Vous êtes sur la page 1sur 17

Immunologie

Seance15

Groupe5
Nous avons dit que dans la réponse immunitaire cellulaire, on avait plusieurs choses: on avait les cellules
T cytotoxiques, on avait également les cellules NK et nous avons un mécanisme de coopération entre les
cellules TH et les macrophages, nous avons vu les cellules cytotoxiques en detail, nous avons vu que les
cellules NK peuvent également contribuer à la réponse immunitaire de manière ADCC pendant la
période adaptative.

ADCC: antibody dependant cellular cytotoxicity, donc, elles peuvent coopérer avec les anticorps.

Une fois qu'elles ont coopéré avec les anticorps, et les antigènes reconnu par les anticorps( elle n'ont
pas de récepteur d'antigène), la molécule d'anticorps est reconnu par le récepteur Fc et en même
temps elle reconnaît un antigène sur une cellule cible par exemple , comment la cellule NK elle va la
tuer?

Dans le mecanisme de l‘ ADCC, on a les cellules NK et les cellules cibles qui expriment des antigènes
reconnus par les anticorps.le recepteur Fc gamma sur la molecule de NK qui va faire que la cellule cible
serra reconnu par la cellule NK par le même mécanisme de cytotoxicité utilisé par les cellules NK et par
les cellules Tc c’est_à_dire elle va la tuer par la production de perforine et de granzyme.Donc, le
mecanisme de cytoxicite’est le meme, par contre, le mécanisme de reconnaissance n'est pas le même,
donc ça en ce qui concerne les cellules NK.

Les macrophages peuvent coopérer avec les cellules TH pour que ces 2 ensembles puissent également
tuer les microorganismes.

Quand est ce que ceci est nécessaire?

Quand ces cellules TH aident les macrophages pour qu'il y a destruction des microorganismes par les
macrophages?

Lorsque les bactéries arrivent à se multiplier à l'intérieur des macrophages.

Lorsque les macrophages phagocytent ces bactéries mais ces bactéries qui sont par définition des
bactéries résistantes à la phagocyte réussissent à résister a la première vague de production d'enzymes
digestives et des radicaux libres oxygénés, donc, la quantité initiale de radicaux libres oxygénés et
d'enzyme qui est produites par les macrophage ne va pas être suffisante pour détruire cette bactérie,
donc, à ce moment là, le macrophage devra coopérer avec la cellule TH.
Comment cette cooperation va se faire, et bien les cellules TH vont être active? Elles vont etre activees
par les cellules présentatrices d'antigenes; par toutes les conditions nécessaires que nous avons vu
avant; c’est_à_dire engagement de TCR avec CMH, engagement de B7 avec CD 28, engagement de CD
40 avec CD 40 ligands…etc

Il va suivre et ces cellules vont se différencier en une population de TH 1, c_à_dire productrice d'IFN
_gamma et d'IL 2.

Dans ce contexte ,on dit que ces cellules deviennent des cellules DTH (delayed type hypersensitivity ).

Pourquoi hypersensitivity? Parce que comme la situation est une situation critique dans laquelle les
bactéries sont résistantes et il va y avoir une production enorme d'enzyme et de radicaux libres
oxygénés pour pouvoir s' en débarrasser et que donc ceci peut avoir aussi des conséquences
détrimentales sur notre corps, donc, dans certains situations la réponse immunitaire bien qu'elle soit
nécessaire pour la destruction des microorganismes et elle aussi responsable de certains dégâts
tissulaires.

je veux vous donner un exemple: lorsque ces cellules TH vont se différencier, elles vont produire de
l'INF gamma et de TNF beta qui est impliqué dans T rég , la TNF beta secrétée a un rôle T régulateur. Or,
dans ce contexte, le TNF beta serait un TNF beta membranaire qui lui a un rôle activateur, donc, il va y
avoir un engagement entre la cellule TH et les TNF beta pour lequel les macrophages vont exprimer un
récepteur de TNF beta, le macrophage va exprimer également un récepteur d'INF gamma. Donc le
macrophage va recevoir des cytokines à partir de cellule TH, il va s' engager intimement avec les cellules
TH et ceci va aboutir à une activité beaucoup plus importante au niveau du macrophage où la quantité
d'enzyme digestive et la quantité des radicaux libres oxygénés serait réellement beaucoup plus
importante et ceci va aider les macrophages à se débarrasser de ces microorganismes intracellulaires,
donc, TH a aide’ en retour ce mécanisme appelé DTH.

Pourquoi on dit DTH? Par opposition au immediate hypersensitivity qui est celle de mastocyte etd’ Ig E.

On dit DTH parce que ce mécanisme là est beaucoup plus long et qui prend plusieurs jours pour être
initié.

Supposons que nous ayons un microorganismes qui est vraiment super résistant, par exemple,
mycobacterium tuberculosis, ce microorganisme est rentré dans le macrophage, le macrophage n' arrive
pas à se débarrasser, il continue de proliférer dedans et il va s’ engager dans une bataille et chaque
bataille a une borne de deux cotes. Entre temps, le macrophage va appeler au secour des cellules T et
ces cellules vont secréter l' INF gamma pour l'activer mais aussi l'INF gamma va aussi recruter d'autre
cellule T et d'autres macrophages.

Chez une personne qui a tuberculosis, lorsqu'on fait une radio de poumon, on va voire de granuloma et
donc en faite, il va se faire une masse granulomateuse , au centre du granuloma, on va avoir tous les
morts c_à_dire on va avoir des macrophages morts et des bactéries mortes et donc ceci va avoir une
consistance qui ressemble à celle du pus mais par opposition au pus, on l'appelle corps caseieux (caséine
comme laban) donc un corps caseieux va se former au centre avec des macrophages et des bactéries
mortes et autour il va y avoir une masse compacte dans laquelle il va y avoir des cellules TH 1 et des
macrophages activés et qui sont engagés dans la bataille, un granulome peut persister pour beaucoup
de temps et chez les personnes qui ont ce type d'infection, on peut les voir réellement compactes dans
la radiographie.

Habituellement, dans la radiographie on voit les masses compactes, essentiellement les os


.Radiographies de poumons sont tellement visibles parce qu'elles sont visibles.

On va voir l'interdermoreaction c'est la même chose qui va se faire si vous tester un individu pour savoir
si cette individu a été en contact avec la bactérie ou pas.

Le test par exemple de tuberculine, on va injecter à un individu une substance PPD proliferative protein
derivative qui est une protéine dérivée à partir de mycobacteirum tuberculosis ce qu'on veut savoir
c’est: si cet individu a des cellules TH mémoires.

Comment on va le faire?

On va faire l'injection à un site sous cutané , par exemple ,le bras et on va attendre 48 heures.

Pendant ces 48 heures, les cellules dendritiques cutanés (langerhans et dermiques) vont migrer vers les
ganglions lymphatiques, ou elles vont migrer vers le tissu lymphatique sous jacent, et elles vont activer
les cellule TH si ces cellules TH existent , et à ce moment là elles vont migrer dans la peau au niveau de
l’injection et elles vont aider les macrophages à se débarrasser de cette protein et donc vous allez avoir
un granulome qui va se former. La taille du granulome est proportionelle à l’amplitude de la réponse
chez cet individu, en fonction de test épidémiologique que l’on fait chez les individus exposés et les
individus non exposés il y a un seuil de détection à partir duquel on considere qu’un individu a une
réponse mémoire(classiquement ce seuil est de 10mm). Donc toute personne qui a un granulome qui va
se former dans le diametre est de plus de 10 mlm , il sera considerer comme ayant été prealablement
infectés par le mycobacterium tuberculosis.(rougeur et tumeur sont des signes d’inflamation, il faut qu’il
y a une induration comme signe qu’il a été préalablement infecté).

Voici ici la cinetique de ce qui va se passer, apres 4 heure on va avoir l’accumulation de neutrophiles au
site de l’injection(c’est la premier réaction qui va se fair qui est de nature inflammatoire, pas de
granulome), au bout de 12 heures on commence a avoir une infiltration par les monocytes et par les
cellules TH mémoire (si elles ont été naïve, elles ont été besoin d’une semaine pour sera activer), donc
les cellules TH mémoires commencent a se migrer au bout de 12 h, mais la réaction est maximales au
bout de 48 h. Si on fait ce test a quelqu’un et ce personne a revenue après 4 jours au lieu de 2 jours, on
peut pas savoir que ce sont des cellules mémoires donc toute la réponse ne sera pas prise en
considération, je doit attendre plusieurs mois et répéter le test et entre temps je dois considérer la
personne comme étant potentiellement infecté.

Note : ce test est spécifique d’une infection et pas d’une exposition au PPD donc la quantités de PPD
injecté et la manière d’injection n’induise pas des cellules T mémoire, elle induit seulement une
recrutement des cellules mémoires si celle-ci sont déjà présents donc le test peut être répété en
générale sans induction de réponse immunitaire qui va fausser le diagnostic.
On applique ce test classiquement pour savoir si quelqu’un a été déjà infecté, ce qui ne veut pas dire
que cette personne est infectieuse, car on peut avoir été infectés et avoir une infection latente, tant que
l’infection n’est pas dans les poumons et qu’elle n’est pas active, a ce moment là je ne peut pas dire que
cette personne est infectieuse, je dis seulement qu’ il a été exposés et qu’ il a eu une infection à un
moment donné, donc on fait un test pour savoir si les poumons sont maintenant infectés, un radio
poumon, si la radio poumon est propre donc il n’a pas du problème, si la radio poumon révèle qu’il y’a
un granulome donc on considère qu' il est infecté.

Du part du protection du personne à qui je fais le test, par ex si un travailleur étranger a venu au Liban,
on le fait un test IDR, et on a obtenu un resultat positive, on ne le dit pas de retourner à son pays, car il
peut qu’il a été exposé mais il n’est pas tuberculeuse, donc je dois lui faire le radio poumon et si la radio
poumon est propre je donne le visa, j’accorde le permis de séjours, ce travailleur dans ce cas a une
infection latente, et cette infection représente un danger pour lui et pas pour les autres et dans ce cas
on peut traiter par des antibiotiques mais cette traitement est long de 6 mois pour éliminer les bactéries
dormantes(il y’a certain catégorie d’antibiotique qui peut tuer des bactéries a l’état dormantes).

Une autre application à ce test, ce que lorsque un individu a été déjà infecté, et on sait que ce personne
a recu le vaccin, et on va savoir si il est immunocompétent et qu’il a une immunocompétence à
médiation cellulaire on peut le faire ce test et a ce moment là il devra répondre, s’il ne répond pas donc
on a un problème.

On va aborder maintenant un autre chapitre et ce chapitre est un peu plus court, ce chap consiste a voir
la réponse immunitaire humorale, nous avons dis dans la séance précédente que si on a une activation
des cellules TH et nous avons par ailleurs une présentation des antigènes a ces cellules TH par les
cellules B ceci induit une réponse humorale quand les cellules TH se différencient en . pour faire
une réponse humorale on a besoin de faire un présentation d’antigène au cellule T. Donc classiquement
dans une réponse immunitaire on a besoin de 3 composants.

Slide 2 :

Dans une réponse immunitaire nous avons besoin de tous nos composants :

-composants qui vont activer les cellules présentatrices d'antigène( CPA) telque des ligands de TLR .

-Cellules présentatrices d'Ag qui exposent des peptides à partir de ces antigènes et qu'il y ait des
molécules de costimulation . CD80 / CD86 ( les ligands de B71 et B72)

-TH sera activée

-TH vont aller voir qu'elles cellules B ont reconnu les antigènes à l'état natif et ont exposé des peptides T
de ces antigènes à leurs surfaces .
Slide 3 :

Classiquement nous avons dit jusqu'a présent que les antigènes reconnus par les cellules B sont T-
dépendant.

Ag T-dépendant sont protéiques puisqu'ils sont capables d'avoir comme dérivé des peptides ( pour qu'ils
soient exposés par la cellule T )

Activation des cellules B par Ag T-dépendant :

1- engagement B7 avec CD28 --> induit la transduction des signaux dans la cellule TH .

2- Cellule TH activée produit des cytokines .

3- expression de CD40 ligant (engagement après la transduction du signal )

4- CD40 ligant est engagé avec CD40.

5- expression des récepteurs des interlerleukines par les cellules B.

6- Sous l'effet des interleukines ---> Sécretion des IgM.

7- Ces mêmes cytokines vont induire un switch dans la cellule B et du maintient des cellules mémoires
pendant assez longtemps ---> la survie des cellules mémoires dépend des cytokines.

Donc la cellule T est essentielle pour l'activation de la cellule B :

- production d'IgM

-switch
-maturation d'affinité (en passant d’ IgM ---> IgG :

- valence diminue

-affinité au niveau du site actif augmente )

Note : comment l'affinité augmente ?Les mutations somatiques sont essentielles à


l'augmentation de l'affinité au niveau du site actif, ceci dépend énormement des cytokines qui induisent
ces mutations somatiques au sein de la cellule B .

Slide 4:

- Ag T-dépendant est protéique

- Ag T-indépendant est non protéique

( lipides antigéniques,certains glycolipides antigéniques ,polysaccharide antigénique : reconnus


seulement par cellule B; mais comment ces cellules sont activées contre les Ag T-indépendants?

Les cellules B reconnaissent des Ag T-indépendants de deux façons .

Siganux d'activation induits par les Ag T-indépemdants et T-


dépendants :

A- Ag T-dépendant : protéine

1- reconnaissance de l'Ag par les cellules B

2- la dégradation de cet Ag pour que les peptides T ( épitopes T) soient reconnus par la cellule TH.

B- Ag T-indépendant : polysaccharide

soit cet Ag contient un motif qui peut être connu par un PRR telque TLR . Ag sera reconnu par les Ac
TLR: sur les cellules myéloïdes , les cellules de la réponse immunitaire innée , il existe certaines PRR qui
peuvent reconnaître des sucres comme le mannose : lectine . Lectine : protéine qui connaît un sucre.
Les cellules B peuvent porter certains PRR.Donc les cellules B peuvent reconnaitre certains sucres
grace au PRR spontanement sans intervation des cellules TH.

Ag indépendant de type 1.

Ex: Ag de groupe sanguin , sont saccharidique , T- indépendant . Ac antisaccharidiques sont naturelles


( ex: nous sommes de groupe sanguin A , on fait des Ac anti -B , on n'a pas besoin de transfusion de qlq1
pour faire Ac anti-B.

Ag T-indépendant reconnu de deux manieres:

- contient un motif qui peut etre reconnu par les Ac .

- contient des sucres qui peuvent être reconnus par des lectines ( de la famille de PRR) à la surface des
cellules B.

2 - Ag T-indépendant de type 2 :

Polysaccharide avec des épitopes répétitifs .

Ex: LPS ( à la surface des bacteries) ou les polysaccharides capsulaires à la surface des capsules des
bactéries .

Constitués des motifs très repétés comme glycan ( polymère de glucose ) constitue la paroi des
bactéries.

Même épitope répété mille fois par exemple .


Phénomène de casting :

L'épitope répétitif va permettre à la cellule B de les reconnaître pas par une seule Ig par molécule mais
par des centaines d'Ig à la fois qui vont s'engager à la surface de ces cellules toutes les Ig à la surface de
cellule B se regroupent pour reconnaître cet Ag ; en se liant à la fois à plusieurs épitopes , ceci permet
une activation spontannée de la cellule B.

N'a pas besoin de son PRR ne l'engage pas . N'a pas besoin de faire une présentation sur CMH d'épitope
T.

Dans ce cas , contre les bactéries encapsulées ( qui exposent à leurs surfaces des polysaccharides) vont
avoir une activation par les cellules B et de la production d'une réponse immunitaire T-indépendant à
cause de la répétition de ces motifs sucrées.

Ces antigènes sont finalement très utiles, puisqu'on peut faire une réponse contre
eux,par exemple l'haemophilus influenzae est très dangeureux chez les nouveau-
né et les nourrissons.

Donc contre ces antigènes on fait une réponse qui est T-indépendante avec la
production d'anticorps.

Où est le problème?

Les cellules T sont importantes pour activer les cellules B mais elles sont aussi
importantes pour le switch, la maturation de l'affinité et le maitient d'une
mémoire.En absense des cytokines des lymphocytes T :

la cellules B qui va être activée va produire des IgM mais ces IgM restent en
faible affinité.

Il n'y a pas de production des IgG (exception les IgG2 mais on peut négliger
ce détail).

Absence d'une mémoire immunologique.

Donc ces réponses sont beaucoup plus faibles que les réponses induites par les
protéines.

Les cellules B1 qui commencent à sécréter des anticorps depuis la vie fœtale et
de manière spontannée,ces cellules reconnaissent les antigènes T-indépondents
comme ceux des groupes sanguins,elles sont essentiellement produites dans le
foie fœtale, et elles s

ont les premiers lymphocytes B produites qui vont nous donner un certain lot
d'IgM contre les bactéries encapsulés et certaines bactéries surtout celles qui sont
fréquentes dans la voie digestive avant la maturation des cellules T.

Donc c'est important comme même dans la réponse immunitaire anti-


microbienne.

Pour illustrer (slide 4):

Ça c'est un antigène T-indépendant de type 2.

La liason de l'antigène aux Ig membrannaires,donne le signal 1,mais le signal qui


doit être donné par la cellule TH n'existe pas ,il est seulement procuré par ce
pontage entre les différentes immunoglobulines sur la cellule B.

Donc voilà les antigènes de types 1 et 2.

Simplement rappelez vous que ces antigènes n'induisent pas:

ni une commutation de l'isotope

ni des maturations de l'affinité

ni des mémoires immunitaires

Ils peuvent être de nature différente de la nature protéique,ils peuvent être des
sucres.

Répétition de l'idée en d'autre termes:


Si on a un antigène protéique,il va me donner une réponse immunitaire primaire
qui est caractérisée par la production d'IgM.Après 14 jours,cette réponse va me
donner des IgG (matiration de l'affinité) et en même temps,les cellules mémoires
vont rester très longtemps,ce qui va permettre éventuellent de faire des réponses
secondaires.

Contre les antigènes qui sont T-indépendants:

Il peut y avoir une activation des cellules B indépendamment des LT,et elles
peuvent produire des IgM.

Cependant il n'y aura pas de:

Commutations de classe (c-à-d pas d'IgG)

Maturation de l'affinité

Mutations sommatiques

Persistances des cellules mémoires

Ce qui fait qu'à chaque fois que je suis exposé à cet antigène je vais faire une
réponse qui est pratiquement la réponse primaire.

Notant que la production des anticorps dans ce cas n'est pas rapide,et elle
nécessite une à 2 semaines,mais s'il y a des cellules mémoires,la production des
anticorps se fait au bout de quelques jours.

Parceque ces antigènes activent des TLR,ils peuvent à forte dose causer une
réponse polyclonale.

L'antigène T-indépendant de type 1,puisqu'ils peuvent se lier au TLR,au lectine,par


leurs sucres,donc si ces antigènes ont des sucres à forte dose ils peuvent activer
plusieurs cellules B indépendamment de la liaison aux anticorps, sauf à cause des
sucres.

Donc ce sucre là est engagé,et quand il est engagé à très forte concentration,ils
deviennent des mitogènes parceque chaque cellule B a une immunoglobuline
différente mais toutes ayant le même TLR.
Alors je vais avoir une réponse anticorps polyclonales indépendantes de la
spécificité.

Notant que dans ce type de réponse il y a production des anticorps qui ne


peuvent pas s'engager avec l'antigène donc la réponse polyclonale n'est pas
efficace,au contraire,elle peut être détrimentaire dans ce cas là.

Rappelons le super-antigène qui active les cellules T de manière polyclonale qui


active les cellules T de manière polyclonale,mais parcequ'elles produisent des
cytokines ils provoquent? et ça peut être fatal; par la réponse polyclonale B n'a
pas des conséquence aussi désastreuses.

Les mécanismes de effecteurs humoraux:

Dans une réponse immunitaire classique ,vous allez avoir qu'elle va être assuré
par des anticorps.

Elle a été déjà mise en évidence quand on a démontré que si un individu est
protégé et donne ces immunoglobulines à quelqu'un d'autre,il peut assurer la
protection de cet autre individu.Elle peut être transférée par le sérum.

On peut même recevoir des immunoglobulines à partir des animaux immunisés


qui nous protègent contre un certain microorganisme,par exemple on prend
contre le small pox ?

Donc contre le small pox (variole) on a utilisé la vaccine,ça c'est une vaccination.

Quand les gens faisaient des chutes et se blaisser profondémment on leur donnait
des immunoglobulines "tétanos".

Donc classiquement avec les travaux de pasteur

Transferts de sérum de poulets à poulets on pouvait transférer l’immunité contre le


choléra, ou la protection contre la diphtérie.

Mais c’est quoi le problème si on fait une immunisation d’une espèce à espèce?
Si je suis blessé et on me donne des Ig de cheval anti-tétanos, ils vont me protéger
aujourd’hui mais :

Il n’y aura pas de cellules mémoire

Il y aura production d’anticorps anti-Ig de cheval.

Mais les anticorps anti-Ig de cheval sont à moindre mal que le tétanos (qui va me
tuer), les anticorps anti-Ig de cheval ne vont pas me tuer.

Mais je peux faire une réponse en anticorps qui peut produire de complexes-
immuns, qui sont des grosses protéines ce qui va me donner une maladie sérique
mal.

Les réponses en anticorps vont assurer essentiellement une réponse contre les
micro-organismes qui sont extracellulaires, puisque ceux-ci vont persister soit au
niveau des cellules épithéliales, au niveau de la muqueuse c l’extérieur et seront
neutraliser par les IgA, soit contre les toxines microbiennes si ses bactéries sont
envahissant et ils vont se multiplier au sein de nos tissus conjonctifs entre nos
cellules, et donc ils vont produire des cytokines.

Mais ils sont aussi importants contre les micro-organismes intracellulaires – tel que
les virus – avant que ceux-ci entrent dans les cellules cibles.

Une des fonctions des anticorps est de neutraliser les toxines. En général, les
toxines sont constituées de 2 sous-unités : A et B, une qui doit se lier à un
récepteur cellulaire, ce qui indique ou elle est toxique, et l’autre sera activé dans
l’endosome.

Si par exemple je produis des Anticorps contre cette toxine qui agit contre la partie
qui se lie au récepteur, ils vont faire une compétition au récepteur, et ils vont ainsi
neutraliser la toxine et l’empêcher d’avoir son effet pathologique.

Un autre effet: si ces anticorps sont dirigés contre une protéine d’attachement
bactérienne à un épithélium, par exemple le streptocoque peut se déposer sur ma
gorge parce qu’il a des adhésine qui peuvent se lier à la muqueuse orales.
S’il y a des anticorps anti-adhesines ils vont empêcher la liaison à l’épithélium, et
donc ces bactéries seront sécrétées de la cavité orale et ils vont être détruits avant
de pouvoir traverser cet épithélium.

Donc ici c’est une neutralisation de la bactérie au niveau de la muqueuse.

Les anticorps neutralisent les virus de la même manière. Pour que les virus entre à
l’intérieur des cellules cibles, ils ont besoin d’un récepteur membranaire. Donc si
j’ai des anticorps qui peuvent s’attacher à ces protéines d’attachement virales,
c.à.d. celles qui se lient à un récepteur cellulaire, ces anticorps vont inhiber la
liaison de la protéine d’attachement virale au récepteur, et donc l’empêcher
d’entrer à l’intérieur de la cellule pour qu’il puisse établir une infection virale.

La partie variable de l’anticorps qui assure la liaison spécifique est engagé. Tous
les anticorps peuvent neutraliser les toxines, les protéines d’attachement viral et les
protéines d’attachement bactérien :

IgA au niveau des muqueuses

IgM IgG au niveau des tissus

Une autre fonction des anticorps est une fonction effectrice, par exemple
l’opsonisation par des macrophages par IgG1 et IgG3 car la liaison aux récepteurs
ne peut se faire que par les IgG1 et IgG3.

On a besoin d’iso types d’anticorps pour qu’il y est une fonction effectrice.

De même IgG1 et IgG3 peuvent se lier aux cellules NK et assurer la fonction


ADCC.

L’importance du point de vue application : si je veux faire un vaccin anti –


haemophilus influenza, et l’ haemophilus influenza encapsulé et résistant à la
phagocytose, un vaccin qui sera soit IgG1 soit IgG3 et les antigènes que je veux
obtenir sont Anti-capsule, anti-polysaccharide, et les polysaccharides de l’
haemophilus influenza ne peuvent me donner que des IgM. Ce sont des bactéries
encapsulés et donc je dois produire un vaccin contre la capsule, et les anticorps que
j’obtiens contre la capsule sont des IgM, ils seront efficaces dans la neutralisation,
mais ils ne pourront pas en plus m’assure une phagocytose contre cette bactérie, la
Phagocytose est essentielle pour une bonne protection. Comment faire ceci? On
répondra la séance prochaine.

Pour les mastocytes j’ai uniquement besoin des IgE, fonction effectrice des IgE et
mediée par des récepteurs à la surface des mastocytes.

On va parler des anticorps aux sites anatomiques particuliers, on ne va pas parler


de la muqueuse qui a besoin d’une réponse immunitaire en profondeur, on va
parler de la tolérance et de la réponse immunitaire.

Ce que je veux mentionner à propos de la muqueuse, c’est que la muqueuse est


vraiment la barrière entre l’extérieur et l’intérieur de notre corps, et ils sont
constamment au contact avec le milieu extérieur, donc ces muqueuses ne sont pas
uniquement responsables d’une défense, mais elles doivent assurer en même temps
une défense et une tolérance.

Car Si la défense est très puissante → hypersensibilité

Donc la muqueuse est responsable d’une certaine balance entre défense et


tolérance, et donc de coup une grande partie des fonctions de la muqueuse est de
maintenir microorganismes à l'extérieur.

Tant que nous les maintiennet à l’extérieur de nos barrières épithéliales ,on est plus ou moins
tranquille.Donc l’essentiel de l’immunité de la muqueuse va être assurer par la production des IgA.

Nous avouns déjà beaucoup concentrer notre attention sur les IgG constamment, mais finalement les
IgA au niveau de la muqueuse sont les plus prépondérantes et les plus importantes .En fait c’est la
classe la plus sécrétée par notre corps.On produit à peu près 2g d’IgA par jour. Ces IgA sont produites
par les plasmocytes des tissus lymphoides qui sont en contact avec la muqueuse.

Slide17:Structure et sécrétion des IgA

Au niveau des plaques de Peyer , comment se fait l’exposition aux antigènes de l’environnement? Par
l’intermédiaire des cellules M.

Les cellules M vont faire parter ces antigènes. Ces antigènes vont être captés par les cellules
dendritiques au niveau de la sous-muqueuse intestinale et ces antigènes ne vont passer ni vers les
ganglions lymphatiques ni vers la rate pour faire une réponse systémique, ils vont rester au niveau de la
sous-muqueuse pour faire une réponse locale.

Pourquoi c’est une réponse locale?


Car la réponse locale est caractérisée par les IgA.

Les plasmocytes vont sécréter les dimères d’IgA et ces dimères vont sortir à travers .... Donc c’est un
récepteur qui est au niveau de la membrane basale —> le récepteur fait une endocytose —> le
récepteur sera clivé —> il y aura la pièce secrétoire protectrice contre les sécrétions.

Slide19:Ig du sérum du foetus et de l’enfant

On a toujours dit que seulement les IgG maternelles passent de la circulation maternelle à la circulation
de l’enfant pendant la phase foetale.

Regardez au niveau de la figure pour préciser à partir de quand ces anticorps commencent à passer de la
mère à l’enfant?.

Cette courbe est représentée en rouge.


Ces anticorps commencent à partir du 3e mois, dès la constitution du placenta.Cependant cette figure
contient un manque. Vous devez faire attention en fait que dans l’ échelle des axes des ordonnées de 0
à 200 on passé 50 par 50 puis 200 à 1200 on passe 200 par 200.

Entre le 3e mois et le 6e mois la concentration des IgG maternelle devient 400 mg/L (faire attention
dans le slide c’est g/L.Corriger cette faute ).Cette concentration est moins que 5% des IgG de la mère.

NB:La concentration des Ig chez l’adulte est entre 10 et 20 mg/mL

A la naissance il va quasiment avoir la même concentration des Ig que sa mère.

La question qui se pose ici quand la concentration restante va passer à l’enfant.

Cette concentration, qui est l’essntielle concentration des Ig maternels, va passer entre le 7e et le 9e
mois.Pour cela on dit que l’enfant qui est né prématuré il est fragile.Remarquez qu’ à partir du 7e mois il
y a une augmentation brutale de la concentration des IgG et il ya un changement entre un jour et l’autre
donc chaque jour de la grossesse est imp dans ce contexe (Cette augmentation est exponentielle).

Une fois que la mère a accouché et la séparation de foetus est faite par la coupure du cordon ombilicale
les IgG maternels commencent à chutter rapidement et comme vous constatez:

au niveau du 8e mois après la naissance on n’en a plus.

au niveau de 2e mois après la naissance on arrive à la moitié de la concentration initiale.

NB:Les IgA et les IgM ne peuvent passer de la mère à l’enfant car il n’ont pas des récepteurs au niveau
du placenta.

En ce qui concerne les propres Ig de l’enfant:

A-il y a des IgM qui sont secrétés par les cellules B1 dès la phase foetale.Ces IgM travaillent surtout sur
les polysaccharides les plus fréquentes des microorganisms .Cette reconnaissance IgM-Polysaccharides
sera faite sans contact préalable.

Comme nous savons il y a beaucoup des gens qui visitent une famille possédant un nouveau-né qui rend
ce dernier exposé à beaucoup des Ag en plus des Ag des microorganisms présents dans notre
environnement dès sa naissance.

En fait l’enfant est protégé par 2 choses:

1-Ces propres IgM qui sont de petite quantité.

2-Les IgG maternelle qui lui confèrent la plus grande protection.

B-Il y aussi des IgM qui sont sécrétés par les cellules B2 (classiques) et à chaque production d’IgM il y
aura un switch par la suite.
’Le bebe‘ commence a produire d’ IgG a la naissance. Une femme a accouche’ en automne et le bebe est
expose’ au virus du rhume de l’environement , ce virus doit passer a travers la muqueuse avant qu’il
entre dans le tissus cible et il peut etre bloque’ par les IgG maternels, donc il a les meme anticorps de sa
mere donc la meme quantite’ d’immunite’ humorale. Apres 1 mois les Ig prealablememt produite ne
sont plus la et il ne peut produire ses propre IgG que s’il y a un contact avec le virus(IgM se transforme
en IgG a chaque contact) car si ont met l’enfant dans une enceinte sterile sans etre expose a l’aire
ambiant ni a aucunantigene pathogene(respiration, nutrition…)donc, il ne developpe aucune immunite ‘,
il ne vas pas produire d’Ig.

L ‘immunite’ se developpe apres contact avec l’antigene. D’un cote’ on a la chute des Ig
maternels ,d’autre part, son systeme immunitaire sera active’ a chaque exposition. Or, pour etre active’
il a besoin d’une semaine durant laquelle le pathogene va prendre dessus et l’enfant va tomber
malade( il est normal que les enfants tombent malades). Donc la periode critique entre le 2 eme et le 6
eme mois ou on a une chute des Ig maternel et la necessite’ que l’enfant soit expose’ a chaque
pathogene pour construire son propre immunite’(produire ses propres IgM,IgG,IgA).

Qu’est ce qui peut couvrir ce deficite pendant cette periode ?

Je peus vacciner biensur,ainsi le lait maternel va assurer une protection transitoire puisque Les IgA du
lait maternel passent dans les voies digestives de l’enfant. les IgA sont proteges par cette fameuse
protease, elles peuvent resister dans les muqueuses et assurer une defense contre l’entrée des
microorganismes et reduire leur quantite ‘.

Au niveau de la muqueuse on a des recepteures qui captent les IgA et les font passer a l’interieure du
tissu pour que les IgA passent a la lymphe et puis a la circulation sanguine, enfin ils peuvent ressortir au
niveau de la muqueuse respiratoire. Donc on a des Ig que l’enfant peut ingerer dans le lait et passent
dans les voies digestives et etre transloquer au niveau de l’epithelium digestive et retransloquer au
niveau de l’epithelium respiratoire pour qu’ils protegent les voies respiratoires. Ce phenomene est le
plus important entre le 2 eme et le 6 eme mois. Mais au liban ,maternaty-leave s’ arrete apres 49 jours,
10 jours avant la fin de la periode critique qui est une periode tres sensible pour l’immunite’ d’ou
l’immunite va etre dereglee, c’est pour cela il est important que les meres puissent avoir la possibilite’
de pomper le lait aux enfants, car le lait de formule est plus nutritif que le lait maternel mais n’assure
pas d’immunite’.Le lait de formule doit etre clive’par une enzyme protease preablament introduite.
Donc si cet enfant va etre expose une 1ere fois a un pathogene il va faire d’abord des IgM qui va prendre
du temps et de faible amplitude il y aura par la suite un switch en IgG et au 2 eme contact la reponse
secondaire va etre plus amplifiee. Aux Etats Units, il ya des nourrices qui donnent du lait aux hopitaux
pediatriques pour les enfants prematures.

Vous aimerez peut-être aussi