Vous êtes sur la page 1sur 106

TRANSFERTS THERMIQUES

par

MEUKAM PIERRE

Ecole Nationale
Supérieure Polytechnique

SOMMAIRE

1. GENERALITES ............................................................................................................. 5
1.1. Introduction ............................................................................................................ 5
TRANSFERTS THERMIQUES

1.2. Définitions .............................................................................................................. 5


1.2.1. Champ de température ....................................................................................... 5
1.2.2. Gradient de température ..................................................................................... 5
1.2.3. Densité de flux de chaleur .................................................................................. 6
1.2.4. Flux de chaleur ................................................................................................... 6
1.3. Différents modes de transferts de chaleur .............................................................. 6
1.3.1. Transfert de chaleur par conduction ................................................................... 6
1.3.2. Transfert de chaleur par convection ................................................................... 7
1.3.3. Transfert thermique par rayonnement ................................................................ 7
1.4. Propriétés des matériaux ........................................................................................ 8
1.4.1. Conductivité thermique ...................................................................................... 8
1.4.2. Diffusivité thermique ......................................................................................... 8
1.4.3. Viscosité ............................................................................................................. 8
1.5. Etablissement d’un bilan thermique ....................................................................... 9
2. TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONDUCTION................................................. 11
2.1. Equation de chaleur .............................................................................................. 11
2.2. Transfert unidirectionnel à travers les murs plans ............................................... 12
2.2.1. Mur monocouche en régime permanent ........................................................... 13
2.2.2. Mur multicouche en régime permanent ........................................................... 14
2.3. Transfert de chaleur à travers des parois cylindriques ......................................... 15
2.3.1. Cylindre creux (tube) ....................................................................................... 16
2.3.2. Cylindre creux multicouches ............................................................................ 17
2.4. Conditions aux limites avec convection ............................................................... 18
2.4.1. Mur monocouche avec fluide adjacent............................................................. 18
2.4.2. Cylindre creux monocouche avec fluides adjacents. ....................................... 19
2.4.3. Mur multicouches avec fluides adjacents ......................................................... 19
2.4.4. Cylindre creux multicouches avec fluides adjacents........................................ 21
2.5. Les ailettes ............................................................................................................ 21
2.5.1. Equation de la barre.......................................................................................... 21
2.5.2. Rendement d’une ailette ................................................................................... 23
2.5.3. Efficacité d’une ailette ..................................................................................... 24
2.5.4. Choix des ailettes ............................................................................................. 24
2.6. Conduction en régime permanent à plusieurs dimensions ................................... 24
3. TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT ............................................ 27
3.1. Les lois du rayonnement thermique ..................................................................... 27
3.1.1. Introduction ...................................................................................................... 27
3.1.2. Spectre électromagnétique ............................................................................... 27
3.1.3. Propriétés du rayonnement ............................................................................... 28
3.1.4. Loi de Planck : Emittance monochromatique du corps noir ............................ 30
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 2/106
TRANSFERTS THERMIQUES

3.1.5. Lois de Wien .................................................................................................... 31


3.1.6. Loi de STEFAN-BOLTZMANN ..................................................................... 31
3.1.7. Emittance des corps réels ................................................................................. 31
3.2. Echanges radiatifs entre surfaces séparées par un milieu parfaitement transparent
32
3.2.1. Définition ......................................................................................................... 32
3.2.2. Echanges radiatifs entre surfaces noires ........................................................... 32
3.2.3. Echange radiatif dans enceinte noire ................................................................ 36
3.3. Echange radiatif entre surfaces opaques grises séparées par un milieu
parfaitement transparent ....................................................................................................... 39
3.3.1. Radiosité ou émittances apparente ................................................................... 39
3.3.2. Flux net échangé............................................................................................... 40
3.4. Etude de l’émission et de l’absorption des gaz .................................................... 47
3.4.1. Spectre de l’émission et de l’absorption des gaz .............................................. 47
4. TRANFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION ................................................... 52
4.1. Généralités sur le transfert de chaleur par convection ......................................... 52
4.1.1. Définitions ........................................................................................................ 52
4.1.2. Equation de conversion .................................................................................... 54
4.1.3. Analyse dimensionnelle ................................................................................... 57
4.1.4. Mécanisme de la convection ............................................................................ 61
4.2. Transfert de chaleur par convection forcée .......................................................... 64
4.2.1. Convection forcée au-dessus d’une plaque plane ............................................ 64
4.2.2. Ecoulement dans les tubes................................................................................ 67
4.2.3. Convection forcée au dessus des cylindres et des sphères ............................... 70
4.3. Transfert de chaleur par convection naturelle ...................................................... 71
4.3.1. Introduction ...................................................................................................... 71
4.3.2. Convection naturelle le long d’une plaque verticale ........................................ 71
4.3.3. Corrélations empiriques ................................................................................... 73
4.3.4. Convection naturelle interne ............................................................................ 74
Ajouter dans la partie convection naturelle quelques exercices d’application ; les choisir
parmi les plus simples des T.D............................................. Error! Bookmark not defined.
4.4. Transfert de chaleur avec changement d’état ....................................................... 74
4.4.1. Introduction ...................................................................................................... 74
4.4.2. Phénomène d’ébullition.................................................................................... 75
4.4.3. La condensation................................................................................................ 76
5. ECHANGEURS DE CHALEUR ................................................................................. 80
5.1. Généralités et définition ....................................................................................... 80
5.1.1. Définition ......................................................................................................... 80
5.1.2. Conventions ...................................................................................................... 80
5.1.3. Coefficient global d’échange ........................................................................... 81
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 3/106
TRANSFERTS THERMIQUES

5.2. Moyenne Logarithmique de la Différence de Température (MLDT) .................. 82


5.3. Autres types d’échangeurs ................................................................................... 85
Indiquer l’abaque utilisé pour cet exercice pour déterminer F. ......................................... 86
5.4. Méthode du Nombre d’Unités de Transfert (NUT) ............................................. 86
6. Références bibliographiques ........................................................................................ 90
7. Annexes ........................................................................................................................ 91
7.1. Annexe 1 : conduction.......................................................................................... 91
7.2. Annexe 2 : rayonnement ...................................................................................... 94
7.3. Annexe 3 : Convection ....................................................................................... 100
7.4. Echangeurs de chaleur ........................................................................................ 103

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 4/106
TRANSFERTS THERMIQUES

1. GENERALITES
1.1. Introduction
La thermodynamique étudie les systèmes à l’équilibre. Elle ne s’intéresse qu’aux états
d’équilibres. En thermodynamique, on peut déterminer la quantité de chaleur nécessaire pour
passer d’un état d’équilibre à un autre. Les mécanismes d’échange de chaleur qui conduisent
un système d’un état à un autre constituent ce qu’on appelle transfert thermique (ou tout
simplement la thermique). La Thermique est donc un phénomène qui existe entre deux
systèmes aux températures différentes. Elle permet de décrire qualitativement dans l’espace et
dans le temps l’évolution de la température en chaque point du système. La connaissance de
la variation de température dans l’espace et dans le temps permet ainsi de déterminer les
quantités de chaleur échangées par un système, ce qui constitue la base du dimensionnement
des appareils de production de la chaleur ou du froid.

1.2. Définitions
1.2.1. Champ de température
Les transferts d’énergie sont déterminés à partir de l’évolution dans l’espace et dans le
temps de la température ; donc T  T ( x, y, z, t ) . La valeur instantanée de la température en
tout point de l’espace est un scalaire appelé champ de température. Nous distinguons deux
cas :
Champ de température indépendant du temps ; le régime est dit permanent ou stationnaire.
Champ de température évoluant avec le temps ; le régime est dit variable ou instantané.

1.2.2. Gradient de température


Tous les points de l’espace qui ont la même température forment une surface isotherme. La
variation de la température par unité de longueur est maximale le long de la normale à la
surface isotherme. Cette variation est caractérisée par le gradient de température :
  T
grad (T )  n
n

n : Vecteur unitaire de la normale
T
: dérivée de la T le long de la normale
n

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 5/106
TRANSFERTS THERMIQUES


grad (T )

Surface isotherme
T0
Figure1. 1 : Gradient de température

1.2.3. Densité de flux de chaleur


C’est la quantité de chaleur échangée par unité de temps et par unité d’aire de la surface
isotherme :
1 dQ
 . (1.1) (W .m 2 )
S dt

S : Aire de la surface isotherme en m2

1.2.4. Flux de chaleur


On appelle flux de chaleur la quantité de chaleur échangée par la surface S par unité de
temps :
dQ
 (1.2) (W ) (Puissance calorifique)
dt

1.3. Différents modes de transferts de chaleur


On distingue en thermique trois grandes parties se rapportant chacune à un mode de
transfert particulier : la conduction, le rayonnement et la convection,

1.3.1. Transfert de chaleur par conduction


Le transfert de chaleur par conduction se transmet de proche en proche dans un solide où
existent des différences de température. Le mode de transfert par conduction est le seul mode
de transfert thermique dans les solides opaques. La conduction se manifeste aussi dans les
fluides. Lorsqu’il existe dans un milieu un gradient de température, il s’ensuit un transfert de
 
chaleur exprimé par :    grad (T ) . Nous utiliserons dans ce cours la forme algébrique
suivante :
T
 cd   S (1.3)
x

T
L’équation (3) est appelée équation de Fourrier. est le gradient de température dans la
x
direction normale à la surface S .  est la conductivité thermique du milieu (mesure de l'aptitude
d'un solide ou d'un liquide à transférer la chaleur ).  est souvent considérée comme constante, mais
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 6/106
TRANSFERTS THERMIQUES

elle dépend de certaines propriétés comme la température T et la pression P .  s’exprime


en W .K 1 m 1 . Le signe (-) de l’équation de Fourier est imposé par le 2nd principe de la
thermodynamique. En effet, un transfert de chaleur résultant d’un gradient de température se
fait toujours de la température la plus élevée vers la température la plus basse.

1.3.2. Transfert de chaleur par convection


Le transfert de chaleur qui se produit lorsqu’un fluide transporte de la chaleur est appelé
convection. La quantité de chaleur est directement liée à la capacité calorifique du fluide
considéré. Si la température du fluide est T et celle de la paroi en contact avec le fluide TS , le
flux de chaleur échangé par convection va être :
cv  hS (TS  T ) (1.4)

La relation (4) permet de définir le coefficient d’échange convectif h qui est la constante de
proportionnalité relative au transfert par unité de temps et par unité de surface.
h : W .m 2 K 1 .
La valeur de h est fonction de la nature du fluide, de sa température, de sa vitesse, des
caractéristiques géométrique de S . Il est à noter que le mode de transfert prépondérant à la
limite liquide - solide est la convection.

1.3.3. Transfert thermique par rayonnement


Le rayonnement est le mode de transfert qui se fait par émission ou absorption des ondes
électromagnétiques. Ces radiations se propagent sans liaison matérielle entre le corps émissif
et le corps récepteur. Le rayonnement est la seule possibilité d’échange de chaleur entre deux
corps placés dans le vide. On a montré par des expériences que la chaleur émise par
rayonnement est proportionnelle à puissance 4ième de la température absolue :
Qray   ST 4 (1.5)

C’est la loi fondamentale de STEPHAN-BOLTZMAN avec   5,6697 .10 8 W .m 2 K 4


La relation (5) est appliquée à un émetteur idéal qu’est le corps noir. Toutes les autres
surfaces émettent moins que le corps noir. On a donc en général
Qray   ST 4 (1.6)

La relation (6) exprime le rayonnement d’un corps qui n’est pas noir.  est l’émissivité de
la surface ( 0    1 ). Quand un corps d’émissivité  et de surface S à la température
absolue TS est dans une enceinte dont la température est Ten , le flux de chaleur échangé part
rayonnement entre la surface et l’enceinte s’écrit :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 7/106
TRANSFERTS THERMIQUES

 ray   S (TS  Ten4 ) (1.7)


4

1.4. Propriétés des matériaux


1.4.1. Conductivité thermique
La conductivité thermique des solides dépend essentiellement de le température. On a la
relation
  0 (1  b ) (1.8)

 0 : Conductivité thermique à la température de référence   T  Tref


La conductivité thermique des liquides dépend de la température, mais est indépendante de
la pression du liquide.

1.4.2. Diffusivité thermique


Elle se définit par la relation :

 (1.9) m 2 .s 1
 cP

 : masse volumique (kg.m-3) ; Cp : chaleur spécifique a pression constante (J.kg-1.C-1)

1.4.3. Viscosité
La déformation subie par les fluides peut se faire avec ou sans résistance. Dans le 1 er cas, on
dira qu’il est visqueux alors que dans le 2nd cas il sera dit parfait. Tous les fluides réels sont
visqueux.
Viscosité dynamique

u( y)

Figure 1.2 : Profil de vitesse d’un fluide

La force de frottement qui s’applique au fluide est proportionnelle à la vitesse u ; on a donc


du
  1.10 
dy

 : Viscosité dynamique (kg.m-1s-1) ou (Pa.s)


Viscosité cinématique
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 8/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Le rapport entre la viscosité dynamique et la masse volumique s’appelle viscosité


cinématique



 m / s  1.11
2

1.5. Etablissement d’un bilan thermique


Pour écrire un bilan thermique, on commence par :
 définir un système par ses limites dans l’espace.
 faire l’inventaire des différents flux agissant sur ce système :

 st
s
g
e

Figure1. 3 : Bilan énergétique d’un système

 e : entrée ;  g ; générée ;  st : stockée ;  s : sortant


Bilan d’énergie:
 e   g   s   st 1.12
Stockage d’énergie
Le stockage d’énergie dans un corps correspond à une augmentation de son énergie interne
au cours du temps à pression constante :
T
 st  VcP 1.13
t

 : kg.m-3 ; V : m3 ; c P : J.kg-1.°C-1 ;  st : W
Génération d’énergie
La génération d’énergie intervient lorsqu’une autre forme d’énergie est transformée en
énergie thermique. Nous pouvons donc écrire :

 g  qV 1.14 

q : Densité volumique d’énergie générée (W/m3) ; V (m3)

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 9/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Exercice :
Déterminer la densité de flux de chaleur transmis par conduction à travers un mur
homogène d’épaisseur 1,5 cm. Les températures des deux faces du mur sont maintenues à
38°C et 21°C.  =0,19 W.m-1.K-1.
Solution :

T1

T2

x
O x1 x2

T (T  T1 )
       2
x x 2  x1
21  38
   0.19.
1,5.10  2
D’où
  215 W .m 2

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 10/106
TRANSFERTS THERMIQUES

2. TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONDUCTION


2.1. Equation de chaleur
La théorie de la conduction repose sur l’hypothèse de Fourier à savoir que la densité du flux
de chaleur échangé par conduction est proportionnelle au gradient de température, soit :

 cd   grad (T ) (2.1)

Considérons un écoulement unidirectionnel.

T T
dx
g
T1
Profil de température

x  x dx T2
x
x x
O O x x  dx

Figure 2.1 : Profil de température à travers un matériau

Bilan d’énergie :
 x   g   xdx   st

T 
T
 x   ;  g  q dx ;  st  c dx ;
x t

T  T   T  
 x  dx         dx
x x  dx  x x  x  
T  T  T   T  
   q dx  c dx     dx
x t  x x  x  

  T   T
    q  c (2.2)
x  x  t

L’équation (2.2) est l’équation de chaleur à une dimension. L’équation (2.2) peut encore
s’écrire dans le cas où  est constant :
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 11/106
TRANSFERTS THERMIQUES


 2T q c T 1 T
   (2.3)
x 2   t  t
 étant la diffusivité thermique
En l’absence d’énergie interne (génération d’énergie), l’équation (2.3) devient :
 2T 1 T
 (2.4) Equation de Fourier
x 2  t

En régime permanent, on obtient l’équation de Poisson :



 2T q
 0 (2.5)
x 2 

En régime permanent et en absence d’énergie interne, on obtient l’équation de Laplace.


 2T
0 (2.6)
x 2

En réécrivant les équations (2.3), (2.4), (2.5), et (2.6) dans un système où les 3 dimensions
sont considérées, on obtient les équations (2.3’), (2.4’), (2.5’), et (2.6’).

 2T  2T  2T q  c T 1 T
     (2.3')
x 2 y 2 z 2   t  t

 2T  2T  2T 1 T
   (2.4 ')
x 2 y 2 z 2  t

 2T  2T  2T q
   0 (2.5')
x 2 x 2 x 2 
 2T  2T  2T
  0 (2.6 ')
x 2 y 2 z 2

2.2. Transfert unidirectionnel à travers les murs plans


On se place dans le cas où le régime est permanent et il n’y a pas génération ni stockage
d’énergie.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 12/106
TRANSFERTS THERMIQUES

2.2.1. Mur monocouche en régime permanent

T
dx

T1 

x  x dx T2

x
O x x  dx

En considérant une section du mur, nous pouvons écrire (régime permanent à une
dimension) :
d 2T
0  2.7 
dx 2

dT
  c1
dx
T(0)  T1
 T ( x)  c1 x  c 2 or  (Conditions aux limites)
T (e)  T2
et en integrant, on obtient,

x
T ( x)  T1  (T1  T2 ) (2.8)
e

Le profil de température est donc linéaire. La densité de flux de température transmis à


dT
travers le mur s’obtient en faisant    , et en intégrant entre x=0 et x=e, on a
dx
 (T1  T2 )

e
Et le flux de chaleur
 (T1  T2 )
 S (2.9)
e

 Analogie électrique
T1  T2
La relation (9) peut encore se mettre sous la forme :  
e
S
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 13/106
TRANSFERTS THERMIQUES

I R T1  Rth T2

V1 V2 e
V V Rth 
I 1 2 S
R

Figure 2.2 : Analogie électrique ; résistance d’un transfert par conduction

e est appelé résistance thermique en conduction.


Rth 
S

2.2.2. Mur multicouche en régime permanent


Considérons un mur avec un flux de chaleur constant ; lorsque la conductivité thermique est
constante, le flux s’écrit :
S
 (T2  T1 ) .
e

T1
T2 3

1 T3
2

T4
x
e1 e2 e3

1S 2 S 3 S
 (T2  T1 )   (T3  T2 )   (T4  T3 ) (2.12)
e1 e2 e3

Le flux est constant à travers toute la section du mur. En résolvant le système d’équation
(2.12) on trouve le flux de chaleur  (relation 2.13) et la densité de flux de chaleur  (relation
2.13’) à travers le mur.
T1  T4
 (2.13)
e1 e e
 2  3
1S 2 S 3 S

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 14/106
TRANSFERTS THERMIQUES

T1  T4
 (2.13')
e1 e2 e3
 
1 2 3
On peut utiliser l’analogie électrique pour résoudre des problèmes assez complexes.
L’expression du flux de chaleur a travers un mur constitue de plusieurs matériaux s’écrit :
Te  Ts

 RTh
Te : température d’entrée ; Ts: température de sortie

Exemple : Schéma électrique du mur ci-dessous

RB
RF
RA T
B T1 2 RC T3 RE T4
F T5

A C E
RG
RD
G T1 RA T2 R23 T3 RE T4 R45 T5
D

eA 1 1 1 1
RA  ;    ;
 A S R23 RB RC RD
eE 1 1 1
RE  ;   ;
 E S R45 RF RG
T1  T5

R A  R23  R E  R45

2.3. Transfert de chaleur à travers des parois cylindriques


Nous allons dans ce paragraphe établir l’expression du profil de température ainsi que celle
du flux de chaleur échangé à travers un tube en régime permanent.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 15/106
TRANSFERTS THERMIQUES

2.3.1. Cylindre creux (tube)

Ri r
Re r

r  dr

Bilan d’énergie
Le bilan d’énergie dans ce cas s’écrit :
 r   g   r dr   st

T 
 r  S ;  g  q Sdr ;
r
T T
 st  cS dr ;  r  dr   S
t r r  dr

Pour une conductivité thermique  variable, le bilan d’énergie donne la relation (2.14) :

1   T   T
 r   q  c (2.14)
r r  r  t

En considérant une conductivité thermique  constante, on obtient plutôt la relation (2.15)



1   T  q 1 T
r   (2.15)
r r  r    t

Soit un cylindre creux de conductivité thermique constante, de rayons intérieur Ri et


extérieur Re. Les faces sont respectivement aux températures Ti et Te. En régime permanent,
l’équation de chaleur (15) devient :
d  dT 
r 0
dr  dr 

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 16/106
TRANSFERTS THERMIQUES

dT
en integrant, r  c1
dr
 T(R i )  Ti
avec comme conditions aux limites : 
T(R e )  Te
On obtient la relation (2.16)
Re
Te ln( r )  Ti ln( )
Ri r
T (r ) (2.16)
R
ln( e )
Ri

La relation (2.16) est le profil de température à travers un cylindre creux.


 Expression du flux de chaleur
dT dT dT
d  S , avec S  2rL, d  2Lr  2L
dr dr dr
r
L’intégration entre r  R i et r  R e permet de trouver l’expression de  donnée par (2.17)

(Te  Ti )
  2 L (2.17)
R 
ln  e 
 Ri 

(Te  Ti ) (Te  Ti )
  (2.17')
ln(R e R i ) RTh
2 L
ln(R e R i )
RTh   2.18
2 L

Résistance thermique en conduction pour un cylindre creux

2.3.2. Cylindre creux multicouches


T1 T4
A r1
T1 T2 T3 T4
B r4 r r2
3 ln(r2 / r1 ) ln(r3 / r2 ) ln(r4 / r3 )
C 2 A L 2B L 2C L

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 17/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Figure 2.3 : Vue en coupe d’un cylindre constitué des éléments A, B et C.

En écrivant le système d’équations donnant le flux de chaleur et en le résolvant on obtient la


relation (2.19). Comme dans le cas d’un mur multicouches, la résistance thermique totale
équivalente est la somme des résistances de chaque matériau du cylindre.

T 1 T4 2 L(T 1 T4 )


  (2.19)
ln(r2 r1 ) ln(r3 r2 ) ln(r4 r3 ) ln(r2 r1 ) ln(r3 r2 ) ln(r4 r3 )
   
2A L 2B L 2C L A B C

2.4. Conditions aux limites avec convection


Le matériau objet d’un transfert de chaleur par conduction est le plus souvent dans un milieu
fluide. Un transfert de chaleur par convection intervient alors entre un solide et un fluide, la
chaleur étant transmise par le déplacement du fluide :
TS  T
 cv  hS (TS  T )  ;
1
hS
1
RTh  (2.20)
hS

Rth est la résistance thermique en convection


h et S désignent respectivement le coefficient de transfert convectif et la surface d’échange.

2.4.1. Mur monocouche avec fluide adjacent

Tf 1

T1
 Tf 1 T1 T2 Tf 2
 T2 1 e 1
h1S S h2 S
Tf 2

Le système d’équations donnant le flux de chaleur s’écrit ;


S
  h1 S (T f 1  T1 )  (T1  T2 )  h2 S (T2  T f 2 ) ,
e
et sa résolution permet d’obtenir l’expression du flux.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 18/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Tf 1  Tf 2

1 e 1
 2.21
 
h1S  S h2 S

 Coefficient global d’échange.


Un coefficient permet de déterminer le flux de chaleur échange par toutes les formes de
transfert de chaleur ; c’est le coefficient global d’échange de chaleur U, défini par :

  UST ;
T : Différence de température entre les éléments extrêmes du système.
S : surface d’échange
A partir de l’expression de  on déduit celle du coefficient d’échange.
1
U
1 e1
 2.22 
 
h1  h2

2.4.2. Cylindre creux monocouche avec fluides adjacents.

Avec le même raisonnement qu’en 2.4.1 nous trouvons l’expression suivante pour le
flux de chaleur échangée
Tf1  Tf 2

1 ln( r2 r1 ) 1
 
h1 S i 2L h2 S e

2.4.3. Mur multicouches avec fluides adjacents


Comme précédemment on écrit et on résoud le système d’équations donnant le flux de
chaleur

Tf 1

T1

T2 3

1 T3
2
T4

e1 e2 e3
Tf 2

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 19/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Tf 1  Tf 2
 (2.23)
1 e e e 1
 1  2  3 
h1S 1S 2 S 3 S h2 S

On en déduit la densité de flux 


 Tf1  Tf 2
 
S 1 e1 e2 e3 1
   
h1 1 2 3 h2

Exercice d’application
Soit une fenêtre constituée par deux vitres d’épaisseur 4 mm, v  0,78 W .m 1 .C 1 . Les
vitres sont séparées par une couche d’air de 10 mm d’épaisseur, air  0,026 W .m 1 .C 1 .
Déterminer en régime permanent le flux de chaleur échangé à travers la fenêtre et la
température intérieure de la vitre pour une journée Tint=20°C et Text=-10°C.
hi  10 W .m 1 C 1
h2  40 W .m 1 C 1
Dimensions de la vitre 0,8x1,5 m 2
Solution :

Tf 1

air
V

V
T4

Tf 2
10 mm

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 20/106
TRANSFERTS THERMIQUES

1 1
Ri    0,0833 C / W
hi S 10 *1,2
e1 0,004
Rv    0,00427 C / W
v S 0,78 *1,2
1 1
Re    0,0208 C / W
h2 S 40 *1,2
e2 0,001
Rair    0,32 C / W
air S 0,026 *1,2

R Th  0,0833  0,00427  0,32  0,00427  0,0208


 0,471
20  (10) 30
 
0,417 0,417
   69,3 W

T f 1  T1
  T1  T f 1  Ri 
Ri
 20  0,0833 * 69,3
 T1  14,22 C

2.4.4. Cylindre creux multicouches avec fluides adjacents

Tf 2
Fluide 2 T3
B T2

T1 A r3
r2
Fluide 1 Tf 1 r1

Conservation de flux
Tf 1  Tf 2
 (2.24)
1 ln(r2 r1 ) ln(r3 r2 ) 1
  
h1 2 r1 L 2A L 2B L h2 2 r3 L

Exercice
De l’eau à Ti=50°C circule dans un tube de diamètre intérieur di=2,5 cm et hi=3600
W/m2.°C d’épaisseur e=0,8 mm avec un matériau de conductivité thermique   16 W/m-
1
.°C. Le coefficient de transfert convectif à l’extérieur est he=7,6 W/m2.°C. Calculer le

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 21/106
TRANSFERTS THERMIQUES

coefficient global d’échange de chaleur pour une longueur de 1m et le flux de chaleur échangé
pour Te=20°C.

2.5. Les ailettes


2.5.1. Equation de la barre
Soit une ailette dans un fluide à la température T . La température de l’extrémité fixe de
l’ailette est à la température T0 .

T0 x xdx
e x  x  dx x

l
x x  dx x x  dx
L T0
 cv

Bilan d’énergie :
 x   x  dx   cv

dT dT  dT d 2T 
 x   S ;  x  dx   S  S   2 dx 
dx dx x  dx  dx dx 
 cv  hSe (T ( x)  T )
Se= surface latérale de l’ailette, S e  Pdx (P= périmètre de l’ailette)

d 2t hP
  (T ( x)  T )  0 (2.25) Equation de la barre
dx 2  S

Posons le changement de variable  ( x )  T ( x )  T , (25) devient :


d 2 hP
 n 2  0 avec n 
dx 2
λS
  ( x)  c1e nx  c2 e  nx

Conditions aux limites : x  0,   0  T0  T


Les autres conditions aux limites dépendent de la géométrie du système. On distingue alors
plusieurs cas :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 22/106
TRANSFERTS THERMIQUES

1er cas : Ailette longue de section constante ;


La température de l’extrémité est égale à celle du milieu fluide ;
 x  0,   0 avec θ 0  T0 -T

  ( L)  0
Dans ce cas,
 hP S hP S
 e nx  e  x  T  T  (T0  T )e  x
0

T0

T
x
O

  S (n 0 e  n ( 0) )   0 hPS    (T0  T ) hPS

2ème cas : Ailette de longueur finie avec échange de chaleur par convection à
l’extrémité libre.
Dans ce cas, nous avons :
h
cosh n( L  x)  sinh n( L  x)
d  ( x) n
  h ( L)  
dx xL 0 cosh nL 
h
sinh nL
n
 h 
 cosh n( L  x)  n sinh n( L  x) 
 T ( x)  T  (T0  T )  
h
 cosh nL  sinh nL 
 n 

d
3ème cas : Ailette à extrémité isolée, 0
dx xL

d
   0 en x  0 ;  0 en x  L
dx
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 23/106
TRANSFERTS THERMIQUES

 e  nx e nx ch n( L  x) T ( x)  T
   
0 1  e  2 nL
1 e 2 nL
ch nL T0  T
ch n( L  x)
 T ( x)  T  (T0  T )
ch nL
 1 1 
     S 0 n  
1  e
 2 nL
1  e 2 nL 

1
  hPS (T0  T ) th (nLc ) avec Lc  L  e
2

2.5.2. Rendement d’une ailette


Le rendement d’une ailette est le rapport entre le flux effectivement transmis et le flux
transmis si toute l’ailette est à sa température de base. Le rendement de l’ailette est donc égal
à:
 ail
 ail    ail   ail hS ail (T0  T )
 ail max

Cas particulier

Ailette très longue


 ail (T  T ) hPS 1 λS 1
 ail   0  
 ail max hSail (T0  T ) L hP nL
1
 ail 
nL

Ailette isolée
 ail hPS (T0  T ) th (nLc ) th (nLc ) λS
 ail   
 ail max hS ail (T0  T ) L hP
th (nLc )
 ail 
nL
Le rendement d’une ailette dépend de son profil. Il existe une courbe permettant de
déterminer le rendement d’une ailette en fonction de sa géométrie.

2.5.3. Efficacité d’une ailette


On utilise les ailettes pour augmenter les transferts thermiques. L’utilisation des ailettes sur
une surface n’est recommandée que lorsqu’il y a augmentation de transfert de chaleur par les
ailettes. La performance des ailettes est définie par leur efficacité  .

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 24/106
TRANSFERTS THERMIQUES

 ail transmis à partir de sa base


 ail 
 sans ailette par sa surface de base
 ail
 ail 
hS 0 (T0  T )

Si  ail  1 , l’ajout des ailettes n’a aucun effet sur le transfert de chaleur
Si  ail  1 les ailettes jouent plutôt un rôle d’isolant
Si  ail  1 les ailettes contribuent à augmenter le transfert thermique

2.5.4. Choix des ailettes


Les ailettes sont utilisées lorsqu’il faut extraire une densité de flux importante dans un
encombrement réduit.
Exemple : Radiateur d’automobile, carter de moteur refroidi par air, évaporateur
de climatiseur, etc.
En général, l’usage des ailettes est :
peu utile pour les liquides car h très grand
utile dans le cas des gaz car h très faible
Les ailettes étroites et rapprochées sont meilleures que les ailettes plus grandes et espacées ;
mais on est limité par les pertes de charge. L’ailette est d’autant plus performante que sa
conductivité thermique est élevée.

2.6. Conduction en régime permanent à plusieurs dimensions


Dans le cas où la propagation s’effectue dans plusieurs directions, l’équation de Laplace
s’écrit :
 2T  2T  2T
   0 3 directions
x 2 y 2 z 2
 2T  2T
 0 2 directions
x 2 y 2

La solution de ces équations peut être obtenue analytiquement, numériquement ou par la


méthode des coefficients de forme.
La solution de l’équation à deux dimensions est une fonction de x et y . On peut écrire :
dT  dT  dT  dT 
 x   S x   x S x  ,  y  S y    y S y 
dx  dx  dy  dy 
Méthode du coefficient de forme
Dans les systèmes bidimensionnels où n’interviennent que deux températures limites T1 et
T2, on montre que  peut se mettre sous la forme :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 25/106
TRANSFERTS THERMIQUES

  F (T1  T2 )

T1 : températur e de la surface S1 (C )


T2 : températur e de la surface S 2 (C )
F : coefficien t de forme (m)
 : conductivité thermique du milieu séparant les surfaces S1 et S 2 (W .m 1 .C 1 )
F ne dépend que de la forme, des dimensions, et de la position relative des deux surfaces S 1
et S2. Les valeurs de F pour les configurations les plus courantes sont représentées en annexe.
On utilise les relations suivantes si les dimensions longitudinales sont très grandes devant
l’épaisseur e des parois.
S
F paroi  ; Fbord  0,54 L ; Fcoin  0,15e
e
L : longueur de la paroi ou du bord
S : surface de la paroi
e : épaisseur de la paroi
6 12 8
   i F paroi Ti   i Fbord Ti   i Fcoin Ti
i 1 i 1 i 1

i est la conductivité thermique de la paroi i

Exercice :
Un petit four cubique de 50x50x50 cm dont l’extérieur est fait de briques de
conductivité   1,04 W / m.C , d’épaisseur e  10cm ; la température de l’intérieur est
Tint=500 °C et celle de l’extérieur Text=50 °C. Calculer la quantité de chaleur perdue par
conduction entre l’intérieur et l’extérieur du four.
Solution :
S 0,5 * 0,5
Fm    2,5m
e 0,1
Fb  0,54 L  0,54 * 0,5  0,27 m
Fcoin  0,15e  0,15 * 0,1  0,015 m
  1,046 * 2,5(500  50)  12 * 0,27 (500  50)  8 * 0,015(500  50)

  8594 W

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 26/106
TRANSFERTS THERMIQUES

3. TRANSFERT DE CHALEUR PAR RAYONNEMENT


3.1. Les lois du rayonnement thermique
3.1.1. Introduction
Soit une chambre dont on fait le vide ; on place au milieu de cette chambre un objet chauffé.
La température de la chambre est égale à celle des murs ; l’expérience montre que la
température de l’objet baisse et il finit par être en équilibre thermique avec son
environnement.

Chambre froide
Objet chauffé

Il a fallu que l’objet chauffé perde de la chaleur pour que sa température atteigne celle de la
chambre et des murs. La chaleur perdue ne s’est produite ni par conduction, ni par convection
puisque les deux modes de transfert ont besoin d’un support matériel.
Le transfert de chaleur a eu lieu par un autre mécanisme qui intervient par l’énergie interne
de l’objet. Le mécanisme est le transfert de chaleur par rayonnement. Il est différent des deux
autres modes de transfert par le fait qu’il n’a pas besoin de support matériel. Le transfert de
chaleur est plus rapide dans la vide et n’y subit aucune atténuation. Il se produit également
dans les solides, les liquides et les gaz. Notons que le transfert de chaleur dans le vide se fait
uniquement par rayonnement. Par exemple, l’énergie solaire arrive sur la terre par
rayonnement .Le transfert de chaleur par conduction et par convection se fait d’une région de
température élevée vers une région de température basse. Le rayonnement peut avoir lieu
entre deux corps séparés par un milieu de température plus basse que celle de chacun des
deux corps.

3.1.2. Spectre électromagnétique


Il existe plusieurs types de rayonnement électromagnétique parmi lesquels le rayonnement
thermique. Ce dernier est défini comme étant la partie du spectre de longueurs d’onde
comprises entre 10-7 et 10-4 m. ( 10 7    10 4 )

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 27/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Thermique

10 12 10 10 10 8 10 6 10 4 10 2 1 10 2 10 4 (m)

Ondes Rayons X Ultraviolet Ondes Ondes radio


cosmiques Infrarouge
hertziennes

3.1.3. Propriétés du rayonnement


Lorsqu’une énergie rayonnante arrive sur la surface d’un matériau, elle se répartit en trois :
la première partie est réfléchie, la seconde absorbée et la dernière transmise.

Rayonnement Rayonnement
incident réfléchi

absorbé

Rayonnement
transmis

La réflectivité  est la fraction du rayonnement réfléchi.


La transmitivité  est la fraction du rayonnement réfléchi.
L’absorptivité  est la fraction du rayonnement absorbé. Ces trois grandeurs sont liées par
la relation :
      1 (3.1)

La plupart des corps solides ne transmettent pas le rayonnement ; par conséquent, dans la
plupart des applications, la transmitivité est prise égale à 0. L’équation (2.1) devient :
  1
On observe deux types de réflexion quand un rayonnement arrive sur une surface : la
réflexion spéculaire et la réflexion diffuse.
Réflexion spéculaire

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 28/106
TRANSFERTS THERMIQUES

source

1  2 1   2

Réflexion diffuse
Quand le rayon spéculaire se répartit dans toutes les directions après réflexion

source
Rayons
réfléchis

Pouvoir émissif : E
Le pouvoir émissif d’un corps est l’énergie émise par ce corps par unité de surface et par
unité de temps.
Flux total d’une source :  (en Watt)
C’est la puissance émise par une source dans tout l’espace où il peut rayonner.
Intensité du rayonnement

n
I ox

 x
O

Considérons une direction Ox issue de la surface d’un corps radian. Cette direction est

repérée par l’angle  avec la normale n à la surface. Si d Ox est la portion de flux rayonnée
dans un angle solide élémentaire d entourant la direction Ox , on désigne par intensité
I Ox de la source dans la direction Ox le flux par unité d’angle solide dans cette direction

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 29/106
TRANSFERTS THERMIQUES

d  Ox
I Ox  (3.2)
d

Emittance (source) : M (W/m2)


L’émittance est le flux total émis par unité de surface de la source et on a :
d
M (3.3)
dS

Cette grandeur permet de comparer les puissances émises par des sources d’étendues
différentes.
Eclairement (récepteur) : E (W/m2)
On désigne par éclairement le flux reçu par unité de surface réceptrice en provenance de
l’ensemble des directions d’où elle peut recevoir le rayonnement. Si dS est l’aire de la surface
recevant un flux, E peut s’écrire :
d
E (3.4)
dS

Définition d’un corps noir


On peut évaluer à partir des considérations thermodynamiques, le maximum d’énergie
pouvant être rayonné par la matière à chaque température et longueur d’onde. L’émetteur
idéal qui rayonnerait cette énergie porte le nom de corps noir et sert d’étalon de rayonnement.
Pour un corps noir il n’y a ni réflexion, ni transmission :
0  1

Le corps noir absorbe la totalité du rayonnement indépendamment du spectre et de lad


direction.

3.1.4. Loi de Planck : Emittance monochromatique du corps noir


Cette loi relie l’émittance monochromatique du corps noir M 0 à la longueur d’onde  et à
sa température absolue T . Elle s’écrit :
2 hc 2 5
M 0  hc
(3.5)
e k T
1

c0
c : Vitesse des ondes électromagnétiques dans le vide où se propage le rayonnement c  .
n
n : Indice du milieu de propagation. c0  2,9979 .10 8 m / s
h : Constante de Planck h  6,6255 .10  34 J .s
k : Constante de Boltzmann k  1,3805 .10 23 J / K
Lorsque le rayonnement est dans un milieu dont l’indice n  1 , la loi de Planck s’écrit :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 30/106
TRANSFERTS THERMIQUES

c1 5
M 0  c2
(3.6)
e T
1
hc0
c1  2πhc02  3,742.10 8 W .m 4 / m 2 c2   1,439.10 4 m.K
k

Exercice d’application :
Une surface noire à   1000C rayonne dans le vide calculer l’émittance du rayonnement et
la puissance spectrale du corps noir, dans la direction faisant 100°C avec la direction
perpendiculaire à la surface, pour   6 m .

Solution :
2hc02 5
M 0 ( , T )  hc0
 2746W/m 2 .m.sr
e 1 kT

Dans la direction faisant un angle de 60°C avec la normale, on a :


M 0 ( , T ,  )  M 0 ( , T ) cos
 1373 W/m 2 .m.sr

Approximation de la loi de Planck


L’expression de la loi de Planck admet des approximations simplifiées en particulier pour
des courtes longueurs d’onde   5 m visibles et proches de l’infrarouge, la formule de
Planck peut être approximée par :
c2

M   c1 e
0 5 T
 3.6'
Cette formule est appelée formule de Wien

3.1.5. Lois de Wien


Deux lois fournissent respectivement l’abscisse et l’ordonnée du maximum d’émittance
monochromatique du corps noir pour chaque température.

1ère Loi
L’abscisse  m du maximum de M 0 se déplace vers les courtes longueurs d’onde lorsque la
température croît. C’est ce qu’exprime la loi de déplacement de Wien.
mT  2898  m.K  3.7 
2ème Loi
Elle s’exprime sous la forme

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 31/106
TRANSFERTS THERMIQUES

M 0 m  BT 5
B  1, 287.105 W / m3 K 5 si  en m  3.8
B  1, 287.1011 W / m2 . m.K 5 si  en  m

3.1.6. Loi de STEFAN-BOLTZMANN


Cette loi fournit l’émittance totale du rayonnement du corps noir dans le vide en fonction de
sa température absolue. On peut l’obtenir par intégration de la loi de Planck sur l’ensemble du
spectre rayonné. L’émittance du corps noir est donc :

M 0   M 0 (T )d 
0

L’intégration donne pour l’émittance du corps noir M0 la relation suivante :


M 0   T 4 (W / m 2 ) Loi de STEFAN-BOLTZMANN (3.9)
2 5 k 4
 2 3
 5,67.108 W / m 2 K 4
15 c0 h

3.1.7. Emittance des corps réels


L’évaluation des propriétés émissives de substances réelles se fait par rapport à celle
du corps noir placé dans les mêmes conditions de température et longueur d’onde à l’aide des
coefficients appelés émissivité totale ou monochromatique, hémisphérique ou directionnelle.
Ainsi, les émittances totale ou monochromatique seront données par les relations suivantes :

M  M 0  : émissivité totale du corps (  1)


M     M    : émissivité monochromatique pour la longueur d' onde 
0

M
 
M 0

Le corps noir étant le radiateur idéal qui à température et longueur d’onde données
émet le maximum d’énergie thermique, il s’ensuit que l’émissivité des substances naturelles
est inférieure à l’unité puisque celle du corps noir est par définition égale à 1. L’émissivité des
substances dépend généralement de leurs propriétés physico-chimiques, de leur état de surface
géométriques, varie avec la longueur d’onde et la température de surface. Pour résoudre les
problèmes d’échanges radiatifs, on admet en général que les surfaces ont une émissivité
indépendante de la longueur d’onde et de la température. Ces surfaces sont dites grises et à
émission diffuse ou isotrope.
Dans ces conditions les diverses émissivités d’une surface se réduisent à un paramètre
unique  représentant en fait la valeur moyenne des émissivités monochromatiques et
directionnelles prises sur l’ensemble du domaine variationnel de ce grandeurs. La loi de
BOLTZMANN s’applique à un corps gris :
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 32/106
TRANSFERTS THERMIQUES

M   M 0   T 4  3.10 

3.2. Echanges radiatifs entre surfaces séparées par un milieu


parfaitement transparent
3.2.1. Définition
Un milieu matériel parfaitement transparent est non absorbant ni émissif et ne participe pas
aux échanges radiatifs ; l’air sec et exempt de CO2 peuvent être assimilés à des milieux
transparents.

3.2.2. Echanges radiatifs entre surfaces noires

Facteur de forme
Considérons deux surfaces noires S1 et S2 maintenues à des températures uniformes T1 et T2
et pouvant rayonner mutuellement l’une vers l’autre.

S2
dS 2
2
r
1
S1
dS1

Le flux total émis par S1 est 1  S1 M 10 .  1 est émis par S1, mais seulement une fraction
 12 de  1 atteint S2 ; on peut écrire :

12  F121  F12 S1M10  3.11


F12 est un nombre sans dimension représentant la fraction du flux total hémisphérique de la
surface S1 qui atteint S2. F12 est appelé facteur de forme ou d’angle de S1 vers S2. Ecrivons le
flux émis par dS 1 en direction de dS 2 :

dS1dS2 cos 1 cos  2


d 212  M 10
 r2

Le flux émis par dS 1 qui atteint S2 est d 12   d 2  12 et le flux émis par S1 qui atteint S2
S2

est

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 33/106
TRANSFERTS THERMIQUES

cos1 cos 2
 12   d  12  M 10  
2
dS1 dS 2
S1 S 2 S1 S 2 r 2
1 cos1 cos 2
  12  M 10 S1
S1 
S1 S 2 r 2
dS1 dS 2

On en déduit l’expression de F12.


1 cos 1 cos  2
F12    dS1dS2  3.12 
S1 S1 S2  r2

F12 est une quantité purement géométrique.


Le flux émis simultanément par S2 et atteignant S1 s’écrit de manière similaire :
1 cos1 cos 2
 21  F21 2  F21S 2 M 20 , F21 
S2 
S1 S 2 r 2
dS1dS2

F21 est la fraction du flux hémisphérique de S2 qui atteint S1.


L’élément qui atteint une surface n’est pas nécessairement absorbé par celle-ci ; de façon
générale, on a :
Fij est la fraction du rayonnement qui part de la surface i et atteint la surface j
directement
Fii est la fraction du rayonnement qui partant de la surface i atteint la même surface i .

Surface plane, F11=0

Surface convexe, F22=0

Surface concave F33  0

1 cos1 cos 2 1 cos1 cos 2


F21 
S2 
S1 S 2 r 2
dS1dS2 ; F12 
S1 
S1 S 2 r 2
dS1dS2

En comparant les deux expressions on trouve la relation de réciprocité suivante

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 34/106
TRANSFERTS THERMIQUES

S1 F12  S2 F21 relation de réciprocité  3.13


12  M 10 S1 F12  M 10 S 2 F21

 21  M 2 S 2 F21  M 2 S1 F12
0 0

Puissance échangée
Les deux surfaces étant noires tout le flux émis par l’une ou l’autre est entièrement absorbé
(il n’y a ni réflexion ni transmission). On obtient le flux net échangé entre S1 et S2 en faisant
sur S1 un bilan entre la puissance émise par S1 vers S2 (perte d’énergie thermique par S1) et la
puissance absorbée par S1 en provenance de S2 (gain d’énergie thermique par S1) :
 12net   12   21
 M 10 S1 F12  M 20 S 2 F21 or S1 F12  S 2 F21
 S1 F12 ( M 10  M 20 )  S 2 F21 ( M 10  M 20 )
or M 10  T14 et M 20  T24

12 net  S1 F12 (T14  T24 )  S2 F21 (T14  T24 )  3.14 


Si T2  T1 , 12net  0  la surface S1 émet davantage vers S2 qu’elle ne reçoit en
provenance de cette même surface.

Exemple d’évaluation directe de facteur de forme

Deux surfaces parallèles de grandes dimensions par rapport à leur distance


F12  F21  1

Demi - sphère ou demi - cylindre très long par rapport à leur plan de base S1 ; tout le flux
émis par S1 atteint S2 :
S1
F12  1 ; F21 
S2

1
Demi - sphère : F21 
2
2
Demi - cylindre : F21 

Pour toute surface convexe S1 situé à l’intérieur d’une surface concave, tout le rayonnement
issu de S1 atteint S2
 F21  1

Pour deux sphères concentriques, S1 étant la plus petite,

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 35/106
TRANSFERTS THERMIQUES

2
S R 
F21  1 ; F21  1   1 
S 2  R2 

Pour deux cylindres coaxiaux, S1 étant situé à l’intérieur,


S1 r1
F21  1 ; F21  
S 2 r2

Relation entre les facteurs de forme

S3

F31 F3 2 F32  F31  F31, 2

S1 S2

Supposons que le facteur de forme du rayonnement de la surface S3 à la surface constituée


de l’association S12 est à déterminer. Ce facteur de forme s’écrit simplement :
F31,2  F31  F32  3.15
Le facteur de forme total du rayonnement de la surface S3 est la somme des facteurs de
forme des deux surfaces.

3.2.3. Echange radiatif dans enceinte noire


On peut considérer que plusieurs surfaces en présence constituent une enceinte fermée en
comblant au besoin certains espaces vides par des surfaces fictives de températures uniformes
prises égales à celle du milieu ambiant où se trouve placé le système. Il est important que
chaque surface du système soit individuellement isotherme. Supposons l’enceinte formée de
n surfaces noires S j , j  1,..., n et faisons un bilan d’échange radiatif sur la surface Si :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 36/106
TRANSFERTS THERMIQUES

2 3
1

n 4

Enceinte fermée:
n surfaces noires

Pour la i-ème surface Si, on peut définir n facteurs de forme Fi1 , Fi 2 ,..., Fii ,..., Fin ,

ij
Fij   3.16 
i

Fii est le facteur de forme d’échange de Si sur elle-même. Elle n’existe que si S i est
concave. Le flux total  i est absorbé par toutes les surfaces S j de l’enceinte, y compris S i
elle-même si elle est concave.
n n n
 i    ij   Fij  i   i  Fij
j 1 j 1 j 1

n
 i   i  Fij   Fij  1  3.17 
j j 1

n n
 inet   i    ji  S i M i0   S j F ji M 0j
j 1 j 1
n
 S i M i0  S i  Fij M 0j
j 1
n n
 S i M i0  Fij  S i  Fij M 0j
j 1 j 1
n n

 S i Fij (M i0  M 0j )    ijnet
j 1 j 1

n
 inet    ijnet  3.18 
j1

Représentation électrique des échanges radiatifs entre deux surfaces


Le flux échangé entre deux surfaces noires S1 et S2 s’écrit :
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 37/106
TRANSFERTS THERMIQUES

12net  S1 F12 (M10  M 20 )

1
Cette relation peut être rapprochée de la relation I 12  (V1  V2 ) . I12 est le courant qui
R12
s’établit dans un circuit entre deux nœuds de potentiels V1 et V2 séparés par une résistance
R12.

I R12 12net

V1 V2 M 10 1 1 M 20
V V 
I 1 2 S1F12 S 2 F21
R12

La résistance est donc :


1 1
R   3.19 
S1 F12 S2 F21

Exercice1
Deux plaques noires parallèles de 1m x 0,5m sont distantes de 50 cm. Une des plaques
est maintenue à t1=1000°C et l’autre à t2=500°C. Calculer le flux net échangé entre les deux
surfaces.

Solution :

X 1 m
cm
0
5
Y D  50 cm

X 1 Y 0,5
  0,5  1
D 2 D 0,5
abaque  F12  0,28
 12net  S1 F12 (T14  T24 )
 1 * 0,5 * 0,28 * 5,67.10 8 (1273 4  773 4 )

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 38/106
TRANSFERTS THERMIQUES

12net  18 kW

Exercice 2
Un cône tronqué de 10 cm de diamètre supérieur et de 20 cm de diamètre de base a une
hauteur de 10 cm. Déterminer les facteurs de forme entre la surface supérieure et les côtés
latéraux et entre les côtés latéraux. ( F23 , F33 )

r2

h
r1

Solution :
On utilise dans ce cas l’Abaque 8.16
L 10 r 5
 1 2   0,5
r1 10 L 10
2
S1  20 
F12  0,12 S1 F12  S 2 F21  F21  F12    0,12  0,48
S2  10 
F21  F22  F23  1 or F22  0
 F23  1  F21
F23  0,52

F31  F32  F33  1  F33  1  F31  F32


F11  F12  F13  1 or F11  0
 F13  1  F12  1  0,12  0,88
S1
S 3 F31  S1 F13  F31  F13
S3

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 39/106
TRANSFERTS THERMIQUES


S 3   (r1  r3 ) (r2  r1 ) 2  L2 
1/ 2

 3,14(5  10)(5 2  10 2 )  527 cm 2


S1  r12  3,14 * 10 2  314 cm 2
314
F31  0,88  0,52
527
S2 3,14 * 5 2
S 2 F23  S 3 F32  F32  F23  0,52  0,077
S3 527
F33  1  0,52  0,077
F33  0,403

3.3. Echange radiatif entre surfaces opaques grises séparées par


un milieu parfaitement transparent
Pour simplifier le calcul des échanges radiatifs, nous avons d’abord assimilé les surfaces en
présence à des surfaces noires, ce qui en exclut toute réflexion. Ceci n’est réalisable que si les
surfaces en présence ont une émissivité   0,9 . Comme ce n’est pas toujours le cas dans la
pratique, nous nous intéresserons aux surfaces non noires. Les surfaces que nous allons
considérer sont des surfaces grises et diffusant en émission. Par hypothèse, chacune des
surfaces vérifie les propriétés suivantes :
Isothermie
Propriétés radiatives indépendantes de la longueur d’onde et de la direction. On aura
donc :     1  
Flux incident sur toute la surface uniformément répartie

3.3.1. Radiosité ou émittances apparente


Si  i est le flux incident sur une surface d’aire S, seule une fraction  a est absorbée et une

fraction  r du flux est réfléchie. L’éclairement de la surface est donc E  i et son
S
émittance est M   M . La radiosité est la somme de l’émittance de la surface et du flux
0

réfléchi par unité de surface.


J   M 0  E  M 0 : émittance propre
 E : réflexion du flux incident  3.20

J   M 0  E

E
E M0

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 40/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Surface noire : J  M 0
Surface opaque :   0 ,   1    1    J  M 0  E  M 0  (1   ) E

3.3.2. Flux net échangé


Le flux net échangé par la surface S sera égal à la différence entre le flux émis et le flux
absorbé par cette surface.
 net  S (M 0  E)

Surface grise :    ,
 net  S (M 0  E) or J  M 0  (1   ) E  M 0  (1   ) E
S
  net  (M 0  J )
1 
J  (1   ) E
M0 

 net
  J E  3.21
S

E J   M 0  E M0 J
1 
S

M0 J M0 J
 net 
1 
  3.21
RTH
S
1 
est la résistance thermique au transfert par rayonnement relative a la surface.
S
Exemple
Considérons l’échange par rayonnement entre deux surfaces S1 et S2.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 41/106
TRANSFERTS THERMIQUES

S1

S2

Le flux reçu par S2 en provenance de S1 est J 1 S1 F12 . Le flux reçu par S1 en provenance de S2
est J 2 S 2 F21 . Le flux net échangé est :
12net  J 1 S1 F12  J 2 S 2 F21 or S1 F12  S 2 F21

12net  ( J1  J 2 ) S1F12  ( J1  J 2 ) S 2 F21

M 10 J1 J2 M 20
1  1 1 1 2
 1S1 S1 F12  2 S2

C’est le schéma électrique de deux surfaces qui échangent entre elles du rayonnement et
rien d’autre. Pour construire le schéma électrique d’un rayonnement donné, il suffit
1 
d’assembler le schéma électrique de chaque surface ( ) avec le schéma électrique de
S
1
l’espace qui sépare les deux surfaces prises aux potentiels des radiosités J1 et J2 ( ).
S1 F12
Dans ce cas, le flux net échangé par rayonnement est donné par la relation suivante:
M 10  M 20  (T14  T24 )
 12net  
1  1 1 1   2 1  1 1 1 2
   
 1 S1 S1 F12  2 S 2  1 S1 S1 F12  2 S 2

Exercice d’application
Deux larges plaques parallèles sont maintenues resp. à T1= 800K et T2= 500K. Leur
émissivités sont  1  0,2 et  2  0,7 . Déterminer le flux net échangé par le deux plaques par
unité de surface (S1=S2=S)

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 42/106
TRANSFERTS THERMIQUES

1  1  0,2 T1  800 K
12
2  2  0,7 T2  500 K

 12net  (T14  T24 )



S 1  1 1 1 2
 
1 F12 2
or F12  1 (plaques larges)
 12net  (T14  T24 ) 5,67.10 -8 (800 4 - 500 4 )
  
S 1 1 1 1
 1  1
1  2 0,.2 0,.7
12net
 3625 W / m 2
S

Cas d’échange radiatif entre trois surfaces


Chacune des surfaces échange le rayonnement avec les deux autres :
J1  J 2 J1  J 3 J2  J3
 12   13   23 
1 1 1
S1 F12 S1 F13 S 2 F23

Pour déterminer le flux échangé par dans de tels cas, les valeurs des radiosités doivent
être calculées en appliquant la loi de Kirchhoff à chaque nœud.

1
M 10 J1 S1 F12 J2 M 20
1  1 1 2
 1S1 1 1  2 S2
S1 F13 S 2 F23
J3

1 3
 3 S3

M 30

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 43/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Lorsqu’une surface est parfaitement isolée (au rayonnement), il n’y a pas transfert
d’énergie, la ddp est nulle  M 0  J  0 .
Par ailleurs, une surface dont l’aire est très grande, la résistance de la surface tend vers 0.
Elle se comporte comme un corps noir ( M 0  J ).

Exemple :
Deux surfaces échangent de l’énergie par rayonnement ; une 3ième surface est parfaitement
isolée et forme avec les 2 premières un système. S1 et S2 sont convexes (F11=F22=0)

1
M 10 J1 S1 F12 J2 M 20
1  1 1 2
 1S1 1 1  2 S2
S1 F13 S 2 F23
J3

 F  1  F12
F11  F22  0   13
 F23  1  F21
S1 (T14  T24 )
 net 
S1  S 2  2S1 F12  1  S  1 
   1  1   1
S 2  S1 ( F12 ) 2
 S1  S 2  S 2 
Avec la relation de réciprocité, S1 F12  S 2 F21 , utilisée pour simplifier l’expression
Cette dernière expression du flux n’est valable que pour des surfaces convexes (F11=F22=0)
Exercice d’application
Deux plaques parallèles de 0,5x1m sont distantes de 0,5m. Une des plaques est à la
température uniforme de 1000°C et l’autre à 500°C. Les émissivités des plaques sont 0,2 et
0,5 respectivement. Les plaques sont placées dans une grande salle dont les murs sont à la
température constante de 27°C. Les plaques échangent de l’énergie entre elles et avec la salle.
On considère uniquement les échanges entre les faces des plaques en regard. Déterminer le
flux échangé par chaque plaque et par la salle.

Données :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 44/106
TRANSFERTS THERMIQUES

T1  1000 C  1273 K
T2  500 C  773 K
T3  27C  300 K
S1  S 2  0,5 m 2
 1  0,2
 2  0,5

Solution :
1 3
La résistance de la salle (surface S3) est  0 M 30  J 3
 3S3
F12  0,285 voir abaque 8 - 12
F13  1  F12  0,715
F23  1  F21 ( F21  F12 )
F23  0,715

Calcul des résistances


1  1 1  0,2
 8
 1 S1 0,2 * 0,5
1 2 1  0,5
 2
 2 S 2 0,5 * 0,5
1 1
  7,018
S1 F12 0,5 * 285
1 1
  2,797
S1 F13 0,5 * 0,715
1 1
  2,797
S 2 F23 0,5 * 0,715

Calcul des radiosités

Loi de KIRCHOFF
 M 10 - J 1 J 2  J 1 M 30  J 1
 noeud 1 :   0
8 7,018 2,797

noeud 2 : J 2  J 1  M 3  J 2  M 2  J 2  0
0 0

 7,018 2,797 2
M 10  T14  148870 W / m 2
M 20  T24  20241 W / m 2
M 30  T34  459,2 W / m 2
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 45/106
TRANSFERTS THERMIQUES

En introduisant M 10 , M 20 et M 30 dans le système d’équations, on obtient :


J 1  33469 W / m 2
J 2  15054 W / m 2
Le flux total perdu par la plaque 1 est :
M 10  J 1 148870  33469
1    14425 W
1  1 8
 1 S1
Le flux total perdu par la plaque 2 est :
M 20  J 2 20241  15054
2    2594 W
1 2 2
 2 S2
Le flux total reçu par la salle est :
J  J3 J2  J3
3  1 
1 1
S1 F13 S 2 F23
33469  459,2 15054  459,2
 
2,797 2,797
 3  17020 W

On peut remarquer que  3  1   2

Quelques cas particuliers


Plaques parallèles infinies
 (T14  T24 )
 12net  S1  S 2 , F12  1
1  1 1 1 2
 
 1 S S1 F12  2 S

S (T14  T24 )
12 net 
1 1
 3.22 
 1
1 2

Deux longs cylindres concentriques


S1 (T14  T24 ) S1 d1
12 net  (3.23) 
1 S1  1  S2 d 2
   1
1 S 2   2 

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 46/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Objet convexe dans une large enceinte


L’expression (3.23) est particulièrement importante quand il faut traiter le cas d’un objet
S
convexe complètement plongé dans une large surface concave. Dans un tel cas, 1  0 ;
S2

12net   S11 (T14  T24 ) (3.24)

Exercice
Une demi – sphère de diamètre 30 cm est maintenue à la température de 500°C. La partie
circulaire est isolée. L’émissivité de la partie rayonnante est 0,4. La partie ouverte rayonne
dans une large enceinte dont la température est de 30°C. Calculer le flux échangé.

2
Enceinte à
30°C
Isolant 3

Nous avons affaire à un objet complètement plongé dans une enceinte, mais la surface de la
sphère n’est pas convexe. Nous ne pouvons pas appliquer l’équation (12).
Surface 1 : intérieur de la sphère
Surface 2 : enceinte
Surface 3 : surface fictive couvrant l’ouverture.
M 10  T14   (500  273) 4  20241 W / m 2
M 20  T24   (30  273) 4  478 W / m 2
S1  2r 2  d 2   * 0,3 2  0,1414 m 2
1  1 1  0,4
  10,61
 1 S1 0,4 * 0,1414
1 2
S 2   , donc 0
 2S2
Tout rayonnement issu de S1 qui parvient à S2 passe par S3, donc :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 47/106
TRANSFERTS THERMIQUES

F12  F13
S1 F13  S 3 F31
S3 S
F31  1  F13  F12  F31  3
S1 S1
r 2
F13   0,5
2r 2
1 1
  14,14
S1 F12 0,1414 * 0,5
20241  478
1   799 W
10,61  14,14  0

3.4. Etude de l’émission et de l’absorption des gaz


3.4.1. Spectre de l’émission et de l’absorption des gaz

Spectre de l’émission des gaz


Contrairement à la plupart des solides, les gaz dans la plupart des cas, sont transparents au
rayonnement. Ils absorbent et émettent des rayonnements dans certaines bandes de longueur
d’onde. Certains gaz comme le dioxigène, le diazote (O2, N2), l’air ne sont transparents
qu’aux faibles températures ( T  300 K ).
Par contre le rayonnement des gaz hétéro polaires (di ou triatomiques : CO2, SO2) et les
vapeurs des hydrocarbures ou des alcools présentent des bandes d’émission et d’absorption
plus ou moins grandes dans le spectre, le gaz restant transparent entre ces bandes. On a des
spectres d’émission différents selon la température. Le gaz carbonique et la vapeur d’eau sont
importants en pratique :
présents en grande quantité dans les gaz de combustion, leur rayonnement est parfois
essentiel dans les échanges de chaleur entre les flammes des gaz chauds et les charges à
réchauffer.
 présents dans l’atmosphère, le flux qu’ils envoient vers la Terre joue un rôle important
dans son bilan thermique (l’augmentation de la teneur en CO2 dans l’atmosphère du fait des
émissions industrielles et automobiles augmente le rayonnement émis par l’atmosphère vers
la Terre et contribue au réchauffement de la Terre).

Echange entre un volume de gaz et une enceinte noire.


Soit un volume de gaz à la température Tg dans une enceinte dont les murs sont à la
température T p . L’énergie absorbée sera différente de l’énergie rayonnée en raison de la
structure des bandes d’absorption.
Le flux net échangé entre le gaz et l’enceinte s’écrit :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 48/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Le gaz envoie vers l’enceinte un rayonnement dont la densité de flux a pour expression
 g Tg4

 g est le facteur total d’émission du gaz à la température Tg :  g (Tg )

Le gaz absorbe une partie de l’énergie rayonnée par les parois :


 g T p T p4

Le flux net est :


 net
  g Tg Tg4   p T p T p4
S

 g Tp  est l’absorptance du rayonnement des parois à la température T p . Elle est fonction à
la fois de Tg et de T p .
Pour un mélange de dioxyde de carbone et vapeur d’eau, la relation empirique suivante est
utilisée pour  g .

 g T p    c   p  
0 , 65
 Tg 
 c  cc  c'  

 Tp 
0 , 45
 Tg 
 p  c p  'p  

 Tp 
   à T p

Les valeurs de  c' et de  c' sont déterminées par les abaques avec en abscisses T p et
T  T 
Pc le  p  ou Pp le  p 
 Tg   T g

L’absorption du rayonnement dans les couches gazeuses peut être décrit analytiquement.
Considérons un rayonnement d’intensité I  qui rencontre une couche gazeuse d’épaisseur dx .
Son intensité va diminuer suite à l’absorption par la couche gazeuse. Cette diminution est
proportionnelle à l’épaisseur de la couche.
dI     I  dx (3.25)

  est le coefficient d’absorption monochromatique. En intégrant l’équation (1), on


obtient :
I x
dI  x
 I   0    dx
I 0

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 49/106
TRANSFERTS THERMIQUES

I 0
 e   x (3.26)
I x

I 0

I x

x dx
x0

(2) est appelée Loi de BEER et représente la formule expérimentée dans plusieurs types de
rayonnement.
Par ailleurs,    e  x
Si le gaz n’est pas réflectant, on a :
     1    1  e x (3.27)

Epaisseur de gaz équivalent


Les équations (2) et (3) décrivent la variation de l’intensité et de l’absorptivité d’une couche
de gaz d’épaisseur x . Dans le cas d’un gaz compris entre deux surfaces parallèles qui émettent
des rayonnements, on s’aperçoit que l’énergie émise traverse une longue distance. L’énergie
transmise normalement à la surface parcourt une distance qui est égale à la distance qui sépare
les deux plaques. Avec des corrélations établies assez soigneusement par Hottek et Egbert, on
est capable de déterminer l’émittance du dioxyde de carbone et de la vapeur d’eau.
Dans les abaques, Le désigne l’épaisseur de gaz équivalente.

Facteur total d’émission


Les courbes donnent le facteur total (sur tout le spectre) d’émission du CO 2 ( H 2 O ) en
fonction de la pression partielle de CO 2 , de l’épaisseur de la couche de gaz, de sa température
Tg et de la pression totale.
En l’absence d’information permettant de déterminer l’épaisseur de gaz équivalente, on
utilise la formule

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 50/106
TRANSFERTS THERMIQUES

V
Le  3,6
S
V est le volume total du gaz
S est l' aire totale de la surface contenant la gaz

Des valeurs plus précises sont données dans le tableau en annexe.

Echange thermique entre deux parois séparées par un gaz


Considérons un gaz séparant deux parois de température différentes T1 et T2. Pour simplifier
ces parois seront supposées parallèles de facteur d’émission 1. La température du gaz peut
être calculée en fonction de T1 et T2 en écrivant que la chaleur absorbée par la couche gazeuse
(facteur d’absorption  ) est égale à celle qu’elle rayonne vers les parois.
T14  T24  2T 4

T14  T24
T4 
2

Mélange de CO2 et de H2O


Les spectres de CO2 et de la vapeur d’eau ayant certaines zones de recouvrement, il faut
prendre comme facteur total d’émission
 g   H O   CO  
2 2

 est donné par les abaques.


 H 2O   * c ( abaque)
 CO   * c ( abaque)
2

Plusieurs problèmes pratiques impliquent des transferts par rayonnement à travers un milieu
à la fois absorbant et émettant. La plupart des verres et les gaz sont des exemples de tels
milieux.
Considérons un cas simple constitué de deux surfaces non transparentes en regard l’une vers
l’autre. Plaçons entre ces deux surfaces un milieu qui transmet et absorbe le rayonnement. Le
problème pratique est celui de deux plaques séparées soit par un gaz absorbant soit par une
feuille de verre ou de plastique.

Exercice d’application
Une plaque de verre carrée de 30 cm de côté est utilisée pour observer le rayonnement d’un
fourneau. L’émissivité est supposée égale à 0,3 jusqu’à la longueur d’onde de 3,5µm et de 0,9
pour toute longueur d’onde supérieure à 3,5µm. En supposant que le fourneau est un corps
noir à la température de 2000°C, calculer l’énergie absorbée par le verre et l’énergie
transmise.
La transmitivité du verre est égale à zéro sauf pour la bande de 0,2 à 3,5µm. La transmitivité
du verre vaut 0,5 dans la bande de 0,2 à 3,5µm

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 51/106
TRANSFERTS THERMIQUES

4. TRANFERT DE CHALEUR PAR CONVECTION

4.1. Généralités sur le transfert de chaleur par convection


4.1.1. Définitions
La théorie des échanges thermiques a pour objet l’étude de la propagation de la chaleur.
Cette propagation se retrouve sous trois principales formes : conduction, rayonnement et
convection. L’objet de ce chapitre est l’étude des transferts de chaleur par convection.

Définition de la convection
L’échange de chaleur par convection est le transfert de chaleur par des volumes de fluides,
gaz ou liquides se déplaçant dans l’espace. La convection apparaît lorsqu’un fluide est en
mouvement et présente des inhomogénéités spatiales de température. Elle est en particulier
manifeste dans les échanges thermiques entre une paroi et un fluide en mouvement. Suivant
l’origine du mouvement permettant le transfert d’énergie d’une région de l’espace à une autre,
on distingue deux formes de convection :
La convection libre ou naturelle
La convection forcée
L’échange de chaleur par convection lors du mouvement d’un fluide sous l’action d’un
champ inhomogène de forces massiques et des différences de température qui existe dans le
milieu s’appelle convection libre.
L’échange de chaleur lors du mouvement d’un fluide sous l’action des forces
extérieures appliquées à la frontière d’un système ou d’un champ homogène de forces
massiques appliquées à l’intérieur du système s’appelle convection forcée. C’est le cas de la
convection due à un système mécanique comme une pompe ou un ventilateur.

Grandeurs caractéristiques d’un fluide en mouvement

La masse volumique
M
La masse volumique   (kg .m 3 ) est sensiblement constante pour une température
V
donnée et à pression constante.

La viscosité
Considérons un mouvement permanent de fluide à faible vitesse, plan, bidimensionnel,
parallèle à la direction OX1.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 52/106
TRANSFERTS THERMIQUES

X2


u df
dS

X1
O

Soit un élément d’aire dS, normal à OX2. La force s’exerçant sur dS est égale à

 du
df   dS 1
dX 2

La force de frottement par unité surface  s’écrit :



 du
  1
dX 2
Le coefficient  est désigné sous le nom de coefficient de viscosité dynamique.

 s’exprime en Pa.s (kg.m-1.s-1) ou Poiseuille (Pl). La viscosité cinématique   s’exprime

2
en (m .s).
Un fluide est dit parfait si   0 . La viscosité n’intervient que s’il y a mouvement. Au repos,
les comportements des fluides parfaits et des fluides visqueux sont identiques.
Le tableau suivant donne le sens de variation de µ et  en fonction de la pression et de la
température, pour l’eau et l’air (dans les conditions les plus courantes)

P T P T

 
eau

air

Conductivité thermique, chaleur massique


Le coefficient  de conductivité thermique et la chaleur massique à pression constante
dépendent de la nature du corps physique, ainsi que de la pression et de la température.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 53/106
TRANSFERTS THERMIQUES

P T P T


liquide
cP
gaz

Densité de flux thermique à la surface d’échange et coefficient de transfert de


chaleur
Les premières expériences sur le transfert de chaleur par convection ont montré que dans de
nombreux cas la densité de flux thermique est proportionnelle à la différence de température
entre le fluide et la surface du corps.
q F  h(t F  t P )

h est le coefficient de transmission de chaleur. Il s’exprime en W .m 2 .K 1


h dépend de nombreux facteurs dont les plus importants sont la cause du mouvement
(convection naturelle ou forcée), son régime d’écoulement (laminaire ou turbulent), la vitesse
du fluide, ses paramètres thermophysiques (  F ,  F , c PF ,  F ), la forme géométrique et les
dimensions du corps, l’existence du changement d’état.

Quelques valeurs de h en W .m 2 .K 1
Convection libre de l’eau : 102 à 103
Convection forcée des gaz : 100 à 500
Convection forcée de l’eau : 500 à 2.104
Ebouillement de l’eau : 2.102 à 4.104

4.1.2. Equation de conversion

Résoudre un problème de convection revient à déterminer en tout point et à tout instant les
grandeurs caractéristiques du fluide à savoir :

la vitesse v définie par ses trois composantes v x , v y , v z 


la masse volumique 
la pression P
la température T
On évalue ensuite les transferts de chaleur. Un nombre suffisant de conditions aux limites
et initiales doit être connu.
Pour déterminer ces grandeurs, on établit des relations traduisant les principes de
conservation de la mécanique et de la thermodynamique.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 54/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Conservation de la masse : équation de continuité


  
 div   v   0  4.1
t  
Loi de conservation de la matière dans le vide

En coordonnées orthogonales
   
 v x   v y   v z   0
t x y z
Pour un écoulement plan
  
 v x   v y   0
t x y
Pour un fluide incompressible,   cte

div( v )  0
v x v y v z
  0
x y z

Lorsqu’il existe une source ou un puits de débit qV par unité de volume, la loi de
conservation de la masse s’écrit :
  
 div  v   qV
t  
qV  0 pour les sources
qV  0 pour les puits

Loi de conservation de la quantité de mouvement


Considérons un fluide contenu dans un domaine (D) limité par une surface (S) dépourvu de

source ou de puits de matière. Appelons F la force qui s’applique à l’unité de masse du

fluide (pesanteur, champ électrique). Soit T la tension qui s’exerce sur (S) par unité de surface
(force exercée par le fluide extérieur à (D)). Pour la masse intérieure, le principe fondamental
de la mécanique s’écrit :
  

   dv    F dv   T dS
( D)


 

V
 (S )

masse*accélération forces massiques forces de surface
( poids) pression frottements

En projetant sur un axe Oxi  i  1,2,3 l’équation devient :

( D)
 i dv   Fi dv   Ti ds
( D) (S )

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 55/106
TRANSFERTS THERMIQUES

 
La tension T peut être représentée sous forme de produit d’un tenseur  et du vecteur

unitaire n normal à la surface (S) et dirigé vers l’extérieur :
   
T   . n .
    ij
 (S )
Ti dS    ij n j dS    i . n dS   div  i dv  
(S ) (S ) ( D) ( D) x j
dv

On obtient alors :
 ij 

( D )  i dv    Fi 
dv

(D)
 x j 

On peut donc en tout point écrire


 ij
 i  Fi 
x j
 ij P 2   

2ij 

   div v  
x j xi 3 xi   x j
1  v v j 
 ij   i  
2  x j xi 
Cette équation peut s’écrire sous la forme
 ij P 2   
  v 
   div v   div(  gradvi )  div  
x j xi 3 xi    xi 
 ij  
  

P 2   
  v  v
ou    div v     vi  div  gradvi  grad
x j xi 3 xi    xi   xi 
   

Fluide incompressible :   cte  div v  0 (continuité) on a donc
 

P  v
 i  Fi   vi  grad  gradvi 
xi  xi 
 
Fluide à viscosité constante
P 2   
  
 i  Fi     div v   vi   div v
xi 3 xi   xi

P 1   

 i   Fi     div v   vi  4.2 
xi 3 xi  

Sous forme vectorielle

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 56/106
TRANSFERTS THERMIQUES

    F  grad P   grad  div v    v


   1  
 4.2 '
3  

Equation d’énergie
Appliquons le premier principe de la thermodynamique à des fluides en mouvement.
Entre deux états d’équilibre, la variation de la somme de l’énergie interne et de l’énergie
cinétique est égale à la somme du travail et de la chaleur échangés par le système.
U  Ec   W  Q

U et Ec sont respectivement les énergies interne et cinétique du fluide.


W et Q sont les énergies échangées sous forme de travail et de chaleur
W est la somme des travaux associés aux forces volumiques et aux contraintes.
Introduisons l’équation d’enthalpie
P
H U  H : enthalpie massique du fluide

On montre que l’équation d’énergie est de la forme :
dT dP
 cP  div( gradT )  T   q   4.3
dt dt

 est la fonction de dissipation


v
2

     div v   2 ij i
2 

3   x j
q représente les sources de chaleur internes (rayonnements thermiques, réactions chimiques)
1   
   
  T  P

4.1.3. Analyse dimensionnelle


Les relations qui régissent le transfert de chaleur par convection traduisent la conservation
de l’énergie, de quantité de mouvement et de la masse du fluide. Elles permettent d’aboutir à
la définition des grandeurs adimensionnelles à partir desquelles on peut caractériser le type de
mouvement et le transfert thermique correspondant. Ces équations deviennent alors
dépendantes de ces grandeurs.
La complexité des phénomènes de convection rend nécessaire l’utilisation des techniques
générales permettant de limiter le nombre de variables d’un problème. Ces techniques sont
l’analyse dimensionnelle et la similarité. On peut exprimer les grandeurs physiques en
fonction d’un nombre limité de dimensions fondamentales.

Exemple :  : ML3 , v : LT 1 , force : MLT -2

Sur ces exemples, on voit que le nombre de dimensions fondamentales est de 3 :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 57/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Masse M
Longueur L
Temps T
Ces trois dimensions fondamentales ne sont pas toujours suffisantes ; il est nécessaire
d’ajouter une 4ième dimension : la température  . Lorsque l’échange thermique entre grandeur
mécanique et grandeur thermique ne sera pas mesurable, on ajoutera la quantité de chaleur Q
comme 5ième dimension.

Remarque : Q  ML2T 2
La méthode de l’analyse dimensionnelle qui repose sur le principe de l’homogénéité
dimensionnelle des termes d’une équation est connue sous le nom de Théorème de Vashy-
Buckingam ou Théorème des groupements  .

Principe de la méthode
Si on veut représenter mathématiquement une loi physique en exprimant une variable
physique G1 en fonction d’autres variables indépendantes G2, G3,…, Gn, c'est-à-dire si
G1  f (G2 , G3 ,...,Gn )  f (G1 , G2 , G3 ,...,Gn )  0 ,
le problème peut être simplifié de la manière suivante :
On écrit pour chaque variable l’équation aux dimensions en fonction des dimensions
fondamentales ; on dispose alors de n équations qui ont nécessité p dimensions
fondamentales pour caractériser toutes les grandeurs physiques.
On prélève p des n équations que l’on considère comme équations de base, il faut que
chaque dimension fondamentale apparaisse au moins une fois sur l’ensemble des p
équations prélevées.
Les n-p équations restantes se présentent sous la forme de n-p rapports sans dimensions
appelés groupements  qui sont des grandeurs réduites.
Gi 
i   4.4 
G1  G2  ... G p 
ai b i
e
i

Pour chaque dimension fondamentale M, L, T,  , Q figurant au dénominateur, on fait la


somme des exposants que l’on identifie avec l’exposant de la même dimension figurant dans
l’équation de la grandeur physique du numérateur. On obtient ainsi un système linéaire de p
équations dont la résolution permet de déterminer p exposants des équations aux dimensions
du dénominateur. Il suffit alors d’écrire les rapports  associés aux grandeurs physiques
attachées à l’équation de départ.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 58/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Exemple

tube
fluide 
f v h

h
P

Considérons un fluide en circulation dans un tube ; on se propose de déterminer le


coefficient de transfert convectif h relatif au transfert fluide- paroi qui correspond à une
convection forcée.

Détermination les grandeurs physiques


Il faut déterminer tous les paramètres dont dépend la densité de flux de chaleur liée à h :

Caractéristiques du fluide
 : masse volumique
 : viscosité dynamique
 : coefficient de conductibilité thermique
c P : chaleur massique

Caractéristiques de l’écoulement
v : vitesse moyenne du fluide

Géométrie de la surface d’échange


D : diamètre du tube

L’écart de température fluide paroi


T
f (  ,  ,  , c P , v, D, T ,  )  0

Equation aux dimensions de chaque grandeur

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 59/106
TRANSFERTS THERMIQUES

 : ML3
 : ML1T 1
 : Q L1T 1 1
 : Q L 2T 1
c P : Q M 1 1
v : LT  2
T : 

Détermination des grandeurs 


Il faut choisir 5 dimensions fondamentales de façon que chaque dimension se retrouve au
moins une fois dans les 5 équations. Prenons  ,  , v , D, T . Il reste  , c P ,  ; on écrit alors
3 rapports sans dimensions.

1 
T   c D d v e
a1 b1 1 1 1

cP
2 
T   c 2 D d 2 v e2
a2 b2


3 
T   c D d v e
a3 b3 3 3 3


1 
 a1
QL T 1

1 1
 b1
( ML 3 )c1 Ld1 ( LT 1 )e1
Identification
Q : 1  b1
T : 1  b1  e1  e1  0
L : 2  b1  3c1  d1  e1  1  3c1  d1
 : 0  a1  b1  a1  1
M : 0  c1  c1  0
d1  1
D hTD
 1  
T T
En procédant de la même manière on trouve les expressions de 2 et 3.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 60/106
TRANSFERTS THERMIQUES

hD
1 

 c Dv
2  P  4.5 


3 
 vD

Signification physique de ces groupements


hD
1  C’est le nombre de Nusselt noté Nu. Ce nombre peut aussi se mettre sous la

forme :
D
Nu  .
1h
C’est le rapport de la résistance thermique de conduction par la résistance thermique de
convection. Il est d’autant plus élevé que la convection est prédominante sur la conduction. Il
caractérise le type de transfert. De façon générale, l’expression de Nu est la suivante:

hL
Nu  L : longueur caractéris tique , L=D dans le cas

d’un tube


3  est l’inverse du Nombre de Reynolds Re.
vD
vL
Re  . L désignant toujours la longueur

caractéristique

Le nombre de Reynolds traduit le rapport des forces d’inertie aux forces de viscosité.
Il caractérise le régime d’écoulement du fluide en particulier la nature du régime (laminaire
ou turbulent).
Dv c P 
2   Re . Pr
 
cP
Pr  : Nombre de Prandtl

Le nombre de Prandtl a l’intérêt de ne faire apparaître que les grandeurs caractéristiques du
fluide. Il ne dépend que de la nature du fluide et caractérise l’influence de la nature du fluide
sur le transfert de chaleur par convection.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 61/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Autres nombres adimensionnels

Le nombre de Froude : F
Il exprime le rapport entre la pesanteur et l’inertie.
v
F
lg

F est négligeable si l’influence de la pesanteur est faible.

Le nombre d’Eckert : E
Il caractérise la dégradation de l’énergie mécanique en chaleur.

v2
Ec 
c P T

Nombre de Grashof : Gr
En convection naturelle, chaque élément du fluide a sa vitesse propre et il n’est plus
possible de prendre en considération une vitesse moyenne comme vitesse du fluide. On fait
alors appel au nombre de Grashof qui remplace le nombre de Reynolds.

gTL3 gT 2 L3  
Gr     
 2
 2
 

1
 : Coefficient de dilatation cubique à pression constante. Pour les gaz parfaits,  
T

Nombre de Rayleigh : Ra
Ra  Gr. Pr

La convection est d’autant plus importante que le nombre de Rayleigh est grand. Si la valeur
est trop faible, le transfert est uniquement conductif.

4.1.4. Mécanisme de la convection


Selon la nature du mécanisme qui provoque le déplacement du fluide, on distingue :
la convection naturelle ou libre
Le fluide en mis en mouvement sous le seul effet des différences de masse volumique
résultant des différences de température sur la frontière et d’un champ de forces extérieures
(la pesanteur).
La convection forcée
Le mouvement du fluide est induit ou provoqué par une cause indépendante des différences
de température.
L’étude des transferts de chaleur par convection permet de déterminer les échanges de
chaleur se produisant entre un fluide et une paroi.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 62/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Régime d’écoulement
Compte tenu du lien entre transfert de masse et transfert de chaleur, il est nécessaire de
considérer le régime d’écoulement. Considérons à titre d’exemple l’écoulement d’un fluide
dans une conduite ;

En régime laminaire :
L’écoulement s’effectue en couches pratiquement indépendantes.

vmax

v0

Entre deux filets fluides adjacents, les échanges de chaleur s’effectuent donc par conduction
uniquement si on considère une direction normale au filet fluide, par convection et conduction
(conduction négligeable) si on considère une direction non normale aux filets fluides.

En régime turbulent :
L’écoulement n’est pas unidirectionnel

Sous couche
laminaire

Zone
turbulente

v0 vmax

L’échange de chaleur dans la zone turbulente se fait par conduction et par convection, dans
toutes les directions. La conduction est généralement négligeable devant la convection.

Expression du flux de chaleur


On considère que la résistance thermique RTH est équivalente à celle que le flux de
chaleur rencontrerait en conduction à travers une paroi dont l’épaisseur serait celle du film
e
laminaire et qui possède les mêmes caractéristiques que le fluide : RTH 

Rigoureusement, le flux de chaleur par unité de surface s’écrit :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 63/106
TRANSFERTS THERMIQUES


 (T p  Ti )
e

Ti : température du fluide à la limite du film laminaire.


Pour un régime thermique bien établi, on peut considérer en première approximation que
par suite des courants de convection, la masse du fluide au-delà du film laminaire est à
température constante et prendre comme expression de la loi de densité de flux de chaleur la
relation :

 (T p  T )
e

T : Température du fluide loin de la paroi

Loi de Newton
Cette loi simple présente néanmoins une énorme difficulté dans son application puisque l’on
ne connaît pas l’épaisseur e du film laminaire. C’est ce qui amène à définir un coefficient de
transfert superficiel ou coefficient de transfert par convection

h
e
W .m 2
.C 1 
Quelque soit le type de convection libre ou forcé et quelque soit le régime d’écoulement du
fluide (laminaire ou turbulent), le flux de chaleur est donné par la relation dite loi de Newton :
  hS (Tp  T )  4.6 
T p : Température de la paroi
T : Température du fluide loin de la paroi
Le problème majeur à résoudre avant le calcul du flux de chaleur est de déterminer h qui
dépend d’un nombre important de paramètres : caractéristiques du fluide, de l’écoulement, de
la température et de la forme de la surface d’échange, etc.

Calcul du flux de chaleur en convection forcée


L’application de l’analyse dimensionnelle montre que la relation liant le flux de chaleur
transféré par convection aux variables dont il dépend peut être cherchée sous la forme de
relation entre trois nombres adimensionnels :
Nu  f (Re, Pr)
hL vL c 
Nu  ; Re  ; Pr  P
  

Le calcul d’un flux de chaleur transmis par convection forcée s’effectue donc de la façon
suivante :
Calcul des nombres adimensionnels de Reynolds Re et Prandtl Pr.
Suivant la valeur de Re et la configuration, on choisit la corrélation
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 64/106
TRANSFERTS THERMIQUES

On calcule le nombre de Nusselt Nu par application de cette corrélation.


Nu
Calcul de h  et de   hS(Tp  T )
L

Calcul du flux de chaleur en convection naturelle


Calcul des nombres adimensionnels de Grashof Gr et Prandtl Pr.
Suivant la valeur de Gr et la configuration, on choisit la corrélation
On calcule le nombre de Nusselt Nu par application de cette corrélation.
Nu
Calcul de h  et de   hS(Tp  T )
L

4.2. Transfert de chaleur par convection forcée


4.2.1. Convection forcée au-dessus d’une plaque plane
Le flux de chaleur échangé peut être déterminé pour une plaque plane théoriquement en
résolvant les équations de conservation de la masse, de la quantité de mouvement et de
l’énergie. Il peut être aussi déterminé expérimentalement et exprimé grâce aux corrélations
empiriques. On a montré que le nombre de Nusselt peut s’exprimer en fonction des nombres
de Reynolds et de Prandtl ;
hL
Nu   C Re m Pr n

C, m, n sont des constantes et L la longueur caractéristique de la plaque dans la direction
d’écoulement. Le nombre local de Nusselt en un point donné dépendra de la distance à partir
du bord d’attaque. La température du fluide dans la couche limite thermique varie à partir de
T p jusqu’à T , T p = température de la paroi, T = température du fluide loin de la paroi. Les
caractéristiques du fluide varient avec la température et par conséquent avec la position à
travers la couche limite. Pour prendre en compte les paramètres ci-dessus, on prend les
caractéristiques du fluide à la température moyenne,
T p  T
Tm 
2

Le nombre de Reynolds pour lequel l’écoulement devient turbulent est appelé nombre
critique de Reynolds Recr . Le nombre critique de Reynolds varie suivant la configuration.
Pour un écoulement au dessus d’une plaque plane, la transition entre un écoulement laminaire
et un écoulement turbulent se fait pour Recr  5.10 5 (plaque plane horizontale)
vxcr 
Re cr  5.10 5   xcr  5.10 5
 v

Ecoulement laminaire au dessus d’une plaque plane


On montre que le nombre local de Nusselt en fonction de Re, Pr et x est donné par :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 65/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Nu x  0,332 Re1x/ 2 Pr1 / 3 Pr  0,6

x est la distance prise à partir du bord d’attaque.


hx x
Nu x 

En prenant une valeur moyenne de h
h  2h x xL
, on a :

hL
Nu L   0,664 Re1L/ 2 Pr1 / 3

Ecoulement turbulent au dessus d’une plaque plane


Le nombre local de Nusselt pour un écoulement turbulent s’écrit :
hx x
Nu x   0,0296 Re 4x / 5 Pr1 / 3 6  Pr  60

hL
Nu L   0,037 Re 4L / 5 Pr1 / 3

Ecoulement laminaire et turbulent combiné


Dans certains cas, une plaque peut être suffisamment longue pour qu’on ait les deux types
d’écoulement mais pas assez longue pour qu’on néglige l’écoulement laminaire. Dans ce cas
là, Nu s’écrit :

Nu L  0,037 Re 4L / 5  871 Pr1 / 3 
Exercice d’application
De l’huile moteur s’écoule le long d’une plaque plane ; sa température est 20°C et sa vitesse
20 m/s. Déterminer le flux échangé si la longueur de la plaque est de 5 m. La température loin
de la plaque est de 60°C.

Solution :

T  60 C

2 m/s TP  20 C

5m

T p  T 60  20
Tm    40C
2 2
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 66/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Caractéristiques du fluide à 40°C


  876 kg / m 3
  0,144 W .m 1 .C 1
Pr  2870
  242 .10 6 m 2 / s
vL 2*5
Re L    4,13.10 4  5.10 5  Ecoulement laminaire
 242 .10 6
Nu L  0,664 Re1L/ 2 Pr1 / 3  0,664 (4,13.10 4 ) 0,5 (2870 )1 / 3
 Nu  1918
Nu 0,144 *1918
h   55,24 W .m 1. C 1
L 5
  hS (T  T p )
 55,24 *1,5(60  20)
  11048 W

Exercice d’application
De l’air à la pression de 83,4 kPa et à la température de 20°C s’écoule à la vitesse de 8 m/s
au dessus d’une plaque plane de 1,6m x 6m. T p  134 C . Déterminer la quantité de chaleur
échangée dans les cas suivants :
écoulement dans le sens de la longueur
écoulement dans le sens de la largeur

Solution :
20  60
Tm   40C
2
  0, 0297 W .m 1 C
Pr  0706
  2,5.105 m 2 / s

1er Cas : écoulement dans le sens de la largeur


vL 8*1,5
Re    4,8.105  5.105 L’écoulement est laminaire.
 2,5.105

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 67/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Nu  0, 0664 Re0,5 Pr1/ 3


 0, 664*(4,8.105 ) 0,5 *  0, 706 
1/ 3

 Nu  409, 63
Nu 409, 63
h  0, 0297 *
L 1,5
 h  8,11W .m 2 .C 1
  hS TP  T   8,11*1,5*6* 134  20 
  8320,86W

2ème Cas : Ecoulement dans le sens de la longueur


vL 8*6
Re    19, 2.105W  5.105
 2,5.105
2,5.105
xcr  5.105.  1,56 m
8
Ecoulement combiné
NuL   0, 037.Re 4L/ 5  871 Pr1/ 3

  0, 037(19, 2.105 )  871  0, 706 


1/ 3

NuL  2727, 47
 0, 0297
h NuL  2727, 47
L 6
h  13,50W .m 2 C 1
  hS TP  T   13,50*1,5*6* 134  20 
  1385.W

4.2.2. Ecoulement dans les tubes


La valeur de la vitesse moyenne se détermine grâce à l’équation de conservation de la masse

m  vS
D 2
S : section de l' écoulement
4
Lorsque le fluide est refroidi ou chauffé lors de son écoulement dans le tube, la
température varie de la température de la surface du tube T p jusqu’à une valeur maximale ou
minimale atteinte au centre du tube. La température moyenne du fluide va évoluer dans la
direction de l’écoulement.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 68/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Tm
échauffement
du fluide

refroidissement
du fluide
x

La valeur moyenne de la température va être trouvée en écrivant la conservation de


l’énergie :
 
m c PTm   c PT m   c P TvdS
 S
m

Régime d’écoulement dans un tube


L’écoulement dans un tube peut être laminaire ou turbulent. Le nombre de Reynolds
s’écrit :
vD
Re 

Où v est la vitesse moyenne du fluide. Le nombre critique de Reynolds dans un tube est :
Recr =2300 (tube)
Re  2300 Ecoulement laminaire
2300  Re  4000 Transition entre écoulement laminaire et turbule nt
Re  4000 Ecoulement turbulent
En combinant les équations de conservation de la masse et de la quantité de mouvement
dans la direction axiale d’un tube et en les résolvant, on obtirent la relation suivante donnant
le profil de vitesse :
 r2 

v(r)  2v m 1  2 
 R 
Cette équation signifie que le profil de vitesse est symétrique par rapport à l’axe central du
tube. La vitesse maximale est obtenue au centre du tube et vaut v max  2v m .

Ecoulement laminaire dans les tubes


La relation générale utilisée pour calculer la valeur du nombre moyen de Nusselt pour un
écoulement laminaire dans un tube (à section circulaire) est celle de SIEDER et TATE :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 69/106
TRANSFERTS THERMIQUES

0 ,14
 Re Pr D 
1/ 3
  
Nu  1,86   
 L   
 p 

 p : Viscosité dynamique à la température de la surface du tube.


4S
Re et Nu sont calculés pour le diamètre hydraulique Dh 
P

 Ecoulement turbulent dans un tube


Les corrélations obtenues sont basées sur les études expérimentales ; la relation
généralement utilisée est celle de COLBURN :
Nu  0,023 Re 0,8 Pr n

n  0,4 en cas d' échauffeme nt du fluide (Tp  Tf )


n  0,3 en cas de refroidiss ement du fluide (Tp  Tf )

× Flux de chaleur de chaleur contant le long de la surface du tube

E S

Te Ts

O x

  h(T p  Tm )
  hS (T p  Tm )

  S  m c P (Ts  Te )

S D
Ts T e 
S  Dx  Ts T e 
x
m cP m cP

La température du fluide varie linéairement avec x .

× Température constante le long du tube

  hSTmoyen  hS (Tp  Tm ) moyen S  DL


Te  Ts (Tp  Te )  (Tp  Ts )
Tm  
2 2
T  Ts
Tm  Tp  e
2
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 70/106
TRANSFERTS THERMIQUES


   h(TP  Tm )dS

Tm Tm  dTm
 
m c PTm m c P Tm dTm 

dx


m c P dTm  h(T p  Tm ) dS
L’augmentation de l’énergie du fluide est due à l’énergie calorifique reçue par convection à
la surface du tube.
dS  pdx, p étant le périmètre du tube
dTm  d (Tp  Tm ) (Tp  cte)
d (Tp  Tm ) hpdx
  
(Tp  Tm ) mcP
 T p  Ts 
 ln     hS
T T  
 p e  mcP
hS
 

Ts  Tp  (Tp  Te )e mcP
S  pL  DL
Cette relation peut être utilisée pour calculer la température moyenne du fluide en tout point
du tube en remplaçant L par x, c'est-à-dire S = px.

4.2.3. Convection forcée au dessus des cylindres et des sphères


La longueur caractéristique dans le cas d’un cylindre ou d’une sphère est le diamètre
extérieur. Le nombre critique de Reynolds est Recr =2.105 :
Re  2.10 5 écoulement laminaire
Re  2.10 5 écoulement turbulent
Corrélation de CHURCHILL et BERNSTEIN pour un cylindre
4/5
0,62 Re1 / 2 Pr1 / 3   Re  
5/8

Nu  0,3  1/ 4 
1   
  0,4  2 / 3    28200  
1    
  Pr  

Corrélation de WHITAKER pour une sphère

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 71/106
TRANSFERTS THERMIQUES

1/ 4
  

Nu  2  0,4 Re 1/ 2
 0,06 Re 2/3
Pr 0, 4
 
 s 

4.3. Transfert de chaleur par convection naturelle


4.3.1. Introduction
Dans le chapitre précédent, nous avons parlé des transferts de chaleur par convection des
fluides dont le mouvement est causé par une force extérieure. Dans ce chapitre, il sera plutôt
question de la convection naturelle ou libre dans laquelle, l’écoulement est causé par des
forces dues à la variation de densité. Le mouvement du fluide dans la convection libre que ce
soit pour un liquide ou un gaz est provoqué par des forces dues au gradient de densité. Ces
forces sont imposées au fluide au voisinage du système de chauffage.

4.3.2. Convection naturelle le long d’une plaque verticale

 zone turbulente
Ra  109
TP

v
T
zone laminaire
V  0
10 4  Ra  109
x 
g

Considérons une plaque verticale ; lorsqu’elle est chauffée il se forme une couche limite liée
à la convection naturelle. Le profil de vitesse dans cette couche limite est semblable à celui de
la couche limite dans le cas de la convection forcée. Au niveau de la plaque, la vitesse est
nulle, elle augmente ensuite jusqu’à un maximum avant de décroître jusqu’à 0 à la fin de la
couche limite. Cette couche limite qui se forme au début est laminaire. A partir d’une certaine
distance du bord d’attaque qui dépend des propriétés du fluide et de la différence de
température entre la plaque et l’air environnant commence une zone de turbulence qui se
transforme en couche limite turbulente. La zone de turbulence apparaît lorsque Ra>109.
Pour déterminer Pr et Gr, les propriétés du fluide sont prises à la température moyenne.
Quand la différence entre la température de la plaque et celle du fluide est petite, on considère
 constante.
La figure ci dessous montre une photographie des franges observées près d’une plaque
chauffée maintenue verticalement dans l’air. La plaque a 1 m de haut et 0,5 m de large. On
voit que l’écoulement est laminaire pour les 50 premiers cm, comptés à partir du bord de la
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 72/106
TRANSFERTS THERMIQUES

plaque. La transition entre les deux régimes se fait à 52 cm correspondant à un nombre Gr =


4.109. Près du sommet de la plaque, on approche l’écoulement turbulent.

Les profils de température pour un écoulement laminaire à différentes distances du bord


inférieur de la plaque sont représentés par la figure ci-après; l’écart de température entre la
plaque et l’air environnant est 32°C.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 73/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Figure 4.1 : Profils de température pour un écoulement laminaire

On remarque que les gradients de température sont plus élevés près du bord d’attaque et
diminuant lorsque l’air remonte le long de la plaque. Ces relations sont en accord avec
l’équation

h( x)  0,360 Grx 1 / 4
x

établie par SCHMIDT et BECKMAN pour l’air ayant un nombre de Prandtl Pr = 0,75. Cette
équation montre que le coefficient local d’échange de chaleur calculé à une distance x du
bord d’attaque diminue lorsque x croît ( h( x)  Bx 1 / 4 ) car
gT 2
Grx  x3
 2

Le coefficient moyen d’échange s’obtient en intégrant l’équation de 0 à L et en divisant par


L.

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 74/106
TRANSFERTS THERMIQUES

4.3.3. Corrélations empiriques

Convection naturelle sur des surfaces isothermes


Le nombre de Nusselt est fonction des nombres de Prandtl Pr et de Grashof Gr. Les
multiples expériences ont montré que le coefficient de transfert de chaleur par convection
naturelle peut être calculé dans de nombreux ces par
hL
Nu   C (GrL Pr) a

L : longueur caractéristique de la configuration
a  1 / 4 écoulement laminaire
a  1 / 3 écoulement turbulent
T p  T
Toutes les propriétés du fluide sont considérées à la température moyenne Tm 
2

Convection naturelle à densité de flux constant


Le nombre de Nusselt s’écrit dans la plupart des cas sous la forme :
Nu x  C(Grx Pr) m

Exemple :
Pour une surface verticale dans l’eau ou dans l’air, on a les valeurs suivantes :
10 5  Gr Pr  1011 C  0,6 m  1 / 5 (eau)
2.10 3  Gr Pr  1016 C  0,17 m  0,22 (air)
Les différentes corrélations utilisées sont en annexe….

4.3.4. Convection naturelle interne


NuS
  hS (T1  T2 )  (T1  T2 )
L

L : longueur caractéristique
S = HL surfaces rectangulaires

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 75/106
TRANSFERTS THERMIQUES

L( D2  D1 )
S : Cylindres concentriques
D 
ln  2 
 D1 

S  D1 D2 : Sphères concentriques

4.4. Transfert de chaleur avec changement d’état


4.4.1. Introduction
Nous avons dans les chapitres précédents étudiés les phénomènes de transfert de chaleur
dans les systèmes à phase homogène à savoir des systèmes uniquement liquides ou
uniquement gazeux. Dans ce chapitre nous étudierons un système qui passe d’un état à un
autre. Il s’agit donc d’étudier le transfert par convection associé au changement d’état. Les
phénomènes les plus courants et les plus importants sont la condensation et l’ébullition.
Dans la plupart des systèmes de réfrigération, le cycle comporte des transformations vapeur
– liquide ou liquide – vapeur. Les transformations entraînent la variation de la densité, de la
viscosité, de la chaleur spécifique, du coefficient de conductivité (des paramètres
thermophysiques) du fluide. Pendant la transformation, la chaleur latente de changement
d’état contribue au transfert de chaleur. Ainsi, le coefficient de transfert de chaleur est plus
complexe quand intervient un changement d’état.

4.4.2. Phénomène d’ébullition


Quand une surface est exposée à un liquide et maintenue à une température supérieure à la
température de saturation du liquide, l’ébullition apparaît. Le flux de chaleur va dépendre de
la différence entre la température de cette surface et de la température de saturation.
  hSTp  Tsat 

Cette ébullition se produit par étapes appelées régimes d’ébullition

Régime de convection naturelle (voir graphe de Nukiyama)


Pour de faibles écarts de température, il y a surchauffe du liquide. Le coefficient de transfert
de chaleur varie comme celui d’un liquide en convection naturelle. Le flux de chaleur dans ce
régime s’écrit :
 
 c GrL Pr  (T p  Tsat )
a

S L

1 / 4 pour un régime laminaire


a
 1/3 pour un régime turbulent
L3
GrL  g Ts  Tsat  2 L : dimension caractéris tique de la paroi

Le flux de chaleur est proportionnel à T à la puissance 5/4 pour un écoulement laminaire
et à la puissance 4/3 pour un écoulement turbulent.
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 76/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Régime d’ébullition nuclée


Les bulles se forment au niveau des centres actifs sur la surface de la paroi, se développent
puis s’élèvent dans la masse liquide en provoquant des courants de circulation naturelle.
L’expression communément acceptée pour le flux de chaleur est celle de ROHSENOV :

 g  e   v    cl Ts  Tsat 
1/ 2 3

  l h fg    
 g c
0, 7
S   h fg PrL c sf 

c L : Chaleur spécifique du liquide


c sf : Constante liée à la nature liquide – surface ( csf  0,013 pour eau - cuivre)
g c : Constante de proportionnalité = 1 kg.m/N.s2
h fg : Enthalpie de vaporisation (J/kg)
PrL : Nombre de Prandtl à la saturation
 l : Viscosité du liquide
 : Tension de surface N/m
 l : Masse volumique du liquide
 v : Masse volumique de la vapeur
Régime d’ébullition instable
La diminution du coefficient de transfert h jusqu’à une valeur minimale résulte de la
formation d’un film de vapeur continu dû au nombre et à l’importance des bulles qui joue un
rôle d’isolant thermique en s’opposant au transfert de chaleur entre la surface chauffante et le
liquide.
Régime d’ébullition pelliculaire
Le rayonnement thermique intervient dans le transfert de chaleur à travers le film de vapeur.
Le flux de chaleur transmis par rayonnement produit une augmentation de l’épaisseur du film
de vapeur.

1 2  3 4


 T  T s  T sat
Graphe de Nukiyama

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 77/106
TRANSFERTS THERMIQUES

4.4.3. La condensation
Les échanges de chaleur entre une vapeur se condensant sur une paroi et la paroi proprement
dite sont liés aux types de condensation qui dépendent essentiellement des interactions liquide
– paroi. La condensation a lieu lorsque la vapeur saturante est en contact avec une surface
dont la température est plus basse.
Si l’écoulement du condensât est laminaire, ce qui est le plus souvent le cas, la chaleur est
transmise de l’interface vapeur – liquide par conduction à la surface de condensation.
La fraction massique de la chaleur transmise dépend de l’épaisseur du film. Si le liquide
mouille parfaitement la surface, il se forme sur celle – ci un film liquide continu. Dans ce cas,
la théorie de Nusselt (1916) relie analytiquement le coefficient de transfert de chaleur h aux
divers paramètres physiques intervenant dans la condensation en film d’un fluide sur une
paroi verticale.

La densité massique du condensât

x
Ts
Tsat
y
Ts  cte
x

L’écoulement du film de la paroi se fait le long de la paroi sous l’influence des forces de
gravité, retardé par les forces de viscosité à l’interface vapeur – liquide.
Conditions aux limites : u  0 à y  0

V g   y dx du
l dx
dy
 l g   y dx

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 78/106
TRANSFERTS THERMIQUES

 v g   y dx   l dx   l g   y dx
du
dy

dx  g  l   v   y dx
du
l
dy

 g  l   v   y 
du
l
dy

du 
g
 l   v   y 
l

u
g
 l   v  y  1 y 2 
l  2 

La densité massique du condensât à travers une position x est :


 
m    l udy
0

 l   v  y  1 y 2 dy
 g
m   l
0
l  2 
 l g  l   v   y 2 y 3 

   
l  2 6 0
 g  l   v    3  3 
 l   
l 2 6

  l g  l   v   3
m
l 3

Le flux de chaleur
On montre que l’épaisseur de la couche limite a pour expression :
 4  xT  Ts 
1/ 4

   l l sat 
 gh fg  l  l   v  

T Tsat  Ts
d  dx  dx
y y 0

Le nombre de Nusselt s’écrit :
  l g  l   v h fg x 3 
1/ 4
hx x
Nu x   
  4 l l Tsat  Ts  

En intégrant h x sur toute la hauteur de la plaque, on obtient le coefficient moyen de


transfert.
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 79/106
TRANSFERTS THERMIQUES

L
1 4
h
L0 hx dx  hx  L
3

  l g  l   v h fg 3l 
1/ 4

h  0,943 
 L l Tsat  Ts  

Plaque verticale et tube vertical de longueur L


h fg : Enthalpie de vaporisation
Pour une paroi inclinée d’un angle  par rapport à l’horizontale, on obtient :

  l g  l   v h fg 3l
1/ 4

h  0,943 sin  
 L l Tsat  Ts  

Les résultats expérimentaux ont montré que cette expression donne une valeur de 20% plus
faible que les valeurs expérimentales. Il est donc recommandé d’utiliser plutôt la relation
suivante :

  l g  l   v h fg 3l
1/ 4

h  1,13 sin  
 L l Tsat  Ts  

Tube horizontal : condensation à la surface extérieure

  l g  l   v h fg 3l
1/ 4

h  0,725  sin  
  l DTsat  Ts  

D : Diamètre du tube

Condensation en écoulement turbulent


Quand la surface de condensation est suffisamment large et que le condensât est en assez
grande quantité, il apparaît un écoulement turbulent. Le critère pour déterminer le régime
d’écoulement est le nombre de Reynolds.
DH  l v 4 S l v
Re l  
l P l

D H : Diamètre hydraulique
S : surface d’écoulement
P : Périmètre mouillé
v : Vitesse moyenne de l’écoulement

Puisque le débit massique est m   l Sv ,

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 80/106
TRANSFERTS THERMIQUES


4m
Rel 
P l
Condensation en écoulement turbulent sur une surface verticale

  l g  l   v 3l 
1/ 3

h  0,0076 Re l 
0, 4
 
  l2 

Avec Re l  1800

Le nombre critique de Reynolds est 1800

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 81/106
TRANSFERTS THERMIQUES

5. ECHANGEURS DE CHALEUR

5.1. Généralités et définition


5.1.1. Définition
Un échangeur de chaleur est un système qui permet de transférer le flux de chaleur d’un
fluide chaud à un fluide froid à travers une paroi, sans contact direct entre les deux fluides.
Exemples ;
Radiateur d’automobile : échange de chaleur entre l’eau chaude circulant dans les tubes et
l’air extérieur des tubes.
Condenseur à air dans les machines frigorifiques.
Un échangeur tubulaire simple est constitué de deux tubes cylindriques coaxiaux. Un fluide
généralement chaud circule dans le tube intérieur, l’autre dans l’espace compris entre les deux
tubes. Le transfert de chaleur entre le fluide chaud et le fluide froid s’effectue à travers la
paroi que constitue le tube intérieur. Deux types d’écoulement des fluides sont possibles :
l’écoulement de fluides dans le même sens ou fonctionnement à co-courant
l’écoulement des fluides en sens contraires ou fonctionnement à contre-courant

sortie du
Entrée du
fluide
fluide froid
froid

Entrée du sortie du
Entrée du sortie du fluide fluide
fluide fluide chaud chaud
chaud chaud

Co – courant Contre – courant


Entrée du sortie du
fluide fluide froid
froid

5.1.2. Conventions
Le fluide chaud entre dans l’échangeur à la température  1e et sort à la température 1s .
Le fluide froid entre dans l’échangeur à la température  2e et en sort à la température  2 s .

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 82/106
TRANSFERTS THERMIQUES

 2e   2s  2e   2s
1e 1s 1e 1s
Co - courant Contre - courant

5.1.3. Coefficient global d’échange

Surface Se
Fluide
h2
froid
r3
Fluide U r2
chaud h1 r1

Surface
Si

Dans un échangeur, on trouve deux modes de transfert de chaleur :


Transfert par convection du fluide chaud avec la paroi de séparation
transfert par conduction à travers la paroi
transfert par convection de la paroi vers le fluide froid
Rtotal  Rcvi  Rcond  Rcve
1 ln( r2 / r1 ) 1
  
hi S i 2L he S e
Ti  Te Ti  Te
 
Rtotal 1 ln( r2 / r1 ) 1
 
hi S i 2L he S e
  U i S i T  U e S e T  UST S  S e  2r2 L

1
U
r2 r2 ln(r2 / r1 ) 1
 5.1
 
hi r1  he

En tenant compte de la résistance due à l’encrassement Ren, le coefficient global d’échange


U s’écrit :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 83/106
TRANSFERTS THERMIQUES

1
U
r2 r2 ln(r2 / r1 ) 1
 5.1'
   Ren
hi r1  he

Ordre de grandeur de U
Verre Métal
Eau – eau 700 800 – 1750
Eau – huile 100 – 400 100 – 450
Le coefficient global d’échange permet de dimensionner un échangeur (surface d’échange).
Quand l’épaisseur du tube est faible et la conductivité thermique sont élevées, on peut
r ln( r2 / r1 )
négliger la résistance thermique due à la conduction 2 . Dans ce cas le coefficient

global d’échange devient :
1
U
1 1
 5.1''

hi he

5.2. Moyenne Logarithmique de la Différence de Température (MLDT)


Considérons un échangeur tubulaire simple où les fluides peuvent être à contre – courant où
à co – courant.

Tc1 Tc1
d

Tc 2 Tf 2
Tlim
Tf 2 Tc 2
dS
Tf 1
Tf 1 x x

1 2 1 Contre - courant 2
Co – courant

d  U (T1  T2 )dS

Fluide chaud :  d  m c cc dTc

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 84/106
TRANSFERTS THERMIQUES


Fluide froid : d  m f c f dT f
 d d
dTc  
dT f  
m c cc mf cf
 
 1 1 
dTc  dT f  d (Tc  T f )  d    
 mc c m f c 
 c f 
or d  U (Tc  T f )dS
 
 1 1 
 d (Tc  T f )  U (Tc  T f )dS     
 mc c m f c 
 c f 
 
d (Tc  T f )
 1 1 
  U     dS
(Tc  T f )  mc c m f c 
 c f 

 Tc 2  T f 2  
 ln    US  1  1 
 T T  
 mc c


 c1 f1   c m f cf

   
m c cc  m f cf  D’où
Tc1  Tc 2 Tf 2  Tf 1

T  T f 2   Tc1  T f 1 
  US
c2
 5.2 
 T  Tf 2 
ln  c 2
 T  T 
 c1 f 1 

  USTm 

T  T f 2   Tc1  T f 1  T2  T1


Tm 
c2
  5.3
 T  Tf 2   T 
ln  c 2
 T  T 
ln  2 
 c1 f 1   T1 

Tm est appelée la moyenne logarithmique de la différence de température :


Tm  MLDT
Exercice d’application
De l’huile utilisée pour chauffer de l’eau de 40 °C à 80 °C dans un échangeur tubulaire à
contre – courant et à double passage. Le coefficient global d’échange est U=300 W.m -2.°C-1.
Déterminer la surface d’échange sachant que l’huile entre à 105°C et en sort à 70°C.

m e  0,1 kg / s
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 85/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Solution :
 40  80
 1  m e ce (Tse  Tee ) à Tm   60C , c P  c e  4181 J/kg.K
2
  1  0,1 * 4181(80  40)
  1  1,67.10 4 W
En supposant que le transfert se fait sans perte, on ecrit :
T2  T1
 1    US T2  70  40  30C T1  105  80  25C
 T 
ln  2 
 T1 
Attention : tenir compte du fait que nous avons affaire a un echangeur a contre courant
1,67.10 4
S
30  25
300 *
 30 
ln  
 25 
S  2,03 m 2
Exercice d’application
De l’huile chaude chc  2,09 kJ / kg.K s’écoule dans un échangeur à contre – courant avec

un débit m hc  0,63 kg / s . Les températures d’entée et de sortie sont respectivement

193°C et 65°C. De l’huile froide chf  1,67 kJ / kg.K dont le débit est m hf  1 kg / s sort du
tube à la température de 149°C. Quelle surface est – il nécessaire pour obtenir cette condition
si le coefficient global d’échange basé sur la surface intérieure est U=0,7 kW/m2.K ?
 c   f (Pas de pertes)


 c  m hc c hc (193  65)   
   m hc c hc 128   m hf c hf (149  Thf )
 f  m hf c hf (149  Thf )

m hc c hc 128 
 Thf  149  
m hf c hf
0,63 * 2,09 * 128 
 Thf  149 
1 * 167
 Thf  48,08C

 T 
ln  2 
T
  US  1   8,5 m 2
T2  T1

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 86/106
TRANSFERTS THERMIQUES

5.3. Autres types d’échangeurs


La méthode de la MLDT est utilisée pour les échangeurs simples à co – courant ou à contre
– courant. Des formules existent pour les échangeurs croisés et les échangeurs à plusieurs
passages en enveloppe et en tube. Ces formules sont en général compliquées en raison de la
complexité de l’écoulement. Dans ce cas, on utilise une relation équivalente à la MLDT :
T2  T1
TmCF  F Tm  F  5.4 
 T 
ln  2 
 T1 

F : Coefficient de correction  1 pour les échangeurs à courants croisés et à plusieurs


passages en enveloppes et en tubes.
La valeur limite F  1 correspond à un échangeur simple contre – courant.
Le facteur de correction est donné par les abaques.
t 2  t1 T1  T2 1 : entrée
P R 
T1  t1 t 2  t1 2 : sortie
T : température du fluide dans l' enveloppe
t : température du fluide dans le tube
0  P 1 0R
Exercice d’application
Un essai permet de déterminer le coefficient global d’échange U dans un radiateur
d’automobile constitué d’un échangeur croisé de courant d’eau et d’air. Le radiateur possède
40 tubes de diamètre D=0,5cm et de longueur L=65cm. L’eau chaude entre dans les tubes à

90°C et en sort à 65°C et l’air circule dans l’interface de 20°C à 40°C. m e  0,6 kg / s
Calculer U pour ce radiateur basé sur la surface intérieure des tubes.

Solution :

  me ce T  0, 6* 4195*(90  65)
  62930 W
S   DLn  3,14*0, 005*0, 65* 40
S  0, 408 m 2
  US TmCF    USF Tm
 T2  T1
U  Tm 
SF Tm  T 
ln  2 
 T1 

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 87/106
TRANSFERTS THERMIQUES

T2  90  40  50C
T1  65  20  45C
50  45
Tm   47,5C
50
ln
45
U  3347 W / m 2 C
 3,35 kW / m 2 C

utiliser l’abaque en annexe pour déterminer F.

5.4. Méthode du Nombre d’Unités de Transfert (NUT)

On appelle Nombre d’Unités de Transfert (NUT) le rapport adimensionnel


US
NUT   5.5
qc

La méthode du NUT est basée sur un nombre adimensionnel appelé efficacité de


l’échangeur :
Quantité de chaleur échangée
  5.6 
Quantité de chaleur maximale possible

La quantité de chaleur échangé est déterminée en écrivant le bilan d’échange entre le fluide
froid et le fluide chaud. Lorsque le transfert se fait sans pertes o peut écrire.

 
m c c Pc (T1e  T1s )  m f c Pf (T2 e  T2 s )

Pour déterminer la quantité de chaleur maximale possible dans un échangeur, nous


admettons que la différence maximale de température possible est la différence entre s
températures d’entrée des deux fluides.
Tmax  T1e  T2 e  5.7 
La quantité de chaleur a atteint sa valeur maximale lorsque le fluide froid va atteindre la
température d’entrée du fluide chaud et le fluide chaud va atteindre la température d’entée du
fluide froid. Les deux conditions ne sont réalisées que si les fluides sont identiques à savoir
avoir la même capacité calorifique.


cc  m c c Pc 
   cc  c f
c f  m f c Pf 

Quand cc  c f , ce qui est souvent le cas, le fluide de plus petite capacité calorifique subira
la plus grande différence de température. On aura donc :
ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 88/106
TRANSFERTS THERMIQUES

 max  cmin (T1e  T2e )  5.9 


 
cmin est le plus petit de m c cPc et m f c Pf

Exercice d’application
De l’eau froide entre dans un échangeur à contre – courant à 10°C avec un débit de 8 kg/s.
Elle est chauffée par de la vapeur d’eau qui entre dans l’échangeur à 70°C avec un débit de 2
kg/s. En supposant que la chaleur massique de l’eau est constante et vaut 4,18 J/kg.°C,
déterminer le flux de chaleur maximal et les température de sortie de l’eau froide et de la
vapeur d’eau dans ce cas limite.

Solution :

cc  m c c Pc  2 * 4,18  8,36 kW / C

c f  m c c Pf  8 * 4,18  33,44 kW / C
c min  cc  8,36 kW / C
 max  c min (T1e  T2e )  8,36 * (70  10)  501,6 kW

  c f (T2 s  T2e )  T2 s   T2 e  25C
cf

  cc (T1e  T1s )  T1s    T1e  10C
cc
Lorsque l’efficacité  de l’échangeur est connue, on peut déterminer le flux de chaleur
échangée en écrivant :
   max   cmin (T1e  T2 e )  5.10 
L’efficacité permet de calculer le flux de chaleur échangé lorsque les températures de sorties
sont inconnues. L’efficacité de l’échangeur dépend de sa géométrie ainsi que de l’écoulement
des fluides. Il existe plusieurs relations donnant l’efficacité d’un échangeur :
 US  c f 
1  exp   1  
 c f  cc  
  5.11
 c f  cmin
1  
 cc  c f

En considérant c f comme c min , on obtient :

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 89/106
TRANSFERTS THERMIQUES

 US  cmin 
1  exp   1  
 cmin  cmax 
  5.11'
 cmin 
1  
 cmax 

SU
NUT 
c min
L’efficacité varie entre 0 et 1.
Exercice d’application
Un échangeur de chaleur à contre – courant sert à chauffer de l’eau de 20°C à 80°C avec un
débit de 1,2 kg/s. Le chauffage est assuré par un fluide dont la température est de 160°C et le
débit 2 kg/s. Le tube intérieur a un diamètre d=1,5cm. Le coefficient global d’échange est
U=640 W/m2 °C. Déterminer la longueur de l’échangeur pour obtenir ce résultat. Utiliser la
méthode MLDT et la méthode NUT. c Pc  4,31 kJ / kg .C c Pf  4,18 kJ / kg.C

Méthode MLDT

  USTm Tm 
Tc2  T f 1   Tc1  T f 2 
 T  Tf 1 
ln  c 2 
 T T 
 c1 f2 

T fe  20C T fs  80C m f  1,2 kg / s cPf  4,18 kJ / kg

Tce  160 C m c  1,2 kg / s cPc  4,31 kJ / kg

  m f cPf (T fs  T fe )  301 kW
 
  mc cPc (Tcs  Tce )  Tcs  Tce  
 125C
mc cPc
Tm  92C
  USTm  UdLTm

L  109 m
dUTm
Méthode NUT

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 90/106
TRANSFERTS THERMIQUES

   max
 
 cc  mc c Pc  8,62 kW / C
 
c f  m f c Pf  5,016 kW / C Utiliser l’abaque en annexe
 max  5,016 (160  20)  702,24 kW
 301 dLU
   0,43 NUT  0,7 
 max 702,24 cf
0,7c f
L  116 ,5 m
dU

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 91/106
TRANSFERTS THERMIQUES

6. Références bibliographiques
[1] JANNOT Y. Cours de transferts thermiques
http://www.thermique55.com/principal/thermique.pdf
[2] SACADURA J.F. Initiation aux transferts thermiques.
Technique et documentation, Lavoisier 1989
[3] HOLMAN J.P. Heat transfer, seventh edition
MAC GRAW HILL 1990
[4] YUNUS A. CENGEL, Heat Transfer, A practical approach, International Edition
[5] G. RIGOT, Transmission et échangeurs de chaleur. Les éditions parisiennes, 1991

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 92/106
TRANSFERTS THERMIQUES

7. Annexes
7.1. Annexe 1 : conduction

Fig.1 : Détermination du rendement d’une ailette


ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 93/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Fig.2 : Détermination des coefficients de forme

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 94/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Fig.3 : Détermination des coefficients de forme

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 95/106
TRANSFERTS THERMIQUES

7.2. Annexe 2 : rayonnement

Fig.1 : Détermination des facteurs de forme pour deux plaques rectangulaires


parallèles

Fig.2 : Détermination des facteurs de forme pour deux disques circulaires


parallèles

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 96/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Fig. 3 : Détermination des facteurs de forme pour deux rectangles


perpendiculaires ayant un côté commun

Fig. 4 : Autres relations pour la détermination des facteurs de forme

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 97/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Fig. 5 : Facteurs de forme pour deux cylindres concentriques de longueur


finie

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 98/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Fig.6 : Facteurs de forme pour deux disques parallèles concentriques

Geometry Shape factor

Fig. 7 : Autres relations pour détermination des facteurs de forme

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 99/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Pression 1 atm

Fig.8 : Emissivité de H2O

1
 p  pW  , atm
2

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 100/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Fig.9 : Facteur de correction de H2O

Pression 1 atm

Fig.10 : Emissivité de CO2

Facteur de correction de CO2  C O2 C

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 101/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Fig. 11 : Facteur de correction de CO2

7.3. Annexe 3 : Convection

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 102/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Fig.1 : Propriétés physiques de l’eau et de l’air

Fig.2 : Convection naturelle externe

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 103/106
TRANSFERTS THERMIQUES

Fig. 3 : Convection naturelle interne

ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM


Pierre
Page 104/106
TRANSFERTS THERMIQUES

7.4. Echangeurs de chaleur

Fig.1 : Détermination des efficacités des échangeurs


ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 105/106
TRANSFERTS THERMIQUES

t : température dans les tubes


T : température dans les enveloppes

Fig.2 : Détermination des facteurs de correction des échangeurs


ENSP 2017 Dr/PhD MEUKAM
Pierre
Page 106/106