Vous êtes sur la page 1sur 11

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/313425296

Amélioration des performances locales par la démarche du Projet Urbain. Bab


Ezzouar

Article · December 2012

CITATIONS READS

0 656

4 authors, including:

Ewa Berezowska-Azzag Hichem Malki


École Polytechnique d'architecture et d'urbanisme (EPAU) Ferhat Abbas University of Setif
46 PUBLICATIONS   90 CITATIONS    4 PUBLICATIONS   0 CITATIONS   

SEE PROFILE SEE PROFILE

Amoura Manel

2 PUBLICATIONS   0 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

A Phd Thesis, the link is: https://www.pnst.cerist.dz/detail.php?id=78595 View project

Measures to reduce CO2 emissions for a resilient urban development in Algiers in the face of climate change View project

All content following this page was uploaded by Hichem Malki on 07 February 2017.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


aæ^
zææ
w€æÉ%
æ æwæ æ

\æ/

i- .{e§
rr=

f iES BE. 1'ÉLLE§ -\rrhtirttutt. rlrhal]i:r]it et :orirtc


r§ üIVrt§tfi

Bab Ezzouar, lieu de vie

Arnélioration des performances locales


par Ia démarche du Projet Urbain
Ateliq 2072, post-§,raduation ma§istrale oUrbanisme &Ville durcble, EPAA
sous Ia direction du Pr Ewa BEREZOWSKA-AZZAI
Synthèse par TEBlBYamina Esma, MALKI Hichem et AMOIJRA Mane
(Equipe QUEDD, Laborataire de recherche VUDD

§i la ville est un écosystème c*rnplex* à gérer avec in- Pour des raisons liées au temps et à I'effectif, l'étude s'es
tellisence et précautien, §es 6ehelies d'intervention sçnt focalisée uniquement sur trois problématiques principales :
multiples. La eammume est I'unitrË urbain* la BIus adéquate . Lamélioration du cadre de vie
pour une pris* en *harge *ffi*ace et I'arnélioraticn des per- . La maîtrise des ressources
forrnances de cette dernière. Parler de perf*rmanêe§ $r- '' .
La protection contre les risques majeurs
baines locales reviert d'abord à une connaissanc§, !a pEus
Quant au choix de la commune, il a fait l'objet dès le débu
exhaustive, des earactérËstique* ds la eommunes et des d'une discussion dont les critères se sont portés sur le degrér
différents domaines qui la composent {qu'ils scient envirc*- d'importance qu'accordait le PDAU d'Alger à la commune er
nementeux, éeonomiques, §ociaux ou de gouver*anc*), el,l q uestion, a ux caractéristiq ues socio-économ iq ues, a ux projetr
d'autres ternres n**e totale conscienee de ses atouts et fai- qui y sont prévus et leur importance, ainsi qu'à la portée dr
hlesses internes mais aussi des fsrces extéricures qu'elle trois problématiques sélectionnées pour la collectivité locale.
peut rec*voir pour aspirel ainsi à ur:e gesti*n optinrale. Bab Ezzouar s'est distinguée parmi les 57 communes dr
l'algérois. Considérée comme pôle compétitif par le PDAL
d'Alger, la commune accueille en son sein le quartier d'affaire
Ces performances sont de différentes natures. Optimisées
et combinées, elles sont la pierre angulaire de l'adaptation hôtels, université, cités universitaires, plusieurs quartien
des préceptes du développement durable à l'échelle locale. En
d'habitation, centrale électrique, des projets d'amélioratior
effet, Ie développement durable comme démarche stratégique
du transport tels que I'introduction du tramway, et la futurr
extension du métro.
se confond volontiers avec une échelle performante comme
celle de la commune voire à une échelle intercommunale (en En outre, sa position stratégique dans la périphérie Est dt
termes de la relative maîtrise de l'échelle spatiale, des objectifs la capitale, son caractère inachevé, le nombre croissant de sr
ciblés et de la concrétisation de ces derniers) et se traduit en population sont autant d'autres facteurs qui ont guidé notft
une volonté primaire qui s'exprimera par la suite dans le projet choix. Commune pilote de la mise en place du cceur du Pôle dr
urbain. compétitivité futur d'Alger, Bab Ezzouar constitue un terrain d(
prédilection pour la mise en place d'un projet qui s'intéresse i
Dans cette perspective et dans l'objectif d'aboutir à
l'amélioration de ses performances urbaines.
une simulation du projet urbain pour I'amélioration des
performances urbaines locales, notre atelier de post-graduation La démarche pour la simulation du projet urbain pou
u Urbanisme et ville durable » s'êst penché sur la question, en l'amélioration des performances urbaines de la commune d<
faisantsuite à une démarche de recherche d'attractivité urbaine Bab Ezzouar a suivi plusieurs étapes, passant par une analys<
de la commune de Bab Ezzouar menée depuis 2010. Si les urbaine globale classique, une analyse urbaine ciblée selor
conditions de mise en attractivité urbaine ont été identifiées les trois thématiques visées, une analyse stratégique associér
dans le territoire intercommunal Bab Ezzouar, El Harrach et à un diagnostic partagé pour la formulation des enjeux, puir
Oued Smar, puis cette attractivité testée sous I'angle d'une une planification par objectifs avec le Plan d'actions et leu
problématique spécifique de la prise en charge des risques traduction spatiale. Les orientations d'aménagement issuer
hydroclimatiques dans la commune de Bab Ezzouar au profit de cette démarche peuvent servir de base à l'élaboration dr
de l'ensemble du territoire, notre approche a démarré d'une termes de référence des POS ou des projets urbanistiques
question principale suivante: la mise en attractivité doit pilotes. Les résultats de la démarche du Projet Urbain son
s'accompagner de I'amélioration des performances locales ainsi exposés dans les planches synthétiques qui suivent.
dans tous les domaines de l'écosystème urbain. Comment
concrétiser cet objectif à travers les outils de planification
urbaine ?

{Rns'
æ z RépaÊition de lapopulation selo. t'âge

Nombre total (RGPH 2008) | 1L6 1O7


Répâdition de la pôpulation selon le
{"
u1
-:1
i:1 É

q* t*'
§ ffi §
-
LL* i *"r s'.,",pi"r"i*""i"!""i,"'.*rt":""-:"e':"'"",ir"-r.'":tr:§

à1,
U æ% ,
L{"
Ét Répar.titiorr des logements
i

LT
6Àf
habitêsselon le fire de
c-onstructiorr
=
L-..t
L',_1 -
"

{n
i r'r i*"r'
{il tu iclassée comme zone de sismicité 3.

r1
\.
*3
c,
a-** i1i
{::
LL*
*:=-

frl
t
\
t' r=.
tj"*
I
r*,.
lrê*
d*T

tt 1
! C Rày.ndêse0.eduùamwàÿ 5oom X s!ilacê non minéralkée (parc,jardln,tere àsricole,foncier ôon urbânisé,
'e 'evF'eel

T
æ
i* reuæ.ll@

é ..: d*t
q*-.
r-l Ï t!
L*
l.t-,
|;r
t*
Er
t e*---
Ér
È-t"t
LU Le qu:ftièr d'atr ûe àbritêrâ
'''.''...,.'''..'..''..1
plusieurs gËnds éqlipements tels qu€ des I
{"

l*1
L"
LL*

\-i1]
{-
i*
i*
E
i**
! .-d
ldt
"È.

t: ".,,."".".,."","",",.",""

97
Thème de l'atelier : Projet Urbain et défis environnementaux locaux
5 u j et : Am é I i o rati o n d e s pe rfo rm a n c_e;-9!y:Lo-t3911 gks_ SI33 l:: :g _ _

3 axes majeurs ï:'::':::i:::":":


:

iÈÈ}}==:æ
::==.É:i+:::i-Èi":::::È::=€.æ+::::-
Profildespedormân.êsdu.onfod prorildespèdormancesdu.onfôt
Profil de Iésilience de laxommune de

"'i:r:"- ,:'l*-l
-ï,@ @
H' &
.1" fH'
.i.â

-.r-, w-
&ffi
:. ",,,,",,,.",§

t''""
.i::::;':., æ - [*;

r1
3'

!1a

rbantsée/suÉâ.ê bâiiê

d i;".im

æææ.=
æ.ææà

,L
i7 {:.f't C ri',i 7, l': i-f:I i i i l.ta
t, { i1 i --: i 1 r-.( : :4,' : i';-; | : i-: {: i ; i:-
=

.gr+tai,9Ite1:re!9:tet .R"â",,-",1"q,.,.p.;'"c.." : r"a.-.,"'a.,rn

Minimiser

=aaiè
,+21,.4" ?ar | *i.-.=.,i..a+i, a4*r:.a ;.T11=r.. aa',r.1:,rla a.-.1=1.=)r+ at 4a.4. **. ?î- r'r:* rJ. Azz=?,
- ?- 1-r;+. a-41i Zr-2

{fuf. f Hors série n" 4 - Décêmbre 20rz 99-


ËN DEVENIN

r,i,téi?nrei"-î*i-: 4e: r;r-r{r:rn:er,.r: r::i:ai:-,c-: ir :r,:-tif?:f;ii{ éc- ltei: }zzr;r;:::

créàtion de 19,5 KM de pârcours dour


I t*.l=ds& §ru Evacuâtion vers lês hôpitaux pa.voie mâritime

Noya! ved de
intésrées lôn.tionhellement
horticulture,
pla.es publics et rÉE
-

Les âb.is d évà.uationseco.dàies seruent à a..uêirll ler pe6onnes des


Des poteaux quadieB âlentouB dâns un Eyon de mar.he épide de 10mn
végétâllsés résistâôts maximum. Afin d'évàcuêr lês Â.n< vêr< d'àukes (omùuner il: :eroni
TE TÈmê etP,âcéssurles âmenés veE l'àbri principal au ceur de la commune. Cévâcuâtion peut
grâ.dsàxes
âlorssefâirepàrvoiemàritim€,routièrêôuâérièhne
permetent deguidêr
:.iÈ-:Ëë Trame bleue. Réseau formÉ par L. groupe la populâtion vêrs les

mx
de bassin de rétent on des eêux

4."-æ*-'"-',ono*po', d!è ur-er..ôaoos!.te


§
Lieu sécurise de stockage du matéi€l
§ r,*"..n. e.otogique pourâssurêr lâ.ônti.uité des parcoursvefts
'Denslté moyênnê = 170 hab/hê

Le cæu.vert. padies Nord etsud dê la


L aison des
.ommunê, p êce public, aménasementsvêds,
hoft cu rùrê nôtamment les flêurs

Rayon d'lnfluên.e des parkines (s00m)


'Nomb.e d'habita.t - 20 000hab
I .rere eruo 10ooom1Èsslre l.-tôn.m p" n !nnm'
ede r'n,n. i_\.
7o,ei ' Voie principale d'évacuation terrestre
/. -:_
.Der ):remo/er.e--.J1àbhd I: -.
.Srdê.Ê'260.è ''"r", \ princip.le d'évacuauon ma.itimê
.Nombre o'nèo tan! - 45 Ooonàn

§ -.,,..",nr.* s€ns de d,orienration de

,
\.
nfllence du réservoù
Rayon d' *'."-"Â
\ I cômmunê lkmdediamètre

æ séquênce de traitemert nâture des eaLx grGês

l1::l l. Réseau sépàratif et récupératiôn dês ea!r pluviâles

a :,'J::J:,].t:;, ::ï "':,i"' j"'t);î11ï


§l Limiter l'inperûéàbilisâtion dês

É&
Pê -rvôr d -àL (o-nLi àt q
d nruen.edeilmded,êmeùe. Centrale photovotâique
# sLtraces êt favori5er l'inlltËtiôn

W capacire = I0 000 m3
Populâtion movennedesservie = 39600 hâb

Bordures des routes (emplacement de 'éc aiÉge


pubric)
--
E cÊntralethermiqueàGazexinante ' t':::

æ
lw Trêtement des parkings etates de stêtionnements

æ Bâssin de rétention des eauxDluvialès

ai-:i= .iE::tée
=ê.
: *1.i..* !é-il-.,:48r.., er.:.!r, ?aI>*i*4 1e:** iÈbi? .*"è*.é. ?41 *t. T.$é ?,. 2.zzG1- ÿ*'JU-*. îÿ,-l::-*12

tQrçr
1. lJanalyse urbaine classique ou *Gity 0bservation, La finalité de cette étape est d'obtenir les profils
de performances de la commune concernant chaque
Cette phase, habituellement réalisée dans le cadre de
problématique dans l'objectif d'identifier les domaines qui
l'élaboration des projets d'aménagement ou des instruments
présentent une faiblesse de performance et les critères qui
d'urbanisme, permet de comprendre l'interaction de ses sous-
sont responsables de ce déficit.
systèmes et prendre connaissance de ses caractéristiques
générales. Plusieurs visites de la commune ainsi que la
collecte d'un maximum de données et de statistiques relatifs 2.2.Le diagnostic stratégique pour une vision d'avenir
à la commune auprès des services compétents et des Cette analyse est en réalité composée de deux étapes.
institutions a servi de base à la mise en place d'une banque
D'abord la définition des atouts et des faiblesses (facteurs
des données actualisées et réellement rattachées au territoire.
endogènes) ainsi que des opportunités et des menaces
ll faut observer que les incohérences des données, entre extérieurs (facteurs exogènes) par une approche AFOM. Une fois
celles recensées par l'ONS, celles disponibles dans le PDAU
définis et classés par nature et par domaine, ces facteurs vont
d'Alger en révision actuellement et celles récoltées sur le matiq u e
don ne r na issa n ce à p I usie u rs e nj e ux po urch aq u e p ro b I é
terrain, ne servent pas la qualité de l'évaluation de la situation (voir les tableaux AFOM ). Ces enjeux sont en effet nombreux =
réelle. La nécessité de la création d'un SIG territorial d'Alger
et I'on ignore encore leur importance relative. lls doivent être
qui fournirait les données exactes, certifiées et régulièrement
encore étudiés puis classés par ordre de priorité et c'est tout
actualisées s'avère indispensable dans les plus brefs délais,
l'intérêt de la matrice SWOT, qui croise les enjeux endogènes
si l'on veut faciliter la mise en place des études qualitatives et exogènes et permet d'en déduire le degré d'influence et de
d'aménagement.
dépendance réciproques. Le tri qui en résulte permet dans un
premier temps d'identifier les enjeux dont les actions peuvent
2. Le dia§nostic urbain ou -City Reality, se Iimiter au périmètre de la commune concernée (la note la
plus basse signalant la cible Ia plus importante).
La première phase donne lieu à Ia connaissance du contexte
Le d i a gn osti c pa rta gé D P co nstitu e u ne éta pe co m plé me nta i re
global. Mais la réalité de la situation dans certains domaines
à la précédente. Car si à.|'issue de l'analyse SWOT nous avons
spécifiques, bien qu'esquissée et apparaissant en filigrane de
pu clairement identifier les enjeux les plus indépendants des
l'analyse urbaine, n'est pas suffisamment mise en valeur pour
forces extérieurs, il n'en demeure pas moins que l'on ignore
servir d'assise à une réflexion stratégique prenant en compte
encore l'enjeu ou les enjeux prioritaires. Le diagnostic partagé
Ies enjeux les plus importants. Leur identification se fait alors
rassemble plusieurs acteurs qui ont chacun un avis différent
en deux étapes: par une approche ciblée thématique et par
sur l'importance d'un enjeu par rapport à un autre. Si dans
une analyse stratégique en deux phases.
un cadre purement professionnel l'on fait recours à plusieurs
acteurs (décideurs, investisseurs, économistes, urbanistes,
2.1. lJanalyse ciblée par profils urbains thématiques architectes, ingénieurs, sociologues, associations, comités
Lanalyse classique, même la plus approfondie, ne permet de quartier, etc.), dans le cas de notre simulation, nous avons
pas d'apprécier la situation quant au trois domaines d'intérêt pris en considération 3 acteurs principaux : le professionnel, le
relatifs à la performance urbaine, parce qu'elle ne cible pas citoyen et le décideur local. Un barème de notation (de 1- à 5) a
suffisamment ses champs d'intérêt. Son approfondissement servi donc de base d'évaluation à ces acteurs. La moyenne des
ne peut se faire qu'à l'aide d'une méthode AMC (analyse résultats donne une note finale qui définira l'enjeu prioritaire
multicritère), où les problématiques sont traitées chacune résultant du diagnostic partagé (la note la plus haute étant la
plus favorisée).
séparément. Pour chaque thème, des domaines d'analyse
sont ainsi spécifiés (population, bâti, infrastructure, services, Le résultat du diagnostic partagé combiné à celui de
gouvernance, etc.). Chacun d'eux sera décomposé en plusieurs l'analyse SWOT devrait par conséquent affiner le choix de
facteurs liés à des critères évalués selon un barème de notation manière significative. Lon cherche à trouver l'enjeu prioritaire
préalablement défini. Ainsi, à titre d'exemple, le thème de qui, entre autre, est le moins dépendant des enjeux exogènes
qualité du cadre bâti est décomposé en confort physique (état (puisqu'il faut agir à l'intérieur de la commune), mais aussi le
du bâti, lisibilité, ambiances sonores et lumineuses, qualité plus important parmi les autres enjeux définis par le diagnostic
des espaces publics, microclimat local et végétation) et confort partagé dont Ie rôle s'avère primordial, suivant un rapport entre
fonctionnel (offre d'habitat, d'équipements, infrastructures, les évaluations SWOT et DP:
transport et mobilité, environnement naturel, disponibilité du Note de l'enjeu = Note diagnostic partagé/ Note SWOT
foncie|; le thème de la maîtrise des ressources naturelles La note la plus élevée obtenue définira l'enjeu principal à
englobe la gestion et la disponibilité de la ressource en eau, prendre en considération dans les prochaines étapes. Plusieurs
en énergie, en sol urbanisable, la production et le traitement enjeux peuvent ainsi surgir comme prioritaires à l'issue de cette
des déchets; le thème de la protection contre les risques analyse combinée, mais dans la cadre de la simulation, nous
majeurs en présence concerne la résilience locale (intelligence
en avons choisi un seul, dans l'objectif de la démonstration de
humaine, technique et organisationnelle, outils et instruments la méthode.
disponibles) et la vulnérabilité des enjeux en présence
(populatlon, bâti, activités, infrastructures et environnement
natu rel).

tÿ* r HorsSérien"4- Décembrê2s12 1q1-


tr[i
L ts
nrlJril!lD
L-? t- H L, ilt i :l

Figure 7. Tableaux SWOT et DP relatifs à la problématique §- La plam§f§aatie m par ebjsrt§fs FFü CIu -&lty Visâ*m,
de la qualité du cadre de vie
Lenjeu prioritaire, ressorti de I'étape précédente
ffi Wi,# correspond à un problème principal dont découlera forcémenl
un objectif principal. Par conséquent, prendre en charge I'enjeu
signifie trouver une solution au problème et atteindre I'objectil
souhaité relatif au dit enjeu. La connaissance préalable des
causes du problème et de ses effets dans la commune est alors
fondamentale. La relation de cause à effet se construit par ur
arbre à problèmes, dans une logique inductive de liens entre
les causes directes et indirectes et leurs effets sur l'écosystème
urbain communal. Larbre à objectifs, en relation directe avec
l'arbre précédent, relie chaque problème à un objectif, dans
une logique de déduction. Ainsi apparaissent progressivemen'l
des objectifs partiels, dont la réalisation se traduira par un€
série d'actions, appliquées soit aux causes soit aux effets.
Les actions concernent plusieurs domaines, certains sonl
organisationnels ou liés à la gestion, d'autres liés au domaine
technique et à l'aménagement de la commune. Parmi ces
actions, et pour chaque thématique ciblée, nous allons nous
intéresser particulièrement aux actions que I'on pourra par la
suite traduire en aménagement du territoire de la commune
de Bab Ezzouar. (Ces actions sont représentées en gras el
soulignées dans le listing des actions, voir planche 03). Les
bases des orientations d'aménagement sont ainsi jetées pour
servir l'élaboration des cahiers des charges.

4" §patialiseti$rl d*s a*ti*ns st §mnsvet§olt dæels §æ

p§a*ificatiefi urba§ns *u -§lty Strætcgy,


Les mesures d'aménagement qui ont été prises dans
la commune afin de répondre aux objectifs préalablemenl
définis sont très diverses. Elles visent une modernisatior
générale, une ouverture sur les techniques et technologies de
construction et d'aménagement innovantes et désignent des
projets relativement audacieux qui cherchent à redonner vie è
la commune avec une meilleure qualité de vie, une meilleure
1. il ; i.:,i protection contre les risques majeurs mais aussi la préservatior
l.i,: ij I& des ressources naturelles en épuisement.
Fi§ure 3. Tableaux SWOT et DP relatifs à la problématique Parmi les concepts les plus importants citons celui de la

de la protection contre les risOleg.ryaieurs boucle végéta le qui est en réa lité un pa rcou rs vert et bleu, piétor
et cycliste qui démarre du centre de la commune en passanl
ii
!;l par la partie sud dont l'université USTHB. La route nationale
irl
qui scindait la commune en deux parties s'est vue attribuer
ææ*.* ;l
un statut particulier pour d'éventuelles mesures d'évacuation
i:' des blessés après une catastrophe. Aussi un jardin suspendu
€:' de l'horticulture vient enjamber cette voie rapide et permet è
11, la fois de connecter les deux parties de Ia commune, rappelanl
i:'
son ancienne vocation d'expérimentation agricole, mais serl
aussi de plateforme relais en cas d'évacuation d'urgence
et abrite un centre logistique au sol. Enfin, citons égalemenl
les fermes verticales pour lancer l'agriculture urbaine, les
systèmes de récupération et de gestion des eaux de plules,
intégration de l'énergie solaire, un système de parkings
automatisé, numérisation des espaces publiques et mise en
réseau des systèmes d'information et de communication, ains
que plusieurs autres aménagements et mobiliers urbains qu
offrent à la fois esthétique et performance.

****Jqa 1..rrL'., *
.:*

§::§

, t,i:a:: i.:: ,.
.
,.11,:,
$-': . ..
..:r.:
I i,i'
:.: :r.
:.1.
'.i
<æ*
"=æfF.
ffi
w
-=F w.æ
-i3
...J' æ,
t'--rll

-.-.<t:
l-\
F:., ;
E;
,':à

*:+1,
F
"Èl
§Ê
*
r..,
*t..
§...
H
' **1.

Ë Trrs §:ai,ê x' a ilgcenrni. 2a:? *&§**


EN DElTENIR

Les orientations prévues pour les trois problématiques se


Sources d'images:
traduisent ainsi par des projets pour lesquels une maÎtrise (1) Jardin privé (Landworks architects, USA)
d'ceuvre urbaine et architecturale serait invitée à innover et http://www.asla .orgl lamag/ lam06ldecem berldesign.htm I
dont la concordance et la superposition formule un seul projet (2) (74) Abri d'évacuation (X2shelte0
http://www.ecofriend.co m/e ntry/eco-hom es-x2shelteÊa-porta ble-green-home-
stratégique pour la commune (voir planche 5). iefl
for-d isasteÊrel
Nous avons constaté, à travers cette expérience, qu'un (3) (17) Poteaux verts (Parc MF0, Suisse)
http://www.landezine-com/index.php/ 2OO9/ 07 / mfo-park-switzerland/
projet urbain bien élaboré est le fruit d'une étude ardue et (4) Gestion Eau pluviale
méthodique. Sa réussite dépend du succès de chaque étape, http://www.ca ue45.f r/ru briq ueldoc-en-stock/dossiers-th ematiques.
du sérieux dont tous les acteurs concernés font preuve, des ph p?dossier=Gestion-u rbai ne_de_l_ea u_de-pl u ie
(5) Echelon éclairage public
conditions de la bonne gouvernance capable de faciliter les http://www.notre-pla nete. info/actua lites/actu-1252-red uction-consom mation-
analyses, ainsi que de la volonté d'implication des citoyens. energie_gestlon_eclai rage_pu blic. ph p
Quant aux éventuelles difficultés, elles sont probablement Iiées (6) Solar Tree

à la disponibilité des statistiques et des données diverses, à


http://p rod u its-btp. bati p rod u its.com/Artem id e/Sola r-f r ee/ f iche /
r?id=1557018100
la difficulté de I'organisation des rencontres et des réunions (7) Sun ïree
su ivant les disponibilités de chacu n. Il est évident qu'un tel projet http://www. pixe lcreation.fr / nc/ ga Ie rielvoi r/sous-les-paves-le-design/so us-
les_paves_le-design/su n-tree-sola rq uest-m ichel-tortel/
ne peut se faire qu'avec I'appui d'une forte volonté politique en (8) (l-2) LightTree
amont. Nous restons optimistes quant à la transition qui doit http://www. enviro n m enttea m. co m/con cept/light-tree-so la r-street-la m p-f illed-
s'opérer dans le système de planification urbalne en Algérie with-water/
(9) Parking à étage vert (Tokyo)
par I'intégratlon des outils de maturation stratégique des http://www.arch daily.com/81774/ sh inj u ku-ga rdens-cheu ngvogl/
actions, indispensable dans les conditions des défis à affronter (10 ) Ferme verticale
dans l'avenir par les villes. Nous nous attendons même à un http://www.ch ilea rq.com/web/proy eclos/ 2374/
(11) Paysage vert (Eco-city de Tianjin, Chine)
véritable bouleversement des consciences - c'est pourquoi la http://www.h u ma nosphere. info/20LL/ 72/lianjin-eco-city-u n-modele-de-ville-
connaissance de telles démarches par les professionnels de verle/
l'urbain, tant sur le terrain que dans la recherche et la formation, (13) Passerelle écologique (land bridge)
http://wwwjonesandjones.com/wor\/ pdf/ nalvallva ncouver-Land-Bridge. pdf
est une nécessité absolue. (15) Ecokiosque :
http:/'/www. e nviron m e nttea m. co m/co nce pt/eco k ios k-gree n-a Ite rn ative-fo r-

existi n g-street-kiosks/
(16) Mur vegetalisé ( Patrick Blanc, France)
http://www.m u rvegeta lpatrickllla nc.com/ #/fr/projects/geogra ph ica1161
(18) Paysage trame verte et bleue (Francois Leclercq, Paris)
http://www.f ra ncoisleclercq.f r/i ndex. php/projets/vievvil les-territoires/15

View publication stats

Vous aimerez peut-être aussi