Vous êtes sur la page 1sur 85

TD MATHS MP *

 / 
Contents

1 SUITES 4
1.1 Méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.1.1 pour étudier la convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.1.2 erreurs à éviter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2 Savoir faire : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3 Les classiques : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.4 Pour aller plus loin : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

2 SERIES NUMERIQUES 7
2.1 Méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.1.1 pour prouver la convergence : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.1.2 pour prouver la convergence et calculer des sommes : . . . . . . . . . . . 7
2.1.3 en général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.1.4 erreurs à éviter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.2 Savoir faire : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.3 Les classiques : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.4 Pour aller plus loin : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

3 PROBABILITES 12
3.1 Dénombrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3.2 Tribu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
3.3 Probabilités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
3.4 Variables aléatoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

4 GROUPES 19
4.1 Méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4.2 Savoir Faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4.3 Les Classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4.4 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

5 ANNEAUX CORPS POLYNOMES 22


5.1 Savoir Faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
5.2 Les Classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
5.3 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

6 ESPACES VECTORIELS 26
6.1 Savoir Faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
6.2 Les Classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
6.3 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

1
7 MATRICES DETERMINANTS 32
7.1 Savoir-faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
7.2 Les classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
7.3 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

8 REDUCTION D’ ENDOMORPHISMES 37
8.1 Méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
8.2 Savoir-faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
8.3 Les classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
8.4 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

9 INTEGRATION SUR UN INTERVALLE QUELCONQUE 42


9.1 Méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
9.1.1 Pour prouver la convergence d’une intégrale: . . . . . . . . . . . . . . . . 42
9.2 Savoir Faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
9.3 Les Classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
9.4 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

10 CONVEXITE 45
10.1 Méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
10.2 Savoir faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
10.3 Les classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
10.4 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

11 FONCTIONS A VALEURS VECTORIELLES 47

12 SUITES ET SERIES DE FONCTIONS 48


12.1 Méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
12.1.1 Pour prouver . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
12.1.2 Erreurs à éviter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
12.2 Savoir-faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
12.3 Les classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
12.4 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

13 ESPACES VECTORIELS NORMES 52


13.1 Méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
13.1.1 Pour prouver . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
13.1.2 Erreurs à éviter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
13.2 Savoir faire le COURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
13.3 Les classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
13.4 Topologie matricielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
13.4.1 Exponentielle de matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
13.5 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

14 INTEGRALE DEPENDANT D’UN PARAMETRE 59


14.1 Méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
14.2 Savoir-faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
14.3 Les classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
14.4 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

2
15 SERIES ENTIERES 63
15.1 Méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
15.1.1 Pour trouver le rayon de convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
15.1.2 Pour déterminer un développement en série entière . . . . . . . . . . . . 63
15.1.3 Erreurs à éviter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
15.2 Savoir-faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
15.3 Les classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
15.4 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

16 ESPACES PREHILBERTIENS 68
16.1 Savoir-faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
16.2 Les classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
16.3 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

17 ENDOMORPHISME D’UN ESPACE EUCLIDIEN 72


17.1 Savoir-faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
17.2 Les classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
17.3 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

18 EQUATIONS DIFFERENTIELLES LINEAIRES 76


18.1 Savoir-faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
18.2 Les classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
18.3 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

19 CALCUL DIFFERENTIEL 81
19.1 Savoir-faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
19.2 Les classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
19.3 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

3
Chapitre 1
SUITES
1.1 Méthodes
1.1.1 pour étudier la convergence
• dans les cas pratiques : équivalents et développements limités

• penser aux sommes de Riemann

1.1.2 erreurs à éviter


• Ne pas additioner les équivalents, ne pas composer les équivalents. Travailler le plus
longtemps possible avec les développements limités, composez les développements limités
en commençant par la partie interne.

1.2 Savoir faire :


Exercice 1.1 Etudier la limite de:
 n  n
1 −n 1+n
 n+1
un = 1 + ; un = 1 + e ; un =
n n+2

Exercice 1.2 Etudier la convergence et la limite éventuelle des suites suivantes:



5n − 2n an − b n 2 n − ln n
un = n ; un = n ; un = n − ln n ; un = ;
5 + 2n a + bn 2n − n
sin n1 2n − n! n5 + cos 3n n4 + n3 sin n + cos n
un = ; un = n ; un = n ; un =
ln(1 + n3 ) 5 + 3n! 3 + sin(7n) 3n + sin 7n
2n n
103n + n! √ √ 1 X k
X (k + 1)2
un = ; un = n2 + 2n + 5− n + 1 ;
un = (−1) k ; un = ln
n! + n1000 2n k=1 k=1
k(k + 2)
n n Pn n
1 1 k=1 (3k + 1) 1
X X X
un = ; un = ; u n = P n ;
k=1
4k 2 − 1 k=1
k(k + 1)(k + 2) k=1 (2k + 3) k=1
n+k

Exercice 1.3 Classer les suites par ordre de négligeabilité:


1 1 ln n 1
1. n
, n2
, n
, n ln n

n2
2. n, n2 , n ln n, ln n

Exercice 1.4 Etudier les convergences des suites définies par


n n n
1 X 1 X 1 X
un = k! , vn = k! , wn = k!
(n − 1)! k=1 n! k=1 (n + 1)! k=1

Exercice 1.5 Soit (un ) une suite telle que ∀n ∈ N , un ∈ Z . Montrer que la suite (un )
converge si et seulement si elle est stationnaire à partir d’un certain rang .

4
Exercice 1.6 Soit (un ) une suite telle que les suites extraites (u2n ), (u2n+1 ), (u3n ) convergent.
Montrer que la suite (un ) converge .

Exercice 1.7 Soient (un ) et (vn ) deux suites convergentes . On pose xn = sup(un , vn ) yn =
inf(un , vn ) , montrer que les suites (xn ) et (yn ) convergent et déterminer leurs limites .

Exercice 1.8 Etudier la suite définie par:



un+1 = un

en fonction de u0

Exercice 1.9 Etudier la suites définie par la relation de récurrence suivantes:


h πi
u0 ∈ 0, , un+1 = cos(un )
2

1.3 Les classiques :


Exercice 1.10 Soit a > 0 et b > 0. Montrer que les suites suivantes sont adjacentes.
√ un + vn
u0 = a, v0 = b, un+1 = un vn , vn+1 =
2
Exercice 1.11 1. Montrer que les suites suivantes sont adjacentes.
n
X 1 1
un = , v n = un +
k=0
k! nn!

2. Montrer que leur limite n’est pas rationnelle.

Exercice 1.12 Intégrales de Wallis :


Pour n ∈ N, on pose π
Z
2
In = sinn (t)dt
0

1. Par intégration par parties, trouver une relation de récurrence entre In+2 et In

2. Montrer que la suite (In ) est décroissante et que lim In+1


In
=1

3. Calculer I2n et I2n+1 en fonction de n.



4. En admettant qu’il existe une constante C telle que n! ∼ Cnn ne−n , déterminer C.

Exercice 1.13 Suites homographiques


On appelle suite homographique une suite définie par une relation de récurrence un+1 = f (un )
où f est une fonction homographique c’est à dire de la forme f (x) = ax+b
cx+d
avec ad − bc 6= 0 et
c 6= 0.
La suite peut ne pas être définie à partir d’un certain rang.
Soit (un ) une suite homographique, montrer que :

5
1. si f admet deux point fixes distincts α et β alors si ∀n, un 6= β,
alors la suite vn = uunn −α
−β
est une suite géométrique de raison k = a−αc
a−βc
6= 1

|k| < 1 ⇒ lim un = α


|k| > 1 ⇒ lim un = β

2. si f admet un unique point fixe α alors si ∀n, un 6= α,


la suite vn = un1−α est une suite arithmétique de raison k = c
a−αc
6= 0 et lim un = α.

Exercice 1.14 1. Montrer que pour tout n ∈ N∗ , l’équation x − ln x = n admet une unique
solution dans [1, +∞[ que l’on note un .

2. Montrer que un > n, puis que un ∼ n.

3. Posons vn = un − n. Montrer que vn ∼ ln n.


ln n
4. Posons wn = un − n − ln n. Montrer que wn ∼ n
.

5. Montrer que :  
ln n ln n
un = n + ln n + +o
n n

1.4 Pour aller plus loin :


n+r

Exercice 1.15 Trouver un équivalent simple de lorsque n tend vers l’infini.
n
 3 
Exercice 1.16 Trouver un équivalent simple de arccos nn3 +1
+2

Exercice 1.17 Mines : Soit (an ) une suite positive telle que
an+1 + an
∀n ∈ N, an+2 ≤
3
Montrer que la suite (an ) converge vers 0.

Exercice 1.18 Déterminer un développement asymptotique à trois termes de la suite (un )


définie par
n  
X k
un = sin
k=1
n2

6
Chapitre 2
SERIES NUMERIQUES
2.1 Méthodes
2.1.1 pour prouver la convergence :
• Regarder si le terme général tend vers 0

• Regarder si la série est absolument convergente en cherchant un équivalent de la valeur


absolue, puis en fonction de la forme:

1. Comparer avec une série de Riemann ou de Bertrand


2. Utiliser la règle de d’Alembert si le quotient de deux termes consécutifs est simple.
3. Comparer avec une intégrale

• Penser à faire apparaı̂tre une série télescopique

• Si il n’y a pas absolue convergence:

1. Si l’expression est simple, essayer d’utiliser le critère spécial des séries alternées.
2. Sinon en faisant un développement limité, faites apparaı̂tre des termes absolument
convergents, semi-convergents, et éventuellement un terme divergent.

2.1.2 pour prouver la convergence et calculer des sommes :


On pourra :

• Essayer de faire apparaı̂tre une série télescopique.

• Décomposer en éléments simples et éventuellement utiliser la constante d’Euler.

• Essayer de comparer avec une intégrale.

2.1.3 en général
• penser aux comparaisons série intégrale

• penser aux équivalents de sommes et des restes d’une série

2.1.4 erreurs à éviter


• Ne pas utiliser les théorèmes de comparaison sur les séries qui ne sont pas à termes positifs.

• Dans les calculs de somme écrire précisément les bornes pour les indices.

7
2.2 Savoir faire :
Exercice 2.1 Déterminer la nature des séries de terme général :
 2   2  √
− n
1) ln nn2 +n−1
+n+1
2) th n1 + ln nn2−n
+1
3) 1 √
n+(−1)n n
4) (ln n) 5) n− ln(ln n))

1 1
√ 1
7) n−(1+ n + n2 )
1
2 sin( π4 + n
1
6) n−ch( n ) 8) n− ) 9) 1
n
(ln n)−ch n 10) (ln n ln(chn))−1
n2  −n2 2
n ln(n+1) n+3 ln n n+3 (ln n) 1 n
  
11) n+1
12) ln n
13) 2n+1
14) 3n+1
15) 1 − ln n

nn 2n
2 −n3  √ −3 √ √ − √n
16) 2n3
17) n2n
18) ch n1 19) sh ln n 3
20) ( n + 3 n)

Exercice 2.2 Déterminer la nature des séries de terme général :


n (−1)n (−1)n (−1)n
1) √ (−1) 2) 2 1 3) 2 1 4) √
n+(−1)n n+1
n+(−1)n n 3 +(−1)n n 3 n 3 +n 3 +(−1)n

√ √  (−1)n ln(n+ n2 +1) n+1 (−1)n
cos n1

5) (−1)n n+1− n 6) √
n+2
7) (−1)n Arc sin n2 +3
8) √
n

√  p  π 1 (−1)n
9) (−1)n n n sin n1 10)sin 2π n2 + (−1)n 11) (−1)n n− tan( 4 + n ) 12) n−ln n

 
(−1)n 1 −n −1 n (−1)n
n
 
13) (ln n+(−1)n )2
14) (−1) 1+ n
−e 15) cos πn2 ln n−1 16) 3
cos n+n 4

P
Exercice 2.3 Nature de la série an avec
+∞
X 1
an =
k=n+1
k2

Exercice 2.4 Soit z ∈ C, tel que |z| < 1


Montrer en introduisant une série double que l’on a
∞ ∞
X zn X z 2n−1
=
n=1
1 − z 2n n=1
1 − z 2n−1

2.3 Les classiques :


kp
P
Exercice 2.5 Calcul de k

1. Montrer qu’il existe un polynôme P tel que X 2 = P (X + 1) − P (X)

2. Calculer : n
X
k2
k=1

3. Calculer : n
X
k3
k=1

8
P
Exercice 2.6 Soit (an ) une suite décroissante positive. On suppose que an converge. En
introduisant S2n − Sn , montrer que  
1
an = o
n
Exercice
P 2.7 Règle de Raabe-Duhamel
Soit an une série à termes strictement positifs telle que
an+1 α 1
∃(α, β) ∈ R2 , β > 1, = 1 − + O( β )
an n n
1
1. Soit un = nα
.
un+1
2. Donner un développement asymptotique de un
)
3. Montrer que la série télescopique associée à la suite ln( uann ) est convergente. En déduire
la nature de la suite ln( uann ).
4. Montrer qu’il existe une constante A > 0 telle que
1
an ∼ A

P
5. En déduire la nature de la série an en fonction de α

Exercice 2.8 Transformation d’Abel


On pose
n
1 X
un = α , vn = einβ , β ∈
/ 2πZ, Vn = vk
n k=1

1. Calculer Vn . Montrez que suite (Vn ) est bornée.


2. Montrez que
n
X n
X
uk vk = u1 v1 + uk (Vk − Vk−1 )
k=1 k=2
calculer n
X
uk vk
k=1
en fonction de n
X
(uk − uk+1 )Vk
k=1

3. Etudier en fonction de α la nature de la série


X einβ

Exercice 2.9 Recherche d’équivalent de suite récurrente un+1 = f (un )
Soit f une application continue de [0, a] dans lui-même admettant un développement limité à
droite de 0
f (x) = x − λxα + o(xα ), λ > 0, α > 1
On suppose que ∀x > 0, 0 < f (x) < x .
On considère la suite définie par
u0 > 0, un+1 = f (un )

9
1. Montrer que la suite (un ) tend vers 0.

2. Chercher un réel β tel que la suite vn ait une limite non nulle avec:

vn = uβn+1 − uβn

3. En déduire un équivalent de (un ).

4. Trouver un équivalent de la suite (un ) définie par récurrence


π
0 < u0 < , un+1 = sin(un )
2

Exercice 2.10 Théorème du point fixe (Picard)


Soit I un intervalle fermé de R et f une application de I dans I,.
Supposons f contractante, c’est à dire :

∃k ∈ [0, 1[, ∀(x, y) ∈ I 2 , |f (x) − f (y)| ≤ k |x − y|

Soit la suite un définie par u0 ∈ I, et ∀n, un+1 = f (un )

1. Majorer |un+1 − un | en fonction de |u1 − u0 |.

2. Montrer que, la série de terme général un+1 − un est absolument convergente. En déduire
que la suite (un ) converge vers a ∈ I.

3. Montrer que a est l’unique point fixe de f

Exercice 2.11 Une caractérisation des rationnels

1. Soit x = 0, 037037037....037.. = 0, 037 où 037 est répété une infinité de fois.

(a) Ecrire x comme somme d’une série.


(b) Montrer que x est un rationnel que l’on calculera.
(c) Faire la même chose avec y = 0, 027027027....027.. = 0, 027 où 027 est répété une
infinité de fois.

2. Montrer qu’un nombre réel est rationnel si et seulement si son développement décimal
illimité propre est périodique à partir d’un certain rang.

2.4 Pour aller plus loin :


P
Exercice P2.12 Soit (un ) une suite de réels positifs telle que un converge. Déterminer la

nature de u2n un
P
Exercice 2.13 Déterminer la nature de n≥1 an avec

1
an = Pn √
k
k=1 k

Exercice 2.14 Montrer que :


n
X 1
∼ ln(ln n)
k=2
k ln k

10
P
Exercice 2.15 Soit a ∈ R, déterminer la nature de an avec
n
X √
an = n a k
k=1

Exercice 2.16 Déterminer la nature de la série de terme général


na
un = Pn 2
k=2 (ln k)
P
Exercice 2.17 Déterminer la nature de n≥1 an avec
 
2 2
an = Arccos Arctan(n )
π

11
Chapitre 3
PROBABILITES
3.1 Dénombrement
Rappels:
1. Nombre d’applications, d’injections, de bijection d’un ensemble dans un autre.
2. Nombre de parties d’un ensemble fini, nombre de parties à p éléments dans un ensemble.
3. Formule du binôme, relations sur les coefficients binomiaux. Utilisation de (1 + x)n

Exercice 3.1 On appelle main tout ensemble de 13 cartes prises dans un jeu de 52 cartes.
1. Combien y a-t-il de mains différentes?
2. Combien y a-t-il de mains différentes contenant:
(a) au moins 1 pique?
(b) au plus 1 pique?
(c) exactement 1 as et au plus 2 piques?

Exercice 3.2 Un facteur arrive dans un hall d’immeuble. Il doit distribuer 7 prospectus dans
10 boı̂tes aux lettres nominatives.
De combien de façons peut-il le faire dans chacun des cas suivants:
1. Chaque boı̂te peut contenir au plus un prospectus et:
(a) les prospectus sont distincts
(b) les prospectus sont identiques
2. Chaque boı̂te peut contenir un nombre quelconque de prospectus et:
(a) les prospectus sont distincts
(b) les prospectus sont identiques

Exercice 3.3 On considère le plan rapporté à un repère orthonormé (O,~i, ~j).


Tous les points considérés sont des points à coordonnées entières positives.
On appelle chemin monotone d’origine A et d’extrémité B, toute ligne polygonale définie
−−−−−→
par M0 = A et Mn = B constituée de segments Mk Mk+1 appelés pas tels que Mk Mk+1 = ~i (pas
−−−−−→
horizontal) ou Mk Mk+1 = ~j (pas vertical).
1. Combien y a-t-il de chemins monotones à n pas partant de O.
2. Combien y a-t-il de chemins monotones d’origine O et d’extrémité M = (x, y)

Exercice 3.4 Déterminer le nombre d’applications surjectives de [1, 5] dans [1, 4].

Exercice 3.5 Soit E un ensemble de cardinal n.


1. Combien y a t-il de couples (A, B) de parties de E telles que A ∩ B = ∅?
2. Combien y a t-il de couples (A, B) de parties de E telles que A ∪ B = E?
3. Combien y a t-il de triplets (A, B, C) de parties de E telles que A ∪ B ∪ C = E?

12
3.2 Tribu
Exercice 3.6 Soient A une tribu sur un ensemble Ω et Ω0 une partie de Ω.
Vérifier que A0 = {A ∩ Ω0 /A ∈ A} définit une tribu sur Ω0 .

Exercice 3.7 Soient f : Ω → Ω0 une application et A0 une tribu sur Ω0 . Vérifier que

A = f −1 (A0 )/A0 ∈ A0


définit une tribu sur Ω.

Exercice 3.8 1. Soit (Ai )i∈I une famille de tribu sur un même ensemble Ω.
\
A= Ai
i∈I

est une tribu sur Ω.

2. Soit B une partie de P(Ω) et (Ai )i∈I la famille de toutes les tribus de Ω contenant B.
Vérifier que \
A= Ai
i∈I

est une tribu contenant B et que c’est la plus petite tribu (au sens de l’inclusion) vérifiant
cette propriété, on dit que c’est la tribu engendrée par B.

Exercice 3.9 Soit (An )n∈N une suite d’évènements de l’espace probabilisable (Ω, A).

1. Vérifier que [\
A= An
p∈N n>p

est un évènement. Comment peut-on caractériser les éléments de A?

2. Même question avec \[


A0 = An
p∈N n>p

Exercice 3.10 Soit (Ω, B) un espace probabilisable. Ecrire avec des opérations ensembliste
(intersection, union, complémentaire) les évènements suivants:

1. L’un au moins des évènements A, B ou C est réalisé.

2. L’un et seulement l’un des évènement A ou B est réalisé.

3. Les deux évènements A et B sont réalisés et C ne l’est pas.

4. Tous les évènements An , n > 1 sont réalisés.

5. Une infinité parmi les évènements An , n > 1 sont réalisés.

6. Seul un nombre fini parmi les évènements An , n > 1 sont réalisés.

7. Une infinité parmi les évènements An , n > 1 ne sont pas réalisés.

8. Tous les évènements An , n > 1 sont réalisés à partir d’un certain rang.

13
3.3 Probabilités
Exercice 3.11 Soit (Ω, B, P) un espace probabilisé et (An )n∈N une suite d’évènements de B,
montrer que:

! n
!
[ [
P Ak = lim P Ak
n→∞
k=0 k=0

Exercice 3.12 Les lemmes de Borel-Cantelli


Soit (Ω, B, P) un espace probabilisé et (An )n∈N une suite d’évènements de B. On considère
l’évènement: C: ”il y a une infinité d’indices i pour lesquels Ai est réalisé”.
Traduire cet évènement sous forme ensembliste.
1. Lemme 1 : On suppose que la série de terme général P(Ak ) converge. Montrer qu’alors
P(C) = 0, c’est à dire l’évènement C est négligeable.
2. Lemme 2 : On suppose que la série de terme général P(Ak ) diverge et que les évènements
Ak sont mutuellement indépendants.
(a) Déterminer, pour tout entier n0 ,

!
\
P An
n=n0

En fonction des probabilités P(An ).


(b) Montrer qu’alors P(C) = 1, c’est à dire C est presque surement réalisé. (On pourra
utiliser la convexité de l’exponentielle.)

Exercice 3.13 Une urne contient 5 boules blanches et 10 boules noires.


1. On tire au hasard 2 fois une boule de l’urne en remettant la boule après tirage.
Quelle est la probabilité d’obtenir une boule blanche et une boule noire
(a) dans cet ordre?
(b) dans un ordre quelconque?
2. Mêmes questions si les tirages sont sans remise.
3. On tire simultanément 5 boules de l’urne. Quelle est la probabilité d’obtenir 2 boules
blanches et 3 boules noires.

Exercice 3.14 Une urne contient b boules blanches et r boules rouges.


On tire n boules en remettant la boule après tirage si elle est rouge et en ne la remettant
pas si elle est blanche.
Quelle est la probabilité d’obtenir exactement une boule blanche en n tirages?

Exercice 3.15 On lance 2 fois un dé cubique parfait. Soit les évènements:

A1 : le premier nombre obtenu est pair


A2 : le deuxième nombre obtenu est impair
A3 : la somme des deux nombres obtenue est paire

Montrer que la famille d’évènements (A1 , A2 , A3 ) n’est pas indépendante, mais que les évènements
sont indépendants deux à deux.

14
Exercice 3.16 On considère une suite de lancers indépendants d’une pièce pour laquelle la
probabilité d’obtenir pile est p.
1. Déterminer la probabilité d’obtenir P pour la première fois au nième lancé.
2. Déterminer la probabilité d’obtenir PF pour la première fois au n−ième et nième lancé.
3. Déterminer la probabilité que PP apparaisse sans qu’il n’y ait eu de séquence PF aupar-
avant.

Exercice 3.17 La proportion de pièces défectueuses dans un lot de pièces est 0, 05.
Le contrôle de fabrication des pièces est tel que :
• Si la pièce est bonne, elle est acceptée avec une probabilité de 0, 96.
• Si le pièce est mauvaise, elle est refusée avec une probabilité de 0, 98
On choisit une pièce au hasard et on la contrôle. Quelle est la probabilité:
1. qu’il y ait une erreur de contrôle?
2. qu’une pièce acceptée soit mauvaise?

Exercice 3.18 Un sac contient 3 jetons. L’un a 2 faces noires, un autre a 2 faces blanches et
le troisième a une face noire et une face blanche.On tire au hasard un jeton du sac et on le pose
sur la table. La face visible est noire. Quelle est la probabilité que le jeton tiré ait deux faces
noires?
1
Exercice 3.19 14 d’une population a été vacciné. Parmi les vaccinés, on compte 12 de malades.
Parmi les malades, il y a 4 non-vacciné pour un vacciné. Qulle est la probabilité pour un non-
vacciné de tomber malade?

Exercice 3.20 On obtient F (face) avec une pièce A avec une probabilité 12 .
Une pièce B donne F (face) avec une probabilité 23 .
On choisit une des pièces au hasard. On la lance. Si on obtient F on conserve la pièce que
l’on vient de lancer sinon on change de pièce. On effectue comme cela une série de lancers.
Quelle est la probabilité d’obtenir F au nième lancé?

3.4 Variables aléatoires


Exercice 3.21 Un sac contient 4 boules numérotées de 1 à 4. On tire deux boules avec remise,
on note X1 et X2 les numéros obtenus, soit X = X1 et Y = sup(X1 , X2 ).
Soit Ω = {1, 2, 3, 4}2 et P la probabilité uniforme sur (Ω, P(Ω))
1. Donner les lois conjointes de (X1 , X2 ) et de (X, Y ) sous forme de tableau.
2. Donner les lois marginales de X et Y .
3. Donner la loi de X conditionnée par {Y = 3}.
4. Donner les lois de S = X + Y et P = XY .

Exercice 3.22 Une urne contient 2 boules blanches et 4 boules noires.


On tire les boules une à une sans les remettre jusqu’à ce qu’il ne reste que des boules d’une
seule couleur dans l’urne.
Soit X le nombre de tirage. Quelle est la loi de X?

15
Exercice 3.23 Soient X et Y 2 variables aléatoires réelles indépendantes, prenant toutes les
valeurs entières entre 1 et n, avec les probabilités:
1
P (X = k) = P (Y = k) =
n
1. Calculer P (X = Y )

2. Calculer P (X ≥ Y )

3. Déterminer la loi de D = X − Y

Exercice 3.24 Loi hypergéométrique


Une urne contient p boules blanches et q boules noires.
On effectue n tirages sans remise. Soit X le nombre de boules blanches obtenue.
1. Déterminer la loi de X

2. Calculer son espérance et sa variance.

Exercice 3.25 Soit X une VAR qui suit une loi de Poisson de paramètre λ.
Soit Y une VAR dont la loi conditionnée par {X = n} est une loi binomiale B(n, p) pour
tout n ∈ N (p est un réel fixé de ]0, 1[.
Quelle est la loi de Y ?

Exercice 3.26 Soit X une VAR uniforme sur [1, n],


Y une VAR uniforme sur [1, X]
Z une VAR uniforme sur [1, Y ]
Déterminer les lois de X, Y, Z ainsi que E(X), E(Y ) et E(Z).

Exercice 3.27 2 joueurs lancent une pièce de monnaie équilibrée, n fois chacun. Calculer la
probabilité qu’ils obtiennent le même nombre de fois pile.

Exercice 3.28 Un concierge possède un trousseau de 10 clés dont une seule permet d’ouvrir
la porte qu’il a en face de lui.
Soit X le nombre de clés essayées pour ouvrir la porte.
1. Déterminer la loi de X (envisager 2 cas: essais avec ou sans remise).

2. Le concierge est ivre un jour sur 3, quand il est vivre, il essaie les clés au hasard avec
remise. Sachant qu’un jour 8 essais ont été nécessaire pour ouvrir la porte, quelle est la
probabilité que le concierge ait été ivre ce jour-là?

Exercice 3.29 Déterminer la fonction génératrice


1. d’une loi de Bernouilli

2. d’une loi binomiale

3. d’une loi de poisson

4. d’une loi géométrique

Exercice 3.30 On utilise un dé cubique parfait. Combien faut-il effectuer de lancés pour
pouvoir affirmer avec un risque d’erreur inférieur à 5% que la fréquence d’apparition de l’as au
1
cours de ces lancés différera d’au plus 100

16
Exercice 3.31 Une loi hypergéométrique H(N, n, p) peut être approchée par une loi de Bernouilli
B(n, p).
Soit E un ensemble de N boules, dont une proportion p de boules blanches. On effectue
n tirages sans remise. Soit X le nombre de boules blanches obtenues. X suit une loi hy-
pergéométrique H(N, n, p). Soit n et p sont fixés, montrer que pour tout k ∈ [0, n], on a:
N p N −N p
   
n k
lim k n n−k  = p (1 − p)n−k
N →∞
N
k

Exercice 3.32 Si (pn )n est une suite de réels telle que lim npn = λ alors

e−λ λk
 
n k
lim p (1 − p)n−k =
N →∞ k k!

Exercice 3.33 Soit X une variable aléatoire discrète à valeurs dans N , admettant un moment
d’ordre deux.

1. Démontrer: ∞
X
E(X) = P(X > j)
j=1

2. Donner de même une expression de la variance de X en fonction de



X ∞
X
jP(X > j)et P(X > j)
j=1 j=1

Exercice 3.34 Soit (Xn )n∈N une suite de variables aléatoires discrètes, à valeurs dans N,
indépendantes, de même loi qu’une variable aléatoire X. Pour tou n ∈ N ∗ on pose Mn =
max16i6n Xi .

1. Calculer, pour tout k ∈ N∗ , la probabilité P(Mn 6 k) en fonction de P(X) 6 k

2. On suppose que les variables (Xn ) suivent la loi uniforme sur 1, . . . , K.


Calculer E(Mn ). Quelle est la limite quand n tend vers l’infini?

3. On suppose que les variable (Xn ) suivent la loi géométrique de paramètre p (avec 1 <
p < 1) et on note q = p − 1.

(a) Calculer E(Mn ).


(b) Déterminer la loi de mn = min16i6n Xi .
(c) Dans le cas particulier n = 2, calculer de deux manières différentes E(m2 ), puis en
déduire E(|X1 − X2 |)

Exercice 3.35 Soit X une variable aléatoire qui suit une loi de Poisson de paramètre λ > 0
et Y une variable aléatoire indépendante de X, définie par P(Y = 1) = P(Y = 2) = 21 .

1. Donner la loi de T = X 2 + 1.

2. Calculer P(2X < X 2 + 1).

3. Calculer la probabilité que X soit un nombre pair et montrer que X a plus de chance
d’être pair que d’être impair.

17
4. On note Z la variable aléatoire XY . Calculer la probabilité que Z soit un nombre pair.

Exercice 3.36 Soit X une variable aléatoire qui suit une loi de Poisson de paramètre λ > 0
et Y une variable aléatoire indépendante de X.

1. On suppose que Y suit une loi de Bernouilli de paramètre p où 0 < p < 1. On définit
la variable aléatoire Z par Z = 0 si Y = 0 et Z = X sinon. Déterminer la loi de Z, son
espérance et sa variance si elles existent et la loi de Y conditionnée par Z = 0.

2. On suppose que Y suit une loi géométrique de paramètre p où 0 < p < 1. Calculer la
probabilité que X soit égale à Y .

Exercice 3.37 Une preuve probabiliste du théorème de Weierstass:


Toute fonction continue sur un segment est limite uniforme de fonctions polynomiales.
Soit f une fonction continue sur [0, 1]. Justifiez que f est bornée. On notera:

kf k∞ = sup |f (x)|
x∈[0,1]

On définit le polynôme de Bernstein:


n    
X n k
Bn f (x) = f xk (1 − x)n−k
k=0
k n

Pour x ∈ [0, 1] fixé, on considère la variable aléatoire Sn de loi binomiale B(n, p).

1. Justifiez la relation: n  
X n
f (x) = f (x)xk (1 − x)n−k
k=0
k

2. Vérifier que:   
Sn
E f = Bn f (x)
n

3. La fonction f est uniformément continue sur [0, 1]. On a donc:

∀ > 0, ∃δ > 0 : |x − y| < δ ⇒ |f (x) − f (y)| < 

4. Justifier les inégalités:


   
X n k n−k
X n k
|f (x) − Bn f (x)| ≤  x (1 − x) + 2kf k∞ x (1 − x)n−k
k k
k:|x−k/n|≤δ k:|x−k/n|>δ
 
Sn
≤  + 2kf k∞ P x − ≥ 
n

5. Montrer que:  
S n x(1 − x) 1
P x − ≥ δ ≤ ≤
n 2δ 2 n 4nδ 2

6. Conclure.

18
Chapitre 4
GROUPES
4.1 Méthodes
• Travailler les exemples.

• Pour montrer que G est un groupe penser à prouver que c’est un sous-groupe.

• Pour montrer que H est un sous-groupe vous pouvez montrer que c’est l’image ou le
noyau d’un morphisme de groupes.

• Penser à utiliser l’ordre des éléments.

• Pour Sn , penser à utiliser la conjugaison, c’est à dire σσ 0 σ −1

4.2 Savoir Faire


Exercice 4.1 Soit G un groupe.
On appelle centre de G l’ensemble des éléments de G qui commutent avec G, on le note Z(G).
Montrer que Z(G) est un sous-groupe de G.

Exercice 4.2 Soit G un groupe d’élément neutre e tel que ∀a ∈ G, a2 = e.

1. Montrer que G est commutatif.

2. Donner un exemple d’un groupe fini vérifiant cette condition.

3. Donner un exemple d’un groupe infini vérifiant cette condition.

Exercice 4.3 Trouver l’ordre de tous les éléments de U3 , U4 , U5 , U6 .


Déterminer lorsqu’ils existent les générateurs de ces groupes. En déduire ϕ(2), ϕ(3), ϕ(4), ϕ(5), ϕ(6).

Exercice 4.4 Donner dans GL2 (C) un élément d’ordre 2, un élément d’ordre 4, un élément
d’ordre infini.

Exercice 4.5 Z et Z2 sont-ils isomorphes?

Exercice 4.6 Déterminer tous les morphismes de groupe de (Z/7Z, +) vers (Z/13Z, +)

4.3 Les Classiques


Exercice 4.7 Groupe de petit cardinal
Trouver à isomorphisme près tous les groupes à 2, 3, 4 éléments.

Exercice 4.8 Morphisme de (Q, +), de (R, +)


A savoir faire sans indication :

19
1. Soit f un morphisme de (Q, +). On pose a = f (1). Montrer que :

∀n ∈ Z ∀x ∈ Q f (nx) = nf (x)
∀p ∈ Z; f (p) = pa
1 1
∀q ∈ N∗ ; f ( ) = a
q q
p p
∀p ∈ Z; ∀q ∈ N∗ f ( ) = a
q q

2. Déterminer tous les morphismes continus de (R, +) dans (R, +).

3. Déterminer tous les morphismes croissants de (R, +) dans (R, +).

4. Déterminer tous les morphismes continus de (R, +) dans (R∗+ , .).

5. Déterminer tous les morphismes continus de (R∗+ , .) dans (R, +)

Exercice 4.9 Sous-groupes de R


On veut prouver que les sous-groupes de R sont soit de la forme aZ soit denses dans R.
1. Soit a un réel. Montrer que aZ est un sous-groupe de R.

2. Soit H un sous groupe de R non nul.

(a) Montrer que H ∩ R∗+ 6= ∅. On note a = inf H ∩ R∗+ .




(b) Montrer que si a 6= 0 alors H = aZ


(c) Montrer que si a = 0 alors H est dense dans R

Exercice 4.10 Soit α un nombre réel tel que απ soit irrationnel.


1. Montrer que 2πZ + αZ est dense dans R ?

2. Montrer que {eikα |k ∈ Z} est dense dans U.

3. Montrer que 2πZ + αN est dense dans R ?

4. Déterminer l’ensemble des valeurs d’adhérence des suites (cosnα) et (sinnα).

Exercice 4.11 Sous-groupes d’un groupe cyclique :


1. Montrer que tout sous-groupe d’un groupe cyclique est cyclique.

2. Soit G est un groupe cyclique d’ordre n et d un diviseur de n.


Montrer qu’il existe un unique sous-groupe de G d’ordre d.

3. Montrer que si n ∈ N, on a : X
n= ϕ(d)
d|n

Exercice 4.12 Exposant d’un groupe abélien fini


1. Soit (G, ×) un groupe abélien fini. x et y sont deux éléments de G d’ordres respectifs m
et n.

(a) On suppose que m ∧ n = 1.


Montrer que les deux sous-groupes < xy > et < {x, y} > sont égaux, d’ordre mn.

20
(b) Montrer par un exemple que ce résultat tombe en défaut si on ne suppose plus G
commutatif.

2. On ne suppose plus que m ∧ n = 1. On note k = m ∨ n.

(a) Montrer qu’il existe deux entiers m0 et n0 tels que m0 ∧ n0 = 1 et k = m0 n0 , m0 divise


m et n0 divise n.
(b) En déduire l’existence de z ∈ G tel que o(z) = k.

3. On note r le ppcm des ordres de tous les éléments de G.


Montrer qu’il existe c ∈ G tel que o(c) = r. r s’appelle l’exposant de G.

Exercice 4.13 Déterminer le centre de Sn

Exercice 4.14 Générateurs de Sn :

1. Montrer que T1 = {(1, i), i ∈ {2, ..., n}} engendre Sn .

2. Montrer que T2 = {(k, k + 1), k ∈ {1, ..., n − 1}} engendre Sn


On peut montrer que tout ensemble de transpositions engendrant Sn a au moins n − 1
éléments.

3. Montrer que {(1, 2), (1, 2, ..., n)} engendre Sn , c’est la plus petite partie génératrice de Sn .

Exercice 4.15 Générateurs de An :


Supposons n ≥ 3, l’ensemble des cycles d’ordre 3 engendre An .

4.4 Pour aller plus loin


Exercice 4.16 Soit G un sous-groupe fini de (C∗ , .).

1. Montrer que tous les éléments de G sont de module 1.

2. Montrer qu’il existe un n tel que G soit l’ensemble des racines nième de 1.

Exercice 4.17 Trouver toutes les applications continues de R dans R ayant 1 et 2 pour
période.

Exercice 4.18 Soit G un groupe d’ordre 2p avec p premier. Montrer que G contient un élément
d’ordre p.

Exercice 4.19 Déterminer le nombre de morphisme de groupes de Z/aZ dans Z/bZ en fonction
du PGCD d de a et b.

Exercice 4.20 Z et Q sont-ils isomophes? Q et R sont-ils isomophes?

Exercice 4.21 Etudier les sous-groupes de S3 .

Exercice 4.22 Montrer que A4 n’a pas de sous-groupe d’ordre 6.

21
Chapitre 5
ANNEAUX CORPS POLYNOMES
5.1 Savoir Faire
Exercice 5.1 Montrer qu’il existe une infinité de nombres premiers de la forme 4k − 1

Exercice 5.2 Déterminer les deux derniers chiffres dans l’écriture décimale de 32017

Exercice 5.3 Résoudre les équations suivantes :

1. 3x + 5 = 0 dans Z/10Z

2. x2 = 1 dans Z/8Z

3. x2 + 2x + 2 = 0 dans Z/5Z.

Exercice 5.4 1. Déterminer des entiers u et v tels que 5u + 13v = 1.

2. 
Chercher une solutionparticulière dans Z des
 systèmes suivants :
n ≡ 1 [5] n ≡ 0 [5] n ≡ 2 [5]
, ,
n ≡ 0 [13] n ≡ 1 [13] n ≡ 9 [13]
3. Résoudre dans Z le dernier système.

Exercice 5.5 1. Résoudre l’équation x2 − 4x + 1 = 0 dans Z/11Z

2. Résoudre dans (Z/12Z)2 le système



5x + 2y = 3
2x + 4y = 6

Exercice 5.6 Déterminer le groupe des inversibles de Z/8Z. Ce groupe est-il cyclique?

Exercice 5.7 Combien y a-t-il d’éléments inversibles dans Z/78Z ?

Exercice 5.8 On pose :


√ n √ o
Q[ 2] = a + b 2, (a, b) ∈ Q2

1. Montrer que Q[ 2] est un corps.

2. Déterminer tous les morphismes de corps de Q[ 2] dans lui-même.

Exercice 5.9 1. Factoriser dans R[X] le polynôme X 4 + X 2 − 2 en produit de polynômes


irréductibles.

2. Factoriser dans C[X] puis dans R[X] les polynômes suivants en produit de polynômes
irréductibles :
n−1
X
X 5 − 1, , Xk
k=0

3. Trouver le reste de la division euclidienne de (cos α + X sin α)n par X 2 + 1

22
Exercice 5.10 Soit x1 , x2 , x3 les trois racines complexes du polynôme

X 3 + pX + q

1. Donner les relations entre les coefficients p et q et les racines x1 , x2 , x3 .

2. Trouver le polynôme normalisé de degré 3 dont les racines sont x1 + x2 , x1 + x3 , x2 + x3 .

Exercice 5.11 Soit


1
F (X) =
(X 3 − 1)3
1. Ecrire un développement limité à l’ordre 2 de F (X)(X − 1)3 au voisinage de 1.

2. Déterminer la partie polaire relative au pôle 1.

3. En remarquant que F (jX) = F (j 2 X) = F (X) déterminer la décomposition de F en


éléments simples.

5.2 Les Classiques


Exercice 5.12 Anneau des entiers de Gauss
On pose :
Z[i] = a + ib, ; a ∈ Z, ; b ∈ Z
1. Montrer que Z[i] est un sous-anneau de C.

2. Soit U l’ensemble des éléments inversibles de Z[i]. Montrer que, pour tout z ∈ Z[i] on a :

z ∈ U ⇔ |z| = 1

3. Déterminer U . Est-il isomorphe à un groupe connu?

Exercice 5.13 Anneau des matrices à coefficients dans Z


Soit Mn (Z) l’ensemble des matrices carrées d’ordre n à coefficients dans Z.
1. Montrer que Mn (Z) est un anneau.

2. Soit U l’ensemble des éléments inversibles de Mn (Z). Montrer que pour tout M ∈ Mn (Z)
on a :
M ∈ U ⇔ |det(M )| = 1

3. Déterminer U .
Rappel: si M ∈ Mn (R) alors M est inversible (dans Mn (R)) si et seulement si son déterminant
1 t
est non nul et dans ce cas l’inverse est det(M )
com(M )

Exercice 5.14 Nombres de Carmichael


On appelle nombre de Carmichael (ou pseudo-premier) tout entier n non premier tel que

∀a ∈ Z, an ≡ a [n]

.
1. Montrer que ∀a ∈ Z, a561 ≡ a [3], [11], [17].

23
2. Montrer que 561 est un nombre de Carmichael.
561 est le plus petit nombre de Carmichael. Ces nombres sont rares mais il en existe une
infinité.

Exercice 5.15 Théorème de Wilson


1. Montrer que si p est premier alors

(p − 1)! ≡ −1 [p]

Lorsque p ≥ 3, on pourra quand cela est possible regrouper chaque classe avec son inverse
dans le produit 1 2....p − 1 de tous les éléments non nul de Z/pZ.
2. La réciproque est-elle vraie?

Exercice 5.16 Soit p un nombre premier, p ≥ 3. Dans le produit 1 2....p − 1, en regroupant


les classes x et y telles que y = −x, montrer que :

−1 est un carré dans Z/pZ ⇔ p ≡ 1[4]

Exercice 5.17 Morphisme de corps de R dans lui même


On veut montrer que l’identité est le seul morphismme de corps de R dans lui même.
Soit ϕ un morphisme de corps de R dans lui même.
1. En écrivant un nombre positif comme un carré, montrer que ∀h > 0, ϕ(h) ≥ 0
2. Montrer que ϕ est croissant.
3. Conclure.

Exercice 5.18 Nombres de Fermat


n
On appelle nombre de Fermat les entiers Fn = 22 + 1 avec n ∈ N. Montrer que si n 6= m alors

Fn ∧ Fm = 1

Exercice 5.19 Les racines de P 0 sont dans l’enveloppe convexe des racines de P
Soit P ∈ C[X] de degré supérieur ou égal à 2.
1. Décomposer la fraction rationnelle P 0 /P en él éments simples.
2. Montrer que les racines de P 0 s’écrivent comme barycentre à coefficients positifs des racines
de P .

5.3 Pour aller plus loin


Exercice 5.20 Trouver tous les polynômes P ∈ C[X] tels que P 0 divise P .

Exercice 5.21 Polynômes cyclotomiques


Soit n ∈ N∗ , on pose Un l’ensemble des racine nième de 1.
On appelle racine primitive nième de 1 tout générateur de Un et on note Pn l’ensemble des
racines primitives nième de 1.
On appelle polynôme cyclotomique d’ordre n
Y
φn = (X − a)
a∈Pn

24
1. Calculer φn pour n ≤ 9, montrer qu’ils sont à coefficients entiers.

2. Montrer que Y
Xn − 1 = φd
d|n

3. Prouver par récurrence que ∀n, φn ∈ Z[X]

On montre que les polynômes cyclotomiques sont irréductibles dans Q[X].

25
Chapitre 6
ESPACES VECTORIELS
6.1 Savoir Faire
Exercice 6.1 Montrer que les familles de fonctions suivantes sont libres.

(fk )k∈Z , fk (x) = eak x , (ak )k ∈ RN

(fk )k∈Z , fk (x) = eikx


(gk )k∈N , gk (x) = (sin x)k

(ck )k∈N , (sk )k∈N , sk (x) = cos kx, sk (x) = sin kx

Exercice 6.2 Soient a et b deux nombres complexes distincts.


Montrer que l’ensemble des polynômes de degré inférieur ou égal à 4 admettant a et b comme
racines est un espace vectoriel. Trouver une base de cet espace vectoriel.

Exercice 6.3 Donner une base de l’espace vectoriel des suites complexes vérifiant la relation
de récurrence :
un+3 = 2un+2 + un+1 − 2un

Exercice 6.4 Soit E = R[X] , F = {P : P (2) = 0} et G l’espace vectoriel des polynômes


constants.

1. Montrer que F et G sont supplémentaires.

2. Exprimer de la projection p sur G parallèlement à F

Exercice 6.5 Soit E l’espace vectoriel des fonctions de R dans R.

1. Montrer que l’ensemble P des fonctions paires est un espace vectoriel ainsi que l’ensemble
I des fonctions impaires.

2. Montrer qu’ils sont suppléméntaires.

3. Déterminer la projection sur P parallèlement à I.

Exercice 6.6 CCP


Soit f un endomorphisme d’un espace vectoriel E de dimension n.

1. Démontrer que: E = Imf ⊕ Kerf =⇒ Imf = Imf 2 .

2. (a) Démontrer que: Imf = Imf 2 ⇐⇒ Kerf = Kerf 2 .


(b) Démontrer que: Imf = Imf 2 =⇒ E = Imf ⊕ Kerf .

26
6.2 Les Classiques
Exercice 6.7 Soient p et q deux projecteurs. Montrer que :
p + q est un projecteur si et seulement si pq = qp = 0

Exercice 6.8 :
1. Soit f ∈ L(E) tel que
f 2 − 2f + id = 0

En cherchant g tel que f og = id, montrer que f est un automorphisme et déterminer f −1 .


2. Soit u ∈ L(E) tel que
u5 = 0
En utilisant une identité remarquable, montrer que u + id est bijective et calculer son
inverse.

Exercice 6.9 Soient E, F, G trois K espaces vectoriels de dimension finie. Montrer que

∀(f, g) ∈ L(E, F )2 |rg(f ) − rg(g)| ≤ rg(f + g) ≤ rg(f ) + rg(g)


∀(f, g) ∈ L(E, F ) × L(F, G), rg(f ) + rg(g) − dim F ≤ rg(gof ) ≤ inf(rg(f ), rg(g))

Exercice 6.10 Soit E = R3 [X] et soient a, b, c trois réels distincts.


Donner une condition nécessaire et suffisante pour que les formes linéaires suivantes forment
une famille libre :

fa (P ) = P (a) ; fb (P ) = P (b) ; fc (P ) = P (c)


Z b
g(P ) = P (t)dt
a

Exercice 6.11 Soit E un espace vectoriel de dimension finie, soit u ∈ L(E).


1. Soit v ∈ L(E), montrer que :

∃w ∈ L(E) : u = vow ⇔ Im u ⊂ Im v

2. Soit v ∈ L(E), montrer que :

∃w ∈ L(E) : u = wov ⇔ ker v ⊂ ker u

Exercice 6.12 Soit E un R espace vectoriel.


Montrer que si E est réunion de deux sous-espaces vectoriels E1 et E2 alors E1 ⊂ E2 ou E2 ⊂ E1 .

Exercice 6.13 Caractérisation des homothéties


Soit f un endomorphisme de E tel que pour tout x dans E, on a (x, f (x)) est une famille liée.
Montrer que f est une homothétie.

Exercice 6.14 Polynômes de Lagrange


Soit E = Cn [X], soient a0 , ....., an , n + 1 points distincts de C.
On définit ϕ l’application :
E → Cn+1
P 7 → P (a0 ), ....., P (an )

27
1. Montrer que ϕ est un isomorphisme.

2. En déduire que pour tout entier 0 ≤ n il existe un unique polynôme Li de E que l’on
explicitera tel que :
∀j, Li (aj ) = δi,j
ces polynômes sont appelés polynômes de Lagrange associés à a0 , ....., an

3. Montrer que les polynômes de Lagrange forment une base de E = Rn [X] et donner les
coordonnées d’un polynôme P dans cette base.

Exercice 6.15 Endomorphismes cycliques :


Soit E un espace vectoriel de dimension n et f ∈ L(E).
On dit que f est cyclique si il existe un vecteur u de E tel que (f k (u))k∈N engendre E. Supposons
f cyclique.
1. Soit p le plus grand entier tel que (u, ...., f p−1 (u)) libre.
Montrer que p = n. En déduire (u, ...., f n−1 (u)) est une base de E.

2. On appelle commutant de f l’ensemble défini par

C(f ) = {g ∈ L(E) ; gof = f og}


Pm
Pour P = k=0 ak X k on note
m
X
P (f ) = ak f k
k=0

Montrer que
C(f ) = {P (f ) ; P ∈ K[X]}

Exercice 6.16 Noyaux itérés :


Soit E un espace vectoriel de dimension n et f ∈ L(E). On pose :

Nk = ker(f k ) et Ik = Im(f k )

1. Etudier la monotonie au sens de l’inclusion des suites (Nk ) et (Ik )

2. Montrer qu’il existe un p tel que Np = Np+1 .

3. Montrer que si Np = Np+1 alors ∀k ≥ p, Nk = Nk+1

4. Montrer que les suites (Nk ) et (Ik ) sont stationnaires à partir du même rang p0 .

5. Montrer que Np0 et Ip0 sont supplémentaires.

6. Montrer que la suite (dim Nk+1 − dim Nk )k est décroissante.

Exercice 6.17 Endomorphismes nilpotents :


Soit E un espace vectoriel de dimension n et u ∈ L(E). On dit que u est nilpotent si

∃k ∈ N, uk = 0

On appelle indice de nilpotence le plus petit entier k > 0 tel que uk = 0.


Soit u un endomorphisme nilpotent d’indice p.
1. Montrer qu’il existe un vecteur x0 tel que (x0 , ...., up−1 (x0 )) soit une famille libre. En
déduire p ≤ n.

28
2. Montrer que si u et v sont deux endomorphismes nilpotents qui commutent alors u + v
est nilpotent.

Exercice 6.18 Soit E un espace vectoriel de dimension n sur un corps fini K à q éléments.
1. Déterminer le nombre de famille libres de E à k éléments.

2. Déterminer le nombre de bases de E.

3. Déterminer le nombre de sous-espaces vectoriels de E de dimension k.

4. Déterminer le cardinal de GL(E).

Exercice 6.19 Corps emboı̂tés


Soient K1 , K2 , K3 des corps emboı̂tés, c’est à dire tels que

K1 ⊂ K2 ⊂ K3

K2 est un espace vectoriel sur K1 et K3 est un espace vectoriel sur K1 et sur K2 .


On suppose la dimension de K2 sur K1 est finie et vaut n et que la dimension de K3 sur K2 est
finie et vaut m.
Montrer que la dimension de K3 sur K1 est finie et vaut nm.

Exercice 6.20 Cardinal d’un corps fini


Soit K un corps fini de caractéristique p. Soit

ϕ : k ∈ Z 7→k1K

1. Montrer que L = Imϕ est un sous-corps de K isomorphe à Z/pZ

2. Montrer que K est un espace vectoriel sur L de dimension finie.

3. Montrer qu’il existe r > 0 tel que |K| = pr .

6.3 Pour aller plus loin


Exercice 6.21 Soient n ∈ N? , E = Rn [X] et ∆ l’endomorphisme de E déterminé par :

∆(P ) = P (X + 1) − P (X)

1. Justifier que l’endomorphisme ∆ est nilpotent.

2. Déterminer des réels a0 , . . . , an , an+1 non triviaux vérifiant :


n+1
X
∀P ∈ Rn [X] , ak P (X + k) = 0
k=0

Exercice 6.22 Soit (pn )n∈N? la suite strictement croissante des nombres premiers.
Montrer que la famille (ln pn )n∈N? est une famille libre du Q-espace vectoriel R.

Exercice 6.23 Soit E un espace vectoriel de dimension finie.


1. Soient H et H 0 deux hyperplans de E. Montrer que ceux-ci possèdent un supplémentaire
commun.

29
2. Soient F et G deux sous-espaces vectoriels de E tels que dim F = dim G.
Montrer que F et G ont un supplémentaire commun.

Exercice 6.24 Soit E un espace vectoriel sur un corps K infini.


Montrer que si E est réunion d’un nombre fini d’espaces vectoriels alors l’un d’entre eux est
égal à E.

Exercice 6.25 Soit K une algèbre intègre sur R de dimension finie n > 2. On assimile R à
R.1 où 1 est l’élément de K neutre pour le produit.

1. Montrer que tout élément non nul de K est inversible.

2. Soit a un élément de K non situé dans R. Montrer que la famille (1, a) est libre tandis
que le famille (1, a, a2 ) est liée.

3. Montrer l’existence de i ∈ K tel que i2 = −1.

4. Montrer que si K est commutative alors K est isomorphisme à C.

Exercice 6.26 Déterminer la dimension de l’espace vectoriel des applications polynômiales de


K n homogènes de degré p.

Exercice 6.27 Idéal à droite de L(E)


On dit qu’un sev I de L(E) est un idéal à droite si

∀u ∈ I, ∀f ∈ L(E), u ◦ f ∈ I

1. Montrer que pour tout sev F de E, l’ensemble

IF = {u ∈ L(E) : Imu ⊂ F }

est un idéal à droite et donner sa dimension en fonction de celle de F .

2. Soient F et G deux sev de E, déterminer IF ∩ IG et IF + IG .

3. Montrer que tout idéal à droite est de la forme IF pour un unique sev F et que il peut
s’écrire
p ◦ L(E) = {p ◦ f : f ∈ L(E)}
où p est un projecteur de E

Exercice 6.28 Idéal à gauche de L(E)


On dit qu’un sev K de L(E) est un idéal à droite si

∀u ∈ K, ∀f ∈ L(E), f ◦ u ∈ K

1. Montrer que pour tout sev F de E, l’ensemble

KF = {u ∈ L(E) : F ⊂ ker u}

est un idéal à gauche et donner sa dimension en fonction de celle de F .

2. Soient F et G deux sev de E, déterminer KF ∩ KG et KF + KG .

30
3. Montrer que tout idéal à gauche est de la forme KF pour un unique sev F et que il peut
s’écrire
L(E) ◦ p = {f ◦ p : f ∈ L(E)}
où p est un projecteur de E

Exercice 6.29 Soit E un espace vectoriel. On dit que I est un idéal bilatère si c’est un idéal
à droite et à gauche.

1. Montrer en utilisant l’exercice précédent que les seuls idéaux bilatères sont L(E) et {0}.

2. Montrer que ce n’est pas le cas en dimension infinie. On admettra que tout sev admet un
supplémentaire.

Exercice 6.30 Soit E un K-espace vectoriel de dimension finie n et k ∈ [1, n−1]. Que peut-on
dire d’un endomorphisme u de E laissant stables tous les sous-espaces de dimension k.

Exercice 6.31 Soit E un K espace vectoriel de dimension finie n et u1 , .., un des endomor-
phismes nilpotents de E qui commutent deux à deux. Que peut-on dire de u1 ....un ?

Exercice 6.32 Formule de Burnside :


Soit E un C−espace vectoriel de dimension n ≥ 1 et G un sous-groupe fini de GL(E).On pose

E G = {x ∈ E : ∀g ∈ G, g(x) = x}

Montrer que
1 X
dim E G = tr(g)
|G| g∈G

Exercice 6.33 Théorème de Maschke


Soit E un C−espace vectoriel de dimension n ≥ 1 et G un sous-groupe fini de GL(E).et F
un sous-espace vectoriel de E stable par tous les éléments de G. Montrer que F admet un
supplémentaire stable par tous les éléments de G.

Exercice 6.34 Soit E un K−espace vectoriel de dimension n ≥ 1. Montrer que tout auto-
morphisme de l’algèbre L(E) est de la forme

u 7−→ τ ◦ u ◦ τ −1

où τ ∈ GL(E)

31
Chapitre 7
MATRICES DETERMINANTS
7.1 Savoir-faire
 
1 2
Exercice 7.1 Soit la matrice A = et f l’endomorphisme de M2 (R) défini par :
2 4
f (M ) = AM.
1. Déterminer une base de Kerf .
2. f est-il surjectif ?
3. Déterminer une base de Imf .
4. A-t-on M2 (R) = Kerf ⊕ Imf ?
Exercice 7.2 Soit p, la projection vectorielle de R3 , sur le plan P d’équation x + y + z = 0,
y z
parallèlement à la droite D d’équation x = = .
2 3
3
1. Vérifier que R = P ⊕ D.
2. Soit u = (x, y, z) ∈ R3 .
Déterminer p(u) et donner la matrice de p dans la base canonique de R3 .
3. Déterminer une base de R3 dans laquelle la matrice de p est diagonale.

Exercice 7.3 Soit E un K-espace vectoriel de dimension 3 muni d’une base B = (e1 , e2 , e3 ).
Soit f ∈ L(E) dont la matrice dans la base B est
 
0 1 1
A= 0 1 0 
−1 1 2
On pose ε1 = e1 + e3 , ε2 = e1 + e2 et ε3 = e1 + e2 + e3 .
1. Montrer que la famille B 0 = (ε1 , ε2 , ε3 ) forme une base de E et déterminer la matrice de f
dans B 0 .
2. Calculer An .

Exercice 7.4 1. Montrer que le produit de deux matrices triangulaires supérieures A et B


est triangulaire supérieure. Que peut-on dire de la diagonale?
2. Trouver une CNS pour qu’une matrice triangulaire soit inversible.
3. Montrer que l’ensemble des matrices triangulaires supérieures inversibles forme un groupe.
4. Montrer que l’ensemble des matrices triangulaires supérieures ayant des 1 sur la diagonale
forme un groupe.

Exercice 7.5 Montrer



1 n n − 1 . . . 2
...

2 1 3

n−1
n+1 (n + 1)n
. . . . .
Dn = .
. . . . . . .
. . = (−1)

2

n−1 . ..

1 n

n n − 1 ... 2 1

32
Exercice 7.6 Pour a ∈ K? , calculer

2a a 0
... ...

a

Dn =

.. ..

. . a

0 a 2a

7.2 Les classiques


Exercice 7.7 Soient A = (ai,j )06i,j6n ∈ Mn+1 (R) avec
!
j
ai,j = si i 6 j et 0 sinon
i

et ϕ ∈ L(Rn [X]) canoniquement représenté par A.


1. Exprimer ϕ(P ) pour tout P ∈ Rn [X].
2. Calculer Am pour tout m ∈ N.
3. Calculer A−1 .

Exercice 7.8 Déterminant de Vandermonde


On suppose que ∀i, xi ∈ K. On pose

M = xji 0≤i,j≤n−1


Montrer que Y
det M = (xj − xi )
0≤i≤j≤n−1

Exercice 7.9 Endomorphisme nilpotent d’indice n


Soit f un endomorphisme de E ev de dimension n tel que f n = 0 et f n−1 6= 0.
1. Montrer qu’il existe une base de E dans laquelle la matrice de f est :
 
0 1 0 ... 0
 .. . . . . . . . . . .. 
. .
. .. 
M =  .. . 1 0 
. ..
 ..

. 1
0 ... ... ... 0

2. Calculer les puissances de M .

Exercice 7.10 Centre de Mn (K) et GLn (K)


1. Déterminer le centre de Mn (K).
2. Montrer que ∀i, j Fi,j = I + Ei,j est inversible.
3. En déduire que V ect(GLn (K)) = Mn (K).
4. Déterminer le centre de GLn (K)

33
Exercice 7.11 Matrice à diagonale dominante :
Une matrice A = (ai,j )1≤i,i≤n est dite à diagonale dominante si
X
∀i, |ai,i | > |ai,j |
j6=i

Montrer que toute matrice à diagonale dominante est inversible.

Exercice 7.12 Rang de la comatrice


Déterminer le rang de la comatrice de A ∈ Mn (C).
On pourra distinguer les cas rg(A) = n, n − 1, < n − 1

Exercice 7.13 Matrices de trace nulle


Soit A ∈ Mn (K) telle que tr(A) = 0.
1. Montrer que A est semblable à une matrice de diagonale nulle.
2. Montrer qu’il existe des matrices B et C telles que A = BC − CB. On pourra d’abord
supposer que A est à diagonale nulle.

Exercice 7.14 Matrice de permutation


Soit σ ∈ Sn , on définit la matrice Pσ ∈ Mn (K) par :

Pσ = (δi,σ(j) )1≤i,j≤n

1. Déterminer l’endomorphisme canoniquement associé. En déduire que Pσ ∈ GLn (K)


2. Montrer que l’application σ 7→ Pσ est un morphisme de groupe de Sn vers GLn (K). En
déduire (Pσ )−1 .
3. Calculer det Pσ

Exercice 7.15 Soient (A, B) ∈ Mn (R)2 . Montrer que :

si A et B sont semblables dans Mn (C) alors elles le sont dans Mn (R).

Exercice 7.16 Dualité dans Mn (K)

1. Montrer que M 7→ tr(AM ) où A est une matrice fixée est une forme linéaire sur Mn (K).
2. Déterminer toutes les formes linéaires de Mn (K).
3. Déterminer l’ensemble des formes linéaires ϕ sur Mn (K) telles que

∀(M, N ) ∈ Mn (K)2 , ϕ(M N ) = ϕ(N M )

4. Montrer que tout hyperplan de Mn (K) contient une matrice inversible.

Exercice 7.17 Soient n ∈ N? , α1 , . . . , αn des complexes distincts, A = diag(α1 , . . . , αn ) et

C(A) = {M ∈ Mn (C), AM = M A}

Montrer que (Ak )06k6n−1 est une base de C(A).

34
7.3 Pour aller plus loin
Exercice 7.18 Soit A ∈ M3 (R) vérifiant A2 = 0 et A 6= 0.
Etablir que A est semblable à la matrice
 
0 0 0
B= 1 0 0 
0 0 0

Exercice 7.19 Soient A ∈ Mn (K) et


 
On A
B= ∈ M2n (K)
In On
1. Montrer que A est inversible si, et seulement si, B l’est.
2. Calculer B p pour tout p ∈ N.

Exercice 7.20 Soient n ∈ N? , E un K-espace vectoriel de dimension n, f ∈ L(E) et B =


(e1 , ..., en ) une base de E. Montrer que pour tout (x1 , ..., xn ) ∈ E n :
n
X
det (x1 , ..., f (xj ), ..., xn ) = tr(f ) det(x1 , ..., xn )
B B
j=1

Exercice 7.21 Soit A ∈ Mn (K) unematricenon nulle telle que A2 = 0.


0 Ir
Montrer que A est semblable à B = avec r = rgA.
0 0

Exercice 7.22 Calculer




1 a1 · · · ak−1
1 ak+1
1 ··· an1

k−1
1 a2 · · · a2 ak+1
2 ··· an2
Dk =

.. .. .. .. ..

. . . . .

k−1 k+1 n
1 an · · · an an ··· an

Exercice 7.23 Soient A, B, C, D ∈ Mn (K) avec D inversible. Etablir


 
A B
det = det(AD − BD−1 CD)
C D

Exercice 7.24 Soient A, B, C, D ∈ Mn (K) avec AC = CA. Montrer que


 
A C
det = det(DA − BC)
B D
Exercice 7.25 On pose
Pn (X) = X n − X + 1 (avec n > 2)
1. Montrer que Pn admet n racines distinctes z1 , . . . , zn dans C.
2. Calculer le déterminant de
···
 
1 + z1 1 1
... ..
1 1 + z2 .
 
 
 .. .. .. 
 . . . 1 
1 ··· 1 1 + zn

35
Exercice 7.26 Soit ω une racine primitive nème de 1. On pose
n−1
1 X
Fω (P ) = √ P (ω k )X k
n k=0

pour tout P ∈ Cn−1 [X].


Montrer que Fω est un automorphisme de Cn−1 [X] et exprimer son inverse.

Exercice 7.27 Soit A ∈ Mn (R). Résoudre l’équation X + t X = tr(X)A d’inconnue X ∈


Mn (R).

Exercice 7.28 Soit des matrices A, B ∈ Mn (Z) telles que det A et det B sont premiers entre
eux.
Montrer l’existence de U, V ∈ Mn (Z) telles que

U A + V B = In

Exercice 7.29 Soit A ∈ Mn (C) vérifiant pour tout X ∈ Mn (C),

det(A + X) = det A + det X

Montrer que det A = 0 puis A = 0.

36
Chapitre 8
REDUCTION D’ ENDOMORPHISMES
8.1 Méthodes
• Remarques :
1. 0 est valeur propre de A si et seulement si A n’est pas inversible.
2. A et t A ont le même polynôme caractéristique donc les mêmes valeurs propres avec
le même ordre de multiplicité.
3. Une matrice qui n’a qu’une seule valeur propre est diagonalisable si et seulement si
elle est scalaire (λI)

• Pour trouver les valeurs propres d’une matrice on pourra :


1. regarder si la somme des coefficients sur chaque ligne est constante auquel cas cette
somme est valeur propre et le vecteur de coordonnées (1, .., 1) est vecteur propre,
2. regarder si il y a des valeurs évidentes de λ telles que la matrice A−λI ait ses colonnes
ou ses lignes liées, le rang de la matrice nous donnant alors la dimension du sous-espace
propre,
3. le polynôme caractéristique en faisant des manipulations sur les lignes ou les colonnes
pour faire apparaı̂tre des factorisations,
4. utiliser un polynôme annulateur.

8.2 Savoir-faire
Exercice 8.1 On considère la matrice suivante :
 
−1 a b
A= 0 1 c 
0 0 1
1. Donnez une CNS pour que A soit diagonalisable.
2. Si A est diagonalisable alors exprimer A2 en fonction de A et I.

Exercice 8.2 Soit  


  A A A
2 1
A= ; B= A A A 
1 2
A A A
Déterminer les éléments propres de A et de B.

Exercice 8.3 Soit E un K ev de dimension finie, u ∈ L(E). Montrer que:


u est diagonalisable ssi (ker u ∩ Imu = {0} et uImu est diagonalisable)
où uImu est l’endomorphisme induit par u sur Imu

Exercice 8.4 Soient trois suites (un )n∈N , (vn )n∈N et (wn )n∈N définie par récurrence par

 un+1 = −2un + vn + wn
∀n ∈ N, vn+1 = un − 2vn + wn
wn+1 = un + vn − 2wn .

Déterminer les expressions de un , vn et wn pour tout n de N en fonction des valeurs u0 , v0 et


w0 .

37
Exercice 8.5 Trigonaliser les matrices
   
5 −17 25 2 0 1
 2 −9 16  ;  1 1 0 
1 −5 9 −1 1 3

8.3 Les classiques


Exercice 8.6 Soit A ∈ Mn (R) inversible de polynôme caractéristique χA .
Etablir que pour tout x 6= 0,
xn
 
1
χA−1 (x) = χA
χA (0) x

Exercice 8.7 Soit A = (ai,j ) ∈ Mn (R) la matrice définie par

ai,i = 2, si |i − j| = 1 alors ai,j = 1, sinon ai,j = 0


1. En posant 2 − λ = 2cos(θ), résoudre le système avec paramètre AX = λX.
2. En déduire les valeurs propres et les sous-espaces propres de A

Exercice 8.8 Sous espaces caractéristiques


Soit E un espace vectoriel de dimension n et soit u un endomorphisme de E dont le polynôme
caractéristique est scindé. On suppose :
r
Y
χu (X) = (X − λi )ni
i=1

On appelle sous espace caractéristique associé à la valeur propre λi le sous espace défini par

Fi = ker(u − λi id)ni

Montrer que
dim Fi = ni

Exercice 8.9 Soit G un sous-groupe fini de GLn (C). Montrer que tous les éléments de G sont
diagonalisables.

Exercice 8.10 Localisation des valeurs propres d’une matrice


On pourra utiliser l’exercice 7.11 sur les matrices à diagonale dominante.
Soit A = (ai,j ) ∈ Mn (C). Notons le disque B( z0 , r) = {z ∈ C ; |z0 − z| ≤ r} Montrer que le
spectre de A est inclus dans E ∩ E 0 avec
n
!
[ X
E = B ai,i , |ai,j |
i=1 j6=i
n
!
[ X
E0 = B ai,i , |ak,i |
i=1 k6=i

Exercice 8.11 Montrer que tout endomorphisme d’un R ev de dimension n ≥ 1 laisse stable
une droite vectorielle ou un plan vectoriel.

38
Exercice 8.12 Matrices stochastiques
Soit P une matrice stochastique de Mn (R) à coefficients strictement positifs c’est à dire telle
que :

∀i, j pi,j > 0


X n
∀i, pi,j = 1
j=1

1. Montrer que 1 est valeur propre et que dim E1 = 1


2. Montrer que toute valeur propre complexe est de module inférieure ou égale à 1.
3. Montrer que si λ est une valeur propre de module 1 alors λ = 1

Exercice 8.13 Soit E un K ev de dimension n, u ∈ L(E) ayant n valeurs propres distinctes.


On appelle commutant de u l’ensemble Cu des endomorphismes qui commutent avec u. Montrer
que :
Cu = K[u]

Exercice 8.14 Soit A ∈ Mn (K) diagonalisable. Donner la dimension du commutant de A noté


CA
CA = {B ∈ Mn (K) ; AB = BA}
en fonction des ordres de multiplicité des valeurs propres de A.

Exercice 8.15 Soit u un endomorphisme de E (avec K = C). On pose:

Tu : v ∈ L(E) 7→ u ◦ v
ϕu : v ∈ L(E) 7→ u ◦ v − v ◦ u

Montrer que si u est diagonalisable alors Tu et ϕu sont diagonalisables.

Exercice 8.16 Décomposition de Dunford


Soit E un C-espace vectoriel de dimension finie. Montrer que u ∈ L(E) s’écrit de manière
unique
u=d+δ

avec dδ = δd; d diagonalisable et δ nilpotente

Exercice 8.17 Caractérisation des endomorphismes nilpotents


Montrer qu’un endomorphisme u d’un espace vectoriel de dimension finie sur C est nilpotent
si, et seulement si, il vérifie
∀k ∈ {1, ..., n}, tr(uk ) = 0

Exercice 8.18 Base commune de triangularisation


1. Montrer que deux endomorphismes trigonalisables u et v commutent alors il existe une
base dans laquelle les matrices de u et v sont triangulaires.
2. Montrer que si (ui )i∈I est une famille d’endomorphismes trigonalisables qui commutent
deux à deux alors il existe une base commune de triangularisation.

39
Exercice 8.19 Crochet de Lie
Soient u et v deux endomorphismes de E,on notera la composition par. ou lieu de o. On définit
l’endomorphisme appelé crochet de Lie

[u, v] = u.v − v.u

et l’endomorphisme de L(E) correspondant

Tu (v) = [u, v]

1. Montrer les propriétés suivantes :


(a) Identité de Jacoli :
[u, v.w] = [u, v].w + v.[u, w]
(b)
p  
X p
Tup (v) = (−1)k up−k .v.uk
k=0
k
(c)
Tu ([f, g]) = [Tu (f ), g] + [f, Tu (g)]
(d)
T[u,v] = [Tu , Tv ]
2. Montrer que si u est nilpotent alors Tu l’est aussi.
3. Supposons [u, v] = v
(a) Montrer que pour tout polynôme P on a : [u, P (v)] = v.P 0 (v)
(b) En déduire que v est nilpotent.
• soit en utilisant un polynôme annulateur de v.
• soit en utilisant l’endomorphisme Tu .
• soit en utilisant la trace et l’exercice 8.17

8.4 Pour aller plus loin


  
1 2 3 1 3 2
Exercice 8.20 Les matrices  3 1 2  et  2 1 3  sont-elles semblables ?
2 3 1 3 2 1

Exercice 8.21 Soit A, B ∈ Mn (R). Montrer que AB et BA ont même valeurs propres.

Exercice 8.22 Soit (A, B) ∈ Mp,q (R) × Mq,p (R). Montrer que

X q χAB (X) = X p χBA (X)

 
Ir 0
Indice : Commencer par le cas où A = .
0 0

Exercice 8.23 1. Si P ∈ Z [X] est unitaire de degré n, existe-t-il A ∈ Mn (Z) de polynôme


caractéristique P ?

40
n
2. Soient (λ1 , . . . , λn ) ∈ Cn , P =
Q
(X − λi ). On suppose P ∈ Z [X].
i=1
n
Montrer, si q ∈ N? , que Pq = (X − λqi ) appartient à Z [X].
Q
i=1

3. Soit P dans Z [X] unitaire dont les racines complexes sont de modules 6 1.
Montrer que les racines non nulles de P sont des racines de l’unité.

Exercice 8.24 Soit A ∈ Mn (R) tel que A3 + A2 + A = 0. Montrer que rgA est pair.

41
Chapitre 9
INTEGRATION SUR UN INTERVALLE
QUELCONQUE
9.1 Méthodes
9.1.1 Pour prouver la convergence d’une intégrale:
• Commencer par étudier l’intégralité, remplacer la fonction par sa valeur absolue.
• Etudier le comportement de la fonction au voisinage de la borne. On pourra chercher un
équivalent.
• Comparer avec une exponentielle, une intégrale de Riemann ou de Bertrand.
• Si f une fonction non intégrable, on utilise une intégration par parties.
• Penser aux comparaisons séries-intégrales.
• Penser aux intégrations par parties, changements de variables, et á Cauchy-Schwartz

9.2 Savoir Faire


Exercice 9.1 1. Déterminer l’ensemble de définition de la fonction Γ définie par
Z ∞
Γ(x) = tx−1 e−t dt
0

2. Trouver une relation entre Γ(x + 1) et Γ(x)


3. Calculer Γ(n) pour tout entier n.

Exercice 9.2 Etudier l’intégralité des fonctions suivantes :


Z 1 Z +∞ Z +∞
dt −t ln t
a) √ b) ln(t) e dt c) 2
dt
0 (1 − t) t 0 0 t +1
+∞ +∞ +∞
ln(1 + t2 )
Z Z Z  
ln(1 + t) 1
d) dt e) dt f) sin 2 dt
0 t3/2 −∞ 1 + t2 0 t
Exercice
Z +∞ 9.3 Calculer les intégrales
Z +∞ suivantes après avoir prouvé
Z +∞ l’intégralité.
 
dt dt 1
a) b) t −t
c) ln 1 + 2 dt
Z0 +∞ (t √ + 1)(t + 2) Z 0+∞ (e + 1)(e + 1) 0 t
ln t
d) e− t dt e) dt
0 √ 0 (1 + t)2
Z +∞ − t Z π/2 Z 1
e ln t
f) √ dt g) sin x ln(sin x)dx h) √ dt
Z 0+∞ t Z 0+∞ √ Z0 +∞ 1 − t 1/3
dx 1+x−1 (1 + x) − 1
i) √ j) dx k) dx
Z0 2π (x + 1) x
3
0 x(1 + x) 0 x(1 + x)2/3
2π 1
sin2 (x)
Z Z
dx xdx
l) m) 2
dx n) √
0 2 + cos x 0 3 cos (x) + 1 0 x − x2
Exercice 9.4 Discuter suivant les valeurs des réels α etβ l’intégrabilité sur ]0, 12 [de
1
xα (|ln x|)β

42
9.3 Les Classiques
R∞ sin t
Exercice 9.5 Exemple d’intégrale convergente : 1 t
dt

sin t
Soit f :]0, +∞[→ R définie par f (t) = t
.
1. Montrer que f est intégrable sur ]0, π].
On pose :
(n+1)π
|sin t|
Z
un =
nπ t
2. Faire un changement de variable pour écrire un comme une intégrale entre 0 et π
3. En déduire que f n’est pas intégrable sur I.
4. Montrer en faisant une intégration par parties que la limite suivante existe :
Z A
sin t
lim dt
A→∞ 1 t

Exercice 9.6 Soit f une application continue positive décroissante sur I = [0, +∞[
1. Montrer que si f est intégrable sur I alors limx−>∞ f (x) = 0
2. Montrer que si f est intégrable sur I alors f (x) = o( x1 )
2
Exercice 9.7 1. Montrer

que l’application x → e−x est intégrable sur [0, +∞[. On admet-
R +∞ −t2
tra 0 e dt = 2π
2. En faisant une intégration par parties montrer que :
+∞ 2
e−x
Z
−t2
e dt ∼
x 2x

3. En généralisant le procédé montrer que


x √ 2 2 2
!
π e−x e−x e−x
Z
−t2
e dt = − + +o
0 2 2x 4x3 x3

Exercice 9.8 1. Montrer que le produit de deux fonctions de carré intégrable est intégrable.
2. Montrer que l’ensemble des fonctions de carré intégrable est un espace vectoriel.

9.4 Pour aller plus loin


Exercice 9.9 a) Etablir Z +∞ Z +∞
dx x
I= = dx
0 x3 + 1 0 x3 + 1
b) En déduire la valeur de I.

Exercice 9.10 Existence et calcul de


Z π/2 √
tan θ dθ
0

43
Exercice 9.11 Intégrales d’Euler
On pose
Z π/2 Z π/2
I= ln(sin t) dt et J = ln(cos t) dt
0 0
Montrer que les intégrales I et J sont bien définies et égales.
Calculer I + J et en déduire les valeurs de I et J.

Exercice 9.12 Soit f : R → R une fonction continue telle que

lim f (x) = ` ∈ R, lim f (x) = `0 ∈ R


x→+∞ x→−∞

Justifier et calculer Z +∞
f (t + 1) − f (t) dt
−∞

Exercice 9.13 a) Justifier l’existence de


1
t−1
Z
I= dt
0 ln t
b) Etablir
+∞
e −x − e −2x
Z
I= dx
0 x
c) En séparant cette dernière intégrale en deux, observer
Z 2ε −x
e
I = lim dx
ε→0 ε x
puis donner la valeur de I.

Exercice 9.14 Soit f : [0, +∞[ → R continue et positive. On suppose


f (x + 1)
−−−−→ ` ∈ [0, 1[
f (x) x→+∞
R +∞
Déterminer la nature de 0
f (t) dt.

Exercice 9.15 Soit f une application de carré intégrable sur R+ .


Montrer en utilisant Cauchy-Schwartz que :
Z x 2
1
lim f (t)dt = 0
x→∞ x 0

Exercice 9.16 Soit f une fonction de classe C 2 de R dans R telle que f et f 00 soient de carré
intégrable. Montrer que f 0 est de carré intégrable.

Exercice 9.17 On dit que f est uniformément continue sur A si

∀ >, ∃α > 0, ∀(x, y) ∈ A2 , |x − y| < α ⇒ |f (x) − f (y)| < 

1. Montrer que si f est une fonction uniformément continue , positive et intégrable sur
[0, +∞[ alors f tend vers 0 en +∞
2. Montrer que si f est C 1 et si f 02 est intégrable sur R alors f est uniformément continue.

44
Chapitre 10
CONVEXITE
10.1 Méthodes
Faire un dessin.

10.2 Savoir faire


Exercice 10.1 Montrer que
hπh 2
∀x ∈ 0, , x ≤ sin x ≤ x ≤ tan x
2 π
Exercice 10.2 Montrer que

∀x ∈ ]−1, +∞[, ln(1 + x) ≤ x

Exercice 10.3 Montrer que


∀x ∈ R, 1 + x ≤ ex

Exercice 10.4 Montrer que

a+b ea + eb
∀(a, b) ∈ R2 , e 2 ≤
2
Exercice 10.5 Montrer que
 
2 a+b ln a + ln b
∀(a, b) ∈]0, +∞[ , ln ≥
2 2

10.3 Les classiques


Exercice 10.6 Soit f une fonction convexe sur I.
1. Montrer que f est dérivable à droite et à gauche en tout point intérieur à I.
2. Montrer que f est continue sur l’intérieur de I.

Exercice 10.7 Que peut-on dire d’une fonction f : R → R convexe et majorée?

Exercice 10.8 Soit f une fonction définie sur R+ croissante, non constante et convexe.
Montrer que :
lim f (x) = +∞
x→+∞

Exercice 10.9 Soit f une fonction convexe de classe C 1 sur [a, b]. Montrer que :
  Z b
a+b f (a) + f (b)
(b − a)f ≤ f (t)dt ≤ (b − a)
2 a 2
1 1
Exercice 10.10 Soient p et q deux réels strictement positifs tels que p
+ q
= 1.

45
1. Soient a et b deux réels strictement positifs. Montrer en utilisant la concavité de ln que:
ap b q
∀(a, b) ∈ R2 , ab ≤ +
p q

2. Soient a1 , . . . , an et b1 , . . . , bn des nombres positifs.


Montrer l’inégalité suivante dite de Holder

n n
! p1 n
! 1q
X X X
ai b i ≤ api bqi
i=1 i=1 i=1

10.4 Pour aller plus loin


Exercice 10.11 Soit f la fonction définie par:
Z x2
1
f (x) = dt
x ln t
1. Démontrer que :
2 ln x
∀x ∈ R∗+ \{1}, ∀t ∈ [1, x2 ], (t − 1) 6 ln t 6 t − 1
x2 − 1

2. En déduire que f admet une limite finie au point 1.


3. Montrer que la fonction f prolongée par continuité en 1 est dérivable sur R∗+ et calculer
sa dérivée.
4. Déterminer un développement limité à l’ordre 3 de f au voisinage de 1.

Exercice 10.12 Soit f une fonction concave de R+ dans R+ telle que f (0) = 0. Montrer que :

∀(x, y) ∈ R2+ , f (x + y) 6 f (x) + f (y)

Exercice 10.13 Soit I un intervalle de R et f : I → R une fonction continue sur I vérifiant


 
2 x+y f (x) + f (y)
∀(x, y) ∈ I , f 6
2 2

Montrer que f est convexe.

46
Chapitre 11
FONCTIONS A VALEURS VECTORIELLES
Exercice 11.1 Construire les courbes planes :

x(t) = t − sin t, y(t) = 1 − cos t (cycloı̈de)


x(t) = cos3 t, y(t) = sin3 t (astroı̈de)

Exercice 11.2 On considère la courbe paramétrée (γ) définie par

x(t) = −t + et−1 , y(t) = t3 − 3t

Etudier l’allure de (γ) au voisinage du point de paramètre 1.

Exercice 11.3 Etudier les branches infinies de la courbe paramétrée (γ) définie par

t(t + 1) t2 (t + 1)
x(t) = , y(t) =
2t − 1 2t − 1
Exercice 11.4 Etudier les points multiples de la courbe paramétrée (γ) définie par

t3 t2 − 2t
x(t) = , y(t) =
(t − 1)(t + 2) t−1

Exercice 11.5 Construire la cardioı̂de d’équation polaire

r = 1 + cos θ

47
Chapitre 12
SUITES ET SERIES DE FONCTIONS
12.1 Méthodes
αn = sup |fn (x) − f (x)|
x∈A

CU ⇐⇒ lim αn = 0
X
CN ⇐⇒ sup |fn (x)| converge
n x∈A

CN ⇒ CU ⇒ SC

12.1.1 Pour prouver


• L’étude de toute convergence doit commencer par la convergence simple.

• Pour prouver la convergence uniforme d’une suite de fonctions (fn ) sur A on peut :
– majorer αn par une suite (ne dépendant pas de x) qui tend vers 0
– calculer αn en étudiant les variations de fn − f
– dans les cas théoriques utiliser le critère de Cauchy uniforme.

• Pour prouver qu’il n’y a pas convergence uniforme, on pourra :


– chercher une suite (xn ) telle que (fn (xn ) − f (xn )) ne converge pas vers 0,
– prouver que les (fn ) sont continues et f est non continue,
– prouver que l’on ne peut pas intervertir des limites ou limite et intégrale.

• Pour prouver la convergence uniforme d’une série de fonctions sur A on peut :


– prouver la convergence normale sur A, c’est à dire majorer |fn (x)| indépendament de
x ∈ A par le terme général an d’une série convergente.
– majorer Rn (x) indépendament de x ∈ A par le terme général d’une suite convergente,
par exemple en utilisant le critère spécial des séries alternées.

• Pour prouver qu’une série ne converge pas uniformément on peut :


– prouver que la suite ne converge pas uniformément vers 0
– chercher une suite (xn ) de point de A telle que la suite (Rn (xn )) ne converge pas vers
0.

• Pour prouver la continuité d’une limite de fonctions sur un intervalle I on peut prouver
la continuité sur tout segment inclus dans I (idem pour les différentes classes), et donc la
convergence uniforme sur tout segment inclus dans I.

12.1.2 Erreurs à éviter


• Lorsque l’on parle de convergence uniforme ou normale, il faut absolument préciser :
– si on parle de suite ou série,
– de quelle suite (ou série) on parle,
– sur quel ensemble cette convergence a lieu

48
– par rapport à quelle variable la convergence est uniforme ou normale

• Pour intervertir limite et dérivation, pour utiliser le théorème du cours, il faut prouver la
convergence uniforme de la suite des dérivées, et non de la suite elle même.

• La convergence uniforme sur tout segment inclus dans l’intervalle I n’entraı̂ne pas la
convergence uniforme sur I.

12.2 Savoir-faire
Exercice 12.1 Etudier les convergences simple et uniforme des suites (fn )n ∈ N sur I:
nx nx3 1
a) fn (x) = 1+n2 x2
, I=R b) fn (x) = 1+nx2
, I=R c) fn (x) = 1+(x+n)2
, I = R+

xn −1 x 1−xn

d) fn (x) = xn +1
, I = R+ e) fn (x) = ln 1 + n
, I = R+ f) fn (x) = 1+x2n
, I = [0, 1]

Exercice 12.2 Etudier les convergences simple uniforme et normale des séries (fn )n ∈ N sur
I:
2 √
a) fn (x) = 1
n2
(xn + (1 − x)n ) , I = R b) fn (x) = xe−nx , I = R c)fn (x) = x2 e−x n
, I = R+

nx2 xn
d)fn (x) = n2 (x2n − x2n+1 ) , I = [0, 1] e) fn (x) = 1+n3 x
, I = R+ f) fn (x) = 1+nx
, I = [0, 1]

Exercice 12.3 Etudier les limites quand n tend vers l’infini de:
Rπ R∞ 1 R ∞ xn R∞ n
a) 04 tann xdx b) 0 xn +e x dx c) 0 nn+2 +1
dx d) 0 (arctan nx)e−x dx
R∞ n R∞ R ∞ e− nx R∞ −nx

e) 0 x2nx +1 dx f) 0 1+x2 +x1
n e−x dx g) 0 1+x2
dx h) 0
1 + e√
x
(1 − th(xn )) dx

Exercice 12.4 Démontrer:


Z 1 +∞ +∞ +∞
(−1)n−1
Z
ln t X sin t X 1
a) 2
dt = b) dt =
0 1+t n=0
(2n + 1)2 0 et − 1 n=1
n2 + 1

∞ ∞ ∞ ∞
xe−ax X (−1)n
Z Z
X 1 dx
c)∀a, b > 0 −bx
dx = d) ∀a > 0, =
0 1−e n=0
(a + bn)2 0 1 + xa n=0
na + 1

12.3 Les classiques


Exercice 12.5 1. Montrer qu’une limite uniforme d’applications bornées est bornée.
2. Une limite simple d’applications bornées est-elle toujours bornée?

Exercice 12.6 Fonction zeta


On pose
+∞
X 1
ζ(x) =
n=1
nx
1. Montrer que ζ est définie et de classe C ∞ sur ]1, +∞[.
2. Etudier monotonie et convexité de la fonction ζ.

49
3. Déterminer la limite de la fonction ζ en +∞.
4. Déterminer un équivalent de la fonction ζ en 1+ .
5. En exploitant l’inégalité de Cauchy-Schwarz établir que x 7→ ln(ζ(x)) est convexe.

Exercice 12.7 Fonction zeta et zeta alternée


Soient
+∞
X (−1)n−1
ζ2 (x) =
n=1
nx
.
1. Montrer que ζ2 de classe C ∞ sur ]1, +∞[.
2. Etablir la relation ζ2 (x) = (1 − 21−x )ζ(x) pour tout x > 1.

Exercice 12.8 Soit (gn ) une suite d’applications polynômiales de R dans R.


gn converge uniformément sur R alors ∞
P P
1. Montrer que si n=0 gn est polynômiale.
2. Montrer que si (gn ) converge uniformément sur R vers g alors g est polynômiale.

Exercice 12.9 Soit f ∈ C([a, b], R) telle que


Z b
∀n ∈ N, tn f (t)dt = 0
a

Montrer que f = 0

Exercice 12.10 Soit f :]0, +∞[→ C une fonction continue telle que g : t 7→ f (t)e−t soit
intégrable sur ]0, +∞[.
1. Montrer que : n
Z ∞ Z n 
−t t
e f (t)dt = lim 1− f (t)dt
0 n→∞ 0 n
2. On note γ la constante d’Euler. Montrer que :
Z ∞
e−t ln(t)dt = −γ
0
1 1
1 − e−t − e− t
Z
dt = γ
0 t

Exercice 12.11 Développement eulérien P de la fonction cotan :


Soit f la somme de la série de fonctions fn où :
1 2x
f0 (x) = ; ∀n ∈ N∗ , fn (x) =
x x2 − n2
1. Montrer que f est définie sur R\Z , qu’elle est impaire, 1−périodique et qu’elle vérifie :
1 1
∀x ∈ R\ Z ; 2f (2x) = f (x) + f (x + )
2 2
2. Montrer que la fonction
g : x 7→ f (x) − π cotan(πx)
est prolongeable en une fonction continue sur R

50
3. En considérant le maximum de |g| sur [0, 1], montrer que g est nulle sur R.
4. En déduire que pour tout x ∈ R\Z,

π2
 
1 X 1 1
= + +
sin2 πx x2 n=1 (x − n)2 (x + n)2

Exercice 12.12 Fonction de Van Der Waerden


Soit φ0 : R → R l’application 1 périodique telle que:

si 0 6 x 6 21

x
∀x ∈ [0, 1], φ0 (x) =
1 − x si 12 6 x 6 1

Pour n ∈ N on note φn l’application définie par:

∀x ∈ R φn (x) = 4−n φ0 (4n x)

Montrer que la fonction



X
φ= φn
n=0

est continue sur R et n’est dérivable en aucun point de R.

12.4 Pour aller plus loin


Exercice 12.13 Soit( fn )n une suite de fonctions continues de [a, b] dans R qui converge sim-
plement vers une fonction continue f .
Montrer que si pour tout n, fn est une fonction croissante alors la convergence est uniforme.

Exercice 12.14 Soit K un compact d’un evn et (fn ) une suite d’applications c−lipschitziennes
de K dans R convergeant simplement vers f . Montrer que la convergence est uniforme.

Exercice 12.15 Soit (fn ) une suite de fonctions convexes de [a, b] dans R qui converge sim-
plement vers une fonction f.
Montrer que la convergence est uniforme sur tout compact de ]a, b[.

51
Chapitre 13
ESPACES VECTORIELS NORMES
13.1 Méthodes
13.1.1 Pour prouver
• Pour prouver que deux normes N et N 0 ne sont pas équivalentes, on cherche une suite un
telle que N (un ) admette une limite nulle ou infinie et N 0 (un ) admette une limite finie non
nulle.
• Pour prouver la continuité, on doit toujours préciser pour quelle norme.
• Pour prouver qu’une fonction n’a pas de limite en a on cherche deux suites tendant vers
a telles que leurs image par f ne converge pas vers la même limite.
• Pour prouver qu’une application linéaire n’est pas continue, on cherche une suite qui tend
vers 0 telle que l’image ne tende pas vers 0.

13.1.2 Erreurs à éviter


• Une partie peut être ouverte et fermée ou ni ouverte ni fermée.
• L’image par une application continue d’une partie ouverte n’est pas forcément ouverte.

13.2 Savoir faire le COURS


13.3 Les classiques
Pn
Exercice 13.1 Sur R[X] on définit deux normes, pour P = k=0 ak X k on pose

N∞ (P ) = max |ak |, N (P ) = sup{|P (x)| : x ∈ [0, 1]}


k

Montrer que N∞ et N sont des normes et qu’elles ne sont pas équivalentes.

Exercice 13.2 Soit E = C 1 ([a, b], R) et c ∈ [a, b]. On pose :

∀f ∈ E, N (f ) = |f (c)| + kf 0 k∞

1. Montrer que l’on définit une norme sur E.


2. Les normes N et k.k∞ sont-elles équivalentes?

Exercice 13.3 Soit E = C 1 ([0, 1], C) et c ∈ [0, 1]. On pose :


s
Z 1
2
∀f ∈ E, N (f ) = |f (0)| + |f 0 (t)|2 dt
0

1. Montrer que l’on définit une norme sur E.


sin(nπx)
2. Les normes N et k.k∞ sont-elles équivalentes? (On pourra introduire fn (x) = n
)

Exercice 13.4 1. Montrer que

A est ouvert ⇔ A ∩ F r(A) = ∅

52
2. Montrer que
A est fermé ⇔ F r(A) ⊂ A

Exercice 13.5 Montrer que l’adhérence d’un sous espace vectoriel de E est un espace vectoriel.

Exercice 13.6 Soient A et B deux parties d’un evn E.


1. Montrer que
d(x, A) = 0 ⇐⇒ x ∈ A
2. Montrer que
∀x ∈ E, d(x, A) = d(x, A)
3. Montrer que
d(A, B) = d(A, B)

Exercice 13.7 Soit (xn )n∈N une suite d’éléments de E, soit A l’ensemble des valeurs d’adhérence
de (xn )n∈N , notons
An = {xp , p ≥ n}
Montrer que : \
A= An
n∈N

Exercice 13.8 1. Montrer que les applications suivantes

x → kxk

x → d(x, A)
de E dans R sont 1 lipschitziennes.
2. Montrer que l’application
(x, y) 7→ d(x, y)
de E 2 dans R est lipschitzienne pour la norme produit.

Exercice 13.9 Justifier que U = {(x, y) ∈ R2 /x2 + y 2 < x3 + y 3 } est un ouvert de R2 .

Exercice 13.10 Soit I un intervalle de R,


montrer qu’une application dérivable de I dans R est k-lipschitzienne si et seulement si,

∀x ∈ I, |f 0 (x)| ≤ k

Exercice 13.11 Soit E = l∞ (N, C). Soit ∆ l’endomorphisme défini par ∆(x) = y avec

∀n, yn = xn+1 − xn

∆ est-il continue? Si oui calculer sa norme.

Exercice 13.12 Soit E = C([0, 1], R). On définit la forme linéaire sur E, ϕ par

f 7→ f (0)

1. Montrer que ϕ est continue si E est muni de la norme infinie.


2. Montrer que ϕ n’est pas continue si E est muni de la norme 1.

53
Exercice 13.13 Holder et Minkowski
1 1
Soit E = Rn , soit p et q deux réels strictement positifs tels que p
+ q
=1
xp yq
1. Montrer que x et y sont des réels strictement positifs alors xy ≤ p
+ q
2. Montrer l’inégalité suivante appelée inégalité de Holder :

n n
!1/p n
!1/q
X X X
∀(x1 , ....xn ) ∈ E, ∀(y1 , ....yn ) ∈ E, |xi | |yi | ≤ |xi |p |yi |q
i=1 i=1 i=1

3. Montrer que l’application définie par

n
!1/p
X p
∀x = (x1 , ....xn ) ∈ E, kxk = |xi |
i=1

est une norme sur E.

Exercice 13.14 Soit A une partie convexe d’un espace vectoriel.


1. Montrer que l’intérieur et l’adhérence de A sont convexes.
2. Montrer que x 7−→ d(x, A) est une application convexe.

Exercice 13.15 Soient A et B deux parties d’un evn E. On définit

A + B = {a + b : (a, b) ∈ A × B}

1. Montrer que si A est ouvert alors A + B est ouvert.


2. Que peut-on dire de A + B lorsque A est fermé.
3. Montrer que si A est fermé et B est compact alors A + B est fermé.
4. Que peut-on dire de A + B lorsque on a seulement A fermé.

Exercice 13.16 1. Soient A et B deux parties compactes ,montrer que la distance de A à


B est atteinte, c’est à dire ∃(a, b) ∈ A × B tel que d(A, B) = d(a, b)
2. Soit A une partie compacte, montrer que le diamètre est atteint, c’est à dire ∃(a, b) ∈ A2
tel que
diam(A) = d(a, b)

Exercice 13.17 Soit E evn de dimension finie, x ∈ E et F une partie fermée de E et K une
partie compacte de E.
1. Montrer qu’il existe y0 ∈ F tel que d(x, F ) = d(x, y0 ).
2. Montrer qu’il existe (x0 , y0 ) ∈ K × F tel que d(K, F ) = d(x0 , y0 ).

Exercice 13.18 1. Supposons A connexe par arcs et f ∈ C(A, F ) localement constante.


Montrer que f est constante.
2. Supposons A est connexe par arcs. Montrer que les seules parties à la fois ouvertes et
fermés de A sont ∅ et A.

54
13.4 Topologie matricielle
Exercice 13.19 Montrer que:
n
kAXk∞ X
sup = max |ai,j |
kXk∞ 6=0 kXk∞ i∈{1,..,n}
j=1

Exercice 13.20

K = R ou K = C On munit Mn (K) de la norme infinie


1. Montrer que GLn (K) est un ouvert de Mn (K).
2. Montrer que l’application M 7−→ M −1 est continue sur GLn (K).
3. Montrer que GLn (K) est dense dans Mn (K) .

Conséquence : si une propriété peut se mettre sous la forme d’une expression continue en
la matrice alors :
la propriété est vraie pour toutes les matrices inversibles
ssi
la propriété est vraie pour toutes les matrices
(a) Mn (K) et GLn (K) ont le même centre.
(b) Montrer que si A et B sont deux matrices de Mn (K) alors
AB et BA ont le même polynôme caractéristique
(c) Montrer que :
com(AB) = com(A)com(B)
(d) Montrer que si deux matrices sont semblables alors leur comatrice aussi.
(e) Calculer le déterminant de la comatrice de A.
(f) Calculer la comatrice de la comatrice de A.
(g) Montrer que si CD = DC alors
 
A B
det = det(AD − CB)
C D

Si D est inversible on multipliera la matrice pour obtenir une matrice triangulaire par
blocs.
4. Montrer que :
(a) L’ensemble SLn (K) des matrices de déterminant 1 est fermé.
(b) l’ensemble des matrices de trace nulle est fermé.
(c) L’ensemble des matrices nilpotentes Mn (K) est fermé d’intérieur vide.
(d) L’ensemble des matrices de rang inférieur ou égal à r est fermé.
(e) Lorsque K = R, l’ensemble des matrices orthogonales est fermé.
(f) Lorsque K = C, l’ensemble des matrices diagonalisables est dense dans Mn (C). En
déduire le théorème de Cayley-Hamilton.  
0 −1
Montrer que c’est faux dans le cas réel, on pourra utiliser la matrice
1 0

55
Exercice 13.21 Soit M ∈ Mn (C) diagonalisable. Montrer que :
lim kM n k1/n = sup |λ|
n λ∈Sp(M )

On pourra prendre la norme infinie dans une base de vecteurs propres et utiliser l’équivalence
des normes.
Exercice 13.22 1. Montrer que GLn (C) est connexe par arcs.
2. Montrer que GLn (R) n’est pas connexe par arcs.

13.4.1 Exponentielle de matrice


Exercice 13.23 1. Montrer que
exp t A =t exp(A)


2. Montrer que
exp (diag (λ1 , ..., λn )) = diag eλ1 , ..., eλn


3. Calculer l’exponentielle d’une matrice nilpotente.


4. Calculer    
0 −x 0 x
exp , exp
x 0 x 0
5. Montrer que
exp P −1 AP = P −1 exp(A)P


Exercice 13.24 1. Soit T ∈ Mn (C) une matrice triangulaire supérieure. Montrer que eT est
aussi triangulaire supérieure et déterminer ses éléments diagonaux.
2. Montrer que
∀A ∈ Mn (C) , det(eA ) = etr(A)
Exercice 13.25 1. Montrer que :
AB = BA =⇒ eA+B = eA eB
2. Posons    
1 0 0 1
A= , B=
0 0 0 0
Calculer eA+B et eA eB . Que peut-on en conclure?
3. Montrer que exp(A) est toujours une matrice inversible et que
(exp(A))−1 = exp(−A)
4. Montrer que si A est une matrice antisymétrique alors eA est une matrice orthogonale.
Exercice 13.26 Soit A ∈ Mn (K). Montrer que :
 n
A
lim I + = exp(A)
n
Exercice 13.27 Montrer en utilisant la décomposition de Dunford que :
1. exp(A) est diagonalisable ssi A est diagonalisable .
2. Montrer que
lim exp(tA) = 0 ⇐⇒ ∀λ ∈ Sp(A) <(λ) < 0
t→0

Exercice 13.28 Montrer que exp(A) est un polynôme en A.


On pourra utiliser l’espace vectoriel F = V ect(Ak : k ∈ N)

56
13.5 Pour aller plus loin
Exercice 13.29 Soit E une evn.
1. Montrer qu’un sev F différent de E est d’intérieur vide.
2. Montrer que l’intersection de deux ouverts denses est un ouvert dense.
3. Montrer que si E est de dimension finie alors E ne peut pas être réunion d’un nombre fini
de sev différents de E.

Exercice 13.30 Soit E = C([0, 1], R) muni de la norme infinie. Montrer, en utilisant

−kf k ≤ f ≤ kf k

qu’une forme linéaire positive est continue.

Exercice 13.31 Dual topologique


1. Montrer que le noyau d’une forme linéaire est fermé ou dense.
2. Montrer que une forme linéaire est continue si et seulement si son noyau est fermé.

Exercice 13.32 Soit f et g deux endomorphismes d’un evn E tels que

f g − gf = id

1. Calculer pour n entier, f g n − g n f .


2. Montrer que f et g ne peuvent pas être tous les deux continus.

Exercice 13.33 Soit f l’application de [0, 1] dans R définie par :


p
f (x) = 1q si x = q
avec (p, q) ∈ Z × N∗ et p ∧ q = 1
f (x) = 0 sinon

Montrer que f est discontinue en tout point de Q et est continue en tout point de c Q.

Exercice 13.34 Soit E l’ensemble des suites complexes n’ayant qu’un nombre fini de termes
non nuls.
Soit f l’application de E dans C définie par

X un
f (u) =
n=0
2n

1. Montrer que f est continue pour les normes k.k1 et k.k2


2. Déterminer une norme sur E pour laquelle f n’est pas continue.

Exercice 13.35 E = R[X] muni de la norme k. k∞


1. P 7→ P (c) où c est un réel fixé est-elle continue, si oui quelle est sa norme?
2. Montrer que LC(E, R) encore appelé dual topologique de E est isomorphe à l1 (N, R).

Exercice 13.36 Soit l∞ (N, K) l’ensemble des suites bornées muni de la norme k.k∞ .
1. Déterminer l’adhérence de l’ensemble des suites presque nulles (nulles à partir d’un certain
rang).

57
2. Déterminer l’adhérence de l1 (N, K), l2 (N, K).

Exercice 13.37 1. Montrer que

l1 (N, C) ⊂ l2 (N, C) ⊂ l∞ (N, C)

2. Soit ϕ : l1 (C) 7→ C définie par :



X
ϕ(u) = un
n=1

Etudier la continuité de ϕ pour les normes k.k1 ; k.k2 ; k.k∞ . Lorsqu’elle est continue
précisez la norme de ϕ.

Exercice 13.38 Calculer ∞ 1 1


X  
n 3 2
A avec A = 1
4
− 21
n=0

Exercice 13.39 Soit p ∈ N. Pour tout n ∈ N∗ , notons Pn l’unique polynôme de degré inférieur
ou égal à p vérifiant :
(−1)n
∀i ∈ {0, ..., p}, Pn (i) =
n+i
P
Montrer que la série n≥1 Pn est convergente.

58
Chapitre 14
INTEGRALE DEPENDANT D’UN PARAMETRE
14.1 Méthodes
• Vérifier que l’on est bien dans le cas d’application des théorèmes.
• Repérer la variable d’intégration, la variable que l’on étudie, et ne pas les confondre avec
les autres paramètres

14.2 Savoir-faire
Exercice 14.1 CCP 30 :analyse
1. Énoncer le théorème de dérivation sous le signe intégrale.
Z+∞
2
2. Démontrer que la fonction f : x 7−→ e−t cos (xt) dt est de classe C 1 sur R.
0
3. (a) Trouver une équation différentielle linéaire (E) d’ordre 1 dont f est solution.
(b) Résoudre (E) .

Exercice 14.2 CCP 50 analyse Z


+∞
e−2 t
On considère la fonction F : x 7→ dt.
0 x+t
1. Prouver que F est définie et continue sur ]0; +∞[.
2. Prouver que x 7−→ xF (x) admet une limite en +∞ et déterminer la valeur de cette limite.
3. Déterminer un équivalent, au voisinage de +∞, de F (x).

Exercice 14.3 Soit Z π/2


cos t
f : x 7→ dt
0 t+x
a) Montrer que f est définie, continue sur R+? . Etudier les variations de f .
b) Déterminer les limites de f en 0+ et +∞.
c) Déterminer un équivalent de f en 0+ et +

Exercice 14.4 a) Justifier que l’intégrale suivante est définie pour tout x > 0
Z 1 x−1
t
f (x) = dt
0 1+t

b) Justifier la continuité de f sur son domaine de définition.


c) Calculer f (x) + f (x + 1) pour x > 0.
d) Donner un équivalent de f (x) quand x → 0+ et la limite de f en +∞.

Exercice 14.5 Pour x ∈ R, on pose


Z +∞
sin(xt)
f (x) = dt
0 et − 1
a) Définition de f .
b) Continuité et dérivabilité de f .
c) Ecrire f (1) comme somme de série.

59
14.3 Les classiques
Exercice 14.6 1. Soit x un réel strictement positif. Calculer l’intégrale :
Z +∞
sin t
g(x) = e−xt dt
0 t
2. Démontrer que Z +∞
sin t π
dt =
0 t 2
(avant de faire tendre x vers 0, on posera xt = u et on intégrera par parties).

Exercice 14.7 Soit f : R → R définie par


1 2
e−x(1+t )
Z
f (x) = dt
0 1 + t2
a) Montrer que f est de classe C sur R et exprimer f 0 (x).
1

b) Calculer f (0) et lim f .


+∞
c) On note g l’application définie par g(x) = f (x2 ). Montrer
Z x 2
−t2 π
g(x) + e dt =
0 4
d) Conclure √
Z +∞
−t2 π
e dt =
0 2
Exercice 14.8 1. Montrer que
Z n  n
t
∀x > 0, lim 1− tx−1 dt = Γ(x)
0 n
2
Soient (p, q) ∈]0, +∞[ . On pose
Z 1
B(p, q) = up−1 (1 − u)q−1 du
0

2. Justifier l’existence de cette intégrale (dite intégrale eulérienne de première espèce).


3. Calculer B(x, n) pour x > 0 et n ∈ N∗ .
4. Démontrer la relation
nx n!
Γ(x) = lim
n→∞ x(x + 1)....(x + n)

Exercice 14.9 Convexité de ln(Γ)


En utilisant l’inégalité de Cauchy-Schwartz, montrer la convexité sur R∗+ de la fonction
x 7→ ln(Γ(x))
Exercice 14.10 Soient f : I → R une fonction de classe C ∞ et a ∈ R tels que
f (a) = f 0 (a) = · · · = f (α−1) (a) = 0
a) Montrer qu’on a pour tout x ∈ I
x
(x − t)α−1 (α)
Z
f (x) = f (t)dt
a (α − 1)!
b) En déduire qu’on peut écrire f (x) = (x − a)α g(x) avec g de classe C ∞ sur R.

60
14.4 Pour aller plus loin
Exercice 14.11 On considère la fonction suivante I définie par :
Z π/2
∀x ∈ D, I(x) = (sin t)x dt
0

a) Déterminer le domaine de définition D.


b) Montrer que I est de classe C ∞ sur D.
c) Calculer I(0), I(1), I(2), I(3), I(4).
d) Trouver une relation simple entre I(x + 2) et I(x).
e) Soit n ∈ N? . Que vaut I(n)I(n − 1) ?
f) Déterminer des équivalents simples de I aux extrémités de D.

Exercice 14.12 Montrer que, pour tout x réel positif,


Z +∞ Z x
arctan(x/t) ln t
dt = dt
0 1 + t2 2
0 t −1

Exercice 14.13 On pose, pour x > 0,


+∞
1 − e−tx
Z
1
f (x) = dt
x 0 1 + t2

Montrer que f est de classe C 2 sur ]0, +∞[ et trouver des équivalents simples de f en 0 et en
+∞.

Exercice 14.14 On considère +∞


eitx
Z
ϕ : x 7→ dt
0 1 + t2
a) Montrer la définie et la continuité de ϕ sur R.
b) Montrer que ϕ est de classe C 1 sur R? et montrer que
Z +∞ itx
0 te
ϕ (x) = i dt
0 1 + t2

c) Montrer que pour x > 0,


+∞
ueiu
Z
0
ϕ (x) = i du
0 x2 + u 2

et déterminer un équivalent de ϕ0 (x) quand x → 0+ .


d) La fonction ϕ est-elle dérivable en 0 ?

Exercice 14.15 Soit Ω = {z ∈ C/Rez > −1}. Si z ∈ Ω, soit


Z 1 z
t
f (z) = dt
0 1+t

a) Montrer que f est définie et continue sur Ω.


b) Donner un équivalent de f (x) quand x tend vers −1.
c) Donner un équivalent de f (z) quand Rez → +∞.

61
Exercice 14.16 Pour x ∈ R, on note
+∞
e−t − e−xt
Z
g(x) = dt
0 t
1. Déterminer l’ensemble de définition de g.
2. Calculer g sur son ensemble de définition. On pourra montrer que g est dérivable et
calculer g 0 .

Exercice 14.17 Démontrer la relation :


Z +∞ x ∞
t X 1
∀x > 0, t
dt = Γ(x + 1)ζ(x + 1) avec ζ(x) =
0 e −1 n=1
nx

Exercice 14.18 Soit +∞


1 − cos(tx)
Z
F (x) = dt
0 t2
et +∞
1 − cos(tx)
Z
G(x) = √ dt
0 t 1 + t2
1. Montrer que F et G sont définies sur R.
2. Trouver une relation simple entre F (x) et F (1).
3. Montrer que F − G est de classe C 1 sur R .
4. En déduire que G est de classe C 1 sur R∗ et n’est pas dérivable en 0.

Exercice 14.19 Soit +∞


1 − cos(tx)
Z
F (x) = dt
0 t2
et +∞
1 − cos(tx)
Z
G(x) = √ dt
0 t 1 + t2
1. Montrer que F et G sont définies sur R.
2. Trouver une relation simple entre F (x) et F (1).
3. Montrer que F − G est de classe C 1 sur R .
4. En déduire que G est de classe C 1 sur R∗ et n’est pas dérivable en 0.

62
Chapitre 15
SERIES ENTIERES
15.1 Méthodes
15.1.1 Pour trouver le rayon de convergence
On peut :
• chercher un équivalent de an
• revenir à la définition
• utiliser la règle de d’Alembert (qui ne marche pas toujours)
• intégrer ou dériver terme à terme (ne modifie pas le rayon)
• reconnaı̂tre un produit de Cauchy

15.1.2 Pour déterminer un développement en série entière


On peut :
• se ramener aux fonctions usuelles, en considérant la fonction comme une somme, une
dérivée, une primitive, un produit de Cauchy de fonctions usuelles,
• utiliser la méthode de l’équation différentielle
• utiliser la série de taylor de f (utiliser l’inégalité de Taylor-Lagrange)

15.1.3 Erreurs à éviter


• Sur le cercle de convergence, on ne peut rien dire.
• En général il n’y a pas convergence uniforme sur le disque ouvert de convergence.

15.2 Savoir-faire
Exercice 15.1 Déterminer le rayon de convergence des séries entières
X n2 + 1 X ln n X nn
−n2 n
X
n 2n
a) n
z b) e z c) 2
z d) z 3n
n>0
3 n>0 n>1
n n>0
n!

Exercice 15.2 Déterminer le


! rayon de convergence de
X
n
X 2n
n
X (3n)!
n

X  n+1 √ 
a) n!z b) z c) 3
z d) n + 1 − n zn
n

n>0 n>0
n n>0
(n!) n>0

an z n une série entière de rayon de convergence R. Déterminer le rayon


P
Exercice 15.3 Soit
de convergence de la série entière X
an z 2n

an z n une série entière de rayon de convergence R et z0 ∈ C. On


P
Exercice 15.4 Soient
n>0
an z0n est semi-convergente. Déterminer R.
P
suppose que
n>0

63
Exercice 15.5 Rayon de convergence et somme de
X x2n

n>0
2n + 1

Exercice 15.6 Rayon de convergence et somme de


X (n + 1)(n − 2)
xn
n>0
n!

Exercice 15.7 Rayon de convergence et somme de


X (−1)n xn

n>0
2n + 1

Exercice 15.8 Calculer le rayon de convergence et la somme des séries entières:


X Xn−1
(−1)n+1 nx2n+1 , xn
n>0 n>0
n!

Exercice 15.9 Pour t ∈ ]0, π[, former le développement en série entière en 0 de la fonction

1 − x2
x 7→
1 − 2x cos t + x2
Exercice 15.10 Former le développement en série entière en 0 de la fonction

x 7→ ln(x2 + x + 1)

15.3 Les classiques


an xn une série entière de rayon de convergence R = 1 avec
P
Exercice 15.11 Soit

∀n ∈ N, an > 0

Pour x ∈ ]−1, 1[, on pose


+∞
X
S(x) = an x n
n=0

et on suppose que la fonctionP S est bornée.


a) Montrer que la série an est convergente.
b) Montrer que
+∞
X
lim S(x) = an
x→1−
n=0

Exercice
P 15.12 Forme intégrale des coefficients
Soit n an z n une série entière de rayon de convergence R et de somme f
1. Montrer que : Z 2π
1
f reiθ e−inθ dθ

∀r < R, an =
2πrn 0

64
2. Notons Mr = sup {|f (z)| : |z| = r}. Montrer que

Mr
∀n,; |an | ≤
rn
3. Que peut-on dire si R = ∞ et f est bornée.

Exercice 15.13 Fonctions absomument monotone


Soit f une fonction de classe C ∞ sur ] − a, a[ telle que :

∀n, ∀x ∈] − a, a[, f (n) (x) ≥ 0

1. En utilisant la formule de Taylor avec reste intégral, montrer que la série de Taylor de f
en 0 converge pour x ∈ [0, a[. On pose
n
X f (n)(0)
Sn (x) = xn ; Rn (x) = f (x) − Sn (x)
k=0
n!

2. Montrer en utilisant la formule de Taylor avec reste intégral que :


 n+1  n+1
x x
0 < x < y < a, 0 ≤ Rn (x) ≤ Rn (y) ≤ f (y)
y y

3. Montrer que f est égale à sa série de Taylor en 0 sur [0, a[.


4. Montrer que f est égale à sa série de Taylor en 0 sur ] − a, 0].

Exercice 15.14 Série génératrice


On appelle série génératrice une série qui permet de résoudre un problème de dénombrement.
1. On note Tn le nombre de partitions d’un ensemble à n éléments.
(a) Montrer que Tn+1 = ∞ n
P 
n=0 k Tk
(b) Montrer que

X Tn xn x
= ee −1
n=0
n!
2. On note
bn = Card (p, q) ∈ N2 : 2p + 3q = n


(a) Montrer que



X 1
bn x n =
n=0
(1 − x2 ) (1 − x3 )
(b) En déduire bn .

Exercice 15.15 Application des séries entières au prolongement des fonctions

1. Montrer que la fonction x 7→ sin x


x
se prolonge en une fonction de classe C ∞ sur R.
sin x
2. Montrer qu’il en est de même de la fonction x 7→ ex −1

65
15.4 Pour aller plus loin
P
Exercice 15.16 Soit (an ) une suite réelle décroissante de limite nulle telle que n≥0 an diverge
.
Quel est le rayon de convergence de X
an z n
n

Exercice 15.17 Soit (an ) une suite réelle telle que


n
1X
lim ak = 1
n k=0

an z n ?
P
1. Quel est le rayon de convergence de n
2. En notant S la somme, calculer
lim (1 − x)S(x)
x→1−

Exercice 15.18 Soit λ ∈]0, 1[ et f solution de

∀x ∈ R, f 0 (x) = f (λx)

1. Montrer que
n(n−1)
∀x ∈ R, f (n) (x) = λ 2 f (λn x)
2. Montrer que f est développable en série entière.

Exercice 15.19 Soit k ∈ N∗ et x ∈ R\{−1, 1}. On pose :


Z π
sin θ sin kθ
Ik (x) = 2

0 1 − 2x cos θ + x

Calculer Ik en utilisant un DSE(0) de


sin θ
x 7→
1 − 2x cos θ + x2
Exercice 15.20 Montrer que :
Z 1 ∞
x
X 1
e ln xdx = −
0 n=1
nn!
Z 1 ∞ 2n

dx X
n
√ = n (4n + 1)
0 1 − x4 n=0
4

Exercice 15.21 Soit A ∈ Mn (C). Montrer que


X
kAk

converge ssi les valeurs propres de A sont de module strictement inférieur à 1.

Exercice 15.22 On pose Z +∞


tht
an = dt
n t2
?
pour n ∈ N .

66
+∞
an xn entière pour x réel. On note f (x) la somme de
P
1. Etudier la convergence de la série
n=1
cette série entière.
2. La fonction f est-elle continue en −1.
3. Donner un équivalent simple de f en 1−

Exercice 15.23 Domaine de définition et étude aux bornes de


+∞  
X 1
ln 1 + xn
n=1
n

67
Chapitre 16
ESPACES PREHILBERTIENS
16.1 Savoir-faire
Exercice 16.1 1. Soit E un espace euclidien et u un vecteur unitaire de E B. Déterminer
la matrice de la projection orthogonale sur V ect(u).
2. En déduire la matrice dans B de la projection orthogonale sur un sev F de base or-
thonormée (u1 , ..., up ).
3. Soit E = R4 , déterminer la matrice dans la base canonique de la projection orthogonale
sur le sev F défini par :

x1 + x2 + x3 + x4 = 0
x 1 − x2 + x3 − x4 = 0

Exercice 16.2 Soit E = R2 [X]. Pour tout (P, Q) ∈ E 2 on pose :

(P |Q) = P (1)Q(1) + P (O)Q(0) + P (−1)Q(−1)

1. Montrer que (P, Q) 7→ (P |Q) est un produit scalaire.


2. Déterminer une base orthonormée pour ce produit scalaire (P0 , P1 , P2 ) telle que

∀i, deg(Pi ) = i

16.2 Les classiques


Exercice 16.3 Caractérisation des projections orthogonales
Soit E un ev euclidien et p ∈ LE une projection. Montrer que p est une projection orthogonale
ssi:

1) ∀ x, y ∈ E, (x | p(y)) = (p(x) | y)
2) ∀ x ∈ E, kp(x)k ≤ kxk

Exercice 16.4 Distance à un espace vectoriel


On muni Mn (R) du produit scalaire canonique.
1. Montrer que l’orthogonal de l’ensemble des matrices symétriques est l’ensemble des ma-
trices antisymétriques.
2. Soit A = (ai,j ) ∈ Mn (R). Calculer
 
 X 
2
inf (ai,j − mi,j ) : (mi,j ) ∈ Sn (R)}
 2

(i,j)∈Nn

Exercice 16.5 Distance à un espace vectoriel


Montrer que l’application I définie par
Z ∞
I(a, b, c) = e−t (t3 − at2 − bt − c)2 dt
0

admet un minimum sur R3 que l’on déterminera et qu’il est atteint.

68
Exercice 16.6 Matrice de Gram
Soient (x1 , ...., xn ) des vecteurs d’un espace vectoriel euclidien E, on appelle matrice de Gram
la matrice
G = ((xi |xj )i,j ) ∈ Mn (R)
1. Soit B une bon et A = M atB (x1 , ..., xn ). Montrer que G =t AA
2. Montrer que rgG = rg(x1 , ...., xn ).
P
3. Montrer que det G est inchangé si on remplace xk par xk − i6=k λ i xi .
On notera Gram(x1 , ...., xn ) = det G
4. Soit F = V ect(x1 , ...., xn ) et x ∈ E. Montrer que :
Gram(x1 , ...., xn , x)
d(x, F )2 =
Gram(x1 , ...., xn )
5. Soit u ∈ L(E) et (e1 , ..., en ) une base quelconque de E. Montrer que
Gram(u(e1 ), ...., u(en )) = (det u)2 Gram(e1 , ...., en )

Exercice 16.7 Famille obtuangle


Soit E un espace euclidien. Soit (u1 , ...., un ) une famille de E vérifiant :
∀i 6= j, (ui |uj ) < 0
Montrer par récurrence sur n que rg(u1 , ...., un ) ≥ n − 1.

Exercice 16.8 Polynômes orthogonaux

1. Soit I un intervalle de R non réduit à un point (I peut-être ouvert ou non borné) et


p : I →]0, +∞[ une fonction continue . On suppose que pour tout n ∈ N les fonctions
x 7→ xn p(x) sont intégrables sur I.
a) Montrer que l’application
Z
hP, Qi = P (x)Q(x)p(x)dx
I

définit un produit scalaire sur R[X].


b) Montrer qu’il existe une suite orthogonale (Pn )n∈N de polynômes de R[X] telle que
deg Pn = n pour tout n ∈ N.
c) Démontrer que pour tout n ∈ N∗ , Pn possède n racines distinctes x1 < x2 ... < xn
appartenant toutes à l’intérieur de l’intervalle I.
d) On suppose que pour tout n, Pn est unitaire. Montrer qu’il existe 2 suites (an )n∈N et
(bn )n∈N de réels telles que pour tout n ≥ 2 on ait
Pn = (X + an )Pn−1 − bn Pn−2 avec bn > 0

2. Entrelacement des racines. Soit (Pn ) une suite d’éléments de R[X] vérifiant la relation
de récurrence
P0 = 1, P1 = X + c
Pn+1 = (an + X)Pn − bn Pn−1
où c ∈ R, an ∈ R et bn > 0.
a) Quel est le degré de Pn ? Quel est le coefficient du terme de plus haut degré ?
b) Montrer que Pn possède n zéros x1 < x2 ... < xn et que les zéros y1 , ..., yn−1 de Pn−1
sont placés de la manière suivante: x1 < y1 < x2 < y2 ... < xn−1 < yn−1 < xn .

69
3. Intégration de Gauss. .
a)Soit x0 , ..., xn les racines de Pn+1 . Montrer qu’il existe des réels w0 , ..., wn tels que pour
tout P ∈ Rn [X] on ait
Z Xn
p(x)P (x)dx = wi P (xi )
I i=0

b)Montrer que pour tout polynôme P ∈ R2n+1 [X] on a


Z n
X
p(x)P (x)dx = wi P (xi )
I i=0

1
4. Polynômes de Tchebichev. I =] − 1, 1[ et p(x) = √1−x 2.

a) Montrer que la fonction définie sur I par ∀x ∈ I, Tn (x) = cos(narcos(x)) est polyno-
miale de degré n.
b) Démontrer que cette suite est orthogonale.
c) Trouver la relation de récurrence vérifiée par les Tn .
d) Montrer que pour tout n ∈ N , Tn vérifie l’équation différentielle (1−x2 )y 00 −xy 0 +n2 y =
0.
2
5. Polynômes de Hermite. I = R, p(x) = √1 exp(− x2 ). On désigne par D l’opérateur

de dérivation et on note pour n ∈ N,
2 /2 2 /2
∀x ∈ I, Hn (x) = (−1)n ex Dn (e−x ).

a) Montrer que pour tout n ∈ N ∀x ∈ I, Hn+1 (x) = xHn (x) − Hn0 (x).
En déduire que Hn est polynomiale de degré n. Quel est le coefficient de X n dans polynôme
Hn ?
b) Montrer que pour tout n ∈ N∗ et m ∈ N on a hHn , Hm i = hHn−1 , Hm 0
i.
1
En déduire que les polynômes Pn = n! Hn forment une suite orthonormale de R[X].

c) Montrer que pour tout n ∈ N∗ , Hn0 = nHn−1


d) Montrer que pour tout n ∈ N∗ on a Hn+1 (x) − xHn (x) + nHn−1 (x) = 0.
e) Montrer que pour tout n ∈ N, Hn est solution de l’équation différentielle : y 00 −xy 0 +ny =
0.
6. Polynôme de Laguerre I = [0, +∞[, p(x) = e−t
1 n −t n
∀x ∈ I, Ln (x) = D (e t ).
n!

7. Polynôme de Jacobi I = I =] − 1, 1[, p(t) = (1 − t)α (1 + t)β ,


pour α = 0 = β on les appelle les polynômes de Legendre ,
pour α = − 21 = β ce sont les polynômes de Tchebichev

16.3 Pour aller plus loin


Exercice 16.9 Soient E un espace préhilbertien réel et f : E → E une application surjective
telle que pour tout x, y ∈ E, on ait

(f (x) | f (y)) = (x | y)

Montrer que f est un endomorphisme de E.

70
Exercice 16.10 On munit E = C ([a, b] , R) du produit scalaire défini par
Z b
(f | g) = f (t)g(t) dt
a

En exploitant le théorème d’approximation uniforme de Weierstrass, établir que l’orthogonal


du sous-espace vectoriel F de E formé des fonctions polynomiales est réduit à {0}.

Exercice 16.11 Soit E un espace de Hilbert réel et C une partie convexe fermée non vide de
E.
1. Soit (wn ) une suite d’éléments de C telle que

kwn − xk → d(x, C)

Montrer que (wn ) est une suite de Cauchy.


2. Montrer que, pour tout x de E, il existe un unique vecteur u de C tel que

kx − uk = d(x, C)

On note u = pC (x).
3. Montrer que pC (x) est l’unique vecteur v de C tel que

∀w ∈ C, (x − v | w − v) 6 0

4. Montrer que l’application pC est lipschitzienne.

Exercice 16.12 Soit E un espace euclidien et u ∈ L(E). On suppose que ∀x ∈ E, ku(x)k ≤


kxk
1. Soit x ∈ E tel que u(x) = x. Montrer que :

∀y ∈ E (x|u(y)) = (x|y)

On pourra utiliser le fait que pour tout λ ∈ R ku(x + λy)k ≤ kx + λyk


2. En déduire que
E = ker(u − id) ⊕ Im(u − id)
3. Pour tout p ∈ N, on pose
p
1 X k
vp = u
p + 1 k=0
déterminer la limite de la suite (vk ).

71
Chapitre 17
ENDOMORPHISME D’UN ESPACE EUCLIDIEN
17.1 Savoir-faire
Exercice 17.1 Expression d’une rotation
Montrer que la rotation d’axe dirigé par a et d’angle θ a pour expression

R(a,θ) (x) = (x|a)a + cos θ(x − (x|a)a) + sin θ(a ∧ x)

Exercice 17.2 Soit E = R3 Soit → −u = (a, b, c) ∈ E tel que a2 + b2 + c2 = 1



− → − → −
Donner la matrice dans la base orthormée directe ( i , j , k )
1. de la réflexion par rapport au plan d’équation ax + by + cz = 0.
2. de la rotation d’axe dirigé par →

u et d’angle π 2

Exercice 17.3 Etudier les endomorphismes de E donnés dans une base orthonormée directe
par les matrices :
     
2 2 1 1 2 2 2 1 2
1 1 1
A =  −2 1 2  , B =  2 1 −2  , C ==  2 −2 −1 
3 3 3
1 −2 2 2 −2 1 −1 −2 2
Exercice 17.4 Quels sont les endomorphismes de E qui sont à la fois orthogonaux et symétriques?

Exercice 17.5 1. Montrer qu’un projecteur d’un espace euclidien est orthogonal si et seule-
ment si il est symétrique.
2. Soit p un projecteur d’un espace euclidien tel que pop∗ = p∗ op. Montrer que p est un
projecteur orthogonal.

Exercice 17.6 Soit k ∈ R, la forme quadratique sur R2 définie par

qk : (x, y) 7→ 2x2 − 5xy + ky 2

est-elle définie positive?

Exercice 17.7 Soient (u, v) ∈ S(E)2 . Montrer que

uov ∈ S(E) ⇔ uov = vou

17.2 Les classiques


Exercice 17.8 Réduction des endomorphismes orthogonaux
Soit E un espace euclidien et u un endomorphisme orthogonal de E.
1. Montrer que E contient une droite ou un plan stable par u.
2. Montrer que E est somme directe orthogonale de droites ou de plans stables par u. ire
qu’il existe une base orthonormée de E dans laquelle la matrice A de u est diagonale par
blocs:
A = diag (Ip , −Iq , Rϑ1 , .., Rϑr )
où Rϑi est la matrice de la rotation d’angle ϑi . Quelle propriété peut-on en déduire sur
les matrices orthogonales?

72
Exercice 17.9 Isométries affines.
Soit E un espace euclidien. Soit f une application non nécessairement linéaire de E dans E.
1. On suppose que f conserve le produit scalaire. Montrer que f est linéaire.
2. On suppose que f conserve les distances, c’est à dire

∀(x, y) ∈ E 2 , kf (x) − f (y)k = kx − yk

Montrer que f est une isométrie affine c’est à dire que f = f (0) + g avec g ∈ O(E).

Exercice 17.10 Similitudes:


Soit E un espace euclidien. Soit f ∈ L(E) et λ > 0. On dit que f est une similitude de rapport
λ si
∀x ∈ E, kf (x)k = λ kxk
1. Montrer que f est une similitude de rapport λ ssi

∀(x, y) ∈ E 2 , (f (x)|f (y)) = λ2 (x|y)

2. Caractériser les similitudes par leur matrice dans une bon.


3. Montrer que f est une similitude ssi f 6= 0 et conserve l’orthogonalité, c’est à dire :

∀(x, y) ∈ E 2 , (x|y) = 0 ⇒ (f (x)|f (y))

Exercice 17.11 Soit A ∈ Sn (R) soit λ1 , ..., λn les valeurs propres de A comptées avec leur
ordre de multiplicité.
Montrer que :
Xn X
λ2i = a2i,j
i=1 i,j
P Q
Exercice 17.12 Soit l’ensemble des matrices stochastiques et l’ensemble des matrices
de permutation.
( n
)
X X
= A ∈ Mn (R) | ∀(i, j) ai,j ∈ [0, 1] et ai,j = 1
j=1
Y 
= A ∈ Mn (R) | ∃σ ∈ Sn ∀(i, j) ai,j = δi,σ(j)

Montrer que Y X\
= On

Exercice 17.13 Endomorphisme conservant le produit vectoriel


Déterminer tous les endomorphismes d’un espace vectoriel euclidien orienté de dimension 3
conservant le produit vectoriel c’est à dire tels que :

∀(x, y) ∈ E 2 u(x) ∧ u(y) = u(x ∧ y)

Exercice 17.14 Matrices antisymétriques :


Soit M ∈ Mn (R) antisymétrique et f l’endomorphisme canoniquement associé.
1. Montrer que les valeurs propres de M sont imaginaires pures.
2. Montrer que ker f et Imf sont orthogonaux. En déduire que g l’ endomorphisme induit
par f sur Imf est un isomorphisme de Imf .

73
3. Montrer que g 2 est diagonalisable. En déduire que le rang de g est pair.

Exercice 17.15 Quotients de Rayleigh :


Soit f ∈ S(E) et λ1 ≤ λ2 ≤ ... ≤ λn ses valeurs propres.
1. Montrer que :
∀x ∈ E, λ1 kxk2 ≤ (f (x)|x) ≤ λn kxk2
2. Montrer que si l’une des deux inégalités est une égalité alors x est un vecteur propre de f .
3. Soit (e1 , ...en ) une bon de E telle que ∀i (f (ei )|ei ) = λi . Montrer que ∀i f (ei ) = λi ei

Exercice 17.16 Mineurs principaux positifs :


Soit A ∈ Sn (R). Pour ≤ p ≤ n, on note

∆p = det((ai,j )1≤i,j≤p )

Montrer que
A ∈ Sn++ (R) ⇐⇒ ∀p, ∆p > 0

17.3 Pour aller plus loin


Exercice 17.17 Soit P ∈ O(n). Montrer à l’aide de Cauchy-Schwarz que

X
pi,j ≤ n



i,j

Exercice 17.18 Soit A ∈ Mn (R) telle que A3 =t AA. A est-elle diagonalisable dans Mn (R),
dans Mn (C)?

Exercice 17.19 Montrer que ∀(A, B) ∈ (Sn+ )2 on a 0 ≤ tr(AB) ≤ tr(A)tr(B)

Exercice 17.20 Soit n ∈ N ∗ , A ∈ Sn (R), B ∈ Sn++ (R), soit f l’application de Mn,1 (R)\{0}
vers R définie par :
t
XAX
f (X) = t
XBX
1. Montrer que f est bornée et atteint ses bornes.
2. Déterminer les bornes inf et sup lorsque (x, y, z) ∈ R3 \{0} de :
2xy + 2yz
5x2 + 5y 2 + 6z 2 + 2xy + 8xz + 8yz

Exercice 17.21 1. Soit A ∈ Mn (R) et S = 21 (A +t A). Soit

α = min{λ, λ ∈ Sp(S)}, β = max{λ, λ ∈ Sp(S)}

Montrer que toute valeur propre de A est dans [α, β]

2. Soit A une matrice antisymétrique, montrer que Sp(A) ⊂ {0}

Exercice 17.22 Soit A ∈ Sn+ (R) et U ∈ On (R). Montrer que tr(AU ) ≤ tr(A).

74
Exercice 17.23 Soit n ∈ N∗ , soit M = (mi,j ) ∈ Mn (R) avec

1
mi,j =
i+j−1
R1 1
Montrer que M est symétrique définie positive. On pourra remarquer que 0
tk dt = k+1

Exercice 17.24 Soit E un espace euclidien orienté de dimension 3 et soit a ∈ E.


Déterminer l’exponentielle de l’endomorphisme f de E défini par :

f : x 7→ a ∧ x

Exercice 17.25 Donner une condition nécessaire et suffisante pour que deux rotations d’un
espace vectoriel euclidien commutent.

75
Chapitre 18
EQUATIONS DIFFERENTIELLES LINEAIRES
18.1 Savoir-faire
Exercice 18.1 Résoudre les équations suivantes :

y 0 + 2y = x2 − 2x + 3
1
(x ln x)y 0 − y = − (ln x + 1)
x
Exercice 18.2 Résoudre les systèmes X 0 = AX dans chacun des cas suivants. Etudier les
orbites : √ !
1 3
   
2 1 1 2 √4
− 4
A= ; A= ; A= 3 1
1 2 2 1
4 4

Que se passerait-il si A admettait une valeur propre double?

Exercice 18.3 On voudrait résoudre le problème de Cauchy X 0 = AX + B avec X(0) = 0


   
3 1 −1 0
A=  1 1 1  ; B=  1 
2 0 2 1

1. Déterminer les valeurs propres deA et en déduire que N = A − 2I est nilpotente.


2. Calculer exp(tN ) puis exp(tA).
3. Résoudre le problème de Cauchy.

Exercice 18.4 Résoudre X 0 = AX dans chacun des cas suivants :


   
4 −1 −1 4 1 −3
A=  1 2 −1  ; A=  8 3 −5 
1 −1 2 −2 −1 1

Exercice 18.5 Résoudre le système :


 0
 x = 3x − 2y − 4z + tet − t
y 0 = −2x + 3y + 2z + tet − 2t − 2
 0
z = 3x − 3y − 4z + 1

Exercice 18.6 Pour n ∈ N∗ on considère l’équation

(En ) : xy 0 − ny = 0

1. Donner l’espace vectoriel des solutions sur chacun des intervalles I =]0, +∞[ et J =
] − ∞, 0[.
2. Dans le cas où n = 1 déterminer uniquement par des considérations graphiques l’espace
vectoriel des solutions de (E1 ) sur R.
3. Dans le cas où n ≥ 2, déterminer avec soin l’espace vectoriels des solutions de (En ) sur R.
Quelle est la dimension de cet espace vectoriel?

76
Exercice 18.7 Intégrer les équations suivantes :

y 00 + y 0 − 6y = 1 − 8x − 30x2 y 00 + 3y 0 + 2y = ex y 00 − 4y 0 + 4y = xch2x
y 00 + y 0 = 3 + 2x y 00 + 3y 0 + 2y = e−x y 00 + y 0 − 2y = 8 sin 2x
y 00 + 4y = 4 + 2x − 8x2 − 4x3 y 00 + 2y 0 + y = 2e−x y 00 − 2y 0 + 5y = −4e−x cos x + 7e−x sin x − 4ex sin 2x

Exercice 18.8 Résoudre après avoir cherché une solution évidente les équations

(1 + t2 )x00 − 2tx0 + 2x = 0
(1 + t2 )x00 − 2x = 0

Exercice 18.9 Soit


(E) : x2 y 00 + 4xy 0 + (2 − x2 )y = 1
1. Résoudre cette équation différentielle sur R∗+ et R∗− en posant u = x2 y
2. Etudier le recollement des solutions.

Exercice 18.10 Soit


(E) : ty 00 (t) + 2y 0 (t) − ty(t) = 0
1. Déterminer les solutions de cette ation diffntielle développables en série entière.
2. Déterminer les solutions sur R∗+ , R∗− et R.

Exercice 18.11 Résoudre


e−3t
y 00 (t) + 6y 0 (t) + 9y(t) = √
1 + t2

18.2 Les classiques


Exercice 18.12 Lemme de Gronwall :
Soient (f, g) ∈ C(I, R)2 , g ≥ 0 et t0 ∈ I telles que
Z t
∀t ∈ I, f (t) ≤ k + g(s)f (s)ds
t0

Montrer que Z t 
∀t ∈ I, t > t0 , f (t) ≤ k exp g(s)ds
t0

Exercice 18.13 Soit (a, b, c) ∈ R∗ × R2 , et (E) l’équation différentielle

ax2 y 00 + bxy + cy = 0

1. En posant z(t) = y(et ) montrer que y est solution sur R∗+ de (E) ssi z est solution d’une
équation du second ordre à coefficients constants que l’on donnera.
2. Résoudre l’équation sur R∗+ puis sur R∗−

Exercice 18.14 On munit Rn du produit scalaire canonique. Soit A ∈ Sn++ (R).


1. Montrer qu’il existe a > 0 tel que

∀X ∈ Mn (R) ; kXk = 1 ⇒ (AX|X) ≥ a

77
2. Montrer que
∀X ∈ Mn (R) (AX|X) ≥ a kXk2
3. Soit Y une solution du système différentiel Y 0 = AY . Montrer que

∀t ≥ 0 ; kY (t)k2 ≥ e2at kY (0)k2

Exercice 18.15 Solutions podiques


Soit µ une application continue 2π périodique de R dans R. On considère l’équation différentielle

(E) : y 00 + y = µ(t)

1. Montrer qu’une solution ϕ de (E) sur R est podique si et seulement si y(0) = y(2π) et
y 0 (0) = y 0 (2π)
2. Déterminer la solution ϕ de (E) R telle que ϕ(0) = 0 = ϕ0 (0).
3. Lorsque µ(t) = sin t la solution ϕ est-elle 2π périodique? (resp µ(t) = cos t)
4. Lorsque µ(t) = sin t la solution ϕ est-elle bornée? (resp µ(t) = cos t)
5. Lorsque µ(t) = |sin t| la solution ϕ est-elle 2π périodique?

Exercice 18.16 Soient a, b, c des fonctions continues de R dans R. On suppose que a ne


s’annule pas.
Soit y une solution de
ay 00 + by 0 + cy = 0
On suppose qu’il existe une suite xn strictement croissante de points de R convergeant vers x
telle que
∀n ∈ N, y(xn ) = 0
Montrer que y est la fonction nulle.

Exercice 18.17 Soit


(E) : y 00 + py = 0
o p une application continue de R dans R+ non nulle. Montrer que toutes les solutions de (E)
sur R s’annulent au moins une fois.

Exercice 18.18 Soient m ∈ R+∗ et q ∈ C 0 (R+ , R) telle que

∀t ∈ R+ , q(t) > m

On note E l’ation diffntielle y 00 + qy = 0. Soit f une solution non nulle de E.


1. Montrer qu’il existe p, g : R+ → R de classe C 1 avec p > 0 telle que f = p cos g et
f 0 = p sin g.
2. Exprimer g 0 en fonction de g et q.
3. En dire que g est un C 1 -difforphisme de R+ sur g(R+ ).
4. Montrer que f s’annule une infinit fois.

78
18.3 Pour aller plus loin
Exercice 18.19 Soit
y 00 = gy
où g est une application continue de R+ vers R+ telle qu’il n’existe pas d’intervalle non réduit
à un point sur lequel la restriction de g est nulle.
1. Soit y une solution non nulle. Montrer que yy 0 s’annule au plus en un point.
2. Soit ya la solution définie par

ya (0) = 1
ya0 (0) = a

Montrer que si a 6= b alors les graphes de ya et yb ne se coupent qu’à l’origine.

Exercice 18.20 Résoudre le système :

(t + 1)x0 = tx − y + 2t
 2

(t2 + 1)y 0 = x + ty − 1

On cherchera un système fondamental de solutions de l’équation homogène simple puis on fera


varier les constantes.

Exercice 18.21 Rudre sur R l’ation


2t 0 1 t
y 00 + y + 2 y= 2
t2 +1 (t + 1) 2 (t + 1)2
en posant x = arctan t.

Exercice 18.22 Soit g de classe C 1 croissante et bornée de R+ dans R.


1. Montrer que les solutions de
(E) : y 00 + y = g
sont bornées.
2. Montrer qu’il existe une unique solution de (E) qui a une limite finie en +∞.

Exercice 18.23 Drminer les fonctions f : R+∗ → R dvables telles que

∀x > 0, f 0 (x) = f (1/x)

Exercice 18.24 Dans chacun des cas, trouver toutes les applications de R dans R continues
telles que
Z x+y
2
∀(x, y) ∈ R f (x)f (y) = f (t)dt
x−y
∀x ∈ R f 0 (x) + f (−x) = (−2x + 2)ex

Exercice 18.25 1. Soit f une fonction de classe C 2 sur R. Montrer qu’il existe au plus une
application g de classe C 2 sur R telle que
Z x
∀x ∈ R, g(x) = (x − t)g(t)dt + f (x)
0

79
2. Résoudre dans le cas où f (x) = cos x

Exercice 18.26 Soient f ∈ C 1 (]0, +∞[ , R) et g une solution non identiquement nulle de

E : y 00 + f y = 0
1. Montrer que les zs de g sont isol
Dans la suite, x1 et x2 sont deux zs constifs de g vfiant x1 < x2 .
2. Montrer, si x ∈ [x1 , x2 ]
Z x Z x2
(x2 − x) (t − x1 )f (t)g(t) dt + (x − x1 ) (x2 − t)f (t)g(t) dt = (x2 − x1 )g(x)
x1 x

3. En dire une minoration de Z x2


|f (t)| dt
x1

80
Chapitre 19
CALCUL DIFFERENTIEL
19.1 Savoir-faire
Exercice 19.1 Etudier l’existence de la limite éventuelle en (0, 0) ou (0, 0, 0) des fonctions
suivantes :
1

x2 y x2 − y 2 1 − cos(x2 + y 2 ) e x2 +y2 +z2 sin x4 + sin y 4 sin4 x + (1 − cos y)2
a) 4 , b) 2 , c) , d) , e) p , f )
x + y2 x + y2 x2 + y 2 x4 + y 4 + z 4 x4 + y 4 4x4 + y 4

Exercice 19.2 Les fonctions suivantes sont-elles prolongeable en une fonction de classe C 1
! 4 4
2 2 1 2 2 2 2 sin(x3 + y 3 ) ex − ey
a)(x + y ) sin p b)x y ln(x + y ) c) d) 2
x2 + y 2 x2 + y 2 (x + y 2 )2

Exercice 19.3 Trouver toutes les fonctions de classe C 1 telles que


∂f ∂f x
∀(x, y) ∈ (R+ 2
∗) , x (x, y) + y (x, y) = p
∂x ∂y x2 + y 2
On pourra utiliser les coordonnées polaires.

Exercice 19.4 U = {(x, y) ∈ R2 | x2 − y 2 > 0}.Trouver toutes les fonctions de classe C 2 telles
que
2 ∂ 2f ∂ 2f 1
∀(x, y) ∈ U , 2
(x, y) − 2 (x, y) = p
∂x ∂y x − y2
2

On pourra utiliser le changement de variables u = x + y, v = x − y.

Exercice 19.5 Trouver les extrémums relatifs des fonctions suivantes :

f (x, y) = (x − y)2 + x3 + y 3
f (x, y) = (x − y)2 + x4 + y 4
f (x, y) = x4 + y 4 − 2(x − y)2
x2
f (x, y, z) = + xyz − z + y
2

19.2 Les classiques


Exercice 19.6 Soit I un intervalle non réduit à un point de R. Soit f : I → R dérivable
Pour (x, y) ∈ I 2 on pose
 f (y)−f (x)
y−x
si x 6= y
F (x, y) = 0
f (x) sinon
Montrer que F est continue ssi f est C 1 .

Exercice 19.7 Montrer que les fonctions suivantes sont C ∞ sur R2


exy − 1
f (x, y) = si y 6= 0 et f (0, y) = y
y
sin(xt)
h(x, t) = si x 6= 0 et h(0, t) = t
ex − 1

81
Exercice 19.8 Formule d’Euler :
Soit U un ouvert de Rn et f : U → Rn tels qu’il existe α > 0 vérifiant

∀x ∈ U, ∀t > 0, tx ∈ U et f (tx) = tα f (x)

Montrer que :
n
X ∂f
∀x ∈ U, xi = αf
k=1
∂xi
Indication: on pourra dériver de deux manières différentes t 7→ f (tx)

Exercice 19.9 Soit E un espace vectoriel euclidien.


1. L’application
f : x ∈ E 7→ kxk2
est-elle différentiable en tout point de E. Si oui calculer sa différentielle.
2. Même question avec
f : x ∈ E\{0} 7→ kxk

Exercice 19.10 Existe-t-il sur Rn une norme différentiable?

Exercice 19.11 Soit U = GLn (R) et

f : M ∈ U 7→ M −1

1. Montrer que U est un ouvert de Mn (R) et que f est continue.


2. Montrer que f est C 1 sur U et préciser df.

Exercice 19.12 Soit E = Mn (R).


Montrer que les applications suivantes sont de classe C 1 et calculer leur différentielle.

7 t MM
f : M ∈E→
f : M ∈E→7 det M

Exercice 19.13 Fonctions harmoniques :


Soit f ∈ C 2 (U, K) avec U un ouvert de R2 et K = R ou C. On définit le laplacien de f par

∂ 2f ∂ 2f
∆f (x, y) = (x, y) + (x, y)
∂x2 ∂y 2

On dit que f est harmonique si le laplacien de f est nul sur U

1. Montrer que les applications suivantes sont harmoniques :

f (x, y) = ex+iy
g(x, y) = (x + iy)n
y

2. Déterminer les fonctions v réelles de classe C 2 telles que la fonction k(x, y) = v x
soit
harmonique sur R2 \{(0, y) : y ∈ R}

82
3. Principe du maximum :
Soit f une fonction réelle harmonique et pour r > 0 on définit

D = {(x, y) : x2 + y 2 ≤ r2 }
C = {(x, y) : x2 + y 2 = r2 }

Pour p ∈ N∗ on note
x2 + y 2
fp (x, y) = f (x, y) +
p
(a) Montrer qu’il existe un point Mp = (ap , bp ) ∈ D en lequel fp atteint son maximum.
(b) Montrer que si Mp appartient à l’intérieur de D alors

∂ 2 fp ∂ 2 fp
(a ,
p pb ) ≤ 0 ; (ap , bp ) ≤ 0
∂x2 ∂y 2

(c) En déduire en calculant ∆fp que Mp ∈ C


(d) Montrer qu’il existe un point P = (a, b) de C en lequel f atteint son maximum sur
D.
(e) En déduire que deux fonctions harmoniques égales le long de C sont égales dans tout
D.

Exercice 19.14 Déterminer le Laplacien en coordonnées polaires

Exercice 19.15 Fonctions holomorphes


Soit U un ouvert de C et
f :U →C
On note U1 = {(x, y) ∈ R2 : x + iy ∈ U } , soient P, Q, F les fonctions définie sur U1 par

F (x, y) = (P (x, y), Q(x, y)) ⇐⇒ f (x + iy) = P (x, y) + iQ(x, y)

On dit que f est dérivable au sens complexe ou holomorphe en z0 ∈ U si

f (z) − f (z0 )
z − z0
possède une limite en z0 . Cette limite est notée f 0 (z0 ).

1. Montrer que f est dérivable en z0 ssi F est différentiable en (x0 , y0 ) et dF (x0 , y0 ) est une
similitude.
2. Donner une CNS portant sur P et Q pour que f soit dérivable en z0

19.3 Pour aller plus loin


Exercice 19.16 Soit D = {(x, y), x > 0, y > 0} et f : D → R définie par
  
 f (x, y) = √ 1
Arc cos x
y
si 0 < x < y

 y 2 −x2  
f (x, y) = √ 21 2 Argch xy si 0 < y < x

 x −y
f (x, x) = x1

83
1. Montrer que f est C 1 .
2. Montrer que f est égale à :
Z π
2 x sin ϕ
2 dϕ
0 x2 sin ϕ + y 2 cos2 ϕ

Exercice 19.17 Soit


1 −n(x2 +y2 )
Un (x, y) = e
n2
Montrer que la fonction U suivante est C 1 sur R2

X
U : (x, y) 7→ Un (x, y)
n=0

Exercice 19.18 Soit E = C 1 ([0, 1] × R, R)


Montrer que l’application ϕ de Rn [X] dans R est C 1 sur E et calculer sa différentielle
Z 1
ϕ(P ) = f (t, P (t))dt
0

Exercice 19.19 Soit A un compact de Rn d’intérieur non vide. Soit

f :A→R

continue, différentiable sur Å constante sur f r(A).


Montrer qu’il existe un point x de l’intérieur de A tel que df (x) = 0

Exercice 19.20 Soit c > 0 chercher toutes les fonctions de classe C 2 telle que :

∂ 2f ∂ 2f
c2 =
∂x2 ∂t2
On pourra faire un changement de variable de la forme :

u = x + at
v = x + bt

Exercice 19.21 Soit ABC un triangle du plan euclidien .


A tout point M intérieur au triangle on associe

f (M ) = pqr

où
p = d(M, (BC)), q = d(M, (AC)), r = d(M, (AB))
Montrer que f admet un maximum que l’on déterminera. Précisez géométriquement le point
concerné.

84

Vous aimerez peut-être aussi