Vous êtes sur la page 1sur 3

SSI

FICHE DE distribuer l'energie electrique vers un mcc : V Chassilian


SCIENCES DE
St Jo
cours changement de sens & variation de vitesse
L’INGENIEUR Avignon
Ordre : signal électrique
Energie
(quelques µA ou mA) mécanique
Energie de rotation
ALIMENTER DISTRIBUER CONVERTIR
électrique dans les 2 sens
Energie Moteur à à vitesse

Energie électrique Courant variable
Continu
électrique (jusqu'à 50A)

1. Comment inverser le sens de rotation du moteur à courant continu ?
1.1. Principe de l’inversion de sens :
L’inversion de sens s’effectue en :
- Inversant le sens du courant circulant dans l’induit pour un MCC à aimant permanent,
- Inversant le sens du courant circulant dans l’induit ou dans l’inducteur pour un MCC à bobinages.

On étudiera uniquement le cas où


l’inversion de sens s’effectue
en inversant le sens du courant
circulant dans l’induit pour un MCC à
aimant permanent :

Vcc

1.2. Commande de l’inversion de sens :


On utilise un « pont en H ». Le moteur est au milieu de ce pont d’interrupteurs.
SW1 SW3
Rotation sens 1 : SW1 et SW4 sont fermés, rotation sens 2 : SW2 et SW3 sont fermés. +88.8

SW2 SW4

Ces interrupteurs peuvent être réalisés par les interrupteurs d’un relais, des transistors bipolaires (NPN/PNP), des
transistors à effet de champ (MOSFET, canal N ou P) :

KA1 KA2

M
12V

M
KA1 KA2

Page 1 / 3
SSI
FICHE DE distribuer l'energie electrique vers un mcc : V Chassilian
SCIENCES DE
St Jo
cours changement de sens & variation de vitesse
L’INGENIEUR Avignon

1.3. Distribution de l'énergie vers l'actionneur, l'ordre provenant d'un microcontrôleur


Attention : Lorsque l'on utilise des transistors MOSFET en commutation, la tension Vgs doit être nulle ou
égale à Vcc (Tension d'alimentation), cela signifie que la tension Vg (ordre) appliquée sur la grille doit être
égale à la tension d'alimentation. On ajoutera des transistors MOSFET ou un circuit intégré afin d’adapter la
tension.

2. Comment faire varier la vitesse de rotation d’un moteur à courant continu ?


2.1. Principe
Quand on veut faire varier la vitesse d’un moteur, la première idée qui vient à l’esprit est de faire varier la
tension aux bornes du moteur mais on constate que pour des valeurs faibles de la tension, le moteur ne
tourne pas car le moteur demande une tension minimale assez importante pour démarrer.
Lorsque la tension est trop basse, les forces électromagnétiques ne sont pas suffisantes pour combattre le
frottement, il devient donc difficile d’ajuster la vitesse de façon précise. La solution est donc de fournir au
moteur sa tension maximale mais par intermittence, c’est ce que l’on nomme la MLI ou PWM en anglais
(Modulation de largeur d’Impu lsio ) ou (Pulse width Modulation ).

Umoteur
th th
Vcc Umoteur Umoyen xVcc
T
Umoyen
t

2.2. Réalisation d’une MLI avec un hacheur :


Le hacheur va transformer une tension continue en un signal carré dont on fera varier le rapport cyclique.
 Schéma fonctionnel et structurel du montage :

Alimenter Convertir l’énergie


En Tension = électrique en
charge
continue
= énergie Mécanique

Le hacheur joue un rôle
d’interrupteur, commandé
en Tout ou Rien par un
+88.8

BAT1 D1
signal périodique dont on 1.5V DIODE
fera varier le rapport
cyclique.

Page 2 / 3
SSI
FICHE DE distribuer l'energie electrique vers un mcc : V Chassilian
SCIENCES DE
St Jo
cours changement de sens & variation de vitesse
L’INGENIEUR Avignon

 Composant utilisés pour réaliser un hacheur :


- transistor bipolaire, - transistor MOS, - thyristor
Robuste mais nécessitent un Plus fragiles que
courant important pour leur les transistors
bipolaires mais La mise en œuvre du thyristor dans
commande et leur temps de
leur commande les hacheurs est très délicate car
conduction provoque une
nécessite peu l'annulation du courant dans les
consommation importante. de courant et interrupteurs lors du blocage n'est
donc de pas naturelle. Cependant aux très
puissance. fortes puissances, le thyristor est
irremplaçable.
Le choix du composant dépendra du couple souhaité, et des contraintes imposées par le cahier des charges.

2.3. Réalisation d’une MLI avec un microcontrôleur :


Dans la majorité des cas, les systèmes sont équipés de microcontrôleurs, il faut donc produire à la sortie du
microcontrôleur un signal carré de rapport cyclique variable.

Ex ARDUINO :
pinMode (moteurA_speed,OUTPUT); // Broche vitesseMotA configurée en sortie
digitalWrite(moteurA_speed,HIGH); // moteur à vitesse maxi
digitalWrite(moteurA_speed,LOW); // moteur à l'arrêt
analogWrite(moteurA_speed,i); // PWM avec 0 < i < 255 ; 0 à l'arrêt, 255 vitesse maxi

Page 3 / 3

Vous aimerez peut-être aussi