Vous êtes sur la page 1sur 40

CHAPITRE 8 : COMMENT UN MARCHÉ CONCURRENTIEL FONCTIONNE-T-IL ?

Introduction :
Pourquoi la compétition entre individus autonomes, préoccupés de leur seul intérêt, ne conduit-elle pas au chaos ? est la
question à laquelle tente de répondre la théorie de l’équilibre général. Pour cela, elle s’attache à répondre à la question qui
nous avons à traiter : Comment un marché concurrentiel fonctionne-t-il ?
Analysons ce sujet, ensemble.
Commençons par définir les termes de la question :
« Comment » = de quelle manière ? Par quel processus ?
« Un marché concurrentiel » = marché qui respecte certaines conditions / homogénéité des pdts …. (cf intro)
« Fonctionne » = remplit ses fonctions, fait ce qu’il est censé faire :
Qu’est-ce qu’est censé faire un marché ?
- conduire à un équilibre entre l’offre et la demande,
- générer une allocation optimale des ressources et
- ramener l’économie à l’équilibre quand elle en dévie.
Problématique = Par quels mécanismes, les marchés garantissant l’isolement stratégique des agents qui y opèrent conduisent
un équilibre à se former, ramènent l’économie à un équilibre si elle a été déstabilisée et conduisent à une allocation optimale
des ressources ?

Plan :
Introduction : Les caractéristiques du marché concurrentiel

s
A. Le marché comme institution

ur
B. Du marché concurrentiel au monopole

co
1. Les cinq conditions de concurrence pure et parfaite
2. Les différentes structures de marché résultant de la levée de la condition d’atomicité

de
I. Un marché concurrentiel conduit à un équilibre en permettant que se confrontent offre et demande

e
A. Le marché concurrentiel permet que se confrontent offre et demandes globales résultant de l’agrégation des offres et des
pl
demandes individuelles
m
1. Du calcul du consommateur à la demande individuelle à la demande globale
xe

2. La variation de la demande est plus ou moins proportionnelle à celle des prix


-E

3. Du calcul des coûts du producteur à l’offre individuelle à l’offre globale


4. La variation de l’offre est plus ou moins proportionnelle à celle des prix
ris

B. Le marché concurrentiel conduit à l’équilibre par un mécanisme de tâtonnement


1. Des demandes individuelles à la demande globale et des offres individuelles à l’offre globale
PA

2. Le processus de tâtonnement : De la confrontation de l’offre globale et de la demande globale à la réalisation de l’équilibre


sur un marché concurrentiel
de

3. La résorption des déséquilibres par le processus de tâtonnement nécessite la flexibilité des prix
II. Un marché concurrentiel génère une allocation optimale des ressources
IE

A. Le marché concurrentiel permet une allocation efficace des ressources


EM

B. Le surplus du consommateur et du producteur mesure les gains à l’échange


1. Les gains à l’échange
AD

2. Les gains à l’échange et le surplus des consommateurs


AC

3. Les gains à l’échange et le surplus des producteurs


III. Un marché concurrentiel ramène l’économie à l’équilibre quand elle en a été écartée
A. Les déterminants de la demande et de l’offre
B. Comment les modifications de l’offre et de la demande affectent-elles l’équilibre concurrentiel : Les effets d’une taxe
forfaitaire

SÉANCES 1&2
Objectif : Savoir que le marché est une institution et savoir distinguer les marchés selon leur degré de concurrence (de la
concurrence parfaite au monopole).
Introduction : Les caractéristiques du marché concurrentiel
Le marché est une institution qui se caractérise par un degré de concurrence plus ou moins important
A. Le marché comme institution
Activité 1 :
Le marché est le lieu où l’on négocie le prix et où les
échanges se font. Si quelqu’un veut me vendre un produit
en me proposant un prix exorbitant, je peux aller voir son
voisin et lui demander un meilleur prix pour le même objet.
Inversement, le producteur n’est pas l’otage de l’acheteur ;
il peut attendre qu’un autre se présente. Un glissement s’est
ensuite opéré depuis ce lieu physique pour désigner, d’une
part, des marchés plus dématérialisés […]et, d’autre part, un
concept économique, celui de l’équilibre de l’offre et de la
demande par l’ajustement des prix. […] Il faut bien souligner
qu’au départ du marché, il y a deux entités aux intérêts
divergents : l’acheteur veut acheter bon marché et le
vendeur veut vendre cher. Ils vont converger vers un prix
qui rend possible la transaction car chacun voit qu’il ne peut
trouver mieux : c’est le prix d’équilibre.
Augustin Landier et alii, B.A.BA de l’économie contemporaine,
2013.
Q1 : Décrivez la scène représentée sur la photographie.
Q2 : Que fera un acheteur s’il trouve un produit trop cher ?
Il ne l’achètera pas.
Q3 : Pourquoi acheteurs et vendeurs ont-ils des intérêts divergents ? Comment le marché permet-il de résoudre ce conflit ?

s
Acheteurs et vendeurs ont des intérêts divergents car les acheteurs ont intérêts que le prix d’équilibre auquel se réalise la

ur
transaction soit le plus faible possible car il constitue un coût pour lui alors que les vendeurs ont intérêt à ce que le prix

co
d’équilibre soit le plus élevé possible car ce prix détermine à l’origine du chiffre d’affaires ou recettes des vendeurs.
Q4 (rappel 2nde)) : Définir ce qu’est un marché pour l’économiste.

de
Marchéterme protéiforme = Endroit où ont lieu des échanges + Relations contractuelles entre deux individus (passer un marché)
+ Forme d’organisation des échanges (marché de l’immobilier, marché des capitaux, etc.)
e
pl
Point commun : confrontation entre une (des) offre(s) et une (des) demande(s) dans le but de procéder à des échanges sur la base
m
d’un système de prix, qui résulte d’une négociation entre parties en présence ou qui existe en dehors d’elles.
xe

Au sens économique, un marché est un outil d’analyse. C’est


- le lieu de rencontre (physique ou non) où entrent en relation
-E

- des acheteurs (ou demandeurs) et des vendeurs (offreurs)


- dans le but de réaliser un échange moyennant un prix dit prix de marché.
ris
PA

Activité 2 :
de
IE
EM
AD
AC

Manuel Magnard, édition 2019, p12.


Q1 : Sur le marché du travail, qui sont les offreurs et les demandeurs ? Quel prix ce marché fait-il émerger ?
Ceux qui offre du travail (leur force de travail) sont les actifs, ceux qui en demandent sont les organisations productives.
Q2 : À quoi le marché du capital sert-il ? Quel prix se fixe sur ce marché ?
A permettre la rencontre entre une O de capital émanant des agents à capacité de financement dont les ressources sont > aux
besoins de financement/ les ménages et une D de capital émanant des agents à besoin de financement/ APU et entreprises.
Apport du professeur : Sur le marché des capitaux, la confrontation de l’offre et de la demande de capital détermine le taux
d’intérêt, soit la part des sommes prêtées et empruntées qui est versée par celui qui demande du capital et reçu par celui qui offre
du capital.
Q3 : Qu’est-ce qu’une économie de marché ?
Qd on parle d’économie de marché c’est le sens institutionnel de la notion de marché qu’on utilise. Le marché, au sens
institutionnel, désigne un système économique qui régule l’activité économique. Une économie de marché est un système
économique où les décisions de produire, d'échanger et d'allouer des biens et services rares sont déterminées majoritairement à
l'aide d'informations résultant de la confrontation de l'offre et de la demande établie par le libre jeu du marché.
Une économie de marché est une économie dans laquelle la majorité des échanges sont marchands. Échanges marchands = les
transactions volontaires entre 2 agents, impliquant la cession d’un produit en contrepartie d’un autre, souvent de la monnaie.
L’économie de marché s’oppose à la planification dans le cadre de laquelle les prix et les quantités produites sont fixés
autoritairement par l’État/URSS.

Apport du professeur :
Institutions (North) = les contraintes établies par les hommes qui structurent les interactions humaines.
Elles se composent de
- contraintes formelles / règles, lois, institutions = règles du jeu, règles politiques, sociales, légales qui délimitent et soutiennent
l'activité transactionnelle des acteurs + contraintes informelles / normes de comportements, conventions, règles de conduite auto-
imposées et
- modalités de mise en œuvre de ces contraintes = modes d'organisation des transactions retenus par les acteurs dans le cadre
de ces règles. Permet de résoudre les pb de coordination entre les acteurs.

s
Pour Williamson, les principales institutions du capitalisme sont les marchés et la hiérarchie (la firme, l’entreprise).

ur
co
Activité 3 :
Au niveau de la société, on peut dresser la liste des conditions prestation de services complexe s’échelonnant dans le temps.

de
indispensables à la construction d’un marché. D’un point de Plus fondamentalement, il importe de s’accorder sur la qualité
vue institutionnel, une transaction de marché est avant tout du bien, ce qui ne va pas de soi en matière de travail et
e
pl
un transfert de droits de propriété1, ce qui suppose le plus d’emploi par exemple. […] Aussi, dans nombre de marchés, un
m
souvent un système juridique garantissant les contrats, dès tiers, à priori indépendant, vient authentifier la qualité du
xe

lors que la relation de confiance et de réciprocité n’est plus produit. […] Les procédure régissant l’ouverture et le
suffisante pour garantir le bon déroulement des échanges. De fonctionnement des marchés doivent entretenir la confiance
-E

la même manière, l’échange d’un bien ou d’un service des participants en garantissant, si possible, une égalité de
s’effectue contre un paiement, ce qui suppose l’existence traitement. […] Ces conditions, tant générique que
ris

d’une unité de compte et d’un système de paiement. […] Si spécifiques, sont à adapter, compléter ou construire à
PA

l’une de ces conditions génériques n’est pas remplie, la l’occasion de chaque nouveau marché.
viabilité de ce marché est en péril. Robert Boyer, Économie politique des capitalismes,
de

Une autre série de conditions tient à la spécificité du produit 2015.


[…]. Les parties prenantes doivent s’accorder sur la nature du (1) Droit légal d’utiliser et de disposer d’une
IE

bien, et ce peut être fort difficile quand il s’agit d’une chose


EM

Q1 : Donnez un exemple qui illustre la phrase soulignée.


Vente immobilière
AD

Q2 : Peut-il y avoir des marchés sans monnaie ?


Oui, c’est le cas des échanges non marchands / le troc, le potlach
AC

Q3 : Donnez des exemples de dispositifs qui permettent de garantir la qualité d’une marchandise.
Labels
Q4 : À l’aide d’exemples, montrez qu’un marché ne peut fonctionner sans règle.
Guerre civile → effondrement du commerce

Activité 4
Le brevet est un titre de propriété couvrant une invention. Son L’innovation est favorisée grâce au monopole, lequel est
détenteur se voit accorder le monopole de l’exploitation de contraire à la diffusion. Le brevet propose en conséquence un
l’invention couverte, sur une période limitée (quinze à vingt compromis : le monopole est limité dans la durée (après vingt
ans selon les pays). L’exploiteur peut soit exploiter lui-même ans, l’invention tombe dans le domaine public), et le brevet
l’invention, en commercialisant un produit qui l’intègre, soit est accordé en contrepartie de la divulgation de l’invention.
accorder des licences d’exploitation à d’autres firmes. […] Le document est publié, donc accessible à tous, et il contient
Le brevet est une solution forcément imparfaite à une un descriptif suffisamment précis de la découverte pour que
équation contradictoire. Il vise à favoriser simultanément celle-ci puisse être « reproduite par un homme de l’art ».
l’innovation et la diffusion de la connaissance. Dominique Guellec, Économie de l’innovation, 2009.
Q1 : Pourquoi un agent économique n’est-il pas incité à produire de nouvelles connaissances.
Sans système de brevet, un agent éco n’est pas incité à produire de la connaissance car cette production se fait au profit
d’autres agents sans que cela donne lieu à une compensation monétaire pour celui qui innove.
Q2 : Quelle est l’utilité d’un brevet ?
Le brevet incite celui qui innove à diffuser son innovation ce qui peut conduire à d’autres innovations.
Q3 : Quel est le dilemme associé à la protection de la propriété intellectuelle ?
Remarque : Les 5 hypothèses de CPP ne sont pas à proprement parler une attente des
La protection de la propriété intellectuelle objectifs d'apprentissage du programme; elles permettent néanmoins de comprendre
la démarche de l'économiste dans la construction d'un modèle qui facilite l'analyse de
B. Du marché concurrentiel au monopole la réalité et la compréhension des mécanismes en jeu.
Pour le professeur : (Du modèle de la concurrence pure et parfaite à la théorie néoclassique.
Le modèle de concurrence pure et parfaite est le modèle de référence de la théorie standard. Ses conditions de fonctionnement
ont fait l’objet d’une élaboration progressive par KNIGHT Risk, incertainty and profit (1921) et CHAMBERLIN The theory of
monopolistic competition (1933). Malgré les Laux de PARETO, le modèle de la concurrence pure et parfaite ne fait pas l’objet d’une
représentation cohérente et globale jusqu’à la WWII. La formalisation du modèle et la construction de la théorie néoclassique
standard actuelle seront faites par HICKS Valeur et capital (1939) et SAMUELSON Les fondements de l’analyse économique (1947).
L’ouvrage de Gérard DEBREU Théorie de la valeur (1959) fournit un exposé de la théorie néoclassique.
Une théorie = Une construction de l’esprit qui permet d’expliquer un ensemble d’observations relatives à des phénomènes/ La
théorie néoclassique du u selon laquelle seul u qui existe est volontaire et du u involontaire peut apparaitre en raison de rigidités
de prix. Un modèle = reproduction miniaturisée d’un objet = un moyen de représentation. Il permet de comprendre les
propositions d’une théorie. Représentation néoclassique du marché du L.)
1. Les 5 conditions des marchés de concurrence pure et parfaite
Activité 5
Le marché concurrentiel est celui sur lequel un agent Dans la mesure où aucun marché concret ne fonctionne
individuel ne peut pas influencer les prix (il est price taker). On comme les marchés de concurrence pure et parfaite décrits
continue souvent de nos jours à évoquer un marché de par la théorie, à quoi sert de les étudier ? C’est d’abord un
concurrence parfaite […], satisfaisant cinq conditions […] : les modèle simple […]. Or, il n’est possible de raisonner
agents sont trop petits et trop nombreux pour pouvoir influer facilement que sur un modèle simple. De plus, malgré cette

s
sur les prix (propriété d’atomicité), les biens ne se distinguent simplicité, les économistes estiment que ce modèle capture

ur
que par leur prix (homogénéité), il est possible d’entrer et de des éléments importants du fonctionnement des marchés

co
sortir d’un marché sans coût (libres entrée et sortie), le travail concurrentiels.
et le capital circulent librement et tous les participants au Arnaud Parienty, Précis d’économie, 2017.

de
marché disposent de toute l’information nécessaire
(transparence de l’information). […]
e
Q1 : Qu’est-ce que la concurrence ?
pl
m
Concurrence (sens courant) = situation de marché dans laquelle il existe une compétition entre vendeurs et entre acheteurs. Cette
xe

compétition peut porter sur les prix, les parts de marché, les caractéristiques du produits…
Un marché en concurrence parfaite (sens économique) = marché sur lequel la réalisation de 5 conditions clés garantit l’« isolement
-E

stratégique » des agents qui y opèrent, une situation dans laquelle il n’existe aucune interaction consciente entre les choix faits
par les agents.
is

Q2 : Quel est l’effet de la concurrence sur le comportement des firmes ?


r
PA

En concurrence, au sens de la théorie qui diffère de celui du langage courant, les firmes poursuivent une politique paisible en
s’ajustant de façon mécanique, et sans tenir compte de l’interdépendance de leurs décisions, à un prix de vente qui leur est
de

communiqué par le marché.


Q3 : Prenez le marché du blé. Les conditions de la concurrence parfaite y sont-elles respectées ?
IE

Par exemple, deux fermiers de Beauce proposent du blé au prix de vente du blé déterminé par le marché. Aucun fermier pris
EM

isolément n’est capable d’influencer le prix de vente du blé. Le fermier est « price taker ». De même du côté de la demande, il
existe en France beaucoup de boulangers qui achètent du blé qui sont preneurs de prix. Le marché du blé en France respect la
AD

condition d’atomicité de l’offre et de la demande en raison du grand nombre d’acheteurs et de vendeurs qui y participent. Chaque
agent qui participe au marché est une « goutte d’eau dans la mer », un « atome » en ce sens qu’aucun agent pris isolément ne
AC

peut influencer le niveau du prix. Le prix de marché apparaît comme la conséquence d’une simple juxtaposition de décisions
individuelles. Ces décisions individuelles se forment sans interdépendance consciente entre les agents.
Q4 : Que désigne la condition d’atomicité ?
Cette 1ère condition d’atomicité du marché est acceptable s’il existe un grand nombre d’acheteurs et de vendeurs, car dans cette
situation, il devient difficile pour un agent pris isolément, d’influencer l’offre ou la demande agrégée et le processus de décision
collective qui conduit à la fixation du prix.
Mais comment expliquer qu’il puisse exister un grand nombre d’offreurs sur le marché ? Pour l’expliquer, les économistes ont
imaginé le scénario suivant : aussi longtemps qu’il existe une possibilité de réaliser un profit positif en entrant dans l’industrie, des
entreprises nouvelles viendront s’y installer afin de tirer parti de ce trésor insuffisamment exploité. L’offre des firmes nouvelles
viendra s’ajouter à celle des anciennes augmentant ainsi l’offre totale et faisant chuter le prix d’équilibre : toutes les entreprises
du secteur verront alors leur profit diminuer. Le scénario d’entrée se poursuivra aussi longtemps que la recette des entreprises
installées excédera leur coût de production. Arrivera cependant un moment où, en raison de l’existence des coûts fixes, le prix de
vente ne sera plus assez élevé pour garantir la rentabilité de la dernière entreprise installée. A ce moment, le scénario d’entrée
s’interrompt car toute entrée nouvelle conduirait à des pertes pour l’entreprise qui la tenterait.
Q5 : Que désigne la fluidité du marché ?
- 2ème condition = la fluidité du marché = Absence de BAE et à la sortie sur le marché à des candidats acheteurs ou vendeurs
Q6 : Que désigne l’homogénéité des produits ?
- 3ème condition = l’homogénéité des produits
Le bien échangé est homogène. Les B échangés étant parfaitement substituables, tous les produits sont échangés au même prix
car si un vendeur baisse son prix, tous les acheteurs vont chez lui. 2 produits st des substituts parfaits si, pour tout consommateur
de ces produits, les courbes d’indifférences sont des droites inclinées à 45 degrés. Dans la réalité, les produits sont différenciés.
- 4ème condition = la transparence du marché
Tous les agents disposent de l’information parfaite sur les prix pratiqués. Ainsi la cohabitation de plusieurs prix  est impossible :
si tous les prix n’étaient pas égaux, l’information parfaite des agents conduiraient les acheteurs à réaliser tous leurs achats chez le
vendeur qui offre les prix les plus faibles et les concurrents sont contraints de s’aligner sur ce prix.
- 5ème condition = la mobilité parfaite des facteurs de production

2. Les différentes structures de marché résultant de la levée de la condition d’atomicité


Pour le prof : On se limitera à la présentation des différentes structures de marché définies pour la concurrence observée du côté
« vendeur du marché » et parmi celles-ci on n’opérera pas de distinction entre les structures en fonction du degré d’homogénéité
des produits.
Activité 6 :
Le marché de l’automobile Le marché des eaux en bouteille

s
ur
co
de
e
pl
Le marché du transport ferroviaire à grande vitesse en Le marché du blé
m
France (à partir de 2021, des opérateurs alternatifs pourront
xe

concurrencer la SNCF sur les liaison TGV)


-E
ris
PA
de
IE
EM
AD

Q1 : À partir des photos ci-dessus, complétez le tableau ci-dessous :


AC

Marché du transport Marché de Marché des eaux Marché du blé


ferroviaire à grande l’automobile minérales en
vitesse en France bouteille
Grand nombre d’opérateurs ? non moyenne moyenne oui
Structures de marché ? Monopole (Un Oligopolistique oligopolistique CPP (Nombreux
vendeur face à une (Peu de vendeurs vendeurs face à une
multitude face à une multitude
d’acheteurs) multitude d’acheteurs)
d’acheteurs)
Degré de concurrence forte moyenne moyenne faible
Les offreurs sont-ils preneurs non non non oui
de prix ?
Q2 : Quand le résultat de la décision de l’offreur au sujet des quantités produites et du niveau du prix de vente dépend-t-elle des
décisions des concurrents ?
En CP et en oligopole.
En revanche, le résultat de la décision du monopoleur ne dépend que de cette dernière et non pas de celle de concurrents puisqu’il
n’y en a pas. En monopole, le contexte de décision n’est pas interactif.
Apport du professeur : Il y a pouvoir de marché lorsque les entreprises se trouvent dans une situation qui leur permet d’influencer
le niveau des prix ou le volume des produits échangés sur le marché. Sur les marchés imparfaitement concurrentiels, les firmes
ont un pouvoir de marché non nul qui est d’autant plus grand qu’on s’éloigne de la concurrence pure et parfaite où il est nul.
Pour le prof : Le pouvoir de marché s’exerce sur les marchés oligopolistiques (non atomicité du marché) que nous allons étudier
et sur les marchés de concurrence monopolistique (non homogénéité des produits) qui sont hors programme. Les marchés de
concurrence monopolistique ont été étudiés par ROBINSON L’économie de la concurrence imparfaite (1975) et CHAMBERLIN The
theory of monopolistic competition (1933).

Synthèse à compléter par les élèves avec les termes suivants : des contraintes établies par les hommes - la libre entrée et
sortie - l’oligopole - le très grand nombre - des échanges - économies de marché - Le monopole - la concurrence
monopolistique - la concurrence parfaite - l’homogénéité des produits - un prix - une institution - un système économique qui
régule l’activité économique
Le marché est au sens institutionnel désigne un système économique qui régule l’activité économique. On parle parfois
d’économie de marché. C’est un système économique où les décisions de produire, d'échanger et d'allouer des biens et services
rares sont déterminées majoritairement à l'aide d'informations résultant de la confrontation de l'offre et de la demande établie
par le libre jeu du marché. Le marché désigne alors des contraintes établies par les hommes qui structurent les interactions
humaines, c’est-à-dire une institution. Le marché nécessite par exemple un système juridique garantissant les contrats et une
unité de compte.
Le marché est le lieu sur lequel se forme un prix permettant à des acheteurs et des vendeurs de s’entendre pour procéder à
des échanges. Le marché est une institution, c’est-à-dire une contrainte établie par les hommes qui structure les interactions
humaines. Son fonctionnement nécessite un certain nombre de règles (droits de propriété…), qui s’imposent aux individus et
constituent le cadre des transactions marchandes.
Dans les économies modernes, les économies de marché, l’allocation des ressources est essentiellement assurée par le
marché.

s
Il est possible de distinguer différentes structures de marché selon leur degré de concurrence. Le monopole (un seul offreur),

ur
l’oligopole (un petit nombre d’offreurs), la concurrence monopolistique (un grand nombre d’offreurs mais des produits

co
différenciés) et la concurrence parfaite (un grand nombre d’offreurs).
Sur un marché concurrentiel, plusieurs conditions sont requises dont :

de
- le très grand nombre d’offreurs et de demandeurs (qui garantit l’atomicité du marché, le fait que chaque participant sera
trop petit pour influencer le prix du marché : il est donc preneur de prix) ;
e
pl
- la libre entrée et sortie des offreurs et demandeurs qui garantit l’absence de position dominante ;
m
- l’homogénéité des produits (qui garantit la possibilité de comparer les produits les uns aux autres).
xe
-E
ris
PA
de
IE
EM
AD
AC
SÉANCES 3&4
Objectifs :
- Savoir interpréter des courbes d’offre et de demande ainsi que leurs pentes, et comprendre comment leur confrontation
détermine l’équilibre sur un marché de type concurrentiel où les agents sont preneurs de prix.
- Savoir déduire la courbe d’offre de la maximisation du profit par le producteur et comprendre qu’en situation de coût
marginal croissant, le producteur produit la quantité qui permet d’égaliser le coût marginal et le prix ; savoir l’illustrer par
des exemples.

I. Un marché concurrentiel conduit à un équilibre en permettant que se confrontent offre et demande


A. Un marché parfaitement concurrentiel permet que se confrontent une offre et une demande globales résultant de
l’agrégation des offres et des demandes individuelles
Pour comprendre cela, étudions comment se forment la demande globale et l’offre globale sur un marché concurrentiel.
1. Du calcul du consommateur à la demande individuelle à la demande globale
Apport du professeur : Les économistes considèrent que les individus sont rationnels, c’est-à-dire qu’il cherche en permanence à
maximiser leur satisfaction.
Activité 7 :
Q1 : Imaginez qu’à la récréation, vous avez faim et vous avez avec vous des sous et que vous pouvez vous acheter des mini-pains
au chocolat. Si le mini-pain au chocolat coûte 50 centimes, à quelle condition, allez-vous en acheter un ?
On achète un pain au chocolat si la satisfaction due à la consommation du pain au chocolat est supérieure à son prix.
Q2 : Un second pain au chocolat augmente-t-il autant votre utilité que le premier l’a fait ? Un dixième ? À quelle condition, allez-
vous acheter un deuxième pain au chocolat ?

s
Non, l’utilité retirée de la consommation d’un pain au chocolat supplémentaire décroit avec les quantités consommées. On achète

ur
un second pain au chocolat si et seulement si utilité retirée du second pain au chocolat > 50 centimes.

co
Q3 : Qu’est-ce que l’utilité ?
L’utilité désigne la satisfaction qu’un individu retire de la consommation d’un bien.

de
Q4 : Pourquoi choisir de manger des mini-pains au chocolat ?
On choisit de manger des mini-pains au chocolat quand on en a envie, quand les mini-pains au chocolat satisfont un de nos besoins.
e
Q5 : Combien de pains au chocolat Iris a-t-elle intérêt à acheter ?
pl
m
Elle a intérêt à acheter des mini-pains au chocolat tant que l’utilité qu’elle retire de la consommation d’un mini-pain au chocolat
xe

supplémentaire (utilité marginale) est supérieure à ce que ça lui coute, son coût marginal (sur un marché concurrentiel c’est le
prix payé sur le marché). Quand l’utilité marginale est égale au prix, elle n’a plus intérêt à acheter de mini-pain supplémentaire car
-E

sa satisfaction est maximale. Quand le prix du mini-pain au chocolat est de 50 centimes, acheter deux mini-pains au chocolat
augmente sa satisfaction mais en acheter 4 la diminue. Iris doit acheter 3 mini-pains au chocolat.
ris
PA

Iris veut savoir combien de pains au chocolat consommer pour La demande de mini pains au chocolat d'Iris
maximiser sa satisfaction. 1,2
de

Prix du mini pain au chocolat (en €)

Coût marginal = Diférence entre


Utilité marginale Quantitées 1
prix de marché l'utilité marginale
IE

(1) demandées
(2) et le prix
EM

0,8
1,1 1 0,5 0,6
0,8 2 0,5 0,3 0,6
AD

0,5 3 0,5 0
0,2 4 0,5 -0,3 0,4
AC

0,2

0
0 1 2 3 4 5
Nombre de mini pains au chocolat demandés par Iris

Q6 : En utilisant l’exemple des mini-pains au chocolat, expliquez ce qu’est l’utilité marginale.


L’utilité marginale est l’utilité de la dernière unité consommée de produit. Quand on mange des mini-pains au chocolat, l’utilité
du dernier mini-pain au chocolat consommé est inférieure à l’utilité de l’avant dernier mini-pain consommé.
Q7 : Distinguez utilité totale et utilité marginale.
L’utilité totale est la satisfaction globale retirée de la consommation d’un produit.
L’utilité marginale désigne la satisfaction supplémentaire apportée par la consommation d’une unité supplémentaire de ce bien.
Pour le prof : Cette distinction nous permet de comprendre le paradoxe de l’eau et du diamant. Le diamant a une valeur supérieure
à l’eau car la valeur dépend de la rareté mesurée par l’um. r=f(r) avec r mesurée par um
Q8 : Comment évolue l’utilité marginale des mini-pains au chocolat quand la quantité consommée augmente ?
En règle générale, l’utilité marginale est décroissante avec les quantités consommées.
Q9 : Quelle est la quantité demandée par Iris pour un prix de 0,5 euros ? pour un prix de 1 euro ? Que peut-on en conclure sur la
relation entre prix et quantité demandée ?
La quantité demandée est décroissante du prix.
Q10 : Que signifie que « L’utilité marginale est normalement décroissante, mais toujours positive »
« L’utilité marginale est normalement décroissante, mais toujours positive » signifie que lorsqu’on consomme des doses
successives d’un même bien,
- l’utilité de la dernière dose consommée (utilité marginale) est inférieure à l’utilité de la dose précédente et que
- la dernière dose consommée apporte de l’utilité car sinon on aurait arrêté de consommer.
Q11 : Quel est l’effet de l’utilité marginale décroissante sur le lien entre quantité demandée et prix ?
Quand le prix augmente, des unités de pains au chocolat dont l’utilité était supérieure au prix ne sont plus consommées car leur
utilité devient inférieure au prix de vente. En raison de l’utilité marginale décroissante, la demande est une fonction décroissante
du prix.
Q12 : Comment peut-on expliquer la loi de la demande ?
On peut expliquer la loi de la demande par trois arguments :
- Si le prix du produit baisse, les consommateurs dont la satisfaction retirée de la consommation d’une unité supplémentaire du
produit est la plus faible vont pouvoir entrer sur le marché. Inversement, si le prix augmente, ces consommateurs vont sortir du
marché.
- Si le prix baisse, les consommateurs qui consommaient déjà le produit avant la baisse de prix vont pouvoir acheter plus de produit.
- Cette relation est renforcée par le fait qu’une hausse du prix réduit le pouvoir d’achat du consommateur et l’incite à consommer
des biens substituables.

POUR LE PROF : Le fondement de la valeur d’un bien est au centre de l’analyse économique et les réponses apportées diffèrent
selon les courants théoriques.
* Pour les classiques, la valeur d’un bien résulte du coût des facteurs de production (nécessaires à sa production, essentiellement
le travail. La valeur, fondée sur un critère objectif, est la valeur d’échange/ Adam SMITH Recherche sur la Nature et les Causes de

s
la Richesse des Nations (1776).

ur
* Pour les néo-classique cette conception ne résout pas le problème de la valeur : si c’est le travail qui donne la valeur à un bien,

co
pourquoi deux biens qui incorporent la même quantité de travail n’ont-ils pas la même valeur ? William Stanley Jevons (1835-
1882) appuie son raisonnement sur l’exemple du pêcheur de perles qui, en plongeant remonte un caillou. La valeur d’un bien

de
découle de son utilité pour l’individu (utilité subjective) et de sa rareté (utilité marginale).

e
Activité 8 :
pl
m
Quantités demandées par :
xe

Prix d'un mini


pain au chocolat Iris Bilel Iris et Bilel Tous les acheteurs
-E

(en €)
0,2 4 8 12 400
ris

0,5 3 6 9 300
0,8 2 5 7 230
PA

1,1 1 4 5 170
Sur le marché des mini-pains au chocolat, on retrouve Iris mais aussi Billel qui désirent acheter des mini-pains au chocolat mais
de

aussi d’autres demandeurs.


Q1 : Que désigne la demande globale? Comment la calculer ?
IE

La demande désigne la quantité d’un produit que les acheteurs désirent acheter à un prix donné.
EM

Pour calculer les quantités demandées sur le marché, on additionne toutes les demandes individuelles des consommateurs sur un
marché pour chaque niveau de prix (proposé par le commissaire priseur).
AD

2. La variation de la demande est plus ou moins proportionnelle à celle des prix


AC

Apport du professeur : Si un produit n’a pas de substitut et revêt un caractère indispensable, alors sa demande est très peu
sensible à la variation des prix. La droite de demande a une forte pente négative.
Au contraire, si un produit a un ou des substituts et (ou) ne revêt pas un caractère indispensable, alors sa demande est très
sensible à la variation des prix. La droite de demande a une faible pente négative.
Activité 9 :

Q1 : Dans quel cas la demande est très sensible au prix ? Comment caractériser alors la pente de la droite représentant la demande
?
Une petite variation de prix se traduit par une forte variation de la demande dans le cas 3. La pente de la droite représentant la
demande est alors fortement négative.
Q2 : Quel cas peut représenter la demande de repas au restaurant ? la demande d’essence dans des territoires ruraux ?
Cas n°3, Cas n° 2.
La variation de la demande est plus ou moins proportionnelle à celle du prix. Cependant, la variation de la demande est plus ou
moins proportionnelle à la variation du prix en fonction de l’élasticité-prix de la demande. Celle-ci se calcule ainsi : Élasticité prix
de la demande = Taux de variation de la demande / Taux de variation du prix.

Synthèse à compléter par les élèves : Le consommateur rationnel maximise son utilité c’est-à-dire la satisfaction globale retirée de
la consommation d’un produit. Pour maximiser son utilité, il demande toutes les unités de produits pour lesquelles l’utilité
marginale, l’utilité retirée de la consommation d’une unité supplémentaire, est supérieure ou égale au prix. En conséquence, la
demande, c’est-à-dire la quantité d’un produit que les acheteurs désirent acheter à un prix donné, est une fonction décroissante
du prix (loi de la demande). On peut en effet expliquer cette loi de la demande par trois arguments :
- Si le prix du produit augmente, les consommateurs dont la satisfaction retirée de la consommation d’une unité supplémentaire
du produit est la plus faible vont sortir du marché.
- Si le prix augmente, les consommateurs retirant une satisfaction faible de la consommation d’une unité supplémentaire du
produit vont acheter moins de produit.
- Cette relation est renforcée par le fait qu’une hausse du prix réduit le pouvoir d’achat du consommateur et l’incite à consommer
des biens substituables.
Pour calculer la demande globale, les quantités demandées sur le marché, on additionne toutes les demandes individuelles des
consommateurs sur un marché pour chaque niveau de prix proposé par le commissaire-priseur. Quand le prix varie, la demande
varie. On observe ce phénomène par un déplacement le long de la droite de demande. La variation de la demande est plus ou
moins proportionnelle à la variation du prix en fonction de l’élasticité-prix de la demande. Celle-ci se calcule ainsi : Élasticité prix
de la demande = Taux de variation de la demande / Taux de variation du prix. La demande est sensible à la variation du prix si le
bien n’est pas indispensable ou s’il existe des biens substituables. La droite de demande est alors proche de l’horizontale. Elle

s
demande est peu sensible si le bien est indispensable ou s’il n’existe pas de biens substituables. La droite est alors proche de la

ur
verticale.

co
3. Du calcul des coûts du producteur à l’offre individuelle à l’offre globale

de
Activité 10 :
La loi des rendements factoriels décroissants (également
e
Un exemple de loi des rendements décroissants
appelée loi de la productivité marginale décroissante) peut 80
pl
m
s’énoncer comme suit : « À partir d’un certain niveau de 70
xe

production, la productivité marginale d’un facteur de + 10


60
1
production décroît quand on l’augmente alors que l’autre
-E Quantités produites

50 + 20
facteur reste fixe. » Le graphique montre que l’accroissement
de la production permis par un travailleur supplémentaire
ris

40
devient de plus en plus faible à partir du 3ème travailleur et
PA

30
même négatif à partir du 7ème travailleur. + 30
20
Quand la productivité marginale d’un facteur diminue, il faut
de

mobiliser davantage de ce facteur pour réaliser la même 10


production. Chaque unité supplémentaire est ainsi plus + 10
IE

0
coûteuse à produire. La loi des rendements factoriels 1 2 3 4 5 6 7 8 9
EM

décroissants signifie que les coûts marginaux de production Nombre de travailleurs

sont croissants.
AD

D’après Marc Montoussé et Isabelle Waquet, Microéconomie,


2014.
AC

Q1 : À l’aide de quelques chiffres du graphique, montrez que les rendements factoriels croissants, décroissants puis négatifs.
L’embauche du premier salarié permet d’accroitre la production de 10 unités, puis celle du second de 30 unités. L’augmentation
de la production générée par l’embauche du second salarié est plus importante que celle générée par l’embauche du premier
salarié. Les rendements factoriels sont donc croissants dans un premier temps.
Comme l’embauche du troisième salarié accroit la production de 20 unités, soit d’une quantité moindre que l’embauche du second
salarié (30 unités), les rendements factoriels deviennent décroissant après l’embauche du 3 ème salarié.
Enfin, l’embauche du 6ème salarié réduit le volume de production et les rendements factoriels deviennent négatifs.
Q2 : Quel est l’incidence de la loi des rendements factoriels décroissants sur les coûts marginaux de production ?
Selon la loi des rendements factoriels décroissants, l’augmentation de la production générée par l’emploi d’un travailleur
supplémentaire est de moins en moins importante au fur et à mesure que le nombre de travailleurs embauchés augmente. En
conséquence, au fur et à mesure que le niveau de production augmente, produire une unité de plus nécessite de plus en plus de
facteurs de production et est de plus en plus coûteux. Au final, en raison de la loi des rendements factoriels décroissants, les coûts
marginaux de production sont croissants.
Activité 11 :
Unité produite 1ère 2ème 3ème 4ème 5ème 6ème 7ème 8ème 9ème
unité unité unité unité unité unité unité unité unité
Coût marginal 5€ 7€ 9€ 11 € 13 € 15 € 17 € 19 € 20 €
Recette marginale = prix 15 € 15 € 15 € 15 € 15 € 15 € 15 € 15 € 15 €
Profit marginal 10 € 8€ 6€ 4€ 2€ 0€ -2 € -4 € -5 €
Profit total 10 € 18 € 24 € 28 € 30 € 30 € 28 € 24 € 19 €
Manuel Magnard, édition 2019, p18.
Q1 : Qu’est-ce que le producteur rationnel cherche à maximiser ? Comment calculer cet indicateur ?
Son profit = recettes totales – coûts totaux = (Quantités vendues x prix de vente) – (coût moyen x quantités vendues)
Apport du professeur : Pour déterminer le volume de production optimal, le producteur compare gain qu’il retire de la vente d’une
unité supplémentaire (la recette marginale) avec le coût qu’implique cette unité supplémentaire (coût marginal).
Q2 : À quoi est égale la recette marginale sur un marché concurrentiel ?
Sur un marché concurrentiel, les producteurs sont preneurs de prix et leur recette marginale est constante et égale au prix de
vente.
Q3 : Le coût marginal étant croissant, à partir de quand le producteur fait-il des pertes ?
Le producteur fait des pertes quand ce que lui coute la production d’une unité supplémentaire, le cm devient supérieur à ce qu’elle
rapporte, le prix de vente.
Q4 : Comment le producteur rationnel détermine-t-il le niveau de production qui maximise son profit ?
Le producteur rationnel fixe son niveau de production au niveau pour lequel son coût marginal est égal au prix de vente de ses
produits.

s
Q5 : Quel volume de production permet de maximiser le profit ? Pourquoi ?

ur
(5 ou ) 6 unités car au-delà de la 6ème unité le cm est > au prix de vente et le profit marginal est négatif.

co
Q6 : Quel serait le niveau de production optimal pour un prix de 9 € ?
(2 ou) 3 unités

de
e
Activité 12 : pl
Igor vend des fraises sur un marché concurrentiel. Voici ci-
m
dessous des informations relatives aux quantités produites, à
xe

son coût marginal et à son profit marginal, quand le prix de


-E

vente du kilo de fraises est de 5 €.


ris
PA
de
IE
EM

Manuel Magnard, édition 2019, p19.


Q1 : Comment Igor fixe son niveau de production ?
AD

Igor est rationnel et fixe donc son niveau de production de façon à max son profit. Le profit est maximal quand le volume de
AC

production est tel que le coût marginal est égal au prix de vente.
Q2 : Quand le prix de vente est de 5 €, combien Igor doit-il produire de kilos de fraises ?
Quand le prix est de 5 €, produire 3 kilos de fraises augmente son profit (coût marginal < prix, 4<5). Produire 5 kilos de fraises
diminue son profit (coût marginal > prix). Igor doit produire 4 kilos de fraises. Pour cette quantité, son profit est maximum.
Q3 : La loi des rendements factoriels décroissants est-elle vérifiée dans cet exemple ?
Oui, les coûts marginaux de production sont croissants quand les quantités augmentent.
Q4 : Quelle est la quantité offerte par Igor pour un prix de 4 € ? pour un prix de 7 € ? Que peut-on en conclure sur la relation entre
prix et quantité offerte ?
3, 7.
Plus le prix augmente, plus les producteurs augmentent leur offre, ceteris paribus. C’est la loi de l’offre. A contrario, toute baisse
du prix se traduira par une diminution des quantités offertes. L’offre est une fonction croissante des prix. Dans ce cas, l’offre se
déplace sur la courbe d’offre en fonction du prix.
Q5 : Montrez que la relation prix-quantité offerte s’explique par la loi des rendements factoriels décroissants.
La quantité offerte sur le marché est une fonction croissante des prix en raison de la loi des rendements factoriels décroissants.
En effet, comme l’entreprise maximise son profit quand elle égalise son coût marginal au prix de vente, quand le prix de vente fixé
par le marché baisse, soit l’entreprise fixe son niveau de production à un niveau lui permettant de supporter des coûts de
production moindre, elle diminue son niveau de production soit elle cesse de produire si le nouveau prix de vente du produit est
inférieur aux couts de production de la première unité produite pour elle. Par exemple, quand le prix du pétrole diminue et atteint
30 $ le baril comme début mars 2020, il devient probable que certains producteurs de pétrole obtenu par distillation du schiste
américain arrêtent de produire et sortent du marché car ils ont à supporter des coûts de production de l’ordre de 45$ le baril bien
supérieurs à ceux supportés par les producteurs localisés en Arabie Saoudite.
Synthèse à compléter par les élèves avec les termes suivants : supérieure - prix (x2) - constante - coût marginal (x3) - prix de vente
- profit - quantités vendues - recette marginale (x2).
Du côté de l’offre, le producteur cherche à maximiser son profit. Quelle que soit la structure du marché, la condition d’équilibre
est la même : Le profit unitaire est positif tant que la recette de la dernière unité vendue (donc la recette marginale) est supérieure
au coût de cette dernière unité (donc le coût marginal). Le profit total (qui est égal au produit du profit unitaire et des quantités
vendues) est donc maximal lorsque la recette marginale = coût marginal.
Sur un marché parfaitement concurrentiel, l’évolution du coût marginal est indépendante de la structure du marché (quel que soit
le nombre d’offreurs, la structure de coûts de la firme ne change pas). En revanche, la recette marginale dépend du prix de vente.
Or, sur un marché concurrentiel, le prix est déterminé sur le marché par les conditions de rencontre entre l’offre et la demande.
Autrement dit, sur un marché concurrentiel, le prix est une constante qui s’impose à la firme qui est preneuse de prix.

s
ur
co
Au fur et à mesure que ce prix fixé par le marché augmente, la firme réagit en adaptant les quantités qu’elle produit de façon à
égaliser son coût marginal à ce prix. En raison de la loi des rendements factoriels décroissants, le coût marginal de production est

de
croissant et, au fur et à mesure que le prix fixé par le marché augmente, la firme offre davantage de produits. L’offre individuelle
est une fonction croissante des prix.
e
pl
m
xe
-E
ris
PA
de
IE
EM
AD
AC

Activité 13 :
Lors d’un marché aux fraises, On retrouve Iris et Billel qui désirent acheter des fraises mais aussi Igor et Sarah qui souhaitent
vendre des fraises produites sur leur exploitation agricole.
L’offre de marché
Prix d’un kilo de fraises (en €) Quantité offerte par :
Iris Sarah Sarah et Igor Tous les demandeurs
1 0 1 1 100
2 1 4 4 280
3 2 7 7 400
4 3 10 10 500
5 4 13 13 580
6 5 16 16 670
7 6 19 19 740
8 7 22 22 800
Manuel Magnard, édition 2019, p20.
Q1 : Pour un prix de 5 €, expliquez comment sont obtenues les quantités offertes par le marché.
L’offre désigne la quantité d’un produit que les vendeurs désirent vendre à un prix donné. C’est la somme des offres individuelles
pour chaque niveau de prix. À 5 €, l’offre globale est de 580 kilos de fraises.
Q2 : Comment varient les quantités offertes par rapport aux prix ?
Plus le prix augmente, plus les producteurs augmente leur offre, ceteris paribus. C’est la loi de l’offre. A contrario, toute baisse du
prix se traduira par une diminution des quantités offertes. L’offre est une fonction croissante des prix. Dans ce cas, l’offre se
déplace sur la courbe d’offre en fonction du prix.
Q3 : Comment expliquer la loi de l’offre ?
On peut expliquer la loi de l’offre par 2 arguments sur un marché concurrentiel :
- D’une part, les producteurs, qui avaient des coûts unitaires trop élevés auparavant pour entrer sur le marché, peuvent, avec la
hausse des prix entrer sur le marché et réaliser du profit ce qui augmente l’offre globale. Plus les prix sont élevés plus il y a
d’offreurs sur le marché.
- D’autre part, un prix plus élevé augmente les perspectives de profit et incite les firmes rentables à livrer davantage.

4. La variation de l’offre est plus ou moins proportionnelle à celle des prix


Apport du professeur : Si les facteurs de production sont difficilement disponibles, l’offre est peu sensible à la variation des prix.
La droite d’offre a une forte pente se rapprochant d’une droite verticale.
Si les facteurs nécessaires à la production sont facilement disponibles, l’offre est très sensible à la variation des prix. La droite
d’offre a une faible pente se rapprochant d’une droite horizontale.
Activité 14 :

s
ur
co
de
e
pl
m
xe
-E
ris

Q1 : Dans quel cas la demande est très sensible au prix ? Comment caractériser alors la pente de la droite représentant la demande
Quand la demande est très sensible au prix, une petite variation de prix se traduit par une variation importante de l’offre/ dans le
PA

cas c. La pente de la droite représentant la demande est alors horizontale.


de

Objectif : Comprendre comment se forment le prix et la quantité d’équilibre sur un marché concurrentiel
IE

B. Un marché concurrentiel conduit à l’équilibre par un mécanisme de tâtonnement


1. Des demandes individuelles à la demande globale et des offres individuelles à l’offre globale
EM

Activité 15 :
AD

Lors d’un marché aux fraises, on retrouve Iris et Billel qui désirent acheter des fraises mais aussi Igor et Sarah qui souhaitent vendre
les fraises produites sur leur exploitation agricole.
AC

Prix d’un Quantité demandée par : Quantité offerte par :


kilo de
fraises (en
€)
Iris Billel Iris et Bilel Tous les Iris Sarah Sarah et Tous les
acheteurs Igor demandeurs
1 8 13 21 800 0 1 1 100
2 7 10 17 570 1 4 4 280
3 6 8 14 400 2 7 7 400
4 5 6 11 300 3 10 10 500
5 4 5 9 230 4 13 13 580
6 3 3 6 170 5 16 16 670
7 2 1 3 130 6 19 19 740
8 1 0 1 100 7 22 22 800
Manuel Magnard, édition 2019, p20.
Q1 : Pour un prix de 5 €, expliquez comment sont obtenues les quantités demandées et offertes sur les marchés.
Pour un prix de 5 €, Iris demande tous les kilos de fraises dont le prix de réservation est supérieur à ce prix de vente, soit 4 kilos
de fraises et Billel fait de même et demande 5 kilos de fraises. La quantité demandée au prix de 5 € par Iris et Billel est de 9 kilos
de fraises. Quand on additionne la totalité des kilos de fraises demandés par les acheteurs au prix de 5 €, on obtient les quantités
demandées sur le marché, soit 230 kilos de fraises. Pour ce prix de 5 €, Iris offre 4 kilos, Sarah, 13 et l’ensemble des demandeurs
offrent 580 kilos de fraises.
Q2 : Comment distinguer l’offre/demande individuelle et l’offre/demande de marché ?
La demande globale désigne la quantité d’un produit que les acheteurs désirent acheter à un prix donné. Pour calculer les quantités
demandées sur le marché, on additionne toutes les demandes individuelles des acheteurs sur un marché. La demande individuelle
désigne la quantité d’un produit que chaque acheteur désire acheter pour chaque niveau de prix.

2. Le processus de tâtonnement : De la confrontation de l’offre globale et de la demande globales à la réalisation de


l’équilibre sur un marché concurrentiel
Activité 16 :

s
ur
Manuel Magnard, édition 2019, p20.

co
Q1 (rappel 2nde): Qu’est-ce qu’un excédent ? Chiffrez cet excédent sur le marché aux fraises lorsque le prix est de 5 euros. Dans
cette situation, comment le marché permet-il le retour à l’équilibre ?

de
Un excédent = une situation dans laquelle quantités offertes sont > quantités demandées. Sur le marché aux fraises, quand le prix
est de 5 euros, un excédent de (580-230) 350 unités apparaît. Cet excédent conduit à une baisse du prix qui stimule la demande
e
pl
et décourage l’offre (selon les lois de l’offre et de la demande) et le marché revient ainsi à l’équilibre.
m
Q2 : Que se passe-t-il sur un marché concurrentiel, lorsque le prix est supérieur au prix d’équilibre ?
xe

La quantité offerte est supérieure à la quantité demandée.


Le prix va alors baisser
-E

En vertu de la loi de l’offre et de la demande hausse des quantités demandées et baisse des quantités offertes pour ramener le
marché à l’équilibre.
ris

Q3 : Que permet la flexibilité des prix sur un marché concurrentiel ?


PA

Sur un marché concurrentiel, la flexibilité des prix permet la convergence spontanée vers l’équilibre.
Q4 (rappel 2nde) : Que sont le prix et la quantité d’équilibre et quelles sont ici leurs valeurs ?
de

Prix d’équilibre = prix pour lequel les quantités offertes sont égales aux quantités demandées. Quantité d’équilibre = quantité
échangées sur le marché telles que les quantités offertes sont égales aux quantités demandées.
IE

Dans le cadre de la théorie de l'équilibre partiel entre l'offre et la demande, sur un marché en concurrence pure et parfaite, en
EM

construisant les deux courbes d’offre et de demande, on obtient le point d’équilibre du marché (d’abscisse la qté d’équilibre et
d’ordonnée le prix d’équilibre) qui égalise l’O et la D et où se réalise l’échange.
AD

Prix d’équilibre = 3 € Quantité d’équilibre = 400


Q5 : Si la condition de libre entrée sur le marché est vérifiée, quelle est la conséquence de la hausse de prix sur les quantité offertes
AC

et demandées ?
Q6 : À l’aide des questions précédentes, complétez le schéma ci-dessous :
Excédent → ……………….… du prix → ……………….… de l’offre → Retour à
(loi de variation (libre- ……………….… de la demande l’équilibre
des prix) entrée)

Pénurie → ……………….… du prix → ……………….… de l’offre → Retour à


(loi de variation (libre- ……………….… de la demande l’équilibre
des prix) entrée)
2. La résorption des déséquilibres par le processus de tâtonnement nécessite la flexibilité des prix
Activité 17 :
En mai 2018, l’Olympique de Marseille atteint la finale de la
League Europa contre l’Athlético Madrid. L’UEFA,
organisatrice de la compétition, a accordé 11 566 places à
l’OM mais le club doit faire face à une demande qui est 2 à 3
fois plus importante. Les billets ont été accordsé de façon
prioritaire aux supporters les plus fidèles pour des prix compris
entre 45 et 63 euros la place. Sur le marché noir, le prix d’une
place pour cette finale a parfois atteint 400 euros.

Manuel Magnard, édition 2019, p21.


Q1 : La situation décrite dans ce document correspond-t-elle à un excédent ou à une pénurie ?
Une pénurie en raison de la rigidité des prix introduite par le club qui fixe des prix de vente préférentiels.
Q2 : Comment le marché aurait-il résorbé ce déséquilibre ?
Le marché concurrentiel aurait résorbé cette pénurie par la hausse des prix (conformément à la loi de la demande) ce qui aurait

s
ur
conduit à une baisse de la demande (conformément à l’hypothèse de libre entrée et sortie) et à un retour à l’équilibre.

co
Activité 18 :

de
Aujourd’hui en France, les prix des logements sont
trop élevés pour permettre à tous les ménages de se
loger. Le mal-logement s’explique par de multiples
e
pl
m
facteurs. À l’équilibre, l’offre est égale à la demande,
mais certains agents sont exclus du marché : tous les
xe

ménages qui désiraient un logement à un prix inférieur


-E

ne trouvent pas à se loger.


Emanuel Buisson-Ferret, Marion Navarra, La
ris

Microéconomie en pratique, 2018.


PA

Q1 : Ce marché du logement est-il à l’équilibre ?


Oui
de

Q2 : Quel est le nombre de ménages exclus du marché ?


1500 – 1200 = 300 ménages sont exclus du marché.
IE

Q3 : Pourquoi ces ménages ne peuvent-ils pas payer le


EM

prix du marché ?
Contrainte budgétaire.
AD

Synthèse à compléter par les élèves avec les termes suivants : un système économique qui régule l’activité économique - prix
AC

d’équilibre - des contraintes établies par les hommes – un processus de tâtonnement (x2) - la flexibilité des prix - l’offre – les
conditions de concurrence pure et parfaite - une baisse du prix - la demande - globales
Les offres et les demandes individuelles s’agrègent sur le marché pour donner naissance à l’offre et à la demande globales, ce qui
fait émerger un prix d’équilibre qui égalise les quantités offertes et demandées.
Les conditions de concurrence pure et parfaite sont les conditions sous lesquelles un équilibre de marché existe et peut être atteint
grâce à un processus de tâtonnement. En effet, en cas de déséquilibre sur un marché concurrentiel, la flexibilité des prix permet
un retour automatique à l’équilibre par un processus de tâtonnement. Par exemple, en cas d’excédent, une situation dans laquelle
quantités offertes sont > quantités demandées, l’excédent conduit à une baisse du prix qui stimule la demande et décourage l’offre
(selon les lois de l’offre et de la demande) et le marché revient ainsi à l’équilibre….
Pour le prof : Mais l’équilibre de marché existe et peut être atteint si, outre les 5 conditions de CPP sont remplies, l’information
est centralisée par un agent bienveillant ou défaut si des institutions lui permettent de fonctionner notamment un régime
monétaire et un accord sur la qualité des produits et l’organisation des échanges. Le marché n’est donc pas naturel. C’est une
construction sociale. C’est une institution qui structure les interactions humaines.

SÉANCE 7&8
Objectifs : Comprendre les notions de surplus du producteur et du consommateur.
Comprendre la notion de gains à l’échange et savoir que la somme des surplus est maximisée à l’équilibre.
II. Un marché concurrentiel génère une allocation optimale des ressources
Le modèle de CPP est le pivot de la microéconomie néo-classique standard, car c’est le modèle de référence pour montrer que le
marché conduit spontanément à un optimum de premier rang = La confrontation des intérêts individuels conduit sur le marché à
un optimum de PARETO cad un optimum collectif.
La CPP conduit à l’allocation optimale des ressources :

A. Le surplus du consommateur et du producteur mesure les gains à l’échange


Apport du professeur : Les échanges entre les agents économiques procurent des gains à l’échange mesurés par les surplus des
consommateurs et des producteurs.
1. Les gains à l’échange
Activité 19 :
Une famille pourrait essayer de subvenir à tous ses besoins personnes (ou 7 milliards) peuvent obtenir chacune
– cultiver ce qu’elle mange, coudre ses propres habits, se davantage que ce qu’elles désirent qu’en essayant d’être
fournir elle-même en spectacle, écrire ses propres manuels autosuffisantes. Les gains à l’échange proviennent en
d’économie. Mais essayer de vivre de cette manière serait particulier de cette division des tâches, que les économistes
extrêmement difficile. La clé d’un bien meilleur niveau de appellent la spécialisation – une situation dans laquelle
vie pour tout le monde est l’échange, par lequel les individus chaque […] personne se spécialise dans ce qu’elle sait faire
se répartissent entre eux les tâches et chaque personne de mieux. […] Tant que les individus savent qu’ils peuvent
fournit un bien ou un service qu’elle désire elle-même. trouver les biens et les services qu’ils désirent sur le marché,
La raison pour laquelle nous avons une économie et non pas ils sont disposés à renoncer à l’autosuffisance pour se
de nombreux individus autosuffisants, est qu’il y a des gains spécialiser.
à l’échange : en divisant les tâches et en échangeant, deux Paul Krugman, Robin Wells, Microéconomie, De Boeck,
2016.
Q1 : Pourquoi en se spécialisant un individu devient plus productif ?
Adam Smith dans RNCRN (1796), 3 éléments permettent à la division du travail d’augmenter la productivité du travail :

s
- accroissement de l’habileté des travailleurs

ur
- réduction du temps pour passer d’une activité à une autre

co
- invention des machines : on entrevoit plus facilement comment améliorer la production quand on travaille sur une tâche
spécialisée grâce à l’effet d’expérience.

de
Q2 : Pourquoi le marché est-il nécessaire à la spécialisation ?
Quand les individus se spécialisent, ils ne produisent plus tous les produits dont ils ont besoin et ils ont besoin de se procurer ce
e
pl
dont ils ont besoin en les échangeant contre ce qu’ils produisent. Or le lieu sur lequel ont lieu les échanges est le marché. Le
m
marché est ainsi nécessaire à la spécialisation.
xe

Q3 : Comment peut-on définir les gains à l’échange ?


Gains à l’échange = ce que l’échange a ajouté à la satisfaction des agents impliquées dans l’échange.
-E

2. Les gains à l’échange et le surplus des consommateurs


ris

Activité 20 :
PA

Imaginez que vous êtes un commissaire-priseur et que vous acheteur potentiel sortira du marché lorsque le prix de
mettez en vente aux enchères des lots de cartes postales l’enchère excèdera sa disposition à payer. Vous proposez un
de

datant de la Première Guerre mondiale. Quatre prix de départ de 10 €. Ce prix ne permettant pas de
collectionneurs se présentent à la vente : Paul, John, George départager les différents acheteurs, vous augmenter petit à
IE

et Ringo. Chacun d’eux souhaite acheter un lot mais chacun petit le prix jusqu’à atteindre le prix de 81 € que seul John
EM

se fixe une somme limite maximale. Cette somme maximale est disposé à payer : il remporte donc l’enchère et devient
que chacun est prêt à débourser pour acquérir est propriétaire du lot mis en vente. John est très satisfait
AD

dénommée « disposition à payer ». John est disposé à payer puisqu’il a payé 81 € et qu’il était disposé à payer 100 €. Il a
100 €, Paul 80 €, George 70 € et Ringo 50 €. Le commissaire- réalisé un gain à l’échange que les économistes mesurent à
AC

priseur ne connaît pas les dispositions à payer des différents travers le concept de surplus du consommateur (différence
acheteurs potentiels. La vente peut commencer et entre la disposition à payer et le prix de marché).
s’effectue selon le système des enchères montants : chaque Grégory Mankiw, Mark F. Taylor, Principes de l’économie,
De Boeck, 2015.
Q1 : Qu’est-ce que la disposition à payer ? Pourquoi diffère-t-elle selon les agents économiques ?
La disposition à payer est le prix de réserve c’est-à-dire le prix maximum que l’acheteur est prêt à payer qui correspond à l’utilité
marginal qu’il retire de la consommation du produit. La disposition à payer des agents économiques dépend de leurs préférences
individuelles.
Q2 : Qu’est-ce que le surplus du consommateur ? Que permet-il de mesurer ?
Le surplus du consommateur traduit le fait que les consommateurs étaient disposés à payer un prix plus élevé pour les premières
unités de produit que celui qu’ils paient effectivement. Il mesure les gains à l’échange des consommateurs.
Q3 : Calculez le montant du surplus du consommateur dont bénéficie John.
100 – 81 = 19 €
Q4 : Pourquoi John fait-il un gain à l’échange ?
John fait un gain à l’échange car il paie 81 € un lot qui accroit son utilité de 100 € et qu’il était prêt à payer 100 €.
Activité 21 :
Su Graphiquement, le surplus du consommateur
r pl
us
du
avant une baisse du prix correspond à l’aire ABC,
Prix A la con qui se situe sous la courbe de demande et au-
65 b a so
iss mm dessus du prix de marché (aire hachurée sur le
ed
es ateu

Surplus du consommateur gagné


pri r a
x va
graphique). Une baisse de prix augmente le
nt surplus du consommateur. D’une part, les

par les nouveaux


acheteurs initiaux bénéficient d’un surplus

consommateurs
40 C B
Baisse additionnel (aire CBEF). D’autre part, de nouveaux
du prix acheteurs peuvent à présent acheter le bien et
30 F E D
bénéficie d’un surplus (aire BDE).
Paul Krugman, Robin Wells, Microéconomie, De
Augmentation du surplus du Demande
consommateur pour les
Boeck, 2016.
consommateurs initiaux

Quantité

Manuel Magnard, édition 2019, p23.


Q1 : Pourquoi un consommateur qui peut acheter à 65 € fait-il un gain à l’échange avant et après la baisse du prix ?
Disposition à payer de 65 > prix de vente de 40 et prix de vente de 30
Q2 : À quoi les surfaces ABC et ADF correspondent-elles ?
Surplus du consommateur avant et après baisse du prix de vente.

s
Q3 : Quelles sont les deux raisons pour lesquelles une baisse de prix augmente le surplus du consommateur ?

ur
Augmente le surplus du consommateur pour les consommateurs initiaux du montant de la baisse de prix (aire du rectangle BEFC)

co
+ Augmente le surplus du consommateur du fait de l’augmentation des quantités échangées (aire du triangle BDE)
Q4 : Comment le surplus du consommateur évolue-t-il quand lorsque le prix augmente ? Pourquoi ?

de
Quand le prix de vente augmente, le surplus du consommateur baisse du fait de la diminution du gain à l’échange pour les
consommateurs initiaux et du fait de la diminution des quantités échangées.
e
pl
m
3. Les gains à l’échange et le surplus des producteurs
xe

Activité 22 :
Le surplus du producteur se situe au-
-E

dessus de la courbe d’offre et en-


dessous du prix de marché (surface BDO
ris

avant la hausse du prix). Il s’explique par


PA

la différence entre le prix du marché et


le prix minimum auquel le producteur
de

est prêt à vendre son produit, le coût


marginal. Une hausse de prix augmente
IE

le surplus du producteur. D’une part, les


EM

vendeurs initiaux bénéficient d’un


surplus additionnel (air hachurée sur le
AD

graphique). D’autre part, de nouveaux


offreurs peuvent désormais vendre le
AC

bien et bénéficier de ce fait d’un surplus


(air du triangle).

Manuel Magnard, édition 2019, p23.


Q1 : À quoi les surface BDO et ACO correspondent-elles ?
Surplus du producteur avant et après hausse du prix
Q2 : Quelles sont les deux raisons pour lesquelles une hausse des prix augmente le surplus du producteur ?
Une hausse de prix augmente le surplus du producteur :
- En augmentant le surplus des producteurs initiaux via l’accroissement de l’écart entre prix de vente et coût marginal de
production
- En augmentant les quantités produites et échangées car la production devient rentable pour des producteurs pour lesquels
elle ne l’était pas avant la hausse du prix.
Q3 : Comment le surplus du producteur évolue-t-il quand le prix baisse ? Pourquoi ?
Il diminue car des producteurs sortent du marché et parce que les producteurs qui restent sur le marché diminuent leur niveau de
production pour rester rentable en raison de la loi des rendements décroissants.
Synthèse à compléter par les élèves avec les termes suivants : le surplus du producteur - surplus du consommateur - surplus du
consommateur et du producteur - gains à l’échange - se spécialiser
L’échange marchand permet aux agents économiques de se spécialiser dans les activités dans lesquelles ils sont le plus efficaces.
Ils deviennent ainsi plus productifs et parviennent ainsi à obtenir par l’échange une quantité plus importante de biens qu’en
situation d’autarcie. L’échange est donc mutuellement avantageux. Ces gains à l’échange sont mesurés par les surplus du
consommateur et du producteur. Une baisse du prix accroît le surplus du consommateur et baisse le surplus du producteur. Une
hausse de prix a des effets inverses.

B. Le marché concurrentiel permet une allocation efficace des ressources


Car tous les échanges mutuellement avantageux ont lieu. Au contraire, la réglementation des prix réduit les gains à l’échange
et produit des situations de pénurie ou d’excédent.
1. Le marché permet de coordonner les décisions des agents économiques quand les prix sont flexibles
Activité 23 :
Chaque individu met sans cesse tous ses efforts à chercher pour dans beaucoup d’autres cas, il est conduit par une main invisible
tout capital dont il peut disposer, l’emploi le plus avantageux : à remplir une fin qui n’entre nullement dans ses intentions. […]
il est bien vu que c’est son propre bénéfice qu’il a en vue, et non Tout en ne cherchant que son intérêt personnel, il travaille
celui de la société : mais les soins qu’il se donne pour trouver souvent d’une manière bien plus efficace pour l’intérêt de la
son avantage personnel conduisent naturellement à préférer société, que s’il avait réellement pour but d’y travailler.
précisément ce genre d’emploi même qui se trouve être Adam Smith, Recherches sur la Nature et les Causes de la
l’emploi le plus avantageux pour la société. […] En cela, comme Richesse des Nations (1776).
Q1 : Expliquez la phrase soulignée.

s
La recherche individuelle du gain fondé sur un ordre social inégalitaire garantit au mieux l’enrichissement national. Tout se passe

ur
comme si une main invisible guidait le comportement des hommes de telle façon qu’inconsciemment, sans autre calcul que celui

co
de leur propre intérêt, ils concourent à la réalisation de l’intérêt général.
Q2 : Qu’est-ce que la main invisible ?

de
Une métaphore qui désigne le marché au sens institutionnel.
Q3 : Comment le marché permet-il de coordonner les décisions des agents économiques ?
e
pl
Le marché permet de coordonner les décisions des agents économiques en donnant une information aux agents économiques qui
m
échangent des biens et des services : le prix d’équilibre. Le prix d’équilibre est la seule information qui fait réagir les agents
xe

économiques, des signaux qui indiquent quelles marchandises ont besoin d’être produites et lesquelles ont besoin d’être moins
produites. L’entreprise n’a pas besoin de connaître la totalité des informations qui déterminent la satisfaction de ses clients. Le
-E

prix est suffisant : il permet de révéler les préférences des agents et la rareté relative des produits.
ris

Activité 24 :
PA

Les prix […] permettent aux agents économiques de prendre zones sous-marines plus profondes.
des décisions optimales du point de vue du marché. En cas de Pourquoi les agents économiques feraient-ils tous ces efforts si
de

rareté d’une ressource ou d’un bien, la meilleure chose est de les prix étaient artificiellement maintenus à des niveaux faibles
laisser les prix augmenter […]. Pourquoi ? Prenons l’exemple du par leur gouvernement ? Bien sûr, ce gouvernement pourrait
IE

prix du pétrole. S’il augmente de façon importante […] il faudra toujours, par décret, obliger les agents au covoiturage. Mais
EM

que tout le monde tente d’économiser sur la consommation des pourrait-il contrôler tous les déplacements au supermarché ?
énergies dérivées du pétrole : ne prendre sa voiture que si c’est […] Bloquer les prix est la mauvaise réponse et même la pire, car
AD

nécessaire et privilégier les transports collectifs ou le elle exacerbe la demande, donnant parfois lieu à des trafics où
covoiturage, investir dans des technologies de production plus sur un marché parallèle […]. En d’autres termes, la vérité des
AC

économes. […] Il faudra enfin forer des puits de pétrole plus prix est indispensable.
éloignés tels que les sables bitumeux d’Alberta ou dans des Étienne Wasmer, Principes de microéconomie (2017).
Q1 : Quelle information la hausse du prix du pétrole transmet-elle aux agents économiques ?
La hausse du prix du pétrole transmet aux agents économiques l’information selon laquelle le produit est rare et demandé.
Q2 : Comment les offreurs et les demandeurs réagissent-ils à la hausse du prix du pétrole ?
 prix du pétrole →  offre → Retour à l’équilibre
(en raison de l’H de libre entrée et sortie)  demande
Q3 : Pourquoi est-il préférable de laisser les prix augmenter ?
Il est préférable que les prix restent flexibles car en cas de déséquilibre sur le marché, la flexibilité des prix permet le retour à
l’équilibre. Les prix jouent un rôle régulateur.

Cours dialogué :
Apport du professeur : Le surplus collectif peut se définir comme la somme des surplus du consommateur et du producteur.
Q1 : Identifier le surplus collectif sur le graphique ci-dessous.
Manuel Magnard, édition 2019, p25.
Aire AEO
Q1 : Comment se caractérise le marché quand le prix est de 45 € ? Quelles sont les quantités échangées ?
Qd le prix est de 45€, le marché est en excédent (O-D = 10-6 =4 unités). 6 unités.
Q2 : Quel est l’effet de cette situation du marché sur l’évolution du prix et des quantités échangées ?
L’excédent → baisse de prix →  demande et  offre → retour à l’équilibre (p* = 35 € et q*= 8 unités)
Q3 : Quelles sont les quantités échangées à l’équilibre ?

s
8 unités.

ur
Q4 : Comment a évolué le surplus collectif dans le cadre du retour à l’équilibre ?

co
Il a augmenté.
Q5 : À l’équilibre est-il possible d’améliorer la situation d’un agent sans détériorer celle d’un autre agent.

de
Non

e
Q6 : Pourquoi le surplus collectif n’est pas maximal lorsque le prix diffère du prix d’équilibre ?
pl
Le surplus collectif n’est pas maximal quand le prix de marché diffère du prix d’équilibre car il existe des situations qui améliorent
m
la situation de certains agents sans détériorer celle des autres.
xe
-E

Activité 25 : Prix plafond et surplus


Supposons que soucieux de permettre aux ménages modestes
ris

de se loger en ville, le gouvernement fixe à 800 euros le loyer


maximum autorisé. À ce prix une pénurie de logements
PA

apparaît. Les propriétaires qui souhaiteraient louer entre plus


de 800 € et 1 000 € se retirent du marché. Par conséquent, des
de

locataires disposés à payer un loyer de 1 000 € à 1 200 € ne


trouvent pas de logement à louer. Leur surplus respectif
IE

disparaît. La perte sèche (le triangle BDE) mesure la baisse du


EM

surplus de la collectivité, conséquente de la non réalisation


d’échanges mutuellement avantageux.
AD

Le plafonnement des loyers a aussi d’autres inconvénients.


AC

Faute de pouvoir augmenter les loyers, les propriétaires


réduisent les dépenses d’entretien et les logements se
dégradent. Comme certains locataires sont disposés à payer
davantage, les propriétaires en profitent pour demander des
« droits d’entrée » ou « dépôts de garantie ». Chassé par la
porte, le marché revient par la fenêtre.
Au final, le plafonnement des loyers entraîne une « mauvaise
allocation » des ressources.
Paul Krugman, Robin Wells, Microéconomie, De Boeck, 2016.
Q 1 : En utilisant le graphique, expliquez pourquoi un prix plafond crée une pénurie.
Un prix plafond crée une pénurie car il fait sortir du marché des offreurs qui étaient disposés à offrir le produit à un prix supérieur
au plafond (ici ceux qui étaient prêts à louer 200 000 appartements entre 800 et 1 000 €) alors qu’une demande pouvait alors être
satisfaite.
Q2 : Montrez que la perte sèche est égale à la différence entre le surplus avant l’instauration du prix plafond et le surplus après
cette instauration.
La perte sèche (le triangle BDE) mesurant la baisse du surplus de la collectivité, conséquente de la non réalisation d’échanges
mutuellement avantageux, elle se calcule comme la différence entre le surplus avant l’instauration du prix plafond (triangle ABC)
et le surplus après cette instauration (trapèze ACED).
Q3 : Quels sont les autres inconvénients d’un prix plafond ?
Réduction de la qualité du produit.
Q4 : Représenter graphiquement un prix plancher (prix en-dessous duquel on ne peut descendre) supérieur au prix d’équilibre et
montrez qu’il engendre de la surproduction et une perte sèche.

Synthèse :
Quand les prix sont flexibles, le marché permet de coordonner les décisions des agents économiques qui produisent, consomment
et échangent en leur donnant le prix d’équilibre. Ce prix est un signal qui indique les préférences des agents et la rareté relative
des produits. Ce prix joue un rôle régulateur car quand ils sont flexibles, en cas de déséquilibre sur le marché, ils permettent le
retour à l’équilibre.
Il y a des échanges sur le marché précisément parce que les consommateurs et les producteurs retirent un avantage net c’est-à-
dire une différence entre les satisfactions qu’ils retirent et le coût d’opportunité des ressources qu’ils sacrifient : l’échange s’arrête
au point d’équilibre, celui-ci traduisant le fait qu’on a totalement épuisé les gains totaux à l’échange. Le surplus collectif (la somme
des surplus du consommateur et du producteur) qui mesure le gain total à l’échange, ce que l’échange a ajouté à la satisfaction
des personnes impliquées dans l’échange est maximal.
Tous les échanges mutuellement avantageux ont eu lieu. Le marché concurrentiel permet une allocation efficace des ressources.
Optimum de PARETO = un état de l’économie est un optimum au sens de PARETO lorsqu’il n’est pas possible d’accroitre la
satisfaction d’un individu sans réduire la satisfaction d’un autre individu.
Il existe une infinité d’optima de PARETO.
Premier théorème de l’économie du BE = Tt équilibre général de CPP = 1 optimum de PARETO
Au contraire, la réglementation des prix supprime la flexibilité des prix, réduit les gains à l’échange et produit des situations de
pénurie ou d’excédent.

SÉANCE 4&5

s
Objectif : Savoir illustrer et interpréter les déplacements des courbes et sur les courbes, par différents exemples chiffrés,

ur
notamment celui de la mise en œuvre d’une taxe forfaitaire.

co
III. Un marché concurrentiel ramène l’économie à l’équilibre quand elle en a été écartée
A. Les déterminants de la demande et de l’offre

de
Apport du professeur : Le prix n’est pas le seul déterminant de la demande ni le seul déterminant de l’offre. En effet, il existe
d’autres variables qui influencent la demande comme il existe d’autres variables qui influencent l’offre mais qui n’ont pas été
e
pl
prises en compte dans la loi de la demande et dans la loi de l’offre car on n’avait retenu comme seule variable, le prix, et on avait
m
raisonné toutes choses égales par ailleurs.
xe

Activité 26 : Vidéo Dessine-moi l’économie : Comment expliquer la hausse du prix du logement en France
-E

Q1 : Calculez la hausse du prix du m2 dans le 6 ème


arrondissement à Paris entre 1997 et 2018.
ris

Le prix a triplé (13 150 / 4 000 = 3,28).


PA

Q2 : Quels facteurs affectent la demande de logements ?


Taux bas et durée de crédit relativement long (+ de 30 ans)
de

Ménages de plus en + nombreux (g démo + divorces)


Q3 : Quels facteurs affectent l’offre de logements ?
IE

Terrains disponibles en ville rares


EM

Normes d’urbanismes limitent hauteur des bâtiments


Construire est de plus en plus cher en raison du prix des MP et
AD

normes
Q4 : Expliquez pourquoi le prix du logement a beaucoup
AC

augmenté dans les grandes villes comme Paris.


La demande en logement est plus forte que l’offre en raison
de l’attractivité des services en centre-ville + facteurs évoqués
en Q2 et Q3 et car certains préfèrent acheter rapidement car
ils anticipent que les prix vont rester élevé ou augmenter à
nouveau (bulle ? spécialistes loin d’être unanimes)

Apport du professeur :
D’autres facteurs que le prix peuvent influencer la demande. De façon symétrique, d’autres facteurs peuvent provoquer un
- Une modification du revenu des ménages va induire une choc sur d’offre, qui correspond à une modification de
modification de la demande de biens, en particulier de ceux l’environnement économique qui agit sur les quantités
qui ont une forte élasticité-revenu. offertes sur le marché.
- Une modification des goûts des consommateurs qui, Le choc d’offre peut provenir :
influencés par la mode ou la publicité, reportent leur - d’une modification des capacités de production des
consommation sur de nouveaux types de biens. entreprises. Les investissements (versus destructions de
- Une modification des prix des autres produits : capacité de production) augmentent les capacités productives
. Si les produits sont substituables : La demande d’un produit et donc l’offre sur le marché.
augmente quand le prix d’un bien substituable augmente. On - de l’introduction du progrès technique. L’augmentation de
consomme plus de coca quand le prix du jus d’oranges la productivité des machines et des travailleurs va diminuer la
augmente. quantité de facteurs nécessaire pour réaliser le même produit,
. Si les produits sont complémentaires. La demande d’un les coûts unitaires vont baisser et l’offre va pouvoir
produit (voiture) baisse quand le prix d’un produit augmenter. Toute baisse des coûts unitaires augmente l’offre.
complémentaire (essence) augmente. - de la variation du prix des facteurs. Une hausse des
- Une augmentation de la population devrait se traduire par salaires, du prix des matières premières ou des équipements
une hausse de la demande. va augmenter le coût du produit et réduire l’offre pour un prix
Dans ce cas, on n’a plus comme dans le cas où le prix augmente donné car la production va devenir plus rentable.
un déplacement le long de la courbe de demande. C’est la - de la fiscalité. Si les taxes payées par les entreprises
courbe de demande qui se déplace vers la droite (hausse des augmentent, leur production diminue car leurs coûts de
quantités offertes) ou vers la gauche (baisse de la demande). production augmentent.
- Une anticipation par les consommateurs que le prix va - des anticipations des producteurs. Si une entreprise
baisser, ils reportent leurs achats au lendemain, ce qui réduit anticipe que la demande va augmenter, elle peut augmenter
les quantités demandées aujourd’hui. l’offre de produits alors même que le prix des produits n’a pas
changé (on accepte de vendre plus de produits à un prix
identique parce que l’on pense que l’on va gagner plus
qu’avant).
Dans ce cas, c’est la courbe d’offre qui se déplace vers la droite
(hausse des quantités offertes) ou vers la gauche (baisse des
quantités offertes).

Q1 : Comment définir un choc de demande ?


Une modification de l’environnement économique qui agit sur les quantités demandées sur le marché/ Y, goûts, prix…et déplace

s
la courbe de demande.

ur
co
Activité 27 : Les effets des chocs de demande et d’offre

de
e
pl
m
xe
-E
ris
PA
de
IE

Q1 : Comment la courbe de demande des oranges se déplace-t-elle si le prix des mandarines augmente ?
EM

Vers la droite
Q2 : Expliquez pourquoi quand la demande passe de D1 à D2, le prix passe de P1 à P2.
AD

Quand la demande passe de D1 à D2, la hausse du prix et des quantités échangées s’expliquent par :
AC

- Le déplacement de la droite de demande vers la droite


- La hausse du prix le long de la droite d’offre

Synthèse à compléter par les élèves avec les termes suivants : une modification de l’environnement économique - un choc – les
coûts – le prix.
Les courbes d’offre et de demande dépendent de multiples facteurs comme les goûts et les revenus pour la demande et les
capacités productives et les coûts des facteurs pour l’offre. Quand un déterminant de la demande (de l’offre) évolue, cela génère
un choc de demande (d’offre), c’est-à-dire une modification de l’environnement économique qui déplace la courbe de demande
(d’offre), ce qui modifie le prix et les quantités d’équilibre.
B. Les effets d’une taxe forfaitaire
Activité 28 : Les effets d’une taxe forfaitaire sur le surplus du consommateur et sur le surplus du producteur
Les dirigeants d’un parc naturel décident d’instaurer une taxe
forfaitaire1 de 10 € que devront verser les moniteurs de
canyoning pour chaque personne qu’ils encadrent. Cette taxe
élève les coûts de production des moniteurs de 10 € et induit
un déplacement vers le haut de la courbe d’offre dans la
proportion de la taxe (passage de O1 à O2 sur le graphique). Le
prix d’équilibre augmente, passant de 40 € à 45 €, et le nombre
de sorties de canyoning diminue, à l’équilibre, de 250 à 225
sorties (point A sur le graphique). Bien que les moniteurs soient
ceux qui paient la taxe, ils n’en supportent ici que la moitié du
poids : le prix qu’ils reçoivent net de la taxe ne diminue que de
5 €, de 40 € à 35 € (point B sur le graphique). Les clients
supportent l’autre moitié de la charge fiscale dans la mesure où Q1 : Quel déplacement la courbe d’offre subit-elle quand une
les prix augmentent de 5 €, de 40 € à 45 €. taxe forfaitaire est appliquée au producteur ? Quel est l’effet
Ce cas est particulier parce que, le plus souvent, le poids de sur le prix et la quantité d’équilibre.
l’impôt est inégalement réparti entre les offreurs et les Q2 : Comparez le montant qui revient au producteur avant et
demandeurs en fonction des pentes des droites d’offre et de après la mise en place de la taxe. Que pouvez-vous en
demande. conclure ?
(1) Impôt qui consiste à prélever le même montant à chaque Q3 : Comparez le prix payé par le consommateur avant et
après la mise en place de la taxe. Que pouvez-vous en

s
contribuable.

ur
conclure ?
Q1 : Quand une taxe forfaitaire est appliquée au producteur, la courbe d’offre se déplace vers le haut car pour toute quantité

co
offerte, le coût unitaire de production augmente du montant de la taxe et le producteur doit augmenter son prix pour rester

de
rentable.
Le prix d’équilibre augmente et la quantité échangée diminue : E à A.
Q2 : Avant 40 x 250. Après 35 x 225. Perte de surplus du producteur
e
pl
Q3 : Avant 40. Après 45 et quantités achetées moindres. Perte de surplus du consommateur
m
xe
-E
ris
PA
de
IE
EM
AD
AC
Activité 29 : Les effets d’une taxe forfaitaire sur le partage du surplus
Avant la taxe, le prix du péage est de 6 € et 7 000 personnes empruntent l’autoroute chaque jour (point E sur le graphique). Après
une taxe forfaitaire de 5 € par trajet, le prix du péage s’élève à 7 € et 6 000 personnes empruntent désormais l’autoroute chaque
jour (point A sur le graphique). Le prix que l’offreur reçoit net de la taxe s’élève à 2 € (point B sur le graphique). L’écart entre le
prix payé par le consommateur après la taxe (A) et celui payé avant la taxe (E) correspond au poids de la taxe qui est supporté par
l’offreur. C’est, ici, le producteur qui supporte l’essentiel de la taxe car l’offre est moins sensible à la variation du prix que la
demande.

pd
p*
t

s
ur
po

co
de
e
pl
m
QT Q*
xe

Q1 : En observant la courbe d’offre, dites si la sensibilité au prix de l’offre de services autoroutiers est forte ou faible. Comment
-E

peut-on l’expliquer ?
Quand le prix augmente, l’offre augmente peu dans la mesure où la droite d’offre est plus proche de la verticale que de
ris

l’horizontale : L’offre est peu élastique. Les producteurs de services autoroutiers, les concessionnaires autoroutiers sont peu
PA

sensibles au prix. On peut expliquer cette faible sensibilité au prix de l’offre, cette faible élasticité prix par le fait que les concessions
autoroutières sont octroyées par appel d’offre par l’État pour des durées très longues (environ 65 ans).
de

Quand le prix augmente, la demande baisse beaucoup dans la mesure où la droite représentant la demande est plus proche de
l’horizontale que de la verticale : La demande est fortement élastique. Les consommateurs sont sensibles au prix.
IE

Q2 : Quel est l’effet de l’instauration de la taxe sur le niveau des échanges ?


EM

Taxe de t = 5 € →
Translation de la courbe d’offre vers le haut (O1 à O2) (hausse du prix pour chaque quantité offerte de la distance AB = t = 5 €) →
AD

Le point d’équilibre passe de E à A et les quantités échangées diminuent de 7000 à 6000 trajets.
Q3 : Quel est le nouveau prix que les consommateurs se trouvent contraints de payer ?
AC

Le nouveau prix que les consommateurs se trouvent contraints de payer est l’ordonnée du nouveau point d’équilibre A : pd = 7€.
Q4: Pour les quantités échangées, quel aurait été le prix proposé par les producteurs si la taxe n’avait pas été instaurée ? À quoi
correspond la différence ?
Pour 6000 trajets, le p0 = 2€. pd-p0 = 7-2= 5 € = le montant de la taxe
Q5 : À quoi correspond le rectangle ABCD avec C (0 ;2000) et D (0 ; 7000) ?
Perte de surplus total.
Q6 : Quelle est la part de la taxe forfaitaire qui est prise en charge par les demandeurs ? par les offreurs ?
La partie basse du rectangle. La partie inférieure du rectangle.
Q7 : Comment le poids de la taxe entre les offreurs et les demandeurs se répartit-il lorsque l’offre est beaucoup moins sensible à
la variation du prix que la demande ?
Les producteurs supportent une part plus importante de la diminution du surplus car l’offre est plus rigide que la demande
(comparaison des élasticité et des pentes).

Si les économistes se sont intéressés avec tant de persévérance à la concurrence parfaite qui n’est pourtant qu’une représentation
de la réalité, c’est pour 4 raisons :
- Avec les hypothèses qui la sous-tendent, la concurrence parfaite rend aisée la détermination de la solution du marché, cad les
quantités échangées et le prix d’équilibre.
- La structure de concurrence apparaît comme le cas limite, pour un accroissement infini du nombre de vendeurs, des structures
intermédiaires dans lesquelles les agents sont conscients de leur interdépendance décisionnelle. Leur PDM baisse quand leur
nombre augmente.
- Un argument de nature politique = la concurrence assure la décentralisation des décisions et la dispersion du pouvoir = 2
objectifs clés de l’idéologie libérale.
- La concurrence est une structure de marché qui assure l’égalité du prix et du coût marginal, l’absence de recettes supérieures
aux coûts, l’élimination des firmes les moins efficaces garantissant que les ressources employées dans l’économie le sont de façon
efficace.

s
ur
co
de
e
pl
m
xe
-E
ris
PA
de
IE
EM
AD
AC
CHAPITRE 8 : COMMENT UN MARCHÉ CONCURRENTIEL FONCTIONNE-T-IL ?

Introduction :
Pourquoi la compétition entre individus autonomes, préoccupés de leur seul intérêt, ne conduit-elle pas au chaos ? est la
question à laquelle tente de répondre la théorie de l’équilibre général. Pour cela, elle s’attache à répondre à la question qui
nous avons à traiter : Comment un marché concurrentiel fonctionne-t-il ?
Analysons ce sujet, ensemble.
Commençons par définir les termes de la question :
« Comment » = de quelle manière ? Par quel processus ?
« Un marché concurrentiel » = marché qui respecte certaines conditions / homogénéité des pdts …. (cf intro)
« Fonctionne » = remplit ses fonctions, fait ce qu’il est censé faire :
Qu’est-ce qu’est censé faire un marché ?
- conduire à un équilibre entre l’offre et la demande,
- générer une allocation optimale des ressources et
- ramener l’économie à l’équilibre quand elle en dévie.
Problématique = Par quels mécanismes, les marchés garantissant l’isolement stratégique des agents qui y opèrent conduisent
un équilibre à se former, ramènent l’économie à un équilibre si elle a été déstabilisée et conduisent à une allocation optimale
des ressources ?

Plan :
Introduction : Les caractéristiques du marché concurrentiel

s
A. Le marché comme institution

ur
B. Du marché concurrentiel au monopole

co
1. Les cinq conditions de concurrence pure et parfaite
2. Les différentes structures de marché résultant de la levée de la condition d’atomicité

de
I. Un marché concurrentiel conduit à un équilibre entre l’offre et la demande

e
A. Le marché concurrentiel permet que se confrontent offre et demandes globales résultant de l’agrégation des offres et des
pl
demandes individuelles
m
1. Du calcul du consommateur à la demande individuelle à la demande globale
xe

2. La variation de la demande est plus ou moins proportionnelle à celle des prix


-E

3. Du calcul des coûts du producteur à l’offre individuelle à l’offre globale


4. La variation de l’offre est plus ou moins proportionnelle à celle des prix
ris

B. Le marché concurrentiel conduit à l’équilibre par un mécanisme de tâtonnement


4. Des demandes individuelles à la demande globale et des offres individuelles à l’offre globale
PA

5. Le processus de tâtonnement : De la confrontation de l’offre globale et de la demande globale à la réalisation de l’équilibre


sur un marché concurrentiel
de

6. La résorption des déséquilibres par le processus de tâtonnement nécessite la flexibilité des prix
II. Un marché concurrentiel génère une allocation optimale des ressources
IE

A. Le marché concurrentiel permet une allocation efficace des ressources


EM

B. Le surplus du consommateur et du producteur mesure les gains à l’échange


1. Les gains à l’échange
AD

2. Les gains à l’échange et le surplus des consommateurs


AC

3. Les gains à l’échange et le surplus des producteurs


III. Un marché concurrentiel ramène l’économie à l’équilibre quand elle en a été écartée
A. Les déterminants de la demande et de l’offre
B. Comment les modifications de l’offre et de la demande affectent-elles l’équilibre concurrentiel : Les effets d’une taxe
forfaitaire
Objectif : Savoir que le marché est une institution et savoir distinguer les marchés selon leur degré de concurrence (de la
concurrence parfaite au monopole).
Introduction : Les caractéristiques du marché concurrentiel
Le marché est une institution qui se caractérise par un degré de concurrence plus ou moins important
A. Le marché comme institution
Activité 1 :
Le marché est le lieu où l’on négocie le prix et où les
échanges se font. Si quelqu’un veut me vendre un produit
en me proposant un prix exorbitant, je peux aller voir son
voisin et lui demander un meilleur prix pour le même objet.
Inversement, le producteur n’est pas l’otage de l’acheteur ;
il peut attendre qu’un autre se présente. Un glissement s’est
ensuite opéré depuis ce lieu physique pour désigner, d’une
part, des marchés plus dématérialisés […]et, d’autre part, un
concept économique, celui de l’équilibre de l’offre et de la
demande par l’ajustement des prix. […] Il faut bien souligner
qu’au départ du marché, il y a deux entités aux intérêts
divergents : l’acheteur veut acheter bon marché et le
vendeur veut vendre cher. Ils vont converger vers un prix
qui rend possible la transaction car chacun voit qu’il ne peut
trouver mieux : c’est le prix d’équilibre.

s
Augustin Landier et alii, B.A.BA de l’économie contemporaine,

ur
2013.

co
Q1 : Décrivez la scène représentée sur la photographie.
Q2 : Que fera un acheteur s’il trouve un produit trop cher ?

de
Q3 : Pourquoi acheteurs et vendeurs ont-ils des intérêts divergents ? Comment le marché permet-il de résoudre ce conflit ?
Q4 (rappel 2nde)) : Définir ce qu’est un marché pour l’économiste.
e
pl
m
Activité 2 :
xe
-E
ris
PA
de
IE
EM
AD
AC

Manuel Magnard, édition 2019, p12.


Q1 : Sur le marché du travail, qui sont les offreurs et les demandeurs ? Quel prix ce marché fait-il émerger ?
Q2 : À quoi le marché du capital sert-il ? Quel prix se fixe sur ce marché ?
Q3 : Qu’est-ce qu’une économie de marché ?
Activité 3 :
Au niveau de la société, on peut dresser la liste des conditions bien, et ce peut être fort difficile quand il s’agit d’une
indispensables à la construction d’un marché. D’un point de prestation de services complexe s’échelonnant dans le temps.
vue institutionnel, une transaction de marché est avant tout Plus fondamentalement, il importe de s’accorder sur la qualité
un transfert de droits de propriété1, ce qui suppose le plus du bien, ce qui ne va pas de soi en matière de travail et
souvent un système juridique garantissant les contrats, dès d’emploi par exemple. […] Aussi, dans nombre de marchés, un
lors que la relation de confiance et de réciprocité n’est plus tiers, à priori indépendant, vient authentifier la qualité du
suffisante pour garantir le bon déroulement des échanges. De produit. […] Les procédure régissant l’ouverture et le
la même manière, l’échange d’un bien ou d’un service fonctionnement des marchés doivent entretenir la confiance
s’effectue contre un paiement, ce qui suppose l’existence des participants en garantissant, si possible, une égalité de
d’une unité de compte et d’un système de paiement. […] Si traitement. […] Ces conditions, tant générique que
l’une de ces conditions génériques n’est pas remplie, la spécifiques, sont à adapter, compléter ou construire à
viabilité de ce marché est en péril. l’occasion de chaque nouveau marché.
Une autre série de conditions tient à la spécificité du produit Robert Boyer, Économie politique des capitalismes, 2015.
[…]. Les parties prenantes doivent s’accorder sur la nature du 1. Droit légal d’utiliser et de disposer d’une chose
Q1 : Donnez un exemple qui illustre la phrase soulignée.
Q2 : Peut-il y avoir des marchés sans monnaie ?
Q3 : Donnez des exemples de dispositifs qui permettent de garantir la qualité d’une marchandise.
Q4 : À l’aide d’exemples, montrez qu’un marché ne peut fonctionner sans règle.

Activité 4

s
Le brevet est un titre de propriété couvrant une invention. Son L’innovation est favorisée grâce au monopole, lequel est

ur
détenteur se voit accorder le monopole de l’exploitation de contraire à la diffusion. Le brevet propose en conséquence un

co
l’invention couverte, sur une période limitée (quinze à vingt compromis : le monopole est limité dans la durée (après vingt
ans selon les pays). L’exploiteur peut soit exploiter lui-même ans, l’invention tombe dans le domaine public), et le brevet

de
l’invention, en commercialisant un produit qui l’intègre, soit est accordé en contrepartie de la divulgation de l’invention.
accorder des licences d’exploitation à d’autres firmes. […] Le document est publié, donc accessible à tous, et il contient
e
pl
Le brevet est une solution forcément imparfaite à une un descriptif suffisamment précis de la découverte pour que
m
équation contradictoire. Il vise à favoriser simultanément celle-ci puisse être « reproduite par un homme de l’art ».
xe

l’innovation et la diffusion de la connaissance. Dominique Guellec, Économie de l’innovation, 2009.


Q1 : Pourquoi un agent économique n’est-il pas incité à produire de nouvelles connaissances.
-E

Q2 : Quelle est l’utilité d’un brevet ?


Q3 : Quel est le dilemme associé à la protection de la propriété intellectuelle ?
ris

Q4 : Comment est-il possible de dépasser le dilemme du brevet ?


PA

B. Du marché concurrentiel au monopole


de

1. Les 5 conditions des marchés de concurrence pure et parfaite


Activité 5
IE

Le marché concurrentiel est celui sur lequel un agent Dans la mesure où aucun marché concret ne fonctionne
EM

individuel ne peut pas influencer les prix (il est price taker). On comme les marchés de concurrence pure et parfaite décrits
continue souvent de nos jours à évoquer un marché de par la théorie, à quoi sert de les étudier ? C’est d’abord un
AD

concurrence parfaite […], satisfaisant cinq conditions […] : les modèle simple […]. Or, il n’est possible de raisonner
agents sont trop petits et trop nombreux pour pouvoir influer facilement que sur un modèle simple. De plus, malgré cette
AC

sur les prix (propriété d’atomicité), les biens ne se distinguent simplicité, les économistes estiment que ce modèle capture
que par leur prix (homogénéité), il est possible d’entrer et de des éléments importants du fonctionnement des marchés
sortir d’un marché sans coût (libres entrée et sortie), le travail concurrentiels.
et le capital circulent librement et tous les participants au Arnaud Parienty, Précis d’économie, 2017.
marché disposent de toute l’information nécessaire
(transparence de l’information). […]
Q1 : Qu’est-ce que la concurrence ?
Q2 : Quel est l’effet de la concurrence sur le comportement des firmes ?
Q3 : Prenez le marché du blé. Les conditions de la concurrence parfaite y sont-elles respectées ?
Q4 : Que désigne la condition d’atomicité ?
Q5 : Que désigne la fluidité du marché ?
Q6 : Que désigne l’homogénéité des produits ?
2. Les différentes structures de marché résultant de la levée de la condition d’atomicité
Activité 6 :
Le marché de l’automobile Le marché des eaux en bouteille

Le marché du transport ferroviaire à grande vitesse en Le marché du blé


France (à partir de 2021, des opérateurs alternatifs

s
ur
pourront concurrencer la SNCF sur les liaisons TGV)

co
de
e
pl
m
xe
-E
ris
PA

Q1 : À partir des photos ci-dessus, complétez le tableau ci-dessous :


Marché du transport Marché de Marché des eaux Marché du blé
de

ferroviaire à grande l’automobile minérales en


vitesse en France bouteille
IE

Grand nombre d’opérateurs ?


EM

Structures de marché ?
AD
AC

Degré de concurrence
Les offreurs sont-ils preneurs
de prix ?
Q2 : Quand le résultat de la décision de l’offreur au sujet des quantités produites et du niveau du prix de vente dépend-t-elle des
décisions des concurrents ?
Apport du professeur : Il y a pouvoir de marché lorsque les entreprises se trouvent dans une situation qui leur permet d’influencer
le niveau des prix ou le volume des produits échangés sur le marché. Sur les marchés imparfaitement concurrentiels, les firmes
ont un pouvoir de marché non nul qui est d’autant plus grand qu’on s’éloigne de la concurrence pure et parfaite où il est nul.

Synthèse à compléter par les élèves avec les termes suivants : des contraintes établies par les hommes - la libre entrée et
sortie - l’oligopole - le très grand nombre - des échanges - économies de marché - Le monopole - la concurrence
monopolistique - la concurrence parfaite - l’homogénéité des produits - un prix - une institution - un système économique qui
régule l’activité économique
Le marché est au sens institutionnel désigne ……………………………..……………………………... On parle parfois d’économie de marché.
C’est un système économique où les décisions de produire, d'échanger et d'allouer des biens et services rares sont déterminées
majoritairement à l'aide d'informations résultant de la confrontation de l'offre et de la demande établie par le libre jeu du marché.
Le marché désigne alors ……………………………..…………………………….. qui structurent les interactions humaines, c’est-à-dire une
institution. Le marché nécessite par exemple un système juridique garantissant les contrats et une unité de compte.
Le marché est le lieu sur lequel se forme ……………. permettant à des acheteurs et des vendeurs de s’entendre pour procéder
à …………….. Le marché est ……………., c’est-à-dire une contrainte établie par les hommes qui structure les interactions
humaines. Son fonctionnement nécessite un certain nombre de règles (droits de propriété…), qui s’imposent aux individus et
constituent le cadre des transactions marchandes.
Dans les économies modernes, les …………….……………., l’allocation des ressources est essentiellement assurée par le marché.
Il est possible de distinguer différentes structures de marché selon leur degré de concurrence. ……………. (un seul offreur),
…………….……………. (un petit nombre d’offreurs), …………….……………. (un grand nombre d’offreurs mais des produits
différenciés) et la …………….……………. (un grand nombre d’offreurs).
Sur un marché concurrentiel, plusieurs conditions sont requises dont :
- …………….……………. d’offreurs et de demandeurs (qui garantit l’atomicité du marché, le fait que chaque participant sera
trop petit pour influencer le prix du marché : il est donc preneur de prix) ;
- …………….……………. des offreurs et demandeurs qui garantit l’absence de position dominante ;
- …………….……………. (qui garantit la possibilité de comparer les produits les uns aux autres).

s
ur
co
de
e
pl
m
xe
-E
ris
PA
de
IE
EM
AD
AC
Objectifs :
- Savoir interpréter des courbes d’offre et de demande ainsi que leurs pentes, et comprendre comment leur confrontation
détermine l’équilibre sur un marché de type concurrentiel où les agents sont preneurs de prix.
- Savoir déduire la courbe d’offre de la maximisation du profit par le producteur et comprendre qu’en situation de coût
marginal croissant, le producteur produit la quantité qui permet d’égaliser le coût marginal et le prix ; savoir l’illustrer par
des exemples.
I. Un marché concurrentiel conduit à un équilibre en permettant que se confrontent offre et demande
A. Un marché parfaitement concurrentiel permet que se confrontent une offre et une demande globales résultant de
l’agrégation des offres et des demandes individuelles
Pour comprendre cela, étudions comment se forment la demande globale et l’offre globale sur un marché concurrentiel.
1. Du calcul du consommateur à la demande individuelle à la demande globale
Apport du professeur : Les économistes considèrent que les individus sont rationnels, c’est-à-dire qu’il cherche en permanence à
maximiser leur satisfaction.
Activité 7 :
Q1 : Imaginez qu’à la récréation, vous avez faim et vous avez avec vous des sous et que vous pouvez vous acheter des mini-pains
au chocolat. Si le mini-pain au chocolat coûte 50 centimes, à quelle condition, allez-vous en acheter un ?
Q2 : Un second pain au chocolat augmente-t-il autant votre utilité que le premier l’a fait ? Un dixième ? À quelle condition, allez-
vous acheter un deuxième pain au chocolat ?
Q3 : Qu’est-ce que l’utilité ?
Q4 : Pourquoi choisir de manger des mini-pains au chocolat ?
Q5 : Combien de pains au chocolat Iris a-t-elle intérêt à acheter ?

s
ur
Iris veut savoir combien de pains au chocolat consommer pour maximiser La demande de mini pains au chocolat d'Iris

co
sa satisfaction. 1,2

Prix du mini pain au chocolat (en €)


Coût marginal = Diférence entre

de
Utilité marginale Quantitées 1
prix de marché l'utilité marginale
(1) demandées
e
(2) et le prix pl 0,8
1,1 1 0,5 0,6
m
0,8 2 0,5 0,3 0,6
xe

0,5 3 0,5 0 0,4


-E

0,2 4 0,5 -0,3


0,2
ris

0
PA

0 1 2 3 4 5
Nombre de mini pains au chocolat demandés par Iris
de

Q6 : En utilisant l’exemple des mini-pains au chocolat, expliquez ce qu’est l’utilité marginale.


IE

Q7 : Distinguez utilité totale et utilité marginale.


Q8 : Comment évolue l’utilité marginale des mini-pains au chocolat quand la quantité consommée augmente ?
EM

Q9 : Quelle est la quantité demandée par Iris pour un prix de 0,5 euros ? pour un prix de 1 euro ? Que peut-on en conclure sur la
relation entre prix et quantité demandée ?
AD

Q10 : Que signifie que « L’utilité marginale est normalement décroissante, mais toujours positive »
AC

Q11 : Quel est l’effet de l’utilité marginale décroissante sur le lien entre quantité demandée et prix ?
Q12 : Comment peut-on expliquer la loi de la demande ?

Activité 8 :
Sur le marché des mini-pains au chocolat, on retrouve Iris mais aussi Billel qui désirent acheter des mini-pains au chocolat mais
aussi d’autres demandeurs.
Quantités demandées par :
Prix d'un mini
pain au chocolat Iris Bilel Iris et Bilel Tous les acheteurs
(en €)
0,2 4 8 12 400
0,5 3 6 9 300
0,8 2 5 7 230
1,1 1 4 5 170

Q1 : Que désigne la demande globale ? Comment la calculer ?

2. La variation de la demande est plus ou moins proportionnelle à celle des prix


Apport du professeur : Si un produit n’a pas de substitut et revêt un caractère indispensable, alors sa demande est très peu
sensible à la variation des prix. La droite de demande a une forte pente négative.
Au contraire, si un produit a un ou des substituts et (ou) ne revêt pas un caractère indispensable, alors sa demande est très
sensible à la variation des prix. La droite de demande a une faible pente négative.
Activité 9 :

Q1 : Dans quel cas la demande est très sensible au prix ? Comment caractériser alors la pente de la droite représentant la demande
?
Q2 : Quel cas peut représenter la demande de repas au restaurant ? la demande d’essence dans des territoires ruraux ?

La variation de la demande est plus ou moins proportionnelle à celle du prix. Cependant, la variation de la demande est plus ou
moins proportionnelle à la variation du prix en fonction de l’élasticité-prix de la demande. Celle-ci se calcule ainsi : Élasticité prix
de la demande = Taux de variation de la demande / Taux de variation du prix.

Synthèse à compléter par les élèves : Le consommateur rationnel maximise son utilité c’est-à-dire la
…………….…………….…………….…………….…………….…………….. Pour maximiser son utilité, il demande toutes les unités de produits pour
lesquelles l’utilité marginale, …………….…………….…………….…………….……………., est supérieure ou égale au prix. En conséquence, la

s
demande, c’est-à-dire …………….…………….…………….…………….…………….…………….…………….……………., est une fonction décroissante du

ur
prix (loi de la demande). On peut en effet expliquer cette loi de la demande par trois arguments :

co
- Si le prix du produit …………….……………., les consommateurs dont la satisfaction retirée de la consommation d’une unité
supplémentaire du produit est la plus faible vont sortir du marché.

de
- Si le prix ……………., les consommateurs retirant une satisfaction faible de la consommation d’une unité supplémentaire du produit

e
vont acheter moins de produit. pl
- Cette relation est renforcée par le fait qu’une hausse du prix réduit le pouvoir d’achat du consommateur et l’incite à consommer
m
des biens ……………..
xe

Pour calculer la demande globale, les quantités demandées sur le marché, on additionne …………….…………….……………. des
-E

consommateurs sur un marché pour …………….……………. proposé par le commissaire-priseur. Quand le prix varie, la demande varie.
On observe ce phénomène par un déplacement le long de la droite de demande. La variation de la demande est plus ou moins
ris

proportionnelle à la variation du prix en fonction de …………….…………….…………….. Celle-ci se calcule ainsi : Élasticité prix de la
demande = …………….…………….…………….…………….…………….. La demande est ……………. à la variation du prix si le bien n’est pas
PA

indispensable ou s’il existe des biens substituables. La droite de demande est alors proche de l’horizontale. La demande est peu
sensible si le bien est indispensable ou s’il n’existe pas de biens substituables. La droite est alors proche de la verticale.
de

3. Du calcul des coûts du producteur à l’offre individuelle à l’offre globale


IE

Activité 10 :
EM

La loi des rendements factoriels décroissants (également Un exemple de loi des rendements décroissants
appelée loi de la productivité marginale décroissante) peut 80
AD

s’énoncer comme suit : « À partir d’un certain niveau de 70


AC

production, la productivité marginale d’un facteur de + 10


60
1
production décroît quand on l’augmente alors que l’autre
Quantités produites

50 + 20
facteur reste fixe. » Le graphique montre que l’accroissement
de la production permis par un travailleur supplémentaire 40
devient de plus en plus faible à partir du 3ème travailleur et 30
même négatif à partir du 7ème travailleur. + 30
20
Quand la productivité marginale d’un facteur diminue, il faut
mobiliser davantage de ce facteur pour réaliser la même 10
production. Chaque unité supplémentaire est ainsi plus 0
+ 10

coûteuse à produire. La loi des rendements factoriels 1 2 3 4 5 6 7 8 9


décroissants signifie que les coûts marginaux de production Nombre de travailleurs

sont croissants.
D’après Marc Montoussé et Isabelle Waquet, Microéconomie,
2014.
Q1 : À l’aide de quelques chiffres du graphique, montrez que les rendements factoriels croissants, décroissants puis négatifs.
Q2 : Quel est l’incidence de la loi des rendements factoriels décroissants sur les coûts marginaux de production ?
Activité 11 :
Unité produite 1ère 2ème 3ème 4ème 5ème 6ème 7ème 8ème 9ème
unité unité unité unité unité unité unité unité unité
Coût marginal 5€ 7€ 9€ 11 € 13 € 15 € 17 € 19 € 20 €
Recette marginale = prix 15 € 15 € 15 € 15 € 15 € 15 € 15 € 15 € 15 €
Profit marginal 10 € 8€ 6€ 4€ 2€ 0€ -2 € -4 € -5 €
Profit total 10 € 18 € 24 € 28 € 30 € 30 € 28 € 24 € 19 €
Manuel Magnard, édition 2019, p18.
Q1 : Qu’est-ce que le producteur rationnel cherche à maximiser ? Comment calculer cet indicateur ?
Apport du professeur : Pour déterminer le volume de production optimal, le producteur compare gain qu’il retire de la vente d’une
unité supplémentaire (la recette marginale) avec le coût qu’implique cette unité supplémentaire (coût marginal).
Q2 : À quoi est égale la recette marginale sur un marché concurrentiel ?
Q3 : Le coût marginal étant croissant, à partir de quand le producteur fait-il des pertes ?
Q4 : Comment le producteur rationnel détermine-t-il le niveau de production qui maximise son profit ?
Q5 : Quel volume de production permet de maximiser le profit ? Pourquoi ?
Q6 : Quel serait le niveau de production optimal pour un prix de 9 € ?

Activité 12 :
Igor vend des fraises sur un marché concurrentiel. Voici ci-
dessous des informations relatives aux quantités produites, à
son coût marginal et à son profit marginal, quand le prix de

s
vente du kilo de fraises est de 5 €.

ur
co
de
e
pl
m
xe
-E

Manuel Magnard, édition 2019, p19.


ris

Q1 : Comment Igor fixe son niveau de production ?


Q2 : Quand le prix de vente est de 5 €, combien Igor doit-il produire de kilos de fraises ?
PA

Q3 : La loi des rendements factoriels décroissants est-elle vérifiée dans cet exemple ?
Q4 : Quelle est la quantité offerte par Igor pour un prix de 4 € ? pour un prix de 7 € ? Que peut-on en conclure sur la relation entre
de

prix et quantité offerte ?


Q5 : Montrez que la relation prix-quantité offerte s’explique par la loi des rendements factoriels décroissants.
IE
EM

Synthèse à compléter par les élèves avec les termes suivants : supérieure - prix (x2) - constante - coût marginal (x3) - prix de vente
- profit - quantités vendues - recette marginale (x2).
AD

Du côté de l’offre, le producteur cherche à maximiser son ……………………... Quelle que soit la structure du marché, la condition
AC

d’équilibre est la même : Le profit unitaire est positif tant que la recette de la dernière unité vendue (donc la ……………………...) est
……………………... au coût de cette dernière unité (donc le ……………………...). Le profit total (qui est égal au produit du profit unitaire
et des ……………………...) est donc maximal lorsque la ……………………... = ……………………....
Sur un marché parfaitement concurrentiel, l’évolution du coût marginal est indépendante de la structure du marché (quel que soit
le nombre d’offreurs, la structure de coûts de la firme ne change pas). En revanche, la recette marginale dépend du
…………………….... Or, sur un marché concurrentiel, le prix est déterminé sur le marché par les conditions de rencontre entre l’offre
et la demande. Autrement dit, sur un marché concurrentiel, le prix est une ……………………... qui s’impose à la firme qui est preneuse
de prix.
Au fur et à mesure que ce prix fixé par le marché augmente, la firme réagit en adaptant les quantités qu’elle produit de façon à
égaliser son ……………………... à ce prix. En raison de la loi des rendements factoriels décroissants, le coût marginal de production
est croissant et, au fur et à mesure que le ……………………... fixé par le marché augmente, la firme offre davantage de produits.
L’offre individuelle est une fonction croissante des ……………………....

s
ur
Activité 13 :

co
Lors d’un marché aux fraises, On retrouve Iris et Billel qui désirent acheter des fraises mais aussi Igor et Sarah qui souhaitent
vendre des fraises produites sur leur exploitation agricole.

de
L’offre de marché
Prix d’un kilo de fraises (en €) Quantité offerte par :
e
Iris Sarah
pl
Sarah et Igor Tous les demandeurs
m
1 0 1 1 100
xe

2 1 4 4 280
-E

3 2 7 7 400
4 3 10 10 500
ris

5 4 13 13 580
6 5 16 16 670
PA

7 6 19 19 740
8 7 22 22 800
de

Manuel Magnard, édition 2019, p20.


IE

Q1 : Pour un prix de 5 €, expliquez comment sont obtenues les quantités offertes par le marché.
EM

Q2 : Comment varient les quantités offertes par rapport aux prix ?


Q3 : Comment expliquer la loi de l’offre ?
AD

4. La variation de l’offre est plus ou moins proportionnelle à celle des prix


AC

Apport du professeur : Si les facteurs de production sont difficilement disponibles, l’offre est peu sensible à la variation des prix.
La droite d’offre a une forte pente se rapprochant d’une droite verticale.
Si les facteurs nécessaires à la production sont facilement disponibles, l’offre est très sensible à la variation des prix. La droite
d’offre a une faible pente se rapprochant d’une droite horizontale.
Activité 14 :

Q1 : Dans quel cas la demande est très sensible au prix ? Comment caractériser alors la pente de la droite représentant la demande
Objectif : Comprendre comment se forment le prix et la quantité d’équilibre sur un marché concurrentiel
B. Un marché concurrentiel conduit à l’équilibre par un mécanisme de tâtonnement
1. Des demandes individuelles à la demande globale et des offres individuelles à l’offre globale
Activité 15 :
Lors d’un marché aux fraises, on retrouve Iris et Billel qui désirent acheter des fraises mais aussi Igor et Sarah qui souhaitent vendre
les fraises produites sur leur exploitation agricole.
Prix d’un Quantité demandée par : Quantité offerte par :
kilo de
fraises (en
€)
Iris Billel Iris et Bilel Tous les Iris Sarah Sarah et Tous les
acheteurs Igor demandeurs
1 8 13 21 800 0 1 1 100
2 7 10 17 570 1 4 4 280
3 6 8 14 400 2 7 7 400
4 5 6 11 300 3 10 10 500
5 4 5 9 230 4 13 13 580
6 3 3 6 170 5 16 16 670
7 2 1 3 130 6 19 19 740
8 1 0 1 100 7 22 22 800
Manuel Magnard, édition 2019, p20.

s
Q1 : Pour un prix de 5 €, expliquez comment sont obtenues les quantités demandées et offertes sur les marchés.

ur
Q2 : Comment distinguer l’offre/demande individuelle et l’offre/demande de marché ?

co
de
2. Le processus de tâtonnement : De la confrontation de l’offre globale et de la demande globales à la réalisation de l’équilibre
sur un marché concurrentiel
Activité 16 :
e
pl
m
xe
-E
ris
PA
de
IE
EM
AD

Manuel Magnard, édition 2019, p20.


AC

Q1 (rappel 2nde) : Qu’est-ce qu’un excédent ? Chiffrez cet excédent sur le marché aux fraises lorsque le prix est de 5 euros. Dans
cette situation, comment le marché permet-il le retour à l’équilibre ?
Q2 : Que se passe-t-il sur un marché concurrentiel, lorsque le prix est supérieur au prix d’équilibre ?
Q3 : Que permet la flexibilité des prix sur un marché concurrentiel ?
Q4 (rappel 2nde) : Que sont le prix et la quantité d’équilibre et quelles sont ici leurs valeurs ?
Q5 : Si la condition de libre entrée sur le marché est vérifiée, quelle est la conséquence de la hausse de prix sur les quantité offertes
et demandées ?
Q6 : À l’aide des questions précédentes, complétez le schéma ci-dessous :
Excédent → ……………….… du prix → ……………….… de l’offre → Retour à
(loi de variation (libre- ……………….… de la demande l’équilibre
des prix) entrée)

Pénurie → ……………….… du prix → ……………….… de l’offre → Retour à


(loi de variation (libre- ……………….… de la demande l’équilibre
des prix) entrée)
3. La résorption des déséquilibres par le processus de tâtonnement nécessite la flexibilité des prix
Activité 17 :
En mai 2018, l’Olympique de Marseille atteint la finale de la
League Europa contre l’Athlético Madrid. L’UEFA,
organisatrice de la compétition, a accordé 11 566 places à
l’OM mais le club doit faire face à une demande qui est 2 à 3
fois plus importante. Les billets ont été accordés de façon
prioritaire aux supporters les plus fidèles pour des prix compris
entre 45 et 63 euros la place. Sur le marché noir, le prix d’une
place pour cette finale a parfois atteint 400 euros.
Manuel Magnard, édition 2019, p21.

Q1 : La situation décrite dans ce document correspond-t-elle à un excédent ou à une pénurie ?


Q2 : Comment le marché aurait-il résorbé ce déséquilibre ?

Activité 18 :
Aujourd’hui en France, les prix des logements sont
trop élevés pour permettre à tous les ménages de se

s
ur
loger. Le mal-logement s’explique par de multiples

co
facteurs. À l’équilibre, l’offre est égale à la demande,
mais certains agents sont exclus du marché : tous les

de
ménages qui désiraient un logement à un prix inférieur
ne trouvent pas à se loger.
Emanuel Buisson-Ferret, Marion Navarra, La
e
pl
m
Microéconomie en pratique, 2018.
Q1 : Ce marché du logement est-il à l’équilibre ?
xe

Q2 : Quel est le nombre de ménages exclus du marché ?


-E

Q3 : Pourquoi ces ménages ne peuvent-ils pas payer le


prix du marché ?
ris

Manuel Magnard, édition 2019, p21.


PA

Synthèse à compléter par les élèves avec les termes suivants : prix d’équilibre - des contraintes établies par les hommes – un
de

processus de tâtonnement (x2) - la flexibilité des prix - l’offre – les conditions de concurrence pure et parfaite - une baisse du prix
- la demande - globales
IE

Les offres et les demandes individuelles s’agrègent sur le marché pour donner naissance à l’offre et à la demande globales, ce qui
EM

fait émerger …………………………….. qui égalise les quantités offertes et demandées.


…………………………….. sont les conditions sous lesquelles un équilibre de marché existe et peut être atteint grâce à
AD

……………………………... En effet, en cas de déséquilibre sur un marché concurrentiel, …………………………….. permet un retour
automatique à l’équilibre par …………………………….. Par exemple, en cas d’excédent, une situation dans laquelle quantités offertes
AC

sont > quantités demandées, l’excédent conduit à …………………………….. qui stimule …………………………….. et décourage
…………………………….. (selon les lois de l’offre et de la demande) et le marché revient ainsi à l’équilibre….
Objectifs : Comprendre les notions de surplus du producteur et du consommateur.
Comprendre la notion de gains à l’échange et savoir que la somme des surplus est maximisée à l’équilibre.
II. Un marché concurrentiel génère une allocation optimale des ressources
A. Le surplus du consommateur et du producteur mesure les gains à l’échange
Apport du professeur : Les échanges entre les agents économiques procurent des gains à l’échange mesurés par les surplus des
consommateurs et des producteurs.
1. Les gains à l’échange
Activité 19 :
Une famille pourrait essayer de subvenir à tous ses besoins personnes (ou 7 milliards) peuvent obtenir chacune
– cultiver ce qu’elle mange, coudre ses propres habits, se davantage que ce qu’elles désirent qu’en essayant d’être
fournir elle-même en spectacle, écrire ses propres manuels autosuffisantes. Les gains à l’échange proviennent en
d’économie. Mais essayer de vivre de cette manière serait particulier de cette division des tâches, que les économistes
extrêmement difficile. La clé d’un bien meilleur niveau de appellent la spécialisation – une situation dans laquelle
vie pour tout le monde est l’échange, par lequel les individus chaque […] personne se spécialise dans ce qu’elle sait faire
se répartissent entre eux les tâches et chaque personne de mieux. […] Tant que les individus savent qu’ils peuvent
fournit un bien ou un service qu’elle désire elle-même. trouver les biens et les services qu’ils désirent sur le marché,
La raison pour laquelle nous avons une économie et non pas ils sont disposés à renoncer à l’autosuffisance pour se
de nombreux individus autosuffisants, est qu’il y a des gains spécialiser.
à l’échange : en divisant les tâches et en échangeant, deux Paul Krugman, Robin Wells, Microéconomie, De Boeck,
2016.
Q1 : Pourquoi en se spécialisant un individu devient plus productif ?

s
Q2 : Pourquoi le marché est-il nécessaire à la spécialisation ?

ur
Q3 : Comment peut-on définir les gains à l’échange ?

co
2. Les gains à l’échange et le surplus des consommateurs

de
Activité 20 :
Imaginez que vous êtes un commissaire-priseur et que vous acheteur potentiel sortira du marché lorsque le prix de
e
mettez en vente aux enchères des lots de cartes postales
pl
l’enchère excèdera sa disposition à payer. Vous proposez un
m
datant de la Première Guerre mondiale. Quatre prix de départ de 10 €. Ce prix ne permettant pas de
xe

collectionneurs se présentent à la vente : Paul, John, George départager les différents acheteurs, vous augmenter petit à
et Ringo. Chacun d’eux souhaite acheter un lot mais chacun petit le prix jusqu’à atteindre le prix de 81 € que seul John
-E

se fixe une somme limite maximale. Cette somme maximale est disposé à payer : il remporte donc l’enchère et devient
que chacun est prêt à débourser pour acquérir est propriétaire du lot mis en vente. John est très satisfait
ris

dénommée « disposition à payer ». John est disposé à payer puisqu’il a payé 81 € et qu’il était disposé à payer 100 €. Il a
PA

100 €, Paul 80 €, George 70 € et Ringo 50 €. Le commissaire- réalisé un gain à l’échange que les économistes mesurent à
priseur ne connaît pas les dispositions à payer des différents travers le concept de surplus du consommateur (différence
de

acheteurs potentiels. La vente peut commencer et entre la disposition à payer et le prix de marché).
s’effectue selon le système des enchères montants : chaque Grégory Mankiw, Mark F. Taylor, Principes de l’économie,
IE

De Boeck, 2015.
EM

Q1 : Qu’est-ce que la disposition à payer ? Pourquoi diffère-t-elle selon les agents économiques ?
Q2 : Qu’est-ce que le surplus du consommateur ? Que permet-il de mesurer ?
AD

Q3 : Calculez le montant du surplus du consommateur dont bénéficie John.


Q4 : Pourquoi John fait-il un gain à l’échange ?
AC

Activité 21 :
Su Graphiquement, le surplus du consommateur
r pl
us
du
avant une baisse du prix correspond à l’aire ABC,
Prix A la con qui se situe sous la courbe de demande et au-
65 b a so
iss mm dessus du prix de marché (aire hachurée sur le
ed
es ateu
Surplus du consommateur gagné

pri r a
x va
graphique). Une baisse de prix augmente le
nt
surplus du consommateur. D’une part, les
par les nouveaux

acheteurs initiaux bénéficient d’un surplus


consommateurs

40 C B
Baisse additionnel (aire CBEF). D’autre part, de nouveaux
du prix acheteurs peuvent à présent acheter le bien et
30 F E D bénéficie d’un surplus (aire BDE).
Paul Krugman, Robin Wells, Microéconomie, De
Augmentation du surplus du Demande
consommateur pour les
Boeck, 2016.
consommateurs initiaux

Quantité

Manuel Magnard, édition 2019, p23.


Q1 : Pourquoi un consommateur qui peut acheter à 65 € fait-il un gain à l’échange avant et après la baisse du prix ?
Q2 : À quoi les surfaces ABC et ADF correspondent-elles ?
Q3 : Quelles sont les deux raisons pour lesquelles une baisse de prix augmente le surplus du consommateur ?
Q4 : Comment le surplus du consommateur évolue-t-il quand lorsque le prix augmente ? Pourquoi ?

3. Les gains à l’échange et le surplus des producteurs


Activité 22 :
Le surplus du producteur se situe au-
dessus de la courbe d’offre et en-
dessous du prix de marché (surface BDO
avant la hausse du prix). Il s’explique par
la différence entre le prix du marché et
le prix minimum auquel le producteur
est prêt à vendre son produit, le coût
marginal. Une hausse de prix augmente
le surplus du producteur. D’une part, les
vendeurs initiaux bénéficient d’un
surplus additionnel (aire hachurée sur le
graphique). D’autre part, de nouveaux
offreurs peuvent désormais vendre le
bien et bénéficier de ce fait d’un surplus
(aire du triangle).
Q1 : À quoi les surface BDO et ACO
correspondent-elles ?

s
Q2 : Quelles sont les deux raisons pour

ur
lesquelles une hausse des prix

co
augmente le surplus du producteur ?
Q3 : Comment le surplus du

de
producteur évolue-t-il quand le prix
baisse ? Pourquoi ?
e
pl
m
Synthèse à compléter par les élèves avec les termes suivants : le surplus du producteur - surplus du consommateur - surplus du
xe

consommateur et du producteur - gains à l’échange - se spécialiser


L’échange marchand permet aux agents économiques de …………………………… dans les activités dans lesquelles ils sont le plus
-E

efficaces. Ils deviennent ainsi plus productifs et parviennent ainsi à obtenir par l’échange une quantité plus importante de biens
qu’en situation d’autarcie. L’échange est donc mutuellement avantageux. Ces …………………………… sont mesurés par les
ris

……………………………. Une baisse du prix accroît le …………………………… et baisse le ……………………………. Une hausse de prix a des effets
PA

inverses.
de

B. Le marché concurrentiel permet une allocation efficace des ressources


1. Le marché permet de coordonner les décisions des agents économiques quand les prix sont flexibles
IE

Activité 23 :
EM

Chaque individu met sans cesse tous ses efforts à chercher pour dans beaucoup d’autres cas, il est conduit par une main invisible
tout capital dont il peut disposer, l’emploi le plus avantageux : à remplir une fin qui n’entre nullement dans ses intentions. […]
AD

il est bien vu que c’est son propre bénéfice qu’il a en vue, et non Tout en ne cherchant que son intérêt personnel, il travaille
celui de la société : mais les soins qu’il se donne pour trouver souvent d’une manière bien plus efficace pour l’intérêt de la
AC

son avantage personnel conduisent naturellement à préférer société, que s’il avait réellement pour but d’y travailler.
précisément ce genre d’emploi même qui se trouve être Adam Smith, Recherches sur la Nature et les Causes de la
l’emploi le plus avantageux pour la société. […] En cela, comme Richesse des Nations (1776).
Q1 : Expliquez la phrase soulignée.
Q2 : Qu’est-ce que la main invisible ?
Q3 : Comment le marché permet-il de coordonner les décisions des agents économiques ?

Activité 24 :
Les prix […] permettent aux agents économiques de prendre zones sous-marines plus profondes.
des décisions optimales du point de vue du marché. En cas de Pourquoi les agents économiques feraient-ils tous ces efforts si
rareté d’une ressource ou d’un bien, la meilleure chose est de les prix étaient artificiellement maintenus à des niveaux faibles
laisser les prix augmenter […]. Pourquoi ? Prenons l’exemple du par leur gouvernement ? Bien sûr, ce gouvernement pourrait
prix du pétrole. S’il augmente de façon importante […] il faudra toujours, par décret, obliger les agents au covoiturage. Mais
que tout le monde tente d’économiser sur la consommation des pourrait-il contrôler tous les déplacements au supermarché ?
énergies dérivées du pétrole : ne prendre sa voiture que si c’est […] Bloquer les prix est la mauvaise réponse et même la pire, car
nécessaire et privilégier les transports collectifs ou le elle exacerbe la demande, donnant parfois lieu à des trafics où
covoiturage, investir dans des technologies de production plus sur un marché parallèle […]. En d’autres termes, la vérité des
économes. […] Il faudra enfin forer des puits de pétrole plus prix est indispensable.
éloignés tels que les sables bitumeux d’Alberta ou dans des Étienne Wasmer, Principes de microéconomie (2017).
Q1 : Quelle information la hausse du prix du pétrole transmet-elle aux agents économiques ?
Q2 : Comment les offreurs et les demandeurs réagissent-ils à la hausse du prix du pétrole ?
Q3 : Pourquoi est-il préférable de laisser les prix augmenter ?

Cours dialogué :
Apport du professeur : Le surplus collectif peut se définir comme la somme des surplus du consommateur et du producteur.
Q1 : Identifier le surplus collectif sur le graphique ci-dessous.

Manuel Magnard, édition 2019, p25.


Q1 : Comment se caractérise le marché quand le prix est de 45 € ? Quelles sont les quantités échangées ?

s
Q2 : Quel est l’effet de cette situation du marché sur l’évolution du prix et des quantités échangées ?

ur
Q3 : Quelles sont les quantités échangées à l’équilibre ?

co
Q4 : Comment a évolué le surplus collectif dans le cadre du retour à l’équilibre ?
Q5 : À l’équilibre est-il possible d’améliorer la situation d’un agent sans détériorer celle d’un autre agent.

de
Q6 : Pourquoi le surplus collectif n’est pas maximal lorsque le prix diffère du prix d’équilibre ?

e
pl
Activité 25 : Prix plafond et surplus
m
Supposons que soucieux de permettre aux ménages modestes
xe

de se loger en ville, le gouvernement fixe à 800 euros le loyer


-E

maximum autorisé. À ce prix une pénurie de logements


apparaît. Les propriétaires qui souhaiteraient louer entre plus
ris

de 800 € et 1 000 € se retirent du marché. Par conséquent, des


locataires disposés à payer un loyer de 1 000 € à 1 200 € ne
PA

trouvent pas de logement à louer. Leur surplus respectif


disparaît. La perte sèche (le triangle BDE) mesure la baisse du
de

surplus de la collectivité, conséquente de la non réalisation


d’échanges mutuellement avantageux.
IE

Le plafonnement des loyers a aussi d’autres inconvénients.


EM

Faute de pouvoir augmenter les loyers, les propriétaires


réduisent les dépenses d’entretien et les logements se
AD

dégradent. Comme certains locataires sont disposés à payer


AC

davantage, les propriétaires en profitent pour demander des


« droits d’entrée » ou « dépôts de garantie ». Chassé par la
porte, le marché revient par la fenêtre.
Au final, le plafonnement des loyers entraîne une « mauvaise
allocation » des ressources.
Paul Krugman, Robin Wells, Microéconomie, De Boeck, 2016.
Q1 : En utilisant le graphique, expliquez pourquoi un prix plafond crée une pénurie.
Q2 : Montrez que la perte sèche est égale à la différence entre le surplus avant l’instauration du prix plafond et le surplus après
cette instauration.
Q3 : Quels sont les autres inconvénients d’un prix plafond ?
Q4 : Représenter graphiquement un prix plancher (prix en-dessous duquel on ne peut descendre) supérieur au prix d’équilibre et
montrez qu’il engendre de la surproduction et une perte sèche.

Synthèse à compléter par les élèves avec les termes suivants : les satisfactions qu’ils retirent - un avantage net - un rôle régulateur
- les préférences des agents - le coût d’opportunité des ressources qu’ils sacrifient - une allocation efficace des ressources - un
signal - la rareté relative des produits - le gain total à l’échange - le prix d’équilibre - un signal
Quand les prix sont flexibles, le marché permet de coordonner les décisions des agents économiques qui produisent, consomment
et échangent en leur donnant …………………………... Ce prix est …………………………... qui indique …………………………... et
………………………………………...…………….... Ce prix joue ………………………………………...……………... car quand ils sont flexibles, en cas de
déséquilibre sur le marché, ils permettent le retour à l’équilibre.
Il y a des échanges sur le marché précisément parce que les consommateurs et les producteurs retirent …………………………... c’est-
à-dire une différence entre ………………………………………...……………... et …………………………...…………………………...: l’échange s’arrête au
point d’équilibre, celui-ci traduisant le fait qu’on a totalement épuisé les gains totaux à l’échange. Le surplus collectif (la somme
des surplus du consommateur et du producteur) qui mesure …………………………..., ce que l’échange a ajouté à la satisfaction des
personnes impliquées dans l’échange est maximal.
Tous les échanges mutuellement avantageux ont eu lieu. Le marché concurrentiel permet ………………………………………...……………....
Au contraire, la réglementation des prix supprime la flexibilité des prix, réduit les gains à l’échange et produit des situations de
pénurie ou d’excédent.

Objectif : Savoir illustrer et interpréter les déplacements des courbes et sur les courbes, par différents exemples chiffrés,
notamment celui de la mise en œuvre d’une taxe forfaitaire.
III. Un marché concurrentiel ramène l’économie à l’équilibre quand elle en a été écartée
A. Les déterminants de la demande et de l’offre
Apport du professeur : Le prix n’est pas le seul déterminant de la demande ni le seul déterminant de l’offre. En effet, il existe
d’autres variables qui influencent la demande comme il existe d’autres variables qui influencent l’offre mais qui n’ont pas été
prises en compte dans la loi de la demande et dans la loi de l’offre car on n’avait retenu comme seule variable, le prix, et on avait
raisonné toutes choses égales par ailleurs.
Activité 26 : Vidéo Dessine-moi l’économie : Comment expliquer la hausse du prix du logement en France
Q1 : Calculez la hausse du prix du m2 dans le 6 ème
arrondissement à Paris entre 1997 et 2018.
Q2 : Quels facteurs affectent la demande de logements ?
Q3 : Quels facteurs affectent l’offre de logements ?

s
Q4 : Expliquez pourquoi le prix du logement a beaucoup

ur
augmenté dans les grandes villes comme Paris.

co
de
e
pl
m
xe
-E
ris

Manuel Magnard, édition 2019, p27.


PA

Apport du professeur :
D’autres facteurs que le prix peuvent influencer la demande. De façon symétrique, d’autres facteurs peuvent provoquer un
- Une modification du revenu des ménages va induire une
de

choc sur d’offre, qui correspond à une modification de


modification de la demande de biens, en particulier de ceux l’environnement économique qui agit sur les quantités
IE

qui ont une forte élasticité-revenu. offertes sur le marché.


EM

- Une modification des goûts des consommateurs qui, Le choc d’offre peut provenir :
influencés par la mode ou la publicité, reportent leur - d’une modification des capacités de production des
AD

consommation sur de nouveaux types de biens. entreprises. Les investissements (versus destructions de
- Une modification des prix des autres produits : capacité de production) augmentent les capacités productives
AC

. Si les produits sont substituables : La demande d’un produit et donc l’offre sur le marché.
augmente quand le prix d’un bien substituable augmente. On - de l’introduction du progrès technique. L’augmentation de
consomme plus de coca quand le prix du jus d’oranges la productivité des machines et des travailleurs va diminuer la
augmente. quantité de facteurs nécessaire pour réaliser le même produit,
. Si les produits sont complémentaires. La demande d’un les coûts unitaires vont baisser et l’offre va pouvoir
produit (voiture) baisse quand le prix d’un produit augmenter. Toute baisse des coûts unitaires augmente l’offre.
complémentaire (essence) augmente. - de la variation du prix des facteurs. Une hausse des
- Une augmentation de la population devrait se traduire par salaires, du prix des matières premières ou des équipements
une hausse de la demande. va augmenter le coût du produit et réduire l’offre pour un prix
Dans ce cas, on n’a plus comme dans le cas où le prix augmente donné car la production va devenir plus rentable.
un déplacement le long de la courbe de demande. C’est la - de la fiscalité. Si les taxes payées par les entreprises
courbe de demande qui se déplace vers la droite (hausse des augmentent, leur production diminue car leurs coûts de
quantités offertes) ou vers la gauche (baisse de la demande). production augmentent.
- Une anticipation par les consommateurs que le prix va - des anticipations des producteurs. Si une entreprise
baisser, ils reportent leurs achats au lendemain, ce qui réduit anticipe que la demande va augmenter, elle peut augmenter
les quantités demandées aujourd’hui. l’offre de produits alors même que le prix des produits n’a pas
changé (on accepte de vendre plus de produits à un prix
identique parce que l’on pense que l’on va gagner plus
qu’avant).
Dans ce cas, c’est la courbe d’offre qui se déplace vers la droite
(hausse des quantités offertes) ou vers la gauche (baisse des
quantités offertes).

Q1 : Comment définir un choc de demande ?

Activité 27 : Les effets des chocs de demande et d’offre

s
Q1 : Comment la courbe de demande des oranges se déplace-t-elle si le prix des mandarines augmente ?

ur
Q2 : Expliquez pourquoi quand la demande passe de D1 à D2, le prix passe de P1 à P2.

co
Synthèse à compléter par les élèves avec les termes suivants : une modification de l’environnement économique - un choc – les

de
coûts – le prix.

e
Les courbes d’offre et de demande dépendent de multiples facteurs comme les goûts et ………………….. pour la demande et les
pl
capacités productives et ………………….. des facteurs pour l’offre. Quand un déterminant de la demande (de l’offre) évolue, cela
m
génère ………………….. de demande (d’offre), c’est-à-dire …………………..…………………..………………….. qui déplace la courbe de demande
xe

(d’offre), ce qui modifie ………………….. et les quantités d’équilibre.


-E

B. Les effets d’une taxe forfaitaire


ris

Activité 28 : Les effets d’une taxe forfaitaire sur le surplus du consommateur et sur le surplus du producteur
Les dirigeants d’un parc naturel décident d’instaurer une taxe
PA

forfaitaire1 de 10 € que devront verser les moniteurs de


canyoning pour chaque personne qu’ils encadrent. Cette taxe
de

élève les coûts de production des moniteurs de 10 € et induit


IE

un déplacement vers le haut de la courbe d’offre dans la


proportion de la taxe (passage de O1 à O2 sur le graphique). Le
EM

prix d’équilibre augmente, passant de 40 € à 45 €, et le nombre


de sorties de canyoning diminue, à l’équilibre, de 250 à 225
AD

sorties (point A sur le graphique). Bien que les moniteurs soient


AC

ceux qui paient la taxe, ils n’en supportent ici que la moitié du
poids : le prix qu’ils reçoivent net de la taxe ne diminue que de
5 €, de 40 € à 35 € (point B sur le graphique). Les clients
supportent l’autre moitié de la charge fiscale dans la mesure où Q1 : Quel déplacement la courbe d’offre subit-elle quand une
les prix augmentent de 5 €, de 40 € à 45 €. taxe forfaitaire est appliquée au producteur ? Quel est l’effet
Ce cas est particulier parce que, le plus souvent, le poids de sur le prix et la quantité d’équilibre.
l’impôt est inégalement réparti entre les offreurs et les Q2 : Comparez le montant qui revient au producteur avant et
demandeurs en fonction des pentes des droites d’offre et de après la mise en place de la taxe. Que pouvez-vous en
demande. conclure ?
1. Impôt qui consiste à prélever le même montant à chaque Q3 : Comparez le prix payé par le consommateur avant et
contribuable. après la mise en place de la taxe. Que pouvez-vous en
conclure ?
Activité 29 : Les effets d’une taxe forfaitaire sur le partage du surplus
Avant la taxe, le prix du péage est de 6 € et 7 000 personnes empruntent l’autoroute chaque jour (point E sur le graphique).
Après une taxe forfaitaire de 5 € par trajet, le prix du péage s’élève à 7 € et 6 000 personnes empruntent désormais l’autoroute
chaque jour (point A sur le graphique). Le prix que l’offreur reçoit net de la taxe s’élève à 2 € (point B sur le graphique). L’écart
entre le prix payé par le consommateur après la taxe (A) et celui payé avant la taxe (E) correspond au poids de la taxe qui est
supporté par l’offreur. C’est, ici, le producteur qui supporte l’essentiel de la taxe car l’offre est moins sensible à la variation du
prix que la demande.

pd
p*
t

s
ur
po

co
de
e
pl
m
QT Q*
xe

Q1 : En observant la courbe d’offre, dites si la sensibilité au prix de l’offre de services autoroutiers est forte ou faible. Comment
-E

peut-on l’expliquer ?
Q2 : Quel est l’effet de l’instauration de la taxe sur le niveau des échanges ?
ris

Q3 : Quel est le nouveau prix que les consommateurs se trouvent contraints de payer ?
PA

Q4 : Pour les quantités échangées, quel aurait été le prix proposé par les producteurs si la taxe n’avait pas été instaurée ? À quoi
correspond la différence ?
de

Q5 : À quoi correspond le rectangle ABCD avec C (0 ;2000) et D (0 ; 7000) ?


Q6 : Quelle est la part de la taxe forfaitaire qui est prise en charge par les demandeurs ? par les offreurs ?
IE

Q7 : Comment le poids de la taxe entre les offreurs et les demandeurs se répartit-il lorsque l’offre est beaucoup moins sensible à
EM

la variation du prix que la demande ?


AD

Conclusion :
Si les économistes se sont intéressés avec tant de persévérance à la concurrence parfaite qui n’est pourtant qu’une représentation
AC

de la réalité, c’est pour 4 raisons :


- Avec les hypothèses qui la sous-tendent, la concurrence parfaite rend aisée la détermination de la solution du marché, cad les
quantités échangées et le prix d’équilibre.
- La structure de concurrence apparaît comme le cas limite, pour un accroissement infini du nombre de vendeurs, des structures
intermédiaires dans lesquelles les agents sont conscients de leur interdépendance décisionnelle. Leur PDM baisse quand leur
nombre augmente.
- Un argument de nature politique = la concurrence assure la décentralisation des décisions et la dispersion du pouvoir = 2
objectifs clés de l’idéologie libérale.
- La concurrence est une structure de marché qui assure l’égalité du prix et du coût marginal, l’absence de recettes supérieures
aux coûts, l’élimination des firmes les moins efficaces garantissant que les ressources employées dans l’économie le sont de façon
efficace.