Vous êtes sur la page 1sur 69

BEST-OF SERIES

LES 10 MEILLEURS PROJETS D’ELEKTOR


EDITORS CHOICE

69 pages pour

7,95 €
9,95 € pour non membres

SELECT DÉCOUVRIR CRÉER PARTAGER

UVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉC
● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRI
R ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉ
OUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉC
● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRIR ● CRÉER ● PARTAGER ● DÉCOUVRI

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

testeur de transistors
Platino
type, brochage et gain
Sunil Malekar (elektor.labs Inde) et Luc Lemmens (elektor.labs)

Ce testeur permet de trier comme bons ou mauvais les transistors sans référence ou douteux, de
déterminer leur type et de mesurer leur gain. L’instrument repose sur Platino et peut tester les transistors
bipolaires PNP et NPN, ainsi que les MOSFET à canal N ou P.

Certains trouvent fastidieux de lire le technique. D’autres vous diront qu’il n’est en soit, un testeur n’est jamais de trop
marquage d’un transistor et de cher- pas de meilleure loupe pour identifier ces (Internet non plus) lorsqu’il s’agit d’ef-
cher ses caractéristiques dans une fiche petites bêtes à trois pattes. Quoi qu’il fectuer des tris rapides de type bon/
mauvais, des tests de résistance aux
chocs mécaniques ou thermiques,
Caractéristiques ou encore, pour les audiophiles, des
appariements de composants.
• Teste les bipolaires NPN/PNP et les MOSFET à canal N/P
• Gain mesurable : entre 5 et 999 (environ)
Ce testeur est le troisième instru-
• Identification automatique du type (bipolaire/MOSFET, P/N) et du brochage
ment de la panoplie d’appareils d’essai
(B/C/E, grille)
que nous concevons à partir de la carte
• Indique si le transistor est défectueux ou n’est pas un transistor
Platino [1]. Il permet d’identifier le bro-
• Microcontrôleur ATmega32 sur la carte Platino d’Elektor
chage du composant testé (base, collec-
• Programme (gratuit) en BASCOM AVR
teur, émetteur ; grille, source, drain),
• LCD 20 x 4 caractères
son type (PNP/NPN ; canal N ou P), sa
• Commande et lecture par terminal série (optionnel)
technologie (bipolaire/MOSFET) et, bien
• Alimentation : 12 à 18 VCC
sûr, son gain en courant HFE.
La carte Platino dispose de tout ce qu’il
a b c faut pour créer une interface entre un
circuit intrinsèquement analogique d’ana-
+5V +5V +5V
lyse du composant testé et un LCD et un
poussoir. Le tout est gouverné par un
micrologiciel exécuté par l’ATmega de la
RB RC RE RB RC
VB = RB • IB

VB = 0V
230 Ω

Platino.
230 Ω
100k

100k
1k

C RSW D La muse Elektor


65 Ω

La conception du testeur a été inspi-


B rée par l’analyseur de semi-conducteurs
G
E de M. Waleczek publié dans Elektor en
NPN NMOS
E VGS = VTH S 2005 [2]. Téléchargez l’article (gratuit
B pour les membres abonnés) si la théorie
RSW RSW

PNP sur laquelle s’appuie la méthode « d’es-


65 Ω

(RE + RSW)

C sai en aveugle » du testeur vous inté-


RE

RE RB RC RE resse, seul l’aspect pratique du circuit est


VB = RB • IB

VE = (5V - VTH) •
230 Ω
100k

abordé ici. Par « essai en aveugle » nous


1k

1k

voulons simplement dire que le testeur


peut s’utiliser sans savoir si le transistor
130544 - 13 en question est bipolaire ou MOSFET, PNP
ou NPN, canal P ou N, ou si son gain vaut
Figure 1. Configurations pour la mesure du gain (β) pour un transistor, et de la tension de tant ou tant. Un essai en aveugle ne doit
seuil pour un MOSFET. bien sûr ni détruire le composant en test

62 mars 2015 www.elektor-magazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


... projet labs projet de lecteur ... ...

(noté DUT ci-après, pour Device Under des résistances de 100 Ω, tandis que Mesure du gain
Test), ni le circuit du testeur. l’autre est tirée au +5 V via une 5,6 kΩ. Puisque le test NPN/PNP ne détermine
Une fois cette connexion établie, la chute pas la position des pattes E et C, le gain
Discours de la méthode de tension aux bornes de la résistance est est mesuré pour chacune des deux com-
La méthode décrite ci-dessous s’applique mesurée et enregistrée. Le circuit forme binaisons possibles. La valeur finale est
à la majorité des transistors ordinaires ensuite d’autres connexions masse/5,6 kΩ présumée être la plus grande des deux
fonctionnant correctement et doit être avec les pattes, la chute de tension est valeurs mesurées.
considérée comme générique. Elle ne pré- mesurée pour chaque configuration créée. Si les tensions mesurées ne corres-
voit pas les cas particuliers des thyris- Le tableau 1 montre les valeurs théo- pondent à aucune des combinaisons du
tors, Darlington, UJT, MOSFET logiques, riques qui devraient être mesurées pour
transistors RF au germanium, transistors des transistors NPN et PNP. Le signe – cor-
Tableau 1. Mesures initiales
à diode de protection ou autre membre respond à une liaison entre la masse et
de la foisonnante faune à trois pattes. En une résistance de 100 Ω, le signe + à une Valeur
Type E B C
cas de doute, supposez que l’essai porte connexion entre le +5 V et la 5,6 kΩ. Un mesurée
sur un NPN bipolaire au silicium de type NPN donne deux valeurs d’environ 5 V, et – – + 5 V
BC547B ou 2N2222. une d’environ 0,7 V ; un PNP donne une NPN + – – 5 V
valeur de 5 V et deux 0,7 V. – + – 0,7 V
NPN ou PNP ? Ce premier test permet également d’iden-
– – + 0,7 V
Deux des trois pattes du transistor, notées tifier la base du transistor puisqu’il s’agit
PNP + – – 0,7 V
E (émetteur), B (base) et C (collecteur), de la patte dont la mesure aboutit à une
– + – 5 V
sont reliées virtuellement à la masse via valeur différente des deux autres.

www.elektor-magazine.fr mars 2015 63

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

AREF
GND

PA0
PA1
PA2
PA3
PA4
PA5
PA6
PA7
PC7
PC6
PB0
PB1
PB2
PB3
PB4
PB5
1 2 3 4 5 6 7 8
K5 Platino PCB K1
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

K2 K1
1 2 3 4 5 6 7 8 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

PA0
PA1
PA2
PA3
PA4
PA5
PA6
PA7
PC7
PC6
AREF
GND
PB0
PB1
PB2
PB3
PB4
PB5
+5V +5V

16
1 VCC 12 R1
2Y0 1Y0 100k
T1 5 14 R4
R13 2Y1 1Y1 5k6 PC6
PA3 2 IC2 15 R2
4k7 2Y2 1Y2 1k
4 11 R3
2Y3 1Y3 100R
BC548 74HC4052
PA0 3 13
2Z 1Z
10 PC1
S0
C5 6 9 PC0
E S1
VEE GND
1n 7 8

+5V

16

1 VCC 12 R5 K4 K3
2Y0 1Y0 100k
+5V 5 14 R8
IC1 2Y1
IC3
1Y1 5k6 PA6
2 15 R6
D1 LM7805 2Y2 1Y2 1k
4 11 R7
2Y3 1Y3 100R
K5 1N4007 74HC4052
PA1 3 13
+V C1 C2 C3 C4 2Z 1Z
10 PA7
S0
–V 1000u 100u C6 6 9 PC7
100n 100n E S1
35V 16V VEE GND
1n 7 8

K6
1
2
3

+5V

16
1 VCC 12 R9
2Y0 1Y0 100k
5 14 R12
2Y1 1Y1 5k6 PB5
2
IC4 15 R10
2Y2 1Y2 1k
4 11 R11
2Y3 1Y3 100R

Transistor Tester PA2 3


74HC4052
13

PCB
2Z 1Z
10 PB4
S0
C7 6 9 PB3
E S1
VEE GND
1n 7 8
+5V
RESET

GND
PC0
PC1
PC2
PC3
PC4
PC5

PD1
PD0
+5V

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
K3

K6 1 2 3 4 5 6 6 5 4 3 2 1
K2
130544 - 11
GND
RESET

+5V
PC0
PC1
PC2
PC3
PC4
PC5

PD1
PD0

Figure 2. Schéma du testeur de transistors. La carte Platino est représentée par le pourtour bleu (au cas où vous la schtroumpferiez).

64 mars 2015 www.elektor-magazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


... projet labs projet de lecteur ... ...

tableau 1, le composant est soumis à des Les héros de notre enfance : 2N3055, BC547, OC75,
tests spécifiques à d’autres composants
(MOSFET et diode). Pour vérifier s’il s’agit BC107, BF451, AC127, 2N406, BC550C, BD137,
d’un MOSFET, le gain est mesuré de façon TIP2955, 2N1613, 2N2219A et les vôtres ?
similaire pour les six arrangements pos-
sibles des pattes.
L’identification des autres pattes est
réalisée en connectant le DUT selon une Listage 1. Code BASCOM AVR (extrait)
configuration en collecteur commun s’il cls
s’agit d’un transistor bipolaire, ou en drain locate 1,1
commun s’il s’agit d’un MOSFET (fig. 1a, 'Transistor type and base/gate pin determined
b et c).
'Now calculate transistor parameter and display results
Le gain (noté β sur la figure) est déter-
Select case T_type
miné par la mesure de VB et VE d’après
case 1: 'NPN
les relations :
HFE_cal ' (T_type, base_pin, C_pin, E_pin,beta)
VE = RE × (HFE + 1) × (VB ÷ RB)
lcd "Type : N-P-N"
HFE = [(VE × RB) ÷ (VB × RE)] – 1 Locate 2,1
LCD "C = ";c_pin; " B = ";base_pin;" E = "; e_pin
Le gain mesurable est compris entre 5 Locate 3,1
et 999 (environ). Un MOSFET à canal N LCD "Hfe=";beta
(fig. 1c) se distingue d’un transistor bipo- case 2: 'PNP
laire par son courant de grille presque
HFE_cal ' (T_type, base_pin, C_pin, E_pin,beta)
nul. Dans ce cas, la tension de seuil vaut
lcd "Type : P-N-P"
VCC – VE (en supposant un NMOS). Le tes-
Locate 2,1
teur ne prend malheureusement pas en
LCD "C = ";c_pin; " B = ";base_pin;" E = "; e_pin
charge les JFET.
Locate 3,1
Description du circuit LCD "Hfe=";beta
Matériel et logiciel interagissent étroi- Case 5: 'NMOS
tement. Commençons par un survol du call cal_Vgs(Vt)
matériel et de son fonctionnement. La lcd "Type : NMOS"
figure 2 montre le circuit monté sur la Locate 2,1
carte Platino. LCD "D = ";c_pin; " G = ";base_pin;" S = "; e_pin
Locate 3,1
La section construite autour d’IC2, IC3 et
IC4 lit la tension qui règne aux bornes des
lcd "Vth = ";fusing(Vt,"#.#");" V"
trois pattes du transistor relié à K6. Les
trois 74HC4052 sont des multiplexeurs
CASE 6: 'PMOS
analogiques à 4 entrées (4 vers 1). Leur
rôle est d’établir différentes connexions Call cal_Vgs(Vt)
afin de former les arrangements de pattes lcd "Type : PMOS"
à tester. Les différentes configurations de Locate 2,1
résistance nécessaires à la mesure des LCD "D = ";c_pin; " G = ";base_pin;" S = "; e_pin
paramètres du transistor sont définies (de Locate 3,1
façon logicielle) sur les entrées parallèles LCD "Vth = -";fusing(Vt,"#.#");" V"
1Yn/2Yn des multiplexeurs. La chute de end select

Tableau 2. Configuration Tableau 3. Interface Platino-testeur


des cavaliers Platino
Broche Fonction
JP3 : PC5 PA0, PA1, PA2: broches CAN (ADC) reliées aux pattes du DUT pour lire les tensions
JP4 : PB0 PA7, PB3, PB4, lignes de sélection des multiplexeurs
PC0, PC1, PC7:
JP5 : PB1
PA6,PB5,PC6: sortie numérique pour la configuration masse/+5 V avec les résistances
JP6 : PB2
PB0–PB2: codeur avec poussoir
JP14 : PC7 PC5: commande du rétro-éclairage du LCD

www.elektor-magazine.fr mars 2015 65

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

tension résultante est lue en reliant une teur CA/CC de 12 à 18 V relié au bornier de 4 lignes et 20 caractères. Si votre
patte à VCC via une 5,6 kΩ (R4, R8, R12) K8. La diode D1 protège contre les inver- projet nécessite une liaison sérielle pour
tandis que les deux autres sont reliées sions de polarité et le régulateur LM7805 lire les résultats du testeur et, disons un
à la masse via les 100 Ω (R3, R7, R11). se charge de fournir une tension régulée zeste d’interaction en plus, vous pouvez
Après lecture des tensions aux bornes de de +5 V au contrôleur et aux composants interfacer la Platino avec la passerelle
chaque patte via les sorties nZ des multi- alimentés par le rail de +5 V. Elektor BOB USB-série et amener les lec-
plexeurs, la base du DUT est identifiée en tures DUT dans un émulateur de termi-
comparant ces valeurs et en s’appuyant Platino nal. Partant de là vous n’aurez aucun mal
sur le fait que la tension à ses bornes Nous avons déjà présenté et utilisé Pla- à automatiser la création de feuilles de
(par rapport à la « masse ») est toujours tino dans plusieurs articles. Qu’on l’ap- calcul et de rapports d’essai.
différente des tensions aux bornes des pelle carte ou plateforme, concrètement
autres broches. Le type NPN/PNP/NMOS/ la Platino est composée d’un ATmega32 L’interface du DUT est montée sur la Pla-
PMOS du DUT est alors déterminé par installé sur une petite carte équipée par tino, à laquelle elle est électriquement
le programme d’après le tableau 1. Les défaut d’un LCD, d’un codeur rotatif et de reliée via les connecteurs K1, K5, K2/K6.
sorties des 4052 sont reliées aux CAN de poussoirs. Le placement de ses connec-
la Platino via les lignes de bus PA0, PA1 teurs est optimisé et sa programmation Programme
et PA2. Le transistor T1 sert de commu- est facilitée par les outils AVR. Atten- Le micrologiciel pour l’ATmega32 est écrit
tateur de calibrage. tion, les cavaliers doivent ici être montés en BASCOM AVR. La carte Platino elle-
comme l’indique le tableau 2, pas autre- même a servi d’outil de développement
La section qui s’occupe de l’alimentation ment ! Le tableau 3 résume le brochage durant toute l’élaboration du projet. Pour
est construite de façon classique. La ten- de l’interface Platino-testeur. toute introduction, raffermissement ou
sion d’entrée est délivrée par un adapta- L’interface utilisateur se fait via le LCD approfondissement de vos connaissances

Liste des composants


Résistances
(5%, 250 mW)
R1, R5, R9 = 100 kΩ
R2, R6, R10 = 1 kΩ
R3, R7, R11 = 100 Ω
R4, R8, R12 = 5,6 kΩ
R13 = 4,7 kΩ

Condensateurs
C1 = 1000 µF, 35 V, radial
C2, C3 = 100 nF
C4 = 100 µF, 16 V
C5, C6, C7 = 1 nF

Semi-conducteurs
IC1 = MC7805
IC2, IC3, IC4 = 74HC4052
D1 = 1N4007
T1 = BC548

Divers
K1, K2, K3 = embase femelle simple rangée,
coupée dans une embase à 36 contacts
K4 = embase femelle double rangée,
coupée dans une embase à 72 contacts
K5 = bornier à vis pour CI à 2 voies,
au pas de 5,08 mm
K6 = bornier à vis pour CI à 3 voies,
au pas de 5,08 mm
3 supports CI DIP-16
circuit imprimé 130544-1 (réf. e-choppe)
[ELPP : Composants Passe-Partout
d’Elektor Labs]

Figure 3. Dessin du circuit imprimé du testeur.


Une fois les composants implantés, le circuit
peut être relié à la carte Platino.

66 mars 2015 www.elektor-magazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


... projet labs projet de lecteur ... ...

Construction
Commencez par assembler sur la carte
Platino le LCD, l’unique poussoir, l’AT-
mega32 et les autres composants,
puis configurez les cavaliers selon le
tableau 2.
La carte d’extension est spacieuse et ne
comprend que des composants traver-
sants. Elle a en outre été conçue pour
être arrimée à la carte Platino au moyen
de connecteurs. Le montage ne devrait
Figure 4. Le testeur peut communiquer avec
votre PC via un émulateur de terminal. pas poser de problème si vous vous
conformez à la liste des composants,
au schéma d’implantation (fig. 3) et aux Figure 5. Configuration des fusibles pour
l’ATmega32 de la Platino.
photographies de l’article. Un assemblage
en BASCOM, rappelons l’atelier du micro- en boîtier et un support ZIF pour le DUT
contrôleur, dont le premier numéro de la donneront un aspect pro à votre testeur.
série a été publié en avril 2014 [3]. Connectez la passerelle BOB USB-série
Le code, dont le listage 1 montre un Elektor si vous souhaitez afficher la sortie
extrait, est disponible [4]. Le programme du testeur dans un terminal série (fig. 4).
comprend trois modules principaux : Le débit est paramétré sur 9600 bauds.
Si vous voulez programmer vous-
Affichage même le microcontrôleur, référez-vous
Le module traitant l’affichage envoie sur à la figure 5 pour la configuration des
l’écran le type du transistor, son brochage fusibles.
CBE et la valeur du gain (HFE) dans la
configuration en collecteur commun. Et maintenant donne la papatte
Mettez le testeur sous tension en bran-
Test chant une alimentation CC de 12 à 18 V
Cette partie lit la tension qui règne aux en K8. Reliez le transistor à tester au
bornes de chaque patte du transistor. Les connecteur K6 en plaçant ses pattes dans
CI multiplexeurs servent à former les dif- n’importe quel ordre. Appuyez sur le
férents arrangements de pattes. La nature poussoir ou, si vous souhaitez lire les
PNP/NPN/NMOS/PMOS est établie d’après résultats sur un terminal série (option-
la valeur des tensions lues. nel), entrez « T » depuis votre émulateur.
La figure 6 montre quelques résultats
Calcul du gain HFE obtenus avec deux composants innocents,
Le gain est mesuré en utilisant le CAN piochés dans un tiroir du laboratoire Elek-
de la Platino. À cette étape, les deux tor par une main non moins innocente.
autres pattes restent encore à identifier.
Pour cela, une des pattes est supposée (130544 – version française : Hervé Moreau)
être le collecteur. Le transistor est alors
connecté en collecteur commun, le gain
est mesuré, puis une nouvelle fois mesuré
après commutation des multiplexeurs afin
de permuter les connexions. La valeur
la plus grande est considérée comme la
valeur correcte, ce qui permet d’identifier
sans équivoque possible les pattes C et E.

Liens
[1] Platino : Elektor, octobre 2011, www.elektor-magazine.fr/100892
[2] Analyseur de semi-conducteurs : Elektor, avril 2005,
www.elektor-magazine.fr/030451
[3] L’atelier du microcontrôleur : Elektor, avril à novembre 2014. No 1 :
www.elektor-magazine.fr/120574 Figure 6. Deux suspects (un transistor bipolaire
et un MOSFET) passant aux aveux.
[4] Téléchargements : www.elektor-magazine.fr/130544

www.elektor-magazine.fr mars 2015 67

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

sonde différentielle active 2 GHz


faites-la vous-même, encore mieux et moins cher

Alfred Rosenkränzer (Allemagne)

HDMI, DVI, USB, les signaux


numériques rapides, on a
l’habitude de les transmettre
en mode différentiel. Pour les
mesurer, il faut des sondes
différentielles actives. Elles sont
hors de prix pour l’amateur ou la
petite entreprise. Alors, faites-les
vous-même ! Le modèle présenté
ici, dans un boîtier style clé USB,
offre une très grande largeur de
bande, près de 2 GHz.

l’applique aux CML (current-mode logic)


Caractéristiques techniques ou LVDS (low voltage differential signa-
• atténuation : 10:1 pour des signaux différentiels et bouclage de 50 Ω sur ling), mais aussi aux FPGA.
l’oscilloscope Bien entendu, on peut aussi observer ces
• impédance différentielle : 5 kΩ signaux avec les sondes de mesure habi-
• impédance d’entée asymétrique : 2,5 kΩ tuelles à haute impédance. Quand on veut
• impédance de sortie : 50 Ω voir le signal de différence, il faut deux
• bande passante : 1,9 GHz (–3 dB) sondes et la fonction mathématique de
• temps de montée/descente : 300 ps l’oscilloscope. Mais pour cela, les sondes
• alimentation : ±8 à 12 V CC doivent être convenablement équilibrées
non seulement en atténuation, mais aussi
en temps.
On rencontre de plus en plus de signaux conducteurs du signal sont généralement Pour les professionnels, il existe des
numériques rapides : FireWire, Panel bouclés sur 100 Ω. sondes différentielles actives pour
Link, SATA, USB, DisplayPort, DVI, Le récepteur n’utilise que la différence de ce genre de mesure, par ex. Key-
HDMI… Bien que différents protocoles et tension entre les deux fils, les parasites sight (ex-Agilent), Tektronix, Rohde &
codages soient utilisés comme TDMS et de mode commun induits sur les conduc- Schwartz... Leur bande passante va de
8b/10b, il y beaucoup de similitudes sur teurs sont ainsi atténués. La faiblesse des quelques centaines de mégahertz jusqu’à
le plan électrique, aussi appelé couche variations des signaux aide à réduire les 10 GHz. Comme elles sont actives, elles
physique ou Physical Layer. Les signaux interférences électromagnétiques. C’est ont besoin d’une alimentation, elle est
sont transmis sur deux fils en différentiel, ce qui permet d’atteindre de hauts débits fournie par l’oscilloscope (fig. 1) sur des
c’est-à-dire en opposition de phase. Leur binaires avec une vitesse de balayage contacts supplémentaires.
amplitude n’est à peine que d’une cen- modérée. Cette technique a déjà été utili- Évidemment, les accessoires d’un fabri-
taine de millivolts, alors que le décalage sée il y a des décennies sur les puces ECL cant sont rarement compatibles avec les
peut atteindre plusieurs volts. Les deux (emitter-coupled logic) ; de nos jours, on appareils des autres. Dans la gamme

58 juillet/août 2015 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

inférieure de prix, on trouve des sondes


à brancher sur un port USB, celui d’un
oscilloscope par exemple. Quand il
faut plusieurs sondes, comme
pour mesurer le signal d’hor-
loge et celui de données, on
atteint vite la saturation du
système USB. L’alimentation
sur pile de 9 V n’est pas non
plus une bonne solution, elle
ne tient pas longtemps, surtout
si on oublie d’éteindre la sonde.
Alors, le prix de sondes adéquates,
à partir de 800 euros, les rend inacces-
sibles aux amateurs comme aux petites
entreprises. Il faut changer tout cela.

Le circuit
Voici une sonde différentielle active dans
un boîtier similaire à une clé USB. La
figure 2 révèle l’étonnante simplicité du
circuit. Figure 1. Entrée d’un oscilloscope avec les contacts prévus pour la sonde de mesure différentielle
Un amplificateur opérationnel totalement adaptée (source : Keysight).
différentiel ADA4927-1 d’Analog Devices
suffit. Il a deux entrées et deux sorties et
les deux branches sont câblées à l’iden- longe ici jusqu’à environ 1,9 GHz, assez résistance de source de 50 Ω, à boucler
tique. L’amplification vaut 1/5 selon le pour la plupart des signaux et des oscil- sur 50 Ω, de préférence avec la fonction
rapport R7/(R3+R4). La valeur de la loscopes. Le signal d’entrée est appliqué interne de l’appareil, sinon directement à
résistance de R7 et de R8 est choisie de aux contacts IN+ et IN–. Seule la sortie l’entrée. Par rapport à l’amplitude de l’un
manière à obtenir la courbe de réponse la négative (–OUT) est utilisée pour atta- des signaux d’entrée (pas leur somme),
plus plate le plus loin possible. Elle se pro- quer l’entrée de l’oscilloscope avec une la sonde présente donc un rapport de
16 –V S
15 –V S

13 –VS
14 –VS

ADA4927-1 R7
–FB 1 12 PD
464R
+IN 2 11 –OUT
–IN 3 10 +OUT +5V
+FB 4 9 V OCM

+5V
IC1 C5 C6
+VS 8
+VS 7
+VS 5
+VS 6

+9V D1 78L05F
3 1
100n 10u
LED1 10V
DO214AA
2
C1 C2 D2 5
R1 12 6
PD
+VS

7
+VS

8
562R

330n 100n
IN + R3 R4 R9 SIG
+VS

1
2 11
+VS

147R 2k15 + IC3 –FB


–OUT
49R9

R5 R6 ADA4927-1 R10 (coax)


R2 3 +OUT
147R 2k15 – EXP +FB 100R
–VS

IN – PAD 4 10 GND
–VS
562R

C3 C4 D4
–VS

9 16
–VS

VOCM 15
14
330n 100n LED2 13
1
D3
2 3 C8 C7

–9V DO214AA 79L05F


100n 10u
IC2 10V
–5V

R8 –5V
464R
130538 - 11

Figure 2. Schéma de la sonde différentielle active.

www.elektormagazine.fr juillet/août 2015 59

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

Figure 3. Sonde de mesure installée dans un boîtier transparent format clé USB.

tension de 1/10, tout comme une sonde La sortie inutilisée de la puce est reliée tation, la puce reste donc active tout le
passive à haute impédance raccordée à la masse par 100 Ω pour garantir une temps.
sur 50 Ω. symétrie parfaite de charge. Sous la puce, il y a une surface de contact
L’impédance d’entrée différentielle avoi- La puce dispose d’une entrée V_OCM de dite Exposed Paddle (EPAD) à connecter
sine 4,6 kΩ. Cela semble très peu en compensation du décalage qui n’est pas à un plan soumis à une tension com-
comparaison d’une sonde passive. Mais utilisée ici, elle est mise à la masse et le prise entre celles d’alimentation, ici à la
comme les signaux rapides sont à très décalage sera annulé sur l’oscilloscope. masse. Les deux tensions de ±5 V sont
basse impédance (100 Ω), c’est bien L’entrée de coupure du courant (Power produites par les régulateurs linéaires IC1
suffisant. down) est reliée à la tension d’alimen- et IC2, et découplées à la masse (GND)

L1

C18 C6
L1 ... L8 = SD12K100
K1
22u 100n 1
16V 2
C19 C7 3

TR1 22u 100n


3VA6 L2 16V

7V5 IC1 L3

7808 C22 C20


B1 K2
R1 R3 1
22u 100n
16V 2
7V5
1k2

1k2

C9 C1 C2 C5 D1 C23 C21 3
F1
B80C800 2200u 100n 100n 22u
LED1
22u 100n
200mA T
16V 16V 1N4004 L4 16V

LED2 L5
D3
S1
C26 C24
C10 C3 C4 C6 8V2 D2 K3
R2 22u 1
100n
2200u 100n 100n 22u LED3 16V 2
16V 16V
1k2

1N4004 C27 C25 3

22u 100n
7908 L6 16V

IC2
L7

C30 C28
K4
22u 100n 1
16V 2
C31 C29 3

22u 100n
130538 - 12 L8 16V

Figure 4. Schéma de l’alimentation secteur pour quatre sondes de mesure.

60 juillet/août 2015 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

Une sonde différentielle professionnelle


est trop chère pour un amateur ou une petite entreprise

par des condensateurs. Les diodes D1 lesquelles auront été soudés de petits fils Les deux tensions sont encore filtrées
et D3 protègent d’une inversion de pola- fins à relier aux conducteurs du signal. par bobines et condensateurs avant d’at-
rité, tandis que D5 et D6 empêchent un Ceci permet d’abord d’installer cette prise teindre les connecteurs de sortie.
verrouillage haut du régulateur de ten- et ensuite d’y insérer la sonde. Il est alors
sion au cas où l’une des alimentations possible de faire l’échange entre plusieurs Conclusion
serait appliquée avant l’autre. Les LED signaux. Si cette prise est abîmée, on Cette sonde différentielle active bon mar-
D2 et D4 témoignent de la présence de s’en fait une nouvelle. Manier une sonde ché, parce que construite pour une frac-
ces tensions. à deux entrées n’est pas très pratique. tion du prix des produits commerciaux
Autant le circuit est simple, autant son Si vous utilisez plusieurs sondes, veillez comparables, présente d’excellentes
câblage est crucial pour atteindre le fonc- à ce que les câbles coaxiaux aient tous caractéristiques (cf. figures 5 et 6).
tionnement voulu. la même longueur, sinon il y aura des Pour cela, il faut de bons composants
J’ai eu recours à un circuit imprimé à différences dans le temps de parcours bien choisis, mais aussi une conception
quatre couches. Celle du haut assure les entre elles et vous risquez des erreurs de mûrement réfléchie du circuit imprimé.
liaisons du signal, la suivante est tota- mesure. Le reste, on peut le compenser Les lecteurs intéressés peuvent me
lement occupée par un plan de masse sur la plupart des oscilloscopes par le contacter pour se procurer une carte
comme point de référence. Les deux « Skew Ajust ». montée et testée. Il est aussi possible
autres servent à acheminer l’alimenta- Avec des mesures différentielles, la de commander un kit comprenant le
tion. J’ai évoqué l’EPAD sous la puce, qu’il somme des décalages des deux signaux boîtier, le câble HF avec fiche BNC et le
faut relier à la masse. Comme ce n’est est atténuée, seule la différence est câble d’alimentation avec fiche. Pour des
pas une mince affaire pour un amateur affichée. Mais si vous voulez mesurer le informations supplémentaires, écrivez à
d’effectuer pareille soudure, je propose décalage, vous pouvez utiliser une sonde alfred_rosenkraenzer@gmx.de.
une carte toute montée et testée, prête à haute impédance ou relier l’une des (130538 – version française : Robert Grignard)
à l’emploi. entrées à la masse. Il faut alors pen-
La puce est dotée de deux paires de sor- ser à la baisse relative de la résistance
ties. Les broches +FB et –FB, à gauche, d’entrée.
qui encadrent les entrées sont utilisées
pour fermer la boucle d’amplification L’alimentation
avec R7 et R8. Les deux autres, à droite, On peut alimenter la sonde de mesure
servent de sorties. Les raccordements des par une alimentation de laboratoire d’au
deux tensions d’alimentation au-dessus moins ±8 V. C’est très simple avec une
et en dessous sont découplés par deux seule sonde, mais plus il y en a, plus le
condensateurs aussi près que possible de câblage se complique et on finit par s’y
la masse. Tant pour les alimentations que perdre. Aussi ai-je étudié une alimen-
pour la masse, de nombreux vias sont tation secteur de table (figure 4) pour
prévus pour réduire l’inductance autant quatre sondes, en concordance avec le
que faire se peut. nombre maximal d’entrées d’un oscillos-
cope. Ce sont des fiches mini-DIN à trois Figure 5. Comportement en fréquence jusqu’à
La mécanique broches que j’ai choisies pour le branche- 3 GHz de la sonde de mesure. Le point à –3 dB
On peut insérer la carte de la sonde dans ment : aucun risque d’inversion de pola- se situe à environ 1,9 GHz.
un boîtier transparent de clé USB (fig. 3). rité. Les quatre sorties sont largement
Le câble coaxial muni d’une fiche BNC se filtrées en interne pour minimiser la dia-
soude par le conducteur central à la pas- phonie entre sondes. Le circuit se com-
tille « Out », le blindage sur la surface à pose d’un transformateur secteur à deux
sa droite. Des trous permettent de fixer ce secondaires, un redresseur, des électro-
câble par un collier de serrage. Le câble lytiques et deux régulateurs linéaires
d’alimentation sera soudé aux pastilles encadrés des habituels condensateurs
+9 V, –9 V et GND. Après avoir installé la de découplage. Deux LED indiquent le
carte dans son boîtier, on introduit dans fonctionnement de chacune des alimen-
les trous forés en face avant une barrette tations et, à l’aide d’une diode zener en
femelle sécable à trois éléments dont on série, une troisième en façade témoigne
aura enlevé la broche centrale. On incurve que les deux tensions sont bien là. Deux
les autres broches pour les souder aux autres diodes empêchent qu’une tension
pastilles In+ et In-. C’est là qu’il faudra inverse, issue éventuellement de la sor- Figure 6. Mesure d’un signal d’horloge à 300 MHz
insérer les broches correspondantes sur tie, ne cause des dommages. avec un oscilloscope de 2 GHz.

www.elektormagazine.fr juillet/août 2015 61

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

carte d’E/S pour Android


l’électronique embarquée,
pilotez-la depuis votre téléphone portable

Attention : la numérotation sur les


photos du prototype diffère de celles
du schéma et du tracé définitifs.

32 septembre 2015 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

Elbert Jan van Veldhuizen (Pays-Bas)

Avec son énorme puissance de calcul à un prix abordable, son écran tactile et
ses multiples possibilités de communication sans fil, un appareil Android est
tout indiqué pour commander toutes sortes de circuits électroniques. Ajoutez-
lui 22 lignes d’E/S et vous pourrez à distance commuter facilement, réaliser des
mesures, lancer des moteurs, recevoir des signaux analogiques et en créer, bien
d’autres choses encore. Ce premier article expose le matériel nécessaire.

www.elektormagazine.fr septembre 2015 33

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

VMOD VMOD 3V3


DIN DOUT 1
TX PIO11
34 MOD7 VMOD
MOD3 MOD4 DIN 2 33 K2
V++ RX PIO10
2 1 JP1 3 32 25 26
CTS PIO9 1 16
4 3 4
RTS
MOD1 PIO8
31 TX C6 23 24 C7 RX GND PGM
2 15 RST
RST 6 5 5 30 RC4 C4 21 22 C5 RC5 2 RES
PCM_CLK PIO7 3 14
DOUT 8 7 6 29 RC2 C2 19 20 C3 RC3 3 GND
FT311D BOB

PCM_OUT PIO6 4 13
7
PCM_IN
HC_06 PIO5
28 RC0 C0 17 18 C1 RC1 8 VCC
5 12
8 27 RB6 B6 15 16 B7 RB7 9 RTS
ESP8266 PCM_SYNC PIO4 6 11
9 26 RB4 B4 13 14 B5 RB5 10 CTS
DIN AIO0 PIO3 7 10 DOUT
10 Bluetooth 2.0 25 RB2 B2 11 12 B3 RB3 11 TX
DOUT AIO1 PIO2 8 9 DIN
RST 11 24 CONN RB0 B0 9 10 B1 RB1 12 RX
VMOD RST PIO1
12 23 RA6 A6 7 8 A7 RA7
VMOD 3V3 PIO0 BL600 eBOB

VSUBD+
VBUSD-
13 22 RA4 A4 5 6 A5 RA5
GND GND

MOSI
MISO

GND
CSB

CLK
RA2 A2 3 4 A3 RA3

NC
RA0 A0 1 2 A1 RA1
VMOD

14
15
16
17
18
19
20
21
R6
1

MOD5
10k
FT232R BOB

VMOD 3V3
DOUT DOUT 2 20
VCC

DOUT DIO0
DIN DIN 3 19 JP2
DIN DIO1 R5
RST 5 18 1 2 TX
RST MOD2 DIO2 330R
17 DIN 3 4
DIO3
4
DIO12
XBEE-PRO DIO6 16 DOUT 5 6
R7
6 15 7 8 RX

CONN

RB0

RB1
RSSI DIO5 330R
9 RN41/RN42/RN171 14
MOD6 DTR VREF 3V3
11 13 ESP8266
CONN DIO4 STATUS
12
GND

DIN CTS
C1 R2 R3 R4 3V3
DOUT C2
10

470R

470R

470R
R16
100n

20
R12 R13
10k

100n
VMOD

VDD

8
28 RB7 CLED

2k2

2k2
RB7

VCC
27 RB6 7
RB6 WC
26 RB5 LED2 LED3 LED4
RE3 1
MCLR
RB5 R14 IC2
25 RB4 RC3 6 1
RB4 330R SCL A0
CLED
V++

24 RB3 2
RB3 R15 24FC256 A1
K1 MCP1702T-3302E/CB RB2
23 RB2 RC4
330R
5
SDA A2
3

GND
micro USB 22 RB1
S2 IC3 RB1
1 1 3 RA0 2 21 RB0
3V3 RA0 IC1 RB0

4
2 RA1 3
C3 C4 RA1 PIC16F1938
3 RA2 4 18 RX
RA2 RC7
2

4 4u7 1u RA3 5 17 TX
RA3 RC6
RA4 6 16 RC5
RA4 RC5 3V3
5
6

RA5 7 15 RC4

RB2

RB3
RA5 RC4
RA6 10 14 RC3
K3 3V3 RA6 RC3 K5 3V3 R8 R9
RA7 9 13 RC2 PICkit
RA7 RC2

330R
12 RC1 RE3

10k
1 R1 RC1
K4 11 RC0
2 X1 RC0 R10
470R

VSS

VSS

3 330R
RB7 K6
4 S1 R11
19

C5 C6 RB6
5 -t°
LED1
6
Touch
ICSP NTC
X1, C5, C6 not mounted
150057- 11

Figure 1. Schéma de la carte d’E/S. En pratique, il y a beaucoup moins sur la carte, puisqu’on n’y installe qu’un seul module de communication.

Tableau 1. Aperçu des caractéristiques de la carte d’E/S pour Android


fonction nb de broches (max 22) / valeur remarques
dont 8 broches à résistance de rappel
entrées numériques 22
vers le haut « molle » en option
sorties numériques 22 Isortie max 25 mA
C A/N 11 résolution de 10 bits, env. 20 Ké/s
interrupteurs sensitifs 8 dont 7 broches partagées avec le C A/N
MLI 8 par logiciel, 4 x 2 en mode en pont
compteur à 16 bits maximum 8 MHz
débit binaire max 100 tâches par seconde liaison à 9600 bauds
mémoire flash de données 32 Ko sur 25FC256
suppléments sur carte 4 LED, 1 CTN, 1 touche tactile
4 à 13 V non stabilisés
tension d’alimentation
3,3 V stabilisés
max 30 mA (Bluetooth)
max 250 mA (Wi-Fi)
consommation (sans charge)
max 5 mA (USB) plus le courant pour le
module USB
connexion d’alimentation micro-USB, connecteur encartable

34 septembre 2015 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

Nous allons décrire une carte et un exemple d’appli pour échan-


ger des informations sur 22 lignes d’entrée/sortie au moyen
de commandes simples. La carte est capable de communiquer
avec un téléphone tactile ou une tablette par Bluetooth, Wi-Fi
ou USB. Ses ports peuvent traiter des entrées et des sorties
numériques, mais aussi servir de C A/N, utiliser une touche
capacitive, moduler des impulsions ou les compter. Son micro-
logiciel est aisément modifiable, on ajoute ainsi des fonctions
dans le microcontrôleur pour des applications en temps réel,
le contrôleur est pourvu d’un chargeur d’amorçage à cet effet.
Pour commander cette carte d’E/S pour Android, j’ai développé
des classes Java (des bibliothèques) aux dénominations par-
lantes. Avec elles, vous n’aurez pas le souci des détails de la
programmation des fonctions de l’appli.
Ce premier article dévoile le circuit imprimé et les fonctions
du microcontrôleur. Dans les épisodes suivants, nous verrons
les possibilités du Bluetooth, du Wi-Fi et du port USB, ainsi
qu’une appli pour piloter la carte d’E/S Android. Nous étudierons K4. La puce IC3 est un MCP1702-33, un régulateur à faible
ensuite comment réaliser un enregistreur de données, adapter déchet qui délivre la tension de 3,3 V au module Bluetooth ou
le micrologiciel et le transférer avec le chargeur d’amorçage. Wi-Fi et au reste du circuit. C’est l’interrupteur S2 qui met sous
Avant de fouiller dans le matériel, voyons ce qu’il peut faire en tension. Si vous n’en voulez pas, remplacez-le par un pont de
pratique. On sait déjà qu’il met à disposition 22 broches d’E/S. câblage sur les deux pastilles de gauche.
La carte porte aussi un interrupteur à touche capacitive, soudé
à demeure, quatre LED et une résistance CTN. C’est en tout Le microcontrôleur PIC16F1938 de Microchip (IC1) totalise
cas un circuit imprimé pratique pour acquérir de l’expérience. 28 broches. La liaison entre lui et les modules Bluetooth, Wi-Fi
Le tableau 1 détaille les caractéristiques de la carte d’E/S ou USB passe par le bloc de cavaliers JP2 pour le débogage et
Android avec les différentes options d’alimentation. les résistances de sécurité R5 et R7. Toutes les lignes d’E/S
sont disponibles sur le connecteur K2.
Le circuit
Le schéma de la carte est à la figure 1. Le nombre de com-
posants réellement présents sur le circuit imprimé est bien
moindre que ce que le schéma présente. Il y a en effet de
nombreux modules de communication qui peuvent y prendre
place. Parmi eux, la plupart des modules pour le Bluetooth
sont constitués de cartes de liaison (Break out Board, BoB) :
e-BoB BL600 (avec Bluetooth V4, réf. 140270-91, ici Mod7),
BoB (Mod1) avec module HC-06 (avec Bluetooth V2), carte à
embase avec HC-06 (Mod6), carte avec RN41 au format Zigbee
(Mod2), carte avec HC-06 au format Zigbee (Mod2). Comme
modules Wi-Fi, on peut y mettre aussi bien un RN171-XV (au
format ZigBee) qu’un ESP8266 (à embase). Il y a aussi des
connecteurs pour brancher l’e-BoB Android d’Elektor (130516-
91) et la passerelle Elektor e-BoB FT232R USB/série (110553-
91), tous deux pour une liaison USB avec un PC, une tablette
ou un téléphone tactile (par câble USB-OTG).
Tous ces modules fournissent des données sérielles qui tran-
sitent par l’appareil Android vers un PC. Elles passent par
un microcontrôleur PIC, ici un PIC16F1938 avec pas moins
de 24 broches d’E/S, chargé d’un micrologiciel qui interprète
les commandes pour configurer ces broches de manière à y
envoyer des données numériques ou y recevoir des signaux
en analogique ou numérique.

Les lignes d’E/S du microcontrôleur sont toutes accessibles sur


K2, une embase à deux rangées de treize picots. Ces généralités
exposées, allons voir de près les composants dans le schéma.

Partons du régulateur de tension de 3,3 V, IC3 sur la carte. Pour


lui fournir du courant, il y a là deux options : un connecteur
K1 micro-USB ou deux pastilles à souder, voire une embase

www.elektormagazine.fr septembre 2015 35

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

Liste des composants Comme mémoire supplémentaire,


Résistances : pour l’enregistrement de données, par
R1, R2, R3, R4 = 470 Ω 1%, CMS 0805 exemple, la carte dispose d’une mémoire
R5, R7, R8, R10, R14, R15 = 330 Ω 1%, CMS 0805
R6, R9, R16 = 10 kΩ 1%, CMS 0805 flash (IC2) sérielle I²C de 32 Ko. Les
R11 = CTN 10 kΩ CMS 0805 (p.ex. Vishay lignes de bus I²C de cette puce sont pro-
NTCS0805E3103JHT) tégées par R14 et R15, les résistances de
R12, R13 = 2,2 kΩ 1%, CMS 0805
rappel haut sont R12 et R13. On trouve
Condensateurs : aussi une résistance CTN (R11) pour des
C1, C2 = 100 nF/25 V, 10%, CMS 0805 mesures de température, elle forme avec
C3 = 4,7 µF/25 V, 10%, CMS 0805
R9 un diviseur de tension. Les LED1 à
C4 = 1 µF/25 V, 10%, CMS 0805
LED4 sont des témoins pour les différents
Semi-conducteurs : signaux. La première indique la présence
LED1, LED2, LED3, LED4 = LED verte faible cou- de la tension de 3,3 V. LED2 ne travaille
rant, CMS 0805
IC1 = PIC16F1938-I/SO, SOIC28 (programmé : que si le module HC-06 est installé. On
150057-41*) peut utiliser les LED3 et 4 dans différentes
IC2 = 24FC256-I/SN, SOIC8 fonctions, par exemple LED3 signale que
IC3 = MCP1702T-3302E/CB, SOT23A
le chargeur d’amorce est activé. Le cap-
Divers : teur capacitif S1 est constitué d’une sur-
K1 = connecteur micro-USB 2.0 type B, CMS face soudée sur le circuit imprimé. Le
K2 = embase à 2x13 picots, pas de 2,54 mm
connecteur K6 est directement en paral-
K3 = embase à 2x3 picots, pas de 2,54 mm
K4 = embase à 2 picots, pas de 2,54 mm lèle sur cet interrupteur sensitif, néces-
K5 = embase à 6 picots, pas de 2,54 mm saire à l’activation du chargeur d’amor-
S2 = commutateur inverseur, pas de 2,54 mm
çage dans le PIC.
circuit imprimé : 150057-1*
ou
circuit imprimé avec tous les CMS déjà soudés : Figure 2. Le circuit imprimé pour la carte Le circuit imprimé est prévu pour rece-
150057-91*
d’E/S. Il y a sept options différentes de voir un quartz pour le PIC. Le logiciel
module de communication montage disponibles pour les modules de du chargeur décrit ici ne s’en occupe
(n’en installer qu’un seul) : communication. pas. Pour le mettre en œuvre, il faut
Mod1 = module Bluetooth HC-06/HC-05 un autre chargeur qui adapte le mot de
à souder directement sur la carte
Mod2 = module Bluetooth HC-06/HC-05 au format ZigBee configuration. Alors, les broches A6 et A7
Mod2 = module Bluetooth RN41XVC de K2 ne peuvent plus être utilisées par
Mod2 = module WLAN RN171 (avec antenne fouet) le micrologiciel.
à monter sur deux embases à 10 picots au pas de 2 mm
Mod3 = e-BoB Android (Elektor, 130516-91*)
à monter sur une embase à 10 picots au pas de 2,5 mm Un circuit imprimé universel
Mod4 = module Wi-Fi ESP8266 (raccordement sur 2x4 broches) On pourrait vraiment s’y perdre dans le
à monter sur embase à 2x3 picots au pas de 2,5 mm
Mod5 = e-BoB passerelle FT232R USB/série (Elektor, 110553-91*) dessin des pistes de la figure 2, avec
à monter sur une embase à 3 contacts au pas de 2,5 mm (embase à 3 picots sur e-BoB) toutes ces implantations possibles de
Mod6 = module HC-06 (version à 6 broches) modules divers, mais à y regarder de plus
à monter sur embase à 6 contacts au pas de 2,5 mm
Mod7 = e-BoB BL600 (Elektor, 140270-91*) près, on découvre où se situent précisé-
à monter sur embase à 8 contacts au pas de 2,5 mm ment les raccordements pour les modules
MOD1 à MOD6. Reste à faire le choix de
* Circuits imprimés, modules assemblés et composants programmés disponibles en ligne
(www.elektor.fr) l’unique module désiré qui occupera la
place. Exception faite des connecteurs
et commutateurs, tout est en CMS, ce
Tableau 2. Fonctions des connecteurs et embases
qui ne simplifie pas la construction à la
main. C’est pourquoi l’e-choppe [1] pro-
K1 connecteur micro-USB pour alimenter carte et module
pose le circuit imprimé 150075-91 sur
K2 embase à 2x13 picots pour 24 lignes d’E/S du PIC, 3,3 V et masse
lequel tous les CMS et les connecteurs
K3 embase à 2x3 picots pour connecter en chaîne plusieurs cartes d’E/S sont déjà soudés. Mais comme les diffé-
K4 connecteur d’alimentation à 2 broches pour carte (4 à 13 V) rents modules ne seront décrits en détail
K5 connecteur de programmation à 6 broches pour PICkit 2 ou 3 que le mois prochain, il est préférable de
embase à 2 picots pour lancer le chargeur d’amorce par bouton patienter encore un peu.
K6 Il y a sur le circuit imprimé plusieurs
ou par liaison
connecteurs et embases pour différents
JP1 embase à 2 picots pour mise à niveau du micrologiciel du module ESP8266
usages. Pour la clarté, reportez-vous
embase à 2x4 picots pour configurer les lignes de signal et d’alimentation
JP2 au tableau 2 qui en donne un aperçu
vers les autres modules
complet.
MOD1 à connecteurs pour raccorder les différents modules Bluetooth / Wi-Fi / USB En usage normal, JP2 sert au passage
MOD7 (cf. liste des composants)
des signaux TX et RX entre le PIC et le

36 septembre 2015 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

module en place. D’habitude, on relie la


broche 3 à la 4 et la broche 5 à la 6, tan-
dis que les broches 7 et 8 (GND) sont
déjà interconnectées par une piste, ce
qui est pratique quand on veut brancher
un module externe sur JP2. Sur la bro-
che 2, on trouve l’alimentation de 3,3 V
fournie à la carte par le régulateur de ten-
sion, alors que la broche 1 est reliée à la
connexion d’alimentation du module. Il y
a deux manières d’alimenter le module :

Le module doit être alimenté en 3,3 V.


C’est le cas des modules Bluetooth et
Wi-Fi. Alors, il faut relier ensemble les
broches 1 et 2.
Lors de l’installation d’une passerelle Figure 3. Le circuit imprimé assemblé, l’e-BoB BL600 d’Elektor y est installé.
e-BoB FT232R USB/série (110553-91) ou
d’un e-BoB Android (130516-91), il faut
les alimenter en 5 V par leur connecteur
USB et dans cette circonstance, les bro- Tableau 3. Fonctions possibles des lignes d’E/S
ches 1 et 2 sur JP2 ne peuvent en aucun
rappel vers
impédance

le haut (1)

spécial (6)
cas être reliées entre elles.
entrée hte

Cap sense
C A/N (3)
sortie (2)
entrée à

MLI (5)
Les commandes
ligne

(0)

(4)
Inutile d’attendre que vous ayez une carte
d’E/S entre les mains pour vous parler
A0 X X X
des commandes dont vous aurez à vous
A1 X X X
servir pour gérer la carte.
Supposons qu’une liaison avec le module A2 X X X
(Bluetooth, Wi-Fi ou USB) soit en service. A3 X X X
C’est qu’il y a une communication sérielle A4 X X X
transparente entre l’appareil Android et A5 X X X X
le microcontrôleur sur la carte d’E/S pour A6 X1 X X
Android. Là, c’est une appli qui permet-
A7 X1 X X pont MLI avec A6
tra d’envoyer des commandes au micro-
B0 X X X X X X
contrôleur. Le micrologiciel les interprète
et agit en conséquence sur les E/S. Ces B1 X X X X X X pont MLI avec B0
ports ont été numérotés d’après les déno- B2 X X X X X
minations du microcontrôleur : A0 à A7, B3 X X X X X
B0 à B7 et C0 à C7 (cf. aussi tableau 3). B4 X1 X1 X X X
On dispose de quatre types de B5 X1 X1 X X X
commandes :
B6 X X X X
B7 X X X X pont MLI avec B6
• W pour Write, permet d’écrire une
valeur donnée sur une broche spé- C0 X1 X compteur
cifique. Format : W broche valeur. C1 X1 X X
Exemple : w a3 1 passe la broche C2 X1 X X pont MLI avec C1
d’E/S A3 au niveau haut. C3 X1 I2C: SCL
• R pour Read, permet de lire la valeur C4 X I2C: SDA
sur une broche déterminée. Format :
C5 X X
R broche. Exemple : r b4 lit la valeur
C6 TX (vers module Bluetooth/Wi-Fi/USB)
de la broche B4. Le microcontrôleur
répond selon le format : C7 RX (d’un module Bluetooth/Wi-Fi/USB)
R broche valeur, donc dans S enregistreur
l’exemple par R B4 1. X horloge
• S pour Settings. On détermine ainsi Y numéro de version/série
la fonction d’une broche. Format : Z réglage global
S broche fonction, la fonction est 1
Possibilité de faire changer la valeur
codée par un nombre. C’est 0 pour

www.elektormagazine.fr septembre 2015 37

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

faire une entrée à haute impédance,


1 crée une entrée avec résistance de
rappel vers le haut « molle » (weak
pull-up). Le 2 détermine une sortie.
Un 3 transforme la broche en entrée
de C A/N, tandis que le 4 en fait une
entrée de capteur capacitif. Avec
un 5, on obtient une sortie MLI. Le 6
est réservé à une fonction spéciale.
Exemple : s b3 3 fait de la broche B3
une entrée de C A/N.
En supplément, on peut encore fixer
d’autres paramètres. À chaque bro-
che sont attribués trois registres
d’état à 8 bits, adressables en faisant
suivre le numéro de broche de 1, 2
ou 3. C’est ainsi que dans l’exemple
s b32 8, le paramètre du deuxième
registre d’état est mis à la valeur 8.
L’état du registre 0 est d’ailleurs la
fonction de la broche précédemment
adressée ; donc s b3 3 est identique
à s b30 3.
• G pour Get, permet de lire un
réglage. Format : g broche. Le micro-
contrôleur, lui répond sous la forme
G Broche valeur. Exemple : g b3
donne G B30 3.
Les commandes et numéros de bro-
ches ne sont pas sensibles à la casse,
Figure 4. Quelques modules compatibles avec la carte d’E/S pour Arduino.
mais le microcontrôleur répond toujours
en lettres capitales. Lors du débogage,
comme le contrôleur répète en écho les
entrées, il est pratique d’écrire les com- Liens
mandes en minuscules, de manière à dis- [1] www.elektormagazine.fr/150057
cerner facilement le texte de l’appareil
Android en petites lettres de celui de la
carte d’E/S en majuscules.

Un document séparé (150057-W) qui


reprend toutes les fonctions est dispo-
nible gratuitement sur [1]. Webinaire sur la carte d’E/S pour Android :
Dans la deuxième partie de cette série, le 17 septembre 2015, l’auteur de ce projet présentera
nous examinerons les modules Bluetooth, un webinaire sur la carte universelle qu’il a développée.
Wi-Fi et USB et nous verrons une appli qui Ne le manquez pas ! La participation est gratuite, il suffit
utilise la carte d’E/S pour Android pour l’in- de s’inscrire à temps sur
solation et la gravure de circuits imprimés.
www.elektor.fr/webinar.
(150057 – version française : Robert Grignard)

38 septembre 2015 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


Carte d’E/S Android

La carte d’E/S Android permet de piloter les ports d’un


microcontrôleur PIC avec un appareil sous Android, par Wi-
Fi, USB ou Bluetooth (versions 2.0 et 4.0). Les classes JAVA
(bibliothèques) spécialement développées pour commander
la carte d’E/S Android permettent de se concentrer sur
l’application plutôt que sur la manipulation des entrées/
sorties. La carte d’E/S Android basée sur un PIC16F1938-I/
SO permet d’accéder aux 25 broches d’E/S.

www.elektor.fr/android-i-o-board

déwatteur
L’ampli qui ne consomme que
la puissance qu’il fournit !
Cet amplificateur de
puissance en classe D est
construit autour d’une
puce audionumérique
spéciale, l’IRS2092. Avec
ce projet sans CMS, donc
très facile à construire,
vous disposerez
de 200 W sur 8 Ω,
mais pratiquement
sans dissipation de
chaleur.

Kit de composants :
www.elektor.fr/d-watt

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

le déwatteur
ampli en classe D
ne consomme que la puissance qu’il fournit
Ton Giesberts (labo d’Elektor)

36 décembre 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

Depuis longtemps, Elektor s’est bâti une


renommée dans le domaine des projets audio.
Pour les nombreux enthousiastes audiophiles,
nous présentons cette fois-ci un nouvel ampli
de puissance en classe D à partir d’une puce
audionumérique spéciale. Vous voulez de la
puissance, 200 W sur 8 Ω, mais pratiquement
sans dissipation de chaleur ? Oubliez les gros
radiateurs !

www.elektormagazine.fr décembre 2016 37

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

jets de référence pour l’IRS2092. Mais


pourquoi réinventer la roue quand on
FLOATING INPUT CSH vous a déjà mâché la besogne ? D’au-
VAA VB
tant que, vous l’avez deviné, notre projet
a finalement abouti à bien mieux qu’un
COMP HIGH

IN- VAA+VSS
SIDE
CS
calque du circuit d’exemple.
2
HO
OTA

GND L’amplificateur
HV
LEVEL VS
Avec une puce conçue spécialement pour
SHIFT HV HV
COMP
LEVEL
FLOATING HIGH SIDE
LEVEL une tâche précise, mieux vaut partir de
SHIFT SHIFT
VCC l’application standard du fabricant, c’est
VSS
vrai pour l’IRS2092 aussi. La note d’ap-
plication AN-1138 [3] fournit une des-
cription détaillée de la puce.
DEAD TIME
CSD LO
La figure 2 vous montre notre version
HV SD DT
de l’ampli, dans laquelle la configuration
LEVEL
SHIFT
COM autour de l’étage pilote IC2 et du double
PROTECTION
CONTROL HV
LEVEL
MOSFET T1 est pratiquement conforme.
VREF
SHIFT LOW SIDE CS T1 est d’un type spécial pour ce genre
OCSET
d’applications, avec deux MOSFET à
DT canal N, rassemblés sous un même boî-
tier. L’IRFI4020H-117P appartient à la
famille Digital Audio MOSFET d’Infineon
Figure 1. Diagramme fonctionnel de la puce numérique IRS2092 de pilotage de l’amplificateur. et se caractérise par un UDS max de 200 V,
un ID cont de 9,1 A et une RDS(on) de 80 mΩ.
Il est parfaitement adapté aux étages
de puissance de 200 à 300 W sur 8 Ω. Il
Il y a déjà trois ans que le dernier pro- Sélection du projet est bien plus facile de monter ce double
jet d’amplificateur de sortie audio a été On n’a pas attendu l’arrivée des puces MOSFET sur un radiateur et le tout sur
publié [1], l’ampli de puissance compact. spécialisées pour faire des amplis en le circuit imprimé.
Un classique étage final en classe AB pour classe D (les anciens se souviennent
un plein de puissance, la distorsion en encore de Woodstock), mais sans elles, La rétroaction entre la sortie et l’entrée
moins. Il a depuis lors convaincu de nom- c’est plus compliqué. Par bonheur, dif- passe par R7/R8, où R8 forme avec C6
breux audiophiles. férents fabricants proposent une solu- un filtre pour les signaux HF. Le gain est
Pour changer, ce projet-ci prend le che- tion mono-puce pour amplificateur en déterminé par (R7+R8)/(R5+R6). L’impé-
min du numérique. Dans un ampli en classe D. Pour de petites puissances, on dance d’entrée dépend sur cet amplifica-
classe D, les transistors de sortie com- trouve quantité de puces, mais si vous teur inverseur de R5 + R6, elle est assez
mutent en permanence à une assez haute cherchez une grande puissance conju- basse, environ 3,3 kΩ. C’est pourquoi il
fréquence. Un modulateur de largeur guée à une bonne qualité, le choix s’ame- est précédé d’un étage tampon, l’ampli
d’impulsion traduit la grandeur du signal nuise. Nous avons découvert une solu- op IC1A, un modèle rapide AD8031ANZ
analogique d’entrée en une largeur équi- tion épatante avec une puce développée à excursion totale en tension. Le cavalier
valente d’impulsions positives et néga- par International Rectifier (aujourd’hui JP1 définit laquelle des deux entrées est
tives pour constituer le signal de sortie. Infineon), l’IRS2092. Sous l’appellation branchée. L’impédance d’entrée de l’ampli
Là, un filtre éliminera la haute fréquence de Protected Digital Audio Amplifier, ce op s’élève à 11 kΩ. Le gain est actuelle-
pour ne laisser passer que le signal analo- DIP à 16 broches contient tout le néces- ment de un, mais vous pouvez le modifier
gique amplifié pour le haut-parleur. Avec saire à la construction d’un ampli de qua- en changeant R3 : A =R4/R3 + 1. Il est
pareil traitement numérique, on y gagne lité en classe D relativement simple, il ne alimenté par les stabilisateurs ±5 V qui
énormément en rendement, ce qui limite lui manque que quelques transistors de fournissent aussi les tensions auxiliaires
considérablement la dissipation d’énergie puissance. Il dispose des pilotes de grille pour IC2, nous y reviendrons.
et… la dimension du radiateur. capables de fournir un fort courant aux Presque chaque composant autour de
Tout tourne principalement autour d’une MOSFET de puissance qui suivent, d’un IC2 détermine un paramètre. Certaines
puce à 16 broches pour piloter un double modulateur MLI à autoamorçage, d’une résistances définissent les deux tensions
MOSFET de puissance. De concert avec protection bidirectionnelle en courant,
une panoplie de sécurités, l’ensemble d’une temporisation programmable de
repose sur un unique circuit imprimé, il temps mort pour la commande de MOS-
ne vous reste qu’à lui fournir l’alimen- FET, il supporte aussi des fréquences
tation (stabilisée). Le projet ne compte jusqu’à 800 kHz. Son diagramme fonc- Figure 2. Le schéma complet de l’amplificateur
aucun CMS, sa construction est donc très tionnel est à la figure 1. Infineon offre, en classe D. Au-dessus, l’ampli proprement dit,
facile et vous pourrez encore y ajouter outre la fiche technique [2], une série de en bas, les sécurités et le circuit de démarrage
votre grain de sel. notes d’application et de nombreux pro- en douceur.

38 décembre 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


39
décembre 2016
+VP R7 R8
120k 1k
R30 R31
R12 C6
+5V

10R
10k
IC3 +5V
1k8

2W +12V 150p +VP

www.elektormagazine.fr
7805 R10 D6 T2 TIP122G
1 3 R16
D4 4R7
IC5 +12V
10R

C17 C16 R21


R15 D7 C22 C23
MUR120G 7812
2

33k

1u 100n 1 3
10R

18V 100n 680u


1W3 50V C10 C11 BAV21 D10
VCC C20 -VP 100V C33 C32 C31

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


2
U 50V 10u 100n 10u R22

OCPH=19.5A
R24
50V 18V 1u 10u 100n
1 12 15 1W3 50V 50V
JP1

8k2

10k
U = unbuffered VAA VCC VB
B = buffered C4 R5 R6
U 3 16
330R 3k0 IN- CSH
+5V -5V B C7 C21 R23 -VP
10u C5 T1 +VP
C26 C27 C28

10k
2x D1 D2 +5V 1n 22u
1N4148 AD8031ANZ 1n 50V R25 D8
R9 C8 14 100n 100n 100n
B R1 HO 18R 2x
3 C2 L1
470R

1k C15 1N4007 RE1B


6 1n 4 13 K1
IC1 7
100n P1
COMP IC2 VS
R28
2
2 22µH
R2 IC1 10n C9 IRS2092PBF D9 1 LS+
R27
projet de lecteur

C1 C3 C29

10R
4 R26
R29
10k

R4 1n 11
LO 18R

1R
1n 2k 100n 1k 2 470n

2k2
GND
R3 1W -VP
-5V IRFI4020H-117P 2W
10
-5V COM
NM

C30
VCC K2
C24 C25 2
D5 R11 5
C19 C18 R14 CSD R19 -VP 100n 1 LS-
C14 100n 680u
10R VSS VREF OCSET DT
2k2

100V
1

1u

5k6
18V 100n
50V 50V 10u 6 7 8 9
1W3 2 3 R17
R13 6k8
7905 R18 R20
D3 C12 C13
IC4 -5V
1k8

NM
3k0
2W 1N4007 50V 10u 100n +VP
+5V OCPL=19.5A
-VP +VP
-VP D16
K3
projet labs

R37 Ext. R43 R44 R45 +5V R49 R51 0W5 2


Test DC
1 +

10k
68V

820k
T5

15k

22k

22k
R48

2k7
R53

22k
T9

47k
JP2 D12
D13 RE1A T12
HS1 BC557C R54 K4

CSD
D11 Ext. Amp. T11 10k 2
R32 R33 1N4148 R38
+5V RT314048 D17 1 0
5520 Ω
4x R35 T7 R39 R41 1N4148 4x

4k7

15k

22k
BC547C BC547C R50 R52
T8 1N4148

6k8

22k
D14

1M
1N4148

120k
10k
Over-Voltage Protection
K5
R34 T10 2
D15
R36
C34
R40 C35 R42
IRFD 1 –
T3 T4 T6

10k
210PBF 0W5

10M
10k

4k7
2u2 68V
100u 50V R46 R47 –VP
10k 150k
Under-Voltage Protection 150115 - 11
-5V -VP
découvrir créer partager

limites, le temps mort, le pilotage du l’IRS2092 en cas de perte de l’alimenta- Le temps mort DT, celui durant lequel on
MOSFET côté supérieur et la rétroaction tion négative. force les deux MOSFET à bloquer pour
depuis la sortie. La tension d’alimentation négative sur la éviter que de fortes pointes de courant n’y
Il faut au modulateur deux tensions broche VCC, utilisée pour la commande circulent en même temps, est programmé
symétriques de plus et moins 5 V. Elles du MOSFET d’en bas, vaut 12 V de plus par le diviseur R19/R20 en quatre pas :
ne sont pas prélevées simplement des que −VP, la tension négative principale. 105, 65, 40 et 25 ns. Nous avons choisi le
sources principales par résistance et Comme cette ligne doit supporter un cou- temps mort le plus court, 25 ns en élimi-
Zener, mais passent par une stabilisation rant plus élevé que celle des tensions nant R20. Allonger le temps mort entraîne
séparée des œuvres de IC3 et IC4 pour auxiliaires, son circuit de stabilisation une augmentation considérable de la dis-
leur garantir la qualité suffisante, surtout comporte en plus, en série avec IC5, un torsion harmonique (DHT) aux fréquences
si l’alimentation principale n’est pas bien Darlington de puissance (T2). C’est lui élevées ! Notez toutefois qu’un MOS-
stabilisée. Pour limiter à un niveau sûr qui prend en charge le surplus de puis- FET met habituellement deux fois plus
les tensions d’entrée des stabilisateurs sance à dissiper. La broche VCC de IC2 de temps à bloquer qu’à conduire. Les
et la dissipation, il y a aux entrées les est découplée localement par C20 et R15. résistances R25 et R26 réduisent dans
diodes Zener D4 et D5 (les tensions d’ali- La tension d’alimentation positive (flot- les deux sens les courants de et vers les
mentation peuvent s’élever à maximum tante) VB de IC2 sert à la commande du grilles des MOSFET de puissance. Les cou-
±70 V). Aux raccordements des tensions MOSFET du haut. Cette broche est reliée rants de court-circuit des pilotes de grille
auxiliaires VAA et VSS sur la puce, un à un circuit auto-élévateur composé de s’élèvent à 1 A fourni et 1,2 A absorbé.
découplage supplémentaire composé de R16/D6/C21 et R21, cette dernière est Avec 18 Ω pour R25 et R26, les courants
R10/C10/C11 et R11/C12/C13 évite toute requise pour la charge de C21 avant le de pointe de charge et décharge sont
influence des commutations à HF sur les démarrage de la MLI. La résistance R16 limités aux alentours de 0,5 A.
deux stabilisateurs. La diode D3 protège limite les pointes de courant.
Le diviseur de tension R17/R18 détermine
le seuil de limitation de courant dans le
côté bas. La caractéristique RDS(on) des
Résultats de mesure sorties des MOSFET est ici utilisée pour
Mesures faites sur la version 6/8 Ω avec alimentation ±60 V mesurer le courant. Le coefficient de tem-
(Hypex SMPS400A400), B = 22 kHz, R7 = 100 kΩ
pérature positif de la RDS(on) du MOSFET
• Sensibilité d’entrée : 1,3 V (189 W/8 Ω, DHT+b = 1 %) a l’avantage de réduire le courant limite
1,25 V (174 W/8 Ω, DHT+b = 0,1 %) quand la température du MOSET s’élève.
• Impédance d’entrée : 3,33 kΩ /11 kΩ L’IRS2092 dispose d’une référence de
• Puissance de sortie permanente : 174 W sur 8 Ω (DHT+b = 0,1 %, 1 kHz) tension interne de 5,1 V (VREF, broche 7)
189 W sur 8 Ω (DHT+b = 1 %, 1 kHz) pour le réglage précis du seuil de courant.
224 W sur 6 Ω (DHT+b = 0,1 %, 1 kHz) Il y a malheureusement une assez grande
246 W sur 6 Ω (DHT+b = 1 %, 1 kHz) tolérance sur la résistance drain/source
• Largeur de bande de puissance : 5 Hz (−3 dB) à 20 kHz (±1 dB) d’un MOSFET. Avec une tension de grille
• Vitesse de balayage : 15 V/µs (8 Ω) à source de 10 V, la RDS(on) du MOSFET
utilisé présente une valeur typique de
• Temps de montée : 4,4 µs (8 Ω)
80 mΩ et maximale de 100 mΩ à 25 °C.
• Rapport signal/bruit : > 77 dB (linéaire, B = 22 Hz à 22 kHz)
La R DS(on) grimpe à plus de 175 mΩ à
(référence 1 W/8 Ω) > 80 dBA
125 °C. Sur ce projet, nous avons réglé
• Distorsion harmonique + bruit : 0,014 % (1 kHz, 1 W/8 Ω)
la tension de seuil à 1,56 V pour laquelle
(B = 22 kHz) 0,004 % (1 kHz, 50 W/8 Ω)
le seuil de courant s’établit typiquement
0,024 % (1 kHz, 1 W/6 Ω)
à 19,5 A pour une température de jonc-
0,0046 % (1 kHz, 50 W/6 Ω)
tion de 25 °C. À 125 °C, le seuil s’abaisse
• Distorsion d’intermodulation : 0,013 % (1 W/8 Ω)
à environ 8,7 A. Si le courant de sortie
(50 Hz : 7 kHz, 4 : 1) 0,023 % (50 W/8 Ω) devient trop fort, l’IRS2092 le bloque et
0,013 % (1 W/6 Ω) les sorties LO et HO sont mises au niveau
0,017 % (50 W/6 Ω) bas pour protéger le MOSFET.
• Distorsion IM dynamique : 0,037 % (1 W/8 Ω) Le seuil de limitation de courant du côté
(3,15 kHz carré + 15 kHz sinus) 0,009 % (50 W/8 Ω) haut est réglé par la broche 16, CSH. Elle
0,043 % (1 W/6 Ω) a une tension de seuil fixe à 1,2 V par
0,008 % (50 W/6 Ω) rapport à VS (broche 13).
• Facteur d’amortissement : 174 (1 kHz, 8 Ω)
• Rendement à pleine puissance : 93 % sur 8 Ω En plus de la limitation de courant côté
(THD+N = 0,1 %) 94 % sur 6 Ω haut par un diviseur de tension, il faut
• Protection CC : +3/−4 V la diode de blocage D7 pour empêcher
• Décalage CC en sortie : < 0,3 mV qu’une tension trop élevée parvienne à
• Retard à l’enclenchement : 6 s la broche CSH en cas de déconnexion
du côté haut. En raison de la chute de

40 décembre 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

cet étage final de puissance en classe D ne consomme que ce qu’il restitue

tension de 0,6 V quand D7 conduit, la tion. Mieux vaut alors adapter l’ampli et règne une trop haute tension, en vue de
tension drain/source du MOSFET d’en employer une autre tension d’alimenta- protéger l’enceinte qui y est branchée. La
haut se situe encore 0,6 V plus haut. tion, comme l’indique l’encadré Configu- protection en continu réagit sur quelques
La résistance R24 fournit un courant de ration sur 4 Ω. volts. Cette valeur relativement haute
polarisation à D7 quand le MOSFET d’en tient compte du fait qu’en sortie de l’am-
haut est commuté. Le diviseur de tension Protections plificateur, toute tension continue ne peut
R22/R23 réduit la tension sur le MOSFET Nous avons complété les protections s’y manifester que si aucune charge n’y
d’en haut et sur D7. Donc, si nous vou- incorporées pour l’IRS2092 par quelques est connectée et que l’IRS2092 est coupé.
lons y régler le même seuil qu’en bas, circuits supplémentaires : une protec- Il subsiste manifestement un courant de
il faut tenir compte de D7. On obtient tion contre les surtensions sur les deux repos en sortie de la broche VS quand
alors une valeur de 10 kΩ pour R23 et alimentations, une protection contre la l’IRS2092 est en mode de fermeture.
8 kΩ (arrondi à 8,2 kΩ) pour R22. Vous sous-tension (en double aussi) et une
trouverez le calcul dans la description de sécurité en continu par démarrage en Ce sont R38/R39/R40/C34/T6/T7 qui
cet amplificateur sur le site du labo [4]. douceur. Chacune de ces protections peut charpentent la protection en continu. Le
Le signal MLI en sortie des MOSFET passe faire chuter le relais de sortie et débran- diviseur de tension R39/R40 en définit
par le filtre du second ordre composé cher l’IRS2092. le seuil d’activation. Avec les valeurs de
de la bobine à noyau torique L1 et le
condensateur C29. Suit encore le réseau La protection en continu
de Boucherot R28/C30 qui assure à l’am- fait en sorte que la sor-
pli une charge de sortie suffisante aux tie soit isolée dès qu’il y
fréquences élevées.

Les condensateurs C22 à C28 forment le


découplage indispensable de l’alimenta-
tion. Comme sur tout amplificateur en
classe D, il se peut qu’un phénomène de
bus pumping se produise, qui renvoie de
l’énergie du filtre de sortie vers l’alimenta-
tion. Il survient surtout à haut niveau, en
basse fréquence et avec des impédances
de charge basses. Avec une alim à décou-
page stabilisée, il peut rendre instable la
rétroaction de la régulation. La meilleure
façon d’étouffer une éventuelle montée
de la tension d’alimentation est d’installer
de gros condensateurs en parallèle sur
les lignes d’alimentation. Commencez par
un électrolytique de 10 000 µF/100 V sur
chacune d’elles. Faites-le avec diplomatie,
la plupart des alimentations à découpage
n’apprécient pas les charges capacitives
trop élevées, consultez les spécifications
du constructeur.

La tension d’alimentation de l’ampli-


ficateur se monte à ±60 V pour une
version à 6/8 Ω (pour R7, le mieux est
de prendre une valeur de 100 kΩ).
Le maximum se situe près de ±70 V,
mais alors, la distorsion augmente
du fait de la présence accrue de la
composante MLI dans le signal de
rétroaction. Si vous utilisez l’ampli
avec une charge de 4 Ω, l’alimen-
tation ira régulièrement en limita-

www.elektormagazine.fr décembre 2016 41

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

Liste des composants CD15FD151JO3F) IC1 = AD8031ANZ


C10, C12, C14, C20, C32 = 10 µF/50 V, 20 %, IC2 = IRS2092PBF
Résistances : 5×11 mm, au pas de 2 mm IC3 = MC7805CTG
(5 %, 0,25 W, sauf mention contraire) C15 = 10 nF/100 V, 10 %, X7R, IC4 = MC7905ACTG
R1, R8 = 1 kΩ au pas de 5,08 mm IC5 = MC7812CTG
R2, R23, R24, R30, R34, R36, R37, R46, R50, C17, C19, C33 = 1 µF/50 V, 20 %, 5×11 mm,
R54 = 10 kΩ au pas de 2 mm Divers :
R3, R20 = non installées C21 = 22 µF/50 V, 20 %, 5x11 mm, K1, K2, K3, K4, K5 = connecteur mâle plat
R4 = 2 kΩ, 1 % au pas de 2 mm Faston encartable, 6,35 × 0,81 mm,
R5 = 330 Ω C22, C24 = 100 nF/250 V, 10 %, MKT, au pas de 5,08 mm
R6, R18 = 3 kΩ, 1 % 4×10 mm, au pas de 7,5 mm JP1, JP2 = embase à 3 picots
R7, R52 = 120 kΩ (TDK B32520C3104K000) au pas de 2,54 mm, avec cavaliers
R9 = 470 Ω C23, C25 = 680 µF/100 V, 20 %, 28 mΩ/ RE1 = relais encartable SPCO, 16 A,
R10, R11, R15, R31 = 10 Ω 2,57 A, 18×40 mm, au pas de 7,5 mm 48 V/5,52 kΩ
R12, R13 = 1,8 kΩ 2 W (Rubycon 100ZL680MEFC18X40) (TE Connectivity/Schrack RT314048)
R14 = 2,2 kΩ C26 = 100 nF/200 V, 10 %, X7R, au pas de HS1 = radiateur encartable 2,6 K/W, distance
R16 = 4,7 Ω 5,08 mm (Kemet C330C104K2R5TA) entre 2 broches de montage 25,4 mm
R17, R35 = 6,8 kΩ C27, C28, C30 = 100 nF/400 V, 5 %, (Aavid Thermalloy 530002B02500G)
R19 = 5,6 kΩ polypropylène, au pas de 15 mm radiateur pour IC4/IC5/T2 : plaque d’alumi-
R21 = 33 kΩ (TDK B32652A4104J000) nium de 27 × 90 mm, 2 mm d’épaisseur
R22 = 8,2 kΩ C29 = 470 nF/400 V, 5 %, polypropylène, au radiateur pour IC3 : plaque d’aluminium
R25, R26 = 18 Ω pas de 15 mm (TDK B32652A4474J000) de 30 × 30 mm, 1 ou 2 mm d’épaisseur
R27 = 1 Ω, 1 W C34 = 100 µF/10 V bipolaire, 20 %, matériel d’isolation (pastille thermique TO-
R28 = 10 Ω 1 W au pas de 2,5/3,5 mm, diam. max. 8 mm 220 + anneau isolant TO-220) pour T2, IC3,
R29 = 2,2 kΩ 2 W C35 = 2,2 µF/50 V, 5x11 mm, IC4, IC5
R32, R40 = 4,7 kΩ au pas de 2 mm 6× broche à souder diam. 1,3 mm
R33, R43 = 15 kΩ support pour CI DIP-16
R38, R39, R45, R48, R51 = 22 kΩ Inductances : support pour CI DIP-8
R41 = 1 MΩ L1 = noyau torique 22 µH, T130-2 circuit imprimé 150115-1 ou
R42 = 10 MΩ (Micrometals), max. 20×40 mm (2 m fil de kit complet avec circuit imprimé (mono),
R44 = 2,7 kΩ cuivre émaillé de 1,5 mm de diam.) sans alimentation 150115-71
R47 = 150 kΩ
R49 = 820 kΩ Semi-conducteurs : Nécessaire au raccordement
R53 = 47 kΩ D1, D2, D11, D13, D14, D17 = 1N4148 d’une alimentation Hypex SMPS400A400 :
P1 = potentiomètre d’ajustage 1 kΩ D3, D8, D9 = 1N4007 1× boîtier connecteur à 1 rangée droite de
vis au-dessus D4, D5, D10 = BZX85C18 SB00018/E1, 5 contacts femelles JST série VHR pour
diode Zener 18 V/1,3 W connecteur encartable au pas de 3,96 mm
Condensateurs : D15, D16 = BZX55C68-TR, diode Zener (RS Components 820-1188, ensemble de 5)
C1, C5, C7, C8, C9 = 1 nF/63 V, 1 %, 68 V/0,5 W (ou BZX79-C68 de NXP) 1× boîtier connecteur JST au pas de 3,96 mm,
polystyrène, au pas de 7,18 mm D6 = MUR120G (200 V/1 A) 1 rangée droite de 3 contacts femelles série
(LCR Components EXFS/HR 1 000 pF ±1 %) D7 = BAV21 (250 V/250 mA) VHR encartable, (RS Components 820-1175,
C2, C3, C11, C13, C16, C18, C31 = D12 = LED verte, 3 mm ensemble de 5)
100 nF/50 V, 10 %, X7R, au pas de 5,08 mm T1 = IRFI4020H-117P 5× cordon JST sertissage vers sertissage
C4 = 10 µF/63 V, 10 %, MKT, T2 = TIP122G (RS Components 820-1135, ensemble de 5)
au pas de 15 mm T3, T4, T6, T7, T9, T10, T11, T12 = BC547C 3× connecteur isolé Faston femelle,
C6 = 150 pF/500 V, 5 %, mica T5 = BC557C au pas de 6,35 mm
argenté, au pas de 5,9 mm (Cornell Dubilier T8 = IRFD210PBF

42 décembre 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

résistances indiquées, il se situe entre


+3 V et −4 V. Les niveaux choisis diver-
gent vers le haut par rapport à l’habitude,
mais ne risquent pas de porter atteinte au
système de haut-parleurs. Si jamais T6 ou
T7 entre en conduction sous une tension
d’alimentation trop haute, T5 deviendra
immédiatement passant et activera à son
tour T4, lequel décharge le condensateur
électrolytique C35 de manière à bloquer
le MOSFET T8 et faire chuter le relais.
Simultanément, l’IRS2092 est mis hors
tension par la décharge de C14 à tra-
vers T3 sur la broche CSD. Ce transis-
Figure 4. Il y a deux petites plaques d’aluminium Figure 5. La bobine de 45 spires de fil de cuivre
tor travaille en adaptateur de niveau. La
de 1 et 2 mm d’épaisseur à faire soi-même, la doit être enroulée selon une technique éprouvée
diode D11 près de T5 est là pour empê- plus petite pour IC3, la plus grande pour IC4, pour limiter autant que possible la capacité
cher que T3 conduise en permanence à IC5 et T2. parasite.
cause de R35.
C’est un petit MOSFET qui active le relais,
il facilite le travail du circuit de temporisa- d’une surtension, mais pas suffisamment des composants traversants à installer,
tion d’allumage, le condensateur C35 peut pour le faire conduire. chacun de vous pourra donc aisément
ainsi garder des proportions raisonnables construire l’amplificateur, le modifier, y
pour assurer avec R41 la constante de La protection contre la sous-tension est mener des expériences.
temps voulue et se faire décharger plus plus complexe, elle est aussi responsable Vous pouvez acheter à l’e-choppe un cir-
vite par T4. de faire chuter le relais lors de l’extinc- cuit imprimé nu, mais nous proposons
L’embase JP2 permet de tester la sécurité tion de l’amplificateur pour éviter le bruit aussi un kit (150115-71) qui comprend
du courant continu. En service normal, de choc dans les enceintes. Au lieu de le circuit imprimé, tous les composants
le cavalier est mis sur « Amp ». Pour deux Zener, ce sont des transistors, T10 nécessaires et les radiateurs. Les trous
changer le niveau du continu ou essayer et T11, qui s’occupent ici de la détec- restent à forer.
une autre valeur pour R40, on le place tion. Ils sont tous deux passants tant
sur « Ext. Test DC » pour y brancher une que les deux tensions d’alimentation sont La plupart des composants se montent
alim continue réglable. assez hautes, d’où T9 bloque. Sinon, T9 sans la moindre difficulté. Il ne faut pas
se met à conduire et, par l’intermédiaire encore installer T1.
Le courant maximal de drain du double de T5, T4 et T8, le relais est désactivé. Utilisez pour les deux puces, IC1 et IC2,
MOSFET IRFI4020H-117P est de 9,1 A D14 empêche la conduction de T11 quand des supports de qualité, de préférence
(T C = 25 °C). À une température de T10 est à saturation, auquel cas, le col- avec des contacts de précision. Pour les
100 °C, il n’est plus que de 5,7 A. lecteur de T10 est à −0,6 V, niveau qui condensateurs du modulateur MLI et les
Aussi, avons-nous ajouté une sécurité serait celui de l’émetteur de T11 en l’ab- découplages HF du signal d’entrée audio
anti-surtension qui limite la dissipation sence de D14, avec pour conséquence (C1/C5/C7/C8/C9), il est important qu’ils
pour une tension d’alimentation supé- qu’il continuerait de conduire avec une soient de la meilleure qualité. Raison pour
rieure. Cet amplificateur est conçu pour très basse tension d’alimentation. La laquelle il y a sur le circuit imprimé beau-
tolérer une tension maximale de ±70 V. sécurité contre la sous-tension positive coup de place disponible pour y loger
La sécurité anti-surtension, basée sur les serait alors compromise. Ce sont les divi- des modèles au polystyrène, au polypro-
deux diodes Zener D15 et D16, réagit à seurs de tension R49/R50 pour le positif pylène ou au polyester ordinaire. Pour
environ ±75 V. Selon les résistances en et R47/R46 pour le négatif qui fixent les le découplage de la ligne de rétroaction
série R52 et R53, le transistor T12 se met seuils de détection. Les valeurs de R49 et (C6), nous préconisons même une version
à conduire pour une trop forte tension R47 dépendent aussi du courant de base au mica argenté de 150 pF/500 V. Toute
positive ou négative et, comme pour la de T11 et du courant d’émetteur de T10. autre technologie est déconseillée. Pour
protection en continu, met T5 en conduc- Avec les valeurs données dans le schéma, le condensateur C4 à l’entrée, il faut bien
tion pour désactiver le relais par T4 et la sécurité réagira à toute tension infé- se résoudre à utiliser une exécution au
T8. La diode D17 permet la détection côté rieure à ±40 V environ. standard MKT, un polypropylène aurait
positif ; sans elle, la tension sur l’émet- une trop grande dimension, trop vulné-
teur de T12 monterait effectivement lors Construction : rable aux parasites.
trois radiateurs et une bobine Il ne faut au régulateur de tension IC3
La figure 3 représente le circuit imprimé qu’un petit radiateur à fabriquer soi-
pour l’amplificateur en classe D. Il est même dans un morceau d’aluminium
Figure 3. L’amplificateur au grand complet se relativement grand, mais tous les radia- de 1 mm d’épaisseur, une surface de
trouve sur le même circuit imprimé, radiateurs teurs nécessaires y sont, nul besoin de 30 × 30 cm suffira. Il n’est pas nécessaire
compris. Il n’a besoin d’aucun refroidissement grande et lourde plaque de refroidisse- d’isoler le régulateur, la surface de refroi-
complémentaire. ment à l’extérieur. De plus, il n’y a que dissement est reliée à la masse. Installez

www.elektormagazine.fr décembre 2016 43

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

Quelques caractéristiques mesurées +3


Audio Precision

+2
Instrument de mesure : Audio Precision System +1

Two Cascade Plus 2722 Dual Domain -0

-1

-2

-3
d
B -4
r
-5
Image A A
-6

Ici, l’amplitude est mesurée en fonction de la fréquence pour des charges -7

-8

de 4, 6 et 8 Ω. La courbe près de 20 kHz montre que les caractéristiques -9

-10
du filtre de sortie constituent un bon compromis pour les différentes -11

impédances. Entre 10 et 20 kHz, la déviation est d’environ ±1 dB. Sur A


-12
10 20 50 100 200 500 1k 2k 5k 10k 20k 50k 100k
Hz
8 Ω (cyan), la fréquence de résonance du filtre de sortie est facilement
identifiable. Sur 6 Ω (vert), la courbe reste pratiquement plate et sur 4 Ω Audio Precision
10
(bleu), la fréquence de coupure est un peu plus basse. 5

0.5

Image B 0.2

Distorsion harmonique totale plus bruit (DHT+b) à 1 W et 50 W, sur % 0.1

0.05
une charge de 8 Ω et pour des largeurs de bande de 22 kHz et 80 kHz.
0.02

D’habitude, on ne dévoile pas de larges bandes passantes dans les fiches 0.01

techniques des étages de puissance en classe D, parce que la fréquence 0.005

0.002
de commutation y joue un rôle prépondérant. L’amplificateur produit 0.001

B
20 50 100 200 500 1k 2k 5k 10k 20k
effectivement des signaux au-dessus de 22 kHz, il est donc honnête de Hz

montrer ce qui s’y passe, même si on ne peut pas l’entendre. La courbe en


rouge représente la DHT+b à 50 W, mesurée avec une largeur de bande Audio Precision
+0

de 22 kHz. La courbe en bleu est mesurée à la même puissance, mais sur -10

-20
une largeur de bande de 80 kHz. La courbe en cyan montre la DHT+b à -30

1 W et sur une bande passante de 22 kHz, enfin, la courbe verte présente -40

-50

la DHT+b à 1 W et 80 kHz de largeur de bande. Toutes les mesures ont d


-60

B -70
été effectuées avec un filtre passe-bas elliptique d’ordre neuf dont la r
-80
A
fréquence de coupure est de 200 kHz, placé devant l’entrée de l’analyseur, -90

-100

de manière à éliminer les résidus de la modulation de largeur d’impulsion -110

de l’amplificateur.
-120

-130

-140

C
-150
10 20 50 100 200 500 1k 2k 5k 10k 20k 50k 100k
Hz

Image C
La FFT de 1 kHz à 1 W/8 Ω. Pas d’harmoniques visibles, sauf à bien y +0
Audio Precision

regarder, encore une harmonique deux dans le bruit. La DTH+b est à -10

-20
0,014 % et là, il n’y a que du bruit. Dans cette FFT et dans la suivante, la -30

fréquence de commutation de l’alimentation Hypex utilisée est bien visible -40

-50

près du 90 kHz (selon la fiche technique du fabricant, elle se situe entre d


-60

B -70
80 et 120 kHz), mais elle est à très bas niveau, −82 dB, aucun souci à se r
-80
A
faire. -100
-90

-110

-120

-130

Image D -140

D
-150

La même FFT que dans C, mais ici, nous sommes à une puissance de
10 20 50 100 200 500 1k 2k 5k 10k 20k 50k 100k
Hz

50 W/8 Ω. Quelques harmoniques sont visibles. La DHT+b est maintenant


à 0,004 %. La fréquence de commutation est tombée au niveau Audio Precision
insignifiant de −96 dB. 10
5

2
1
0.5

Image E 0.2
% 0.1
La DHT+b en fonction de la puissance de sortie (1 kHz/8 Ω, B = 22 kHz). 0.05

La largeur de bande de mesure est ici réduite pour mieux suivre l’évolution 0.02

de la distorsion. À partir de 50 W environ, la distorsion s’élève peu à peu. 0.01


0.005

Avec une tension d’alimentation nominale, l’amplificateur peut délivrer un 0.002

bon 200 W. 0.001


1m 2m 5m 10m 20m 50m 200m 500m 1 2 5 10 20 50 100 300

E W

44 décembre 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

la plaque contre le régulateur pour qu’elle un boîtier totalement synthétique, il n’y a La bobine de sortie
vienne quelques millimètres au-dessus donc pas lieu de l’isoler. Montez d’abord Votre travail le plus « dur » sera sans
du circuit imprimé, sans occulter le trou le radiateur sur le circuit imprimé, endui- doute la fabrication de la bobine du filtre
de fixation du coin (voyez à la figure 4). sez l’arrière de T1 d’une mince couche de sortie. Vous devrez la bobiner à la
de pâte thermique et insérez les broches main sur un noyau torique de 33 mm de
IC4, IC5 et T2 sont montés sur une même dans les trous appropriés. Appuyez-le diamètre avec du fil de cuivre émaillé
plaque d’aluminium de 2 mm d’épaisseur, contre le radiateur au moyen d’une vis de 1,5 mm. Le noyau Micrometals choisi
dimensions 27 × 90 mm, dont une partie de 12 mm de long, une rondelle plate, pour son excellente linéarité est fait de
est pliée à 65 mm (figure 4). Installez une rondelle éventail et un écrou. Vérifiez poudre de fer, il ne donne qu’un minimum
cette plaque contre les trois semi-conduc- que ses pattes sont bien dans le circuit de distorsion. L’inconvénient de ce maté-
teurs pour qu’elle vienne au moins 5 mm imprimé et ne sont pas tordues et fixez-le riau est sa faible perméabilité, il lui faut
au-dessus du circuit imprimé pour éviter définitivement. Ce n’est qu’alors que vous donc un grand nombre de spires pour
tout contact avec d’autres composants. pourrez souder les pattes du MOSFET sur atteindre la valeur d’inductance requise.
Ces trois semi-conducteurs doivent être le circuit imprimé. Pour réaliser le bobinage, il vous faudra
isolés, IC5 et T2 se placent l’un en face 2 m de fil de cuivre émaillé de 1,5 mm
de l’autre et se fixent dans le même de diamètre, de quoi revêtir le noyau de
trou ! La position de ces trous dans la 45 spires. Elles ne tiendront pas toutes
plaque : ils sont distants l’un de l’autre sur une seule couche à l’intérieur du
de 40 mm, IC4 se trouve à 14 mm du noyau. Comme il importe de main-
bord du circuit imprimé. À vous de voir tenir la capacité parasite à un
à quelle hauteur les forer. minimum, il faut enrouler les
Venons-en au radiateur pour T1. Ce spires d’une certaine façon.
double MOSFET de puissance est dans Le deuxième enrou-

Configuration sur 4 Ω

Pour utiliser l’amplificateur avec une charge


de 4 Ω, nous préconisons l’usage d’un autre type de
MOSFET pour T1, un IRFI4212-117P. Auquel cas, la tension
d’alimentation ne doit pas dépasser ±46 V.
Il y a en outre quelques modifications à faire. Régler la limitation de
courant à une valeur supérieure, R17 passe alors à 6,2 kΩ, R18 à 3,9 kΩ
et R22 à 12 kΩ. La limite de courant devient ainsi 15,33 A et la charge peut
descendre à 3 Ω.
Le relais de 48 V peut maintenant se brancher directement sur la source
d’alimentation, R44 est remplacée par un pont de câblage. Il convient aussi
d’adapter la rétroaction : R7 descend à 75 kΩ.
En service continu à pleine puissance sur 3 Ω, la protection en courant déclenche
après quelques secondes, parce que la température du radiateur de IC1 – malgré
le haut rendement – s’élève trop. On conseille alors de le doter d’un plus grand
radiateur (il n’est pas livrable dans le kit prévu).
Sur le site du labo [4], vous trouverez de nombreuses mesures pour la
configuration de 4 Ω. Vous y verrez entre autres que l’amplificateur peut fournir
243 W sur 4 Ω avec 1 % de distorsion et même 297 W sur 3 Ω.

www.elektormagazine.fr décembre 2016 45

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

lement est posé sur le premier à l’inté- l’isolant du fil. classe D. Nous avons retenu le modèle
rieur du noyau. À l’extérieur, en revanche, Vous aurez alors une bobine d’une induc- SMPS400A400 qui fournit 400 W à 20 Hz
les spires sont jointives par rapport au tance de 33 µH et d’une résistance d’envi- pour une tension nominale de ±64 V. Et
premier. La troisième couche vient de ron 20 mΩ, à placer verticalement sur le avec la faiblesse du secteur dans notre
nouveau à côté de la première à l’inté- circuit imprimé pour la souder à demeure. labo, nous arrivons à peine à ±60 V. Avec
rieur du noyau et à côté de la deuxième à Et voilà votre carte d’amplificateur prête ! cette alim, l’amplificateur est à l’aise sous
l’extérieur. On recommence la même pro- une charge de 6 à 8 Ω tandis qu’à de plus
cédure pour la quatrième couche. Quand Alimentation et insertion basses impédances, il vaut mieux l’adap-
on est arrivé de cette façon à 45 spires, Vient le moment de monter le circuit ter, selon l’encadré, pour éviter d’éven-
les deux extrémités du fil de cuivre se imprimé avec une alimentation adéquate tuelles interruptions à forte puissance.
trouvent de part et d’autre du noyau. Il dans un joli boîtier.
faudra peut-être un peu improviser ou Il est évidemment possible de choisir une La figure 6 vous montre comment
bidouiller pour avoir les 45 spires les unes alimentation classique à gros transfor- assembler deux circuits imprimés d’am-
près des autres, vous aurez sûrement mateur, redresseur en pont et conden- plificateur et deux alimentations Hypex
compris le but de la manœuvre. Ser- sateurs électrolytiques, mais elle ne sied dans un boîtier standard. Le câblage y est
vez-vous aussi de la photo de la bobine pas vraiment à une version moderne de assez succinct, vu que tout est ramené
terminée à la figure 5. Autant le savoir l’amplificateur en classe D. En outre, cet à un seul circuit imprimé.
d’avance, du fil de cuivre de 1,5 mm ampli donne des résultats de mesure Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir
d’épaisseur, c’est assez rigide : il ne se nettement meilleurs avec une alimen- avec ce puissant déwatteur finalement
laisse pas facilement plier. Il faut tra- tation stabilisée. C’est pourquoi nous très cool ! Vous trouverez sur le site du
vailler prudemment pour bien serrer les avons associé notre ampli à une alimen- labo [4] de plus amples informations et
spires autour du noyau, mais sans utiliser tation à découpage de la firme néerlan- encore d’autres résultats de mesure.
d’outil métallique pour daise Hypex, développée spécialement (150115 – version française : Robert Grignard)
ne pas endommager pour des amplis de puissance en

Figure 6. Deux cartes d’amplificateur et deux modules d’alimentation à


découpage sont ici rassemblés dans un boîtier.

Liens
[1]  www.elektormagazine.fr/110656
[2]  www.infineon.com/dgdl/irs2092.pdf?fileId=5546d462533600a401535675f1be2790
[3]  www.infineon.com/dgdl/an-1138.pdf?fileId=5546d462533600a40153559a077610d1
[4]  www.elektormagazine.fr/labs/200w-class-d-audio-power-amplifier-150511

46 décembre 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


Rejoignez la communauté Elektor
Devenez membre GOLD maintenant ! formule GOL
D
• 6x magazine
im primé
• 6x magazine
numérique
• accès à l’arc
hive d’Elektor
(des milliers d’
articles)
• accès à plus
de
1 000 fichiers Ge
rber
• le DVD annu
el d’Elektor
• 10% de rem
ise dans l’e-choppe
• des offres ex
clusives

formule GRE
EN
• 6x magazin
e nu mérique
• accès à l’arc
hive d’Elektor

Également disponible (des milliers d’


• accès à plus
articles)

de

abonnement « zéro papier » GREEN !


1 000 fichiers Ge
rber
• 10% de rem
ise dans l’e-cho
ppe

www.elektor.fr/membres
• des offres
exclusives

Elektor Uno R4
Nouveau microcontrôleur, plus d’E/S et plus de possibilités !
Quand un fabricant propose la version B d’un produit
donné, les différences entre nouveau et ancien pro-
duits sont généralement peu significatives. Ce n’est
pas le cas pour l’ATmega328P d’Atmel au cœur de
l’Arduino Uno R3. La version B de ce µC a tellement
de nouvelles fonctions que l’abandon de la version R3
est justifié : passez à l’Elektor Uno R4.

• Points forts :
• ATmega328PB à 16 MHz
• 2x UART
• 2x I²C
• 2x SPI
• 9 sorties à MLI
• 8 entrées analogiques
• 24 broches d’E/S à usage général
• Code source ouvert, matériel libre
• Régulateurs de tension embarqués 5 V et 3,3 V
• Paquet compatible Arduino
(installation + bibliothèque)

www.elektor.fr/elektor-uno-r4

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

générateur de fonctions par DDS


sinus, carrés et dents de scie jusqu’à 10 MHz
Theodorou Gerasimos (Grèce)
Post-ingénierie : Ton Giesberts (Elektor.Labs)

Les puces DDS (Direct Digital Synthesis) simplifient


grandement la construction de la partie analogique des
générateurs de fonctions. Ajoutez à votre puce DDS une
circuiterie de sortie, un microcontrôleur, une interface
utilisateur, et voilà. Simple comme un jeu de briques. Du
moins en théorie. En pratique, ce n’est pas si facile. À moins
de choisir la bonne puce !

Un jour j’ai eu besoin d’un générateur en à peine plus d’une centaine de pages. d’horloge). L’inconvénient d’un signal
de fonctions pour mon labo personnel. Outre ses célèbres processeurs de traite- d’horloge aussi rapide est que la réso-
Au départ j’ai envisagé l’achat d’un des ment numérique du signal (DSP), Analog lution n’est que de 0,28 Hz, ceci en rai-
modèles commerciaux que j’utilise au Devices propose aussi des puces DDS, son du diviseur de fréquence à 28 bits
travail, mais ils étaient trop coûteux et des AOP et des puces pour le traitement de la puce. Ça n’a l’air de rien, mais
trop complexes pour ce que je souhaitais analogique. Je me suis donc naturelle- à 20 Hz cela représente une erreur de
faire. J’ai donc décidé de construire mon ment tourné vers eux, d’autant plus qu’ils presque 0,6 %. On peut certes baisser
propre générateur. Et bien sûr de vous offraient des échantillons des composants la fréquence pour y remédier, mais au
en faire profiter. dont j’avais besoin. prix d’une fréquence de sortie maximale
J ’a i p l u s p r é c i s é m e n t o p t é p o u r moindre. La résolution passe à 0,004 Hz
Le choix des composants l’ADuC7024BSTZ62, un µC de la famille en optant p. ex. pour 1 MHz, soit une
Après quelques recherches sur les diffé- Precision Analog Microcontroller. Il est erreur de 0,005 % à 20 Hz ; bien, mais
rentes techniques de construction pos- en boîtier à 64 broches et son cœur le hic est que la fréquence maximale
sibles, j’ai choisi une architecture exploi- ARM7TDMI est cadencé à 44 MHz. Les tombe alors à un ridicule 500 kHz. J’ai
tant la synthèse numérique directe (DDS, contrôleurs de cette famille sont dits dû trancher entre résolution et plage de
Direct Digital Synthesis). La synthèse analogiques, car ils présentent des E/S fréquence : la fréquence d’horloge DDS
DDS recourt à un oscillateur numérique analogiques (CA/N et CN/A) et un com- est de 75 MHz de façon à ce que le signal
et un quartz pour produire des sinusoïdes parateur analogique. Ils sont par ailleurs reste relativement propre jusqu’à 10 MHz.
qui peuvent atteindre des fréquences très dotés de MLI, de timers et de ports série
élevées. standard (SPI, UART et I²C). Celui que j’ai J’ai soigné l’inter face utilisateur
Comme microcontrôleur, j’ai pris un choisi possède 8 Ko de RAM et 62 Ko de puisqu’elle compte pour beaucoup dans
modèle d’Analog Devices. Ce n’est peut- mémoire flash programmable in situ via le confort d’utilisation d’un instrument.
être pas le premier nom de fabricant un port série ; certains modèles utilisent J’ai ajouté des poussoirs pour faciliter
qui vous serait venu à l’esprit, toutefois l’I²C pour leur programmation, donc la navigation entre les menus et leurs
j’apprécie la documentation complète assurez-vous d’utiliser un µC ayant exac- options, ainsi que deux potentiomètres
qui accompagne leur famille de micro- tement la même référence que celui-ci. multitours pour le réglage de l’amplitude
contrôleurs ARM à 32 bits. Là où d’autres La puce DDS est la populaire AD9834. et du décalage CC du signal de sortie.
fabricants étalent parfois leurs descrip- La fréquence maximale de son oscilla- L’afficheur est un écran de remplace-
tions sur plus d’un millier de pages, Ana- teur externe est de 75 MHz, ce qui auto- ment pour le Nokia 6100. Il est bon
log Devices réussit à faire le tour des rise une fréquence de sortie maximale marché et bien documenté sur Internet,
rouages d’un microcontrôleur complexe de 37,5 MHz (la moitié de la fréquence mais les deux modèles existants (Epson

42 novembre 2015 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

et Philips) ne sont hélas pas entièrement Puisque l’aspect esthétique compte aussi, Le circuit
compatibles. Plus embêtant, il est impos- j’ai habillé le générateur d’un beau boî- Sur le schéma du générateur DDS
sible de spécifier le modèle souhaité au tier en aluminium de chez Hammond. (fig. 1), c’est la partie supérieure qui
moment de l’achat. J’ai donc écrit deux Sur ma paillasse trône ainsi un instrument produit le signal ; la partie inférieure com-
micrologiciels, un pour chaque modèle. très élégant. prend quant à elle le microcontrôleur et

Caractéristiques Audio Precision


+0
• Synthèse numérique directe (DDS) avec étage d’entrée
-10
analogique
-20
• Plage de fréquences : 1 à 10 MHz
-30
• Résolution en fréquence : 0,28 Hz
-40
• Sortie : 0 à 15 VCC
-50
• THD+N (charge de 100 kΩ, bande passante > 500 kHz) :
d
-- 1 V, 1 kHz : 0,12 % (0,09% pour bande passante = 22 kHz) B -60
r
-- 5 V, 1 kHz : 0,1 % (0,09 % pour bande passante = 22 kHz) -70
A
-- 1 V, 10 kHz : 0,1 % (0,09 % pour bande passante = 80 kHz) -80

-- 5 V, 10 kHz : 0,09 % (0,08 % pour bande passante = 80 kHz) -90

-- 1 V, 100 kHz : 0,1 % -100

-- 5 V, 100 kHz : 0,08 % -110

• S/B (pour un signal de 1 V) : 72 dB -120

• Sortie maximale (charge de 10 MΩ) : -130


10 20 50 100 200 500 1k 2k 5k 10k 20k 50k 100k
-- Sinus : 16 VCC Hz
-- Triangle : 16 VCC
-- Carré : 18 VCC Tracé jusqu’à 130 kHz de la FFT d’une sinusoïde de 1 kHz (la fondamentale
a été supprimée). Le taux THD+N est principalement dû aux harmoniques
• Tension de décalage CC : –10 à +10 V
du signal. Les quelques composantes visibles liées à la ligne CA (50 Hz)
• Impédance de sortie : 50 Ω
sont proches du bruit de fond.
• Rapport cyclique (onde carrée) : 1 à 99 %
• Temps de montée et de descente (80 %, onde carrée) : 100 ns
• Mode balayage Vous trouverez d’autres chiffres et courbes sur
• Consommation : 3 VA www.elektor-labs.com/150210.

www.elektormagazine.fr novembre 2015 43

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

l’interface utilisateur. fiée par IC5.A. S’il y a un filtre aussi rudi- Le signal qui quitte IC5.A suit deux che-
Les composants passifs qui entourent la mentaire, c’est à la fois pour des raisons mins. Celui du haut sert à la formation
puce DDS (IC3) sont ceux recommandés de simplicité et, comme nous le verrons, des sinusoïdes et des dents de scie (IC3
par le fabricant. La sortie d’IC3 est filtrée parce qu’un filtre d’ordre supérieur aurait peut former les deux) ; il mène à l’entrée
par le réseau R16/C18 avant d’être ampli- été inutile ici. S2 d’IC7, un inverseur unipolaire qui pro-

DVDD
P1.2

C31
DVDD DVDD +3V3 DVDD AVDD 2
VDD R26
Triangle, Sinus 6
S2 A 100n 2k
K5
1 IC7 5
C13 C14 IN D IC8 R32
R18 3 3
1.8V p-p 4 ADG779 100R
2k R21 S1 P2 2 6
D 100n A 100n C15 GND AD811 R33
499k 1k 2
5 4 D A 3 100R
2 Square (0:0) 1
DVDD AVDD 10n A A A
CLK 14 3 1 6 R27
SCLK COMP R16 IC5.A
MOSI 13 19 0.6V p-p 3 7
IC5.B

220R
SDATA IOUT 910R R22
CSL 15 5 R19
FSYNC IC3 1k 1.8V p-p R29
11 17 R17

910R
DVDD RESET VIN C18 10R
C22

1k2
AD9834 C21
8 1.41V p-p
IC4 4 MCLK 10p IC9 C24
6 16 R20 R25 2 220u 25V
VDD CAP/2.5V SINGBIT 100p R28
1 3 9 1 A 6 C23

910R
OP1177

1k2
EN OUT FSELECT FSADJ 10k 100n
10 20 3
GND PSELECT IOUTB
12 2 A 220u 25V
OSC 2 SLEEP REFOUT 6
R14 R13 R15 R30 +15V A
75MHz DGND AGND 2 7 +1V25
C11 C12 C16 C17 R23 IC6.B 10k
200R

200R
6k8

7 18 1 5
IC6.A 1k +15V
3 1
1u 100n 100n 100n
V+
R24 IC10
D A AVDD 499k 3
NC C26 C28
DAC0 0V-2Vmax
V– ADR1581 7 7
+3V3 1 P1 100n 100n
2 IC8 IC9
K4 2 C27 A C29
1 8 C30 8 C19 8 C20 4 4
A
IC2 = AD8032ARZ +15V IC2 IC5 IC6 1

+1V25
2 100n 100n
3 10k
IC5,IC6 = AD8042ARZ 4 100n 4 100n 4 100n V+
3 IC11
4 3
NC
A 3
POWER –15V
–15V 5 1 V– ADR1581
IC2.A 2
ADC0 7 2
IC2.B R31
6 –1V25
10k
R37
–15V
AVDD DVDD 1k R36
10k

DVDD
K1
C2 C1 C3 C4 C5
R1 +15V
1 10
VCC VLED+ 220R
10u 100n 100n 100n 10u 2 9
RST VLED– 0W75
A D 3 8
DATA GND
4 Nokia 7 D
CLK NC
R3 5
6100 LCD 6
60 59 20 42 CS VCC
IOVDD
IOVDD
AVDD
DACVDD

1k

37 38 DVDD
P3.6 P3.7
ADC0 61 27
ADC0 P0.3/TRST
62 29
ADC1 P3.4
63 30 R5 R6 R7 R8 R9 R10 R11 R12
ADC2 P3.5
64 31
10k

10k

10k

10k

10k

10k

10k

10k

ADC3 P0.4/IRQ0
1 32
ADC4 P0.5/IRQ1
2 43
ADC5 P4.0
3 44
ADC6 P4.1
4
ADC7 IC1 P4.2
51
5 52
ADC8 P4.3
6 53
ADC9 P4.4
DAC0 9 54
DAC0/ADC12 P4.5
10 13
DAC1/ADC13 P4.6
56 14
DACREF P4.7
P1.2 48 16 S1 S3 S5 S7
P1.2 P0.6 VCC
47 18 TDO
P1.3 TDO
CLK 46 ADUC7024 11 TMS S2 S4 S6 S8
P1.4/IRQ2 TMS VCC
45 36
P1.5/IRQ3 XCLKI 6 4 2
MOSI 40 35
P1.6 XCLKO K3
CSL 39 34 D
P1.7 P0.7 JTAG
23 33
P3.0 P2.0 5 3 1 DVDD
24 12 TDI R2
P3.1 TDI GND
25 17 TCK
P3.2 TCK
1k

26 8
K2 P3.3 ADCNEG VCC DVDD
JTAGVCC
1 50 15
RXD P1.0 P0.0/BM
2 49 28
TXD P1.1 RST
55 21
DACGND
GNDREF

UART VREF LVDD


IOGND
IOGND
AGND

DGND

2 JP2 2 JP1
C7 C6
58 7 57 19 41 22
RESET DOWNLOAD
470n 470n
1 1
A D
150210 - 11

Figure 1. À l’exception de l’alimentation, la carte principale accueille tous les composants du générateur.

44 novembre 2015 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

cure une très bonne isolation entre ses (ADC0) après mise à l’échelle et suppres-
deux entrées et la sortie. Le chemin du sion du décalage CC (IC2). Le but est de
bas va à l’entrée d’IC7 et est utilisé pour surveiller le niveau du signal de sortie tel
former les ondes carrées. qu’indiqué sur l’afficheur. Consultez le
Une onde carrée est créée en produisant lien [2] pour les mesures.
un signal triangulaire transmis à IC5.B et La circuiterie qui entoure le µC IC1
IC6.B, deux comparateurs relativement parle d’elle-même : huit poussoirs, un
rapides dotés d’une hystérésis bien dosée. LCD graphique, des condensateurs de
La tension de référence nécessaire à ces découplage, et quelques embases. Rien
deux comparateurs provient d’une des de mystérieux, donc. Pas besoin de quartz
sorties analogiques (DAC0) du micro- externe, le contrôleur est cadencé par un
contrôleur et est tamponnée par IC6.A. oscillateur interne.
Cela permet un contrôle précis du rapport Notez le connecteur JTAG : c’est lui qui
Figure 2. Une onde carrée de 1 MHz (rapport
cyclique de l’onde carrée. m’a servi à programmer et déboguer le
cyclique de 50 %) obtenue avec la sortie presque
La sortie d’IC7 commande le potentio- micrologiciel. Le port série est également maximale et un potentiomètre P2 de dix tours
mètre P2 puis est amplifiée par l’AOP IC8. accessible au cas où vous seriez obligé et 1 kΩ.
Cet amplificateur vidéo est rapide (vitesse d’utiliser le chargeur d’amorçage pour
de balayage : 2500 V/ms) et peut com- programmer le µC. JP1 sert à placer le
mander des charges de faible impédance. µC dans ce mode bootloader. CMS, l’alimentation recourt à des com-
Notez qu’il s’agit ici d’un composant tra- L’alimentation (fig. 3) est construite posants traversants de la liste de com-
versant, donc facilement remplaçable en autour de deux LM317 et d’un LM337. posants Passe-Partout du labo d’Elektor.
cas d’avatar. Ces régulateurs produisent une tension Les secondaires du transformateur valent
L’amplitude crête à crête du signal de stable de ±15 V pour l’étage de sortie chacun 15 V / 5 VA puisque 10 VA suf-
sortie est définie par P2. Ce potentio- analogique, et de +3,3 V pour le reste fisent à alimenter le générateur DDS. Pour
mètre influe de manière fondamentale du circuit. Contrairement à la carte prin- minimiser les pertes dans le régulateur
sur la qualité du signal de sortie en rai- cipale, composée quasi exclusivement de de 3,3 V, le circuit comporte un redres-
son de ses capacités et inductances para-
sites (qui le font se comporter comme un
filtre passe-bas). Sa fréquence de cou- C15

pure dépend de sa résistance et de son 10n


IC3
+3V3
D5
nombre de tours. Si vous utilisez sur- 3
LM317
2
tout le générateur pour avoir des sinu- D6
R5
ADJ
soïdes propres et de fréquence élevée,

240R
1
C16
un modèle à dix tours et de 1 kΩ ou plus 10n
C17 C18 C20 C21

convient. Si par contre vous avez besoin 47u 100n


R6
C19
10u 100n
50V 50V
d’impulsions à flancs raides, optez pour
390R

10u
un modèle à cinq tours et de 200 Ω ou 50V

moins (fig. 2). D1, D2 = STPS2L60 C1


D3...D6 = 1N4007 10n +15V
D1 IC1

Puisque nous parlons de filtres indé- F2 LM317


3 2
D2
sirables, observez les chemins des 315mA T ADJ
R1
TR1
180R

signaux : tous les composants qui s’y C2


1
C5 C7 C11 C13
trouvent, depuis la sortie d’IC3 et y com- JP1
10n
R2
pris le circuit imprimé, ont une bande K1
1000u
50V
100n C9 10u
50V
100n K2
(115)

2k0

passante limitée et contribuent partiel- 10u


+3V3
50V
lement au filtrage passe-bas du signal 0
230

R4
de sortie. C’est la raison pour laquelle C10 +15V
(115)

je n’ai placé qu’un filtre RC du premier


2k0

F1
10u
–15V
C6 C8 50V C12 C14
ordre (R16/C18). Avec un filtre d’ordre
C3 R3
1000u 10u
supérieur, il aurait fallu une troisième voie 100mA T
(115VAC; 200mA T) 10n 50V
100n
50V
100n
180R

FL10/15 D3 1
pour acheminer l’onde triangulaire, et le 2x 15V / 10VA F3 ADJ
2 3
circuit aurait été plus complexe. D4
R7
315mA T LM337
La tension de décalage du signal de sor-
IC2
10k

C4 –15V
tie est créée par les deux références de
10n
LED1
tension IC10 et IC11 et par le potentio-
POWER
mètre P1, tamponné par l’AOP de préci- 150210 - 11

sion IC9. L’AOP IC8 ajoute cette tension


CC au signal de sortie.
Le signal de sortie alimente une des Figure 3. L’alimentation du générateur comprend trois régulateurs de tension LM3x7. Quelques tours
entrées analogiques du microcontrôleur de passe-passe ont permis de réduire la consommation de la partie à 3,3 V.

www.elektormagazine.fr novembre 2015 45

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

seur séparé (D5/D6) flanqué d’un simple deux fois moindre avec une classique Le programme
filtre à condensateurs (C17/C18). La forte 1N4007. J’ai écrit le code source en C depuis l’en-
ondulation restante réduit quelque peu L’alimentation et le circuit principal sont vironnement de développement intégré
les pertes dans le régulateur IC3. sur deux cartes séparées. La carte prin- µVision de Keil. Je n’ai pas utilisé de sys-
D1 et D2 sont des diodes Schottky. cipale a été soigneusement conçue de tème d’exploitation en temps réel par
Lorsque la charge est maximale, la chute façon à ce que le signal de sortie reste souci de simplicité.
de tension aux bornes de diodes « ordi- éloigné des interférences produites par Le code est réparti sur quelques fichiers.
naires » et l’ondulation sur C5 font dan- les rapides signaux de commande numé- Certains sont des fichiers d’en-tête conte-
gereusement approcher la tension d’en- riques. Les CMS dominent, mais l’assem- nant des définitions et des prototypes
trée d’IC1 de sa valeur minimale permise. blage ne devrait pas poser de problème de fonctions, les autres contiennent les
À 0,5 A la tension directe des Schottky avec de bons yeux ou de bons verres de fonctions elles-mêmes. Deux d’entre eux
est inférieure à 0,45 V, alors qu’elle serait lunettes. prennent en charge les deux modèles de

Liste des composants de la Carte du générateur


Résistances C2, C5 = 10 µF, 16 V, X7R, CMS 1206 DF23C-10DS-0.5V(51), Hirose (HRS)
Toutes 1 %, 0,125 W, CMS 0805 C6, C7 = 470 nF, 25 V, X7R K2, JP1, JP2 = barrette mâle 1x2 broches,
R1 = 220 Ω, 1 %, 0,75 W, CMS 2010 C11 = 1 µF, 16 V, X7R, CMS 1206 verticale, pas de 2,54 mm
R2, R22, R23, R37 = 1 kΩ C15 = 10 nF, 50 V, X7R K3 = barrette mâle 2x3 broches, verticale,
R3 = 1 kΩ, 1 %, 0,1 W, CMS 0603 C18 = 10 pF, 50 V, C0G/NP0 pas de 2,54 mm
R5, R6, R7, R8, R9, R10, R11, R12, R30, R31, C21 = 100 pF, 100 V, C0G/NP0, CMS 0805 K4 = barrette mâle 1x4 broches, verticale,
R36 = 10 kΩ C22, C23 = 220 µF, 25 V, radial, pas de 2,54 mm
R13 = 6,8 kΩ pas de 3,5 mm, diam. 8 mm max. K5 = prise BNC droite encartable, 50 Ω
R14, R15 = 200 Ω C24, C30 = 100 nF, 50 V, X7R, CMS 0805 S1 à S8 = bouton à effleurement 6 mm,
R16, R19, R25 = 910 Ω actionneur de 4,9 mm, 24 V / 0,05 A,
R17, R20 = 1,2 kΩ Semi-conducteurs SPST-NO
R18, R26 = 2,0 kΩ IC1 = ADUC7024BSTZ62, LQFP-64, Support DIP à 8 voies pour IC8
R21, R24 = 499 kΩ programmé* Écran LCD de remplacement N&B
R27 = 220 Ω IC2 = AD8032ARZ, SOIC-8 pour Nokia 6100
R28 = 10 Ω IC3 = AD9834BRUZ, TSSOP-20
R29 = 10 kΩ, 1 %, 0,1 W, CMS 0603 IC4 = FXO-HC736R-75, 7 x 5 mm Divers
R32, R33 = 100 Ω, 1 %, 0,75 W, CMS 2010 IC5, IC6 = AD8042ARZ, SOIC-8 Boîtier aluminium, modèle Hammond
P1 = 10 kΩ, 2 W, pot. 10 tours IC7 = ADG779BKSG-REEL7, SC-70 6 pattes 1455T1601, 165 x 160 x 51,5 mm
P2 = 1 kΩ, 2 W, pot. 10 tours IC8 = AD811ANZ, DIP-8 Optionnel : filtre EMI/EMC, prise, CEI,
IC9 = OP1177ARZ, SOIC-8 250 VAC / 4 A
Condensateurs IC10, IC11 = ADR1581ARTZ-REEL7, SOT-23-3 2 boutons, noir, 16 mm, diam. axe 6,3 mm
Par défaut : CMS 0603 Circuit imprimé 150210-1 v1.11
C1, C3, C4, C12, C13, C14, C16, C17, C19, Autres (www.elektor.fr)
C20, C26, C27, C28, C29, C31 = 100 nF, K1 = embase, pas de 0,5 mm,
50 V, X7R hauteur des contacts 1,5 mm, 10 voies, * Indisponible en version préprogrammée

Figure 4a. Sérigraphie de la carte du générateur (double face et composants CMS).

46 novembre 2015 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

LCD graphiques. Le code du générateur n’ai eu besoin d’aucune astuce pour faire loupe. Notez que les poussoirs et le LCD
est dans le fichier main.c. Le fichier init.s tenir l’ensemble dans le µC, sa mémoire se montent côté cuivre de la carte.
est écrit en assembleur et enferme les flash est assez vaste pour ça. Restez soigneux avec le câble plat souple
fonctions d’initialisation du µC ; il ne fait L’archive du projet peut être téléchargée du LCD : il doit être détaché de son sup-
pas partie de l’EDI, je l’ai écrit en par- gratuitement depuis [1]. port en plastique (fig. 5) et plié autour
tant de zéro. de la carte pour atteindre K1 (fig. 6).
J’ai écrit une partie du pilote du LCD, le Construction Les deux potentiomètres s’insèrent dans
reste repose sur un code source ouvert Les composants du générateur sont répar- le circuit imprimé en laissant dépasser
trouvé sur l’internet. Comme l’écran n’est tis sur deux circuits imprimés (fig. 4). l’axe côté cuivre. Le labo d’Elektor a
pas relié à un port SPI matériel, le proto- Comme je l’ai dit, l’assemblage de la carte utilisé des « disques » en caoutchouc
cole de communication est reproduit de principale ne présentera pas de difficultés (découpés dans une vieille chambre à
façon logicielle sur les broches GPIO au pour qui a de bons yeux… ou une bonne air de vélo) pour éviter que les potentio-
travers des fonctions WriteLcdCommand
et WriteLcdData. Ce qui m’a pris le plus
de temps ici a été de créer deux polices,
une grande et une petite.
L’activation du « clavier » est scrutée dans
la boucle sans fin principale.
Je me suis efforcé de n’utiliser ni arithmé-
tique en virgule flottante, ni bibliothèque
de maths, ceci afin que le code reste peu
volumineux et indépendant de l’EDI.
Tous les fichiers source ont été compilés
en « code Thumb » ARM (code à 16 bits),
pas tant pour réduire la taille du fichier
hex qu’en raison de la mémoire flash
à 16 bits du contrôleur : un code à 16 bits
y est donc plus vite exécuté. L’exécutable
fait environ 8 Ko, auxquels s’ajoutent Figure 5. À gauche, l’écran autrefois utilisé dans certains mobiles d’une célèbre marque scandinave qui
20 Ko pour stocker l’écran d’accueil. Je n’est pas Ikea ; à droite, le même écran adapté à notre générateur.

Liste des composants de l’Alimentation


Résistances (1 %, 0,6 W) K2 = bornier pour CI à 4 voies (2x2), Porte-fusible pour F1, F2, F3, 20 x 5 mm,
R1, R3 = 180 Ω pas de 5 mm, 250 V 500 V, 10 A
R2, R4 = 2,0 kΩ TR1 = prim. 2x115 V / sec. 2x15 V, 10VA, Caches pour porte-fusibles F1, F2, F3,
R5 = 240 Ω p. ex. Block FL 10/15 20 x 5 mm
R6 = 390 Ω F1 = fusible, 100 mA (réseau 230 V) ou JP1 = cavalier
R7 = 10 kΩ, 5 %, 0,25 W 200 mA (réseau 115 V) ; action retardée, Circuit imprimé 150210-2 v1.1
250 V, 20 x 5 mm (www.elektor.fr)
Condensateurs F2, F3 = fusible, 315 mA, action retardée,
C1, C2, C3, C4, C15, C16 = 10 nF, 250 V, 20 x 5 mm
50 V, Y5V, pas de 5 mm
C5 = 1000 µF, 50 V, pas de 5
ou 7,5 mm, diam. 16 mm
C6 = 470 µF, 50 V, pas de 5
ou 7,5 mm, diam. 13 mm
C7, C8, C13, C14, C18, C21 =
100 nF, 50 V, X7R, pas de 5 mm
C9, C10, C11, C12, C19, C20 =
10 µF, 50 V, pas de 2 mm,
diam. max. 6.3 mm
C17 = 47 µF, 50 V, pas de 2,5 mm
ou 3,5 mm, diam. max. 8 mm

Semi-conducteurs
D1, D2 = STPS2L60, boîtier DO-41
D3, D4, D5, D6 = 1N4007, boîtier
DO-41
IC1, IC3 = LM317, boîtier TO-220
IC2 = LM337, boîtier TO-220
LED1 = LED, verte, 3 mm

Divers
K1 = bornier pour CI à 2 voies,
pas de 7,6 mm, 500 V
Figure 4b. Sérigraphie de la carte d’alimentation (simple face et composants traversants).

www.elektormagazine.fr novembre 2015 47

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

mètres ne glissent lors des réglages. Un


trou de diamètre 10 mm convient ; le dia-
mètre extérieur des disques doit de préfé-
rence être légèrement inférieur à 22 mm.
Pour P2, la présence d’un disque évite
aussi d’endommager la piste qui jouxte
son trou côté composants.
Le montage de la carte d’alimentation ne
devrait poser aucun problème. Le transfor-
mateur a deux secondaires pour suppor-
ter à la fois les réseaux de 115 et 230 V.
Placez un cavalier sur JP1 (au milieu des
trois lignes pointillées) pour un réseau
de 230 V ; placez deux cavaliers (sur les
deux lignes pointillées extérieures) si vous
Figure 6. Montage de l’écran des deux côtés de la carte. Utilisez de l’adhésif double face pour le coller
êtes sur du 115 V. Ne placez pas les trois
à la carte.
cavaliers sur JP1 ! N’oubliez pas d’utiliser
le bon fusible pour protéger le primaire :
100 mA(T) pour du 230 V, et 200 mA(T)
pour du 115 V, où T est le retard.
Les trois régulateurs ont besoin d’un dis-
sipateur. Celui de la figure 7 a été fabri-
qué à partir d’une bande d’alu de 2 mm
d’épaisseur. N’oubliez pas l’isolation élec-
trique de ces trois régulateurs (rondelle
en mica et manchon en plastique). La
longueur de la vis M3 doit être d’environ
6 mm. Il est conseillé d’ajouter une ron-
delle métallique entre la tête de la vis et
le manchon en plastique. Le manchon est
souvent un peu trop long ; si c’est le cas,
coupez-le à la bonne longueur avant de
monter les régulateurs sur le dissipateur.
Si vous souhaitez loger le générateur
dans le même boîtier que le mien (fig. 8),
Figure 7. L’alimentation assemblée et son dissipateur maison. Notez le cavalier derrière le
vous pouvez télécharger depuis [1] un
transformateur pour la sélection de la tension de réseau (230 V ici).
gabarit pour le perçage des panneaux
avant et arrière.
L’embase BNC K5 est isolée ; elle se
monte sur le panneau avant. Après avoir
fixé la carte principale à ce panneau (j’ai
collé les vis à l’arrière du panneau), uti-
lisez des fils courts pour relier l’embase
BNC au circuit imprimé.

Programmation
Le générateur doit d’abord être pro-
grammé avec le bon micrologiciel. Il
en existe deux versions (à télécharger
depuis [1]) puisqu’il y a deux configu-
rations possibles pour le LCD. Comment
savoir laquelle est la bonne ? Pas d’autres
solutions que de les essayer puisqu’il
n’existe aucun moyen visuel de connaître
le modèle du LCD. Donc programmez
le µC, et regardez si des ondes appa-
raissent. Pas d’ondes ? Essayez l’autre.
Toujours rien ? Oh, oh…
Figure 8. Le prototype construit par Jan Visser au labo Elektor. Découpes faites avec une machine-outil Vous pouvez programmer le contrôleur
à 100 k€ des outils simples et de la patience. par JTAG ou par chargeur de démarrage.

48 novembre 2015 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

Matériel disponible sur www.elektor.fr


• 150210-1 – circuit imprimé de la carte principale, sans composants
• 150210-2 – circuit imprimé de la carte d’alimentation, sans composants
• 150210-91 – carte principale, préassemblée
Hélas, nous ne pouvons pas proposer le microcontrôleur IC1, ni vierge, ni programmé.

débogage. Analog Devices vend le câble Et là c’est moi…


nécessaire, mais vous pouvez fabriquer le … qui vous envoie des ondes positives :
vôtre avec un câble série TTL-vers-USB. avec ce bel instrument vous prendrez
Le site web d’Analog Devices propose un plaisir à réparer des amplificateurs,
outil de programmation in situ gratuit vous découvrirez que tracer la courbe
Figure 9. Capture d’écran de l’outil de
(ARMWSD.exe). Sélectionnez d’abord le de réponse d’un filtre est un jeu d’en-
programmation ARMWSD en plein travail.
port série USB approprié, puis chargez le fant, et le langage des ondes n’aura plus
fichier hex. Le programme vous invitera à de secret pour vous. Bienvenue dans le
La première solution, qui nécessite un Press Download and pulse Reset on hard- monde merveilleux des électroniciens bien
adaptateur JTAG (p. ex. le J-LINK de Seg- ware (fig. 9). C’est la raison pour laquelle équipés !
ger ou le ULINK de Keil), fournit une inter- les deux cavaliers JP1 et JP2 portent les (150210-I – version française : Hervé Moreau)
face de débogage. L’interface JTAG stan- mentions Download et Reset sur la carte.
dard a 20 broches mais fonctionne éga- Pensez à retirer le cavalier de Download
lement avec seulement 6 broches (K3). après la programmation, sinon à la pro- Liens
L’autre solution est d’utiliser l’interface du chaine mise sous tension le contrôleur
[1] www.elektormagazine.fr/150210
port série (K2). Seule la programmation sera encore en mode bootloader et l’écran
est possible ici. Autrement dit : pas de restera noir. [2] www.elektor-labs.com/150210

Manuel de l’utilisateur
Bouton Fonction Bouton Fonction ou logarithmique). Set lance le balayage : la première
S1 Set S5 –Down ligne du menu Sweep indique sweep run. Appuyez de
nouveau sur Set pour l’arrêter (sweep stop s’affiche).
S2 Right S6 Mode
Vous pouvez définir de nouvelles valeurs. Pressez Sweep
S3 Left S7 Sweep
pour revenir au menu principal.
S4 +Up S8 Calibration
• Contraste – Appuyez sur Calibration pour accéder au
menu permettant de régler le contraste du LCD. Utilisez
• Forme d’onde – Appuyez sur Mode pour basculer entre
Set pour naviguer entre les options, +Up et –Down pour
sinus, carré et triangle.
modifier le niveau de contraste. Appuyez sur Calibration
• Rapport cyclique – Il ne peut être défini qu’en mode pour revenir au menu principal.
onde carrée. Appuyez sur Mode pour activer la sortie
• Niveaux de tension de calibrage – Reliez un
onde carrée. La valeur du rapport est indiquée en bas oscilloscope à la sortie du générateur et réglez le niveau
de l’écran. Ajustez-le en pressant +Up et -Down (les de sortie sur 5 Vcc. Appuyez sur Calibration pour ouvrir
chiffres ne doivent pas clignoter). le menu Calibration. Sélectionnez Measurements pour
• Fréquence – Appuyez sur Set. Un chiffre clignote ; lancer la procédure (si vous y entrez par erreur, coupez
utilisez +Up et -Down pour modifier sa valeur, et Left et l’alimentation pour en sortir). Ajustez P1 pour définir la
Right pour passer aux autres chiffres. Appuyez sur Set valeur minimale de sortie sur 0,00 V ; appuyez sur Set
pour valider. pour valider. Ajustez P1 pour mettre la valeur maximale
de sortie sur 12,00 V ; Set pour valider. Un message
• Amplitude – Ajustez P2. Notez que le réglage de
signale la fin du calibrage. Appuyez sur Calibration pour
l’amplitude affecte la tension de décalage.
revenir au menu principal.
Cf. [2] pour le détail des mesures.
• Fréquence de calibrage – Reliez un fréquencemètre
• Décalage CC – Ajustez P1.
de précision à la sortie du générateur. Appuyez sur
• Balayage de fréquence – Appuyez sur Sweep pour Calibration pour ouvrir le menu Calibration. Sélectionnez
ouvrir le menu Sweep. Le chiffre le moins significatif Frequency pour lancer le calibrage (si vous y entrez par
de la fréquence de départ clignote ; utilisez +Up et erreur, coupez l’alimentation pour en sortir). Réglez la
-Down pour modifier sa valeur, Left et Right pour passer fréquence de sortie sur 100 kHz avec +Up et -Down.
aux autres chiffres. Appuyez sur Set pour régler le Bouton Set pour valider. Un message signale la fin du
paramètre suivant. Définissez la fréquence d’arrêt, la calibrage. Appuyez sur Calibration pour revenir au menu
durée du balayage (appelée msec) et le mode (linéaire principal.

www.elektormagazine.fr novembre 2015 49

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

boutons radio RVB


pour quiz
sans peur des coups, ni fil
Antonello Della Pia (Italie)
Circuit : Luc Lemmens (labo d’Elektor)
Rédaction : Jan Buiting (rédacteur en chef GB)

Pour encadrer un jeu de


questions-réponses dans
un bistrot bruyant ou
une classe de jeunes
surexcités, il faut
un système rapide,
fiable et sans fil.
C’est encore mieux
si ce système permet
de favoriser l’équité et d’assoir
l’autorité de l’animateur. Ajoutez-y du
son, de la lumière et une main magique pour
la remise zéro. Il n’y a plus qu’à jouer !

La femme de l’auteur est enseignante, référence NRF24L01+ de la marque Nor- cation. La figure 1 montre le synoptique
elle voulait un système pour animer des dic Semiconductor. On les trouve faci- du NRF24L01+ ; nous vous recomman-
jeux dans sa classe. Sur le modèle des lement et c’est un jeu d’enfant de les dons de consulter sa fiche technique [1]
émissions de quiz, le premier à donner associer aux microcontrôleurs ATtiny parce que ce module présente des options
la bonne réponse à la question gagne. d’Atmel. Ces modules de trancepteur intéressantes et un bon potentiel pour
Vu l’âge des participants, on se dit que (émetteur/récepteur) de bonne compo- l’incorporer à d’autres projets à µC. Et
le matériel doit être d’emploi aisé, à sition peuvent gérer jusqu’à six canaux puis chut !… ils sont très bon marché.
l’épreuve des coups, empêcher la tri- et offrent plusieurs modes de communi-
cherie, rester fiable et surtout, sans fil.

Les trancepteurs RF Transmitter Baseband


Les modules radio du projet portent la CSN
TX GFSK TX FIFOs
PA SCK
Filter Modulator
SPI
MISO
Caractéristiques RF Receiver Enhanced ShockBurst
Baseband Engine
MOSI
IRQ
• Trancepteur NRF24L01+ à 2,4 GHz ANT1
RX GFSK CE
Register map

LNA
• Pupitres des joueurs rouge, vert et Filter Demodulator
ANT2
bleu RX FIFOs

• Trois canaux avec témoin XC1


RF Synthesiser Power Management Radio Control
XC2
par LED R-V-B
• Le premier qui appuie évince
DVDD
VDD_PA
VDD
VSS

IREF

les autres pour 2 s


• Remise à zéro avec la main
magique de l’animateur
• Ruban de LED 12 V RVB
Figure 1. Le trancepteur radio est un NRF24L01+ de Nordic Semiconductor. Il a six canaux à 2,4 GHz.
bon marché et facile à trouver
Il est disponible entre autres auprès de Seeed Studio.

56 janvier/février 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

L’émetteur
Le schéma de la figure 2 est celui de l’un
K1
des trois émetteurs à installer dans le MISO 1 2 VCC
SCK 3 4 MOSI
camp des participants. Notre NRF24L01+, RESET 5 6 GND

alias MOD1, est configuré pour fonction- ATMEL ISP


ner en mode de base. Quand on appuie
(ou qu’on frappe) sur S1 pour donner la R2
MISO
réponse, PB5 du microcontrôleur ATtiny

6k8
1 = GND
2 = VCC
est mis au niveau bas. Ce que détecte le 3 = CE

2
4
6
8
MOD1
4 = SCN

8
micrologiciel qui tourne dans l’ATtiny, il NRF24L01+ 5 = SCK

VCC
BT1
1 3 6 = MOSI

1
3
5
7
PB5 PB4
envoie alors une chaîne de texte, RED, C2 C3 C1
R1
IC1 PB3
2 7 = MISO
7 SCK 8 = IRQ (not used)
+3V PB2
GREEN ou BLUE, au récepteur à sa portée.

10k
6
100n 100u PB1
CR2032 50V 100n ATtiny85 5 MOSI
Dès ce moment, côté récepteur, on fait S1
PB0

GND
la sourde oreille à tout autre message

4
envoyé par quelque retardataire que
150499 - 12
ce soit, le temps pour le meneur de jeu
d’évaluer la réponse.
Chaque émetteur est alimenté par une pile
Figure 2. Schéma de l’émetteur pour quiz. Selon le micrologiciel chargé, il envoie la chaîne de texte
bouton de 3 V de type CR2032. Pour pro-
RED, GREEN ou BLUE au récepteur sur le pupitre de l’animateur.
longer la vie de la pile, on maintient l’AT-
tiny85 en mode de veille. En poussant sur
le bouton S1 pour répondre, on provoque
une impulsion de mise à zéro qui éveille le
microcontrôleur. Il envoie alors la chaîne de 12V +5V +5V
K1 IC2
texte au trancepteur et se rendort. 3
1
D1 F1
1
7805 3
R2

L’auteur a trouvé des boîtiers originaux :

10k
2
1N4007 500mAT C4 C5 C3
C12 K2

2
les émetteurs sont logés dans de gros 100n 100u
50V
100n
100n
rouleaux d’adhésif de couleur et le récep- +5V
UART
teur dans une boîte à spaghettis.
C6 C7
JP1
K1 K2 5V
Le récepteur 100n 100u
50V Power
Select
FTDI
cable
Le récepteur dont le schéma est à la
20

21
7
VCC

AREF
AVCC

figure 3 est un peu plus compliqué que 19


PB5/13
18 1
l’émetteur. Il utilise le même module 17
PB4/12
PB3/11
RST

16 2
trancepteur MOD1 alimenté par un adap- 15
PB2/10 PD0/0
3
PB1/9 PD1/1
tateur secteur à 12 Vcc sur K1. La diode 14
PB0/8
IC4
PD2/2
4
5
PD3/3 R3
D1 protège de l’inversion de polarité le 28
PC5/A5 ATMEGA328P PD4/4
6
+5V
120R
27 11
PC4/A4 PD5/5
régulateur IC2 ainsi que les trois LED bran- 26
25
PC3/A3 PD6/6
12
13
R5
120R

PC2/A2 PD7/7
chées sur K3. La tension de 5 V sert à 24
PC1/A1
R4 LS1
23
2k7

PC0/A0 8 Ohm
IC3, le détecteur IR, au microcontrôleur IC3
OSC2

OSC1

3
GND

GND

R1 1 JP2
ATmega328P et à la fonction de démarrage IR
9

8
22

10

X1 C8
1k

à distance par K2. Un autre régulateur, TSOP58238 LED2


2

10u 50V
LED1
16MHz
IC1, abaisse cette même tension de 5 V C9 C10

ready 22p 22p


à 3,3 V pour le trancepteur NRF24L01+. R6
T1

Le cavalier JP1 permet de choisir entre 120R


BS170 12V
R7
l’alimentation en 5 V à partir du récep-
12k

K3
teur (position K1) ou par le câble FTDI +3V3
+
R
branché sur K2 (position K2). Les enfants G
2
4
6
8

C11 T2
MOD1 B
en veulent toujours plus ! Du son et de la 100u
NRF24L01+
R8
120R
50V
1
3
5
7

lumière ? Le µC sort un bip sur LS1 quand R9 BS170


12k

1 = GND
JP2 le permet. Il allume aussi LED2 quand 2 = VCC
3 = CE
on appuie sur le bouton pour répondre. 4 = SCN
LP2950-33LPE3 5 = SCK T3
La réception d’un message valide RED, +5V IC1 +3V3 6 = MOSI R10
1 3 7 = MISO 120R
GREEN ou BLUE fait s’allumer la LED cor- C1
8 = IRQ (not used)
R11 BS170
12k

respondante. On a vu que les autres bou-


2

100n 100n

tons sont alors inhibés jusqu’à une remise 150499 - 11

à zéro du récepteur. C’est l’animateur du


quiz qui le fait en approchant sa main du
détecteur de proximité IR (invisible) IC3 Figure 3. Schéma du récepteur. De nombreux composants servent aux alimentations et à la conversion
– c’est spectaculaire, un véritable tour de niveau pour le ruban de LED RVB de 12 V.

www.elektormagazine.fr janvier/février 2016 57

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

de magie. Après la remise à zéro, la LED avec son 5 V, ne peut pas les allumer Le logiciel, l’affaire d’Arduino
ready s’allume et le système est prêt pour seul, il faut donc comme intermédiaires Le code du projet a été écrit avec
une nouvelle question. Les LED R, G et B les MOSFET T1, T2 ou T3. L’ensemble de l’IDE 1.6.5 d’Arduino et des bouts de la
fonctionnent sous 12 V ; l’ATmega328P, LED RGB est connecté sur K3. bibliothèque RF24 de Nordic. C’est pour-

Liste des composants

Récepteur
Résistances :
à film de carbone, 5 %, 0,25 W, 250 V
R1 = 1 kΩ
R2 = 10 kΩ
R3, R5, R6, R8, R10 = 120 Ω
R4 = 2,7 kΩ
R7, R9, R11 = 12 kΩ

Condensateurs :
C1, C2, C3, C4, C6, C12 = 100 nF,
50 V, X7R, au pas de 5,08 mm
C5, C7, C11 = 100 µF, 50 V,
au pas de 3,5 mm, 8x11 mm
C8 = 10µF, 50 V, au pas de 2 mm,
5x11 mm
C9, C10 = 22 pF, 50 V, C0G/NP0,
au pas de 2,5 mm

Semi-conducteurs :
D1 = 1N4007
LED1 = LED rouge 3 mm
LED2 = diode IR à 940 nm, 5 mm,
TSAL6100
T1, T2, T3 = BS170
IC1 = LP2950-33LPE3
Émetteur IC2 = MC7805
IC3 = TSOP58238 (38 kHz),
Résistances :
Newark/Farnell réf. 2251388
à film de carbone, 5 %, 0,25 W, 250 V IC4 = ATMEGA328P, programmé
R1 = 10 kΩ (150499-41)
R2 = 6,8 kΩ
Divers :
Condensateurs :
F1 = 500mAT 20x5 mm, avec
C1, C2 = 100 nF, 50 V, X7R, porte-fusible 20x5 mm
au pas de 5,08 mm JP1 = embase à 3 picots
C3 = 100 µF, 50 V, au pas de 3,5mm, JP2 = embase à 2 picots
8x11 mm K1 = prise pour jack CC, broche
1,95 mm, 12 V, 3A
Semi-conducteurs : K2 = embase à 6 picots au pas de
IC1 = ATTINY85-20PU, programmé RED 2,54 mm
(150499-42) K3 = embase à 4 picots au pas de
IC1 = ATTINY85-20PU, programmé GREEN 2,54 mm
(150499-43) MOD1 = module trancep-
IC1 = ATTINY85-20PU, programmé BLUE teur NRF24L01+ à 2,4 GHz
(150499-44) (2x4 broches), Seeed Studio
réf.113990011 (150499-91)
Divers : JP1, JP2 = cavalier à 2 contacts,
Bt1 = coupleur de pile CR2032 au pas de 2,54 mm
K1 = embase à 6 picots avec collerette (en option) embase à collerette à 2 lignes
S1 = bouton-poussoir à dôme rouge, Sparkfun de 4 contacts, verticale,
réf. COM-09181 ; vert = réf. COM-11275 ; au pas de 2,54 mm (en option
bleu = réf. COM-11274 pour MOD1)
circuit imprimé (150499-2) LS1 = haut-parleur miniature 8 Ω,
embase femelle à 2 rangées de 4 contacts, ver- p.ex. KINGSTATE réf. KDMG20008
ticale, au pas de 2,54 mm (option pour MOD1) X1 = quartz 16 MHz, CL=18 pF
pile au lithium CR2032 ruban de LED RGB 12 V
MOD1 = module trancepteur NRF24L01+ circuit imprimé réf. 150499-1 V1.1
à 2,4 GHz (2x4 broches), Seeed Studio variante : kit de composants
réf.113990011 (150499-91) (150499-71). Contenu : 1 carte
variante : kit de composants de récepteur, 3 cartes d’émetteur,
(150499-71) ; contenu : cf. liste de 4 µC programmés, 4 modules
composants du récepteur NRF24L01+

Figure 4. Circuits imprimés pour le récepteur et les émetteurs, ainsi que la liste de leurs composants. Notez qu’il faut trois cartes d’émetteur, chacune
dotée d’un micrologiciel différent selon la couleur, -42 pour le rouge, -43 pour le vert et -44 pour le bleu.

58 janvier/février 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

quoi nous avons utilisé un µC ATme- quatre circuits imprimés nus, les quatre
ga328P, le cœur de l’Arduino. Il n’est µC et les quatre modules radio pour le
pas étonnant de le retrouver dans d’in- système à trois canaux décrit.
nombrables applications autonomes Les informations essentielles pour la
embarquées proposées dans le maga- construction sont données dans la liste des
zine Elektor. composants de la figure 4. Les circuits
imprimés sont pourvus de combinaisons de
Les codes des programmes pour le connecteurs et de supports pour y monter
récepteur et l’émetteur sont des sketchs les modules trancepteurs. Si vous êtes sûr
Arduino séparés, disponibles sur la page de vous, vous pouvez aussi souder direc-
du projet [2]. Comme pour tous les logi- tement les huit broches des modules sur
ciels que nous distribuons gratuitement, le circuit imprimé, mais ils peuvent mas-
chacun est invité à y apporter ses adap- quer certains trous de la carte. La carte du
tations, améliorations et extensions. récepteur n’a qu’un composant, la diode
Figure 5. Fabriqué avec un empilage de rouleaux
Pour ceux qui ne disposent pas chez eux radiante IR, installée sur le côté inférieur. de ruban adhésif et un microrupteur de qualité
d’une plateforme Arduino ou qui n’ont pas La carte de l’émetteur peut accueillir un industrielle, le bouton de quiz de l’auteur est
vraiment d’intérêt pour les microcontrô- connecteur ISP à six broches en option, dans un boîtier solide décliné en trois couleurs.
leurs, nous les fournissons déjà program- il ne servirait que pour (re)programmer
més dans l’e-choppe, voyez la liste des l’ATtiny in situ. Elle porte en tout cas le
composants. Pour les autres, voici les coupleur pour la pile CR2032 sur le côté d’y percer un trou de 23 mm au milieu.
données capitales qui permettent de inférieur, mais ne l’implantez qu’en dernier D’autres trous sont nécessaires dans le
programmer les émetteurs à la maison : lieu, vous verrez vite qu’avec lui, il devient bouchon du fond pour évacuer l’air lors-
impossible d’atteindre la plupart des pas- qu’on presse le bouton. Le résultat pour
150449-42 (TX rouge) tilles à souder. le bouton rouge est visible à la figure 6,
150499-43 (TX vert) avec l’émetteur en sûreté dedans.
150499-44 (TX bleu) Pour les rubans de LED, tout type RVB Les microrupteurs utilisés sont des
ATTINY85-20PU sous 12 V ira, il faut savoir qu’il en existe boutons-poussoirs éléphantesques
de deux sortes. La plupart ont trois, voire (Big Dome pushbutton) d’un diamètre
SELFPRGEN = 1 (non programmé)
six LED RVB (les trois couleurs dans extérieur de 100 mm que l’on trouve
RSTDIBL = 1 (non programmé)
chaque LED) montées par section sur le entre autres chez Sparkfun [3] ou
DWEN = 1 (non programmé)
ruban, les autres ont des LED séparées RobotItaly [4].
SPIEN = 0 (SPI validé)
par couleur dans chaque section. On peut (150499 – version française : Robert Grignard)
WDTON = 1 (non programmé) les utiliser indifféremment dans ce projet,
EESAVE = 1 (non programmé, le tout est de savoir ce qu’on commande.
EEPROM non préservée) Les gros boutons de quiz que l’au-
BODLEVEL = 111 (non validé) teur a fabriqués avec des rouleaux de
CKDIV8 = 0 (programmé) bande adhésive sont à la figure 5, ils
CKOUT = 1 (non programmé) doivent résister aux assauts des plus
CKSEL = 0010, SUT = 10 (Int. RC enthousiastes. Les microrupteurs eux-
osc. 8 MHz, start-up time: mêmes sont des modèles industriels qui
répondent aux mêmes critères.
6CK/14CK + 64 ms (PWRDWN/RESET))

et pour le récepteur : Jan Visser du labo d’Elektor, par ailleurs


ATmega328P-PU à 16 MHz, réglage spécialiste de l’amélioration de l’habitat,
des fusibles : L:0xFF, H:0xDA, a imaginé une construction différente.
E:0x07, LB:0x0F, chargeur Les boîtiers des poussoirs sont faits de
d’amorçage : Optiboot morceaux de tuyaux de descente en PVC
de 55 mm de long, 110 mm de diamètre
et une paroi de 3 mm, avec pour chacun Figure 6. Variante élaborée, on peut construire
La construction deux capuchons, peints en rouge, vert un bouton à toute épreuve avec des morceaux
Pour ce projet, nous vous proposons un et bleu. Le microrupteur se monte faci- en PVC et un gros bouton-poussoir de Sparkfun
kit (réf. 150499-71) qui comprend les lement sur le capuchon du haut, il suffit illustrés ici.

Liens
[1]  Fiche technique du trancepteur NRF24L01P+ : www.nordicsemi.com/eng/Products/2.4GHz-RF/nRF24L01P
[2]  Page du projet : www.elektormagazine.fr/150499
[3]  Bouton-poussoir de type Big Dome : www.sparkfun.com/products/9181
[4]  Bouton-poussoir de type Big Dome : www.robot-italy.com/en/big-dome-push-button-red-economy.html?___from_store=it

www.elektormagazine.fr janvier/février 2016 59

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

précision
à la seconde près
grâce au satellite
Willem Tak (Pays-Bas)

nouvelle horloge Nixie pilotée par GPS

36 mai 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

www.elektormagazine.fr mai 2016 37

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

On garde les mêmes et on recommence, mais avec une précision Caractéristiques


• Horloge radiopilotée par GPS
accrue. L’Horloge Nixie à récepteur GPS, dite « suisse », parue
• Précise à la seconde près
en octobre 2014 a, depuis, accouché d’une fille encore plus douée • Horloge interne pour suppléer
au signal GPS évanoui
qui ne craint pas de montrer la vérité de la seconde, et toujours
• Passage automatique
dans la chaleur du tube. à l’heure d’été/hiver

+180V'

R1 R2 R3 R4 R5 R24 R25 R26


hours-10 hours-1 se cs- 1 0 s ec s- 1

470k

470k
mins-10 mins-1
27k

27k

27k

27k

27k

27k
V1 V2 V3 V4 V5 V6
Nixie IN12 Nixie IN12 Nixie IN12 Nixie IN12 Nixie IN12 Nixie IN12
1

1
LA1 LA2
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9

0
1
2
3
4
5
6
7
8
9

0
1
2
3
4
5
6
7
8
9

0
1
2
3
4
5
6
7
8
9

0
1
2
3
4
5
6
7
8
9

0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
2
11
10
9
8
7
6
5
4
3
12

2
11
10
9
8
7
6
5
4
3
12

2
11
10
9
8
7
6
5
4
3
12

2
11
10
9
8
7
6
5
4
3
12

2
11
10
9
8
7
6
5
4
3
12

2
11
10
9
8
7
6
5
4
3
12
1 2 1 2 1 2 1 2 1 2 1 2
3 4 3 4 3 4 3 4 3 4 3 4
5 6 5 6 5 6 5 6 5 6 5 6
7 8 7 8 7 8 7 8 7 8 7 8
9 10 9 10 9 10 9 10 9 10 9 10

+180V'
K4 K6 K8 K10 K12 K14

K3 K5 K7 K9 K11 K13
1 2 1 2 1 2 1 2 1 2 1 2
3 4 3 4 3 4 3 4 3 4 3 4
5 6 5 6 5 6 5 6 5 6 5 6
7 8 7 8 7 8 7 8 7 8 7 8
9 10 9 10 9 10 9 10 9 10 9 10

+180V

T1
R6
10k
16
15

13
14
11
10

16
15

13
14
11
10

16
15

13
14
11
10

16
15

13
14
11
10

16
15

13
14
11
10
+5V +5V +5V +5V +5V
8
9

1
2

8
9

1
2

8
9

1
2

8
9

1
2

8
9

1
2
MPSA42
O0
O1
O2
O3
O4
O5
O6
O7
O8
O9

O0
O1
O2
O3
O4
O5
O6
O7
O8
O9

O0
O1
O2
O3
O4
O5
O6
O7
O8
O9

O0
O1
O2
O3
O4
O5
O6
O7
O8
O9

O0
O1
O2
O3
O4
O5
O6
O7
O8
O9
R7
T2 5
VCC IC1 GND
12 5
VCC IC2 GND
12 5
VCC IC3 GND
12 5
VCC IC8 GND
12 5
VCC IC9 GND
12
10k 74141 74141 74141 74141 74141
A0

A1

A2

A3

A0

A1

A2

A3

A0

A1

A2

A3

A0

A1

A2

A3

A0

A1

A2

A3
MPSA42 +5V +5V +5V +5V +5V
3

4
T3 T8
T4 C6 C4 C5 C16 C17
R9
10k
100n R8 100n 100n R23 100n 100n
MPSA42 MPSA42
MPSA42
3k3

3k3
39
38
37
33
34
35
36

24
15
16
17

27
28
29

19
20
21
22
2
3
4
5
RB6
RB5
RB4
RB0
RB1
RB2
RB3

RC5
RC0
RC1
RC2

RA0
RA1
RA2
RA3

RD4
RD5
RD6

RD0
RD1
RD2
RD3

K1 +5V
IC5 +3V3
LP2950-33 RST
1V8
11 31 +5V +3V3
VDD VSS
1 3 IC4
C11 C1
PGD
C7
32
VDD PIC18F4420 VSS
12 R18 R19 R10 R20
PGC
10k

10k
2

T6
10k

10k

100uF 2u2 100n R11


MCLR

OSC1

OSC2

25V 25V
RB7

RA5
RA4

RC3
RC4
RC6
RC7

RD7
RE0
RE1
RE2

PICkit 21 1
RX0 RST
10k

20 2
1

40

7
6

13

14

18
23
25
26

8
9
10

30

TX0 BOOTSEL
+5V VCC 2N7000 19 3
EXT/INT VCC 3V3
18 4
ON/OFF WAKEUP
R12 X1 17 MOD1 5
SDA VOUT
L1 D1 +180V 16 6
SCL A2035H GND
1k

15 7
330uH GPIO5 GPIO6
BYV26 R13 22.1184MHz 14 8
IC6 +5V +5V +5V +3V3 GPIO4 GPIO7
C8 C9 13 9
+3V3
470k
6

NC GND
D2 VCC
1 7805 3 1 5 R14 R15
12
NC NC
10
SC CI T5 LED1 22p 22p R21 R22 11
NC C2
1N4004 IC7
10k

10k

GND
GND
GND
GND
GND
GND
GND
GND

T7
10k

10k

K2 7 2 C10
IS SE P1 JP1 S1
2

100n
MC34063 500k
29
28
27
26
25
24
23
22

8 3 10u
DC TC 250V
GND R16 R17 2N7000
C12 C13 C15 C3 C14
4

150R

5k6

100uF 100n 100n 100n


25V 680p
150189 - 11
SPP20N60C3

copyright

Figure 1. L’horloge Nixie « suisse » s’est enrichie de deux tubes supplémentaires et d’un contrôleur avec plus d’E/S pour les piloter.

38 mai 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

Le magazine Elektor d’octobre 2014 vous GPS correcte. Si ce témoin reste allumé, je les ai remplacés par des IN-14 qui
a présenté mon horloge à Nixie qui tire c’est qu’il y a perte de contact. sont en plus compatibles avec les autres
le temps réel d’un module GPS A2035H On peut programmer le PIC en circuit à tubes de forme ovale comme le ZM1100
(de Maestro) pour en obtenir une grande l’aide d’un PICkit 2 ou PICkit 3 (cf. enca- et le CD56. Ce nouveau type est lisible
précision. Et pourtant, sur quatre tubes, dré Vicissitudes du programmateur). Le par le sommet de l’ampoule. Il a donc
il n’était pas possible d’égrainer les cavalier JP1 décide de l’affichage ou non fallu séparer de la carte mère la partie
secondes. D’autant que, malgré leur pré- du zéro non significatif (présent : pas de affichage, qui peut dès lors servir direc-
sence dans le logiciel (version 2.0 com- zéro ; absent : zéro inscrit). tement de face avant. Mais il est aussi
prise), le matériel ne permettait pas de Le module GPS MOD1 (A2035H) inclut plus facile de construire un affichage per-
piloter suffisamment de lignes d’E/S pour toute l’électronique et une antenne pour sonnalisé avec de la plaque perforée ou
gérer six tubes. recevoir les signaux GPS. Comme le d’utiliser des tubes avec un autre bro-
module GPS travaille sous 3,3 V alors qu’il chage. Six embases à deux rangées de
Davantage de broches faut 5 V pour le PIC, j’ai intercalé dans picots assurent la fixation de l’affichage
Il aurait été possible de s’en sortir avec les lignes de données deux changeurs de sur la carte mère.
des extensions I²C par ex., mais le cir- niveau avec les FET T6 et T7, et les résis- On peut alimenter le circuit sur un adap-
cuit en serait devenu trop compliqué à tances R18 + R19 ainsi que R21 + R22. tateur secteur de 9 à 15 VCC. La haute
mon goût. J’ai choisi de repartir d’un PIC Comme pilotes des tubes Nixie, j’avais tension pour les tubes Nixie provient
à 40 broches, le 18F4420. Bon marché,
il est largement disponible.

En principe, tous les ports sont restés


identiques, seuls les numéros des broches
changent en raison de l’augmentation de
leur nombre. Le schéma de la nouvelle
version à la figure 1 montre le grand
frère du PIC18F2480 dans un environ-
nement technique éprouvé, tandis que
le reste du schéma n’a subi que peu de
modifications, en dehors de la commande
des deux tubes Nixie supplémentaires,
confiée au port D. Sept de ses lignes s’oc-
cupent des décodeurs de secondes. Le
huitième nouveau bit servira à attaquer
une petite ampoule au néon supplémen-
taire pour afficher le point sexagésimal
entre les minutes et les secondes.

Autre amélioration
Outre la question de l’affichage des
secondes, de nombreuses remarques sont
parvenues à propos du réglage du fuseau
horaire (UTC+1 pour l’Europe centrale).
Cela ne pouvait être modifié que dans le
code source pour le microcontrôleur, ce
qui – il est vrai – n’est pas très pratique.
Dans la nouvelle version de l’horloge
Nixie, il est désormais possible de choi-
sir la zone horaire après une réinitialisa- coutume d’utiliser des puces 74141, d’IC7, un convertisseur survolteur du
tion (RàZ) par l’interrupteur S1. mais depuis lors, elles sont devenues type MC34063. Une diode rapide D1 et la
rares. La solution de rechange est le bobine L1 produisent des pics de surten-
Le schéma circuit russe K155ID1. Nul besoin de sion qui sont stockés dans le conden-
Parcourons sommairement le schéma. cette puce pour attaquer V1, puisque du sateur électrolytique haute tension C10.
Le PIC18F4420 collecte les données du chiffre de dizaines d’heures, on n’use Si jamais la rétroaction par la broche 5
module GPS et commande les tubes Nixie. que le 0, le 1 et le 2 : un triplet de d’IC7 est interrompue, la tension risque
Sa fréquence d’horloge de 22,1184 MHz transistors suffit. Pour les séparateurs de s’élever inconsidérément jusqu’à faire
est un multiple convenable du débit entre heures, minutes et secondes, exploser le condensateur électrolytique.
binaire de 4 800 bauds du module GPS. deux transistors alimentent les lou- Vérifiez donc soigneusement cette liaison
Le PIC peut aussi allumer un témoin à piotes au néon. avant toute mise en service.
LED (LED1) qui clignote après une RàZ Les tubes Nixie de l’horloge précédente La tension d’alimentation de 180 V atteint
et marque chaque réception d’une chaîne sont aussi devenus rares et donc chers, chaque anode des Nixie à travers R1, R2,

www.elektormagazine.fr mai 2016 39

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

Liste des composants


Résistances : C11, C12 = 100 µF, 25 V au pas de 3,5 mm K1 = embase SIL à 6 picots
(5%, 1/4 W) au pas de 2,54 mm
R1, R2, R4, R5, R25, R26 = 27 kΩ Inductance : K2 = bornier à 2 vis au pas de 5,08 mm
R6, R7, R9, R10, R11, R14, R15, R18, R19, L1 = 330 µH, 900 mA, radial 10 x 15 mm K3, K5, K7, K9, K11, K13 =
R20, R21, R22 = 10 kΩ embase verticale à 2x5 picots
R3, R13, R24 = 470 kΩ Semi-conducteurs : K4, K6, K8, K10, K12, K14 =
R8, R23 = 3,3 kΩ D1 = BYV26 embase à 2x5 picots coudés
R12 = 1 kΩ D2 = 1N4004 LA1, LA2 = ampoule néon à fils T1.1/4
R16 = 150 Ω LED1 = LED à tête plate, rouge, 3 mm MOD1 = module GPS A2035H
R17 = 5,6 kΩ T1, T2, T3, T4, T8 = MPSA42 avec antenne interne
P1 = 500 kΩ potentiomètre d’ajust. T5 = SPP20N60C3 S1 = interrupteur à levier, SPDT, 20 V 0,4 VA
T6, T7 = 2N7000 V1 à V6 = tube Nixie IN-12
Condensateurs : IC1, IC2, IC3, IC8, IC9 = K155ID1 (74141) X1 = quartz 22,1184 MHz
IC4 = PIC18F4420, programmé, cavalier pour JP1
C1 = 2,2 µF, 50 V au pas de 2 mm
réf. 150189-41 (www.elektor.fr) circuit imprimé, réf. 150189-1
C2, C4, C5, C6, C7, C13 à C17
IC5 = LP2950 (www.elektor.fr)
= 100 nF, 50 V, 20%
IC6 = 7805 connecteur CC pour montage en boîtier :
C3 = 680 pF, 100 V Y5P, au pas de 2,5 mm
IC7 = MC34063 PC-010 (www.tme.eu/en/details/pc-010/
C8, C9 = 22 pF, 50 V C0G/NP0,
dc-power-connectors)
au pas de 2,5 mm
C10 = 10 µF, 250 V 20 %, radial, Divers :
au pas de 5 mm JP1 = embase à 2 picots

Figure 2. Pour mettre en valeur la lumière chaude des tubes Nixie, nous avons choisi un circuit imprimé de couleur sombre pour accentuer
le contraste.

40 mai 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

R4, R5, R25 et R26. Si vous utilisez un


autre modèle de tube, il faudra adapter Produits disponibles
leur valeur au courant optimal. Pour ce projet, l’e-choppe vous propose
L’alimentation du reste de l’électronique un kit, un boîtier, un circuit imprimé et
est assurée par deux puces de stabilisa- un contrôleur tout programmé.
tion, un 7805 (IC6) pour le PIC et les cir-
cuits pilotes et un LP2950-33 qui fournit Le kit contient aussi les tubes Nixie
le 3,3 V au module GPS. testés individuellement à la main sur un
appareil fait expressément (cf. photo).
Récupération du temps GPS
Le logiciel précédent ne demandait que
peu de modifications, exception faite de
la sélection du fuseau horaire et de la venu une minute après le lancement, il déterminer laquelle est en vigueur. Pour
production du code hexadécimal pour déclenche une RàZ du PIC. Le témoin finir, on convertit le temps en notation
la nouvelle cible, le PIC18F4420. N’em- LED1 est resté allumé pendant cette hexadécimale avec des variables séparées
pêche, pour ne rien laisser dans l’ombre, minute. Dès réception d’une chaîne pour les heures, minutes et secondes. Il
nous allons revisiter l’ensemble du logi- valide, la ligne RS232 reste sous sur- y a encore dans le logiciel une conversion
ciel. Comme d’habitude, le code source veillance, mais différemment. Le témoin d’ASCII en BCD pour garder la compati-
et l’hexadécimal sont disponibles sur le continue aussi à indiquer une éventuelle bilité avec d’anciennes versions.
site du magazine [1]. Si vous ne souhai- coupure. Quand des données sont intro-
tez pas le programmer vous-même, le duites, le PIC vérifie l’authenticité de En principe, nous avons maintenant le
PIC programmé [2] est aussi disponible la chaîne avant de transférer les don- temps GPS correct, mais il subsiste un
dans l’e-choppe. nées jusqu’à ce qu’il trouve un <CR> souci avec les secondes. La transmission
(ASCII 13). Il calcule alors la somme de de la chaîne GPS est sujette aux condi-
Le système GPS se base sur le Temps contrôle et la compare à celle transmise. tions locales de réception, qui changent
Universel Coordonné, UTC (Coordinated Si elles sont égales, il déclare valide la d’un endroit à l’autre, ce qui peut occa-
Universal Time) [3], celui des horloges ato- donnée. sionner des ratés. Tant qu’on se contente
miques embarquées dans les satellites. La Reste à calculer le décalage pour don- d’afficher les heures et les minutes, on ne
référence à GMT est maintenant ner la bonne heure, été comme hiver. Il remarque rien, mais avec les secondes,
anachronique. a recours à une table, qui court mieux vaut ne pas afficher d’erreur. Pour
jusqu’en 2020, pour l’éviter, j’ai décidé de programmer une
Voici comment se déroule l’ac- horloge en temps réel avec un tempori-
quisition des données GPS. Le sateur interne. On appelle ainsi exacte-
module extrait la trame GPRMC ment toutes les 50 ms une
(Enable RMC) [4]. L’initialisation routine d’in-
prévoit que seule la chaîne de
caractères UTC soit envoyée une
fois par seconde, les autres sont
ignorées (Disable).
Le PIC scrute sans arrêt l’arrivée
de données dans le tampon
RS232. Le chien de garde
intégré le surveille et
si rien n’est par-

Figure 3. Si l’on excepte le module GPS, tous les composants sont


traversants pour une construction facile.

www.elektormagazine.fr mai 2016 41

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

terruption. Comme l’écart entre les deux


Vicissitudes du programmateur
temps doit rester minimal, le réglage doit
Selon Microchip, le PICkit 2 et le PICkit 3 sont destinés à la programmation être réalisé avec précision par quartz. Il
du PIC18F4420. Lors de la programmation de notre prototype, le PICkit 3 a coexiste dans le logiciel l’heure produite
impeccablement fonctionné. Mais avec le PICkit 2, impossible d’alimenter le par le PIC, PIC_HR, et celle de la chaîne
contrôleur sur le programmateur. Ce n’est pas insurmontable, rien n’empêche GPS. On retrouve l’impulsion de 50 ms
d’utiliser l’alimentation du circuit, mais quand même, pourquoi pas ? sur RA4, la broche 6 du PIC.
Pour faire court, quand le circuit est alimenté de l’extérieur, le PICkit 2
fonctionne bien. Et même, quand il s’est mis en marche, vous pouvez débrancher L’horloge interne démarre bien sûr
l’alimentation externe. Il semble donc que le logiciel dans le PICkit 2 soit victime de 00:00:00, il faut une réception GPS
d’un bogue. Microchip ne prend plus en charge ce programmateur et, à vrai dire, valide pour la régler. Cela peut prendre
nous n’avons pas ratissé la Toile à la recherche d’une solution. un certain temps, mais dès qu’une chaîne
Encore une petite astuce : il n’est pas possible de brancher le programmateur valide arrive, le PIC la synchronise et
directement sur le connecteur ISP : le régulateur 5 V et le condensateur réservoir l’horloge tourne au rythme des impul-
l’encombrent. Un prolongateur SIL à six contacts et une embase à picots coudés, sions. Ensuite, un double mécanisme de
soudés dessus, vous feront un adaptateur parfait entre l’embase mâle pour ISP et vérification entre en jeu pour contrôler
le programmateur, comme à la figure 4. la stabilité de la réception GPS. Il ana-
lyse chaque chaîne GPS et, si elle est
correcte, il la stocke dans un tampon qui
peut en contenir dix. L’heure UTC cor-
respond au nombre binaire de secondes
écoulées depuis minuit. Le maximum
étant de 24 x 60 x 60 = 86 400, 3 octets
sont donc nécessaires pour les comp-
ter et les inscrire. Le nouveau temps
est toujours inséré à la 10e position, ce
qui décale d’une place tout le tampon,
donc le temps le plus ancien arrive à la
1ère position. Si le débit de données du
GPS a été constant, la différence entre
ces deux valeurs est exactement de 9 s,
auquel cas le drapeau GPS_STABLE est
levé. On en déduit que le signal GPS est
fiable et on l’emploie pour synchroniser
Figure 4. Pour brancher le programmateur, mieux vaut fabriquer un accessoire avec une barrette à
l’horloge du PIC.
picots coudés et un prolongateur de bus SIL.

Cette synchronisation se répète au moins


Tableau 1. Réglage du fuseau horaire UTC = temps universel coordonné une fois par heure. Quand l’heure du PIC
UTC = 0 UTC+0 UTC = 19 UTC-7 passe à xx:00:30, la routine d’interrup-
UTC = 1 UTC+1 (valeur standard) UTC = 20 UTC-8 tion lance une demande de synchro. Si
UTC = 2 UTC+2 UTC = 21 UTC-9 le signal GPS est stable, le PIC est mis à
l’heure du GPS. Ce moment de référence
UTC = 3 UTC+3 UTC = 22 UTC-10
est choisi de manière à ce qu’une correc-
UTC = 4 UTC+4 UTC = 23 UTC-11
tion éventuelle ne soit visible que dans les
UTC = 5 UTC+5 UTC = 24 UTC-12 secondes, mais pas plus haut. De toute
UTC = 6 UTC+6 UTC = 25 UTC+3.30 façon, sur les différentes horloges que j’ai
UTC = 7 UTC+7 UTC = 26 UTC+4.30 construites, l’écart ne dépasse jamais la
UTC = 8 UTC+8 UTC = 27 UTC+5.30 seconde, pour autant que la boucle soit
UTC = 9 UTC+9 UTC = 28 UTC+5.45 réglée précisément sur 50 ms.

UTC = 10 UTC+10 UTC = 29 UTC+6.30


Pourtant, une synchronisation par heure
UTC = 11 UTC+11 UTC = 30 UTC+8.45
n’est pas toujours suffisante. Principale-
UTC = 12 UTC+12 UTC = 31 UTC+9.30 ment en phase de démarrage, il arrive
UTC = 13 UTC-1 UTC = 32 UTC+10.30 que le temps validé issu du récepteur,
UTC = 14 UTC-2 UTC = 33 UTC+11.30 souvent en l’absence d’information de
UTC = 15 UTC-3 UTC = 34 UTC+12.45 coordonnées, soit totalement déphasé par
UTC = 16 UTC-4 UTC = 35 UTC–3.30 rapport au temps réel et le reste long-
temps. C’est très ennuyeux qu’un temps
UTC = 17 UTC-5 UTC = 36 UTC–4.30
erronée soit transmis au PIC et affiché
UTC = 18 UTC-6 UTC = 37 UTC–9.30
pendant près d’une heure.

42 mai 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

Aussi, un second mécanisme module GPS (cf. figure 3).


de vérification, qui élimine Celui-ci est muni de pastilles à
aussi les boucles d’interruption souder qu’il faut lier aux pas-
imprécises, sert de moyen pré- tilles correspondantes du cir-
ventif du phénomène. Chaque cuit imprimé au moyen de sou-
seconde, le temps du PIC est dure. On le réalise fort bien à
aussi converti en secondes l’aide d’un fer à panne fine. Les
écoulées dans un mot de trois plans de masse à la face oppo-
octets. Dès que le signal GPS sée au module ne doivent pas
est stable et tant qu’il le reste, forcément être étamés, on ne
on calcule la différence entre les le réussit qu’au four à refusion.
deux valeurs. Si elle dépasse la
valeur arbitraire de 3, le temps Implantez d’abord les compo-
du PIC est aligné sur celui du sants les moins hauts, puis les
GPS. La méthode peut sem- plus grands. Les régulateurs
bler pointilleuse, mais en pra- n’ont pas besoin de radiateur.
tique, elle s’est révélée infail- Il faut de la prudence avec les
lible depuis longtemps. tubes Nixie, ils sont fragiles
et leurs fils de connexion sont
La fiabilité du signal s’affiche très fins. Un petit support peut
sur l’ampoule au néon entre les stabiliser sur la carte, c’est
les heures et les minutes. Si une option. Coupez les fils à des
elle clignote ou reste allumée, longueurs différentes, en esca-
tout va bien. Mais quand elle liers, mais pas trop courts, pour
s’éteint, c’est que l’horloge ne les introduire plus facilement un
tourne plus que sur son signal à un dans les trous de la carte.
interne, parce que depuis un N’en soudez qu’un, positionnez
certain temps, une trentaine alors le tube convenablement,
de secondes, elle n’a plus reçu à la verticale, avant de souder
de chaîne GPS valide et qu’elle les autres.
risque donc se dérégler.
Quand tout est correctement
Mise en service installé, branchez un adapta-
Bien que l’horloge reçoive auto- teur secteur, par ex. de 12 V
matiquement l’heure du module et 1 A. Attendez que le module
GPS, il y a quelques paramètres GPS ait une bonne réception et
à ajuster soi-même. L’interrup- profitez bien de votre garde-
teur S1 sert à définir le fuseau temps attractif ! La tension sur
horaire et le passage automa- les tubes est suffisamment éle-
tique à l’heure d’été. On com- vée pour prévoir un boîtier adé-
mence par éteindre l’horloge quat qui évitera à quiconque un
et la rallumer. On pousse sur choc électrique.
S1 pendant 5 s. Le tube Nixie (150189 – version française : Robert
de gauche indique le réglage de l’heure Si vous avez choisi le changement d’heure Grignard)
d’été : un 0 signifie pas de passage auto- manuel hiver/été, vous pourrez avancer
matique. Avec S1, on peut le mettre à 1 l’horloge d’une heure en appuyant briè- Liens
pour demander le changement d’heure vement sur S1. Après une dizaine de [1] Tracé des pistes, code source
automatique. secondes, l’affichage s’adapte. et hexadécimal :
www.elektormagazine.fr/150189
Attendre ensuite que le premier tube Construction [2] Produits disponibles dans l’e-choppe :
se mette à clignoter et appuyer encore Le circuit imprimé pour cette horloge à www.elektor.fr/150189
sur S1. Les deux tubes des minutes Nixie (disponible dans l’e-choppe [2])
[3]  UTC : https://fr.wikipedia.org/wiki/
affichent alors un nombre entre 0 et 37 est à la figure 2. Les deux parties sont
Temps_universel_coordonné
qui représente la zone horaire sélec- rassemblées en une seule plaque. C’est
[4] GPRMC : https://fr.wikipedia.org/wiki/
tionnée, en correspondance avec le moins cher que deux circuits séparés,
NMEA_0183
tableau 1. S1 permet alors de parcourir mais il faut les scinder soi-même. L’im-
les différentes valeurs. Quand on relâche plantation des composants n’est pas très [5] Montage vidéo :
le bouton, la valeur choisie s’inscrit en difficile, vous pouvez vous aider de la https://youtu.be/p_rlTXYVsRQ
EEPROM et l’horloge démarre dans cette vidéo que nous avons déposée sur [5].
configuration. Tous les composants sont à fils, sauf le

www.elektormagazine.fr mai 2016 43

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

SDR d’Elektor réinventé


sur shield Arduino
Burkhard Kainka (Allemagne)

Une radio logicielle, SDR pour


Software Defined Radio, est un
outil universel de travail en HF,
qui permet aussi d’effectuer des
mesures. Les caractéristiques
du récepteur, c’est le logiciel qui
les définit. Pour l’interface de
communication, nous disposons
à présent de la plateforme
Arduino sur laquelle monter un
nouveau shield.

Caractéristiques
• Tension d’alimentation :
5 V et 3,3 V d’Arduino
• Gamme de fréquences :
150 kHz à 30 MHz
• Sensibilité : 1 µV
• Gain global : 40 dB
• Niveau maximal d’antenne : 10 mV
• Plage de dynamique : 80 dB

De plus en plus de services de radiodiffu- ont été faites pour un aggiorna- on peut lui
sion quittent les ondes longues, moyennes mento. Or, il se fait que la puce PLL, la parler en clair
et courtes qui offrent alors un magni- boucle à phase asservie, utilisée alors (à 6 030 kHz tout
fique terrain de jeu pour se lancer dans n’est plus fabriquée. Il fallait trouver une de même). Et sans doute le plus impor-
la chasse aux ondes. Maintenant plus que solution de rechange. Elle est venue sous tant, arriver à construire un récepteur
jamais, on y découvre de nombreuses la forme de la puce en CMOS Si5351 de complètement indépendant. Il devrait
stations lointaines, enfin débarrassées Silicon Labs, un générateur d’horloge être relativement simple de faire migrer
des signaux puissants qui les noyaient. de 8 kHz à 160 MHz avec bus I²C. l’interface utilisateur du PC vers Arduino.
En ondes courtes, il m’arrive souvent de Les premières recherches ont eu lieu Et qui sait, décoder les signaux IQ un de
douter de mon récepteur, tellement le avec un BoB d’Adafruit. Les logiciels ces jours ?
silence est assourdissant. Dans de nom- d’exemple actuels ont été rédigés pour
breuses bandes, les signaux les plus forts Arduino et ont donc servi aux essais pré- Comment ça marche ?
proviennent de radioamateurs. Vous y liminaires. Le nouvel oscillateur réglé en Reprenons d’abord depuis le début. C’est
trouvez toujours du nouveau, depuis les tension (VFO) a été simplement relié à quoi, au juste une radio logicielle ? Malgré
stations pirates en radiotéléphonie sur l’ancienne carte SDR pour prouver son le développement du numérique en élec-
SSB jusqu’aux récents développements efficacité (figure 1). tronique, la radio est longtemps restée à
numériques. De quoi exciter la curiosité ! Ainsi est née l’idée de construire tout la traîne. Quand les ordinateurs domes-
Elektor a présenté et construit de nom- le récepteur sur un shield Arduino. La tiques se sont répandus, la plupart des
breuses radios et en mai 2007 [1] sortait question de l’alimentation est réglée et radios étaient encore analogiques. Com-
déjà la radio logicielle à interface USB. l’interface USB du PC, à portée de main. mence alors un timide développement, du
Depuis lors, de fréquentes suggestions Arduino pilote le VFO et pour ainsi dire, moins avec la numérisation de l’accord.

50 juillet/août 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

ANT

I- L
Mixer

Q- R
Mixer

Figure 1. Les essais préliminaires pour le SDR « nouvelle génération » : une puce PLL Si5351 Figure 2. L’idée du circuit : l’interface se résume
raccordée à une Arduino Uno et à l’ancienne carte de récepteur SDR. à un double mélangeur direct sur des signaux
déphasés de 90°.

Les postes sont généralement équipés La carte son d’un PC moderne offre déjà de gain et la démodulation, le PC s’en
d’un synthétiseur à PLL, ce qui simplifie une possibilité. Avec un taux d’échantil- charge. En principe, il suffit d’un simple
l’accord et garantit le respect de la grille lonnage de 96 kHz courant aujourd’hui, mélangeur direct à diodes ou le célèbre
des canaux. Mais le reste des circuits est on peut déjà recevoir toute la gamme NE612. Il ne faut y ajouter qu’un VFO
encore largement analogique. jusqu’à 48 kHz. Sur l’entrée pour micro- stable. Pour des applications spéciales,
Pendant ce temps-là, l’électronique numé- phone, on branche une grosse bobine on utilise un oscillateur à quartz. Mais
rique a débarqué dans la technique HF comme antenne pour recevoir la gamme si l’on veut pouvoir s’accorder sur toute
et chez les radioamateurs. Sans cesse, TBF. Il y a là beaucoup de signaux inté- la gamme, il faut un générateur DDS ou
plus de fonctions analogiques des appa- ressants, jusqu’aux émetteurs des une puce PLL.
reils sont remplacées par du logiciel. Le sous-marins. Avec un mélangeur IQ, en bref, on a
plus souvent, un processeur de signal affaire à un double mélangeur direct avec
numérique (DSP) travaille avec son logi- Pour utiliser la carte son à de plus hautes deux signaux déphasés de 90° l’un par
ciel à l’insu de l’utilisateur et s’occupe fréquences, il faut d’abord effectuer une rapport à l’autre. Le signal de l’oscilla-
des caractéristiques optimales des filtres, conversion vers le bas par mélangeur. teur se trouve toujours à proximité de
de faire varier la largeur de bande, de Le système correspond à celui d’un la fréquence de réception. Les signaux
décoder des signaux, de déparasiter et s u p e r h é t é r o d y n e ave c f ré q u e n c e de sortie se situent dans le domaine BF
plein d’autres choses. Les appareils sont intermédiaire (FI) plus basse. Les étages généralement entre 0 et 24 kHz. Les deux
ainsi de meilleure qualité avec moins de FI, le filtrage, le réglage automatique signaux s’appellent I et Q comme à la
dépense en matériel. D’autres exemples
de ces développements sont les ordi-
phones et les terminaux mobiles. Dans
cette cour-là, l’électronicien amateur ne
peut plus jouer.
Mais en réalité, il n’est pas nécessaire
de chercher des complications. On uti-
lise un convertisseur A/N rapide auquel
on branche directement l’antenne. Tout
le spectre est numérisé pour être traité
ensuite. Le système peut fonctionner dans
tout le domaine de 0 à 30 MHz. Le logiciel
épure certaines fréquences et démodule
le signal voulu. Peu importe qu’il s’agisse
d’émetteurs radiophoniques AM ou DRM,
de signaux SSB, d’émetteurs en morse,
de téléscripteurs, de télécopieurs météo
ou d’autres réceptions, tout est possible
et pour tous, il existe un logiciel adapté.
Toutefois, le matériel nécessaire pour
une aussi grande largeur de bande est
vraiment cher et le traitement ultérieur
d’un spectre aussi étendu impose des exi-
gences sévères. Figure 3. Le programme SDR# en réception d’un signal AM.

www.elektormagazine.fr juillet/août 2016 51

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

3V3 5V 5V
R5
100R
C1 C2 10
K2
12 S 9 C15 14 14 C16 4 C17 C18 8
D
4u7 16V 100n
1 7 IC2B IC2 IC3 IC4 7
IOREF
11 C 8 100n 7 7 100n 11 100n 4u7 6
VDD VDDO
R 16V 3V3 RESET
5
2 3V3
R1 R2 XA 13 4
X1 IC2 = 74AC74 IC3 = 74HC4066 IC4 = TS914 5V 5V
IC1 3
GND
4k7

4k7

10
CLK0 2
25MHz 3 GND
XB 1
9 C3 R9 R10 VIN
CLK1 10
10k 100k C8
K3 R3 SI5351A 4 8
SCL
330R
4
SCL CLK2
6
S 3 IC3B 100n IC4C
10 2 5 9
SCL D C4 100n
SDA
9 R4 IC2A 5
SDA 5
8 330R SDA 3 C 6 R12
AREF 2n2
7 R 4 100k
GND GND R7 C6
6 1 R11
IO13 8 100R K1
5 100n 6
IO12

10k
4 1 IC3A 7
IO11 3V3 C5 R13 IC4B
3 13 5 C7
IO10

4k7
2 L2 2n2
IO9
1 2 100n
IO8

100uH
C9 R14 R15
C19 3
K5 10k 100k C14
1
IO7
8 8 IC3C 100n IC4A
100n T1 2
7 C10 100n K4
IO6 6
6 1
IO5 ANT 2n2 R17 AD0
5 BF545B 2
IO4 9 100k AD1
4 R8 C12 3
IO3 L1 R6 R16 AD2
3 D1 D2 100R 4
IO2 GND 13 AD3
470R

100n

10k
2 IC3D 5
IO1 10 14 AD4
IO0
1
2200uH C11 R18 IC4D 6
AD5
12 12 C13

4k7
2n2
2x 1N4148 11 100n
150515 - 11

Figure 4. Le schéma de la nouvelle radio logicielle.

Liste des composants


Résistances : IC4 = TI914IDT, SOIC-14 X1 = quartz 25 MHz (Abracon ABM7)
R1, R2, R13, R18 = 4,7 kΩ, 1 %/100 mW, circuit imprimé, réf. 150515-1 ou
CMS 0603 Divers : circuit imprimé avec les CMS installés,
R3, R4 = 330 Ω, 1 %/100 mW, CMS 0603 K1 = prise pour jack stéréo 3,5 mm encartable réf. 150515-91 (www.elektor.fr)
R5, R7, R8 = 100 Ω, 1 %/100 mW, CMS 0603 K2, K3, K4, K5 = ensemble de connecteurs
R6 = 470 Ω, 1 %/100 mW, CMS 0603 compatibles Arduino (1×6 broches,
R9, R11, R14, R16 = 2×8 broches, 1×10 broches)
10 kΩ, 1 %/100 mW, CMS 0603
R10, R12, R15, R17 =
100 kΩ, 100 mW, CMS 0603

Condensateurs :
C1, C18 = 4,7 µF/16 V, CMS boîtier B
C2, C3, C6, C7, C8, C9, C12, C13, C14,
C15, C16, C17, C19 = 100 nF/50 V, X7R,
CMS 0603
C4, C5, C10, C11 = 2,2 nF/50 V, X7R,
CMS 0603

Inductances :
L1 = 2 200 µH (Fastron L-1812AF)
L2 = 100 µH (Murata LQH32CN101K23L)

Semi-conducteurs :
D1, D2 = 1N4148WS, SOD-323
T1 = BF545B, SOT-23
IC1 = Si5351A-B-GT, MSOP-10
IC2 = SN74AC74PW, TSSOP-14 Figure 5. Le circuit imprimé à double face pour le nouveau récepteur SDR prend la forme d’un
IC3 = 74HC4066, SOIC-14 shield Arduino.

52 juillet/août 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

figure 2. On les envoie directement aux tenne libre haubané d’une longueur d’au réo pour le traitement ultérieur. Bien
canaux gauche et droit de l’entrée de la moins trois mètres. Si ce n’est pas pos- entendu, on aurait pu essayer de dépla-
carte son. La suite appartient au logiciel. sible, on peut utiliser un fil plus long n’im- cer l’interface vers Arduino et peut-être y
Un mélangeur simple mélangerait la porte où dans la pièce, mais une antenne ajouter un traitement simplifié du signal,
bande en bas et celle en haut de la fré- intérieure est souvent plus parasitée. La mais ce serait beaucoup demander à un
quence de l’oscillateur dans la même construction optimisée d’antennes fera petit système. Ce qui compte d’abord,
gamme. Il s’ensuivrait la production encore l’objet d’un thème d’article pour c’est qu’Arduino reçoive ses commandes
de fréquence image. Avec le mélange Elektor. du PC et règle le VFO.
double et le déphasage, le logiciel est
en mesure de déduire la fréquence image. La construction Je ne vais pas décrire maintenant ce qui
On reçoit ainsi un domaine entre −24 kHz Le circuit imprimé est donc exécuté au se trame avec l’EDI d’Arduino, supposons
et +24 kHz si la carte son dispose d’un format de shield pour Arduino, de manière que tout se passe bien. Il faut commen-
taux d’échantillonnage de 48 kHz. La à se brancher directement sur Arduino cer par charger un programme Arduino
figure 3 montre comment s’y prend un Uno. Comme le Si5351 n’est livrable qu’en adapté. Ce que ce logiciel fait exacte-
programme comme SDR# (cf. aussi l’en- CMS à dix contacts, il a été décidé de ment vous sera expliqué dans la suite.
cadré Le logiciel pour SDR). construire l’ensemble en CMS et de pro- Vous préférez sans doute arriver tout de
poser dans l’e-choppe la carte assem- suite à un premier captage, alors laissez
Le schéma blée [3], sur laquelle il reste à souder le de côté ces informations et chargez sim-
Voyez dans le schéma de la figure 4 les connecteur compatible Arduino. Si vous plement le logiciel [3].
groupes individuellement. Le générateur préférez fabriquer complètement le cir- Sa mission décisive consiste à persua-
PLL Si5351 (IC1) fournit le signal d’os- cuit, vous pouvez télécharger en [3] le der le Si5351 de délivrer une fréquence
cillateur, quadruple de la fréquence de tracé des pistes ou acheter dans l’e- appropriée. Cette puce compte deux PLL
réception, au diviseur 74AC74 (IC2B), choppe le circuit imprimé nu. internes et trois sorties, son diagramme
lequel la divise par quatre pour appliquer fonctionnel est à la figure 6. Nous n’utili-
le signal déphasé de 90° au mélangeur Le réglage de fréquence sons ici que la PLL A et la sortie CLK1. Le
74HC4066 (IC3). Ce commutateur ana- Arduino, de concert avec le shield SDR, croquis utilise la bibliothèque d’Adafruit,
logique est câblé en inverseur et envoie sert d’interface entre l’antenne et le PC. ce qui rend la chose agréablement simple.
le signal HF alternativement aux entrées Sa tâche se limite au réglage du VFO. Et Mais avant d’en profiter, il faut que la
inverseuse et non inverseuse de l’amplifi- en plus, il indique au PC quelle fréquence bibliothèque soit chargée depuis [2] et
cateur opérationnel TS914 (IC4B/IC4D). on veut avoir. Entre le PC et Arduino, les incluse.
C’est ce qui effectue la conversion vers informations circulent dans
le bas du signal dans le domaine BF. un câble USB. Le signal Le Si5351 a un oscillateur à quartz
Après un léger filtrage et une amplifica- utile, après son dépla- de 25 MHz et ses deux PLL
tion (IC4C/IC4A), le signal aboutit à la cement en fréquence peuvent être accor-
sortie audio. L’étage de sortie HF est un vers le bas, atteint dées entre
tampon à source suiveuse, formé par le alors la carte son
JFET BF545B (T1), l’équivalent CMS du par câble sté-
BF245B.
En comparaison avec l’ancienne version
de radio logicielle d’Elektor, on remarque
une sérieuse simplification dans le tra-
jet du signal. Les multiples filtres passe-
bas commutables ont laissé place à une
entrée à large bande avec deux diodes
anti-surtension. L’expérience du passé
ayant conclu à un risque de dommages
sur l’étage d’entrée en cas d’orage,
il est ainsi bien couvert pour la
réception des ondes courtes
avec un fil d’antenne. Pour des
besoins particuliers, il reste possible
d’y ajouter un filtre extérieur ou
un préamplificateur. Le gain en BF,
réglable sur trois niveaux sur l’an-
cien modèle, reste maintenant moyen,
valeur révélée d’usage normal. Avec ces
simplifications, il est plus aisé de tout
installer sur un shield.
Pour les premiers essais, il faut juste rac-
corder une antenne. L’idéal est un fil d’an-

www.elektormagazine.fr juillet/août 2016 53

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

VDD VDDO
Si5351A 3-Output

PLL MultiSynth
A R0 CLK0
XA 0
OSC
XB PLL MultiSynth
B R1 CLK1
1

SDA I2C MultiSynth


Interface R2 CLK2
SCL 2

GND 10-MSOP

Figure 6. Diagramme fonctionnel dans la fiche technique du Si5351A. Figure 7. Pilotage du générateur d’horloge avec
le terminal Arduino.

600 MHz et 900 MHz. Comme les diviseurs la fréquence voulue : arriver à la fréquence voulue.
des PLL travaillent avec des nombres frac- • régler la PLL sur la fréquence fixe Voyons la méthode A. La fréquence du
tionnaires, on peut obtenir pratiquement de 900 MHz, par exemple, et ensuite VFO se situe à quatre fois celle du mélan-
n’importe quelle résolution. Les diviseurs diviser par un nombre fractionnaire ; geur, qui se trouve 12 kHz en dessous de
MultiSynth qui suivent utilisent également la fréquence de réception. Le programme
des fractionnaires. On dispose ainsi de • régler la PLL par tâtonnements, puis doit recevoir cette fréquence de réception
deux possibilités (A ou B) pour produire diviser par un nombre entier pour exprimée en kHz au format texte et la

Listage 1. Programme pour un réglage fixe de PLL


//SI5351_vfo PLL fixed at 900 MHz (si5351vfo2.zip) unsigned int Divider2;
unsigned int rdiv;
#include <Adafruit_Sensor.h>
#include <Wire.h> if (freq > 0) {
#include <Adafruit_SI5351.h> f2=(freq-12)*4;
if (f2<1000) {
Adafruit_SI5351 clockgen = Adafruit_SI5351(); rdiv = 16;
void setup(void) f2 = f2 * 16;
}
{ else {
Serial.begin(9600); rdiv = 1;
Serial.println("Si5351 Clockgen"); Serial.println(""); }
div2 = 900000000/f2;
f4 = div2/1000;
/* Initialise the sensor */ f5=div2-(f4*1000);
if (clockgen.begin() != ERROR_NONE) clockgen.setupMultisynth(1, SI5351_PLL_A, f4, f5,
{ 1000);
Serial.print("Error"); if (rdiv == 16) {
while(1); clockgen.setupRdiv(1, SI5351_R_DIV_16);
} }
Serial.println("OK"); if (rdiv == 1) {
clockgen.enableOutputs(true); clockgen.setupRdiv(1, SI5351_R_DIV_1);
clockgen.setupPLL(SI5351_PLL_A, 36, 0, 1000); //900 }
MHz }
setfreq (6000); }
}
void loop(void)
void setfreq (unsigned long freq) {
{ unsigned long freq;
unsigned long f2; if (Serial.available()) {
unsigned long f3; freq = Serial.parseInt();
unsigned long f4; setfreq (freq);
unsigned long f5; }
unsigned long div2; }

54 juillet/août 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

convertir. Pour recevoir sur 3 500 kHz,


le Si5351 doit produire une fréquence de
4 × (3 500 − 12) [kHz] = 13 952 kHz sur
la sortie 1. Le diviseur de la PLL est mis
sur 36 (25 [MHz] × 36 = 900 MHz), le
diviseur Multisynth sur 900 000/13 952
= 64,506. De cette manière, on descend
jusqu’à 1 MHz. Pour aboutir à des fré-
quences plus basses, on met en œuvre
le diviseur R_DIV réglé sur 16. Le lis-
tage 1 montre le logiciel correspondant
et la figure 7, la conduite avec le ter-
minal Arduino.
La méthode A présente l’avantage de
pouvoir mettre au point à tout moment
le VFO, sans causer d’interruption pen-
dant le changement de fréquence.
La méthode B, en revanche, garantit une
meilleure pureté de phase, ce qui suf-
fit aussi pour la DRM. Toutefois, chaque
changement de fréquence s’accompagne
Figure 8. C’est un petit programme VB qui rend le maniement confortable.
d’une courte interruption d’environ 1 ms
qui se manifeste comme parasite en radio
logicielle. Cette méthode demande un
calcul du diviseur optimal suivant (lis- présentation. montre que le soir, on capte moins que le
tage 2) pour que la PLL reste toujours Dans un prochain article, nous examine- jour. Et le phénomène se déplace le soir
dans le domaine de 600 à 900 MHz. rons en détail chaque programme et ses vers les bandes plus basses de 75 jusqu’à
Tout terminal peut diriger chacun des possibilités. 41 m. On peut aussi recevoir les sta-
deux programmes. Pour votre confort, tions de radioamateurs avec une antenne
on a écrit un programme VB en Visual Premières expériences filaire plus courte. Il s’en trouve plus dans
Studio 2015. Téléchargement en [3] : de réception la bande de 40 m et avec un peu de
SDRshield.zip. Il envoie à Arduino la fré- À défaut d’une meilleure antenne, on peut chance, on écoute quelques stations CW
quence souhaitée à 9600 bauds au for- faire ses premiers essais avec un fil d’un à (morse) et SSB (BLU). On choisit le mode
mat texte, par ex. 3500. La glissière de trois mètres de long à brancher à l’entrée approprié dans le logiciel SDR, réglage de
réglage (cf. figure 8) va par pas de 9 kHz d’antenne pour recevoir sans difficulté des volume, bande passante, contrôle auto-
jusqu’à 1,6 MHz, puis s’en tient au stan- émetteurs de radiodiffusion dans toutes matique de niveau et bien d’autres para-
dard de 5 kHz. Comme moyen subsidiaire, les bandes d’ondes courtes. L’expérience mètres. Avec les bons réglages, on récolte
on peut donner directement la fréquence
voulue ou cliquer sur les boutons à côté
de chaque bande de radiodiffusion ou de Le logiciel pour SDR
radioamateurs. Les étoiles qui brillent actuellement au firmament du logiciel SDR s’appellent
N’oubliez pas, lors du premier accès, de SDR# [4] et HDSDR [5]. Tous deux suivent la nouvelle tendance vers des
choisir le bon port COM. fréquences toujours plus hautes et il est possible de les utiliser avec une simple
clé électronique (dongle) comme récepteurs DVB-T. C’est un bon choix quand on
Le logiciel SDR veut écouter les gammes VHF et UHF. Des essais ont cours pour leur permettre
Voici un aperçu du logiciel SDR utilisable. de descendre sous les 30 MHz. On pourrait mettre en jeu un mélangeur élévateur
Pratiquement tous les programmes utili- qui remonte tout le spectre de 50 MHz. On aurait alors un superhétérodyne
sés avec l’ancienne radio logicielle d’Elek- multiple accompagné des nombreux soucis bien connus de signaux fantômes et
tor peuvent servir, ils fonctionnent encore d’interférences, ainsi qu’une perte de dynamique. Une radio logicielle dédiée au
maintenant. spectre sous les 30 MHz ne demande qu’une seule conversion de fréquence et
• SDRadio reste encore un bon choix procure ainsi une réception très propre et sans sifflements.
• SoDoRa peut aussi décoder la DRM Sur le PC, il y a deux programmes qui tournent, celui qui réalise l’accord et le
• DREAM fonctionne encore, mais logiciel SDR. Chaque programme SDR a sa propre interface de commande. Les
n’utilise pas le signal IQ et nécessite premiers pas sont toujours semblables. D’abord, s’assurer que c’est la bonne
un récepteur comme un mélangeur entrée qui est utilisée. Puis sélectionner la carte son et activer cette entrée-là
direct (Line In). Le logiciel SDR démarre. On voit qu’on a choisi la bonne entrée par une
• HDSDR est un logiciel actuel et très augmentation significative du bruit de fond, qui grimpe encore avec une antenne.
puissant Le plus souvent, il faut régler la carte son sur un niveau plus faible, du fait que le
• SDRSharp (SDR#) se signale par récepteur peut fournir jusqu’à 1 V d’amplitude du signal.
un maniement simple et une bonne

www.elektormagazine.fr juillet/août 2016 55

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

Listage 2. Programme pour PLL variable

//SI5351_vfo, variable PLL (si5351vfo3.zip) Divider2 = 18;


}
#include <Adafruit_Sensor.h> if (f2 < 45000) {
Divider2 = 20;
#include <Wire.h> }
#include <Adafruit_SI5351.h> if (f2 < 30000) {
Divider2 = 30;
Adafruit_SI5351 clockgen = Adafruit_SI5351(); }
void setup(void) if (f2 < 20000) {
Divider2 = 45;
{ }
Serial.begin(9600); if (f2 < 15000) {
Serial.println("Si5351 VFO"); Serial.println(""); Divider2 = 60;
}
if (clockgen.begin() != ERROR_NONE) if (f2 < 10000) {
{ Divider2 = 90;
Serial.print("Error"); }
while(1); if (f2 < 6000) {
}
Divider2 = 150;
Serial.println("OK");
}
clockgen.enableOutputs(true);
if (f2 < 4000) {
setfreq (6000);
Divider2 = 220;
}
}
if (f2 < 2700) {
void setfreq (unsigned long freq)
Divider2 = 330;
{
}
unsigned long f2;
if (f2 < 1800) {
unsigned long f3;
Divider2 = 500;
unsigned long f4;
}
unsigned long f5;
if (f2 < 1500) {
unsigned int Divider2;
Divider2 = 600;
unsigned int rdiv;
}
if (f2 < 1000) {
if (freq > 0)
Divider2 = 900;
{
}
f2=(freq-12)*4;
f2=f2*Divider2;
// f2=freq;
f2=f2*1000/25;
if (f2>120000) {
f3=f2 /1000;
f2=120000;
} f4 = f3/1000;

if (f2<800) { f5=f3-(f4*1000);

rdiv = 16; clockgen.setupPLL(SI5351_PLL_A, f4, f5, 1000);

f2 = f2 * 16; clockgen.setupMultisynth(1, SI5351_PLL_A, Divider2,


} 0, 2);
else { if (rdiv == 16) {
clockgen.setupRdiv(1, SI5351_R_DIV_1); clockgen.setupRdiv(1, SI5351_R_DIV_16);
rdiv = 1; }
} }
if (f2 >= 100000) { }
Divider2 = 6;
} void loop(void)
if (f2 < 90000) { {
Divider2 = 10; unsigned long freq;
} if (Serial.available()) {
if (f2 < 60000) { freq = Serial.parseInt();
Divider2 = 15; setfreq (freq);
} }
if (f2 < 50000) { }

56 juillet/août 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

souvent davantage qu’avec à céramique dont la déviation peut


un coûteux récepteur s’élever jusqu’à 50 kHz. Et
analogique à la mode effectivement, il y a bien un
ancienne. signal faible à 15 950 kHz,
Une caractéristique avec même des signaux
capitale de tous les de bande latérale auxquels
mélangeurs à com- le contrôleur contribue.
mutation est la pro- Et quand on approche la
duction de signaux carte Arduino du résona-
à des multiples teur céramique, on obtient
impairs de la fon- encore une large modu-
damentale. Quand lation de fréquence et
on veut recevoir une autre contrariété qui
un signal à 1 MHz, montre que le résona-
des harmoniques teur présente une cer-
à 3 MHz, 5 MHz, taine dépendance à la
7 MHz, etc. température. Là, il nous
peuvent pertur- faut d’urgence un SDR
ber la récep- pour aller tâter le pouls
tion. Aussi, uti- d’Arduino !
lise-t-on souvent
des filtres passe- Quand il reste sans
bas commutables. antenne, le SDR aug-
Le shield SDR n’y mente normalement son
a pas recour s, amplification pour rendre
donc il est logique visibles les signaux les
d ’u t i l i s e r d e s plus faibles. On voit
antennes sélectives, mais il fonctionne du découplage. Elle bénéficie d’un plan de alors autour de la fréquence moyenne
étonnamment bien avec une antenne masse étendu à la face inférieure et ses de faibles parasites produits par l’USB
filaire à large bande. La raison en est tensions d’alimentation de 5 V et 3,3 V d’Arduino. Pour faire la distinction entre
qu’en cours de journée, des signaux puis- sont découplées par filtres LC. Dans les les signaux qui proviennent d’Arduino et
sants dominent sur différentes bandes et faits, ces mesures se révèlent fort effi- ceux de l’USB, branchons un bloc secteur
pourtant n’occasionnent pas de soucis. La caces. Normalement, il n’y a pas lieu de sur Arduino et, après syntonisation sur la
réception des grandes ondes et des ondes soupçonner Arduino. fréquence voulue, retirons le câble USB
moyennes fait exception, parce qu’elle pendant le fonctionnement.
peut subir l’influence de signaux prove- Arduino à l’écoute
nant des gammes d’ondes courtes. Mais À tout le moins, on devrait pouvoir cap- Tous les parasites internes sont très
avec une antenne ferrite et un condensa- ter l’oscillateur d’horloge à 16 MHz. Sans faibles. Dès qu’on branche une antenne,
teur variable, l’embarras s’en va. aucune antenne, c’est bien le cas. Alors, le bruit de fond s’élève au point de couvrir
Il faudra encore approfondir le sujet des le shield peut nous servir d’appareil de totalement ces parasites. Cela montre
antennes, filtres et préamplificateurs, mesure. En fait, il y a deux oscillateurs. la haute sensibilité de la radio logicielle.
pas juste pour en tirer le plus fort signal L’un est à quartz de 16 MHz sur la puce On peut même recevoir des signaux d’à
possible, mais surtout se prémunir des USB de l’Uno avec une déviation de moins peine 1 µV. La plupart du temps, pareille
parasites. Il ne s’agit pas d’une possible de 1 kHz. Quand on touche l’endroit où sensibilité est inutile, puisque le niveau
longue antenne filaire tendue à distance le quartz est soudé sous la carte, on a de bruit sur l’antenne est bien supérieur.
de la maison, ce n’est pas réalisable une petite réaction. On sait donc qu’il Avec une longue antenne, on peut même
partout, alors il faut chercher des com- s’agit bien de ce signal-là. Avec un petit sursaturer le récepteur. Il faut déjà son-
promis. Et en tête de liste, on trouve bout de fil comme antenne, le signal est ger à un atténuateur d’entrée.
l’antenne-cadre magnétique. Héritière plus fort, mais le bruit de fond aussi. Et à (150515 – version française : Robert Grignard)
de l’antenne-cadre à air des pionniers cette occasion, on remarque encore une
de la TSF, ce genre d’antenne petite et bizarrerie. Les signaux qui arrivent par
Liens
discrète fonctionne à l’intérieur. Nous y l’entrée d’antenne subissent une bonne
reviendrons. atténuation de la fréquence image. Mais [1] www.elektormagazine.fr/070039
pour ceux qui se faufilent par la tension [2] https://github.com/adafruit/
Lors des premiers essais avec ce récep- d’alimentation sur le chemin du signal, Adafruit_Si5351_Library
teur, notre attention a été attirée par l’in- c’est tout différent. Ils apparaissent en [3] www.elektormagazine.fr/150515
fluence d’Arduino : cette carte, si proche double, quoique nettement plus faibles.
[4] http://airspy.com/download
de l’entrée, peut-elle produire des para-
sites dans la réception ? D’origine, elle a Il faut aller chercher le signal d’horloge du [5] http://www.hdsdr.de
été l’objet d’une grande attention au sujet Mega328. Il travaille lui, avec oscillateur

www.elektormagazine.fr juillet/août 2016 57

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

judas connecté avec


Raspberry Pi
communiquer avec un visiteur via son ordiphone
Luc Lemmens (labo d’Elektor)

Une visite inattendue peut être agréable, mais


on peut aussi se retrouver face à une personne
indésirable et regretter d’avoir ouvert la porte
trop vite. Le visiophone est une solution,
mais si vous n’êtes pas à la
maison... Avec notre
projet, vous pourrez
communiquer avec
votre visiteur, et
même lui ouvrir la
porte à distance ;
du moins, si vous
possédez un ordiphone.

Avec un Raspberry Pi (B+, 2 ou leur domicile, mais il peut aussi s’avé- ware design » [2]. Le cœur du circuit
3, peu importe), un module caméra RPi, rer utile dans des situations où on n’est (fig. 1) est constitué du module GSM
et la carte HAT GSM pour RPi conçue par pas en mesure d’aller voir qui a sonné. M95 (MOD1) avec son antenne, et d’un
notre labo, nous réalisons un interphone Et pourquoi pas pour « filtrer » vos visi- connecteur pour carte SIM (SIM1). Les
qui prend une photo du visiteur dès qu’il teurs ? Il y a des jours où on n’a pas envie résistances R15 à R17, la barrette de
sonne. La photo est envoyée dans un de recevoir n’importe qui... diodes D7, et les condensateurs C19 à
MMS vers votre ordiphone, ce qui vous Cette idée nous est venue après avoir fini C22, constituent un dispositif antipara-
permet de voir qui est à la porte. Vous le projet de carte de liaison GSM [1] qui sites et de protection contre les décharges
pouvez ensuite appeler votre « portier repose sur le module GSM M95 de Quec- électrostatiques, pour l’interface de la
connecté » : le module GSM prendra tel. Nous avions les bases nécessaires carte SIM. Les condensateurs C6 à C17 et
automatiquement l’appel, et vous com- pour notre interphone, mais il semblait les diodes D3 à D6 remplissent la même
muniquerez avec le visiteur par micro- trop difficile d’en faire un ensemble com- fonction pour l’entrée du microphone à
phone et haut-parleur interposés. Nous pact. Nous avons donc préféré réaliser électret et la sortie de l’amplificateur
avons aussi prévu la possibilité d’action- une carte HAT (Hardware Attached on audio du M95.
ner une gâche électrique, suite à l’envoi Top) pour RPi avec le matériel additionnel
d’un SMS à l’interphone. Le SMS contient nécessaire à l’interphone ; examinons-en L’UART du M95 est connecté au RPi via
un mot de passe, et le numéro de l’ap- maintenant le schéma. K5, la communication se fait avec des
pareil qui a envoyé le message est aussi commandes AT. Le diviseur de tension
contrôlé, pour plus de sécurité. Schéma constitué par R6 et R7 adapte le niveau
Le système a été avant tout pensé et L’essentiel du schéma provient de la du signal TxD aux 3,3 V de l’entrée du
conçu pour les personnes absentes de documentation de Quectel, « M95 hard- RPi. Nous aurions pu alimenter la carte

50 octobre 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

GSM en 3,3 V, pour éviter la différence messages transmis par le M95 au RPi, light », pourrait laisser croire que le
de niveaux logiques, mais cela provoque le M95 peut aussi s’éteindre soudaine- module s’est connecté à un réseau
un problème inattendu : bien que le M95 ment. Quectel n’explique pas les raisons mobile, mais ce n’est pas le cas. Le M95
soit spécifié pour une tension d’alimen- de ce comportement, nous avons donc se met en fait en mode stand-by, et une
tation de 3,3 à 4,6 V, il envoie une alerte choisi d’alimenter le circuit en 4,4 V via impulsion à l’entrée « pwrkey » l’allume
en continu via son UART dès que l’on un MIC29302 (IC1), même si cette ten- ou l’éteint.
approche à moins de 100 mV du mini- sion n’est pas usuelle.
mum ou du maximum. Outre le fait que LED2 clignote dès que le circuit est ali- Le bouton-poussoir S1 est un bouton de
cette alerte gêne le décodage d’autres menté. Le nom de cette sortie, « net- sonnette ordinaire. Il commande le relais

3V3 V+
K5
V+ 4V4 V+
1 2
R1 K2
1 5 3 4 D1 RE2 2
EN IC1 ADJ 110k S1
5 6 RXD 1
Bell Button
2 MIC29302 4 7 8
IN OUT R6 Door
TAB
LED1 JP1 1 9 10 TXD Opener
GND 1k5 1N4148 T4
EE2-5NU
3 6 R10
POWER R7
Raspberry Pi 100R

3k3
R2 R3 R4
C1 C2 C3 C4 C5
R5 R11 2N7002
470R

2k2
43k

1k

1000u 100n 100n 100n 100u


2k2

10V 16V
PWR

K1
1 DTXD
V+
2 DRXD
PWRKEY

SIM1_CLK

SIM1_RST

3 STAT SIM1_VDD

4 EMOFF C20 C21 K6


T1 D2 RE1 2
5 PWR
R8 R17 R16 1
6 AGND PWR 33p 33p
100R
22R

22R

7 MIC1P C18 Doorbell


R9
8 MIC1N 2N7002 1N4148 T3
47k

4 5 6 100n EE2-5NU
9 SPK1N R13
10 SPK1P C22 100R
SIM_RESET

SIM_VDD
SIM_CLK

4V4
ANT1 2N7002
33p
PGB1010603
D3 SIM1
C9 C6 C23 C24 C25 C26
SIM Card Holder
SMA
SIM_DATA

10p 33p 100u 100n 10p 33p PGB1010603


MIC2N 16V
GND

D5
C12 C15
MIC1 C10 C7 3 2 1 C19
VRTC
R15 33p 10p
10p 33p
22R

32 33 34 39 33p LOUDSPKP
MIC2P
RF_ANT
VRTC
VBAT
VBAT

D4 AGND 1 31 C13 C16 LS1


C11 C8 AGND SIM1_GND
MIC2P 2 30 SIM1_CLK
MIC2P SIM1_CLK
MIC2N 3 29 33p 10p 8Ohm
10p 33p SIM1_DATA
MIC2N SIM1_DATA LOUDSPKN 1W5
MIC1P 4 28 SIM1_RST
MIC1P SIM1_RST D6
PGB1010603 MIC1N 5 27 SIM1_VDD C14 C17
MIC1N SIM1_VDD
K3 MOD1
1 CTS SPK1N 6 26 RI 33p 10p
SPK1N RI/PCM_RST
2 RTS SPK1P 7 25 DCD
SPK1P DCD/SIM2_RST PGB1010603
3 DCD LOUDSPKN 8 24 RTS
LOUDSPKN RTS
4 RI LOUDSPKP 9 23 CTS
LOUDSPKP CTS
5 VRTC PWRKEY 10 22 TXD
PWRKEY TXD
6 EMOFF 11 21 RXD
EMERG_OFF RXD
7 M95 4V4
SIM2_DATA 16
GSM Module 15 DTXD
SIM2_DATA DBG_TXD
SIM2_CLK 17 14 DRXD LED2
SIM2_CLK DBG_RXD
V+ SIM2_VDD 18
SIM2_VDD NETLIGHT
13
19 12 STAT NET
K4 VDD_EXT STATUS/PCM_SYNC
7 TXD 20 42 R12
DTR/SIM1_PRESENCE PCM_IN D7 1 3 4 5 6
6 RXD 41
PCM_OUT
1k

5 SIM2_VDD R14
GND
GND
GND
GND
GND

4 SIM2_CLK T2
35 36 37 38 40
0R

3 SIM2_DATA
NETLIGHT
2
2
1
2N7002
copyright SMF05CT2G 150330 - 11

Figure 1. Les composants les plus importants sont le module GSM M95 et le connecteur pour carte micro-SIM.

www.elektormagazine.fr octobre 2016 51

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

RE1, qui peut être utilisé pour alimen- via T4 lors de la réception d’un SMS Circuit imprimé
ter (en courant alternatif) une sonnette contenant un mot de passe déterminé, Le circuit imprimé est en figure 2.
existante. Le cavalier JP1, que l’on peut et si le numéro de l’appareil envoyant le Comme le module GSM n’est disponible
remplacer par un interrupteur marche/ message est reconnu. qu’en version CMS, nous avons décidé
arrêt, détermine si le signal de sonne- Nous ne sommes pas tout à fait convain- de n’utiliser que des composants CMS, à
rie est envoyé vers le RPi, auquel cas le cus de l’utilité de cette dernière option : l’exception des connecteurs – dont celui
processus d’envoi d’une photo démarre. il faudrait de toute manière pas mal de de l’antenne. Cela risque de compliquer
L’envoi d’un MMS n’est pas gratuit, et si matériel pour sécuriser le relais, et empê- la tâche des amateurs les moins expéri-
on est à la maison, on peut en principe cher qu’un malfrat ne parvienne à l’ac- mentés, mais qu’ils se rassurent ! Elek-
se contenter de la sonnette. tionner ou à le contourner, et à ouvrir la tor propose le circuit imprimé avec tous
porte. Il appartient à l’utilisateur de choi- les CMS montés (150400-71). Les élec-
RE2 permet la connexion d’une gâche sir quelles mesures de sécurité il appli- troniciens chevronnés se procureront le
électrique, qui sera actionnée par le RPi quera ou non. circuit imprimé nu, ou le réaliseront eux-
mêmes ; le dessin est disponible en [4].
Certains connecteurs sont optionnels,
c’est mentionné dans la liste des com-
Liste des composants
posants. Attention : il faut insérer K5 côté
Résistances : Divers : pistes du circuit imprimé et ensuite sou-
(CMS 0603, 1% / 0,1 W) Mod1 = module GSM Quectel M95
R1 = 110 kΩ SIM1 = connecteur micro-SIM der ses pattes côté composants (fig. 3).
R2 = 43 kΩ (Molex 78723-1001) Ce connecteur sera ensuite enfiché dans
R3 = 470 Ω ANT1 = connecteur SMA pour circuit imprimé le connecteur GPIO du RPi. Avant de sou-
R4, R12 = 1 kΩ (Molex 73391-0070)
R5, R11 = 2,2 kΩ + antenne hélicoïdale (RF Solutions der, vérifiez s’il faut ajuster la hauteur du
R6 = 1,5 kΩ ANT-GHEL2R-SMA) connecteur par rapport au RPi. Il faut que
R7 = 3,3 kΩ K1 = barrette femelle à 10 broches, la carte HAT reste éloignée de la prise
R8, R10, R13 = 100 Ω pas de 2,54 mm (en option)
R9 = 47 kΩ K2, K6 = barrette femelle à 2 broches, USB du RPi.
R14 = 0 Ω pas de 2,54 mm (en option)
R15, R16, R17 = 22 Ω K3, K4 = barrette femelle à 7 broches, Préparation du RPi
pas de 2,54 mm (en option)
Condensateurs : K5 = barrette femelle à 2×5 broches à lon- Avec la version actuelle de Raspbian,
C1 = 1000 µF / 10 V, CMS radial gues pattes (Samtec ESQ-105-14-G-D) appelée Jessie, il est relativement simple
C2, C3, C4, C18, C24 = 100 nF, X7R, S1 = barrette mâle à 2 broches, pas d’adapter le RPi à notre montage. Il faut
CMS 0805 de 2,54 mm, pour bouton de sonnette
JP1 = barrette mâle à 2 broches, pas d’abord télécharger l’image de la version
C5, C23 = 100 µF / 16 V, CMS 2312
C6, C7, C8, C12, C13, C14, C19, C20, C21, de 2,54 mm, avec cavalier la plus récente du système d’exploita-
C22, C26 = 33 pF, X7R, CMS 0805 LS1 = barrette mâle à 2 broches, pas tion sur le site du RPi [3] (version 4.4 du
C9, C10, C11, C15, C16, C17, C25 = 10 pF, de 2,54 mm, pour le haut-parleur
(8 Ω / 1,5 W) noyau au moment de la rédaction de cet
X7R, CMS 0805
Mic1 = barrette mâle à 2 broches, pas article). Copiez le fichier image (extension
Semi-conducteurs : de 2,54 mm, pour le microphone à électret IMG) sur une carte SD, à l’aide de Win32
D1, D2 = 1N4148, SOD-323 (ABM-715-RC)
Re1, Re2 = relais CMS, DPDT, 2 A, 5 VDC DiskImager ou d’un programme similaire.
D3, D4, D5, D6 = PGB1010603MR, CMS 0603
D7 = SMF05CT2G, SC-88 (Kemet EE2-5NU) Ensuite démarrez le RPi avec cette carte
LED1, LED2 = LED verte, 50 mcd, Raspberry Pi B+, 2 B ou 3 B SD, ouvrez une fenêtre de terminal et
2,1 V @ 20 mA, CMS 0805 Module caméra pour Raspberry Pi (rev 1.3)
Circuit imprimé réf. 150400-1 ou circuit modifiez la configuration après saisie de
T1, T2, T3, T4 = 2N7002, SOT-23
IC1 = MIC29302WU TR, TO-263 imprimé avec composants CMS montés la ligne suivante :
réf. 150400-71 (www.elektor.fr)

sudo raspi‑config

On sélectionne l’option « 6. Enable


Camera » pour connecter la caméra
RPi. Ensuite on passe à « 9. Advanced
Options », puis « A7 Serial », et « No »,
pour mettre hors service l’accès au login-
shell (première instruction à s’exécuter
lors d’une ouverture de session) via le
port série. On termine avec « Finish »,
et on redémarre le RPi.
N. B. : avec d’anciennes versions de
Raspbian, il faut installer la caméra
manuellement, et mettre la console
série hors service dans les fichiers de
démarrage. Il y a de nombreux exemples
Figure 2. Le circuit imprimé de la carte HAT pour RPi comporte essentiellement des CMS.
et des explications sur l’internet.
Il faut cependant effectuer une modifica-

52 octobre 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

tion importante dans le script en Python Figure 3. Attention au montage du connecteur


du portier connecté : à la ligne 45, il K5 ; le connecteur lui-même est sous le circuit
faut supprimer le caractère « # » avant imprimé, et les broches sont soudées sur le
« port.open » ! Il y a un certain temps dessus.
que notre prototype est prêt, et lorsque
nous avons refait toute l’installation à
partir de la dernière version de Raspbian
en vue de cet article, le script nous a ren-
voyé le message d’erreur « Port already
open » à la ligne 45. Il semble qu’avec la
dernière version du logiciel la commande
« open » soit superflue.

Connexion du matériel
Le Raspberry Pi est fin prêt, mais il reste
encore pas mal de liaisons à établir avant
de pouvoir passer à la phase de test.
Le plus simple est de commencer par la
caméra RPi, la limande (Flex Flat Cable
– FFC) peut passer sous la carte HAT.
Notre carte s’adapte parfaitement au RPi.
Il faut à nouveau vérifier que les entre-
toises sont de longueur suffisante, et qu’il
n’y a aucun contact entre le dessous de entre 20 et 30 s pour recevoir le message de connecter un moniteur, un clavier, et
notre circuit imprimé – surtout les sou- sur l’ordiphone, auxquelles il faut encore éventuellement une souris pendant cette
dures du connecteur d’antenne – et les ajouter le temps de réaction. Conclusion : phase, cela facilitera le travail ; nous
prises USB. On peut ensuite assembler le système n’aura guère d’utilité avec des n’aurons plus besoin de ces accessoires
les deux cartes avec boulons et écrous visiteurs pressés... par la suite.
(fig.4). Au début du script, quelques constantes
Connectez ensuite un bouton-poussoir à Script en Python et test initial sont définies, il faut les modifier.
S1 pour faire office de bouton de son- Après avoir configuré le RPi et installé les
nette, et placez le cavalier sur JP1. Rac- bibliothèques Python, nous sommes prêts • « ThisNumber » : numéro d’appel de
cordez le microphone à MIC1, le haut- à exécuter le script de gestion de l’inter- la carte SIM du M95.
parleur à LS1, et l’antenne à ANT1. Il phone. Ce script en Python est téléchar-
nous faut encore insérer une carte micro- geable en [4] : « MMSautoSend.py » ; il • « ThatNumber » : numéro d’appel
SIM dans SIM1, mais ne courez pas tout faut aussi le reconfigurer avant de pou- de l’ordiphone vers lequel le MMS est
de suite en acheter une... voir passer aux tests. Il est préférable envoyé.

Carte SIM et MMS


Le module GSM M95 ne fonctionnera
qu’avec une carte SIM sur laquelle il y
a suffisamment de crédit (ou un abon-
nement, bien sûr). Nous avons utilisé
deux cartes SIM prépayées différentes,
et un avertissement s’impose : comparez
bien avant votre achat ! Les MMS sont
apparemment peu utilisés, et les opéra-
teurs ne mentionnent donc pas claire-
ment les tarifs de ce service. D’après nos
recherches, le coût d’un MMS est fixe chez
la plupart des opérateurs, pour autant
que l’annexe, une photo au format JPEG
dans notre cas, ne dépasse pas 300 Ko.
La taille de ce fichier est également
importante dans notre application,
puisqu’elle conditionnera le temps de Figure 4. Utilisez des entretoises
transmission du message. Si vous met- suffisamment hautes entre les deux
tez trop de temps à répondre au coup de circuits, pour que les broches soudées sous
sonnette, il y a des chances que votre la carte HAT, notamment celle du connecteur
visiteur n’attende pas ! Au labo, il fallait d’antenne, ne touchent pas les prises USB.

www.elektormagazine.fr octobre 2016 53

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

le son et l’image,
identifiez votre visiteur avant de lui parler

Données relatives à l’opérateur de la


carte SIM du M95 pour l’emploi du ser-
vice MMS :

• APN : Access Point Name


• MMSC : Multimedia Messaging
Service Centre
• MMSproxy : Multimedia Messaging
Service proxy server
• MMSport : Multimedia Messaging
Service port number

Vous trouverez ces données sur le site de


l’opérateur. Dans le script originel, nous
avons repris les données des deux opé-
rateurs néerlandais avec les cartes SIM
desquels nous avons effectué les tests
au labo. souhaitez conserver le code PIN, il y a photo, un petit texte est aussi transmis,
dans le script un bloc de quatre lignes (en avec entre autres le numéro d’appel de
Nous sommes maintenant fin prêts commentaires) qui permettent d’entrer le l’interphone dans un lien hypertexte. À
pour le test initial. Ouvrez une fenêtre code de la carte utilisée. Il faudra aussi vous de décider si vous voulez parler au
de terminal RPi, et tapez la commande supprimer le « # » devant « port.write » visiteur, en utilisant le lien hypertexte ; le
sudo su ; c’est nécessaire pour obtenir et « time.sleep ». M95 répondra automatiquement à l’appel,
les droits d’accès à la bibliothèque Python et vous mettra en communication avec
du bus GPIO, autrement dit pour pouvoir Ensuite le script entre dans une boucle ce visiteur. Dès que la conversation est
gérer les entrées/sorties du RPi. Nous sans fin, que l’on interrompra par une terminée, le M95 « replace le combiné
démarrons ensuite le script avec pression sur les touches « CTRL+C » pour sur son support », et se met en attente
quitter le script. En fonctionnement nor- d’un SMS ou d’une nouvelle pression sur
python MMSautoSend.py. mal, le RPi vérifie en permanence si la le bouton de la sonnette.
sonnette est actionnée, ou si un SMS est
Le script est simple à comprendre. Le RPi reçu pour l’ouverture de la porte. Montage
envoie des commandes AT au module Lors de la réception d’un SMS, le script Les aspects mécaniques du montage final
GSM, suivies à chaque fois de « time. vérifie d’abord le numéro appelant ; si ce constituent sans doute le plus grand défi
sleep », pour laisser le temps au M95 numéro est correct (« ThatNumber »), le de ce projet. L’idéal – et sans doute le
d’exécuter les commandes. Il y a d’abord contenu est ensuite comparé au mot de plus sûr – est de ne mettre à l’extérieur
quelques configurations, dont les para- passe qui a été entré comme constante que le microphone, le haut-parleur et la
mètres pour la caméra, la sensibilité « Very_Secret ». Si c’est le cas, le relais caméra ; le reste de l’électronique sera
du microphone et le volume du haut- RE2 est excité durant une seconde ; cette placé à l’abri à l’intérieur. La caméra peut
parleur ; vous pourrez les modifier plus durée peut être modifiée dans le script aussi effectuer ses prises de vue à travers
tard en fonction de l’environnement de si nécessaire. une fenêtre ou un vasistas.
l’interphone. Comme nous l’avons mentionné, quelques
Nous avons désactivé la saisie du code Mais n’oublions pas qu’une autre action paramètres de la caméra peuvent être
PIN des cartes SIM utilisées, pour plus conditionne la réception du SMS : il faut modifiés dans le script. L’orientation et
de facilité ; il suffit d’insérer les cartes qu’un visiteur ait sonné à la porte ! Le RPi la luminosité seront adaptées en fonction
dans un téléphone mobile et de suppri- prend alors une photo, prépare un MMS, de l’environnement. La résolution sera la
mer la protection par code PIN. Si vous et l’envoie à votre ordiphone. En sus de la plus basse possible, afin de minimiser la
taille du fichier JPEG – et donc le temps
de transmission. Pendant les essais, met-
Liens
tez l’envoi de MMS hors service dans le
[1] www.elektormagazine.fr/labs/gsm-breakout-board-150330 script, vous économiserez de l’argent ;
[2] www.quectel.com/UploadImage/Downlad/M95_Hardware_Design_V1.3.pdf vous pouvez juger de la qualité de la
[3] www.raspberrypi.org/downloads/raspbian/ photo en ouvrant le fichier « test1.jpg »
stocké dans le RPi.
[4] www.elektor.fr/150400
(150400 – version française : Jean-Louis Mehren)

54 octobre 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


DÉCOUVRIR CRÉER PARTAGER

Tuto Arduino Uno


45 projets électroniques originaux
Alarme silencieuse, détecteur de présence, luxmètre, commande de moteur,
accès depuis l’internet, commande sans fil… sont quelques-uns des projets
Arduino Uno brillants et passionnants de ce livre, vérifiés et testés par l’auteur.
Ces 45 projets sont faciles à réaliser et bien décrits (schémas, photos…). Les
explications et la description des composants utilisés facilitent l’adaptation des
montages à ses besoins.

www.elektor.fr/tuto-arduino-uno

Domotic avec Zelio Logic


Le module programmable compact Zelio Logic avec 12 entrées/sorties est une
solution technique bon marché et facile à mettre en œuvre, dans un logement,
pour automatiser l’éclairage, piloter le chauffage, optimiser la consommation
d’électricité ou encore pour se protéger contre les intrusions.
Ce livre montre comment exploiter Zelio Logic avec son outil de programma-
tion graphique en LADDER ou FBD (logiciel pour PC Zelio Soft 2). Le premier
projet décrit (station de pompage domestique) permet au lecteur de s’initier
à ces deux langages.
Le dernier chapitre, conforme au thème « Domotique et confort » et complété
par des activités pédagogiques, intéressera particulièrement les professeurs.

www.elektor.fr/domo-zelio

36 Expériences de Physique
avec Arduino
Ce livre n’est pas un manuel de physique : pas d’équations différentielles ni
de courbes abstraites, mais des phénomènes physiques de la vie quotidienne.
C’est une approche nouvelle et créative des leçons de physique grâce aux
techniques modernes de mesure et de traitement des données. L’électronique
utilisée (Arduino) est simple. Ajoutez-y le logiciel gratuit CoolTerm pour enre-
gistrer les mesures et les retravailler ensuite sous Excel.

www.elektor.fr/arduino-36-experiences

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

carte de commande Wi-Fi :


le retour
reliez des objets à votre ordiphone
Roy Aarts (stagiaire, labo d’Elektor) et Clemens Valens (labo d’Elektor)

Tout le monde veut des objets connectés. Tout, à l’exception peut-être de l’humeur du chien, se doit
de pouvoir être commandé avec un ordiphone ou une tablette et de plus en plus d’objets doivent être
capables d’envoyer des données via l’internet. Vous en rêvez, Elektor exauce vos vœux. Notre carte de
commande Wi-Fi nouvelle génération vous permettra de commander des charges électriques via l’internet
et de recevoir des informations sur leur état.

En juin 2013, nous avons publié une devenu plus ou moins obsolète et nous
carte Wi-Fi de commande à distance avons été forcés d’arrêter la production
capable d’attaquer un ruban à LED RVB, de notre carte.
trois relais ou moteurs, ou d’autres Les modules Wi-Fi vont et viennent
charges [1]. Malheureusement, comme et, au deuxième semestre 2014,
c’est courant dans l’industrie électro- un nouveau venu est apparu :
nique, le module Wi-Fi au cœur de cette le premier module Wi-Fi à base
carte, le WizFi220 de WIZnet, est d’ESP8266, l’ESP-01 (fig. 1).

32 novembre 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

L’ESP8266 est une puce à bas coût fabri- celui de la version précédente, nous avons
quée par l’entreprise chinoise Espressif. étendu le port d’extension K4 à huit bits.
Elle comporte une pile TCP/IP complète Les trois sorties de puissance utilisent des
ainsi qu’un microcontrôleur. Les modules, transistors MOSFET (T1, T2 et T3), chacun
très vite devenus populaires, sont fabri- capable de commuter jusqu’à 4 A (RDS(ON)
qués par AI-Thinker, mais on trouve aussi = 100 mΩ), soit bien plus que le 1 A que
des clones sans marque. Ces modules nous recommandons de ne pas dépasser.
sont tellement peu chers que nous Chacune des sorties est dotée d’une diode
n’avons pas pu résister à la tentation de de roue libre permettant la commande
redonner vie à notre carte de commande de charges inductives comme des relais.
Wi-Fi avec un module ESP-01. Le module ESP-01 prend place sur le
connecteur K5. Attention à bien orien-
Le circuit ter le module : le connecteur est symé-
À l’origine, la carte de commande Wi-Fi trique et les broches ne sont pas étique-
était un projet Arduino avec un logiciel tées. Pour vous aider, nous avons placé
développé pour l’ATmega328 ; ensuite le module en bord de carte : il n’y a donc
elle a été portée sur un µC PIC18F14K50 qu’une seule orientation possible pour
pour ajouter l’USB et réduire le nombre que le boîtier ferme.
de broches. La carte n’utilisait que des La communication avec le module Wi-Fi
composants traversants. La nouvelle carte se fait via un port série. Un signal addi- Figure 1. L’ESP-01 est un module série -> Wi-Fi
renoue avec l’ATmega328, mais en ver- tionnel est utilisé pour réinitialiser le bon marché doté de seulement huit broches.
sion CMS, tout comme les autres compo- module si nécessaire. Les autres broches Deux des broches se disputent le rôle de la
sants. Il n’y a plus de port USB (fig. 2). ne sont pas utilisées. Elles doivent tou- broche n°1 (pastilles carrées).
L’alimentation a également été simpli- tefois être reliées afin d’empêcher que
fiée : la tension d’entrée est maintenant l’ESP-01 n’entre dans un des modes de terface utilisateur.
limitée à 12 V CC au lieu de 24 V CC et reprogrammation de son micrologiciel. Le croquis se comporte comme un simple
le régulateur à découpage a été remplacé serveur web à l’écoute de commandes.
par un modèle linéaire (IC1). Cela amé- Le logiciel Dès qu’il en reçoit une qu’il peut com-
liore la CEM en réduisant les émissions Pour faire fonctionner le système, il faut prendre, une nouvelle valeur pour les sor-
et rend la carte plus compacte. du logiciel. Ce sera un croquis Arduino ties R, V, B ou pour l’une des broches du
Comme le µC (IC2) a plus de broches que dans le µC et une appli Android pour l’in- port d’extension par ex., le programme

+12V
+3V3 D1 D2 D3 K2
2
S1A S1A S1A
1
R6
T1
10k

2
4 6 18
VCC VCC AVCC T2 1
29 10 GREEN
PC6(RESET) PD6(AIN0)
13 RED
K4 IC2 PB1(OC1A) T3 K1
1 12 14 BLUE
PB0(ICP) PB2(SS/OC1B)
2 11
PD7(AIN1)
3 28 19
PC5(ADC5/SCL) ADC6
R7 R8 R9 R10 R3 R4 R5 T1...T3 =
4 27 20
PC4(ADC4/SDA) AREF NDT3055L
5 26 22
PC3(ADC3) ADC7
10k

10k

10k

10k

10k

10k
10k

6 25
PC2(ADC2) K5
7 24 30 TX 1 2 GND
PC1(ADC1) PD0(RXD)
+3V3 8 23
PC0(ADC0) PD3(INT1)
1 CH–PD 3 4 GPIO2
9 RST 5 6 GPIO0
ATMEGA328P-AU +12V +3V3
7 31 +3V3 7 8 RX
PB6(XTAL1/OSC1) PD1(TXD) LD1117DT33
VCC
MOSI 8
PB7(XTAL2/OSC2) ESP8266 D4
15 32 IC1
K6 PB3(MOSI/OC2) PD2(INT0)
2 1 MISO 16 2 K3
PB4(MISO) PD4(XCK/T0) R2 S1A R1
4 3 SCK 17 9
PB5(SCK) PD5(T1) C4 C1 C2 C3
220R

220R

6 5 RESET
GND GND AGND
10u 100n 10u 100n
GND ISP 3 21 5 LED1
16V
LED2
16V

150402 - 11

Figure 2. Le circuit de notre carte de commande Wi-Fi : un microcontrôleur ATmega328P, trois MOSFET de puissance et quelques autres composants. C’est le
module relié à K5, absent du schéma, qui fait le plus gros du boulot.

www.elektormagazine.fr novembre 2016 33

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


découvrir créer partager

extrait les paramètres et les applique. Il courant requis par la charge. Mettez-la
retourne ensuite la nouvelle valeur de la sous tension. Si vous ne voyez pas de
sortie. Les sorties R, V et B produisent fumée, c’est bon signe ; continuez.
des signaux MLI dont le rapport cyclique Depuis un appareil Android (2.3 ou sup.)
pourra varier entre 0 et 100 %. Les sor- doté d’une connexion à l’internet et de
ties numériques seront, quant à elles, connectivité Wi-Fi, rendez-vous sur le
actives ou non. Google Play Store et installez l’appli Wi-Fi
Lorsque la carte est mise sous tension control (Elektor Team).
ou réinitialisée, le croquis exécute sa Connectez l’appareil Android au point
fonction setup. Cette fonction doit tout d’accès nommé « ESP8266 [...] ». Si
d’abord s’occuper des données (les vous n’êtes pas sûr(e) de vous, il s’agit
ignorer) provenant du module ESP-01 du réseau Wi-Fi avec un signal très fort
à travers le port série au débit étrange lorsque vous êtes à proximité du module
de 76800 bauds avant que le module ne et qui disparaît lorsque vous mettez
le change pour 115200 bauds. À partir de ce dernier hors tension. Vous n’aurez
là, le module Wi-Fi est prêt à être utilisé. pas besoin d’un mot de passe pour la
Le débit plutôt élevé des données n’est connexion.
pas vraiment pratique, la tolérance Sur l’appareil Android, démarrez un navi-
aux erreurs est très mince. Nous avons gateur web et dirigez-le vers l’adresse
constaté que chaque module ESP inter- 192.168.4.1. Si tout se passe bien, vous
prète le débit de 115200 bauds à sa façon devriez voir un formulaire de saisie de
et nous avons dû créer un algorithme paramètres Wi-Fi (fig. 3) apparaître après
pour nous y adapter automatiquement. quelques secondes. Saisissez-y les para-
L’algorithme démarre la communication mètres du réseau auquel vous souhaitez
un peu au-dessous de 115200 bauds, vous connecter puis sauvegardez-les. La
envoie une commande AT au module et page affichera ensuite l’adresse IP don-
Figure 3. Le formulaire de configuration du point
essaye de comprendre la réponse ; si née au module par le réseau. Notez-le.
d’accès de l’ESP-01 vous permet de configurer le
module pour votre réseau. celle-ci n’est pas claire, le µC augmente Connectez maintenant l’appareil Android
légèrement la vitesse et tente à nouveau au réseau que le module ESP a rejoint.
d’établir la communication. Cette boucle Lancez l’appli et saisissez l’adresse IP que
est répétée jusqu’à ce que la communi- vous avez notée. Vous devriez pouvoir
cation soit établie. commander vos charges. N’oubliez pas de
Le croquis est aussi à l’écoute des cliquer sur le bouton Send à chaque fois
connexions à destination de l’adresse que vous changez un paramètre (fig. 4).
IP spéciale 192.168.4.1. Il s’agit de Si vous avez oublié l’adresse IP de votre
l’adresse du point d’accès (AP) du carte de commande Wi-Fi, vous pour-
module, nécessaire pour configurer l’in- rez très probablement vous connecter à
tégration du module dans votre réseau. Si votre routeur Wi-Fi et lui faire afficher
une requête de connexion arrive à cette la liste des appareils connectés. Vous
adresse, depuis un ordiphone par ex., le pouvez également vous reconnecter
croquis retourne un formulaire de confi- à l’adresse du point d’accès du
guration où l’utilisateur pourra saisir le module. L’adresse IP actuelle
SSID et le mot de passe du réseau à uti- et le SSID sont affichés en
liser avec la carte de commande Wi-Fi. haut du formulaire de
Une fois ces informations sauvegardées, configuration.
le module ESP tente automatiquement
de se connecter au réseau configuré.
Pour exclure le module du réseau,
il suffit de vous reconnecter à
l’adresse spéciale et de changer
les paramètres.
Le code source du croquis et celui
de l’appli sont disponibles dans l’ar-
chive 150402-11.zip (voir [2]) ; bien
entendu, adaptez-les à vos besoins.

Figure 4. L’écran principal de l’appli Android.


N’oubliez pas de tapoter le bouton Send pour
Utilisation
transmettre vos commandes à la carte de Installez la carte de commande Wi-Fi,
commande Wi-Fi par l’intermédiaire du serveur reliez-la à sa charge et à une alimenta-
web. tion (5 à 12 V CC) capable de fournir le

34 novembre 2016 www.elektormagazine.fr

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor


projet labs projet de lecteur

Liste des composants


Résistances (0805) T1,T2,T3 = NDT3055L à 8 voies (2×4), au pas de 2,54 mm
R3,R4,R5,R6,R7,R8,R9,R10 = 10 kΩ D1,D2,D3,D4 = S1A K6 = barrette sécable mâle double rangée,
R1,R2 = 220 Ω à 6 voies (2×3), au pas de 2,54 mm
Divers
Condensateurs (0805) LED1 = LED jaune Autres
C1,C3 = 100 nF LED2 = LED verte module Wi-Fi ESP8266, réf. 150445-91
C2,C4 = 10 µF 16 V, boîtier A K1,K2 = borniers à vis à 2 voies, (SKU-17326) (www.elektor.fr)
au pas de 5,08 mm circuit imprimé , réf. 150402-1
K3 = embase jack 2,5 mm (www.elektor.fr)
Semiconducteurs
K4 = barrette sécable femelle à 9 voies, micrologiciel ATmega & réglage des fusibles
IC1 = LD1117DT33 en [2]
au pas de 2,54 mm
IC2 = ATmega328P-AU, programmé, appli dans Google Play :
K5 = barrette sécable femelle double rangée,
réf. 150402-41 (www.elektor.fr) Wi-Fi control, Elektor Team [3]

Pas d’Android ? gateur web (il devra prendre en charge les appareils (un peu) fermés tels que les
Et si je n’ai pas d’appareil Android ? Ou HTML 4.01 ou sup.). Affichez la page, iPhones et iPads (pour peu que vous puis-
si l’appli ne fonctionne pas sur mon télé- saisissez l’adresse IP du module (pas siez y copier nos fichiers HTML).
phone ou ma tablette ? Pas de soucis. celle de son point d’accès) et comman-
Elektor a pensé à tout ! Nous avons pré- dez vos charges. Cela Conclusion
paré une page web [2] pour votre navi- fonctionne même sur La carte de commande Wi-Fi décrite
ici permet de commander jusqu’à trois
charges en MLI. Bien qu’elle soit prin-
cipalement destinée aux rubans à LED
RVB, vous pouvez l’utiliser pour d’autres
charges (relais, moteurs…). De plus, huit
sorties tout ou rien sont disponibles pour
commander de petites charges telles que
des optocoupleurs.
La carte est commandée à distance,
via une connexion Wi-Fi, depuis
un appareil Android avec notre
appli ou n’importe quel appareil
(iPhone ou PC par ex.) capable d’afficher
notre page web. Amusez-vous bien !
(150402 – version française : Kévin Petit)

Liens
[1] www.elektormagazine.fr/120718
[2] www.elektormagazine.fr/150402
[3] https://play.google.com/store/apps/
details?id=com.elektor.Wi-Ficontrol

www.elektormagazine.fr novembre 2016 35

Personal Download for François Cariou | copyright Elektor

Vous aimerez peut-être aussi