Vous êtes sur la page 1sur 9

tronches de vin 2

est un contre-guide des vins conçu par un collectif de blogueurs ;


soit, pour ce deuxième volume, six blogueurs du vin, indépendants
et réputés.
À travers cet ouvrage, ils affichent une nouvelle fois leur volonté
tronches de vin
le guide des vins qu’ont d’la gueule
d’être une alternative aux guides des vins et aux critiques profes-
sionnels établis, souvent empêtrés dans des contraintes finan-
cières et publicitaires. Ou tout simplement blasés du buccal.
En dressant le portrait inédit de 120 vignerons atypiques issus de
12 pays différents – et, accessoirement, de leurs vins –, en
répertoriant plus de 250 cavistes affranchis en France, en Europe
et dans le monde, l’objectif pour les auteurs est de mettre au

tronches de vin 2
premier plan une viticulture alternative, engagée dans une
démarche plus globale, qui déborde largement la seule production
viticole. Le vin, en effet, se trouve aux avant-postes de l’agriculture
– enjeu de société s’il en est –, et dans ce grand bazar liquide,
chacun peut désormais boire bon mais aussi boire juste.

les auteurs
Patrick Böttcher
Olivier « Olif » Grosjean
Antonin Iommi-Amunategui
/ Marie Rocher

Guillaume Nicolas-Brion
Philippe Rapiteau
/ Marie Rocher

Éva Robineau

ISBN 978-2-35255-243-7
Préface
22 € Jonathan Nossiter
À Jean-Paul Rocher,
homme libre, tronche du vin et éditeur qu’avait d’la gueule. tronches de vin
le guide des vins qu’ont d’la gueule

Illustration de couverture: Michel Tolmer


© Les éditions de l’Épure / Marie Rocher, Paris, 2015 / Marie Rocher
Préface
par Jonathan Nossiter

Quand on parle de vin naturel, on ne parle pas de vin. Ni du «naturel»


dans le sens non-métaphorique. Surtout, on ne parle pas d’orthodoxie,
d’effet de mode ou de sectarisme inculte. Il se peut que quelques défenseurs
autoproclamés du vin naturel le revendiquent. Mais je pense qu’aucun
vigneron dont le portrait est esquissé dans ce livre ne serait content d’un
tel discours.
Car les protagonistes du mouvement du vin naturel ont de plus belles
choses en tête: la douce révolte contre une société en panne d’éthique. Et
ce livre est un merveilleux témoignage des mille et une façons qu’ils ont
trouvées de l’exprimer, chacun avec sa personnalité. Il suffit de goûter la
différence entre un aglianico, raconté par Antonio et Daniela de Gruttola,
doux radicaux de Campania, et un sulfureux pineau d’Aunis chanté par le
part-time rocker Pascal Simonutti dans le Loir-et-Cher, pour comprendre
qu’on parle de tout sauf de conformisme ou d’éphémère.
La révolution spontanée de ces paysans, néo-paysans et anciens agitateurs
(ou conformistes!) ayant fui la vie urbaine, a réussi en une décennie à
accomplir tant de choses dont nous rêvons tous. Leur engagement
écologique, civique et culturel avec leurs terroirs, qu’ils y soient nés ou
récemment installés, nous rappelle que la transmission saine de la tradition
est un acte profondément démocratique et libérateur. Quand l’histoire est
invoquée pour innover, même les plus grands cyniques du marché peuvent
être battus. Car la série de portraits de femmes et d’hommes libres, joyeux
et insoumis, ces tranches de tronches, révèlent qu’un autre monde – joyeux
et sain – est possible.
Cette affirmation d’une éthique dans les campagnes a été relayée par
les gens en ville: distributeurs, importateurs, cavistes, restaurateurs et
même – chose surprenante – par ceux qui racontent et qui révèlent; les
passeurs de parole.
Pendant des décennies, le monde du vin a été pollué par de pseudo-
journalistes qui construisaient des guides pseudo-objectifs, mais qui
n’étaient en fait que des agents de marketing pour les plus grands cyniques
du marché. La seule qualité qui les distinguait les uns des autres était la
façon dont ils affichaient leur ego.
7
PRÉFACE le guide des vins qu’ont d’la gueule
Avant-propos
À l’inverse avec ce livre, on découvre six blogueurs libres, humbles, Nous aimons le vin. Pour le picoler en convivialité, mais aussi parce qu’il
passionnés et désintéressés à tel point que les textes ne sont pas signés. porte en lui la plupart des contradictions de nos sociétés modernes. Le
Finalement, les auteurs s’effacent derrière les vignerons. Ces artisans de la pire, le médiocre et le meilleur s’y côtoient, se mangent le nez ou s’igno-
parole racontent l’enjeu des artisans de la vigne, qu’ils trouvent souvent rent, parfois d’un rang de vigne à l’autre, d’un lopin de terre au suivant. Le
aussi sympathiques que leurs vins. Surtout, ils cherchent à recadrer le vin devient alors une flamme liquide (et souvent joyeuse) pour allumer de
dialogue du vin là où il le faut: entre la culture et l’agriculture. nombreux sujets: agriculture, pesticides, agroalimentaire, industrie, artisa-
nat, commerce, politique, mondialisation…
JN
Dans cette internationale du vin, nous avons depuis pas mal d’années
identifié une catégorie qui se distingue du reste, qui gicle clairement du lot.
Cette catégorie, c’est celle du vin naturel.

Une catégorie de vin polémique et bancale, parce qu’idéale; parce que le


vin naturel est fait à partir de raisins impeccables, par des artisans qui ne
cherchent pas spécialement à s’agrandir et grignoter des parts de marché
(certains préfèrent même rapetisser) mais à travailler en accord avec leurs
convictions. Ainsi, un vin naturel est issu de vignes bio ou biodynamiques,
son moût n’est pas (ou à peine) rectifié; il a simplement la gueule et le goût
du coin de terre et de l’année qui l’ont vu naître. Une fois en bouteilles,
il n’ira pas bleuir sous les néons de la grande distribution, mais égayer les
rayons heureusement plus vivants d’un caviste alternatif, lui aussi artisan de
son état. La boucle est bouclée.

Le vin naturel est ainsi le fil rouge (et blanc, et rosé, voire orange) d’un
cercle vertueux, qui va du sol au verre. Un missile sol-verre qui explose en
bouche, sans faire d’autres victimes qu’une ou deux bouteilles.

Mais ce vin idéal est peut-être surtout l’expression d’une contre-culture


dans l’agriculture.

Cet aspect est important: en se situant en marge (contre-culture oblige) du


vin et de l’agriculture officiels, en étant objectivement hors-la-loi (n’étant
pas réglementé, sa mention à titre commercial est illégale), le vin naturel
attire à lui des buveurs différents, souvent plus jeunes ou réceptifs, qu’il
touche et interpelle sur des problématiques autres que le seul vin.

En cela, le vin naturel est autant une source de plaisir inépuisable, qu’un
outil de mobilisation politique. C’est un vin très humain, finalement.
8 9
AVANT-PROPOS le guide des vins qu’ont d’la gueule
Les auteurs
Bien sûr, Tronches de vin – le guide des vins qu’ont d’la gueule n’a pas pour Tronches de vin 2 est un contre-guide des vins conçu par un collectif
ambition de «mobiliser»; juste celle de mettre en avant, plus longuement de blogueurs; soit, pour ce deuxième volume, six blogueurs du vin,
que dans pas mal d’autres publications, celles et ceux qui font ces vins: indépendants et réputés.
hommes et femmes, jeunes ou vieux, cultivant et vinifiant leurs vins le plus
librement possible. À travers cet ouvrage, ils affichent une nouvelle fois leur volonté d’être
une alternative aux guides des vins et aux critiques professionnels
Au-delà, nous ne nous enfermons pas dans une (prétendue) idéologie, établis, souvent empêtrés dans des contraintes financières et
radicale ou exclusive; j’en veux pour preuve qu’on s’autorise aussi des pas publicitaires. Ou tout simplement blasés du buccal.
de côté, vers tel ou tel vigneron qui nous semble prometteur ou simplement
digne d’intérêt. En dressant le portrait inédit de 120 vignerons atypiques issus de
12 pays différents (et, accessoirement, de leurs vins), en répertoriant
Il n’y a pas non plus de délire romantique ici, d’idéalisme détaché du verre: plus de 250 cavistes affranchis en France, en Europe et à travers le
ce vin alternatif, certes plus libre, affranchi des prescriptions de l’agro- monde, l’objectif pour les auteurs est d’abord de mettre au premier
industrie, entend d’abord donner du plaisir, parce que, pour paraphraser un plan une viticulture alternative, engagée dans une démarche plus
critique rock déjanté et précurseur dans un film oublié: «Il n’y aura jamais globale, qui déborde largement la seule production viticole. Le vin,
qu’une forme de modernité dans l’histoire du monde, c’est le plaisir.» en effet, se trouve aux avant-postes de l’agriculture – enjeu de société
s’il en est –, et dans ce grand bazar liquide, chacun peut désormais
Ainsi, ce vin actuel, naturel, se veut bon à boire avant tout: accessible
mais pas simpliste, digeste mais expressif, honorable mais sans chichis boire bon mais aussi boire juste.
ni cérémonie… Disons, en bref, que voici à nouveau des vins qu’ont
d’la gueule.

Antonin Iommi-Amunategui. Paris, le 26 septembre 2014

10 11
LES AUTEURS le guide des vins qu’ont d’la gueule le guide des vins qu’ont d’la gueule LES AUTEURS

Olivier Grosjean Philippe Rapiteau


51 ans, est le serial dégoupilleur 57 ans, tient haute
du «Blog d’Olif» «La Pipette aux 4 vins»
(www.leblogdolif.com) (http://pipette.canalblog.com).
depuis bientôt 10 ans: Vendéen, il connaît les vins de
une éternité en temps Internet! Loire comme sa poche, mais balade
Hédoniste, inconditionnel du régulièrement sa barbe amicale
Jura où il vit, c’est aussi un grand dans tout le vignoble.
spécialiste des vins «nature». Et lui aussi, il a une grosse
Et sans doute le Pierre Desproges décennie de blog au compteur !
du vin.
Éva Robineau
Antonin Iommi-Amunategui 28 ans, sévit sur «Oenos»
40 ans, est le trublion de (www.oenos.net).
«Vindicateur» et «No wine is Jeune femme 2.0 – elle aurait le
innocent» (www.vindicateur.fr mot twitter tatoué au bas du dos
et http://blogs.rue89.com/ – et benjamine du groupe,
no-wine-is-innocent). sa fraîcheur souffle dans les
Empêcheur de boire en rond, voiles du projet.
pour lui le vin ne doit pas porter Attention, fille d’Angers, fille
de mocassins à glands, mais des dangereuse, elle aime que le vin
banderoles de manif. Depuis ne lui prenne pas la tête, au sens
2 ans, il organise un salon des vins propre comme au figuré.
«actuels et naturels», adossé au
média Rue89. Patrick Böttcher
54 ans, Suisse élargi en Belgique,
Guillaume Nicolas-Brion est l’un des plus vifs défenseurs
33 ans, a «du morgon dans les des vins libres (c’est aussi le nom
veines» (http://dumorgondansles de son blog: www.vinslibres.net)
veines.20minutes-blogs.fr). actuellement en circulation.
Chien fou du vin naturel, il a Il fraye un peu partout en Europe,
un flair certain pour dénicher les d’un salon des vins naturels à
perles troublardes du vignoble. l’autre (quand il n’en organise pas
Il boit aussi de l’arak palestinien un lui-même, bière comprise).
ou du mezcal infusé au blanc de Amoureux fou, mais pas furieux,
poulet. À l’heure où nous publions des vins italiens et alsaciens, il
ces lignes, il voyage un peu partout compte bien être enterré dans
dans le monde avec sa belle. un foudre rempli de riesling.
12 13
Laurence Alias le guide des vins qu’ont d’la gueule BORDELAIS

& Pascale Choime historique. Depuis fin 2008, ce sont Laurence et Pascale qui la bichonnent.
le haut-médoc, espace naturel(les) Pas vraiment une terre à vigne, plutôt des palus. Un sol d’argile, mais
surtout de sable et de limons, où les variétés présentes ont souvent été
complantées par marcottage; et une massale sur site s’impose désormais.
Le Médoc, lorsque la vigne est dans sa parure estivale, c’est un peu comme
Aucune trace de phylloxera ici. Notez que la densité à l’hectare, si elle n’est
une armée en ordre de marche, que l’on peut passer en revue. Dans un
pas vraiment homogène, est suffisante pour que la parcelle soit classée en
rêve bizarre, on pourrait voir ces régiments se mettre en marche, franchir
AOC Haut-Médoc. Depuis 2011, la cuvée a pris le nom de Baragane, du
la dernière croupe de graves et plonger dans la rivière, qui n’est jamais
nom des poireaux sauvages qui poussent dans cette parcelle.
trop loin de la D2, la route départementale qui traverse ce célèbre paysage
viticole, en passant devant tous les prestigieux portails. Le domaine, Closeries des Moussis, est apparu en 2009, fruit de
l’imaginaire des deux Médocaines d’adoption et de leur envie de faire du
À Arsac et aux alentours, il est possible de trouver quelques parcelles
vin autrement. Il faut dire que Pascale est déjà bien connue dans la région,
ébouriffées, que d’aucuns qualifieraient aisément de sauvageonnes.
de par son expérience de maître de chai au Château Dillon, ayant vu passer
Les vignerons et vigneronnes qui s’en occupent n’ont rien de supposés
moult promotions de BTS viti-oeno du lycée viticole de Blanquefort, mais
hurluberlus, même s’ils ont pour stratégie de ne pas en avoir, ou si peu,
aussi par sa pratique de la sculpture sur ferrailles. Laurence, quant à elle
et de faire en sorte que la vigne se porte bien et donne ce qu’il lui plaît
originaire du Gers, a préféré concrétiser sa formation de gestion des espaces
de donner. Affirmer qu’à coup sûr chaque cep est identifié relève de la
naturels, et s’attache désormais à conduire le cheval du domaine, un trait
gageure.
breton, dans les quelques parcelles, soit au total 1,40 ha.
À Cantenac, on trouve même 35 ares environ d’une vigne pré-phylloxérique,
L’autre spot des Closeries a pour cadre des vignes proches du Château
à laquelle il faut donner avant tout une dimension patrimoniale, voire
Sénéjac, au Pian-Médoc, soit quatre petites parcelles, dont 70 ares
récupérés en 2010, sur des sols de graves garonnaises et du sable, le tout
sur un socle d’argile.

S’il ne faut pas manquer la cuvée domaine, Closeries des Moussis, en


2012 est apparue une sorte de «cuvée primeur», Virevolte et même
depuis, un rouge pétillant, Spoum, pour le moins original. Une autre
image du Médoc!

Laurence Alias et Pascale Choime – Closeries des Moussis


Agriculture biologique
Appellation : Haut-Médoc, Vin de France
23, allée du Blanchard – 33460 Arsac
+33 (0)6 70 61 31 39
www.closeriesdesmoussis.fr
14 15
Cyril Alonso & Florian Looze le guide des vins qu’ont d’la gueule BEAUJOLAIS

transparents ils indiquent tout. Quand il y a zéro soufre, ils le mettent. Mais quand,
à la mise, ils ont dû monter à 105 mg de SO2 total sur un pouilly pour
Quand on a comme Cyril Alonso un père grand pote de Marcel Lapierre, éviter qu’il vrille, ils l’ont indiqué aussi. «Le client allergique au soufre, il
le vigneron emblématique du beaujolais naturel, c’est un peu comme si prendra le saint-véran sans SO2 à côté.» La plupart de leurs vins restent
une fée de pur gamay s’était penchée sur votre biberon. Aujourd’hui, d’ailleurs sous les 30 mg total.
Cyril a 44 ans et plus de 25 ans de métier au compteur. Il est passé par
la sommellerie, il a vinifié dans le Bugey avec Jacques Néauport (autre Idem avec les vignes. Cyril et Florian privilégient le bio, et avancent sur le
légende du vin qui va bien) et, bouclant la boucle, a fait en 2006 une long terme dans cette direction. Ils en sont à 70 % de parcelles en bio.
cuvée de pétillant avec Lapierre lui-même.
P-U-R, aujourd’hui, c’est environ 120 000 bouteilles, 14 cuvées. Dans le
Il fonde P-U-R (Production Unique Rebelle) en 2009. Florian, son grand Rhône, le Beaujolais et le Mâconnais. «Une parcelle correspond à un jus.
pote à lui, le rejoint en 2010. P-U-R, c’est un label, une marque, pour Un terroir, un millésime. Toujours en cuve, jamais de bois. On est des
un négoce à part. Que des sélections parcellaires. L’idée c’est de capter passeurs, pas des vignerons, on ne met pas notre patte.»
l’esprit d’une parcelle, quitte à la zapper une année si ça n’a rien donné de
Le fait de travailler pas mal de volume leur permet aussi de sortir des canons
beau. Que de la recherche de vins naturels, vivants, vinifiés sans intrants et
accessibles: «Il ne faut pas être élitiste, c’est le risque du vin naturel.»
surtout, en totale transparence.
Avec 90 % des vins qui partent à l’export, on peut mesurer à quel point
Concrètement, depuis 5 ans, cela consiste à publier les résultats des le concept fonctionne. Pour ce qui ne s’est pas envolé, plein glou sur le
analyses d’acidité volatile et de soufre total sur chaque étiquette. «Quand Régnié sur Granite 2013, précis dans son fruit joyeux et profond, ou sur
tu es négociant, tu soulèves toujours une suspicion.» Alors chez P-U-R, le génial Morgon Côte du Py 2009 (je suis morgon de toi).

Dans les cuvées à guetter, C’est fini (une parcelle de 80 ans sur Régnié qui
va se faire arracher), Poche à Gnôle (BIB de mourvèdre) et un joli doublé
Châteauneuf-du-Pape et Gigondas sans soufre… Ultime projet dans
les tuyaux du pur duo? «Prendre de la vigne, s’établir sur un domaine
viticole.» Maintenant qu’ils se sont fait un nom, ils sont prêts. Et ce sera
dès cette année, dans le Beaujolais.

Cyril Alonso et Florian Looze – P-U-R.


Vin naturel
Appellation : Morgon, Régnié, Beaujolais-Villages, Beaujolais, Côtes-du-Rhône
Villages, Bourgogne aligoté, Saint-Véran, Pouilly-Fuissé, Côte-Rôtie, Vin de France…
137, boulevard Antonin-Lassalle – 69400 Villefranche-sur-Saône
© Ito San

+33 (0)9 65 03 13 33
www.vinpur.fr
16 17
Jean-Pierre & Pascal Amoreau le guide des vins qu’ont d’la gueule BORDELAIS

les empêcheurs de vinifier en rond le même prix qu’avant le coup de projecteur. Un an après l’affaire, le mag-
num se buvait encore en échange de 58 euros dans le restaurant parisien
Pas de cochonneries chimiques dans les vignes, pas de flying winemaker, pas d’Yves Camdeborde. Loin des bordeaux surélevés, confiturés, vanillés, voici
de collage, pas de filtration, peu voire pas de soufre ajouté, pas d’élevage un Le Puy aérien, épicé, câlin.
en fût trop marqué, pas de vente au négoce… Depuis 1610, le château
Le Puy cultive sa différence sur 50 ha dans le Bordelais. Aujourd’hui, Jean- Cette cuvée, qui n’est rien d’autre que l’entrée de gamme, s’appelle doréna-
Pierre et son fils Pascal veulent faire reconnaître la singularité de leur terroir vant Émilien. Suit Barthélémy, élevé 24 mois sans soufre: il est «l’expres-
de Saint-Cibard, à l’est de Pomerol et de Saint-Émilion: ils ont donc sion originale du terroir». Puis des raretés: Marie-Cécile (blanc sec sans
déposé un dossier à l’Inao en 2011 pour obtenir leur propre appellation ajout de soufre, 100 % sémillon, très classe), Marie-Rose (rosé de saignée
sur les 5,60 ha du Coteau des Merveilles. Jean-Pierre désire aussi se retirer dont le cépage change chaque année, sans soufre ajouté) ou Blaise-Albert
de l’AOC Bordeaux Côtes-de-Francs pour démontrer le formatage du (cuvée grand luxe, élevée 11 ans).
système actuel. «L’Inao m’a écrit, confie-t-il en mai 2014. Ils m’ont dit:
le problème chez vous, c’est que le vin n’est jamais le même. Ils voudraient D’autres projets trottent dans la tête de la famille Amoreau. En 2013, qua-
que le vin soit lissé.» tre barriques ont embarqué sur un voilier. Portugal, Brésil, Caraïbes, Aço-
res, Pays nordiques: le voyage a duré 8 mois. «Nous avons choisi d’élever
Il faut dire que la jalousie rôde dans les alentours… Un matin de mars un vin comme le faisait les vignerons du XVe siècle: la mer et le vent leur
2009, la boîte électronique du domaine déborde de courriels. Le millésime ont donné une rondeur et une expression uniques. Ils seront mis en bou-
2003 vient d’être couronné «meilleur vin du monde» par Les Gouttes de teilles à l’automne 2014 sous le nom de Retour des îles», rapporte Valé-
Dieu, un manga japonais dédié au vin. Au lieu de jouer la spéculation, Le rie Amoreau, fille de Jean-Pierre, sœur de Pascal. L’expérience devrait être
Puy stoppe les ventes de ce millésime, les réservant aux clients fidèles pour renouvelée pour le millésime 2013.

Valérie martèle qu’il faut «innover dans la continuité». Un slogan certes,


mais derrière les mots il y a un réel engagement. «C’est pour notre famille
le meilleur moyen de respecter le savoir-faire que nous ont transmis nos
ancêtres et de toujours progresser. Nous ne nous occupons pas de l’immo-
bilisme ou des formatages divers.»

Jean-Pierre et Pascal Amoreau – Château Le Puy


© Michel Fainsilber

Biodynamie, vin naturel


Appellation : Bordeaux Côtes-de-Francs, Vin de France
33570 Saint-Cibard
+ 33 (0)5 57 40 61 82
www.chateau-le-puy.com
18 19

Vous aimerez peut-être aussi