Vous êtes sur la page 1sur 10

Introduction  :

Lors de la réalisation des ouvrage dans le domaine de


génie civil quelque qu’il soit, le concepteur doit passer par
l’étude du sol qui a un rôle déterminant dans le
dimensionnement ; surtout des fondations, qui sont les
éléments qui assurent l’interaction entre sol et la structure,
du coup la connaissance des caractéristiques de ce sol hôte
qui va accueille l’ouvrage s’avère nécessaire.

Il doit subir des essais sur chantier et des essais au


laboratoire pour qu’on puisse connaitre sa composante,
l’identifier et la classer.

Dès lors, il est important de reconnaitre et d’individualiser


avec précision sa composition : c’est l’identification des sols.

Il existe plusieurs essais d’identification, L’une des


techniques de reconnaissance des sables et gravier se
nomme la granulométrie (analyse granulométrique).

1
1) Définition des granulats
On appelle granulats des matériaux pierreux de petites dimensions, produits par l’érosion ou
le broyage mécanique (concassage) des roches. Ce sont des matériaux inertes entrant dans la
composition des bétons et mortiers. Ils constituent le squelette du béton et ils représentent
environ 80% de son poids total. Ils sont constitués de sables (gros et fin), et de gravier.
Cependant, les granulats doivent satisfaire à certaines exigences de qualité pour qu’ils soient
utilisés dans le béton.

2) Définition de la granulométrie
La granulométrie est l'étude de la distribution statistique des tailles d’une collection d’éléments
finis de matière naturelle ou fractionnée.

L’analyse granulométrique est l’ensemble des opérations consistant à étudier la repartions des
différents grains d’un échantillon, en fonction de leurs caractéristiques (poids, tailles…).

3) Objectif
L’analyse granulométrique permet, à l'aide de différents tamis, de déterminer précisément la
composition d’un matériau afin d’en déduire ses caractéristiques mécaniques. Elle permet
également de vérifier un matériau élaboré en carrière, en comparant sa courbe granulométrique
avec le fuseau de prescription correspondant.

2
Cette analyse se fait en laboratoire. Les informations que fournit l’analyse
granulométrique permettent de savoir dans quels types de tâches employer les
matériaux analysés.

4) DOMAINE DAPPLICATION
Cette méthode est utilisée pour déterminer la granulométrie dans les sols, les sédiments
et les

Déchets solides.

Le domaine d'application se situe entre 0 µm et 2 360 µm.

5) Mode opératoire
L’analyse granulométrique se déroule en trois phases :

(1) Prélever un échantillon de matériaux et le préparer pour l’analyse : le quartage,


échantillonnage

(2)Procéder à l’examen du matériau : étuvage, tamisage, refus…

(3)Tracer la courbe granulométrique du matériau.

I. prélèvement d’échantillon  :
Sur chantier
(Tout d’abord il faut savoir qu’il est nécessaire de prélever une quantité de matière supérieure à celle
qui sera utilisé pour l’essai.)

A l’aide d’une pelle mécanique qui permet de refouiller des fossés de 1m.
A la main, sur un tas d’élément grossier (sol) par ratissage dans un récipient.

Au moyen d’une sonde, ouverture 4-6cm, longueur 60-100cm, extrémité taille en sifflet.

3
Au laboratoire
(Prélever la quantité de matière nécessaire pour l’essai, et qui soit également

Représentatif de l’échantillon de départ).

Le passage de l’échantillon total prélevé sur le tas à l’échantillon réduit, nécessaire à l’essai,
peut

Se faire par quartage ou à l’aide d’un échantillonneur.

a. Quartage
Opération de réduction d'un échantillon de minerai au cours de laquelle un lot de matériau est
mis en cône, puis étalé pour être partagé en quartiers approximativement égaux dont un seul sera
retenu. Comme présenté ci-dessous

b. L’échantillonnage
A l’aide d’un diviseur échantillonneur on divise en deux parties représentatives la totalité d’un
échantillon initial, chaque moitié sera recueillie d’un un bac de manière séparé.

4
Figure 1 - diviseur échantillonneur

I. Appareils (matériels nécessaire)  :


 Série de tamis d’ouvertures de mailles normalisées.
 Machine à tamiser (Vibrotamis)
 Couvercle qui évite la perte de matériau pendant le tamisage et un réceptacle de
fond pour recueillir le dernier tamisât
 Récipients métallique ou en en plastique
 Main écope pour le remplissage
 Balance de portée 5 kg, précision 1 g.
 Étuve réglé à 105  5°C
 De l’eau

Figure 2- matériels utilisé

II. Examens du materiau

- Peser l’échantillon humide pour déterminer le poids humide « Ph ».

- Etuver l’échantillon à 105° pendant 24 heures pour éliminer l’humidité.- Peser l’échantillon sec
obtenu pour déterminer le poids sec « Ps ».

- Calculer « W% » la teneur en eau du matériau.

- Laver l’échantillon à l’eau claire pour éliminer les particules fines (<0.063mm).

5
- Etuver l’échantillon à 105° pendant 24 heures pour éliminer l’humidité.

III. Le tamisage  :

L’essai consiste tout d’abord a séparé les différents particules de différentes dimensions les unes
des autres et ce par lavage et après séchage ( comme expliquer précédament) ; il faudra faire
passer l’échantillon de sol a par une série de tamis a maille, comme ci-dessous, qui sont emboitée
les uns sur les autres par ordre décroissantes du haut vers le bas. Les classements des grains

s’obtiennent par vibration de la colonne du tamis. Les masses des différents refus cumulés

ou celles des différents passants sont reportés à la masse initiale des matériaux. Les
pourcentages ainsi obtenus sont exploités, soit sous formes numérique ; ou sous forme graphique
pour determiner la nature du sol étudier.

Figure 3- série de tamis de tout genre

Figure 4- série de tamis emboité

6
Figure 6- résultat du tamisage

Figure 5- tamisage

6) Interprétation des résultats


Après obtention des résultats graphique et numérique l’interprétation ce fait comme suit :

Figure 7- tableau numérique des résultats obtenus

Figure 8- Exemple de courbes obtenues pour 3 matériaux différents.

7
 Courbe continue : Le matériau possède toutes les dimensions du grain.
 Courbe discontinue : Le matériau ne contient pas certaines dimensions du grain.
 Courbe serrée : le matériau est spécifique d/D (ex : 6.3/10)

 fuseau de spécification

Chaque matériau employé possède une tolérance granulométrique, car on ne peut jamais
rigoureusement avoir le même matériau.

Pour qu’un matériau soit conforme, il faut que sa courbe granulométrique soit située à
l’intérieur d’un fuseau de tolérance appelé fuseau de spécification du matériau.

Figure 9- Exemple d'analyse de matériau. Chaque matériau analysé doit s'inscrire dans le fuseau qui lui correspond, c'est
à dire être compris entre des valeurs max et min pour chaque classe granulaire.

Conclusion  :
Nous concluons donc que La réalisation des essais
exposés précédemment nous permet de dimensionner
les particules d’un sol quelconque, ainsi d’élaborer sa
courbe granulométrique qui elle nous donnera des
informations
8 assez précise sur ce dernier.

A savoir : module de finesse, coefficient d’uniformité


et coefficient de courbure.
Bibliographie  :
Fournier J., Bonnot-Courtois C., Paris R., Voldoire O., Le Vot M., 2012. Analyses

Granulométriques, principes et méthodes. CNRS, Dinard, 100 p

Michel J.E. Gauthier et Conrad East. Techniques d'Echantillonnage et

D’Analyse Granulométrique (consulter le 05/11/2020) sur :


https://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/00046973.1975.9648383

Travaux pratiques SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION ; UNIVERSITE ABOUBEKR


BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L’INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL ; (consulter
sur site web le 05/11/2020) sur 

: https://ft.univ-tlemcen.dz/assets/uploads/pdf/departement/gc/tp/analyse_granulometrique.pdf

CENTRE D’EXPERTISE EN ANALYSE ENVIRONNEMENTALE DU QUÉBEC.

Détermination de la granulométrie, MA. 100 – Gran. 2.0, rév. 1, Ministère du

Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements

climatiques du Québec, 2015, 11 p. (consulter 05/11/2020) sur :


http://www.ceaeq.gouv.qc.ca/methodes/pdf/Ma100Gran20.pdf

9
Auteur : Charles A. Schémas : Charles A. Photos : Google WIKITP Analyse granulométrique sur :

https://www.wikitp.fr/essais-de-sol/analyse-granulometrique

Les essais laboratoire de génie civil, essai-laboratoire, Equivalent de sable, Analyse


granulométrique, Proctor, Limites d’Atterberg, Essai PERMEABILITE, Essai C.B.R, Los Angeles,
Micro Deval sur :

https://essai-laboratoire.blogspot.com/

10