Vous êtes sur la page 1sur 8

L’OCCLUSION DENTAIRE :

Généralités-Terminologie

L'OCCLUSION DENTAIRE :
L'occlusion dentaire (latin : occludere = enfermer ; claudere = fermer)
représente le contact des dents maxillaires avec les dents mandibulaires.
L’engrènementinter dentaire se fait du point de vue statique
(intercuspidie maximale) et les différents mouvements mandibulaires
(protrusion, rétrotrusion, latérotrusion), du point de vue dynamique

L'occlusodontie
L'occlusodontie est une branche de la stomatologiequi vise à rétablir
fonction physiologique réflexe, au sein de tous les composants de
l'appareilmanducateur

L'occlusodontologie
L’occlusodontologie peut être définie comme étant l’étude de l’occlusion
dentaire, de son évolution au cours de la vie, de ses anomalies, et de leurs
répercussions pathologiques.

DEFINITIONS :
L’Appareilmanducateur
L’appareil manducateur représente une unité fonctionnelle qui se
compose :
- des dents, leurs tissus de soutien.
- des mâchoires, des ATM.
- les muscles rattachés à la mandibule, les muscles des lèvres,de
la langueet du cou.
- Les éléments vasculaires et nerveux qui se rapportent à ces
divers tissus.

1
Classification fonctionnelle des surfaces occlusales :
- Table occlusale : On appelle table occlusale la surface
pluricuspidienne qui est formée par les versants internes des
cuspides vestibulaires et les cuspides linguales.
C’est à l’intérieur de ces tables que les cuspides antagonistes
s’articulent soit avec les crêtes marginales, soit avec les fosses

- Les cuspides secondaires, ou cuspides de préhension ou encore


cuspides de guidage :sont les cuspides vestibulaires maxillaires et
les cuspides linguales mandibulaires.

- Les cuspides primaires, appelées également cuspides d’appui


ou encore cuspides de centrée :constituent le groupe des
cuspides palatines maxillaires et les cuspides vestibulaires
mandibulaires Elles ont essentiellement un rôle de stabilisation et
de calage des arcades dentaires.

- Crête marginale :Les limites mésiales et distales des tables.

- Fosse centrale : Située au centre dela table occlusale des molaires


et destinée à recevoir la cuspide antagoniste.

Position de repos
• Position de repos : C’est la position qu’occupe la mandibule
lorsque la tête est droite tandis que les muscles élévateurs et les
abaisseurs, sont en état d’équilibre et de tonicité minimale alors que
les condyles ne subissent aucune contrainte.

• c’est la position d’où part et revient la mandibule après


l’accomplissement des différentes fonctions qui lui incombent… »
(Gaspard,1985)
• C’est la position d’équilibre habituel de la mandibule qui se traduit
par une inocclusion (espace libre de Thompson) d’environ 2à3 mm

2
• Surplomb=Over jet Distance horizontale entre le bord des
incisives maxillaires et la face vestibulaire des incisives
mandibulaires (=à2 mm).

• Recouvrement=Over bite recouvrement incisif dans le sens frontal


(=à2mm)

• Pente incisive : Terme qui se réfère à l’influence faces palatines des


incisives maxillaires sur les mouvements mandibulaires.

La pente incisive peut être exprimée en degrés par rapport au plan


horizontal de référence.

Relation centrée
Le Collège National d’Occlusodontie (C.N.O) définit l’Occlusion de
Relation Centrée (O.R.C) comme : « la situation condylienne de référence
la plus haute, réalisant une coaptation bilatérale condylo-disco-temporale,
simultanée et transversalement stabilisée, suggérée et obtenue par
contrôle non forcé, réitérative dans un temps donné et pour une posture
corporelle donnée et enregistrable à partir d’un mouvement de rotation
mandibulaire sans contact dentaire. »

Relation centrée : Relation osseuse entre la mandibule et le crâne


dans laquelle les condyles sont dans une position « la plus haute » et
non « la plus reculée » comme on le suggérait autrefois .

L’Intercuspidation maximale
Intercuspidation maximale : C’est une relation entre la mandibule et le
maxillaire supérieur conditionnée par la présence des dents, c’est une
position obtenue lorsque les deux arcades dentaires présentent le
maximum de point et de surface de contact : elle est sous la dépendance
du système neuromusculaire.

Occlusion centrée : C’est la position pour laquelle les dents sont en


intercuspidation maximale alors que la mandibule est en relation centrée.

3
Courbes de compensation
 Courbe de Spee : Courbe antéropostérieure des surfaces
occlusales qui partant de la canine mandibulaire et suivant les
pointes cuspidiennes vestibulaires des prémolaires et molaires,
se termine au bord antérieur de la branche montante.

 Courbe de Wilson: Dans le plan frontal, les dents sont


disposées suivant une courbe à concavité supérieure, Appelée
courbe de Wilson

 Pente condylienne : elle correspond à l’angle formé par le trajet


du condyle le long de la racine postérieure de l’apophyse
zygomatique dans un mouvement de propulsion, par rapport au
plan horizontal de référence qui est le plan de francfort.

 définition de l’angle de Bennett : c’est l’angle formé par le


déplacement du condyle non travaillant par rapport au plan
sagittal médian. Le trajet du CNT est séparé en 2 parties:
-déplacement latéral immédiat ou immediatside shift.
-déplacement latéral progressif.

Les Déterminants de l'occlusion


Les déterminants de l’occlusion agissent sur les éléments qui dirigent la
mandibule vers une position donnée, Ils déterminent la relation
crâniomandibulaire ;

L’ensemble des mouvements est représenté par le diagramme de


Posselt; nous distinguerons les mouvements d’ouverture-fermeture, de
protrusion et rétrusion, ou encore de très nombreuses combinaisons de
l’ensemble de ces mouvements

Pour POSSELT Parmi ces déterminants on distingue :


- Le système neuromusculaire ;
- Les ATM ;
- Les arcades dentaires..

4
AGENCEMENT INTER-ARCADE
* Dans le sens vertical :

- Secteur antérieur : over bite de 1 à 2mm


- Secteur canin : la canine supérieure recouvre la canine inférieure
- Secteur molaire : la molaire supérieure recouvre la molaire
inférieure

* Dans le sens transversal :

L’arcade mandibulaire est entièrement circonscrite dans l’arcade


supérieure.

- Secteur antérieur : coïncidence des points inter incisif supérieur


et inférieur par rapport à la ligne sagittale médiane.
- Secteur canin : surplomb canin
- Secteur molaire : engrènement (rapport cuspide/fosse)

* Sens sagittal

-Secteur incisif :Over-jet 1-2 mm

- Secteur canin : Classe d’angle


- Secteur molaire Classe d’angle.

CLASSIFICATION D’ANGLE

 Classe I d’angle :est la situation normale, c’est à dire que les dents
du bas sont décalées en arrière de celles du haut
d’une demi cuspideen occlusion centrée qui correspond aussi à
l‘intercuspidie maximale.
 Classe II d’angle : Les dents du bas plus décalées en arrière, c’est
à dire de plus d’une demi- cuspide.

5
 Classe III d’angle :présente une arcade inférieure en position
avancée par rapport à la normale, ce qui implique généralement
une prognathieetune occlusion inversée du groupe incisivo-canin
avec les dents du bas qui croisent en avant des dents du haut.

Mouvements excentrés de la mandibule (dits mouvements


fondamentaux) :
Les mouvements fondamentaux sont ceux demandés traditionnellement
aux patients pour apprécier les rapports dento-dentaires Il s’agit des
mouvements de proclusion, de rétroclusion et de latéroclusion.

Le mouvement de proclusion :
Correspond à la portion du mouvement de propulsion se réalisant de haut
en bas dans le plan sagittal depuis la position de référence choisie
(occlusion
d’intercuspidie maximale ou de relation centrée) jusqu’au bout à bout
incisif Pendant le mouvement proclusif, les contacts occlusaux sont
antérieurs : les incisives mandibulaires sont guidées par les faces
palatines des incisives maxillaires, tandis que les dents postérieures sont
en inocclusion (phénomène de CHRISTENSEN).

Mouvement de rétrotraction : Il s’agit d’un mouvement de recul


mandibulaire qui s’effectue depuis l’occlusion d’intercuspidie maximale
jusqu’à la position occlusale de relation centrée.

Mouvement centrifuge de latéroclusion : (appelé mouvement de


latéralité ou de diduction) : il s’effectue dans le plan frontal de la position
occlusale statique de référence jusqu’au bout à bout canin
Les contacts dento-dentaires alors obtenus définissent les concepts de :
- protection canine : seules les canines antagonistes sont en contact ;
- protection de groupe : les cuspides vestibulaires des dents cuspidées
sont en contact avec leur antagoniste.

6
Le côté vers lequel se déplace la mandibule est qualifié de travaillant ou
pivotant ; l’opposé est dénommé non travaillant ou orbitant
Le condyle travaillant réalise une rotation qui peut être accompagnée
d’un mouvement de translation centrifuge dans le plan frontal (appelé
mouvement de
BENNETT).
Le condyle non travaillant se déplace d’arrière en avant et en bas réalisant
une courbe centripète en deux temps selon l’angle décrit par BENNETT

Pendant le mouvement de latéroclusion, les contacts dentaires


s’établissent uniquement du côté travaillant : soit entre les canines
(concept de la protection canine), soit entre toutes les dents cuspidées
(concept de la protection de groupe). Du côté non travaillant, ils sont
considérés comme pathogènes en denture naturelle

L’OCCLUSION DE CONVENANCE

• L’Occlusion de convenance : C’est une occlusionréalisée parun


glissement anormal de la mandibule conditionnée le plus souvent
par un contact prématuré, il peut y avoir adaptation fonctionnelle,
mais le plus souvent cette occlusion est considérée comme
pathologique.

• Contact prématuré : Contact dentaire qui survient avant la


position d’intercuspidation maximale modifiant le trajet habituel de
la mandibule

• Interférences : Sont des obstacles aux mouvements fonctionnels


de la mandibule.

• Para fonctions : Activités qui s’exercent arbitrairement et qui


s’imposent en dehors de toute fonction normale, mais en se servant
des éléments même de la fonction.

• Dysfonction : Altération de la cinématique mandibulaire,


accompagnée ou non de symptômes douloureux et du bruit
articulaire.

7
• Bruxisme : Contractures inconscientes nocturnes ou diurnes, des
muscles élévateurs de la mandibule sous l’influences de certains
états nerveux.

• Traumatisme occlusal : Lésion dégénérative qui se produit quand


les forces occlusales dépassent la capacité d’adaptation des tissus
parodontaux.

• SADAM-ADAM- DAM : Ensemble des signes musculaires et


articulaires de l’appareil manducateur qui traduit un défaut
d’adaptation de l’appareil manducateur à une dysfonction.