Vous êtes sur la page 1sur 4

UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE À LONGUEUIL

Faculté d’éducation

Département d’enseignement au préscolaire et au primaire

Diplôme de 2e cycle en enseignement au préscolaire et au primaire

Portfolio et identité professionnelle


Journal de bord
PRO 897

Chantal Blais, BLAC09615702

Automne 2020
Analyse réflexive : Premier tableau
Cours5 et 6
Ce que je sais faire dans mon climat de classe : individuellement ;
C’est apaiser les élèves, créer une ambiance de calme dans la classe. Je tiens à
ce que chacun puisse vivre un moment agréable dans leur cours d’arts plastiques. Ce ne
sont pas tous les élèves qui se sentent bien dans le chaos.
Je sais animer une classe et rendre plaisante une période en art visuel. Je peux faire le
clown; chanter, danser, faire des blagues.
Avoir l’attention des élèves et la garder. Je sais faire rire mes élèves.
La plupart du temps, nous travaillons en silence. Il est de mise pour pouvoir entrer dans
le bien-être de la créativité. Je me promène dans la classe tout en faisant des
commentaires positifs sur les réalisations des élèves. J'essaie de toujours faire des
commentaires positifs. Je corrige et je commente leur travail. Quelquefois, je m'assois
avec les élèves. Les élèves
Pour terminer, la musique est toujours présente pendant l'exécution du projet.

Ce qui me questionne dans mon climat de classe :


Individuellement
Comment puis-je garder les élèves toute la journée période après période, dans le calme?
Comment puis-je avoir la même énergie de la première période à la dernière période?
Je me pose cette question car, c’est un réel problème pour moi. La
première période de la journée est toujours agréable, et la deuxième période aussi. Mais,
lorsqu’arrive la troisième période, l’énergie a commencé à descendre. Les élèves n’ont
qu’une période par semaine d’arts plastiques, ils souhaitent avoir une enseignante
dynamique et énergique. Je ne me permets pas d’être fatiguée, et pourtant je le suis.
Les élèves ont aussi un état de fatigue, habituellement, la première période est plus facile
à gérer. En effet, la matinée est toujours plus simple à enseigner. Ça se complique en
après-midi. Les élèves sont plus agités et moins attentifs. La dernière période est la plus
difficile. Après cinq périodes, je suis épuisée. Justement, le groupe avec lequel j’ai le plus
de difficulté est en après-midi à la dernière période de la journée.
Ce que je sais faire dans la différenciation;
J’ai instauré une routine; à chaque début de cours, on se dépose dans la classe. Pour mes
élèves de premier et deuxième cycle, je procède toujours de la même façon. Je répète la
même phrase, ça devient comme un mantra, lorsque les élèves m’entendent ils se mettent
en place. Les plus rapides prennent déjà la posture avant même que je le dise. Depuis le
début de l'année, j'ai instauré dans la classe, une autre habitude. Après avoir fait une
petite méditation que je nomme ''déposer dans la classe'' les élèves se choisissent un
chiffre de 1 à 10, ainsi, ils me montrent comment ils se sentent.

Ce qui me questionne dans la différenciation;

Est-ce que je dois continuer à faire les ‘’déposer'' dans la classe pour mon troisième
cycle?
Plusieurs élèves ne participent pas. Ils sont même dérangeants. Ils se font des grimaces ou
bien ils s'amusent pendant que quelques autres élèves veulent participer. J'ai laissé
tomber.
Alors je me pose la question; à quoi bon? Est-ce vraiment bon pour eux? Est-ce que je
perds mon temps? Quoi faire d'autre?
Cette semaine, une élève m'a demandé pourquoi on ne se déposait plus dans
la classe. J'avoue que j'ai été surprise par sa question. Comme je n'étais pas dans un état
d'esprit pour répondre à sa question, je n'ai rien répondu. En fait, je ne me souviens pas
de la réponse que je lui ai faite. Avec ce groupe je suis tellement déconcertée, et en état
de vigilance que je n'arrive plus à réfléchir.
Est-ce que je suis intolérante? Peut-être que mon seuil de tolérance est bas?
Je crois que mon type d’enseignement est en lien direct avec l’éducation que j’ai reçu.
Est-ce que je suis trop exigeante?
Ce que je sais faire; organisation (temporelle-spatiale- mes outils)
Chacun a sa place en classe. Quelquefois, au besoin, j'exécute des changements de place.
Les élèves apprécient les changements de place. J’ai de grandes tables qui peuvent
recevoir quatre élèves. Mais j’ai aussi sept bureaux individuels. Il y a des élèves qui me
demandent de s’asseoir seul. Je crois que chacun a la possibilité de trouver bien-être dans
ma classe. Cette année, je les ai laissés s’asseoir à l'endroit de leur choix. J’avais envie
d’essayer autre chose. J’ai donné la chance à chacun de pouvoir s’asseoir avec son ami, la
condition étant, de respecter mes consignes. J’ai dû faire des changements de place même
à la première semaine! Ce sont des enfants et parfois ils se risquent à faire face à l’adulte.
La musique est variée et toujours présente en classe. Je mets de la musique populaire et
du classique. Je mets des chansons que les élèves connaissent et d’autres fois de vieilles
chansons. Je suis surprise, de les entendre chanter en travaillant! Ils connaissent les
Beatles, Simon and Garfunkel, Chris de Burgh, Annie Lennox!
C’est un grand plaisir pour moi de les écouter chanter. Lorsque c’est général dans la
classe et que plusieurs élèves chantent, je monte le son.
Quelquefois on se lève pour danser.
La semaine dernière avec un groupe de première année qui semblait avoir besoin de
bouger, j’ai mis une musique rythmée et avant de se déposer dans la classe on a dansé et
sauté. Après cette activité physique ils semblaient être disponible à recevoir des
apprentissages.
J’ai des élèves hispanophones qui me demandent d’augmenter le son, lorsque Pablo
Ramos chante!
Ce qui me questionne; organisation (temporelle-spatiale- mes outils)

Est-ce qu’un système d’émulation comme donner des points et des récompenses sont
indispensables dans une saine gestion de classe?
Je ne donne pas de période récompense et je ne mets pas non plus de noms au tableau
avec des crochets. Certains collègues utilisent des logiciels de cumulation de point.
Je ne fais rien de cela. Je pense, qu’être en arts plastiques c’est déjà une certaine forme de
récompense et un plaisir.