Vous êtes sur la page 1sur 2

Section Orly Escales

Orly Ouest – 3e étage


94 396 Orly Aérogares Cedex A
194
Tél. : 01 41 75 63 67 Fax : 01 41
09/02/2011 75 61 03

OUI, INDIGNEZ-VOUS !

A l’heure où certains témoins de l’Histoire nous interpellent et nous incitent à


nous indigner, des passagers et salariés d’Air France témoins d’expulsions,
sont menacés pour l’expression de leur indignation.

Le Ministère de l’Intérieur a donné la consigne à la PAF de diffuser à nos passagers


sur nos lignes, et à l’intérieur des nos avions concernés, une notice d’information
contenant toute une liste de peines et d’amendes, le tout accompagné de la directive
de : « ne pas vous associer » aux sollicitations pour protester contre ces pratiques
d’expulsions de familles sans papiers.

Rappelons que ces familles n’ont, comme culpabilité,


que celle de n’avoir pas de papiers.

Ainsi des humains étrangers deviennent l’objet d’une politique délibérément


utilitariste. Si nos gouvernants n’hésitent pas à piller les capacités et talents dans le
monde, ne seraient « acceptables » que les étrangers perçus comme rentables
pour l’économie française. Quant aux autres, ni leur situation personnelle, ni leur
situation familiale ne leur confèrent de droits, au point que les régularisations
deviennent quasiment impossibles. Ainsi est créée une nouvelle catégorie de
travailleurs étrangers dont la durée du séjour est limitée au bon vouloir de leur
patron. De plus, la suppression du droit à la délivrance d’un titre de séjour, pour les
étrangers présents depuis au moins dix ans en France, les condamne à l’irrégularité
perpétuelle. Par ailleurs, la réforme du droit d’asile réduisant largement les conditions
d’octroi du statut de réfugié, c’est l’ensemble des droits des étrangers qui est en
danger. En stigmatisant les étrangers, le gouvernement tente de nous opposer les
uns aux autres et il brade les libertés fondamentales.

Notre organisation syndicale qui, par ailleurs soutient le mouvement RESF (Réseau
Education Sans Frontières), considère que l’indignation ne peut céder le pas
devant la menace.

D’ailleurs, l’article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH-


1953) préserve le droit à une « vie familiale normale ». L'expulsion par un Etat,
d'étrangers en situation irrégulière lorsque leurs enfants sont scolarisés, est
incompatible avec la CEDH.
S’il est vrai qu'en 2005 une nouvelle Loi (L622-1) du Code de l’entrée et du séjour
des étrangers et du droit d’asile précise que : « Toute personne qui aura, par aide
directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée, la circulation ou le séjour
irrégulier, d'un étranger en France sera punie d'un emprisonnement de cinq ans et
d'une amende de 30 000 Euros », nombreux sont ceux qui, fort heureusement,
considèrent que cet article est contraire aux valeurs de la République Française
et constitue un « délit de solidarité. Le 31 mars 2009 une proposition de loi, visant
à supprimer ce délit avait été déposée.

Par ailleurs, il est inacceptable que nos avions soient le théâtre de scènes
d’intimidations y compris vis-à-vis de nos passagers (comme sur le vol BKO du 20.01
où des CRS armés, casqués, boucliers à la main sont monté à bord pour procéder à
l’expulsion de passagers qui manifestaient leur indignation ou la prise de photos et
films des passagers).

Outre le problème de fond, il faut qu’Air France arrête de participer à ces


reconduites

Comme un nombre de plus en plus important de citoyens,

nous affirmons que l’humanité et la solidarité sont des principes

supérieurs sans lesquels il n’y a pas de Société digne de ce nom.