Vous êtes sur la page 1sur 14

Chapitre 2 :

Dynamique des Fluides Parfaits

I_/ Introduction
Dans ce chapitre, nous nous proposons d’étudier l’écoulement d’un fluide parfait
incompressible en reliant cet écoulement aux forces qui lui ont donné naissance. Notons
qu’un fluide est considéré comme parfait lorsque les effets de la viscosité sont négligés (on
néglige en fait les forces de viscosité).
Pour ce faire, nous allons établir deux relations importantes en mécanique des fluides à savoir
l’équation de continuité et l’équation de Bernoulli.
 L’équation de continuité traduit le principe de conservation de la masse.
 L’équation de Bernoulli traduit le principe de conservation de l’énergie.
Pour aboutir à ces deux équations, nous allons considérer les hypothèses simplificatrices
suivantes :

 le fluide est parfait (viscosité nulle) et est incompressible (𝜌 = 𝑐𝑡𝑒),


 l’écoulement du fluide est permanent ou stationnaire (c.-à-d. que le champ des vitesses
est indépendant du temps),
 l’écoulement du fluide est irrotationnel (absence de rotation propre),
 les actions mécaniques extérieures à distance qui s’exercent sur le fluide sont réduites à
la seule action de la pesanteur d’intensité 𝑔 supposée uniforme.

II_/ Equation de continuité


Comme mentionné ci-dessus, l’équation de continuité traduit la conservation de la masse.
Pour aboutir à l’équation qui modélise cette notion, nous allons considérer un fluide parfait et
incompressible en écoulement permanent. Soit une veine de fluide (ou tube de courant) de
section variable (figure ci-dessous).
On désigne par :
* 𝑆1 et 𝑆2 respectivement la section d’entrée et la section de sortie du fluide à l’instant 𝑡,
* 𝑆1′ et 𝑆2′ respectivement les sections d’entrée et de sortie du fluide à l’instant 𝑡 + 𝑑𝑡,

* 𝑑𝑚1 la masse contenue dans le volume compris entre les sections 𝑆1 et 𝑆1′ ,
* 𝑑𝑚2 la masse contenue dans le volume compris entre les sections 𝑆2 et 𝑆2′ ,
* 𝑀 la masse de fluide contenue dans le volume compris entre les sections 𝑆1′ et 𝑆2 ,
⃗ 1 et 𝑉
* 𝑉 ⃗ 2 les vecteurs vitesses d’écoulement du fluide à travers les sections 𝑆1 et 𝑆2 ,

* 𝑑𝑥1 et 𝑑𝑥2 respectivement les déplacements des sections 𝑆1 et 𝑆2 pendant l’intervalle de


temps 𝑑𝑡,

Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 1


* 𝑑𝜏1 : volume élémentaire entrant compris entre les sections 𝑆1 et 𝑆1′ ,
* 𝑑𝜏2 : volume élémentaire sortant compris entre les sections 𝑆2 et 𝑆2′ ,

A l’instant 𝑡, le fluide compris entre 𝑆1 et 𝑆2 a une masse 𝑚(𝑡) = 𝑀(𝑡) + 𝑑𝑚1.


A l’instant 𝑡 + 𝑑𝑡 , le fluide compris entre 𝑆1′ et 𝑆2′ a une masse 𝑚(𝑡 + 𝑑𝑡) = 𝑀(𝑡 + 𝑑𝑡) + 𝑑𝑚2 .
En régime permanent, il n’y a ni perte ni création de masse : la masse se conserve. On a donc :

𝑚(𝑡 + 𝑑𝑡) = 𝑚(𝑡) et 𝑀(𝑡 + 𝑑𝑡) = 𝑀(𝑡) d’où :

𝑑𝑚1 = 𝑑𝑚2 ⟺ 𝜌1 𝑑𝜏1 = 𝜌2 𝑑𝜏2 ⟺ 𝜌1 𝑆1 𝑑𝑥1 = 𝜌2 𝑆2 𝑑𝑥2 .

Comme le fluide est incompressible, on a : 𝜌1 = 𝜌2 = 𝜌 et par suite :

𝑆1 𝑑𝑥1 = 𝑆2 𝑑𝑥2 ⟺ 𝑆1 𝑉1 𝑑𝑡 = 𝑆2 𝑉2 𝑑𝑡 . Après simplification, il vient :

𝑺𝟏 𝑽𝟏 = 𝑺𝟐 𝑽𝟐 ou plus simplement : 𝑺. 𝑽 = 𝒄𝒕𝒆 appelée équation de continuité

Cette relation traduit le principe de conservation de la masse.

𝑺. 𝑽 = 𝒄𝒕𝒆 ⟺ si la section 𝑆 augmente alors la vitesse d’écoulement 𝑉 diminue et vice


versa.

Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 2


III_/ Notion de débit

Considérons, par exemple, une conduite dans laquelle circule un fluide. On appellera section de
passage la surface à travers laquelle s’écoule le fluide.

Le débit est la quantité de matière (exprimée par une masse ou un volume) qui passe à chaque
unité de temps à travers cette section. Si on choisit d’exprimer la quantité de matière, alors on
parlera de débit massique. Si on choisit un volume on parlera de débit volumique. On notera 𝑸𝒎
le débit massique et 𝑸𝒗 le débit volumique.

III_1) Débit massique :

𝒅𝒎
Le débit massique est défini par : 𝑸𝒎 = (en 𝑘𝑔. 𝑠 −1 ) . Il mesure la masse de fluide qui
𝒅𝒕
traverse la section de passage durant une seconde.

En pratique, l’expression du débit massique s’obtient comme suit :

𝒅𝒎 𝝆𝑺𝒅𝒙
𝑸𝒎 = = =𝝆𝑺𝑽 𝑸𝒎 = 𝝆 𝑺 𝑽 ⟹
𝒅𝒕 𝒅𝒕

* 𝝆 : masse volumique du fluide (en 𝑘𝑔. 𝑚−3 ),

* 𝑺 : aire de la section de la conduite (en 𝑚2 ),

* 𝑽 : vitesse d’écoulement à travers la section 𝑆 (en 𝑚. 𝑠 −1).

III_2) Débit volumique :

𝒅𝝉
Le débit volumique est défini par : 𝑸𝒗 = (en 𝑚3 . 𝑠 −1 ) . Il mesure le volume de fluide qui
𝒅𝒕
traverse la section de passage durant une seconde.

En pratique, l’expression du débit volumique s’obtient comme suit :

𝒅𝝉 𝑺𝒅𝒙
𝑸𝒗 = = = 𝑺𝑽 ⟹
𝒅𝒕 𝒅𝒕 𝑸𝒗 = 𝑺 𝑽

Avec les mêmes notations que précédemment.

Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 3


III_3) Relation entre débit volumique et débit massique :

Il est très facile de trouver cette relation à partir des expressions des deux débits :

𝑸𝒎 = 𝝆 𝑸𝒗

Remarques :
1) D’après l’équation de continuité, on a : 𝑺. 𝑽 = 𝒄𝒕𝒆 soit 𝑸𝒗 = 𝒄𝒕𝒆 d’où 𝑸𝒎 = 𝒄𝒕𝒆.
2) On peut utiliser aussi les expressions débit-masse au lieu de débit massique et débit-
volume au lieu de débit volumique.

Donc la conservation de la masse n’est autre que la conservation du débit massique ou


volumique.
Vous trouvez ci-dessous une vidéo intéressante sur le débit.

Exercice :

De l'eau s'écoule à une vitesse uniforme 𝑉1 = 2 𝑚. 𝑠 −1 dans une conduite AB de diamètre


𝑑1 = 1,5 𝑚 reliée à une conduite BC de diamètre 𝑑2 = 1,2 𝑚 de diamètre. Au point C la
conduite se sépare en deux parties. La première CD a un diamètre 𝑑3 = 0,8 𝑚 et

Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 4


transporte le un tiers de l’écoulement total. La vitesse d’écoulement dans la seconde partie
CE est 𝑉4 = 2,5 𝑚. 𝑠 −1. (Voir figure ci-dessous).

Calculer :
1. Le débit volumique 𝑄1 dans la conduite AB ;
2. La vitesse d’écoulement 𝑉2 dans la conduite BC ;
3. La vitesse d’écoulement 𝑉3 dans la conduite CD ;
4. Le diamètre 𝑑4 de la conduite CE.
Réponse :
𝑑2 𝜋x1,52
1. 𝑄1 = 𝑉1 𝑆1 = 𝑉1 𝜋 1 = 2x = 3,53 𝑚3 . 𝑠 −1 .
4 4
2. Le débit se conserve, donc 𝑄2 = 𝑄1 = 𝑉2 𝑆2 ⟹
𝑄2 𝑄2 3,53
𝑉2 = =4 = 4x = 3,12 𝑚. 𝑠 −1 .
𝑆2 𝜋𝑑22 𝜋x1,22

𝑄1⁄ 3 −1
3. La conduite CD transporte le un tiers de l’écoulement total ⟹ 𝑄3 = 3 = 1,176 𝑚 . 𝑠
𝑄3 1,176
Or : 𝑄3 = 𝑉3 𝑆3 ⟹ 𝑉3 = 4 2 = 4x = 2,34 𝑚. 𝑠−1 .
𝜋𝑑3 𝜋x0,82
2
4. La conservation du débit s’écrit : 𝑄2 = 𝑄3 + 𝑄4 ⟹ 𝑄4 = 𝑄2 − 𝑄3 = 3 𝑄2 = 2,354 𝑚3 . 𝑠 −1 ;

𝑑
2 4𝑄4
par suite : 𝑄4 = 𝑉4 𝑆4 = 𝑉4 𝑥𝜋 44 ⟹ 𝑑4 = √ = 1,095 𝑚.
𝜋𝑉4

IV_/ Relation de Bernoulli (Daniel Bernoulli 1700-1782) :


La relation de Bernoulli est l’une des relations les plus importantes de la mécanique des
fluides. Pour l’établir, nous allons adopter les hypothèses énumérées dans le paragraphe
I (§ I_/.)
On considère la même veine de fluide prise dans le paragraphe précédent (§ II-/) pour
établir l’équation de continuité.
* L’axe des 𝒛 est pris vertical ascendant. 𝑧1 , 𝑧2 et 𝑧 désignent respectivement les cotes des
centres de gravité des masses élémentaires 𝑑𝑚1 , 𝑑𝑚2 et 𝑀.

Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 5


* Les vecteurs 𝐹1 et 𝐹2 modélisent les forces de pression exercées par le fluide au niveau des
sections 𝑆1 et 𝑆2 .
⃗ 1 et 𝑉
* 𝑉 ⃗ 2 les vecteurs vitesses d’écoulement du fluide à travers les sections 𝑆1 et 𝑆2 ,

* 𝑃1 et 𝑃2 sont les valeurs de la pression du fluide au niveau des sections 𝑆1 et 𝑆2


respectivement.

Nous allons appliquer le théorème de l’énergie cinétique à la masse 𝑑𝑚 qui se trouve à la cote 𝑧1
à l’instant 𝒕 (entre les sections 𝑆1 et 𝑆1′) et à la cote 𝑧2 à l’instant 𝒕 + 𝒅𝒕 (entre les sections 𝑆2 et
𝑆2′ ).
D’après ce théorème, on a :

𝑑𝐸𝐶 = ∑𝑖 𝛿𝑊𝑖 (𝐹𝑒𝑥𝑡 + 𝐹𝑖𝑛𝑡 ) ( dans notre cas 𝐹𝑖𝑛𝑡 = ⃗0 )

Les forces extérieures sont les forces de pression 𝐹1 et 𝐹2 et le poids 𝑃⃗ de la masse 𝑑𝑚.

Or 𝑑𝐸𝐶 = 𝐸𝐶 (𝑡 + 𝑑𝑡) − 𝐸𝐶 (𝑡) = 𝛿𝑊(𝑃⃗) + 𝛿𝑊(𝐹1 ) + 𝛿𝑊(𝐹2 ) tels que :


1
 𝑑𝐸𝐶 = 2 𝑑𝑚 𝑉 2
 𝛿𝑊(𝑃⃗) = 𝑃⃗ . ⃗⃗⃗
𝑑𝑙 = −𝑑𝑚 𝑔 𝑑𝑧 = −𝑑𝑚 𝑔 (𝑧2 − 𝑧1 )

Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 6


 𝛿𝑊(𝐹1 ) = 𝐹1 . ⃗⃗⃗⃗
𝑑𝑥1 = ‖𝐹1 ‖𝑑𝑥1 = 𝑃1 𝑆1 𝑑𝑥1 = 𝑃1 𝑑𝜏1 ( 𝑑𝜏1 : élément de volume occupé par la
masse 𝑑𝑚1 )
 ⃗⃗⃗⃗ 2 = −‖𝐹2 ‖𝑑𝑥2 = −𝑃2 𝑆2 𝑑𝑥2 = −𝑃2 𝑑𝜏2 ( 𝑑𝜏2 : élément de volume occupé
𝛿𝑊(𝐹2 ) = 𝐹2 . 𝑑𝑥
par la masse 𝑑𝑚2 )
Avec 𝑑𝜏1 = 𝑑𝜏2 = 𝑑𝜏 car ( 𝑑𝑚1 = 𝑑𝑚2 = 𝑑𝑚 et 𝜌1 = 𝜌2 = 𝜌 ).
On a donc :
1
𝑑𝑚(𝑉22 − 𝑉12 ) = 𝑑𝑚 𝑔 (𝑧1 − 𝑧2 ) + (𝑃1 − 𝑃2 )𝑑𝜏 ⟺
2
1
𝜌 𝑑𝜏 (𝑉22 − 𝑉12 ) = 𝜌 𝑑𝜏 𝑔 (𝑧1 − 𝑧2 ) + (𝑃1 − 𝑃2 )𝑑𝜏 où l’on a mis : 𝑑𝑚 = 𝜌 𝑑𝜏
2

En simplifiant par 𝑑𝜏 , il vient :


1
𝜌 (𝑉22 − 𝑉12 ) = 𝜌 𝑔 (𝑧1 − 𝑧2 ) + (𝑃1 − 𝑃2 )
2

Puis, en rangeant les termes de même indice du même côté, on obtient :


𝟏 𝟏
𝑷𝟏 + 𝝆𝒈𝒛𝟏 + 𝝆 𝑽𝟐𝟏 = 𝑷𝟐 + 𝝆𝒈𝒛𝟐 + 𝝆 𝑽𝟐𝟐
𝟐 𝟐

1
Cette équation traduit le fait que la quantité : 𝑃 + 𝜌𝑔𝑧 + 2 𝜌𝑉 2 garde une valeur constante en
tout point d’une ligne de courant et à fortiori en tout point de l’écoulement puisqu’il est
considéré irrotationnel soit :
𝟏
𝑷 + 𝝆𝒈𝒛 + 𝝆𝑽𝟐 = 𝒄𝒕𝒆
𝟐

Cette relation célèbre est bien connue sous le nom de la relation de Bernoulli.
Elle traduit la conservation de l’énergie comme on l’a mentionné auparavant.

Interprétation énergétique
Enumérer les différentes formes
Si l’on regarde bien l’équation de Bernoulli écrite sous la forme suivante dans le cas d’un
fluide parfait :

𝑃 𝑉2
+ + 𝑔 𝑧 = 𝑐𝑡𝑒
𝜌 2

On se rend compte qu’elle comporte trois termes énergétiques :


1
 un terme d’énergie cinétique massique : 𝑒𝑐 = 2 𝑉 2 ,
 un terme d’énergie potentielle de pesanteur massique : 𝑒𝑝𝑝 = 𝑔 𝑧 ,

Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 7


𝑃
 un terme d’énergie massique de pression : 𝑒𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 = 𝜌

V_/ Quelques applications de la relation de Bernoulli


V-1) Vidange d’un réservoir-Formule de Torricelli
On considère un réservoir de grandes dimensions de section 𝑆 contenant un liquide de masse
volumique 𝜌 jusqu’à une hauteur ℎ. Le réservoir est ouvert à l’air libre de pression 𝑃0 = 𝑃𝑎𝑡𝑚 .
En un point B de la surface latérale du réservoir, on perce un orifice de section 𝑠 ( 𝑠 ≪ 𝑆) à
une hauteur h en dessous de la surface libre du liquide. On note A un point choisi au hasard
sur la surface libre du liquide et B un point pris au niveau du jet libre généré par le trou.
On suppose que le liquide est parfait et que l’écoulement est permanent et incompressible. On
se propose d’établir l’expression de la vitesse 𝑉𝐵 de du liquide à la sortie du réservoir au point
B.

On applique la relation de Bernoulli entre les points A et B :

Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 8


1 1
𝑃𝐴 + 𝜌𝑔𝑧𝐴 + 𝜌 𝑉𝐴2 = 𝑃𝐵 + 𝜌𝑔𝑧𝐵 + 𝜌 𝑉𝐵2
2 2
Or 𝑃𝐴 = 𝑃𝐵 = 𝑃0 = 𝑃𝑎𝑡𝑚 puisque les points A et B se trouvent au contact de l’air.
1 1
⟹ 𝜌 𝑉𝐵2 − 2 𝜌 𝑉𝐴2 = 𝜌𝑔𝑧𝐴 − 𝜌𝑔𝑧𝐵 ⟺
2
1 1
𝜌(𝑉𝐵2 − 𝑉𝐴2 ) = 𝜌𝑔(𝑧𝐴 − 𝑧𝐵 ) ⟺ 𝜌𝑉𝐵2 (1 − 𝑉𝐴2 /𝑉𝐵2 ) = 𝜌𝑔ℎ
2 2

Par ailleurs, la conservation du débit nous permet d’écrire :


𝑉𝐴 𝑆 𝑠
𝑆𝐴 𝑉𝐴 = 𝑆𝐵 𝑉𝐵 ⟹ = 𝑆𝐵 = 𝑆 ≪ 1 d’où l’on peut négliger 𝑉𝐴2 /𝑉𝐵2 devant 1.
𝑉𝐵 𝐴

1
On aura alors : 2 𝜌𝑉𝐵2 = 𝜌𝑔ℎ d’où la formule de Torricelli :

𝑽𝑩 = √𝟐𝒈𝒉

Remarque :
On pourrait aussi adopter la démarche suivante pour aboutir à cette formule :
On peut supposer tout simplement que la vitesse 𝑉𝐴 au niveau de la surface libre est presque
nulle vu que l’écoulement y est très lent : 𝑉𝐴 ≈ 0 ⟹ 𝑉𝐵 = √2𝑔ℎ .

Dans ce sens, la vidéo ci-dessus permettrait au lecteur plus de compréhension.

V-2) Tube de Venturi (Giovanni Batista Venturi, physicien italien, 1746-1822)


Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 9
V-2-1) L’effet Venturi
On considère l’écoulement d’un fluide parfait et incompressible dans une conduite horizontale
munie d’un convergent divergent : la section de la conduite subit un rétrécissement (ou
étranglement).

Nous allons appliquer la relation de Bernoulli entre les points A et B (le point B est situé au col
du tube) pour déterminer l’expression de la dépression ∆𝑃 = 𝑃𝐴 − 𝑃𝐵 .
1 1
𝑃𝐴 + 𝜌𝑔𝑧𝐴 + 𝜌 𝑉𝐴2 = 𝑃𝐵 + 𝜌𝑔𝑧𝐵 + 𝜌 𝑉𝐵2
2 2
Or, le tube est horizontal, donc 𝑧𝐴 = 𝑧𝐵 . Il s’en suit que :
1 1 1
∆𝑃 = 𝑃𝐴 − 𝑃𝐵 = 𝜌 𝑉𝐵2 − 𝜌 𝑉𝐴2 = 𝜌 (𝑉𝐵2 − 𝑉𝐴2 )
2 2 2
𝑉𝐴 𝑆
En utilisant l’équation de continuité 𝑆𝐴 𝑉𝐴 = 𝑆𝐵 𝑉𝐵 ⟹ = 𝑆𝐵 d’où :
𝑉𝐵 𝐴

1 1
∆𝑃 = 𝜌 𝑉𝐵2 (1 − 𝑉𝐴2 /𝑉𝐵2 ) = 𝜌 𝑉𝐵2 (1 − 𝑆𝐵2 /𝑆𝐴2 )
2 2
Quel est le signe de ∆𝑃 ?
𝑆𝐵
On sait que 𝑆𝐵 < 𝑆𝐴 ⟹ < 1 d’où ∆𝑃 > 0 c’est-à-dire 𝑃𝐵 < 𝑃𝐴 : on alors une chute de
𝑆𝐴
pression (dépression) au niveau du col : c’est l’effet Venturi qui est un phénomène
important de la dynamique des fluides, et présente la formation d’une dépression dans la
zone du col où les particules sont accélérées. Cet effet peut être mis à profit pour les
applications suivantes :
 Mesure de débit ou de vitesse.
 Principe des trompes à eau montées sur les robinets des paillasses de chimie.
 Douchette venturi produisant une économie d’eau.
 Amélioration du tirage d’une cheminée, principe du carburateur, vaporisateur, etc.

La vidéo suivante illustre bien l’effet de venturi.

Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 10


V-2-2) Débitmètre de Venturi
de l'eau (masse volumique 𝜌) circule dans la conduite schématisée ci-dessous. Cette conduite
comporte un tube de venturi sur lequel est monté un manomètre différentiel contenant un
liquide manométrique(représenté en rouge) de masse volumique 𝜌0 ( 𝜌0 > 𝜌).

Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 11


On se propose de déterminer l’expression du débit-volume 𝑸𝒗 de l’écoulement en fonction de
la dénivellation 𝒉 du liquide manométrique.
A cet effet, nous allons partir de l’expression de la dépression ∆𝑃 = 𝑃𝐴 − 𝑃𝐵 établie dans le
paragraphe précédent (§ V-2-1) :
1
𝑃𝐴 − 𝑃𝐵 = 𝜌 𝑉𝐵2 (1 − 𝑆𝐵2 /𝑆𝐴2 )
2
𝑄𝑣
Sachant que 𝑄𝑣 = 𝑆𝐵 𝑉𝐵 ⟹ 𝑉𝐵 = ⟹
𝑆𝐵
1 𝑄 2 𝑆 2 1 1 1
𝑃𝐴 − 𝑃𝐵 = 𝜌 ( 𝑣 ) [1 − ( 𝐵 ) ] = 𝜌 𝑄𝑣2 ( 2 − 2 ) (1)
2 𝑆𝐵 𝑆𝐴 2 𝑆𝐵 𝑆𝐴

Par ailleurs, on peut appliquer la R.F.H. dans une section perpendiculaire à l’écoulement :

𝑃𝐴 − 𝑃𝐵 = (𝑃𝐴 − 𝑃𝐴′ ) + (𝑃𝐴′ − 𝑃𝐵′ ) + (𝑃𝐵′ − 𝑃𝐵 )


𝑃𝐴 − 𝑃𝐵 = 𝜌𝑔 (𝑧𝐴′ − 𝑧𝐴 ) + 𝜌0 𝑔 (𝑧𝐵′ − 𝑧𝐴′ ) + 𝜌𝑔 (𝑧𝐵 − 𝑧𝐵′ )

𝑃𝐴 − 𝑃𝐵 = 𝜌𝑔 (𝑧𝐴′ − 𝑧𝐴 + 𝑧𝐵 − 𝑧𝐵′ ) + 𝜌0 𝑔 (𝑧𝐵′ − 𝑧𝐴′ )

Or 𝑧𝐴 = 𝑧𝐵 et 𝑧𝐵′ − 𝑧𝐴′ = ℎ , donc :

𝑃𝐴 − 𝑃𝐵 = 𝜌𝑔 (−ℎ) + 𝜌0 𝑔 (ℎ) ⟺

𝑃𝐴 − 𝑃𝐵 = (𝜌0 − 𝜌)𝑔 ℎ (2)

En égalisant les deux expressions (1) et (2) de 𝑃𝐴 − 𝑃𝐵 , il vient :

1 1 1
𝜌 𝑄𝑣2 ( 2 − 2 ) = (𝜌0 − 𝜌)𝑔 ℎ
2 𝑆𝐵 𝑆 𝐴

D’où :

2(𝜌0 − 𝜌)𝑔
𝑄𝑣 = √ℎ
√ 1 1
𝜌 ( 2 − 2)
𝑆𝐵 𝑆𝐴

De la forme :

𝑄𝑣 = 𝑘 √ℎ
Où 𝑘 est une constante telle que :

2(𝜌0 − 𝜌)𝑔
𝑘=
√ 1 1
𝜌 ( 2 − 2)
𝑆𝐵 𝑆𝐴

Conclusion :

Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 12


On voit très bien que le débit est mesuré par une simple lecture de la dénivellation ℎ du liquide
manométrique.
Ci-dessous une vidéo qui illustre bien la mesure d’un débit à l’aide d’une installation comportant
un tube de Venturi.

V-3) Tube de Pitot :


??????????

Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 13


Cours de Mécanique des Fluides\Chapitre 2\Dynamique des Fluides Parfaits\ A.HARBAOUI p. 14