Vous êtes sur la page 1sur 5

RESUME

Un contrat solennel est un contrat qui n’est valable que par l’accomplissement d’une
formalité déterminée. (Intervention d’un officier public ou ministériel, notaire, maire) :
mariage, contrat de société

Un contrat consensuel est un contrat qui se forme par le seul consentement des parties.

Un contrat réel est un contrat qui nécessite outre l’accord des parties la remise d’une
chose : (prêt, dépôt, gage)

Un contrat est un accord de volonté générateur d’obligations

Un contrat synallagmatique ou bilatéral est un contrat qui crée des obligations à la


charge de chacune des parties. Les obligations sont réciproques.

Un contrat unilatéral est un contrat qui ne crée d’obligations que pour l’une des
parties.

Un contrat à titre onéreux est un contrat où chacune des parties reçoit un avantage en
contre partie de ce qu’elle procure à son co-contractant.

Un contrat à titre gratuit est un contrat où l’une des parties procure à l’autre un
avantage sans rien recevoir en contrepartie.

Conditions de fonds :

 Consentement : il doit exister et être intègre


 Objet : il est doit être licite, déterminé ou déterminable, possible
 Capable : (aptitude à être titulaire de droits et à les exercer)
 Cause : (cause objective et subjective)

Vices du consentement :

 L’erreur : est une fausse représentation de la réalité


 Le dol : est une tromperie provoquée par des manœuvres
 La violence : est cause de nullité lorsqu’elle inspire à un contractant une
crainte que cette personne donne malgré elle. Elle peut être physique ou
morale.

L’objet répond à la question qu’est ce qui est du ? et la cause, elle, répond à celle de
savoir pourquoi elle est due ?

Les conditions de forme :

 Le principe de consensualisme : le seul échange de consentement suffit à former


le contrat. Aucune autre formalité n’est requise pour la validité de ce dernier.
 Les limites au principe du consensualisme
Les effets du contrat :

 Effets entre les parties : les rapports entre les parties sont gouvernés par le
principe de la force obligatoire
 L’effet de la nullité est la rétroactivité
 Effets à l’égard des tiers : le contrat obéit au principe de l’effet relatif

L’entreprise est un contrat par lequel, l’entrepreneur s’engage à effectuer un travail


pour le compte d’un maître d’ouvrage, moyennant une rémunération.

Les principaux caractères du contrat d’entreprise : il est synallagmatique, onéreux,


consensuel et institue personae.

L’objet du contrat d’entreprise peut porter sur l’exécution d’une prestation matérielle
ou intellectuelle

Obligations de l’entrepreneur :

 Exécuter l’ouvrage
 Livrer l’ouvrage

Obligations du maître d’ouvrage

 Réception de l’ouvrage
 Paiement du prix

Le contrat légalement formé crée un lien irrévocable entre les parties

 Le mandant est un contrat par lequel le mandat donne pouvoir au mandataire de faire
en ces lieu et place un ou plusieurs actes juridiques.

 Il est conclu à titre gratuit ou onéreux

 Les conditions de formation du contrat de mandat :

 Consentement
 La capacité
 L’objet
 La cause

 La durée du contrat n’est pas prévue car elle s’arrête à la réalisation de l’opération.
C’est l’exécution du contrat qui met fin à ce dernier. Il existe des cas où la durée est
prévue.

 Les effets du contrat de mandat :

 Obligation du mandataire : il est tenu d’exercer ses prestations juridiques


 Obligation du mandant : si le mandant est rémunéré, il doit le régler, s’il est
gratuit, il est tenu de rembourser les frais occasionnés pour l’exécution du
contrat. Le mandant doit dans les mêmes conditions indemniser le mandataire
des dommages subis à l’occasion de sa gestion.

 Un contrat de travail est un contrat entre employeur et employé moyennant une


rémunération, avec un lien de subordination juridique.

 Une amende est une sanction publique versée au trésor

 Un dommage et intérêt est une réparation de la partie victime.

Selon l’article 4 de l’acte uniforme sur les sociétés commerciales et les GIE de l’OHADA « 
La société commerciale est crée par 2 personnes qui conviennent par un contrat d’affecter à
une activité des biens en numéraire, ou en nature dans le but de partager le bénéfice, et de
profiter de l’économie qui pourra en résulter. Les associés s’engagent à contribuer aux pertes
dans les conditions prévues par le présent acte uniforme. La société commerciale doit être
créée dans l’intérêt commun des associés. »

A-1 La responsabilité indéfinie

Ce type de responsabilité oblige les associés à payer le passif social sans limitation sur le
patrimoine personnel. Sont concernées par cette responsabilité : les sociétés en nom collectif,
les commandités dans les sociétés en commandite, ainsi que les sociétés civiles.

A-2 La responsabilité limitée

Ici les associés ne sont tenus du passif social que dans la limite de leur apport. Sont
concernés : les sociétés anonymes (SA) ; les sociétés à responsabilité limitée (SARL) ; et les
commanditaires dans les sociétés en commandite.

B-1 Les sociétés de personnes

Dans ce genre de sociétés, les associés font partie de la structure en considération des qualités
des co-associés (intitui personae, crédit, solvabilité et compétence).

B-2 Les sociétés de capitaux

Ici la personne des associés n’est pas prise en considération. Seuls importent les capitaux.
L’exemple type de ce genre de société est la société anonyme (S.A.).

B-3 Les sociétés hybrides

Elles sont constituées par les SARL, où les associés sont liés par un intitui personae atténué,
et les sociétés en commandite dans lesquelles l’intitui personae ne concerne que les
commandités.
 Etant une société composée uniquement de commerçants, le mineur ne peut pas être
associée dans une SNC, car ne pouvant pas poser d’actes juridiques.

 Par contre dans une S. A. et une SARL, le mineur peut être actionnaire.

 Les éléments distinctifs ou spécifiques du contrat de société sont :

 Les apports
 Le but lucratif
 L’affectio societatis
 L’objet licite

 Les conditions de fonds que doit réunir une société commerciale :

 L’objet
 Le consentement
 La capacité
 L’objet

 Les conditions de forme pour une société commerciale :

 Les statuts
 Les formalités de publicité

 Un apport en industrie est un apport autre que les apports en numéraire ou en nature
(exemple le savoir faire) il n’est apporté que dans les sociétés de personnes.

 Les traits fondamentaux de la SNC :

 Tous les associés doivent être des commerçants


 C’est une société intitui personae
 C’est une société fermée
 Tous les associés sont solidairement et indéfiniment solidaires des dettes de la
société

 Les conditions de fonds et de forme de la cession des parts dans une SNC :

 La cession doit se faire à l’unanimité des associés


 Le cessionnaire ne doit pas être mineur

 Les principales causes de dissolution de la SNC :

 Le décès
 La faillite
 L’erreur sur la personne
 L’incapacité
 La révocation du gérant associé statutaire
 Le redressement judiciaire
 Une societé de personnes est une societé où les associés font partie de la structure en
consideration des qualités des co-associés (intitui personae, crédit, solvabilité et
compétence)

 Une societé de capitaux est une societé où les seuls capitaux importent. La personne
des associés n’est pas prise en compte.

 La societé hybride est une societé où les associés sont liés par un intitui personae
atténué

 Règles communes à la dissolution d’une societé :

 Dissolution à l’expiration de la durée statutaire


 Dissolution par anticipation

 Disparition de l’objet
 Volonté commune des parties
 Dissolution judiciaire

 Caractères généraux de la SNC :

 Un intitui personæ 
 La qualité de non commerçants des associés : l’obligation aux pertes sociales
est limitée à leurs apports

 Constitution d’une S.A. : Les règles communes :

 Etablissement des bulletins de souscriptions


 Dépôt des fonds et déclaration notariée de souscription et de versement
 Etablissement des statuts
 Immatriculation au RCCM

 Les règles particulières aux S.A. :

 L’intervention des commissaires aux comptes


 L’assemblée générale constitutive
 Organisation et fonctionnement de la societé anonyme :
 Organe de gestion :
 La societé anonyme avec conseil d’administration
 La societé anonyme avec un administrateur général
 Les organes de délibération :
 Assemblée générale ordinaire
 Assemblée générale extraordinaire

 Les organes de contrôle :

 Le contrôle interne
 Le contrôle externe