Vous êtes sur la page 1sur 17

Les écrits religieux, une composante définitoire

de la culture roumaine ancienne

Gheorghe CHIVU

The study aims at revealing the linguistic, stylistic and cultural importance of the
Romanian religious writings prior to the XIX-th century. The author outlines several stages
in the evolution of the Romanian religious writing and underlines the continuity and the
significance of the old religious writings for the constitution of the modern literary norm
and for the development of the stylistic system of Romanian.

Key-words: religious wrirings, linguistic peculiarities, stylistic models, norms, cultural


continuity

La place des textes ecclésiastiques au niveau des écrits roumains


Les écrits religieux, réalité diverse et complexe, recouvrant et illustrant de
multiples domaines, de la création littéraire jusqu’à l’exégèse scientifique de haute
tenue, des textes technique et administratif jusqu’au journalisme, représentent
indéniablement une composante structurelle, définitoire, de la culture roumaine.
Non seulement de notre culture ancienne, comme on l’a longtemps pensé et comme
le considèrent encore certains exégètes, culture dans laquelle le livre religieux,
imprimé ou manuscrit a été dominant, par le nombre de textes représentatifs, par la
position, l’importance et la circulation de ceux-ci, ainsi que par l’esprit qu’ils
illustraient, mais aussi à l’époque moderne, lorsque la littérature officielle, dans le
sens large du terme, était devenue notamment laïque, et quand les écrits religieux
se sont constitués en une variante parallèlle des écrits littéraires 1.
Témoignage vivant et continuateur fidèle de notre culture ancienne écrite, le
texte religieux s’était imposé au milieu du XIXème siècle comme un exemple de
continuité et de stabilité dans une culture qui recherchait fébrilement ses formes
modernes. À la même époque de changements rapides des modèles culturels et des
mentalités, il s’était avéré être une remarquable source d’inspiration, un réservoir
jamais épuisé de moyens stylistiques et un modèle rhétorique souvent apprécié par
les écrivains cultivés2.

1
Pour l’argumentation de cette idée, voir nos études O variantă ignorată a românei literare
moderne - limbajul bisericesc, dans LR, XLIV, l995, no. 9-12, p. 445-453 et Civilizaţie şi cultură.
Consideraţii asupra limbajului bisericesc actual, Bucureşti, 1997.
2
Le modèle des écrits religieux a été utilisé après 1830, et non pas seulement comme une partie
de l’influence exercée par la culture écrite ancienne dans son ensemble, par Ion Heliade Rădulescu et
tout spécialement par Alecu Russo (ce dernier dans Cântarea României). En même temps, des
influences du langage figuré qui existe dans le texte ecclésiastique, l’utilisation des structures
rhétoriques spécifiques de ce texte, mais surtout la présence de certains archaïsmes phonétiques,

19

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
Après s’être gardé de façon prudente et peut-être même nécessaire dans ses
formes anciennes (même l’alphabet cyrillique avait été officiellement abandonné
par l’Eglise orthodoxe après 18803, au moment où l’étymologisme externe, vaincu
par le phonologisme, avait cédé la place à l’étymologisme interne, beaucoup plus
simplifié et donc, plus accessible), le livre ecclésiastique entrait dans le XXème
siècle comme une composante de la culture littéraire, qui illustrait pleinement la
continuité des structures spécifiques de notre culture ancienne au plan linguistique
en général, mais surtout des points de vue stylistique et rhétorique.
L’adaptation, ou du moins, l’accommodation aux attentes des intellectuels de
l’époque (puisque les gens simples ne ressentaient pas au fond, de manière si aigüe
le besoin de changement d’un langage déjà imposé par la tradition) a mené à un
renouvellement progressif et prudent, propre à faire sortir les écrits religieux de la
marginalisation à laquelle les avait condamné l’orientation laïque de la culture
moderne, ou du moins, à atténuer les effets de cette marginalisation.
La langue même, tant dans sa forme élevée, littéraire, que dans sa variante
populaire, imposait à son tour un tel renouvellement et une telle actualisation
(phonétique et morphologique, puisque certains éléments de la structure avaient été
modifiés, mais aussi lexicale, afin de pouvoir tenir le pas avec le changement
d’inventaire et notamment de significations du vocabulaire, mais moins ou pas du
tout syntaxique). Les nouvelles normes ont été acceptées lorsqu’elles ne falsifiaient
pas des contenus ou des structures importantes des points de vue théologique et
stylistique. C’est la raison pour laquelle sont restés dans l’usage des livres religieux
des phonétismes tels greşale ou întru, quelques formes iotacisées typiques, parfois
lexicalisées, telles crez “je crois; le Credo”, et respectivement vie “vienne”, le
nominatif pustie ou le vocatif étymologique Doamne, des participes présents tels
îndurat, înfricoşat, de vieux lexèmes tels ardere-de-tot, fărădelege, vârtute, ou
ayant des sens peu ou pas du tout connus de nos jours, tels călca “vaincre”, horă
“assemblée” ou sân “golfe; lieu de refuge et de protection”, des inversions
quelquefois usuelles, du type fost-au, ou des combinaisons spécifiques qui
évoquent un régime syntaxique archaïque, telles iartă-ne, crede-mi. Des réalités et
des concepts imposés par le monde et la pensée moderne, tout comme le besoin de
communiquer sans restrictions majeures avec les fidèles, ont imposé l’utilisation,
non seulement dans les livres de lectures ecclésiastiques de certains mots
apparemment incompatibles avec l’expression caractéristique des écrits religieux.

morpho-syntaxiques et lexicaux ont été détectées constamment dans les écrits de nombreux auteurs
du XIXème siècle (tels Dimitrie Bolintineanu, Al. Odobescu, Mihai Eminescu), où la présence des
formes de langue ancienne avait toujours une justification artistique (des raisons prosodiques, mais
aussi la création de la soi-disante couleur d’époque et plus tard, de certaines suggestions culturelles
raffinées).
3
La décision de remplacer dans les livres religieux l’alphabet cyrillique avec l’alphabet latin a été
adoptée par le synode de l’Eglise Orthodoxe Roumaine à peine en 1881. Voir Virgil Molin,
Înlocuirea alfabetului chirilic cu alfabetul latin în tipăriturile noastre bisericeşti, dans „Mitropolia
Olteniei”, XIV, 1962, no. 10-12, p. 624-640.

20

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
(Nous pensons, par exemple, à des néologismes apparemment laïcs, tels chestiune,
plagă, a revoca ou spion, acceptés dans le texte biblique moderne.) 4
Marqués, des points de vue linguistique et stylistique, en tant qu’éléments
définitoires de la langue roumaine à l’époque moderne, ces substitutions et ses
ajouts étaient devenus nécessaires au niveau d’une culture écrite qui ne pouvait pas
s’abandonner intégralement au passé sans enregistrer des pertes au plan culturel, et
bien sûr, confessionnel.
Après 1990, les écrits religieux reviendront en force dans l’espace public,
revêtus d’un habit partiellement renouvellé le siècle précédent pour leurs
composantes traditionnelles (des textes bibliques, les livres liturgiques et de
lecture, les écrits à caractère juridique, administratif ou technique), ou bien, sous
une forme naturellement modernisée, dans les domaines des débats dogmatiques et
de celui de l’instruction théologique. Une fois retrouvé, le statut de composante de
premier rang de la culture des écrits religieux a pris de l’ampleur, dans des
structures et des formes entièrement modernes, comme le style journalistique
religieux, distinct comme préoccupations et comme terminologie, mais pas
totalement différent du journalisme qui a comme destinataire et comme
bénéficiaire le lecteur et l’auditeur laïc.
De plus en plus présents dans la vie quotidienne, les écrits religieux, diversifiés
du point de vue stylistique et comme modalités de manifestation publique, ont
reconquis ainsi la plénitude des moyens d’expression et d’adéquation propres à une
forme élevée de promotion de la culture roumaine moderne.
Représentant un mélange encore insuffisamment mis en lumière d’ancien et de
nouveau, de traditionnalisme responsable et d’innovation prudente, les écrits
ecclésiastiques actuels acquièrent ainsi des valences similiaires, mais toutefois
nettement supérieures à celles illustrées par le livre ecclésiastique des époques du
début des écrits en langue roumaine.

Des étapes dans le développement de notre culture religieuse écrite ancienne


Le livre religieux a parcouru jusqu’aux décennies immédiatement ultérieures à
l’an 1800, lorsque le processus de la modernisation de type occidental et la
laïcisation étaient devenus dominants dans la culture roumaine également,
plusieurs étapes importantes d’une évolution à la fois quantitative et qualitative,
dont la conséquence a été l’acceptation du roumain en tant que langue officielle
non seulement dans l’Eglise, mais aussi dans l’administration, la justice, la science
et dans le processus d’enseignement.

4
Pour d’autres traits caractéristiques des écrits religieux actuels, voir, en dehors des études citées
dans la note 1, Vasilica Silvia Dima, Elemente arhaice în limbajul bisericesc actual – Molitvelnicul,
dans LR, LI, 2002, no. 4-6, p. 143-164; Manuela Neculai-Stănică, Caracteristici lingvistice ale
textelor biblice româneşti actuale, de rit apusean, dans LR, LVII, 2008, no. 4, p. 500-526; Daniela-
LuminiţaTeleoacă, Limbajul bisericesc actual între tradiţie şi inovaţie, Bucureşti, 2008; idem,
Aspecte morfo-sintactice în textul catihetic actual, dans Lucrările celui de al doilea Simpozion
internaţional de lingvistică, [Bucureşti], 2009, p. 489-501.

21

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
Nous avons en vue trois grandes périodes, qui couvrent chacune un siècle
approximativement5.
*
La première, bien marquée dans ses limites par des événements culturels à
signification très importante, a été, évidemment, la période où sont apparus et
ensuite, ont été diffusés, par des copies manuscrites, mais aussi sous forme
imprimée, les premiers textes religieux roumains. Le premier siècle des écrits en
langue roumaine a ses débuts, tel que le prouvent les dernières recherches dans le
domaine6, non pas au milieu du XVIème siècle, comme l’indique la datation de la
plupart des écrits connus à présent et qui représentent des restes d’une production
littéraire qui a dû concurrencer, quoiqu’à un niveau inégal et seulement dans des
buts dogmatiques, le livre slavon et celui latin, mais à la fin du siècle antérieur,
lorsqu’il semble qu’on a transposé pour la première fois en langue roumaine le
Psautier7. D’ailleurs, l’observation selon laquelle les plus anciens textes connus
aujourd’hui, datés au plus tôt vers l’an 1550, représentent des copies ou des
révisions de versions antérieures perdues, soutient indirectement cette hypothèse.
Le XVIème siècle, le premier de l’histoire des écrits religieux roumains et,
implicitement, de l’histoire de la culture écrite en langue roumaine, représente
l’époque où la remarquable unité de la graphie cyrillique (au niveau de laquelle
sont enregistrées non seulement des valeurs spécifiques de certains signes
cyrilliques, les mêmes partout, mais aussi quelques lettres créées et utilisées
exclusivement dans l’espace roumain 8) et une surprenante conséquence pour
l’emploi des particularités distinctives de la source avec celles du copiste,
respectivement, de l’imprimeur, prouvent non seulement une conscience en herbe
de la norme, mais aussi l’existence d’une tradition littéraire, même si encore
timide9.

5
La périodisation que nous faisons maintenant, adéquate à la matière de l’analyse et aux objectifs
de ce travail, diffère partiellement de celle qui est promue habituellement dans les études d’histoire de
la langue roumaine littéraire ancienne. Voir pour celle-ci, Ion Gheţie, Introducere în studiul limbii
române literare, Bucureşti, 1982, p. 63-68 et Ion Gheţie (coord.), Istoria limbii române literare.
Epoca veche. 1532-1780, Bucureşti, 1997, p. 52-53.
6
Pour la synthèse des opinions formulées à ce sujet, voir surtout Ion Gheţie, Al. Mareş, Originile
scrisului în limba română, Bucureşti, 1985, p. 127-176.
7
Selon les dernières recherches entreprises par Al. Mareş, le Psautier Hurmuzaki a été écrit avant
la Lettre de Neacşu (1521), le filigrane du papier du manuscrit indiquant une date comprise entre
1491 et 1515. Voir pour plus de détails Al. Mareş, Consideraţii pe marginea datării Psaltirii
Hurmuzaki, dans LR, XLIX, 2000, no. 4-6, p. 675-683; cf. Psaltirea Hurmuzaki, I, Bucureşti, 2005,
p. 19.
8
On a remarqué plusieurs fois, dans les études consacrées à l’écriture cyrilliques roumaine,
l’emploi des jers et des jus à une valeur différente de celle de l’écriture slavonne. En même temps, on
a souligné la création et l’utilisation dans l’ensemble de l’espace culturel roumain de deux lettres
cyrilliques spécifiques, – et 5. Voir pour ceci notamment Emil Vârtosu, Paleografia româno-chirilică,
Bucureşti, 1968, p. 103-109, mais aussi, récemment, Ion Gheţie, Al. Mareş, De când se scrie
româneşte, Bucureşti, 2001, p. 16-22.
9
Le respect par les imprimeurs et les copistes anciens des normes littéraires de base a été très bien
mis en évidence par Ion Gheţie dans Baza dialectală a românei literare (Bucureşti, 1975). Ensuite, on

22

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
La coexistence et plus d’une fois la contamination des écrits canoniques avec
les écrits apocryphes10, diffusés de manière tout aussi fréquente par des copies
manuscrites, ce qui représente un fait significatif pour la création possible d’une
tradition, suggèrent très probablement une action délibérée d’attirer vers la foi des
personnes inclines à promouvoir ou à accepter des attitudes et des traditions pas
toujours conformes aux dogmes de l’Eglise.
Pendant ce siècle de coexistence des écrits en langue roumaine, encore
timidement représentés, avec les écrits en langues sacrées, les traducteurs ont réussi
à vaincre assez rapidement tant les difficultés engendrées par le caractère encore
débutant de l’emploi du roumain en tant que langue de culture, que le prestige de la
forme des sources étrangères (majoritairement slavones, mais aussi latines ou
hongroises).
La connaissance et l’utilisation constante, dans des circonstances différentes,
des langues officielles de l’Eglise, a dû faciliter, certainement cette évolution
rapide de la forme, de l’expression des écrits en langue roumaine. La qualité
supérieure de l’expression linguistique et stylistique des textes rédigés pendant les
décennies antérieures à l’an 1600 (nous pensons surtout à Palia de Orăştie et à la
deuxième Cazanie de Coresi) doit être expliquée également par un exercice attentif
et répété d’emploi de la langue nationale sous une forme élevée, adéquate à la fois
aux offices et à la traduction et à la rédaction des textes. C’est seulement ainsi que
l’on peut comprendre la forme d’exception de la lettre conçue en 1599, très
probablement par le métropolite de Târgovişte11, au nom des boyards qui ont trahi
Michel le Brave, forme parfaitement adaptée aux circonstances de communication
et habilement structurée selon toutes les règles de la persuasion. (Les boyards qui
s’étaient enfuis en Moldavie devaient être persuadés qu’une intervention polonaise
pour le changement du prince règnant était la seule capable de sauver le pays et le
peuple, puisque c’était la seule façon d’épargner et leur fortune et la vie de leurs
familles.)

*
La période marquée, dans ses limites chronologiques, par l’arrêt de l’activité de
l’imprimerie de Coresi, respectivement par l’impression à Bucarest de la première
Bible roumaine a été le siècle de l’imposition de la langue roumaine comme
langue de culte et, implicitement, comme langue de culture. Ce fut un siècle de

connaît bien l’exemple des imprimeurs de Braşov de Palia de Orăştie, qui ont imprimé le texte en
respectant (à quelques exceptions près) les normes en usage dans la partie de Sud-Ouest du pays (voir
Ion Gheţie, op. cit., p. 226-228), tout comme celui du pope Grigorie de Măhaci, et de l’un de ses
„collaborateurs” locaux qui, en transcrivant Întrebarea creştinescă et un fragment de Pravila de
Coresi, ont abandonné délibérément la norme locale en faveur de celle qui était promue par les textes
imprimés à Braşov (voir Gh. Chivu, Codex Sturdzanus, Bucureşti, 1993, p. 57-59).
10
Nous avons signalé et illustré la contamination de texte produite entre Legenda Duminicii,
Apocalipsul Maicii Domnului et Pravilă dans Codex Sturdzanus, éd. cit., p. 79.
11
Pour le texte de cette lettre, voir Documente şi însemnări româneşti din secolul al XVI-lea,
Bucureşti, 1979, p. 111-113.

23

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
travail de longue haleine sur la forme élevée de la langue roumaine, mais aussi de
combat contre les inerties et les défis de l’époque, manifestées au plan théologique
et social. Un siècle pendant lequel les grands hiérarques érudits de Moldavie,
d’abord Varlaam et ensuite Dosoftei, ont oeuvré assidûment et avec beaucoup de
résultats pour l’acceptation et ensuite pour l’imposition de la langue roumaine
comme langue de culte. Cela se passait, comme on le sait, en même temps que
l’introduction de la langue du pays dans l’administration et dans les instances
civiles12, suite à l’initiative et à l’action d’un prince règnant éclairé, Vasile Lupu,
suivi de près, dans ses tentatives de moderniser l’organisation administrative,
juridique et sociales des provinces roumaines extracarpathiques, par Matei
Basarab. C’est le siècle où, à Alba Iulia, Simion Ştefan faisait des efforts
similiaires à ceux des hiérarques moldaves, en essayant d’introduire dans le livre
roumain ecclésiastique le modèle (non seulement éditorial) occidental 13.
À la fin de ce “siècle d’or” de la culture roumaine14, le consensus (encore
insuffisamment documenté) entre les grands érudits du peuple a mené, comme on
le sait, à la parution en 1688 de la première Bible imprimée intégralement dans la
langue du pays. Une Bible qui doit être comprise pas tellement comme un
monument de langue, le premier, certes, de cette ampleur et valeur de l’histoire de
notre culture écrite15, mais surtout comme un moment symbolique de prise de
conscience par les grands érudits de l’époque du rôle et de l’importance de l’Eglise
dans l’unification du peuple par la fait de cultiver la langue et par des actions
culturelles responsables.

*
Avec la décennie marquée par la parution de la première Bible en langue
roumaine, la version valaque intégratrice des sources moldaves et respectivement

12
Nous avons en vue l’impression des premiers recueils de lois civiles de Iaşi (Carte românească
de învăţătură de la pravilele împărăteşti şi de la alte giudeaţe, 1646) et de Târgovişte (Îndreptarea
legii, 1652).
13
Les gloses marginales du Nouveau Testament de Bălgrad, longtemps interprétées comme des
preuves de la tentative d’explicitation et de raffinement formel du texte biblique (on a parlé même,
dans le cas de ces gloses, d’un premier dictionnaire explicatif et de synonymes de la langue roumaine;
voir G. Ţepelea, Studii de istorie şi limbă literară, Bucureşti, 1970, p. 51; Florica Dimitrescu,
Importanţa lingvistică a Noului Testament de la Bălgrad, dans Noul Testament tipărit pentru prima
dată în limba română la 1648 de către Simion Ştefan, Mitropolitul Transilvaniei, Alba Iulia, 1988, p.
93), se sont avérées être une adaptation à l’espace roumain du modèle des éditions occidentales de la
Bible (Eugen Pavel, Carte şi tipar la Bălgrad (1567-1702), Cluj-Napoca, 2001, p. 159-179).
14
Se limitant à la Moldavie, Virgil Cândea situait ce „siècle d’or” entre le moment de la parution
de Cazania de Varlaam (1643) et l’année où Ion Neculce finissait le récit de son Letopiseţ (1743).
Voir, dans ce sens, le volume collectif Un veac de aur în Moldova (1643-1743), Ştiinţa - Chişinău,
Editura Fundaţiei Culturale Române – Bucureşti, 1996, p. 4 et les suivantes. La période comprise de
façon approximative entre 1650 et 1750 a représenté une époque de renouvellement culturel
remarquable pour les trois provinces roumaines.
15
Voir pour l’analyse critique des opinions concernant ce texte imprimé en 1688, Ion Gheţie,
Biblia de la Bucureşti şi procesul de unificare a limbii române literare, dans Studii de limbă literară
şi filologie, II, Bucureşti, 1972, p. 53-65.

24

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
transylvaines, mise en oeuvre à Bucarest par une équipe d’imprimeurs moldaves, a
débuté le siècle de la première unification de la langue roumaine littéraire dans le
livre destiné aux offices liturgiques. Pendant cette nouvelle étape de l’évolution de
la culture ecclésiastique écrite en langue roumaine, commencée par l’oeuvre
typographique et de mission d’Antim Ivireanul16 et close avec la finalisation de la
célèbre Bible de Blaj17, ont été créées les prémices pour la nouvelle tentative,
généralisée à tous les niveaux de notre vie culturelle (religieuse et laïque à la fois,
dans les livres imprimés et ceux qui étaient diffusés par des copies manuscrites)
d’unification de notre langue littéraire, tentative entreprise alors par les
intellectuels des Lumières, influencés, en Valachie et en Moldavie par les idées
venues de l’espace grec, et en Transylvanie en dans le Banat, par le mouvement
occidental des Lumières.
Le fondement de cette nouvelle tentative a été représenté maintenant par le livre
ecclésiastique même, très divers, et diffusés de façon intense dans l’espace roumain
dans son ensemble, soutenu par des imprimeries fortes et influentes, mises au
service et sous le contrôle presqu’exclusif de l’Eglise, livre ecclésiastique où,
comme l’avait déjà constaté Petru Maior avec les autres érudits de l’epoque, “tot o
dialetă iaste” (c’est toujours la même langue)18. Ce qui voulait dire un ensemble de
normes littéraires fondamentales, respectées partout et par tous les imprimeurs-
typographes de l’époque.
Le développement dans une perspective moderne de cette première forme
unitaire de la langue roumaine littéraire, diffusée exclusivement à travers le livre
imprimé pour les offices religieux sera du à l’activité des érudits qui ont promu, au
XIXème siècle, le modèle latin-roman et l’étymologisme, des projets linguistiques
à effet d’intégration et d’unification, à la fois au plan culturel et politique, pour tout
l’espace roumain19.

16
Pour le rôle joué par les livres ecclésiastiques imprimés à cette époque en Valachie, au niveau
du soutien et de la promotion d’une norme unique surdialectale, voir récemment Ion Ghe ţie, Secolul
al XVIII-lea şi unificarea limbii române literare, dans Contribuţii la istoria limbii române literare.
Secolul al XVIII-lea (1688-1780), [Cluj-Napoca], 2000, p. 91-111, et Florentina Zgraon, Normele
limbii române literare la jumătatea secolului al XVIII-lea (tipărituri religioase de lectură, tipărituri
laice, manuscrise), dans le volume cité, p. 112-152.
17
Cette observation a été formulée par Petru Maior, au début du XIXème siècle, dans Dialog
pentru începutul limbei română între unchi şi nepot: „în cărţile cele besericeşti tot o dialetă este la
toţi” (dans Lexicon rumânesc-lătinesc- unguresc-nemţesc, Buda, 1825, p. 70).
18
Voir la note précédente. Cette idée reviendra dans les propositions formulées par Ion Heliade
Rădulescu de „a face o limbă generală” (construire une langue générale, littéraire), autrement dit
d’établir des normes uniques surdialectales dans la langue littéraire roumaine moderne; l’érudit
valaque proposait dans ce sens de suivre le modèle de la langue ecclésiastique pour créer les normes
de la langue des philosophes, des mathématiciens et des hommes politiques : „să urmăm limbii cei
bisericeşti şi pe tipii [= les normes] ei să facem şi limba filosofului, matematicului, politicului” (I.
Heliade Rădulescu, Opere, II, Bucureşti, 1943, p. 220).
19
L’écriture étymologique a permis l’unification des écrits littéraires roumains et a imposé même,
par certaines graphies considérées illustrer des “formes classiques”, c’es-à-dire plus proches de la
phase d’unité d’origine de la langue roumaine, des normes uniques, même si celles-ci entraient
souvent en contradiction avec les règles de l’écriture phonologique. Pour l’une de ces graphies, voir

25

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
***
Pendant les trois siècles de notre culture ancienne, les écrits religieux ont essayé
et sont arrivés à devenir unitaires sous la forme des livres des offices liturgiques,
comme ils l’avaient tout le temps été dans le contenu des textes fondamentaux de la
foi. La circulation des livres bibliques et de ceux destinés à la pratique religieuse,
de Moldavie et de Valachie vers le Banat et la Transylvanie (malgré certaines
interdictions imposées et ensuite légiférées par la Cour de Vienne) a soutenu à son
tour l’idée d’unité spirituelle et culturelle de l’ensemble de l’espace roumain.
C’étaient des siècles marquées par le désir constant de stabiliser des structures
et d’équilibrer le rapport entre la forme et le contenu du texte ecclésiastique, au
niveau d’une tentative jamais abandonnée de trouver la meilleure expression de
l’idée, c’est-à-dire de l’esprit, après une longue période où l’on avait respectée
invariablement la lettre, c’est-à-dire la forme de la source.
C’étaient des siècles pendant lesquels on a essayé, au profit de la promotion de
la foi et du rapprochement de tous les fidèles, de garder l’équilibre entre
l’expression élevée (même si celle-ci était devenue souvent artificielle par le calque
des lettres de la source) et la communication usuelle, sans dévier de la mission
assumée par le fait de cultiver le style élevé, soutenu, sans céder devant la culture
basse de la plupart des auditeurs, mais au contraire, en leur modelant la façon de
parler et de penser.

Les écrits religieux entre l’approche culturelle et l’investigation spécialisée


La recherche de notre culture religieuse ancienne a connu pendant la dernière
moitié du siècle dernier, malgré la marginalisation officielle des écrits
ecclésiastiques, des résultats remarquables.
Par des investigations inscrites, avant 1990, dans la préoccupation générale
d’étudier les commencements de notre culture littéraire écrite ou bien dans la
direction spécialisée, consacrée à la connaissance de l’histoire de la langue
roumaine ou de la recherche des étapes de constitution et d’évolution du roumain
littéraire20, on est arrivé pratiquement à une description détaillée, même si non
exhaustive, des textes religieux les plus importants, à un inventaire des formes
linguistiques présentes dans nos manuscrits anciens, ainsi que dans les textes

notre article O normă a limbii române literare din a doua jumătate a secolului al XIX-lea: câne,
mâne, pâne, dans LR, XXII, 1973, no. 1, 51-58. Pour ce qui est de la mise en évidence du rôle
d’unification de l’écriture étymologisante (“la souhaitée unité d’écriture”), en contradiction avec les
marques et donc le fait de garder certaines différenciations lingusitiques régionales par l’emploi de
l’écriture cyrilliques, phonologique par définition, voir les considérations formulées dans
l’introduction du premier dictionnaire académique de notre langue (A. T. Laurian, I. C. Massim,
Dicţionarul limbei române, I, Bucureşti, 1871, p. XXI-XXII).
20
Nous avons proposé une première synthèse des recherches consacrées à ce sujet avant 1990
dans notre travail Civilizaţie şi cultură. Consideraţii asupra limbajului bisericesc actual, Bucureşti,
1997, p. 5-6.

26

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
anciens imprimés, et même à la différenciation des faits de langue parlée consignés
par ceux-ci des éléments qui appartenaient au registre littéraire.
En même temps, on a publié, et parfois en plusieurs éditions, conçues pour des
objectifs distincts et avec un instrumentaire scientifique différent, les textes
fondamentaux du domaine, la Bible de Bucarest21, le Nouveau Testament de
Bălgrad22 et récemment, la Bible de Blaj23, éditée par Samuil Micu, et,
respectivement la Bible traduite d’après la Vulgate à l’initiative et sous la direction
de Petru Pavel Aaron24, des monuments appartenant à la fois à notre culture
religieuse écrite qu’à notre langue roumaine littéraire ancienne. À ceux-ci
s’ajoutent déjà, dans les fonds des grandes bibliothèques, dans des éditions
philologiques de grande tenue, presque tous les textes imprimés et manuscrits du
XVIème siècle25 et de nombreux écrits des siècles suivants, qui se sont imposés par
leur valeur littéraire ou qui ont représenté, au moment même de leur parution, des

21
Le livre, republié pour la première fois trois cents ans après son impression, dans une édition
philologique patronnée par le Patriarcat Roumain (Biblia adecă Dumnezeiasca Scriptură a Vechiului
şi Noului Testament, tipărită întâia oară la 1688 în timpul lui Şerban Vodă Cantacuzino, Domnul
Ţării Româneşti, Bucureşti, 1988), s’est trouvé constamment les dernières décennies dans l’attention
des philologues roumains. Il a fait l’objet de vastes et de compétentes recherches philologiques dans
le cadre du projet intitulé Monumenta linguae Dacoromanorum (de 1988 à 2011, ont été publiés aux
éditions de l’Université “Alexandru Ioan Cuza” de Iaşi, 9 volumes: pars I. Genesis, pars. II, Exodus,
pars III. Leviticus, pars. IV. Numeri, pars. V. Deuteronomium, pars VI. Iosue, Judicum, Ruth, pars
VII. Regnum I, Regnum II, pars IX. Paralipomeni I, Paralipomeni II, pars XI. Liber Psalmorum). Le
texte imprimé en 1688 a été républié aussi, accompagné d’études philologiques et linguistiques, par
un groupe de philologues renommés de Iaşi (Vasile Arvinte, Ion Caproşu, Alexandru Gafton, Laura
Manea, N. A. Ursu) dans la collection „Cărţi fundamentale ale culturii române” (Livres fondamentaux
de la culture roumaine) (Biblia 1688, I-II, Iaşi, 2001-2002).
22
L’édition Noul Testament tipărit pentru prima dată în limba română la 1648 de către Simion
Ştefan, Mitropolitul Transilvaniei, parue aux éditions de l’évêché orthodoxe de Alba Iulia, en 1988, a
fait partie du projet consacré par la hirérachie de l’Eglise Orthodoxe Roumaine de mettre en valeur les
monuments de notre culture écrite littéraire ancienne.
23
Bibliia, adecă Dumnezeiasca Scriptură a Legii Vechi şi a ceii Noao, Blaj, 1795, est parue en
édition jubiliaire, sous l’égide de l’Académie Roumaine et avec l’aide financière du Vatican, à Rome,
en 2000 (avec des préfaces signées par Lucian Mureşan et Camil Mureşanu, des postfaces de Ioan
Chindriş, éditeur coordonnateur, et Eugen Pavel, responsable de la coordination philologique,
transcription du texte par Elena Ardeleanu, Ioan Chindriş, Nicolae Edroiu, Elena Mihu, Florica Nuţiu,
Dora Pavel, Eugen Pavel, Şerban Turcuş, Veronica Turcuş, glossaire de Elena Comşulea, Valentina
Şerban, Sabina Teiuş, index de concordances des noms propres de Sidonia Puiu).
24
Biblia Vulgata: Blaj 1760-1761, I-V, avant-propos de Eugen Simion, préfaces de Camil
Mureşanu et Ioan Chindriş, Bucureşti, 2005.
25
La série des éditions modernes des plus anciens textes roumains connus, imprimés et
manuscrits, a commencé sous l’égide de la Commission de textes roumains anciens de l’Académie
Roumaine (par la publication du Tetraevanghel de Coresi, par Florica Dimitrescu en 1963), et a été
continuée tout d’abord par les membres du département de langue littéraire de l’Institut de
Linguistique de Bucarest (la dernière édition d’un texte antérieur à l’an 1600, Le Psautier Hurmuzaki,
étant publié dans ce département, sous la direction de Mirela Teodorescu et Ion Gheţie, en 2005).
Alexandru Gafton a publié en 2003 le Manuscrisul popii Bratul (Codicele Bratul, Iaşi, 2003), en
accompagnant l’édition du plus ancien miscellanée roumain connu de la transcription des versions
correspondantes gardées dans l’Apôtre de Coresi, le Codice Voroneţean et l’Apôtre Iorga.

27

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
priorités dans le domaine (comme les textes du métropolite Varlaam26, les textes
traduits ou annotés et révisés par Dosoftei27 et les Didahii d’Antim Ivireanul28).
Tant dans le cadre des études linguistiques et philologiques qui accompagnent
les éditions critiques, que dans des travaux ou des volumes spéciaux (parmi
lesquels, les publications consistantes de la Conférence Texte et discours
religieux29), on a entrepris des recherches sur les erreurs de traductions rencontrées
dans les écrits roumains religieux, plus anciens ou plus récents, sur la base de leur
confrontation avec des sources établies correctement et qu’on suppose avoir été
utilisées par nos traducteurs anciens ou par les réviseurs qui ont travaillé à la
longue sur la forme roumaine des livres religieux. (Une identification correcte de
ces sources et l’abandon de l’utilisation, par comparaison, de certaines éditions
modernes, accroîtra, certes, la valabilité des observations.)
On a fait aussi, même si de façon timide et pas toujours au moyen d’un
emplacement correct dans le contexte culturel, stylistique et rhétorique des époques
anciennes et dans le plan spécifique des écrits religieux, des tentatives pour
inventorier des traits stylistiques considérés comme caractéristiques des écrits
ecclésiastiques ou des tentatives pour identifier des modalités d’organisation
pragmatiques de notre discours religieux ancien 30.
Le but de notre étude, commencée avec une présentation synthétique de
l’évolution des écrits religieux roumains, n’est toutefois pas celui d’inventorier ces
résultats, ni de les évaluer en détails.
Nous nous proposons, en revanche, de mettre en évidence certains aspects et
moments de cette évolution, moins étudiés, même si ceux-ci sont, sans doute et pas
seulement selon notre avis, très intéressants, quelque soit la perspective,
linguistique, théologique ou pragmatique des investigations entreprises.

26
Aux éditions plus anciennes de Cazania de Varlaam (J. Byck, Bucureşti, 1943) et de Răspunsul
împotriva Catihismusului calvinesc (Mirela Teodorescu, dans Varlaam, Opere, Bucureşti, 1984),
reprises dans un volume en 1991 (Manole Neagoe, dans Varlaam, Opere, Chişinău, 1991), s’est
ajoutée récemment une très utile transcription du texte imprimé en 1643, due à Stela Toma et parue
sous la coordination de Dan Zamfirescu (Carte românească de învăţătură, Dumenicile preste an şi la
praznice împărăteşti şi la svenţi mari, II. Textul, Bucureşti, 2011).
27
On doit mentionner d’abord les éditions réalisées par N. A. Ursu pour le Psautier en vers
(Dosoftei, Psaltirea în versuri. 1673, Iaşi, 1974; le texte a été républié, à côté d’autres fragments en
vers de l’oeuvre du métropolite moldave dans Dosoftei, Opere, 1. Versuri, Bucureşti, 1968) et pour le
Liturgikon (Dosoftei, Dumnedzăiasca liturghie, Iaşi, 1980). Mihaela Cobzaru a publié récemment
Psaltirea de-nţăles, la transcription du texte imprimé en 1680 étant accompagnée par des fac-similés
(Dosoftei, Psaltirea de-nţăles, Iaşi, 2007).
28
Les meilleures éditions des Didahii d’Antim Ivireanul sont dues à Gabriel Ştrempel (Antim
Ivireanul, Predici, Bucureşti, 1962; Opere, Bucureşti, 1972; Opere. Didahii, Bucureşti, 1997).
29
Les travaux des éditions précédentes de cette manifestation (déroulées en décembre 2008,
novembre 2009 et novembre 2010) ont été publiés dans trois volumes différents: Text şi discurs
religios, I, Iaşi, 2009; II, Iaşi, 2010; III, Iaşi, 2011.
30
En dehors des excellentes études sur les sermons d’Antim dues à Eugen Negrici (voir, parmis
celles-ci notamment Antim Ivireanul: logos şi personalitate, Bucureşti 1971; deuxième édition,
Bucureşti, 1997), les sermons roumains anciens ont fait l’objet de nombreuses recherches
particulières, dont de nombreuses thèses de doctorat.

28

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
Nous aimerions insister aussi sur la nécessité d’approfondir certaines
recherches, ainsi que sur le besoin de chercher des explications et d’identifier les
causes qui ont déclenché certains procès ou ont imposé certaines attitudes.
Nous pensons à quelques aspects qui relèvent du rôle attribué à certains textes
religieux anciens, du contenu de certains d’entre eux, du but pour lequel ils ont été
traduits, copiés ou imprimés et non en dernier lieu, à quelques problèmes qu’ils
posent aux personnes intéressées par la forme, et par la structure de ces monuments
littéraires anciens.

Le rôle des textes religieux


Une classification des écrits religieux anciens en livres de lecture religieuse et
livres liturgiques, de culte, absolument nécessaire pour comprendre, dans une
perspective historique, la transposition des textes ecclésiastiques des langues
sacrées en langues vernaculaires, met en évidence la priorité de la transposition en
roumain des Évangiles et du Psautier, les deux livres bibliques enregistrant un
grand nombre de reproductions, y compris par impression, dès le début du XVIème
siècle.
L’explication naturelle de cet état de fait relève, évidemment, de l’encadrement
prioritaire des textes en question parmi les écrits religieux de lecture. La présence
dans toutes les variantes imprimées anciennes des Évangéliaires (contenant les
quatres Évangiles) des indications typikonales des rubriques, respectivement la
réorganisation du texte du Psautier tout de suite après 1600 en “şederi”, dont
certaines incluses dans les manuscrits, parmi les écrits destinés, par exemple, à
l’office des Matines31, montre que les célèbres “livres de lecture ecclésiastique” ont
été d’abord utilisés constamment pour la célébration des offices aussi. (Les “scări”
de certains Évangéliaires, qui séparent les textes des évangiles selon les moments
de l’année liturgique, prouvent aussi cet usage.)
Dans cette perspective, les Évangéliaires (et ensuite, les Rubriques des
évangiles de la Résurrections, appelées Evanghelistare), des textes religieux
spécialisés, issus de la sélection et de la réorganisation des évangiles selons les
besoins des offices, devraient être considérés, en accord avec l’histoire du
bienconnu livre biblique et les exigences de la recherche philologique, des
variantes de texte, et non pas des textes nouveaux, créés spécialement. L’étude de
ce dernier type de livres religieux pourrait apporter, d’après nous, des arguments
suffisants pour soutenir cette hypothèse.
L’analyse détaillée de certains textes de culte pourrait montrer que l’Euchologe,
par exemple, appartient, par sa composition et, par conséquent, par ses
caractéristiques, à un groupe spécial de livres religieux, que nous avons appelés à
un moment donné des “écrits mixtes”32, puisque les extraits ou les citations à rôle

31
Voir, pour un tel manuscrit, notre article Vechi psalmi româneşti din secolul al XVII-lea, dans
LR, XXI, 1972, no. 2, p. 145-154.
32
Voir Gh. Chivu, Limba română de la primele texte până la sfârşitul secolului al XVIII-lea.
Variantele stilistice, Bucureşti, 2000, p. 34.

29

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
d’orientation tirés des livres de lecture religieuse ou à caractère rhtéorique (dont les
prières) y coexistent avec les rubriques et les indications typikonales, propres aux
écrits techniques ecclésiastiques.

Le contenu théologique des textes


On affirme constamment que dans les plus anciens écrits religieux composés
(par des copies ou par impression) en langue roumaine, reflets de certains
originaux provenus de l’extérieur de l’espace orthodoxe, il y a des influences (plus
ou moins nombreuses) de certains courants religieux occidentaux 33.
Ces observations, qui appartiennent à des chercheurs laïcs ayant repris certaines
considérations formulées dans des écrits théologiques, ou bien qui sont dues à
l’identification de certaines traductions explicables en les rapportant à des sources
non-orthodoxe (sans qu’on puisse toutefois affirmer que les sources mêmes
évoquées ont été utilisées de façon sûre par certains traducteurs ou réviseurs), ont
besoin d’une analyse approfondie, faite par des équipes mixtes de théologiens et de
linguistes.
Il faudrait qu’on procède de la même façon en ce qui concerne les écrits
calvinistes, catholiques et protestants rédigés en Transylvanie ou dans le Banat, ou
bien en ce qui concerne les textes écrits ou traduits par les missionnaires italiens
qui ont été présents en Moldavie, aux XVIIème et XVIIIème siècles. La
concertation des efforts des linguistes, des philologues et des théologiens sera
absolument nécessaire pour l’interprétation et la mise en valeur scientifique
efficace de ces textes. Nous pensons également, en partant de la même nécessité
d’une analyse complexe et intégrale du phénomène culturel roumain, que la
focalisation prioritaire de l’attention des spécialistes philologues ou/et théologiens
sur les écrits religieux orthodoxes risque de fausser par omission l’histoire de notre
culture littéraire écrite ancienne. En même temps, elle ne permet pas une
explication correcte, au niveau de l’évolution des mêmes écrits littéraires, des
coïncidences et des différences linguistiques entre les textes utilisés par différentes
confessions actives le long des siècles dans l’espace roumain. Notamment dans le
contexte d’une intense circulation des livres religieux anciens d’un côté et de
l’autre des Carpathes, et étant donné le respect voué par les copistes à la forme
imprimée du livre dès le début du XVIIème siècle 34.

33
Pour la mention et l’interprétation des considérations concernant l’influence exercée par les
courants religieux occidentaux sur les écrits roumains anciens, voir surtout Ion Gheţie, Al. Mareş,
Originile scrisului în limba română, Bucureşti, 1985, p. 77-94.
34
Comme conséquence de ce respect, deux des copistes de Mahaci du Codice Sturdzan, Grigorie
et un anonyme moins exercé dans la réproduction des textes, se sont évertués à respecter non
seulement la norme linguistique des sources, Întrebarea creştinească et Pravila, mais aussi la forme
des lettres, tout comme la couleur de l’encre utilisée pour les textes imprimés de Coresi. Voir, pour
plus de détails, notre article Normă şi grai în Codex Sturdzanus, dans LR, XXXVII, 1988, no. 3, p.
273-277.

30

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
Le but pour lequel ont été conçus certains textes
Dans de nombreuses études d’histoire des écrits roumains sont formulées des
remarques concernant l’existence de certaines contaminations entre des textes
canoniques et des écrits apocryphes. On propose des exemples de pareilles
« rencontres » entre les codes de règles et de canons ecclésiastiques et des textes
tels la Légende de Dimanche ou l’Apocalypse de l’apôtre Paul, dont la cause
devrait être cherchée, à notre avis, dans le but pour lequel ont été rédigés les deux
types d’écrits, le respect des canons et la condamnation de certaines attitudes et
comportements non conformes avec les règles imposées par l’Eglise.
Si l’on pense au fait que pendant l’époque ancienne circulaient des listes de
“livres interdits”, où étaient notés des textes du type de ceux que nous avons
mentionnés plus haut, on peut se poser la question si certains écrits apocryphes
n’étaient pas diffusés (par des copies exécutées exclusivement par des prêtres) dans
le but de soutenir les efforts de combattre les délits moraux, autrement dit, les
“péchés”. Une réponse positive supposerait une remise en question de la position
qu’avaient ces écrits dans le cadre de nos textes littéraires anciens, et donc y
compris dans le cadre des écrits religieux. Un argument en faveur de cette réponse
peut être représenté par la “carrière” moderne de certains écrits apocryphes anciens
(parmi lesquels le texte jadis appelé Apocalypse de la Mère de Dieu, vendu
maintenant sous forme de brochure par certains prêtres).

La forme linguistique et stylistique des écrits religieux


Les investigations entreprises sur la forme des textes religieux anciens, presque
tous des monuments des commencements de notre langue écrite, ont visé en
général l’identification et l’étude de certains phénomènes linguistiques hérités des
périodes plus anciennes de l’histoire de la langue roumaine ou des faits dus, d’une
part à la pression des modèles culturels officiels (le slavon ou le latin) et de l’autre,
à l’influence exercée de façon naturelle par la langue parlée.
Dans certaines études, de plus en plus nombreuses et des plus compétentes, on a
identifié, comme nous le disions plus haut, des erreurs de traductions causées par la
connaissance insuffisante des langues source ou par la contamination des textes, et
par leur révision inadéquate lors du processus de copie ou en vue de leur
impression35.
Quelques aspects de la forme de nos écrits religieux anciens, moins étudiés
jusqu’à présent, méritent toutefois la plus grande attention de la part des
spécialistes.
Nous avons en vue tout d’abord l’existence des traductions multiples dans le
cadre de plusieurs manuscrits moldaves rédigés lors des décennies du milieu du
XVIIème siècle, parmi lesquels un psautier, un évangéliaire et une copie de la

35
Je cite d’une liste plutôt importante de livres et d’études qui traitent de ce sujet Alexandru
Gafton, După Luther. Traducerea vechilor texte biblice, Iaşi, 2005 et Eugen Munteanu, Lexicologie
biblică românescă, Bucureşti, [2008].

31

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
Paraclisis à la Très Sainte Mère de Dieu36. Est-ce que ces manuscrits, singuliers
dans la culture roumaine écrite ancienne, auraient pu être des illustrations des
tentatives de travailler sur la forme des écrits en question, c’est-à-dire le résultat
d’un écart délibéré par rapport à la lettre de la source, afin d’exprimer le mieux
possible la signification, donc l’”esprit” de certains passages? Ou bien, se trouve-t-
on devant une attitude à l’égard du texte similaire à celle qui a été concrétisée par
la présence des gloses marginales du Nouveau Testament de Bălgrad ?
La première hypothèse, que nous avons déjà formulée lors des éditions
précédentes de cette Conférence37, fait référence à l’effort de perfectionnement des
écrits roumains, entrepris pendant la période immédiatement antérieure à
l’acceptation du roumain comme langue officielle de l’Eglise. La seconde pourrait
mettre en évidence la concertation des efforts entrepris par certains réviseurs des
traductions moldaves ancienne avec un mouvement religieux et littéraire de type
occidental, dont l’influence semble être plausible en Moldavie au milieu du
XVIIème siècle.
Enfin, les structures rhétoriques et stylistiques présentes dans les écrits
roumains anciens en général et dans les écrits religieux anciens en particulier, en
principe ignorées ou moins bien étudiées (par rapport à des préceptes rhétoriques
ou à des modèles stylistiques empruntés par les chercheurs à d’autres époques ou à
d’autres niveaux des écrits littéraires) devraient elles-aussi attirer davantage
l’attention des spécialistes38. Puisque les écrits religieux ont influencé de manière
évidente non seulement l’inventaire de tropes véhiculé par nos textes anciens
(caractérisés par un passage surprenant des figures catachrètiques ou lexicalisées à
des tropes „actifs”), mais aussi la conception des auteurs laïcs de différentes
époques quant à l’organisation rhétorique des textes et aux règles de l’expression
soutenue, élevée.

***
Les problèmes que nous avons inventoriés jusqu’ici, qui font partie d’une série
qui peut être aggrandie à tout moment, sont nombreux et plutôt difficiles à
résoudre. Leur présentation lors d’une conférence nationale qui réunit depuis
plusieurs années, chose plutôt inédite dans l’espace scientifique et culturel
contemporain, des spécialistes en théologie, en histoire du livre, de la littérature,
des mentalités et de la recherche linguistique, représente une tentative de mettre en

36
Ces mansucrits sont conservés à présent dans les fonds de la Bibliothèque de l’Académie de
Bucarest, enregistrés avec les cotes ms. roum. 170, ms. roum. 296, et respectivement, ms. roum. 540.
37
Gh. Chivu, Psaltirea – de la litera la spiritul textului sacru. Consideraţii asupra unui
manuscris moldovenesc de la mijlocul secolului al XVII-lea, dans Text şi discurs religios, I, Iaşi,
2009, p. 40-42; idem, De la litera la spiritul textului sacru. Mărturia unui Evangheliar manuscris,
dans Text şi discurs religios, II, Iaşi, 2010, p. 46-47.
38
Nous avons plaidé dans ce sens dans la communication soutenue lors de l’édition de l’année
dernière de la Conférence, intitulée De la litera la spiritul textului sacru. Consideraţii asupra
limbajului figurativ din textele vechi româneşti, publiée dans Text şi discurs religios, III, Iaşi, 2011, p.
57-66.

32

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
évidence une fois de plus l’importance scientifique des études consacrées à notre
littérature ancienne et de souligner les atouts culturels d’exception de nos écrits
religieux anciens.

Bibliographie
Éditions
Antim Ivireanul, Predici, éd. Gabriel Ştrempel, Bucureşti, 1962 (republié dans Opere,
Bucureşti, 1972; Opere. Didahii, Bucureşti, 1997)
Biblia 1688, I-II, éd. Vasile Arvinte, Ion Caproşu, Alexandru Gafton, Laura Manea, N. A.
Ursu, Iaşi, 2001-2002
Biblia adecă Dumnezeiasca Scriptură a Vechiului şi Noului Testament, tipărită întâia oară
la 1688 în timpul lui Şerban Vodă Cantacuzino, Domnul Ţării Româneşti, éd. coord. I.
C. Chiţimia, Bucureşti, 1988
Bibliia, adecă Dumnezeiasca Scriptură a Legii Vechi şi a ceii Noao, Blaj, 1795, éd. coord.
Ioan Chindriş et Eugen Pavel, Roma 2000
Biblia Vulgata: Blaj 1760-1761, I-V, éd. coord. Ioan Chindriş, Bucureşti, 2005
Codex Sturdzanus, éd. Gh. Chivu, Bucureşti, 1993
Codicele Bratul, éd. Alexandru Gafton, Iaşi, 2003
Documente şi însemnări româneşti din secolul al XVI-lea, éd. coord. Al. Mareş, Bucureşti,
1979
Dosoftei, Dumnedzăiasca liturghie, éd. N. A. Ursu, Iaşi, 1980
Dosoftei, Psaltirea de-nţăles, éd. Mihaela Cobzaru, Iaşi, 2007
Dosoftei, Psaltirea în versuri. 1673, éd. N. A. Ursu, Iaşi, 1974 (republié dans Dosoftei,
Opere, 1. Versuri, Bucureşti, 1968)
Monumenta linguae Dacoromanorum, pars I. Genesis, pars. II. Exodus, pars III. Leviticus,
pars IV. Numeri, pars V. Deuteronomium, pars VI. Iosue, Judicum, Ruth, pars VII.
Regnum I, Regnum II, pars IX. Paralipomeni I, Paralipomeni II, pars XI. Liber
Psalmorum, éd. coord. Al. Andriescu, Vasile Arvinte, Paul Miron, Eugen Munteanu,
Iaşi, 1988-2011
Noul Testament tipărit pentru prima dată în limba română la 1648 de către Simion Ştefan,
Mitropolitul Transilvaniei, éd. coord. Dalila-Lucia Aramă, Alba Iulia, 1988
Varlaam, Cazania, 1643, éd. J. Byck, Bucureşti, 1943; Carte românească de învăţătură,
Dumenicile preste an şi la praznice împărăteşti şi la svenţi mari, II. Textul, éd. Stela
Toma, Bucureşti, 2011
Varlaam, Opere. Răspunsul împotriva Catihismusului calvinesc, éd. Mirela Teodorescu,
Bucureşti, 1984

Études
Chivu, Gh., O variantă ignorată a românei literare moderne - limbajul bisericesc, dans LR,
XLIV, l995, no. 9-12, p. 445-453
idem, Civilizaţie şi cultură. Consideraţii asupra limbajului bisericesc actual, Bucureşti,
1997

33

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
idem, Psaltirea – de la litera la spiritul textului sacru. Consideraţii asupra unui manuscris
moldovenesc de la mijlocul secolului al XVII-lea, dans Text şi discurs religios, I, Iaşi,
2009, p. 40-42
idem, De la litera la spiritul textului sacru. Mărturia unui Evangheliar manuscris, dans
Text şi discurs religios, II, Iaşi, 2010, p. 46-47.
idem, De la litera la spiritul textului sacru. Consideraţii asupra limbajului figurativ din
textele vechi româneşti, dans Text şi discurs religios, III, Iaşi, 2011, p. 57-66.
idem, Limba română de la primele texte până la sfârşitul secolului al XVIII-lea. Variantele
stilistice, Bucureşti, 2000
idem, Normă şi grai în Codex Sturdzanus, dans LR, XXXVII, 1988, no. 3, p. 273-277
idem, O normă a limbii române literare din a doua jumătate a secolului al XIX-lea: câne,
mâne, pâne, dans LR, XXII, 1973, no. 1, 51-58
idem, Vechi psalmi româneşti din secolul al XVII-lea, dans LR, XXI, 1972, no. 2, p. 145-
154
Dima, Vasilica Silvia, Elemente arhaice în limbajul bisericesc actual – Molitvelnicul, dans
LR, LI, 2002, no. 4-6, p. 143-164
Dimitrescu, Florica, Importanţa lingvistică a Noului Testament de la Bălgrad, dans Noul
Testament tipărit pentru prima dată în limba română la 1648 de către Simion Ştefan,
Mitropolitul Transilvaniei, Alba Iulia, 1988
Gafton, Alexandru, După Luther. Traducerea vechilor texte biblice, Iaşi, 2005
Gheţie, Ion, Baza dialectală a românei literare, Bucureşti, 1975
idem, Biblia de la Bucureşti şi procesul de unificare a limbii române literare, dans Studii
de limbă literară şi filologie, II, Bucureşti, 1972, p. 53-65
idem, Introducere în studiul limbii române literare, Bucureşti, 1982, p. 63-68
idem, Secolul al XVIII-lea şi unificarea limbii române literare, dans Ion Gheţie, Gh. Chivu
(coord.), Contribuţii la istoria limbii române literare. Secolul al XVIII-lea (1688-1780),
[Cluj-Napoca], 2000, p. 91-111
Gheţie, Ion (coord.), Istoria limbii române literare. Epoca veche. 1532-1780, Bucureşti,
1997
Gheţie, Ion, Mareş, Al., De când se scrie româneşte, Bucureşti, 2001
idem, Originile scrisului în limba română, Bucureşti, 1985
Rădulescu, I. Heliade, Opere, II, éd. D. Popovici, Bucureşti, 1943
Laurian, A. T., Massim, I. C., Dicţionarul limbei române, I, Bucureşti, 1871
Maior, Petru, Dialog pentru începutul limbei română între unchi şi nepot, dans Lexicon
rumânesc-lătinesc- unguresc-nemţesc, Buda, 1825, p. 54-102
Mareş, Al., Consideraţii pe marginea datării Psaltirii Hurmuzaki, dans LR, XLIX, 2000,
no. 4-6, p. 675-683
Molin, Virgil, Înlocuirea alfabetului chirilic cu alfabetul latin în tipăriturile noastre
bisericeşti, dans „Mitropolia Olteniei”, XIV, 1962, no. 10-12, p. 624-640
Munteanu, Eugen, Lexicologie biblică românescă, Bucureşti, [2008]
Neculai-Stănică, Manuela, Caracteristici lingvistice ale textelor biblice româneşti actuale,
de rit apusean, dans LR, LVII, 2008, no. 4, p. 500-526

34

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)
Negrici, Eugen, Antim Ivireanul: logos şi personalitate, Bucureşti 1971; deuxième édition,
Bucureşti, 1997
Pavel, Eugen, Carte şi tipar la Bălgrad (1567-1702), Cluj-Napoca, 2001
Teleoacă, Daniela-Luminiţa, Limbajul bisericesc actual între tradiţie şi inovaţie, Bucureşti,
2008
idem, Aspecte morfo-sintactice în textul catihetic actual, dans Lucrările celui de al doilea
Simpozion internaţional de lingvistică, éd. Nicolae Saramandu, Manuela Nevaci,
[Bucureşti], 2009, p. 489-501
Ţepelea, G., Studii de istorie şi limbă literară, Bucureşti, 1970
Vârtosu, Emil, Paleografia româno-chirilică, Bucureşti, 1968, p. 103-109
Zgraon, Florentina, Normele limbii române literare la jumătatea secolului al XVIII-lea
(tipărituri religioase de lectură, tipărituri laice, manuscrise), dans Ion Gheţie, Gh.
Chivu (coord.), Contribuţii la istoria limbii române literare. Secolul al XVIII-lea (1688-
1780), [Cluj-Napoca], 2000, p. 112-152

35

BDD-A154 © 2012 Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”


Provided by Diacronia.ro for IP 82.231.135.78 (2020-10-19 13:51:50 UTC)

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)