Vous êtes sur la page 1sur 5

Université Marien Ngouabi République du Congo

Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Unité*Travail*Progrès


Département des Licences
Parcours type Sciences du Langage

Devoir
Sujet : Quels sont les maux qui minent notre société décriés par Roga-Roga
dans sa chanson ?

Nom: KABA
Prénom: Célestin Dosmitch
Parcours : LLS
Docteur: Giscard Makosso
Niveau : L1 Discipline: Question morale et politique
(QMMP)

Année académique 2019-2020


La société est un milieu particulier aux hommes, qui vivent en groupes
organisés entre lesquels existent des rapports durables et ordonnés régis par des
lois. Parlant de loi, dans la société congolaise, celle-ci est minée de plusieurs
maux dont quelques-uns font l’object de dénonciation par quelques auteurs
engagés : romancier, poètes, peintres, musiciens ; pour n’en citer que ceux-là.
Récemment paru en l’an 2016 au label ‘’Ibroks Production’’, la chanson
‘’Tolérance zéro’’ plus connu sous le populisme de ‘’rupture’’ de l’artiste
musicien congolais Obambi Okombi Rogatien surnommé ‘’ROGA-ROGA’’ ;
aborde en lingala (langue nationale de la république du Congo) des questions
d’injustice, d’inégalité, de tribalisme et d’abus de pouvoir au sein de la société
congolaise. Ressortir ces divers maux évoqués par cet artiste dans son opus tiré
de l’album ‘’Oyo ekoya eya’’ fera l’objet de notre réflexion. Dès lors, quels sont
ces maux ?

1|Page
Le peuple congolais est l’un de ces peuples vivant en Afrique centrale à
cheval de l’équateur. Régis par un système politique démocratique, le Congo
s’est vu être libéré officiellement des liens du colonialisme, le 15 du mois d’août
1960 ; ce avec une considérable contribution du Général De Gaule et sa
politique consistant à l’époque de rendre indépendant plusieurs pays d’Afrique à
la fois.
En effet le quotidien de cette société est influencé par de nombreux
maux. Dans bien de domaines tels que : le domaine politique, économique,
social et culturel.
A priori, le domaine politique. La politique s’entend selon Platon
comme : ‘’l’art de gérer la cité’’. Comme le rôle du médecin est de maintenir
l’organisme du corps dans les conditions favorables à son développement
normal de par ses initiatives, de même, le politique qui est en quelque sorte le
médecin du corps social, peut par des mesures hasardeuses contrarier le
développement social. Son rôle d’artiste en science sociale, si nous pouvons
ainsi dire est de prendre des mesures pour assurer le développement normal de
la société et de ne rien faire qui puisse l’entraver. C’est dans cette perspective
que l’artiste ROGA-ROGA dans sa chanson ‘’RUPTURE’’ dénonce un certains
nombres de comportements véreux de certaines autorités congolaises tel que :
prendre des mesures à leur profit afin de servir leurs intérêts ; quitte à fouler au
pied la loi dont ils sont sensés se soumettre à tort ou à raison. Ces
comportements que nous qualifions d’abus de pouvoir qui peuvent même aller
jusqu’à mépriser la personne d’autrui, son intimité et ses droits. Cela concerne
les supérieurs des F.A.C (forces armées congolaises), ministres, députés,
maires ; bref toute la haute class. Qui n’hésitent point à se servir de leurs gardes
du corps comme domestiques ; ce qui ne relève nullement de leurs compétences
et en fait un procédé à déplorer.
A posteriori, le morceau s’en prend de même au domaine économique
et financier. Effectivement, ce domaine est au quotidien celui causant le plus de
dégâts que n’importe quel autre soulevé dans cet opus. Il est question ici de :
détournement de fonds publique depuis le haut sommet jusqu’à l’employé de
surface. La chanson fait mention de disparition de deniers publiques de la caisse
étatique au comptes personnels de diverses personnalités occupants des
fonctions élevées et des responsabilités distinguées : au trésors publique, au sein
des compagnies aux revenues considérables voire spectaculaires (principalement
pétrolières tel que la S.N.P.C.) dans divers ministères, cabinets et établissements
scolaires et universitaires. Assurément, ce à qui sont confiés diverses institutions
de la nation concentrent tous leurs efforts à investir dans leurs intérêts
2|Page
personnels que ceux de la nation. L’on notera par exemple des fonds déboursé
pour des fins administratives d’intérêt commun, qui vont cependant servir aux
constructions de maisons, villa et hôtel au bénéfice personnel ; c’est-à-dire des
chefs ‘’en fonction’’.
En sus, on retiendra aussi les domaines social et culturel. En effet, dans
toute vie social on note le travail qui occupe une place délicate de ce qu’il,
assure la survie et la considération dans les civilisations d’antan et celle d’à
présent. L’encyclopédie virtuelle Wikipédia le définie au sens usuel comme
étant : une activité rémunérée qui permet la production de biens et services. Et,
la morale ainsi que le code du travail y accolent un critère incontournable qui est
la compétence, l’aptitude à répondre à la nécessité. Cependant, dans le contexte
congolais, il y a d’ores et déjà une succession d’ignobles critères fondés sur la
haine, le rejet et l’inégalité ; c’est-à-dire le tribalisme. L’on est plus embauché
en raison des compétences, mais par rapport au rapprochement que l’on aurait
avec l’employeur. Cela concerne d’éventuels liens de parentés et des liens
tribaux

3|Page
Somme toute, après analyse, il sied de conclure que la société
congolaise n’est pas épargnée de ce redoutable fléau qui chaotise plusieurs
sociétés dans le monde. Aussi s’ajoute-t-il l’esprit critique de l’artiste musicien
congolais Obambi Okombi Rogatien surnommé ROGA-ROGA dans son single
‘’Tolérance zéro’’ de l’album ‘’Oyo ekoya eya’’ où sont étalés en lingala,
langue nationale, les plus palpables de ces maux. Cette initiative qui n’est pas
sans risque, témoigne de l’engagement de cet auteur compositeur et leader du
groupe Extra Musica Zangul.

4|Page