des
gammaRenax dispose de l’ensemble des certifications risques et les mesures correspondantes attribuées à
internationales requises: ISO 9001 Qualité, ISO 14001 chaque secteur.
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

Environnement, ISO 50001 Energie et OHSAS 18001


Sécurité et santé au travail. Pour les obtenir, l’entreprise Manuels conviviaux
a dû passer en revue les systèmes de gestion ainsi que
l’ensemble des secteurs et processus en fonction des gammaRenax collabore avec de nombreux spécialistes
risques opérationnels afin d’identifier les dommages mais aussi avec un grand nombre de travailleurs
potentiels et de déduire des mesures. Son portefeuille semi-qualifiés, en particulier dans le nettoyage des bâti-
détaillé des phénomènes dangereux regroupe toutes les ments. Par ailleurs, les lieux de travail sont le plus sou-
rubriques importantes, classées par secteurs, activités et vent décentralisés dans toute la Suisse. La direction de Severin Gallo
substances, par ex.: l’entreprise s’efforce ainsi de communiquer les informa- Ing. civ. dipl.
EPF, directeur,
tions, instructions et règles de sécurité grâce à des gammaRenax AG,
manuels destinés à trois niveaux: cadres, responsables Zurich-Dübendorf

25
THÈME PRINCIPAL

La formation joue un rôle essentiel dans l’entreprise.

d’ouvrage et travailleurs de certains ouvrages. L’en- occasion, les incohérences rencontrées dans la présen-
semble du personnel reçoit un manuel général consacré tation des symboles de danger ont pu être élucidées.
à la sécurité au travail et à la protec-
tion de la santé qui présente des Pour les dangers particuliers (par ex.
notions pratiques et faciles à retenir Chaque geste doit utilisation de tronçonneuses dans les
sur divers aspects: organisation en cas jardins ou de nacelles télescopiques
associer qualité,
d’urgence, signaux d’obligation et de pour le nettoyage de façades), des
sécurité, vue d’ensemble des princi- environnement et mesures de sécurité particulièrement
paux dangers et règles de sécurité sécurité au travail. strictes sont prises. Les tronçonneuses
pour les principaux secteurs, tels que sont ainsi attachées à une chaîne et
maintenance, échelles, échafaudages, les conducteurs de nacelles télesco-
nacelles télescopiques, protection contre les chutes, piques suivent chaque année le cours IPAF durant leurs
équipements de protection individuelle, etc. trois premières années d’activité. Les responsables hiérar-
chiques reçoivent par ailleurs des listes de contrôle pour
Compte tenu de la disparité des dangers entre ouvrages effectuer des instructions et des vérifications.
et activités, l’entreprise a par conséquent élaboré des
manuels spécifiques pour certains ouvrages afin de pré- Un outil de formation d’entreprise envisagé
senter les procédures avec de brèves consignes et des
images parlantes. Il est ainsi possible d’organiser les opé- La formation joue un rôle essentiel dans l’entreprise.
rations non seulement d’après les règles de la sécurité L’objectif est à présent de créer un outil de formation
au travail mais aussi d’après des critères économiques. d’entreprise personnalisé afin que les compétences en
Efficacité au travail, bon ordre des étapes de travail et matière de procédures puissent servir de référence. Tout
mesures de protection vont ainsi de pair. dépassement de la «ligne rouge» sera ainsi pratique-
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

ment impossible dans le domaine de la sécurité au tra-


Mises à jour régulières vail. Il faudra toutefois que tout le personnel mette la
main à la pâte. Un accident du travail représente tou-
Les procédures de travail font l’objet d’audits annuels jours un grand risque, non seulement en raison des
pour les grands clients, ou à intervalles périodiques pour atteintes potentielles pour la santé mais aussi parce
les ouvrages plus petits. Toutes les observations impor- qu’un tel événement est en contradiction avec les valeurs
tantes pour l’activité sont documentées et permettent de gammaRenax et entraîne des conséquences finan-
d’actualiser le portefeuille des phénomènes dangereux. cières. Les accidents s’accompagnent par ailleurs tou-
Par exemple, de nouvelles fiches de données de sécurité jours d’un risque important pour l’image de l’entreprise.
d’un fournisseur ont été récemment contrôlées. A cette Un comportement proactif est de ce fait indispensable.

26
Les règles de sécurité sont importantes lors du nettoyage Le nettoyage de façades au moyen de nacelles
de bâtiments. télescopiques nécessite des mesures de sécurité
particulièrement strictes.

Entretien avec Severin Gallo, Lorsque nous externalisons, nous sommes responsables
mené par Thomas Hilfiker, rédacteur vis-à-vis de nos clients du respect des normes équiva-
de la revue Communications de la CFST lentes en matière de sécurité au travail et de protection
de la santé ainsi que dans les domaines de l’environne-
M. Gallo, vous avez déclaré que rentabilité ment et de l’énergie. Nous ne pouvons accepter de fer-
et sécurité au travail peuvent aller de pair. mer les yeux face à d’éventuels dangers parce qu’ils ne
Pouvez-vous expliquer? concernent pas nos propres travailleurs. Ce n’est pas
notre philosophie d’entreprise.»
Severin Gallo: «Dans notre entreprise, nous avons exclu
toute logique de caste. Travailler efficacement, c’est aussi Quelles conclusions tirez-vous des accidents?
travailler en toute sécurité, en économisant l’énergie et en
préservant l’environnement. Nous adoptons une approche Severin Gallo: «Tous les accidents, même les cas baga-
holistique des processus de l’entreprise, prenons en telles, sont déclarés à la Suva via SunetPlus, ce qui
compte tous les aspects importants de entraîne parfois la constitution de
nos systèmes de gestion et recher- provisions auprès de la Suva parce
chons la solution optimale. ‹Rapidité Rapidité ou que l’on ne sait pas encore si un acci-
ou sécurité?› La question ne se pose sécurité? dent aura des répercussions pour
même pas chez nous. Les processus nous. Fondamentalement, je suis
doivent simplement être judicieux, ce La question ne se d’avis que l’analyse des accidents est
qui fait appel au bon sens et avant pose même judicieuse et nous fournit des infor-
tout à une connaissance précise des mations. Mais elle intervient trop
ouvrages ainsi que des travailleurs,
pas chez nous. tard, l’accident ayant déjà eu lieu.
substances et équipements de travail Personnellement, je privilégie une
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

auxquels nous recourons sur place. Rentabilité et sécurité démarche proactive. Pour prévenir les accidents, le
au travail ne sont pas contradictoires chez gammaRenax.» mieux est d’être souvent sur site. Les préposés à la sécu-
rité et les responsables hiérarchiques doivent identifier
Travaillez-vous aussi avec des entreprises les lacunes dans le système de sécurité et les éliminer
tierces et qu’en est-il de la sécurité au travail avant que ne survienne un accident. Telle est notre
et de la protection de la santé dans ce cas? vision de la prévention.»

Severin Gallo: «Nous avons naturellement des interfaces


avec des prestataires externes, que nous passons en
revue de la même façon que nos propres processus.

27
THÈME PRINCIPAL

Détermination des dangers


pour les solutions par branches
Du point de vue de la méthodologie, une détermination des dangers pour une solution
par branche n’est pas fondamentalement différente de celle pour une entreprise. L’en-
jeu réside néanmoins dans la collaboration avec l’organisme responsable. Si cette
collaboration est dynamique, si les entreprises sont ouvertes à des visites et à des audits
et si l’organisme responsable est intéressé par une appréciation des risques poussée,
la détermination des dangers au sein d’une branche pourra être approfondie et régu-
lièrement actualisée. Dans le cas contraire, elle risque d’être superficielle et sans lien
avec la pratique.

Détermination
des dangers
en entreprise

Exemple de bonnes
pratiques n° 3
BDS Safety Management AG: chiffres-clés

Nombre de collaborateurs • Sécurité au travail Valeurs fondamentales


(extrait)
15 • Protection de la santé
• Répondre aux besoins
Domaines d’ingénierie: • Hygiène du travail
réels des clients
machines, électricité, chimie,
• Protection de l’environnement
biologie, organisation du travail, • Créer une valeur ajoutée
ergonomie, protection • Protection incendie et un profit pour les clients
incendie, environnement
• Gestion de la qualité et des • Qualité irréprochable
Spécialistes MSST (internes): processus, Business Excellence
• Rentabilité
chargés de sécurité, ingénieurs
Elaboration et suivi de solutions
de sécurité, hygiénistes du travail • Engagement et passion
de sécurité interentreprises
et coopération avec des
• Professionnalisme et équité
médecins du travail externes • Solutions individuelles
• Solution type BDS M 09 Certification
Domaines d’activité (extrait)
• Solutions par groupe ISO 9001 Management
Prestations de services (conseils,
d’entreprises de la qualité
formations, fonctions externes
telles que préposés à la sécurité) • Solutions par branches
dans les domaines:

B
DS Safety Management AG élabore des solutions cidents (SSAA), rattaché à la Suva. A l’aide de la
sur mesure et fournit des services de conseil dans nomenclature NOGA, les chiffres importants sont addi-
les domaines de la sécurité au travail, de la pro- tionnés et évalués. C’est ainsi que l’on obtient des infor-
tection de la santé et de l’environnement depuis mations sur les accidents et maladies professionnelles
1993. Ses ingénieurs de sécurité, hygiénistes du travail dans les branches en question ainsi que dans les sec-
et chargés de sécurité s’occupent de la conception et du teurs où l’appel à un médecin du travail ou à un spécia-
suivi de solutions de sécurité, que ce soit une solution liste MSST est nécessaire.
individuelle pour une entreprise, une solution par
groupes d’entreprises pour un groupe de sociétés ou Un élément particulièrement important est la sélection
une solution type pour l’ensemble d’une branche. Cou- d’entreprises appropriées: elles doivent couvrir toutes
vrant un champ d’activités très large, les activités de la branche afin de
cette entreprise a acquis au fil des recenser le plus grand nombre pos-
années un vaste savoir-faire dans les Les entreprises sible de dangers. Ces entreprises
secteurs les plus divers: électricité, doivent également être intéressées
doivent être
construction métallique, transports, par une collaboration et reconnaître
techniques de traitement de surfaces, intéressées par une l’utilité pour la branche et pour elles-
vins et spiritueux, etc. BDS Safety collaboration. mêmes. Un autre avantage est le fait
Management participe à de nom- d’établir un rapport de visite qui pré-
breux pools MSST de solutions par sente les lacunes du dispositif de
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

groupes d’entreprises ou par branches certifiées et sécurité et les possibilités d’amélioration. Ces visites
contribue ainsi à ce que les déterminations des dangers d’entreprises servent à enregistrer les processus et acti-
soient régulièrement mises à jour. vités ainsi que les risques correspondants. Le suivi par
un spécialiste de l’entreprise (PERCO ou préposé à la Andreas Merz
Procédure de détermination des sécurité) est indispensable. Les spécialistes externes Ing. dipl. en
dangers pour les solutions par branches dépendent des connaissances de ces experts internes économie EPD,
ingénieur de
afin de pouvoir procéder à une détermination des dan- sécurité OQual
Le travail consiste tout d’abord à analyser les chiffres gers la plus complète possible. Hygiéniste du
des accidents et des maladies professionnelles d’une travail SSHT,
BDS Safety
branche en se basant pour cela sur les données du Ser- Lors de ces visites, on définit tous les processus et activités Management AG,
vice de centralisation des statistiques de l’assurance-ac- pour lesquels il faut faire appel à un ingénieur de sécurité Baden-Dättwil

29
THÈME PRINCIPAL

La détermination des dangers sur place est essentielle.

mais aussi à d’autres spécialistes MSST (hygiéniste du tra- reux, les spécialistes MSST définissent alors des mesures
vail, médecin du travail, etc.), par exemple en présence de: appropriées avec les représentants de la branche.

• effets chimiques du fait de substances nocives; Méthodes simplifiées pour les branches
• effets physiques du fait de rayonnements ionisants sans dangers particuliers
ou non ionisants; son et vibrations; humidité, froid
ou chaleur; environnement hyperbare (surpression); Pour les branches ne présentant pas de dangers parti-
atmosphère appauvrie en oxygène, etc. culiers ou dont les activités sont régies par des règles de
• effets biologiques du fait de micro-organismes; sécurité bien documentées, une méthodologie simpli-
• effets psychosociaux pour cause de: charge fiée est possible. Dans ce cas, on ne réalise pas d’esti-
de travail excessive, lacunes organisationnelles, mation des risques et les règles de sécurité disponibles
surveillance, travail cadencé, mobbing, etc. sont directement attribuées aux dangers relevés dans le
• effets ergonomiques du fait du déplacement portefeuille des phénomènes dangereux, étant donné
de charges, de postures incorrectes, etc. que les règles de sécurité se basent sur une appréciation
des risques préalable (par ex. sur une liste de contrôle
Evaluation en équipes de la Suva).

L’évaluation des phénomènes dangereux et l’appréciation Mise en application axée sur la pratique:
des risques sont effectuées en équipe. La méthodologie un aspect crucial
retenue dans ce cadre s’appuie en grande partie sur la
procédure prescrite par la Suva, mais aussi par les sys- L’appréciation des risques et le portefeuille des phéno-
tèmes de management existants, par ex. OHSAS 18001 mènes dangereux doivent être conçus pour une mise en
ou la nouvelle norme ISO 45001. Lors de la composition application ultérieure de manière à ce que les règles de
des équipes, on veillera à intégrer aussi bien les connais- sécurité soient présentées de manière conviviale et axée
sances spécialisées des représentants de la branche que sur la pratique. La meilleure détermination des dangers
celles des spécialistes MSST. L’animation est générale- ne sert pas à grand-chose si les mesures à appliquer
ment confiée à un spécialiste MSST. sont compliquées ou n’ont pas de lien avec la pratique.
Le contenu et la forme sont importants. Il faut privilé-
Les risques sont appréciés sur la base de l’hypothèse plau- gier une liste de contrôle illustrée à un document conte-
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

sible la plus défavorable en y intégrant les expériences de la nant simplement du texte. Et les images doivent prove-
branche. Les mesures de réduction des risques qui en nir de la branche. Des images d’autres branches
découlent suivent le principe éprouvé S-T-O-P (voir p. 8). Les entraînent une réaction de rejet chez les travailleurs
règles de sécurité applicables se basent sur la législation parce qu’ils ne se sentent pas concernés. La rédaction
ainsi que sur les directives et feuillets d’information des ins- des contenus doit également être facilement compré-
titutions et organisations compétentes (CFST, SECO, Suva, hensible par le grand public. Tandis qu’une analyse est
ESTI, etc.). Les risques sont ensuite appréciés sur la base du principalement l’affaire d’experts et de spécialistes, la
risque résiduel en tenant compte des mesures définies. mise en application dans les entreprises concerne l’en-
semble du personnel: responsable de la sécurité, supé-
En l’absence de règles de la technique ou de règles de rieurs et travailleurs. Les mesures de prévention doivent
sécurité correspondantes pour un phénomène dange- être accessibles à tous.

30
Les dangers particuliers nécessitent le recours Pour les processus de base, par ex. lors de l’utilisation
à des spécialistes MSST. d’équipements de travail standardisés, le transfert
de connaissances entre branches est très utile.

Entretien avec Andreas Merz, principalement comme une partie de son modèle com-
mené par Thomas Hilfiker, rédacteur mercial. Même s’il n’est pas juridiquement responsable
de la revue Communications de la CFST de la mise en application des mesures de sécurité au
travail, il ne doit pas pour autant fuir ses responsabilités.
M. Merz, vous avez déjà procédé à des détermi- Pour une détermination des dangers approfondie, il
nations des dangers pour de nombreuses solu- nous faut avoir accès aux entreprises. Les audits pério-
tions interentreprises. Comment avez-vous accès diques sont nécessaires pour une actualisation régulière.
aux connaissances spécifiques de la branche? Si ces tâches sont réduites à un minimum pour des rai-
sons de coûts ou si elles sont laissées
Andreas Merz: «Notre entreprise se aux soins des entreprises, le risque
compose de spécialistes des secteurs Un organisme est que l’appréciation des risques
les plus divers. Ainsi, en fonction de la reste principalement un exercice
responsable
problématique et de la branche, nous théorique et qu’elle n’ait que peu de
sommes en mesure de constituer une ne doit pas fuir ses liens avec la pratique. Notre volonté
équipe qui dispose des connaissances est par conséquent de participer acti-
responsabilités.
les plus vastes possible. Et en l’absence vement si possible dans le pool MSST
de savoir-faire, nous pouvons recourir et de collaborer avec les branches qui
à des représentants internes de la branche ou, si néces- sont intéressées par une gestion dynamique de leur sys-
saire, à des experts externes. Bien entendu, il ne faut pas tème de sécurité. C’est ce qui permet une situation
oublier que, pour de nombreux processus de base, les phé- gagnant-gagnant.»
nomènes dangereux ne sont pas spécifiques à une
branche. Les risques mécaniques dus à des machines ou à Quels conseils donneriez-vous aux entreprises
des moyens de transport, les risques chimiques dus à des pour mettre en application une solution
substances etc. sont rarement très différents d’une par branche?
branche à l’autre. Aussi, le transfert de connaissances
entre branches est très utile. Lors de la détermination des Andreas Merz: «Une détermination des dangers com-
dangers, il est important de pouvoir combler les éven- plète représente souvent une tâche immense, parfois
tuelles lacunes par des connaissances spéciales. Une per- trop complexe pour une seule entreprise. Il est par
sonne seule serait difficilement en mesure de tout couvrir. conséquent important que l’organisme responsable pro-
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

C’est pourquoi nous travaillons toujours en équipe. Nous pose aux entreprises des moyens auxiliaires appropriés
sommes ainsi en mesure d’exclure les zones d’ombre lors tels que des listes de contrôle et des formations. Ces
de l’analyse des risques. dernières peuvent alors choisir les éléments les plus
importants en se basant sur leurs exigences. Au niveau
Quelles difficultés rencontrez-vous lors de l’entreprise, il faut procéder à une sélection indivi-
de la détermination des dangers pour les duelle adaptée à ses besoins, ce qui joue un rôle central
solutions par branches? en particulier pour les branches hétérogènes. Dans cer-
tains cas, une visite d’entreprise peut aider à classer et à
Andreas Merz: «La principale difficulté est lorsqu’un mettre en application les mesures appropriées.»
organisme responsable n’accorde pas la priorité à la pré-
vention mais qu’il considère la solution par branche

31
Sécurité et santé au travail dans les
entreprises d’entretien des textiles
Les changements techniques et structurels ne s’arrêtent pas non plus dans la branche
de l’entretien des textiles. La précédente brochure de la CFST dédiée à ce secteur
date de 1996 et n’avait fait l’objet depuis lors que de modifications minimes. Son
contenu tant rédactionnel que graphique a par conséquent été profondément rema-
nié par un groupe de travail. Précieux instrument pour organiser la sécurité au travail
et la protection de la santé dans les blanchisseries et les entreprises de nettoyage à
sec, cette brochure offre une multitude d’informations sur les risques et les mesures
de prévention possibles.

P
ubliée par la Commission ainsi que les atteintes à la santé liées dents et les dangers pour la santé
fédérale de coordination au travail est une tâche de longue auxquels est soumis le personnel en
pour la sécurité au travail haleine. Les nouveaux collaborateurs question et donne des conseils pour
CFST, la série de brochures doivent être familiarisés avec la sécu- les écarter. La première colonne pré-
«L’accident n’arrive pas par hasard!» rité au travail et la protection de la sente la situation ou le danger, la
s’intéresse aussi aux entreprises santé. Les progrès techniques, l’in- seconde les mesures requises ou ce à
d’entretien des textiles. Avec près de troduction de nouvelles machines, quoi il faut veiller. Les diverses situa-
5500 travailleurs à plein temps, les les évolutions des techniques et des tions sont illustrées par des images.
blanchisseries, nettoyages à sec et processus de travail requièrent de
entreprises assimilées fournissent nouvelles déterminations des dan- Enseignements tirés de la
d’importants services aux hôtels, aux gers et analyses des risques. C’est la statistique des accidents
restaurants, aux hôpitaux, aux seule manière de prendre des
homes et à de nombreux particuliers mesures appropriées pour prévenir La statistique des accidents montre
en travaillant souvent 24h / 24. efficacement les accidents et mala- qu’environ un tiers des accidents
dies professionnels. dans la branche de l’entretien des
Ces dix dernières années, le nombre textiles est dû à des glissades, à des
d’accidents est resté relativement Un concept qui faux pas ou à des chutes. Les sols
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

stable dans ce secteur. En 2013, le a fait ses preuves mouillés et sales, les voies de circula-
risque d’accident professionnel était tion encombrées d’obstacles, les
de 60,9 pour 1000 travailleurs à La CFST a confié la révision de la escaliers au revêtement glissant ou
plein temps, soit 13 % de moins que brochure à un groupe de travail mal signalés, des chaussures inap-
la moyenne pluriannuelle de 70 pour interdisciplinaire (voir en haut de la propriées ou un éclairage insuffisant
Hans Näf 1000 travailleurs à plein temps, page 33). La structure du contenu ne sont que quelques exemples de
Ing. él. dipl.
ETS-UTS, toutes branches économiques suit le modèle qui a fait ses preuves causes d’accidents. Les machines et
Inspection fédé- confondues (source: SSAA). Mais ce dans les brochures précédentes de les moyens de transport utilisés en
rale du travail, n’est pas là une raison pour se repo- la série «L’accident n’arrive pas par grand nombre en provoquent aussi
Secrétariat d’Etat
à l’économie, ser sur ses lauriers. Prévenir les acci- hasard!». La brochure présente de relativement fréquemment. Comme
SECO, Berne dents et maladies professionnels façon synoptique les risques d’acci- le flux de marchandises est en

32
Composition du groupe de travail
• Hans Näf, Inspection fédérale du travail, SECO, Berne
(direction de projet)
• Roman Bongni, Office de l’industrie, du commerce
et du travail (KIGA), canton de Bâle-Campagne
• Heidi Bucheli, secteur industrie, arts et métiers, Suva, Lucerne
• Thomas Hilfiker, elva solutions, Marketing und
Kommunikation, Meggen
• Paul Keller, responsable Environnement et sécurité au travail,
Base logistique de l’armée, DDPS, Berne
• Dario Mordasini, Sécurité et santé au travail, syndicat Unia,
Berne
• Melanie Saner, Association suisse des entreprises d’entretien
des textiles ASET, Berne

www.cfst.ch > Documentation > La modification des processus de travail et l’introduction de nouvelles machines
Service des commandes, n° d’article CFST 6232 rendent nécessaire la réalisation de nouvelles déterminations des dangers.

constant mouvement dans les blan- L’ergonomie joue par ailleurs un rôle Substances dangereuses
chisseries et les nettoyages à sec, une important dans ces entreprises. Le Bâtiments, entretien
attention particulière doit être accor- personnel devrait ainsi pouvoir dis- et maintenance
dée non seulement aux moyens de poser par ex. de chariots grillagés • Annexes: bases légales,
transport et aux voies de circulation, pour le transport ou à fond mobile liens et adresses utiles, index
mais aussi au nettoyage, au dépan- pour charger et décharger les pièces
nage et à l’entretien des machines et de linge lourdes des lave-linge et Envoi aux groupes cibles
équipements. Le personnel peut être sèche-linge, de tables de travail et de
coincé, écrasé ou coupé lors du centrales de repassage à hauteur La CFST a informé les organes d’exé-
dégagement de pièces de linge réglable ainsi que de moyens auxi- cution, les associations profession-
bloquées dans des appareils ou liaires ergonomiques (tapis) pour nelles et la presse spécialisée de la
des convoyeurs. travailler en position debout, etc. branche de l’entretien des textiles à
l’automne 2016. A cette occasion,
La prudence doit aussi être de mise Contenu axé sur la un exemplaire de la brochure a été
lors de l’utilisation de lessives et de pratique des entreprises adressé à 1100 entreprises (blanchis-
nettoyants ainsi que de produits series, nettoyages à sec et entre-
chimiques car ils peuvent présenter Le contenu de la brochure reflète la prises assimilées) en les invitant à en
un danger pour la santé ou causer pratique quotidienne et se base sur faire usage au quotidien ainsi que
des réactions allergiques par inhala- les processus de travail des entre- lors de la formation de base et conti-
tion ou contact cutané. Il est donc prises: nue. La brochure peut être comman-
indispensable d’employer des équi- dée gratuitement auprès de la CFST
pements de protection individuelle • Introduction: statistique des acci- (voir référence ci-dessus). Il s’agit
et de disposer d’un plan d’hygiène dents, causes et coûts, systèmes d’un instrument utile pour prévenir
pour manipuler ces substances de sécurité au travail et de pro- les accidents et maladies profession-
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

nocives. Lors de travaux de finition, tection de la santé selon la systé- nels. La CFST soutient ainsi les
des dispositifs de protection appro- matique MSST employeurs, les organes d’exécution
priés doivent protéger en particulier • Tableaux: et l’organisme responsable de la
contre les points d’entraînement des Contenu du travail, solution par branche dans leurs acti-
machines, par ex. aux calandres et organisation vités de prévention.
aux plieuses. Les robots et centrales Réception et livraison
de repassage ainsi que les presses à des marchandises
repasser doivent aussi être sécurisés Contrôle à la réception,
afin d’éviter que le personnel n’ac- tri, étiquetage
cède à la zone dangereuse et ne se Lavage, nettoyage, détachage
coince ou se brûle. Travaux de finition

33
Informations de l’Association
pour la formation professionnelle
supérieure STPS
Fondée en novembre 2013, l’Association pour la formation professionnelle supérieure
STPS a pour principales tâches l’élaboration et l’organisation régulière d’un examen
professionnel fédéral dans le domaine de la sécurité au travail et de la protection de
la santé (STPS). La mise en place de cet examen permettra de créer un premier diplôme
officiel pour les généralistes de ce secteur. Un examen professionnel supérieur, basé
sur cet examen initial, sera proposé ultérieurement. Le présent article fait le point
sur l’avancée des travaux et les prochaines étapes.

A
xé sur la pratique et les tion, ce dernier a élaboré les bases • Préposé à la sécurité / agent
compétences, le nouvel d’un règlement d’examen et des de liaison pour la sécurité
e x a m e n p ro f e s s i o n n e l directives en neuf étapes (voir fig. à au travail (PERCO)
fédéral doit tenir compte la page 35). L’objectif de ces travaux • Inspecteur cantonal du travail
des dispositions de prévention pré- était de mettre en place une forma-
vues par la loi sur l’assurance-acci- tion professionnelle supérieure Pour le profil Préposé à la sécu-
dents (LAA) et la loi sur le travail solide et axée sur les compétences rité / PERCO, quatre groupes de vali-
(LTr), et ainsi surmonter le dualisme dans le domaine de la sécurité au dation ont été constitués: construc-
LAA / LTr au moins pour la formation travail et de la protection de la santé. tion, industrie, services et autres
continue. Cette exigence se reflète (inconnu). Lors de la sélection des
également dans le titre protégé Enquête et validation participants à la validation, une
prévu: «Spécialiste de la sécurité au attention particulière a été accor-
travail et de la protection de la santé En mai 2015, trois ateliers regrou- dée à une répartition représentative
(STPS) avec brevet fédéral». pant 30 praticiens expérimentés pro- par tailles d’entreprise, branches,
Erich Janutin venant de toutes les régions de régions linguistiques, organisations
Docteur en droit Un groupe d’experts Suisse ont été organisés. L’objectif et activités. Les participants avaient
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

et avocat
Président de la aux commandes était d’identifier les situations de tra- pour tâche de classer les activités
commission vail pertinentes et les facteurs de décrites par importance ainsi que de
d’examen et de Après la constitution de l’association réussite critiques. Environ 250 experts remettre des commentaires, propo-
celle chargée
de l’assurance faîtière, les cinq représentants des ont ensuite procédé à leur validation ser des compléments et de répondre
qualité membres fondateurs (CFST, AIPT, au moyen d’un outil en ligne en alle- à des questions au besoin.
Association pour SECO, Suva, AOST, cf. encadré) qui mand et en français, le but étant de
la formation
professionnelle en composent le comité ont mis sur contrôler ces éléments pour quatre Analyse de la validation
supérieure STPS pied un groupe d’experts (à la fois profils:
Secrétaire équipe de projet). En étroite collabo- • Organe d’exécution Suva Avec environ 1100 commentaires, le
principal sup-
pléant de la ration avec la société Ectaveo spécia- • Préposé à la sécurité taux de retour est réjouissant. Par
CFST, Lucerne lisée dans les questions de forma- externe / conseiller ailleurs, la répartition entre les diffé-

34
Composition du groupe d’experts

Les membres du groupe d’experts étaient:

Beat Zahno* Erich Janutin* (CFST)


(AOST, Association des
offices suisses du travail)

Bruno Britschgi (Suva) Peter Schwander* (AIPT)

Régine Guidetti-Grept*
(Suva) Werner Scherrer (AIPT)

Eduard Brunner* (SECO)

rents profils et régions linguistiques


est bonne.
Ils formaient également l’équipe de projet.
Résumé de l’enquête et des estima- L’astérisque indique que ces personnes sont à la fois membres de la commission
tions de la direction de projet: d’examen et de celle chargée de l’assurance qualité de l’Association STPS. Direction
• La nécessité d’un examen de projet pour l’élaboration du règlement d’examen et des directives: Erich Janutin,
Peter Schwander, Petra Hämmerle (Ectaveo) et Martina Stühlinger (Ectaveo).
professionnel est avérée.
• Les pondérations et commen-
taires dans les retours confirment
les profils identifiés.
• Grâce à ces retours, les profils ont Aperçu de la procédure
pu être affinés une nouvelle fois. Élaboration des bases – partie 1
• Il existe peu de disparités dans
le profil Préposé à la sécurité 1 Structuration du champ professionnel
au sein des groupes de validation
construction, industrie et ser-
vices. Aussi, des orientations 2 Identification des exigences pratiques
d’approfondissement par branche
ne s’imposent pas.
3 Validation
• En revanche, des différences
de contenus sont clairement
apparues entre Préposé à la 4 Elaboration des profils de compétence
sécurité / PERCO / conseiller d’une
part et Organe d’exécution
5 Analyse des résultats / procédure
d’autre part, raison pour laquelle
l’établissement d’un tel profil
s’avère indiqué.
Élaboration des bases – partie 2

Elaboration d’un profil


1 Plan modulaire
de compétences

Les quatre profils d’activité ont 2 Conception de la systématique d’examen


ensuite été condensés dans un profil
commun avec les compétences cor-
3 Règlement d’examen / directives
respondantes. L’objectif du profil de
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

compétences est de disposer d’une


liste de qualifications que les candi- 4 Consultation interne Règlement d’examen / directives
dats doivent posséder pour pouvoir
agir correctement dans une situation
professionnelle déterminée. L’élabo-
ration de ce profil suit une approche
globale qui tient compte de la même
manière des aspects suivants: mise
en application, connaissances / com-
préhension, motivation / attitude et
réflexion.

35
Système modulaire STPS

Modules à option MO 1 MO 2 MO 3
Mettre en œuvre la STPS dans un Mettre en œuvre la STPS dans un Mettre en œuvre la STPS dans un
contexte spécifique: construction contexte spécifique: industrie / artisanat contexte spécifique: services

Module d’appro- MA 1 Module d’approfon- MA 2


fondissement Agir en tant que préposé à la sécurité /  dissement Organes Agir en tant que représentant des organes
Préposé à la sécu- conseiller externe d’exécution d’exécution
rité / conseiller

Modules principaux MP 1 MP 2 MP 3
Appliquer les bases de la STPS Créer et mettre en œuvre des Organiser les formations
concepts de sécurité et la prévention

Etablissement d’un L’examen professionnel STPS est tion d’un système d’examen orienté
plan modulaire modulaire et prévoit l’accomplisse- sur les compétences qui permette
ment de trois modules principaux, de contrôler les divers acquis.
Les contenus ont été regroupés sous trois à option et deux d’approfon-
forme de modules par unités théma- dissement. Les modules principaux Les conditions d’admission à l’exa-
tiques (voir illustration ci-dessus). Les englobent les compétences de base men fédéral sont à l’étude mais se
modules principaux s’adressent à nécessaires à l’exercice de cette basent sur les conditions actuelles
tous les groupes cibles. Les modules activité professionnelle exigeante pour les cours de la CFST destinés
à option sont consacrés à des thèmes et à responsabilités. Les candidats aux chargés de sécurité. De plus, le
spécifiques aux branches, tels que doivent choisir au moins un module candidat doit attester de la réussite
construction, industrie / artisanat, à option traitant des spécificités des aux modules obligatoires.
services. Les modules d’approfondis- entreprises de services, de celles de
sement sont destinés à des groupes l’industrie et de l’artisanat ou bien Règlement d’examen
cibles spéciaux: préposés à la sécu- de celles des entreprises compre- et directives
rité / PERCO / conseillers d’une part et nant des postes de travail mobiles,
organes d’exécution d’autre part. notamment dans la construction. Les bases pour l’examen profession-
Les participants ont ensuite réfléchi Les modules d’approfondissement nel STPS ont été définies dans le
à un système d’examen orienté sur «préposé à la sécurité / conseiller» et règlement d’examen et les directives
les compétences qui permette de «organes d’exécution» sont les deux y afférentes.
contrôler les divers acquis. spécialisations du diplôme.
Le règlement d’examen constitue le
Système d’examen prévu pour Règles pour les examens de module: cadre légal et doit être approuvé par
l’examen professionnel STPS chaque module s’achève par un le Secrétariat d’Etat à la formation, à
examen de module. Le candidat la recherche et à l’innovation (SEFRI).
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

Le principe de base des examens s’entraîne par ce biais à la métho- Il se base sur un texte de référence
fédéraux est que la formation et dologie de l’examen final. Les exa- prescrit par le SEFRI et qui ne doit pas
l’examen sont séparés. L’organe res- mens de module sanctionnent les être modifié.
ponsable s’occupe uniquement de compétences professionnelles et
l’examen tandis que l’élaboration sont organisés par des organismes Les directives explicitent le règle-
d’un cours de préparation, des de formation. ment d’examen, notamment concer-
modules et des examens modulaires nant l’administration, le système
est du ressort des organismes de for- Règles pour l’examen final: l’examen d’examen détaillé, le contenu des
mation. Le système d’examen com- final sanctionne la mise en réseau modules et doit être approuvé par
prend plusieurs examens de module des compétences acquises au travers l’organe responsable.
et un examen final. des modules. Il nécessite l’élabora-

36
Système d’examen Examen professionnel

1 2 3 4

Epreuve 1 Epreuve 2 Epreuve 3 Epreuve 4


Créer des concepts de sécurité Agir professionnellement Traiter des situations exigeantes Savoir convaincre
dans la fonction

Etude de cas dirigée Etude de cas dirigée Incidents critiques Présentation


généralités, ecrit approfondissement, écrit oral y c. 30 min de temps
120 min 120 min 30 min de préparation, oral
40 min

Mini-cas Discussion spécialisée


écrit oral
60 min 30 min

Consultation et analyse • Formuler les conditions d’admis- tâches, la collaboration et la com-


sion de manière plus ouverte munication seront cruciales. Cela
A l’issue de l’élaboration du règle- (pas de «dans le domaine corres- passera par la diffusion d’informa-
ment d’examen et des directives, pondant»). tions via le site Internet de l’organi-
une vaste consultation de ces docu- • Prolonger la période sation faîtière (à mettre en ligne),
ments a été organisée en allemand de transition. des exposés, des réponses aux ques-
et en français au printemps 2016 via • Accès sans examen au brevet tions fréquemment posées (FAQ),
un outil en ligne. Sur les 109 associa- fédéral sur la base des formations une manifestation pour prestataires
tions et organisations invitées par préalables acquises (par ex. de formation, des renseignements
l’organe responsable, 38 ont com- chargé de sécurité et CAS Travail lors des Journées de travail de la
muniqué une réponse. et santé). CFST, etc.

La consultation a été évaluée par le En résumé, la mise en place d’un


comité de l’organe responsable. Les
Les retours de la examen professionnel fédéral dans
contributions ont été accueillies consultation sont le domaine de la sécurité au travail
positivement et intégrées. Les princi- et de la protection de la santé est sur
paux résultats et contributions sont
positifs. la bonne voie. Les conditions sont
résumés ci-après: ainsi réunies pour migrer les cours
Pour retrouver d’autres informations CFST dans le paysage formel suisse
Résultats sur la consultation, rendez-vous sur le de la formation, en respectant
site Internet de la CFST (www.cfst.ch comme principe de base la sépara-
• Les retours concernant le profil > Actualités > News). tion entre formation (compétence
de la profession et le système des organismes de formation) et
d’examen sont positifs. Prochaines étapes examen (compétence de l’organe
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

• Le système modulaire est salué. responsable).


• La prise en compte des diverses Les prochaines étapes comprennent
compétences (spécialisées, métho- la finalisation du règlement d’exa-
diques, sociales et personnelles) men et des directives pour approba-
est jugée de manière positive. tion par le SEFRI. L’équipe de projet
se chargera ensuite de l’élaboration
Contributions des bases organisationnelles, du
pool d’experts pour l’examen et de
• Rendre la protection de la santé la formation des experts ainsi que
encore plus visible d’un point du développement des énoncés de
de vue linguistique. l’examen. Pour mener à bien ces

37
Débusquer les sources de faux
pas et autres dangers avec les applis
de la Checkbox CFST
La CFST perfectionne constamment ses outils de prévention pour aider les employeurs
et leur personnel à améliorer la sécurité et la santé au poste de travail. Pour cela, elle
tient compte des évolutions techniques ainsi que des besoins des utilisateurs en Suisse:
brochures contenant des conseils sur la prévention des accidents puis Box CFST virtuelle
et enfin son dernier outil de prévention numérique, la Checkbox CFST avec les deux
applis ErgoCheck et SafetyCheck.

L
a Suisse est un pays d’internautes. En 2015, Prévenir les accidents avec SafetyCheck
88 % des Suisses surfaient sur Internet, pour des
sessions toujours plus longues mais aussi encore SafetyCheck permet de débusquer et d’éliminer les dan-
plus fréquemment en déplacement. C’est ce que gers ainsi que de vérifier les mesures de sécurité. L’utili-
montre une étude suisse réalisée déjà pour la troisième sateur peut saisir les phénomènes dangereux dans les
fois en 2015 dans le cadre du World Internet Project thématiques suivantes: faux pas & chutes, aides à la
(WIP). 63 %  des utilisateurs se servent de terminaux montée, aides au transport, portes vitrées, escaliers,
mobiles, tels que des smartphones ou des tablettes. La issues de secours et étagères et l’appli lui indique des
CFST a profité de cette tendance pour proposer, outre la possibilités d’amélioration concrètes. Lorsqu’un danger
Box CFST – consultable sur ordinateur mais aussi sur ne peut pas être éliminé immédiatement, il doit être
appareils mobiles – un autre outil de prévention numé- signalé clairement pour s’en occuper plus tard. Pour être
rique: la Checkbox CFST avec les applis ErgoCheck et bien préparé au premier SafetyCheck, les vidéos didac-
SafetyCheck. Faciles et rapides à utiliser, ces deux outils tiques peuvent être visionnées depuis l’appli. Lorsqu’il
aident à améliorer la sécurité au travail et la protection de fait le tour du bureau, c’est à l’utilisateur de décider s’il
la santé au bureau. fait un «check» par local, département, étage ou pour
tout le service.
Outils en ligne pratiques,
également pour les profanes Optimiser l’ergonomie des
postes de travail au bureau
Même si les deux applis ne remplacent en aucun cas un
professionnel, par ex. un chargé de sécurité qui effectue ErgoCheck contient diverses vidéos didactiques et de
une analyse des risques, elles peuvent être utilisées égale- contrôle pour optimiser pas à pas l’ergonomie des postes
ment par des profanes pour compléter le travail d’un pré- de travail au bureau, pour une seule personne ou toute
posé à la sécurité. Ces applis permettent de réaliser direc- une équipe. Les vidéos didactiques proposent des infor-
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

tement un contrôle de la sécurité ou de l’ergonomie en mations sur la posture assise correcte afin de garantir
faisant le tour des bureaux et de prendre les mesures adé- une bonne circulation sanguine, de ne pas souffrir du
quates pour éliminer le danger ou améliorer l’agencement. dos et de la nuque et de ne pas créer de points de pres-
Les données des deux applis sont automatiquement syn- sion aux bras et aux mains quand on travaille sur ordi-
chronisées avec la Checkbox CFST afin d’avoir toujours tous nateur. L’appli présente par ailleurs les avantages d’une
les résultats sous la main et de disposer d’un aide-mémoire «assise dynamique»: si le corps reste en mouvement, il
Urs Hof des tâches à effectuer, par ex. éliminer une source de faux est moins sollicité durablement. Les vidéos didactiques
Ergonome pas. L’utilisation de la Checkbox CFST et des deux applis est présentent également les auxiliaires ergonomiques. Les
européen CREE, gratuite. Et cet outil tient également compte de la protec- vidéos de contrôle indiquent comment optimiser un
collaborateur
scientifique, tion des données: les données enregistrées sont protégées poste de travail en quelques gestes, même si ce dernier
SECO, Berne et ne peuvent pas être consultées par la CFST ou des tiers. n’est pas idéal d’un point de vue ergonomique. Un chan-

38
1

2 4

gement, même de faible ampleur, peut en effet s’avérer 1 Contrôlez votre poste de travail avec ErgoCheck:
profitable pour le bien-être des travailleurs. Pour soula- le clavier, les documents et l’écran doivent se trouver
sur une même ligne afin de ne pas avoir à tourner
ger la nuque, les épaules ou les poignets, il suffit souvent la tête et le buste pendant le travail.
de positionner et régler correctement la souris, le clavier
et le porte-documents. 2 Utilisez SafetyCheck pour débusquer les sources
de faux pas tels que des câbles qui traînent, des tiroirs
ouverts ou des objets situés dans le passage de
Demande croissante en outils votre bureau.
de prévention interactifs
3 Utilisez-vous des aides à la montée sûres? SafetyCheck
vous permettra d’en avoir le cœur net. Ne grimpez
Depuis son lancement en novembre 2015, près de jamais sur une chaise de bureau. Utilisez des dispositifs
6000 personnes ont visité le site Checkbox CFST et envi- spécialement prévus à cet effet, par ex. un escabeau,
un marchepied roulant ou une échelle double dont
ron la moitié d’entre elles utilisent les applis SafetyCheck l’écartement est sécurisé.
et ErgoCheck. La Box CFST continue aussi d’être toujours
très appréciée. Depuis son lancement en 2012, plus de 4 Les portes vitrées rendent les locaux lumineux et
agréables mais elles ont une fâcheuse tendance à
150 000 personnes ont déjà visité le site et y sont restées passer inaperçues en l’absence de marquages tels
plus de cinq minutes – une très bonne moyenne! que bandes, rayures ou symboles. SafetyCheck vous
permettra de contrôler les mesures de sécurité à
prendre pour vos portes.
Grâce aux outils de prévention et d’information dévelop-
pés dans le cadre de l’action «Prévention au bureau», la
CFST contribue activement à la sécurité et à la protection
de la santé au poste de travail. La prévention n’est jamais Informations complémentaires
terminée, même au bureau. C’est ce que montre la sta-
tistique des accidents, car le secteur tertiaire connaît une Dans le cadre de l’action «Prévention au bureau», la CFST a déve-
croissance continue et près de 60 % des accidents pro- loppé deux outils en ligne qui permettent de mettre en œuvre la
sécurité au travail et la protection de la santé au bureau. Envie de
fessionnels s’y déroulent (commerces et services, source: vous informer? La Box CFST propose de courtes vidéos amusantes
SSAA). Une raison suffisante pour passer à la loupe son sur divers thèmes: comment prévenir les accidents au bureau, pro-
propre bureau: avec ErgoCheck et SafetyCheck de la mouvoir la santé des travailleurs et créer un climat de travail mo-
tivant. Envie d’agir? Utilisez dans ce cas la Checkbox CFST et ses
CFST. A vous de jouer pour rester en bonne santé et deux applis – SafetyCheck pour débusquer les sources de faux
prévenir les accidents au bureau! pas et d’autres risques et ErgoCheck pour aménager le poste de
travail de manière ergonomique. Gratuits, ces deux outils en ligne
proposent des conseils pratiques et ne nécessitent que quelques
minutes grâce une utilisation des plus aisées.

www.box-cfst.ch
www.checkbox-cfst.ch
www.prevention-au-bureau.ch
Dermatoses professionnelles:
causes et détermination des dangers
Problème de santé le plus fréquent ou l’un des plus fréquents dans de nombreuses
branches, les dermatoses professionnelles présentent l’avantage de sauter aux yeux
et de pouvoir ainsi être constatées sans recourir à des méthodes analytiques coû-
teuses. Après une brève description des tendances en matière de dermatoses profes-
sionnelles, cet article fournit des conseils pour effectuer une détermination des dan-
gers et se protéger efficacement la peau.

A
vec 20 à 25 % des cas de Dermatoses professionnelles que le diagnostic nécessite plus de
maladies professionnelles et causes temps car les causes ne sont pas
Dr Hanspeter Rast
Spécialiste en reconnues, les dermatoses aussi évidentes que pour une forme
médecine du professionnelles repré- La plupart des personnes souffrant aiguë. Ces eczémas chroniques s’ex-
travail et sentent ces dernières années en de dermatoses professionnelles sont pliquent par un travail régulier en
dermatologie,
chef de secteur Suisse les pathologies les plus fré- victimes d’eczéma des mains. Si la milieu humide et aqueux pour des
et médecin-chef quentes après la surdité. Dans la plu- peau n’est pas protégée, certains opérations de nettoyage, l’utilisation
suppléant part des situations, ces maladies produits chimiques particulièrement de fluides de coupe ou le fait de se
Division médecine
du travail, sont liées au poste occupé par le irritants peuvent entraîner des rou- laver ou de désinfecter souvent les
Suva, Lucerne travailleur. Si l’on se réfère à l’expé- geurs et la formation de bulles en mains au travail (voir illustration,
rience des dermatologues, aux quelques heures. C’est ce que l’on page 41).
enquêtes propres et aux statistiques
d’autres Etats, il est bien connu que Les eczémas allergiques dus au
le nombre des problèmes de peau Une seule travail sont aussi relativement fré-
effectivement causés par le travail et quents. Ils sont causés par un contact
formation ne suffit
les coûts globaux dans certaines non protégé à des substances aller-
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

branches sont beaucoup plus élevés pas pour la protecti- gisantes («sensibilisantes») non à la
que ceux avancés dans les statis- on de la peau. première exposition mais après des
tiques officielles. Ces maladies repré- contacts répétés au fil des semaines,
sentent par ailleurs le principal motif mois ou années. Ils se caractérisent
d’une décision d’inaptitude de la appelle une «dermite toxique aiguë». par un fort prurit, une vésiculation et
Willy Frei Suva. Les coûts induits par les mala- Bien souvent, un eczéma des mains un suintement de la peau. Dès une
Secteur industrie,
arts et métiers, dies de peau reconnues dans les sta- apparaît toutefois uniquement après nouvelle exposition, une autre pous-
division protec- tistiques et de celles non recensées une exposition répétée à des agents sée eczémateuse intervient rapide-
tion de la santé (traitements, absences, reclassement moins irritants de même nature ou ment. Après plusieurs rechutes, l’ec-
au poste de
travail, Suva, et autres coûts indirects) sont de ce variés. Il est alors dit «toxique cumu- zéma risque de devenir chronique
Lucerne fait relativement élevés. latif». Dans un tel cas, il est fréquent même en l’absence de contact

40
Développement d’un eczéma des mains
toxique cumulatif: facteurs de risque

Effets des irritants,


comme le
ciment mouillé

Lavage et / ou désinfec-


tion des mains très fré- Peau très sale
quents, lavage de vais- et nettoyage
selle manuel intensif

Travaux en milieu
humide, par ex. avec Prédisposition à
des fluides de coupe Usage fréquent l’eczéma (peau à
en base aqueuse, de gants de protection tendance atopique)
des nettoyants étanches sur une
longue durée

avec la substance allergisante. Les Une partie de ces types fréquents de tielle de prévention des maladies
exemples typiques de substances de cancer pourrait ainsi avoir des causes professionnelles, la Suva a procédé à
travail allergisantes sont les résines professionnelles mais comme ils une analyse prospective et à une
époxy, les teintures pour les cheveux, apparaissent souvent à la fin de la priorisation des thèmes. En raison du
les constituants des fluides de coupe carrière professionnelle ou une fois à nombre important de travailleurs et
(émulsifiants, biocides), les peintures la retraite, on peut supposer qu’il d’entreprises concernés ainsi que
(biocides), les additifs du caoutchouc existe un grand nombre de cas non des conséquences souvent graves
ainsi que certains métaux (nickel, répertoriés. des maladies professionnelles, elle a
chrome, cobalt). donné une priorité accrue à la pro-
Obligation de déclaration tection de la peau liée aux risques
Rayonnement UV: en cas de suspicion de maladie chimiques et à la protection de la
facteur de risque professionnelle peau (et des yeux) contre les UV lors
de travaux en extérieur. La division
Figurent également parmi les derma- En cas de suspicion justifiée de mala- protection de la santé au poste de
toses professionnelles les lésions de die professionnelle, la personne travail renforcera au cours des pro-
la peau causées par l’exposition aux concernée doit s’annoncer auprès de chaines années les mesures de pré-
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

rayons du soleil et plus précisément l’assurance-accidents compétente vention pour ces deux thèmes mais
aux rayonnements ultraviolets. S’ex- par l’intermédiaire de son employeur définira des priorités compte tenu du
poser aux rayons UV durant de nom- (de la même manière que pour une nombre de branches concernées.
breuses années sans protection, ce déclaration d’accident). Celle-ci pro-
n’est pas seulement risquer un vieil- cédera à des investigations complé- Evaluation des risques pour
lissement prématuré de la peau mentaires. La division médecine du les maladies professionnelles
(aspect parcheminé, rides et bien travail de la Suva contrôle également
souvent aussi des tâches), c’est aussi l’aptitude et prononce une décision Pour parvenir à une réduction à plus
être davantage sujet à l’apparition d’inaptitude si la poursuite de l’acti- long terme des dermatoses profes-
de diverses formes de cancer, notam- vité menace sérieusement sa santé. sionnelles, la protection de la peau et
ment ceux de type non-mélanome. Dans le cadre de sa stratégie par- contre les rayons du soleil doit notam-

41
Highres-Bilder bei der suva
bestellt 84 023.d / 44074.d
Infos complémentaires:
• www.2mains.ch Documents de for-
mation à la protection de la peau
• Listes de contrôle de la Suva:
«Protection de la peau au
travail», réf. Suva 67035
«Protection de la peau dans
l’agroalimentaire, les cuisines
collectives et la restauration»,
réf. Suva 67117
«Travailler par fortes chaleurs
sur des chantiers à l’extérieur»,
réf. Suva 67135
• Brochure d’information de la Suva
«Protection de la peau au travail»,
réf. Suva 44074 (uniquement dis-
ponible au format PDF)
• Brochure de la Suva «Rayonnement
solaire: connaissez-vous les ris-
ques? Information destinée aux
personnes travaillant en plein air»,
réf. Suva 84032
Rayons du soleil: un facteur de risque.
Bibliographie:
1.Rast H.: L’eczéma en tant
que maladie professionnelle.
Suva Medical 2016; 87f: 34-40
2.Rast H.: Les résines époxy, défi
à la dermatologie professionnelle
Suva Medical 2013; 84f: 52-58.
Réf. Suva 2869 / 84 (d et f)
3.Fürholz F., Rast H.: Exposition
chronique aux rayons ultraviolets
et cancers cutanés. Communica-
tions CFST 2013; 77f: 25-27

Remarque
Les auteurs remercient Franziska
Fürholz, secteur physique de la Suva,
Lucerne pour les suggestions et la
révision technique de l’article.

Les nettoyants industriels peuvent irriter Les fluides de coupe malmènent fortement la peau lors
et abîmer la peau. de l’usinage des métaux.

ment être véritablement Développe- de nombreuses entreprises ont perçu vailleurs parce qu’ils ne se salissent
ment comme un problème dans de la dangerosité des substances et mis presque jamais autant la peau. Il faut
nombreuses entreprises et branches, en œuvre une protection requise. Il dans ce cas changer pour une solu-
et également renforcée. Il existe déjà manque néanmoins souvent une prise tion plus douce!
à cet effet différents moyens auxi- de conscience des salissures et
liaires pour la détermination des phé- contacts humides «mineurs» mais Les formations à la protection de la
nomènes dangereux et une protec- décisifs sur le long terme. C’est parce peau doivent ainsi être répétées de
tion de la peau durable, par ex. que de nombreux travailleurs sont temps en temps et les responsables
diverses listes de contrôle de la Suva concernés par cette problématique MSST doivent être soutenus effica-
(voir informations ci-dessus). qu’il est important de procéder à une cement par les cadres ou la direc-
détermination des dangers systéma- tion. Il est également important que
Des questions ciblées pourront aider tique (voir illustration à la page 41). les travailleurs soient informés des
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

à estimer le phénomène dangereux Ainsi, il n’est pas rare que le net- risques et intégrés dans la mesure
pour la peau et l’état des mesures de toyant des mains à disposition dans du possible dans la sélection des
protection dans une entreprise (voir l’entreprise ne convienne pas à de mesures de protection. C’est là une
page 43). nombreux travailleurs. Souvent, un condition extrêmement importante
département ou toute une entre- pour parvenir à modifier les com-
En matière de protection de la peau, prise peut uniquement utiliser une portements, un défi souvent difficile
une seule formation par les respon- pâte de nettoyage cutané contenant à relever en matière de protection
sables dans l’entreprise ne suffit pas. des substances abrasives destinée à de la peau.
Cette thématique doit être implémen- enlever les salissures importantes
tée au quotidien dans les processus occasionnelles. Ce produit ne répond
internes. L’expérience a montré que pas aux besoins de la plupart des tra-

42
Questions po
ur identifier
les risques p
our la peau
1. Sait-on si
des travailleur
de lésions de s souffrent ou
la pe ont souffert
au en lien avec
le travail? 
2. Dispose-
t-on des fiche
d’utilisation de s de données de
s fournisseurs sécurité et de
pour les substa s recommanda
avec la peau? nces de travai tions
Quels symbole l entrant en co
produits? Les s de danger et ntact
récipients et co phrases de ris
nteneurs sont que figurent su
3. A-t-on vé -ils correctem r ces
rifié s’il est po ent étiquetés?
ssible dans le
processus de
substituer les travail de
substances da
ngereuses po
remplacer les ur la peau?
processus et pr
la peau par d’ océdures dang
autres sans ris ereux pour
ques?
utiliser des m
oyens auxiliaire
s pour éviter le
4. Dispose- contact direct
t-on de moyen avec la peau?
de protection, s de pr ot ection de la pe
gants de prot au appropriés
produits de ne ection, crème / (vêtements
ttoyage et de  lotion de prot
soin de la peau ection de la pe
5. Les mes )? au,
ures de protec
tion de la peau
sécurité de l’e sont-elles inté
ntreprise et le grées dans les
Les compétenc s procédures règles de
es sont-elles dé de travail? Fo
fin rme-t-on à ce
protection de ies (par ex. co s règles?
la peau, contrô mmande de pr
le des distribut oduits de
6. La mise eu rs, etc.)?
en application
est-elle contrô
7. En outre
lé e pa r les supérieur
pour les entrep s?
dont les travai rises qui effect
lleurs sont expo uent des travau
sés aux ultrav x en extérieur
iolets au post /
Quelle est la e de travail:
part du travai
l effectué en ex
L’exposition au térieur?
x ultraviolets
est-elle due au
Quelles mesur x appareils ou
es de protectio équipements?
n existent et so
Les travailleur nt -e lles appliquées
s sont-ils info ?
rmés des dang
 er s et des mesures
de protection?
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

43
DIVERS

COMMANDES
Nouveaux moyens Tous les moyens d’information
et de prévention de la CFST

d’information de la CFST sont gratuits et peuvent être


commandés en ligne:

www.cfst.ch > Documentation


> Service des commandes

Sécurité au travail et protection Rapport annuel 2015 de la CFST Liste des publications
de la santé dans le secteur de la CFST
de l’entretien des textiles

«L’accident n’arrive pas par hasard!» Le rapport annuel 2015 de la CFST Edition actualisée de la liste des
Sécurité au travail et protection de est paru. Il présente les activités de publications de la CFST sur le thème
la santé dans les entreprises d’en- la CFST ainsi que des organes d’exé- de la sécurité et de la protection de
tretien des textiles cution (inspections cantonales du la santé au poste de travail.
travail, SECO, Suva et organisations
La brochure existante de la série «L’ac- spécialisées). Le rapport annuel peut • Publications CFST relatives à la
cident n’arrive pas par hasard!» dédiée être téléchargé au format PDF ou sécurité et à la protection de la
santé au poste de travail
au secteur de l’entretien des textiles a commandé au format papier depuis CFST 6249.f, www.cfst.ch >
été soumise à un remaniement com- le site Internet de la CFST. Documentation > Service
plet tant sur le fond que sur la forme des commandes

(avec de nouvelles illustrations). Elle • Rapport annuel 2015 de la CFST


présente dans des tableaux clairs où et www.cfst.ch > Documentation >
Service des commandes
à quel moment les travailleurs peuvent
être confrontés à des dangers dans les
blanchisseries, les entreprises de net-
toyage à sec ainsi que dans les entre-
prises assimilées et dresse une liste des
mesures pour y faire face efficacement.
La brochure s’adresse en premier lieu
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

aux employeurs et travailleurs de ce


secteur. Elle est également un précieux
outil pour les chargés de sécurité et les
organes d’exécution.

• «L’accident n’arrive pas par


hasard!» Sécurité au travail et pro-
tection de la santé, Entreprises
d’entretien des textiles
CFST 6232.f, www.cfst.ch > Documen-
tation > Service des commandes

44
Nouveaux moyens
d’information de la Suva

«Les échelles? Lecture captivante pour un


Il n’y a pas qu’elles!» apprentissage en toute sécurité

Les échelles portables sont pratiques, • L es échelles? Il n’y a pas qu’elles! Connaissez-vous les outils de la cam-
le plus souvent à portée de main et Film (4 min 33 s), pagne de la Suva «Apprentissage en
www.suva.ch / echelles
simples à installer. Dans bien des cas, toute sécurité» à destination des
• Q ui peut répondre 12 fois
elles ne sont toutefois pas l’équipe- «Oui»? Sécurité sur les entreprises? Il y a tout d’abord le car-
ment de travail le plus sûr. La pre- échelles simples et doubles. net de travail pour les apprentis
Edition entièrement remaniée,
mière question qu’il faut se poser au «10 étapes pour un apprentissage en
dépliant, 14 pages, réf. 84070.f
moment de les utiliser est de savoir toute sécurité» ainsi que le guide cor-
• Q uiz Echelles portables.
si elles sont la solution appropriée. Questionnaire, 2 pages A4, respondant pour les formateurs qui
Ce nouveau film illustre clairement uniquement au format PDF, indique comment traiter et approfon-
www.suva.ch / waswo / 88291.f
cet aspect et présente ce à quoi il dir pas à pas les thèmes de la sécurité
• Q uestionnaire avec réponses
faut veiller pour prévenir les acci- avec les apprentis en entreprise.
au quiz Echelles portables.
dents lors de l’utilisation des échelles Questionnaire, 2 pages A4,
simples et doubles. Le film peut ser- uniquement au format PDF, Cette année, un nouvel instrument
www.suva.ch / waswo / 88291 / 1.f
vir pour la formation. Un dépliant destiné aux écoles professionnelles
et un quiz servent d’aide-mémoire s’est ajouté à cette liste: le journal
ainsi que d’approfondissement et «Top Today» et le dossier de forma-
de contrôle des connaissances pour tion correspondant, avec ses cinq
les travailleurs. modules, qui contient des présenta-
tions PowerPoint, statistiques et gra-
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

phiques. Elaborés avec des ensei-


gnants, ces documents à utiliser en
cours permettent de présenter de
manière vivante et passionnante aux
apprentis les aspects liés aux risques
et à leur maîtrise.

• Apprentissage en toute sécurité.


Tous les moyens d’information
de la campagne sont disponibles à
l’adresse www.suva.ch / apprentis

45
DIVERS

SERVICE CLIENTÈLE
Suva, service clientèle,
case postale, 6002 Lucerne
Fax 041 419 59 17
Tél. 041 419 58 51

Pour un futur en bonne Affiches pour les entreprises Eléments de construction


santé avec Napo! en bois: la planification,
gage de sécurité

Dans ce nouveau film, Napo se penche • Instruisez régulièrement En Suisse, de plus en plus de bâti-
sur les conditions nécessaires pour et sauvez des vies! ments sont constitués d’éléments de
Affichette A4, réf. 55360.f
pouvoir continuer à travailler avec construction en bois, préfabriqués
• Ne sous-estimez pas la puissance
entrain et en bonne santé malgré l’âge. de votre vélo électrique. en usine et transportés sur le chan-
Affichette A4, réf. 55361.f tier pour y être montés. La sécurité
Grâce à une télécommande qui lui • Il serait dommage d’en arriver là. doit être garantie durant toutes les
permet de voyager dans le temps, il Montre-toi exemplaire et veille étapes. Cet objectif représente un
sur les apprentis.
s’intéresse à des problèmes qui sur- Affichette A4, réf. 55362.f grand défi pour tous les acteurs et
viennent chaque jour au travail et à • Attention au soleil! Risque nécessite une planification et une
leurs conséquences à long terme. Ce de brûlures irréversibles! préparation des travaux correctes
film décrit par ex. la nécessité de Affichette A4, réf. 55363.f pour le relever. La Suva a par consé-
réduire les risques du premier jusqu’au quent élaboré ce feuillet d’informa-
dernier jour de travail. Il souligne éga- tion avec la Haute école spécialisée
lement l’importance des programmes bernoise. Il s’adresse aux concep-
de réintégration des travailleurs acci- teurs, aux ingénieurs, aux conduc-
dentés et met le doigt sur la lutte teurs de travaux ainsi qu’aux colla-
contre la discrimination par l’âge au borateurs de la branche de la
poste de travail. construction en bois et présente les
rapports entre les tâches de ces dif-
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

Ce film fait partie de la campagne férents acteurs.


«Être bien sur les lieux de travail quel
que soit l’âge» de l’Agence euro- • Eléments de construction en bois.
péenne pour la sécurité et la santé La planification, gage de sécurité.
Brochure, 40 pages A4, réf. 66135.f
au travail. Comme à l’accoutumée,
les explications sont fournies avec
beaucoup d’humour et sans paroles.

• Napo dans: Pour un futur


en bonne santé!
Film (9 min 44 s), www.suva.ch / films

46
Prévenir les risques Rayonnement laser – Distances de sécurité
de chutes sur les toits tout sauf anodin

Travailler sur les toits comporte de Les lasers sont devenus incontour- Les distances de sécurité permettent
nombreux dangers. Les travailleurs nables dans notre monde actuel. Le de tenir les personnes et les parties
peuvent en effet être victimes de secteur industriel et l’artisanat de leur corps éloignées des zones
chutes depuis le toit, à travers le toit emploient ces outils polyvalents dans dangereuses des installations de pro-
ou les ouvertures. Les maîtres d’ou- de multiples domaines: télécommu- duction et d’autres équipements et
vrage et les architectes doivent tenir nications, médecine et cosmétiques. ainsi de les protéger contre les bles-
compte de ces dangers et faire appel Et même dans la vie quotidienne, on sures. Pour pouvoir remplir leur
à des spécialistes pour planifier les les retrouve par ex. sous forme de fonction de protection, ces distances
dispositifs de sécurité. Une protec- pointeurs laser. Les lasers ne sont doivent toutefois être dimension-
tion collective (par ex. garde-corps toutefois pas sans danger. Même la nées correctement. Cette publica-
ou protection latérale) doit toujours plus petite faute d’inattention lors de tion présente et explique les dis-
être privilégiée. Toutefois, si les leur utilisation peut entraîner des tances importantes prévues par les
conditions ne le permettent pas, des atteintes permanentes à la santé, normes EN 349 et EN ISO 13857.
dispositifs d’ancrage doivent être notamment au niveau des yeux et de
étudiés afin de pouvoir fixer les équi- la peau. Entièrement remaniée, la • Distances de sécurité
pements de protection individuelle brochure «Attention: rayonnement Brochure, 12 pages A4,
uniquement au format PDF,
(EPI) contre les chutes. C’est précisé- laser!» informe en premier lieu les www.suva.ch / waswo / 66137.f
ment à cette tâche que vous aidera préposés à la sécurité et les supé-
cette nouvelle brochure. rieurs dans les entreprises des
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

mesures de protection requises lors


• Planifier les dispositifs de l’utilisation d’appareils à laser.
d’ancrage sur les toits. Mais elle s’adresse aussi aux respon-
Brochure, 26 pages A4, uniquement
au format PDF, sables de la mise sur le marché
www.suva.ch/waswo / 44096.f d’équipements laser et aux personnes
qui les utilisent quotidiennement.

• Attention: rayonnement laser!


Brochure, 32 pages A4, réf. 66049.f

47
DIVERS

EN BREF

EMENT
T É L ÉC H A RG
N DES Le travail à la toupie.
O U CO M M A Edition entièrement remaniée, brochure,

E N L IG N E :
28 pages A4, réf. 44 028.f

.ch/
www.suva
waswo-f

Débardage de bois à l’aide


d’un treuil à câbles et d’un
engin forestier.
Edition entièrement remaniée,
Listes de contrôle pour liste de contrôle, 6 pages A4, réf. 67118.f

des chantiers sûrs


Chariots élévateurs à gaz.
Utilisation et mise en place
Trois nouvelles listes de contrôle Les listes de contrôle suivantes vous des bouteilles de gaz.
pour la détermination des dangers et permettront de mieux maîtriser ces Fiche thématique, 2 pages A4, uniquement
la planification des mesures dans le dangers: au format PDF,
www.suva.ch / waswo / 33085.f
secteur du bâtiment:
• Travaux de construction au bord, Raccords démontables sur
• Travailler à proximité de l’eau dans ou au-dessus de l’eau. conduites de gaz liquéfié jusqu’à
Liste de contrôle, 6 pages A4,
comporte des dangers particuliers réf. 67153.f 5 bars. Comment prévenir le
qui sont fréquemment sous-esti- • Ascenseurs de chantier pour risque d’explosion?
més. Les accidents survenant lors personnes et matériaux. Fiche thématique, 2 pages A4, uniquement
de ces travaux ont souvent des Liste de contrôle, 4 pages A4, au format PDF,
réf. 67196.f www.suva.ch / waswo / 33086.f
conséquences graves.
• Pompes à béton.
Liste de contrôle, 4 pages A4, Revêtements de sols industriels
• Les ascenseurs de chantier sont réf. 67191.f composites amiantés 1: aperçu.
des équipements de travail effi- Fiche thématique, 2 pages A4, uniquement
caces. Ils doivent toutefois être au format PDF,
www.suva.ch / waswo / 33088.f
employés correctement et confor-
mément à leur destination, sans Revêtements de sols industriels
quoi ils peuvent être dangereux. composites amiantés 2: enlève-
ment par fraisage avec dispositif
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

• La manipulation des pompes à d’aspiration et brumisation.


béton peut également comporter Fiche thématique, 2 pages A4, uniquement
des dangers. Elles peuvent par ex. au format PDF,
www.suva.ch / waswo / 33089.f
se renverser ou l’opérateur peut se
blesser lors du nettoyage. Dispositifs de commande des
machines. Dispositifs de
verrouillage: SN EN ISO 14 119.
Fiche thématique, 3 pages A4, uniquement au
format PDF,
www.suva.ch / waswo / 33066 / 16.f

Alois Felber, rédacteur, Suva, communication d’entreprise, Lucerne

48
Nouveaux moyens
d’information du SECO

Travailler assis Travailler debout Enregistrement de la durée


du travail – Qu’est-ce qui reste,
qu’est-ce qui change?

Que ce soit au travail, sur le chemin Vendeur, ouvrier à la chaîne ou L’écart entre l’obligation légale d’un
pour s’y rendre et en revenir ou chirurgien: de nombreuses profes- enregistrement systématique de la
durant les loisirs, nombreux sont ceux sions ne permettent pas de travailler durée du travail et la réalité quoti-
et celles qui passent une grande par- assis. Un grand nombre de per- dienne du travail s’est creusé. Cet
tie de la journée assis. Il a été démon- sonnes sont ainsi contraintes de res- écart concerne en premier lieu les tra-
tré qu’une telle posture peut nuire à ter debout durant presque la totalité vailleurs qui occupent des postes de
la santé. En plus d’augmenter le de la durée du travail, ce qui les sou- direction et les personnes qui béné-
risque de maladies cardiovasculaires, met à des contraintes physiques ficient d’une autonomie accrue dans
rester trop longtemps assis peut éga- importantes. Les troubles du dos l’exercice de certaines fonctions. Cette
lement réduire l’espérance de vie. sont souvent la conséquence d’une situation résulte de l’évolution du tra-
posture unilatérale. Rester debout vail dans le monde professionnel d’au-
Le dépliant «Travailler assis» contient ou marcher durant la grossesse aug- jourd’hui, laquelle se caractérise par
de précieux conseils pour aménager mente par ailleurs le risque d’un une flexibilité horaire et géographique
le poste de travail de manière opti- accouchement prématuré et de élevée ainsi que par une grande auto-
male et présente comment prévenir faible poids du bébé à la naissance. nomie des travailleurs. La révision de
les possibles douleurs dues à la posi- l’ordonnance 1 relative à la loi sur le
tion assise. Le dépliant «Travailler debout» pré- travail tient compte de cette évolution
sente les mesures concrètes pour se et garantit la sécurité juridique des
• Dépliant «Travailler assis», prémunir contre les conséquences employeurs et des travailleurs.
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

numéro de commande 710.068.f négatives et les douleurs qui peuvent


• Téléchargement PDF: survenir quand on travaille debout. La brochure «Enregistrement de la
www.seco.admin.ch >
Indiquer le titre de la publication durée du travail – Qu’est-ce qui reste,
• Commandes: • Dépliant «Travailler debout», qu’est-ce qui change?» récapitule les
www.publicationsfederales.admin.ch numéro de commande 710.077.f principales informations.
• Téléchargement PDF:
www.seco.admin.ch >
Indiquer le titre de la publication • Brochure «Enregistrement de la
durée du travail – Qu’est-ce qui
• Commandes: reste, qu’est-ce qui change?»
www.publicationsfederales.admin.ch
• Téléchargement PDF:
www.seco.admin.ch >
Indiquer le titre de la publication

49
DIVERS

BE A SMARTWORKER: Trouve des


conseils utiles sur la sécurité au
travail pour avoir à coup sur plus
de fun dans tes loisirs.

bs-ws.ch
LIKE
CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

facebook.com/besmart.worksafe

50
Personnes, faits et chiffres

Personnel Dossiers en cours

Johann Haas du SECO a pris Lors des séances du 24 mars à Lucerne et du  8  juil-
une retraite bien méritée à let 2016 à Genève, la CFST a notamment:
l’été 2016. Durant plus de deux
décennies, il a été une person- • adopté le Rapport annuel 2015 à l’intention du Conseil
nalité marquante dans de nom- fédéral;
breux organes de la CFST. À • pris connaissance du rapport de la commission d’exa-
partir de 1990, il a travaillé à men et de la Suva relatif aux cours de la CFST 2015 à
Zurich au sein du laboratoire du l’intention de l’OFSP;
Service médical du travail de • pris connaissance du rapport d’activité 2015 concer-
l’ancien Office fédéral de l’in- nant le fonctionnement de la banque de données rela-
dustrie, des arts et métiers et du travail. Il a participé à tives à l’exécution de la CFST;
diverses études nationales et internationales et suivi la • pris connaissance en l’approuvant du compte séparé
formation post-grade Travail et santé à l’EPF de Zurich. 2015 de la Suva concernant l’utilisation du supplément
Membre actif, il s’est investi dans diverses commissions de prime destiné à la prévention des accidents et mala-
spécialisées de la CFST. Ainsi, dans la commission spécia- dies professionnels selon l’art. 87 LAA, sous réserve de
lisée 20, il s’est chargé de l’élaboration du concept de l’approbation par le Conseil d’administration de la Suva;
mise en application et d’exécution MSST ainsi que des • adopté sa prise de position relative aux recommanda-
cours ASADO I à IV. En qualité de membre de la commis- tions du Contrôle fédéral des finances et initié la mise
sion spécialisée 22 (MSST), responsable de branche puis en œuvre des mesures;
de responsable du Groupe «Surveillance et gestion des • pris connaissance de la vue d’ensemble du recense-
solutions de branche» SECO, il a accompagné avec ment et de la coordination des activités de prévention
enthousiasme et compétence la création et le développe- (RCP) planifiées et en cours, et mis en œuvre les
ment de nombreuses solutions par branches. De nom- mesures de coordination nécessaires;
breuses publications portent également sa griffe, par • adopté le budget global 2017 sur proposition de la
exemple les brochures de la série «L’accident n’arrive pas commission budgétaire;
par hasard» consacrées au secteur de la boulangerie ou • dissous la sous-commission «Formation» de la commis-
encore au personnel soignant spécialisé. Nous remercions sion spécialisée 22 et institué une nouvelle commission
Johann Haas pour son grand engagement au service de spécialisée 23 «Questions de formation» présidée par
la protection des travailleurs et lui adressons nos meil- Erich Janutin, secrétaire principal suppléant de la CFST;
leurs vœux pour l’avenir. • adopté les programmes des Journées de travail et des-
tinées aux organismes responsables des solutions MSST
interentreprises prévues les 9 et 10 novembre 2016
à Bienne;
• approuvé la solution par groupe d’entreprises «Safety
chez Swisscom (Suisse) SA».

Qu’est-ce que la CFST?


CFST COMMUNICATIONS Nº 83 | novembre 2016

La Commission fédérale de coordination pour la sécurité domaines de la formation, de la prévention, de l’infor-


au travail CFST est la centrale d’information et de coor- mation et de l’élaboration de directives.
dination pour la sécurité et la protection de la santé sur
le lieu de travail. En tant que plaque tournante, elle La CFST est composée de représentants des assureurs,
coordonne les tâches des organes d’exécution, l’appli- des organes d’exécution, de délégués des employeurs et
cation uniforme des prescriptions dans les entreprises des travailleurs et d’un représentant de l’Office fédéral
et l’activité de prévention. Elle assure le financement des de la santé publique.
mesures visant à prévenir les accidents et maladies pro-
fessionnels et assume des tâches importantes dans les www.cfst.ch

51
Pour le savoir en sirotant votre tasse :
renseignez-vous en quelques minutes sur la sécurité et la santé
au bureau. Par exemple sur les risques des sols glissants et
leurs conséquences financières. prevention-au-bureau.ch