Vous êtes sur la page 1sur 7

Une halle à marchandises (1)

Par Hervé LECLÈRE

C'est un bâtiment issu d'une construction intégrale, une 'bâtisse réhabilitée' correspondant en encombrement à
une halle Jouef mais doublée en longueur. C’est aussi une réutilisation des murs d’une autre maquette d’usine,
celle de la Maison Takal-fer (déjà 'reconvertie' dans d’autres épisodes). Le but étant de ne pas gaspiller le
carton micro-ondulé -matériau qui semble être rare dans nos contrées !- la surface est agrandie, mais pas la
hauteur du bâtiment; la toiture est issue d’un moulage double d’une halle Jouef, pour tenter de cacher la
jointure. Ce moulage avait été fait dans les années 80 en résine, avec les moyens du moment, c’est-à-dire
élastomère et résine époxy !

En bas de la photo, le toit type Jouef doublé, rendu un peu plus long sous l’effet de la matière en coulée
chaude... Du coup la halle sera 2 cm plus longue ... sans avoir vraiment voulu cette 'élongation'!
Après avoir assemblé les deux
pans de la toiture, j’ai repris une
inclinaison identique à celle de la
Jouef, et 'réinventé' les pignons
appropriés.
Par la même occasion, la surface
du quai intérieur réalisé en carton
plume de 1 cm d’épaisseur a été
agrandie. Ceux donnant sur la cour
sont simplement juxtaposés, en
fonction des besoins, avec les
découpes nécessaires, aux
fondations d'origine.

La toiture est prévue “ouvrante”...De ce


fait, pour faciliter la suite des
opérations, une fausse charpente
'sommaire' est montée pour garantir la
symètrie.

Le sol de l'intérieur du bâtiment est


quadrillé pour représenter les
raccords entre les différentes
chapes de béton rendues
'patinées' par succession de
teintes et séchages comme c'est
visible sur cette suite de trois
photos:
Mais je me suis alors aperçu de la
hauteur hors-tout du bâtiment devenue
trop importante !
J’ai donc fait en sorte de 'rectifier le tir'
au plus vite; bien que la tâche soit
ardue, il fallait le faire absolument!

J’ai donc mesuré et 'coupé' les murs porteurs du bâtiment tout en en conservant l'intérieur -sans le vider pour
autant!- et corrigé la plupart des poteaux. La 'charpente sommaire' est réajustée en équerrage, charpente que je
ne compte pas du tout réaliser avec exactitude: là n’est mon but !
Des équerres de renfort à angle
droit en carton de calendrier
sont collées aux extrémités de la
structure tout en conservant
l’accès facile par le toit,
simplement enlevé.

Les essais de passage d’un wagon posé sur


voie confirment la justesse de la nouvelle
hauteur corrigée. La pancarte des Ets Takal-
fer en a, elle, subi les conséquences !

La juxtaposition avec la halle Jouef -au


standard SNCF- permet de valider la bonne
hauteur standard de la mienne !
Les 2 pans de la toiture sont
assemblés entre eux afin de
pouvoir les ouvrir chacun de
leur côté et ainsi permettre les
éventuelles interventions.

L’allée wagonnière va être réutilisée


tout en commençant par le réglage des
hauteurs adéquates des poteaux de
soutien en béton.

Vue(s) de dessus de
l'intérieur de la halle
avec sa rangée de
poteaux de
soutènement de
l'allée wagonnière
La plupart des ouvertures de portes ayant été
agrandies, l'ensemble des deux pans de toiture
«ouvrante» peut reprendre place.

Nous verrons comment garnir et occuper convenablement les quais avec de la marchandise
et des colis réalistes, au prochain N° 2 .

Textes & photos: © Hervé Leclère. 2020

Évaluer