Vous êtes sur la page 1sur 57

Séminaire PLMA

Les fondamentaux des systèmes


d’information de la distribution
22 Septembre 2006

Henri ISAAC
Maître de conférences
Université Paris Dauphine

© H. Isaac, 2006
Gestion de la chaîne logistique et TIC

1 Introduction:gestion
Introduction: gestionde
delalachaîne
chaînelogistique
logistiqueetetsystème
systèmed’information
d’information

2 Collecterl’information,
Collecter l’information,les
lestechnologies
technologiesde
detraçabilité
traçabilité: :code
codeààbarre
barreetetRFID.
RFID.

3 L’échangede
L’échange dedonnées
donnéesinformatiques,
informatiques,ou
ouE.D.I.
E.D.I.

4 Lesméthodologies
Les méthodologiesECR
ECR(CMI,
(CMI,VMI,
VMI,cross-docking,
cross-docking,CPFR).
CPFR).

5 Laplace
La placede
demarché
marchéAgentrics:
Agentrics:plate-forme
plate-formeélectronique
électronique mondiale
mondialede
delaladistribution.
distribution.

© H. Isaac, 2006
Chaîne logistique & TIC

Gestionde
1 Gestion delalachaîne
chaînelogistique
logistique&&TIC
TIC
Problématique.
a Problématique.
Lestechnologies
b Les technologiesde
delalatraçabilité
traçabilitédes
desflux
flux

© H. Isaac, 2006
La notion de chaîne logistique intégrée

ƒ Environnement de l’entreprise : hyper-compétition


– L’entreprise doit constamment rechercher les coûts de
production les plus faibles:
• Recherche du coût d’exploitation le plus bas possible par:
– Une gestion organisée des achats
– Une baisse du niveau général des stocks
– Plus généralement par une diminution du BFR
– L’entreprise recherche des avantages concurrentiels autres
que celui du prix:
• Maîtrise du cycle de production
• Maîtrise des délais de livraison
• Chrono-compétition
ƒ Ceci nécessite une collaboration étroite entre les
fournisseurs et les distributeurs.

© H. Isaac, 2006
Le concept de chaîne logistique intégrée

ƒ Définition:
– la chaîne logistique englobe l’ensemble des activités qui
conduisent à la mise à disposition d’un bien ou d’un service
au client final, depuis l’obtention des matières premières
jusqu’à la livraison du client final.
– Elle inclut à la fois les flux de matières et les flux
d’informations associés.
ƒ La gestion de la chaîne logistique intégrée consiste
en la création d’une coordination des différentes
étapes de cette chaîne afin de créer un avantage
concurrentiel.
ƒ Relations entre les différentes étapes:
– s’appuient sur des TIC.
– s’appuient sur la confiance…
– Tout en s’inscrivant dans un rapport de force

© H. Isaac, 2006
Un exemple de chaîne logistique
Usine emballage
Fournisseur métal boîte
acier bobines Stock : 17 jours
Stock : 30 jours Délai de livraison : 2-10 jours
Délai de livraison : 40 jours
Usine ICI Paints
Usine emballage France
Feuilles nues imprimées Stock : 7 jours
Stock : 12 jours Délai de livraison : 7- 30 jours
Délai de livraison : 10 jours
Centre stockage
Usine emballage TDG Logistics
Feuilles imprimées Stock : 30 jours
Stock : 1 jour Délai de livraison : 2 jours

Délai de livraison : 15 jours


Centre stockage
Usine Distribution
d’impression Stock : 0,5 jour
Stock : 1 jour Délai de livraison : heures
Délai de livraison : 15 jours
Magasin

Stock : 14 jours
Délai de livraison : heures
CLIENT FINAL

© H. Isaac, 2006
Les étapes du processus logistique

Commandes

Enga-
Commande
gement
Prévisions &
de
Appel
livraison Expéditions Facturation

Etat
Etat
De
Production Avis Suivi De
La
d’ Du Réception
Facturation
expédition transport Des
marchandises
Litiges

Flux physiques

Flux d’informations

© H. Isaac, 2006
Rôle des TIC dans le SCM

ƒ Etablir des relations entre les différentes étapes:


– Au sein de l’entreprise entre les différents services
(planification, achat, production, logistique,
commercial,etc…);
– En amont avec les fournisseurs;
– En aval avec les distributeurs;
– Ou directement avec le client;
ƒ Réduire les délais liés aux flux d’informations.
ƒ Repose sur l’existence:
– de protocoles de communications;
– de langages communs (EDI, ebXML);
– des méthodologies normalisées entre acteurs (ECR).

© H. Isaac, 2006
Les différents niveaux du SI.

TDB
Pilotage

Datawarehouse
KM
SIAD

Bureau
Intranet virtuel
Groupware
Fournisseurs Clients
Systèmes
SCM ERP transactionnels CRM

E-commerce

© H. Isaac, 2006
Les principaux composants SI de la distribution

ƒ Planification de la production:
– APS (Advanced Planning System)
ƒ Gestion de la production:
– MRP (Materials Requirements Planning)
ƒ Gestion des stocks:
– WMS (Warehouse Management System)
ƒ Gestion du transport:
– TMS (Transport Mangement System)
ƒ Gestion commerciale, comptable, financière,
etc…
– ERP (Enterprise Ressource Planning)

© H. Isaac, 2006
Technologies de la traçabilité

ƒ La multiplication des échanges et la croissance des


volumes amène à développer une collaboration
logistique.
ƒ Cette collaboration nécessite d’avoir des informations
sur les stocks, les flux, les ventes.
ƒ Comment obtenir cette information en temps réel?
ƒ Par une technologie de traçabilité:
– Le code à barres.
– Le code EAN International
– GTIN à 13 chiffres (Gobal Trade Item Number)

© H. Isaac, 2006
Technologies de la traçabilité

Indicatif Gencod
Chiffre de contrôle
EAN France

Code fabricant Code article


Attribué par EAN Attribué par le
Gencod fabricant

Unité consommateur 3 45312 023456 8


F CNUF CIP C

Unité logistique 1 3 45312 023456


5
L F CNUF CIP C
© H. Isaac, 2006
Le RFID, la révolution?

ƒ La technologie RFID.
ƒ La technologie EPC.
ƒ L’utilisation du couple RFID/EPC en
logistique.
ƒ L’utilisation du RFID en magasin.
ƒ Les défis techniques du RFID.
ƒ Les défis sociétaux du RFID.

© H. Isaac, 2006
Wal-Mart et le RFID

ƒ La réalité en juin 2005 est loin de celle


annoncée par les dirigeants de Wal-Mart:
– RFID:
• dans 104 magasins aux USA / 3 600 (2,9%)
• 35 Sam’s Club
• 3 centres de distribution
– Les données sont disponibles 30’ après leur
lecture pour les fournisseurs.
– 50% des 100 premiers fournisseurs ont du mal à
suivre
– Taux de lecture au niveau des cartons = 66%
– Sinon taux de lecture est de 90 % en moyenne
Source: http://www.idtechex.com/

© H. Isaac, 2006
La traçabilité: RFID & EPC

ƒ L’étiquette radiofréquence (RF IDentification).


– Puce + antenne attachée au produit.
– En chaîne logistique, puce passive (énergie est
fournie par le champ électromagnétique du lecteur
pour réveil et transmission des données de la
puce)
– Puce contient GTIN + n° sériel
– Chaque objet peut être identifié de façon unique
– Coût encore élevé entre 0,5€ et 5 € / puce RFID
– Utilisé en logistique sur unité logistique (container,
palette)
– Plusieurs standards en cours d’élaboration
– EPC devrait s’imposer comme standard

© H. Isaac, 2006
Les avantages du RFID

ƒ Utilisation possible sur plusieurs phases:


– Approvisionnement
– Stockage
– Production
– Transport
ƒ Manipulation en entrepôt:
– Réduction des interventions humaines
– Réduction des fraudes
– Facilitation des inventaires
ƒ Optimisation des processus fondés sur
l’identification.
– Manutention
– Gestion des entrepôts
– Accélération des flux de transports et de stockages

© H. Isaac, 2006
La technologie ePC: scénario d’utilisation
(source AutoID Inc.)

© H. Isaac, 2006
L’utilisation du RFID dans la SCM

QuickTime™ et un
décompresseur codec YUV420
sont requis pour visionner cette image.

L’expérience pilote de
Metro

© H. Isaac, 2006
La technologie ePC: scénario
d’utilisation(source AutoID Inc.)

© H. Isaac, 2006
Scénario d’utilisation sur point de vente

QuickTime™ et un
décompresseur Sorenson Video 3
sont requis pour visionner cette image.

(source AutoID Inc.)


© H. Isaac, 2006
Les défis du RFID

ƒ Des enjeux techniques non négligeables:


– Portée limitée (pour RFID 13,56 Mhz) par:
• Métaux (aluminium)
• Eau (pb pour surgelés et boissons), portée 21 cm
• Interférences si espace entre puces < 2cm, portée 31 cm
– Taux de lecture encore problématique.
• En moyenne 90% chez Wal-mart (janv-avril 2005)
• 66% sur les cartons individuels !!
ƒ Normalisation au niveau mondial.
ƒ Des enjeux organisationnels incontournables:
– Restructuration de la gestion des entrepôts
– Évolution du S.I. (Warehouse Management System).
– Volumétrie des données à gérer (stockage).

© H. Isaac, 2006
Des défis sociétaux importants

ƒ Des enjeux sociétaux importants:


– Utilisation sur le produit final et au PDV effraie le
consommateur.
Ex: Une association CASPIAN (Consumer Against
Supermarket Privacy Invasion) créée uniquement sur ce
sujet.
– Respect de la vie privée
– Utilisation des données

© H. Isaac, 2006
RFID, distribution & risques juridiques

ƒ Une transparence vis à vis des salariés


– Traçage de palettes vs. géolocalisation des employés
ƒ Une transparence vis à vis des consommateurs sur
deux dimensions:
1. Connexion d’identifiants (ex. carte de crédit avec un produit
radio - étiqueté)
2. Présence d’un RFId actif dans un produit/emballage vendu
ƒ La désactivation du RFId au passage en caisse
sans connexion avec des identifiants personnels
(BD) résout le risque juridique vis à vis du
consommateur dès aujourd’hui.

© H. Isaac, 2006
RFID, distribution & risques juridiques

ƒ Sinon, obligation d’information de l’existence d’un


radio tag actif dans un produit vendu avec expression
d’un consentement pour une finalité déterminée.
ƒ A l’avenir, on peut s’attendre à avoir des RFIds
protecteurs (ré - activables) si cela est nécessaire
pour des services au delà du point de vente
ƒ Dans tous les cas, la lecture accompagné d’un
traitement (dont l’enregistrement) d’un radio-tag à
l’insu du « porteur » doit être considérée comme
illégale (collecte déloyale).

© H. Isaac, 2006
Les technologies E.D.I.
• La collaboration fournisseur distributeur nécessite des échanges
d’informations sur les flux et les stocks.
• Solutions classiques : E.D.I.(Echange de Données Informatisées). Transfert
de données structurées sur des bases de messages normalisés approuvés, entre systèmes
informatisés par voie électronique

• Normalisé (langage EANCOM®) par métiers, par pays


• exemples :
• EANCOM / Gencod pour la distribution
• Galia pour la construction automobile en France
• Odette pour la construction automobile en Europe
• fiable, sécurisé.
• solution coûteuse.

© H. Isaac, 2006
Taux de pénétration de l’E.D.I

2001 2002 2003 2004 2005


Facturation automatique des
clients par EDI 44 % 41 % 38 % 41% 48%

Paiement automatique des


fournisseurs par EDI 36 % 36 % 40 % 43% 49%

Réassortiment automatique
des stocks 26 % 28 % 28 % 27,7% 34%

Source: Observatoire Dauphine-Cegos du e-management

Rappel données INSEE SESSI, (1999) :


• Utilisation EDI moyenne 36%
• Réception commande 9 %
• Paiement par EDI 5 %

© H. Isaac, 2006
Flux couverts par l’E.D.I

Flux commercial
QuickTime™ et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image.
1 QuickTime™ et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image.

2
acheteur vendeur
Flux financier Flux logistique
Flux financier 3 2

3
QuickTime™ et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image.
Flux logistique ckTime™ et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette imag

banque
transporteur

© H. Isaac, 2006
Les technologies E.D.I.

ƒ EDI couvre les transactions usuelles:


• Commande
• Avis de réception de commande
• Avis de réception
• Avis d’expédition
• Ordre de paiement
• Appel d’offres
• Ordre d’enlèvement (transport)
• Compte rendu d’exécution (transport)
• Documents douaniers
• Déclarations fiscales

© H. Isaac, 2006
L’échange par les RVA.

Entreprise Entreprise
cliente fournisseur
Applicatio
Applicatio
n n
(ERP) (ERP)Fichier
Fichier
spécifique
spécifique

Logiciel Logiciel
de de
traduction traduction
EDI Fichier EDI Fichier
EDI EDI

Logiciel et Logiciel et
matériel de matériel de
communicatio communicatio
n n
Réseau dédié
Réseau à valeur ajoutée

© H. Isaac, 2006
Les technologies E.D.I.

Entreprise Entreprise
cliente fournisseur
traitement Bon
de commande saisie

Bon
de commande Traitement
de la
comande

saisie

Traitement Facture Facture


De la commande

Liaison électronique EDI

© H. Isaac, 2006
Flux commerciaux et S.I.

Fichier Fichier Etat


Fichier SI Fournisseur SI Client des des du
des
fournisseurs articles stock
clients

Fichier
Etat du
Commandes commande
stock
Fichier reçues Fichier
Conditions Commandes
tarifaires livraison émises

Etat
Accusé de
Des
réception Fichier
livraisons
des
Fichier réceptions
facture
des
factures

Avis de Suivi des


paiement Comptes
fournisseurs
Suivi
Paiement
Comptes
clients
échanges
© H. Isaac, 2006
Les technologies E.D.I.

ƒ Contexte favorable à l’utilisation de l’EDI:


– Coût de stockage important couplé à une logistique
importante;
– Forte rotation des stocks;
– Les délais sont importants (juste-à-temps);
– Les produits ou services sont communément identifiés par
les partenaires, standardisés;
ƒ Avantages de l’EDI:
– Amélioration de la coordination;
– Suppression d’informations redondantes;
– Diminution des erreurs liés aux saisies multiples;
– Accessibilité accrue aux données
– Réduction des délais
– Baisse des coûts administratifs des commandes.

© H. Isaac, 2006
Evolution de l’EDI: le Web EDI

ƒ EDI : solution coûteuse pour les PME.


– Investissement financier important
– Intégration avec le SI souvent délicate
ƒ Utiliser Internet comme interface de saisie EDI:
– Solution Web EDI
ƒ Les solutions Web EDI:
– Fournissent une interface Web pour l’entreprise
– Assurent la traduction des données vers les serveurs RVA
– Permettent à des PME d’envoyer/recevoir des informations
vers/depuis des donneurs d’ordre utilisant l’EDI.

© H. Isaac, 2006
Le WebEDI

Client
Distributeur

Message EDI
Réseau dédié

Prestataire
FAI RVA
Message XML Message XML
https https

© H. Isaac, 2006
Les méthodologies E.C.R.

a Problématiquegénérale.
Problématique générale.
b Gestionpartagée
Gestion partagéedes
desapprovisionnements:
approvisionnements:les
lesmodèles
modèlesCMI
CMI&&VMI.
VMI.

c GPAetetplate-forme
GPA plate-formelogistique
logistiquedu
dudistributeur:
distributeur:lelecross-docking
cross-dockingetetsa
sa
traductionEDI.
traduction EDI.

d Lemodèle
Le modèleCPFR
CPFRou
oulelemodèle
modèleabouti
aboutid’ECR.
d’ECR.

© H. Isaac, 2006
L’étendue de l’ECR

Gestion
Gestion de
de la
la Gestion
Gestion des
des Technologies
Technologies de
de
demande
demande approvisionnements
approvisionnements support
support
•• Optimisation
Optimisation des
des •• Commandes
Commandes •• Codifications
Codifications
assortiments
assortiments automatisées
automatisées (CAO)
(CAO) •• Langages
Langages EDI,
EDI, XML
XML
•• Optimisation
Optimisation des
des •• Réapprovisionnement
Réapprovisionnement •• Transfert
Transfert électronique
électronique
promotions
promotions continu
continu de
de fonds
fonds (TEF)
(TEF)
•• Optimisation
Optimisation de
de •• Cross-docking
Cross-docking •• Méthode
Méthode ABC
ABC de de
l’introduction
l’introduction des
des •• FR
FR intégrés
intégrés gestion
gestion des
des coûts
coûts par
par
nouveaux
nouveaux produits
produits activité
activité (Activity
(Activity Based
Based
•• Production
Production
•• Création
Création de
de Costing)
Costing)
synchronisée
synchronisée (BTO)
(BTO)
valeur
valeur pour
pour le
le
consommateur
consommateur •• Fiabilité
Fiabilité des
des opérations
opérations

Intégration
Intégration :: CPFR
CPFR

© H. Isaac, 2006
Méthodologies ECR : introduction

Consommateurs
QuickTime™ et un décompresseur QuickTime™ et un décompresseur
Photo - JPEG sont requis pour visualiser Photo - JPEG sont requis pour visualiser
cette image. cette image.
QuickTime™ et un décompresseur QuickTime™ et un décompresseur
Photo - JPEG sont requis pour visualiser Photo - JPEG sont requis pour visualiser
cette image. cette image.

Prévisions
Fournisseur 1 Fournisseur
Distributeurs

Prévisions

Prévisions
Stocks MP Stocks PF Stocks MP Stocks PF Stocks PF

© H. Isaac, 2006
La gestion partagée d’approvisionnement

ƒ Pourquoi la GPA?
– Variations brutales de la demande finale;
– Rupture de stocks , dysfonctionnement des plans de
production.
ƒ GPA, objectifs:
– Amélioration de la disponibilité du produit en linéaire;
– Réduction des stocks;
– Réduction des coûts d’approvisionnement.
ƒ GPA, comment:
– Répparovisionnement automatique sur stock;
– Alimenté directement par les sorties de caisse du
distributeur;
– Utilisation de l’EDI pour fluidifier la chaîne logistique.

© H. Isaac, 2006
EDI / EAN GENCOD: messages EDI en logistique

ƒ Messages EDI utilisés en logistique:


– INVRPT (Inventory report)
Message EANCOM qui permet de transmettre les états de stocks, les
mouvements (entrées et sorties) de stocks et les données de vente.
– ORDERS (Purchase order)
Message donnant le détail des biens et services commandés dans les
conditions acceptées par l’acheteur et le vendeur.
– DESADV (Despatch advice) avis d’expédition
Message EANCOM donnant des renseignements sur les marchandises
expédiées ou prêtes à l’expédition dans les conditions acceptées.
– INVOIC (Invoice) facture
Message EANCOM demandant le paiement pour les marchandises dans
les conditions acceptées par le vendeur et l’acheteur.
– RECADV (Receiving advice) Accusé de réception de livraison.
Message EANCOM utilisé pour accuser réception des marchandises en
coordination avec l’avis d’expédition et pour indiquer les éventuelles
différences recensées après réception.

© H. Isaac, 2006
Le modèle GPA CMI (Co-Managed Inventory)

Fournisseur Distributeur

INVRPT
Système d’information Entrepôt

Gestion des commandes


ORDERS / proposition Approvisionneur

ORDERS / confirmation
Adm. Ventes / Logistique Réception
DESADV

Service financier Service financier


INVOIC

Adm. Ventes / Logistique Réception


RECADV

© H. Isaac, 2006
Le modèle GPA VMI (Vendor Managed Inventory)

Fournisseur Distributeur
INVRPT
Système d’information Entrepôt

Gestion des commandes


ORDERS / notification Approvisionneur

Adm. Ventes / Logistique Réception


DESADV

Service financier Service financier


INVOIC

Adm. Ventes / Logistique Réception


RECADV

© H. Isaac, 2006
Le cross-docking

ƒ « Transbordement de quai à quai » sans stockage.


ƒ Pourquoi le cross-docking?
– Externalisation de la logistique;
– Multiplication des entrepôts multisites;
– Livraison à l’entrepôt et non au magasin.
ƒ Cross-docking, objectifs:
– Baisse des ruptures en linéaire;
– Optimisation de la chaîne logistique;
– Réactivité logistique.
ƒ EAN/Gencod propose en 1993 les actes
« commandes alloties »

© H. Isaac, 2006
Le cross-docking

ƒ Définition:
– Système de distribution dans lequel les marchandises
réceptionnées par le centre de distribution ne sont pas
stockés mais préparées pour une réexpédition immédiate en
magasin.
– Les préparations par magasin sont préparées par l’industriel.
ƒ Deux types de cross-docking:
– Pre-packed cross-docking: les unités d’expédition préparées
par le fournisseur en amont sont réceptionnées, puis
regroupées sur quai avec celles d’autres industriels pour
être routées sans manipulation vers le PDV.
– Intermediate handling cross docking: éclatement des UE par
le centre de distribution puis recomposées en d’autres colis
par magasin (casiers roulants).

© H. Isaac, 2006
Intermediate Handling Cross-docking en EDI

Point de vente Centre de distribution industriel

1 2
ORDERS ORDERS
consolidé

DESADV
DESADV
Par magasin 3
4

© H. Isaac, 2006
CPFR

– Sélection du nombre de fournisseurs.


– Echanges de données sur les prévisions de vente,
les plannings de production, les promotions, la
politique marketing.
– Réduction des ruptures de stocks, des stocks.
– Augmentation du niveau des ventes.
– Développement d’un standard.
– www.cpfr.org.

© H. Isaac, 2006
Définition

ƒ “A shared process of creation between two or


more parties with diverse skills and
knowledge delivering a unified approach that
provides the optimal framework for customer
satisfaction”. www.cpfr.org

© H. Isaac, 2006
Coordonner les prévisions
distributeurs/producteurs

© H. Isaac, 2006
CPFR

1. Accord commercial
Collaborative Planning
2. Business Plan commun

3. Prévisions de ventes communes.


4. Identification des exceptions. Collaborative Forecasting
5. Résolution des exceptions.

6. Ordre de réapprovisionnements.
7. Identification des exceptions. Collaborative Replenishment
8. Resolution des exceptions.

9. Ordres de commandes

© H. Isaac, 2006
Les bénéfices attendus du CPFR

ƒ Augmentation des ventes ƒ Amélioration des disponibilités


produits
ƒ Partage d’informations sur la
demande:
– Saisonnalité/Regional
– Politique de promotions
ƒ Réduction des retours produits
ƒ Réduction des coûts
ƒ Réduction des coûts de
opérationnels transport
ƒ Optimisation de la production
ƒ Réduction des stocks tampons
ƒ Réduction des stocks ƒ Build to Order vs. Build to Stock

ƒ Résolution conjointe des


ƒ Amélioration des relations problèmes

© H. Isaac, 2006
CPFR ROI Benefit Categories

Stocks
Stocks 41%
41%
Storage
Storage Costs
Costs 22%
22%
Inventory Expense
Inventory Expense 17%
17%
Intransit
Intransit inventory
inventory for
for Rail
Rail >1%
>1%
Reduced
Reduced 3’rd3’rd Party
Party Storage
Storage 13%
13%

Bénéfices
Bénéfices liés
liés aux
aux ventes
ventes 34%
34%
Increased
Increased Sales
Sales 25%
25%
Improved
Improved Margin
Margin 1%
1%
Customer
Customer Retention
Retention 8%
8%
Transport
Transport 19%
19%
Truck
Truck Tendering/Carrier
Tendering/Carrier Selection
Selection 1%
1%
Truck
Truck Cycle
Cycle Time
Time 6%
6%
Rail
Rail Cycle
Cycle Time
Time 10%
10%
Excess
Excess Freight
Freight Charges
Charges 2%
2%

Efficacité
Efficacité des
des processus
processus 6%
6%
Inventory
Inventory Control
Control 1%
1%
Logistics
Logistics 2%
2%
Order Management / CSR
Order Management / CSR 2%2%
Purchasing
Purchasing >1%
>1%

© H. Isaac, 2006
Exemples de gains réels constatés

Firms Service au client Stocks Prévisions


Metro/Herlitz In stock + 50% Down 15%
Sales +4%
Canadian Tire/ Sales +30% Down 10% Improved
25 Suppliers
Sainsbury/Nestle In Stock + 30% Exp/Short Sav.
Supplier Fill £ 2.8 Million
+24%
TruValue/ 7 Sales +10 to 20% Logistics Improved
Suppliers Saving 10 to
30%
Ace/Manco Sales +12% Improved 10%
Tesco/ P&G In Stock 100% DC Stock -75% Improved 10%
Conad/Barilla Item Sales 85%
+167% Accuracy

© H. Isaac, 2006
Quelle diffusion du CPFR ?
Royaume-Uni
Royaume-Uni -- 11
11
Argos
Argos
ASDA
ASDA
Hasbro
Hasbro
J.J. Sainsbury
Sainsbury
Kingfisher
Kingfisher
Lever-Faberge
Lever-Faberge UK
UK Europe
Europe -- 28
28 Asia
Asia -- 77 Ameriques
Ameriques -- 70
70
Somersfield
Somersfield
Superdrug
Superdrug
Tesco
Tesco
Unilever
Unilever UKUK
Woolworth’s
Woolworth’s
Benelux
Benelux -- 33
Delhaize
Delhaize lele Lion
Lion
Royal Ahold
Royal Ahold
Vandemoorte
Vandemoorte
Danemark Etast-Unis
Etast-Unis –– 66
66 entreprises
entreprises utilisatrices
utilisatrices
Danemark -- 22
Heineken
Heineken Best
BestBuy,
Buy,Black
Black &&Decker,
Decker,Colgate-Palmolive,Compaq,
Colgate-Palmolive,Compaq,
Dansk
Dansk Eastman
EastmanChemicals,
Chemicals,Eli
EliLilly,
Lilly, Fuji
FujiFilm
Film USA,
USA,GE
GEAppliances
Appliances
,Harley-Davidson,
,Harley-Davidson,Hasbro
Hasbro,Hewlett-Packard,
,Hewlett-Packard,Home
HomeDepot,
Depot,
France-2
France-2 International
InternationalPaper,
Paper,John
JohnDeere,
Deere,
Carrefour
Carrefour Suisse
Suisse Johnson&Johnson,
Johnson&Johnson,Kimberly-Clark,
Kimberly-Clark,Kraft,
Kraft,Mars,
Mars,Mitsubishi
Mitsubishi
Chanel Nestle
Nestle USA,
USA,New
New Balance,
Balance,Procter
Procter &&Gamble,
Gamble,Sara
SaraLee,
Lee,Schering-
Schering-
Chanel Plough,
Plough,Sears
Sears&&Roebuck,
Roebuck,Staples,
Staples,Target,
Target,
Allemagne Espagne
Espagne Walmart.
Allemagne -- 44 Eroski
Walmart.
Bayer Eroski
Bayer
Henkel
Henkel Italie
Italie -- 22
Herlitz
Herlitz Conad
Conad
Metro
Metro Barilla
Barilla
© H. Isaac, 2006
CPFR : un exemple

ƒ Division imprimante :
– Produits à cycle de vie court.
– Risque: stocks de produits obsolètes chez les
grossistes / distributeurs.
ƒ Objectifs:
– Produire au plus juste.
– Réduire les retours de produits obsolètes.
ƒ CPFR:
– Accès pour les distributeurs aux planning de
production
– Remontée d’informations distributeur / éléments
de modification de la demande.

© H. Isaac, 2006
CPFR : un exemple

Distributeurs
Valident les propositions,
Propose des prévisions intègrent des modifications, les
de livraisons sur la base
promotions, données marketing
des informations
distributeurs. qui modifient les prévisions

EDI
Web
Distributeurs Validation et accords sur
Remontée les quantités.
d’informations sur les
stocks et les ventes

Ordre de fabrication
Ordre de livraison

© H. Isaac, 2006
Le développement des places de marché des
distributeurs : Agentrics
ƒ Après une période de tâtonnement (bulle Internet)…
ƒ Emergence de différentes plate-formes: WWR,
NetExchange, Free Markets, etc…
ƒ Consolidation dans le domaine de la distribution avec
la fusion des places de marché WWR et GNX
(Auchan+Carrefour)
ƒ Acteur incontournable désormais !
ƒ Ahold, Auchan, Carrefour, Casino, Coop Italia,
Delhaize Group, Diageo, Karstadt Quelle, Kingfisher,
Marks & Spencer, Metro,
Migros,PPR,Sainsbury's,Tesco.
ƒ http://www.agentrics.com/company/customers.html

© H. Isaac, 2006
Les fonctionnalités d’Agentrics

ƒ Une plate forme multifonction accessible par


le web

Une solution de référencement et de gestion des


fournisseurs (e-sourcing et e-procurement), Gen Source.
Une solution de synchronisation des données fournisseurs,
Gen Sync.
Une solution de gestion de la chaîne logistique, GenShare.
Celle permet de déployer des méthodes de type CPFR
(Collaborative Planing Forecasting & Replenisment).
Une solution de gestion du cycle de vie des produits CPG
en MDD, Gen Novation.

© H. Isaac, 2006
Merci de votre attention

ƒ Henri.isaac@dauphine.fr

© H. Isaac, 2006