Vous êtes sur la page 1sur 2

« Comment inciter les jeunes étudiants à entreprendre »

De nos jours, plusieurs jeunes sont déjà attirés par le monde du travail. Certes, c’est là que vient
l’idée d’entreprendre. Cette idée consiste à créer sa propre entreprise par le biais d’un financement
externe ou d’autofinancement. Pour y arriver, les jeunes auront besoin de motivations conséquentes,
tant au niveau matériel que financier.

La première motivation est l’argent. En effet les profits résultants d’une activité d’entreprenariat
devraient être un soutien considérable au développement personnel, apparenté par la sécurité
financière. Dans cette optique, il faut mettre en œuvre au service des étudiants ayant un bon projet
d’investissement tous les moyens nécessaires à sa réalisation. C’est dans cette partie qu’entrent en
œuvre la responsabilité de l’Etat et des bailleurs de fonds.
Mais comment faire pour convaincre les bailleurs dans sa procédure d’accompagnement ?
Tout d’abord, l’étudiant doit être conscient de l’utilité d’un plan détaillé, mentionnant les flux futurs
et la politique que va adopter l’entreprise. D’où l’idée d’élaborer, en premier lieu un « business
plan » ou « plan d’affaire », qui consiste à planifier le démarrage et la gestion de l’entreprise
nouvellement créée. C'est seulement après étude détaillé du dossier que les organismes financiers
pourront débloquer le financement tout en tenant compte des risques inhérents au projet.
Il est à rappeler que de nos jours, une structure financière bien détaillée ne suffit pas pour les
bailleurs à financer un projet car ils tiennent aussi compte des responsabilités sociales de
l’entreprise pour assurer le développement durable (Investissement à long terme).
A part les bailleurs, l’Etat doit aussi jouer un rôle très important pour aider les jeunes
entrepreneurs .en allégeant les procédures et frais liés à la création de l’entreprise (Lettre de mise à
disposition, Fiche d’identification de l’entreprise, déclaration de constitution, etc.). De plus les jeunes
entrepreneurs devraient bénéficier du non-paiement des taxes liés à l’activité courante de
l’entreprise, au moins pour les cinq premiers exercices (Crédit de TVA), car l’entreprise fait
normalement face à des difficultés durant ces périodes (Démarrage, lancement, fidélisation de la
clientèle, etc.).
L’Etat doit aussi encourager les dirigeants des autres entreprises à créer des emplois en jouant le
rôle de partenaires économiques. Cette tâche est encore difficile à réaliser car il n’existe pas autant
de partenaires économiques dans le pays voulant prendre le risque de financer des projets nouveaux
qui sont encore en phase d’exploitation. De ce fait, ils préfèrent investir matériellement pour élargir
leurs exploitations, plutôt que de financer. Ainsi, les dirigeants partent du principe que la décision de
financement doit toujours être séparée de la décision d’investissement.

Il est à noter les bailleurs et l’Etat essaient actuellement d’encourager les jeunes entrepreneurs à
présenter leurs projets si ceux-ci s’avèrent fiables, réalisables et rentables par l’intermédiaire des
divers concours de jeunes entrepreneurs. Le moment venu, les jeunes étudiants doivent penser à
créer sa propre entreprise car il est mieux de travailler pour soi que de gérer la richesse des autres.

Vous aimerez peut-être aussi