Vous êtes sur la page 1sur 2

La sélection et l’évaluation des fournisseurs

Quelles sont les raisons et les méthodes de sélection et d’évaluation des fournisseurs ?

Pourquoi sélectionner et évaluer les fournisseurs


Mettre en place une méthodologie de sélection et d’évaluation des fournisseurs est tout d’abord une aide à
la décision.
Cela évite d’être trop subjectif dans le choix des fournisseurs et de laisser libre cours à des impressions
parfois trompeuses.
Par exemple ne pas vérifier la réalité de la qualité de la prestation ou certains critères importants de
sélection comme la pérennité financière.
Plus généralement cela permet d’améliorer le niveau de qualité des fournisseurs.
Définitions
Sélection : choix des nouveaux fournisseurs
Evaluation : appréciation des fournisseurs avec lesquels l’entreprise est déjà en relation
Cotation : appréciation en fonction de critères
Méthode
Nous proposons idéalement les différentes phases suivantes :

1 – Définir les achats critiques selon leur impact sur la qualité des produits

 Impact direct : Matières premières, composants, matériels de production, matériels de mesure


et essai…
 Impact indirect : Formation, informatique, contrôles et maintenance des matériels…
2 – Établir la liste des couples produits ou types de produits fournisseurs concernant les achats critiques

3 – Choisir les critères d’appréciation


Ils peuvent être répartis entre les critères de sélection (ex : qualité de la proposition commerciale, existence
d’un système qualité, réactivité commerciale…) et d’évaluation (ex : qualité des produits, qualité
administrative, traitement des réclamations, respect des délais…) Certains sont communs aux deux
situations (ex : pérennité du produit…).
Chaque entreprise fera ce choix en fonction de sa situation propre.
4 – Établir une pesée des critères en fonction des produits
Cette pesée peut être faite au travers d’une matrice de poids permettant de faire varier un modèle de calcul.
Les poids peuvent être exprimés selon une échelle de type : faible, important, critique
Cette pesée est issue par exemple, des études des modes de défaillance des matériels ou des procédés, le
plus souvent du simple bon sens ou de l’expérience des acheteurs.
5 – Fixer des seuils de tolérance
Ces seuils sont établis par critère ou sur la cotation finale.
Ex : < 7/10, mise sous surveillance ou non choix du fournisseur, < 4/10 rejet.
6 – Planifier les évaluations

7 – Récupérer les données afférentes aux achats (pour l’évaluation)


Il faut, dans la mesure du possible, asseoir les évaluations sur des informations issues des contrôles en
réception. Une méthode simple consiste, par exemple, à demander aux personnes qui effectuent ces
contrôles de noter sur le bon de réception ou sur une fiche de réception la conformité produit, quantité,
délais, administrative.
8 – Réaliser la cotation
Il s’agit d’affecter les notes selon les différents critères. Cette cotation a lieu en fin d’année ou selon un
planning pré établi.
Cette cotation doit permettre de ventiler le fournisseur entre ceux qui sont agréés, mis sous surveillance et
non agréés.
9 – Enregistrer les informations

 Cotation
 Date de cotation
 Date de prochaine cotation
 Durée de surveillance
 

10 – Notifier

 Communiquer avec le fournisseur


 Réclamer
 Demander et suivre des actions de correction
 

11 – Planifier le suivi de l’évaluation

 La surveillance
 La prochaine évaluation…
 

12 – Évaluer le processus
Comme tout processus, le processus d’achat peut être évalué quant à son efficacité.
Il est possible d’observer à ce titre :

 L’évolution des cotations par type de produits


 L’évolution des cotations par fournisseur ou type de fournisseur
 Le taux d’évaluation par type de cotation
 Le taux d’efficacité des actions de correction demandées aux fournisseurs
 Le nombre de réclamations auprès des fournisseurs et l’efficacité de leur traitement…

Vous aimerez peut-être aussi