Vous êtes sur la page 1sur 26

Introduction aux Systèmes

d'Information
Mohamed Ali HADHRI

Version 1.1
Octobre 2020
Objectifs

 Maîtriser la notion d'information


 Savoir ce qu'est un système d'information et connaître ses possibilités d'organisation
ainsi que ses principales fonctions.
 Connaître les principales stratégies d'externalisation dans le domaine des Systèmes
d'Information.
 Connaître les principales caractéristiques du secteur informatique
Introduction

L'activité d'une entreprise est répartie au sein de différentes fonctions tel que la production de
biens et/ou de services , commercialisation, achat....
Il existe également une fonctions support qui fournit les moyens complémentaires nécessaires
à la réalisation des activités de l'entreprise. C'est le cas de la fonction Système d'Information
(SI) qui a la charge conjointe de la gestion du système d'information et du management des
technologies de l'information.
I. 1. Notion d'information

1. 1.1 Définition de l'information


Défi n it io n
L'information est un ensemble complexe de données (sous forme de texte, image, son )
matérialisées sur des supports , ayant plusieurs valeurs possibles et une signification
susceptible d'être interprétée et de décrire une activité et d'entraîner une modification,
immédiate ou différée sur son comportement.

E xempl e
La taille d'un enfant n'a pas la même signification pour l'enfant (elle lui permet juste de la
comparer éventuellement avec celle de ses amis) et pour le responsable des accès à un
manège dans un parc d'attractions (si elle est inférieure à une taille minimum, elle ne permet
pas à l'enfant d'accéder au manège)

Co mpl émen t
L'information constitue le support des connaissances et des communications humaines.
Elle est à la fois :
 un outil de communication interne (elle permet d'assurer la coordination entre les
différents services et acteurs de l'entreprise),
 un outil de communication externe (une organisation diffuse de l'information vers son
environnement extérieur en faisant par exemple de la publicité)
 et un outil de cohésion sociale (la diffusion d'informations sur les rôles de chacun
dans l'entreprise permet de renforcer le sentiment d'appartenance à l'organisation et
donc la motivation collective).

Mohamed Ali HADHRI 2


2. 1.2 Les caractéristiques de l'information
Une information possède un certain nombre de caractéristiques:
1. La forme : l'information peut être écrite, orale, visuelle, olfactive, tactile ou encore
gustative. Quelles que soient leurs formes, lorsque les informations sont le résultat
d'opérations de traitement à partir d'informations brutes, on parle d'informations
structurées (par exemple un bilan comptable) alors qu'on parle d'informations non
structurées dès qu'elles sont obtenues seulement à partir des moyens d'expression
naturel de l'être humain (par exemple, une simple note manuscrite portée sur un «Post-
it »).
2. Le contenu sémantique : une information peut être plus ou moins sélective (apporte-
t-elle beaucoup de connaissances nouvelles?), plus ou moins synthétique (est-elle très
agrégée ou non?) ou encore plus ou moins précise (est-elle totalement exhaustive ?).
3. Le coût et la valeur: on considère que le coût d'une information correspond à celui
de sa manipulation, c'est-à-dire de sa recherche, de sa saisie, de son traitement, de
son stockage voire de sa destruction. Il est donc difficile à déterminer précisément
mais la valeur d'une information est encore beaucoup plus difficile à définir puisqu'elle
peut être assimilée à sa capacité à améliorer la décision du dirigeant et donc à lui éviter
de commettre des erreurs. En clair, c'est l'utilité de l'information pour celui qui la reçoit
qui détermine sa valeur. En tout état de cause, le coût d'une information n'est justifié
que s'il est inférieur à sa valeur.

3. 1.3 La qualité de l'Information


Fondamental
Une information doit être :
 fiable : est elle exacte et à jour
 disponible : parvient elle au bon moment aux bons destinataires et sous une
forme directement exploitable
 pertinente : est elle fidèle à la réalité ?
 Sécurisée : est elle protégée contre les tentatives d'accès
 conviviale : est elle facile d'accès pour les utilisateurs
 cohérente
 valide
 récente
 non redondante

Mohamed Ali HADHRI 3


II. 2. Notion du système d'information

1. 2.1. Le système d'entreprise

Une entreprise est une organisation économique intégrée dans un environnement, dotée d'une
autonomie juridique et combinant des facteurs de production pour produire des biens et
services destinés à être vendus sur un marché. De ce fait, elle possède clairement toutes les
caractéristiques des systèmes tels qu'ils ont été définis dans la théorie générale des systèmes.
Ensemble des flux d'information circulant dans l'organisation associé aux moyens mis en
œuvre pour les gérer.

II.1.1. 2.1.1 Tendances de l'Entreprise


Fondamental
1. Améliorer en permanence la qualité, le coût et la productivité
2. Diminuer les coûts de la fabrication
3. Apporter une vue synthétique de l'organisation ;
4. Augmenter la réactivité
5. Diversifier les produits
6. S'ouvrir sur d'autres marchés
7. favoriser la collaboration entre les parties prenantes de l'organisation
8. Résister à la concurrence

II.1.2. 2.1.2. Les sous-systèmes de l'entreprise


a) a. Le système opérant
 il est également nommé système opératoire ou système de production
 Il est contrôlé par le système de décision.
 Il est chargé de la production physique des biens et des services.
 Il est relié à l'environnement par des flux physiques externes
 Il transforme le flux physique d'entrée en flux physiques de sortie
 Il est relié aux autres sous-systèmes par des flux internes d'information.

b) b. Le système décisionnel
 Il est également appelé système de pilotage ou système de management.
 Il décide des actions à conduire sur le système opérant en fonction des objectifs et des
politiques de l'entreprise.
 Il analyse l'environnement et le fonctionnement interne de l'entreprise. Il assure le
contrôle des tâches
 Il possède des fonctions d'arbitrage ,d'allocation des ressources, du suivi de leur
utilisation et assure la régulation du système.
 Il est relié aux autres sous-systèmes par des flux internes d'information.

Mohamed Ali HADHRI 4


c) c. Le système d'information
Ensemble des flux d'information circulant dans l'organisation associé aux moyens mis en
œuvre pour les gérer.
Le système d'information mémorise les informations, les traite et les communique aux deux
autres sous-systèmes auxquels il est relié.
Toutes les informations de l'entreprise, d'origine externe ou interne, passe donc par le Système
d'Information.
un système d'information permet au système opérant de communiquer des informations qui
ont été collectées et modifiées au système de pilotage qui est en charge de contrôler et
prendre des décisions.

d) d. Schéma récapitulatif

image.png

2. 2.2. Le système d'information

II.2.1. 2.2.1. Définition


Défi n it io n
Le système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériel, logiciel,
personnel, données, procédures...) permettant d'acquérir, de stocker, de traiter, de
communiquer des informations de toutes formes dans une organisation.

Fondamental
Les ressources sont soit :
 Les ressources humaines : ce sont toutes les personnes qui utilisent
l'information pour réaliser leurs tâches, soit en participant aux tâches liées, à

Mohamed Ali HADHRI 5


l'acquisition, au stockage, au traitement ou à la communication
d'informations..
 Les ressources matérielles : tout dispositif physique permettant de recevoir,
manipuler et émettre l'information ainsi que les supports de l'information
qu'ils soient papiers, magnétiques, optiques ou encore électroniques.
 Les ressources logicielles : ensemble des programmes nécessaires au
fonctionnement du SI informatisé.
 Les données : constituent la matière première des traitements. Elles sont soit
saisies ou calculées

A ttention
 Le SI ne doit donc pas être assimilé au système informatique qui n'en est
qu'un sous-ensemble.
 Le système informatique constitue un support du SI qui prend en charge
l'information numérisée et les traitements automatisés.

II.2.2. 2.2.2 Applications


Un SI est composé de différentes applications en fonction des domaines d'activités de
l'entreprise (commercial, ressources humaines, juridiques...).
Elles servent à piloter le fonctionnement de l'organisation en effectuant plusieurs tâches bien
spécifiques à un domaine d'activité.

E xempl e
 Les système de gestion de bases de données (S.G.B.D.)
 les progiciels de gestion intégrés (P.G.I., en anglais ERP : enterprise resource planning)
 les outils de gestion des clients (CRM : customer relationship management),
 La chaîne logistique (SCM : supply chain management) ou des collaborateurs (ERM :
employee relationship management)
 les outils de travail collaboratif (groupware),
 les applications métiers, les serveurs d'application ou de présentation (Web...)
 les systèmes de workflow
 les architectures d'intégration (EAI : enterprise architecture integration, SOA : services
oriented architecture)
 les infrastructures réseaux.

II.2.3. 2.2.3. Rôle


Le SI a deux finalités :
 fonctionnelle :le SI est un outil de communication entre les différents services d'une
entreprise et a un rôle opérationnel et stratégique.
 sociale : permet de se soucier de l'intégration des salariés dans l'entreprise favorisant
la vie sociale, la culture d'entreprise par la diffusion de l'information.
▪ Produire les informations légales réclamées par l'environnement
▪ Déclencher les décisions programmées
▪ Fournir des informations aux décideurs pour aider à la prise de décisions non programmées
▪ Coordonner les tâches en assurant les communications au sein du système organisationnel

Mohamed Ali HADHRI 6


II.2.4. 2.2.4 Fonctions
 Collecte de l'information à partir de l'environnement interne ou externe de l'entreprise.
 Stockage de l'information acquise afin d'assurer la pérennité et la disponibilité
 Traitement de l’information pour transformer le fond ou la forme afin de produire de
nouvelles informations
 Diffusion de l'information pour sa transmission à la bonne personne

Conclusion

 Le SI est un ensemble de ressources :


humaines, car ce sont les Hommes qui conçoivent et font évoluer le SI ;
matérielles, car les informations collectées et produites par le SI doivent être stockées
et accessibles de manière durable et stable ;
immatérielles, car le SI est composé de différents logiciels et programmes pour
fonctionner.
 Le SI permet de collecter, stocker, traiter et diffuser l'information ;
 Le SI est le véhicule des différents services d'une organisation. Il structure, coordonne
les échanges et les activités d'une organisation ;
 Il existe 3 types de logiciels : ERP, progiciel métier et progiciels spécifiques ;
 Il est aligné sur la stratégie de l'organisation afin d'être utile.

Mohamed Ali HADHRI 7


Moham

MODELISATION D'UN SI
Mohamed Ali HADHRI

Version 1.1
Octobre 2020

Mohamed Ali HADHRI 8


Objectifs

Maîtriser la complexité du SI en réalisant des modèles


I. Principes de la modélisation

Afin d'avoir une vision abstraite du fonctionnement du SI, organiser les structures de données
et le comportement du système, de documenter les décisions prises et faciliter la
maintenance, nous devons avoir recours au processus de modélisation

1. 1. Le modèle

I.1.1. 1.1. Motivation


 comprendre et analyser la structure et le fonctionnement de l'entreprise
 prévoir (de manière fiable) le comportement et les performances des processus
opérationnels avant leur implantation ;
 choisir la (ou les) meilleure(s) alternative(s) d'implantation ;
 identifier les risques d'implantation à gérer ;
 justifier les choix d'implantation sur des critères liés aux ressources et aux
coûts(méthodes de comptabilité par activités, par exemple) ;
 bâtir une vision commune du fonctionnement de l'entreprise et la communiquer
facilement au plus grand ensemble possible du personnel.

I.1.2. 1.2. Définition


Défi n it io n
Un modèle est une représentation abstraite, d'une partie du monde réel, exprimée dans un
langage de représentation
Ce langage peut être :
• formel : ayant une syntaxe et une sémantique bien définies comme le langage informatique,
• Semi-formel : notation graphique normalisée.
• Informel : description en langage naturel.
Un modèle peut être exprimé avec différents niveaux d'abstraction ou vues puisqu'on dispose
de plusieurs intervenants à préoccupations multiples et une seule vue n'est pas suffisante

A ttention
 Un modèle n'est pas conçu pour être vrai et représenter parfaitement la réalité
mais pour répondre à un usage.
 Un modèle n'est ni bon ni mauvais, il est juste adapté ou pas à un usage.

Mét h o de
Une méthode est une démarche reproductible qui produit des résultats fiables afin de décrire
comment construire un modèle en utilisant :
 Des éléments de modélisation,
 Une représentation graphique,
 Du savoir-faire
 et des règles

Mohamed Ali HADHRI 9


Un modèle va donc nous servir à communiquer et échanger des points de vue afin d'avoir une
compréhension commune et précise d'un même problème.

2. 2. Les niveaux d'abstraction

 tout système réel est régi par, un nombre infiniment grand de variables que nous ne
pouvons pas toutes cerner
 Le concepteur sélectionne alors, selon ses compétences), selon le type du système
étudié et ses finalités, les différents angles ou les vues sous lesquels il juge pertinent
d'étudier le système.
 Les méthodes et outils de conception doivent ainsi permettre la spécification de ces
éléments.

image.png

I.2.1. 2.1. Le niveau conceptuel


le niveau conceptuel définit ce qu'il faut faire en exprimant pour l'organisation les choix de
gestion, les objectifs et les invariants ( les activités et les données) indépendamment des
aspects organisationnels et techniques de mise en oeuvre

E xempl e
 Faire de la pré-facturation ou de la post-facturation
▪ Admettre qu'une commande client pourra être livrée en plusieurs fois, chaque livraison
donnant lieu à une facture.
▪ Les invariants du point de vue des données: Contrats, Clients, ...
▪ Les invariants du point de vue des traitements: Signer un contrat, Emettre une facture, ...

Mohamed Ali HADHRI 10


I.2.2. 2.2. Le niveau organisationnel
 Le niveau organisationnel exprime les choix organisationnels de ressources humaines
et matérielles indépendamment des moyens de traitement et de stockage de données
actuels ou futurs
 Il définit:
▪ la répartition géographique et fonctionnelle des sites de travail (du point de vue des données
et des traitements)
▪ le mode de fonctionnement: temps réel ou temps différé
▪ la répartition du travail homme/machine (degré et type d'automatisation)
▪ les postes de travail et leur affectation,
▪ la volumétrie des données
▪ la sécurité des données
Les opérations conceptuelles vont être décomposées au niveau organisationnel en une ou
plusieurs opérations organisationnelles.

E xempl e
La facturation sera décentralisée dans les agences.
▪ Réaliser telle partie d'une application en conversationnel, laisser toute autre partie manuelle.
Exemples d' éléments organisationnels:
▪ un document (rapport d'activité, tableau de bord,...)
▪ la sécurité (site de « backup » pour le stockage des données)
▪ la date (peut être un élément conceptuel dans certaines organisations)

I.2.3. 2.3. Le niveau logique


 Exprime la forme que doit prendre l'outil informatique pour être adapté à l'utilisateur,
à son poste de travail indépendamment de l'informatique spécifique, des langages de
programmation ou de gestion des données
 Il décrit
▪ le schéma de la base de données (relationnel, hiérarchique ou réseau)
▪ la répartition des données sur les différentes unités de stockage
▪ les volumes par unité de stockage
▪ l'optimisation des coûts induits par le mode de gestion

I.2.4. 2.4. Le niveau opérationnel


 C'EST LA DESCRIPTION DES MOYENS MIS EN OEUVRE POUR GERER LES DONNEES ET
EFFECTUER LES TRAITEMENTS
 Traduit les choix techniques et la prise en compte de leurs spécificités
 Répond aux besoins des utilisateurs sur les aspects logiciels et matériels.
 Définit complètement:
▪ les fichiers,les programmes
▪ l'implantation physique des données et des traitements,
▪ les ressources à utiliser et les modalités de fonctionnement

Mohamed Ali HADHRI 11


*

▪ NIVEAU CONCEPTUEL: Ce qu'il faut faire : QUOI ?


▪ NIVEAU ORGANISATIONNEL: c'est la manière de faire: QUI ?, QUAND ?, COMBIEN ?, OU?
▪ NIVEAU LOGIQUE: C'est le choix des moyens et ressources : AVEC QUOI ? QUELS OUTILS?
▪ NIVEAU OPÉRATIONNEL: Ce sont les moyens de le faire : COMMENT ?

II. Méthodes de conception des SI

L'information est une ressource vitale de l'entreprise mais aussi peut présenter des problèmes
telque les redondances, difficulté de maintenance, vision partielle non exhaustive ce qui
entraine une difficulté de planification et de suivi de travail
La solution est de permettre un dialogue entre le concepteur et l'utilisateur à travers des
moyens de description communs, une démarche de réflexion d'où l'adoption de méthodes
d'analyse et de conception des SI

1. 1. Phases de développement d'un SI


A ttention

image.png

Mohamed Ali HADHRI 12


II.1.1. La définition des objectifs
Cette étape consiste à déterminer la finalité du projet et son inclusion dans une stratégie
globale.

II.1.2. L'analyse des besoins,


appelée aussi spécifications des besoins : Cette phase doit contenir la mise du logiciel dans
son contexte (type de produit, nouveau/altéré) et l'étude de l'existant. L'étude de l'existant
désigne l'étude des produits similaires dans le marché (veille concurrentielle) et l'étude du
processus ou des logiciels similaires à l'entreprise. Les besoins de l'entreprise peuvent contenir
des besoins fonctionnels (des fonctionnalités que le produit doit automatiser) et des besoins
non fonctionnels (disponibilité, rapidité de calcul...).

II.1.3. La conception
La conception : La conception utilise les spécifications pour décider des solutions proposées.
Elle peut contenir la description des fonctionnalités de l'application. Il s'agit des fonctionnalités
précisées lors de la spécification des besoins. La conception peut contenir la conception des
interfaces, la conception des données et la conception de l'architecture matérielle.

II.1.4. Le codage
: Il transforme des solutions proposées lors de la conception en un code opérationnel. Les
techniques de codage dépendent du langage et doivent être bien conforme à la conception.

II.1.5. Le test :
Il s'agit de la phase de test et de validation. Les tests déterminent les bugs techniques, les
bugs fonctionnels et la qualité du logiciel. Pour cela, on peut utiliser des logiciels de test, des
techniques et des benchmarks.

II.1.6. Le déploiement
appelé “phase de livraison” et “phase de mise en exploitation” : La phase de déploiement
regroupe toutes les activités qui mènent à l'installation et la mise en marche de l'application
développée (installation des serveurs, setup et configuration des composants du logiciel
développé et le test de déploiement).

II.1.7. La maintenance
: Cette étape consiste à ajuster l'application après la livraison du produit au client. Elle a pour
but de corriger les erreurs et les anomalies du système et modifier le système pour y ajouter
des fonctionnalités.

Mohamed Ali HADHRI 13


2. Cycle de vie d'un SI
 Schéma directeur
 Etude préalable
 Etude détaillée
 Etude technique
 Réalisation
 Mise en oeuvre
 Maintenance

3. Modèles de cycle de vie de SI

II.3.1. Modèle en cascade

cascade.png
Avantages:
 simple et logique
 facilité de planification des étapes et des délais
 adapté à des petits systèmes
Inconvénients:
 mal adapté aux systèmes complexes
 révision et réflexion quasi impossible
 pas de validation intermédiaire

Mohamed Ali HADHRI 14


II.3.2. Modèle en V

V.png
Avantages:
 facile à comprendre
 segmente clairement le projet
 vérifications adaptées à chaque étape
Inconvénients:
 Vision en tunnel
 Manque de souplesse

Mohamed Ali HADHRI 15


II.3.3. Modèle en W

W.png
 Evite projet tunnel
 Importance donnée aux interfaces
 Prototypage : création d'un prototype (modèle réduit d'un système, partiellement
réalisé et fonctionnel)
 Validation des spécifications par expérimentation : "Je saurai ce que je veux lorsque je
le verrai !"

Mohamed Ali HADHRI 16


II.3.4. Modèle par incrément

increment.png
méthode itérative s'en distingue en ceci qu'elle répond à deux besoins principaux :
Respecter les délais de livraison et les coûts déterminés en amont;
Disposer d'une certaine marge d'innovation.
L'approche itérative convient à cet égard tout à fait aux équipes à dominante traditionnelle
(en terme d'organisation) et devant agir dans un cadre (financier et temporel) relativement
rigide. Le véritable ajout est la possibilité de manier les idées de façon suffisamment flexible
pour permettre l'innovation en respectant un cahier des charges préalable peu flexible.

Mohamed Ali HADHRI 17


II.3.5. Modèle en spirale

spirale.png
Avantages
 repérage des incohérences plus facile
Inconvénients
 nombre de cycles élevé donc projet coûteux

Mohamed Ali HADHRI 18


II.3.6. Agile

agile.png
 Cycle de développement court
 Grande réactivité : acceptation du changement
 Equipe communicante plus importante que moyens et outils
 Application plus importante que documentation
 Collaboration : client impliqué en feed-back continu

II.3.7. devops

devops.png
L'approche DevOps c'est un déploiement continu avec un développement et des tests
constants , une intégration et une mise en œuvre constante : déploiement avec des processus
fiables et une surveillance constante et une validation de la qualité opérationnelle
On représente le DevOps comme un cycle de vie où l'on passe d'une phase projet à une phase
de surveillance, dès que cette phase est terminée, un nouveau cycle démarre.
Les grands principes d'une stratégie DevOps :
1. Avoir une approche axée sur le client où il est important d'avoir constamment ses
retours pour corriger et mettre à jour immédiatement les logiciels ou applications web
développés.
2. Avoir une vue d'ensemble sur les projets de développement et permettre le travail en
équipe en mêlant les différents départements de votre entreprise. Miser sur des profils
polyvalents.
3. Optimiser les coûts, la rapidité de mise en œuvre et le produit ou service en lui même
en apportant constamment des améliorations.Automatiser ce qui peut être automatisé.

Mohamed Ali HADHRI 19


LES APPROCHES DE
CONCEPTION
Mohamed Ali HADHRI

Version 1.1
Octobre 2020

Mohamed Ali HADHRI 20


I. Comparaison entre l'analyse et la conception

L'analyse et la conception des systèmes d'information consiste un en ensemble de techniques


et de méthodes destinés à améliorer l'efficacité du SI en fonction des objectifs des
organisations correspondantes.

1. L'analyse
consiste d'une part à comprendre et modéliser le fonctionnement d'un domaine d'étude du
système d'information de l'organisation, et d'autre part à
préparer et concevoir la solution informatique adéquate. en commencant par cerner les
besoins par une étude préalable du domaine

Fondamental
L'analyse prend en compte l'environnement du monde réel
 QUOI
 Conceptuel
 Peut couvrir des besoins de l'utilisateur hors logiciel

Co mpl émen t
Comprendre le problème
 Poser des questions pour identifier les vrais besoins
 Supprimer les ambiguïtés et incohérences, rendre précis, faire émerger les « non-dits
»
 Parler le langage de l'utilisateur (le client)
Réaliser des modèles (abstractions)
 L'ensemble des modèles constitue le modèle d'analyse
 C'est une représentation + ou - formelle de l'information
Le modèle d'analyse est contractuel
 C'est un support de communication entre l'utilisateur et le concepteur

2. La conception
Conception : Création d'un objet, d'un système : action qui donne naissance à quelque chose
qui n'existe pas.

Fondamental
La conception consiste à trouver une solution techniquement possible
 COMMENT
 Organisation, implémentation physique

Mohamed Ali HADHRI 21


Co mpl émen t
Résoudre le problème
 Connaître Les technologies, Les architectures appropriées, Les bonnes pratiques
 Comparer les approches possibles
 Appliquer des solutions standards quand c'est possible (design patterns, (frameworks))
 Parler le langage de l'utilisateur et de l'analyste
Réaliser le modèle de conception
 Adapter le modèle d'analyse
 Allouer les composants du modèle d'analyse à des composants du modèle de
conception
Réaliser la documentation nécessaire qui est indispensable pour la maintenance

versus.png

II. Les méthodes de conception

1. Les méthodes cartésiennes

II.1.1. Présentatiion
Les méthodes de conception de systèmes d'information (S.I.) de la première génération sont
basées sur les concepts et techniques de décomposition hiérarchique (D.H.) des processus et
de flux de données (ou flux d'information). Elles sont apparues dans les années 60 et sont,
probablement, les plus utilisées dans le monde.
Ces méthodes associent au paradigme cartésien une approche fonctionnelle de conception.

Mohamed Ali HADHRI 22


II.1.2. L'approche fonctionnelle
Les méthodes cartésiennes préconisent d'analyser et de concevoir le système d'information
en se centrant sur ses fonctions. Elles le perçoivent comme un système de traitement de
l'information qui répond aux règles de procédures de gestion pour produire des sorties.
L'analyse et la conception du système débutent par l'identification du S.I. à une fonction
globale de gestion.
La conception du système d'information est alors assimilée à l'analyse de la fonction.

II.1.3. Le paradigme cartésien


effectué selon une démarche descendante « top-down », de haut en bas, qui part du
général,va vers le particulier et met en œuvre le principe de Descartes. Cette démarche
conduit l'analyste à décomposer la boîte initiale (la fonction de gestion) en autant de boîtes
qu'il le faut pour parvenir à des boîtes dont le contenu soit intelligible. La fonction de gestion
est éclatée en un arbre de processus

image.png
L'analyse et la conception sont basées sur une technique de raffinements successifs utilisant
le principe d'abstraction : au plus haut niveau d'abstraction, le processus « organisation de la
conférence » est vu comme un tout (représenté par la boîte de même nom); pour être à un
niveau d'abstraction plus fin, il
est perçu comme trois processus complémentaires.

Remarqu e
Les deux aspects de la décomposition des processus et leurs interactions, sont souvent
considérés simultanément.
Exemple La méthode « Structured Analysis and Design Technique » (S.A.D.T.) met l'accent
sur la description des actions et leurs connexions au moyen de données.
Un actigramme comporte les éléments suivants :
 les actions sont représentées par des boîtes nommées;
 les entrées sont les données exécutées par l'action;

Mohamed Ali HADHRI 23


 les sorties sont produites par l'action;
 les données de contrôle influencent l'action;
 les mécanismes représentent les ressources et outils qui aident à l'exécution de
l'action.

image_02.png

II.1.4. Avantages
démarche par étape fondée sur une programmation structurée et modulaire centrée sur ses
fonctions.
▪ appelées méthodes d.'analyse, datent du début des années 60.
▪ cherchent à standardiser le métier de développeur d.'application et initialisaient une approche
industrielle d.'informatisation
▪ Les méthodes cartésiennes, ont introduit la notion de traitement permettant une
décomposition hiérarchique fonctionnelle d.'un SI.
▪ Réduit le système étudié à des éléments constitutifs simples pour les étudier isolément et
analyser leur interaction avec le système
▪ Approprié à l'étude des systèmes homogènes comportant des éléments semblables ayant
entre eux des interactions faibles

II.1.5. Inconvénients
 L'absence de travaux théoriques susceptibles de fournir des fondements solides aux
concepts et techniques de décomposition descendante.
 L'impression des définitions qui rendent difficile l'utilisation de concepts tels que flux
de données, archive, action...
 L'impossibilité de prendre en compte le temps, la synchronisation et le parallélisme des
processus.
 L'incapacité à traiter les cas particuliers et d'exception, toute l'attention étant focalisée
sur l'analyse des flux et activités typiques.
 L'insuffisance de la modélisation des données : en outre, la solution de juxtaposition
de techniques de modélisation de données à celles de la décomposition des traitements
largement préconisée aujourd'hui, notamment dans les outils CASE (Computer Assisted
Software Engineering), est loin d'être fondamentalement satisfaisante.
 L'absence de guide méthodologique précis rend la pratique de la méthode difficile à
maîtriser. La compétence méthodologique ne peut s'acquérir que par l'expérimentation
intensive.
 L'évaluation de la cohérence, de la complétude et de la qualité d'une solution est
difficile.

Mohamed Ali HADHRI 24


2. Les méthodes systémiques

II.2.1. Présentation
Les méthodes de conception de S.I. de la seconde génération sont entièrement centrées sur
la modélisation des données. Elles combinent une approche conceptuelle au paradigme
systémique.

II.2.2. Le paradigme systémique


Le S.I. est un « modèle » (dans le sens d'image abstraite) de la réalité organisationnelle qui
apporte aux acteurs et décideurs la connaissance dont ils
ont besoin pour agir et décider. Il mémorise sous forme de données, l'image des faits
pertinents et amplifie ainsi les capacités individuelles de mémorisation des acteurs de
l'organisation.
se caractérisent par la description des relations entre informations, une modélisation du
domaine concerné de l'entreprise, une circulation des informations correspondant à la
pyramide de la décision et un cycle d'abstraction allant du plus général au plus précis ;
▪ Systémique (démarche dite globalisante ; résolution globale des problèmes
Approche conceptuelle (processus de modélisation par niveaux d'abstraction successifs)
Repose sur l'identification de projets qui structurent l'organisation (sans qu'il y ait
obligatoirement un besoin)
Elles mettent en avant les notions de données, d.'actions, d.'événements et de relations entre
les éléments qui privilégient une approche conceptuelle
globale d.'un SI. Elles ont leurs racines dans la théorie des systèmes.
Dans leurs approches, le SI est perçu comme un artefact qui fournit une représentation des
faits présents et passés de la vie de l.'organisation.
Le SI est aussi une mémoire collective des acteurs de l.'organisation qui se souvient de
l.'embauche des employés, des commandes reçues, des livraisons effectuées, etc. Le SI est
un modèle abstrait de la réalité organisationnelle qui apporte aux acteurs et décideurs la
connaissance dont ils ont besoin pour agir et décider

E xempl e
 MERISE
 AXIAL,

3. Les méthodes orientées objet

II.3.1. définition
 La notion de base dans le modèle est l.'objet.
 Les objets dont la structure et le comportement sont similaires sont regroupés dans
des classes
 Un objet possède un aspect statique ou structure, un aspect dynamique ou
comportement et un aspect fonctionnel ou traitement.

Mohamed Ali HADHRI 25


 Les objets et les utilitaires communs échangent des informations (demandes et
réponses de services) à l'aide de messages

E xempl e
 OOA,
 OMT,
 MCO,
 HOOD,
 OOSE,
 MERISE Objet

II.3.2. Vue structurelle


 Elle montre l'aspect statique d'un SI et organise le domaine du problème.
 Elle est essentiellement composée de diagrammes statiques parfois appelés modèles
d.'objets.
 Un diagramme statique regroupe un ensemble de classes d'objets.
 Chaque classe d'objets possède des attributs caractéristiques et peut réaliser des
méthodes.
 Les classes d'objets sont reliées entre elles par le biais d.'associations, de liens
d.'héritage et de liens de composition.

II.3.3. Vue comportementale


Elle organise l'utilisation des objets des classes, en représentant leur comportement et leur
cycle de vie essentiellement dans des diagrammes de transitions d'états dans lesquels un objet
d'une classe peut être ainsi que les évolutions de cet objet au cours de temps.

II.3.4. Vue fonctionnelle


 Elle donne le fonctionnement du SI global en montrant les échanges de données entre
les classes d'objets.
 Elle est essentiellement composée de diagrammes à flots de données qui représentent
les valeurs entrantes, les valeurs calculées et les valeurs sortantes.
 Des traitements peuvent être appliqués sur les données avec ou sans effet de bord ;
des flots de données transportent des données sans les modifier entre un producteur
et un ou plusieurs

Mohamed Ali HADHRI 26