Vous êtes sur la page 1sur 32

idées

MAGAZINE
LE FÉMINISME RADICAL Edgar Morin, entre esprit
DE « SCUM MANIFESTO » critique et autocritique

UNIQUEMENT EN FRANCE MÉTROPOLITAINE,


EN BELGIQUE ET AU LUXEMBOURG

WEEK-END
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 - 76E ANNÉE - NO 23598 - 4,70 € - FRANCE MÉTROPOLITAINE - WWW.LEMONDE.FR - FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

Inquiétudes sur l’inflexion sécuritaire du quinquennat
▶ « Sécurité globale »,
état d’urgence, « sépara­
tisme » : les derniers tex­
1
tes portés par l’exécutif ÉDITORIAL
ont changé le visage
du macronisme RESPECTER LA LIBERTÉ 
▶ Une partie de l’opposi­ D’INFORMER
tion mais aussi des élus
de la majorité dénon­ par JÉRÔME FENOGLIO
cent une « dérive autori­ Des mauvaises lois, l’on peut redou­
taire » et « liberticide » ter les dangers dans le futur, proche
ou lointain, qui suivra leur promul­
▶ Le premier ministre, gation. Leurs funestes effets ne se
Jean Castex, tente de manifestent que très rarement avant
calmer les tensions avec leur adoption par le Parlement. C’est
pourtant le cas de la proposition de
la presse, qui s’alarme loi pour une « sécurité globale » dé­
des atteintes à la liberté posée par deux députés La Républi­
que en marche (LRM), avec le soutien
d’informer du gouvernement. L’examen de ce
▶ Tête de pont sécuri­ texte vient à peine de commencer
taire, le ministre de l’inté­ à l’Assemblée nationale que, déjà,
les dérives qu’il permet, les arrière­
rieur, Gérald Darmanin, Clément Beaune, Gérald Darmanin pensées qu’il contient, se sont mani­
est sur tous les fronts, se­ et Emmanuel Macron, sur la zone festées à ciel ouvert, dans les paroles
frontalière du Perthus, le 5 novembre. et dans les actes, dans les rues de Pa­
lon la méthode Sarkozy JEAN-CLAUDE COUTAUSSE POUR « LE MONDE » ris et les déclarations d’un ministre.
PAGES 10-11 L I RE L A S UI T E PAGE 31

COVID­19 JEAN­FRANÇOIS DELFRAISSY : « JE VOIS LA SORTIE DU TUNNEL » Enquête Education


jean­françois delfraissy, pré­ née », mais l’arrivée prochaine de dent face à l’hypothèse de mesu­ France a franchi la barre des
Les maires jugent Les lycées en ordre
sident du conseil scientifique, ap­ vaccins contre le Covid­19 est res coercitives d’isolement des 2 millions de cas de Covid­19, durement l’action dispersé à
pelle les Français à « tenir bon », « une lueur d’espoir dans ce tun­ malades et à celle d’une vaccina­ mais « les indicateurs s’améliorent,
dans un entretien au « Monde ». nel », estime­t­il. L’infectiologue tion obligatoire : « Il faut que les la dynamique épidémique s’est ré­
du gouvernement l’heure des cours
« On ne pourra sans doute pas at­ engage à « poursuivre la stratégie gens comprennent pourquoi cer­ duite », a commenté, jeudi, le mi­ contre l’épidémie en fractionné
teindre une situation “normale” tester­tracer­isoler, en l’optimi­ taines décisions sont prises, de fa­ nistre de la santé, Olivier Véran.
au moment des fêtes de fin d’an­ sant ». Il se montre toutefois pru­ çon à rétablir la confiance. » La PAG E S 6 À 9 PAGE 12 PAG E 13

Procès Diplomatie En Israël, Pompeo  Commerce


Face aux juges,
Jonathann Daval entérine les années Trump Les coulisses
admet l’intention du report du 
d’homicide
PAGE 15
« Black Friday »
Amazon l’a annoncé jeudi :
l’entreprise, comme
Justice d’autres enseignes, reporte
Attentat du Thalys : au 4 décembre l’opération
le guitariste promotionnelle prévue
le 27 novembre, pour
et le terroriste que les petits commerces
PAGE 15 aient pu rouvrir d’ici là
PAGES 1 8-19

Rencontre
Le dernier témoin Etats­Unis
du procès
de Nuremberg Trump poursuit 
PAGE 21 A Jérusalem, le 18 novembre. MENAHEM KAHANA/REUTERS ses pressions sur
lors de sa tournée en israël,
le secrétaire d’Etat américain,
Le chef de la diplomatie améri­
caine est ainsi le premier à être la présidentielle
Immobilier Mike Pompeo, a multiplié les allé visiter une colonie en Cisjor­
symboles censés souligner l’héri­ danie occupée. M. Pompeo s’est Le président appelle des
Comment acheter tage des années Trump. Face au aussi rendu sur le plateau du Go­ responsables républicains
ou vendre pendant premier ministre Benyamin Néta­ lan syrien annexé. Il a également à bloquer la certification
nyahou, il a vanté les « choses in­ promis de sanctionner les mou­
le confinement croyables » accomplies par son vements de boycottage d’Israël,
des résultats, pour obtenir
administration au service des in­ les qualifiant d’« antisémites ». plus de grands électeurs
PAGE 20
térêts du gouvernement israélien. PAGE 2 PAGE 4
Algérie 220 DA, Allemagne 3,70 €, Andorre 3,50 €, Autriche 3,80 €, Belgique 4,90 €, Canada 5,80 $ Can, Chypre 3,20 €, Danemark 36 KRD, Espagne 3,50 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,10 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,30 €, Guyane 3,50 €,
Hongrie 1 440 HUF, Italie 3,50 €, Luxembourg 4,90 €, Malte 3,20 €, Maroc 22 DH, Pays-Bas 3,80 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,30 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,40 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,10 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
INTERNATIONAL
0123
2| SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

Sur le plateau
du Golan annexé
par Israël,
près de la
frontière
avec la Syrie,
lors de la visite
de Mike Pompeo,
secrétaire d’Etat
américain,
jeudi
19 novembre.
PATRICK SEMANSKY/AP

En Israël, Pompeo entérine l’héritage Trump
Le secrétaire d’Etat américain s’est rendu dans une colonie et sur le Golan, défiant le droit international

jérusalem ­ correspondance Un échec qui s’était transformé A peine son annonce terminée, Puis, un sourire aux lèvres, mi­ tage de l’administration Trump, et
en victoire, puisque, quelques Mike Pompeo, lui, est reparti en
Le boycottage de nimisant l’affaire, Mike Pompeo a il reste encore du temps pour que

A
près quatre années jours plus tard, en réaction, hélicoptère, évitant soigneuse­ l’Etat hébreu sera ensuite lâché une autre conces­ surviennent d’autres nouveaux dé­
d’un mandat Trump Washington annonçait ne plus ment les Palestiniens, avec qui les sion : le mouvement Boycott, dé­ veloppements, remarque Yonatan
outrageusement favo­ considérer l’établissement des co­ liens sont rompus depuis décem­
désormais sinvestissement et sanctions, qui Freeman, expert en relations in­
rable aux intérêts is­ lonies, « en soi, comme contraire bre 2017. Deuxième étape de considéré comme vise à faire pression sur l’Etat hé­ ternationales à l’Université hé­
raéliens, la tournée d’adieux se au droit international ». Le vigne­ l’après­midi, le Golan, plateau sy­ breu pour qu’il respecte le droit braïque de Jérusalem. Il y a des cho­
devait d’être provocante. Et nul ron avait salué cette décision avec rien annexé par Israël depuis 1981,
« antisémite » international et les droits des Pa­ ses que Joe Biden ne défera pas,
doute que l’image de Mike Pom­ une nouvelle cuvée, baptisée sans reconnaissance de la com­ par Washington lestiniens, sera désormais consi­ parce qu’il ne le veut pas ou tout
peo, descendant en hélicoptère « Pompeo ». Et c’est autour de ce munauté internationale. Sur les déré par l’administration améri­ simplement ne le pourra pas, car il
dans la colonie israélienne de vin rouge que le secrétaire d’Etat collines qui dominent la Syrie voi­ caine comme « antisémite ». La n’aura peut­être pas les votes au Sé­
Shaar Binyamin, en Cisjordanie américain s’est fendu, jeudi, d’une sine, le secrétaire d’Etat est venu un inventaire en règle des « cho­ définition reprend celle de nat ». D’autres pourront être faci­
occupée, fera date. Jamais un haut nouvelle déclaration. Désormais, faire le service après­vente d’une ses incroyables » accomplies par l’agressive campagne israélienne lement changées, comme la re­
responsable américain de son les produits fabriqués dans les co­ autre décision américaine. Le son administration au service des qui tente de faire taire ce mouve­ connaissance de la souveraineté
rang ne s’était rendu dans l’une de lonies israéliennes seront estam­ 25 mars 2019, M. Trump a signé intérêts du gouvernement israé­ ment qui s’inspire des méthodes israélienne sur le Golan, puisqu’il
ces colonies, illégales aux yeux du pillés « made in Israel » aux Etats­ une déclaration reconnaissant lien. Sous le regard complice de utilisées contre l’apartheid en s’agit d’un simple ordre du prési­
droit international et que le reste Unis, sans distinction aucune. Un l’annexion. « C’est une partie cen­ M. Nétanyahou, il avait cité la re­ Afrique du Sud et que l’Etat hé­ dent américain. Mais les Israéliens
du monde voit comme un obsta­ énième cadeau pour Israël, un trale d’Israël, a souligné M. Pom­ connaissance de la souveraineté breu juge dangereux. sont confiants. Les provocations
cle majeur à la paix. pied de nez aux Européens. peo, flanqué de son homologue is­ israélienne sur le Golan, mais « Les gens du Livre n’ont jamais eu cesseront, mais l’héritage que
En à peine deux jours sur place, Une énième provocation, aussi, raélien, l’ex­chef de l’armée, Gabi aussi sur Jérusalem, une décision meilleur ami », a laconiquement laisse derrière lui M. Trump est fait
le secrétaire d’Etat américain a à l’encontre de l’Autorité palesti­ Ashkenazi. Imaginez si [Bachar Al­] qui avait provoqué un tollé en répondu Benyamin Nétanyahou. pour rester. Le nouveau locataire
multiplié les images fortes. Ren­ nienne. Lundi déjà, le premier mi­ Assad contrôlait cet endroit… » décembre 2017 et la rupture des Cet ami a semé de quoi compli­ de la Maison Blanche donnera des
contre tripartite avec le premier nistre, Mohammad Shtayyeh, im­ Quelques heures plus tôt à Jéru­ relations avec les Palestiniens, quer la tâche du prochain prési­ gages aux Palestiniens en rou­
ministre israélien, Benyamin Né­ plorait la communauté interna­ salem, en bon VRP, le secrétaire qui espèrent faire de Jérusalem­ dent américain. La visite de vrant les canaux de dialogue. 
tanyahou, et le ministre bahreïni tionale de condamner la visite de d’Etat américain s’était lancé dans Est leur capitale. M. Pompeo sert à « cimenter l’héri­ clothilde mraffko
des affaires étrangères Abdullatif Mike Pompeo et d’« imposer une
Ben Rachid Al­Zayani, premier interdiction complète des produits
chef de la diplomatie d’un pays du
Golfe en visite officielle en Israël,
en provenance des colonies israé­
liennes ». L’appel a été suivi d’un
Acculés, les Palestiniens misent sur la présidence Biden
visite d’une colonie en Cisjorda­ long silence : face aux provoca­
nie, puis du plateau du Golan sy­ tions de l’administration Trump alors que mike pompeo assénait, jeudi Officiellement, les responsables palesti­ palestinienne dépend du maintien d’un cer­
rien annexé… L’idée était d’ins­ envers les Palestiniens, le reste du 19 novembre, un camouflet aux Palesti­ niens ont accepté de renouer la coopéra­ tain statu quo, et l’élection de Joe Biden
crire physiquement l’héritage des monde est souvent resté muet. niens en visitant une colonie israélienne tion après avoir reçu des garanties qu’Israël donne le souffle nécessaire pour revenir au
années Trump comme autant de en Cisjordanie occupée, une autre réunion respecterait les accords signés. L’Autorité statu quo d’avant », évitant ainsi aux res­
cartes postales dans l’imaginaire Service après-vente s’achevait, non loin de là. Drôle de coïnci­ palestinienne entend surtout donner des ponsables palestiniens de s’engager vers de
collectif. Les familles palestiniennes dont dence, mais l’Autorité palestinienne (AP) gages de sa bonne volonté à Joe Biden, dans vraies élections démocratiques, abonde
La plus symbolique d’entre elles les terres avaient été confisquées n’avait pas le choix. « Aujourd’hui, j’ai tenu l’espoir de renouer avec Washington, après Inès Abdel Razek, directrice du plaidoyer
est la visite à Shaar Binyamin. par l’armée israélienne pour des un meeting avec les Israéliens, a fait savoir quatre désastreuses années de présidence au Palestine Institute for Public Diplomacy.
Enième accroc de Washington au raisons militaires – et où ces colo­ sur Twitter Hussein Al­Sheikh, ministre Trump. Les responsables palestiniens ont La reprise du dialogue avec Israël a court­
processus de paix, elle légitime les nies ont été établies en violation des affaires civiles palestinien. Il a été con­ également fait savoir qu’ils allaient en­ circuité les pourparlers engagés ces derniè­
colonies israéliennes comme du droit international – ont pro­ venu de transférer tous les prélèvements à voyer leurs ambassadeurs aux Emirats ara­ res semaines entre le Hamas et le Fatah
aucun pays n’avait jamais osé le testé, mercredi, lors d’une confé­ l’Autorité palestinienne. » Les Israéliens vont bes unis et à Bahreïn, après les avoir rappe­ en vue d’une réconciliation. Le mouve­
faire. L’endroit choisi par les Amé­ rence de presse à Al­Bireh, ville pa­ donc reverser des centaines de millions de lés pour consultation lorsque les deux ment islamiste palestinien, qui contrôle la
ricains est incongru, une zone in­ lestinienne qui surplombe Shaar dollars de taxes et droits de douane que monarchies du Golfe avaient annoncé des bande de Gaza, a sévèrement dénoncé une
dustrielle plantée au bord d’un Binyamin. « Ce que Pompeo fait en l’Etat hébreu récolte chaque mois pour le accords de normalisation avec Israël. décision qui « allait à l’encontre de tous les
grand axe qui la relie à Jérusalem. visitant la colonie encourage les ci­ compte des Palestiniens, ces derniers accords conclus entre les dirigeants des
Il a été retenu à cause de son hôte, toyens américains et d’autres à l’in­ n’ayant pas le contrôle de leurs frontières. « Revenir au statu quo » factions palestiniennes ». Certains médias
Yaakov Berg, patron des vins ternational, en leur disant : “vous Depuis mai, pour protester contre les « L’Autorité palestinienne cherchait un pré­ israéliens rapportent que les responsables
casher Psagot produits dans les enfreignez la loi, le droit internatio­ menaces d’annexion d’une partie de la texte. Elle n’avait pas le choix, sans les reve­ palestiniens seraient même prêts à renon­
colonies voisines. Il y a un an, ce nal dit que c’est illégal mais, comme Cisjordanie occupée, Ramallah avait coupé nus des taxes et droits de douane, elle cer à indemniser les familles de prisonniers
colon israélien perdait son com­ vous êtes puissants, rien ne vous ar­ toute coopération avec les Israéliens, refu­ n’aurait pas pu continuer », commente et de martyrs, une demande qu’Israël tente
bat devant la Cour européenne de rivera” », a dénoncé Tamam Qu­ sant aussi de récupérer cet argent. Le sacri­ Nasser Abdel­Karim, professeur d’écono­ d’imposer à l’AP depuis des années. « Si cela
justice, qui entérinait l’obligation ran, une Américano­Palestinienne fice n’était pas anodin : Ramallah peinait, mie à l’université arabe américaine de est vrai, alors ce serait une catastrophe, un
de mentionner sur les étiquettes de 25 ans, dont la famille possède depuis, à payer les salaires des fonction­ Jénine, en Cisjordanie. Il constate que les recul immense dans la lutte pour la cause
les colonies comme provenance des terres à Jabal Al­Taweel, le nom naires, ces taxes et droits de douane repré­ gains politiques depuis mai sont « nuls » palestinienne », s’alarme M. Abdel­Karim. 
de ses vins. palestinien de Psagot. sentant plus de 60 % de son budget. pour Ramallah. « L’existence de l’Autorité c. mr.
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 international | 3

Afghanistan : le mea culpa de l’armée australienne


Une enquête révèle que 39 civils ont été tués par des forces d’élite déployées par Canberra contre les talibans

sydney ­ correspondance acte répréhensible de la part de sol­ est en opération depuis 2001 aux 25 000 images. La haute hiérarchie aussi que les investigations doi­
dats australiens ». Des excuses for­ côtés des forces alliées et des Amé­ porte une responsabilité pour
La réputation des vent s’étendre aux armées améri­

L
e premier ministre austra­ mulées aussi directement à son ricains pour lutter contre les tali­ cette culture d’abus, a établi le rap­ forces armées caine et britannique.
lien, Scott Morrison, avait homologue afghan, le général Ya­ bans. La police avait ouvert une port, mais n’était pas au courant Il va sans dire que la réputation
prévenu ses concitoyens, sin Zia. M. Morrison a, pour sa enquête sur les journalistes de la des comportements criminels.
australiennes des forces armées australiennes
jeudi 12 novembre, qu’ils part, informé personnellement chaîne publique, avant que l’en­ Le général Campbell a fait état est ternie est ternie par ce rapport accablant.
allaient recevoir des « nouvelles par téléphone le président afghan, quête ne soit classée. d’« allégations très inquiétantes La ministre australienne de la dé­
brutales et difficiles » au sujet de Ashraf Ghani, de la publication du d’assassinats illégaux » et signalé
par ce rapport fense, Linda Reynolds, a affirmé
leurs forces armées. Jeudi 19 no­ rapport d’enquête répertoriant les « Allégations très inquiétantes » qu’aucun de ces meurtres présu­ accablant dans la foulée qu’il est « crucial de
vembre, ceux­ci ont entendu de la allégations de crimes de guerre Quatre ans durant, une enquête a més n’avait eu lieu dans « le feu de maintenir les normes les plus éle­
bouche du plus haut gradé de l’ar­ commis par les forces spéciales. Le été menée par l’inspecteur général la bataille ». Il a épinglé une « cul­ vées que les Australiens escomp­
mée australienne, le général An­ cabinet de M. Ghani affirme que des forces de défense australien­ ture guerrière égocentrique » : fi de la loi, des règles ont été enfrein­ tent de leur armée », alors que le
gus Campbell, que des « preuves M. Morrison a exprimé sa plus nes sur ces allégations de violation « Un accent mal placé sur le pres­ tes, des histoires inventées, des culte de l’Anzac, le corps d’armée
crédibles » ont établi que des sol­ « profonde tristesse ». La partie aus­ au droit des conflits armés – en tige, le statut et le pouvoir, se dé­ mensonges racontés et des prison­ australien et néo­zélandais ayant
dats australiens ont tué 39 civils tralienne confirme avoir informé d’autres termes, de crimes de tournant de l’héritage du régi­ niers tués », a ajouté le chef de l’ar­ combattu lors des première et se­
en Afghanistan. « Je suis sincère­ Kaboul, mais ne fait pas mention guerre –, entre les années 2005 et ment d’excellence militaire et mée australienne. conde guerres mondiales, reste
ment désolé pour tout méfait com­ d’excuses formelles. 2016, au cours desquelles d’humilité du service. » La Commission indépendante très vivace dans le pays. Elle a ap­
mis par des membres des forces de Les rumeurs allaient bon train 26 000 soldats ont été déployés, Il est question de jeunes recrues des droits de l’homme en Afgha­ pelé à tirer des leçons de ces
défense australiennes. Vous avez depuis plusieurs années sur des dont 3 000 forces spéciales. Le rap­ forcées par des membres plus ex­ nistan (AIHRC) a déploré des « ac­ « manquements graves », assurant
raison de vous attendre à ce que vo­ exactions commises par des mili­ port final, rendu public jeudi à périmentés de tuer un prisonnier tes délibérés de violence inhu­ que la « responsabilité » serait la
tre armée défende notre nation et taires australiens en Afghanistan. Canberra, comprend des preuves afin d’avoir leur « première tuerie », maine », illustrant le « consensus pierre angulaire de la réponse à
ses intérêts d’une manière qui soit En 2017 déjà, le média public aus­ crédibles qu’au moins 25 mem­ dans une pratique baptisée « bloo­ selon lequel la vie des Afghans, qu’il ces révélations. Le 12 novembre,
conforme aux valeurs et aux lois de tralien ABC avait révélé l’affaire bres des forces spéciales ont « tué ding », ou encore de maquillage s’agisse d’hommes, de femmes ou un procureur spécial avait été
notre nation », a­t­il plaidé. des « Afghan Files » (les « dossiers illégalement » 39 civils innocents d’assassinats en déposant des ob­ d’enfants, n’a aucune valeur ou di­ nommé pour enquêter sur ces
Le peuple afghan, lui, a reçu des afghans »), détaillant les opéra­ au cours de la guerre contre le ter­ jets militaires près des corps des gnité inhérente ». Cet organe exige possibles crimes de guerre, ce qui
excuses « sincères et sans réserve » tions des forces d’élite contre des rorisme en Afghanistan. L’enquête victimes civiles pour prétendre des poursuites pénales envers les pourrait mener à des poursuites
du général au nom de la force de civils et enfants dans ce pays d’Asie se fonde sur 423 témoignages, qu’il s’agissait de morts au com­ soldats et des compensations contre des membres des forces ar­
défense australienne « pour tout centrale, où l’armée australienne 20 000 documents et plus de bat. « Certaines patrouilles ont fait pour les victimes, mais pointe mées. – (Interim.) 

L’Egypte à l’offensive
contre la société civile
Trois dirigeants d’une influente ONG ont été
arrêtés après avoir rencontré des diplomates

L es autorités égyptiennes
ont entrepris de faire taire
l’une des organisations­
phares de la société civile. Entre le
15 et le 19 novembre, trois mem­
humains et les organisations indé­
pendantes, à les poursuivre pour
avoir exposé les violations des
droits humains et à distiller la peur
pour museler toute voix critique
bres exécutifs de l’Initiative égyp­ aux politiques du gouvernement ».
tienne pour les droits personnels Conséquence de la répression qui
(EIPR) ont été arrêtés. Cette série s’est abattue sur toute forme d’op­
d’arrestations fait suite à leur ren­ position – islamiste ou libérale –
contre avec une délégation de depuis l’arrivée au pouvoir du
diplomates, dont les ambassa­ maréchal Sissi en 2013, l’Egypte
deurs de France et d’Allemagne, le compterait quelque 60 000 pri­
3 novembre. « Cette escalade est sonniers politiques, selon des
un message clair : l’Egypte ne fera ONG. L’organisation Amnesty
aucune concession sur les droits de International a, elle aussi,
l’homme, même dans la perspec­ condamné ces nouvelles arresta­
tive de l’arrivée de Joe Biden aux tions, les qualifiant de « coup dur
Etats­Unis. Elle vise à décourager porté au travail légitime des défen­
les Etats européens de hausser le seurs des droits humains ».
ton sur ce dossier, en leur mon­ L’Egypte reste sourde aux appels
trant que le prix à payer est élevé », des chancelleries étrangères. En
estime Bahei Eddin Hassan, direc­ réponse à Paris, qui a exprimé par
teur de l’Institut du Caire pour les le biais du Quai d’Orsay, mardi
études des droits de l’homme. 17 novembre, sa préoccupation et
Mohamed Basheer, directeur ad­ dit sa volonté de maintenir « un
ministratif de l’EIPR, a été le pre­ dialogue franc et exigeant avec
mier arrêté au Caire, dimanche l’Egypte sur la question des droits
15 novembre. Mercredi 18, Karim de l’homme, y compris sur des cas
Ennarah, responsable de la justice individuels », Le Caire a condamné
pénale au sein de l’ONG, a été une « interférence dans les affaires
arrêté dans la station balnéaire de internes égyptiennes ». Jeudi, les
Dahab, dans le Sinaï, où il passait Etats­Unis se sont à leur tour dits
des vacances. Jeudi soir, l’EIPR a « profondément préoccupés » par
annoncé l’arrestation de son direc­ ces arrestations. « Tout le monde
teur exécutif, Gasser Abdel Razek, devrait être en mesure d’exprimer
à son domicile au Caire. librement ses convictions », a écrit
sur Twitter le bureau du départe­
60 000 prisonniers politiques ment d’Etat américain chargé des
MM. Basheer et Ennarah ont été droits humains.
placés en détention provisoire Des défenseurs des droits de
pour quinze jours – renouvelables l’homme espèrent que l’arrivée de
pendant deux ans, selon la loi Joe Biden – qui a laissé entendre
égyptienne – par le procureur de qu’il serait ferme sur le respect des
la Cour de sûreté de l’Etat. Ils sont droits humains – à la Maison Blan­
accusés d’avoir « rejoint un groupe che obligera Le Caire à des conces­
terroriste » et « diffusé de fausses sions, après le blanc­seing donné
informations qui portent atteinte par Donald Trump au président
à la sûreté publique et à l’intérêt de Sissi. Après la victoire du démo­
la nation ». Leurs dossiers ont été crate, l’Egypte a en effet libéré les
joints à une vaste affaire de proches de Mohamed Sultan, un
nature politique, qui inclut déjà opposant égyptien exilé aux
de nombreux défenseurs des Etats­Unis. « C’était un geste à des­
droits humains, journalistes et tination des Etats­Unis, non un
opposants au régime du prési­ changement de cap sur les droits
dent Abdel Fattah Al­Sissi, dont de l’homme : Mohamed Sultan est
l’avocate Mahienour El­Masry, la membre de l’équipe de campagne
journaliste Solafa Magdy ou le de Biden, nuance Bahei Eddin Has­
blogueur Mohamed « Oxygen ». san. Si l’administration Biden con­
Condamnant ces arrestations, ditionnait certains dossiers,
la Commission égyptienne pour comme l’aide financière à l’Egypte,
les droits et les libertés a dit s’in­ à une amélioration de la situation
quiéter de « la détermination du des droits de l’homme, ces prison­
gouvernement égyptien à poursui­ niers politiques seraient autant de
vre sa politique de répression cartes à négocier pour Le Caire. » 
envers les défenseurs des droits hélène sallon
0123
4 | international SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

Trump fait pression Le Royaume­Uni veut muscler


sur les républicains pour
modifier les résultats son budget de défense
Le président veut bloquer la validation des En plein Brexit, tandis que la crise sanitaire met à mal l’économie,
votes, notamment dans l’Etat du Michigan
Boris Johnson promet d’augmenter de 10 % les dotations de l’armée
washington ­ correspondant
Joe Biden londres ­ correspondante a ajouté le premier ministre, très des chantiers navals au Royau­
Une agence
D onald Trump n’entend
manifestement reculer
devant rien pour tenter
de modifier l’issue de l’élection
présidentielle. Faute de succès de­
a évoqué
« une incroyable
irresponsabilité »
L
a rumeur le donnait par­
tant lors d’un remanie­
ment, début 2020, et fra­
gilisé par des arbitrages à
en forme, bien qu’il soit toujours
en quarantaine à Downing Street
(mais testé négatif), pour avoir cô­
toyé un député testé positif il y a
une semaine.
spatiale, une de
cybersurveillance
et une autre
me­Uni. A l’en croire, son très
gros coup de pouce budgétaire
permettra de générer 10 000 em­
plois par an sur le sol britanni­
que, notamment dans le nord de
vant les tribunaux, où ses accusa­
de la part du venir en défaveur de son porte­ L’arbitrage gouvernemental l’Angleterre. De quoi calmer en
tions de fraude massive organisée président sortant feuille. Il n’en a rien été : Ben Wal­ est d’autant plus remarquable
consacrée partie les angoisses des élus con­
par le Parti démocrate essuient lace, le ministre de la défense bri­ que le pays fait face à une crise à l’intelligence servateurs de ces régions, qui at­
échec sur échec, il multiplie dé­ tannique, a même eu gain de économique historique (le PIB tendent des engagements en fa­
sormais les pressions sur des res­ pas pour l’instant parvenus à ob­ cause, Boris Johnson décidant de britannique risque de s’effondrer
artificielle veur de ces zones en déficit struc­
ponsables du Grand Old Party tenir des résultats susceptibles de trancher en sa faveur et d’aug­ de 11 % en 2020, la pire chute en… devraient être turel d’investissement par rap­
(GOP). modifier le verdict des urnes dans menter significativement le bud­ trois cents ans). « J’ai pris cette dé­ port au sud du pays.
Mardi 17 novembre, il s’est ainsi un seul Etat. Jeudi, un recomptage get de la défense du Royaume­ cision en pleine pandémie parce
financées Mais d’où viendra l’argent, alors
entretenu par téléphone avec en Géorgie a confirmé l’avance de Uni. Le premier ministre a con­ que la défense du royaume est une que le Trésor fait déjà face à un dé­
deux républicains membres Joe Biden. firmé, jeudi 19 novembre, à la priorité », a insisté M. Johnson. ficit budgétaire historique, à
d’une commission bipartisane Chambre des communes qu’il al­ « La situation internationale est Les montants annoncés vont cause du soutien consenti à l’em­
qui s’étaient opposés dans un pre­ Théorie du complot lait bondir de 10 %, grâce à une plus périlleuse qu’à aucun mo­ permettre de combler l’énorme ploi depuis le début de la pandé­
mier temps à la certification des L’équipe sur laquelle se repose le enveloppe supplémentaire de ment depuis la fin de la seconde déficit de financement identifié mie ? Le chancelier de l’échiquier,
résultats du comté du Michigan président n’est pas composée de 16,5 milliards de livres sterling guerre mondiale. Nous devons pour le programme d’investisse­ Rishi Sunak, devrait en partie le­
qui comprend la ville de Detroit, spécialistes des contentieux élec­ (18,4 milliards d’euros) pour les saisir notre chance pour transfor­ ment décennal de l’armée britan­ ver le voile fin novembre, avec des
un solide bastion démocrate. De­ toraux comme ceux qui avaient quatre prochaines années. mer nos forces armées, renforcer nique : 13 milliards de livres ster­ choix difficiles à la clé. Proposera­
vant le tollé suscité par cette déci­ été réunis par George W. Bush lors Cette somme considérable notre influence extérieure, unifier ling manquaient à l’appel. « Pen­ t­il davantage d’impôts, de dette
sion inhabituelle, ils s’étaient ra­ de l’épisode du recomptage des s’ajoute à un engagement de cam­ notre pays, maîtriser de nouvelles dant presque trente ans, nos publique ou des coupes dans
visés et avaient finalement ac­ voix en Floride après l’élection pagne du Parti conservateur technologies, défendre notre peu­ moyens financiers n’ont jamais été l’aide au développement ?
cepté de valider les votes. présidentielle de 2000. Elle fait d’augmenter annuellement le ple et notre mode de vie », a­t­il en adéquation avec nos ambi­ Les conservateurs s’étaient en­
Après l’intervention de Donald également pâle figure à côté de budget de la défense de 0,5 % en encore affirmé. tions », a déploré le ministre Ben gagés en 2019 à y consacrer 0,7 %
Trump, les deux républicains ont celle qui avait été mise sur pied plus de l’inflation (ce budget était Wallace sur Times Radio, assurant du PIB du pays mais Keir Starmer,
souhaité dès le lendemain revenir pendant la mise en accusation du d’environ 41,5 milliards de livres Combler le déficit que cette période était révolue. le chef du Parti travailliste, s’est
de nouveau sur leur décision, une président, en 2019. Elle est dirigée sterling en 2020). « Il s’agit du plus A moins de cinquante jours de la Devraient entre autres pouvoir inquiété jeudi qu’ils abandon­
démarche cependant trop tardive par Rudy Giuliani, l’ancien maire gros apport de fonds depuis la fin fin de la période de transition, de être financées une véritable nent leur promesse, sans obtenir
pour qu’elle puisse se concrétiser. républicain de New York, un an­ de la guerre froide », s’est félicité la sortie du marché intérieur et de agence nationale de cybersur­ de réponse claire du premier mi­
Le Michigan a été remporté par le cien procureur qui a multiplié les M. Johnson. « J’ai décidé que l’ère l’union douanière européenne, le veillance (la National Cyber nistre. A cette critique près, Boris
vainqueur de la présidentielle, bévues lors de sa première des coupes budgétaires était ter­ dirigeant veut faire passer un Force), une agence spatiale (avec Johnson n’a pas – pour l’instant –
Joe Biden, avec une marge de plus audience, le 17 novembre. Il est minée. [Ces sommes supplémen­ message à l’international : le l’objectif de lancer ses premières rencontré de véritable opposi­
de 150 000 voix. Le président des épaulé notamment par Sidney taires] vont nous permettre d’affi­ Royaume­Uni compte rester une fusées dès 2022), et une autre en­ tion : du Labour aux indépendan­
Etats­Unis n’a pas pour autant re­ Powell, l’avocate d’un ancien pro­ cher des dépenses militaires d’au puissance militaire de premier core consacrée à l’intelligence ar­ tistes écossais du SNP (Scottish
lâché ses efforts, soutenu par les che de Donald Trump aux prises moins 2,2 % de notre produit inté­ plan, en Europe, comme au sein tificielle. Par ailleurs, « au moins » National Party), tous les députés
médias qui lui sont dévoués. Il a avec la justice, Michael Flynn. rieur brut [PIB] : c’est davantage de l’OTAN. Il est également « dé­ 1,5 milliard de livres sterling iront ont salué, plus ou moins chaude­
ainsi invité vendredi 20 novem­ Cette dernière a défendu lors que notre engagement dans le ca­ terminé à rester un allié militaire à la recherche et développement. ment, son engagement renouvelé
bre à la Maison Blanche deux d’une conférence de presse, jeudi, dre de l’OTAN [2 % du PIB], davan­ précieux » des Etats­Unis, avait par Moins disert sur l’armée « con­ en faveur de l’armée, une institu­
hauts responsables du Parti répu­ une théorie du complot selon la­ tage que tout autre pays européen ailleurs souligné M. Johnson, ventionnelle », M. Johnson a tion toujours extrêmement res­
blicain du Michigan : le chef de la quelle la présidentielle a été pla­ et que tout autre pays de l’Alliance dans un message vidéo à l’adresse quand même insisté sur la Navy, pectée des Britanniques. 
majorité du Sénat de l’Etat, Mike cée sous « l’influence massive atlantique, hormis les Etats­Unis », du président élu Joe Biden. annonçant une « renaissance » cécile ducourtieux
Shirkey, avec le speaker de la de l’argent communiste » venu
Chambre, Lee Chatfield. « du Venezuela, de Cuba et proba­
Pour la presse américaine, la blement de Chine ». Assurant que
stratégie est claire. Il s’agit de blo­ Donald Trump a été élu par « un
quer coûte que coûte la certifica­
tion des résultats, prévue lundi
dans cet Etat, voire de tester la dis­
raz­de­marée », elle a mis en cause
plus précisément un système de
comptabilisation des votes, Do­
Plan de relance : l’UE en quête d’une parade
ponibilité des responsables répu­ minion, présenté comme « conçu
blicains pour ce qui s’apparente­
rait à un véritable coup de force : le
contournement du vote du 3 no­
par [l’ancien président vénézué­
lien] Hugo Chavez pour ne jamais
perdre d’élections », et auquel elle
pour lever les veto de Varsovie et Budapest
vembre que constituerait la dési­ a également associé le philanth­
gnation par le Congrès du Michi­ rope George Soros. Rudy Giuliani
Les Vingt­Sept redoutent le blocage durable du dispositif d’aides mis sur les rails en juillet
gan, où ils sont majoritaires, de a évoqué de son côté « une conspi­
grands électeurs acquis au prési­ ration », un « plan qui vient du
dent sortant. L’un des visiteurs du Parti démocrate et du candidat ». bruxelles ­ bureau européen auprès de ses hôtes pour que la et des menaces sont brandies.
président, Mike Shirkey, l’a caté­ Joe Biden a réagi à ces informa­ discussion, jeudi, « reste sous con­
Il y a urgence « Nous regarderons, s’il le faut en
goriquement exclu le 16 novem­
bre. « Cela ne se produira pas », a­
t­il affirmé en assurant que la loi
de l’Etat ne le permet pas.
Les pressions de Donald Trump
tions au cours d’une conférence
de presse. Il a évoqué « une in­
croyable irresponsabilité » de la
part de Donald Trump et un « hor­
rible message » adressé au monde
S eize minutes. C’est le temps
que les chefs d’Etat et de
gouvernement européens,
qui se retrouvaient en visioconfé­
rence jeudi 19 novembre dans la
trôle », confie­t­on dans son en­
tourage. Quant à la chancelière
Angela Merkel, qui s’est exprimée
parce que l’Allemagne occupe ce
semestre la présidence tournante
à trouver une
solution alors
que la deuxième
dernier ressort, comment avancer
sans les pays qui bloquent », a ainsi
prévenu mercredi le secrétaire
d’Etat français aux affaires euro­
péennes, Clément Beaune. En
sont d’autant plus fortes que les entier, pendant que les plus hauts soirée, ont consacré au plan de re­ de l’Union, elle s’est contentée de
vague de la clair, donc, s’il n’est pas possible
avocats chargés de défendre ses responsables républicains sont lance de 750 milliards d’euros et rappeler les étapes qui ont suivi pandémie fait de s’entendre avec Varsovie et Bu­
accusations de fraude martelées restés une nouvelle fois totale­ au budget communautaire 2021­ l’accord de juillet et de constater dapest, le plan de relance se fera
préventivement des mois avant ment silencieux.  2027 de 1 074 milliards, auxquels le blocage. « Minimaliste », cons­
de nouveaux sans eux, par le biais d’une coopé­
l’élection du 3 novembre ne sont gilles paris la Pologne et la Hongrie avaient tate un diplomate. ravages ration renforcée à vingt­cinq ou
mis leur veto trois jours plus tôt. un accord intergouvernemental.
Varsovie et Budapest refusent en Scénarios musclés Mais, de tout cela, jeudi, il n’a
effet l’une des conditions qui ac­ Pour le reste, seuls les frondeurs de reprendre le texte qui décrit le pas été question. Passé le premier
compagne ce paquet financier et ont pris la parole. Le premier mi­ lien entre budget et Etat de droit, quart d’heure consacré au bud­
qui stipule que le versement des nistre hongrois, Viktor Orban, a et dont chaque mot a été pesé au get, les Européens sont revenus
fonds européens doit être lié au été bien plus sobre qu’il n’a pu trébuchet. Plusieurs pays, à com­ au sujet auquel était censé être
respect de l’Etat de droit. l’être ces derniers jours, quand il mencer par les « frugaux » (Pays­ consacré ce sommet : le Covid­19
Certes, il y a urgence à trouver disait, par exemple, craindre que Bas, Autriche, Suède, Danemark), et la manière de mieux coordon­
une solution alors que la Bruxelles lui coupe les vivres en ont fait une condition sine qua ner leurs efforts dans la lutte con­
deuxième vague de la pandémie pour sanctionner sa politique an­ non de leur soutien au plan de re­ tre la pandémie. Sur la reconnais­
Le grand entretien fait de nouveaux ravages, sanitai­
res et économiques. Mais les
timigrants. Son homologue polo­
nais, Mateusz Morawiecki, a ex­
lance. Tout comme le Parlement
européen.
sance mutuelle des tests, chefs
d’Etat et de gouvernement ont
sur l’actualité du monde Vingt­Sept ne souhaitaient pas en­
gager des négociations dont ils sa­
pliqué, pour sa part, redouter que
« le mécanisme Etat de droit soit
A l’Elysée, on veut espérer que
« des clarifications » qui rassure­
avancé. Sur la durée de la quaran­
taine, différente d’un pays à
vent qu’elles seront compliquées utilisé pour imposer des mesures à raient les deux pays, en particu­ l’autre, cela reste compliqué.
Ce samedi à 12 h 00 et qu’un rendez­vous par visio­ son pays ». Quant au Slovène Ja­ lier sur le rôle de la Commission, « Ce sont devenus des experts. Ils
conférence ne permet pas de me­ nez Jansa, qui ne s’est pas opposé pourraient suffire. « Il s’agit d’en connaissent les taux d’incidence,
ner à bien. Ils ne voulaient pas non formellement au budget euro­ préciser certains points. Par exem­ les taux de positivité, les taux de
ALEXANDRE ORLOV plus donner à voir l’image d’une péen, il est intervenu pour soute­ ple, en réaffirmant qu’un Etat visé circulation du virus dans leur
ancien ambassadeur de Russie en France Europe qui se déchire de nouveau, nir Varsovie et Budapest. « Aucun pourra se défendre et saisir la Cour pays et sont très intéressés par ce
après s’être félicités d’avoir su d’eux n’a dit ce qu’il voulait », pré­ de justice de l’Union européenne », que vivent les autres », constate un
répond aux questions de trouver, le 21 juillet, un accord his­ cise un diplomate. explique un diplomate, alors que diplomate. Bien moins angoissés
Dominique Laresche (TV5MONDE) torique. Au terme de quatre jours En réalité, depuis que Varsovie la Hongrie et la Pologne disent re­ par la situation que lors de leur
et Marc Semo (Le Monde). et de quatre nuits de tractations, et Budapest ont pris en otage le douter une approche trop politi­ rencontre des 15 et 16 octobre,
ils avaient dessiné l’ébauche d’une plan de relance européen, les con­ que par l’exécutif européen. Vik­ quand tous les indicateurs étaient
Diffusion sur TV5MONDE et sur Internationales.fr Europe plus fédérale et solidaire, tacts formels et informels se sont tor Orban s’est dit vendredi matin au rouge écarlate, les Vingt­Sept
avec un plan de relance, financé intensifiés pour tenter de trouver ouvert à la négociation, tout en ont partagé, cette fois, leurs inter­
en partenariat avec
par une dette commune, qui dis­ une issue à cette nouvelle crise. restant inflexible sur le fond. rogations sur la manière dont ils
tribue des aides aux pays les plus Charles Michel, Angela Merkel et En cas d’impasse, des scénarios devront mener le déconfine­
fragilisés par la pandémie. le président français, Emmanuel plus musclés sont envisagés, dont ment, à l’approche de Noël et des
Le président du Conseil, Charles Macron, sont à la manœuvre. En la faisabilité dans des délais rai­ fêtes de fin d’année. 
Michel, avait d’ailleurs insisté sachant que personne n’envisage sonnables est loin d’être évidente, virginie malingre
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 international | 5

Burkina Faso :
le bilan mitigé
du président
Kaboré
L‘ex­dauphin de Blaise Compaoré
brigue un second mandat face
à douze candidats, le 22 novembre

ouagadougou ­ correspondance ghreb islamique (AQMI), du res­


taurant Cappuccino, au cœur de la

D
ans les rues de Ouaga­ capitale. Cet attentat, le premier
dougou, la capitale de cette envergure sur le sol burki­
burkinabée, les por­ nabé, a marqué le début d’une lon­
traits géants des can­ gue série sanglante. Depuis, les
didats et leurs slogans de campa­ violences djihadistes ont fait dans
gne en disent long sur le désarroi le pays plus de 1 600 morts et un
qui règne dans le pays à la veille million de déplacés.
des élections présidentielle et Dans ce contexte délétère, A Ouagadougou, le 6 novembre. OLYMPIA DE MAISMONT/AFP
législatives du dimanche 22 no­ M. Kaboré brigue un second
vembre. « Ensemble, sauvons le mandat sous les couleurs du
Faso ! », « Retrouvez le Burkina Mouvement du peuple pour le 57 ans. « On nous demande de cielles. Dans cette guerre sans cela risque d’être difficile pour le
d’avant », proclament les affiches. progrès (MPP). S’il promet un voter, mais on cherche d’abord à front, les civils sont les premières
« On devrait MPP de passer dès le premier tour »,
Presque rien ne subsiste de « coup K.­O. » dès le premier tour, manger », souligne le Ouagalais, victimes des violences. assister à juge le politologue Kassem Salam
l’euphorie qui avait accompagné, il va lui falloir affronter douze qui penche pour « Roch », mais à Les autorités n’hésitent pas à Sourwema. Pour le parti présiden­
le 1er décembre 2015, l’élection au autres candidats, dont plusieurs contrecœur, parce qu’il préfère pointer un doigt accusateur en di­
un émiettement tiel, un second tour serait risqué.
premier tour de Roch Marc Chris­ poids lourds de l’ancien régime, et « la continuité que risquer le chaos rection de Blaise Compaoré, l’an­ des voix » Neuf candidats ont scellé un
tian Kaboré avec 53,49 % des voix. défendre un bilan mitigé. Selon avec une nouvelle tête ». cien président, qui entretenait accord d’alliance pour faire front
KASSEM SALAM SOURWEMA
Après vingt­sept ans de règne un sondage d’opinion du Centre Au cimetière militaire de Goun­ des contacts étroits avec certains commun au cas où l’un d’eux
politologue
sans partage de Blaise Compaoré, pour la gouvernance démocrati­ ghin, dans la capitale, les monti­ chefs djihadistes sahéliens. « Au passerait. « Le Burkina vit l’enfer »,
le président déchu en 2014 à la que (CGD) réalisé en juin, 63 % des cules de terre ocre s’accumulent. lendemain de l’élection, ces grou­ accuse le chef de file de l’opposi­
suite d’une insurrection popu­ Burkinabés se disent déçus du Sur chaque pancarte, un grade, un pes sont venus au palais pour ré­ tion Zéphirin Diabré, qui menace
laire, « Roch », l’ancien dauphin mandat de Kaboré, invoquant sa nom, une date de naissance et de clamer des véhicules qu’ils avaient formés et armés par les militaires de « refuser de reconnaître les résul­
de « Blaise », devenait le premier « gestion de la crise sécuritaire » et décès sont inscrits à la peinture commandés à l’ancien régime. pour lutter contre le terrorisme tats » en cas de « fraudes ».
chef d’Etat démocratiquement élu ses promesses « non tenues ». blanche. « Des gamins, souffle un Roch a refusé de dealer, on paie le dans les villages. A l’écart de ces joutes politiques,
depuis 1978 au Burkina Faso. fossoyeur, c’est l’abattoir. » Entre prix de leur vengeance », argue un Mais l’essor de ces milices et des les Burkinabés apparaissent de
Mais les espoirs de changement Menace terroriste les attaques de postes, les embus­ proche conseiller du président. groupes d’autodéfense, régulière­ plus en plus désenchantés. Dans
de milliers de Burkinabés ont vite Si des efforts ont été faits sur le cades et les voies minées, les for­ Surtout, le nouveau pouvoir a hé­ ment accusés d’exactions contre un pays qui compte près de 60 %
cédé à la désillusion. En jan­ plan des infrastructures, de l’accès ces de l’ordre paient un lourd rité d’une armée profondément les populations, inquiète. « L’op­ d’analphabètes, la fracture se
vier 2016, deux semaines après aux soins et des acquis démocrati­ tribut à la lutte antiterroriste. fragilisée et désorganisée, après la tion du tout­militaire ne fonc­ creuse entre les élites et la po­
l’investiture du président, 30 per­ ques, l’inventaire du quinquennat Manquant de moyens humains et chute du régiment de sécurité pré­ tionne pas, nous sommes face à pulation. L’interrogation majeure
sonnes – la plupart expatriées – reste marqué par l’émergence matériels, elles peinent à mailler sidentielle, l’unité d’élite de Com­ des problèmes insurrectionnels. concerne le taux de participation.
étaient tuées dans l’attaque, re­ d’une série de crises – sécuritaire, l’ensemble du territoire, où la paoré. Le tout dans un contexte de Certaines communautés se sen­ Déjà, 860 villages et secteurs, re­
vendiquée par Al­Qaida au Ma­ humanitaire, économique, so­ menace des katibas affiliées au dégradation rapide de la sécurité tent délaissées et rejettent l’Etat. Il présentant près de 370 000 élec­
ciale –, le tout amplifié par la pan­ Groupe pour le soutien à l’islam et dans l’ensemble du Sahel. faut régler cela par le dialogue », teurs, selon la Commission électo­
démie de Covid­19. Dans ce petit aux musulmans (GSIM) et à l’or­ insiste Rinaldo Depagne, direc­ rale nationale indépendante, sont
pays enclavé du Sahel, près de ganisation Etat islamique (EI) est « Le Burkina vit l’enfer » teur du projet Afrique de l’Ouest exclus d’office du scrutin en rai­
« Certaines 2 millions de Burkinabés souf­ de plus en plus présente. Certains reprochent à Kaboré, de l’International Crisis Group. son de l’insécurité, et une grande
communautés frent de la faim – soit un habitant Autrefois terre d’accueil des connu pour sa bonhomie et qui En guise de réponse, plusieurs partie des déplacés ne pourront
sur dix – et 40 % de la population associations de développement et s’amuse volontiers de son sur­ candidats à la présidentielle prô­ pas voter, faute de papiers. « Quelle
se sentent vit sous le seuil de pauvreté. du tourisme solidaire, la carte du nom de « Président diesel », son nent l’ouverture de négociations légitimité auront des élus locaux
délaissées A un carrefour de « Ouaga », en­ Burkina Faso s’est presque entiè­ manque de réactivité et de fer­ avec les groupes armés. nommés par une poignée d’élec­
tre un vendeur de brochettes et un rement colorée de rouge. Le pays meté. L’urgence, pourtant, est A l’approche d’un scrutin qui teurs dans des provinces vidées de
et rejettent l’Etat. marchand de canapés, des encein­ est « formellement déconseillé » absolue. Pour la première fois au pourrait être serré, Roch Marc leurs habitants ? », s’interroge un
Il faut régler cela tes crachent des slogans à la gloire par les diplomaties occidentales à « pays des hommes intègres », des Christian Kaboré reste « confiant », édile du centre­nord du pays. 
du MPP. « Que des paroles et rien cause du risque d’attentat et d’en­ communautés s’affrontent, em­ selon son entourage. A la tête sophie douce
par le dialogue » après ! », rétorque Séraphin, un lèvement. Aux exactions des ter­ portées dans le cycle de la violence d’une « machine électorale » bien
RINALDO DEPAGNE magasinier au chômage qui se de­ roristes se sont ajoutées celles et de l’impunité. Depuis quelques rodée, il fait figure de favori dans
membre de l’International mande surtout comment il va imputées aux groupes d’autodé­ mois, le gouvernement autorise le les sondages. Mais « on devrait as­
Crisis Group pouvoir retrouver un travail à fense et aux forces de sécurité offi­ recrutement de civils volontaires, sister à un émiettement des voix, Retrouvez en ligne l’ensemble de nos contenus

En Ethiopie, l’inquiétude des Tigréens d’Addis­Abeba


Depuis le début du conflit entre le gouvernement d’Abiy Ahmed et la région du Tigré, des habitants craignent des discriminations ethniques

addis­abeba ­ correspondance et se cantonne à l’amharique culaire sommant les employés accusées par la police fédérale dans la province Amhara. Une
« pour ne pas attirer l’attention ».
Les autorités tigréens d’une entreprise de cons­ « d’avoir pillé des banques et de version des faits contestée par le
ont officiellement
L es soirées de novembre
sont réputées fraîches sur
les hauts plateaux éthio­
piens où se trouve Addis­Abeba.
Pourtant, ce n’est pas du bois que
A Addis­Abeba, pourtant, le gou­
vernement se défend de tout os­
tracisme contre les populations
tigréennes, demandant même
aux Ethiopiens de « se muer en
interpellé
287 personnes
truction de prendre des congés
forcés, sans préciser le motif.
Les autorités ont officiellement
interpellé 287 personnes soup­
çonnées de complot, « dont cer­
préparer des attentats contre
les autorités sur ordre du FPLT ».
Enfin, l’arrestation de six journa­
listes pour « outrage à la Constitu­
tion » a été dénoncée par Repor­
pouvoir qui indique avoir « reçu
des renseignements crédibles et
spécifiques sur des agents du FPLT,
intégrés et actifs au sein de diverses
organisations ».
Gebremehdin (le nom a été modi­ gardiens pour s’assurer que nos
soupçonnées tains rapportent qu’ils ont été arrê­ ters sans frontières. Ces pratiques inquiètent la so­
fié) fait brûler dans sa cour. Les frères tigréens soient protégés de de complot tés uniquement sur la base de leur ciété civile et l’EHRC, qui déclare
flammes consument des factures toute pression négative », comme ethnicité », précise la Commission Contrôles poussés à l’aéroport « qu’une peur justifiée de profilage
et des documents d’identité. Un l’écrit le premier ministre sur son éthiopienne des droits humains Jeudi 19 novembre, le chef d’état­ ethnique et de discrimination
autodafé destiné à faire disparaî­ compte Twitter. Il assure ne faire publié un mandat d’arrêt contre (EHRC). Le pouvoir nie procéder à major de l’armée éthiopienne, est apparue » parmi les citoyens
tre ce qui l’inquiète ces derniers aucun amalgame entre le FPLT et 140 membres du FPLT et des offi­ des arrestations arbitraires. La vo­ Berhanu Jula, a même accusé le tigréens, notamment après des
jours : ses origines tigréennes. le reste des Tigréens, qui représen­ ciers des forces de sécurité. L’un lonté n’est pas d’exclure les Ti­ directeur de l’Organisation mon­ contrôles poussés à l’aéroport
Gebremehdin confie « ne plus tent environ 6 % de la population d’eux, un général tigréen chargé gréens, répète un membre du diale de la santé, l’Ethiopien Te­ d’Addis­Abeba, où plusieurs d’en­
faire confiance à personne » de­ éthiopienne. de la sécurité de l’Union africaine, gouvernement éthiopien, mais de dros Adhanom Ghebreyesus, ori­ tre eux se sont vu refuser l’accès
puis le début des affrontements a été renvoyé par l’organisation « démanteler la colonne verté­ ginaire du Tigré, de militer en fa­ à un vol après avoir présenté leur
entre le gouvernement fédéral du Fonctionnaires confinés sur demande du ministère de la brale » du FPLT au sein de « l’appa­ veur de sa région d’origine et de carte d’identité.
premier ministre et Prix Nobel de Malgré ces appels au calme, Ge­ défense éthiopien. reil politico­sécuritaire » qu’il a do­ tenter de lui obtenir des armes. Des membres de la famille
la paix, Abiy Ahmed, et le parti dis­ bremehdin ne peut s’empêcher de Une source diplomatique pré­ miné pendant presque trente ans. M. Tedros fut ministre de la santé d’un entrepreneur à Addis­Abeba
sident du Front de libération du se sentir ciblé. Une crainte renfor­ cise que d’autres officiers tigréens Cette opération de démantèle­ de 2005 à 2012 dans le gouverne­ n’ont ainsi pas pu embarquer
peuple du Tigré (FPLT), qualifié de cée par « les nombreuses arresta­ installés dans la capitale et en ment a débuté par le gel des ment de Meles Zenawi, chef histo­ pour un vol vers l’étranger. « Ils se
« junte » et de « mafia » par Addis­ tions de Tigréens » dont il a en­ Somalie ont reçu l’ordre de ne pas comptes bancaires de 34 entrepri­ rique du FPLT. sont fait reconduire alors même
Abeba. Il ne quitte que rarement tendu parler. A commencer par se présenter à leurs postes. La ses, parmi les plus grandes du Sur le terrain, des organisations qu’ils détiennent une carte d’iden­
son domicile depuis le 4 novem­ dix­sept officiers de l’armée fédé­ consigne circule également dans pays, réunies dans un fonds de do­ internationales rapportent avoir tité d’un autre pays, précise­t­il.
bre, date de l’ouverture des hostili­ rale accusés de sabotage et de tra­ les ministères, où les fonctionnai­ tation administré par le FPLT. Elle dû fournir aux autorités des listes J’ai peur que la lutte entre politi­
tés au Tigré. Dehors, Gebreme­ hison pour avoir coupé les systè­ res tigréens sont confinés à leur s’est poursuivie par la suspension précisant l’ethnie de leurs em­ ciens achève de nous diviser en
hdin fait attention à ne plus parler mes de communication entre le domicile depuis début novembre. de 14 compagnies de sécurité pri­ ployés, comme ce fut le cas avec le tant qu’Ethiopiens. » 
sa langue maternelle, le tigrigna, Tigré et Addis­Abeba. La police a Le Monde a pu consulter une cir­ vée opérant dans la capitale et Programme alimentaire mondial noé hochet­bodin
PLANÈTE
0123
6| SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

PA N D É M I E   D E   C O V I D ­1 9

Delfraissy : « Je vois la sortie du tunnel »
Pour le président du conseil scientifique, la France « n’a pas le droit à l’erreur » dans le déploiement des vaccins

ENTRETIEN

J
ean­François Delfraissy est
président du conseil scienti­
fique. Alors que la barre des
2 millions de cas de Covid­19
a été franchie dans le pays, et
que s’achève la troisième semaine
du deuxième confinement, il ap­
pelle les Français à « tenir bon »
dans un entretien au Monde.

Cette deuxième vague,


qui finalement apparaît plus
haute que la première,
avec plus de 33 000 personnes
déjà hospitalisées, est­elle
maintenant derrière nous ?
Une série d’éléments suggère
qu’on est au pic, ou pas loin en Jean­François
tout cas, dans certaines régions. Delfraissy,
Néanmoins, c’est encore un peu le 16 juin,
tôt pour pouvoir totalement l’af­ à Paris.
firmer. Cette seconde vague est ar­ ED ALCOCK/MYOP
rivée plus lentement que la pre­ POUR « LE MONDE »
mière, mais elle semble s’inscrire
dans la durée. Actuellement, on a
encore une circulation du virus
importante en France en termes
de nouveaux cas chaque jour.

Le président de la République a
indiqué que l’objectif du confi­
nement était de redescendre à
5 000 contaminations par jour.
Est­ce atteignable d’ici à Noël ?
Je pense que nous atteindrons
ce niveau plutôt après Noël, voire
début janvier. Ce confinement
allégé a des avantages par rap­
port au précédent. En termes
d’acceptabilité pour la popula­
tion, de retentissement sur la vie beaucoup plus proche de la réa­ res prendre ? Dans certaines situa­ mes de glissement chez les per­ secondaires. Il faut préciser que
économique, de continuité de la lité du virus. tions, on peut admettre qu’une « ON NE POURRA  sonnes âgées. tous les Français ne seront pas vac­
scolarité pour les enfants. Mais il personne positive adopte des me­ SANS DOUTE PAS  cinés avec le même type de vaccin.
a évidemment moins de puis­ Faut­il aller jusqu’à tester sures très strictes pour protéger Deux laboratoires ont annoncé Ensuite, il y a un enjeu logisti­
sance pour ralentir la circulation massivement la population ? les autres en continuant par ATTEINDRE UNE un vaccin efficace à plus que majeur pour déployer les vac­
du virus qu’un confinement très Le conseil scientifique a remis exemple d’aller travailler, plutôt de 90 %. Qu’est­ce que cela cins en temps et en heure dans
strict comme celui du mois de une note au gouvernement à ce que le confinement. C’est déjà SITUATION “NORMALE” va changer ? tout le territoire. La France n’a pas
mars. On ne pourra sans doute sujet en début de semaine. Sur le beaucoup mieux que de ne rien Ces premières données me ren­ le droit à l’erreur. Est­ce que cela
pas atteindre une situation « nor­ papier, l’idée est très séduisante faire. Un peu de souplesse, de dis­
AU MOMENT DES FÊTES dent optimiste : finalement, il ne doit être organisé par le système
male » au moment des fêtes de mais elle a une limite : chez les cussion permettrait que les mesu­ DE FIN D’ANNÉE » sera peut­être pas aussi difficile de santé ? Est­ce qu’on doit s’ap­
fin d’année. Les Français doivent personnes asymptomatiques, il y res ne soient pas en permanence qu’on le pensait de mettre au puyer sur des militaires, comme
donc continuer à prendre des a une fenêtre de deux ou trois vues comme une injonction ve­ point un vaccin contre ce corona­ le font les Américains ? Sur des lo­
précautions pour eux­mêmes et jours où on ne détecte pas le virus. nant d’en haut imposée à nos con­ qu’il faut le faire au niveau natio­ virus ! J’aurais aimé dans un gisticiens privés, comme les Alle­
pour les autres. Donc, même avec les tests antigé­ citoyens. Si les citoyens ne les nal ? Au niveau des régions ? Il est autre temps voir des résultats de mands ? En tout cas, on doit se po­
niques très largement utilisés, on comprennent pas, si on ne leur extrêmement positif de voir ce type pour le VIH ou l’hépa­ ser ces questions­là.
Le conseil scientifique, dans ne peut pas dépister tous les cas explique pas le pourquoi et le aujourd’hui que des métropoles tite C. Il reste cependant une
sa dernière note, évoquait infectés. De plus, il faudrait tester comment, un climat de confiance se dotent de comités scientifiques question très importante, qui est Faut­il rendre la vaccination
la possibilité d’une troisième l’ensemble de la population à peu ne peut pas s’installer. et citoyens afin d’établir un dialo­ la durée de l’immunité : les vac­ obligatoire ?
vague avant la fin de l’hiver. près toutes les deux semaines. gue entre l’échelon national et lo­ cins protégeront­ils quelques Il me semble qu’il faut faire très
Comment éviter ce scénario ? Tester tout un pays est une Le premier ministre, cal, avec un meilleur partage de mois, ou davantage ? Mais même attention avant de rendre obliga­
Si on veut éviter ce qui s’est énorme opération, une mobilisa­ Jean Castex, a indiqué qu’il l’information jusqu’aux citoyens, si ce n’est que quelques mois, et toire la vaccination contre le Co­
passé cet été, après le premier dé­ tion considérable de moyens hu­ n’excluait pas des sanctions qui participent aux discussions. Il même si la protection n’est que vid­19. Il est préférable que nos
confinement, et maîtriser la circu­ mains. La Slovaquie, qui a tenté si l’isolement n’était pas faut que les gens comprennent de l’ordre de 70 %, c’est une lueur concitoyens s’emparent de ce su­
lation du virus, il faut continuer de le faire, n’a finalement pas respecté. Qu’en pensez­vous ? pourquoi certaines décisions sont d’espoir dans ce tunnel. jet. Je fais le pari que les plus âgés
d’appliquer les gestes barrières, et réussi à retester sa population On peut imaginer des mesures prises, de façon à rétablir la con­ Avec des vaccins dont la sécu­ et les plus fragiles se vaccineront
poursuivre la stratégie « tester­ quinze jours plus tard. Cette stra­ contraignantes, mais le risque, fiance : confiance entre le citoyen rité aura été établie, et une straté­ massivement. Pour les plus jeu­
tracer­isoler », en l’optimisant. tégie est donc difficile à mettre en c’est que les gens n’aillent pas se et les décideurs, et confiance en­ gie vaccinale bien conduite, on nes, se faire vacciner dans un tel
œuvre sur le plan national et la faire dépister et ne déclarent pas tre le citoyen et les scientifiques. devrait être en mesure de proté­ contexte est un acte civique.
Quelle place donner aux tests proposition du conseil scientifi­ qu’ils sont positifs. Le conseil avait ger les plus fragiles dès fin fé­
antigéniques dans cette que est plutôt de mener une ex­ recommandé début septembre La barre des 50 000 décès vrier­mars. Ensuite, en popula­ Comment imaginer notre vie
stratégie « optimisée » ? périence sur une ou deux gran­ des mesures très précises, y com­ va être franchie, avec un lourd tion générale, on pourra, en fonc­ dans cet entre­deux ?
Nous sommes en faveur d’une des villes françaises, pour voir ce pris d’ordre financier, pour inciter tribut payé par les plus âgés, tion de l’arrivée des vaccins en Il faut tenir bon. Il est fonda­
utilisation très large de ces tests, qu’on peut en attendre. les gens à respecter l’isolement. El­ notamment les résidents des quantité suffisante, réaliser une mental que les personnes les plus
qui changent la vision que l’on les n’ont pas été mises en place, Ehpad. Comment les protéger campagne de vaccination volon­ fragiles s’autoprotègent pendant
peut avoir de l’épidémie. Ce virus Le traçage des cas contacts n’a mais il est encore temps de le faire. davantage sans transformer taire du reste de la population à cette phase de deux ou trois mois
reste une menace très théorique pas bien marché au moment ces structures en prison ? l’été, voire en septembre. avant l’arrivée des vaccins. En­
pour la population, et là, en vingt du déconfinement. La France Quel pourrait être le rôle C’est un sujet extrêmement dif­ suite, il est important que, pour
minutes, on sait si on est infecté. est­elle prête cette fois­ci ? de l’application TousAntiCovid ficile. On est là dans un milieu Seul un Français sur deux faire repartir l’économie dans une
J’en ai fait un moi­même : avoir le Le système d’information mis dans le dispositif de traçage ? confiné, à très haut risque, et j’ai le se dit prêt à se faire vacciner. certaine mesure, sans laisser re­
résultat aussi rapidement change en place par l’Assurance­maladie a Le conseil scientifique recom­ sentiment qu’on n’a pas fait tout Comment préparer l’arrivée partir le virus, les plus jeunes con­
complètement la perception, par son utilité, mais un SMS ou un ap­ mande d’utiliser plus largement ce qu’on pouvait pour protéger de ces vaccins ? tinuent à respecter les mesures
rapport à un test RT­PCR classi­ pel téléphonique sont­ils suffi­ cette application. On peut aussi ces personnes pendant la pre­ Il faut la plus grande clarté et un mises en place.
que pour lequel il faut attendre sants pour faire passer les consi­ imaginer que certains lieux mière vague. Pour cette seconde gros travail de communication. Le Ce qui, à mes yeux, va être déli­
un à deux jours le résultat. On est gnes ? Je pense que l’humain est soient accessibles à condition de vague, l’utilisation très large des ministre de la santé l’a parfaite­ cat dans les premiers mois de l’an­
clé dans une telle démarche, qui l’avoir activée. La réouverture, tests diagnostiques et des tests ment dit : « Tout ce que je sais, le ci­ née prochaine, c’est de développer
nécessite un accompagnement. par exemple, d’endroits comme antigéniques pour le personnel toyen doit le savoir. » On voit bien en parallèle deux stratégies : l’une
Le conseil scientifique avait de­ les restaurants début 2021 pour­ des Ehpad, pour les pensionnai­ que pour certaines populations, le qui est d’ordre de santé publique –
« ON PEUT IMAGINER  mandé en juin la création d’unités rait être accompagnée par cet res et pour les familles paraît dé­ bénéfice­risque est absolument « tester­tracer­isoler », les gestes
QUE CERTAINS LIEUX  mobiles de santé publique pour outil numérique. terminante. On le fait mais on indiscutable. C’est le cas pour les barrières –, l’autre très organisa­
aller au­devant des personnes tes­ doit encore faire plus. plus de 65 ans, dont je fais partie, tionnelle – pour préparer l’arrivée
SOIENT ACCESSIBLES  tées positives ou cas contacts et Cela fait des mois que Il faut trouver l’équilibre entre et je me ferai vacciner. Pour tous du vaccin. Même si le vaccin ne ré­
établir avec elles un « diagnostic » le conseil scientifique défend une vision très sanitaire, néces­ les groupes vaccinés, les laboratoi­ glera pas tout, et que l’année 2021
À CONDITION D’AVOIR  des mesures à prendre. une participation plus saire compte tenu des risques ma­ res et les autorités sanitaires de­ ne sera pas une année comme les
ACTIVÉ L’APPLICATION  Faut­il un confinement de la fa­ importante des citoyens… jeurs pour cette population, et vront mettre en place un suivi de autres, je vois la sortie de tunnel. 
mille ? Et si le confinement n’est Nous avions proposé la consti­ une vision plus humaine, pour ne phase 4 pour préciser l’efficacité propos recueillis par
TOUSANTICOVID » pas possible, quelles autres mesu­ tution d’un comité citoyen. Est­ce pas laisser s’installer des syndro­ des produits et les éventuels effets chloé hecketsweiler
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 planète | 7

▶▶▶

Le virus ralentit, mais de la population, rappelle égale­


ment Daniel Lévy­Bruhl, épidé­
miologiste à Santé publique
France. Il y a quelques mois, c’était
SELON UNE ESTIMATION 
DE L’INSTITUT PASTEUR, 
modélisateurs font une sorte de ré­
trocalcul à partir du nombre de
personnes hospitalisées », expli­
que l’épidémiologiste, en préci­

la tension reste forte AUTOUR DE 20 % DE LA 


négligeable mais, dans certaines sant que, fin septembre, on était
régions, comme l’Ile­de­France, il y « autour d’un cas sur deux ».
a un certain niveau de protection POPULATION AURAIT DÉJÀ  Alors que l’on commence tout
indirecte conférée par cette immu­ juste à pouvoir envisager une fin
RENCONTRÉ LE VIRUS

dans les hôpitaux


nisation ». Selon une estimation à cette deuxième vague, il faut
de l’Institut Pasteur, autour de malgré tout se préparer à une
20 % de la population aurait déjà éventuelle troisième. « Tous les in­
rencontré le virus. nomie, Brigitte Bourguignon, a grédients sont là pour un nouveau
Combien de morts fera cette ainsi recommandé de soumettre rebond de l’épidémie, car il n’y a
Alors que le pic de la deuxième vague semble franchi, deuxième vague ? En une se­
maine, plus de 4 000 personnes
les personnels de ces établisse­
ments à des dépistages hebdo­
toujours pas d’immunité collec­
tive », assène Mircea Sofonea. Un
le gouvernement appelle à maintenir la vigilance sont décédées du Covid­19 à l’hô­
pital et dans les Ehpad, portant le
madaires par test antigénique.
L’Etat va leur livrer 1,6 million de
constat partagé par Rodolphe
Thiébaut, qui pense que, « le
total à plus de 46 000 depuis le dé­ tests ; les Ehpad devront ensuite temps que le vaccin arrive, on a
but de l’épidémie. « On va dépas­ s’approvisionner seuls. Par tout à fait le temps d’assister à une

C
e n’est pas parce que le teints du Covid­19, dont 311 en res de patients atteints du ser les 50 000. Il n’y a malheureu­ ailleurs, les visiteurs devront troisième vague si on ne prend pas
niveau de la marée a service de réanimation. Covid­19 ont été organisées vers sement pas besoin de modèle pour remplir un questionnaire avant de mesures lors de ce déconfine­
baissé que nous pou­ « La décrue sera un peu plus lente des hôpitaux d’autres régions ou pouvoir l’affirmer », considère leur entrée « afin de leur permet­ ment ». Comment l’éviter ? Grâce
vons sortir en toute qu’au printemps, analyse Mircea d’Allemagne, essentiellement au Daniel Lévy­Bruhl. tre d’évaluer par eux­mêmes le ris­ aux efforts de dépistage et à un
quiétude dans la rue. » D’une Sofonea, maître de conférences départ de ces deux régions. que de faire entrer le virus dans contact tracing efficace, notam­
phrase, le ministre de la santé, en épidémiologie et évolution des Point important, le taux de re­ Eventuelle troisième vague l’établissement ». ment via l’application TousAnti­
Olivier Véran, a résumé, jeudi maladies infectieuses à l’univer­ production, le R effectif – c’est­à­ Selon une étude réalisée par plu­ Une seconde enquête de séro­ Covid. « Il faut également réaliser
19 novembre lors de son point sité de Montpellier. L’impact de dire le nombre de nouveaux cas sieurs instituts, dont Santé publi­ prévalence – conduite à partir du de meilleures enquêtes de ter­
hebdomadaire, la posture d’équi­ l’épidémie sur l’activité hospita­ qu’une seule personne infec­ que France et l’Institut Pasteur, et mois de mai – permettra d’avoir rain », souligne Mircea Sofonea.
libriste que tente de tenir le gou­ lière est en effet différent, car les tieuse va générer en moyenne –, publiée en ligne le 7 novembre, le une idée plus précise du nombre Cela passera aussi par le main­
vernement alors que les pre­ personnels de santé ont maintenu est en baisse et oscille entre 0,65 taux de létalité du Covid­19 de personnes ayant été en contact tien d’une forme de rigueur dans
miers signaux de reflux de la la prise en charge des autres pa­ et 0,89 suivant les régions. Un – c’est­à­dire le nombre de décès avec le virus depuis le début de les gestes barrières. « La dyna­
deuxième vague de Covid­19 thologies, ce qui n’était pas le cas taux inférieur à celui calculé avant rapporté au nombre de person­ l’épidémie. Les résultats, attendus mique de l’épidémie dépendra
commencent à se manifester. au printemps. » Jeudi, les services le couvre­feu, décrété il y a quatre nes infectées – s’élève à 0,5 %. Cal­ pour le mois de décembre, per­ de la somme des comportements
Si la circulation du virus en de réanimation accueillaient semaines. « Dans un scénario avec culé grâce à une enquête de séro­ mettront de réaliser une nouvelle individuels, car l’idée même de
France est, depuis quelques jours, 4 653 malades du Covid­19 en plus un taux de reproduction de l’ordre prévalence réalisée entre mai et estimation du taux de létalité, et “pic” n’est pas due à la dynamique
moins rapide, il est encore trop tôt de 3 500 personnes atteintes de 0,8, on devrait atteindre le seuil juin, ce ratio varie beaucoup se­ de voir s’il a évolué entre la pre­ naturelle de l’épidémie mais à
pour crier victoire, et la popula­ d’autres pathologies. des 5 000 nouveaux cas par jour à lon l’âge : 0,05 % pour les mière et la seconde vague. Le vi­ nos changements de comporte­
tion doit maintenir ses efforts la fin décembre », détaille Mircea 40­50 ans, 1 % pour les 60­70 ans rus pourrait­il être moins ou plus ment », observe Florence Débar­
pour empêcher de nouvelles Taux de reproduction en baisse Sofonea. Ce seuil est celui qu’a et 11 % pour les 80­90 ans. Il ne dangereux ? « Aucune des muta­ re, chercheuse à l’Institut d’écolo­
contaminations. Autrement dit : Mais la situation reste contrastée fixé Emmanuel Macron pour sor­ tient pas compte des personnes tions observées n’a jusqu’à ce jour gie et des sciences de l’environ­
« Ce n’est pas parce que ça baisse en France, même si toutes les ré­ tir des mesures de restrictions résidant en Ehpad – l’étude est en été suspectée d’être à l’origine d’un nement de Paris et membre du
que c’est bas », a insisté le ministre. gions sont touchées aujourd’hui lourdes mises en place depuis oc­ cours –, mais « la létalité globale changement de transmissibilité du collectif Modcov19. La transition
En effet, il y a actuellement par le rebond de l’épidémie. En tobre. Un objectif important car, devrait être inférieure à 1 % », es­ virus, soit d’un changement de vi­ vers une vie déconfinée devra
32 345 personnes malades du Auvergne­Rhône­Alpes et en « pour contrôler l’épidémie, il faut time Daniel Lévy­Bruhl. Si le virus rulence », relève Daniel Lévy­ ainsi sûrement s’envisager par
Covid­19 hospitalisées en France, Bourgogne­Franche­Comté, « la mettre en place un contact tracing circulait « librement », cela signi­ Bruhl, en soulignant en revanche paliers. « On savait que, en arrê­
soit un niveau supérieur à celui tension hospitalière reste très efficace, ce qui n’est possible que si fie qu’il pourrait faire jusqu’à « des progrès très clairs dans la tant le premier confinement sans
du pic de la première vague. Mais forte », a précisé le directeur géné­ l’on réduit suffisamment le nom­ 300 000 morts avant que suffi­ prise en charge ». prendre de mesures, on allait
le pic du 12 novembre, où ral de la santé, Jérôme Salomon. bre de cas », indique Rodolphe samment de personnes ne soient En attendant cette étude de séro­ vers une deuxième vague », se
32 654 personnes étaient hospi­ Le taux d’incidence y est égale­ Thiébaut, professeur de santé pu­ immunisées pour le stopper. prévalence, il reste difficile d’éva­ rappelle Rodolphe Thiébaut. Un
talisées, est désormais franchi. ment très élevé, notamment ce­ blique à Bordeaux. « Pour que la deuxième vague ne luer le nombre de personnes in­ scénario catastrophe qu’il s’agira
Jeudi, les services hospitaliers lui des personnes âgées, supé­ Le taux de reproduction « est la ressemble pas à la première dans fectées par rapport au nombre de de ne pas reproduire. 
ont encore enregistré 2 200 nou­ rieur à la moyenne nationale. composante de deux choses : le les Ehpad » en matière de morta­ cas détectés grâce aux tests. « Pour chloé hecketsweiler
velles entrées de patients at­ Plus de 150 évacuations sanitai­ nombre de contacts et l’immunité lité, la ministre déléguée à l’auto­ estimer le nombre d’infections, les et delphine roucaute

A Marseille, l’analyse des eaux usées permet de surveiller les Ehpad


Un projet pilote associant les marins­pompiers et une start­up traque la présence du SARS­CoV­2 dans les égouts des établissements

marseille ­ correspondant de cette méthode ». Mais elle taire de Luminy, développe les kits ainsi tester une fois par semaine. tembre au 16 octobre. « Mais L’ARS Provence­Alpes­Côte
y porte une attention toute parti­ de prélèvement et réalise les tests. « Travailler sur les eaux usées n’est aucun n’a développé de cluster, ce d’Azur a fait remonter l’initiative à

D étecter au plus tôt la pré­


sence du nouveau coro­
navirus au sein des
établissements médico­sociaux
pour isoler rapidement les cas po­
culière, alors que 359 résidents
d’Ehpad ont été diagnostiqués po­
sitifs dans les Bouches­du­Rhône
en une semaine. Le 30 octobre,
l’agence s’est engagée officielle­
La surveillance a permis, dès la
fin juillet, de détecter les « signaux
faibles » annonçant le rebond de la
pandémie qui a touché Marseille.
« Tester les eaux usées à l’échelle de
pas simple, car tout un tas de co­
chonneries viennent troubler la lec­
ture, reconnaît Younes Lazrak, co­
fondateur de C4Diagnostics. Nous
recherchons l’ARN du virus et nous
qui prouve que la méthode est po­
sitive et permet de réagir à temps »,
assure Younes Lazrak.
Pour illustrer l’efficacité de leur
approche, le BMP et C4Diagnostics
la direction générale de la santé.
Elle souhaite que cette expéri­
mentation, qu’elle qualifie d’« em­
pirique et pragmatique », « vienne
abonder aux travaux nationaux
sitifs et prévenir le développe­ ment avec le bataillon des marins­ la ville donne une cartographie avons affiné nos méthodes jusqu’à mettent en avant l’un des cas ren­ (…) du réseau scientifique Obé­
ment de clusters dévastateurs pompiers de Marseille (BMP) dans macro de la situation, mais nous arriver à une sensibilité de 100 co­ contrés. « Après une analyse posi­ pine », qui réalise un suivi en
dans des populations à risque. un protocole expérimental de voulions affiner notre perception pies génomiques du virus par milli­ tive, nous avons mené une campa­ temps réel des traces de Covid­19
C’est l’objectif de l’expérience de huit semaines pour étendre le dis­ des zones infectées pour cibler nos litre. Dans un Ehpad, cela permet gne de tests PCR sur le personnel et dans les eaux de 158 stations
surveillance des eaux usées à la positif à dix autres Ehpad et campagnes de tests PCR, et surtout de détecter un pensionnaire positif les résidents d’un Ehpad, tous néga­ d’épuration, selon les derniers
sortie des établissements d’hé­ seize établissements pour per­ tout faire pour protéger les popula­ sur une centaine de résidents. » tifs. Les tests surfaciques, eux, ont chiffres du ministère de la santé.
bergement pour personnes âgées sonnes en situation de handicap tions les plus fragiles », explique le révélé la présence du virus dans une « Nous sommes ravis de voir que
dépendantes (Ehpad) que mènent dans les Bouches­du­Rhône. contre­amiral Patrick Augier, « Surveillance non anxiogène » des chambres de l’établissement », cette réponse concrète à un pro­
depuis septembre, sur plus d’une L’idée de cette stratégie ciblée a commandant du BMP, qui voit le « En cas de présence de Covid­19, raconte le contre­amiral Augier. blème sanitaire que nous dévelop­
centaine de sites de la métropole germé dès le premier confine­ combat contre la Covid comme nous alertons l’établissement et Un second test PCR a montré que pons et finançons depuis plusieurs
marseillaise, le bataillon des ma­ ment. Parallèlement à l’initiative « une guerre de mouvement ». l’ARS, poursuit Patrick Augier. Cer­ le pensionnaire de cette chambre mois soit reconnue », glisse le
rins­pompiers et une start­up lo­ nationale de l’Observatoire épidé­ La cellule Comete – pour tains Ehpad ont des contrats avec était bien porteur asymptomati­ conseiller municipal Arnaud
cale, C4Diagnostics, spécialisée miologique dans les eaux usées Covid­19 Marseille Environne­ des laboratoires, d’autres nous de­ que et permis son isolement. Drouot (PS), adjoint au bataillon
dans les maladies infectieuses. (Obépine), le BMP, soutenu par la ment Testing – regroupant une mandent de réaliser des tests PCR « L’autre avantage de cette sur­ des marins­pompiers. La ville de
Il s’agit d’un projet pilote et ville de Marseille, lance des quarantaine de marins­pompiers sur les résidents et le personnel. » veillance est qu’elle est transpa­ Marseille espère également que
l’agence régionale de santé (ARS) analyses des eaux usées de la sta­ a lancé en septembre une sur­ Selon une étude rendue publique rente pour les établissements et l’Etat et d’autres collectivités
Provence­Alpes­Côte d’Azur an­ tion d’épuration de la ville. veillance sur les Ehpad volontai­ par C4Diagnostics, des traces du non anxiogène pour les résidents », viendront prochainement soute­
nonce qu’elle ne peut pas « se pro­ C4Diagnostics, entreprise créée res. Soixante­dix­huit établisse­ virus ont été relevées dans quinze souligne encore le commandant nir financièrement l’initiative. 
noncer sur la validité scientifique en 2017 sur le campus universi­ ments de la métropole se voient des 78 Ehpad surveillés du 23 sep­ des marins­pompiers. gilles rof

Science et religion : croire et savoir


Les Chemins de la foi : matinée interreligieuse
Avec la participation de Virginie Larousse, responsable de la rubrique religions au Monde
à (re)voir sur
Dimanche 22 novembre dès 8.30 sur
0123
8 | planète SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

PA N D É M I E   D E   C O V I D ­ 1 9

Première et deuxième vague : les différences


La baisse de la mortalité s’explique par l’expérience acquise dans la prise en charge hospitalière des patients

Un nombre similaire d’hospitalisations mais moins de réanimations


Part des patients hospitalisés pour Covid-19 en réanimation, en % des personnes hospitalisées pour Covid-19
Le 19 novembre Le 18 mars Le 19 novembre

25,9 % 14,3 %
Le 14 avril 32 314
32 131 personnes hospitalisées
pour Covid-19
des personnes hospitalisées pour Covid-19 des personnes hospitalisées
30 000
se trouvent en réanimation, en réanimation, soit
soit 771 personnes. Cela représente 4 637 personnes, cela représente
20 %
1 hospitalisation sur 4 1 hospitalisation sur 6
25 000 5 octobre
19,4 %

20 000 15 %

Premier confinement Deuxième confinement


Le 8 avril
7 019 personnes 10 %
hospitalisées
1 hospitalisation 1 hospitalisation
sont en réanimation
toutes les 25 secondes toutes les 30 secondes
pour Covid-19
29 août 1 entrée en réanimation 1 entrée en réanimation
4 512 toutes les 2 minutes toutes les 3 minutes
5%
4 637
1er août
344
0

Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre

A nombre de réanimations égales,


plus d’hospitalisations lors de la deuxième vague 32 654
Hospitalisations
Une surreprésentation encore
plus forte des 60 ans et plus 19 311
Hospitalisations
Part dans les hospitalisations, en %...
... des 60 ans et plus
14 avril 77,9 4592 4 884
12 novembre 85,2 Réanimations Réanimations
29 mars 12 novembre
... des 70 ans et plus
14 avril 58,9
12 novembre 68,4
L a deuxième vague de l’épidémie de
Covid­19 se présente de manière dif­
férente de la première. D’abord en
raison de sa cinétique particulière : la circu­
lation du virus s’est accélérée lentement de­
de l’expérience acquise dans la prise en
charge des patients par le personnel hospi­
talier. Déjà, entre le début de la première va­
gue, fin février, et sa fin, en mai , la mortalité
en réanimation était passée de 42 % à 25 %.
les embolies pulmonaires, très nombreu­
ses lors de la première vague. Les soi­
gnants peuvent aussi compter sur une
meilleure gestion de l’oxygénothéra­
pie, qui a fait ses preuves au printemps.
Une tension hospitalière puis août, avant de s’emballer au cours du Par exemple, aujourd’hui, les équipes de
qui n’épargne aucune région mois d’octobre, pour atteindre, mi­novem­ Meilleure gestion de l’oxygénothérapie Bichat peuvent administrer de l’oxy­
bre, un nombre de personnes hospitalisées « Le traitement qui fait la différence, ce sont gène à haut débit dans leur unité Covid
Evolution du nombre de personnes hospitalisées entre le 14 avril légèrement supérieur au pic de la mi­avril. les corticoïdes », explique Nathan Peiffer­ non­réanimation, avant que l’état des pa­
et le 12 novembre, par région* Pourtant, à hospitalisations quasiment Smadja, infectiologue à l’hôpital Bichat, à tients n’empire.
égales, le nombre de personnes transférées Paris . La dexaméthasone, un corticoïde de Par ailleurs, « lors de la première vague,
14 avril 12 novembre
3 194 en services de réanimation, présentant synthèse connu pour ses effets anti­in­ seules certaines zones étaient très touchées,
2 552 donc les formes les plus graves de la mala­ flammatoires et immunosuppresseurs, comme l’Ile­de­France et le Grand Est. La
705 1 386 die, a diminué entre les deux vagues. est en effet « donnée en intraveineuse à deuxième vague touche de manière plus
514 13 209 4 993 707 2 278 Quand, le 18 mars, 25,9 % des personnes 90 % des personnes hospitalisées à Bichat. large les régions françaises, il y a donc plus
6 651 hospitalisées pour Covid­19 se trouvaient On la donne plus tôt et à dose plus impor­ de services impliqués », relève Nathan
1 361 1 727 en réanimation, elles n’étaient plus que tante dès les premiers besoins en oxygène ». Peiffer­Smadja. Aujourd’hui, les régions
820 996 1 042 1 028 14,3 % le 19 novembre. En conséquence, le Selon les premiers résultats de l’essai ran­ les plus touchées sont l’Auvergne­Rhône­
Outre-mer Outre-mer rythme des décès actuel est également infé­ domisé Recovery, le traitement par dexa­ Alpes, la Bourgogne­Franche­Comté, les
3 044 7 006
141 325 rieur à celui de la première vague : au pic du méthasone diminue d’environ 11 % la mor­ Hauts­de­France et la Provence­Alpes­
866 1 733 printemps, 2 171 personnes étaient mortes talité à quatre semaines chez les patients Côte d’Azur. Pour l’infectiologue, « la mor­
1 894 3 300 en quatre jours du Covid­19, alors que lors recevant de l’oxygène. Chez les patients talité en baisse montre qu’il y a une prise
962 2 192 du deuxième pic, 2 110 personnes sont mor­ sous ventilation mécanique, la mortalité en charge efficace de cette maladie, et la
74 85 tes en cinq jours. Cette baisse manifeste des relative diminue de près de 30 %. gestion des complications secondaires s’af­
signaux les plus inquiétants de l’épidémie Un autre élément important est la pres­ fine avec le temps ». 
est à mettre en grande partie sur le compte cription d’anticoagulants, qui empêchent delphine roucaute

La Sud-Est davantage touché qu’en mars-avril


Evolution du nombre de personnes hospitalisées le 12 novembre
par rapport au 14 avril, pic de la première vague, en % Un rythme de décès inférieur à celui de la première vague

– 80 – 50 – 25 0 + 25 + 50 + 100 + 250 + 500 + 1 067


En 4 jours, 2 171 personnes
Nombre de décès sont décédées du Covid-19
à l’hôpital dus
au Covid-19 4 jours
Guadeloupe Données disponibles En 5 jours, 2 110 personnes
à partir du 19 mars 5 jours sont décédées du Covid-19
5 jours 5 jours
Martinique Chaque rectangle 5 jours 2 171 personnes sont 6 jours
représente décédées du Covid-19
2 000 décès* en 4 jours du 6 au 10 avril.
Mayotte 7 jours Il aura fallu 102 jours, 7 jours
entre le 28 mai et
le 7 septembre, pour
La Réunion 10 jours enregistrer un nombre de
10 jours morts équivalent
* Plus ou moins 10 %,
les cumuls à la journée 22 jours
Guyane ne permettent pas d’isoler
précisément des tranches 21 jours
de 2 000 décès mais s’en
approchent au mieux 38 jours
Période de confinement 102 jours

* Il y avait 32 131 personnes hospitalisées au 14 avril et 32 654 au 12 novembre 19 mars 27 avril 7 mai 28 mai 7 sept. 15 oct. 27 oct. 19 nov.
28 mars 20 avril 3 nov. 14 nov.
Sources : Santé publique France, Géodes 2 avril 15 avril 9 nov.
Infographie Le Monde : Mathilde Costil, Sylvie Gittus-Pourrias, Véronique Malécot 6 avril 10 avril
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 planète | 9

Les provinces
russes
submergées
par la pandémie
Confrontés à une deuxième vague
virulente, les hôpitaux manquent
de moyens et de personnel

moscou ­ correspondant la presse, à la différence de la télé­


vision, s’en fait le relais. A Jelezno­

I
ci, des malades allongés sur gorsk, dans la région de Kras­
le sol, d’autres alignés sans noïarsk, les habitants sont obligés
fin dans les couloirs d’un de se cotiser pour fournir des
hôpital. Là, une morgue, des thermomètres à l’hôpital local. A
sacs en plastique entassés par Omsk, les ambulanciers amènent
terre. Ici encore, des ambulan­ les malades devant le ministère de Le bureau d’accueil d’une clinique locale à Omsk, en Russie, le 9 novembre. ALEXEY MALGAVKO/REUTERS
ciers désespérés qui voient leurs la santé, en signe de protestation.
patients âgés refusés à l’entrée « A Arkhangelsk, d’où je reviens,
des dispensaires… La Russie du j’ai vu des malades en grève de la Mercredi, dans une visioconfé­ que 11 000 hôpitaux du pays et le plutôt reçu la responsabilité de
Covid­19 se dévoile à travers faim pour exiger des médica­ rence, le président Vladimir Pou­ départ de dizaines de milliers de
DEPUIS 2010, LA MOITIÉ  concilier des priorités inconcilia­
l’objectif tremblant de téléphones ments, témoigne Anastasia Vassi­ tine avait enjoint aux gouver­ soignants. DES 11 000 HÔPITAUX  bles, à l’image de cette directive
portables, dans de courtes sé­ lieva, présidente de l’Alliance des neurs régionaux de ne pas « enjoli­ Durant la première vague, Mos­ communiquée par le gouverne­
quences qui montrent un sys­ médecins, seul syndicat indépen­ ver la réalité ». C’est là, en province, cou avait concentré environ la DU PAYS A DISPARU  ment, le 12 novembre : « Il est
tème de soins dépassé. dant. On partait déjà de très loin, que l’épidémie frappe le plus dure­ moitié des cas. La situation ordonné aux gouverneurs d’intro­
Ces vidéos, qui par dizaines avec des établissements vétustes, ment, depuis la Crimée jusqu’à à l’automne est bien différente : ET DES DIZAINES DE  duire au besoin des mesures res­
envahissent Internet, dérangent. et la situation n’a cessé de se dégra­ la Sibérie, où les autorités se plai­ désormais, les trois quarts des MILLIERS DE SOIGNANTS  trictives, sans permettre de consé­
Déjà, plusieurs établissements de der. A Oulianovsk, il y a un méde­ gnent de manquer de médica­ contaminations touchent la pro­ quences économiques négatives. »
santé ont banni les téléphones cin pour 400 patients, un infirmier ments et de médecins. En Russie vince. Or, durant les quelques SONT PARTIS Résultat, seule la Bouriatie, en
portables. Le ministère de la santé doit faire 600 injections par jour. centrale, la région d’Ivanovo fait mois de relatif répit, les disparités Sibérie, a réintroduit en ce début
interdit aux médecins de s’expri­ Les respirateurs artificiels man­ partie de celles qui reconnaissent n’ont cessé de se creuser. La capi­ d’hiver un confinement strict.
mer dans les médias sans autori­ quent d’oxygène… » ne plus savoir où stocker les morts tale a construit cinq gigantesques phénomène n’est pas chiffré avec Ailleurs, des mesures restrictives
sation. Ces nouvelles règles s’ajou­ – tout en ne recensant que 213 dé­ structures d’accueil, dans des précision, mais le médecin chef sont prises, mais de manière
tent à une loi sur les fausses nou­ Un écart abyssal avec Moscou cès depuis le début de l’épidémie. parcs d’exposition, destinées à d’un hôpital moscovite indiquait encore plus limitée que lors de la
velles qui a été renforcée lors de la Les chiffres de la mortalité due Ces difficultés dans les régions soulager les hôpitaux. Les images par exemple à l’Agence France­ première vague avec, par exem­
première vague de l’épidémie. au Covid­19 restent particulière­ sont tout sauf une surprise. de ces centres rutilants et bien Presse avoir recruté 300 employés ple, des salles de spectacle ouver­
Peine perdue : les cris d’alarme ment bas en Russie – et sujets à L’écart entre Moscou et la pro­ équipés contrastent avec celles venus de toute la Russie. « Ceux tes presque partout dans le pays.
sont de plus en plus désespérés, et caution –, sans rapport avec la vince est abyssal dans le domaine des régions. Là, les soignants qui restent sont isolés, indique Mercredi, c’est le gouverneur de
surmortalité observée dans le de la santé. La capitale concentre continuent parfois à manquer Anastasia Vassilieva. La hiérarchie la région de Vladimir qui s’est fait
pays. Pour le reste, les autorités re­ les équipements les plus moder­ d’équipements de protection. n’est plus capable de rien organiser, remarquer pour avoir donné une
connaissent que la situation épi­ nes mais aussi un nombre de soi­ seulement de faire pression sur illustration jusqu’à la caricature
« À ARKHANGELSK, J’AI VU  démique est devenue difficile, gnants bien plus important. Dans Des priorités inconciliables les salaires pour éviter que les soi­ de ces disparités régionales.
loin des discours lénifiants enten­ les régions, à l’inverse, de nom­ Autre tendance depuis le prin­ gnants ne parlent. » Malade du Covid­19, il est ainsi
DES MALADES EN GRÈVE  dus lors de la première vague. breux hôpitaux sont dépourvus temps, à travers le pays, des Le Kremlin reconnaît ces dispa­ parti se faire soigner dans une cli­
Jeudi 19 novembre, le pays a dé­ de tout, depuis les installations milliers de soignants ont démis­ rités. Mercredi, lors de sa visiocon­ nique privée de Moscou, à 250 ki­
DE LA FAIM POUR EXIGER  passé les 2 millions de contamina­ sanitaires jusqu’à la peinture sur sionné, malgré l’octroi de primes férence, M. Poutine a sermonné lomètres. Après avoir tenté de
tions, avec plus de 20 000 nou­ les murs. Les établissements de par le gouvernement, pendant les autorités locales en rappelant nier, Vladimir Sipiaguine a expli­
DES MÉDICAMENTS » veaux cas quotidiens. Selon les soins ont aussi été touchés par que de nombreux autres, en pro­ leur avoir donné les pouvoirs qué ne pas vouloir occuper une
ANASTASIA VASSILIEVA données officielles, le taux d’occu­ plusieurs vagues d’« optimisa­ vince, choisissaient de rejoindre nécessaires pour s’adapter à des précieuse place dans un hôpital
présidente de l’Alliance pation dans les hôpitaux dépasse tion » menées depuis 2010, avec la Moscou ou Saint­Pétersbourg en situations particulières. En fait de de sa région. 
des médecins les 90 % dans dix régions. disparition de la moitié des quel­ quête d’un meilleur salaire. Le pouvoirs, les gouverneurs ont benoît vitkine

Un tumultueux début d’année scolaire au Liban


Instabilité politique, crise financière, pandémie et explosion au port de Beyrouth éprouvent durement le secteur éducatif

beyrouth ­ correspondance s’ajoutent une crise économique gne Eva Maria Massoud, ensei­ prolongé, vu la situation écono­ stress. Ils bruissent aussi d’échan­
très sévère, à la fois pour les ensei­ « L’APPRENTISSAGE  gnante. L’apprentissage social mique désastreuse du pays. Le Li­ ges de conseils pour acheter des

U n écran en guise de ta­


bleau noir. Avant même
que le Liban ne soit re­
confiné, samedi 14 novembre,
pour deux semaines, les écoles,
gnants, qui voient fondre la valeur
de leur salaire, et pour les familles
[la livre libanaise a plongé face
au dollar et cette dépréciation
se double d’une forte inflation],
SOCIAL QUE 
L’ON FAIT À L’ÉCOLE – 
COMMUNIQUER, JOUER – 
que l’on fait à l’école – communi­
quer, jouer… – est irremplaçable.
Le manque d’interactions est très
pénalisant pour les enfants. »
Située dans le quartier de Gem­
ban traverse depuis plus d’un an
une grave crise financière. Selon
le responsable, le confinement
n’a pas permis, jusqu’ici, d’endi­
guer le nombre de contamina­
fournitures ou des livres scolaires
moins chers, alors que les prix ont
flambé. Plusieurs dizaines de
milliers d’élèves ont basculé vers
le public, sous l’effet de la paupéri­
qui avaient péniblement repris ainsi que les conséquences de la mayzé, l’école des Trois­Docteurs tions. Si les écoles rouvrent début sation des familles. Une lourde
l’accueil en présentiel, ont été double explosion du mois d’août
EST IRREMPLAÇABLE » a été durement touchée par la dé­ décembre, ce sera sur un mode charge, pour ce secteur qui souf­
refermées, par mesure sanitaire au port de Beyrouth. » Plus de cent EVA MARIA MASSOUD flagration du 4 août. Les lieux ont hybride, alternant présentiel et fre de multiples déficiences.
en raison de la pandémie de écoles ont en effet subi des des­ enseignante été sécurisés mais les travaux leçons à distance. Une stratégie Les inégalités dans l’apprentis­
Covid­19. C’est en ligne que les tructions légères ou majeures ne seront pas achevés avant plu­ défendue par le ministère de sage se creusent, avec des cours
élèves les plus chanceux suivent dans la capitale et ses environs. sieurs mois. D’autres structures l’éducation, pour le public, au en ligne de qualité pour les élèves
les cours. Le Liban a franchi la d’écoles, retour ajourné ou an­ sont, elles, encore inaccessibles. nom de la saturation du système des écoles favorisées, et une mar­
barre des 100 000 cas de conta­ Un mode hybride inadapté nulé au dernier moment… Pour beaucoup d’établisse­ sanitaire. Le privé l’a suivi. Cette ginalisation des plus pauvres, Li­
mination et déplorait, lundi, De nombreux écoliers du pri­ L’isolement est difficile à vivre ments, c’est en ligne que se sont stratégie se prête pourtant mal banais ou réfugiés. « Nous n’avons
868 morts ; les hôpitaux qui maire n’ont plus rejoint les bancs pour de nombreux jeunes. « On exprimés les drames et la tris­ au Liban, avec les coupures d’élec­ qu’un téléphone portable, expli­
prennent en charge les malades de leur établissement depuis fé­ sent que des élèves ne supportent tesse endurés par les petits Liba­ tricité qui interrompent les cours que une maman syrienne qui
sont débordés. vrier, à la veille du premier confi­ plus l’enseignement à distance. Ils nais – de la perte de proches aux et la lenteur d’Internet. Et nom­ vit seule avec ses enfants dans
Si les parents les plus anxieux nement. Dans le public ou le privé ont besoin d’expérience, de terrain, images choquantes de destruc­ bre d’élèves n’ont pas d’équipe­ un minuscule logement de Bourj
face au virus sont soulagés par les (secteur que fréquentent la majo­ de contacts », note Nayla Daoun, tion – durant l’été. « On encourage ment informatique. Hammoud, une banlieue atte­
restrictions, bien d’autres redou­ rité des enfants), l’année passée directrice de l’école religieuse des les enseignants à donner des mo­ nante à Beyrouth (les réfugiés sy­
tent qu’une seconde année sco­ avait été lourdement perturbée Trois­Docteurs, un établissement ments de parole en ligne. Cela per­ Creusement des inégalités riens représentent environ 25 %
laire ne soit mise en péril. « Cette par la crise sanitaire, ainsi que par privé inclusif. Seuls les enfants à met de repérer les enfants angois­ Dans un pays où les foyers sont des 6 millions d’habitants du Li­
année est la plus difficile que l’on la suspension des cours pendant besoins spécifiques et ceux de sés, nerveux. Mais il n’est pas facile très attachés à l’éducation, le ris­ ban). Mes filles ont été transférées
ait vécue en termes d’éducation, un mois, sur fond d’instabilité maternelle avaient repris, très de mener cet exercice à distance », que d’une déperdition scolaire est dans une autre école publique
concède Hilda El­Khoury, direc­ politique. Pour cette nouvelle an­ brièvement, le chemin de l’école, regrette Nayla Daoun. réel. Dans le privé, de nombreux [à la suite de l’explosion d’août].
trice de l’orientation pédagogi­ née académique, tout a été chao­ avant le reconfinement. « On a pu Le ministre de la santé, Hamad groupes WhatsApp de parents, Mais je ne peux pas payer les frais
que et scolaire au ministère de tique depuis la rentrée : bouclages voir leur joie quand ils enlevaient Hassan, a laissé entendre, jeudi, transformés en tuteurs à domi­ de transport. » 
l’éducation. Au coronavirus locaux imposant la fermeture leurs masques pour manger, souli­ que le confinement ne serait pas cile sur la durée, débordent de laure stephan
FRANCE
0123
10 | SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

LIBERTÉS  PUBLIQUES

Sécurité : Macron 
critiqué jusque 
dans sa majorité
« Séparatismes », état d’urgence, « sécurité globale »…
les derniers textes portés par le gouvernement ont
changé le visage du macronisme

L’
exécutif est­il en train de céder bres des forces de l’ordre, le ministre de l’inté­
à une « dérive liberticide », rieur a indiqué son intention d’introduire un
comme le déplorent des amendement pour garantir la liberté de la
membres de l’opposition mais presse. Une tentative d’apaiser la polémique,
aussi de la majorité ? Depuis alors que les défenseurs des libertés publi­
plusieurs semaines, Emma­ ques et les représentants des médias dénon­
nuel Macron et son gouvernement se trou­ cent « une atteinte à la liberté d’informer ».
vent sous le feu des critiques en matière de D’autant que, mardi soir, lors d’un rassem­
respect des libertés publiques. blement organisé à Paris contre ce texte, plu­
Proposition de loi sur la « sécurité globale », sieurs journalistes ont été victimes de « vio­
projet de loi « séparatisme » (« confortant les lences » et de « menaces » de la part des forces
principes républicains », selon la dénomina­ de l’ordre, ont dénoncé des syndicats de
tion officielle), prolongation de l’état d’ur­ presse. Le lendemain, M. Darmanin a mis de
gence sanitaire… Cette succession de textes, l’huile sur le feu, en affirmant que les journa­
combinée au ton musclé des déclarations du listes devaient désormais « se rapprocher des
ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, et à autorités » en amont des manifestations pour
la volonté de se montrer en pointe dans la « pouvoir rendre compte, faire [leur] travail ».
lutte contre le terrorisme à la suite de l’assas­ Avant d’opérer un recul, déjà, en précisant
sinat de Samuel Paty, dessinent aux yeux des dans la soirée que ce n’était finalement pas
contempteurs du pouvoir en place une orien­ une obligation.
tation très éloignée du macronisme originel.
« Emmanuel Macron se présentait comme « DIFFÉRENCE DE LIGNE » Le ministre
un rempart contre les dérives liberticides, il en Face à l’ampleur des attaques, l’ex­ministre de l’intérieur, La révélation, mardi, du contenu du projet ment au projet de loi sur la recherche – défini­
est devenu le promoteur, fustige le premier se­ de l’intérieur Christophe Castaner a tiré la Gérald de loi contre le séparatisme, qui est examiné tivement adopté mardi – visant à sanctionner
crétaire du Parti socialiste, Olivier Faure. Sa sonnette d’alarme jeudi midi. Le patron des Darmanin, en ce moment par le Conseil d’Etat et doit être les intrusions de personnes extérieures dans
gouvernance solitaire et opaque, sa volonté députés La République en marche (LRM) a le 17 novembre, présenté en conseil des ministres, le 9 dé­ les universités. Une « remise en cause de la li­
d’affaiblir tous les contre­pouvoirs, le Parle­ proposé d’organiser une réunion le soir à l’Assemblée cembre, est venu alourdir la balance. L’équili­ berté d’expression sur les campus », dénonce la
ment, la presse, les partenaires sociaux, tradui­ même avec Gérald Darmanin, sous l’autorité nationale. bre revendiqué par M. Macron dans son dis­ gauche. « Emmanuel Macron se complaît dans
sent une dérive très inquiétante pour la démo­ du premier ministre, Jean Castex. Avec l’ob­ JULIEN MUGUET cours des Mureaux (Yvelines), le 2 octobre, en­ une dérive autoritaire qui, au­delà de restrein­
cratie. » Des critiques qui inquiètent au sein jectif notamment d’« aider au dialogue » POUR « LE MONDE » tre un volet répressif et un volet social, ne dre nos libertés publiques, abîme notre démo­
de l’exécutif. Un proche de M. Macron juge ur­ avec ses propres troupes. transparaît en effet pas dans ce texte, où cratie. A bien des titres, il trahit ses engage­
gent de couper court à ces attaques contre un Car, au sein même du groupe macroniste à prime principalement le premier aspect. Le ments de 2017 », accuse le député (ex­LRM) des
supposé « pouvoir autoritaire ». Une petite l’Assemblée nationale, les coups de menton chef de l’Etat avait pourtant évoqué une pour­ Deux­Sèvres Guillaume Chiche.
musique potentiellement dévastatrice du locataire de Beauvau hérissent. « Sur le suite de la lutte en faveur de l’égalité des chan­
auprès des électeurs du chef de l’Etat en 2017, rapport aux libertés, il y a une différence de li­ ces et promis « au cours de l’automne de nou­ L’ÉLYSÉE LAISSE FAIRE
dont une partie s’est montrée séduite par son gne politique entre le ministre de l’intérieur velles décisions en la matière ». Des dimen­ Encore une fois, M. Darmanin apparaît en
discours libéral. et la majorité », estime le député (LRM) de la sions aujourd’hui mises sous l’éteignoir. « Le première ligne dans cette séquence. « Ce texte
Jeudi 19 novembre, Gérald Darmanin a ainsi Vienne Sacha Houlié, qui a déposé un travail sur l’égalité des chances est fait sur le de loi va gêner un certain nombre de personnes
opéré un recul stratégique dans le cadre du amendement de réécriture de l’article 24. En terrain, ça ne relève pas de la loi et ça ne se dé­ qui n’aiment pas la police », claironnait­il à
débat sur la proposition de loi macroniste sur matière de maintien de l’ordre, « il faut ap­ crète pas en un claquement de doigts », se dé­ propos de la proposition de loi sécurité glo­
la « sécurité globale ». Au sujet de l’article 24, le porter une réponse dans le respect de l’Etat fend­on à l’Elysée. bale. Une stratégie de la provocation assumée
plus controversé du texte pour son ambition de droit et sous le contrôle du Conseil consti­ Une autre anicroche est venue s’ajouter au depuis sa nomination place Beauvau, début
d’encadrer la diffusion d’images des mem­ tutionnel », juge­t­il. tableau avec l’introduction d’un amende­ juillet. Le transfuge de la droite avait créé

Matignon tente de calmer les tensions avec la presse


Les syndicats de journalistes et les sociétés de rédacteurs ont de nouveau appelé à manifester, samedi, à Paris et en province

I nterpellations, violences,
nouvelles règles portant po­
tentiellement atteinte à la li­
berté d’informer… Rien ne va plus
entre la presse et le pouvoir. Ces
ministre de l’intérieur, Gérald Dar­
manin, Matignon s’est dit prêt,
jeudi 19 novembre, à rajouter sous
forme d’amendement une for­
mule censée « garantir la liberté de
revêt une forme d’imprévisibilité,
on reste sur une infraction suscepti­
ble de porter atteinte à la liberté
d’expression », analyse un avocat
spécialisé dans les questions de
Pas sûr que les gestes du gouver­
nement suffisent à inverser la va­
peur, alors que les syndicats de
journalistes et les sociétés de ré­
dacteurs ont de nouveau appelé à
doivent se rapprocher des autori­
tés, en l’occurrence du préfet du dé­
partement pour se signaler, pour
être protégé par les forces », lais­
sant entendre qu’une accrédita­
disposition relevait d’une proposi­
tion faite par Reporters sans fron­
tières. « Nous avions suggéré au
ministère la mise en place d’un
point de contact pour ceux qui vou­
derniers jours, les relations entre la presse », en précisant « que les presse, qui anticipe une pluie de manifester samedi 21 novembre à tion était nécessaire pour éviter laient, afin de résoudre d’éventuels
les rédactions et le ministère de dispositions envisagées ne feront certificats de complaisance, attes­ Paris et en région. Un premier ras­ les interpellations. Cette déclara­ problèmes sur le terrain. C’était un
l’intérieur se sont particulière­ nul obstacle à la liberté d’infor­ tant des préjudices « psychiques » semblement mardi 17 novembre a tion a soulevé une bronca sur les dispositif qui existait autrefois, et
ment dégradées. Obligeant le pre­ mer ». Cette mention ne change subis par d’éventuels mis en cause. donné lieu à de nombreux accro­ réseaux sociaux, l’obligeant à se que certains journalistes, notam­
mier ministre, Jean Castex, à re­ pas la donne : la liberté de la presse chages avec les forces de l’ordre. justifier : en aucun cas, se déclarer ment en province, nous ont de­
prendre la main sur la proposition est garantie par la Constitution et Sorte de donnant-donnant Tangi Kermarrec (France 3 Ile­de­ auprès d’une préfecture ne relè­ mandé, explique son secrétaire gé­
de loi sur la « sécurité globale », et à la Convention européenne des Si la presse est protégée par son France) et Hanna Nelson (Taranis vera d’une « obligation ». néral, Christophe Deloire. Mais
donner des gages aux journalistes, droits de l’homme. statut, ce n’est pas le cas des parti­ News) ont été mis en garde à vue. Sans rassurer pour autant. Une avec ses déclarations, Gérald Dar­
vent debout contre le texte. Autre concession destinée à cal­ culiers visés par cet article 24. Il « Six reporters d’image ont égale­ discussion houleuse s’est poursui­ manin déroge au texte et vise clai­
Il faut dire que la grogne monte mer les esprits, Matignon sou­ s’agit ainsi de les dissuader de ment été pris pour cible. Trois d’en­ vie sur Telegram entre les repor­ rement la liberté de la presse. Il crée
dans la majorité contre l’article 24, haite également ajouter l’adverbe rendre publiques des vidéos tour­ tre eux ont subi des violences. (…) ters police­justice et le conseiller une jurisprudence préjudiciable. »
qui punit de 45 000 euros « manifestement », afin de préci­ nées lors d’interventions de po­ Deux observateurs de l’Observa­ presse du ministère. Ce dernier a « C’est une excuse pour recenser
d’amende et d’un an d’emprison­ ser la notion large et floue « d’at­ lice. Or, récemment, ce sont bien toire parisien des libertés publiques rappelé le caractère optionnel de les reporters. Ce recul des libertés
nement toute diffusion d’image teinte à l’intégrité physique et psy­ des images prises par des ama­ ont également reçu des coups », ont cette disposition, insérée dans le publiques fait peur », s’insurge de
permettant d’identifier un fonc­ chique », qui laisse le champ libre à teurs qui ont mis au jour des vio­ listé les syndicats et les sociétés de nouveau schéma de maintien de son côté Emmanuel Poupard, pre­
tionnaire des forces de l’ordre, toutes les appréciations, et per­ lences policières. Comme le journalistes dans une tribune ren­ l’ordre, et ses avantages : l’accès à mier secrétaire du Syndicat natio­
quand elle est dévoilée « dans le mettait à tout officier de police ou 1er mai 2018, quand Taha Bouhafs, due publique jeudi, et dénonçant « un canal dédié » et à un dialogue nal des journalistes (SNJ). Visible­
but de porter atteinte à son inté­ de l’armée concerné par une vidéo qui est depuis devenu reporter, a ces violences et les attaques contre en amont avec les forces de l’ordre. ment soucieux d’arrondir les an­
grité physique ou psychique ». de la contester. Là non plus, une filmé les échauffourées place de « la liberté d’informer ». Sauf que les principaux intéres­ gles, le ministère de l’intérieur a in­
A l’issue d’une réunion entre le telle modification au texte initial la Contrescarpe à Paris, où appa­ Le collectif répondait aussi à sés y voient une sorte de donnant­ vité, lundi 23 novembre, neuf
premier ministre, le chef de file ne devrait pas bouleverser les cho­ raissait un certain Alexandre M. Darmanin. La veille, ce dernier donnant qui rendrait le signale­ syndicats et associations à une
des députés La République en ses. « Tant que l’on conserve cette Benalla, à l’époque conseiller assurer que « si les journalistes ment auprès des autorités obliga­ réunion pour clarifier les choses. 
marche, Christophe Castaner, et le notion “d’intégrité psychique”, qui d’Emmanuel Macron… couvrent des manifestations, ils toire. Pourtant, à l’origine, cette sandrine cassini
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 france | 11

Darmanin applique la méthode Sarkozy


Le ministre de l’intérieur, sur tous les fronts, est la tête de pont sécuritaire du gouvernement

ANALYSE fait une promesse, celle de ne plus


pouvoir diffuser l’image des poli­ DARMANIN EST FAMILIER 
mai, avant un remaniement qui al­
lait lui confier les clés du ministère

I l faut prendre Gérald Darma­


nin aux mots, nombreux,
qu’il prononce. Y compris
quand ceux­ci se contredisent.
Dernier exemple en date, mer­
ciers et des gendarmes sur les ré­
seaux sociaux. Cette promesse sera
tenue, puisque la loi prévoit l’inter­
diction de la diffusion de ces ima­
ges. » Avec cette interprétation ex­
DES COMMUNICATIONS À 
DOUBLE DÉTENTE : UNE 
VERSION DURE QUI FAIT LE 
de l’intérieur. « Qui, aujourd’hui,
parmi la jeune génération à droite
est meilleur que lui ? Personne… »,
confie un proche de Nicolas
Sarkozy, l’un des seuls de son an­
credi 18 novembre. Interrogé sur trême du texte, exit les images sur cienne famille politique à lui avoir
les journalistes placés en garde à les réseaux sociaux grâce auxquel­
TOUR DES MÉDIAS ; UNE  conservé son amitié.
vue ou menacés alors qu’ils cou­ les de nombreux cas de violences VERSION ATTÉNUÉE SUR  Le modèle est presque trop évi­
vraient la mobilisation contre la policières ont été documentés. dent. A 38 ans, le locataire de Beau­
proposition de loi sur la « sécurité Une revendication ancienne de LES RÉSEAUX SOCIAUX vau, ex­ministre du budget, affiche
globale », le ministre de l’intérieur certains syndicats de policiers. un CV avec de meilleurs temps de
répondait ceci en conférence de Sur Twitter, quelques jours plus passage que son mentor, dont il a
presse le matin : « Si des journalis­ tard, il donne une version plus Gérald Darmanin a pour lui le ca­ repris les ficelles : discours sécuri­
tes couvrent des manifestations, ils conforme à la réalité du texte légis­ lendrier législatif. Il est à la taire et hyperactivité sur le terrain.
doivent se rapprocher des autori­ latif : « Les journalistes et les ci­ manœuvre sur le projet de loi sur Deux piliers auxquels s’ajoute le
tés, en l’occurrence le préfet du dé­ toyens pourront­ils continuer de fil­ le séparatisme islamiste, transmis retour de la politique du chiffre au
partement, pour se signaler, pour mer une intervention de police ? mardi 17 novembre aux présidents sein des forces de l’ordre – rebapti­
être protégés par les forces de l’or­ Oui. Mais pourra­t­on faire des ap­ de l’Assemblée et du Sénat. Il a pris sée « politique du résultat » –, dont
dre. » Une obligation d’accrédita­ pels au meurtre, au viol et jeter nos la main sur la proposition de loi l’action dans la lutte contre les tra­
tion qui ne figure dans aucun policiers en pâture sur les réseaux Fauvergue­Thourot, examinée en fics de stupéfiants est décortiquée
texte de loi. sociaux ? Non. » Il n’empêche, le ce moment dans l’Hémicycle, chaque semaine en public.
Le même ministre corrigeait – message est passé auprès des poli­ pour intégrer tout un volet sur la Une priorité qui n’est pas choisie
« précisait », selon son entourage – ciers déjà enclins à empêcher les protection des forces de l’ordre, au hasard : « Le trafic de stupé­
sa pensée le soir même dans une captations d’images sur le terrain. souhaité par le chef de l’Etat. Le fiants, c’est pratique, c’est un do­
série de Tweet : « Le schéma natio­ vote du retour de l’état d’urgence maine où, quand vous mettez des
nal du maintien de l’ordre (SNMO) Au centre du jeu sanitaire a par ailleurs replacé le moyens supplémentaires, ça se voit
que j’ai présenté en septembre pré­ Il faut prendre Gérald Darmanin ministère de l’intérieur, chargé du tout de suite, vous avez des résul­
voit que les journalistes peuvent, aux mots, choisis, qu’il dissémine. contrôle du confinement, avec des tats immédiats, vous allez forcé­
sans en avoir l’obligation, prendre Depuis sa nomination au minis­ pouvoirs dérogatoires, au centre ment faire des saisies et faire des
contact avec les préfectures en tère de l’intérieur en juillet, l’ex­ du jeu. La succession des trois at­ belles photos », explique un cadre
amont des manifestations. » Possi­ maire de Tourcoing (Nord) – il a lâ­ tentats terroristes islamistes en à de la police nationale. Au détri­
bilité de s’accréditer, sans « obliga­ ché son poste en septembre – as­ peine un mois se chargera de faire ment bien souvent du démantèle­
tion » donc, mais avec une forte in­ sume d’être la tête de pont du dis­ taire toutes les réticences dans la ment des filières.
citation, celle d’avoir accès au ca­ cours sécuritaire de l’exécutif. majorité sur de nouvelles restric­ Reste le rapport aux journalistes,
nal d’information des autorités et En retrait dans un premier tions des libertés publiques. central dans le sarkozysme. Sa
accessoirement celle de ne pas temps – ses premières sorties sont L’homme se démultiplie, il est conquête du pouvoir s’était ap­
être menacé d’interpellation. accompagnées de mobilisations sur tous les fronts. Même ses dé­ puyée sur la stratégie du feu rou­
Gérald Darmanin est familier de féministes liées à l’information ju­ tracteurs, nombreux à gauche lant des annonces – « un fait di­
« MACRON SE COMPLAÎT  ces communications à double dé­ diciaire ouverte après des accusa­ mais aussi à droite, où on ne lui a vers, une loi » –, qui lui permettait
DANS UNE DÉRIVE  tente : une version dure qui fait le tions de viol contre lui –, il lance pas pardonné le ralliement à La Ré­ de dicter le tempo et l’agenda mé­
tour des médias ; une version atté­ un galop d’essai en plein été avec publique en marche (LRM), lui re­ diatique, à une époque où les ré­
AUTORITAIRE QUI ABÎME  nuée sur les réseaux sociaux, mâ­ une interview au Figaro sur « l’en­ connaissent d’ailleurs une force de seaux sociaux n’existaient pas. Mi­
tinée d’explications de son « en­ sauvagement » d’une partie de la travail et une progression cons­ nistre de l’intérieur (2002­2004,
NOTRE DÉMOCRATIE.  tourage ». Le 2 novembre, il s’ex­ société et l’explosion de l’insécu­ tante sur les sujets de fond. En 2005­2007), Nicolas Sarkozy en­
A BIEN DES TITRES,  prime sur l’article 24 de la proposi­ rité – ce que n’accréditent pas les quelques semaines, il fait publier traînait de nombreux journalistes,
tion de loi sur la « sécurité chiffres du ministère. Le terme, le schéma national du maintien de bon gré mal gré, dans son sillage.
IL TRAHIT SES  globale », prévoyant l’interdiction emprunté à l’extrême droite, dé­ l’ordre et le Livre blanc de la sécu­ La méthode n’a pas changé. Mais
de la diffusion des images du vi­ plaît à son collègue de la justice, rité intérieure, deux documents l’époque, oui, et le résultat aussi :
ENGAGEMENTS DE 2017 » sage d’un membre des forces de Eric Dupond­Moretti, qui le fait sa­ structurants pour les forces de l’or­ après cinq mois place Beauvau, et
GUILLAUME CHICHE l’ordre « dans le but qu’il soit porté voir en août. En septembre, Em­ dre, que Christophe Castaner deux incursions sur le terrain de la
député ex-LRM des Deux-Sèvres atteinte à son intégrité physique ou manuel Macron siffle la fin de la n’avait pas réussi à faire aboutir. liberté de la presse, Gérald Darma­
psychique ». Sur BFM­TV, le minis­ récréation en critiquant… la presse Il faut prendre Gérald Darmanin nin a fédéré une bonne partie de la
tre de l’intérieur donne une ver­ qui en ferait trop. Pas de recadrage aux mots, ambitieux, qu’il lâche. profession contre lui. 
l’émoi jusqu’au sein du gouvernement en re­ sion tout autre du texte : « J’avais sur le fond, la voie est ouverte. « Je veux peser », avait­il glissé en nicolas chapuis
prenant à son compte l’expression d’« ensau­
vagement » de la société utilisée jusqu’à pré­
sent par l’extrême droite. « Darmanin a été
mis là pour ça, pour incarner la ligne de l’inté­
rieur », souligne un proche de M. Macron, se­
Feu vert pour une police municipale à Paris
lon qui l’Elysée laisse faire volontairement.
Ces critiques viennent s’ajouter à celles for­ Les députés ont voté l’article 4 de la proposition de loi sur la « sécurité globale »
mulées par l’opposition sur la prolongation
de l’état d’urgence sanitaire et le recours ré­
gulier du président de la République au con­
seil de défense pour diriger la lutte contre
l’épidémie de Covid­19. « Vous êtes en train de
construire le sourire aux lèvres un régime
autoritaire », a tonné le chef de file des dépu­
tés La France insoumise, Jean­Luc Mélen­
L e ministre de l’intérieur, Gé­
rald Darmanin, et la maire
de Paris, Anne Hidalgo, sont
pour une fois à l’unisson : la déci­
sion est « historique ». En donnant,
voir, dans le cadre de la proposi­
tion de loi sur la « sécurité glo­
bale » présentée par les députés
macronistes Jean­Michel Fauver­
gue et Alice Thourot. L’article 4,
municipale à Paris. Anne Hidalgo
réélue, Emmanuel Macron a lâché
prise. Aujourd’hui, c’est avec le
soutien total de l’Etat que l’édile
socialiste s’apprête à constituer le
gueur une police « Canada Dry ».
« Ne pas armer nos policiers muni­
cipaux, c’est prendre le risque d’en
faire des cibles désarmées », mar­
tèlent Rachida Dati et les autres
chon. Une attaque balayée par le délégué gé­ jeudi 19 novembre, son feu vert à adopté jeudi en première lecture, corps de 5 000 agents qu’elle an­ élus Les Républicains. « C’est aussi
néral de LRM, Stanislas Guerini. « Il ne faut la création d’une police munici­ ouvre officiellement la possibilité nonce depuis des mois. se priver d’une force de sécurité
pas se tromper. Le besoin de protection et d’or­ pale à Paris, l’Assemblée a accepté de créer « des corps de la police mu­ « Nous voyons cela d’un très bon pour les Parisiens », ajoutent­ils,
dre, qu’incarne le président, est plus fort que de mettre fin à un particularisme nicipale à Paris ». œil », a confirmé le préfet de police, en soulignant que c’est la police
jamais en ce moment », estime­t­il. Autre­ vieux de plus de deux siècles. Didier Lallement, aux élus de Pa­ municipale qui, à Nice, a permis
ment dit, le tournant sécuritaire de M. Ma­ Le 12 messidor an VIII « Pas de concurrence » ris, mercredi. Pour lui, « il n’y aura de neutraliser le terroriste lors de
cron va dans le sens de l’opinion. « En ce mo­ (1er juillet 1800), un arrêté réservait Anne Hidalgo s’est immédiate­ pas de concurrence entre les deux l’attentat de la basilique Notre­
ment, les Français en demandent majoritaire­ l’exercice de la police dans la capi­ ment réjouie de ce « saut histori­ forces », mais « une articulation », Dame, le 29 octobre.
ment plus que moins en matière de sécurité et tale au préfet de police, donc à que ». Après y avoir été longtemps « une complémentarité ». A la po­ A l’Assemblée, certains auraient
de restrictions de libertés car, pour eux, la l’Etat. A lui de s’occuper de la « pe­ hostile, la maire socialiste de Paris lice nationale, le maintien de l’or­ aimé que la loi prévoie un arme­
priorité reste de lutter contre la délinquance et tite voirie », d’assurer « la libre cir­ militait depuis 2018 pour que la ca­ dre lors des manifestations, la ment obligatoire des policiers mu­
le terrorisme, ainsi que le coronavirus », con­ culation des subsistances », de pitale rejoigne le droit commun et lutte contre le terrorisme, le bandi­ nicipaux, y compris à Paris. Une
firme Jérôme Fourquet, directeur du dépar­ « faire inspecter les marchés », « sur­ puisse se doter d’une police muni­ tisme, la prostitution, le trafic de hypothèse écartée par le ministre
tement opinion à l’IFOP. veiller le balayage auquel les habi­ cipale, comme la quasi­totalité des drogue, etc. La police municipale, de l’intérieur, Gérald Darmanin.
En 2016, dans son livre Révolution (XO), Em­ tants sont tenus devant leurs mai­ grandes villes françaises. L’objec­ elle, verbalisera les voitures mal Pas question de tordre le bras des
manuel Macron écrivait que la « prolongation sons », etc. Depuis cette décision tif ? Améliorer la sécurité au quoti­ garées et les cyclistes qui grillent maires. L’article 4 adopté, le par­
sans fin [de l’état d’urgence], chacun le sait, de Bonaparte, plusieurs compé­ dien dans les rues de la capitale, les feux, surveillera les squares, cours de la proposition de loi n’est
pose plus de questions qu’elle ne résout de pro­ tences du préfet de police ont été alors que la police nationale se fera remballer leurs cartons par les pas fini. Une fois ce texte très con­
blèmes. Nous ne pouvons pas vivre en perma­ transférées à la Ville, mais Paris n’a consacre de plus en plus à d’autres vendeurs à la sauvette… testé voté par les députés, il devra
nence dans un régime d’exception ». « On sait toujours pas le droit de disposer missions. Pour Anne Hidalgo, cette défini­ passer au Sénat. La loi promul­
bien d’ailleurs que la diminution de la liberté de d’une vraie police municipale, Le gouvernement a d’abord blo­ tion des tâches justifie que les fu­ guée, un décret sera encore néces­
tous, et de la dignité de chaque citoyen, n’a ja­ contrairement aux autres com­ qué le projet, pour ne pas favoriser turs policiers municipaux ne dis­ saire. « Le calendrier reste dans les
mais provoqué nulle part l’accroissement de la munes de France. Une trace, en une adversaire politique en pleine posent pas d’armes à feu, mais mains du gouvernement, avec de
sécurité », soulignait l’ancien ministre de partie, de la méfiance tenace du campagne électorale. A l’époque, seulement, pour certains, d’un réelles incertitudes », constate
l’économie. Des propos qui paraissent pouvoir central à l’égard d’une le candidat de La République en bâton de défense, de menottes et Anne Hidalgo, qui voulait se pas­
aujourd’hui d’un autre temps.  ville souvent rebelle. marche (LRM) Benjamin Griveaux de gaz lacrymogène. Le débat ser de décret, mais n’a pas obtenu
olivier faye C’est cette répartition séculaire se présentait comme celui qui n’est pas clos. A Paris, la droite et gain de cause sur ce point. 
et alexandre lemarié que les députés ont accepté de re­ pourrait vraiment créer la police les macronistes critiquent avec vi­ denis cosnard
0123
12 | france SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

Les maires, critiques sur l’action du gouvernement


Une majorité des édiles juge défavorablement la gestion de la crise due au Covid­19, selon une étude

S Profil des maires Cumul des mandats dans le temps Les maires et la crise due au Covid
ur la voie de la réconcilia­
tion entre l’exécutif et les
Répartition selon le sexe* Répartition selon l’âge* « Avant votre mandat actuel, combien de mandats de maire « Parmi les propositions suivantes,
maires, il reste du chemin
26 % % de répondants avez-vous exercé ? »*, en % de répondants quelles difficultés majeures avez-vous
à parcourir. Selon l’en­
de femmes 10 0 mandat (élu[e] rencontrées depuis le début de l’épidémie
quête 2020 sur les maires de 45
Moyenne pour la 1re fois en 2020) de Covid-19 pour gérer l’urgence sanitaire ? »*,
France réalisée par l’Observatoire 8 à 59 ans en % de répondants
de la démocratie de proximité, 1 mandat 27,1
créé par l’Association des maires 74 % 6
2 mandats 13,6 Les répondants pouvaient sélectionner
de France (AMF) et le Cevipof, le d’hommes 4 trois réponses maximum.
centre de recherches politiques 3 mandats 6,9
de Sciences Po, publiée vendredi Selon les données du RNE 2 Le manque de directives claires
20 novembre pour la troisième (Répertoire national des élus) 4 mandats 3,9 et cohérentes de la part de l’Etat 51
d’octobre 2020, 0
année consécutive, le jugement 25 35 45 55 65 75 85 Le manque de matériel
sur l’action du gouvernement les femmes représentaient 5 mandats et plus 3,4 de protection 30
19,8 % des maires élu[e]s. Age des maires
vis­à­vis des collectivités territo­ Le manque de directives claires
riales reste très critique. Interro­ et cohérentes de la part des ARS 29
gés sur la note qu’ils lui accorde­ La situation de la commune Agressions à l'encontre des maires
Le défaut de prise en compte
raient, les quelque 4 714 édiles « Diriez-vous que, au cours des cinq dernières années, « Avez-vous déjà été victime, dans le cadre des spécificités des territoires 28
la situation générale dans votre commune s’est améliorée de vos fonctions... »*, en % des répondants
ayant répondu au questionnaire – Le manque de concertation
pour 34 888 maires mentionnés ou degradée ? »*, selon le type de commune des répondants* Oui Non dans les décisions prise par l’Etat 24
dans le Répertoire national des Nouveau maire Maire réélu[e] Le manque de moyens financiers
pour appliquer les protocoles sanitaires
22
élus (RNE) – ne lui concèdent Moins de 500 hab. ... d’incivilités ? 53 47
en moyenne que 7,9 sur 20 : 62 % ( 1 289 / 1 904) ... d’injures ou d’insultes ? Le manque d’accompagnement
29 71 pour la réouverture des écoles
17
le notent sous la moyenne. De 500 à 1 000 hab. Les 3 193 nouveaux maires ... d’injures liées à vos origines,
Depuis la crise des « gilets jau­ ( 581 / 471) de communes de moins votre religion, etc. ? 1 99
Le manque de tests de dépistage 16
nes », Emmanuel Macron n’a De 1 000 à 3 500 hab. de 500 habitants ... de harcèlement moral ? 11 89
cessé de souligner le rôle essen­ ( 532 / 462) (ayant participé à l'enquête) Pas encore aux responsabilités
... de menaces ? 28 72 au début de l’épidémie 15
tiel des maires, ces « piliers de la De 3 500 à 5 000 hab. ont en moyenne mis la note
République ». Une loi dite « enga­ ( 71 / 43) de : 4,8 (nouveau maire), ... de violences physiques ? 5 95 La difficulté à faire respecter
5,8 (maire réélu[e]) ... d’atteintes à vos biens les consignes sanitaires 11
gement et proximité » est venue De 5 000 à 9 000 hab. 6 94
gommer les aspérités de la con­ ( 69 / 33) personnels ? Un sentiment d’abandon
... d’attaques sur Internet ? 20 80 10
testée loi NOTRe mise en œuvre Plus de 9 000 hab. 0 2 4 7 de la part de l’Etat
sous le précédent quinquennat ( 52 / 17) La difficulté à faire respecter
0 : très dégradée Amélioration 8 le confinement 7
tout en offrant aux maires des
protections supplémentaires. De­ * Résultats issus de l’enquête réalisée par le Cevipof et Sciences Po sur les maires de France, réalisée du 10 au 14 novembre 2020,
à partir d’un questionnaire en ligne auquel 4 714 maires ont répondu (sur 34 888 élus). Infographie : Le Monde
vant le dernier congrès de l’AMF,
le 19 novembre 2019, il leur avait
lancé un appel à l’« unité » et au
« rassemblement ». La crise due au tière aura une ombre portée sur un peu plus d’un quart des répon­ politique locale n’intéresse pas mes ques. C’est sur lui, très majoritai­
coronavirus n’a fait qu’exacerber les années qui viennent et forma­ dants (27 %) ont arrêté leur scola­ administrés » : 35 %, contre 40,9 %.
En tête rement, que se concentrent toutes
cet impératif : le chef de l’Etat tera leur rapport à l’exercice de rité avant le bac, 16 % se sont arrê­ De même, le regard des maires des reproches les formes d’animosités dans la
comme l’actuel premier ministre, leurs responsabilités. » tés au bac et 57 % ont poursuivi sur l’intercommunalité est plus sphère communale, constate
Jean Castex, ont particulièrement C’est une donnée importante de après le bac. Près de la moitié des positif en début de mandat.
adressés M. Baroin. C’est aussi un mar­
insisté sur l’importance du cou­ cette enquête : elle est la première maires exercent une activité pro­ Quand 50,9 % estimaient en 2019 à l’exécutif, queur fort de l’exercice des respon­
ple maire­préfet. réalisée après des élections muni­ fessionnelle, à temps plein (30,3 %) qu’elle fonctionnait bien, ce pour­ sabilités aujourd’hui, notamment
cipales qui se sont tenues dans un ou à temps partiel (15,3 %), 45,7 % centage monte à 57 % dans cette
le « manque de dans les communes les plus peti­
« Un marqueur profond » contexte particulier marqué, no­ sont retraités et 4,8 % ont dû arrê­ enquête et s’élève même à 60 % directives claires tes en taille. Je suis très attentif
Le résultat n’est pas à la hauteur tamment, par l’abstention de près ter leur activité à cause de leur chez les nouveaux élus. Différen­ à cela car c’est profondément
des attentes. Sur la gestion de la de six électeurs sur dix. Le taux de mandat. Parmi ceux qui exercent ces notables également entre mai­
et cohérentes de injuste pour des femmes et des
crise du Covid­19 elle­même, le renouvellement des maires a été une activité, 57 % sont dans le res réélus et nouveaux élus quant la part de l’Etat » hommes qui se dévouent pour les
sentiment des maires reste très de 39 %, un pourcentage équiva­ privé et 39 % dans le public. à la situation générale de leur com­ autres et la collectivité. »
mitigé : 39 % estiment avoir été lent à celui de 2014. A noter, cepen­ A l’aune du renouvellement in­ mune. En effet, quelles que soient Par définition, ce sont en
très bien ou bien associés à la mise dant, que le renouvellement a été tervenu au printemps, il semble les tranches de population, on ob­ de vérifier par le vote s’il existe un grande majorité des maires ayant
en œuvre de l’état d’urgence sani­ beaucoup plus important dans les que la perception qu’ont les mai­ serve que, systématiquement, une consensus dans la population », déjà exercé ce mandat qui ont ré­
taire, contre 48,2 % qui pensent petites communes que dans les res de leur propre mandat ait sen­ majorité de maires réélus considè­ tandis que, pour 81 % des répon­ pondu à ces questions. Les primo­
l’inverse (12,8 % des maires inter­ grandes : 56 % des maires sortants siblement évolué entre la précé­ rent que la situation s’est amélio­ dants, « le rôle du maire est de élus semblent moins préoccupés
rogés n’étaient pas aux responsa­ ont été reconduits dans les com­ dente enquête, réalisée en fin de rée au cours des cinq dernières savoir trancher et ne pas enfermer par cette situation. Cela se traduit
bilités à ce moment­là, le second munes de 1 000 à 3 500 habitants, mandature, et celle­ci, intervenant années, alors qu’à l’inverse les la décision dans de trop longues par une évolution spectaculaire
tour des élections municipales contre 69,5 % dans les communes en tout début de mandat. Ainsi, nouveaux élus jugent qu’elle s’est discussions ». quand ils sont interrogés sur leur
s’étant tenu le 28 juin). En tête, très de plus de 30 000 habitants. en 2019, 42,8 % des maires interro­ détériorée. Ce qui laisse à penser Enfin, il est à noter dans cette rapport aux autres. En 2019, à la
largement, des reproches adressés Parmi les 4 714 répondants au gés estimaient que leur mandat que, sur ce point­là au moins, la enquête une nouvelle entrée por­ question : « Diriez­vous qu’on peut
à l’exécutif, le « manque de directi­ questionnaire, 45 % ont été élus avait eu un impact négatif sur leur perception qu’en ont les édiles ne tant sur les incivilités, injures ou faire confiance à la plupart des
ves claires et cohérentes de la part maires pour la première fois vie familiale et personnelle. Ils ne tient pas seulement au jugement agressions auxquelles les élus ont gens ? », 65,8 % des maires di­
de l’Etat », que 51 % des répondants en 2020 – soit un niveau légère­ sont plus que 19,6 % à le penser à porté sur l’action du gouverne­ pu être exposés dans leurs fonc­ saient non ; les réponses positi­
ont coché parmi les trois réponses ment supérieur à la moyenne na­ l’orée de cette mandature. ment vis­à­vis des collectivités. tions de maire. Plus de la moitié ves sont aujourd’hui majoritaires
qu’ils pouvaient donner. tionale. 27,1 % ont déjà exercé Ces évolutions sont également (53 %) dit avoir subi des incivilités (53 %). A l’inverse, quand il était
« Cette crise sanitaire, ses consé­ un mandat, 13,6 % deux mandats, perceptibles en réponse à d’autres Victimes d’incivilités (impolitesse, agressivité), 29 % demandé aux élus si « on n’est
quences et les conditions inédites 14,3 % trois mandats ou plus. affirmations portant sur leur ex­ S’il a été beaucoup question du­ des injures ou des insultes, 28 % jamais trop prudent quand on a
du déroulement du processus Selon les données du RNE, mis à périence de maire. « Mon indem­ rant cette campagne municipale des menaces verbales ou écrites et affaire aux autres », 56,8 % parta­
électoral resteront un marqueur jour en septembre, un cinquième nité de maire est suffisante » : 56 % de la « démocratie participative », 20 % des attaques sur les réseaux geaient cet avis ; ils ne sont plus
profond pour cette génération des maires élues en 2020 (19,8 %) d’accord en 2020, contre 35,9 % les élus en ont une conception as­ sociaux. Ils sont 5 % à déclarer que 47 % cette année.
d’élus, aussi bien pour les nou­ sont des femmes et l’âge moyen en 2019. « En tant que maire, j’ai sez arrêtée. Pour 62 % d’entre eux, avoir été victimes d’agressions ou En début de mandat, l’enthou­
veaux que pour les anciens, note des maires s’établit à 59 ans. L’en­ la reconnaissance des citoyens de « les citoyens devraient davantage de violences physiques et 6 % d’at­ siasme et le volontarisme des
le président de l’AMF, François Ba­ quête du Cevipof permet d’établir ma commune » : 74 % d’accord, participer à la conception des teintes à leurs biens personnels. maires n’ont pas encore été alté­
roin (Les Républicains). Je pense un profil plus détaillé des élus de contre 69,2 % un an plus tôt. « Le grandes décisions locales ». Toute­ « Cette enquête montre que c’est rés. S’émousseront­ils avec le
particulièrement aux nouveaux cette nouvelle mandature. En ce niveau d’exigence des citoyens est fois, après cette période de con­ vraiment le maire qui est l’objet temps ? A vérifier. 
élus pour qui cette entrée en ma­ qui concerne le niveau d’études, trop élevé » : 65 %, contre 77,1 %. « La sultation, seuls 40 % jugent « utile des agressions verbales ou physi­ patrick roger

Covid­19 : les élus locaux, « première ligne » touchée de plein fouet


Selon l’Observatoire de la démocratie de proximité et le Cevipof, 48 % des maires déclarent avoir été mal associés à l’état d’urgence sanitaire

L’ ampleur du choc suscité


par l’apparition du coro­
navirus n’en finit pas de
malmener nos croyances sur la so­
lidité de nos organisations écono­
sions et des certitudes et, enfin,
entre­soi de la haute fonction pu­
blique, incapable de s’adapter aux
changements de stratégie de l’en­
nemi d’alors. Aujourd’hui, l’en­
médias. C’est sans doute pour cela
que 48 % d’entre eux déclarent
avoir été mal associés à la mise en
œuvre de l’état d’urgence sanitaire
alors que 40 % pensent le con­
part des maires puisqu’ils sont
64 % à estimer que leur relation de
travail a été efficace. En revanche,
ce seuil chute à 40 % pour les agen­
ces régionales de santé (ARS). Une
ment ? La mise en place des mesu­
res sanitaires et économiques de­
vait­elle s’appliquer à l’ensemble
du territoire sans distinction de
particularismes locaux ? L’Etat
nouveaux à financer dans un fu­
tur proche. Et c’est sur ce terrain
que des interrogations persistent.
Quelle sera la part du plan de
relance de plus de 100 milliards
miques, sociales et politiques. nemi n’est plus militaire et visible. traire. La taille de la commune distinction importante s’opère central a­t­il sous­estimé la capa­ d’euros qui reviendra aux collecti­
L’épidémie n’a pas touché de ma­ Il est sanitaire et invisible. joue de manière significative dans entre les maires sortants réélus cité d’action des collectivités terri­ vités territoriales en 2021 ? En effet,
nière homogène le corps social et Il est sans doute trop tôt pour la représentation qu’ont les mai­ (et à l’œuvre durant le printemps) toriales ? Derrière ces enjeux, en dans la perspective d’une crois­
les territoires. Pourtant, c’est bien tirer un bilan des causes de tels res de leur rôle. Car ce sont surtout et les maires installés en juin, dont germe depuis l’éclosion du mou­ sance économique négative ou
le modèle d’un appareil d’Etat aux dysfonctionnements. Et d’ailleurs, les élus des communes de taille in­ certains étaient déjà conseillers vement des « gilets jaunes », atone, c’est une partie des impôts
commandes pour le meilleur existe­t­il une organisation publi­ termédiaire (de 1 000 à 9 000 ha­ municipaux. Le manque d’effica­ se pose de nouveau la question affectés aux collectivités, et en
(protection et interventionnisme que dans le monde qui n’a pas subi bitants) qui ont éprouvé les plus cité ressenti vis­à­vis des ARS est de l’organisation administrative particulier la cotisation sur la va­
économique) et le pire (bureaucra­ des critiques sur la conduite des grandes difficultés de coordina­ deux fois plus important chez les et politique du territoire français. leur ajoutée des entreprises (CVAE)
tisation de la décision publique et affaires en temps de crise ? Le rôle tion avec les services de l’Etat. maires sortants que chez les édiles Les futurs arbitrages budgétaires ou encore les droits de mutation à
faible mobilisation des corps in­ des maires comme acteurs de pre­ sans expérience municipale. Le pourront donner du baume au titre onéreux (DMTO), qui risque
termédiaires) qui s’est rapidement mière ligne a été maintes fois sou­ Incertitude sur les finances rapport s’inverse à propos des cœur à l’incertitude qui pèse sur de manquer, combinée à la perte
imposé. Dans L’Etrange Défaite, ligné. Et pourtant, une majorité Tous les services de l’Etat ne sont services préfectoraux puisque les les finances publiques locales. Car, de recettes liée à la suppression de
Marc Bloch, historien et officier de (51 %) de maires interrogés dans toutefois pas logés à la même en­ maires sortants sont 70 % à expri­ si la situation financière des com­ la taxe d’habitation pour les 20 %
l’armée, avait mis en évidence les notre enquête ont regretté de seigne. Parmi les deux institutions mer leur satisfaction contre 49 % munes est très majoritairement des ménages les plus riches. 
causes de la débâcle en 1940 : ar­ n’avoir pu disposer, plus tôt, d’in­ fortement impliquées sur le plan pour les nouveaux élus. jugée comme saine (constat par­ martial foucault,
mée bureaucratique, organisation formations claires et cohérentes. local, les préfectures bénéficient Est­ce la technostructure qui a tagé par 83 % des répondants), elle professeur à sciences po
verticale, concentration des déci­ Et parfois, ils étaient avertis par les d’une forte dose de satisfecit de la ralenti la réaction du gouverne­ ne préjuge en rien des besoins et directeur du cevipof (cnrs)
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 france | 13

Les lycées à l’heure


des cours en fractionné
L’organisation de rotations d’élèves en demi­groupe,
autorisée le 5 novembre, pose la question de l’équité

L
es rangs sont clairsemés, sent pas deux élèves, au lieu de avec elle, François (il a requis
ce mardi 17 novembre, quatre en temps normal, expli­ l’anonymat), qui enseigne l’his­
dans le cours de sciences que­t­il. On a aussi veillé à avoir un toire­géographie dans le même
économiques et sociales nombre à peu près égal de demi­ lycée, a opté pour une autre mé­
de Virginie Vallet, au lycée Lacas­ pensionnaires chaque semaine. » thode : les élèves restés chez eux
sagne à Lyon. Depuis la veille, La cantine reste, malgré les ef­ suivent le cours en direct, par le
cette importante cité scolaire de forts, le « point noir » de la vie sco­ biais de la plate­forme du Centre
1 100 élèves expérimente l’ensei­ laire pour beaucoup de chefs national d’enseignement à dis­
gnement hybride pour les ly­ d’établissement – un lieu de bras­ tance (CNED) Ma classe à la mai­
céens. Seule la moitié de la classe sage, où les élèves retirent leur son. « C’était assez ludique, ça a
est sur place, l’autre travaille en masque pour manger. bien fonctionné, se félicite le pro­
autonomie à la maison. L’après­ Du point de vue pédagogique, fesseur à l’issue de sa première
midi, les élèves présents rentre­ l’enseignement hybride de­ matinée de cours. Mais évidem­
ront chez eux, et laisseront leur mande également de nombreux ment, je ne peux pas passer dans
place à l’autre demi­groupe. La se­ ajustements. Faut­il donner aux les rangs et faire du suivi indivi­
maine suivante, ce sera l’inverse. élèves des cours à lire qu’ils retra­ dualisé avec la moitié des élèves
Depuis que le ministre de l’édu­ vailleront en classe, décider que en visio. A moyen terme, je ne sais
cation nationale a annoncé, le l’ensemble de la classe suit le pas si je continuerai. »
5 novembre, la possibilité de faire même cours, avec une moitié de Le moyen terme questionne en
alterner des demi­groupes en en­ l’effectif en visioconférence ou effet. « Ça fonctionne pour l’ins­
seignement hybride au lycée, encore renoncer à « avancer » à tant, mais on voit bien que tout le
la flexibilité est le maître mot, distance et ne donner que des monde bidouille, et que ça ne sera
tant les configurations d’établis­ exercices de renforcement ? jamais aussi bien que d’avoir tous
sements sont différentes. Au lycée Lacassagne de Lyon, les les élèves en classe, résume Bruno
Dans cette cité scolaire en plein enseignants ont pour consigne Bobkiewicz. On ne pourra pas L’autre inquiétude concerne les Ceux, aussi, qui ont indiqué
centre­ville, l’alternance par de­ de « centraliser le travail sur un ca­ continuer indéfiniment sans se publics dits « fragiles », en parti­
Beaucoup ne pas avoir d’ordinateur ou de
mi­journée est le modèle retenu – hier de texte numérique fourni par poser la question de l’équité. » culier les élèves de lycée profes­ de chefs connexion Internet à la maison.
là où d’autres auront choisi une l’ENT [espace numérique de tra­ Parmi les établissements qui sionnel. A Soissons, le proviseur Pour ces derniers, selon les cas,
rotation des groupes par demi­se­ vail] », détaille Virginie Vallet, ont mis en place l’enseignement Dominique Haraut indique ainsi
d’établissement les établissements prévoient le
maine, ou par semaine entière. l’enseignante de SES qui est aussi hybride, tous n’ont pas choisi les avoir choisi de « maintenir tous disent enfin prêt de matériel, ou bien la possi­
« Nous avons fait le choix de la ré­ la référente numérique du lycée. mêmes méthodes, et toutes ces les ateliers », pour éviter de cu­ bilité de venir au lycée plus régu­
gularité, explique la proviseure, L’équipe pédagogique a voulu évi­ méthodes ne permettent pas muler trop de retard. Beaucoup
« avoir à l’œil » lièrement, notamment en salle
Nathalie Cournac. On ne voulait ter de réitérer l’expérience du pre­ d’avancer au même rythme. de chefs d’établissement disent leurs élèves informatique ou au CDI. « Je me
pas risquer de revivre le premier mier confinement, où « chacun Au sein d’une même équipe, les enfin « avoir à l’œil » leurs élèves réserve le droit de faire revenir
confinement, où on a perdu de vue envoyait du travail un peu comme différences se font jour. Ce dont à risque de décrochage. Ceux qui
à risque les élèves que je sens sur le point
certains élèves. » il pouvait, où il pouvait ». Le résul­ témoigne une enseignante de sont en « fracture sociale » ou de décrochage de décrocher », prévient le provis­
« Un peu plus de la moitié » des tat ? « Des devoirs qui arrivent au SVT au lycée Lacassagne : « On a qui ont eu tendance à dériver teur Yann Massina. 
lycées ont mis en place une forme compte­gouttes par messagerie, beau envoyer des vidéos YouTube, lors du premier confinement. violaine morin
d’enseignement hybride ces deux soit jusqu’à trente­cinq messages dans ma discipline, rien ne rem­
dernières semaines, a indiqué avec des fichiers joints. Il y avait de place la manipulation. »
Jean­Michel Blanquer, le 17 no­ quoi devenir dingue ! »
vembre sur LCI. « Les demi­grou­ Pour le reste, la « liberté pédago­ Inquiétude pour les examens
pes étaient une demande des collè­ gique » reste la règle. « Il a fallu Qu’en est­il alors de l’égalité de­
gues, et ils ont le mérite de régler rassurer les enseignants sur le fait vant l’examen ? « C’est la grosse in­
pas mal de problèmes en même qu’on ne leur demande pas de tenir quiétude des enseignants et des
temps, rappelle Bruno Bob­ la progression pédagogique qu’ils élèves de terminale, admet Yann
kiewicz, secrétaire national du avaient prévue, résume Nathalie Massina. Si la situation perdure
SNPDEN­UNSA. Le brassage dans Cournac. Mais à part ça, ils ont be­ après Noël, il faudra envisager de
les couloirs et à la récré, la question soin de suivre leur propre fonction­ revoir les épreuves. » Pour l’ins­
des cours d’EPS… Les chefs d’éta­ nement. » Si Virginie Vallet a pré­ tant, les évaluations communes
blissement ont vu l’intérêt de féré un système de travaux diri­ de 1re et terminale ont été suppri­
ce système et se sont mobilisés gés lorsque ses élèves ne sont pas mées, mais les épreuves de spé­
pour le mettre en place. » cialité, prévues en mars, sont
Même si la logistique est parfois maintenues – avec deux sujets
complexe. Yann Massina, provi­ par épreuve au lieu d’un. L’enjeu
seur d’un lycée général de
« Ça fonctionne de la préparation du bac a
1 450 élèves à Chartres qui ac­
cueille aussi des élèves en post­
bac, a décidé de faire alterner ses
pour l’instant,
mais on voit
d’ailleurs poussé certains établis­
sements à ne pas dédoubler tou­
tes les classes, pour préserver au
EN LIVE
demi­classes sur une semaine, bien que tout le maximum les terminales. Au ly­
pour permettre aux 250 internes cée Léonard­de­Vinci de Soissons
de rentrer chez eux une semaine
monde bidouille » (Aisne), ces élèves continueront à
sur deux. « Il a fallu constituer les BRUNO BOBKIEWICZ venir toute la semaine, alors que
groupes en faisant en sorte que les secrétaire national les 2des et les 1res alternent désor­ Un rendez-vous mensuel de débats et
chambrées d’internat ne dépas­ du SNPDEN-UNSA mais sur des demi­semaines. d’échanges sur les grandes mutations
économiques.
La pédagogie à l’épreuve du numérique
Retrouvez le compte rendu et le
entre le manque d’équipement ment professionnel alors qu’on en machines est de ne pas s’adapter replay de la séance en ligne
en ordinateurs des enseignants et a besoin tous les jours. Aujourd’hui, aux spécificités des enseigne­
des élèves, une connexion Inter­ mon ordinateur vieillit, mais je n’ai ments, souligne ce professeur de du 19 novembre avec :
net instable et une maîtrise du pas les moyens de m’en racheter mathématiques. On peut télé­
numérique qui peut parfois lais­ un. Ça représente un frein pour charger des logiciels mais l’instal­
ser à désirer, la continuité pédago­
gique s’est révélée être un vérita­
se saisir des outils numériques. »
Le ministère de l’éducation na­
lation n’est pas possible, ce qui
en limite l’usage pour les profes­
ALAIN GRISET
ble casse­tête. Selon une enquête tionale a récemment accordé une seurs et les élèves quand on a des Ministre délégué chargé des Petites et
de la direction de l’évaluation, prime annuelle d’équipement de besoins particuliers. » Moyennes Entreprises
de la prospective et de la perfor­ 150 euros à destination des ensei­ Même si le besoin en équipe­
mance (DEPP) lors du premier gnants. Mais pour Sylvie, profes­ ment est résorbé, se poserait la
confinement, publiée en juillet, le seure de CM1­CM2 dans une com­ question des compétences nu­
matériel informatique a repré­
senté un frein pour 40 % des pro­
mune rurale du Nord, « cette aide
n’est pas suffisante pour acheter
mériques des élèves qui, selon le
rapport de l’IFE­ENS Lyon, repré­
ILHAM KADRI
fesseurs en raison du caractère un outil de qualité ». sentent un obstacle pour deux PDG de Solvay
obsolète, défectueux ou inadapté tiers des professeurs. Rachid Zer­
de leur outil informatique. Ordinateurs bridés rouki, qui enseigne en section
Un autre rapport, de l’Institut Pour réduire la fracture numéri­ d’enseignement général et pro­
français de l’éducation (IFE­ENS que, certaines régions distribuent fessionnel adapté (Segpa) à Mar­
Lyon), à propos des effets du con­ des ordinateurs aux nouveaux ly­ seille, rappelle le mythe du « digi­
finement sur l’activité des ensei­ céens. C’est le cas de la région Ile­ tal natives », cette génération Z
gnants, publié en novembre, note de­France qui, pour la rentrée, a dont l’usage du numérique serait
que 15,6 % des enseignants étaient décidé « de basculer par anticipa­ optimal. « Il faut rediriger leur uti­ sur lemonde.fr/le-club-de-l-economie
satisfaits de monter en compé­ tion les élèves de 2de pour faire face lisation centrée sur le divertisse­
tence numérique et 54,4 % de­ à une potentielle fermeture des ment et la communication vers
mandaient à être formés sur l’en­ établissements ». Yann Merdy, un usage éducatif pour répondre
seignement à distance. enseignant et référent espace aux besoins de l’école, avance le
Enseignante en CE1 à Nantes, numérique de travail (ENT) de professeur. Et mettre en place une
Céline – qui a requis l’anonymat – son lycée francilien, affirme que didactique du numérique pour
ne comprend pas pourquoi l’édu­ le matériel est suffisant pour une transmettre des compétences,
cation nationale n’équipe pas les utilisation éducative mais il re­ c’est une nouveauté qu’on ne sait
professeurs. « Notre problème ma­ grette que les ordinateurs soient pas encore faire correctement. » 
jeur est de ne pas avoir un équipe­ bridés. « Le souci principal de ces yassine bnou marzouk
0123
14 | france SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

A Paris, parquet et police Pour la justice européenne, le CBD


renforcent la lutte
contre le crack ne peut être interdit en France
Si le trafic est « marginal » sur le plan quantitatif, La molécule aux effets relaxants présente dans la plante de cannabis
il s’agit d’un phénomène très « visible »
n’est pas un stupéfiant, selon la Cour de justice de l’Union européenne

F ace aux multiples doléances


de riverains du nord­est de
Paris et afin de ne pas leur
abandonner le terrain de la com­
munication sur les nuisances pro­
cours sur la place de la Bataille­de­
Stalingrad dans le 19e arrondisse­
ment afin de limiter les possibili­
tés aux consommateurs, évalués à
1 500 personnes environ et dont le D
ans la vive bataille
juridique qui se joue
depuis des années
autour du « CBD » (can­
La juridiction
européenne
et de l’industrie du CBD ; la France a
pris beaucoup de retard. »
Dans son arrêt du 19 novembre,
la juridiction européenne vient
ner une juridiction française blo­
quer encore la commercialisation
du CBD en s’appuyant sur cette
exception.
voquées par le trafic de crack, le « profil type » a été décrit comme nabidiol), une molécule présente
précise que le CBD trancher une question­clé : le CBD En 2018, le marché du CBD a
procureur de la République de Pa­ un « homme majeur très régulière­ dans le chanvre, l’arrêt que vient n’a pas « d’effet ne « peut être considéré comme un connu une brusque progression :
ris, Rémy Heitz, et le préfet de po­ ment en situation irrégulière », de de prendre la justice européenne stupéfiant », estime­t­elle, car en quelques mois à peine, des di­
lice de Paris, Didier Lallement, te­ se rassembler là où ils ne pour­ devrait faire date. « Une décision
psychotrope cette molécule n’a pas, « d’après zaines de boutiques spécialisées se
naient à faire savoir qu’ils avaient raient être visibles par la police. historique », « un changement de ni d’effet nocif sur l’état actuel des connaissances sont ouvertes à travers la France,
saisi le problème à bras­le­corps. « La luminosité de la place a été paradigme », « une portée phéno­ scientifiques », « d’effet psycho­ commercialisant des huiles, des
A l’occasion d’une conférence de augmentée et certaines arcades ménale »… ont réagi les juristes et
la santé humaine » trope ni d’effet nocif sur la santé produits alimentaires, des cosmé­
presse jeudi 19 novembre dans les ont été obstruées », a ainsi indiqué les défenseurs de cette substance humaine ». Impossible dès lors de tiques… Sur le terrain, les politi­
locaux de la préfecture et intitulée la commissaire de l’arrondisse­ consommée pour son effet re­ lui appliquer un autre régime que ques locales sont hétérogènes, cer­
« Lutte contre le crack à Paris », ils ment, Florence Adam. laxant, mais dont la légalité fait ré­ La décision de la juridiction celui de « la libre circulation des tains procureurs tolérant ces
ont tour à tour réaffirmé la mobili­ Le directeur de la sûreté régio­ gulièrement l’objet de polémiques européenne était attendue de marchandises » de l’UE. structures sous certaines condi­
sation de leurs services. M. Lalle­ nale des transports, M. Cabon, a en France, avec un cadre de com­ longue date : elle avait été saisie, tions, d’autres choisissant d’enga­
ment a rappelé que son action souligné qu’il n’existait pas de mercialisation aux contours flous. en 2018, par la cour d’appel « Peur irrationnelle » ger des poursuites pénales.
« consistait à faire en sorte que l’es­ réseau de trafiquants au sens tra­ Dans son arrêt rendu public d’Aix­en­Provence (Bouches­du­ Seule exception possible : son in­ « Cet arrêt est une très bonne nou­
pace public ne soit pas confisqué ditionnel du terme : « Nous som­ jeudi 19 novembre, la Cour de Rhône), qui s’interrogeait sur la terdiction peut être justifiée par velle, réagit Jean­Baptiste Moreau,
par des minorités », rappelant mes face à un trafic de fourmis. » justice de l’Union européenne compatibilité des droits français un « objectif de protection de la député La République en marche
l’évacuation il y a plusieurs mois Plusieurs intervenants ont décrit (CJUE) juge illégale l’interdiction et européen, après avoir été appe­ santé publique ». Il reviendra à une de la Creuse, et rapporteur de la
de la « colline du crack », porte de un trafic qui n’était pas concur­ de la commercialisation du CBD lée à se prononcer dans l’affaire juridiction nationale de l’appré­ mission sur le cannabis à l’Assem­
La Chapelle. M. Heitz a, pour sa rent de celui de la cocaïne et qui ne en France. « Un Etat membre ne Kanavape, du nom d’une ciga­ cier. Mais la Cour européenne blée nationale. Maintenant il faut
part, dit sa volonté de mener une générait pas d’importants reve­ peut interdire la commercialisa­ rette électronique au CBD lancée vient d’emblée encadrer cette pos­ faire évoluer la législation au plus
« politique pénale déterminée face nus comme d’autres produits stu­ tion du cannabidiol légalement en 2014. Les deux concepteurs sibilité : d’un côté, si l’Etat français vite, il est incompréhensible qu’on
à une population très précarisée et péfiants. Sur les 44 dossiers traités produit dans un autre Etat mem­ marseillais de l’entreprise, fer­ autorise le CBD « synthétique », s’arc­boute encore sur une régle­
très dégradée sur le plan sanitaire par le commissariat du 19e, seuls bre », écrit­elle dans un commu­ mée depuis, Antonin Cohen et Sé­ comme c’est le cas aujourd’hui, il mentation qui repose seulement
combinée à une réponse sanitaire 24 459 euros d’avoirs criminels niqué. Et ce, quand bien même ce bastien Béguerie, avaient été con­ ne saurait justifier de réserver un sur cette peur irrationnelle de tout
et thérapeutique ». ont été saisis. CBD « est extrait de la plante de damnés, en première instance sort différent à la molécule ex­ ce qui peut concerner le cannabis. »
Il arrive pour autant que le par­ Cannabis sativa [chanvre] dans devant le tribunal correctionnel traite directement du chanvre, de L’élu, également agriculteur, in­
Aménagements à Stalingrad quet utilise des moyens d’enquête son intégralité et non de ses seules de Marseille, à quinze mois et manière naturelle. D’autre part, le siste bien sur la distinction à faire
La directrice de la direction de la consacrés à la criminalité organi­ fibres et graines ». dix­huit mois de prison avec sur­ risque pour la santé publique doit entre la question du CBD et celle de
sécurité de proximité de l’agglo­ sée pour identifier les « gestion­ La nuance a son importance, sis et à une amende de être « suffisamment établi », et ne « la légalisation du “pétard” » :
mération parisienne, Valérie Mar­ naires » qui peuvent gérer chacun puisqu’elle écarte de facto la ré­ 10 000 euros. Le CBD qu’ils ven­ peut être « fondé sur des considéra­ « Cela n’a rien à voir. »
tineau, a indiqué que le trafic de trois à quatre vendeurs et localiser glementation appliquée par daient était produit en Républi­ tions purement hypothétiques ». Le parlementaire veut faire une
crack, s’il était « marginal sur le les cuisines rudimentaires où est l’Etat français : d’après une circu­ que tchèque, à partir de plants de Autrement dit, « la Cour ne laisse proposition d’évolution régle­
plan quantitatif » – 444 kg de dro­ fabriqué le crack. laire prise en 2018, seules les fi­ chanvre cultivés légalement et pas véritablement de marge de mentaire dans le cadre d’un rap­
gue saisis depuis début 2020 dont Quant aux consommateurs in­ bres et les graines de la plante de utilisés dans leur intégralité, manœuvre, estime Yann Bisiou, port sur le CBD qu’il doit remet­
1,6 kg de crack – « très localisé » – terpellés, ils peuvent être visés par chanvre peuvent faire l’objet feuilles et fleurs incluses. enseignant­chercheur à l’univer­ tre pour la mission d’informa­
les 10e, 18e et 19e arrondissements une mesure d’interdiction de pa­ d’une utilisation – l’essentiel du « C’est une étape importante, réa­ sité Paul­Valéry à Montpellier et tion, d’ici à décembre. « Sinon,
représentent 85 % des infractions raître dans les lieux de vente, qui CBD se trouve ailleurs, dans la git, soulagé, Antonin Cohen, spécialiste du droit de la drogue. on va juste continuer à regarder
liées au crack sur la capitale –, était sera ensuite inscrite au fichier des fleur de la plante. Le CBD fait par­ aujourd’hui à la tête d’une autre Que ce soit l’Agence nationale de passer les trains, insiste­t­il. Sans
pour autant « un phénomène très personnes recherchées. Ils peu­ tie des centaines de cannabinoï­ entreprise domiciliée en Angle­ sécurité du médicament ou l’Orga­ pouvoir lancer de production chez
visible, accentué par le confine­ vent en outre faire l’objet d’une in­ des présents dans le cannabis, terre, Harmony, commercialisant nisation mondiale de la santé, les nous, alors qu’il est certain qu’on
ment, qui affecte la physionomie jonction thérapeutique alterna­ mais à l’inverse du principe actif des produits à base de CBD, et positions sont les mêmes : il n’y a sera obligé d’accepter les importa­
de la voie publique ». Elle a précisé tive aux poursuites, comme ce fut le plus connu de la plante, le membre du Syndicat du chanvre. aucun risque avéré pour la santé tions de CBD venant d’autres pays
les actions « protéiformes » qui le cas pour 355 d’entre eux depuis « THC » aux effets euphorisants, Cela doit permettre enfin de garan­ publique avec le CBD ». Difficile européens. » 
étaient menées notamment avec le début de l’année. Interrogés sur il n’a pas d’effets psychotropes. tir la sécurité des consommateurs dès lors, d’après le juriste, d’imagi­ camille stromboni
la sûreté régionale des transports le sujet, MM. Lallement et Heitz se
et les effectifs de nuit de la brigade sont dits opposés à l’ouverture
anticriminalité de Paris. d’une nouvelle salle de consom­
En concertation avec la Mairie de mation à moindre risque à Paris. 
Paris, des aménagements sont en simon piel
Des peines de prison ferme pour cause
de défaut d’attestation à Dunkerque
Sous le haut patronage de Deux hommes, interpellés pour la quatrième fois sans attestation, ont été placés en détention
Monsieur Emmanuel MACRON
Président de la République

lille ­ correspondance déjà été condamné à trois mois de


prison ferme lors du premier con­
« La condamnation Au printemps déjà, quelques
cas de non­respect du confine­
& à une peine de
I nterpellation, garde à vue,
comparution immédiate et, à
la clé, une peine de prison
ferme. Tony W., un Dunkerquois
finement, en avril, pour les mê­
mes faits. Cette fois il a été con­
damné à deux mois ferme.
La violation du confinement est
prison est une
exception qui
ment avaient débouché sur des
peines de prison ferme : quatre
mois en avril pour un jeune
homme de Melun qui en était
La Semaine de de 22 ans, avait été contrôlé sa­
medi 14 novembre pour la qua­
punie d’une amende de 135 euros,
portée à 200 euros en cas de réci­
s’adresse aux cas à son quatorzième défaut d’at­
testation ; deux mois pour un
l’Économie Positive trième fois par la police, sans at­
testation de déplacement déro­
dive dans les quinze jours. Après
trois infractions dans le mois,
les plus compliqués
et aux casiers
habitant de Nemours (Seine­et­
Marne), lui aussi contrôlé
Du 16 au 20 gatoire valable. Présenté devant
un juge du tribunal de Dunker­
l’amende passe à 3 750 euros et
une peine de six mois de prison les plus lourds »
huit fois sans attestation ; et jus­
qu’à huit mois pour une habi­
novembre 2020 à 19h que (Nord), il a été condamné à est possible, mais reste rare. « La SÉBASTIEN PIÈVE tante d’un village de l’Aude égale­
ce titre à deux mois de prison condamnation à une peine de pri­ procureur de Dunkerque ment contrôlée de multiples
PODCAST avec mandat de dépôt. Connu des son est une exception qui s’adresse fois sans attestation et reconnue
CE SOIR services de police, le jeune aux cas les plus compliqués et aux en outre coupable de harcèle­
homme, dont le casier judiciaire casiers les plus lourds », précise au ment moral et d’outrage à per­
EPISODE 5 comporte douze condamna­ Monde le procureur de Dunker­ d’augmentation de la fréquence sonne dépositaire de l’autorité
tions, notamment pour des affai­ que, Sébastien Piève. En deux des contrôles, « après la période publique.
Lutter contre la pauvreté res de stupéfiants, devait déjà semaines, cinq peines ont été de pédagogie, on est sur un Pour l’essentiel, le non­respect
par le biais de l’éducation exécuter deux peines antérieures prononcées par le tribunal de la rythme normal de verbalisation ». du confinement se solde par des
de six mois chacune, ce qui l’amè­ ville pour non­respect du confi­ Les cas ayant abouti à un traite­ amendes, qui se multiplient. Le
nera à séjourner au total qua­ nement. « Il y a eu deux peines ment judiciaire ont principale­ ministère de l’intérieur précise
torze mois à la maison d’arrêt. d’emprisonnement ces derniers ment eu lieu la nuit, dans des qu’au 16 novembre, 152 000 pro­
L’histoire, utilisée par la police jours mais la majorité sont des tra­ quartiers d’habitats collectifs. cès­verbaux ont été établis pour
nationale du Nord pour commu­ vaux d’intérêt général », nuance Quant au profil des prévenus, le des infractions au décret de re­
niquer sur les réseaux sociaux, a M. Piève. « On aura peut­être huit parquet de Dunkerque note qu’il confinement. L’immense majo­
provoqué de nombreuses réac­ cas au total pour cette deuxième s’agit majoritairement d’hom­ rité des cas (141 069 infractions,
tions. C’est le second cas en quel­ vague de confinement contre le mes, jeunes, qui ont déjà un casier soit 92 % de ce total) concernent
RDV chaque soir à 19h ques jours de prison ferme pour double lors du premier confine­ et qui, pour la grande majorité, re­ « des déplacements individuels »,
non­respect du confinement ment », assure le procureur. connaissent qu’ils n’ont pas res­ donc des défaut d’attestation. En­
wwww.institut-economiepositive.com dans la ville : Hakim S., un autre pecté le confinement car ils préfè­ viron 10 000 amendes ont été
www.lemonde.fr Dunkerquois âgé de 29 ans, a été Réponses juridiques immédiates rent rester dehors. Pour autant se­ dressées pour défaut du port du
arrêté le 12 novembre après un La politique pénale en matière de lon lui, « il n’y a pas d’excès de zèle masque, soit moins de 7 % des
quatrième contrôle pour viola­ non­respect des mesures de con­ de la part des forces de l’ordre, cas. Plus rares, 471 verbalisations
tion du confinement en quelques finement fait l’objet d’un durcis­ d’ailleurs aucun des individus ne concernent des ouvertures irré­
jours. Lui aussi a été placé en dé­ sement avec des réponses judi­ parle de contrôle abusif. Si au bout gulières d’établissements ou de
tention le lendemain, à l’issue de ciaires immédiates. Les services d’un ou deux contrôles, la per­ lieux de réunion. 
sa comparution selon la procé­ de police de Dunkerque indi­ sonne n’a pas compris, c’est qu’elle samuel laurent (à paris)
dure de plaider­coupable. Il avait quent ainsi que s’il n’y a pas eu tire vraiment sur la corde… » et laurie moniez
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 france | 15

Face aux juges, Jonathann Daval Au procès de l’attentat


du Thalys, le guitariste
reconnaît l’intention d’homicide et le terroriste
L’accusé a cessé de prétendre que la mort de son épouse était un « accident » Le tribunal entendait, jeudi, les premiers
passagers à avoir tenté d’arrêter El­Khazzani
vesoul ­ envoyé spécial si particulière de l’accusé che­ de jeune fille d’Alexia) les respon­
« Même à l’heure

V
ous vous sentez mieux
qu’hier soir ?
– Pour le moment,
oui. »
vrote de plus en plus.
« Donc vous l’avez saisie par le
cou ?
– Par le cou. J’ai serré. Du mo­
ment que j’ai commencé à serrer,
actuelle, j’ai du
mal à admettre
que je l’ai fait »
sables de la mort de la jeune
femme. « Vous avez imaginé ça
tout seul ? » L’avocat semble per­
suadé de l’implication de la fa­
mille Daval. « Tout seul », répond
C omment teniez­vous la ka­
lachnikov ? » La frêle sil­
houette de Mark Mooga­
lian s’éloigne du micro et mime.
On jurerait qu’il tient une guitare.
« Je pensais qu’il
allait me mettre
une balle dans la
Jonathann Daval avait repris des j’ai maintenu. Le temps, on l’a es­
JONATHANN DAVAL
Jonathann, moins spontané que Professeur d’anglais, ce Franco­ tête. J’attendais.
couleurs, jeudi 19 novembre, timé à quatre minutes, mais moi, jamais. « Essayez de vous libérer Américain de 56 ans au timbre dé­
après le malaise vagal qui, la sur le coup, je peux pas vous esti­
accusé
un peu, on sent que vous êtes blo­ licat est aussi musicien. Le
Et puis, rien »
veille, avait mis fin à son interro­ mer le temps. Quand j’ai senti qué. C’est le dernier moment, es­ 21 août 2015, il a tenu entre ses MARK MOOGALIAN
gatoire au bout d’une demi­heure qu’elle s’affaissait, j’ai relâché. loin de suffire à la famille d’Alexia, sayez de vous lâcher, qu’on sorte doigts une arme de guerre. De­ professeur franco-américain
de réponses succinctes marmon­ – Quatre minutes, c’est long. » pour qui trop de points contesta­ d’ici avec des certitudes. » Dix mi­ puis ce jour, certains accords « de
nées face à un auditoire frustré. Il murmure presque ses répon­ bles subsistent, sur lesquels trop nutes de vaines tentatives plus débutants » lui échappent. L’in­
Vingt­quatre heures plus tard, de­ ses désormais. d’incohérences discréditent les tard, l’avocat se rassoit : « C’est pas dex de sa main gauche ne répond tiré dans le dos », explique le musi­
vant la cour d’assises de la Haute­ « Sur le coup, je me rendais pas explications de l’ancien gendre la peine de vous parler, vous dites plus comme avant. La balle qui l’a cien, sans un regard pour le terro­
Saône, neuf questions sur dix ont compte, j’étais vraiment en colère. adoré. Alors les débats replongent deux trois mots, vous ne profitez traversé à bord du Thalys Amster­ riste, qui l’écoute dans le box des
de nouveau obtenu une réponse – Au point d’obtenir… dans l’extrêmement intime. pas des perches qu’on vous tend. » dam­Paris aurait pu le tuer. accusés. La balle lui brise deux cô­
de quatre mots maximum, mais – La mort. Comment Alexia aurait­elle pu Quand l’avocat général, Emma­ Jeudi 19 novembre, la cour d’as­ tes et ressort par le cou. « C’était
au moins le président de la cour, – C’est donc la mort que vous demander à Jonathann de faire nuel Dupic, se lève à son tour, il sises spéciale de Paris a com­ comme si je flottais dans les airs,
Matthieu Husson, a­t­il pu toutes vouliez ? l’amour alors que l’autopsie dé­ rappelle que « sur la question du mencé à entendre les parties civi­ poursuit Mark Moogalian. J’ai eu
les poser. Et Jonathann Daval, qui – Ben oui. montre que juste avant sa mort, pourquoi, nous n’avons pas encore les de l’attentat du Thalys, pour le temps de penser à des choses : je
encourt la réclusion à perpétuité – Qu’on soit bien clair. Vous avez elle avait inséré en elle son traite­ obtenu de réponse », puis attaque l’essentiel des passagers dont l’in­ pensais que j’allais mourir, mais
pour le meurtre de son épouse, serré son cou jusqu’à la mort, ment de procréation médicale­ frontalement : « Je ne crois pas que tervention a sans doute permis j’étais content de la vie que j’avais
Alexia, a fait un pas en avant : il parce que dans votre état de colère, ment assistée – un ovule gynéco­ ce soir­là, Alexia Daval vous a solli­ d’éviter un massacre. Dans son menée jusque­là. »
a reconnu l’intention homicide vous vouliez la mort ? logique – incompatible avec un cité pour une relation sexuelle. Ce costume noir négligé, Mark Moo­
qu’il avait jusqu’à présent niée. – Oui. » rapport sexuel ? Et la tenue de n’est pas possible. Vous mentez. galian tient à faire une déclara­ « J’ai commencé à faire un rêve »
Guidé par le président, l’accusé sport qu’elle portait lorsqu’on a – Non. » tion avant de répondre aux ques­ Il se réfugie entre deux sièges à
de 36 ans déroule sa version de la « Panique » retrouvé son cadavre, n’est­ce pas Un quart d’heure plus tard, il se tions. Il raconte, comme on ra­ côté d’un passager. Le sang jaillit
nuit fatale à Alexia. La dispute qui Il racontera ensuite la « panique », Jonathann qui la lui a mise après rassoit, il bredouille, et lance : conte un songe, comment il s’est de son cou. Des pensées absurdes
éclate à la maison sur fond de le chargement du cadavre dans l’avoir tuée, afin de maquiller un « Vous êtes désormais l’incarna­ retrouvé avec le fusil d’assaut de lui viennent. Il songe à son voi­
crise de couple ; elle qui réclame « le Nemo », son utilitaire, et la fa­ assassinat en meurtre de jog­ tion des conjoints qui font dispa­ l’assaillant, la balle qui est ressor­ sin : « Le pauvre, je lui ai mis plein
une relation sexuelle ; lui qui la re­ çon dont il traînera le corps par geuse ? Et le sperme de Jonathann raître le corps de leur compagne, tie par son cou, le sang qui en a de sang sur sa chemise. » Il attend.
fuse ; elle qui souligne son ab­ les pieds dans la forêt avant d’y retrouvé dans son vagin ? Et les qui ont commis un féminicide. Il va jailli et le rêve qu’il a fait en sen­ Il se dit qu’il a « raté [son] coup ».
sence de désir pour elle ; lui qui mettre le feu et de s’en aller. traces de médicaments décelées falloir le porter, monsieur Daval. » tant venir la mort. El­Khazzani récupère sa kalach­
tente de fuir le conflit en quittant « C’est particulièrement violent, dans ses cheveux ? Face aux soupçons de prémédi­ Il est environ 17 h 45. Mark Moo­ nikov tombée au sol. Mark Moo­
le domicile. dit le président. L’instruction – un médecin lé­ tation ou de viol que le verdict ne galian et son épouse, de retour galian le voit s’approcher. Il baisse
« J’ai pris les clés du véhicule, elle – Oui. C’est comme si on tirait un giste et un toxicologue ont témoi­ suffira pas à éteindre dans toutes d’une escapade à Amsterdam, la tête pour ne pas vivre ses der­
m’a empêché, elle m’a fait des re­ vulgaire sac à patates. » Jona­ gné en ce sens mardi – a beau les têtes, Randall Schwerdorffer, sont installés voiture 12 près de la niers instants dans les yeux de
proches comme quoi que je suis thann Daval se met à pleurer, puis avoir écarté la préméditation, avocat de Jonathann Daval, tente porte qui donne sur le sas où se son bourreau. « Je pensais qu’il al­
pas un homme, que je veux pas af­ souffle : « Ouais, c’est dégueulasse. l’empoisonnement ou le viol, calmement de clore le débat : trouvent les toilettes. Une dizaine lait me mettre une balle dans la
fronter la situation, que je suis un Même encore à l’heure actuelle, j’ai faute de charges suffisantes, la fa­ « Nous plaidons coupable pour de minutes plus tôt, Mark a tête. J’attendais. Et puis, rien. » Der­
moins que rien. » Il tente de récu­ du mal à admettre que je l’ai fait. » mille d’Alexia s’y accroche. Les meurtre. Mais nous souhaitons aperçu un homme entrer dans les rière le box vitré, à moins de trois
pérer les clés qu’elle lui a prises. Ainsi Jonathann Daval a­t­il quatre avocats se relaient pour que les faits soient circonscrits à ce W.­C. avec une valise à roulettes et mètres du témoin, le regard d’El­
« Elle m’a mordu le bras, j’ai pété un cessé de prétendre que la mort de pousser l’accusé à parler. Tous fi­ qui est reproché à M. Daval. » a trouvé cela « étrange ». Il se dé­ Khazzani se perd dans le vague.
câble. » Viennent les coups. « Des son épouse était « un accident ». nissent par jeter l’éponge, exaspé­ Quant à Me Ornella Spatafora, cide à entrer dans le sas. Un autre « Pourquoi il ne vous a pas
coups de poing, dit­il. L’hypothèse un temps avancée rés par ses dénégations qui tien­ l’autre avocate de l’accusé, elle cite passager, Damien A., attend son achevé ? », intervient l’avocate du
– Poings fermés ? par ses avocats de plaider les « vio­ nent parfois en un mot, ses ré­ une phrase à l’endroit de ses con­ tour. Cet employé de banque très terroriste, Sarah Mauger­Poliak,
– Oui. lences volontaires ayant entraîné ponses prononcées en pilote frères d’en face, qui ont reproché à discret, premier héros méconnu dont la défense s’articule sur l’hy­
– C’était la première fois ? la mort sans intention de la don­ automatique, son air impassible son client d’avoir caché son crime du Thalys, a demandé à garder pothèse qu’El­Khazzani n’enten­
– C’est la première fois que je me ner » a disparu. Grâce à cette stra­ dont on ne sait pas bien s’il ex­ pendant trois mois : « “Vous savez, l’anonymat et n’a pas souhaité té­ dait tuer que des militaires améri­
battais. tégie de défense vieille comme la prime la léthargie ou l’effroi. quand on a ça sur l’estomac, ça peut moigner au procès pour « raisons cains, et non des civils. « Parce que
– Vous n’étiez pas en train de justice – lâcher du lest sur un Gilles­Jean Portejoie, le plus ex­ pas sortir.” Elle est de quelqu’un qui émotionnelles » : le président a lu l’arme ne fonctionnait pas », ré­
vous battre, vous étiez en train de point difficilement contestable périmenté du quatuor, ques­ avait bien compris : Me Jean­Marc à l’audience ses déclarations aux pond Mark Moogalian, qui dit
tabasser quelqu’un », corrige le pour mieux réfuter les plus liti­ tionne l’accusé sur la théorie du Florand. » Le premier avocat de la enquêteurs. avoir entendu des « bruits métalli­
président. gieux –, ils donnent aux jurés un complot familial qu’il avait inven­ famille d’Alexia.  ques » provenant du fusil. Le pro­
Vient la strangulation, et la voix gage de bonne volonté. Mais c’est tée pour faire des Fouillot (nom henri seckel « Caméra cachée » fesseur d’anglais entend alors
Le loquet tourne. Lentement, la « des pieds qui viennent en vi­
porte s’ouvre. Ayoub El­Khazzani, tesse ». Il s’agit de Spencer Stone,
un djihadiste marocain formé en un militaire américain en vacan­
Syrie, surgit torse nu des toilettes. ces. Le GI se précipite sur l’as­

Le gouvernement a trois mois pour prouver Il porte un sac à dos sur le ventre,
« comme on porte un enfant », dira
Damien A. Sur le sac repose un fu­
saillant, qu’il finira par immobili­
ser avec l’aide de deux amis et
d’autres passagers.
sil d’assaut. Les trois hommes se A un moment indéterminé,

qu’il respecte ses engagements climatiques regardent. Damien A. pense à une


« caméra cachée ». Il sourit. Mark
Moogalian est persuadé qu’il s’agit
sans doute pendant le corps­à­
corps entre le GI et le terroriste,
Mark Moogalian lève la tête au­
d’un « déguisement » : « On venait dessus d’un siège, et aperçoit en
Le Conseil d’Etat demande à l’exécutif de démontrer qu’il pourra tenir ses objectifs d’Amsterdam, on ne sait jamais », miroir, à l’autre bout du wagon,
glisse­t­il, provoquant quelques ti­ Isabelle lever la tête aussi. « C’était
mides rires dans la salle. comme se regarder soi­même,

L’ Etat va devoir rendre des


comptes sur ses politiques
de lutte contre le change­
ment climatique et ses engage­
ments en matière de réduction
climatique », surtout à des risques
de submersion.
Le Conseil d’Etat relève que si la
France s’est engagée à réduire ses
émissions de 40 % d’ici à 2030,
(CNRS) à l’Institut des sciences ju­
ridiques et philosophiques de la
Sorbonne. A partir de maintenant,
le juge contrôle l’action de l’admi­
nistration pour respecter ses objec­
L’audience pourrait se tenir au
printemps ou à l’été, après la déci­
sion du Conseil d’Etat.
Le ministère de la transition éco­
logique a indiqué, jeudi, qu’il ré­
La blague ne dure pas. « Instincti­
vement », Damien A. se rue sur
l’assaillant et le plaque contre une
paroi : « J’ai du rester une dizaine
de secondes dans cette position en
mais c’était mon épouse. Je lui ai
dit : “C’est fini.” » Il perd connais­
sance et rejoint le souvenir de sa
mère, morte deux mois plus tôt.
« J’ai commencé à faire un rêve de
des gaz à effet de serre. Dans une « elle a, au cours des dernières an­ tifs climatiques et il lui demande pondra au Conseil d’Etat. Il précise lui serrant le cou des deux mains ma première maison, de ma mère,
décision inédite rendue jeudi nées, régulièrement dépassé les de se justifier. » que le plan de relance et le futur autant que je le pouvais. (…) C’est à et j’ai oublié le train. Puis je me suis
19 novembre, le Conseil d’Etat plafonds d’émissions qu’elle s’était projet de loi traduisant les propo­ ce moment­là que j’ai senti de ma­ dit si tu n’ouvres pas les yeux, tu ne
donne trois mois au gouverne­ fixés et que le décret du 21 avril 2020 Se justifier à la barre sitions de la convention citoyenne nière assez brève sa faiblesse et les ouvriras plus jamais. J’ai donc
ment pour « justifier que la trajec­ a reporté l’essentiel des efforts de ré­ A l’issue de l’instruction supplé­ pour le climat « doivent permettre que j’ai compris que j’avais une quitté la maison, en m’excusant
toire de réduction à horizon 2030 duction après 2020 ». Aussi, avant mentaire de trois mois, le Conseil à la France d’atteindre les objectifs sorte d’ascendant sur lui : ses yeux auprès de ma mère, et je suis re­
pourra être respectée ». La France de statuer définitivement sur la re­ d’Etat demandera au gouverne­ climatiques fixés ». Le Haut Conseil ont commencé à clignoter, sa tête venu dans le train. »
s’est engagée à diminuer ses émis­ quête, la juridiction demande au ment de se justifier à la barre sur pour le climat a estimé, en juillet, a tourné un peu vers le côté gauche Après avoir immobilisé Ayoub
sions de 40 % par rapport aux ni­ gouvernement de « justifier, dans l’efficacité de ses politiques publi­ que la France n’est pas sur la bonne et ses jambes flageolaient. » El­Khazzani, Spencer Stone, qui
veaux de 1990 et à atteindre la un délai de trois mois, que son refus ques. Si la plus haute juridiction trajectoire pour atteindre la neu­ Témoin du déclenchement de doit être entendu vendredi, se
neutralité carbone d’ici à 2050. de prendre des mesures complé­ n’est pas satisfaite des réponses, tralité carbone d’ici à 2050. Les ob­ ce qu’il appelle à la barre une « ba­ porte au secours de Mark Mooga­
En janvier 2019, la ville de Gran­ mentaires est compatible avec le « elle pourra enjoindre à l’Etat de jectifs pour la période 2019­2023 garre », Mark Moogalian réalise lian. Il lui enfonce deux doigts
de­Synthe dans le Nord (et son an­ respect de la trajectoire de réduc­ prendre des mesures pour rectifier ont été revus à la baisse, ce qui que « c’est pour de vrai ». Il pense à dans le cou pour arrêter l’hémor­
cien maire, désormais député tion choisie pour atteindre les ob­ la trajectoire, relevant du champ ré­ « conduit à reporter l’essentiel de sa femme. De peur qu’Isabelle ragie. « On est resté comme ça jus­
européen EELV, Damien Carême) jectifs fixés pour 2030 ». glementaire », précise Guillaume l’effort après 2020, selon une trajec­ prenne « une balle perdue », il lui qu’à la gare d’Arras », raconte le
avait saisi le Conseil d’Etat d’un re­ « Cette décision est historique Hannotin, avocat au Conseil d’Etat toire qui n’a jamais été atteinte jus­ lance à travers la porte « Va­t­en, blessé, qui sera pris en charge par
cours visant « l’inaction climati­ dans la mesure où, désormais, on et conseil de « L’affaire du siècle ». qu’ici », note le Conseil d’Etat. c’est du sérieux ! » et retourne dans les secours à l’arrêt du train.
que » de la France. Ce dernier fait passe à une obligation de résultats, A l’instar des villes de Paris et de La haute juridiction a toutefois le sas prêter main­forte à Da­ A l’issue de ce récit, l’avocate d’El­
suite au refus du gouvernement et pas seulement de moyens, en Grenoble, les associations de rejeté plusieurs demandes des re­ mien A. « A ce moment, les choses Khazzani demande à la cour si son
de répondre à la demande des re­ matière de lutte contre le change­ « L’affaire du siècle » se sont join­ quérants. Faute de précisions suf­ sont un peu floues. J’ai fini par client peut s’adresser au témoin.
quérants de prendre des mesures ment climatique », commente l’an­ tes au recours. Après avoir lancé la fisantes, elle a notamment estimé m’emparer de l’AK47, mais je ne « Il attend ce moment depuis long­
supplémentaires pour respecter cienne ministre de l’environne­ pétition éponyme (plus de 2 mil­ qu’elle ne pouvait pas se pronon­ sais pas comment. » Il revient temps », précise­t­elle, espérant un
les objectifs de l’accord de Paris sur ment Corinne Lepage, l’avocate de lions de signatures en un mois), les cer sur l’obligation de « priorité cli­ dans la voiture 12 en lançant : « I moment d’audience. Elle se
le climat. La haute juridiction a Grande­Synthe. ONG Notre affaire à tous, matique », c’est­à­dire de donner got the gun [j’ai l’arme]. » tourne vers Mark Moogalian :
jugé recevable la requête de Gran­ « La décision du Conseil d’Etat Greenpeace, Oxfam et la Fonda­ une primauté à la lutte contre le C’est à ce moment – il n’a encore « Est­ce que vous acceptez que
de­Synthe – mais pas celle de Da­ marque un avant et un après en tion Nicolas Hulot avaient déposé changement climatique sur fait que quelques pas – qu’il en­ mon client s’adresse à vous ?
mien Carême –, estimant la com­ matière de contentieux climati­ en mars 2019 un recours devant le d’autres intérêts.  tend une détonation. Ayoub El­ – Je ne l’accepte pas », répond le
mune littorale « particulièrement que, confirme Marta Torre­ tribunal administratif de Paris audrey garric Khazzani vient de dégainer son guitariste. 
exposée aux effets du changement Schaub, directrice de recherche pour « carence fautive » de l’Etat. et stéphane mandard pistolet Luger. « Quelqu’un m’a soren seelow
ÉCONOMIE & ENTREPRISE
0123
16 | SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

Des relocalisations… encore insuffisantes
Alors que le gouvernement annonce 31 réimplantations d’usines, de nombreux sites sont en sursis ou ferment

S
ur le front de l’industrie,
les jours se suivent et ne
Bercy a aidé
se ressemblent pas. Jeudi 394 projets,
12 novembre, la direction
de Bridgestone a fermé la porte à
soit 372 millions
tout espoir de sauver l’usine de d’euros d’aides
Béthune (Pas­de­Calais) et ses
863 emplois directs. Mercredi 18,
et 1,5 milliard
Vallourec annonçait à son tour d’investissements
la fermeture de son usine de
Déville­les­Rouen (Seine­Mari­
industriels
time), supprimant 180 emplois.
Jeudi 19 novembre, Bercy annon­
çait les premiers projets retenus
par le gouvernement dans le tives de reclassement aux sala­
cadre du volet industriel de riés des sites fermés, analyse­t­il.
« France Relance », doté de Moyennant éventuellement un
35 milliards d’euros. effort de formation des em­
Ces trente et un premiers pro­ ployeurs ou de mobilité géogra­
jets relèvent des cinq secteurs (la phique des salariés.
santé, l’agroalimentaire, l’électro­
nique, les intrants industriels et la « Une mine d’incertitudes »
5G) jugés « critiques » pour la sou­ La dynamique globale, confirme
veraineté de la France par le mi­ Olivier Lluansi, ancien délégué
nistère de l’économie. Bénéfi­ aux territoires d’industrie et as­
ciant d’un soutien public de socié au sein du cabinet Strategy
140 millions d’euros, ils totalisent &, va plutôt dans le bon sens. « Il
680 millions d’euros d’investisse­ y a de l’appétence pour ces dispo­
ments productifs et devraient sitifs d’aides, avec un nombre
permettre la création de 1 800 de projets très élevé », souligne­
emplois directs et le maintien de t­il. En témoigne l’afflux de dos­
plus de 4 000 emplois industriels, siers – pas moins de 6 500 – arri­
répartis sur tout le territoire. vés à Bercy dans le cadre de ces
« Les dispositifs de soutien à l’in­ appels à projets. Ils concer­
vestissement industriel que nous nent non seulement les projets
avons mis en place rencontrent de relocalisation, mais aussi
un succès massif et se traduisent d’autres appels à projets lancés
par des résultats concrets, se sont dans le cadre du plan de relance
félicités dans un communiqué pour l’innovation ou la moderni­
commun le ministre de l’écono­ sation de sites.
mie, Bruno Le Maire, et la minis­ Au total, Bercy a aidé, dans le ca­
tre déléguée à l’industrie, Agnès dre de tous ces appels à projet,
Pannier­Runacher. Nos entre­ quelque 394 projets, représen­
prises industrielles ont des pro­ tant 372 millions d’euros d’aides
jets, elles sont prêtes à prendre des et 1,5 milliard d’investissements
risques malgré un contexte diffi­ industriels. D’ici à la fin 2020, le
cile et incertain. » chiffre de 2 milliards d’euros d’in­
puis le début de la pandémie. Et 1er mars, environ 65 800 ruptures sites que ça », tempère Patrick vestissements devrait même
22 000 créations d’emplois
« Même si on en une chose semble sûre, en fin de contrats de travail ont été en­ Georges, chargé des mutations être atteint, selon le ministère de
Un satisfecit qui risque toutefois parle beaucoup, d’année, la France devrait perdre visagées dans le cadre de PSE, soit industrielle et territoriale du ca­ l’économie. La question est
d’être diversement interprété bien moins de postes industriels plus du double par rapport à la binet LHH. Pour cet expert des maintenant de savoir dans quelle
par les salariés des usines mena­
il n’y a pas tant qu’en 2009, lors de la crise finan­ même période de 2019. restructurations, la France béné­ mesure la dynamique sera réen­
cées ou bientôt fermées, qu’il de fermetures cière, lorsque 39 000 emplois de ficie plutôt d’un alignement iné­ clenchée à l’issue du second
s’agisse de celle de Bridgestone, ce type avaient disparu. Formation ou mobilité dit des astres : des sites prêts à confinement.
de Vallourec, mais aussi de Laté­
de sites que ça » Parallèlement, les chiffres de la De plus, depuis début mars, près accueillir de nouvelles implanta­ Autre inconnue, ce qui se pas­
coère, à Toulouse, de Siemens, PATRICK GEORGES Dares indiquent qu’après un re­ de 4 500 procédures de licencie­ tions, des compétences et des sera au fur et à mesure que les me­
au Havre (Seine­Maritime) ou chargé des mutations cul à la mi­octobre, le nombre ment collectif pour motif écono­ équipements disponibles, des fi­ sures de soutien (chômage par­
d’Inteva Products, à Saint­Dié­ industrielles et territoriales hebdomadaire de plans de sauve­ mique, hors PSE, ont été noti­ nancements en abondance et tiel, prêts garantis par l’Etat, etc.)
des­Vosges (Vosges). du cabinet LHH garde de l’emploi (PSE) initiés est fiées aux services du ministère une volonté politique. seront arrêtées. De nombreuses
Selon les données compilées reparti légèrement à la hausse la du travail. Mais la construction Avec, en moyenne, 58 emplois défaillances d’entreprises fragili­
par Trendeo, les annonces de fer­ dernière semaine d’octobre. On et l’industrie ne représentent créés par nouveau site, alors que sées par la crise sont attendues.
metures ou les fermetures effec­ sions atteignent le chiffre signifi­ dénombre près de trente PSE qu’un peu moins d’un tiers de ce ceux qui ferment compteraient, « Nous sommes face à une mine
tives dans l’industrie manufac­ catif de 42 000 postes, elles sont hebdomadaires, contre un peu total. « Même si on en parle beau­ en moyenne, 60 à 100 emplois, d’incertitudes », insiste Olivier
turière, depuis mars, représen­ en partie compensées par un peu moins de vingt, en moyenne, au coup et que cela produit un effet la balance est même relative­ Lluansi. L’industrie française est
tent, en solde net, quelque 19 500 plus de 22 000 créations d’em­ cours des deux semaines précé­ psychologique catastrophique, il ment équilibrée, juge M. Geor­ plus que jamais sur le fil. 
emplois détruits. Si les suppres­ plois industriels enregistrées de­ dentes. En cumul depuis le n’y a pas tant de fermetures de ges. De quoi donner des perspec­ béatrice madeline

A Saint­Dizier, l’écœurement des derniers salariés d’Yto


L’usine de machinisme agricole, rachetée par les Chinois en 2011, a été « mise en sommeil » cet été après de multiples restructurations

saint­dizier (haute­marne) ­ cenciement. Ils font partie de l’ul­ la machine­outil Sinomach, Yto piller notre savoir­faire », avan­ « Ils ont acheté sement n’est plus active. Certains
envoyée spéciale time vague de suppressions de propose de reprendre tout le per­ cent­ils. « On avait vingt ans sont d’autant plus amers qu’un
postes, de 36 salariés, annoncée le sonnel et promet 400 embauches d’avance sur leur technologie, ap­ l’usine avec les départ volontaire en 2019 à la

O livier Cartier se souvient


avec nostalgie des trac­
teurs rouges alignés sur
la zone de stockage de l’usine,
qu’il pouvait observer de chez
10 juillet par Yto France. Ensuite,
l’usine, à l’arrêt depuis le 17 mars,
jouera la belle endormie. Yto l’a,
en effet, officiellement « mise en
sommeil ». Pourquoi ? Est­elle en
à l’horizon 2015.
Mais à partir de 2015, à nouveau,
les restructurations se succèdent.
Jusqu’à ce qu’un espoir renaisse :
Yto lance un nouveau modèle de
puie Olivier Cartier, délégué syn­
dical CFDT. On a su plus tard que
lorsque les Chinois recevaient nos
transmissions, ils les démontaient
pour savoir comment elles étaient
brevets pour
piller notre
savoir-faire »,
place d’un collègue licencié leur a
été refusé « pour le Mancel ».
Parmi les licenciés de 2019,
« seul un tiers d’entre eux environ
a retrouvé du travail », estime
lui quand il était enfant. vente ? « On ne nous a donné tracteur, le Mancel, répondant faites, puis les remontaient, mais avancent les M. Armenio. La plupart des an­
Aujourd’hui, tout est vide. Der­ aucune explication », déplorent aux normes européennes, devant mal. Elles cassaient. » derniers salariés ciens salariés ont plus de 50 ans et
rière le grillage de cet espace de ces représentants du personnel. être commercialisé au printemps craignent de ne pas retrouver
plus de 200 000 m², le long bâti­ Le site n’avait plus qu’une activité 2020. Il est présenté au Salon in­ Préretraite amiante d’emploi. Ils attendront la prére­
ment de l’administration, sur­ mineure de négoce de mini­pel­ ternational du machinisme agri­ François Cornut­Gentille, député traite amiante, dans quelques
nommé « le train bleu », semble les, qui lui avait été confiée cole (SIMA) en février 2019. « J’ai Les Républicains de Haute­Marne, curieux d’Yto, hésitant, ne se don­ mois ou quelques années, selon
mort. Le château d’eau à l’entrée en 2020 pour calmer les inquiétu­ travaillé six mois avec des heures qui fut maire de Saint­Dizier de nant pas les moyens d’une vraie leur âge et leur durée d’exposition
du site affiche encore fièrement des après une série de plans de li­ supplémentaires pour assembler 1995 à 2017, est allé plusieurs fois stratégie industrielle. » à cette fibre. Et aussi leur procès
les couleurs du propriétaire, Yto, cenciements. Sollicitée, la direc­ le Mancel », se souvient Vincent en Chine voir les patrons de l’en­ Lorsque le président chinois Xi devant les prud’hommes avec
fabricant chinois de machines tion ne nous a pas répondu. Mendola, délégué CGT. « Il y a eu treprise. Il croit connaître le motif Jinping est venu en France en vi­ l’espoir d’obtenir le même résul­
agricoles, où M. Cartier a travaillé Dernier épisode de la vie tumul­ de bons retours de la part de pro­ d’un tel fiasco. « Yto est une entre­ site d’Etat en mars 2019, chacun tat que leurs collègues licenciés
durant trente et un ans. tueuse de cette usine chère au fessionnels au salon », souligne prise de l’Etat chinois qui a long­ espérait que le dossier de Saint­ en 2015. « En janvier 2019, la cour
A Saint­Dizier (Haute­Marne), cœur des Bragards, le nom des ha­ Christophe Constantin, délégué temps vécu sur un monopole, sans Dizier serait abordé. « Je n’ai pas d’appel de Dijon leur a donné rai­
près de la base aérienne militaire, bitants de Saint­Dizier. L’entre­ CFDT licencié en 2019. « Mais deux se moderniser. Petit à petit, Yto a eu l’aide espérée », lâche le député. son en estimant leur licenciement
gît ce qui fut un fleuron du machi­ prise qui cessa en 1991 de fabri­ mois après, Yto a dit : on arrête de subi la concurrence sur son mar­ « Yto trahison », ont écrit en rouge sans cause réelle et sérieuse, se féli­
nisme agricole. Né en 1924, le site quer des tracteurs pour se spécia­ fabriquer », déplore Michel Arme­ ché domestique. J’ai compris que ce des salariés sur un mur, dans cite Philippe Brun, l’avocat des sa­
a employé jusqu’à 3 000 salariés, liser dans les transmissions, ne nio, délégué CGT. n’est pas Yto qui avait voulu ache­ l’usine. Les licenciés de 2019 ont lariés depuis près de vingt ans,
en 1982. Yto l’avait acquis en 2011. compte alors plus que 206 sala­ Les derniers salariés et leurs an­ ter l’usine mais Sinomach, pour perçu une prime de licenciement Yto n’ayant tenu aucun de ses en­
Aujourd’hui, les trois derniers sa­ riés quand Yto la rachète devant le ciens collègues licenciés se disent faire d’Yto un groupe international supra légale de 40 000 euros. gagements pris auprès du tribunal
lariés, représentants du person­ tribunal de commerce de Dijon. « dégoûtés ». « Les Chinois ont et conquérir l’Europe. D’où un Cette année, ils n’auront que de commerce. » 
nel, sont dans l’attente de leur li­ Filiale du géant d’Etat chinois de acheté l’usine avec les brevets pour mode de fonctionnement assez 15 000 euros et la cellule de reclas­ francine aizicovici
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 économie & entreprise | 17

30 % des usagers pensent Droit voisin :


accord entre Google
renoncer aux transports publics et des médias français
Cette déperdition potentielle inquiète l’Union des transports publics, L’entreprise a annoncé avoir signé des contrats
avec des éditeurs de presse, dont « Le Monde »
qui redoute des conséquences à la fois opérationnelles et financières

C’ D
est la grande crainte l’étude, l’UTP insiste sur les effets Il n’y a donc pas que du négatif epuis octobre, le ton avait médias dans un futur onglet bap­
du petit monde du
« Toutes négatifs exponentiels d’un retour dans cette étude, qui montre changé et l’ambiance tisé News Showcase. Ce compro­
transport public ur­ les enquêtes à l’automobile. En Ile­de­France, si même que 13 % des utilisateurs était au dégel. Jeudi mis a été forgé à l’issue de mois de
bain : que le Co­ 10 % seulement des passagers des actuels prendront davantage les 19 novembre, Google a annoncé négociations tendues. Fin 2019,
vid­19 décourage massivement
montrent métros, RER et trains de banlieue transports en commun qu’avant avoir conclu des accords avec « un Google a fait savoir qu’il refusait
– et surtout pour longtemps – les un désir se reportaient vers la voiture, cela la crise liée à l’épidémie. « Parmi certain nombre d’éditeurs de la de payer pour indexer des extraits
usagers de prendre leurs métros, provoquerait une augmentation les raisons qui poussent à aller presse quotidienne et des magazi­ de contenus, craignant de créer un
bus et tramways habituels. Dans
de quitter de 40 % à 80 % des véhicules rou­ vers la mobilité collective, on note nes, dont Le Monde, Courrier in­ précédent. Engageant un rapport
sa version 2020, l’étude annuelle la ville dense » lant vers Paris à l’heure de pointe, la montée très forte de la préoccu­ ternational, L’Obs, Le Figaro, Libé­ de force, le moteur de recherche a
baptisée « Observatoire de la mo­ assure l’étude. pation environnementale, qui de­ ration et L’Express ». Ces contrats, même proposé aux éditeurs mé­
THIERRY MALLET
bilité », dont c’est la septième édi­ L’autre motif d’inquiétude est fi­ vient la deuxième motivation der­ d’une durée de trois ans, couvrent contents de ne plus référencer que
PDG de Transdev
tion, risque de ne pas rassurer les nancier. L’enquête rappelle les per­ rière le classique “c’est plus prati­ les droits d’auteurs des contenus de simples liens. En face, l’Alliance
opérateurs (RATP, SNCF, Trans­ tes essuyées par le transport pu­ que”, mais désormais devant les des médias concernés, dont le était sur une ligne dure, réclamant
dev, Keolis…) et les autorités orga­ blic au printemps pendant la sai­ arguments économiques », se féli­ droit voisin créé par une directive un montant autour de 150 mil­
nisatrices (villes, métropoles, ré­ individuels motorisés sont aussi son 1 du confinement : 2 milliards cite Thierry Mallet. De quoi met­ européenne pour rémunérer la lions d’euros par an, soit la moitié
gions), c’est­à­dire les profession­ mentionnés. Au total, 16 % disent d’euros de recettes voyageurs en­ tre un peu de baume au cœur des reprise d’extraits d’articles sur les de son estimation du manque à
nels du transport en France. qu’ils choisiront la voiture et 2 % volées, les collectivités privées de professionnels du transport pu­ plates­formes en ligne comme les gagner publicitaire. Pour faire ap­
Un chiffre choc ressort de l’en­ un deux­roues motorisé. 1 milliard d’euros de rentrées fisca­ blic qui essaient de faire du label moteurs de recherche. Voté et pliquer le droit, les entreprises de
quête publiée jeudi 19 novembre Une évaporation potentielle de les (le versement mobilité). En écolo un produit d’appel pour transposé en France en 2019, ce presse ont fait appel à l’Autorité de
et menée, en septembre, auprès de trois usagers sur dix est évidem­ outre, 30 % de clients en moins ou leur activité. Ils rappellent dans dernier faisait l’objet d’un bras de la concurrence, qui, en avril, a or­
1 500 personnes habitant des vil­ ment un sujet de préoccupation passant de réguliers à occasion­ leur étude que les modes collec­ fer entre les éditeurs et le géant du donné à Google de négocier de
les de plus 50 000 habitants : 30 % pour l’Union des transports pu­ nels, cela aurait aussi des consé­ tifs émettent entre deux fois (les Web. Ces accords devraient être « bonne foi », sous trois mois – une
des voyageurs habituels des trans­ blics et ferroviaires (UTP), le syndi­ quences financières pour des en­ bus thermiques) à soixante fois suivis d’autres : « Nous sommes en décision confirmée en appel.
ports prévoient de s’en détourner cat patronal du secteur, qui a coor­ treprises dont la marge est faible et moins (les métros et tramways) discussion avec de nombreux En parallèle, le moteur de recher­
une fois la crise sanitaire passée. donné et commandé l’enquête à qui génèrent 260 000 emplois de CO2 par passager et par kilo­ autres acteurs de la presse quoti­ che a commencé à proposer à des
Un tiers des sondés comptent uti­ l’IFOP. Le chiffre est d’autant plus « non délocalisables », insiste l’UTP. mètre qu’un automobiliste. dienne nationale et régionale, ainsi grands éditeurs de rémunérer des
liser moins souvent (27 %) ou plus crédible qu’en septembre et octo­ Pour l’UTP, la crise peut aussi que de la presse magazine », assure contenus entiers publiés dans son
du tout (3 %) les transports publics, bre (soit deux mois de retour à une Label écolo être l’occasion de repenser l’offre la société dans un billet de blog. onglet Showcase. Et, en octobre,
souligne l’étude, prolongeant (en vie proche de la normale) les taux Face à ce péril, l’UTP a un objectif de mobilité en France. « Toutes les les éditeurs et Google ont fini par
l’atténuant) au­delà de la « période de fréquentation des différents ré­ principal : regagner la confiance. enquêtes montrent un désir de Scrutés de près annoncer être proches d’un ac­
virus » la tendance observée pen­ seaux de transport ont oscillé en­ « Les données scientifiques conver­ quitter la ville dense, souligne L’Alliance de la presse d’informa­ cord. Selon nos informations, l’Al­
dant le premier confinement. tre 60 % et 80 % de la normale. gent toutes vers cette conclusion : M. Mallet. Avec le développement tion générale (APIG, qui repré­ liance discutait à l’époque d’un
La crainte est d’abord opération­ les transports ne sont pas des lieux du télétravail et des mobilités acti­ sente les quotidiens nationaux, montant autour de 25 millions
« Congestion » nelle, pour les professionnels de la de contamination privilégiés, in­ ves (vélo, marche…) dans les cen­ dont Le Monde, et la presse régio­ d’euros par an. Soit un peu plus
L’enquête note en effet que deux mobilité. « Deux phénomènes sont siste M. Mallet. Non seulement un tres urbains, l’offre de transport nale, quotidienne et hebdoma­ que les 20 millions par an du fonds
tiers des utilisateurs réguliers des pour nous des points d’attention, rapport de Santé publique France le public pourrait être redéployée daire, soit environ 200 titres) pour l’innovation créé en 2013 par
transports publics ayant continué observe Thierry Mallet, PDG de confirme, mais aussi des travaux de vers les zones moins denses. Cela poursuit sa négociation d’un ac­ Google, qui dit avoir distribué au
à se déplacer au printemps ont Transdev, l’un des leaders mon­ l’American Public Transportation aurait plusieurs effets positifs. En cord­cadre, qui fixe des principes total 85 millions d’euros en France.
évité les modes collectifs et pré­ diaux du transport public, et pré­ Association, de l’université d’Ox­ périphérie, l’attractivité serait ac­ à décliner dans des accords indivi­ Ces premiers accords seront scru­
féré voiture, vélo ou marche à pied sident de l’UTP. L’accroissement de ford, du Rail Safety and Standards crue, le sentiment d’isolement de duels. « Nous sommes en train tés de près. Les représentants des
plutôt que le transport collectif du la congestion due à l’autosolisme Board britannique, de l’université la population atténuée. Dans la d’avancer vers un accord », a as­ magazines ou l’AFP veulent nouer
quotidien. Vers quels modes de et l’arrivée de vélos en grand nom­ de Boulder, dans le Colorado… » Le zone dense, les opérateurs de suré, jeudi, Pierre Louette, PDG un deal avec Google. Et tous les édi­
transport iraient ces usagers vola­ bre dans les couloirs de bus. Cela ré­ sondage montre d’ailleurs que transport seraient moins con­ du groupe Les Echos­Le Parisien, teurs français souhaitent négocier
ges à l’avenir ? Si les modes actifs et duirait la vitesse commerciale des 64 % des personnes interrogées traints par les besoins extrême­ chargé des négociations pour l’Al­ avec Facebook, Snap ou Twitter.
« doux » ont la priorité (19 % vont bus et des tramways et dégrade­ ont confiance dans leurs réseaux ment coûteux en personnel et en liance. L’organisation espère con­ Au­delà, tous les pays de l’Union
vers la marche, 8 % vers le vélo, 2 % rait la qualité de service. » Dans de transports pour assurer la sécu­ matériel de l’heure de pointe. »  clure avant la fin de l’année. Goo­ européenne doivent transposer le
vers la trottinette), les transports son communiqué accompagnant rité sanitaire à l’avenir. éric béziat gle précise que les accords cou­ droit voisin. Et l’Australie tente de
vrent les droits voisins des ex­ faire appliquer un texte similaire.
traits d’articles indexés dans son Enfin, un rapport des représen­
moteur de recherche général et tants démocrates américains prô­
son moteur de recherche d’actua­ ne aussi une rémunération des

Sidérurgie : touché de plein fouet par la crise, lités (Google News). Mais aussi la
publication de contenus par les
médias par les géants du Web. 
alexandre piquard

ThyssenKrupp supprime 5 000 emplois


Le conglomérat allemand a essuyé une perte historique de 5,5 milliards d’euros
pour son exercice 2019­2020. Le groupe envisage de céder sa brancher acier

HORS-SÉRIE
berlin ­ correspondance et de renforcer les fonds propres laissés par ses prédécesseurs. Les complète de la division acier de
du conglomérat. patrons Heinrich Hiesinger et ThyssenKrupp. D’autres offres

L es chiffres étaient attendus.


Et pourtant, l’ampleur de la
plongée dans le rouge est
vertigineuse. Le conglomérat al­
lemand ThyssenKrupp a annon­
Mais la pandémie de Covid­19 a
tout balayé. La crise a touché de
plein fouet la production d’acier
des hauts­fourneaux de la Ruhr.
La perte opérationnelle s’élève à
Guido Kerkhoff avaient démis­
sionné coup sur coup à un an d’in­
tervalle, laissant le groupe dans
une incertitude stratégique et de
gouvernance. En juin 2019, la
partielles ont été déposées.
Le directoire du groupe alle­
mand prévoit de se prononcer au
printemps 2021 sur l’avenir de la
division acier et sur un éventuel
cé, lors de la publication de ses 1,6 milliard d’euros, dont 1 milliard Commission européenne avait re­ repreneur. Martina Merz n’a ap­
résultats annuels, jeudi 19 no­ pour la seule branche acier ; 260 jeté la fusion espérée avec le paremment pas perdu tout espoir
vembre, une perte abyssale de autres millions ont été engloutis groupe indien Tata. A en croire d’obtenir l’aide du gouvernement
5,5 milliards d’euros pour son dans la crise du département de la Mme Merz, ThyssenKrupp n’aurait fédéral, avec qui elle est en discus­
exercice 2019­2020, clôturé le sous­traitance automobile. A cela donc pas encore touché le fond. sion pour mobiliser le fonds de
30 septembre. C’est, de loin, la s’ajoutent des dépréciations d’ac­ stabilisation de l’économie, créé à
plus importante de l’histoire du tifs. Le résultat net n’est ressorti Réduire les émissions de CO2 l’occasion de la pandémie… A con­
groupe. A Essen (Rhénanie­du­ positif – à 9,6 milliards d’euros – Beaucoup espèrent désormais dition de présenter un modèle
Nord­Westphalie), siège du que grâce aux milliards hérités de que l’offre de reprise de la branche d’affaire convaincant.
groupe sidérurgique et industriel la vente des ascenseurs. Pas acier, déposée mi­octobre par le Un des enjeux essentiels de la re­
à l’histoire bicentenaire, on pré­ d’autre issue, dans un environne­ groupe sidérurgique Liberty prise est de réduire les émissions
voit de supprimer 5 000 emplois ment mondial très incertain, que Steel, trouve grâce aux yeux des de CO2 de la production de l’acier
supplémentaires, en plus des de tailler encore dans les effectifs, délégués du personnel. Le minis­ et d’autres métaux. Selon l’Agence
6 000 déjà annoncés en mai 2019.
Soit un poste sur dix.
Ces annonces, dramatiques,
estiment les dirigeants du grou­
pe. Le monumental plan social
pourrait inclure, pour la première
tre de l’économie de la région
Rhénanie­du­Nord­Westphalie,
Andreas Pinkwart, a exprimé de
fédérale de l’environnement alle­
mande, 31,4 millions de tonnes de
CO2 ont été rejetées dans l’atmos­
GUERRED’ESPAGNE
UNE PASSION FRANÇAISE
surviennent au moment où le fois, des licenciements secs, un ta­ fortes réserves sur la revendica­ phère par les aciéries en 2018, soit
groupe espérait sortir enfin la bou dans un conglomérat où le tion du syndicat IG Metall, qui 6,4 % du total des émissions alle­
tête de l’eau, après des années de syndicat se considère comme le souhaite que la société soit ren­ mandes. Avec l’augmentation du
crise. Début 2020, ThyssenKrupp dépositaire de la mémoire des pre­ flouée par des fonds régionaux. prix du CO2, la question est aussi
a réussi à vendre la seule perle du mières luttes ouvrières alleman­ Dans les colonnes du quotidien une urgence économique : le ris­
conglomérat, la très profitable des, il y a un siècle. Frankfurter Allgemeine Zeitung, que, si aucun investissement
division ascenseurs, pour la co­
quette somme de 17,2 milliards
d’euros, bien plus qu’espéré.
« Nous ne sommes pas encore ar­
rivés là où nous devrions être », a
expliqué Martina Merz, la prési­
vendredi 20 novembre, il a en re­
vanche expressément donné son
soutien au projet de reprise de Li­
d’ampleur n’est entrepris rapide­
ment, est de voir l’acier made in
Germany perdre en compétitivité.
GUERRE D’ESPAGNE
Grâce au produit exceptionnel de dente du directoire du groupe. berty Steel, qualifié de « base utili­ C’est précisément un des aspects
Un hors-série du « Monde »
cette vente, le groupe pensait « Les prochaines étapes pourraient sable pour la discussion ». Son pa­ centraux de l’offre de reprise de Li­
100 pages - 8,50 €
prendre un nouveau départ, où être plus douloureuses encore que tron, le milliardaire indo­britan­ berty Steel, qui s’engage à rendre
l’acier devait occuper une place celles déjà accomplies. » Nommée nique Sanjeev Gupta, qui a déjà la production d’acier de Duisburg Chez votre marchand de journaux
centrale dans la stratégie. Le pro­ en octobre 2019, Martina Merz a mis la main sur d’anciens actifs de neutre en carbone le plus rapide­ et sur lemonde.fr/boutique
duit de la cession des ascenseurs endossé la lourde charge de met­ Tata Steel au Royaume­Uni et en ment possible. 
avait permis d’éponger les dettes tre de l’ordre dans les décombres France, a proposé une reprise cécile boutelet
0123
18 | économie & entreprise SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

PERTES & PROFITS | INDUSTRIE
Les coulisses du report par philip pe esc and e

du « Black Friday » par Amazon Une baisse


d’impôt qui fâche
Les enseignes exhortaient Matignon à les laisser rouvrir le 27 novembre
pour l’opération promotionnelle. Un report global s’est en fait imposé Le plan de relance est­il déjà à je­
ter aux orties ? Présenté en
l’on entend préserver ce qui
reste de l’industrie française. La
grande pompe en septembre, il très complète étude publiée,
avait suscité intérêt, voire l’en­ jeudi 19 novembre, par France

A
ujourd’hui, comme lendemain matin le président de grands hypermarchés, les machi­ thousiasme, de la part des ac­ Stratégie ne laisse aucun doute.
d’autres distributeurs
Le géant la République. Et il valait mieux nes à laver, ça va prendre de la teurs concernés et même des Analysant les politiques indus­
en France, en écoutant américain avait pour lui avoir en main des argu­ place », glisse­t­on dans une en­ politiques ; par son ampleur, trielles françaises sur une lon­
les recommandations ments pour assurer qu’il n’y seigne. Sans compter les campa­ 100 milliards d’euros, et par sa gue période, elle cumule les
du gouvernement, nous avons dé­
déjà retiré aurait pas de cohue dans les ma­ gnes de communication dans les portée, préparer la France de comparaisons internationales,
cidé de reporter la date du “Black sa précampagne gasins s’ils ouvraient rapidement. médias à interrompre. « Ça va être 2030. Mais le long terme a été les considérations macroécono­
Friday” si cela permet de rouvrir En face, la grande distribution un bordel sans nom », résume un rattrapé par le court terme. miques et les plongées sectoriel­
les commerces et les magasins
publicitaire, acquiesce. Mais elle soulève les directeur d’enseigne. Aujourd’hui, on ne lui voit que les. Ses conclusions ne laissent
physiques avant le 1er décembre », mais laissait difficultés qu’un tel report repré­ des défauts. Et l’un de ses princi­ aucun doute.
a déclaré solennellement, jeudi sente. Il y a d’abord la question « Ils ont pris le pouvoir » paux se loge dans l’une de ses
19 novembre, Frédéric Duval,
planer le doute des prospectus. « Ils sont impri­ Une fois cet état des lieux posé, le mesures­phares, la baisse des im­ Désastre
directeur général d’Amazon més, et on ne va pas en jeter des ministre a fait un tour de table pôts de production. « Une faute De tous les grands pays, la France
France, invité du journal de millions », dit­elle. D’autant que pour évaluer l’assentiment des politique et économique », s’est est celui qui s’est désindustrialisé
20 heures sur TF1. Ajoutant que petites et moyennes entreprises certains sont déjà dans les boîtes enseignes. On s’y pliera, ont laissé exclamé François Baroin, le pré­ le plus profondément. Sa part
« cette année, le “Black Friday” (PME), Alain Griset, ont convo­ aux lettres. « Une opération entendre les uns et les autres, sident de l’Association des mai­ dans le produit intérieur brut
aura lieu le 4 décembre ». Par qué, jeudi 19 novembre, les orga­ comme ça, cela se prépare entre six mais à condition que tous s’y con­ res de France, jeudi 19 novembre. (PIB) a perdu 10 points depuis
cette annonce, le géant améri­ nisations représentatives de la mois et un an à l’avance », raconte forment, y compris Amazon. Mercredi 18 novembre, c’était 1980, la portant à 13,4 % en 2018,
cain du commerce en ligne dé­ grande distribution, du com­ un distributeur. Le géant américain avait déjà re­ l’Union européenne elle­même contre 25,5 % en Allemagne et
bloque une première étape dans merce coopératif, de la vente en Les problèmes opérationnels et tiré, sur l’insistance du ministère qui estimait cette mesure dange­ 19,7 % en Italie. Les délocalisa­
le processus de réouverture des ligne, mais aussi une dizaine de juridiques sont lourds, avance la de l’économie, sa précampagne reuse pour l’équilibre budgétaire tions y ont été plus massives
commerces non alimentaires. grandes enseignes, pour les con­ Fédération du commerce et de la promotionnelle pour le « Black de la France, déjà bien délabré. Et, qu’ailleurs ; 62 % du personnel
Depuis plusieurs jours, le minis­ vaincre de repousser l’événement distribution (FCD). « Une fois Friday », mais, depuis quelques mardi 17 novembre, le très res­ des entreprises françaises tra­
tre de l’économie, Bruno Le commercial, synonyme d’inte­ édité, un catalogue n’est valable jours, il laissait planer le doute. pecté Institut des politiques pu­ vaille hors de France, contre 38 %
Maire, laissait entendre aux ac­ ractions sociales. que pour une certaine période du­ « Je suis attentif à ce qui se passe, bliques alertait également sur pour les entreprises allemandes.
teurs qu’il n’était pas raisonnable rant laquelle le client doit pouvoir pour l’instant, je n’ai pas décidé », l’anachronisme d’une telle me­ Et dans les innombrables cau­
de maintenir cette opération pro­ Compromis trouver le produit. Théoriquement, avait lancé, le 13 novembre, sure en temps de crise conjonc­ ses à ce désastre, figure en bonne
motionnelle le 27 novembre, En visioconférence, face aux mi­ il peut nous réclamer la marchan­ M. Duval, au micro de RMC. Face à turelle aiguë. place la fiscalité. L’industrie est
alors que le gouvernement doit nistres, se trouvent ainsi des pa­ dise en magasin, explique un par­ la crispation autour d’Amazon, Ces critiques, toutes pertinen­ moins aidée et plus taxée que les
décider dans les prochains jours trons des entreprises les plus con­ ticipant. Or, là, ce n’est pas une dé­ Bruno Le Maire se tourne alors tes, touchent les trois défauts de autres secteurs de l’économie,
de la date de réouverture des nues – Enrique Martinez, de Fnac cision de l’Etat, comme pour la fer­ vers son représentant, lui indi­ cette mesure. Taillée pour soute­ pourtant plus protégés de la
commerces dits « non essentiels » Darty, Michel­Edouard Leclerc, meture des rayons non essentiels, quant que « cela serait bien qu’il nir l’industrie, elle concerne peu concurrence. Pour le secteur
et discute du protocole sanitaire PDG du groupe du même nom… mais une demande. Juridique­ s’exprime ». « On y réfléchit », ré­ les secteurs les plus touchés par manufacturier, la différence de
approprié. Il l’a encore répété au mais aussi Amazon, qui a envoyé ment, ce n’est pas la même chose. » pond M. Bénard. la crise, comme le tourisme, la taxation dépasse les 10 points
Sénat, mercredi, en leur deman­ son directeur de la stratégie et des Sans l’autorisation explicite de « Nous nous félicitons qu’Ama­ restauration ou le commerce. De par rapport à l’Allemagne, dont
dant d’« examiner toutes les possi­ affaires publiques, Yohann Bé­ Bercy de faire des errata à l’entrée zon ait rejoint la position de l’en­ plus, à la différence des autres la moitié en raison des impôts
bilités de décaler cette opération nard, rompu au langage ministé­ des magasins, ils ne seront pas semble de la grande distribution », mesures du plan, elle réduit cha­ de production.
qui n’a pas de sens dans les circons­ riel depuis son passage au cabinet dans les clous vis­à­vis de la ré­ indiquait jeudi soir Jacques Creys­ que année le budget de l’Etat de La mesure est donc justifiée,
tances actuelles ». de Christine Lagarde lorsqu’elle pression des fraudes. sel, délégué général de la FCD, 10 milliards d’euros, à un mo­ mais son timing et sa prépara­
Les enseignes, de leur côté, sup­ était ministre de l’économie. « Mais il y a aussi tous les con­ jeudi dans la soirée. Cette an­ ment critique. Et, enfin, elle prive tion laissent songeur, comme si
pliaient Matignon de pouvoir Par écrans interposés, M. Le trats avec les fournisseurs, qui fi­ nonce solennelle d’Amazon au d’une importante source de fi­ le pays ne comptait que sur
rouvrir le 27 novembre, faute Maire leur expose alors le com­ nancent en partie ces promotions journal télévisé, « comme le ferait nancement des collectivités loca­ les crises pour se réformer
de quoi seuls les acteurs de l’In­ promis : « Un report du “Black Fri­ et vis­à­vis desquels on s’est enga­ le président de la République, c’est les déjà pénalisées par la sup­ dans l’urgence, l’impréparation
ternet se tailleraient la part du day” jusqu’au 4 décembre en gés à vendre la marchandise aux symboliquement la preuve d’un pression de la taxe d’habitation. et l’absence de consensus.
lion. En 2019, l’événement a gé­ échange de la réouverture de tous conditions et à la date de l’opéra­ nouvel ordre mondial, montrant Il n’en reste pas moins que la Comme si seul le court terme
néré 6 milliards d’euros de chif­ les commerces le samedi 28 no­ tion, explique­t­on dans une en­ qu’ils ont pris le pouvoir, qu’ils peu­ suppression de cet impôt corres­ pouvait nous convaincre
fre d’affaires, dont 5 milliards vembre », raconte un participant. seigne. Si on ne respecte pas le vent obliger les distributeurs et pond à une véritable nécessité, si de préparer le long terme. 
dans les commerces physiques, « Il nous a dit que le 27, ce n’était contrat, l’administration peut l’Etat à se plier à leur bon vouloir »,
selon Bercy. même pas la peine d’en discuter et nous tomber dessus. » explique un professionnel. Une
Conscients que le gouverne­ qu’il souhaitait que tout le monde Enfin, la question de l’organisa­ nouvelle réunion devait rassem­
ment n’a pas la capacité d’inter­ aille dans ce sens », explique un tion logistique, prévue longtemps bler les différents acteurs du dos­
dire « une opération promotion­ autre. Dans l’après­midi, M. Le à l’avance pour que les marchan­ sier, vendredi, à 15 heures, pour fi­

8,7 MILLIARDS
nelle d’ordre privé », Bruno Le Maire devait rencontrer le pre­ dises arrivent dans les magasins naliser le dispositif. 
Maire et le ministre délégué aux mier ministre, Jean Castex, puis le en temps et en heure. « Dans les cécile prudhomme

C’est, en euros, ce que l’Union européenne pourrait dépenser pour se


procurer des centaines de millions de doses des candidats-vaccins de

Cloud européen : l’alliance Gaia­X réunit Pfizer-BioNTech et CureVac, a indiqué à Reuters l’un responsable euro-
péen impliqué dans les négociations, vendredi 20 novembre. L’Union a
accepté de payer 15,50 euros par dose du vaccin contre le Covid-19 dé-
veloppé par Pfizer et BioNTech. Cela porterait la facture de 200 millions

désormais 200 entreprises internationales de doses à 3,1 milliards d’euros, et à 4,65 milliards d’euros, en cas
d’exercice d’une option pour l’achat de 100 millions de doses supplé-
mentaires. Parallèlement, l’Union a accepté de payer 10 euros par dose
pour la fourniture de 225 millions de doses de vaccins CureVac. Les
Cette association doit réguler et faciliter l’essor de l’économie de la donnée en Europe Vingt-Sept ont réservé jusqu’à 405 millions de doses, dont 180 millions
en option, pour un coût total de 4,05 milliards d’euros. Ni la Commission
européenne, ni Pfizer-BioNTech, ni CureVac n’ont fait de commentaires.

A la traîne face aux Améri­


cains et aux Chinois dans
le domaine du cloud
(l’informatique dématérialisé),
l’Europe tient­elle une chance de
sion de la part des acteurs politi­
ques et économiques » des enjeux
du cloud et de la souveraineté
des données. L’ambition de
Gaia­X est moins de faire émer­
nationales. L’initiative allemande
d’ouvrir Gaia­X à des entreprises
non européennes a d’ailleurs
soulevé quelques contestations.
Lors du sommet de l’association,
création d’un écosystème de solu­
tions [hébergeurs, logiciels, etc.],
dont [il] espère que beaucoup se­
ront européennes ». Ce qui n’a pas
empêché OVH de signer tout ré­
AÉRO NAU TIQ U E
La Chine maintient
l’interdiction de vol
teur. Après FO, lundi 16 no­
vembre, la CFE­CGC et la CFDT
ont annoncé, jeudi, leur déci­
revenir dans la course avec le pro­ ger un géant mondial du cloud des géants tels qu’Amazon se sont cemment un partenariat avec des Boeing 737 MAX sion de parapher le texte. Cet
jet Gaia­X ? Au terme du premier – tant les leaders du marché sem­ défendus en soulignant qu’ils res­ Google pour proposer une offre La Chine, premier pays à accord, fondé sur des départs
sommet (virtuel) organisé par blent indétrônables – que d’im­ pectaient les législations euro­ combinant les infrastructures du avoir cloué au sol les Boeing volontaires, s’inscrit dans le
l’association du même nom, les poser des bonnes règles de con­ péennes et donnaient toutes les français avec les logiciels de 737 MAX après une série d’ac­ cadre d’un plan de suppres­
18 et 19 novembre, force est de duite pour favoriser l’adoption clés à leurs clients pour assurer la l’américain. Une offre dont la so­ cidents, a indiqué, vendredi sions de 15 000 postes dans le
constater que l’initiative prend de de cette technologie et accélérer protection de leurs données. ciété roubaisienne assure qu’elle 20 novembre, n’avoir « aucun monde, dont 4 600 en France.
l’épaisseur. Hubert Tardieu, prési­ l’économie de la donnée en Eu­ Aux yeux de Michel Paulin, est parfaitement respectueuse calendrier » pour les autoriser Les 2 100 suppressions d’em­
dent par intérim de l’association rope, estimée à 400 milliards pour assurer le succès de Gaia­X, des normes édictées par Gaia­X. à voler de nouveau, en dépit plois prévues dans les usines
qui pilote le projet, a indiqué mer­ d’euros en 2019. il s’agira toutefois de veiller méti­ Une proposition qui a aussi re­ d’un feu vert aux Etats­Unis. françaises restent à négocier.
credi que près de 180 compagnies culeusement à ce que l’associa­ tenu l’attention de Gérard Rou­ L’Agence de l’aviation améri­
avaient désormais rejoint l’initia­ Garde-fous tion « conserve ses principes de cairol, président honoraire de caine a, mercredi 18 novem­ SE RVIC ES
tive, qui n’était jusque­là portée En adhérant à Gaia­X, les entre­ base » et que « ceux qui se disent l’Académie des technologies : bre, autorisé l’avion à voler OPA de Veolia :
que par 22 entreprises, alleman­ prises s’engagent à respecter des être conformes [à ceux­ci] le soit « Comme on ne peut pas éliminer après vingt mois d’immobili­ un montage juridique
des et françaises. règles contraignantes : déclarer réellement ». Des garde­fous sont ces acteurs du paysage, il faut sation au sol, à la suite de de Suez paralysé
Parmi les nouveaux membres, où et comment sont opérées les déjà prévus pour prévenir d’une trouver d’autres tactiques. » deux crashs ayant fait 346 par la justice
issus de 18 pays, dont 12 de données qu’elles manipulent, fa­ influence extérieure, puisque Au moins Gaia­X s’est­il vu re­ morts en l’espace de cinq Le tribunal de commerce de
l’Union européenne, figurent les ciliter le passage d’un service de seuls des Européens pourront sié­ nouveler la confiance des autori­ mois. – (AFP.) Nanterre a, jeudi 19 novem­
géants du secteur : Amazon, cloud à un autre, permettre l’inte­ ger au conseil d’administration. tés publiques, avec les messages bre, interdit à Suez de rendre
Google, Microsoft, Alibaba. Mais ropérabilité entre les services, et Même si son président par inté­ de soutien adressés par le minis­ AU TO MO BILE irrévocable jusqu’à l’issue de
aussi des grands noms du logi­ garantir la souveraineté des don­ rim de l’association Gaia­X s’est tre français de l’économie, Bruno Renault : accord pour sa prochaine assemblée gé­
ciel, comme Oracle, Salesforce ou nées. Pour beaucoup, ces critères félicité mercredi du « lancement Le Maire, et d’un représentant de supprimer 2 500 postes nérale un montage juridique
Palantir. « Malgré le scepticisme devaient fermer la porte aux ac­ de la fusée » que constitue ce pro­ son homologue allemand, Peter de cols blancs visant à dissuader Veolia de
qu’on avait constaté à l’origine, teurs dominants, soupçonnés de jet, il lui reste encore à faire la Altmaier. De son côté, le com­ Négocié depuis octobre, l’ac­ mener à bien son projet
on voit que de plus en plus de rendre captifs leurs clients et de preuve de son efficacité. Celle­ci missaire européen au marché in­ cord sur la suppression de d’OPA. Le 23 septembre, Suez
monde souhaite participer à ce ne pas pouvoir garantir la souve­ devrait passer par la constitution térieur, Thierry Breton, a an­ 2 500 postes dans l’ingénierie avait annoncé créer une fon­
projet », se réjouit Michel Paulin, raineté des données – notam­ d’une plate­forme proposant aux noncé une aide de 2 milliards et les fonctions tertiaires du dation de droit néerlandais
directeur d’OVH, l’un des mem­ ment en raison des lois qui leur entreprises des solutions agréées d’euros à destination des acteurs groupe Renault en France a pour empêcher la cession de
bres fondateurs de Gaia­X. imposent, dans certains cas, de – et validées – par l’association. du cloud, dont pourraient profi­ été validé, jeudi 19 novembre, sa branche eau française pen­
Pour lui, ce regain d’intérêt re­ transmettre les informations A terme, Michel Paulin sou­ ter les membres de Gaia­X.  par la majorité des syndicats dant quatre ans, sans l’accord
flète « une meilleure compréhen­ qu’ils hébergent à leurs autorités haite que l’initiative permette « la vincent fagot représentatifs du construc­ des actionnaires. – (AFP.)
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 | 19

Alain Griset, ministre des petites et moyennes entreprises, et Ilham Kadri, directrice
de Solvay, étaient les invités du Club de l’économie du « Monde », jeudi 19 novembre

Alain Griset : « Face à la crise, l’Etat ne refuse aucune solution »


Le ministre délégué chargé des PME L’impatience des fédérations reflète A Bercy, tous les ministres plaidaient On entend beaucoup de mécontente­
l’inquiétude de leur base. Comprenez­ pour que les commerces restent ment autour des loyers…
aborde la situation des secteurs affectés vous la colère de ceux dont vous avez ouverts. Etes­vous frustrés de Je ne crois pas qu’un seul pays au monde
par la lutte contre le Covid­19, ainsi que été si proches, lorsque vous présidiez ne pas être davantage entendus ? ait fait ce que nous faisons : quand un
l’Union des entreprises de proximité ? Je comprends que le sanitaire continue bailleur laisse au moins un mois de loyer,
les mesures, spécifiques et générales, Evidemment, je la comprends. En ce mo­ de primer, sinon cela nous serait repro­ l’Etat prend 50 % de la charge via le crédit
prises pour sauvegarder l’activité ment, la perspective de tous ces tra­ ché. Le rôle du ministre est de porter d’impôt. Il faut que les bailleurs compren­
vailleurs indépendants consiste à se de­ les idées qu’il considère bonnes pour le nent que si leurs locataires font faillite,
mander s’ils tiendront le coup, eux, leur secteur qu’il représente. Au bout du ils ne toucheront rien. Si le dispositif n’est
entreprise et leur famille. Dans cette situa­ compte, des décisions sont prises, qui pas assez convaincant, nous prendrons
Les discussions se poursuivent à Bercy tion, certains transforment la détresse ne sont pas toujours conformes à ce qu’il des mesures plus contraignantes. Nous
autour de la réouverture progressive des en colère. Cette semaine, en feuilletant la souhaite, c’est la règle. envisageons par exemple de renforcer les
petits commerces. Jeudi 19 novembre, les presse, j’ai identifié trois esthéticiennes, périodes durant lesquelles il est impossi­
acteurs de la distribution ont répondu po­ deux coiffeurs, un cordonnier qui expri­ Plus la crise dure, plus le montant ble d’expulser son locataire. Nous cher­
sitivement à la demande du ministre de maient leur désarroi. Je les ai appelés. Au des aides promises augmente. chons aussi une solution pour les restau­
l’économie, Bruno Le Maire, de décaler au bout de dix minutes, ils étaient rassurés. N’y a­t­il aucune limite ? rateurs qui emploient des centaines de sa­
4 décembre l’opération promotionnelle L’Etat ne les laisse pas tomber. Ils n’avaient Les dispositifs s’amplifient au fur et à lariés. Pour eux, les 10 000 euros du fonds
« Black Friday » prévue le 27 novembre, pas pris connaissance de toutes les aides. mesure des difficultés. Entre mars et de solidarité ne représentent pas grand­
au cas où les commerces seraient rou­ Ils craignaient de ne pas les recevoir. aujourd’hui, le fonds de solidarité était chose. Nous réfléchissons à couvrir la
verts d’ici­là. Ce report vise à garantir des doté de 6 milliards d’euros. Nous y avons totalité des frais en indemnisant une
conditions de sécurité sanitaire maxima­ Pourquoi avoir choisi au début du ajouté 6 milliards d’euros pour le seul partie du chiffre d’affaires au­delà de
les lors de la reprise. Invité jeudi du Club mois de fermer les petits commerces mois de novembre. C’est la bonne straté­ 10 000 euros, avec un droit d’option entre
de l’économie du Monde, le ministre délé­ plutôt que les grandes surfaces ? gie. Elle permet de maintenir le tissu les deux formules. Le gouvernement
gué chargé des petites et moyennes en­ L’économie s’est malheureusement, économique. ne refuse aucune solution. Son objectif
treprises tente de répondre au désarroi de de mon point de vue, structurée depuis Je sais que la situation est vécue dou­ est d’accompagner toutes les entreprises,
ceux qui ont dû baisser le rideau. une trentaine d’années autour de la loureusement par les entrepreneurs quelle que soit leur situation, pour que
grande distribution : 68 % de l’alimen­ mais, à la date du jour, on enregistre l’économie tienne. Nous avons tous inté­
Pour la réouverture des petits taire est vendu en grande surface. Si on beaucoup moins de défaillances d’entre­ rêt à ce que l’économie fonctionne.
commerces, deux dates sont en débat : avait dit aux Français « vous ne pouvez prises que lors des années précédentes.
le 1er décembre et le week­end du 27 no­ plus acheter la nourriture dans certains Comment réagissez­vous
vembre. Laquelle préconisez­vous ? territoires », vous imaginez ce qu’il se se­ Pour les cafés et les restaurants, à la « croisade » contre Amazon ?
L’hypothèse de base est une réouver­ rait passé ? Nous n’avons pas eu le choix. la perspective du déconfinement La technologie évolue. Tout combat con­
ture au 1er décembre. La date du 27 no­ Par contre, nous avons décidé, c’est une est plus lointaine. Envisagez­vous tre elle est perdu d’avance. Mais il faut ob­
vembre a cependant été proposée il y a première, que, par équité de traitement, de nouvelles aides ? tenir une égalité de traitement sur le plan
quelques jours car le dernier week­end de ce qui n’était pas vendu dans le petit Légitimement, ces deux secteurs fiscal et social. La France a été l’un des pre­
novembre est identifié comme intense commerce ne le serait pas dans la broient du noir. Depuis le 6 juillet, j’ai des miers pays à vouloir taxer les géants du
sur le plan de l’activité commerciale. Nous grande distribution. contacts deux ou trois fois par semaine numérique, avec toutes les difficultés que
continuons de recevoir les branches pour avec leurs représentants. Le dispositif l’on sait : quand les entreprises d’Amazon
concertation. Bruno Le Maire transmettra Au risque de contracter davantage doit être amélioré car il y a des trous dans ont été fermées sur le sol français lors du
au premier ministre des propositions l’économie… la raquette, notamment pour ceux qui premier confinement, cette société a uti­
de sécurisation, issues des discussions Je reconnais que c’est paradoxal mais ont plusieurs restaurants et dont on ne lisé ses entrepôts des pays limitrophes.
que nous avons eues, pour réaffirmer les partout dans le monde, nous sommes parvient pas à identifier le chiffre d’affai­ Pour être effective, la taxation des géants
conditions de protection sanitaire. En­ confrontés à un virus inédit. Chacun, res par établissement. Nous cherchons doit s’opérer, au minimum, au niveau
suite se tiendra le conseil de défense, et le avec sa vision et sa culture, cherche des une solution. Ce sujet est aussi valable européen. Nous nous battons pour cela. 
président de la République annoncera sa solutions à une épidémie qui continue dans la coiffure, la restauration, l’esthéti­ propos recueillis par
décision la semaine prochaine. de nous surprendre tous. que, l’habillement. philippe escande et françoise fressoz

Ilham Kadri : « Nous sommes persuadés que la relance sera verte »


La directrice de Solvay explique
la réorientation de son groupe vers sur l’aéronautique. Nous disposons égale­ L’objectif est de transformer la matière pour lui parce qu’on en manquait. Il fallait protéger nos
ment d’activités résilientes, dans l’hygiène, donner une valeur équivalente : la vanilline na­ employés et leurs familles. Il fallait protéger
les métiers liés au développement la santé, les soins à la personne, la maison. turelle dans vos gâteaux, nous la faisons à partir les liquidités, nos clients, et les aider dans un
durable et à l’économie circulaire, Nous sommes dans vos smartphones, dans la de la peau du riz, qui, normalement, est un dé­ monde très instable. Il fallait protéger la chaîne
connectivité, l’automatisation, l’électronique… chet. Nous sommes en partenariat avec Veolia de valeur et avoir un œil sur le télescope, pour
et aborde le sujet de la diversité Tout cela, ce sont des métiers porteurs sur les­ pour le recyclage des batteries électriques. Il préparer demain. C’est cet équilibre qu’il faut
dans l’entreprise et la société quels nous investissons beaucoup plus. Nous s’agit d’en tirer des matériaux critiques, tels que maintenir : le microscope et le télescope. »
avons libéré 60 millions d’euros de réinvestisse­ le cobalt, le nickel, le lithium, et les transformer
ment depuis le mois de juillet, dès que nous en matière première de haute pureté, qui peut La diversité
avons compris que notre flux de trésorerie pour être réinjectée dans la même chaîne de valeur. « La diversité est une vraie nécessité. La diver­
La chimiste franco­marocaine, patronne de l’année serait très bon. En revanche, nous cher­ Avant, on fabriquait un produit, on l’inven­ sité des genres, des façons de penser, des
Solvay depuis 2019, issue d’un milieu modeste, chons des options stratégiques pour toutes les tait et on cherchait à le vendre. Aujourd’hui, orientations sexuelles, des handicaps. Des étu­
évoque la mutation radicale de l’entreprise activités pétrolières. C’est un secteur qui souf­ il faut penser le produit comme circulaire de­ des montrent que, sur vingt ou trente ans, les
belge de chimie vers les métiers du développe­ frait énormément. Nous préférons nous canni­ puis le début. La chimie est une science qui uti­ sociétés les plus diversifiées dans leur mana­
ment durable et l’importance de la diversité baliser aujourd’hui pour préparer la relance, car lise la matière première. Elle peut être fossile, gement sont les plus profitables. Chez Solvay,
dans les entreprises, d’un point de vue éthique nous sommes persuadés qu’elle sera verte. » mais on tend à aller plus vers le naturel, le bio. nous avons comme objectif d’atteindre la pa­
comme de celui de la profitabilité. Je croyais au rebond vert bien avant cette crise. rité en 2035. Pourquoi prendre cinq ans de plus
L’économie circulaire Les entreprises qui ratent ce tournant sont que pour les objectifs d’environnement dura­
Le choix du durable « Nous avons rejoint les accords de Paris en fé­ vouées à l’échec et vont disparaître. Un rap­ ble en 2030 ? Parce que c’est plus compliqué.
« Dans le cadre de notre stratégie de crois­ vrier et avons plus que doublé la réduction port de Capgemini, en 2020, nous indique que Des mentors et des sponsors, c’est ce qui
sance, nous sommes en train de revoir notre de nos émissions de gaz à effet de serre. Nous 41 % des investisseurs potentiels de moins de manque probablement à la gent féminine.
portefeuille d’activités. Nous sommes beau­ avons déclaré que, d’ici 2030, nous allions aban­ 40 ans sont intéressés par l’investissement du­ Un mentor vous parle, vous aide, vous coache.
coup trop diversifiés et explorons des options donner le charbon, la première énergie primaire rable, contre 27 % pour l’ensemble des répon­ Un sponsor parle de vous quand vous n’êtes
de cessions afin de nous tourner vers les mé­ que nous avons utilisée depuis la naissance de dants. Cela montre qu’il y a un changement de pas là. Il faut trouver ces sponsors dans un
tiers d’avenir, liés au développement durable. ce groupe il y a cent cinquante­huit ans. mentalité générationnel. Tout cela est en équi­ conseil ou un meeting importants, dans les­
Ce sont par exemple ceux de l’allégement – Aujourd’hui, 7 % de notre chiffre d’affaires est libre et il faut que cela soit profitable. C’est im­ quels vous n’êtes pas. Les fractures actuelles
des matériaux et des véhicules, par exemple. constitué d’énergies circulaires ou de déchets portant, sinon ce n’est pas durable. » – religieuses, ethniques, sociales – qui frag­
Ou encore l’hydrogène, un domaine nouveau réutilisés. Nous allons porter cette part à 15 % mentent la société viennent d’un manque de
pour nous, qui représente une opportunité de d’ici 2030. Nous nous appuyons sur un partena­ La crise compréhension, d’explication, d’empathie,
presque 1 milliard d’euros à l’horizon 2030. riat avec la Fondation Ellen MacArthur pour « Je n’ai jamais vécu, dans ma vie profession­ de respect et de dialogue. On peut créer ce lien
Nous sommes aussi dans les batteries des voi­ renforcer la contribution du groupe à l’écono­ nelle, une telle convergence simultanée de ris­ au sein d’une société, d’une entreprise multi­
tures électriques, et travaillons sur une res­ mie circulaire. Il faut boucler cette boucle avec ques. Du jour au lendemain, au mois de mars, je culturelle, et nous en avons besoin. » 
tructuration globale de notre outil industriel nos fournisseurs, nos clients et leurs clients. n’étais plus PDG : je cherchais des masques, propos recueillis par p. es.

REMERCIE SES PARTENAIRES


20 | argent 0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

Immobilier : les conditions SOS CONSO 


CHRONIQUE PAR RAFAËLE RIVAIS

d’achat durant le confinement Quand le client renonce


Certaines démarches comme les visites sont interdites pour les particuliers à sa rétractation

L D
es règles du deuxième ans certaines situations, la personne qui achète
confinement étant moins un bien ou un service bénéficie d’un « droit de
strictes qu’au printemps, rétractation », lui permettant de revenir sur sa
ceux qui étaient engagés décision : elle obtient alors l’« anéantissement »
dans un processus d’achat d’ap­ du contrat qu’elle regrette d’avoir signé. Sauf si elle accom­
partement ou de maison peuvent plit ensuite des actes « incompatibles » avec cette renoncia­
poursuivre leurs démarches. Avec, tion, comme le montre l’affaire suivante.
toutefois, certaines limites. Le 12 février 2014, Gérard X, chauffeur­livreur, visite une foi­
re­exposition. Sur le stand de la société Solar Clim System, il
Je devais signer ce mois­ci chez signe un bon de commande pour l’installation d’une pompe
le notaire, puis­je maintenir à chaleur et l’isolation de ses combles, moyennant la somme
mon rendez­vous ? de 17 000 euros. Bien qu’il veuille financer l’ensemble avec
Oui. Contrairement au mois de un crédit, il doit verser un acompte de 1 700 euros (ce qui est
mars, les déplacements « chez un illégal). Rentré chez lui, il regrette son achat, mais constate
professionnel du droit, pour un que les commandes passées sur les foires et salons ne peu­
acte ou une démarche ne pouvant vent pas faire l’objet d’une rétractation. Toutefois, il découvre
être réalisé à distance » demeu­ que les conditions générales de Solar Clim System l’autori­
rent autorisés. Il est donc possi­ sent à renvoyer un bon d’annulation, ce qu’il fait aussitôt.
ble de signer chez le notaire Las, le 14 février 2014, lorsqu’un commercial de la société
un contrat ou avant­contrat de se présente à son domicile, M. X le laisse entrer. Il refuse de
vente immobilière (promesse ou signer un nouveau bon de commande mais accepte de
compromis). En cas de contrôle, remplacer le chèque d’acompte du contrat qu’il a dénoncé
il faut présenter son attestation par un autre, de 1 000 euros seulement.
de déplacement dérogatoire et la Le 21 juin 2014, des techniciens font les
convocation du notaire. Si votre LA COUR DE  travaux d’isolation. Le 18 septembre 2014,
notaire ne souhaite pas vous re­ ils livrent la pompe à chaleur. Mais ils ne
cevoir, ou si vous préférez ne pas COLCANOPA
CASSATION  peuvent la brancher, faute, notamment,
vous déplacer, vous pouvez avoir A CONDAMNÉ  d’installation électrique conforme, dont
recours à la procuration dématé­ ils refusent de se charger. Gérard X se pré­
rialisée et être représenté par un J’ai signé une promesse
Les visites cours – les différents acteurs de la M. X À PAYER  vaut alors de sa rétractation pour obtenir,
mandataire, comme le collabora­ ou un compromis de vente, chaîne ne sont pas à l’arrêt.
teur du notaire, afin qu’il signe le confinement me permet­il virtuelles « Aujourd’hui, les services d’urba­ À L’ENTREPRISE  enL’entreprise justice, la restitution de son acompte.
réplique qu’il a « renoncé »
l’acte pour vous. d’annuler la transaction ?
ne permettent nisme fonctionnent, ce qui devrait LE SOLDE DE  à sa rétractation en acceptant qu’elle exé­
Non. L’acheteur ayant signé un permettre de purger le droit de cute les travaux. La cour d’appel de Riom
Peut­on signer un acte avant­contrat dispose en temps pas de voir préemption des communes, note SA COMMANDE (Puy­de­Dôme) lui donne tort : « L’exer­
authentique par comparution normal de dix jours pour se ré­ Yann Jéhanno, président du ré­ cice (…) du droit de rétractation a eu pour
à distance ? tracter, sans avoir à se justifier ni
les détails et ne seau Laforêt. Quant aux diagnos­ effet d’anéantir le contrat, qui ne pouvait reprendre vie par
Oui, bientôt. « Cette solution [via à subir de pénalités financières. remplacent pas tiqueurs, ils sont autorisés à pour­ l’effet d’un repentir de M. X », juge­t­elle, ce qui est conforme
un système de visioconférence sé­ Ce délai est­il le même durant ce suivre leur activité et les docu­ à la jurisprudence en matière de vente immobilière.
curisé et agréé par la profession] confinement ? Oui, il n’est pas al­
la visite physique ments nécessaires à la vente ou à La société se pourvoit en cassation, en soutenant que,
avait été autorisée durant le pre­ longé. C’était, d’ailleurs, déjà le cas l’achat d’un bien sont accessibles. » dans tout contrat, « la partie qui exerce son droit de rétracta­
mier confinement et devrait l’être à au printemps. Si un flou avait ré­ sement locatif, acheter sans se dé­ tion peut renoncer à celui­ci, en effectuant des actes d’exécu­
nouveau », indique David Ambro­ gné au début du premier confine­ placer est, techniquement, géné­ Est­ce envisageable d’obtenir tion incompatibles » avec cette rétractation – ce que la juris­
siano, président de la chambre ment, le gouvernement avait bien ralement possible. En pratique, un crédit immobilier durant prudence admet en matière d’assurances. La Cour de cassa­
des notaires de France. Un nou­ précisé mi­avril que les délais de toutefois, il n’est pas recom­ la période ? tion l’entend, le 1er juillet 2020, et condamne M. X à lui payer
veau décret, non publié à ce jour, rétractation n’étaient pas concer­ mandé de se décider sans avoir vi­ Oui. Agences de courtage et ban­ le solde de sa commande.
est prévu au moment où nous nés par les prolongations de dé­ sité, sauf dans certains cas, pour ques restent ouvertes et poursui­ Cette décision inquiète Me Joseph Roudillon, qui a défendu
publions cet article. lais qui avaient alors été actés. les investisseurs avertis. vent aussi leurs activités. Par Gérard X avant le stade de la cassation (où celui­ci n’avait pas
Certes, des visites virtuelles, ailleurs, « par rapport au premier d’avocat) : il lui semble que « la Cour malmène l’esprit de la loi
Déménager est­il autorisé ? Est­il toujours possible de permettant au candidat à l’acqui­ confinement, la plupart des ban­ qui, en instaurant la faculté de rétractation, a voulu protéger
Oui. Une fois en possession des visiter un bien immobilier ? sition de se balader dans le ques ont déployé leurs logiciels de les consommateurs des pratiques de certains commerciaux ».
clés du bien, vous pouvez vous Non. Pour un achat comme pour logement de pièce en pièce par le traitement des dossiers de prêt En tout cas, elle ne protège plus les indécis. 
installer. Si l’attestation déroga­ une location, les visites sont in­ truchement de l’écran, sont dé­ auprès de leurs salariés experts en
toire de déplacement ne prévoit terdites pour les particuliers (les sormais proposées par de nom­ crédits qui sont en télétravail, ce
pas de case spécifique, le décret agents immobiliers, eux, peu­ breuses agences immobilières. qui n’était pas le cas en mars » et
encadrant le reconfinement auto­
rise les déménagements. En cas
vent en effectuer). Vous vous ex­
posez à une amende de 135 euros
Mais elles ne permettent pas de
voir les détails et ne remplacent
« le personnel chargé d’étudier
les dossiers de crédit est désormais
CLIGNOTANT
de contrôle, vous devrez présen­ si vous ne respectez pas cette rè­ pas une visite physique. en pleine capacité de le faire à dis­
ter un justificatif de l’entreprise gle. Une exception néanmoins : Sans compter que, même pour tance », souligne Julie Bachet, ASSU RANC E
de déménagement. Ou l’acte de pour un bien neuf, les visites un achat sur plan (logement pas directrice générale du courtier La fidélité ne paie pas souvent
vente si vous vous y prenez par préalables à la livraison d’un lo­ encore construit), « les acheteurs Vousfinancer dans un communi­ L’UFC­Que choisir considère que le premier confine­
vos propres moyens. Et cocher gement sont permises, en co­ en résidence principale auront qué. Néanmoins, il faut s’atten­ ment a permis aux assureurs auto et moto d’écono­
dans la case « motif familial im­ chant la case « motif familial im­ toujours besoin d’aller sur le ter­ dre, comme à chaque fin d’année, miser 2,2 milliards d’euros. Pourtant, l’association
périeux » de l’attestation déroga­ périeux » de l’attestation. rain, de voir les commerces et à ce que les banques mettent plus déplore que, parmi les douze principales compagnies
toire. Attention, précise le gouver­ l’ambiance du quartier, d’étudier de temps à répondre aux deman­ sur ce marché, sept n’ont, depuis, « officiellement pas
nement, le déménagement « ne Je veux acheter un bien durant la localisation », souligne Thomas des de prêt, surtout pour ceux rétrocédé un centime » à leurs anciens clients, alors
doit pas mobiliser plus de six per­ le reconfinement, puis­je Penet, directeur marketing et qui achètent pour la première qu’elles accordent des remises aux nouveaux.
sonnes (personnes déménageant le faire sans me déplacer ? communication de Cogedim. Si fois. C’est d’autant plus vrai cette « La fidélité est trop exceptionnellement récompen­
comprises) ». Mais celles­ci « ne Oui, mais… Pour une résidence vous avez visité le bien avant le année avec le durcissement des sée », écrit l’UFC, le 17 novembre : les « prix cassés »
doivent pas nécessairement rele­ principale comme pour une rési­ deuxième confinement, la procé­ conditions d’accès au crédit.  réservés aux nouveaux clients « sont financés par les
ver du même foyer ou domicile ». dence secondaire ou un investis­ dure devrait pouvoir suivre son ludovic clerima assurés fidèles », et cela nuit aux ménages modestes.

Pour bien vendre, mieux vaut ne pas attendre la fin des restrictions
QUESTION À UN EXPERT
faut­il poursuivre ou tout remettre à en légère augmentation : en moyenne, au lité de l’annonce et la possibilité d’une vi­
plus tard ? Les propriétaires qui avaient l’in­ troisième trimestre 2020, les apparte­ site virtuelle du logement sont donc, plus
tention de vendre leur appartement ou ments se vendaient 2,1 % plus cher qu’au que d’ordinaire encore, essentielles. Elles
maison à brève échéance peuvent se poser trimestre précédent, et les maisons ont vu vont permettre aux intéressés de se faire Retraite : les cadres supérieurs
la question, avec ce nouveau confinement. leur prix augmenter de 2,6 %. Mais pour la une idée du bien, ce qui fera gagner du
Premier frein, d’ordre pratique : le décret du suite, les notaires appellent à la prudence ; temps par la suite. Ceux qui avaient mis doivent-ils attendre 67 ans ?
29 octobre interdit les visites de logements en raison des incertitudes économiques, et leur logement en vente avant le retour du
par des acheteurs potentiels. La vente sera de la conjoncture moins favorable. confinement ont alors intérêt à compléter dominique prévert, associé chez Optimaretraite
donc retardée. Durant cette période où les D’où l’intérêt de ne pas trop tarder après leur annonce par cette visite virtuelle, le
visites ne sont pas possibles, il est toutefois le confinement. D’autant que, selon le site cas échéant. Les salariés ayant eu de très hauts revenus avant 2016 (dépassant
judicieux de ne pas mettre son projet entre Particulier à particulier (PAP.fr), 85 % des Cette période est également un bon mo­ quatre fois le plafond annuel de la Sécurité sociale, 154 464 euros
parenthèses et de préparer « l’après ». acheteurs poursuivaient leurs recherches ment pour peaufiner son intérieur afin en 2016), même sur une courte période, ont obtenu, en plus de leurs
« Il faut tout faire pour être au rendez­vous les 2 et 3 novembre – bien plus que durant d’obtenir des images attrayantes, en ran­ points de retraite complémentaire Agirc-Arrco, des points appelés
du déconfinement », insiste Perrine Gauthe­ le premier confinement (48 % fin mars). geant ce qui peut l’être pour mettre en va­ « tranche C ». Leur spécificité : ils ne peuvent être liquidés sans minora-
ron, fondatrice du réseau immobilier Les leur les volumes et en s’attelant à ces peti­ tion qu’à partir de 67 ans (pour ceux nés à partir de 1955), même si la
Villas, à Bordeaux. L’objectif : pouvoir ven­ Les estimations restent autorisées tes réparations qu’on repousse toujours à personne a tous ses trimestres avant. Qui souhaite prendre sa retraite
dre dès que possible à la levée des restric­ Les démarches de préparation à la vente de­ plus tard. C’est aussi le moment d’entrete­ avant cet âge, par exemple à 62 ans, le peut. Deux options : liquider
tions. « Il ne faut pas trop attendre, car la meurent possibles malgré les restrictions nir son jardin, son balcon, etc. ses points classiques à 62 ans et attendre cinq ans pour liquider ses
demande est encore là, les prix sont relative­ de déplacement. Un propriétaire souhai­ Se pose enfin la question du prix : comme points « C », ou liquider dès 62 ans tous ses points Agirc-Arrco, tran-
ment stables et qui sait de quoi l’avenir sera tant vendre son logement peut inviter un en temps normal, « il convient de mettre le che C comprise, et voir sa complémentaire « tranche C » subir un ma-
fait », renchérit Michel Platero, président agent immobilier à venir chez lui pour une logement sur le marché au prix conseillé par lus définitif. En liquidant tous ses points dès 62 ans, le salarié subit
de la Fédération nationale de l’immobilier estimation de la valeur du bien. Il est égale­ l’agent immobilier plutôt que l’afficher trop un malus définitif de 22 % sur sa pension tranche C et ne percevra sur
(Fnaim) du Grand Paris. ment autorisé de signer un mandat de cher en se disant que les clients vont négo­ celle-ci que 78 % de ses droits jusqu’à sa mort. S’il liquide ses points
Dans leur note de conjoncture d’octobre, vente avec une agence, qui pourra diffuser cier », estime Sébastien Kuperfis, président classiques et attend 67 ans pour la tranche C, il percevra 100 % de
les notaires estiment en effet que le nom­ une annonce sur Internet ou en vitrine. de Junot Immobilier, à Paris. Il ne faudrait ses droits de la tranche C mais aura subi avant un manque à gagner
bre de transactions est toujours très élevé, L’annonce prête, il est conseillé de la met­ pas décourager de potentiels acheteurs qui, de 390 % (78 % x 5 ans). Quand cet investissement (le fait d’avoir
et que la première vague de Covid­19 n’a tre en ligne sans trop tarder de façon à ce s’étant fixé un budget maximal, pense­ attendu pour liquider ses points C) sera-t-il rentabilisé ? Il faut diviser
pas été suffisamment durable pour affecter que les acquéreurs en prennent connais­ raient que le bien n’est pas pour eux.  le manque à gagner (390 %) par le gain de retraite (22 %) : presque
le marché immobilier. Les prix sont même sance avant la fin du confinement. La qua­ nathalie coulaud dix-huit ans. Il aura près de 85 ans. 
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 horizons | 21

L’ultime
survivant
du procès de
Nuremberg
Soixante­quinze ans après la comparution
des principaux cadres du régime nazi,
un homme se souvient de ces audiences
historiques : Yves Beigbeder, 96 ans, qui était
alors l’assistant de son oncle, Henri Donnedieu
de Vabres, le représentant français au procès

L
e dossier est posé sur la table de dans son box, étranger aux débats ; Ernst Kal­
sa salle à manger. C’est l’un des tenbrunner, l’ex­chef de la Gestapo ; Joachim
derniers qu’Yves Beigbeder con­ von Ribbentrop, le ministre des affaires
sulte aussi régulièrement. A étrangères, pâle et défait ; Alfred Rosenberg,
96 ans, cet ancien avocat le ma­ le théoricien du nazisme, au regard déjà si
nie encore avec dextérité et une lointain ; Hans Frank, le président de l’Acadé­
connaissance parfaite des différentes pièces : mie de droit allemande, puis gouverneur de
une série de papiers, parfaitement classés, la Pologne ; et tous ces officiers de l’armée ou
liés au procès de Nuremberg (20 novem­ de la marine, Keitel, Jodl, Raeder, Dönitz,
bre 1945­1er octobre 1946), où comparurent 21 comme nus une fois leurs breloques retirées.
des principaux responsables du IIIe Reich, Yves Beigbeder part pour Nuremberg en
poursuivis pour crimes de guerre et crimes mars 1946. Il y demeurera jusqu’en août, au
contre l’humanité. Ce dossier, c’est un peu le début des délibérations. Auparavant, Jean Du­
point de départ de sa vie de juriste, le lien en­ mas, un autre neveu d’Henri Donnedieu de
tre la grande histoire et son propre destin, ce­ Vabres, tenait le même rôle d’assistant. « Di­
lui d’un homme presque centenaire, installé sons­le tout net, c’était du népotisme total », ad­
à Sauveterre­en­Béarn, une petite ville du met le vieil homme. Son travail ? Rédiger des
Sud­Ouest : Yves Beigbeder est le dernier té­ comptes rendus des débats concernant sept
moin du procès de Nuremberg. des accusés, dont Hans Frank et l’ancien mi­ Yves Beigbeder, à Sauveterre­en­Béarn (Pyrénées­Atlantiques), le 13 novembre. RODOLPHE ESCHER POUR « LE MONDE »
Six mois durant, entre mars et août 1946, il a nistre de l’économie du Reich, Albert Speer.
suivi au plus près ces audiences mémorables ; Dire que le jeune Français mesure l’ampleur
il en fut à sa manière une « petite main », un du procès auquel il va assister serait une er­ salle du haut du box où il trône. Il suit les l’Académie de droit allemande, présidée par
personnage de l’ombre. Agé de 22 ans, une li­ reur. « De Paris, on le trouvait trop long, on se échanges avec attention, passe de la mélan­ Hans Frank, l’un des accusés. Le soir, il avait
cence de droit en poche, il venait d’hériter demandait à quoi il servait. Je savais juste que colie à l’indignation. Puis, soudain, coup de dîné avec ce même Frank et rencontré, à cette
d’un premier emploi dont il ne mesurait pas mon oncle se trouvait à Nuremberg, sans que théâtre : le duel attendu entre le procureur occasion, le patron d’un journal antisémite,
tout à fait la portée : assistant de son oncle cela éveille en moi une grande curiosité. » général américain, Robert Jackson, et Göring Julius Streicher, lui aussi dans le box des
Henri Donnedieu de Vabres, le juge titulaire De l’avion militaire américain qui le con­ tourne à l’avantage de l’Allemand, impertur­ accusés. Falco n’était pas le seul à savoir tout
représentant la France à Nuremberg. duit sur place, le spectacle de cette ville dé­ bable, répondant avec assurance « Das ist cela : les Soviétiques étaient au courant de
Le voici maintenant qui sort une photo du vastée le prend à la gorge. Il ne reste presque richtig » (« cela est exact ») ou « Das ist nicht cette fâcheuse proximité et s’étaient opposés
dossier, un cliché qu’il tient à décrire en détail. rien de l’ancienne capitale « idéologique » richtig » (« cela n’est pas exact ») pour trouver à la nomination de Donnedieu.
Il le fait d’une voix décidée, la mémoire in­ du IIIe Reich où, en 1935, furent promul­ réponse à tout, souligner les erreurs de tra­ Yves Beigbeder ignorait ces précisions sur
tacte, avec le souci constant de vérifier ses guées les lois antisémites. Le palais de jus­ duction de certains documents. son oncle et n’en prit connaissance qu’après
sources, pour mieux cadrer à son témoignage. tice, lui, est toujours debout. C’est un monde avoir été interrogé, bien plus tard, dans le
On remarque d’emblée la disposition surpre­ à part, régenté par les Américains. Au­delà LE SOUVENIR D’UNE VIE courant des années 2010, par l’avocat franco­
nante de cette salle sombre, ressemblant da­ des services judiciaires, le jeune juriste dé­ « Göring l’humilie durant cet interrogatoire », britannique Philippe Sands, auteur d’un
vantage à un cinéma qu’à un tribunal. La délé­ couvre des services médicaux et dentaires, poursuit Yves Beigbeder. Le procureur améri­ ouvrage en partie consacré à Nuremberg (Re­
gation française y est presque marginalisée, à des services de blanchisserie, une cantine cain, exaspéré, se voit sauver la mise par son tour à Lemberg, Albin Michel, 2017). « Peut­
l’extrême droite. Sur le côté opposé ont été où chacun peut acheter cigarettes, stylos et collègue britannique, Sir David Maxwell Fyfe, être Donnedieu vivait­il sur un nuage ? », se
placés les juges soviétiques. Viennent ensuite bouteilles de Coca­Cola. « Je pénètre dans un qui prend la suite du contre­interrogatoire et demande Yves Beigbeder, soulignant que ce
les deux Britanniques, leurs homologues petit paradis qui fonctionne tout seul, racon­ entraîne l’accusé sur le terrain des atrocités dîner à Berlin était un petit peu « embêtant ».
américains, au centre donc, et enfin les Fran­ te­t­il. Je découvre la traduction simultanée. « C’ÉTAIT  commises par les nazis. Des atrocités que Le vieil homme se rappelle avoir assisté à la
çais. Soit les quatre pays alliés vainqueurs de la Au milieu des ruines environnantes, tout de­ UNIQUEMENT  Göring, pourtant au fait de tous les détails de défense d’Hans Frank. A l’époque, le bruit cou­
seconde guerre mondiale. vient facile et agréable. » la politique du régime nazi, prétendra ignorer. rait à Nuremberg que le gouverneur de la Polo­
Yves Beigbeder doit s’habituer à la monoto­ GRÂCE À DE GAULLE  Un mois plus tard, le 15 avril, vient le tour du gne adopterait une attitude différente des
LES « PETITS-BOURGEOIS » DU IIIE REICH nie des nuits à Nuremberg, à cette villa réqui­ commandant des camps de concentration et autres accusés. De fait, il reconnaît une part de
Sur ce cliché, on distingue également le juge sitionnée en périphérie, au 10, Erlenstegen­ ET À CHURCHILL  d’extermination d’Auschwitz­Birkenau, Ru­ responsabilité. Yves Beigbeder en est à ce
Henri Donnedieu de Vabres, professeur de strasse. Il y réside en compagnie des couples dolf Höss. Il décrit froidement – « de manière point frappé que, lorsque le journal protestant
droit pénal à la Sorbonne, son suppléant, Donnedieu de Vabres et Falco. Etrangement,
QUE NOUS AVIONS  détachée », frémit encore Yves Beigbeder, qui Réforme lui demande d’écrire un article sur le
Robert Falco, conseiller à la Cour de cas­ une forme de silence prévaut entre les rési­ UN SEMBLANT  a conservé le témoignage écrit du bourreau – procès, il envoie un texte sobrement intitulé
sation, puis, tout à droite, de face, Yves dents. A aucun moment, son oncle juge les méthodes utilisées pour les gazages et « Frank plaide coupable ». « Mais j’étais inno­
Beigbeder. Il a un visage joufflu, des lunettes n’évoque en sa présence les enjeux de ces DE JUSTIFICATION  estime à environ 2,5 millions le nombre de cent et idiot, soupire­t­il. Les horreurs commi­
carrées, des cheveux tirés en arrière, un cos­ jours historiques, ni ses positions personnel­ personnes mises à mort dans les chambres à ses par Frank en Pologne sont incommensura­
tume impeccable. A l’époque, il n’a pas vécu les. « Ce n’est pourtant pas faute de l’avoir D’ÊTRE LÀ » gaz, un chiffre que les historiens ramèneront bles, ce remords n’est pas possible. »
grand­chose, en dehors d’un passage, assailli de questions », regrette M. Beigbeder, YVES BEIGBEDER au bilan non moins terrifiant de 1,1 million de Durant les délibérations, Donnedieu a la ré­
en 1944, dans un maquis FFI en Auvergne. confronté à un mur qu’il ne percera jamais. juriste morts, dont 95 % de juifs. La facilité de Höss à putation, parmi ses collègues étrangers, d’être
Une aventure sans bataille – les nazis se reti­ Alors que la France est perçue comme une décrire la mécanique du génocide marque « tendre ». Ainsi milite­t­il, sans succès, pour
raient alors du sud du pays –, et donc, intruse par ses alliés, il sent à quel point la profondément le jeune juriste. éviter la peine capitale à Frank. « Etait­ce parce
admet­il, une « aventure sans gloire ». situation est compliquée. « Une position En marge de ces séquences historiques, Yves qu’ils se connaissaient ? On ne le saura jamais »,
Revenons à la photo. On y découvre Yves impossible, résume­t­il. Notre pays avait colla­ Beigbeder s’étonne de la relation complexe de estime M. Beigbeder, que le souvenir de Nu­
Beigbeder, les poings sur la table placée de­ boré avec le régime nazi, il avait promulgué le Donnedieu de Vabres avec son suppléant, remberg a accompagné tout au long de sa vie.
vant lui. C’est à croire que l’enjeu lui interdit statut des juifs. C’était uniquement grâce à de Robert Falco. A l’origine, celui­ci devait tenir le Bien sûr, sa carrière de fonctionnaire onusien
de desserrer ses mains. On jurerait un coq Gaulle et à Churchill que nous avions un sem­ rôle du juge titulaire avant d’en être écarté par à l’Organisation pour l’alimentation et l’agri­
dressé sur ses ergots. Est­ce en raison de l’ef­ blant de justification d’être là. Nous n’avions de Gaulle. Falco en éprouvait sans doute du culture puis à l’Organisation mondiale de la
fet produit par la vision des dignitaires nazis pas pu préparer ce procès dans des conditions ressentiment et maintenait, à l’égard du santé l’a un temps éloigné de cette période
dans le box des accusés ? Soixante­quinze correctes. Rien à voir avec les centaines de per­ professeur Donnedieu de Vabres, une dis­ fondatrice de son parcours de juriste. Mais il a,
ans après, il se souvient avoir été frappé de sonnels américains et britanniques qui tra­ tance liée en partie à son comportement par la suite, donné des cours sur la justice in­
les découvrir à ce point ordinaires. « Des vaillaient dessus depuis deux ans. » durant la guerre. Ce dernier avait en effet tra­ ternationale à l’université, que ce soit en
hommes en complet veston, comme des pe­ En ce mois de mars 1946, Yves Beigbeder est versé la période du régime de Vichy sans en­ France, aux Etats­Unis ou au Canada, accom­
tits­bourgeois », dit­il : Hermann Göring, le plongé dans la dernière phase des audiences, combre, continuant à enseigner et à publier. pagnés de plusieurs ouvrages en anglais…
premier personnage du Reich après Hitler, celle des interrogatoires des accusés. Her­ Surtout, Falco avait eu connaissance, avant Comme si, après tant d’années, il n’avait ja­
amaigri dans son uniforme gris perle sans man Göring est entendu en premier, du 13 au le procès, d’un épisode plus problématique mais tout à fait quitté cette salle dans laquelle
forme ; Rudolf Hess, l’adjoint du Führer, aux 21 mars. Ses gestes, tour à tour onctueux et de la carrière de Donnedieu : celui­ci avait il s’était trouvé confronté à l’histoire. 
yeux enfouis dans de sombres orbites, inerte péremptoires, lui permettent de dominer la participé, en 1935, à Berlin, au congrès de samuel blumenfeld
CULTURE
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 | 23

« L’espace public est terriblement hostile »
L’architecte Chantal Deckmyn estime que les vertus éducatives et citoyennes de la ville sont en voie de disparition

ENTRETIEN

A
rchitecte et urbaniste,
Chantal Deckmyn a
étudié la philosophie,
la psychanalyse, l’an­
thropologie, la sociologie. Dans
l’ouvrage Lire la ville. Manuel pour
une hospitalité de l’espace public,
paru en septembre (éditions Do­
minique Carré/La Découverte,
280 pages, 28 euros), elle prolonge
l’approche qu’elle a mise en
œuvre pendant une vingtaine En novembre,
d’années au sein d’une associa­ chez elle,
tion du même nom, créée à Mar­ à Marseille.
seille en 1997, qui œuvrait à la re­ PATRICE TERRAZ
conversion de populations et de POUR « LE MONDE »
lieux disqualifiés. En appréhen­
dant le territoire et ses habitants
comme participants d’un même
écosystème vivant, elle y révèle à
quel point nos villes sont deve­
nues des lieux hostiles et propose
des solutions pour les rendre plus
hospitalières.

Comment l’idée de ce livre


est­elle née ?
J’ai toujours été stupéfaite du
hiatus qu’il y avait entre ce que
l’on peut penser – au sein d’un co­
mité de pilotage, en tant
qu’auteur de diagnostics, d’étu­
des urbaines – et le résultat
auquel cela aboutit. Cela faisait
longtemps que j’avais envie de
partager quelques idées simples
qui mettent un certain nombre
de gens d’accord. Au moment où
l’association Lire la ville a été me­
nacée de liquidation, la Fondation qu’ils sont attentifs à l’espace, à si des drones déversent du poison des bancs, comme s’ils étaient dif­ Toutes les villes, grosso modo, ont
Abbé Pierre m’a demandé une leur environnement… C’est ce qui
« L’architecture dans l’air ? On tendra des filets au­ férents de nous. Il leur est arrivé commencé comme des bidonvil­
étude sur la place des SDF dans la permet la civilité, la citoyenneté. de l’exploit, dessus de nos têtes ? La suren­ des ennuis dans leur vie, ils sont les… Parce que le désir d’habiter
ville. Les préconisations que j’ai chère est infinie… plus vulnérables que nous. Leur précède le mouvement de cons­
faites portent sur l’espace public Vous attribuez la profusion
qui prospère espérance de vie est quasiment la truire. Ce désir est précieux. Les
tout entier, qui est terriblement de signes qui fleurissent à tous aujourd’hui, Vous vous attardez sur moitié de la nôtre. Mais ils ne sont gens ne construisent pas des caba­
hostile pour tout le monde. les coins de rue à une perte la question des fontaines, pas différents de nous ! nes tout seuls. Ils se mettent en­
de sens généralisée…
gomme les des bains publics, des toilettes semble, les maisons se tiennent
Les SDF seraient révélateurs L’architecture de l’exploit qui différences entre publiques, autant d’éléments Vous considérez les bidonvilles par les épaules et laissent des espa­
des maux de l’espace urbain… prospère aujourd’hui, notam­ jadis constitutifs de l’espace comme le signe de l’attractivité ces pour que les gens puissent pas­
Ils sont les habitants les plus ex­ ment dans les grands équipe­
les bâtiments » public qui ont quasi disparu des villes sur lesquelles ils se ser. Ça fait des rues et, assez vite, ça
posés. Leur situation permet de ments, gomme les différences aujourd’hui. Que s’est­il passé ? greffent… fait de la ville. Il y a des endroits,
comprendre à quel point l’espace entre les bâtiments. On ne sait Dans les années 1950, seuls 25 % Les conditions de vie y sont scan­ comme aux Goudes, à Marseille,
public dans ses vertus éducatives, plus distinguer un hôpital d’un Les blocs de ciment qu’on des appartements avaient des daleuses, évidemment, mais ce où c’est devenu patrimonial. 
civilisatrices, citoyennes, est en conseil régional ou d’une prison. installe en ville pour empêcher W­C privatifs et 10 % une douche sont les seuls endroits, selon moi, propos recueillis par
train de disparaître. En conséquence, il faut des signes d’éventuelles attaques ou une baignoire. Une bascule où subsiste une idée de la ville. isabelle regnier
pour les identifier. Comme si, terroristes sont souvent les s’opère à partir des années 1960 :
A quand cela remonte­t­il ? dans une maison, il fallait écrire mêmes qui visent à empêcher tout se passe alors comme si,
Les ravages du mouvement mo­ « chambre », « salon », « cuisine » l’installation de campements chacun étant équipé chez soi, le
derne ont rendu la ville de plus en au­dessus des portes. de migrants. Pensez­vous qu’ils confort dans l’espace public était
plus dure, de moins en moins ac­ soient un mal nécessaire ? devenu superflu. Peu à peu, on a
cueillante. Le gigantisme des par­ La division de la chaussée On apporte une réponse maté­ entièrement déshabillé l’espace
celles réduit l’espace public à des en couloirs selon les modes rielle à un problème d’ordre re­ public. Comme si tout le monde
filets dédiés à la circulation. Le zo­ de circulation vous paraît­elle lationnel. C’est le signe d’une passait vingt­quatre heures sur
nage a introduit par ailleurs ce une bonne solution ? grande confusion. Le terrorisme vingt­quatre à domicile. Comme
que Michel Foucault appelait les La séparation est toujours en France vient souvent de gens s’il n’y avait pas des travailleurs
« hétérotopies », ces espaces insti­ contre­productive. L’ingénieur qui sont nés en France. Le com­ du bâtiment, des gens qui font des
tutionnels que sont les zones rési­ hollandais Hans Monderman a munautarisme dans lequel ils ont courses, des voyageurs, des SDF…
dentielles, ou les zones commer­ expérimenté le concept d’espace été pris, c’est nous qui l’avons
ciales. Ce ne sont ni des espaces partagé : des lieux où a été mise créé. C’est nous qui avons forcé Dans le projet de la future gare
privés appartenant à quelqu’un, en place une dérégulation totale ces populations à habiter ensem­ du Nord, à Paris, il est prévu de
où il règne une tradition familiale, de la circulation, aucune limita­ ble, à l’écart des autres. Prévenir construire un lieu réservé aux
des relations affectives, ni des es­ tion de vitesse, ni de sens interdit, les attentats exige d’agir sur le SDF à proximité, pour éviter
paces publics qui appartiennent à ni de feux, ni de couloirs… Cela plan du renseignement, de l’édu­ qu’ils y errent. Qu’est­ce que
tout le monde et sont régis par les oblige à faire attention les uns cation, de la reconnaissance par cela vous inspire ?
lois de la République. Un espace aux autres et il y a, au final, moins le travail… Barrer une route n’em­ On veut les faire disparaître en
institutionnel appartient à une d’accidents… pêchera rien. Qu’est­ce qu’on fera les empêchant de s’asseoir sur
entité abstraite. Il n’est l’objet ni
d’amour ni d’attention. Il fonc­
tionne sous l’empire du règle­
ment intérieur. On est plus dans
Un manifeste pour repenser le territoire urbain
l’ordre de la gestion des objets que
de la gouvernance des personnes. quand les fontaines publiques se sont­elles cine, selon l’autrice, dans un urbanisme inspiré
taries ? Qui a fermé les portes des églises ? Où des principes du mouvement moderne – cette
L’idée de la concurrence entre sont passés les bancs publics ? En quelques dé­ manière de diviser les villes en zones d’activité
les villes revient beaucoup cennies, les villes françaises ont perdu leur ca­ exclusive. Elle s’est intensifiée à mesure que la
dans votre livre. Qu’entendez­ ractère hospitalier. Elles sont devenues ces terri­ logique de la rentabilité étendait son empire sur
vous par là ? toires hostiles qui ont incité la Fondation Abbé la ville, au gré des privatisations plus ou moins
Les villes françaises tablent Pierre à lancer, en 2019, la cérémonie des Pics larvées de l’espace et des services publics, de l’in­
beaucoup sur le tourisme, qui est d’or, qui distinguent les dispositifs anti­SDF les tensification de la spéculation immobilière et de
une activité dangereuse. Le tou­ plus hideux. En tant que consultante pour des la montée en puissance concomitante de la logi­
risme traque l’authenticité pour missions liées aux politiques de la ville ou dans que sécuritaire. L’analyse est d’autant plus éclai­
la détruire. Ces sols en pierre le travail de terrain qu’elle a longtemps mené rante qu’elle est mise en valeur par un beau tra­
claire qui se répandent partout en auprès de populations fragilisées, Chantal Deck­ vail d’édition et par un appareil iconographique
ce moment, par exemple, pour myn a observé les transformations urbaines qui rend le propos aussi limpide que familier. Le
mettre en valeur les centres histo­ pendant plus de quatre décennies. Dans ce livre, constat est accablant, mais la manière qu’a
riques, œuvrent en réalité à les dé­ elle fait le point sur l’appauvrissement de l’es­ Chantal Deckmyn d’esquisser pour chaque pro­
sactiver. Le fait même de les appe­ pace public qui en est résulté. A la fois pragmati­ blème des pistes de résolution donne à son livre
ler « historiques » dit bien à quel que et analytique, sa démarche s’articule autour la qualité d’un manifeste revigorant. Indispensa­
point la ville, c’est terminé. A me­ de dix­huit entrées – des squats urbains aux ble, même, pour aborder le monde qui vient. 
sure que les villes perdent leur bains­douches, des gares à la nature en ville… – i. r.
singularité, leur charme particu­ qui sont autant de biens communs dont les usa­
lier, les habitants perdent l’atta­ gers des villes disposaient naguère en abon­ Lire la ville. Manuel pour une hospitalité
chement qu’ils ont pour elles. Cet dance et dont l’accès est aujourd’hui contraint. de l’espace public, de Chantal Deckmyn,
attachement, c’est ce qui fait que Cette désagrégation dont chacun perçoit les ef­ Dominique Carré/La Découverte,
les gens sont vraiment présents, fets sans en avoir une conscience précise s’enra­ 280 pages, 28 euros.
0123
24 | culture SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

La sensualité
à poigne de
Bonnie Banane
La chanteuse et actrice sort son
premier album, « Sexy Planet »,
où s’épanouit sa poésie fantasque

MUSIQUE avec une période chaotique », as­


sure Bonnie Banane, flottant dans
Bonnie
Banane,

A
u fil de titres égrainés un ample survêtement, cheveux en septembre,
sur les plates­formes ondulant maintenus de chaque à Paris.
depuis 2013 et d’invita­ côté de ses yeux bleu pâle par de PIERRE-ANGE CARLOTTI
tions lancées par la longues barrettes. La si séduisante
frange la plus aventureuse d’une planète, « femme généreuse et ac­
scène francophone triturant sons cueillante », a tant été bafouée
de l’électro et du R’n’B (des « featu­ qu’elle s’emporte et se venge.
rings » avec Flavien Berger, « Plus “foxy” finalement que sexy »,
Varnish La Piscine, Myth Syzer, remarque la chanteuse en faisant
Walter Mecca…), le patronyme lé­ allusion à la « femme rusée » (Foxy
gèrement clownesque de Bonnie Lady) célébrée par Jimi Hendrix. groove vindicatif du producteur « J’ai 26 ans est ma chanson pré­ teurs, à l’instar du DJ et produc­
Banane est devenu synonyme Cette colère de la Terre nourri­ Para One. « Je préfère qu’on ait peur férée », assure­t­elle en citant un
« Je préfère qu’on teur Walter Mecca, qui l’encou­
d’intrigants frissons. Confirma­ cière, son personnage au prénom de moi. Les gens ne sont pas à l’aise des titres de l’album culte, Comme ait peur de moi. rage à adopter le pseudo qu’elle af­
tion, mi­novembre, avec la sortie de femme gangster l’incarne avec avec une femme dangereuse. » à la radio (1970). « Je suis fascinée fichait sur Facebook comme nom
d’un premier album, Sexy Planet, une autorité légèrement déjantée, par sa complicité avec son com­
Les gens ne sont de chanteuse et réalise son
habité par une tension excentri­ une diction déliée dont le jeu cruel Les Rita et Brigitte Fontaine positeur et multi­instrumentiste, pas à l’aise premier single, Muscles (2013).
que et un personnage au chant griffe les abus environnemen­ Cette sensualité à poigne, ce mé­ Areski Belkacem, et par son écri­
théâtral, trempant ses convic­ taux, mais aussi ceux du ma­ lange de self­control et de poésie ture, riche de ce qui est invisible et
avec une femme Discrète sur sa vie d’actrice
tions dans le surréalisme. chisme, du racisme, des violences flirtant avec l’absurde, ce refus de des non­dits », ajoute­t­elle avant dangereuse » Comme pour ne pas voler la ve­
Si une semaine de résidence policières, de l’homophobie… Des jouer des facilités sentimentales d’entonner un couplet de Moi dette à Bonnie Banane, Anaïs Tho­
dans la salle parisienne de La indignations qu’elle n’est certes tout en divulguant la dureté du aussi : « Je bois de la pisse de vache/ mas reste discrète sur sa vie d’ac­
Boule noire l’avait préparée à des pas la première à revendiquer, monde rappelleront la singula­ Y’a bien du vin blanc/Mais c’est sait­il pour rassurer et séduire les trice. Même si elle s’est fait remar­
concerts finalement reportés à mais que la chanteuse évoque rité d’une Catherine Ringer, capa­ pour le patron. » En 1972, Fontaine femmes ? Cela me troublait. » Sexy quer dans des films de Bertrand
2021, la jeune femme de 28 ans sans lourdeur, préférant « twis­ ble d’évoquer, en dansant, le can­ y évoquait à sa façon les humilia­ Planet résonne d’ailleurs souvent Bonello (L’Apollonide, Saint Lau­
– qui délaisse en ce moment son ter » ces thèmes avec une impé­ cer (Marcia Baila) ou la déporta­ tions et les souffrances des fem­ de claviers et de rythmiques syn­ rent) ou Valérie Donzelli (Margue­
vrai nom, Anaïs Thomas, et son rieuse bizarrerie. « Je ne corres­ tion (Le Petit Train). Si Bonnie Ba­ mes et des immigrés. thétiques marqués par le regretté rite et Julien), et dans un rôle de CPE
premier métier de comédienne – ponds pas trop au profil “mimi” », nane dit adorer la chanteuse des La culture chanson franco­ génie de Minneapolis. dans la série Mortel, sur Netflix, la
n’est pas mécontente de publier remarque celle qui, dans Limites, Rita Mitsouko, elle se réclame phone d’Anaïs Thomas est ré­ Transportée aussi par les tenan­ chanteuse juge ces expériences
son disque en ces temps troublés. semble dresser au fouet un harce­ aussi de l’extravagance habitée de cente. Creusée dans l’infini éclec­ tes d’un « black girl power », telles « peu probantes » et dit préférer
« Un album chaotique en phase leur sexuel, propulsée par le Brigitte Fontaine. tisme de YouTube – de Balavoine à la chanteuse néosoul Erykah Badu son autonomie de musicienne.
Bibie (Tout doucement), en pas­ (« je peux encore sentir l’odeur de Difficile tout de même de négli­
sant par l’ovni « eighties » Nini l’encens que je mettais pour écou­ ger la puissance vocale que lui ont
Raviolette –, elle est venue com­ ter son album, Mama’s Gun ») et la apportée les cours de chant lyri­
pléter une passion quasi exclu­ reine Beyoncé, Bonnie Banane a que au Conservatoire (« j’y ai
sive pour la musique afro­améri­ continué de se nourrir d’une con­ trouvé ma voix de soprano »), ou
caine. D’origine bretonne, mais ception aventureuse du hip­hop et de nier la présence théâtrale qui
grandie à Saint­Tropez, la jeune du R’n’B avec des héritiers « prin­ construit le personnage de

et fille – qui habite désormais Pantin


(Seine­Saint­Denis) – attrape le
ciers » comme D’Angelo, Kendrick
Lamar ou Tyler the Creator. Tout
Bonnie, au point parfois de la pa­
rer d’une armure un peu froide.
virus du groove funky grâce à en admirant l’art de la punchline Elle suggère que son rapport au

présentent un père accro au rhythm’n’blues


et au hip­hop. « Lui était dans les
de certains rappeurs français.
En 2012, au moment où com­
monde et aux hommes l’a pous­
sée à s’endurcir, mais revendique
bijoux et ma mère dans la cou­ mence sa formation de comé­ aussi des chansons « à fleur de
ture », glisse­t­elle. dienne au Centre national supé­ peau » comme Flash ou Béguin. Et
Parmi les coups de foudre déter­ rieur d’art dramatique, à Paris, la le désir d’harmonie que propose
minants, la découverte de Prince, fan de musique produit ses pre­ Quelle osmose !, en conclusion po­
dont elle se rappelle avoir vu cinq miers sons. « Seule dans ma cham­ sitiviste de ce premier album. 
fois de suite, à 16 ans, le film bre, avec le logiciel Garage Band, stéphane davet
Purple Rain, « à 5 cm de la télé ». précise­t­elle. J’ai mis longtemps
« J’y ai découvert la complexité de avant de les faire écouter à quel­ Sexy Planet de Bonnie Banane,
la sexualité. Cette façon efféminée qu’un. » Les premiers auditeurs 1 CD Péché Mignon/Grand
de s’habiller… Etait­il gay ? Le fai­ deviendront vite ses collabora­ Musique Management

LAISSEZ-VOUS
GUIDER DANS Régine Hatchondo nommée à la tête
UN MUSÉE du Centre national du livre
UNIQUE ! L’ex­directrice générale d’Arte remplace Vincent Monadé
à la présidence de l’établissement public de soutien à l’édition

Le livre n°3
C’ est le jeu classique des
chaises musicales pour
les organisateurs de manifesta­
tions littéraires.
création artistique au ministère
de la culture. Deux ans plus tard,

12 € l’obtention des postes Figure du monde de la culture, elle prend la direction générale et
fort convoités dans le monde la Régine Hatchondo, âgée de 57 ans, la vice­présidence d’Arte. Bruno
,99 culture. Vincent Monadé, prési­ a un profil politique marqué. Suc­ Patino ayant été nommé prési­
seulement dent du Centre national du livre cessivement administratrice du dent de la chaîne, Régine Hat­
(CNL) depuis octobre 2013, avait Théâtre national de Chaillot, se­ chondo est partie fin octobre.
été nommé pour cinq ans et occu­ crétaire générale du Forum des « Présider le CNL durant sept ans
pait toujours ses fonctions, de fa­ images puis de la Quinzaine des aura été un honneur », assure Vin­
çon intérimaire, depuis deux ans. réalisateurs, à Cannes, dans les cent Monadé, qui quitte cet éta­
Par décret du mercredi 18 novem­ années 1990, elle a rejoint la Mai­ blissement « avec un pincement au
Dans chaque beau livre, bre, Régine Hatchondo, candidate rie de Paris dans le sillage de Ber­ cœur ». Au cours de son mandat, il
malheureuse à la présidence trand Delanoë. Elle y fut déléguée a notamment créé l’opération Par­
70 chefs-d’œuvre d’Arte, le remplace à la tête du de la mission cinéma puis con­ tir en livre, une grande fête du livre
décryptés CNL, établissement public de sou­ seillère culture du maire. pour la jeunesse qui rassemble
tien à l’édition installé dans un su­ chaque été plus de 700 000 parti­
par des historiens d’art perbe hôtel particulier du Ex-conseillère de Manuel Valls cipants. Vincent Monadé a ré­
XVIIIe siècle, l’hôtel d’Avejean, rue En 2009, elle dirige Unifrance et formé les commissions, plus que
de Verneuil dans le 7e arrondisse­ promeut pendant quatre ans le ci­ doublé les aides accordées aux
Pour découvrir un extrait gratuit, rendez-vous sur : ment de Paris. néma français à l’étranger avant auteurs et imposé leur rémunéra­
www.lemuseeidealgeo.fr
geo.fr Doté d’un budget de près de de revenir pour un an à la Mairie tion lors de leur participation à des
24 millions d’euros, il a pour mis­ comme directrice des affaires cul­ festivals. Il a également lancé un
sion de soutenir, grâce à diffé­ turelles de la Ville de Paris, jusqu’à grand plan d’aides à la librairie et
rents dispositifs et commissions, l’élection d’Anne Hidalgo. Elle est s’est attelé à pérenniser le budget

Toutes les 2 semaines chez votre marchand de journaux tous les acteurs de la chaîne du
livre, aussi bien les auteurs que
les éditeurs, les libraires, les tra­
alors appelée par Manuel Valls à
Matignon pour être sa conseillère
culture et média. En 2016, elle est
de cet établissement qui a distri­
bué 19 millions d’euros d’aides au
secteur en 2019. 
ducteurs, les bibliothécaires que nommée directrice générale de la nicole vulser
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 carnet | 25
Le président Lyon (Rhône). La famille de

Michel Robin Le Carnet


Et le conseil d’administration
du Cercle Bernard Lazare,

ont la tristesse de faire part du décès


de
Ormes (Saône-et-Loire).

En communion avec son époux,


le professeur Louis F. Perrin
M. Serge YOUNG,
médaille Beaumarchais de la SACD,

Comédien Lise FUCHS,


(† 2015),

Jean-Patrick Perrin,
Pascale Aubin-Perrin,
chevalier
dans l’ordre des Arts et des Lettres,
chevalier de la Légion d’honneur,
Vous pouvez nous faire survenu le 11 novembre 2020,
à l’âge de soixante-dix-sept ans. son fils et sa belle-fille,
parvenir vos textes Victoria, Elisabeth et Cyril, a la douleur d’annoncer son décès,
Les obsèques auront lieu au ses petits-enfants, survenu à Piétrebais, le 16 novembre
cimetière parisien de Bagneux, le
soit par e-mail : vendredi 20 novembre, à 14 heures.
Les familles Labry, Jannin, 2020, à l’âge de quatre-vingt-quinze
Ses cousins,
carnet@mpublicite.fr 10, rue Saint-Claude, Parents et amis,
ans.
(en précisant impérativement 75003 Paris.
ont la grande tristesse de faire part 4, rue de la Procession,
votre numéro de téléphone
du rappel à Dieu du 1915 Piétrebais
et votre éventuel numéro Olivia, François et Victoire,
ses enfants (Belgique).
d’abonné ou de membre et leurs conjoints, docteur
Théodore, Afonso, Noé, Suzanne Michèle PERRIN-LABRY,
de la SDL) et Rosalie, anesthésiste des Hôpitaux, Remerciements
ses petits-enfants
soit sur le site : Et toute la famille, le 16 novembre 2020, Après avoir fait un long chemin
à l’âge de quatre-vingt-dix-sept ans. avec nous,
https://carnet.lemonde.fr ont la tristesse de faire part du décès
de
La messe de funérailles sera Richard POTTIER,
L’équipe du Carnet Hubert GONOD d’ARTEMARE, célébrée le mardi 24 novembre,
reviendra vers vous à 10 h 30, en la basilique Saint-Martin-
mon époux, notre père et grand-
survenu le 19 novembre 2020. d’Ainay, Lyon 2e, dans l’intimité
dans les meilleurs délais familiale, compte tenu des père, nous a quittés.
La cérémonie religieuse sera
pour vous confirmer célébrée en l’église Saint-Thomas-
circonstances sanitaires, suivie de
l’inhumation au cimetière d’Ormes.
la parution. d’Aquin, Paris 7e, dans l’intimité Ses obsèques ont eu lieu à Paris,
familiale, compte tenu des le 26 septembre 2020.
circonstances sanitaires. Ni fleurs ni couronnes.

carnet@mpublicite.fr Une messe du souvenir sera Des dons aux œuvres caritatives Merci à tous nos amis d’ici et
En 1990. PIERRE VERDY/AFP https://carnet.lemonde.fr célébrée ultérieurement. peuvent être effectués, notamment à d’ailleurs qui étaient présents en
la Fondation d’Auteuil (Apprentis
pensée.
Gradignan. d’Auteuil), à la Fondation française
AU CARNET DU «MONDE» de l’ordre de Malte et au Secours
Thérèse, catholique. Merci à ses collègues de
son épouse l’université Paris-Descartes.
Décès Ainsi que toute la famille, La famille remercie toutes les
personnes qui prendront part à sa
Emmanuelle et Georges Pierre ont la tristesse de faire part du décès Merci à ses collègues et amis de la

A
vec lui disparaît un ac­ 13 NOVEMBRE 1930 Nais- peine et s’uniront à elle par la prière.
Maitre, du commission d’éthique de l’INTS pour
teur­poète, et un hom­ sance à Reims Fabienne et Alain Totah,
me aussi merveilleux 1957 Entrée dans la troupe Nathalie Aubert, professeur Jean LASCOMBE, Jean-Martin Folz, Ross McInnes, leur hommage plus que chaleureux.
que discret : le comé­ de Roger Planchon ses enfants, ancien président Roberto Michetti et Jérôme de
Ses petites-filles de l’université des sciences Pelleport,
dien Michel Robin est mort, mer­ 1970 « En attendant Godot » de Bordeaux 1, Vous êtes tous les bienvenus dans
Et ses arrière-petits-enfants,
credi 18 novembre, à l’âge de 1979 Prix d’interprétation notre souvenir.
font part du décès de
90 ans, des suites du Covid­19. Il au festival de Locarno ont la tristesse de faire part du décès survenu le 12 novembre 2020,
de à l’âge de quatre-vingt-onze ans.
était né à Reims, le 13 novem­ pour « Les Petites Fugues » M. Renato PICCO, Xuân Xuân, Agnès et Luc, Serge et
bre 1930. Il s’était illustré à la télévi­ 1997 Devient sociétaire Emilia AUBERT, Ses obsèques religieuses ont été éminent industriel, Françoise,
sion et au cinéma dans de nom­ à la Comédie-Française née PAVIANI, célébrées dans l’intimité familiale ce européen convaincu, Clément, Aurélien, Célia et
breux seconds rôles, notamment 2014 « Les Méfaits du tabac » vendredi 20 novembre, à 9 h 30, ancien président
en l’église Saint-Pierre à Gradignan, Raphaël.
dans Les Aventures de Rabbi Jacob 18 NOVEMBRE 2020 Mort survenu le 16 novembre 2020, le jour de Eridania Beghin Say.
de ses quatre-vingt-dix-huit ans. suivies de l’inhumation au cimetière
(1973), La Chèvre (1981) ou Le Fabu­ Le Plantey de cette même commune.
leux Destin d’Amélie Poulain
survenu à Genes, le 12 novembre 2020. Anniversaire de décès
La cérémonie religieuse a été
(2000), mais c’est le théâtre qui a célébrée dans l’intimité familiale, Jean Yves et Annick Luherne,
le vendredi 20 novembre, à 10 h 30, Madeleine Hoffmann,
été son royaume, au long de plus d’autrefois, dont il estimait que ses enfants Emma VENARD VILLEGAS
en la paroisse Notre-Dame-de- Et toute la famille, sa sœur,
de soixante ans d’une carrière où il l’art s’était perdu, sauf chez Ray­ Compassion, Paris 17e. Dominique, Catherine, Elisabeth,
a mis son art de comédien au ser­ mond Devos. « Mon rêve, ce serait ont la douleur de faire part du décès Béatrice, notre andalouse, notre soleil, il y a
vice des plus grands auteurs. de pouvoir entrer en scène, de m’as­ Cet avis tient lieu de faire-part. de ses enfants, un an le 20 novembre, tu quittais la
Ce royaume du théâtre, pour­ seoir sur une chaise, de ne rien faire, Mathieu, Héloïse, Léo, Arsène,
Mme Geneviève LUHERNE, ses petits-enfants, terre, à l’âge de cinquante-neuf ans,
tant, lui avait d’abord paru inacces­ et de faire rire et pleurer en même Catherine, Isabelle, Jean-François,
Nathalie, Elie, Hélène et Emilie, née BOUSSARD, Camille, après avoir lutté avec un très grand
sible, dans son enfance rémoise temps », disait­il en livrant ainsi le professeur honoraire
ses enfants, son arrière-petite-fille, courage contre le cancer.
tranquille et bourgeoise. « Je pen­ secret de son art de comédien. de lettres-histoire
sais que c’était irréalisable, nous ra­ Au fil des années 1970 et 1980, il ont la tristesse de faire part du décès (à Montreuil-sous-Bois),
chevalier ont la tristesse d’annoncer le décès,
contait­il, en avril 2003. D’abord, a peaufiné cet art en jouant avec de leur père, Sérénité, enfin pour toi notre hibou,
de l’ordre des Palmes académiques, survenu à l’âge de quatre-vingt-dix
j’étais trop moche : dans ma jeu­ les metteurs en scène importants ans, de notre oiseau libre, notre artiste, notre
nesse, au début des années 1950, de l’époque, de Jean­Louis Bar­ M. Michel BESSIÈRES, survenu le 9 novembre 2020, étoile adorée. Tu resteras dans notre
l’Acteur, c’était Gérard Philipe… » rault à Claude Régy en passant par à l’âge de quatre-vingt-dix ans.
survenu à Suresnes, le 14 novembre Lise PIERRE, cœur pour toujours.
Michel Robin se lance quand Alfredo Arias, Lucian Pintilie ou 2020, à l’âge de quatre-vingt-neuf ans. La cérémonie religieuse ainsi que
même, arrivant à Paris en 1956, à Jérôme Savary. En 1994, son ami l’inhumation, ont eu lieu le 17 qui fut professeure de lettres au On t’ aime.
l’âge de 26 ans, pour entrer à l’école Jean­Pierre Miquel l’appelle pour Espace analytique novembre, au cimetière de Verrières- lycée Jean-Jaurès, à Reims.
du Théâtre national populaire lui proposer d’entrer à la Comé­ le-Buisson, dans la stricte intimité
a la grande tristesse de faire part de familiale. 41, chemin du Cristal des Glaces, Ta famille
(TNP), alors dirigé par Jean Vilar. die­Française. Il joue son premier
la mort, survenue à Paris, le 10 74400 Chamonix. Et tes ami(e)s.
Roger Planchon, qui en 1957 se grand rôle dans la maison en novembre 2020, de « je suis la résurrection et la vie. »
voit confier le Théâtre de la Cité 1996, Monsieur Jourdain, dans Le Jean 11.25.
de Villeurbanne, l’engage six Bourgeois gentilhomme, puis il en Abram COEN Société éditrice du « Monde » SA
mois plus tard. « Au début, je te­ devient le 495e sociétaire en 1997. (1934-2020), Françoise Michaud, Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus
psychiatre, psychanalyste, Directeur du « Monde », directeur délégué de la publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
nais les hallebardes, et puis je suis Il va y rester jusqu’en 2010, et y Philippe-Alain Michaud,
membre d’Espace analytique. Florence et Eric Fournier,
Directeur de la rédaction Luc Bronner
resté dix ans… », se souvenait Mi­ donne pendant quinze ans une Directrice déléguée à l’organisation des rédactions Françoise Tovo
ses enfants, Direction adjointe de la rédaction Grégoire Allix, Philippe Broussard, Emmanuelle Chevallereau, Alexis Delcambre,
chel Robin. Il joue dans une petite grandeur inédite aux rôles de Il dirigea plusieurs services de Titus, Pierre, Clément, Gabriel, Benoît Hopquin, Marie-Pierre Lannelongue, Caroline Monnot, Cécile Prieur, Emmanuel Davidenkoff (Evénements)
vingtaine de spectacles du maî­ vieux serviteurs, de Marivaux à pédopsychiatrie où il a toujours ses petits-enfants, Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann
mis au premier plan l’approche Rédaction en chef numérique Hélène Bekmezian
tre, de George Dandin aux Trois Molière en passant par Feydeau. psychanalytique. Rédaction en chef quotidien Michel Guerrin, Christian Massol, Camille Seeuws, Franck Nouchi (Débats et Idées)
Mousquetaires en passant par Mais c’est surtout avec les Rus­ ont l’immense tristesse de faire part Directeur délégué aux relations avec les lecteurs Gilles van Kote
de la disparition de Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
toute une collection de Shakes­ ses Tchekhov et Ostrovski qu’il va Nous adressons à sa famille et à ses Chef d’édition Sabine Ledoux
peare, de Richard III à Falstaff. donner une épaisseur humaine proches nos sincères condoléances. Directrice du design Mélina Zerbib
Mme Jean MICHAUD, Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani
inouïe à ces personnages qui ont née Emilie JEANNIN, Photographie Nicolas Jimenez
12, rue de Bourgogne, Infographie Delphine Papin
La révélation Beckett passé leur vie dans les coulisses docteur en histoire de l’art,
75007 Paris. Directrice des ressources humaines du groupe Emilie Conte
En 1970 a lieu la grande rencontre de l’existence : Firs dans La Ceri­ présidente
Secrétaire générale de la rédaction Christine Laget
de l’association Environnement Var, Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président, Sébastien Carganico, vice-président
théâtrale de sa vie, celle de Sa­ saie et Feraponte dans Les Trois Marc, Franck, James Zyltman, présidente
muel Beckett, qui restera jusqu’au Sœurs, sous la direction d’Alain ses enfants, de l’association Les Cazeaux,
bout son auteur de prédilection, Françon, Karp dans La Forêt d’Os­ leur père, Georges Zyltman, chevalier du Mérite agricole,
avec Tchekhov. Roger Blin l’en­ trovski, mise en scène par Piotr
ont l’immense tristesse d’annoncer survenue le 14 novembre 2020.
gage pour jouer Lucky dans En at­ Fomenko. En 2014, Denis Podaly­ la disparition de
tendant Godot, qu’il avait créé dès rend hommage à cet art pro­ Une cérémonie religieuse sera Le Carnet
en 1953 et dont il propose une fond et aérien en mettant en Mme Jeannine COURQUIN, célébrée dans l’intimité familiale,
nouvelle mise en scène. Pour Mi­ scène Michel Robin, au Théâtre le samedi 21 novembre, à 10 h 30,
survenue le dimanche 8 novembre en l’église Saint-Roch, 296, rue Saint-
chel Robin, c’est une révélation. des Bouffes du Nord, à Paris, dans 2020, à l’âge de quatre-vingt-six ans. Honoré, Paris 1er.
Dix ans plus tard, en 1980, il re­ le rôle du vieux Nioukhine dans
trouve Beckett pour Fin de partie, Les Méfaits du tabac, de Tchekhov. La cérémonie civile a eu lieu le 2, rue Ernest-Renan, Distinguez-vous avec Le Carnet !
sous la direction de Guy Rétoré. « Pour moi, toute l’essence de mardi 17 novembre, dans l’intimité 75015 Paris.
familiale au cimetière de Champlan
Il jouera de nouveau la pièce Tchekhov est dans ce que dit Firs à (Essonne).
en 1986, avec Marcel Maréchal, et, la fin de La Cerisaie, observait Jean-Claude Valette,
en 2011, avec Alain Françon. Le rôle alors Michel Robin : “La vie, elle a olivo4@free.fr son époux,
Cédric Roidor et Théodore Valette,
et la pièce de sa vie. « Fin de partie, passé, on a comme pas vécu.” » ses enfants,
pour moi, c’est encore plus magni­ Ce fut le dernier rôle de Michel Françoise Nurit,
fique que Godot, plus simple, Robin, dont la présence familière sa sœur, Geneviève ont l’immense peine de faire part de
et toute leur famille, la disparition de
moins bavard. Ça peut paraître très évoquera d’autres souvenirs à Frédéric Montfort et Carlos Duran,
prétentieux, mais, chez Beckett, je nombre de spectateurs. A l’image Ivlita MOUDJIRI,
suis chez moi. C’est tellement drôle, du Pipe du film d’Yves Yersin Les ont l’immense tristesse de faire part artiste-peintre
et tellement affreux, en même Petites Fugues (1979), un vieux pay­ du décès de et anciennement journaliste
temps. Il s’approche de choses telle­ san qui faisait souffler un vent de au Monde et à Libération
Nicole DARRAMBIDE, où elle signait Evelita Mood,
ment mystérieuses, tellement gra­ liberté sur son vélomoteur, et qui dite Nicole,
ves, qu’il n’y a plus qu’à en rire. » lui a valu le prix d’interprétation artiste et professeure survenue le 15 novembre 2020. Pour toute information :
C’est avec Beckett, surtout, que au festival de Locarno. Ou du Doc à l’ENSATT.
Michel Robin a compris quel ac­ de la série télévisée Fraggle Rock Une cérémonie s’est tenue ce carnet@mpublicite.fr
Son inhumation a eu lieu dans la vendredi 20 novembre, en la
teur il voulait et pouvait devenir. (1983), qui en a fait le grand­père plus stricte intimité le 4 novembre chapelle géorgienne Sainte-Nino,
Tarif : 29,50 € TTC Prix à la ligne
Comme l’auteur de Godot, il était imaginaire d’une génération.  2020, au cimetière de Saint-Mandé, suivie des funérailles au cimetière
fasciné par les grands clowns fabienne darge Paris 12e. parisien de Thiais.
26 | télévision 0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

A travers 4 000 ans d’histoire, la face cachée de l’écriture VOTRE


SOIRÉE
TÉLÉ
Une série documentaire met en regard son évolution et son impact sur l’homme, ses civilisations et ses attentes

ARTE cessibles à tous, esclaves compris.


SAMEDI 21 – 20 H 50 Sa disparition au Moyen Age, au SAMEDI  21  NOVEMBRE
DOCUMENTAIRE profit du parchemin, transforme
le livre en un objet rare et pré­ TF1

Q
ui a inventé l’écri­ cieux, et l’alphabétisation recule. 21.05 Mask Singer
ture ? Ce documen­ Il faudra attendre la presse de Gu­ Divertissement présenté par
taire en trois parties tenberg pour inverser la tendance. Camille Combal.
tente de répondre à Reste l’usage que l’homme fait 23.15 Mask Singer,
cette question dans la de l’écrit. Le troisième volet, l’enquête continue
grande tradition des réalisations Une nouvelle ère, revient d’abord Divertissement présenté par
qui ont fait la réputation d’Arte : sur les utilisations idéologiques de Camille Combal.
une somme de connaissances éru­ l’écriture, aux XIXe et XXe siècles
dite, accessible et ambitieuse. Sans par certains dirigeants autori­ France 2
être ennuyeuse, contrairement à taires, comme Mustafa Kemal 21.05 N’oubliez pas les paroles
ce que peut laisser penser le classi­ Atatürk (1881­1938), qui imposa Divertissement présenté par Nagui.
cisme des premières minutes de l’alphabet latin aux Turcs et leur 23.30 On est presque en direct
cette Odyssée de l’écriture. Très interdit l’arabe en 1929 – cette déci­ Talk-show présenté par
vite, se met en place une lecture à sion, radicale, reste mal acceptée. Laurent Ruquier.
plusieurs niveaux, qui se suit La série se termine avec l’arrivée
comme un jeu de piste, entre ce des nouvelles technologies. Et un France 3
qui se voit et ce qui se devine, entre constat : « Nous n’écrivons plus, 21.05 Mongeville
la découverte d’une technique et nous tapons. » Plutôt que de s’en Série. Avec Francis Perrin,
ses conséquences insoupçonnées désespérer, le réalisateur, David Gaëlle Bona, Pierre Aussedat
– culturelles, religieuses, économi­ Sington, donne largement la pa­ (Fr., 2019).
ques, sociétales. Et ce depuis qua­ role à Xu Bing, auteur d’Une his­ 22.30 Mongeville
tre millénaires. Extrait du troisième épisode intitulé « Une nouvelle ère ». FILMS À CINQ/DOX/ARTE FRANCE 2020 toire sans mots (Grasset, 2013), Série. Avec Francis Perrin,
Depuis Les Origines, titre du écrit à l’aide d’émojis et d’icônes Christiane Bopp, Jean-Philippe
premier épisode, qui emmène le universels. Graphiste, l’artiste est Lachaud (Fr., 2019).
téléspectateur sur les terres des gravés sur des os d’animaux ou aussi étonnant et artistiquement les civilisations. Ce thème est dé­ surtout réputé pour avoir écrit un
trois principaux foyers de civilisa­ des écailles de tortue. résumé par la pointe d’un pin­ veloppé dans le deuxième volet, Livre du ciel, à l’aide de 4 000 carac­ Canal+
tion, en Occident, en Orient et La transition de l’image à la re­ ceau. Le serpent égyptien se mue qui s’ouvre avec humour par une tères inventés et qui n’ont aucun 21.00 Football
dans le monde arabo­musulman. présentation marque la première alors en « mu » de l’alphabet grec séquence sur « comment fabri­ sens. Ce qui au départ n’était Marseille-Nice. Ligue 1 Uber Eats.
Beaucoup découvriront alors la grande évolution de l’écriture. Elle puis en « m » de l’alphabet latin. quer un stylo à partir d’une can­ qu’une installation (1990) devien­ 11e journée, en direct.
montagne du Serviteur, dans le s’appuie sur la « règle du rébus » nette de Coca », par le calligraphe dra l’expression du pouvoir caché 23.00 Canal Football Club :
désert du Sinaï, dont les ruines qui juxtapose des « phonèmes », Plume, stylo et parchemin Brody Neuenschwander. des mots. Un pari audacieux.  le débrief
témoignent de l’invention de l’al­ des caractères utilisés pour le son Mais écrire ne se fait pas qu’au Le support est tout aussi essen­ catherine pacary Emission présentée par
phabet par une poignée de mi­ qu’ils représentent et non plus pinceau. La plume, le stylo sont tiel. C’est grâce au papyrus que Karim Bennani.
grants ; ou les premiers caractères pour leur sens. Le passage suivant, autant d’inventions qui ont elles l’Empire romain est devenu une L’Odyssée de l’écriture, de David
chinois de l’« écriture ossécaille », du rébus à l’alphabet, est tout aussi marqué de leur empreinte société lettrée, avec des écrits ac­ Sington (Fr., 2020, 3 × 52 min). France 5
20.50 Echappées belles
Week-end à La Rochelle.
Magazine présenté par
Jérôme Pitorin.

Combats de femmes pour stopper les violences 22.30 Un Français


nommé Gabin
Documentaire d’Yves Jeuland
Un court mais instructif documentaire suit quatre profils différents, chacun ayant pour vocation d’aider les victimes (Fr., 2016, 105 min).

Arte
20.50 L’Odyssée de l’écriture
FRANCE 24 sont victimes de violences physi­ pour faute lourde dans le cadre cides peuvent se dérouler à côté de raconter à plusieurs reprises sa Documentaire de David Sington
SAMEDI 21 - 21 H 15 ques et/ou sexuelles commises d’un féminicide (celui d’Isabelle chez eux. Manifestations noctur­ douloureuse histoire. (Fr., 2020, 3 x 52 min).
DOCUMENTAIRE par leur ancien ou actuel parte­ Thomas, assassinée en 2014), nes, placardages, les militant(e)s A la Maison des femmes, lieu 23.35 Néandertal : le mystère
naire. Plus de 150 en meurent. Isabelle Steyer continue la lutte. se réapproprient l’espace public. unique en banlieue parisienne, où de la grotte de Bruniquel

L orsque le sujet est aussi


sensible, en l’occurrence les
violences faites aux fem­
mes, on pourrait penser qu’un do­
cumentaire de trente­cinq minu­
Pendant près d’un an, Mélina
Huet a donc eu l’idée de suivre
quatre femmes aux profils très
différents qui, chacune dans son
domaine, se battent pour aider les
Selon l’Inspection générale de la
justice, 80 % des plaintes pour
violences conjugales sont clas­
sées sans suite en France. « Un
grand nombre de féminicides sont
Fabienne, major de police, a mis
en place il y a déjà dix ans une
formation permettant aux poli­
ciers stagiaires de mieux prendre
en charge les victimes de ces vio­
des femmes battues ou excisées se
font soigner et apprennent, à tra­
vers des ateliers, à se reconstruire,
Louise, interne en chirurgie à Ren­
nes, a suivi un stage de six mois en
Documentaire de Luc-Henri Fage
(Fr., 2019, 55 min).

M6
21.05 The Rookie :
tes serait un peu court pour capter femmes victimes de violences : aussi habillés en accidents domes­ lences. Ces dernières années, des chirurgie de reconstruction clito­ le flic de Los Angeles
l’attention et dresser un solide Isabelle, avocate au barreau de tiques ou tentatives de suicide », conventions ont été signées entre ridienne. Son but : monter un pro­ Série. Avec Nathan Fillion, Mekia Cox,
état des lieux. Pourtant, en optant Paris, Fabienne, major de police, souligne l’avocate. police, justice et hôpitaux afin de jet similaire au CHU de Rennes.  Shawn Ashmore (EU, 2020 et 2019).
pour un point de vue singulier, Louise, médecin, et Julie, colleuse Placardant avec d’autres mili­ permettre la prise de plainte im­ alain constant 22.50 The Rookie :
Mélina Huet accomplit l’exploit. d’affiches contre les féminicides. tantes des affiches explicites sur médiate en milieu hospitalier. le flic de Los Angeles
Rappel salutaire : chaque année en Seule avocate à avoir réussi à les murs des villes, Julie tient à Plus besoin pour la victime d’aller Avec les vivantes, de Mélina Huet Série. Avec Nathan Fillion,
France, près de 220 000 femmes faire condamner l’Etat français montrer aux gens que les fémini­ au commissariat ou de devoir (Fr., 2020, 35 minutes). Alyssa Diaz, Melissa O’Neil (EU, 2019).

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :

I. Manifestation du 1 vertical. II. Plon-


SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.
Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 20 - 272
PAR PHILIPPE DUPUIS
gé dans un profond abattement. Faire N°20­272 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Rédaction 67-69, avenue Pierre-Mendès-France,
le censeur et le moraliste. III. En rêve. 75013 Paris. Tél. : 01-57-28-20-00
7 2 4 1 3 8 9 6 5
Tenue de pêcheur en mer. IV. Mise Abonnements par téléphone au 03 28 25 71 71
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 6 3 8 7 5 9 2 1 4

à prix par son père. Nettoyé et fertili- 9 5 1 4 6 2 7 8 3 (prix d’un appel local) de 9 heures à 18 heures.
I
sé avant culture. V. Admet la coexis-
3 4 9 5 7 2 8 1 6 3 4 9 Depuis l’étranger au : 00 33 3 28 25 71 71.
Par courrier électronique :
8 1 9 3 4 5 6 7 2
tence de deux éléments différents. abojournalpapier@lemonde.fr.
II 6 2 7 3 4 6 9 2 7 1 5 8
Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
4 8 7 2 9 1 5 3 6
Conjonction. VI. Evite les longueurs. 1 9 5 6 8 3 4 2 7 Courrier des lecteurs
III Bien salé. Laissa derrière lui. 5 2 2 6 3 5 7 4 8 9 1 Par courrier électronique :
courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
IV
VII. Communication en voie de dispa- 4 5 1 Très difficile Médiateur : mediateur@lemonde.fr
rition. Pesai l’emballage. VIII. Prises Complétez toute la
V en considération. Personnage
1 3 8 grille avec des chiffres
Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
Emploi : www.talents.fr/
biblique. Note. IX. Introduit des quali- allant de 1 à 9.
VI 8 2 6 3 Chaque chiffre ne doit Collection : Le Monde sur CD-ROM :
tés. Joli pique. Format chez le pape- être utilisé qu’une CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
VII tier. X. Distillassent lentement.
3 5 8 6 seule fois par ligne, Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60

par colonne et par La reproduction de tout article est interdite


VIII VERTICALEMENT 2 6 4 7 5 carré de neuf cases. sans l’accord de l’administration. Commission
Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget) paritaire des publications et agences de presse
1. Rosses et souvent vieilles. 2. Vous n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
IX
ne saurez pas lui résister. 3. Négation.
X D’un beau blanc crémeux. 4. Orange.
Souverain déchu. 5. Mémoire des
ondes. Souverain renversé. Person-
Chaque jeudi, COVID VACCINS :
UN ESPOIR ET
DES QUESTIONS
JOE BIDEN — CE QUE LE MONDE ATTEND
DE LUI ARCHITECTURE — ILS RÊVENT
D’HABITER SUR LA LUNE
Présidente :

le meilleur
Portugal cont. 5,20 €, Suisse 6,70 CHF,
7,75 $CAN, DOM 5 €, Espagne 5,20 €,
530 DA, Allemagne 5,40 €, Andorre

5,20 €, Italie 5,20 €, Japon 850 Y,


Grande-Bretagne 4,60 £, Grèce
Afrique CFA 3400 F CFA, Algérie

TOM 850 XPF, Tunisie 7,20 DT.


Maroc 41DH, Pays Bas 5,20 €,
5 €, Autriche 5,40 €, Canada

No 1568 du 19 au 25 novembre 2020

Laurence Bonicalzi Bridier


courrierinternational.com

PRINTED IN FRANCE
France : 4,50 €

SOLUTION DE LA GRILLE N° 20 - 271 nel. 6. Victimes de la vie moderne. 67-69, avenue


Pierre-Mendès-France
ISLAMISME
de la presse
7. Somme de peu d’importance. Ba- 75013 PARIS
HORIZONTALEMENT I. Manipulation. II. Amuseras. Vue. III. Nabi. Trime- RADICAL Tél : 01-57-28-39-00
vard et emplumé. 8. Bien fatigué. Eli- LE DÉFI DÉMOCRATIQUE Fax : 01-57-28-39-26
ra. IV. Irascibles. V. Gê. Acier. Et. VI. Aymé. An. Coli. VII. Ne. Pan. Citas.
étrangère
Après les attentats de Conflans, Nice,

minas. 9. Intéressa la partie. Traînés


Vienne…, quelle riposte nos sociétés
peuvent-elles apporter à l’idéologie
L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
VIII. Cuti. Tor. INA. IX. Espacèrent. X. Sertissaient.
totalitaire qui arme les djihadistes ?
Décryptages de la presse étrangère.
93290 Tremblay-en-France
dans la boue. 10. Détester. Point. Montpellier (« Midi Libre »)
VERTICALEMENT 1. Manigances. 2. Amareyeuse. 3. Nuba. Tpr. 4. Isis.
11. Arrivé. Laxatif ou petit singe. Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
Epiât. 5. Pé. Ça. CI. 6. Urticantes. 7. Larbin. Ors. 8. Asile. Créa. 9. Merci.
12. Sépareraient le bon grain de CHEZ VOTRE MARCHAND Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
Ni. 10. Ives. Otite. 11. Our. Elan. 12. Néantisait. DE JOURNAUX durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
l’ivraie. Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier

20 - 272 daté samedi 21 novembre.indd 1 10/11/20 11:47


IDÉES
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 | 27

Laurence Herszberg et Pierre Ziemniak


Les séries policières,
la fiction et la morale
Totem télévisé à l’efficacité police judiciaire (« LAW AND ORDER ! »),
c’est à une véritable crise de la représenta­
L’origine du malaise est d’une autre
nature, et on aurait tort de la balayer d’un
Voyageur, dans la plus pure tradition des
« grandes gueules » où l’interprète tend à
dramatique éprouvée, tion que nous assistons en direct : alors
qu’elles se voulaient le reflet divertissant
revers de main : les liens entre fiction sé­
rielle et institution policière aux Etats­
se confondre avec son alter ego fiction­
nel, incarnent de ce point de vue une
les séries policières sont d’un corps de métier propice à la fiction, Unis sont bien réels, puissants et histori­ certaine quintessence du genre à la fran­
les séries policières sont aujourd’hui ques. La pionnière Dragnet, dans les çaise : des personnages solitaires et dé­
aujourd’hui mises au banc convoquées sur le banc des accusés. années 1950, a ainsi durablement marqué calés enquêtant en marge de leur hiérar­
Qu’est­il arrivé pour que le miroir se brise ? le genre : afin d’avoir accès à des lieux de chie – loin, très loin des débats améri­
des accusés aux Etats­Unis pour Les griefs sont nombreux. Enumérés tournage à Los Angeles ainsi qu’à du cains sur le réalisme et la violence des
dans un rapport de l’organisation améri­ matériel des forces de l’ordre, son créateur séries policières.
leur justification de l’usage de la caine de défense des droits civils Color of et acteur principal, Jack Webb, accorda à la Comment, dès lors, renouveler un
force, analysent les dirigeants Change en janvier, et repris par tout un
pan de la critique outre­Atlantique, ils
police locale un droit de veto sur ses scé­
narios. Si les relations entre industrie du
exercice vieux comme la télévision et
aux ficelles passablement usées ? En
du festival Séries Mania concernent, pêle­mêle : le fait que les
manquements au règlement commis par
divertissement et représentants de la loi
sont aujourd’hui si soutenues à
accordant de la place à d’autres points de
vue : celui des victimes, des médias, des

E
des personnages policiers soient Hollywood, c’est en raison de ce pacte ori­ pouvoirs publics, bref, à une pluralité de
régulièrement minimisés par leur hiérar­ ginel transformé en union sacrée : tout en voix permettant d’inscrire la criminalité
lle est à la télévision ce que la chie ; la justification quasi systématique autorisant scénaristes, réalisateurs et pro­ dans un contexte, exercice dont The
petite robe noire est au vestiaire de l’usage de la force dans les séries ; le fai­ ducteurs à vanter régulièrement le « réa­ Wire est devenu l’étalon absolu depuis sa
féminin : pratique, passe­par­ ble nombre de victimes noires dans les lisme » de leurs séries, elle légitime en création par David Simon, au début des
tout, la série policière constitue enquêtes montrées à l’écran ; sans comp­ sourdine le fonctionnement de l’institu­ années 2000. Mais il s’agit là, à l’instar
un totem du petit écran, née avec ter l’unicité du point de vue qui se foca­ tion policière dans son ensemble – y com­ d’Engrenages en France, d’une série dif­
lui et appréciée sur tous les lise sur les agents de la loi, au centre des pris en justifiant ses dérives à l’écran. fusée sur une chaîne payante, s’adres­
continents pour son efficacité dramati­ intrigues épisode après épisode et saison Il peut paraître étonnant que la France sant par définition à une niche de spec­
que. Un épisode de série policière dite après saison, fussent­ils borderline, vio­ n’ait pas été atteinte par ces vifs débats sur tateurs. Les innovations spécifiques aux
« procédurale », c’est en effet l’assurance lents, voire ouvertement racistes. la responsabilité de la fiction télévisée : séries destinées au grand public sont à
d’un mystère, d’une enquête et d’un elle est aussi, après tout, en proie à des chercher chez certains de nos voisins
dénouement amené par une équipe de LA FRANCE ÉCHAPPE À CES VIFS DÉBATS tensions entre société civile et forces de européens : en Scandinavie, dont la
professionnels de la loi en moins d’une Autant de représentations aujourd’hui l’ordre, tout en comptant une grande vague « Nordic noir » et son approche
heure. Plus rapidement assimilable que mises en cause, à l’heure du meurtre de majorité de séries policières dans sa pro­ mélancolique du réalisme social ne ces­
son équivalent littéraire, ce cocktail de George Floyd et des graves bavures fil­ duction audiovisuelle. Comment expli­ sent de faire des émules depuis les
fausses pistes, de sueur et de sang main­ mées en direct par des civils. Soupçonnées quer que nos Alex Hugo, Commissaire essentiels The Killing et Bron ; au Royau­
tient régulièrement les téléspectateurs en d’avoir normalisé ces comportements, les Magellan, Léo Mattéï et autres enquêteurs me­Uni, bien sûr, à qui on ne fait plus la
haleine depuis des décennies, sans avoir à séries incriminées sont elles­mêmes nationaux ne fassent pas eux aussi l’objet leçon en matière de séries policières, et
faire évoluer sa formule en profondeur, et nombreuses, depuis le NYPD Blue des an­ de discussions passionnées sur les liens dont des productions telles que Line of
– vertu suprême pour les chaînes privées nées 1990 mené par le sergent Andy Si­ entre le maintien de l’ordre et sa représen­ Duty n’hésitent pas à regarder en face la
– se prête volontiers aux coupures publi­ powicz, alcoolique et raciste, jusqu’à New tation sérielle ? Aurions­nous inconsciem­ corruption au sein des forces de l’ordre
citaires. On comprend aisément, avec de York, unité spéciale et la brutalité de son ment une lecture plus distanciée de ces par le biais d’enquêtes internes.
tels attributs, que le genre se soit érigé en inspecteur Elliot Stabler. Même la comé­ œuvres, systématiquement considérées Qu’il nous soit enfin permis de citer ici
rendez­vous incontournable du médium die Brooklyn Nine­Nine n’échappe pas aux comme de purs divertissements ? Ou deux exemples plus récents : deux mini­
télévisuel, jusqu’à incarner dans l’imagi­ feux de la critique : à force de représenter s’agit­il, de manière plus générale, d’un séries qui, si elles n’adoptent pas la for­
naire collectif une certaine idée de l’insti­ ses agents de la loi sous un jour sympathi­ autre rapport culturel et sociétal à la loi et mule « procédurale » classique, n’en sont
tution qu’il met en scène, des équipes de que, elle est accusée de « copaganda », à celles et ceux chargés de l’appliquer ? pas moins riches d’enseignements sur les
terrain jusqu’aux hauts gradés. c’est­à­dire de propagande policière ! Et manières de réconcilier efficacité drama­
C’est pourtant ce lien entre les forces de c’est sans compter toutes les séries du câ­ UN ESPACE, D’AUTRES POINTS DE VUE tique et intelligence du réel. La première
l’ordre et leur représentation sérielle qui ble américain, affranchies de la censure Sans doute ces paramètres ont­ils leur d’entre elles est Unbelievable (Netflix), qui
est aujourd’hui sous le feu des critiques des chaînes hertziennes et coutumières importance, mais s’y ajoute un autre met en scène deux policières confrontées
aux Etats­Unis, où le racisme systémique des méthodes extrêmes, dont l’inspecteur aspect saillant de nos fictions policières : au manque d’écoute de leur hiérarchie et
et la répression brutale des manifestations Vic Mackey, de The Shield (« Brigade de une focalisation sur des personnages aty­ forcées d’enquêter seules sur une série de
consécutives ont éclaté à la face du monde choc »), et le marshal Raylan Givens, de Jus­ piques. Définis en premier lieu par ce qui viols, au plus près des victimes. La
en cette année électorale. Dans ce climat tified, comptent parmi les plus illustres re­ les distingue dans leur environnement seconde est Laëtitia (France 2), plongée
délétère, exacerbé par le locataire de la présentants de ces vingt dernières années. de travail, qu’il s’agisse d’un handicap, de dans un contexte social insoutenable
Maison Blanche qui martèle ses rappels à Une autre grille de lecture est toutefois leurs manies, voire de leur excentricité pour comprendre la terrible disparition
l’ordre sur Twitter en citant involontaire­ possible, à condition de rappeler une évi­ revendiquée, nos enquêteurs en séries d’une jeune fille. Deux fictions inspirées
ment le titre original de la série New York, dence : morale et fiction sont deux sont d’une tout autre nature que leurs de faits divers tragiques ; deux séries qui
notions distinctes. Qu’ils prennent une collègues d’outre­Atlantique : si Candice ont l’immense mérite de descendre les
forme littéraire sous la plume de Ray­ Renoir tente de trouver l’équilibre entre enquêteurs de leur piédestal épisode
mond Chandler, Dashiell Hammett ou sa vie de mère et son métier de comman­ après épisode pour les mettre à la hau­
plus récemment James Ellroy, ou qu’ils dante, si Caïn est contraint de travailler teur de leurs spectateurs. 
trouvent dans le genre du film noir un en fauteuil roulant, si Cherif projette sur
LES RÉCITS POLICIERS écrin pour leurs pulsions, les récits poli­ son quotidien ses références sériephiles
ciers puisent leurs forces depuis leur et si César Wagner se débat avec son
PUISENT LEURS FORCES naissance dans cette zone grise où se dis­ hypocondrie, c’est parce que ces quelques
DEPUIS LEUR NAISSANCE tordent les frontières de la légalité ; c’est à caractéristiques suffisent pour en faire
la lumière de cette longue tradition qu’il des personnages de fiction – les séries Laurence Herszberg est directrice
DANS CETTE ZONE GRISE faut lire notre fascination pour des per­ dont ils sont les têtes d’affiche n’ont générale de Séries Mania
sonnages d’enquêteurs sériels margi­ d’ailleurs pas pour ambition d’interroger Pierre Ziemniak est chef de projet
OÙ SE DISTORDENT naux, voire déviants. Qui serait intéressé l’institution à laquelle ils se rattachent, ni pour Séries Mania. Il a notamment écrit
LES FRONTIÈRES par les tribulations d’un Dexter qui la société dans laquelle ils évoluent. « Exception française, de Vidocq au Bu-
renoncerait à être tueur en série justicier Les populaires Corinne Masiero en Ca­ reau des légendes : 60 ans de séries »
DE LA LÉGALITÉ sous sa couverture de policier ? pitaine Marleau et Eric Cantona dans Le (Vendémiaire, 2017)

Questions
politiques TV canal 27

ALI BADDOU, CARINE BÉCARD, SOLENN DE ROYER ET NATHALIE SAINT-CRICQ


© photo : Christophe Abramowitz

EN DIRECT SUR FRANCE INTER ET FRANCEINFO TV (CANAL 27)

DIMANCHE 22 NOVEMBRE À 12H


JORDAN BARDELLA
VICE-PRÉSIDENT DU RASSEMBLEMENT NATIONAL, DÉPUTÉ EUROPÉEN
0123
28 | idées SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

Edgar Morin Les attentats de 2015 changent à la fois le

« Que serait
sens de l’hebdomadaire et celui des carica­
tures : Charlie n’est plus feuille satirique
mais devient symbole de la liberté d’ex­
pression ; les journalistes assassinés
deviennent, à juste titre, des martyrs de la
liberté ; les caricatures danoises devien­

un esprit critique
nent patrimoine national français.
Puis, à l’occasion du procès des assassins de
Charlie, l’hebdomadaire décide de republier
les caricatures. Cette republication devient
l’exemple même de la liberté française, et
leur diffusion devient défense salutaire de

incapable
l’esprit critique. Un professeur d’histoire
épris de liberté pense qu’elles peuvent aider à
susciter l’esprit critique de ses élèves. Cela
provoque, au départ, peu de réactions, à part
la plainte d’un père musulman et un apaise­
ment apparemment réussi par la directrice.
Mais un prédicateur de mosquée vient souf­

d’autocritique ? »
fler sur une braise et la renflamme jusqu’à
susciter chez un jeune Tchétchène le geste
djihadiste terrifiant de la décapitation.
Cet assassinat suscite une immense émo­
tion chez les enseignants et dans toute la
société. Elle déchaîne les dénonciateurs du
« laxisme officiel » et de la complaisance
islamo­gauchiste (notion imaginaire qui
unit en elle deux termes considérés comme
Après les attentats de Conflans et de Nice, horrifiques). Emmanuel Macron réaffirme
la valeur fondamentale de la liberté républi­
le sociologue et philosophe analyse le raidissement caine et termine son propos, selon la ver­
sion alors donnée par les médias, par la
des antagonismes entre deux France – l’une humaniste, promesse que la France prendra la défense
des caricatures, comme s’il s’agissait d’un
l’autre identitaire – et explique comment y résister devoir national. Ces propos ont été démen­
tis et atténués par le président dans un ré­
cent entretien à la chaîne de télévision arabe
Al­Jazira, où il affirme comprendre que les
ENTRETIEN une religion totalement judéo­chrétienne, Que pensez­vous de la republication caricatures puissent choquer.

D
fondée sur le récit biblique et intégrant des caricatures de Mahomet et de leurs
Jésus comme prophète. usages, notamment pédagogiques, Après le choc de ces attentats, la critique
irecteur de recherche émérite au J’ai horreur de tout fanatisme meurtrier politiques et idéologiques ? de la transformation des caricatures
CNRS, récompensé par trente­huit comme celui qui a sévi au XXe siècle et Récapitulons : les caricatures de Maho­ danoises en emblème de l’identité
doctorats honoris causa dans le renaît sous des formes religieuses tradition­ met sont une invention non pas française, française commence à se manifester.
monde entier, le sociologue et nelles. J’aime discuter avec les croyants, mais danoise. Ces caricatures établissent Est­ce légitime ?
philosophe Edgar Morin, né mais je n’aime pas les offenser ; ne pas offen­ un lien ombilical entre le prophète fonda­ L’horreur de la criminelle décapitation du
en 1921, a notamment écrit La Mé­ ser ni humilier est mon credo éthique à « LA LIBERTÉ  teur de l’islam, révéré par les musulmans professeur Paty, après celle des assassinats de
thode (Seuil, 1977­2004) et Les souvenirs valeur universelle : le respect d’autrui me pieux, et les terroristes djihadistes d’au­ Charlie Hebdo, a occulté, par son évidence, sa
viennent à ma rencontre (Fayard, 2019). Son demande de ne pas bafouer ce qui est sacré D’EXPRESSION NE  jourd’hui, ce qui est pour le moins cruauté et sa folie, toute une part de la réalité
dernier ouvrage, Changeons de voie. Les le­ pour lui, mais je me donne le droit de criti­ SAURAIT EXCLURE  contestable. Elles n’ont pas été reproduites d’où elle a surgi. Cette horreur inhibe toute
çons du coronavirus (avec la collaboration de quer ses convictions. Le respect de la liberté dans des pays libéraux comme la Grande­ tentative de réflexion et de contextualisa­
Sabah Abouessalam, Denoël, 160 pages, comporte ma liberté de parole. TOUTE PRÉVOYANCE  Bretagne ou les Etats­Unis, ni dans les pays tion, comme si la compréhension portait en
14,90 euros), donne des clés pour le « monde J’ai ressenti combien pouvait être dou­ comme l’Italie ou l’Espagne, dont les lois elle le vice de la justification. Or il ne faut pas
d’après ». Dans l’entretien qu’il accorde au loureuse pour les peuples indiens assujet­ DES MALENTENDUS,  prohibent les insultes à la religion. oublier que de telles caricatures choquent les
Monde, il analyse les nouvelles fractures tis des Amériques la profanation par les La publication des caricatures de Maho­ musulmans pieux. Pire, elles ont suscité des
idéologiques qui traversent notre pays. conquérants de leurs lieux sacrés. En
INCOMPRÉHENSION,  met, même si elle est blasphématoire pour folies meurtrières. Enfin, leur officialisation a
revanche, quand la religion est toute­ CONSÉQUENCES  de pieux musulmans, est licite en France, et provoqué de délirantes et innombrables
Dans la France de 2020, cinq ans puissante et condamne comme blasphé­ le droit au blasphème fait partie de nos manifestations antifrançaises dans le monde
après « Charlie Hebdo » et le Bataclan, matoire toute non­obéissance – comme le VIOLENTES OU  libertés. Charlie Hebdo est le continuateur, islamique. Il y a certes des cas où l’on doit
on tue encore au nom d’un dieu. refus du chevalier de la Barre de saluer une voire l’amplificateur, d’une tradition anti­ braver l’incompréhension étrangère, mais il
L’assassinat de Samuel Paty procession religieuse ou la fatwa des CRIMINELLES  cléricale et libertaire française qui a été salu­ y a aussi des cas où il vaut mieux ne pas la
et la tuerie de Nice sont­ils le signe ayatollahs contre Salman Rushdie –, je me QU’ELLE PEUT  bre tant que l’Eglise avait forte puissance sur susciter ou l’exciter, surtout en des temps de
que l’histoire est en train de se répéter ? sens du côté des condamnés. notre société. Cet antichristianisme s’est tensions internationales extrêmes.
Tout d’abord, il me semble important de D’où cet apparent paradoxe : je suis pour la PROVOQUER » atténué avec l’acceptation de la laïcité par Il faut être attentif aux effets pervers
me situer avant de considérer ces tragiques liberté des femmes qui se dévoilent en Iran l’Eglise, et il est devenu aujourd’hui caduc. d’actes à intentions salutaires. Il y a parfois
événements et de dire, comme il fut autre­ et pour la liberté des femmes qui se voilent L’hebdomadaire satirique a reproduit ces contradiction entre liberté et responsabilité
fois exigé, « d’où parle » l’auteur de cet entre­ en France. Voilà « d’où je parle » : ni islamiste caricatures en 2006, suscitant des réactions de parole ou d’écrit. Nous sommes dans un
tien. En ce qui concerne les religions, je ni gauchiste, mais montaigniste et spino­ laudatives et des réactions critiques, dont de ces cas, et nous devons savoir que le
pense que les esprits humains créent les ziste. Aussi je souhaite que nous regardions une plainte d’associations musulmanes qui choix comporte un risque. Il y a parfois
dieux qu’ils adorent et auxquels ils obéis­ la situation dans toute sa complexité. Ce qui est rejetée en procès, en 2007. En 2011, les coïncidence entre responsabilité et irres­
sent. Je suis, comme on dit, agnostique. Ou, n’atténue en rien la condamnation du fana­ locaux de Charlie subissent un incendie ponsabilité ; ainsi, il me semble irresponsa­
plutôt, je crois que l’univers comporte un tisme meurtrier des djihadistes islamistes. criminel, puis celui­ci s’oublie. ble de prendre la responsabilité d’assumer
mystère qui échappe aux capacités de nos
esprits. Je considère la Bible, fondement des
trois religions juive, chrétienne et musul­
mane, comme un tissu de légendes et de
mythes ; mi­légendaires mi­historiques
Un éternel franc-tireur de la vie des idées
sont également les Evangiles et le Coran.
J’admire Jésus sans croire en sa résurrection. si la vie continue de lui sourire, le 8 juillet défendant l’honneur des messalistes contre le nécessaires à l’éducation du futur) et de nom­
Quand les religions sont toutes­puissan­ 2021, Edgar Morin fêtera son corps­à­corps avec FLN, à l’université de Nanterre lors de la « brè­ breuses rêveries de promeneur solidaire.
tes, comme aujourd’hui en Iran ou en le siècle. Le sociologue de la « complexité » aura che » de Mai 68, en Californie en plein mouve­ Plébiscité dans le monde entier, mais franc­
Arabie saoudite, j’exècre leur haine des alors 100 ans. Et n’aura cessé de vivre autant ment hippie. Anthropologue de la mort, socio­ tireur de la vie des idées, il se fit des ennemis
impies, des croyants autres, des non­ que de penser les événements. Une façon de logue du temps présent, chroniqueur pour Le aussi, dont certains lui firent des procès. Ses
croyants. J’exècre les interdits qu’elles impo­ prendre part aux soubresauts de l’histoire qui Monde du phénomène des « yé­yé », pionnier deux livres de dialogues avec Tariq Ramadan,
sent, notamment aux femmes. Ce fut le cas commence dans la Résistance, lorsqu’il rejoint, de l’ère écologique, philosophe de La Méthode publiés avant la mise en examen de ce dernier
du judaïsme dans le passé et ça l’est encore en 1942, le Mouvement national des prison­ (1977­2004) et prophète de la Terre­Patrie (1993), pour viols, lui valurent d’être accusé, selon une
pour ses orthodoxes. Ce fut le cas du chris­ niers de guerre et déportés qui allait fusionner Edgar Morin est « mieux qu’un grand esprit », rhétorique désormais bien rompue, d’« islamo­
tianisme pendant des siècles. C’est encore le avec l’organisation dirigée par François Mit­ écrit son ami Régis Debray, il est « un grand gauchisme ». S’il ne minore pas « la contradic­
cas en de nombreux pays de l’islam. terrand. Edgar Nahoum, issu d’une famille vivant » (Cahiers de L’Herne n° 114, 2016). tion » entre le « discours religieux de pureté et de
Je ne confonds pas pour autant islam et juive originaire de Salonique (Grèce), devient pudeur » du théologien musulman et « son com­
djihadisme : entre le pieux musulman et le « Morin » à la suite d’une méprise : une Expert en « crisologie » portement très profane de séducteur et, pire,
fanatique meurtrier, comme entre Fran­ camarade de l’armée des ombres de Toulouse A 99 ans, Edgar Morin est confiné à Montpellier selon les accusations, de macho dominateur »
çois d’Assise et Torquemada, il y a tout un transforma son pseudonyme de « Manin », avec son épouse, la sociologue Sabah Abouessa­ – car « toute religion a ses Tartuffe, et l’islam peut
monde extrêmement divers. Le mot « isla­ choisi en référence à un personnage de L’Espoir, lam, qui a collaboré à l’écriture de Changeons de avoir les siens » –, Edgar Morin justifie sa discus­
misme » occulte cette diversité pour n’y d’André Malraux, en « Morin ». voie. Les leçons du coronavirus (Denoël, 160 pa­ sion avec Tariq Ramadan en ce que son « in­
voir que prosélytisme et refus de démocra­ Résistant, communiste de guerre qui fuit l’at­ ges, 14,90 euros). Rue Jean­Jacques­Rousseau, fluence sur la jeunesse musulmane pieuse fut po­
tie et de laïcité. Certes, la charia est incom­ mosphère de l’épuration et portraitiste d’une cela ne s’invente pas. Car si ce penseur de l’ère sitive en la détournant de Daech ». Constatant
patible avec les lois d’une République laï­ Europe en ruines, antistalinien exclu du Parti, planétaire est avant tout un adepte de Spinoza que « l’incertitude s’est accrue » avec la seconde
que. Mais la majorité des musulmans de Edgar Morin sera de tous les combats, de tous les (ce philosophe issu d’une famille marrane qui vague de l’épidémie, Edgar Morin reste un
France accepte les lois républicaines et les endroits : à Baden­Baden après la chute du Reich fut excommunié de la communauté juive expert en « crisologie », le penseur d’une crise
croyants sont d’autant plus pacifiques (L’An zéro de l’Allemagne, 1946), dans les rues de d’Amsterdam), un admirateur de Montaigne et sanitaire et planétaire qui le « stimule énormé­
qu’ils pensent candidement que leur reli­ Paris avec la caméra de Jean Rouch et le micro de un lecteur passionné de Dostoïevski, il rédigea ment ». Conscient d’avoir accumulé les années,
gion est une religion de paix. L’islam paraît Marceline Loridan afin de questionner le rap­ à sa manière un nouveau contrat social (La confie­t­il aujourd’hui, il reste « fidèle à l’injonc­
aux Français comme une religion exogène, port au bonheur des Français qui se débrouillent Voie), des confessions (Autocritique, Mes dé­ tion de Rita Levi­Montalcini : “Donne de la vie à
ce qu’elle est du fait de son origine et de sa comme ils peuvent avec la vie (Chronique d’un mons, Les souvenirs viennent à ma rencontre), tes jours plutôt que des jours à ta vie.” » 
langue arabe. Mais c’est en même temps été, 1961), pour l’Algérie indépendante mais quelques Emile (La Tête bien faite, Sept savoirs n. t.
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 idées | 29

tout examen de faits ou de données. L’esprit


rationnel suppose non moins nécessaire­
ment la conscience des limites de la logique
face à des réalités qui ne peuvent être recon­
nues qu’en acceptant des contradictions ou
qu’en associant des termes antagonistes.
L’esprit critique ainsi nourri de tous ces pré­
liminaires peut et doit librement s’exercer,
mais il doit comporter aussi l’aptitude à la
critique de la critique quand celle­ci devient
intempérante ou ne porte que les seuls mau­
vais aspects de phénomènes, réalités ou
idées. Enfin, l’enseignement de l’esprit criti­
que doit accepter que celui­ci porte sur l’en­
seignement lui­même. Ainsi, l’esprit critique
comporte toute une infrastructure intellec­
tuelle, laquelle est généralement ignorée.

Ce sont des réformes considérables, à


commencer par la réforme de la pensée.
Avez­vous quelque espoir qu’elles puis­
sent être réalisées ?
Comme je vous l’ai dit, la conjoncture est
régressive, tous les antagonismes se renfor­
cent les uns les autres. Je n’ai cessé de rappe­
ler que les deux décennies précédentes com­
portaient de graves régressions politiques,
économiques, sociales, éthiques et intellec­
tuelles : crise généralisée de la démocratie,
nouvelles persécutions des minorités reli­
gieuses (Chine, Inde), hégémonie du profit,
ravages économiques suscitant des révoltes
populaires – toutes réprimées, comme en
Algérie et Biélorussie –, domination d’un
type de pensée fondée sur le calcul et l’hy­
perspécialisation, qui rend incapable de
concevoir et comprendre la complexité des
problèmes humains, aussi bien individuels
que nationaux et planétaires. On ne sait si la
nouvelle présidence américaine atténuera
l’antagonisme Etats­Unis­Chine comme
l’affrontement entre la coalition Etats­Unis­
Israël­Arabie saoudite et l’Iran des ayatollahs.
Mais la Turquie est devenue une puissance
interventionniste islamiste en Méditerra­
née. La Chine impériale détruit l’autonomie
de Hongkong et entre en conflit avec l’Inde.
Une guerre ethno­religieuse s’est déclenchée
entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie. La crise de la
nation plurielle libanaise n’arrive pas à susci­
LAURENT CORVAISIER ter un sursaut salvateur. La course aux arme­
ments se déchaîne partout. L’Europe n’arrive
pas à surmonter ses désunions.
comme vérité de la liberté française la pro­ Quelle nouvelle décomposition et recom­ Dans les conditions de la France actuelle, je Les espoirs d’un grand réveil écologique,
pagation à l’infini de caricatures danoises. position politique ? Deux France s’affron­ sens la nécessité de lutter sur deux fronts : d’une grande réforme de la mondialisation,
Selon ma conception, que je développe tent déjà en paroles : la France identitaire et celui de la résistance à la xénophobie, aux qui a créé une interdépendance généralisée
dans le tome V de La Méthode, l’éthique ne la France humaniste. Tout cela mérite non racismes, à l’islamophobie, à l’antisémi­ sans aucune solidarité, décroissent partout. Il
peut se borner aux bonnes intentions. Elle imprécation, mais examen et réflexion. tisme, qui sont des barbaries de civilisation y a retombée, non pas dans un statu quo
doit avoir le sens des conséquences de ses moderne, et celui de l’action contre les fana­ antérieur, mais dans un processus de régres­
actions, qui souvent sont contraires aux L’affrontement de deux Amérique peut­il tismes meurtriers qui portent en eux toute sion. Très minoritaire est l’élan vers une
intentions. Et surtout, toute décision prise préfigurer un conflit entre deux France la vieille barbarie. Cette action comporte renaissance de la pensée politique qui indi­
dans un contexte incertain ou conflictuel lors de la prochaine présidentielle ? évidemment la répression de la violence querait une nouvelle voie démocratique­éco­
comporte un risque d’effets contraires. A l’heure où je vous réponds, nous ne meurtrière, mais elle comporte aussi la pré­ nomique­écologique. En revanche, les mani­
Aussi les caricatures ne peuvent être jugées savons pas si, après la victoire de Joe Biden, vention qui elle­même comporterait une chéismes et fanatismes progressent, les
seulement selon les intentions libératrices Donald Trump va tenter un coup de force politique des banlieues, une réduction des nationalismes et racismes s’exacerbent. En
ou libertaires de leurs auteurs et diffuseurs, pour sauver son siège. Les tensions sont inégalités sociales et économiques, et une même temps, le réchauffement climatique
mais aussi selon les possibilités de leurs né­ énormes aux Etats­Unis, et je ne sais s’il y éducation humaniste régénérée. accroîtra la crise de la biosphère, qui accroîtra
fastes ou désastreuses conséquences. La li­ aura déflagration ou lente pacification. De ce la crise de l’humanité. Nous sommes effec­
berté d’expression ne saurait exclure toute côté­ci de l’Atlantique, pour le moment, les Que faire, plus particulièrement dans tivement dans une crise planétaire géante, à
prévoyance des malentendus, incompré­ deux France ne sont pas encore cristallisées, les écoles, sur le terrain pédagogique ? la fois biologique, économique, civilisation­
hensions, conséquences violentes ou crimi­ et il va y avoir des décompositions et recom­ C’est dans ce sens que j’ai proposé, depuis nelle et anthropologique, qui affecte toutes
nelles qu’elle peut provoquer. Est­ce que ces positions politiques. Je vois bien la possibilité les débuts du terrorisme islamiste, d’inté­ les nations et toute l’humanité.
caricatures peuvent aider des êtres pieux et d’une politique de salut public, qui réunirait grer dans les programmes scolaires les Or, je l’ai souvent dit : une crise suscite
croyants à mettre en doute leur croyance ? des bonnes volontés de tout bord pour une « MALHEUREUSEMENT,  préliminaires indispensables à l’esprit d’une part imagination créatrice de nou­
Nullement. Est­ce qu’elles peuvent contri­ nouvelle voie économique, sociale, écologi­ COMME EN 1914,  critique. Le premier est l’esprit interrogatif. velles solutions, d’autre part peurs et
buer à affaiblir le djihadisme ? Nullement. que, mais je ne la vois incarnée jusqu’à pré­ Celui­ci est très présent chez les enfants angoisses, qui favorisent les régressions et
sent ni en une organisation ni en un leader. Je EN 1933, EN 1940,  mais peut s’atténuer avec l’âge. Il est néces­ les dictatures. Si la grande régression se
On a entendu des essayistes et des vois, à gauche, des tentatives de regroupe­ saire de l’encourager. poursuit, nous allons vers des systèmes
polémistes, mais aussi des ministres, ments brouillonnes. En revanche, je vois la PUIS COMME  L’esprit interrogatif étant stimulé, il postdémocratiques disposant des moyens
soutenir que l’« islamo­gauchisme » possibilité du surgissement d’un outsider convient d’encourager l’esprit problémati­ multiples de contrôle des individus, désor­
armait intellectuellement le terrorisme. pour représenter l’ordre et la discipline, c’est­
À CHAQUE DÉLIRE  seur. L’esprit problématiseur met en ques­ mais offerts par les techniques selon le
La charge est­elle justifiée ? Et pourquoi à­dire l’autre France, comme le général COLLECTIF, IL Y A  tion des évidences qui semblent absolues, modèle pratiqué déjà par la Chine.
une telle offensive idéologique ? Villiers. Mais rien n’est joué, et bien des cho­ soit à notre perception naturelle, comme la Le cours probable des événements est
Ce qui est terrible, c’est que cette affaire ses nous surprendront l’année prochaine. DES PHILOSOPHES  course du Soleil autour de la Terre, soit qui suprêmement inquiétant. On ne peut
amplifie le développement de la pensée nous sont imposées par la culture et la même écarter l’hypothèse d’une conflagra­
manichéenne, unilatérale, réductrice. Comment éviter cette dislocation ? AU PREMIER RANG  société, comme la légitimité d’un pouvoir tion se généralisant à partir d’un accident
Toute résistance à une islamophobie crois­ J’ai, dans mon adolescence, adhéré à un DE L’HYSTÉRIE » dictatorial, la croyance en une supériorité du type Sarajevo, comportant des guerres
sante devient signe abject d’islamo­gau­ petit parti, le Mouvement des étudiants raciale. Rappelons que la vertu essentielle de de type nouveau menées par ordinateurs,
chisme – lequel a cette particularité de frontistes, qui promouvait la lutte sur deux la Renaissance fut de problématiser le piratages des réseaux des nations enne­
n’être ni partisan de l’islam ni gauchiste –, fronts : à la fois contre le fascisme et contre monde, d’où la science, de problématiser mies, batailles de robots et, pire, missiles
voire de complicité avec les assassins. Mal­ le stalinisme. Après ma conversion au com­ Dieu, d’où la philosophie, de problématiser nucléarisés. Mais l’improbable peut chan­
heureusement, comme en 1914, en 1933, munisme sous l’Occupation, puis ma décon­ tout jugement d’autorité, d’où l’esprit démo­ ger le cours de l’histoire.
en 1940, puis comme à chaque délire collec­ version au bout de six années, je me vois à cratique ou citoyen. C’est dans cette problé­
tif, il y a des philosophes au premier rang nouveau lutter sur deux fronts : contre le matisation qu’est l’essence de la laïcité. Pouvons­nous faire advenir l’improbable
de l’hystérie. Le plus dangereux est que, communisme soviétique et contre le colo­ L’esprit critique suppose donc la vitalité de en France ?
comme il est plusieurs fois arrivé dans le nialisme européen. Depuis des décennies, l’esprit interrogatif et de l’esprit probléma­ Je crois en la nécessité d’organiser et de
passé, deux France se dissocient et s’oppo­ j’essaie de résister à deux barbaries appa­ tiseur. Il suppose aussi l’autoexamen, que fédérer des oasis de résistance de vie et de
sent ; dans le cas heureux, comme au début remment opposées : la barbarie venue du l’enseignement doit stimuler, afin que pensée, de continuer à montrer la possibilité
du XXe siècle, une France républicaine et laï­ fond des temps historiques de la haine, de la chaque élève accède à une réflexivité qui de changer de voie, de ne pas sombrer nous­
que a vaincu la France monarchiste, catholi­ domination, du mépris et la barbarie froide elle­même permette l’autocritique ; l’esprit mêmes dans les vices de pensée que nous
que et conservatrice ; dans le cas malheu­ et glacée issue de notre civilisation, celle de critique sans esprit autocritique risque de dénonçons. J’ai vécu le somnambulisme
reux, comme en 1940, une France réaction­ l’hégémonie du profit effréné et du calcul. verser dans une critique incontrôlée de ce dans la marche au désastre des années 1930.
naire s’est imposée à la faveur du désastre J’ai pu résister à l’hystérie de la guerre où qui nous est extérieur. Que serait un esprit Aujourd’hui, les périls sont tout autres, mais
militaire. Le confinement impose une mise tout Allemand était criminalisé, puis à l’hys­ critique incapable d’autocritique ? non moins énormes, et un nouveau som­
au réfrigérateur provisoire du conflit, qui, térie stalinienne où toute critique du com­ L’esprit critique suppose nécessairement nambulisme nous assujettit. Selon la for­
sinon, risque d’exploser dans le pays. munisme était criminalisée, et je peux résis­ un esprit rationnel, c’est­à­dire capable d’ap­ mule d’Héraclite : « Eveillés, ils dorment. » 
Qu’adviendra­t­il après le déconfinement ? ter aux nouvelles hystéries. pliquer induction, déduction et logique dans propos recueillis par nicolas truong
0123
30 | idées SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

La passion HONGKONG ET SON DESTIN UNIQUE


commémoratrice LE LIVRE HONG KONG, 
L’INSOUMISE. 
Chine menace de contaminer Hongkong, avec
des émeutes en 1967, et des attentats qui feront

d’Emmanuel Macron
L
es fondateurs de la colonie britanni­ DE LA PERLE DE L’ORIENT  51 morts. Les Hongkongais – et les observa­
que voulaient en faire une vitrine À L’EMPRISE CHINOISE teurs de la Chine, comme Simon Leys – sont les
pour répandre la civilisation occi­ de François Bougon premiers à comprendre le vent de folie que fait
dentale en Chine ; 179 ans plus tard, Tallandier, souffler le maoïsme sur la Chine. Ils commen­
ANALYSE POUR 2021, L’ELYSÉE 
la Chine, qui l’a récupérée en son
sein en 1997, est en train sous Xi Jinping d’en
272 pages, 19,90 euros cent à chérir leurs libertés. Ils en prendront en­
core plus la mesure en 1989, lors du massacre

F
rançois Mitterrand ai­ RÉFLÉCHIT À  achever la reconquête politique : Hongkong a de Tiananmen, à Pékin, point de départ de la
mait le grandiose. Un jour connu un destin unique, entre Orient et Occi­ conquête d’une démocratie pour Hongkong.
de 1989, l’ancien pré­ S’INSCRIRE DANS  dent, que François Bougon, ex­journaliste
sident de la Républi­ au Monde désormais à Mediapart, retrace avec « Un pays, deux systèmes »
que convoque Victor Hugo pour LES PAS DE FRANÇOIS  force détails dans Hong Kong, l’insoumise. Sous Deng Xiaoping, Hongkong a encaissé les
justifier le faste avec lequel la De la perle de l’Orient à l’emprise chinoise. Dans cette nouvelle République chinoise qui dividendes de l’ouverture chinoise. Le Royau­
France fête cette année­là le bicen­
MITTERRAND.   C’est en 1841, en pleine guerre de l’opium se délite, Hongkong va bénéficier du déclin de me­Uni, qui nourrissait l’espoir de continuer à
tenaire de la Révolution : « Célé­ AVEC TROIS DATES  avec l’empire des Qing, que les Britanniques Shanghaï, dont les industriels, écrivains et administrer Hongkong après la fin du bail des
brer les grands anniversaires, c’est créent une place forte sur l’île de Hongkong. producteurs de cinéma émigrent en masse Nouveaux Territoires en 1997, a dû accepter de
préparer les grands événements. » ANNIVERSAIRES  L’objectif est de faire de Canton, en amont sur dans les années 1930. Le territoire devient une s’en retirer complètement, non sans s’être en­
Emmanuel Macron s’inscrit dans la rivière des Perles, une tête de pont pour le plaque tournante de l’effort de guerre, où l’on tendue avec les dirigeants chinois sur le prin­
cette lignée. DANS LE VISEUR commerce avec la Chine – mais ce rôle incom­ croise espions, marchands d’armes. L’écrivain cipe « un pays, deux systèmes », qui fera l’objet
Le 11 novembre, alors qu’il sa­ bera in fine à Hongkong, qui se dotera d’un Ernest Hemingway y débarque en avril 1941, d’une déclaration conjointe en 1984 : cin­
luait l’entrée au Panthéon de hinterland, les Nouveaux Territoires, loués lors d’un voyage en Chine avec sa nouvelle quante ans d’autonomie, durant lesquels la
l’écrivain Maurice Genevoix et de passé colonial et qui a des trauma­ à la Chine pour quatre­vingt­dix­neuf ans, épouse, reporter de guerre. Chine ne touchera pas au système en place, ni
« Ceux de 14 » – une cérémonie tismes qu’il n’a toujours pas réglés en 1898. Une étonnante dynamique va dès lors En décembre de cette année­là, cent ans après aux libertés et au mode de vie des habitants.
dont il a supervisé la confection avec des faits qui sont fondateurs animer ce confetti, peuplé à 90 % de Chinois, les Anglais, l’invasion japonaise du territoire va C’était compter sans Xi Jinping : en 2017, lors
jusqu’au bout –, le chef de l’Etat dans notre psyché collective, dans pour la plupart immigrés d’autres régions de prétendre ouvrir l’ère de « l’Asie aux Asiati­ des 20 ans de la rétrocession, il a tracé une « li­
s’en est référé à Jean Jaurès : « Les notre projet, dans notre manière de l’empire, parfois en fuite, et souvent en quête ques », comme le veut la propagande milita­ gne rouge » contre « toute tentative de mettre en
gloires du passé ne sont vivantes nous voir », déclarait­il, le 2 octo­ d’un avenir meilleur, dirigés par une arro­ riste nippone. Les Blancs sont envoyés dans danger la souveraineté et la sécurité de la Chine,
que pour les pays vivants. » Elles bre, dans son discours des Mu­ gante puissance européenne, pour en faire des camps. Les tycoons hongkongais, qui ont de contester le pouvoir du gouvernement cen­
servent à cimenter le présent. « La reaux consacré au « séparatisme une place commerciale, financière, mais aussi constitué des fortunes considérables sous les tral ou de se servir de Hongkong pour mener
mémoire est une matière qui a vo­ islamiste ». Ce qui conduit, selon culturelle, de premier ordre. Anglais, sont les premiers à collaborer – mais la des sabotages et des infiltrations contre le conti­
cation à produire un imaginaire lui, certains « enfants de la Répu­ Les tensions entre les Anglais et les couches population chinoise paiera un lourd tribut à nent », note François Bougon, qui a consacré
commun partagé, ce qui fait beau­ blique » à « revisiter leur identité les plus basses de la population connaissent l’occupation japonaise. Les Britanniques se son premier livre au nouvel homme fort chi­
coup défaut aujourd’hui. Il y a en­ par un discours postcolonial ou an­ des accès de fièvre réguliers – comme lors des sont rendu compte que « ne jamais avoir pris en nois (Dans la tête de Xi Jinping, Solin­Actes Sud,
core un an, personne ne songeait à ticolonial ». A la place, Emmanuel mouvements de boycottage des produits bri­ compte la population chinoise a précipité leur 2017). Cette déclaration n’était pas à prendre à
déboulonner des statues. Offrir un Macron ambitionne de proposer tanniques dans les années 1920. Le nouveau défaite face aux Japonais », rappelle l’auteur. la légère : à mi­chemin de 2047, après quinze
imaginaire commun aux Français un « récit mémoriel commun », se­ gouvernement nationaliste issu de la révolu­ La parenthèse japonaise refermée, un colo­ mois d’un mouvement de protestation, Hon­
a pour objet de les rassembler », lon l’expression d’un proche. tion chinoise se met pour la première fois à nialisme plus éclairé est de retour : les Britan­ gkong a subi une « seconde rétrocession », celle
justifie l’entourage présidentiel. Il a donc confié à l’historien Ben­ tester la détermination des Anglais – il s’agit, niques font mine de donner plus de latitude qu’a entérinée, le 30 juin 2020, l’imposition par
A tel point qu’Emmanuel Macron jamin Stora une mission sur la déjà, de moderniser la Chine et de laver les politique à leurs administrés. Du moins autant la Chine d’une loi de sécurité nationale, capable
semble par moments atteint de mémoire de la guerre d’Algérie ; humiliations du passé –, avant de se convertir que la guerre froide le permet, c’est­à­dire assez de court­circuiter la Constitution locale et ses
« commémorite ». un rapport est attendu avant la à la realpolitik, à la suite de la montée de la me­ peu : Hongkong est « un Berlin de l’Orient », un institutions autonomes. L’« insoumise », tou­
mi­décembre. Le chef de l’Etat nace japonaise et de dissensions avec le mou­ « avant­poste du monde libre » face à l’avancée tefois, n’a sans doute pas dit son dernier mot. 
« De Gaulle et Mitterrand » voudra­t­il profiter de cette occa­ vement communiste naissant. des communistes. La Révolution culturelle en brice pedroletti
Après l’« itinérance mémorielle », sion pour poser un geste compa­
en 2018, qui a suivi pendant cinq rable à celui de Jacques Chirac re­
jours la trace des combattants connaissant, en 1995, la responsa­
de la première guerre mondiale, bilité de l’Etat français dans la ra­
le président de la République a
célébré l’année de Gaulle, en 2020.
fle du Vél’d’Hiv ? Deux dates
cruciales jalonnent en tout cas la
Un lutin fataliste | par serguei
Trois anniversaires du grand fin de son quinquennat : les
Charles, tous auréolés d’un chiffre 60 ans du massacre du 17 octo­
rond, ont été fêtés : celui de sa bre 1961, puis l’anniversaire,
naissance (130 ans), de sa mort en 2022, des accords d’Evian, si­
(50 ans) et de l’appel du 18 juin gnés le 18 mars 1962. Un événe­
(80 ans). ment qui interviendra en pleine
Pour 2021, l’Elysée réfléchit à campagne présidentielle.
s’inscrire dans les pas de François
Mitterrand. Avec trois dates, là en­ De l’Algérie à Jeanne d’Arc
core, dans le viseur : les 25 ans de En 2018, Emmanuel Macron a déjà
son décès, le 8 janvier ; les 40 ans reconnu la responsabilité de l’Etat
de son élection, le 10 mai ; et les français dans la mort du mathé­
40 ans de la promulgation de la loi maticien et militant de l’indépen­
abolissant la peine de mort, le dance algérienne Maurice Audin,
9 octobre. « Dans mon panthéon en 1957. « François Hollande avait
personnel, il y a de Gaulle et Mit­ aussi cherché à recoudre les mé­
terrand », assurait Emmanuel Ma­ moires, à panser un certain nom­
cron, quelques semaines avant bre de plaies », souligne son an­
son élection, en 2017. cien conseiller en communica­
L’ancien ministre de l’économie tion Gaspard Gantzer, qui rappelle
se plaît à piocher dans cet imagi­ notamment l’hommage appuyé
naire, tel un entomologiste de la du socialiste aux tirailleurs séné­
geste de ses prédécesseurs. Un galais impliqués dans le débar­
jour, en revendiquant l’héritage quement de Provence ou l’inau­
de la « résilience » gaullienne. Un guration en Guadeloupe, en 2015,
autre, en louant la « France unie » du Mémorial ACTe, consacré à la
mitterrandienne et promettant mémoire de l’esclavage.
de « changer ici et maintenant la Une différence notable, néan­
vie des Français », dans une para­ moins, est à relever entre l’ex­pré­
phrase de la chanson du Parti so­ sident de la République et Emma­
cialiste de l’époque. nuel Macron : le rapport au récit
Emmanuel Macron est un prési­ national. L’actuel chef de l’Etat ne
dent jeune – 42 ans – et sans (trop) se limite pas à la stricte histoire ré­
d’attaches idéologiques. Cette po­ publicaine, mais s’ingénie aussi à
sition lui donne de la souplesse vanter des figures comme Jeanne
pour manier le passé. « Il n’a pas de d’Arc. « C’est un peu provocateur de
nostalgie ou de rancune person­
nelle par rapport à un certain nom­
reprendre ce terme de récit natio­
nal, car qui dit récit dit fable, et LE MOYEN-ORIENT, TERRE DE TOUS LES CONFLITS
bre d’événements historiques. Cela donc politisation. En même temps,
donne une forme de liberté ou de
recul », note son ancienne minis­
il y a aussi quelque chose de l’ordre
de l’idéologie dans le refus du récit
LA REVUE DES REVUES très meurtrières mais sans jamais de résul­
tats décisifs », note le juriste, soulignant
gènes du passé » et une histoire « hantée
par ces mémoires collectives qui se sont soli­
tre des affaires européennes Na­
thalie Loiseau. « Je n’appartiens
pas à une génération qui a connu
le colonialisme », répète souvent le
chef de l’Etat, né en 1977, qui a
national, estime Sylvain Fort,
ancienne plume du locataire de
l’Elysée. Emmanuel Macron ne re­
prend pas le récit national pour
réinventer une mythologie fran­
C ent ans après le démantèlement de
l’Empire ottoman par les Alliés
vainqueurs de la première guerre
mondiale, le Levant, comme on l’appelait à
l’époque, reste le principal foyer de crises
que « le Moyen­Orient représente un espace
où semble s’abolir le droit international, où
l’on se soucie à peine de ses apparences, où
l’on se livre impunément à toutes les actions
qui lui sont le plus directement contraires ».
difiées et durcies au fil des épreuves subies ».
Un thème qui revient aussi bien à propos
du conflit israélo­palestinien, encore cru­
cial mais devenu de plus en plus périphéri­
que, comme le montre Alain Dieckhoff, di­
donc décidé de replonger les Fran­ çaise, mais pour dire qu’on a une du vieux monde. « Tout se passe comme si recteur au CERI­Science Po, que de l’inter­
çais dans ce chapitre douloureux. histoire dont on peut admirer les on avait au Moyen­Orient un répertoire de « Les stigmates belligènes du passé » minable carnage syrien, la question kurde,
« Nous sommes un pays qui a un zones de lumière et pas seulement la diversité des formes de violences internes De la Syrie à la Libye ou au Yémen en pas­ ou le Yémen, la pire tragédie humanitaire
déplorer les zones d’ombre. » et internationales », relève Serge Sur, profes­ sant par le Golfe, l’Iran, Israël et la Palestine, actuelle selon l’ONU, pays ravagé devenu le
Le mois de mai 2021 devrait seur émérite de droit international et direc­ la Turquie, la région cumule en effet les champ clos d’affrontement entre l’Arabie
d’ailleurs être marqué par un évé­ teur de la revue Questions internationales, conflits internes et les guerres civiles, les saoudite et les Emirats arabes unis d’une
LE CHEF DE L’ÉTAT  nement autour du bicentenaire soulignant que si d’autres régions, comme conflits interétatiques, les interventions part et l’Iran de l’autre. Comme le rappelle
de la mort de Napoléon Ier. l’ex­Yougoslavie, ont pu connaître des déri­ internationales, mais aussi les actions François Frison­Roche, directeur de recher­
AMBITIONNE  Une sorte de séance de rattrapage. ves comparables, cela n’a pas été « de façon meurtrières provenant d’entités non étati­ che au CNRS, « les multiples conflits y sont
DE PROPOSER UN  En 2019, Emmanuel Macron avait aussi durable, répétitive, cumulative ». ques tel Daech (l’organisation Etat islami­ devenus tellement imbriqués qu’il est diffi­
rabroué son conseiller mémoire, Riche, précis, avec d’excellentes cartes, ce que). Cette dimension d’un Moyen­Orient cile de les dissocier les uns des autres ». 
« RÉCIT MÉMORIEL  Bruno Roger­Petit, qui ne lui avait numéro thématique offre nombre d’élé­ « laboratoire de la conflictualité et champs marc semo
pas proposé de célébrer les ments à même de saisir les racines et les d’exercice de toutes les vocations guerriè­
COMMUN », SELON  250 ans de la naissance de l’empe­ enjeux des conflits qui ensanglantent la ré­ res » est le fil rouge de ce numéro. « Questions internationales » nos 103­104,
L’EXPRESSION  reur. On ne plaisante pas avec les gion. « Ce sont des guerres non clausewit­ « Un siècle pour rien ? », s’interroge Jean­ septembre­décembre 2020. « Moyen­
anniversaires.  ziennes, puisqu’elles ne montent pas aux ex­ Paul Chagnollaud, professeur émérite des Orient. Des guerres sans fin »,
D’UN PROCHE olivier faye trêmes et restent de relative basse intensité, universités, évoquant « les stigmates belli­ Documentation française, 200 p., 13 €
0123
SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020 0123 | 31

CULTURE | CHRONIQUE UNE OFFENSIVE 


p a r m i c he l g ue r ri n l’occasion d’une manifestation de protesta­ travail de la presse fait l’objet de nombreu­
PERNICIEUSE  tion contre ce texte, des journalistes ont été ses remises en cause et d’attaques fronta­

A l’école de CONTRE  intimidés verbalement, empêchés de faire


leur travail, placés en garde à vue pour l’un
les. Cette offensive est d’autant plus perni­
cieuse qu’elle se cache souvent sous la
LE TRAVAIL  d’entre eux. A ce laisser­aller policier, de très bonne conscience d’élus, de ministres et de
la liberté d’expression DE LA PRESSE
mauvais augure, se sont ajoutées les paroles
du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin,
qui a formulé le souhait que les reporters se
conseillers qui prétendent chercher à amé­
liorer la « qualité » de l’information, en ces
temps de défiance généralisée.
rapprochent désormais des autorités avant Or, il importe de le redire ici : la qualité de
de couvrir une manifestation. l’information ne s’accroîtra jamais si l’on

D
epuis l’assassinat de LE SUJET, QUI SE  A l’évidence, de l’affaire Benalla aux vio­ restreint sa condition première, la liberté.
Samuel Paty, des en­ lences commises à l’encontre des « gilets La confiance des citoyens s’effritera encore
seignants racontent RÉSUME SOUVENT  jaunes », de la faiblesse camouflée en autori­ davantage si les pouvoirs, quels qu’ils
comment ils évo­ tarisme de Christophe Castaner aux dé­ soient, se mêlent de la délimitation de no­
quent la liberté d’expression avec À DEUX HEURES PAR AN,  monstrations de force non maîtrisées de Gé­ tre profession, de la définition officielle de
leurs élèves. Les mots sont émou­ rald Darmanin, le pouvoir en place éprouve la vérité. La protection des journalistes ne
vants ou inquiétants. Ils disent
REVIENT EN HAUT  une difficulté majeure à se tenir à l’intérieur servira à rien d’autre qu’à les discréditer si
parfois la peur. Ces témoignages DE LA PILE LORSQU’UN  suite de la première page d’une conception républicaine du maintien elle s’apparente à une forme d’encadre­
ne valent pas cartographie. Nous de l’ordre, pourtant seul moyen de protéger ment et de contrôle de leur travail. Il ne
avons cherché une étude qui ATTENTAT SURGIT Beaucoup d’observateurs, et notamment les policiers contre les violences, réelles, saurait d’ailleurs être envisageable que des
cerne le sujet à l’échelle de la nombre de sociétés de journalistes – dont auxquelles ils sont exposés. reporters du Monde se prêtent à la moindre
France. Elle n’existe pas. On ne celle du Monde –, avaient alerté, ces derniers A l’évidence, de la loi inutile contre les démarche qui entraverait l’exercice libre de
sait pas vraiment l’intensité des le fait religieux, alors que les élè­ jours, sur les risques de censure que com­ fausses nouvelles aux menaces de poursui­ leur métier sur la voie publique.
cours, le profil des professeurs, la ves en parlent beaucoup. Le corps porte son article 24, qui impose le floutage tes contre les sources de journalistes, en Pour ces raisons, avant que l’irrémédiable
façon dont ils s’y prennent, leurs enseignant, comme la popula­ de l’image des policiers et gendarmes dans passant par les convocations et les gardes à ne soit voté, il apparaîtrait sage de suspen­
difficultés, les réactions en classe. tion, a perdu sa base chrétienne, le but d’empêcher leur « usage malveillant ». vue de certains d’entre eux, les gouverne­ dre l’examen de la proposition de loi pour
Ce vide est d’autant plus surpre­ au sens culturel du terme, il ne « Rédigée comme une réponse clientéliste à la ments mis en place par Emmanuel Macron, une « sécurité globale », texte de circons­
nant qu’il existe de multiples sait plus déchiffrer les tableaux ou revendication d’anonymat des syndicats de et le président lui­même, ont le plus grand tance, dont les multiples défauts, criants,
sondages sur les élèves, qui disent les vitraux, ce qui lui permettrait policiers, cette proposition de loi contrevient mal à respecter la liberté d’informer. Mais exigent, à l’évidence, un vrai travail de con­
notamment que la majorité des de convoquer l’art dans cet ensei­ grossièrement à un droit démocratique », ce­ autant le premier constat, d’une suren­ certation. Texte dont aucune réécriture ne
jeunes musulmans placent l’is­ gnement. Montrer les caricatures lui d’informer librement, écrivions­nous chère sécuritaire toujours plus décom­ peut plus justifier l’indéfendable article 24,
lam au­dessus des valeurs de la de Mahomet ? Oui, bien sûr, si on dans l’éditorial du 7 novembre. plexée, pouvait être également tiré de quin­ dont la suppression pure et simple s’im­
République. Le décalage aboutit sait les contextualiser, par exem­ De fait, tous ces dangers se sont révélés au quennats passés, autant le second rompt pose désormais. 
au dialogue musclé entre ceux ple les intégrer dans une histoire grand jour au cours de la seule soirée du avec les usages des décennies précédentes. jérôme fenoglio
pour qui l’instruction civique se de l’art et de ses transgressions. mardi 17 novembre. En quelques heures, à Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, le (directeur du « monde »)
passe plutôt bien et ceux qui affir­ Selon un sondage IFOP de 2018
ment le contraire. On entend sur­ pour le Comité national d’action
tout les seconds, que ce soit le re­ laïque, 37 % des enseignants se
tour dans l’actualité de l’ouvrage sont autocensurés sur la laïcité, et
collectif Les Territoires perdus de le chiffre monte à 53 % dans les
la République (Mille et une nuits, quartiers difficiles. Alors depuis
2002), la sortie du placard du rap­ l’assassinat de Samuel Paty… Si
port de 2004 de Jean­Pierre Obin, des enseignants escamotent la
ancien inspecteur général de question de la liberté d’expres­
l’éducation nationale, sur la mon­ sion, c’est d’abord parce qu’ils ne
tée du religieux chez les élèves ou
de son livre Comment on a laissé
se sentent pas préparés. Viennent
ensuite le désintérêt ou la peur.
LE SALON
l’islam pénétrer l’école (Hermann,
166 pages, 18 euros).
Selon Jean­Pierre Obin, seuls 6 %
des 35 000 professeurs d’histoire DES GRANDES ÉCOLES
La liberté d’expression peut sont bien formés. En revanche, les
surgir dans plusieurs disciplines, plus chevronnés disent ne pas
avec le risque qu’un sujet qui est avoir de problèmes.
partout se retrouve nulle part. Il
fait surtout partie de l’EMC, l’édu­ Combat culturel
cation morale et civique, dévolue Le livre Parler de religion en classe
aux professeurs d’histoire­géo­ (Belin éducation, 2018), de l’ensei­
graphie, qui se retrouvent en pre­ gnant Sébastien Clerc et du philo­
mière ligne, et qui abordent, bien sophe Yves Michaud, montre
plus au collège qu’au lycée, les qu’on ne s’improvise pas profes­
questions du vivre­ensemble. seur de liberté d’expression.
La liberté d’expression et de D’autant qu’il y a un autre frein.
création est donc une petite par­
tie de l’EMC, qui est une petite
Comment transmettre aux en­
fants les valeurs de la République
2 JOURS EN LIVE
partie de l’histoire­géographie, quand les adultes se divisent sur la
qui a perdu du terrain cette an­
née dans les lycées profession­
définition et malmènent le con­
cept ? Si les professeurs doutent,
21 & 22 NOVEMBRE
nels – plus nombreux que les gé­ les élèves, surtout musulmans, ne
néraux. Le sujet, qui se résume doutent pas. Un corps enseignant
souvent à deux heures par an, marqué à gauche est traversé par
revient en haut de la pile lors­
qu’un attentat surgit. Ce qui en
les divisions de ce camp sur la Ré­
publique, la laïcité, le fait religieux,
CHOISIS TON ORIENTATION !
fait un enseignement de circons­ la liberté de création. Un spécia­
tance, reposant beaucoup sur les liste de l’éducation reconnaît un Lives • Coachings • Tchats • Inscriptions aux JPO
professeurs motivés. L’un d’eux « flottement ». Certains ne sont pas Conférences par les journalistes du Monde
nous raconte qu’au lendemain de « Charlie », critiquent l’emploi des
la tuerie à Charlie Hebdo il re­ caricatures par Samuel Paty au
trouve à 16 heures sa classe de 4e, nom du respect d’autrui, dénon­ + Rendez-vous personnalisés avec
qui demande : « Vous pouvez
nous en parler, aucun enseignant
cent le modèle universaliste qui
opprimerait les minorités.
les écoles et les étudiants
n’a voulu avant ? » Dans cette logique, une profes­
Car le moment peut s’avérer seure de lettres constate que la
tendu. En général, le professeur philosophie des Lumières, jadis
parle et l’élève écoute. Avec l’édu­ en majesté dans les manuels, n’a
cation civique, le cours devient cessé d’y perdre du terrain. Des
échange, l’enseignant est bom­ enseignants en histoire disent,
bardé d’affirmations qui le con­ eux, le passage d’un excès à un
testent. Il est logique qu’un élève autre : jadis les manuels van­
s’exprime dans un cours sur la li­ taient la France comme em­
berté d’expression. Qu’il de­ pire conquérant et civilisateur,
mande : « Pourquoi Dieudonné n’y aujourd’hui l’accent est mis – à
a pas droit ? » Le mot « morale », raison – sur sa responsabilité
dans EMC, induit une transmis­ dans le colonialisme et l’escla­
sion de connaissances, mais aussi vage, mais sans vraiment ques­
de valeurs. Pas simple, quand une tionner les atteintes aux libertés
partie de l’auditoire ne les partage dans les pays du Sud.
pas. Il faut pousser l’élève à réflé­ Jean­Michel Blanquer souhaite
chir, à justifier sa conviction, le que les valeurs de la République
faire douter. C’est par la connais­ et la liberté d’expression soient
sance et le raisonnement, non en enseignées une heure par se­
imposant sa doxa, que l’ensei­ maine par les professeurs d’his­
gnant conserve son autorité et toire. L’école ne servirait pas
fait bouger les lignes. seulement à délivrer des connais­

CONNECTE-TOI
Pas simple, d’autant que l’école sances, mais à former des ci­
publique a peu d’appétence pour toyens. Il faudrait d’abord faire un

SALON-GRANDES-ECOLES.COM
état des lieux, quitte à affronter
un résultat dérangeant. Cerner les
ON NE  sujets à enseigner. S’entendre sur
la définition de notions­clés. Et
S’IMPROVISE PAS  lancer une formation massive
des enseignants, notamment sur
PROFESSEUR  le fait religieux et sur les règles de
DE LIBERTÉ  droit. Ce combat culturel n’est pas
gagné, chaque question portant
D’EXPRESSION une part explosive. 

Tirage du Monde daté vendredi 20 novembre : 140 937 exemplaires