Vous êtes sur la page 1sur 50

Grands Mythes

Prof: DAHBI Saadia

Filière : Etudes Françaises


(S1)- F.P.Errachidia

Réalisé par :
Hilali Mohamed

1
Cours
Définition de Mythe
1- Le mot Mythe vient du terme « mythos » (fable), « mythos » qui veut dire ‘’parole’’ et
relève à la fois de la parole et de récit : il est la transition par la parole d’une histoire que
l’on raconte.
2- Définition de Mircea Eliade, ‘’Aspects du mythe’’: [c’est un livre très intéressant]
« Il serait difficile de trouver une définition du mythe qui soit acceptée par tous les
savants et soit en même temps accessible aux non-spécialistes. D'ailleurs, est-il même
possible de trouver une seule définition susceptible de couvrir tous les types et toutes
les fonctions des mythes, dans toutes les sociétés archaïques et traditionnelles ? Le mythe
est une réalité culturelle extrêmement complexe, qui peut être abordée et interprétée dans
les perspectives multiples et complémentaires. Personnellement, la définition qui me
semble la moins imparfaite, parce que la plus large, est la suivante :
Le mythe raconte une histoire sacrée ; il relate un événement qui a eu lieu dans le
temps primordial, le temps fabuleux des « commencements ». Autrement dit, le mythe
raconte comment, grâce aux exploits des Etres Surnaturels, une réalité est venue à
l'existence, que ce soit la réalité totale, le Cosmos, ou seulement un fragment: une
île, une espèce végétale, un comportement humain, une institution. C'est donc toujours le
récit d'une « création» : on rapporte comment quelque chose a été produit, a commencé à
être. Le mythe ne parle que de ce qui est arrivé réellement, de ce qui s'est pleinement
manifesté. Les personnages des mythes sont des Etres Surnaturels*. Ils sont connus
surtout par11 ce qu'ils ont fait dans le temps prestigieux des « commencements ». Les
mythes révèlent donc leur activité créatrice et dévoilent la sacralité (ou simplement la «
surnaturalité ») de leurs œuvres. En somme, les mythes décrivent les diverses, et parfois
dramatiques, irruptions du sacré (ou du « surnaturel ») dans le Monde. C'est cette
irruption du sacré qui fonde réellement le Monde et qui le fait tel qu'il est aujourd'hui.
Plus encore: c'est à la suite des interventions des êtres Surnaturels que l'homme est ce
qu'il est aujourd'hui, un être mortel, sexué et culturel . On aura l'occasion de compléter
et de nuancer ces quelques indications préliminaires, mais il importe de souligner, sans
attendre, un fait qui nous semble essentiel : le mythe est considéré comme une histoire
sacrée, et donc une « histoire vraie », parce qu'il se réfère toujours à des réalités. Le
mythe cosmogonique est « vrai » parce que l'existence du Monde est là pour le prouver ;
le mythe de l'origine de la mort est également « vrai » parce que la mortalité de l'homme
le prouve, et ainsi de suite.»
Mircea Eliade, ‘’Aspects du mythe’’
Explication de prof:
: Quelques types de mythes : les mythes de l’antiquité gréco-romaine, les mythes
bibliques, les mythes littéraires, les mythes historiques, etc.

2
: C’est quoi une histoire sacré ? c’est une histoire qui a une très grande valeur.
Donc, le mythe est un ensemble de textes destiné à une population bien déterminée. Cet
ensemble de textes doit être respecté comme on respecte une religion.
: C'est-à-dire Premier temps, c’est le temps de la création, le temps de commencement,
quand il n’y avait rien.
 C’est le début de toute chose, cette chose là peut être: le Cosmos (l’univers), ou un
fragment (une partie de cet univers).
: Le temps de commencement est un temps fabuleux, pourquoi ? parce que pour l’homme
c’est une chose qui dépasse son imagination et qui dépasse sa logique.
 Donc, le monde tel qu’il se présente à l’homme, c’est une œuvre gigantesque et
fantastique.
: C'est-à-dire le mythe raconte comment ces réalités sont venues au monde et comment ils
ont commencé à exister.
cette réalité peut être : une île, une terre, un pays, un continent, une ville, le désert, ou une
espèce végétale (la fleur, le narcisse, les montagnes,…) ou un comportement humain (la
peur, l’amoure,…)
 donc, Le mythe explique comment le monde a été crée. Et il répond aux questions
majeures qui préoccupent l’esprit humain.
 l’homme pose des questions de la création du monde : « qui a créé ce monde ? »,
« comment ce monde a été crée ? », etc. voilà, se sont des questions sur la totalité  de
l’univers.
 l’homme pose aussi des questions qui comptent sur une partie (un fragment)  de cette
création : « comment je suis crée ? », « comment l’homme et venu au monde ? », « quel est
le rôle de l’homme dans ce monde ?», « pourquoi il est venu au monde ? », « qu’il est le but
de la vie ? »…
 Puis, l’homme est mortel, et il est voué à la mort.  il va essayer d’expliquer qu'est ce
que c'est la mort, et la mort c’est une partie de la vie de l’homme, est une partie de la
création (un fragment) comme la vie,
 l’homme pose des questions aussi sur les comportements humains (le crime, le parricide,
le fratricide…), et l’existence du bien et du mal dans le monde (se sont des fragments de
l’univers) : « comment ces comportements a commencés ? »
: Dans, le temps primordial et du commencement, il n’y avait que des Êtres Surnaturels
(Extraordinaires).
 les Êtres Surnaturels*: sont des hommes qui vont donner l’exemple e le modèle à
suivre.
•Exemples des Êtres Surnaturels
- Dans la mythologie grecque :
Œdipe est un personnage Surnaturel*, parce que ce personnage est exemplaire, il se
trouve dans le temps primordial, c’est le premier homme qui va être confronté à cette
malédiction de dieu à savoir, il va tuer son père et épouser sa mère, donc, nous avons deux
réalités  qui vont exister par la suite : le parricide (tuer le père) et l’inceste (épouser la
mère). Donc Œdipe est le premier homme qui a vécu tout ça.

3
- Dans la mythologie biblique:
- Ex 1 : Dans le Bible, on parle de comment du monde : le monde a été crée en cinq jours,
et le sixième jour, Dieu a décidé de crée l’homme.
 Donc, cette façon de créer l’homme est déférente de la création d’Adam, et ce dernier est
le premier homme qu’est un personnage surnaturel*. Il est exemplaire.
- Ex2 : Les deux frères, fils d’Adam : Caïn va tuer son frère Abel. C’est un premier
crime, de l’humanité en mythe biblique.
: C’est-à-dire l’homme est un être et une créature intelligente, (exemple : Prométhée est
un personnage de la mythologie grecque. Et grâce à ses exploits, et ses interventions,
l’homme est devenu un être intelligent.

Les fonctions de Mythe


1- Le mythe est le fondement d’une culture commune :
La mythologie regroupe l’ensemble des mythes d’une civilisation ou d’un peuple.
Le mythe permet de donner un sens à l’existence à la fois personnelle et collective, sa
valeur intrinsèque servira de modèle à la société. Le mythe est une forme de pensées
collective, Il est le fondement d’une culture commune, un liant, un ferrement social, il
consolide les membres de la société. Il permet aux sociétés de s’enraciner et de trouvé une
philosophie de vie politique, religieuse ou culturel. Pour que le mythe existe, il faut que la
société y adhère s’y reconnaisse. Alors, chaque mythe est tributaire de sa culture et diffère
de celle des voisins.

2- Le mythe explique les origines du monde et de l’homme


(cosmologie)
A partir de la définition de Mythe de Mircea Eliade, on peut distingue que:
Le mythe raconte ‘’comment une réalité totale’’ (le Cosmos) est venue à l'existence, il
explique l’origine du monde et l’apparition de l’homme.
- L’origine de l’homme: le mythe d’Adam et Eve dans la Bible celui de Deucalion et
Pyrrha chez les grecque.

3- Le mythe explique le monde


Le Mythe donne la cause des phénomènes connu (la création du monde, la différance
homme-animal), la géologie (l’existence de terre, les continents, l’existence de la
mer,…etc.), les saisons (et la déférence entre eux), les tremblements de terre, la
pluie,…etc.), il explique les fléaux, les puissances de la terre et du ciel, la mort et les
plaisirs, il revente à la création à l’établissement d’un pouvoir politique pour encore
parcourant le monde de l’on de là, il explique à l’homme les principes qui doivent guidé sa
vie et son destin.
Le mythe représente la science des premiers âges. les mythes sont le résultat des premières

4
tentatives de l’homme pour expliquer ce qu’il voit autour de lui.
le déplacement du soleil dans l’espace embrasé, est expliqué par le mouvement d’un char à
timon d’or à roues de feu que conduit Apollon [dieu de soleil].
L’arc-en-ciel c’est l’écharpe que déroule dans son cos aérien la messagère des dieux : Iris
[Iris c’est une déesse].

4- Le mythe répond aux questions existentielles :


Le mythe tente [= essayer] de donner une réponse aux déférentes questions existentielles
et interrogations métaphasiques qui génèrent l’angoisse : qui suis-je ? quel est mon rôle dans
ce monde ? comment vivre heureux dans un monde plein de malheurs ?
Explication de prof:
Donc, on cherchant l’explication des choses qui échappe l’homme. la réponse à ces
questions existentielles, il cherche à se libérer de ses angoisses, il cherche à vivre en paix
avec lui-même. Être heureux en attendant la mort.
 Donc, l’homme cherche dans le mythe un mode d’emploi dans la vie, comment il faut
vivre, comment il faut se comporter, comment il faut faire face à une tel situation…etc.

5- Le mythe expliquer la place de l’homme dans le monde:


fonction, moral, éthique :
Le mythe peut édifier l’homme, lui donner des leçons, servir de modèle:
- Achille et Ulysse : personnages de « L’Iliade et l’Odyssée »
sont des modèles de héros qui à su surmonter les obstacles (les épreuves) pour rentrer chez
lui.
- Le mythe d’Icare : est une mise en garde contre les dangers de l’orgueil, et de la
suffisance de l’homme.
-Niobé, [un personnage féminin de la mythologie grecque] pour s’être glorifié de la beauté
de ses enfants, voit ses fils mourir sous les coups d’Apollon, et ses filles frappaient des
flèches de Diane.
Explication de prof:
Il y a des histoires raconté dans les mythes, des héros et des personnages exemplaires,
modèles :
Par exemple : Homère, est un écrivain très connu, il a écrit deux textes majeurs : l’Iliade
(où il raconte l’histoire de la guerre de Troie) et l’Odyssée (où il parle des aventures
d’Ulysse : un personnage très connu dans la mythologie grecque).
Donc, les grecques nous se racontent ces histoires et les exploits de héros de la mythologie
grecque (Ulysse, Achille : personnage dans l’Iliade, …etc.), Pourquoi ?
 C’est parce que pour eux, ces personnages sont des modèles et des exemples à suivre.
Donc, la fonction de mythe dans ce cas c’est tirer des exemples à partir des personnages
exemplaires et des créatures surnaturels.
 N.B : la Grèce à l’époque était un pays où il y avait des guerres. Donc, le citoyen grec
avait besoin de se sentir de glorifier, il avait besoin de se sentir quelque chose qui va le
pousser à combattre encore plus. Donc, les grecs vont puiser cette force dans le mythe, et ces
personnages deviennent des modèles à suivre.

5
6- Le mythe explique le rapport avec les dieux :
Dans certains mythes, l’homme cherche à se mesurer à dieux, ils disent que n’ont pas
besoin des dieux et qu’ils sont meilleures que dieux. Donc, dans ces mythes on les trouve
dans la tradition hébreu, et on la retrouve dans le Coran. Donc, se mesurer à dieux, ne peut
pas être sans punition, donc, il ya la colère des dieux qui montrent que, il ne faut pas avoir
ce défaut là qui est l’orgueil.
 Dans la méthodologie grecque, quand le héro exprime sa force et dés qu’il commence à
se mesurer à dieux, ils vont punir ce personnage. Donc cette punition montre que la place de
l’homme dans le monde, il est plutôt inférieur par apport à dieux … etc.

La mythologie grecque
1- Comment les mythes grecs nous sont-ils parvenus ?
À l’époque classique, alors que la grecque antique était à son apogée, la mythologie
constituée un fond connu de tous et dans lequel les auteurs, les poètes, et les dramaturges
ainsi que les peintres et les sculpteurs puisés des thèmes de leurs œuvres. En plusieurs
siècles ces mythes ont été déformés parfois modifier intentionnellement, et beaucoup
d’éléments de ces mythes ont étaient perdu.
Explication de prof:
C'est-à-dire, à travers les siècles, les textes étaient changé et modifiés intentionnellement,
c’est pourquoi aujourd’hui, nous avons plusieurs versions pour un seul texte, nous avons
devant des textes historiques et des contextes différents.
 Par exemple: Zeus dans la mythologie grecque est le roi des dieux, il est présenté par
Homère différemment que Hésiode :
 Zeus pour Hésiode est un dieu justicier qui punit les malfaiteurs. Alors que Homère fait
la référence à sa puissance, à sa majesté, c’est un dieu suprême.
 Donc, pourquoi cette différence de présentation?
- L’œuvre de Homère est une épopée, il présente un modèle de héro, et la Grèce dans
cette période de l’histoire était en pleine de guerres. Donc, les grecs avaient besoin de héros
puissants, des modèles.
Donc le contexte d’histoire ce n’est pas le même.
- Hésiode est un écrivain qui a écrit cette épopée et qui appartient à une classe sociale
inférieur que Homère : Hésiode est un paysan, il a écrit pour les faibles, donc, il a parlé de
cette divinité qui est à coté des faibles, une divinité qui donne la gloire, et la justice (punit
les malfaiteurs).
 Exemple 2 : Iphigénie est un personnage mythique, dans la guerre de Troie.
Iphigénie est la fille d’Agamemnon, ce dernier est un prince. Il, va guider la guerre de
Troie, mais, avant de guidé la guerre, il doit solliciter la grâce divine, ensuite, les dieux
refusent sa grâce, ils conseillent Agamemnon de faire un sacrifice pour contenter le dieu de
la mer (Poséidon). Donc, il va sacrifier sa propre fille.
 Donc, ici il s’agit d’un sacrifice humain, mais d’autres écrivains ont raconté l’histoire de
cette guerre, et ils changeaient la conception de cet épisode qui concerne le sacrifice : un
sacrifice animal, au lieu du sacrifice humain.

6
 Donc, le changement de versions est très intéressant, il nous montre le changement
de la société, et de la civilisation et l’évolution de la civilisation.

2- Les textes fondateurs de la mythologie grecque :


• Quelques écrivains grecs :
- Homère (Xème siècle av. J.-C.) : L’Iliade et l’Odyssée ;
- Hésiode (VIIIème siècle av. J.-C.) : La Théogonie ;
- Pindare (518 – 438 av. J.-C.)
- Aristophane (445 – 386 av. J.-C.) : Les Oiseaux ;
- Ovide (43 av. J.-C. – 18 ap. J.-C.) : L’œuvre d’Ovide est un abrégé de la mythologie.
• Quelques écrivains de la tragédie / Les tragiques
- Eschyle (-525 – 456 av. J.-C.) : Prométhée enchainé ;
- Sophocle (485 – 406 av. J.-C. : Œdipe roi, Œdipe à Colonnes, Antigone ;
- Euripide (480 – 406 av. J.-C.) : Le Cyclope

- Homère : c’est un poète, son ouvre majeur est : L’Iliade et L’Odyssée. L’Iliade est
le premier document écrit de la Grèce antique. elle est la plus ancienne, elle renferme la
première littérature grecque.
l’Iliade et l’Odyssée :
Dans ces deux textes, les dieux quittent l’Olympe pour aider les hommes et les protéger
pendant cette guerre. Les dieux participent à la « guerre de Troie ». Les hommes quant à
eux effectué des sacrifices de bataille, pour s’attirer la bonne grâce des Olympiens.

7
8
9
Comment furent créés le monde et l’humanité?

10
11
- Hésiode: La Théogonie
« Au commencement exista Chaos, puis Gaïa à la large poitrine, demeure toujours sûre
de tous les Immortels qui habitent le faite de l'Olympe neigeux ; ensuite le sombre
Tartare, placé sous les abîmes de la Terre immense ; enfin l'Amour, le plus beau des
dieux, l'Amour, qui ennoblit les âmes, et, s'emparant du cœur de toutes les divinités et de
tous les hommes, triomphe de leur sage volonté ».
Hésiode: La Théogonie
Selon la conception grecque de la création, l’origine du monde est le Chaos : c’est le
désordre de la matière, une masse amorphe, qui n’a pas de forme, une non-existence, c’est le
néant, le noire, les ténèbres. Deux enfants vont naître de ce néant, la nuit et la mort.
« La Nuit aux ailes noires
Déposa un œuf né du vent.
Dans le sein du sombre et profond Erèbe, : c’est la mort
Et tandis que passaient les saisons,
Vint celui que tout attendait, : c’est le jour
L’Amour aux ailes d’or étincelantes. »
Aristophane

De la Nuit et de la mort, naquit l’Amour, et dès ça naissance l’Ordre et la Beauté


remplacèrent l’abîme, l’Amour créait la Lumière et le Jour.

- La création de la Terre et le Ciel :


« La Terre, la toute belle aux seins épanouis,
Se leva, elle qui est la base inébranlable : Gaïa
De toutes choses. Et la blonde Terre mit d’abord au monde.
Le Ciel étoilé, son égal, : Ouranos
Afin qu’il la recouvrit de tous côté et devint.
La demeure éternelle des dieux immortels. »
Hésiode: La Théogonie

Cronos sépare la Terre et le Ciel. La Terre accouche alors de géants, de monstres


et de cyclopes.

 : se sont les enfants de la Terre, aujourd’hui = les forces naturels.

 Donc, dans la mythologie grecque, le monde qui va créer les dieux.


le Chaos → la Terre + le Ciel + toutes les forces naturelles → les dieux.

12
Les douze grands olympiens

Les douze grands olympiens formaient une famille devine, L’Olympe était leurs foyer,
l’entrée dans ce lieu était fermée par une grande grille de nuages gardés par les Saisons.
L’Olympe était un lieu de féliciter les dieux y festoyaient savourant le nectar et
l’ambroisie, tout en écoutant le chant de la lyre d’Apollon.

13
1 - Les douze grands olympiens et leurs attributs:
1) Zeus (Jupiter) : le roi des dieux, souverain, dieu de la pluie, de
tonnerre, et de la foudre.

14
Explication de prof:
Les auteurs grecs ont des points de vue différents sur cette divinité (Zeus), on va parler
des -1- premiers auteurs grecs, -2- Homère (poète et auteur de Xème siècle av. J.-C.), et -
3- Hésiode (auteur grec de VIIIème sicle av. J.-C.), donc, on a trois époques différentes, et
chaque époque a une présentation différente sur Zeus :
-1- les premiers grecs :
Ils présentaient Zeus avec des adjectifs qui ont une relation avec l’homme.
 Exemple: le portrait moral est ressemble au portrait humain :
Zeus c’est un dieu, mais, qui peut se mettre en colère, c’est un dieu qui peut tomber
amoureux, il fait des conquêtes aux femmes qu’il désire: sa première conquête c’était Héra
(sa sœur) : il a séduit Héra, mais elle n’a pas voulu se marier avec lui, donc, Zeus, il va se
métamorphoser au oiseau et il se mettre sur le chemin de sa sœur, au moment où Héra va se
ramasser l’oiseau, Zeus va prendre sa forme initiale (forme de dieu) ensuite il va violer sa
sœur. Et elle va accepter le mariage avec lui.
 Donc, ici, nous avons devant une histoire proche de l’homme qui fait la ruse pour arriver
à ses fins.
 Après lire les textes et l’histoire de Zeus selon cette optique, on voit un dieu faible, mais,
dans l’arrière de ces histoires c’est l’histoire de la création, c’est l’histoire des Origines.
 Europe, par exemple, dans la mythologie grecque est la fille de Zeus qui se marier avec
une mortelle, donc cette liaison de Zeus va donner naissance à un continent. donc, ce
continent grec à un côté divin, il à une part de sacré.
 Donc, le mythe nous dit comment une chose à commencer d’être, c’est une histoire de
création total (le cosmos, l’univers, le monde) ou une création d’un fragment (dieu, la vie,
un continent).
-2- Homère (L’Iliade):
Zeus est présenté comme un dieu suprême et fort dans l’histoire de guerre de Troie, il
donne la force aux héros qui fonts des exploits et ils surmontent des épreuves
-3- Hésiode:
Hésiode est un auteur qui vient d’une famille pauvre, il est paysan. Et le pauvre est
demandé l’aide de son dieu. Donc, Zeus est présenté comme un dieu justicier, qui aide les
pauvres.
 Donc, l’image de Zeus est changé selon les époques (des siècles).]

2) Poséidon (Neptune): dieu de la mer, et de l’élément liquide.


Explication de prof:
Poséidon parfois est calme : il donne des eaux favorables aux gens pour traverser la mer
tranquillement. Mais, des fois quand il n’est pas content et il est en colère, en ce moment là,
il y a des vagues et l’homme ne peut pas traverser la mer.
Dans, l’œuvre de Homère (Iliade et l’odyssée), Poséidon est évoqué plusieurs reprises, la
première fois quand les grecs de Sparte veulent faire la guerre contre Troie, ils faillaient
traverser la mer seulement la mer n’été pas calme et favorable à traverser, donc,
Agamemnon le chef de Sparte a sacrifié sa propre fille Iphigénie à Poséidon, puis ce

15
dernier va donner des eaux favorables pour traverser la mer, et faire la guerre de Troie.
De la même façon, Ulysse le héro grec, quand il veut rentrer chez lui après la guerre, il
doit traverse la mer, et il va attendait les eaux soit favorables pour traverser la mer.

16
3) Hadès (Pluton) : il vie dans Le Tartare: dieu du monde sous
terrain: enfers, seigneur des morts.
Le Tartare situer au plus profond de la terre, est la prison des enfers, c’est là que l’on
trouve les dieux déchus, les héros banni, les damnés de la terre, c’est un lieu de punition.

17
4) Hestia (Vesta) : déesse de foyer, sœur de Zeus.
5) Héra (Junon) : déesse de la famille et du mariage, à la fois épouse
de Zeus et sa sœur.
C’est une femme belle et jalouse, qui punit toutes les autres femmes de Zeus, c’est une
femme fatale quand elle est en colère, elle se venge et se révolte.

18
6) Arès (Mars): fils de Zeus et de Héra, dieu de la guerre.

19
7) Athéna (Minerve): déesse de la guerre, c’est la divinité la plus
sage, la plus réfléchie, la plus raisonnable.
Quand les grecs avaient besoin de chance pour avoir la gloire, il faut la demander auprès la
déesse de la guerre : Athéna.

20
8) Apollon (Apollon): fils de Zeus, et de Léto, dieu de soleil et de la
lumière.

21
9) Aphrodite (Vénus): fille de Gaïa et Ouranos, déesse de la
beauté, de l’amour et de désire et de la fécondation.
- Aphrodisiaque (adj.) = qui a un rapport avec le désire : L’amoure.
Exemple : ‘’ Une nourriture Aphrodisiaque’’: c'est-à-dire une nourriture qui excite l’homme

22
10) Hermès (Mercure): le messager des dieux.

23
11) Artémis (Diane): sœur jumelle d’Apollon, déesse de la chasse.

24
12) Héphaïstos (Vulcain): dieu du feu, de la forge, de la
métallurgie, et des volcans.
Quand les grecs avaient préparé à la guerre, ils ont besoin d’arme infaillible, d’arme qui
donne la victoire, il faut le demander auprès Héphaïstos

25
* Déméter : Déesse des moissons [* partie additionnel]

26
Expressions issues de la mythologie grecque

- Se croire de sortir de la cuisse de Jupiter : quelqu’un de merveilleux, de prétentieux,


quelqu’un qui se croie qu’il haut et dessus de tout le monde.
- Le Talon d’Achille*: point faible de quelqu'un ou de quelque chose. [*Achille : héros
de guerre de Troie]
- Un combat homérique

27
- Le défaut de la cuirasse
- Le complexe d’Œdipe
- Être narcissique : être on admiration devant soi-même
- La chute d’Icare
- le cheval de Troie

Le mythe de Prométhée
- Prométhée = le prévoyant, qui connaît l'avenir.
Prométhée est le Fils de Japet, le Titan, frère d’Epiméthée.
- Japet / Zeus :
Zeus a mené la guerre contre Japet, pour faire établir l’ordre, pour sortir du Chaos,
Prométhée, celui qui prévoit.
- Zeus / l’homme :
Explication de prof:
Après avoir chassé et écarté les Titans, Zeus va essayer d’établir ‘’la hiérarchie’’ entre les
éléments qui constituent ce monde, il va décider que les dieux ont une place et l’homme a
une autre place à part. parce que la place normal de l’homme ce n’est pas à coté les dieux,
donc, l’homme doit sortir de cette endroit qui est réservé aux dieux. Donc, Zeus va définir la
place de l’homme. comment?
Quand les hommes se trouvaient à coté des dieux, ils mangeaient et buvaient ce que les
dieux mangeaient et buvaient : le nectar et l'ambroisie. Donc, la nourriture des dieux était
une nourriture spéciale. L’homme doit se nourrit autrement, il se nourrit le blé. Seulement ce
blé était au porté de l’homme.
-1- Donc, Zeus va cacher le blé de l’homme, l’histoire dit que cette action et une punition de
l’homme, mais, ce qui cache derrière cette histoire c’est que Zeus a fini son travail : de
établir l’homme dans le monde.
Donc, cacher le blé = l’homme faut chercher le blé, il faut chercher l’origine de ce blé qui
est la semence, il faut semer la terre pour cultiver. Donc, il faut chercher le moyen de se
nourrir.
La vie de l’homme est différente de la vie des dieux. l’homme est un être mortel, alors
que dieux sont immortels : donc la vie de dieux et différente de la vie de l’homme :
l’homme pour vivre il a besoin de travailler pour vivre, manger pour vivre et se marier pour
procréer.
-2- Zeus a caché le feu à l’homme sous du bois (voir  le texte de Platon), C’est une leçon
donné par Zeus pour que l’homme va chercher le moyen pour faire le feu ou cette étincelle
de feu, donc il faut chercher son propre moyen : l’intelligence ;
-3- Zeus va créer la première femme:
Il a crée la femme à l’image de déesse : Pandore une créature belle, merveilleuse,
ravissante, et magnifique, qui va attirer l’homme pour la consommation sexuelle, donc, il va
aimer et se marier à pour but de procréation et continuation de l’espèce.
Donc, nous avons entrain d’une histoire sacré qui raconte comment les choses ont
28
commencé, et « comment l’homme et devenu une créature mortelle, culturelle, et
sexuelle » (voir  la définition de Mircea Eliade).
Donc, la mythologie grecque va nous raconte l’histoire de cette séparation, et elle va
attribuer cette séparation à la colère de Zeus.
Donc, le mythe nous renvoi à cet état de commencement : un état fondamental de
commencement des choses.

- Platon, ‘’Protagoras’’ Platon est un philosophe.


Extrait du texte de Platon. Protagoras:
Le mythe de Prométhée

« Il fut jadis un temps où les dieux existaient, mais non les espèces mortelles. Quand le
temps que le destin avait assigné à leur création fut venu, les dieux les façonnèrent dans
les entrailles de la terre d’un mélange de terre et de feu et des éléments qui s’allient au
feu et à la terre. Quand le moment de les amener à la lumière approcha, ils chargèrent
Prométhée et Epiméthée de les pourvoir et d’attribuer à chacun des qualités appropriées.
Mais Epiméthée demanda à Prométhée de lui laisser faire seul le partage. « Quand je
l’aurai fini, dit-il, tu viendras l’examiner ». Sa demande accordée il fit le partage, et, en le
faisant, il attribua aux uns la force sans la vitesse, aux autres la vitesse sans la force ; il
donna des armes à ceux-ci, les refusa à ceux-là, mais il imagina pour eux d’autres
moyens de conservation ; car à ceux d’entre eux qu’il logeait dans un corps de petite
taille, il donna des ailes pour fuir ou un refuge souterrain ; pour ceux qui avaient
l’avantage d’une grande taille, leur grandeur suffit à les conserver, et il appliqua ce
procédé de compensation à tous les animaux. Ces mesures de précaution étaient destinées
à prévenir la disparition des races. Mais quand il leur eut fourni les moyens d’échapper à
une destruction mutuelle, il voulut les aider à supporter les saisons de Zeus ; il imagina
pour cela de les revêtir de poils épais et de peaux serrées, suffisantes pour les garantir du
froid, capables aussi de les protéger contre la chaleur et destinées enfin à servir, pour le
temps du sommeil, de couvertures naturelles, propres à chacun d’eux ; il leur donna en
outre comme chaussures, soit des sabots de cornes, soit des peaux calleuses et dépourvues
de sang, ensuite il leur fournit des aliments variés suivant les espèces, aux uns l’herbe du
sol, aux autres les fruits des arbres, aux autres des racines ; à quelques-uns même il
donna d’autres animaux à manger ; mais il limita leur fécondité et multiplia celle de leur
victime pour assurer le salut de la race. Cependant Epiméthée, qui n’était pas très
réfléchi avait sans y prendre garde dépensé pour les animaux toutes les facultés dont il
disposait et il lui restait la race humaine à pourvoir, et il ne savait que faire. Dans cet
embarras, Prométhée vient pour examiner le partage ; il voit les animaux bien pourvus,
mais l’homme nu, sans chaussures, ni couvertures ni armes, et le jour fixé approchait où
il fallait l’amener du sein de la terre à la lumière. Alors Prométhée, ne sachant
qu’imaginer pour donner à l’homme le moyen de se conserver, vole à Héphaïstos et à
Athéna la connaissance des arts avec le feu ; car, sans le feu, la connaissance des arts
était impossible et inutile ; et il en fait présent à l’homme. L’homme eut ainsi la science
propre à conserver sa vie ; mais il n’avait pas la science politique ; celle-ci se trouvait
chez Zeus et Prométhée n’avait plus le temps de pénétrer dans l’acropole que Zeus habite
et où veillent d’ailleurs des gardes redoutables. Il se glisse donc furtivement dans l’atelier
commun où Athéna et Héphaïstos cultivaient leur amour des arts, il y dérobe au dieu son

29
art de manier le feu et à la déesse l’art qui lui est propre, et il en fait présent à l’homme,
et c’est ainsi que l’homme peut se procurer des ressources pour vivre. Dans la suite,
Prométhée fut, dit-on, puni du larcin qu’il avait commis par la faute d’Epiméthée.
Quand l’homme fut en possession de son lot divin, d’abord à cause de son affinité avec les
dieux, il crut à leur existence, privilège qu’il a seul de tous les animaux, et il se mit à leur
dresser des autels et des statues ; ensuite il eut bientôt fait, grâce à la science qu’il avait
d’articuler sa voix et de former les noms des choses, d’inventer les maisons, les habits, les
chaussures, les lits, et de tirer les aliments du sol. Avec ces ressources, les hommes, à
l’origine, vivaient isolés, et les villes n’existaient pas ; aussi périssaient-ils sous les coups
des bêtes fauves toujours plus fortes qu’eux ; les arts mécaniques suffisaient à les faire
vivre ; mais ils étaient d’un secours insuffisant dans la guerre contre les bêtes ; car ils ne
possédaient pas encore la science politique dont l’art militaire fait partie. En
conséquence ils cherchaient à se rassembler et à se mettre en sûreté en fondant des villes
; mais quand ils s’étaient rassemblés, ils se faisaient du mal les uns aux autres, parce que
la science politique leur manquait, en sorte qu’ils se séparaient de nouveau et périssaient.
Alors Zeus, craignant que notre race ne fut anéantie, envoya Hermès porter aux hommes
la pudeur et la justice pour servir de règles aux cités et unir les hommes par les liens de
l’amitié. Hermès alors demanda à Zeus de quelle manière il devait donner aux hommes la
justice et la pudeur. « Dois-je les partager comme on a partagé les arts ?
Or les arts ont été partagés de manière qu’un seul homme, expert en l’art médical, suffît
pour un grand nombre de profanes, et les autres artisans de même. Dois-je répartir ainsi
la justice et la pudeur parmi les hommes ou les partager entre tous » Ŕ «Entre tous
répondit Zeus ; que tous y aient part, car les villes ne sauraient exister, si ces vertus
étaient comme les arts, le partage exclusif de quelques-uns ; établis en outre en mon nom
cette loi que tout homme incapable de pudeur et de justice sera exterminé comme un fléau
de la société ». Voilà comment, Socrate, et voilà pourquoi et les Athéniens et les autres,
quand il s’agit d’architecture ou de tout autre art professionnel, pensent qu’il
n’appartient qu’à un petit nombre de donner des conseils, et si quelque autre, en dehors
de ce petit nombre se mêle de donner un avis, ils ne le tolèrent pas, comme tu dis, et ils
ont raison selon moi. Mais quand on délibère sur la politique où tout repose sur la justice
et la tempérance, ils ont raison d’admettre tout le monde, parce qu’il faut que tout le
monde ait part à la vertu civile ; autrement il n’y a pas de cité ».
PLATON. Protagoras.320.321c. (Traduction d’Emile Chambry).
Explication de prof:
- L’histoire de Prométhée c’est pour accentuer la séparation entre dieux et l’homme.
- Prométhée est toujours à côté de l’homme.
- Dans ce texte, Platon nous parle de Prométhée qui a volé le feu divin pour le donné à
l’homme.
le sens de texte de Platon:
- Dans ce texte, Platon dit que les dieux sont nés premièrement et l’homme après.
- Après la création des hommes et après la création des animaux et les autres éléments qu’ils
doivent peupler la terre, Zeus va demander à Prométhée et à son frère Épiméthée de
donner des attributs et pouvoir à ses créatures : les animaux et les hommes. Pourquoi ?
 parce que Zeus a dit que ses créatures doivent vivre par leurs propres moyens. Donc,

30
Epiméthée va commencer par de donner des pouvoirs et des attributs aux animaux: la force
au lion, la vitesse, la ruse au renard …etc. Donc, Epiméthée a distribué tous les pouvoirs et
tous les attributs. Et Prométhée voit que l’homme n’a pas besoin de la force pour survivre,
ou de courir rapidement, ou de vivre dans l’eau,… c'est-à-dire pour lui l’homme peut vivre
différemment de l’animal. L’homme peut réunit tout ceux qu’ont les animaux et vient à son
intelligence. Donc, Prométhée va donner à l’homme l’intelligence.
 Donc, un homme avec l’intelligence peut construit quelque chose à partir de rien.
Prométhée est là pour aider l’homme pour vivre par ses propres moyens, ensuite, l’homme
va commencer à exister, voilà un fragment de réalité qui va être.
Donc, l’histoire de l’homme est commence à partir de là. Et l’homme pour vivre il a besoin
de « l’intelligence » Mais, Où est cette intelligence ?
 L’intelligence c’est un feu divin, c’est un don de dieu. Donc, Prométhée va voler une
partie de feu de dieu, et il va le donné à l’homme. Donc, un peu de feu peut pousser
l’homme d’agir un peu comme un dieu pour devienne un dieu sur terre. Donc, avec cette
intelligence, l’homme peut construit un monde meilleur.
Conclusion :
- Platon met l’accent sur l’intelligence : «le feu» dans le texte, symbolise l’intelligence.
- l’intelligence a un coté divin qui peut rapprocher l’homme de dieux.
- l’expérience humain nous montre la validité de cette prévoyante de Prométhée.
Comment l’intelligence peut-t-elle rapprocher l’homme des dieux?
c’est à travers le progrès : l’homme va utiliser son intelligence pour créer et inventer des
choses qu’elles l’aidé dans sa vie.
Donc, l’intelligence bien utilisée = est un don divin, et l’intelligence mal utilisée = devienne
une catastrophe elle peut être une source de nuisance.

- Eschyle, ‘’Le Prométhée enchaîné’’


Eschyle est un écrivain de tragédie dans l’antiquité grecque
Explication de prof:
Dans cette œuvre, Prométhée est un aventurier et créateur qui se révolte contre les dieux et
contre Zeus.
Donc, Eschyle fait l’accent sur cette rivalité et cette guerre entre Zeus et les Titans.
 Zeus après qu’il libérait ses frères, il a entré dans une guerre avec ses frères et les autres
Titans. Et dans ce moment là, Prométhée n’est pas oublier que Zeus est contre son père,
Zeus va gagner, et Prométhée est taquine les plans de Zeus. Ensuite, Zeus, va le
punir après qu’il a volé le feu divin, il va l’enchaîner à un arbre, et un oiseau va manger son
foie, car c’est un organe qui régénère, et la souffrance de Prométhée va être une souffrance
infinie, éternelle.
Conclusion :
 « Prométhée enchaîné », ce titre indique que Eschyle va mettre l’accent sur la punition
de Prométhée par Zeus.
- Prométhée se présente comme l’ami de l’homme et l’opposé de Zeus.
- Zeus va punir Prométhée. Et la punition c’est : l’enchainement de Prométhée et un oiseau
va manger son foie jusqu’à l’infini. Donc, c’est une punition très grave car le foie est une
membrane qui est régénère, c’est une souffrance jusqu’à l’infini.
- L’homme actuel vie dans le malheur à cause de Prométhée qu’est l’origine de progrès de

31
l’homme. Donc, Prométhée était la source de ce malheur.
- Prométhée enchaîné c’est une analyse qui dit qu’il faut enchaîner le progrès et mettre des
limites. Donc, si on n’enchaine pas Prométhée on ne sait pas où on peut arriver.
- y a des philosophes qui nous parlent de Prométhée déchaîné : (déchaîné = se débarrasser
les chaînes). Donc, on a l’impression d’une créature monstrueuse qui n’a pas de limites]

- Goethe, ‘’ Prométhée’’, 1774


Goethe est un romancier et poète allemand du XVIIIème siècle, il a écrit un poème
dramatique qui s’appel « Prométhée », il a donné un sens à cette histoire connu qui est
Prométhée.
- Prométhée continue à être intéressant à la modernité.
- Prométhée: symbole de la révolte contre les dieux.
Le poème dramatique de Goethe met en scène le personnage de la mythologie grecque
Prométhée, il est l’incarnation d’un esprit créateur rebelle qui se retourne contre Dieu.

- Mary Shelley, ‘’Frankenstein ou le Prométhée moderne’’,


1818
- Mary Shelley : une poète britannique du XIXème siècle
Elle met en scène un personnage principal qui s’appel Victor Frankenstein, elle a crée un
« monstre ».
Victor Frankenstein réussi à assembler un être surhumain avec des parties de chairs
mortes. Lorsque cette créature accède à la vie, Frankenstein horrifié par l’aspect hideux de
l’être auquel il a donné vie, abandonne son « monstre » et prend la fuite. Mais, ce dernier
doué d’intelligence se venge par la suite d’avoir été rejeté par son créateur.
Qui ce que Mary Shelley apport de la mythologie grecque ?
Elle apporte la suite :
- le personnage : Victor Frankenstein est remplace ou symbolise Prométhée.
- donc, « monstre » symbolise l’homme : la créature de Prométhée
 « monstre » = l’homme
- Ici, le symbole est fort, c'est-à-dire l’home moderne est un monstre parce qu’il utilise le
progrès négativement (son intelligence), il ne respect pas la loi du Cosmos.

- André Gide, ‘’Prométhée mal enchaîné’’, 1899


- André Gide : est un écrivain français (début de XXème siècle).
Extrait du texte d’André Gide, ‘’Prométhée mal enchaîné’’ :
« Messieurs, je me suis occupé des hommes beaucoup plus que je ne le disais. Messieurs,
j’ai fait beaucoup pour les hommes. Messieurs, j’ai passionnément, éperdument et
déplorablement aimé les hommes. Ŕ Et j’ai tant fait pour eux qu’autant dire que je les ai
faits eux-mêmes ; car auparavant qu’étaient-ils ? - Ils étaient, mais n’avaient pas
conscience d’être. Ŕ Comme un feu pour les éclairer, cette conscience, Messieurs, de tout
mon amour pour eux je la fis. Ŕ La première conscience qu’ils eurent, ce fut celle de leur
beauté. C’est ce qui permit la propagation de l’espèce. L’homme se prolongea dans sa
postérité. la beauté des premiers se redit, égale, indifférente, sans histoire. Cela aurait pu
durer longtemps. - Soucieux alors, portant en moi déjà, sans le savoir, l’œuf de mon

32
aigle, je voulus plus ou mieux. Cette propagation, cette prolongation morcelée me parut
indiquer chez eux une attente Ŕ tandis qu’en vérité mon aigle seulement attendait. Moi je
ne savais pas ; cette attente, je la croyais en l’homme ; cette attente je la plaçais en
l’homme. D’ailleurs, ayant fait l’homme à mon image, je comprends à présent qu’en
chaque homme quelque chose d’Inéclos attendait ; en chacun d’eux était l’œuf d’aigle…
Et puis je ne sais pas ; je ne peux expliquer cela. Ŕ Ce que je sais, c’est que, non satisfait
de leur donner la conscience de leur être, je voulus leur donner aussi la raison d’être. Je
leur donnai le feu, la flamme et tous les arts dont une flamme est l’aliment. Echauffant
leurs esprits, en eux je fis éclore la dévorante croyance au progrès. Et je me réjouissais
étrangement que la santé de l’homme s’usât à le produire. Ŕ Non plus croyance au bien,
mais malade espérance du mieux. La croyance au progrès, Messieurs, c’était leur aigle.
Notre aigle est notre raison d’être, Messieurs.
Le bonheur de l’homme décrut, décrut, et ce me fut égal : l’aigle était né. Je n’aimais plus
les hommes, c’était ce qui vivait d’eux que j’aimais. C’en était fait pour moi d’une
humanité sans histoire… L’histoire de l’homme, c’est l’histoire des aigles, Messieurs.
Le Prométhée de Gide est foncièrement différent du Prométhée antique qui aimait
l’humanité. Par contre, le héros de Gide préfère la création à ceux qui la produisent :
Je n’aime pas les hommes ; j’aime ce qui les dévore.
Messieurs, je n’ai pas toujours connu mon aigle…
Messieurs, il faut aimer son aigle, l’aimer pour qu’il devienne beau ; car c’est parce qu’il
sera beau que vous devez aimer votre aigle… »
Gide, André, Le Prométhée mal enchaîné in Œuvres complètes, NRF, 1933, pages 133-
134 /138

Explication de prof:
- André Gide est différent, donc ici on va voir où se trouvent cette liberté, cette sortie et cet
espoir.
Le sens de texte:
- ‘’je’’= Prométhée est parle de son expérience avec l’homme, il a fait beaucoup à l’homme
mais il a regretté.
- Prométhée dit que l’homme c’est sa propre créature et avant lui, la vie des hommes
n’avait pas de sens à côté de dieux, ils se trouvaient hors de temps, et grâce à lui l’histoire de
l’humanité a commencé.
- une autre interprétation de mythe de Prométhée:
Prométhée a donné le feu divin qu’est éclairée la conscience de l’homme: « la création
artistique ». Et ce feu a donné la beauté chez l’homme.
- Le feu est un élément pour réchauffer, pour faire cuir la nourriture, c’est le feu que Zeus a
caché de l’homme, mais, dans le texte d’André Gide: ‘’feu’’ va changer le sens pour
devenir ‘’l’intelligence’’, c’est une intelligence qui aide à créer.
- pour André Gide, L’aigle est un personnage qui prend une place très importante, c’est un
oiseau qui dévore le foie de Prométhée, c’est le prix à payer pour avoir créé, il a fait un
crime, et il a été puni jusqu’à l’infini.
- la souffrance de Prométhée c’est la souffrance du créateur où moment où il crée. Donc,

33
toutes créations artistiques viennent de la souffrance, c’est sans cette souffrance on ne peut
pas produire.
- Donc, ‘’créateur’’ est apprendre dans le sens humain du terme, c'est-à-dire, il ne faut pas
toujours dire : c’est Prométhée qui parle, mais, à ce moment là, il faut remplacer
Prométhée qui a créé l’homme par l’artiste qui crée une œuvre d’art, il souffre et sacrifie
pour produit.
- l’art est un raison d’être : c'est-à-dire, l’homme pour existe, il doit crée de l’art, parce que
c’est la seul chose qui peut permet à l’homme l’éternité. L’artiste meurt mais son œuvre
reste, c’est jusqu’à maintenant, nous parlons d’Homère, d’Eschyle, de Sophocle …etc.
Conclusion :
- André Gide met l’accent sur la création artistique, et pour lui il n’existe pas l’homme qui
n’est pas créateur.]

- Les philosophes, les critiques de la modernité :


- pour les philosophes modernes, il faut critique la modernité d’aujourd’hui, ils continuent à
utiliser cette figure de Prométhée.
- donc pour eux, Prométhée : symbolise le savoir, et le progrès (scientifique et éthique).
- donc, parmi les débats qui se posent actuellement c’est le progrès scientifique et éthique:

Exemples :
- l’énergie nucléaire, OGM (les Organisme génétiquement modifié), le clonage, la
révolution numérique, la robotisation de l’homme…etc.

- donc, voilà, les modernes continuent à parler de Prométhée en l’associant avec le progrès
scientifique. Donc, on parle d’un monde Prométhéen.
Le mythe de Prométhée a survécu à travers les siècles. Il est intéressant jusqu’à aujourd’hui.

34
Le mythe de Dionysos
Dionysos (Bacchus): dieu de la vigne et de la végétation.
Un dieu à part, né deux fois de l’utérus de sa mère, de la cuisse de Zeus, Fils de : Zeus (le
dieu suprême, dieu de la foudre et du tonnerre), et de Sémélé (princesse de Thèbes, une
mortelle)

35
- La vie de Dionysos :
- Dionysos est un dieu exilé, marginalisé [= vivre dans la marge de la société], et rejeté.
- Dionysos est un dieu errant, vagabond, il incarne la figure de l’autre.

Explication de prof:
Quand il était rejeté, Dionysos va être élevé en de haut de sa ville natale, la ville de Thèbes,
la ville de sa mère. Sa mère est morte et elle n’a pas été cru par son entourage même ses
sœurs. Donc elle a était rejeté da sa famille, et jusqu’à sa morte foudroyer par Zeus. Apres,
Dionysos à était élevé ailleurs, et il va accentuer cette figure de l’étranger, et son apparence
était bizarre, ses cheveux blancs comme une femme, étranger à la ville, il n’était pas grec, il
est un asiatique, il incarne la figure de l’étranger par excellence. Ensuite, Dionysos va
rentrer chez lui à Thèbes et il va essayer de s’affirmer autant qu’autochtone, et autant que
dieu. Mais, personne ne va le croire, Dionysos, est sent de vengeance.

- Divinité:
Dionysos : dieu du vin, de la fête, de transe de la folie, du délire, de la démesure, et du
théâtre.

- dieu du vin :
Dionysos est élevé par les nymphes, un jour, il découvre la vigne et décide de parcourir le
monde pour apprendre au homme l’art d’en tirer du vin, bienveillant et aimable (le vin peut
être bénéfique pour l’homme), il est aussi cruel (il pousse les gens à accomplir des actions
déplorables, Dionysos a une nature double, il incarne à la fois la joie et l’horreur. La gaieté
et la cruauté, la sagesse et la folie.

- dieu de la folie, du délire, de la démesure :


La fête dionysiaque : l’orgie, les dieux, les hommes, les bêtes se mélangent, Dionysos est
suivi de son cortège de femmes en délire (les Ménades, les Bacchantes).
Les Bacchantes se sont des femmes rendues délirantes par le vin. Hagardes, elles se
précipitent à travers bois solencent à l’assaut des collines rien ne peut les arrêtées, elles
mettent en pièces les animaux sauvages qu’elles croisent au passage et en dévorent les
lambeaux de chairs sanglants.

- le culte de Dionysos :
les femmes grecques brisent la monotonie de leurs vies et participent à l’étrange culte de
Dionysos.
conclusion :
C’est pour nous rappeler à l’ordre, pour revenir à l’état Apollonien (= Apollon : dieu de
l’équilibre), c'est-à-dire à l’état d’équilibre, le Dionysiaque est important, et cette fête
sombre (la nuit) se rappel le coté profond de l’homme, donc, il faut creuser dans ce fond
pour pouvoir ressortir quelque chose de lumineux.

36
Donc, la démesure est là pour établir la mesure.

- le dieu de l’illusion, du théâtre :


Dans la tradition grecque, Dionysos est le dieu qui préside le théâtre.
La présentation théâtrale permet d’aménager un espace à la folie, à la démesure pour
mieux retrouver la maîtrise de soi, l’ordre et l’équilibre.
[c’est l’état qui peut revenir le spectateur à l’équilibre]

- La catharsis:
C’est Purger les sentiments sombres, se sentir allégé, soulagé, purifier les sentiments.
Le théâtre permet de faire place dance la cité [= la ville grecque] à ce qui est différent de
ceux qui est la norme.

Le mythe de Sisyphe
1- Le mythe de Sisyphe :
Fils d’Eole, le plus rusé des hommes, Fondateur de la cité de Corinthe.

- La condamnation :
les dieux des Olympe ont condamné Sisyphe à pousser inlassablement une énorme pierre
jusqu’au sommet d’une montagne. La pierre retombé toujours et le condamné devait sans
cesse recommencer.  Donc, c’est une punition très grave pour un crime très grave.

- Le crime : Sisyphe va commettre plusieurs crimes, pour chaque crime a un sens.


- Le 1er crime:
À Corinthe [=cité de la Grèce antique], Sisyphe surprend Zeus en levant Egine, la fille
du dieu-fleuve Asope. Il le dénonce au père déploré [=triste] qui lui promet en retour de
faire surgir l’eau dans la ville.
Ce qui cache derrière ce crime c’est le mépris des dieux, Sisyphe méprise les dieux ; il
regarde l’intérêt de la ville  la ville n’a pas besoin des dieux, mais elle a besoin de l’eau.
 Sisyphe affiche ainsi un mépris total vis-à-vis dieux. Dévoué à la cause humaine,
confronté à un besoin vital [=l’eau], il défit les dieux.
- Le 2ème crime: un crime très grave que le premier : il va enchainer la mort.
Thanatos, dieu de la mort (c’est la mort lui même), vient chercher Sisyphe après l’offense
commise contre Zeus dans l’affaire de l’enlèvement d’Egine.
Sisyphe s’empare par ruse de Thanatos et l’enchaîne de sorte que personne ne peut plus
mourir, et que les Enfers sont condamnés au chômage.
ce qui cache derrière ce crime  Grâce à Sisyphe l’immortalité est conquise par les
hommes.

37
- Le 3ème crime:
Sisyphe doit mourir, mais, il persévère dans ses ruses pour échapper à la mort. Il ordonne
à sa femme de ne pas l’ensevelir ni de lui rendre les hommages dus aux défunts.
Arriver aux Enfers sans sépulture, il convainc Hadès, qu’il était victime de l’infamie de sa
femme et obtient de retourner sur terre pour la châtier.
Retourner parmi les vivants, il s’obstine à rester dans ce monde et cela durant de très
nombreuses années. Alors son châtiment devienne grave.
Il a condamné à pousser inlassablement d’une pierre gigantesque vers le sommet de la
montagne.

2- Sisyphe dans les temps modernes:


Sisyphe symbolise l’attachement à la vie et c’est la lutte de l’home moderne : La science et
la technologie à pour première objectif : assurer le confort de l’homme et la langue
longévité.
Tromper la mort nous rappel ces personnages de romans comme Vautrin (personnage de
Balzac) ou des personnages légendaires comme Shahrazade qui raconte les histoires pour
ne pas mourir.

- Albert Camus : « Le mythe de Sisyphe »


Explication de prof:
Le texte d’Albert Camus « Le mythe de Sisyphe » traite la question de l’absurde et du
suicide, c’est l’attitude banale, c’est l’attitude de lâche, c’est latitude de quelqu’un qui n’a
pas d’importance.
Et qui est importance pour Albert Camus c’est latitude de Sisyphe : ici Albert Camus va
donner un autre regard : il ne voit pas Sisyphe quelqu’un qui ne sait pas, parce que il ya
deux choses : la personne qui sait et la personne qui ne sait pas, y a un personne qui fait un
travail dure mais il n’est pas conscient de l’absurde. Mais, pour Albert Camus Sisyphe
c’est quelqu’un qui conscient.
Donc, on a 3 mots clés : absurde, suicide, conscience : Prendre conscience de la vie.
Donc, Sisyphe sait que c’est absurde, il pense à son destin. Donc, nous avons devant un
homme révolté, pourquoi ? parce qu’il assume son destin.
Albert Camus ne parle pas de dieux, Il parle de l’homme face à son destin, assumer cette
vie et assumer cette absurde, et avoir un regard sur sa vie.
Il prend comme exemple la condamnation de Sisyphe comme la vie de l’homme : Sisyphe
est condamné à monter son rocher c’est comme l’homme qui est condamné à vivre et il sait
qu’après sa vie c’est la mort.
Le point de vue d’Albert Camus est : il faut voir et imaginer Sisyphe heureux. Pourquoi
il heureux ? parce qu’il est conscient de ce qu’il fait, et il veut aller jusqu’au bout.
Albert Camus est influencé par Nietzsche, et il va prendre la même idée, et il va donner
cette image d’un homme responsable de sa vie.

38
Pour Camus, Sisyphe est le modèle de l’homme jeté dans un monde de répétition et
d’activités absurdes. Albert Camus parle de suicide et de l’absurde.

Albert Camus dit :


[…] « Il arrive que les décors s'écroulent. Lever, tramway, quatre heures de bureau ou
d'usine, repas, tramway, quatre heures de travail, repas, sommeil et lundi mardi mercredi
jeudi vendredi et samedi sur le même rythme, cette route se suit aisément la plupart du
temps. Un jour seulement, le « pourquoi » s'élève et tout commence dans cette lassitude
teintée d'écœurement. Cette découverte peut naître du sentiment de l'étrangeté de la
nature, de l'hostilité primitive du monde auquel on se sent tout à coup étranger. […]
L’absurde (Le Mythe de Sisyphe, 1942)

- Donc, cet extrait montre la répétition de l’action tout les jours sans réfléchir. Mais tout à
coup, un jour, le « pourquoi » est là.

 la question qui ce pose maintenant : Est ce que la vie vaut la peine d’être vécue ? ou la
vie ne vaut pas la peine d’être vécue ?
Donc la réponse de Camus est dans l’extrait suivant:
[…] « Vivre une expérience, un destin, c'est l'accepter pleinement. Or on ne vivra pas
ce destin, le sachant absurde, si on ne fait pas tout pour maintenir devant soi cet absurde
mis à jour par la conscience... Vivre, c'est faire vivre l'absurde. Le faire vivre, c'est avant
tout le regarder... .[...]
L’absurde (Le Mythe de Sisyphe, 1942)

- Donc pour Albert Camus : vivre c’est accepter de la vie, donc la solution pour lui c’est :
l’engagement c'est-à-dire, accepter son destin et accepter la vie.

 : regarder l’absurde : Prendre conscience de l’absurde, être lucide.

 Donc, Albert Camus pose la question de la mort et le sens à la vie (donné à sa vie un
sens).
Explication de prof:
- La question de la mort c'est-à-dire toutes actions de l’homme est absurde, puisque il ya la
mort, ne n’avons pas resté dans ce monde éternellement.
- 2ème point c’est que l’homme veut dire, il ya la mort, je vais rien le faire.
- 3ème réponse : il ya la mort, le monde est absurde, mais je vais assumer la vie et je vais
donner un sens à ma vie, parce que la vie que je vive aujourd’hui c’est la seul vie que j’ai.
- donc, donner un sens à la vie = c’est chercher une vie parfaite, et la meilleur de vie
possible.]
- Donc, Nietzsche et Albert Camus peuvent être d’accord sur ce principe, mais la façon de
donner un sens à la vie est différente.

39
Le mythe d’héraclès/ hercule
Expression :
- un travail d’Hercule : un travail fort qui nécessite beaucoup de force.
Amphitryon, époux d’Alcmène dut partir en expédition guerrière. En son absence Zeus
prit son apparence à fin de séduire Alcmène de leur union naquit Héraclès.
Héraclès est un héro d’une force prodigieuse qui accomplit douze travaux dans lesquels il
triompha de toutes sortes de monstres, né d’un père divin et d’une mère mortelle, Hercule
possède des pouvoirs extraordinaires bien au-delà de ceux d’un humain normal. Aucune
épreuve de force ne dépasse ses capacités. Hercule tout jeune, étrangle les deux serpents
qu’Héra a envoyés pour tuer le fils de Zeus et sa mère.
Zeus cherche à créer un défenseur contre le danger, un lieutenant, quelqu’un qui sort
capable de tenir lieu de roi de dieux.
Héraclès doit donc éliminer les entités maléfiques.

- La folie d’Hercule :
Héra toujours cherchant à se venger jouta un sort à Hercule qui le rendu temporairement
fou et il assassina sa famille pour racheter.
Il entre au service des rois qui lui assigna de réaliser une série de défis connus comme les
douze travaux d’Hercule.

- Les douze travaux d’Hercule :



Héra, par le biais d’Eurysthée, le roi de Mycènes va
mettre à l’épreuve Hercule en lui imposant des défis
dangereux :
- Étrangler le Lion de Némée qui ravage la région,
décime les troupeaux et dévore les humains.
- Poignarder et brûler les nombreuses têtes d’Hydre
[= un monstre] qui détruise les cultures.

- Combattre et maîtriser des créatures surnaturelles :


le sanglier d’Erymanthe, la biche de Cérynie, les
oiseaux de Stymphale, le chien Cerbère, les
juments de Diomède, le taureau de Crète, les bœufs
de Géryon gardés par l’affreux Orthros.

- Combattre des Amazones pour avoir la ceinture de leur reine Hippolyte.


- Partir à la chasse des pommes d’or des Hespérides.
- Nettoyer les écuries d’Augias.

40
- Le grand héro devenu dieu:
Les douze travaux étant accompli, Hercule fini sa vie de mortelle et est élevé au rang de
dieux. on gravissant le mont de l’Olympe pour rejoindre les autres dieux il dut être brulé vif
à fin que toutes ses faiblesses soit détruites et oubliées.

*Partie additionnel :

41
La famille de Thèbes
- Cadmos : c’est le fondateur de Thèbes, Frère d’Europe*(Voir le mythe d’Europe ci-
dessous), époux d’Harmonie.
Harmonie : fille d’Arès (dieux de la guerre) et d’Aphrodite (déesse de l’amour), l’épouse
officielle d’Héphaïstos.
Apollon intime à Cadmos de fonder une ville qui lui serait propre, là où une génisse
[=une vache] va lui indiquer l’emplacement. Pour fonder sa cité, Cadmos à du lutter contre
un affreux dragon qui gardait la source d’Arès et que Cadmos a tuée pour trouver l’eau
nécessaire au sacrifice de la vache qui lui avait indiqué l’emplacement ou fonder sa ville.
Sous l’ordre d’Athéna, Cadmos semait les dents du dragon qui vont engendrer des
hommes en armes qui vont s’entre-tuer sauf cinq.
Il a dû recourir ensuite aux services des cinq « semés » nés des dents au dragon pour
l’aider à faire de Thèbes une cité glorieuse.

42
*

- Une génération de damnés :


Les filles du Cadmos connurent l’infortune : Sémélé, la mère de Dionysos, fut foudroyée
par Zeus. Ino devient une néréide après le meurtre de son fils Mélicerte par son mari atteint
de démence.
Agavé, rendue folle par Dionysos, elle prit son fils Penthée pour un lion et la tua de ses
propres mains.
Autonoé vit mourir son fils Actéon dans la fleure de l’âge : Au cours d’une partie de
chasse, et incommodé par la soif, il pénétra dans la source d’Arthemis qui, offensée, le
transforma en cerf. Les chiens se mettent à sa poursuite, la tuèrent…
Cadmos et Harmonie, accablés par tant de malheur, fuirent Thèbes dans une tentative
d’échapper à leur infortune mais le malheur les suivit. Les dieux les changèrent en serpents.
Leur sort fournit la preuve que : la souffrance n’est pas nécessairement la punition du
mal, l’innocent connaît l’épreuve tout autant que le coupable.

43
une autre génération :
- Laïos: roi de Thèbes, troisième descendant de Cadmos, époux d’une parente
éloignée. Jocaste.
Le crime de Laïos à l’encontre du fils de Pélops (Laïos tente de violer le jeune Chrysippe
qui se suicide. Pélops fou de colère et de douleur lance une terrible invocation aux dieux : si
jamais Laïos a un fils, que ce dernier le tue et que la ville de Thèbes soit détruite).
Citation extrait de l’œuvre de Sophocle (qui parle d’Œdipe) :
Le Chœur dit :
« je pense en effet à la faute ancienne, sitôt punie, mais dont l'effet dure jusqu'à la
dernière génération, à la faute de Laïos sourd à la voix d'Apollon, qui, par trois fois,
dans son siège fatidique de Pythô, nombril du monde, avait déclaré qu'il devait mourir
sans enfants, s'il voulait sauver la ville. Mais, cédant à un désir insensé, il engendra sa
propre mort, Œdipe le parricide, qui dans le sillon sacré d'une mère, où il avait été
nourri, osa planter une racine sanglante. »

Les descendants de Laïos, sont tous victime d’un destin qui leur échappe, dont ils ne
sont pas responsables, qui répond à la volonté des dieux (Apollon).

- Œdipe*(Voir le mythe d’Œdipe ci-dessous) : (Antiquité grecque). L’oracle de Delphes


prédit à ses parents qu’il tuerait son père (Laïos, roi de Thèbes) et épouserait sa mère
(Jocaste). Abandonné, il fut recueilli par le roi de Corinthe, Polybe. Apres sa victoire sur le
Sphinx, il devient roi de Thèbes et réalisa à son insu l’horrible prédiction.
- Sphinx : Monstre ailé (buste de femme, corps de lion et ailes d'oiseau).
Œdipe réussit à la vaincre
- Etéocle
- Polynice
- Antigone « on est forcement lié, dit Antigone, par la communauté au sein de
laquelle on a pris naissance, enfants d’une mère misérable et d’un père infortuné »

Synthèse :
- La souffrance n’est pas nécessairement la punition mal. L’innocent connaît l’épreuve tout
autant que le coupable.
- Le malheur frappe sans distinguer ni responsable ni innocents (la 2eme guerre mondiale a
fait 53 millions de morts).
- Un monde déréglé, insensé, absurde, injuste, le malheur fait partie inhérente et inévitable
de la vie des mortels.
- La fatalité.
- Le destin de l’homme lui échappe.
- La condition humaine est tragique.

La sagesse grecque :
Il s’agit pour eux d’accepter l’absurdité du monde comme il va, de tenter de l’aimer tel

44
qu’il est « non pas seulement quand il est aimable, ce serait trop facile, mais aussi quand il
est aimable, ce serait trop facile, mais aussi quand il est, comme c’est la cause de la tragédie
d’Œdipe, atroce.

45
La mythologie biblique
Explication de prof:
La mythologie biblique (la Bible – La Genèse) est proche de la religion musulmane en
quelque sorte, par exemple l’histoire de la création du monde : le monde était créé de la
même façon.
La déférence entre la mythologie grecque et religions monothéistes :
dans la mythologie grecque : au début il y a le Chaos, ensuite le monde qui a crée les dieux
et l’homme. Mais dans le mythe biblique : au début il y a le Dieu, un seul Dieu qui a crée le
monde (‫)كن فيكون‬.
Cette histoire de la création pour les grecques de l’antiquité est une histoire sacrée comme
les histoires dans le Coran pour les musulmans, sont des choses de vrai.
donc pour eux (les grecs) cette histoire ce n’est pas de bêtise, c’était une histoire sacré, elle
reflète la façon de la création de monde, et comment ils voient le monde. Donc, le mythe est
la science de l’époque qui répond à des questions existentielles qui préoccupent l’esprit de
l’homme grecque.
Donc, c’est une histoire de la création chez les grecs qui se base sur la violence : le père
se venge ses enfants et l’enfant qui se venge son père pour exister. Donc, le prix de la vie est
très cher : pour vivre il faut tuer et exercer une violence.
La deuxième déférence c’est que les grecs imaginent leurs dieux et créent des portraits et
des sculptures. Et certaines religions monothéistes interdisent de faire un portrait de Dieu
car c’est un Dieu suprême.

Donc, l’Extrait suivant de La première page de la Genèse - Bible, parle de la création du


monde et la création de l’homme selon le mythe biblique :
1
Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
2
Or la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l’abîme, un vent de Dieu
tournoyait sur les eaux.
3
Dieu dit : "Que la lumière soit" et la lumière fut.
4
Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière et les ténèbres.
5
Dieu appela la lumière "jour" et les ténèbres "nuit." Il y eut un soir et il y eut un matin :
premier jour.
6
Dieu dit : "Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux et qu’il sépare les eaux d’avec les
eaux" et il en fut ainsi.
7
Dieu fit le firmament, qui sépara les eaux qui sont sous le firmament d’avec les eaux qui
sont au-dessus du firmament,
8
et Dieu appela le firmament "ciel." Il y eut un soir et il y eut un matin : deuxième jour.
9
Dieu dit : "Que les eaux qui sont sous le ciel s’amassent en une seule masse et
qu’apparaisse le continent" et il en fut ainsi.
10
Dieu appela le continent "terre" et la masse des eaux "mersª, et Dieu vit que cela était

46
bon.
11
Dieu dit : "Que la terre verdisse de verdure : des herbes portant semence et des arbres
fruitiers donnant sur la terre selon leur espèce des fruits contenant leur semence" et il en
fut ainsi.
12
La terre produisit de la verdure : des herbes portant semence selon leur espèce, des
arbres donnant selon leur espèce des fruits contenant leur semence, et Dieu vit que cela
était bon.
13
Il y eut un soir et il y eut un matin : troisième jour.
14
Dieu dit : "Qu’il y ait des luminaires au firmament du ciel pour séparer le jour et la nuit
; qu’ils servent de signes, tant pour les fêtes que pour les jours et les années ;
15
qu’ils soient des luminaires au firmament du ciel pour éclairer la terre" et il en fut
ainsi.
16
Dieu fit les deux luminaires majeurs : le grand luminaire comme puissance du jour et le
petit luminaire comme puissance de la nuit, et les étoiles.
17
Dieu les plaça au firmament du ciel pour éclairer la terre,
18
pour commander au jour et à la nuit, pour séparer la lumière et les ténèbres, et Dieu vit
que cela était bon.
19
Il y eut un soir et il y eut un matin : quatrième jour.
20
Dieu dit : "Que les eaux grouillent d’un grouillement d’êtres vivants et que des oiseaux
volent au-dessus de la terre contre le firmament du ciel" et il en fut ainsi.
21
Dieu créa les grands serpents de mer et tous les êtres vivants qui glissent et qui
grouillent dans les eaux selon leur espèce, et toute la gent ailée selon son espèce, et Dieu
vit que cela était bon.
22
Dieu les bénit et dit : "Soyez féconds, multipliez, emplissez l’eau des mers, et que les
oiseaux multiplient sur la terre."
23
Il y eut un soir et il y eut un matin : cinquième jour.
24
Dieu dit : "Que la terre produise des êtres vivants selon leur espèce : bestiaux,
bestioles, bêtes sauvages selon leur espèce" et il en fut ainsi.
25
Dieu fit les bêtes sauvages selon leur espèce, les bestiaux selon leur espèce et toutes les
bestioles du sol selon leur espèce, et Dieu vit que cela était bon.
26
Dieu dit : "Faisons l’homme à notre image, comme notre ressemblance, et qu’ils
dominent sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bestiaux, toutes les bêtes
sauvages et toutes les bestioles qui rampent sur la terre."
27
Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, homme et femme il les
créa.
28
Dieu les bénit et leur dit : "Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre et soumettez-la ;
dominez sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et tous les animaux qui rampent
sur la terre."
29
Dieu dit : "Je vous donne toutes les herbes portant semence, qui sont sur toute la
surface de la terre, et tous les arbres qui ont des fruits portant semence : ce sera votre

47
nourriture.
30
À toutes les bêtes sauvages, à tous les oiseaux du ciel, à tout ce qui rampe sur la terre et
qui est animé de vie, je donne pour nourriture toute la verdure des plantes" et il en fut
ainsi.
31
Dieu vit tout ce qu’il avait fait : cela était très bon. Il y eut un soir et il y eut un matin :
sixième jour.
1
Ainsi furent achevés le ciel et la terre, avec toute leur armée.
2
Dieu conclut au septième jour l’ouvrage qu’il avait fait et, au septième jour, il chôma,
après tout l’ouvrage qu’il avait fait.
3
Dieu bénit le septième jour et le sanctifia, car il avait chômé après tout son ouvrage de
création.
4
Telle fut l’histoire du ciel et de la terre, quand ils furent créés. Au temps où Yahvé Dieu
fit la terre et le ciel,
Genèse - Bible de Jérusalem

• Étapes de la création :
La création du monde en 5 jours  Le 6ème jour la création de l’homme  Le 7ème jour
Dieu va reposer.

1- La création du monde : (en 5 jours) par un Dieu créateur, unique, Il englobe


toutes les fonctions qu’avaient les dieux de la mythologie grecque.
- C’est le Dieu qui va sortir le monde du Chaos, ensuite il va séparer le ciel de la terre, et il
va créer la lumières, le jour, la nuit. Et c’est lui qui va créer l’homme (comme Prométhée
dans la mythologie grecque).
l’extrait suivant montre la création du monde (Extrait de la Genèse) :
1
Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
2
Or la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l’abîme, un vent de Dieu
tournoyait sur les eaux.
Genèse - Bible de Jérusalem
  = Le Chaos dans la mythologie grecque.

2 - La création de l’homme : (le 6ème jour)


- Dieu va séparer la terre de ciel – il va créer la lumière – il va créer les espèces qui vont
peupler la terre et leur donner l’ordre de se multiplier.
 tout cela c’est une préparation pour créer l’homme, Dieu dit :
23
Il y eut un soir et il y eut un matin : cinquième jour.
24
Dieu dit : "Que la terre produise des êtres vivants selon leur espèce : bestiaux,
bestioles, bêtes sauvages selon leur espèce" et il en fut ainsi.
25
Dieu fit les bêtes sauvages selon leur espèce, les bestiaux selon leur espèce et toutes les
bestioles du sol selon leur espèce, et Dieu vit que cela était bon.
Genèse - Bible de Jérusalem
ème
 Le 6 jour c’est la création des bêtes et la création de l’Homme.

48
 Dieu a créé l’homme à son image cela veut dire quoi ? : c'est-à-dire ressemblance avec
Dieu, l’homme a un coté divin parce qu’il est créé à l’image de son créateur, il est valorisé
par Dieu qui à lui donné quelque chose de lui (comme le feu divin dans la mythologie
grecque) :
26
Dieu dit : "Faisons l’homme à notre image, comme notre ressemblance, et qu’ils
dominent sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bestiaux, toutes les bêtes
sauvages et toutes les bestioles qui rampent sur la terre."
27
Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, homme et femme il les
créa.
Genèse - Bible de Jérusalem
Donc, quelle est la différance entre ces deux créations (l’homme et les animaux) ?
La différance c’est que la terre a crée les animaux par contre Dieu qui a fait l’homme à son
image.

- l’extrait suivant  montre la supériorité de l’homme sur les autres créatures. Donc, Dieu
va donner l’ordre à l’homme pour soumettre la terre et la rendre à son service. Au contraire,
dans la mythologie grecque l’homme est une partie de l’univers, comme un arbre, comme
une pierre, comme une montagne, comme un astre, etc. donc, il a un rôle à accomplir dans le
monde comme les autres créatures :
28
Dieu les bénit et leur dit : "Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre et soumettez-la
; dominez sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et tous les animaux qui rampent
sur la terre."
Genèse - Bible de Jérusalem

Dieu dit :
29
Dieu dit : "Je vous donne toutes les herbes portant semence, qui sont sur toute la surface
de la terre, et tous les arbres qui ont des fruits portant semence : ce sera votre nourriture.
30
À toutes les bêtes sauvages, à tous les oiseaux du ciel, à tout ce qui rampe sur la terre et
qui est animé de vie, je donne pour nourriture toute la verdure des plantes" et il en fut
ainsi.
Genèse - Bible de Jérusalem
- Donc cet extrait montre que le créateur sépare les hommes des animaux, et il va donner la
semence à l’homme (comme dans le mythe de Prométhée et Epiméthée, quand Zeus va
pousser l’homme à vivre avec ses propre moyens, de travailler et de semer le blé pour avoir
le résultat pour manger.etc.)..

 Après la création de l’univers en 5 jours, et la création des animaux et de l’homme (le


6ème jour), le travail de Dieu est fini, donc le 7ème jour c’est repos, dieu dit :
31
Dieu vit tout ce qu’il avait fait : cela était très bon. Il y eut un soir et il y eut un matin :
sixième jour.
Genèse - Bible de Jérusalem

49
Adam/Eve :
La première femme Dans la mythologie grecque est Pandore qui a était créée par Zeus,
une femme belle mais c’était une créature méchante. C’est cette femme qui sortit l’homme
de son paradis, et tout le malheur de l’homme est à cause de Pandore.
Et l’équivalence de Pandore dans la mythologie biblique c’est Eve qui va pousser Adam
à la tentation pour manger la pomme.

Le péché originel : c’est la première faute commise par l’Homme vis-à-vis d’un
interdit : cela va causer la chute d’Adam et Eve du paradis.
Cette chute montre la colère de Dieu. Et cette chute est un moment de séparation entre
deux moments opposés : avant la chute et après la chute.

Le Bien et le Mal :
- après la chute, la notion du Bien et du Mal va avoir lieu. Et avant la chut il n’avait pas
cette notion, c’est l’âge d’or dans la mythologie grecque.
- Donc, le Bien et le Mal cela veut dire il ya une vie et une autre vie après la mort, au
contraire de la mythologie grecque, il n’y pas d’une autre vie après la mort, il y a les enfers.
- Dans le cadre de la création de l’homme : dans la mythologie grecque il y a le mythe de la
première génération (Deucalion et Pronoia) qu’a commise une faute vis-à-vis les dieux, et
elle va être détruite entièrement et une autre génération qui va naître.
Donc, ce mythe nous rappel quelques éléments de la mythologie biblique : Le déluge par
exemple.

Le déluge : À l’époque de Noé.


Noé qui va avoir des compatriotes qui vont faire beaucoup de péché, ensuite Dieu va
détruire toute cette population en demandant à Noé de prendre un Arche et de mettre dans
cette Arche une espèce de chaque créature pour renouveler.

Fin
Fait à : Errachidia, le Jeudi 30 Novembre 2017 à 20h30min

50