Vous êtes sur la page 1sur 2

Introduction générale

Le contexte actuel de développement durable, d’environnement et de problématiques


liées aux risques naturels se traduit par une exigence accrue sur la sécurité et sur l’estimation
des impacts d’un ouvrage de génie civil (lors de sa réalisation et de son exploitation). Pour
répondre à ces exigences, un large champ d’investigation doit encore se développer en
mécanique de sols. La mécanique des sols est une science importante du génie civil puisque le
sol est à la fois le support de l’ouvrage et utilisé en tant que matériau de construction.

La diversité des matériaux qui composent le sol (roches, graviers, sables, argiles) et la
complexité des sollicitations auxquelles ils sont ou seront soumis rend leur comportement
particulièrement difficile à prévoir. Déterminer leur réponse à des sollicitations diverses
requiert une connaissance approfondie de leur loi constitutive afin de mettre en place des
modèles rhéologiques élaborés et pertinents. La mise en œuvre de moyens expérimentaux
performants constitue un atout majeur dans la compréhension des différents mécanismes qui
entrent en jeu.

C’est dans ce contexte que se sont développés les essais de laboratoire depuis les
dernières décennies, permettant de reproduire plus exactement les sollicitations naturelles et
de fournir des mesures toujours plus précises et fiables du comportement des sols. Grâce aux
progrès techniques en matière de métrologie, la mesure des déformations atteint un niveau de
précision inférieur à 10-5 m/m, ce qui entraîne la découverte de phénomènes nouveaux quant
au comportement des sols avant rupture.

Une collaboration entre le Département Génie Civil et Bâtiment (DGCB) de l’Ecole


Nationale des Travaux Publics de l’Etat (ENTPE) et Electricité De France (EDF) s’est
développée dans cette optique depuis 1992. L’estimation de la tenue sismique, de la marge de
dimensionnement des centrales nucléaires et de l’état actuel de leur sous-sol sont en effet des
préoccupations importantes pour EDF. Les déformations mises en jeu dans ce cas restent
inférieures à 10-3 m/m.

Un nouveau prototype expérimental baptisé « T4C StaDy » a été développé au DGCB


sous cette collaboration. Il s’agit d’un appareil de Torsion Compression Confinement sur
Cylindre Creux qui permet d’étudier le comportement des sols sous sollicitations Statiques et
Dynamiques. Plusieurs originalités de cet appareil en font un outil innovant et complexe pour
l’investigation du comportement des sols. Les sollicitations indépendantes de compression /
extension, de torsion et de confinement autorisent l’application d’un chemin de contrainte
véritablement tri-dimensionnel. Les sollicitations de torsion permettent plus précisément
d’étudier l’influence de la rotation des axes principaux de contraintes, qui est un phénomène
courant dans les sols. Le système innovant de mesure locale des déplacements autorise
également une analyse du comportement pour des déformations de quelques 10-6 m/m jusqu’à
la rupture (quelques 10-2 m/m). Enfin, l’appareil est doté de capteurs piézoélectriques
permettant de réaliser des essais de propagation d’ondes. Les comportements dynamique et
quasi-statique en petites déformations peuvent être alors directement comparés sur le même
échantillon et pour un même état de contrainte / déformation.

- VII -
Introduction générale

A partir de cet appareil, nous nous efforçons dans ce mémoire de thèse d’apporter de
nouvelles données expérimentales sur le comportement statique et dynamique des sables et
des mélanges sable/argile, tout en proposant une modélisation adaptée aux phénomènes
observés et une application concrète à un site EDF. Les travaux présentés dans ce mémoire
ont bénéficié du soutien d’EDF.

Ce mémoire est structuré en six parties.

La première partie résume nos études préliminaires. Après une brève présentation des
techniques d’essais disponibles en laboratoire et in situ, une attention plus particulière est
apportée aux essais dynamiques de propagation d’ondes. Dans le cas de ces essais, une
hypothèse est postulée au préalable sur le comportement des matériaux. Les équations qui
régissent les propagation d’ondes sont ainsi présentées en précisant et discutant les hypothèses
réalisées et en considérant deux approches de complexité croissante. La première considère le
sol comme un milieu continu constitué d’une seule phase. La seconde traite le sol, lorsque
celui-ci est saturé comme un milieu continu constitué de deux phases, solide et liquide.

La deuxième partie présente le dispositif expérimental de l’appareil « T4C StaDy » en


précisant les améliorations apportées au cours de cette étude ainsi que la procédure d’essai
suivi comprenant la réalisation et l’exploitation des différents types d’essais.

La troisième partie précise les campagnes expérimentales réalisées. Les deux


campagnes effectuées respectivement sur deux sables secs de référence (le sable d’Hostun et
le sable de Toyoura), et sur deux mélanges sable/argile peu saturés à majorité de sable sont
présentées. Les caractéristiques de ces matériaux sont décrits et des exemples typiques
d’essais réalisés au cours de chacune des campagnes sont détaillés et analysés.

L’analyse des résultats expérimentaux issus de l’ensemble des essais est effectuée dans
la quatrième partie. De nombreux résultats sont obtenus permettant de caractériser le
comportement en petites déformations (statique et dynamique) ainsi que le comportement
visqueux (dépendant du temps) des matériaux testés.

La cinquième partie s’attache à modéliser les phénomènes et les résultats observés


dans la partie précédente. Les modélisations du comportement en petites déformation et du
comportement visqueux sont présentées, accompagnées par les simulations des résultats
expérimentaux.

Enfin la sixième et dernière partie illustre l’application de la modélisation proposée


pour le comportement en petites déformations, à un cas pratique d’essais de propagation
d’ondes in situ. Le site de Saint-Alban Saint-Maurice (Isère) de construction d’une centrale
nucléaire EDF est considéré. Les sols en place sont saturés et l’approche proposée permet
d’estimer leurs paramètres de comportement sous une hypothèse de comportement anisotrope.

- VIII -