Vous êtes sur la page 1sur 38

REPUBLIQUE DE MADAGASCAR

RAPPORT NATIONAL DE SUIVI (+10) DES


OMD 3 « Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation
des femmes »
ET
OMD 5 « Améliorer la santé maternelle »

JUILLET 2010
EQUIPE DE SUIVI ET EQUIPE DE CONSULTANTS

EQUIPE DE SUIVI

UNFPA,
- M. Victor Rakoto
- Dr. Achu Lordfred
- Dr. Eugène Kongnyuy
- Dr. Paul Richard Ralainirina
- Dr. Edwige Ravaomanana
- Dr. Solomandresy Ratsarazaka
- M. Philémon Ndremana
- Mme Nohisoa Rabenampoizina
- Mme. Tolotra Andriamanana

PNUD,
- M. Haja Andrianjaka

UNESCO,
- Mme Irène RANAIVOZANANY

BIT,
- Mme Nombana RAZAFINISOA

EQUIPE DE CONSULTANTS

- Mme. Tojo Yharimanana, Consultante Principale


- Dr. Dominique Rabemalala, Consultant

2
 
TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIERES 3


LISTE DES TABLEAUX ET GRAPHIQUES 4
SIGLES ET ACRONYMES 5

INTRODUCTION 6
CONTEXTE GLOBAL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS 7
VUE D’ENSEMBLE DES OMD 3 ET 5 9

Chapitre I - Objectif 3 du Millénaire pour le Développement :


Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes 11

1.1. Amélioration de la scolarisation des filles, mais évolution lente de la parité entre
les sexes à tous les cycles de l’enseignement 11
1.2. Progrès sensible de l’alphabétisation des femmes adultes 13
1.3. Persistance de la faible représentation des femmes dans les domaines économique
non-agricole et politique 13
1.4. Ampleur de la violence envers les femmes faiblement maîtrisée 15
1.5. Facteurs et bonnes pratiques ayant influencé la promotion de l’égalité des sexes
et l’autonomisation des femmes 15
1.6. Principaux facteurs entravant encore la promotion de l’égalité des sexes et
l’autonomisation des femmes 18
1.7. Principaux défis à relever 18
1.8. Recommandations 20

Chapitre II - Objectif 5 du Millénaire pour le Développement :


Améliorer la santé maternelle 22

2.1. Tendance mitigée de la réduction de la mortalité maternelle, touchant plus le milieu rural
et les pauvres 22
2.2. Diminution sensible de l’accouchement par un personnel qualifié 23
2.3. Evolution prometteuse de l’accès aux soins prénatals 23
2.4. Baisse progressive de la fécondité précoce chez les adolescentes de 15 à 19 ans 24
2.5. Augmentation soutenue de la prévelance contraceptive 25
2.6. Avancée notable en matière de politique, planification et programmation
dans le domaine de la santé maternelle 26
2.7. Principaux facteurs limitant l’amélioration de la santé maternelle 27
2.8. Principaux défis à relever 28
2.9. Recommandations 29

CONCLUSION 31
BIBLIOGRAPHIE 32

Annexe 1 : Suivi des indicateurs des objectifs 3 et 5 du Millénaire pour le Développement 36


Annexe 2 : Glossaire 37
 
 

3
 
LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES

TABLEAUX

Tableau 1.1. Evolution du taux brut de scolarisation des filles et des garçons
dans l’enseignement primaire 11
Tableau 1.2. Degré de réalisation de l’OMD 3 19
Tableau 2.1. Taux de consultations prénatales 24
Tableau 2.2. Taux de prévalence contraceptive pour les méthodes quelconques
et taux d’utilisation des méthodes modernes 25
Tableau 2.3. Degré de réalisation de l’OMD 5 29

GRAPHIQUES

Graphique 1.1. Indice de parité Fille/Garçon dans l’enseignement primaire 12


Graphique 1.2. Proportion des filles scolarisées au niveau secondaire 12
Graphique 1.3. Proportion des femmes parlementaires à Madagascar 14
Graphique 2.1. Ratio de mortalité maternelle pour 100 000 naissances vivantes 22
Graphique 2.2. Proportion d’accouchements assistés par du personnel de santé qualifié 23
Graphique 2.3. Taux de natalité parmi les adolescents 15 à 19 ans (pour 1 000 femmes) 24
Graphique 2.4. Besoins non-satisfaits en matière de planification familiale 25

   

4
 
SIGLES ET ACRONYMES

AFD Agence Française de Développement


AMDD Averting Maternal Death and Disability
AMIU Aspiration Manuelle Intra Utérine
BIT Bureau International du Travail
BTP Bâtiment et Travaux Publics
CEDAW Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes
CHD Centre Hospitalier de District
CISCO Circonscription Scolaire
CIPD Conférence Internationale sur la Population et le Développement
COI Commission de l’Océan Indien
CSB Centre de Santé de Base
EDS Enquête Démographique et de Santé
EISA Electoral Institute for the Sustainability of Democracy in Africa
ENDA Environmental Development Action
EPM Enquête auprès des Ménages
EPT Education Pour Tous
ES Equipe de Suivi
IDE Investissement Direct Etranger
IDH Indicateur de Développement Humain
INSTAT Institut National de la Statistique
IPS Indice de Parité entre les Sexes
ISDH Indicateur Sexo-spécifique du Développement Humain
IRD Institut de Recherche pour le Développement
JICA Japan International Cooperation Agency
DSRP Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté
MAP Madagascar Action Plan
MD Madagascar
MEN Ministère de l’Education Nationale
MNC Maternal and New Born Care
MSIS Multi-Sector Information Service
NORAD Norweigian Agency for Development Cooperation
OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement
OMS Organisation Mondiale de la Santé
ONG Organisation Non Gouvernementale
OUA Organisation de l’Union Africaine
PANAGED Plan d’Action National Genre et Développement
PAM Programme Alimentaire Mondial
PF Planification Familiale
PNPF Politique Nationale de Promotion de la Femme
PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement
PoA Programme of Action
PIB Produit Intérieur Brut
PTME Prévention de la Transmission Mère Enfant
RNDH Rapport National sur le Développement Humain
SADC Southern African Developement Community
SONU Soins Obstétricaux et Néonatals d’Urgence
SMI Santé maternelle et infantile
SNU Système des Nations Unies
BS Taux Brut de Scolarisation
UNESCO United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization
UNFPA United Nations Population Fund
UNICEF United Nations Children Fund
USAID United States Agency for International Development
   

5
 
INTRODUCTION

E n septembre 2000, les dirigeants du monde ont adopté à New York la Déclaration du Millénaire lors
du Sommet des Nations Unies pour le Millénaire. Pour renforcer l’importance de cette déclaration et
s’assurer que les progrès réalisés puissent être mesurés, la Déclaration a été accompagnée d’un ensemble
d’objectifs assortis d’une série de cibles quantifiables et à échéances précises et d’indicateurs. Huit Objectifs
du Millénaire pour le Développement (OMD) ont été ainsi identifiés et doivent être atteints à l’horizon 2015,
visant l’amélioration des conditions de vie des populations du monde.

Madagascar figure parmi les 189 Etats Membres des Nations Unies qui se sont engagés dans la réalisation
des OMD pour lutter contre la pauvreté, la faim et la maladie en promouvant l’égalité entre les sexes,
l’éducation et le respect environnemental et ce, dans le cadre d’un partenariat mondial.

A cinq ans de l’échéance de 2015 et en vue de préparer, d’une part, le Sommet de l’Union Africaine sur
l’avancée des OMD en Afrique en juillet 2010, et d’autre part, la Réunion plénière de haut niveau sur
l’examen de la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le Développement en septembre 2010,
Madagascar avec le concours du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) a décidé de produire
le troisième rapport national de suivi de l’Objectif 3 du Millénaire « Promouvoir l’égalité des sexes et
l’autonomisation des femmes » et de l’Objectif 5 « Améliorer la santé maternelle » pour ces dix dernières
années. L’exercice s’inscrit dans le mécanisme de suivi des progrès réalisés, mis en place par le Système des
Nations Unies (SNU), pour mieux apprécier de manière périodique le cheminement vers l’atteinte des
objectifs fixés sous forme de rapports nationaux et mondial.

Le troisième rapport national de suivi des OMD 3 et 5 a pour objectif de :


ƒ apprécier les avancées accomplies, les politiques et les pratiques qui ont conduit le pays sur la bonne
voie
ƒ faire ressortir les obstacles, les lacunes et les défis à relever
ƒ remobiliser les acteurs nationaux
ƒ renouveler les engagements et renforcer les alliances nationales et internationales en faveur de
l’accélération de l’atteinte de ces objectifs
ƒ cibler et consolider les actions de développement sur certaines priorités spécifiques.

Le processus d’établissement du présent rapport a suivi l’approche et la méthodologie proposées par l’équipe
de consultants et validée par l’Equipe de Suivi (ES) mise en place sous l’égide de l’UNFPA ; en effet, celles-
ci reposent sur 4 étapes majeures :
(i) une première étape qui est basée sur la mise en place d’une Equipe de Suivi élargie, chargée d’orienter
et de suivre le processus d’établissement du rapport,
(ii) une seconde reposant sur une démarche de recherche et d’analyse à travers la revue documentaire
touchant les OMD 3 et 5, leurs cibles et leurs indicateurs pour la période 1997-2008. Il s’agit
notamment des rapports OMD 2004 et 2007, rapports d’études et enquêtes spécialisées, bulletins et
notes sectorielles, politiques et plans d’actions sectoriels,
(iii) une troisième consacrée à la collecte des données quantitatives relatives aux indicateurs de suivi des
OMD 3 et 5 et d’autres données ayant permis d’approfondir et illustrer les analyses, en complément des
données déjà disponibles dans les rapports nationaux de suivi des OMD. Les nouveaux indicateurs des
OMD 3 et 5 publiés par le SNU en 2009 ont été pris en compte. A travers les deux dernières étapes, des
entretiens techniques sont menés auprès de certaines sources d’information et responsables techniques,
en particulier sur les actions entreprises pour l’atteinte des objectifs, les contraintes et les
recommandations,
(iv) une quatrième et dernière étape de rédaction et de validation : En effet, sur la base des résultats des
analyses qualitatives et quantitatives, l’équipe de consultants a procédé à l’élaboration du tableau des
indicateurs et à la rédaction du rapport ; les documents y relatifs ont été soumis à validation au niveau
de l’ES qui a fourni des commentaires et observations versés dans la version finale du rapport.

Avant d’entrer dans le développement et les analyses des OMD, il importe de présenter l’environnement
global de Madagascar dans l’objectif de mieux comprendre les facteurs majeurs ayant influencé à différents
degrés la réalisation des OMD.
6
 
CONTEXTE GLOBAL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS

Depuis les deux dernières décennies, Madagascar est devenu un pays à crises récurrentes générant une
régression de son économie, fragilisant le tissu social et culturel, engendrant une pauvreté chronique de la
population.

Entre 1996 et 2002, le programme de stabilisation et d’ajustement structurel avec l’assistance des institutions
internationales a contribué à une tendance d’embellie économique avec un accroissement moyen annuel de
4,6% du PIB. Cette croissance économique a été surtout le fait de l’expansion des entreprises franches, des
investissements dans les infrastructures et des services. La faible retombée des effets de la croissance en
terme de développement rural n’a pas permis au pays de réduire la pauvreté car en 2001, Madagascar se
situait encore avec un taux de pauvreté de 69,7% (INSTAT, 2001).

En effet, la pauvreté persistante et la précarité de la gouvernance ont continué à entretenir les soubassements
des crises à répétition dans le pays. La crise politique survenue en 2002 a affecté l’ensemble des secteurs
économiques avec une chute vertigineuse de la croissance économique par un PIB de -12,7%, un taux de
chômage passant de 3,2% en 1997 à 4,5% en 2002, une perte de 100.000 emplois dans le secteur secondaire.

Depuis 2003, des mesures de redressement basées sur la stabilisation des fondamentaux économiques et la
promotion de la bonne gouvernance ont été prises par le Gouvernement pour faire face aux effets de la
pauvreté. C’est ainsi qu’en 2004, Madagascar s’est doté d’un Document de Stratégie pour la Réduction de la
Pauvreté (DSRP) visant ainsi à restaurer un Etat de droit et une société bien gouvernancée, à susciter et à
promouvoir une croissance économique à base sociale élargie, ainsi qu’à susciter et à promouvoir des
systèmes de sécurisation humaine et matérielle et de protection sociale. Dès 2004, Madagascar a renoué avec
la reprise avec un taux de croissance de 9,8%, bâtie surtout sur d’importants investissements publics dans le
secteur des infrastructures et un redémarrage timide des investissements privés.

Conforté par les effets de la reprise économique rapide, Madagascar cherchait à consolider les progrès
accomplis pour impacter davantage sur les déterminants de la pauvreté ; c’est dans cette perspective qu’en
2006, le Gouvernement a élaboré le plan quinquennal Madagascar Action Plan (MAP) pour la période 2007-
2011, qui venait à remplacer le DSRP arrivé à son terme en 2006. Les principes directeurs du MAP ont
intégré les OMD et les OMD 3 et 5 sont repris dans l’engagement 3 du MAP (réduction des écarts entre le
genre, les catégories sociales, les régions ainsi que les milieux urbain et rural) et l’engagement 5
(augmentation de la demande en consultations prénatales, amélioration de l’accès aux services et de l’offre
de produits contraceptifs, diminution du nombre de grossesse non désirée chez les adolescentes).

La conjugaison des efforts nationaux de 2003 à 2008 a permis à Madagascar de mieux stabiliser la transition
économique par le biais d’une croissance économique continue avec un taux de PIB passant de 4,6% en 2005
à 7% en 2008. Cette performance est soutenue par la hausse des investissements publics dans l’immobilier et
l’infrastructure, l’accroissement important des investissements directs étrangers (IDE) surtout dans le secteur
minier, le commerce et le secteur des biens de services (télécommunication, transport, tourisme, textile)
(PNUD, 2009).

Mais, faute de levier approprié de redistribution de la richesse nationale, la pauvreté restait rampante avec un
taux de l’ordre de 69% en 2008. Cette situation entretenait les socles de la crise politique que le pays traverse
depuis le début de l’année 2009. Les conséquences sont désastreuses sur le plan économique et social (PIB
de -5% (Banque Mondiale, 2010) et perte de 200.000 emplois formels1).

Les conséquences de la crise 2009 sont multiples avec un gel généralisé de la coopération internationale
engendrant une réduction accrue de 57% des Aides Publiques au Développement (APD) entre 2008 et 2010,
soit de 700 millions de US$ à 300 millions de US$. Cette situation affecte l’état de droit et de la paix, l’accès
aux services sociaux de base (éducation et santé), la vulnérabilité en terme de sécurité alimentaire et
nutritionnelle, l’emploi, la productivité des entreprises.

                                                            
1 Source : Prévision du BIT 2010
7
 
Les acquis des OMD se trouvent aujourd’hui gravement ébranlés par les impacts et implications de la crise
actuelle, notamment en matière d’éducation et de santé. En effet, en 2008, Madagascar était classé parmi les
pays à développement humain moyen en ayant enregistré des progrès significatifs en matière d’amélioration
de l’indicateur de développement humain (IDH). Le pays se trouvait au 143ème rang mondial sur 177 pays,
avec un niveau de l’IDH évalué à 0,571, ce qui était légèrement supérieur à la moyenne des pays les moins
développés qui était de 0,488. Cette amélioration a été favorisée notamment par les effets conjugués des
indicateurs des OMD 3 et 5 (PNUD, 2009). Il est important donc aujourd’hui de savoir les impacts réels des
effets de ces crises sur les mêmes indicateurs.

Le présent rapport détaille ainsi pour chacun des deux OMD répartis en chapitre, les situations et les
tendances au regard des cibles, les réponses initiées, les obstacles, les principaux défis et les
recommandations.
   

8
 
VUE D’ENSEMBLE

L’intégration des engagements énoncés dans le Programme d’Action de Beijing, la Conférence


Internationale sur la Population et le Développement (CIPD) et la Convention sur l’élimination de toutes les
formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), ainsi que dans la Déclaration du Millénaire
confirme le besoin et la volonté du monde de faire avancer le processus de développement par la promotion
de la parité hommes-femmes et les droits de la femme dans l’accès aux services sociaux.

Vu les progrès certes limités mais prometteurs obtenus par le pays depuis 2004, les Objectifs du Millénaire
pour le Développement sont trop importants pour qu’on risque de renoncer à les réaliser, suite aux effets des
divers chocs externes et internes que subit le pays. Au contraire, il est plus qu’urgent d’accélérer leur
réalisation avec l’attention particulière qu’ils méritent.

A l’approche de l’horizon 2015, le présent rapport décennal attire l’attention sur les progrès accomplis qui
nécessitent d’être consolidés et le retard par rapport auquel il est primordial d’affirmer la volonté politique
nationale assortie de stratégies efficaces pour renverser la tendance actuelle le plus rapidement possible.

L’objectif 3 « Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes » reste un objectif
potentiellement atteignable pour Madagascar. Depuis 1999, les efforts déployés à l’échelle nationale pour
promouvoir l’éducation pour tous, touchant notamment les filles attestent l’évolution constante du taux brut
de scolarisation des filles dans l’enseignement primaire, passant respectivement de 106,7% à 128,8%, soit
une hausse de 20,7% entre 1999 et 2008. La proportion des filles et des garçons scolarisés est quasi-égale
avec un taux moyen de 49% chez les filles. L’égalité des sexes dans le secteur de l’éducation pourra être une
réalité possible ; mais, l’évolution de la parité entre les sexes à tous les niveaux de l’enseignement semble
encore lente. En effet, l’indice de parité entre les sexes (IPS) varie seulement de 0,96 à 0,98 pour les niveaux
primaire et secondaire, puis de 0,84 à 0,89 pour l’enseignement supérieur, pour la période 1999-2008.
Ainsi, il est essentiel de consolider et poursuivre les efforts axés sur l’éducation primaire, d’assurer la
rétention aux niveaux secondaire et supérieur et l’accès des filles dans la formation technique qui
garantissent leur autonomisation et leur participation dans le processus de développement du pays,
notamment dans la participation à la vie politique et l’accès à l’emploi décent et productif. Par ailleurs, il
est plus qu’urgent de réaffirmer la volonté politique nationale de promouvoir l’égalité des sexes dans le
domaine de l’emploi et de favoriser davantage l’accès des femmes aux ressources productives et aux
nouvelles technologies.

La recrudescence de la violence à l’égard des femmes et des fillettes est alarmante, pourtant le pays ne
dispose pas de données suffisantes et à jour pour évaluer ses formes et son ampleur au niveau national ; il
s’agit surtout des actes de violence conjugale et des sévices sexuels. Les mécanismes de lutte contre la
violence à l’égard des femmes existent mais il est fondamental de mieux organiser la riposte par la
conjugaison et le renforcement de diverses actions portant sur l’application des textes juridiques, la
campagne nationale de mobilisation de l’opinion publique et des ressources, la prestation de services
d’éducation, de santé et de soutien aux victimes.

L’objectif 5 « Améliorer la santé maternelle » semble difficile à atteindre par Madagascar d’ici 2015. Le
taux de mortalité se détériore légèrement à un niveau relativement élevé, soit un ratio de 498 pour 100 000
naissances vivantes en 2008 contre 488 en 1997. La diminution sensible du taux d’accouchement assisté par
un personnel médical qualifié constitue également une préoccupation pour le pays. Les déficits en matière de
coordination des actions et de ressources budgétaires, le désenclavement des zones rurales, la faible qualité
des services des formations sanitaires causée par les faiblesses et contraintes d’ordre institutionnel, humain
et infrastructurel sont autant de facteurs défavorables engendrant le ralentissement des efforts du pays dans
ce domaine. Par contre, l’amélioration de la couverture en planification familiale, la baisse sensible de la
fécondité précoce des adolescentes de 15 à 19 ans et l’accès aux soins prénatals pour une maternité sans
risque contribuent sans nul doute à l’amélioration de la santé maternelle. Parmi les mesures susceptibles de
traiter ces problèmes figurent notamment la disponibilité des services de santé génésique, des services de
soins obstétricaux et néonatals d’urgence et de planification familiale plus accessibles en faveur des femmes
rurales et des femmes pauvres.

9
 
En matière de suivi-évaluation, les indicateurs pour les OMD 3 et 5 existent et restent généralement
disponibles ; de manière globale, ceux-ci sont fournis par les ministères en charge de l’Education, de
l’Enseignement Supérieur, de la Décentralisation, de l’Intérieur et de la Santé, de l’Assemblée Nationale, du
Sénat et l’INSTAT, à travers un système centralisé de base de données et des enquêtes périodiques.

Toutefois, quelques insuffisances sont constatées en ce qui concerne la disponibilité et la fiabilité des
indicateurs, notamment sur le taux brut de scolarisation des filles et la proportion des femmes salariées dans
le secteur non-agricole2. Par contre, par rapport aux remarques y relatives mentionnées dans le 2ème
Rapport National de suivi des OMD en 2007, une amélioration est constatée car les divergences des données
entre le MEN et l’INSTAT sont levées, du fait de l’harmonisation des projections de la population et la
facilitation des échanges des données disponibles.

Le système d’information interne du Ministère en charge de la Santé ne permet pas d’avoir des données
complètes et consolidées sur l’ensemble des structures sanitaires aussi bien publiques que privées. Ainsi, un
mécanisme de collecte harmonisée et touchant l’ensemble des formations sanitaires est nécessaire entre le
Ministère de la Santé et l’INSTAT pour disponibiliser des données à jours et fiables, par conséquent réduire
le coût de production périodique des données sur les indicateurs relatifs à la santé maternelle.

Enfin, de manière générale, la dimension genre mérite d’être mieux appliquée dans le système statistique de
monitoring pour tous les indicateurs des OMD 3 et 5 et un effort particulier doit être déployé dans ce
domaine.

Le tableau suivant résume les situations développées ci-dessus par rapport à l’ensemble des indicateurs
disponibles (Cf. Annexe 1) sur les OMD 3 et 5 :

Degré d’atteinte de Etat de


N° OMD
l’objectif en 2015 l’environnement
3 Promouvoir l’égalité des sexes et Probablement Moyen
l’autonomisation des femmes
5 Améliorer la santé maternelle Invraisemblablement Moyen

                                                            
2 L’on mentionne qu’à l’heure actuelle l’INSTAT avec l’appui de l’UNFPA procède à la réalisation d’une enquête touchant la proportion des femmes

salariées dans le secteur non-agricole


 

10
 
Chapitre I - Objectif 3 du Millénaire pour le Développement :
Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Cible 4 : Eliminer les disparités dans les enseignements primaire et secondaire d’ici
2005, si possible, et à tous les niveaux de l’enseignement en 2015 au plus tard

A Madagascar, l’égalité de genre est encore loin d’être acquise ; cependant, la réduction des disparités entre
les hommes et les femmes est marquée par des progrès significatifs et un engagement soutenu en faveur des
droits des femmes, illustré ces dix dernières années par la croissance régulière de l’Indicateur sexospécifique
de développement humain (ISDH) entre 1999 à 2008. L’ISDH de Madagascar est passé de 0,458 à 0,569,
enregistrant une hausse de 24,2% due surtout aux efforts fournis par le gouvernement dans la scolarisation
des filles et l’amélioration du revenu des femmes3, en dépit de la baisse de l’ISDH en 2002 à cause des effets
de la crise socio-politique (PNUD; INSTAT, 2009). Ces progrès notables témoignent du degré d’engagement
de l’ensemble des acteurs à promouvoir l’autonomisation des femmes.

Dans le but de mieux cerner la situation, ce chapitre aborde successivement les principaux points suivants :
• la scolarisation des filles
• la participation des femmes à la vie nationale
• la violence envers les femmes
• les actions réalisées pour promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
• les obstacles et contraintes
• les défis à réaliser
• les recommandations.

1.1. Amélioration de la scolarisation des filles, mais évolution lente de la parité


entre les sexes à tous les cycles de l’enseignement
Les réformes menées par le pays dans le secteur éducatif depuis la mise en œuvre du Plan Education Pour
Tous (EPT) en 2003, ont fait rapidement accroître la scolarisation dans l’enseignement primaire, autant pour
les garçons que les filles. En effet, le taux brut de scolarisation n’a cessé de croître, passant respectivement
de 109,3% à 130,2%, enregistrant ainsi une hausse de 19,1% entre 1999 et 2008 (MEN, 2009). Cette hausse
est due aux résultats des efforts de sensibilisation à la scolarisation, au niveau du redoublement et aux
différentes mesures d’incitation prises, notamment au profit des filles.

L’accès des filles dans l’enseignement primaire s’est visiblement amélioré au regard du taux brut de
scolarisation (TBS) des filles, passant respectivement de 106,7% à 128,8%, soit une hausse de 20,7%, entre
1999 et 20084.

Tableau 1.1. Evolution du taux brut de scolarisation des filles et des garçons dans l’enseignement primaire

Taux brut de 1999 2004 2008


scolarisation
Fille 106.7% 116.9% 128.8%
Garçon 111.9% 125.1% 131.6%
Ensemble 109.3% 120.9% 130.2%
Source : Annuaires Statistiques 1999-2008. MEN

                                                            
3 De 0,481 en 2001, l’ISDH s’est réduit à 0,477 en 2002 pour remonter à 0,503 en 2003
4 Propres calculs sur la base des données de l’Annuaire Statistique 2008-2009 du MEN
11
 
A Madagascar, la disparité entre les sexes au niveau primaire paraît légère avec des proportions qui tournent
autour de 49% pour la scolarisation des filles contre 51% chez les garçons. Mais, l’évolution de la parité
semble lente au regard de l’évolution de l’indice de parité des sexes (IPS), passant de 0,96 en 1999 à 0,97 en
2008 (Cf. Graphique 1.1).

 En 2008, les régions d’Alaotra Mangoro,


Amoron’i Mania, Analanjirofo, Androy, Graphique 1.1. Indice de parité Fille/Garçon dans l'enseignement
primaire
Anosy, Atsimo Andrefana, Diana,
Atsinanana, Boeny, Betsiboka, Haute 1.010
1.00
Matsiatra, Itasy, Melaky, Menabe et Sava 1.000

présentent une parité des sexes dans 0.990

Valeur
l’enseignement primaire, soit un IPS 0.980
variant de 1 à 1,175. 0.970
0.975
0.961
0.960
0.957
Pour la même année, la situation est plus 0.950
préoccupante du point de vue de l’accès à 0.940
l’école primaire dans les régions
0.930
d’Analamanga, Atsimo Atsinanana, 1999 2004 2008 2015 Année
Bongolava, Sofia, Ihorombe,
Source : Annuaires Statistiques 1999-2008. MEN / propres calculs
Vakinankaratra, Vatovavy Fitovinany,
avec un IPS de 0,966 (MEN, 2008-2009).

Quant à l’accès au niveau secondaire, les


filles sont pénalisées par rapport aux Graphique 1.2. Proportion des filles scolarisées au niveau secondaire

garçons avec un IPS stationnaire, de 0,98 60.0%


51.6% 50.5% 53.3% 51.6%
entre 1999 et 2004, puis en dégradation 50.0% 49.3% 48.2% 48.6% 49.6%
45.7%
entre 2004 et 2008, soit une parité 40.0%
51.1% 39.5%
51.8% 42.5%
Proportion

fille/garçon respectivement de 0,98 et 45.9% 48.1% 46.9% 41.4%


30.0%
0,96. En 2008, beaucoup de régions sont 45.6% 47.0%
20.0% 50.9% 48.2% 42.0%
touchées par la disparité entre les sexes,
notamment Analanjirofo, Androy, Anosy, 10.0%

Atsimo Andrefana, Atsimo Atsinanana, 0.0%

Betsiboka, Boeny, Bongolova, Ihorombe,


Melaky, Menabe, Sava, Sofia, Vatovavy
Fitovinany.
Régions
Par rapport à la scolarisation des filles
Source : Annuaire Statistique. 2008-2009. MEN
aux niveaux primaire et secondaire,
l’écart entre les filles et les garçons se
creuse sensiblement dans l’enseignement supérieur. Le pourcentage des filles scolarisées dans
l’enseignement supérieur est de 45,8% en 1999 à 47,2% en 2008 ; ce qui correspond à une parité fille/garçon
en lente évolution, respectivement de 0,84 à 0,89. En dépit de l’ouverture des diverses formations
professionnalisantes de courte durée, l’enseignement supérieur à Madagascar est confronté à des faiblesses
saillantes, notamment en matière de politique d’orientation, de qualité, d’efficacité interne et externe et de
gouvernance.

La qualité de l’éducation reste encore un défi à maîtriser. L’importance du redoublement à tous les cycles de
scolarité, touchant autant les filles que les garçons, est liée à la qualité de l’éducation, en dehors des facteurs
exogènes. Néanmoins, les filles redoublent moins que les garçons pour tous les cycles de scolarité. Dans
l’enseignement primaire, le pourcentage moyen des redoublants, se situant à 20%, semble encore élevé en
2008, même s’il a connu une baisse de 10 points entre 2004 et 20087 ; le taux de redoublement est de 19,6%
chez les filles contre 21,3% chez les garçons. Pour l’éducation fondamentale de second cycle, le taux de
redoublement a connu une hausse entre 2007 et 2008, atteignant son niveau en 2004 qui se situe autour de
12%.

                                                            
5 Propres calculs sur la base des données de l’Annuaire Statistique 2008-2009 du MEN
6 Propres calculs sur la base des données de l’Annuaire Statistique 2008-2009 du MEN
7 En 2003-2004, le pourcentage moyen des redoublants valant 30% (MEN, 2009)

12
 
La scolarisation des filles au primaire et l’achèvement de l’éducation aux niveaux primaire et secondaire sont
des facteurs déterminants pour venir à bout des causes structurelles de l’inégalité de genre. L’accès au savoir
permet de réaliser pleinement d’autres aspects des droits de l’homme comme la participation effective à la
vie économique et politique et l’accès aux soins de santé de qualité.

1.2. Progrès sensible de l’alphabétisation des femmes de 15 ans et plus


Comme tous les pays en développement, Madagascar compte encore un grand nombre d’individus ne
possédant pas les compétences de base en lecture, écriture et calcul. Même si la tendance de résultat en
matière d’alphabétisation est positive, les femmes de 15 ans et plus sont particulièrement touchées par
l’illettrisme, elles représentent 40,7% des analphabètes en 2005 (INSTAT, 2005), contre 49,7% en 2001
(INSTAT, 2001), soit une baisse sensible de 18%.

Le Programme Conjoint relatif à l’Education Pour Tous initié en 1999 et le Programme d’alphabétisation
spécifique « Alphabétisation Fonctionnelle Intensive pour le Développement » vulgarisé depuis 2004 qui
cible les moins de 50 ans et les personnes volontaires, ont contribué à réduire progressivement
l’analphabétisme chez les adultes, de 47 % en 2001 (INSTAT, 2001) à 37,1% en 2005 (INSTAT, 2005).
L’intégration, sur le plan institutionnel, de l’Alphabétisation et du Préscolaire dans le Ministère de
l’Education Nationale a été une étape très importante dans la coordination des actions afin d’atteindre les
objectifs et résultats significatifs de l’EPT. L’amélioration de la couverture et de la rétention scolaire au
niveau de l’enseignement primaire (taux de rétention scolaire est passé de 32 % à 47% pour la période 2001-
2005) (MEN, 2009) contribue à terme à des résultats tendant à vaincre progressivement l’analphabétisme.

Les activités d’alphabétisation touchant notamment les femmes, dont les principaux objectifs sont la
réinsertion professionnelle et la réinsertion scolaire, sont assurées par des organisations non-
gouvernementales et des associations appelées Firmes, pour l’application des méthodologies suivant les
normes de qualité requises en la matière, notamment :

• L’Alphabétisation Fonctionnelle Intensive axée sur le Développement ou AFID : apprentissage intensif


pour les adultes visant leur insertion dans la vie active et communautaire ;
• L’ASAMA : Programme d’apprentissage des enfants et des adolescents de 12 à 15 ans, pour accès au
CEPE et visant leur insertion en T.6 ou 6ème année de l’Education Fondamentale ;
• L’AMBOHITSORATRA : un programme d’apprentissage de lecture, d’écriture, de calcul avec les
autres disciplines de l’Education Fondamentale pour l’insertion des enfants de 9 à 12 ans en 4ème année
du primaire.

1.3. Persistance de la faible représentation des femmes dans les domaines


économique non-agricole et politique
La faible participation de la femme au processus de développement est entretenue par le caractère patriarcal
de la société malgache accompagné des pratiques discriminatoires et stéréotypées en matière de genre, et la
persistance de la pauvreté qui touche beaucoup plus les femmes que les hommes (PNUD, et al., 2007). Le
retard de la mise en application effective des textes favorables à l’égalité des sexes constitue un facteur
négatif entretenant le phénomène de disparité entre les hommes et les femmes, malgré les progrès accomplis.

Dans le domaine de l’emploi, le taux d’activité des femmes de 15 ans et plus est passé de 77,4% à 86,6%
entre 2001 et 2005 (PNUD; INSTAT, 2009). Cependant, les femmes ont difficilement accès aux emplois de
qualité ; le pourcentage des femmes salariées dans le secteur non-agricole n’est que de 11,0% en 2006,
38,4% seulement des postes d’encadrement et de fonctions techniques de la fonction publique et du secteur
privé sont détenus par les femmes et 47,3% des femmes actives se trouvent en situation d’emplois inadéquats
contre 39,3% pour les hommes.

13
 
Dans la fonction publique, la disparité est assez importante car seulement 36,1% des agents de l’Etat sont des
femmes contre 63,9% des hommes8. En ce qui concerne l’entrepreneuriat féminin, les femmes chefs
d’entreprises sont estimées seulement à 32% et celles-ci sont confrontées à la difficulté d’accès aux
ressources productives comme la terre et le crédit. Les femmes restent ainsi désavantagées tant dans l’accès
aux ressources économiques et financières que dans leur contrôle.

Sur le plan politique, il est reconnu


que la présence dans le paysage Graphique 1.3. Proportion des femmes parlementaires
politique, de femmes ministres, à Madagascar
parlementaires, maires, conseillers 12.0%
communaux, est un acquis significatif 10.6%
10.0%
pour l’égalité de l’homme et de la
9.6%
femme (PNUD; Focus Development,

Proportion
8.0%
2003). Pourtant, la représentativité en 6.0%
nombre des femmes parlementaires
4.0% 5.6%
reste stationnaire et faible ; en 2004,
les femmes ne détiennent que 9,6% 2.0%
des sièges parlementaires à
0.0%
l’Assemblée Nationale et au Sénat et
1999 2004 2008 Année
10,6% en 2009.
Source : Assemblée Nationale et Sénat

Toutefois, une augmentation en


pourcentage des femmes députées est constatée entre 1999 et 2008, passant de 5,6% à 9,4%. Au niveau de la
région SADC, le pays se trouve à la treizième place sur quatorze pays en matière de participation de la
femme au parlement.

La faible représentativité des femmes dans le domaine politique s’explique en partie du faible degré de
visibilité des femmes dans des postes de direction des partis politiques que ce soit dans la mouvance
présidentielle soit dans l’opposition, résultant du rapport de forces défavorables aux femmes ; en effet, deux
partis politiques sur 47 sont dirigés par les femmes en 20099. Ce qui dénote l’exclusion pernicieuse des
femmes dans les mécanismes de prise de décision. Aussi, le manque de confiance en soi, la faiblesse de
ressources financières devant l’importance des investissements pour les élections et l’insuffisance du
réseautage des femmes réduisent la motivation des femmes à se lancer dans une carrière politique.

 
Encadré 1

Vers une réalité de la participation des femmes dans la vie politique en Afrique…..

Les décennies qui viennent de s’écouler ont vu la croissance la plus rapide du nombre de femmes siégeant dans les
parlements. Plusieurs pays africains ont dépassé le taux de représentation de 30% (Rwanda 48.8%, Mozambique 34%,
Afrique du Sud 33%, Burundi 30,5%, Tanzanie 30,4%, Ouganda 30,7% et Namibie 26,9%. Dans les pays qui appliquent un
système de quotas, comme l’Ouganda et l’Afrique du Sud, on a enregistré une légère amélioration de la visibilité des questions
intéressant les femmes et, dans une certaine mesure, des mécanismes permettant de leur assurer une plus grande
participation au processus de décisions.

Des progrès ont également été enregistrés dans la mise en place de cadres juridiques et politiques à l’échelon national pour la
prise en charge de la question de la violence contre les femmes et les filles. De nombreux pays ont également promulgué des
lois pour mettre un terme à la violence contre les femmes et punir les auteurs d’actes de violence.

Source : Autonomisation des femmes en Afrique. Union Africaine – Banque Africaine de Développement. Novembre 2008

                                                            
8Source : Recensement des Agents de l’Etat 2009. Ministère de la Fonction Publique
9 Source : Ministère de l’Intérieur. 2009
14
 
1.4. Ampleur de la violence envers les femmes faiblement maîtrisée
A Madagascar, les formes de violence les plus courantes sont la violence conjugale, la violence sexuelle
comme le viol envers les fillettes et les femmes, le harcèlement sexuel, le proxénétisme. Pourtant, l’ampleur
de la violence envers les femmes au niveau national est quasi-inconnue. De manière générale, les faits et les
chiffres existants sont issus des études et enquêtes isolées sur certains cas et portent sur quelques localités
comme Antananarivo et Antsiranana.

La dénonciation de la violence conjugale et sa Encadré 2


condamnation sont rares du fait de la persistance
de la culture du secret autour de ces actes Quelques données sur la violence envers les femmes à
considérés comme une affaire privée familiale et la Antananarivo…
considération de ce type de violence comme une
normalité au quotidien pour la plupart des femmes.
En 2009, les résultats de l’étude sur la violence contre
A titre d’illustration, d’après les résultats de les femmes à Antananarivo ville a révélé que 65% des
l’Enquête Démographique et de Santé 2008-2009 femmes interrogées déclarent avoir subi une violence au
(EDS INSTAT, 2008-2009), 32% des femmes de cours des 12 derniers mois dont 23% ont été victimes
15 à 49 ans pensent que l’homme a le droit de d’un des types de violence (violence conjugale, violence
battre sa femme ou sa partenaire. De manière sexuelle, le harcèlement sexuel, le proxénétisme) et 43%
surprenante, la proportion des femmes qui partage de plusieurs types de violence (ENDA OI, 2008).
cette opinion est plus élevée dans la capitale (46%
Par ailleurs, le bilan des cas de viol reçus en 2009 par le
contre 31% en milieu rural). De même, elle est
Centre Hospitalier de référence Gynécologie-obstétrique
plus répandue parmi les femmes les plus jeunes de de Befelatanana rapporte que 479 jeunes filles et
15 à 19 ans (35%) contre celles ayant 20 à 24 ans femmes victimes de viol dont 452 d’entre-elles sont
(34%) et celles âgée de 45 à 49 ans (28%), parmi âgées de moins de 18 ans. L’auteur présumé est soit un
celles ayant un niveau d’instruction, au moins, membre de la famille proche, soit un ami proche, soit un
secondaire (34 %) contre (29 %) pour celles sans petit ami ou un inconnu. Parmi les 479 cas rapportés,
instruction) et parmi celles vivant dans un ménage 25,4% ont eu des conséquences graves sur leur santé
classé dans le quintile le plus riche (36%) (EDS dont 15,7% sont infectées par des IST et 12,7% des
victimes âgées de 10 à 18 ans présentent un test de
INSTAT, 2008-2009). grossesse positif.

De ce qui précède, la mobilisation de l’opinion


publique et l’adoption d’une politique et des mesures de lutte contre la violence des femmes deviennent plus
qu’urgentes devant la violation des droits des femmes et la rareté des décisions de justice par rapport à
l’ampleur des faits.

1.5. Facteurs et bonnes pratiques ayant influencé la promotion de l’égalité des


sexes et l’autonomisation des femmes
L’environnement juridique de Madagascar interdit toute forme de discrimination basée sur le sexe et garantit
la jouissance par les femmes de tous les droits de la personne humaine et de toute liberté fondamentale. Le
pays a pris plusieurs engagements internationaux et régionaux en faveur de l’Objectif du Millénaire relatif à
l’égalité des sexes dans le secteur éducatif et l’autonomisation des femmes, en ratifiant et adoptant diverses
conventions, résolutions et programmes, notamment :

• Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW)
• Convention relative au droit de l’enfant consacrant l’égalité des droits des deux sexes
• Programme d’Action de Beijing
• Programme d’Action de la Conférence Internationale sur la population et le Développement (CIPD)
• Objectifs du Millénaire du Développement
• Résolutions du Sommet Mondial pour l’Enfant en 1990, de la Conférence Mondiale sur l’Education
Pour Tous en 1990, de la Conférence Panafricaine sur l’Education des Filles en 1993, de la Conférence
Internationale sur l’Education en matière de Population, du Sommet des Chefs d’Etat de l’OUA en 1993
• Charte Africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits des femmes en Afrique.

15
 
Pour affirmer les engagements pris, en réponse à ces instruments nationaux et internationaux, Madagascar
s’est doté d’une Politique Nationale de Promotion de la Femme (PNPF) et d’une politique d’Education Pour
Tous en début des années 2000 ainsi que d’une Politique Nationale de l’Emploi intégrant la dimension genre
en 2004.

Par ailleurs, la prise en compte de la dimension « genre » a été renforcée dans le DSRP pour la période
2003-2006 ainsi que dans le MAP dans son Engagement 8 en 2007. Les principaux stratégies, plans et
programmes d’actions qui ont abouti à des réalisations sur terrain en matière d’égalité hommes/femmes et
d’autonomisation des femmes sont le Plan d’Action National Genre et Développement (PANAGED) en
2003, le Plan National pour l’Education des filles (PANEF), le Plan Education Pour Tous depuis 2003 et le
Programme National de Soutien à l’Emploi en 2006.

Découlant de ces référentiels nationaux, les mesures et actions menées concernent :

- l’augmentation des ressources financières et humaines dans la gouvernance du secteur éducatif


- le renforcement de capacités dans le domaine de la législation
- l’appui à l’entrepreneuriat avec des accents particuliers aux femmes visant la promotion de l’emploi
- l’accès des femmes aux services financiers grâce à la méthodologie Crédit avec Education
- la sensibilisation des parents, la facilitation des conditions d’admission (prise en charge des frais de
scolarité et obtention de copie d’acte de naissance), la dotation de kits scolaires, la construction de salles
de classes, près de 2 000 infrastructures par an10, au profit des deux sexes
- la fourniture de matériel pédagogique aux enseignants et l’augmentation du personnel éducatif,
améliorant ainsi la rétention des élèves à l’école, notamment les filles
- l’alphabétisation intensive des femmes
- les réformes législatives 11 et la vulgarisation des droits de la femme
- l’harmonisation des concepts genre
- l’intégration du genre dans les institutions et projets/programmes de développement
- le renforcement des capacités des institutions en genre
- la sensibilisation pour l’égalité des sexes12
- la mobilisation des femmes dans les 22 régions sur leur participation à la vie politique
- le renforcement de capacités des femmes leaders et le réseautage des femmes leaders et actives dans les
domaines politiques, sociales et économiques13.

A travers ces actions, des bonnes pratiques développées par les autorités appuyées par les partenaires au
développement14 méritent d’être poursuivies et renforcées pour soutenir les avancées notables dans les
domaines de la scolarisation des filles, la participation des femmes dans la vie économique et politique du
pays, notamment :

Sur la scolarisation des filles et l’alphabétisation des femmes :


• la suppression des frais de scolarité et la distribution de kits scolaires aux élèves
• la dotation en alimentation scolaire ou cantines scolaires dans des régions et localités vulnérables pour
tous les élèves
• la promotion de la stratégie « fille pour fille15 »
• l’octroi des bourses pour la réinsertion des jeunes filles déscolarisées

                                                            
10 En 2008-2009, environ 1 686 salles de classes ayant été construites dans le cadre de la réforme et réhabilitées pour cause de dégâts
cycloniques ; les principaux partenaires financiers de Madagascar étant Banque Mondiale, Royaume de Norvège, BADA, AFD, UNICEF, BIT.
Source : MEN. Avril 2009
11 Loi n°95-017 du 25 août 1995 réprimant le tourisme sexuel ; loi n°98-024 du 25 janvier 1999 contre la prostitution et le trafic de personnes ; Loi

n°2008-017 du 2 juillet 2008 autorisant la ratification de la convention sur la nationalité de la femme mariée ; loi n°2007-022 du 20 avril 2007
fixant la majorité matrimoniale à 18 ans pour l’homme et la femme ; loi n°96-009 du 9 août 1996, inscrivant des modifications des articles 336 à
338 du Code pénale, fixant la peine identique aux hommes et aux femmes en cas d’adultère
12 Des supports médiatiques grands formats ayant été conçus et diffusés largement par UNICEF et UNFPA pour l’égalité des sexes pour la

scolarisation des filles et la parité hommes/femmes dans le secteur économique


13 Vondrona Miralenta ho an’ny Fampandrosoana (VMLF); Réseau de Femmes Africaines Ministres et Parlementaires (REFAMP) Madagascar ;

Plateforme des femmes entrepreneures de Madagascar dénommée Entreprendre au Féminin Madagascar (EFAM)
14 Banque Mondiale, UNICEF, UNESCO, PNUD, PAM, UNFPA, AFD, USAID, ENDA, JICA, etc.
15 Stratégie d'entraide entre filles promue en 2003 à Madagascar par UNICEF, encourageant les enseignants à identifier les filles de première

année de primaire qui risquent d'abandonner l'école. Ces « petites sœurs » sont alors mises en relation avec une « grande sœur » de quatrième
ou de cinquième année qui s'engage par écrit à s'occuper de sa jeune partenaire
16
 
• l’octroi des bourses à des jeunes filles afin qu’elles puissent poursuivre leurs études au niveau
secondaire
• le développement d’un programme spécifique d’une année afin que les filles déscolarisées puissent se
présenter à l’examen du Certificat d’Etude Primaire et Elémentaire (CEPE) et accéder à l’enseignement
secondaire
• la formation des responsables techniques des 22 régions et les partenaires sociaux de la Région Atsimo
Andrefana et Vatovavy Fitovinany sur le cadrage et la conduite de l’alphabétisation.

Sur la participation des femmes dans la vie économique et politique :


- la réalisation de campagnes de sensibilisation sur la participation des femmes à la vie publique menée
par les femmes parlementaires de l’Assemblée Nationale et le Sénat
- la formation des femmes leaders (parlementaires, maires, chefs de régions) en leadership en 2007
- le renforcement de capacités des femmes en politique qui encourage la participation des femmes dans la
sphère politique
- l’élaboration d’une note conceptuelle sur l’empowerment des femmes en politique qui fournit un plan
de relance de la féminisation de la vie politique dans les pays de l’Océan Indien comprenant des axes
d’intervention et des activités bien ciblées
- l’élaboration d’un Plan d’Action national 2009-2013 pour la participation et la représentation accrues
des femmes dans la conduite des affaires publiques à Madagascar16.

Sur les violences à l’égard des fillettes et des femmes :


ƒ la mobilisation de l’opinion publique sur la violence à l’égard des femmes, surtout les fillettes à travers
la diffusion d’un film intitulé « Aina » en 2008, faisant apparaître les différentes formes de violence à
l’encontre des femmes ainsi que la procédure à suivre pour saisir les autorités compétentes
ƒ la gratuité des soins et accompagnement psychosocial des victimes de violences, notamment le viol sous
toutes ces formes
ƒ la sensibilisation nationale contre le tourisme sexuel sur des mineurs avec l’implication du parlement
ƒ la mise en place des Brigades des mœurs et de la protection des mineurs dans les grandes villes du pays
classées zones rouges
ƒ le renforcement des compétences des agents de polices sur différents aspects de la violence à l’égard des
femmes, à savoir : l’identification, les enquêtes, la poursuite des trafics de personnes, les droits
fondamentaux de l’enfant, les techniques d’accueil, d’écoute et d’audition des victimes de maltraitances
ƒ la mise en place des centres d’écoute et de conseils des victimes de violence, notamment les femmes,
dénommés « Trano Aro Zo » et « Foibe MIFOHAZA » dans la capitale et quelques régions17
ƒ la mise en place d’un réseau national multisectoriel regroupant la Police Nationale, le Ministère de la
Justice, le Ministère de la Santé, les associations, les ONG et Centres œuvrant dans la protection des
droits des femmes, pour favoriser la collaboration dans lutte contre la violence basée sur le sexe.

Sur le plan institutionnel, le pays a mis en place une Direction de la Promotion du Genre relevant du
Ministère de la Population qui assure la coordination des stratégies de promotion de la dimension genre ainsi
qu’une Direction des Droits Humains18 au sein du Ministère de la Justice qui est en charge de la diffusion et
l’application des droits des citoyens. Au niveau régional, des unités régionales assurent la mise en œuvre des
stratégies.

                                                            
16 Vondrona Miralenta ho an’ny Fampandrosoana (VMLF) ayant été appuyée par l’Ambassade du Royaume de Norvège et l’Institut Electoral
d’Afrique Australe (EISA) dans l’élaboration de ce plan d’action qui s’est inspiré du protocole de la SADC sur le genre et le développement, ratifié
par Madagascar en 2008. Le plan d’action ayant pour objectif d’accélérer l’intégration et la participation active des femmes, de l’ordre de 30% en
2012 et 50% en 2015, dans les postes de prise de décision
17Structures fournissant une prise en charge psychosociale aux femmes victimes et leur proposant des appuis quant aux procédures à suivre,

notamment à Antananarivo, Mananjary, Manakara, Taolagnaro, Farafangana, Manjakandriana, Toamasina, Amboasary Sud, Ambovombe,
Androy, Mahajanga, Fianarantsoa ; les principaux partenaires du pays étant UNFPA et PNUD
18 Décret n° 2008-438 du 5 mai 2008

17
 
1.6. Principaux facteurs entravant encore la promotion de l’égalité des sexes et
l’autonomisation des femmes
De manière générale, divers facteurs exogènes et endogènes à l’école sont défavorables à l’accès et au
maintien à l’école plus poussé des filles. Mais, leur intensité varie d’une région à une autre en fonction des
valeurs socio-culturelles et du niveau de développement économique et infrastructurel. L’on relève entre
autres :

• Sur le plan socio-culturel : (i) l’incapacité financière et matérielle des parents à subvenir aux besoins
scolaires des enfants, souvent au détriment des filles qui sont jugées seulement aptes à tenir les rôles de
femmes au foyer, (ii) le mariage précoce des filles considéré comme norme sociale dans beaucoup de
régions, en dépit des réformes législatives sur la majorité matrimoniale fixée à 18 ans pour l’homme et
la femme, (iv) la forte différenciation des rôles masculins et féminins dans les familles ou dans les
successions, (v) l’exploitation sexuelle touchant les adolescentes dans les grandes villes qui provoque
souvent la grossesse précoce, conduisant au renvoi des filles de l’école, (vi) l’émancipation précoce
voulu par les parents pour que les enfants puissent subvenir à leurs propres besoins même les
fournitures scolaires, surtout les jeunes filles des régions du nord et du sud du pays.

• Sur le plan pédagogique : (i) le maintien et le renforcement des stéréotypes de genre dans les manuels
scolaires, en présentant les diverses professions comme réservées soit aux hommes, soit aux femmes
ainsi qu’en minimisant les acquis obtenus dans l’ouverture des opportunités offertes aux femmes, (ii) la
faible intégration de l’égalité de genre dans l’enseignement du fait de l’insuffisance de formation sur le
sujet et le manque de directives pour sa mise en œuvre par les enseignants, (iii) la reproduction des rôles
stéréotypés dans le partage des tâches et des activités scolaires à l’école par les enseignants qui
favorisent souvent les garçons et découragent les filles.

• Sur le plan infrastructurel : (i) l’éloignement des établissements scolaires pour les deux sexes, mais
particulièrement pour les filles qui provoque les problèmes d’insécurité, de logement et de conditions
physiques, (ii) la qualité des infrastructures scolaires ne favorisant pas la sécurité des élèves, surtout les
filles, (iii) la gêne causée par les équipements et matériels scolaires aux filles (hauteur des tableaux,
dimension des bancs, absence de sanitaires réservés aux filles ou sanitaires non appropriés aux filles,
absence d’eau potable).

Madagascar a encore des efforts à déployer pour promouvoir le droit à l’alphabétisation pour tous les
malgaches. Dans le pays, les activités d’alphabétisation souffrent de l’absence d’un système de suivi et
évaluation efficace et pérenne et d’une politique éducative claire et cohérente dans le secteur informel.

Parmi les obstacles qui entravent la participation effective des femmes dans les affaires politiques et
publiques, l’on relève surtout le faible niveau d’éducation des femmes malgaches, la persistance des
stéréotypes quant aux rôles dévolus aux femmes et aux hommes, la méconnaissance et l’application non
effective des textes et des protocoles genre en général, l’insuffisance des moyens financiers et la faiblesse du
réseautage des femmes pour les besoins des activités politiques.

1.7. Principaux défis à relever


Depuis 1999, les efforts déployés dans le secteur éducatif autant du côté du gouvernement avec ses
partenaires au développement que des enseignants et des communautés ont conduit à l’amélioration de la
scolarisation des filles. Cependant, le pays n’a pas suffisamment assuré l’autonomisation des femmes,
malgré les avancées obtenues à travers des réformes juridiques. De plus, l’égalité des sexes n’est pas une
condition suffisante pour assurer l’autonomisation des femmes ; celle-ci exige autant pour les filles que les
femmes qu’elles puissent vivre sans violence, participer aux institutions, avoir accès aux ressources
productives et aux services sociaux, y compris les soins médicaux liés à la santé génésique et autres
maladies.

18
 
L’atteinte de l’OMD 3 reste à la portée de Madagascar dans la mesure où, d’une part, l’accès à l’éducation
est aujourd’hui ouvert sans discrimination pour les filles comme pour les garçons, mais d’autre part, les
femmes participent encore peu aux processus de décision sur la vie nationale, comme mentionné dans le
tableau ci-dessous :

Tableau 1.2. Degré de réalisation de l’OMD 3

Situation de réalisation
Degré d’atteinte de
Cible OMD
Indicateur 1999 2004 2008 l’objectif en 2015
2015
Objectif 3 : Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes Probablement
Cible 3.A - Éliminer les Taux brut de scolarisation des filles 106.7% 116.9% 128.8%
disparités entre les dans l’enseignement primaire
sexes dans les Indice de parité entre les sexes 0.96 0,95 0,97 1
enseignements dans l’enseignement primaire
primaire et secondaire Proportion des filles dans le 49% 49.3% 49.2% 50%
d’ici à 2005, si primaire
possible, et à tous les Proportion des filles dans 49.5% 49.7% 48.9% 50%
niveaux de l'enseignement secondaire
l’enseignement en
Proportion des filles dans 45.8% 47.2% 47.2% 50%
2015 au plus tard
l'enseignement supérieur
Taux d'alphabétisation des femmes 50.3% 55.5% 59.3%
de 15 ans et plus (2001) (2005)
Proportion des femmes salariées 10.7% 10.9%
dans le secteur non-agricole (2005)
Proportion des femmes députées 5.6% 6.3% 9.4%
Proportion des femmes sénatrices 15.6% 15.2%
Proportion des femmes 5.6% 9.6% 10.6%
parlementaires

Les principaux défis auxquels le pays doit faire face pour les 5 années à venir s’inscrivent dans les
perspectives de :
• l’atteinte de la parité entre les sexes (IPS égal à 1) pour les enseignements primaire, secondaire et
supérieur
• le renforcement de la qualité de l’enseignement à tous les niveaux
• le maintien à l’école des filles et la poursuite des études jusqu’à leur achèvement
• la densification de l’alphabétisation des adultes en mettant l’accent sur les pauvres et les groupes
vulnérables
• l’augmentation jusqu’à 30% en 2012 et 50% en 2015 de la proportion des femmes siégeant dans les
instances prise de décision et de conduite des affaires publiques
• l’amélioration de l’accès des femmes aux ressources productives
• l’application rigoureuse de la législation en vigueur relative à l’égalité de sexes.

Les acquis de ces dernières années relatifs à l’OMD 3 risquent d’être réduits à cause des effets négatifs de la
crise politique que traverse le pays depuis le début de l’année 2009 ainsi que du changement climatique dans
le monde sur beaucoup d’aspects essentiels de la lutte contre la pauvreté, notamment l’éducation, la santé,
l’emploi, etc. En effet sur le plan social, parmi les impacts actuels et attendus de la crise politique, l’on peut
citer le recul de la scolarisation et l’accroissement de la déperdition scolaire dues à la baisse des revenus des
ménages entraînée par la perte d’emplois et l’isolement commercial du pays ainsi que les réductions
budgétaires drastiques en raison de la suspension des appuis financiers des principaux bailleurs de fonds.
Pourtant, le budget alloué au secteur de l’éducation connaît une tendance à l’augmentation ces dernières
années mais reste encore insuffisant à tous les niveaux de l’enseignement19.
                                                            
19 Par t des dépenses du secteur éducatif (du Préscolaire à l’Enseignement Supérieur et Alphabétisation) ayant représenté 16.7% du budget de
l’Etat en 2008 contre 13,1% en 2004 (MEN, 2009)
19
 
Les enjeux multiples engendrés par le changement climatique nécessitent une réponse structurée et équilibrée
en terme de politique nationale en matière de développement et sur le plan de la prise en charge et de
l’organisation au niveau communautaire ; l’état avancé de la déforestation, l’exploitation irrationnelle des
ressources naturelles, la hausse de la température, le tarissement des cours d’eau constituent des facteurs de
risque importants pouvant bouleverser davantage la vie communautaire et les activités économiques en
défaveur des femmes et de la parité.

1.8. Recommandations
Dans le cadre des perspectives de consolidation des acquis et de levée des goulots d’étranglement et de
l’amortissement des effets des chocs externes et internes, des pistes de solutions sont proposées, sous forme
de recommandations pour accélérer la tendance vers l’égalité et la parité dans le système éducatif et les
instances de décision politique, comme suit :

ƒ Poursuivre les mesures visant l’amélioration de l’accès à l’éducation, notamment par la suppression des
frais scolaires pour les filles, la mise en place des cantines scolaires, l’octroi des bourses et des
allocations, surtout les filles au niveau du secondaire des familles vulnérables et les lauréates, et ce
surtout dans les régions présentant moins de filles scolarisées par rapport aux garçons comme
Analamanga, Atsimo Atsinanana, Bongolova, Ihorombe, Vakinankaratra, Vatovavy Fitovinany ainsi
que dans les CISCO considérés parmi les plus vulnérables.

ƒ Poursuivre la révision des manuels scolaires favorisant l’équilibre entre les hommes et les femmes en
assurant la suppression des images stéréotypés véhiculés dans les illustrations et les textes.

ƒ Renforcer les efforts de recrutement d’enseignants spécialisés, la disponibilité d’outils opérationnels


intégrant suffisamment la dimension genre, les infrastructures intégrant les normes de construction des
écoles et la prise en compte des besoins spécifiques des filles, en matière d’infrastructures sanitaires
(sanitaires séparés et fermés pour les filles et les garçons), de mobiliers (taille et cache), de tableaux
noirs (hauteur), de cour (clôture).

ƒ Etablir comme directive nationale la désagrégation par sexes des données statistiques pour une
meilleure prise en compte de la dimension genre dans le système de suivi et évaluation des indicateurs
touchant le secteur éducatif.

ƒ Prendre des mesures réglementaires en réponse aux engagements du pays dans la Charte Africaine en
faveur du maintien des filles enceintes dans leur scolarité, notamment l’adoption d’un texte spécifique,
sa diffusion et son application effective.

ƒ Mener une enquête nationale sur l’ampleur de la violence à l’égard des fillettes et des femmes
permettant d’orienter et cibler des actions prioritaires, renforcer les actions de mobilisation de l’opinion
publique et l’assistance aux victimes.

ƒ Optimiser le renforcement de capacités des partenaires techniques dans d’autres régions pour
promouvoir et conduire avec efficacité les actions d’alphabétisation.

ƒ Promouvoir des actions de formation professionnelle qualifiante permettant d’améliorer l’employabilité


des filles et des femmes.

ƒ Favoriser l’accès des femmes à des emplois productifs et qualifiés, au crédit, à la propriété foncière
ainsi qu’à la création d’entreprise et réduire les écarts de salaires entre femmes et hommes.

ƒ Renforcer le plaidoyer pour l’adoption de budgets appropriés visant la mise en œuvre du Plan d’action
national sur la participation des femmes à la prise de décision et à la conduite des affaires publiques.
L’imposition d’objectif quantitatif, avec le profil requis, à inscrire dans les textes fondamentaux et
législatifs du pays peut servir à accroître le nombre de femmes participant à la vie publique.
20
 
ƒ Promouvoir la participation des femmes dans l’élaboration de stratégies efficaces visant à mieux faire
face aux effets du changement climatique sur la vie nationale et communautaire, ainsi que dans la mise
en œuvre des initiatives de réponse.

En définitive, l’amélioration du bien-être de la population par la réduction de la pauvreté, l’application


effective des textes législatifs et les transformations réelles liées à l’amélioration du socle traditionnel et
culturel de la société malgache et la stabilité politique durable renforceront certainement l’évolution vers
l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et protègeront sans nul doute les femmes de toutes formes
de discrimination et de violence.

21
 
Chapitre II - Objectif 5 du Millénaire pour le Développement :
Améliorer la santé maternelle

Cible 6 : Réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle

A Madagascar, le risque pour une femme de mourir de complications qu’il est possible de traiter ou d’éviter
au cours de la grossesse ou de l’accouchement, est de 1 sur 38 (EDS INSTAT, 2008-2009) ; la santé
maternelle reste une préoccupation majeure pour le pays car 10 femmes meurent par jour de complications
liées à la grossesse et à l’accouchement (EDS INSTAT, 2008-2009). Pourtant, la grossesse est un état normal
et physiologique qui devrait être loin des risques de décès et de séquelles pouvant anéantir la vie de la mère,
son partenaire, ses enfants et sa famille. L’amélioration de la santé maternelle est ainsi une condition
préalable essentielle du développement humain et de la réduction de la pauvreté.

L’introduction de l’audit des décès maternels dans le pays au début de l’année 2010, en commençant par les
grandes villes d’Antananarivo, Toliara, Mahajanga, Toamasina, témoigne de la volonté nationale avec les
partenaires au développement de traiter les causes profondes et évitables des décès maternels.

Ce chapitre porte ainsi sur les analyses de la santé maternelle à Madagascar sur la base des principaux volets
ci-après :

• l’évolution de la mortalité maternelle


• l’état de la couverture des soins prénatals et de la planification familiale
• les principales actions promues en santé maternelle
• les principaux obstacles et contraintes
• les défis à relever
• les recommandations.

2.1. Tendance mitigée de la mortalité maternelle, touchant plus le milieu rural


et les pauvres
A Madagascar, le ratio de mortalité
Graphique 2.1. Ratio de mortalité maternelle pour 100 000 naissances
maternelle reste globalement en stagnation vivantes
et affiche même une légère augmentation 700
660
de 2% entre 1997 et 2008, soit 600
488 469 498
respectivement 488 à 498 décès pour 100
Ratio pour 100 000 
naissances vivantes

500
000 naissances vivantes (Cf. Graphique 400
2.1). Le pays se trouve ainsi loin du défi 300
de réduire d’ici 2015 la mortalité 200
165
maternelle jusqu’à 165 décès pour 100 100

000 naissances vivantes. 0


Année  1997 2004 2008 OMD 2015 Année
référence
 Toutefois, le gouvernement a intensifié 1992

les efforts visant l’amélioration de la santé


Sources : EDS II, 1997; EDS III, 2004; EDSMD IV, 2008-2009
maternelle et soutenus par les partenaires
au développement (OMS, UNFPA, UNICEF, Banque Mondiale, BAD, USAID, JICA) ces 5 dernières
années, notamment en matière de la promotion de la maternité sans risque et de l’intensification de la
planification familiale.

22
 
2.2. Diminution sensible de l’accouchement par un personnel qualifié
Les femmes enceintes qui ont recours aux consultations prénatales et à l’accouchement assisté par un
personnel médical qualifié peuvent éviter les décès maternels. En 2004, près de 51,3% des naissances ont eu
lieu en présence d’un personnel soignant qualifié (EDS INSTAT, 2004), ce qui représente une nette
amélioration par rapport au taux de 47,3% en 1997 (EDS INSTAT, 1997), soit une hausse de 8,4% (Cf.
Tableau 2.1).

 Toutefois, l’on observe une


Graphique 2.2. Proportion d'accouchements assistés par
diminution alarmante du taux du personnel de santé qualifié
d’accouchements assistés par un
52
personnel médical qualifié, qui est 51.3%

Proportion (%)
passé de 51,3% (EDS; INSTAT, 50
1997) à 43,9% entre 2004 et 2008 48
47.3%
(EDS INSTAT, 2008-2009), soit une
46
baisse importante de l’ordre de
14,4%. La situation s’explique 44
43.9%
principalement par la répartition 42
géographique inégale du personnel
40
médical en faveur des centres Année
1997 2004 2008
urbains, surtout en ce qui concerne le
Sources : EDS II, 1997; EDS III, 2004; EDSMD IV, 2008-2009
personnel qualifié.

En effet, le taux d’accouchement assisté par un personnel qualifié en milieu urbain a augmenté en défaveur
du milieu rural, passant respectivement de 75,6% à 81,6% contre 45,9% à 39,3% pour la période 2004-2008
(EDS INSTAT, 2008-2009).

Une corrélation est établie entre le niveau des décès maternels qui reste stationnaire et les conditions
d’accouchement au regard des grandes disparités selon les milieux, les régions, le niveau d’instruction et les
conditions de vie ; en effet (EDS INSTAT, 2008-2009) :

• la proportion de femmes du milieu rural accouchant au niveau des formations sanitaires est inférieure à
celle des femmes du milieu urbain, soit 39% contre 67% ;

• 31% des femmes de la Région d’Itasy ont accouché à la maison alors que cette proportion atteint 90%
dans la Région de Vatovavy Fitovinany, ce qui explique le taux élevé de mortalité des enfants dans cette
région par rapport à l’ensemble du pays ;

• seules 17,7% des femmes sans instruction sont assistées par un personnel qualifié lors de leur
accouchement contre 93,9% pour les femmes ayant les niveaux d’instruction primaire et secondaire ;

• les femmes issues des ménages les plus riches accouchent plus fréquemment dans les établissements de
santé que les autres ; 66,4% contre 17,7% chez les ménages pauvres par exemple ;

• dans le pays, environ un accouchement sur deux s’opère avec l’assistance d’une accoucheuse
traditionnelle. En milieu rural, cette proportion atteint 52% et, dans la Région de Vatovavy Fitovinany,
77% des femmes enceintes accouchent avec l’assistance d’une accoucheuse traditionnelle.

2.3. Evolution prometteuse de l’accès aux soins prénatals


L’accès aux soins prénatals à Madagascar a fait un bond en avant car la proportion de femmes ayant reçu,
durant leur grossesse, des soins prénatals est passé de 77% à 85% pour la période 1997-2008, soit une hausse
de 11,6% (Cf. Tableau 2.1) ; cela est essentiellement dû aux efforts entrepris dans le cadre de la maternité
sans risque et de la densification de la planification familiale.

23
 
Tableau 2.1. Taux de consultations prénatales

1997 2004 2008


Taux de consultations prénatales 77% 80% 86%
Pourcentage des femmes ayant reçu des soins prénatals au moins
81,9% 80,6% 90%
une fois
Pourcentage des femmes ayant reçu des soins prénatals quatre fois
39,7% 39,9% 49,3%
et plus pendant leur grossesse
Sources : EDS II. 1997 ; EDS II. 2003-2004; EDSMD IV. 2008-2009

Même si dans l’ensemble le recours aux consultations prénatales connaît un progrès, des disparités existent
et sont défavorables aux mères pauvres, moins instruites et résidentes des régions difficilement accessibles.
En effet, les mères sans instruction, ayant un niveau primaire et pauvres ont peu accès aux soins prénatals
que les mères ayant un niveau d’instruction du secondaire et se trouvant dans le quintile le plus riche, variant
respectivement de 70% à plus de 95% (EDS INSTAT, 2008-2009). Dans les régions d’Analamanga et
d’Alaotra Mangoro, presque toutes les femmes enceintes ont reçu des soins prénatals, respectivement de
96% et 97% ; par contre, 65% et 69% des femmes respectivement des régions d’Androy et de Melaky en
bénéficient peu.

Le progrès de l’accès aux consultations prénatales s’accompagne aussi de l’amélioration de la fréquence des
visites prénatales et les quatre visites recommandées par l’OMS dominent par rapport aux autres 1 à 3
visites. En effet, 49,3% des femmes enceintes ont effectué les quatre visites en 2008 (EDS INSTAT, 2008-
2009) contre 39,7% en 1997 (EDS NSTAT, 1997), soit une importante hausse de 24,1%. Toutefois, cette
proportion est plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural, respectivement de 71% et 46% (EDS
INSTAT, 2008-2009).

2.4. Baisse progressive de la fécondité précoce chez les adolescentes de 15 à 19


ans
Le risque de souffrir ou de mourir Graphique 2.3. Taux de natalité parmi les adolescents 15 à 19
de complications à un âge à la ans (pour 1 000 femmes)
première naissance trop précoce est
200 180‰
plus élevé chez les adolescentes.
180
Le taux de fécondité chez les 160 150‰
148‰
Taux (‰)

adolescentes de 15 à 19 ans a 140


diminué de manière progressive de 120
100
17,7% entre 1997 à 2008, soit un 80
taux respectif de 180‰ et 148‰ 60
(Cf. Graphique 2.3). Ce taux reste 40
à un niveau élevé, ce qui place 20
0
ainsi Madagascar comme un pays à Année
1997 2004 2008
fécondité précoce.
Source : EDSMD IV. 2008-2009
Ces grossesses précoces ont des
conséquences qui pourraient nuire,
d’une part, à la santé de la jeune mère (risque de déchirures par immaturité des organes, risque de fistule
génitale, complications de l’avortement et de l’accouchement, décès maternels), et d’autre part, à ses
perspectives en matière d’autonomisation et d’opportunités économique et sociale. Les jeunes filles du
milieu rural sont les plus touchées par la grossesse précoce que celles du milieu urbain ; en 2008, le taux de
natalité des adolescentes est de 74 ‰ en milieu urbain et 164‰ en milieu rural (EDS INSTAT, 2008-2009).

24
 
2.5. Augmentation soutenue de la prévalence contraceptive
A l’échelon national, bien de femmes et de jeunes veulent limiter ou espacer la maternité. Entre 1997 et
2008, la tendance de la prévalence contraceptive a connu une augmentation importante grâce à la politique
d’intensification de la planification familiale menée dans le pays. Le taux de prévalence contraceptive parmi
les femmes en union est passé de 19% en 1997, puis à 27% en 2003-2004 pour atteindre 40% en 2008-2009
(EDS INSTAT, 2008-2009). Parallèlement, le taux brut de natalité a diminué de 42,3‰ en 1997 (EDS;
INSTAT, 1997) à 33,4‰ en 2008 (EDS INSTAT, 2008-2009).

Les différences de prévalence contraceptive sont importantes selon les milieux de résidence, soit 37% en
milieu rural contre 54% en milieu urbain en 2008 (EDS INSTAT, 2008-2009).

Pour les méthodes modernes, leur taux d’utilisation est passé de 10% en 1997, puis à 18% en 2004 pour
atteindre 29% en 2008 (EDS INSTAT, 2008-2009).

Tableau 2.2. Taux de prévalence contraceptive pour les méthodes quelconques et taux d’utilisation des
méthodes modernes

1997 2004 2008


Taux de prévalence contraceptive 19% 27% 40%
Taux d’utilisation des méthodes modernes 10% 18% 29%
Source : EDSMD IV. 2008-2009

Corrélativement, les besoins non-


satisfaits en matière de planification Graphique 2.4. Besoins non satisfaits en matière de
familiale20 parmi les femmes en union planification familiale
diminuent progressivement, passant
de 25,6% en 1997 à 14,9% en 2008. 30
25.6% 23.6%
Cette tendance positive est surtout 25
Proportion (%)

favorisée par l’universalisation des 20


sites PF accompagnée de la 18.9%
15
disponibilité des supports de
communication et de produits aux 10
niveaux de toutes les formations 5
sanitaires publiques. 0
Année
1997 2004 2008
La réalisation de l’OMD 5 exige que
toutes les femmes et tous les hommes Source : EDSMD IV. 2008-2009
bénéficient d’un accès à des choix
contraceptifs abordables et acceptables à travers des services de qualité. Toutefois, l’écart entre le désir de
contraception et l’accès aux méthodes reflète encore des inégalités selon les milieux et les régions.

                                                            
20 Proportion de femmes en union, non utilisatrices de la contraception alors qu’elles ont déclaré ne plus vouloir d'enfants (limiter les naissances)
ou ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant la naissance de l'enfant suivant (espacer les naissances)
25
 
2.6. Avancée notable en matière de politique, planification et programmation
dans le domaine de la santé maternelle
Depuis la Réunion du Groupe de Travail Régional sur la Santé de la Reproduction en 2003, l’engagement du
pays a conduit à l’élaboration d’une Feuille de Route pour la période 2005-2015 visant la réduction de la
mortalité maternelle et néonatale.

A partir de l’année 2005, plusieurs instruments de planification et de mise en œuvre ont été développés,
notamment la Politique Nationale de Santé en 2005, le Plan de Développement du Secteur Santé 2007-2011,
le Plan Sectoriel en Planning Familial 2007-2012 ainsi que le Plan Stratégique de Sécurisation des produits
de Santé de la Reproduction 2008-2012, qui répondent aussi aux résolutions des agendas internationaux et
nationaux, notamment de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD), de la
Conférence de Beijing et de la souscription aux Objectifs du Millénaire pour le Développement, du
Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté (DSRP) et du Madagascar Action Plan (MAP) qui
priorisent la santé de la mère et de l’enfant.

A Madagascar, la santé de la mère et de l’enfant dispose de l’appui conséquent des divers partenaires
techniques et financiers21 issus des coopérations bi et multilatérales ainsi que des ONG. Ainsi, pour assurer la
coordination des différentes interventions des partenaires dans le cadre de la santé de reproduction22, le
Ministère en charge de la Santé a créé spécialement une Direction du Partenariat. C’est ainsi que l’Etat avec
les appuis des partenaires au développement ont mené des actions autour des axes stratégiques majeurs de la
Feuille de Route, notamment par :
ƒ le renforcement du cadre politique de la santé de la mère et de l’enfant
ƒ l’amélioration de la qualité des services des soins maternels et néonataux
ƒ l’amélioration de la santé reproductive des jeunes
ƒ l’intensification du planning familial
ƒ le renforcement de capacités en soins obstétricaux néonataux d’urgence (SONU)
ƒ le renforcement du système de référence sur place
ƒ l’amélioration de la communication sur les soins maternels et néonataux
ƒ l’amélioration des pratiques communautaires des soins des mères et du nouveau-né à domicile.

Quelques résultats et acquis ont été obtenus parmi les activités réalisées, entre autres :
- la coordination des interventions dans le cadre de la santé reproductive
- la disponibilité du document sur les normes et procédures en santé de la reproduction en 2006
- l’institutionnalisation pour deux fois par an de la Semaine de la Santé de la Mère et de l’Enfant
depuis 2006
- la gratuité et la sécurisation des produits contraceptifs depuis 2007 (le taux de couverture
contraceptive est passé de 10% en 1997 à 29,2% en 2008)
- la gratuité des opérations césariennes depuis 2007
- la distribution gratuite des kits individuels d’accouchement (environ 515 301 kits en 2009)
- la dotation de kits pour laparo-césarienne, équipements/matériels/médicaments SONU aux
formations sanitaires, touchant aussi les régions (121 Aspiration Manuelle Intra-utérine, 121
ventouses en 2008)
- la formation des agents de santé en SONU (333 formés pour la période 2007-2010) et en SONUB
(257 agents de santé formés en 2007-2009)
- la formation des médecins généralistes en chirurgie essentielle, chirurgie d’urgence obstétricale et
des infirmiers anesthésistes en anesthésie obstétricale
- la mise en œuvre du Programme d’accès universel en SONU à travers le Système du Tiers payant
des urgences obstétricales

                                                            
21 OMS, UNFPA, UNICEF, Banque Mondiale, USAID, BAD, Population Services International, AFS, JICA. Madagascar faisant partie aussi
l’International Health Partenship depuis 2007
22 A Madagascar, les interventions dans le domaine de la santé maternelle et infantile étant coordonnées au niveau du comité de la santé de

reproduction, sous l’égide du ministère de la santé, avec le groupe H4 élargi des partenaires au développement. Au départ, le groupe H4 (Health
Four) étant composé de l’OMS, la Banque Mondiale, l’UNFPA et l’UNICEF. En 2010 ce groupe étant élargi aux autres partenaires, entre autres
USAID, AFD, JICA, etc.
26
 
- la mise en œuvre du Programme Investir pour les sages-femmes et les professionnels assistants à
l’accouchement
- la mise en place d’un réseau de communication dans les formations sanitaires CHD et CSB (dotation de
Radios BLU)
- la mise en œuvre du Programme « Investir pour les sages-femmes et les professionnels assistants à
l’accouchement »
- la réalisation d’études pertinentes spécifiques en matière de santé maternelle qui permettent de cibler et
prioriser les actions à entreprendre23.

Certes, des actions conséquentes sont menées mais les résultats ne sont pas suffisamment tangibles au regard
des indicateurs de mortalité maternelle. Le pays reste confronté à la lenteur de la diminution des décès
maternels, à l’importance de la fécondité précoce chez les adolescentes et à la demande en PF non encore
satisfaite. De plus, il reste beaucoup à faire en matière d’amélioration de la prise en charge car la majorité
des formations sanitaires ne répondent pas encore aux normes requises.

  Encadré 3

Une stratégie « Répondre aux besoins en planification familiale » peut réduire la croissance démographique
et rendre les OMDs plus accessible pour Madagascar

Madagascar a besoin de plus de 10 ans pour répondre à tous les besoins non satisfaits en planification familiale (PF)
qui peut aider le pays à réduire notablement les coût de cinq OMDs, notamment : (i) assurer l’éducation primaire pour
tous, (ii) réduire la mortalité infantile, (iii) améliorer la santé maternelle, (iv) assurer un environnement durable, (v)
combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d’autres maladies.

Par exemple, répondre au besoin non satisfait en PF aurait pour résultat un nombre moins important d’enfants ayant
besoin d’éducation, et donc, des coûts plus bas pour l’éducation pour tous. Les économies cumulées du secteur de
l’éducation d’ici 2015 seraient ainsi $20,1 million.

En plus des économies de coûts réalisées en répondant aux besoins non satisfaits, l’utilisation accrue des services
de PF peut contribuer directement aux buts des OMDs de réduire la mortalité infantile et d’améliorer la santé
maternelle ; la planification familiale aide à réduire le nombre de grossesses à haut risque qui résultent en forts taux
de maladie et mortalité de la mère et l’enfant.

En répondant aux besoins non satisfaits en PF à Madagascar, on pourrait escompter une baisse de 2 918 morts
maternelles et 185 960 morts infantiles d’ici l’échéance de 2015.

Source : Atteindre les OMDs : la contribution de la planification. Etude basée sur EDS 2004 – Cas Madagascar. USAID. Juillet
2009

2.7. Principaux facteurs limitant l’amélioration de la santé maternelle


A Madagascar, plusieurs contraintes et obstacles persistent et aggravent les décès maternels. Il existe d’abord
l’insuffisance de la prise en charge des complications de la grossesse et de l’accouchement lié au retard à
reconnaitre la complication et prendre de décision de rejoindre le centre de santé (manque de connaissance
des complications, peu d’implication des hommes, faible statut des femmes, barrières socio-culturelles), au
retard pour arriver jusqu’aux services de santé (enclavement, faiblesse de moyens de transport, moyen
financier très limité) et au retard pour recevoir les soins obstétricaux d’urgence (non disponibilité des
services de santé de qualité, faible compétence des agents de santé en SONU). De plus, l’on relève aussi
l’insuffisance des informations sur les causes des décès maternels dans le pays.

                                                            
23 Entre autres : « Prévention de la Transmission du VIH/SIDA de la Mère à l’Enfant : Recherche qualitative sur les connaissances, attitudes et
pratiques ». 2005 ; « Analyse de la situation de base sur l’ampleur et les impacts des fistules obstétricales ». 2007 ; « Evaluation du système de
référence ainsi que des structures de prise en charge des urgences obstétricales et néonatales ». 2007 ; « Evaluation des besoins en matières
de SONU » 2009 ; « Principaux facteurs à l’origine des décès maternels et néonatals dans les formations sanitaires ». 2009 ; « EDSMD IV 2008-
2009 »
27
 
Ensuite, les déficits en nombre, compétences et gestion des formations sanitaires en matière de soins
obstétricaux et néonatals d’urgence (FS SONU) dans le pays limitent beaucoup la prise en charge de ces
soins, notamment, en ce qui concerne la disponibilité et l’utilisation de sulfate de magnésie24, de matériels de
réanimation du nouveau-né, du niveau de compétence des personnels de santé en activité en matière de
SONU, etc.

Par ailleurs, l’insuffisance des ressources budgétaires allouées au secteur santé entrave pour beaucoup la
mise en œuvre des actions. En effet, l’évolution du budget de la santé est relativement faible par rapport au
budget national, même si l’aide allouée au secteur de la santé a augmenté au fil des années25. Avec 11, 9
dollars US par habitant par an, le montant total des dépenses de santé reste encore loin des 34 dollars US par
habitant recommandés par l’OMS26.

En dépit de la pertinence des instruments de planification dans l’amélioration de la santé maternelle, certains
facteurs entravent les actions entreprises et en réduisent les succès. L’on note la faiblesse d’une coordination
réelle et efficace des interventions conduites par le Ministère de la Santé Publique, la difficulté de satisfaire
les besoins de prise en charge des complications liées à la grossesse et à l’accouchement du fait de
l’insuffisance en quantité et qualité des SONU27, l’insuffisance et la répartition inégale des gynécologues-
obstétriciens, des médecins généralistes, des infirmiers et des sages-femmes, l’existence des infrastructures
ne respectant pas les normes sanitaires (éloignement, adduction d’eau potable et électricité), surtout aux
niveaux des CSB.

Par ailleurs, les chocs internes et externes que subit le pays engendrent aussi des risques d’augmentation
potentielle de la mortalité maternelle dans le pays et la perte des acquis. En effet, les acquis dans l’accès à
l’accouchement assisté par un personnel soignant qualifié, aux soins prénatals et à la planification familiale
risquent de se ralentir, à cause des effets de la crise politique actuelle, entre autres la diminution du budget de
la santé due à l’insuffisance du budget de l’Etat, à la suspension des différentes aides extérieures et à la
dégradation de la situation économique qui appauvrit davantage la population.

Enfin, l’absence de stratégie efficace face aux conséquences à la fois de la crise financière mondiale (entre
autres, la hausse des denrées alimentaires, le renchérissement des prix des produits importés, la baisse accrue
des aides publiques au développement) et du changement climatique au niveau mondial et national
(sècheresse dans le Sud, intensité des cyclones dans l’Est, inondation dans plusieurs régions du pays,
recrudescence du fléau acridien), rendant ainsi les zones rurales plus pauvres et enclavées, réduit la chance
des femmes enceintes d’avoir une alimentation équilibrée, d’accéder aux soins prénatals et être assistées par
un personnel médical qualifié lors de l’accouchement.

2.8. Principaux défis à relever


Si la tendance actuelle de l’évolution du taux de mortalité maternelle se maintient par les effets convergents
de la pesanteur politique et du peu de ressources affectées, la cible 5A qui prévoit de réduire de trois quarts
entre 1997 et 2015 le taux de mortalité maternelle sera un objectif trop ambitieux et difficile à atteindre (Cf.
Tableau 2.3).

                                                            
24 Malgré la dotation en sulfate de magnésie par l’UNFPA depuis 2007, sa disponibilité reste faible (seulement dans 11,5% de FS enquêtées) à
cause de l’insuffisance de stock, et son utilisation n’est pas effective due à la non-maitrise de la prescription et des risques après prise. Source :
EBSONU. VPMSP/UNFPA. Mars 2010
25 Part du budget santé par rapport au budget national de l’État ayant diminué de 9,7 % à 7,2 % de 2001 à 2006. Elle est restée au même niveau

de 2003 à 2006, aux alentours de 7 %. Et, l’aide allouée au secteur santé étant passée de 71 215 millions d’ariary à 166 166 203 millions d’ariary
de 2002 à 2006. Sources : Revue de dépenses publiques de santé. MEFB, CDMT. Mai 2007
26 Norme recommandée par la Commission « Macro-économie et santé » pour financer les soins essentiels de santé et le VIH et le sida
27 Madagascar disposant seulement 22 FS offrant de SONU, soit 0,5 FS SONUC et 0,1 FS SONUB pour 500 000 habitants, équivalent à un écart

172 structures SONU dont 20 FS SONUC pour l’ensemble du pays. La norme OMS étant 5 FS SONU pour 500 000 habitants avec au moins une
FS SONUC. Source : Evaluation des besoins en matière de soins obstétricaux et néonatals d’urgence à Madagascar. Vice-Primature Chargée
de la Santé Publique/UNFPA. Mars 2010
28
 
Tableau 2.3. Degré de réalisation de l’OMD 5

Situation de réalisation
Degré d’atteinte de
Cible OMD
Indicateur 1997 2004 2008 l’objectif en 2015
2015
Objectif 5 : Améliorer la santé maternelle Invraisemblablement
Cible 5.A : Réduire Ratio de mortalité maternelle pour
488 469 498 165
de trois quarts, 100 000 naissances vivantes
entre 1990 et 2015,
Proportion d'accouchements assistés par
le taux de mortalité 47.3% 51.3% 43.9%
maternelle du personnel de santé qualifié
Taux de prévalence contraceptive 19% 27% 40%
Taux d’utilisation des méthodes
10% 18% 29%
contraceptives modernes
Taux de natalité parmi les adolescents 15
180 150 148
Cible 5.A : Atteindre à 19 ans pour 1 000 femmes
d’ici 2015, l’accès Pourcentage de femmes ayant reçu des
universel à la santé 81.9% 80.6% 90%
soins prénataux au moins une fois
procréative Pourcentage de femmes ayant reçu des
soins prénataux quatre fois et plus 39.7% 39.9% 49.3%
pendant leur grossesse
Besoins non satisfaits en matière de
25.6% 23.6% 18.9%
planification familiale

Eu égard à l’immense effort à déployer nécessitant une conjugaison de politique appropriée, de conditions
favorables au niveau des communautés, de l’engagement permanent de la coopération internationale, il sera
sans nul doute difficile pour le pays de réduire le taux de mortalité maternelle jusqu’à 165 pour 100 000
naissances vivantes28 d’ici 2015. Atteindre cet objectif constitue un réel défi pour Madagascar.

Les enjeux que le pays doit faire face sont nombreux et diversifiés car la réussite de la réduction de la
mortalité maternelle exige des services de santé maternelle de bonne qualité qui soient davantage accessibles
et mieux utilisés. Face à cela, les principaux défis auxquels le pays s’est assigné sont (Ministère de la Santé
Publique, 2007) :
ƒ la réduction du taux de mortalité maternelle à 273 pour 100 000 naissances vivantes
ƒ l’augmentation jusqu’à 50% du taux d’accouchement assistés par un personnel de santé qualifié
ƒ l’offre de soins maternels et néonatals accessibles et de qualité à tous les niveaux du système de santé
dans 70% des structures sanitaires
ƒ le maintien de l’augmentation de 2 points par an du taux de la prévalence contraceptive.

Face à ces défis, une ferme volonté politique et une meilleure coordination des interventions constituent les
fondamentaux de l’efficacité des actions pouvant apporter des résultats tangibles sur l’amélioration de la
santé maternelle, en passant par l’universalisation des soins de santé génésique. Dans ce cadre, les
recommandations proposées ci-après pourront orienter les actions à entreprendre.

2.9. Recommandations
Dans les perspectives d’offrir des services de santé maternelle et génésique plus accessibles et mieux utilisés
pour accélérer la réduction de la mortalité maternelle, des recommandations sont formulées. Il importe de
toucher davantage les groupes vulnérables et les zones rurales et enclavées de certaines régions critiques
(entre autres, les régions du Sud, Est et Sud-Est du pays). Les propositions de recommandations portent sur
les principaux volets et actions suivants :

                                                            
28 Le taux de mortalité maternelle ayant été de 660 pour 100 000 naissance vivantes en 1992, année de référence. Source : EDS 1992
29
 
• Affirmer davantage la volonté politique de renverser la tendance du taux de mortalité maternelle et le
leadership du Ministère de la Santé Publique à tous les niveaux dans l’appropriation, l’alignement et
l’harmonisation des actions liées à la santé reproductive et maternelle, assurant l’optimisation des
ressources financières pour le financement suffisant des interventions et les programmes.

• Mettre en place un mécanisme pérenne de réduction du coût de prestations de l’accouchement et de


l’opération césarienne afin de renforcer l’accès des femmes enceintes, pauvres et vulnérables à
l’accouchement assisté par un personnel qualifié.

• Renforcer l’offre de SONU à travers la formation des agents de santé et la mise à disposition des
matériels et équipements suffisants.

• Renforcer l’approche communautaire à travers le recrutement et la formation des agents


communautaires qui vont mener des activités d’information et de sensibilisation sur l’utilisation des
services de soins prénatals et assister les femmes enceintes, les accouchées et les enfants de moins de 5
ans, surtout dans les régions d’Androy, Atsimo-Andrefana, Atsimo-Atsinanana, Melaky, Menabe et
Vatovavy Fitovinany.

• Renforcer le partenariat public-privé dans le cadre des activités de santé reproductive, d’information et
sensibilisation sur la santé maternelle et infantile.

• Renforcer davantage les services de planification familiale, en priorisant les zones enclavées et rurales.

• Appliquer les mesures d’incitation liées aux conditions de travail favorisant le redéploiement du
personnel médical qualifié dans les zones rurales et enclavées (logement, adduction d’eau, plan de
carrière, salaires, indemnités, primes).

• Réviser et réorganiser la répartition des médecins et paramédicaux, surtout les sages-femmes et


infirmières, et assurer la disponibilité des accoucheurs qualifiés 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 aux
niveaux des CSB.

• Faire le suivi périodique de l’application des normes, protocoles et standards en matière de santé
maternelle et néonatale ainsi que l’audit des décès maternels afin d’obtenir des indications sur les
moyens pratiques d’éviter et de traiter le problème de manière pérenne.

• Procéder à une analyse continue des informations sur les risques et facteurs liés aux décès maternels et
néonataux aux niveaux national et régional.

• Améliorer les moyens de transport et les cases d’hébergement pour les accompagnants au niveau des
formations sanitaires.

En définitive, faire baisser davantage les taux de mortalité maternelle et de fécondité chez les adolescentes,
en particulier en milieu rural, exige des ressources supplémentaires. Madagascar devra ainsi déployer
beaucoup d’efforts pour atteindre l’objectif adopté par les chefs d’Etat et de Gouvernement d’allouer 15% de
leur budget annuel à l’amélioration du secteur de la santé, touchant aussi la santé maternelle29.

                                                            
29 Déclaration du Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’OUA sur le VIH, la tuberculose et autres maladies à Abuja en avril 2001
30
 
CONCLUSION

Le présent rapport décennal met en évidence les résultats et les progrès obtenus par Madagascar dans
certains domaines de l’égalité des sexes et des services de santé génésique, par rapport à l’OMD 3
« promouvoir l’égalité des sexes dans l’enseignement primaire et l’autonomisation des femmes » et l’OMD 5
« Améliorer la santé maternelle ». Les contributions des partenaires au développement pour appuyer le pays
ont consolidé l’accès à l’éducation pour les filles, aux soins prénatals et aux informations et aux services de
planning familial.

Le pays reste confronté aux préoccupations majeures relatives à la faible participation des femmes à la vie
politique et économique, à la violence à l’égard des femmes et au faible accès des femmes du milieu rural et
des femmes vulnérables aux services de soins prénatals, aux informations et produits contraceptifs. Investir
dans la planification familiale contribuera sans nul doute à accélérer l’atteinte de certains OMD, notamment
dans les domaines de l’éducation, la santé infantile, la santé maternelle, le VIH/SIDA, le paludisme et
d’autres maladies ainsi que l’environnement durable.

Madagascar a besoin d’une stabilité politique et institutionnelle durable, de reconfirmer sa volonté politique
en allouant des ressources adéquates aux priorités nationales conformément à son adhésion aux OMD ainsi
que de remobiliser ses partenaires au développement en exploitant au mieux les différents plans sectoriels
existants qui fournissent déjà des indications sur les actions prioritaires à entreprendre.

En ce qui concerne le suivi-évaluation, une amélioration est constatée en terme de disponibilité des données
permettant de suivre les indicateurs pour les OMD 3 et 5 mais des efforts doivent être poursuivis pour
intégrer la dimension genre dans les systèmes statistiques nationaux.

En définitive, l’environnement dans lequel évolue le système de suivi des OMD 3 et 5 est relativement
moyen et l’opérationnalisation effective du Système National Intégré de Suivi-Evaluation (SNISE) devient
une priorité pour renforcer les systèmes actuels et gagner en qualité.

Plusieurs recommandations sont proposées dans le cadre de ce rapport et elles sont de nature à susciter des
questionnements pour faire avancer les réflexions et les actions visant à atteindre les OMD 3 et 5 à
Madagascar.

***

31
 
BIBLIOGRAPHIE

- African Regional Revew Report. (2009). Fifteen-Year Review of Implementation of the ICPD PoA in Africa –
ICPD at 15 (1994-2009).
- African Union Commission; Commission Economique pour l'Afrique; Système Nations Unies. (2010). Rapport
2010 sur l’évaluation des progrès accomplis par l’Afrique vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le
Développement.
- Andrianantenaina, J., & Dr Raharinoro, C. (2007). - Mission d’évaluation du système de référence ainsi que des
structures de prise en charge des urgences oProposition de Stratégies relatives à l’amélioration du Système de
Référence et de Prise en charge de.
- Banque Mondiale. (2007). Madagascar : Revue de dépenses publiques. Réalisation du Madagascar Action Plan :
Analyse pour des résultats.
- Banque Mondiale. (2008). Mieux former la population active pour préparer l’avenir. La transformation de
l’enseignement post-fondamental à Madagascar.
- Banque Mondiale. (2010). Notes sectorielles : protection sociale, décentralisation, gestion des risques naturels,
emploi, éducation.
- Banque Mondiale. (2007). Revue de Dépenses Publiques.
- BIT. (2004). Genre, Pauvreté et Emploi.
- Briet, Anne P.; IRD. Des relations égalitaires entre hommes et femmes : Madagascar, un exemple africain.
- Commission de la Condition de la femme. (2010). Examen de la mise en œuvre de la Déclaration et du
Programme d’Action de Beijing et sa contribution à l’adoption d’une démarche soucieuse de l’égalité des sexes en
vue de la réalisation des OMD .
- Direction de la Démographie et des Statistiques Sociales, Institut National de la Statistique (INSTAT)
[Madagascar] et Macro Intern ational Inc. 1998. Enquête Démographique et de Santé, Madagascar 1997.
Calverton, Maryland, U.S.A : INSTAT et Macro International Inc.
- Dr Xavier, J. F., Publique, M. d.; UNFPA. (2007). Analyse de la situation de Base sur l’ampleur et les impacts des
fistules obstétricales à Madagascar.
- Droy, I., & Andrianjaka, H. (2003). Aller et rester à l’école : les entraves à la scolarisation dans un quartier
défavorisé d’Antananarivo.
- ENDA OI. (2009). La violence contre les femmes à Madagascar.
- Genève, O. (2004). Au-delà des Nombres : Examiner les morts maternelles et les complications pour réduire les
risques liés à la grossesse.
- Gouvernement de Madagascar. (2003). Plan d’Action National Genre et Développement.
- Gouvernement Malagasy. (2004). Extrait du Programme Conjoint Gouvernement Malgache-Système des Nations
Unies pour la Promotion de l’Education de Base Pour Tous les Enfants Malgaches.
- Gouvernement Malagasy. (2007). Madagascar Action Plan 2007-2012.
- Gouvernement Malagasy. (2008). Rapport d’Inventaire Madagascar. Partenariat international pour la santé et les
initiatives connexes (PIS+5).
- Gouvernement Malagasy. (2007). Rapport de suivi DSRP.
- Gouvernement Malagasy. (2008). Rapport périodique relatif à la charte africaine des droits de l’homme et des
peuples.
- Gouvernement Malagasy; BIT. (2007). Programme National de Soutien à l’Emploi.
- Gouvernement Malagasy; INSTAT; PNUD. (2004). Rapport national de suivi des OMD 2004.
- Gouvernement Malagasy; Ntsay, Christian; Ralaivelo, Mamy; Rakotomanana, Eric; Yharimanana, Tojo;
Randriamahaleo, Tsimahalay; Ranorohasina, Baholy. (2007). Rapport national de suivi des OMD 2007.
- Gouvernement Malagasy; Système Nations Unies. (2009). Rapport sur l’application du Pacte International relatif
aux droits économiques, sociaux et culturels.
- Gouvernement Malagasy; Système Nations Unies. (2008). Réponses à la liste des questions suscitées par l’examen
du cinquième rapport périodique de Madagascar. Convention sur l’élimination de toutes les formes de
discrimination à l’égard des femmes.
- Gouvernement Malagasy; Systèmes des Nations Unies. (2003). Madagascar : Bilan commun de pays.
- Group, U. N. (2003). Country Reporting on the Millennium Development Goals.2nd Guidance Note.

32
 
- INNOVIA; Ministère de la Population; UNFPA. (2006). Recherche et étude dans le Sud et le Sud-Est sur la
violence et les pratiques discriminatoires envers les femmes et les enfants.
- INSTAT. (2004). Enquête auprès des Ménages.
- INSTAT. (2005). Enquête auprès des Ménages.
- INSTAT. (2005). Enquête auprès des ménages 2005.
- INSTAT. (2001). Enquête Périoridique auprès des Ménages.
- INSTAT; Programme ILO Cornell. (2003). L’évolution de l’accès aux services sociaux à Madagascar.
- Institut National de la Statistique (INSTAT) et ORC Macro. 2005. Enquête Démographique et de Santé de
Madagascar 2003-2004. Calverton, Maryland, USA : INSTAT et ORC Macro.
- Institut National de la Statistique (INSTAT) et ICF Macro. 2010. Enquête Démographique et de Santé de
Madagascar 2008-2009. Antananarivo, Madagascar : INSTAT et ICF Macro.
- IRD. (2005, Septembre). Droit et accès à l’enseignement primaire à Madagascar. Numéro 9. Bulletin d'information
sur la population de Madagascar .
- IRD. (2007, Novembre). Etude sur la violence conjugale à Antananarivo. Numéro 32. Bulletin d’information sur
la population de Madagascar .
- IRD. (2006, Novembre). La réussite des filles à l’école supérieure à celle des garçons. Numéro 21. Bulletin
d’information sur la population de Madagascar .
- IRD. (2005, Juillet). Les inégalités entre les femmes et les hommes à Madagascar moins fortes qu’ailleurs.
Numéro 7. Bulletin d’information sur la population de Madagascar .
- IRD. (2007, Octobre). Scolarisation des filles et des garçons : rôle de la famille. Numéro 31. . Bulletin
d’information sur la population de Madagascar .
- Malagasy, G. (2005). Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté.
- Malagasy, G. Rapport sur la mise en oeuvre du Pacte international relatif aux droits civiques et politiques.
- MEN. (2008-2009). Annuaire Statistique.
- MEN. (2009). Repère Statistique de l'Education Nationale.
- Ministère de la Population et des Affaires Sociales; Système Nations Unies - Commission Economique pour
l'Afrique. (2008). Réponse aux questionnaires relatifs à la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme
d’Action de Beijing (1995) et des textes issus de la vingt-troisième session de l’Assemblée Générale.
- Ministère de la Santé et du Planning Familial. (2005). Feuille de route pour la Réduction de la Mortalité
Maternelle et Néonatale à Madagascar 2005-2015.
- Ministère de la Santé et du Planning Familial. (2006). Normes et Procédures en santé de la Reproduction.
- Ministère de la santé et du Planning Familial. (2006). Plan de Développement des Ressources Humaines pour le
Secteur Santé.
- Ministère de la Santé Publique. (2010). Plan Opérationnel de mise en œuvre des recommandations de l'évaluation
des besoins en SONU 2010-2012.
- Ministère de la Santé Publique et du Planning Familial. (2008). Plan stratégique de Sécurisation des produits de
Santé de la Reproduction à Madagascar 2008-2012.
- Ministère de la Santé Publique et du Planning Familial. (2005). Politique Nationale de Santé.
- Ministère de la Santé Publique. (2007). Plan de Développement du Secteur Santé et de la Protection Sociale 2007-
2011.
- Ministère de la Santé Publique, du Planning Familial et de la Protection Sociale. (2007). Plan de Développement
du Secteur Santé 2007-2011.
- Ministère de la Santé Publique, du Planning Familial et de la Protection Sociale. (2007). Plan de Développement
du Secteur Santé et de la Protection Sociale (PDSSP) 2007-2011.
- Ministère de la Santé Publique, du Planning Familial et de la Protection Sociale. (2007). Plan Sectoriel en
planning familial 2007-2012.
- Ministère de l'Education Nationale et de la Recherche Scientifique. (2008). Plan Education Pour Tous
Madagascar.
- Ministère de l'Education Nationale et de la Recherche Scientifique. (2005). Plan Education Pour Tous. Situation
en 2005 : actualisation des objectifs et stratégies.
- Ministère de l'Education Nationale. (2010). Rapport Education Pour Tous.
- Ministère de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. (2006). Rapport
de suivi Plan Education Pour Tous Madagascar 2006.
33
 
- Ministère de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. (2003). Rapport
national sur le développement de l’éducation à Madagascar : Plan stratégique de réforme et de développement du
secteur éducatif.
- Minsitère de la Santé Publique. (2007). Reforme hospitalière : Les axes stratégiques.
- Mondiale, B. (2001). Education et formation à Madagascar : Vers une politique nouvelle pour la croissance
économique et la réduction de la pauvreté.
- Mutzenberg, Patrick; Trochu Gasso, Cécile; Duarre, Mariane; Comité des Droits de l'Homme des Nations Unies.
(2007). Mise en œuvre du Pacte relatif aux droits civils et politiques « Rapport de Madagascar : Situation des
droits de l’homme à Madagascar.
- Nationale, M. d. (2009). Repère Statistique Madagascar 2009.
- Nationale, Ministère de l'Education. (2008). Elément de diagnostic du Système Educatif Malagasy : Le besoin
d’une Politique Educative pour l’atteinte des OMD et la réduction de la pauvreté.
- OMS. (2008). Cadre de coopération de l’OMS avec les pays 2008-2013 – Madagascar.
- PNUD. (2009). Rapport National sur le Développement Humain : Micro-entreprises, emploi et Développement
humain.
- PNUD. (2007). Rapport national sur le développement humain Madagascar 2006 : Les technologies de
l’information et de la communication et développement humain.
- PNUD, Christian, N., Mamy, R., Tojo, Y., Rakotomanana, E., Tsimahalahy, R., et al. (2007). Rapport national de
suivi des OMD - 2007.
- PNUD; Development, Focus. (2003). Perceptions du vécu et aspirations des femmes et des hommes relatives aux
genres.
- PNUD; INSTAT. (2008). Rapport national sur le développement humain Madagascar 2008 : Micro-entreprises,
emploi et développement humain.
- PNUD; INSTAT; Rahaingonjatovo, D; Raharinarivonirina, M; Randriamampionona, L; Ravaozanany, N;
Ravelosoa, R; Razafindratsiory, C; Raharijaona, A; Razafindrabe, L; Charmes, J. (2003). Rapport national sur le
développement humain Madagascar 2003 : Genre, Développement et Pauvreté.
- Publique Vice Primature chargée de la Santé; UNFPA. (2010). Evaluation des besoins en soins obstétricaux et
néonatals d'urgence.
- Publique, M. d. (2008). Stratégie de Communication pour le Changement de Comportement en matière de
Maternité à moindre risque, des Fistules Obstétricales et de la Santé Sexuelle et reproductive des Jeunes 2008-
2012.
- Ravaozanany, N. S., Rakotoarindrasata, M. H., Rahenintsoa, R. T., Randrianasolorivo, J. D., COI, & UNFPA.
(2008). Genre et Développement : Un état des lieux. Madagascar.
- Ravaozanany, N., Rasolofomanana, H., Rakotoarindrasata, M., Genderlinks, EISA, & Développement, F. (2009).
Egalité de Genre et Processus électoraux à Madagascar.
- Réseau de Développement et de Communication des Femmes Africaines (FEMNET). (2009). Rapport fantôme
régional des femmes africaines sur Beijing +15 : Une analyse régionale de la situation de la Femme 15 ans après
l'adoption de la Déclaration et de la Plateforme d'Action de Beijing.
- Secrétariat Général; Assemblée Générale Nations Unies. (2010). Tenir les engagements pris : bilan prospectif
visant à promouvoir un programme d’action concerté afin de réaliser les objectifs du Millénaire pour le
développement d’ici à 2015.
- Schanke, Liss; Maal, Bodil; Ralaivelo, Maminirinarivo; NORAD. (2010). Women's participation in and
contribution in to governance in Madagascar.
- Système des Nations Unies. (2008). Fiche d’information sur l’Objectif 3 du Millénaire pour le Développement.
- Système des Nations Unies. (1998). Plan cadre des Nations Unies pour l’assistance au développement (UNDAF)
Madagascar. 1998-2003.
- Système des Nations Unies. (2007). Plan cadre des Nations Unies pour l’assistance au développement (UNDAF)
Madagascar. 2008-2011.
- Système des Nations Unies. (2007). Rapport Mondial 2007. Objectifs du Millénaire pour le Développement.
- Système des Nations Unies. (2009). Rapport Mondial 2009. Objectifs du Millénaire pour le Développement.
- Système Nations Unies; Union Africaine; Banque Africaine de Développement. (2008). Autonomisation des
femmes africaines. Sixième Forum pour le Développement de l’Afrique (ADF VI) sur l’égalité des sexes,
l’autonomisation des femmes et l’élimination des femmes contre la violence.
- Toulou, Lucien; EISA. (2008). Le processus électoral à Madagascar : Etat des lieux et perspectives de réforme.

34
 
- UNICEF. (2009). Genre et Education à Madagascar : Etude de cas des 6 CISCO.
- Unies, S. N. (2009). Addendum à la deuxième note d’orientation sur l’établissement des rapports de pays relatifs
aux OMD.
- USAID. (2009). Atteindre les OMD : La contribution de la planification familiale. Cas de Madagascar.
- USAID. (2003). Women’s legal rights initiative. Madagascar assessment and analysis report.
- Vadeboncoeur, H. (2005, Juillet). L’humanisation des pratiques entourant l’accouchement est-elle limitée ? Le
Médecin du Québec. Numéro 7 .
- Vice-Primature chargée de la Santé Publique. (2007). Plan de Développement du Secteur Santé et de la Protection
Sociale.
- Vice-Primature chargée de la Santé Publique; OMS; UNFPA. (2009). Les principaux facteurs à l’origine des
décès maternels et néonatals dans les formations sanitaires.
- Vice Primature chargée de la Santé Publique/UNFPA/UNICEF/OMS/AMDD/MSIS. 2010. Rapport d’évaluation
des besoins en matière de soins obstétricaux et néonatals d’urgence à Madagascar 2009-2010.
- Wong, A., & UNFPA. (2009). - L’Empowerment des femmes en politique dans les pays de l’Océan Indien
(Comores, Madagascar, Maurice, Seychelles).

35
 
ANNEXE 1 : SUIVI DES INDICATEURS DES OBJECTIFS 3 ET 5 DU MILLENAIRE POUR LE
DEVELOPPEMENT

Base de données

Cible Année Source


OMD
Indicateur référence 1999 2004 2008
2015
1992
Objectif 3 : Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes
Cible 3.A - Éliminer Taux brut de scolarisation 106.7% 116.9% 128.8% MEN, nos propres
les disparités entre des filles dans calculs
les sexes dans les l’enseignement primaire
enseignements Indice de parité entre les 0.96 0,95 0,97 1 MEN, nos propres
primaire et sexes dans l’enseignement calculs
secondaire d’ici à primaire
2005, si possible, et Proportion des filles dans le 49% 49.3% 49.2% 50% MEN, nos propres
à tous les niveaux primaire calculs
de l’enseignement
Proportion des filles dans 49.5% 49.7% 48.9% 50% MEN
en 2015 au plus
l'enseignement secondaire
tard
Proportion des filles dans 45.8% 47.2% 47.2% 50% Service Statistique.
l'enseignement supérieur Enseignement
Supérieur
Taux d'alphabétisation des 50.3% 55.5% 59.3% INSTAT/EPM 2005
femmes de 15 ans et plus (2001) (2005)
Proportion des femmes 10.7% 10.9% INSTAT/EPM 2005
salariées dans le secteur (2005)
non-agricole
Proportion des femmes 5.6% 6.3% 9.4% Assemblée Nationale
députées
Proportion des femmes 15.6% 15.2% Sénat
sénatrices
Proportion des femmes 5.6% 9.6% 10.6% Assemblée
parlementaires Nationale/Sénat
Objectif 5 : Améliorer la santé maternelle
Cible 5.A : Réduire Ratio de mortalité maternelle ENDS I/1992, EDS
488
de trois quarts, pour 100 000 naissances 660 469 498 165 II/1997, EDS III/2004,
(1997)
entre 1990 et 2015, vivantes EDSMD IV/2009
le taux de mortalité Proportion d'accouchements ENDS I/1992, EDS
maternelle 47.3%
assistés par du personnel de 45% 51.3% 43.9% II/1997, EDS III/2004,
(1997)
santé qualifié EDSMD IV/2009
Taux de prévalence 19% ENDS I/1992, EDSMD
16.7% 27% 40%
contraceptive (1997) IV/2009
Taux d’utilisation des ENDS I/1992, EDS
10%
méthodes contraceptives 5.1% 18% 29% II/1997, EDS III/2004,
(1997)
modernes EDSMD IV/2009
Taux de natalité parmi les ENDS I/1992, EDS
157 180
adolescents 15 à 19 ans pour 150 148 II/1997, EDS III/2004,
(1997)
Cible 5.A : 1 000 femmes EDSMD IV/2009
Atteindre d’ici 2015, Pourcentage de femmes EDS II/1997, EDS
81.9%
l’accès universel à ayant reçu des soins 78.2% 80.6% 90% III/2004, EDSMD
la santé procréative (1997)
prénataux au moins une fois IV/2009
Pourcentage de femmes ENDS I/1992, EDS
ayant reçu des soins 39.7% II/1997, EDS III/2004,
42.9% 39.9% 49.3%
prénataux quatre fois et plus (1997) EDSMD IV/2009
pendant leur grossesse
Besoins non satisfaits en ENDS I/1992, EDS
25.6%
matière de planification 34.6% 23.6% 18.9% II/1997, EDS III/2004,
(1997)
familiale EDSMD IV/2009

36
 
ANNEXE 2 : GLOSSAIRE

- Besoins non satisfaits en matière de planification familiale

C’est la proportion de femmes en union, non utilisatrices de la contraception alors qu’elles ont déclaré
ne plus vouloir d'enfants (limiter les naissances) ou ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant
la naissance de l'enfant suivant (espacer les naissances).

- Formations Sanitaires (FS) SONU de Base (SONUB) et FS SONU Complets (SONUC) :

Les FS SONU sont constituées par une FS SONU de Base (SONUB) et FS SONUC. Une FS est classée
SONUB si elle offre les sept fonctions essentielles suivantes : administration d’antibiotique par voie
parentérale, administration d’anticonvulsivants par voie parentérale, administration d’utérotoniques par
voie parentérale, délivrance manuelle du placenta, évacuation des produits résiduels ou débris
placentaires, accouchement par voie basse assistée par ventouse ou forceps, réanimation du nouveau-né
avec le ballon et masque. Une FS est classée SONUC si elle offre en plus de ces sept fonctions
essentielles l’opération césarienne et la transfusion sanguine.

- Indice de parité entre les sexes (IPS)

Rapport entre la valeur correspondant au sexe féminin et celle correspondant au sexe masculin pour un
indicateur donné. L’IPS permet de mesurer les progrès accomplis sur la voie de la parité entre les sexes
en matière de scolarisation et/ou d’opportunités d’apprentissage disponibles aux individus de sexe
féminin par comparaison avec les individus de sexe masculin. Il est également révélateur du degré du
renforcement du statut de la femme dans la société.

- Pourcentage de femmes ayant reçu des soins prénataux au moins une fois pendant leur grossesse

C’est la proportion des femmes de 15-49 ans qui ont eu une naissance vivante au cours des cinq années
ayant précédé l'enquête et qui ont consulté au moins une fois un professionnel de santé pendant sa
grossesse.

- Pourcentage de femmes ayant reçu des soins prénataux quatre fois et plus pendant leur grossesse (norme
recommandée par l’OMS)

C’est la proportion des femmes de 15-49 ans qui ont eu une naissance vivante au cours des cinq années
ayant précédé l'enquête et qui ont consulté quatre fois et plus un professionnel de santé pendant sa
grossesse.

- Taux d'accouchements assistés par du personnel de santé qualifié (en %)

Proportion des naissances vivantes, survenues au cours d’une période ayant précédé l'enquête, assistées
par un professionnel de santé (par un médecin ou un paramédical).

- Taux d’alphabétisation (%)

Un individu est classé alphabète si : (i) il sait lire, écrire et faire un petit calcul, ou (ii) s’il fréquente
l’école, il a atteint au moins la troisième année du primaire (INSTAT/EPM).

37
 
Le taux d'alphabétisme des adultes est défini comme le pourcentage de la population de 15 ans et plus
qui répond à l’un des critères cités ci-dessus. C’est le rapport entre le nombre d’alphabètes et la
population d’un groupe d’âge correspondant.

- Taux Brut de Scolarisation (TBS)

Pour une année donnée, le Taux Brut de Scolarisation d’un niveau d’enseignement est le rapport entre
de l’effectif d’enfants scolarisés et la population d’âge scolaire correspondant. Il permet de mesurer la
capacité d’accueil du système éducatif et décrit ainsi dans quelle mesure le pays est capable d’accueillir
dans ses écoles le nombre d’élèves qu’il devrait pouvoir scolariser compte tenu du contexte
démographique. Par exemple, pour le niveau primaire, le TBS des filles se calcule ainsi : TBS Fille
(primaire) = [Effectif des filles du primaire]/[Population fille de 6 à 10 ans].

- Taux de fécondité des adolescentes (pour 1 000 femmes) ou Taux de natalité parmi les adolescents 15 à
19 ans)

C’est le taux de naissances vivantes parmi les adolescentes de 15 à 19 ans.

- Taux de mortalité maternelle (pour 100 000 naissances vivantes ou en‰)

C’est le taux de mortalité pour cause maternelle de femmes en âge de procréer (15 à 49 ans) rapporté au
Taux Global de Fécondité Générale. Pour marquer la différence avec le taux de mortalité par cause
maternelle, le taux de mortalité maternelle est souvent appelé « ration de mortalité maternelle ».

Le Taux Global de Fécondité est le nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des
femmes en âge de procréer.

- Taux de prévalence contraceptive (en %)

Proportion de femmes de 15-49 ans, actuellement en union et sexuellement actives qui ont déjà utilisé
une méthode contraceptive. On peut évaluer pour ce taux l’utilisation de méthodes modernes ou de
n’importe quelle méthode (ou méthode quelconque de contraception). C’est de cette dernière qu’on
considère pour l’OMD. L’utilisation de contraception par les femmes non-en-union même sexuellement
active n’est pas considérée.

- Taux de redoublement (%)

C’est la proportion d’élèves qui ont fréquenté la même année d'étude durant deux années scolaires
successives.

 
 

38