Vous êtes sur la page 1sur 8

Examen des connaissances – Révision

La Belle époque (1890 - 1914)


• «Le tournant du siècle», «La fin du siècle»
• Certaines prospérités alimentées par les colonies
• Expansion de la France en expansion coloniale, apparition de nouvelles colonies
(Afrique Centrale, Indochine, Antilles)
• Nouvelles intentions : développement de réseaux électriques, éclairage dans les
rues
• Ce qui fait que les gens peuvent travailler plus tard
• Déroulement de la journée de travail change, on veille plus tard
• Automobiles, premières commercialisations
• Téléphone, radio, télé… cinéma : frères lumières (permet la création artistique de
dépasser le réel avec les effets spéciaux
• Les gens ont l’impression que la vie change, que la vie quotidienne ne sera plus la
même : vision optimiste. «foie dans le progrès»
• Biens de «l’élite» deviennent disponibles pour tout le monde
• Soin du corps / hygiène devient important, apparition des salles de bain modernes,
sport devient aussi important.
• Premiers jeux olympiques 1896 : pierre de Coubertin
• Le sport était : bon pour l’hygiène (santé) / canaliser l’énergie des ouvriers / ils ne
pensent pas à faire la grève
• Arts : bouleversement artistique : premières œuvres abstraites, fin de
l’impressionnisme, début cubisme, début abstraction
• Musique : Stravinsky le Sacre du Printemps
• Affaire Dreyfus : histoire de trahison, on accuse Alfred Dreyfus d’espionnage, il
était innocent (et juif) donc coupable idéal car beaucoup d’antisémitisme en
France = condamné à l’exile
• Zola lettre ouverte pour le défendre

1914 à 1918
• Important au niveau littéraire, la guerre va briser les illusions, brise la vision
optimiste de la belle-epoque
• Les progrès de la belle époque sont appliqués dans cette guerre
• Première guerre emploi d’armes chimiques
• Environ ¼ des hommes sont mort à la guerre en France
• Les gueules cassés : hommes victimes de mutilation au visage, portent des
prothèses
• Vie n’a pas vraiment de sens, amertume

Années folles (1919 – 1929)


• Speak-easies, bar clandestin, prohibition
• Plaisir, jazz, abondance
• On veut oublier la guerre, on voulait que ce soit la dernière guerre

La Modernité (19e jusqu’au 20e)


• C’est une attitude, pas seulement un courant littéraire
• Commence au 19e jusqu’au 20e environ
• Étant donné que c’est une attitude, s’applique à plusieurs courants
• Rupture entre public et artiste
• Époque classique : l’artiste est au service du public
• Si le public n’aime pas : œuvre n’est pas bonne
• Par la suite les artistes utilisent l’œuvre pour s’exprimer
• Avant-Garde (Baudelaire / Van Gogh), incompris, œuvres audacieuses
• On sépare les artistes en 2 : les conservateurs et les avant-gardistes
• Les différents courants se succèdent, le réalisme remplace le romantisme
• Les artistes se questionnent : pourquoi ils font ça, qu’est-ce que la peinture, etc.
• Avec la modernité les artistes remettent en question
• L’artiste décide si c’est de l’art ou non, contrôle de leurs œuvres
• Rupture avec le passé : on arrête de s’inspirer de la tradition Gréco-Romaine
• Avant les artistes se considéraient la continuité d’un courant, de quelque chose
• Ils étaient des apprentis, se faisait léguer le métier (ex : Voltaire se considérait
classique (pas de volonté de rupture))
• Fin de la notion de beauté absolue
• Avant : valeur objective, on devait s’entendre
• Le but de l’at était de faire quelque chose de beau
• Critères esthétiques «est-ce que c’est beau»
• La modernité brise ce contexte, la beauté est subjective. Le but est de faire
quelque chose de vrai, de personnel, de s’exprimer, authentique
• «Jusqu’où je peux apporter le public»
• Ce n’est pas l’habilité technique qui importe, ce sont les idées
• Andy Warhol fait faire des pièces par assistants : techniques pas importantes

Guillaume Apollinaire «Zone» (Alcool 1913)


• Ami avec Picasso
• Sa création est tournée vers l’innovation, modernité.
• Alcool : titre du recueil, rassemble 15 ans de poèmes, recueil structuré
• Zone : premier poème du recueil, poème qui annonce une nouvelle manière
d’écrire
• Il raconte 24h de la vie d’un poète (à paris, lui)
• Veut faire portrait de vie moderne dans la nouvelle société transformée par
inventions nouvelles = vision positive
• Renonce à la versification, vers libres, sans ponctuation

Le surréalisme
Dada (Zurick 1916)
• Suisse Allemande
• Expatriés de la guerre, dégoût
• Qui ne veulent pas participer à la guerre
• «pourquoi on se bat ?» seulement les jeunes qui combattent au front
• «société dans son ensemble est injuste» Révolte face à la société des valeurs
bourgeoises, matérialisme
• Tristan Tzara = LEADER
• Prône le mouvement nihiliste (vie n’a pas de sens, il faut tout détruire)
• Se moquent de tout, choquer, déstabiliser, remettre en question les normes de
l’art
• Exorciser guerre, crier sa révolte
• Duchamp (Fontaine) : urinoir
• Ce qui fait que cette œuvre est de l’art : pas de travail effectué, pas unique, pas
de signification, pas d’esthétique, pas de concept, pas de sujet
• Il est le premier qui a pensé à ça

Le surréalisme (années 20)


• Passion amoureuse : grand thème
• Point de vue physique, sexuel
• André Breton, chef de file (pape du surréalisme) a défini les bornes
• Caractéristiques définies par les membres du groupe
• Freud : point de départ surréalisme, psychanalyse, inconscient refoulé
• Tout être à des pulsions, pensées qui contredisent les valeurs, il les repousse
car sont contre la morale
• L’être humain ne se domine pas totalement
• Partie de psychique qu’on comprend mal, qui est trop refoulée ex : les rêves
• Art : porte d’entrée vers l’inconscient, permet d’avoir complètement accès à
soi
• Avant : tout était basé sur la raison
• Surréalisme : explorer l’irrationnel
• La vision de la société est rationnelle
• «peut-être qu’il y a autre chose que la raison»
• L’être humain agit de manière déraisonnable donc il y a autre chose qui nous
fait agir -> qu’est-ce que c’est ????
Buts du surréalisme
• Avoir accès à l’inconscient
• Renouveler l’art
• Changer la société
• Femme : muse, inspiratrice mais la femme n’est pas artiste, réduite à un
modèle
• Association arbitraires :
• Écriture automatique (aucun filtre / logique / moral) état second à atteindre

• Le surréalisme :
1. Explorer l’inconscient
2. Libérer l’imagination
3. Art comme moyen
4. Thème : passion, amour fou, rêve

• Moyens :
1. Écriture automatique
2. Poésie
3. Cadavre exquis
4. Arts visuels
5. Cinéma

• Être humain est une créature de désir (ex. publicité se base sur pulsions et non
la raison)
• 1930, André Breton révolution surréaliste, joint parti communisme, joint à eux
car communisme prônait la réforme totale
• Surréalisme : révolution contre société trop rationnelle
• Artistes en exode (seconde guerre mondiale) les artistes quittaient puis ont
influencés les USA, New-York est maintenant la capitale de l’art
• 1966 : mort Breton, fin surréalisme
• (20-30 grande période)

L’existentialisme
• 1936/37/38 mais qui s’inspire surtout après la guerre
• Courant de pensée le plus important en France à cette époque
• À la base de l’existentialisme : notion de base : l’absurde
•  la vie n’a pas de sens, il nous échappe
• L’être humain cherche sens à sa vie et on ne le trouve pas (pour eux), on ne l’aura
jamais
• Ils sont tous athées, croient qu’il n’y a pas de Dieu
• Religion pourrait être une réponse au sens de la vie, existentialistes pas de religion
car pas de sens
• Connaissance de la mort : tragique pour les existentialistes
• Principes de base de l’existentialisme :
• L’existence précède l’essence :
• selon religion judéo-chrétienne, chaque humain a une essence, part de
divin, extension de la volonté de dieu. On a déjà la nature humaine à la
naissance, chaque être humain se définit, notre essence peut se changer,
elle est variable avec les choix faits

• L’existence humaine est totale liberté :


• Rien pour encadrer les comportements humains, pas de religion à suivre
• Qu’est ce qui va encadrer les gens? Toujours libres d’accepter ou de
refuser une décision

• Être humain est responsable de lui-même et des autres


• Chaque action engage tout le monde, si je tue pour accomplir un objectif :
meurtre bien mais cela est valable pour les autres aussi

• Être humain engagé par toute action du meurtre


• Si on commet un meurtre, on juge et prison : si on est témoin de quelque
chose qui va à l’encontre on DOIT le dire sinon on accepte

• L’existence est absurde et provoque une angoisse fondamentale


• Sens de la vie nous échappe

• Thèmes littéraires des existentialistes


• Situations extrêmes
• Se confronter aux limites de l’existence
• L’absurde (écartèlement entre sens et non-sens)
• Être humain a désir de sens mais lorsque dans situation absurde : pris au
dépourvu
• Liberté individuelle
• Le rapport à autrui
• Regards de l’autre force à se remettre en question

• Style littéraire existentialiste


• Style le plus rapide et directe
• Discours d’une franchise total (sans euphémismes)
• Refus de l’élégance et de l’ornementation
• Narration subjective (je)
1945 à aujourd’hui
La guerre froide
• Rideau de fer Europe Ouest/Est
• Pas d’affrontements car pays trop bien armés

Les 30 glorieuses
• En France, correspond à la fin de guerre (1945) jusqu’à 1975
• Connait une période d’expansion économique, prospérité
• Début de société de consommation
• Accès facile à produits de consommation et que ceux-ci doivent être
remplacés
• Accès au crédit : était une honte auparavant
• Carte de crédit créée pour faciliter la consommation, emprunts perpétuels
• Mode vestimentaire fait rouler la consommation

«Mai 68»
• Grève étudiante, mouvement de protestation des étudiants des universités,
les syndicats ouvriers se joignent au mouvement
• Se révoltent contre l’ordre établi, l’ordre traditionnel.
• On croit que la France est plus de gauche qu’elle l’est
• Plutôt conservatrice, accepte mal le changement
• Ils réclament des changements fondamentaux
• «les 68eurs»
• Génération de 20 ans en 1968
• Jeunes forment la plus grosse tranche d’âge démographique
• Abolition capitalisme, de la hiérarchie
• «à bat les vaches»

1980 et après
• Changement majeur dans l’histoire Française et le monde occidental
• Retour au conservatisme
• Conservatisme économique
• Grands mouvements sociaux pas intéressants

Globalisation
• Traités de libre-échange
• Pas de tarifs douaniers
• On peut circuler d’un pays à l’autre
• L’euro : facilite les échanges commerciaux
• Différences culturelles tendent à disparaitre
• Littérature française / italienne, etc disparaissent, culture se métisse,
s’influence, œuvre = tradition = pays précis
• Très bonnes traductions : accès à d’autres cultures
• Phénomène économique qui se transforme en un phénomène culturel

Le théâtre de l’absurde
• Un des courants dramatiques le plus important du 20e siècle
• Révolution de l’histoire du théâtre
• Début des années 1950
• Sensiblement même point de départ de l’existentialisme
• Après seconde guerre mondiale
• Séquelles psychologiques jouent un rôle important dans la littérature
• Existentialisme : cherchent des réponses
• Absurde : le démontre (l’absurdité) et en rie
• Réponse à l’absurdité de l’existence par de l’absurde lui-même
• On renverse les principes de base du théâtre, on les prend à contre-pieds
• Cinéma muet, influence du théâtre absurde
• Celui-ci donne primauté aux gestes de l’acteur et non au texte
• Pièces fondatrices du théâtre de l’absurde : en attendant Godot, cantatrice chauve
• Pas de budget = pas beaucoup de comédiens, pas beaucoup de décor

Caractéristiques :
• Structure dramatique incohérente
• Sans fin comme tel
• Vie n’est pas cohérente (début, milieu, fin) donc pourquoi le théâtre le serait ?
– Ionesco

• Absence de repères spatiotemporels


• Se déroule dans des endroits mal définis
• Décors dépouillés, même parfois sans décor

• Langage remis en question

• Omniprésence des accessoires (très imp)


• Personnages diminués faiblesse de l’être humain : personnages vieux
handicapés, malades, fragiles / pauvre, psychologie

• Omniprésence mort
• Vu comme possibilité réelle
• Théâtre symbolique
• Questions fondamentales

Le nouveau roman (1950 - 1970)


• Après la seconde guerre mondiale on remet en question les formes d’art
• Anciennes manières de faire sont contestées (ex. théâtre absurde)
• Guerre accentue d’avantage la remise en question des vieux principes car elle-
même remet en question même l’être humain
• Roman : genre littéraire moins respecté car il n’y a aucune règle
• Au 19e roman devient plus sage : roman réaliste (traditionnel)
• S’impose des normes, réaliste : doivent être réalisable, personnages doivent être
bien construits, la fin à une fin, pas mystérieuse, on se laisse guider par le
narrateur omniscient, on ne remet pas en question sa vraisemblance
• Après-guerre, on dit que c’est art (forme) figé, qu’il n’y a pas de surprise
«comment on peut secouer le roman?»
• Nouveau roman : une tendance, «comment raconter autrement»
• Pas un groupe fermé comme les dadaïstes
• Éditions de minuit : maison d’édition où sont publiés les nouveaux romans
• Force le lecteur à lire différemment, demande une forme d’effort, repères
traditionnels sont bousculés
• Tentatives d’essaies :
• Refus du «personnage», personnages mystérieux, sans noms, comportements
incohérents (lecteur déséquilibré)
• Les gens dans la vie sont incohérents
• Refus des «formes traditionnelles», refus de raconter l’histoire du début à la fin
(ordre chronologique), refus engagement

Vous aimerez peut-être aussi