Vous êtes sur la page 1sur 92

∩ #

# ∩

M1108
Acquisition et codage de l’information

DUT R&T – M1108


Plan du cours

1. Chaîne de traitement numérique


2. Conversion analogique-numérique
3. Conversion numérique-analogique
4. Echantillonneur-Bloqueur
5. CNA Montages Electroniques
6. CAN Montages Electroniques

DUT R&T – M1108 1/90


Introduction

Technologies Analogiques

DUT R&T – M1108 2/90


Introduction

Technologies Numériques

DUT R&T – M1108 3/90


Introduction

Dans les systèmes de communication modernes (ex : téléphones


portables), on passe d’une information analogique (ex : la voix) à une
information numérique. Cette information analogique, il va falloir en faire
l’acquisition, la stocker, la traiter, puis la restituer.

Par rapport aux anciens systèmes analogiques, l’intérêt des systèmes


numériques est que la puissance actuelle des processeurs permet de
mettre en œuvre des traitements beaucoup plus complexes et efficaces,
permettant de communiquer dans n’importe quelle situation géographique,
quelle soit statique ou dynamique, avec une qualité optimale.

La chaîne d’acquisition-traitement-restitution présente globalement


toujours la même structure.

DUT R&T – M1108 4/90


Structure d’une chaîne de traitement
numérique
Signal ∩
d’entrée #
Filtre anti-repliement Échantillonneur-bloqueur CAN

Traitement numérique

# Signal de sortie

CNA Filtre de lissage

1. Chaîne de traitement numérique 5/90


Présentation des éléments de la
chaîne de traitement

Filtre anti-repliement :
il limite la bande passante avant l’opération
d’échantillonnage pour éviter les phénomènes de
repliement de spectre (voir suite du cours).

Echantillonneur – bloqueur :
il prélève la valeur du signal à intervalle régulier et
stabilise cette valeur pendant le temps nécessaire à la
conversion analogique-numérique.

1. Chaîne de traitement numérique 6/90


Présentation des éléments de la
chaîne de traitement

Convertisseur Analogique-Numérique :
∩ il convertit une valeur de tension analogique en une
# valeur numérique codée sur 8, 16 ou 32 bits.

Unité de traitement numérique:


elle effectue des opérations sur le signal numérisé,
comme un filtrage numérique, ou un traitement du
signal (ex : décompression mp3, modulation ou
démodulation d’un signal GSM, compression vidéo).

1. Chaîne de traitement numérique 7/90


Présentation des éléments de la
chaîne de traitement

Convertisseur Numérique-Analogique :
# il convertit une valeur numérique codée en binaire en
∩ une tension analogique.

Filtre de lissage:
il permet de lisser les « escaliers » présent sur le
signal de sortie du CNA.

1. Chaîne de traitement numérique 8/90


Autres structures

Signal ∩
d’entrée #
Filtre anti-repliement Échantillonneur-bloqueur CAN

Traitement numérique

Mémoire de stockage

1. Chaîne de traitement numérique 9/90


Autres structures

Mémoire de stockage

Traitement numérique

# Signal de sortie

CNA Filtre de lissage

1. Chaîne de traitement numérique 10/90


Conversion analogique-numérique

1. Chaîne de traitement numérique


2. Conversion analogique-numérique
3. Conversion numérique-analogique
4. Echantillonneur-Bloqueur
5. CNA Montages Electroniques
6. CAN Montages Electroniques

2. Conversion analogique-numérique 11/90


Rappels sur la numération

La formule suivante donne la relation entre un nombre


exprimé en binaire naturel et un nombre exprimé en base
décimale :

a3 a2 a1a0 ( 2 ) = a3 .2 + a2 .2 + a1.2 + a0 .2
3 2 1 0
(10 )

Pour le binaire « complément à 2 » ( binaire signé), on a :

a3 a2 a1a0 ( C 2 ) = − a3 .2 + a2 .2 + a1.2 + a0 .2
3 2 1 0
(10 )

2. Conversion analogique-numérique 12/90


Rappels sur la numération

Le complément à deux est obtenu de la manière suivante :

 exemple : N = -3
 On convertit la valeur absolue en binaire
=> N = 0011
 On réalise le complément à 1 (inversion des bits )
=> Nc1 = 1100
 On ajoute 1 pour obtenir le complément à 2
=> Nc2 = 1101

Remarque : pour obtenir la valeur absolue à partir de la valeur en


complément à deux, il faut faire exactement les mêmes opérations.
2. Conversion analogique-numérique 13/90
Présentation fonctionnelle

CAN = ADC = Analog to Digital Converter


Vref

Ve ∩ n bits N
#
∩ = symbole associé à une grandeur analogique
# = symbole associé à une grandeur numérique

2. Conversion analogique-numérique 14/90


Caractéristique de transfert en mode
unipolaire (n = 3 bits)
N
111
110
101
100
dépassement
011
010
001
000 Ve
q 2q 3q 4q 5q 6q 7q 8q

2. Conversion analogique-numérique 15/90


Notion de quantum

Quantum :
Différence de tension minimum qui peut être codée. Cette
grandeur est notée q et correspond à un écart de 1 bit sur
la sortie.
V ref
q n
2

N = 0012 =110 pour 1.q - q/2 < Ve < 1.q + q/2

N = 1002 = 410 pour 4.q - q/2 < Ve < 4.q + q/2

2. Conversion analogique-numérique 16/90


Erreur de quantification

N
111
110 Ue + ε q Ue
101 N= ≈
100 q q
011
010 εq est l’erreur de
001 Ve quantification
000
q 2q 3q 4q 5q 6q 7q 8q
εq/q
0,5
Ve
0
-0,5

2. Conversion analogique-numérique 17/90


Relation entrée-sortie

Pour un CAN, sauf pour la valeur maximale


( Ue max. ≈ Uref) :

Ue = q × N10 ± 0,5q

N10 est l’expression en base 10 du nombre N.

2. Conversion analogique-numérique 18/90


Relation entrée-sortie

Exemple : Pour un CAN unipolaire de 8 bits, N est exprimé


en binaire naturel et Vref= 10V

• q = Vref / 2n = 10 / 28

Remarque : Pour éviter les erreurs, il vaut mieux utiliser dans les calculs, pour la
valeur de q, la relation de définition (Vref / 2n) plutôt qu’une valeur approchée.

• 0 ≤ Ve ≤ 0,5 x q N= (0000 0000)2 = 0 (10)


• 0,5 x q ≤ Ve ≤ 1,5 x q N= (0000 0001)2 = 1 (10)
• 1,5 x q ≤ Ve ≤ 2,5 x q N= (0000 0010)2 = 2 (10)
• Vref - 1,5 x q ≤ Ve N= (1111 1111)2 = 255 (10)

2. Conversion analogique-numérique 19/90


Relation entrée-sortie

Pour un CAN de 8 bits, et Vref = 10V mode unipolaire


Quelles valeurs aura-t-on en sortie pour Ve = 2V ?

Vref 10 Ve 2
q = n = 8 ≈ 39,06mV = = 51,2
2 2 q q
Le résultat est Ve = 2V ←→N= 5110 =001100112
(arrondi à l’entier le plus proche)

On a N = 51
de Ve = 51.q-q/2 à Ve =51.q + q/2 c.à.d.
1,972V à 2,012V
2. Conversion analogique-numérique 20/90
Caractéristique de transfert en mode
bipolaire (n = 3 bits)
NC2 NBIN
011 111
010 110
001 101 Ve
000 100
-3q -2q -q 0 q 2q 3q 4q
111 011
110 010
101 001
100 000
Codage binaire pur biaisé (décalé)
Codage complément à 2
2. Conversion analogique-numérique 21/90
Caractéristique de transfert en mode
bipolaire (n = 3 bits)
NC2 NBIN
011 111 2.Vref Vref
q= = n −1
010 110 2 n
2
001 101
Ve
000 100
-3q -2q -q 0 q 2q 3q 4q
111 011
110 010 NC2 = 000C2 = 010
de 0.q - q/2 à 0.q + q/2
101 001
100 000 NC2 = 101C2 = -310
εq/q de -3.q - q/2 à -3.q + q/2
0,5
0
Ve
-0,5

2. Conversion analogique-numérique 22/90


Relation entrée-sortie

Pour Uref = 10V, CAN 3 bits bipolaire :


• Ue = -8V donne N ≅ Ue / q
– avec q = Uref / 2n-1 = 10 / 4 = 2,5V
– N ≅ -8 / 2,5 = - 3,2
– N10= -3 ( arrondi )
• tout dépend ensuite du codage pour l ’expression en binaire
ou hexadécimal

• Si N est exprimé en binaire naturel ( binaire décalé)


Ue = -8V donnera 001 en sortie (=110=2n-1+ N10)
• Si N est exprimé en complément à 2
Ue = -8V donnera 101 en sortie
2. Conversion analogique-numérique 23/90
Définitions

On définit :

PPE : La Plage Pleine Echelle de la tension d'entrée,


notée FSR en anglais ( Full Scale Range)

 PPE = Vref en mode unipolaire

 PPE = 2 x Vref en mode bipolaire

2. Conversion analogique-numérique 24/90


Définitions

Le QUANTUM : Accroissement de la tension d'entrée correspondant


à la plus faible transition du code de sortie. On fait correspondre au
quantum le LSBa (LSB = least significant bit, bit le moins significatif, ou
de plus faible poids).

• Le quantum/LSBa s’exprime en volt et se note LSB size en anglais.

On a la relation suivante : PPE = q × Nb val


Nbval est le nombre de valeurs différentes qu’il est possible d’avoir en
sortie du convertisseur. n
Nb val = 2

2. Conversion analogique-numérique 25/90


Définitions

La RESOLUTION : q 1
R= =
PPE Nbval
R en % ou en ppm ( 10-6)
Elle peut aussi être exprimée en fonction du nombre de bits.
Elle peut être exprimée en pourcentage de la pleine échelle
(FSR: full scale range).

La DYNAMIQUE :

D = 20. log( Nbval ) = 20. log(2 ) ≈ 6,02.n


n

(D en dB)

2. Conversion analogique-numérique 26/90


Effet de la quantification
La quantification du signal d’entrée consiste à discrétiser un
signal analogique S(t).
Le signal quantifié Sq(t) peut s’écrire Sq(t) = S(t) + ε(t)
où ε est l’erreur de quantification

2. Conversion analogique-numérique 27/90


Effet de la quantification

La quantification revient par conséquent à rajouter un signal


supplémentaire d’erreur S Sq
ε est appelé bruit de quantification
ε
Les valeurs efficace et moyenne du bruit de quantification sont
ε
q/2
t
0
-q/2
εmoy = 0
∆t Le bruit de quantification dépend du
1 q²
ε ²eff = .  ε ².dt = quantum, donc du nombre de bits du
∆t 0 12 convertisseur
2. Conversion analogique-numérique 28/90
Rapport signal sur bruit

Si le signal quantifié est sinusoïdal d’expression


s(t) = Smax.sin ωt
S max ²
La puissance du signal est S ² eff =
2

Et la puissance du bruit de quantification est ε ²²eff
eff =
12
 Ce qui donne un rapport signal sur bruit SNR :

( SNR = signal noise ratio) S max ²


SNR = 10. log 2

12
2. Conversion analogique-numérique 29/90
Rapport signal sur bruit

q = 2.Smax/2n
(on considère : conversion bipolaire, Uref = Smax, meilleur cas possible)
d’où ….  S max ² 12 n −1 
SNR = 10. log  . .(2 )² 
 2 S max ² 
[2n −2
= 10. log 6.2 .2 ]
= 10 log 1,5 + 20.n. log 2
SNR = 6,02.n + 1,76 en dB
Chaque bit de la résolution d’un CAN apporte une contribution de 6dB au rapport
SNR
Exemple : CAN 8 bits SNR ≈ 50dB
12 bits SNR ≈ 74dB

2. Conversion analogique-numérique 30/90


Rapport signal sur bruit

Et si l’amplitude du signal n’est pas maximale?


S max ²
SNR = 10. log 2

12
Si on diminue Smax (amplitude de s(t)), on diminue SNR
D’où la mise en place, dans certains cas de compresseur-
décompresseur pour amplifier seulement les signaux
d’amplitudes faibles.
Exemple: Loi A ou μ en téléphonie ( qui permet d’avoir un
rapport signal sur bruit pratiquement indépendant de
l’amplitude).

2. Conversion analogique-numérique 31/90


Compresseur/Décompresseur

A.x
Loi A ( en Europe.) y= pour 0 < x < 1
1 + ln( A) A
A=87.5
1 + ln( A.x) pour x > 1
y=
1 + ln( A) A

0.5

-0.5

-1
0 2 4 6 8 10
Tem ps (s)
2. Conversion analogique-numérique 32/90
Compresseur/Décompresseur

2. Conversion analogique-numérique 33/90


Compresseur/Décompresseur

RSB
(dB)

20 log(Smax/Vref)

2. Conversion analogique-numérique 34/90


Effet du bruit de quantification

Signal sonore :
Perception d’un « souffle » qui se superpose au signal sonore.

Source video :
Limitation du nombre de couleurs => mauvaise qualité des dégradés

8 bits 3 bits 2 bits


2. Conversion analogique-numérique 35/90
Exemples de formats

8 bits par échantillon sonore (mono)

2x16 bits par échantillon sonore (stéréo)

32 bits par pixel (4 millions de couleurs)

2. Conversion analogique-numérique 36/90


Conversion Numérique-Analogique

1. Chaîne de traitement numérique


2. Conversion analogique-numérique
3. Conversion numérique-analogique
4. Echantillonneur-Bloqueur
5. CNA Montages Electroniques
6. CAN Montages Electroniques

3. Conversion numérique-analogique 37/90


Présentation fonctionnelle

CNA = DAC ( Digital to Analog Converter)

donnée
# Vs sortie
numériques N n bits analogique

Vref
Tension de
référence

3. Conversion numérique-analogique 38/90


Caractéristique de transfert
d’un CNA unipolaire
Vs
7q
6q
5q
4q
3q
2q
q

0 1 2 3 4 5 6 7 N10
000 001 010 011 100 101 110 111 N2

3. Conversion numérique-analogique 39/90


Caractéristique de transfert
d’un CNA unipolaire (n = 3 bits)
Vs
7Vref
= 7q
8 PPE Vref
6q q= n = n
5q 2 2
4Vref
= 4q
8
3q
Us = q.N10

V ref
2q
= q
Vref
(
Us = n . a2 .2 2 + a1.21 + a0 .2 0
2
)
8
0 1 2 3 4 5 6 7 N10
000 001 010 011 100 101 110 111 N2

3. Conversion numérique-analogique 40/90


Calcul de la sortie

Exemple d'un CNA unipolaire 8 bits avec Vref = 5V :

q = 5 / 28 ≈ 19,53mV

 Pour N = 0000 0001 Vs = 1.q = 19,5mV


 Pour N = 1000 0000 Vs = 128.q=2,5V
 Pour N = 1111 1111 Vs = 255.q=4,98V

Remarque: La tension de sortie maximale est très proche de la tension de


référence sans l ’atteindre

3. Conversion numérique-analogique 41/90


Caractéristique de transfert en mode
bipolaire (n = 3 bits)
Vs PPE 2.Vref
3q
q= n =
2 2n
2q Vref
q q = n −1
2
0
-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 N10
-q
-2q
-3q
-4q
000 001 010 011 100 101 110 111 NBIN
100 101 110 111 000 001 010 011 NC2

3. Conversion numérique-analogique 42/90


Exemple

CNA bipolaire 8 bits Vref = 5V (codage complément à 2) :

A quel tension Vs correspond N = 0010 1101 ?

N10 = 45 donc Vs = N10.Vref/2n-1 = 1,76 V

A quel tension Vs correspond N = 1010 1101 ?


Complément à 2 = 01010011 => N10 = -83
donc Vs = N10.Vref/2n-1 = -3,24 V

3. Conversion numérique-analogique 43/90


Exemple

CNA bipolaire 8 bits Vref = 5V (codage binaire biaisé) :

A quel tension Vs correspond N = 0011 1001 ?

N10 = 57 – 2n-1 = -71 donc Vs = N10.Vref/2n-1 = -2,77 V

A quel tension Vs correspond N = 1011 1100 ?

N10 = 188 – 2n-1 = 60 donc Vs = N10. .Vref/2n-1 = 2,34 V

3. Conversion numérique-analogique 44/90


Erreur de décalage

Vs
courbe
réelle

courbe
idéale

offset
N10

3. Conversion numérique-analogique 45/90


Erreur de gain ou d’échelle

Vs
courbe
idéale erreur
de gain

courbe
réelle

N10

3. Conversion numérique-analogique 46/90


Erreur de linéarité

Vs
courbe
réelle

courbe
idéale erreur de
linéarité
absolue

N10

3. Conversion numérique-analogique 47/90


Erreur de linéarité

Erreur de linéarité absolue :


Différence maximum entre la courbe idéale et la courbe
réelle.

Erreur de linéarité relative :


Différence maximum entre le quantum idéal et le
quantum réel.

3. Conversion numérique-analogique 48/90


Monotonicité

Vs

non
monotonicité

N10

3. Conversion numérique-analogique 49/90


Autres caractéristiques

Temps d'établissement (settling time):


Pour une variation du code d'entrée, c'est le temps
nécessaire pour que la tension de sortie atteigne la valeur
finale avec une précision donnée de +- %

Cadence de conversion (conversion rate ):


C'est le nombre maximal de conversions par seconde pour
lequel les spécifications sont respectées.

3. Conversion numérique-analogique 50/90


Pointes de transitions (GLITCH)

En sortie du CNA, la tension de sortie présente des


variations aléatoires lors des changements de code. On
nomme ces variations « glitchs » ( défauts )

Vs

3. Conversion numérique-analogique 51/90


Echantillonneur-bloqueur

1. Chaîne de traitement numérique


2. Conversion analogique-numérique
3. Conversion numérique-analogique
4. Echantillonneur-Bloqueur
5. CNA Montages Electroniques
6. CAN Montages Electroniques

4. Echantillonneur-Bloqueur 52/90
Echantillonneur-Bloqueur
L’échantillonneur-bloqueur permet de conserver une valeur de tension constante à
l’entrée du CAN pendant le temps nécessaire pour réaliser la conversion
analogique-numérique.

Ve échantillonneur Ve’
CAN N
bloqueur

impulsions
d’échantillonnage

- - Ve’
Ve + +
impulsions Uc
d’échantillonnage C

4. Echantillonneur-Bloqueur 53/90
Fonctionnement

ron
source charge
AOP AOP
C Uc Ze
h(t)

h=1 S fermé:
Charge de C à la valeur de Ue: Constante de temps ronC très faible (ron
quelques ohms à quelques dizaines d’ohms) → Uc = Ue

h=0 S ouvert :
Décharge de C à travers la résistance d’entrée d’un AOP : Constante
de temps ZeC quasiment infinie → Uc ≅ cst
4. Echantillonneur-Bloqueur 54/90
Fonctionnement

Charge C
Uc=Ue

Maintien Uc ≅ cst
Durée conversion AN
Durée :
Te=1/Fe

4. Echantillonneur-Bloqueur 55/90
Aspect temporel

Signal d’entrée

Ue

Signal échantillonné-bloqué

Ue’

Ue’ ≠ Ue
4. Echantillonneur-Bloqueur 56/90
Aspect fréquentiel

Le sinus a pour aspect


temporel :

F = 1/T

Le sinus a pour Spectre :

4. Echantillonneur-Bloqueur 57/90
Aspect fréquentiel

Spectre du Signal d’entrée Ue

Spectre du Signal
échantillonné-Bloqué Ue*
= Spectre de Ue+harmoniques

4. Echantillonneur-Bloqueur 58/90
Aspect fréquentiel

La transformée de Fourier d’un signal échantillonné donne


des répliques du spectre initial centrées tous les n.Fe
Fe= fréquence d’échantillonnage, n entier
Spectre

Spectre
Réplique(s)

4. Echantillonneur-Bloqueur 59/90
Aspect fréquentiel

La transformée de Fourier d’un signal échantillonné-bloqué


multiplie les « répliques » par une fonction sinus-cardinal
dont les « fréquences d’annulation » sont les n.Fe.
x(t) X(f)
t
Fonction sinus cardinal
X*(f)
x*(t)
t

Fe 2.Fe f
Les « répliques » sont atténuées progressivement
4. Echantillonneur-Bloqueur 60/90
Aspect fréquentiel

Comment retrouver le signal d’origine ?


X(f)
x(t)
t

Possibilité de récupérer le spectre


initial avec un filtre passe bas
X*(f)
x*(t)
t

Fe 2.Fe f
Les « répliques » sont atténuées progressivement
4. Echantillonneur-Bloqueur 61/90
Filtre de lissage

Utilité :
Après traitement… le signal reste partiellement déformé.
Pour retrouver le spectre du signal d’origine, on effectue un
filtrage passe bas pour éliminer les harmoniques supérieurs
à Fe/2.
La fréquence de coupure du filtre est donc à Fe/2
X*(f)
X(f)

Fe 2.Fe f

4. Echantillonneur-Bloqueur 62/90
Aspect fréquentiel

Si le spectre du signal d’origine dépasse Fe/2 il se produit un


« recouvrement de spectre » et le signal est définitivement
déformé.
Il n’est plus possible de récupérer le signal par filtrage.

X*(f)

f
Fech/2 Fech 2.Fech

4. Echantillonneur-Bloqueur 63/90
Théorème de Shannon
et filtre anti-repliement
Théorème de Shannon :

Fe > 2Fmax

Un échantillonnage trop lent introduit des fréquences


parasites dans le spectre du signal échantillonné. Un
filtrage passe bas dit d’anti-repliement ( anti-aliasing) est
conseillé pour éliminer tout parasite HF ( ou au dessus de
Fe / 2) avant échantillonnage.

4. Echantillonneur-Bloqueur 64/90
Atténuation du sinus cardinal

Comme vu précédemment, le blocage effectué par


l’échantillonneur bloquer multiplie le spectre par une
fonction sinus cardinal qui atténue les réplique, selon la
formule suivante :

où f est la fréquence de la composante considérée.

4. Echantillonneur-Bloqueur 64/90
Exemples

 Si nous nous reportons aux réponses fréquentielles


de l'oreille humaine, nous constatons qu'elle est
comprise entre 20 Hz et 20 kHz. Dans le cas du
compact-disque, la fréquence d’échantillonnage est de
44.1 kHz.

 Dans le cadre du réseau France Télécoms. , une


ligne MIC a une capacité de 2048 kbit.s-1 qui est
utilisable par 32 utilisateurs simultanés. Chaque
utilisateur dispose donc de 64 kbit.s-1. Avec un codage
de chaque échantillon sur huit bits, nous obtenons une
fréquence d’échantillonnage de 8kHz. Un filtre anti-
repliement est donc utilisé pour limiter le spectre de la
voix à 3,4 kHz.

4. Echantillonneur-Bloqueur 65/90
Exemples de circuit
LF198/LF298/LF398 de National Semiconductor
Ces échantillonneurs-bloqueurs possèdent une très grande précision avec
une vitesse d’acquisition rapide du signal (Te ≤ 6 µs). La bande passante
est de 1 Mhz et l'impédance d'entrée de 1010 Ω.

Structure interne LF198 Application


4. Echantillonneur-Bloqueur 66/90
CNA : Montages électroniques

1. Chaîne de traitement numérique


2. Conversion analogique-numérique
3. Conversion numérique-analogique
4. Echantillonneur-Bloqueur
5. CNA Montages Electroniques
6. CAN Montages Electroniques

5. CNA Montages électroniques 67/90


CNA à résistances pondérée

R a0

a1 R
R/2

R/4 a2 -
+
a3 VS
R/8

+
V0

5. CNA Montages électroniques 68/90


CNA à résistances pondérée

Le mot binaire N2 est représenté par 4 bits :


a3 (poids fort), a2, a1,a0 (poids faible)

a0 = 0
Si le bit est à 0, l’interrupteur correspondant est ouvert

a0 = 1
Si le bit est à 1, l’interrupteur correspondant est fermé

5. CNA Montages électroniques 69/90


CNA à résistances pondérée

Finalement, la tension de sortie du CNA à résistances pondérées a pour


expression :

Vs V 0 a0 2 a1 4 a 2 8 a3
Remarque : cette expression sera démontrée en TD.
Autrement dit :

Vs V 0 N 10
On retrouve donc bien l’expression d’un CNA en prenant :

V0 q
5. CNA Montages électroniques 70/90
CNA à réseau R-2R

R R R R
Vref
+
2R 2R 2R 2R 2R
i3 i2 i1 i0
a3 a2 a1 a0
2R

-
+ VS

5. CNA Montages électroniques 71/90


CNA à réseau R-2R

Pour le CNA à réseau R-2R, l’expression de la sortie est la


suivante :

Vref
Vs a0 2 a1 4a 2 8a 3
16

Remarque : cette expression sera démontrée en TD.

5. CNA Montages électroniques 72/90


Remarques

Les circuits intégrés réalisant la fonction CNA utilise


généralement la structure en réseau R-2R.
La raison de ce choix est qu’il est plus simple en fabrication
de circuit intégré de réaliser précisément des résistances R
toutes identiques et de même valeur (2R étant obtenu par la
mise en série de deux résistances) que des résistances
multiples les unes des autres comme dans le cas du CAN à
résistance pondérées.
En effet, dans le cas d’un convertisseur à résistances
pondérées 10 bits, il faudrait des résistances de valeur R,
2R, …, 1024R, ce qui ne peut être obtenu par la simple
mise en série de résistance de valeurs R.
5. CNA Montages électroniques 73/90
Circuit intégré

Le circuit DAC0800 est un CNA 8 bits à structure R-2R


pouvant être utilisé en convertisseur bipolaire ou unipolaire.
Il sera exploité en TP.

5. CNA Montages électroniques 74/90


CAN Montages électroniques

1. Chaîne de traitement numérique


2. Conversion analogique-numérique
3. Conversion numérique-analogique
4. Echantillonneur-Bloqueur
5. CNA Montages Electroniques
6. CAN Montages Electroniques

6. CAN Montages électroniques 75/90


CAN à rampe numérique

Compteur
CLK N
n bits #
& H

+
Ve -

Vr

6. CAN Montages électroniques 76/90


CAN à rampe numérique

Principe de fonctionnement :
Il utilise un compteur binaire et un CNA.

A t=0, le compteur compte, il envoie son résultat sur un CNA qui délivre
une tension Vr tant quelle est inférieure à la tension à convertir Ve, la
sortie du comparateur est à “1”, le compteur continue de compter.

Dès que la tension Vr devient supérieure à la tension à convertir Ve, la


sortie du comparateur passe à “0”, le compteur se bloque.

La valeur disponible en sortie du compteur est alors le résultat de la


conversion et N = Ve/q, où q est le quantum du CNA.

6. CAN Montages électroniques 77/90


CAN à rampe numérique

Vr Chronogrammes :
10.q
9.q
8.q Ve
7.q
6.q
5.q
4.q
3.q
2.q
1.q t

H
t

6. CAN Montages électroniques 78/90


CAN à approximations successives

Logique de
commande N
CLK
H n bits #

+ Vcomp
Ve -

Vr

6. CAN Montages électroniques 79/90


CAN à approximations successives

Principe de fonctionnement :
Appelé aussi par dichotomie, il compare la grandeur d’entrée Ve avec
la sortie d’un CNA par pesées successives comme on le fait avec une
balance de marché. On divise successivement par 2 l’intervalle de
tension dans lequel est mesurée Ve.

On positionne d’abord le MSB à 1, les autres bits sont à 0 :


– Si Ur>Ue, le MSB est mis à 0, le bit suivant est positionné à 1 etc ...
– Si Ur<Ue, le bit suivant est positionné à 1 etc ...

La valeur disponible en sortie du compteur est alors le résultat de la


conversion et N = Ve/q, où q est le quantum du CNA.

6. CAN Montages électroniques 80/90


CAN à approximations successives

Chronogrammes :
Vr
1111 => 15q
1000 1100 1010 1011 1010
1100 => 12q

1000 => 8q
Ve

0100 => 4q

t
0000 => 0q

Vcomp
t

6. CAN Montages électroniques 81/90


CAN à simple rampe

Reset
compteur
N
Reset n bits
CLOCK
& H
-
V0 + -
+
+ Ve

6. CAN Montages électroniques 82/90


CAN à simple rampe

Principe de fonctionnement :
Le principe est simple, à t=0, on relâche le reset, le compteur peut compter, le
condensateur peut se charger à courant constant. L’intégrateur génère une droite
ayant une pente constante.
Au fur et à mesure du temps, la tension Ur croît. Tant quelle est inférieure à la
tension à convertir Ue, la sortie du comparateur est à “1”, donc la sortie de la porte
logique & vaut Clock et le compteur compte.
Dès que la tension Ur devient supérieure à la tension à convertir Ue, la sortie du
comparateur passe à “0”, la sortie de la porte logique & vaut elle aussi “0” et le
compteur s’arrête de compter. Il délivre ainsi une information numérique
proportionnelle à la tension analogique à convertir.

On a N10.Th = Ti et Ve = V0.Ti/RC (Ti est la durée de la mesure)

Le résultat de la conversion est : N10 = (Ve.RC)/(V0.Th)

6. CAN Montages électroniques 83/90


CAN à simple rampe

Chronogrammes :

Vrampe
Ve
V0/RC

H
t

Tint
6. CAN Montages électroniques 84/90
CAN à double rampe

C
Ve
R
-
+ -
V0
+
+
compteur
Logique de
commande CLOCK N
Reset
n bits

H
6. CAN Montages électroniques 85/90
CAN à double rampe

Principe de fonctionnement :
On intègre le signal à convertir (Ve) à l'aide du générateur de rampe pendant une
durée fixe, mesurée par le compteur, soit N1 impulsions d'Horloge. On obtient
ainsi une rampe croissante de durée N1T en sortie de l'intégrateur (T est la
période de l'Horloge).

Ensuite la logique de commande commute l'entrée du générateur de rampe sur


la tension –V0 qui est de signe opposé à Ve. La tension de sortie de l'intégrateur
décroît linéairement jusqu'à s'annuler. Le compteur mesure la durée N2T de
cette décroissance. On a alors N2 V0 = N1 Ve soit :

N2 = N1 Ve / V0, valeur numérisée de Ve.

Dans ce type de convertisseur, la première rampe est à temps constant et la


seconde à pente constante.

6. CAN Montages électroniques 86/90


CAN à double rampe

Chronogrammes :
u(t) t0 t1 t2 t

intégration de Ve intégration de V0
C
t

H
t
N1 N2
6. CAN Montages électroniques 87/90
CAN Flash

6. CAN Montages électroniques 88/90


CAN Flash

Appelé aussi CAN parallèle à comparateurs. Il est très rapide, d’où son
nom.
Un pont diviseur de tension, constitué de 2n résistances, répartit une
tension de référence Vref en 2n intervalles. La tension à convertir est
comparée à ces 2n intervalles, tous les Aop (comparateurs) dont la
tension sur la borne négative est inférieure à Ue, ont leur sortie à 0, les
autres à 1.
Un circuit combinatoire décode les sorties des comparateurs en un
nombre binaire N sur n bits. La sortie N vaut le nombre de 1 en entrée.
Par exemple sur 16 bits 0001 1111 1111 1111 en entrée du décodeur,
donne sur 4 bits 1101 en sortie.
Ce type de convertisseur est limité en nombre de bits, en effet un CAN
de 8 bits a besoin de 256 comparateurs ! ! !.
Dès que l’on ajoute 1 bit, on doit doubler le nombre de composants ! ! !

6. CAN Montages électroniques 89/90


Exemples de circuits intégrés

ADC0809 de national semiconductor

6. CAN Montages électroniques 90/90