Vous êtes sur la page 1sur 69

RUBEN YGUA

RUBEN YGUA
L'HISTOIRE DE TROIE

L'HISTOIRE DE TROIE

Contacts avec l'auteur : ruben.ygua@gmail.com

RUBEN YGUA

Le contenu de ce travail, y compris la vérification orthographique, relève de


la seule responsabilité de l'auteur.

L'HISTOIRE DE TROIE

Dédié à ma famille.

RUBEN YGUA
Introduction
Selon l'épopée grecque L'Iliade, le prince Paris de Troie enleva sa maîtresse
Hélène de Sparte, la plus belle femme du monde, et le roi Melenao, son mari,
convoqua les autres villes achéennes, qui faisaient la guerre aux Troyens.

Ce conflit a conduit à la rencontre de nombreux grands héros de l'Antiquité,


tels qu'Achille, Hector ou Ajax.. .

L'Iliade d'Homère est considérée comme l'un des plus anciens poèmes écrits
en Occident, datant du VIIIe siècle avant J.-C., plusieurs siècles après la
célèbre guerre.

Il ne fait aucun doute que beaucoup des attributs donnés aux personnages,
ainsi que les interventions mystiques racontées dans l'œuvre sont totalement
irréalistes, mais d'autres, comme le conflit lui-même, ainsi que certains des
personnages et lieux mentionnés, pourraient être vrais.

Certains chercheurs suggèrent la possibilité que les événements relatés ne


correspondent pas à un seul conflit, mais plutôt qu'ils compilent et atténuent
divers faits historiques de différentes époques.

Cette œuvre cherche à découvrir l'histoire vraie de Troie et la vérité cachée


derrière les versets des poèmes d'Homère. Nous verrons que, comme c'est
souvent le cas, la réalité est plus surprenante que la fantaisie qui émane de
l'imagination des poètes et des écrivains.

Ruben Ygua

L'HISTOIRE DE TROIE

LES NEUF VILLES DE SCHLIEMANN

Les Grecs de l'Antiquité croyaient que les faits racontés par Homère étaient
vrais. Ils prétendaient que cette guerre avait eu lieu au XIIIe ou XIIe siècle
av. J.-C. et que Troie était située près du détroit des Dardanelles, au nord-
ouest de la péninsule anatolienne.

L'historien Hérodote ne considérait pas seulement la guerre comme un fait


historique, mais il était également convaincu que l'inimitié entre Perses et
Grecs venait de ce conflit.

Dans les temps modernes, la guerre et la ville étaient considérées comme


mythologiques.

En 1870, l'aventurier allemand Heinrich Schliemann commença une fouille à


travers laquelle il trouva ce que l'on croyait d'abord être Troie et qui s'appelle
maintenant Hisarlik.

Le site contient neuf villes construites l'une sur l'autre, avec une citadelle
intérieure avec les quartiers environnants et un haut mur qui protégeait
l'ensemble du complexe.

Pour Schliemann, certains des joyaux trouvés dans la deuxième ville peuvent
avoir appartenu à Helena, mais les données chronologiques ne coïncident pas
avec la période décrite par Homère.

La sixième ville, cependant, a coïncidé dans le temps avec l'Iliade, mais elle
ne semble pas avoir été détruite par une guerre mais par un tremblement de
terre.

Les archéologues d'aujourd'hui pensent que les sixième et septième villes


pourraient être la Troie d'Homère.

La septième ville, pour sa part, montre des signes d'avoir été le théâtre d'une
bataille sanglante, et en même temps coïncide avec les dates approximatives
auxquelles l'épopée est censée s'être développée.

Cela nous amène à penser qu'Homère a peut-être pris une certaine liberté
poétique en unissant l'histoire des deux villes, en les mélangeant pour enrichir
le récit de l'Iliade.
LE CHEVAL DE TROIE

Les chevaux de Troie étaient célèbres pour la qualité de leurs chevaux, et sont
mentionnés comme d'excellents dresseurs et dresseurs ; leurs animaux ont été
vendus dans les grandes villes de la Méditerranée orientale et de l'Anatolie.

Cette activité a été introduite dans la ville par les immigrants indo-européens
qui ont construit la Sixième Troie, dans les villes précédentes, d'une influence
cycladique claire, il n'est pas question d'élevage de chevaux.

Il a été souligné qu'Homère a peut-être utilisé les mots comme métaphores et


que le monde moderne les a pris littéralement.

Par exemple, dans l'Iliade, les Grecs ont réussi à pénétrer dans la ville
fortifiée grâce à l'introduction d'un groupe de guerriers à l'intérieur d'un grand
cheval de bois, et lorsque les Troyens dormaient, les envahisseurs sortaient
pour ouvrir les portes de la ville, remportant ainsi la victoire grecque.

Le cheval, dans le monde grec, était le symbole de Poséidon, le dieu de la


mer et des tremblements de terre, de sorte que la grande figure en bois
éternellement liée à la destruction de la ville aurait pu être simplement une
métaphore représentant le mouvement sismique qui a détruit la sixième ville.

Relier la destruction de la ville au cheval était, évidemment, un détail


sarcastique introduit par un poète inconnu et immortalisé par Homère : Troie
s'était enrichi de ses chevaux, et sa destruction était liée à un personnage du
même animal.

HISARLIK

A la fin de l'âge du Bronze, Hisarlik devait être un carrefour d'une grande


importance stratégique et commerciale. Les taxes sur les navires qui devaient
passer pour accéder aux routes commerciales entre la 6

RUBEN YGUA

mer Égée et la mer Noire auraient constitué une source substantielle de


revenus, en plus de toute l'industrie secondaire développée pour
approvisionner les navires et les marins qui traversaient la ville.

Les alliances entre les peuples et les routes commerciales de l'époque ont fait
de la Méditerranée orientale une poudrière à l'époque, ce qui rend possible
diverses théories sur l'affrontement à Troie, et certains soulignent que ce ne
sont pas nécessairement les Grecs qui seraient les alias pour attaquer ces
terres.

D'autres recherches montrent que l'enlèvement d'Helena n'était rien de plus


qu'une belle façon d'orner une guerre à laquelle s'ajouteraient toutes les
couleurs épiques et mythologiques possibles, construisant une histoire
romantique qui a transcendé le conflit, pour devenir une référence morale
importante qui exercera une profonde influence sur le monde hellénistique.

Chaque personnage de l'Iliade sera l'exemple suivi par les Grecs et les
Romains dans les siècles suivants, comme modèle de comportement civique.

RÉSUMÉ DE LA GUERRE DE TROIE SELON L'ILLIADE

Au mariage de Pélée, roi des myrmidons et de la nymphe marine Tetis, tous


les dieux sont présentés sauf Eris, déesse de la discorde qui, n'ayant pas été
invitée, envoie une pomme avec l'inscription "pour la plus belle". Tetis et
Pélée sont les parents d'Achille.

Héra, épouse de Zeus, Aphrodite, fille de la même et déesse de la beauté et


Athéna, déesse de la guerre et de l'intelligence, se disputent la pomme. Ils
mettent Zeus comme juge mais celui-ci, pour ne pas compliquer sa vie, dit à
Hermès de chercher quelqu'un d'insignifiant pour le nommer juge.

Paris, aussi appelé Alexandre (protecteur de l'homme) était le fils de Priam,


roi de Troie et d'Hécube. À la naissance de Paris, sa sœur Cassandre, qui
avait le don de la divination, prophétisa que l'enfant serait la cause de la
destruction de la ville de Troie. C'est pourquoi son père l'a laissé mourir sur
une montagne.

Cependant, un berger l'a recueilli et l'a élevé.

Hermès, messager des dieux, apporta la pomme à Paris en pensant que c'était
un simple berger. C'est alors que les trois déesses tentent de soudoyer le juge
Paris.

Héra lui offre la richesse et le pouvoir, Athéna la gloire de la guerre et des


victoires et Aphrodite lui offre la plus belle femme du monde : Helena. Paris
a choisi l'offre d'Aphrodite.

Aphrodite parvient aussi à faire revenir Paris chez ses parents Priam et
Hécube.

Hélène était la plus belle femme du monde, fille de Léda, mariée à Tyndare,
roi de Sparte, et séduite par Zeus sous la forme d'un cygne ; les rapports
diffèrent quant à savoir lequel des quatre fils de Léda était de Zeus et lequel
de Tyndare, mais Homère présente Helena comme fille de Zeus.

Hélène avait beaucoup de prétendants, et Tyndare n'était pas disposé à en


choisir un de peur que les autres ne se vengent. Enfin, un des prétendants,
Odyssées d'Ithaque (Ulysse dans la mythologie romaine) a proposé un plan.
Elle a fait promettre à tout le monde de défendre le mariage d'Helena à qui
elle voulait.

Elle choisit Ménélas, qui, humblement, ne fit pas la demande pour lui-même,
mais envoya son frère Agamemnon à sa place. Les deux frères vivaient à la
cour de Tyndare depuis leur bannissement de Mycènes, après l'assassinat de
leur père, Atreus, et l'usurpation du trône par son frère Tiestes et son fils
Egisto.

L'HISTOIRE DE TROIE

Ménélas hérita du trône de Sparte de Tyndare, avec Hélène comme reine, et


Agamemnon, marié à Clytemnestre, la sœur d'Hélène, reprit le trône de
Mycènes.

Envoyée pour faire des affaires diplomatiques à Sparte, Paris tombe


amoureuse d'Hélène et, avec l'aide d'Aphrodite, l'enlève ou la séduit lors
d'une fête, et la ramène comme épouse à Troie.
Quand Ménélas apprend, tous les rois et princes de Grèce ont été appelés par
Agamemnon pour remplir son serment et la sauver, une grande armée est
réunie, dont Achille, le meilleur guerrier achéen, Ulysse, le plus astucieux,
Ajax, un géant de grande force, et d'autres font partie. . Parmi eux est
Patroclus, cousin et ami proche d'Achille.

Les Grecs assiègent la ville de Troie et tentent de la prendre pendant dix ans
mais les Troyens sous le commandement d'Hector, fils de Priam et le plus
fort des Troyens, résistent.

Pour compléter le siège, les Grecs attaquent et pillent les villages voisins de
Troie, et dans une escarmouche ils font prisonniers une belle jeune fille :
Briséis. Agamemnon, qui avait perdu sa part du butin, l'arrache à Achille, qui
monte en colère et décide de ne pas se battre.

Les Grecs ont la vie dure et Patrocle décide de se battre avec les armes
d'Achille pour effrayer les Troyens. Hector tue Patrocle dans un combat
individuel en supposant que c'était Achille.

Après avoir été informé de la tragédie, Achille retourne au combat et tue


Hector en outrageant son cadavre. Après avoir beaucoup supplié, Priam
demande à Achille de lui rendre le corps de son fils.

Peu après, Paris parvient, avec l'aide d'Apollon, à tuer Achille en le blessant
avec une flèche dans le talon, son seul point vulnérable.

Enfin, les Grecs, conseillés par Ulysse, élaborent un plan pour prendre Troie.

Ils construisent un cheval de bois et le laissent en offrande devant les portes


de la ville.

Ils retirent les navires et les hommes qui se réfugient dans une île voisine.

A l'intérieur du cheval étaient cachés les plus courageux guerriers grecs sous
le commandement d'Ulysse.

Les chevaux de Troie introduisent le cheval dans la ville et célèbrent la


victoire par une grande fête. Cette nuit-là, les Grecs quittent le cheval et
glissent en silence pour ouvrir les portes de la ville, le reste de l'armée
grecque envahit Troie et dans un combat rapide ils parviennent à la conquérir.

La ville a été pillée, brûlée et détruite, sa population a été massacrée, seuls de


petits groupes de fugitifs ont été dispersés à travers la mer Égée et l'Asie
Mineure.

L'HISTOIRE DE TROIE SELON L’ARQUÉOLOGIE

Ce fut l'histoire de Troie racontée par Homère, fidèlement acceptée par


l'Antiquité.

Voyons ci-dessous ce que l'archéologie a révélé de Schliemann à nos jours


sur l'histoire des peuples de la mer Égée, de l'Anatolie, de la mer Noire et en
particulier sur Troie.

Pour essayer de mieux comprendre l'histoire de Troie, nous devons


comprendre l'histoire de la Méditerranée orientale et de l'Anatolie dans son
ensemble. Il est donc devenu nécessaire d'entrer dans plusieurs millénaires,
avant la fondation du 1er Troie en 3160 av.

Il est possible de combler certaines lacunes dans l’histoire de Troie en la


comparant aux villes et villages contemporains des îles de la mer Égée et de
l’Anatolie, principalement en ce qui concerne leur mode de vie, leur
agriculture, les espèces animales qu’ils ont domestiquées, etc.

RUBEN YGUA

9000 AVANT J.C. - En ce millénaire apparaissent quelques inventions qui


changent le cours de l'histoire : la faucille, la charrue, la céramique, la
poterie, la corde, le crochet, l'aiguille à coudre, la cuillère, la tresse en osier et
en fibre, les tissus en lin et laine, le moulin à main pour moudre les céréales,
la roue et la voile pour la navigation, toutes augmentent l'efficacité du travail
humain améliorant les conditions de vie. Des outils et des armes en pierre
polie commencent à remplacer la pierre taillée. La civilisation urbaine pousse
presque simultanément dans plusieurs régions, comme l'Egypte, l'Anatolie,
l'Inde et l'Orient, dans la zone du mont Zagro, l'archéologie a révélé
l'existence de camps plus ou moins permanents, comme Karim Shahir et
Zawi Chemi (à côté de Shanidar). Dans ce dernier cas, les cerfs sauvages, les
chèvres et les moutons sont chassés et consommés, ainsi que de nombreuses
céréales sauvages, qui sont broyées au moulin. C'est le plus grand village
connu à cette époque, abritant environ 150 personnes, qui se spécialisent
progressivement dans la cueillette tout en travaillant à domestiquer le bétail.
En fait, l'agneau représente déjà 80 % de leur alimentation. Il y a aussi des
instruments d'obsidienne du lac Van, qui témoignent des relations avec
l'Arménie. Et parmi les outils il y a des molaires, des marteaux, des mortiers,
des maillets de pierre et des frappeurs d'os, ainsi que des perles et des boucles
d'oreilles en os ou des dents d'animaux, et des pierres colorées. Au milieu de
l'Euphrate, le sanctuaire de NEVALI ÇORI s'épanouit, un centre religieux
entouré d'un village, des habitations rectangulaires en pierre, des colonnes
décorées, des dépôts de grains, des canaux de drainage souterrains, des os,
des outils en pierre et en bois, des traces de sacrifices humains et animaux, le
sanctuaire présente des caractéristiques semblables à celles du sanctuaire de
Gobekli Tepe, indiquant une relation entre les deux sites. Dans les oasis de
Damas, les premières cultures de pois et de lentilles sont enregistrées, et dans
la vallée du Jourdain, les premières cultures d'orge.

8900- Zawri Chemi, sur le mont Zagro : domestication des moutons et


construction de silos pour le stockage des grains ; l'industrie lithique est de
type laminaire, à grandes feuilles retouchées et microlites.

La découverte d'une faucille et de moulins en pierre suggère une collecte et


un broyage de légumes, bien qu'aucun reste n'ait été trouvé. On y trouve des
cerfs sauvages, des moutons et des chèvres, ainsi que des sangliers, des bœufs
et des daims.

8850- Le village de Karim Sahir s'élève dans le Zagro : des cabanes


circulaires avec des plinthes en pierre, un dépôt de grains sauvages, et les
témoignages les plus anciens de la domestication de la chèvre.

8600- Syrie : à Tell Mureybit, sur l'Euphrate, un village de chasseurs et de


pêcheurs est construit, avec des maisons rondes jusqu'à 6 mètres de diamètre
en mortier d'argile, avec un toit plat. Les outils que l'on trouve dans la
colonie, houes et faucilles, montrent l'importance que l'agriculture a déjà
acquise.

8350- Fondation Jéricho (appartenant à la culture Natufiense) : avec 2000


habitants, c'est la première ville fortifiée à enregistrer l'histoire : ses maisons
circulaires et semi-souterraines sont regroupées sur une superficie d'environ 5
hectares, cultivent légumes et céréales, chassent les animaux sauvages.

JÉRICHO

Connaître quelques détails sur Jéricho peut nous aider à comprendre les
caractéristiques des autres villes de l'époque. La population de Jéricho
est estimée à 2 000 habitants, le nombre d'habitations ne devait donc pas
être inférieur à 200, un mur entourait tout le village, avec une tour qui y
est encore fixée et dont un fragment de 8 mètres de haut. L'intérieur de
la tour avait un couloir de 1,70 m de haut qui menait à un escalier en
pierre, dont il reste 22 marches, qui permettait de monter jusqu'au
sommet de la structure. Les cabanes de Jéricho sont circulaires 9

L'HISTOIRE DE TROIE

avec un diamètre de 5 mètres et une hauteur de 3 mètres, partiellement


enterrées. Le toit est conique et avec des structures de bâtons recouvertes
de branches à l'extérieur. Les murs sont en briques d'argile séchées au
soleil. Les tombes sont dans des fosses sous terre. Dans de nombreux cas,
les maisons ont été érigées sur un monticule, produit d'occupations
antérieures. Les archéologues ont trouvé des aiguilles, des épingles, des
harpons, des lances et des pointes de flèche. Le sel était un produit
destiné au commerce de la mer Morte et à la conservation des aliments.
Le bitume servait à recouvrir les paniers pour les rendre imperméables
(la céramique n'existait pas encore). Le broyage des céréales se faisait
dans des moulins manuels à la maison.

Les céréales moulues et malaxées à l'eau et cuites servaient de base


alimentaire. Outre les céréales, il y avait des légumineuses (lentilles et
pois) et des fruits (figues). Les briques d'argile ont été fabriquées à la
main avec une base plate et un dessus arrondi. Parfois, il y avait des
incisions pour les ajuster. De la boue mélangée à de la paille, car cela
empêchait la formation de fissures lorsqu'elle était séchée au soleil. L'arc
et les flèches (en bois avec une pointe en pierre) ont été utilisés. La
faucille était faite de bois courbé dans lequel on insérait les couteaux
(feuilles de silex).

8100 - Dans le Zagro : Le village de Ganj Dareh s'est transformé en un


établissement permanent de maisons rectangulaires en pisé, de tombeaux à
l'intérieur du village, de vases et de figures en céramique, d'outils en pierre
polie et de chèvres domestiques. A Tell Mureybit en Syrie, les habitations
sont déjà rectangulaires, également en mortier, parfois avec des murs
intérieurs peints de motifs géométriques.

Dans certains bâtiments, peut-être des sanctuaires (hypothèse risquée), il y a


des cornes, des crânes et des os de taureaux sauvages sur des podiums ou
encastrés dans les murs. Tell Mureybit est un endroit avec des
caractéristiques spéciales parce qu'il n'y a pas de chèvres ou d'agneaux, mais
ils se nourrissent d'ânes sauvages, de gazelles, de sangliers et de lièvres.
Quant à l'agriculture, ils transportent le blé et l'orge d'au moins 150
kilomètres pour être plantés autour du village, puis les laissent pousser à l'état
sauvage. Dans les zones côtières riches en poissons et crustacés, les premiers
grands établissements permanents sont établis.

8000 - Le Proche-Orient entre dans une nouvelle période de climat tropical


avec des pluies abondantes, le nombre d'habitants augmente, le commerce
intense se développe entre les nombreux villages, le village de Tell Asward
émerge dans l'oasis de Damas, les maisons sont semi-enterrées de plantes
circulaires, construites en adobe, argile et joncs, cultures de pois, lentilles et
orge, le fait que les céréales soient cultivés et non présentes dans la région,
laisse présager une immigration de fermiers en quête de terres. Les contacts
entre les groupes sont évidents avec l'émergence de laminés d'obsidienne
d'Anatolie dans le sud-ouest de l'Iran, deux territoires éloignés l'un de l'autre.

7800 - En Anatolie centrale et orientale : il y a une grande abondance


d'obsidienne près d'Aksaray, à Bingol, autour du lac Van et en Arménie. Les
villages de cette région utilisent presque exclusivement l'obsidienne comme
matière première pour leur industrie lithique, et ceux qui sont les plus proches
des sources de minerai l'échangent. Une grande partie de cet échange est déjà
constituée de noyaux préparés qui, en petites quantités, atteignent des régions
éloignées telles que le sud du Levant ou le golfe Persique.
Cet échange a été la base d'un commerce intense entre les différentes
communautés. Ils ont aussi échangé des coquillages, qui apparaissent dans les
villes éloignées de la mer (Çayönü), ou les jadéites, les serpentins et les
pierres vertes du Taurus, qui ont atteint Abu Hureyra et d'autres villes du
Levant, favorisant l'expansion des formes de vie néolithiques au Proche-
Orient, par exemple l'adoption du pacage en Anatolie du Sud et du Nord
Levant, de son origine supposée dans le Caucase du Sud.

10

RUBEN YGUA

7600- Durant ces années, les premiers groupes humains arrivèrent en Crète,
peut-être en provenance d'Anatolie ou de Grèce. Au Proche-Orient : les
cultures agricoles du Sud-ouest se consolident dans cinq grandes régions :
Syrie, Palestine, Israël, une partie de l'Anatolie et le Zagro. Comme toujours,
il y a des différences régionales, mais les outils et l'organisation humaine sont
plus ou moins homogènes. La domestication des animaux s'approfondit, les
échanges entre groupes se multiplient et les villages acquièrent une plus
grande complexité, ce qui inclut le début de l'utilisation de la chaux et du
gypse pour la construction. Dans l'industrie, les microlithes sont abandonnés
au profit de la technique laminaire, et parmi les développements, les pointes
de flèches à ailes sont à souligner.

7500 - Turquie : autour du sanctuaire de Gobekli Tepe se forme un village


appartenant à la culture Zarzienne : maisons circulaires, agriculture et
collecte, domestication des ovins et caprins. A Jéricho, les anciennes maisons
circulaires sont remplacées par des maisons rectangulaires à plusieurs pièces,
l'activité agricole extensive et la domestication des chèvres et des moutons, la
céramique à décor imitant des paniers en osier. Grèce : Grottes de Zaimis et
d'Ulbricht et site en plein air de Sidari : groupes humains se nourrissant de
mollusques terrestres et marins, pêche en petite rivière, récolte de lentilles
sauvages et pêche au thon en mer. La présence d'obsidienne des îles de Melos
est la plus ancienne preuve d'une navigation en Méditerranée orientale.

7400 - Dans le Zagro, les villages de Qermez Dere et Nemriq, avec des
cabanes circulaires en pisé et des trottoirs fixés au mur, doivent être mis en
évidence. Dans le Nemriq, les habitations entourent une cour centrale pavée
de galets, une sorte de place, au-delà de laquelle apparaissent les zones de
travail, les ateliers, les maisons, les silos, etc. Il n'y a toujours pas
d'agriculture, donc l'alimentation est composée de gazelles, de renards, de
moutons et de chèvres sauvages, et dans une moindre mesure de bœufs et
d'équidés, d'oiseaux, de serpents et de grenouilles. Les céréales et
légumineuses sauvages sont également récoltées. Dans les villes de Thessalie,
de Macédoine et des Cyclades de la mer Egée, l'élevage extensif d'ovins et de
caprins est disponible comme source de viande, la chasse n'est plus
nécessaire.

7220 - Construction des nouveaux murs de Jéricho, avec une tour en pierre au
centre du mur. A l'intérieur, les maisons rondes sont remplacées par des
bâtiments rectilignes en briques dans des fondations en pierre. A Ali Kosh, le
Mont Zagro, blé jumeau d'épeautre, importé d'autres régions, a commencé à
être cultivé car il était jusqu'alors inconnu dans la région. On peut dire que le
Néolithique est pleinement établi dans la région, avec une agriculture
diversifiée et de nombreux nouveaux établissements sédentaires.

7050 - En Anatolie : CULTURE DE JARMO, a probablement été introduit


par des tribus venant d'autres terres avec des techniques agricoles différentes,
des maisons rectangulaires dans des villages jusqu'à 500

habitants, des coutures et des tissus en lin et laine, l'agriculture et la


domestication des chèvres, la chasse, la céramique, les tatouages, bracelets et
colliers, surgit la ville d'Abu Hureyra, 11 hectares, avec maisons en adobe
rectangulaires avec plusieurs chambres, blanchis avec du calcaire et décoré
par des peintures, un développement considérable du commerce. Le village
de Jarmo à ses débuts a été formé par environ vingt-cinq maisons, avec des
murs en pisé sur des fondations en pierre et des toits en terre séchée au soleil.
Ces maisons étaient souvent réparées ou reconstruites. Au total, environ 150
personnes vivaient dans le village, qui était clairement un établissement
permanent. Au début, les objets en pierre, en silex et en obsidienne sont
prépondérants. L'utilisation de ce dernier matériel, obtenu dans la région du
lac Van, à 200 kilomètres de là, suggère qu'il existait déjà une certaine forme
de commerce organisé, de même que la présence de coquilles ornementales
du golfe Persique. Dans les niveaux plus anciens, des paniers 11

L'HISTOIRE DE TROIE
imperméables à l'eau ont été trouvés avec la poix, qui est facilement
disponible dans la région. L'activité agricole est attestée à Jarmo par la
présence de faucilles en pierre, de couteaux, de bols et d'autres objets pour la
collecte, la préparation et le stockage des aliments, ainsi que par les récipients
en marbre gravé.

D'autres enquêtes ont montré que les habitants du village de Jarmo cultivaient
deux types de blé, l'épeautre et l'épeautre, un type d'orge et des lentilles
primitives. Il a également été possible d'identifier différentes espèces de
plantes sauvages dans l'alimentation des habitants de Jarmo comme les pois,
les glands, les graines de caroube, les pistaches et le blé sauvage. Il y a des
preuves qu'ils avaient des chèvres, des moutons et des chiens domestiqués.
Dans les strates les plus modernes ont été trouvés des porcs, avec les
premières preuves de la poterie, Jarmo est l'un des plus anciens sites dans
lesquels la céramique a été trouvée.

6800 - CULTURE NEOLITHIQUE DE SESKLO, en Thessalie, Grèce :


villages avec de petites maisons en briques d'argile et en bois, agriculture de
blé et d'orge, élevage de moutons, porcs, vaches et chèvres, poteries raffinées
et très élaborées.

6500 - Les centres de population se multiplient, et au même rythme ils


intensifient ou établissent des réseaux d'échange de produits, parmi lesquels il
est possible de souligner l'obsidienne d'Anatolie et les coquillages de la
Méditerranée. Le développement technologique du Néolithique produit des
excédents de production mais aussi des besoins en matériaux, raison pour
laquelle les réseaux d'échange ne sont pas seulement nécessaires mais se
multiplient, et avec eux l'interdépendance des groupes. En effet, il est courant
que des produits étrangers apparaissent dans les gisements et que le
commerce fonctionne, même de village en village, il faut en même temps
forger des directions, peut-être même des hiérarchies, déjà à moitié définies
au préalable pour structurer la gestion des ressources propres.

6250 - En Anatolie : fondation de la ville de KATAL HUYUK, avec 32 acres


(12 hectares) la plus grande de son temps, où l'on trouve des traces de
menuiserie, de tissage de la laine, de maisons enduites de chaux, de
céramique et d'une religion développée. Iran, Mont Zagro : le village d'Ali
Kosh a évolué, de plus grandes maisons en pierre, séparées par des cours et
des ruelles, des tombes dans un cimetière, des ornements personnels, la
pêche, l'agriculture et le bétail, des outils en silex, des moulins à main, des
paniers et des poteries, signes de commerce avec les régions proches.

6000 - A la fin de la période Optimum de l'Holocène, les températures


mondiales enregistrent un déclin progressif en ce millénaire, avec des hivers
plus longs et des étés plus courts, au Proche-Orient commence la PERIODE
BOREAL SECO, de nombreux villages sont abandonnés au Sinaï et au sud
de la Palestine, des groupes humains migrent vers le nord de la Palestine,
fondant la culture TAHUNIEN. Des groupes humains ayant une
connaissance des techniques agricoles du Moyen-Orient entrent en Europe
par le Danube et trouvent LEPENSKI VIR. Chypre : le village de Khirokitia
est abandonné par ses habitants, il semble que l'île de Chypre restera
inhabitée pendant les 1500 prochaines années. Les premiers colons arrivent
en Crète : des groupes de chasseurs néolithiques d'origine inconnue.

5900 - La métallurgie du cuivre se répand dans tout le sud de l'Anatolie, en


Irak et dans le Zagro iranien, de sorte qu'il a été déduit que ces régions, riches
en minerais de cuivre, sont peut-être celles où il a été fondu. Au nord des
Balkans et du Danube, la culture de Hamangia est née. Des groupes ligures
colonisent la Sardaigne. Cnossos, en Crète, présente des similitudes avec une
partie de l'Anatolie, et en Grèce, la grotte de Franchti du Péloponnèse
possède déjà une agriculture et un élevage de moutons et de chèvres.

12

RUBEN YGUA

5700 - La ville de Katal Huyuk est abandonnée par ses habitants, peut-être à
cause de la sécheresse ou d'une épidémie. A ce stade, il est possible qu'il y ait
des échanges commerciaux entre les villages de Crète, les habitants de
l'Anatolie et les îles de la mer Egée. En Thessalie, Grèce : PROTO-SESKLO
CULTURE

construit des pièces carrées ou rectangulaires en adobe, culture du blé, de


l'avoine, de l'orge, des lentilles, des pois, les fruits consommés sont variés :
pommes, mûres, prunes, raisins, noisettes, amandes et pistaches,
domestication des chèvres, ovins, bovins et porcs. Iran : les plus anciens
vestiges du centre religieux de TAPEH SIALK.

Le COMMERCE ET LES ECHANGES CULTURELS prennent de plus


en plus d'importance et sont généralement liés aux migrations, qui
transportent les avancées du Néolithique vers des lieux à moindre
développement technologique et social, comme ce fut le cas en Europe.

5500 - Catastrophe de la mer Noire : l'effondrement du barrage naturel qui


sépare la mer Egée du Bosphore et de la mer Noire inonde des centaines de
kilomètres de terres côtières dans la région. Ce déluge forme l'actuelle mer
Noire, déplaçant de nombreux groupes humains vers l'Europe et le Moyen-
Orient, les techniques agricoles se répandent en Allemagne et sur les côtes du
Danube supérieur, d'autres groupes s'établissent en Mésopotamie où ils
introduisent leurs systèmes d'irrigation et l'utilisation de la charrue ; les
cultures de EL OBEID en Mésopotamie et TASIEN en Égypte ; des
envahisseurs d'origine inconnue détruisent Arpachiya dans le Tigre supérieur.
La culture de Hamangia disparaît lorsque des invasions se produisent dans la
région située entre les Balkans et les Carpates.

5400 - Les mers atteignent approximativement leur niveau actuel. Dans les
Balkans : la culture GUMELNITSA des éleveurs de bétail et des agriculteurs,
bien que la chasse et la pêche aient dû être d'une grande importance, car un
grand nombre de harpons en os et en corne ont été trouvés, les villages avec
des maisons rectangulaires en pisé et adobe, les toits à double pente avec
fenêtres rondes. Les colonies sont organisées orthogonalement, étant un bon
exemple de Potianitsa, une colonie fortifiée avec trois lignes de palissade
parallèles, plan rectangulaire de 45 × 30 mètres avec une entrée de chaque
côté. Le plan est rectangulaire et comporte 2 ou 3 pièces. Dans le Danube :
DANUBIAN CULTURE, sont des agriculteurs peut-être déplacés par la
catastrophe de la mer Noire, qui ont cultivé des sols fertiles des Balkans à la
Manche, ont été éleveurs de vaches, porcs, moutons, chèvres et chiens. Ils
fabriquaient la céramique des bandes, et fabriquaient un outil polyvalent
(faucille, hache et arme), en pierre, appelé celte Shoe-last celt en anglais et
Schuhleistenkeil en allemand. Des preuves de son utilisation comme arme
dans des restes trouvés à Talheim, Neckar (Allemagne) et Schletz (Autriche).
Il existe également des preuves d'échanges commerciaux à longue distance
dus à la présence de carapaces de Spondylus en provenance de la
Méditerranée.

5000 - Le climat mondial entre dans une nouvelle période de hausse des
températures, avec toutes ses conséquences sur la flore et la faune,
influençant le développement de la société humaine. Grande diffusion de la
CULTURE DE L'OBEID en Mésopotamie : l'agriculture progresse grâce à
l'utilisation de la charrue et à la maîtrise des eaux de surface, grâce à des
techniques d'irrigation à base de canaux. Ce développement a permis à
l'agriculture de prospérer dans de nouvelles régions de Mésopotamie, la
céramique présente des caractéristiques très caractéristiques, des parois plus
minces, l'aspect des

"tortues-vaisseaux", des pots plus grands maintenant équipés de poignées, et


même des bouteilles à long col. Dans la plaine de Konya, en Anatolie
centrale, le régime pluviométrique permet une agriculture sans irrigation,
fondement de la seconde Katal Huyuk. Première culture d'olives en Anatolie,
fondation de Hacilar et Beycesultan. Au cours de la période Obeid, les
premiers vestiges d'édifices religieux intégrés 13

L'HISTOIRE DE TROIE

dans des villes (temples) ont été découverts. A l'origine, ils se présentaient
sous la forme de terrasses, de bâtiments rectangulaires et de toits plats. Ces
constructions sont à l'origine des ziggourats, formées par la superposition de
plusieurs terrasses de largeur décroissante. Il y a d'intenses échanges
commerciaux et culturels entre les différentes villes et villages de Crète, de
Mésopotamie, de Mésopotamie et d'Anatolie, contribuant à la diffusion du
Culte du Taureau. En mer Egée : premiers signes de communautés organisées
dans les îles Cyclades.

4900 - Iran, Mont Zagro : fondation de Godin Tepe, pour protéger


l'exploitation du lapis-lazuli et son commerce. La métallurgie du cuivre est
déjà bien connue et utilisée par les civilisations du Moyen-Orient, de Crète et
d'Anatolie. En Mésopotamie : les Sémites d'El Obeid trouvèrent Eridu,
d'abord un simple village néolithique d'agriculteurs et de pêcheurs, avec une
production céramique abondante. Mer Egée : dans les Cyclades, la
CULTURE SALIAGOS, avec des villages avec des salles de plantes
rectangulaires, sur des fondations en pierre, fermées par un mur d'enceinte ;
des céramiques de formes géométriques, dont la surface sombre est ornée de
motifs blancs opaques, rectilignes ou courbes ; des points obsidiennes et de
petites figures à la fois schématisées et naturelles.

4850 - En Grèce, en Crète et en Macédoine, l'agriculture est très diversifiée :


blé, orge, avoine, millet, pois et lentilles, fruits, pistaches et autres noix. Le
cheptel est composé d'ovins, de caprins, de bœufs ou de porcs selon les
régions, et la chasse au cerf, au sanglier, au lièvre, au castor et à la tortue est
ciblée. La poterie est produite dans tous les domaines. En Thessalie et en
Macédoine occidentale et centrale, la culture Dimini se répand, remplaçant
progressivement la culture Sesklo. Bulgarie : les tableaux de Gradeshnitsa,
province de Vratsa, sont un témoignage important de la possible proto-
écriture néolithique connue sous le nom d'écriture Vinča.

4800 - Mésopotamie : il semble que les Sémites de la culture El Obeid aient


fondé Ur, qui serait à ses débuts un simple village néolithique. Dans la
Troade, sur le Bosphore : le premier établissement a été fondé à Kum
Tepe, les habitants vivaient de la pêche, et leur alimentation comprenait des
huîtres.

4700 - Provadia, Bulgarie : une ville néolithique dédiée à la production de


sel, qui a acquis une grande prospérité. La ville comptait 350 habitants, était
protégée par une palissade et une tour de pierre, possédait un centre religieux
et des maisons pouvant atteindre deux étages.

4500- Dans la Tróade, sur le Bosphore : le village de Kum Tepe est


abandonné, pour des raisons inconnues. En Ukraine : la culture de Sredny
Stog se caractérise par ses haches en pierre polie et ses tombes simples, il
existe des preuves de la domestication du cheval par cette culture.

4300- CERNVODA CULTURE dans le cours inférieur du Bug et du Danube,


situés le long de la côte de la mer Noire ; villages fortifiés en hauteur, leurs
céramiques et tombes sont semblables à celles des autres peuples orientaux.

LES BALKANS : PREMIÈRE CIVILISATION DE L'EUROPE

Les recherches ont établi que, vers 4000 av. J.-C., dans les Balkans,
s'était développée de manière autochtone une puissante industrie
minière-métallurgique du cuivre, associée à une orfèvrerie
impressionnante, dans un environnement social que certains auteurs en
sont venus à nommer la Première civilisation européenne. Situés entre le
Danube et la Thessalie, les principaux centres d'intérêt étaient Vinça,
Gumelnitsa, Salcuta, Cucuteni et Tiszapolgar, contemporains des
groupes 14

RUBEN YGUA

du néolithique grec. Le groupe de Vinça s'est répandu à travers la Serbie


actuelle ; celui de Gumelnitsa à travers la Bulgarie et la Roumanie ; celui
de Salcuta, étroitement lié au précédent, à travers la Bulgarie occidentale
; Cucuteni à travers la Bessarabie, la Moldavie et l'Ukraine ; Tiszapolgar
dans le bassin des Carpates. Les éléments en cuivre les plus
manufacturés étaient des outils de type hache, perforés et à double usage
(pointe de hache, marteau ou houe), ainsi que des ornements (bagues,
bracelets et broches). Cependant, tout cela n'était que pour l'ostentation
de ses détenteurs, et non pour un usage utilitaire, puisque les artefacts
faits de pierre étaient beaucoup plus résistants et durables. Les métaux
ont essentiellement servi à renforcer la position des élites émergentes, en
tant qu'expression de leur statut social, de leur pouvoir, ce qui reflète
clairement la nécropole chalcolithique de Varna. On a trouvé jusqu'à
3000 objets en or, la plupart petits, une cinquantaine d'éléments en
cuivre, des milliers de perles et bracelets en coquillages, des feuilles de
silex, des perles de quartz, des idoles en os et des céramiques peintes de
type Gumelnitsa. La grande majorité de ces objets étaient associés à
quelques tombes et cénotaphes, dits princiers, plus riches mâles que
femelles ; un deuxième groupe d'enterrements avec quelques pièces de
cuivre précieuses et utiles a été associé à une élite d'artisans spécialisés ;
un troisième groupe plus nombreux possède un seul ornement ou pièce
utilitaire, en plus des céramiques ; enfin, la plupart des tombes ne
possèdent qu'un vase en céramique ou même rien comme trousseau.
Dans cette nécropole, on peut voir la structure pyramidale d'une société
complexe, dans laquelle quelques individus détenaient la direction du
groupe, accumulaient la richesse et la manifestaient à travers des
symboles exclusifs de leur classe sociale : or, cuivre et coquillages de la
mer Egée. La démographie a connu un boom démographique important
: on a estimé que seule la Bulgarie actuelle comptait environ 1000
villages, de dimensions très différentes, habités par environ 100 000
personnes. En outre, la planification préalable de beaucoup de ces
établissements, avec un plan rectangulaire ou circulaire, des
fortifications, orientées vers les points cardinaux et avec deux rues
principales qui se croisent dans le centre, nous indique que nous sommes
en face d'un stade social proto-urbain. L'apparition d'habitations
singulières (différenciées des autres) et de bâtiments réservés au culte
(abondants en offrandes, trésors et figurines), ainsi que d'ateliers
céramiques et/ou métallurgiques, nous rapprochent d'un scénario défini
comme celui d'une civilisation. Comme si cela ne suffisait pas, des
tablettes d'argile, des céramiques et un timbre gravé d'idéogrammes ont
été trouvés à Vinça et à Gumelnitsa, considérés comme la première
tentative d'écriture européenne. Tout ce brillant processus culturel a été
brusquement interrompu vers 3000 av. J.-C. sans que les causes exactes
soient connues : peut-être une crise environnementale ou les invasions
des Indo-européens de Kourgan, ou un mélange des deux.

3950 - Les premiers clans humains arrivent sur l'île de Thera, en mer Egée.

3800 - Les Thraces, un peuple indo-européen des steppes d'Eurasie,


s'installent dans le sud des Balkans. En Grèce, il y a le village de Nea
Nikomedeia : protégé par une palissade, des frondes et des projectiles d'argile
ronde. Apparemment, l'arc et les flèches ont été remplacés par le harnais dans
différentes régions de Grèce, d'Anatolie et du Moyen-Orient au cours de ce
millénaire.

3700 - Anatolie : dans la Troade, sur le Bosphore, de nouveaux colons


arrivent à Kum Tepe, les gens de cette nouvelle culture, Kum Tepe B,
probablement originaires des îles Cyclades, en Egée, ont construit des
maisons relativement grandes avec plusieurs pièces, avec parfois un portique,
pratiquent l'élevage et l'agriculture. Les principaux animaux domestiques sont
les chèvres et les moutons, le plomb, le cuivre et le bronze. Mésopotamie : les
Sumériens ont inventé le tour de potier. La culture de Kemni 15

L'HISTOIRE DE TROIE

Oba s'épanouit en Crimée et dans le nord de la mer d'Azov, caractérisée par


ses menhirs et ses stèles de pierre gravées sur les tumuli. En même temps, la
culture du Maïkop se développe dans la vallée de la rivière Kouban : des
objets en bronze, en or et en argent travaillés artistiquement. Dans la mer
Egée, la culture Filakopi de l'île de Melos, avec ses murs cyclopéens.

3600 - Mer Egée : culture des Cyclades , avec nécropole de tombeaux ronds,
ovales et rectangulaires ; maisons de plantes rectangulaires, divisées en deux
pièces communiquées et les plus intérieures finies en abside, la céramique
produit des pots de col long et fin, tasses et statuettes obscènes en terre cuite.

3500 - L'île de Chypre connaît une grande prospérité grâce à ses riches
gisements de cuivre.

3450 - Méditerranée : grands progrès des techniques de navigation, toujours


du cabotage et avec de petits bateaux, mais qui résistent à la force de la mer.
L'utilisation de la voile a été largement répandue parmi les Sumériens, à ce
moment-là la navigation crétoise a établi un commerce actif dans toute la
Méditerranée orientale. Des marins, peut-être de Syrie ou de Canaan, se sont
installés dans différentes parties de la Méditerranée, répandant un troupeau de
chèvres et ses techniques agricoles parmi les indigènes de Grèce, d'Italie, des
îles méditerranéennes et de l'Afrique du Nord. En Anatolie : des villes
fortifiées comme Alishar Huyuk ou Alaça Huyuk apparaissent ou se
développent, avec des fondations en pierre, des murs en briques, des renforts
en bois et quelques enterrements sous le sol de la maison, dus à l'influence
orientale. Au sud, le bronze apparaît de façon exceptionnelle à Mersin
(Cilicie) et dans la ville de Tarse, qui entretient des relations régulières avec
la région de Konya et le nord de la Syrie.

3300 - Dans la mer Égée : Culture Grotta-Pelos sur l'île de Naxos ; splendeur
de la CULTURE

CYCLADIQUE, avec des villes fortement fortifiées dans les différentes îles,
des tombeaux de forme trapézoïdale, parfois collective, avait un centre
religieux dans le port de Minoa, sur l'île d'Amorgos, était un village
d'agriculteurs, bergers et artisans, mais principalement dédié à la pêche et la
navigation, il semble que les marins des Cyclades ne se soient pas limités au
commerce avec la Crète voisine, le Péloponnèse et l'Anatolie, mais aient
atteint la côte dalmate, la Sardaigne et au moins pendant l'âge moyen du
bronze, jusqu'aux Baléares et au sud de la France, puisque des objets de
fabrication cycladique sont apparus dans tous ces lieux.

3200- Egée : premiers outils en cuivre dans les Cyclades. En Thessalie, en


Grèce : établissement de Rakhmani, village érigé sur un tell de style
balkanique, ils produisent des poteries rouges et blanches sur fond sombre et
sont en relation permanente avec les terres de l'Egée et même de l'Anatolie.

LE VOIE DES ROIS était un itinéraire qui traversait le désert du Sinaï,


organisé par des caravanes d'ânes et de bœufs qui transportaient des
marchandises entre l'Egypte et Canaan, depuis des temps immémoriaux,
mais qui va prendre une grande importance après l'unification
égyptienne.

3160 - Egée : les Cyclades augmentent leur production et l'exportation


d'obsidienne grâce aux progrès de la navigation, qui permettent de renforcer
les relations avec l'Anatolie et les Balkans ; dans une position stratégique
sur le Bosphore est construit Hisarlik, (la future ville de Troie) un village
néolithique qui servira de base commerciale et port d'approvisionnement, sur
la route maritime qui communique la mer Égée avec les villages de la Mer
noire et le Danube. Aussi la Crète est fortement développée grâce à
l'augmentation des échanges avec d'autres îles et les côtes de l'Anatolie, la
population augmente considérablement, centrée autour de Cnossos, la
métallurgie du cuivre se répand et augmente les activités agricoles et textiles.

16

RUBEN YGUA

3150 - Dans les Balkans et le Danube inférieur : la culture Gumelnitsa, avec


ses maisons rectangulaires en pisé et en adobe, ses harpons et ses outils en
corne et en os, son bétail et son agriculture, complétée par la chasse et la
cueillette, la poterie peinte, les crochets et les outils en métal et en fil
métallique, les métiers en or.

3100 - Premières manifestations du changement climatique connues sous le


nom d'OSCILLATION DE
PIORA, qui affecteront la planète entière dans les 700 prochaines années,
touchant toutes les civilisations.

Fondation d'Alaka Heuyuk en Anatolie. Des groupes humains du delta du Nil


s'installent en Crète, tandis que d'autres tribus, à forte influence
mésopotamienne, sont réparties dans les Balkans et le Danube. De nouvelles
techniques agricoles se répandent dans toute l'Afrique centrale. A Malte, le
déclin des villages commence, peut-être à cause de la surpopulation après une
longue période de prospérité.

3050 - Byblos a été transformée en une grande ville, avec deux complexes
portuaires à partir desquels vous pouvez accéder à de nombreux points de la
Méditerranée et des routes terrestres qui mènent en Mésopotamie. La ville est
protégée par un mur imposant, organisé en quartiers et dédié à la déesse
Baalat Gebal, qui si elle n'est pas égyptienne dénote au moins l'influence du
pays africain. La prospérité peut être vue dans les maisons de palais de
certains marchands, des marchands qui gèrent une flotte extraordinaire,
capable de transporter vers des points éloignés (en particulier l'Egypte) de
grandes cargaisons de bois de construction, de résine, de laine et d'huile en
échange d'or, argent, céréales et lin.

Céramique de qualité, vernie et décorée en rouge et noir.

3020- Proche-Orient : l'or et l'argent commencent à être affinés par


coupellation, un procédé qui produit 300 parties de plomb pour chaque partie
d'argent, bien que cette nouvelle méthode soit initialement pratiquée dans
quelques endroits et de façon sporadique. Et commence également à utiliser
la technique de l'élévation pour modéliser des conteneurs métalliques, est le
martelé sur les bords d'une feuille. Troie, Alishar Huyuk et Beycesultan en
Anatolie prospèrent et entretiennent des relations diplomatiques et
commerciales avec les villes de Mésopotamie. Troie est un centre
commercial où convergent les routes navales du Danube et de la mer Noire,
la mer Egée et les caravanes terrestres de l'Est ; des objets en bronze
commencent à apparaître, comme dans Alishar Huyuk.

3010 - Les Egyptiens ouvrent des routes commerciales régulières à travers le


désert du Sinaï pour atteindre les villes d'Anatolie, Canaan et Mésopotamie.
Premières références à la culture de la pastèque en Egypte. Premières
pyramides égyptiennes : les mastabas. Macédoine : fondation de la ville
d'Ohrid par le lac du même nom, l'un des plus profonds de la planète. En
Grèce, l'amélioration des techniques agricoles et d'élevage permet
l'occupation de nouvelles zones et l'augmentation des peuplements, dont
certains commencent à devenir de véritables noyaux de pouvoir. Les îles de
la Méditerranée connaissent une évolution accélérée, dont les principaux
représentants sont les Cyclades et la culture cycladique, qui influence
profondément Troie, ainsi que la Grèce et la Crète. Les colonies sont
fortifiées, l'agriculture, l'élevage et la pêche sont pratiqués et les métaux, le
marbre et l'obsidienne sont exportés. La Crète évolue lentement vers sa
propre culture, la culture minoenne, dont on dispose de peu d'informations
dans cette première phase, bien qu'il n'y ait aucun doute sur ses relations avec
les régions environnantes, peut-être moins avec la Grèce et plus avec
l'Egypte. L'île de Chypre, connue sous le nom d'Alasiya, continue de
prospérer grâce à sa richesse en cuivre, et sur la côte sud de Malte se dresse le
temple mégalithique de Mnajdra, construction très complexe, avec diverses
dépendances et autels en pierre.

17

L'HISTOIRE DE TROIE

3000- OSCILLATION DE PIORA : changement climatique soudain, pour


des raisons inconnues la température a chuté de manière significative dans
l'hémisphère nord, les glaciers des Alpes s'agrandissent et la végétation alpine
recule, apparemment pour la première fois le phénomène El Niño apparaît
dans le Pacifique. Le changement climatique se fait également sentir dans les
Amériques, avec l'extinction de plusieurs espèces végétales. Proche-Orient :
Au nord de la mer Morte, les Moabites construisent les premiers canaux
d'irrigation de leurs villages et plantations. Avec la civilisation minoenne, la
culture urbaine a commencé en Crète. La culture urbaine s'étend en Inde,
émergence de la grande civilisation de Mohenjo-Daro et Harappa en Inde :
culture du riz et de l'orge, domestication du zébu et de l'éléphant d'Asie,
travaux en cuivre et bronze, construction de brouettes massives. Ils
organisaient un intense commerce terrestre, fluvial et maritime : ils
importaient des pierres précieuses et du bois de l'Himalaya ; du cuivre, de
l'étain, de l'or et du crayon bleu du Rajputana ; des peaux, du bois et des
encres de l'Asie du Sud Est. Ils construisent un système d'irrigation et de
drainage efficace, développent leur propre écriture.

KATAL HUYUK

Les travaux archéologiques en Anatolie ont révélé un monde totalement


différent de l'idée traditionnelle de l'âge de pierre. Regardons quelques
détails de la vie quotidienne de ces gens, tout d'abord leur alimentation :
14 espèces différentes de légumes alimentaires ont été cultivées : blé,
pois, lentilles, du Taureau ils ont obtenu des pommes, amandes, bellots et
genévriers. Ils faisaient du vin et de la bière. Ils ont sucré la nourriture
avec du miel et la peau de certains arbres de la région. Ils ont obtenu du
sel, qui est abondant en Anatolie. A tout cela s'ajoutent les œufs, les
poissons, les viandes diverses (moutons et chèvres domestiques), la
viande de gibier : urus, cerf, sanglier, loup, renard, renard, gazelle, âne,
léopard et même tortue. Tout cela nous montre une grande variété
d'aliments. Le chien faisait partie de la vie de ces gens et collaborait à la
chasse et au pâturage, comme le confirment de nombreuses peintures
pariétales de l'époque.

Un autre aspect surprenant est la robe : des restes de tissus teints, cousus
et réparés ont été trouvés. Il s'agit d'une laine teinte en rayures, nous
savons que les femmes portaient de préférence des robes rouges, avec des
poids dans les roues pour aider leur chute le long du corps.

Cela signifie qu'ils maîtrisent les techniques de teinture. D'après les


peintures sur les murs, nous savons qu'ils connaissaient les techniques
d'impression sur tissus, en utilisant différentes couleurs. En plus de la
laine, ils utilisaient des peaux d'animaux pour leurs vêtements, et lors
d'occasions religieuses, les hommes portaient un string léopard. Ils
maîtrisaient aussi la couture des peaux et des cuirs, ils devaient donc
porter des chaussures pour l'hiver. Ils fabriquaient des nattes et des
tapis. Le travail en menuiserie était très développé, appliquant des
coupes parfaites en carré pour la construction de leurs maisons. Ils
avaient des outils en bois pour les haches et les marteaux en pierre polie,
les couteaux, etc. Les céramiques étaient destinées aux assiettes, aux
vases et aux ustensiles de cuisine. Des miroirs en obsidienne et des
ornements en perles parfaitement travaillés ont été trouvés. La grande
variété d'objets et de produits témoigne d'un commerce actif avec des
régions aussi éloignées que les côtes méditerranéennes. Étonnamment, il
y a des preuves qu'ils connaissaient déjà le cuivre, des milliers d'années
avant le début de l'âge du cuivre. Même des traces de plomb fondu ont
été trouvées ! Les maisons ont toutes été construites en briques et
protégées par un enduit à base de chaux blanche. Il y avait aussi une
religion complexe et évoluée : le culte du taureau.

Les connaissances de Katal Huyuk modifient nos concepts sur le


néolithique, bien avant l'émergence des civilisations en Egypte et en
Mésopotamie, nous constatons qu'en dehors du Croissant fertile est né
une civilisation plus évoluée que nous ne l'espérions, et tout indique que
cette ville ne faisait pas exception, avait un niveau de vie commun aux
autres villes en Anatolie et les régions voisines, dont Troie.

18

RUBEN YGUA

2900 - L'augmentation des échanges commerciaux favorise la transformation


du village de Troie en une ville protégée par des murs de pierre, c'est la
première ville de Troie : la citadelle était constituée d'une enceinte de murs
fortifiés en pierre de 2,50 m d'épaisseur, probablement avec des bastions
quadrangulaires ; des traces de l'est subsistent, à une hauteur de 3,50 m et qui
contrôlerait l'entrée. Elle était formée de pierres irrégulières et rétrécie par la
partie haute. Les logements associés ont un plan rectangulaire et il y a des
vestiges d'un Mégaron. Des céramiques décorées de visages humains
schématiques apparaissent pour la première fois. Les habitants de Troie
appartenaient à la culture de Kum Tepe, de l'Ancien Bronze.

2800 - Méditerranée orientale : dans le Cycladique de la mer Egée, la


population a augmenté, l'égalitarisme se désagrège et les enclaves sont non
seulement situées en hauteur, mais sont fortifiées, comme Chalandriani ou
Panormos, entourées par un mur avec des bastions semi-circulaires et une
nécropole attachée dans laquelle on a trouvé plus de 600 tombeaux de ciste
avec trousseaux différents.

Parmi les industries florissantes des Cyclades, on trouve la céramique, qui est
distribuée dans toute la mer Égée, et le cuivre, en raison de la mine et des
creusets de fonderie qui apparaissent à Khytnos. Les relations avec les
territoires, îles et côtes continentales les plus proches sont intenses et bien
documentées.

2700- Méditerranée : en Sicile, les groupes chalcolithiques, comme Conca


d'Oro et San Cono Piano, sont liés au sud de la péninsule italienne, en
Sardaigne, les colonies sont érigées en plaine, et à Malte, en plus d'un fort
développement de la métallurgie du cuivre comprennent l'hypogée collective,
comme Trapana.

Pour sa part, la culture badoise s'est répandue depuis la Roumanie sur un


vaste territoire, couvrant les côtes de la mer Egée, l'Autriche, la Thessalie en
Grèce et Cernavoda dans les Balkans. Les habitations sont hautes et plates,
entourées d'une palissade et composées de maisons rectangulaires divisées en
deux pièces, de murs de poteaux en bois et de sols en argile. Certaines de ces
colonies d'éleveurs de chevaux ont des bâtiments uniques avec abside,
comme Gomolova en Serbie et Vucedol en Croatie, et en ce qui concerne les
sépultures, deux modèles sont utilisés, les sépultures avec les corps en
position fléchie et les crémations. Dans la céramique sont faites des tasses
avec des pieds et des anses, des cruches et de grands verres, dans des
figurines féminines en terre cuite et des modèles de charrettes et de cuivre
quelques haches, dagues et éléments décoratifs. La culture badoise influence
fortement d'autres régions, dans les territoires du nord-est de la Serbie, une
partie de la Bulgarie et de la Transylvanie, ou dans des groupes tels que
Kostolac, qui occupe des terres de Croatie, Hongrie et Slovaquie. La colonie
serbe de Cotofeni, d'autre part, donne son nom à un autre groupe caractérisé
par ses colonies avec des défenses dans les terres fluviales, bien qu'elles
n'abandonnent pas complètement les habitats des grottes.

2650 - Dans la mer Egée : la culture Keros-Sinos sur l'île de Keros. La Crète
montre une grande prospérité, produit de l'introduction du tour dans la poterie
et la métallurgie du bronze, à laquelle s'ajoute une augmentation
démographique (il était densément peuplé), surtout dans la zone centre-est, le
commerce crétois est très intense, principalement avec les îles Egée,
Anatolie, Chypre et Egypte ; un des principaux produits importés est l'étain,
inexistant dans l'île. Les implantations crétoises pré-palais sont peu connues.
Il y a des preuves que les maisons ont été construites en pierre et en pisé,
avec des patios pavés de dalles et parfois avec des murs en stuc. Les maisons
les plus caractéristiques ont été trouvées à Vasiliki et à Myrto de Jerapetra.
En Grèce commence la période helladique, très liée aux cultures balkaniques
et située géographiquement dans la zone centrale. Sa principale
caractéristique à ses débuts est le type de céramique, le gisement le plus
important étant Eutresis. En Inde : à Mohenjo Daro, toutes 19

L'HISTOIRE DE TROIE

les maisons ont une salle de bain et beaucoup d'entre elles ont aussi des
latrines. Cette ville est considérée comme la plus avancée de l'Antiquité en
matière d'hygiène. Mésopotamie : une nouvelle ville-

état bénéficie des routes des caravanes, l’anatolien Alalakh, avec un grand
complexe de palais divisé en de nombreuses salles, certaines décorées de
fresques. Plus au sud, les tribus cananéennes atteignent la périphérie de
Byblos, et en Mésopotamie, Adab est fondé et les premières mentions de
Larsa sont faites en tablettes.

2600 - La Méditerranée orientale continue d'être à la pointe du


développement culturel européen et l'une de ses manifestations est la
civilisation minoenne de Crète, caractérisée à ce stade par l'augmentation du
commerce maritime, qui donne lieu à une grande évolution dans une société
jusqu'alors purement agricole. Le tour de potier et le bronze ont été introduits,
alors que l'orfèvrerie était en plein essor. Dans les Cyclades, les relations
avec son principal partenaire commercial, Troie, s'établissent avec la
navigation côtière à des points intermédiaires, tels que Poliochni sur l'île de
Lemnos, Thermi sur l'île de Lesbos, Dikili Tash en Macédoine et autres. Et
en Grèce, qui a été occupée par des peuples de langue indo-européenne,
l'Helladique atteint un degré considérable de civilisation, influencée par
l'Anatolie et l'Asie du Sud-ouest, très visible dans les enceintes de pierre et de
brique, les palais aux toits et les bijoux en or et argent, qui apparaissent par
exemple à Lerne, Tirynthe et Asine, toutes des villes très fortifiées.

2500 - Mésopotamie : création du système sexagésimal à Sumer. La chose la


plus importante de la Mésopotamie méridionale est la prospérité des grandes
cités-états urbanisées, où l'utilisation du bronze s'est répandue. En plus de
ceux déjà connus, on peut citer le long de l'Euphrate ceux de Sippar, Akshak,
Marad, Adab, Zabalam, Girsu, Nina et Bad-Tibira, chacun avec une ceinture
de jardins et de palmeraies à leur tour entourés de zones de cultures
céréalières avec des canaux d'irrigation, derrière eux des lieux de pâturage
pour le bétail et enfin le désert. Le nord de la Mésopotamie, bien que pas
d'une manière aussi générale, voit aussi la croissance des grandes villes et
l'émergence d'autres petites, comme Assur, près du Tigre, qui aura son
importance dans l'histoire du territoire. En général, ils sont entourés d'un ou
deux murs qui empêchent le passage des armées ennemies, mais avec de
bonnes portes pour la pénétration des marchandises, car le commerce est la
base de la richesse de toutes ces villes. Plus au nord, pour se défendre contre
les invasions périodiques, la plupart des villes anatoliennes sont protégées par
des murs puissants. Apogée du commerce et de la navigation crétoise.

2490 - Méditerranée : le contact des navigateurs venus de l'Est, à la recherche


de minéraux et de matières premières pour l'élaboration du bronze, diffuse
dans tout le bassin méditerranéen la culture de la vigne, du blé et des olives,
plantes qui s'adaptent bien aux écosystèmes de la région et qui vont façonner
en partie le développement futur de nombreux villages. La culture Cicládica
prospère, avec un réseau de petits villages fortifiés qui, en plus de pratiquer
l'agriculture et la pêche, commercent avec la Grèce continentale, la Crète et
l'Anatolie, laissant l'île de Keros comme un lieu de culte. Chypre accueille
des immigrants d'Anatolie et fait du commerce non seulement avec les îles et
les côtes de la mer Égée, mais aussi avec l'Égypte, principalement le cuivre,
qui apparaît en abondance, comme le montre le site de Philia Drakos. Quant à
la Crète, siège de la culture minoenne, elle entretient des contacts dans le sud
avec la Libye en plus de ceux habituels de la mer Egée, et son organisation
sociale dans cette première phase (dite pré-palatiale) inclut l'apparition de
rois-prêtres. Ses principales implantations sont Mochlos, Mirtos, Mesara et
quelques autres, avec un urbanisme naissant et des sépultures de nature
diverse, des tombes en terre cuite aux enterrements en tholoi ou ossuaires
collectifs. La métallurgie du bronze évolue, l'orfèvrerie est travaillée et la
céramique imite celle des Cyclades, qui en général imposent encore leur
primauté culturelle sur les Minoens et le Helladique de Grèce, bien que ces
derniers généralisent la production des haches, poignards et autres objets
métalliques.
20

RUBEN YGUA

2480 - Anatolie : un incendie détruit la première ville de Troie, qui est


immédiatement reconstruite. La seconde Troie s'étendit sur une superficie de
neuf mille mètres carrés. Son mur, de plan polygonal, a été construit avec des
adobes surélevés sur un socle de pierre. Il avait deux portes accessibles par
des rampes en pierre et des tours carrées aux angles. Les plus grandes portes
sont du côté sud-ouest et donnaient accès au palais royal, le Megaron, par de
petits propilei. C'était une ville très prospère, comme en témoignent les
vestiges de la grande enceinte fortifiée, la Casa del Rey (Maison du Roi) et
ses plus de 600 puits, où étaient stockés des provisions et qui contenaient
généralement des fragments de grandes jarres de conservation, probablement
couvertes de briques, dispersées dans la citadelle. Le bronze est déjà apparu à
Troie, ainsi que le tour de potier, mais sa plus grande richesse, reflétée dans
le Trésor de Priam, vient du commerce, en raison de sa position stratégique.
Troie n'est pas seulement un passage obligé pour traverser le détroit des
Dardanelles qui relie la Méditerranée à la mer Noire, mais aussi un point de
départ de nombreuses routes terrestres qui relient les villes du sud. Ces villes
d'Anatolie connaissent également un grand développement grâce au
commerce, Beycesultán, Alisar Huyuk, Alaça Huyuk et Mersin se
distinguent, cette dernière entretient des relations importantes avec Byblos et
la côte syrienne. Toutes sont organisées dans le style des cités-états
mésopotamiens, bien qu'il soit difficile de définir leurs véritables structures
politiques.

La ville de LOTHAR, en Inde, peut nous donner une idée assez


approximative de la richesse de Troie à cette époque. Lothar était un
centre commercial prospère et vital dans l'Antiquité, le trafic de perles,
de pierres semi-précieuses, de métaux, de pierres précieuses et
d'ornements de valeur qui atteignaient les coins les plus reculés de
l'Extrême-Orient et d'Afrique. Les habitants de Lothal ont fait les
premières représentations artistiques réalistes en art et en sculpture,
ayant créé quelques-unes des fables les plus célèbres en Inde
aujourd'hui. Ils utilisaient un type de boussole avec un obus, avec 8 ou 12
divisions de l'horizon, et étaient probablement des pionniers dans l'étude
des étoiles et leur utilisation en navigation 2000 ans avant les Grecs.

2450 - Trente ans après son incendie, les premiers objets en fer apparaissent à
Troie, la ville tente de renaître de ses cendres et de retrouver son influence.
En Egypte : afin d'éviter une éventuelle pénurie de céréales, le pays entame
des relations commerciales avec les peuples de la mer Egée ; à Cythère, un
navire provenant du temple d'Ouserkaf a été retrouvé.

2400 - Fondation de Cnossos en Crète. La ville de Troie connut une fois de


plus une grande prospérité grâce à son commerce intense, à l'excellence de
son artisanat, très apprécié en Orient et en Anatolie, et aussi grâce à son
activité pirate dans la mer Egée. Troie devient le principal centre commercial
au sud de la mer Noire. Egypte : premiers signalements de la culture et de la
consommation de melon, un fruit probablement originaire d'Afrique ou
d'Asie du Sud.

2350 - En provenance de l'Inde, la culture du concombre est introduite en


Egypte. En Mésopotamie : le climat est devenu très sec ces derniers temps,
les précipitations ont diminué au point que l'Euphrate a changé de cap et que
de nombreuses terres arables ont disparu, entraînant l'abandon de nombreux
villages et l'émigration d'une masse humaine appauvrie vers les villes, qui
voient une exacerbation de la différenciation des classes. La technologie
IRON traverse du Caucase à l'Anatolie et apparaît à Alaça Huyuk, sous forme
d'offrandes dans une sépulture royale ou aristocratique. Il a dû arriver dans le
transit des peuples indo-européens qui peuplent ces territoires, mais son
expansion est difficile car ce métal fond à 1537º, c'est-à-dire 447º au-dessus
de ce dont le cuivre a besoin, et il n'existe aucun moyen ou 21

L'HISTOIRE DE TROIE

technique adéquat pour son élaboration. Il y a très peu de fours avec le tirage
et la structure capables d'atteindre ces températures, sans parler du secret
avec lequel la matière est traitée. Le mode opératoire consiste à chauffer le
minerai dans des fours à soufflets jusqu'à l'obtention d'un matériau pâteux
mélangé à du laitier, qui est expulsé avec un marteau. La forme de la pièce
est également obtenue par martelage, car la coulée dans un moule est
actuellement impossible.
2300 - Méditerranée orientale : le Cycladique de la mer Egée entre dans une
phase d'évolution rapide dans les établissements de Phylacopy sur l'île de
Melos et de Paroikia à Paros, où l'urbanisme et la métallurgie se développent
principalement, jusqu'aux côtes grecques. Sur l'île d'Eubée il y a des tombes
collectives creusées dans la roche avec un couloir d'entrée.

2280 - En Anatolie, les villes connaissent un fort développement, peut-être


favorisé par la crise mésopotamienne et par la prospérité des colonies fondées
par les marchands syriens pour commercialiser l'or et l'argent du lieu. A
Alaça Huyuk, où nous avons déjà vu des objets en fer, l'archéologie a trouvé
treize tombes princières qui reflètent une grande richesse, avec des
trousseaux regorgeant de minéraux précieux, des récipients en céramique, des
objets en bronze avec des figures de cerfs et de taureaux et une vaisselle très
luxueuse, certains étroitement liés à Troie et même aux régions du grec
Heladic, Alaka Heuyuk devient le plus important centre commercial de la
région. Troie, pour sa part, est devenu un royaume puissant, tandis que
beaucoup plus au sud, la ville de Nesa, que les Akkadiens appellent Kanesh
et d'autres sources Kultepe, entretient également des relations avec les
territoires syriens et mésopotamiens. C'est une ville fortifiée, terre comme on
l'a déjà dit des Nésites, une tribu indo-européenne dont l'origine est encore
discutée, bien qu'il soit probable qu'ils viennent des steppes de la mer Noire
et de l'Europe orientale. Dans le sud minier, Beycesultan est une ville avec un
urbanisme très influent en Crète, qui contrôle l'exploitation des minéraux, en
particulier le cuivre et l'argent. Comme toutes les grandes villes d'Anatolie est
une résidence pour l'aristocratie du lieu, puisque la plupart des gens vivent à
la campagne, dans les fermes et les petits villages, un modèle copié avec
succès de la Mésopotamie, qui dans sa région d'origine entre certainement
maintenant en crise, non seulement par le règne de Sargon mais par l'arrivée
incessante des peuples nomades du Nord. Au Kurdistan, il y a aussi des
peuples indo-européens, probablement en contact avec les Hurrites.

2260 - Les Gutis commencent leurs incursions en Mésopotamie, pillant et


s'emparant des villages et territoires abandonnés par la guerre civile. De
nombreuses villes ont été incendiées dans toute l'Anatolie, y compris Tarse,
Beycesultan et d'autres dans la plaine de Konya, peut-être par des groupes
venant des Balkans, en raison du fait que la Thrace européenne est également
pillée à cette époque. Il est possible que ce soient les Luvitas, de langue indo-
européenne, qui commence une pénétration vers le sud, mais ce n'est que de
la spéculation. Au centre, en Cappadoce, il y a des poteries aux lignes
géométriques et aussi d'étranges disques d'albâtre plats d'où émergent des
têtes triangulaires, sorte d'idole qui devient à la mode et atteint Hattusa, la
capitale des hatti, un peuple autochtone (ou peut-être caucasien, mais non
indo-européen) qui faisait partie de la coalition des 17 villes contre Naram-
Sin d'Akkad. C'est l'un des nombreux royaumes ou tribus de la région, qui
entretiennent un commerce intense avec Byblos et Ugarit et dont la
métallurgie du bronze est très développée, comme dans les centres industriels
de Tell Brak ou Amuq.

2258 - Les nomades Louvites envahit l'Anatolie, semant le chaos entre les
différentes villes, la ville de Troie est brûlée, pillée et abandonnée par ses
habitants.

22

RUBEN YGUA

2256 - Troisième ville de Troie, construite sur les ruines de la ville


précédente, plus petite mais avec un mur de pierre sculptée. Il semble que
tous les bâtiments aient été construits presque entièrement en pierre,
contrairement aux bâtiments en pisé précédents. Les vaisseaux
anthropomorphes sont caractéristiques de cette période. La vie culturelle de
Troie ne semble pas être interrompue, mais elle fait preuve d'une nette
décadence. Les vestiges des bâtiments sont maigres et de qualité inférieure
aux précédents, la ville ressemble plus à une usine commerciale qu'à la
prospère ville précédente.

2250 - De nouvelles vagues de peuples semi-nomades du Caucase et du


Kurdistan traversent le Jourdain pour envahir Canaan, entraînant
l'effondrement de nombreuses villes. En Grèce, la culture helladique ne se
développe que dans le Péloponnèse, avec des colonies à Korakou et à Lerne,
cette dernière étant un village fortifié avec la maison dite de tuiles, qui
ressemble à une résidence des hiérarchies. Selon certaines sources, il existe
des invasions de peuples de langue indo-européenne qui sont à l'origine de la
langue grecque ancienne, bien que ces pénétrations n'aient été confirmées
qu'à une date ultérieure. En tout cas, on sait avec certitude que les
envahisseurs n'attaquent pas la Crète, et c'est peut-être pour cela que la
culture minoenne se développe comme une société pacifique, sans guerriers,
entièrement dédiée au commerce avec l'Anatolie, l'Egypte, la Sicile et la
Palestine. La structure politique crétoise comprend une monarchie héréditaire
mais non absolue, les femmes jouissent de la liberté et parmi les particularités
de cette culture sont la pratique de la boxe et le saut des taureaux, leur animal
totémique.

LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES MONDIAUX ENTRE 3000 ET


2000 avant JC.

L'OSCILLATION DE PIORA- a été une période froide et humide


abrupte dans l'histoire du climat holocène, pour des raisons inconnues,
la température a baissé de manière significative dans l'hémisphère nord,
entre 3000 et 2050 av. Pendant cette période, les glaciers des Alpes se
sont agrandis et la végétation alpine s'est retirée. Le phénomène tire son
nom du Val Piora (ou vallée de Piora) en Suisse. C'est là qu'il a été
détecté pour la première fois, la ligne des arbres alpins a reculé
d'environ 100 mètres. Le changement climatique se fait également sentir
en Amérique, avec l'extinction de plusieurs espèces végétales et le déclin
des ormes et des pruches.

Les causes de l'oscillation de Piora sont discutées. Un bloc de glace au


Groenland présente une forte teneur en sulfate et en méthane vers 3250
av. J.-C., ce qui suggère un phénomène inhabituel (comme une éruption
volcanique, la chute d'une météorite ou l'impact d'un astéroïde). La fin
de l'oscillation de Piora coïncide avec une longue période de sécheresse
au Proche-Orient, en Afrique du Nord et en Anatolie, dans certaines
régions d'Europe et d'Asie, les scientifiques suggèrent qu'il existe une
relation directe entre les deux phénomènes.

LA GRANDE SÉCHERESSE- C'est une période allant de 2350 à


environ 2050 av. Il a changé sa vie au Proche-Orient. Au fur et à mesure
que les pluies diminuaient, que les déserts s'étendaient, que les rivières
s'asséchaient ou que leur débit était très réduit, que les récoltes étaient
presque complètement ruinées et que de nombreuses villes étaient
abandonnées par leurs habitants désespérés, certaines ont disparu à
cause des incendies ou des pillages. Certains monarques ont essayé de
réagir, en promouvant les travaux d'irrigation et les canaux. Ce fut la
pire période de sécheresse depuis 10 000 ans, avec la disparition de
quelque 300 villes anatoliennes. Des tribus nomades affamées et
désespérées ont envahi les régions les moins touchées par la sécheresse à
la recherche d'eau et de nourriture. La faim provoque la désintégration
de l'Egypte, qui souffre de deux grandes périodes de sécheresse, séparées
par deux siècles de climat normal, plus ou moins entre 2550 et 3550, et
c'est précisément durant ces 200 ans de normalisation climatique que le
23

L'HISTOIRE DE TROIE

pays est entré dans sa plus grande phase de construction avec la IVe
dynastie. En Mésopotamie, malgré les grands travaux d'irrigation
réalisés pour réduire les effets de la sécheresse, la population en a
également subi les conséquences, affectée par les mauvaises récoltes et les
invasions. Des preuves ont été recueillies dans le monde entier : en
Égypte, en Mésopotamie, en Inde, en Chine et même en Espagne. Sur les
rives du Nil, par exemple, les chercheurs se sont consacrés à l'analyse
d'échantillons de pollen (dont certains datent de plus de 7 000 ans) avec
lesquels ils ont établi un calendrier qui a révélé une sécheresse
impressionnante autour de ces siècles néfastes.

Dans l'Indus, le pollen a été étudié en plus des coquilles d'escargots (dans
lesquelles la présence d'isotopes spécifiques de l'oxygène a été calculée)
dans un lac alimenté par la mousson qui s'est asséché en raison d'un
manque d'eau. En Mésopotamie, les récits parlent d'une sécheresse qui a
duré 100 ans. La pire période de sécheresse a eu lieu vers 2200 av. J.-C.
et a duré jusqu'en 2050, lorsque les températures mondiales ont
lentement commencé à augmenter, marquant la fin de l'Oscillation de
Piora et de la Grande Sécheresse.

LA GRANDE DILUVIE EN ASIE CENTRALE - La fin de la sécheresse


a été marquée par des précipitations excessives et de fortes inondations
en Inde et en Chine entre 2050 et 2000. Tandis que le Proche-Orient et
l'Egypte retrouvent leur climat "normal" avec des pluies périodiques qui
permettent la réorganisation des sociétés et que l'Egypte entre dans une
nouvelle période de splendeur, dans la vallée de l'Indus, Harappa entre
en décadence. Dans les steppes d'Asie centrale et de Chine, plusieurs cas
d'inondations catastrophiques ont été signalés. En Chine, les chroniques
mentionnent la Grande Inondation de 2000 av. J.-C., avec l'effondrement
des cultures néolithiques du Fleuve Jaune à cause des inondations,
comme l'a montré l'archéologie. Certains historiens relient ces
changements climatiques au début de la métallurgie du cuivre
simultanément en Chine et en Grèce. En Asie centrale, les grandes
inondations provoquent l'émigration des peuples indo-européens vers
l'Europe et le Moyen-Orient, modifiant radicalement le cours de
l'histoire.

2230 - Il y a des signes de famine dans plusieurs régions de Mésopotamie et


du Moyen-Orient, des villages sont abandonnés, des hordes de pillards errent
dans les territoires sumériens et akkadiens sans rencontrer de résistance, la
population se réfugie dans les grandes villes fortifiées.

2225 - Mésopotamie : la région traverse une période de chaos, après plusieurs


années de récoltes ruinées par la grande sécheresse, la faim conduit la
population à abandonner villages et plantations, pillages et vandalisme sont
enregistrés, l'autorité des princes disparaît. L'histoire de cette période est
pratiquement inconnue en raison de la rareté des documents écrits, même si,
en prenant les textes ultérieurs comme référence, elle est censée avoir été
marquée par les différentes alliances et factions de villes éventuellement en
conflit les unes avec les autres.

2200 - C'est la pire période de la Grande Sécheresse, cette calamité s'ajoute


en ce moment une activité volcanique à grande échelle affectant le Proche-
Orient et l'Afrique du Nord, de nombreuses villes sont détruites ou
abandonnées. En Grèce : fondation du village d'Argos, invasion des Doriens.

2172 - Une série de tremblements de terre provoque de grandes destructions


en Anatolie, la ville de Troie subit de graves dégâts et est reconstruite, la
quatrième ville de Troie : avec une superficie de 17.000 m2, Troie IV,
montre la même technique de murs et de résidences que la ville précédente,
mais de nouveaux fours dôme émergent et quelques grandes résidences, avec
jusqu'à quatre chambres.

24
RUBEN YGUA

Suite à la Grande Sécheresse, la population de lions, de chiens sauvages,


d'éléphants, d'antilopes oryx et de girafes disparaît ou se réduit
significativement en Egypte et au Proche-Orient.

2100 - De nouvelles invasions de peuples en Méditerranée orientale, venant


de l'est, entrent par l'Anatolie, du Caucase et même de régions plus
septentrionales ou d'Europe orientale. Il est difficile de savoir si leur
installation est plus paisible que violente, mais ils semblent assimiler
rapidement la culture autochtone. Dans le Minoen de Crète, une écriture
hiéroglyphique ou pictographique est développée, et à Dabene, Bulgarie,
l'archéologie a trouvé 15.000 petites bagues en or, attribuées aux Thraces. En
Crète commence la période minoenne moyenne, avec la construction des
palais, le développement de la céramique Camares et l'apparition de l'écriture,
le commerce se développe fortement, créant la propriété privée,
l'augmentation démographique notable, la construction des grands palais de
Festos, Malia, Hagia Triade, et le plus connu et important de tous, Cnossos.
L'apparence des palais contraste avec le déclin apparent de la civilisation
cycladique et de la Grèce continentale, les palais minoens sont les plus
connus des bâtiments qui ont été fouillés sur l'île. Ce sont des bâtiments
monumentaux dédiés à des tâches administratives, comme en témoignent les
nombreuses archives mises au jour par les archéologues.

Chacun des palais fouillés à ce jour a ses propres particularités, mais ils en
partagent aussi qui les différencient des autres structures architecturales. Les
caractéristiques communes sont sa disposition autour d'une cour centrale,
dont les planchers étaient reliés par de petits escaliers, les façades construites
avec des pierres poreuses et des entrées monumentales, l'abondance des
entrepôts et l'existence de salles sacrées. Son meilleur exemple est la partie
ouest du Palais de Festos.

2060 - L'Helladique de Grèce est fortement influencée par les Cyclades et


assimile également certains éléments culturels et ethniques crétois, qui
fusionnent avec des groupes indigènes et indo-européens et contribuent à la
formation des futurs Grecs ; un des premiers exemples est Tirynthe, mais des
sites similaires ont été découverts à Thèbes, Litari et dans quelques autres.
Quant à la Macédoine, au nord, elle commence à recevoir les influences des
groupes balkaniques et des cultures des Kurganes qui incluent l'élevage de
chevaux. Les Balkans, les Carpates et la Roumanie sont également influencés
par les différents groupes de Kurganes, dont ils adoptent non seulement le
type d'enterrement, mais aussi des usages et coutumes différents. Ce sont des
sociétés guerrières, avec des colonies généralement fortifiées par des douves
et des armes en bronze en grand nombre. Une des cultures paradigmatiques
de cette influence est celle roumaine de Monteoru, avec des céramiques
cordonnées, des tombes couvertes d'ocres et des axes plats de cuivre, avec
début du bronze. Les Thraces, cependant, sont culturellement distincts, bien
que leur territoire occupe des zones entre les Carpates et le Dniestr, les
Balkans et le Danube, car ils érigent des dolmens pour les enterrements et
croient peut-être en la vie après la mort.

2050- Les températures mondiales commencent à augmenter, l'oscillation de


Piora se termine, la nouvelle période chaude apporte des pluies abondantes, la
Grande Sécheresse au Moyen-Orient se termine, en Inde une inondation punit
la ville prospère de Lothar et détruit des parties du port. Apogée du Mohenjo-
Daro, elle établit un commerce intense avec la Mésopotamie. Règne de
Naplanum à Larsa.

Psicides a trouvé la ville de Sagalassos en Taureau, Anatolie. Les premiers


groupes de bergers nomades amorites, d'origine sémitique, sont arrivés au
Proche-Orient en passant par les régions voisines de l'Euphrate. Dans la
CULTURE D'ANDRONOVO la roue radiale est inventée, cette culture s'est
répandue entre la chaîne de l'Altaï et l'Oural, ils pratiquaient l'agriculture
céréalière (blé et orge) et l'élevage sédentaire. Les bergers de la culture
d'Andronovo ont été les premiers à utiliser la yourte, une habitation utilisée
par les nomades dans les steppes d'Asie centrale. Le cheval était un objet
d'élevage spécial ; cet équidé était utilisé par les andrónovos pour faire de
l'équitation et pour tirer des calèches à deux roues, trouvées dans la nécropole
de cette culture. Ils connaissaient la métallurgie du bronze, habitaient de 25

L'HISTOIRE DE TROIE

petits villages fortifiés et leurs tumulus caractéristiques sont appelés


kourganes. On considère que la culture d'Andronovo était indo-européenne,
compte tenu des nombreuses caractéristiques culturelles qui existaient plus
tard dans les populations iraniennes : importance presque sacrée -ou
directement sacrée-du cheval, du bétail et du pâturage, culte du feu et culte du
soleil.

2040 - Les premières pénétrations des peuples indo-européens parlant l'indo-


européen en Grèce continentale à partir de l'Anatolie pourraient être la raison
de la destruction de Lerne et d'autres colonies dans l'ancien Heladic. La
Méditerranée reste la principale voie de contact entre les territoires qui
peuplent ses côtes. Les modèles politiques urbains de la Syrie, de la Palestine,
de Canaan, du Liban, de l'Anatolie et de la Mer Egée (basés sur ceux de la
Mésopotamie) ont besoin de matières premières pour leur développement qui
se trouvent souvent dans la zone occidentale, et grâce aux progrès des
techniques de navigation ces zones sont de plus en plus accessibles. C'est
ainsi qu'ils atteignent l'Occident, presque inévitablement, les techniques de
pointe de l'industrie métallurgique, la céramique, la construction (y compris
les fortifications), les rituels funéraires, les objets de luxe et de prestige et
d'une manière ou d'une autre le système social, dans lequel les hiérarchies
imposent leur pouvoir et ne sont pas discutés. Il existe des relations
permanentes et archéologiquement prouvées entre l'Égypte, Alasiya et la côte
syro-palestinienne, entre l'Anatolie occidentale et les îles de la mer Égée,
entre l'Italie du Sud et les îles Lipari et Malte et entre les côtes du golfe du
Lion, la péninsule ibérique et la Sardaigne, mais l'intensité de ces contacts est
généralement inconnue. Les îles Baléares ont des habitats dans des grottes
naturelles ou artificielles, et l'ambre de la Baltique a été trouvé dans certaines
tombes grecques, bien que peut-être un peu plus tard.

2000 - Chine : le long des vallées des fleuves Jaune et Yangzi, toutes les
cultures néolithiques régionales disparaissent. De nombreux archéologues ont
émis l'hypothèse que ce phénomène coïncidait avec l'époque des grandes
inondations, comme en témoignent les textes anciens. La légende veut que
cette inondation ait été contrôlée par Yu le Grand, le légendaire roi fondateur
de la dynastie Xia, bien que le contexte historique du mythe de la Grande
Inondation doive être étudié en profondeur, de nombreuses recherches
scientifiques ont montré un épisode de détérioration climatique vers 2200-
2000 avant JC en Chine. Même certains sites néolithiques montrent des
alluvions vers la fin du troisième millénaire, comme Mojiaoshan dans le
Zhejiang. Ainsi, des inondations dévastatrices se sont probablement produites
dans de nombreuses vallées, détruisant de nombreux villages. L'ampleur de la
catastrophe, qui aurait pu toucher une grande partie de l'Asie centrale et
déplacer des populations entières, n'est pas connue, car nous savons qu'à cette
époque la grande invasion des hordes de chevaliers indo-européens
commence sur les côtes de la mer Noire, des Balkans et de l'Anatolie. Des
groupes amorites envahissent la Mésopotamie et la Syrie. La métallurgie du
bronze commence dans les villages grecs, en même temps que dans les
villages chinois.

1950 - De nouvelles vagues d'Indo-Européens envahissent l'Anatolie,


détruisant la quatrième ville de Troie. Inde : une grande inondation punit la
vallée de l'Indus, dévastant de nombreuses villes et villages, la ville prospère
de Lothar disparaît, ses habitants se réfugient dans les hautes régions où ils
s'organisent en nouveaux villages, un mouvement massif d'émigrants
s'installe dans la vallée de Sarasvati, fondant la culture du Harappa supérieur,
qui montre un grand recul culturel face au Mohenjo Daro et Harappa.

Pélasgiens et Illyriens envahissent l'Italie, introduisant la CULTURE DU


MUR CYCLOPÉEN.

1949 - Reconstruction de Troie, la cinquième ville est une reconstruction


similaire à la précédente, mais obéissant à un plan d'urbanisme plus régulier
et avec des maisons spacieuses, mais sans rupture culturelle avec le passé.

26

RUBEN YGUA

1940 - La présence croissante des Hittites en Anatolie ruine l'économie et le


commerce assyriens, entraînant le déclin d'Assur. Selon un document
ultérieur de la ville de Kanesh, les Hittites sont installés en Anatolie près de
la région de Hattusa, le Boghazkoy moderne. Ces Hittites plus qu'une ethnie
définie sont un mélange des anciens envahisseurs de la parole indo-
européenne, des nesitas, des palaitas et peut-

être des luvitas et d'autres, qui en pénétrant dans le territoire des hatti
commencent à être nommés, comme il est d'usage en Mésopotamie, avec
l'étymologie de l'endroit. En tout cas, ils forment un groupe fort, composé de
deux piliers inconnus du reste des peuples de l'Asie du Sud-ouest, le char de
guerre à deux roues à rayons et la fonte de fer, une technique apportée du
Nord qui, grâce aux améliorations technologiques - systèmes d'oxygénation
de la source de chaleur et perfection de la structure du four lui-même, qui
permet d'atteindre des températures de cuisson supérieures à 1500º - est déjà
dans une phase relativement avancée.

1890 - Un fort tremblement de terre secoue la mer Egée au nord de la Crète,


le nombre de victimes est inconnu, Cnossos prend feu. Il n'existe aucun
document faisant état des conséquences du tremblement de terre de Troie. En
Syrie : la ville d'Ugarit s'enrichit, se transforme en un port important, qui
reçoit toutes sortes de marchandises, par exemple de la céramique crétoise,
avec un ambassadeur égyptien stable qui est chargé d'envoyer régulièrement
des cadeaux aux rois Amorites de la région. De l'autre côté de la Syrie, Mari
impose sa domination politique sur une grande partie du territoire qui
appartenait aux Urkish Hurrites.

1850 - La civilisation crétoise s'étend sur la mer Egée et une grande partie de
l'Anatolie occidentale.

Sur l'île de Sicile, le bronze apparaît, en particulier dans le groupe de


Castellucio, au sud-est. C'est une culture qui construit ses villages dans des
zones élevées, qui dominent le territoire, protégées par un mur de pierre et
des huttes de plan ovale ou rectangulaire. L'inhumation est de type collectif
dans des grottes creusées dans la roche, avec des trousseaux lithiques, osseux
et en cuivre, et dans les céramiques les amphores à double manche et les
bassins se distinguent.

1830 - Les envahisseurs nomades détruisent les Kamish en Anatolie. Le


territoire de la Mésopotamie est si fragmenté que la stabilité des frontières a
cessé d'exister, en grande partie grâce à l'action des Amorites, tribus
sémitiques qui ont détruit l'ordre ancien.

1820 - En Anatolie : Des colons indo-européens s'installent à Troie,


dompteurs de chevaux arrivés peut-être par la mer Noire, qui se mélangent
avec la population précédente d'origine cycladique (Egée).

1760 - Les groupes indo-européens installés à Gourgane, au nord de l'Iran, au


bord de la mer Caspienne, sont expulsés du territoire ou divisés en différents
groupes, après quoi ils prennent des chemins différents. Certains se dirigent
vers le plateau iranien, où ils soumettent les bergers indigènes, et d'autres
vers l'Afghanistan, en direction de la vallée de l'Indus.

1740 - Crète : développement de l'écriture hiéroglyphique minoenne, dont les


habitants commencent à coloniser certaines îles des Cyclades.

1730 - En Crète : époque du roi Minos, construction du palais de Minos à


Cnossos. En Anatolie, Troie conserve son rôle d'arbitre dans les Dardanelles,
ses habitants parlent peut-être la langue indo-européenne des Luvites.
Beaucoup plus au sud, près de la frontière syrienne, dans la plaine de l'Amuq,
27

L'HISTOIRE DE TROIE

Alalakh commence une ère de splendeur. C'est un grand centre urbain situé à
l'intersection de deux importantes routes commerciales reliant l'Asie du Sud-
ouest à l'Europe, avec un complexe de palais - qui existe déjà depuis dix
siècles - dans lequel de nombreux documents sont conservés en caractères
cunéiformes. La ville est entourée d'une grande muraille qui, dans son entrée
principale, est ornée de portiques et de lions sculptés.

1720 - Au Proche-Orient : les marchands et guerriers Hyksôs, hourrites et


Aryens introduisent de grands troupeaux de chevaux. Les marins et les
marchands crétois établissent deux grandes colonies industrielles sur les îles
des Cyclades : Filakopi et Ayla, qui deviennent rapidement des centres
commerciaux actifs ; introduction de la culture de la figue dans la mer Egée.
Bien que la culture de Monteoru soit influencée par les Helladiques, les
influences orientales ne sont pas éliminées, surtout dans les steppes du
Caucase et de la mer Noire. Monteoru est une société guerrière aux
hiérarchies bien définies, dominée par une élite fortement armée et dans
laquelle la métallurgie du bronze - issue d'Otomani - prend une place
importante. Des vases en céramique de haut manche et des récipients pour le
sacrifice sont fabriqués, des objets de luxe sont importés d'Anatolie, de Grèce
et d'Europe centrale -

comme ceux en or qui apparaissent dans le trésor de Tafalau- les tombes sont
individuelles, avec trousseau et recueillies dans la nécropole, et l'agriculture
est essentiellement de blé, orge et mil, avec une grande exploitation du sel
dans la Sarata rivière. Également de Roumanie est le groupe de Vervicioara,
dans le Danube inférieur, avec des colonies fortifiées, une grande nécropole
et l'industrie métallique.

A ce stade, la métallurgie du cuivre est lentement remplacée par


l'utilisation du bronze au Proche-Orient.

1700 - Méditerranée : amélioration et développement des communications


terrestres et maritimes, par la construction de routes et de ports, d'où les
navires marchands naviguent avec des produits agricoles et artistiques, qui
sont échangés contre des matières premières dans toutes les cultures
riveraines. A Tel Kabri, Israël : vestiges de la plus ancienne cave à vin
trouvée. Egée : commence une période d'intense activité tectonique dans l'est
de la Méditerranée et la mer Egée, en Crète plusieurs palais sont détruits par
un fort tremblement de terre qui détruit également le temple de
l'Anemospilia, au cours d'une cérémonie de sacrifice humain, cette fois est la
légende du Minotaure et le labyrinthe du palais de Minos, apparemment les
Minoens venus pour contrôler les îles Cyclades dans la mer Égée.

1651 - Grand tremblement de terre au nord de la Crète, le nombre de morts


est inconnu. Troie a probablement souffert de ses effets, parce que des
travaux de réforme et de reconstruction sont réalisés, c'est la sixième ville de
Troie : c'était un lieu prospère, siège d'un roi, prince ou gouverneur et centre
administratif progressivement agrandi jusqu'à atteindre sa forme définitive au
XIVe siècle av. Elle était habitée par des immigrants d'origine indo-
européenne qui se consacraient à de nouvelles activités telles que l'élevage et
le dressage de chevaux, développaient la technologie du bronze et
pratiquaient le rite funéraire de l'incinération. Les navires mycéniens qui ont
également été trouvés sont la preuve de l'existence de relations commerciales
entre Troie et la civilisation mycénienne. Parmi les structures fondamentales
de Troie VI, la forteresse se distingue par son bastion monumental de 9 m de
haut et ses angles très aigus, dans une position similaire à celle de Troie II, en
bronze antique, dominant le parcours du Scamandre. En cas de siège, il y
avait une énorme citerne de 8 m de profondeur à l'intérieur du bastion central.
Le tracé des murs d'un diamètre d'environ 200 m - le double de l'enceinte la
plus ancienne - est déplié dans une deuxième clôture concentrique à la
précédente d'une hauteur moyenne de 6 m et d'une épaisseur de 5 m. On y
accédait par une porte principale, contrôlée par une tour fortifiée et par trois
tours secondaires, d'où convergeaient radialement de larges rues vers le
centre nord de la ville, qui a aujourd'hui disparu. Lorsque les portes ont été
franchies, des pierres rectangulaires ont été trouvées, en 28

RUBEN YGUA

forme de pilier, chacune encastrée dans un autre bloc de pierre, de la taille


approximative d'une personne. Ce type d'éléments architecturaux est assez
courant dans la région hittite. L'archéologue Peter Neve pense qu'ils
pourraient être liés au culte des divinités protectrices des portes, tandis que
Manfred Korfmann suggère qu'ils pourraient être liés à celui d'Apollon. A
l'intérieur des murs il y a encore peu d'habitations rectangulaires avec
portique, mais il ne reste que le rez-de-chaussée : parmi les ruines les plus
imposantes de Troie VI se trouve la dite "Maison des Piliers", de forme
trapézoïdale, de 26 m de long et 12 m de large. Il se compose d'un foyer à
l'est et d'une grande salle centrale, qui se termine par trois petites pièces à
l'arrière. C'était un bâtiment public pour les cérémonies royales officielles. Le
grand bidonville de la ville a été découvert par Korfmann en 1988, aidé par
une nouvelle technique appelée prospection magnétique. Après cette
découverte, la ville se voit attribuer une superficie de 350.000 m², soit treize
fois plus grande que l'acropole déjà connue. Également de taille considérable,
Troie était plus grande qu'une autre grande ville de l'époque, Ugarit (200 000
m²), et est en fait l'une des plus grandes villes de l'âge du Bronze. Sa
population se situerait entre 5 000 et 10 000 habitants. En cas de siège, on
estime que Troie pourrait accueillir 50 000 habitants de toute la région.

1650 - Crète : le Disque de Phaistos, avec des inscriptions qui n'ont pas
encore été déchiffrées, son origine est inconnue, qui ne serait apparemment
pas minoenne. A cette époque, le niveau de vie était nettement plus élevé en
Europe, les tissus étaient teints avec de nouvelles techniques et des couleurs
différentes, le nombre d'animaux domestiques et la variété des denrées
alimentaires agricoles augmentaient, et les cadavres étaient incinérés dans le
cadre de nouveaux rites religieux. En Anatolie, les Hittites dominent une
grande partie des routes commerciales entre la Méditerranée et la
Mésopotamie.
Naviguant le long des fleuves et des mers, de nombreux aventuriers et
marchands communiquent les civilisations du Proche-Orient avec
l'Europe centrale, les Crétois atteignent la Baltique, après avoir établi un
riche commerce avec les peuples d'Espagne, Gaule, Italie et Afrique du
Nord.

Il est probable que les Troyens, de par leur position stratégique


dominant le détroit, ont établi des relations commerciales non seulement
avec les peuples de la mer Noire, mais aussi avec les rives du Danube et
les grands fleuves ukrainiens qui entrent sur le continent.

1630 - Grèce : les vagues de peuples indo-européens ont donné naissance à


un substrat ethnique qui a un fort impact sur la culture helladique. Ce sont,
entre autres, ces achéens venus du nord, aujourd'hui locuteurs du grec dit
ancien, qui produisent des céramiques sur un tour très poli, en gris clair ou
mat, à motifs géométriques. Les Helladiques entament une transformation
avec la contribution de ces peuples étrangers, parmi lesquels la coutume des
enterrements dans des puits doit être soulignée en principe.

Cependant, toutes les régions n'ont pas le même niveau de développement, il


y en a encore qui ont des systèmes de vie primitifs, où la chasse et la pêche
prédominent et où l'agriculture est inexistante ou tout au plus témoin, par
exemple dans les Carpates du nord, dans les villages de Komarov et
Bilopotok, et dans la culture FATJANOVO de la Volga.

1625 - Grèce : seconde fondation du village de Tirynthe.

1600 - En Crète, le palais de Cnossos est reconstruit et agrandi, avec des


pièces - sanctuaire, salle du trône, bureaux, salles royales et nobles, enceintes
religieuses et entrepôts, souvent ornés de fresques -

situées autour d'une grande cour centrale. Le palais de Cnossos est le plus
grand de l'île, et il semble très probable qu'il serve de noyau principal dans les
relations entre les différents centres, tels que Malia et Phaistos, dont chacun à
son tour est un point focal de contrôle à partir duquel les élites guerrières, 29

L'HISTOIRE DE TROIE
commerciales ou sacerdotales régissent les destinées des Crétois. Les
produits sont redistribués à partir des palais, ce qui a favorisé le débat sur
l'éventuelle démocratie ou peut-être le despotisme du système, et en termes
de population, on peut le dire, à l'exception de celle qui jouit de quelques
(rares) villas de loisirs, comme celle de Hagia Triade, et l'artisanat, qui est
situé à proximité des palais pour produire les objets de luxe et d'orfèvrerie qui
sont en demande, vit principalement dans les villages, les fermes ou les ports
dédiés aux travaux agricoles, l'industrie métallurgique, la fabrication de la
laine, du fromage et des peaux ou la construction navale. Le taureau est
vénéré et bien que des tablettes d'écriture Linéal A et d'autres matériaux
crétois aient été trouvés sur les îles de Tera, Melos ou Egina, il est risqué de
dire que ce sont des colonies officielles.

1573 - Tremblement de terre sur la côte sud de la Crète, ses conséquences


sont inconnues.

1571- Une série de tremblements de terre punissent le Proche-Orient et


l'Egypte : la terreur superstitieuse, la faim et les épidémies punissent l'Egypte,
seraient les fléaux mentionnés par la Bible, le pouvoir des Hyksôs est affaibli,
Thèbes profite de la situation pour lancer la guerre de libération : Camosis
chasse les sémites de Memphis.

1570 - La période intense de tremblements de terre se poursuit en différents


points de la planète. Les Égyptiens vainquirent l'armée des Hyksôs et
progressèrent vers le nord, les Sémites conservèrent à peine le delta, et les
tribus Hyksôs commencèrent à battre en retraite. Camosis arrive au front de
son armée jusqu'au delta du Nil, où les forces ennemies se sont réfugiées, et
conquiert Nefrusi. Camosis assiège la forteresse d'Avaris dans le delta et pille
les terres entourant la capitale des Hyksôs. En Inde, la culture Harappa de la
vallée de l'Indus s'effondre et prend fin, probablement en raison du
changement climatique, des inondations, des tremblements de terre ou des
sécheresses, qui ont pu provoquer des famines et des épidémies.

1565 - Une énorme éruption volcanique sur l'île de Thera dans la mer Égée
détruit le prospère centre commercial minoen d'Akrotiri, provoquant un
énorme tsunami qui touche toute la Méditerranée orientale. La flotte de la
Crète est détruite dans ses ports, tout comme de nombreuses villes côtières
sont inondées par le grand tsunami. Un énorme nuage de poussière et de gaz
recouvre le ciel européen et atteint en quelques mois des endroits aussi
éloignés que la Chine et le Groenland. Les pertes de récoltes sont enregistrées
dans différentes parties du monde. Un fort tremblement de terre détruit le
palais de Cnossos, une guerre civile éclate en Crète, la terreur superstitieuse
s'empare de la population. A Troie, il n'y a pas de traces des conséquences du
tsunami, mais il y a des comptes rendus de catastrophes liées à cette éruption
dans l'extrême sud de l'Arabie.

1564 - Des hordes de chevaliers indo-européens, connus sous le nom


d'Achéens, envahissent la Grèce et les côtes de l'Egée. Il y a des migrations
massives de plusieurs peuples, les Aryens envahissent l'Inde.

Un tremblement de terre punit Jéricho, il n'y a aucune information sur les


victimes ou les dommages.

1563 - La "Nouvelle Période des Palais" commence en Crète : reconstruction


des palais, villes et temples détruits par le tsunami de 1565.

1560 - En Grèce, les Achéens dominent la population indigène avec laquelle


ils se mélangent, recevant une forte influence culturelle crétoise : la fondation
de Mycènes et la seconde fondation de Tirynthe. Les Kaskas envahissent
l'Anatolie, menaçant les villes hittites.

30

RUBEN YGUA

MYCÈNES - UNE CIVILISATION INCONNUE

On a découvert que ceux que l'on appelle incorrectement les


"Mycéniens" sont en fait des Grecs.

Aucune source écrite d'un site mycénien n'indique comment ce peuple


s'appelait. Selon une lecture de l'Iliade, où les Grecs s'appellent les
Achéens, et compte tenu de la mention de l'ahhiyawa dans les sources
hittites du Bronze récent, il a été pensé pour donner aux Mycéniens le
nom des Achéens. Cependant, le deuxième argument est loin d'être
accepté par tous, et pour le premier, le terme Achéens peut avoir
plusieurs lectures dans les textes d'Homère.

En l'absence de sources directes, l'organisation politique générale du


monde mycénien ne peut être connue avec certitude. La Grèce a été
divisée en plusieurs états. Ceux cités dans l'Iliade sont : Mycènes, Pylos,
Orchomène, qui sont connus par l'archéologie, mais peut-être aussi
Sparte ou Ithaque. Cependant, l'archéologie ne peut pas confirmer ce
dernier point. Seuls les états de Pylos et Cnossos sont clairement attestés
par les textes B linéaires. Cela dit, il est impossible de savoir quel était le
centre politique dominant d'Argolide (s'il y en avait un) : Mycènes,
Tirynthe ou Argos, ou peut-être Athènes, Gla ou Yolco.

La mention d'un "roi des ahhiyawa" dans les sources hittites a été
comparée au "roi des Achéens", qui serait le roi de Mycènes,
Agamemnon, en Iliade. Mais rien ne prouve que les ahhiyawa sont les
Achéens (bien que cela semble la solution la plus logique) et
l'emplacement de leur royaume continue d'être discuté : Asie Mineure,
Rhodes, Grèce continentale.... Si certains historiens veulent faire de la
Grèce mycénienne une confédération d'États dominée par un roi, primus
inter pares, qui pourrait être le roi de Mycènes, aucune preuve n'a
encore été trouvée pour le confirmer.

L'organisation de l'artisanat est connue surtout par rapport aux palais.


Les archives de Pilos montrent un travail spécialisé : chaque ouvrier
appartient à une catégorie précise et a une place spécifique dans les
étapes de production, notamment dans le textile.

L'industrie textile est l'un des principaux secteurs de l'économie


mycénienne. Les lattes Cnossos permettent de suivre toute la chaîne de
production, depuis les troupeaux de moutons jusqu'au stockage des
produits finis dans les entrepôts du palais, en passant par la teinture, la
distribution de la laine dans les différents ateliers et les conditions de
travail dans ces ateliers. Le palais Pilos compte environ 550 ouvriers du
textile. A Cnossos, il y en avait jusqu'à 900. 15 spécialités textiles ont été
identifiées. Outre la laine, le lin est la fibre la plus utilisée.

L'industrie métallurgique est bien attestée à Pilos, où 400 ouvriers


étaient employés. On sait de sources écrites que le métal leur a été
distribué pour effectuer leur travail : une moyenne de 3,5

kg de bronze par faussaire. Cependant, on ne sait pas quelle était la


rémunération : elle est mystérieusement absente des listes de distribution
des rations. En Cnossos quelques tablettes témoignent de la fabrication
d'épées, mais sans évoquer une véritable industrie.

L'industrie de la parfumerie est également présente. Les comprimés


décrivent la production d'huiles parfumées : à l'odeur de rose, de sauge,
etc. On sait aussi par l'archéologie que les ateliers dépendants du palais
comprenaient d'autres types d'artisans : orfèvres, ivoiriers, sculpteurs,
potiers. De l'huile d'olive a également été fabriquée. Certains de ces
produits ont été exportés.

La production agricole de ces royaumes suit la traditionnelle "triade


méditerranéenne" : céréales, oliviers et vignes. Les céréales cultivées sont
le blé et l'orge. Il existe également des oliveraies pour la production
d'huile d'olive, qui n'est pas nécessairement utilisée pour l'alimentation,
mais pour les soins corporels et les parfums. Différents vins sont élaborés
avec la vigne. Le lin est également cultivé pour l'habillement, le sésame
pour l'huile et les arbres comme les figuiers.

L'élevage est dominé par les moutons et les chèvres. Les vaches et les
porcs sont plus rares. Les chevaux sont principalement utilisés pour tirer
les chars de guerre.

Curieusement, le commerce est absent des sources écrites. Ainsi, une fois
que l'huile parfumée de Pilos est conservée dans de petits pots, on ignore
ce qui lui arrive. De grandes amphores avec des 31

L'HISTOIRE DE TROIE

signes d'avoir contenu l'huile ont été trouvées à Thèbes, en Béotie. Ils
portent des inscriptions en B linéaire indiquant comme origine la Crète
occidentale. Cependant, les tablettes crétoises ne révèlent pas un mot sur
l'exportation du pétrole.

Peu d'informations sont disponibles sur le circuit de distribution des


textiles. On sait que les Minoens exportaient des tissus fins vers l'Egypte
ancienne ; peut-être les Mycéniens ont-ils fait de même. Ils ont
probablement adopté la connaissance minoenne de la navigation, comme
en témoigne le fait que leur commerce maritime a commencé à se
développer après la chute de la civilisation minoenne. Malgré ce manque
de sources, il est probable que certains produits, notamment les tissus, le
pétrole et la métallurgie, étaient destinés à être vendus à l'extérieur du
royaume, car leur production est trop importante pour être destinée à la
seule consommation interne. De nombreuses amphores ont été trouvées
en mer Egée, en Anatolie, dans le Levant, en Egypte, mais aussi à l'ouest
de la Sicile, voire en Europe centrale et en Grande-Bretagne.

1550 - Deuxième apogée de Cnossos en Crète, une nouvelle flotte marchande


est construite. Fondation d'Alasiya à Chypre. De nouvelles vagues
d'envahisseurs aryens entrent en Inde. Des versions anciennes du poème
épique de Gilgamesh à Babylone. Les premières cartes de l'histoire : la carte
d'une ville côtière crétoise, peinte sur le mur de la "Maison de l'Amiral", et la
carte de la ville de Nippur, dessinée par un artiste kassite. La fabrication du
fer est entrée dans une phase de développement énorme grâce au procédé de
l'acier, qui produit un métal beaucoup plus dur, avec des bords plus résistants
et une durée de vie plus longue pour les pièces. Ces caractéristiques, ainsi que
le fait que le fer est l'un des minéraux les plus abondants dans la nature, lui
donnent un grand avenir.

1540 - En Grèce, l'helladique atteint son apogée avec le développement de la


métallurgie du bronze, et s'exprime dans la culture dite mycénienne, qui tire
son nom du principal noyau urbain du territoire, Mycènes. On discute de
l'état de cette ville, mais pas de l'importance et de l'influence de sa culture,
née de la chaleur des nouveautés introduites par les groupes balkaniques des
Kurgans, un ascendant qui se voit parfaitement dans deux innovations, la
construction de tombes princières et l'élevage du cheval, qui amène avec lui
le char de guerre. Ces changements, ainsi que le développement de l'industrie
elle-même et les influences de l'Est, transforment l'ancienne société agricole
et égalitaire en un autre proto urbain, dans lequel une élite de guerriers a pris
le pouvoir. Les zones agricoles s'étendent autour des noyaux de population,
qui se sont fortifiés au fur et à mesure que les relations entre eux se
développaient et s'intensifiaient, et sur le plan géographique, la Messénie,
l'Achaïe et l'Attique sont les zones centrales du Mycénien, tandis que la
Macédoine reste un peu en arrière, bien que ce soit la région par laquelle de
nombreuses transformations sont entrées. Les Mycéniens sont généralement
considérés comme les premiers Grecs, compris comme un concept
géographique et culturel, produit de l'union des pélasgiens avec les
envahisseurs nordiques, achéens et autres. Quant à son influence, le
Mycénien atteint les îles de la mer Égée et une partie des côtes de l'Anatolie,
avec la grande ville de Mycènes comme centre du pouvoir, dirigé par un roi
de guerriers propriétaires terriens qui exerce son leadership sur ce qui
pourrait être considéré comme une confédération, formée notamment par
Pylos, Thèbes, Glah, Orchomène et Tirynthe.

1530- Les Sémites Hyksôs sont divisés en de nombreux fiefs mineurs dans le
nord de la Mésopotamie, en Syrie, en Subartu et en Amurru, où ils sont
connus comme Hourrites ou Mittanis, les Assyriens deviennent indépendants.
Huzziyas, roi des Hittites. Pendant ce temps, le palais de Cnossos a été
reconstruit et agrandi, avec les pièces - sanctuaire, salle du trône, bureaux,
salles royales et nobles, enceintes religieuses et entrepôts, souvent ornés de
fresques - situées autour d'une grande cour centrale.

Le palais de Cnossos est le plus grand de l'île, et il semble très probable qu'il
serve de noyau principal dans les relations entre les différents centres, tels
que Malia et Phaistos, dont chacun à son tour est un 32

RUBEN YGUA

point focal de contrôle à partir duquel les élites guerrières, commerciales ou


sacerdotales régissent les destinées des Crétois. Les produits sont redistribués
à partir des palais, ce qui a favorisé le débat sur l'éventuelle démocratie ou
peut-être le despotisme du système, et en termes de population, on peut le
dire, à l'exception de celle qui jouit de quelques (rares) villas de loisirs,
comme celle de Hagia Triade, et l'artisanat, qui est situé à proximité des
palais pour produire les objets de luxe et d'orfèvrerie qui sont en demande, vit
principalement dans les villages, les fermes ou les ports dédiés aux travaux
agricoles, l'industrie métallurgique, la fabrication de la laine, du fromage et
des peaux ou la construction navale. Le taureau est vénéré et bien que des
tablettes d'écriture Linéal A et d'autres matériaux crétois aient été trouvés sur
les îles de Tera, Melos ou Egina, il est risqué de dire que ce sont des colonies
officielles.

1520 - En Grèce, la ville de Mycènes est très fortifiée, avec des palais et des
temples à l'intérieur qui exposent la concentration du pouvoir militaire,
politique et idéologique de ses élites. Dans ces palais se trouvent des
entrepôts à partir desquels les produits sont distribués, y compris l'eau, dont
l'utilisation est ainsi contrôlée. La poterie mycénienne est de grande qualité,
avec une prédominance dans cette phase de verres à anses surélevées qui
imitent des surfaces métalliques, bien que peu à peu amphores et tasses à
décor de pieds d'animaux, poulpes, seiches et calamars d'influence minoenne
deviennent populaires. Les armes en bronze sont excellentes, et tournent sur
deux modèles de base, la longue épée de type minoen, de 90 cm de long, et
une autre plus courte, de 60 cm, parfois avec une poignée en or en signe de
prestige.

Les cuirasses sont en bronze avec deux corps, l'avant et l'arrière, reliés par
des sangles, et d'eux pendent aussi des bandes de bronze qui couvrent les
cuisses. Le guerrier mycénien porte généralement une épée, un poignard et un
javelot, un casque métallique recouvert de défenses de sanglier et un bouclier
en bois doublé de cuir. Quant aux sépultures, elles sont dans des tombes, et
les rois sont parfois vénérés dans leurs magnifiques tombes. Il existe
également quelques textes, généralement sur des questions administratives et
fiscales, en écriture linéaire B, un système déjà entièrement syllabique, avec
des idéogrammes et adapté à la langue grecque.

1510 - Méditerranée orientale : les premiers commerçants à exporter des


produits conservés au sel : poisson, jambon, olives, œufs de poisson et
viandes diverses.

1500 - A Malte, les villages fortifiés sont organisés en collines, il y a un


commerce intense avec la Sicile, l'Italie et les marins de l'Est (Crétois ?).
Chypre : splendeur d'Alasiya, principal centre d'exportation du cuivre,
commerce intense avec Ugarit, en Syrie. Proche-Orient : de nouvelles
colonies de peuplement et des forteresses fortifiées de Moabite émergent
progressivement, formant une barrière pour les Bédouins des steppes
désertiques orientales ; en Israël, c'est l'époque approximative de la fondation
d'Acre.
1480 - Un peuple guerrier d'Asie centrale s'installe dans la vallée du Danube
(peut-être indo-européen, lié aux Achéens), provoquant le déplacement des
peuples autochtones à l'ouest. Selon des sources grecques postérieures, il y
aurait une émigration vers l'Anatolie des peuples des Balkans -peut-être des
Thraces de langue indo-européenne que leurs contemporains appellent
musku- qui ont fondé le royaume de Phrygie, l'histoire de ce pays pendant les
siècles suivants est enveloppée de pénombres. Sur la côte ouest de l'Anatolie,
Troie atteint son apogée, avec un mur de 552 m de long culminant en dents
de scie et une série de grands bâtiments sur l'Acropole.

1440- Les nomades Cachei expulsent les Hittites des côtes de la mer Noire en
Anatolie. Dans la mer Egée, les attaques mycéniennes provoquent la
décadence crétoise.

33

L'HISTOIRE DE TROIE

1439 - La puissante flotte mycénienne envahit la Crète, inondant l'île de gens


qui parlent le grec archaïque, écrivent en B linéaire et adorent la déesse mère
Déméter, sa fille Perséphone et Triptolème.

1400 - Les Mycéniens détruisent la ville de Cnossos en Crète : la


prédominance commerciale des Mycéniens dans la mer Égée commence. Le
palais de Minos est détruit par le feu. Une colonie de nomades est établie
dans le delta du Nil que les Egyptiens appellent les "Peuples de la mer", peut-
être des fugitifs crétois qui ont échappé à la destruction de Cnossos. D'autres
groupes minoens sont établis à Caria, en Asie Mineure. Une nouvelle vague
d'invasions indo-européennes dans la région de la mer Caspienne secoue le
Moyen-Orient : la diffusion de la métallurgie du fer. Des groupes aryens
envahissent la Libye.

1395 - Sur les côtes libanaises syriennes, certaines villes prospèrent grâce au
commerce, notamment Byblos, Ugarit, Alalakh et même Karkemish (un peu
plus à l'intérieur des terres), toutes avec un système de palais dont une
minorité contrôle l'Etat tout en formant des dynasties étroitement liées entre
elles, sur le plan diplomatique et/ou familial. Byblos en particulier est doté
d'un système défensif impressionnant, possède un grand temple dédié à
Baalat Gebal, un immense palais avec bibliothèque dans laquelle les
documents sont conservés en hiéroglyphes égyptiens et même un quartier de
marchands égyptiens, preuve de l'influence historique de l'Etat africain dans
cette ville. Quand le roi meurt et que de grands seigneurs sont enterrés dans
un hypogée creusé dans la roche, à côté de trousseaux très luxueux.

L'apparition d'outils agricoles en fer sur les côtes de Syrie et de Palestine,


peut-être importés, marque en partie l'ascension d'Ugarit, une ville
cananéenne sur la côte syrienne. Grâce à sa puissante flotte, elle développe
une intense activité commerciale, mais elle s'étend aussi par voie terrestre, à
travers les routes qui transitent vers la Mésopotamie. Ses principales
exportations sont les céréales, l'huile, le vin, le bois, la céramique et les objets
de luxe, et quant à la ville elle-même possède un complexe de palais de
10.000 m2

qui comprend une bibliothèque et un grand temple dédié à Baal. La


métropole est entourée d'un mur, et à l'intérieur s'étend un réseau urbain de
rues pavées divisées en quartiers, avec l'eau courante et l'hypogée
canalisation sous le sol des maisons seigneuriales, pour enterrer les morts.

1390 - La piraterie et la navigation commerciale à Mycènes contrôlent les


routes navales de la Méditerranée orientale.

1389 - En Anatolie, le royaume hittite est menacé par plusieurs fronts : les
Kaskas et les Arzawa d'une part, et l'alliance entre Mitani et l'Egypte, qui a
bloqué l'expansion hittite à l'est, le règne d'Arnuwanda traverse une période
trouble, il y a peu de renseignements.

1385 - Le palais de Cnossos en Crète, le dernier debout sur l'île après les
invasions mycéniennes, est détruit pour des raisons inconnues.

1381- Anatolie : les princes d'Arzawa envahissent le royaume hittite par


l'ouest et Azzi-Hayasa par le nord-est, les kaskas assiègent la capitale
Hattusa.

1380 - Anatolie : les kaskas capturent, pillent et incendient Hattusa,


massacrant la population, le royaume hittite est au bord de l'effondrement.
1379 - Anatolie : Tudhaliya réorganise ses forces et réussit à vaincre les
forces de la coalition, sauvant son royaume. La campagne du général
Suppiluliuma contre les Mittani et leurs alliés égyptiens.

34

RUBEN YGUA

1378 - Anatolie : contre-attaque de Tudhaliya, conquête de Samuha, la


coalition se sépare et la guerre prend fin. Tudhaliya annexe l'état de
Sunassura à Hatti.

1375 - Anatolie : Suppiluliuma tue Tudhaliya et se proclame roi hittite : la


reconstruction de Hattusa commence, avec un système puissant de murs et de
tours défensives.

1370 - Méditerranée : l'apparition de la poterie mycénienne à Thapsus (Sicile)


et sur les îles Lipari confirme ses relations avec la Grèce continentale, en plus
des contacts avec Malte et les autres îles de la mer Égée. Entre-temps, en
Corse, les tours de la culture Torreana devinrent des postes de protection pour
les petites villes de la plaine, telles que Filitosa, Araghiu et Conturba.

1367 - En Anatolie : mort du roi Sunassura de Kizzuwatna sans laisser


d'héritiers : Suppiluliuma reprend le royaume. Le roi hittite favorise une
guerre civile interne entre les différents prétendants au trône de Mittani, afin
d'affaiblir le royaume ennemi. Shutarna III est proclamé roi des Mittanis, le
prince Mattizawa, fils de Tušratta, a dû fuir lorsque son père a été assassiné,
comparaissant à la cour de Suppiluliuma I, où il a demandé de l'aide pour
récupérer son trône. Le roi hittite l'accueille avec bienveillance, lui accorde la
main de sa fille et lui fournit des troupes pour combattre l'usurpateur.

1360 - Depuis le règne de Toutankhamon, l'Egypte établit un commerce


intense avec Mycènes. A cette époque, la navigation mycénienne a déjà
remplacé la navigation crétoise, établissant des usines commerciales dans des
endroits aussi éloignés que la mer Baltique et la Grande Bretagne.

1349 - Nous savons que cette année une épidémie a dévasté l'Anatolie, il
existe des témoignages confirmant l'épidémie dans tout le royaume hittite,
mais nous ne savons pas ses effets à Troie. Il existe des signalements
confirmant que la peste s'est propagée à travers la Méditerranée orientale et a
atteint la Syrie au sud. Apparemment, cette épidémie a pris naissance en
Egypte quelques années auparavant, sous le règne d'Akhenaton, et les
prisonniers de guerre égyptiens auraient répandu dans le royaume hittite
l'épidémie, qui était probablement la variole.

1340 - De bonnes relations et des échanges commerciaux s'établissent entre


Mycènes et les Hittites : introduction du char hittite de guerre à Mycènes. A
cette époque, les tournois et expositions de chevaux apprivoisés et entraînés à
Troie deviennent très populaires. Ces animaux sont très appréciés et
appréciés à travers l'Orient, la mer Egée, la Méditerranée orientale et
l'Egypte. Leur commercialisation est l'un des principaux facteurs de la
nouvelle période d'enrichissement de la ville de Troie.

1330 - La culture mycénienne s'étend à travers le Péloponnèse, la Thessalie et


la Grèce centrale, caractérisée par les murs cyclopéens entourant leurs villes,
l'écriture linéaire B sur tablettes d'argile et la prédominance du commerce
maritime régional. Ils sont agriculteurs de céréales, de vin, d'huile et de
légumineuses, éleveurs de chèvres, de moutons, de porcs et de chevaux et
surtout fabricants d'armes, de céramiques, de bijoux, d'objets de prestige, de
lingots de bronze, de roues pour voitures, de trépieds et de nombreux autres
produits. A la tête des institutions se trouve le Wanka (roi et grand prêtre)
avec des fonctions légales et administratives, au-dessous de lui la noblesse
guerrière commandée par un chef, troisièmement les hommes libres et enfin
les serfs, qui sont presque esclaves, bien que la société soit plus qu'esclave,
despotique, orientale. Ils vénèrent Zeus, Poséidon, Athéna, Apollon, Arès et
Dionysos entre 35

L'HISTOIRE DE TROIE

autres, à ce moment-là a commencé à utiliser un nouveau type de tombe, le


tholoi, et parmi les villes, Mycènes maintient sa prépondérance, avec
influence dans toute la mer Egée, la Crète et même Chypre, avec une
présence avérée des Achéens. La culture minoenne a complètement disparu,
les Mycéniens profitent de l'infrastructure de Cnossos comme centre
principal, et évidemment de leurs réseaux commerciaux.
1320 - Europe : un nouveau déplacement des peuples commence, les Illyriens
sont expulsés du Danube et reculent vers le sud, poussant les premiers
groupes protoceltiques à l'ouest.

1310 - Campagne hittite contre les Kaskas, la première alliance connue entre
Hatti et Troie. Forts de cette alliance, les Troyens dominent les routes
commerciales de la mer Noire et d'une grande partie de la mer Égée, où ils
exercent également une activité pirate productive. Bien qu'il n'y ait pas
d'archives pour le confirmer, il est clair que Troie est maintenant un rival de
la navigation mycénienne.

1306 - Côte d'Uluburum, sud de l'Anatolie : la plus ancienne épave de


l'histoire (navire marchand, peut-

être d'origine mycénienne, chargé de défenses d'éléphants, de dents


d'hippopotames, de carapaces de tortues, d'œufs d'autruche, d'ambre, de
bijoux, d'armes, de noyaux, d'olives, de raisins, de malles en ébène, de lingot
en verre, en fer et bronze, 150 pots Cananéens. Au total, la cargaison s'élevait
à plus de 20 tonnes de produits en provenance de Mycènes, Syrie, Chypre,
Canaan, Égypte, Assyrie, mer Baltique et Nubie.)

1300 - La diffusion de la métallurgie du fer parmi les peuples des montagnes


de la Mésopotamie septentrionale et parmi les habitants de la bordure du
désert au sud, donnera la supériorité militaire aux Mèdes, Perses, Philistins,
Hébreux, Araméens, Phrygiens, Dorians, Calibes et Thraces. C'est la cause
directe de la prochaine période d'invasions à grande échelle qui changera le
scénario historique. Anatolie

: pour éviter de nouvelles rébellions et repeupler le noyau de l'empire hittite,


gravement touché par l'épidémie qui a commencé sous le règne de son père
Suppiluliuma, Mursili introduit la pratique de la déportation forcée de la
population, qui deviendra une pratique régulière pour ses successeurs.

1293 - Le roi hittite Muwatalli II mène une expédition contre Wilusi (Troie)
et Lesbos, et après une campagne rapide signe un traité avec Alaksandu
d'Arzawa, lui accordant une série de privilèges commerciaux.

1275 - C'est l'année de la bataille de Qadesh, aux résultats incertains, entre


Egyptiens et Hittites.

1270 - Un violent tremblement de terre détruit le grand palais de Troie.

1269 - Reconstruction de Troie, appelée Troie VII-A, qui présente une


nette infériorité artistique et architecturale qui la distingue de son
prédécesseur.

1260 - La célèbre porte des lions est construite à Mycènes.

1252 - Il existe des preuves d'une crise météorologique qui aurait touché tout
le nord du Caucase, l'Ukraine et le nord du Danube, probablement liée à la
grande sécheresse qui a puni l'est de la Méditerranée, ses détails sont
inconnus, il pourrait être la cause des grandes invasions Ils se déroulent au
cours de ce siècle à travers le Proche-Orient, la Méditerranée orientale et
l'Europe. Cette année 36

RUBEN YGUA

commence une période de temps sec et froid dans l'est de la Méditerranée,


ruinant ses cultures et les années à venir, provoquant une famine généralisée,
qui entraînera une série de guerres et de rébellions.

1250 - La période des grandes invasions commence: les Phrygiens


envahissent l'Anatolie occidentale d'où ils chassent les Hittites. Mèdes et
Perses envahissent l’Iran, tandis que les Doriens arrivent dans les Balkans
pour s’installer en Épire. Des Elimos d'Anatolie s'installent en Sicile. Des
groupes envahisseurs s'installent en Italie (les historiens se demandent s'ils
sont des fugitifs grecs dirigés par Evandro), date probable de la fondation de
Palancio et d'Alba Longa. Augmente l'activité des flottes de pillage dans la
mer Égée, provoquant le déclin de la navigation mycénienne. Les groupes
doriques et lyciens sont rejetés alors qu'ils tentaient de s'établir en Égypte.
Les Ammonites s'installent dans la vallée du Jourdain, où ils fondent Rabat
Amon. Chypre: la ville d’Enkomi devient le principal producteur de cuivre de
l’île.

1248 - La guerre de Sparte et de Mycènes contre Troie commence.


1247 - Les Mycéniens commencent le siège de Troie.

1245 - Guerre entre les Hittites et les alliés mycéniens d'Arzawa pour le règne
de Chypre. Nous ne savons pas si ce conflit était lié à la guerre entre Troie
(allié des Hittites) et Mycènes.

1229 - La migration des Dorians, qui envahissent la Grèce, commence à


piller et à détruire sur son passage.

1213 - Méditerranée: après une victoire navale, le roi hittite Tudhaliya


conquiert Alasiya, à Chypre, le transformant en un État vassal qui lui verse
son tribut en or et en cuivre. Alasiya était très importante, car elle contrôlait
le commerce dans la Méditerranée orientale, y compris l'approvisionnement
indispensable en matières premières dont les Hittites avaient tant besoin.

1210 - De nombreux groupes de fugitifs achéens fuyant les envahisseurs


doriens se réfugient en Anatolie (ce sont les futurs Ioniens).

1209 - L'ensemble du Proche-Orient est affecté par les différentes vagues


d'invasion, des centaines de villes sont pillées et détruites, de nombreux
groupes de fugitifs cherchent refuge dans les grandes villes de la région. En
Grèce, la plupart des villes et des palais sont détruits ou abandonnés, y
compris Tirynthe, Pilos, Orcomene, Delphes et d’autres, tandis que les
régions d’Acaya, d’Attique, des îles de la mer Égée et même de l’Anatolie
sont submergées par des groupes fugitifs. En Italie, on assiste à une nouvelle
pénétration des villes appelée italique et, dans des régions plus occidentales
de l’Europe, les peuples celtes se développent. En Égypte: la perte de récoltes
et la faim provoquent de grandes tensions sociales dans le pays.

1208 -Des hordes d'envahisseurs envahissent l'Anatolie, le royaume hittite


disparaît, effacé de la carte par les envahisseurs qui continuent de semer le
chaos en Syrie pendant que les Phrygiens s'installent à Gordium, en Anatolie.
La ville de Hattusa, dernière forteresse hittite, résiste au siège des
envahisseurs, qui occupent également Chypre et le pays de Naharina. La
province égyptienne de Canaan est ravagée par plusieurs vagues d’invasion
qui menacent de se propager vers le sud.

37
L'HISTOIRE DE TROIE

1207 - Les mouvements de peuples en Méditerranée orientale se multiplient,


dans un tourbillon qui bouleverse tout l'équilibre politique et culturel de la
région. Ce sont des Illyriens et des Daces qui s’installent dans les Balkans,
des Thraces et des Phrygiens qui continuent d’arriver en Anatolie et
s’imposent aux Hittites (le royaume de Phrygie est peut-être né à présent). et
les îles de la mer Égée, les alcools expulsés de Thessalie s'installent dans une
région orientale appelée ici la Béotie, la Shardana, d'origine incertaine, sont
employés comme mercenaires en Égypte, Lyciens, Pellètes (Philistins) de
Grèce ou peut-être du Caucase Bref, un mélange de villes qui s’unissent pour
tirer parti du manque de puissance forte en Égypte et dans l’empire hittite ou
à Mycènes, que les Égyptiens appellent Sea Peoples, des gens qui naviguent
dans de grands navires armés d’armes de fer. et contribuer à sa diffusion.
Quant à la Grèce, il y a trop d'attaques pour que la civilisation mycénienne
puisse y résister, qui disparaît peu à peu, mais pas seulement pour cette cause.
Pilos, une de ses grandes principautés, propriétaire d'un palais avec des
archives, des fresques sur les murs, des entrepôts pour la production
excédentaire et pour le dépôt d'objets de luxe, fabricant municipal d'armes et
de céramiques qui sont exportés vers d'autres régions de Grèce, Sicile et en
Italie, est détruite et 2853 verres se dressent dans son entrepôt. Des références
à l'envoi de détachements militaires sur les côtes pour repousser les attaques
en mer ont également été trouvées dans leurs archives, des mesures qui ne
peuvent pas éviter leur destin ou le même effet que Glá, Jolco et Thèbes. Déjà
sur le territoire syrien, les peuples sémitiques sutu et akhlamu tirent parti du
vide laissé par les Hittites après la destruction et le pillage de Hattusa et de la
confusion créée par les attaques des peuples de la mer pour s'installer dans
leurs domaines. Egypte: Merneptah lance une campagne contre les Libyens
qui, avec l'aide des peuples de la mer, ont envahi le Nil par l'ouest et menacé
Memphis.

Campagne de Merneptah contre les envahisseurs.

1206 - Égypte: Merneptah mène une bataille de six heures au cours de


laquelle il remporte la victoire contre les forces alliées des Libyens et les
Peuples de la Mer dans la ville de Perira, probablement située sur la marge
occidentale du delta. Merneptah expulse les envahisseurs aryens et
sémitiques, selon les témoignages de l'époque, le delta du Nil a été ruiné par
les incursions des envahisseurs aryens et sémitiques. Les Edomites ont été
installés dans la région de Petra (Jordanie) et dans les montagnes de Canaan,
il existe de nombreux habirus d'Egypte, qui occupent le territoire et le
distribuent entre les différentes tribus. À l'ouest du Jourdain, des sites de
pierre ovale ou circulaire (avec plusieurs salles communicantes) construits
autour d'une sorte de cour apparaissent, probablement pour protéger le bétail,
et les restes de céréales. Le passage du nomadisme au mode de vie sédentaire
dans les hauts plateaux d’une ville compte plus de 250 colonies, révélant une
population approximative de 45 000

personnes. La métallurgie du fer s'étend à l'ensemble de l'Asie du Sud-est et


de l'Europe du Sud-est, notamment grâce à la révélation de ses secrets après
la catastrophe hittite. Les vieilles villes sont détruites pour en construire de
nouvelles, plus petites, avec des maisons plus grossières, sans égout ni
aménagement urbain, et dans ce maelstrom, Ugarit est à moitié abandonné et
Ebla est détruite ou maîtrisée. Dans les textes hittites et assyriens, Karkissa
(Caria) est mentionné dans la région du fleuve Méandre, tandis que le sud du
pays, la Mésopotamie et Élam, relativement inconscients de ces convulsions,
bénéficient économiquement du déclin nordique.

1205 - Destruction de Troie. Les archéologues ont découvert une couche


épaisse de cendres et de restes carbonisés que l'on peut dater cette année.
Parmi les restes trouvés dans cette couche figurent des restes de squelette, des
armes, des dépôts de cailloux - qui pourraient être des munitions à tirer avec
une fronde - et principalement une tombe de jeune fille, recouverte d'une
série de navires de ravitaillement, suggérant une inhumation urgente et
improvisée, en raison des conditions de la guerre et du siège.

38

RUBEN YGUA

1204 - Ce serait l'année des derniers Jeux d'Héraclée en Grèce, à cause des
invasions des Dorians.

Menesteo, roi légendaire d'Athènes. Une peuple des Balkans reconstruit


Troie, cette ville a été appelée Troie VII-B1, sa céramique est de mauvaise
qualité, il y a des signes de troubles importants et répétés, qui n'interrompent
pas la continuité de la vie dans la ville, car les murs et les les maisons ont été
préservées. Il y a des preuves d'au moins un grand incendie. Certaines tribus
aryennes émigrent de la région d’Oxus (Amu Daria) et Yaxartes (Sir Daria)
vers le plateau iranien et s’installent sur le mont Zagro. Ce sont les soi-disant
Mèdes, bergers nomades dont la pénétration est lente et pacifique en principe.

1202- Fondation de Salamis à Chypre. Grèce: le roi Ménélas meurt à Sparte.

1201- Grèce: la reine Hélène de Sparte en exil se suicide sur l'île de Rhodes.

1200- Par ces années la civilisation de Tartessos est née en Espagne.


Fondation de Lisbonne Les Celtes arrivent en Europe centrale en inaugurant
la CULTURE HALLSTATT. Les Etrusques envahissent l'Italie (censée être
originaire d'Anatolie ou d'Inde), tandis que les Ombriens, les Ausones et les
Sabelliens s'unissent, constituant le peuple latin. La CULTURE DE
VILLANOVA se caractérise par l'incinération de morts, l'utilisation de fer, de
poterie noire Pressés par les différents peuples italiques, les Sicules quittent la
péninsule pour s'installer en Sicile. Le déclin de la navigation mycénienne
laissera un vide de puissance dans les mers, que les Phéniciens utiliseront
pour établir des contacts avec les différents marchés de la Méditerranée, de
l’Égée et de la Mer Noire. Les explorateurs phéniciens se révéleront plus
audacieux que leurs prédécesseurs, ils entreront dans l'océan Atlantique où ils
découvriront prochainement les îles Lucky (îles Canaries).

1196- Anatolie: après avoir résisté pendant plusieurs années, la ville de


Hattusa est finalement conquise, pillée et détruite par les hordes
envahissantes, les Hittites survivants se dispersent, peu après la fondation
d'une série de fiefs, connus sous le nom de néo-Hittites.

1125- Nouvelle vague d'invasions en Grèce et au Proche-Orient (on ignore


beaucoup de détails sur les envahisseurs de cette période), l'effondrement de
Mycènes, qui est pillée et incendiée, peut-être par les Dorians, commence le
soi-disant âge sombre en Grèce, le Les envahisseurs doriens introduisent de
nouvelles pratiques funéraires en Grèce (crémation), la pédophilie, un
nouveau style de musique, son architecture et de nouvelles armes de fer. Les
groupes achéens résistent dans le Péloponnèse et dans la péninsule de
l'Attique, où la ville d'Athènes est reconstruite et entre dans une période de
croissance démographique.

1103 - Incendie de Troie VII-B1, éventuellement dans le cadre de luttes


contre des étrangers qui contrôlent la ville.

1101- Reconstruction de Troie, s'appelle Troie VII-B2. Des preuves ont été
découvertes que Troie a probablement été reconstruite par des immigrants
Luvites. L’existence d’une nouvelle composante dans l’ordre social et
culturel est révélée par la poterie appelée «knobbed ware» (bien que la
céramique reste similaire à celle du stade précédent et même des restes de
céramique mycénienne soient également apparus) avec des bosses en forme
de cornes décoratives, déjà répandu dans les Balkans et probablement
héritage des colons nouvellement arrivés, infiltré pacifiquement dans la
région ou produit des échanges 39

L'HISTOIRE DE TROIE

culturels entre Troie et d'autres régions étrangères. La technique de


construction varie également de manière significative avec des murs
renforcés dans les rangées inférieures avec des orthostates monumentales.

1020 - Un incendie - apparemment accidentel - détruit Troie VII-B2.

1019 - Les colons grecs fondent Troie VII-B3, caractérisée par l'utilisation
de céramiques protogéométriques, très différentes de celles de la période
précédente.

950 - Pour des raisons inconnues, Troie est abandonnée, le lieu restera
inhabité pendant 50 ans.

900 - Les colons éoliens arrivent à Troie et fondent Troie VIII: il existe
une activité architecturale florissante, en particulier religieuse autel solennel.
Suivez le temenos inférieur, avec deux autels, peut-être pour des sacrifices à
deux divinités, toutes deux inconnues. Le sanctuaire d'Athéna, dont l'origine
pourrait remonter au IXe siècle av. C., sera converti en un grand temple, de
style dorique rigoureux, au troisième siècle avant notre ère. Pour cela et pour
la construction de la stoa, certains bâtiments de l'acropole des temps anciens
ont été démolis.
850 - En Grèce: Doriens, Eoliennes et Ioniennes dominent dans différentes
villes, l'utilisation du fer se répand, bien que peu répandue, et en céramique,
la décoration géométrique cède le pas aux formes humaines, stylisées et de
profil, avec taille fine et jambes solides, en particulier en Attique, car Athènes
et son territoire ont mieux survécu que d’autres régions de l’âge des ténèbres,
avec moins de destructions et de dépeuplements. Dorien, Ionienne et
Éolienne continuent de coloniser les îles de la mer Égée et les côtes
d’Anatolie et, bien qu’ils n’éteignent pas les rancunes réciproques, ils
assimilent un sentiment d’appartenance à un groupe ethnique ou à un pays,
par les formes de langage, l’interaction de certains territoires avec d’autres et
la différence qu'ils observent par rapport aux peuples des territoires colonisés.
Les premières pièces que vous combattez. Elaboration de poèmes
homériques: l'Iliade et l'Odyssée.

85 - Pendant le consulat de Cneo Papirius Carbon et Cornelio Cinna, Sila est


déclaré ennemi public, le proconsul Flaccus et Fimbria défilent Sila avec une
puissante armée, Fimbria assiège, conquiert et détruit Troie VIII, qui l'avait
soutenu pendant la guerre civile. Valerio Flaccus.

59 - Dans les locaux de l'ancienne Troie, le consul Julio César ordonne la


fondation de la colonie romaine de Nouvel Ilion.

25 - L'empereur Auguste enrichit la ville de Troie de temples et de palais, et


agrandit le temple d'Athéna, qui sera entouré de colonnades monumentales
(80 m de côté) et doté d'une imposante propylée. La Troie romaine s'étend en
partie par la plaine qui se trouve au pied de la colline, tandis que l'acropole
conserve son caractère de lieu destiné au culte du temple d'Athéna. De cette
phase, des toiles murales, des sources thermales, un bouleterion, un théâtre et
des maisons sont préservés.

Au Moyen Âge: l'archéologue Korfmann a appelé Troie IX comme couche


des quelques vestiges appartenant à la période byzantine, datant des XIIIe et
XIVe siècles, lorsque Troie était un petit siège épiscopal.

Celles-ci avaient déjà été découvertes par Schliemann et Dörpfeld au 19ème


siècle.

40
RUBEN YGUA

CONCLUSIONS HISTORIQUES

La ville stratégique de Troie a émergé comme une usine commerciale de la


civilisation cycladique, un lieu de dépôt de marchandises, de ravitaillement et
de repos de navires des cultures de la mer Noire et du Danube, ainsi que des
itinéraires terrestres L’Anatolie et la Haute Mésopotamie ont atteint la
Tróade.

Grâce à sa position privilégiée, Troie devait l'enrichir et le réaliser à plusieurs


reprises au cours de sa longue histoire, malgré avoir subi, de même que ses
voisins, des invasions, des épidémies et des catastrophes naturelles, qui ont
causé de graves dommages à la Cependant, elle devint une puissante cité-

État, rivale des puissances navales puissantes de l’époque, traitée sur un pied
d’égalité par les monarques hittites. On sait peu de choses sur les habitants de
Troie, il semble que plusieurs peuples de cultures et de langues différentes se
soient succédé, comme en témoignent l'architecture, la céramique et les
tombes de chaque époque.

Le plus célèbre Troie VII-A, la ville mentionnée par l'Iliade d'Homère, a été
véritablement détruit par une invasion ennemie, prétendument mycénienne, et
cette guerre serait liée à la période d'invasions à grande échelle, ainsi qu'à
l'expansion finale de ses alliés. Hittites De nombreux historiens affirment que
la guerre entre Mycènes et Troie s’est déroulée pour des raisons purement
économiques, lorsque les deux parties ont contesté le contrôle de la
navigation maritime et des routes commerciales; La position stratégique de
Troie et l'expansion commerciale mycénienne semblent confirmer cette
théorie. Cependant, en regardant la situation dans son ensemble, nous
concluons qu’il est possible que la guerre de Troie ait réellement fait partie
d’un conflit plus vaste, impliquant non seulement des Achéens et des
Troyens, mais également des Hittites, aux envahisseurs doriens et aux
groupes thraces, phrygiens, etc. Dans ce cas, tout aurait été la conséquence de
changements climatiques, comme cela s'est passé si souvent dans l'histoire.

Regardons le processus: une crise climatique scientifiquement prouvée a


provoqué des pénuries alimentaires et la faim dans les populations du nord du
Caucase, abritant plusieurs peuples indo-européens connaissant la métallurgie
du fer. En même temps, une terrible sécheresse punissait le Proche-Orient et
l’Égypte, avec toutes ses conséquences catastrophiques, accroît le besoin
d'importer des denrées alimentaires et crée de grandes opportunités pour les
commerçants: les Mycéniens et les Troyens, rivaux des routes commerciales
jusqu'à la guerre ouverte, au moment même où commencent les invasions
indo-européennes grande échelle La destruction de Troie est intimement liée
à l’effondrement du royaume hittite. Cependant, les vainqueurs mycéniens
n’ont guère de temps à célébrer, car ils tombent à leur tour, quatre-vingts ans
plus tard, victimes des envahisseurs doriques. Nous ne savons pas si la
plupart des héros mentionnés dans le poème d'Homère existaient, nous ne
pourrons peut-être jamais l'affirmer avec certitude. La ville de Troie est
devenue célèbre pendant un moment grâce à ses chevaux apprivoisés, qui
étaient très demandés par les rois voisins, d'où peut-être l'origine de la
légende du cheval de Troie .. la ville des célèbres chevaux, détruite par Statue
de ce même animal. On peut en déduire que la population de Troie VII-A
était composée d’un mélange hétérogène de marchands, d’agriculteurs, de
marins et de guerriers d’origine indo-européenne, de Hittites, de Minoens, de
Grecs de l’Égée et d’immigrants originaires des nombreuses villes
d’Anatolie. La langue parlée dans la ville reste un mystère. L'influence de
l'Iliade nous a amenés à représenter les Troyens en tant que peuple doté d'une
influence hellénistique évidente, comme le cinéma l'a montré à maintes
reprises, mais c'est loin de la réalité.

A l'origine, l'influence cycladique, à l'origine des premiers habitants, était


absolue.

Déjà à l'époque de Troie VII-A, la réalité était très différente.

Il serait plus efficace d'imaginer les Troyens comme un peuple culturellement


plus proche des Hittites et des cultures orientales, que des Achéens
Mycéniens, pratiquement nouveaux venus dans la mer Égée et dont la culture
était loin d'avoir la pénétration et l'influence de la culture hellénistique. de
nombreux siècles plus tard.

41

L'HISTOIRE DE TROIE
L'Enéide

Les poèmes homériques ont exercé une telle influence sur l'Antiquité que les
Romains ont tenté de lier leur propre origine à Troie, comme le dit l'Énéide
de Virgile: Aeneas conduisit un groupe de survivants loin de Troie, y compris
son fils Ascanio, sa trompette Miseno, son père Anquises et le médecin
Yápige. Son épouse Creusa a disparu lors du pillage de la ville. Ils ont fui
Troie à bord de plusieurs navires, cherchant à s'installer dans une nouvelle
maison.

Ils sont arrivés dans plusieurs pays voisins peu hospitaliers. Ils ont finalement
prophétisé qu'ils devraient retourner sur la terre de leurs ancêtres. Ils l'ont
d'abord essayé en Crète, que Dárdano avait colonisée, mais l'avait trouvée
dévastée par une épidémie. Peu de temps après, ils sont arrivés dans la
colonie dirigée par Helléno et Andromaque, mais ont refusé d'y rester.

Au bout de sept ans, ils arrivèrent à Carthage, où Énée eut une liaison avec
Didon. Finalement, les dieux leur ordonnèrent de continuer, Dido se suicida
avant de perdre son amour et finalement ils arrivèrent en Italie.

Ici, une prophétesse l'a emmené dans le monde souterrain et a prédit la


grandeur de Rome, qui serait fondée par son peuple. Enée a négocié un
règlement avec le roi local, Latino, et a épousé sa fille Lavinia.

Cela a déclenché une guerre avec d'autres tribus locales, mais la colonie de
Lavinio a finalement été fondée.

Ascanio, le fils d'Énée, fonda Alba Longa peu après.

Trois cents ans plus tard, selon le mythe romain, ses descendants, Romulus et
Remus, fondèrent Rome.

Fin

42