Vous êtes sur la page 1sur 358

PURCHASED FOR THE

UNIVERSITY OF TORONTO LÎBRARY

FROM THE

CANADA COUNCIL SPECIAL GRANT

FOR
LINGUISTICS
I
NOUVEAU

DICTIONNAIRE
NIÇOIS-FRANÇAIS
AVEC LA PLUS SLMPLE ORTHOGRAPHE ET LA PLUS CONFORME

A CELLE SUIVIE PAR LES AXCIENs' ÉCRIVAiNs' NIÇOIS

AVEC LA CONJUGAISON DES VERBES IRREGULIERS NIÇOIS


FÉMININ DES ADJECTIFS NIÇOIS

ET LOCUTIONS NIÇOISES, etc.

PAR

J.-B. CALVINO
Professeur d'Italien, Officier d'Acavlémie
Félibre de V « Escola de Belanda » (Manienance de Provence)
Un des auteurs de la Gramviaire de Vldiome Niçois

^^:\3^

NICE
IxMPRIMERlE DES ALPES-MARlTlMES
16, Rue Saint-François-de-Paule, 16

1 oos
Mademoiselle Rose NET D'ELCHINGEN,

Confiant en votre grande bonté, je me permets de vous


adresser ces quelques lignes par lesquelles je sollicite de
Vous grand honneur de vous dédier mon dictionnaire
le

Niçois-Françaishonneur que j'aurais sollicité de feue


;

Madame votre Mère la Princesse d'Essling, honneur et


faveur quelle ni aurait facilement accordés à cause de sa
grandeur dame, de sa Bonté innée et de sa Charité
vraiment chrétienne. Permettez- moi, Mademoiselle, de
vous citer un seul exemple de la Bonté et de la Charité
de feue Madame la Princesse d'Essling : Un jour quElle
se rendait à sa Villa Victorine elle rencontre une famille
composée de plusieurs enfants tous déguenillés. Elle se fait
conduire chez eux et vogant leur état de pauvreté et de
dénuement, les habille tous de neuf ; fait que tout le
monde à Saint- Augustin- du- Var répète en louant la
grande Charité de la Princesse.
Quand on a célébré la Messe de Requiem dans l'Eglise
de Saint-Pierre, fg ai vu les délégations de toutes les
Sociétés de Secours Mutuels accompagnées de leur bannière
respective, venues là pour pleurer et pour prier pour l'âme
de la Princesse d'Essling, leur bonne et généreuse Bienfai-
trice. Et la voix qui se répétait dans toutes les bouches à

Nice, lorsqu'on a appris la mort si prématurée et si


inattendue de la Princesse était : « La famille perd
— VI —
beaucoup, mais les pauvres de Nice perdent encore plus ! »
Tout cela vous dit donc de quelle estime et de quel amour
Elle était entourée à Nice, et quand je dis que j'étais sûr
et certain quElle ni aurait accordé la faveur de mettre son

nom en tête de mon livre, je crois ne pas me tromper.


Mais comme Elle n'est plus, je vous prie, Mademoiselle,
Vous qui êtes si bonne et qui étiez sa Coadjutrice, non
seulement dans le bien quElle faisait, mais aussi dans son
amour pour Nice et pour tout ce qui regardait Nice, tellement
que vous avez voulu apprendre le beau et riche langage
niçois si dénigré à tort par ceux qui ne le connaissent pas,
je Vous prie, dis-je, d'accepter la dédicace de mon modeste
ouvrage qui sera ainsi honoré de deux des plus grands
Noms Français : NEY et ASSÉNA.M
En attendant, Mademoiselle, veuillez agréer les sen-
timents' de ma plus vive reconnaissance.

Votre Serviteur,

J.-B. CALYINO.
PRÉFACE
Dans cette préface, je m'adresse particulièrement à l'aimable
lecteur, soit niçois, soit étranger à Nice, pour lui demander son
indulgence sur la nouv^elle orthographe de ce dictionnaire. Dans
mon but qui est, non pas de réformer l'orthographe de notre langue,
mais de lui rendre son 'ancienne clarté, je ne suis animé que de
l'amour de la simplicité et du souci de suivre, autant qu'il me
sera possible^ la manière d'écrire des anciens. Pour cela, je n'aurai

qu'à propager les écrits de Frances Pellos et de Johan Frances


Fulconis, vieux auteurs niçois, et les notes du capitaine Todon, (•)

savant linguiste et niçois également; que je citerai : le premier, par


la préface et la conclusion de son Traité d'Arithmétique et de
Géométrie '^^
; le second, par la préface de son Traité d'Arithmé-
tique ^•^^; et le dernier par une de ses nombreuses notes récoltée
dans le Dictionnaire Provençal d'Honnorat, ouvrage qui fut jadis
sa propriété et qui est aujourd'hui en ma possession.

Sen segue de la art de arithmeticha et semblantment de ieu-


met'ia dich ho nominats : Compendion de lo ahaco.

COMPENDION DEL ABACO


leus donc a mi gratia: et sia en son plaser : che fassa principi
he fin de aquest compendion de abaco de art de arithineticha he

(') Todon, capitaine de frégate en retraite, grand érudit, philologie


familiarisé avec neuf ou dix langues, grec, latin, hébreu, arabe, anglaÎK,
italien,espagnol, portugais, bas breton, etc a laissé de très intéressantes
,

notes sur le Dictionnaire Provençal d'Honnorat.


(2» Compendion de lo abaco de ¥. Pelh s. — Cet ouvrage se trouve à la
Bibliothèque Municipale de Nice.
(3) Opéra nova d' Arisniefhica on Cislcrna Fulcronica de.I.-F. Fulconis.

— Cet ouvrage se trouve à la Bibliothèque Municipale de Nice.


— VIII —
feemblantment dels exemples de ieumetria contengut en los présent
sequents eapitols : losquals tracteray sub brevib." tant coma a mi
sera possibile per che los citadins de la Ciutat de Nisa son subtils
et speculatieusen ogni causa et specialment de las dichas arts: non
obstant ordeneray la présente opei'a per eapitols debitament enten-
dabla a un cascun per so che las dichas arts son necessari : nedun,
a merchans : mas ad ogni persona de che condition se vulha siaper
so vulhas solicitar de aver la copia del présent libre : en lo quai
veyres bel cop de subtilitas :Coma se segue après comensant al

présent prumier capitol de nummar loqual sen segue.


Conclusion
Complida es la opéra, ordenada he condida, -

Pei' noble Frances Pellos citadin es de Nisa,


Laquai opéra, lia fach, pi'imo ad laudem del criator
Et ad laudour, de la ciutat sobredicha
La quai es cap de terra nova en puensa,
;

Lontat es renomat, per la terra universsa.

(Lnpresso in Thaurino lo présent compendion de abaco per


meistro Nicolo Benediti he meistro Jacobino Suigo de Sancto
Germano. — Nel anno 1492 ad Di 28 de Septembrio.)
PROHEMI
Al nom de Dieu ansi sia per intrada,
Per comensar Topera preparada
A la fasson dels notarijs lacent :

Als instrumens per constuma usada


Del drech (3annon, et civil approvada
p]t per sainct Paul apostol escrivent
Als Collocens, capitol ters disent
So que fara, ou dira es condecent
Sempre invocar la maiestat sacrada :

La pi-egui donc al mieu comensament,


Donne favor al mieu entendement,
Per acomplir Topera già pensada
Et cogitant la scientia tant honesta
De arismeticqua a tous non manifesta,
Et profitabla a tous los urais mercans,
Per nen fachar ni- se rompi'e la testa,
Sia nuech ou iourt obrant, ou sia la festa
Et proffitar a tous bons escollans,
— IX —
Parelhament a tous bons artesans,
Et altras gens, menant mercandies grans :

Mi suc pensât los movre de molesta,


Et los seoorre d'intellect, et de mans
Coma si deu usar de urajs christians,
Aquest libret compausar per requesta.
Conten aquest lo conté entier plenarij,
Per lurs titols no m as en lur Sommarij,
En lurs reglas quattre prémierament :

Reglas de très, et reglas de contrarij,


Et compagnies, baratas et tout vari
Conte roraput : après parelhament
Per tantas reglas de lentier brevament,
Et après reglas breviadas araplament,
Florentinas dichas da linventarij,
Et soldeân ren manchant ioliament,
Pozetion falso escricha parelinent
Et a la fin reglas de bon lunarij.
A quest libret senzagran retoriqua,
leu, lohan Finances Fulconis, nat de antica
Deliensola : mantenent habitant.
En la Cieutat de Nissa magnifica.
Monstrant de scrieure, aussi d'arismethica,
Aquest ay fach en lengage versant
De tal cieutat Et Provensa abondant
: :

Car tal lengage tant al mendre que al grant


Plus comun es, d'emperarla Theoricqua,
De tôt parlar, Latin, Grec, AUamant,
Italian, Francés, non delaysant
Plus facilment ung prest ha la pratica.
Pertant lectors en vo^tre florent âge :

Que desiras scientia per heretage


De ben contar ayans vostra intention,
:

Si lo fares, non pilhares domage :

Mes tal sera reputat home sage,


Quant el saupratres ben far sa rason^
Pertant aquest vos mostra la fasson :

Non espargnes argent per vostre pron,


Àquesthaver a faire vostre usage,
Si alcun error digne de reprention
Vos trobessas, Haias supportation
Carbon caval briiqua ben davantage.
Ainsi ay dich.
(Opéra nova d'Arîsmethica, intitulada « Cisterna Fultronica »
a Lyon, par Thomas Berthau —
1562.)
Essai de la manière d'écrire lé niçois le plus en harmonie avec
le système suivi par les anciens Troubadours :

Sobre dos panchan^d'un collet tojor vert,


lo
Da li da la frucha en toi lu temp cubert,
flor,
Luec que sembla encantat e don Flora e Pomona
Han fissat lo sieu regn e l'eçut la corona,
En de temp reculât, lu Roman lu premier
Las d'aver tant vincut basti.«seron Cimier.
En un solet moment, don si segava Terba,
Si ve naisse a gran frès una villa superba.
Tôt era ben réglât, Tome d'aquelu temp
Era autant buon sorda^ que tranquil citoaien ;

Ma lu nuostre paisan, se de li man li scap[»a


ho magau, lo rnsteu, lopoiron o lasappa
Que pilhon lo fusieu per défendre un buon Rei,
Lu travalh campagnart non li semblon plus bei.
Avem sensa perque ni coma,
beu fulhetar :

Lu famos Cincinnat non si trôvon qu'a Roma.


Cimier, somes alora ai sorda^ murador.
Dei plu5 bei monument s'ornava cada jor
Era aqui lo Forum, don l'eloquensa ardida
Mostravadei Caton la vertu non timida :

Lu temple eron brilhant e tant d'idolo d'or :

Venion dei Ministre engraissarlo trésor.


De Cirque eron bastit, don. per gagnar l'estrena,
L'atleta ensanglantât si rolava en l'arena,
E lo poble soven, que non era pas sot,
Jugava aqui de Piaut li farsa e lu buoi mot ;

Cora, au bort de la mar. la miserabla Nissa


Eraembe doi barraca, encar sensa taulissa ;

Ma lotemjo destructor, emb'au dalh a la man,


Non ha pa5 respettat lo travalh dei Roman.
(Extrait de In « Nemaida » de Rosnlhide Rancher.
Tra?iscrit selon le système orthographique de M. le capitaineTodon]

Notes de M. Todon sur cet essai d'orthographe — Les lettres


en italique ne se prononcent pas — C^ a le son du c italien dans
ceci (tchetchi^ — / et ge, gi ont le son du g italien... (dgé, dgi) —
Lh a le son de VI mouillé : travalh (travail) — Le e a deux sons :

l'un fermé, levar (lévar) ; l'autre ouvert^, leva (leva) — L'o est
tantôt 0, tantôt ou : trova (trôva) ; trovar (trouvar) — h'u a
généralement le son français w... Luna, pruna, buo (il boit), muo,
XI

prononcés Lùna, prùna, bùou, mùou ;


Il a le son de ou dans les

diphtongues uo, au, eu, ou : huon. suon, vau (je vais ;


il ou elle

vaut), sau (sel ; il ou elle sait), meu (mèou, miel), peu (pèou, peau),
ou (œuf), bou (bœuf).
N.B. — uo prononcé ouo est toujours uni à une consonne...
huon, suon, tuort, et il est toujours final lorsqu'il est prononcé uo :

7nuo, buo, cuo.

Et l'on pourra se rendre compte par le tableau suivant que


mon système orthographique, tout en s'arrangeant du dialecte
niçois moderne, ne diffère en aucune façon de celui suivi par ces
trois éminents écrivains, si ce n'est pour 17 mouillé que j'ai cru
plus juste et pliis facile d'employer à la place du ^/i des troubadours.,

O ayant le son de ou (i)

1° — Dans Pe//o5, je trouve les mots suivants : no7n,comensnr,


fasson, invocarj coma, tot,pron.
2° — Dans /ùz/co/i/s, je trouve les mots suiv^ants : compendion^
coma, persona, complida, ordenada, renomat.
3° — Dans Todon, je trouve les mots suivants : sobre^ dos, toi,

Fomona, corona, tôt.

O ayant le son de ô
1° — capitols, ogni, opéra, copia, cop, noble, nova.
2° — opéra, apostol, capitoI, movre, conté.
3° — Flora, orne, trdvon. Forum or, trésor.

C ayant le son de s
1° — principi, citadins, ciutat, specialment, necessari, solicitar,
2° — facent, civil, Collocens, Frances, Cieutat, facilment.
3° — Cimiev, citoaien, Cinchmat, Cirque.

(i) Remarquez que pour être plus conséquent dans le nouveau système
orthographique que j'ai adopté, je rejette de mon Dictionnaire la consonne
composée on et Y h ayant le son de 17 mouillé que j'avais adopté dans ma
Grammaire.
— XII

Ch ayant le son du c italien (tcli)

1° — dich, dlchas, merchanSy fach^ sobredicha.


2° — drech, fachar, nuech, dlchaSj escricha, fach_, dich.
30 — panchanij fvucha.
O ayant un son dur devant ue, ni
1° — segue employé).
(trois fois
2° — pregui,
3° — (N'a pas dVxeinple).
J (i) ayant le son du d^jj

1" — leus pour Jeus ou Jesu


2° — maiestat pour majestaty iourt ^ouv joavt, ioUament pour
joliament, lohan pour Johan.
3° — tojov, j'ov,

I-li
Jugava.

ayant le son de VI mouillé


i
1° — vulha, vulhas.
2° — parelhament, pilhares.
3« — pilhon, tramlh, fulhetav , brilhant, dalh.

Qu ayant le son du cli italien ou k français


1° — aquest, sequents losquaU, quai.
2° — arismethicqua, aquest, requesta, quattre^ retorlqua théorie-
qua, que, bruqua.
3*^ — que. aquelu, tranquil perque, aqui, eloquensa.

Je ferai suivre ce tableau par uue notice sur la valeur que je


donne aux voyelles et à quelques consonnes.

(i) La leUre / n'existait pas expressément dans l'alphabet romain :

néanmoins comme la lettre/ avait la donhie valeur d'une consonne et d'une


voyelle, j'ai cru devoir, pour plus de clarté, séparer les mois (jui com-
mencent par II voyelle de ceux «jui commencent par 1'/ consonne, et
employer [)our l'impression de ces derniers le signe adopté dans tous les
dictionnaires modernes (Lexique Roman ou Dictionnaire de la Langue des
Troubadours, par M. Raynouard).
— XIII —
En niçois, toutes les voyelles et toutes les consonnes doivent
se prononcer.

Voyelles. — En niçois, il y a cinq vo3^elles: a, e, i, o, u.

La voyelle a a deux sons: l*" un son naturel, simple, à peu


près comme en français et en italien. Exemple: Raba (rave), blea

(blette, poirée); dans tous ces mots Va est prononcé comme dans
le fi-ançais: rave. — 2" un son dur, accentué et fort se prononçant
comme en français lorsqu'il se trouve seulement à la finale de-

quelques monosyllabes, comme: la (la), pa (pas), et aussi à la finale

de tous les infinitifs de la première conjugaison et de quelques subs-


tantifs Dans ces deux derniers cas, la finale est accentuée parce
qu'il y a toujours une consonne supprimée, qu'on prononce encore
à la montagne^ comme pietà (piété) pour pietad; paga (payer)
:

pour pagar.
La voyelle e a quati'e sons : 1° un son très ouvert comme stèla

(bûche de bois), diès (vous dites), c?/^Mès (que vous disiez); de plus
cet e se trouve très souvent à la fin d'un mot, il porte alors un accent
grave et remplace presque toujours une consonne supprimée
comme: ai;è (avoir) pour aver, parle Q\ parla) pour parlet^ sabatiè
(savetier) pour sabatier, puisque le féminin, de ce dei'nier mot, est
sabatiera. — 2° un son très fermé ou aigu, comme: stéla (étoile),

U7îa fés (une fois), erbétta (herbette), violéta (violette). — 3° un


son moyen, comme: dles (tu dis), fagues (que tu fasses). — 4° un
son fermé très doux lorsqu'il se trouve à la fin d'un mot, comme:

même (même), embe (avec).


La voyelle a, en général, deux sons: P un son simple et na-
i

turel comme en français: sî^?iz^caf (signification), guirlanda (guir-


lande). — 2° un son fort et toujours accentué, lorsque 1'/ se trouve

placé à la fin des mots^ comme: aqui (\c'\), pati (pâtir, souff"rir), ou
bien dans le corps d'un mot, comme: mi sass'ia (il m'ennuie). Il y
a aussi un i euphonique qui se trouve après le g devant les voyelles

a, et w pour adoucir le son du g^ comme afligià (affliger) pro-


noncez aflidgîà, giàstra (chevaux de bois) prononcez dgiostra.
La voyelle o a deux sons: l** l'o sonnant ou, comme: corona
(couronne), prononcez coarowna, coma (comme) prononcez coumaj
— XTV

et dans les noms propres de familles niçoises suivants : Gioan pro-


noncez dijiouan, Tordo prononcez tourdou, Cognet prononcez
cougnet, Fossat prononcez foussat, Contesso pi-ononcez coun-
tesson. — 2° L'o ayant le son naturel comme on le prononce en
français et en italien ; et, pour le distinguer du premier o se pro-
nonçant ou, il portera toujours un accent grave, comme dans les

noms pi'opres de familles niçoises suivants : Bovis, Conso (prononcez


Consou), Con'dlo ^prononcez courtàloit), et de même dans les mots
suivants: rasa (rose), ieu trdvi Qe trouve), oli (huile).
La voyelle u a deux sons: 1° Vu fi'ançais^ c'est-à-dire fermé,
qui est le plus général, comme : lume (lumière), duca (duc), pur
(pur). (Ce même u se trouve dans les patois piémontais, lombard et
ligurien). — 2° Le second u se prononce comme le français ou
ou l'italien u, et alors il se trouve après les voyelles a, e, o faisant
diphtongue ensemble^ comme: autà (autel), prononcez aoutàyDieu
(Dieu), prononcez Dieou, bàu (bœuf), prononcez bdou. Quelquefois
cet M, avec le son de ou, se trouve devant la voyelle o, comme:
cuor (cœur), prononcez couàr, puùrt ([»ort), prononcez j^oudri,
sfuors (effort) prononcez sfouàrs; mais dans uo final Vu et l'o re

prennent leur son normal, comme: muo (mulet) prononcez muon^


cuo (cul) prononcez cuou, coguo (coucou), prononcez coguou.

Remarque I. — Quand lés mots finissent par les simples


voj^elles a, i non accentuées ou par la voj^elle o sonnant ou
français, ils doivent se prononcer très doucemeiît, à peu près
comme un mot français finissant par un e muet, parce que
l'accent tonique est sur la voyelle antérieure, comme: ieu ijarli
(je parle) prononcez ieu j)ârU, eu parla (il parle) prononcez
eu parla, lo marmo (le marbre) prononcez lou mârmou.
Remarque II. — Quand Vo final sonnant ou français est
fort, c'est-à-dire quand il porte l'accent tonique, j'y ajoute un r
qu'on ne prononce jamais à Nice, mais qui est prononcé à la

montagne, comme: Za /o'' (la fleur) prononcez la flou lo tirador


(le tiroir) prononcez lou tiradou.

Remarque III. — Les voyelles e et i devant m et n se


prononcent toujours e et i comme en français dans les mots;
— XV —
« hm^ et mmense »; Exemple : Eubriac (ivre), E'svidia (envie),

uimancahle (iinmancable), i^cant (encan), iNceu (encens).

Consonnes. — Les consonnes sont à peu près les mêmes


qu'en français et en italien. Je ne parlerai que de quelques-
unes d'enti-e elles. La consonne c, en niçois, a trois sons : 1^ un
son doux et sifflé a3^ant le son d'un ou de deux s, comme : ciel

(ciel) pi'ononcez siel^ cer/ (cerf) prononcez serf^ cen (cent) pronon-
cez sen, receare (recevoir) prononcez resseoure. — 2° un son dur
ayant le son de k devant les voyelles a, à, o et u, comme cavau :

(cheval) prononcez kavaou, coma (comme) prononcez kouma^


acà (cela) prononcez akd^ cumul (cumul) prononcez kumul. —
3° Le ch a un son doux et mouillé, comme ich, ce que les italiens

prononcent ce, ci, ainsi que: Cesare (César) prononcez tchesarej


città (cité) prononcez tchittà, et comme les anglais prononcent
leur much (beaucoup) prononcez meutch, sitch (tel) prononcez
seutch. En niçois, ce son de ch se trouve devant toutes les

voyelles et à la fin des mots, comme: marchan (marchand)


prononcez martchan, echeto (excej)té) prononcez etchetou, chivus
(cheveux) prononcez tchivuSy chola (nigaud) prononcez tchoula^
chassa (j^oi\\q couveuse) prononcez tchàssa, chutol (chut! silence!)
prononcez tchutou, lo dich (le dire) prononcez lou ditch, lo

fach (le fait) prononcez lou fatch.

La consonne g a deux sons : 1° un son doux et mouillé,

comme dg devant e et i ;
Exemple : gen (gens) prononcez dgeUy
gest (geste) prononcez dgest, giba (bosse) prononcez dgiba, ginoil
(genou) prononcez dginoi. — 2^^ un son dur devant les voyelles
rt, 0, et u et les diphtongues ue, ni, et elle se prononce alors
comme en français : ga, go go, gu, gue, gui ; Exemple : gamba
(jambe) prononcez gamba, gomiti (vomissement), prononcez
gômiti, gomt (vomir) prononcez goumi, guera (guerre) prononcez
guera, guida (guide) prononcez guida.

La consonne j a un son doux et mouillé, comme dg, devant


toutes les voyelles ; Exemple : Jan (Jean) prononcez dgian, Jac
(Jacques) prononcez dgiac, Jesu (Jésus) prononcez dgesu.
— XVI —
Jiromîn (Jérôme) prononcez dgiroumîn, jor (joui-) prononcez
dgiou, jus (jus) prononcez dgius.
Les groupes qua, quSy qui, quo se prononcent ka, ke, hi, ko ;

Exemple : loqual (lequel) prononcez loukal. aquesto (celui-ci)

prononcez ahestou, aqui (ici) prononcez ahî, qitdssien (quotient)


prononcez kossieyi^ quotidien (quotidien) prononcez koutidien.
[j mouillé est prononcé à la montagne, mais n'est pas
prononcé dans la ville; pour ce motif, dans mon dictionnaire,
j'écris les mots dans lesquels rentre / mouillé des deux manières.
Exemple: aheilla ou abeia, (abeille)^ billa ou hia (bille).

travailla ou iravaïà (travailler).

Infinitifs, -r- Les infinitifs dont la dernière lettre est accentuée


à Nice, comme: avè (avoir), aima (aimer), Jî ni (finir), se ter-
minent à la montagne par un r qui se prononce, comme: aver,
aimar, finir; et c'est pour cette raison que je les écris des deux
manières dans mon dictionnaire.

Consonnes doubles. — En généial, les consonnes doubles


ne se prononçant pas en niçois, je les supprfme.

Adjectifs. — Les adjectifs féminins terminés au singulier en


ca et ^a forment leur pluriel en 5^1// et </«/, comme :/ra«ca (franche),
Y)\uvie\ : franqui i^vonoucez franki^ Idnga (low^ne) plui'iel: langui.

Maintenant j^attirerai particulièi'ement l'attention du lecteur


sur les verbes que je vais metti'e sous ses yeux. Je ne m'attacherai
point trop à lui faire remarquer les verbes auxiliaires estre (être)
et avè (avoir) qui correspondent exactement aux verbes auxiliaires

français, avec cette seule différence qu'ils se conjuguent tous les

deux par eux-mêmes, comme en italien, ni les verbes réguliers


aima (aimer), senti (sentir) et rendre (rendre) qui cori-espondent
également aux \ erbes réguliers français de la 1'"°, de la 2® et de
la 4^ conjugaison. Mais ceux qu'il a grande importance de con-
naître, ce sont ceux renfermant dans leur terminaison des irrégu-

larités telles que celles-ci: le changement de Vi en issij comme


dans aboli (abolir); le changement de Vo sonnant ou en à sonnant
— XVII —
0, comme dans ahroga (abroger); le changement de Vo sonnant ou
[en lib comme dans a»io^à (aiguiser) le changement
sonnant ouo, ;

de Ve fermé en e ouv^ert comme dans achertà (assurer), et le chan-


gement du c en qu, comme dans ahdicà (abdiquer). D'autres v^erbes
irréguliers existent encore, en niçois, que je ne citerai pas ici parce
qu'ils sont conjugués dans le cours du Dictionnaire.
Voici la conjugaison des verbes que j'ai cités plus haut:

Verbe auxiliaire ESTRE (Etre)


.

— XVIÎI

Fogueri estât J'eus été


Fogueres » Tu eus »
Foguè ou Foguet » 11 eut »
Foguerian » Nous eûmes »
Foguerias » Vous eûtes »
Fogueron » Ils eurent »

PliV^QVE-PARFAIT
Eri estât J'avais été
Eres » Tu avais »
Era » 11 avait »
Eravan » Nous avions »
Eravas » Vous aviez »

Eron » Ils avaient »

FITIR
Serai Je serai
Seras Tu seras
Sera II sera
Seren Nous serons
Serés Vous serez
Seran Ils seront

FITCR A^TKRIKIR
Serai estât J'aurai été
Seras » Tu auras »
Sera » 11 aura »
Seren » Nous aurons »
Serès » Vous aurez »
Seran » I Is auront »

2e Mode — CONDITIONNEL
PRK«iK:%'T

Serii Je serais
Séries Tu serais
Séria 11 serait
Serian Nous serions
Sérias Vous seriez
Serion Ils seraient

PASSE
Serii estât J'aurais été
Séries » * '
Tu aurais »
Séria » Il aurait »
Serian » Nous aurions »
Sérias » Vous auriez »
Serion » •
Ils auraient a
Plw
— XX —
6e Mode — PARTICIPE
PRKǤKi\T

Essent 0) Etant

Estât, ada " Eté


Essent estât, ada Ayant été

— Remarquez que ce participe présent prend un ^ final Cela constitue une faci-
(l)
litépour la diâtiuctioa et la traluctlon, mais ce * no doit jamais être prononcé. Ce *
se trouve dans tous les participes présents.
— XXI —
Verbe Auxiliaire AVE (Avoir)

er Mode — INDICA TIF

Ai
As
A
Aven
Avès
An

Avii
Avies
Avia
Aviavan
Aviavas
Avion

Aigueri
Aigueres
Aiguè ou Aiguet
Aiguerian
Aiguerias
Aigueron

Ai agut
As
Aven »
Avès »
An »

Aigueri agut
Aigueres »
Aiguè 02/ Aiguet »
Aiguerian »
Aiguerias »
Aigueron »

Avii agut
Avies »
Avia »
Aviavan »
Aviavas »
Avion »
- XXII —
FUTia
Aurai J'aurai
Auras
Aura
Aureri
Aurès
Auran

Aurai agut
Auras »
Aura »
Auren »
Aurès »

Auran »
— XXIII -^

IMPARFAIT
Que aiguessi Que j'eusse
Que aiguesses Que tu eusses
Que aiguesse Qu'il eût
Que aiguessian Que nous eussions
Que aiguessias Que vous eussiez
Que aiguesson Qu'ils eussent

PASSK

I Que aigui
Que aiguës
Que aiguë
agut Qu€
Que
j'aie
tu aies
Qu'il ait
i

Que aiguen Que nous ayons


Que aiguès Que vous ayez
Que aigon Qu'ils aient

IMPARFAIT
Que aiguessi agut Que j'eusse eu
Que aiguesses » Que tu eusses »
Que aiguesse » Qu'il eût »
Que aiguessian » Quenouseussions »
Que aiguessias » Que vous eussiez »

Que aiguesson » Qu'ils eussent »

5me Mode — INFINITIF


PREf^EMT
Avè Avoir

PASSE
Avè agut Avoir eu

6me Mode — PARTICIPE


PRESEMT
Avent {i Ayant

PASSE
Agut, uda Eu, e
Avent agut, uda Ayant eu, e

(1) V. note 1, page x?i.


— XXIV —
Première Conjugaison^ en À - Modèle AIM À (Aimer)

ler Mode— INDICATIF


PRESEUT
Aimi J'aime
Aimes Tu aimes
Aima II aime
Aiman Nous aimons
Aimas Vous aimez
Aimon Ils aiment

IMPARFAIT
Aimavi J'aimais
Aimaves Tu aimais
Aimava Jl aimait
Aimavan Nous aimions
Aimavas Vous aimiez
Aimavon Ils aimaient

PAIiSÉ DKFIlil
Aimeri J'aimai
Aimeres Tu aimas
Aime ou Aimet IIaima
Aimerian Nous aimâmes
Aimerias Vous aimâtes
Aimeron Us aimèrent

P.%§i§iÉ IH'DÉFIAi

Ai J'ai aimé
Tu as »
Il a »
Nous avons »
Vous avez »
lis ont V

PASSÉ A.\TKRIEi:il

J'eus aimé
Tu eus »
Il eut »
Nous eiîmes »
Vous eûtes »
Ils eurent »

PLCS-QCE-PARFAIT
J'avais aimé
Tu avais »
11 avait »
Nous avions »
Vous aviez »
Ils avaient »

L
Aimerai
Aimeras
Aimera
XXV

FUTCR
J'aimerai
Tu aimeras
Il aimera
Aimereii Nous aimerons
Aimerés Vous aimerez
Aimeran Ils aimeront

rtlTlia AITERIEUR
Aurai aimât J'aurai a
Auras » Tu auras
Aura » 11 aura
Auren » Nous aurons
Aurès » Vous aurez
Auran » Ils auront

2« Mode — CONDITIONNEL
PRE}§(£.liT

Aimerii J'aimerais
Aimeries Tu aimerais
Aimeria Il aimerait
Aimerian Nous aimerions
Aimerias Vous aimeriez
Aimerion Ils aimeraient

PASSE
Aurii aimat J'aurais aime
Auries Tu aurais
Auria 11 aurait
Aurian Nousaurions
Aurias Vous auriez
Aurion Ils auraient

3e Mode — IMPÉRA TIF


^ing
Aima
— XXVI ^
IIMPA RFAIT
Que aimessi Que j'aimasse
Que aimesses Que tu aimasses
Que aimesse Qu'il aimât
Que aimessian Que nous aimassions
Que aimessias Que vous/aimassiez
Que aimesson Qu'ils aimassent

PASSE
Que aigui aimat Que j'aie aime
Que aiguës Que tu aies
Que aiguë Qu'il ait
Que aiguen Que nous ayons
Que aiguès Que vous ayez
Que aigon Qu'ils aient*

PIX S-QC E-P A RFAIT


Que aiguessi aimat Que j'eusse i

Que aiguesses Que tu eusses


Que aiguesse Qu'il eût
Que aiguessian Que nous eussions
Que aiguessias Que vous eussiez
Que aiguesson Qu'ils eussent

5« Mode — INFINITIF
PREg»E.liT

Aima Aimer

PASSE
Avè aimat Avoir aimé

6e Mode — PARTICIPE
PRESEMT
Aimant (i) Aimant

PASSE
Aimat, ada Aimé, e
Avent aimat, ada Ayant aimé, e

(l) V. note 1, page xx.


XXVII

Deuxième Conjugaison, en i - Modèle SENT I (Sentir)

ler Mode — INDICATIF


PRESENT
Senti Je sens
Sentes Tu sens
Sente Il sent
Senten Nous sentons
Sentes Vous sentez
Senion Ils sentent

IMPARFAIT
Sentii Je sentais
Senties Tu sentais
Sentia Il sentait

Sentiavan Nous sentions


Sentiavas Vous sentiez
Sention Ils sentaient

PAl9!§i: DEIMÎI
Senteri Je sentis
Senteres Tu sentis
Sente ou Sentet Il sentit
Senterian Nous sentîmes
Senterias Vous sentîtes
Senteron Ils sentirent

PAS§fE IxltDEFIIlI

Ai sentit J'ai setiti


As » Tu as
A » 11 a
Aven » Nous avons
Avès » Vous avez
An » Ils ont

PA!il§E A.liTERIEIJR

Aigueri sentit J'eus senti


Aigueres » Tu eus
Aiguè ou Aiguet » Il eut
Aiguerian » Nous eûmes
Aiguerias » Vous eûtes
Aigueron » Ils eurent

PlilJS-QUE-PARFAIT
Avii sentit J'avais senti
Avies Tu avais
Avia Il avait
Aviavan Nous avions
Aviavas Vous aviez
Avion Ils avaient
XXVIII —
FCTIR
Senterai Je sentirai
Senteras Tu sentiras
Senterà 11 sentira

Senteren Nous sentirons


Senterès Vous sentirez
Senteran Ils sentiront

FUTUR AUTKRIKUR
Aurai sentit J'aurai senti
Auras » Tu auras
Aura » 11 aura
Auren » Nous aurons
Aurès » Vous aurez
Auran » lis auront

26 Mode — CONDITIONNEL
PREJilIiliT

Senterii Je sentirais
Senteries Tu sentirais
Senteria Il sentirait
Senterian Nous sentirions
Senterias Vous sentiriez
Senterion ils sentiraient

PAfiSK
Aurii sentit J'aurais
Auries » Tu aurais
Auria » Il aurait
Aurian » Nous aurions
Aurias * Vous auriez
Aurion » Ils auraient

3e Mode — IMPÉRATIF
Sing.
Sente Sens

Plur. Senten Sentons


Sentes Sentez

4e Mode — SUBJONCTIF

Que senti Que je sente


Que sentes Que tu sentes
Que sente Qu'il sente
Que senten Que nous sentions
Que sentes Que vous sentiez
Que senton Qu'ils sentent
— XXIX —
IMPARFAIT
Que sentessi Que je sentisse
Que sentesses Que tu sentisses
Que sentesse Qu'il sentit
Que sentessian Quenous sentissions
Que sentessias Que vous sentissiez
Que sentesson Qu'ils sentissent

PAf^<^l]

Que aigui sentit Que j'aie senti


Que aiguës Que tu aies
Que aiguë Qu'il ait
Que aiguen Que nous ayons
Que algues Que vous ayez
Que aigon Qu'ils aient

PIX S-4JI K-PA RFAIT


Que aiguessi sentit Que j'eusse senti
Que aiguesses Que tu eusses
Que aiguesse Qu'il eût
Que aiguessian Que nous eussions
Que aiguessias Que vous eussiez
Que aiguesson Qu'ils eussent

5e Mode — INFINITIF

Senlf Sentir

Avè sentit Avoir senti

6e Mode — PARTICIPE

Sentent (i Sentant

PAitlii:

Sentit, ida Senii, e


Avent sentit, idî Ayant senti, e

(1) V. note 1, page xx.


— XXX

Troisième Conjugaison en RE ou E - Modèle RENDRE (Rendre)

[er Mode — INFINITIF

PRE^EMT
Rendi Je rends
Rendes Tu rends
Rende H rend
Renden Nous rendons
Rendes Vous rendez
Rendon Us rendent

IMPARFAIT
Rendii Je rendais
Hendies Tu rendais
Rendia Il rendait
Rendiavan Nous rendions
Rendiavas Vous rendiez
Rendion Ils rendaient

PASi^^K UKFI.\I

Renderi Je rendis
Renderes Tu rendis
Rende ou Rendet 11 rendit
Renderian Nous rendîmes
Renderias Vous rendîtes
Renderon Ils rendirent

PAiiSE i:%di<:fi.\i

Ai
XXXI

PLlS-fJl E-P A R F A IT

Avii renJut J'avais rendu


Avies » Tu avais »

avait »
Avia » Il

Aviavan » Nous avions »

Aviavas » Vous aviez »

Avion » Ils avaient »

FlJTUtl

Renderai Je rendrai
Renderas Tu rendras
Renderà II rendra
Renderen Nous rendrons
Renderès Vous rendrez
Renderan Ils rendront

FUTIR AMTERIECR
Aurai rendut J'aurai rendu
Auras « Tu auras »

Aura « Il aura »

I Auren
Aurès
Auran
»
»
«
Nous aurons
Vous aurez
Ils auront
»
»
»

2e Mode — CONDITIONNEL
PREiiEMT

Renderii Je rendrais
Renderies Tu rendrais
Renderia 11 rendrait
Renderian Nous rendrions
Renderias Vous rendriez
Renderion Ils rendraient

PASfDE

Aurii rendut J'aurais rendu


Auries » Tu aurais »
Auria » Il aurait »
Aurian » Nous aurions »
Aurias » Vous auriez »
Aurion » Ils auraient »

3« Mode — IMPERA TIF


Sincr.
Rende Rends

Plur. Renden Rendons


Rendes Rendez
XXXIl —
4e Mode — SUBJONCTIF
PRKSKMT
Que rendi Que je rende
Que rendes Que tu rendes
Que rende Qu'il rende
Que renden Que nous rendions
Que rendes Que vous rendiez
Que rendon Qu'ils rendent

IMPARFAIT
Que rendessi Que je rendisse
Que rendesses Que tu rendisses
Que rendesse Qu'il rendît
Que rendessian Que nous rendissions
Que rendessias Que vous rendissiez
Que rendesson Qu'ils rendissent

PAS^K
Que aigui rendut Que j'aie rendu
Que aiguës Que lu aies
Que aiguë Qu'il ait
Que aiguen Que nous ayons
Que aiguës Que vous ayez
Que aigon Qu'ils aient

PI.l f^-Ql K-PARFAIT

Que aiguessi rendut Que j'eusse rendu


Que aiguesses » Que tu eusses ,
»

Que aiguesse » Qu'il eût »


Que aiguessian » Que nous eussions »
Que aiguessias » Que vous eussiez »

Que aiguesson » Qu'ils eussent »

5« Mode — INFINITIF
PRKf^KAT
Rendre Rendre

Avè rendut Avoir rendu


6e Mode — PARTICIPE
PRKiiKAT
Rendent (i) Rendant

PA!i!^K

Rendut, uda Rendu, e


Avent rendut, ud; Ayant rendu, e

(1) — V. note I, page xx


— XXXIII

Tableau d'une Conjugaison unique des Verbes Niçois

NOTA. — Dans ce tableau les terminaisons entre pirenlhèses sont


celles qui appartiennent à la première conjugaison.
— ïxxiV

IMPARFAIT
Sing. essi Plur. essian
esses essias
esse esson

PARTICIPE
PRKSKMT
ent (ant) (i)

PASSÉ
/" conjiig. at
2* » it
^' « ut

(1) — V. note I, page xx.


XXXV

Verbes irréguliers en ISSI

Modèle ABOLI (Abolir)

ler Mode — INDICATIF

m
H
H
^
Âbolissi
Abolisses
Al
Abolisse
Abolissen
Al
Abolisses
Al
J'abolis
Tu abolis
Il abolit
Nous abolissons
Vous abolissez
Abolisson Ils abolissent

IMPARFAIT
Abolissii J'abolissais
Abolisiies Tu abolissais
Abolissia Il abolis>ait

Abolissiavan Nous ab «lissions


Abolissiavas Vous abolissiez
Abolission Ils abolissaient

I Abolisseri
PASSR DF^ri^l

J'abolis
Abolisseres Tu iib.)lis
Abolisse ou abolissct Il abolit
Abolisserian Nous abolîmes
Abolisserias Vous abolîtes
Abolisseron lis abolirent

PAS^l] IMDEFIMl

I Ai
As
A
ibolii
»
»
J'ai
Tu
Il a
as
aboli

Aven ) Nous avons


Avès » Vous avez
An » Ils ont

PAlilSi: A^VTERIEUR
Aigueri f,bolit J'eus î.boli
Aigueres Tu eus
Aiguèoj^ aiguet Il eut
Aiguerian Nous eûmes
Aiguerias Vous eûtes
Aigueron Ils eurent
— XXXVI —
PI.l S-Çl K-l»ARF.%iT

Avii
^XXVII

4e Mode — SUBJONCTIF
PRICNKMT
Que abolissi
— XXXVIII —
Verbes irréguliers — Remarques sur et G

Modèle ABROGA (Abroger) (1)

ler Mode — INDICATIF

PaESElîT

Abrôgui J'abroge
Abrôgues Tu abroges
Abrôga Il abroge
Abrogan Nous abrogeons
Abrogas Vous abrogez
Abiôaon Ils abrogent

i.iiPAnrAiT

Abrogavi J'abrogeais
Abrogaves Tu abrogeais
Abrogava Il abrogeait
Abrogavan Nous abrogions
Abrogavas Vous abro^^iez
Abrogavon Ils abrogeaient

PASSE DEFI.lil

Abrogueri J'abrogeai
Abrogueres Tu abrogeas
Abro'guè ou abroguet Il abrogea
Abroguerian Nous abrogeâmes
Abroguerias Vous abrogeâtes
Abrogueron Ils abrogèrent

PASSE IlIUEFI.lil

Ai abrogat J'ai abrogé


As » Tu as »
A » Il a »
Aven » Nous avons »
Avès » Vous avez »
An » Ils ont »

(1)— Une autre remarque vient s'ajouter à propos des verbes ayant au radical
un f/ suivi d'un i. Cet i n'est qu'.'ne lettre euphonique et il se supprime lorsqu'il y a la
rencontre de deux i. Ainsi, oar exemple, le verbe nfligià (af/liger) devrait faire au
présent de l'indicatif afligii et à l'imparfait afligfii, de sorte qu'il y aurait dans ces
mots, la rencontre de Vi du radical et aeun on deux < de la terminaison. C© qui ne don-
nerait pas une orthographe très correcte. Et c'est pour cela, que, dans cis cas ou
autres analogues, on supprime l'< du radical et on écrit simplement afligi (J'afflige)
ou afligii Q'affligtaia).
— XXXIX —
PA^SE IkTKRIEia
Aigueri abrogat
Aigueres »
Aiguè ou Aiguet »
Aiguerian i>

Aiguerias .*

Aigueron »
— XL,

y Mode ^ IMPÉRATIF
PRÉliK.lT
Sing.
abrôia Abroge

Plur, abrogan Abrogeons


abrogas Abrogez

4" Mode — SUBJONCTIF


PRÉSKliT
Que abiôgui Que j'abroge
Que abiôgues Que tu abroges
Que abroga Qu'il abroge
Que abrogan Que nous abrogions
Que abrog is Que vous abrogiez
Que abrôjion Qu'ils abrogent

IMPARFAIT
Que abroguessi Que i'abrogasse
Que abroguesses Que tu abrogasses
c^ue abroguesse Qu'il abrogât
Que abroguessian Que nous abrogassions
Que abro'guessias Que vous abrogassiez
Quo abroguesson Qu'ils abrogassent

PA!§<^E

Que aigui
— XLI —
PASSÉ
brogat Avoir abrogé

6« Mode — PARTICIPE
PRÉSEMT
Abrogant(i) Abrogeant

PASSÉ
Abrogal, ada Abrogé, e
Aveut abrogat, adî Ayant abrogé, e

(l) V. note 1, page xx.


XLII

Verbesirréguliers - Remarques sur le changement de en UO

Modèle AMOLA (Aiguiser)

^'•Mode — INDICATIF

PRESENT
Amuôli J'aiguise
Amuôles Tu aiguises
Amuôla Il aiguise
Amolan Nous aiguisons
Amolas Vous aiguisez
Amuôlon Ils aiguisent

IMPARFAIT
Amolavi J'aiguisais
Amolaves Tu aiguisais
Amolava Il aiguisait
Amolavan Nous aiguisions
Amolavas Vous aiguisiez
Amolavon Ils aiguisaient

PASSE DEFINI
Amoieri J'aiguisai
Amoleres Tu aiguisas
Amole OH amolet Il aiguisa
Amolerian Nous aiguisâmes
Amolerias Vous aiguisâtes
Amoleron Ils aiguisèrent

PASSE lliDEFI.\l

Ai amolat J'ai aiguisé


As » Tu as »
A Il a »
Aven » Nous avons »
Avès » Vous avea »
An » Ils ont »

PASSE A.liTERIEER
Aigueri amolat J'eus aiguise
Aigueres » Tu eus
Aiguè OH aiguet » 11 eut
Aigueriaii » Nous eûmes
Aiguerias » Vous eûtes
Aigueron » Ils eurent
Avii
— XLIV —
4^ Mode — SUBJONCTIF
PRE^miliT
Que amuôli Que j'aiguise
Que amuôles Que tu aiguises
Que amuôla Qu'il aiguise
Que ainolan Que nous aiguisions
Que amolas Que vous aiguisiez
Que amuôlon Qu'ils aiguisent

llll*ARfr\%IT

Que amolessi Que j'aiguisasse


Que amolesses Que tu aiguisasses
Que amolesse Qu'il aiguisât
Que amolessian Que nous aiguisassions
Que amolessias Que vous aiguisassiez
Que amolesson Qu'ils aiguisassent

PASSE
Que aigui amolat Que j'aie aiguise
Que aiguës » Que tu aies
Que aiguë » Qu'il ait
Que aiguen » Que nous ayons
Que aiguès » Que vous ayez
Que aigon • Qu'ils aient

PIXS-Ql E-PARFAIT
Que aiguessi anriolat Que j'eusse iguise
Que aiguesses Que tu eusses
Que aiguesse Qu'il eût
Que aiguessian Que nous eussions
Que aiguessias Que vous eussiez
Que aiguesson Qu'ils eussent

5« Mode — INFINITIF
PRKSKMT
Amolà Aiguiser

PASSÉ
Avé amolat Avoir aiguisé

6« Mode — PARTICIPE
PRKSEMT
Amolant (i) Aiguisant

PASSÉ
Amolat, ada Aiguisé, e
Aveni amolat, ada Ayant aiguisé, e

(1) — V. note 1, page XX.


XLV —

Verbes irrégulîers — Remarques sur TE

Modèle ACHERTA (Assurer)


XLVI —

Avii
XLVII

4e Mode -. SUBJONCTIF

Que achèrti Que j'assure


Que achèrtes Que lu assures
Que achèrte Qu'il assure
Que acherten Que nous assurions
Que achertès Que vous assuriez
Que achèrton Qu'ils assurent

IMPARFAIT
Que achertessi Que j'assurasse
Que achertesses Que tu assurasses
Que achertesse Qu'il assurât
Que achertessian Que nous assurassions
Que achertessias Que vous assurassiez
Que achertesson Qu'ils assurassent

PAliSE
Que aigul achertat Que j'aie assuré
Que aiguës » Que tu aies »
Que aiguë » Qu'il ait »
Que aiguen > Que nous ayons »
Que aiguës y Que vous ayez »
Que aigon » Qu'ils aient *

PliUli-Ql E-P A RFA IT

Que aiguessi achertat Que j'eusse assuré


Que aiguesses » Que tu eusses »
Que aiguesse » Qu'il eût »
Que aiguessian » Que nous eussions *
Que aiguessias » Que vous eussiez »
Que aiguesson » Qu'ils eussent »

5« Mode — INFINITIF
PRÉ^iE^T
Achertà Assurer

PA^§iE
Avè achertat Avoir assure

6« Mode — PARTICIPE
PRÉitE.liT

Achertant (i, Assurant

PA«^SÉ
Achertat, ada Assuré, e
Avent achertat. ada Ayant assuré, e

(1) — V, note 1, page xx.


XLVIII —
Verbes irrégulîers — Remarque sur C (I)

Modèle ABDICA (Abdiquer)

i^r Mode — INDICA TIF


PRÉ^iKHT
Abdiqui J'abdique
Abdiques Tu abdiques
Abdica Il abdique
Abdican Nous abdiquonj
Abdicas Vous abdiquez
Abdicon Ils abdiquent

IMPARFAIT
Abdicavi J'abdiquais
Abdicaves Tu abdiquais
Abdicava Il abdiquait
Abdicavan Nous abdiquions
AbJicavas Vous abdiquiez
Abdicavon Ils abdiquaient

PASSK DEFim
Abdiquer! J'abdiquai
Abdiqueres Tu abdiquas
Abdiqué ou abdiquet il abdiqua
Abdiquerian Nous abdiquâmes
Ab.iiquerias Vous abdiquâtes
AbJiqueron Ils abdiquèrent

PAÉ^I^K lADliriIVI
Ai abdicat J'ai ibdiqué
As Tu as
A Il a
Aven Nous avons
Aves Vous avez
An Ils ont

PA^HK AITKHIKIR
Aigueri abdicat J'eus a bdi que
Aigueres » Tu eus
Aiguè oj/aiguet » Il eut
Aiguerian » Nous eûmes
Aiguerias » Vous eûtes
Aigueron » Jls eurent

(1) Devant les voyelles e et i le e se change en qu.


Avii
— L

Que
— Ll —
Dans mon Dictionnaire, j'ai marqué, autant qu'il m'a été
possible, les augmentatifs et les diminutifs des substantifs, ainsi
que le féminin des adjectifs. J'ai noté également les différentes
locutions niçoises les plus connues, pour la traduction desquelles
je demanderai bien l'indulgence du lecteur.
Et maintenant je me ferai un devoir et un grand plaisir

de remercier vivement tous ceux, amis ou connaissances, qui


m'ont aidé par leurs utiles conseils dans l'accomplissement de
mon œuvre. A tous, merci !

J.-B. CALVINO
— LU —

SIGNES ET ABRÉVIATIONS
Employés dans cet ouvrage

Adj. Adjectif
Adv. Adverbe
Art. Article
Conj. Conjonction
Contr. Contracté
Dém. Démonstratif
Dimin. Diminutif
Ex. Exemple
Fém» Féminin
Fig. Figure
Impers. Impersonnel
Ind. Indicatif
Interj. Interjection
Inv. Invariable
Irr. Irrégulier
Loc. Locution
Loc. adv. Locution adverbiale
N. Nom
N.f. Nom féminin
N.f. plur. Nom féminin pluriel
N. m. Nom masculin
N. m. plur. Nom masculin pluriel
Nu m. Numéral
Ord. Ordinal
Par ext. Par extension
Part. pas. Participe passé
Pers. Personne
PL Pluriel
Poss. Possessif
Prép. Préposition
Prés. Présent
Pron. Pronom
Sing. Singulier
Subst. Sut)stantif
V. Verbe
V. a. Verbe actif
V. aux. Verbe auxiliaire
V. déf. Verbe défeciif
V. impers. Verbe impersonnel
V. in t. Verbe intransitif
V. n. Verbe neutre
V. pr. Verbe pronominal
V. réf. Verbe rétléchi
A, lettre voyelle, la première de l'al- cialiste construisant les murs à sec.
phabet. ABEKRÀ et ABEliBAR,v.a.a6reayer
A, prép. à. ABEtRACiE, n. m. abreuvage.
.%, troisième personne du singulier du ABi€OR, n. f. sorte de figue. (Vr ne
présent de l'indicatif du verbe avè se prononce pas).
(avoir). ABICOR, n, m. oiseau. (Vr ne se
.%BÀ, loc. adv. à bas. prononce pas).
.%BADÀ et ABADAR, V. a. admirer. ABlii, A, adj. habile.
ABADE<i!iA, n. f. abbesse. ABii.AiiEiV, adv. habilement,
ABAUIA, n. f. abaye. n. p., quartier ABll.lTÀ, n. f. habileté.
de la campaj^ne de Nice. ABll.liA (pron. abïa), n. f. abeille.
ABACiUlÈ, n. m. laurier. ABllil.À et ABlLliAR (pron. abïà),

I ABAI§liiA et ABAI!9$SAR
abaisser, v. pr. s'abaisser.
ABAlit^AilEM, n. m. abaissement.
(s'), V. a. V. a. habiller.
ABiLiiAMEiv
habillement.
(pron. abïamen), n. m.

ABAÏT, ÏBA, adj. ébahi. ABIMA ABIM AR (s'), V. a. ^gàtev ;


et
ABAJOR, n. m. abat-Jour (persienne V. pr.gâter, se gâter : « Non
et jalousie). (L'r ne se prononce pas.) t'abimà aquesto capeu » « Ne gâte :

ABAI.AAA et CHECAREI.I. adj. f. (au (abime) pas ton chapeau. »


pi. abalani), tendre{se dit des aman- ABIME ou mieux ABifi, n. m. abime.
des, noisettes, etc.) ABijiSÀ et ABiS!iAR, V. a. abîmer.
ABAJVDOM, n. m. abandon, délaisse- ABIT, n. m. habit.
meiit. ABITÀ et ABITAR, V. a. habiter.
'

ABAADO:iÀ et ABAA»0.¥AR, .V. a. ABITABI^E, i^A, adj. habitable,


abandonner, délaisser. ABITAMT, A, n. habitant.
ABAT, n. m. clerc, aspirant ecclésias- ABiTA§ifiiOM, n. f. habitation.
tique qui a reçu la tonsure ; direc- ABITI. n. m. scapulaire.
teur des fêtes et des bals dans les ABITI'À et ABITE'AR (s'), V. a. habi-
petites localités du Comté de Nice. tuer, V. pr. s'habituer, s'accoutu-
ABATRE (s'), V. a. abattre ; v. pr. mer, prendre l'habitude.
se décourarjer ABITIUA, n. f. habitude.
ABATtJT, UDA, adj. affaibli , épuisé. ABiTi'Eii, A, adj. habituel.
ABC'K, n. m. abcès. AntTM:w:tjAMK.%, adv .habituellement
ABBICÀ et ABDirAR, v. a. abdiquer. ABIiA€;î et ABI.Aft;iR ou ABI.ACHÉ
(V. à la préface p. la conjujçç.). et ABI^ACHIR, V. a. et irr. en issi,
ABWirA!4$i$lOA% n. f. abdication. devenir mou, se ramollir ; on le
ABFiliii.A (pron. abei'a), n. f. abeille. dit d'un linge neuf lorsqu'il a été
ABKiiii.K (pron. abeïè), n. m. ruche, déjà un peu porté.
essaim. abÔcamt, a, adj. agréable au palais.
ABKRUFi. n. f. mur de pierres sèches. ABOIRÀ et ABOIRAR (s'), V. pr.
ABKR€;iA€À et ABERCilAC A'R, v. n. s'ébouler.
faire un mur à sec. (V. abdicà pour ABOISSOM, n. f. ÔO/SSOAI,
la conjui»'. du c - Préface). ABOi.i et ABOiiiR, V. a. et irr. en
ABERC-lACAlRE, n. m., ouvrier spé- issi, abolir. (Les verbes en. i chan-
ABR ACA
gent cette finale en iss et conservent ABRICO, ARBIIO et AMBRlCO^n.m.
cette terminaison dans toute la con- abricot.
jugaison, excepté au participe passé). ABRl€OTiÈ, n. m. abricotier.
ABOI^ISSIOM, n. f. abolition. ABRIEIJ, n. m. avril.
ABOMIMÀ et ABOMIIVAR, Y. a., ARRIVA, n. f. escousse, élan.
abominer. ARRIVA et ABRIVAR (s'), V. a. lan-
ABOMiiv.tBi.AniKM, adv. abomina- cer. Jeter, v. pr. s'élancer.
blement ABROCiÀ et ABROCiAR, V. a. abro-
ABOMiMABiiE, i^A, adj. abominable. ger. (V, la remarque de la préface
ABOMIMASSIOM, n. f. abomination. pour la conjug. du g et de l'oj.
ABOU'A et ABOMAR (s'), v. a. abon- ABROClA^SlOM, n. f. abrogation.
ner ; V. pr. s'abonner. ABRE'TÎ et ABRUTIR (s'), V. a. et
ABOHAMEM, n. m. abonnement. irr. en issi, abrutir; v. pr. s'abrutir.
ABOIVAT, ADA, n. et adj. alonné. Anwi%:Ttmm.'kMw:m,Rdv. abrutissement.
ABOUdA et ABOilîDAR, v. n. abon- ABRETIT, IDA. adj. et n. abruti.
der. AB!iEA'<iA, n. f. absence.
ABOUDAUSA, abondance.n. f. ABSEU'T, A, adj. absent.
ABO.iîDAllT, A, adj. abondant. ABPIEMTA, n. f. absinthe, liqueur et
ABO^'DAMTAMKV, adv. abondam- plante.
ment, copieusement. ABSEMTÀ et ABSEMTAR (s'), V. pr.
ABOMDOiS, OA, adj. abondant. s'absenter. (V. achertà pour la con-
ABÔR et ABÔRT, n. m. abord ; « au jug. de l'e - Préface).'
premièabdn) au premier abord.»
: « ABSÔIX'SSIOM ou mieux AfiSOlitllK-
ABOR (d'), loc. adv. a abord. I9IOM, n. f. absolution.
ABORÀ et ABORAR OU BORA et ABiiOMJT, E'DA, OU mieux AfiiiOlitjT,
BORAR, V. a. poursuivre, maltrai- IDA, adj. ab.solu.
ter, bourrer de coups, etc. AB90I.UTAINEM OU mieux ASSOliU-
ABORÀ et ABORAR, V. a. abhorrer. TAMEW, adv. absolument.
(V. abrogà pour la conjug. de l'o AB«40i.t TifilME ou mieux AfUitOlii:-
- Préface). TlimiE. n. m. absolutisme.
ABORDA et ABORD AR, V. a. abor- ABf^ôi.VE et ASSèliVE, V. a. ab-
der. {V. abrocjà pour la conjug. de soudre.
l'o - Préface). ABfiTRAiRE, V. a. et déf. abstraire ;
ABORDABLE, I. A, adj. abordable. Q)art. pas. abstrach).
ABORD ACiE, n. m. abordage. AB<iiTRA<#f4iOM. n. f. abstraction.
ABORÎ et ABORIR, V. a. et irr. en AB!4TRET. A. adj. abstrait.
issi : abhorrer. AB!#tRDE. DA, adj. absurde.
ABORT, n. m. avortement. ABiitRDlTÀ, n. f. absurdité.
ABORTÀ et ABORTAR, V. n. avor- ABltiii. n. m. abus.
ter. (V. abrogà pour la conjug. de ABi'NÀ et ABtJAAR, V. n. abuscr.
l'o - Préface). AUW*^tw\ t\A. adj. abusif.
ABORTÎ et ABORTIR, V. n. et irr. ABtNlVAMEM, aflv. abusivement.
en issi, avorter. ABLTÀ et ABUTAR, V. a. pousser.
ABORTOM, n. m. avorton. ABtJTl (vai que t'...), loc. vaille que
ABOTi et ABOTIR, V. n. et irr. en vaille.
issi, aboutir. ABVTOM, n. m., impulsion, poussée,
ABRE€;È, n. m. abrégé. action de pousser.
ABRK^IÀ et ABRECiiAR. V. a. abro- ACA, n. f. huitième lettre de l'alpha-
ger. (V. achertà pour la conjug. de bet, s'exprime par h.
l'e - Préface). A€\%BÀ et ACABAR, Y. a. prodiguer,
ABREYIÀ et ABREVIAR, V. a. abré- dissiper son bien.
ger. (V. achertà pour la conjug. de AC^%BAIRE, RA, adj. et subst., dissi-
l'e - Préface). pateur.
ABRE¥iAJii9iOM, n. f. abréviation. ACABLrÀ et ACABI.AR, V. a. accablcr.
ACH ACO

AdDGMlA, n. f. académie. A€HE§(!§èRi, A, n. m, et adj. acces-


ACADEMICIEM, n.m. académicien. soire.
ACAJOR, n. m. acajou. (L'r ne se ACHETA et ACHETAR, V. a. accep-
prononce pas). ter. (V. achertà pour la conjug.
ACAI.ORÀ et ACAI.ORAR (s'), V. pr. de Ve - Préface).
s'échauffer, s enjlammer ACHETARiiE, liA, acceptable. adj.
ACAMPÀ et ACAMPAR (s'), V. a. ACHETASSIOM, n. acceptation. f.

charrier, dans le sens de porter en ACHlEll, adv. à son aise, bien hors
las ; camper (une armée).
V. pr. de danger. (Il n'est guère empbyé
ArAMPAitiEM, n. m. campement. qu'avec les verbes estre et si mè-
ACAUPÔt, nom composé de « ancara tre).
un pou, » adv. encore un peu, peu ACIDEH'T ou ACHIDEliT, n. m.
s'en faut. accident.
ACAAÀ et ACAMAR, V. a. gauler ; ACIDEIVTAI., A, adj. accidentel.
en terme de jeu de boules mesurer : ACiDEATAiiAMEM, adv. accidentel-
la distance qu'il y a d'une boule au lement.
cochonnet. ACiPÀ, V. assipà.
ACAA'ACiE, n. m. mensuration., ac- ACIPADA, V. assipada.
tion de mesurer. ACl.AMÀ et ACiiAllAR, V. a. ac-
ACAXTOWÀ et ACAA'TOMAR (s'), V. a. clamer.
acculer ; v. réfl. se rencorjner. A€i.A!iiAJi(liiOM, n. f. acclamation.
ACAPARÀ et ACAPARAR {s'), V. a. A€iiAPÀetA€i.APAR (s'), V. a. écra-

arrher, accaparer ; v. pr. s'ap- ser ; au fig., nuire à quelqu'un; v.


proprier. pr. s'écraser.
ACAPARUR et ACAPARAIRE, n. m. ACLIMATÀ et ACLllf ATAR (s'), V. a.
accapareur. acclimater ; v. pr. s'acclimater.
At'APÎ et ACAPIR, V. a. et irr. en A€i.iiiATA^i§iOM, n. f. acclimata-
issi , comprendre, concevoir, se tion.
rendre raison d'une chose. ACÔ, pron. déni., ceci, cela (plus i^sité
ACAPITÀ et ACAPITAR (V. capità). que aissô).
AC'AVRÀ et ACAURAR, V. a., pres- ACÔ, prép. ches, suivi de de : « Eve-
ser ,pressurer ; au fig. charger quel- nemen estraordinari acà de Parpa-
qu'un. gnaca. » « Evénement extraordi-
:

ACCÈ, n. m. accès. naire chez Parpagnaca. »


ACCEM (pron. akcen), n. m. ac- ACORI.À et ACORI.AR (s'),'v. a. ac-
cent. coupler ; v. pr. s'accoupler.
AlX'EATrÀ et ACCEXTIAR, V. a. ACORLAMEiv, n. m. accouplement.
accentuer. ACOCHÀ et ACOCHAR (s ), V. a.
ACCEMTCASSIOM, n. f. accentuation. accoucher, faire un accouchement;
A€E]iDRE,v. a. allumer. (N.achertà V. pr. enfanter.
pour la conjug. de Ve - Préface). ACOCHAIRÀ et ACOCHAIRAR (s'),

ACHARÎ et ACHARIR, Y. a. et irr. V. a. et chasser, se battre


pr. à
en issi, gaspiller, consumer ses coups de pierres, de choux, etc.
biens, dissiper, détruire. ACOCHAiiEM, n. m., accouchement.
ACHAI.AMDÀ et ACHAI.A110AR, V. a. ACOcmiSA, n. f. accoucheuse.
OU n. achalander, se fournir (dans ACOCOMÀ et ACOCOMAR (s'), V. pr.
un magasin). s'accroupir, se tapir.
achapÀ et ACHAPAR, V. a. attra- ACÔiiiTO, n. m. acolyte.
per, saisir, atteindre, happer. ACOMODÀ et ACOMODAR (s'), V. pr-
ACHEA'TO, n. m. accent, signe qui êt irr.s'accommoder, se contenter.
se met sur une voyelle. (V. abrogà pour la conjug. de Vo -
A€HERTÀ et ACHERTAR, V. a. Préface). (V. comodà).
assurer. (V. à la préf. p. la conjug. ACOMPAGMÀ et ACOMPACiMAR,V. a.
de Ye). accompagner.
ADE 4 AD
ACOMPACMAMEM, n. m. accompa- ADEREiriSA (ancien pron. adheren-
gnement. cia), n. f. adhérence.
ACOMPi.i et ACOMPLIR, V. a et irr. ADERElVT, A, adj. adhérent.
en issi, accomplir. ADERÏ et ADERIR OU ADERÀ et
ACOMDem'TÎ et ACOMliKUTIR, V. n. ADERAR, V. n. adhérer ; part. pas.
consentir. (V. achertà pour la con- aderit. (V. aboli pour la conjug. de
jug. de Ve - Préface). Vi ou achertà pour la conjug. de Ve -
A€ORCiA et ACOnciAR, V. a. rac- Préface
courcir. adejSIOM, n. f. adhésion.
ACORDÀ et ACORDAR (s'), V. a. et ADIE1\ loc. ell. adieu.
irr. accorder ; v. réfl. s'accorder. ADlfifilo.li. n. f. addition.
(V. abrogà pour la conjug. de l'o ADIfi^lOAÀ et ADISSIOMAR, V. a.
- Préface). additionner.
ACÔRDI, n. m. accord ; d'acôrdi, AOMETRE, V. a. admettre (part,
loc. adv. d'accord. pas. ad mes, ssa).
ACORDCR, n. m. accordeur. ADMINISTRA
OU et ADMINISTRAR
ACOStA et ACOUTAR, V. a. et irr. mieux
AMiAiii- AMiA'i!iTRÀ et
accoster. (V. abrogà pour la con- TRAR, V. a. administrer.
jug. de l'o - Préface). ADlli.lîl<iTRA!9!il0.li' OU niieux AMI-
ACOSTlllA et A€0!iTl!lfAR(s'),V.a. ^tHTRAmmtOH.n.f. administrât ion.
accoutumer; v. pr. s'accoutumer. ADMIlf|4i$TRATOR, TRI<<if$A OU mieux
A€R EDITA et ACREDITAR, V. a. AMINISTR ATOR TRI!iliA n , , .

accréditer. administrateur.
ACRFiiitjiK, V. a. accroître, aug- ADMIRA et ADMIRAR OU AMIRA
menter. et AMIRAR, V. a. admirer.
Ai'RÔC% n. m. accroc. ADMIRABLE, l>A OU AMIRABI.E, I.A,
ACROIHÀ et ACROCHAR, V. a. ac- adj. admirable.
crocher. (V. abrogà p. la conjug. ADMIRASSIOM OU AMIRAI^JllO.lî,
de l'o - Préface). n. f. admiration.
AOTl'AMTÀ ou mieux ATEAI^ITA, ADOBÀ et ADOBAR, V. a. éplucher,
n. f. actualité. ôter les deux bouts et les deux fils
ACTE'EI., A, OU mieux ATUEI^, A, adj. des haricots.
actuel. ADOMESTECiA et ADOMEflTEC;AR
ACTiEi.AiiEiiî OU mieux atvei.a- (s'), V. apprivoiser ; v. pr. s'ap-
a.
Mem, adv. actuellement. privoiser. (Dans la conjugaison, il
ACliEll^ (pron. acueï), n. m. accueil. faut ajouter un u après le g devant i
AC1IE1I.M et ACUEILl.lR (pron. et e pour conserver toujours le même
acueïî), V. a. accueillir. son au g), {y. abrogà p. la conjug.
ACi'mxA et ace^mixar, v. a. du g - Préface).
accumuler. ADORA et ADORAR, V. a. ct irr.
ACCSA, accusation.
n. f. adorer. (V. abrogà pour la conjug.
AClSÀ et ACtitiAR, V. a. accuser. de l'o - Préface).
ACCfiASSiOM, n. f. accusation. ADORABLE. LA, adj. adorable.
ACUSATOR, TRi$ii(A, n. accusàtcur, ADORA<i$iiio:%. n. f. adoration.
accusatrice. ADORATOR, TRl«i(fiA, n. adorateur,
ADAISE, adv. lentement. adoratrice.
ADATA et ADATAR (s'), V. pr. s'ac- ADO$ii»i et ADO$ifilR ou ADOrî et
commoder, se conformer, s'adapter. ADO€lR (s'), V. a. et irr. en /5.ç/,
A»È, adv. // g a peu, tantôt. adoucir ; s'adoucir.
v. pr.
ADEMPI.Î et ADEMPI.IR. V. a. et ADOfi^MiOM. adoption.
n. f.

rég. ou irr. en issi, accomplir. ADOSSISSAMEM, n. m. adoucisse-


AUEMTÀ et ADEIVTAR, V. a. saisir ment.
avec les dents. (V. achertà pour la Anot^mMmmr.mT, a, ou ADoristiEiiT,
conjug. de Ve - Préface). A, adj. adoucissant.
AFE B AFL

ADOTÂ et AUOTAR, V. a. et irr. Jecter;y. pr. s'affecter. (V. achertà


adopter. (V. ahrogà pour la conjug. pour la conjug. de Ve - Préface)
de \o - Préface). AFECTAiiJlilÔM, n. f. affectation,
ADOTIF. IVA, adj. mloptif, AFECTUOS, OA, adj . affectueux.
A»RK€H, A, adj. adroit. AFECTIOSAMEM, adv . affectueU'
ADBEiij^A, n. f.' adresse. sèment.
ADREf^SA, n. f. adresse, dextérité. AFERÀ et AFERAR (s'), V. a. saisir;
ADREJi^À et ADRKiStSAR (s') V. a. Gt- V. pr. se saisir. (V. achertà pour
dresser;y.^Y. s'adresser. {V .achertà la conjug. de Ve - Préface).
pour la conjug-. de Ve - Préface). aferm'à et AFERMAR (s'),v. a. ar-
ADRET, A, adj. adroit. rêter ; V. pr. s'arrêter. (V. ferma
ADRKTAMKM, adv. adroitement. qui est plus usité qu afer ma).
ADRii»«iÀ et ADRlï$«iAR, V. a. mettre AFERMi et AFERMIR, V. a. et irr.
droit, aplanir, raboter, rectijîer. en issi, affermir.
ADt:€H, A, part. pas. du verbe ad- AFERiMi!§$iAinEil, n. m. affermis-
durre (apporter) apporté. : sement.
ADlxA et ADETiAR, V. a. aduler. AFETÀ et AFETAR (redure en fêla),
ADl.XAS<ilOA\ n. f. adulation. V. a. hacher, réduire en branches
ADl'liATOR, TRi^SiA, n. adulateur, fines.
adulatrice. AFICHA, n. f. affiche, écriteau.
ADUiiT, A, n. et adj. adulte. AFICHÀ et AFirHAR (s'), V. a. affi-
ADCIiTERÀ et Aoil.TERAR, V. a. cher ; au fîg. : v. pr. s afficher.
adultérer. (V, achertà pour la con- AFICHCR, ISA, n. afficheur.
jug. de Ve - Préface). AFII.À et AFII.AR, V. a. affiler.
ADl'i.TERi, n. m. adultère. AFli.ADl'RA. n. f. fil, tranchant.
ADl'Ri:, V. a. apporter. AFii.iA et AFil.lAR (s'), V. a. affi-
ADVKRBI ou mieux aakrbi, n. m. lier ; V. pr. s affilier.
adverbe. AFliiiAf^filOM, n. f. affiliation.
ADl'ERBIAI., A OU mieux AVKRBI Ali AFIA'ITÀ, n. f.affinité.
A, adj. adverbial. AFIIV VUE, loc. conj. afin que.
ADAERISARI^A OU mieux A^'ERa%RI, AFIRMÀ et AFIRMAR, V. a. affir-
A, n. adversaire mer.
AE (et aussi ase dans la montagne), AFiR.iiAii$9l0ll% n. f. affirmation.
n. m. une. afir.hatif, iaa, adj. affirmatif.
AERiEA, A, adj. aérien. AFliiHilO.^ et AFIf^SlÔMÀ. (V. AFEr-
AFABII.ITÀ, n. f. affabilité. SIOA' et AFE€$$IOA'À.
AFABi.E, i.A, adj. affable. AFIT OU FIT, n. m. loyer.
AFAIRE, n. f. affaire. AFlTÀ et AFITAR, v. a. /o/^er, don-
AFAMAT. ADA, n. et adj. affamé. ner et prendre à louage.
AFAMEOÀ et AFAMeIuAR, V. a. AFiTAtxo ou AFiTAt, n. m. loca-
affamer. (V. abrorjà pour la eon- taire.
jug. du ^ - Préface). AFI.ARÀ et AFI.ARAR (s'), V. pr.
AFAMEfcAT, ADA, n. et adj. affamé. s'essoufer, s'échauffer.
AFART, n. m. fard. AFiiARAT, ADA,adj. essou/Ié, ardent,
AFEBri et AFEBl.lB (s'), V. a. irr. brillant, enflammé.
en issi, affaiblir ; v. pr. s'affai- AF1.ATÀ et AFiiATAR (s') V. pr. se
blir. prêter.
AFEBI.ISSAI1IEA', n. m. affaiblis- AFiiATÀ et AFI.ATAR (s'),v. 3i. affai-
sement. blir, rendre mou, flasque; V. ^r. s'af-
AFE€!iiOA', n. f. affection. faiblir.
AFEC^lOAÀ et AF'ECfilOA'AR (s'), AFi.ic;iÀ et AFI.IGIAR (s'),v. a. af-
V. affectionner
a. ; v. pr. s'affec- fliger ; V.
pr. s'affliger.
tionner. AFM<i!i$iOM, n. L'affliction.
AFECTÀ et AFEi'TAR (s') V. a. af- AFIilT, IDA, adj. affligé.
AGA AGR
AFLrA et AFliUAR, ACiASSllî, n. m. cor, durillon.
V. n. affilier.
AFi.E'E]iSA, n. f. afjliience. ACiATA, n. f. agate.
AFEiiiEUT, A, adj. affluent. AGE, n. m. âge.
AFOGÀ et afocÏar (s'), V. a. effa- ACiEMOlIXÀ et AC^Ej1îOII.I.AR (s'),
rer ; v. pr. s'effarer. (V. ahrogà p. (pron. agenoïà), v. pr. s'agenouil-
la conjug^. (lu g et de Yo - Préface). ler.
AFOI..4 et AFOI.AR (s'), V. n. courir AClEMSA, n. f. agence.
en foule ; v. pr. s'attrouper. AGEUT, n. m. agent.
AFOliAiUKM, n. m. attroupement. ACli et Af>iR, V. n. et irr. en issi,
AFORi^ME, n. m. aphorisme. agir.
AFORTiWAT, ADA, adj. heureux. AGIASSÀ et A€ilAI§SAR (s'), V. rcfl.
AFRAIVf^li et AFRAMQIIR, V. a. croupir.
et irr. en issi, affranchir. ACiiAT, ARA, adj. âgé.
AFRAMQE'ISSAMEM, n. m. affran- A, adj. agile.
ACiiil^,
chissement. ACilLAMEM, adv. agilement.
AFRATKRMISÀ et AFRATERHIi^AR AC;il.lTÀ. n. f. agilité.
OU mieux fratkru'i^^à et fra- ACilMOIl.l.À et AC;i.\OII.I.AR (s'),
teriiisar(s'ou si), v.a. etpr .//•«- (pron. aginoïà) v. rétL s'agenouil-
terniser. ler.
AFRK, n. m. affres, horreur. - Ex. : AUlOf'À et AC;io<\%R (s'), V. pr.
« Lu afre de la muôrt » : « Les af- se percher, se jucher.
fres de la mort. » « Acb mi fa — A«^io€ ADOR, n. m. perchoir-, j'u-
afre » « cela me fait horreur. »
: choir. (L'r ne se prononce pas).
AFRICA et AFRirA, n. f. Afrique. ACi;iTÀ et ACilTAR, V. a. agiter,
AFRiQiEiV, A, adj. africain. ACilTA^SlOM, n. f. agitation.
AFRÔMT, n. m. affront. A€>;iTAT, ADA, adj. agité.
AFROUTÀ et AFROMTAR, V. a. et ACiliAi, n. m. aigle (corruption du
irr. affronter. (V. abrogù pour la mot Ald^A). Ne s'emploie que dans
conju^. de Vo - F*réface). cette expression « Crida com'un :

AFROfi, OA. adj. affreux. aglai » ; « Il crie comme un aigle, »


AFRO$§AiiiKM, adv. affreusement. AC-liAM, n. m. gland, fruit du chêne.
AFROSITÀ, n. f. horreur. Afiii.ATVÀ et aÙi.A!%ar. v. a. glaner.
AFTK, n. m. aphthe. ACiliA.IIÈ, n. m. chêne.
AFt'Bl.À et AFIBI.AR (s'), V. pr. A€.;i.01IERÀ et A4^li01IERAR, V. a.
S affubler. agglomérer. (V. achertù pour la
AFCSCÀ et AFt«4€\%R (s'), V. pr. conjug. de 1'^ - Préface),
s'animer, s'irriter. (Voir abdicà A<.lliO»IERA!9NIOIl, n. f. agglomé-
pour la conjug. du c - Préface). ration.
AFi:S€\%«>iMiM, n. f. action de s'ani- AliXESA, f. Agnès.
n. pr.
mer, de s'irriter. AlilMEi:, n. m. agneau.
AGAMCHÀ et AGAMCHAR (s'), V. a. AC;]%'1 « OEI (pron agnousdei) A g nus
.

accrocher s'accrocher.
; v. pr. Dei.
A^All'TÀetACiAiVTAR (s'),v. a. attra- Af^oiiiA. n. f. agonie.
per, saisir ; v. pr. s'empoigner, ACiOMifiÀ et aÙ«».'\i«<ar, v. n. ago-
en venir aux mains. niser.
AGAOU', n. m. n'a pas de correspon- ACiOMlf^AMT, A, adj. agonisant.
dant en français ne s'emploie que AC^OPIT, n. m. Août.
pour les choses comestibles.
;

— A<-0»iiTi!i', A, n. pr. Augustin, Au-


Ex. : (( Dur coma d'agaon » : « Dur gusline. — NAI1T'a<-0!#ti!1. Saint-
comme la pierre )> ;«Mangerïa fmda Augustin, nom
d'un quartier du
d'agaon » : « Il mangerait même Vieux-Nice d'un (piartier de la
et
du fer. )) banlieue près du Var.
AttASSÀ et AUASf^AR, v. a. agacer. Af^OTÀ et AftOTAR, V. a. égoullcr,
AciASSAUT, A, adj. agaçant. I
épuiser, tarir, mettre à sec.
AGU AIG

agradA et ACiRADAR, V. a. plaire. AGlTT, n. m. clou (terme de la monta-


ACiRADÎ et ACiiRARiR, V. a. et irr. gne).
en issi, agréer. AH I excl. de surprise et interj. ; ah !

A€IRADIMKA\ n. m. arjrémeiit. AHi, excl. de douleur : aïe,


AGRAFA, n. f. arjrafe, fermoir. AI, art. contr. (V. au).
AGRAFA et AGRAFAR, V. a. agra- AI, adv. oui.
fer. AIÀ et All.À, adv. là, là-bas.
AGRAMKIV, n. m. agrément. AIGA, n. f. eau ; — AiGA fres€A,
AGRAA'DÏ et AGRAÀ'UIR (s'), V. a. et n. f. nom d'une fontai-
eau fraîche;
pr. irr. en agrandir.
issi, ne et d'un quartier de la campagne
AGRAii'Di<i4iAiiEii', n. m. agrandis- de Nice — aiga-ardem, eau-de-
— AIGA BEMETA, eau bé-
;

sement. vie ;
AGRAi'À et AGRAVAR (s'), V. a, ag- nite ; — AiGA BRUTI, lavure de
graver ; V. pr. s'aggraver. la vaisselle — AiGA Bi;ii.l.lDA,
AGRATAIVT, A, adj. aggravant. (pron. buïda), eau bouillie —;

;
AGRAVI, n. m. grief. AIGA roREUTA, eau courante ;
AGREA et AGREAR. V. a. agréer. — AIGA b'avdor, eau parfu-
(Voir achertà pour la conjug*. de mée;- AIGA DE FliOR D'ORAUGE,
Ve - Préface). eau de fleur d'oranger — AifiA ;
AGREABiiAMKM, adv. agréablement. »E MAR, eau de mer; — aiga »e
AGREABLE, i.A, adj. agréable. A'EU, eau de neige — aiga ;
AGREAllEA, n. m. agrément. DOiiiiA, eau douce opposition "(par
AGREGÀ et AGREGAR, V. a. agré- à eau de mer) — Ai€iA de ;
ger^ planter un endroit inculte. PI.EUIA, (pron. eu eau de fran(;ais)
(V. abrogà p. la conjug-. du g, et pluie — AIGA (faire...) faire
;
achertà p. la conjug. de Ve - Préf.) eau ; se dit d'un vaisseau dans
AGREC^A<itiilOlîy n. f. agrégation. lequel l'eau pénètre par quelque
AGRE<i$*i$io.¥, n. f. agression. voie ;— AIGA (faire terme lil...),
AGRE4i»NOR. OA, n. agresseur. d'accouchement — AIGA FERA-
AGRK'OI.TOR. n. m. agriculteur. DA, eau ferrée — AiliA fuôr- ;

;
AGRM'Oi.TiRA, n. f. agriculture. TA, eau forte ; — aiga (l.i...), les
AfîRiOTA, n. f. griotte, cerise à eaux aiga mimerai.a, eau mi-
;
courte queue. nérale — Alf^A MiJORTA, eau
;
AGRIOTIÈ, n. m. griottier. morte, stagnante — aiga pa- ;
AGRIOTADA, n. f. griottadc. H'ADA, eau panée — AIGA PAS- ;
AGROTII«i$«§El.À et AGROm^fiE- SERA, raisin de Corinthe — aiga
SAliADA, eau salée; — AIGA SAU,
;

liAR (s'), V. réfl. se peletonner.


(V. achertà pour la conjug. de Ve - eau bouillie avec du seulement sel
Préface). — AiGATROBi.A, eau trouble; — ;

AGRUMÀ et AGRIIMAR (s'), V. réfl. AIGA VI VA, eau vive, de source.


5e coaguler. AIGÀ et AIGAR, V. a. arroser. (V.
AGUERÎ et AGIERIR, V. a. et irr. abrogà p. laconjug.du g - Préface).
en issi, aguerrir. AIGADA, n. f. arrosement, averse
AGEli.l.A (pron. aguïa) n. f. ai- (pluie).
guille. AlGAfiiE, n. f. cuvette ou petit canal
AGUiiil.A (pron. aguïa). n. f, aiguil- fait pour recueillir les *eaux plu-
le (poisson). viales.
AGlJii.i.AUA (pron. aguïada), n. f. AiCiiAi, n. m. rosée du matin, serein
aiguillée, (se dit aussi cordelagna). de la nuit, bruine.
AGcii.rAT (pron. aguïat), n. m. ai- AIG AIE, n. m. fontainier, distribu-
gnillot (poisson). teur d'eau dans certaines parties
AGt;iL,LO]i' (pron. aguïon), n. m. de la campagne de Nice.
espèce de serpent aiguillon. : AIGAIOS, OA, adj. aqueux, aquati-
AGliT, part. pas. de avé : eu. que, marécageux, humide.
Aïs 8 AU
AiftASSA, n. f. mauvaise eau. AISSESTO, TA, pron, dém, svnony
AIGliA, et par corruption ACiLAI, me de aqcesto.
n, f. aigle AISSEC, pron, dém. synonyme d'AlS-
AIGI.OA'Ou AlC^IiETA, n. m. ou f. SESTO.
aiglon. AlSSi, adv. ici,
AlCiRAMKM, adv. aig-rement. Aisso et Aic^ô, pron, ind, ceci,
AlCiRK, RA, adj. aigre, (V. Aێ). '

AM.iRKiiKT,A,àdj. dimin. de AIGRE, AJorA et AJOCAR (s'), v. n, ou pr.


aigrelet, percher. {Y, abdicà pour la conjug.
AlCiRKT, n. m. nasitor (plante). du c, - Préface),
AlCiRKT. A, adj. un peu aigre. AJOCADOR, n. m. perchoir. {Vr ne
AI«^Rl et AlCiRlR (s'), V. pr. et irr. se prononce pas)
en ^55/, s'aigrir. AJOCi;ae, V. a. joindre et ajouter
AIOROR, n. f. aigreur. (L'r ne se (part. pas. aj'onch, a).
prononce pas). A JOAm.A, part pas. du verbe ajogne, .

AlCiiROS, ©A, adj. âpre. AJOUTA, n. f. addition.


AlCiCKTA, n. f. dimin. de AIGA, AJOA'TÀ et AJOATAR. V. ajouter,
petite pluie. A.IOATE, n. m. adjoint,
AIOIIR, n.
évier.m. AJORAÀ et AJORAAR, v, a. ajour-
All^lA (pron^. aià), adv. là. (A la mon- ner.
tag'ne on dit aussi AlliA). AJORAAMEA, n. m. ajournement.
Aii'iiARA (pron, aïada)y n. f. sauce AJtRA, n. f. aide.
à Vail. AJt DÀ et AJlDAR, V. a. aider,
AilXAMOA' (pron. aïamon)^ adv. là- AJtDAA, n. m. adjudant,
haut. AJASTÀ et AJt «ITAR, V. a. ajouter,
All^l..ATAU (pron. ai'avau), adv. là- donner de plus, ajuster.
bas. AJC«iiTADCRA,n. W action d'ajuster.
All.l.KT, (pron. ai'et), n. m. ail. AJlSTAHEA, n. m. ajustement.
AII.I.KTADA (pron. aïetada), n. f. AJI>«»TIÈ, n. m. ajout. Ex. — :

sauce à Vail. « Mètre un ajustié » « mettre un :

Ali^rKTOA (pron. ai'eton), dimin. de morceau (ajout) ».


Aii.i.F.T, petit ail. AI. A, n. f. AI.A »E
aile. Au fig.
AlitA AIMAR, V. a. aimer.
et RAÏA, grappillon d'i A ; — Ai. A
AiMABiiAMKA, adv. aimablement. €\%PEr, bord d'un chapeau.
AIMABLE, i.A, adj. aimable. AliA, excl. d'encouragement dans un
AIMÉ, adj. invariable, aîné. travail commun.
Alôi^l, n. m. aïoli. AliABA<4TRE. n. m. albâtre.
AIRlii. n. m. hérisson de châtaignier, Ai.At'ilÀ Ai.AI'llAR. V. a. allaiter.
et
enveloppe épineuse de la châtaigne. Ai.ACwA et ai.a«i;ar, v. a. inonder.
AISAT. ARA, adj. ai.sé. (V. abrogà pour la conjug. du g -
AISATAMKH', adv. aisément. Préface).
AISE, n. m. poterie de cuisine. AI.AIRÀ et AI.AIRAR (s'), terme de
AISE, n. m. aise, (aisier en ancien jardinage: v. j)r. s'étendre par coté,
niçois). s'affaisser, tondter. - Kx. « Lu peo :

AlSSA, n. f. herminettc des char- s'alairon, li mi eau faire un freo » :

pentiers. (( les poix s'affaissent, il faut que je


AISSAMOM, adv. là-haut. leur fasse une palissade de bran-
AlSSAVAr, adv. là-bas. ches ou de roseaux. » (^^ aleirà).
AISSE, corruption de Al<9«9i ES. ici AI.APIA, n. f. patelle (coquillage).
est, voici.Cri que poussent les ber- Ai.ARdiÀ et ai.ar<i;ar, v. a. élargir,
g-ères de la Briga en vendant leur ouvrir, déplogcr. (V. abrogà p. la
marchandise bros, caillet (lait
: conjuo-. du g — I^réface).
caillé). Al.ARf-AME.li, n. m. élargissement
AiSSEiiA, n. f. aisselle. Ali.%RilA, n. f. alarme.
ALE ALT

.4I.AR1IÀ et AI.ARMAR, V. a. alar- AI.FAUET, n. m. alphabet. (V. Sa/da


mer. Gros).
ALARMAUT, A, adj. alarmant. Al.f>iA, n. f. algue.
Al-ASSÀ et AliASiSAR (s'), V. pr. se Al.UEBRA, n. f. algèbre.
fatiguer, se lasser. Ai.iÀ et Ai^iAR (s'), V. pr. s allier.
AT.ArGÎ et Ai.AiGiR (s'), V. a. ai.iac;e, n. m. alliage.
et
irr. en issi, soulager; v. pr. se sou- Ai.lAMslA, n. f. alliance; fiançailles.
lager. AI;IAT, ARA, adj. allié.
Al.BtiM, n. m. album. AlilBA€0«i$, OA, adj. d'ombre.
Ai.rAi.iSi et ARCAM«i, 11. m. alcali. AlilBl, n. m. alibi.
Aixôii, m. alcool
n. AI.IE€HÀ et AlilECHAR, V. n. COU-
AIXORAM, n. m. alcoran. cher par la pluie, en parlant des
Ai.C'ô%'A. n. f. alcôve. céréales.
Al^K, voix inipérative, allez ! Al.iEAÀ et Al.iEMAR, V. a. aliéner.
AliK, adv ; excl d'encouragement,
. . (V. achertà pour la conjug*. de l'e -
allons ! Préface).
AliKA ou mieux liKA, n. f. allée. AMEAABl.E, l.A, adj. aliénable.
AliKGÀ et Al.KOAR, V. a. cilléguer. Ai.iEAA^iilOA, n. ï. aliénation.
(V. abrogà pour la conjuç. du ^ - Ai.lCiA.À et ai.ic;aar, v. a. aligner.
Prélace). Ai.lCiA'AiiEA', n. m. alignement.
AI.KI^KRI et Al.KOl'iRIR, V. a. et irr. AiiiiiEA% n. m. aliment.
en issi, alléger. AI.IMEMTÀ et AlilMEATAR, V. a.
Al.l<:4iiORiA. n. allégorie. f. alimenter.
Ai.F.CiiRAiiKA, adv. gaiement. Ai.iMEXTASSiOM, n. f. alimentation.
Al.KCiRK, RA. adj.^rt/. Alii«i«40.¥. n. m. oursin.
AiiKCiRKî*.*iA, n. f. allégresse, gaîté. AiinA.i'Ar et ariiaaai% n. m. alma-
,\l.VAiVir.T, A, adj. enjoué. nach.
Al'i'^CiRÎA, n. f. joie, contentement Ai.olXii.iilOA\ n. f. allocution.
gai té. AliOÈiJ, n. m. aloés.
am:irà et ai.kirar(s'), \ .\iv .s' éten- Ai^ociÀ et Ai.ociAR ou mieux i.octÀ
dre par côté, s'ajfaiser, tomber. et liOCiAR, V. a. louer, embaucher.
(V. a la ira). (V. abrogà, pour la conjug-. du g
AliKiiOiA. n. m. aleluia. et de Vo - Préface).
AliKHAA, DA, n. et adj. allemand. Al.ôciE, n. m. logement.
Al^KA% n. m. haleine, respiration; Al.oc;iÀ et Ai.o&iAR, V. a. et irr.
FAIRE D'AiiEA', plonger, rester loger. (V. abrogà p. la conjug. de
sous l'eau. l'o - Préface).
Al^E.iîÀ et respirer; AI.OGA'À et Ai.OCMAR, OU mieux
Ai.EAAR. V. n.
et par ext. laisser échapper, per-
: AI.CECIAÀ et AI.VE(âMAR (s'), V. a,
dre. —
Ex. « A([uesto tuieo alena
: éloigner; v. pr. s'éloigner. (V. abro-
aissi « ce tuyau a une fuite ici.»
)) : gà p. la conjug-. de l'o - Préface).
AliEATOR. adv. alentour. Ai.OACi;À et AI.OA&AR. V. a. et irr.
AiiKOPATE. n. m. alleopathe. allonger. (V. abrogà, p. la conjug.
AliFRT, A, adj. alerte et bier-pw- du g et de l'o - Préface).
tant. AliORA. adv. alors.
ALERTA, excl. alerte ! Ai.PA. n. f. Alpes.
AI.ESTÎ et Ai.E*iTlR (s'), V. a. et irr. AiiPAdiÀ, n. m. alpaga, étoffe.
en issi, achever ; v. pr. se préparer Ai.f^LTiliA provençal AE.R.11IIA)
(

se tenir prêt, s'apprêter. n. f. alchimie.


ALEVÀ et AI.EVAR, V. a. élever, Ai.QEifiiSTA, n. m. alchimiste.
dans sens de nourrir et donner de
le A1.TA, n. f. halte,
l'éducation. (V. achertà pour la ATiTERÀ et AI.TERAR, V. a. altérer.
conjug. de l'e - Préface). (V. achertà pour la conjug. de l'e -
AliEYADO^; A, n. grandelet. Préface).
àMb io AMO
AI.Ti^RA<^^IOM, n. f . altération. AMBRA, n. f. ambre.
AI.TERIVA et AI.TERMAR, V. n. AMBll.AA'SA, n. f. ambulance.
alterner. (V. achertù^ç>\\v\^ conjug. AMElilORÀ et AMEI.IORAR. V. a.
de Xe - Préface). améliorer. (V. abrogà pour la con-
AI.TKRMATIF, 1%'A, adj. alternatif. jug. de l'o - Préface).
Ai.TKRMATi¥A, n. f. alternative. AMKI.IORASSIOM, n.f amélioration. .

Al^liCllÀ et Ai.li€HAR, V. a lorgner, AMEM, n. m. amen.


regarder attentivement et souvent. AMKMCi et AMEACIR, V. a. et irr.
ALUMÀ Al.KifAR, V. a. allumer.
et en issi, amincir.
AI>.U1IAIRK, n. m. allumeur. AMEMBA, n. f. amende.
AixtmETA, allumette.
n. f. AMEMBA, n. f. amande.
AliE'M, n. m. alun. AMEA'BA ABAI.AAA, n. f. amande à
AiitiRA, n. m. allure. écaille friable.
Al'UiilOiV, n. f. allusion. AMEIVBA ESTRECHAMA, n. f. aman-
AMABI.ETÀ, n. f. amabilité. de à écaille dure.
AMAC, m. hamac.
n. AMEA'BIÈ, n. m. amandier.
A«IA€HIT, IDA, adj. affaissé, en AMEABOI.A. n. m. mendole (poisson).
parlant du pain qui n'est pas levé. AMEABRÎ et AMEABRIR, V. a. et
AMAin'A, voix impérative, terme de irr. en issi, amoindrir.
maçons et de marins amène ! AMEATÀ et AMEMTAR. V. a. faire
;

AMAIMÀ et AMAiiVAR (s'), V. a. ame- attention, regarder.


ner, terme de marine v. pr. se cal- AMERl€\%. n. f. Amérique.
;

mer, se tranquiliser. AMERi^^l EM. A.n. et ad). r///i 'ricain.


AMAMT, A, n. amant. AMERTtMA.n. f. amertume.
AHAliT, A. adj. aimant. AMETRE. V. a. admettre.
AilAR. n. m. amer. AMIABI.A (a i/), loc. adv. à r amia-
AMAR, A. adj. (inicr. ble.
AMARÀ et AMARAR (s'), v. a. amar- AMIABI.AMEA', adv amicalement. .

rer ; v. pr. s'amarrer. AMic\ i€iA, n. et adj. ami ; b\%mi€%


AMARAIiiK, n. m. amarrage. loc. adv. en ami.
AMARAMKM, adv. amèrement. AMiruiSSlA, n. f. amitié.
AMARKfiSA, n. f. amertume. AMIBOA'. n. m. amidon.
AMARKTO, adj. dimin. de AMAR, AMIBOAÀ et AMIBOAAR, v. a. ami-
un peu amer. doner.
AMAROR, n. f. amertume, amer. AMi«^À et AMit^AR [s], V. pr. se
(L'r ne se prononce pas). faire ami, contracter une liaison,
AMAS, n. m. amas. se réconcilier. (V. abrogà pour la
AMAJiÔMA. n. f. amazone. conjug. du g - Préface).
AMASSA et AMASSAR (s'), v. a. tuer, .%MIASA et AMIASAR, V. a. rendre
amasser ; v. pr. se tuer, se rouer mince.
de coups. AMIRÀ et AMIRAR. V. a. admirer.
AMATOR. <IA. n. et adj. amateur. AMIRÀ et AMIRAR (s'),v. pr. mirer,
AMRASSARA, n. ambassade. /pointer, viser.
1'.

AMBASSAUOR, WRISSA, n. a/nbas- AMIRAI.E ou mieux AMIRAI, n. m.


sadeur, ambassadrice. amiral.
AMUI<;i', n. m. ambigu, j)ar exten- AMISSIBI.E. i.A, adj. admissible.
sion : petit repas, petite fête. AMISSIOA. n. f. admission.
AMBISSIOM, n. f. ambition. AMISTAASA et MIST.AAS.%, n. f.

AMUISSIOAÀ et AMBISSIOAAR, V.a. amitié.


ambitionner, convoiter. AMITIÉ, n. f. amitié.
AMBISSIOS, OA, n. et adj ambitieux. AMAlSTi.%. n. f, amnistie.
.

AMBi.K (d'), loc. adv. d'emblée. AMOiiÀ et AMOI.AR. V. a. et irr.


AMBO, n. m. ambe. aiguiser. Au Hç. appliquer, pro'
AMBORiGO^ n. m. nombril. férer, lâcher, donner. Ex. « Li — :
ÀMP ANA
a amolat doi soflet su li g-auta » : AMPJ.IFirÀ et AMPI.IFICAR, V. a.
« il lui a appliqué Jeux soufflets amplifier. (V. abdicù pour la con
sur les joues. » « Ni a amolat — jug. du c - Préface).
quatre » « il lui a dit ses quatre
: AMPJ.iFlCASi^lo.w, n. f. amplifica-
vérités. » — « Amubla la cuorda » : tion.
« lâche la corde. » « Li a amo- — AMPJiOA, f. anchois.
n. Amploa —
lat vint sou » «. il lui a donné
: de Jont anchois bons à saler.
:

vingt sous. » AMPJiOETA, ri. f. dimin. de am-


Anoi.ET, n. m. re moule IIP, gagne- ploa, petit anchois.
petit, émoiileiir. AMPOLA, n. f. ampoule.
Anoiii AYIOI.IR, v. a. et
et irr. en AMPOi.o§i, OA, adj. ampoulé.
issi, rendre mou, mollijier. AMPUTA et AMPUTAR, V. a. am-
ahoi.oià et amoloiiar, v. a. puter.
amasser, amonceler ; faire des tas, AMPUTA^^io.if, n. f. amputation.
(terme de jeu niçois). AMUER$iiE-€AMDEI.A, n. m. étei-
AtfOii', adv. amont ; il est employé gnoir ; au fig. sacristain.
avec les prépositions da et en : avec AMi]R<9i et AMUR^iR, V. a. et irr.
».% il indique la hauteur pour ainsi éteindre. — Ind. prés. : amuèrsi,
dire perpendiculaire comme « Vo : amuèrses, amuèrse, amursen, amur-
que au premiè plan, montas
siès ses, amuèrson. Impér. : amuèrse,
u'amo.w au quatrième » « vous : amursen, amurses. Subj. prés. : —
qui êtes au premier étage, montez amuèrsi, amuèrses, amuèrse, amur-
au quatrième. » sen, amurses, amuèrson (le reste
Avec E.¥ indique la hauteur pour est régulier).
ainsi dire horizontale « Dau Pùont : AMti^À et AMtiSAR (s'), V. a. amu-
Nbu, montas k.\ amo.v ver la plassa ser ; v. pr. s'amuser.
d'Arma » « du Pont-Neuf, montez
: AMUSAMES, n. m. amusement.
en amont vers la place d'Armes.» AMtSAMT, A, adj. amusant.
AUOR, n. m. amour. Alf, n. m. an, année.
AMORA, n. f. mûre. Ali (faire...), terme enfantin pour
AllORÀ et AMORAR (s'), V. pr. dire manger.
boire en mettant les lèvres sur le AXÀ et AiîAR, V. n. et irr. aller. —
liquide ; boire avec avidité et beau- Ind. prés. : vau, vas, va, anan, anàs,
coup (terme vulgaire). Ex. « S'es — : van. —
Imp. : anavi, etc. Pas. —
amorat a la botilla e l'a laissada déf. : anèri, etc. —
Fut. : anerai, etc.
presque vueia » « il a porté la : — Cond. : anerii,etc. — Imp.: vai,
bouteille à la bouche et il l'a laissée anen, anès. —
Siibj. prés. : vagui,
presque vide.» —
C'est encore met- : vagues, vajgue, anen, anès, vagon.
tre le visage, la figure près, contre, — Imp. : anessi, etc. Part. pas. : —
sur, l'approcher de, etc. anat, ada ; —
aîIÀ (s'en), v. réfl.
AMORKTA, n. f. petit amour, amou- s'en aller. —
aa'à suivi d'un parti-
rette. cipe présent exprime une répétition,
AMORIK, n. m. mûrier. une continuation d'action.
AMORO^, OA, n. et adj. amoureux. AMAC'ROAiSME, n. m. anachronisme.
AllÔR«i$A, n. f. amorce. AMAUA. n. f. année, pour la production
AMORTI et AMORTIR, V. a. et irr. d'une année.
en issi, amortir. AiVACiRAMMA, n. m. anagramme.
AMORTi«i^AiiK.¥, n. m. amortisse- AliAlS, dimin. de Anne.
n. pr. f.
ment. AmAii, A, adj. annuel,
AMOviui.i<], i.A, adj. amovible. AiiAi.ifiÀ et AMAi.i§iAR, V. a. ana"
AMPiiRiR, n. m. empereur. lyser.
AiiPiRK, m. empire,
n. AIVAI.IMI. n. f. analyse.
AMPI.AMEA, adv. amplement. AVALOCiiA, n. f. analogie,
AMPLE, XA, adj. ample* AifAii'AS, n, m. ananas.
ANÉ ANS

A:%.%RrHlA ou AlfAKQrÎA, n. f. AAEi. n. m. bague, anneau. v

anarchie. AAEXÀ et A.iiEiLAR, V. a. amiexeh


A^JknemmTA ou aharçiista, n. AMEXAT, ADA, adj. amiejcé. \
des deux genres, anarchiste. AI1EX.IOA. n. f. annejcion.
AMATÈMA, n. m. anathènie. AMFIBI. A. adj. amphibie.
AXATEMATISÀ et AMATKMATISAR. AAFiBOi.O€;iA, n. f. amphibologie.
V. a. anathématiser. AMFITEATRE. n. m. amphithéâtre.
AMATOiMiA, n. ï. anatomie. aa'C;art. n. m. hangard.
AXATOMISTA, II. des deux genres, AMtiE. n. m. ange.
anatomiste. AACiEl.ET, n. m. dimin. de AH'fiE.
AUXÀ, adv. encore. petit ange.
aMCARA, adv. encore. AAft;EI.ETO OU AA'«Ero, n. pr. m,
AMCHA, n. f. hanche. Ange.
AMCIEX, A, adj. ancien. AA&EiilC\%. n. pr. f. Angélique.
AAX^lEA'A, (A l/j, loc. adv. à Van- AAClEl.lt'O. CA, adj. angélique.
ci enne. AA'C;ei.iA et MEAIX. n. pr. f. dimin.
AXCIEXAMEH'. adv. anciennement. de AACàEiiirA: Angélique.
AlClEA'ETA. n. f. ancienneté. AAfiil.E. n. m. angle.
AACORA. n. ï. ancre. wat.VM. A. n. et adj. anglais.
AUCORACiE. n. m., action iVancrer, AA(i;i.ET. n. m. dimin. de AAGI.E,
ancrage, droit d'ancrage. petit angle.
AMCRA, n. f. encre à écrire. AACàOliARl. A. adj. angulaire.
AAIRÀ et AllRAR OU AMC ORÀ et AAC.;i.ii.A. n. f. anguille. '

AUCORAR, V. a. ancrer. A AIMA, n. f. àn^e


A!%€RAT, ADA. adj. ancré. AAIMA. n. f. moule, morceau de bois
AUCRIÈ, n. m. encrier. ou d'os, plat ou rond, ({u'on recou-
A.lClJEI, adv. aujourd'hui, au jour vre d'étotte pour en faire un bouton.
d'aujourd'hui. A AIMA et AA'IMAR,
v. a. animer.
AliRAXA, n. allure, démarche,tour-
f. AAIMAI.A44. «A. grosse bête. n.
nure, rangée de plusieurs choses sur AAlMAM^lOA. n. f. animation.
une même ligne, rangée de pois, de A AIMAT. ADA. adj. animé.
haricots. AAIMAI, n. m. animal.
AMDAH'T, A. adj. allant, A AIMÉ. excl. d'étonnemenl.
Am D'AQl'Eli. A« UE A'O.lî, excl. de AAIMÈTA ! excl. allons donc !
surprise, équivalent aux mots : sa- AAIMONITÀ. n. f. animosité,
pristi ! ou saper lotte ! AAISETA. voir AISETA.
AMM (MAA'DÀ OU TIRA CA'...). loC. AA'liil. n. m. anis.
donner un coup de collier, bien AAiVER«iARi. n. m. anniversaire.
manger, bien boire, frapper forte- AAKIA. n. m. Mankin.
ment, faire entendre à demi mots. AAAtl. n. m. ennui.
A^'UOll.l^A (pron. andoïa), n. f. an- AAAAIÀ et AAACIAR. V. a. ennuyer.
douille. AAAXlOfi^. OA, adj. ennugeujc.
AA'DROll.l.A (pron. androïa), n. f. AAOBI.i et AA'Ottl.lR [s'), V. a. et
vieuœ chiffon, guenille, friperie ; irr. en issi, anoblir, ennoblir, v. pr
au fig. chose et personne d'aucune s'anoblir, s'ennoblir.
valeur. AAOBi.iii<i|.AMEA, n. m. anoblisse
AA'EAATÎ et AMEAA'TIR (s'), V. a. et meut.
irr. en issi, anéantir; v. pr. s'a- AAOMAiiiA. n. f. anomalie.
néantir. AAOAIME. MA. adj. anonyme.
AAEAA'TiSSAMEA', n. m. anéantis- AAOAHiA. n. f. annonce.
sement. AA'OA'fSÀ et AAOAiiAR. V. n. annoncer\
AA'EDÔTA, n. f. anecdote. AARi, n. pr. m. Henri.
AA'EA% excl. allons, enfin. AASI, ainsi, plutôt, cependant (cor
AMETA, n. f. dimin. de Anne. respond à Ai^Kl en italien).
AOS APE
AM^IKTÀ, n. f. anjciété. APACiÀ et APAGAR, V. a. apaiser,
AMSios, OA, adj. anxieux. satisfaire. (V. abrogà p. la conjug.
AMSIOSAMEM , adv. anxieusement, du ryr - Préface).
avec anxiété. APAÎ et APAIR, V. a. et îrr. en issi,
AA'TACio.\i*i»liK, n. f. antagonisme. digérer, cuver (le vin).
AMTAWOAISTA, n. m. antagoniste. APAIRÀ et APAIR AR, V. n. (terme
AMTECEDEA'T, A, n.m. et adj. anté- de campagne) il n'est employé
cédent. qu'avec la négation et signifie ne
amtecedEiITAme:!', adv. antécé- pas avoir de temps ; (terme de ma-
demment. çon) fournir suffisamment de maté-
AllTE€Rl«iiT, n. m. antechrist ; au tériaux.
fig. personne querelleuse et violente. APAijiÀ et APAijSAR, V. a. apaiser.
AA'TEA'A, n. f. voile de navire. APAMACiE, n. m. apanage.
AlVTEU'ôi.A, n. f. bigne, mât ; au fig. APAREÀ et APAREAR, V. a. COUplcr.
personne très grande. APAREll., (pron. apareï), n. m.
AXTERIOR, A, adj. antérieur. appareil.
AUTERlORAMEM, adv. antérieure- APAREi§ii(E, V. a. apparaître.
ment. APAREAR A, n. f. apparence.
AlfTlC, A, adj. antique. APAREAT, A, adj. apparent.
AMTl€Aii>.l^A, (pron. anticaïa), n. f. APAREM'EAMEM, adv. apparemment.
antiquaille. APARET ou APARÉ, Voir PARET
AMTICARI, n. m. antiquaire. ou PARÉ.
AMTlCUAliBRA, n. f. antichambre. APARIÀ et APARIAR, V. a. appa-
AMTICIPÀ et AATICIPAR, V. a. et n. reiller.
anticiper. APARiS<4lOA', n. f. apparition.
AMTi€ii»A<i^$iioiF, n. i*. anticipation. APARTAMEM, n. m. appartement.
AIITIFOXA, n. f. antienne. APARTEAl et APARTEMIR, V. U.
AMTiEOMARi, n. m. antiphonicr, appartenir, (y. teni pourla conjug.)
chantre. APATÎA, n. f. apathie.
AXTIPAPA, n. m. antipape. APATICO, CA, et APATIC, A, adj.
AATIPATÎA, n. f. antipathie. apathique.
A1ÎT1PATI€0, r A, et AXTIPATIC, A, APAURÎ et APAURIR, V. n. et irr.
adj. antipathique. en issi, appauvrir.
a:vtipôde, n. m. antipode. APEli, n. m. appel.
AMTIQIITÀ; n. f. antiquité. APEI.À et apei.ar(s'), V. a. appeler;
AMTÔAl, n. pr. m. Antoine. V. pr. former appel. (V. achertà
AMTÔRCHA, n. f. torche. p. la conjug. de Ve - Préface).
AUTRE, n. m. antre. APEA'A, adv. à peine.
AMTREMET, n. m. entremets. APEADICHE, n. m. appendice.
AMTREPÔ. n. m. entrepôt. APEADRE, V. a. appendre ; part. pas.
AA'TRE^§(6l., m. entresol.
n. appendu.
AA'TRÔPÔFACiUE, n. m. anthropo- APERCEURE (s'), V. a. irr. aperce-
phage. voir ; V. pr. s'apercevoir. Ind. —
AUTUÔHA, n. pr. m. Antoine. prés. : apercevi... Imp. : apercevii...
AMUEI., A, adj. annuel. Pas. déf. : apercevèri... /'«/..-aper-
AMIEI.AMEM, adv. annuellement. ceverai. Cond.: aperce verii. Imp.:
. . . .

AUXXÀ et AUXXAR, annuler.


V. a. aperceve... SubJ. prés. : apercevi...
AMtJi>ARl, n. m. annulaire. Imp. : apercevessi... Part. pas. :
AUVELÔPA, n. f. enveloppe, aperçut, uda.
AAX'IROA, n. m. environs. APESEATI et APEfiEATIR (s'), V. n.
AUVIROM, adv. environ. et irr. en issi, appesantir — v. pr.
AOST, n. m. août, mois d'août ; se s'appesantir.
dit aussi ACiOiiT et ayost. APETISSEAT, A, adj. appétissant»
AOiiTEme, A, adj. du mois d'août, .APETiT, n. m. appétit.
ô
APO f4 APR
APlxAMÂ et APiiAMAR, V. a. aplanir. APO§iTA§tiA, n. f. apostasie.
API. Ami et APliAMiR, V. a. et irr. en APOiiTATA, n. des deux genres,
issi, aplanir. apostat.
APiiATÏ et API.ATIR, V. a. et irr. en APOfiTATÀ et APOI§TATAR, V. n.
issi, aplatir. apostasier.
APLACDi et APi^AUDiR, V. a. et irr. APOi(Tii.E.À et APOiSTii>i.AR (pron.
en issi, applaudir. apostïà) V. a. apostiller.
APliAUDliifiiAiflKiv, n. m. applaudis- AP4IMTOI.À, n. m. apostolat.
sement. Ai>ô«i»T<»i.o, n. m. apôtre.
APl.irÀ et APi.iCAR ("s'), V. a. appli- APO«iTROFÀ et APOjiTROFAR.V. a.
quer ; V. pr. s'appliquer. (V. abdicà apostropher. (V. abrogù p. la
p. la conjug-. du c - Préface. conjug. de l'o - Préface).
APi.irARi.K, liA, adj. applicable. APÔ!i$TROFO, n. m. apostrophe.
APi.i€\%f9<#iOM, n. f. application. APÔTKOSI, n. f. apothéose.
APii<Knp. n. m. aplomb. APRK, prép. après.
API.4I1IP (d'), loc. adv. d'aplomb. APRKriÀ et APREriAR, V. a. ap-
APÔrAl.lilSK, n. f. apocalypse. précier.
APOCRIFK, FA, adj. apocryphe. APRKCIABI'K, liA, adj. apprécia-
AP4>(>ii<:o, n. m. apogée. ble.
APOi.oc;ÎA, n. f. apologie. APRKC^lAiifilOM, n. f. appréciation.
APOi.Ofi;i$iTA, adj. apologiste. APRK-DKMAm', loc. adv. après-dc-
AP6iiOC;o, n. m. apologue. main.
APOl.oiv, n. pr. m. Apollon. APRK-ui.\À, n. m. après-diner.
APOAXHÀ et APOA'CHAR.y. a. aigui- APRF.-MIKJOR, n. m. après-midi.
ser, tailler en pointe ; coudre légè- (L'/' ne se prononce pas).
rement, faufiler ; v. n. (terme de APRKH'Tlii, IVA, n. apprenti.
jeu de boules) jeter sa boule pour APRKMTljiiiAttK, n. m. apprentis-
gagner le point en la faisant appro- sage.
cher du cochonnet pointer buter APRÎ>^OPÀ. n. m. après-souper.
; ;

ou quiller. APRF.NNÀ et APR»:»9i^AR (s'), V. pr.


APOUC'HAIRK, n. m. celui qui ai- s'approcher ; terme vieux de la
guise en ternie de jeu de boules,
; campagne. (V. achertù p. la cong.
celui qui fait rouler sa boule dans de Ve. - Prél^ace).
l'intention d'approcher le cochonnet, APRKii<iifÀ et APRKfiSilAR, V. a.
par opposition à BOrHAlRK, qui apprécier.
lance. A PRIANT, n. m. apprêt.
APOMTÀ et APOMTAR, appoin- APRIVOA<4À et APRIIOASAR. V. a.
v. a.
ter, pointer ; coudre avec deux ou apprivoiser.
trois points le bout de deux mor- APRÔC'H. n. m. le voisinage, les
ceaux d'étofïe afin qu'ils ne se dé- approches.
parent pas. APROrUÀ et APROrilAR (s'), V. pr.
APOMTKI.À et APOUTRI.AR. V. a. s' approcher .{Y .abrogà p. la conjug.
étayer. (V. achertù p. la conjug. de de 1 o. - Préface).
l'e - Préface^. APROCHA.HK!!'. n. m. approchement.
APOMTKii, n. m. étai. APROFOliUi et APROFOADIR, V. a.
APOPl.Kii^NiA, n.apoplexie. f. et irr. enapprofondir.
issi,
APOPOMÀ et APOPOMAR, V. a. choyev APROFOADiiii^ilAMKil, n. m. appro-
(un enfant). fondissement.
APORTÀ et APORTAR, V. a. et irr. A PRÔpô, n. m. et loc. adv. à pro-
apporter. (V. amolà p. la conjug. pos.
de l'o - Préface). APROPRIÀ et APROPRIAR (s'), V.
APOISTÀ et APOSTAR(s'), V. a. et irr. pr. s'approprier.
aposter;y. pr. s'aposter. (V. amolà APROPRiA§i!iiO.\\ n. f. appropria-
p. la conjug. de l'o - Préface). tion.
AQU i5 ARC
APROit<§lifAi§!iiOM, 11. f. approxi- A^^ViTÀ et AÇCITAR (s'), v.a. acquitr
mation. ter — V. pr. 5e libérer.
APROSSIMATIF, IVA, adj. approxi- AQVÔT, voir ACÔ.
matif. ARA, n. f. arrhes.
APROVÀ et APROVAR, V. a. et irr. ARÀ et ARAR, V. a. (temic de jeu)
approuver .(W abrogà . p. la conjug. manquer, ne pas atteindre.
de l'o. - Préface). ARABE, adj. arabe.
aprovabi^iï:, liA, adj. approuvable. ARABEfiC, n. m. arabesque.
APROi'AfiSlOM, n. f. approbation. ARABIO, A, adj. arabique.
APROVATOR, n. m. approbateur. ARACîAA, n. f. araignée.
APROVI^ilOMÀ APROYIiilOAAR, ARACiAA, n. f. araignée (poisson).
et
V. a. approvisionner. ARACiUADA, n. f. instrument fait de
APROViSiOîlAiMEM, n. m. approvi- toile métallique pourcribler le sable.
sionnement. ARAIRE, n. m. charrue, araire.
APTK, TA, adj. apte. ARAMBÀ et ARAMBAR, voir arem-
APTiTliRA, n. f. aptitude. bà.
APIJI, n. m. appui. ARA]V, n. m. airain, cuivre jaune.
APEIÀ et APliAR, V. a. appuyer. ARAMCA et ARAlîCAR, V. a. arra-
A<[^lARKiiA, n. f. aquarelle. cher, déraciner. (V. abdicà p. la
'A9UA«i«^À et AQl'AJ^^AR (s'), V. pF. conjug. du c - Préface).
se blottir, s'accroupir, se ramas- ARA]i€xA-»EM, n. m. dentiste (terme
ser en tas. vulgaire).
AÇIATIC'O, €A, adj. aquatique. AR.AA'CAiiE]!, n. m. arrachement.
A^WMW, n. m. aqueduc. ARAneiÀ et ARAilUlAR, V. a. ar-
Ail^UEi^, pron. et adj. dém. indique ranger.
personne ou chose éloignée il n'est ARAUCiiAllEM, n. m. arrangement.
;

guère employé que devant une voyel- ARAMÏA, n. m. batterie de cuisine en


I^B» le.
^f —
Ex.: «Af^iKi. ÔME» « cet cuivre. :

homme-là, celui-ci. » ARAT, adj. manqué (ancien terme


AQlKi'A, pron. et adj. dém. f. de du jeu de billes, devenu locution
AQtF.I.. usuelle).
A4i^ri:«i»TO,TA, adj. et pron. dém. ce, ARBAI.ETA, n. L arbalète.
indique que la personne ou la chose ARBiTRACiE, n. m. arbitrage.
qui est déterminée est voisine (plur. ARBITRARI, A, adj. arbitraire.
Af^lJKjiTV, Tl). ARBITRARIAMEM, adv. arbitraire-
AÇCEU, adj. et pron. dém. ; au sing. ment.
s'emploie au lieu de AQIEE. devant ARBITRI, n. m. arbitre.
une consonne. ARBORA et ARBORAR, V. a. arbo-
AQiil, adv. ici. rer, déployer (en parlant d'un dra-
ik^vk (»'... EM AVAii),loc. désormais. peau). (V. abrogà p. la conjug. de
AQci UIA'TRK, loc. adv. céans. l'o - Préface).
AQci (PKR A€Ô »'), loc. adv. pour ARBORA, n. f. arbouse.
cela. ARBO^IÈ, n. m. arbousier.
Af^Vll^lA', adj.m. aquilin. ARBt:^T, n. m. arbuste.
AQlII§ll$^SIO]V ou A^^uiST, n. f. ou AR€, n. m. arc, voûte d'un pont.
n. m. acquisition. AR€-Axik-€IEE.,. n. m. arc-en-ciel.
Af^Ki^SiÀ et A<|^ri^$iAR, V. a. exci- AR€A, n. f. arche de Noé et d'alliance.
ter un chien à mordre, à se battre, ARC\%UA, n. f. arcade.
par ces mots: c«5, eus ou quis,quis, AR€ADÎA, n. pr. f. Arcadie.
prononcés rapidement. ARC AU A, n. m. mystère.
• AQUISTÀ
acquérir
et

à force de recherches.
Af^VliiTAR
v. pr.
(s'),
acquérir, trouver
V. a. AR€AMC;e,
arcaho, n.
n.

ARCHI, préfixe augmentatif,


m. archange.
m. arcane.
archi»
. AQUiT, n. m, acquit. archicôtA; n. f. artichaiU (fruit).

I
ARE i6 ARt

ARCHieoTiKR A ^ n. f. artichaut lence, vitesse ; d'une manière effré-


(plante). née.
ARCHIDIACOMO^ n. m. archi-diacre. AREMC, n. m. hareng.
ARrHi»ul\%, n. m. archiduc. AREI1DOI.A, n. f. hirondelle; « faire
ARCIIIUCCAT; II. m. archiduché. l'arendola » « faire les cent pas ». :

ARCHiuiQUKiiiiA; n. f. archidu- AREH'DRE (s'), v. pr. se rendre.


chesse. AREiii.iî, n. m. sablon, sable fin.
ARCHIK; m. archer (terme de AREMOjii, OA, adj. sablonneux.
n.
mépris pour geôlier et tout agent de AREST, n. m. pi. arrêts. Ex. — :

justice et de police). Mètre ai arest » « mettre aux (( :

ARCHIFUÔI^, A, adj. archifou. arrêts ».


AR€HiPKi.A€iO^ n. m. archipel. AREISTÀ et ARE§(TAR (s'), V. a.
ARCiiii*Ri<]iRK^ n. m. archipi^être. arrêter —
v. pr. s'arrêter. (V.
ARlHiVKïiit^ n. m. archevêque. achertà p. la conjug. de l'e - Pré-
AR€Hi%'Kfii€AT, n. m. archevêché. face).
ARCÔ%'A et Ai.rovA, n. f. alcôve. ARESTAiij§»lOM, n. f. arrestation.
ARDKMT^ A, adj. ardent. ARET, n. f. rets, filet pour prendre les
.^RREMTAiMEii^ adv. ardemment. poissons et les oiseaux ; au fig. em-
ARDÎ et ARDIR, V. n. et irr. en issi, bûches. (V. ret).
oser, avoir la hardiesse. ARETRAC^E, n. m. intérêts déchus.
ARRiKiiiiA; n. f. hardiesse. ARCiA, n. f. algue.
ARUIT, IDA, adj. hardi. ARCiEM, n. m. argent (métal et mon-
ARUITAMEH; adv. hardiment. naie).
ARUOR^ n. f. ardeur. ARCiEM-vlElT, n. m. mercure ; au
ARUiÔNA; n. f. ardoise. fig. vif, agité, ne restant jamais en
ARKIAMPÀ et ARKCAMPAR (s'), place.
V. ramasser, amasser, faire un
a. ARUEMTÀ et ARC^E.l'TAR, V. a.
mauvais accueil ; v. pr. se retirer, argenter. (V. achertà p. la conjug.
rentrer chez soi. de l'e - Préface).
ARECASSÀ et ARE€Ai»i(AR^ V. a. ARCiEXTERÎA, n. f. argenterie.
prendre au bond, ramasser, saisir ARCiE.iiTiÉ, RA, adj. argentier.
vivement. (V. recassà). ARCiE.iiTiii, n. m. sorte de poisson.
ARKROilÀ et ARKUOMAR (s'), V. pr. ARf-EUTiM, A, adj. argentin.
former le cercle.
se réunir, AR€iil.A, n. f. argile.
ARKCiAROÀ et are:€;aruar, (s')v. ARUii.otii, OA, adj. argileux.
a. regarder. — v. pr. se regarder. ARCiO, n. m. argot, jargon.
(V. regarda). ARC-UMEM, n. m. argument.
ARECii et ARKCilR, V. a. et irr. sou- ARCiUMEMTÀ et ARCitMEMTAR,
tenir. (V. legi p. la conjug.) V. n. argumenter. (V. achertà p.
AREiRACiE, n. m. arrérages. la conjug. de l'e - Préface).
AREMBÀ et AREMBAR (s'), V. a. ARCilMEUTAiSSiOM, n. f. argumen-
accoter, accoster ; v. pr. s'appuyer, tation.
s'adresser, s'approcher. (V. acher- AR€;tJRi, n. m. augure.
tà p. la conjug. de l'e - Préface). ARIA, n. f. air.
AREMBAiiiE, n. m. accotcmcnt, ac- ARIAT, AUA, adj. aéré.
tion de s'appuyer. ARiBÀ et ARIBAR, V. n. arriver,
AREMA, n. f. sable pour construc- venir.
tion. ARIBADA, n. f. arrivée.
AREHÀ et AREMAR, V. a. battre avec ARIBAMEM, adv. aridemcnt.
violence, avec force. ARIUE, DA, adj. aride.
.%.REiVAiRE, n. m. celui qui excave ARIDITÀ, n. f. aridité.
le sable, qui le débarasse des pier- ARiÈ, excl. arrière.
res. .%R1È (Exiî...), loc. adv. en arrière.
AREJIAT, ADA, adj. avec force, vio- ARIÈ (PO.KCH...), n. m. arrière-point.
ARM »7 ARP
ARIECE, V. aregi. ARMOilÏA, n. f. harmonie.
ARiEGE-MEMTO.iî, m. protecteur,
n. ARMOAICAMEIV, adv. harmonique-
soutien (pris dans un mauvais sens). ment.
ARIErA et ARIERAR, V. a. arrié- ARMOA'iro, €A, adj. harmonique,
rer, (très peu usité). (V. achertà p. ARMOATOi^, OA, adj harmonieux. .

la conju^. de Ve - Préface). ARMOA'iOi^AMEM, adv. harmonieu-


ARiERACiE, n. m. arrérages. sement.
ARIETA, n. f. dim. de aria, petit ARMOAIi^À et ARMOAISAR (s'), V*

air frais. pr. s'harmoniser.


ARIO!^, OA, adj. exposé à l'air. ARMERA, n. f. armure.
ARiQtiî et ARlçi'IR (s'), V. a. et irr. ARMIRIÈ, n. m. armurier.
en issi ; enrichir ; v. pr. s'enri- ARAA, n. f. mite.
IH- chir. araA et ARAAR (s'), V. pr. 5e ver-
^PARlsrÀ et ARI^CAR ha- (s'), V. a. moliler, se carier.
sarder, risquer v. pr. se hasar- — ARA'ÀT, ARA, adj. vermoulu, carié.
der, risquer. (V. ahdicà p. la con- araEri, voir arieri.
jug. du c - Préface). n. m, harnais ARAESC, — au fig.

ARIS€0<§, OA, adj périlleux, hasar- voit' arieri.


.

deux. ARAÉIISCÀ et ARMESCAR (s'), V. a.


ARiSTOCRASfilA, n.aristocratie.
f. harnacher, accoutrer — v. pr. s'ac-
ARISTOCRATA, n. des deux genres, coutrer, s'habiller ridiculement. (V.
aristocrate. abdicà p. la conjug. du c - Préface).
ARi!iTO€RATE, TA, adj. aristocrate. ARAICÀ, n. m. arnica.
ARi<iTO€RATir, A, adj. aristocra- ARAOfS, OA, adj. miteux.
tique. AROCiÀ et ARo'&AR (s'), V. pr. arro-
ARi^iTOCRATiCAilEM, adv. aristo- ger. (V. afjrogà p. la conjug. de
cratiquement. i'o et du g - Préface).
ARISTÔTE, n. m. Aristote. AROCiAA^A, n. f. arrogance.
ARITMETICA, n. m. arithmétique. AROCiAAT, A. .idj. arrogant.
ARIAÀ et ARIVAR, Voir ARIBÀ. AROCiA ATAMEM, adv. arrogamment.
ARIAAUA, voir ARIBADA. AROI.À et AROI.AR (s'), V. a. enrô-
ARJliEi, n. m. orgelet. ler — V. pr. s'enrôler. (V. abrogà
ARliEQiiir, n. des deux genres, arle- p. la conjug. de I'o - Préface).
quin. ARÔI.AMEM, n. m, enrôlement.
ARi.EfiiiAADA, n. f. arlequinade. AROMATir. A, adj. aromatique.
ARI.ERI, n. m. pris dans un sens iro- AROMATII^À et AROMATl^AR,V. a.
nique ;
jeune homme gai, badin, aromatiser.
d'humeur enjouée, qui aime à folâ- ARÔME, n. m. arôme. ,

trer. AROIVDÎ et AROAOlR, V. a. et irr. en


ARMA, n. f. arme. issi ; ai^rondir.
ARMA et ARMAR, V. a. armer. AROADlf^fiAMEM, n. m. arrondisse-
ARMADA, n. armée. f. ment, rotondité.
ARMAUCRA, n. f. (terme de maçon), ARO^À et AROfiAR, V. a. arroser.
pièces de bois servant à relier les (V. abrogà p. la conjug. de I'o -
échafaudages gabarit et soutien
;
Préface).
servant à la formation des voùte- ARO$i»A€iE, n. m. arrosage.
lettes. ARO$i»OAR, n. m. arrosoir.
ARMAMEM, n. m. armement. AROAIAÀ et AROAIMAR (s'), V. a.
ARMAMAr, n. m. almanach. ruiner — v. pr. se ruiner.
ARMARI, n. m. armoire. ARPA, n. f. harpe.
ARMARIA, n. f. armoiries. ARPA, n. f. pi. griffes.
AHMATOR, n. m. armateur. ARPÀCiiOM, n. m. harpon.
ARMATURA, n. f. armature. arpAatà et ARPAMTAR, V. a. ar-
ARMi!§Ti(K!§»i, n. m. armistice. penter.
ARU i8 ASS

ARPA^'TACiE, n. m. arpentage. AS. 26 pers. du sing. du présent de


ARPAMTUR. n. m. arpenteur. l'indicatif du verbe Avè.
ARPKCIÀ et ARPECiiAR, V. n. jouer AS, n. m. as.
de la harpe. ASAR, n. m. hasard.
ARPRCiiAiiiKM, n. m. jeu de la harpe. ASAR (A l/), loc. adv. au hasard.
ARPÏA, n. f. harpie. ASARDÀ et ASARDAR (s'), V. a. ha-
ARPIOM, n. m. griffe. sarder ; y. pr. se hasarder.
ARPIOMADA, n. f. griffade. ASARDOS, OA, adj. hasardeux.
ARPISTA, n. des deux genres, har- AsroTÀ et ASCOTAR, V. a. écouter,
piste. exaucer.
ARPO]l% m. harpon, griffe.
n. ASE, n. m. grain de raisin.
ARQUKT, n. m. archet n. — pr. ASE, n. m. âne (terme de la mon-
quartier de la campag-ne de Nice. tagne).
AR9111TKTA et AR9EITRETA, ASERir, n. m. raisin sec.
n.
m. architecte. ASERÔiiA. n. f. azerole.
ARQIHTKTVRA et ARQIITRETI- ASEROl.lÉ, n. f. azerolier.
RA, n. f. architecture. ASFAiiT, n. m. asphalte.
ARQliTRAi:, n. m. architrave. A SU. ASii.E, n. m. asile.
et
AR^^tiTl. n. m. pi. archives. ASMA, n. f. asthme.
ARQiiTiiiTA, n. des deux genres, ASMATir, A, adj. asthmatique.
archiviste. ASPARAC.O. n. m. asperge.
ARSEMAli, n. m. arsenal. ASPERA (A i/), loc. adv. à l'attente.
ARSEMiC, n. m. arsenic. ASPERA et ASPERAR (s') v. a. at-
ARfiEMir. terme
sorte de juron —
tendre. V. pr. s'attendre.
et
pour désigner une personne très ASPERfiiE, n. m. gouj)illon.
méchante. ASPERCil et ASPER<i;iAR, V. a.
ARSll.A, n. f. argile. asperger (V. ac lier ta p. la conjug.
ARSiliAT, n. m. sorte de plante qui de Ve - Préface).
croît dans nos collines et qui pro- ASPERSioii'. n. f. aspersion.
• duit des fleurs jaunes semblables au ASPERSÔRI. n. m. aspersoir.
jasmin. ASPET, n. m. aspect.
ARfiiPKiiA, n. f. érijsipèle. ASPETATIVA. n. f. expectative.
ARSISSI, n. m. exercice. ASPIRA et ASPIRAR, V. n. aspirer
AR<iloiiiliA, (pron. arsoïa). n. f. (à...)
femme publique. ASPIRAliT, A. n. aspirant.
ART, n. m. art. ASPiRASSiO.lt, n. f. aspiration.
ARTKRIA OU ARTKRA, n. f. artère. ASPRAMEA', adv. àprement.
ARTF.li. n. m. orteil. ASPRE, n. m. àprêté.
ARTICI..K, n. m. article. ASPRE. RA. adj. âpre, dur.
ARTICll.À et ARTICVI.AR, v. a. ASPRESSA. n. m. àprêté.
articuler. ASPROR, n. m. àpreté {Vr ne se pro-
ARTieri.AS«lOM,n. f. articulation. nonce pas).
ARTlCtiliAT, ADA, adj. articulé. ASSAAI et ASSAAIR, V. a. et irr. en
ARTIFICI, n. m. artifice. issi ; assainir.
ARTIFiriEl., A, adj. artificiel. ASSASSIN. A, n. assassin.
ARTIIXERIA, (pron. artïeria). n. f. ASSASSIAÀ et ASSASSI.HAR, V. a.
artillerie. assassiner.
ARTII.I.IJR, (pron. artïiir) n. m. ar- ASSASSIAAIHEA, n. m. assassinat.
tilleur. ASSASSINAT, n. m. assassinat.
ARTISAM, m. artisan.
n. ASSAUT, n. m. assaut.
ARTISTA, m. artiste et artisan.
n. ASSABTÀ et ASSAiiTAR, V. a. as-
ARTISTAINKIV, adv. artistemetit. saillir, attaquer.
ARTISTIC, A, adj. artistique. ASSÈ, adv. assez.
ARUTÀ et ARUTAR, V. a. .heurter. ASSEDAT, ADA, adj. altéré.
ASS 19 ÀSS"

Ailiieni, n. m. siège. ASi^iOM, n. f. action.


ASSEUlA et AliSEUIAR, V. a. ASKIOA'ARI, n. m. actionnaire.
«5-
siéger (V. achertà p. la conjug. de AiiSiPÀ et ASSli'AR (s'), V. pr. bron-
l'e - Préface). cher, heurter, trébucher.
ASSEtiRE, atteindre, rejoindre
V. a. ASSIPADA, n. f. heurt. .

en marchant, rattraper (V. segre ASSISA, n. f. pi. assises.

p. la conjug.) ASSISTA et ASSISTAR, V. a. OU n.


ASSEGURÀ et A^SECiURAR (s'), V. assister.
pr. s assurer. ASSlSTEA'SA, n. f. assistance, aide.
ASmWlMHIjÀ et AS!^E1IBI.AR (s'), V. ASSISTENT, A, II; et adj.assistant,
a. assembler ; v. pr. s'assembler. surveillant.
(V. achertà p. la conjug. de l'e - ASSISTRE, V. a. secourir; v. n. as-
Préface). sister, être présent.
A!9)i(EMBi.ADA, n. f. assemblée. ASSOCIA et ASSOt^IAR (s'), V. a.
A<<i><4EMBE.A€iE, n. m. assemblage. associer ; v. pr. s'associer.
ASSEA'DRE, V. a. allumer (V. achertà ASSOCiASSioiv, n. f. association.
conjug. de l'e - Préface).
p. la ASSOCOMÀ et ASSOCOlfAR, V. a.
ASSEiUSA, n. f. absence. battre quelqu'un, rouer de coups.
A!^SEli'$il§IOM ou AS€EMi(IOA% n. f. ASSOJETÎ et ASSOJETIR, V. a. rég.
ascension ; n. pr. f. Ascension. ou irr. en issi, assujettir.
ASSE.lîT, A, adj. absent. ASSOi.lT, UOA, V. absolut.
ASSEXTÀ et ASSEU'TAR (s'), V. pr. ASSOI.UTAMEA', V. absolutamen.

* s'absenter (V. achertà p. la conjug.


de Ve - Préface).
ASSOMÀ
sommer.
et ASSOMAR, V. a. as-

ASSERSIOM, n. f. affirmation. ASSO.WAA'T, A, adj. assomafît.


ASSERTÀ et A<ifiERTAR OU A€ERTÀ ASSOMBRI et ASSOMBRIR (s'), V.
et ACERTAR (V. acheiHà). pr., impers., déf. et irr. en issi ; s'as-
Al9lSE<iOIVÀ et A§(§(EI§OIl'AR, V. a. sombrir.
assaisonner. ASSOA'TA OU ASSOMSIOA', n. pr. f.

ASSIESOMAMEM, n. m. assaisonne- Assomption.


ment. ASSOPÎ et ASSOPIR (s'), V. a. et irr.
ASSESSOR, n. m. assesseur. en issi; assoupir, calmer; v. pr.
AI^SETÀ et AJiHERTAR (s'), V. pr. s'assoupir.
s'asseoir (V. achertà p. la conjug". ASSOPIMEM, n. m. assoupissement.
de Ve - Préface). ASSOPl.i et ASSOPI.IR, V. a. et irr.
ASSETI, n. m. siège, chaise. en issi, assouplir.
ASailDViTÀ, n. f. assiduité. ASSORDÎ et ASSORDiR,v. a. et irr.
A^iSiDiT, IDA. adj. assidu. en issi ; étourdir, rendre sourd.
ASjiiÈ et A€IÈ, n. m. acier. ASSORTI et ASSORTIR (s'), V. a. et
ASSIEGIÀ et AHf^iEGlAR, V. a. as- irr. en issi ; assortir;\.^T.s'assortir.
siéger (V. achertà p. la conjug. de ASSORTIMEM, n. m. assortiment.
Ve - Préface). ASSOSTÀ et ASSOSTAR, (s'), V. a.
AJiSiEGiA^ïT, A, adj. assiégeant. abriter, protéger, receler; v. pr.
Ai^SIEGIAT, ARA, adj. et part, passé, s'abriter, se mettre à l'abri.
assiégé. ASSOSTA (A I/), adv. à l'abri.
ASSiETA, n. f. oiseau de proie. ASSUI.IA et ASSUiilAR, V. a. lisser,
ASSiETA ou mieux «sieta, n. f. as- aplanir. — Ind. prés.: as- assuèli,
siette. suèles, assuèla, assulian, assulias, as-
AS.^iCiA'À et A<i<iiCiiA'AR, V. a. assi- suèlon. — Irnpér. assuèle, : 'assulian,
gner. assulias. — Subj. prés. assuèli, :

ASSICIUAT, n. m. assignat. assuèles, assuèle, assulian, assuliès,


ASSiMii.À et A<9!9iMii.AR, (s') V. a. assuèlon (le reste est régulier).
assimiler; v. pr. s'assimiler. ASSURA et ASSURAR (s'), V. a. «7.9-

Ai§i§i6iiA, n. des deux genr., axiome. . surer; v. pr. s'assurer.


ATE 20 ATL
ASSi'RAMiSA, n. f. assurance. ATELAGE, n. m. attelage.
ASiiliRBÎ et Af^iiURBiR, v. a. absor- ATEL.IÈ, n. m. atelier.
ber. —
Ind. prés. : assuèrbi, as- ATEMDÀ et ATEMDAR (s'), V. pr.
suèrbes, assuèrbe, assurben, assur- camper. (V. achertà p. la conjug.
bes, assuèrbon. — Fmpér.: assurbii, de 1 e - Préface)
etc. — Pas. déf. assurberi, — : etc. ATEMDRE, V. a. maintenir, observe^
Fut. assurberai,
: — Cond. etc. une promesse. (V. achertà p. la
/)res.;assurberii, — Impér.: as- etc. conjug. de l'e - Préface).
suèrbe, assurben, assurbes. — ATE.lfDRi et ATEMDRIR (s'), V. a.

SubJ. prés. : assuèrbi, assuèrbes, et irr. en issi ; attendrir; v. pr.


assuerbe, assurben, assurbes, as- s'attendrir.
suèrbon. —
Imp.: assurbessi, etc. ATEMDRISSAMEM, n. m. attendris-
— Part. prés. : assurbent. Part, — sement.
pas. : assurbit. ATEMSIOU', n. f. attention.
ASSURDE, »A, n. etadj. absurde. ATEUT, A, adj. attentif.
ASSCRDITÀ, n. f. absurdité. ATEUTÀ et ATEMTAR, V. n. attenter.
ASTEMI et ASTEMIR (s'), v. pr. (V. achertà p. la conjug. de l'e -
s'abstenir. (V. tenî p. la conjug.) Préface).
ASTE!¥SlOM, n. f. abstention. ATE.liTAliEM, adv. attentivement.
A§»TER|4iTi€A, n. f. astérisque. ATEiiTAT, n. m. attentat.
ASTi€, n. m. astic. ATERÀ et ATERAR, V. a. atterrer.
ASTICÀ et AKTICAR (s'), V. a. asti- (V. achertà p. la conjug. de l'e -
quer; V. p. s'astiquer (V. abdicà Préface).
conjug. du c - Préface).
p. la ATESÀ et ATESAR (s'), V. a. et réfl.
ASTIMEMSA, n. f. abstinence. tendre une corde, une ficelle, ser-
ASTIMEMT, A, abj. abstinent. rer, tirer au fig. gonfler, enfler, se
;

AiiTRAT, ADA, adj. abstrait. flatter, se donner un air d'impor-


AiSTRE, n. m. astre. tance.
ASTRE, RA, désinence dépréciative. ATESÀ et ATESAR, V. a. faire un
Ex.: maire, mère; ma/rastra, ma- procès-verbal et aussi condamner
râtre. rigoureusement.
ASTROI.Of^À AISTROI.OCiAR,
et V. ATESTÀ et ATESTAR, V. a. attester.
n. astrologuer. (V. abrogà p. la (V. achertà p. la conjug. de l'e -

conjug. de Préface). l'o - Préface).


ASTROiiOfiiÎA, n. f. astrologie. ATEfiTÀ et ATESTAR, V. a. (terme
ASTRÔiiOCiO, n. m. astrologue. d'agriculture) couper la cime des
ASTROMOMÎA, n. f. astronomie. arbres. (V. achertà p. la conjug.
ASTRÔnoiio, n. m. astronome. de l'e - Préface).
AT, n. m. acte. ATESTAT, n. m. attestation, certi-
ATAC, n. m. attaque, coup; accès ficat.
subit d'un mal. ATIEDI et ATIEDIR (s'), V. pr. et irr.
ATACÀ et ATACAR (s'), attaquer et en issi; s'attiédir.
attacher, fixer ; v. pr. s'attacher, ATIF, 11' A, adj. actif.
affectionner. (V. abdicà p. la con- ATIRÀ et ATIRAR (s'), V. a. attirer;
jug. du c - Préface). V. pr. s'attirer.
ATACAMEH', n. m. attachement. ATlRAlli, (pron. atiraï), n. m. atti-
ATARRIÀ et ATARDIAR (s'), V. pr. rail.
s'attarder. ATISSÀ et ATISSAR, V. a. attiser.
ATÈ, n. des deux genres, athée. ATITRAT, ARA, adj. attitré.
ATEISME, n. m. athéisme. ATITCDA, n. f. attitude.
ATEI.À et ATEI.AR (s'), V. a. atteler; ATITÀ et ATIYAR, V. a. activer.
V. pr. employer toutes ses forces, ATIVA1IE.¥, adv. activement.
faire tout son possible. (V. achertà ATIYITÀ, n. f. activité.
p. la conjug. de l'e - Préface). ATI.AS, n, m, atlas.
AUB 21 AUF

ATI.ETA, n. m. athlète. ArBLl«À et AUBliiCiAR, V. a. obli-


ATMOSFERA, n. f. atmosphère. ger. (V. abrogà p. la conjug. du g
ATorÀ et ATOCAR (s'), V. impers. et - Préface).

pr. échoir, appartenir. (V. abrogà aubi.ic;a§i$Kiom, n. f. obligation.


p. la conjug. de l'o, et ahdicà p. la AiBLic^ATÔRl, A, adj. obligatoire.
conjug. du c. - Préface). AlBI.IC^IÀ et AUBIilClIAR, V. a.

ATÔMA, n. m. atome. obliger.


ATOR, TRISSA, n. acteiir. AUBl.IT, n. m.
oubli.
ATOS, n. m. atout. AUBÔi.A, obole.
n. f.

ATRA<9, n. m. attirail. AUBRADA, n. f. quantité de fruits


ATRASS^IOM, n. f, attraction. que produit un arbre.
ATRATIVA, n. f. attrait. AUBRAT, ADA,adj. couvert d'arbres.
ATRIBWÀ et ATRIBWAR, V. a. at- AUBRE, n. m. arbre.
tribuer. ACBRET, n.m.dimin. d'AMJBWiWi*. petit
ATRiBli et ATRIBUIR, V. a. et irr. arbre.
en issi; attribuer (mieux que atri- Al'€A, n. f. oie.
buà). AurA<^iOM, n. f. occasion.
ATRiBi:s$ilOA% n. f. attribution. ACCASIOMÀ et AUCASIOMAR, V. a.
ATRiBtT, n. m. attribut. occasionner, causer, donner lieu.
ATRI!!»TÀ et ATRISTAR (s'), V. a. AUCIPRIÈ, n. m. cyprès.
attrister ; v. pr. s'attrister. AUCUPÀ et AUCIPAR, V. a. occuper.
ATRÔS, S>*A, adj. atroce. AC€tiPAi»f!iiOM, n. f. occupation,
ATRÔfif^AiiKM, adv. atrocement. auuac;a, n. f. audace.
ATRÔ<i»«i»ITÀ, n. f. atrocité. AUBACIO!^, OA, adj. audacieux.
ATROVÀ et ATROVAR (s'), V. a. AU-DEI.À, adv. au-delà.
trouver, rencontrer ; v. pr. se ren- Ai:-DE-«i|OBRE, adv. au-dcssus.
contrer. (V. abrogà p. la conjug-. AU-DE-<90TA, adv. au-dessous.
de l'o - Préface). AU-DESSÀ, adv. au-deça.
ATtiAl^lTÂ, n. f. actualité (mieux Atj-DE^AM, adv. au-devant.
que actualità). AUDI et AUDiR (s'), V. a. entendre,
ATi'Ei^, A, adj. actuel (mieux que ouïr ; V. pr. s'entendre.
actuel). AUDIDA, n. f. ouïe.
ATUKiiAMEH', adv. 'actuellement AUDIEA'SA, n. f. audience.
(mieux que actuelamen). AUOlOfii, OA, adv. odieux.
AU et AI, art. contr. pour a lo, a lu; AUDITOR, TRl§igiA, n. auditeur,
au, aux. AUUITÔRI, n. m. auditoire.
AKBA, n. f. aube, pointe du jour; vê- AUOOR, n. f. odeur (LV ne se pro-
tement blanc des prêtres quand ils nonce pas).
disent la messe. AUUORÀ et AUDORAR, V. a. sentir
AKBEDiEAiiA, n. f. obéissancc. par r odorat.
AUBERCàK, n. m. auberge. AUDORAT, n. m. odorat.
AtiBERCil^TA, n. des deux genres, AUF A (TIRA loc. escroqucr.
li'),

aubergiste. AUFA (TiRUR D'), n. et adj. escroc et


Al'BiDÎ et AUBIDIR, V. n. et irr. en escroqueur.
issi: obéir. AUFEMSA, n. f. offense.
ArBiDiEAi§A, obéissance.
n. f. AUFE^'SÀ et AUFEMSAR (s'), V. a.
AUBIDIEAT, A, adj. obéissant. offenser ;\. pr. s' offenser, s' irriter.
AUBi.ASii^loii, n. f. oblation. (V. achertà p. la conjug. de l'e -
AiBiiAT, n. m. oblat de V Immaculée Préface).
Conception. AUFEMSIF, IVA, adj. offensif.
ai:bi.i€, a, adj. oblique. AUFERT, A, part, passé de au/ri ;
ArBLiCAMEM, adv. obliquement. offert.
AiBi^iDÀ et AUBLIUAR, V. a. Ou- AUFERTA, n. f., offrande; offre.
blier, AUFiCi, n. m. office, service divin.
AUP 22 AUR
ÀUFICIAMTÀ, n. m. corps d'offi- (V. achertà p. la conjug. de Te
ciers; les officiers. Préface).
AUFICIK, n. m. officier. AUPERASSIOM, n. f. opération.
AUFiciKii, A, adj. officiel. AUPi^À et AUPIMAR, V. n. opiner.
ADFRÎ et AiJFRiR, V. a. et irr. of- AUPimiAfiTRE, RA, adj. opiniâtre.
frir, exhiber. ^
Ind. prés.: 6fri, AUPiA'ioiF, n. f. opinion.
bfres, ofre, aufren, autres, ofron. AUPORTUM, A, adj. opportun.
— Imp.: — Pas.
aufrii, etc. AUPORTUA'iTÀ, n. f. opportunité.
aufrèri, etc. — Fut. aufrerai,déf.: : etc. AUPOSÀ et AUPOfiAR (s'), V. a. op-
— Cond.: Irnpér.:
aufrerii. bfre, poser ; s'opposer. (V. abrogà
V. pr.
aufren, aufrès. — Subj.prés.: bfri, p. la conjug. de Vo
- Préface).
ôfres, ofre, aufren, autres, bfron. AUPOfiiiSSiOiii, n. f. opposition.
— Imp.: — Part,
aufressi, etc. AUPRÈ. prép. auprès, chez.
pas. : aufert. (Ce verbe se conjugue AUPRES$$À et AUPRE«iSAR, V. a.
quelquefois en issi). oppresser (V. achertà p. la conjug.
AUeiÀ et AliCilAR, V. a. et n. oser. de Ve - Préface).
AUeVRÀ et AUdiDRAR (s'), V. a. et AUPRE^fiiOA, n. f. oppression.
pr., augurer, prédire (mieux que AUPRIMÀ et AUPRIMAR, V. a. Op-
argiirà). primer.
AE'CiE'Ri, n. m. augure (mieux que AUPROBRE, n. m. opprobre.
arguri). AUPUI.AMSA, n. f. opulence.
AE'CiUST, A, adj. vénérable. AUPULEAT, A, adj. opuleut.
AU JET, n. m. objet. AÏRA, adv. maintenant.
Alîl/AClMA, n. f. (dans un sens ironi- AURA (d'), adv. désormais, en avant.
que) se dit d'une personne souffran- AURAUliE, n. m. oracle.
te, affaiblie Clie aiilagna !
: AURAUA, dorade (poisson).
n. f.

AUI.ESC, n. m. (terme de mépris) : AURAftiAM, m. ouragan.


n.
ordure. AURACiE, n. m. orage.
AEiii¥A, n. f. olive — colombana : AUR AUGE, n. m. orange (fruit et
grosse olive de salaison ponchi- — couleur).
neri : olive pointue. AURAA^E (Aie; A »E FliOR D'), n. f.
Al]I.l¥AiiTRK, RA, adj. oUvâtrc. eau de fleurs d'oranger.
AmviÈ, m. olivier.
n. AURAliC;'E (Fi.OR D*), n. f. fleur d'o-
AUMACiE, m. hommage.
n. ranger.
AU AffAUXO, adv. au moins. AiRAACiiADA. n. f. orangeade.
AUMEI.ETA, n. m. omelette. AURATOR, n. m. orateur.
AUMEii'T, n. m. augmentation. AURATORI, n. m. oratoire.
AUMElîTÀ et AUMÈilTAR, V. a. aug- AUREliXA, {\w.aurei'aj (très souvent
menter (V. achertà p. la conjug. de on prononce aurïa qu'il faudrait
Ve - Préface). \
écrire aurilla) n. f. oreille.
AUitlEilTASSlOX,n. f. augmentation. AUREÔiiA, n. f. auréole.
AUMETRE, V. a. et irr. omettre (V. AUREfiOM, n. f. oraison, discours.
mètre conjug.)
p. la AURET, n. m. aurlet.
AUiii«$«i»ioiv, n. f. omission. AURETÀ et AURETAR, V. a. ourler.
AUiiioiiÉ, n. m. aumônier. AURETOA'. n. m. diniin. de AURET !

AUMEST, A, adj. honnête. petit ourlet.


AUMESTETÀ, ïï. f. honnêteté. AURIBI.AMEM. adv. horriblement.
AUMOR, n. m. honneur. AURlBliE, I.A, adj. horrible.
AUU'ORÀ et AUA'OR AR, V. a. honorcr. AURIEII'TAI., A, adj. oriental.
AUA'ORABi.E, i.A, adj. honorable. AURi<>;iAA, n. f. origine.
AUAOR.%Ri, n. m. honoraires. pi. AlRI€i;iAÀ et AURIGIAAR, V. n.,
AUPARA VAM OU AUPARA¥ AMT, ad V. son origine.
tirer
d'abord. AURiCiiMAl^, A, adj. original.
AUPERÀ et AUPERAR, V. a. opérer AURIM^ n. m. fierafer (poisson).
AUT 23 AVA
AURIMA, n. f. pi. urines. AUTOBRE, m. octobre.
n.
AURIMÀ et AURIMAR, V. n. uriner. AUTOUR AFE, FA, adj. autographe,
AURIOM, n. m. oreillon. AUTèiiA, n. m. automate.
AURlôii, n. m. maquereau (poisson); ACTOA, n. m. automne.
loriot (oiseau). AUTOPSIA, n. f. autopsie.
Al.'Rl$iOM, n. m. horizon. AUTOR, n. f. hauteur.
AURliiOMTAi^, A, adj. horizontal. AUTOR, n. m. auteur.
AimORA, n. f. aurore. AUTOR, prép. et adv. autour.
AlRÔRA BOREAiiA; n. f. aurore AUTOR|4iÀ et AUTORISAR, V. a. au-
boréale. toriser.
AllSElliliA, (pron. auseïa) n. f oseille. . AUTORiSAiiiilOM, n. f. autorisa-
ACSKiii, n. m. petit oiseau ; au fig. tion.
étourdi. AUTORITÀ, n. f. autorité.
AUSll^lARl, A, adj. auxiliaire. AUTOROS, OA, adj. impérieux, hau-
ACSSÀ et AUSSAR, v. a. lever, haus- tain.
ser. AUTRAGE. n. m. outrage.
AlSSA, n. f. hausse. AUTRACtIÀ et AUTRAGIAR, V. a.
AUSSERl'À et AISSERVAR, V. a. outrager.
observer. (V. achertà p. la conjug. AUTRAC^ios, OA, adj. outrageux.
de Ve
- Préface). AUTRAMEM, adv. autrement.
ACSSERVAMSA, n. f. observance. AUTRE, RA, adj. ind. autre et pr.
ACSSERVASSlOM, n. f. observation. indéf. autre, autrui.
AtJSiiER^ATOR, TRI!^<$A, n. obser- AUTREPA!il§À et AUTREPASSAR,
vateur. V. a. outrepasser.
Al'SSEll, n. m. niais. AUTRE <i^UE, loc. adv. autre que.
Al'SSi, adj. et conj. aussi. AUTRE 9UE, loc. adv. sans doute.
AIJSSITÔ, adv. aussitôt. AUTRI WVM {»'), loc. adv. d'autres
Ai:S!#iTÔ adv. d'aussitôt.
(D'), loc. fois.
AUSSOM, adv. aujond, au bout. AUTRI AÔUTA (D'), loc. adv. d' au-
Al'STIMÀ et AIJSTIA'AR (s'), V. pF. tres fois.
s'obstiner. AUTURA^ n. f. hauteur.
Al'STiXASSlO.lf, n. f. obstination. AUî AEî interj. oh! quoi!
AUT, A. n. m., adj. et adv. haut. A¥AUÀ et AVAUAR, V. a. avaler;
AUT (»•), loc. adv. de haut, du haut. souffrir ou endurer des mortifica-
AUTÀ, n. m. autel ; aetà-major, tions. —
Ex.: N'ai avalât de beli j'en :

maître-autel. ai supporté de rudes.


AUTAMEM, adv. hautement, à haute AAAl.AWrA, n. f. avalanche.
voix. AAAiiOAR, n. m. avaloire au fig. —
AUTAA', adv. autant. signifie grand-mangeur. « Que ava-
AUTAA^ REM, loc. adv. aussi bien. loar ! »
AiîTAlî CHE, loc. adv. autant que. AVAM, prép. et adv. avant.
AUTAVA,n.f. octave, terme religieux. AVAA (D') loc. et adv. pris dans le
AUTEAT et AUTEA^iR, V. a. obtenir. sens de avan: avant.
(V. tenî p. la conjug-.) AVAM (D'A^UI EM...), loc. adv. désor-
AUTEATIC, A, adj. authentique. mais.
AUTEATICÀ et AUTEATICAR, V. a. AVAM DERIÈ, RA, adj. avant-der-
authentiquer. (V. abdicà p. la nier.
conjuç. du c - Préface). AVAM (EA...), loc. adv. et excl. : En
AUTEMTiciTÀ, n. f. authenticité. avant!
AUTESSA, n. f. hauteur. AAAMC^ARDA, n. f. avant-garde.
AUTET, A, adj. dimin. de AUTx un AVAM-PUÔST, n. m. avant-poste.
peu haut. AVAASÀ et AAAMf^AR (s'), V. a. et n.
AiîTis, n. m. outil; au fig. : garne- avancer, accumuler, aller en avant;
.meni^ ^
V. pr, s'avancer, progresser.
AVE 24 AVO
AVAMSA (D*), loc. adv. par anticipa- s'élancer, se jeter sur. (V. achertà . .

tion, d'avance. p. la conjug. de l'e - Préface).


AVAMSAMEM, m. avancement.
n. AVEATE^RA, n. f. aventure.
AVAMTÂ et AVAMTAR, V. a. et pr. AVEMTERÀ et AVEMTIJRAR (s'), V.

aller en avant, se jeter sur..., lan- a. aventurer, risquer; v. \)t. s'aven-


cer. turer.
AVAMTACIE, n. m. avantage. AVEMTVRIÈ, RA, adj. aventurier.
AVAMTAGIÀ et AVAMTAfclAR, V. a. AVER. n. m. troupeau de moutons,
avantager. de chiens.
avautaJuiosî, OA, adj. avantageux. AVER (CAA D'),n. m. chien de berger.
AVAH'TACiioSAiiEM, adv. avantageu- AVERA et AVERAR (s'), V. pr. SC
sement. réaliser. (V. achertà p. la conjug.
AYAMTl, interj. En avant! de l'e - Préface).
AWAMTIER ou ATAMTIÈ, adv. avant- A VER AGE, n. m. troupeau d'ani-
hier. maux.
Ai^AMTiKR, adv. rarement. AVERAT. AD A, adj. avéré, accompU,
AVAH' TOT, loc. adv. avant tout. effectué.
AVARÀ et Ai'ARAR lancer (s'), V. a. AVERBI, n. m. adverbe.
un bateau en mer, mettre à flot; le AVERBiAli, A, adj. adverbial.
au fig. V. pr. se mettre en chemin;
: AVERBIAI..A1IEM, adv. adverbiale-
s'élancer, se mettre à l'ouvrage. ment.
AVARIA, n. f. avarie, profit. AVERSARI, A. n. adversaire.
AVARIA et A¥ARIAR, V. a. avarier. AVERSIOA, n. f. aversion.
AVARIAT, AOA, adj. avarié. AVERSITÀ. n. f. adversité.
AWARICIA, n. f. avarice. A VERTE AS A, n. f. avertissement,
ATARO, RA, n. et adj. avare. prudence.
AVASTÀ et avastÂr. V. a. con- AVERTI et AVERTIR, V. a. et irr. en
duire les bestiaux dans les champs, issi ; avertir.
la nuit et y coucher. AVERTISSAMEM, n. m. avertisse-
A VASTE (A E.*), loc. à V abandon, en ment.
désordre. AVESIMÀ et AVESIA'AR (s'), V. pr.
AVAU, adv. aval, en bas. On l'em- s'approcher.
ploie souvent avec les prépositions AVI A et AVIAR (s'), V. pr. partir pour
da et en. (Pour la diff'érence, voir leschamps, se diriger, se mettre en
amon). marche - (terme de campagne).
AVÈ ou AVER. V. a. et aux. avoir. AVID, A, adj. avide.
(V. Préface p. la conjuj^.) AVIDAMEA% adv. avidement.
AVEiiAMA, n. f. noisette. AVIDITÀ, n. f. avidité.
AVEiiAMiÈ, n. m. noisetier; au fig. AVILI et AVIMR, V. pr. et irr. en
bâton. issi, avilir.
AVEiiAMiÈ, n. m. casse-noix{o\se,Si\\). AViiiisSAMEA, n. m. avilissement.
AVE-MARI A, n.m. Ave Maria, An- AVIVA et AVIA'AR (s'),v.pr. s'enivrer,
gélus (prière). AVIMAT, ADA, adj. vinciix.
AVEilE:i'SA,n. f. bonne g race, beauté, AVIS, n. m. avis.
bon air. AVISA et AVISAR, V. a. avertir; v.
AVEMEMT, A, adj. agréable et gra- pr. s'apercevoir.
cieux. A VIT, n. m. vis.
AVEWEMT (TOT EM l A'...) loC. adv. AVOÀ et AVOAR, V. a. avouer.
uniforme, de la même manière. . AVOAR, n. m. avoir.
AVEMl et AVEMIR, n. m. avenir. AVOCAT, n. m. avocat.
AVEAIME.¥ et AVEMEMEM, n. m. AVOCiÀ et AVOC.AR,
V. n. et irr. ra-
événement. mer, avancer un bateau au
faire
AVEMT, n. m. avent. moyen de la rame. (V. abrogà p.
AVEWTÀ et AVEMTAR (s'), V. pr. la conjug. de \'o et du ^ - Préface).
AVU S AZU
AWOGAiRi:, n. m. rameur. Aixcii^AMEM, n. m. aveuglement.
AVÔRl, n. m. ivoire; au fijÇ. tète. — AVUCiliAMEW, adv. aveuglément.
Ex. « avôri pelât» » (pour : testa
: AVlittiiE, E.A, n. et adj. aveugle.
pelada) « tête chauve ». AXE, n. m. axe.
AVOSÀ et AVO^AR, V. a. ébruiter. AXIÔMA, n. m. axiome.
A%'OST, n. m. août (v. agost). AKE, voir ae et ase.
AYUCiLÀ et ATI Cil. AR (s'), V. a. et AXEBIC, n. m. raisin sec.
pr. aveugler. AZUR, n. m. azur, couleur.
B

B, n. m. b; deuxième lettre de l'al- BACAI.À (STÔCAFie E...), loc. (très


phabet et la première des consonnes. usitée) : stockjish et morue.
BABA, n. m. terme d'enfant pour dé- BACAliAEREÀ n. m. baccalauréat.
signer les souliers. BACAI.ACREAT, n. m. bachelier.
BABACHO, n. m. terme de mépris: BACAM. n. m. bruit tumultueux, ta-
vilain, singe! page; V. bocan (mieux).
BABARÔTA, n. f. Cafard ou blatte BACHA, n. f. bâche.
des cuisines. BACHAS, n. m. boue.
BABAROTIÈ, n. m. endroit apte à BACHAiifSA, n. f. lieu où l'on presse
entretenir des cafards; par ext. lieu le tabac (terme employé à la manu-
très sale. facture des tabacs).
BABEI. (TORE DE...), n. f. Toiw de BACHAigsÀ et bac:has«kar (si), V.
Babel. pr. se crotfer.
BABKTA, n.f. dimin. de El.lSABKTA! BACHAiS$9ADA, n. f. action de se rem-
Elisabeth. plir de crotte.
BABI, n. m. crapaud; au fig. : per- BACHASiiAT, ADA, adj. crotté,
sonne stupide, niais — FroR DE boueu.T.
BABI, coquelicot. BACHICHA, n. m. dimin. de Jean-
BABIAS, n. m. augm. de BABlt^ro^ Baptiste en génois et sert pour expri-
crapaud ; au tig. : personne très mer Génois.
:

stupide. BACHIQIE, ICA. adj. bachique.


BABIL., n. m. babil. Ex. ce n'a — : BACHORiiA, n. f. gourde ronde et
que de babil » ; « il n'a que du ba- aplatie.
bil ». BACI.À et BACI.AR, V. a. bâcler.
BABiiil.A, (pron. babïa), n. babil.
f. BACÎi, n. m. Bacchus. (On dit quel-
BABII.I.À et BABII.I.AR, (pron. ba- quefois: Bacus).
babiller, chuchoter.
bi'à), V. n. BADÀ et BADAR, Y. n. badauder.
BABiliLART (pron. babïart), n. m. BADAl, m. bâillement.
n.
babillard. BADAII<I>À et BADAII.liAR, (pron.
BABiixÔMiA, n. f. confusion. badai'à), v. n. bailler.
BABlôl^A, n. f. babiole. BADÈ ou BADAIJ, n. dcs 2 genres:
BABIOM, n. m. dimin.de BABI, /;^//7 stupide.
crapaud. BADEfiSA, n. f. abbesse.
BABOÏM, n. m. gros sing-e - par ext.: BADÏA, n. f. abbaye.
personne étourdie. BADIA («I FAIRE
DE...), loc. S amu-
BABOMEÀ et BABOMEAR, V. n. ser, se dirertir.
marmotter. BADIU'A, n. f. badine.
BABÔR, n. m. bâbord. BADi.liÀ et BADIA' AR, V. n. badiner.
BABÔV, n. m. loup-g-arou, être ima- BADiA'ACiE, n. f. badina ge.
ginaire
; terme qu'on emploie pour BADIA AIRE, RA, n. et adj. bouffon.
peur aux enfants.
faire BADÔiiA, bosse ou enflure cau-
n. f.

BABOU (FAIRE...), V. B. faire peur (à sée par un coup.


un enfant). DAFOÀ et B.AFOAR, V. a. bafouer.
ËAL it^ BAL

BAGA, bague.
n. i. sornettes ; « rompe bala » : en^
BAGAGK, m. bagage.n. nuyeux, importun.
BACiAR.%, n. f. bagarre. BAI.À et BAI.AR,
V. n. danser.
BACiAi^i^A, n. de
f. bagasse, femme BAI. A» A, danse.
n. f.

mauvaise vie; on le dit aussi d'une BAiiAFRA, n. f. balafre.


luronne, d'une femme qui sait se ti- BAI. AIRE, RA, n. danseur, sauteur.
rer d'embarras. BALrAMSA, n. f. balance.
RACiATEl^A, n. f. bagatelle. Bfl.AnmÀ et BAl.All$iAR (si), V. a.
BACilAM, A, n. nigaud. balancer, planer — v. pr. se ba-
BAGIAMADA, n. 1. raillerie, nigau- lancer, se bercer.
derie. RAl.AUSAiiEiv, n. m. balancement.
BACiMÀ et BACIMAR (si), Y. a. bai- RAI.AA^iEÀ et BALAUSEAR (si), V.
gner, mouiller; v. pr. se baigner; a. brandiller ; v. pr. : se brandil-
se mouiller. ler, se bercer.
BAGHADURA OU BACï.lîADA, n. f. BAEiAMSEAiiiEM, n. m. brandUle-
action de se baigner. ment, bercement.
BACiîlAT, ADA, n. et adj. mouillé; BAE.AMNIÈ, n. m. balancier (d'une
au fig. stupide, niais.
: horloge); se dit aussi de l'ouvrier
bac-me:, n. m. bain et bagne. qui fait des balances et des poids.
BACiUK-MARi, n. m. bain-Marie. BALAHiiOAR, n. m. balançoire.
BACiMET, n. m. gâchis, Jlaque d'eau. BAI.ARIM, A, n. et adj. danseur, (\m
BACiXOARA, n. f. baignoire. aime beaucoup la danse.
B.ACiUUR, USA, n. baigneur. BAE.ARII1A, n. f. ballerine, dan-
BACillETA, n. f. baguette. seuse, dame d'un corps de ballet.
BACiUiÈ, n. m. baguier. BAI.ARIAA, n. f. hochequeue, (petit
BAI, n. m. bail. oiseau).
BAIÀ BAIAR, n. m. baiser.
et BAI.BETÂ et BAliBETAR, v. n. bal-
BAIÀ BAIAR, V. a. baiser.
et butier.
BAIGTA, n. f. baiser. BAi.COlî, n. m. balcon.
BAiiiA, n. f. nourrice. BAI.IIAQUIM OU BARDAQUIM OU
BAiiA BAiiiAR, V. a. promener
et et BARDOQUIM, n. m. baldaquin,
garder un nourisson comme fait la dais.
nourrice. BAl.EA'A, n. f. baleine ; « balena de
BAii.A (KSTRE A...),loc. être en nour- corset, balena de parasol » « baleine :

rice ; au fig. : se fier aux soins de de corset, baleine de parapluie ».


quelqu'un. BAI.ERIIV, A, n. danseur.
BAii.ACiK, n. m. action de promener BAliETO, n. m. ballet.
et garder un nourrisson. BAiilCÔ, n. m. basilic, (herbe).
BAlliE, n. m. père-nourricier. BAl.liV, n. m. synonyme de AE; âne.
BAlOiV, n. m. bâillon. BAi.lM-BAl.All, loc. adv. marcher les
BAIOMÀ et BAIO.IAR, V. a. bâillon- bras ballants, aller à l'aventure, à
ner. droite, à gauche, sans suivre de
BAIOMETA, n. f. baïonnette. route certame.
BAl$i«iA, n. f. baisse. BAI.IQUI, n. m. giroflée (fleur).
BAlSf^À et BAijiiiAR (si), V. a. bais- BAi.i%'ERMA, n. f. baliverne.
ser; V. pr. se baisser. BAl.OA', n. m. ballon, aérostat.
BAJAM, n. m. niais. BAI.ORDA, n. f. taloche.
BAJAHADA, n. f. niaiserie, simpli- BAi.ORDA<i, SSA, adj. au fig. augm.
cité. deBAi.ORTt stupide.
BAii, n. m. bal. BAI.ORT, RDA, n. et adj. sourd,
BAliA, n. f. balle; boule de plomb BAiiOS, SSA, n. imbécile, dandin,
dont on charge certaines armes à (terme vulgaire).
feu ; gros paquet de marchandises — BAiiOT, n. m. ballot 7— dimin, de
au fig. « cuenta bala » conteur de
: : BALA, petite balle.
BAN 28 BAR
HalotA et BAI.OTAR, V. a. et irr. BAM^^UKTA, n. f. tabouret en bois,
balloter. (V. abrorjà p. la conjug. petitbanc pour poser les pieds.
de Vo - Préface). BAM9UIK, n. m. banquier.
oai.ot.%c;e, n. m. balloiarje. BAR A, n. f. barre, longue pièce de
1BAL.UISTR.%DA, n. f. balustrade, bois, de fer, etc.; trait de plume.
rampe. BARÀ et BARAR, V. a. barrer, ef-
BAI.U9TRE, n. m. baliistre. facer, biffer.
BAiieil% A, n. bambin, petit enfaht ;
BARA DK MOdAT, n. f. bâton de
« Bambin-Jesu» « l'Entant-Jésus ».
: nougat.
BAMBIAET, A, n. dimin. de BAM- BARA (JUCiÀ A...), V. fava (jugàa...).
Bilî bambin.
I petit BARABA, n. pr. Barrabas.
BAMBOCHA, n. f. bamboche, bom- BARABAM, n. m. Ramadan (Carême
bance. des Musulmans).
BAMBOCHA et BAMBOCHAR, V. n. BARABAMCHO, m. être imagi-
n.
de faire la bamboche.
et irr.; action naire, épouvantail pour les enfants.
(V. abrogù p. la conjug. de Vo - BARACA, n. f. baraque.
Préface). BARACÀ et BARACAR (si). V. a.
BAMBOCHIJR; USA, n. et adj. bam- fermer, barrer ; v. pr. s'enfermer.
bocheiir. (V. abdicà p. la conjug. du c -
BAMBOU, n. m. bambou (pron. ou Préface).
français). BARACécHO, n. m. pâté, tache
BAM, n. m. ban. — Ex. : « Durbi lo d'encre.
ban »; « ouvrir le ban ». BARACOMÀ et BARACOMAR, V. a.
BAMA, n. f. récipient, silique. barbouiller, écrire très mal.
BAM A, n. f. cosse de haricot; corne. BARADA, n. f. volée de coups de bâ-
BAM A* A, n. m. banane. ton, de gourdin.
BAMAfiTRA, n. f. grosse corbeille. BARAf-K, n. m. barrage.
BAMC, n. m. banc. BARACiMA, n. f. haie.
BAMCA, n. f. banque et banc. BARACOMÀ et barac;mar. (V. em-
BAMCADA, n. f.banc plein. baragnà).
BAMCAU., n. m. bancal f sabre re- BARAf^MAfH, n. m. haie, ronce,
courbé de cavalerie. épine.
BAMCAROTA, n. f. banqueroute. BARACiUlMÀ et BARAGUIMAR, V.
BAMCAROTIÈ,RA, n. banqueroutier. a. baragouiner.
BAMCOM, n. m. dimin. de bamcx petit BARAC4UiMAGE,n.m. 6ara^oM//ta^e.
banc; par ext. petite échope. BARAQl IM, n. m. gamelle.
BAMDA, n. f. bande, compagnie, BARATA, n. f. baratte.
côté. BARBA, n. f. barbe.
BAMDA (DA QUE...), loc. adv. « de BARBA, n. m. oncle; par ext. on :

quel côté ». donne ce nom, en signe de respect,


BAMDA (DK BAMDA KM...), loc. adv. à tout homme qui commence à vieil-
de part en part. lir (terme de campagne).
BAMDERÔI.A, n. f. banderole. BARBÀ et BARBAR, V. a. N'est em
BAMDÎ et BAMDIR, V. a. et irr. en ployé que dans le sens de tuer, d'as-
issi, bannir. sassiner.
BAMDlDA, n. f. terrain communal BARBAlàiAM, n. m. grand-duc (oi-
servant de pâturage. seau) ; au fig. : nigaud.
BAMDIERA, n. f. bannière. BARBAiRÔu, n. m. sorte d'hiron-
BAMDIT, IDA, n. bandit. delle.
BAMDÔ, n. m. bandeau. BARBAIRÔU, n, m. personne déver-
BAMDOi.iERA, n. bandoulière.
f. gondée (employé ironiquement).
3AMETA, n. f. dimin. de BAMA; pe- BARBAI..UCO, n. m. sot, nigaud,
tite corne. (employé ironiquement). Jeu d'en-
|iAM4|^UET, n. m. banc, banquet. tants: croquemitaine.
ËAt\ ^9 BAS

B.IlRBAIV, n. m. ver noir rongeur des BARETA, n. f. latte.


oliviers. BAREU, n. m. barreau.
BARBARAiflKM, adv. barbarement BARCilAlÀ et BARC;iA€AR, V. a.
BARBARA!§iiio.¥, n. corruplion
f. construire un mur en pierres sèches.
de verberassion : réverbération. (V. abdicà pour la conjug. du c -
BARBARK<i€, A, adj. barharesque. Préface).
BAR B ARIA, n. f, barbarie. BARCiiACAiRE, n. m. Ouvrier qui
BARBARifi.iiE:, n. m. barbarisme. construit les murs en pierres sèches.
BARBARO, RA, adj. barbare. BARI, n. m. mur d'un jardin, d'une
BARBAU, n. m. barbeau. clôture.
BARBAUUA (cargà li...), loc. adv. BARICABA, n. f. barricade.
faire la moue. BARirABÀ et BAR|€A»AR (si), V.

BARBAUDAt (que...), loc. adv. quelle a. barricader; v. pr. : se barrica-


moue! quel mécontentement! der.
BARBKT, n. m. barbet; assassin. BARIERA, n. f. barrière.
B ARRETA, n. f. dimin. de barba; BARlECi, n. m. barrique, baril.
petite barbe. BARlEU, n. f. baril (d'ordures, d'ex-
BARBIE, n. m. barbier. créments).
BARBIERE^C, abj. de barbier. BARiiA, n. m. tonnelier; ouvrier ne
BARBl§i, n. m. pi. moustache. confectionnant que les barils.
BARBOII.1.À etBARBOIL.I.AR, BARII^AIRE, V. barilà. -^
(pron. barboïa); v. a. barbouiller, BARII^ERIA, n. f. fabrique de barils.
salir, gâter. - Dénomination d'un quartier de la

BARBOli^l.ABA, (pron. barboïada) Ville de Nice, où étaient ancienne-


n. f. barbouillage. ment fabriqués les barils.
barboii.l.ac;e, (pron. barboïage) BARii^oivc, n. m. norp de l'ancienne
n. m. barbouillage. maison de détention de Nice.
BARBOlLiiER, A, (pron. barboïer) BARITOA, n. m. baryton.
n. barbouilleur BARi.ôrA, n. f. ber loque.
BARBOil.l.O]V, (pron. barboïon) n. BARI.6CA (battre la...), v. a. battre
m. barbouilleur. berloque, déraisonner.
la
BARBOILLCR, liiA, (pron. bar- BARÔC, A, adj. baroque.
boïur) n. barbouilleur. BAROMETRE, n. m. baromètre.
BARBOTA et BARBOTAR, V. a. et BAROA, n. m. dimin. de bara: pe-
n. marmotter, bégayer. tite barre, barreau de chaise.
BARBOTKÀ et BARBOTEAR, V. BAROA', A, baron, titre de noblesse.
barbota. BAROUA (batre...),loc. mener une vie
BARBOTO, TA, n. celui ou celle qui de bâton de chaise ; s'adonner au li-
bégaye. bertinage, au vagabondage.
BARBKT, UBA, adj. bavbu BAROMAIRE, RA, n. m. Vagabond,
BARCA, n. f. barque. libertin.
BARBARA, n. f. batelée. BARf^llETA, n. m. dimin. de barca :

BARCAiiiiA, grosse barque.


n. f. petite barque.
BAR€OA, V. balcon. BARSEI.À et BARSEliAR, V. a. bat-
BARUOLIM, n. m. sorte de poisson. tre avec force et violence, frapper.
BARU04i^tJlll% n. m. dais, baldaquin. (V. achertà pour la conjug. de Ve
BAROOT, n. m. mulet; au fig. sot, : - Préface).
nigaud. - Ex. « Piquet e taroc non
: BARSELAOA, n. f. rossée, volée de
son mai ientrat en la testa d'un bar- coups; fracas.
dot. » JM\}simv^i.T:TA,w.Lplaisanterie,bêtise;
BAREGIÀ et BARK€;iAR, V. a. Cor- « conta de barseleta », conter fleu-
riger quelqu'un, donner une volée rette.
de coups de bâton ou de gourdin. BARTÈLA, n. f. bretelle,
BARÈL.A, n. f. sorte de jeu. BA§i, n. m. bas*
i
BAS 3o BAT
llAit,SA, adj. et adv. bas. Ex. — : BASTIAM, n. pr. m. Sébastien.
« avè lu bas de la fortuna, » « se BASTIDA, n. f. bastide, (maison de
trouver ^êné dans ses affaires, près campagne).
d'être ruiné. » BASTIÈ, n. m. celui qui fait le bât.
BAS (d'en...), loc. adv. d'en bas. BASTIERA, n. f. bardelle.
BASA, n. f. base. BASTILLA (pron. bastïa), n. f. bas-
BASA et BASAR, V. a. baser. tille.
BASAMEUf, n. f. soubassement. BASTIMEM, n. m. navire.
BASAHA, n. f. amadou, basane. BASTIOM, n. m. bastion.
BASAMAT, ADA, adj. basané. BASTlOM, n. p. promenade de Nice
BASAR, n, m. bazar. (actuellement boulevard du Pont-
BASARDÀ et BASARDAR, V. a. ven- Vieux).
dre. BASTISSA, n. f. bâtisse.
BASCA, n. f. basque; pan d'un habit. BASTOli% n. m. bâton.
BASETA, n. f. pi. favoris. BASTOliÀ et BASTOMAR, V. a. bâ-
BASi, adj. exténué. — Ex: « basi de tonner, battre.
lam; mort de faim. » BASTOMADA, n. f. bastonnade.
BASORO, n. m. (terme de mépris) si- BASTOii'ET, n. m. dimin. de baston:
gnifie imbécile, niais. petit bâton.
BAS-RII..IEF, n. m. bas-relief. BAS-YEUTRE, n. m. bas-ventre.
BASSA, n. f. basse (instrument de mu- BATACLAIV, n. m. grand tapage.
sique). BATAI, n. m. battant de la cloche. -
BASSA-€ORT, n. f.basse-cour. (V. Picon).
BASSAC1II.A, n. f. bascule. BATAll.liA (pron. bataïa), n. f. ba-
BASSAMEM, adv. bassement. taille.
BASSA-T AILLA (pron. bassa taïa) n. BATAiLiiAiRE (pron. bataïaire), n.
f. basse-taille. m. batailleur.
BASSESSA, n. f. bassesse. BATAllil.OM (pron. bataïon), n. m.
BASSEU, n. m. soufjlet; soufflet de bataillon.
forge. BATAILIXR (pron. bataïur), n. m.
BASSIM, n. m. bassin. batailleur.
BASSIMA, n. f. bassine, plateau pour BATAMES, n. m. battement.
quêter. B ATARI A, n. f. batterie.
BASSO, n. m. basse, (chanteur). B ATARI A DE CoIma, n. f. batterie
BASSOM, n. m. dim. de bas', petit de cuisine.
bas. BATECiÀ et BATECiAR, V. n. trem-
BASIT, n. m. bât. bler, frissonner, palpiter ; être sur
BASTA, adv. assez et seulement ; le point de mourir. (V. abrogà pour
basta que » « pourvu que »
« : la conjug. du ^r - Préface).
BASTA, n. f. ourlet, pli. BATECiiÀ, n. m. baptême.
BASTÀ et BASTAR, V. a. bâter, met- BATECIÀ et BATEttiAR,
V. a. bap-
tre le bât. tiser,mouiller, additionner d'eau.
BASTÀ et BASTAR, V. impers, suf- BATECiiAiA, n. f. pi. banquet du
fire, être assez. (Ne s'emploie qu'à baptême.
la 3me pers. du sing.) BATEi.iÈ, n. m. batelier.
BASTAR»! et BASTARDIR, V. em- BATEMT, n. m. battant de porte.
bastardî (mieux). BATESTIM, n. pr. m. dimin. de Ba-
BASTART, RDA, n. et adj. bâtard. tista : Jean-Baptiste.
- S'emploie aussi dans le sens de BATESTIHA OU TETIHA, n. pr. f.

petit enfant. Baptistine.


BASTETA, n. f. dimin. de basta: pe- BATEV, n. m. bateau.
tit ourlet, petit pli. BATICUÔR, n. m. palpitation.
BASTÎ et BASTIR, V. a. et irr. en BATIMEM, n. m. battement.
issi: bât ir, créer, fa ire BATISME, n. m. baptême « certificat
BAV 3i 6ËL

de batisme » : « certificat de baptê- BAVECiiA et BAVECilAR, v. H. ba-


me ». ver.
BATil^ME (non de...), loc. pr. B A VET A, n. f. espèce de vermicelle.
B.%Ti«i»TA, n. pr. m. Baptiste ; n. m. BAVOA, n. f. escargot nu.
batiste, toile fixe. BAVOA, n. f. bleunie ponctuée (pois-
BATISTERI, n. m. baptistère ; certi- son).
ficat de baptême. BAVOI9, OA. adj. baveux.
BATl^TRADA, n. m. piqiieiir. BAV0<90, SA, adj. enfantin.
BATRE (si), V. a. battre, palpiter, BAVURA, n. f. bavure.
fouetter; se battre.
v. pr. Ex. : — : BAZAR, n. m. bazar.
« si batre en duel » « se battre en :
m. canal; conduit qui mène
BEAE., n.
duel » ; « batre quatre où » : « fouet- au moulin.
l'eau
ter quatre œufs ». BEAT, A, adj. heureux, bienheu-
BATIJ, n. m. pénitent;' ^e dit princi- reux; personne très religieuse,dévot.
palement pour la confrérie des pé- BEATIFICÀ et BEATIFICAR, V. a.
nitents blancs. béatifier. (V. abdicà p. la conjug.
BATtiDA, n. f. la mesure que l'on bat du c. - Préface).
en musique « batuda de finestra »
; : BEATIFICASSIOM, n. f. béatifica-
« battue de fenêtre ». tion.
BAC, n. aboyement du chien. BEATITIJDA, n. f. béatitude.
BAVBÀ et BADBAR, V. n. aboijer. BEBE, n. m. baby et terme enfantin
BAIICA, f. plante sauvage à feuil-
n. pour désigner l'agneau.
les très longues. BEBE (porta da...), loc. adv. porter
BAUDA, n. f. taloche. quelqu'un à califourchon sur son
BAUCiMA, SI BAICIMA, loc. (terme dos.
de jeu d'enfant). Ce jeu consistait BÉE, cri du mouton, de la brebis.
pour les enfants à deviner le nom- BE€, n. m. bec; au fig. bouche.
bre de petites pierres qu'un parte- BECADA, n. f. becquée.
naire avait soin de bien cacher dans BECAFiCiA, n. m. becfigue.
ses mains, lequel partenaire avant BE€.AI.IM et BECAMIJÔRT, n. m.
de poser la question « Combien y : croque-mort.
a-t-il de pierres » préludait ainsi: BE€ASSA, n. f. bécasse.
Baugna, si baugna, quatre si figa BECASSIM, n. m, becassin.
son castagna, etc. BE€H, voir Rasca.
BADMA, n. f. caverne, grotte. BECHARIA, n. f. terme de maçon-
BAUME, n. m. baume. nerie, pour désigner les bigues ser-
BAUiiETA (li), n. f. dimin. de bauma, vant à construire les échafaudages.
petite grotte; n. f. pi. nom d'un BEDÈHA, n. f. gros ventre.
quartier de Nice situé vers la fin de BEDÈMA,n.f.employé sous forme d'ex-
la rue de France ».
(( clamation pour indiquer le trop d'em-
BAUS, n. m. rocher escarpé, précipice. bonpoint d'une personne « que be-
BAVA, n. f. bave. dena! », « quel embonpoint! »; « a
BAVARDA et BAVARD AR, V. n. ba- una bedena que ! » « quel excessif
varder. embonpoint!
BAVARDACiK, n.m. bavardage.
n. m. boyau. BEDEU,
BAVAREU, n. ou BEDOCiO, n. m. bedeau.
m. bavette; au fig. : BEDÔ
Ex. ti:cou mètre lo bavareu » BEDOi.iî, n. m. bédouin; au fig.:
(( :

« tu n'es qu'un blagueur ». personne dure et sans cœur.


BAVART, RDA, adj. bavard. BECîA, n. f. charançon de la vigne.
BAVAiiilA, n. f. augm. de bava: BECtJlM, n. m. béguin.
grosse bave. BEI, adj. pi. de beu et bel beaux. :

BAVECA, n. f. nom donné à Nice, à BEI, n. m. bey.


plusieurs espèces de poissons; au BEE., n. m. bêlement: au fig. grand :

tig. : stupidif sot, imbécile. cri.


bën 32 BER
BFX et BEI), (fém. bêla), adj. T^eaM. BE^'DA, n. f. bandeau; bande de
On emploie bel seulement devant toile; bandage.
une voyelle. (V. heu). BE.\'I>À et BEMDAR, V. a. bander.
BEi^A, n. f. un des noms de la reine BE.iiDACàE, n. m. bandage.
des abeilles. BE.IDA-ÎIES, n. m. colin-maillard.
BEliA, n. f. bonne amie, amante. BE.\ DE... loc. adv. assez de...
BEi.À et BEi.AR, V. n. bêler, crier BE.lîEDi et BEHEBIR, V. a. et irr.
fortement (V. achertà p. la conjug. en issi : bénir.
de Ve - Préface). BElîEDisiilOM, n. f. bénédiction et
BEi.ADA, n. f. bêlement. salut (terme liturgique).
BKI.ADOUA, n. f. belladone. BEMEDITIÈ OU BEMETIÈ, n. m. bé-
BEiiAiHKlV, adv. avec grâce. nitier.
BEI.A-UE-JOR, n.L belle de jour. BEMEDiTi^, A, n. et adj. bénédictin.
(L'r ne se prononce pas). BElîEFATOR, TRlS<iA, n. bienfai-
BKI.A-DK-MCKCH, n. f. belle de nuit. teur.
BEI.A-FII.I.A, (pron. bela-fïa), n. f. BE.1ÎEFI€À et BEliEFICAR, V. a.
belle-Jille, bru. faire du bien. (V. abdicà pour la
BKI.A-IMEnii: ou BKI.A-MAIRK, n. conjug. du c - Préface).
f. belle-mère. bexÈficemka, n. f. bienfaisance.
BKiiAMDA.n. p. un des noms de Nice. be:%'efi€I, n. m. bénéfice.
BKI.A-iiORE et BEI.A-^CÔRE, n. f. BEX-EUTRE, n. m. bien-être.
belle-sœur. BE.iiEVOi.EXfiA, n. f. bienveillance.
BEi.ESSA, n. f. beauté. BE.liFAf'H. n. m. bienfait.
BEI.ET, n. m. Bellet. Nom d'une col- BEMFE^AMSA et BIEMFESAMjiA
line de la campagne de Nice et d'une n. bienfaisance.
f.

qualité supérieure de vin. BE.iiFESEliT, A, adj. bienfaisant.


BEl.lCOji, OA, adj. belliqueu.T. BEXKii.ii'AiiEiî, adv. bénignement.
BEiiiroi§AiiEM, adv. vaillamment. BEii'ic;:%E, :iA, adj. bénin.
BEi.iCRK, n. m. besicles, lunettes, UEifiCiiiiiTÀ, n. f. bénignité.
lorgnon. BEAiiERViT, n. m. certificat d'avoir
BEi.iGKRAMT, A, adj. belligérant. bien servi.
BEiiiTRE, n. m. bélître. BEM-TEMCiKT, l'DA, adj. bienvenu.
BEi^ÔME, n. m. espèce de fleurs. BEll-l'iiiT, A, adj. bien-vu, estimé.
BEi.o:i'A, n. f. bellone, figue-fleur; BEH-TOI.È, V. déf. se faire estimer,
grosse figue tardive, oblongue, apla- aimer.
tie à sa partie supérieure et dont la BE.iîKiliA, n. f. benzine.
peau est déchirée. BE9iio:v, n. m. petit goulot (d'une
BEI.OMA, n. pr. fem. Bellone, déesse bouteille, d'un vase, etc.)
de la guerre. BERET, n. m. bonnet de nuit d'hom-
BEL.011IERA, n. f. figuier qui pro- me.
duit les bellones. BERETA, n. f. barrette ; coiffure
BEl.O§iA, n. f. blouse, sarrau de toile. d'homme sans visière.
BEI.Vç;a, n. f. étincelle. BERETiiv, n. m. bonnet d'enfant au
BEi.r&À BEi.i:ciAR,v. n.étinceler,
et maillot.
Produire des étincelles, des bluettes; BERC^AMÔTE, n. f. bevgamotte ;
riller, éclater, pétiller. (V. abrogà poire fondante; espèce d'orange au
pour conjug. du ^ -
la Préface). JUS très odorant.
BEE.VCiiO]i% n. m. dimin. de béluga: BERCiilÈ-RA, n. berger.
petite étincelle. BERGOI.A, brisoir, macque.
n. f.
BEMRIA, n. f.beauté. BERGOliA (aussà
li...), loc. adv. re-
BEi.VKDER, n. m. belvédère. lever les jambes, s'échapper.
BEMOL, n. m. bémol. BERCiOl.A (perdre li...), loc. adv.
BEH', n. m. et adv. bien, s'affaiblir, s'affaisser.
9EiV, n. m. propriété. BERCiOLÀetBERGOi.AR,v.a. broyer
BES 33 BEU
le chanvre. (V. amolà pour
le lin, BE<iOGMO§i, SA, adj. besogneux, né'
laconjug. de l'o - Préface). cessiteux.
BERi, n. m. pi. cheveuœ, chevelure. BEfiOiî, n. m. besoin.
BERlCiOl.A (archicôta à la...), loc. BESSAl, adv. peut-être.
artichaut à la barigoule. BESSOM, A, adj. yM/«e«M.
BERlolî, n. m. trousse; grosse botte BEJ^SO.lîAlA, n. abstrait pour indi-
de paille et de foin enveloppée dans quer l'état de jumeaux.
un réseau de cordes, maintenue de BEiiTiA, n. f. bête, animal.
chaque côté par deux bâtons, qu'on BEil^TiA (la... negra), loc. adv. la

nomme en français barillon : (mot bête noire.


qui n'est pas adopté par les gram- BEfiTiAi., A, adj. bestial.
mairiens). BEjiTiAi.AiiE^% adv. bestialement,
BERliluCiô, n. m. bonbons, dragées. bêtement.
BKRi^r.t, n. f. berlue. BE<iTlAi.A!§, SSA, adj. lourdaud.
BER.liiSOiJ, n. m. barnissote, qualité BEf^TiAi.iTÀ, n. f. bestialité, grosse
de figue. faute.
BERMiSOliiÈ, n. m. figuier qui pro- BEilTiARl, n. m. bête, bétail.
duit les bernisôu. BE«^TIAS, SA, n. f. bestiasse.
BER.iif^^EiiCA, nom d'une espèce de BESTIETA, n. f. bestiole.
figues tardives. BESTio.iî, A, n. dimin. de bestia :

BERMOi^, n. m. burnous ou bour- petite bête.


nous. BESTISA, n. f. bêtise.
BERi^OLÀ et BERlSOIiAR (si)^ V. a. BESUCiO, n. m. dorade marseillais
balancer; v. pr. se balancer avec (poisson).
une planche reposant sur un abri BESt;(>o (testa de), n. tête légère.
au milieu; v. n. brandiller et BETA, n. f. bateau sans quille vase ;

ébranler. (V. amolà pour la conjug. (des marais).


de \o - Préface). BETCM, n. m. béton.
BERTA (au ten que... filava), loc. BEtJ, n. m. bon ami, amant.
dans un temps plus heureux. BEU (avê...), loc. très usitée; « avoir
BKRTAU, n. m. punaise des jardins. beau » « as beu travailla non seras
:

BKRTOMIEIJ, n. pr. Barthélémy; jamai lo premiê » « tu as beau :

« San Bertomieu, » couvent de ca- travailler tu ne seras jamais le pre-


pucins (Saint-Barthélémy) nom d'un mier ».
quartier de la campagne de Nice. BEU etBEi^ (fem.BEi^A), adj. beau;
BERTRAMD (fcs de beu a... lo vo {beu s'emploie au masc. sing. de-
rende en c...), loc. graissez les bot- vant la consonne); (au masc. pi.:
tes à un vilain, il dira qu'on les lui bei).
brûle). BEU-DiEr, n. p. Bon Dieu; excl.
BK<9Blli, n. m. brouhaha. Beu Dieu!; Bon Dieu!
BeS€U€HÀ et BE^€C€H.%R, v. a. BEIJ-FIEU, n. m. gendre.
recuire. — Ind.
prés. : bescuechi, BEU-FRÈRE etBEU-FRAIRE, n. m.
bescueches, bescuecha, bescuchan, beau-frère.
bescuchas, bescuechon. Impér. :— BElJ-lL,*oi.i, n. m. orfraie.
bescuecha, bescuchen, bescuchès. BEIJ-PÈRE et BEC-PAIRE, n. m.
— Suh. prés. : bescuechi, bescueches, beau-père.
bescueche, bescuchen, bescuchès, BEIRAGE, (V. abeurage).
bescuechon (le reste est régulier). BECRE, n. m. le boire, la chose qu'on
BE§icrK€H, m. biscuit.
n. boit.
BK$i€UE€HA (castagna), n. f. mar- BEVRE, V. a. et irr. boire. Ind. —
ron sec cuit dans le vin avec la prés. buvi, buves, beu, buven, bu-
:

gousse. vès, buvon. —


Imp. : buvii, buvies,
BESeUTiM, n. m. biscuit, pâtisserie. buvia, buvavan, buvavas, buvion.
BESIGUE, n. m. besigue. — Pas. déf. : buogueri^ buogueres^
BIF 34 BIR

etc. — Fut. : buorai, buoras, et bu- BIFSTFC et BISTEC, n. m. beefs-


verai, buveras, etc. Cond. : buo- — teack.
rii, buories et buverîi, buveries, etc. BIGA, n. f. bigue.
— Imp. : buo, buven, buvès. — BIOA (core la...), loc. adv. courir la
SuB. prés. : buog-ui, buogues, etc. bigue bigue, perche frottée de sa-
;

— Imp. : buoguessi, buoguesses, von, placée à l'avant d'un bateau,


etc. —Part. prés, buoguen. — et dont il s'agit, en allant pieds
Part. pas. : beugut, bugut. nuds, d'atteintre l'extrémité pour ga-
BKUTÀ, n. f. beauté. gner le prix offert aux concurrents.
BKW.%€HÀ et BKWACHAR,
go- BiCiAMF, adj. bigame. V. n.
dailler. Bif.;ANiA. n. f. bigamie.
ITF.WACHIKR, A, n. m. godailleur. bi(>;arat. aoa, adj. bigarré.
r.KiACHOlV, A, n. m. godailleur. BiCiARERA, n. f. bigarrure.
BKl'AH'DA, n. f. breuvage, boisson. BIUU'ETA. n. f. beignet.
BEYIJA, n. f. bévue. BiCiUETiÉ, RA, n. et adj. celui ou
BEY, m. beg.
n. celle qui fait les beignets ;
celui ou
BEXiJCiO ou BKSliCiO, n. m. poisson celle qui aime les beignets.
qui se laisse prendre comme un ni- BldiORKl.A, n. f. couture à gros
gaud. points et grossièrement faite.
BÊxcciO, n. m.
souvent employé,
est BiCiÔT, A, adj. bigot.
à Nice, dans le sens d'étourdi, qui BIC;ÔTERIA et BIGOTISME, n. m.
ne se rappelle rien on le dit d'un ; bigotisme.
enfant qui a oublié une commission BIJOM, V. pijon.
ou qui ne sait où il a pris une chose. BIJOM, n. m. nom qu'on donne dans
« Siès una testa de bezugo » « tu la Haute-Provence à la térébenthine
:

es un étourdi » « tu as une tète


; qu'on retire des différentes sortes de
d'étourdi ». pins, pour la distinguer de celle qui
BlAliS, n. m. biais. découle du mélèze qu'on appelle
BIAIS (de, en...), loc. adv. de biais, « Escorau ».
en biais. » BIJOR, n. m. bijou. (L'r ne se pro-
BIBEROM, n. m. biberon, petit vase. nonce pas).
BiBi.A et BIBIA, n. f. bible. BIJOTERIA, n. f. bijouterie.
fJiBMC, A, adj. biblique. BIJOTIÈ, n. m. bijoutier.
.tiBi.iôciRAFK, n. m. bibliogra- Bll.A, n. f. bile, colère.
phe. Bii.A (de...), loc. adv.: de la bile.
BiBl.ièciRAFiA, n. f. bibliogra- BlIiAM, n. m. bilan.
phie. Bll.liA (pron. bïa), n. f. bille, tra-
BIBI.IÔTKCA. n.' bibliothèque. verse de bois servant aux charretiers
BIBI.IOTÉCARI,
f.

n. m. bibliothé- à serrer le frein et la charge —


caire. chambrière.
Bi€A ou Bic6 n. f. nom qu'on donne Bliii^ART (pr. bïart), n. m. billard.
à la chèvre dans plusieurs pays. BIIXET (pron. bïet), n. m. billet.
BiCARBÔii'ATK, n. m. bicarbonate. Bii^L.o.iî, n. m. bille, gros bloc de
BICéCA, n. f. bicoque. bois non travaillé.
BIDOM, n. m. bidon et particulière- BII.OS, OA, adj. bilieux, irascible.
ment pot au lait. BliMBARO, RA, n. m. bizarre, d'un
BiERA, n. f. bière, boisson. caractère inégal, capricieux.
BiFÀ et BIFAR, V. a. biffer, railler. BliVÀ et BIH'AR, v. a. biner, bêcher.
BIFORCÂ et BIFOR€AR (si), v. a. Bllb'6€l..E. n. m. binocle.
bifurquer; v. pr. se bifurquer. BIOC^RAFE et BléCiRAFE, n. m.
(V. abdicà pour la conjug. du c - biographe.
Préface). BIOGRAFIA et BIOGRAFIA, n. f.

iriFORCASSiOM, n. f. bifurcation. biographie.


«IFORCO; CA, ^dj. malin, rusé. BiRBO, BA, n. m, mâtin, rusé.
r
Bifi, adv. Jbis.
BiiiA, n. f. Aise.
BISAR, A, adj. bizarre.
BISARAMEM,
BIZÀRÎA, n. f.
BLA

adv. bizarrement.
bizarrerie.
35

teinte rouge.

se prononce pas).
BI.AI19UIMASTRE:, RA,
BLO
couleur de cire dont un côté a une

BL.AI1XOR, n. f. blancheur. (L'r ne

adj. blan-
BI^BIÀ et Bli^BlAR, V. n. chuchot- châtre.
ter, murmurer. BLASAT, ADA, adj. blasé.
BifiBi, n. m. murmure. BliASOM, n. m. blason.
BliiCÀ et Bl§iCAR, V. n. bisquer. (V. BUiASTEMA, n. f. blasphème.
abdicà pour la conjug. du c - Pré- BI.ASTEMÀ et BLASTEMAR, V. a.
face). et n. blasphémer.
BiSEST, adj. bissextil. BLASTEMADOR OU BI.ASTI:-
Bli§iSA, n. couleuvre, serpent ; nom
f. MAIRE, m. blasphémateur.
n.
de plusieurs poissons. BI..AVAIRÔU, n. m. meurtrissure,
BiiSi^À et BlfiiiAR, V. abissà (mieux). contusion, rougeurs sur le corps.
BISTORIM, n. m. bistouri. BliAYiÉ, n. m. mar tin-pécheur.
Bi^mCH, A, adj. très graissé et sale. Bi.EA, n. f. bette.
BITUME, V. n. bitume. Bi.EA-RABA, n. f. betterave.
BIVAC, n. m. bivouac. BLEIME, MA, adj. blême.
BI¥A€À et BIYACAR, V. n. bivoua- Bi.EiMÎ et BLEIMIR, Y. n. et irr. en
quer. (V. abdicà pour la conjug. issi, blêmir.
du c - Préface). BI.ESSÀ et BI.ESSAR (si), V. a. bles-
BLACA, Térébenthine en nature
n. f. ser; V. pr. se blesser, se faire du mal
dont on fait un emplâtre pour les par accident, par mégarde. (V.
douleurs —
céruse. achertà p. la conjug. de l'e - Pré-
Bi^ADA, oblade (petit poisson).
n. f. face).
BliAGA, blague.
n. f. BLESSAUT, A, adj. blessant.
Bl^Ad et BiiAGAR, y. n. blaguer, BLESSAT, BA, n. et adj. blessé.
bavarder. (V. abrogà p. la conjug. Bi.ESSURA, n. f. blessure.
du ^ - Préface). BLESTOM, n. m. petit paquet de chan-
BliACiAiRE, RA, adj. blagueur. vre, poupée, malteau de chanvre ou
BI.AGÎ et BiiACilR (v. ablachî), v. a. de lin dont on garnit la quenouille.
et irr. en issi, faner, Jlétrir, mor- BU.ETA, n. f. petite baguette, petite
tijier. canne, gaule, petite verge i

B1.AGIT, IDA, adj. mortifié. BLETASIÀ et BLETASIAR, V. a.


Bi.ACilR, USA, adj. blagueur. donner des coups souvent répétés
Bi.AiMÀ et BI.AIMAR, V. a. blâmer. avec une baguette ou une canne.
BI.AIMABI.K, UA, adj. blâmable. BLETEMEÀ et BUETEMEAR, V. ble-
Bi.Aim:, n. m. blâme. toneà.
Bi.AUBKC, n. m. blan-bec. BLETOMEÀ et BLETOMEAR, V. n.
BiiA.ii^ D'KiiPACiMA^ n. m. blanc balbutier, bégayer.
d'Espagne. BLi.iBÀ et BLIMBAR, V. a. blinder.
BI.AMC, A, adj. blanc. BU.11VBAGE, n. m. blindage.
BLAMCASfiA (figa), n. f. figue-fleur BE.6C, n. m. bloc, blocus.
blanche. BiiOCA, n. f. boucle, anneau (terme
Bi.AiiX ASTRE, RA, adj. blanchâtre. de pécheur).
Bi.AM€HÎet bi.amchÎr, V. a. et irr. BE.OCÀ et BLOCAR, V. a. boucler,
en issi, blanchir ; au fig. : décimer; serrer avec une boucle. (V. abdicé
terme de cuisine. p. la conjug. du c - Préface).
Bi.AUCHiilSACiE, n. m. blanchis- BLOCÀ et BE.OCAR, v. a. arrêter,
sage. prendre, ^attraper. (V. abdicà p.
BI.A11CH1SSUR, USA, n. blanchis- la conjug. du c et abrogà p. la
seur, conjug. de Vo - Préface.)
BLAMCOMA, n. f. espèce de cerise de BLOCÀ et BiiOCAR, v. a. bloquer.
BOC 36 BOG
(V. abdicà p. la conjug. du c et BOCHARDA, n. f. bonbonne, bou-
abrogà p. la conjug". de Vo - Pré- charde.
face). BOCHARIA, n. f. boucherie.
Bl..ocli9, n. m. blocus. BOITHIÉ, RA, n. boucher.
BliÔDA, n. f. blouse, sarrau de toile. BoniiM.
n. m. but, cochonnet (terme
BiiOMDA, n. f. du jeu de boules).
blonde, dentelle de
soie. BOCHOM, n. m. bouchon.
BLom'DKA et Bl.OMDE.iR, V. n. blon- BOCliiÈ, n. m. bouclier.
dir. BOCOM, n. m. appât, boucon, poison;
BliOUDET, A OU BrOUDIM, A, adj. « avè lo bocon » être en grande ;

dimin. de blont; blondin. colère.


BI.OMT, HDA, adj. blond. BOCOM (A MORE...), loc. la facc con-
BIX, invariable et n. m. bien;
adj. tre terre.
« blu de ciel, » bleu d'azur; « blu BODÀ et BOBAR, V. n. boudcr.
de mar, » bleu de mer. BODIM, n. m. boudin.
BLU, au fig. est souvent employé BÔDO, DA, n. et adj. personne grosse
pour rien, nul. Ex. « lou sieu : bien portante.
et
argen es blu, » son argent est bleu BODRACiA, n. f. (terme de mépris) :

(nul). personne ventrue.


Bl.lJA!§TRE, A, adj. bleuâtre. BODRK (A...), loc adv. pêle-mêle,
BOA, n. f. plante des marais à feuil- sans ordre, à foison.
les larges et plates. BOUROi, n. des deux genres; gros
BOÀ, n. m. boa (serpent). ventre.
BOÀ, n. m. boa (fourrure de femme). BOEMA, n. f. bohème.
BOARDA, saleté; fétu qu'on
n. f. BOKMIEM, A, n. bohémien.
trouve dans les boissons, dans la BÔFA, n.copeau.f.

soupe; ordures en général; excré- BOFA, n.sorte de fleur.


f.

ments des petits enfants. BOFA, n. f. claque donnée sur les


BOA!iKRiA, n. f. boiserie. joues expressément gonflées; par
BOAjiiSOji', n. f. boisson (mieux que ext. « donà, tira de bofa » frapper :

aboisson). quelqu'un.
BOATA, n. f. boite. BOFÀ et BOFAR. V. a. gonjîer; au
BOBIMA, n. f. bobine. fig. frapper quelqu'un; v. n. souf-
BOBOi et BOBOR, n. m. bobo, pour fler, fau'e du vent et respirer avec
mal, malaise (familier). (L'/* ne se effort; v. a. et n. manger avec avi-
prononce pas). dité, dévorer.
BO€, n. m. bouc ; au des deux fig. n. BOFADA. n. f. bouffée.
genres; se dit d'une personne brus- bofa<,;ma, n. f. fort souffle de vent.
que, désagréable, taciturne. BOFAÏN«iA, n. f. asthme.
BOC A, n. f. bouche. BOFARKU, adj. joufjlu, qui a des
BOCA (1.1...), n. f. pi. les lèvres. grosses joues.
BO€ADA, n. f. bouchée. BOFET, n. m. soufflet.
BO€AI., m. bocal.
n. bofic;a, n. f. vessie.
BOCAM, n. m. boucan, laporje, bruit. BOFiCiÀ et BOFICAR, v. a. gonfler.
BorASSA, n. f. augm. de boca: (V. abrogà p. la conjug. du g -
grosse, vilaine bouche. Préface.)
BOCHA, n.boule (terme de jeu).
f. BOFi4iiO.\% n. m. dimin. de boflga,
^OCHÀ et BOrHAR,
V. n. (terme de petite enflure.
jeu de boule); tirer pour enlever en BOFOM. n. m. bouffim.
la frappant la boule de son adver- BOFOAADA OU BOFOAARIA, n. f.

saire. (V. abrogà p. la conjug. de bouffonnerie.


l'o - Préface). BoeiA, n. f. bougie.
BOCHAIRK, n. m. tireur de boules BOGIÀ et BOc;iAR (si), v. a. et pr.
(v. BOCHÀ). bouger.
BOL BOM
BOCilM, n. TCi.ferret; bout de métal retourner, agiter; au fig. : machi'
qui est aux extrémités des lacets. ner.
BOfiiiOAR, m. bougeoir. n. BOi.KABA, n. f. remuement.
m. pomme, en forme de BOiiEAiRK, n. m. instrument cylin-
HO&ii<».ii\ n.
pomme. drique suffisamment long pour re-
BOGMOHÀ et BOCi.lîOIVAR, V. a. muer un liquide.
pommer. BOliKAT, ADA. iid']. agité, émotionné.
BOGRE, excl. de surprise et de colère: BOI.K UK CHiroi.ATA,n. m. tablette
hongre ! de chocolat.
BÔI.%, n. m, bourreau. BOi.K DE c;oiiifA, n. m. sorte de
BOilil^ABAi^jSA (pron. boïabaissa), dragées.
n. f.bouillabaisse. BOi.K«;À et BOi.ECiAR (si), (v. n.)
se bouger; v. pr.
tiOlMjij.'kVA (pron. boïaca), n. f. po- se remuer, bou- :

tage mal confectionné. ger, se donner du mouvement, se


BOi£.iL.OARA (pron. boïoara), n. f.dandiner. (V. abrogà p. la conjug.
bouilloire. du ^ - Préface).
BOiiECiAiRE, n. m. remuant, re-
BOllii.Oi¥(pron. boïon), n. m. bouil-
lon. mueur.
BOiiiE.OM POA'euuT (pron. boïon BOLECiOlî, n. m. remuant, qui s'agite,
ponchut), n. m. lavement. qui remue toujours, frétillant, sé-
BOilil^OMÀ et BOll^i^OAAR (pron. millant.
boïonà), y. n. bouillonner. BOI.EMTIM, n. m. sorte de ligne à
BOUiiiOMAinEM (pron. boïonamen), pêcher.
n. m. bouillonnement. BOi^ET, n. m. boulet.
BOii^E.ÔM, n. m. seau à mortier. BOiiET, n. m. champignon.
BOÏH', A, adj. de l'espèce du bœuf. BOiiETA, n. f. terme de jeu de loto;
BOIAKR ou mieux boax'R, n. m. petit cylindre de bois portant le nu-
bonheur (pron. oi français). méro.
BOIRA, n. f. éboulement; clous for- BOL.ETIIV, n. m. bulletin.
mant une plaie maligne (mieux boi- BOl^EVAR, n. m. boulevard.
ron). BOI.EYERIiÀ et BOLEYERSAR, V.
BOIRA et BOIRAR (si), V. pr. se a. bouleverser. (V. achertà p. la
gorger. conjug. de Ve - Préface).
BOiROi^, n. m. appât pour les anguil- BOiiÈiERfi^AiiEM, n. m. boulever-
les (pêche). sement.
BOIROM, n. m. clous formant une BOi.o.it, n. m. boulon.
plaie maligne. BOI.OIVÀ et BOI.OI1AR, V. a. bou-
B€»iRO«^, OA, adj. qui est sujet au lonner.
boiron. BOiiUM, n. m. confusion, désordre.
BOifi, n. m. buis. BOM, onomatopée ou imitation du
BOi!#$iOiiA, n. f. tirelire et boîte cy- bruit sourd que font les choses mol-
lindrique pour quêter dans les égli- les en tombant.
ses. BOMBA, n. f. bombe.
BOi$9!iOA\ n. m. buisson. BOMBA et BOMBAR, V. a. bomber,
BOJÀ et BOJAR, V. n. bouger. rendre convexe.
b6i>a, n. f. bol, tasse. BOMBA et BOMBAR, V. n. terme
BOiiA, n. f. boule et bulle. d'enfant pour tomba: tomber.
BOI.À et BOI.AR, V. a. timbrer. BOMBARDA, n. f. bombarde.
BOiiÀ, n. m. terme de pêcheur; appât BOMBARDA et BOMBARDAR, V. a.
pour pêche au palangre.
la bombarder.
boi.ai%'€,;i<:ria, n. t. boulangerie. BOMBARDAMEM, n. m. bombarde-
BOl^AUfalK, RA, n. boulanger. ment.
BOI.K, n. m. sceau, timbre, cachet. BOMBAT, ADA, adj. bombé.
BOLEÀ et BOLEAR, V, a, remuer, BOMBii, n. m. bourdonnement, babil.
BOR 38 BOR
BOMBII.LÀ et BOMBILIiAR bourgeonner.
(pron. BORÂ, v. n.
bombïà), babiller, bavarder, bour- V. a. bourrcr. BORÀ et BORAR,
donner. BORAl, n. m. bourrache.
BOMBITRÀ et BOMBITRAR, V. n. nowiAS, n. m. boraœ.
frétiller, en parlant du poisson bon- RORASCA, n. f. bourrasque.
;

dir, quand il s'agit des petits qua- BORAfiCO<K, OA, adj. troublé, tempé-
drupèdes. tueux, orageux.
BOMBOM, n. m. terme d'enfant pour BOR ASCI. A et BORASCI.AR, V. a.
boire. flamber une volaille superficielle-
BÔMBÔii, n. m. bonbon. ment.
BOMRÔMA, n. f. bonbonne (de vin). BORROILI.À et BORBOiiXAR (pron.
BOMBOiîA, n. f., terme vulgaire pour borboïà), v. a. rendre confus.
boisson. BORBOiE.iiO.¥ (pron. borboïon), n.
BOMBOMIERA, n. f. bonbonnière. m. brouillon.
BÔM, excl. bon. BORDA et BORDAR (si), V. a. et pr.
BÔMA, n. f. bonne. border. (V. abrogà p. la conjug.
BOMA, n. ï. friandise (terme d'enfant). de l'o - Préface).
BOMARIETÀ, n. f. faiblesse, par BORDADA, n. f. bordée.
bonté, par douceur. BORDAftiE, n. m. bordage.
BOMAS,ss A ,adj bonasse, débonna ire
. BORDARFiO, n. m. bordereau.
BOMASSA, n. bonace.
f. BORDEdÀ et BORDE«;iAR, V. n.
BOMDA, n. f. bord, extrémité. côtoyer.
BOUDA, n. f. bondon, bouchon; tam- BORDEU, n. m. bordel, grand va-
pon, morceau de bois qu'on lève carme.
pour faire couler l'eau d'un étang; BÔRDO, n. m. bord (terme de ma-
petite cheville qui bouche l'ouver- rine).
ture d'un tonneau c'est aussi l'ou- ; BÔRDO (A...), loc. à bord.
verture par laquelle on remplit les BORDO, adj. et n. bourru, personne
tonneaux et autres futailles. désagréable.
BOUDAS, n. m. bord à pic, planté de HORDIRA, n. f. bordure.
broussailles. BORDiSA, n. f. ouvrière qui borde
BOiVKT, n. m. bonnet. les souliers.
BOXIFICÀ et BOMIFICAR, v. a. bo- BOREAli, A, adj. boréal.
nifier. (V. abdicà p. la conjug. du RORFi.KT, n. m. bourrelet.
c - Préface). BORC-ADA, n.f. faubourg, nom d'un
BOMIFICASSIOM, n. f. bonification. quartier de Nice (Quai Sainl-Jean-
BÔlV-fiOAR, n. m. bonsoir. Baptiste).
BOMTÀ, n. f. bonté. BORC;iOA, BOR«4ioÀSA, n. bour-
BOMtJR, n. m. bonheur. geois.
BOÔRDA ou mieux bvôrda, n. f. BORCilO.liÀ et BORC^IO.liAR, V. n.
saleté, qu'on trouve dans les
fétu fureter, chercher avec soin ;
par
boissons, la soupe; ordures; en gé- extension faire. :

néral excréments des petis enfants. BORGOdMA (PEGA DE...), n. f. sorte


BOQKET, n. m. bouquet; au fig. : de vessicatoire.
chagrin. BORCiôCiMA (I^IM DE...), n. m. vin de
BOQUET (A MORE...), loc. la faCC OU Bourgogne.
figure contre terre. BORiro, n. m. bourrique.
BOQUKTA, n. f. dimin. de boca : pe- BORIDA (FAIRE PII.I.À...), loC.
tite bouche. poursuivre quelqu'un en le huant et
BOQtiETiKRA, n. f. bouquetière. en lui jetant toute espèce de mal-
BOQUIM, n. m. porte-cigare, tuyau propreté.
de pipe. BORIDA, n. f. poursuite.
BORA, n. f. bourre, bourgeon de la BÔRMA, n. f. borne, pierre milière.
vi^ae. BORMÀ et BOBnîAR, V. a. borner.
BOS 39 BOT
(V. abrogà p. la conjug. de l'o - BO§(QUET, n. m. bosquet.
Préface. BOiKQUiiii^OM (pron. bosquïon), n.
BOR^AliA, n. pr. f. quartier de la m. menu bois à brûler.
Ville de Nice. BÔiiKA, n. f. bosse et boxe.
BORMAT, adj. borné, stiipide. BÔKi^À et B6§(iiAR, v. a. boxer. (V.
BORMEV, n. m. tube, tuyau en terre abrogà p. la conjug. de l'o - Pré-
cuite. face).
BORifi, A, n. et adj. aveugle. BO§(§lERl.A, n. f. ampoule.
BORMIERA, n. f. poche, escarcelle BOi^itET et BORi^ET, n. m. gousset,
(terme ancien de la montagne). BOiiisèiiA, n. f. boussole.
BORMlCiÀ et BORMICiAR, fa- BOgl§iO]V, A ou BO^§»OIVlÉ, RA, adj.
V. n.
reter,chercher dans un coin. (V. sot, bon enfant.
abrogà p. la conjug. à\i g - Pré- b6t, n. m. coup de cloche (terme
face). d'église) — « Sonà lu bot, » sonner '

BOR:«ri€to:v, n. m. petit recoin, petite les cloches pour un agonisant.


boutique (se dit en terme de mépris). BOT, n. m. nom d'un petit pain de
BORO.ir, n. m. amas de fil, de che- forme particulière.
veux embrouillé, échevelé, etc., for- BOT, n. m. saut, bond, extrémité,
mé en pelote. fin, morceau.
BORO.lî (MOMT) OU BOMBORO.¥, n. BOT (VEiïi A...), loc. venir à bout,
pr. Mont-Boron. Petite colline et arriver à.
batterie entre Nice et Villefranche. BOT (PO§lsÀ A...), loc. pousser à bout.
BOROi(, OA, adj. couvert, forme de BOT (AU...), loc. adv. à la fin, au bout.
bourre. BÔTA, n. f. botte (chaussure) charge ;

BOR^A, n. f. bourse. (ce qu'on met de poudre et de plomb


BOR§iA (TiRUR DE...), n. m. voleur, dans une arme à feu).
escroc. BOTA, n. f. tonneau.
BORT et BÔR, n. m. bord^ extré- BOTÀ, n. m, tonnelier.
mité. (On prononce le t devant la BOTÀetBOTAR, V. n. sautcr, bondir,
voyelle et à la fin d'une sentence). BOUTAD A, n. f. boutade.
BORllJiC£.À et BORUiiCIiAR, V. a. BOTAiiiCA, n. f. botanique.
flamber une volaille, la brûler su- BOTAAT<iTA, n. m. botaniste.
perficiellement pour enlever le poil. BOTAREU, n. m. dimin. de bota: pe-
BORiJ!^Cl.ADA, n. f. flambée. tit tonneau.
BORCiieiiAT. AD A, adj. brùlé sans BOTARGA, n. f. boutargue, œufs de
cuisson. poisson.
BORiJiSeliURA, n. f. l'action de flam- BOTAT, ADA, adj. botté, qui porte
ber. des bottes.
BOSCÀ et B0.9eAR,
V. a. (terme de BOTEIU.1.A ou BOTiuiiA (pron. bo-
maçon), équarrir une pierre.
tailler, tet'a ou botta), n. f. bouteille.
(V. amolà p. la conjug. de l'o et BOTETA, n. f. dimin. de bota ; petit
abdicà p. la conjug. du c- Préface). tonneau.
BOi^CACiE, n. f. boisage, futaie. BOTEU, n. m. mollet.
BOiSCARiiA, n. î. fauvette, bec-figue. BOTICARI, n. m. apothicaire.
Au fig. mets délicat.
: BOTIÈ, n. m. bottier.
BOSCARiiA (FAIRE I.A...), loc. cher- BOTICA, n. f. boutique.
cher aventure, tourner autour de BOTic;.¥À et BOTic;^AR,v. n. (terme
quelqu'un, faire les cent pas. de la montagne,) bouder.
BO<§CARiiA DE SATAW, n. f. damné. BOTiGO'V, n. m. dimin. de botiga,
BO§lCARr.ETTA, n. f. dimin. de 60s- petite boutique, échoppe.
carla: petit hec-figue; Au fig. BOTiC|UiÈ, RA, n. m. tenancier d'une
terme de gentillesse, de câlinerie, boutique.
qu'on donne aux enfants. BOTILLA, v. BOUTEILIiA.
BOSdW, û. m. bruit. BOTULLETA, Q. f. petite boutcilIc,
BRA 4o BRE
BOTIM, n. m. butin. BRAMCOI.AR, n. pr. d'un quartier de
BOTIMA, n. f. bottine. la Ville de Nice.
BOTO.iî, n. m. bouton. BRAUCO.ir, n. m. dimin. de branca,
BOTOMA et BOTO.V%R (si), V. pr. petite branche.
boutonner, attacher avec des bou- BRAMOA, n. f. brandade.
tons. BRA.iiBA, n. f. eau-de-vie.
BOTOIîier.Il, n. boutonnière.
f. BRAii'BA, hamac. n. f.

BOTUR.%, n. i". bouture. BRAA'UKBOR, n. m. brandebourg.


BÔu, n. m. bœuf. BRAI1DOII.I.À et BRA^DOILI.AR
BO¥iM, A, adj. de l'espèce du bœuf. (pron. brandoïà), v. a. agiter
(si),
BOWIMA, adj. f. bovine « Rassabo- — Au V. pr. se délasser, se pré-
fig.
vina » : race bovine. lasser.
BO¥IMA et BOiHA (MO^SCA...), n. f. BRAQUET, n. m. nom d'une qualité
sorte de grosse mouche mouche de; de vin et de raisin.
cheval. BRAS. n. m. bf^as (n'est employé
BOXA, n. f. boxe. qu'à la campagne des environs de
BOXA et BOXAR, V. n. boxer. (V. Nice).
abrogà p. la conjug. de Vo - Pré- BRAS A, n. braise. f.

face). BRASÀ et BRASAR, v. a. braser.


B03KUR, m. boxeur.
n. BRASIÈ, n. m. brasier, braise ar-
BRÀ, (rarement BRAS), n. m. bras, dente.
au fig. liberté qu'on accorde à BRASIERA,
: m. brasier, svRnd bas-
n.
quelqu'un. sin de métaloù l'on met ae la braise
BRAC, A, adj. étourdi. pour chauffer une chambre.
BRA€À et BRACAR, v. a. braquer. BRASSA, n. f. brasse.
(V. abdicà p. la conjug. du c - BRASSA (AXÀ A...), loc. aller (nager)
Préface.) à brasse; manière de nager dans
BRACOMACiEi, n. m. braconnage. laquelle on lire les bras alternative-
BRACO.iiiÈ, n. m. braconnier. ment hors de l'eau en les ramenant
BRAIA, n. braies; pantalon.
f. pi. alternativement aussi auprès du
BRAIKTA, dimin. de braia, pe-
n. f. corps.
tit pantalon d'enfant ; petit caleçon BRASSAC, n. m. bissac, havre-
pour le bain ; sorte de haut-de- sac.
chausses. BRASSAOA, n. f. brassée.
BRAIETAT, ABA, adj. très mùr (ne BRASSKiiKT, n. m. bracelet.
se dit guère que des figues). brassi<:ria. brasserie. n. f.

BRAioiiiK, n. m. sot, stupide. BRASSKTA OU (A I^A...), loC.


(K.V..)
BRAlolilERA, n. f. ouvrière en pan- adv. bras-dessus, bras-dessous.
talons. BRASCRA, n. f. brasure.
BRAMA et BRABAR, V. n. niuffir. BRAVA et BRAVAR, V. a. bravcr.
en parlant des bœufs et des vaches ;
BRAVABA, n. f. bravade.
crier fort « : que a que brama tan ! »: BRAVAMKH', adv. bravement.
qu'a-t-il pour crier si fort! BRATK, VA, adj. brave, sage, bon.
BRAMABA, n. f. cri, action de crier BRAVO: interj. bravo.
fort. BRAVO, VA, adj. employé pour bon-
BRAMAIRE, RA, n. celui OU Celle homme, bonne femme. — Ex. :

qui crie fort. « anen ! Leva-vo d'aqui, brava; »


BRAlîCA, branche. n. f. retirez-vous donc, ma bonne femme.
BRAMCAI, m. brancard. San
n. BRAVORA, n. f. bravoure.
Brancai, nom d'un quartier de la BRKCHA, n. f. brèche.
campagne de Nice. BRKF, adv. bref.
BRAM€OE,À et BRAlitOI.AR, V. n. BREC>Ail^ (pron. bregaï), n. m. dé-
chanceler. (V. amolà p. la conjug. gât, ruine, dissipation.
de Va - Préface). BRl}CiAIE.IiÀ etBREGAII^LAR,
6Ri 4> BRO
(pron, bregaïà), v. a. gaspiller, tient à l'étofFe par ses deux bouts
gâter, détruire. extrêmes.
BRKCiAii.i.AMKn', (pron. bregaïa- BRIDA et BRIDAR, v. a. brider,
men). (V. BRECiAii^). mettre la bride à un cheval ; lier par
BRKCiAilii^È:, RA (pron. bregaïè), contrat.
adj. celui qui dissipe, gaspille, gâte, BRiCiA, n. p. Briga, nom d'un an-
dilapidateiir. cien village du comté de Nice.
BRK£>A1V, A, adj. adroit, matois. BRiCiA, n. f. miette; par extension
BREGAH, A. (V. BRICiAD. une petite quantité, un petit peu.
BREGMî, n. m. BRiCiADA, n. f. brigade.
sorte de filet destiné
à prendre des petits poissons et desBRlCiADlÈ, n. m. brigadier.
crustacés; instrument en usage dans BRiCiAM, A, n. brigand.
les environs de Nice. BRic^AUDACiE, n. m. brigandage.
BRECiOLÀ et BRECiOLAR. (V. BER- BRMàAUTiM, n. m. brigantin.
GOI.À). BRiGAiiC, A, nom des habitants de
BREI.Ô€A, n. f. breloque. la Briga.
BREMECH, n. m. appât, plus parti- BRIGOM, n. m. dim. de briga: un
culièrement celui que l'on jette à la petit morceau, une petite quantité.
mer pour attirer le petit poisson. BRIGOUEÀ etBRICiOAEAROU BRE-
BREU, n. m. son; la partie plus CiOUEÀ et BREC^OltEAR, V. a. gri-
grossière du blé moulu. gnotter continuellement, manger à
BRES, n. m. berceau. tout moment.
BREfiCA, n. f. brisque, gâteau, BRiCiUEE.A, n. m. personnage comi-
rayon de mieL que.
BRE$9€A, n. f.sorte de jeu de cartes. BRIM.À et BRII.I.AR, (pron. brïà),y.
BRE^iCA ou BRE§IC, n. f. OU n. m. n. briller.
excrément sec. BRllil^AltT, A, (pron. brïant), n. m.
BREi»§lÀ et BRE§i§»AR, V. a. ber- et adj. brillant.
cer. (V. achertà p. la conjug. de BRIMA, n. f. gelée blanche, verglas.
Ve - Préface). BRIMA et BRIMAR, V. n. et impers.:
BRE§i§iOI.À et BREgijSOI.AR. (V. geler.
BERI§OI.À). BRIMADA, n. f. verglas ; charivari,
BRE^TOLI et BRESTOMR, y. a. OU huées, démonstration de mépris
réfl. et irr. en issi ; griller, brûler qu'on faisait aux vœufs qui convo-
à la surface sans faire cuire. laient une seconde fois.
BRETI (A...), loc. à foison, copieuse- BRIMOS, OA, adj. plein de givre.
ment . BRIMA, V. brima.
BREWET, n. m. brevet. BRIO, n. m.
brio.
BREVETA et BREVET AR, V. a. bre- BRioi.A, clou, enflure.
n. f.

veter. BRlô§(§iA, n. f. brioche.


BREVETAT, ADA, adj. breveté. BRl$iA, n. f. brise.
BREiiARl, n. m. bréviaire. BRISA et BRISAR, V. a. briser, cas-
BREVITÀ, n. f. brévité et brièveté. ser.
BRiAiiCA (FiCiA...), n. f. figue-fleur BROC A, n. f. bouture, marcotte de
luisante. figuier, greffe; jet d'un arbre nou-
BRI€, n. m. brick. vellement planté.
BRI€, n. m. lieu sauvage et escarpé. BRÔCA et BROQIJETA, n. m. OU f.
BRIC (DE... DE BRAC), loC. adv. cheville.
d'une manière au d'une autre. BROCAMTiJR, USA, n. brocauteur,
BRIDA, n. f. bride; lien pour retenir BROC AT, n. m. brocart.
certaine coiffure ; espèce de bouton- BROCHA, n. f. broche, verge de fer
nièrequi se fait aux cols et aux pour faire rôtir la viande; grosse
manches des vêtements des femmes épingle de parure.
pour les fixer à un bouton; elle BROCHA et BROCHAR; V. 8. bro*
BRO 42 BRÛ
cher. (V. abrogà p. la conjug. de BRO|§TOI.Î et BROI9TOI.1R, v. a. et
l'o - Préface). irr. en issi: bras Hier, rôtir, gril-
BROriilJR.4, n. f. brochure. ler.
||RÔ« OI.I, n. m. brocoli, chou-fleur. BROT, n. m. trochet et bourgeon.
IBROUÀ et BRODAR, V. broder.
a. BROT, n. m. se dit de plusieurs pe-
(V. Prélace. — Remarques sur o) tites poires qui sont rangées près à
verbe abrogà. près sur une même branche; de
BRODEQUIil\ n. m. brodequin. plusieurs oignons attachés de la mê-
BROBKRi.'t, n. f. broderie. me manière à une torche de paille.
BRÔRO, n. m. bouillon. BROTKT, n. m. dimin. de brot: pe-
BRODiiiA, n. f. brodeuse. tit bourgeon.
BROETA, n.
brouette.f. BROTII.I.A (pron. brotïa), n. f. bran-
BROII.I.A (proii. broïa), n. f. petites chages, ramures.
taches roujçes qui viennent sur la BRVA, n. f.raie, ligne, bord.
peau par l'effet de la cfialeur et qui BRiÀ et BRiAR, V. n. picoter, dé-
produisent des démangeaisons. manger, payer cher.
BROII.I.A et BROII.I.AR (si) (pron. BRIC, n. f. bruyère.
broïà), V. pr. se brouiller. BRUi, n. m. bruit.
BROIM.AR (pron. broïar), n. m. BRO.À et BRIXAR, V. a. brûler, dé-
brouillard. sirer ardemment; hâler; (terme de
BROif.i.OM (pron. broïon), n. m. jeu); V. n. être prêt de réussir).
brouillon. BRiXA-CAFK, n. m. brilloir.
BRO.neciiÀ et bromkgiar, v. n. BRn.ADrRA, n. brûlure.
f.

appâter. BRU1.AMT, A, adj. bfûlant.


BRO.ilE€H, n. m. appât qu'on em- BR1JI.AT (SAMC...), n. m. sang chaud,
ploie pour attirer les poissons. vif.
BROMCHÀ et BROKCHAR, v. n. BREi.à, V. barieu.
broncher. BRCLOT, n. m. brûlot.
BROMDAII.I.A (pron. brondaïa), n. BRIXOR, n. f. démangeaison, pico-
f. rameaux. [Ur ne se prononce timent. pas).
BROMUOMIERA, n. f. sorte de che- BRUI.VRA, n. f. brûlure.
ville de bois qu'on met au fond d'une BRUiMA, n. f. brume.
cuve pour empêcher le vin de couler. BRUM, A, adj. brun.
BROMZA, n. f. ivresse (terme vul- BRiJMA (A LA...), loc. adv. à la brune.
gaire). BRiiMASTRK, A, adj. brunâtre.
BROMXÀ et BROMXAR (si), V. a. BRi'iiiKT, A, n. f. dimin. de brun:
bronzer ; v. pr. s'enivrer. (terme de gentillesse) joli brun.
BROMKAT, ADA, adj. bronzé. BRiJiii et BRiJiiiR, V. a. et irr. en
BROMKO, n. m. bronze. issi: brunir.
BROf^liETA, n. m. broche des ton- BRUMiÀ et BRK.iiiAR, V. n. et im-
neaux. pers. pleuvoir
: à petites gouttes ;

BROguiI.I.ADA et BRO!lDII.rADA bruiner.


(pron. broquïada et brondïada), BRi::iiADA, n. f. bruine.
n. f. fagot de broutilles ou de bû- BRE'.li'lSI^AGR, n. m. brunissage.
chettes; ramassis qu'on fait dans un BRi'.\iSiii;R, USA, n. m. brunisseur.
bois. BRiOR. V. BRUI.OR. (L'r ne se pro-
BROjS, n. m. recuite, seracée. nonce pas).
BRÔiS^A, n. f. brosse. BRumc, A, adj. brusque.
BROSl§Àet BROSjiAR,v. a. brosser. BRUfiCA, n. f. rayon de miel.
(V. abrogà p. la conjug. de l'o - BRUS€À et BRCISCAR, v. a. brus-
Préface) quer. (V. abdicà p. la conjug. du
BRO§ii(À et BROSiiAR, V. n. caille- c - Préface).
botter, grunieler, cailler, tourner. BRUfSCARiA, n. f. rudesse.
PRd!9!iA-ABiT; n. m, domestique. BRIWCA11BII.I.A (pron. bruscambïaj
Ëua 4^ BUR
n. f. un gros morceau de charbon, BUGMA, n. f. bigne, glande, enflure,
personnage de comédie. bosse, contusion, meurtrissure.
iiRlJj^CAMEM, adv. brusquement. BUCiMÀ et BUGMAR (si), v. a. et pr.
BRUiiCOR, n. f. brusquerie. (L'r ne se bosseler, se meurtrir, se contu-
se prononce pas). sionner.
BRtifiQliET, A, adj. dimin. de brusc: BUlE. (pron. buï), n. m. ébullition,
un peu brusque, aigrelet. action de bouillir.
BRliiSTiA, n. f. (terme vieux), brosse, BUIUUEMT, A (pron. buïent), adj.
carde. bouillant.
BRU^TIÀ et BRUiSTlAR,y. a. (terme BUIUUEMTÀ et BUIUUEMTAR (si),
vieux), brosser, étrier, carder. (pron. buïentù), v. a. bouillanter,
BRC§tTlADA, n. f. action de carder. échauder ; v. pr. s'échauder, se brû-
BRU^TIAIRE, RA, n. cardcur. ler avec la vapeur d'eau. (V. achertà
BRUT, A, adj. sale, brut. p. la conjug. de l'e - Préface).
BRtiTÀ et BRlJTAR, V. a. salir. BUlUUÎ et BUiuuiR (pron. bu'i), v.
BRUTÀ et BRUTAR (si), V. pr. se n. et irr. bouillir.
salir, s'embrumer. BUliiUiT, IBA (pron. buït), n. m. et
BRUTAI., A, adj. brutal. adj. bouilli.
BRUTAiiAMEX, adv. brutalement. BUliO, liA,adj. intelligent, dégourdi.
BRlITAI.l§iÀ et BRIITAI.ISAR, V. a. (Employé très souvent dans un sens
brutaliser. ironique fanfaron).
:

BRUTAI.ITÀ, n. f. brutalité. BUÔiv, A, adj. bon (au plur. buôd. :

BRUTA MEM, adv. Salement. BUÔM (BAU...), loc. adv. (du bon, en
BRUTE, BRUTELOjii, OA, adj. sale, vérité).
saligaud. BUÔn-JOR,
n. m. bonjour. (LV ne
BRUTEi^C, n. abstrait prononce pas).
de brute signi- se
fie saleté, sordidité. Buà]i'A (AUA...), loc. adv. à la bonne.
BRUTliSi§lA, n. f. saleté, sordidité. BUÔMA (i.A mw FAIRE...), loc. se mé-
BU A, n. f. bouse, crottin, fiente. nager, se donner du bon temps, me-
BUAS, n. m. emplâtre, nigaud. ner une vie joyeuse; « la si faire
BUASSIKR, A, n. m. ramasseur de buôna embe quauqu'un: » le cour-
crottin,de fiente; adj. s'emploie tiser.
ironiquement. BUÔMAMEIV, adv. bonnement.
BUCKFAU, n. Bucéphale. BUÔMA-ilERA, n. f. bonsoir.
BUCHA, n. f. bâche, personne stu- BUÔn-BiEU, n. m. Dieu, mon Dieu.
pide. BUÔMI, pi. fem. de buon.
BUCHA et BUCHAR, V, n. bûcher, BUÔn-oiiE, n. m. bonhomme, hom-
travailler beaucoup. me bon.
BUDEUA, n. f. intestin. buôu'ORA, adv. de bonne heure.
BUDKHA, n. f. bedaine. BUÔM PROMi interj. grand bien.
BUDKU, n. m. boyau, intestin. BUÔMUR, n. m. bonheur.
BUFA, n. pr. fem. : quartier de la BUÔRBA, n. f. matière ligneuse du
Ville de Nice. chanvre: arête.
BUFKT, n. m. buffet. BUÔiSC, n. m. bois, forêt; bois (com-
BUFOiî, n. m. bouffon. bustible).
BUCiA, n. f. bugue (poisson). BUOiiC (MAMBÀ QUAUQU'UM AU...),
BUCiABA, n. f. lessive. loc. renvoyer quelqu'un.
BUGADA (COUÀ...), n. v. faire la les- BUÔTA, n. f, boîte.
sive. BURÀ et BURAR, V. a. beurrer.
BUCiABiK,n. m. cuve en bois servant BURAT, ABA, adj. bien garni de
à faire la lessive. beurre.
BUGAUIÈ, RA, n. blanchisseur. BURAT, ABA et BUROS, OA, adj.:
BUGABOM, n. m. petite lessive. butyreux.
BUGET, n. m. budget. BURE, n. m. beurre.
BUS 44 BdV
ttURElJ, n. m. bureau. nM:mcwtA et bisccxar, v. a. bous-
BlJRlKRA ou BDRAT, n. f. OU n. ni. culer.
machine à beurre. Bi:sri:Ti:w, n. m. biscuit.
BURIM, n. m. burin. Bi:$!i$it;€ÔR.ikiA, n. f. meurtrissure.
lltJRE.E:ii€, A, adj. burlesque. BIST, n. m. buste.
BURI>E§(CAMEM, adv. burlesque- BUT, n. m. but, Jin.
ment. BCTl]V. n. m. butin.
BKRSÀ et BURSAR, V. n. cosscr. BtTOR, n. m. butor.
BlJRSAiMK.ii, n. m. coup, choc. BiVABi.K. A. adj. buvable.
BKRTA, n. f. partie intérieure de la BUVACHÀ et BLl ACHAR, (V. BE-
courge, concombre etc., qui con- YACHÀ).
tient les graines; intestins des oi- BUl ACHO.lî (V. BETACHOlî).
seaux et des poissons. BLTAIÎDA (V. BEVAMBA).
BUS (FAIRE...), V. n. feindre, faire Bit AR, n. m. buvard.
semblant de ne pas comprendre, de BiVETA. n. f. buvette.
ne pas voir. BCVETIÈ. RA, n. buvetier.
BUiiBÎ, n. m. bruit. BiTiR, ISA, adj. buveur.
Bl]|i€A, n. f. buse.
C n. m. c, troisième lettre de l'alpha- CACAI, n. m. caca.
bet et la deuxième des consonnes. CACAH, n. m. homme riche, opulent,
ÇA adv. de ce côté-ci.
(E.¥), loc. gros bonnet.
CABÀ, n. m. cabas. CACAO, n. m. cacao.
CABAli.%, n. f. cabale. CACH, n. m. teigne de la tête (terme
€ABAi>l!iTA, n. m. cahaliste. vulgaire).
€ABAM et CABAMS, n. m. caban, CACHA-FUEC, n. m. réveillon de
panier. Noël.
CABAIVA, n. f. cabane. CAÇHA-FE^S, n. m. fronde.
CABAMETA, n. f. diminutif de ca- CACHA et CACHAR (si), V. pr. on le

bana (Voir CABAMOM). dit du fromage quand il est trop


CABAIVOM, n. m. diminutif de cabana: fait.

petite cabane. CACHAT, part. pas. de cacha ; au fi-

CABARET, n. m. cabaret; services guré: qui sent mauvais.


pour prendre le thé^ le café ; lieu où CACHE-CORSET, (français), n. m.
l'on vend le vin en détail. cache-corset.
CABESSA, n. f. tète. CACHEMIR, (français) n. m. cache-
CABESTAM, n. m. Cabestan. mire).
CABE^TRE, n. m. licol. CACHE-MEK, (français), n. m. cache-
CABlUA, n. f. cabine. nez.
CABlMET, n. m. cabinet, étude. CACHET, n. m. cachet.
CABI.E, n. m. cable. CACHETA et CACHETAR, V. a. Ca-
CABOSSA, n. f. tète, caboche. cheter.
CABOTAGE, n. m. cabotage. CACHETA (Elî...), loc.adv. en cachette.
CABRA, n. f. chèvre. CACHl.UBAlT, n. m. espèce de pipe.
CABRA, n. f. machine ; sorte CACHOiiETA, n. f. sainte-nitouche.
de le-
vier pour voitures. CACÔIA, n. m. terme vulgaire syno-
CABRA, n. f. indisposition causée par nyme de cach.
l'absorption du vin après avoir CACOIA, n. f. (V. RASCA).
.

mangé des figues fraîches. CADA, adj. ind. des deux genres:
CABRA et CABRAR (si), V. réfl. se c/m^Hc; (devant la voyelle on l'élide).
cabrer, se révolter. CABAl, n. m. colle faite avec de l'eau,
C ARRET, n. m. chevreau. de la farine et de la graisse dont les
CABRiOliET, n. m. cabriolet. tisserands enduisent les chaînes.
CABRIOA', n. m. solive et soliveau ; CADAfiTRE. n. m. cadastre.
chevron. CADAVERlC, A, adj. cadavérique.
CABRIT, CABRET). (V. CAOAVEROl^il, OUA, adj. Cadavé-
CABll^, m. chou pommé-marcotte.
n. reux.
CABUSSA, n. f. tète. (Employé ironi- CADA^'RE, n. m. cadavre.
quement). CADEIRAMT, n. m. fabricant de chai-
CABUiiSÀ et CABUUSAR, V. a. pro- ses.
vigner et pommer en parlant des CADEIRETA, n. f. dimin. de cadiera:
choux. (V.ESCABCSSÀ), marco^/er. petite chaise.
7
CAG 46 CAI

CADKMA, n. f. chaîne. CACiARFXA, n. f. diarrhée, flux de


C'ARKHAi^, n. m. cadenas. ventre.
rAOKHKTA, n. f. dimin. decadena: CACiXA, n. f. chienne.
chaîne. CAliMART, grande chaleur qu'on
CADEMOll', n. m. sautoir (parure). éprouve surtout pendant la canicule.
€\4»E!1SA, n. f. cadence. Che cagnart! »: quelle chaleur!
((

CADKT, A, adj. cadet. CACiMKTA, n. f. dim. de chienne.


€AUKU, n. m. jeune chien. CACiCÊCiU'A, n. f. désir, besoin d'aller
€ADIKRA, n. chaise. }'. à la selle.
€ADÔ, n. m. cadeau. CAGCRTA, n. f. terme vulgaire, cou-
CADRA et CADRAR. V. n. Cadrer. rante diarrhée.
CADRAM, n. m. cadran (mieux qiia- CAI, n. m. caillot.
dran et ses dérivés). CAI, n. m. coagulation.
CADRATURA, n. f. quadrature. n. CAi, m. cal ou calas, ampoule.
CADRE, n. m. tableau et cadre. CAI (FAIRK i.o...), loc. se montrer
CADRKT, n. m. dim. de cadre: petit insensible; s'être endurci.
tableau. CAÏBI.A. n. f. chasuble.
C\%DRKTA, n. f. jeu de cartes: qua- CAIK, n. m. cahier.
drette. €\%liil.A (pron. caïa), n. f. caille.
CADRiliATKRO, m. quadrilatère. CAll.liÀetCAllXAR (si), (pron. caià)^
H.
CADRiiii^A (pron. cadrïa), n. f. qua- v. a. cailler, v. pr. se cailler.
drille. CAII.1A et CAII.I.AR, (pron. caui),
CADRCPKDK, n. m. quadrupède. v. n. faire défaut, abandonner la
CADRCl'l.K, A, n. et adj. quadru- partie.
ple. CAliiliET (pron. caïet),n. m. caillé.
CADRVPMIÀ et 1 ADRl]PI>IC AR, V. CAÏH', n. m. 6^a/>j; personne méchante
a. et irr. quadrupler. (V. abdicà p. et jalouse.
la conjug. du c - Préface). CAIRA. n. f. (V. CAII.I.A).
CADEC, A, adj. caduc. m. coin, côté.
4\%IRF, n.
CAD'IJM, A, adj. ind. chacun. CAIRE (Al 4ILATRE), loc. aux quatre
CADXM,A,pron. mA. chacun', « cad'un coins, aux quatre côtés.
trova sa cad'una ». CAIRE E C^AliTOM (PER), loc. par
CAFÉ, n. m. café. voies et par chemins.
CAFKTIK. RA. n. m. cafetier. CAIRE (I. AVE DE), V. tr. être de
CAFKTIÈRA, n. f. Cafetière. mauvaise humeur.
CAFORCHO, n. m. chambre obscure, €\%iRETA,n. f. caillette, cancanière.
débarras. CAlREr, n. m. fanchon ou fichu
CACiÀ et €\%CiAR, V. n. chier. (V. triangulaire en mousseline, bordé de
abrogà p. la conjug. du ^ - Pré- dentelle et qui servait de coiffure
face). aux paysannes de Nice;
il descend

CACiADA, cacade, échec.


n. f. — Ex.:
long des oreilles, passe sous le le

a que cagada! » quel échec! : menton sans être noué; il est très
CACiADOR, n. m. (ternie vulgaire), peu porté maintenant.
lieux d'aisances. (LV' ne se prononce CAIRO^, n. m. cynips de l'olivier, ma-
pas). ladie des olives, produite par la pi-
CACIA-DUBI, n. des deux genres, per- qûre du cynips oleac: insecte de
sonne difficultueuse. l'ordre des hyménoptères et de la
CACiADCRA, n. f. chiure. famille des néatéocryptes qui pique
CACiAiRK, n. m. poltron, timide. l'olive dès qu'elle a la grosseur d'un
CAGA-JIDICI, n. m. personne par pois et y dépose ses œufs.
trop sentencieuse. CAIROMÀ et CAIROMAR (si), V. pr.
CA&AiMBRAlA, n. m. lâche, poltron. devenir atteint du cairon.
CAGA.^CHO, A, n. m. le culot, le CAIROXAT, AD.%, adj. atteint du cai-
dernier né. J
ron.
dAL 47 CAL

CAISSA, n. f. caisse. (V. abdicà p. la conjug. du c - Pré-


CAiSSEiiÀ, n. m. dent, molaire; au face).
fig. : joli corps de bâtiment. CALCA!^, n. p. Calchas.
€Ai!#!i*ÈT.%, n. f. dimin. de caissa : CALÇO.¥, n. m. caleçon.
petite caisse. CALCUL, n. m. calcul.
€AI<SSIK, n. m. fabricant de caisses. CALCULA et CALCCLAR, V. n. Cal-
C"Ai!i«iiÈ, RA, n. caissier. culer.
CAISSO.% n. m. dim. de caissa: pe- CALCULATOR, TRUSTA, n. et adj.

tite caisse. calculateur.


CAJOlA et CAJOI.AR, V. tr. cajoler, CALCULABLE, A, adj. Calculable.
Jlatter. CALÎS, V. —
imper, falloir. Ind.
CAJOi.AilT, cajoleur.
V. tr. prés.: cou — Imparf: ca-
et eau.
CAli, A, (per eau) adj. et pr. quel, lia,coria carria. — Pas. déf.
et :

quelle. cbuguet cauguet. — Fut. corrà,


et :

CAL, n. m. hutte, masure, ruines. caurrà carra. — Condit. cburria,


et :

CALA, n. f. cale (d'un navire). cauria carria. — Sub. prés. che


et :

CAiiA, n. f. cale, par extension on dit cbugue, che caugue. — Imparf. che
« que cala! » pour exprimer l'exces- couguesse, che cauguesse. — Part,
sive indiscrétion de celui qui prend pas. : cbugut et caugut.
une chose. CALÈCHA, n. f. calèche.
CALA (FAIRE LA), V. a. faire la ma- CALECiMAIRE (V. CALICiMAIRE).
raude, prendre des objets dont on CALECiMETA (V. CALICiAETA).
n'a pas la propriété; se pratique CALECiUlÈRA (V. CALICiMÈRA).
plutôt dans les champs, les jardins. CALEA% n. m. lumière rustique de
CALA et CALAR, V. n. descendre, forme triangulaire dont la base est
abaisser « s'en cala: » v. réfl. et n. presque ronde du milieu de laquelle
descendre, s'en aller. part une petite liste qui sert de man-
CALA et CALAR (Si... FUEC), V. imp. che le sommet du triangle porte la
;

prendre feu, incendier. mèche au fig. personne très mal-


; :

CALA (...DAli SOLEU), n. m. coucher propre.


du soleil. CALEM, n. m. plante.
CAiiABRE«9, A, adj. calabrais. CALEM (A'EM FAIRE D'aQUELI
CALAUA, n. f. descente. DAU...), en faire des grosses c'est-à-
CALADAT, DA, adj. paré. dire se livrer à quelque extravagance.
CALAFAT, n. m. calfat. CALÉ A A, n. p. Noël.
CALAFATÀ et CALAFATAR, V. n. €\ALÈAA (FAIRE), V. a. se réjouir,
calfater. se régaler.
CALAMBOR, n. m. calembouv. CALÉ A' A (TOI LUJOR
Eji PAS), loc.
CALAMBRE, A OU «iALAMBRE. adj. très usitée; tous les jours ce n'est
tortn, incliné, penché. pas fête; la chance n'est pas cons-
CALAiliTA, n. f. aimant. tante; etc.
CALAMlTÀ, n. calamité.
f. CALEMDA, n. f. pi. calendes.
CALAIVDRI (LAMDRI...) (V. LAUDRI) CALIBRA et CALIBRAR, V. a. cali-
(CALAAURI). brer.
CALAUDRiA.n. L Calandre, personne CALIBRE, n. m. calibre.
qui chante beaucoup « canta coma CALIBRE, : n. m équilibre.
una calandria ». CALIBRE (FAIRE DE...), V. a. équi-
CALA]VDRL%, alouette; n'est
n. f. librer.
guère employé que dans ce dit-on ; CÀLICI, n. m. calice.
canta coma una calandria » il ou
(( : CALICÔ, n. m. calicot.
elle chante comme une alouette. CÀLIERA, n. f. caille.
CALAUDRIÈ, n. m. calendrier. CALittMÀ et CALiCiMAR, V. a. faire
CALAT, adj. bien mis a estre ben... ». l'amour; convoiter avec passion.
•CALCÀ et CALCAR, V. a. calquer. CALiGMAiRE, n. m. amoureux.
CAM 48 CAM
CAlilCiMATÔRl, n. m. action de cour- CAMBETA (FAIRE i.A), h. f. faire
tiser. un croc-en-jambe.
€'Ai>.iCiiiÈ:RA, n.
CAI^IGMKTA,
f.

lumière composée
n. f.
amoureuse. CAINBI, n. m. change.
CAMBi (EM), loc. adv. en échange.
«
d'une boule creuse en verre, sa par- €AMB1 (FAIRE...), loc. échanger.
tie supérieure présente un trou par CAMBÔl. n. m. cambouis.
lequel on introduit l'huile et la mè- CAMBRA et CAMBRAR, V. a. cam-
che; le côté opposé présente une brer.
espèce de tige aussi en verre, mais CAMBRIÈ, n. m. dans la campagne
massif, au moyen de laquelle on de Nice, le locataire d'une chambre
l'assujettit sur un chandelier ordi- qui paye mensuellement.
nairement en terre. CAMBRiôi.A, n. f. culbute, cabriole.
CAI.IGRAFIA, n. f. calligraphie. rAMBRlRA, n. f. cambrure.
CAL.iCiRAFO, A, n. m. calligraphe. CAillE, n. m. camée.
CAiiliA, n. f. calme. CAMÉLIA, n. m. camélia.
rAi.iMÀ et CALMAR, calmer. V. a. CAMÏA (lORS E), loc. adv. corps et
CAI.MAUT, A, adj. et n. calmant. chemise - lié très intimement.
rArMK, A, adj. et n. m. calme. CAMÎA. n. f. chemise.
€Ai.OMlA, n. f. calomnie. CAMÎA (EM MAMCHA DE), loC. en
€Ai.OMlÀ et €AT.OIllAR, V. a. Ca- bras de chemise.
lomnier. CAMÎA (ESTRE cto E), loc. terme
CALOMIATOR, TRliS<iA, n. Calom- vulgaire pour exprimer la grande
niateur. amitié de deux personnes.
CAl^omos, OA, adj. calomnieux. CAMICHI, n. m. aube de prêtre.
CAI.OXQlK, adj. ind. quelconque. CAMIETA, n. f. diminutif de camia -

CAiiOR, n. f. chaleur. (L'r ne se pro- petite chemise.


nonce pas). CAMIS (ESTRE EM...), loc. être en
CAiiORKilkT, A, adj. chaleureux, plein route, être sur le point de...
de chaleur. CAMi.li, n. m. chemin.
rAl.ORlFÈRK, n. m. calorifère. CAMimÀ et CAMlMAR,v.
n. marcher.
lAl.oS, n. m. trognon. CAMIÔE.A, terme de campagne.
n. f.

CAl.ÔTA, n. f. calotte, coiffure ; au Espèce de chemise en toile grossière


fig-. petite tape. qui descend jusqu'aux mollets et
CAI.OTÀ et CAI.OTAR, V. a. et irr. qu'on portait par-dessus les vête-
calotter (V. abrogà p. la conjug. ments au temps des vidanges elle ;

de l'o - Préface). disparaît maintenant.


€AIiSO!l\ n. m. caleçon. CAMISIÈ, RA, n. chemisier.
€AIi¥ARl, n. m. calvaire. CAMisoliA, n. f. camisole.
CAMAl.À et rAMAl.AR, V. a. porter. CAMOFliET, n. m. camouflet.
rAMAl.O, n. m. porte-faix. CAMO$9, n. m. chamois.
CAMAl^O, A, n. personne très gros- CAMP, n. m. camp, champ.
sière. CAMPA et CAMPAR, V. n. vivre.
CAMAMiliiiA (pron. camamia) n. f. CAMPA et CAMPAR, V. a. transpor-
camomille. ter (V. ACAMPÀ).
rAMAS (lAi MAMCilÀ EU...), loc. va CAMPA et CAMPAR, V. n. camper.
manger à la voirie. CAMPACiMA, n. f. campagne.
CAiiBA, n. f. jambe. CAMPAdillART, DA, n. Campagnard.
€AMBADA, f. couvse
n. Ex. — : « Si CAMPACii^'Ol.o, A, n. pr. m. chan-
son pià una buona cambada », ils teur des rues au fig. terme de mé-
;

ont fourni une bonne course. pris.


€A1NBARAUA, n. m. camarade. CAMPAMA, n. f. cloche.
rAliBA-ROSSKT, n. m. pariétaire. CAMPAAEÀ etCAMPA:%EAR et CAM-
rAMBASSA, n. f. râle d'eau oiseau PA^ECilÀ etCAMPAXEC;iAR,V. n.
:

de l'ordre des échassiers. carillonner, faire beaucoup de bruit.


CAN 49 CAN
CAMPAMETA, n. f. clochette et sorte (Si le loup peut faire sécher sa 1h
de fleurcampanule.
: tière à la Chandeleur, le prin-
CAMPAU'IÈ, n. m. sonneur de clo- temps arrivera tard).
ches.
Coma fa a la candelièra
CAMPAT, «A (ESTRE BEA'), être
Non farà plu per quaranta jor.
bien habillé, bien stylé, très fort
être dans l'embarras. (Le temps qu'il fait à la Chande-
CAMPESTRE, A, adj. champêtre. leur ne sera plus pour quarante
€AIIIPIÈ, n. m. garde-champètre. jours).
CAMPIOA', n. m. champion. CAMDEi.OA', n. m. dimin. decandela:
CAMPO (EU...), loc. en activité. petite chandelle ; (( de glassa »: sta-
CAiiPUCHO, n. m. campêche. lactite de glace.
CAM, m. chien, détente.
n. CAADi (SUCRE), n. m. candi, sucre-
CAMA, m. roseau canne
n. ; ; mesure candi.
équivalant à deux mètres. CAMDIDAT, n. m. candidat.
CAMADA, n. f. volée de coups de CAMDIDE, A, adj. candide.
canne. CAADiDATiJRA, n. f. candidature.
CAMARÀ, n. pr. m. Canada. CAA'DOR, n. f. candeur.
CAMAiiil^A, pron. canaia : n. f. ca- CAAEBE, n. m. chanvre.
naille. CAAEBIÈ, n. m. chenevière.
CAMAli n. m. canal. CAAEBlÈRA, n. f. chenevière.
CA1VAI.ISÀ et CAMAI.ISAR, V. a. CAAÈiiA, n. cannelle (épice).
f.

canaliser. CAMEI.À et CAMEE.AR,


V. a canne- .

€AXAi.iSA§iSiOM, n. f. canalisation. ler. (V. achertà p. la conjug. de


CAMAPÉ, n. m. canapé. l'e - Préface).
CAMARI, n. m. canari. CAMESTRA OU CAMESTRE, n. f. et
CAMART, n. m. canard. m. corbeille.
CAMAU, n. f. auge où l'on donne à CAMETA, n. f. dimin. de cana: petite
manger aux animaux et particuliè- canne.
rement aux cochons. CAAEVÂ, n. m. canevas.
CAMCAM, n. m. cancan. CAMFRÀ et CAMFRAR, v. a. cam-
CAMCAMIÈ, RA, adj. ctn. cancanier. phrer.
€AMeHEL.ERiA, n. chancellerie. f. CAMFRAT, ADA, adj. camphré; par
CAA'CHEI^IÈ, n. m. chancelier. ext. : perdu, être sur le point d'être
C A ACRE A' A, n. f. gangrène. pris...
CAMCREAÀ et CAMCREMAR, V. n. CAAFRE, n. m. camphre.
gangrener. CAMMIBAI.., A, adj. et n. cannibale.
CAMCREMOS, OA, gangreneux.
CAMICUIjA, n. f. canicule.
adj.
CAADEI.A, n. f. chandelle. CAAIÈ, n. m. cannaie. "
CAADELABRE, n. m. Candélabre. CAXIF, n. m. canif. ^ •

CAMDEI.ETA, n. f. dimin. àecandela; CAATS, n. m. natte, ^torfe fouines de


'
petite chandelle. petits roseaux. •

CAADEIjIÈ, n. m. chandelier. CAMOM, n. m. canon. t ,


CAMDEI.IÈRA, n. f. Chandeleur. A CAMOMÀ et CAMOMAR, v. a. canon-


ce mot sont attachés les trois pro- ner, tuyauter.
verbes suivants: CAA'OMADA, n. f. canonnade.
A la candelièra m. canonnage. CAA'OAACiE, n.
Lo soleu va per valon e valièra. CAAOMCiE, n. m. chanoine.
(A la Chandeleur, le soleil va par CAMOAICAT, n. m. canonicat.
monts et par vaux). CAAOAIÈ, n. m. canonnier.
CAMOAIERA, n. f. chaloupe, canon-
Se lo lop fa secà la pailla a" la nière.
[candelièra CAMoms et CAMOMiSAR, v. a. ca-
Longa sera la primavèra. noniser.
CAP 5o CAP

rAWOMli».49!ilOM, n. f. canonisation. CAP ARA, n. f. averse; « si pià una


€AMÔT, m. canot.
n. capada », recevoir une averse.
CAH'SEli, n. m. arçon. CAPARA, n. f. arrhes ; « si mangia
CAUSOM, chanson.
n. f. lacapara », manger et dissiper tout
CAUSomETA, n. f. dim. de canson : son avoir.
petite chanson, chansonnette. CAPARÀ et CAPARAR, (V. ACA-
CAUSOMiÈ, n. m. chansonnier. PARÀ).
CAMT, n. m. chant. CAPÈCA, n. f. chapelle.
€AMTÀ, n. m. messe de requiem. C APEI.ADA, n . f . grand coup de cha-
C'AMTÀ et TAMTAR, V. a. chanter. peau, grand salut.
CAMTA POllil>.A (pron. poïa), v. a. CAPEI>.AM, n. m. chapelain.
injurier, chanter pou il les. CAPEi.A.iiiA, n. f. chapellenie.
rAMTADA, n. f. cantade. CAPEi.ARlA, n. f. chapellerie.
rAMTAiRE, A, n. m. chantre, chan- CAPEL.A!9, n. m. augm. de capeu :
teur, chanteuse. gros et vilain chapeau.
rAxlîTARÀ, n. m. commode ; bahut C\4PEI.IÉ, n. m. chapelier.
terme ancien. €\%PEI.IÈRA, n. f. étui de chapeau.
CAMTAREr, n. m. escargot couvert, CAPEi^iU'A, n. f. capeline ; sorte de
rA.^TARIDA, f. cantharide. chapeau de paille très large et plat
CAMTARIMA, et adj. feni.; chan- que portent les paysannes de Nice.
teuse. CAPET, n. m. ficelle enduite de poix
CAMTICA et CAMTIf^CE, n. f. et m. dont se servent les cordonniers.
cantique. CAPÈl', n. m. chapeau ; « capeu de
rAWTlLEMA, n. f. cantilène. pailla, capeu de ferpa », chapeau de
CAMTlM (TO€À I.O...), loc. toucher un paille, chapeau de feutre « capeu ;

endroit sensible et pénible. a tre calen », tricorne ; « capeu de


CAUTiil (PETÀ E.O...), loc. perdre lampa », abat-jour.
courage, perdre la force, se décou- CAPÎ et CAPIR, V. a. et irr. en issi,
rager. comprendre, concevoir,, se rendre
Ca;iti!1A, n. f. cantine. raison d'une chose (V. ACAPl), :

CAUTIMIÈ. n. m. cantinier. CAPITÀ €\%PITAR, v. impers, ar-


et
CAiîTiliiERA, n. 1. cantinière. river, advenir, (V. ACAPITÀ).
CAMT0.1', n. m. coin, canton. «'APiTAii, n. m. capital.
CAUTOM (JUGA A QVATRE...), SOrte CAPITAL, A, adj. capital.
de jeu d'enfants jouer aux quatre C\%PiTAiiA, n.
: capitale; sorte de i".

coins. jeu de billes, qui remplace « lu


CA^TOM (PER CAIRE E PER), de garich.
tous côtés, en tous lieux. CAPITAl.lfiÀ et CAPITAI.I!#AR, V.
CA.lîTO.iiADA, n. f. coin, angle. a. capitaliser.
rAWTOillÈ, n. m, cantonnier. CAPiTAl.iSTA, n. m. capitaliste.
€a:iti:sa, n. f. chanteuse. CAPlTAl.l!iAji«ilOM, n. f. capitali-
CAI1XCHAE.E, n. m. lunette d'appro- sation.
che. C\%PITAMA, n. f. capitane.
CAiiXliA, n. canule. f. CAPITAHI, n. m. capitaine.
CAÔS, n. m. chaos. CAPITÈV, n. m. chapiteau.
CAP, n. m. cap, bout, extrémité, CAPITOI^O, n. m. chapitre; division
tète, promontoir. Ex. : « Doblà lo de certains livres; corps de chanoi-
cap doubler le cap.
», nes; matière dont on parle.
CAP A, f. cape,
n. tunique des con- CAPITOS, OA, adj. capiteux.
fréries ; « capa de la chemiiieia », CAPITULA etCAPlTii.AR, V. n. ca-
la partie de la cheminée en saillie, pituler.
au-dessus de l'âtre. €\%PlTtil.A!i$ilOM, n. f. capitulation.
CAPARI.E, A, adj. capable. CAPOCHin, n. m. capucin.
€\%PACITÀ, n. f. capacité. CAPOU', n. m. chapon.
CAR CAR
CAPOli, n.' m. rouget (poisson). CARAFATÀ et CARAFATAR, V. a.

CAPO.if, A, n. méchant garnement, calfater.


mauvais drôle. CARAFATIÈ et C ARAFAT, n. m.
CAPOU' et CAPOA'ADA, n. m. croû- calfat.
tons de pain à l'ail. CARAMACiMéLA (FAIRE DAMS À
CAPOA'À et CAPOA'AR, V. a. châtrer liA),frapper durement quelqu'un.
(un coq) pour qu'il engraisse. CARAMAUTRAM, adj. et n. m. per-
rAPOMARiA, n. f. frt'jyponerie. sonne grande, bien portante et peu
CAPOiîET, A, n. et adj. dimin. de ca- dégourdie.
pon : petit chapon, petit fripon. CARAMBOi.ACiE, n. m. carambo-
rAPOA'iÈRA, n. f. mue. lage.
CAPORAr, n. m. caporal. CARAMÈliA, n. f. caramel.
CAPORIOM, n. m. chef. €\ARAMEA', adv. carrément.
CAPOTA, n. m. capote; redingote à CAR A ATA et Ql ARAMTA, adj. num.
l'usage des soldats ; celui qui ne quarante.
fait aucune levée, au jeu de cartes; caraa'teha et qi:aramtema, n.
au fig. : confus, interdit. f. quarantaine, nombre de quarante
CAPOTA, n. f. capota : sorte de cha- ou environ; séjour plus ou moins
peau de femme et d'enfant; couver- long que doivent faire, dans un lieu
ture en cuir d'un cabriolet. isolé, ceux qui viennent d'un pays
CAPRiCi, n. m. caprice. infecté ou soupçonné de l'être.
CAPRiCiOji, OA, adj. capricieux. CARAMTIÈME et QCARAIVTIÈIIE,
CAPRiClOfiAMEM, adv. capricieuse- A, adj. num. ordin. quarantième.
ment. CARAMT'ORA et QUARAAT'ORA, n.
CAPSlT.A, n. f. capsule. quarante heures.
f. pi.
CAPTIF, VA, n. m. captif. CARARA, n. pr. Carrare.
CAPTIVA et CAPTIVAR, v. a. capti- CARAT, n. m. carat.
ver. CARAT et QCARAT, n. m. carré.
CAPTiviTÀ, n. f. captivité. CARAT, DA et Ql'ARAT, DA, adj.
CAPiCHiA'A, n. capucine
f. (fleur). carré.
€ APCCHO, n. m. capuchon. CARATÈRA, n. m. Caractère.
CAR, conj. car. CARATERISÀ et CARATERISAR, V.
CAR, A, adj. cher; adv. : à haut a. caractériser.
prix. CARATERliiTiCO, A, adj. Caracté-
CAR, n. f. chair. ristique.
CAR E CAMIA, loc. chair et che- CAR Al' AU A, n. f. caravane; « faire
mise, c'est-à-dire lié très intime- li sieu caravana » en faire des :

ment. siennes.
CAR DK ftiALlMA, n. f. froid aigu CARBOA', n. m. charbon: « carbon
nerveux, frisson de peur, chair de de peira » : charbon de pierre;
poule. houille.
CAR DE GAI.IAA (VEA'I Ï.A...), V. n. CARBOM, n. m. charbon (maladie).
frissonner de froid ou de peur. CARBOATÈ, n. m. charbonnier.
CAR MARliiTA, n. f. mollusque de CARBOMIÈRA, n. f. charbonnière:
mer. lieu où l'on met le charbon.
CARABIA'A, n. f. carabine. CARBOMIÈRA, n. f. lieu où l'on fait
CARÀ et CARAR (si), v. pr. prendre le charbon.
un air d'importance, se mettre à CARBOMTAA, n. f. charbon menu.
son aise; se carrer. CARBOMliiÀ et CARBOMIliAR, V. a.
CARABiviÈ, n. m. carat)inier, gen- carboniser.
darme. CARCAM, n. m. carcan.
€\ARAI\%, n. f. bateau servant à trans- CARC\A<9<!lA, n. f. carcasse.
porter la vase d'un port. CARCCI., n. m. (V. CAI.Ct li).
CARAFA, n. f. carafe. CARDÀ et CARD.AR, V. a. carder^
CAR 52 CAR
CARDAGE, n. m. cardage. CARILLOMÀ et CARILLO^'AR (pr.
CARDAIRE, n. m. cardeiir. carionà), carilloner.
v. a.
CARDÈLA, n. f. cardèle, sorte ( de CARIÔE.A, n. f. carriole.
plante). CARITÀ, n. f. charité.
rARDE:i..i]iA, n. f. chardonneret» CARITÀ (PER...), adv. par charité,
€AR»K1.IMA, n. f. chardon. charitablement.
CARDIUAI^, n. m. cardinal. CARITAB1.E, A, adj. charitable.
CARDIA'AI^, A, adj. cardinal. CARiiETO, n. m. dim. de Carlo
€ARDO, n. m. cardon, carde. (Charles).
CARDOU'IERA, n. f. chardonneret. CARI.IA', n. m. dim. de Carlo (Char-
CAR d'or A et 91: AR D'OR A, n. m. les).
quart d'heure. CARi^o, n. m. Charles.
CARE, n. m. pressoir à vin. CARMÀ et CARMAR, V. a. Calmer
CARKIROU et CARAIROU, n. m. (V.CALMA), (mieux).
ruelle de campagne comprise entre CARMEiiiTA, n. m. Carmélite.
deux murs de jardins. CARMIA', n. m. carmin.
CARÈIiA, n. f. poulie. CARA'AÙE, n.m. carnage.
CARKliÀctCAREliAR, V. R. carreler, CARU'Ali, A, adj. charnel.
diviser en carreaux, (V. achertà p. €\%RAASSIÈ, RA, adj. carnassier.
la conjug. de Ve - Préface). CARA'ET, n. m. carnet.
CARKllA, n. f. carême. CARMETAli, n. m. carnaval.
CARKHA, n. f. carène. CARA'EVAi^ADA, n. f. camavalade.
CARKMACiiK, n. m. carénage. CARI1EYAE.ESC, A, adj carnavales-
€ARK<siMAl^, n. m. prêcher le ca- que.
rême. €\4R.lîlTORO, A. adj. Carnivore.
CARESSA, n. f. caresse. CARO. A, adj. cher, chéri.
CARESSA et CARESSAR, V. a. ca- CAROBA, n. f. caroube.
resser. CAROBIÈ, n. m. caroubier.
CARESSAMT, A, adj. caressant. CAROGA'A mieux (}ue CiARÔGA'A, n.
CARESTIOS, OA, adj. cher. f. charogne.
CARETA, n. f. chariot, charette. CAROCiA'ADA niicux que CiACRA-
«'ARETADA, n. f. charretée. fâAADA, n. charogne.
f.

CARETIÈ, n. m. charretier. CAROA'. n. pr. m. Caron.


CARETOM, n. m. charrette à bras. C A ROSSA, n. f. carrosse.
CARETOA'ADA, n. f. charge d'une CAROSSIÈ, n. m. carrossier.
charrette à Lras. CARÔTA, n. f. carotte; au fig. :

CAREtJ, n. m. carreau ; une des cou- tromperie.


leurs du jeu de cartes maladie qui ; CARÔTA (TIRCR DE), n. m. trom-
rend le ventre dur et tendu. peur.
CARGA, n. f. charge, faix, fardeau ; CAROTÀ etCAROTAR,v. a. tromper.
ordinairement la charge que peut (V. abrogà p. la conjug. de l'o -
porter un mulet, un âne. Préface).
C ARGÀ CARC;ar, v. a. charger,
et CAROTlR, ESA, n. carotteur.
anà cargà », (V. abrogà p. la
« CARSAI.ADA, f. jeu d'enfant. Les
n.
conj. du ^ - Préface). joueurs amassaient leurs mouchoirs
CARC>ADA, n. f. charge. noués au pied d'une corde tendue,
CARCIAMEM, n. m. chargement. dont un bout était fixé à terre pen-
CARIA, n. f. carie. dant que l'autre était tenu par un
CARIA et CARIAR, V. n. carier. enlant, obligé de surveiller étroite-
CARICATIRA, n. f. caricature. ment afin d'empêcher les joueurs de
CARIERA, n. f. rue, carrière pro- s'emparer des mouchoirs dont il
fession, lieu d'où l'on
\

tire la pierre. avait la garde —


Si quelqu'un réus-
CARii.i^OM (pr. car l'on), n. m. ca- sissait à les enlever, tous avaient le
rillon. droit de frapper, avec leurs mou-
CAS 53 CAS

choîrs noués, sur le gardien, tout CASAOIJIM, n. m. dim. de casaca:


en évitant bien cependant de se lais- petite casaque.
ser prendre par celui-ci, qui, s'il CASC, n. m. casque.
réussissait, à le faire, était remplacé CASCÀ (i/AREMA), V. act. secourer
par celui qu'il avait attrapé Et le — le sable. (V. abdicà p. la conjug.
jeu recommençait. du c - Préface).
CART et QiART, n. m. quart. CASCÀ et CASCAR, V. a. secouer,
CARTA et f^CARTA, adj. num. ord. tomber. (V. abdicà p. la conjug.
fem. quatrième. « La carta part », du c - Préface,
la quatrième partie. CASCADA, n. f. cascade.
CARTA et QlIARTA (FEBRE), loc. CASCÀ11.1A et CASCAII.1.AR (pr.
fièvre intermittente, fièvre quarte, cascaïà) v. a. secouer.
(V. CARTAMA). CASCAil.i.ADA (pr. cascaïada), n.
CARTA, n. f. carte. f. secouement.
CARTA DE VEilîT (EM), loC. adv. CASCAi'Ei.iÈRA, n. f. chasse-mou-
exprime la négation à son plus ches, collier de sonnettes.
haut degré. CASCAVEU, n. m. grelot.
CARTA (PERDRE E.A), loc. adv. per- CASCO, n. m. casque.
dre la tète.. CASERMA, n. f. caserne.
CARTAMA, n. f. fièvre quarte. CASEC, Ef.i.A, n. et pr. indéf. : an
CARTAPISTA, n. f. papier mâché. tel,une /e//e.' S'emploie ironique-
CARTATOCHA, n. f. cartouche. ment pour indiquer une personne
CARTÈi^A, n. f. cartable. qu'on ne veut pas nommer. Ex. — :

CARTlÈ et 91JARTIÈ, n. m. quar- « Lo caseu es aqui ! », l'homme est


tier ; caserne et une portion d'un là!
tout, « CASI et QUASI, adj. quasi.
un cartié de tourta ».
CARTlER-MEliTRE et QUARTIER- CASIÈ, n. m. casier.
]iiE!iTRE, n. m. quartier-maitre. CASIMIR, n. pr. m. Casimir.
CARTIER A, n. f. quart d'une mesure CASIMIR, n. m. Casimir, étoffe.
de capacité ayant une valeur de CASl.\ô, n. m. casino.
10 litres; moulin à papier; pape- CASO. n. m. casaque.
terie. CASQUETA, n. f. casquette.
CARTIM, n. m. quart d'une mesure Cassa, n. f. pour ser-
grande cuiller
de la valeur de cent litres,ce qui ou peu con-
vir les aliments liquides
revient à dire que le cartin a une densés lorsque la concavité a une
;

contenance de 25 litres. forme cylindrique on s'en sert pour


CARTOl^HA, n. m. cartouche (dé- prendre l'eau dans un seau.
coration). CASSA, n. f. chasse.
CARTOM, n. m. carton. CASSA et CASSA R, V. a. et n. chas-
CARTOM QCARTO.li', n. m. quar-
et ser ; faire la chasse ; casser, an-
tier d'un fruit; principalement de nuler.
l'orange. CASSA-DEM, n. m. craquelin, es-
CARTOHÀ et CARTOHAR, V. act. pèce de pâtisserie qui craque sous
cartonner. la dent.
CARCRA, n. i. carrure. CASSAIRE, n. m. chasseur.
CAS, n. m. cas. CASSAMEA% COnj.
CAS (ESTRE AU), loc. adv. être CASSASSio.¥, cassation.
n. f.

dans le cas. CASSERÔi.A, n. casserole.f.

CAS (PER), loc. adv. par hasard. CASSEROI.ADA, n. f. casserolée.


CASA et CASAR, V. a. caser. CASSEROi^ETA, n. f. dim. de casse-
CASACA, n. f. casaque. rola ; casserolette.
CASA-lïiÈ, ERA, adj. casanier. CASSIA, n. f. acacia.
CASAQCETA, n. f. dini. de casaca : CASSIÈ, n. m. acacia (arbre).
casaquin. CASSO, n, m. signifie rien, — Ex. ;
CAT 54 CAU
« Nen capissi un casso », je n'y CATA MUéRTA, n. f. chattemite.
comprends rien. CATAPLASME, n. m. cataplasme.
eASSOMADA, n. f. cassonade. CATARADA OU CAT ARAS» A, n. f.

V\mmvi. (...OE viM), n. m. grand opacité du cristallincataracte.


;

verre de vin. C ATARI, n. m. catarrhe.


C\4ST, A, adj. chaste. CATAROS. OA, adj. catarrheux.
C\%STA, n. f. caste. CATASTRÔFA, n. f. Catastrophe.
€ASTA€i!ifA, n. f. châtaigne ; au fig. CATECHISA et CATECHISAR OU
(vulg.) terme de mépris appliqué à CATE^mSÀ et CATEQCISAR, V.
une femme. a. catéchiser.
CASTACIMETA, n. f. dimin. de cas- CATECHISME et CATEÇCISME, n.
tagna. m. catéchisme.
CAiiTACiMiÈ, RA, châtaignier, mar- CATECHISTA et CATEQCISTA, n.
ronnier ; au fig. imbécile. : m. chatéchiste.
CASTAdMÔi^A, n. f. pi. cliquettes, cAtedra, n. f.chaire. —
« càtedra
castagnettes ; castagnole (poisson). de filosofia », chaire de philosophie.
C'ASTAMEM, adv. chastement. CATEDRALA, n. f. cathédrale.
rASTEl.MACi^A, n. m. nom d'un CATEGORIA, n. f. catégorie.
fromage qui vient de Castelmagna CATECORIC, A, CATEGÔRICO. A,
près de Turin. adj. catégorique.
C^ASTER.liÔlJ OU CASTERMÔU-DE- CATERWetQrATERA'O. n. m. qua-
€OMTE, n. p. Châteaunenf-de-Con- terne, terme du jeu de loto.
tes. CATIGOLÀ et CATIGOI.AR. v. a. et
C'ASTÈtJ, m. château et n. pr.
n. irr. chatouiller, irriter{\. AMOI.À).
Château, promenade publique, sur CATidiCÔL et CATiCioi.o, n. m. cha-
la colline qui se trouve presque au touillement.
milieu de Nice la vieille, où ancien- CATIM, n. f. dimin. de Caferina.
nement s'élevait un château et la CAT6i.I€\AMEA', adj. catholiquement.
ville de Nice. CATÔl.lCO. A. adj. catholique.
l'ASTic, n. m. châtiment. CATOA'. n. m. dim. de cat, petit chat ;

€ASTictÀ et CAfiTiCiAR, V. a. châ- « faire lu caton » (expression vul-


tier. (V. abrogà p. la conjug. du g gaire) vomir.
- Préface). CATO^', n. m. pi. chaton, fleurs des
€ASTITÀ, n. f. chasteté. oliviers.
CASTOR, n. m. castor. €\ATOM, n. pr. Caton.
CAfiTRÀ et CAfiTRAR, V. a. châtrer CATOU'À et CATOîi'AR. V. n. impers.
(V. €RESTÀ). jleurir (en parlant des oliviers).
CASTRACIOA', n. f. castration (V. CATÔRZE etQVATORZE, adj. num.
rRESTACIOH). card. quatorze.
CAfiTREMAC^MA (V. CASTELMA- CATÔRKIÈME et Ql ATÔRKIÈME,
c;]iA). A, adj. num. ordin. quatorzième.
CASUAE.ITÀ, n. casualité.f. CATÔMCHISME. n. m. cathoUcismc.
CASCEii, n. m. ca^uel. CATREet <JCATRE, adj. num. card.
CASUÈiiAME.iî, adv. casuellement. quatre.
CAT, n. m. chat. CATRIÈME et OCATRIÈME, A, adj.
€ATA, n. f. chatte. num. ordin. quatrième.
CATAClilSMA, n. cataclysme.
f. CATRiPliE, n. m. quadruple.
€ATA€OiiBA, n. catacombe.
f. CATlSSO, n. m. espèce de poisson.
CATAFAI^C, n. m. catafalque. CATWSS© (PEU DE...), n. f. peau
C^ATAI.ET, m. civière.
n. rugueuse et dure.
CATAiiOCiÀ et €ATAI.oc;ar, V. a. CAU et f^UAU, pron. interr. des deux
et irr. cataloguer. (V. abrogà p. la genres et des deux nombres, lequel,
conjug. de Vo et du g - Préface). laquelle.
CATAiiOCiO, n. m. catalogue, . .
CAU (MOM), n. pr. Mont-Chauve,
CAU 55 CAV
tJkVA et CAl^VA, n. f. chose. ou ouESSlGMO.if, conj. et adv. si*
.CAUCÀ et CAliCAH, V. a. fouler, non, sans quoi, autrement.
presser. (V. abdicà p. la conjug. du CAiîSSiXA, n. f. chaux.
I
r c - Préface). CAUSSIMAS, n. m. plâtras, gravats.
CAUCADA, n. pr. f., nom d'un quar- CAUSSIOM, n. f. caution.
tier campagne de Nice c'est
de la ; CAUSSIOAÀ et CAUSSIOMAR, V. a.
le nom actuel du nouveau cimetière cautionner.
qui y est situé. CAUSSISSICillE et «UASSiSSIClUE,
CACCAiiA, n. f. foulée. adj. ind.: quelqu'il soit; quelle
€AC€ACii!lA, n. f. Cocagne. qu'elle soit, n'importe lequel, n'im-
CAlJCAREil', quelque chose. porte laquelle.
CAU€HOU, n. m. caoutchouc (pron. CAUSSlSSiCiOlï, etc. adj. ind. plur.
française) de caussissigue.
CAUCIIVA, n. f. chaux. CAUSSURA, n. f. chaussure.
CACCIMA (TAMPA DE), n. f. fosse CAUT, n. m. chaud.
où l'on éteint la chaux. CAUT. OA, adj chaud. :

CAUDA (i.A SI PIM.A), V. réfl. S em- CAtlTÈLA, n. f. cautèle, précaution.


porter. CAIITEI.À et CAUTEI.AR (si), V. pr.
CAUDA, terme de forgeron et de ser- se précautionner. (V. achertà p. la
chaude^ feu nécessaire pour
rurier, conjug. de Ve - Préface).
faire rougir le fer au blanc. CAUTÈRI, n. m. cautère.
CAUDAMEM, adv. chaudement, cha- CAUTERISA et CAUTERISAR, V. a.
leureusement. cautériser.
CALXÈ et CA1JE.E8, n. m. chou. CAUTERISASSIOM, n. f. cautérisa-
CAViiE FliOR, n. m. chou-fleur. tion.
(L'r ne se prononce pas). CAUT A et CAUA,
n. f. chose.
€AiJiiÀ et CAUiiAa (si), V. pr. et CAVA, cave, carrière.
n. f.

impers, se dit des mets qui, en se CAVÀ et CAWAR, V. a. caver, dé-


refroidissant, perdent de leur fraî- blayer, creuser.
cheur, de leur saveur naturelles.
et CA%'ACiMA, n. f. gros panier en osier.
CAUMAT, DA, adj. de caumà. CAWACiUADA, n. f. contenu de la ca-

CAÏm', A, adj. ind. (au fem. plur. li vagna.


caunij, lequel, laquelle, on ne CAYACiMÔu, n. m. panier à anses.
l'emploie que pour exprimer la sur- CAVA&MOI.ADA, n. f. contcnu du ca-
prise, l'étonnement. vagnou.
CAUgiiE et QVACQUE,
CA¥ACiMOi.lÈ, RA, n. m. vannier.
pr. ind. des
deux genres quelque. : CAWAiiA, n. f. jument.
CAUQUE FEi» et CAUQIJI FES, QAU- CAVAiiAS, n. m. gros cheval.
f^UE FES î adv. quelquefois. CAyAIjCAUA, n. f. cavalcade.
CADQUXIl et ÇUAUQU'UM, A, (fem. CATAU.ER1A, n. f. cavalerie.
plur. i) pr. ind. quelqu'un. CAVAIjET, n. m. chevalet.
CAlJRÀ et CACRAR, V. a. presser, CAYAI..1É, n. m. cavalier.
fouler aux pieds. CAYAlilÈ, RA, adj. cavalier.
CAUSA, n. f. cause, procès. CAVAUlÈRAMEM, adv. cavalière-
CAUSA et CAUSAR, V. a. causer, ment.
être cause. CAYAUiOM, n. m. dimin. Ae cavaù'.
CAUSAHA, n. f. têtière (d'un cheval). petit cheval.
CAUSSÀ et CAUSSAR (si), V. a. et CAVATIMA, n. f. cavatine.
pr. chausser; « caussà un enfan, CAVAU, n. m. cheval.
caussà un aubre, una planta. » CAVAU (AMÀ OA), V. n. aller à che-
CAUSSAtiE, n. m. action de caussà. val.
CAUSSAMElb. n. m. action de chaus- CAVAU (DA), loc. adv. à cheval, à
ser. califourchon.
CAUssic;i\o.¥ ei q u a u s s i g m o ]« CA%ÈR]lA, n. f. caverne. ,
CEM 56 CEN
éAYKRiVOS, OA, adj. caverneux. CEME.iîtA et CEMEXTAR, V. a. ci-
CAVIÈRA, n. fem. tresse. menter.
€A¥iiili.% (pron. cavïa), n. f. cheville CEMEMTERI, n. m. cimetière.
et plantoir. CEAACLE, n. m. cénacle.
CAYlLlA et €AYll.l.Aa (pron. ca- CEA'DRE et mieux icea'DRE, n. f.

vïà), V. a. cheviller. cendre; au pluriel le premier jour


CAVITÀ, n. f. cavité. de Carême.
€EBA, n. f. oignon. CE.\DREiR6r. n. m. charrier.
€EBA (CRIDÀ...), loc. crier grâce. CEA'DRIA, n. sciure.
f.

CKUA (DIRE), loc. céder. CEADRIÈ, n. m. cendrier.


CEBA (JEr€), n. m. jeu d'enfants : CEADRILLO.lk OU CEMDROILLETA
cheval fondu ; on l'appelle encore (pr. cendrïon ou cendroïeta), n.
plus communément pairou. : pr. f. Cendrillon.
CEBKTA, n. f. dim. de ceba : petit et CEMCiLA, n. f. sangle.
jeune oignon ; ciboule. CEA'CiLÀ et CE^ULAR. V. a. Sangler;
CECII.A, n. pr. f. Cécile. au fig. : « cenglà cauqu'un » : le ros-
€KDÀ et CEDAR OU €HEDÂ. V. a. ser.
et n. céder. (V. achertà p. la con- CEA'éRi, n. m. plâtre blanc.
jug. de Préface).
l'e - CEX 9CE, loc. ce que; loc. conj.
€Èdii.i.A, (pron. cédïa), n. f. cé- quoi, que.
dille. CE.ifSÀ et CEUfiAR, V. a. encenser.
CEDRIÈ, n. m. cédrat, arbre. (V. achertà p. la conjug. de l'e -
CÈDRO, n. m. cédrat, fruit. Préface).
€EE, n. m. pois chiche. CESSAT, ADA, adj. censé.
€EIRA, n. f. cire. CEXSATAMEii, adv. censément.
CEIRÀ et CEIRAR, V. a. cirer. CE.lîJilÈ, n. m. encensoir.
€EIRADA, n. f. toile cirée. CE.lîSO, n. m. cens, taxe, tribut,
CEIRA DE GRA^, n. f. cire de fro- obligation de payer.
ment. - Expression qu'on emploie CE.ii«iOR, n. m. censeur.
pour jouer quelque bon tour à un CEAiiCRA, n. f. censure.
simple, à un naïf lui dire d'aller : CEMSrRÀ et CE.\fitiRAR, v. a. cen-
acheter de la « ceira de g^ran », par surer.
exemple, ou d'en passer sur ses CEMT, adj. num. card. cent; (le t ne
lèvres pour faire pousser la mous- seprononce que devant une voyelle).
tache. CE.liTEAA, n. f. centaine.
€EIRA D'EAPACiMA, n. f. circ d'Es- CEiiTEAARi, lA. adj. centenaire.
pagne. CEATEHAt, n. m. centaine.
CEiRACiE, m. cirage.
n. CENTIÈME, A, adj, num. ord. cen-
€EiRi«iiTA, n. m. cirier. tième.
C'EIR€»A' et ilt'iROM, n. m. ciron. CEUTmA. n. f. centime.
CEIROTO, n. m. cératy rat-de-cave. CEIVTIMÈTRE OU ÇAA'TIMÈTRE, n.
CELEBRA et CEI.EBRAR
OU CHE- m. centimètre.
iEBRÀ, V. a. célébrer. (V. achertà CE!i'TRAL, A, adj. central.
p. la conjug. de l'e - Préface). CEMTR ALISÀ et* CEATR ALlilAR, V.
CÉLÈBRE et CHEI.ÈBRE, A, adj. a. centraliser.
célèbre. CElîTRALlSASSlOll', n. f. centrali-
CÈE.ERI, m. céleri.
n. sation.
CELIBAT, n. m. célibat. CEUTRE, n. m. centime.
CELIBATARI, iA,n. m. ciUbataire. CEMTCPLE, A, adj. et n. centuple.
CELTic, A, adj. celtique. CEMTIPLICÀ et CEATIPLICAR. V.
CELIJLA, n. f. cellule. a. centupler. (V. abdicà p. la con-
CEMEIROIJ, CEMEIRÔLA, adj. ha- jug. du c - Préface).
bitants de Cimiez. CEMTBRA, n. f. ceinture.
CEMEH, n. m, ciment. CEMTURl.A, n. f. centurie.
CET CMA
€K!VTURlOii', n. m. centurion. CEU (V. SEU), (mieux).
€EiVTURo:v, n. m, ceinturon, cour- CElCLE, n. m. cercle, cerceau,
roie. frette.
CEP, n. m. cep. CECCI.À et CEl'CLAR, V. a. cercler,
CKPAMDAM, conj. cependant. fretter.
CEPOiî, n. m. tronc, billot épais et CUABÈ, n. m. personne qui se tient
court servant à hacher la viande; mal, qui n'a pas de goût pour sa
support de l'enclume. toilette.
CERBERA, n. m. cerbère. CHABEHSÀ et CHABEMSAR, V. a.
CERCÀ et €ER€AR, chercher.
V. a. dépenser, gaspiller.
(V. abdicà p. la conjug. du c -Pré- CHABEMSA (FAIRE DE). loC. faire
face.) de grandes dépenses, gaspiller son
CERCA (<JU... TROVA), loc. provcrb, avoir.
qui cherche trouve. CHABEMSIÈ ou CHABEMSAIRE, n.
CERCLE, m. cercle.
n. m. gaspilleur.
CERCUElli, n. m. cercueil. CHABÎ et CHABIR, V. a. et irr. en
CEREBRAL, A, adj. cérébral. issi ; gaspiller, détruire.
CEREMO.ikiA, n. f. cérémonie. CHABOT, n. m. hutte, taudis.
CEREMOU'IÈ, n. m. maître de céré- CHABOTÀ et CHABOTAR, V. n. ja-
monies. ser, jaboter.
CEREM OA'iOii, OA, adj . cérémonieux. CHABRA, n. f. huée; cris de déri-
CERF, n. m. cerf. sion ; « faire la chabra » huer en :

CERIÈ, n. m. cerisier. se frappant la bouche avec la paume


CERIEIA, n. f. cerise. de la main.
CERMÀ et CERAAR, V. a. cemcr. (V. CHACHAROli', n. m. bavard, jaseur.
achertà p. la conjug. de Ve - Pré- CUACHAROXEÀ et CHACHARO-
face). HEAR, V. n. bavarder, jaser.
CER?tAT, ADA, adj. cemé. Ex. — : CHACRIH, n. m. chagrin, peine.
« uès cernât y>, yeux cernés. CHACRIM, IMA, açlj. chagriné.
CERT, adv. certes. CIIACRinÀ et CUACRIIVAR, V. a.
CERTEM, A, adj. certain, sûr, indu- chagriner.
bitable, déterminé, un ; adv. quel- CHACRi.lkAT, ADA, adj. chagriné.
que. CHAIME, n. m. chêne (bois).
CERTEjIAIIE^, adv. certainement. CHÀI.E, n. m. châle (pron. comme en
CERTiï'lÀ et CERTIEIAR, V. a. cer- français).
tifier. CHAI.EBRA et CHAI.EBRE, n. f.

CERTIFICÀ et CERTIEICAR, V. a. espèce de salade.


certifier. (V. abdicà p. la conjug. CHAI.OPA, n. f. chaloupe.
du c - Préface). CHAl.ÔTA, n. f. échalotte.
CERTIFICAT, n. m. certificat. CHAH AD A (FAIRE 1.1), loc. faire une
CERTiTliDA, n. f. certitude. aubade, adresser des souhaits à
CERT'llM, UMA, CMI, adj. ind. qiiel- quelqu'un cérémonie qui ne se pra-
;

qiiiin. tique plus que dans les campagnes :

CERYÈI.A, n. f. cervelle. au premier jour de l'an, au com-


CERWEI.À, n, m. cervelas. mencement de la fête d'un village,
CERYEIJ, n. m. cerveau. quelques villageois, chefs des ré-
CERWÔliA^l et CER%'OI.AM, n. m. jouissances publiques, partent, mu-
cerf-volant. sique en tête, vont rendre visite à
CESAR, n. pr. m. César. tous les habitants et leur adressent
CESARi.iA, n. pr. fem. de César. leurs souhaits, selon la circonstance:
C'EST-À-DIRE, loc. conj. ccst-ù-dire c'est ce qu'on appelle « faire li :

(pron. comme
en français). chamada ».
CESTIM, n. m. panier. CHAMARAT, DA, adj. chamarré.
CETÀ, prép. excepté. CUAMBEIROM 0UCHAllB.%IROilî,n.
CHA CriA

m. chaussure grossière, habit en lo- CHAPIMÀ et CHAPl.lîAR, v. a. gâ-


ques au fig. n. des deux genres
; : ter, abimer, mal confectionner un
personne peu soigneuse de sa toi- travail.
lette. CHAPliÀ et €HAPI.AR, V. a. hàc/ier,
€H.4iilUKRliA.%\ n. m. chambellan. massacrer.
CHAMBRA, n. chambre. CHAPi.E. n. m. massacre.
t'.

CHAMBRADA, n. f. chambrée. €HAPi.OARA. n. hachoir. f.

CHAMBRKTA, n. dim de chambra: CHAR, n. m. char.


f.

chambrelte. CHARA. n. f. babil.


CHAMBRiihiRA, chambrière.
n. f. CHARÀ et CHARAR, V. n. jaser,
CHAMBROii. n. m. dim. de cham- babiller.
bra ; petit cabinet noir. CHARADA. n. f. causette.
CHAMIUKIA. n. f. cheminée. CHARAIRK. A, n. et Aà^.jaseur, ba-
CHAMPAMÉI.A. mV.% A^'À E^'). loC. vard, babillard.
faire des sottises. CHARCCTKRIA, n. f. chorcuferie.
CHAMPKSTRK, A. adj. champêtre. CHARCCTIK, RA, n. charcutiev.
CHAiiPOR^lA, adj. et n. étourdie,
/î«V/«M^/e. Ne s'emploie qu'au féminin.
CHARrrKl, n. m. cerfeuil.
CHARGIA. n. f. charge. <
CHAllPOiiTRK, n. m. désordre, con- €HARc;iÀ etCHAR«;iAR, V. a. char-
fusion, caquets. ger.
THAMPOfiTRlK, RA, n. m. caque- CHARITÉ, n. f. hospice de la Cha-
teur, qui aime le désordre. rité.
CHANCRÀ et CHAMrRAR, V. a. CHARlTOlî, A, n. orphelin qui est à
échancrer. l'hospice de la Charité.
€HA!%€RK, n. m. chancre. CHARIVARI, n. m. charivari.
€HAM€ROi§, OA, adj. chancreujc. CHARiiATA!!', n.m. charlatan, crabe
CHAMCRCRA, n. f. échancrure. (V. CHARI.O).
CHAMÈlil, personne historique de CHARI.ATA1V, A, n. charlatan.
la ville, qui allait, avec quelques CHARI.ATAAKRIA, n. f. charlatci-

petits ânes, chercher le sable dans nerie.
le Paillon pour l'apporter aux ma- CHARl.ATA.lil<!iMV:, n. m. charlata-
çonsJ a Lu ae de chanèli », expres- nisme.
sion qu'on employait, pour désigner CHARl.o, n. m. crabe, crevette.
quelque chose de très connu. CHARMA et CHARMAR, V. a. char-
CHAMFRKM, n. m. chanfrein. mer.
CHAMCiK. n. m. change. CHARMAlkT, A, adj. charmant.
CHAUCilÀ et CHAMGIAR, V. a. chan- CHARMK. n. m. charme.
ger. CllARA'lKRA, n. f. charnière.
CHAi«€;iAiiKM, m. changement. n. CHAROlt, n. m. charron.
CHAMCiirR, «SA, n. m. changeur. CHAROlf, A, adj. j'aseur, bla-
C'.HA!lîiA, n. f. chance. gueur.
CHAMSKf.KÀ et CHAXfiFXEAR, V. CHARPAIVTA. n. f. charpente.
n. chanceler. CHARPA^ITERIA, n. f. charpentc-
CHAiiSOit, OA, chanceux. adj. rie.
CHAUTAGE, m. chantage. n. CHARPAMTIK, n. m. charpentier.
CHAMTIR, n. m. chantier. CHARRA, n. f. babil.
CUAMTIOM, n. m. échantillon; au CHARRÀ et CHARRAR, V. n. babil-
fig. : terme de moquerie, de mépris. ler et parler ; Jaser (V. CHARÀ).
CHAPÀ et CHAPAR (V. A€HAPÀ). CHARRABA. n. f. (V. CHARABA).
CHAPA, n. f. ancienne halle aux pois- CHARRAIRK. A, adj. babillard, j'a-
sons. Seur (V. CHARAIRR).
CHAPACAIV, m. capteur de chiens. CHARTRCitA, n. f. chartreuse.
n.
eilAPllV, n. m. gâcheur^ mauvais ou- CHASPÀ et CHASPAR, V. n. gratter
vrier. la terre (se dit des poules).
CHË 59 mi
CHA^ifiA, n. f. mèche bout de ficelle, employé seulement à l'infinitif : tié"
attachée à l'extrémité du fouet. dir.
€HAS§ilJ^, n. m. châssis. CHKP, EA, adj. tiède.
C^HAICHÀ et €UA11HAR, V. a. C'HÎ-'.RA, n.f. figure.

piétiner, tremper, presser. riiERFEi^'il., n. m. cerfeuil.


ruAliDKtl, n. m. échaiidê. CHERIT, »A, adj. chéri.
CHAUiSl et CHAKiiiii, y. a. et irr. €iiERTE*i<i$A, n. f. certitude.
en issi : choisir. €IIERTIFI€À et €HERTIFI€AR,V.a.
CHAtTROM, n. des 2 g. malpropre, certifier (V. CERTIFICÀ). (V. ab-
traîne-savate. dicà p. la conjug. du c - Préface).
CHAYAMA, orage au ûg.
n. f. ; : cha- €HERTIFI€AT, n. m. Certificat.
peau (de femme) ridicule. rHERTixruA, n. f. certitude.
CHAVATl.U, n. m. cordonnier. CHÈRTO, A, adj. ind. certain.
CHAYIRÀ et CHAYIRAR (si), V. a. €ilERrBlM (pron. qiierubin), n. m.
chavirer, retourner ; mettre en dé- chérubin.
sordre ; V. pr. se chavirer, se re- €HE«iSÀ et CHEiiiiAR, V. a. et n.
tourner. cesser. (V. achertà p. la conjug. de
CHECARKI.A (V. ABAIiAMA). l'e - Préface).

CHKDÀ et CHKllAR, V. a. céder (V. €HE4i!9AS4ilo.¥, n. f. cessation.


achertà p. la conjug". de l'e - Pré- €HE«§<9io.ik, n. f. cession.
face). CIIESERA, n. f. césure.
CHÈDOi.A, n. f. céda le ; rente ;
par €HÈTO, abrev. de Echèto : excepté.
ironie, gros payement. CHEVEliURA, n. f. chevelure.
CHÈURK, V. a. céder. CHIBÀ et €HIBAR, V. a. nourrir.
cilKntJVRK, n. m. chef-d'œuvre. CHIBÔRI, n. m. ciboire.
CHKF, A, n. chef. C'HIBO, n. m. nourriture.
CHEF-l.iKlJ, n. m. chef-lieu (pron. €Hl€A, n. f. chique.
française). nil€À et €H1€AR, V. n. chiquer,
CHEI.KBRÀ et €HKI.KBRAR, V. a. marronner; terme des chasseurs
célébrer. (V. achertà p. la conjug. pour appeler les grives. (V. abdicà
de l'e - Préface). conjug. du c - Préface).
p. la
€HKi.KBRA!iSiOM, n. f. célébration. CHirAXA, n. f. chicane.
riiKi.KBRK. A. adj. célèbre. €HI€AMÀ et €Hl€AMAR, V. a. chica-
€hki.i<:brità, n. f. célébrité. ner.
€IIR|.I<:*«TK, A, adj. céleste. CHICAMUR, USA, n. m. chicaneur.
CilKiiKfiTiiV, n. pr. m. Célestin. €Hi€A-STRASSA, n. m. (terme vul-
CHKi.K^iTiMA, n. pr. f. Célestine. gaire et familier), nigaud, imbé-
CHKI.ICA, n. f. tonsure. cile.
€HKl.i€AT, DA, ad. tonsuré. CHICHIUA, n. f. terme d'enfant pour
CHÎKAA, n. f. chaîne. désigner la viande.
€HÙMA DÔMixi, n. f. cène. CHiCORiA, n. f. chicorée; au fig.
CHEîi'KTA, n. f. dim. de chena : pe- tête.
tite chaîne. €Hl€Ol.ATA, n. f. chocolat.
€HK.\«iOR, n. m. censeur. CHiroi.ATiÈ, RA, n. chocolatier.
€iii<:ii*irRA, n. f. censure. €HI€OTÀ et €HI€OTAR, €HICO-
€iii<:iîTRAi., A, adj. central. TOUEÀ et CHICOTOHEAR, V. n.
CHKA'TRAii. n. m. commissaire cen- et pr.chicaner, disputer, se chica-
tral. ner, se chamailler, se quereller.
CHKIVTR AI.ISÀ et CHKMTRAMUAR, (P. le i^"" verbe: voir abrogà p. la
V. a. centraliser. conjug. de Vo - Préface).
CHEUTRAi.iiiAfSSlOA, n. f. Centra- CHICOTAIRE, A, n. et adj. chica-
lisation. neur.
CHÈMTRO, n. m. centre. CHIEU, cri du moineau et des petitia
€BEPfA etCHEPEAR,v.a. défectif; oiseaux.
CHI 60 ciM

€HIE1J, (SIEU A), (V. achieu). CHOÀ ruOAR, v. n. échoir.


et
CHIFOM, n. m. chiffon. CHOC, A, n. et adj. (vulg.) ivre. :

CHIFOmA et CHIFOUAR, V. a. chif- CHOC A, n. f. ivresse.


fonner, froisser. CHOCÀ et CHOCAR (si), V. a. cho-
CHIFOT, n. m. sacripant \ nigand, quer, v. pr. et imp. s'offenser. (V.
étourdi. abrogà p. la conjug. de Vo et ab-
€HIFRA, n. f. chiffre. dicà p. la conjug. du c - Préface).
CUIFrA et CHIFRAR, V. n. chiffrer. CHOAS. n. m. choix.
€1111.6 (pron. kilo), n. m. kilo. CHOE.A. n. f. imbécile.
CHlMBAiiA, n. ï. cymbale. CHOPEÀ et CHOPE AR, V. n. cl Opi-
CHiMBALiè et CHIIIBAI.ISTA, n. ner.
m. cijmbalier. CHOPi!lA, n. f. chopine.
CHIMERA (pr. qnimera), n. f. chi- CHÔPO, A. adj. boiteux.
mère. CHOR t onomatopée du crachement
CHIXCHA, n. ï. scie; au fig.: per- et de l'éternuement (LV* ne se pro-
sonne ennuyeuse, fatigante, ba- nonce pas).
varde. CHORMA, n. f. chiourme, engeance ;

CHiiîCHÀ et CHiitCHAR. V. n. être foule.


fatigant et ennuyeux, parler à tort CHOSSA, f. poule couveuse.
n.
et à travers. CHO«i«iÀ CHOi»i»AR, V. n. couver
et
cm.iïiQliK, A, adj. et n. cynique. (V. abrogà p. la conjug. de Yo -
CUllVll^llE, n. m. cynisme. Préface).
€HIQVKT, n. m. goutte, petit verre. CHtiFO, n. m. toupet.
CHIQIJETA (TAXTA...) loc. la mort. CHioii, n. m. choix.
CHI91IKTAIRK, A, n. m. qui aime CHCTA, n. f. chiite.
les petits verres. CHCTOi interj. silence!
€HiR€Oi.O€i:iii(iOM, n. f. circonlo- CHITO, ad. invar, silencieux, tran-
cution. quille.
€HiR€Oi>€iii«i, A, adj. circoncis. CIBEI.A, n. pr. f. C y bêle.
€HiR€0.^€HiiiiOi¥, n. f. circonci- CIBLA, n. f. cible.
sion. CICATRISA et CICATRISAR, V. a.
CHIRCOXDARI, n. m. arrondisse- cicatriser.
ment. CICATRI9SA, n. f.cicatrice.
rHIRCOUFEREMJiA, n. f. circonfé- CICEROM, n. m. Ciceron, cicérone.
rence. CICI^ÔPE, m.
n. cyclope.
CHIRComsCRIKlJRK, V. n. circons- CIDRE, n. m. cydre.
crire (V. li€RIKlRE). CIEL, n. m. ciel.
CHlR€0]iS€Ri«ii<!>ioiî, n. f. circons CiGiALA, n. f. cigale.
cription. CMiiAi.oiv, n. m. dim. de cigala :

rHiRCOMSPE<iJilO]V, n. f. circons- petite cigale.


pection. CiC-AlilSA, n. f. cigarière.
€HiRCOA»iPET, A, adj. circonspect. CIC.;areta, n. f. cigarette.
€HiRCOiiiiTAMi»A, n. f. circons- CIGARO. n. m. cigare.
tance. CIGME. n. m. cygne.
€HIR€1JI.À et CHIRClIIiAR, V. n. Ct(mÔ€i%A, n. f. cigogne.
circuler. CIL, n. m. cil.
CHiRCli^AS^iOM, n. f. circulation. Cliiici, n. m. ci lice.
€HI¥AI.IÈ, RA, n. chevalier. Ciiii^DRÀ et CILIIVDRAR, v. a. cy-
CHITICA (CiARDA), n. f. ancienne lindrer.
garde municipale qui remplissait CILIA'DRE, n. m. cylindre.
les fonctions du gardien CILIliURiC. A, adj. cylindrique.
à la fois
de la paix et du garde d'octroi. CIMA, n. f. cime ; bout.
€Hi¥Ui.t:RA, n. f. chevelure. CiliAiRÔluA, n. f. canne pour la pê-
CHllXS, n. m. cheveu. che; ligne.
œ 6t CLA

riMKlRKiVC, A, n. habitants du quar- €ITÀ et CITAR, V. a. citer, alléguer^


de Cimiez.
tier rapporter un texte, désigner, si-
CIMEM, II. m. ciment. gnaler, appeler devant le juge :
CiMEilTÀ et eiMEWTAR, V. a. ci- assigner.
menter. (V. achertà p. la conjug;. <^ITAWÈI.A, n. f. citadelle.
de Ve - Fréiace). CITARIH, A. n. et adj. citoyen.
CIMKO, n. m. dim. de ci ma petite : CITADIU'AMSA, n. f. bourgeoisie.
âme. CiTA!iillOM, n. f. citation, passage
CliiiA, n. f, punaise, insecte. cité d'un auteur, assignation de-
€illiÈ:, CiniÊS. n. pr. m. Cimiez, vant un juge.
nom d'une colline de Nice. (On CITERA, n. f. Cythère.
ne connaît pas l'époque de sa fon- CITERMA, n. f. citerne.
dation ni l'étymologie de son nom. CiTOA'Eilf, A, n. et adj. citoyen (pro-
On croit cependant qu'elle date de noncez comme en français).
trois cents ans av. J.-C. comme la CITROM, m. orange amère.
n.
ville de Nice et que son nom vient CITRO'VÈI.A. n. f. citronnelle.
de Cemen-Ilion. (Ilion, entre les CITROAIÈ, n. m. oranger amer.
monts Céménéens). CITROililÈRA, n. f. lieu planté d'oran-
ClilOMiSA, n. f. lisière du drap. gers amers.
cmo.i'SA (VAIRE »E), loc. tirer la CiYARA, n. f. avoine.
carotte. CiviÈ, n. m. civet.
ClM, n. m. nœud d'une planche. CiYiii, A, n. et adj. civil.
CIMIf^UK (V. CHIMIQUE). CIYII.AIIEM, adv. civilement; for-
CI]VI$#1IE(V. CIIIIllf§AIE). mule de politesse dans la conversa-
ClUQ, adj. num. card. cinq. Nota: le
: tion qui signifie Excusez-moi, par-
:

q ne se prononce pas devant les mots don ;


(se joint toujours aux mots en
soii et Caire. parlant).
CiJlQliAiRE, n. pr. m. nom d'une Ci%'iiii!§À et CiviM§iAR, V. a. civi-
ancienne tour de Nice. liser.
CiMf^tJAMTA, adj. num. card. cin- CiYii.i<iA§l!Sioiv. n. f. civilisation,
quante. ClYll.TÀ, n. f. civilité.
CiXf^rAMTEMA, n. f. cinquantaine. CliAC, n. m. claque, clac.
ClMii^llAIlTIÈllE, A, adj. num. ord. CI.ACA, n. f. claque.
cinquantième. CI^ACÀ et CI^ACAR, V. n. claquer,
CII19KIÈME, A, adj. num. ord. cin- (V. abdicà p. la conjug. du c- Pré-
quième. face.
eiMTRÀ ClîVTRAR, V. a. cintrer. Cl.Ai*, n. m. amas de..., monceau.
et
CINTRE, n. m. cintre. Ci^APi et CI.APIR, V. n. et irr. en
€IR€tJliÀ et €IR€tJI.AR (V. €HIR- issi, surcharger.
CUI.À). CliAPiÈ, n. m. monceau, tas.
CIR€UIiA^«il01k (V. CIIIR€EIiA§l- CiiAR, n. m. pi. glas.
ISIOM). CixAR, A, adj. clair.
CIRQUE, n. m. cirque. CliARA, n. pr. fem. Claire.
CiRiRCiiA, n. f. chirurgie. CLARA »*6u, n. f. glaire d'œaf,
ClRlRCilEA, n. m. chirurgien. blanc d'œuf.
Cl^Ei.À et €i!iEliAR, V. a. ciseler. CiiARAMEilf, adv. clairement.
(V. acliertà p. la conjug. de Ve - CI..ARET, n. m. clairet, sorte de vin.
Préface). CiiARETA, n. f. sorte de raisin blanc.
CiSiEi.tjR, n. m. ciseleur. CLARIFIA et CI.ARIFIAR, V. a. cla-
C'liiEi.URA, n. f. ciselure. rijler.
CBSÈU, n. m. sing. ciseau et au pi. CI.ARIEICÀ et CI.ARIEICAR, V. a.
ciseaux. clarifier. (V. abdicà p. la conjug.
m. schisme.
CiiiliA, n. du c - Préface.
CliiMATiC, A,n.et ad']. schismatique. CLARlFiCASjiloiV, n. clarification.
CLI 62 COG

CI^ARIHETA, n. f. clarinette, haut- CLim'À et CI.IMAR (si), V. a. incli-


bois. ner, pencher ; v. pr. s'incliner.
CliARTÀ, n. f. clarté. Ci.iM D'CÈS, loc. clin d'œil.
CI.ASSA, n. f. classe. €I.|.¥I4\A. n. f. clinique.
CliASSÀ et CI.ASSAR, V. a. classer. CiiiSTÈRl, n. m. cly stère.
ri.ASSlC, A, adj. classique. Ci.OACA, n. f. cloaque.
CI.ASSIFICÀ et CI.ASSIFICAR, V. a. Ci.OASOM, n. f. cloison.
classer. (V. ahdicà p. la conjug. CiiôCHA, n. f. cloche, vase de verre
du c - Préface). pour couvrir les plantes.
«.ASSiFlCAJililOM, n. f. classifi- CI^OÇEIÈ, n. m. clocher.
cation. €i>.OTrRA, n. f. clôture, action de
CLAfiTRA, n. f. .cloître, arcades in- terminer.
térieures. CI.IA (...DE SAMT-A!V»RIEtJ), n. f.

Cl-AU, n. f. clef, terme d'architec- goj^ges de Saint- André, défié.


ture, de musique. €IXB, n. m. club.
rixAll (MKTRE i.i... SOTA), loc. par- COA, n. f. queue.
tirsans payer son loyer. rOA (FAIRE MADl'RÀ EM...), se dit
ei.Al'-FAlSJiA, n. î. fausse clé. des fruits qu'on fait mûrir après les
ri.AlfiOl.A, n. f. clause. avoir cueillis.
CI^AUSCRA, n. f. clôture. COA-i.EVA (FAIRE...), V. tr. faire la
ei'ACSCRÀ et CI.ACISl'RAR, V. a. bascule.
clôturer. COÀ et roAR, V. a. couver.
CI.. AU VISSA, n. f. clovisse. l'OADA, coACiMA, n. f. couvéc, ni-

Ci'AVÂ et CI.AVAR, V. a. clouer, chée.


trouer, enfermer. COALISA et COAMSAR (si), V. pr.
CiiAVÀ et €i.A¥AR, V. a. fermer se coaliser.
sous clé. COAl.lSASSlOx\% n. f. coalition.
CL.AVAMD1É, m. crochet et chaîne COiii.A, n. f. paire, couple.
n.
en argent d'où pend une paire de COBI.E. n. m. tige de la fève.
ciseaux et que les femmes accro- COBliET, n. m. couplet.
chent à leur ceinture. CÔCA (dt A l.A...), loc. œufs à la
Ci^AVKi.À et ci.AVEi.AR, V. a.clouer. coque.
(V. achertù p. la conjug. de l'e - co€'AC;]VA, n. cocagne.
f.

Préface). €^OCARDA, n. cocarde.


f.

CliAVKiiiK, n. m. cloutier. COCHA, n.f. couche, hâte, précipita-


€l.AiKi.ôrHO, n. m. gros clou; tion.
fabricant de clous, cloiltier. COCHA t voix impérative pour faire
Ci^AVÈr, n. m. clou; clou de giro- coucher un chien.
fle : « clavèu de galbfre ». COCHÀ et COCHAR (si), V. a. et pr.
CI.EA, n. f. grille de fer. coucher, se coucher.
CI.EIIEMSA, n. f. Clémence. COCHA (AiîÀ. VExi E.if), loc. aller,
CliKMKH'T, A, adj. clément. venir en hâte.
Cl.EiiKltTiMA, n. pr. dim. de Cle- COCHA-C^%REMA, n. f. crécelle.
mensa : Clémentine. COCHA (ESTRE EM), loc. état de la
CI.EM d'iks, n. m. clin d'oeil. femme qui est près d'enfanter.
CLERICAI., A, n. et adj. clérical. COCHAIRÀ et COCHAIRAR OU CO-
Ci^ÈRO, n. m. clergé. CHÀ et COCHAR, V. a. poursuivre,
€E.EROii% n. m. clairon. chasser.
CE.ICA, n. f. clique, troupe, bande. COCHA MOSCA, n. m. chasse-mou-
Ci.iCllET, n. m. cliché. ches.
ri.iEUT, A, n. client. COCHAIROA', terme de boulanger:
ri.iEiiTÈi.A, n. f. clientèle. levain.
IXIMA, n. m. climat. COCHAlROM (METTRE...), loc. met-
CI.1MAT, n. m. climat. tre le levain pour faire lever la pâte.
COG 63 COL

COCHAMT, n. m. couchant. m. cognac.


COGIVAC, n.
CÔCHEMAii, n. m. cauchemar (pro- m. coin.
COCiMET, n.
noncez ch français).
le COGOMBRE, n. m. concombre.
COCHET A, f. lit monté, en
n. fer, en COGORDA, n. f. courge et gourde
bois: acajou ou noyer. (fruit), au fig. écervelé, tête vide.
COCHIK, n. m. cocher. COGORDADA, n.f. boisson.

CÔCHO, n. m. tache d'encre. COCiORDiÈRA, n. f. courge (plante).


CÔCHO (SUKRBE), m. papier bu- COOORDOiV, n. m. petite courge et
n.
vard. petite gourde (calebasse).
côcô, n. m. coco. COCiO!§<§A, n. f. calebasse; au fig.:
COCO, n. m. cri du cogao : coucou. tête vide.
COCODRII.O, n. m. crocodile. COCiOj§§iOM, n. m. charançon, cosson.
COCOM, n. m. cocon. COGUO, n. m. coucou, (oiseau) (pron.
COCOROCOR, n. m. ronde, danse u français).
d'enfants dans laquelle on chante COCtl'O, n. et adj cocu (pron. u fran-
« Landri, Calandri - La fîUa de çais.
Lissandri - Plena de rosa - Plena COIA, (pron. couia) n. f. pi. testicu-
de flor - Bêla filla, revira-vo - Goco- les, bourses ; au fig. sing. et plur.
rocor ». A
ce dernier mot, tout le terme vulgaire signifiant bêtise, ba-
monde s'accroupit en répétant « Co- : liverne, non-sens « s'en ana en...»,
corocor ». {\Jr ne se prononce pas). perdre la tête, faire des bêtises.
COCUBiiVA, n. f. concubine. COIFA, n. f. coiffe, bonnet.
CODE, n. m. code. COIFÀ et COIFAR, v. a. coiffer.
CÔDO, n. m. caillou, grosse pierre. COIFIÈRA, n. f. modiste spécialement
CODOlî î excl. de surprise. chargée de la confection des bon-
CODOM, n. m. coing, fruit du co- nets, coiffes « coifa ».
gnassier. COiFLR, CSA, n. coiffeur.
CODOM (SiES UM), loc. tu es un sot. COIFCRA, n. f. coiffure.
CODOjIIÈ, n. m. cognassier. COÏM, n. m. petite mèche de cheveu
COE, n. m. coude (mieux que cove). qui se trouve sur la nuque.
COE, (ACSSÀI.O), loc. lever le coude, COÏM, n. m. dimin. de coa, petite
c'est-à-direboire trop souvent et queue.
trop copieusement. COÏMA, n. f. cuisine.
COE (SI BAIÀ LU), loc. embrasser COÏMÀ COÏMAR, V. n. cuisiner.
et
ses coudes, c'est-à-dire vouloir faire COÏniÈ, RA, n. cuisinier.
une chose impossible. COIOM, n. m. imbécile; s'emploie fré-
COE (TIRA DE COÎJ DE), loC. COU- quemment en Niçois sans aucune
doyer. mauvaise pensée.
COFA, n. f. de forme
petite corbeille coiOMÀ et coiOMAR, v. a. et pr. se
ronde et presque pyramidale qui moquer; v. n. plaisanter.
sert à porter de la terre, des pierres; COiOMADA,n. î. plaisanterie ; «conta
au fig. les /esses,
« tira la cofa »...; de coionada, » dire des bêtises.
le derrière. COissiM, n. m. coussin, oreiller.
COFiiv, n. m. sorte de cabas. « Testa COiSf^lJlET, n. m. dimin. de coissin;
en lo cofin », avoir perdu la tète. t)elote où l'on fixe les aiguilles et
COFRÀ et COFRAR, V. a. coffrer, es épingles.
enfermer. (V. abrogà p. la conjug. COiiÀ, n. m. terme ecclésiastique:
de l'o - Préface. collet, collier, rabat.
CÔFRE, n. m. coffre. COLÀ et COI.AR, V. a. et irr. col 1er {Y.
COCiiT, DA, adj. forcé ; « sieu cogit amolà p. la conjug. de l'o -Préface).
de li picà », je suis forcé de le COI.À et COliAR, V. n. couler, dé-
frapper. goutter, Jluer; V. a. faire la lessive:
COGHÀ et COGHAR, V. a. consolider, « cola bugada ».
mettre des coins. COI.ABORA et COI.ABORAR, V. a.
COL 64 CÔM
collaborer. (V. abrogà pour la COLOMBIMA, n. f. excrément de pi-
conjug-. de l'o - Préface). geons.
€Ol.ABORASi§IOlV, n. f. collabora- COI.OMIA, n. f. économie (V. E€0-
tion. MOMIA).
COI.ABORATOR, Rl<iiSA, n. m. col- COI.ÔU'A, n. f. colonne.
laborateur. COI.OHAUA, f. colonnade.
n.
COf^ACiE, n. m. collage. €Oi>.oi%ETA, n. f. dimin. de colôna:
COiiAMKiV, n. m. écoulement, cou- petite colonne.
lage. COE.OMIA, n. f. colonie.
COiiAM, n. m. coulant; « colan €Oi>oxiAi.. A, adj. colonial.
(grop . .
.
) : nœud-coulant €Oi.o.\isÀ et coLOivifiAR, V. a. co-
COliAKA, que l'on met au
n. f. loniser.
collier
cou d'un chien pour le tenir à l'at- COl.OxlîlSASSlOM, n. f. colonisation.
tache. COLOR, n. f. couleur. (L'r ne se pro-
COl.AMT. A, adj. coulant. nonce pas).
COI.ASTICA pour K»iCOI.Ai$TICA. COI.ORÎ et COI.ORIR, V. a. et pr. irr.
COI.AUDÀ et COI.AIDAR, V. a. ap- en issi : colorier et colorer.
prouver. COI.ORIÀ et COLORIAR (V. C4»-
COiiKCiO.li, n. f. collection. I.ORÏ).
€Oiii<:c;A, m. et fem. n. collègue, COI.ORIT, n. m. coloris.
compagnon, ami. roi.ORiT, IDA, adj. colorié.
COi.KGE, n. f. collège. COt.ommJkt., A, adj. colossal.
Coi'K^lAl>., A, adj. collégial. VOi.ômmo, A, n. et adj. colosse.
COl.KCilAMT, n. m. collégien. COMA. conj. et adv. comme, com-
COI.KRA, n. f. colère. metit.
rôl^KRA, n. m. choléra. €OM AC6, adv. ainsi ; conj. de mê-
COI..KT, n. m. coteau, petite colline. me, de sorte.
Nom d'une vieille rue de la ville de COMA FÔt, loc. comme il faut.
Nice. COMAIRK, n. f. commère, bonne
COliET, n. m. col d'un habille- amie et mère-nourrice.
ment. COMAIRK I.O €AT (V. CAMTOli),
€Oi.KTA, n. f. collecte. jugà ai quatre ». <(

roi.KTOR, n. et adj. collecteur. COMAIRAGR, n. m. commérage.


COiiiAMDRi, n. m. coriandre, sorte COMA!iDA, n. f. commande.
de pâtisserie. COMAli'DÀ etCOMAlVDAR, V. a. Com-
COI.ICA, n. f. colique. mander.
COI.IK, n. m. collier, ornement qui rOMAADAMKil, n. m. commande-
se porte autour du cou. ment, ordre, loi, précepte.
roi.iu'A, n. f. colline. COMAMDAUT, n. m. commandant.
cài..is, n. m. colis; au fig. personne COMAMUAMT, A, n. celui ou celle qui
encombrante. prend des airs de commandement
COi.iSjiA, n. f. coulisse. indu.
iôi.ô(iiMA et €OI>6c;ma (Aiga de), COMAUDCR, n. m. commandeur.
n. f. eau de Cologne. COMAMT, n. m. commandement, au-
COI.OGMA, quenouille. n. f. torité.
roiiOGMADA, f. quenouillée. n. (^OMAjSC^iiK, n. m. crémaillère.
COi.OG.iîKTA, n. f. quenouillette. COMA SI SiftCE, pr. ind. quelque ce
COI.OMBA, n. f. colombe. soit ; au pi. « coma si sigon ».

COLOMBA (KMDl'KRMK-TI), loC. en- COMBAjSSA, n. f. râle (oiseau).


dors-toi, colombe/ signifie abuser, COMBAT, n. m. combat.
ensorceler quelqu'un par de belles COMBATEUT, n. m. combattant.
et vaines paroles. COMBATRE, V. a. combattre.
roi.OiiBA.lt A (AUI.IYA..,), n. f. gros- COMBIMÀ et COMBi^AR, V. a. com-
se olive de salaison. biner.
COM 65 COM
COMBiiASi^iOM, n. f. combinaison. COMÔOA, n. L, commode,
COMBLA et C01IBI.AR, V. a. com- COMOUÀ et COMOOAR, V. a. et irr.
bler. arranger, mettre en ordre, acco-
COMBliE, n. m. comble. moder, assaisonner des mets. (V.
COMBRiCOLr.%, n. f. bande, troupe, abroffà ou amolà p. la conjug de
société de personnes. Vo - Préface).
COiUBU^TiBl^E, A, n. et adj. com- COMODAMEA, adv. commodément.
bustible. COMOUE, A, adj. commode.
€OMBi:§^TiOii% f. combustion.
n. COMOUITÀ, n. f. commodité.
COMFiDlA, n. f.comédie. COMOLOA, n. m. comble.
COMEUIAUT, A, n. comédien, char- compagne. coMPACiAA, n. f.

l(dan. compagnon. COMPACT AE, A, n. m.


COMEHSÀ et COMEASAR, V. a. COMPACiA'ÎA, n. f. compagnie.
commencer. COMPAGAOA, n. m. compagnon.
COiflEMiiAlA, n. f. /e principe, le com- COMPAAAGE, n. m. tout ce qui peut
mencement. se manger avec du pain.
COMEASAMEM, n. m. commence- COMPAAECilÀ et COMPAAEGIAR
ment, début. distribuer parcimonieuse-
(si), V. a.

COMEAiSAAT, A, n. et adj. commen- ment quelque chose; v. pr. user par-


çant. cimonieusement de quelque chose.
COMEAT, n. m. commentaire. COMPARA et COxMPARAR, V. a.
COMEKTÀ et COMEATAR, V. n. comparer.
commenter. COMPARABLE, A, adj. comparable.
COMEATARI, commentaires.
n. f. COMPARATIF, AA, adj comparatif. .

COMEATAi^SiOA, n. f. commentaire. COMPARATIAAMEA, adv. compara-


COMEATATOR, Rl!S§iA, n. m. Com- tivement.
mentateur. COMPAREii^SE, V. n. comparaître.
COMERCIAI^, A, adj. commercial. COMPARE<iOA, n. f. comparaison.
€OMER<i, n. m. commerce. COMPARi^o, A, n. comparse.
€OMER!§À et €OMER«iAR, V. n. COMPARTÎ et COMPARTIR, V. a.
commercer. (V. achertà en issi ; dispenser, répartir,
p. la con- et irr.
jug". de l'e - Préface). partager.
COMER^AAT, A, adj. et n. commer- COMPARTIMEA, n. m. comparti-
çant. ment.
COMESTIBLE, n. m. comestible. COMPAS, n. m. compas.
COMETA, n. f. comète. COMPASSIOM, n. f. compassion.
COMETRE, V. a. commettre. COMPATI et COMPATIR, V. a. et
COMic, A, adj. et n. comique. irr. en issi : compatir ; souffrir
COMI49. A, n. commis. avec indulgence les faiblesses de son
COMI«i6t, a, n. petit commis. prochain.
COMi«ii9ARi. n. m. commissaire. COMPATIBLE, A, adj. Compatible.
COMi«i»«$ARiAT, n. m. commissariat. C«»MPATISSEAT, A. adj. Compatis-
C<»Miti»:moA, n. f. commission. sant.
COMI*i>«*IOAÀ et COMI<i>$ilOAAR, V. COMPATRIÔTA, n. des deux genres:
a. com/nissionner. compatriote.
COMifiiliOMARl, n. m. commission- COMPEMDI, n. m. abrégé.
naire. COMPEADIÀ et COMPEADIAR, V. a.
COMISISIOAÈRA, n. f. commission- abréger. (V. achertà p. la conjug.
naire. de l'e - Préface).
COMITAT. n. m. comité. COMPEASÀ et COMPEASAR, V. a.
COMMEMORAfiiiiOA, II. f. commé- compenser. (V. achertà p. la con-
moration. jug. de l'e - Préface).
COMMEMORATIF, IA.%, adj. CO/n- COMPEASASSIOA, n. f. compensa-
mémoratif. tion.
GOM €0N
roMPETEMSA^ n. f. compétence. COMPRIMA et COMPRIMAR, V. a.
roMPETEMT, A, adj. Compétent. comprimer.
roMPETiTOR, n. m. compétiteur. COMPROMES. n. m. compromis.
roMPiiiÀ et COMPiliAR^ V. a. com- COMPROMETRE (si), V. a. et pron.
piler. irr. compromettre, se compromet-
roiiPil^Aiiitioil, n. f. compilation. tre; (part. pas. « compromes, sa »).
COMPILAI et COMPLAIR^ V. a. et COMPITÀ et COMPUTAR, V. n.
pron. irr. en issi, complaire, « si épeler.
complai de... », se complaire de... COMCiv, n. m. lieux d'aisances : au
rOMPiiAiRE, V. intr. complaire. personne malpropre.
f\g.
roMPiiEMEil, n. m. complément. COMUM, A, adj. commun.
roiiPi^EiSE.ii'fiA, n. f. complaisance. COMUIVA, n. f. commune, hôtel de
roiMPLEitEilT, A, adj. complaisant. ville.
roMPL.ESisioii% n. f. complexion. COMUHAli, A, adj. communal.
COMPLET, A, adj. complet. COMCIVÈLA, n. f. mélange (liquides).
COMPI^ETÀ et cÔmpi^etar, V. a. COMCU'ETÀ ou COMCU'OTÀ, n. f.
compléter. (V. achertà p. la con- communauté.
jug. de l'e - Préface). COMCMICÀ et COMCH'ICAR (si), v. a.
rOMPEiÈTAiMEM, adv. complètement. communiquer ; communier (donner
COMPÙ etC01HPI.IR, V. a. et irr. la communion, administrer les der-
en issi, accomplir. niers sacrements) ; v. pr. se com-
COMPLICÀ et C01IPI.ICAR, V. a. munier (recevoir la communion).
compliquer. (V. abdicà p. la con- (V. abdicà p. la conjug. du c - Pré-
ju^. du c- Préface). face).
ro]tiPL.iCAii9ioiv, n. f. complication. COMKil'iCASSio.ii', n. f. communica-
C01IPI.1CI, iSSA, adj. et n. complice. tion.
roMPLiciTÀ, n. f. complicité. COMCiiiCATiF, VA, adj. communi-
COUPI^imem,
C011PI.1MEI1TÀ
TAR, V.
et
n. m. compliment.
€01IPI.I»lElt- COMiiiKiiî. n. f. communion.
complimenter. (V. COMt.iiiSME, n. m. communisme.
a.
catif.
I
achertà p. la conjug. de l'e - Pré- COMCiifiSTA, n. des deux genres,
face). communiste.
COMPi^iMEMTOi^, OA, adj. Compli- COMKMITÀ, n. f. communauté.
menteur. cône A, n. f. grande terrine à laver
COMPI^ÔT, n. m, complot. en usage pour la cuisine.
COMPLOTA et COMPLOTAR, V. a. COXCAS, n. m. ébranlement.
et irr. comploter. (V. abrogà p. la cOxiîCASSÀ etco:iCASSAR(si), V. a.
conjug. de Vo - Préface). et pr. secouer fortement, ébranler,
COMPO.i'SiOM, n. f. componction. fracasser.
COMPORTA et COMPORTAR, V. a. CO.itCASSAME^^ n. m. ébranlement.
et pron. irr. comporter et se com- COliCAVE, A, adj. concave.
porter. (V. amolà p. la conjug. de COXCAVITÀ, n. f. concavité.
Vo - Préface). COIlCER!lÀ et COliCERAAR, V. a.
COMPORTAMEM, n. m. comporte- concerner. (V. achertà p. la con-
ment. jug. de l'e - Préface).
COMPOSA et COMPO|§AR, V. a. et COMCERT, n. m. concert.
irr. composer. (V. abrogà p. la CONCERTA et COnCERTAR (si), V.
conjug-. de Vo - Préface). a. et pr. concerter. (V. achertà p.
COMPOiiiS§ilO]V, n. f. composition. la conjug. de l'e - Préface).
COMPOiiiTOR, Ri§»i(A, n. m. com- COXCÈu, n. m. conseil.
positeur. CO.\CElRE,v.a. concevoir. (V. aper-
COMPOST, n. m. composé. ceure p. la conjug. - Préface).
COMPOTA, n. f. compote. COA'CEVABi.E, A, adj. couccvable.
COMPRESSA, n. f. compresse. CO.\'CHÈDRE, V. a. concéder. (V.
CON 67 CON
achertà p. la conjug. de Ve - Pré- condenser. (V. achertà p. a con-
face). jug. de Ve - Préface).
CO.^CHEMTRA et COMC'HKHTRAR, COiVDEiV§iA§i!SiO]V, n. f. condensa-
V. a. concentrer. (V. achertà p. la tion.
conjug". de Ve - Préface). coA'DEU'iilJR, n. m. condenseur.
COiiî€HEMTRAS!§io.ir, n. f. concen- CO.iîDi et COMDIR, V. a. et irr. en
tration. issi: assaisonner, épicer.
COMCHEPI et CO.lkCHEPIR, V. a. COJ1DICIPE.E, n. m. condisciple.
irr. en issi: concevoir, se faire une COMDIÈRA, n. f. fournière banale.
idée. COMOiiiEiv, n. m. condiment, assai-
€Oii'CHE:i9«iiO]i% n. concession.
f. sonnement.
ro.\rHESf^io.¥, conception.
n. f. COiiDiiiSlolv, n. f, condition.
ro.iîCHi<i, A, adj. concis. COMDliliilOMÀ et €OMDlN§(IOIl'AR,
roiiCHi<iiOM, n. f. concision. V. a. et n. conditionner.
COilîCiiifiTÔRi, n. m. consistoire. COM»li(jilOMAT^ AUA; adj. condi-
€o:«riEi>SA, n. f. conscience. tionné.
€0.iiCiEiiîCiON^ OA^ adj. conscien- €o;vDi<§siO]iEK., A, adj conditionnel, .

cieux. COUDITOR, Ri<§!§A, n. m. conduc-


COiV€iE.it€iO!iAiiii:m'^ adv. conscien- teur.
cieusement. €0]iDOi.EAM§iA, n. f. condoléance.
COlîCiERCiE, lA, n. m. concierge. COMDlJCHO^ n. m. conduit, égout.
C011C1I.IAI1T, A, adj. conciliant. COMDUIRE (si), V. a. et irr. con-
COA'Ciiii^À et €0]l'€ii.i.AR (pron. duire. (Ce verbe change ire en isi,
concïà), V. a. concilier. ises, ise, etc.. et conserve is dans
COiiî€lTOYE!l, A, n. m. coHcitoijen. toute la conjugaison, au participe
COXCI.AVE, n. m. conclave. passé fait « conduch, cha »), v. pr.
CO.iîCliUE.liT, adj. concluant. se conduire.
COjIXXCRE, V. a. et n. conclure. COADVITA, n. f. conduite.
COMC'i.rsiF, IVA, adj. conclusif. COUDURRE, V. a. et défectif, con-
ronciiUfiiO]!^ n. f. conclusion. duire. On ne trouve guère que
€Oik€ÔR»iA, n. f. concorde. « condus », il conduit.
COMCORDÀ et €0.\€ORDAR, V. n. CO.itDiiTOR, n. m., conducteur.
et irr.concorder. (V. abrogà p. la COili'FAiRE (si), V. pr. irr. convenir,
conjug. de l'o - Préface). être propre, s'accorder. (V. faire
€OiV€OR»Ail^A, n. f. concordance. p. la conjug).
€oii'€'ORDAT, n. m. concordat. eOMFEDERÀ, et COMFEDERAR (si),
CO.iiroRDATARi, n. m. celiii qui a confédérer. (V. achertà p.
V. pr. 5e
le concordat, failli. conjug. de Ve - Préface
la « con- :

€0.iî€ORE, V. n. concourir. federà » ).


€Oi»coRS, n. m. concours. COMFEDERA<§jKiOM, n. f. confédé-
cOiiîCiHiiiîA, n. f. concubine. ration.
€0.\d Hiik ACiE, n. m. concubinage. COIVFEDERAT (DA), adj. Confédéré.
COA'ix REVISA, concurrence.
n. f. COii'FEREA§(A, n. f. conférence.
€0]1Ci:rea't, a, n. concurrent. COMFERi et COIVFERIR, V. a. et n.
COXCRÈT, A, adj. concret. irr. en issi, conférer.
COUDAMiMA, n. f. nom d'une Rue et €0!l'FE§iliÀ et €OIl'FE§iSAR, V. a.
d'un Quartier du Vieux-Nice. confesser, avouer et entendre une
€OMDA!lA, n. f. condamnation. confession ; v. pr. « si confessa »,
CO.lDAlîÀ et COilîDA.li'AR, V. a. con- aller à confesse. (V. achertà p. la
damner. conjug. de Ve - Préface).
COU'UA.iA^^io.ii, n. f. condamna- COA'FESISIOIV, n. f. confession ; en
tion. confession : loc. adv. à confesse.
ro.^DAMAT, »A, n. condamné. €OMFE«^SiOMARi, n. m. Confession-
COMDE.ltSÀ et lOADEMfiAR, V. a. nal.
CON 68 CON
CO^'rKjiSOR^
eonFiAiVfiA,
COUFICHÀ
et irr.
n.
et
n. m. confesseur.
f.

COIIFICHAR,
confire ; au fig.: garder avec
confiance.
V. a.
COMFi'S, A,
COUFiSAMEiî,
ro.liFi:<4iOA', n.
rOliFU^IOliÀ
adj. confus.

et
adv. confusément.
f. confusion.

lOUFlJSIOXAR, V.
1
trop de soin une chose. Ind. — a. faire de la confusion.
prés.: confièchi, confièches, con- COUFKTÀ et COMFUTAR, V. a. ré-
fiècha, confichan, confichàs, confiè- futer.
chon. —
Imp.: confièches, confi- €OMFI;ta§»SIOM, n. f. réfutation.
chen, confichàs. Siibj. prés.:— CO.liCtEDIÂ et lOMCiEDIAR, V. a.
confièchi, confièches, confièche, congédier.
confichen, confichès, confièchon — conGELÀ et €0]1'Ge:i.ar (si), V. n.
le reste est régulier. congeler; v. pr. glacer. (V. achertà
roMFiDÀ et COMFiu.tR, V. a. con- p. la conjug. de Ve - Préface).
fier. COUGFSTIOM, n. f. congestion.
ro.iFiUFMfiiiA, n. f. confiance. COXCiiRATCIiÀ et COMC^RATII.AR
COH'FiDF.^tiA, n. f. confidence. (si), V. n. et pr. se féliciter, se ré-
COMFIUFUT, A, adj. Confident. jouir.
C'OAFiFRiMA, n. f. confirmation. COïkGRATtXASf^iOil, n. f. congra-
roii'Fi!!', n. m. confns. tulassion.
COA'FlMÀ et COMFIMAR, V. n. con- lo:if;RECiÀ et co.\(;rkc;ar (si), v.
finer. a. assembler ; v. pr. s'assembler. (V.
COMFIRIMÂ et COAFIRMAR, V. a. abrogà p. la conjug. du g et achertà
confirmer. p. la conjug. de Ve - Préface).
COMFiRiiAi^iiio.lt, n. f. confirma- roAfiiRKGAJiiiio^', n. f. congréga-
tion. tion.
COMFISCÀ et COMFISCAR, V. a. COll- €0%tiWkVM, n. m. congrès.
fsqiier. (V. ahdicà p. la conjug. CO^'JR, n. m. congé.
du c - Préface). CO.liJKDIÀ et cÔliJKDIAR, V. a.
€Oi%FiS€A<9iiioiv, n. f. confiscation. congédier.
COMFiTfRA, n. f. confiture. roikJFTtRA, n. f. conjecture.
€Oii)FO]i'URK, V. a. confondre: (part, tO.liJFTlRÀ et rOMJKTlRAR, V.
passé: « confus, usa »). a. conjecturer.
COAFORMÂ et CO.liFORMAR (si), V. CO]lJOf>]iF, V. a. et irr. conjoindre;
conformer. (V. abrogà
pr. et irr. se
p. la conjug. de Vo - Préface).
COiiFORiMAiME]!', adv. conformé-
(part, passé conjonch, a).
roAjOAjiioii', n. f. conjonction.
COiiJOXTrRA, n. f. conjoncture.
<
ment. roAJCC^À et C^OA'JCGAR, V. a. con-
ro!%FORMA$i!iio.\, n. f. conforma- juguer. (V. abrogà p. la conjug.
tion. du ^ - Préface).
roA'FORME, A, adj. coiifomie. COitJCCiAli, A. adj. conjugal.
C'OUFORiMiTÀ, n. f. conformité. lOAjrCiA^SIOM , et COHIUGA^
COUFORT, n. m. confort. filO.l), n. f. conjugaison.
€OilFORTÀ et lOMFORTAR, V. a. COH'JURA, n. f. conspiration.
et irr. (V. amolà).
conforter . COA.it RÀ et COAJCRAR, V. n. Com-
COI1FORTABI.A1IEIV, adv. conforta- ploter, conspirer.
blement. COAJCRAT, n. m. conjuré, conspi-
COiVFRAiRE, n. m. confrire. rateur.
COMFRARÏA, n. f. confrérie. COAIC, A, adj. conique.
COil'FRKRE, n. m. confrère. CÔAO, n. m. cône.
COMFROA'T, n. m. confrontation. COA'OISSK (si), V. a. connaître, v.
COMFRO.liTÀ et COMFROltTAR, V. pr. se connaître.
a. confronter. €OA'OisSEMSA, n. f. connaissance.
COA'FRO.iiTAi^SiOA', n. f. confron- €OAOl<i<§EAT, A, adj. connaissant,
tation. et connaissance, lien d'amitié. .
CON 69 CON
CO.^oiSStR, l^SA, n. connaisseur. COiv<iiGMA§t§iiOM,n. f. consignation.
CO.liQiKTA n. L dimin. de càncci : CO.ii>il€iM ATARI, n. m. consigna-
petite terrine à laver. taire.
COUÇUISTA, n. conquête.
f. CO]i'<^ii.lA, et COi«Sii.l.AR (pron.
COUQUISTÀ et €0.%4^i:iSTAR, V. a. consïa), V. a. conseiller.
conquérir. COMjiiJ.i.É, RA (pron. conseïè) n. m.
CO.lîQUiSTATOR, n. m. conquérant. conseiller.
COAS^ACRÀ et €0.1î§(ACRAR^ V. a. COA'siSTEUSA, n. f. consistance.
consacrer. CO.%*ii<iTÔRi, n. m. consistoire.
COMSACRASSio.iî, n. f. consécra- COiîiiifàiTRE, V. imp. consister.
tion. CÔ.\SO,n m. consul, maire (ancien).
.

CONSECUTIF, VA, adj. consécutif. CO.itSOi.A, n. f. console.


COMJiiECiRE, V. a. suivre et atteindre. COA<#oi.À et cOMfiOi.AR, V. a. et irr.
(P. la conjug. V. segre). consoler. (V. amolà).
COA'JiKXTi et COMSEMTIR, v. n. CO.ii«iOi.ABl^E, A, adj. consolable.
consentir (V. achertà p. la conjug. COASOiiAMT, A, adj. consolant.
de l'e - Préface). CO.i><iOi.AS$iiOM^ n. f. consolation.
COlfSEifTiME!¥, n. m. consentement. €^o.\««oiiAT, AUA, adj. consolé.
COH'SEQUEU'SA, n. f. conséquence. CO.liSOIiATOR, TRISSA, adj. con-
COMSEÇtEil'T. A, adj. conséquent. solatenr.
COA'SÉRVA, n. f. conserve. C0.1i$i>0|.l»À et COASOMRAR. V. a.
CO.ISERVÀ et COUSiERVAR, V. a. consolider.
conserver. (V. achertà p. la con- COMj^oi.iDAiij^lo.V, n. f. consolida-
jug. de Ve - Préface). tion.
CO.l'SERVAj§<ilO]%^ n. f. conserva- CO.iiSOMPSiOA, n. f. consomption.
tion. COA'tiiàAA et COMSOMAÎITA, n. f.

COlkf^ERVATÔRi, n. m. conserva- consonne.


toire. COASÔRT, n. m. consort.
COXfiERVATOR, TRI!§SA, n. con- COASTAUSA, n. f. constance.
servateur. COXSTAMT, A, adj. constant.
COMSÈr, n. m. conseil. COUSTAUTix, n. pr. m. Constantin.
COlfSEURE, V. concevoir.
a. Ind. — COXSTAMTIMÔPLE, n. pr. fem.
près.: concevi, conceves, conceu ou Constantinople.
conceve, conceven, conceves, con- CONSTATA et COMSTATAR, V. a.
cevon. — Imp.: concevi, etc. — constater.
Pas. déf. : conceveri etc. Fut.: — COASTATASSlON, n. f. constatation.
conceverai, etc. — Cond. prés.: coASTiTUSSiom, n. f. constitussion.
conceverii, etc. —Impér. conceu, COUîiuii, n. m. consul.
conceven, conceves. — Sub. que COASlXAT, n. f. consulat.
concevi, etc. —
Imp.: que conce- coxsDiiTA, n. f. consultation.
vessi. —Part, prés.: concevent. — CONSCIiTÀ et COMSUIiTAR, V. a.
Part, passé : conçut, uda. consulter.
CONSIDERA et COM<§IDERAR, V. a. COMSViiTASSiOM, n. £. consultation.
considérer. (V. achertà p. la con- COMSiJiiÀ et consuMAR, V. a. con-
jug. de l'e - Préface). sumer.
COMi§iDERABE,AiiEM, adv. Consi- COWSlJiiASSioii, n. f. consomma-
dérablement. tion.
COIISIDERABI.E, A, adj. considé- CONSUMAT, ADA, adj. consumé.
rable. CONSUMATOR, RISSA, n. m. con-
CO]i«iinERA^«iO]V, n. f. considéra- sommateur.
tion. COMSUME, n. m. consumation.
ConsiCiii'A, n. f. consigne. COMTÀ et CONTAR, V. a. et irr.
CO!ll§IÇiIlÀ et COHi^MiiMAR, V. a. compter et conter. —
Indic. pr. :
consigner. cuenti, cuentes, cuenta, contan, cou-
CON 70 CON
tas, cuenton. — Imp.: cuenta, con- COMTIMUEI., A, adj. continuel.
tan, contas. — Suhj pr. cuenti, . : COMTIMVEI.AMEM, adv. continuel-
cuentes, cuente, contan, contas, lement.
cuenton. (Le reste est régulier). COMTIMUITÀ, n. f. continuité.
COMTABII.1TÀ, n. f. comptabilité. COMTOAR ou COMTiiÔR, n. m. com^
COMTABiiE, n. m. comptable. toir.
COMTACT, n. m. contact. COMTOR, n. m. contour.
COMTACE, n. m. contagion. COMTORMÀ et COMTORMAR, V. a.
CO.lîTACiiOS, OA, adj. contagieux. contourner, entourer.
COMTAMT, adj. comptant. COMTORSIOM, n. f. contorsion.
COMTAT, n. m. comté. CÔMTRA, pré p. contre.
COMTE, n. m. compte, comte, conte. CÔMTRA, n. contre.
CÔHTE, n. pr. de ville et de personne. CÔMTRABAI.AMSÀ et COMTRA BA-
COMTE A, n. f. comté. liAMSAR, V. a. contre-balancer ou
COMTEMPIiÀ et COMTEMPliAR, V. vérifier le poids.
a. contempler. (V. achertà p. la COMTRABAMDA, n. f. contrebande.
conjug. de l'e - Préface). CÔMTRA BAMDIÈ, RA, n. contre-
COMTEMPLAfiSiOM, n. f. contem- bandier.
plation.
COMTEIIPI.ATIF, VA,
platif.
COilTEMPi,ATOR, Rii(i(A, n.
adj. contem-

Con-
CÔMTRABAMDER,
dier.
c6MTRA-BA<i|«!iA, n.
COMTRA-CARRÀ,
n.

V.
f.
m. coutrcban

coiitre-basse.
a. confrc-car-
I
templateur. rer.
COMTEMPORAM, A, adj. Contempo- COMTRACTÀ et COMTRACTAR (si),

rain. V. pr. se contracter.


COMTEMEMSA, n. f. contenance. COMTRA-cou, n. m. contre-coup.
COMTEMEMT, n. m. contenant. COMTRA-CCÔR (A), loc. adv. à con-
COMTEMClCT, DA, adj. contcnu. tre-cœur.
COMTEM'i et COMTEMIR, V. a. et irr. c6mtra-»am<4A, n. f. contredanse.
(V. TEMI), contenir. COMTRA»! et COMTRADIR (si), V.
COMTEMT, A, adj. content. a. et irr, en issi: contredire; v. pr.
COMTEMTÀ et COMTEMTAR,
contenter. (V. achertà p. la conjug.
V. a. se contredire.
CÔxMTRADiRE, v. a. et irr. en issi i
de l'e - Préface). contredire.
COMTEMTAitiEii', n. m. contentement. COMTRAOlimmoM, n. f. contradic-
COMTEMTESSA, n. f. contentement. tion.
COMTESSA, n. f. comtesse. COMTRADITORI, lA, adj. Contradic-
eOMTESTÀ et COMTESTAR, V. a. toire.
contester. (V. achertà p. la conjug. COMTRADITOR, TRISSA, n. con-
de l'e - Préface). tradicteur.
COMTEitTASidOM, n. f. contestation. CÔMTRA FAC;OM, contrefaçon.
n. f.

COMTlCiU, A,
adj. contiffu. CÔMTRAFAIRE, contre-
V. a. et irr.
COMTiMEMSA, n. f. continence. faire. (V. faire p. la conjug).
COMTIMEMT, A, adj. chaste. CÔMTRA-FlÊc, n. m. contre/il.
COMTIMEMT, n. m. continent. CÔMTRA-Fl'ÔRT, n. m. contrefort.
COMTiMEMTAi., A, adj. continental. CÔMTRACiEMT, (A...) loc. adv. rt COU-
COMTIMGEI'SA, n. f.contingence. tre-cœur.
COMTIMGEMT, A, n. m. et adj. con- CÔMTRA-JOR,
m. contre-Jour. n.
tingent. prononce pas).(«Jor», Vr ne se
COMTIMUA (DE,..), adv. par conti- CÔMTRA-JOR (A), loc. adv. à contre-
nuation, sans interruption. Jour. (« Jor », 1'/" ne se prononce
COMTIMUA et COMTIMIJAR, V. a. pas).
continuer. COMTRAI.TA, n. f. coutralto.
COMTiMiJAii§(iOM, n. f, continuation. CÔMTR A-MARC A^ n . f . contremarque.
CON GON
CÔHTRA-lIARCÀ et CÔHTRA-IIAR- COMTRififilOM, n. f. contrition,
€AR, V. a. contremarqiier. (V. lO.^TRI^TÀ et €OMTRlSTAR, V. a.
ahdica p. la conjug. du c - Pré- contrister.
face). COMTRIT, DA, adj. contrit.
CÔH'TRA-iiARCHA, n. f. contremar- lOMTROl.À et COMTROI^AR, V. a.
che. et irr. contrôler. {V. abrogà p. la
COUTRA-MESTRE, n. m. contre- conjuff. de Vo - Préface).
maître. COliTROi.E, n. m. contrôle.
COJl'TRA-illJl'A, n. f. contremine. COMTROi.lR, n. m. contrôleur^
CÔJVTRA-llIllÀ et CÔMTRA-mJlAR^ roii'TR'ÔRDRE, n. m. contr ordre.
V. a. contre-miner C'O.iîTROVERSA, n. f. controversc.
COUTRAMIRAl et COIlTRAlllRAIi, 10.1iTR0VER«i»À et COMTROVER-
n. m. contre-amiral. i^AWi,y.a.controverser. (V. achertà
CÔi\TRA-PEÀ, V. a. peser une deuxiè- p. la conjug'. de Ve - Préface).
me contrepeser.
fois, ^
roATllMACHA (EM), loc. adv. par
CÔHTRA-PEii, n. m. contre-poil. contumace.
CÔHTRA-PEX (A), loc. adv. à contre- roiiTiJMi (DE), adv. continuellement.
poil. roiîTiSiôif, n. f. contusion.
€Oi¥TRA-PES, n. m. contre-poids. ( O.^TtJ^IOlîÀ et COMTUSIOMAR, V.
CÔliTRA-POlSOM, n. m. contre- a. contusionner.
poison. roiîVAiiECEMT, A, ad'], convalesccnt.
COUTRA-POU'CHjii. m. contre-point. €OiiVAi.E€EMSA; n. f. convales-
CÔHTRA-PomcH (A), loc. adv. à cence.
contre-point. €OMTEMABi.AiMEiî, adj. convenable-
CÔHTRA-POIICHÀ et CÔHTRA-POM- ment.
CHAR, V. a. contre-pointer. COMVEMABi.E, A, adj. convenable.
COUTRARI, lA, adj. contraire. COiii'Ell'E.iiSA, n. f. convenance.
conTRARiÀ et coutrariar, V. a. roMVEMEMT, A, adj. convenant.
contrarier. COMiEMi et COMVEMIR, V. n. et irr.
COH'TRARiAitiEiV, adv. an contraire. convenir (V. t'Elîi).
CO.iiTRARiAiiT, A, adj. contrariant. COAA'EMSjiiiOM, n. f. convention.
COiiTRARlETÀ, n. f. contrariété. COA'VEiiT, n. m. couvent.
COiiTRA-SEUS, n. m. contre-sens. COiiVERfi, A, adj. et n. convers.
COMTRA-g^iCiME^ n. m. contre-signe. €01ÎVER§iÀ et COWVERSAR, V. n.
€èl%TRA-§)lfiiliÀ et CÔHTRA - SI- converser. {V. achertà p. la conjug.
GU'AR, V. a. contresigner, de Ve - Préface).
€OMTRA^<iioii% n. f. contraction. COiiVERjSA^^iOM, n. f. conversa-
COH'TRAIST, n. m. contraste. tion.
COATRASTÀ et COMTRAISTAR^ V. COiïWERi^iOM, n. f. conversion ; au
n. contraster. pi. convulsions.
COMTRAT, n. m. contrat. lO.lkTERTÎ et COMVERTIR, V. a.
COMTRATÀ et COUTRATAR, V. a. rég. et en issi: convertir,
irr.
contracter. changer, faire changer de résolu-
COMTRATAMT, A, adj. contractant. tion, de religion, etc. ; v. pr. se :

coi%TRA-TEM, n. m. contretemps. convertir.


CÔMTR'AUT, n. m. haute-contre. COMVEXE, A, adj. convexe.
cè]i'TRA-VEi.EM, n. m. contre-poi- COUVEXiTÀ, n. f. convexité.
son. CouvicsiOM, n. f. conviction.
CÔMTRAVEHisioii, n. f. Contraven- COiîViMCHE, V. a. convaincre.
tion. COUTiMCHEiîT, A, adj. convaincant.
c6.iiTRA-VE.iiT, n. m. contre-vent. COMVIMT, A, adj. convaincu.
COMTRIBUÎ et COmTRIBOR, V. n. COMVIT, n. m. banquet, festin.
et irr. en issicontribuer.
: COMVITÀ et COMIITAR, V. a, con-
€OiiTRiBii|[$i9lOlv, n. f. contribution. vier.
COP 72 COR
CO]¥^^VA, n. des deux genres : con- COPVR, USA, n. coupeur.
vive. COPiRA, n. f. coupure.
COMVO.i, n. m. convoi. COQiET, A, adj. coquet.
€OMVO€À et lOliVOCAR, V. a. et COQCETIÈ, n. m. coquetier.
irr.convoquer. (V. abrogà p. la COQCilil^A (pron. coquïa), n. f. co-
conjug. de Vo, et abdicà p. la con- quille.
jug. du c - Préface). COQt]|i.i.A<iiE (pron. coquïage), n.
f)0ll¥0€A<i$Sl0iv, n. f. convocation. m. coquillage.
€0.ii¥Ul.!iiF, \'\, adj. conviilsif. COQUIM, A, n. et adj. coquin, malin.
f^o.ikVixsiOiV, n. f. convulsion. COQlHHAS, n. et adj. (augm. de co-
COOPERA et COOPKRAR, V. a. coo- quin), grand coquin.
pérer. (V. achertà p. la conjug. de COQil.\ERlA, n. f. coquinerie.
y e - Préface). CORA, adv. quand.
€OOPER.4i(<9lo.li% n. f. coopération. CORADETA et COI.ADETA, n. f . fri-
COORDIMÀ et COORDIMAR, Y. a. cassée d'agneau.
coordonner. CORAGE. n. m. courage.
COORUlMA^jilOM, n. f. coordina- CORAC;io<i, OA, adj. courageux.
tion. CORAGlOjiAMElV, adv. Courageuse-
€6ÔRTA, cohorte.
n. f. ment.
€OPA. coupe, action et façon
n. f. CORAl (pron. coraï), n. m. corail.
de couper « copa de drap », une
; COR Ali, A, adj. choral.
coupe de drap ; terme de jeu de C^ORBA, n. f. courbe.
cartes : tailler. CORBÀ et CORBAR, V. a. courber.
COPA, n. coupe, vase à boire.
f. CORBATE'RA, n. f. courbature.
COPA ( PII.I.A E,iJ DOi UE), loc. s'en CORCÀ et CORCAR (si), V. a. et pr.
aller sans mot dire, disparaître. coucher et se coucher. (V. abdicà
COPÀ et COPAR, V. a. couper. p. la conjug. du c • Préface).
COPABi^E, A, adj. coupable. CORWACiE, n. m. cordage.
COPA-CISKU, n. m. libellule ou de- C^ORBÈiiA, n. f. lacet.
moiselle. CORUEI.À et CORDEI.AR (si), V. a.
COPAD.%, n. f. cochevis. et pr. lacer, se lacer. (V. achertà
COPADA, n. f. huppe. p. la conjug. de Ve - Préface).
COP AIR AGE, n. m. compérage CORDEliA€àA'A, n. f. aiguillée.
COPAIRE, n. m. compère, père nour- CORDEI.IÈ,
ricier, amant.
n. m. Cordelier; reli-
gieux de l'ordre de Saint-François.
1
COPAROSA, n. m. couperose. CORUETA, n. m. dimin. de cuorda:
COPA-PAPIÉ, n. m. coupe-papier. petite corde, ficelle.
COPA-TESTA, n. m. coupe-tête, (jeu CORDiAli, n. m. breuvage, cordial.
d'enfants). CORBlAli, A, adj. cordial.
COPA-WEIRE, n. m. libellule, de- CORDiAiilTÀ, n. f. cordialité.
moiselle. CORDIÈ, n. m. cordier.
COPÈ n. m. coupé. CORDO.lî, n. m. cordon.
COPET (A PEU), loc. à cloche-pied. CORDOA'ET, n. m. cordonnet.
COPIA, n. m. copie. CORDOUIÈ, n. m. cordonnier.
COPIA et COPIAR, V. a. copier. CORDIRA, n. f. couture.
COPII.I.A (pron. copia) n. f. gou- CORDCRÀ et CORDURAR, V. a. Cou-
pille. dre.
COPiOfi, OA, adj. copieujc. CORE, V. n. courir.
COPio<iAitiEiv, adv. copieusement. COREDOR, n. m. corridor, couloir.
COPii^TA, n. m. copiste. (L'z* ne se prononce pas).
COPi.A, n. f. couple. CORECii et COREGIR, V. a. corri-
COPiiET, n. m. couplet. ger (V. i.Etii).
COPÔ1.A, n. f. coupole. COREIA, n. f. courroie.
COPOU', n. m. coupon. COREiiASSlOM, n. f. corrélation.
COR 73 COR
€ORFX.%TlF, VA, adj. corrélatif. CÔRMO (€APÎ loc. ne rien
UM...),
CORKli'T, n. m. courant. comprendre ; saupre un côrno, »
«
COREMT, A, adj. courant. ne rien savoir; « audi un corno, »
CORKMTA, n. f. diarrhée. ne rien entendre.
CORKMTAifEll, adv. couramment. rÔRMO DE MAR, n. m. comct de
CORKUTin, A, n. et adj. coureur. mer; g-rande coquille de mollusque
CORKISPOIVDKX^A, n. f. correspon- marin.
dance. CORMtJCllo, n. m. cornet en papier
€ORENPOi\DE:]%T, A, adj. correspon- et en carton.
dant. CORIVUT, DA, adj. cornu.
CORK<!iPu6il»RE, V. n. etCÔRO, n. m. chœur.
irr. cor-
respondre. —
Indic. pr. : COROi^ARl, n. m. corollaire.
cores-
puondi, corespuondes, corespuonde, COROMPRE, V. a. et irr. corrompre
coresponden, corespondès, cores- (part, pas.: corot, coromput).
puondon. —
Imp. : corespondii, etc. COROMA, n. f. chapelet, couronne,
— Pas. déf.: corespondèri, etc. — corolle.
Fut.: coresponderai, etc. —
Cond.: COROHÀ et corohar, v. a. cou-
coresponderii, etc. — Imp. : cores- ronner.
puonde, coresponden, corespondès. roRO.iîAME.'V, n. f. couronnement.
— Subj. prés. : corespuondi, cores- COROMEU, m. colonel.
n.
puondes, corespuonde, coresponden, €ORO«#iE, VA, adj. corrosif.
corespondès, corespuondon. Imp.: COROfiiOA, n. f. corrosion.
corespondessi, etc. —
Part. pas. : CORP AS, n. m. augm. de cors: gros
corespondut et corespuôst. corps.
CORKfiiiio.lî, n. correction.
f. CORPATÀ, n. m. corbeau; au fig. :

€ORK«i^iO]ii:i., A, adj. correctionel sacristain et homme d'église.


« passa au coressionel. » CORPORAI^, n. m. corporal.
CORÈT, A, adj. correct. CORPORASSIOM,
n. f. corporation.
CORKTAMEIV, adv. correctement. CORPOREii,
A, adj. corporel.
CORETOR, n. m. correcteur. coRPri^EAJiA, n. f. corpulence.
CORÏA (V. COREIA). CORPULEUT, A, adj. corpulent.
CORIUOR, n. m. corridor. (LV ne CÔRii, n. m. corps.
se prononce pas). CORii, n. m. promenade et marché de
CORIÈ, n. m. courrier. Nice.
CORIÈGE, V. a. corriger. (Il n'est COR<i, n. m. cours.
employé qu'à l'infinitii). CORSA, n. f. course.
C'ORIÈRA, n. f. courrier, voiture. CORSACiE, n. m. corsage.
CORiCiiÀ et CORlCiiAR, V. a. corri- CORSARl, n. m. corsaire.
ger. CORSET, n. m. corset.
CORiGiBliE, A, adj. corrigible. CORSETIÈRA, n. f. corsclièrc.
€ORiôi.A, n. m. liseron, volubilis. CORT, A, adj. court.
€ORi§lTA, n. choriste. CORTAGE, n. m. courtage.
CORME, n. m. faîtage. CORTE, n. f. cour, basse-cour.
CÔRjVA, n. f. corne ; excroissance CORTE, n. f. cour.
dure qui sort de la tête du taureau, CORTE (FAIRE M) loc. faire la
du bélier. cour.
CORMAi., A, adj. cornu; au fig-. cocu. : CORTÈc;e, n. m. cortège.
CÔRMAUrsA, n. f. cornemuse. CORTIÈ, n. m. courtier.
CORMIS, n. f. cadre, bordure, cor- CORTISÀ et CORTISAR. V. a. cour-
niche. tiser.
CORH'iiioiv, n. m. corniche, entable- CORTISAM, A, n. m. courtisan.
ment. CORTIVÀ et CORTIVAR (V. CUL-
CÔRHO, n. m. cor, instrument de TIVA).
musique. CORissiOM, n. f. corruption.
CÔS 74 coû
eORCTiBl.K, A, adj. corruptible. COSTOS. OA, adj. coûteux.
COR VA, n. f. courbe. COSTRECH, A, adj. contraint, serré.
€ORVÈ, n. m. corvée. ^ COSTRECHA (A liA), loc. adv. aux
CORVKTA, n. f. corvette. abois ; jouer serré, agir avec atten-
CO!§A€, A, n. cosaque. tion, prudence; oljliger à parler.
COfiCRl, II. m. conscrit. COSTRECi.iiE, V. a. et irr. contrain-
COfiCRiCH, n. m. conscrit. dre, forcer, serrer; (part. pas. :

€0!i€Ri«i<iiOjV, n. f. conscription. costrech).


CO^IM, A, n. cousin. COSTRiMCiEUT, A, adj. constringcnt.
COSMETic, n. m. cosmétique. COSTRDÎ et COSTRliiR, v. a. et irr.
€OS.nKTi<|^tK, n. m. cosmétique. en issi, construire.
Cp^i^MOfiiRAFlA, n. f. cosmographie. COSTRllRE, V. a. et irr. construi-
COSMOi.OdiÏA, n. f. cosmologie. re. — /nd. prés. : costruisi, cos-
COSMOPOi.iTA, n. m. cosmopolite. truises, etc. —
(Ce verbe conserve
€OfiPIRÀ et roSPiRAR, V. n. cons- dans toute la conjugaison ce chan-
pirer. gement de ire en isi, ises, etc. ;

COiiPIRA!9SlOlî, n. f.conspirassion. excepté au futur et au condition-


CO§IPlRATOR, TRl<i§(A, n. conspi- nel, on peut dire: costruiserai,etc...
rateur. costruiserii,etc... et costruirai, etc..
COSSIEMT, n. m. quotient. costruirii. — Part, pas.: costruch.
COST, n. m. coût. COSTRissiOA', n. construction.
f.

€0<§T, n. m. chaume; groupe de pe- COSTRITOR, n. m. et adj. construc-


tites plantes. teur.
COST, (A TOUT...), loc. adv. coûte COSTlîM, n. m. costume.
que coûte. COSTUMA, n. f. coutume.
COSTA, n. m. côté, partie latérale. COSTUMAT, DA, adj. habitué.
COSTA, (A), loc. adv.: à côté. COTEi.À et COTFXAR, v. a. donner
COSTA (DE), loc. adv.: de côté. des coups de couteau. (V. achertà
COSTA et COSTAR, V. n. coûter. p. la conjug. de Ve - Préface).
COSTAWSA, n. f. constance. COTEI.ADA, n. f. couj) de couteau.
COSTAMT, A, adj. constant. COTEiiAS, n. m. péjoratif de co/ew;
COSTAMTEMEM, adv. constamment. gros et vilain couteau.
COSTAMTi.iî, n. pr. m. Constantin. COTEI.ERÎA, n. f. coutellerie.
COSTAiiTiMÔPiiE, n. pr. Constanti- COTFJ.ET, n. m. glaïeul.
nople. COTEiiiÈ, n. m. coutelier.
COSTECiiÀ et COSTECiiAR, V. a. cô- COTÈu, n. m. couteau.
toyer. COTIDIAX, ou 9UOTIDIAM, A, adj.
COSTEi.ASSiOM, n. f. constellation. quotidien.
COSTEI.ETA, n. f. côtelette'; au fig-. COTiCiiîA^lA, n. f. abicou blanc: sorte
personne très maigre. de figue.
COSTERMÀ et COSTERMAR, V. a. COTii.ii€Klî (pron. Gotïon), n. m. jupe.
consterner. COTiiiiiOiVET (pron. cotïonnet), n.
COSTERMASSIOM, n. f. consterna- m. dimin. de cotillon, petite jupe.
tion. COTIS, n. m. coutil.
COSTIPÀ et COSTIPAR (si), V. pr. COTISA et COTISAR (si), V. pr. se
s'enrhumer. cotiser.
COSTIPASSIOM, n. f. rhume. COTISASSIOM, n. f. cotisation.
COSTIPAT, DA, adj. enrhumé. COTO.w, n. m. coton.
COSTITlli et COSTITUIR (si^, V. a. COTOM A RAMA, n. m. cotou (hy-
et irr. en issi: constituer; v. pr. se drophile).
constituer. COTOIVA, n. f. cotonnade.
COSTITCSSIOM, n. f. constitution. COTO.ikOS, OA, adj. cotonneux.
COSTiTissionEi., A, adj. constitu- Côu, n. m. coup ; ndv. fois.
tionnel. CÔU (AU), loc. adv. à la fois; on l'eni-
GRÊ 75 GRE

ploie, avec un adj. num. cardinal CREAfiiilOil, n. f. création.


et avec l'adjectif Toi et Toti. — CREAT, n. m. création.
Ex. « Venon doi au cou », ils
: CREAT, ADA, adj. Créé.
viennent deux, CREATOR, n. m. Créateur.
CÔiJ d'ari.i, loc. coup d'air. CREATURA, n. f. Créature.
CÔr (»E...), loc. adv. quelquefois. CRECUA, n. f. crèche.
CÔtJ DE I^EUGA (AYK IM BEI!...), CREDEUT, a, ad], croyant.
\oc. avoir grande facilité de par- CREDI, n. m. crédit; « a credi »;
ler. loc. adv. à crédit.
CÔC «XES, n. m. coup d'œil. CREDITA et CREDITAR, V. a. cré-
CÔU DE MAM, loc. coup de main, diter.
aide. CREDITOR, A, adj. Créditeur.
l'ôu DE PE.¥, n. m. coup-de-pied. CREDO, n. m. credo.
CÔt DE POX, n. m. coup de CREDUU, A, adj. crédule.
poing. CREDUUITÀ, n. f. crédulité.
rou ÇUE M
A (DE...), loc. adv. y«e/- CREGME, V. a. craindre.
quefois... parfois. CREIOM, n. m. crayon.
CÔU DE SAMC, loc. coup de sang. CREioitÀetCREiOMAR, V. a. Crayon-
CÔU DE TESTA, loc. coup de tête. ner.
rôu (SU i.o...), loc. sar le coup, CRElRE, V. a. et pr. et irr. croire. —
tout de suite, immédiatement. Ind. prés. : cresi, creses, cres, cre-
céu (A... SECiUR), loc. adv. à coup sen, cresès, — Imp.: cre-
creson.
sûr. — Pas. déf. cresèri,
sii, etc. : etc.
eèu (TOUT EM UM...), loc. tout à la — Fut. creserai,: — Cond. etc.
— Imp.: crese, —
:

fois, tout à coup, soudain. creserii, etc. etc.


ro«E, n. m. (V. COE), (mieux que SubJ.prés.: — Imp.:
cresi, etc.
cove). cresessi, — Part, prés.: cre-
etc.
COVEXT, n. m. couvent. sen. — Part, pas.: cresut.
€0%ER, n. m. couvert. CREifii, m. augmentation, crue,
n.
COiRE-PiEDji, n. m. (français) cou- l'action de croître. — Éx. : « lo
vre-pieds. tîreisd'aquesta planta » la crois- :

€RA€, n. m. crack. sance de cette plante; « un creis de


€RA€A, n. f. craque. vianda » une excroissance de
:

CRACÀ et CRACAR, V. craquer.


n. chair. »
(V. abdicà p. la conjug. du c - CREISSE, v. a. augmenter ; v. n.
Préface). croîtî^e.
CRACHOAR, n. m. crachoir. CREISSEM, n. m. levain.
CRAiiPA, n. î.. crampe. CREisSEMfsiA n. f. ,croissance ;
CRAMPOMÀ et CRAMPOlbAR (si), V. espèce de gâteau en ^^êXe, fouace.
a. cramponner, se cramponner. CRÈitiA, n. f. crème.
CRAHO, n. m. crâne. CRÈMA (FAIRE UA), V. a. écrémer.
CRAMO, A, adj.//er. CREMÀ et CREMAR, V. n. briller.
CRAPUXA, n. f. crapule. (V. achertà p. la conjug. de 1' e -
CRASSA, n. f. crasse. Préface).
CRASSOS, OA, adj. crasseux. CREMAT, ADA, adj. brillé. — Cre-
CRATÈRE, n. m. cratère. mat, quartier de la banlieue de
CRAVACHA, n. f. cravache. Nice.
CRA%^%TA, n. f. cravate. CREMESIM, adj. et n. cramoisi.
CREA CREAR, V. a. Créer.
et CREU'Oi.iMA, n. crinoline.
f.
CREAMCIÈ, RA, n. créancier. CREUTA, n. f. crainte.
Creausa, n. f. créance, croyance. CREUTIF, VA, adj. craintif
CREAMSA (iiOi(TRÀ UA...), loc. don- CREUTOfi, A, adj. craintif.
ner une leçon de politesse, admo- Cre6i>., a, n. créole.
nester. CRÈP; n. m. bruit produit par l'ac«»
CRI 76 cm
tion de crever et l'action même ;
CRISSEMSA, n. f. fouace, (galette
éclat, explosion. épaisse).
CRÉP (FAIRK UM...), loc. faire fail- CRIST, n. m. Christ ; « sembla un
lite. crist » : être très m«igre, pâle, exté-
CREPA et CREPAR, V. a. et n. cre- nué, défait.
ver, éclater. (V. achertà p. la con- CRISTAI, n. m. cristal.
jug. de Ve - Préface). CRIST ALI A% A, adj. cristallin.
CRÉPA-CllÔR, n. m. crève-cœur. CRISTALISÀ et CRISTALISAR (si),
CRÉPA-PAUSA (A...), loc. ù éclater, V. a. cristalliser ; v. pr. se cristal-
à mourir iV indigestion. liser.
CRFiPi:<irijli, n. m. crépuscule. CRISTALISASSIOM. n. f. cristalli-
CRESEMT, A, adj. croijant. sation.
CRESPA, n. f. crêpe. CRIT, n. m. cri.
CREjiPÀ et CRE9PAR, V. a. crêper. CRITÈRI, n. m. critérium.
CRE^PEU. m. crêpe frit.
n. CRITIC, A, adj. et n. critique.
CRESPIM, n, m. pr. Crépi n. « San CRiTtC. n. f. critique.
Grespin », n. m. Saint-Frusquin. CRITIC A et CRITIC AR, V. a. Criti-
€RE$iPiMA, n. f. crépine. quer. (V. abdicà p. la conjug. du c
tRESSOiî, n. m. cresson. - Préface). *

€RE§(TA, n. f. crête, cime. CRITICO, A, adj. etn. critique.


CREfi^TÀ etCRESTAR, V. a. châtrer. CRIVEU, n. m. toile métallique pour
€RE«iiTAII., (V. CRIfiTAI). cribler le mortier, le sable : crible.
€RE<iTAT, ADA, adj. châtré. CROASÀ et CROASAR(si), V. a. croi-
€RESTIAM, A, n. Chrétien. ser ; V. pr. se croiser.
CRESTiAMAiiEM, adv. chrétienne- CROASAWA, n. f. croisade.
ment. CRMASCRA. n. L croisure.
CRESTlAMifillE, n. m. christia- CROAT, »A (plus usité que CROVAT),
nisme. adj. grêlé, marqué de la vérole.
CRE«iTlAMITÀ, n. f. chrétienté. CROC, n. m. croc.
rRESlîS, n. m. Crésus. CRO€\% et CROt^AR, V. a. croquer.
€RETO.liA, n. f. cretonne. (V. abrogà p. conjug. de Vo et
la
rREU (ARCHICÔTA DAU), n. m. abdicà p. l'a conjug. du c - Pré-
artichaut premier venu. face).
CREliS, ad. (français) creux. CRÔ(\%-RATO.li, n. m. chat.
CRIBLA CRIBI.AR,
et V. a. Cribler. CROCAliT, A. adj. croquant.
CRIBLE, n. m. crible. l'RÔCHA, n. f. béquille; crosse.
CRIC, n. m. cric. CROC II A. n. f. éc h as.se.
CRIDA, n. proclamation,
f. ban, Cr6ciie>C«e1'R (français), n, m.
criée; au pi. promesses de mariage. acrrorhe-cœur (coiffure).
CRIDÀ et CRIDAR, V. a. publier; v. CROCHET, n. m. agrafe, crochet.
n. crier. CROCHETA et CRÔcHETAR, V. a.
CRIDAIRE, A, adj. crieur, grondeur. agréer.
CRIDA IRE, n. m. crieur, criard. CROCHIEIS, n. m. crucifix.
CRIME, n. m. crime, délit. 4'ROio:%. n. m. crayon (V. CRElom*).
CRl.fii:iEli, A, adj. criminel. CRÔMPA, n. f. achat.
CRIM, n. m. crin. CROMPÀ et CROMPAR, V. a. ct irr.
CRIMIÈRA, n. f. crinière.- acheter. (V. abrogà p. la conjug.
CRIPTA, n. f. crypte. de \o - Préface).
CRiPTOCiAME, n. m. cryptogame. CROMPAIRE, A, n. m. acheteur.
CRISA, n. f. crise. CRÔ:VACA, n. f. chronique, histoire.
CRliiALlDA, n. f. chrysalide. CRÔMACO et CROxlîAQKISTA, n. m.
CRISPA et CRi«iPAR, V. a. crisper. chroniqueur.
CRISPA SiiiOM, n.f. crispation. CROUCEr, n. m. archet qu'on met
iîRlSSEM, n. m. levain. sur les berceaux des enfants.
Cru 77 GUI

CROi\€i]i% n. m. canne, gaffe. creuserion. Impér. creusa, crusen,


C^RÔXiC'O, A, adj. chronique, malade. crusès. —
Subj. creusi, creuses,
€RO.\i«9TA, n. m. chroniqueur. creuse, crusen, crusès, creuson.
CRÔAÔMÙTRFi, n. m. chronomètre. Imp. crusessi, etc. —
Participe —
CROf^tJAiiT, n. m. et adj. croquant; prés, crusan. Part, passé cru- —
gâteaux d'amandes séchées au four. sat, ada. (Dans toute la conjugai-
€R04^Ui!K, n. m. croquis. son prononcez eu à la française).
CRÔil, n. m. creux, cavité. CRUSTACÉ, n. m. crustacé.
CRO<ii, n. f. croix. CRUT, DA, adj. cru et cruel.
€RO^ (liA), église et quartier de la eu, pr. relat. interog. qui et celui
vieille ville. qui.
CRO^ DE MARMO (l.A), nom d'un CiiB, n. m. cube.
quartier et d'une rue de la nouvelle CUBA et CUBAR, V. a. cuber.
ville. €UBE€EUÀ et UUBECEUAR, V. a.
€RO§» (METRE su I.A), loC. tOltr- mettre le couvercle. (V. achertà p.
menter. la conjug. de Ve - Préface).
€RO§( (PUORTA), n. m. celui qui CUBECEU, n. m. couvercle.
porte la croix dans les processions. CUBERPIÈ ou CUTERPIÈ, n. m.
CROSCA, n. f. Académie de la Crosca. couvre-pieds.
€RO!^iFiRA, n. f. croisière. CUBERT, n. m. toiture.
€ROi§i(ii%, n. m. croc, canne-gaffe. CUBERT, A, adj. couvert.
€RO§iTA, n. f. croûte. euBERTA, n. f. couverture.
CRO^TA (ROMPRE £.A), loc. casser CUBICO, A. adj. cubique.
la croûte. €UÈCH, A, adj. cuit.
CRO§iTi.if, CROSTOM^ n. m. dim. de CUÈCHA, n. f. cuisson.
crostion : petit croûton. CUEIRE, v. a. et irr. cuire; v. pr.
CROfiTlorv, n. m. croûton. avoir chaud. —
Ind. prés, cueï,
€r6ta, n. cave, lieu souterrain où
f. cueies. cueie, cueien, cueiès, cueion.
l'on conserve le vin; grotte, voûte. — Imp. cueii, cueïes, cueïa, cueia-
CROTÀ etCROTAR, V. a. voûter. (V. van, cueiavas, cueïon. — Passé
abrogà p. la conjug. de l'o - Pré- déf. cueieri, etc. — Fut. cueierai,
face) . etc. —Gond, cueierii etc. — Imp.
CROVAT, (V. CROAT). cueie, cueien, cueiès. Subj. prés. —
CROYABI^E, A, adj. Croyable (fran- cueii, cueïes, cueïe, cuien, cuiès,
çais). cueïon. —
Imp. cueiessi, etc. —
CROA'AiV<§A, n. f. croyance (français). Part, passé : cuech (mais ordi-
€RUCiliFii(, n. m. crucifix. nairement l'on se sert de: faire
CRUCI, n. m. chagrin, tourments. eue ire).
CRi'CiÀ et CRueiAR (si), V. a. et CUEISSA, n. f. cuisse.
pr. tourmenter, se tourmenter, s'af- UUEMTÀ et eUE!VTAR
(V. COMTÀ).
fliger. €UER. n. m.
cuir.
CRliDAMEM, adv. crûment. CUÏOA, n. f. récolte.
CRtDEi., A, adj. cruel. cuiuui: (pron. cuiè), n. m. cuiller à
CRiiDEi.AMEiv, adv. Cruellement. soupe.
CRUDEiiTÀ, n. f. cruauté. CUiiiiiÈRA (pron. cuïera), n. f. cuil-
CRUDITÀ, n. f. crudité. ler à servir.
€Ri:i§À et €RU<iAR, V. a. creuser. — uuiuuî et CUIUI.IR de l'ancien CUEIU-
Ind. prés, creusi, creuses, creusa, lilR (pron. cui), v. a. et irr. cueil-
crusen, crusès, creuson. Imp. — lir. —Ind. prés. : cueilli, cueilles,
crusavi, etc. —
Passé déf. crusèri, cueille, cuillen, cuillès, cueillon. —
Fut. creuserai, creuseras, creusera, Imp.: cuillii, etc. — Pass. déf:
creuseren, creuserès, creuseran. — cuillèri, etc. — Fut. : cueillerai, etc.
Gond. prés, creuserii, creuseries, — Gomh : cueillerii, etc. — Imp. :
creuseria, creuserian, creuserias, cueille, cuiellen, cuillès. — Subj
8
cuo CUR
prés.: cueilli, etc.— Imp.: cueil- m. crémaillèj'e. « cuô » (pron. u
lessi, etc. — Part. pass. : cuillit. français).
CUIRASSA, n. f. cuirasse. CUÔR, n. m. cœur.
CtiiRASSA et CUIRASSAR, V. a. cui- CUÔR, (A¥K...), loc. oser.
rasser. CUÔR (BATRK i^O), loc. tressailUr,
t^UlRASSAT, »A, adj. cuirassé. palpiter.
CUIRASSAT; n. m. cuirassé. CUÔR (DE), loc. adv. de cœur, béné-
CUIRASSIÈ, n. m. cuirassier. volement, volontiers ; en vérité.
CCISTRK. n. m. cuistre. CUÔRDA, n. f. corde.
CCii'RE; n. m. cuivre. CUÔRDA DE viOE.O.¥, n. f. corde
CCE., n. m. cul. de violon.
CUE.ASSA, n. f. culasse. CUÔRDA (FAIRE DE), loc. tirer la
CUliATA, n. f. culotte, morceau de carotte.
derrière du bœuf, du veau. CUÔs, n. m. seau ; au fig.: bêtises,
CUE.OTÀ et cri^OTAR, V. a. culotter, balivernes.
noircir une pipe par l'usage. (V. CUÔS (CUMTÀDE), loc. dire, conter
abrogà p. la conjug. de Vo - Pré- des balivernes, des bourdes.
face). CUÔSSA, n. f. espèce de calebasse
CUliT, n. m. culte. dont se servent les paysans pour
CUXTivÀ et cci^TiVAR, V. a. culti- prendre les ordures liquides et fu-
ver. mer les plantes ; elle est employée
CUliTiVASSiOM, n. f. cultivation. aussi par les blanchisseuses pour
CUrTi%'ATOR, n. m. cultivateur. prendre la lessive ; au fig.; écervelé,
CUi^TURA, n. f. culture. tête vide.
CUMTÀ et CUATAR, V. a. et irr. CUÔSSA (ROMPE), loc. enmujeux,
compter, conter. — Ind. prés.: importun.
cuenti, cuentes,cuenta, cuntan,cun- CUÔSTA, n. f. côte, coteau, côte
tas, cuenton. —
Imp. : cuntavi, etc. (mer), pétiole (feuille).
— Pas. déf. : cunteri, etc. Fut. : — CUÔSTA DE BLEA, n. f. pétiole de
cuenterai, cuenteras, cuenterà, cuen- bette.
ieren, cuenterès, cuenteran, ou cun- CUÔSTA (Al'È 1.1... AU I.ÔMC), loc.
terai, etc. —
Gond.: cuenterii, cuen- paresseux qui se plie difficilement
teries, etc., ou cunterii. Impér.: — au travail.
cuenta, cunten, cuntès. Subj. — CUÔTA, n. f. occiput; au fig.: coup
prés. : cuenti, cuentes, cuente, cun- que l'on donne avec la main élar-
ten, cuntès, cuenton. Imp. : cun- — gie (au fig.: se dit aussi cuôt).
tessi, —
etc. P«/*^. /)/'e5.; cuntan. CUPlD, A, adj. cupide.
— Part. pas. cuntat.: CUPIDITÀ, n. f. cupidité.
CUO, n. m. culy (pron. u français). CUPIDOM, n. m. Cupidon.
CUO-BI..A11C, n. m. cul-blanc (oiseau), CURA, n. f. cure, traitement.
(pron. u français). CURA (Piri.À...), loc. prendre soin.
CUÔIRE (si) (V. CUKIRE). CURA et CURAR, V. a. curer, vider
CUÔE., n. m. cou et col. et nettoyer.
CUÔL.-DE-BOUTH.I.A, n. m. col de CURABUE, A, adj. curable.
bouteille, goulot. CURA-DEM,
n. m. cure-dents.
CUÔi^-DE-CAMiA, n. m. col de che- CURACiE, n. m. curage.
mise^ faux-col. CURAT, DA, adj. creusé.
euôi.-Di:-DA»iA, n. m. col de dame CURAT, n. m. curé.
(figue). CURBÎ et CURBIR, V. a. et irr. cou-
€UÔii-DE-PEil, n. m. coup-de- vrir. — Indic. prés. : cuerbi, cuer-
pied. bes, cuerbe, curben, curbès, cuer-
CuôiiA, n. f. montagne, colline. bon. — Imp.: cuerbe, curben, cur-
Cuèi.A, n. f. colle. bès. — SubJ.prés. cuerbi, cuerbes,
:

CUO-MASCIii: ou COMASCIiE, n. cuerbe, curben, curbès, cuerbon, -—


cUr 79 CUV
Part, pas.: cubert. (Le reste est CiJRiOilAiiEM, adv. curieusement.
régulier). CtJRiOiiiTÀ, n. f. curiosité.
CtJRlA, n. f. tribunal ecclésiastique CUiiTÔiiK, n. m. gardien.
qui a son sièg^e à l'évêché. Ctif^TÔDlA, n. f. garde, charge.
CVRioii, CURIOA, adj. curieux. ClJWETA, n. f. cuvette.
D

1), n. m. d ; quatrième
lettre de l'al- DAMDKI.OM, n. m. sorte d'ornements
phabet des consonnes.
et la troisième en forme de dentelle au fig. lo- ; :

DA, prép. de, chez, depuis, dès, à. ques pendantes d'un habit fripé.
OAI.A, art. cont. fém. sing. pour DAMDRAIÀ et DAMDRAIAR, V. n.
« da la » : de la. vaciller, chanceler, trembler, gre-
d'abôr, loc. adv. d'abord. lotter de fièvre, de froid, de fai-
U'ACÔRM, loc. adv. d'accord. blesse.
»AUÀ, n. m. imbécile, dadais. DAMCiiÈ, n. m. danger.
DACiA, n. f. dague. DAMGiEROfi. ©A, adj. dangereux.
UACiAM, n, m. dague large. DAMGiKROiiAiiEM, adv. dangereu-
»AI, art. cont. m. pi. pour « da lu » : sement.
des. DAMKJAMA, n. f. dame-jeannc.
UAii^ (pron. dai), n. m. faux. DAMiiA, n. danse. f.

DAif^iSKiMiil, n. m. jasmin. DAM^À et DAMfiiAR, V. n. danser:


UAiii, art. cont. fém. pi. pour « da au fig. « faire dansa quauqu'un »
: :

li » : des. faire danser quelqu'un, malmener.


DAlilA, n. f. dahlia. DAM<iiAiRK, A, n. danseur.
DAi'iM-nAiiAM (AU'À...), marcher les DAMiilR, ISA, n. danseur.
bras ballants, aller à l'aventure, à DAMTK, n. m. le Dante.
droite et à gauche sans suivre de DAMTKI.A, n. f. dentelle.
route certaine. DAPK, prép. près, voisin, auprès.
DAI.MATICA, n. f. dalmatique. DAPKRTOT, adv. partout.
WAiflA, n. f. dame, titre et jeu. DA QWt, loc. adv. d'ici.
UAMA, hie; demoiselle.
n. f. DARDAMA (FAIRK I.A...), loC. faire
DAMA (lil), n. pr. fém., nom d'un an- l'imbècille, agir en idiot.
cien restaurant à Nice. DARIK, RA, adj. dernier, et n. m.
BAMAISKI.A (V. DOMAIliKI.A). derrière.
UAMA^i, n. m. Damas. DARIK et DK DARIÈ, prép. et adv.
UAMAiiCA, 4^11, adj. fém. pi.; ne se derrière.
dit que d'une sorte de prunes. DARiK-MACiASiM, n. m. arrière
DAMASfiAT, DA, adj. damassé. magasin.
DAMECiiA^'A, n. f. dame-Jeanne. DARIKRAMKM, adv. dernièrement.
DAMEM (TEUl...), loc. faire atten- DARIKRKM€% A, n. m. et adj. des
tion. derniers (se dit des fleurs, fruits,
DAMiè, n. m. damier. légumes).
DAMOU et DK DAMOM, adv. là-haut. DARME€.;À et DARMKCiAJ9, n. m.
DAM, n. m. dommage. pie-grièche, brun-marron
DAMA et DAMAR (si), V. pr. se dam- DARi^KMA, n. f. darse.
ner. DARTRK. n. m. dartre.
DAMANiiiOM, n. f. damnation. DARTROS, OA. adj. dartreux.
DAMAT, DA, n. damné. DA^iiil, n. m. octroi ; barrière d'oc-
DAMDARIM, n. m. sorte de pâte : /)e- troi.
tit vermicelle. DATA, n. f. date.
DEB DEB

DATA et D.%TAa, V. a. dater ; v. n. DEB AMD AD A, n. f. débandade.


commencer. DEBAIÎDADA (A I.A), loC. adv. à ta
DATE, n. m. dé. débandade.
DATER!, n. m. datte. DEBARA^, n. m. débarras.
DATOiHr, n. pr. f. dimin. de « Doro- DEBARA^:§À et DEBARA§i!ilAR, V.
tea », Dorothée. a. débarrasser.
DAU, art. contr. au lieu de « da lo », DEBARCÂ et DEBARCAR, V. a.dé-
da et « de lo » (mieux que DÔIJ). barquer. (V. ahdicà p. la conjug.
DAU BVÔM, loc. adv. en vérité. du c - Préface).
DAtiFlM, n. m. dauphin ; marsouin. DEBARCAilEM, n. m. débarque-
DAUMACiE:, n. m. dommage. ment.
DAiiiiACiiE ! interj. C'est dommage! DEBAi§TÀ et DEBA§iTAR, V. a. en-
Quel dommage ! lever le bât.
DAUMAGIÀ et DAimAGIAR, Y. a. DEBAT, n. m. débat.
endommager. ( Mieux : ExUDAU- DEBATRE (si), V. a. débattre; v. pr.:
MACilÀ). se débattre.
DAURÀ et DAIJRAR, V. a. dorer. DEBAUCHA, n. f. débauchc.
DAURADA, n. f. dorade (poisson). DEBAUCHA et DEBAUCHAR, V. a.
DAU REfiTA, loc. adv. du reste. débaucher.
DAURIA, n. m. daurin (sorte de ha- DEBAUCHAT, ADA, adj. débauché
ricots très tendres). DEBEÇUIGAÀ et DEBEQUICiMAR
DAURIM, n. m. oiseau jaseur. (si), V. pr. se disputer, se querel-
DAURUR, n. m. doreur, joailler. ler, se dire des injures.
DAURURA, n. f. dorure. DEBERIT, IDA, adj. démêlé (en
DAUfit^iGMOA, adv. sinon, autre- parlant des cheveux).
ment. DEBIT, n. m. débit.
DAUS^ilTÔ, adv. aussitôt, de suite. DEBITA DEBiTAR, V. a. débiter.
et
DAUSSUBITO, adv. de suite, immé- DEBITAIT, A, n. débitant.
diatement. DEBITOR, TRli^i^A, n. débiteur.
DAYAM et DK DAVAA%
prép. et adv. DÈBI.E, A, adj. faible.
devant avant.
et DEBI.OCÀ et DEBiiOCAR, V. a. dé-
DAAAM, n. m. devant. bloquer. (V. abdicà^. la conjug. du
DAWAM-DARIÈ, loc. adv. à V envers. c et abrogà p. la conjug. de l'o -
DAVAMTIÈ, adv. avant-hier. Préface).
DAVAU, adv. en bas. DEBLOCÀ et DEBT.OCAR, V. a.dé-
DAVi€, n. pr. m. dimin. de « Ludo- boucler. (V. abdicà p. la conjug.
vic », Ludovic. du c - Préface).
DE, prép. de des (est em-
et art. indéf. DEBOxlDOMÀ et DEBOADOJIAR (si),
ployé quelquefois au lieu de da). V. a. débondonner ; au fig. v. pr.
DEAiiE, n. m. dé à coudre. (se dit d'un mourant), perdre ses
DEB An. A et DEBACI.E, n. f. et m. selles.
débâcle, difficulté, renversement de DEBORDA et DEBORDAR, V. n. et
fortune. déborder. (V. abrogà p. la con-
irr.
DEBAI.À et DEBAL.AR, V. a. débal- jug. de l'o- Préface).
ler. DEBORDAMEM, n. m. débordement.
DEBAiiACiE, n. m. déballage et toile DEBORSÀ et DEBOR«^AR, V. a. dé-
de déballage. bourser.
DEBAiiUR, n. m. celui qui déballe. DEBRii^, n. m. pi. débris.
DEBAMÀ et DEBAHAR, V. a. dévi- DEBROII.I.À et DEBROIMiAR (si),
der, éplucher, écosser ; au fig. : (pron. debroïà), v. pr. et irr. se dé-
manger avec avidité, parler préci- bi^ouiller. (V. abrogà p. la conjug.
pitamment. de l'o - Préface).
DEBAMDÀ et DEBAUDAR, V. a. dé- DEBUT, n. m. début.
bander. DEBUTA et DEBUT
AR, V. n. débuter.
DEC 82 DED
DEÇA, préfixe^ déca, dix. DECLARASKlOir, n. f. déclaration.
DEÇA et DE DEÇA, adv. de ce côté'Ci. DECLASSA et DECIiAlilSAR, V. a.
DECADEMitA, n. décadence.
f. déclasser.
DE CAIRE, loc. adv. de travers ; DECLASi^AT, DA, adj. déclassé.
au fig. « : l'avè de caire », être de DECE.IM, n. m. déclin.
mauvaise humeur. DECLIAÀ et DECLIMAR, V. a. et n.
DECALITRE, n. m. décalitre. décliner.
DECAMEROiî, n. m. décaméroîi. DECLIMASSIOM, n. f. déclinaison.
DÉCAMÈTRE, n. m. décamètre. DECOLÀ et DECOiiAR, V. n. décou-
DECAMPÔU OU DECAMPAI], adv. ler.
peu s'en est fallu. DECOMPOliÀ et DECOMPOliAR, V.
DECAMTÀ et DECAMTAR, V. a. dé- a. et irr. décomposer. (V. abrogà
canter. p. laconjug. de l'o - Préface : dé-
DECAPITA et DECAPITAR, V. a. composer).
décapiter. DECOMPOiiiKSlOM, n. f. décompo-
DECAPiTAi^SiOM, n. f. décapita- sition.
tion. DECOPÀ et DECOPAR, V. a. décou-
DECATI et DECATIR, V. a. en issi, per.
décatir. DECOPCR, CSA, n. découpeur.
DECÈ, m. décès.
n. DECORA et DECORAR, V. a. et irr.
DECEMRRE, n. m. décembre. décorer. (V. abrogà p. la conjug.
DECEUDEMSA, n. f. descendance. de l'o - Préface).
DECEMDEMT, A, n. et adj. descen- DECOR ASSiO.lî, n. f. décoration.
dant. DECORO, n. m. décorum.
DECEU'DRE, V. a. descendre. DECRASSUR, CSA, n. décrasseur.
DECEUî^A, n. ï. décence. DECREis, n. m. décroissement, di-
DECEAT, A, adj. décent. minution.
DECEMTA, n. f. descente. DECREISSE, V. n. décroître.
DECEUTAMEM, adv. décemment. DECREPIT, DA, adj. décrépit.
DECEPCiOx\, n. f. déception. DECRET, n. m. décret.
DECHEAMiiA, n. f. déchéance. DECRETA et DECRETAR, V. a. dé-
dechidA (si), v. pr. se décider. — créter. (V. achertà p. la conjug. de
Paî^t. passé : dechis, a. l'e - Préface: décréta).
DECHIFRÀ et DECHIFRAR, V. a. DECROTA et DECROTAR, V. a. et
déchiffrer. décrotter. (V. abrogà^. la con-
irr.
DECHIS, ISA, adj. décidé. jug. de l'o - Préface).
DECHiiilF, VA, adj. décisif. DECROTCR, n. m. décrotteur.
DECHISIOM, n. f. décision. DE ciOR, loc. adv. de bon cœur.
DECIDA et DECIDAR (si), V. a. dé- DEDACMAGE, n. m. dédommage-
cider ; V. pr. se décider. ment.
DECIMA, ou DÈCHIMA, n. f. dime. DEDAVMACilÀ et DEDAIIMACIAR,
DECIMA et DECiMAR,v. a. décimer; V. a. dédommager.
tailler en pointe un bâton par DEDEGMÀ et DEDECiMAR, V. a.;

extension couper l'extrémité de quel- dédaigner (V. achertà p. la conjug.


que chose et le raccourcir. de Préface dedegnà).
l'e - :

DECIMAI., A, adj. décimal, DEDEM, n. m. dédain.


DÉCIMÈTRE, n. m. décimètre. DÈDICA, n. f. dédicace.
DECXAMÀ et DECLAMAR, V. a. dé- DEDICÀ et DEDICAR, V. a. dédier,
clamer. (V. abdicà p. la conjug. du c - Pré-
DECl.AMAS!ilOM, n. f. déclamation. face).
DECLAMATOR, TRI§(JKA, n. et adj. DEDICASSIOM, n. f. dédicace.
orateur, déclamateur. DEDUIRE, V. a. et irr. déduire. (V.
DECiiARÀ et DECiiARAR, V. a. dé- COADIJIRE).
clarer. DEDUSSionr, n. f. déduction.
DEG 83 DEJ

DEESSA, n. f. déesse. degemerA et degemerar, v. n.


DE FACH, loc. adv. en effet. dégénérer. (V. achertà p. la con-
DEFAIL.E.A!V!§A (proii. defaïansa), jug. de l'e - Préface: dégénéra).
n. f. défaillance. DECiEAER.%j§SiOM, n. f. dégénéra'
DEFAUT, n. m. défaut. tion.
DEFEC§iioiir, n. f. défection. DECERBÀ etDECiERBAR, v. a. dé-
DEFEU'DRE, (si), V. a. défendre; v. fricher. (V. achertà p. la conjug,
pr. se défendre. de l'e - Préface: degerbà).
DEFE.ifSA, n. f. défense. DECiERÎ et DECiERiR, v. a. et irr,
DEFE.\«iiVA, n. f. défensive. en issi : digérer.
DEFE.it^OR, n. m. défenseur. DEGE^TIOM, n. f. digestion.
DEFEREHi^A, n.
déférence. f. DEGMÀ et DECiMAR (si), V. pr. dai'
DE FES, loc. adv. parfois. gner. (V. achertà p. la conjug. de
DEFÉT, n. m. défaut. l'e - Préface).
DEFETIF, VA, adj. défectif. DEGOLÀ et DECiOI^AR (si), V. a. et
DEFETO^, OA, adj. défectueux. n. précipiter, faire tomber; v. pr,
DEFICI, n. m. moulin à huile. dégringoler, se laisser choir. (V,
DEFICIÉ, n. m. meunier qui tient un amolà).
moulin à huile. DECiORDÎ et DEGORDIR (si), V. a,
DEFIDÀ et DEFIDAR, V. a. défier. et pr. irr. en issi: dégourdir et
DEFII.À et DEFii.AR, V. n. défier. déniaiser.
DEFilii et DEFiiiiR, V. a. et irr. en DEGORDIT, DA, adj. éveillé, vif
issi: définir. adroit, avisé.
DEFiMifSiSlOM, n. f. définition. DEGOT, n. m. goutte.
DEFiiiT, DA, adj. défini. DEGOTÀ et DECiOTAR, V. n. dégout-
DEFiniTiF, VA, adj. définitif. ter, é go ut ter.
DEFii\iTiVA (EM), loc. adv. en défi- DEGRADA et DEORADAR, V. a. dé-
nitive. grader.
DEFimiTiVAMEM, adv. définitive- DEGRADA!§<9lO]V, n. f. dégradation.
ment. DEGRAIIÀ et DEGRAMAR (V. DE§i-
DEFOMDRE, V. a. défaire. GRA.¥À).
DEFOMi^À et DEFOil§(AR, V. a. dé- DEGRE, n. m. degré.
foncer. DEGRIMGOI.À et DEGRIIlGOIiAR
defout, n. m. et adj. défunt. (si), V. n. et pr. irr. dégringoler et
DEFORME, A, adj. difforme. se ruiner. (V. amolà).
DEFORMITÀ, n. f. difformité. DEGUISA et DEGUI^iAR (si), V. a.
DE FLORA et DE DE FIIÔRA, loc. déguiser, déguiser.
v. pr. se
adv. dehors, en dehors. DEGUli^AiMEM, n. m. déguisement.
DEFRAliiÀ et DEFRAI^AR, V. a. DEGUM, A, pr. ind. personne, aucun,
défricher. DEi, art. cont. m. pi. mis p. « de lu »,
DEC^AGIÀ et DECiAC;iAR, V. a. dé- des.
gager. DEIFICÂ et DEIFICAR, V. a. déifier.
DECiACiiiAMEM, n. m. dégagement. [\ .abdicà p. la conjug. du c - Pré-
DE(^A<^lAT, DA, adj. dégagé. face).
DETAIL, (pron. degaï), n. m. dégât. DElFl€Ai(§tlO]V, n. f. déification.
DE€iAll.l.À etDECiAlM.AR (si)(pron. DEijiME, n. m. déisme.
degaïà), v. a. abîmer, gâter; au DEi^TA, n. déiste.
fig. : v. pr. mal se conduire, se DÉJÀ, adv. déjà.
corrompre. DEJET, n. m. quantité mauvaise et
DECiAST, n. m. dégât. inutilisable d'une marchandise quel-
DEdiKii, n. m. dégel. conque.
DECiiKiiÀ et deÙki.ar, v. a. et n. DEJIMI (A oc EM), loc. adv. à j'eun.
dégeler. (V. achertà p. la conjug-. DEJvmÀ et DEJiiHAR, V. n. Jeûner,
de l'e - Préface; dégelà). DEJum, n. m. Jeûne,
DEL 84 DEM
BEli.%
DEiiÀ,
art. cont.
adv. de là.
loc.
f. sing. de la. DELIVRAT, ADA, adj.
DELOCiADURA, n. f.
délivré.
dislocation,
I
DEi'À et DE DKI.À, adv. de Vautre luxation
côté, de ce côté-là. DELOYAL, A, adj. déloyal (français).
DEiiABRÀ et DEI.ABRAR, V. a. dé- DELOVALAMEM, adv. déloyalcmeut
labrer. (français).
DKE.ABRAMEM, m. délabrement. DELUBI, n. m. déluge.
n.
»Ei.Ai§i«iÀ et »FXAiil§lAR, V. a. DEMA€*0€ilA, n. f. démagogie.
délaisser. DEMAdiOUO, n. m. démagogue.
DEI^ASSÀ et DKI.ASSAR (si)^ V. a. DE haï, adv. davantage, plus.
et pr. délasser, se délasser. DEMAU, adv. demain,
«Ei.ASSAitiEil, n. m. délassement. DEMAUCÀ et DEMAMCAR LO (

DEiiATOR, n. m. délateur. CUOR), V. a. s'évanouir Ex.: —


nEi..È, n. m. délai. « mi demanca lo cubr », je sens que
DEI^ECÀ et DEI^ECiAR (si), V. a. je vais m'évanouir. (V. abdicà p.
déléguer, délayer, v, pr. se fon- la conjug. du c - Préface).
dre, se délayer, se dissoudre ; au DEMAIVDA, n. f. demande.
fig.: mourir d'envie. (V. abrogà p. DEMAliDÀ et DEMA^'DAR, V. a. de-
la conjug. du - Préface).
(jr mander.
DEi.ECiAii!iio.¥, n. f. délégation. DEMAlîGEi^OM, n. f. démangeai-
DEi.ECiAT, n.m. délégué. son.
DEE.I, art. cont. fém. pi. des (pour DEMAlîCilÀ et DEMAACIAR, V. n.
deli). démanger.
DELIBERA et DEI.IBERAR, V. n. DEMAUTIBULÀ e t DEMAUTIBtJ-
délibérer. (V. achertà p. la conjug. LAR. V. a. démantibuler.
de l'e - Préface délibéra). : DEMARÀ st DEMARAR, V. a. dé-
DEMBERAlT, A, adj. délibérant. marrer.
DEMBERANf^iOA'. 11. f. délibération. DEMARCHA, n. démarche. f.

DEiiiBERATlF, VA, adj. déUbèratif. DEMASCÀ et DEMAI9CAR, V. a. dé-


DEl.l€ADO!i, A, adj. dini. de « dé- masquer. (W abdicà . p. la conjug.
licat »: assez délicat. du c - Préface).
DELICAT, DA, adj. délicat. DE M ATI 11, loc. adv. pendant le
DELICATAMEM, àdv. délicatement. matin, de bonne heure.
DELiCATEji^A, n. f. délicatesse. DEMELA et DEMELAR, V. a. dé-
DEiiiC'l, n. m. délices. mêler. (V. achertà p. la conjug.
DELIC^IA, n. f. délices. de l'e - Préface demelà). :

DEiiiriOK, OA, adj. délicieux. DEMELOAR, n. m. démêloir.


DELiriOiiAiiiEM, adv. délicieuse- DEMEMÀ et DEMEMAR (si), V. pr.
ment. se démener.
DEiiiGÀ et DEiiiCiAR, V. a. délier. DEMENTI et DEME.VTIR, V. a. et
(V. abrogà p. la conjug. au g - irr. en issi : démentir.
Préface). DEMEMTIDA, n. f. démenti.
DELIGEMSA, n. f. diligence, voiture DEMERITA, et DEMERITAR, V.
publique. intr. démériter.
DELIMEÀ et DEMMEAR, V. a. déU- DEMERITI, n. n\. démérite.
néer. DEMETRE (si), V. pr. ct irr : se dé-
DELmEAMEM, n. m. délinéation. mettre (V. ADMETRE).
DEi.iHQtiEMT, A, n. délinquant. DEMifiSiOM, n. f. pi. démission.
DELIQUI, n. m. évanouissement. nw:Mtmmto\À et DEMiiiiiioMAR, v.
DELIRA etDELiRAR, V. n. délirer. n. démissioner.
DELIRI. n. m. délire. nFjMtmmtox\Ri, n. m. démission-
DELIVRA et DELIVRAR, V. a. déli- naire.
vrer. DEMI-TOR, n. m. demi-tour.
DELivRAH^A, n. f. délivrance. DEMOCRA!§§iiA, n. f. démocratie.
^
DEMOCRATE,
démocrate.
DEN
n. des deux genres,

DEMOCRATlC, A,adj. démocratique. REMOMSIASSIOM,


DEMOCRATICO, A, adj. démocrati-
que.
tion.
85

REMOMSA
noncer.

REA'OMSIATOR, TRISSA,
et
DEP
REMOMSAR,
n. f.
V. a. dé-

dénoncia-

n. dénon-
DEMOLI et DE110I.IR, V. a. et irr. ciateur.
en issi: démolir. REMOTÀ et REMOTAR, V. n. déno-
DEMOliliiSlOM, n. f. démolition. ter. (V. abrogà p. la conjug. de To
DEMOi1iETI!§À et DEMOIlETI<9AR, - Préface).
V. a. démonétiser. R'EM PREMIÈ, loc. adv. au premier
DEMÔH'i, n. m. démon. abord, d'abord.
DEMOMTÀ et DEMOiVTAR (si), V. a. REHS, A, adj. dense.
démonter; v. pr. se mettre en co- REH'SITÀ, n. f. densité.
lère. REMT, n. f. dent (usité à la monta-
REMOATACiE, n. m. démontage. gne).
DKlIORAI.IitÀ et DEMORAI.IISAR REMTARA, n. f. dentée.
(si), V. a. démoraliser ; v. pr. se REMTARliRA, n. f. dentition.
démoraliser. REMTAU, n. m. augm. et pejor. de
RE»iORAi..iiiAi§i^lO]l, n. f. démora- den ; grosse et vilaine dent.
lisation. REMTIHA, n. f. dim. de den ; terme
DEMOSITRÀ et UEHOi^TRAR, V. a. d'enfant, petite dent.
démontrer. (V. amolà).
et irr. REMTISTA, n. m. dentiste.
DEMOiiTRAïifilOA', n. f. démonstra- RE MtiÈCH, loc. adv. de nuit.
tion. REÔR, n. m. dehors.
DEiio§iTRATlE, démons- REPAMRE... (AlJ), loc. pr. aux dé-
l'A, adj.
tratif. pens de...
REMiuÀ et REMUDAR, V. a. chan- REPAR, n. m. départ.
ger (ne se dit que du linge ou des REPARTAMEM, n. m. département.
étoffes lorsqu'ils perdent leur cou- REPASSA et REPASSAR, V. a. dé-
leur). passer, franchir.
REMUORRRE, V. n. et irr. démor- REPAUÀ et REPAWAR, (pl.usité que
dre (V. corespuondre) REPAUWÀ et REPAUVAR), V. a.
RElilRfiî et REMlIRf^lR, V. a. et déposer.
irr.éteindre. (V. AHiLRfîïi) (passé REPAYA et REPAVAR, V. a. dé-
en désuétude). paver.
REMUT, n. m. robe de deuil. REPEMREH'SA, n. f. dépendance.
REii, n. f. dent. RKPEA'REUT, A, adj. dépendant.
R'EM AMO.iî, loc. adv. d'en haut. REPEMREMTAMEM, adv. dépcndam-
REMA^l et RE REMAM, loc. adv. de- ment.
vant, de devant. REPEMRRE, v. n. dépendre.
REMAll' (PASSA...), loc. pas sé devant; REPERi et REPERiR, V. u. et irr.
« anà, si faire denan »: aller, pas- en issi : dépérir.
ser devant. REPERlSSAMEM, n. m. dépérisse-
REiiÈR.%, n. f. natation, nage. ment.
REAERÀ et REiltERAR, V. n. nager. RE PES, loc. adv. aisément, facile-
(V. acherlà p. la conjug. de l'e - ment.
Préface: dentdà). REPI^ORÀ et REPiiORAR, V. a. dé-
REiiîERAiRK, A, n. nageur. plorer. (V. abrogà p. la conjug. de
REMKMRRÀ et REHKMRRAR, V. a. Vo - Préface).
oublier. (V. achertà p. l'e - Pré- REPE.ORARliE, A, aâ']. déplorable.
face: dénombra). REPÔ, n. m. dépôt.
remic^rA et REUlCiRAR, V. a. dé- REPORTA et REPORTAR, V. A. et
nigrer. irr.déporter. (V. amolà).
REiviGRAitSiOM, n. f. dénigratioH. REP0RTA!iJ§10iV, n, f. déportation.
DER 86 DES

DEPOfiÀ et DEPOSAR, V. a. dépo- DERiTAJiiSlOM, n. f. dérivation.


ser. (V. abrogà p. la conjug. de l'o DERIVAT, n. m. dérivé.
- Préface). der:vieraimem, adY. dernièrement.
DEPOSliiSiOM, déposition (ce
n. f. DEROCÀ et DERO€AR
(si), Y. a. en-
qu'un témoin dépose en justice). lever, prendre un poisson de roche;
UEPOiilTARl, n. m. dépositaire. Y. pr. et irr. tomber rapidement
DEPR.%¥À et REPRAVAR, Y. a. dé- d'un lieu très élcYé, précipiter d'un
praver. rocher. (V. abrogà p. la conjug. de
DEPRAWAfiSiOM, dépravation. n. f. l'o et abdicà p. la conjug. du c -
DEPRAWAT, DA, dépravé. adj. Préface).
DE PROFOMDIS, n. m. de profond is. DEROGÀ et DEROf^AR, Y. n. et irr.
REPIJRÀ et DEPURAR, V. a. dépu- déroger. (V. abrogà p. la conjug.
rer. de l'o et du ^ - Préface).
REPVRAiiSlOM, n. f. dépuration. DEROTA, n. f. déroute.
DEPURATIF, VA, adj. dépuratif. DEROTÀ et DEROTAR, Y. a. dévOU-
DEPUTA et DEPtiTAR, V. a. dépu- ter.
ter. DER VIA et DERVIAR, Y. a. éveiller.
DEPUTASfilOM, députation.
n. f. DES, préfixe ayant un sens négatif.
DEPUTAT, n. m. député. DÈS, adj. num. card. dix.
DERACmÀ etDERA€lMAR,v. a. dé- DESABIUliÀ et DESABII.UAR (pron.
raciner. desabïà), y. a. déshabiller.
DERADÀ et DERADAR (si), V. a. DESABITAT, DA, adj. non habité.
pervertir et dérader; v. pr. se per- DESABITUÀ et DESABITUAR (si),
vertir, se perdre. Y. a.désaccoutumer ; y. pr. se dé-
DERAIM.À et DERAIUUAR (pron. saccoutumer.
deraïa), v. n. dérailler. DESAIORDÀ et DESAiORDAR, Y.
DERAiu.i>rAiiEii (pron. deraïamen), désaccorder. (V. abrogà
a. et irr.
n. m. déraillement. p. la conjug. de l'o - Préface).
DERAMftilÀ et DERAIV6IAR (si), V. a. DEfiACORDl, n. m. désaccord.
et pr. déranger ; se déranger. DESACOSTUMÀ et DES A COSTU-
deramgiamÈM; n. m. dérange- MA R (si), Y. désaccoutumer;
a.
ment. Y. pr. 5e désaccoutumer.
DERAI§i(|]lÀ
déraciner.
et DERASSIMAR^ V. a. DESAFECIOIVÀ
Y. a. désafectionner.
et DESAFECIOMAR, ^
jB
DERAUBÀ et DERAUBAR (si), V. DESAFITÀ et DESAFITAR (si), Y. a. ^
pr. emmener de force ou par sé- et pr. donner et reccYoir le congé
duction, enlever. d'une location.
DEREGLA et DERECiii.AR, V. a. dé- DESAFORTU.l'AT, DA, adj. malheu-
régler, déranger. (V. achertà p. la reux.
conjug^. de l'e - Préface dérégla). : DESACiA^'TÀ et DESAGA^'TAR, (si),
DERECiI>.AiHEM, n. m. dérèglement. Y. décrocher, dépendre
a. ; y. pr.
DERECiiiAT, DA, adj. déréglé, dis- se décrocher, se dépendre.
solu. DESA^lRAMEM, n. m. désagrément.
DEREMÀ etDERE.lîAR, V. a.éreiuter. DESACiREABUAMEM, adY. désa-
DEREHAT, ADA, adj. éreinté. gréablement.
DERESOUÀ et DERESOUAR, Y. n. DESACiREABUE, A, adj. désagréa-
déraisonner. ble.
DERE§(OMABUE^ A, adj. déraison- DESACREGÀ et DESA€iREC;AR
nable. Y. a.rendre une terre inculte. (V.
DERIGIÀ et DERlCilAR, Y. a. di- abrogà p. la conjug. du g. et
riger. achertà p. la conjug. de l'e - Pré-
DERiiiiOM, n. f. dérision. face).
DERIVA et DERIVAR, Y. n. dériver, DESALTERA et DESAUTERAR (si),
provenir. V. pr. se désaltérer. (V. achertà
I p. la
salterà).
conjug. de
DES

l'e - Préface : de-


87

de l'e - Préface : desatelà).


DES

dételer. (V. achertà p. la conjug:

DKSAE.i;CiÀ et DE)9AE.i;CiAR (si), DESAUBEDl et DESAUBEDIR, V. n.


V. pr. disloquer (en parlant des irr. en issi : désobéir.
os qu'on fait sortir de leur place.) DESAIJBEDIEMSA, n. f. désobéis-
(V. abrogà p. la conjug. au (7^ - sance.
Préface). DESAUBEDIEMT, A, adj. désobéis-
DESAMÀ (SI SEMTi...), loc. s'affai- sant.
blir, se sentir faible. N'est em- — DESAUBiilCiEMT, A, adj. désobli-
ployé qu'après le verbe « si senti ». geant.
desÂmat, ada, adj. amaigri, exté- DESAUBI^ICilÀ et DESAUBI.IGIAR,
nué, défait. V. a. désobliger.
DEliAM^'UlÀ et DE§(AMxlît;iAR, V. DESAUCUPAT, DA, adj. désoccupé.
a.
désennuyer. DESAcmOR. n. m. déshonneur.
DESAPARlIil. e t DEHAPARU.- DESAIJJIORÀ et DESAUMORAR, V.
E.AR (pr. desaparïa), v. a. dépa- a. déshonorer.
reiller. DESAllMORAMT, A, adj. déshono-
DESAPIilCÂ et UESAPLICAR (si), rant.
V. a. désappliquer, v. pr. se désap- DESAVAMTAGE, n. m. désavan-
pliquer. (V. abdicà p. la conjug. tage.
du c - Préface). DESAYAMTACil et DESAWAMTA-
DEiiAPiilCAT, DA, adj distrait, dé- . ClAR, V. a. désavantager.
sœuvré. DESA¥AilTA€iios, OA, adj. désa*
DEI§APRO¥À et »ESAPRO¥AR, V. vantageuœ.
a. et irr.désapprouver. (V. abrogà DESA¥IAT, DA, adj. désœuvré.
p. la conjug. de Vo - Préface). DESBAliÀ et DESBAE.AR, V. a. dé-
DEiiAPROVAii^lOM, n. f. désappro- baller.
bation. desbai.ac;e, n. m. déballage.
DEi^ARAMGIÀ DEJiARAiliGIAR,
et DESBAUCÀ et DESttAMCAR, V. a.
V. a. déranger. (V. DERAMCilÀ). enlever la caisse au fig. enlever la ;

DESARCiEATÀ et DEïiARGE.lîTAR, place à quelqu'un. (V. abdicà p. la


V. a. désargenter. (V. achertà p. la conjug". du c - Préface).
conjug-. de l'e - Préface désar- : DESBAADÀ et DESBAMDAR, V. a.
genta). débander.
DEi^ARMÀ et DE!§AR1IAR, V. a. et DESBARÀ et DESBARAR, V. a. en-
n. désarmer. lever le frein.
DEi§ARiiiAiiE]V, n. m. désarme- DESBARASSÀ et DESBARASSAR,
ment. V. a. débarrasser.
DEl§AR]lE!§eÀ et DEitARMElSCAR, DESBARCÀ et DESBARCAR, V. a.
V. a.enlever le harnais au lig.: débarquer. (V. abdicà p. la conjug.
dépouiller, enlever. du c - Préface).
DESASSEMBLÀ e t DESASSEM- DESBARCAMEM, n. m. débarque-
Bi.AR, désassembler. (V.
V. a. ment.
achertà p. la conjug. de l'e - Pré- DESBAST, n. m. terme de jeu (obli-
face desas sembla).
: gation pour le perdant de payer les
DESASSOCIÀ, et DE!iASi(0€lAR (si), consommations)
V. a. désassocier ; v. pr. se désas- DESBASTÀ et DESBASTAR (si), V.
socier. pr. (termede jeu) payer les con-
»EI§ ASSORTI et DESASSORTIR (si), sommations lorsque l'on perd.
V. a. et pr. irr. en issi, désassortir, DESBASTÀ et DESBASTAR, V. a.
et 5e désassortir. enlever le bât.
DESASTRE, n. m. désastre. DESBASTÎ et DESBASTIR, V. a. et
DESASTROS, OA, adj. désastreux. irr. en issi; débâtir, enlever le bâti
DESATELÀ et DESATELAR, V. n. d'une couture.
DES 8 DES

DEliBATEGIÀ
V. a. débaptiser.
et DESBATEGIAR, a. éventrer. (V. achertà p. la con-
jug. de l'e - Préface desbudelà). :
1
DEiiBAU€HA, n. f. débauche. »E<iBURTÀ et DESBURTAR, V. a.
DESBAICHÀ et DE<iBAlirHAR, V. vider, nettoyer, enlever les boyaux
a. débaucher, jeter dans la débauche. d'une volaille, d'un poisson; enle-
DESBEMDÀ et DESBE.¥DAR^ V. a. ver la partie intérieure « burta »
débander. d'une courge, d'un concombre, d'une
DESBERl et DE9BERIR; V. a. et aubergine.
irr. en issi, démêler. DEfiC ACHETA et DES^CACHETAR,
DESBI.OCÀ et DE!9BI.OCAR, V. a. V. a. décacheter.
déboucler. (V. abdicà p. la conjug. DEliCADEAÀ et UESCADEHAR, V.
du c - Préface). a. déchaîner.
DESBI.OCÀ et DESBI.O€AR, V. a. BE9CAI.À et DESCAI^AR, V. n. tom-
et irr.débloquer. (V. abrogà p. la ber en disgrâce, perdre une posi-
conjuff. de Vo et abdicà p. la con- tion, altérer sa santé.
ju^. du c - Préface). DESCAMPÀ et DE§»€AMI*AR^ V. n.
DEISBOCÀ et DESBOCAR,
dé- V. a. décamper.
border, sortir avec impétuosité. (V. DEfiCAMTÀ et DESCAA'TAR, V. a.
abdicà p. la conjug^. du c - Pré- désenchanter.
face). DEJiCAPRICIÀ et DESCAl'RICIAR
BE^BOCAT, DA, adj. personne qui (si), V.décourager ; v. pr. se
a.
dit des obscénités. décourager.
DESBO.liDÀ et BE$»BO.%DAR, V. a. DESC ARAfiliOAÀ et DE!iCARA$i$i€»-
débonder. IVAR, V. a. ôter les échalas de la
DE9BORÀ et BESBORAR, V. a. dé- vigne.
bourrer. DEiirAREMÀ et DE«iCAREMAR(si),
DE9BORDÀ et DKSBORRAR, V. a. V. pr. rompre le jeune manger ;

et irr. déborder, ôter bordure.


la d'une production nouvelle.
(V. abrogà p. la conjug. de Vo - DEfiCARCiÀ et DEiiCARCiiAR, V. a.
Préface). décharger, exonérer. (V. abrogà p.
DK^BORi^À et DESBOR^AR, V. a. la conjug. an g - Préface).
débourser. BE9€AR€^A n. f. décharge.
DE.4BOTOMÀ et DE^ROTOIÎAR, V. »E<#rAR€i:AMEli', n. m. décharge.
a. et pr. déboutonner. REMCARAÀ et DE«iilARMAR, V. a.
»E<iBRAIÀ et DE<SBRAIAR, V. a. décharner.
Ôter le pantalon. »Eli€ARAAT, ARA, adj. décharné.
DEfiBRIDÀ et DE<9BRinAR, V. a. »E<#€AR1*A (EA), loc. sortir en de-
débrider. dans de l'équerre (terme de maçon).
DE!!9BRIGÀ et DESRRIGAR (si), V. DESCASSÀ et DEJH^Aill^AR, V. a.
pr. dépêcher, se hâter. (V.
5e chasser, renvoyer.
abrogà p. la conjug. du - Pré- rjr RESCACS, SSA, adj. déchaussé.
face). UESCAUSSÀ et DESCAIISSAR (si),
tfESBRICiÀ et DESRRIf^AR, V. a. V. a. déchausser ; v. pr. ôter ses
réduire en petits morceaux, égru- chaussures.
ger, émietter. (V. abrogà p. la DE9CA¥À et DESCAVAR, V. a. creu-
conjug. du ^ - Préface). ser, déterrer.
BESBRU.À et Dl!:<iBRlI.AR, V. a. DEI§€HARC;iÀ et DESCHARC^IAR,
débrider. V. a. décharger, ôter la charge.
UE«iBROII.lA et UESBROII.I.AR DEi»€I.A¥À et RESCI.AVAR, v. a.

{^\) (pron. desbroïà), v. a. dé- ouvrir.


brouiller; V. pr. se débrouiller. DEfiCLAVElA et »E§(lIiA%EI.AR,
(V. abrogà p. la conjug-. de Vo - V. déclouer. (V. achertà p. la
a.
Préface) conjug. de l'e - Préface descla- :

»E§IBVDEI.À et BEi(BlDEIiAR, v. vclà).


I
DEi^COBLÀ
désaccoapler.
et
DES

UEiàlCOBLAR^ V. a.
89

BE§(€RA<$!9À
décrasser.
et
DES

BE§(€RA§(!KAR, V. a»

DE^COBLAT^ ADA, adj. désaccou- BEisCRAiiiSUR, CSA, n. et adj. dé-


plé.. crasseur, teinturier,
DEJl^COCHÀ et DEI^COCHAR, V. n. BEiiCREBlTÀ et BEliCRJEBlTAR, V.
découcher. a. décréditer.
DENCOComÀ et dk^cocomar, v. BESCREIIÀ et BEiiCREllAR, V. a.
a. terme d'agriculture ; enlever les écrémer. (V. achertà p. la conjug.
cocons. de Ve - Préface descremà). :

BESCOIFÀ et BEJiiCOlFAR, V. a. BEfiCRlEVRi], V. a. irr. décrire (des-


décoiffer (pron. oi français). crivi, etc.. pour le reste. V. aper-
DE^COLÀ et BK^€OI.AR, V. a. et ceure, excepté le participe passé qui
irr. décoller, détacher ce qui était est descrich).
collé ; au fig. fléchir dans ses réso- BESCRIPTIF, VA, adj. descriptif.
lutions. (V. amolà). BKS€Rii><9lOM, n. f. description.
BK^COLETÀ et BE$i€OI.ETAR (si), BESCROCHÀ et BESCROCHAR, V.
V. décolleter, enlever le col d'un
a. a.décrocher. (V. abrogà p. la con-
vêtement; v. pr. se décolleter, se jug. de Vo - Préface).
découvrir le cou. BEI9CROCHETÀ et BE§ieRO€HE-
BK^coi.ORÎ biï:<^€OI.orir, v. a.
et TAR, V. a. dégrafer.
et irr. en issi, décolorer, détein- BESCRO§iTÀetBE:§(€ROJiTAR, V. a.
dre. (/m'OM/er (terme de maçon) ôter l'en-
DE^COMPO^À et BE§(C01IP0SAR, duit d'un mur.
V. a. et irr. décomposer. (V. abrogà Bi:§iCLBi<:€i:i.À et bescijbkce-
p. la conjug. de Vo - Préface). liAR, V. a. ôter le couvercle. (V.
DE<9COMPOj$i!$!!iloiv, n. f. décompo- achertà p. la conjug. de Ve - Pré-
sition. face : descubecelàj.
DEISCOI^CF.RTÀ etBEi(€OM€ER- BE«^€l]BERT, n. m. découvert.
TAR (si), V. a. déconcerter; v. pr. BKfiCEBERTA, n. f. découverte.
se déconcerter, se décourager. (V. BESCtlRBl et BE<S€URBIR, V. a. et
achertà p. la conjug. de Ve - Pré- irr.découvrir, déceler. {W.amursi,
face desconcertùj.
: excepté le part, passé qui fait des-
Bi:seoMCii.i.À et be:!9Com€ii.i^ar cubert)
(pron. desconcïà), v. a. déconseil- BEISBEUTÀ et BEiiBEIlTAR, V. a.
ler. édenter. (V. achertà p. la conjug.
BESCOIITIIÎUÀ et BRjiCOliTlIlCAR; de Ve - Préface desdentà). :

V. a. cesser, ne pas continuer. BEJiBEH'TAT, BA, adj. et n. édenté,


BESCORÀ et BKI9CORAR, V. n. per- brèche-dents.
dre courage. (V. amolà). BEiiBiRi: (si), V. pr. et irr. se dé'
BE^CORACIÀ et BEI9CORAGIAR, dire. —
Ind. prés. : mi desdieu, ti
V. a. décourager. desdies, si desdi, si desdien, vo des-
BKiiCORBÀ et BEiiCORBAR, V. a. diès, si desdion. Imp.: mi des- —
et irr. désaccorder. (V. abrogà p. deii, ti desdeies, si desdeia, si des-
la conjug. de Vo - Préface). diavan, vo desdiavas, si desdeion.
BEI§€ORBElA et DE^CORBKI.AR, — Pas. déf: mi desdigueri,etc.
y. a.délacer. (V. achertà p. la con- Fut.: mi desdierai, etc. Cond.pr.: —
jug. de ïe - Préface: descordelà). mi desdierii. — Imp.: desdieti, si
DESCORDURÀ et BKISCORBCRAR, desdiguen, desdievo. Sitbj. prés.:
V. a. découdre. che mi desdigui, etc. — Imp. : che
BEiieORilÀ et BK^COR.liAR, V. a. mi desdiessi ou desdiguessi, etc. —
arracher cornes; mettre dans
les Part, pas.: desdich. (Le reste est
l'impossibilité de résister, réduire à régulier).
l'impuissance. (V. abrogà p. la con- BESBOBI.À et BESBOBL.AR, V. a.
jug. de Vo - Préface). dédoubler»
DES Oo DES

DEitËUBRIAGÀ
CiAR désenivrer ; v. pr.
(si), V. a.
et DKiiEUBRIA- DESESPOAR,
DESE%XE€H
n.
(I.AISSÀ
m. désespoir.
EM...),
I
loc.
se désenivrer, (V. abrogà p. la abandonner, lâcher.
conjug. du ^ - Préface). DESEi'iJECil, adj. num. card. dix-
DG^KMPARÀ e t DEi^EMPARAR huit.
(si), V. a. désapprendre; v. pr. se DESEWVECHIÈME, A, adj. num.
séparer y se disjoindre, se dessai- ord. dix-huitième.
sir. DESFACHA, n. f. défaite.
DESEUfA, n. f. dizaine. DESFA€HÀ, et DESFACHAR, (si),
DKSEMEMic, itiA, u. ennemi. V. pr. se défâcher.
»ese:ifessiom, n. f. désinfection. DESFAIRE (si), V. a. et irr. défaire ;
desemfetA et deheivfetar, v. y. pr. se délacer (V. faire).
a. désinfecter. (V. achertà p. la DESFAISSÀ et DESFAISSAR, V. a.
conjug. de Ve- Préface desenfetà). : démailloter.
DElSEMfrXÀ et DEiiEMFIiAR, V. n. DESFAMÀ et DESFAMAR (si), V. a.
désenfler. (V. achertà p. la conjug. rassasier, secourir, v. pr. se rassa-
de Ve - Préface : désenfla). sier.
DE!9EMFE,1JRA, n. f. désenfliire. DESFAVOR, n. m. défaveur.
DESEMÔiJ, adj. num. card. diœ-neuf. DESFAVORABiiE, A, adj. défavora-
DEfiEMÔUviÈME, adj. num. ord. ble.
dix-neuvième. DESFAVORISÀ etDESFATORISAR,
DEiiEMTERElS^À et DE^iEMTE- V. a. défavoriser.
RESjiAR. V. a. désintéresser. (V. DESFEI.E11CIÀ et DESFEI.EMCIAR,
achertà p. la conjug. de Ve - Pré- mettre en lambeaux, en piè-
V. a.
. face : desenteressà). ces, en morceaux. (V. abrogà p.
DEiKEMTEREiiSAMEM, n. m. désin- la conjug. An g - Préface).
téressement. DESFERÀ et DESFERAR, V. a. dé-
DEilEMTEREi§iiiAT, DA, adj. désinté- ferrer. (V. achertà p. la conjug.
ressé. de Ve - Préface desfera). :

DEilEUTORTILlA et DE§(EMTOR- DESFEROIIiE.À e t DESFEROIL-


Tlli^AR (pr. desentortia), v. a. liAR (pr. desferoïa), v. a. déchaî-
désentortiller. ner, enlever les verrous.
DESEMWITÀ et DEI§EliYlTAR (si), DESFE1JII.E.À et DESFEl'II.I.AR,
V. pr. refuser une invitation. (pron. desfeuià), v. a. défeuiller
DE SERA, loc. adv. pendant, durant (eu français).
la soirée. DESFIDA, n. f. défi.
DESERITÀ ei DESERITAR, V. a. DESFIDÀ et DESFIDAR, v. a. dé-
déshériter. fier (V. DEFIDÀ).
DESERITAGE, n. m. déshéritage. DESFieiIRÀ et DESFIGURAR, V. a.
DESERT, n. m. désert. défigurer, et dévisager.
DESERT, A, adj. désert. DESFiiA et DESFII.AR, V. a. défi-
DESERTA et DESERTAR, V. n. dé- ler, ôter le fil, effiler, éfaufiler.
serter. (V. achertà
p. la conjug^. DESFII.1JRA, n. f.' éfaufilure.
de Ve - Préface
déserta). : DESFii>A<^lîA, n. f.éfaufilure.
DESERTtiR, n. m. déserteur. DESFl.AlîCÀ et DESFE.AMCAR, V. a.
DESESSET, adj. num. card. dix-sept. efflanquer, (V. abdicà p. la con-
DESESSETIÈME, A, adj. num. ord. jug. du c - Préface).
dix-septième. DESFLORi et DESFI.ORIR (si), V.
DESESPERA et DESESPERAR, V. pr. et irr. en issi, perdre de sa
n. désespérer. (V. achertà p. la fraîcheur, se faner.
conjug. de Ve - Préface déses- : DESFOeÀ et DESFOCiAR (si), V. pr.
péra). décharger sa douleur, sa colère; se
DESPERAT, ADA, n. et adj. déses- soulager. (V. abrogà p. la conjug',

péré* de Vo et du ^ - Préface),

I
DË^ 9i DES

ItK^^FOI.OPÂ et DE^FOI^OPAR, v. égrener, ou ég rainer, ecosser; au


a. développer, ôter l'enveloppe. fig.: dire de gros mots, blasphémer.
DENV0.1iU01.À et UE4iF0.1f»0I.AR, ((nen desgranà, li desgranà ».
V. a. démolir, briser. (V. aniolà UE«ic;RA!§«iiiA, n. f. disgrâce.
p. la conjug. - Préface). DEfiCRAfiidAT, ADA, n. et adj. dis-
DEi^FOA'URE, V. a. défaire. gracié, malheureux.
DEI§FORlIÀ et «E^FORIIAR, V. a. DEI§CiRAl et DEi(€;RAl'AR, Y. a.
déjormer. dégrever.
DFliFORIlÀ et DEilFORMAR, V. a. DEj9CiREII.I.À et DE«^fiiREII.I.AR,
défoiirner. (pron. desgreïà) y. a. dépouiller du
DFSFRII9À et DEiiFRII^AR^ V. a. germe et du bourgeon.
défriser. DE^CiROPÀ et DEUCiROPAR, Y. a.
DFJ§FI]i:iE.E.À et DE!iFVEII.I.AR dénouer.
(si) (pron. desfueïà), v. a. défeiiil- DElSCiROI§SÎ et DE^GROilSIR, Y. a.
ler ; v. pr. se défeiiiller. et irr. en dégrossir ; par
issi,
DF^CiACilÀ et DEiiGACilAR (sî), Y. extension, enseigner les premiers
a. dégager; v. pr. se dégager, se rudiments et principes d'une science,
dégourdir. d'un métier.
DESCiACilAT^ ADA, adj. dégourdi, DESeuST, n. m. dégoût, déplai-
dégagé. sir.
DEiSCiAIlCHÀ et DE^GAMCHAR, Y. DEI§CilJilTÀ et DE^GlJiiTAR (si), Y.
a. décrocher. a. dégoûter; y. pr. se dégoûter.
DEiiGAMCiUII.À et »E:f§CiAMCilJII.AR DEISIDERÀ et DE§ilDERAR, Y. a.
(si), V. a. disloquer ; au fig. y. pr. désirer. (V. achertà p. la conjug.
s'éreinter. de l'e- Préface: desiderà).
DEJiGAIVTÂ et DEii€;A]VTAR (si), Y. DEiilDERl, n. m. désir.
a.ôter les gants, décrocher, dépen- DESiCiMÀ et DEiilCiilAR, Y. a. dési-
dre; Y. pr. 5e décrocher, se dépen- gner.
dre. DE^lGMASl^lOM, n. f. désignation.
DFiiGARXi et DEI§GARM1R, Y. a. et »ESiiîEiî$iA, n. f. désinence.
irr. en issi, dégarnir. DE^iiïFECilioiv, n. f. désinfection.
DEISCAIJRIAT, DA, adj. maladroit. DEiilMFECTÀ et DE$iIMFE€TAR, Y.
DESiCiELÀ et Di:i9CiEi.AR (si), Y. a. a. désinfecter. (V. achertà p. la
et pr. dégeler. (V. achertà p. la conjug. de l'e - Préface: desin-
conjug. de l'e - Préface desgelà). : fecta).
UFISGOMÀ et DESGOMAR, Y. a. dé- DEiiiiiFECTAiiiilOM, n. f. désinfec-
gommer. tion.
DEiiGOMFI.À et DE§(GOMFIiAR, Y. DEitlMTERElSiiÀ et DESIMTERElS-
a. dégonfler ; désenfler. jiAR (si), Y. a. désintéresser ; v.
DEiSCiORDÎ et DEiiCiORDlR (si), Y. pr. ; se désintéresser. (V. achertà
en issi, dégourdir;
a. et irr. v. pr. p. la conjug. de l'e - Préface dé-
:

se dégourdir. sintéressa).
DFNGORCilÀ et DE^^CiORGIAR, Y. DE§lillYÔi.T, A, adj. adroit, dégagé.
a.dégorger, déboucher. (V. abrogà DE!SiiVYOi.TVRA, n. f. désinvolture,
p. la conjug. de Vo - Préface). DEISIR, n. m. désir.
DFSCiOjilÀ et DEilGOJilAR (si), Y. DEiiiRÀ et DE§(IRAR, Y. a. désirer.
pr. s'égosiller, parler et crier fort. DEiilRABl.E, A, adj. désirable.
DEliGRAelÀ et DE<SCiRA€lAR, Y. a. DEiilROjl^, OA, adj. désireux.
disgracier. DESiiSTRE (si), Y. pr. se désister.
df^(i;raciat, ada, adj. disgracié. DESJOGME (si), Y. a. disjoindre ;v.
UF^GRACIO^, OA, adj disgracieux. . pr. se disjoindre. — Part. pas. :
DEiiGRAI^SÀ et DEi^CiRAIil<iAR, Y. disjonch, a.
a. dégraisser. DESJlJtiTÀ et DElSJUilTAR, Y. a.
RFiiGRAMÀ et DEISGRAHAR, Y. a. disjoindre, .
DES 92 DES

DGiU'iCiÀ
lier. (V.
et
ahrogà
DENI.lCi.4R, V. a. dé-
p. la conjug. du
UEfSMUBI.A
démeubler.
et DE!§1IEBI.AR, V. a. I
g - Préface). DElillURÀ et DE<§1I1JRAR, V. a. dé-
DKf^.U AlliNEI^ A et DEISMAISSEI. AR, murer.
(si), V. a. et pr. disloquer et se dislo- DE^MATURÀ et DEl§.lîATURAR, V.
quer les mâchoires. (V. acherià a. dénaturer.

p. la conjug. de l'e - Préface des- BEiiMATiJRAT, »A, adj. dénaturé.


:

inaissclà). UE§»OBEDiEiîT,A, adj. désobéissant.


I»K9MAIIiI.À et DESM AII.I.AR (pr. DEiiOHI.IC^IÀ et DEJSOBLieiAR, V.
desinaià), v. a. démailler. a. désobliger.
DKSMAI.O.I1A et DESMALOMAR, V. UE SOBRE, loc. adv. dessus.
a. décarreler. DESOCXPAT, DA, adj. inoccupé.
DKSMAMÀ et DKSMAIIAR, V. a. DESOI.À et BESOiiAR, V. a. et irr.
sevrer. désoler. (V. amolà).
DK^MAMCHÀ et OESMAWCHAR, V. DE!iOi.AiVT, A, adj. désolant.
a. démancher. DE4^oi.A<iSiOM, n. f. désolation.
DEfiMAMIÀ et DESHAIÎIAR, V. a. UE$i<»i.AT, ABA, adj. désolé.
démancher, ôter, arracher l'anse DEiiO.iiEST, A, adj déshonnête. .

d'un panier, d'une corbeille. DESOXEISTAMEM, adv. déshonnête-


DT<:!i.nAMTEI^À et DESMAXTEI.AR, ment.
V. a. démanteler. (V. acherfà p. la nE«^oikE<iTETÀ, n. f. déshonnêteté.
conjug. de l'e - Préface desman- : nt'MO^owi, n. m. déshonneur.
tclà). OElSOltORÀ et DEilOliORAR (si), V.
DEliMAMTIRElA et DESMAXTIBU- a. déshonorer ; v. pr. se déshono-
liAR, V. a. démantibuler. rer. (V. abrogà p. la conjug. de
REliMARÀ et DEfiMARAR, V. a. l'o - Préface).

démarrer. BEfiiiOiiORAiVT, A, adj. déshonoraut.


DESMARIÀ et DESMARCAR, V. a. »EN4>R»RE, n. m. désordre.
démarquer. (V. abdicà p. la con- BESORCiAUlSÀ etBEjiORCiAMI<§(AR,
jug. du c - Préface). V. a. désorganiser.
DESlf ARIDÀ et DESMARIDAR (si), BESORf^AMlSAj^ifilo.ir, n. f. désor-
V. pr. se démarier. ganisation.
DESMASeÀ et DESMAiitCAR, V. a. BESOXIDÀ et BESOXIBAR, V. a.
démasquer, désensorceler. (V. ab- désoxijder.
dicà p. la conjug. du c - Préface). BESPACHA, n. f. dépêche.
DESMASCARÀ et DEfiMASCARAR BESPACMÀ et BESPACHAR (si), Y.
(si), V. pr. ôter un déguissement. pr. se dépêcher.
DESIIATÀ et DESMATAR, V. a. BESPAll.l.À et BE<iPAiM.AR (pron.
dégréer. despaïà), v. a. dépailler.
DEfiMEMBRÀ et DESMEMBRAR, BESPAÏSA et BESPAÏ8AR (si), V.
V. a. démembrer. (V. achertà p. la a. dépayser; v. pr. se dépayser,
conjug. de l'e - Préface : desmem- s'éloigner de sa ville natale.
brà). BEfiPAQlIETÀ et BEfiPAQlETAR,
DESMEIMBRAMEM, n. m. démem- V. a. dépaqueter.
brement. BEiiPARÀ et BEfiPARAR, V. a. dé-
DESMIDOMÀ et DESMIDOMAR, V. parer.
a. ôter l'enduit d'amidon. BESPAREÀ et BEfiPAREAR, V. a.
DE<i.iioiiO]iÀ et DESMOI.OXAR, V. dépareiller.
a. défaire le tas, l'amas. BE«^PAREi<9«iiE, V. n. disparaître.
BEf^MOIVTÀ et BESMO.liTAR, V. a. BEf^PARILlA et BEfiPARII.LAR
démonter; v. pr. « si desmontà », se (pron. desparïà), v. a. dépareiller.
déconcerter, se mettre en colère. BE«iPARi$9<ilo.lt. n. f. disparition.
DES.HORÀ et DESMORAR (si), V. BEJ§PA<i^NÀ et BESPASiiAR (si), V.
pr. cesser de bouder. a. dépasser, retirer un fil, un cor-
DES 93 DES

don, passé dans le chas d'une ai- déplier. (V. abrogà p. la conjug.
guille, dans une coulisse; v. pr. se du ^ - Préface).
aépasser. DE$i(PT.E^i, n. m. déplaisir.
DEitPECiA et DESPEGAR (si), V. a. DESPI.ISSÀ et DE4^PI.I§;§iAR, V. a.
décoller, dégliier ; v. pr. se débar- déplisser.
rasser de quelqu'un et de quelque DESPI.011BÀ et DESPIiOMBAR, V.
chose d'ennuyeux. a. déplomber.
DESPEÇiOlIXi et DE<liPE&OIT.E.IR DE$KPI.UMÀ et DEiiPI.Ui'IIAR, V. a.
(pron. despegoî) (si), v. pr. et irr. déplumer. (V. pluma qui est plus
en issi ; se débarrasser, se délivrer, usité).
se dépêtrer. DE§iPOII.IiÀ et DEj§(POII.I.AR (si)
DESPE]1€HE!1'À et DESPEMCHE- (pron. despoià), v. a. dépouiller;
HAR (si), V. a. décoiffer ; v. pr. se V. pr. se dépouiller.
décoiffer. DE<§POMOJlÀ et REitPOlIOliAR (si),
DE^PEiiîURE, dépenser.
V. a. V. pr. s'époumoner.
DE^PExlîDRE, V. a. dépendre, déta- DEiiPOIlCHÀ et »Ei)POAXHAR, V.
cher une chose qui était pendue, a. épointer.
décrocher. DE^POPOLAT, ADA, adj. dépeu-
DESPEMiiA, n. f. dépense et garde- plé.
manger. DE!§PO<i^Ej§iiÀ et DEfiPOil§iE§»filAR
»ESPEM$^IÈ, RA, adj. dépensier. (si), V. a. déposséder; v. pr. se dé-
DE§iPERÀ et DEi^PERAR (si), V. n. posséder.
désespérer ; désespérer.
v. pr. se UE$^PO^!i$Ei§iSioiv, n. f. déposses-
DE^PERAiS^lOM, n. f. désespoir. sion.
DEi^PERAT, ADA, adj. désespéré, »E$i$PÔTA, n. m. despote.
désolé ; n. pauvre, indigent, qui RENPOTifiAiE, n. m. despotisme.
n'a aucune ressource (cette expres- UEtiîPREN^I (V. ESPRESJSi).
sion a toujours un sens de mépris). UEii^PROPORii^io.iî, n. f. dispropor-
DESPÎ, prép. depuis ; adv. de temps: tion.
« despi l'ai plu vist », je ne l'ai plus DEISPROPORgllOJlÀ et DEjSPRO-
vu depuis, « despi tan », depuis PORiiloiiAR, V. intr. dispropor-
beaucoup de temps; loc. conj. tionner.
« despi que »: depuis que. DE^PROPOR|§IOi\AT , A»A, adj.
DESPICÀ et DEiiPiCAR, V. a. dépi- disproportionné.
quer, défaire les piqûres faites. DESPRO%'iiiT, A adj. dépourvu.
(V. abdicà p. la conjug. du c - Pré- DEfSiPtJU.l.i et UE$î$PUii.i.iR (pron.
face). despuï), V. a. et pr. dépouiller,
DEjiPiÈCH, n. m. dépit, ennui, cho- déshabiller, et dénouer. Ind. —
se désagréable. prés, despueilli, despueilles, des-
DESPlE€HO§t, OA, adj. qui se plaît pueille, despuillen, despuillès, des-
à causer du dépit, de l'ennui. pueillon. — Impératif, despueille,
DESPIGMÀ et DEiiPICiiVAR (si), V. despuillen, despuillès. Subj. prés.
a. décoiffer ; v. pr. se décoiffer. despueilli, despueilles, despueille,
DE§»PI.A1RE (si), V. n. et irr. déplaire. despuillen, despuillès, despueillon,
(V. PE.ASE),v. pr. et im^^. déplaire, (le reste est régulier), (ce verbe est
se déplaire. encore irrégulier en issi - Pré-
DEISPI.AMTÀ et DEiiPI.AMTAR, V. a. face).
déplanter. DEÏiiPlITÀ et DE|§PUTAR (V. DIS-
DEI§PI.AI9ISÀ et »E4^PI.A$^$^AR (si), V. PUTA).
a. déplacer; v. pr. quitter sa place, DE^iRECiOÎ et DE$iRE€iOIR, v. a.
son emploi; être sans emploi. et irr. en issi ; enlever les froissu-
DESPLAiijiAllEilî, n. m. déplace- res à une étoffe, etc.
ment. DEiSROii.i.ÀetDESROii.i.AR (pron.
DESPIiEGÀ et DEiSPIiEGAR, V. a. desroià), v. a. dérouiller.
10
DES 94 DES

DEiSRliA etDESRlJAR, V. a. défron- DE§lTA€A»lEiV, n. m. détachement. I


cer, manger tout son soûl. RESTA Ci!VÀ et DESTACMAR, V. a.
DESSÀ, adv. deçà, de ce côté-ci. action d'enlever sur un métal oxyda-
DESS.iiA »i:ii<iAi.AR (si), v. a.
et ble une couche mince d'étain ou
dessaler; au fig. v. a. désenivrer ; d'un autre métal non oxydable.
V. pr. se désenivrer. DEÉiTAiiÀ et RESTAU AR, V. a. dé-
»KilS.%lll01[, adv. là-haut. bucher; au fig. trouver quelqu'un à
«ESSAVAU, adv. en-bas. force de recherches.
REliliECÀ et RESKECAR, V. a. dcs- DESTAPÀ et RESTAPAR, v. a. dé-
sécher, empailler des animaux v. ; boucher.
pr. se dessécher. (V. abdicà p. la RESTARTÂVEE.AT, ARA, adj. éccr-
conjug. du c - Préface). velé.
DESSECAMT, n. m. siccatif. RESTEGI¥E, v. a. et n. déteindre
OESSECAT, ADA, adj. empaillé, (part, passé destench).
très sec, très maigre, être dans un RESTEMRRE, a. détendre. (V.
V.
état de consomption très avancée. achertà p. conjug. de Ve - Pré-
la
DEiiSEl.À et DE«i<9El.AR, V. a. des- face : destendre).
seler, ôter la selle. (V. achertà p. RESTERA et RESTER AR, V. a. dé-
la conjug-. de Ve - Préface : desselà). terrer. (V. achertà p. la conjug.
»ESfiE!i% n. m. dessin et dessein. de Ve - Préface ; desterà).
DES!9EMC;i.À et DESSEMCI^AR, V. RESTERMIUÀ et RESTERMIIÎAR,
a. dessangler; desserrer. V. a. détruire, exterminer.
DES<9EiiTARiA, n. f. dijssenterie. RESTlli, n. m. distillation, opéra-
DES9EPARÀ et DESSEPARAR, V. tion et produit.
a. séparer. RESTII.À et RESTII.AR, V. a. dis-
DESSER, n. m. dessert. tiller.
DEUSESi et DESSEI^IR (si), V. pr. RESTii.ASSiOM, n. f. distillation,
et irr. en issi, se dessaisir. opération.
DESlilCllÀ et DESSIGMAR, V. a. RESTIM, n. m. destin, destinée.
dessiner. RESTIMÀ et RESTIMAR (si), V. a.
de^j^ig:%'ator, n. m. dessinateur. destiner; v. pr. se vouer à...
UE«l^m.llELÀ et DESSIMEI.AR (si), RESTiiiASSiOM, n. f. destination.
V. a. et pr. dessemeler. (V. achertà RESTi.i'ATARl, n. m. destinataire.
p. la conjug. de Ve - Préface: des- RESTIA'fi;À et RESTI.lil^AR (si), V.
simelà). a. distinguer; v. pr. se distinguer.
DE!i$il.lÀ et DE<9<ii!VAR, V. a. des- (V. abrogà p. la conjug. du ^ -
siner. • Préface).
DESHIMATOR, n. m. dessinateur. RESTi.iîSSioiî. n. f. distinction.
REf^i^OBRE, adv. dessus; n. dessus. BESTi.iiT, A, adj. distinct, distin-
DE<^iiOBRE (AV...), loc. adv. au- gué.
dessus. RESTITli et RESTITKIR, V. a. et
DEi^SODÀ et DEii§lODAR, V. a. des- irr. en issi
destituer. ;
souder. RESTlTrssiOiV, n. f. destitution.
DE^«iOTA, adv. dessous; n. dessous. RESTOU'À et RESTOHAR, V. n. et
DES^OTA (AMÀ EU), loc. obtenir par détonner. (V. abrogà p.
irr. la con-
artifices, tromper. jug. de Vo - Préface).
DEliSOTERÀ et DE<i<^OTERAR, V. RESTORBÀ et RESTORBAR, V. a.
R.déterrer, désensevelir. (V. acher- troubler, déranger.
tà p. la conjug. de Ve - Préface : RESTORBI, n. m. trouble.
dessotcrà). RESTORMÂ et RESTORMAR (si),
RESSli (AU...), loc. adv. au-dessus. V. a. détourner ; v. pr. se détour-
DEiiTACÀ et DESTACAR, V. a. dé- ner.
tacher. (V. abdicà p. la conjug. du RESTORTIIXÀ etRESTORTIL.I.AR,
c - Préface). (pr. destortià), v. a. désentortiller.
DES qS DET
DEliTRAIlVÀ et DESTRAIMAR, V. a. DEJ9U6§)49À et DE§(UÔ§I!9AR (si), V.
déranger, troubler; enlever les a. désosser ; v. pr. se désosser.
effets de la cuve à lessive. DESVEîlTÀ et DE§(VEI1TAR, V. a.
DKfSTRAixOM, n. m. dim. de destrau, éventer. (V. achertà p. la conjug.
petite hache, hachette. de l'e - Préface desventà). :

DK^iiTRAU, n. m. hache. DE§l¥EmTRÀ et REiiVEMTRAR, V.


UKt^TRIinPÀ et DKfSTRKMPAR, V. a. éventrer. (V. achertà p. la con-
a. détremper, délayer. jug. de l'e - Préface desventrùj. :

DESTRESSÀ DE$iTRE<^!lAR,
et V. DESVERCiOGMÀ et DESWERGO-
a. action de défaire une tresse. GMAR (si), V. a. déshonorer ; v. pr.
DE<iTRIOtJÎ et DESTRIRCIR, V. a. s'enhardir.
et irr. en issi : distribuer. DEil¥ERMI$llÀ et REJiVERIlIliAR
REiiTRiRUfi^lOM, n. f. distribu- V. a. ôter le vernis.
tion. DEiiVlÀ et »ESi¥lAR, V. a. détour-
DEj§TR0.1kÀ DE«iTROirAR, V. a.
et ner, dévier.
détrôner. (V, abrogà p. la conjug. OESVESTÎ et DESVEJiTlR (si), V.
de l'o - Prél'aee). a. et irr. en issi : dévêtir ; v. pr.
DEI^TROPIÀ et »E§iTROPIAR, V. a. se dévêtir, se déshabiller.
estropier. DES VISSA et DESVISSAR, v. a. dé-
DEfiTROPiAT, DA, adj. ct n. estro- visser.
pié. DET, n. m. doigt.
DESTRICH, CHA, adj. détruit, DETÀ et DETAR, V. a. dicter. (V.
amaigri, défait. achertà p. la conjug. de l'e - Pré-
DESTRrCiE (si), V. a. pr. et irr. face).
détruire et se détruire (part, passé DETADA, n. f. inflammation avec tu-
destruch) ; dans la conjugaison, meur qui vient au bout des doigts,
toutes les fois que l'on change la produite par la piqûre d'une aiguille,
finale e de par une termi-
l'infinitif d'une épingle; est moins dangereuse
naison commençant par a et o, il que le panaris.
faut ajouter un i après le g pour DETAIL (pron. detaï), n. m. détail.
lui conserver sa prononciation DETAIIilA et DETAII.E.AR (pron.
douce. detaià), v. a. détailler.
DE^^TRUCilTOR, TRifiilA, adj. des- DET AT, n. m. dictée.
tructeur. DETAT, ADA, adj. dicté.
nvMTVivnmo\, n. f. destruction. DETEMÎ et DETEMIR, V. a. détenir
UEi^TRCTOR, TRiiiSA, n. destruc- (part, passé: detengut).
(V. TEMI).
teur. dete:isiom, n. f. détention,
DESTCÔRiiE, v. a. et irr. détordre. DETEii'TA, n. f. détente.
— Ind. prés.: destuorsi, destuorses, DETERIORA et DETERIORAR, Y.
destubrse, destorsen, destorsès, des- a. détériorer.
tubrson. — Imparf.: — deslorsï,etc. DETERiORAMEli', n. m. détériora-
Pas.rf4/.;destorsèri,etc. — Futur: tion.
destuôrserai, — Condit.: des-
etc. DETERMINA et DETERMIlfAR, V.
tubrserï, — Impératif: des-
etc. a. déterminer.
tuorse, destorsen, destorsès. — DETERMIUASSIOM, n. f. détermi-
Subj. prés. destuôrsi, destuorses,
: nation.
destubrse, destorsen, destorsès, des- DETESTA et DETESTAR, V. a. détes-
tubrson. — Imparfait :destorsessi, ter. (V. achertà
p. la conjug. de Ve
etc. — Part, passé : destorsut. -Préface: détesta).
DEiiTURRÀ et UE^TtRRAR, V. a. DETESTABi.E, A, adj. détestable.
troubler, déranger. DETO\ASSiOM, n. ï.' détonation.
DESUMI et DEMÎiiiR, V. a. et irr. DETOR, n. m. détour.
en issi ; désunir. DETORU'À et DETORMAR, V. a. dé-
DESiJMiOi\vn. f. désunion. tourner.
DEV DÎA

DETRIME.^', n. m. détriment. DEVER jiKiTA, loc. adv. au-dessous,


DKUii^, n. m. deuil. par dessous.
DEURE, — Ind.
V. a. et irr. devoir. DEVERTÎ et DEVERTIR (si), V. pr.
prés. : devi, deves, deu, deven, de- irr.en issi, se divertir, se récréer,
vès, devon. — Imp.: — devii, etc. s'amuser.
Pas, déf. deuguèri,
: — Fut. etc. DEVERTif!»§(A]MEM, n. m. divcrtiS'
deurai. — Coud. deurii, —
: etc.
:

sèment.
Subj. prés.: deugui. — Imp.: deu- DEVESSÀ et DEVE§l<iAR, V. a. ren-
guessi, etc. — Part, pas.: deu- verser. (V. achertà) p. la conjug.
gut. de l'e - Préface : devessà).
DElJT. n. m. dette. DE%IÀ et DEVIAR (V. DES VIA).
»E¥ACiÀ et DEVACiAR (si),
V. a. dis- DEVIM, n. devin.
siper, jeter dans la dissipation; v. DEVIMÀ et DEVIMAR (si), V. a. de-
pr. se dissiper, se jeter dans ia dis- viner ; V. pr. être, se trouver par
sipation, se distraire. (V. abrogà hasard.
p. la conj. du ^ - Préface]. DEviiiA, n. f. devise.
DEVACiAT, ADA, adj. dissipé. DEVOÀ et DEVOAR (si), V. pr. se
»E¥AI.ISÀ et DEVALIliAR, V. a. dé dévouer.
valiser. DEVOAMEM, n. m. dévoAment.
DEYAMSÀ et DE¥A!li§AR, V. a. de- DEVOAT, ADA, adj. dévoué.
vancer. DEVORA et devo'rar, y. a. et irr.
DEWAMTIJRA, n. f. devanture. dévorer. (V. abrogà p. la conjug.
BE¥Ai9TÀ et DE¥AiiTAR, V. a. dé- de Vo - Préface).
vaster. DEVORAMT, A, adj. dévorant.
DEVAHTAS<ilOM, n. f. dévastation. DEVOSimOM, n. f. dévotion ; au pi.
DEVEI.OPÀ et DEWEI.OPAR, V. a. « faire li devossion >, se confesser
et irr.développer, donner de l'ac- et communier.
croissement et de la force v. pr. se ; DEVOfiiiios, OA, adj. dévotieux,
développer. (V. abrogà p. la con- DEVOT, A, adj. et n. dévot.
jug. de Vo - Préface). DEVÔTAMEM, adv. dévotement.
DEWEi^OPAMEH', n. m. développe- DE VÔIJTA, loc. adv. parfois, quel-
ment. quefois.
DEWEMÎ et nE¥E.¥lR, V. n. et irr. DiAHÈTA, diabète.
n. f.

devenir. (V. VEH'i). DiABi.ERiA, f. diablerie.


n.
DE¥EKTÀ et DEYEMTAR, V. n. de- DiABi.EjijiA, n. f. diablesse.
venir. (V. achertà p. la conjug. de DiABi'OV. n. m. diablotin.
l'e - Préface : deventà). DiAHÔi.iro, A, adj. diabolique.
DE%'ER, n. m. devoir. DiACOVAT, m. diaconat.
n.
REWER DARIÉ, loc. adv. par der- DiA€'0 jo, m. diacre.
n.
rière. DiADÈMA, n. m. diadème.
DE VER DAVAM, loc. adv. par de- DIAFAVE, A, adj. diaphane.
vant. DiAGOVAliA, n. f. diagonale.
DE VER DEliÀ, loc. adv. de l'autre m. dialecte.
DiAliET, n.
côté, au delà. DiAi^oCiO, n. m. dialogue.
DEVER DESSÀ, loc, adv. de ce côté- DIAMAM, n. m. diamant.
ci, au deçà. DiAiiAVT, n. m. diamant.
DEVER DimTRE, loc. adv. au de- DIAMETRAI.A1IE.V, adv. diamétra-
dans, par dedans. lement.
DEVER EVORA, loc. adv. au dehors, DIAMÈTRE, n. m. diamètre.
par dehors. DiAMA, n. Diane, déesse.
f.

DEIERMISÀ et DEVERHISAR (V. DIAU'A, n. f. diane, batterie de tam-


DE^VERMII^À). bour au point du jour pour éveiller
DEVER i§OBRE, loc. adv. au-dessus, les soldats.
par dessus* DIAMTRE, excl. diantre I
BIL 97 DIS

DlAREA; n. f. diarrhée. tude dans rexécution; voiture pu-


DIAU, n. m. diable. blique.
DiAlJ, n. m. alliimoir, instrument Dii>iGEXT, A, adj. diligent.
servant à activer le feu. Dii.iGEiiTAiiEi¥, adv. diligemment.
DiCH, n. m. dit et dire; part, passé DII.UM ou liU*, n. m. lundi.
du verbe dire. DiMAR^ ou MARS, n. m. mardi.
DICIPLE, n. m. disciple. DiiiÈlRE ou MÈCRE, n. m. mer-
DICIPI^IAA, n. f. discipline. credi.
DICIPI.1I1À et D1C1PE.1MAR, V. a. DisiEiiCHE, n. m. dimanche.
discipliner. DiMEMEGUE, n.m. dimanche.
DIÈIV.% X excl. (SACREPA...), Sa- DiniEMiiiOM, n. f. dimension.
pristi. DimiiuA et DimMUAR, v. a. dimi-
DlÈTA, n. f. diète. îiuer.
DIEU, n. m. Diea. Dimiiiii et DiMiMliiR, V. a. et irr.
DIFAIIÀ et DIFAMAR, V. a. diffa- en issi: diminuer.
mer. Diiiiivuissioil, n. ï. diminution.
DiFAUJ^MT, A, diffamant.adj. DiMiiitiiTlF, n. m. diminutif.
DiFAMAi^jiiOM, n. f. diffamation. DIM, prép. en, dans, sur, dedans.
DIFAIIATOR, TRiji^^iA, n. m. diffa- DIMÀ, n. m. dîner.
mateur. DIMÀ et DIMAR (si), V. pr. dîner.
DIFERÂ et DIFERAR, V. a. et n. DiHADA, n. f. diner.
différer. (V. achertà p. la conjug. DiXAfSTÎA, n. f. dynastie.
de l'e - Préface.) DiUDO, A, n. m. dindon, dinde.
D1FEREIV§IA, n.
différence.f. DIMDO (AVAI.À UM...), loc. croire
DIFEREMT, A, différent; au
adj. quelque chose qui n'est pas vraie,
fém. pi. « diferenli y), plusieurs. une chose extraordinaire.
DlFEREiVTAiiEM, adv. différem- Dlllj^ UM TEM, loc. adv. autrefois.
ment. DUlTRE et DEDiMTRE, adv. et prép.
DIFERÎ et DIFERIR, V. a. et irr. en dedans et dans, n. m. dedans.
issi: différer. DIATRE (AU DE), loc. adv. ail dedans.
DlFERÎ et DIFERIR, V. n. être d'avis DiMTRE (liO DE), loc. l'intérieur.
contraire, penser différemment. DIÔCHESI, n. f. diocèse.
DiFieil., A, adj. difficile. DiPi^OMA ou DIPE.61IE, n. m. di-
D1FICII.AMEM, adv. difficilement. plôme.
DIFICUI.TÀ, n. f. difficulté. DiPUOMAKiiiA, n. f. diplomatie.
DiFi€i]JLTO§(, OA.aâ']. diffcultueux. DIPE.OMAT, n. m. diplomate.
DIFORME, A, adj. difforme. DIPI.OMAT, ADA, adj. diplômé.
DIFORMITÀ, n. f. difformité. DIPI.01IATICO, A, adj. diplomati-
DiFTOiiîGilE, n. m. diphtongue. que.
DlFlJS, A, adj. diffus. DIRE, V. a. et irr. dire (V. DEi(-
DiFtJSAiiEilï, adv. diffusément. DIRE).
DiFtJ!§iOiV, n. f. diffusion. DiREi^SiOM, n. f. direction.
RIGA, n. f. digue. DiRET,A, adj. direct.
DIGERÎ et uiCiERlR, V. a. et irr. en DIRETAMEM, adv. directement.
issi: digérer. DIRETOR, TRiSiiA, n. directeur.
DiGEi^TiOM, n. f. digestion. DIRIGIÀ et DIRIGIAR (si), V. a.
DiGMAMEiv, adv. dignement. diriger ; v. pr. se conduire.
DIGUE, A, adj. digne. DISCO, n. m. disque.
DiGiiiTÀ, n. f. dignité. DiJiCOl.o, A, ad'], pervers, libertin,
DiG.\iTARi, lA, n. dignitaire. méchant, querelleur.
DiGRE$#iSiOiv, n. f. digression. Dli(€OUPÀ et DI§l€OI.PAR (si), V. a.
DiJÔu ou jou, n. m. jeudi. et pr. disculper et se disculper.
Dii.ETAUT, A, n. et adj. amateur. DUSCOMTIIIUÀ et DIliCOIlTIAUAR
RlLlGElViSA, n, f. diligence, prompti- V. a, et n. discontinuer, cesser.
DIS 98 DIS

DISCORDA et DIISCORDAR, V. n. et DISSATA ou s AT A, n. m. Samedi,


irr.discorder, n'être plus d'accord. DiNHKifSioiî, n. f. dissension.^
(V. ahrogà p. la conjug. de l'o - DisSKRTASSiox, n. f. dissertation.
Préface). DlSSIMlILiÀ et DISSIMtJI.AR, V. a.
Diii€ORDAM§iA, n. f. discordance, dissimuler.
discorde. Dissiiiiii.ASSionr, n. f. dissimula-
DlsrÔRDl (EM), loc. adv. en dis- tion.
corde, en désaccord. DISSmurATOR, TRISSA, n. m.
DiseoRDiA, n. f. discorde. dissimulateur.
Di!i$<'ORK, V. n. discourir. DISSIOIÎARI. n. m. dictionnaire.
ui^COR!^, n. m. discours. DISSIPA et DISSIPAR, V. a. dissi-
Di«$€RK<i!9IO]V. n. f. discrétion. per.
Di«!$CRF/r. A, adj. discret. DissiPASSiOM, n. f. dissipation.
DifiCRKTAMKir, adv. discrètement. DISSIPAT, ADA, adj. et n. dissipé.
ntfiiew*4*4toyi, n. f. discussion. DISSIPATOR, TRISSA, n. dissipa-
Di$#tXTÀ et Di!i€tJTAR, V. a. dis- teur.
cuter. DlsSlPiiiA'A, n. f. discipline.
DlfiKlîA, n. dizaine.
f. DISSIPMMÀ et DISSIPI'IMAR, V. a.
DISGRAC^IA, n. f. disgrâce. discipliner.
DI$i»RA€IÀ et DISCiRACIAR, V. a. Dissoi.i ssio.i^, dissolution.
n. f.

disgracier. DISSOMAT, ADA, adj. dérangé, trou-


Dl!iC;t]ST, n. m. grand chagrin, dé- blé dans le sommeil irritation, éner-
;

goût. vement produit par ce dérange-


DI<9C;Vf9TÀ et Dlf-iCitJSTAR (si), V. ment, (rse se dit que des petits
a. dégoûter ; v. pr. se dégoûter. enfants).
DifiilKMK, A, adj. num. ord. di.vième. DISSUADA et DISSIJADAR, V. a.
Dlsl*ARKi$9f9E, V. n. disparaître. dissuader.
Dl$ii*Klv$iiA, n. f. dispense. DiSTAiiSA, n. f. distance.
DISPKMSÀ etDiSl*EIV<iAR, V. a. dis- DiSTA!liT, A, adj. distant.
penser. (V. achertà p. la conjug. DiSTii.À et DiSTii.AR, V. a. distiller.
de l'e - Préface). DiSTil.ASSioiv, n. f. distillation.
DliSPERliÀ et DISPKRSAR (si), V. DiSTii.ATOR, n. m. distillateur.
a. disperser; v. pr. se disperser. DiSTii.KRiA, n. f. distillerie.
(V. achertà p. la conjug. de l'e - DiSTiliriOA', n. f. distinction.
Préface). DISTIlCiiÀ et disti^€>;ar ou DIS-
Di<ii*OMiBi.K, A, adj. disponible. TI.IÎGIÀ et DISTIA<i;tAR, V. a.
ntmvonk et disposar, v. a. et irr. distinguer. (V. abrogà p. la con-
disposer. (V. abrogà p. la conjug. jug. du <7 - Préface: distingà).
de l'o - Préface). DiSTi.li<;AT, ADA, adj. distingué.
Di$#PONi«i*ilOM, n. f. disposition. DISTIAT, A, adj. distinct.
Dii§PÔ!i^T, A, adj. dispos, bien por- DISTIMTAIIEII, adv. distinctement.
tant. DISTRAIRE (si), V. a. et pr. dis-
Dii^PROPon.^iOM, n. f. dispropor- traire, se distraire. Part. pas.: —
tion. distrach, distrat et distrèt.
DISPROPORSIOMÀ et DINPRO- DISTRASSIOM. n. f. distraction.
POR$#io.iîAR, V. a. dispropor-DISTRAT, A, adj. distrait.
tionner. DISTRATA!HK!«, adv. distraitement.
Dll9PROPOR$ilOx\'AT, ADA, adj. DISTRÈT, A, adj. distrait.
disproport ion né DISTRIBUA et DISTRIBCAR^ V. a.
DIStPKTA, n. f. dispute. distribuer.
DISPUTA et DISPUTAR (si), V. pr. DISTRIBUÎ et DISTRIBEIR, V. a.
5e disputer. et irr. en issi
distribuer. ;
DISPVTAIRE, A, n. disputcur, cher- DiSTRiBESSion, n. f. distribution.
cheur de querelles, DiSTRiBUTir, VA, adj. distribut i/.
DOl DOR
ditA et DITAR, V. a. dicter. ROi-PAM, n. m. demi-mètre.
DITADA, n. f. dictée. ROiii (pron. doi), n. m. broc.
DiTATOR, n. m. dictateur. ROu^iiET, A (pron. doiet), ady deuil'
DITATURA, n. f. dictature. let, délicat.
DITOIV, n. m. dicton. ROLEMT, A, adj. dolent.
DiWEiVDRi: ou ieiidre:, n. m. ven- ROI.OR, n. f. douleur (l'r ne se pro-
dredi. nonce pas).
DIYERN, A, adj. divers. ROI.OROS, OA, adj. douloureux.
»1YER§IAI1IEI1, adv. diversement. ROi.OROSASiEM, adv. douloureuse'
diyersiOjV, n. f. diversion. ment.
DiVERi^iTÀ, n. diversité.
f. ROMAiiiEi^A, n. f. demoiselle.
DllERTÎ et DIWERTIR (V. UE- ROMAii^EU, m. damoiseau.
n.
TKRTÎ). ROME.itiGUE, n. pr. m. Dominique,
Diviiv, A, adj. divin. ROiiEiiiCAM, A, n. dominicain.
uivi]«AiiEii, adv. divinement. ROME§»Tl€, A, adj. domestique.
Dii'ixiTÀ, n. f. divinité. RO.iiEj§(Ti€A, n. domestique, servi'
Divi§(A, n. f. devise, enseigne. leur.
»ivi§tÀ et »1T1<§AR, V. a. diviser. ROitii€lL.i, n. m. domicile.
di¥1§(iri.e:, a. adj. divisible. RomciiiiÀ et ROiHicii^iAR (si)^ v.
Divi^iOM, n. f. division. pr. se domicilier.
DiviNOR, n. m. diviseur. ROiii.\À et Rom^ AR, V. a. dominer.
DivÔRSi ou DivÔRCi, n. m. di- ROMiiîAiiT, A, adj. dominant.
vorce. RO.ni.irAS<iioiir, n. f. domination.
DivcxCiÀ et Diixi.CiAR, V. a. divul- RO.iii.iiATOR, TRisi§A, n. domina-
guer. (V. abrogà p. la conjug. du teur.
g - Préface). ROMIMÏ, n. m. domination.
di¥UI.c;a§(^ioiv, n. f. divulgation. RÔMIMÔ, n. m. domino (jeu et mas-
D110.GATOR, TRiiSiSA, n. divul- que).
gateur. ROMO, n. m. dôme.
DÔ, m. do.
n. ROM, n. m. don, présent.
ROAT, DA, adj. doué. ROM, n. Don, titre d'honneur.
lA, n. f. daube. ROM, adv. d'oM et où.
RORAR (V. ADOBÀ). ROM'À et ROMAR, V. a. donner.
ROBERTlJRA, Ouverture.
n. f. ROM AIRE, A, n. m. qui donne faci-
ROBiA et DOBI.AR, V. a. doubler. lement.
ROBI.E, A, adj. et n. double. ROMASj§iOM, n. f. donation.
DOBI.URA, n. f. doublure. ROMATOR, TRif^SA, n. donatcur.
nocii., A, adj. docile. ROMCA, conj. donc.
DOC^ii.lTÀ, n. f. docilité. ROMCiiOM, n. m. donjon.
u«K t FiiRA, n. f. sorte de figue. ROM SI SIGUE, loc. ady. n'importe
ROCtiMi^M, n. m. document. où; au pi. « don si sigon ».
n. f. douve. ROMTÀ et ROMTAR, V. a. dompter.
lA (S'EH AHÀ EM...), loc. se dit ROMTUR, n. m. dompteur.
d'un tonneau, d'une barrique, etc., RORÀ et RORAR, V. a, dorcr. (V.
dont les douves se détachent faute abrogà^. la conjug. del'o -Préface).
d'humidité; au fig. s'affaiblir, : ROR€A, n. f. burette.
tomber. ROREMA^'AM, adv. dorénavant.
ROGE, n. m. doge. DORLOTA et RORl.OTAR,v. a. dor-
RÔCiMA, n. m. dogme. loter. (V. abrogà p. la conjug. de
ROCiiO, n. m. dogue ; au fig. : per- l'o Préface).
sonne hargneuse. RORMU.E.OS, OA (pron. dormïos),
ROI, adj. num. card. deux, adj. dormeur, qui dort longtemps
ROI (P'|I.I.À I.IT... RE €OPA), loc. et facilement.
prendre la poudre d'escampette, RORSAiiA, adj. fém. ne se dit guère
DRE 100 DUR
3ue dans « espina
cette expression : DRE§(iiÀ et DRESSAR, v. a. dresser
orsala épine dorsale.
)> : (un cheval). (V. achertà p. la con-
DOii, uo§t$i.i, adj. doux, fade. jug. de l'e - Préface).
w6$i.%, n. f. dose. DREVEIM.À et DRE1EII.I.AR (si),

DOfiilAiiEll^ adv. doucement. (pron. dreveià), v. a. et pr. éveil-


DOSSET, A, adv. doucet. ler et s'éveiller. (V. achertà p.
DOjiiiETA, n. f. espèce de salade. la conjug. de l'e - Préface dre- :

DO$i!iliÈ, n. m. dossier. veillà).


DO§ison, n. f. douceur. (L'r ne se DRISSÀ et DRISISAR, V. a. redres-
prononce pas). ser, rendre droit.
DOiijiORAS, i§SA, adj. douceâtre. DRÔCiA, n. f. drogue.
MOT, A, adj. savant. DROGÀ et DROOAR, V. a. droguer,
DOTA, n. f. dot. falsijier, altérer la substance d'une
DOTA, n. m. doute. chose. (V. abrogà p. la conjug. de
DOTA et DOTAR, V. n. doutcr. l'o et du ^ - Préface).

DÔTÀ et DÔTAR, V. a. et irr. doter. DROeuERÎA, n. f. droguerie.


(V. abrogà p. la conjug. de l'o - DROCitJlfKTA, n. m. droguiste.
Préface). DROCiCR, USA, n. drogueur.
DOTAli, A, adj. dotal. DROl., A, adj. drôle.
DOTA<i»«ilO!V, n. f. dotation. DROiiAMEM, adv. drôlement.
DOTAT, ADA, adj. doté. DROl.ESSA, n. f. drôlesse.
DOTOR, n. m. docteur. DRlUl et DRIBIR (V. DURVÎ).
DOTOii, OA, adj. douteux. DRUCilA, n. f. engrais.
DOTRIHA, n. f. doctrine. DRUIDE, n. m. druide.
DÔU (V. DAD). DRUT, A, adj. bien fumé.
DOA'EM. n. m. doyen (pron. oij fran- DUBERT, A, adj. ouvert
çais). DUBERTURA, n. f. ouvcrture, em-
DOKK, adj. num. card. douze. brasure.
DOZEMA, n. f. douzaine. DUBi, n. m. doute.
DOKIÈME, A, adj. num. ord. dou- DUC, n. m. hibou, grand-duc.
zième. DUC A, n. m. duc.
DRACiÈiA, n. f. dragée; menu plomb DUC Al., A, adj. ducal.
de chasse. DUCAT, n. m. ducat.
DRAGO, n. m. dragon; monstre fa- DUEIL (pron. dueï), n. m. deuil.
buleux ; au fig. : femme vive et aca- DUEI., n. m. duel.
riâtre. DUEL.iiiTA, n. m. duelliste.
DR Al, n. m. (terme de la montagne), DUGAHA, n. f. douane.
crible. DUCiAMiÈ, n. m. douanier.
DRAMA, n. m. drame. DUGO, n. m. hibou, grand-duc.
DRAMATI€0, A, adj. dramatique. DUÔ, n. m. duo.
DRAI%DAII.I.À e t DRAXDAII.I>AR DUÔSSA, n. f. gousse, bulbe.
(pron. drandaià), v. n. transir. DUOSSA D'AILUET, n. f. goussc d'ail.
DRAP, n. m. drap. DUPA, n. f. dupe.
DRAPERÎA, n. f. draperie. DUPA et DUPAR, V. a. duper.
DRAPEl, n. m. drapeau. DUPI.ICÀ et DUPI.ICAR, V. a. dou-
DRAPIÈ, n. m. drapier. bler. (V. abdicà p. la conjug. du
DRKCH, n. m. droit. c - Préface).
DRECH, CHA, adj. et adv. droit, DUPLICATA, n. m. duplicata..
debout. DUQUESSA, n. f. duchesse.
DRECH (DE), loc. adv. de droit. DUR, A, adj. dur.
DRECHA, n. droite. f. DUR (AMÀ), loc. marcher très fière-
DRECHIÈ, RA. adj. et n. droitier. ment.
DRECHCRA (EU) loc. adv. en droi- DURA et DURAR, V. n. durer.
ture, dans la direction. DUR.%B1.E, A, adj. durable.
DUR 101 'DUV

DUR AD A, n. f. durée. DURGAM, n. m. poisson, barbue.


DURAMKIV, adv. durement. DURIÈ, RA, adj. constipé, têtu, opi-
DURAM, A, adj. ce qui a la qualité niâtre.
d'être dur; (n'est guère employé DURli.iiOM (pron. durïon), n. m. du-
que pour désig^ner la pêche dont la rillon.
chair est adhérente au noyau). DtiRMÎ et DURiiiR, V. n. et irr.
DURRI et DURBIR, V. a. et irr. dormir. (V. amursi).
ouvrir, manifester, proposer. (V. DURMii.l.Oi^ ou DKRmOii, OA (pron.
amursî). —
Le participe passé est durmïos), adj. qui dort trop et fa-
dubert. cilement.
DlJRET, A, adj. dimin. de dur: un DURHiTORl, n. m. dortoir, sopori-
peu dur. fique.
DURETÀ, n. f. dureté. DUVET, n. m. duvet.
E

JE, n. m. e; cinquième lettre de l'al- E€HOÀ et ECHOAR, V. n. échouer.


phabet et la seconde des voyelles. ECliER, n. m. éclair.
K, conj. et. ECI.ERÀ et ECI.ERAR (s'), V. a.
KUKiVx interj. eh bien! éclairer ; v. pr. s'éclairer. (V.
KBÈHA, n. m. ébène. achertà p. la conjug. de l'e - Pré-
KBEMISTA, n. m. ébéniste. face: eclerà).
EBi^oi et KBI.01R (s'), V. a. et pr. ECiiERACiE, n. f. éclairage.
irr. en issi: éblouir et s'éblouir. E€E.EiilASTiCO, A, adj. ecclésias-
EBliOiS^lAMEM, n. m. éblouisse- tique.
ment. ECI.ISSÀ et Eri<l§(lSAR, V. a. éclip-
EBLOiSilEllT, A, adj. éblouissant. ser.
KBRAie, A, adj. hébraïque. Ècox interj. voilà!
KBRAMIiÀ et EBRAMI^AR (s'), V. a. E€Ô, n. m. écho.
et pr, ébranler et s'ébranler. ECà.iiÔME, A, adj. économe.
ECALIBRÀ et ECAI.1BRAR (V. CA- ECOHOHIA, n. f. économie.
I.IBRÀ). E€0.¥OMi€AifEM, adv. économique-
ECAIilBRE (V. CAE.1BRE). ment.
ECHAMtRÀ et ECHAMCRAR, V. a. ECOIVOMISÀ et ECOmOilIllKAR, V. a.
échancrer. économiser.
ECHAUCRURA, n. f. échancrure. ECROI.À et ECROI.AR (s'), V. pr. et
i<:riiA!ic>;E, n. m. échange. irr. (V. abrogà p.
s'écrouler. la
KCHAMTiriiOM (pron. echantïon), n. conjug. de l'o - Préface).
m. échantillon. ECBSSOM, n. m. écusson.
ErHFiDKHT, n. m. excédent. ede:v, n. m. éden.
K€iiKi.EMSA, f. excellence.
n. EDIFICÀ et EDIFICAR, V. a. édifier.
a, adj. excellent.
i<:€1Ie:l.i<:.iît, (V. abdicà p. la conjug. du c - Pré-
ECHEI.EMTAMEI1, adv. excellem- face) .

ment. EDIFICAMT, A, adj. édifiant.


ECHÈS, n. m. excès. EBIFICASSIOM, n. f. édification.
ECHE^fiiF, VA, adj. excessif. EDIFICI, n. m. édifice.
ECHEiSSioil, n. f. exception. EDii.E, n. m. édile.
KCHES!§ivAiMEM, adv. excessive- EDiSfiiOM, n. f. édition.
ment. EDIT, n. m. édit.
KCHÈTERA, n. m. et cœtera. EDITA et EDITAR, V. a. éditer.
ECHÈTO, prép. excepté. EiiiTOR, n. m. éditeur.
KCHKTUÀ et ECHETUAR, V. a. EWOMADARI, A, adj. hebdomadaire.
excepter. EDUCÀ et EDUCAR, V. a. édiiquer.
ECHETiiAT, ADA, adj. exccpté. {\. abdicà p. la conjug. ,du c - Pré-
ECHITÀ et ECHITAR (s'), V. a. et pr. face).
exciter et s'exciter. EDECASjSioiv, n. f. éducation.
ECHlTAMT, A, n. m. excitant ; AÔi]. EDCCATOR, n. m. éducateur.
excitant. EFAÇÂ et EFAÇAR, V. a. effaccr.
ECHiTAisiilo^, n, f. excitation. EFA^ADCRA, n. f. effaçure.
ELE io3 EMA
EFARÀ et EFARAR, V. a. effarer. EI.EMOSIMA, n. f. aumône.
EFARAT, DA, adj. effaré. Ei.EiîA, n. pr. fém. Hélène.
EFEIIIMÀ et EFEMIMAR, V. a. effé- EiiEH'CO, n. m. catalogue.
rniner. EiiESSiOîlî, n. f. élection.
EFKMi.i'AT, adj. efféminé. EiiETOR, n. m. électeur.
EFKRVECEUSA, n. f. effervescence. Ei.ETORAi^, A, adj. électoral.
EFET, n. m. effet. Ei.ETRie, A, adj. électrique.
EFETIF, adj. effectif. Ei.ETRiciTÀ, n. f. électricité.
EFETlVAiiEil, adv. effectivement. EI.ETRIHÀ et EI^ETRISAR, V. a.

EFETlîÀ et EFETUAR, V. a. effec- électriser.


tuer. EiiETRi§iABi.E, A, adj. électrisa-
EFI€A€ITÀ, n. f. efficacité. ble.
EFICAS, SSA, adj. efficace. Ei.ETRi<iA!S«^iO!V, n. f. électrisation.
EFieiA, n. f. effigie. EiiÈVA, n. m. et f. élève.
EFRAIÀ et EFRAIAR (s'). V. a. ef- EiiEWÀ et Ei.EVAR, v. a. élcvcr. (V.
frayer ; V. pr. s effrayer. achertà p. la conjug. de l'e - Pré-
EFREiVAT, DA, adj. effréné. face: elevà).
EFRO.li'TAT, »A, adj. et n. effronté. Ei.EVA^i§iOîl, n. f. élévation.
EFROYABI.E, A, adj. effroyable. EiiE%'AT, DA, adj. élevé.
(pr. oy français). Ei.i, pr. pers. f. pi. de ela : elles.
EFUSIOM, n.
effusion. f. Ei^lCOM, m. Hélicon.
n. pr.
ECiAii, A, adj. et n. égal. Ei.iDÀ et EI.IDAR, V. a. éUdcr.
E<iiAiiÀ et ECiAi.AR, V. a. égaler. Ei.iECiiE, V. a. élire.
E€iiAl.A»iEi¥, adv. également. Ei.EC^iBii^iTÀ, n. f. éligibilité.
ECiAi.i!§À et ECiALlfiAR, V. a. éga' Ei.i<^iKi.E, A, adj. éligible.
User. EMMIMÀ et ELimnAR, V. a. éli-
ECiAl.lTÀ, n. f. égalité. miner.
ECiART, n. m. égard. EMMiMA^iliom^ n. f. élimination.
ECiiDA. n. f. égide. EI.IMÔSIMA, n. f. aumône.
ECIISSIAM, A, adj. égyptien. Ei.iP*9A, n. f. ellipse.
EC;iT, n. m. Egypte. Ei^lPTic, A, adj. elliptique.
ECiOÏ<iiiE, n. m. égoïsme. EiiiçuiEiifiA, n. f. terme de la cam-
EGOÏiiTA, adj. et n. égoïste. pagne signifiant talent.
EGliii^À et ECiiJiSAR, V. a. aiguiser. Eiil^i, n. pr. Elysée.
EH: excl. eh! EI.1SIOM, n. f. élis ion.
EIRIS, n. m. iris. El.i«iiR. n. m. éliœir.
Ei.A, pr. pers. fém. sing. elle. Ei.ifi^i, n. f. ellipse.
EiiAMS, n. f. élan, mouvement. EiiiTA, n. m. élite.
ELAHSÀ et EliAU'IiAR (s'), V. pr. EI.OACiUÀ et EI.OA»ilîAR, V. a.
s'élancer. éloigner.
EiiASTiC, A, adj. et n. m. élastique. EiiOACiiVAMEiv, n. m. éloignement.
EI.ASIT1CITÀ, n. f. élasticité. EiiO€llJi§iiO!i', n. f. élocution.
EliEFAiiT, n. m. éléphant. EiiôCiiE, n. m. éloge.
EiiEtiAUSA, n. f. élégance. Ei.Of^DEiViiA, n. f. éloquence.
El.EtiAlîT, A, adj. élégant. eloqueut, a, adj. éloquent.
ELEGA.lîTAME.v, adv. élégamment. Ei.o^UEMTAMEM, adv. éloquem-
EiiECii et Ei.EGlR, V. a. élire. — ment.
Ind. prés. : eliegi, elieges, etc. (Ce EE.U ou UE.U, pr. pers. m. pi. de eu :

verbe change e en ie dans toute la ils.


conjugaison). Ei.i]CtJBRA§tNiO]V, n. f. élucubra-
EiiECiitJT, DA, part, passé de eliege: tion.
élu. EI.UDÀ et EI.IIDAR, V. a. éluder.
EI.EIIIE11T, n. m. élément. EI.UT, UDA, n. et adj. élu.
ELEMEUTARi, lA, adj. élémentaire. EMAIL, (pron. emai), n. m. émail.
EMB io4 EMB
EMAIIiLÀ et EMAULAR (
prOQ. EilBARLUGAMEM, n. m. éblouisse-
emaià), v. a. émailler. ment.
EMAMÀ et EMAMAR, V. n. éma- EMBAISTÀ et ElIBA§iTAR OU
ner. BAjiTÀ et BA§(TAR, V. a. bâter.
EMAMASSIOM, n. f. émanation. EMBASTARDI et EMBA^STARDIR
EMAMCIPÀ et EMAMCIPAR (s'), (s'), V. n. et pr. irr. en issi: abâ-
V. a. émanciper ; v. pr. s'émanci- tardir.
per. EMBASTl et E1IBA!§T1R, V. a. et
EMAMCIPAISNIOII, n. f. émancipa- irr. en issi: bâtir, fauji 1er (terme
tion. de tailleur).
EMARGEA et EMARCilAR, V. a. EMBASTiDiiRA, n. f. bâti (terme de
émarger. tailleur).
EMBABOIMÀ et EMBABOIHAR, V. EMBAEMÀ et EMBAUMAR, V. a. et
a. embaboiiiner, engager par de intr. embaumer.
vaines promesses, par des caresses, EMBAIUMAMT, A, adj. balsamique.
tromper en flattant, enjôler. EMBE, prép. avec (quelquefois 6e et
E1IBAI.À et EMBAL.AR, V. a. em- me).
baller. EMBECiii, A, adj. imbécile.
EMBAiiAGE, n. m. emballage et EMBECIMTÀ, n. f. imbécillité.
toile d'emballage. EMBEI.! et EMBEI.1R, V. a. et irr.
EA1BAI.ORDI et EMBAI.ORDIR, V. en issi: embellir (plus usité que
en issi: assourdir.
a. et irr. abeli).
EMBAi.UR, n. m. emballeur. EMBEEiiilSAliEil, n. m. embellisse-
EMBAUDÏ et EIIBAIIDIR (s'), V. pr. ment.
demeurer dans la monta-
et n. aller EMBERl et EMBERIR, (s'), V. pr.
gne ou dans un lieu désert. et irr. en issi; avoir les cheveux
EMBARACiAÀ et EMBARAGMAR, V. ébouriffés.
a. entourer de haies. EMBERIT, DA, adj. état de celui qui
EMBARAi», m. embarras.
n. a les cheveux ébouriffés.
EMBARASiiÀ et EllBARA§i<iAR (s'), EUBESTIÀ et EMBEiiTIAR, V. a.
V. a. embarasser ; v. pr. se mêler, embêter.
s'occuper. EMBEiiTiAMT, A, adj. embêtant.
EMBARA§I§IAMT, A, adj. embaras- EMBEfiTiAT, DA, adj. embêté.
sant. EMBIBÀ et EMBIBAR, v. a. imbi-
EMBARAi^SiÈ, RA, n. et adj. qui ber.
fait de l'embarras. EMBIlA et E1IBII.AR (s'), V. pr.
EMBARBÀ et EMBARBAR (s'), V. se mettre en colère.
a. action de trasplanter les légumes EMBiixAT, ADA, adj. en colère.
qui viennent par semis avant de les EMBi^EMA, n. m. emblème.
planter à leur place, comme les to- EiiBL.EiliATi€0, A, adj. embléma-
mates, les choux, les poivrons, les tique.
aubergines, etc. ; v. pr. s'enraciner. E1IB1.ESTÀ et EMBI.ESITAR, V. a.
EMBARCÀ et EMBARCAR (s'), V. a. garnir la quenouille.
et pr. embarquer, s'embarquer. EMBOCÀ et EMBOCAR, V. a. Crépir,
(V. abdicà p. la conjug. du c- Pré- emboucher. (V. abdicà p. la con-
face). jug. du c - Préface).
EMBARCAMEM, n. m. embarque- EMBOCADIRA, n. f. embouchure,
ment. crépissage.
EMBARCAiiSiOM, n. f. embarcation. EMBOITA et EMBOITAR, V. a. em-
EMBARIÀ et EMBARIAR, V. a. en- boîter.
tourer de murailles, clôturer. EMBOITERA, n. f. emboîture.
EMBARIilJGÀ et EMBARI^UGAR, V. EMBORÀ et EMBORAR (s'), V. a. et
a.éblouir. (V. abrogà p. la conjug. pr. rembourrer, rembourrer.
et se
du ^ - Préface), EMBORAGE, n. m. rembourrement.
I
ËMB [o5 EMM
BHBORA'À et EMBORHAR (s'), V. a. pr. s'engorger et avaler de travers ;
et pr.cacher, fourrer, mettre ; se s'engouer.
cacher, se fourrer. EMBROCHA et EMBROCHAR, V. a.
EMBORXi et EMBORAIR, V. a. et embrocher. (V. abrogà p. la con-
irr. en issi : aveugler. jug. de l'o - Préface).
EMBOTÀ et EMBOTAR, V. a. met- diiBRÔiL. (pron. embrôi), n. m. e/n-
Ire le vin dans tonneaux.
les barras, intrigue, imbroglio.
KMBOTAIRE, n. m. chantepleure. EMBROII^I^À etEMBROILLAR
EMBOTi et EMBOTIR, Y. a. et îrr. (pron. embroïà), v. a. et irr. em-
en issi : ouater. brouiller, enchevêtrer. (V. abrogà
EMBOTlIil^À et EMBOTII.IiAR(pron. p. la conjug. de l'o - Préface).
embotïà), v. a. mettre en bouteille. EiHBRÔii.i.AilEll (pron. embrôia-
EMBRACiÀ et AMBRACAR, V. a. men), n. m. embarras, intrigue,
(termede marine), amarrer. (V. imbroglio.
abrogà p. la conjug. du ^ - Pré- eiibroii.EiOjV, a (pron, embroïon),
face). adj. et n. trompeur, tricheur, escroc.
EMBRAIÀ et EMBRAIAR (s'), V. a. EMBRUHi et EiUBRlIMIR, v. a. et
culotter ; v. pr. mettre son panta- irr.en issi; rembrunir, rendre plus
lon. sombre.
EiUBRA.lîCÀ et ElIBRAlkeAR (s'), EMBUCiADÀ et EMBUGADAR, V. a.
V. saisir ; v. pr. s'accrocher,
a. lessiver, décruer.
trébucher. (V. abdicà p. la conjug. EiMBiifiCAOA, n. f. embuscade.
du c - Préface). EME, prép. (V. EMBE).
EMBRAMCAIIEIV, n. m. embranche- EMEMUÀ et EMEWOAR (s'), V. pr.
ment. s'amender.
EMBRAUCO.liÀ et EMBRAMCOMAR EMEMUAiiEM, n. m. amendement.
(s')j, V. pr. s'accrocher. EiiEi%DA§i$iloiV, n. f. correction.
EMBRAi^À et e:iibra§»ar (s'), V. E.UE.ifUAT, AOA, adj. Corrigé, réglé.
pr. s embraser. EMERic, n. m. émeri.
EMBRASAiMEjV, n. m. embrasement EMETico, n. m. émétique.
EMBRAI^i^À et KURRAfi^AR (s'), EMETRE, V. a. et irr. émettre (V.
V. a. embrasser ; v. pr. s'embrasser. mètre).
KMBRAS«iAUA, n. f. embrasscment. EMEUT A, n. f. émeute (pron. eu fran-
KMBRA^SAMEM, n. m. cmbrassc- çais).
ment. EMEUTÀ et EMEUTAR (s'), V. pr.
EiiBRAiiliRA, n. f. embrasure. faire émeute (pron. eu français).
EMBREMÀ et EMBRK.IÎAR (s'), V. EMIGRÀ et EMIGRAR, V. n. émi-
a. et pr. ; salir et se salir d'excré- grer.
ments. EMiGRAi^Sioiv, n. f. émigration.
EMBRKMABA. n. f. action de salir EMIGRAT, DA, adj. et n. émigré.
d'excréments. EMÎMA, n. f. mesure ancienne.
ENBRIAC, GA, adj. et n. ivre, ivro- EMIMEMSA, n. f. éminence.
gnerie. EMi.iiE.iîT, A, adj. éminent.
E1IBRIAC;À et KMBRIACiAR (s'), V. EMi^FERi, n. m. hémisphère.
a. et pr.enivrer et s'enivrer. (V. EMi^SARl, n. m. émissaire.
abrogà p. la conjug. du ^ - Pré- EMi^SiOM, n. f. émission.
face). EMMAGAI§IMÀ et EMMAGAillIVAR,
EMBRiAGADURA, n. f. ivressc. V. a. emmagasiner.
KMBRIAGAS, SSA, adj. et n. péj. EMMAGAJilllAGE, n. m. emmaga-
ivrogne. sinage.
EMBRiACiO.ii, A, adj. et n. ivrogne. EMMAGIMÀ et EMMAGIMAR (s'), V.
EMBRiACiiJECii.iîA, n. f. ivresse et a. et pr. imaginer et s'imaginer.
ivrognerie. EMMAIL.L.À et EMMAII.I.AR, V. a.
EMBRIGÀ et ExUBRlCiAR (s'), V. prendre au filet.
ËMP 106 EMP
JÉitfilAlfC.%Bl^K, A, adj. immanqua- a. et *pr. emplâtrer; par ext. être
ble. souillé, rempli de boue, etc.
EMMAMCHA et KMMAIICIIAR, V. a. EMPASTRÀ et EMPASTRAR (s'),
emmancher. V. a. emplâtrer
par ext. être et
EMMASCÀ et EMU ASCAn, v. a. en- souillé, rempli de boue, d'ordure.
sorceler. (V. abdicà p. la conj. du EMPAiiTRE, n. m. emplâtre ; au fig-.
c - Préface). personne incapable d'agir faute
EMMIDOMÀ et ElIMIDOMAR, V. a. d'énergie.
amidonner. EMPATACMÀ et EMPATAGMAR (s'),
EMOI.IEUT, A, adj. et n. émollient. V. pr. être souillé, rempli de boue,
EMORAGIA, n. f. hémorragie. d'ordure.
KMORÔIDA, n. f. pi. hémorroïdes. EMPATAGHAT, DA, adj. souillé de
KMOiSjSiOM, n. f. émotion. boue, d'ordure.
EMOjililOMÀ et KMOS<ilO]VAR (s'), EMPATROMÎ et EIIPATROIÎIR (s'),
V. a. et pr. émotionner et s'émo- V. pr. et irr. en issi: s'emparer, se
tionner. rendre maître.
EMOWEiiT, A, adj. émouvant. EMPATROiiiMEif, n. m. action de
EilPACHÀ et EMPACHAR, V. a. em- s'emparer, se rendre maître.
pêcher. EMPArRI et EMPAURIR (s'), V. n.
EMPACHAMEiiî, n. m. empêchement. et irr.en issi: appauvrir ; v. pr.
EMPADRO.lîî et EMPADROiriR (s'), s'appauvrir.
V. pr. et irr. en issi: s'emparer, EMPAUTÀ et EMPAUTAR (s'), V. a.
se rendre maître. embourber ; v. pr. s'embourber, se
EMPACiABLE, A, adj. impayable. crotter.
EiiPAlf.l.À et EMPAll^liAR (pronf EMPAIJTROMÎ et EMPAVTRO^IR
empaïà), v. a. empailler. (s'), V. pr. et en issi: devenir
irr.
EMPAil^iiAT, AOA (pron. empaïat), paresseux, se livrer, s'abandonner
n. m. enveloppe de paille; adj. en- à la paresse.
touré, rempli de paille, empaillé). EMPEDÈ et EMPEBIR (s'), V. a. et
EMPAI.À et EMPAI.AR, V. a. em- irr. en issi empêcher, interdire ;
:

paler. V. pr. s'empêcher, s'interdire.


EMPAQUETA et EMPAQIJETAR; V. EMPEDiAiEiv, n. m. empêchement,
empaqueter.
a. interdiction.
EMPAR; adj. impair. EMPEGÀ et EMPECAR (s'), V. a.
EMPARA et EMPARAR, V. a. ap- coller, ffluer, poisser; v. pr. se
prendre. coller, se prendre à quelque chose.
EMPARFET, A, adj. imparfait. (V. abrogà p. la conjug. du ^ -

EMPARFETAMEM, adv. imparfai- Préface).


tement. EMPECàMÀ et ElfPECi.\AR, V. n.
EMPARiiiAi., A, prendre à charge, s'engager.
adj. impartial.
EMPARitiAi.AMEM, adv. impartia- ENPECàîlE, n. m. empeigne.
lement. EMPÈCiiiii. n. m. engagement.
E1IPARSIAI.ITÀ, n. f. impartialité. EitiPEiiETRABi.E, A, adj. impéné-
EMPA^jilBllilTÀ, n. f. impassibi- trable.
lité. EUPEMiTE.iiT, A, adj. impénitent.
EMPAJiSiBiiE, A, adj. impassible. ElIPERAlliliÀ, adv. là-bas, par delà.
EMPASSIEMSA, n. f. impatience. EiiPERAQi:!, adv. ici, par ici.
EiiPA«i*SiE.iiT, A, adj. impatient. EMPERATIF, VA, adj. et n. impé-
EilIPA§($ilE.li'rÀ et EMPAPlillEX- ratif.
TAR, V. a. et pr. impatienter et EMPERATilAMEM, adv. impérati-
s'impatienter. (V. achertà p. la vement.
conjug. de l'e - Préface: empas- EMPERATRiSfiA, n. f. impératrice.
sientà). EMPERCETiBLE, A, adj. imper-
VMVA»Tl»»À et EllPA§)Tl!il§iAR, V. ceptible.
EMP 107 EMP
e:iipkrdoivabi.e, A adj. impar- EMPI.EGAT, n. m. employé.
donnable. empi.ec;ato.¥, n. m. diminutif de
E}AiPKRFii:fi!^io:i', n.f. imperfection. mépris de « emplegat », petit em-
EMi'KRFET, A, adj. imparfait. ployé.
EMPERFETAiiEM, adv. imparfai- EMPiiÈTA, n. f. emplette.
tement, EMPI.Î et EMPi.iR, V. a. remplir.
EMPÈRi, n. m. empire. EMPI.1CÀ et EMPi.i€AR, V. a. im-
EMPKRiAii, A, adj . impérial. pliquer. (V. abdicà p. la conjug.
EiiPERiAl.A, n. ï. impériale. du c - Préface).
EiiPERiAi^i«^TA, adj. et n. des 2 EMPi.irA!§^lOM, n. f. implication.
genres impérialiste. EMPI.ORÀ et EMPL.ORAR, V. a.
EMPERIOS, OA, adj. impérieux. implorer. (V. abrogà p. la conjug.
EMPERMEABi^E, A, adj. imperméa- de l'o - Préface).
ble. EMPI.1JMÀ et EMPI.IJMAR, V. a.
EMPERSOli'Ali, A, adj.impersonnel. empanacher.
EMPERTiMEMjiiA, n. f. imperti- EMPI.IJIV, n. m. hachis de viande et
nence. de légumes.
EAfPERTiîiEMT, A, adj. et n. im- EMPO, n. m. impôt.
pertinent. EMPOCHA et EMPOCHAR, V. a. em-
EiUPERTURBABLE, A, adj. imper- pocher. (V. abrogà p. la conjug.
turbable. de l'o - Préface).
EAfPEiiTÀ et ÉMPEI^TAR, V. a. EMPOCmÀ et EMPOGHAR, V. a.
empester. (V. achertà p. la conjug. empoigner.
de l'e - Préface empesta). : EMP011.1.À et EMPOIIXAR (pron.
EifPETUOfi, OA, impétueux. empoïà)y V. a. exciter, irriter.
adj.
EMPETUO^AMEiv, adv. impétueu- EMPOIjiiOIVÀ et EMPOI^OMAR, V.
sement. a. empoisonner.
EMPETUOiiiTÀ, n. f. impétuosité. EMPOiiiOMAMEM, n. m. empoison-
EMPiCÀ et EMPICAR, V. a. pendre. nement.
(V. abdicà p. la conjug. du c - empoi.it, adj. impoli.
Préface). empoi.itAxMeut, adv. impoliment.
EiiPiÈTÀ, n. f. impiété. EMPOi.iTES§lA, n. f. impolitesse.
EMPIETA et EUPIETAR, V. n. em- EMPOMADÀ et EMPOMABAR, V. a.
piéter. (V. achertà p. la conjug. pommader.
de l'e - Préface empiéta). : EMPORTA et EMPORTAR (s'), V. a.
EMPILA et EMPI1.AR, importer ; v. pr.
V. a. empiler. et irr. emporter et
EMPio, A, adj. et n. impie. s'emporter. (V. amolà).
EMPIRA et EMPIRAR (s'), V. n. et EMPORTAMEM, n. m. emportement.
pr. empirer. EMPORTAMfiiA, n. f. importance.
EMPITOV ABiiAMEM, adv. impitoya- emportaut, a, adj. important.
blement (pron. oy français). EMPORTAiiiilo.iii, n. f. importation.
EMPITOVABI.E, A, adj. impitoyable EMPORTCM, A, n. et adj. importun.
(pron. oy français). EMPORTKMÀ et EMPORTUHAR, V.
EMPi.ACABi.AMEM, adv. implaca- a. importuner.
blement. EMPORTUMITÀ, n. f. importunité.
EMPI.ACABI.E, A, adj. implacable. EMPOSÀ et EMPO^iAR, V. a. et irr.
EMPi.A^SAMEW, n. m. emplace- imposer. (V. abrogà p. la conjug.
ment. de l'o - Préface).
ï:mpi.a^trà et empi.astrar (V. EMPO«^AllT, adj. imposant.
EMPAi^TRÀ). EMPO«iii«^««lOilî, n. f. imposition.
EMPI.EC, n. m. emploi. EMPO<i#ji^iBii.iTÀ. n.f. impossibilité.
EMPI.EGÀ et EMPI^ECiAR, V. a. EMPOi§jiiBE.E, A, adj. impossible.
employer. (V. abrogà p. la conjug. EMPORTA et EMPUÔSTA, Q. f. im-
.
du ^ - Préface). poste. ,
ËMP loS ENd

l}MPO§{TE:Mi et llIPOf§TEMIR, v. n. EMPROi^iSADA,n. f. improvisation,


et passif, apostumer. impromptu.
EMPOSTiiR, CSA, n. et adj. impos- EMPROYisiATOR, n. m. improvisa-
teur. teur.
l'^MPONTURA, n. f. imposture. EMPROVIST, A, adj. improviste.
i<:mpraticabl.e, a, adj. imprati- EUPROVifiiTA (À i/). loc. adv. à
cable. r improviste.
EMPRECÀ et EMPRECAR, V. a. EMPRUBEH'fiA, n. f. imprudence.
faire des imprécations. (V. abdicà EMPRUDE.iiT, A, adj. et n. impru-
p. la conjug. du c - Préface). dent.
KMPRECASSIOM, n. f. imprécation. EMPRiùE.iîTAiiEM, adv. impru-
EMPRElllER, loc. adv. en premier demment.
lieu. EMPRVxlîT, n. m. emprunt.
KMPRKSA, n. f. entreprise. EMPRtJMTÀ et EMPRIJIITAR, V. a.
KiUPREiitARi, n. m. entrepreneur, emprunter.
imprésario. E.iiprBEASA. n. f. impudence.
ElIPRE§(OMÀ et EMPRKitOIVAR fs'), EiiPiUEAT, A, adj. impudent.
V. a. emprisonner ; v. pr. se cloî- EMPt iiic, A, adj. impudique.
trer. EMPiiiiCHissiA, n. f. impudence,
EiiPREitOMAiiE:]!', n. m. emprison- impudeur.
nement. EUPIISSAMSA, n. f. impuissance.
EMPRESiiÀ et KMPRESl^AR (s'), V. WMWtmmww, a, adj. impuissant.
pr. s'empresser. (V. achertà p. la f. impulsion.
EMPi;i.«^lo.\', n.
conjug. de l'e - EMPt.iiiT, DA, adj. impuni.
Préface: empressa).
EMPREfiSAMEM, n. m. empresse- EMPLliiTÀ, n. f. impunité.
ment. ENii^, A. adj. et n. émule.
EMPREilSAT, DA, adj. empressé. EMri.À et EMIXAR (s'), V. a. et
EMPRENiSioiî, n. f. impression. réfl. rivaliser, avoir de l'émulation.
KMPRK4^4ilOMÀ, e t KMPRESSIO- EMUI.ASSIOU. n. f. émulation.
H'AR, V. a. impressioner. EMCl.ATOR, TRISSA, n. émule.
i:MPREfiiiio.iîABi.E, A, adj. impres- EM, prép. en et à, dans.
sionahle. EM, pr. pers. en. Il n'est employé
K1IPR|<:%IST, A, adj. imprévu. qu'après les pronoms personnels
e:iipre:%'Oyaii$9a, n. f. imprévoyan- mi, ti, no, vo, si, en les élidant et
ce (pron. oy français). après ni lorsqu'il signifie lui, leur,
EMPREWOYKMT, A, adj. impré- en conservant Ve ou en le suppri-
voyant (pron. oy français). mant et en formant un seul mot :

EMPRiiiÀ et EMPRIMAR, V. a. im- nin, nien. (Voir ces mots).


primer. En A, n. f. haine.
EMPRIMERIA, D. f. imprimerie. EIVAMORÀ et EMAMORAR (s'), V. a.
KMPRIMIJR, n. m. imprimeur. et pr. irr. inspirer de l'amour de- ;

EMPRI»l$OMÀ et EMPRIi^OMAR (s'), venir amoureux.


V. a. emprisonner ; v. pr. se cloî- EXABSSÀ et EMAWSSAR (s'), V. a.
trer. et pr. élever, s'élever moralement.
EMPRUiOMAiMEll', n. m. emprison- EMAlSSAME.li, n. m. élévation.
nement. EMAVISÀ et EMAWISAR (s'), V. pr.
EMPROBABIMTÀ, n. f. improba- s'apercevoir.
bilité. eh'Cà ou E.ibCARA, adv. encore.
EMPROBABI.E, A, adj. improbable. E.1>€ADEMÀ et EMCADEMAR, V. a.
EMPRÔPRAIHEIV adv. impropre-
, enchaîner.
ment. EMC AURA et EMCADR.AR, V. a. en-
EMPRÔPRE, A, adj. impropre. cadrer.
EiUPROYliiÀ et ElIPROWISAR, V. EMCADRAiiEM, n. m. encadrement.
a. et n. improviser. EMCAÏMÀ et EMCAÏMAR, (s'), V. pr.
ËNc 109 ENC

et a. s'irriter ; agacer, irriter, EMCASTRAMEM, n. m. encastre-


exciter. ment.
EMCAIlSilÀ et KM€AIJ§^AR, V. a. EMCAU§»À et EMCAUSSAR (s'), V.
encaisser. a. (terme de paysan) recouvrir de
EMibAif^SAitiE.¥, n. m. encaissement. terre la racine d'une plante.
EMCAI.ADÀ et EMCAIiADAR, Y. a. EMCA^'iÀ et EMCAVIAR, V. a. plan-
paver, empierrer. ter avec la cheville certaines jeunes
EMCAi^ABAT, n. m. empierrement. tiges de quelques plantes potagè-
EMCAi^ADAT, ADA, adj. empierré: res: aubergines, poireaux.
ElXAii€ljXABl.E, A, adj. incalcu- EMCEM, n. m. encens.
lable. EMCEMCIÈ, n. m. encensoir^.
E:¥€AMI!1'À et eivcamimar (s'), V. EMCEMOI, n. m. incendie.
pr. s'acheminer. EMCEMDIÀ et IMCEMUIAR, V; a. iû-
EMCAMCREMI et EilX AMCREIÎIR (s'), cendier.
V. n. et réfl. irr. Qn issi ; gangre- EMCEMSÀ et EMCEMji^AR, V. a. eit^
ner, se gangrener. censer. (V. achertà p. la conjug.
EMCAMT, n. m. encan et enchante- de l'e - Préface: encensa).
ment; « metre al'...)), enchérir, met- EMCEMSIÈ, n. m. encensoir.
tre aux enchères. EMCEMTA, adj. f. enceinte.
EMCAMT A..., loc. rapport à... EMCERTEM, A, adj. incertain.
EMCAMTÀ et EMCAMTAR, V. a. en- EMCERTITUDA, n. f. incertitude.
chanter, ensorceler, EMCHici.iCA, n. f. encyclique.
EMCAMTAMEM, n. m. enchantement. EMCiiici.oPEUiA,n. f. encyclopédie,
EMCAMTAT, ADA, adj. étoiirdi. EMCHicxoPEDi^iTA, n. m. encyclo-
EMCAMTOMÀ et EMCAMTOMAR (s'), pédiste.
V. a. et pr. blottir et se blottir, se EMCHINIOM, n. f. incision,
tapir, se cacher dans un coin. EMCIUEMT, n. m. incident,
EMCAPÀ et EMCAPAR,
V. a.^mettre EMCivii., A, adj. incivil,
le mancheà une pioche ou à une EMClYliiiTÀ, n". f. incivilité,
pelle; faire le trou destiné à rece- EMCI.AVÀ et EMCI.AVAR, V. a. en-
voir le manche (en parlant d'un ou- claver.
til) ; boucharder une meule de mou- EMCliiM, n. m. inclination, révé-
lin à huile. rence.
EMCAPABI.E, A, adj. incapable. EMCI.IM, A, adj. enclin.
EMCAPASSITÀ, n. f. incapacité. EMCI.IMÀ et EMCl.iMAR (s'), V. a. et
EM€APEI.AT, adj. et n. celui qui est n. incliner; v. pr. s'incliner.
toujours couvert de son chapeau. EMCi.iMA§iSiOM, n. f. inclination et
EMCAPUCHÀ et EMCAPUCHAR (s'), inclinaison.
V. pr. s' encapuchonner EMCI^IMAT, OA, adj. cncUn et in-
EMCARA, adv. encore. cliné.
EMC ARA PROM çiiE... loc. encorc EMCIiOTÀ et EMCI^OTAR (s'), V. a.
que... et réfl. bossuer. (V. abrogà p. la
EMCARGÀet EMCARGAR, V. a. char- conjug. de Vo - Préface).
ger, donner mission. (V. abrogà p. EMCi^lttE, n. m. enclume.
la conjug. du ^ - Préface). EMClX^ilf, n. m. enclume.
EMCARÎ et EMCARIR, V. n. et irr. en EMCi..i:s, A, adj. inclus.
issi, enchérir. EMCLCSIVAMEM, adv. inclusive-
EMCARMAii^lOM, n. incarnation.
f. ment.
EMCÀRMAT, adj. invar, incarné et EMCOiSj^iMAT, ADA, adj. être en-
incarnat. touré de coussins.
EM CAS QUE...,loc.c/a/i5 le cas que..., EMCÔGMITO, adv. incognito.
où..., si. EMCOttMURA, n. f. encoignure.
EMCAj§TRÀ et EMCA§(TRAR, V. a. EMCOLPÀ et EMCOliPAR, V. a. accu-
enchâsser, encastrer. ser, inculper.
U
ENG Ho ËNG
ÊMCOI.URA, n. f. encolure, terme de (V. abrogà p. la conjug. de l'o -
tailleur. Préface).
KXCOMBRÀ et EUCOMBRAR, V. a. EH'CoxiiT, DA, adj. inconnu.
encombrer. EMCOMVEMIEH'SA, n. f. inconve-
iSMCOMBRAMEiiî, n. m. encombre- nance.
ment. EMCOMi'EWlEMT , n. m. inconvé-
E]l€OiiiBi:^TiBL.K, A, adj. incom- nient.
bustible. EMCORACilÀ et E^'CORAGIAR, V. a.
EMCOMODÀ et EMCOllODAR, V. a. encourager.
et irr. incommoder. (V. abrogà EMCORAGIAMEM, n. m. encoura-
p. la conjug. de l'o - Préface : en- gement.
comodà). EMCORACiiAllT, A, adj. encoura-
EMCOMOUAT, ADA.adj. incommodé. geant.
EMCOAIÔBK, A, adj. incommode. EUCORE, V. a. encourir.
EUCOMODITÀ, n. f. incommodité. EM€ORE«lBl.E, A, adj. incoî^rigi-
E11C011PARABI.K, A, adj. incompa- ble.
rable. EMCORET, A, adj. incorrect.
EMCOMPATIBILITÀ, n. f. incompa- EliCORO.ltÀ et EMCOROXAR, V. a.
tibilité. couronner.
emcompatibm:, a, adj. incompa- EA'COROIÎAT, ADA, adj. couTonné.
tible. EMCOROMPUT, UDA, adj. Don cor-
EMCOMPKTEiiîSA, n. f. incompé- rompu.
tence. EMCORPORÀ et EMCORPORAR, V.
EMCOiiPETEJi'T, A, adj. incompé- a. et irr. incorporer. (V. abrogà
tent. p. la conjug. de l'o - Préface: en-
EMCOMPiiET^ A, adj. incomplet. corpor à) .

c:M€01ipi.etamkiî, adv. incomplè- E^'CORPORAi(§ilOlt, n. f. incorpo-


tement. ration .

EMCOMPRKiViiiBiiK, A, adj. incom- EMCRAJiJiî et EM€RAJi!9IR (s'), V.


préhensible. n. encrasser; v. pr. s'encrasser.
£MCOM€E¥ABi.K, A, adj. inconce- EivcREDiJii, A, adj. et n. incrédule.
vable. EMCREDWI.ITÀ, D. f. incrédulité.
t^MCOnni.lARi.K, A, adj. inconci- EXCREDUl.O, A, adj. incrédule.
liable. EUCREXA, n. f. encoche, coche, en-
t:ii€0.iii»i ITA, n.
inconduite.
f. taille.
EMCO.iiiiiRMiT, IBA, adj. assoupi. EUrRIMIMÀ et EMC RIMIMAR, V. a.
EMCOXSKQCEMSA 11. f. inconsé- , incriminer.
quence. EMCROSiAT, ADA, adj. croisé.
EMCOMSEQliKMT, A, adj. inconsé- EMCROlilÀ et EMCROjSIAR, V. a.
quent. croiser.
EMCONSIDERAT, »A, adj. inconsi- EilCRO<iilADlRA, n. f. croisurc.
déré, EI1XR4I1ABI.E, A, adj. incroyable
EM€Oii^oi.ABi.E, A, adj. inconso- (pron. oy français).
lable. EMCRrnEi.î et emcrvdei.ir (s'), v.
EMCOMSTA^'SA, inconstance.
n. f. pr. et irr. en issi, devenir cruel.
E]l€<»!%»TAi%T, A, adj. inconstant. EMCRUSTÀ et EMCRVISTAR, V. a.
EMCOMTEii$TABi.E, A, adj. incon- incruster.
testable. EMCRlJSTAitjilOM, n. f. incrusta-
EXCOMTIMEMSA, incontinence.
n. f. tion.
EMCOMTiiVEMT, A, adj. incontinent. EMCIJI.CÀ et EMCEI-CAR, V. a. in-
EM CÔIVTRA, prép. contre. culquer. (V. ahdicà p. la conjug.
EMCOMTRA, n. f. rencontre. du c - Préface).
EMCOUTRÀ et E]»COIlTRAR (s'), V. EMCUiiT, A, adj. inculte.
a. et pr. rencontrer, se rencontrer. EUCURABLE, A, adj. incurable*
END III END
Ei«DAUxlffAGIÀ et EMDAUlfAGIAR, EMDIGAIIEM, n. m. endiguemeni.
endommager.
V. a. EH'DiCiEH'SA, n. f. indigence.
KîVDAURÀ et KA'DAlJRAR, V. a. do- iHDidiEUT, A, n. et adj. indigent.
rer. E.\Dic;EfiiT, Aj adj. indigeste.
EMDAURERA OU DAURtJRA, II. f. EiiDif^EfiTiOM, n. f. indigestion.
dorure. EUDICiUÀ et EMDlCiMAR (s'), V. pr«
i:.%»E€A<^iiiABO, A, adj. et n. endé- s'indigner.
casyllabe. EUDiCiUAMEM, adv. indignement.
EMDECEMSA, indécence.
n. f. Ei\Di€iiiA§i^iOM, n. f. indignation.
Eii»E€E]iT, A, adj. indécent. EUDiGMAT, DA, adj; indigné ; ivfiXé
EiiDECEUTAiiEM, adv. indécem- (pour les plaies).
ment. E.\DiG!iE, A, adj. indigne».
EMDECHIFRABLE, A, adj. indé- E:%DiCiiiiTÀ, n. f. indignité.
chiffrable. EADIMEilîCHÀ et EIlDIlIEM€HAli
EMDECHifii, A, adj. indécis. (s'), V. pr. s'endimancher.
E.iiDECHi<§iO]i', n. f. indécision. EMDIMEMCHAT, ADA, adj. endl*
Eil'DEFi.\iT, DA, adj. indéfini. manche.
EiVDEi.iCAT, DA, adj. indélicat. EUDIMEHEGÀ et ElîDIlIEMECiAR
EMDEI.ICATAMEIV, adv. indéUcate- (s') (V. EWDIM E»^CHÀ). (V. abrogà
ment. p. la conjug. du ^r - Préface)*
EUDEi^iCATEiiSA, n. f. indélica- EADlMEmEClAT, ADA (V. EMDI*
tesse. IflE.li€HAT).
EMDEMO^VIAT, ADA, adj. possédé du EiiDiRET, A, adj. indirect,
démon au fig-. méchant, furieux, EADIRETAMEIV, adv. indirectement*
: :

démoniaque. EMDi!§€RESSlOlV, n. f. indiscrétion*

EWDEMMiTÀ, n. f. indemnité. EMDidiCRET, A, adj. indiscret.


EjVDEPEMDEUSA, n. f. indépen- EMDiilCRETAiiEW, adv. indiscrète*
dance. ment.
EUDEPEUDEUîT, A, adj. indépen- E]l'Di§(PElV^ABi.E, A, adj. indispêu-*
dant. sable.
EilDEUTÀ et EUDEUTAR (s'). V. pr. EMDliiPOlSÀ et EMDISPO§iAR, v.« a*
s'endetter. et irr.indisposer. (V. abrogà p. la
EUDEVIMÂ et EUDEVIMAR, V» a. conjug". de l'o - Préface)*
deviner. E]iDi!SPOj§i§iSiO]l% n. f. indispost"
EIlDIA\OI.AT, ADA (V. EMDEMO- tion.
MIAT). E]lDii§PO$iT. A, adj. indisposé.
EMDICÀ et IUDICAR, V. a. indiquer. KxnimmwpiAmk etEMDiNiiiPi.iMAll
(V. abdicà p. la conjug. du c - V. a. indiscipliner.
Préface). EIDI^SIPLIUAT, DA, adj. indisci'
EMDiCAii^iOM, n. f. indication. pliné.
E^DICATIF, n. m. indicatif imDi<i$«i»OM]Bi.E, A,ad'y indissoluble*
Ei%Di€ATiF, IVA, adj. indicatif EiiDi^iTi.iîT, A, adj. indistinct.
EMDici, n. m. indice. EMDiiiTiMTAiiEM, adv. indistincte*
EI1D1CIPI.II1A, n. f. indiscipline. ment.
EI1DICIPI.II1AT, DA, adj. indisci- EUDitiA, n. f. endive.
pliné. E]1D1¥1D1J, n. m. individu.
EXDiÈiîA, n.
indienne. f. EMDiwiDUAl^AiiEW, adv. indivi^
ENDiFEREMiiA, n. f. indifférence. duellement.
Ei%uiFERE!%T, A, adj. indifférent. ElVDiviDiJAl.lTÀ,n. f. individualité,
E.1ÎIIIFEREI1TAMEM, adv. indiffé- EiiDiYiDUEi., A, adj. individuel.
remment. E.li»ivi<i^, A, adj. indivis.
E^DiCiÀ et EiVDiGAR, V. a. endi- E'VDiviNiBi.E, A, adj. indivisible.
. guer. EiiDOLEHitA, n. f. indolence.
E^DiGAi§gliOM, n. f. endiguemmU ExlîDOi.E.%T, A, adj, indolent*
ËNF ËNF

eMDOLKXTl et KMDOI^KIVTIR, V. a. EUFAii.MOii.iTÀ (pron. enfaïbi-


et irr. rendre douloureux,
en issi : lità), n. f. infaillibilité.
plus sensible que de coutume. EMFAll.i.lBl.AMEM (pron. enfaïbla-
KMDOI.ORÎ et KXDOIiORIR, V. a. et men), adv. infailliblement.
irr. en issi : endolorir. EAFAII.I.IBI.E, A (pron. enfaïble),
p:MDOMA«lA et E.lkOOMACilAR, V. adj. infaillible.
a. emiommnger. EXFAMAMT, A, adj. infamant.
EUDORA et KUnoRAR, V. a. dorer, ElîFAME, A, n. et adj. infâme.
KMDOSSiA et K.l'UOfifi^AR (s'), Y. a. E.ltFAliiA, n. f. infamie.
et pr. et irr. endosser. (V. abrogà Eil'FAM, n. m. enfant, fis, « garçon ».

p. la conjug. de l'o - Préface). EMFAA'GÀ et Ei%'FAIlC;AR (s'), Y. a.


EUDRKCH, n. m. endroit, le bon embourber, enfoncer ; y. pr. s'em-
côté d'une étoffe. bourber, se crotter. (V. abrogà p.
KMDlilRK, V. a. induire, enduire. la conjug. du g - Préface).
EMDrii(>iK.lîSA, n. f. indulgence. EH'FAMSA n. f. enfance.
Ell»rii€iEi\'T, A, adj. indulgent. EMFAMTÀ et EMFAMTAR, Y. a. en-
EMDlJRÀ et EXDiRAR, Y. a. endu- fanter.
rer. EAFAMTERÎA, n. f. infanterie.
EMDl'RCÎ et EIVDCRCIR (s'), Y. pr. Em'FA:i'Tii.i.AC>E (pron. enfantïage),
et a. irr. en issi: endurcir et s'en- n. m. enfantillage.
durcir. E^'FAIVTIM, A, adj. enfantin.
EMDCRCISSAIMEJV, n. m. endurcis- EMFARIMÀ et EMFARIU'AR, Y. a. en-
sement. fariner.
p.MDVRE, Y. a. induire — N'est EXFASI, n. f. emphase.
^ guère employé qu'à l'infinitif et au E^iiFATiC'O. A, aclj. emphatique.
participe passé : « induch, a ». El%FATl(iiABE.E, À, adj. infatigable.
EiVDCRiii et kadiriHir (s'), y. a. EUFECTÀ et EMFECTAR, Y. a. in-
et pr. endormir, s'endormir. (P. la fecter. (V. achertà p. la conjug.
conjug. Y. DrRMÎ). de l'e - Préface : enfectà).
EMDt'RÉli et KMDVRiilR (s'), Y. pr. EXFECTAnon', n. f. infection.
et irr. en issi :s'endurcir. EMFERIOR, A, adj. inférieur.
EubcSTRlA, n. f. industrie. EliFERiORiTÀ, n. f. infériorité.
EMDKIiTRIÀ et KMnt'STRIAR (s'), EMFERMERÏA, n. f. infirmerie.
Y. pr. mettre toute son industrie, EUFEHMIÈ, RA, n. infirmier.
faire de son mieux. EMFESTÀ et EMFESTAR, V. a. in-
EUDESTRlKli, A, adj. industriel. fester. (V. achertà p. la conjug. de
KM»! «TRIOS, OA, adj. industrieux. l'e - Préface: enfestà).

EMEMURÀ et KMRIIURAR (s'), Y. EMFET, A, adj. infect.


pr. se souvenir, rappeler. (V.
se EMFIDEI.. A, adj. infidèle.
-
achertà p. la conjug. de l'e - Pré- EMFIDEI.ITÀ, n. f. infidélité.
,
face). EMFii.À et EMFii.AR, Y. a. enfiler.
£]ie!tii«% €iA, adj. et n. ennemi. EMFii>ADA, n. t. enfilade.
EMEiMirHliiiilA, n. f. inimitié. EUFin, ad Y. enfin.
ElVERCilA, énergie.
n. f. EMFIWIT, A, adj. et n. infni et inf-
EMERCiir AAIEM, ad V. énergiquemeut. nitif
ElliERCilCO, A, adj. énergique. E.iiFixiTÀ, n. f. infnité.
fiMERTÀ et EMERYAR, Y. a. éner- EMFi.iiiTAiiEM, adY. infiniment.
ver. EMFIRME et EMFIERME, A, adj.
pMERVAMT, A. adj. énervant. infirme.
EMFADÀ et EMFAUAR, Y. a. ensor- EH'FiRMERÎA, n. f. infirmerie.
celer. EUFIR.MITÀ, n. f. infirmité.
E^'FACiOTÀ et ERi^FACiOTAR, Y. a. EliFLÀ et EH'FI.AR, Y. a. enfer.
fagoter. (V. abrogà p. la conjug. EMFI.A1IÀ et E]VF£,A1IAR (s'), Y. a.
de l'o - Préface). et pr. enflammer et s'enflammer.
ENF ii3 ENG
KMFLAM.iam:, a, adj. inflammable. Eîl'FURlAT, ADA, ad'], fur ieux.
EA^FLAMAJiiiloif, n. f. inflamma- EH'FUS, part, passé de enfondre.
tion; état des parties du corps extrê- EMFis, A, adj. infus.
mement échauffées. EA'FiisiOM, n. f. infusion.
EWFI.AMAT, »A, adj. enflammé. eivc;abià et eugabiar, v. a. enca>
EMFI.E, A, adj. gonflé, enflé. ger et mettre en prison.
E]«Fl.ESSlBii.iTÀ,n. f. inflexibilité. EAOAGIÀ
et EMCiACilAR (s'), V. a.
EMFl.E§»iSiBi.E, A, adj. inflexible. engager et s'engager. et pr.
EMFI.ESS10M, n. f. inflexion. EA'CIAGIAMEM, n. m. engagement.
EAF1.0PÀ et E.ifFi.oPAR, V. a. enve- EMCiACliAUT, A, adj. engageant.
lopper. EUGAiA et EAGAI.AR, V. a. côchcr ;
EUFiiOR, n. m. enflure (l'r ne se action de féconder les œufs on ne ;

prononce pas). le dit guère qu'en parlant de ceux

El«Fi.UEii«!9A, n. f. influence; in- de la poule.


fluenza. EMOAI.IMÀ et Ei¥GAI.IIlAR, V. a.
EMFI.UEMSÀ et EMFf.lEMSAR, V. a. amadouer, attirer par des promes-
influencer. (V. achertà p. la con- ses.
jug. de Ve - Préface enfluensà). : EMCiAMOIVÀ et EMCiAMOMAR (s'),

EMFi.UEJlT, A," adj. influent. V. a. empiffrer, manger excessive-


EMFI.CI et EIVFL.1IIR, V. n. et irr. ment ; V. pr. ou réfl. s'empiffrer.
en issiinfluer.
: EMGAMÀ EH'CiAMAR (s'), V. a.
et
EAFliURA, n. f. enflure. tromper, abuser, duper; donner
EJ1FOI.OPÀ et EMEOI^OPAR, V. a. du mauvais lait à un enfant v. pr. ;

envelopper. setromper à son préjudice.


EUFOUDRE, V. a. infuser. — Part. EA€iAIlC;RE]lî et EÀOAIIGREIIIR
passé : « enfus, a » (s'), V. n. et réfl. irr. en issi: se
EUFOMCiÀ et EWFOMCIAR (s'), V. a. gangrener.
et pr. enfoncer, s'enfoncer. EMGAMi, n. m. tromperie, fraude,
E.liFOMSÀ et E^liFOUSAR (s'). V. a. moyen évasif.
enfoncer ; v. pr. s'enfoncer. EJVdARBEIRÀ, et EUCiARBElRAR,
EH'FOiiSAifE]!, n. m. enfoncement. V. a. mettre en gerhes.
E]f FORÇA et EJlFORCAR, v.a. pren- ElVGAVAiÀ et EMGAVAlAR,v.n. en-
dre avec la fourche. (V. abdica p. gorger, bourrer d'aliments.
la conjug. du c - Préface). EA^CiECiMÀ et EMGEGMAR (s'), V.
EJl'FORMÀ et EII'FORIIAR (s'), V. a. pr. et irr. s'ingénier, s'industrier.
informer ; v. pr. s'informer, s'en- (V. achertà p. la conjug. de l'e -
quérir. (V. m FORMA). Préface engegnà).
: