Vous êtes sur la page 1sur 68

VERRES DE L'ANTIQUITÉ GRÉCO‑ROMAINE : TROIS ANS DE

PUBLICATION (2008‑2010)

Marie-Dominique Nenna

Presses Universitaires de France | « Revue archéologique »

2012/1 n° 53 | pages 63 à 129


ISSN 0035-0737
ISBN 9782130593744
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-archeologique-2012-1-page-63.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Distribution électronique Cairn.info pour Presses Universitaires de France.
© Presses Universitaires de France. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 63 / 258

Documents
et chroniques
Verres de l’Antiquité
gréco‑romaine :
trois ans de publication
(2008‑2010)
par Marie‑Dominique Nenna

Graeco‑Roman Glass: Three Years of Publication


(2008‑2010)

Résumé. – Recension des publications parues dans les Abstract. – Critical review of publications of the
années  2008‑2010 sur le verre de l’Antiquité (viiie  s. av. years 2008–2010 about Greek and Roman (8th  cent. 
J.‑C.-viie s. apr. J.‑C.) : ouvrages généraux, bibliographies bc–7th cent.  ad) glass: general publications, bibliographies
et sites internet, expositions, méthodologie et termino- and websites, exhibitions, methodology and terminology,
logie, colloques, collections, ventes, musées, études thé- colloquiums, collections, sales, museums, thematic studies
matiques par technique et par fonction, production et on technique and function, production and trade, clientèle
commerce, clientèle et centres de consommation. and main supply centres.
Mots clés. – Monde grec. Monde romain. Antiquité tardive. Key‑words. – Greek world. Roman World. Late Roman
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Verre. Bibliographie critique. Publications 2008‑2010. Antiquity. Glass. Critical review. Publications 2008–2010.

Cette quatrième chronique dédiée aux publications de verres datés entre le viiie s. av. J.‑C. et le viie s. apr. J.‑C.1
montre la vivacité toujours renouvelée des recherches, avec la tenue annuelle de journées d’étude en France et en
Italie, mais aussi de colloques et d’expositions en Allemagne, Belgique, Grèce et Turquie. Triennale, elle vise à four-
nir des éléments d’informations à l’ensemble de la communauté scientifique, spécialistes du verre et plus largement
archéologues et historiens de l’Antiquité. Ces 463 notices, qui couvrent les publications des années 2008‑2010,
montrent particulièrement le déploiement des études en Grèce, en Israël et en Turquie2.

1. Voir les chroniques antérieures dans la RA, 2001/2, l’Antiquité ; HA‑ESI = Hadashot Arkheologiyot – Excavations
p.  303‑342 ; 2006/1, p.  83‑166 ; 2009/2, p.  281‑336 aux and Surveys in Israel ; IAA Reports = Israel Antiquities Authority
notices desquelles il est fait référence sous la forme 2001.xxx, Reports. Pour les typologies : Is. = Cl. Isings, Roman Glass from
2006.xxx, 2009.xxx. Il est possible de consulter en ligne les Dated Finds, Groningen‑Djakarta, 1957 ; AR = B. Rütti, Die
archives indexables de cette chronique à l’adresse http://web. römischen Gläser aus Augst und Kaiseraugst (Forsch. Augst, 13),
mae.u‑paris10.fr/verre/ Augst, 1991 ; nmi = nombre minimum d’individus ; himt =
2. Aux abréviations utilisées dans la RA ou dans la base High Iron Magnesium Titanium. La majorité des ouvrages et
ZENON du DAI, on ajoute les abréviations suivantes : BAAL articles commentés provient d’envois de collègues, que je tiens
= Bulletin d’Archéologie et d’Architecture Libanaise ; Bull. afav à vivement remercier ici, et de dépouillements effectués à la
= Bulletin de l’Association française pour l’Archéologie du Verre ; bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée
Bull. Instrumentum = Instrumentum ; Bulletin du Groupe de tra‑ (Lyon II) et à celle de l’ENS (Paris). Je remercie aussi les collè-
vail européen sur l’artisanat et les productions manufacturées dans gues qui ont fourni les photographies illustrant cette chronique.
Rev. Arch. 1/2012, p. 63-129.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 64 / 258 18

64          Marie‑Dominique Nenna

Sommaire 3. 5. Verre soufflé de luxe (121‑153)............... 92


3. 6. 
Verre soufflé d’usage quotidien
1. Généralités (154‑159)...................................... 97
1. 1. Ouvrages généraux (1‑3)........................ 73 3. 7. Éléments de parure (160‑170) .............. 97
1. 2.
Bibliographies, bases de données 3. 8. Verre dans la sculpture et le mobilier
et recensions (4‑13)............................... 73 (171‑174).............................................. 98
1. 3. Méthodologie et terminologie (14‑17)...... 74 3. 9. Luminaire (175).................................... 99
1. 4. Congrès, colloques, ouvrages collectifs 3. 10. Instruments (176‑177)......................... 99
par ordre alphabétique de pays (18‑32).. 74
3. 11. Verre à vitre (178‑185)......................... 99
1. 5. Catalogues de ventes (33)...................... 75
3. 12.  Décors muraux et pavimentaux
1. 6. Collections particulières (34‑35)............ 75 (186‑188).............................................. 101
1. 7. Musées par ordre alphabétique de pays
(36‑46)................................................. 76 4. Production et commerce
1. 8. Expositions par ordre alphabétique de 4. 1. Matières premières, ateliers primaires et
pays (47‑56).......................................... 79 secondaires, par ordre alphabétique de
pays (189‑224)...................................... 102
2. Technologie et analyses de laboratoire 4. 2. Artisans et commerçants : signatures et
2. 1. Procédés techniques et marques, contenus (225‑231)................ 107
expérimentations (57‑65)...................... 82 4. 3. Les épaves (232‑234)............................. 107
2. 2. Ethno‑archéologie (66‑67)..................... 83
2. 3. Analyses de laboratoire (68‑108)............ 84 5. Clientèle et centres de consommation
5. 1. Verre et sources écrites (235).................. 108
3. Études thématiques par technique 5. 2. Inscriptions sur verre (236‑239)............. 109
et par fonction
5. 3. Iconographie (240‑244)......................... 110
3. 1. Verre façonné sur noyau (109)................ 90
5.  4. Rapports entre le verre et les autres
3. 2. Verre moulé polychrome (110‑113)........ 90
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


matériaux (245‑246)............................. 110
3. 3. Verre moulé monochrome (114‑119)..... 91 5. 5. 
Centres de consommation, par ordre
3. 4. Verre camée (120).................................. 92 alphabétique de pays (247‑463).. 111

1. Vue d’une des salles d’exposition du nouveau musée du verre de Zadar (no 38). © Courtoisie Musée de Zadar.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 65 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           65

1. Généralités 5. Périodiques comprenant régulièrement des


articles sur le mobilier en verre, en ligne avec
1. 1. Ouvrages généraux articles téléchargeables : Atiqot : www.atiqot.org ;
1. D.  P.  Barag, Socio‑Economic Observations Hadashot Arkheologiyot. Excavations and Surveys in
on the History of Ancient Glass, no 20, p. 3‑7 : syn- Israel : www.hadashot‑esi.org.il ; Asseria et Vjesnik
thèse à grands traits de l’évolution de l’artisanat du za arheologiju i historiju dalmatinsku : www.hrcak.
verre depuis le IIe millénaire av. J.‑C. jusqu’à la fin srce.hr. Sont aussi disponibles sur Internet en télé-
de l’Antiquité. chargement gratuit : A. Kisa, Das Glas im Altertum
2. M. Beretta, The Alchemy of Glass. Counterfeit, vol. 1, Leipzig, 1908 ; M. Trowbridge, Philological
Imitation and Transmutation in Ancient Glass, Studies in Ancient Glass, Urbana, 1928, sur le site
Sagamore Beach (MA), 2009 : à travers une www.museogalileo.it ; B. Rütti, Die römischen Gläser
exploration des sources anciennes et des grands aus Augst und Kaiseraugst (Forsch. Augst, 13), Augst,
moments de l’artisanat verrier antique, l’a. montre 1991, sur le site www.augustaraurica.ch/
le rôle important qu’a joué le verre dans la litté- 6. A. Ferdière, Base documentaire sur les arti-
rature technique et alchimique ancienne et que sanats gallo‑romains en Lyonnaise et dans les cités
les opérations chimiques utilisées pour amélio- du Nord et de l’Est de l’Aquitaine. Corpus des
rer la fusion du verre ont poussé les alchimistes à données, RACFr, 47, 2008, en ligne sur www.racf.
mieux définir les limites de leur discipline et plus revues.org : cet inventaire bibliographique, cou-
particulièrement le concept de transmutation. vrant la période allant du milieu du ier  s. av. à la
Contrefaçon ou re‑création de pierres précieuses fin du ve s. apr. J.‑C., vient compléter celui publié
comme le lapis‑lazuli dans le monde mésopotamien en 2001 (voir 2006.74, p. 40‑60) et dont la carte
et pharaonique et influence de la religion égyp- a été réactualisée en  2003 (voir 2006.73, p.  36).
tienne (minéraux comme manifestation directe des Néanmoins il faut, pour les publications anté-
dieux ; présence de laboratoires dans l’enceinte rieures à  2003, se fonder plutôt sur les dépouil-
des temples) sur les alchimistes grecs. Relation du lements successifs des membres de l’AFAV, et
verre avec les minéraux, notamment dans le cadre pour les publications postérieures retourner à la
des gemmes, utilisation d’un instrumentum en verre publication princeps, la seule mention de déchets
dans les laboratoires antiques. Compte rendu par de verre ou de blocs de verre ne faisant pas un
Th. Rehren, JASc, 38, 2011, p. 3694-3695. atelier de verrier.
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


3. D.  Keller, Byzantine Glass. Past, Present 7. S.  Raux, H.  Cabart, Bracelets celtiques en
and Future. A Short History of Research on verre de France, Bull. Instrumentum, 31, 2010,
Byzantine Glass, no  18, p.  1‑24 : mise au point p. 30 : annonce de la création d’une base contenant
fort utile sur le verre byzantin (ive‑xve s.) — his- en date 628  bracelets, disponible sur www.instru-
toire de la recherche, revue géographique, verre mentum‑europe.org/artefacts/home.php, et du lan-
architectural, production  —, avec une vaste cement d’une enquête nationale.
bibliographie. Elle met l’accent sur le développe- 8. N.  Venclová et al., Vitrea. Databáze che-
ment important des études sur la période proto- mických analýz archeologických skel/ Vitrea.
byzantine (ive‑viiie s.), aussi bien dans le domaine Database of Chemical Analyses of Archaeological
archéologique qu’archéométrique, et sur la rela- Glasses, ARozhl, 62, 2010, p.  359‑361 : annonce
tive pauvreté des contributions pour la période de la création d’une base de données recensant
suivante, qui se reflète aussi dans ce colloque. toutes les analyses chimiques de verres archéo-
logiques (déjà plus de 750) d’objets provenant
de République tchèque, mais aussi d’autres pays
1. 2. Bibliographies, bases de données et recensions
(par ex. verre brut de l’épave des Sanguinaires,
4. Bibliographies dans le Bull. AFAV chaque Pays‑Bas…), et datés depuis l’âge du Bronze
année, dans le Bull. Instrumentum chaque semestre. jusqu’à la période post‑médiévale.
Depuis mars 2010, l’aihv envoie à ses membres, 9. Compte rendu de V. Arveiller, M.‑D. Nenna,
en mars et en septembre de chaque année, une Verres antiques du Musée du Louvre, II, Vaisselle et
lettre d’information préparée par D.  Keller, contenants du ier  siècle au début du viie siècle apr.
avec l’annonce des événements et une biblio- J.‑C., Paris, 2005 (2009.23.) par Y.  Israeli, IEJ,
graphie sur le verre depuis l’Antiquité jusqu’à 61, 2011, p.  113‑114 ; L.  Taborelli, RA, 2007,
nos jours. p. 413‑415.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 66 / 258 18

66          Marie‑Dominique Nenna

10. Compte rendu de D. Foy, M.‑D. Nenna dir., dans les introductions (en grec, p. 11‑17 et en anglais
Corpus de signatures et marques sur verres antiques, vol. 1 p.  115‑121). Il comprend 380  entrées en grec et
et 2, Aix‑en‑Provence, Lyon, 2006 (2009.204‑205), l’équivalent en anglais.
par A. de Pury‑Gysel, Annuaire d’Archéologie suisse, 17. M. Verità et al., Glossary of Mosaic Glass Terms,
93, 2010, p.  299 ; par E.  M.  Stern, A Corpus of The Leverhulme Network of the Composition
Mouldings and Signatures on Glass Vessels with of Byzantine Glass Mosaic Tesserae, University
Some Thoughts on Sentia Secunda, JRA, 21, of Sussex, 2009, www.sussex.ac.uk/arthis-
2008, p.  501‑504  ; par O.  Picard, CRAI, 2008, tory/1‑4‑16‑1‑1.html : glossaire en italien, anglais et
p.  873‑876 ; par M.  Sève, Bulletin épigraphique, français des termes techniques liés à la manufacture
REG, 119, 2006, no 103 et REG, 120, 2007, no 618. de tesselles de verre de l’Antiquité à nos jours.
11. Compte rendu de Petra. Ez Zantur  III.
Ergebnisse der Schweizerisch‑Liechtensteinischen 1. 4. Congrès, colloques, ouvrages collectifs
Ausgrabungen, Teil  1: Die Gläser aus Petra, par
D.  Keller ; Teil  2: Die Lampen der Grabungen
Allemagne
auf ez Zantur in Petra, par M.  Grawehr (Terra
Archaeologica, v), Mayence, 2006 (2009.348), 18. J.  Drauschke, D.  Keller éd., Glass in
par M.‑D.  Nenna, Syria, 86, 2009, p.  383‑385 ; Byzantium. Production, Usage, Analyses / Glas in
par E.  M.  Stern, I.  Kehrberg, Glass Vessels and Byzanz. Produktion, Verwendung, Analysen (Mayence,
Terracotta Lamps from Petra, JRA, 21, 2008, 2008), (RGZM, Tagungen, 8), Mayence, 2010 : sur
p. 687‑692. les 17 contributions, 11 portent sur le verre proto-
12. Compte rendu de A.  von Saldern, Antike byzantin (ive‑viie s.), voir nos 3, 103, 108, 209, 273,
Glas, Munich, 2004 (2006.4) par B.  Hoffmann, 362, 415, 426, 440, 449, 452.
BJb, 206, 2006 [2008], p. 359‑360. 19. B. Zorn, A. Hilgner éd., Glass along the Silk
13. Compte rendu de B.  Czurda‑Ruth, Road from 200 BC to AD 1000 (Mayence, 2008),
Hanghaus  1 in Ephesos. Die Gläser (FiE, VIII.7), (RGZM, Tagungen, 9), Mayence, 2010  : outre
Vienne, 2007 (2009.372) par D. Keller, Topoi, 15, quelques contributions portant sur l’Europe occi-
2007, p. 524‑533. dentale dont il est rendu compte ici (voir nos  77,
106, 161, 219, 247, 426), ce volume comprend de
1. 3. Méthodologie et terminologie très intéressantes contributions sur la verrerie du
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


ier  millénaire apr. J.‑C. découverte et/ou produite
14. D.  Foy, La bouteille Mercure CEVHODIA en Asie centrale, en Chine et en Asie du Sud‑Est
d’Arles. Cheminements et vicissitudes d’une (pour des pièces gréco‑romaines importées, voir
documentation archéologique, JGS, 51, 2009, notamment les contributions sur l’oasis de Niya et
p. 144‑153 : intéressante recherche archivistique sur sur la Corée). On pourra aussi consulter sur ce sujet,
une bouteille Mercure découverte dans le Rhône à G.  Fuxi, R.  Brill, T.  Shouyun éd., Ancient Glass
la fin du xviie s., aujourd’hui non localisée, et qui a Research along the Silk Road, Londres, 2009.
fait l’objet de huit figurations au moins depuis sa
découverte jusqu’en 1805. Belgique
15. Ch.  Fontaine‑Hodiamont, J.  Lefrancq, 20. Annales du 17e  congrès de l’Association
Mots clés pour le verre soufflé‑moulé. Regards sur Internationale pour l’Histoire du Verre (Anvers,
les collections de Bruxelles, du Val et d’ailleurs, 2006), Anvers, 2009 : nos 1, 60, 66, 72‑75, 79, 92,
no  22, p.  463‑480 : lexique sélectif bilingue fran- 101‑102, 107, 114‑115, 121, 129, 136, 138, 140,
çais‑anglais avec d’abondantes illustrations des 142, 145, 197, 206, 217, 221, 224, 235, 240, 256,
termes ou des thèmes rencontrés dans l’étude des 274, 291, 310, 325‑326, 340, 346, 368, 370, 401,
verres soufflés dans un moule. 414, 438, 454.
16. D.  Ignatiadou, A.  Antonaras, Glassworking, 21. P.  Degryse, J.  Henderson, G.  Hodgins éd.,
Ancient and Medieval, Terminology, Technology, Isotopes in Vitreous Materials (Studies in Archaeological
Typology. A Greek‑English, English‑Greek Dictionary, Sciences, 1), Louvain, 2009 : nos 68, 70, 72.
Thessalonique, 2008 : il faut saluer l’entreprise des 22. C.  Fontaine‑Hodiamont dir., D’Ennion au
deux auteurs de fournir ce dictionnaire bilingue illus- Val Saint‑Lambert. Le verre soufflé‑moulé. Actes des
tré, qui est le fruit d’une véritable recherche pour le 23es  Rencontres de l’Association française pour l’archéo‑
choix des termes grecs, comme ils s’en expliquent logie du Verre (Scientia Artis, 5), Bruxelles, 2010 :
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 67 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           67

beau volume, richement illustré en couleurs, dont Izmir, 2009 : sur les 34 contributions de ce volume
26 contributions portent sur les vases antiques à décor 10 ne comprennent qu’un résumé, on ne les a pas
soufflé dans un moule, issus principalement des pro- commentées ici ; voir pour les autres : nos 154, 183,
vinces nord‑occidentales de l’Empire, voir nos 15, 59, 188, 329, 331, 423, 425, 427‑428, 439, 442‑446,
65, 123‑128, 130‑131, 191, 236‑237, 248, 253, 279, 448, 453, 455‑456, 458‑459.
290, 292, 295, 306, 311, 328, 343, 431, 437. 32. Camgeran 2010. Applied Glass Symposium
(Eskisehir, 2010), Eskihesir, 2010 : nos 447, 449, 455.
Espagne
23. Second International Congress on Glass Science 1. 5. Catalogues de ventes
in Art and Conservation (Valence, 2008), Journal of
Cultural Heritage, 9, Suppl. 1, 2008 : nos  95, 107, 33. Les Antiques de Louis‑Gabriel Bellon,
134, 195, 215. 1819‑1899,Vente, J.‑Ph. Ruellan,Vannes 4 avril 2009
(https://files.me.com/kunickiexpertise/kbf1xt ;
France version en ligne plus complète : www.svvruellan.
24. 22es rencontres de l’AFAV (Rennes, 2007), Bull. com/encheres/catalogue‑160‑0.aspx) : cette riche
AFAV, 2008 : nos 81, 116, 132‑133, 196, 204, 281, collection se répartit entre des vases façonnés sur
288, 299, 302‑303, 305, 309, 314, 318, 323. noyau (nos 90‑99), des vases et bagues moulés du
25. 23es  rencontres de l’AFAV (Bruxelles, Namur, Groupe de Canosa ou de basse époque hellénis-
2008), voir no 22. tique (nos 100‑102, 109, 148, 188), ainsi qu’un bel
26. 24es  rencontres de l’AFAV (Fréjus, 2009), Bull. échantillonnage de vases soufflés et soufflés dans
AFAV, 2010 : nos 58, 156, 162, 168, 201, 203, 226, un moule datant entre le ier et le viie  s. d’origine
232, 278, 282‑283, 294, 298, 301, 313, 320, 327, proche‑orientale ou des provinces occidentales
411‑412. (nos  103‑221). Parmi les pièces rares, on note un
fragment en verre peint (no 123), un aryballe souf-
Grande‑Bretagne flé dans un moule (no  168) aujourd’hui dans la
27. M.  Mundell Mango éd., Byzantine Trade, collection Bijnsdorp (no 35, p. 213) et deux beaux
4th‑12th  Centuries. The Archaeology of Local, Regional verres gravés (nos 179 et 182). La collection a été en
and International Exchange. Papers of the 38th Spring bonne partie achetée par le Cheik Saoud al Thani
Symposium of Byzantine Studies (Oxford, 2004), du Qatar, voir Minerva, 20.5, 2009, p. 44. Pour la
Farham, 2009 : nos 150, 213, 255. personnalité de Bellon, voir 2009.36.
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Italie
1. 6. Collections particulières
28. D. Stiaffini, S. Ciappi éd., Trame di luce.Vetri da
finestra e vetrate dall’età romana al novecento, Atti delle 34. M.  Atallah, K.  Gawlikowska, The Glass
X Giornate Nazionali di Studio (Pise, 2004), Cologno in the Beiteddine Museum (Walid Joumblatt
Monzese, 2010 : nos 80, 180‑181, 185, 231, 395. Collection), BAAL, 11, 2007, p.  167‑277 : ces
29. M. Buora, I. Lazar éd., Intorno all’Adriatico.Atti 177 objets acquis à partir du début des années 1980
delle XII Giornate Nazionali di Studio (Trieste‑Piran, et exposés dans le palais de Beiteddine à partir
2009), Quaderni Friulani di Archeologia, 19, 2009 : de  1990 proviennent très vraisemblablement de
nos  44, 111, 139, 153, 159, 163, 214, 229, 233, tombes fouillées clandestinement sur le territoire
258, 261, 342, 396, 398‑400, 402‑403 ; voir aussi libanais, mais on ne dispose d’aucune provenance
le compte rendu d’E. Pochmarski, www.histara.sor- assurée. Il s’agit de verreries communes, le plus
bonne.fr/cr.php?cr=1182&lang=fr/ souvent soufflées à la volée, appartenant à l’époque
romaine et romaine tardive, à l’exception de trois
Suisse bracelets mamelouks. Dans le domaine de la toi-
30. Internationaler Kongress Crafts 2007, Handwerk lette, à côté de séries de balsamaires à double ren-
und Gesellschaft in den römischen Provinzen (Zürich, flement, d’unguentaria à corps piriforme, sphérique
2007), Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und et conique bas, de pots cylindriques ou biconiques,
Kunstgeschichte, 65, 1‑2, 2008 : nos 189, 220, 222. on note des balsamaires à fond pointu et au corps
plus ou moins allongé (nos  1‑5), des aryballes à
Turquie embouchure en collerette (nos  9‑10), des vases en
31. E.  Lafli éd., Late Antique/Early Byzantine forme d’oiseau (nos 12‑15) et des fioles bicéphales
Glass in the Eastern Mediterranean (Izmir, 2009), (nos 16‑18). La vaisselle de table est essentiellement
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 68 / 258 18

68          Marie‑Dominique Nenna

représentée par des pièces d’époque romaine tar- „Das schönste Museum der Welt”. Museum Folkwang
dive (assiettes, bols, gobelets et flacons), on relève bis 1933, cat. expo. Essen  2010, Essen, 2010,
une bouteille carrée à marque géométrique du p.  251‑262 : la collection du musée Folkwang
Haut‑Empire (no 153). d’Essen comprend une série de vases façonnés
35. N.  Bijnsdorf, Fascinating Fragility. A Private sur noyau (A59 doit plutôt être daté des ive‑iiie s.)
Collection of Ancient Glass, Paris, 2010 : ce catalogue et un lot de vases syro‑palestiniens d’époque
richement illustré présente chronologiquement romaine tardive et aussi d’époque islamique
260 verres datant entre le iie millénaire av. et le vie s. (A68, A75, A85‑A88 à dater plus tardivement
apr. J.‑C., acquis en ventes publiques depuis 1995. que proposé).
Il faut savoir gré au collectionneur, qui est en même
temps l’auteur, d’avoir mis à disposition du public Canada
cette collection qui illustre les multiples facettes de 37. B. Caron, E. Zoïtopolou, Montréal Museum
l’artisanat verrier antique. Les notices des objets, of Fine Arts, Collection of Mediterranean Antiquities, 1:
bien organisées, donnent toutes des informations The Ancient Glass, Leyde, 2008 : ce catalogue rai-
sur les lieux et dates des achats (successifs s’il y a sonné bilingue décrit une collection peu connue
lieu) et, lorsque cela est possible, sur les collection- de près de 200  objets datés entre le IIe  millénaire
neurs antérieurs (notamment Sangiorgi, Benzian, av. J.‑C. et le xive  s. 135  vases proviennent de la
De Clercq, Bellon, Schaeffer). Aucune prove- collection Harry Norton, acquise en bonne partie
nance exacte n’est disponible. Aux vases façonnés durant la première moitié du xxe s., auprès de Aziz
sur noyau pharaoniques, achéménides et grecs, Khayat, célèbre antiquaire libanais de l’époque,
s’ajoutent quelques bols à décor de rainures, côte- fournisseur des principaux musées et collection-
lés ou mosaïqués. L’ensemble des verres soufflés se neurs des États‑Unis. Outre un tube de khôl du
partage grosso modo entre 70 % de vases de produc- Nouvel Empire, on note 12  vases façonnés sur
tion orientale et 30 % de production occidentale noyau, 6  vases moulés monochromes dont une
(noter une pyxide en bronze à décor de plaquettes rare pyxide et un plat carré du groupe de Canosa,
mosaïquées et émaillées, p.  218‑219). Le goût du 2 vases en verre mosaïqué augustéens, un fragment
collectionneur pour les couleurs vives, la polychro- de plaque camée sans doute de grande taille (anc.
mie et les décors à chaud est marqué et l’on a ainsi coll. Gréau‑Morgan : seule est conservée une main
de belles séries de vases soufflés dans un moule, tenant une syrinx). Abondante série de balsamaires
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


principalement des flacons (p.  80‑91, 98‑105, soufflés à la volée et soufflés dans un moule (ier‑iie s. :
114‑121 [flacon avec la légende des Argonautes], amphorisque cannelé [no  31], flacons et cruche
146‑149, 174‑177, 184‑185, 213 [rare aryballe à hexagonaux à panneaux [nos 53‑56], cruchette can-
décor en nid d’abeille], 221‑225, 230‑231, 246), nelée  [no  59] ou à décor de rinceau [no  61], datte
mais aussi des gobelets à amandes (p.  134‑135), [nos  62‑63], flacon bicéphale [no  88] ; iiie  s. : bou-
à figures mythologiques (p.  164‑165) et une bou- teilles décorées de grains de raisin [nos  91‑92] ou
teille hexagonale à marque grecque (ΜΑΡΚΟΥ, à cercles sécants [no  93]). En outre, on remarque
p.  204‑205). Parmi les verres gravés, on note une une cruche incolore à décor serpentiforme bleu,
petite bouteille à décor d’oiseaux et de canthares blanc et incolore (no  99) et un flacon‑aspersoir
(p.  156‑157 : date ?), un flacon à décor de cercles à décor serpentiforme de la même couleur que le
concentriques (p.  276‑277), un pot à décor d’ar- vase (no 100), ainsi qu’un bel échantillonnage de la
cades (p.  298‑299), une amphore à décor abrasé verrerie proche‑orientale d’époque romaine tardive
égyptienne (p. 306‑307), un beau fragment de dia- à décor appliqué ou à décor dilaté soufflé dans un
trète (p. 308‑309), un flacon à inscription grecque moule. Les datations proposées, fondées principa-
formée de doubles tirets (ΧΑΡΑ, p.  318‑319), des lement sur d’autres catalogues de musée, sont pour
bols à décor géométrique (p. 334‑335), un flacon à certaines à revoir ou à resserrer : ainsi, nos 107‑108 :
décor de grappe de raisin (p. 354‑355). ive‑ve  s., no  113 : ive‑ve  s., no  191 : ixe  s. ; on peut
aussi douter de l’authenticité de quelques objets
1. 7. Musées par ordre alphabétique de pays (nos 25, 77, 114, 154).
Allemagne Croatie
36. C.  Höpken, Gaben für das Jenseits. Glas. 38. Building and Opening of the Museum of Ancient
Vorderen Orient, 500 v. Chr. bis 800 n. Chr., dans Glass in Zadar, Zadar, 2009  : ouverture d’un
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 69 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           69

nouveau musée du verre (ici, fig.  1) dans le Palais dans les fouilles menées dans la ville depuis 1930
Cosmacendi rénové pour l’occasion, qui comprend et qui se sont accrues depuis les années  1960,
plus de 3 000 objets et l’équivalent en restauration. fait tout l’intérêt de ce riche volume qui tient à
la fois du catalogue de musée et de la publication
Espagne de matériel de fouille, avec ses apports chrono-
39. M. J. Almagro Gorbea, E. Alonso Cereza, logiques et un mobilier peu représenté dans les
Vidrios antiguos del Museo Nacional de Artes deco‑ nécropoles et donc dans les musées, notamment
rativas (Bibliotheca archaeologica hispana, 30), pour les iie‑iiie  s., sur lequel l’a. met l’accent de
Madrid, 2009 : deux collections privées, Sánchez façon bienvenue. Après une introduction présen-
Garrigós et Casamar, dont les pièces sont en tant de nombreux documents d’archives inédits
partie d’origine espagnole, forment le fonds sur l’historique des collections, l’a. s’attache à
pré‑romain, romain et islamique. Dans le fonds replacer la verrerie d’Arles dans la chaîne de pro-
pré‑romain, 26  vases façonnés sur noyau, sur- duction et de commerce antique ; elle précise
tout datés fin vie‑ve s., et une série de colliers qui avec doigté les arrivages de Méditerranée orien-
donnent l’occasion aux a. de faire un point utile tale, d’Italie centrale et méridionale et d’Italie
sur la diffusion de ce type d’objets dans la pénin- du Nord et les importations rhénanes. Elle décrit
sule Ibérique et leur contexte de découverte ; un ensuite (chap.  i) les différents indices qui per-
ensemble de plaques d’incrustation mosaïquées mettent de localiser les officines arlésiennes en 3
ptolémaïques et de fragments de vases mosaïqués ou 4  points (voir no  199) et en présente les ves-
Haut‑Empire et romains tardifs achetés au Caire, tiges. Le catalogue est ensuite divisé en 8 parties
auprès de l’antiquaire Tano. Dans le fonds romain, techniques, fonctionnelles ou chronologiques,
quelques bouteilles et pots carrés et hexagonaux à avec pour chacune des parties et sous‑parties
marque, un diota, un barillet, un encrier, une série une introduction, puis le catalogue des pièces
de balsamaires et d’unguentaria, deux balsamaires illustrées par des dessins et des photos en cou-
en forme de grappe de raisin, des gobelets‑lampes leurs. Dans le chap.  ii sont présentés les vases
à décor de pastilles appliquées pour lesquels une façonnés sur noyau (5 ex. provenant de la fouille
carte de diffusion dans la péninsule Ibérique est du jardin d’Hiver datés entre la fin du vie et le
proposée et un lot de vases d’époque romaine tar- iie  s. av. J.‑C.), les vases à décor de rainures de

dive (pots, contenants à khôl, cruchettes). la basse époque hellénistique (2  ex.) et les vases
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


« linear‑cut » (12  ex.), les bols côtelés avec 2  ex.
États‑Unis de la génération liée aux « linear‑cut » et une
40. Chr.  Lightfoot, L.  Pilosi, M.  T.  Wypyski, dizaine à côtes régulières, les vases polychromes
The Purple Agate Vase in The Metropolitan dont quatre sont à dater postérieurement à l’épa-
Museum of Art, JGS, 53, 2010, p. 240‑243 : ce vase nouissement augustéen tout comme le disque
acheté en 1910 comme provenant de Tarente a été perforé no 100 et, enfin, les vases imitant la sigil-
considéré comme un antique jusqu’en 1983 par le lée. Les vases à parfum et à cosmétique (111‑407)
MMA, puis identifié comme une pièce vénitienne forment le chap.  iii : balsamaires de petite taille,
du xixe s. sans que cela soit ouvertement écrit. Les unguentaria de diverses formes dont certains à
a. montrent par une analyse morphologique et marque, quelques aryballes et bouteilles Mercure.
chimique qu’il s’agit d’une pièce soufflée au xixe s. Viennent ensuite dans le chap.  iv (408‑480), les
(alors que ce type de verre fait à l’imitation de vases de stockage et de transport : urnes aqua-
l’agate est le plus souvent moulé dans l’Antiquité), rium, urnes à anses avec leur couvercle, pots car-
vieillie volontairement. rés, bouteilles ansées carrées, rectangulaires, dont
Voir aussi nos 137, 147. certaines à marque, et cylindriques. Le chap.  v
(481‑546) est consacré aux cruches de forme
France variée et flacons en verre incolore ou verdâtre
41. D.  Foy, Les verres antiques d’Arles. La col‑ de formes originales, souvent mal connues, dont
lection du Musée départemental Arles Antique, Paris, un flacon cylindrique de petite taille en verre bleu
2010 : la spécificité de la collection où s’unissent à décor peint sans parallèles dans un contexte de
des pièces le plus souvent complètes de fonds la fin du iiie  s. Dans le chap.  vi apparaissent les
anciens émanant d’érudits locaux ou des nécro- gobelets et les bols (547‑685), avec un accent mis
poles et des pièces fragmentaires mises au jour sur les vases du milieu du iie à la fin du iiie s. (bols
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 70 / 258 18

70          Marie‑Dominique Nenna

Is. 85 et variantes, gobelets à décor serpentiforme (nos  1‑7) et de verres d’époque médiévale et
ou d’appliques à portrait), et, dans le chap.  vii moderne (nos  204‑272) découverts à Aquilée,
(686‑743), les assiettes, coupes et coupelles dont ainsi que de vases de provenance proche‑orientale
les exemplaires moulés en verre incolore sont par- de la coll. Pucailovic (no 273), près de 200 pièces
ticulièrement illustrés. Le chap.  viii (744‑878) illustrent les emplois du verre dans la parure, les
embrasse les verres du ive au viie s. Dans le chap. ix instruments et l’incrustation. Le classement par
(879‑1058) sont réunis des verres soufflés de ordre alphabétique montre successivement les
forme rare (notamment encrier et guttus à panse aiguilles, les anneaux, les appliques, les bâton-
sphérique ou curviligne), le verre architectural nets, les bracelets, les colliers, les fusaïoles, les
dont une plaque à inscription à la feuille d’or, les pions de jeu, les pendentifs, les plaques d’in-
pastilles et cabochons dont certains émaillés, ainsi crustation, les polyèdres et les vases miniatures.
que les éléments de parure et de toilette. Compte À chaque catégorie est dédiée une introduc-
rendu par L. Taborelli, RA, 2011/2, p. 439‑442. tion plus ou moins développée, mais toujours
bien informée ; suit le catalogue. En fin de
Grande‑Bretagne volume, après quelques planches en couleurs, on
42. V. Evison, Catalogue of Anglo‑Saxon Glass in trouve des essais dédiés à un beau fragment de
the British Museum, Londres, 2008 : sur cette col- mosaïque unissant tesselles et baguettes torsa-
lection de 229 objets, la plus grande partie appar- dées de verre daté du milieu du ier  s. apr. J.‑C.
tient à des vases déposés dans des tombes entre (F. Ciliberto), aux plaques de verre pour opus sec‑
400 et 700 apr. J.‑C., qui sont étroitement liés aux tile (L.  Mandruzzato) et à une typo‑chronologie
pièces mérovingiennes mises au jour sur le conti- des perles attestées à Aquilée (A.  Giovannini),
nent. Pour cette période, deux groupes sont distin- qui fait oublier le caractère très succinct et
gués : le premier, daté entre 400 et 550, comprend l’illustration en n/b de la présentation des colliers
une série de bols (cat.  1‑12), de hauts gobelets dans le catalogue. La position même d’Aquilée
coniques (cat.  19‑45), à pied (cat.  49), en cloche fait tout l’intérêt de cet ensemble qui illustre
(cat.  50‑52), des « claw beakers » (cat.  57‑77) ; le aussi bien des productions régionales d’époque
second, daté entre  550 et  700, est constitué de romaine et romaine tardive (par ex. phalère
formes se situant dans la droite ligne des objets [no  103], bracelets et perles estampées en verre
précédents : bols (cat.  13‑18), gobelets coniques noir, perles monochromes et polychromes) que
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


(cat.  46) ou en cloche carénée (cat.  53‑56), des productions proche‑orientales d’époque hel-
« claw beakers » (cat.  78‑85) et de nouvelles lénistique (tête de noir no  118, pendentif biface
formes telles les cornes à boire (cat.  47‑48), no  134) et d’époque romaine tardive (penden-
les « palm cups » à décor de croix sur le fond ou tifs‑boules ou en forme de vase [nos  119‑132],
sans décor (cat.  86‑103), les gobelets globulaires pendentifs à bélière et représentation estampée
(cat. 104‑155), les « pouch bottles » (cat. 156‑160) [nos  135‑151], pendentifs‑porte amulette cylin-
et les gobelets en sac (cat.  161‑164). L’ensemble driques [nos  152‑158] ou des productions égyp-
montre principalement des décors à chaud soit par tiennes (plaques d’incrustation [nos 162‑169]).
soufflage dans un moule, soit par application. Pour 44. L.  Mandruzzato, M.  Vidulli Torlo, Dalle
la partie analytique, voir no 86. sponde levantine. Traffico di vetri antichi lungo le
Voir aussi no 148. rotte mercantili del Mediterraneo orientale dalle
collezioni del Civico Museo di Storia ed Arte di
Italie Trieste, no 29, p. 22‑26 : plus de 700 verres antiques
43. L.  Mandruzzato, Vetri Antichi del Museo sont en cours d’étude avec beaucoup de dons venant
Archeologico Nazionale di Aquileia. Ornamenti e de Méditerranée orientale dont la riche collection
Oggettistica e vetro pre‑ e post‑romano (Corpus delle Sartorio : beau groupe de bols moulés hellénis-
Collezioni del vetro in Friuli Venezia Giulia, 4), tiques avec deux pyxides venant de Crète, plusieurs
Venise, 2008 : ce volume clôt l’étude des verres lots venant de Syrie‑Palestine et de Chypre.
du Musée d’Aquilée et il faut saluer l’énergie 45. V.  Parasiliti, Vetri Antichi del Museo
des a. qui, en peu d’années, ont livré une vision Civico Castello Ursino di Catania, Catane, 2008 :
renouvelée de cette collection (voir 2009.29‑30). la majeure partie de la collection provient du
À côté de la présentation de 7  vases façonnés Musée Biscari que le prince I.  Paternò Castello
sur noyau d’époque classique et hellénistique avait construit au milieu du xviiie  s., et d’autres
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 71 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           71

collections privées. Elle comprend deux vases bonne place dans cette exposition avec des conte-
façonnés sur noyau, une série de balsamaires Is. 8 nants façonnés sur noyau (p.  220‑222, p.  378, cat.
et d’unguentaria, une urne cinéraire avec cou- III.A.32‑34, p.  416‑417, cat. V.A.2‑6 [le no  5 est
vercle et une jolie amphorette incolore à décor de sans doute un faux], p.  433, cat. V.D.13), avec de
rainures gravées. précieux flacons rubanés d’or, polychromes, de
Voir aussi nos 163‑164. l’époque augustéenne, en forme d’oiseau ou de tête
(p.  276, 301, 304, p.  439‑442, cat.  VI.A.4‑19) ou
Turquie
des conteneurs plus communs, bouteilles carrées et
46. C.  Atila, B.  Gürler, Glass Objects from unguentaria (p. 310‑315, p. 451 cat. VI.G.2.h‑n). Pas
Bergama Museum / Bergama Müzesi Cam Eserleri, de contribution consacrée spécialement à la nou-
Bergama Belleten, 16, 2009 : collection de plus de veauté qu’apporte le verre dans le conditionnement
300 objets, sans doute issus de contextes funéraires des objets, ce qui est dommage.
vu leur état de conservation, entrés principalement
par achat et par confiscation, présentés par grands États‑Unis
types de formes. La plus grande partie (180  ex.) 50. D. Whitehouse, Reflecting Antiquity. Modern
est constituée de balsamaires du Haut‑Empire, Glass Inspired by Ancient Rome, cat. expo. Corning,
auxquels s’ajoutent trois verres façonnés sur noyau Los Angeles 2007, Corning, 2007 : les 26  pre-
dont un alabastre d’époque classique trouvé à miers objets illustrent le goût historicisant des
Gryneion. On note aussi trois aryballes, trois pots verriers du xixe s. qui ont reproduit des modèles
à onguent, une série de coupelles, bols, assiettes et de verres antiques (gobelet soufflé dans un moule
gobelets du Haut‑Empire, tandis que les cruches d’argent, urne cinéraire), byzantins, islamiques,
et surtout les flacons (no  224‑288) montrent une médiévaux et Renaissance. Les chapitres sui-
grande variété, déjà reconnue ailleurs en Asie vants se concentrent sur l’une de leurs sources
Mineure, entre le iiie et le ve s. L’ensemble reflète d’inspiration : la verrerie romaine et, parmi elle,
de manière intéressante la production verrière sans les pièces de luxe que sont les verres camées, les
doute locale. verres dorés, les verres mosaïqués et les verres
diatrètes. Un chapitre particulier est dédié aux
1. 8. Expositions par ordre alphabétique de pays productions des ateliers Ehrenfeld de Cologne
et Felner de Mayence (D. et M. Klein, p. 41‑59),
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Allemagne qui imitent les formes antiques découvertes dans
47. A.‑B.  Follmann‑Schulz, Zeichnen mit la région rhénane, tandis que les ateliers anglais
Glas. Fadengläser der Antik, cat. expo. Düsseldorf se concentraient sur la reproduction de verres
2010‑2011, Düsseldorf, 2010 : belle sélection d’ob- camées et les ateliers vénitiens, avec la person-
jets d’époque romaine et romaine tardive à décor nalité de V.  Moretti, sur les imitations de verres
appliqué, avec un accent particulier mis sur les vases dorés, mosaïqués et diatrètes. S’y ajoutent les
à décor serpentiforme, objet d’une étude récente de essais des verriers d’aujourd’hui (B. Gudenrath :
l’a. (voir 2009.109). verre camée, p.  60‑73 ; M.  Taylor et M.  Hill :
verre mosaïqué, côtelé, soufflé dans un moule)
Belgique dans leur recherche des procédés mis en œuvre
48. À bout de souffle : Le verre soufflé‑moulé des origines dans les verres antiques.
au Val Saint‑Lambert, cat. expo. Namur 2008‑2009,
Fleurus, 2008 : ce catalogue illustrant l’exposition France
organisée à l’occasion du colloque sur le même sujet 51. C.  Vaudour dir., Mémoires de Verre. De
(voir ici no  22), parcourt l’histoire du verre soufflé l’archéologie à l’art contemporain, cat. expo.
dans un moule à l’aide de belles photos en couleurs Guiry‑en‑Vexin 2009, Rouen, 2010, Guiry‑
d’objets provenant du territoire belge ou conservés en‑Vexin, 2009 : cette très riche sélection d’objets
en Belgique. Tout en étant destiné au grand public, il provenant de nombreux musées de Normandie,
est très attentif aux différents procédés de manufac- de Picardie et d’Île‑de‑France retrace à grands
ture, bien expliqués. traits l’évolution de l’artisanat du verre depuis
49. Parfums de l’Antiquité : la rose et l’encens la plus haute Antiquité jusqu’à nos jours dans
en Méditerranée, cat. expo. Mariemont  2008, cette partie de la France. Elle est en partie sem-
Mariemont, 2008 : les contenants en verre ont une blable pour le verre d’époque romaine et du haut
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 72 / 258 18

72          Marie‑Dominique Nenna

Moyen‑âge à celle qui avait été faite pour l’ex- Grèce


position Verres et Merveilles tenue en 1993 dans 52. D.  Ignatiadou éd., Gyalinos Kosmos, Glass
le même musée, mais vient la compléter par la Cosmos, cat. expo. Archaeological Museum of
belle documentation photographique. Il est diffi- Thessaloniki 2009‑2011, Thessalonique, 2010  :
cile de mesurer le nombre de pièces inédites car il est difficile de commenter rapidement ce cata-
l’apparat bibliographique ne mentionne pas tou- logue entièrement bilingue, tant la matière est
jours les publications antérieures ; il aurait dû en riche et nouvelle. C’est en effet la première fois
outre être complété par exemple par l’article de qu’une exposition d’envergure est consacrée au
V. Arveiller, G. Sennequier et N. Vanpeene (voir verre en Grèce (ici, fig.  2), et plus particulière-
2006.386) et par les notices du Corpus des signa‑ ment en Grèce du Nord. Sur les 525  objets qui
tures et marques sur verres antiques. En introduction couvrent, après les perles mycéniennes d’Olympos
pour les hautes époques, le Musée des Antiquités de Piérie, plus de treize siècles d’artisanat entre le
de Rouen fournit une série de pièces largement viiie s. av. J.‑C. et le vie s. apr. J.‑C., une bonne partie
inédites : vases façonnés sur noyau pharaoniques est inédite, les autres sont dispersés dans des rap-
et grecs (le no  8b pourrait être un faux), élé- ports de fouilles, parfois difficilement accessibles,
ments de parure pharaoniques et carthaginois à l’exception de ceux présentés dans les travaux de
(le no  5d est un pendentif en forme de tête de D. Ignatiadou sur l’époque classique et hellénistique
démon et non de canard), vases moulés mono- et d’A. Antonaras sur l’époque romaine et romaine
chromes et mosaïqués. L’Antiquité gallo‑romaine tardive. Le volume se partage en deux parties : la
est illustrée d’un côté par dix contextes funéraires première est composée de contributions synthé-
(Plouy, Lillebonne, Amiens, Charleville‑Mézières tiques qui offrent un panorama très complet sur la
avec une belle cruche à cruche miniature fixée technologie et le commerce du verre, et sur l’emploi
à l’intérieur, Maule, Épiais‑Rhus) et de l’autre du verre dans la vie quotidienne (vaisselle, parure,
par une présentation par formes et usages (plus jeu, verre architectural) et dans le monde des morts,
de 200  objets provenant le plus souvent du s’y ajoutent des articles portant sur la muséographie
Nord‑Ouest de la France). L’époque mérovin- de l’expo­sition, la restauration et l’analyse des objets.
gienne est représentée par 80 objets. Des encarts sont consacrés à des thèmes spécifiques,
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

2. Verreries exposées au Musée de Thessalonique lors de l’exposition Glass Kosmos (no 52).


© Courtoisie Musée archéologique de Thessalonique.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 73 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           73

par ex. verre incolore et cristal (p. 46‑49), verre dans leurs détails dans la partie technique, et enfin des
les sanctuaires (p. 73‑75), verre à la cour des rois et pièces isolées dans la partie fonctionnelle.
chez les nobles (p. 76‑79), lot de verres de la taverne
Portugal
voisine des bains de Thessalonique (p.  90‑93, voir
2006.431), colombes et boules (p.  100‑105, voir 54. M. Da Cruz, I. Silva, L. Raposo, Vita Vitri. O
ici no 342), emploi du verre sur les lits de banquets vidro antiguo em Portugal, cat. expo. Lisbonne 2009,
(p.  106‑107). La seconde comprend, après des Lisbonne, 2009 : depuis les travaux fondateurs de
notices dédiées aux objets en cristal et en faïence, J. Alarcão, le verre antique du Portugal n’avait pas
le catalogue organisé géographiquement d’ouest en bénéficié d’études développées ; Mario Da Cruz
est et chronologiquement. La part belle a été faite, a dorénavant pris le relais, avec la soutenance
à raison, aux productions antérieures à l’invention de sa thèse en  2009 (O Vidro Romano no Noroeste
du verre soufflé, qui sont la contribution la plus ori- Peninsular. Um olhar a partir de Bracara Augusta,
ginale que la Grèce ait faite à l’artisanat du verre Université de Minho, Braga, consultable sur http://
avec les nombreuses perles monochromes et à décor repositorium.sdum.uminho.pt/handle/1822/9883)
oculé, les contenants en verre façonné sur noyau et, et l’organisation de cette exposition. La première
surtout, l’étonnante prospérité des ateliers de ver- partie est dévolue à l’artisanat et aux procédés de
riers de la cour macédonienne travaillant le verre manufacture. Trois sites d’atelier ont été localisés
incolore à partir du règne de Philippe II jusqu’à la à Braga, dont deux à partir de dépotoirs datés du
fin du iiie  s. av. J.‑C. (très belle vaisselle moulée : Haut‑Empire. Le troisième montre un four circu-
nos 50, 60, 68, 72‑79, 115, 281, 327, 340, 358, 489 ; laire de la fin du ier‑déb. iie s. et une deuxième phase
éléments d’incrustation en verre incolore des lits d’activité datée du ve  s. avec un four à creusets.
funéraires : nos 46‑47, 91‑92, 95‑97, 123‑124, 283, Les modes de fabrication et techniques décora-
318, 326, 335‑337, 348‑349, 391, 418 ; bagues et tives sont illustrés par des objets fragmentaires ou
sceaux : nos 37, 69‑70, 82‑86, 98, 106‑109, 120‑122, complets issus des collections du musée archéolo-
334, 384, 419‑420, 494 ; sets de pions de jeu : gique de Lisbonne et du musée Diogo de Sousa de
nos  88‑90, 94, 350, 430, 453). L’époque romaine Braga : verre moulé côtelé, verre mosaïqué, verre
et romaine tardive livre, elle aussi, un matériel soufflé dans un moule, décor à chaud (appliqué,
abondant illustré particulièrement par les décou- peint et doré [no  8.19, voir ici no  133]) et à froid
vertes aussi bien de vaisselle que de parure et de (beaux verres gravés [nos 8.13‑8.18]). Dans la deu-
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


verre architectural d’Edessa (nos  38‑42), de Veroia xième partie, les objets sont présentés par fonc-
(nos  53‑59), Pella (no  71), de Piérie (nos  99‑102), tion : stockage (urnes cinéraires, bouteilles carrées
Thessalonique et de sa région (nos  127‑280, à marque), vaisselle de table (grand plat ovale à
284‑285), Lètè (nos 351‑357), Stavros (nos 359‑371), anses taillées [no  10.1], coupelle imitant l’obsi-
Asprovalta (nos  372‑377), Macédoine centrale dienne [no 10.17]), vases et instruments de toilette
(nos 393‑416), Akanthos (nos 437‑442), Chalcidique (cuillère, épingles, bâtonnets, fuseau), éléments de
(nos  446‑447), Amphipolis (nos  456‑460), Néa parure, notamment en verre noir (voir ici no 217),
Kerdyllia (nos 461‑476), Philippes (nos 479‑485) et verre architectural.
Samothrace (nos 510‑523).
Russie
Italie 55. A Glass Fantasy. Ancient Glass from the
53. R. Barovier Mentasti, M. Tirelli éd., Altino. Hermitage Collection, cat. expo. Saint‑Petersbourg
Vetri di laguna, cat expo. Altino 2010, Trévise, 2010 : 2010, Saint‑Petersbourg, 2010 : dédié à N. Kunina
présentation synthétique du riche mobilier du (bibliographie jointe), cet ouvrage donne à voir avec
Haut‑Empire, mis au jour en plusieurs campagnes de bonnes photos en couleurs les plus belles verreries
de fouilles dans la nécropole à incinération d’Altino antiques du Musée de l’Hermitage, déjà connues
dans la région de Venise (voir déjà 2009.113), avec pour la grande majorité par le catalogue raisonné
en outre un bon nombre de pièces inédites (sky‑ de N. Kunina publié en 1997 (voir 2001.46). Parmi
phos et coupe ansée en verre soufflé dans un moule les pièces qui n’apparaissaient pas dans ce dernier,
p.  58‑59, coupes côtelées, p.  62, 75, carchesium, on note des contenants (nos 4‑5) et des pendentifs et
p. 84, verres mosaïqués, p. 98‑99 et 101‑106, 108, perles en verre façonné sur noyau (nos 29‑32) de la
112). Les belles photos en couleurs présentent le collection G. B. Casanova et, provenant de Rome,
mobilier tombe par tombe, puis des fragments et des fragments de plaques en relief (et non des
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 74 / 258 18

74          Marie‑Dominique Nenna

phalères) d’époque augustéenne en verre bleu foncé considérations sur les procédés mis en oeuvre dans
(nos 56‑57 et 64) et une perle en verre noir à masque cette technique (contrôle de la température du verre
d’acteur à dater du ive  s. (no  61) ; une aiguille en et du moule, évaluation du volume de verre néces-
verre bleu foncé (no 68). saire, rapidité du soufflage…) et sur les différents
matériaux utilisés pour les moules.
Suisse
60. F.  Liardet, Learning by Hand. Artefact
56. A.  Wiese, C.  Loeben, Kostlichkeiten aus Consistency and Craft Tradition, no 20, p. 184‑188 :
Kairo! Die ägyptische Sammlung des Kondito­rei‑ und analyse des gestes et des procédures de verriers
Kaffeehausbesitzers Achille Groppi (1890‑1949), cat. expérimentés soufflant des cruches à décor appli-
expo. Hanovre, Bâle 2008‑2009, Hanovre, 2008 ; qué ou fabriquant des bols côtelés, et débutants
M.  Chartier‑Raymond, La collection Groppi, apprenant à souffler, tendant à montrer que les plus
Archéologia, 462, 2009, p. 62‑67 : présentation avec anciennes attestations de verre soufflé découverts
de très belles photos d’une partie de la collection dans le dépotoir de l’atelier de Jérusalem datant du
d’A.  Groppi, constituée en Égypte et renfermant milieu du ier  s. av. J.‑C. ne sont pas de premières
un nombre extraordinaire d’éléments d’incrustation tentatives de souffler le verre, mais montrent déjà
de production égyptienne, de répertoire iconogra- une certaine routine.
phique égyptien et grec. La plus grande partie de la 61. R.  Lierke, Die nicht‑geblasenen antiken
collection a été vendue en trois sessions sous l’ap- Glasgefässe. The Non‑blown Ancient Glass Vessels,
pellation Per‑neb Collection chez Christie’s à Londres Mayence, 2009 : cet ouvrage se veut un manuel
(ventes du 9/12/1992, 7/07/1993, 8/12/1993, voir bilingue composé de fiches comprenant des illustra-
aussi 2006.214). tions commentées d’objets ou de reconstitution de
procédés. Il reprend les théories développées depuis
longtemps (voir 2001.57, 2006.83‑84, 2009.52)
2. Technologie et analyses par l’a. sur la manufacture des verres non souf-
de laboratoire flés antiques (verre côtelé, polychrome, camée, à
facettes, diatrète…). Le point de départ réside dans
l’interprétation des marques concentriques qui
2. 1. Procédés techniques et expérimentations
apparaissent sur la paroi interne des vases moulés
57. P.  A.  Bingham, C.  M.  Jackson, Roman antiques : ces marques ne résulteraient pas, comme
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Blue‑Green Bottle Glass. Chemical–Optical on a l’habitude de le penser, d’un travail de polis-
Analysis and High Temperature Viscosity Modelling, sage fait à la meule, mais du contact du verre avec
JASc, 35.2, 2008, p. 302‑309 : à partir d’analyses de un moule en rotation. Pour des critiques de cette
divers types sur des fragments de bouteilles carrées interprétation, voir 2006.81 et 2006.96 et pour
découverts à Coppergate, suggestion d’une chauffe des comptes rendus détaillés de cet ouvrage, voir
à 1100o‑1150o C pour refondre le verre et obtenir S. Fünfschilling, Annuaire d’Archéologie Suisse, 93,
de bonnes conditions pour le formage des pièces, 2010, p. 299‑300 ; E. M. Stern, A New Window on
dans une atmosphère moyennement plutôt que for- Ancient Glass Technology, Including Cameo Glass
tement réductrice. and Cage Cups, JRA, 24, 2011, p. 619‑626.
58. S.  Cagno, P.  Cosyns, K.  Janssens, La pro- 62. R.  Lierke, Auf den Spuren der Amphora,
duction de vaisselle en vitrum obsianum au ier siècle Restaurierung und Archäologie, 2, 2009, p.  67‑80 :
après J.‑C. Un état de la question à partir de tentative d’explication de la manufacture de l’am-
l’étude du fragment R1610 (MRAH‑Bruxelles), phore d’Olbia par façonnage sur tour à l’aide de
no  26, p.  21‑26 : l’analyse d’un fragment à décor moules bivalves. Le rapport établi entre la moulu-
gravé de rinceaux de lierre, incrustés de matière ration du col et le décor appliqué sur les bracelets
blanche, montre que l’objet a été fait, en raison celtiques est curieux.
de ses taux de fer très élevés, soit à partir d’obsi- 63. G.  Platz, J.  Welzel, Die Glasamphora aus
dienne de Pantelleria, soit à partir d’obsidienne Olbia in der Antikensammlung Berlin, Glashaus, 4,
broyée et fondue avec addition de fer et de soude 2008, p.  4‑9 : description très précise, à l’aide de
(expérimentations). photos, de la fabrication d’une réplique de l’excep-
59. J.‑P.  Delande, Le procédé soufflé‑moulé. tionnelle amphore d’Olbia (H. 60  cm, 120‑80 av.
Incidence de la forme complexe des moules et évo- J.‑C.) par formage sur moule convexe et fusion
lution des techniques, no  22, p.  19‑24 : éclairantes des différents éléments (pied + bol inférieur, bol
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 75 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           75

supérieur + col + embouchure) et polissage sur un Alexandrie, 2008 (documentaire en français, turc et
tour. anglais) : à Kürüdere/Nazarköy, le village de l’œil,
64. M.  Taylor, D.  Hill, Experiments in the à 30 km au sud‑est d’Izmir, une partie de la popu-
Reconstruction of Roman Wood‑Fired Glass­ lation est spécialisée depuis plusieurs générations
working Furnaces, JGS, 50, 2008, p.  249‑270 ; dans la fabrication de perles portant la figuration de
S.  Paynter, Experiments in the Reconstruction of l’œil protecteur. Dans les six ateliers dispersés dans
Roman Wood‑Fired Glassworking Furnaces. Waste le village, autour du four qui comporte cinq postes
Products and their Formation Processes, JGS, 50, de travail, les verriers réchauffent le verre brut et le
2008, p.  271‑290 : très intéressante expérimenta- verre recyclé, en ajoutant les colorants nécessaires,
tion, pleine d’enseignements, faite par deux verriers et façonnent entre 700 et 800 perles par jour.
anglais, nourrie à la fois de leur expérience et d’une
réflexion sur les fours antiques (vestiges archéolo- 2. 3. Analyses de laboratoire
giques et iconographie) avec d’abord construction
et chauffe d’un four circulaire à creusets et d’un 68. P.  Degryse, J.  Henderson, G.  Hodgins,
four à cuve avec la chambre de recuisson adjacente, Isotopes in vitreous materials, a state‑of‑the‑art and
puis, l’année suivante, construction à l’intérieur de perspectives, no 21, p. 15‑30 : mise au point utile et
la chambre de chauffe du four à cuve d’un nouveau mesurée, claire pour le non‑spécialiste, sur l’apport
petit four à pot central et d’une chambre de recuis- possible des analyses portant sur les isotopes de
son indépendante et nouvelle chauffe d’un four à l’oxygène, du plomb, du strontium, et du néody-
creusets. Aux remarques effectuées dans le premier mium dans la détermination de la provenance des
article par les deux verriers, viennent s’ajouter dans verres.
le second article une série d’observations et de 69. P. Degryse, J. Schneider, Pliny the Elder and
mesures analytiques sur la qualité du verre et ses Sr–Nd Isotopes. Tracing the Provenance of Raw
réactions aux refusions et à la durée de ces der- Materials for Roman Glass Production, JASc, 35.7,
nières, les différents rebuts vitreux, les creusets, 2008, p.  1993‑2000 : premiers résultats provenant
l’état des matériaux de construction des différents des analyses des isotopes du strontium (utilisé pour
fours et la nature des cendres. différencier le calcium provenant du milieu marin,
65. Fr. M. A. Van Den Dries, Some Notes on the de celui provenant du milieu terrestre) et du néo-
Technique of Moulding for Roman Glassblowing. dymium (signature isotopique semblable des sables
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Some Experiments with Making and Using Roman côtiers égyptiens et du Levant Sud en raison des
Mould Reconstructions, no  22, p.  45‑62 : dans la apports du Nil), montrant que certains verres ont
suite de 2009.50, présentation d’expérimentations une composition isotopique différente de celle des
effectuées en  2006 pour la manufacture de gobe- verres proche‑orientaux, déjà reconnus. Ces résul-
lets à décor d’amandes (ou de massue d’Héraclès), tats sont à prendre avec précaution, vu le faible
à partir de l’examen de 61 vases divisés en 5 types nombre d’analyses effectuées ici et notre mécon-
selon les motifs et leur disposition, et en 44 variantes. naissance des différents centres de production de
verre brut en Méditerranée orientale.
70. P. Degryse et al., Neodymium and Strontium
2. 2. Ethno‑archéologie
Isotopes in the Provenance Determination of
66. St.  Boulogne, La production des bijoux Primary Natron Glass Production, no 21, p. 53‑72 :
de verre dans l’espace islamique médiéval et tar- dans la suite des recherches menées par l’a. prin-
dif. La question d’un artisanat spécialisé, no  20, cipal (voir no  69), isolation de fragments de verre
p.  261‑268 : recensement utile des textes médié- montrant des verres différents dans leurs isotopes
vaux et d’un certain nombre d’études ethnogra- des groupes reconnus à l’époque romaine tardive
phiques sur la fabrication des bracelets en verre, au Proche‑Orient : verres aux cendres de plantes
avec des images tirées de l’article de M. Gaborieau pour l’un peut‑être d’origine égyptienne, verres au
(Bracelets et grosses perles de verre. Fabrication et natron sans doute de provenance nord‑occidentale,
vente en Inde et au Népal, Objets et Mondes, 17.1, mais aussi égyptienne et peut‑être nord‑africaine.
1977, p.  112‑117), rarement cité dans les études Le nombre restreint d’objets analysés invite, comme
portant sur l’Antiquité. le marquent bien les a., à plus de recherche.
67. M.‑D.  Nenna, Le village de l’œil. Les verriers 71. I. Freestone, Pliny on Roman Glassmaking,
de Nazarköy (Turquie), (De l’Afrique à l’Inde, 3), dans M.  Martinon‑Torres, Th.  Rehren éd.,
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 76 / 258 18

76          Marie‑Dominique Nenna

Archaeology, History and Science. Integrating en fer daté de la même période (lmlk), tous deux
Approaches to Ancient Materials, Londres, 2008, peut‑être d’origine égyptienne, groupe hétérogène à
p.  77‑100 : relecture, à la lumière des découvertes faibles teneurs en alumine et en potasse des débuts
archéologiques et archéométriques récentes, du de l’âge du Fer, groupe se rapprochant du groupe 3
passage de Pline (xxvi, 190‑195) dédié à la fabri- de Foy et al. 2003 (2006.102), attesté par des perles
cation du verre avec la séparation en des lieux datées entre le vie et le ier s. av. J.‑C.
différents des ateliers primaires et secondaires, 74. C.  M. Jackson, J.  Price, C.  Lemke, Glass
la démonstration de l’inexistence de la phase de la Production in the 1st Century AD. Insights into
fritte « inventée » par les commentateurs, l’étude Glass Technology, no  20, p.  150‑156 : l’analyse
de la qualité du natron et des sables, et des additifs de 86  fragments de verre ambre, bleu foncé, vio-
(coquillage, calculi splendentes = stibine [antimoine et let et vert émeraude (« linear‑cut », coupes côte-
ses dérivés] ?, magnes lapis = oxyde de manganèse). lées, vases moulés imitant la vaisselle métallique
Le problème de la manufacture de verre primaire et céramique, bols Is.  12) provenant de Fréjus et
dans les Gaules et en Espagne, indiquée par Pline, de Colchester montre que les trois premières cou-
reste, pour l’instant, entier, faute de découvertes leurs sont dans un verre au natron, dont la cou-
archéologiques et d’analyses montrant assurément leur provient de la technique de cuisson pour le
de telles productions. verre ambre, ou de l’ajout de minéraux, tandis que
72. I.  Freestone, S.  Wolf, M.  Thirwall, le verre vert émeraude est aux cendres de plantes
Isotopic Compositions of Glass from the Levant (voir déjà 2009.77, ignoré ici).
and the South‑Eastern Mediterranean Region, 75. M.‑D.  Nenna, B.  Gratuze, Étude dia-
no  21, p.  32‑52 : bilan des analyses des isotopes chronique des compositions de verres employés
du strontium, de l’oxygène, du plomb et du néo- dans les vases mosaïqués antiques. Résultats
dymium, menées sur les verres de Bet Eli’ezer, préliminaires, no  20, p.  199‑205 : afin d’éta-
Bet Shean, Apollonia, Banias, Raqqa, Tyr, Tel blir sur la longue durée les compositions des
el‑Ashmuneim. Les isotopes du strontium verres mosaïqués et de déterminer s’ils pro-
indiquent pour les quatre premiers sites l’utilisa- viennent d’ateliers primaires différents selon les
tion de sable contenant des coquillages, et dans époques, série d’analyses non destructives par
le dernier, de sable comprenant des particules de LA‑ICP‑MS de 102  fragments provenant de
calcaire. Les isotopes du néodymium montrent Tebtynis (iiie s. av. J.‑C.), Délos (iie‑ier s. av. J.‑C.),
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


une signature particulière due aux apports du Nil Heis, Somalis (ier s. apr. J.‑C.), Rome, coll. Gorga
(pyroxène et amphibole) dans les sables d’Égypte (ier  s. apr. J.‑C.), Avenches (ier‑iiie  s. apr. J.‑C.)
et du Levant Sud, mais leurs variations doivent et Augst (ier‑iiie  s. apr. J.‑C.). Premiers résultats
encore être expliquées (sable de bord de mer ver‑ issus d’interrogations croisées selon la forme des
sus sable des formations plus continentales) et per- objets, les types d’éléments préfabriqués, leur
mettent de différencier les verres à fondant sodique datation et les compositions de chacune des cou-
végétal. Limites dans l’utilisation des isotopes de leurs de verre.
l’oxygène et du plomb. Cas particulier du groupe 76. V.  Van der Linden et al., Deeply Coloured
himt, pour lequel la combinaison des données and Black Glass in the Northern Provinces of the
analytiques montre une production égyptienne, Roman Empire. Differences and Similarities in
sans doute sur la côte septentrionale du Sinaï ; ce Chemical Composition before and after AD 150,
groupe doit aussi être reconnu dans les verres de Archaeometry, 51, 2009, p. 822‑844 : dans le cadre
la forêt de Hambach, pour lesquels avait été pro- des études de P.  Cosyns sur le verre apparais-
posée à l’origine une production primaire locale sant noir (voir ici nos  58, 114, 197), comparaison
(voir 2006.233). entre des objets (bracelets et vases) datant d’après
73. B.  Gratuze, Les premiers verres au natron 150  apr. J.‑C. provenant de Belgique, d’Autriche
retrouvés en Europe occidentale  : composition et de Suisse et en contrepoint des pièces d’el‑Kab
chimique et chrono‑typologie, no  20, p.  8‑14 : à en Égypte, qui montre pour les découvertes
partir de l’analyse de plus de 150 perles provenant européennes récentes l’emploi d’un même type
principalement du tiers sud‑est de la France, déter- de composition de verre, avec l’ajout de colo-
mination de quatre groupes de composition avec rant (fer) d’origine et en proportion différentes,
un fondant au natron : verre alumino‑magnésien qu’auparavant.
bleu daté autour de 800 av. J.‑C. et verre noir riche Voir aussi no 161.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 77 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           77

Allemagne de Bakchias du iiie  av. à la fin du ive  s. apr. J.‑C. ;


77. S.  Hartmann, M.  Grünewald, The Late en outre, aucune référence n’est faite à l’abondante
Antique Glass from Mayen (Germany). First bibliographie archéométrique récente. Les résultats
Results of Chemical and Archaeological Studies, ne sont donc pas exploitables.
no 19, p. 15‑28 : la nécropole de Mayen, à 100 km 81. M.  Picon, V.  Thirion‑Merle, M.  Vichy, Les
au nord‑est de Mayence, a livré un mobilier abon- verres au natron et les verres aux cendres du Wadi
dant daté des ive‑ve  s., époque où se multiplient Natrun (Égypte), no  24, p.  36‑41 : les fragments
les officines secondaires le long du Rhin et de la recueillis sur les sites du Wadi Natrun mettent en évi-
Moselle, dont une à Mayen, où étaient sans doute dence la présence de deux types de fours primaires à
produits des gobelets tronconiques et des flacons bassin, le premier avec un trou de coulée (extraction
cylindriques à col évasé à décor de côtes hélicoï- du verre à l’état liquide) et le second sans (constitu-
dales. Les analyses montrent une répartition entre tion d’une dalle de verre), bien datable dans le cas de
le verre typiquement romain et le verre himt qui l’atelier de Beni Salama des ier‑iie s. À côté des com-
apparaît dans la seconde moitié du ive s. positions au natron (dendrogramme modifié par rap-
port aux publications précédentes), sont attestés des
Bulgarie verres aux cendres de plantes prélevés sur des fonds
78. Th.  Rehren, A.  Cholakova, The Early de bassin coulé et donc de fabrication locale, datables
Byzantine himt glass from Dichin, Northern en raison de l’occupation générale des sites entre le
Bulgaria, Interdisciplinary Studies (Institut iiie av. et le iie s. apr. J.‑C. Réflexions sur les difficultés
Archéologique de Sofia), 22‑23, 2010, p.  81‑96 : au de classification de verres aux cendres de plantes et
sein du groupe himt, trois sous‑groupes ont été juste critique de 2009.180 sur les raisons du passage
déterminés lors de l’analyse de fragments de vais- des verres au natron aux cendres de plantes au ixe s.,
selle datés du ve s. Le premier groupe (« Group I »), qui doit plutôt être mis au compte d’une disette de
dont les échantillons sont datés des années 470‑490, natron due à des facteurs climatiques.
s’il se rattache bien au groupe himt, offre néan-
France
moins des taux bas de manganèse, qui montrent,
une fois de plus, que le manganèse était ajouté au 82. H.  Cabart, B.  Velde, Une composition
mélange vitrifiable. Les différences observées entre chimique particulière. Les verres romains d’Arcis‑
les groupe IIa et IIb (fragments datés de 410‑470, sur‑Aube (Aube) et Pontpierre (Moselle). État d’une
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


pour certains déformés lors d’une manufacture recherche en cours, Bull. Afav, 2009, p. 3‑10 : l’ana-
supposée locale) montreraient l’emploi de sables de lyse d’une série de verres incolores d’Arcis‑sur‑Aube
qualité différente, même s’ils ont une origine com- (petite bouteille hexagonale, gobelet à dépressions,
mune et une variation dans la quantité de natron vase en coquille) et de Pontpierre (plat ovale à anses
utilisée. Pour le mobilier analysé, voir no 254. taillées, grand plat moulé, bouteille Mercure, flacon
à décor serpentiforme) datés du iiie s., ayant connu
Croatie une altération particulière (« cracking »), montre
79. K. Tantrakarn et al., Analysis of Roman Glass une composition de verre riche en soude (de 18 à
Excavated from Zadar, Croatia, Using a Portable 22 %) mais aussi faible en alumine (moyenne 1,9)
XRF Spectrometer, no  20, p.  247‑252 : analyse et en chaux (moyenne 5,2), proche d’une des com-
d’unguentaria à corps en cloche et de bouteilles à positions du Wadi Natrun (wnc). Le mélange trop
dépression caractéristiques de la région, de bou- riche en soude et faible en calcium provoque les
teilles carrées, d’urnes cinéraires et de vaisselle de fractures du verre et sa cristallisation.
table provenant de la nécropole de Zadar, ainsi que Voir aussi nos 74, 205.
d’un bloc de verre brut de l’épave de Mljet.
Géorgie
Égypte 83. A. J. Shortland, H. Schroeder, Analysis of
80. A.  Lentini, Indagini archeometriche preli- First Millennium BC Glass Vessels and Beads from
minari su alcuni frammenti di vetro provenienti the Pichvnari Necropolis, Georgia, Archaeometry,
dall’area templare di Bakchias, Fayyum, Egitto, 51, 2009, p. 947‑965 : dans la mesure où il s’agit
no 28, p. 97‑108 : aucune précision n’est donnée sur de l’une des premières séries d’analyses portant
la typologie ou la date supposée des fragments de sur des verres façonnés sur noyau, cette contri-
vases analysés au‑delà de la large occupation du site bution laisse sur sa faim, la bibliographie récente
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 78 / 258 18

78          Marie‑Dominique Nenna

sur le verre à Rhodes est ignorée et l’étude stylis- très prudentes sur la localisation des centres de
tique reste à l’état préliminaire avec notamment un production primaires. Comme pour l’article pré-
manque patent d’illustrations (notamment pour cédent, le lecteur souhaiterait disposer d’une
la pièce qui forme compositionnellement un out- illustration graphique reflétant le répertoire des
sider). Les résultats d’analyse sont incomplets, se formes analysées.
limitant à quelques couleurs choisies. Si les vases 86. I. Freestone, M. J. Hughes, C. P. Stapleton,
sont tous en verre au natron, levantin selon les a., The Composition and Production of Anglo‑Saxon
les verres des perles se partagent entre verre au Glass, dans V. Evison, Catalogue of Anglo‑Saxon Glass
natron et verre aux cendres de plantes. in the British Museum, Londres, 2008, p. 29‑46  : au vu
des formes et des analyses de verres datés entre 400
Grande‑Bretagne
et 700 (voir no 42), deux groupes se différencient :
84. H.  E.  Foster, C.  M.  Jackson, The Compo­ le premier (400‑550) utilise un verre au natron, sans
sition of « Naturally Coloured » Late Roman Vessel doute d’origine égyptienne, dans lequel l’a. a reconnu
Glass from Britain and the Implications for Models (communication orale  2011) une des variantes
of Glass Production and Supply, JASc, 36, 2009, de la composition  himt, arrivant sous forme de
p. 189‑204 : à partir de l’analyse de 376 fragments verre brut et de groisil, le second (550‑700) un
de vases issus de fouilles en Grande‑Bretagne et verre avec une composante de cendres de plantes
datés par leur typologie des ive et ve  s., reconnais- ou de bois potassiques, sans doute ajoutée à un
sance de quatre groupes de composition de verre : verre de base au natron, signe de la raréfaction
verres appartenant au groupe himt (91,5 %) de du verre « frais » venu de Méditerranée orientale et
vert‑jaune à vert olive d’origine égyptienne, sépa- de recyclage intensif.
rés en deux groupes himt  1 et himt  2 (le terme Voir aussi no 74, 339.
« Naturally Coloured » est ici opposé au groupes de
verres décolorés [voir no 85], il est néanmoins trom- Grèce
peur puisqu’il a été reconnu que du manganèse était 87. A.  Oikonomou et al., Raman Structural
souvent ajouté à ce type de verre), verres appartenant Study of Ancient Glass Artefacts from the Island
au groupe « Levantine 1 » (6,4 %), verres bleu‑vert of Rhodes, Journal of Non‑Crystalline Solids, 354,
relevant de la composition la plus répandue entre le 2008, p. 768‑772 : analyse de perles monochromes
ier et le iiie  s. (2,1 %). Le groupe himt apparaîtrait provenant de Camiros datées entre  640 et  600,
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


en Grande‑Bretagne dès les années  330, avec suc- qui montrent par les taux de potassium (autour de
cessivement le groupe himt 2 et le groupe himt 1, 2,05 %) et d’alumine deux groupes de composi-
de teinte claire ; dans le Sud de la France, l’appari- tions proches de ceux des verres du IIe  millénaire
tion de ce groupe de teinte foncée serait plus tardive et du début du Ier millénaire av. J.‑C. sans plus de
(début du ve s. : Groupe 1 de Foy et al. 2003, voir précision (bibliographie ancienne).
2006.102) et se prolongerait plus avant dans les vie 88. N. Zacharias et al., Thermally and Optically
et viie s. avec le groupe 2 (la fig. 1, si elle souligne Stimulated Luminescence of an Archaeological
des parentés analytiques, est trompeuse au niveau Glass Collection from Thebes, Greece, Journal
chronologique). of Non‑Crystalline Solids, 354, 2008, p.  761‑767 :
85. H.  E.  Foster, C.  M.  Jackson, The résultats d’analyses de perles polychromes datant
Composition of Late Romano‑British Colourless entre le vie et le ive s. av. J.‑C. dont on ne voit pas les
Vessel Glass. Glass Production and Consumption, implications archéologiques ou historiques.
JASc, 37, 2010, p.  3068‑3080 : à partir de l’ana-
lyse de 128  fragments de vases issus de fouilles Irak
en Grande‑Bretagne et datés par leur typologie 89. P.  Mirti et al., ICP‑MS Analysis of Glass
des iiie et ive  s., détermination de trois groupes de Fragments of Parthian and Sasanian Epoch
composition, « colourless  1 » décoloré à l’anti- from Seleucia and Veh Ardasir (Central Iraq),
moine connu avant la période considérée et présent Archaeometry, 50, 2008, p. 429‑450 ; iid., Sasanian
jusqu’au milieu du ive  s., « colourless 2a‑b » déco- Glas from Veh Ardasir. New Evidences by ICP‑MS
loré au manganèse, connu en Grande‑Bretagne Analysis, JASc, 36.4, 2009, p.  1061‑1069 : l’ana-
au ive  s. uniquement, « colourless  3 », résultant lyse de 9  fragments de Séleucie (balsamaires, bols
de recyclage de verres à l’antimoine et au man- côtelés, verre brut) datant entre le ier et le iiie  s. et
ganèse couvrant les iiie et ive  s. Les a. restent de 23 fragments (vases et verre brut) se rapportant
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 79 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           79

à la nouvelle capitale, Veh Ardasir, refondée sur le (iiie‑vie  s.), Mevaniola (ier‑ive  s.) et de la villa de
même lieu par Ardasir  I, datant entre le iiie et le Théodoric à Galeata (vie  s.) montrent clairement
vie  s., montre une division entre verres au natron la conjonction entre technique de manufacture,
(tous les fragments de Séleucie sauf 1, et quelques type de verre et chronologie : les vitres formées par
fragments de Veh Ardasir datés des ive‑ve s.) et verres moulage et étirement sont caractéristiques du verre
aux cendres de plantes (tous les autres fragments de bleuté du Haut‑Empire tandis que les vitres en verre
Veh Ardasir) qui se séparent en deux groupes. jaune‑vert, soufflé en manchon, font une apparition
sur les sites de Suasa et de Mevaniola et dominent
Israël à Galeata.
90. I.  Freestone, R.  Jackson‑Tal, O.  Tal, Raw 94. R.  Arletti et al., Polychrome glass from
Glass and the Production of Glass Vessels at Late Etruscan Sites. First non destructive characteri-
Byzantine Apollonia‑Arsuf, Israel, JGS, 50, 2008, zation with synchrotron mu‑XRF, mu‑XANES
p.  67‑80 : prenant la suite de  2006.261, cette and XRPD, Applied Physics A, 2008, p.  127‑135 ;
contribution présente les analyses conduites sur R. Arletti et al., The First Archaeometric Data on
des fragments de vaisselle et de blocs de verre brut Polychrome Iron Age Glass from Sites Located in
découverts dans un dépotoir datant des vie‑viie s. ou Northern Italy, JASc, 37, 2010, p. 703‑712 : l’ana-
prélevés sur le sol d’un four nouvellement découvert lyse d’un vaste ensemble de perles, de fusaïoles et de
au nord de la ville. L’ensemble se rattache au groupe vases façonnés sur noyau provenant des nécropoles
« Levantine 1 », avec des compositions particulières de Bologne et de Spina, et datés entre le vie et le
pour le verre prélevé dans le four, sans doute dues ive s. av. J.‑C., montre une composition très homo-
à des contaminations par le sol ou les cendres ; les gène au natron, sans doute venue du Proche‑Orient.
fragments de vase montrent une composition très 95. Chr.  Boschetti et al., Caratterizzazione
homogène, mais en l’absence de déchets d’atelier, il archeometrica dei mosaici del ninfeo della Domus
est impossible de savoir avec certitude s’ils ont été del Centenario, dans S. Santoro, Pompei. Casa del
manufacturés à Apollonia même. centenario (IX,8) I. Indagini diagnostiche geofisiche e
Voir aussi no 212. analisi archeometriche, Bologne, 2007, p. 259‑309 ;
ead. et al., Early Evidences of Vitreous Materials in
Italie
Roman Mosaics from Italy. An Archaeological and
91. R. Arletti et al., Archaeometrical Studies of Archaeometric Integrated Study, no 23, p. e21‑e26  ;
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Roman Imperial Age Glass from Canton Ticino, ead. et al., Il vetro nel mosaico pompeiano. Studio
Archaeometry, 50, 2008, p.  606‑626 : étude claire archeologico ed archeometrico con riproduzione
et bien menée de 29 fragments de vases du Tessin sperimentale, dans A.  Coralini éd., Vesuviana.
datés entre le ier et le ive s. (avec aussi des fragments Archeologie a confronto (Bologna, 2008), Bologne,
d’Aquilée) dont la typologie est clairement indi- 2009, p. 657‑671 : résultats d’analyses de tesselles
quée, qui offre une référence solide pour l’étude des de faïence et de verre rouge issues de mosaïques
verres entre le ier et le ive s. en opus vermiculatum et tesselatum (pavements et
92. R. Arletti et al., Sicilian Early Byzantine Glass nymphées) de Rome, Chiusi, Pollenza, Pompéi
Finds. From Analytical Data to Trade Information, et Solonte. Emploi du verre rouge à la cuprite,
no  20, p.  546‑551 ; iid., Archaeometrical Investi­ le plus brillant et s’altérant superficiellement
gation of Sicilian Early Byzantine Glass. Chemical en blanc entre 120‑100 av. J.‑C. et 60 apr. J.‑C.,
and Spectroscopic Data, Archaeometry, 52, 2010, puis emploi de verre rouge opaque au fer, comme
p. 99‑114 : le fait que les échantillons sélectionnés le montre de manière exemplaire le nymphée de
de Ganzirri près de Messine ne soient pas typologi- la Maison du Centenaire.
quement identifiés et, en conséquence, vaguement 96. P.  Ricciardi et al., A Non‑invasive Study
datés entre le ive et le viie s. réduit la portée de cet of Roman Age Mosaic Glass Tesserae by Means
article par ailleurs bien mené, qui montre la coexis- of Raman Spectroscopy, JASc, 36, 2009,
tence de compositions de verre venant du Levant p.  2551‑2559 : analyses de tesselles d’Italie et de
(« Levantine 1 ») et d’Égypte (himt). Tunisie, plus destinées à mettre en valeur la tech-
93. R.  Arletti et al., Roman Window Glass. nique même d’analyse que ses apports technolo-
A Comparison of Findings from Three Different gique, archéologique ou historique.
Italian Sites, Archaeometry, 52, 2010, p.  252‑271 : 97. A.  Santagostino, E.  Gliozzo, The Sectilia
les trois groupes de verre à vitre analysés de Suasa Panels of Faragola (Ascoli Satriano, Southern
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 80 / 258 18

80          Marie‑Dominique Nenna

Italy). A Multi‑analytical Study of the Red, de plantes pour le rouge et le vert. Recherches sur
Orange and Yellow Glass Slabs, Archaeometry 50, les opacifiants à base d’antimoine.
2008, p.  451‑473 ; E.  Gliozzo et al., The Sectilia Voir aussi no 180.
Panels of Faragola (Ascoli Satriano, Southern
Jordanie
Italy). A Multi‑analytical Study of the Green,
Marbled (Green and Yellow), Blue and Blackish 100. R.  Abd‑Allah, Chemical Characterisation
Glass Slabs, Archaeometry, 52, 2010, p.  389‑415 : and Manufacturing Technology of Late Roman to
ces deux belles études archéométriques du très Early Byzantine Glass from Beit Ras/Capitolias,
beau pavement de la villa d’époque romaine tar- Northern Jordan, JASc, 37, 2010, p.  1866‑1874 :
dive de Faragola ouvrent la porte sur un monde le site de Beit Ras/Capitolias a livré les vestiges
qui a été peu exploré, hormis pour les panneaux d’un atelier secondaire daté entre le iiie et le vie s.,
de Kenchrées, celui des décors muraux et pavi- et notamment des blocs de verre. L’analyse de ces
mentaux en opus sectile de verre et de la production derniers, en même temps que d’une petite sélection
de ces plaques dans tous ses aspects techniques de fragments de vases de la même période, a montré
et commerciaux. Les questions de production, de qu’ils appartenaient tous au Groupe « Levantine 1 »
provenance et de manufacture sont bien posées, et qu’il n’y avait pas de différences de composition
mais restent sans réponse possible actuellement. entre les verres de l’époque romaine tardive et ceux
98. A.  Silvestri, The Colourless Glass of Iulia protobyzantins. Au vu de la fig.  5 présentant les
Felix, JASc, 35, 2008, p. 331‑341 ; id., The Coloured vases soumis à analyse (on aurait souhaité des des-
Glass of Iulia Felix, JASc, 35, 2008, p. 1489‑1501 : sins plutôt que des photos), on comprend mal ce
importantes contributions archéométriques sur que veut dire l’a. lorsqu’il parle d’une suprématie
les verres destinés au recyclage qui faisaient par- du verre soufflé dans un moule dans cette sélection.
tie de la cargaison de la Iulia Felix (épave décou- 101. F.  Marii, Th.  Rehren, Archaeological
verte à proximité de Grado datée de la première Coloured Glass Cakes and Tesserae from the Petra
moitié du iiie s., voir 2009.215 et ici même no 234). Church, no 20, p. 295‑300 : analyse des 73 galettes
L’analyse de 85  verres incolores (appartenant de verre quadrangulaires ou ovales, ainsi que de
à 25  plats, 30  coupelles, 30  bouteilles : on aurait tesselles trouvées dans le même contexte montrant
aimé en savoir plus sur les types choisis) montre que les galettes de verre sont sans doute des pro-
la présence de deux groupes : CL2 décoloré au duits semi‑finis issus de la refonte de verre creux ou
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


manganèse (presque uniquement des bouteilles) et de verres à vitre avec des os brûlés comme opaci-
CL1 décoloré à l’antimoine (coupelles et assiettes), fiant en vue de la production de tesselles.
qui se divise en deux sous‑groupes. L’analyse de 102. W.  Reade, I.  C.  Freestone, St.  Bourke,
88 verres (bouteilles carrées et cylindriques Is. 50 Innovation and Continuity in Bronze and Iron
et 51) allant du vert pâle au vert foncé en passant Age Glass from Pella in Jordan, no  20, p.  47‑54 :
par différentes teintes de bleuté (coloration due réflexion sur la continuation des verres aux cendres
aux impuretés présentes dans les sables) conduit à de plantes (hmhk) caractéristiques du IIe millénaire
la création des deux groupes qui, chacun, se sub- et sur l’apparition des premiers verres au natron
divisent en deux sous‑groupes : Ic1a et Ic1b pro- (lmlk) au début de l’âge du Fer à partir du mobilier
venant en partie de verre recyclé (définition d’un d’une tombe de Pella datée entre 1050 et 850.
indice de recyclage), et IC2a‑b proche du groupe 103. Th.  Rehren et al., Glass Supply and
CL2, mais avec des valeurs différentes en fer et Circulation in Early Byzantine Southern Jordan,
en manganèse. Équivalences bienvenues avec les no 18, p. 65‑81 : ont été soumis à analyse 50 frag-
groupes de composition des autres archéomètres et ments de lampes à pied tubulaire et en forme de
réflexion poussée sur les types de sables employés. bols tronconiques à trois anses et 29 fragments de
99. I.  Van der Werf et al., Archaeometric verre à vitre provenant de la North Ridge Church
Ιnvestigation of Roman Τesserae from Herculaneum (NRC) de Petra et de la « Petra Church », ainsi que
(Italy) by the Combined Use of Complementary du site de Deir ‘Ain ‘Abata. Les résultats montrent
Micro‑Destructive Analytical Techniques, JASc, dans les trois cas une composition se rattachant au
36.12, 2009, p. 2625‑2634  : analyses de tesselles pro- groupe « Levantine 1 » pour la grande majorité des
venant des nymphées de la Maison du squelette et de fragments, avec quelques rares objets se rapportant
la Maison de Neptune et d’Amphitrite : à côté des à des compositions égyptiennes (himt et autres à
verres au natron, identification de verres aux cendres très bas taux de calcium). On note des traces de
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 81 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           81

recyclage dans le lot NRC, et des contaminations From Sagalassos (Turkey), no 23, p. e47‑e49 : l’ap-
dues à l’atmosphère du four primaire. plication d’un nouvel axe de recherche analytique
104. N.  Schibille, F.  Marii, Th.  Rehren, (examen des isotopes du strontium et du néody-
Characterization and Provenance of Late Antique mium) au cas des verres de Sagalassos montre que
Window Glass from the Petra Church in Jordan, ces derniers sont fabriqués à partir de verres bruts
Archaeometry, 50, 2008, p.  627‑642 : les verres à de Méditerranée orientale, mais sans doute en par-
vitre, soufflés en cive ou en cylindre, provenant de la tie différents de tous ceux identifiés jusqu’à présent.
fouille de la « Petra Church » et datés entre la fin du 108. K.  Uhlir et al., SEM/EDX and ‑XRF
ve s. et le viie s., se sont montrés extrêmement homo- Investigations on Ancient Glass from Hanghaus  1
gènes à l’analyse et tous correspondent au groupe in Ephesos/Turkey, no 18, p. 47‑64 : version anglaise
« Levantine 1 » utilisé entre le ive et le viie s., à l’ex- résumée de 2009.372, p. 231‑274, montrant les résul-
ception d’un fragment, plus proche d’une composi- tats des analyses portant sur 114 fragments de vais-
tion attestée antérieurement, provenant sans doute selle, classifiés en 19  groupes archéologiques (TG)
de recyclage. datés entre le iie s. av. et le viie s. apr. J.‑C. (tab. 1),
qui se répartissent entre 12  groupes de composi-
Pays‑Bas
tion (GG) qui, eux‑mêmes, se réunissent en quatre
105. D. J. Huisman et al., Degradation Processes « régions » qui peuvent être rapportées à des groupes
in Colorless Roman Glass. Cases from the Bocholz de composition déjà identifiés (« Levantine 1 », verre
Burial, JASc, 35, 2008, p.  398‑411 ; id. et al., incolore à faible taux de fer et d’alumine, himt,
Compositional Variation in Roman Colourless Glass groupe d’Apollonia‑Arsuf du vie  s.). La lecture est
Objects from the Bocholtz Burial (The Netherlands), ardue, mais intéressante.
Archaeometry, 51, 2009, p. 413‑439 : l’ensemble du
riche mobilier funéraire en verre incolore d’une
tombe (voir 2009.353) datée de la fin du iie‑déb. 3. Études thématiques
iiie  s. révèle une composition à l’antimoine, prove- par technique et par fonction
nant sans doute du même atelier primaire, mais de
fusions différant par l’antimoine utilisé, provoquant 3. 1. Verre façonné sur noyau
néanmoins un type d’altération particulier (dégra-
dation saccharoïde) peu étudié jusqu’à présent (voir 109. P. Triantafyllidis, Early Core‑Formed Glass
aussi no 82). Comparaison développée avec les autres from a Tomb at Ialysos, Rhodes, JGS, 51, 2009,
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


études portant sur le verre incolore et réflexions sur p.  26‑39 : retour sur le mobilier de la tombe fémi-
les modèles de production envisageables. nine no 68 de Ialysos datée de la fin du vie s. et publiée
en  1924 par A.  Maiuri, comprenant deux ampho-
Serbie risques et deux oenochoés qui font partie de la toute
Voir no 426. première génération de ce type de contenant et un ala-
bastre en verre monochrome verdâtre. S’y ajoute un
Suisse
nouveau fragment qui se rattache aux vases d’origine
106. S. Wolf, C. Kessler, Early Medieval Window mésopotamienne datés de la fin viie s.‑déb. vie s. et pro-
Glass from Switzerland and a Brief History of Glass venant du dépôt votif du temple d’Athéna à Ialysos.
Production in Europe in the First Millenium AD, Le début de la production à Rhodes autour de 550 est
no 19, p. 29‑37 : la comparaison entre la composition confirmé, mais le fossé chronologique entre les vases
des verres de l’église cémétériale de Sion sous‑le‑Scex de production mésopotamienne et les vases rhodiens
(ve ou vie s., voir déjà 2009.158) et celle du couvent reste inexpliqué.
de Saint‑Jean à Müstair (viiie‑xiie  s.) montre que le Voir aussi nos  33, 35‑37, 39, 41, 43, 52, 55, 83,
verre « Levantine 1 » a été utilisé au moins jusqu’au 94, 409, 436.
xe s. dans cette région, avec un atelier de fabrication
à Müstair. 3. 2. Verre moulé polychrome
Turquie 110. G.  M.  Facchini, Ritrovamenti e diffusione
107. P. Degryse et al., Sr and Nd isotope Evidence dei vetri a mosaico nell’ Italia Settentrionale in età
in the Primary Provenance Determination of romana, Milan, 2007  : corpus de verres poly-
Roman Glass from Sagalassos (SW Turkey), no 20, chromes trouvés dans les regiones VIII à XI (Émilie,
p.  564‑570 ; iid., Sr‑Nd Isotopic Analysis of Glass Ligurie, Transpadane et Vénétie et Histrie), tous
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 82 / 258 18

82          Marie‑Dominique Nenna

datés du tournant de l’ère et du ier s. apr. J.‑C. Les bleu, vert olive, brun extrêmement foncés, le verre
177 objets (la centaine de fragments de la collection noir n’existant pas chimiquement dans l’Antiquité),
Conton‑Van der Meulen [voir 2006.64] non inclus, les a. dressent une liste des formes moulées, mais
commentés p. 99‑100) sont classés typologiquement aussi soufflées, qui, pour eux, rivalisent d’abord avec
(coupes Is.  1, 18, 2, coupes tronconiques, coupes la vaisselle métallique et ses reflets, et non avec l’ob-
Is. 3, côtelées à pied, Is. 5, 12, Gorga 9 et 20, gobe- sidienne. La question de la relation entre ces verres
lets, cruches, petits pots, petits plats, balsamaires et et l’imitation de l’obsianum mentionnée par Pline
pyxides) puis techniquement (rubané, rubané d’or, n’est pas réellement traitée dans cet article (mais
millefiori, marbré, reticelli). Ce recueil et l’analyse de voir no  58). On ajoutera un article récent concer-
la diffusion montrent des importations de Rome ou nant les célèbres skyphoi à incrustations de scènes
d’Italie centrale, mais aussi de possibles productions égyptiennes de Stabies (M.  Vallifuoco, Oggetti
à Aquilée (pyxides et balsamaires carénés rubanés in ossidiana da Stabiae. Materiale e tecnica, dans
d’or, balsamaires piriformes et coupes côtelées mar- A.  Coralini éd., Vesuviana. Archeologia a confronto
brées). L’abondance des fragments à Adria est mise [Bologne, 2008], Bologne, 2009, p. 485‑496).
au compte de la fonction portuaire de ce site. 115. J.  Duncan Jones, Did the Phrygians Make
111. G.  M.  Facchini, La diffusione dei vetri a Glass? Sources of Molded Glass at Iron Age and
mosaico sulle sponde dell’Adriatico in età romana, Hellenistic Gordion, no  20, p.  21‑26 : examen
no  29, p.  111‑118 : élargissement de la recherche serré des possibles lieux de fabrication des diffé-
entreprise dans no 110 aux côtes slovènes et croates rentes catégories de vaisselle moulée du début du
par une recension des verres polychromes de luxe Ier millénaire av. J.‑C. : grandes coupes du début du
(rubané d’or, reticelli, rubané, marbré). viiie s. (Assyrie versus Anatolie centrale), vases de la
112. C.  Mahnke, Alexandrinische Mosaik­ seconde moitié du ive s. d’une très belle qualité de
glaseinlagen. Die Typologie, Systematik und Herstellung verre incolore (Perse versus Asie Mineure), vases du
von Gesichterdarstellungen in der ptolemäischen iiie s. en verre incolore de moindre qualité (Rhodes),
Glaskunst (Philippika. Marburger altertumskundliche vases en « sandwich gold glass » et verre moulé à
Abhandlungen, 22), Wiesbaden, 2008  : recension décor en écailles de tortue (Asie Mineure en raison
quasi exhaustive et mise en œuvre d’une typologie du décor ?).
des éléments d’incrustation portant des représenta- 116. D. Foy et al., La distribution des bols mou-
tions de masques de théâtre et de divinités, tradition- lés monochromes hellénistiques et augustéens sur le
nellement datés de la fin de l’époque ptolémaïque
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


territoire français, no 24, p. 9‑23 : la recension des
et vraisemblablement produits en Égypte. Pour un bols moulés à décor de rainures et à décor végétal
compte rendu détaillé, voir M.‑D. Nenna, BiOr, 67, de la basse époque hellénistiques montre une distri-
2010, p. 82‑85.
bution principalement dans le Sud‑Est de la France,
113. H. Merten,Vom Nil an die Mosel. Ägyptisches
avec quelques exemples isolés hors de cette zone.
Glas aus der spätantiken Bischofskirche in Trier, TrZ,
Les bols « linear‑cut », de la génération suivante,
71/72, 2008‑2009, p.  335‑342 : très intéressante
beaucoup plus répandus avec les gisements de
découverte, lors d’une fouille effectuée dans la basi-
Fréjus et de l’épave de la Tradelière qui rassemblent
lique au sud‑est de Trèves, dans un contexte daté du
85 % de l’ensemble, sont présents sur une cinquan-
milieu du ive s., d’une série de fragments de coupes
taine de sites, avec une prédominance dans le Sud
en verre violet moulé à décor nilotique incrusté sur
de la France et dans le sillon rhodanien, seuls cinq
la paroi interne, de production égyptienne (auxquels
sites au nord d’une ligne Bordeaux‑Lyon en ont
est ajoutée une découverte identique à Carnuntum).
livré.
Voir aussi nos  35, 37, 39, 41, 49‑50, 53‑54, 61,
283‑284, 456, 463. 117. D.  Ignatiadou, Achaemenid and Greek
Colourless Glass, dans J.  Curtis, St.  J.  Simpson
éd., The World of Achaemenid Persia. History, Art
3. 3. Verre moulé monochrome
and Society in Iran and the Ancient Near East,
114. P.  Cosyns, S.  D.  Fontaine, La vaisselle en New York, 2010, p.  419‑426 : très bonne mise au
verre d’apparence noire dans les provinces occiden- point sur la vaisselle dite « achéménide », qui montre
tales au ier siècle apr.  J.‑C., no  20, p.  80‑87 : après que, si le terme achéménide peut être employé à rai-
avoir défini leur catégorie d’étude, comme des son, il l’est non pour désigner des productions ver-
verres dans lesquels on reconnaît « l’intention d’une rières du plateau iranien (« Persian Glass »), mais
coloration donnant l’illusion du noir » (donc violet, des productions sans doute issues des satrapies
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 83 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           83

d’Asie Mineure et que c’est de là que peuvent fort connues, souvent dépourvues de provenance, du
bien parvenir les vases trouvés dans le trésor de British Museum et des grands musées occidentaux,
Persépolis. Si quelques pièces indiquent bien une vers Rome. En combinant des réflexions sur le temps
production aux vie‑ve  s., la majorité date du ive  s. nécessaire de fabrication des objets (façonnage de
avec d’un côté les pièces de Carie et de Phrygie, l’âme et gravure), le nouvel élan de l’artisanat du
et de l’autre celles de Rhodes et de Macédoine (les verre dans la capitale de l’Empire et les comparai-
plus tardives et circonscrites) et l’on peut supposer sons formelles, iconographiques et stylistiques avec
qu’elles sont issues de différents ateliers, sans doute les autres formes d’art (peinture, grande sculpture,
en Carie, mais aussi à Rhodes et en Macédoine. vaisselle de table en céramique, argent ou en verre),
118. L.  Simon, Des « tablettes » en verre moulé ils proposent de manière convaincante une durée de
d’époque romaine découvertes à Bordeaux production restreinte entre 15 av. J.‑C. et 25 apr.
(Gironde), Aquitania, 26, 2010, p.  147‑157 : à par- J.‑C. Un chapitre est ensuite dédié à la méthode de
tir de la découverte de trois fragments de plaques fabrication (W. Gudenrath) du vase Portland et de
en verre moulé de couleur violette et bleu turquoise, la cruche Auldjo, tous deux soufflés, puis gravés.
dotées d’appendices appliqués sur une face, dans des Le catalogue aux notices très détaillées présente les
fouilles de sauvetage (Saint‑Rémi : contexte seconde 69 pièces du musée qui se répartissent entre 9 vases
moitié/dernier tiers ier  s. apr. J.‑C. ; Auditorium : fermés, 24  vases ouverts, 27  plaques (tableautins
contexte 30/40‑50 ; Cité judiciaire : résiduel dans destinés à être exposés comme tels, insérés dans des
une couche du troisième quart du iie  s.), recension décors muraux ou dans des meubles), 4  pièces de
des éléments parallèles mis au jour dans le Sud‑Est fonction variée dont peut‑être un oscillum, 5  frag-
de la France, à Rome et en Grande‑Bretagne ainsi ments de produits semi‑finis. S’y ajoutent 5  frag-
que de petits plateaux quadrangulaires ou circulaires ments de verre camée tardifs, dont des gobelets
reposant sur des pieds en forme de pattes d’animal. diatrètes à inscription, ainsi que 6 fragments de verre
Il s’agit dans les deux cas, sans doute, de présentoirs dit « égyptisants » à multiples couches de verre, dont
s’inspirant de modèles métalliques bien connus par le la production égyptienne est sans doute plus assurée
mobilier des cités du Vésuve. que ne l’indiquent les a. En appendice, on trouve
119. P.  Triantafyllidis, Achaemenid Influences notamment une étude quantitative sur les formes,
on Rhodian Minor Arts and Crafts, dans thèmes iconographiques et couleurs de l’ensemble
S. Darbandi, A. Zournatzi éd., Ancient Greece and du corpus.
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Iran (Athènes, 2006), Athènes, 2008, p. 355‑366 : à Voir aussi no 41, 50, 61, 242, 244, 399.
côté des pendentifs, tête de sceptre et coupes métal-
liques et d’un sceau en verre incolore de la fin du 3. 5. Verre soufflé de luxe
vie‑déb. ve  s., l’a. revient (voir 2006.142) sur les
bols en verre découverts à Rhodes qui se séparent 121. A.  Antonaras, A Hare‑in‑a‑Flask from
en deux groupes : les vases imitant le style achémé- Dion, Macedonia, no 20, p. 70‑73 : base d’un vase,
nide en un verre incolore de très belle qualité dont sans doute une cruche, portant un lièvre miniature
les exemplaires datent à Rhodes principalement du dressé, provenant de fouilles anciennes exécutées à
ive s., mais dont un nouvel exemplaire inédit de la
Dion et datée par comparaison du iiie s.‑1re moitié
tombe  32 de Ialysos est daté de la fin du vie‑déb. du ive s. (voir déjà 2009.294).
ve s., et les vases sans doute produits à Rhodes dans
122. C. Höpken, Orient trifft Okzident. Glas im
un verre de moindre qualité et à décor taillé végétal Osten und Westen des Römischen Reiches, KölnJb,
original datant de la fin du ive s. et du début du iiie s. 43, 2010, p. 379‑398 : riche article sur les échanges
Voir aussi nos 33, 35, 37, 41, 44, 61‑63, 257, 283. entre Orient et Occident dans la vaisselle de luxe des
iiie‑ive  s. : renaissance des formes moulées mono-
chromes et mosaïquées à partir du début du iie  s.
3. 4. Verre camée
avec une attention particulière portée aux grands
120. P. Roberts et al., Roman Cameo Glass in The plats à anses taillées (carte de répartition), examen
British Museum, Londres, 2010 : grâce à un recen- de la diffusion des vases à décor serpentiforme, exa-
sement des verres camées dans les grands musées men de celle des verres gravés, en particulier des
occidentaux et une recherche sur l’historique des vases diatrètes (carte de répartition) et des verres
collections, les a. retracent dans une forte intro- camées tardifs. Attention particulière portée à la dif-
duction l’origine et la production des ca 380 pièces fusion de ces pièces dans les Balkans.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 84 / 258 18

84          Marie‑Dominique Nenna

Verre soufflé dans un moule eux sont attestés sur l’ensemble de la zone de diffu-
123. H. Cabart, Les gobelets mérovingiens mou- sion (qui recouvre les territoires actuels de France,
lés du viie siècle, no 22, p. 315‑320 : étude de gobe- Belgique, Espagne et Italie, avec des concentra-
lets en forme de cloche (type Feyeux 57) provenant tions dans le Nord de la France et Wallonie et en
de la zone s’étendant de la Champagne jusqu’au Provence), deux, groupes 4 et 7, semblent plus spé-
Rhin, avec exemples des différents types de décors cifiques d’une région, respectivement Wallonie et
et recensement des gobelets inscrits (partie A : Provence. Catalogue détaillé et ample illustration.
ORE, partie B : OATE ou ROATE) dont la signifi- 128. A.  Moirin, V.  Arveiller, Les flacons en
cation n’est pas encore élucidée. forme de grappe de raisin. Essai de typologie, no 22,
124. M.  de Bellis, Ennion, maître verrier p.  215‑228 : trois grandes périodes de production
du ier  siècle apr. J.‑C. Ses coupes, sa vie, no  22, sont distinguées. Pour le ier s., une variante à panse
p. 39‑44 : reprise et développement de 2009.97. Il trilobée, généralement munie d’un pied, et une
est difficile d’adhérer à la reconstitution de la vie autre à panse ovale, apode, les fragments de l’atelier
d’Ennion telle qu’elle est retracée ici, car les bases d’Avenches sont, à mon sens, trop petits pour pou-
en sont bien ténues (34  skyphoi divisés en trois voir être rattachés à l’une ou l’autre des variantes ;
séries pris en considération), et l’interprétation de pour la seconde moitié du iie s., deux types ansés : le
la tombe d’Adria, qui a livré 6 skyphoi, comme celle type réaliste avec sans doute des productions dans
d’Ennion, laisse dubitatif. le Nord‑Est de la Gaule ou en Germanie et d’autres
125. A.‑B. Follmann‑Schulz, H. Cabart, La ver- dans le Poitou (voir ici no 328), le type rhénan 1 à
rerie plastique gallo‑romaine du ive siècle en Gaule panse piriforme attesté uniquement à Cologne et
Belgique et en Germanie, no 22, p. 253‑259 : étude à Bologne ; pour le iiie  s., le type rhénan  2 à pied
technique par moule des vases plastiques, sans doute à balustre. On rattachera plutôt le type « oriental »
issus des ateliers de Cologne et de sa région : singe à panse piriforme aux productions du ier s., vu les
musicien (assis sur un fauteuil d’osier ou au sol), tête dates fournies par la tombe d’Ed‑Dur et par l’ob-
juvénile, double tête juvénile, double tête adulte (avec jet de Begram, et aussi ici (no 343) par la pièce de
ou sans pied), tête grotesque (tête négroïde, tête à nez Thessalonique.
protubérant chevelue, ou chauve). Il aurait été inté- 129. M. S. Newby, Byzantine Mould‑blown Glass
ressant de replacer dans cette étude la découverte de from the Holy Land with Jewish and Christian Symbols,
Kellis (tête juvénile sur pied perlé, voir 2006.343). Londres, 2008 ; ead., Byzantine Mould‑blown Glass
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


126. Ch.  Fontaine‑Hodiamont, S.  Benrubi, with Depictions of a Shrine, no  20, p.  301‑307 :
Le traitement des lacunes dans la restauration des étude détaillée par moule d’un groupe de 44 vases
verres soufflés‑moulés. Le cas de deux récipients ansés carrés ou hexagonaux (dont 18 dans la col-
proche‑orientaux de la 1re  moitié du ier  s. apr. J.‑C. lection Moussaieff) datés des vie‑viie  s. et portant
(Musée Grand Curtius, Liège), no  22, p.  63‑71 ; sans doute la représentation de l’édicule dressé sur
H.  Wouters, A Near Eastern Flask and Bottle la tombe du Christ à Jérusalem, à l’intérieur duquel
(Musée Grand Curtius, Liège) from the 1st Century est figurée une lampe. Issus d’un atelier syro‑pales-
AD. Analytical Approach, ibid., p.  74‑78 : flacon tinien, ils étaient destinés à une clientèle locale et
hexagonal à décor de fruits en verre blanc opaque étaient très probablement placés dans des tombes.
(corps et col et embouchure provenant de deux 130. E. M. Stern, Audacis plebeia toreumata vitri.
vases différents) et gourde à tête de Méduse en verre Souffler le verre dans des moules, no 22, p. 25‑37 :
bleuté, tous deux acquis à Beyrouth en  1934 (coll. distinction claire et bienvenue (avec équivalents en
A. Baar), soumis à une nouvelle restauration et à des français, anglais et allemand) entre les trois types de
analyses (SEM/EDX) montrant une parenté certaine moules utilisés dans l’Antiquité : moule multivalve à
avec le groupe « Levantine 1 ». décor en relief sur toute la surface nécessitant d’être
127. D.  Foy, O.  Vrielynck, L.  Van Wersch, ouvert pour introduire et retirer la paraison, moule
H.  Cabart, Les coupelles à décor chrétien souf- multivalve à paroi lisse dans lequel la paraison est
flées dans un moule (seconde moitié ve‑première directement soufflée, sans ouverture ou fermeture
moitié vie siècle). État de la documentation, no  22, (utilisé abondamment pour les contenants prisma-
p. 267‑313 : les 97 coupelles à décor composé d’un tiques), moule univalve à décor dilaté dans lequel
ou d’une combinaison de symboles chrétiens (croix, on plonge la paraison, qui est par la suite soufflée
chrisme) et de motifs variés, géométriques ou figu- à la volée et manipulée (attesté à partir de la fin du
rés, sont réparties en sept groupes : cinq d’entre iiie s.). Un développement particulier est consacré à
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 85 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           85

la première catégorie de moules (en céramique, en en 1925 (déb. iie s. apr. J.‑C.) montre que le verre
métal, en plâtre), en vogue principalement au ier s., est décoloré à l’antimoine et que les pigments
qui comportent de 2 à 5 valves avec différents types jaune et blanc sont préparés avec de l’antimoniate
de serrage et étaient fermés ou ouverts (commen- de plomb ou de calcium, tandis que, plus excep-
taire des expérimentations des verriers anglais Taylor tionnellement, le rouge est fait à partir d’hématite
et Hill), et à une relecture de l’épigramme de Martial et le bleu de lapis‑lazuli.
(14.94) d’où est issu le titre de la contribution. 135. M.‑D.  Nenna, Un bol en verre peint du
131. S. Zèle‑Riou, Corpus des fonds de gobelets, ier siècle après J.‑C. à représentation nilotique, JGS,
coupes et bols à motifs cruciformes (Ve‑VIIIe siècles), 50, 2008, p.  15‑29 : bol vert émeraude présentant
no 22, p. 321‑326 : étude de la répartition dans les une exceptionnelle scène peinte (ici, fig.  3) avec
provinces nord‑occidentales de gobelets, coupes cabane de roseaux, personnage activant une vis
et bols portant une croix grecque sur le fond (huit d’Archimède, échange entre un personnage gro-
types de motifs différents). tesque féminin (prêtresse de Dionysos ?) puisant
Voir aussi nos  33, 35, 37, 41, 48, 252‑253, 259, dans une amphore et offrant une coupe de vin à
261, 279, 290, 295, 308, 311, 343, 431, 437. un nain ithyphallique porteur d’une palanche qui
s’enfuit. Recherche sur l’origine des motifs et sur le
Verre peint
répertoire décoratif de ces bols produits sans doute
132. A. Colombier, Deux fragments de verre peint en Italie entre 20 et 70 apr. J.‑C., et plus précisément
trouvés à Flacé (Saône‑et‑Loire) au nord de Mâcon, pour celui‑ci dans le troisième quart du ier s.
no 24, p. 54 : de ces deux fragments, sans contexte 136. V.  Shatberashvili, Two Painted Glass
de découverte précis sur un site connu pour une Jugs from the Village of Khovle (Georgia),
occupation tout au long de l’époque romaine, l’un, no  20, p.  217‑221 : issues d’une tombe datée de
de 7 cm de haut, présente une panthère poursuivant la seconde moitié du iiie  s., et toutes deux ins-
un équidé ou une antilope, l’autre de simples lignes crites à l’or Η ΧΑΡΙΣ, l’une des cruches présente
peintes. Ils rappellent, par leur taille et par la dis- sans doute le mythe de Dionysos et de Lycurgue
position des éléments du décor, plutôt que les bols (cinq personnages dont les noms étaient inscrits,
Is. 85 à décor peint, les gobelets peints de la fin du présentés dans des arches), l’autre le mythe de
ier‑déb. iie s. Bellérophon. Elles viennent du même atelier que
133. M. Da Cruz, Médaillons à portrait d’Ovi- la cruche de Daphné du Corning Museum, mise
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


delas do Alentejo (Portugal). Dorure et peinture à au jour à Kertch, et d’autres fragments décou-
froid sur verre réutilisé, no 24, p. 55‑57 : le décor verts à Tanaïs et à Doura Europos.
est peint sur des fragments remployés : dans un Voir aussi nos 33, 41, 54, 264, 272, 274, 463.
cas sur la face interne de la panse d’un vase à
pied appliqué en verre incolore, dans l’autre cas, Verre émaillé
la forme n’est pas identifiable. Les portraits en 137. D.  Whitehouse, A Fragment of Roman
buste, difficilement lisibles, se présentent dans un Glass Decorated with Enamel, JGS, 50, 2008,
cadre, entouré de fleurettes (pour une image en p. 306‑309 : nouvel examen d’un fragment de bol à
couleurs, voir no 54, p. 47, no 8.19). Sans contexte décor émaillé conservé au Corning Museum, publié
de découverte précis, l’a. rapproche ces pièces des en 1979 par S. Goldstein : l’objet est plutôt soufflé
verres peints et dorés du iiie s. (voir par ex. no 136). que moulé et daté du ive s., la représentation mon-
Il se pourrait que ces pièces soient plus tardives, trerait Lycurgue emprisonné dans la végétation en
puisqu’une telle alliance de techniques est connue train de lancer une pierre contre Ambrosia.
aussi au ive  s. (voir disque remployé de Douch,
Verre gravé
no 2006.144), et soient une imitation des portraits
en verre doré (voir no 152). Haut‑Empire
134. S.  Greiff, J.  Schuster, Technological 138. M. G. Diani, Nouvelles données sur la diffu-
Study of Enamelling on Roman Glass. The sion du verre à décor gravé en Italie du Nord (ter-
Nature of Opacifying, Decoulourizing, and Fining ritoire de Pavia), no  20, p.  110‑115 : haut gobelet
Agents Used with the Glass Beakers of Lübsow à ondulations taillé en haut relief (fin ier‑déb. iie s.),
(Lubieszewo, Poland), no 23, p. e27‑e32 : l’analyse fragments d’assiette à marli gravé AR  83 et frag-
de fragments retrouvés récemment des très beaux ment de bouteille avec figuration d’un temple, à
gobelets peints de scènes de gladiateurs découverts inclure dans la série des vases à vues de Baiae et de
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 86 / 258 18

86          Marie‑Dominique Nenna

Pouzzoles de la fin iiie‑milieu ive s., rarement attestée Bas‑Empire


en Italie du Nord.
140. Y.  Fujii, Report on Four Roman Glass
139. I. Lazar, The Bowl from Bakar. A Vessel for
Honourable Guests, HistriaAnt, 18, 2009, 459‑465 ; Fragments from the Gorga Collection. Identification
ead., La bottiglia di Poetovio con rappresentazione to the « Puteoli‑Baiae » Group, no  20, p.  136‑142 :
del Faro di Alessandria. Un raffinato oggetto con état des lieux sur le groupe de bouteilles gravées avec
decorazione incisa proveniente dall’Egitto, no  29, vues de Baiae et de Pouzzoles et étude détaillée de
p.  147‑158 : retour sur l’iconographie marine et quatre nouveaux fragments (ajouter ici même une
maritime et la technique de gravure de la bouteille nouvelle pièce de Casteggio‑Clastidium à proximité
découverte dans un contexte funéraire à Poetovio de Pavie, voir no 138).
(Ptuj) (voir 2006.546 et fig. 6 p. 161 de la chronique 141. D.  Henrotay, Fr.  Hanut, Un gobe-
bibliographique de la RA, 2006/1) et de la coupe let à décor gravé du vicus d’Arlon/Orolaunum
de Volcera (Bakar, voir no  260) qui appartiennent (prov. de Luxembourg ; Belgique), Bull. AFAV,
toutes deux au « contour grooves group » daté de la 2009, p.  35‑39 : le gobelet tronconique à décor
fin du iie s. et fabriqué dans un atelier égyptien. incisé et abrasé comprenant sous le bord une
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

3. Gobelet à décor peint d’une scène nilotique, no 135. © Cl. B. Blok, dessin M.‑D. Nenna.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 87 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           87

inscription latine : […] ONAT (palme) V […] et L’analyse de la diffusion des produits de cet ate-
sur la panse une scène animalière avec au moins un lier (plus de la moitié des 120 exemplaires recensés
coq et un autre volatile ainsi que de curieux motifs viennent de Rome et d’Ostie), qu’il ne convient pas
tripartites, daté par son contexte de la seconde moi- de diviser selon les thèmes représentés (Maître de
tié du iiie  s., trouve comme seuls parallèles deux Daniel) ou la supposée main des artisans, invite à
pièces exhumées à Reims et évoque le travail d’un le localiser à Rome.
seul artisan, peut‑être à Reims. Voir aussi nos 33, 35, 41, 54, 274, 322.
142. M. J. Klein, Zum Stil der Dionysos‑Flasche
von Hohen‑Sülzen. Ein Meisterwerk aus der Verre à décor vermiculaire ou serpentiforme
Lynkeus‑Werkstatt, no 20, p. 170‑176 : retour sur la 146. H.  Cabart, Une production originale du
très belle bouteille cylindrique au thiase dionysiaque Nord de la France au ive siècle. Les verres à décor
(voir déjà 2001.47), avec étude iconographique et de serpents, JGS, 50, 2008, p. 31‑50 : ces gobelets
analyse des parallèles. Is.  109, mais aussi cruches Is.  120 et 122, diota
143. S. Nardi Combescure, Les coupes en verre et canthare, décorés de deux sortes de motifs dis-
gravé à décor chrétien d’Homblières et de Vermand. posés verticalement : filets ondulés serpentiformes
Témoignages de rang social et d’un sentiment alternant avec filets à l’extrémité écrasée en épi, ont
religieux, dans Les premiers temps chrétiens dans le été identifiés dans les nécropoles de Champagne,
territoire de la France actuelle. Hagiographie, épigra‑ de Picardie et dans le centre de la France jusqu’à
phie et archéologie. Nouvelles approches et perspectives Étrechy. Se répartissant sur l’ensemble du ive  s.,
(Amiens, 2007), Rennes, 2009, p.  51‑57 : dans le ils sont une version tardive et limitée en nombre
cadre d’une recherche sur les éléments matériels (26 ex. recensés) des vases à décor vermiculaire des
qui témoignent de la conversion au christianisme ateliers de Cologne, mais proviennent sans doute
des inhumés, commentaire sans grande originalité, d’un atelier différent.
peu au fait des publications récentes (voir notam- 147. D.  Whitehouse, Corning Museum Adds
ment 2006.168), de la coupe d’Homblières conser- Major Pieces to Collection. Ancient, JGS, 50, 2008,
vée au Louvre et de deux coupes, aujourd’hui p.  324 : très belle bouteille globulaire à décor ver-
disparues, de Vermand, qui proviennent de tombes miculaire de feuilles de lierre blanc et bleu, entre
au riche matériel, sans doute appartenant à l’élite lesquelles se placent des vrilles en verre incolore
convertie. recouvert d’une feuille d’or, provenant sans doute
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


144. G.  Rau, Spätantike Facettenschliffgläser de l’atelier de Cologne (fin iie‑iiie s.).
in Nord‑ und Osteuropa, Acta Praehistorica et Voir aussi nos 37, 41, 47.
Archaeologica, 40, 2008, p.  221‑240 : catalogue
généreusement illustré des gobelets à facettes tail- Verre diatrète
lées découverts dans des contextes des ive et ve  s. 148. W. Gudenrath, D. Whitehouse, A Fragment
en Scandinavie, dans le Nord de l’Allemagne et of a Dichroic Cage Cup in the British Museum,
en Europe centrale avec leur répartition en huit JGS, 51, 2009, p.  224‑227 : note sur un gobelet
grands types selon leur forme, leur espace de dis- (diam. 14 cm) en verre dichroïque (vert en lumière
tribution et leur chronologie. Pour la Roumanie, réfléchie, rouge en lumière transmise) à décor dia-
voir ici no 422. trète, doté des vestiges d’une inscription [‑‑‑]IVAS
145. L. Sagui, Ateliers de verre gravé à Rome au I[‑‑‑], pour lesquelles trois restitutions sont pro-
ive siècle ap.  J.‑C. Nouvelles données sur le verre posées : BIBE VIVAS MULTIS ANNIS, VIVAS
gravé « à relief négatif », no  20, p.  206‑216 : grand FELICITER, ou bien VIVAS IN DEO. L’examen
dépotoir formé au cours de la première moitié du minutieux de l’objet (surface interne polie à chaud,
ve  s. sur les pentes nord‑est du Palatin avec env. forme des bulles) montre qu’il a été soufflé et tra-
1 000 fragments de verre. À côté des verreries com- vaillé ensuite à froid.
munes à cette époque, découverte des indices d’un 149. C.  Höpken, A Fragment of Dichroic Cage
atelier de verrier situé sans doute à proximité et Cup from Dülük Baba Tepesi/Doliche, Turkey,
d’un lot de 14 exemplaires de verre gravé incolore JGS, 50, 2008, p. 303‑306 : courte note avec résul-
dont 2 attribuables à l’atelier aux gravures linéaires tats analytiques sur la découverte d’un fragment
et abrasions (voir 2001.106) et 12 à l’atelier pra- de coupe (diam. 16,2  cm) en verre dichroïque
tiquant le relief négatif dont coupe basse avec (vert en lumière réfléchie, rouge en lumière trans-
Aphrodite, Attys et Héphaïstos, bol à l’Attys blessé. mise) à décor diatrète en résille découvert dans une
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 88 / 258 18

88          Marie‑Dominique Nenna

couche datée entre le iiie et le viie s. dans la région de 3. 6.Verre soufflé d’usage quotidien
Gaziantep. Pour l’étude sur la répartition des verres
154. Z. Çakmakçi, A Typological Approach to the
diatrètes, voir ici no 122.
Glass Goblet Production from Late Antiquity to the
150. H.  Meredith, Evaluating the Movement
Middle Ages in the Light of Recent Finds, no  31,
of Open‑Work Glassware in Late Antiquity, no  27,
p.  49‑66 : une typologie fort incomplète des pieds
p. 191‑197 : court article où l’a. comprend dans sa
de gobelets/lampes à partir des découvertes d’Asie
recension de 58  vases ou fragments aussi bien les
Mineure et d’autres régions du monde antique.
vases de la fin du ier s., comme ceux trouvés à Begram
155. M.  G.  Diani, Coppe biansate in vetro ai
ou à Nimègue, que ceux plus tardifs du ive s., diffu-
sés au sein de l’Empire romain (voir fig.  13.2, qui Musei civici di Pavia. Rilettura e analisi alla luce di
aurait dû être publiée à plus grande échelle). recenti scoperte, Museo in revista, Pavia, Musei civici,
151. H. Seilheimer, Anmerkungen zu Funktion, 2010, p.  34‑36 : étude d’un type de coupe hémis-
Typologie und Herstellung der Diatretgläser, dans phérique à bord ourlé vers l’extérieur, pied annu-
Zurück zum Gegenstand. Festschrift für Andreas E. laire appliqué et à deux anses en panier, imitant un
Furtwängler, Langenweissbach, 2009, p.  325‑336 : modèle métallique qui, d’après l’étude des parallèles
mise au point sur les types de vases diatrètes, à (voir no 400), doit être daté au milieu du ier s. et attri-
résille, résille et inscription, et à décor figuré, et sur bué à une officine d’Italie centrale.
les différents procédés proposés lors de la manu- 156. D. Foy, Cruche et bouteille incolores à large
facture de répliques (K. Wiedmann, J. Welzel [voir embouchure moulurée. Des récipients populaires des
iie‑iiie siècles, no  26, p.  33‑38 : regroupement d’une
nos 2001.61‑62], R. Lierke [voir ici no 61, p. 79‑86])
et discussion sur leur fonction. série de vases fermés de table à embouchure en enton-
Voir aussi nos 50, 61, 122, 246, 364. noir, présentant une petite mouluration sous la lèvre
obtenue grâce à un pincement discret ou accentué
Verre doré de la paraison, provenant de l’ensemble de l’Empire
152. H.  J.  Nüsse, A.  Karlsen, Römische romain. La forme du corps est rarement connue, mais
Goldgläser. Alte und neue Ansätze zu Werks­tattfragen, ce type d’embouchure se rencontre sur des bouteilles,
Prähistorische Zeitschrift, 83, 2008, p. 222‑256 : étude amphores et cruches (à anses plates) cylindriques et
d’envergure portant sur les 500 verres dorés, connus des cruches ovoïdes dans des contextes du iiie s. le plus
à Rome, mais aussi découverts au nord des Alpes souvent, ou plus précocement dès la première moi-
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


(fig.  1), avec une riche illustration combinant le tié du iie s., comme le montre un exemple de cruche
catalogue des verres dorés du Vatican de Morey ovoïde provenant de Villeneuve‑de‑la‑Raho, dotée
(1959) avec les recherches de L.  Faedo (1978) d’un couvercle en bronze.
et de F.  Zanchi Roppo (1967). Réexamen des 157. Z.  Gregl, Ranocarski stakleni pehari na
10 « botteghe » définies par Faedo et pour lesquelles nozi s dvije ručke iz Hrvastke (= Early Roman
les datations stylistiques sont divergentes entre les Glass Footed Beakers with Two Handles from
auteurs (fig.  3) et essai de classification des verres Croatia), HistriaAnt,18, 2009, 433‑438 : 4 skyphoi
portant la représentation des saints Pierre et Paul à bord à lèvre arrondie et double repliement, corps
en fonction du type de cadre (carré, cercle simple, ovoïde et pied à tige massif, qui doivent, à mon
cercle double avec inscription, double cercle de sens, être considérés comme des miniatures (H.
crénelations et d’oves, double cercle de triangles). 10‑12 cm), découverts dans des sépultures du ier s.
Rapprochement entre les objets de la « bottegha 2 » jusqu’au milieu du iie, dont un dans une sépulture
et les petites appliques en verre doré, sans doute de Gornja Vas (milieu du iie s.) avec un pot globu-
façonnés dans la même officine. laire à fond concave et un pot ovoïde plus petit à
153. L.  Vattuone, Produzioni altoadriatiche base annulaire d’un type original, une coupelle et
antiche e moderne di vetri dorati, no 29, p. 229‑236 : un balsamaire.
à travers l’analyse de quatre verres dorés provenant 158. M. Guérit, Découverte d’un « oiseau rare »
de Dakovo dans le Nord de la Croatie, réflexion à Orléans, Bull. AFAV, 2009, p.  19‑20 : ce réci-
sur la possible existence d’ateliers sur les bords de pient ornithomorphe, découvert dans un contexte
l’Adriatique et jusqu’en Pannonie et sur les copies d’habitat daté entre le troisième quart du iie  s. et
effectuées à l’époque moderne dans les ateliers le milieu du iiie  s., est le premier à être issu d’un
vénitiens. tel contexte ; il remonte la datation de ce type
Voir aussi nos 50, 243, 250. d’un quart à trois quarts de siècle et en élargit la
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 89 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           89

diffusion, jusque‑là cantonnée à la Belgique, la pendentif en forme de vase d’origine proche‑orien-


Gaule de l’Est et l’Italie. tale et pendentifs composés d’un corps cylindrique
159. L.  Sartori, Diffusione di rhytà vitrei di décoré de filets jaunes et d’une bélière horizontale
epoca romana in Italia settentrionale e sulle sponde que l’a. rapproche à raison des porte‑amulettes figu-
del mare Adriatico, no 29, p. 203‑212 : présentation rant sur les portraits du Fayoum représentant des
de 15 exemplaires de rhyton Is. 73a à extrémité infé- enfants.
rieure en forme de tête d’animal et 73b à col res- 164. A.  Giovannini, Pendenti in vetro di forma
serré provenant principalement d’Aquilée, d’Adria, circolare. Spunti di ricerca dagli esemplari
de Zara. L’enquête aurait pu être plus étendue (voir del Museo archeologico Nazionale di Aquileia
par ex. 2009.31, 2009.250, 2009.361). e dei Civici Musei di Storia ed Arte di Trieste,
Pallas, 83, 2010, p. 117‑141 : à partir de 32 exem-
3. 7. Éléments de parure plaires provenant d’Aquilée et des 13 conservés au
Musée de Trieste, synthèse utile sur les pendentifs
160. H.  Cabart, Le mobilier en verre, dans circulaires à bélière d’origine syro‑palestinienne
N.  Achard‑Corrompt et al., Découverte de trois et d’époque romaine tardive, avec une étude de
sépultures de La Tène ancienne à Saint‑Memmie, leur diffusion (voir en outre ici, pour la France,
Bull Soc. Archéo. Champenoise, 4, 2006 [2008], le no  287), de leur iconographie très variée (divi-
p.  3‑25 : l’une des sépultures féminines, datée du nités, sujets mythologiques, mobilier juif, scènes
deuxième quart du ve  s. av. J.‑C., comportait une de l’Ancien et du Nouveau testament, symboles
parure en fer ornée de perles bleu foncé sphériques chrétiens, saints, vie quotidienne et animaux), et de
ou côtelées et de perles à décor oculé, ainsi qu’un leur utilisation.
anneau bleu‑vert sans doute attaché au torque. 165. N.  A.  Krenke, O.  S.  Rumiantseva, Glass
161. R.  Gebhard, Celtic Glass, no  19, p.  3‑14 : Beads from D’yakovo Hillfort, RossA, 2008, fasc. 2,
mise au point très utile sur le verre celtique avec p. 95‑106 : ce site au sud‑est de Moscou a livré un
l’interprétation d’analyses qui montrent un chan- ensemble de perles monochromes, à décor oculé et
gement d’approvisionnement et un goût différent dorées, datées par leurs contextes de découvertes
pour les couleurs : dominent entre 260 et 220 le des iiie‑iie s.
bleuté et le vert clair, entre 220 et 125, le bleu foncé 166. O.  N.  Mosheeva, Glaztchatye busy, RossA,
au cobalt et l’incolore à l’antimoine allié à un décor 2008, fasc. 4, p. 23‑33 : analyse de la distribution et
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


jaune, entre 125 et 50, le bleu outremer et le vio- de la chronologie des perles à décor oculé dans les
let. Les cartes de répartition des différents types sépultures des rives de la Volga entre le vie s. av. et le
de bracelets montrent des concentrations qu’il est ive s. apr. J.‑C., avec un pic entre le vie et le ive s. av.
néanmoins difficile d’interpréter en termes de lieu J.‑C., des perles à cœur bleu‑violet et yeux blancs,
de production, faute de vestiges archéologiques, jaunes et bleus.
au‑delà du site de Manching. 167. B.  Pulsinger, Perlen aus dem Artemision.
162. C. Gérardin et al., Les bracelets celtiques en Mittler zwischen Mensch und Gottheit, dans
verre du site de Lacoste (Mouliets‑et‑Villemartin, U. Muss éd., Die Archäologie der ephesischen Artemis.
Gironde). Approche technologique, no  26, p.  5‑9 : Gestalt und Ritual eines Heiligtums, Vienne, 2008,
sur les 55  fragments, on dénombre quatre types p. 85‑93 : la plus grande partie des perles (en verre,
nettement différenciés de bracelets à côtes, à épis, mais aussi en céramique, en ambre, en faïence et
à bourgeons et à section en D, mais quel que soit le en os) provient du « Hortfund » du viiie s. découvert
type, on relève une dissymétrie entre l’épaisseur des dans la partie est de la cella du temple (perles bico-
bords et une inclinaison qui suggèrent une fabrica- niques aplaties et perles triangulaires à décor oculé)
tion sur un cône (pour une technique semblable uti- et devait appartenir à la parure de la statue de culte.
lisée dans l’Inde d’aujourd’hui, voir 2006.93). Pour Un autre groupe (offrandes) trouvé à proximité de la
la fabrication des côtes, les verriers sont passés par « Kultbasis D » est daté du viie s. (perles rhomboïdes à
l’ajout successif de filets de verre sur l’âme du bra- décor de fil appliqué jaune, perles en forme d’oiseau,
celet ou par tranchage de la masse de verre. pendentif polychrome en tête de démon).
163. A.  Giovannini, Alcuni tipi di ornamenti per 168. O.  Rumyantseva, Les perles en verre du iiie
il collo dalle collezioni del Civico Museo di Storia au viie siècle provenant de la région de l’Oka (Russie
ed Arte di Trieste, no  29, p.  119‑126 : présentation Centrale). Technologie de fabrication, composition
de pendentifs de l’Antiquité tardive en verre noir : chimique, chronologie, no  26, p.  113‑117 : sur ces
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 90 / 258 18

90          Marie‑Dominique Nenna

sites de la civilisation finno‑ougrienne de Russie cen- 172. S.  Pernigotti, Catalogo delle sculture a tutto
trale, les perles en verre sont un des éléments princi- tondo e su superficie piana da Bakchias (1996‑2005),
paux du costume féminin (29 500 perles répertoriées Imola, 2008 : de ce volume on retient les panneaux
pour 263 tombes). Elles sont fabriquées à partir de en bois appartenant à des meubles à décor ajouré
tubes étirés scindés en parties par des pinces ou des ou à des naos d’époque ptolémaïque : no 8 (faucon
ciseaux, ou par la coupe d’un instrument à froid, à à tête de souverain), no 9 : divinité anthropomorphe
partir de fils étirés, de fils ou de rubans enroulés. accroupie à tête de faucon, no 10 (fragment), no 16
Trois groupes se distinguent chronologiquement en (divinité assise tenant un sceptre), déjà publiés pour
fonction de leur mode de fabrication et des particula- la plupart, voir 2009.132 et no 171.
rités de leur composition chimique. 173. F. Silvano, Materiele vitreo dalla Necropoli
169. A. Rustoiu, «  Dr Jekyll/Mr Hyde  ». A Nord di Antinoe, dans R. Pintaudi éd., Antinoupolis 1
Double‑faced Gold Pendant from the History (Istituto Papirologico “G. Vitelli”, Scavi e materiali,
Museum of Schumen (Bulgaria) and the 1), Florence, 2008, p.  419‑437 ; E.  Ribechini et
Glass‑masked Beads, Bull. Instrumentum, 27, 2008, al., Py‑GC/MS, GC/MS and FTIR Investigations
p. 10‑11 : à l’occasion de la publication d’un pen- on Late Roman‑Egyptian Adhesives from Opus
dentif en or, considérations sur la diffusion des Sectile. New Insights into Ancient Recipes and
perles à tête humaine produites autour de la mer Technologies, Analytica Chimica Acta, 638, 2009,
Noire entre le milieu du ive s. et le milieu du iiie s. av. p.  79‑87 : bel ensemble de plaques monochromes
J.‑C., puis sans doute dans les Carpates à partir du et mosaïquées à décor floral, géométrique ou imi-
milieu du iiie s. tant la serpentine ou l’agate, qui devaient apparte-
170. H.  Schwarzer, Eine römische Glasphalera nir à des panneaux en bois à opus sectile ornant une
mit dem Porträt des Tiberius aus Pergamon, dans chapelle funéraire de la nécropole nord d’Antinoé
E. Winter et al. éd., Vom Euphrat bis zum Bosporus. (ive‑ve  s.). L’adhésif employé est un mélange de
Kleinasien in der Antike. Festschrift für Elmar poix de plantes de la famille des Pinaceae et de cire
Schwertheim zum 65. Geburtstag (Asia Minor Stud., d’abeille, avec, en un cas, l’inclusion de calcite, sans
65), Bonn, 2008, p.  633‑638 : fragment en verre doute pour renforcer la cohésion.
blanc portant uniquement la tête d’un personnage 174. L.  Simon, B.  Bazin, Une baguette en verre
masculin (H. 1,9  cm) que l’a. identifie à celle du ornemental découverte à Chartres (Eure‑et‑Loir),
jeune Tibère en fils adoptif d’Auguste. Ce serait le Bull. Instrumentum, 30, 2009, p.  27‑28 : dans un
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


premier exemplaire de phalère dotée d’une prove- niveau daté de 70‑100 appartenant à un atelier de
nance précise en Méditerranée orientale, mais en travail de l’os, mise au jour d’une unique plaquette
contexte secondaire (couche médiévale). à décor de postes bleu outremer et blanc avec un
Voir aussi nos  39, 41, 43, 52, 55, 197, 217, 265, point rouge au départ de l’enroulement, de pro-
333. duction égyptienne, appartenant sans doute à un
coffret.
3. 8. Verre dans la sculpture et le mobilier Voir aussi nos 39, 41, 43, 52, 55‑56 et notre fig. 4.
171. V.  Gasperini, G.  Paolucci, M.  Tocci,
3. 9. Luminaire
Catalogo dei frammenti lignei e degli intarsi in pasta
vitrea da Bakchias (1996‑2002), Imola, 2008 : à côté 175. A. Antonaras, Glass Lamps of the Roman
d’éléments fragmentaires en bois (voir no 172 pour and Early Christian Periods. Evidence from the
les plus belles pièces), catalogue de plus de 80 élé- Thessaloniki area, dans C.‑A.  Roman, N.  Gudea
ments d’incrustation découverts dans un dépotoir éd., Lychnological Acts 2. Acts of the 2nd International
du temple C de Bakchias, en verre monochrome et Congress on Ancient and Middle Age Lighting. Trade
polychrome (parties du corps, perruques et cou- and Local Production of Lamps from the Prehistory
ronnes, hiéroglyphes, plaquettes de bordure et de until the Middle Age, Devices (Zalau ‑ Cluj‑Napoca,
corniche…). Les recherches auraient dû être plus 2006), Cluj‑Napoca, 2008, p.  23‑30 : présenta-
poussées sur l’identification, à partir des couleurs, tion bien illustrée des sept types de lampes et leurs
du sexe des personnages auxquels appartiennent les variantes en usage à Thessalonique entre le ive et le
parties du corps, sur la reconstitution des décors viie s. : gobelets coniques, verres à pied, bols, vases
qui révèlent, vu les différentes tailles des éléments, à large col, lampe à pied tubulaire, cône à goutte
l’existence de plusieurs naos et sur la chronologie. terminale, cône à bouton terminal.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 91 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           91


© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


4. Table de Césarée composée de plaques carrées, triangulaires et rectangulaires en verre à feuille
d’or — certaines décorées sur une face d’une croix ou bien d’une rosette à huit pétales — et de plaques
de verre mosaïqué (voir no 2009.136), no 174. © Cl. N. Davidov, Courtoisie Israel Antiquities Authority.

3. 10. Instruments d’occupation du site entre le début du iie s. et le troi-


176. Sz. P. Pánczél, A Glass Die from Porolissum sième quart du iiie, sans doute retaillé à partir d’une
(Roman Dacia), Bull. Instrumentum, 31, 2010, p. 33 : plus grosse tesselle ou d’un vase, vraisemblablement
dé en verre bleu cobalt (côté 0,7  cm) découvert importé. Les seuls parallèles connus sont originaires
anciennement à Porolissum et appartenant à la phase d’Égypte et conservés au Musée de Leyde.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 92 / 258 18

92          Marie‑Dominique Nenna

177. D.  Vladimirova‑Aladzhova, On the Early 180. A. Cagnana, A. Zucchiati, I vetri da fines-
Byzantine Glass Exagia in Bulgaria, Arheologiâ tra rinvenuti nello scavo della basilica paleocris-
(Sofia), 48, 2007, p.  150‑161 ; ead., About the tiana di Ovaro (Carnia, Udine), no  28, p.  21‑26 :
Early Byzantine Glass Exagia from Bulgaria, dans carreaux de fenêtre (15 x 15 cm), sans doute souf-
Miscellanea numismatica antiquitatis. In honorem epta‑ flés en cylindre, découpés au grossarium et fixés
genarii magistri Virgilii Mihhailescu‑Birliba oblata, dans des montants en bois à l’aide de petits clous
Bucarest, 2008, p.  239‑250 : recension des décou- de fer, de couleur verte, incolore, bleue, blanc
vertes en Bulgarie de poids de verre byzantins, datés opaque, violette et jaune, dont la proportion est
des vie‑viie  s., dont les estampages se répartissent différente selon les lieux de découvertes au sein de
entre des monogrammes en boîte, en croix, accom- la basilique construite au milieu du ve  s. Les ana-
pagnés de bustes, un seul exemple associant buste lyses sur les verres bleus indique une composition
d’éparque et nom, et qui servaient à étalonner le « Levantine 1 » (pour les résultats archéométriques
poids de solidus, de semissis et de tremissis. développés, voir A. Zucchiatti et al., PIXE Analysis
Voir aussi nos 43, 52, 55. of V–XVI Century Glasses from the Archaeological
Site of San Martino di Ovaro (Italy), Journal of
3. 11.Verre à vitre Cultural Heritage, 8, 2007, p. 307‑314).
181. S. Contardi, I vetri per finestra dell’area C di
178. M.  Bachmann, Lichtvolle Perspektiven. Nora (Cagliari), no 28, p. 17‑20 : deux fragments de
Ein Fensterglasfund aus Bau Z in Pergamon, dans verre à vitre étiré trouvés dans des contextes du iiie s.
I.  Delemen et al. éd., Euergetes. Prof. Dr. Haluk 182. D.  Foy, S.  Fontaine, Diversité et évolution
Abbasoglu’na 65. Yas Armagani/Festschrift für Prof. du vitrage de l’Antiquité et du Haut Moyen Âge. Un
Dr. Haluk Abbasoglu zum 65. Geburtstag, Istanbul, état de la question, Gallia, 65, 2008, p.  405‑459 :
2008, p.  117‑126 ; id., Fenster zum Hof. Zur à partir d’une très vaste documentation, le plus
Belichtungsfrage pergamenischer Peristylhäuser, souvent ignorée, très riche article de synthèse sur
dans P.  I.  Schneider, U.  Wulf‑Rheidt éd., le vitrage et ses différents techniques, phases et
Licht‑Konzepte in der vormodernen Architektur modes de fixation : panneaux quadrangulaires de
(Diskussionen zur Archäologischen Bauforschung, verre coulé et étiré dans ou hors d’un moule qui se
10), Regensburg, 2010, p. 128‑141 : la découverte répandent au moins dans les provinces occidentales
en  1990 à Pergame, dans le Bâtiment  Z, de nom- à partir du milieu du ier s. apr. J.‑C. et jusqu’à la fin
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


breux fragments de verre à vitre et leur restauration du iiie s. (contextes thermaux, mais aussi habitations
ont permis de mettre en évidence la présence d’un de notables et sanctuaires), vitres thermoformées en
vitrage original à côtés courbes formé par étirement, calotte à rebord circulaire ou quadrangulaire desti-
daté de la première moitié du iie s. L’ensemble est nées à clore des oculi ; difficulté dans la reconnais-
restitué sous la forme d’une fenêtre en lunette de sance d’ateliers spécialisés, même si le commerce à
1  m de large à la base et de 1  m de haut, divisé longue distance attesté par les épaves (Les Embiez,
en trois sections par des meneaux sans doute en Porticcio) les fait supposer. Les vitres soufflées
marbre. C’est l’occasion pour l’a. de faire le point sur en cylindre semblent se répandre à partir du ive  s.
les verres à vitres découverts dans d’autres secteurs majoritairement en Europe, tandis que les vitres
de Pergame et, plus généralement, sur la lumière en couronne ou cives sont attestées dès le ve  s. en
dans ces grands bâtiments antiques à péristyle. La Méditerranée orientale. La technique du vitrail
bibliographie récente en français (voir 2009.15 et (découper des feuilles de verre en menus fragments
2009.38) lui aurait sûrement été utile. pour les assembler dans une composition au moyen
179. S.  Balcon‑Berry, F.  Perrot, C.  Sapin éd., de plomb) apparaît en Europe au ive s., se développe
Vitrail, verre et archéologie entre le ve et le xiie siècle au vie s. avec des coupes curvilignes, puis au viiie avec
(Auxerre, 2006), (Archéologie et histoire de l’art, 31), le décor peint. Une dernière partie est consacrée à la
Paris, 2009 : s’inscrivant dans le renouveau des pierre spéculaire, où est signalée la disparité entre les
études sur le verre à vitre, après les ouvrages italiens sources textuelles et les trouvailles archéologiques,
(ici‑même no 28 et aussi 2006.22) et français (2009.15 sans doute faute d’identification.
et 2009.38), cet ouvrage réunit une série de contri- 183. S.  Kanyak, Late Roman/Early Byzantine
butions issues de découvertes archéologiques en Window Glass from the Marmaray Rescue
contextes stratigraphiques et des fonds de musées, sur Excavations at Sirkeci in Istanbul, no 31, p. 25‑47 :
les débuts du vitrail en France. rapport préliminaire sur les découvertes de verre à
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 93 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           93

vitre moulé et étiré, en cive et fabriqué à partir de un contexte d’atelier du vie s. et à Saint‑Sever ; sont
cylindres ; on attend des datations plus précises. aussi présentés des fragments de plaques où la feuille
184. R.  Kucharczyk, Window panels from the d’or ne couvre que des parties du support (Rodez)
Bath in Marea. A Look at Late Antique Glazing datées du ve s., rebut de décors muraux, ainsi qu’une
Techniques, dans M.‑Fr.  Boussac, Th.  Fournet, inscription qui devait appartenir au décor du cirque
B.  Redon éd., Le bain collectif en Égypte. Balaneia, d’Arles rénové à l’époque de Constantin.
Thermes, Hammans (Alexandrie, 2006), Le Caire, 188. M. T. Lachin, Vitreous Mosaic from Tyana
2009, p. 255‑262 : version anglaise de 2009.160. (Cappadocia), no  31, p.  171‑183 : analyse de tes-
185. L.  Vattuone, Vetri da finestra e vetrate a selles : fragment de mosaïque avec scène de paradei‑
Roma e in Vaticano. Venti secoli di storia, no  28, sos, datée du 2e tiers du ve s. avec tesselles de verre
p.  7‑15 : parmi ce vaste recensement de sources au natron et au plomb (dont des tesselles dorées) et
essentiellement textuelles, on retiendra le curieux d’obsidienne.
disque découpé (fig.  1 ; diam.  35  cm), peint d’un Voir aussi nos 41, 43, 95, 96.
décor d’oiseaux, découvert anciennement à proxi-
mité de la catacombe de Trasone, l’inscription funé-
4. Production et commerce
raire Artis ispeclararie Sabinius Santias […] avec la
représentation d’une fenêtre quadrillée, d’un coin et
4. 1. Matières premières, ateliers primaires et secondaires,
d’une scie (fig.  2), ainsi que l’inventaire des inter-
par ordre alphabétique de pays
ventions papales pour le vitrage des églises de Rome.
Voir aussi nos 93, 106. 189. M.‑D. Nenna, Nouveaux acquis sur la pro-
duction et le commerce du verre antique entre
3.12. Décors muraux et pavimentaux Orient et Occident, no 30, p. 61‑65 : article synthé-
tique sur les types de fours des ateliers primaires
186. A. Antonaras, Glass and Obsidian Plaques
(Israël, Égypte) et secondaires (identifiés surtout
from the Apostle Paul’s Basilica at Kephalari, Argos, dans les provinces nord‑occidentales) et sur les
JGS, 50, 2008, p. 298‑302 : dans cette basilique du compositions de verre antique et leur commerce.
vie  s. semblent avoir été remployés dans les décors
190. E. M. Stern, Glass Production, dans
muraux en opus sectile des fragments d’un décor gravé P. Oleson éd., Engineering and Technology in the
sur plaques d’obsidienne présentant pour l’une, un Classical World, Oxford, 2008, p.  520‑547 : synthèse
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


rinceau incorporant des lotus, et pour l’autre un pha- sur la technologie du verre antique (ateliers primaires
raon faisant une offrande, vêtu d’un pagne triangu- et secondaires, propriétés du verre liées aux tempéra-
laire décoré d’une bande portant le faucon Horus, tures de chauffe, verre incolore et coloré, techniques
une rosette quadrilobe et un uraeus (dessins et photo- de fabrication et de décor, petite échelle de produc-
graphies auraient mérité d’être de plus grande taille). tion par rapport aux autres artisanats du feu).
Vu la rareté de ce type d’objet et la précision du
décor pharaonique, il est difficile d’être catégo- Allemagne
rique sur la date et le lieu de fabrication de cette 191. A.‑B.  Follmann‑Schulz, Formen für
pièce (l’a. propose ier  s. av.‑ier  s. apr. J.‑C. et une Vierkantgefäße aus dem römischen Legionslager
production italienne). Du même site proviennent in Bonn, no  22, p.  235‑240 : réexamen des fours
des fragments de carreaux de verre (sans doute du camp légionnaire de Bonn où l’a. identifie des
15 x 15 cm) à décor de quatre feuilles d’or carrées, fours à bassin rectangulaire et des fours de recuis-
probablement d’origine syro‑palestinienne. son qui auraient été détruits à la fin du ier  s. apr.
187. D. Foy, Les revêtements muraux en verre de J.‑C. L’étude des fragments de plaques de cal-
la fin de l’Antiquité. Quelques témoignages en Gaule caire trouvés à proximité a permis d’identifier des
méridionale, JGS, 50, 2008, p. 51‑65 : dans la suite moules de fond et de paroi de bouteilles carrées,
de 2009.173, l’a. continue sa recherche en faisant qui montrent de manière nouvelle l’accostage des
le point sur les découvertes de galettes (produits moules entre eux.
semi‑finis) et de tesselles en verre opaque, utilisées 192. C. Höpken, B. Paz, ICP‑OES/MS Analysen
dans les décors des riches villas d’Aquitaine, à Séviac römischer Glasgefässe, dans A.  Hensen éd., Das
(dans la partie thermale) et Montmaurin, ou dans des römische Brand‑ und Körpergräberfeld von Heidelberg
entrepôts de mosaïstes (Rodez). Des plaques à feuille I, Stuttgart, 2009, p. 87‑90 : analyse d’une série de
d’or pour mosaïque sont identifiées à Marseille dans fragments appartenant à des formes bien définies
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 94 / 258 18

94          Marie‑Dominique Nenna

(Is. 46b, 50a‑b, 55a, 61, 67c, 82a1, 91b‑c), dont une the Northern Area of Valencia, no 23, p. e97‑e100 :
série provient d’un contexte antérieur à 125 apr. présentation synthétique d’une série de fours de
J.‑C. du camp de la flotte à Cologne, ainsi que de verriers datés de la fin du iiie‑ive  s. mis au jour au
fragments de verre à vitre et de blocs de verre brut nord de Valence à l’emplacement des entrepôts du
de l’atelier de la rue Gereon à Cologne. port fluvial en activité antérieurement.
Voir aussi nos 77, 197. Voir aussi no 276.
Bulgarie France
Voir nos 78, 254. 196. K. Chuniaud, Ateliers de verriers sur le site de
égypte l’auditorium à Bordeaux (Gironde), no 24, p. 47‑49 :
rapide présentation au sortir de la fouille de la
193. M.‑D.  Nenna, Rapport sur les travaux
découverte de deux officines de verriers, implantées
effectués en  2004 sur l’atelier de verrier de Wadi
dans des boutiques le long d’une rue et comportant
Natrun [Bir Hooker], ASAE, 79, 2005, p. 171‑198
chacune plusieurs fours circulaires superposés ou
[en arabe] ; ead., Les ateliers primaires de l’Égypte
juxtaposés. Les déchets recueillis dans les couches
gréco‑romaine. Campagne de fouilles  2005 sur le
cendreuses liées à l’activité des fours ne permettent
site de Beni Salama (Wadi Natrun), ASAE, 81, 2007,
pas de connaître l’éventail des productions. La data-
p. 267‑324 ; ead., Les ateliers primaires de l’Égypte
tion provisoire est placée au iiie s.
gréco‑romaine. Campagne de fouilles  2006 sur le
197. P.  Cosyns, Sainte‑Menehould (FR) and
site de Beni Salama (Wadi Natrun), ASAE, 83,
Trier (DE), Two Roman Workshops of Black Glass
2009, p. 303‑358 ; ead., R. Collet, L’oasis du verre
Jewellery in the Northwest Provinces Reconsidered,
(Les métiers de l’archéologie, 11), film 22  mn, 2009
no  20, p.  88‑95 : comparaison entre les vestiges,
[en français et en anglais] : il s’agit d’un côté des
découverts anciennement, de l’atelier rural des
rapports de fouille livrés au Conseil Suprême
Houis des iiie‑ive s. et de l’atelier urbain de Trèves du
des Antiquités égyptiennes, sans retouches, mais
dernier tiers du ive s., tous deux spécialisés dans la
avec une ample illustration, de l’autre d’un docu-
manufacture de bijoux (bracelets, bagues) en verre
mentaire qui retrace les étapes du programme sur les
d’apparence noire (coloration grâce à une haute
ateliers de verriers primaires égyptiens (recherche
teneur en fer). Les différences dans la forme des
des testimonia, prospections pédestres et géophy-
creusets, mais aussi dans le répertoire, plus varié
siques) et de la fouille du site de Beni Salama, et
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


esquisse la chaîne opératoire de ces grands ateliers aux Houis (épingles à cheveux, vaisselle, pions de
datés des ier‑iie s. jeu) qu’à Trèves, doivent être mises au compte de
la chronologie.
Espagne 198. A. Ferdière, La place de l’artisanat en Gaule
194. F.  Fernandez Matallana, La producción romaine du Centre, Nord‑Ouest et Centre‑Ouest
de vidrio en Carthago nova. Algunas evidencias (province de Lyonnaise et cités d’Aquitaine septen-
arqueológicas, Mastia, 8, 2009, p.  139‑157 : trois trionale), RACFr, 46, 2006‑2007, en ligne sur http://
fouilles de sauvetage ont livré des indices d’ate- racf.revues.org : pour le verre (p. 20), recensement
liers de verrier dans la partie orientale de la ville de de 67 sites se répartissant en 16 capitales, 27 agglo-
Carthagène, abandonnée durant le iiie  s., moment mérations et 19 sites ruraux. Dans la mesure où le
où les limites de la ville se restreignent. De ces trois recensement a été fait à partir de sources biblio-
sites datés pour le premier des iiie‑ve s., le deuxième graphiques et non d’examens de visu (voir no 6), il
du iie  s.‑déb. iiie, seul le troisième, daté entre le faut rester prudent sur ces chiffres, la seule mention
milieu du iiie  s. et le début du ive, a livré un four d’un bloc de verre ne faisant pas un atelier. Pour
qui est présenté en détail et comparé aux autres la problématique de l’implantation des officines de
découvertes récentes, principalement françaises. verriers, voir plutôt no 200.
La chambre de chauffe (diam. int. 62 cm ; H. cons. 199. D. Foy, Les officines de verriers de Marseille
50  cm) et l’alandier sont conservés et sans doute et d’Arles (Bouches‑du‑Rhône) à la fin de l’Anti-
aussi la chambre de recuisson, implantée contre la quité, dans Archéologie de Provence et d’ailleurs.
chambre de chauffe à un niveau supérieur au fond Mélanges offerts à Gaëtan Congès et Gérard Sauzade
de cette dernière. (Bull. archéologique de Provence, Suppl.  5), 2008,
195. J. L. Jimenez, E. Ruiz, J. M. Burriel, A Late p. 611‑625 : quatre ateliers ont été identifiés à Arles,
Roman Industrial Complex with Glass Furnaces in à partir surtout de débris de verre brut, de creusets
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 95 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           95

et de mors, qui se sont succédé en quatre lieux dif- si l’on reprenait l’examen des déchets (gouttes, fils
férents entre la seconde moitié du ive s. et la fin du de verre) dans les contextes artisanaux (ici ceux
viie s., trois hors les murs au sud de la ville, un au du site Saint‑Nazaire), écartés des cartes de répar-
nord près du Rhône. À Marseille, l’activité se plaçait tition récentes, non parce qu’« on ne savait qu’en
aussi bien hors les murs (ateliers de la Bourse, de faire », mais par rigueur dans les critères d’identifi-
l’Alcazar, et peut‑être du quartier de Sainte‑Barbe, cation d’officines, souvent supposées, sur la base de
qui ont dû se maintenir sur plusieurs générations) déchets qui relevaient de l’artisanat métallurgique
que dans les murs (6 ateliers de plus petite taille, à ou céramique. Cette ample répartition plaide pour
brève durée). Utiles photos en couleurs et dessins des fabrications locales ou régionales et pour un
des différents types de déchets. commerce de proximité, qui se renforcera encore à
200. D.  Foy, L’implantation des ateliers de ver- l’époque romaine tardive.
riers en Gaule. Centres urbains, péri‑urbains et 203. S.  Raux et al., Un four de verrier de la
ruraux, dans P.  Chardron‑Picault éd., Aspects de deuxième moitié du iie  s. apr. J.‑C., sur le site du
l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain « Parking Jean‑Jaurès » à Nîmes (Gard), no  26,
(RAE, Suppl.  28), 2010, p.  345‑361 : riche article p.  91‑99 : dans le contexte d’un bâti urbain dense
qui, à partir d’études de cas pris dans la centaine où coexistent établissements luxueux et espaces
d’ateliers actifs entre le ier et le viie s. sur le territoire devenus communs à la toute fin du iie  s., installa-
français, et à partir d’autres exemples étrangers, dis- tion d’un four de verrier à peu de distance du mur
tingue parmi les officines urbaines et suburbaines occidental d’un espace ouvert sur l’est ; le dépotoir
attestées tout au long de la période, les officines ins- de l’officine constitué entre 200 et 275 étant situé
tallées extra muros au voisinage d’autres artisanats à l’arrière du mur bahut situé au sud. Seule la base
des officines intra muros mais en limite de l’espace de la chambre de chauffe circulaire est conservée
habité, ou bien dans le réseau urbain, parfois à (diam. int. 72 cm), avec un alandier s’ouvrant vers
vocation différente (commerce à longue distance ou l’extérieur (l. de 25 à 80 cm) ; à son opposé, on peut
local), ou encore implantées pour de courtes durées supposer la présence de la chambre de recuisson
de manière occasionnelle. À partir de la seconde (massif de fondation de terre jaune avec blocs de
moitié du iiie s., existence d’officines dans des agglo- calcaire empilés à chaque extrémité). Présence de
mérations secondaires, ou encore dans des villages creusets ainsi que de déchets de fabrication (verre
d’artisans, développement de verreries domaniales brut bleuté et ambré, mors, fragments de vase bleu-
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


civiles ou religieuses. tés destinés à être recyclés).
201. C. Leblond, La présence d’un atelier de ver- 204. L.  Robin, L’atelier de verrier de la montée
rier à Mathay au lieu‑dit « Les Oichottes » (Doubs), de la Butte à Lyon (milieu ier  s. apr. J.‑C.‑début
no 26, p. 100‑104 : l’examen des déchets (fils étirés, iie s. apr. J.‑C.). Aspects techniques et typologiques,
billes, ratés) découverts en 1985 lors de cette fouille no  24, p.  42‑46 : dans le cadre de sa thèse, l’a. a
préventive permet d’assurer l’existence d’une offi- repris l’étude des fours découverts en  2000 (voir
cine de verrier en activité au iiie s., mais non le réper- 2006.250) avec l’analyse systématique de tout le
toire des formes produites (sans doute, au moins, mobilier des fosses, qui lui permet d’affiner l’iden-
des bouteilles carrées, en raison de la présence d’un tification des différents types de déchets de fabri-
moule en calcaire retrouvé depuis cet article). Le cation et de préciser les objets produits dans ce
four circulaire, dont n’est présenté qu’un dessin à complexe d’officines.
grande échelle, est conservé uniquement au niveau 205. A.  Triste, L’atelier de verrier antique de
de la chambre de chauffe. Kerfloc’h à Plaudren (Morbihan), Aremorica, Études
202. M. Picon, P. Chardron, V. Thirion‑Merle, sur l’Ouest de la Gaule Romaine, Brest, 2008, p. 87‑103 :
La situation de l’artisanat verrier à Augustodunum reprise de 2009.189 avec une documentation pho-
dans le contexte des découvertes effectuées en tographique plus abondante et la présentation du
Gaule, dans P.  Chardron‑Picault éd., Aspects de mobilier associé à ce bel atelier comprenant des fours
l’artisanat en milieu urbain. Gaule et Occident romain à bassin rectangulaire et des fours circulaires, actif
(RAE, Suppl. 28), 2010, p. 337‑344 : réflexion sur pendant la seconde moitié du iie s. et/ou la première
l’implantation des ateliers de verriers en Gaule moitié du iiie s. Analyses par B. Gratuze de blocs de
comparée à ceux de céramique sigillée, qui montre verre montrant le recyclage de verres proche‑orientaux
une ample répartition sur l’ensemble du territoire décolorés au manganèse et à l’antimoine.
français. Cette dernière serait peut‑être plus large Voir aussi no 41.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 96 / 258 18

96          Marie‑Dominique Nenna

Grande‑Bretagne à Thessalonique à l’époque romaine tardive ont été


206. I.  Freestone, J.  Price, C.  R.  Cartwright, identifiées, à l’est de la basilique Acheiropoiètos
The Batch. Its Recognition and Significance, no 20, (ve  s.), à proximité du Forum (ive‑vie  s.), dans la
p.  130‑135  : développement de 2009.285 avec nécropole orientale sur le terrain du département
l’identification de quatre groupes de vases (bols de théologie de l’Université (vie s.), seul lieu où l’on
cylindriques, vases jaune‑brun, vases jaune‑vert) peut identifier les productions de l’atelier (descrip-
qui appartiennent chacun à des « batchs » différents tion la plus détaillée dans le premier article avec
(« bain », mais ici combinaison de l’acte de produc- la mention et l’illustration d’autres ateliers dans le
tion et de vente, et la reconstitution de la chaîne opé- Nord de la Grèce). Établissement dans le second
ratoire d’une officine secondaire). La comparaison article des possibles productions thessaloniciennes :
entre le site de Stonea et d’autres sites ruraux semble 3 formes de flacons, 3 de cruches, 2 de bouteilles, 3
indiquer qu’un tel service à boire (ici au moins de vases à onguents ainsi que des gobelets à pied et
12  bols et 1  cruche) doit être lié à une acquisition des bols hémisphériques.
d’ordre officiel, sans doute militaire, plutôt que privé. Israël
207. M.  Perez‑Sala, J.  Shepherd, The Cullet
Dump as Evidence of Glass Working ; The Glass 210. N.  Feig, Akko, Yehoshafat Street, HA‑ESI,
Cullet Assemblage, dans N.  Bateman, C.  Cowan, 122, 2010 : vestiges d’un atelier secondaire (notam-
R.  Wroe‑Brown, London’s Roman Ampitheater ment mors) daté entre le ive et le viie s.
(MoLAS Monograph Series, 35), Londres, 2008, 211. Y.  Gorin‑Rosen, The Glass Finds, dans
p.  142‑146 et 202‑208 : bilan dans l’attente de S.  Wolff, Peq’in (West), HA‑ESI, 120, 2008 :
la publication complète (voir déjà 2006.254) de dépotoir d’un atelier secondaire daté des ive‑ve  s.
l’extraordinaire découverte d’une fosse contenant (blocs de verre et fragments de four).
58 000 fragments de verre datés du début du iie s., 212. O.  Tal, R.  Jackson‑Tal, I.  Freestone,
destinés à être recyclés. Le tableau de comptage, Glass from a Late Byzantine Secondary Workshop
p. 203, donne une bonne idée de la répartition du at Ramlah (South), Israël, JGS, 50, 2008,
mobilier avec les différents types de déchets résul- p.  81‑94 ; iid., A Secondary Glass Workshop,
tant du soufflage, le verre à vitre et la prédominance dans O. Tal, I. Taxel, Ramlah (South), An Early
du verre creux bleuté (50 000 fragments), où les Islamic Industrial Site and Remains of Previous
bouteilles carrées et cylindriques ont la part du lion. Periods (Salvage Excavations Reports, 5), Tel Aviv,
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


208. J. Shepherd, A. Wardle, The Glass Workers of 2008, p.  66‑75 : dépotoir d’un atelier secondaire
Roman London, Londres, 2009 : beau petit fascicule daté des vie‑viie s. qui a livré des carreaux de 2 cm
destiné au grand public sur l’artisanat du verre sous d’épaisseur, des blocs de verre brut issus d’ateliers
toutes ses facettes à travers la présentation des fouilles primaires et non de recyclage, des blocs mixtes de
récentes menées sur le site du 35 Basinghall Street, verre couverts d’une matière calcaire ou cendreuse,
qui ont livré d’importants dépotoirs d’ateliers de ver- des mors, gouttes et vases déformés. L’analyse des
riers, comprenant tous les indices attestant cet arti- blocs et des vases montre, au‑delà de la composi-
sanat, blocs de verre brut, pour certains ayant coulé tion identifiée à celle du verre « Levantine 1 », des
hors d’un four, groisil de verre creux (400 formes contaminations dues aux cendres du combustible
identifiées datant du iie s. avancé pour la plupart) et utilisé dans le four primaire.
plat, mors cylindriques bleu‑vert et en calotte inco- 213. Y.  Tsafrir, Trade, Workshops and Shops
lores (1 500 complets et 6 000 fragments), baguettes in Bet Shean/Scythopolis, 4th‑8th  centuries, no  27,
avec empreinte de pince, déchets de fabrication. p. 61‑82 : contribution utile pour replacer dans son
Voir aussi no 339. contexte le très intéressant atelier secondaire de ver-
rier découvert dans le « bazar » et daté du vie‑déb.
Grèce viie s. (voir no 362).
209. A.  Antonaras, Ualopoiia kai ualourgia sto Voir aussi nos 90, 353‑354, 358, 360, 362, 390.
romaïko kai palaoichristianiko kosmo. Ualourgika
drastiriotita sti Thessaloniki, Arch. Delt. Meletes, Italie
57, 2002 [2010], p.  237‑260 ; id., Glass‑working 214. M.  Buora, L.  Mandruzzato, M.  Verità,
Activities in Late Roman and Early Christian Vecchie e nuove evidenze di officine vetrarie romane
Thessaloniki. Local Workshops and Vessels, no  18, ad Aquileia, no 29, p. 51‑58 : rassemblement de l’en-
p. 93‑105 : trois officines secondaires fonctionnant semble des indices (blocs de verre, déchets, parois
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 97 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           97

avec épaisse couverte de verre, fragments de creusets) de bijoux en verre noir est attestée à Braga (ive s.)
permettant de localiser sept dépotoirs ou ateliers de par la présence de blocs de verre noir et de creu-
verriers à l’intérieur et à l’extérieur de la ville d’Aqui- sets, le répertoire comprend des bracelets (70 % des
lée, datables de l’époque romaine au haut Moyen‑âge découvertes), des bagues, des perles « trilobites »,
sans plus de précisions. On note aussi la mention des pendentifs sphériques, ainsi que des chatons de
d’un moule de bouteille carrée en pierre. bague imitant le nicolo.
215. M.  Verità et al., Roman Glass. Art and Voir aussi no 54.
Technology in a 4th  century A.D. opus sectile in
Ostia (Rome), no  23, p.  e16‑e20 : réexamen du Roumanie
décor de l’établissement de Porta Marina daté de la 218. G.  Baestean, C.  Höpken, Ein römischer
fin du ive s. Le verre est utilisé dans le décor figuré Wannenofen zum Glasschmelzen in Sarmizegetusa
pour souligner certains détails, ainsi que sous forme (Rumänien), JGS, 51, 2009, p.  219‑223 : décou-
de baguettes plates (rouge, noir, blanc, imitation verte des vestiges d’un four à bassin, daté du début
de serpentine et de rosso antico). Le plafond était du iie s. Le bassin de refusion doit être plutôt rec-
en tesselles de verre doré, vert foncé et turquoise. tangulaire que carré, si l’on se fie aux structures
Verre au natron pour la plupart, sauf pour le rouge contemporaines. Cette structure est mise en relation
et l’orange, avec trois variétés de verre incolore. avec la manufacture de vitrage lors des chantiers de
Voir aussi no 405. construction de bâtiments publics, comme ici, ou
bien à Bonn et à Sarmi.
Jordanie
Voir no 100. Serbie
219. V.  Ivanišević, S.  Stamenković, « Glass »
Liban
Workshop from Caričin Grad (Iustiniana Prima),
216. I.  Kowatli et al., A Pottery and Glass no 19, p. 39‑52 : vestiges (briques vitrifiées et frag-
Production Site in Beirut (BEY  015), BAAL, 10, ment de creuset) d’un atelier (?) en activité au
2006, p. 103‑129 : cet article, encore peu cité dans moment du règne de Justinien (de  535 à  565),
la bibliographie, laisse perplexe. On comprend utilisés en remblai pour la surélévation du sol à
mal quels sont les indices qui ont conduit les spé- l’intérieur de la tour sud‑est de la fortification. La
cialistes du verre, J.  Henderson et Y.  Sablerolles, à fabrication de verreries aurait continué sur le site
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


proposer que ces lambeaux de structures rectangu- dans la seconde moitié du vie s., comme l’indiquent
laires, disposées ( ?) de part et d’autre d’une sorte les contextes de découvertes de blocs de verre brut
de couloir et auxquelles adhéraient des couches de (voir ici no 426).
verre, appartiennent à quatre fours primaires, dont
les chambres de chauffe auraient disparu. On sait Slovénie
bien que la forme du four à bassin rectangulaire 220. I. Lazar, New Evidence about Roman Glass
peut correspondre aussi bien à une activité primaire Production in Celeia (Noricum), no 30, p. 137‑140 :
que secondaire ; en outre, aucun déchet relatif à la dépotoir d’un atelier de verrier découvert sur le côté
fusion du sable et du verre n’est montré ; on ne sait nord des murailles romaines tardives de la ville
pas non plus où ont été trouvés les différents blocs (verre brut, mors, vaisselle déformée, éléments pour
de verre adhérant à des parois de four, aux cou- façonner des anses, ainsi que verre destiné à être
leurs variées : incolore à veines violettes, différentes recyclé), daté du iie‑déb. iiie s.
teintes de vert, de bleu, violet et ambre. Vu la date,
dans la première moitié du ier s. apr. J‑C., il est beau- Suisse
coup plus vraisemblable que nous ayons ici affaire à 221. H.  Amrein, L’artisanat du verre à l’époque
des structures secondaires liées à la fabrication de romaine sur le territoire helvétique dans le contexte
bols moulés, dont la production a déjà été reconnue des productions artisanales en général, no  20,
à Beyrouth (voir no 2009.197). p.  63‑69 : présentation du projet européen Crafts
Voir aussi no 418. (voir ici no 30) et de son application plus particulière
dans le domaine de la verrerie (6 % des attestations
Portugal liées aux artisanats du feu), avec une concentra-
217. M.  Da  Cruz, Black Glass Jewellery from tion des découvertes d’officines dans les colonies
Bracara Augusta, no  20, p.  96‑102 : la production d’Augusta Raurica et d’Avenches, actives dès 40
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 98 / 258 18

98          Marie‑Dominique Nenna

apr. J.‑C. (petit flaconnage) et jusqu’au iiie  s. avec brut au natron semblable et sans doute originaire
principalement des bouteilles en verre bleu‑vert et du Proche‑Orient.
des verres à vitre.
Tunisie
222. A.  Fischer, Zwei Glasmanufakturen am
Rande von Augusta Raurica, no  30, p.  116‑119 ; 224. A. E. Sterrett‑Krause, Evidence for Glass
id., Vorsicht Glas! Die römischen Glasmanufakturen Working from the Yasmina Necropolis at Carthage,
von Kaiseraugst (Forsch. Augst, 37), Augst, 2009 : il no 20, p. 240‑246 : blocs de verre brut, pièces défor-
faut savoir gré à l’a. de s’être lancé dans la publi- mées, mors cylindriques ou en coupole, groupe de
cation de deux fouilles anciennes auxquelles il n’a bases de gobelet massives provenant de remblais
pas participé, effectuées sur des parcelles voisines secondaires déposés dans la nécropole attestent la
en 1974 et 1978 dans la ville basse d’Augst, parti- présence d’ateliers secondaires à Carthage, mais
culièrement intéressantes pour l’artisanat du verre leur datation n’est pas précisée.
romain. La parcelle  17B n’a livré qu’un seul four, Voir aussi no 436.
tandis que la  17C en a livré 14 de formes (circu- Turquie
laire ou rectangulaire) et de fonctions variées (four
Voir nos 442‑443.
de refusion à sole et à creusets, four de recuisson,
four de recyclage ?), installés dans les deux cas dans
4.  2. Artisans et commerçants : signatures et marques,
de grandes halles et datés entre  100 et  220. Une
contenus
description très minutieuse et précise, accompa-
gnée d’une documentation graphique et photo- 225. H.  Cabart, Un nouveau barillet marqué à
graphique de qualité, en est donnée. On hésitera Reims (Marne), Bull. afav, 2009, p.  58 : marque
néanmoins à se rallier à la proposition (fig.  100), peu répandue ERATI ou FRATI dans un contexte
par trop systématique, qui met en regard de chaque funéraire (datation non précisée).
état d’occupation trois types de four : four de recy- 226. S. D. Fontaine, Amphion et le dromadaire.
clage, four de refusion et four de recuisson, tant les Notes sur une marque sur verre de l’épave Tiboulen
structures sont fragmentaires et notre savoir encore de Maïre, no  26, p.  19‑20 : l’épave au débouché
restreint. Pour des comptes rendus détaillés, voir oriental de la rade de Marseille (premières décennies
A.‑B.  Follmann‑Schulz, BJb, 208, 2008 [2010], du iie  s.) a livré deux bouteilles carrées dont l’une
p. 375‑377 et M.‑D. Nenna, Annuaire d’Archéologie porte sur le fond une marque combinant la repré-
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Suisse, 93, 2010, p. 300‑301. sentation d’un dromadaire et le nom d’ΑΜΦΙΩΝ,
Voir aussi no 429. qui fait écho aux marques à éléphant de Nîmes et
de Fréjus (fig. 5).
Tchéquie
227. D.  Frère, J.  Gran‑Aymerich dir., Parfums
223. N.  Venclová, Iron Age Glass‑working. The dans l’Antiquité (Doss. archéologie, 337), 2010 : nom-
Evidence from Němčice in Moravia, dans G. Cooney breuses illustrations de verres façonnés sur noyau
et al. éd., Relics of Old Decency. Archaeological Studies et soufflés, avec une contribution par T.  Silvino
in Later Prehistory. Festschrift for Barry Raftery, et L.  Robin, sur les balsamaires en verre soufflé
Dublin, 2009, p.  211‑218 ; N.  Venclová et al., du Haut‑Empire et leur contenu, huiles parfu-
Němčice a zpracování skla v laténské Evropě/ mées, mais aussi décoctions de plantes comme
Němčice and glass‑working in La Tène Europe, en témoignent de récentes analyses du contenu
ARozhl, 61, 2009, p.  383‑426 : le site de Němčice des vases découverts à Lyon sur le site de la rue
a fourni plus de 2 000 artefacts qui se partagent Commandant‑Charcot (voir no 314).
entre, d’un côté, des bracelets, des anneaux, des 228. L.  Joan, Sur les traces d’Amaranthus, ver-
séparateurs et, de l’autre, des blocs de verre brut, rier bourguignon. Exportation en Séquanie, Bull.
des déchets de fabrication et des produits semi‑finis Instrumentum, 27, 2008, p.  31 : nouvelle attesta-
relatifs à la manufacture de perles. Il se place juste tion d’un manche de patère signé Amaranthus,
après Manching en termes d’abondance de décou- découvert en prospection dans la commune de
vertes, mais c’est le site où l’artisanat du verre « cel- Saint‑Aubin (Jura).
tique » est le plus anciennement attesté, sans doute 229. L.  Mandruzzato, Bottiglie in vetro con
dès le iiie  s. Les analyses menées sur 61  pièces et marchio da recenti scavi ad Aquileia e Trieste,
comparées au verre brut de l’épave Sanguinaires A no  29, p.  159‑164 : neuf bouteilles carrées à
et d’autres sites aux Pays‑Bas montrent un verre marque géométrique (cercles concentriques et
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 99 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           99

5. Bouteille soufflée dans un moule portant le nom ΑΜΦΙΩΝ combiné avec la représentation
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


d’un dromadaire. Épave Tiboulen de Maïre au large de Marseille, premières décennies du iie s. (no 226).
©Cl. A. Ruoppolo, dessin S. D. Fontaine.

points, ovales), figurée (foudre ? ; couronne) ; à 231. E. Ribechini, Bibliografia sui materiali orga-
inscription (lettre C dans un angle ; lettres latines nici contenuti nei vetri di Pompei ed Oplontis,
Y|E|I|[.] plutôt que grecques Υ|Π|Ι|[.] aux no 28, p. 111 : bibliographie uniquement de l’auteur
angles autour d’une rosette) découvertes récem- et de son équipe.
ment à Aquilée en bordure du canal Anfora. Deux Voir aussi nos 35, 39, 41, 124, 258, 294, 408.
marques mises au jour à Trieste dont l’une avec le
nom CLAU|DIA|ITA|LIA, autour d’une palme 4. 3. Les épaves
inscrite dans un carré sur pointe.
230. Cl.  Mège, L.  Robin, Nouvelle découverte 232. G.  Bass, Serçe Limani. Vol. 2. The Glass of
d’un unguentarium à fond marqué M.I.S.C.M.V, Bull. an Eleventh Century Shipwreck, College Station,
AFAV, 2009, p.  11 ; eaed., Un unguentarium‑chan- Tx, 2009 : même s’il est hors de la période consi-
delier à fond marqué du iie s. apr. J.‑C. découvert à dérée, on mentionnera cet ouvrage important et
Lyon, RAE, 58, 2009, p. 453‑459 : dans une sépul- exemplaire, puisque ce bateau échoué au large
ture à incinération comportant un as d’Antonin le de Bodrum comporte la plus grosse cargaison de
Pieux (145‑161), unguentarium en dépôt secondaire groisil connue. Voir les comptes rendus de D. Foy,
portant la marque M.I.S.C.M.V, connue à la date no 26, p. 186‑187 ; S. Fünfschilling, AJA, 114.3,
de l’article par neuf autres exemplaires, provenant de 2010, online publications, book review ; D. Keller,
France, de Belgique et d’Allemagne. IntJNautA, 39.1, 2010, p.  208‑210 ; E.  M.  Stern,
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 100 / 258 18

100          Marie‑Dominique Nenna

« A Mediaeval Shipwreck with a Cargo of Glass », 237. P.  Fontaine, R.  Margos, Un gobe-
JRA, 24, 2011, p. 892‑895. let « épicurien » inédit au Musée du Verre de
233. I.  Radic Rossi, Il vetro grezzo e le altre Charleroi, milieu du ier  s. apr. J.‑C. Étude de
materie prime del relitto romano di Mljet l’inscription, no  22, p.  79‑83 : pour l’inscription
(Meleda), Croazia, no  29, p.  193‑202 : retour sur ΕΥΦΡΑΙΝΟΥΕΦΩΠΑΡΕΙ, abandon de la traduc-
la cargaison de verre brut de l’épave de Mljet (voir tion du théologien et archéologue A.  Deissmann
déjà 2009.214), d’origine syro‑palestinienne selon « Pour quelle raison es‑tu venu ? sois heureux »,
les analyses de M. Verità dont les résultats détail- reprise récemment dans 2006.147 et 2009.96 à
lés sont annoncés dans l’article sous l’indication propos d’un objet découvert à Tongres, au profit
tab. 1, mais non publiés. De couleur bleu‑vert, et de deux autres : « réjouis‑toi d’être là » (Harden,
de dimensions de 10 à 50  cm de large, ces blocs Von Saldern) ou bien « Réjouis‑toi de l’événement
rappellent ceux de l’épave de Malamocco, qui auquel tu assistes (Stern) (ici, fig. 6).
sont de même composition. Ce dernier site, publié 238. S.  Lambot, Épigraphie et archéologie
sous le nom « relitto di vetro » et considéré comme en Belgique et dans le Nord de la France (Fin
post‑médiéval, comprend aussi du mobilier daté ve‑viiie siècle), dans Les premiers temps chrétiens dans
des iie‑iiie s. le territoire de la France actuelle. Hagiographie, épigra‑
234. A.  Toniolo, I vetri da riciclare del relitto phie et archéologie. Nouvelles approches et perspectives
Grado 1, AquilNost, 79, 2008, p.  481‑500 : texte (Amiens, 2007), Rennes, 2009, p. 59‑69 : commen-
équivalent à ceux commentés dans 2009.215. taire de la valeur du chrisme sur une série de coupes
Voir aussi no 226. soufflées dans un moule (voir ici nos  127 et 131),
épigraphe ambigu car à la fois abréviations de lettres
5.  Clientèle et centres et motifs décoratifs.
de consommation 239. M.  Sève, Bulletin épigraphique, REG, 121,
2008, nos  122‑124, et REG, 123, 2010, nos  75‑77 :
5. 1.Verre et sources écrites commentaire des publications comprenant des ins-
criptions en grec sur verre ou usant des sources tex-
235. E.  M.  Stern, Glass Coffins and Other tuelles grecques portant sur l’artisanat du verre.
Transparent Riddles, no  20, p.  55‑59 : partant du Voir aussi nos 35, 123, 136, 141, 148, 322, 339.
sarcophage d’Alexandre en verre, mentionné par
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Strabon, l’a. remonte à la première utilisation du
terme hualos par Hérodote à propos des sépultures
des Éthiopiens et propose de l’interpréter comme
de la muscovite ou de la sélénite, connues respecti-
vement au Soudan et sur les bords de la mer Rouge
et qu’Hérodote aurait appelé hualos, au vu de ses
qualités semblables aux objets de verre incolore
qu’il aurait pu connaître dans sa patrie d’origine
(voir déjà 2009.218).

5. 2. Inscriptions sur verre


236. P.  Fontaine, La voix des supporters. Une
relecture du gobelet inscrit de Couvin à décor de
course de chars, seconde moitié du ier  s. apr. J.‑C.,
no  22, p.  113‑118 : le décor du gobelet en un seul
registre montre, non le déroulement, mais des ins-
tantanés d’une course avec le moment du départ, les
chevaux lancés au galop, le sprint après le passage
de la meta et le tour d’honneur du vainqueur. Les 6. Gobelet soufflé dans un moule nouvellement
noms grecs des cochers, sous une forme latinisée, restauré. ier s. apr. J.‑C. Pour l’inscription grecque,
sont donnés au vocatif, suivis de VA, pour vale, ou voir no 237, Musée du Verre de Charleroi,
plutôt vade ou bien v(ade) a(ge), rendant sans doute inv. 81.0 (ancienne coll. R. Chambon).
compte des acclamations du public. © Courtoisie IRPA‑KIK, Bruxelles.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 101 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           101

5. 3. Iconographie et de l’autre une scène d’offrande, autour d’un autel


à cornes portant une représentation de Thot‑ibis,
240. D.  Ignatiadou, Almonds, Lobes, and Ribs,
effectuée par un amour, et une figure/sculpture de
no 20, p. 15‑20 : étude de l’emploi et de la symbo-
pharaon/divinité, avec en outre un obélisque dont
lique du motif de l’amande aux vertus bivalentes sur
les hiéroglyphes sont déchiffrés pour la première
la vaisselle à boire moulée monochrome à travers les
fois et un arbre est replacé dans le contexte artis-
exemples phrygiens des ixe‑viiie  s., achéménides et
tique italien d’évocation de l’Égypte en vogue au
macédoniens et de sa transformation en lobes (iie s.
début du ier s.
av. J.‑C.), puis en côtes (ier  s. av. J.‑C.), avec sans
Voir aussi nos  120, 125, 135‑142, 145, 152,
doute une perte de sa symbolique.
292‑293.
241. D.  Ignatiadou, Psychotropic Plants on
Achaemenid‑Style Vessels, dans S. M. R. Darbandi,
A.  Zournatzi éd., Ancient Greece and Ancient Iran. 5. 4. Rapports entre le verre et les autres matériaux
Cross‑Cultural Encounters (Athènes, 2006), Athènes, 245. A.  Antonaras, Glass and Ceramic Vases
2008, p. 327‑337 : étude des motifs du pavot (calice of the 3rd‑7th c. AD. Two sides of the same coin?,
de longs pétales), du lotus blanc et du lotus bleu, dans D.  Papanikola‑Bakirtzi, N.  Kousoulakou
ainsi que de l’amande qui apparaissent sur la vaisselle éd., Keramiki tis usteris archaiotitas apo ton elladiko
d’argent et de verre déposée dans les riches tombes choro (Thessalonique, 2006), Thessalonique, 2010,
macédoniennes. Dotés d’une valeur plus qu’esthé- p.  309‑319 : réflexions sur le volume et la variété
tique, ces motifs évoquent des plantes psychotropes des types présents dans la verrerie découverte à
et/ou poisons, pharmaka liés à des pratiques reli- Thessalonique, ier‑iie s. : 38,5 % des pièces connues
gieuses et font penser que ces vases étaient utilisés pour 39,5% des types ; iie‑déb. iiie  s. : 7,5 % pour
dans des rituels, peut‑être liés à la Grande Mère. 3 % ; milieu iiie‑déb. ve  s. : 50 % pour 50 % ;
242. H.‑Chr.  von Mosch, « Outdoorsex » unter ve‑vie s. : 3 % pour 2,7 %. La mise en rapport entre
dem Pfirsichbaum? Die Portlandvase in Lichte vases en céramique et vases en verre, dont l’a. sou-
einer sensationellen Neuentdeckung, NumAntCl, ligne les difficultés, reste théorique et sans exemples
39, 2010, p. 195‑233 : première publication détail- concrets.
lée d’une exceptionnelle amphore en verre camée 246. K. Painter, A Silver and Glass Vessel from
apparue sur le marché de l’art en 2009 (Bonhams the Traprain Law Hoard of Hacksilber, KölnJb, 43,
voir http://www.antiquestradegazette.com du 13 et 2010, p. 579‑596 : les fragments d’un réticule et de
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


19 oct. 2009 ; Minerva 21.1, 2010, p. 6 ; présentée la base du vase en argent mis au jour dans ce trésor
par M. Newby au 18e congrès de l’AIHV ; H. 35,5). écossais, constitué au milieu du ve s., feraient partie
Le décor est divisé en deux registres et interprété d’une situle ansée imitant les verres diatrètes, mais
par l’a. comme le mythe d’Antiope dans le registre avec un bol intérieur en verre sans doute moulé et
supérieur auquel fait écho, par jeu de nom dans l’in- taillé pour bien s’adapter à la paroi extérieure en
férieur, le combat des Grecs et des Amazones. Ce argent. L’a. rappelle les autres pièces où sont com-
vase et le vase Portland s’inspireraient des tragédies
binés verre et argent, établit que le parallèle le plus
d’Euripide (Antiope, les Bacchantes) et seraient des
direct pour la restitution de cette pièce est la situle
allégories des vicissitudes de la vie et de l’espérance
en verre à scène de chasse du trésor de Saint‑Marc,
de vie dans l’Au‑delà au pays des Bienheureux dans
propose, au vu des situles en argent de l’époque
le cadre de mystères dionysiaques.
romaine tardive, que ce vase ait été employé lors de
243. E. Paneli, Paratiriseis stin ikonographia ton
banquets comme conteneur à eau, et enfin y voit
diachryson ualinon aggeion stin palaiochristianiki
une production des Provinces occidentales.
epochi, Egnatia, 13, 2009, p. 145‑162 : comparaison
Voir aussi no 114.
de l’iconographie des verres dorés avec celle des sar-
cophages d’époque romaine tardive à imago clipeata
et à colonnes, et des mosaïques et des sculptures 5. 5. Centres de consommation, par ordre alphabétique
d’églises. de pays
244. K.  Wight, M.  Swetnam‑Burland, The
Iconography of the Cameo Glass Flask at the J. Paul Afghanistan
Getty Museum, KölnJb, 43, 2010, p.  839‑846 : le 247. P.  Cambon, The Begram Glasses from
petit flacon (H. 7,6), montrant d’un côté un amour Afghanistan, no  19, p.  81‑92  ; F.  Coarelli,
faisant une offrande à une statue de Thot‑babouin Ritorno a Begram, Parthica, 11, 2009, p. 95‑102 ;
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 102 / 258 18

102          Marie‑Dominique Nenna

Chr.  Lightfoot, Fit for a King?, Minerva, 21.1, que quelques balsamaires provenant notamment
2010, p. 46‑49 : ces trois présentations des verres d’Égypte (no 197) et du Proche‑Orient (no 198).
de Begram dans leur contexte et avec les objets
Bahrein
associés, rédigées à l’occasion du périple de
l’exposition des Trésors afghans, semblent igno- 252. S. Fredslund Andersen, Tylos Period Burials
rer les contributions récentes sur la verrerie (voir in Bahrain, I. The Glass and Pottery Vessels, Bahrein,
2001.131, 2006.321, 2009.91), qui placent main- 2007 : plus de 300  verreries ont été trouvées à
tenant avec certitude l’ensemble du lot à la fin du Bahrein dans l’exploration depuis 35 ans des tombes
ier s.‑début du iie s. et y voient des productions de de la période dite « de Tylos » (iie s. av.‑ive s. apr. J.‑C.)
l’Empire romain. dont une partie est présentée dans 2001.186. Les
avancées des recherches sur le verre font que la ver-
Allemagne rerie est prise ici comme un marqueur chronologique
248. M. J. Klein, Ornamentale Dekore auf form­ pour l’étude des céramiques. À côté de trois ampho-
geblasenen Gläsern des 1. und 2. Jahrhunderts n. risques façonnés sur noyau dont un exemplaire sans
Chr. im Rheinland, no  22, p.  119‑127 : étude de parallèles (cat.  1.3), de quatre balsamaires rubanés
motifs décoratifs attestés sur une série de vases en et de quatre coupes moulées (le cat. 5.1 n’est pas
verre soufflé dans un moule mis au jour dans les illustré), les vases se répartissent entre 144  objets
deux Germanies : gobelet à décor de picots, gobe- des ier‑déb. iie s., 136 des iie‑ve s. et 19 du vie s. Les
lets et coupes cannelés, gobelets et amphores à premiers montrent une prépondérance du matériel
décor d’amandes dans une résille, motifs tous trou- originaire de l’Empire romain et des contenants à
vés aussi sur des barillets. parfum de petite taille avec presqu’une cinquantaine
249. J.  Merten, Zu einem verschollenen römi­ de balsamaires sans décor, dont une typologie plus
schen Marmorglas aus Trier, TrZ, 71/72, 2008/09, détaillée aurait sans doute montré des origines méso-
p. 279‑288 : reconstitution de l’histoire de l’acqui- potamiennes, des cruchettes, aryballes et ampho-
sition et de la découverte d’une coupe côtelée en risques de couleur vive ainsi qu’une belle variété de
verre marbré violet et blanc, aujourd’hui disparue. contenants soufflés dans un moule (36 ex.) ; la vais-
Elle appartenait à la coll. C. D. Disch, vendue aux selle de table, en raison du contexte funéraire, d’après
enchères en 1881, et est sans doute issue d’une l’a., est faiblement représentée (gobelets à décor
sépulture en amphore mise au jour à Trèves et datée d’arcades appliquées, coupelles à bord en poulie et
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


du ier s. apr. J.‑C., dessinée vers 1863 par J. N. von gobelet à décor d’amandes). Pour la seconde période,
Wilmosky. les sources d’approvisionnement changent et l’on a
250. W.  Weber, Ein Zwischengoldglasfragment affaire essentiellement à des vases d’origine méso-
aus der Trierer Domgrabung, KölnJb, 43, 2010, potamienne, où dominent toujours les contenants et
p. 811‑815 : découvert dans un contexte daté de la pots à parfum, mais avec une part plus importante
seconde moitié du iiie‑première moitié du ive s., ce de vaisselle de table (grands gobelets coniques, bols
fragment de coupe porte sur le fond une inscription ovoïdes, cylindriques, coupelles). La dernière période
circulaire dont seule la lettre T est lisible, avec, au est représentée par des pièces d’origine mésopota-
centre, au moins un poisson. mienne (contenants à fils ou pastilles appliqués). Pour
Voir aussi no 77, 113, 142. un compte rendu détaillé, voir D. Whitehouse, Glass
and Pottery in Bahrain, JRA, 24, 2011, p. 808‑810.
Arabie Saoudite
251. F. Demange, Qaryat al‑Faw. Les verres, dans Belgique
Routes d’Arabie. Archéologie et histoire du Royaume 253. Fr. Hanut, La verrerie romaine soufflée dans
d’Arabie Saoudite, cat. expo. Paris 2010, Paris, un moule en Gaule septentrionale. Le Benelux,
2010, p. 352‑355 : le site de Qaryat el‑Faw, situé au no 22, p. 137‑158 : outre la curieuse insertion dans
sud‑est de l’Arabie Saoudite, a livré un bel ensemble ce recensement des « zarte Rippenschalen », qui
de verres, parmi lesquels une coupe conique en sont soufflées à la volée, le corpus comprend, pour
verre incolore moulé à dater de la fin du iiie  s. av. la seconde moitié du ier s., des gobelets à inscription
J.‑C., des bols côtelés en verre monochrome bleu grecque, des coupes à décor cannelé, des gobelets
et en verre marbré bleu et blanc, deux exception- à décor d’amandes ou à motifs végétaux et géomé-
nels vases en verre blanc à côtes à décor appli- triques isolés, des gobelets à scènes de spectacles ou à
qué bleu (gobelet et « zarte Rippenschale »), ainsi figures mythologiques ; pour la période 70‑270, des
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 103 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           103

vases fabriqués dans des moules univalves à décor de Silla datées du ve‑début vie s., auxquelles il faut
dilaté (coupes, cruches), des aryballes à panse hexa- ajouter une dizaine d’autres vases conservés dans
gonale (l’aryballe à panse sphérique [fig. 21] imite les musées coréens et japonais. Dans ce groupe,
des aryballes à décor gravé), des amphorisques en bien des pièces ressemblent beaucoup à des vases
forme de grappe de raisin ou de coquillage bivalve, romains ou romains tardifs, tandis que d’autres ont
des flacons céphaloformes ; pour le Bas‑Empire, des des parentés avec les verres sassanides et d’autres
gobelets à pied ou tronconiques et des bols ovoïdes encore sont originaux. Hypothèse à partir d’ana-
à côtes hélicoïdales, des coupes à décor végétal, sans lyses d’un centre de production en Bactriane.
doute originaires de l’atelier de Hambach.
Chypre
Voir aussi no 141.
257. M. Burdajewicz, Glass Finds from Geronisos
Bulgarie Island, RDAC, 2009, p.  365‑387 : le mobilier se
254. A.  Cholakova, Verres de Gradicheto, partage entre des bols moulés monochromes de la
Balgaro‑britanski razkopki na Gradicheto pri s Dichin, basse époque hellénistique (l’a. ignore 2009.235
Veliko Tarnovska oblast, 1996‑2003 (rezultati ot prou‑ [Amathonte] et écrit donc faussement qu’il s’agit du
chvaniyata na balgarskiya ekip)  / Bulgarian‑British groupe le plus nombreux de ce type de bols décou-
Archaeological Excavations of Gradisheto near the verts sur l’île) et verres à pied et lampes des ve‑viie s.
Village of Dichin, Veliko Tarnovo region, 1996‑2003
Croatie
(The Results of the Bulgarian Team), (Raskopki i
proucvaniâ, 39), 2009, p.  257‑307 : mobilier daté 258. Z.  Buljević, Traces of Glassmakers in the
des ve‑vie s. avec des gobelets dotés d’une lèvre cou- Roman Province of Dalmatia, no 29, p. 35‑50 : mise
pée, des coupes en verre incolore ou bleuté épais à au point sur les 10  vases des ateliers d’Ennion et
décor gravé, des gobelets vert olive à décor appli- d’Aristéas découverts en Dalmatie, développe-
qué bleu et dotés d’une lèvre arrondie, des coupes ment sur l’inscription portée sur le sarcophage de
tronconiques et gobelets à pied en verre incolore, Paschasius vitrarius et sur ce qui pourrait être un
certains avec des fils appliqués bleu foncé. La moule de fond de bouteille rectangulaire signé par
qualité du verre aide l’a. à partager entre produits Miscenius Ampliatus avec un combat de gladia-
importés et fabriqués localement, hypothèse renfor- teurs, réunion des fonds de bouteilles carrées et
cée par la présence de déchets de fabrication. Pour d’unguentaria à marque italienne. La bouteillle à
marque grecque ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ est à dater plu-
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


les analyses, voir no 78.
Voir aussi no 177. tôt de l’époque romaine tardive et vient sans doute
d’Asie Mineure.
Chine et Corée 259. Z.  Buljević, The Roman‑era necropolis in
255. H.  Kinoshita, Foreign Glass Excavated Lora, Split, VjesDal, 103, 2010, p.  81‑190 : redé-
in China, from the 4th to 12th  centuries, no  27, couverte du mobilier de cette nécropole fouillée
p. 253‑261 : les verres les plus anciens provenant de en 1965, dont les tombes majoritairement à inciné-
l’Empire romain (fig. 17.1), ou en tout cas fabriqués ration sont datées entre la seconde moitié du ier et
à partir de compositions de Méditerranée orientale, la fin du iiie s. Les tombes du Haut‑Empire présen-
sont datés entre le iie et le vie  s. Il s’agit principa- tées sont presque toutes dotées d’une urne cinéraire
lement des gobelets et de bols, mais on note aussi (Is. 67) en verre bleuté, s’y ajoutent des balsamaires
un vase en forme de poisson, sans doute à dater à corps conique et long col cylindrique, des cou-
des iiie‑ive  s. (pour un parallèle voir ici no  364, de pelles et, dans la tombe  1, un balsamaire soufflé
Césarée). Une seconde série de vases se rapporte dans un moule en forme de grappe de raisin et un
aux productions sassanides à facettes des iiie‑vie  s. amphorisque en verre incolore. Dans les tombes
(fig. 17.2), et c’est au vie s. qu’on identifie une pro- plus tardives, on voit des unguentaria et des flacons
duction verrière en Asie centrale. Les échanges et à corps sphérique.
productions se renforceront à partir de l’époque 260. Z. Gregl, I. Lazar, Bakar. The Glass from the
islamique. Roman Cemetery (Musei Archaeologici Zagrabiensis
256. J.  Lankton et al., Bactrian Glass Vessels Catalogi et Monographiae, 5), Zagreb, 2008 : ce
in Korean Tombs?, no  20, p.  579‑589 : au moins volume très luxueux, avec une belle illustration gra-
25 verreries ont été mises au jour dans neuf tombes phique et photographique en couleurs, fait revivre
coréennes, surtout dans les tombes du royaume le mobilier mis au jour dans la nécropole de Bakar
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 104 / 258 18

104          Marie‑Dominique Nenna

en  1880 et alors soigneusement publié (repro- Flasks from the Southern Liburnia Region, Asseria,
duction de l’article original de Š.  Ljubić de  1881, 7, 2009, p.  115‑148 : étude des vases en forme
p. 21‑47). Les vases sont datés entre le milieu du ier s. d’oiseau à col cylindrique et embouchure trilobée
et la fin du iiie s., avec une abondance particulière ou circulaire et queue brisée, avec un catalogue des
pour la seconde moitié du ier s. et la première moitié pièces découvertes en Croatie. Cette forme assez
du iie s. Ils trouvent leurs parèdres dans les produits largement distribuée en Méditerranée serait d’ori-
italiens de couleur vive dans la première moitié du gine proche‑orientale. Leur fonction reste incertaine
ier s. (assiettes Is. 47, bols Is. 41, cruches Is. 14, bal- (contenants à cosmétique ou produits médicinaux,
samaires Is. 6 et 8, rhyton et infidibulum), puis, dans verseur d’huile de lampe, biberon). Un exemplaire
la seconde moitié, de couleur bleutée ou incolore à panse sphérique et bec tubulaire appliqué dans le
(belle série des vases carrés à marques, assiettes premier article.
et coupelles à décor de grains de riz sur le marli Voir aussi nos 110, 139, 153, 157.
[Is.  42a], ou à anses en festons [Is.  43] italiennes
et non chypriotes). Pour la fin du iie et le iiie s., on Égypte
relève la présence de bouteilles cylindriques à décor 264. D.  Bailey, Glass, dans V.  A.  Maxfield,
incisé et embouchure en entonnoir (pl.  10,2‑4) et D. P. S. Peacock éd., The Roman Imperial Quarries
de gobelets cylindriques ou carénés à piédouche et Survey and Excavations at Mons Porphyrites
fin décor incisé (pl. 6,6‑7). Quelques pièces sont le 1994‑1998, vol. II. The Excavations, Londres, 2007,
signe d’importations orientales, comme l’ampho- p.  233‑266 : le mobilier est principalement daté
risque brun à anses bleues (fig.  17), le beau plat entre le milieu du ier et le début du iiie s. et les condi-
égyptien à décor gravé d’un buste et d’une file de tions du terrain ou de la fouille ne permettent pas
poissons, nouvellement restauré et dessiné, appar- souvent d’être plus précis. On aurait néanmoins
tenant au « Contour Grooves Group » de la seconde souhaité des tableaux de comptage par formes et
moitié du iie  s. (voir no  139), la grande bouteille à un rappel des contextes bien datés. Contrairement
deux anses et embouchure à collerette (fig. 11), ou à ce que dit l’a., l’ensemble est très certainement
le petit amphorisque qui devait prendre place à l’in- de production égyptienne, à l’exception peut‑être
térieur d’un grand vase (pl. 15,3), comme l’attestent des bols côtelés et des bouteilles carrées, et offre
les exemples syro‑palestiniens du ive  s. Parmi les un assemblage très proche de celui de Tebtynis, à
productions locales, on note une flasque octogonale l’exception de la faible quantité de balsamaires à
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


pseudo‑Mercure (pl. 16,2). col resserré. On note deux fragments de verre peint
261. Š. Perovic, Tazza di vetro a forma di pigna da dont un sur un gobelet à lèvre convexe et coupée,
Zara, no 29, p. 185‑192 : petit gobelet ansé en verre ainsi que des fragments de verre gravé à décor végé-
blanc opaque d’un type inconnu jusqu’alors, sans tal ou à inscription et quelques flacons soufflés dans
doute issu d’ateliers syro‑palestiniens, découvert un moule.
dans une tombe à incinération datée de la seconde 265. B. A. Ibrahim et al., Le matériel archéologique
moitié du ier s., façonné en forme de pomme de pin. et les restes humains de la nécropole d’Ain el‑Labakha,
Réunion des exemplaires de bouteilles en forme de Paris, 2008, p. 127‑139 et p. 182‑184 : bel ensemble
pomme de pin et de pomme de cèdre, se différen- de colliers et de boucles d’oreille, avec notamment
ciant par le sens de la pousse vers le haut des fruits des perles dorées et quelques balsamaires reflé-
du cèdre. tant les productions égyptiennes du Haut‑Empire,
262. B. Štefanac, Glass Dilecythos from Asseria, provenant de cette nécropole largement pillée de
Asseria, 6, 2008, p.  99‑113 : la forme du dilecythos l’oasis de Kharga et donc sans contexte de décou-
(bouteille sphérique et bouteille carrée) est assez verte précis, à part pour les colliers découverts sur
répandue et datée largement entre la fin du ier et le les momies, notamment celle d’une fillette d’env.
iiie s. Le dilecythos sphérique d’Asseria en verre vert 12 ans.
trouve son meilleur parallèle dans une pièce décou- 266. D.  Keller, Stadt und Tempel von
verte à Saverne, datée de la seconde moitié du iie s. Elephantine ‑ 33./34./35. Grabungbericht. Preli­
et originaire des ateliers du Nord‑Est de la Gaule. mi­ nary Report on the Late Roman, Byzantine
263. B.  Štefanac, Staklene kapaljke s antike and Early Islamic Glass Finds, MDAIK, 64, 2008,
nekropole Relja u Zadru/Glass Pouring Vessels from p. 137‑148 : mobilier abondant (nmi 840 dont 457
the Roman‑era Relja Necropolis in Zadar, VjesDal, datables de l’époque romaine tardive au déb. de
102, 2009, p.  109‑127 ; id., Bird‑Shaped Dropper l’époque islamique) provenant des habitations en
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 105 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           105

terre crue installées dans le temple de Chnoum. tardif (coupelles, assiettes, lampes, quelques pièces
Intéressantes constatations sur la fausse image qu’on à décor abrasé ou soufflé dans un moule du ive s.).
pourrait avoir de la datation des gobelets coniques à On regrette qu’il n’y ait pas de comptage systéma-
lèvre coupée, généralement des ive‑ve s., mais qu’on tique du matériel.
trouve ici encore dans des contextes bien plus tar- 270. R. Kucharczyk, Glass from Area F on Kom
difs en tant que matériel résiduel. Typochronologie el‑Dikka (Alexandria), PolAMed, 19, Reports 2007
des différents types de bases et de pieds. Pour les [2010], p. 56‑70 : l’ « Area F » correspond au dépo-
bases annulaires à stries, que l’a. date à partir des toir lié à l’activité des grands thermes reposant sur
contextes disponibles à Assouan des ve‑vie  s., on des niveaux domestiques du Haut‑Empire et creusé
a aussi probablement affaire à des problèmes de de fosses à l’époque mamelouke. Il a livré un abon-
mobilier résiduel, ou bien d’approvisionnement, car dant mobilier en verre principalement daté entre la
ce type de pied apparaît dans des contextes assurés fin du ive s. et le viie s., avec surtout des flacons et des
du ive s. dans les sites du désert libyque. balsamaires communs, ou bien à fil appliqué tur-
267. D.  Keller, The Town of Syene. Report on quoise ou vert formant base ou à base dentelée (plu-
the 5th and 6th Season in Aswan. Glass Finds from tôt des formes ouvertes ?), et aussi quelques flacons
the Fill of the Cellar 4‑13‑45, MDAIK, 64, 2008, à décor soufflé dans un moule dont un balsamaire
p.  351‑356 : le remblai de cette cave, opéré sans bicéphale, ou à décor appliqué, quelques formes
doute en une seule phase au plus tard vers 90 apr. ouvertes dont une très intéressante série d’assiettes
J.‑C., comprenait un nmi de 17 verreries, pourcen- carénées ou couvercles (?) à décor de cercles sécants,
tage négligeable par rapport au nmi de 1 790 céra- sans doute de production locale, quelques gobelets
miques. Ils se répartissent entre un vase mosaïqué, et lampes et une importante quantité de verre à vitre
un plat caréné moulé vert, et en verre soufflé un bol soufflé en cylindre.
à lèvre ourlée vers l’extérieur, un gobelet conique à 271. M.  Mossakowska‑Gaubert, La verrerie
lèvre coupée, un à dépressions, un vase fermé sphé- de l’ermitage  85 à Naqlun. Rapport préliminaire,
rique incolore à décor de rainures, un unguentarium PolAMed, 18, Reports 2006 [2008], p.  213‑219 :
à fil appliqué, un unguentarium et trois balsamaires parmi les 59 objets mis au jour, à l’exception d’une
bleu‑vert. pièce, dans des couches de surface ou résultant de
268. R.  Kucharczyk, Glass Finds, dans pillage, on note un groupe important d’assiettes et/
H. Szymanska, K. Babraj, Marea 1. Byzantine Marea. ou de bols (76 %), un flacon à décor cannelé (plutôt
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Excavations in 2000‑2003 and 2006, Cracovie, 2008, que rubané), ainsi que des lampes coniques (17 %)
p. 129‑143 : verre creux et verre à vitre, déjà en par- dont une à fond convexe massif. L’ensemble est
tie présentés dans 2006.225, 2009.160 et ici‑même daté, peut‑être un peu trop tard, de la seconde moi-
no 184, provenant d’un établissement thermal de la tié du ve s.
station de pèlerinage de Marea/Philoxénité à 40 km 272. M.‑D.  Nenna, Le matériel en verre et en
au sud‑ouest d’Alexandrie, datés entre le ve et le faïence (prospections et fouilles P1, P2, P3 et P4,
viie  s., avec une concentration des découvertes du 2000‑2005), dans U. Hartung et al., Tell el‑Fara’in
vie jusqu’au milieu du viie s. Les bouteilles et flacons ‑ Buto. 9. Vorbericht, MDAIK, 63, 2007 [2009],
dominent, vu le contexte général (on aurait sou- p.  147‑152 : à côté d’une série de balsamaires
haité des comptages), avec notamment des pièces venant d’un contexte balnéaire, le mobilier prove-
à col en tulipe et fond enfoncé régulièrement en un nant de la fouille des ateliers de potiers comprend
verre bleuté caractéristique, qui, à mon sens, sont deux lots, l’un du ier  s. avec coupes côtelées, frag-
de fabrication locale et sont au moins attestées ment de verre peint, et gobelets, l’autre recueilli en
jusqu’au début du viiie s. surface daté du ive s.
269. R.  Kucharczyk, Glass from Houses 1 and 273. M.‑D.  Nenna, The Glass Vessel Decor of
2 in Marina el‑Alamein, PolAMed, 19, Reports 2007 a Funerary Chapel in the Bagawat Necropolis,
[2010], p.  114‑130 : l’abondant mobilier provient Kharga Oasis, Egypt, no 18, p. 199‑214 : l’une des
essentiellement du comblement de deux citernes chapelles funéraires portait un décor unique de
de la Maison  1, qui semble résulter d’une déposi- près de 70  vases ou fragments de vase incrustés
tion progressive dans la mesure où, dans la citerne dans le dôme de la chambre intérieure (aujourd’hui
orientale, comme dans la citerne occidentale, le conservés au Metropolitan Museum) qui forme un
mobilier s’étend chronologiquement du iie au contexte clos de type inhabituel, témoignant des
début du ve s., avec une prédominance du mobilier choix des décorateurs (notamment au niveau des
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 106 / 258 18

106          Marie‑Dominique Nenna

couleurs), mais offrant aussi une image intéressante d’une série de boutiques, aménagées au milieu du
de la verrerie en usage au ive s. ier  s.
apr. J.‑C., a mis au jour dans des contextes
274. Fl.  Silvano, Roman Glass from the Fayum bien déterminés des lots surtout de vases à boire.
Oasis, Egypt, no  20, p.  222‑226 ; ead., Il vetro Les niveaux antérieurs à la construction ont livré
dipinto di Medinet Madi, EgVicOr, 32, 2009, notamment des bols côtelés, une coupelle blanc
p.  25‑29 ; ead., Alcune considerazioni sul vetro opaque Is. 2, un bol Is. 12 à nombreuses rainures
inciso di Medinet Madi, EgVicOr, 33, 2010, extérieures, ainsi qu’un canthare et un modiolus.
p. 47‑53 : sélection de mobilier provenant de la Dans les niveaux liés à l’activité des boutiques
zone au sud du temple (C) aux deux crocodiles : (deuxième moitié ier s.‑milieu iie s.), on retrouve des
applique à tête féminine, couvercle (?) à décor nilo- formes équivalentes, ainsi que des formes ouvertes
tique peint inversé, fragments de verre peint et doré soufflées (gobelets à dépressions, soufflés dans un
(décor végétal et figuré), coupes à décor de facettes moule, coupelles à anses festonnées) et des bou-
en grain de riz ou contiguës, gobelet cylindrique à teilles prismatiques, dont certaines à marque et
décor gravé végétal divisé par des colonnettes. une à embouchure en collerette, avec une amulette
Voir aussi nos 112‑113, 171‑173, 184, 414. moulée en forme de Bès résiduelle.
Espagne France
275. Bl. Gamo Parras, Un material frágil y olvi- 278. L.  Alonso, La verrerie des tombes à inhu-
dado. El estudio del vidrio de época visigoda en mation de l’Antiquité tardive. La Sentinelle (Nord),
Hispania, dans El tiempo de los “Bárbaros”. Pervivencia no  26, p.  63‑70 : des 25  sépultures en coffrage de
y transformación en Galia e Hispania (ss. V‑VI d.C.), bois datées à la charnière des ive et ve  s., 12 sont
Zona Arqueologica, 11, 2008, p. 476‑487 : utile mise pourvues de mobilier et 7 de verreries (l’ensemble
au point sur la verrerie en usage à l’époque wisi- du mobilier est présenté pour chacune des tombes,
gothique (vie  s.‑déb. viiie  s.) avec une présentation ainsi que sa position) qui se répartissent entre des
des catégories principales : cruches et flacons, bols gobelets Is. 96, des bouteilles Is. 101, des gobelets
tronconiques (« palm cups »), cylindriques et hémis- à dépressions Is. 110/117. On note aussi une belle
phériques, flacons sur pied à très haute jambe, par- bouteille à 4 anses Is. 129 et une grande cruche à
fois soufflés dans un moule, gobelets coniques, à décor spiralé Is. 120d.
pied bas ou à pied à haute jambe, cornes à boire. 279. V. Arveiller, N. Vanpeene, Verres romains
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


276. M.  D.  Sanchez De Prado, La vajilla de soufflés dans un moule. Le Nord de la France, no 22,
vidrio durante la antigüedad tardía en el conven‑ p.  159‑168 : pour le ier  s., on note bols et coupes
tus carthaginiensis, BSAA Arqueologia, 75, 2009, à décor cannelé, gobelets à décor d’amandes, de
p. 159‑200 : à partir de l’analyse d’une série de sites triangles, ou bien végétal et géométrique (on consi-
de bord de mer et de l’intérieur du quart sud‑est dère plus fréquemment les « zarte Rippenschalen »
de l’Espagne, riche synthèse sur la vaisselle de verre et les cruches à décor de côtes comme soufflées à
en usage en trois grandes périodes, fin ive‑milieu la volée) ; pour les iie‑iiie  s., flacons à deux anses
ve s., vie s., premier tiers du viie s., qui montre pour bicéphales, en forme de grappe de raisin, de
la première période une vaisselle homogène à bord coquille et barillets trapus à décor géométrique ;
coupé jaune‑vert/vert olive aux formes bien connues pour le ive  s., des flacons bicéphales ou en forme
en Méditerranée occidentale (Is. 96, 115‑116, 120, de singe musicien, des gobelets à décor de cercles
124), et aussi des balsamaires bicéphales et une concentriques et de belles coupes basses à décor
belle cruche cylindrique à décor géométrique incisé, couvrant géométrique et toute une série de formes
pour la seconde un nouveau répertoire (bols bas, à décor de côtes hélicoïdales.
gobelets à pied, lampes à pied tubulaire), et pour la 280. K.  Boulanger, R.  Jude, H.  Cabart,
troisième un répertoire encore plus limité, dans la Le mobilier en verre de Cutry «  La Hache  »
même tradition, avec des pièces étonnantes comme (Meurthe‑et‑Moselle), Bull. AFAV, 2009, p. 27‑30 :
les bouteilles à pied à très haute jambe moulurée deux groupes de respectivement 8 et 18  inhuma-
(fig.  9). Ateliers secondaires identifiés dans la villa tions datés de la fin du ive  s.‑ déb. du ve  s. ayant
d’El Abir et le barrio de Benalúa proche d’Alicante. livré pour le premier 9 objets, pour le second seule-
277. M.  D.  Sanchez De Prado, Recipientes de ment 2, qui se partagent entre des gobelets ovoïdes
vidrio procedentes de un edificio de tabernas de à fond plat ou à base annulaire dont un à dépres-
Lorca, Murcia, Alberca, 6, 2008, p. 61‑84 : la fouille sions et picots, de hauts gobelets tronconiques à
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 107 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           107

fond plat ou pied refoulé, des flacons globulaires et comptages systématiques détaillés (techniques,
une grande cruche Is. 120 à décor de côtes spiralées couleurs, formes), on est à même de voir la part et la
soufflées dans un moule. variété des vases mosaïqués, « linear‑cut », côtelés,
281. H.  Cabart, Le verre des inhumations tar- imitant les formes de céramique, par rapport aux
dives de la Neuvelotte (Meurthe‑et‑Moselle), no 24, vases soufflés et soufflés dans un moule. Ces der-
p.  74‑77 : sur les 28  inhumations d’enfants et de niers sont peu nombreux (41 fragments, nmi 11),
jeunes adultes du ive  s., 22 contenaient un à trois en revanche la vaisselle soufflée est abondante et
vases en verre verdâtre à bulles et filandres, sans de forme variée, surtout dans le domaine des vases
décor ou à décor appliqué, et/ou de fines côtes spira- à boire. Le commentaire détaillé, qui accompagne
lées soufflées dans un moule. Ils se partagent entre le catalogue, replace la vaisselle de Fréjus dans le
des bols Is. 96 dont un à pastilles bleues et l’autre à splendide épanouissement des premières décennies
décor en nid d’abeille, des flacons à panse sphérique de l’artisanat verrier romain.
Is. 101 et 133, une bouteille cylindrique Is. 127 et 284. A.  de Pury‑Gysel, Le verre d’époque
une cruche Is.  120b, toutes deux de grande taille, romaine (ier‑ive siècles p.  C.) et un vase de cris-
coupelles et bols à base annulaire, gobelet caréné à tal de roche provenant des fouilles de la place
pied et gobelets tronconiques. à noter, trois pièces Camille‑Jullian à Bordeaux, Aquitania, 23, 2007,
rares : un « Guttrolf », un gobelet à pied bas orné p.  57‑102 : cet article préparé en  1992, dont la
d’épais filets en zigzags horizontaux et verticaux, et publication a été longtemps attendue, est un modèle
un autre décoré de fils appliqués sur toute sa hau- du genre en termes méthodologiques (nombreux
teur et de côtes spiralées soufflées dans un moule. tableaux : poids versus couleurs et formes, secteur de
On remarque aussi trois ensembles de perles et trois fouilles et chronologie, récapitulatif des formes ren-
bracelets en verre noir. contrées par état, classement typo‑chronologique
282. H. Cabart, Le verre de la nécropole à inciné- avec datations intrinsèque et extrinsèque, fonction
rations de Metz, avenue Malraux (Moselle), no 26, versus chronologie et planches récapitulatives des
p.  49‑54 : sur les 262  tombes à incinération, 15 formes identifiées). On note la très grande richesse
contenaient des urnes en verre qui se répartissent des formes et des techniques pour le ier s. apr. J.‑C.,
entre des vases globulaires Is. 67b, Is. 67c à décor majoritairement importées (nombreux verres de
de côtes soufflées dans un moule à pied rapporté couleur moulés, marbrés, reticelli, rubanés, mosaï-
ou formé par refoulement, et une urne Is.  63 à qués et soufflés à double couche, peints), ainsi que
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


anses en M. Une fosse a livré des séries de gobelets la présence, à côté de vases incolores, d’une coupe
à base annulaire refoulée, de bouteilles carrées et mosaïquée tardive (couche datée 130‑400).
d’aryballes ; le reste du mobilier est peu abondant. 285. A.  Desbat, L.  Robin, Un dépôt rituel du
283. S. Cottam, J. Price, Le verre de Fréjus : un début du iie siècle à Lyon, SFECAG, Actes du Congrès
corpus exceptionnel, no  26, p.  10‑18 ; eaed., The de Colmar 2009, 2009, p.  493‑500 : fosse compre-
Early Roman Vessel Glass, dans Chr.  Goudineau, nant 28 vases en céramique et au moins 7 en verre
D. Brentchaloff dir., Le camp de la flotte d’Agrippa à fonctionnant par paire, brûlés — deux modioli, deux
Fréjus.Les fouilles du quartier deVilleneuve (1979‑1981), patères à anse horizontale, une patère ou une louche
Paris, 2009, p. 185‑275 : la publication exhaustive (carte de répartition sur le territoire français), un
de ce mobilier déjà en partie connu, datant princi- pot —, témoignant, en l’absence d’ossements, d’un
palement de la première moitié du ier s. apr. J.‑C., dépôt secondaire à la suite d’une incinération ou
avec un petit lot du tournant de l’ère, offre, au‑delà d’une cérémonie funèbre commémorative.
de la beauté des pièces de couleur vive, mises en 286. I.  Doray, D.  Carru, Des sépultures du
valeur par de belles photographies, un point de ier  siècle av. J.‑C. découvertes au quartier du
référence sur la vaisselle de verre de cette période Bas‑Banquets à Cavaillon (Vaucluse), DocAMérid,
sous tous ses aspects. D’abord quantitativement, 31, 2008, p.  259‑286 : dans ce petit enclos funé-
3 700 fragments sur le site des Aiguières, 445 sur le raire privé, implanté à peu de distance de la voie qui
site de l’Argentière, pour un nmi respectivement de quittait Cavaillon en direction du Sud‑Est, à côté de
1 500‑1 800 et de 218 ; ensuite contextuellement, deux dépôts funéraires perturbés du ier  s. av. J.‑C.
puisqu’il s’agit de la vaisselle utilisée dans un camp dont l’un a livré un bracelet en verre violet, deux
militaire ; enfin typologiquement et technologique- sépultures en coffre monolithe du tout début du ier s.
ment. Le mobilier se répartit entre 30 % de pièces apr. J.‑C. La première (C) contenait un rare balsa-
moulées et 70 % de pièces soufflées. Grâce à des maire en verre soufflé à partir de plaquettes rubanées
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 108 / 258 18

108          Marie‑Dominique Nenna

blanches et violettes, issu non d’ateliers asiatiques, à décor d’amandes (nmi  : 25), céphaloforme
mais d’ateliers de Rome et la seconde (D) trois bal- (nmi : 1), à scènes mythologiques (nmi : 8), à
samaires Is. 6 (bleu foncé, incolore et violet) et des scènes de spectacles (nmi : 32), coupes et bols
fragments fondus de balsamaires incolores. à cannelures (nmi : 32), vases plastiques en forme de
287. F.  Dubreuil, Étude typo‑chronologique du grenouille, de fruit, de poisson, de datte (nmi : 5), de
verre, dans I.  Bertrand éd., 30  ans de découvertes grappe de raisin (nmi : 3), flacons d’origine orientale
archéologiques à Béruges (86), Chauvigny, 2008, ou occidentale. Deux tiers des objets ont été décou-
p.  175‑182 : à part deux fragments de verre poly- verts dans la zone littorale, le reste provient essen-
chrome, rubané et mosaïqué à baguettes florales de tiellement de la basse et moyenne vallée du Rhône.
tradition hellénistique, trouvés dans des contextes 291. D. Foy, Les apports de verres de Méditerranée
augustéens, le reste du mobilier de ce site du orientale, en Gaule méridionale, aux ive et ve siècles
Centre‑Ouest provient de contextes de la seconde apr.  J.‑C., no  20, p.  121‑129 : riche synthèse sur
moitié du ier et du iie s. (notamment gobelet soufflé les différents types de produits en provenance du
dans un moule et gobelet à décor d’arcades). Levant ou d’Égypte : blocs de verre brut himt, vais-
288. S.  D.  Fontaine, Le commerce du verre selle de verre (cruches et vases à base constituée
antique dans l’axe rhodanien. L’apport des fouilles d’un fil enroulé, vases à base avec stries et croisillons
subaquatiques d’Arles (Bouches‑du‑Rhône), no 24, [plutôt spécifiquement égyptiens], assiettes ovales,
p.  50‑53 ; ead., Les vases en verre, dans L.  Long, flacons bicéphales, conteneurs à décor abrasé), élé-
P.  Picard éd., César. Le Rhône pour mémoire. Vingt ments de parure (voir no 293).
ans de fouilles dans le fleuve à Arles, cat. expo. Arles 292. D.  Foy, Fioles bicéphales de la fin de
2009‑2010, Arles, 2009, p. 327‑329 : les dépotoirs l’Antiquité en Narbonnaise, no  22, p.  261‑266 : à
portuaires du Rhône à Arles n’ont livré qu’un petit l’occasion de la réunion de sept fioles mises au jour
lot de 47 objets datés de la seconde moitié du ier s. et en Narbonnaise, examen de la répartition de ce
du début du iie s. (surtout gisement A : bols côtelés type de flacon en Méditerranée, proposition d’une
moulés et soufflés dans un moule, bols Is. 12, sky- production égyptienne en raison de la qualité du
phos, plats, bouteilles carrés et cylindriques), tous verre olive ou jaune‑brun (himt), recensement des
de teinte bleutée à l’exception d’un fragment de quelques marques (croix, oméga), interrogations
coupe mosaïquée. L’a. le compare avec les dépotoirs sur la fonction de ces pièces, contenant peut‑être de
portuaires de Narbonne et de la Place Jules‑Verne à l’huile ou de l’eau bénite, et sur leur iconographie.
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Marseille (même faible diversité de formes avec pré- 293. D.  Foy, Souvenirs de pèlerinage dans
dominance des coupes côtelées et bols Is. 12, homo- l’Antiquité tardive. Vaisselle, ampoules et bre-
généité des teintes, présence de petits éclats de verre loques en verre découvertes en Narbonnaise, dans
brut) et s’interroge à raison sur le lieu de production X.  Delestre, H.  Marchesi éd., Archéologie des
des vases, Italie, Orient ou Gaule (ateliers de Lyon). rivages méditerranéens. 50 ans  de recherche (Arles,
289. S.  D.  Fontaine, Les pratiques funéraires, 2009), Paris, 2010, p.  303‑311 : l’a. consacre ici
dans F. Blaizot et al., Archéologie d’un espace subur‑ une étude particulière aux flacons bicéphales por-
bain de Lyon à l’époque romaine, Gallia, 67.1, 2010, tant parfois une marque, en verre jaune‑vert, d’ori-
p.  54‑66 : urne Is.  67a avec son couvercle Is.  66a gine égyptienne, ainsi qu’aux pendentifs à décor
dans un dépôt de crémation, mais ne contenant estampé syro‑palestiniens pour lesquels elle pro-
aucun ossement, et un balsamaire‑chandelier conte- pose de nouvelles identifications : scène de mariage
nant des ossements, mais le col étant brisé, il s’agit avec personnage masculin portant un vase, dieu
sans doute d’une pollution. Sabazios et aigle.
290. S.  D.  Fontaine, J.  Roussel‑Ode, Vases 294. D.  Foy, Verres des iie et iiie siècles à Arles
soufflés‑moulés du Haut‑Empire trouvés en (Bouches‑du‑Rhône). Les fouilles de la place
Narbonnaise, no  22, p.  177‑203 : présentation Jean‑Baptiste Massillon 2009, no 26, p. 27‑32  : mobi-
actualisée depuis 2006.74 et 2006.399 et très soi- lier en verre incolore, souvent mal conservé et très
gnée qui recense 152 objets qui se partagent entre fragmenté sans doute en raison d’un verre pauvre en
des formes ouvertes (129  ex.) et des formes fer- chaux. Parmi les cinq ensembles de niveaux de crue
mées (23  ex.)  souvent attestées en un seul exem- distingués, l’un d’entre eux, daté du iie s., a livré un
plaire : skyphos de l’atelier d’Ennion (nmi : 1), fond estampillé C.LUCRETI.FESTIVI avec au
gobelets orientaux avec ou sans inscription (nmi : centre F[C]L, l’autre, daté de la seconde moitié ou
13), à décor végétal ou géométrique (nmi : 16), de la fin du iie s., une large embouchure moulurée
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 109 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           109

de cruche. Des comblements et des remblais datés mobilier en verre apparaît dans quelques contri-
du iiie  s. proviennent une série de gobelets, larges butions de ce beau catalogue d’exposition  avec
ou étroits, cylindriques ou ovoïdes reposant sur des les vases‑ossuaires en verre assez peu nom-
pieds annulaires formés généralement par replie- breux (p.  166‑167), la vaisselle des inhumations
ment, dont certains portent une goutte de verre (p. 172‑173) et les rituels de surface (p. 183).
supplémentaire au centre du fond, un décor gravé 298. M.  Guérit, La nécropole du Bas‑Empire
ou enfin des dépressions, des coupelles moulées du site de « La Callotière » au Boullay‑Mivoye
à marli, un type de coupe soufflée à large rebord (Eure‑et‑Loir), no 26, p. 105‑112 : sur les 38 inhu-
ondulé, reconnu dans d’autres fouilles d’Arles et un mations datées de la deuxième moitié du ive s. à la
fragment de vase fermé à anse plissée avec de hauts première moitié du ve s., 15 (ensemble du mobi-
ressauts, d’origine septentrionale. lier présenté) comprennent de la vaisselle de verre
295. D.  Foy, S.  D.  Fontaine et al., Verres souf- qui se répartit entre des bols ovoïdes Is.  96, des
flés dans un moule à décor de scènes de spec- coupes à dépressions Is. 117 et un gobelet tronco-
tacles. Réactualisation de la documentation nique Is. 106d, et/ou des éléments de parure : perles
découverte en France, no  22, p.  85‑112 : 57  frag- monochromes de types et de couleurs variés (bleu
ments de ces bols cylindriques ou ovoïdes fabri- cobalt, incolore, ambre, verdâtre, vert émeraude)
qués au milieu et dans la seconde moitié du et perles polychromes à filets et pastilles jaunes et
ier s. apr. J.‑C. viennent s’ajouter aux 98 pièces recen- rouges.
sées dans le corpus publié en 1998 (voir 2001.95). 299. S.  Hurard, Saint‑Pathus, «  les petits
L’ensemble montre une répartition équilibrée sur le Ormes  » (Seine‑et‑Marne). Une collection de
territoire français avec des découvertes dans diffé- verre en contexte d’habitat à la transition entre le
rents types de contextes —  nécropoles, ateliers de Bas‑Empire et le Haut Moyen‑âge, no 24, p. 82‑84 :
verrier, dépôt portuaire, sites militaires  —, avec deux ensembles, l’un du ve s. (bols ovoïdes et petits
des cartes de répartition des différents types, ainsi gobelets globulaires en verre vert olive, pour cer-
que l’utilisation d’une grande variété de moules. tains, à décor de festons blancs), l’autre des vie‑viie s.
L’iconographie complexe de ces gobelets apporte (gobelets tronconiques, caréné et cornet en verre
de multiples renseignements sur l’architecture bleuâtre, incolore et vert‑jaune). On note un gobelet
du cirque (ici, certainement le Circus Maximus de Is.  109 enchâssé au niveau du pied dans une fine
Rome) et sur l’équipement et la communauté des plaque en alliage cuivreux, peut‑être utilisé comme
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


gladiateurs et des participants aux courses de chars lampe isolée.
(noms inscrits). 300. Fr. Labaune‑Jean, Une pièce exceptionnelle.
296. S. Fünfschilling, Le verre gallo‑romain de Le plat de type Isings 97c de Corseul, Patrimoine.
Châteaubleau, dans F. Pilon éd., Les sanctuaires et les Bulletin de la Société Archéologique de Corseul‑la
habitats de Châteaubleau (Seine‑et‑Marne), (Dioecesis Romaine, 22, 2008, p.  3‑6 : plat ovale, imitant un
Galliarum, Document de travail, 8), Nanterre, modèle métallique, en verre incolore moulé plutôt
2008, p.  157‑202 : important corpus de verreries que soufflé dans un moule, à grandes anses plates
(750  objets dessinés) provenant des fouilles et des découpées et percées, daté par son contexte de la
prospections effectuées durant les cinquante der- fin du iiie s.
nières années à Châteaubleau, à 70 km au sud‑est 301. Fr.  Labaune‑Jean, Le verre en contexte
de Paris. Même si le mobilier est très fragmenté, funéraire dans le bassin de Rennes (Ille‑et‑Vilaine),
il donne une bonne image du verre romain du no  26, p.  71‑73 : sur les 22  sites funéraires recon-
Nord‑Est de la France entre le milieu du ier et la nus lors de récentes fouilles de l’Inrap, la verrerie
fin du ive s.‑déb. ve s. Classés par secteur de décou- est présente dans 13 et correspond à un total de
verte, ces verres usuels, avec peu de pièces remar- 21 objets qui appartiennent majoritairement à la fin
quables, semblent souvent trahir des occupations ou du ier s.‑déb. iie s.(seulement deux réceptacles à osse-
des activités chronologiquement assez bien cernées ments dont un pot carré, balsamaires fondus lors de
selon les secteurs, avec une prédominance à toutes la crémation) mais aussi aux ive‑ve s.
époques de la vaisselle de table, et particulièrement 302. Fr.  Labaune‑Jean, G.  Le Cloirec,
à boire, et des vases de stockage (bouteille carrées et Le verre antique de Carhaix (Finistère), chef‑lieu
rectangulaires à marque, barillets). des Osismes, no 24, p. 24‑29 : synthèse à partir des
297. Chr.  Goudineau éd., Rites funéraires à découvertes anciennes de nécropoles et récentes
Lugdunum, cat. expo. Lyon 2009, Paris, 2009 : le (fouilles de sauvetage urbaines) qui montrent la
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 110 / 258 18

110          Marie‑Dominique Nenna

présence notamment de balsamaires, de bouteilles à la disposition et à la fonction des objets et com-


carrées et de barillets à marque, d’un gobelet à paraison avec d’autres nécropoles françaises dans
décor serpentiforme, d’une belle série de verres gra- le cas de l’enfant, de Champagne‑Ardennes pour
vés tardifs et d’un verre décoré à la feuille d’or. On l’adulte.
note aussi la présence de déchets d’atelier de verrier 307. M.‑Th. Marty, Le verre antique dans un sec-
antiques, non encore précisément datés. teur artisanal de la cité des Rutènes. L’exemple du
303. Fr.  Labaune‑Jean, A.  Provost, La verrerie 11 rue des Frères‑de‑Turenne à Rodez (Aveyron),
antique de la villa de Mané Véchen à Plouhinec Bull. AFAV, 2009, p.  47‑57 : la phase d’époque
(Morbihan), no 24, p. 30‑35 : construction de la villa augustéenne n’a livré qu’une coupe côtelée ambre,
liée à l’économie maritime à l’époque sévérienne, la phase 2 (50‑100) a fourni la plus grande variété
avec une destruction de l’aile est en 282 ou peu de formes avec de nombreux vases à boire dont une
après et une réoccupation dans le reste du bâtiment série de calices, la phase 3 (100‑150) voit apparaître
qui cesse au cours du premier tiers du ive  s. Seul les gobelets à pied tronconique rapporté et se déve-
est présenté le mobilier de l’aile sud, bien daté du lopper l’usage des vases prismatiques, la phase  4
iiie s., qui comprend, à côté de formes usuelles (bols (120‑200) les gobelets à lèvre arrondie ainsi qu’une
Is. 85, bouteilles prismatiques à marque), une vais- coupelle à marli gravé de facettes.
selle luxueuse avec gobelet, bol et coupes à décor 308. M.‑Th.  Marty, Récentes découvertes
géométrique à facettes et croisillons ou tirets et un de verres antiques soufflés dans un moule, en
lot de vases à décor serpentiforme. Ariège (nécropole de Gabriélat à Pamiers), no  22,
304. C. Leblond, Le mobilier en verre du sanc- p.  205‑208 : de la fin du ier‑déb. iie  s., l’une des
tuaire gallo‑romain de Mirebeau‑sur‑Bèze (Côte tombes à incinération, probablement d’un enfant,
d’Or), Bull. AFAV, 2009, p. 13‑18 : le verre apparaît de Pamiers, au sud de Toulouse, a livré 15  vases
dans ce contexte cultuel de l’époque augusto‑tibé- en verre (voir n.  6), 18 en céramique et quelques
rienne jusqu’à la fin du iie  s. Le répertoire des objets de bronze. Parmi la verrerie, on note un gobe-
formes est assez pauvre (essentiellement des vases let à décor d’épis verticaux, un autre à décor d’épis
à boire dont des gobelets à décor d’amandes au entrecroisés et cercles concentriques et un curieux
sein d’une résille, et des pots) et le verre bleuté de flacon hexagonal ou octogonal dont le fond et la
qualité médiocre, une quantification fonctionnelle partie inférieure de la panse portant des feuilles cor-
en fonction des trois périodes retenues aurait été la diformes sont seuls conservés.
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


bienvenue. La datation extrinsèque du bol complet 309. A. Moirin, Le mobilier en verre de la nécro-
no 25 (Is. 85) devrait amener à réviser la datation de pole de Marigny‑les‑Usages (Loiret) dans son
la fosse d’où il est issu, sans autre matériel associé contexte archéologique, no 24, p. 69‑73 : nécropole
(iie‑iiie s. plutôt que fin ier). du dernier tiers du ive  s. ayant livré 27  sépultures
305. Fr. Le Boulanger, L. Simon, Les objets en dont 7 comprennent des verreries — 3 bols Is. 96
verre de la nécropole de Saint‑Marcel (Morbihan), dont un de petite taille, 3  gobelets tronconiques
no  24, p.  78‑81 : nécropole rurale d’une cinquan- Is.  106a, 2  bouteilles à panse sphérique Is.  101
taine de tombes qui a fonctionné de la fin du dont une en verre vert olive à côtes soufflées dans
ive à la fin du ve s. au moins, voire jusqu’au premier un moule, un barillet de petite taille. En deux cas,
tiers du vie s. Seules 9 tombes ont livré de la verre- il s’agit du seul mobilier de la tombe ; une tombe
rie : deux gobelets tronconiques Is. 106, dont l’un à d’enfant comprend les vases de taille réduite.
décor de zigzags appliqués en trois registres, coupes 310. A.  Moirin, La vaisselle en verre issue de
Is. 116 et coupes tronconiques à décor de filets et de contextes du iiie siècle dans le Cher (France), no 20,
festons blancs, deux vases fermés à panse globulaire. p.  189‑198 : analyse du mobilier issu de quatre
306. A.  Louis, Le mobilier en verre de deux gisements du centre de la France montrant la pré-
tombes découvertes à Arcis‑sur‑Aube « le prieuré » dominance des gobelets AR  98.1‑2, pour lesquels
(Aube), Bull. AFAV, 2009, p.  41‑45 : présentation une production locale est supposée, et mettant en
de deux tombes voisines à cercueil en bois, l’une exergue les relations avec les corpus du Nord‑Ouest
d’un enfant âgé entre six mois et un an comprenant (barillets, gobelets à décor de picots et pots Is. 94)
un bol Is.  85 et un flacon à bec tubulaire placés et Nord‑Est (bouteilles Is. 100a et 127, bols hémis-
tous deux de champ, à l’inverse des récipients céra- phériques à décor de facettes) de la Gaule.
miques, l’autre d’un adulte dotée d’un bol Is. 85 et 311. A. Moirin, L. Simon, Le verre soufflé dans
d’une bouteille carrée. Attention particulière portée un moule dans les régions du Centre‑Ouest et du
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 111 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           111

Sud‑Ouest de la Gaule, du ier au ive siècle, no  22, 315. J.  Roussel‑Ode, Le verre antique de la
p.  169‑175 ; L.  Simon, Verres moulés à scènes de haute vallée du Jabron au Nyonsais et à l’Enclave
spectacle découverts à Bordeaux, Aquitania, 25, des Papes. Premières données, Société d’Études
2009, p.  107‑113 : présentation synthétique sous Nyonnaises, Terre d’Eygues, 42, 2008, p.  33‑38 :
forme de tableau et de planches des types des vases recueil, sur des sites ruraux de cette micro‑région
décorés, parmi lesquels on note des pièces origi- de la Drôme, du mobilier en verre le plus souvent
nales comme le bol à décor géométrique d’Antigny inédit : verre mosaïqué, coupes côtelées, assiette
(fig. 2.4), le flacon de Baugy (fig. 3.17) et le flacon carénée moulée et belle série de vases soufflés dans
de Poitiers (fig. 4.23). Six nouvelles attestations de un moule (gobelet à décor d’amandes) et à la volée
bols à course de chars à Bordeaux. du Haut‑Empire.
312. C.  Munier, Vitreux (Jura) « sur l’abîme ». 316. J. Roussel‑Ode, La verrerie antique de Die,
Un petit ensemble de formes fermées en verre, Bull. révélatrice d’échanges, Chroniques du Diois, 9, 2008,
AFAV, 2009, p. 21‑26 : bouteille cylindrique Is. 61, p.  10‑11 : courte présentation de pièces inédites et
barillet inscrit, petit flacon incolore à décor vermi- souvent rares, comme un dilecythos, une coupelle
culaire à pied annulaire, flacon globulaire et cruche mosaïquée du iiie s. et un beau gobelet à panse sphé-
Is. 120b découverts dans un remblai de nivellement rique et fond convexe à facettes taillées.
de bâtiments du ive  s. La nature des formes et le 317. J.  Roussel‑Ode, Une boutique de verre à
fait qu’aucun récipient n’est complet, mais que l’in- Alba‑la‑Romaine (Ardèche) au iie s. de n. è., RAN,
dice de fragmentation (25 %) se rapproche de ceux 41, 2008, p. 285‑301 : très belle étude du mobilier
d’objets découverts dans des dépotoirs, alors qu’ils en verre (15,6  kg) découvert dans la couche d’in-
sont ici en position secondaire, évoquent un trans- cendie d’époque flavienne d’une boutique située
port de terres venues d’un contexte funéraire voisin. dans un complexe commercial ouvrant sur le cardo
313. S.  Raux, La vaisselle en verre du dépo- maximus sur le côté de l’Aire A. Plus de la moitié des
toir antique de la « rue Condé » à Nîmes (Gard), fragments sont en verre incolore à nuance verdâtre,
no  26, p.  39‑48 : le premier ensemble est daté des suivi par le verre bleu‑vert. Le nombre minimum
années  100‑130, le second de  140‑210, tous deux d’individus est de 306. Dominent les vases à présen-
ont livré essentiellement de la vaisselle à boire. Leur ter (71 % : coupes côtelées Is. 3, coupelles Is. 42a et
comparaison montre un changement d’approvi- 44, assiettes Is. 44), suivis des vases à boire (13 % :
sionnement dans les trois types de verre reconnus canthares et hauts gobelets à bord coupé ou à décor
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


(bleuté, incolore, « blanc opacifié » en fait incolore de facettes), des vases à verser (8 % : bouteilles car-
altéré) avec une baisse des deux premiers et une rées) et de vases de toilette (5 % : aryballes). Le
augmentation du troisième dans l’ensemble  2, et rangement à l’intérieur de la boutique devait être
un renouvellement des formes avec la modification effectué par types d’une même teinte.
des types des gobelets et les nombreuses coupelles. 318. J.  Roussel‑Ode, Le verre de la cour Nord
Utiles histogrammes de la répartition fonctionnelle du sanctuaire des Bagnols à Alba‑la‑Romaine
des vases et de la représentation de la verrerie par (Ardèche), no 24, p. 58‑61 : une série d’épandages
rapport à la céramique. successifs ont livré un mobilier usuel (à l’exception
314. L.  Robin, Mobilier en verre en contexte d’un vase gravé de grains de riz et d’un vase à décor
funéraire. L’exemple du site no 62 rue du comman- serpentiforme) relativement abondant, qui peut
dant Charcot, « le sextant », à Lyon (ier s. apr. J.‑C.), être daté au demi‑siècle depuis la première moitié
no  24, p.  62‑66 : mobilier abondant provenant de du iie jusqu’à la seconde moitié du iiie s. Il n’est pas
15 sépultures à incinération — 14 dépôts primaires, possible de savoir si les vases relèvent d’offrandes
1 dépôt secondaire — (nmi 107) ainsi que de fosses individuelles en eux‑mêmes ou comme contenant,
et des espaces de circulation (nmi 39), se répartis- ou bien s’ils servaient à l’officiant, ou plutôt à mon
sant en une faible variété de formes : les balsamaires sens à des banquets ; sur l’ensemble de la période, la
(Is.  8, 28a‑b) constituent 88 % du mobilier des vaisselle de table domine de loin le petit flaconnage
sépultures et seulement 8 % du mobilier des autres et les éléments de parure.
contextes ; le rapport s’inverse pour la vaisselle de 319. J. Roussel‑Ode, Un ensemble exceptionnel
table (Is. 3, 12, 41‑42, 48, AR 13.2) avec 12 % dans de verreries découvert dans une sépulture à inciné-
les sépultures et 92 % pour les autres contextes. ration de Graveson (Vaucluse), Bull. AFAV, 2009,
Toutes les sépultures comprenaient au moins un p. 31‑34 : tombe à incinération en coffre, ayant livré,
vase en verre et, dans le cas de la F4, 36 vases. outre une lampe en bronze, une plaque métallique
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 112 / 258 18

112          Marie‑Dominique Nenna

graduée, un pot en céramique et un jeu comportant facettes circulaires pour l’autre. Les skyphoi portent
un dé et des pions en pierre noire et blanche, 8 vases certainement pour deux d’entre eux l’inscription
en verre : une urne Is. 67a, une large coupe à anses grecque taillée en haut relief : ΚΑΛΩΣ ΖΗΣΑΙΣ.
en panier, un bol peu profond Is.  12, une cruche 323. L.  Simon, Enquête en cours sur la verrerie
biconique aplatie à embouchure trilobée, un askos en usage à Vannes durant la période gallo‑romaine,
zoomorphe, une petite gourde à deux anses ainsi no 24, p. 67‑68 : timide apparition à l’époque tibé-
qu’un amphorisque à fond pointu et un balsamaire. rienne et plus franche à l’époque claudienne, avec
Cinq autres vases étaient placés à l’extérieur contre des formes les plus souvent usuelles, quelques
la paroi méridionale du coffre : trois coupelles pièces plus rares (verre mosaïqué, reticelli, moulé, à
tronconiques moulées bleu cobalt, une autre petite décor de facettes).
gourde et une petite bouteille carrée. Ces formes 324. L.  Simon, La verrerie antique, dans
originales pour la région, sans doute de production C.  Sireix dir., La cité judiciaire. Un quartier subur‑
italienne, datent la sépulture des décennies centrales bain de Bordeaux antique (Aquitania Suppl.,
ou du dernier tiers du ier s. 15), Bordeaux, 2008, p. 323‑343 : deux ensem­bles
320. J.  Roussel‑Ode, Les thermes antiques bien documentés, le premier entre les années 15/20
de Belley (Ain), no  26, p.  55‑60 : les fragments de et 90, le second du milieu du iiie au ive s. Dans le pre-
verre à vitre étiré en verre bleu‑vert, verdâtre et inco- mier, la vaisselle de table domine avec une gamme
lore (plus de 4 kg) ont été découverts dans la zone étendue de formes : bols côtelés, coupelles (AR 6.1
du praefurnium et du « puits de lumière » des thermes et 8) et plateau (voir no  118) moulés de couleur
nord, dans des couches d’occupation du iie s. et sur- vive, bols soufflés à côtes étirées, variété de gobelets
tout des couches de démolition du iiie s. La vaisselle (Is. 12, 29, 32 et 34, 21 à facettes taillées), skyphos
en verre assez peu abondante, dont le contexte stra- et canthare, bouteilles carrées, certaines à marque.
tigraphique n’est pas mentionné, se répartit entre Dans le second, on note des gobelets Is. 85b et un
vases à boire et à présenter, vases à verser (bouteilles haut gobelet cylindrique sur pied à décor serpen-
carrées, cylindriques, barillets) et conteneurs à huile tiforme, des coupes Is.96 à décor de facettes tail-
parfumés (7 aryballes). lées ou de côtes soufflées dans un moule, puis des
321. A. Schmitt et al., Un ensemble funéraire du gobelets Is. 106c en verre incolore à décor incisé et
Haut‑Empire le long de la voie de l’Océan (Lyon Is. 109, et quelques flacons de toilette.
9e), RAE, 59, 2010, p.  287‑351 : cette zone funé- 325. L. Simon, Vases de prestige et verrerie d’usage
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


raire occupée entre 20 et 120/140 a livré pour un courant utilisés à Dax (Landes, France) au cours
peu moins de 150 structures funéraires, un nmi glo- de la période gallo‑romaine, no  20, p.  227‑234 :
bal de 301, mais seules 77 formes ont été identifiées, mobilier daté entre le milieu du iie s. et le iiie s. avec
en raison de la part importante de crémations et du notamment une bouteille carrée à décor de rosace,
caractère fondu de bon nombre d’objets. La partie un gobelet à décor appliqué vermiculaire, un col de
consacrée aux verres (p. 314‑316) laisse sur sa faim, flacon soufflé à partir de verre mosaïqué à imitation
pas de tableau récapitulatif des présences dans les de serpentine.
structures funéraires, ni des formes attestées, ni de 326. L. Simon, Verrerie gallo‑romaine de Bordeaux
la datation fournie par le mobilier associé, ou encore (Gironde, France). Le site du Cours du Chapeau
de l’évolution de la distribution des verres. On note Rouge, no 20, p. 235‑239 : mobilier essentiellement
la prédominance habituelle des balsamaires (Is. 6 et des ier‑iie s. avec bols côtelés, coupe mosaïquée, bols
8) et deux intéressants gobelets à décor de rainures et gobelets à lèvre coupée et décor meulé, coupe can-
dans une inhumation (fin ier s.). nelée et gobelet à décor de méandres ou de scènes de
322. C.  Seillier, Ensemble de verreries du spectacles soufflés dans un moule, gobelet à décor
iiie siècle apr.  J.‑C. provenant du castrum de la appliqué en maille.
Classis Britannica à Boulogne‑sur‑Mer. Note sur un 327. L.  Simon, La verrerie du site antique de
mobilier inédit, Rev. Nord, 89, 2007, p.  107‑111 : Ménil‑Froger (Orne, Basse‑Normandie), no  26,
découverte déjà ancienne (1982) mais revisitée p.  61‑62 : petit lot provenant d’un établissement
depuis peu, d’un coffret dans la couche d’incendie agricole, montrant des vases des ier‑iie  s., coupes
du fort datée de 268/269 renfermant un service de côtelées moulées et soufflées, boule Is. 10, cruches
verres à boire exceptionnel composé de cinq skyphoi et aryballe.
et de deux coupes hémisphériques aux décors gra- 328. D.  Simon‑Hiernard, Les flacons de verre
vés originaux, de poissons pour l’une, et de grandes en forme de grappe de raisin de la nécropole
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 113 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           113

romaine des Dunes à Poitiers, no  22, p.  229‑234 : ier s. (verre mosaïqué, moulé‑côtelé, soufflé dans un
les variantes A (grands flacons [H. jusqu’à 18 cm] moule, à double couche), les vases les plus courants
à gros grains ronds réguliers réalisés dans un verre sont les bouteilles carrées dont certaines portent
épais) et  B (petits flacons à grains serrés de fac- des marques de fabrique géométriques, on ren-
ture sommaire ornés sur chaque face d’une feuille contre aussi des vases à boire et à présenter en verre
de vigne) sont attestées par 15 exemplaires dans la bleu‑vert ou incolore, avec quelques pièces décorées
nécropole des Dunes (3 découverts en  2008) et, dont un fragment de verre gravé appartenant au
se trouvant dans les mêmes tombes, sont contem- groupe de Lyncée. À côté de quelques perles et bra-
poraines (iie‑iiie s.). Si la variante A est proche des celets polychromes, nombreuses perles segmentées
productions rhénanes, en revanche la diffusion de et de formes géométriques variées.
la variante  B ne dépasse pas le Centre‑Ouest de 333. H.  E.  M.  Cool, Finds Associated with the
la France, ce qui laisse supposer une production Bead Cache Pit, dans J. Kenney, Recent Excavations
régionale. at Parc Bryn Cegin, Llandygai, near Bangor, North
Voir aussi nos  41, 116, 118, 132, 143, 146, 156, Wales, Archaeologia Cambrensis, 157, 2008, p. 97‑99
158, 160, 162, 174, 179, 187. (pour plus de détails voir http://www.barbicanra.
Géorgie co.uk) : 230  perles annulaires en verre bleu cobalt
décorées de filets blancs ondés, d’un type déjà
329. E.  Baghaturia‑Kner, Late Antique/Early
connu en Grande‑Bretagne, mais jamais en si grand
Byzantine Glass Vessels from the Cemeteries of
nombre, et au moins seize perles en long cylindre en
Kodori and Machara Valleys (Georgia), no  31,
verre rouge opaque, elles aussi rares. Le lot déposé
p.  355‑368 : dans ces nécropoles du Nord‑Ouest
dans une fosse dans le courant du ier s. est sans doute
de la Géorgie, le mobilier en verre apparaît dans
à mettre en rapport avec un atelier de perles dont
37  tombes sur les 250  tombes explorées. À part
des vestiges de couleurs différentes ont été décou-
une coupe côtelée du ier s., il s’agit essentiellement
de lampes‑gobelets de formes variées, à décor de verts sur le même site.
pastilles bleues ou à décor de nid d’abeille ou de 334. H.  E.  M.  Cool, The Glass Flask, dans
cercles, soufflées dans un moule. On note aussi des N.  Holbrook, C.  Bateman, The South Gate
pièces à fils appliqués. Cemetery of Roman Gloucester excavations at
330. E.  Kakhidze, Apsaros. A Roman Fort in Parliament Street, 2001, Transactions of the Bristol
Southern Georgia, dans P. Guldager Bilde, J. Hjarl Gloucestershire Archaeological Society, 126, 2008,
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Petersen éd., Meeting of Cultures. Between Conflicts p.  96‑100  : découverte exceptionnelle pour la
and Coexistence (Black Sea Studies, 8), Aarhus, 2008, Grande‑Bretagne dans une tombe féminine d’un
p.  303‑332 : présentation synthétique, en anglais, amphorisque miniature décoré de grands filets ser-
de la fouille de ce site dont les verres remarquables pentants qui était fixé à l’origine à l’intérieur d’un
(notamment verres soufflés dans un moule) ont déjà vase de plus grande taille. Le vase auquel apparte-
été commentés dans 2009.282. nait cet amphorisque est attribué aux ateliers rhé-
331. T.  Shalikadze, E.  Kakhidze, Early nans et daté ca 200. Reconstitution du procédé de
Byzantine Glass Vessels from the Southwestern manufacture.
Littoral of Georgia, no  31, p.  369‑377 : présenta- 335. H. E. M. Cool, J. Price, The Glass Vessels,
tion sélective du mobilier provenant du fort d’Ap- dans H.  E.  M.  Cool, D.  J.  P.  Mason éd., Roman
saros, de la nécropole de Pichvnari, et du site de Piercebridge. Excavations by D.  W.  Harding and
Tsikhisdziri, avec notamment des unguentaria à P. Scott, 1969‑1981 (Architectural and Archaeological
fond profondément enfoncé et un gobelet à décor Society of Durham and Northumberland Research
appliqué en lunettes. Report, 7), Durham, 2008, p.  235‑240 avec trois
Voir aussi no 136. chapitres (commentaires et catalogues de la vais-
selle, du verre à vitre et des perles téléchargeables
Grande‑Bretagne sur http://archaeologydataservice.ac.uk/archives/
332. D.  Allen, The Glass Vessels, dans view/piercebridge_eh_2008/)  : trois périodes sont
A. Rushworth, Housesteads Roman Fort.The Grandest représentées sur ce site du Nord‑Est de l’Angle-
Station. Excavations and Survey at Housesteads, terre, juste au sud du mur d’Hadrien, avec un
1954‑95, Vol. 2. The Material Assemblages, Swindon, mobilier particulièrement abondant pour cette
2009, p. 471‑475 et 568‑573 : sur ce site voisin du région. Peu nombreux, les objets de la fin du
Mur d’Hadrien, à côté de quelques fragments du ier  s.‑déb. iie se répartissent principalement entre
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 114 / 258 18

114          Marie‑Dominique Nenna

gobelets incolores à rainures et bouteilles carrées un nmi de 49 vases (44 vases de table et 5 conte-
et cylindriques. Dans les contextes du milieu du iie neurs, avec en outre 18 perles et 68 fragments de
au milieu du iiie s. où le verre est le plus abondant, verre à vitre.) L’ensemble est daté surtout des iie
à côté de gobelets Is.  85 particulièrement nom- et iiie s. avec quelques fragments du milieu du ier s.
breux, de bouteilles carrées bleutées et cylindriques et du ive  s. À part quelques exceptions, il est très
incolores et de vases à décor de facettes, on note fragmentaire et évoque un recyclage systématique.
un gobelet Is. 85 à décor peint de combat de gla- Plus de la moitié des fragments proviennent d’un
diateurs, un fragment de verre gravé du groupe de dépôt sans doute de type religieux daté du iiie  s.,
Lyncée et une coupelle à base annulaire en verre qui a livré trois vases presque complets — un flacon
mosaïqué violet et blanc, trouvés tous deux dans globulaire à décor de lignes incisées sur toute la
des contextes de la seconde moitié du iie s., un bon panse et deux cruches à décor côtelé et anse en
nombre de fragments à décor serpentiforme et un chaînette  —, à côté de pièces plus fragmentaires.
flacon en grappe de raisin. À partir du milieu du On note la présence de vases à décor serpentiforme
iiie s. et au ive s., s’imposent les coupes hémisphé- et de coupes gravées de facettes.
riques et les gobelets tronconiques, à lèvre coupée, 338. J.  Price, Late Roman Glass Vessels in the
puis arrondie, et, beaucoup plus rare par sa couleur, Hadrian’s Wall Frontier Region, dans R.  Collins,
un bol en verre bleu foncé. Des fragments de verre L.  Allason‑Jones éd., Finds from the Frontier.
à vitre étiré ont été trouvés à proximité des bains Material Culture in the 4th‑5th  centuries (Council for
de la villa et du fort, où le vitrage a été en partie British Archaeology Research Report, 162), York,
renouvelé par des vitres en verre soufflé au ive  s. 2010, p. 37‑49 : après une synthèse sur les formes
Parmi le petit mobilier, on note, majoritairement en usage en Grande‑Bretagne au ive  s., (diverses
d’époque romaine tardive, des perles monochromes formes de bols et de gobelets, accompagnés d’un
de types variés et quelques perles dorées, ainsi que nombre limité de vases à verser), concentration sur
des bracelets, des pions et des épingles à cheveux. le cas particulier du mobilier en usage dans les forts
On trouve dans le texte imprimé une analyse fort gardant le mur d’Hadrien et les sites juste au sud
intéressante du mobilier de ce site par comparaison de la frontière. Dans tous les forts, à l’exception de
avec d’autres assemblages qui met en exergue son ceux de South Shields et de Binchester, la vaisselle
caractère très particulier, sans doute lié au moins de verre (vases à boire communs et quelques rares
pour les pièces découvertes dans la villa à une pièces de luxe) représente une part très faible du
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


consommation lors de banquets de notables. mobilier, beaucoup plus faible qu’à la période précé-
336. J. Price, Glass, dans E. Price éd., Frocester. dente. Sortent de l’ordinaire une série de vases gravés
A Romano‑British Settlement. Its Antecedents venus de Rhénanie et d’Italie, le mobilier d’une riche
and Successors, vol. 3. Excavations 1995‑2009, villa (Quarry Farm) qui a livré les fragments d’une
Gloucester, 2010, p.  141‑155 : le mobilier se coupe à éléments mosaïqués insérés dans la paroi
répartit en nmi entre 14  vases bleu‑vert de la interne, de production égyptienne, et une sépulture
fin du ier‑iie  s. (bouteilles et pots prismatiques), (de militaire) avec une bouteille originaire du Nord
15  vases incolores datés principalement de la fin de la France. Les verres semblent uniquement pro-
du iie‑iiie  s., et 14  vases incolores à verdâtres du venir des demeures des officiers, ou bien de riches
ive s. Parmi ces derniers qui montrent la plus villas, sans doute pour des raisons de prix ou d’habi-
grande variété de formes, on note un beau frag- tudes d’une population pas ou plus habituée à uti-
ment de coupe gravée appartenant au groupe liser le verre.
rhénan « parallele Schliff‑furchen » montrant une 339. J.  Price, S.  Worell, Roman Glass, dans
scène de chasse au filet. Parmi les éléments de I. Ferris, The Beautiful Rooms are Empty. Excavations
parure, on relève des jetons en verre mosaïqué vert at Binchester Roman Fort, County Durham 1976‑1981
à tubes jaunes et blancs, trouvés dans des contextes and 1986‑1991, Durham, 2010, p.  268‑332  ;
de la fin du iiie‑ive s. S.  Paynter, Analyses of Colourless Glass, ibid., p.
337. J.  Price, Vessel and Window Glass, dans 333‑338 : longtemps attendue (la rédaction date
T.  Light, P.  Ellis, Bucknowle. A Romano‑British de  1998), cette contribution offre un lot de verres
Villa and its Antecedents. Excavations 1976‑1991 abondant et diversifié du camp de Binchester dans
(Dorset Natural History and Archaeological Society le Nord‑Est de l’Angleterre qui s’étend chronolo-
Monograph, 18), Dorchester, 2009, p.  93‑109 : la giquement de la date de fondation du fort autour
fouille a livré 703 fragments ou éclats de verre pour de 79 jusqu’au début du ve s. Parmi les pièces des
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 115 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           115

années 80‑150, on relève un plateau rectangulaire décoratives et aux usages de la verrerie, et, enfin,
et une trulla en verre incolore moulé à décor de un chapitre conclusif qui replace les vases dans
facettes ainsi qu’un gobelet à inscription grecque leurs horizons chronologiques (fin ier av.‑déb. ier  s.
ΕΥΦΡΑΙΝΟΥΕΦΩΠΑΡΕΙ soufflé dans un moule ; apr., ier‑déb. iie  s., milieu iie‑iiie  s., milieu iiie‑ive  s.,
le mobilier plus usuel est composé de bols Is. 12, de ive‑ve  s., ve‑vie  s.) et donne des tableaux de quan-
gobelets à décor de facettes ou de listels en relief, à tification des usages en fonction de ces horizons.
dépressions ou à décor meulé, de bols à lèvre tubu- Dans les annexes, on trouve la liste de contextes
laire, de cruches et de bouteilles carrées et hexa- examinés avec des commentaires sur le mobilier
gonales. Dans les années  150 à  300, dominent les associé (nécropole orientale [p.  395‑412], nécro-
vases à boire incolores cylindriques ou convexes, et pole occidentale [p.  412‑430], sites intra muros
les bols à décor gravé géométrique ou figuré (2 ex. [p. 430‑437 et p. 444‑445 : plan de situation], envi-
du groupe de Lyncée). À partir de 300, la matière rons de Thessalonique [p. 437‑442]), un glossaire,
change avec l’apparition d’un verre plus bulleux ver- les tables de concordance entre nos de catalogue et
dâtre, à côté du verre incolore et du verre bleu‑vert nos d’inventaire de fouilles, une série de tableaux
moins fréquents, la vaisselle à boire domine avec typochronologiques donnant l’extension chronolo-
notamment des fragments de gobelets et de coupes gique des types, puis les planches de dessin et de
gravés (3 ex. du groupe « Wint Hill »), mais contrai- photos en couleurs. Cet ouvrage très soigné fera
rement à d’autres sites, la vaisselle à verser et à date, car c’est la première monographie entièrement
stocker est bien représentée (cruches, flacons, deux dédiée à la verrerie soufflée en Grèce et la première
diota). Parmi le petit mobilier, on note 3 bracelets, à se concentrer sur la Grèce du Nord, et qu’on dis-
87  perles qui se répartissent en 11  types souvent pose ainsi, surtout pour l’époque romaine tardive,
diffficiles à dater précisément, ainsi que 33  jetons, d’un ample répertoire des formes et des décors.
dont deux à décor multicolore tacheté et d’autres Pour un résumé en anglais, voir id., Glass Vessels
retaillés à partir de fragments de vases. Quelques from Roman and Early Christian Thessaloniki and
éléments dont un mors atteste la présence d’un arti- its Surroundings (1st century BC ‑ 6th century AD),
sanat verrier sur le site. Quarante vases incolores no 20, p. 74‑79.
de divers types ont été analysés montrant la pré- 341. A.  Antonaras, Glassware in Late Antique
sence de quatre groupes de composition (voir déjà Thessaloniké (Third to Seventh Centuries C.E.),
2009.72) dont un groupe avec un très faible pour- dans L.  Nasrallah, C.  Bakirtsis, S.  J.  Friesen
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


centage de barium et un très haut taux d’antimoine éd., From Roman to Early Christain Thessaloniké.
caractéristique des vases moulés à facettes. On note Studies in Religion and Archaeology, Cambridge,
aussi des taux de plomb variant fortement entre les Mass., 2010, p.  301‑334 : cet article commente
pièces antérieures et postérieures à  150, montrant de manière synthétique les verreries découvertes à
sans doute une origine ou une façon différente de Thessalonique et l’évolution de leurs usages (voir
préparer l’antimoine. aussi no 336) et ajoute des informations sur le verre
à vitre, les éléments de parure (perles, bracelets et
Grèce
bagues), et le verre employé dans les décors muraux
340. A.  Antonaras, Romaïki kai Palaio­ et pavimentaux en mosaïque.
christianiki ualourgia 1os ai. p.  Ch. ‑ 6os ai. m. Ch. 342. A.  Antonaras, Glass Doves and Globes
paragogi kai proïonta. Ta aggeia apo ti Thessaloniki from Thessaloniki. North Italian Imports or Local
kai tin Periochi tis, Athènes, 2009 : ce fort volume Products?, no 29, p. 27‑33 : révision de 2009.112 :
de 610 p., issu de la thèse de l’a., comprend après les oiseaux et les boules de Thessalonique (conte-
les chapitres initiaux dédiés à la technologie du neurs à cosmétique en poudre) sont étudiés à
verre, aux ateliers localisés à Thessalonique et aux nouveau : la concentration des découvertes dans
possibles productions locales (voir ici no  209), cette ville (40  oiseaux et 30  boules), alors que
la présentation du mobilier (754 nos de cata- ces vases n’apparaissent pas dans les autres sites
logue) par grandes catégories de formes (assiettes de Macédoine, leur taille plus grande que celle de
et plateaux, bols et coupelles, gobelets, calices et leurs parallèles occidentaux, la forme spécifique
canthares, bouteilles, flacon à embouchure en de la tête et du bec de certains exemplaires, le fait
entonnoir, biberons, amphores, cruches, pots, balsa- qu’ils soient le plus souvent en verre bleuté et sans
maires) en 149 types et variantes avec les parallèles décor pour les boules incitent l’a. à y voir à raison
afférents, puis des chapitres dédiés aux techniques des productions locales.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 116 / 258 18

116          Marie‑Dominique Nenna

343. A. Antonaras, Roman and Early Christian dans le volume : bel ensemble de balsamaires et de
Mould‑Blown Vessels from Thessaloniki and flacons datés entre la fin du ier s. et le milieu du ive s.
its Region, from the 1st to the 5th Century AD, provenant d’une nécropole de plus de 200 tombes,
no  22, p.  241‑252 : les productions du ier  s., peu proche d’Amphipolis, et, surtout, belle variété
abondantes, sont principalement illustrées par de perles monochromes dans un peu moins de
le contexte du dépotoir des bains de l’agora (voir 40 tombes datées de l’époque romaine tardive (voir
2006.431), auquel s’ajoutent des flacons mis au jour pour des photos en couleurs, no 52, p. 389‑396).
dans d’autres contextes le plus souvent funéraires 348. G.  D.  Weinberg, M.  Stern, Vessel Glass
(amphorisque et cruchette, flacon en forme de datte, from the Athenian Agora (Excavations in the Athenian
en forme de grappe de raisin et en forme de pois- Agora, xxxiv), Princeton, 2009 : ce volume, attendu
son). Les productions du Bas‑Empire présentent depuis longtemps, présente la vaisselle en verre
d’un côté une grande variété de flacons, cruches, de découverte dans les contextes clos de l’Agora
gobelets à décor dilaté fabriqués dans des moules d’Athènes, soit 404  objets qui s’échelonnent entre
univalves, de l’autre des bouteilles, cruches et pots à le ve  s. av. et le xviiie  s. apr. J.‑C., minutieusement
fond portant des marques originales. décrits et présentés par ces deux grandes dames
344. A.  Antonaras, Early Christian and du verre. Après la mise en exergue avec des figures
Byzantine Glass Vessels. Forms and Uses, dans récapitulatives des contextes les plus significatifs,
F. Daim, J. Drauschke éd., Byzanz. Das Römerreich les vases sont présentés en six grandes parties chro-
im Mittelalter. Teil 1. Welt der Ideen, Welt der Dinge nologiques rythmées par les grands événements
(Monographien des RGZM, 84,1), Mayence, 2010, historiques de la ville d’Athènes (voir, pour une syn-
p.  383‑430 : dans la première partie de l’article thèse, E.  M.  Stern, Roman Vessel Glass from the
(les parties suivantes concernent les ixe‑xiie  s. et Athenian Agora, dans S. Vlitzos, éd., Athens during
xiiie‑xve s.), mise au point sur les fonctions des vases the Roman Period. Recent Discoveries, New Evidence
en verre utilisés entre le ive et le viie  s. : rareté des [Mouseio Benaki, Suppl., 4], 2008, p.  459‑472 et
vases de transport, vases à boire en nombre, vases pour des comptes rendus détaillés, M.‑D.  Nenna,
à présenter plus rares, luminaire abondant, vases RA, 2011/2, p.  381‑384 ; S.  Fünfschilling, Cl.
à parfum, vases médicinaux connus par les textes, Rev., 61/2, 2011, p. 639‑640).
mais difficilement identifiables dans les pièces Voir aussi nos 109, 117, 119, 121, 175, 186.
archéologiques, vases liturgiques (calices, ampoules
Israël
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


à eulogie), usage lors des cérémonies funéraires.
345. A.  Antonaras, Eide ualourgias, dans 349. A.  Abu Hamid, Jatt, HA‑ESI, 122, 2010 :
Th.  N.  Pazaras, Excavations at the Epanomi Area tombes des ier‑iie  s. avec coupelle à anse dentelée,
near Thessaloniki. The Cemetery at Limori and the unguentarium et perle à décor oculé.
Early Christian Basilica at Byadoudi, Thessalonique, 350. H.  Abu‑Uqsa, Akko, Lily Sharon Park,
2009, p. 249‑254 : mobilier très fragmentaire décou- HA‑ESI, 121, 2009 : contexte funéraire : deux
vert lors de la fouille de la basilique de Byadoudi unguentaria à panse en oignon et à doucine (iie‑iiie s.).
(milieu ve‑ milieu viie  s.), composé de différents 351. Y.  Gorin‑Rosen, The Glass Finds from
types de lampes, de deux vases fermés, de fragments Khirbat ‘Adasa, Atiqot, 58, 2008 p.  123‑134 en
de verre à vitre soufflés en cylindre et de tesselles de hébreu, résumé en anglais p.  72*‑73* : de ce site
mosaïque. proche de Jérusalem, bol côtelé de la basse époque
346. B. Demierre Prikhodkine, Le verre du quar- hellénistique, gobelets du ive  s.‑déb. ve, ensemble
tier des amphores panathénaïques à Érétrie (Eubée, plus vaste des viie‑viiie s.
Grèce), no 20, p. 103‑109 : dans ce secteur compre- 352. Y.  Gorin‑Rosen, The Glass Vessels, dans
nant à la fois un établissement religieux, des bou- M. Masarwa, Kafr Bara, HA‑ESI, 120, 2008 : dans
tiques et une maison, le mobilier daté des ier‑iiie s. est une tombe du ive  s.‑déb. ve, un pot ansé à décor
peu abondant et surtout représenté par de la vais- appliqué, contenants à khôl à simple et double tube.
selle de table (fragment de gobelet soufflé dans un 353. Y.  Gorin‑Rosen, The Glass Artifacts, dans
moule à décor de palmes et de couronnes), trouvée E. Admos, Ilut, HA‑ESI, 121, 2009 : verres à pied
principalement dans deux pièces de l’habitation. dont un décoré de filets bleus du viie  s. ainsi que
347. P.  Malama, K.  Darakis, Nekrotapheio vestiges d’un atelier secondaire.
Romaïkon Chronon sta Nea Kerdyllia Serron, 354. Y.  Gorin‑Rosen, Glass, dans Y.  Lerer,
Thessalonique, 2008, p. 419‑426, p. 433 et passim Khirbat esh‑Shubeika, HA‑ESI, 121, 2009  :
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 117 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           117

mobilier en verre datant du viie s. ainsi que vestiges lampes, ainsi que vestiges d’un atelier secondaire
d’un atelier secondaire. daté des vie‑viie s.
355. Y.  Gorin‑Rosen, The Glass Finds, dans 361. Y.  Gorin‑Rosen, R.  Jackson‑Tal, Area B.
A.  al‑Salam Sa’id, Tel Shiqmona, HA‑ESI, 121, The Glass Vessels. Area  F. The Glass Finds, dans
2009 : mobilier en verre datant des vie‑viie  s. ainsi V. Tzaferis, S. Israeli, Paneas 1.The Roman to Early
que vestiges d’un atelier secondaire. Islamic Periods, Excavations in Areas A, B, E, F and
356. Y. Gorin‑Rosen, Two Horn‑Shaped Glass G (IAA Reports, 37), Jérusalem, 2008, p.  81‑89 et
Vessels from the Ancient Cemetery at Migdal p.  141‑154 ; Y.  Gorin‑Rosen, Glass Vessels From
Ha‑’Emeq, Atiqot, 61, 2009, p.  123‑126 : la The Northwestern Cemetery, dans M.  Hartal,
découverte dans des contextes funéraires bien Paneas  4. The Aqueduct and the Northern Suburbs
datés du ive‑déb. ve s. (voir no 384) de deux verres (IAA Reports, 40), Jérusalem, 2009, p.  135‑136 :
soufflés dans un moule en forme de longue corne, étude d’une sélection de vases provenant de deux
bien différents des rhyton du Haut‑Empire, per- secteurs : basse époque hellénistique (bol moulé),
met de réviser la datation jusque‑là proposée des ier s. (bol linear‑cut et bol côtelé, aryballe à haut col),
pièces similaires conservées dans des musées et, fin ier s.‑déb. iie (coupelle à anses festonnées et bal-
au vu des provenances alléguées, de restreindre samaire piriforme), iie‑iiie s. (pot cylindrique haut),
leur zone de production à la basse Galilée (soit le ive s.‑déb. ve (grand bol à bord en ruban extérieur,
Nord d’Israël actuel). série de bols à base haute, gobelet‑lampe conique,
357. Y.  Gorin‑Rosen, Glass Artefacts from gourde plate, verres à vitre). À cela s’ajoute le
Tomb  7 at Fardisya (East), Atiqot, 61, 2009, mobilier d’une tombe collective datée de l’époque
p. 75*‑82* et p. 138 (résumé en angl.) : le mobilier romaine tardive avec notamment une gourde.
en verre, daté de la fin du iiie s. et de la première moi- 362. Y.  Gorin‑Rosen, T.  Winter, Selected
tié du ive s., a été trouvé dans deux des sépultures de Insights into Byzantine Glass in the Holy Land,
cette tombe collective : à côté d’un bol à bord lar- no 18, p. 165‑181 : si la période byzantine est tradi-
gement ourlé vers l’extérieur, de petites bouteilles tionnellement datée en Palestine entre 324 et 630,
cylindriques, de deux flacons à corps sphérique et l’artisanat du verre suit une périodisation différente,
de deux pots, l’un à dépressions, l’autre à côtes, avec les vases du ive  s. encore pleinement dans la
on remarque un balsamaire à trois petits pieds et tradition romaine ; un développement, à côté du
à décor de dépressions, forme jusqu’ici rarement maintien des bols et flacons, moins soigneusement
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


découverte en fouilles scientifiques. manufacturés, de nouvelles formes durant le ve  s.
358. Y.  Gorin‑Rosen, Glass from the Late — lampes et verres à pied —, qui évoluent durant
Byzantine Remains near Shiqmona, Atiqot, 63, les vie‑viie  s. Analyse de la forme du verre à pied
2010, p.  209‑218 : mobilier très fragmentaire pro- et de ses variantes décoratives ou techniques, de
venant de contextes variés, domestiques, funéraires, vases‑calices liés à la liturgie, des différentes formes
religieux et agricoles (comblement d’un pressoir à de luminaire, d’un type particulier de flacons à ren-
vin) daté du vie‑viie s. Vestiges d’officines de verriers foncements internes de production locale, de décors
comme dans toute la zone de Shiqmona, soit dans inhabituels. Présentation avec des photos en cou-
la zone de la baie d’Haïfa et du Mont Carmel (utile leurs suggestives de l’atelier de Bet Shean.
rappel de la bibliographie). 363. M.  Hartal, Banias, HA‑ESI, 120, 2008 :
359. Y.  Gorin‑Rosen, The Glass Vessels from dans une nécropole du ier s. apr. J.‑C., balsamaire à
Strata 9‑6, dans N. Getzov et al., Horbat ‘Uza. The panse conique.
1991 Excavations II. The Late Periods (IAA Reports, 364. Y.  Israeli, The Glass Vessels, dans
42), Jérusalem, 2010, p.  78‑98 : cet assemblage Archaeological Excavations at Caesarea Maritima
du ive  s. comprend tous les types bien connus en Areas CC, KK and NN. Vol.  1: Objects, Jerusalem,
Galilée : assiettes et bols à lèvre repliée vers l’ex- 2008, p.  369‑418 : l’intérêt de l’article est d’of-
térieur, à double repliement, à listel sous la lèvre, frir en grand nombre du mobilier provenant de
types variés de flacons, gobelets à base massive, ou contextes domestiques, et non funéraires, couvrant
à décor en nid d’abeille. Il est sans doute issu d’un les sept premiers siècles apr. J.‑C. Sur un total de
atelier local, au vu des déchets de fabrication mis au 16 500  fragments provenant de contextes domes-
jour, situé à proximité des ateliers de potiers. tiques, 4 100 ont été identifiés comme des bords,
360. Y.  Gorin‑Rosen, Glass, dans Y.  Tepper, 3 400  comme des bases, la répartition toutes
Zippori, HA‑ESI 122, 2010 : bols, verres à pied et périodes confondues se fait entre 1 300 fragments
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 118 / 258 18

118          Marie‑Dominique Nenna

de bouteilles, 1 500 de bols, 1 600 de gobelets et mobilier funéraire du ier s. (avec un sceau en verre
plus de 1 000 de lampes. La majorité provient de antérieur, à représentation de lion) et du ive  s.
remblais, mais la présence de monnaies est notée (large bol hémisphérique à pied refoulé, pot sphé-
avec leur date et la liste des contextes clos est don- rique à embouchure large et cylindrique à décor
née en annexe, p.  395. Pour la basse époque hel- appliqué, amphore).
lénistique et le Haut‑Empire, on note parmi les 367. R.  Jackson‑Tal, Glass Vessels from the
vases moulés : bols à décor de rainures ou perlé, Burial Cave at Ar’ara, Atiqot, 59, 2008, p. 47*‑50*
bols « linear‑cut », coupelle en verre opaque à veines en hébreu, résumé en angl. p.  200 : petite jarre,
rouges, bol à marli ; parmi les vases soufflés : bols conteneur à khôl, perles, dont une dorée, bracelets
cannelés et « zarte Rippenschalen », différents types d’époque romaine tardive.
de coupelles et gobelets, balsamaires à fond étiré en 368. R.  Jackson‑Tal, Early Roman Glass in
goutte et aryballes. Pour les ive‑ve s., on dispose d’un Context. Gamla (Gamala) Destruction of 67 AD,
échantillonnage représentatif. Les lampes se divisent no  20, p.  157‑162 : présentation préliminaire sans
en plusieurs types : lampes‑coupes à parois fines illustration du mobilier en verre daté selon l’occu-
ou épaisses, lampes‑bols, gobelets coniques, bols pation de Gamla du ier  s. av. J.‑C. jusqu’en 67, où
bas tronconiques typiques de Césarée (vie‑viie  s.), l’on note des verres façonnés sur noyau, deux verres
lampes à pied tubulaires pleins et creux, verres à mosaïqués et un verre reticelli, des bols moulés
pied. Pour l’époque byzantine (milieu ve‑viie s.), pré- monochromes à rainures et « linear‑cut », quelques
dominance des flacons. Sont réunis en fin d’article exemples de verre soufflé dans un moule (groupe
quelques pièces rares dans des contextes de fouilles d’Ennion, flacons à cannelures verticales ou pan-
en Israël : balsamaire à fils marbrés, fragment de neaux, datte) et des verres soufflés (dont une anse
skyphos d’Ennion ou de son groupe, bol cylindrique de skyphos signée). La comparaison avec d’autres
à grandes facettes taillées, vase en forme de poisson contextes de la même période est louable, mais
à décor appliqué, fragment d’un vase diatrète et de pour mieux préciser l’apparition et la quantifica-
verre gravé à froid, fond de gobelet à fil appliqué tion du verre soufflé par rapport au verre moulé, il
formant base (de production égyptienne). aurait fallu resserrer l’extension chronologique aux
365. Y.  Israeli, Glass Vessels, dans H.  Geva, couches datées du ier s. apr. J.‑C.
Jewish Quarter Excavations in the Old City of 369. N.  Katsnelson, The Glass Vessels, dans
Jerusalem conducted by Nahman Avigad, 1969‑1982. A.  Dagot, Nir Gallim, HA‑ESI, 120, 2008  :
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Vol. IV. The Burnt House of Area B and Other Studies. groupe de vases (coupelle à anses dentelées,
Final Report, Jérusalem, 2010, p.  221‑235 : cet vase à embouchure en collerette et balsamaire)
assemblage d’une des maisons brûlées (70 apr. provenant d’un contexte clos daté entre 11 et
J.‑C.) de la vieille ville de Jérusalem représente 65 apr. J.‑C.
un apport important dans notre connaissance du 370. N.  Katsnelson, Early Roman Glass from
mobilier d’usage domestique au ier  s. (troisième Judea. Locally Produced Glass? A Preliminary
quart), vu le peu de contextes bien datés dont nous Report, no 20, p. 163‑169 : le mobilier de Shu’fat
disposons pour cette période au Proche‑Orient daté entre 70 et 135 a livré plus de 2 000 fragments
(listés commodément en introduction par l’a. de verre dont 200 dans une seule pièce, peut‑être
et dans les parallèles). Il est composé de petits une boutique. En verre bleu‑vert très fin, parfois
bols à lèvre ourlée vers l’extérieur, de patères, de presque incolore, les coupelles à lèvre arrondie
bols à fines côtes ou à parois lisses à base annulaire et repliement, ou bien à anses festonnées, et les
repoussée, type connu principalement en Judée et gobelets à lèvre coupée forment 80 % de l’assem-
dans la région de la mer Morte, de gobelets et bols blage ; on note aussi des bouteilles à embouchure
à décor de rainures, d’un carchesium, de vingt balsa- en collerette, pour l’une à marque géométrique de
maires, d’un balsamaire hexagonal soufflé dans un cinq cercles. L’ensemble, comparé à d’autres sites
moule à décor de feuillages, d’un aryballe. Parmi les occupés à la même période, évoque une produc-
objets moulés peu nombreux, deux coupes côtelées, tion locale.
l’une incolore, l’autre en verre marbré bleu violet et 371. N.  Katsnelson, Glass Vessels, dans
blanc, et une coupelle en verre rouge opaque. K.  Sa’id, Horbat Mesar, HA‑ESI, 121, 2009 :
366. R.  E.  Jackson‑Tal, Early Roman and bols profonds à fil appliqué ou à repliement sous
Early Byzantine Glass Vessels from  T2 and  T14 la lèvre, flacons, base à fond dentelé datés de
near Horbat Zikhrin, Atiqot, 56, 2007, p. 59‑63 : l’époque romaine tardive.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 119 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           119

372. N. Katsnelson, The Glass from Arab Kefar cruchettes en verre soufflé dans un moule, daté de
Sava, Atiqot, 61, 2009, p.  127‑130 : gobelet à pied la fin du vie‑déb. viie s.
massif et base à fil enroulé (fin ive‑ve s.), proches des 382. A.  Rottloff, Pre‑Roman, Roman, and
productions de l’atelier voisin de Khirbat el‑Ni’ana Islamic Glass from Bethsaida, dans R.  Arav,
(voir 2009.195). Bethsaida. A City by the North Shore of the Sea of
373. N.  Katsnelson, The Glass Finds, dans Galilee, Kirksville (Mi.), 2009, p.  204‑251 : dans
F.  Volynsky, Barqa (North), HA‑ESI 122, 2010 : la suite de 2006.469 mais avec des corrections,
pot à haut col renflé et flacon soufflé dans un moule présentation du mobilier mis au jour à Bethsaida :
à décor d’ovales superposés, datés du ve s. vases façonnés sur noyau de la fin vie‑ve  s. et des
374. N.  Katsnelson, Glass, dans A.  Massarwa, iie‑ier  s. av. J.‑C., bols moulés hémisphériques et
Khirbat ‘Ara, HA‑ESI 122, 2010 : bracelet en verre coniques de la basse époque hellénistique (environ
vert foncé à dépressions (ive‑ve s.) et balsamaire du 25 ex.), bols à fines côtes ou côtes épaisses, large
viie‑déb. viiie s. éventail de gobelets, bols et coupelles du Haut
375. N.  Katsnelson, The Glass Finds, dans et du Bas‑Empire, mais peu de formes fermées.
A.  Bucheninno, Ras Abu Dahud, HA‑ESI 122, Datation généralement extrinsèque.
2010 : parmi le mobilier daté des ive‑ve  s., une 383. J. Sharvit, Baqa el‑Gharbiya, HA‑ESI, 121,
cuillère soufflée à la volée et un rare fond de bou- 2009 : deux gourdes et un amphorisque de belle
teille carrée. qualité à décor de côtes tourbillonnantes, datés des
376. N. Katsnelson, Baqa el‑Gharbiya Area. The vie‑viie s.
Glass Vessels from Horbat Kosit (East), Atiqot, 64, 384. A. Tatcher, Z. Gal, The Ancient Cemetery
2010, p.  133‑141 : mobilier provenant de tombes at Migdal Ha‑’Emeq (El‑Mujeidil), Atiqot, 61,
comprenant quelques balsamaires du Haut‑Empire 2009, p. 1*‑47* (en hébreu) et p. 131‑132 (résumé
et un ensemble de vaisselle de table du ive s., princi- en angl.) : les seize tombes collectives taillées dans
palement des bols à lèvre arrondie et des gobelets à la roche ont livré un abondant mobilier daté pour
fond massif et quelques flacons dont un exemplaire la plus grande partie de l’époque romaine tardive :
à cannelures verticales. petites jarres, conteneurs doubles à khôl, penden-
377. N. Katsnelson, Baqa el‑Gharbiya Area. The tifs à décor estampé (tortue) et en forme de cruche,
Glass Vessels from Nadal Hadera (North), Atiqot, avec quelques éléments plus anciens, essentielle-
64, 2010, p. 143‑152 : groupe de 16 vases découvert ment des balsamaires. Pour les deux pièces excep-
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


dans une tombe collective : coupelle et joli petit pot tionnelles que sont les vases en forme de longue
sphérique à col cylindrique d’un type rare datant du corne, voir no 356.
Haut‑Empire ; pots sphérique et ovoïde à embou- 385. I.  Taxel, Glass, dans I.  Taxel, Khirbet
chure évasée, fioles fusiformes, conteneur à khôl à es‑Suyyagh. A Byzantine Monastery in the Judaean
fond rapporté, bel ensemble de flacons sphérique, Shephelah (Salvage Excavation Reports, 6), Tel Aviv,
ovoïde et cylindriques aux embouchures évasées, ou 2009, p. 145‑151 : verre creux daté entre l’époque
repliée et aplatie, amphorisque à filets dentelés par- romaine tardive et l’époque abbasside avec une
tant des anses et cruche hexagonale à décor de côtes prédominance d’objets du viie  s. ; fragments de
spiralées datant de la fin du iiie‑ive s. fenêtre en cive ; bracelet en verre noir et perles seg-
378. I.  Peretz, Khirbat Janba, HA‑ESI, 120, mentées argentées.
2008 : bol conique à rainures internes dans un 386. F. Vitto, Late Roman‑Early Byzantine Burial
contexte du ier s. av. J.‑C. Caves at Shelomi, Atiqot, 59, 2008, p.  103‑115 :
379. R. Pollack, Excavations in Bat Galim. The dans une des tombes au mobilier daté entre la fin du
Glass Vessels, Contract Archaeology Reports, 3, Haïfa, iiie s. et la fin du ive s., à côté de formes communes
2008, p. 54‑61 : bol, verres à pied, conteneur à khôl, de bols et de plats à base annulaire refoulée, rare
flacons et lampes à pied tubulaire caractéristiques gobelet à décor légèrement incisé, rythmé par des
des ve‑viie s. colonnes, avec en outre la figuration d’une palme et
380. L.  Porat, Horbat ‘Eved, HA‑ESI, 120, d’une croix et les vestiges d’une inscription.
2008 : bols côtelés dans un contexte domestique du 387. F.  Vitto, A Burial Cave from the Fourth
ier av. J.‑C.‑déb. ier s. apr. J.‑C. Century CE at Elqosh, Upper Galilee, Atiqot, 59,
381. A.  Re’em, Jerusalem, The Third Wall, 2008, p.  119‑121 : dans cette tombe collective
HA‑ESI, 121, 2009 : dans une tombe collec- (nord d’Israël), bol hémisphérique à base refou-
tive, ensemble de flacons, de pots à haut col et de lée et bouteille, ainsi que lot de perles sphériques,
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 120 / 258 18

120          Marie‑Dominique Nenna

cylindriques, de section carrée, certaines à décor 392. T. Winter, The Glass Vessels from the South
appliqué, et de pendentifs en goutte. Cemetery, dans G. Avni, U. Dahari, A. Kloner, The
388. F.  Vitto, A Late Third‑Fourth Century CE necropolis of Bet Guvrin‑Eleutheropolis (IAA Reports,
Burial Cave on Remez Street, Qiryat Ata, Atiqot, 60, 36), 2010, p.  179‑186 : mobilier usuel très frag-
2008, p. 131‑164 ; ead., A Byzantine Church at Qiryat mentaire issu du remblaiement des tombes s’étalant
Ata, Atiqot, 60, 2008, p. 165‑176 : découverts dans le entre l’époque romaine et l’époque ommeyade avec
loculus 3 ou au centre de la tombe, deux conteneurs une prédominance du mobilier daté entre le ive et le
à khôl (l’un simple à pied fin iiie  s., l’autre double viie  s., essentiellement flacons, balsamaires dont un
ive s.), quatre grandes cruches élancées à corps piri- peut‑être d’origine égyptienne (fig. 6.2.14) et pots à
forme sur base annulaire haute et à embouchure éva- embouchure en collerette.
sée (fin ive s.), un flacon à panse sphérique ainsi que 393. T.  Winter, The Glass Vessels, dans
deux pendentifs, l’un en forme d’amphore, l’autre à J.  Seligman, Nahal Hagit. A Roman and Mameluk
bélière et boule. Dans la fouille de l’église, fragments Farmstead in the Southern Carmel (IAA Reports,
de gobelets à pied, de lampes ansées et de lampes à 43), Jérusalem, 2010, p.  155‑168 : deux périodes
pied tubulaire du début du viie s. au plus tard. antiques représentées : ier  s. apr. J.‑C. jusqu’à 135
389. F.  Vitto, A Burial Cave from the (gobelets à dépression ou à fines rainures, cruches
Third‑Early Fourth Century CE at Iqrit, Atiqot, à embouchure en collerette) ; fin iie‑déb. ive s. : bols
62, 2010, p.  59‑96 : dans cette tombe à loculi, à lèvre à double repliement, simplement ourlée ou
perturbés sans doute uniquement au moment arrondie, coupelles et gobelets à lèvre arrondie et fil
de la découverte, comme le montre leur système appliqué. Ces vases partagent les mêmes fabrique
de fermeture encore partiellement en place, décou- et technique de fabrication et sont sans doute origi-
verte d’un ensemble de 22  verreries (tableau de naires d’une officine locale.
répartition entre les loculi), à côté de seulement deux 394. I. Zilberbod, Jerusalem, Salah ed‑Din Street,
céramiques : 8 assiettes à base annulaire, 4 bols pro- HA‑ESI, 120, 2008 : unguentarium à panse conique
fonds tronconiques, 4 gobelets en sac à fond convexe fin ier‑début iiie s.
ou à base annulaire, unguentarium et flacons dont
un sphérique à embouchure en collerette, vase en Italie
forme d’oiseau à queue brisée et embouchure cir- 395. R. Agostino, Breve nota sui vetri romani da
culaire et types variés de perles monochromes. La Taureana di Palmi (Reggio Calabria). Uso funera-
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


combinaison des données offertes par le mobilier rio e domestico, no 28, p. 117‑121 : à côté de bal-
et une série abondante de monnaies permettent de samaires et d’unguentaria, belle découverte à Gioia
dater l’occupation progressive des loculi entre la fin Tauro dans un contexte funéraire de deux bouteilles
du iie s. et le début du ive s. en verre bleuté (?) à décor vermiculaire, l’une à
390. T.  Winter, The Byzantine‑Period Glass corps globulaire, l’autre à corps piriforme.
Vessels from Horbat Rozez, Atiqot, 62, 2010, 396. R.  Caprara, I vetri nella ricerca archeolo-
p. 145‑155 : cet ensemble de vases provenant d’un gica degli ultimi trent’anni in Puglia e Basilicata,
site dans le Nord‑Est d’Israël actuel témoigne d’une no  29, p.  59‑70 : synthèse sans beaucoup d’illus-
occupation entre le milieu du ive  s. et le début du trations sur les verres découverts dans les Pouilles
viie  s. avec surtout des bols, assiettes et flacons et en Basilicate, d’époque romaine et surtout
usuels, mais aussi des fragments de vases à eulogie d’époque médiévale.
soufflés dans un moule et un grand calice à pied. Un 397. M. Carcieri, Vetri, dans R. Leone, A. Spigo,
vase déformé, des blocs de verre brut et des déchets Tyndaris 1. Ricerche nel settore occidentale. Campagne
évoquent la présence d’une officine de verrier. di scavo 1993‑2004, Palerme, 2008, p. 317‑333 : la
391. T. Winter, Glass Vessels from the Byzantine classification par grandes formes sans tenir compte
Period at Horbat Nazur, Atiqot, 64, 2010, de la chronologie, suivie d’une quantification
p.  101*‑104*, et p.  160 (résumé en angl.) : dans toutes périodes confondues, entrave la bonne com-
ces deux tombes, mobilier daté entre la fin du ive s. préhension de ce mobilier, parmi lequel on relève
et le vie  s. avec essentiellement des flacons et des des pièces allant de l’époque augustéenne à la fin
cruches, comme cela est de règle dans les contextes de l’Antiquité.
aussi bien religieux que funéraires de cette époque. 398. C.  Casagrande, A.  Larese, I vetri di
À noter, une cruche cylindrique à décor de vannerie Montebelluna. Analisi delle forme in rapporto
soufflée dans un moule. alle associazioni di corredo, no  29, p.  71‑80 :
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 121 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           121

examen de la composition du mobilier funéraire à l’exception d’un fond de bouteille carrée portant
et du rapport verres/céramiques dans une série de une marque dont seule la lettre N est conservée ;
petites nécropoles à incinération du milieu du ier s. fragments de plaques en verre appartenant à un
à part pour les huit premières tombes étudiées, décor pariétal en opus sectile.
particulièrement riches en mobilier original (cou- 403. G.  Montevecchi, Un contenitore in vetro
leur violette pour l’ensemble d’un mobilier) et en dal pozzo dell’area termale nella villa romana di
formes variées, les autres nécropoles rurales de cet Russi (Ravenna), no 29, p. 179‑184 : gobelet intact
établissement situé sur la Via Postumia (province de Is. 34 trouvé dans le comblement d’un puits datable
Trévise) montrent la prédominance de la vaisselle largement entre le ier et le iiie s.
de table en céramique et l’occurrence relativement 404. B. Poulsen, Glass, dans P. Guldager Bilde,
faible des balsamaires en verre. B. Poulsen, The Temple of Castor and Pollux II. The
399. S. Cingolani, Vetri romani dallo scavo e dal Finds (Occasional Papers of the Nordic Institutes in
territorio di Urbs Salvia. Note preliminari, no  29, Rome, 3), Rome, 2008, p. 253‑299 : très intéressant
p.  81‑90 : présentation d’une sélection du maté- mobilier à la fois par son lieu de découverte (vu le
riel mis au jour dans cette colonie romaine du peu de mobilier publié dont on dispose à Rome
Picenum : bols côtelés, vases en verre mosaïqué, pour cette époque) et sa datation (canalisation creu-
marbré et reticelli, un fragment de verre camée sée dans le sol cimenté d’une taberna situé à l’ouest
avec la figuration d’un lotus arrivé à maturation, du temple augustéen, au milieu du ier s. apr. J.‑C.,
un fragment de cuillère en verre, et des fragments comblée et hors d’usage dans les années 120). Peu
de vases à facettes AR 16.2. de verres mosaïqués et moulés, quelques verres
400. M.  G.  Diani, R.  Invernizzi, F.  Rebajoli, soufflés dans un moule (bols cannelés ou à écailles,
Recenti attestazioni di vetri in Lomellina. La necro- datte, pichet à deux anses à décor de résille), sur-
poli di Garlasco (PV), Cascina Solferina, no  29, tout des verres soufflés (bleu‑vert 43,57 %, incolore
p. 103‑110 : présentation de deux tombes féminines 35,42 %). Sur ce lot de 245  objets, 118  appar-
du milieu du ier s. La première comprend 10 balsa- tiennent à des coupelles, bols (Is. 12) et des gobelets
maires Is. 6 en verre très fin marron, bleu incolore (à décor de fines rainures, à dépressions…), 28 à des
et bleu‑vert et un balsamaire‑oiseau ; la seconde, vases à verser et 139 à des pots ou des balsamaires
4  balsamaires (un oiseau, deux Is.  10 et un Is.  8) (un à marque no DD‑196). Cette répartition, ainsi
et de la vaisselle de table, deux cruches à corps glo- que le mobilier associé, font penser que la taberna
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


bulaire de petite et de grande taille, une assiette combinait trois activités : cabinet de beauté, de den-
Is. 46a, une coupe à pied et à anses jaunâtre d’un tiste et bar.
modèle assez original (voir no 155). 405. E. Roffia, I vetri, dans G. Cavalieri Manasse
401. S.  D.  Fontaine, Le mobilier en verre de la éd., L’area del Capitolium di Verona. Ricerche storiche e
maison de la statuette indienne (I.8,5). Contribution archeologiche, Vérone, 2008, p.  495‑515 : 75 % du
à l’étude socio‑économique d’une insula de Pompéi, mobilier est rattachable à la période comprise entre
no  20, p.  115‑120 : en combinant les différents le ive et le viiie  s. (bols, gobelets et verres à pied,
types d’archives de fouille d’A.  Maiuri, l’a. révise peu de formes fermées), ce qui est une nouveauté
les données provenant d’études antérieures sur la pour Vérone, où le mobilier mis au jour jusqu’alors
répartition entre vaisselle en verre, céramique et provenait essentiellement des nécropoles du
métallique dans l’insula I.8 et évalue la part de la Haut‑Empire. Réflexions importantes sur le mobi-
verrerie entre 25 à 35 %. Elle fournit une réparti- lier résiduel et sur la détermination de la chrono-
tion spatiale des 43 verreries dans la maison et une logie par les présences/absences de certains types.
répartition fonctionnelle ; la part des balsamaires Vestiges d’ateliers de verriers de la même époque.
et unguentaria est importante (15 ex.) ; ils sont sui- 406. E.  Roffia, I vetri di Spilamberto, dans
vis par les gobelets (10  ex. à dépressions, à décor A.  Breda éd., Il Tesoro di Spilamberto, Signori
incisé, à décor soufflé dans un moule), les coupelles Longobardi alla frontiera, cat. expo. Spilamberto 2010,
et assiettes (9  ex.), les vases à verser (cruches et Modène, 2010, p. 68‑75 : la nécropole de Ponte del
amphores : 9 ex.). Rio a livré du mobilier en verre dans trois tombes :
402. A.  Marcante, M.  Novello, M.  Bueno, deux gobelets à pied, accompagnés curieusement
Aquileia (UD), Casa delle bestie ferite. Il materiale pour l’un d’un balsamaire du Haut‑Empire, une
vitreo. Rapporto preliminare, no  29, p.  165‑170 : bouteille à corps globulaire associée à une très belle
vaisselle essentiellement datée entre le iiie et le ve s., corne à boire à décor appliqué, imitation italienne
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 122 / 258 18

122          Marie‑Dominique Nenna

de modèles nord‑occidentaux (fin vie‑déb. viie  s.), 411. Ph. Tisseyre, Nouvelles données sur le verre
replacée par l’a. au sein des découvertes similaires. en Sicile, no  26, p.  75‑83 : mise à jour des décou-
407. E. Roffia, I vetri, dans F. Rossi éd., Il santua‑ vertes faites depuis le volume Glassway paru en
rio di Minerva. Un luogo di culto a Breno tra preistoria 2004  (2009.46) : d’un côté étude de deux collec-
e età romana, Milan, 2010, p. 328‑344 : tout l’inté- tions privées déposées au musée Pepoli de Trapani
rêt de cette contribution est de pouvoir disposer des concernant les sites d’Éryx, de Lilybée et la nécro-
découvertes au sein d’un sanctuaire qui montrent pole de Birgi (pastilles de verre, bâtonnets, bra-
entre le ier et le ive s. un usage particulier de la ver- celets, balsamaires soufflés), de l’autre mobilier
rerie avec plus de 61 % de vases à boire, suivis par provenant d’une fouille effectuée dans le petit port
les vases à verser et à stocker (23 %), puis par les de Scauri sur l’île de Pantelleria (épave ou dépôt
plats (11,6 %) et, enfin, par les balsamaires (3 %). portuaire ?). Il aurait mieux valu traiter séparément
Les pièces du ier s. montrent une grande variété de les deux études et fournir des dessins pour les verre-
formes, parfois luxueuses (verre mosaïqué, soufflé ries abondantes de Scauri, mal identifiables à partir
dans un moule), tandis que dans le courant des des seules photos.
iie‑iiie  s. dominent le gobelet Is.  85 et au ive  s. le 412. M. Uboldi, Spunti sulla diffusione del vetro
gobelet Is. 96. romano a Milano dall’analisi dei materiali dei recenti
408. M. Rossi, Oggetti in vari materiali e vasi di scavi nell’area dell’Università Cattolica, no  26,
vetro, dans É.  Rebillard, Musarna 3. La nécropole p.  85‑90 : présentation rapide et sans beaucoup
impériale, Rome, 2009, p.  147‑172 : à côté d’un d’illustrations du mobilier des contextes funéraires
anneau formé d’un fil bichrome, incolore et jaune, et (voir déjà 2006.283, 2006.511) et domestiques mis
avec une applique bleu foncé, série de balsamaires à au jour lors des fouilles dans la cour de l’Université
corps conique, quelques unguentaria de plus grande catholique de Milan, couvrant toute l’Antiquité.
taille, et un dilecythos ; l’a. signale aussi, mais sans les Voir aussi nos 110, 120, 138, 145, 152, 155, 159,
illustrer, deux vases marqués PATRIMONI et deux 163‑164, 180‑181, 185.
autres marques non lues. Pas d’étude de la place de
la verrerie dans les sépultures. Jordanie
409. A.  Spanò Giammellaro, I vetri della Sicilia 413. O.  Dussart, Fouilles de Khirbet edh‑Dha-
punica, Rome, 2008 : à travers ce catalogue compre- rih, III. Les verres, Syria, 84, 2007, p.  205‑248 :
nant 46 vases et 10 pendentifs façonnés sur noyau, abondant mobilier usuel découvert en contexte
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


5 pendentifs monochromes bicéphales façonnés sur stratigraphique se divisant en quatre grands
mandrin et 3 dans un moule, ainsi qu’un ensemble groupes  chronologiques : ier‑première moitié iie  s.,
de perles et de colliers, l’a., qui travaille depuis seconde moitié iie  s. jusqu’en  363 (date de l’aban-
longtemps sur ce sujet (voir dernièrement 2009.46), don du temple d’où une bonne partie du matériel
replace chacune des catégories dans le contexte sici- provient) avec essentiellement de la vaisselle à boire
lien et plus largement méditerranéen. Si les vases et à présenter, puis, après une rupture dans l’occu-
façonnés sur noyau, abondants à l’époque archaïque pation, vie‑viiie s. (lampes‑bols tronconiques à trois
et classique (38  ex.) et beaucoup plus rares à la anses, gobelets, mais curieusement pas de verres à
haute (4 ex.) et à la basse (4 ex.) époque hellénis- pied), époque abbasside.
tique, proviennent très vraisemblablement d’ateliers 414. D. Keller, Deposition, Disposal and Re‑use
égéens, les pendentifs polychromes et monochromes of Broken Glass from Early Byzantine Churches,
sur mandrin, tout comme certaines perles (par ex. no 20, p. 281‑288 : à partir de l’exemple du mobilier
nos 104, 123‑129), sont issus des ateliers puniques. découvert dans un baptistère à Assouan et de celui
410. B. Tang, Glass, dans B. Tang éd., Hellenistic de l’église et de la chapelle de Djebel Haroun, près
and Roman Pontecagnano. The Danish Excavations de Pétra, et d’autres églises de Jordanie, différencia-
(Coll. Centre Jean‑Bérard, 25), Naples, 2007, tion entre des dépôts volontaires de vases brisés ser-
p. 117‑120 et fig. 106‑107 : petit ensemble de vases vant à la liturgie suivant des prescriptions religieuses
avec un fragment d’alabastre façonné sur noyau, et des dépôts liés à la collecte de verres brisés en vue
deux bols moulés, et de la vaisselle de table souf- de leur recyclage.
flée d’époque romaine et romaine tardive parmi 415. D.  Keller, Abbots’ Orders, Pilgrims’
laquelle on note un fragment de coupe gravée de Donations, Glass Collection. The Supply of
l’atelier romain de Saguì 1996 (voir plus haut no 145 Glass Lamps for a Monastic/Pilgrimage Church
et 2001.106). in Southern Jordan, no  18, p.  183‑198 : analyse
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 123 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           123

minutieuse du luminaire (lampes à pied tubulaire le mobilier en verre est constitué en grande par-
et bols‑lampes à trois anses) et de ses modes de tie de vases moulés coniques et hémisphériques à
dépôt dans l’église et la chapelle du monastère de rainures et « linear‑cut » et de verres soufflés com-
Djebel Haroun, au‑dessus de Pétra, qui permet muns datés entre le ier et le ive s. ; s’y ajoutent, dans
d’observer quatre moments bien définis, avec une des contextes du milieu du ier s. apr. J.‑C., des blocs
commande exceptionnelle par la qualité du verre de verre brut et des fragments de parois de four
à la fin du ve‑fin vie s., puis un approvisionnement qui laissent supposer l’existence d’une officine. Sur
homogène de qualité plus médiocre à la fin du le site de Sandikli, le mobilier provient essentiel-
vie s., et un autre toujours homogène au viie s., avec lement d’une canalisation en usage durant toute
des lampes de plus grande taille mais de même l’Antiquité et à l’époque islamique, l’a. présente
fabrique et, enfin, un ensemble hétérogène au uniquement le mobilier décoré daté entre le ive et
début de l’époque islamique. le viie s.
416. D.  Keller, J.  Lindblom, Glass Finds from
Libye
the Church and the Chapel, dans Z.  T.  Fiema,
J. Frösen, Petra.The Mountain of Aaron I.The Church 419. B.  Hoffmann, Vessel Glass and Faience,
and the Chapel, Helsinki, 2008, p. 331‑375 : présen- dans D.  J.  Mattingly éd., The Archaeology of
tation détaillée de la typochronologie (du milieu du Fazzan 2. Site Gazetteer, Pottery and Survey Finds,
ve s. au ixe s.) du luminaire (9 types de lampes‑bols Londres, 2007, p. 480‑491 ; ead., Non‑Ceramic
tronconiques à trois anses, deux types de lampes Finds from CMD’s Excavations and the Work
globulaires, 4 types de lampes à pied tubulaire), de of M.  S.  Ayoub, dans D.  J.  Mattingly éd.,
ses contextes de découverte et des possibles dispo- The Archaeology of Fazzan 3. Excavations of
sitifs de suspension (disque de calcaire à trois petits C.  M.  Daniels, Londres, 2010, p.  412‑470  :
trous de suspension et trois grands trous pour la le mobilier provient de prospections ainsi que de
mise en place des lampes à pied tubulaire [fig. 19]). la fouille de cimetières (Saniat bin Huwaydi :
Les vitres uniquement en cive (5 types en fonction surtout fin ier‑iie  s. ; Cimetière royal de Germa :
du bord et groupes en fonction des couleurs) sont surtout ive‑vie s.) et d’habitats (Saniat Jibril et Old
surtout abondantes dans la phase du viie s. et ont été Germa : ier‑vie  s.), mais les conditions de travail et
conservées dans les dernières phases d’occupation de conservation font que le mobilier est ici daté le
au début de l’époque islamique, mais on est assuré plus souvent de manière exogène. Les vases mou-
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


qu’un vitrage existait dès la première phase à la fin lés incolores que l’a. place à l’époque hellénistique
du ve‑fin vie s. Les tesselles de mosaïque, dont des et rapporte au groupe de Canosa des Pouilles (fin
tesselles dorées, sont surtout présentes dans les rem- iiie‑déb. iie et non milieu iie‑déb. ier) me semblent

blais mis en place au début de l’époque islamique et plutôt devoir être datés de la fin ier‑déb. iie  s. apr.
devaient appartenir à des décors muraux. Les vases J.‑C., vu les parallèles égyptiens attestés par ex. à
liturgiques ne semblent apparaître qu’au début de Tebtynis. Pour le début de l’époque impériale, on
l’époque islamique. relève l’importance numérique des bols côtelés
de petit module, la présence de trois fragments de
Liban verre mosaïqué (datation incertaine, vu la taille
417. H. Hamel, Late 3rd/Early 4th Century Pottery des fragments), d’un gobelet caréné soufflé dans
and Glass from Baalbek/Heliopolis, BAAL, 12, un moule à décor végétal, ainsi que de bols à
2008, p. 203‑219 : dans ce contexte clos découvert lèvre ourlée, de deux modioli de très grande taille
dans le complexe à péristyle de Bustan el‑Khan, si et d’une série de bouteilles carrées, portant pour
la part de la céramique fine est faible, la vaisselle de certaines des marques de fabrique. L’a. place à
table en verre incolore de bonne qualité est assez cette période de grands plats en verre incolore et
abondante, avec des gobelets coniques et coupes bleu foncé ; le plat provenant des fouilles italiennes
à bord coupé, des cruches, sans doute à mettre en de Pace dans le cimetière royal de Germa dans
rapport avec la salle de banquet qui se trouvait dans les années  1930 (voir dans le vol., p.  360‑361) et
ce bâtiment. les découvertes dans les oasis du désert libyque
418. T.  Zaven, The Glass Vessels  2009, dans égyptien inviteraient à les rapporter à une époque
Cl. Doumet‑Serhal, Tenth, Eleventh and Twelfth plus tardive — iiie si ce n’est ive s. Si le Haut‑Empire
Season of Excavation (2008‑2010) at Sidon, est caractérisé par des vases typiques des provinces
BAAL, 13, 2009, p. 55‑69 : sur le site du Collège, occidentales, en revanche, le mobilier de l’époque
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 124 / 258 18

124          Marie‑Dominique Nenna

romaine tardive trouve ses meilleurs parallèles dans Russie


le matériel égytien, aussi bien pour les vases usuels 423. L. Golofast, Early Byzantine Glass from the
que pour les verres gravés et abrasés, qui doivent Tauric Chersonesos (Crimea), no  31, p.  301‑335 :
être rapportés, comme l’a. l’a bien vu, à différents analyse d’une trentaine d’assemblages datés entre la
ateliers égyptiens. fin du ive s. et la fin du viie s. Au ve s., les gobelets
en verre olive à bord coupé dominent, tandis qu’au
Luxembourg
vie ce sont les gobelets bleu‑vert à bord arrondi.
Voir no 253. Le mobilier de la seconde moitié du vie et du viie s.
Pays‑Bas se partage entre verres à pied et lampes à pied en
Voir no 253. goutte ou tubulaire. Dans un contexte du troisième
quart du ve s., on note un polycandelon sous la forme
Pologne d’une coupelle à pied à large bord (fig. 9.12 et 13)
Voir no 134. percée de six orifices circulaires destinés à recevoir
des lampes et de trois orifices ovales de suspension.
Portugal 424. E.  G.  Jacenko, Glass Vessels from the 1st‑
Voir nos 54, 133. half 2nd century A.D. from Tanais, Novensia, 18‑19,
Roumanie 2008, 365‑380 : présentation générale du mobilier
de Tanaïs où l’on note la présence de verre mosaï-
420. S.  Botan, D.  Paraschiv, G.  Nutu, Vase de qué, d’une série de gobelets de types variés (dépres-
sticlă romane şi Romano‑bizantine descoperite în sions, bord évasé à lèvre arrondie, bord coupé et
Nordul Dobrogei, Arheologia Moldovei, 33, 2010, lignes incisées), de bouteilles cylindriques à embou-
p. 217‑242 : mobilier provenant des nécropoles de chure en collerette ou en entonnoir et de bouteilles
la Dobruja septentrionale, conservé au Musée de carrées à marque.
Tulcea : unguentaria à corps conique, en cloche, 425. L.  Khruskova, Late Antique Glass from
gobelet ovoïde à décor de facettes taillées, fiole fusi- the Eastern Black Sea. Christian Context, no  31,
forme, flacon à pied à disque du ve s. p.  337‑353 : utile contribution synthétique sur le
421. P.  S.  Pánczél, Die Aufzeichnungen von mobilier en verre des nécropoles (Pityos), basiliques
I. Teglas bezüglich der römischen Glasgefässe und (Tsandrips, Lesnoye, Sebastopolis, Gyenos) et
Fensterglassfragmente aus Turda und Siebenbürgen, tombes à l’intérieur des églises de l’Abkhasie, avec
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


dans C. Gaiu, C. Gazdac éd., Fontes Historiae. Studia notamment des bols‑lampes soufflés dans un moule
in honorem Demetrii Protase, Cluj, 2006, p. 513‑522 : orné d’une croix et de hautes bouteilles cylindriques
présentation à partir des croquis d’origine du mobi- datées du vie s.
lier de cette collection particulière constituée dans Voir aussi no 165‑166, 168.
la seconde moitié du xixe‑déb. xxe s. et provenant de
l’antique Potaissa, parmi laquelle on remarque des Serbie
fragments de verre gravé et une applique en forme 426. J. Drauschke, S. Greiff, Chemical Aspects
de tête de lion. of Byzantine Glass from Caričin Grad/Iustiniana
422. P.  S.  Pánczél, A.  Dobos, Facet Cut Glass Prima (Serbia), no  18, p.  25‑46 ; iid., Early
Vessels of the 3rd to 5th century AD. Analysis of Finds Byzantine glass from Caričin Grad/Iustiniana Prima
from North Danubian Romania, dans C.  Cosma (Serbia). First Results Concerning the Composition
éd., Funerary Offerings and Votive Depositions in of Raw Glass Chunks, no  19, p.  53‑70 : mise au
Europe’s 1st Millenium  AD. Cultural Artefacts and point développée sur les études consacrées au verre
Local Identities, Cluj‑Napoca, 2007, p. 67‑97 : cor- byzantin dans les Balkans dans le premier article.
pus typo‑chronologique et analyse de la distribution Présentation du site de Caričin Grad et du mobilier
d’une série de vases (gobelets cylindriques, coniques en verre datant principalement de la fin du vie‑déb.
à fond plat ou mouluré, bols) à décor de facettes, viie  s., composé de gobelets à pied, lampes à pied
classifiés selon la typologie de E.  Straume (Gläser tubulaire et flacons, de verres à vitre et tesselles, pour
mit Facettenschliff aus skandinaven Gräbern des 4. und certaines dorées, ainsi que des vestiges d’une offi-
5. J. n. Chr., Oslo, 1987). Leur origine semble variée cine secondaire (blocs de verre brut vert, vert‑jaune,
avec des objets proche‑orientaux et d’autres sans bleu foncé et bleuté). Présentation prudente des
doute de production régionale. résultats de l’analyse de 26 blocs de verre brut (pre-
Voir aussi no 176. mier article) montrant une composition à la soude
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 125 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           125

minérale qui se situe dans la tradition romaine ou vitre étiré avec traces de mortier rose, sans doute
végétale (2  ex.), avec possibilité de recyclage, et montés sur châssis de bois, ont été trouvés dans
mention des limites imposées à l’interprétation des l’aile thermale du bâtiment.
analyses en raison de la coloration bleu foncé de 430. S.  Fünfschilling, Die Gläser, dans
certains blocs. C.  Schucany, Die Römische Villa von Biberist‑
427. M.  Krizanac, Glass from Early Byzantine Spitalhof/SO (Grabungen 1982, 1983, 1986‑1989),
Gradina on Mount Jelica (Serbia), no  31, Wiesbaden, 2006, p.  387‑416 : ce mobilier est
p. 265‑284 : mobilier du vie s. avec essentiellement l’un des premiers en Suisse appartenant à ce
des bols, des gobelets, des verres à pied, et des type de contexte à être publié exhaustivement.
lampes‑bols tronconiques à trois anses, provenant C’est pourquoi l’a. a privilégié une approche à
d’un site fortifié avec les vestiges de cinq basiliques la fois fonctionnelle et topographique, pour ces
et de bâtiments séculaires. fragments de verrerie essentiellement commune
(à part un vase plastique en forme d’animal datable
Slovénie
juste après le milieu du iiie s.), datés entre le ier et
428. T.  Milavec, 5th‑6th  Century Glass from the le ive s., mais avec la plus grande partie rattachable
Hilltop Settlement of Tonovcov Grad (Slovenia), à la période maximum de l’expansion de la villa,
no 31, p. 285‑300 : mobilier provenant d’une grande entre la période flavienne et le milieu du iiie s. (cou-
résidence d’un site fortifié, inhabituellement abon- pelles et assiettes, gobelets et bols dont certains à
dant par rapport aux autres sites contemporains décor de facettes, cruches, aryballes et balsamaires,
de la région à l’exception de Koper et de Kranj bouteilles carrées).
(gobelets coniques ou cylindriques, verres à pied, 431. S.  Fünfschilling, Le verre soufflé dans
quelques bouteilles et lampes). un moule en Suisse romaine, no  22, p.  128‑135 :
Voir aussi nos 111, 139. après un utile rappel de l’état de la recherche sur
le verre en Suisse, des différentes phases de roma-
Suisse nisation du territoire suisse actuel et du carac-
429. H. Amrein, A.  de Pury‑Gysel, Le verre et tère particulier de chaque région, recensement
le moule hexagonal, dans Le palais de Derrière la chronologique des différents types de vases de
tour à Avenches, vol.  2 (Aventicum, xvii), (Cahiers production italienne ou de Méditerranée orientale
d’archéologie romande, 118), Lausanne, 2010, (gobelets à scènes de spectacle, coupes et gobe-
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


p.  249‑278 : après une officine de verriers datée lets à cannelures, gobelets à décor d’amandes ou à
entre  40 et  70, déjà étudiée (voir 2006.274) et motifs variés isolés, gobelets à scène mythologique
rappelée en introduction, la zone est occupée par [non illustrés], gobelets à inscription grecque ou
une grande demeure dont la partie représentative au répertoire décoratif se rapprochant de celui de
située à l’ouest n’a livré que peu de fragments l’atelier d’Ennion) et de production locale (flacons
de verre (8  pièces des 99  recensées). À côté de en forme de grappe de raisin ou de pomme de
quelques verres liés à l’atelier, destinés à être recy- pin). Pour le iie  s., quelques flacons en forme
clés, plus du tiers provient des couches liées à la de grappe de raisin et barillets à décor de picots
désaffectation de la zone artisanale, verres aussi dans résille, pour le iiie  s. aucune attestation, en
destinés à être recyclés ou bien, dans la mesure où revanche, pour le ive s., gobelets à nid d’abeille et
il s’agit de pièces assez précieuses (verres moulés, quelques coupes.
mosaïqués, imitant la céramique), utilisés durant 432. S.  Fünfschilling, Ägypten in Augusta
la première phase d’occupation de la résidence ; Raurica, dans Oleum non perdidit. Festschrift für
les couches postérieures ont livré un matériel peu S.  Martin‑Kilcher (Antiqua, 47), Bâle, 2010,
abondant et assez hétérogène daté au plus tard du p.  125‑135 : à côté d’éléments de porphyre,
ive s., qui présente néanmoins un caractère luxueux d’albâtre et de faïence, de monnaies et de sta-
(vases à deux couches, gobelets et coupelles inco- tuettes égyptiennes, la part belle est faite dans
lores ornés de facettes, verres mosaïqués [no  6 et cet article aux objets en verre de produc-
76] datés respectivement 50‑iie s. et 180‑iiie s). On tion égyptienne mis au jour à Augst, plaquette
note trois formes nouvelles à Avenches (nos 41, 97 d’incrustation, verres mosaïqués tardifs, verre
et  98 : aryballe à anses delphiniformes et panse peint, verres gravés du groupe de Karanis et du
aplatie gravée) et aussi la présence d’un moule groupe de Lyncée (avec décor abrasé), aryballes en
de bouteille hexagonale. Les fragments de verre à verre incolore à décor gravé.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 126 / 258 18

126          Marie‑Dominique Nenna

Syrie el‑Gorjani à Tunis, gobelet à décor d’épis entre-


433. Th.  Fischer, Glasarmringe, Glasgefässe croisés et de cercles concentriques, qui trouve des
und Glasperlen, dans Th.  Fischer, W.  Oenbrink, parallèles à Lipari, à Mayen‑Alzheim, à Pamiers, à
Spätantik‑byzantinische Grabfunde aus Al‑Qrayya Monaco et en Aquitaine, et pour lequel une pro-
im Hauran/Südsyrien, KölnJb, 43, 2010, duction occidentale est proposée. Flacon en forme
p. 225‑227 : on relève à côté d’un bracelet et d’un de datte au rendu schématique mis au jour dans
collier de perles de couleurs variées, un petit pot à la nécropole de Pupput dans un contexte de la
deux anses, un flacon bicéphale, un unguentarium seconde moitié du iie s.
à embouchure évasée et fond enfoncé ainsi qu’un 438. S.  Fünfschilling, Special Relationship
contenant à khôl double. between the Glass Finds from Carthage and Rome
434. M.  Badawi, Huit tombes hellénistiques et and Comparisons with Finds North of the Alps,
romaines à Jablé, Syria, 84, 2007, p.  185‑204 : on no 20, p. 143‑149 : réflexions sur les possibilités et la
note du mobilier en verre dans les tombes collec- validité de la caractérisation d’un centre de consom-
tives (balsamaires et unguentaria datés entre la fin du mation régionale, ici Carthage, à partir de comparai-
ier et le iiie s.), mais aussi dans la tombe individuelle sons (présence/absence de formes, quantification…)
(jolie amphore à panse sphérique et fines anses, bol avec Rome et les provinces au nord des Alpes, en
caréné à lèvre coupée) de cette partie de la nécro- particulier l’exemple d’Augst. L’a., qui connaît bien
pole du bord de mer de Jablé, au sud de Lattaquié. ces trois sites, fait une série de remarques éclairantes
435. R. Ployer, Glas aus Palmyra. Funde aus den pour le mobilier du ier s. et celui des ive‑vie s.
Grabungen im Areal der « hellenistischen » Stadt. 439. S.  Fünfschilling, Glass from the Canadian
Ein Zwischenbericht, dans M.  Meyer, V.  Gassner Excavations at Carthage, no  31, p.  383‑390 :
éd., Standortbestimmung.Akten des 12. Österreichischen mobilier de la fin du ive‑déb. ve  s. provenant d’une
Archäologentages (Wien, 2008), (Wiener Forschungen citerne et d’une maison près de la muraille de
zur Archäologie, 13), Vienne, 2010, p. 313‑320 : c’est Théodose, à la différence du mobilier publié jusqu’à
la première fois qu’on dispose pour Palmyre d’une présent venant de contextes religieux. Dans le comble-
quantité importante de fragments (1 100 fragments, ment de la citerne, uniquement de la vaisselle de table
nmi  365) provenant de contextes domestiques qui (gobelets, bols, flacons) ; dans la maison, assemblage
s’étalent entre le iie s. av. J.‑C. (fragment de baguette plus hétérogène chronologiquement et plus varié.
à cosmétique) et le ve  s. apr., avec un pic d’objets 440. S.  Fünfschilling, Byzantine Glass Finds
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


aux iie et iiie  s. Ils se répartissent entre 4 % d’élé- from Carthage, from the German Excavations: the
ments de parure et 96 % de vases (89 % soufflés, English Excavations at Bir Messaouda and from the
4 % soufflés dans un moule [flacon hexagonal, en Canadian Excavations, no 18, p. 215‑224 : synthèse
datte], 7 % moulés [coupes côtelées]). définissant à Carthage, malgré des stratigraphies
souvent perturbées, les assemblages caractéristiques
Tunisie du vie  s. (verres à pied perlé, court et épais, avec
436. R. Docter, J. Sonneveld, Punic Glass from des côtes soufflées dans un moule et un décor appli-
Carthaginian Settlement Excavations, Carthage qué blanc, bols largement ouverts à lèvre arrondie)
Studies, 3, 2009, p.  125‑145 : article bienvenu et du viie  s. (verres à pied haut replié ou massif,
dans un domaine quelque peu délaissé, la verrerie lampes à pied tubulaire massif appliqué ou étiré).
punique. Étude des découvertes en contexte de On remarque aussi un élément en verre mosaïqué
vases façonnés sur noyau, des éléments de parure imitant la serpentine qui appartenait au décor de
et de gouttes de verre, inédites pour Bir Messaouda l’église de Bir Messaouda.
et publiées pour d’autres habitats carthaginois, qui
montre l’apparition des perles dans des contextes Turquie
de la fin du viiie s., la présence des vases entre 530 441. S.  Atik, Bizans dönemi aydınlatma ve cam
et 146 et de gouttes de verre, mises en rapport avec kandiller/Lighting and Glass Oil Lamps during
des officines fonctionnant à partir de  480‑425. Le the Byzantine period, dans Hippodrom/Atmeydanı.
faible nombre d’occurrences pourrait s’expliquer Istanbul’un tarih sahnesi/Hippodrome/Atmeydanı.
par un recyclage systématique. A stage for Istanbul’s history, Istanbul, 2010,
437. D.  Foy, Deux nouvelles attestations de p.  326‑332 : rapide présentation du luminaire uti-
verres antiques soufflés dans un moule, en Tunisie, lisé entre le ive et le viie  s., illustrée par des pièces
no  22, p.  211‑214 : découvert dans le cimetière découvertes à Istanbul.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 127 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           127

442. S. Atik, Late Roman/Early Byzantine Glass le viie  s., présenté en 19  types selon la nature du
from the Marmaray Rescue Excavations at Yenikapi fragment (bord ou fond). Une production locale
in Istanbul, no 31, p. 1‑16 : mobilier varié et abon- est proposée, sans doute à raison, pour diverses
dant (flacons, lampes, gobelets, poids byzantins) variantes de gobelets à pied (types  XVII [fond]
ainsi que vestiges d’atelier (blocs de verre), daté et XVIII [bord] pourraient ne faire qu’un).
entre le ive et le viiie  s., provenant du port et des 450. B.  Gürler, E.  Lafli, Frühbyzantinische
épaves du secteur de Yenikapi. Glaskunst in Kleinasien, dans F. Daim, J. Drauschke
443. S. Baybo, Late Antique/Early Byzantine Glass éd., Byzanz. Das Römerreich im Mittelalter. Teil 1.Welt
Vessels from Trench Q18 at Limyra. Excavation der Ideen, Welt der Dinge (Monographien des RGZM
Seasons 2007‑2009, no  31, p.  189‑198 : mobilier 84, 1), Mayence, 2010, p.  431‑449 : état de la
fragmentaire et commun daté entre le ive et le viie s., recherche sur le mobilier en verre daté entre le ve et
avec peut‑être des vestiges d’un atelier secondaire. le viie s. mis au jour en Asie Mineure et/ou conservé
444. J.  Blid, Late Antique Glass in Sacred dans les musées turcs, illustré par des pièces iné-
Context. A Hagiasma at Carian Labraunda, no 31, dites du musée archéologique d’Izmir et de la fouille
p. 133‑150 : mobilier très fragmentaire composé de d’Hadrianoupolis en Paphlagonie.
gobelets et de bols, daté des alentours de 400, pro- 451. C.  Höpken, Vom Sandkernaryballos
venant d’une canalisation située dans l’abside dans zum Diatretglas. Ausgewählte Glasfunde vom
l’Église Est (vestiges de rituels autour d’une source Dülük Baba Tepesi, dans E.  Winter éd., PARIS
d’eau sacrée ?). PANTOPHOROS KOMMAGEN. Neue Funde und
445. I. U. Çelik, Glass from the 2006 Excavation Forschungen zwischen Taurus und Euphrat (Asia
Season in the theatre at Nicea, no 31, p. 151‑160 : Minor Stud., 60), Bonn, 2008, p. 165‑176 : le mobi-
sélection de fragments allant de l’époque hellé- lier, à l’exception d’un aryballe façonné sur noyau et
nistique (?) à l’époque ottomane (verre mosaï- d’une coupelle en verre mosaïqué, est en verre souf-
qué, verre inscrit en grec APAN d’un fil appliqué flé usuel et couvre une large période du ier au viie s.,
rouge ?). La mauvaise qualité des photos entrave la avec aussi quelques pièces d’époque islamique. Se
compréhension. distingue un fragment de bord d’une coupe en verre
446. S. Contardi, Late Antique Glass from Iasos diatrète dichroïque (voir no 149).
(Caria), no  31, p.  123‑132 : rapport préliminaire 452. C. Höpken, Glas in der Kommagene. Funde
sur les fragments de verre provenant de l’agora de aus der Felsnekropole von Perrhe, no 18, p. 153‑164 :
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


Iasos et d’un bâtiment protobyzantin : lampes à pas- de cette nécropole à la frontière turco‑syrienne, en
tilles bleues, lampes soufflées dans un moule (nid activité entre le iie et le viie s., provient un ensemble
d’abeille, cercles dans hexagones), verres à pied. de flacons intéressant en ce qu’il manifeste à mon
447. C.  Gencler Güray, The Glass Finds of sens des produits venus d’officines égéennes/ana-
Soli‑Pompeiopolis Ancient City (Mersin‑Mezitli), toliennes (fig.  5.1, 9‑15, 26‑29, 32), syriennes
no  32, p.  141‑146 : mobilier allant du ive  s. av. au (fig.  5.6‑8, 30‑31,34‑36) et égyptiennes (fig.  4‑5,
viie s. apr. J.‑C., avec notamment des coupes côte- 24 : conteneurs à khôl). On remarque aussi une
lées, des verres gravés à décor de facettes espacées belle variété de bracelets de couleurs variées, bleu
ou décor figuré et un ensemble de plats, de gobelets foncé, turquoise, ambre, vert foncé, incolore à décor
et de lampes d’époque romaine tardive. blanc, jaune ou rouge.
448. F.  Günes, Late Antique Glass from the 453. E.  Lafli, Glass from Hadrianoupolis
Museum of Kahramanmaras, no  31, p.  245‑252 : (Paphlagonia), no  31, p.  161‑170 : mobilier usuel
de la région de l’ancienne Germanicopolis (au daté entre le ve et le début du viiie  s., à noter un
nord‑ouest de Gaziantep), flacons à base annulaire poids byzantin de l’éparque Theodoros (612 apr.
à corps sphérique, ovoïde ou piriforme, belle lampe J.‑C.).
conique en verre incolore épais à pastilles bleues. 454. V.  Lauwers, P.  Degryse, M.  Waelkens,
449. B.  Gürler, E.  Lafli, Middle and Late The Glass of the Church and Shop Complex of
Roman Glass from the Agora of Smyrna from the the Upper Agora of Sagalassos (SW Turkey), no 20,
Excavation Seasons  1997 and  2002‑2003, no  18, p. 177‑183 : étude quantitative et fonctionnelle du
p. 121‑144 ; B. Gürler, A. Ersoy, Glass Repertoire mobilier en verre appartenant essentiellement à
in Late Antique at Agora of Smyrna [en turc], no 32, l’Antiquité tardive (verre à vitre et verre creux), mis
p. 23‑27 : mobilier usuel très fragmentaire vert‑olive au jour dans ce complexe à longue stratigraphie,
ou bleu‑vert, daté principalement entre le iiie et abandonné au milieu du viie s.
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 128 / 258 18

128          Marie‑Dominique Nenna

455. Ü.  Özgümüs, Late Roman/Early Byzantine gobelet à inscription en relief, quatre coupes à large
Glass from the Marmaray Rescue Excavations at marli en verre mosaïqué qui auraient dû être rap-
Sirkeci in Istanbul, no 31, p. 17‑24 ; ead., S. Kanyak, portées aux productions égyptiennes tardives, ainsi
Glass Finds from Marmaray Excavations at qu’une série d’éléments d’incrustation, en verre
Sirkeci [en turc], no  32, p.  35‑38 ; Ü.  Özgümüs, rouge, jaune et vert.
Marmaray Sirkeci Kurtarma Kazilari Cam 457. H.  Schwarzer, Die Stadtgrabung, 4. Das
Buluntularrinin Degerlendirilmesi/Evaluation Gebäude mit dem Podiensaal in der Stadt­ g rabung
of Glass Finds from Marmaray Sirkeci Salvage von Pergamon. Studien zu sakralen Banketträumen
Excavations, dans U.  Kocabas éd., Istanbul mit Liegepodien in der Antike (AvP, xv), Berlin,
Arkeoloji Müzeleri. 1. Marmaray‑Metro Kurtarma 2008, p.  197‑206 : en attente du volume consa-
Kazilari Sempozyumu Bildiriler Kitabi 5‑6 Mayis cré au verre de Pergame par l’a., présentation,
2008 / Istanbul Archaeological Museums. Proceedings par lieu de découverte à l’intérieur du « bâtiment
of the 1st  Symposium on Marmaray‑Metro Salvage avec une salle à podium », du mobilier en verre
Excavations (Istanbul, 2008), Istanbul, 2010, qui comprend surtout des gobelets et des cruches
p.  121‑122 : rapports préliminaires sur le mobilier du Haut‑Empire (jusqu’au milieu du iiie  s.), sans
varié et abondant (verre gravé, verre mosaïqué, doute liés à la fonction du bâtiment. On note un
lampes coniques, bracelets, plaques à feuille d’or fragment de gobelet à inscription grecque et des
pour tesselles) ainsi que sur les vestiges d’atelier fragments de panse à décor de fil appliqué en
(blocs de verre), datés entre le ive et le viiie s., prove- ondulations verticales.
nant de la fouille de sauvetage de la station de métro 458. H. Schwarzer, Spätantike and byzantinische
Sirkeci ; dans le second article, photos en couleurs Glasfunde aus Alexandria Troas, no  31, p.  67‑84 :
avec notamment un bol côtelé et un bol soufflé dans dans le mobilier des ive‑ve  s. provenant du forum
un moule du ier s. apr. J.‑C. et des établissements voisins, outre de la vaisselle
456. M.  Schätzschock, 1st  Century‑Glass from commune sans doute de production locale, verre
Terrace House  2 in Ephesos, dans S.  Ladstätter, gravé et fragment de coupe soufflée dans un moule
V. Scheibelreiter éd., Städtische Wohnen im östlichen à décor de cercles dans carrés d’origine égyptienne
Mittelmeerraum 4. Jh. v.Chr. – 1. Jh. n.Chr., Akten des (no 21).
internationalen Kolloquiums vom 24.‑27. Oktober 2007 459. H.  Schwarzer, Spätantike, byzantinische
an der Österreichischen Akademie der Wissenschaften und islamiche Glasfunde aus Pergamon, no  31,
© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)

© Presses Universitaires de France | Téléchargé le 25/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 193.95.14.4)


(Arch. Forsch., 18), Vienne, 2010, p. 231‑236 ; ead., p.  85‑109 : présentation sélective de pièces de
Glass from Terrace House  2 at Ephesus, no  31, Pergame datant des iiie/ive s. et ve‑viie s., parmi les-
p.  115‑122 : ead., Glas, dans F.  Krinzinger éd., quelles on note quelques verres gravés et un vase à
Hanghaus  2 in Ephesos. Die Wohneinheiten  1 und  2. décor serpentiforme.
Baubefund, Ausstattung, Funde (FiE, VIII/8), Vienne, 460. M. Steskal, Glas, dans M. Steskal, M. La
2010, p. 286‑321 et p. 592‑604 : pour la Maison 1 Torre, Das Vediusgymnasium in Ephesos. Archäologie
d’éphèse, le mobilier issu des fouilles du début des und Baubefund (FiE, XIV/1), Vienne, 2008,
années  1970, qui appartenait surtout à la couche p.  189‑204 : présentation de la vaisselle en verre
de destruction du troisième quart du iiie s., et celui usuelle, très fragmentaire, par contexte chronolo-
issu des fouilles postérieures, qui a pu être mis en gique : à côté de deux lots appartenant à respecti-
rapport avec les différentes phases de construction, vement au milieu du iie s. et au troisième quart du
est présenté typologiquement (133  vases auxquels iiie s., les autres s’échelonnent entre la fin du ve et la
s’ajoutent des éléments de parure et de jeu et des première moitié du viie s.
fragments de verre à vitre), puis une liste illustrée 461. E.  Tastemür, I.  Sahin, Glass Bowls from
des contextes clos est donnée. Il donne une très Sanctuary of Apollon Klarios Excavations in
bonne idée de la vaisselle en usage à l’époque fla- Western Anatolia, Anat. Ant., 16, 2008, p. 96‑105 :
vienne et surtout au iiie s. (gobelets, bols, assiettes, dans la fouille située dans la partie septentrio-
chope, flacons en verre incolore à décor appliqué nale des Propylées du sanctuaire, a été mis au
ou gravé). Le mobilier de la Maison 2 provient, lui jour un nmi de  165 dont 38  bols sont présen-
aussi, de contextes du iiie  s. et comprend, en plus tés ici, qui se répartissent en 12  bols moulés
de formes équivalentes à celles de la Maison 1, des (à rainures, « linear‑cut » et côtelés), 23  bols souf-
pièces luxueuses —  grand plat ovale à anses tail- flés de types communs entre le ier et le iiie s. — qui
lées, patère à anse taillée en forme de tête de chien, auraient gagné à être classés chronologiquement
18 mai 2012 - Revue archéologique_1/2012 - AUTEUR - Revue archéologique - 210 x 270 - page 129 / 258

Verres de l’Antiquité gréco‑romaine : trois ans de publication (2008‑2010)           129

plutôt que morphologiquement  —, et au moins ive siècle


ap. J.‑C., Damas‑Beyrouth‑Amman, 2009,
deux vases soufflés dans un moule. p.  199‑219 : parmi cette série de verres, pour cer-
Voir aussi nos 115, 117, 149, 154, 167, 170, 178, tains exceptionnels, malheureusement étudiés
183, 188. d’après les photos, croquis et notes du fouilleur, de
qualité très moyenne, on note deux plaques d’in-
Ukraine
crustation, l’une à décor de fleuron, l’autre portant
462. O.  Puklina, Re. Glass Objects, dans The le masque d’une hétaïre, de la vaisselle mosaïquée
Lower City of Olbia (Sector NGS) in the 6th Century sans doute d’époque romaine tardive, vu les motifs,
BC to the 4th  Century AD, 1‑2 (Black Sea Studies, un plat à décor peint et à l’or, orné de postes (et non
13), Aarhus, 2010, p. 487‑498 : au vaste ensemble de spirales) sur le pourtour, et d’une scène figurée
de plus