Vous êtes sur la page 1sur 12

- Le cash-flow: besoin en fonds de roulement et

politique d'investissement et Comprendre le cash-flow

Les flux de trésorerie générés par une entreprise


Une fois calculée
Il permet d'évaluer la capacité d'une entreprise
 à financer ses investissements
 Pour rémunérer les actionnaires
 Pour rembourser les dettes

différence entre Encaissements Décaissements

Entraine des Difficulté technique d'évaluation


Calculer le cash flow exige de prêter attention
a l'amortissement et le Besoin en fonds de roulement

Définition: Amortissement

L'amortissement comptable d'un investissement d'entreprise est


l'étalement de son coût sur sa durée d'utilisation.

L’amortissement représente la perte de valeur d’un bien due à l’usure du


temps ou l’obsolescence. La dotation aux amortissements est la somme
que représente cette perte de valeur. Elle est estimée pour chaque
exercice jusqu’à la fin de la durée d’usage du bien.

Définition
Besoin en fonds de roulement
Le BFR est le solde des comptes du bilan directement rattachés au cycle
d'exploitation (essentiellement les postes clients, fournisseurs et stocks).

1
Calculer à la date d'arrêté des comptes, il n'est pas forcément
représentatif du besoin permanent de l'entreprise et ne doit pas
s'analyser que dans une perspective évolutive.

La politique d'investissement d'une entreprise va se juger à l'aune


de trois critères:
 le degré d'usure de l'outil industriel mesuré par le ratio
immobilisations nettes/ Immobilisations Brutes
 La nature des investissements: de capacité, de maintien, ou de
retrait selon que les investissements sont supérieurs, égaux ou
inférieurs aux dotations aux amortissements
 l'analyse des flux générés par les investissements. Toute politique
d'investissement doit, tôt ou tard, se traduire par une augmentation
des flux de trésorerie provenant de l'exploitation. A défaut
l'entreprise fera face à des problèmes.

L'analyse peut se poser trois questions

 Quel est l'état actuel de l'outil industriel?


 Quelle est la politique d'investissement menée par l'entreprise?
 Quels flux ses investissements dégagent-ils?

Analyse de l'outil industriel actuel

L'état actuel de l'outil industriel et commercial se mesure par le ratio

Immobilisations corporelles nettes / Immobilisations brutes

2
Un faible ratio inférieur à 30% signifie que l'outil industriel a
probablement vieilli. A court terme, l'entreprise pourra dégager de belles
marges car la dotation aux amortissement
UN ratio proche proche de 1 signifie que l'effort d'investissement vient
d'être fait et que l'entreprise peut probablement pendant quelques
années, réduire le volume de ses investissements.

Analyse de la politique d'investissement menée

C'est en comparant le montant des investissements à la dotation aux


amortissements que l'on peut se rendre compte si l'entreprise:

 est dans une phase d'expansion de son outil industriel en


accroissant les capacités de production (Investissement supérieur
aux dotations aux amortissements)

 est dans une phase de maintien de son outil par le biais


d'investissements de remplacement (égalité approximative des
investissements et des dotations aux amortissements)

 est dans une phase de sous-investissement, voire de


désinvestissement (investissements inférieurs aux dotations aux
amortissements) qui ne peut être que provisoire sauf à mettre en
péril l'avenir de l'entreprise ou entrer dans un processus de
liquiditation.

La comparaison des investissements à l'actif immobilisé net en début de


période permet aussi d'estimer l'importance du programme engagé par
rapport à l'outil industriel existant. L'entreprise qui a investi pour un
montant égal à 50% de ses immobilisations nettes a créé un outil égal à

3
la moitié de celui qu'elle possédait au début de la période; une telle
politique présente différents risques:
 risque d'un retournement de conjoncture:
 risque de non-maîtrise des coûts de production (détérioration de la
productivité)
 risque technologique.

Analyse des flux générés par les investissements

La relation théorique entre les flux générés par l'exploitation et les


investissements n'est pas simple. Les investissements nouveaux sont, en
effet, venus s'ajouter aux investissements anciens (immobilisations) pour
dégager ensemble les flux de l'exercice. Il n'y a donc pas de lien direct
entre les flux de trésorerie provenant de l'exploitation et les
investissements de l'exercice.
La comparaison des flux de trésorerie provenant de l'exploitation et des
investissements doit se faire dans une optique de rentabilité et
d'équilibre dynamique des emplois et des ressources sur plusieurs
années.
En effet le seul intérêt de l'investissement est de dégager une rentabilité,,
donc des flux de trésorerie positifs. Lorsqu'il en est autrement, la finance
"marche sur la tête". Il est donc primordial d'étudier l'évolution comparée
de l'investissement, de la capacité d'autofinancement t des flux de
trésorerie provenant de l'exploitation, ce qui être mené avec le tableau
des flux de trésorerie.

Toute stratégie d'investissement doit, tôt ou tard se traduire par une


augmentation des flux de trésorerie provenant de l'exploitation. Lorsqu'il
n'en est pas ainsi, c'est que les investissements réalisés ne sont pas
suffisamment rentables. L'entreprise fera face à des problèmes si elle
n'en a pas déjà, ce qui est le plus probable.

4
Le comportement à craindre en matière d'investissement est celui de
l'entrepreneur, qui pour des raisons de puissance, va investir à outrance,
sans que les flux de trésorerie provenant de l'exploitation progressent au
moins dans les mêmes proportions. Il oublie alors l'ardente contrainte qui
constitue la rentabilité.
Loin de nous l'idée de vouloir restreindre systématiquement le montant de
l'investissement au montant des ressources internes de l'entreprise. Ce
que nous voulons, au contraire, mettre en évidence c'est la bonne
politique d'investissement.

Le compte de résultat
Charges Produits

Charges d'exploitation Produits d'exploitation


Charges financières Produits financiers
Charges exceptionnelles Produits exceptionnels
(ou HAO) (ou HAO)

Toutes les écritures ne sont pas des flux de trésorerie

Résultat net comptable

acquisition d'un actif décaissement ou crédit


Au niveau comptable
Répartition du coût sur une duré définie ===dotaton aux amortissements
Indispensable de retraiter pour calculer le cash Flow

5
Le compte de résultat

Charges Produits

Charges à décaisser Produits à encaisser

Fluw de trésorerie (réels)

Charges calculées Produits calculés


Charges purement comptables Produits purement comptables
Retraitements
Resultat net comptable

Autres retraitements: décalage de paiement

Délais Délais Valeur des stocks BFR


BFR
paiement paiement travaux en cours
Clients acomptes
fournisseurs

Financer le cycle d'exploitation

En résumé
Retraitements écritures comptables
(Investissements/BFR)

Génération de cash
Financement des investissements
Free cash-flow

Rémunération des actionnaires


Remboursement des dettes

6
LES DECISIONS D'INVESTISSEMENT

Les grands principes

La décision d'investissement s'appuie sur plusieurs grands


principes

La séparation des décisions d'investissement et de


financement

Lors d'un choix d'investissement, le décideur veut être en


mesure de comparer la rentabilité de l'investissement au coût
du financement. Il doit par conséquent, considérer séparément
les flux induits par l'investissement et le coût du capital

Un raisonnement en termes de flux de trésorerie


différentiels

Pour mesurer toutes les conséquences de l'investissement sur


la trésorerie de l'entreprise seuls les flux induits par
l'investissement (calcul de la contribution marginale de
l'investissement à la rentabilité de l'entreprise) doivent être
pris en compte. Cela signifie que les coûts inhérents à

7
l'entreprise et non à l'investissement ne peuvent être retenus
(exemple salaire du directeur).
Il en est de même des coûts antérieurs à l'investissement (frais
de recherche et de développement).

Un raisonnement en terme d'opportunités


En finance, un investissement est considéré comme nécessaire
à l'entreprise s'il permet à la fois de créer de la valeur et s'il est
indispensable au déploiement de la stratégie de l'entreprise.
Peuvent être alors considérés comme des investissements, des
actifs déjà détenus par l'entreprise. Ceux-ci sont évalués au
coût d'opportunité c'est à dire au coût de la renonciation au
flux de trésorerie d'une vente ou d'une location.

La prise en compte de la fiscalité


Le décideur cherche à maximiser le flux de trésorerie après
impôt. Plusieurs éléments vont déterminer l'influence de
l'impôt. Ainsi les amortissements entrainent des économies
d'impôt et les flux sécrétés par l'investissement font l'objet
d'une imposition. Par ailleurs, l'entreprise peut bénéficier de
subventions, aides, crédits d'impôt du fait de la réalisation de
l'investissement.

8
La détermination des flux d'encaissement et de
décaissement

Le capital investi est mesuré par toutes les dépenses directes


ou indirectes engagés initialement dans le projet. Il est
constitué :
des dépenses engagés pour l'acquisition des immobilisations
(Prix d'achat HT, frais d'accessoires d'achat, TVA non
récupérable)
 des dépenses occasionnées par la mise en place de
l'investissement
 des coûts d'opportunité
 du BFRE induit par le projet d'investissement
 Le montant des dépenses est diminué, le cas échéant, du
produit net des cessions
 nécessaires par le projet.
Le flux d'exploitation
Le flux d'investissement est calculé à partir de l'EBE différentiel
qui correspond à la différence entre les produits et les charges
d'exploitation supplémentaires à l'exception des dotations aux
amortissements. De l'EBE différentiel, il convient de retrancher
de retrancher le montant de l'impôt théorique sur le résultat
d'exploitation différentiel et la variation du BFR pour obtenir un
flux de trésorerie d'exploitation.

9
La valeur résiduelle de l'investissement

La valeur résiduelle comprend la valeur vénale des


immobilisations et le BFRE récupéré en fin de projet. Si les
immobilisations sont cédées, leur valeur vénale doit être
diminuée du montant de l'impôt sur les plus values de
cessions.

Les critères de choix d'investissement en avenir certain


En avenir, le choix s'effectue à partir de quatre outils
classiques: la valeur actuelle nette, le taux interne de
rentabilité, l'indice de profitabilité et le délai de récupération.
De tous ces outils, la VAN est le seul qui permette de mesurer
la valeur crée par un projet.
La VAN
La valeur actuelle nette (VAN) est égale à la différence entre le
flux de trésorerie à la date t 0 et le capital investi. Elle mesure la
création de valeur du projet, après paiement de
l'investissement initial et rémunération des apporteurs de
capitaux.
n
VAN =∑ FT p (1+r )− p -I
p=1


FT p : le flux de trésorerie de la période p

I : le capital investi
n: la durée de vie du projet

10
r : le taux d'actualisation

Un projet peut être adopté si la VAN est positive


Un projet est d'autant plus intéressant que sa VAN es élevée

Le TIR
le taux de rentabilité interne est le taux qui annule la VAN. Il
représente la rentabilité dégagée par le projet, sous
l'hypothèse d'un réinvestissement au taux du TIR.

∑ FT p (1+TIR)− p - I
p=1

Un projet est accepté si son taux TIR est supérieur ou égal au


taux de rentabilité minimum exigé par l'entreprise.

Un projet est d'autant plus intéressant que son TIR est élevé.

L'indice de profitabilité
L'indice de profitabilité est égal à la somme des flux de
trésorerie actualisés, rapportée à l'investissement. Il mesure
l'avantage relatif c'est à dire l'avantage induit par une unité de
capital.
n

∑ FT p (1+ r)− p = 1+ VAN


IP= p=1 I
I

11
Un projet est accepté si son IP est égal ou supérieur à 1
Un projet est d'autant plus intéressant que son IP est élevé

Le délai de récupération
Le délai de récupération du capital correspond au nombre de
périodes au bout duquel les flux de trésorerie cumulés
permettent de récupérer le capital investi.

Un projet est accepté et son délai de récupération est inférieur


à la limite fixée par l'entreprise.
Un projet est d'autant plus intéressant que son délai de
récupération est court.

12

Vous aimerez peut-être aussi