Vous êtes sur la page 1sur 73

Cours

Communications Sans Fil

Mme. Emna Hajlaoui

Faculté des Sciences et Techniques


de Sidi Bouzid
Chapitre 1

Bases fondamentales des communications


sans fil
Peu d’histoire filaire

1832
Morse met au point le
télégraphe
Morse

Cooke met au point le


1839 1er télégraphe électrique
Cooke

1866 : 1ère liaison trans-


1876
atlantique

Bell Bell découvre le


téléphone
1
Peu d’histoire filaire

Faraday émet
1831 l’hypothèse des
champs électriques et
Faraday
magnétiques

Maxwell établit sa
1864 fameuse théorie de
Maxwell
l’électromagnétisme
Hertz met en évidence
1887
la propagation des
Hertz ondes
électromagnétiques

2
Début de la radio

Récepteur de Branly
Branly met au point son
1890 « cohéreur » permettant de
Branly recevoir les ondes
électromagnétiques

1895
Popov invente la première
antenne pour l’observation
Popov du phénomène
météorologique
1895 En se basant sur les travaux
d ’Hertz, Branly et Popov,
Marconi Marconi réalise la première
transmission radio (>2 km)
3
Début de la radio

- 1928 : Nyquist publie les critères à observer pour une réception


correcte des signaux télégraphiques transmis sur des canaux dispersifs
- 1948 : Shannon pose les bases théoriques des communications
numériques. Ces études couvrent un champ très vaste :
– Théorie de l’information
– Théorie de l’estimation et de la détection
– Théorie du codage correcteur d’erreurs

4
Principes d’une transmission

La majorité des communications actuelles sont numériques (GSM,


UMTS, ADSL, ...)

Canaux de transmission : paire torsadée (téléphone), ligne filaire,


propagation sans fil, fibre optique, ...

Type de source : analogique (voix) ou numérique (données)


Objectifs
Transmettre le maximum de données (débit) avec une fiabilité
maximale (probabilité d’erreur)
avec :
1. des limites théoriques (Shannon),
2. des contraintes physiques (propagation),
3. des contraintes économiques (énergie, complexité)
5
Réseau filaire (avec fil ou câblé)
Le réseau filaire, comme son nom l'indique, est un réseau que l'on utilise
grâce à une connexion avec fil. Ce réseau utilise des câbles Ethernet pour
relier des ordinateurs et des périphériques grâce à un routeur ou à un
commutateur. On qualifie souvent ce réseau de rapide, fiable et sécurisé.

6
Réseau filaire traditionnel

7
Réseau sans fil

Un réseau sans fil (Wireless Network) est un réseau informatique qui


connecte différents postes ou systèmes entre eux par des ondes radio.

Ordinateur portable connecté par ondes radio à un routeur WiFi


8
Réseau sans fil / Réseau filaire

Un réseau câblé "traditionnel" associé à un réseau sans fil


9
Avantages d’un réseau sans fil

-Portabilité: Un ordinateur portable ou de poche suffit pour se


connecter.
-Flexibilité: La connexion est indépendante de la marque ou des
caractéristiques techniques des appareils connectés.
-Facilité: Pas de câble et donc moins d’encombrement (Moins de
câbles à déployer et rapidité dans l’installation).
-Mobilité: Les utilisateurs peuvent se déplacer sans coupure de la
connexion.
-Prix: Une solution sans fil est moins chère que celle filaire.
10
Exemple d’une communication sans fil

11
Naissance des ondes radio

Comme on a dit, un réseau sans fil est un réseau dans lequel au moins deux
terminaux peuvent communiquer sans liaison filaire (à travers des ondes
radio « Une onde radio est le support de communication dans un réseau
sans fil »).

Le « Sans fil » est à la mode aujourd’hui. Pourtant, c’est déjà de l’histoire


ancienne. Cette histoire commence à la fin du XIX siècle avec la découverte
des ondes électromagnétiques par le physicien Allemand Heinrich Hertz en
1888.
12
Naissance des ondes radio

Heinrich Hertz utilisa pour la première fois, en 1888, des antennes pour
démontrer l'existence des ondes électromagnétiques prédites par la
théorie de Maxwell.

Dans ce qui suit, on dresse un rapide historique des découvertes et


inventions liées aux radiocommunications et aux antennes.

13
Peu d’histoire sur les ondes radio

 Le développement des radiocommunications est basé sur la théorie de


l’électromagnétisme.

 Les ondes électromagnétiques, support des radiocommunications, ont


été prévu de manière théorique dans le cadre des équations de Maxwell et
mises en évidence expérimentalement par Hertz.

 Peu de temps après, les premières applications de transmission radio


sont apparues. Leur développement s’est fait en parallèle avec celui de
l’électronique. 14
Caractéristiques des ondes radio

Les ondes radio sont des ondes électromagnétiques qui se propagent entre
une antenne émettrice et une antenne réceptrice. Ces ondes sont
caractérisées par :

- La fréquence (notée F) qui est le nombre d’oscillations par seconde,


mesurée en Hertz (KHz, MHz ou GHz).
- La période (notée T) qui est la durée d’une oscillation complète. On la
mesure en seconde, il s’agit de l’inverse de la fréquence.

15
Longueur d’une onde radio

La longueur d’onde est liée à la fréquence f de la porteuse par :

Quelques valeurs
 Fréquence : 1 kHz ; Longueur d’onde : 300 km
 Fréquence : 1 MHz; Longueur d’onde : 300 m
 Fréquence : 100 MHz; Longueur d’onde : 3 m
 Fréquence : 10 GHz; Longueur d’onde : 3 cm
16
Bande de fréquences

Une bande de fréquences définit une plage de fréquences qui a des


propriétés similaires en propagation : Radiodiffusion ou la Téléphonie
mobile… Chaque bande de fréquences peut être découpée en sous-bandes.

La largeur d’une bande de fréquences est la différence entre la plus basse et


la plus haute fréquence utilisées au cours d’une transmission. Ainsi, plus la
largeur de la bande est importante, plus le débit nécessaire sur une liaison
doit être grand.

17
Débit d’une communication sans fil

Le débit mesure la quantité d’information que peut transmettre un canal de


transmission pendant un temps donné, généralement, en bit par seconde.
Remarque
- Débit théorique est le nombre maximum des bits transmis par seconde.
- Débit réel, toujours plus faible, est le débit observé par l’utilisateur.

Avec la technologie WIFI par exemple, le débit réel est environ égal à la
moitié du débit théorique. Ceci est dû aux erreurs de transmission…

18
Débit d’une communication sans fil

Comme on a dit, ce débit se mesure en nombre des bits d’information par


seconde que l’on peut échanger entre un émetteur et un récepteur.

Le débit d’une connexion sans fil est faible devant les connexions filaires
(quelques kilobits par seconde par rapport au débit du filaire qui est en
Mégabits par seconde) .

Aujourd'hui le WIFI permet d’atteindre des Mbit/s, alors que le filaire


(Fibre Optique) peut atteindre le gigabit par seconde (Gb/S).
19
Portée d’une communication sans fil

La portée est la distance maximale que peut atteindre une communication


sans fil. Elle se mesure en mètre.
La portée dépend de nombreux. paramètres relatifs aux antennes et à
l’environnement.

Relation entre Fréquence – Portée et Débit


Si on augmente la fréquence, on augmente le débit et on diminue la portée.

20
Portée d’une communication sans fil

21
Signal, Bruit et Affaiblissement

Un signal est une grandeur physique mesurable servant à représenter


des informations de manière analogique ou numérique.
Un bruit est une perturbation d’une transmission susceptible de
dégrader le signal.
Un Affaiblissement est une diminution de la puissance d’un signal au
cours de sa propagation.
Lorsque l’affaiblissement est trop important, la probabilité que le
récepteur interprète mal la valeur du signal ainsi que le taux d’erreurs
augmentent.
22
Fonctionnement des réseaux sans fil

Les réseaux sans fil fonctionnent en cellules.


Une cellule est une zone géographique couverte par une antenne
d’émission/réception.

23
Exemples d’antennes

Antenne HF Antennes de réception


Antenne
de télécommunication. de la télévision.
de station terrienne.

24
Définition d’une antenne

Une définition traditionnelle est la suivante : « une antenne est un


dispositif permettant de rayonner (émetteur) ou de capter (récepteur)
les ondes électromagnétiques ».

25
Bilan de puissance d’une communication sans fil

Une liaison radio est établie au moyen d’un émetteur de puissance P0


équipé d’une antenne directive de gain G1. Le récepteur est équipé d’une
antenne directive de gain G2, pointée vers l’émetteur.

26
Bilan de puissance d’une communication sans fil

27
Bilan de puissance d’une communication sans fil

28
Bilan de puissance d’une communication sans fil

Si on néglige l’influence des obstacles, on peut calculer la puissance reçue


Pr à l’entrée du récepteur grâce à la formule de Friis :

Si on exprime la puissance en dBm et les gains en dB, la formule de Friis


devient , après simplification :

29
Chapitre 2

Types des réseaux sans fil


Classification des réseaux sans fil

On peut établir une classification des réseaux sans fil à l’aide de leur
taille. Ils sont divisés en quatre grandes familles : les PAN, LAN,
MAN et WAN.

- WPAN: Wireless Personnal Area Network


- WLAN: Wireless Local Area Network
- WMAN: Wireless Metropolitain Area Network
- WWAN: Wireless Wide Area Network

1
Réseau WPAN

PAN (Personal Area Network ou réseau personnel) : Ce type de


réseau interconnecte des équipements personnels comme un
ordinateur portable, un ordinateur fixe, une imprimante, etc… Il
concerne les réseaux sans fil d'une faible portée : de l'ordre de
quelques dizaines de mètres.

Il s’étend sur quelques dizaine de mètres.

2
Caractéristiques d’un Réseau WPAN

- Faible portée (couverture locale ) .


- Consommation électrique réduite.
- Faible coût.
- Communication dans un espace personnel.

Principale technologie : Bluetooth qui utilise les ondes radios dans la


bande de fréquences de 2,4 GHz, ce qui permet de traverser certains
obstacles d’épaisseur modeste. On peut ainsi transférer des données au
travers les murs.
3
Bluetooth

La principale technologie WPAN est la technologie Bluetooth, lancée


par Ericsson en 1994, proposant un débit théorique de 1 Mb/s pour une
portée maximale d'une trentaine de mètres.

Bluetooth, connue aussi sous le nom IEEE 802.15, possède l'avantage


d'être très peu gourmande en énergie, ce qui la rend particulièrement
adaptée à une utilisation au sein des petits périphériques.

4
Caractéristiques de la norme Bluetooth

- Technologie sans fil.

- Développé par Ericsson en 1994.

- Système de communication à courte portée .

- Relie les périphériques portables ou fixes.

- Faible consommation d’énergie.

- Faible coût.

5
Avantages et inconvénients de la norme Bluetooth

Avantages : Facilité d’utilisation et Faible consommation d’énergie.

Inconvénients : Portée ( quelques mètres) et Débit relativement faible.

Bluetooth propose trois classes d’émetteurs de portée différentes en


fonction de leur puissance:
Classes Puissances Portées
-I 100mw 100m
- II 2,5mw 15 à 20m
- III 1mw 10 m 6
Réseau WLAN

LAN (Local Area Network ou réseau local) : est capable d'établir une
connexion entre plusieurs appareils informatiques distants d'environ une
centaine de mètres. Ce type de réseau couvre une région géographique
limitée (réseau intra-entreprise) .Ce type de réseau repose en grande partie
sur une transmission des données par ondes radio.

La notion de WLAN recouvre un ensemble de technologies permettant


d’établir un réseau local Informatique n’utilisant pas de câble pour les
liaisons entre ordinateurs: le câblage est remplacé par des liaisons radio.
7
Caractéristiques d’un Réseau WLAN

- Il fonctionne dans une région géographique limitée.

- Il offre aux utilisateurs le partage des accès à des périphériques ou à des


applications, l’échange de fichiers et la communication par le biais du
courrier électronique ou d’autres applications.

- Il permet de relier des ordinateurs, des machines de bureau… sur un


rayon de plusieurs dizaines de mètres en intérieur (entre 20 et 50 mètres )
voire des centaines de mètres en milieu ouvert
8
Caractéristiques d’un Réseau WLAN

-Il a une couverture plus grande que les WPAN (La couverture moyenne
est entre 20-500 m.).

- Débits : 1-54 Mbit/s.

- Principale technologie : WI-FI.

9
Norme WIFI

Aujourd'hui, le WLAN le plus connu dans le monde est celui défini par la
norme IEEE 802.11, à savoir le WiFi (Wireless Fidelity). Il permet de
relier par ondes radio plusieurs appareils
informatiques (ordinateur, routeur, Smartphone, modem Internet, etc.) au
sein d'un réseau informatique afin de permettre la transmission des
données entre eux.
Apparu pour la première fois en 1997, les normes IEEE 802.11, qui sont
utilisées internationalement, décrivent les caractéristiques d’un réseau
local sans fil (WLAN).
10
Norme WIFI

- La norme WIFI présente le meilleur choix économique et technique


face à la solution filaire.
- Toutefois, si WIFI a fait ses preuves au niveau de la simplicité et la
performance au sein du monde professionnel, il n’est pas de même pour
la confidentialité et de l’intégrité des données.
- La sécurité des réseaux est la principale préoccupation de tout
administrateur.
- Les réseaux sans fil présentent la propriété d’être facilement écoutable,
plus difficile à sécuriser.
11
Norme WIFI

- Technologie considérée comme la version sans fil d’Ethernet,


technologie visant la mobilité à l’intérieur de l’entreprise.
- Les débits initiaux étaient de 1à 2 Mbits.
- Actuellement dans la pratique, WIFI offre une liaison hauts débits de
11 Mbits/s ou plus.(de l’ordre de 100Mbits/s) sur un rayon de plusieurs
mètres en intérieur ( 20 à50 mètres).
- Plusieurs mètres en environnement ouverts ( Gares, aéroports, Hôtels
…..)

12
Avantages de la norme WIFI

- Simplicité de mise en place et facilité d’installation.

. - Rapidité de déploiement.

- Mobilité au sein de l’entreprise.

- Fréquences utilisées sont d’usage libre.

- Ne nécessite pas de licence.

- Débits satisfaisants

- Possibilité de mobilité 13
Inconvénients de la norme WIFI

- Le principal inconvénient provient du support ( Onde radio ).

- Perturbations extérieures : les ondes peuvent polluer les

communications d’un réseau voisin.

- Problèmes au niveau sécurité.

14
Performances de la norme WIFI

Théoriquement
- Portée : Jusqu’à 300 mètres de couverture sans obstacle.
- Débit : Variable de 1 à 300 Mbits/s ( jusqu’à 11Mbits/s pour le
802.11b, 22 Mbits/s pour le 802.11 b+, 54 Mbits/s pour le 802.11g et
plus que 100Mbits/s pour le 802.11n.)

Dans la pratique, Ces données sont fonction de :


- La qualité des équipements .
- L’environnement dans lequel les équipements sont déployés.
15
- Le nombre des clients connectés à la fois au réseau.
Réseau WMAN

MAN (Metropolitan Area Network ou réseau métropolitain): Ce type de


réseau possède une couverture qui peut s'étendre sur toute une ville et relie
des composants appartenant à des organisations proches
géographiquement( quelques dizaines de kilomètres).
Ces réseaux sont basés sur la norme IEEE 802.16, et offrent un débit utile
de 1 à 10 Mbit/s pour une portée de 4 à 10 kilomètres. Ce type de
connexion est principalement destiné aux opérateurs de télécommunication.
Ils permettent ainsi la connexion de plusieurs LAN.

Le débit courant varie jusqu’à 100 Mb/s. 16


Réseaux WWAN

WAN (Wide Area Network ou étendu): Ce type de réseau couvre une

très vaste région géographique et permet de relier des systèmes dispersés à

l’échelle planétaire (plusieurs milliers de km).

Toutefois, étant donné la distance à parcourir, le débit est plus faible (de 50

bit/s à quelques Mb/s).

17
Réseaux WWAN

Les réseaux étendus sans fil WWAN sont également connus sous le nom
des réseaux cellulaires mobiles. Il s'agit des réseaux sans fil les plus
répandus puisque tous les téléphones mobiles sont connectés à un réseau
étendu sans fil. Les principales technologies sont les suivantes :

 GSM (Global System for Mobile Communications


 GPRS et EDGE (General Packet Radio Service)
 UMTS (Universal Mobile Telecommunications System)
 LTE (Long Term Evolution)
18
Classification des réseaux

19
Chapitre 3

Codage en ligne
Introduction

 La transmission de données désigne le transport de l’information d'un


endroit à un autre, par un moyen physique.

 Dans le vocabulaire informatique, cela signifie l'envoi des bits d'un


endroit à un autre en utilisant des technologies, comme le câble coaxial,
la fibre optique, les ondes radio...
 Transmission des données binaires au niveau matériel:
Sur les ordinateurs, les données sont binaires (0 et 1)
Sur les câbles électriques, les données sont des courants ou des
tensions
1
Débit maximal d’une transmission

 La capacité maximale (ou débit maximum) d’un canal de bande


passante W soumis à un bruit S/N est définie par la formule de Shannon:

 S : énergie du signal, N : énergie du bruit

 (S/N) : rapport signal sur bruit (SNR : Signal to Noise Ratio)

 S/N (dB) = 10 log10 (S/N) (exp: (S/N)=1000 alors S/N (dB)=30dB)

 Exemple : W=3100 Hz, S/N(dB) = 30 dB alors C = 30 kbit/s.

2
Codage en ligne

Pour le transport des données numériques, le codage en ligne est


souvent utilisé. Il consiste à représenter le signal numérisé par un
signal faisant varier son amplitude au cours du temps, ceci étant parfait
pour les propriétés physiques bien particulières des canaux de
transmissions . Introduction

La forme du signal est utilisée pour représenter les 1 et les 0 d'un signal
numérique sur un lien, ce processus est appelé codage en ligne.

Après le codage en ligne, le signal peut être directement transmis sur le


canal de transmission, sous la forme d’une variation de tension ou du
courant.

3
Codage en ligne

Un codeur en ligne transforme une suite initiale numérique (formée des


bits) en une suite codée (des symboles) généralement binaire (codage
unipolaire) ou ternaire (codage bipolaire).

Le décodeur en ligne fait l'opération inverse.

Le but du codage est d'adapter la suite des bits à transmettre aux


caractéristiques de la transmission.

4
Principales qualités d’un codeur en ligne

La largeur de sa plage de fréquences doit être la plus étroite possible


La répartition fréquentielle de la puissance : peu de puissances aux
faibles fréquences, aucune à la fréquence nulle.
Le codage de l'horloge : fréquence suffisante pour les transitions et la
synchronisation de l'horloge du récepteur sur le signal reçu.
La résistance au bruit : espacement des niveaux.
La complexité du codage : coût et vitesse du codage.

Ces critères permettent de comparer les différents codes


5
Codes utilisés en bande de base
Les codes à deux niveaux (unipolaires)
Le code NRZ
Le code RZ unipolaire
Introduction
Le code Manchester

Les codes à trois niveaux (bipolaires)


Le code bipolaire simple (AMI)
Les codes bipolaires à haute densité d'ordre n (BHDn)

6
Code NRZ (Non Retour à Zéro)

Le codage NRZ a été créé pour améliorer un peu le codage binaire de base.
Cependant, on remarque que pour une série des bits identiques, le signal
reste sans transition. Bien évidemment, cela peut provoquer une perte de
synchronisation. Mais en général, on le décrit comme étant un code simple,
utilisé couramment entre l'ordinateur et ses périphériques.
Ainsi, avec le code en ligne NRZ, le bit 1 est représenté par un état
significatif (par exemple, une tension clairement positive), et le bit 0 par un
autre état significatif (par exemple, une tension clairement négative). Il
n'existe pas d'état intermédiaire.
7
Code NRZ (Non Retour à Zéro)

Avantages : Ce codage est très facile à mettre en œuvre.

Inconvénients

- Une inversion des fils au raccordement provoquerait une erreur


d’interprétation (inversions d'état). Pour cette raison, des codes Inversés
(NRZI) peuvent être préférés.

- Il n’a pas de transition générée lors d’une longue séquence de 1 ou 0,


ce qui rend la synchronisation difficile. Pour cette raison, le codage
Manchester est préféré dans les cas où le flux à coder peut contenir des
longues séquences des 0 ou 1 comme, par exemple, sur un
réseau Ethernet.
8
Code Manchester

 Le code Manchester est unipolaire ayant un spectre très large (le


double).

Il est obtenu par le mélange (opération logique OU-exclusif) d'un


signal horloge et d'un signal NRZ.

De cette manière on peut, par exemple, matérialiser un "1" logique


par une transition montante en milieu de la période T et le "0" logique
par une transition descendante.

C’est un codage utilisé par Ethernet.

9
Code Manchester

Avantages
 Pas de composante continue (puisqu’il y a toujours des transitions
tous les Tb,) et peu d'énergie dans les fréquences basses.
 La densité spectrale du signal présente un maximum vers la
fréquence "0,75 / Tb" .

 Synchronisation facile: il y a systématiquement une transition du


signal durant une période bit.
 Réalisation technique relativement simple et économique : circuits
logiques, microcontrôleurs ...

Inconvénients : Nécessité d'une bande passante minimale de l'ordre


de 1,5 x (1 / Tb).
10
Code Manchester
Principe de codage
Valeur à coder Valeur transmise

0 logique transition du niveau bas vers le niveau haut

1 logique transition du niveau haut vers le niveau bas

Attention : Toutefois, cela peut-être l'inverse, on peut avoir que les


transitions du niveau haut au niveau bas indiquent des 0. Cela n'est pas
grave, il suffit que l'émetteur et le récepteur s'accordent sur la même
logique. 11
Codage RZ (Retour à Zéro)

Le codage RZ fut le premier codage exploité grâce à sa facilité


d’utilisation et de réalisation.

En effet, pour obtenir ce codage, il suffit de réaliser une opération


Introduction
logique ET (AND) entre l’information à transmettre et le signal de
l’horloge.

Malgré la simplicité de codage, le code RZ n’est plus guère utilisé. En


effet, RZ signifie « retour à zéro », et le principal défaut de ce code est
justement cette tension nulle. Puisqu’une information est codée sur le
niveau 0 Volt, le récepteur ne peut pas établir une différence entre le bit
0 et une coupure de transmission.

12
Codage RZ unipolaire

Introduction

13
Codage Bipolaire AMI (Alternate Mark Inversion)

Le codage bipolaire est un codage à 3 niveaux, c’est-à-dire que les


valeurs utilisées pour coder le signal composé des bits 0 et des bits 1
varieront entre –a, 0 et a.
Valeurs à coder Introduction
Valeurs transmises
0 logique 0
1 logique opposé de la valeur transmise au bit 1 précédent.
Exemple : hypothèse, à t = 0 s, l’amplitude =+V

Séquence 1 1 0 1 0 0 0 0 1 1

Codage 1 -1 0 1 0 0 0 0 -1 1
14
Codage HDBn (Bipolaire à Haute Densité d’ordre n)

Le codage BHDn est un codage à 3 niveaux comme les


codages bipolaires, c'est-à-dire que les valeurs utilisées pour coder le
signal composé de 0 et de 1 varieront entre -a, 0 et a.
Introduction
En fait, ce code est dérivé du code bipolaire (AMI) dans lequel on
interdit plus de n symboles successifs non nuls. Le (n+1)ième d’une suite
est codé par un niveau ±V, le signe étant choisi de façon à violer la règle
d’alternance des signes.

Ce code est utilisé sur les liaisons entre les centraux téléphoniques sur
des distances relativement courtes, quelques kilomètres.

15
Codage HDBn (Bipolaire à Haute Densité d’ordre n)

En résumé, on décrit ce codage comme suit :


Même codage que le code bipolaire simple AMI plus une
transformation des suites de plus de n zéros.
Introduction
Basé sur la violation de l'alternance : bit de viol (noté V)

Une suite consécutive de n+1 bits à 0 est codée par

- (a) suite de n zéros suivis d'un bit de viol : [000...00] → [000...0V]


- (b) suite formée d'un bit de bourrage (noté B), n-1 zéros, suivis d'un
bit de viol; les bits B et V ayant même polarité : [000...00] → [B00...0V]

16
Codage HDBn (Bipolaire à Haute Densité d’ordre n)

Remarques:
 Le premier bit à 1 (suivant un bit de viol) est codé avec la valeur inverse du
bit de viol qui le précède
 On considère que la suite est conventionnellement précédée d'un bit de viol.
 Dans une très longue suiteIntroduction
de zéros, tous les blocs successifs (sauf le
premier), sont codés dans la forme (b)

Règles de codage:
Le 'n' du BHDn indique le nombre des 0 que l'on peut envoyer. On le choisit
en fonction de la fiabilité du support et du matériel. La valeur pour le premier
1 à envoyer est fixée par convention entre l'émetteur et le récepteur.
 Si on doit envoyer un 1, on envoie l'inverse de la valeur envoyée pour le
pas précédent.
 Si on doit envoyer un 0 :
17
Codage HDBn (Bipolaire à Haute Densité d’ordre n)

 Si on doit envoyer un 0 :
- Si les n+1 bits suivants ne sont pas tous à 0, on continue le codage
comme en codage bipolaire simple.
- Si les n+1 bits suivants sont tous à 0, les n bits suivants sont codés
Introduction
à 0 et le n+1 sera codé avec la même valeur que le code du 1 précédent
(on viole alors l'alternance).

 Après une violation de l'alternance :

- Si le bit suivant est un 1, il est codé avec la valeur inverse de celle


qu'on vient de mettre pour l'alternance.
- Si le bit suivant est un 0 :

18
Codage HDBn (Bipolaire à Haute Densité d’ordre n)

Si le bit suivant est un 0 :


- Si les n+1 bits suivants ne sont pas tous à 0, on continue le codage
Introduction
comme en codage bipolaire simple.
- Si les n+1 bits suivants sont tous à 0, le premier est codé avec la
valeur inverse de celle qu'on vient de mettre pour l'alternance, les n-1
bits suivants sont codés à 0 et le n+1 sera codé avec la même valeur
que le premier (on viole l'alternance).

19
Codage HDBn (Bipolaire à Haute Densité d’ordre n)

Exemple 1 : Codage HDB1

Séquence 1 1 0 1 0 0 0 0 1 1
Introduction
Codage a -a 0 a 0 a -a -a a -a

Exemple 2 : Codage HDB2

Séquence 1 1 0 1 0 0 0 0 1 1

Codage a -a 0 a 0 0 a 0 -a a

20
Codage HDBn (Bipolaire à Haute Densité d’ordre n)

Exemple 3: Codage HDB 3

1 0 1 0 0 Introduction
0 0 0 1 1 0 0 0 0

+V

B V

V
-V

21