Vous êtes sur la page 1sur 1

En plus des fonctionnalités normales d’une voiture dont l’étude ne rentre pas dans

le cadre précis de cet ouvrage, la conception d’un véhicule amphibie impose de


faire face à un certain nombre de contraintes nouvelles.
Ces contraintes sont multiples, tout d'abord, il y a les contraintes primaires, qui
se rapportent à la mise en œuvre des capacités d’évolution amphibie à proprement
parler, par exemple de nouveaux moyens de portance et de propulsion dans l’eau
Physiquement, la contrainte de portance dans l’eau se traduit par la nécessité
d’avoir, en regard du poids du véhicule, un volume porteur suffisant. Le volume
porteur peut être obtenu soit tout simplement en rendant étanche le volume initial
du véhicule, soit par l’ajout de volume étanche supplémentaire. Il est possible,
par exemple, d’utiliser de la mousse que l’on injecte dans les parties creuses, ou
bien alors des flotteurs qui peuvent être fixes ou même gonflables.
Sur la plupart des voitures amphibies construites industriellement, la solution
retenue est celle qui consiste à rendre complètement étanche la voiture, par une
soudure continue, et non plus par points isolés comme c’est le cas sur une voiture
classique, de tous les panneaux qui constituent la carrosserie.
Ces divers panneaux, comme les ailes par exemple, sont alors non seulement formés
d’une feuille de métal, extérieure, comme sur toute voiture, mais cette feuille se
prolonge dans le passage de roue jusqu’au plancher du véhicule.
Le fond est formé d’une longue tôle quasiment plate reliant le bas de la calandre
au pare-chocs arrière, obturant ainsi tout le dessous de la voiture ainsi que le
bas du compartiment moteur.
La calandre n’est plus une grille ouverte mais elle est formée d’une tôle elle
aussi soudée de façon étanche au reste de la caisse, aux ailes avant et au
plancher. Dans notre cas on va utuliser le gonflable pour que la voiture se blance
2 La Portance terrestre
La contrainte de portance terrestre se traduit par l'adjonction de roues fixées à
l'extérieur de la coque des bateaux amphibies. Ces roues doivent supporter sur
terre le poids du véhicule. Elles seront reliées à la coque du bateau en certains
points précis qui vont subir sur terre des contraintes de pressions locales bien
supérieures à celles subies sur l’eau. Sur terre, le poids du véhicule sera
appliqué en quatre points s'il y a quatre roues alors que dans l’eau, cette force
sera répartie uniformément tout autour de la coque. Il va donc falloir prévoir un
châssis à notre bateau ou, tout au moins, des renforts de coque en plus de la
structure marine classique
La motricité du véhicule est obtenue en principe par des « membres » extérieurs
tels des roues dans notre cas on va se base sur les roues par ce c est grace a elle
qu on va contreller la direction de la voiture ses le meme système direction d un
voiture mes le seule chose qui deffernet c est qu on va utuliser des roues special