Vous êtes sur la page 1sur 110

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université d’Alger Centre

Faculté de Médecine d’ALGER


Département de PHARMACIE

LA PRESCRIPTION DE L’ACE AU
COURS D’UN SEMESTRE DE DOSAGE

Mémoire de fin d’études

PRESENTE EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME DE DOCTEUR EN


PHARMACIE
Session : 2020

Présenté par : Le : (Date :JJ/MM/AA)

CHEBINI Ilham
YOUBE Sihem

Encadré par :

Dr S.HELLAL

Devant le Jury :
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Université d’Alger Centre

Faculté de Médecine d’ALGER


Département de PHARMACIE

LA PRESCRIPTION DE L’ACE AU
COURS D’UN SEMESTRE DE DOSAGE

Mémoire de fin d’études

PRESENTE EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME DE DOCTEUR EN


PHARMACIE
Session : 2020

Présenté par : Le :(Date :JJ /MM/AA)

CHEBINI Ilham
YOUBE Sihem

Encadré par :

Dr S.HELLAL

Devant le Jury :
REMERCIEMENTS

Nous tenons d’abord à remercier, Allah le tout puissant et


miséricordieux, qui nous a donné la force et la patience d’accomplir ce
modeste travail.

En second lieu nous exprimons notre gratitude et nos sincères


remerciements
À notre promotrice : Dr S. Hallal pour son aide précieuse et pour
nous avoir fait bénéficier de son savoir, sa confiance, et sympathie au
cours de la réalisation de notre projet. Qu’elle trouve dans ce travail un
hommage vivant à sa haute personnalité.
Nous tenons à adresser nos sincères remerciements et gratitudes
et tout le respect au Pr YARGUI qui nous a donné la possibilité de
réaliser notre travail au sein de laboratoire centrale de biochimie
CHU Mustapha Bacha.

Nous tenons aussi à remercier Dr BOUHACEINE oncologue du


service gastroentérologie, Dr CHEBINI et tous le personnel du
laboratoire de Biochimie - CHU MUSTAPHA BACHA.
Nos vifs remerciements vont également aux membres de jury pour
l’intérêt qu’ils ont porté à notre projet.
DEDICACES

C’est avec une profonde gratitude et des mots sincères que


nous dédions ce modeste travail de fin d’étude à toutes les
personnes qui nous entourent et nous soutiennent.

Nous adressons nos plus sincères remerciements à nos


familles,
tous nos proches et amis, qui nous ont accompagnés, aidés,
soutenus et encouragés tout au long de la réalisation de ce
mémoire.
A ma source de bonheur ma fille Lina.

Ilham et Sihem
Table des matières :
Liste des tableaux : .................................................................................................... XIII

Liste des figures : ....................................................................................................... XIV

Liste des symboles : ................................................................................................... XVI

Introduction : .................................................................................................................. 1

I. Partie théorique : ..................................................................................................... 2

I.1 Historique : ....................................................................................................... 2

I.2 Généralités sur les marqueurs tumoraux :......................................................... 3

I.2.1 Définition : ................................................................................................... 3

I.2.2 Caractéristiques : ......................................................................................... 3

I.2.3 Classification : ............................................................................................. 4

I.2.4 Utilité d’un marquer tumoral : .................................................................... 5

I.3 Antigène carcino-embryonnaire : ..................................................................... 5

I.3.1 Historique : .................................................................................................. 5

I.3.2 Définition : ................................................................................................... 5

I.3.3 Structure :..................................................................................................... 5

I.3.3.1 Structure de la chaine polypeptidique : ................................................ 6

I.3.3.2 Structure de la chaine oligo-sccharidique : ........................................... 6

I.3.3.3 La forme générale de l’ACE : ............................................................... 7

I.3.3.4 Hétérogénéité de l’ACE :...................................................................... 8

I.3.3.5 Les sites épitopiques de la molécule d’ACE: ....................................... 8

I.3.4 GENES : ...................................................................................................... 8

I.3.4.1 La famille des gènes de L’ACE : .......................................................... 8

I.3.4.2 Le gène de l’ACE : ............................................................................... 8

I.3.4.2.1 Structure :....................................................................................... 9

I.3.4.2.2 Expression : ................................................................................... 9

I.3.4.2.3 Mécanisme de contrôle transcriptionnel du gène de L’ACE : ....... 9

I.3.5 Mécanisme physiopathologique : ................................................................ 9

VII
I.3.5.1 Comparaison entre ACE normal et tumoral : ....................................... 9

I.3.5.2 La synthèse : ....................................................................................... 10

I.3.5.3 La sécrétion de l’ACE : ...................................................................... 10

I.3.5.4 Le métabolisme de L’ACE : ............................................................... 10

I.3.5.5 Elimination : ....................................................................................... 11

I.3.5.6 Demi-vie : ........................................................................................... 11

I.3.5.7 Localisation et expression : ................................................................ 11

I.3.5.7.1 Localisation : ............................................................................... 11

I.3.5.7.2 Expression : ................................................................................. 11

I.3.6 Les propriétés biologiques et fonctions : ................................................... 12

I.3.7 Variation des taux sériques de l’ACE :...................................................... 14

I.3.7.1 Les pathologies bénignes potentiellement à l’ origine de


l’augmentation de l’ACE :............................................................................................ 15

I.3.7.2 Les pathologies malignes :.................................................................. 15

I.3.8 La régulation des niveaux sériques d’ACE : ............................................. 15

I.3.9 Dosage de l’ACE : ..................................................................................... 16

I.3.9.1 Les milieux du dosage : ...................................................................... 16

I.3.9.2 Les méthodes de dosage : ................................................................... 16

I.3.9.2.1 Les méthodes immunologiques : ................................................. 16

I.3.10 Implication de l’ACE dans la pratique clinique : .................................... 17

I.3.10.1 Cancer colorectal : ............................................................................ 17

I.3.10.1.1 Dans le dépistage et le diagnostic : ............................................ 18

I.3.10.1.2 Dans le bilan initial : .................................................................. 19

I.3.10.1.3 Dans le pronostic : ..................................................................... 20

I.3.10.1.4 Dans L’évaluation de l’efficacité d’un traitement et la


surveillance des patients : ......................................................................................... 20

I.3.10.1.5 Surveillance du patient après un traitement chirurgical : .......... 21

I.3.10.1.6 Dosage de l’ACE lors des cancers colorectaux métastatiques : 22

VIII
I.3.10.2 Cancer de l’estomac ou cancer gastrique : ....................................... 23

I.3.10.3 Tumeur kystique du pancréas : ......................................................... 24

I.3.10.4 Tumeurs hépatiques malignes secondaires (métastases hépatiques) :


25

I.3.10.5 Cholangiocarcinomes : ..................................................................... 25

I.3.10.6 Cancer du pancréas : ......................................................................... 26

I.3.10.7 Ampullome Vatérien : ...................................................................... 26

I.3.10.8 Cancer du sein : ................................................................................ 27

I.3.10.8.1 Dépistage et ou diagnostic initial :............................................. 27

I.3.10.8.2 Bilan d’extension : ..................................................................... 27

I.3.10.8.3 Surveillance et suivi thérapeutique : .......................................... 28

I.3.10.9 Cancer de l’ovaire : ........................................................................... 29

I.3.10.10 Kyste de l’ovaire : ........................................................................... 29

I.3.10.11 Cancer invasif du col de l’utérus : ................................................. 29

I.3.10.12 Cancer du poumon : ........................................................................ 30

I.3.10.13 Cancer médullaire de la thyroïde : ................................................. 31

I.3.10.14 Les cancers primitifs inconnus (CPI) : ........................................... 31

CHAPITRE 2 : PARTIE PRATIQUE .......................................................................... 32

II. Partie pratique : ..................................................................................................... 33

II.1 Objectif de l’étude : ........................................................................................ 33

II.2 Matériels : ....................................................................................................... 33

II.2.1 Population de l’étude : .............................................................................. 33

II.2.2 Cadre de l’étude : ..................................................................................... 33

II.3 Méthodes :....................................................................................................... 33

II.3.1 Recueil des données : (annexe 1) ............................................................ 33

II.3.2 Analyse statistique :.................................................................................. 34

II.3.3 Le dosage de l’ACE : ............................................................................... 34

II.3.3.1 Prélèvements sanguins: ..................................................................... 34

IX
II.3.3.2 Conditions pré-analytiques : (ANNEXE 2)....................................... 34

II.3.3.3 Conditions de prélèvement et conservation des échantillons : .......... 34

II.3.3.3.1 Interférences : ............................................................................. 35

II.3.3.3.2 Conditions de conservation : ...................................................... 36

II.3.3.4 Phase analytique : .............................................................................. 36

II.3.3.4.1 Appareillage : ............................................................................. 36

II.3.3.4.2 Technique du dosage : ................................................................ 38

II.3.3.4.3 Dosage de l’ACE par l’automate IMMULITE 2000XPi : ......... 40

II.3.3.4.3.1 Domaine d'utilisation :......................................................... 40

II.3.3.4.3.2 Réactifs : .............................................................................. 40

II.3.3.4.3.3 Substrat chimiluminescent : ................................................ 41

II.3.3.4.3.4 Eau : ..................................................................................... 41

II.3.3.4.3.5 Matériel fourni :................................................................... 41

II.3.3.4.3.6 Ajustement : ........................................................................ 43

II.3.3.4.3.7 Dosage des contrôles : ......................................................... 44

II.3.3.4.3.8 Les étapes du dosage de l’ACE : ......................................... 45

II.3.3.4.4 Spécificité et sensibilité : ............................................................ 50

II.3.3.4.5 Valeurs de référence : ................................................................. 50

II.3.3.4.6 Variations physiologiques .......................................................... 51

II.3.3.4.7 Limite : ....................................................................................... 51

II.3.3.4.8 Domaine de mesure : .................................................................. 52

II.3.3.4.9 Sensibilité analytique : ............................................................... 52

II.3.3.4.10 Effet-crochet : ........................................................................... 52

II.3.3.4.11 Spécificité : ............................................................................... 52

II.4 Résultats : ........................................................................................................ 54

II.4.1 Donnés épidémiologiques : ...................................................................... 54

II.4.1.1 Répartition des patients selon l’âge et le sexe : ................................. 54

II.4.1.2 Répartition des patients selon leur origine : ...................................... 55

X
II.4.1.3 Les facteurs de risque : ...................................................................... 56

II.4.1.3.1 Consommation d’alcool et du tabac : ......................................... 56

II.4.1.3.2 Obésité : ...................................................................................... 57

II.4.2 Résultats du dosage de l’ACE : ................................................................ 57

II.4.3 Données cliniques : .................................................................................. 58

II.4.3.1 Antécédents médicaux et chirurgicaux : ........................................... 58

II.4.3.2 Les récidives : .................................................................................... 59

II.4.3.3 Symptômes : ...................................................................................... 59

II.4.4 Examens réalisés : .................................................................................... 60

II.4.4.1 Examens complémentaires : .............................................................. 60

II.4.4.2 Marqueurs tumoraux : ....................................................................... 60

II.4.5 Les services préscripteurs :....................................................................... 61

II.4.5.1 Service de neurologie : ...................................................................... 61

II.4.5.2 Service d’ hépato-gastro-entérologie : .............................................. 62

II.4.5.3 Service de gynécologie obstétrique: .................................................. 62

II.4.5.4 Médecine interne : ............................................................................. 63

II.4.5.5 Service de dermatologie : .................................................................. 63

II.4.6 Les motifs de préscription de l’ACE : ...................................................... 64

II.4.6.1 Le diagnostic : ................................................................................... 64

II.4.6.1.1 Diagnostic du CCR dans les pathologies paranéoplasiques : .... 64

II.4.6.1.2 Diagnostic du CCR comme étant un Cancer primitif : .............. 65

II.4.6.1.3 kyste du pancréas : ..................................................................... 65

II.4.6.2 Dans le Bilan d’extension : ............................................................... 66

II.4.6.3 Dans le bilan pré-thérapeutique (chimiothérapie): ............................ 66

II.4.6.4 Dans le Suivi thérapeutique :............................................................. 67

II.5 DISCUSSION : ............................................................................................... 67

II.5.1 Donnés épidémiologiques : ...................................................................... 67

II.5.1.1 Le sexe par tranche d’âge : ................................................................ 67

XI
II.5.1.2 Les facteurs de risques : .................................................................... 68

II.5.2 Les examens réalisés : .............................................................................. 68

II.5.2.1 Les examens complémentaires : ........................................................ 68

II.5.2.2 Marqueurs tumoraux : ....................................................................... 68

II.5.3 Les services préscripteurs :....................................................................... 69

II.5.3.1 Service hépato-gastro-entérologie : ................................................... 69

II.5.4 Les motifs de préscription de l’ACE : ...................................................... 69

II.5.4.1 Le diagnostic : ................................................................................... 69

II.5.4.1.1 Diagnostic du CCR dans les pathologies paranéoplasiques : ..... 69

II.5.4.1.2 Diagnostic du CCR comme étant un cancer primitif : ............... 71

II.5.4.1.2.1 kyste du pancréas : .............................................................. 73

II.5.4.2 Dans le Bilan d’extension : ............................................................... 73

II.5.4.3 Dans le bilan pré-thérapeutique : (chimiothérapie): .......................... 73

II.5.4.4 Dans le Suivi thérapeutique :............................................................. 74

Conclusion .................................................................................................................... 76

Les références bibliographiques : ................................................................................. 77

Annexe .............................................................................................................................I

Résumé .........................................................................................................................VI

XII
Liste des tableaux :

Tableau I: Classification des marqueurs tumoraux. ....................................................... 4


Tableau II:Les types d’ACE-CAMs et leurs rôles (19) ................................................ 12
Tableau III: Facteurs physiologiques et environnementaux modulant le taux de l'ACE.
(20) ........................................................................................................................................... 14
Tableau IV:Les pathologies bénignes potentiellement à l'origine de l'augmentation de
l'ACE. ....................................................................................................................................... 15
Tableau V : Calendrier de suivie biologique sous traitement curatif et palliatif du CCR.
.................................................................................................................................................. 22
Tableau VI : Calendrier de surveillance biologique après traitement à visée curative du
CRC Primitive. ......................................................................................................................... 23
Tableau VII : Résumé des caractéristiques principales des lésions kystiques du
pancréas. (36)............................................................................................................................ 24
Tableau VIII : Les valeurs de référence de l'ACE (CHU MUSTAPHA ALGER ) ..... 50
Tableau IX : Type de cancer et traitement chez les patients présentant une récédive .. 59
Tableau X : Comparaison entre le résultat de l'ACE et l'imagerie. .............................. 65

XIII
Liste des figures :

Figure 1: La découverte des marqueurs tumoraux. ........................................................ 3


Figure 2 : Structure de la chaine polypeptidique de l'ACE. ........................................... 6
Figure 3: Structure de la chaine oligo-saccharidique de l'ACE. ..................................... 7
Figure 4 : La forme générale de l'ACE ........................................................................... 7
Figure 5 : Dosage sanguin de l'ACE ............................................................................. 17
Figure 6: Différents stades du cancer colorectal. .......................................................... 18
Figure 7 : Différents stades de cancer gastrique ........................................................... 23
Figure 8 : Représentation de différentes localisations des cholangiocarcinomes. ........ 25
Figure 9 : Localisation du cancer du pancréas. ............................................................. 26
Figure 10 : Localisation de l'ampoule de Vater. ........................................................... 27
Figure 11 : Schéma de la structure du sein. .................................................................. 27
Figure 12 : Evolution du cancer du col de l'utérus. ...................................................... 30
Figure 13 : Schéma de l'appareil respiratoire. .............................................................. 30
Figure 14 : schéma d'une tumeur au niveau de la thyroïde. .......................................... 31
Figure 15 : Centrifugeuse de paillasse. ......................................................................... 35
Figure 16 : L'automate IMMULITE 2000 XPi ............................................................. 37
Figure 17 : Principe du dosage des marqueurs tumoraux. ............................................ 39
Figure 18 : Schéma de la réaction de l'Immulite 2000. ................................................ 40
Figure 19 : Principe de l'ajustement.............................................................................. 43
Figure 20 : Courbe maitresse et détermination de la pente pour l’ajustement. ............ 44
Figure 21 : Un portoir vide (photo personnelle). .......................................................... 45
Figure 22 : Un portoir avec les échantillons (Photo personnelle). ............................... 46
Figure 23 : Insertion des échantillons (photo personnelle). .......................................... 46
Figure 24 : Emplacement des échantillons (photo personnelle). .................................. 47
Figure 25 : Fermeture de la porte de l'automate (photo personnelle). .......................... 47
Figure 26 : Choix du paramètre à doser (photo personnelle). ...................................... 48
XIV
Figure 27 : Apparition de la liste des paramètres sélectionnés (photo personnelle) .... 49
Figure 28 : Enregistrement d'un patient sur l'automate (photo personnelle). ............... 49
Figure 29: Répartition des patients selon l'âge et le sexe. ............................................ 54
Figure 30 : Répartition des patients selon leur origine. ................................................ 55
Figure 31 : Répartition des patients selon leur hôpital. ................................................ 55
Figure 32 : Répartition des patients selon leur consommation du tabac. ..................... 56
Figure 33 : Répartition des patients selon leur consommation d'alcool. ...................... 56
Figure 34 : Répartition des patients selon leur IMC. .................................................... 57
Figure 36 : Fréquence des patients cancéreux. ............................................................. 57
Figure 37 : Répartition des taux de l'ACE .................................................................... 58
Figure 35 : Répartition des patients selon leurs antécédents médicaux et chirurgicaux.
.................................................................................................................................................. 58
Figure 38 : Répartition des patients selon la présence de récidives. ............................ 59
Figure 39 : Répartition des patients selon les symptômes. ........................................... 59
Figure 40 : Examens complémentaires réalisés. ........................................................... 60
Figure 41 : Association des MT avec ACE. Figure 42 : Fréquence des MT
demandés. ................................................................................................................................. 60
Figure 43 : Répartition des patients selon le service prescripteur. ............................... 61
Figure 44 : Répartition de la préscription de l’ACE selon les pathologies
neurologiques. .......................................................................................................................... 61
Figure 45 : Répartition de la préscription de l’ACE selon les pathologies hépato-
gastro-entérales. ........................................................................................................................ 62
Figure 46 : Répartition de la préscription de l’ACE selon les pathologies
gynécologiques: ........................................................................................................................ 62
Figure 47 : La préscription de l'ACE au service de médecine interne. ......................... 63
Figure 48 : Répartition de la préscription de l’ACE selon les pathologies
dermatologiques. ...................................................................................................................... 63
Figure 49: Répartition des patients selon le motif de préscription. ............................. 64
Figure 50 : Répartition de la préscription de l'ACE selon la pathologie dans le cas du
bilan d'extension. ...................................................................................................................... 66

XV
Liste des symboles :

AA : Acide aminé.

ACE : Antigène carcino-embryonnaire.

ADK : Adénocarcinome

ADN: Acide Désoxyribonucléique.

AFP : Alfa foetoprotéine.

Ag : Antigène.

ANAES : Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé.

ARNm: Acide ribonucléique messager.

ASCO: American Society For Clinical Oncology.

ATCD : Antécédents.

BHCG: Béta Hormone Chorionique Gonadotrope.

CA19.9: Carbohydrate Antigen 19 .9.

CA15-3: Carbohydrate Antigen15-3.

CA 125 : Carbohydrate Antigen 125.

CA 72-4 : Carbohydrate Antigen 72-4.

CAM : Complexe d’attaque membranaire.

CCL2 : Chemokine(c-c motif) ligand 2

CCR: Cancer Colorectal.

CHU : Centre Hospitalo-Universitaire.

CP : Cancer du poumon.

CPI : Cancer primitif inconnu.

CPMC : Centre Pierre et Marie Curie.

CPS : Counts per second.

CYFRA 21-1 : Cytokeratin-21-fragment.

DA : Douleur abdominale + Anémie.

XVI
DHEAS : Déhydroépiandrostérone.

DM : Dermatomyosite.

DT : Douleur abdominale + Trouble du transit intestinal.

DTA : Douleur abdominale +Trouble du transit intestinal +Anémie.

DPN : Dermatose paranéoplasique.

EGFR : Epidermal Growth Factor Receptor.

ELISA : Enzyme-linked immunosorbent assay.

EP: Embolie pulmonaire.

ESMO: European Society for Medical Oncology.

FDG: Fluorodesoxy glucose.

FOGD: Fibroscopie oeso-gastro-duodénale.

FSH : Follicle Stimulating Hormone.

GH: Growth Hormone.

GPI: Glycosyl-phosphatidylinositol.

HPV : Human Papilloma Virus.

HTA : Hypertension artérielle.

Ig : Immunoglobuline.

IGF1 : Insulin-like growth factor-1.

IHC : Insuffisance Hépatocellulaire.

Il : Interleukine.

IMC : Indice de la masse corporelle.

IRM : Imagerie par résonnance magnétique.

LDH: Lactate Déshydrogénase.

LH: Hormone Lutéinisante.

LMR : Rapport lymphocytes /Monocyte.

MCP1 : Monocyte chemoattractant protein 1.

MT : Marqueurs tumoraux.

XVII
MVTE : Maladie veineuse thromboembolique.

NSE : Enolase neurospécéfique.

PAP: Phosphatase Acide Prostatique.

PLR : Rapport plaquettes /Lymphocytes.

PSA: Specific Antigen Prostate.

PSG : Protéine spécifique de la grossesse.

PTH: Parathyroid Hormon.

R-ACE : Récepteur de l’ACE.

RCUH : Rectocolite ulcéro-hémmoragique.

SCC : Squamous cell carcinoma.

SLA : Sclérose latérale amyotrophique.

SSG : Société Suisse de gastro-entérologie.

STM : Sarcome des tissus mous.

T3 : Tri-iodothyronine.

T4 : Thyroxine.

TA : Trouble du transit intestinal+Anémie.

TEP-FDG : Tomographie d’émission de positons au F-18-deoxyglucose .


Tg: Triglycerides.

TPA : Activateur tissulaire du plasminogène.

TPS : Tumor proportion score.

TSH: Thyroid-Stimulating Hormone.

TVC: Thrombose veineuse cérébrale.

TVP: Thrombose veineuse profonde.

XVIII
Introduction :

L’antigène carcino-embryonnaire (ACE) est une glycoprotéine impliquée dans l’adhésion

cellulaire. L’ACE est produit dans le tissu gastro-intestinal au cours du développement fœtal,

et sa production diminue après la naissance, de ce fait il est présent à faible dose dans le sang

adulte en bonne santé.

Toutefois, le taux sérique d’ACE augmente dans certain type de cancers, dans certaines

pathologies bénignes et sous l’influence des facteurs physiologiques.

L’antigène carcino-embryonnaire a été identifié pour la première fois en 1965 par Gold et

Freedman dans des extraits tissulaires de cancer du côlon humain.

Le taux sérique d’ACE est utilisé comme marqueur tumoral en pratique quotidienne dans les

laboratoires de biologie médicale, en association avec les éléments de diagnostic et de

dépistage cliniques et radiologiques. Son importance est avérée pour l’évaluation du

pronostic, ainsi que du suivie thérapeutique des malades.

Dans notre mémoire, nous avons évalué la préscription de l’ACE au sein du laboratoire

central de biochimie de CHU MUSTAPHA PACHA d’ALGER, le dosage de l’ACE est

réalisé par méthode immunologique en utilisant l’appareil « IMMULITE 2000xpi ».

1
Chapitre I : Partie théorique

I. Partie théorique :

I.1 Historique :
Le terme général de « cancer » s’applique à un grand groupe de maladies pouvant toucher
n’importe quelle partie de l’organisme, on parle aussi de tumeur maligne ou néoplasme.
L’un de très caractéristique du cancer est la prolifération rapide de cellules anormales qui au-
delà de leur délimitation habituelle, peuvent envahir des parties adjacentes de l’organisme
puis essaimer dans d’autres organes on parle alors de métastases, celle-ci étant la principale
cause de décès par le cancer.
Le cancer est une cause majeur de décès dans le monde à l’origine de 8,8 millions de décès en
2015. (1)
La transformation néoplasique des cellules normales en cellules cancéreuses ; avec un
phénotype tumorigénique est réalisée par les cellules cancéreuses de tumeurs localisées, qui
n'ont pas la capacité métastatique, alors que la transformation maligne conduit à des cellules
cancéreuses avec un phénotype métastatique.
Ces transformations s'accompagnent d'une accumulation d'altérations génétiques, qui peuvent
conduire à des modifications de l'expression de protéines et des altérations de leurs structures
ou de leurs fonctions.
Ces changements qui se produisent exclusivement ou plus fréquemment dans les cellules
cancéreuses par rapport aux cellules normales dans leurs tissus d'origine, peuvent être détectés
dans les fluides biologiques (urine, sérum) sous forme de protéines ou de peptides, dont
l'expression ou la structure est modifiée, ces derniers peuvent être utilisés comme marqueurs
biologiques de tumeur. (2)
Historiquement, le premier marqueur tumoral est la phosphatase acide prostatique décrite en
1938, vingt sept années plus tard, les premières approches pour identifier de nouveaux
marqueurs tumoraux ; étaient basées sur l’identification de ces marqueurs à partir
d’observations faites en clinique et en Anatomie pathologique ou en biologie. Ainsi Gold et
Freedman sont les premiers à observer une surexpression de l’ACE dans les cellules
cancéreuses colorectales, et cette observation publiée en 1965 a été la base de l’utilisation de
l’ACE comme marqueurs sérique de ces cancers. Il aura fallu cependant plus de quarante ans
pour que l’utilisation clinique de ce marqueur soit recommandée ; de façon consensuelle par
les sociétés savantes.
D’autres marqueurs que l’ACE ont été découvert de façon similaire.

2
Chapitre I : Partie théorique

Figure 1: La découverte des marqueurs tumoraux.

I.2 Généralités sur les marqueurs tumoraux :

I.2.1 Définition :
Les marqueurs tumoraux sont des molécules anormales ou présentes à un taux anormalement
élevé dans le sérum, témoignant de l’existence et de l’évolution de certaines tumeurs
néoplasiques avec un degré de spécificité variable.(3)

I.2.2 Caractéristiques :
Un marqueur tumoral idéal serait une substance produite par la seule cellule cancéreuse et
libérée dans un liquide biologique facilement accessible, sérum en particulier. Il devrait
détecter avant toute autre méthode la présence d’une tumeur, la localiser, prévoir son
évolution ou son extension, évaluer l’efficacité des traitements et surveiller les populations à
risque. Son dosage devrait être fiable, sensible, facile à mettre en œuvre, rapide et peu
onéreux.
Cette description est théorique. A ce jour aucun marqueur ne satisfait à l’ensemble de ces
caractéristiques.
Il n’existe pas de marqueur spécifique de tumeur mais plutôt des molécules dont la présence à
forte concentration est associée au cancer.

3
Chapitre I : Partie théorique

Ces molécules sont normalement présentes en faible concentration chez les sujets sains et en
concentration un peu plus importante chez des sujets présentant des pathologies bénignes.
La plupart des marqueurs biologiques ne sont pas spécifiques d’organe et seule peut être
décrite une relative spécificité selon les types histologiques. Par ailleurs, leur dosage présente
encore des difficultés techniques non résolues. (2)

I.2.3 Classification :
De nombreuses substances présentées en quantité plus importante chez le sujet cancéreux que
chez le sujet sain ; sont utilisées comme marqueur tumoral. Différant par leur origine, leur
structure biochimique, leur mode d’activité et leur site d’action. Les marqueurs tumoraux ont
fait l’objet de multiples tentatives de classification toutes assez imparfaites.

Tableau I: Classification des marqueurs tumoraux.

1-Glycoprotéines membranaires ou secrétées


Mucines: CA15-3, CA19-9, CA72-4, CA125.
Molécules d’adhésions: ACE
Transporteurs: AFP
2-Enzymes et dérivés:
PAP, PSA, NSE, SCC.

3-Hormones et dérivés : (secrétions autoptiques et ectopiques)


HCG et chaines B libres, Tg, PTH.
Hormones digestives et pancréatiques : gastrine, insuline.
Hormones hypophysaires et hypothalamiques : LH, TSH, GH
Catécholamines et dérivés : 5-HT
4-Molécules de cytosquelette :
TPA, TPS.

5-Glycosaminoglycanes :
Acide hyaloronique.

6-Immunoglobulines monoclonales
7-MT témoignant d’une réaction de l’hôte a l’envahissement tumoral :
CA125, enzymes (LDH,), ferritine.

4
Chapitre I : Partie théorique

I.2.4 Utilité d’un marquer tumoral :


Un marqueur tumoral est utilisé dans :
-Le dépistage
- Le diagnostic
-Le pronostic
- L’évaluation de l’efficacité thérapeutique et la surveillance des patients atteint d’un
cancer.

I.3 Antigène carcino-embryonnaire :

I.3.1 Historique :
En 1965 : GOLD et FREEDMAN ont découvert l’ACE. Ces chercheurs avaient mis en
évidence dans l’extrait perchlorique de carcinomes coliques humains, des antigènes qui ne se
trouvent pas dans la muqueuse colique adulte normale. L’identité antigénique entre ces
antigènes et ceux du tissu endodermique fœtal est la raison de l’appellation « carcino-
embyonic antigens for the digestive tract(CEA) »
A la même époque : VON KLIEST et BURTEIN en 1966 et 1969, avaient démontré
l’existence d’un certain nombre d’antigènes dans les carcinomes coliques et l’intestin humain
fœtal et, parmi eux ACE.
En 1969 : THOMSON et COLL ont prouvé par des méthodes radio-immunologiques que
l’ACE est un antigène circulant, et ils déterminent un seuil au-dessus duquel pouvait être
détecté et ce uniquement dans les sérums des malades atteint de cancer digestif.(4)

I.3.2 Définition :
L’antigène carcino-embryonnaire est une protéine qui intervient dans le mécanisme
d’adhésion cellulaire .c’est un marqueur tumoral présent a un taux élevé dans le sang lors de
certains cancer. (5)

I.3.3 Structure :
L’ACE est une glycoprotéine monomère, composée de multiples chaines latérales
glucidiques (représentant 45à60 %de la masse de la molécule) liées à une chaine
polypeptidique.
La masse moléculaire relative de cette glycoprotéine est comprise entre 180-200kDa .(6)

5
Chapitre I : Partie théorique

I.3.3.1 Structure de la chaine polypeptidique :


La chaine polypeptidique contient sept domaines Ig extracellulaires :
N-B1-A2-B2-A3-B3-M
Le domaine N Ŕ terminal de la protéine est constitué de 108 acides aminés (35-144) ,qui
s’apparente au domaine variable des Ig (Igv- like) ,suivi de six autres domaines, qui
s’apparentent au domaine constant de type C2 des Ig (IgC2-like).Ces domaines peuvent être de
type A comportant 93 AA ou de type B (85 AA).

L’insertion de la molécule de l’ACE dans la membrane cellulaire est assurée par un ancrage
glycosilphosphatidyl-inositol (GPI) appelé domaine M.

Figure 2 : Structure de la chaine polypeptidique de l'ACE.

I.3.3.2 Structure de la chaine oligo-sccharidique :


La molécule d’ACE est constituée de plusieurs chaines glucidiques (environ 24-40 chaines).
Chaque chaine est constituée en moyenne de 20 résidus de monosaccharides.
Les principaux monosaccharides sont : N.acetyl-glucosamine, galactose, mannose, fucose et
acide sialique. (6)

6
Chapitre I : Partie théorique

Figure 3: Structure de la chaine oligo-saccharidique de l'ACE. (7)

I.3.3.3 La forme générale de l’ACE :


La molécule de l’ACE peut être considérée comme une brosse à bouteille, les domaines Ig
étant inclinés les uns contre les autres le long du l’axe de la molécule avec un angle de 160˚.
Chaque domaine de type Ig forme à peu-pré une forme cylindrique et est composé de deux
feuillets β, selon une structure en barillet β.

Figure 4 : La forme générale de l'ACE.(8)

7
Chapitre I : Partie théorique

I.3.3.4 Hétérogénéité de l’ACE :


La variabilité des chaines glucidiques présentées sur la molécule d’ACE, lui confère un haut
niveau d’hétérogénéité. Cette hétérogénéité se traduit par une variabilité de la masse
moléculaire.

I.3.3.5 Les sites épitopiques de la molécule d’ACE:


Il existe six régions antigéniques, incluent dans les domaines de type Ig de l’ACE :
Deux dans le domaine A1 (résidus 120-134 et 153-164), un dans le domaine A2 (329-337)
et A3 (508-513) et un au niveau de la jonction entre les domaines A3 et B3 (565-573).
Généralement, les domaines de type Ig A1, A2, A3, et B3 semblent être les parties les plus
antigéniques de L’ACE. (9)

I.3.4 GENES :

I.3.4.1 La famille des gènes de L’ACE :


L’ACE est le chef de fil d’une famille de glycoprotéines ; provenant d’épissages différentiels
des ARNm et de variations des chaines glucidiques.

Première définition : la famille de l’ACE comprend 34 gènes, dont 23 sont des gènes codant
pour les protéines, disposés en grappe dans une région de 1,8 Mb sur le
chromosome19q13.2, entre les gènes marqueurs CY2A et D19S15.
Cette famille peut être divisée en trois groupes :
Les molécules d’adhésion cellulaire liées à l’ACE (CEA-CAMs), les glycoprotéines
spécifiques à la grossesses (PSGs) et les pseudo-gènes.(10)
Deuxième définition : la famille de l’ACE se compose de 35 gènes dont 21 codent pour des
protéines, disposés en plumeaux contigus dans le chromosome 19 dans la région 19q13.2 et
19q13.4. Cette famille est subdivisée en 2 sous-groupes :
Les molécules d’adhésion cellulaire lie à l’ACE (CEA-CAMs)et les glycoprotéines
spécifiques à la grossesses (PSGs).(11)

I.3.4.2 Le gène de l’ACE :


L’ACE est codé par le gène CEA-CAM5, localisé sur le chromosome 19 en position 19q13.2.

8
Chapitre I : Partie théorique

I.3.4.2.1 Structure :
Le gène de l’ACE contient dix exons et neuf introns :
Chaque domaine Ig Ŕlike de la protéine est codé par un exon, l’information codant la partie L
est reparties sur les deux premiers exons. (12)
La région promotrice du gène de l’ACE, sont dépourvus des éléments classiques TATA et
CCAAT, en revanche elle présente des caractéristiques des gènes de ménages actifs tel que
des régions riches en bases G/C, des sites SP1et des caractéristiques des gènes régulés au
développement.

I.3.4.2.2 Expression :
Plusieurs gènes de la famille de l’ACE sont également exprimés chez d’autres mammifères,
notamment les souris, les rats, et les chiens.

Les ARNm de l’ACE ont été trouvés dans les tissus coliques normales et malins (des
adénocarcinomes du colon et dans une moindre mesure dans les adénocarcinomes du
pancréas, et les adénocarcinomes de la vésicule biliaire.). (13)
Les gènes du CEA-CAMs sont exprimés dans une grande variété de type cellulaire : y
compris les cellules épithéliales, endothéliales et immunitaires (leucocytes et les cellules
dendritiques.).

I.3.4.2.3 Mécanisme de contrôle transcriptionnel du gène de L’ACE :


Il semble exister plusieurs foyers différents de contrôle de l’expression des membres de la
famille des gènes, avec des mécanismes à la fois transcriptionnel et post transcriptionnel,
jouant un rôle accompagné d’une altération de la méthylation de l’ADN en amont de la
région codante. (Cette expression est corrèle avec une diminution de la méthylation dans la
région 5’ du gène d’ACE). (14)

I.3.5 Mécanisme physiopathologique :

I.3.5.1 Comparaison entre ACE normal et tumoral :


Sur le plan génétique, il ne semble pas y avoir de différence. Il a été démontré que l’ACE
normal du colon était indiscernable de l’ace tumoral par plusieurs critères immunologiques,
physico-chimiques et chimiques.
Cependant la possibilité que des modifications post traductionnels subtile tel que : la taille de
l’extrémité c-terminale après la libération de la membrane. Ainsi des modifications des
chaines glucidiques puissent crée des différences entre ACE tumoral et normal.

9
Chapitre I : Partie théorique

I.3.5.2 La synthèse :
La protéine d’ACE est synthétisé comme un précurseur de 702AA, comprenant une région
signal de 34 AA, suivi de 7 domine de type Ig. Cette région signal est éliminée, donnant une
protéine mature de 688 AA.
La partie c-terminal de la protéine mature est perdue post-traductionnellement et remplacée
par un groupement èthanolamine ŔGPI, qui permet l’insertion de la molécule a la membrane
cytoplasmique.
Les chaines glucidiques synthétisées se lient à la protéine mature via la liaison N-
acetylglucosamine-asparagine, Formant ainsi la glycoprotéine.
L’ACE est produit dans le colon fœtal à partir du stade fœtal précoce (semaine 9-13), cette
production semble être persistante tout au long de la vie.
Chez l’adulte, l’ACE est produit par les cellules calciformes du colon.
Il a été suggéré que la production d’ACE est codée par un gène fœtal réprimé chez l’adulte
sain. La cancérisation cellulaire cause une répression de ce gène ; est donc une production
d’ACE, cette dernière est liée à leur potentiel tumorigène et métastasique.

I.3.5.3 La sécrétion de l’ACE :


ACE est présent dans la couche mucineuse externe, au-dessus du glycocalyx apicale.

La libération de l’ACE se fait sous l’action de la phospholipase Cou D. Cette libération est
associée à la conversion de l’ACE d’une molécule hydrophobe liée à la membrane à une
molécule hydrophile soluble, sans diminution apparente de la masse moléculaire. (15)

I.3.5.4 Le métabolisme de L’ACE :


La clairance initial est obtenue par les cellules de kupffer, et se produit via un mécanisme
d’endocytose.
L’ACE est endocyté par les cellules kupffer via un récepteur de surface cellulaire(R-ACE),
ces cellules modifie l’ACE en éliminant l’acide sialique, puis l’exocytose d’asialo-ACE avec
ses fractions galactoses terminales, exposées dans l’espace de DISSE, où il est
immédiatement endocyté par les cellules parenchymateuses du foie via le récepteur : asialo-
glycoprotéine .Une fois à l’intérieur de la cellule parenchymateuse il est dégradé en ses acides
aminés et sucres constituants.
Il existe un passage para cellulaire d’ACE depuis l’espace de DISSE à travers les complexes
de jonctions entres les hépatocytes adjacent .Une petite quantité de l’ACE pénètre également
10
Chapitre I : Partie théorique

dans l’arbre biliaire sous forme intacte. Il a été suggéré que cette voie d’excrétion biliaire
devient plus d’importance physiologique pendant une maladie hépatique, lorsque les voies
médiées par les récepteurs fonctionnent moins bien, et que les complexes jonctionelles entre
les hépatocytes sont desserrés. (16)

I.3.5.5 Elimination :
Dans les selles : l’ACE est libéré de la surface apicale des cellules cylindriques matures dans
la lumière intestinale, et disparait avec les matières fécales.
Pendant un jour un adulte en bonne santé évacue environ 60-70mg d’ACE dans les selles.
-Elimination par le foie (dans la bile).
-La clairance circulaire se faisait principalement par les reins avec une excrétion dans les
urines.

I.3.5.6 Demi-vie :
6-8jours. (17)

I.3.5.7 Localisation et expression :

I.3.5.7.1 Localisation :
Dans les cellules saines :
L’ACE est localisé uniquement à la surface apicale des cellules différenciées de l’épithélium
du tube digestif, (œsophage, estomac, intestin grêle, colon et du rectum).
L’ACE est présent à la surface des microvillosités des cellules cylindriques d’absorptions et
des cellules à gobelet de l’intestin grêle et du colon.(18, 15)
L’ACE est exprimé sur les surfaces luminales des cellules tumorales dans l’adénocarcinome
colique faisant face à la lumière intraglandullaire. Cependant, ces cellules dans la partie
interne de la glande tumorale expriment les antigènes sur presque toute la surface.

I.3.5.7.2 Expression :
L’ACE a une expression tissulaire limitée dans le tissu adulte normal, il est présent dans les
épithéliums tapissant le tractus gastro-intestinal, les hépatocytes, les épithéliums squameux
endométrials, ainsi dans les glandes sudoripares endocrines et les glandes de la prostate.
 On le retrouve dans les tissus fœtaux, dans les dérivés endodermique surtaux du tractus
gastro intestinal, du pancréas et du foie.

11
Chapitre I : Partie théorique

I.3.6 Les propriétés biologiques et fonctions :


Les membres de la famille ACE sont impliqués dans les fonctions pléiotropies (fonction
physiopathologique) y compris l’adhésion cellulaire, la grossesse, l’immunité, la régulation de
l’homéostasie de l’insuline et la cancérogenèse.
Les CEA-CAMs jouent un rôle vital pendant le développement embryonnaire, ou l’adhésion
cellulaire est nécessaire pour intégrer les cellules dans les organes fonctionnels. Ils servent
également comme récepteurs à plusieurs agents pathogènes bactériens et viraux.

Tableau II:Les types d’ACE-CAMs et leurs rôles (19)


Nom Nouveau nom Rôle
ancien
CD66a CEA-CAM1 Inhibiteur du développement
tumoral. Adhésion bactérienne. Est un
récepteur du virus de l’hépatite murine.
Il contribue à la signalisation via les
voies des récepteurs de l’insuline ou du
facteur de croissance EGF dans les
cellules épithéliales, ou via ZAP-70dans
les cellules hématopoïétiques.
CD66d CEA-CAM3 Détection, internalisation et la
destruction d’un ensemble limité de
bactéries Gram négatif. Parmi ses voies
apparentées : les interactions de la
surface cellulaire au niveau de la paroi
vasculaire.
Les maladies associes sont le
cystadénocarcinome mucineu.
CGM7 CEA-CAM4 Maladies associes :
adénocarcinome mucineux et ophtalmie
néonatale. C’est un récepteur orphelin
de granulocyte, qui agit comme un
déclencheur efficace de phagocytose des
particules attachés.
CD66e CEA-CAM5 Adhésion cellulaire, la
signalisation intracellulaire et la
progression tumorale. la migration
leucocytaire e, la différenciation des
myotubes. il a une activité d’
homodimèrisation des protéines.
CD66c CEA-CAM6 Agit comme un récepteur de l
adhésion invasive d E. Coli à la surface
des cellules épithéliales, chez les patient
atteint de maladie de Crohn. Adhésion

12
Chapitre I : Partie théorique

des neutrophiles aux cellules


endothéliales active par les cytokines. Il
est oncogène en favorisant la
progression tumorale.
CGM2 CEA-CAM7 Parmi ses voies apparentées le
métabolisme des protéines.
CD66b CEA-CAM8 Les maladies associées sont
hémoglobinurie et l’endocardite
infectieuse.
Parmi ses voies apparentées
figurent, le système immunitaire inné et
les interactions de la surface cellulaire
au niveau de la paroi vasculaire.
CEA-CAM16 Il est requis pour une bonne
audition jouant un rôle dans Le maintien
de l’intégrité de la membrane tutorial.
Les maladies associées : la surdité
autosomiale dominante 4B et la surdité
autosomiale récessive 113.
CEA-CAM18
CEA-CAM19 Maladies associées : adénome
des alvéoles et le néoplasme bronchique.
CEA-CAM20 Il joue un rôle dans la réponse
immunitaire intestinale : avec la tyrosine
kinase, améliore la production de
cytokines CXCL8/IL8 via la voie
NFKB.
CEA-CAM21

Récemment un grand nombre de fonctions dans les cellules cancéreuses ont été attribue a
l’ACE. Celui-ci inclue un rôle dans l’adhésion cellulaire, l’apoptose, et les réponses
inflammatoires, conduisant à une augmentation des métastases hépatiques et éventuellement
pulmonaire et l’angiogenèse.

 ACE et angiogenèse :
Il peut être existé une relation entre l’ACE, son récepteur ACE-R et l’angiogenèse.
Cependant, il a été montré que l’ACE secrété (soluble) peut activer directement les cellules
endothéliales via la signalisation de l’intégrine B3. Il peut également exister un autre
mécanisme, impliquant la relation entre l’ACE et son récepteur ACE-R.

13
Chapitre I : Partie théorique

L’interaction ACE-R avec ACE dans les cellules stromales associées aux tumeurs en
particulier les macrophages est importante. Perturber cette relation peut affecter la
connaissance et la progression des tumeurs.
Il est significatif que LOW-Marchelli et al aient montré que CCL2 recrute des macrophages
pour favoriser l’angiogenèse. Les cellules cancéreuses du colon sécrètent deux types de
molécules : Le MCP-1 qui permet le recrutement des macrophages et l’ACE les actives, pour
sécréter IL-6 et IL-8, deux facteurs pro-angiogéniques connus. Des facteurs anti-
angiogéniques sont également produits (IL10) et un déséquilibre entre ces deux fractions
concurrents tendra à la pro-angiogenèse.
 ACE comme molécule d’adhésion :
En 1989, Benchimol et al ont démontré la première fonction potentielle de l’ACE. En
transférant des cellules tumorales avec le gène ACE, ils ont montré une adhésion accrue de
cellules et ils ont démontré que cela pouvait être inhibé en utilisant des anticorps anti ACE.
ème ème
L’adhésion est due à des interactions entre l’extrémité N-terminal et le 5 et 6 (A3B3)
domaines d’immunoglobulines. (Ces interactions peuvent être homotypiques ou
hétérotypiques). Cela suggère que ces interactions pourraient jouer un rôle dans le
comportement des cellules tumorales et dans le développement des métastases.
L’ACE soluble présent dans les espaces extracellulaires rompt les liaisons homotypiques entre
les cellules (effet anti-adhésion).

I.3.7 Variation des taux sériques de l’ACE :

Tableau III: Facteurs physiologiques et environnementaux modulant le taux de l'ACE.


(20)

Facteur Les variations


Sexe Le taux est plus élevé chez l’homme que chez la femme
Age Le taux s’élève au cours du vieillissement.
Grossesse Augmentation du taux.
Tabac Augmentation du taux.

14
Chapitre I : Partie théorique

I.3.7.1 Les pathologies bénignes potentiellement à l’ origine de


l’augmentation de l’ACE :
Diverses pathologies bénignes peuvent entraîner une augmentation des taux d’ACE, mais les
concentrations observées dépassent rarement 30 microgrammes/litre.
Ainsi, les taux d’ACE sont modérément élevés chez 20 à 50% des patients présentant des
affections bénignes :

Tableau IV:Les pathologies bénignes potentiellement à l'origine de l'augmentation de


l'ACE.
Types Exemples
Pathologies respiratoires Infection pulmonaire, pleurésie
Pathologies digestives Pancréatite, colite ulcéreuse, maladie
de Crohn et RCUH.
Pathologies hépatiques Hépatite aigue et chronique, cirrhose
du foie, éthylisme chronique.
Autres pathologies Lésions inflammatoires aigues et
chronique, insuffisance rénal. Endométriose.

I.3.7.2 Les pathologies malignes :


Des élévations sériques de l’ACE sont également rencontrées lors de la survenue de divers
cancers : cancers du tube digestif (colon, pancréas et estomac), les cancers gynécologiques
(sein, ovaire et utérus), le cancer médullaire de la thyroïde et les cancers bronchiques
primitifs.

I.3.8 La régulation des niveaux sériques d’ACE :


La régulation est complexe et dépend de plusieurs paramètres :
- En premier lieu de la production tumorale, c’est à dire du nombre des cellules tumorales
sécrétantes à un moment donné.

- De la différenciation cellulaire (est la capacité de la tumeur à exprimer le marqueur)

- De la vascularisation tumorale (est la capacité à libérer le MT dans la circulation).

- De la corpulence du patient qui détermine le volume sanguin.

-De la capacité d’épuration d’un marqueur (intégrité des fonctions rénales et hépatiques).

15
Chapitre I : Partie théorique

I.3.9 Dosage de l’ACE :

I.3.9.1 Les milieux du dosage :


L’ACE est peut être dosé dans divers liquides biologiques :
- Le liquide d’épanchement pleural en cas de suspicion de mésothéliome ou de métastases.
-Le liquide d’ascite (dans l’abdomen).
- Le liquide de lavage broncho alvéolaire.
-Dans la bile en cas de suspicion de tumeur pancréatique.
-Dans les urines en cas de suspicion de tumeur viscérale, et notamment dans le sang.

I.3.9.2 Les méthodes de dosage :

I.3.9.2.1 Les méthodes immunologiques :


 Méthode d’immunohistochimie :

L'examen immuno-histochimique (IHC) consiste à révéler sur coupe histologique, par


réaction antigène-anticorps, la présence de récepteurs antigéniques cellulaires intranucléaires,
membranaires ou cytoplasmiques. Il existe deux stratégies utilisées pour la détection immuno-
histochimique des antigènes dans les tissus, la méthode directe et la méthode indirecte. (22)

 La méthode directe :

La méthode directe est une méthode de mesure de coloration, et implique un anticorps


marqués de réagir directement avec l’antigène dans des coupes de tissus. Cette technique
utilise un seul anticorps, et la procédure est donc simple et rapide. Cependant, elle cause des
problèmes de sensibilité due à une faible amplification du signal et donc son utilisation est
moins fréquente que celle des méthodes indirectes.

 La méthode indirecte :

La méthode indirecte implique un anticorps primaire (première couche), qui réagit avec
l’antigène du tissu, et un anticorps secondaire marqué (deuxième couche), qui réagit avec
l’anticorps primaire. Cette méthode est plus sensible en raison de l’amplification du signal par
le biais de plusieurs anticorps secondaire qui réagissent avec les différents sites antigéniques
de l’anticorps primaire. La deuxième couche d’anticorps peut être marquée avec un colorant
fluorescent ou une enzyme. L'immunohistochimie est largement utilisée pour le diagnostic
et/ou le suivi de cancer.
16
Chapitre I : Partie théorique

Figure 5 : Dosage sanguin de l'ACE.(23)

I.3.10 Implication de l’ACE dans la pratique clinique :


L’ACE est l’un des marqueurs tumoraux cliniques les plus largement utilisés. Les principales
raisons pour lesquels l’ACE est utile en tant que marqueur de tumeur sérique, pour le cancer
colorectal et certaines autres cancers, sont probablement par ce que l’ACE est une molécule
stable, a une expression assez restreinte dans le tissu adulte et exprime a des niveaux élevé
dans les tumeurs positives.
L'ACE a une faible valeur diagnostique car des taux élevés sont rencontres lors de la survenue
de divers cancers : cancers digestifs (co1on : 60% des cas, pancréas : 50%, estomac : 50%) ;
cancers gynécologiques (sein : 50%, ovaire : 35%, utérus : 30%) ; cancer médullaire de la
thyroïde (80%) ; cancer bronchique primitif (50%). Son élévation est d'autant plus fréquente
et importante que ces tumeurs sont évoluées et/ou métastasées. L'ACE n'a donc pas d'intérêt
pour le dépistage ou le diagnostic de ces cancers. En outre, I'ACE peut être modérément
é1evé (jusqu’a 2 à 3 fois la valeur normale) en absence de pathologie tumorale. (24)

I.3.10.1 Cancer colorectal :


C’est une tumeur qui se développe à partir des cellules ; qui tapissent la paroi interne du colon
et le rectum. Il arrive en 2ème position par ordre de fréquence après le cancer du poumon
chez l’homme et le cancer du sein chez la femme. (25)

17
Chapitre I : Partie théorique

Figure 6: Différents stades du cancer colorectal.(26)


La présence d’un taux élevé d’ACE a été retrouvée chez 60% des individus atteints de cancer
du côlon ou du rectum. En effet, plus de 50% des cancers colorectaux non métastatiques et
plus de 75 à 80% des cancers colorectaux d’emblée métastatiques présentent des taux élevés
d’ACE. Par ailleurs, il existe une corrélation entre le taux d’ACE et la masse tumorale,
l’élévation du taux étant liée au degré d’extension locale lymphatique et à la présence de
métastases à distance.

I.3.10.1.1 Dans le dépistage et le diagnostic :


L’Antigène carcino-embryonnaire n’a de place ni dans le dépistage ni dans le diagnostic
précoce des cancers colorectaux. Le Groupe Biologiste Européen considère qu’une
concentration sérique supérieure à cinq fois la valeur de référence chez un patient avec des
signes cliniques évocateurs est très en faveur d’un adénocarcinome. Tous les autres groupes
excluent le dosage de l’ACE lors du diagnostic considérant que les valeurs prédictives du
marqueur ne sont pas suffisantes même en présence de signes digestifs. (27)
La valeur diagnostique de l'ACE vis-à-vis des cancers colorectaux est faible ,en raison de son
manque de sensibilité (sensibilité évaluée suivant les études entre 11 et 40% pour les tumeurs
Duke A et B et entre 52 et 89% pour les tumeurs de stade C et D de , (28),pour les stades
localisés et de la fréquence des concentrations sériques supérieures à la valeur de référence
lors des maladies bénignes et des autres localisations cancéreuses. En outre, des
concentrations sériques normales sont fréquemment associées aux cancers peu différenciés.
L’ASCO (l'American Society of Oncology) et l’ANAES (Agence Nationale d'Accréditation et
d'Evaluation en Santé) ne recommandent pas de doser l'ACE dans le cadre du dépistage et du
diagnostic précoce des cancers colorectaux.

18
Chapitre I : Partie théorique

Même dans des situations de forte prévalence (patient hospitalisé avec altération de l'état
général et troubles du transit), le dosage de l'ACE ne doit pas être prescrit dans un but
diagnostique. (20)
Selon d’autres recommandations : En phase diagnostique, ACE est utilisé comme un test
d’orientation, et la confirmation sera apportée par des examens anatomopathologiques réalisé
sur des prélèvements réalisés en coloscopie. (29)
- Le dépistage repose, pour les patients à risque moyen et à haut risque de cancer colorectal,
soit sur la réalisation d’un test immunologique à la recherche de traces de sang occulte dans
les selles, soit sur la réalisation d’une coloscopie. Le dépistage des patients à risque très élevé
dépend d’une prise en charge spécialisée.
L’association de l’ACE avec d’autres marqueurs :
Selon une étude, la combinaison des niveaux du PLR, LMR et ACE, pourrait être un
indicateur utile dans la détection précoce et la surveillance du CRC, et elle a une meilleur
valeur diagnostique que d’autre marqueurs combinés. (30)
En effet, le meilleur couple de marqueurs en terme de sensibilité est celui associant anticorps
anti-p53 et ACE (56%) en raison de sa haute spécificité pour la malignité; la détection
d’anticorps anti-p53 pourrait compenser les limites de détection d’ACE et d’améliorer la prise
en charge du cancer colorectal. (20)
L'association ACE et CA 19.9 (44%) offre un gain de sensibilité limité par rapport à I'ACE
seul (37%), révélant une certaine redondance de ces deux marqueurs. La prise en compte des
patients positifs uniquement par les anticorps anti-53 permet encore un gain significatif de
sensibilité (anti p53+ ACE+ CA 19.9: 63% en comparaison de ACE + CA 19.9: 44%).

I.3.10.1.2 Dans le bilan initial :


Doser l’ACE lors du bilan initial à un intérêt si le résultat peut conduire à réévaluer le stade de
la maladie et/ou à modifier l’attitude thérapeutique. Si une valeur négative ne permet pas
d’exclure l’existence de métastases, également une concentration en ACE située dans le
domaine de référence n’exclue également pas la présence d’une affection maligne, et une
valeur élevée en l’absence d’anomalies à l’échographie hépatique et à la radiographie
pulmonaire incite à effectuer des examens complémentaires, dont la tomographie d’émission
de positons au F-18-deoxyglucose (TEP-FDG) à la recherche de lésions Synchrones ; dont la
découverte est susceptible de modifier le projet chirurgical. C’est pourquoi la plupart des
sociétés se réservent la possibilité de doser le marqueur lors du bilan initial. (20, 27)

19
Chapitre I : Partie théorique

I.3.10.1.3 Dans le pronostic :


Des études du suivi évolutif menées chez des patients atteints d’un carcinome colorectal,
suggèrent que la concentration en ACE préopératoire est significative pour le pronostic :
Une concentration sérique préopératoire de l’ACE supérieure à la valeur de référence qui est
de 5 µg/l est d’un mauvais pronostic, la Société Américaine d’Oncologie Clinique a
recommandé un dosage d’ACE avant toute intervention chirurgicale, si ce dosage permet
d'améliorer le bilan d'extension ou de préciser l'indication chirurgicale. A l’état actuel le
dosage de l’ACE n’intervient pas dans la décision d’un traitement adjuvant.
Une étude rétrospective publiée en 2018 précise ces données, en rapportant qu’une valeur
élevée de l’ACE en préopératoire, se normalisant par la suite, est alors associée à un meilleur
pronostic .Un ACE élevé en préopératoire, ne se normalisant pas un mois après la résection
chirurgicale peut indiquer une maladie persistante et doit impliquer des investigations
supplémentaires .De plus, cela est associé à un risque de récurrence plus élevé surtout durant
la première année. A ce jour, les sociétés savantes européennes (European Society for
Medical Oncology, ESMO) et américaines (American Society of Clinical Oncology, ASCO)
proposent donc de doser le ACE en préopératoire. (31)
Dans une étude, il a été montré que l’expression de l’ACE tissulaire postopératoire, est un
facteur indépendant associé a un pronostic CCR moins bon, et a une valeur pronostique plus
élevé que celle de l’expression du ACE sérique préopératoire. (32)

I.3.10.1.4 Dans L’évaluation de l’efficacité d’un traitement et la


surveillance des patients :
En état actuel le dosage de l’ACE n’intervient pas dans la décision d’un traitement adjuvant.
Le dosage en série de l’ACE parait plus efficace que l’évaluation clinique ou que toutes autres
méthodes diagnostiques :
ACE est utile dans l’évaluation du traitement chirurgical, la persistance d’une concentration
élevée six semaines après la chirurgie curative, ne peut avoir que la présence d’une tumeur
sécrétrice, Pour lesquels, une intervention chirurgicale ou un autre traitement pourrait être
potentiellement utile.
La sensibilité de l’ACE pour détecter une récidive ou une extension de la maladie, est plus
élevée en cas de métastase hépatiques qu’en cas d’extension locorégionale.

20
Chapitre I : Partie théorique

Une diminution de la concentration de L’ACE est généralement un indice d’un pronostic


favorable, et d’une bonne réponse au traitement.

I.3.10.1.5 Surveillance du patient après un traitement chirurgical :


Quant à la surveillance du taux sérique d’ACE après une intervention chirurgicale, elle doit
être régulière, elle peut permettre d’identifier les patients avec une maladie métastatique pour
lesquels une nouvelle intervention chirurgicale ou un autre traitement pourrait être
potentiellement utile. A savoir qu’une élévation persistante de la concentration en ACE
circulant après traitement est un indice fortement révélateur d’une affection métastatique et/ou
résiduelle.

Une élévation constante de la concentration en ACE peut être associée à l’évolution de la


tumeur maligne sécrétrice ou à une mauvaise ganglionnaire ou des métastases infra-cliniques.
Une diminution de la concentration en ACE est généralement l’indice d’un pronostic
favorable et d’une bonne réponse au traitement. La mesure en série de l'ACE parait plus
efficace que l’évaluation clinique ou que toute autre méthode diagnostique. De ce fait,
l'ASCO recommande d'effectuer les dosages tous les trois mois pendant le traitement
(traitement incomplet), où il peut subsister des reliquats les trois premières années chez les
patients de stade II et III. La sensibilité de l'ACE pour détecter une récidive ou une extension
de la maladie est plus élevée en cas de métastases hépatiques qu'en cas d'extension
locorégionale ou de métastases pulmonaires.

L’ASCO a recommandé également de suivre les patients traités d’un cancer métastasique en
effectuant des dosages d'ACE tous les mois à tous les trois mois.

Selon les recommandations de l’ESMO et de l’ASCO sur la surveillance des cancers


colorectaux le dosage de l’ACE en postopératoire est basé sur l’augmentation de la survie
grâce à la détection précoce des récidives locorégionales et métastatiques, en combinant le
dosage de l’ACE et l’imagerie (radiologique et endoscopique.), le dosage de l’ACE en
postopératoire a donc une bonne valeur prédictive positive, mais une mauvaise valeur
prédictive négative, pour une récidive de cancer colorectal. Les recommandations ESMO,
ASCO ou de la Société Suisse de Gastro-entérologie (SSG), en terme de suivi après chirurgie
à visée curative, sont adaptées à l’origine colique ou rectale du néoplasie et au stade de la
maladie.

Pour les cancers coliques T3/4 ou N+, M0, elles proposent d’associer au dosage du ACE un
CT thoraco-abdominal tous les six à douze mois pendant trois à cinq ans, ainsi qu’une
coloscopie à un an de la résection chirurgicale puis à quatre ans. La fréquence du dosage de
21
Chapitre I : Partie théorique

l’ACE varie selon les recommandations. La Société Suisse de Gastro-entérologie propose son
analyse trimestrielle durant la première année, puis semestrielle jusqu’à quatre ans et enfin
annuellement jusqu’à cinq ans. Cette fréquence étant diminuée pour les stades précoces (T1 et
T2, N0) où la surveillance par ACE est d’emblée annuelle et le bilan par CT-scanner non
recommandé.

Pour les cancers rectaux s’ajoute au suivi une recto-sigmoïdoscopie flexible aux 6, 18 et
24ème mois après chirurgie et une endosonographie (ou l’imagerie par résonance magnétique
[IRM] pelvienne) aux six mois durant les deux premières années.

I.3.10.1.6 Dosage de l’ACE lors des cancers colorectaux métastatiques :


Enfin, le taux de l’ACE est également utile pour le suivi thérapeutique des cancers
colorectaux métastatiques sous chimiothérapie ou après résection des métastases, chez les
patients avec un ACE positif dans l’histoire oncologique. La fréquence du dosage de l’ACE
est préconisée aux deux à trois mois. Il est essentiel d’intégrer le suivi du marqueur ACE dans
la prise en charge globale du patient, en prenant compte de ses comorbidités, de son âge et de
ses préférences thérapeutiques. Lorsque l’ACE devient positif lors du suivi postopératoire,
celui-ci devrait être recontrôlé de manière rapprochée, sans pour autant qu’un délai soit
clairement établi.

Tableau V : Calendrier de suivie biologique sous traitement curatif et palliatif du CCR.

Localisation Type du MT Calendriers


traitement
Colon-rectum Curatif ACE Dosage a 6 semaines.

CA1 Non recommande


9-9
Colon Palliatif ACE Tous les 2 à 3 mois au cours
(métastasique) du traitement en l’absence d’autres
IET

22
Chapitre I : Partie théorique

Tableau VI : Calendrier de surveillance biologique après traitement à visée curative du CRC


Primitive.

Localisation Type du MT Calendriers


traitement
Colon-rectum Curatif ACE Uniquement chez les patients
symptomatiques si suspicion de
récidive.
Réservé au patient pouvant
supporter une ré-intervention et
aux stades B2et C.
Dosage 1/3 mois (2 ans) puis1 /6
mois (3 ans)
1/2 à 3 mois (2 ans)

I.3.10.2 Cancer de l’estomac ou cancer gastrique :


Est une maladie qui se développe à partir d’une cellule de l’estomac initialement normale, qui
se transforme et se multiplie de façon anarchique, pour former une masse appelé tumeur
malignes.90% de ces cancers sont des adénocarcinomes.
C’est le 5ème cancer chez l’homme et le 6ème chez la femme.

Figure 7 : Différents stades de cancer gastrique.(33)


23
Chapitre I : Partie théorique

L’ACE est utile surtout pour le suivi carcinologique(le rythme de dosage doit être adapté au
risque de récidives, par exemple, tous les 3 mois pendant 2 à 3 ans qui suivent une
gastrectomie, plus espace ensuite car 80% des récidives surviennent dans les 2 ans post
opératoire) mais inutile pour le diagnostic.
Dans certaines recommandations, l’ACE est dosé lors du bilan d’extension. (34)
La détection combine du sérum CA72-4, ACE, CA19-9 et CA125 augmente la sensibilité et la
précision du diagnostic du cancer gastrique, et peut être considéré comme un outil important
pour un diagnostic soigneux. (35)

I.3.10.3 Tumeur kystique du pancréas :


Le dosage des marqueurs tumoraux ACE et CA199 est utilisé pour différencier les différentes
tumeurs kystiques du pancréas.

Dans le cystadénome mucineux la ponction ramène un liquide riche en ACE( ˃400),CA19-9


et CA72.4 par contre dans le cystadénome séreux le taux est faible d’ACE(˂5), de CA19-9 et
de CA72-4.(34)

Tableau VII : Résumé des caractéristiques principales des lésions kystiques du


pancréas. (36)

24
Chapitre I : Partie théorique

I.3.10.4 Tumeurs hépatiques malignes secondaires (métastases


hépatiques) :
Les métastases hépatiques ou cancers secondaires du foie sont les tumeurs qui se développent
dans le foie, mais trouvent leur origine dans d’autres organes, comme le colon, l’estomac ou
les ovaires.
Selon les estimations, le cancer du foie se situe en premier rang pour les deux sexes. Le sexe
masculin on estime à 728 cas avec mortalité à 627. Pour le sexe féminin on estime à 107 cas
avec mortalité à 101 décès.
Le taux d’ACE est modérément élevé chez les patients ayant une métastase hépatique, une
augmentation du taux de l’ACE ou du CA19-9 orientent plutôt vers une origine digestive.
L’ACE est élevé dans environ 80% des métastases hépatiques des cancers digestifs
colorectaux ou autres. Une élévation progressive du taux a une bonne valeur diagnostique.
Le diagnostic peut être confirme par l’ascension des marqueurs tumoraux (ACE, CA19-9) ou
par ponction biopsique.

I.3.10.5 Cholangiocarcinomes :
Ce sont des adénocarcinomes développés aux dépend de l’épithélium biliaire.
Chez les malades avec une Cholangite sclérosante primitive, le diagnostic doit être évoqué
devant une altération de l’état général, une majoration de cholestase. Les marqueurs ACE et
CA19-9 sont élevés mais non spécifiques.

Figure 8 : Représentation de différentes localisations des cholangiocarcinomes.(37)

25
Chapitre I : Partie théorique

I.3.10.6 Cancer du pancréas :


La plupart des cancers du pancréas se développent à partir des cellules exocrines représentent
près de 90% des cellules du pancréas. C’est pourquoi en parle de tumeurs exocrines dont la
forme la plus fréquente est l’adénocarcinome pancréatique canalaire.
Les cancers du pancréas sont regroupes en deux types des cellules, chaque type de cellule
peut donner lieu a un type différent de tumeur. Ces tumeurs du pancréas peuvent être
bénignes ou malignes, solide ou kystique développé à partir du tissu exocrine ou endocrine.
L’incidence mondiale du cancer du pancréas est d’environ 300 000 nouveaux cas par an.

Figure 9 : Localisation du cancer du pancréas.(38)


En Algérie, selon le registre des tumeurs d’ALGER, l’incidence est estime à 3,2/105 habitants
pour les hommes et 1,7/105 habitants pour les femmes. L’incidence du cancer du pancréas est
plus élevée chez les hommes que chez les femmes. Deux tiers des cas sont diagnostique, après
65 ans.
L’ACE est peut être élevé dans environ 50% des cas, mais il est moins sensible que le CA19-
9.
Selon des recommandations : L’ACE n’a aucun intérêt dans le cancer du pancréas. (34)
Le CA19-9 et l’ACE ne doivent pas être utilise pour le dépistage des patients à risque du
cancer du pancréas. (22)

I.3.10.7 Ampullome Vatérien :


C’est une tumeur maligne qui se développe dans la région de l’ampoule de Vater (point de
convergence de la voie biliaire et du canal pancréatique de Wirsung, s’abouchant dans le
duodénum). Dans le bilan d’extension : dosage de l’ACE et CA19-9 (après normalisation de
la cholestase ictérique). (39)

26
Chapitre I : Partie théorique

Figure 10 : Localisation de l'ampoule de Vater.(40)

I.3.10.8 Cancer du sein :


Il résulte d’un dérèglement de certaines cellules, qui se multiplient et forment le plus souvent
une masse appelé tumeur.il existe différents types, qui n’évoluent pas de la même manière,
certains sont agressifs et évoluent très rapidement, d’autres plus lentement. C’est le premier
cancer chez la femme.

Figure 11 : Schéma de la structure du sein.(41)

I.3.10.8.1 Dépistage et ou diagnostic initial :


Malgré l’augmentation sensible du pourcentage des patients ayant des taux sériques élevés,
les taux restent normaux dans des proportions implorantes pour que le dosage de ce marqueur
soit intéressant pour le dépistage ou le diagnostic précoce du cancer du sein. (17)

I.3.10.8.2 Bilan d’extension :


Le taux sérique de l’ACE peut être élevé dans 12% des cancers non métastasiques et dans 35
à45% des cancers du sein en phase métastasique, le niveau et la fréquence d’élévation de ce
marqueur étant corrélé a la progression tumorale. La synthèse de six études a montre que le

27
Chapitre I : Partie théorique

pourcentage des femmes ayant un taux d’ACE élevé serait de 11,7% aux stades I et II, de
23,3% au stade III et de 58 ,2% au stade IV. (42)

I.3.10.8.3 Surveillance et suivi thérapeutique :


Le principal intérêt de l’ACE réside dans la surveillance des malades après chirurgie ou tout
autre traitement ainsi que dans le suivi du traitement des récidives et des métastases. Une
élévation isolée de l’ACE est décrite chez 7à15% des patients présentant une première
évolution métastasique. Chez ces patients, l’évolution de l’ACE reflète la réalité clinique dans
60à 80% des cas et l’efficacité thérapeutique pourra être appréciée par la cinétique de
décroissance de l’ACE. Dans ce cadre, il est habituellement prescrit avec le CA 15-3.
Après une ablation complète de la tumeur, le taux d’ACE revient à la normale en un mois. S’il
ne le fait pas, c’est qu’il reste un fragment tumoral. Dans les mois et les années suivant, les
dosages d’ACE sont répétés, par exemple tous les trois mois. Une ré-ascension du taux
d’ACE, surtout si elle set progressive, est souvent due a l’évolution du cancer (récidive ou
métastase ; ce signe biologique peut précéder de plusieurs mois l’apparition de manifestations
cliniques et représente un signe d’alarme qui doit déclencher la recherche d’une tumeur.
Selon d’autres recommandations, l’ACE ne doit pas être dosé sauf chez les patientes
métastasiques qui n’expriment pas le CA15-3. (2)

 Association de l’ACE avec CA15-3 :


Les performances du seul dosage de l’ACE seul dans le cancer du sein est inférieur à la
performance du CA15-3 au stade diagnostique : il n’est positif que 10 à 15 % des tumeurs
localisées, 20% des stades III et 50% des stades IV. Ses performances sont également
inférieure à celle du CA 15-3 aussi bien pour la détection des rechutes et ou d’une métastase
que pour l’appréciation de l’efficacité du traitement de ces derniers. Dans ces séries, une
élévation de CA15-3 était observé chez 41 à 72% développent une rechute ou une métastases,
alors que le pourcentage d’ACE élevé variait de 16 à 45% .selon les auteurs une élévation
isolée d’ACE est décrite chez 7à 15% des patient présentant une première évolution
métastasique. Chez ces patients, l’évolution de l’ACE reflète la réalité clinique dans 60à 80%
des cas et l’efficacité thérapeutique pourra être appréciée par la cinétique de décroissance de
l’ACE. La valeur prédictive négative du couple ACE CA15-3 pour un suivi sans événement
est de 80% donc supérieure de l’ACE 61% et CA15-3 67% pris isolement.

28
Chapitre I : Partie théorique

Selon une autre étude : L’association de l’ACE au CA15-3 améliore significativement les
performances diagnostique du CA15-3, dans deux catégories de tumeurs, les tumeurs de type
luminale et le type HER2-enriched. (43)

I.3.10.9 Cancer de l’ovaire :


Le cancer de l’ovaire prend naissance dans les cellules de l’ovaire. Une tumeur cancéreuse
(maligne) est un amas de cellules qui peut envahir et détruire les tissus qui l’entourent. Elle
peut aussi se propager (métastases) à d’autres parties du corps. On classe les tumeurs
cancéreuses de l’ovaire selon le type de cellules dans lequel le cancer apparaît. (44)

-Diagnostic et bilan initial d’un cancer de l’ovaire :


Le dosage de l’ACE n’est réalisé qu’en cas d’orientation clinique ou radiologique vers une
tumeur mucineuse de l’ovaire, ou pour orienter le diagnostic différentiel vers une tumeur
digestive. (45)
Le dosage du CA-125, ACE et CA19-9 sont faits de façon systématique.
-Bilan préopératoire : le dosage du CA-125+++, ACE et CA19.9. (46)

I.3.10.10 Kyste de l’ovaire :


Il s’agit d’une tumeur a composante liquidienne, développé au dépends d’un ovaire de taille
˃30mm. Un kyste de l’ovaire est le plus souvent de nature bénigne.
-Diagnostic et examen complémentaire :
Le dosage du CA-125, ACE, AFP et HCG est parfois demandé afin d’orienter le diagnostic et
de permettre une surveillance post thérapeutique.

I.3.10.11 Cancer invasif du col de l’utérus :


Dans le bilan locorégional pré thérapeutique, le SCC est élevé dans les carcinomes
épidermoïdes et ACE dans les adénocarcinomes.

29
Chapitre I : Partie théorique

Figure 12 : Evolution du cancer du col de l'utérus.(47)

I.3.10.12 Cancer du poumon :


Le cancer du poumon prend naissance dans les cellules du poumon. La tumeur cancéreuse
(maligne) est un groupe de cellules cancéreuses qui peuvent envahir et détruire le tissu voisin.
Elle peut aussi se propager (métastases) à d’autres parties du corps. Quand le cancer débute
dans les cellules du poumon, il est appelé cancer primitif du poumon. (48) C’est le premier
cancer chez l’homme.

Figure 13 : Schéma de l'appareil respiratoire.(49)


Dans les deux types du cancer bronchiques : l’ACE n’a aucune utilité pour le dépistage,
diagnostique et le suivi.
-Le taux sériques de l’ACE contient des informations pronostiques et prédictives sur le risque
de récidive et de décès dans CBNPC. (50)
L’expression sérique de l’ACE chez les patients atteints de CBNPC est liée à la mutation de
l’EGFR. En outre l’expression de l’ACE peut être utilisée comme indicateur référentiel pour
prédire l’efficacité thérapeutique des inhibiteurs de la tyrosine kinase EGFR.

30
Chapitre I : Partie théorique

La détection combine de CA125, haptoglobine, ACE, CA19-9 pourrait améliorer


significativement la sensibilité et la spécificité du diagnostic d’un CP, et pourrait aider à la
détection précoce. (51)

I.3.10.13 Cancer médullaire de la thyroïde :


C’est un cancer rare qui se développe aux dépens des cellules C para folliculaires
thyroïdiennes responsables de la sécrétion de calcitonine.

Figure 14 : schéma d'une tumeur au niveau de la thyroïde.(52)


-Bilan diagnostique :
Lorsque le cancer médullaire de la thyroïde est suspecté, le bilan comprend :
Dosage de la calcitonine et de l’ACE (qui est non spécifique mais reflète la masse tumorale).
(53)
Dans la surveillance biologiques après traitement a visé curative: le dosage de la calcitonine et
l’ACE se fait 1/3mois la 1 ère année, 1/6mois la 2ème année puis 1/an.

I.3.10.14 Les cancers primitifs inconnus (CPI) :


Le cancer primitif inconnu désigne un cancer qui s’est déjà propagé à d’autres parties du
corps (métastases), sans toutefois que les médecins sachent ou il a pris naissance (quel est
siège primitif). Le processus diagnostic vise donc principalement à déterminer le type de CPI,
le siège primitif et tous les emplacements auxquelles le cancer s’est propagé.
Le taux d’antigène carcino-embryonnaire (ACE) peut être élevé que la normale chez les
personnes atteintes d’un carcinome épidermoïdes de siège primitif inconnu. (54)

31
CHAPITRE 2 : PARTIE PRATIQUE

32
Chapitre II : Partie pratique

II. Partie pratique :

II.1 Objectif de l’étude :


Notre étude a pour objectif d’évaluer la prescription de l’ACE dans la pratique
médicale.

II.2 Matériels :

II.2.1 Population de l’étude :

La population d’étude est constituée de 85 patients (hommes et femmes), âgés entre 7 et


91 ans (L’âge moyen des patients est de 53.97ans), émanant de différentes régions du
territoire national. Ces patients se sont présentés au niveau du laboratoire d’analyse
biochimique de CHU Mustapha Bacha, Alger.

 Critères d’inclusion :
-Tous patients cancéreux.
-Tous patients entrant dans le cadre de dépistage d’un cancer.
-Tous patients réalisant un bilan d’extension lors du diagnostic d’un cancer.

 Critères d’exclusions :
-Tous patients en bonne santé

II.2.2 Cadre de l’étude :

 Type et la durée de l’étude :


Notre étude est de type descriptive prospective, elle a été réalisé de novembre 2019 jusqu’à
mars 2020, au niveau du laboratoire de biochimie de CHU Mustapha Bacha, Alger. Une fiche
de renseignements a été établie ; les patients ont bénéficié d’un prélèvement sanguin recueilli
sur un tube hepariné, dont le plasma a servi au dosage du marqueur tumoral antigène carcino-
embryonnaire ACE.

II.3 Méthodes :

II.3.1 Recueil des données : (annexe 1)

33
Chapitre II : Partie pratique

Les patients soumis à cette étude ont fait l’objet d’un questionnaire comportant différents type
de données à savoir :
 Informations personnelles
 Antécédents médicaux et chirurgicaux
 Traitements

II.3.2 Analyse statistique :


Microsoft EXCEL 2010.

II.3.3 Le dosage de l’ACE :

II.3.3.1 Prélèvements sanguins:


 Matériel nécessaire :

-Garrot, seringue et aiguille, désinfectant, coton, sparadrap, tubes avec anticoagulants, gants.

Les prélèvements ont été réalisés chez les patients en respectant les conditions de
prélèvement : en position semi- assise, mise en place d’un garrot au moment de la ponction
veineuse du pli de coude, et la désinfection soigneuse du site de ponction.

Le sang est recueilli dans un tube hepariné, on mentionnant le nom, le prénom du sujet
prélevé et le service sur les étiquettes des tubes.

II.3.3.2 Conditions pré-analytiques : (ANNEXE 2)


Pour le dosage de l’ACE dans le sang, il est inutile d'être à jeun avant le prélèvement. Il est en
revanche important de ne pas fumer dans les 24 heures précédant le prélèvement car le tabac
augmente le taux sanguin.

Il peut exister une interférence chez les patients traités par la biotine (vitamine b7, b8) ou sous
complément alimentaire contenant de la biotine : l’arrêt du traitement 8 jours avant le
prélèvement est indispensable.(55)

II.3.3.3 Conditions de prélèvement et conservation des échantillons :


La quantité de sang à prélever doit être suffisante pour effectuer l’analyse et conserver une
quantité aliquote dans la sérothèque conçue pour cette étude permettant une comparaison ou
une vérification ultérieure.

Volume nécessaire : 15 µl de sérum.

Nos échantillons sont centrifugés immédiatement à 3000 tours/min pendant 10minutes.


34
Chapitre II : Partie pratique

Figure 15 : Centrifugeuse de paillasse.(56)

II.3.3.3.1 Interférences :
 Bilirubine :

La présence de bilirubine conjuguée ne présente aucun effet sur les résultats ni sur la précision
du dosage si la concentration ne dépasse pas 200 mg/l.

 Biotine :

Les échantillons contenant de la biotine à une concentration de 2 ng/ml présentent un


changement de résultats inférieur ou égal à 10 %. Les concentrations de biotine supérieures à
cela peuvent donner des résultats faussement élevés pour les échantillons des patients. Les
résultats des patients prenant des compléments de biotine ou recevant un traitement de biotine
à haute dose doivent être interprétés avec précaution en raison d'une interférence possible
avec ce test.

 Hémolyse :

La présence d'hémoglobine ne présente aucun effet sur les résultats ni sur la précision du
dosage si la concentration ne dépasse pas 381 mg/dl.

Des échantillons hémolysés peuvent être révélateurs d'une préparation inadéquate du


prélèvement avant son envoi au laboratoire ; il faudra donc interpréter les résultats avec
prudence. La centrifugation des échantillons sériques avant la formation complète du caillot

35
Chapitre II : Partie pratique

peut entraîner la présence de fibrine. Pour éviter les résultats erronés dus à la présence de
fibrine, s'assurer de la formation complète du caillot avant de centrifuger les échantillons.
Certains échantillons, en particulier ceux provenant de patients sous anticoagulants, peuvent
nécessiter un temps plus long pour la formation du caillot.

Des tubes pour prélèvements sanguins provenant de fabricants différents peuvent donner des
résultats différents, selon les matériaux et additifs utilisés, y compris gels ou barrières
Physiques, activateurs de la coagulation et/ou anticoagulants. Le coffret ACE IMMULITE
2000 n'a pas été testé sur tous les types de tubes possibles.

 Lipémie :
La présence de triglycérides jusqu'à une concentration de 3000 mg/dl n'interfère ni sur la
précision du dosage, ni sur les résultats. Il est recommandé de clarifier les échantillons
hyperlipémiques par ultracentrifugation.(57)

II.3.3.3.2 Conditions de conservation :


Les échantillons sont conservés à+ 4°C dans le cas où l’analyse ne dépasse pas les 24heures
au delà ils seront congelés à -20°C .Les cycles de congélation-décongélation ont été évités.

Conservation stable :

-Pendant 24 h entre 2-8°C.

-12 mois à -25°C.(57)

II.3.3.4 Phase analytique :

II.3.3.4.1 Appareillage :
Dans notre travail, le dosage de l’ACE a été fait selon une technique immuno-
enzymatique (immuno-chimi-luminescence) par l’analyseur IMMULITE® 2000 XPi.

36
Chapitre II : Partie pratique

Figure 16 : L'automate IMMULITE 2000 XPi(58)

 DESCRIPTION DE L’APPAREIL :

Le système IMMULITE 2000 XPi est un module d’immunoanalyse à accès en continu et


aléatoire, offrant une cadence maximale de 200 tests par heure. Sa conception contribue à
fluidifier le flux de travail, et à améliorer la productivité des laboratoires traitant des volumes
moyens à élevés d’immun-analyse, grâce à l’intégration des tests de spécialité et
d’allergologie sur une seule plateforme.

Ces instruments utilisent des échantillons de sérum, de plasma et/ou d’urine pour des tests de
diagnostic in vitro et fonctionnent parfaitement avec les solutions en temps réel et un système
de gestion des échantillons.

Les instruments automatisent l’ensemble de la procédure de test et permettent des tests à


grand volume (produisant jusqu’à 200 résultats de test par heure).

Les tubes primaires et secondaires peuvent être chargés directement sur l’instrument.(58)

 FONCTIONNALITES ET AVANTAGES :

-Chimiluminescence avec amplification enzymatique

- Séparation par centrifugation axiale

- Chargement continu et aléatoire.

- 24 réactifs en ligne avec une stabilité à bord de 3 mois.

- Maintenance et contrôles de qualité quotidiens programmables et automatisés.

-Chargement des échantillons sans mettre le système en pause pour améliorer le temps de
rendu des résultats.

37
Chapitre II : Partie pratique

-Fonctions de ré-analyse, dilution et tests réflexes conçues pour réduire le temps


d’intervention de l’opérateur.

-Fonction Auto START comprenant la maintenance quotidienne et la planification des


contrôles qualité, pour réduire les interventions manuelles.

-Améliore l’efficacité grâce à une interface intuitive et ergonomique

-Ecran tactile 19’’ pour faciliter la navigation

-Niveaux des consommables signalés par codes couleur toujours visibles.

-Dilution et tests reflexes configurables par l’utilisateur selon les besoins du laboratoire.

-Cette automate propose le dosage des paramètres suivants :

 Les marqueurs tumoraux :

AFP,CA 125 (OM-MA),CA 15-3 (BR-MA),CA 19-9 (GI-MA),Calcitonine,ACE,PSA.

 Les hormones :

DHEAS, Œstradiol, Free Beta HCG, FSH, HCG, LH, Progestérone, Prolactine,
Testostérone, IGF1, T3, T4.

 Les vitamines :

Vitamine B12, Homocystéine.(58)

II.3.3.4.2 Technique du dosage :


Le dosage de l’ACE a été fait selon une technique immuno-enzymatique (immuno-chimi-
luminescence).

 PRINCIPE DU DOSAGE :

Il s’agit d’un immunodosage ELISA soit par compétition ou ELISA sandwich.

 ELISA par compétition : l’antigène à doser entre en compétition avec l'antigène


marqué pour la liaison à l'anticorps ; la totalité des sites anticorps disponibles est liée.
On mesure la fraction liée qui diminue exponentiellement avec la concentration en Ag
à doser.
 ELISA sandwich : Cette méthode d’immunoanalyse de type « sandwich » utilise deux
réactifs distincts. En effet, un premier réactif « capture » le marqueur dans le sérum
alors qu'un second réactif permet de mesurer la quantité de marqueur capturé. Ainsi, le
marqueur est pris en « sandwich» entre le réactif de capture et le réactif de mesure.
38
Chapitre II : Partie pratique

Figure 17 : Principe du dosage des marqueurs tumoraux.

 Réaction de chimiluminescence :
Lors de la réaction immunologique initiale entre les anticorps du réactif et l’analyte de
l’échantillon, ce composant du réactif marqué avec de la phosphatase alcaline (nommé
conjugué) est lié à la bile dans le godet réactionnel. La quantité de phosphatase
alcaline liée est directement proportionnelle (pour un dosage de type sandwich) ou
inversement proportionnelle (pour un dosage par compétition) à la concentration en
analyte dans l’échantillon de patient.
Après lavage du godet réactionnel, un substrat luminogène est ajouté dans le godet.
Cinq minutes après, le godet réactionnel arrive face au tube photomultiplicateur
(PMT), où la lumière générée par la réaction luminogène est mesurée. La réaction
amplifiée par les enzymes dans le système émet une lumière prolongée qui fait briller
le godet.
Lors de la réaction luminogène, le substrat (un adamantyl dioxétane phosphate) est
déphosphorylé en un anion intermédiaire instable par la phosphatase alcaline qui est
liée à la bille. L’anion intermédiaire instable se décompose rapidement et
spontanément en émettant un photon de lumière. La quantité de lumière émise est
directement proportionnelle à la quantité de phosphatase alcaline liée.
Par rapport à d’autres méthodes de détection, la chimiluminescence offre la meilleure
sensibilité. Dans de nombreux cas, la sensibilité a des ordres de grandeur d’amplitude
supérieurs à ceux pouvant être obtenus avec des radioimmunodosages. (59)

39
Chapitre II : Partie pratique

O O
OCH3

DIOXETANE PHOSPHATE
(STABLE)
OPO3

ALKALINE PHOSPHATASE LABEL

O O
OCH3

UNSTABLE DIOXETANE

OCH3
O
O
LIGHT

Figure 18 : Schéma de la réaction de l'Immulite 2000.

II.3.3.4.3 Dosage de l’ACE par l’automate IMMULITE 2000XPi :

II.3.3.4.3.1 Domaine d'utilisation :


Dosage quantitatif de l'antigène carcinoembryonnaire (ACE) dans le sérum. Réservé à un
usage diagnostic in vitro avec les Analyseurs des systèmes IMMULITE 2000, ce test
constitue une aide dans le suivi des cancers et dans l'établissement d'un pronostic.(57)

II.3.3.4.3.2 Réactifs :
Conserver les réactifs à 2Ŕ8°C. Éliminer les déchets conformément aux lois en vigueur.

Respecter les précautions d'emploi et manipuler tous les composants du coffret comme des
produits potentiellement infectieux. De l'acide de sodium à des concentrations inférieures à
0,1 g/dl a été ajouté comme conservateur ; lors de l'élimination, l'évacuer avec de grandes
quantités d'eau pour éviter une accumulation d'acides métalliques explosifs dans les
canalisations.(57)

40
Chapitre II : Partie pratique

II.3.3.4.3.3 Substrat chimiluminescent :


Éviter la contamination et l'exposition directe au soleil.

II.3.3.4.3.4 Eau :
Utiliser de l'eau distillée ou désionisée.

II.3.3.4.3.5 Matériel fourni :


Les composants de la trousse ne peuvent être utilisés que conjointement. Les étiquettes à
l'intérieur du coffret sont nécessaires au dosage.

Cartouche de billes ACE (L2CE12)

Avec code-barres. 200 billes revêtues d'un anticorps monoclonal murin anti-ACE. Stable à 2Ŕ
8°C jusqu'à la date de péremption.

L2KCE2 : 1 cartouche ; L2KCE6 : 3 cartouches, Cartouche Réactif ACE (L2CEA2)

Avec code-barres. 11,5 ml d'une matrice tampon / sérum avec un conservateur; 11,5 ml d'un
anticorps polyclonal de lapin anti-ACE marqué à la phosphatase alcaline (intestins de veau)
dans un tampon avec un conservateur. Stable à 2Ŕ8°C jusqu'à la date de péremption.

L2KCE2 : 1 cartouche

L2KCE6 : 3 cartouches

Avant l'emploi, retirer la partie supérieure de l'étiquette au niveau des perforations en ayant
soin de ne pas endommager le code-barres. Retirer le film protecteur situé sur la partie
supérieure de la cartouche-réactif ; insérer le couvercle coulissant entre les glissières sur le
dessus de la cartouche-réactif.

Ajusteurs ACE (LCEL, LCEH)

Deux flacons (Haut et Bas) d'ACE lyophilisé dans du sérum humain sans ACE avec
conservateur. Reconstituer chaque flacon avec 3,0 ml d'eau distillée. Laisser reposer 30
minutes. Mélanger doucement. Stables à 2Ŕ8°C pendant 7 jours après reconstitution ou 6
mois (aliquoté) à Ŕ20°C.

L2KCE2 : 1 jeu L2KCE6 : 2 jeux

Avant de procéder à un ajustement, placer les étiquettes correspondant à l'aliquot (fournies


avec le coffret) sur des tubes de sorte que les code-barres soient lisibles par le lecteur.

Composants du coffret fournis séparément :

Multi-diluant 2 (L2M2Z, L2M2Z4)

41
Chapitre II : Partie pratique

Pour la dilution à bord des échantillons de patients. Un flacon contenant une matrice
concentrée de tampon / protéines non-humaines (prêt à l'emploi), avec conservateur.
Conservation: 30 jours (après ouverture) à 2Ŕ8°C ou 6 mois

(Aliquoté) à Ŕ20°C.

L2M2Z : 25 ml L2M2Z4 : 55 ml

Les étiquettes code-barres sont fournies avec le Diluant. Avant utilisation placer l'étiquette
appropriée sur un tube de 16 × 100 mm de telle façon que le code-barres puisse être lu par le
lecteur de l'appareil.

L2M2Z : 3 étiquettes

L2M2Z4 : 5 étiquettes

L2SUBM : Substrat chimiluminescent

L2PWSM : Solution de lavage L2KPM : Coffret de décontamination de l'aiguille de


prélèvement LRXT : Godets réactionnels (jetables) L2ZT : 250 Tubes À essai De Diluant
échantillon (16 × 100 mm)

L2ZC : 250 Bouchons pour tubes de diluants.

Egalement requis :

Eau distillée ou désionisée ; tubes ; contrôles.

*Intervalle d'ajustement : 2 semaines

*Echantillons pour le contrôle de qualité :

Suivre les réglementations gouvernementales et les exigences relatives aux accréditations en


matière de fréquence de contrôle qualité.

Utiliser des contrôles ou des pools de sérums avec au moins deux niveaux de concentration
(faible ou élevé) d'ACE.

Siemens Healthcare Diagnostics recommande d’utiliser des échantillons de contrôle de qualité


en vente dans le commerce et comprenant au moins 2 niveaux (bas et haut). Un niveau de
performance satisfaisant est atteint lorsque les valeurs d'analyte obtenues se situent dans
l'intervalle de contrôle acceptable du système ou dans un intervalle déterminé par un schéma
de contrôle de qualité approprié interne au laboratoire.(57)

42
Chapitre II : Partie pratique

II.3.3.4.3.6 Ajustement :
 Principe de l'ajustement :

Pour deux résultats identiques en concentration, deux IMMULITE 2000 XPi ne fourniront
jamais exactement les mêmes valeurs brutes en CPS (counts per second). Ceci s'explique par
la différence systématique existant entre deux photomultiplicateurs.

Ainsi si l'on reproduit sur un graphe figurant, sur l'axe des abscisses, les CPS obtenus sur
l'IMMULITE 2000 XPi d'un laboratoire, et sur l'axe des ordonnées, les CPS de la courbe-
maitresse, on obtient une droite. Cette droite est caractérisée par sa pente et son ordonnée à
l'origine. Avec ces deux paramètres, on détermine l'ajustement nécessaire pour traiter les
valeurs obtenues sur l'IMMULITE 2000 XPi du laboratoire (pour les adapter) à la courbe-
maitresse générée sur un Immulite 2000 XPi chez
SIEMENS.

Figure 19 : Principe de l'ajustement

Puisque seulement deux points sont nécessaires pour définir une droite, il suffit de comparer
les résultats d'un ajusteur bas et d'un ajusteur haut, mesurés d'une part sur l'IMMULITE 2000
XPi du laboratoire et d'autre part sur l'IMMULITE 2000 XPi d'usine, pour obtenir la valeur
d'une pente et d'une ordonnée à l'origine.

Kcps opérateur Kcps maitress


67 103 Ajusteur bas
15788 17626 Ajusteur haut

43
Chapitre II : Partie pratique

Figure 20 : Courbe maitresse et détermination de la pente pour l’ajustement.

Tous les CPS obtenus sur l'IMMULITE 2000 XPi de l'utilisateur seront alors traités par la
formule tenant compte de l’ajustement.

CPS Immulite 2000 XPi Utilisateur × pente ± l'ordonnée à l'origine = CPS ajustés

Les CPS ajustés, rapportés à la courbe-maitresse, fournissent la concentration finale.(59)

II.3.3.4.3.7 Dosage des contrôles :


 A partir de l'écran DEPART, choisissez le portoir échantillons que vous voulez éjecter.
 En pressant sur la barre de retrait marquée d'une flèche correspondant au portoir.

Récupérez le portoir sur l'aire de chargement.

 Chargez les tubes de contrôles sur le portoir échantillons de façon à ce que les codes
barres soient lisibles.
 Remettez le portoir sur l'aire de chargement.
 Fermez la porte.
 Pressez sur la touche MARCHE pour faire lire le carrousel.
 Tous les tubes étiquetés comme des contrôles seront lus.
 Appuyez sur la touche LISTE. Appuyez sur la touche Afficher/Modifier. L'écran
d'affichage de la liste de travail apparaît.
 A partir de Trier par, cliquez sur l'option Contrôles. Les contrôles apparaissent en
premier dans la liste de travail.

44
Chapitre II : Partie pratique

 Sélectionnez un contrôle et appuyez sur la touche MODIF.DEMANDE. L'écran de la


liste de travail pour ce dossier particulier apparaît.

II.3.3.4.3.8 Les étapes du dosage de l’ACE :

 Lorsque I'IMMULITE 2000 XPi est relié à un LIS, les patients sont automatiquement
ajoutés à la liste de travail.
 L'opérateur utilise la touche LISTE pour saisir manuellement la liste de travail (si
I'IMMULITE 2000 XPi n'est pas relié à un LIS ou si le code à barres d'un échantillon
est endommagé ou absent), pour indiquer des échantillons urgents (Urgence), indiquer
des dilutions d'échantillons automatiques ou manuelles, modifier ou supprimer la liste
de travail et vérifier le statut des réactifs et des diluants.
 Pour saisir manuellement un patient :
 A partir de l'écran DEPART, choisissez le portoir échantillons que vous voulez éjecte
en pressant sur la barre de retrait marquée d'une flèche correspondant au portoir.
 Récupérez le portoir sur l'aire de chargement.

Figure 21 : Un portoir vide (photo personnelle).

 Les tubes primaires ou secondaires aux dimensions suivantes peuvent être utilisés :

12x 75 mm/ 13x 75 mm/16 x 75 mm/12x 100 mm/13x 100 mm /16x 100 mm Chargez les
échantillons de patients en plaçant les tubes de façon à ce que les à barres soient vers
l'extérieur.

45
Chapitre II : Partie pratique

Figure 22 : Un portoir avec les échantillons (Photo personnelle).

 Remettez le portoir sur l'aire de chargement.

Figure 23 : Insertion des échantillons (photo personnelle).

46
Chapitre II : Partie pratique

Figure 24 : Emplacement des échantillons (photo personnelle).

Figure 25 : Fermeture de la porte de l'automate (photo personnelle).

 Fermez la porte.
 Pressez sur la touche MARCHE pour faire lire le carrousel.

47
Chapitre II : Partie pratique

 Appuyer sur la touche AFFICHER/MODIFIER .L’écran d’affichage de la liste de


travail apparait.
 A partir de TRIER PAR cliquez sur l’option N° ATTRIBUTION. Les patients
apparaissent en premier dans la liste de travail.
 Sélectionnez un dossier et appuyez sur la touche MODIF.DEMANDE.L’écran de la
liste de travail pour ce dossier particulier apparait.
 Si désiré, sélectionnez l’option SANS NOM ou SANS DEMOGR. (sans les données
démographiques).
 Cliquez sur TESTS et faites votre choix à partir d’une liste de tests disponibles.

Figure 26 : Choix du paramètre à doser (photo personnelle).

48
Chapitre II : Partie pratique

Figure 27 : Apparition de la liste des paramètres sélectionnés (photo personnelle)

 Si c’est un échantillon urgent, appuyez sur la touche URGENCE et cliquez


sur les noms des tests choisis dans la fenêtre TEST SELECT.
 Le nom du test devient rouge.
 Appuyez sur la touche ACCEPTER PATIENT.

Figure 28 : Enregistrement d'un patient sur l'automate (photo personnelle).

 Répétez ses étapes pour chaque échantillon de patient.


 Appuyez sur la touche DEPART pour revenir à l’écran principal.

49
Chapitre II : Partie pratique

II.3.3.4.4 Spécificité et sensibilité :

L’ACE est élevé dans de nombreux cancers d’origine épithéliale autres que le sein (dont ceux
du tractus digestif, de l’ovaire, du poumon, du foie, de l’utérus et de la thyroïde) .certaines
tumeurs neuroendocrine, lymphomes et mélanomes(10)

L’ACE est augmenté chez les insuffisants rénaux, les sujets fumeurs ou alcooliques et chez
les patients porteurs de lésions bénignes inflammatoires hépatiques, digestives ou
pulmonaires.(60)

La sensibilité analytique est la limite de détection qui correspond au plus faible taux d’analyte
mesurable pouvant être distingué de zéro.

II.3.3.4.5 Valeurs de référence :

Compte tenu de sa corrélation avec le test IMMULITE ACE, le dosage doit avoir les mêmes
valeurs de référence.

Le seuil de normalité est de 5μg/L et la demi-vie de 6 à 8 jours.

Pour le dosage des MT, les écarts inter-techniques sont importants et les valeurs de référence
doivent être déterminées pour chaque technique.

Il est important pour les laboratoires d'établir leurs propres valeurs de référence.(57)

Les résultats sont donnés en ng /ml.

Tableau VIII : Les valeurs de référence de l'ACE (CHU MUSTAPHA ALGER )

L’âge du patient Limites (ng /ml)

Adulte 0.20-3.40

2-19 ans 0.20-2.80

1semaine-2ans 0.20-8.30

Inferieur à 1semaine 0.20-70.6

50
Chapitre II : Partie pratique

II.3.3.4.6 Variations physiologiques


L’âge, la grossesse et le sexe ont une influence sur les taux sériques de l’ACE. En effet,
l’ACE est en moyenne plus élevé chez les hommes, les sujets âgés et dans les deux premiers
trimestres de la grossesse. (61)

II.3.3.4.7 Limite :
Les patients ayant des carcinomes confirmés ont souvent des taux d'ACE en avant traitement
du même ordre que ceux des personnes en bonne santé. Des taux élevés d'ACE sont
fréquemment observés chez les fumeurs, chez des patients ayant un cancer et chez des
patients ayant différentes pathologies bénignes ou inflammatoires. Aussi, un taux sérique
d'ACE, quelque soit sa valeur, ne doit pas être considéré comme une preuve absolue de la
présence ou de l'absence de pathologie maligne. La valeur d'ACE doit être interprétée en
conjonction avec les informations cliniques disponibles et d'autres méthodes de diagnostic. Le
dosage IMMULITE 2000 ACE ne doit pas être utilisé comme un test de dépistage du cancer.

Certaines personnes ont des anticorps dirigés contre les protéines de souris qui peuvent
interférer avec les immunodosage utilisant des anticorps murins. En particulier, les
échantillons provenant de patients ayant reçu des préparations d'anticorps monoclonaux
murins pour diagnostic ou thérapie peuvent contenir des anticorps humains anti-souris
(HAMA). Ces échantillons peuvent donner des résultats erronés avec de tels dosages. Aussi,
les résultats pour de tels patients doivent être interprétés avec précaution.

Les anticorps hétérophiles du sérum humain peuvent réagir avec les immunoglobulines faisant
partie des composants du coffret et interférer avec les immunodosage in vitro.

Les échantillons provenant de patients fréquemment exposés aux animaux ou aux produits
sériques d'origine animale peuvent présenter ce type d'interférence pouvant potentiellement
donner un résultat anormal. Ces réactifs ont été mis au point afin de minimiser le risque
d'interférence, cependant des interactions potentielles entre des sérums rares et les composants
du test peuvent se produire. Dans un but diagnostique, les résultats obtenus avec ce dosage
doivent toujours être utilisés en association avec un examen clinique, l'histoire médicale du
patient et d'autres résultats.(57)

51
Chapitre II : Partie pratique

II.3.3.4.8 Domaine de mesure :


Jusqu’à 550 ng/ml

Le dosage peut être retracé à un standard interne, manufacturé à l’aide de matériaux et


procédures de mensuration qualifiées.(57)

II.3.3.4.9 Sensibilité analytique :


0,15 ng/ml .(57)

II.3.3.4.10 Effet-crochet :
Aucun jusqu'à 250 000 ng/ml. (57)

II.3.3.4.11 Spécificité :
Les anticorps utilisés dans le dosage sont hautement spécifiques de l'ACE.(57)

52
Chapitre II : Partie pratique

RESULTATS

53
Chapitre II : Partie pratique

II.4 Résultats :

II.4.1 Donnés épidémiologiques :

II.4.1.1 Répartition des patients selon l’âge et le sexe :

Figure 29: Répartition des patients selon l'âge et le sexe.

Dans notre population d’étude, la préscription de l’ACE a été plus fréquente chez la femme
dans la majorité des tranches d’âge, et c’est le cas pour la tranche correspondante au taux de
prescription le plus élevé [45 ,60[ans avec une fréquence de 23,7% chez la femme et 12,5%
chez l’homme.

54
Chapitre II : Partie pratique

II.4.1.2 Répartition des patients selon leur origine :

Figure 30 : Répartition des patients selon leur origine.

Dans notre population d’étude, les patients sont emmenés de différentes wilayas, la majorité
des patients ont été de la wilaya d’Alger avec un pourcentage de 29,4%, suivi des wilayas
Boumerdes et Blida avec un pour un pourcentage de 7,1%.

 Répartition des patients selon leur hôpital :

Figure 31 : Répartition des patients selon leur hôpital.


La majorité des patients ayant une prescription de l’ACE ont été du CHU Mustapha
Bacha avec un pourcentage de 88,2%.

12,8% sont d’autres hôpitaux : à savoir EPH Ben-aknoun, EPH Kouba, EHS CPMC et les
cliniques privées.

55
Chapitre II : Partie pratique

II.4.1.3 Les facteurs de risque :

II.4.1.3.1 Consommation d’alcool et du tabac :

Figure 32 : Répartition des patients selon leur consommation du tabac.

Figure 33 : Répartition des patients selon leur consommation d'alcool.

Dans notre population d’étude, la majorité des patients ont été des non-fumeurs et non
alcooliques avec un pourcentage de 94% et 99% respectivement.

56
Chapitre II : Partie pratique

II.4.1.3.2 Obésité :

IMC<25 = normal

25<IMC<30= surpoids

IMC >30= obésité.

Figure 34 : Répartition des patients selon leur IMC.


La majorité des patients ont eu un poids normal avec un pourcentage de 56%.

26% des patients ont été en surpoids et 18% ont été obèses.

II.4.2 Résultats du dosage de l’ACE :

Figure 35 : Fréquence des patients cancéreux.

57
Chapitre II : Partie pratique

Figure 36 : Répartition des taux de l'ACE

Dans notre population d’étude, on note clairement que les patients cancéreux ont représentés
seulement 27 %, ce qui explique les taux d’ACE qui sont majoritairement normaux.

II.4.3 Données cliniques :

II.4.3.1 Antécédents médicaux et chirurgicaux :

Figure 37 : Répartition des patients selon leurs antécédents médicaux et chirurgicaux.


Les patients avec antécédents médicaux représentent la majeure partie de la population
d’étude avec un pourcentage de 55,3%, dont : 21.10 % HTA, 8.30 diabète, 7% autres
maladies (asthme, linite gastrique, lithiase biliaire, infection HPV).

58
Chapitre II : Partie pratique

II.4.3.2 Les récidives :

Figure 38 : Répartition des patients selon la présence de récidives.


Parmi les patients cancéreux étudiés 13% ont présentés une récidive.

Tableau IX : Type de cancer et traitement chez les patients présentant une récédive

Type du cancer Type du traitement


CCR Chimiothérapie

Cancer de la prostate Chimio-radiothérapie.

II.4.3.3 Symptômes :

Autres 4,7%
Tous les symptomes 3,5%
DTA 4,7%
TA 3,5%
DA 9,4%
DT 8,3%
Anémie 7%
Sang dans les selles 3,5%
Trouble du transit intestinal 2,4%
Douleur abdominale 10,6%
Absence de symptomes 42,4%
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45

Figure 39 : Répartition des patients selon les symptômes.


Dans notre population d’études, 61,1% des patients ont été symptomatiques, le symptôme le
plus fréquemment retrouvé a été la douleur abdominale (38,8%).7% des patients ont eu
d’autres symptômes comme : métrorragie et amaigrissement.

59
Chapitre II : Partie pratique

II.4.4 Examens réalisés :

II.4.4.1 Examens complémentaires :

Figure 40 : Examens complémentaires réalisés.


Autres : FOGD, Hystéroscopie, Mammographie.

II.4.4.2 Marqueurs tumoraux :

Figure 41 : Association des MT avec ACE. Figure 42 : Fréquence des MT demandés.


Dans la majorité des cas, l’ACE a été préscrit en association avec les marqueurs tumoraux
représentés dans la figure 42.

60
Chapitre II : Partie pratique

II.4.5 Les services préscripteurs :

Figure 43 : Répartition des patients selon le service prescripteur.


Les patients ont émanées de différents services, principalement des services Neurologie et
gastro-entéro-hépatologie d’un pourcentage de 34,1%, 31,8% respectivement.
10,6% sont d’autres services à savoir : CCA, Cardiologie et service d’oncologie (CPMC).

II.4.5.1 Service de neurologie :

Figure 44 : Répartition de la préscription de l’ACE selon les pathologies


neurologiques.
Dans notre étude, l’ACE a été préscrit dans divers pathologies neurologiques ; cette
prescription rentre principalement dans le cadre d’un bilan pré thérapeutique par les
immunosuppresseurs.

61
Chapitre II : Partie pratique

II.4.5.2 Service d’ hépato-gastro-entérologie :

Figure 45 : Répartition de la préscription de l’ACE selon les pathologies hépato-


gastro-entérales.
La majeure partie de la préscription de l’ACE dans les pathologies hépato-gastro-entérales a
été dans le cas du cancer colorectal.

II.4.5.3 Service de gynécologie obstétrique:

Figure 46 : Répartition de la préscription de l’ACE selon les pathologies


gynécologiques:
La préscription de l’ACE dans les pathologies gynécologiques a été de :

47,1% dans le cadre d’un kyste de l’ovaire. 23,5% dans le fibrome et cancer du sein et
5,9 % dans le cancer de l’endomètre.

62
Chapitre II : Partie pratique

II.4.5.4 Médecine interne :

Figure 47 : La préscription de l'ACE au service de médecine interne.


La préscription de l’ACE a été dans le cadre d’embolie pulmonaire et Cancer de l’endomètre.

II.4.5.5 Service de dermatologie :

Figure 48 : Répartition de la préscription de l’ACE selon les pathologies


dermatologiques.
La préscription de l’ACE dans les pathologies dermatologiques a été dans le cas du :

Sarcome des tissus mous, dermatose paranéoplasique et la dermatomyosite.

63
Chapitre II : Partie pratique

II.4.6 Les motifs de préscription de l’ACE :

Figure 49: Répartition des patients selon le motif de préscription.


Dans notre échantillonnage, on site les différents motifs de préscription de l’ACE qui ont
été : Principalement dans le cadre de diagnostic avec 67%, dans le Suivi avec 16,5%, Bilan
d’extension 14,1% et 2,4% dans le bilan pré thérapeutique (chimiothérapie).

II.4.6.1 Le diagnostic :

II.4.6.1.1 Diagnostic du CCR dans les pathologies paranéoplasiques :

Figure 50 : Préscription de l'ACE dans le cas du diagnostic du CCR dans les


pathologies associées au cancer.
Dans notre étude, la préscription de l’ACE dans le cas du diagnostic du CCR dans les
pathologies associées aux cancers a été :
59,4% dans le cadre de pathologies neurologiques.
28,2% dans le cadre d’un bilan pré thérapeutique par les immunosuppresseurs.
3,1% dans le cadre d’embolie pulmonaire, ascite exsudative, DPN et Dermatomyosite
64
Chapitre II : Partie pratique

II.4.6.1.2 Diagnostic du CCR comme étant un Cancer primitif :

Figure 51 : La préscription de l'ACE dans le cas du diagnostic du cancer primitif


(CCR)
Dans notre échantillonage : la préscription de l’ACE dans le contexte du diagnostic du
cancre primitif (CCR) a été de :
33,4% dans le cas d’un kyste ovarien,16,6% dans cancer hepatiques et le fibrome , 12,5%
dans les carcinoses péritoneale ,8,4% dans les nodules hépatiques et 4,1% dans le sarcome des
tissus mous.

II.4.6.1.3 kyste du pancréas :

Tableau X : Comparaison entre le résultat de l'ACE et l'imagerie.

Examens ACE Autres Types de cancer


(mg/ml) Marqueurs
Positifs: CCR 5,25: E CA19-9 + AFP Métastase hépatique
:N
Positifs 5,65 : E CCR
Positifs 1,45 : N CA125 : E, Carcinose péritonéale:
CA19-9: N métastases ovariennes
Positifs: CCR 18,2 : E Carcinose péritonéale.

Dans 100% des cas auquel le CCR est diagnostiqué l’ACE est élevé. Avec une moyenne de
9,7 mg/ml.

65
Chapitre II : Partie pratique

II.4.6.2 Dans le Bilan d’extension :

Figure 50 : Répartition de la préscription de l'ACE selon la pathologie dans le cas du bilan


d'extension.
La préscription de L’ ACE lors du bilan d’extension a été principalement dans le cas du CCR
63,6%, 18,2% dans l’ampullome vatérien et 9,1% dans ADK gastrique et le cancer du
pancréas.

II.4.6.3 Dans le bilan pré-thérapeutique (chimiothérapie):

Figure 53 : La préscription de l'ACE lors de bilan pré-thérapeutique.


Dans notre population d’études, La préscription de l’ACE lors d’un bilan pré thérapeutique
(chimiothérapie) a été dans le cas d’un CCR.

66
Chapitre II : Partie pratique

II.4.6.4 Dans le Suivi thérapeutique :

Figure 54 : La préscription de l'ACE selon les pathologies lors du suivie


thérapeutique.

La préscription de l’ACE lors du suivi a été : 61,5% dans le cancer colorectal, 23,1% dans le
cancer du sein et 7,7% dans le cas d’ADK gastrique et cancer de la prostate.

II.5 DISCUSSION :

II.5.1 Donnés épidémiologiques :

II.5.1.1 Le sexe par tranche d’âge :


Dans notre étude, la préscription de l’ACE est plus fréquente chez la femme que chez
l’homme, avec une fréquence maximale dans la tranche d’âge [45-60[ans.

 Dans le monde :

Le risque de développer un cancer au cours de la vie est 1/3 chez l’homme et 1/4 chez la
femme.(62)

Le cancer peut apparaître à tout âge et le risque croît avec le vieillissement. Le vieillissement
implique des changements complexes cellulaires (sénescence), moléculaires (mutations
d’ADN) et physiologiques (diminution de la capacité à réagir face aux stress
environnementaux et génétiques), favorisant la carcinogenèse et l’apparition du cancer.(63)

 En Algérie :

67
Chapitre II : Partie pratique

La moyenne d'âge des personnes atteintes, selon les chiffres de l'Institut national de la santé
publique (INSP), est de 52 ans .(64)

II.5.1.2 Les facteurs de risques :


Le tabac, l’alcool et l’obésité représentent les facteurs de risque les plus importants du
cancer. Ils sont alors respectivement à l’origine de 19,8 % ,8% et 5,4% des cancers. (65)

II.5.2 Les examens réalisés :

II.5.2.1 Les examens complémentaires :


En oncologie, l’imagerie est essentielle à chacune des phases de la maladie depuis le
dépistage jusqu’au suivi thérapeutique.

L’imagerie et l’étude anatomopathologique sont des examens de 1ere intention dans le


diagnostic des différents cancers.

II.5.2.2 Marqueurs tumoraux :


Les MT sont des substances, le plus souvent de nature protéique, dosables dans les liquides
biologiques et pouvant être en relation avec le développement d’une tumeur.

Ces substances jouent un rôle dans le diagnostic, le pronostic, et le suivi des patients
cancéreux.

Dans notre échantillonnage, leurs demandes permettent essentiellement d’évaluer une


éventuelle localisation primaire:

Le CA125, CA15-3 , CA19-9 et AFP sont respectivement les principaux marqueurs des
cancers de l’ovaire, sein , pancréas et le foie .(66)

Association des marqueurs (ACE + CA15-3) étaient dans le cadre du suivi du cancer du sein.

Les marqueurs CA125 et CA15-3 sont demandés moins qu’aux CA19-9 et AFP, car ils
représentent les marqueurs des cancers gynécologiques.

68
Chapitre II : Partie pratique

II.5.3 Les services préscripteurs :

II.5.3.1 Service hépato-gastro-entérologie :


La majeure partie de la préscription de l’ACE dans les pathologies hépato-gastro-entérales a
été dans le cas du cancer colorectal.

Ceci est également décrit dans la littérature, l’ACE est le marqueur usuel des cancers
colorectaux. (6)

II.5.4 Les motifs de préscription de l’ACE :


Dans notre étude, la préscription de l’ACE est principalement dans le cadre du diagnostic de
cancer (CCR). En phase de diagnostic, L’ACE est utilisé comme un test d’orientation mais la
confirmation sera apportée par des examens anatomopathologiques réalisés sur des
prélèvements lors de la coloscopie.

II.5.4.1 Le diagnostic :

II.5.4.1.1 Diagnostic du CCR dans les pathologies paranéoplasiques :

Parmi les différents types de cancer, les seuls les tumeurs primitives qui peuvent produire une
élévation du taux d’ACE au-dessus des valeurs observées dans les maladies non néoplasiques
sont les carcinomes du gros intestin et du pancréas.

 Embolie pulmonaire :

L’association maladie veineuse thromboembolique (MVTE) et néoplasie est fréquente.


L’existence d’un cancer actif chez un patient est un facteur de risque connu de MVTE et,
inversement, la découverte d’un premier épisode de thrombose veineuse profonde (TVP) ou
d’embolie pulmonaire (EP) peut être le mode de révélation d’un cancer.

69
Chapitre II : Partie pratique

Parmi les tumeurs solides, les cancers broncho-pulmonaires, les cancers digestifs et les
atteintes multi site étaient les plus à risque.(67)

Dans notre étude, la prescription de l’ACE dans l’embolie pulmonaire n’a été pas
systématique, mais seulement en présence de signes cliniques évocateurs d’un CCR.

 L'ascite :

C’est l’accumulation anormale de liquide dans l'abdomen, plus particulièrement la cavité


péritonéale. C'est ce qui arrive lorsque le corps produit plus de liquide qu'il est capable d'en
éliminer .L'ascite peut se manifester à cause du cancer (Le plus souvent en présence du cancer
de l’ovaire ,de l’utérus, colorectal, de l’estomac et du pancréas) ,ou d’autres affections.(68)

 La dermatomyosite (DM) :

C’est une maladie inflammatoire d'origine inconnue, qui se manifeste sous forme de
myopathie associée à lésions cutanées typiques. L'association DM et cancer est fréquente (18
à 32% selon les séries).

Tous les types histologiques et toutes les localisations de cancers peuvent être associés à

la dermatomyosite. (69)

L’association d’une dermatomyosite à un cancer rectal est rarement décrite dans la


littérature. (70)

 Les dermatoses paranéoplasiques représentent un groupe hétérogène d'affections rares


qui sont en relation avec une néoplasie interne. Les lésions ne résultent pas d'une
extension directe du cancer ou ne sont pas des métastases, mais leur présence est
évocatrice d'une tumeur sous-jacente. (71)

 Bilan pré thérapeutique par les immunosuppresseurs et pathologies neurologiques :


Avant initiation de tout traitement par les immunosuppresseurs il faut vérifier
l’absence d’une néoplasie .(72)

 La sclérose latérale amyotrophique (SLA) :

Aussi appelé maladie de Charcot (du nom du médecin qui l’a décrite au 19ème siècle), est
une maladie neuro-dégénérative caractérisée par un affaiblissement puis une paralysie des
muscles des jambes et des bras, des muscles respiratoires, ainsi que des muscles de la
déglutition et de la parole.

Un certain nombre d’affections proches de la SLA se manifestent aussi par des faiblesses
musculaires, des crampes, des petites contractions musculaires… parmi ces affections : - les
70
Chapitre II : Partie pratique

tumeurs situées aux alentours de la moelle épinière et provoquant sa compression, et donc des
problèmes de transmission des messages nerveux.(73)

 La paralysie :

C’est l’absence de mouvement d’un ou de plusieurs muscles du fait de la lésion des muscles
eux-mêmes ou du système nerveux qui permet leur fonctionnement. Les para et tétraplégies
sont causées par une lésion de la moelle épinière ; les causes traumatiques sont les causes les
plus fréquentes et sont responsables de plus de la moitié des cas de tétra et paraplégie. Mais
également il existe d’autres causes, parmi eux développement d’une tumeur maligne ou
bénigne qui comprime la moelle. Les tumeurs malignes sont dominées par les métastases
vertébrales de certains cancers (poumons, sein, rein, prostate, myélome et lymphomes…). Il
peut s’agir également de tumeurs bénignes comme un hémangiome (malformation
vasculaire), un neurinome ou un méningiome.(74)

 L’encéphalite et les neuropathies :

Sont des syndromes neurologiques paranéoplasiques (SNP) ,ces SNP constituent un groupe
de syndromes cliniques neurologiques secondaires à une néoplasie sous-jacente.(75)

 Les syndromes neurologiques paranéoplasiques (SNP) :

Sont rares et définis par la survenue aiguë ou subaiguë d’un syndrome neurologique associé
à un cancer. Les troubles neurologiques précèdent dans la grande majorité des cas la
découverte de la tumeur. Le diagnostic précoce conditionne le pronostic carcinologique
comme neurologique. L’ataxie cérébelleuse, la neuropathie sensitive, l’encéphalite limbique,
l’encéphalomyélite, le syndrome de Lambert-Eaton, l’opsoclonus-myoclonus, la
dermatopolymyosite et le syndrome pseudo-occlusif.

 Thrombose veineuse cérébrale :

C’est une pathologie rare mais potentiellement grave. En dehors des facteurs de risque
généraux des thromboses veineuses, de nombreuses affections ont été associées aux TVC, les
atteintes cancéreuses ou inflammatoires étant les plus fréquentes.(76)

II.5.4.1.2 Diagnostic du CCR comme étant un cancer primitif :


Après la survenue d'un cancer colorectal, des métastases sont observées dans 40 à 60 % des
cas. Des métastases synchrones, c'est-à-dire présentes lors de la découverte du cancer
colorectal, sont trouvées dans 15 à 20% des cas. (77).

 Le kyste de l’ovaire :

71
Chapitre II : Partie pratique

Les dosages des marqueurs CA 19-9 et ACE ne sont réalisés qu’en cas d’orientation clinique
ou radiologique vers une tumeur mucineuse de l’ovaire ou pour orienter le diagnostic
différentiel vers une tumeur digestive.

 Le cancer de l'endomètre :

Il est habituellement un adénocarcinome endométrioïde, chez environ 5% des patientes, des


mutations héréditaires sont à l'origine du cancer de l'endomètre, Environ la moitié des cas qui
impliquent l'hérédité se produisent dans des familles ayant un syndrome de cancer du côlon
héréditaire non polyposique (syndrome de Lynch). Les patients qui ont cancer du côlon
héréditaire non polyposique ont un risque élevé de développer un deuxième cancer (p. ex.,
un cancer coloretal, un cancer de l’ovaire).(77)

Dans notre étude , la préscription de l’ACE a été en présence signes cliniques en faveur d’un
CCR.

 Fibrome utérin :

C’est une tumeur qui se développe dans differentes zones de l’utérus, dans certains cas , une
tumeur cancéreuse peut etre confondue a tort avec un fibrome .(78)

 Nodule hépatique :

Un nodule est une formation anormale généralement arrondie qui se developpe dans
l’épaisseur d’un tissu ou dans un organe . les nodules du foie sont très fréquent, et la plupart
sont bénin, dans 1% des cas , il est canvéreux et peuvent alors etre le fait d’un cancer primitif
du foie ou la métastase d’autre cancers à distance. (79)

 Les métastases hépatiques :

Ils désignent un cancer qui a pris naissance dans une autre partie du corps et qui s’est propagé
au foie. Certains types de cancer sont plus susceptibles de se propager au foie que d’autres :
Cancer colorectal ,(Environ 15% des cancers colorectaux engendrent des métastases
hépatique métachrones dans les 5 ans qui suivent le traitement de la tumeur colorectale),
poumon,sein,panvréas,estomac,mélanome ou neuroendocrinien. (80)

 La carcinose péritonéale (CP) d'origine des cancers digestifs :

C’est une diffusion terminale et est le plus souvent associée à un pronostic sombre. Environ
deux tiers de l'ensemble des CP sont d'origine digestive et un tiers d'origine non digestive.
Parmi ces CP, 40% sont d'origine pancréatique, 30 à 40% d'origine gastrique et 20% sont
d'origine colorectale et le reste d'origines diverses .(81)

72
Chapitre II : Partie pratique

 Sarcome coloréctal :

C’est un type très rare de cancer mésenchymateux qui se developpe dans le tractus gastro-
intestinal inferieur, ces tumeurs peuvent developper en vaisseaux sanguins, muscles lisses, ou
d’autres tissu conjonctifs.(82)

II.5.4.1.2.1 kyste du pancréas :


Les lésions kystiques du pancréas peuvent être non néoplasiques ou néoplasiques. Le risque
d’évolution vers un cancer ne concerne que les lésions kystiques néoplasiques qui, elles-
mêmes, représentent 20 % de l’ensemble des lésions kystiques du pancréas.

L’analyse du contenu du kyste fait appel à trois méthodes : biochimique, moléculaire et


cytologique. L’étude biochimique permettra d’identifier le type de kyste par dosage de la
lipase , de l’ ACE (antigène carcino-embryonnaire) et CA 19-9 (Carbohydrate antigen 19-
9).(83)

II.5.4.2 Dans le Bilan d’extension :


La prescription de l’ACE dans le bilan d’extension a été dans les cas du cancer colorectal
(63,6%), 18,2% dans l’ampullome vatérien, 9,1% dans ADK gastrique et le cancer du
pancréas.

Dans notre étude, la préscription de l’ACE dans le bilan d’extension dans le cancer colorectal
est systématique.

L’ACE est le marqueur principal du cancer colorectal (27), son dosage a pour but d’apprécier
la masse tumorale. (84)
Dans les carcinomes dérivés d'autres organes, une élévation marquée du taux d’ACE est
toujours associée à la présence de métastases à distance :
Dans ADK gastrique et ampullome vatérien l’ACE est dosé lors du bilan d’extension .(34)),
((39).

II.5.4.3 Dans le bilan pré-thérapeutique : (chimiothérapie):


La préscription de l’ACE lors du bilan pré thérapeutique (chimiothérapie) est dans le cas du
CCR :

Le dosage du marqueur tumoral ACE est conseillé en particulier en cas de maladies non
mesurables. (85)

L’ACE pré-thérapeutique a une valeur pronostique chez les patients traités par
chimiothérapie.(28)

73
Chapitre II : Partie pratique

FNCLCC : la concentration sérique initiale de l’ACE a une valeur pronostique indépendante


sur la survie des patients traités par chimiothérapie.

II.5.4.4 Dans le Suivi thérapeutique :


La préscription de l’ACE lors du suivi est principalement dans cas de cancer colorectal
(61,5%), dans le cancer du sein avec un pourcentage de 23,1% et dans l’ADK gastrique et
cancer de la prostate avec un pourcentage de 7,7%.

Dans le cancer colorectal : L’ACE est un excellent test de surveillance des patients traités,
augmentant les chances de détection des récidives à un stade où elles sont opérables. (27)

Selon les recommandations de l’ESMO et de l’ASCO sur la surveillance des cancers


colorectaux : le dosage de l’ACE en postopératoire est base sur l’augmentation de la survie
grâce à la détection précoce des récidives locorégionales et métastatiques, en combinant le
dosage de l’ACE et l’imagerie (radiologique et endoscopique).

 Dans le cas du cancer du sein :

Le principal intérêt de l’ACE réside dans la surveillance des malades après une chirurgie ou
tout autre traitement ainsi que dans le suivi du traitement des récidives et des métastases(42) .

Par contre selon d’autres recommandations : l’ACE ne doit pas être dosé sauf chez les
patientes métastasiques qui n’expriment pas le CA15-3.

 Dans l’ADK gastrique :

L’ACE est utile pour le suivi carcinologique.(34)

Après un traitement chirurgical ou autres traitements :

Le dosage doit être régulier, il peut permettre d’identifier les patients avec une maladie
métastatique, pour lesquels une nouvelle intervention chirurgicale ou un autre traitement
pourrait être potentiellement utile.

 Dans le cas du cancer de la prostate,


La prescription de l’ACE a pour but de détecté une atteinte du colon, pour les patients
présentant une récidive après exérèse de la prostate, en présence de signes cliniques en faveur
du CCR.
 Comparaison entre le resultat de l’ACE et l’imagerie :

74
Chapitre II : Partie pratique

 Dans notre étude, chez 100% des patients auquel le CCR a été diagnostiqué l’ACE a
été élevé. Avec une moyenne de 9,7 mg/ml.(n 3 cas).

 Dans une étude tunisienne : le taux d’ACE est élevé chez 66,6% patients. (86)

Cette différence est due à notre nombre restreint de cas.

75
Conclusion

Dans notre étude, nous avons analysé la préscription de l’ACE au niveau du laboratoire
central de biochimie de CHU Mustapha Bacha, dans le cadre d’un diagnostic, pronostic et le
suivi thérapeutique des malades.

Nous avons observé que la préscription de l’ACE au sein du notre service est une préscription
de routine, et non spécifique du CCR.

Cet examen est demandé en première intention dans le CCR comme un test préliminaire mais
la confirmation s’appuie sur les examens anatomopathologiques et l’imagerie.

76
Les références bibliographiques :
 Les ouverages :

3. Garnier M, Delmare V, Delmare J, Delmare T. Dictionnaire illustré des termes de


médecine. paris; 2011.

4. Bory MJ, Renault MH, Agneray MI, Burtin MP. ETUDE CRITIQUE ET
APPLICATIONS DU DOSAGE RADIOIMMUNOLOGIQUE DE L’ANTIGENE
CARCINOEMBRYONNAIRE. :135.

17. Benedicte J. interet des marqueurs tumoraux dans le cancer du sein [thèse pour le
diplome d’état de docteur en pharmacie]. université de NANTES; 2004.

20. GUENNOUNI N. « CANCER COLORECTAL ET UTILITE CLINIQUE DES


MARQUEURS BIOLOGIQUES [THESE Pour l’Obtention du Doctorat en Pharmacie].
[RABAT-,]: UNIVERSITE MOHAMMED V - SOUISSI FACULTE DE MEDECINE
ET DE PHARMACIE; 2014.

29. LEMAIRE J. « Dosage des marqueurs tumoraux en soins de santé primaires : pratiques
et besoins des médecins généralistes de la région Nord-Pas-De-Calais [THÈSE POUR
LE DIPLÔME (John Thompson, 1988)D’ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE].
UNIVERSITÉ DU DROIT ET DE (Gangopadhyay Aniruddha, 1996) LA SANTÉ-
LILLE 2; 2015.

34. Zeitoun J-D, Chryssostalis A, Lefevre J. Hépatologie gastro-enterologie chirurgie


digestive. paris; 2014.

51. Djeddou D, Chabane C. Apport du dosage des marqueurs tumoraux NSE ,


ACE,CA125,CA19-9 et Haptoglobine dans le diagnostic du cancer du poumon
[Mémoire de fin d’étude en vue de l’obtention du diplôme de MASTER en Biologie].
UNIVERSITE BLIDA 1; 2016.

57. SIEMENS. IMMULITE 2000 CEA. 2017.

59. SIEMENS. IMMULIT 2000/2500 Operator’s manual. 2007.

84. Guedj M. MIKBOOK MEDECINE. 3e éd. 2016.

 LES articles:
2. Riedinger J-M, Eche nicolo, BASUYAU jean-piere, PICHON M-F. les marqueurs
tumoraux seriques des tumeurs solides. paris; 2005. 181 p.

6. Thomas P, Toth CA, Saini KS, Milburn Jessup J, Steele G. The structure, metabolism
and function of the carcinoembryonic antigen gene family. Biochim Biophys Acta BBA
- Rev Cancer. déc 1990;1032(2‑3):177‑89.

77
9. Solassol I. carcinoembryonic antigen continuous epitopes determined by the spot
method.

10. Hao C, Zhang G, Zhang L. Serum CEA levels in 49 different types of cancer and
noncancer diseases. In: Progress in Molecular Biology and Translational Science [Internet].
Elsevier; 2019 [cité 25 avr 2020]. p. 213‑27. Disponible sur:
https://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S1877117318301595

11. Pavlopoulou A, Scorilas A. A Comprehensive Phylogenetic and Structural Analysis of


the Carcinoembryonic Antigen (CEA) Gene Family. Genome Biol Evol. juin
2014;6(6):1314‑26.

12. Willcocks TC, Craig IW. molecular analysis of the cea antigene gene.

13. Zimmermann W, Weber B, Ortlieb B, Rudert F, Schempp W, Fiebig H-H, et al.


Chromosomal Localization of the Carcinoembryonic Antigen Gene Family and
Differential Expression in Various Tumors. :6.

14. Boucher D, Cournoyer D, Stanners CP, Fuks A. Studies on the Control of Gene
Expression of the Carcinoembryonic Antigen Family in Human Tissue. :7.

15. Létourneau S, Beauchemin N. Rôles des antigènes carcino-embryonnaires dans la


cancérisation et la progression tumorale. médecine/sciences. 1997;13(4):483.

16. Gangopadhyay A, Thomas P. Processing of Carcinoembryonic Antigen by Kupffer


Cells: Recognition of a Penta-Peptide Sequence. Arch Biochem Biophys. oct
1996;334(1):151‑7.

18. Ultrastructural localization of carcinoembryonic antigen in normal intestine and colon


cancer. Abnormal distribution of cea on the surfaces of colon cancer cells. (10):14.

22. Ahlem M, Chahra B. Etude de quelques marqueurs tumoraux des cancers digestifs
(pancréas, foie, voie biliaires). :87.

24. Rougier P. Que peut attendre le clinicien aujourd’hui du dosage de I’ACE et du CA 19-
9 ? :3.

25. Hamdi cherif M, Bouharati K, kara L, Rouabah H, Hammouda D, Fouatih Z. les cancers
en algerie données épidémiologiques du réseau national des registres des cancers. 2015.

27. Eche N. Marqueurs des cancers digestifs : côlonŔrectum, pancréas, foie. Immuno-Anal
Biol Spéc. oct 2004;19(5):279‑85.

28. BERNARDEAUMOZER M, CHAUSSADE S. Place des marqueurs en cancérologie


digestive. :10.

30. Li xinxin, Guo D, Chu L, Huang Y, Zhang F, Li W, et al. Potential Diagnostic Value Of
Combining Inflammatory Cell Ratios With Carcinoembryonic Antigen For Colorectal
Cancer. Cancer Management and Research 2019:11 9631Ŕ9640. 2020;10.

78
31. Geiger-Jacquod A, Digklia A, Werner D, Aebischer O. Antigène carcino-embryonnaire
dans les cancers colo-rectaux. Forum Méd Suisse ‒ Swiss Med Forum [Internet]. 6 nov
2019 [cité 14 sept 2020]; Disponible sur: https://doi.emh.ch/fms.2019.08387

32. Tong G, Xu W, Zhang G, Liu J, Zheng Z, Chen Y, et al. The role of tissue and serum
carcinoembryonic antigen in stages I to III of colorectal cancer-A retrospective cohort
study. Cancer Med. nov 2018;7(11):5327‑38.

35. Chen C, Chen Q, Zhao Q, Liu M, Guo J. Value of Combined Detection of Serum CEA,
CA72-4, CA19-9, CA15-3 and CA12-5 in the Diagnosis of Gastric Cancer.
2017;47(3):4.

36. Raffoul DT, Balaphas A, Meier RPH, Hansen C, Puppa G, Frossard PJ-L, et al. Les
lésions kystiques du pancréas sous l’angle du médecin de premier recours. Rev
MÉDICALE SUISSE. 2016;6.

42. Riedinger J-M. Intérêt des marqueurs tumoraux : quelle place pour l’ACE et le CA 15-
3 ? Médecine Nucl. janv 2010;34(1):44‑51.

43. Riedinger J-M, Goussot V, Desmoulins I, Lorgis V, Coutant C, Beltjens F, et al. ACE et
diagnostic précoce de récidive dans les différents sous-types moléculaires de cancer du
sein : comparaison au CA 15-3. Bull Cancer (Paris). mai 2016;103(5):434‑43.

50. Grunnet M, Sorensen JB. carcinoembryonic antigen as tumor marker in lung cancer.
Lung Cancer 76 (2012) 138-143. 2011;6.

54. Mach J-P. Mise au point concernant l’utilisation du dosage de l’antigène carcino-
embryonnaire (CEA) en clinique. :8.

60. HACKBARTH J.S., MURATA K., REILLY W.M., ALGECIRAS-SCHIMNICH A.


Performance of CEA and CA 19-9 in identifying pleural effusions caused by specific
malignancies. 2010;

61. COVENEY E.C . GERAGHTY J.G., SHERRY F., MCDERMOTTE E.W.,,


FENNELLY J.J., OHIGGINS N.J ANDRE. The clinical value of CEA and CA 15-3 in
breast cancer management. The international journal of biological markers. 1995;

66. Derégnaucourt J, Paris-Hamelin A, Vaisman A. Les marqueurs tumoraux et leurs


applications. Trait - Union. mars 1988;3(1):26‑30.

67. Planquette B, Ferré A, Mourin G, Meyer G. Maladie veineuse thromboembolique et


cancer. La Lettre du Pneumologue • Vol. XVI-n°3-mai-juin 2013. :5.

69. Ziani FZ, Brahmi SA, Najib R, Kanab R, Arifi S, Mernissi FZ, et al. La dermatomyosite
paranéoplasique révélant un carcinome indifférencié du nasopharynx: à propos d’un cas.
Pan Afr Med J [Internet]. 2016 [cité 26 sept 2020];24. Disponible sur:
http://www.panafrican-med-journal.com/content/article/24/29/full/

70. Ouahbi H, Benhami M, Nouikh L, Acharfi N, Kelati A, Oualla K, et al. Dermatomyosite


et cancer rectal: à propos d’un cas avec revue de la littérature. Pan Afr Med J [Internet].
2019 [cité 26 sept 2020];33. Disponible sur: http://www.panafrican-med-
journal.com/content/article/33/122/full/

79
75. Zekeridou DA, Ferfoglia RI. Syndromes neurologiques paranéoplasiques : mise à jour.
Rev81. Benlahfid M, Erguibi D, Elhattabi K, Bensardi F, Khaiz D, Lafriekh R, et al.
Épidémiologie descriptive de la carcinose péritonéale d’origine digestive à l’Hôpital
Universitaire Ibn Rochd de Casablanca (2008-2010). Pan Afr Med J [Internet]. 2017
[cité 27 sept 2020];27. Disponible sur: http://www.panafrican-med-
journal.com/content/article/27/234/full/

76. Arquizan C. Thrombophlébites cérébrales : aspects cliniques,diagnostic et traitement. In:


Réanimation 2001;10:383-92.

85. Bouché O, Scaglia E, Lagarde S. Pré-requis avant la mise en route d’une chimiothérapie
pour cancer colorectal. Post’U (2009) 30-46.

 Sites internet :
1. https://www.who.int/topics/cancer/fr/

5. https://www.doctissimo.fr/html/sante/analyse/ana_marqueur04

7. https://www.atlasgeneticsoncology.org/Genes/GC_CEACAM5

8. https://en.m.wikipedia.org/wiki/CEACAM5

19. https//: www.genecards.org

23. https://fr.slideshare.net/mobile/kawterbio/ace-dosage

26. https://www.creapharma.fr. cancer colorectal.

33.https://www.google.com/search?q=cancer%20gastrique&tbm=isch&tbs=rimg:CWlnqPX1
6woQYQbefqNffBlE&client=ms-android-
samsung&prmd=ivn&hl=fr&sa=X&ved=0CBMQuIIBahcKEwigu4qTg5fsAhUAAAAA
HQAAAAAQdg&biw=360&bih=560#imgrc=ElKT1KTlQtpmuM

37. https://afef.asso.fr/la-maladie/maladies/le-cholangiocarcinome-cancer-des-voies-biliaires/

38. https://santecool.net/cancer-du-pancreas-lepigenetique-ouvre-des-perspectives-de-
traitement/

39. http://oncologik.fr/referentiels/rrc/ampullome

40. https://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/voies_biliaires/16989

41. https://www.lillyoncologie.fr/cancer-du-sein/definition

44.https://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/ovarian/ovarian-
cancer/?region=on

45.https://www.has-
sante.fr/plugins/ModuleXitiKLEE/types/FileDocument/doXiti.jsp?id=c_922800

80
46. https://www.canceraquitaine.org/sites/default/files/documents/INFOS-
PRO/referentiels/gynecologie-senologie/ref-ovaire-0310

47. https://www.sante-sur-le-net.com/maladies/cancer/cancers-feminins/cancer-col-uterus/

48. https://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/lung/lung-
cancer/?region=on

49. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/cancer-poumon/comprendre-cancer-poumon

52. https://m.ramsaygds.fr/vous-etes-patient-en-savoir-plus-sur-ma-pathologie/comment-
savoir-si-jai-un-cancer-de-la-thyroide

53. https://www.orpha.net/consor/cgi-bin/OC_Exp.php?Lng=FR&Expert=1332

55. https://www.eurofins-Biomniscomfr-Intservicesreferentiel--Exam.

56. https://www.atlanticlabo-ics.fr/centrifugeuse/7589-centrifugeuse-de-paillasse-a-
induction-6000-rpm-rotofix-32a-hettich.html

58. https://www.siemens-healthineers.com/immunoassay/systems/immulite-2000-xpi-
immunoassay-system#ADD_INFO

62. https://www.frm.org/recherches-cancers/cancers-en-chiffres

63. https://www.revmed.ch/RMS/2011/RMS-296/Cancer-et-vieillissement-une-evidence-
epidemiologique

64. https://www.umc.edu.dz/index.php/fr/articles-a-lire/198-la-proliferation-du-cancer-en-
algerie-egalera-celle-des-pays-avancees-durant-les-5-prochaines-annees

65 .https://www.e-cancer.fr/Comment -prevenir-au-mieux-les-cancers/principaux-facteurs-de-
risque-de-cancer

68. https://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/diagnosis-and-treatment/managing-side-
effects/ascites/?region=qc

71. https://www.em-consulte.com/article/11701/dermatoses-paraneoplasiques

72. https://www.cregg.org/fiches-recommandations/bilan-a-realiser-avant-la-mise-en-route-
d-un-traitement-immunosuppresseur/

73. https://www.orpha.net/data/patho/Pub/fr/ScleroseLateraleAmyotrophique-FRfrPub106.pdf

74. https://sante.lefigaro.fr/sante/maladie/paralysie-paraplegie-tetraplegie/quelles-causes

77. https://www.msdmanuals.com/fr/professional/gyn%C3%A9cologie-et-
obst%C3%A9trique/tumeurs-gyn%C3%A9cologiques/cancer-de-l-endom%C3%A8tre

78. https://destinationsante.com/fibrome-uterin-ou-cancer-pas-de-morcellement-en-cas-de-
doute.

79. https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2585946-nodule-au-foie-symptome-
traitement-est-ce-grave/

81
80. https://www.centre-hepato-biliaire.org/maladies-foie/cancers-foie/m%C3%A9tastase-
cancer-
colorectal.html#:~:text=Des%20m%C3%A9tastases%20synchrones%2C%20c%27est,tr
aitement%20de%20la%20tumeur%20colorectale.

82. https:/ news-medical.net/amp/health/colorectal-sarcoma-(French).aspx

83. https://www.revmed.ch/RMS/2016/RMS-N-523/Les-lesions-kystiques-du pancreas-


sous-l-angle-du medecin-de-premier-recours

86. http://www.latunisiemedicale.com/article-medicale-tunisie_1355_fr

82
Annexe

Liste des annexes :


Annexe 1 : Fiche de renseignements. ........................................................................... II
Annexe 2 : Un prélèvement sanguin avec ordonnance. ............................................... III
Annexe 3 : Tableau des résultats. ................................................................................IV

I
Annexe 1 : Fiche de renseignements.

II
Annexe 2 : Un prélèvement sanguin avec ordonnance.

III
Annexe 3 : Tableau des résultats.

Patient Valeur de Valeur limite Interprétation


l’ACE
1 0,923 0,20-3,40 Normal
2 2,14 ng/ml Normal
3 0,857 Normal
4 2,92 Normal
5 1,44 Normal
6 1,13 Normal
7 1,48 Normal
8 1,74 Normal
9 2,10 Normal
10 4,09 Elevé
11 1,48 Normal
12 2,19 Normal
13 2,58 Normal
14 1,59 Normal
15 0,520 Normal
16 2,5 Normal
17 0,992 Normal
18 1,79 Normal
19 1,49 Normal
20 1,27 Normal
21 1,33 Normal
22 3,02 Normal
23 0,702 Normal
24 0,450 Normal
25 0,639 Normal
26 2,70 Normal
27 0,932 Normal
28 5,65 Elevé
29 0,737 Normal
30 7,71 Elevé
31 0,83 Normal
32 18,2 Elevé
33 2,25 Normal
34 1,54 Normal
35 1,45 Normal
36 2,63 Normal
37 1,45 Normal
38 1,37 Normal
39 2,52 Normal
40 2,87 Normal
41 2,27 Normal
42 1,74 Normal
43 1,01 Normal
44 2,84 Normal
45 0,375 Normal
46 3,52 0,20- Elevé
47 0,639 2,80ng/ml Normal
48 0,831 Normal
IV
49 1,25 Normal
50 0,312 Normal
51 1,61 Normal
52 1,38 Normal
53 1,39 Normal
54 1,07 Normal
55 1,14 Normal
56 0,934 Normal
57 1,72 Normal
58 5,32 Elevé
59 0,691 Normal
60 1,60 Normal
61 1,34 Normal
62 2,23 Normal
63 3,50 Eleve
64 2,11 Normal
65 5,99 Eleve
66 239 Elevé
67 1,23 Normal
68 0,587 Normal
69 1,64 Normal
70 1,21 Normal
71 2,02 Elevé
72 1,10 Normal
73 2,56 Normal
74 4,37 Elevé
75 355 Elevé
76 0,999 Normal
77 2,36 Normal
78 1,57 Normal
79 2,56 Normal
80 1,12 Normal
81 2,36 Normal
82 1,74 Normal
83 1,02 Normal
84 3,54 Elevé
85 5,25 Elevé

V
Résumé
L’antigène carcino-embryonnaire est un marqueur tumoral important, qui joue un rôle dans le
diagnostic, pronostic et le suivi thérapeutique.

Notre travail repose sur une étude descriptive prospective dans le but d’évaluer la
préscription de l’ACE pendant un semestre de dosage, dans le laboratoire central de biochimie
CHU MUSTAPHA ALGER. Nous avons inclus dans cette étude 85 patients qui ont fait
l’objet d’une fiche de renseignements et d’un dosage de l’ACE.

Nous avons observé que la préscription de l’ACE dans le CHU Mustapha Bacha est
générale et non spécifique du CCR.

L’application clinique du dosage de l’ACE est : dans le diagnostic du CCR dans les
pathologies non néoplasique associées au cancer (pathologies neurologiques, les pathologies
dermatologiques comme la DPN et la dermatomyosite, ascite exsudative, embolie pulmonaire
et dans bilan pré thérapeutique par les immunosuppresseurs).ainsi dans les pathologies
néoplasiques comme étant un cancer primitif. Dans le bilan d’extension (CCR, ampullome
vatérien, ADK gastrique.), dans le bilan pré thérapeutique chimiothérapie, (CCR) et Dans le
suivi thérapeutique (cancer du sein, ADK gastrique et CCR).

Mots clés :
Antigène carcino embryonnaire (ACE), cancer, marqueur tumoral.

VI
Summary
The carcinoembryonic antigen is an important tumor marker, which plays a role in
diagnosis, prognosis and therapeutic follow-up.

Our work is based on a prospective descriptive study in order to evaluate the pre-
scription of CEA during a dosing semester, in the central laboratory of biochemistry UHC
MUSTAPHA ALGIERS. We included 85 patients in this study who were the subject of a fact
sheet and CEA assay.

We observed that the CEA prescription in the UHC Mustapha Bacha is general and
not specific to the CRC.

The clinical application of the CEA assay is: in the diagnosis of CRC in non-
neoplastic pathologies associated with cancer (neurological pathologies, dermatological
pathologies such as DPN and dermatomyositis, exudative ascites, pulmonary embolism and in
pre-therapeutic assessment by immunosuppressants). thus in neoplastic pathologies as being a
primitive cancer. In the extension assessment (CRC, vaterian ampulloma, gastric ADK.), in
the pre-therapeutic chemotherapy assessment, (CRC) and in therapeutic follow-up (breast
cancer, gastric ADK and CRC).

Key Words:
Carcinoembryonic antigen (CEA), cancer, tumor marker.

VII
CHEBINI Ilham YOUBE Sihem

Lyliamalak1@gmail.com sihem.brki2019@gmail.com
Résumé :
L’antigène carcino-embryonnaire est un marqueur tumoral important, qui joue un rôle dans le
diagnostic, pronostic et le suivi thérapeutique.

Notre travail repose sur une étude descriptive prospective dans le but d’évaluer la
préscription de l’ACE pendant un semestre de dosage, dans le laboratoire central de biochimie
CHU MUSTAPHA ALGER. Nous avons inclus dans cette étude 85 patients qui ont fait
l’objet d’une fiche de renseignements et d’un dosage de l’ACE.

Nous avons observé que la préscription de l’ACE dans le CHU Mustapha Bacha est
générale et non spécifique du CCR.

L’application clinique du dosage de l’ACE est : dans le diagnostic du CCR dans les
pathologies non néoplasique associées au cancer (pathologies neurologiques, les pathologies
dermatologiques comme la DPN et la dermatomyosite, ascite exsudative, embolie pulmonaire
et dans bilan pré thérapeutique par les immunosuppresseurs).ainsi dans les pathologies
néoplasiques comme étant un cancer primitif. Dans le bilan d’extension (CCR, ampullome
vatérien, ADK gastrique.), dans le bilan pré thérapeutique chimiothérapie, (CCR) et Dans le
suivi thérapeutique (cancer du sein, ADK gastrique et CCR).

Mots clés :
Antigène carcino embryonnaire (ACE), cancer, marqueur tumoral.
Summary:

The carcinoembryonic antigen is an important tumor marker, which plays a role in


diagnosis, prognosis and therapeutic follow-up.

Our work is based on a prospective descriptive study in order to evaluate the pre-
scription of CEA during a dosing semester, in the central laboratory of biochemistry UHC
MUSTAPHA ALGIERS. We included 85 patients in this study who were the subject of a fact
sheet and CEA assay.

We observed that the CEA prescription in the UHC Mustapha Bacha is general and
not specific to the CRC.

The clinical application of the CEA assay is: in the diagnosis of CRC in non-
neoplastic pathologies associated with cancer (neurological pathologies, dermatological
pathologies such as DPN and dermatomyositis, exudative ascites, pulmonary embolism and in
pre-therapeutic assessment by immunosuppressants). thus in neoplastic pathologies as being a
primitive cancer. In the extension assessment (CRC, vaterian ampulloma, gastric ADK.), in
the pre-therapeutic chemotherapy assessment, (CRC) and in therapeutic follow-up (breast
cancer, gastric ADK and CRC).

Key Words:
Carcinoembryonic antigen (CEA), cancer, tumor marker.

Vous aimerez peut-être aussi