Vous êtes sur la page 1sur 2

Vidéo 1 - Le principe de légalité

Mise à jour : mars 2018

Principe essentiel dans une démocratie, le principe de légalité constitue la garantie


essentielle de la sécurité juridique des citoyens face à l’administration.

Le respect du principe de légalité par l’Administration peut revêtir deux aspects.

D’une part, il s'exprime dans un rapport de simple non contrariété ou de non incompatibilité.
Dans ce sens, les organes des autorités administratives ne doivent rien faire qui soit contraire
à une règle de droit. L'administration agit alors légalement, régulièrement, lorsqu'elle adopte
un comportement qui n'enfreint pas le droit.

D’autre part, il s'exprime dans un rapport de conformité. C’est-à-dire que l'acte légal est
seulement celui qui est conforme au droit. Dans cette vision, tous les actes des autorités
administratives doivent être conformes à la législation et à la réglementation. La légalité se
présente alors comme un rapport entre l'activité administrative et les règles qui régissent
cette activité. Il faut donc rechercher quelles sont ces règles que l'administration ne peut pas
méconnaître et dont la violation est de nature à entraîner une sanction juridictionnelle. C’est-
à-dire une annulation ou une réparation décidée par le juge. Ces règles ne sont pas
seulement constituées par la loi, mais aussi par d'autres normes telles que la Constitution, les
traités internationaux, les actes administratifs généraux ou individuels et les décisions de
justice.

Il existe cependant différentes hypothèses où le respect par l’administration du principe de


légalité pourra être assoupli pour lui permettre d’agir avec plus de vigueur et de rapidité.
L’Etat, même proclamé démocratique admet, qu'en période de crise, la nécessité doit
l'emporter sur le strict respect de la légalité.

Ainsi, en premier lieu la théorie des circonstances exceptionnelles, élaborée par le Conseil
d'Etat, admet qu'en période de crise, notamment en période de guerre, la puissance
publique dispose de pouvoirs exceptionnellement étendus afin d'assurer la continuité des
services publics. Aussi, cette doctrine autorise-t-elle l’Etat à s'affranchir des règles habituelles
de compétence de forme et du respect de principes de fond. Ainsi, le droit français contient
deux dispositifs qui tendent à augmenter les compétences de l'autorité administrative
pendant des périodes de grandes difficultés : l'état de siège et l'état d'urgence.

Prévu par l'article 36 de la Constitution du 4 octobre 1958, l’état de siège ne peut être décidé
que par décret en Conseil des ministres et pour une durée maximum de 12 jours. Passé ce
délai, sa prolongation doit être décidée par le Parlement.

En outre, pour faire face à un « péril imminent résultant d'atteintes graves à l'ordre public » ou
« d'événements présentant par leur nature et leur gravité le caractère de calamités
publiques », l’état d’urgence peut être proclamé comme le prévoit la loi du 3 avril 1955. Ce
dispositif fait l’objet d’une vidéo spécifique dans le présent module.

Par ailleurs, l’article 16 de la Constitution de la Vème République prévoit que, je cite :

« Lorsque les institutions de la République, l'indépendance de la Nation, l'intégrité de son


territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacées d'une manière
grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels
est interrompu, le président de la République prend les mesures exigées par ces

Les fondamentaux de l’action administrative Page 1 sur 2


Vidéo 1 - Le principe de légalité

Mise à jour : mars 2018

circonstances, après consultation officielle du Premier Ministre, des Présidents des assemblées
ainsi que du Conseil Constitutionnel. » fin de citation. Ce dispositif n’a été utilisé, pour l’heure,
qu’une seule fois sous la Vème République : par le Général de Gaulle en 1961
consécutivement à la tentative de putsch de généraux lors de la guerre d’Algérie.

Enfin, il existe un dernier dispositif exorbitant du principe de légalité, il s’agit de la théorie des
actes de gouvernement.

Il s’agit d’un acte qui est « insusceptible d'être discuté par la voie contentieuse », selon la
formule employée par la jurisprudence administrative. Traditionnellement, les actes de
gouvernement étaient définis par leur mobile politique, cette notion étant entendue de
manière assez large. S'il n'existe pas de théorie générale de l'acte de gouvernement, il est
possible d'établir une typologie. Les actes de gouvernement tombent dans deux catégories :
les actes qui touchent aux rapports entre les pouvoirs publics constitutionnels, et les actes liés
à la conduite des relations extérieures de la France. Constitue, par un exemple, un acte de
gouvernement non susceptible de recours, la nomination d’un Premier ministre par le
président de la République.

Les fondamentaux de l’action administrative Page 2 sur 2