Vous êtes sur la page 1sur 4

VERS UNE

SOCIÉTÉ BAS CARBONE

Les impacts macroéconomiques


de la transition bas carbone
en Belgique
PRINCIPAUX RÉSULTATS

Les impacts macroéconomiques des scénarios de transition bas


carbone à l’horizon 2050 en Belgique sont étudiés sur la base
d’une méthodologie large et innovante. Les travaux mettent
en évidence le rôle stimulant des investissements bas carbone
sur l’activité économique, l’emploi et la compétitivité, ainsi que
l’importance des co-bénéfices qu’ils sont susceptibles de générer.

Fiche descriptive du Service fédéral Changements climatiques


Octobre 2016 | w w w . c l i m a t . b e / 2 0 5 0
Contexte Quels sont les impacts socio-écono-
miques de telles trajectoires bas car-
VERS UNE
SOCIÉTÉ BAS CARBONE
L ors de la COP21 qui s’est tenue en
décembre 2015 à Paris, les chefs
d’Etat ou de gouvernement du monde
bone  ? Les travaux dont les lignes de
force sont décrites ci-dessous visent
à alimenter la réponse à cette ques-
entier ont décidé d’adresser un mes-
tion en se penchant sur les impacts
sage fort à l’ensemble des investisseurs.
macroéconomiques de la transition
Ils se sont engagés à maintenir l’aug-
bas carbone, en particulier sur la crois-
mentation de la température mondiale
sance, l’emploi, la compétitivité et les
moyenne nettement en-dessous de
co-bénéfices. Ils ont été menés par
2°C par rapport au niveau de l’ère pré-
les consultants de Climact, du Bureau
industrielle et à tout mettre en œuvre
pour limiter cette hausse à 1,5°C. Afin fédéral du Plan, d’Oxford Economics et
d’atteindre un tel objectif, les émissions par le Prof. Bréchet de l’UCL.
mondiales de gaz à effet de serre (GES)
devront approcher le niveau zéro, voire
Méthodologie
même devenir négatives, durant la se-
conde moitié de ce siècle. Cela signifie La méthodologie adoptée est volon-
qu’un pays industrialisé comme la Bel- tairement large. Au-delà d’une revue
gique doit réduire ses émissions d’au approfondie de la littérature, l’analyse
moins 80 à 95% en 2050 par rapport à repose d’abord sur la modélisation
leur niveau en 1990. macroéconomique, tant au niveau
Est-il possible d’atteindre de telles ré- belge qu’au niveau international. Les
ductions en Belgique  ? L’étude «  Scé- résultats quantitatifs de moyen et long
narios pour une Belgique bas car- termes sont ensuite complétés par une
bone à l’horizon 2050  » (voir www. analyse statique basée sur la matrice
climat.be/2050) a montré que, bien input-output nationale ainsi que par
qu’il s’agisse d’un défi de taille, il est des éléments qualitatifs recueillis à l’oc-
techniquement possible de réaliser casion de nombreux échanges avec les
une telle transition avec les technolo- principaux experts et parties prenantes
gies existantes et sans nécessairement concernés.
affecter le niveau de la production in- La méthodologie est également inno-
dustrielle. vante, en particulier au niveau de la
Plusieurs trajectoires bas carbone dif- modélisation macroéconomique. Les
férentes sont d’ailleurs susceptibles modèles « Hermes » du Bureau fédéral
d’être suivies. Elles ont néanmoins en du Plan et « GEIM » d’Oxford Economics
commun toute une série de caractéris- ont fait l’objet de développements
tiques, à commencer par le fait qu’elles majeurs afin d’intégrer les principaux
requièrent toutes un niveau d’investis- leviers de réduction des émissions de
sement dans le système énergétique GES tels que définis dans l’étude sur les
sensiblement plus élevé mais dont les « Scénarios pour une Belgique bas car-
coûts sont compensés par la baisse de bone à l’horizon 2050 », en particulier le
la facture énergétique. scénario « central » issu de ces travaux.

millions d’euros de 2005 millions de tonnes de CO2

Figure 1. Evolution du PIB et des


émissions de CO2 en Belgique : CO2
perspective historique et impact
du scénario « central »
CO2 - données historiques
CO2 - scénario de référence
CO2 - scénario bas carbone
 
PIB - données historiques
PIB - scénario de référence
PIB - scénario bas carbone
Principaux résultats renforcer le pouvoir d’achat des mé- une moindre demande d’entretien des
nages. véhicules privés seraient atténuées par
Quatre messages principaux se dé-
Certaines mesures et actions de réduc- les effets bénéfiques de l’activité éco-
gagent des analyses. nomique dans ce secteur, par exemple
tion des émissions conduisent à adop-
ter des modes de vie parfois différents dans le déploiement des services liés
Activité économique  : une ré- aux transports collectifs. Enfin, la moi-
de ceux envisagés dans un scénario
duction drastique des émissions tié de l’emploi créé le serait de manière
à politique inchangée, en matière de
de GES est compatible avec une indirecte avec une hausse significative
mobilité individuelle, d’habitat, d’ha-
croissance économique de niveau dans le secteur des services.
bitudes alimentaires, de consomma-
semblable à - mais de contenu dif- La politique en matière de tarification
tion, etc. Le contenu de la croissance
férent de - celle observée dans un du carbone a également un impact
d’une économie bas carbone est donc
scénario à politique inchangée sur l’emploi. Les recettes publiques
potentiellement assez différent de ce-
Les exercices de modélisation in- lui d’une économie n’opérant pas une liées à une mise en place d’un prix car-
diquent que les mesures et actions de telle transition. bone sont substantielles, de l’ordre de
réduction de émissions permettant 3,5  milliards d’euros sur base annuelle
de se placer sur une trajectoire bas en 2030 dans un scénario central. Tout
Emploi  : vers une création nette
carbone ne sont pas de nature à affec- glissement fiscal visant à affecter la to-
d’emplois, contrastée selon les
talité ou une partie de ces recettes à la
ter substantiellement le niveau de la secteurs
baisse du coût du travail est de nature
croissance du PIB. Comme la figure  1
Au total, la transition est susceptible de à favoriser à la fois la création d’emplois
l’illustre, le modèle  Hermes indique
mener à une création nette d’emplois et la croissance.
même qu’un relèvement du PIB, par
en Belgique, de l’ordre de 80 000 em-
rapport au niveau de référence, de
plois en 2030 par rapport à un scénario Compétitivité  : un gain pour les
l’ordre de 2% en niveau en 2030, est
à politique inchangée. secteurs industriels pour autant
susceptible de s’opérer en Belgique si
les politiques adéquates sont adoptées. La structure des investissements dans que le contexte international et
un système énergétique bas carbone la spécificité de certaines firmes
Les principaux mécanismes qui entrent et chaînes de valeur soient adé-
étant sensiblement différente de celle
en jeu sont les suivants. La nature ‘bas quatement pris en compte lors de
d’un scénario à politique inchangée,
carbone’ des investissements permet la définition des politiques et me-
les secteurs économiques sont éga-
de réduire la facture énergétique des sures
lement affectés différemment. C’est
différents acteurs. Ensuite, le relève-
dans la construction que le plus grand Au niveau macroéconomique, la
ment du niveau général de l’investisse-
nombre de nouveaux emplois directs hausse des prix de l’énergie a un im-
ment, tant privé que public, participe
est attendu, ce qui incite à porter une pact modéré sur les coûts de produc-
à la relance de l’activité économique
attention particulière à la question du tion grâce aux gains en efficacité éner-
dans les différents secteurs. détachement des travailleurs qui se gétique. Ceux-ci permettent de diviser
Enfin, étant donné le degré d’ouverture pose dans ce secteur. L’industrie devrait par deux le déficit de la balance éner-
de l’économie belge, l’effet stimulant également connaître des créations gétique en Belgique en 2030, soit un
sur l’activité est renforcé par l’engage- d’emploi significatives, notamment gain de l’ordre de 2 points de pourcent
ment des autres pays dans la transition dans le secteur des biens intermé- du PIB (voir la figure 2). Ils constituent
bas carbone, tant au niveau européen diaires. Le secteur des transports serait d’ailleurs un avantage pour les indus-
qu’à l’international. Ceci conduit à amé- quant à lui affecté de manière plus asy- tries européennes vis-à-vis de leurs
liorer les résultats des entreprises et à métrique  : les pertes d’emploi dues à concurrents internationaux. En outre,

Figure 2. Balance énergétique de la


Belgique : perspective historique
et impact du scénario « central »
(en pourcentage du PIB)
données historiques
scénario de référence
scénario bas carbone
la relance de l’activité économique sti- de la route devraient également large-
mule les échanges internationaux. En ment bénéficier des politiques d’atté-
Belgique, la hausse des importations nuation dans le secteur des transports.
VERS UNE
SOCIÉTÉ BAS CARBONE concerne principalement les biens in- L’augmentation du confort intérieur de
termédiaires et les biens d’équipement. l’habitat et le moindre recours aux pro-
Il convient toutefois d’être attentif aux téines animales sont aussi une source
composantes microéconomiques de la de bénéfices importants pour la santé,
compétitivité. D’une part, les chaînes sans compter l’amélioration signifi-
de valeur sont importantes dans toute cative de la sécurité énergétique et la
une série d’industries de sorte que tout plus grande résilience de l’économie
impact en cascade doit être évalué et aux risques systémiques.
anticipé. D’autre part, la baisse de la
demande pour certaines activités (pro- Conclusions
duits issus des industries du raffinage
La transition est synonyme de perspec-
ou agroalimentaires par exemple) ne
tives économiques encourageantes
signifie pas nécessairement que la
dont le moteur est l’investissement
production nationale sera affectée de
bas carbone réduisant les dépenses
manière proportionnelle  : les secteurs
en combustibles fossiles. Au niveau
belges les plus compétitifs au sein de
macroéconomique, ces investisse-
l’Union pourraient accroître leurs ex-
ments stimulent l’activité et sont sus-
portations, conserver leur niveau de
ceptibles d’améliorer la compétitivité
production et ainsi augmenter leurs
des industries et le revenu disponible
parts de marché. Ces éléments plaident
des ménages L’impact sur l’emploi est
pour la mise en place de politiques et contrasté selon les secteurs et l’effet
mesures qui assurent le traitement le net attendu est positif. Enfin, la nature
plus homogène possible des entre- de la croissance est sensiblement dif-
prises européennes et internationales. férente dans le sens où l’activité éco-
nomique est orientée vers des modes
de consommation et des modes de vie
Co-bénéfices  : les politiques de sensiblement différents.
réduction des émissions sont sus-
Afin de saisir cette opportunité, un
ceptibles d’apporter des avan-
traitement adéquat des entreprises
tages considérables dans toute
doit en tout cas être garanti. La transi-
une série d’autres domaines
tion bas carbone requiert par ailleurs
Les politiques et mesures de réduction d’accorder la plus grande attention à
des émissions de GES auront également l’adaptation de la main d’œuvre et au
un impact sur toute une série d’autres développement des compétences né-
indicateurs voire même, indirectement, cessaires, dans le contexte d’un marché
sur la croissance elle-même. Outre de l’emploi en évolution constante.
leur contribution à la réduction des Bien qu’elle ne pourrait à elle seule suf-
dommages liés aux changements du fire, la politique de tarification du car-
climat, elles permettront d’éviter l’émis- bone permet de générer des recettes
sion de polluants de l’air dont le coût publiques importantes. Elle constitue
économique est généralement évalué dès lors un instrument de choix en vue
à environ 4% du PIB belge. La conges- de répondre adéquatement aux enjeux
tion routière et le nombre d’accidents distributifs soulevés par la transition.

Les analyses sont menées par Climact en collaboration avec Prof. Th. Bréchet (UCL), le
Bureau fédéral du Plan et Oxford Economics. Le rapport (en anglais) est disponible sur
www.climat.be/2050.
Imprimé sur papier récyclé
(100% post-consommation)
et labelisé FSC

Publication du Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire


et Environnement - Service Changements climatiques
Place Victor Horta 40 - bte 10, 1060 Bruxelles, Belgique
w w w. c l i m a t . b e / 2 0 5 0