Vous êtes sur la page 1sur 3

Exposé sur le

spectre de
raman
Realisé par :
Lakehal Mounia

Gherbi Nesrine

Chouiter Imene

[Tapez le résumé du document ici. Il s’agit généralement d’une courte synthèse du document.]
QU'EST-CE LA SPECTROSCOPIE RAMAN ?

Comme la FTIR, la spectroscopie Raman est une technique de spectroscopie


moléculaire qui repose sur l'interaction de la lumière avec la matière pour
obtenir des informations sur la composition ou les caractéristiques de la
matière étudiée. Les informations obtenues par spectroscopie Raman résultent
d'un processus de diffusion de la lumière, alors que la spectroscopie IR repose
sur l'absorption de lumière. La spectroscopie Raman permet d'obtenir des
informations sur les vibrations intra- et intermoléculaires et peut fournir des
données complémentaires pour mieux comprendre la réaction. Les
spectroscopies FTIR et Raman définissent le spectre caractéristique des
vibrations d'une molécule (« empreinte moléculaire »), dans le but d'identifier
une substance. Cependant, la spectroscopie Raman permet d'obtenir des
informations supplémentaires sur les modes de fréquence inférieurs et sur les
vibrations caractéristiques des réseaux cristallins et des structures
moléculaires.

La spectroscopie Raman en ligne permet de surveiller les procédés de


cristallisation et de révéler les mécanismes et la cinétique de la réaction.
Associées aux outils d'analyse, ces données aident à comprendre les réactions
et à les optimiser.

LE PRINCIPE DE LA SPECTROSCOPIE RAMAN

Lorsque la lumière interagit avec des molécules en milieux gazeux, liquide ou


solide, la grande majorité des photons sont dispersés ou propagés mais
l'énergie cinétique des photons excitateurs est conservée. Ce phénomène est
appelé la diffusion élastique, ou diffusion Rayleigh. Un faible nombre de
photons, environ 1 photon pour 10 millions, va se diffuser à une fréquence
différente des photons excitateurs. Ce processus est appelé diffusion
inélastique, ou effet Raman, nommé ainsi d'après Sir C.V. Raman qui a
découvert ce phénomène et a obtenu le prix Nobel de physique en 1930 pour
ses travaux. Depuis, l'effet Raman est utilisé dans un large éventail
d'applications, du diagnostic médical aux sciences des matériaux jusqu'aux
analyses de réaction. L'effet Raman permet de déterminer la signature
vibratoire d'une molécule, ce qui donne des indications sur sa structure et sur
son mode d'interaction avec les molécules qui l'entourent.
COMMENT FONCTIONNE LA SPECTROSCOPIE RAMAN ?

Contrairement à la spectroscopie FTIR qui étudie les modifications aux


moments dipolaires, la spectroscopie Raman étudie les modifications au niveau
de la polarisabilité des liaisons moléculaires. L'interaction de la lumière avec
une molécule peut induire la déformation de son nuage d'électrons. Cette
déformation suppose une modification de sa polarisabilité. Les liaisons
moléculaires ont des transitions énergétiques spécifiques qui entraînent un
écart de polarisabilité et qui activent les modes Raman. Par exemple, les
molécules contenant des liaisons homonucléaires (carbone-carbone, soufre-
soufre ou azote-azote) subissent une modification de polarisabilité lorsqu'elles
interagissent avec des photons. Ces liaisons entraînant l'apparition de bandes
spectrales sensibles à la diffusion Raman, mais qui seraient invisibles ou
difficiles à voir avec la spectroscopie FTIR.

Le Raman est un effet intrinsèquement faible ; les composants optiques d'un


spectromètre Raman doivent donc être bien assortis et optimisés. De plus, les
molécules organiques ont une tendance plus marquée à la fluorescence
lorsque les rayonnements ont une longueur d'onde plus courte. On utilise donc
généralement des sources d'excitation monochromatique à longueur d'onde
plus importante, comme les diodes laser à semi-conducteur émettant de la
lumière à 785 nm.