Vous êtes sur la page 1sur 134

Droit

des médias
LCOMU1322

GUYONNET Mégane
2017-2018

Professeur : François Jongen à f.jongen@uclouvain.be


Supports
- Enseignement oral
- Syllabus à la DUC
- Moodle (PwP, législation, documents, Jurisprudence, Liens) à Clé d’accès : dedouze

Examen
ORAL : 3 questions
- Question large tirée au sort et préparée pendant 10 min à 10 points
- Commentaire sur un arrêt CEDH ou autre à 5 points
- Troisième question à 5 points
Précision des termes utilisés !!!!
- CEDH peut être Convention ou Cour Européenne des Droits de l’Homme
- CEDH = l’Europe au sens large et CJUE = cour de justice de l’union européenne
- Appel, cassation et recours à la CEDH (après avoir tout essayé au niveau national)
- Jugement et arrêt


Les médias sont les contenants et la communication le contenu.

Plan du cours
Introduction _______________________________________________________________ 7

Les types de médias ______________________________________________________________ 7

Processus de communication ______________________________________________________ 7

Questions de contenus ___________________________________________________________ 7

Cinquante ans d’évolution _________________________________________________________ 8

Contexte _______________________________________________________________________ 9

Principes généraux _________________________________________________________ 10

Liberté d’expression en droit européen – article 10 ___________________________________ 10


Le principe et ses composantes __________________________________________________________ 10
Liberté d’opinion _____________________________________________________________________ 10
Liberté de communication/ communiquer des informations ___________________________________ 11
Qui communique ? _________________________________________________________________ 11
Que peut-on communiquer ? _________________________________________________________ 13
Jusqu’où on peut aller ? _____________________________________________________________ 14
Comment peut-on communiquer ? _____________________________________________________ 17
Liberté de réception ___________________________________________________________________ 20
La liberté d’expression et ses exceptions __________________________________________________ 21
Les régimes d’autorisations. __________________________________________________________ 21
La notion d’ingérence _______________________________________________________________ 22

Liberté d’expression en droit belge _________________________________________________ 26


L’article 19 de la constitution belge _______________________________________________________ 26
L’article 25 de la constitution belge _______________________________________________________ 26
Cadre général de l’article 25 : _________________________________________________________ 26
Notion de presse ___________________________________________________________________ 28
Notion de délit de presse ____________________________________________________________ 29
Notion de censure __________________________________________________________________ 31
Notion de diffusion _________________________________________________________________ 33
La notion de responsabilité en cascade _________________________________________________ 34

Liberté d’entreprise et médias ____________________________________________________ 37


Illustration : RTL TVI ___________________________________________________________________ 37
Le droit européen. ____________________________________________________________________ 39
Droit primaire _____________________________________________________________________ 39

Le droit dérivé _____________________________________________________________________ 40


La directive SMA. ___________________________________________________________________ 40

Répartition de compétences ______________________________________________________ 44


Exceptions au principe _________________________________________________________________ 45
Services de médias av = radiodiffusion ____________________________________________________ 45
Distinction non problématique ________________________________________________________ 45
Depuis les années 90 : zone grise ______________________________________________________ 45
Arrêts de la cour d’arbitrage (cours constitutionnelle) ________________________________________ 46
Accord de coopération _________________________________________________________________ 46

Statut des acteurs _________________________________________________________ 47

Journalistes ____________________________________________________________________ 47
La profession de journaliste est un profession non protégée. Pourquoi ? _________________________ 48
Quels sont les avantages que l’on obtient avec le titre de journaliste professionnel ? _______________ 51
Passons à la représentation des journalistes, qui est chargé de représenter les journalistes ? ________ 51
Sociétés de rédacteurs _________________________________________________________________ 53
Un mot sur la déontologie. _____________________________________________________________ 54
Droit social __________________________________________________________________________ 56
Dans quel cas un journalsite va etre un indépendnat ? _____________________________________ 56
Qu’est ce qu’un faux indépendant ? ____________________________________________________ 57
Question du secret professionnel des journalistes. __________________________________________ 61
Secret professionnel ________________________________________________________________ 61
La loi du 7 avril 2005 : protection du secret des sources des journalistes. _________________________ 63
Principe __________________________________________________________________________ 64
Exceptions ________________________________________________________________________ 64
Autres dispositions _________________________________________________________________ 64

Éditeurs (au sens large) __________________________________________________________ 65


L’organisation de l’aide à la presse _______________________________________________________ 65
Les aides indirectes _________________________________________________________________ 65
Les aides directes ___________________________________________________________________ 66
Le CSA – Conseil Supérieur de l’audiovisuel ________________________________________________ 67
Comment apparait un éditeur SMA ? ___________________________________________________ 67
Régulation indépendante ____________________________________________________________ 67
Quelle est la composition du CSA ? _____________________________________________________ 69
Quelles sont les compétences du CSA ? _________________________________________________ 69
Pouvoir absolu ? ___________________________________________________________________ 70
Le CSA est-il vraiment dépolitisé ? _____________________________________________________ 70

Les services publics de médias audiovisuels __________________________________________ 71


Évolution historique ___________________________________________________________________ 71
La RTBF : Nature et missions ____________________________________________________________ 72
Objet social _______________________________________________________________________ 72
Les missions de la RTBF ______________________________________________________________ 72
RTBF : Contrat de gestion ____________________________________________________________ 73
RTBF : organisation _________________________________________________________________ 73
RTBF : Moyens et contrôle ___________________________________________________________ 74
RTBF et internet ____________________________________________________________________ 74
Télévisions locales ____________________________________________________________________ 75
ELSPT ____________________________________________________________________________ 76
Missions __________________________________________________________________________ 76
Organes __________________________________________________________________________ 76
Conditions ________________________________________________________________________ 76
Les éditeurs privés de SMA _____________________________________________________________ 77
Communauté française ______________________________________________________________ 77

Intermédiaires techniques ________________________________________________________ 82


SMA : évolution historique _____________________________________________________________ 82
Principes généraux ____________________________________________________________________ 82
Mode dominant ____________________________________________________________________ 82
Modèle économique rare ____________________________________________________________ 82
Répartition des compétences _________________________________________________________ 83
Situation en région de langue française ___________________________________________________ 83
Distinction de base _________________________________________________________________ 83
Statut des opérateurs de réseaux ______________________________________________________ 83
Statut des distributeurs de services ____________________________________________________ 83
Opérateurs de réseaux ______________________________________________________________ 84
Distributeurs de service ______________________________________________________________ 84
Situation en région bruxelloise __________________________________________________________ 85

Les intermédiaires internet _______________________________________________________ 85


Identification du responsable ___________________________________________________________ 85
Responsabilité en cascade ____________________________________________________________ 85
EU : Directive commerce électronique (8 juin 2000) _______________________________________ 85

Récepteurs ____________________________________________________________________ 87
Liberté absolue _______________________________________________________________________ 87
Restrictions : médias écrits _____________________________________________________________ 87
Redevance RadioTV _________________________________________________________________ 88

Permis d’urbanisme _________________________________________________________________ 88


Protection de la liberté de réception ______________________________________________________ 88
Accès à l’information administrative ___________________________________________________ 88
Access News ______________________________________________________________________ 89

Règles de contenu _________________________________________________________ 91

Protection de l’ordre du public ____________________________________________________ 91

Protection des bonnes mœurs ____________________________________________________ 93

Protection des personnes ________________________________________________________ 96


Droit de la personnalité au sens général ___________________________________________________ 96
Le droit à l’honneur et à la considération ________________________________________________ 97
Le droit au respect de la vie privée ____________________________________________________ 100
Le droit à l’image __________________________________________________________________ 103
Le droit à l’oubli ___________________________________________________________________ 105
La protection des justiciables __________________________________________________________ 107
La protection des victimes de viol _____________________________________________________ 107
La protection des mineurs ___________________________________________________________ 108
La présomption d’innocence _________________________________________________________ 108
Les victimes potentielles de racisme et de xénophobies ___________________________________ 109

Les procédures ________________________________________________________________ 112


La prévention _______________________________________________________________________ 113
Le référé _________________________________________________________________________ 113
La requête unilatérale ______________________________________________________________ 113
La réparation _______________________________________________________________________ 114
La réparation en nature _____________________________________________________________ 114

Les procédures pénales et les procédures civiles _____________________________________ 118

Publicité _____________________________________________________________________ 121


Les buts de la réglementation __________________________________________________________ 121
Les textes appliqués __________________________________________________________________ 122
Publicité et information: Les éléments constitutifs de la publicité ______________________________ 123
De la publcitité à la communication commerciale ________________________________________ 124
Définitions de forme _______________________________________________________________ 125
La réglementation de contenu et la réglementation de diffusion ______________________________ 126
Réglementation de la diffusion : indexitifcation et séparation. ________________________________ 127
La pub doit toujours être clairement identifiable. ________________________________________ 127
Les interruptions publicitaires sont légalisées. _____________________________________________ 128

Réglementation de la diffusion : règles de durée ___________________________________________ 129


Autres règles _______________________________________________________________________ 130
Contrôles publicitaires ______________________________________________________________ 130

Les droits d’auteur _____________________________________________________________ 131


La notion d’objectivité de l’information ________________________________________________ 133
Messages urgents d’intérêt général ___________________________________________________ 133
Quotas TV _______________________________________________________________________ 133

Introduction
Les types de médias
- Les médias écrits : livres, presse, affichage
o La création d’un journal n’est pas encadrée juridiquement
- Les médias audiovisuels (apparus au XXème siècle) : radio, télévision, (cinéma)
o Secteur juridique le plus réglementé
- Les médias électroniques (apparus fin XXème siècle) : internet …
o Cette catégorie n’est pas tout à fait définie
è Plus l’impact est fort, plus la législation intervient
è Dans notre société, la télévision a le plus fort impact, ce qui implique que la législation y est
très développée.

Processus de communication
Auteur (créateur du contenu) à Editeur (agréger/ ordonner/ vendre des contenus) à Intermédiaire
(pour toucher le destinateur final : la poste, voo, proximus …) à Récepteur
Ce sont les acteurs de la communication dont le statut pourra être réglementé par le droit.
Aujourd’hui ce processus peut être à double sens : le récepteur peut aussi créer du contenu et le
diffuser.

Questions de contenus
- Ordre public
- Blasphème
- Sexualité
- Protection des mineurs
- Protection de la vie privée
- Droit à l’image
- Publicité
- Objectivité de l’information
- …

Cinquante ans d’évolution


- Évolution technique : beaucoup de textes législatifs datent des années 70.
o Le courrier, le téléphone, le fax, internet.
o Ondes Hertziennes, réseau câblé, satellite, internet.
- Évolution sociologique :
o Augmentation de la consommation de la télévision (Passage du monopole à la
concurrence des chaînes).
o Le passage de la télévision fenêtre (ouverture sur le monde, découverte) à la
télévision miroir (la loi du mort kilométrique et l’obsession de la proximité).
§ Le micro-trottoir = proximité
§ La télé-réalité = proximité car les gens ordinaires remplacent les stars
- Évolution économique :
o Les médias étaient créés pour communiquer des messages/ défendre un point de
vue.
o À partie des années 80, les médias sont créés pour vendre un public à des
annonceurs (ex : Métro).
- Évolution politique :
o Il y avait un ministre de l’information en France jusque dans les années 70.
o La multiplication des chaînes de télévision efface l’intervention des politiques.
o Le politique est plus que jamais obsédé par son image, il veut entretenir de bonnes
relations avec les médias.
o Les règles vont théoriquement éloignées le politique de l’audiovisuel mais en réalité
le politique veut toujours y intervenir.
o Ex : Le CA de la RTBF étant formé d’hommes politiques, intervient en fonction de
leurs intérêts. La gérance par la RTBF de la régie publicitaire de TF1 a été empêché
par RTL en faisant pression sur les politiques (l’empêcher s’ils voulaient continuer à
passer sur les médias de RTL).
- Évolution des modes de production
o Avant un public passif, spectateur.
o Aujourd’hui une partie du public produit des contenus à Quel est le statut ?
Journaliste ou non ?
- Évolution juridique :
o Plus compliqué en Belgique car l’audiovisuel dépend des communautés = 3
communautés + Bruxelles.

Contexte
Liberté d’expression = dépasse la presse, reconnue pour tous les citoyens
Liberté de presse = la liberté d’expression appliquée aux médias + la liberté d’entreprise (ouvrir un
commerce).

Principes généraux
Liberté d’expression en droit européen – article 10
L’article 10 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés
fondamentales (la convention européenne des droits de l’Homme : CEDH).
è L’avantage de la CvEDH, par rapport à la déclaration universelle, est la cour européenne des
droits de l’Homme qui veille à l’application de cette convention.
è Toute personne a le droit de saisir la cour si elle estime qu’une des libertés consacrées par la
convention a été violée. La règle est d’avoir d’abord épuisé tous les recours interne
(national).
Les limites de la liberté d’expression des journalistes sont souvent définies par des arrêts de la
CrEDH.

Article 10, alinéa 1
« Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté
de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence
d’autorités … »
Article 10, alinéa 2
« L’exercice de ces libertés … »
La liberté d’expression n’est pas absolue, on peut y apporter certaines limites qui répondent à
certaines conditions, réunies dans cet alinéa 2.

Le principe et ses composantes


!! Aucune liberté n’est plus importante qu’une autre pour la CrEDH !!
« Ce droit comprend … de frontières »
Il y a donc la liberté d’opinion, liberté de communiquer des informations, liberté de recevoir des
informations. à Les autorités ne peuvent pas empêcher ces libertés.
Les frontières sont tombées depuis internet.

Liberté d’opinion
La liberté de penser sans même exprimer sa pensée.
Arrêt Lingens (CEDH), 8 juillet 1986

10

Distinction entre les faits et les jugements de valeur. Il y a des choses qui peuvent être prouvées et
d’autres qui ne peuvent pas être prouvées. Exemple concret : on veut écrire que Charles Michel est
un 1er ministre médiocre, que c’est un crétin. C’est notre droit et c’est un jugement de valeur. On ne
pourrait pas nous demander de le prouver ; Par contre, si on écrit que Charles Michel est malhonnête
et qu’il a détourné de l’argent pour financer la construction de piscine, là on n’est plus dans le
jugement de valeur, on est dans l’articulation de faits. Et là, on peut nous demander de prouver ces
faits, et on peut nous punir pour avoir alléguer des faits sans preuves.
è Pour le jugement de valeur, il n’y a pas moyens de prouver.
è Donc les opinions ne doivent pas être prouvées.

Liberté de communication/ communiquer des informations


Qui communique ?
1. Journalistes et médias
En bénéficient au premier titre car c’est l’essence même de leur métier.
2. Personnes privées et personnes morales
Arrêt Autronic, 22 mai 1990 (CEDH)
3. Politiques
Ils bénéficient d’une liberté d’expression encore plus importante que les personnes privées, parce
que le politique représente ses électeurs. Il parle en son nom mais aussi au nom de ses électeurs.
Arrêt Castells, 23 avril 1992.
Castells (un député basque) se montre critique envers le gouvernement de Madrid. Castels accuse le
gouvernement central de Madrid de soutenir les mouvements contre-terroriste contre les basques
(les basques tuent les espagnols, et ces derniers tuent les basques). Castells est condamné, s’adresse
à la CEDH, et elle dira que la liberté d’expression compte tout particulièrement pour les hommes
politiques, car ces derniers doivent accepter plus de critiques, mais ont également le DEVOIR de
parler. De la part du gouvernement de Madrid, il n’était pas correct de poursuivre un député, car il y
avait d’autres moyens.
Arrêt A contre UK, 17 décembre 2002.
Madame A, mère de famille d’une ville populaire d’Angleterre, elle ne surveillait pas ses enfants, des
gens sortaient à tout heure de la maison, nuisance sonore, ces gens étaient mal vus dans le quartier.
Un jour, un parlementaire de la région raconte cette histoire en donnant son Nom (de madame A). La
presse populaire s’en empare, « Neighbors from hell », en citant bien sûr le nom de madame A. Cette
dernière reçoit ensuite des lettres de menace. Madame A va se plaindre et tente d’obtenir la
condamnation du parlementaire. Elle s’adresse à la CEDH, car l’UK ne lui a pas donné raison. La CEDH

11

lui a rappelé que les hommes politiques ont le droit de s’exprimer, d’autant plus dans une assemblée
parlementaire. Le député avait le droit de s’exprimer, car c’est un politique. On ne peut pas
poursuivre un député pour des propos qu’il a eu dans l’exercice de ses fonctions, encore moins
quand c’est dans le parlement.
Arrêt Cordova, 30 janvier 2003.
Arrêt ferret contre Belgique.
Mr Ferret, ancien président du FN belge, qui avait été condamné par la publique belge pour racisme,
il s’est adressé à la CEDH, qui lui a dit Oui la liberté d’expression des politiques, mais cette liberté ne
peut pas aller jusqu’à l’expression de propos racistes.
4. Artistes
Liberté artistique protégée par l’article 10 car l’art permet de s’exprimer. Cette liberté d’expression
n’est pas absolue (ex : street art).
Arrêt Muller, 24 mai 1988.
En 1981, en Suisse, un artiste nommé Muller avait peint une toile représentant de la sexualité d’une
manière beaucoup trop choquante. Les œuvres de Muller ont été saisies et l’exposition interdite.
Muller a fait un recours en Suisse, il n’a pas eu gain de cause, il s’adresse à la Cour Européenne des
droits de l’Homme, et il invoque la liberté d’expression. La CEDH va lui donner raison sur 1 seul point,
la CEDH va dire qu’en tant qu’artiste, on bénéficie de la liberté d’expression. Cela dit, il y avait de
bonnes raisons d’interdire l’exposition. La sexualité y était représentée d’une manière beaucoup trop
crue. D’autant que l’exposition avait lieu dans un endroit ouvert, où mêmes des enfants pouvait
rentrer, il n’y avait pas de contrôles à l’entrée, n’importe qui avait accès à l’expo.
Arrêt Vereinigung Bildender Künstler, du 25 janvier 2007. (Associations d’artistes plasticiens)
Plusieurs artistes avaient organisé une exposition en Autriche, dont Otto Muehl avec son œuvre
« Apocalypse ». Il a collé des têtes, en photo, de personnes connues (Hommes politiques, personnes
d’Eglise, etc…), sur des corps qu’il a dessiné dans des positions peu avantageuses. Parmi les
personnes représentées, on trouve un représentant du parti d’extrême droite Autrichien. Les
autorités autrichiennes vont censurer l’œuvre et l’expo va être interdite. Cette association d’artistes
va aller en recours à la CEDH, et cette dernière va redire ce qu’elle avait déjà dit pour Muller, c’est à
dire que la liberté d’expression s’applique aux artistes, mais qu’en l’occurrence, comme il y avait une
dimension politique dans l’œuvre, l’artiste méritait d’être encore plus protégé. L’Autriche a donc
porté atteinte à la liberté d’expression de l’artiste. Ça ne signifie pas que l’artiste peut tout exprimer
dans ses œuvres.
L’arrêt Kartunnen, de 2011.
Cet arrêt en est l’exemple, un artiste ne peut pas tout exprimer dans ses œuvres.

12

Une peintre finlandaise voulait dénoncer la pédopornographie, en faisant une toile faite d’une série
de petites photos téléchargées sur internet. Il s’agissait de photos de mineurs dans des postures
pornographiques. Elle voulait illustrer le problème, à quel point il était facile de trouver ce genre de
choses sur internet. L’œuvre a été interdite, l’artiste s’est adressée à la CEDH. Cette dernière a dit
que même si les artistes bénéficient de la liberté d’expression, le combat contre la pédopornographie
est tel, qu’il n’était pas légitime d’utiliser de telles images, même pour faire de la dénonciation.

Que peut-on communiquer ?
1. Publicité
Barthold, 25 mars 1985.
VGT, 28 juin 2001
La VGT est une association luttant pour le droit animal, en Suisse. Ils ont fait un spot publicitaire
comparant une truie élevée en plein air avec un groupe de cochons collés les uns aux autres dans un
entrepôt, et on assimilait ça aux camps de concentration. La Suisse a refusé de diffuser cette pub en
disant que c’était de la pub politique, et que cette dernière est interdite. La CEDH a considéré que
c’était une atteinte à la liberté d’expression.
TV Vest AS, 11 décembre 2008.
En Norvège, un nouveau parti politique voulait prendre de la pub TV, et ça avait été refusé car les
partis politiques ne peuvent pas faire de pub en Norvège. La CEDH a dit qu’un nouveau parti
politique avait besoin de faire connaître ses opinions, et qu’il pouvait donc avoir besoin de la pub TV,
c’était donc une atteinte à la liberté d’expression. Interdire systématique la pub TV pour les partis
politiques n’est pas conforme à l’article 10 de la CEDH. Suite à ça, on a changé la législation chez
nous, en Belgique. La pub Tv est autorisée, pour autant que ce soit en dehors des périodes de
campagnes électorales.
Animal Defenders International, 22 avril 2013. Semblable à la VGT. L’interdiction du Royaume-Uni a
été reconnue légitime par la CEDH.
2. Absence de contenu :
Qu’en est-il d’une chaîne de TV, ou de radio, qui fait une absence de contenu ? Une absence de
contenu est contraire à l’article 10, où on dit qu’il faut communiquer des informations et des idées.
La CEDH s’est posée la question en 1990 avec l’affaire Groppera. C’était une radio italienne qui
essayait d’émettre ses programmes vers les réseaux câblés de Zurich. Ces programmes, c’était juste
de la musique instrumentale, ou éventuellement des trucs chantés en italien, donc ils ont été
interdits car non protégés par la liberté d’expression. La CEDH a dit que ce contenu était quand
même protégé donc interdiction non légitime.

13




3. Photos :
Von Hannover, 24 juin 2004.
Mme Von Hannover, c’est Caroline de Monaco. Elle a épousé Von Hannover, et s’est plainte à la
CEDH car la presse people allemande publiait sans cesse des photos de sa vie privée. Du côté
allemand, on justifiait ces photos en disant que c’était de la liberté d’expression. Von Hannover
répondant que c’était des photos, et non des infos et des idées. La CEDH a dit que MEME des photos
bénéficiait de la protection de la liberté d’expression.

Jusqu’où on peut aller ?
Handyside, 4 novembre 1976. Mr Handyside, éditeur britannique marqué de gauche. Il voulait faire
un journal de classe pour les étudiants, the little red school book, (référence au parti communiste
chinois) avec des conseils pour les jeunes sur la sexualité très crus et poussés. Les autorités
interdisent et retirent le journal de la vente. L’éditeur s’adresse à la CEDH qui lui donne raison.
Article 17 de la CvEDH : « pas de liberté pour les ennemis de la liberté » = si on laisse les non
démocrates utilisés tous les avantages de la démocratie, cela pourrait amener à la fin de la
démocratie. Cet article sera parfois utilisé par la CrEDH pour limiter la liberté d’expression.
Racisme : Jersild, 23 septembre 1994
Mr Jersild est un journaliste de la radio publique Danoise. Il réalise un reportage sur un groupe de
Skinheads racistes. C’est intéressant au niveau des techniques journalistiques. C’est une technique
qui consiste à faire partie de l’entourage des personnes que l’on veut observer, de façon à les voir
quand elles sont au naturel. Le journaliste arrive à se fondre dans les décors, et a une image fidèle de
la réalité. Ici, le journaliste avait réussi à capter des discussions de skinheads tout à fait naturelle,
spontanée, donc très crue dans le racisme. C’était donc un reportage neutre où on fait entendre la
réalité. Dans la réalité, il y avait ce discours disant qu’ils regrettaient le KKK. Au moment de la
diffusion, l’émission choque. Il y a une polémique, des poursuites judiciaires, etc… Mr Jersild
s’adresse à la CEDH et dit que le Danemark a porté atteinte à sa liberté d’expression en portant
atteinte à mon travail journalistique. La CEDH va dire 2 choses. Sur le plan du racisme, elle va dire
qu’elle n’est pas amenée à statuer sur le discours raciste lui-même, le recours introduit devant la
CEDH n’est pas un recours introduit par les auteurs du propos raciste, mais il est clair que si cela avait
été le cas, ces discours racistes n’auraient pas bénéficier de la protection de l’article 10 (car raciste,
porte atteinte à la CvEDH). Par contre, du point de vue du journaliste Jersild, la CEDH va reconnaitre
que le journaliste a le choix de la méthode journalistique qu’il utilise. Sanctionner un journaliste pour

14

avoir aidé à la diffusion des déclarations d’un tiers lors d’un entretien entraverait gravement la
presse. En tant que journaliste, on n’a pas l’obligation de corriger les propos du tiers. Notre travail de
journaliste peut consister simplement en transmettre ces infos comme elles sont.
Révisionnisme : Lehideux et Isorni, 23 septembre 1998.
On a une loi qui condamne le révisionnisme, et le négationnisme. La CEDH a été saisie d’un recours
par 2 personnes françaises d’âge mur. Mr Lehideux et Mr Isorni. Ces deux hommes animent une
association pour la mémoire de Pétain, et publie une page de pub dans Le Monde, où ils appellent les
français à se souvenir de l’action du Maréchal Pétain. Cette page de pub va choquer des anciens
combattants, ils vont déposer plainte, ce qui va finir par une condamnation de Lehideux et Isorni
pour apologie de crime de guerre. Ils s’adressent à la CEDH, et elle va constater que leur position
pouvait être considérée comme discutable. Car ils n’ont pas nié la barbarie de la WW2. (Pétain ne
s’est pas énormément battu contre l’Allemagne nazie, d’où les critiques contre cette pub). Dans ce
cadre-là, les condamner était une atteinte à la liberté d’expression. S’ils avaient eu un discours
négationniste, la condamnation aurait été justifiée.
Racisme : Féret, 16 juillet 2009.
Féret était président du FN belge. Le FN avait distribué des tracts racistes. Les autorités belges ont
condamné Féret. La CEDH n’a pas invoqué l’article 17 mais a dit qu’il était légitime de l’interdire car
ça portait atteinte à la démocratie.

Article 8 de la CvEDH : « droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa
correspondance ».
Editions Plon, 18 mai 2004.
Un livre intitulé « Le grand secret » avait été publié. On est au début de 1996. Quelques jours après la
mort de Mitterrand, quelques mois après la fin de son mandat. Ce livre était un livre du médecin de
Mitterrand qui révélait que le cancer de Mitterrand était diagnostiqué bien avant son mandat, il a
travaillé en connaissance de cause. La sortie de ce livre pose plusieurs questions. D’abord, par
rapport au secret professionnel du médecin. Mais pose aussi un problème d’atteinte à la vie privée
de François Mitterrand. La famille de Mitterrand porte plainte, le livre est interdit. C’est la dernière
époque où on peut essayer d’interdire un livre. Aujourd’hui, on trouve tout sur internet. Les éditions
PLON se plaignent et s’adressent à la CEDH, qui va devoir trancher entre la liberté d’expression de
l’éditeur et le droit à la vie privée de la famille Mitterrand. La Cour essaye de faire une balance entre
les deux. Et ça, c’est une constante. La CEDH reconnait plusieurs droits. La liberté d’expression est un
droit parmi d’autres, mais ce n’est pas un droit prépondérant. Il n’est pas moins important non plus !
On fait donc du cas par cas. La cour doit arbitrer. Dans notre exemple, la Cour va dire que juste après
la mort de Mitterrand, il pouvait se justifier d’interdire ce livre. L’interdiction immédiate était pas

15

illégitime. Mais prendre une interdiction sans limite de temps était excessif. Après quelques mois, la
publication aurait dû être autorisée. Juste après la mort, le droit au respect de la vie privée passe
avant. Quelques mois plus tard, la liberté d’expression reprend le dessus. Von Hannover I, 24 juin
2004
Von Hannover II, 7 février 2012
On n’a pas tenu de ce que la CEDH a dit en 2004, elle se fait remballer en Allemagne. Elle retourne
À la CEDH, cette fois ci la CEDH arrive à un 2eme arrêt. Von Hannover II. La Cour plus loin encore
dans la liste des critères, elle fait une Check List. Une liste de ce qu’on doit prendre en considération
pour faire la balance entre protection de la vie privée et liberté d’expression. La Cour va donner 5
critères.
- L’intérêt général. (Est ce que la publication litigieuse apporte une contribution à l’intérêt
général ?)
- La notoriété de la personne visée. (Est ce qu’elle exerce des fonctions importantes ?)
- Comportement antérieur de la personne visée. (Certaines stars protègent leurs enfants,
pendant que d’autres convoquent la presse à la maternité - Si le bébé de star dérape
légèrement à 15, 16 ans, bref il fait une connerie. Il est clair que dans le premier cas, il y
aurait une légitimité à punir la presse si elle publiait cette connerie, car cet ado n’a jamais été
exposé. Par contre, si les parents étaient dans le 2eme cas, la presse ne pouvait pas être
censurée.)
- Contenu, forme, et répercussion de la publication.
- Circonstances de prise de photos.
Là, on a une grille de lecture. Dans le cas de Von Hannover II, la CEDH utilise cette grille et considère
qu’au moment où les photos étaient publiées, le père de Caroline de Monaco était gravement
malade. Compte tenu de ce que le père était malade, il se justifiait de publier des photos de Caroline.
Pas très convaincant. Sur le principe, c’est quand même intéressant, on peut appliquer cette grille à
différents cas.
Ils fixent des critères pour dire s’il faut donner la priorité à la liberté d’expression ou au droit à la vie
privée.

Article 9 de la CvEDH : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ;
ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester
sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte,
l'enseignement, les pratiques et l'accomplissement des rites. »
Ce droit implique-t-il que l’on puisse manifester sa non-religion, voir même le blasphème ?

16

Otto Preminger Institut, 20 septembre 1994.


Otto est un réalisateur américain d’origine autrichienne. Preminger avait donné son nom à un
cinéclub, dans une région très catho. Quand ce cinéclub décide de projeter un film nommé « le
concile d’amour », ça passe mal. C’est un film d’un grand cinéaste allemand. C’était l’adaptation
d’une pièce de théâtre de la fin du 19eme, qui avait déjà été censurée à l’époque. Quand le cinéclub
décide de projeter ce film, l’Eglise Catholique Autrichienne, le diocèse autrichien, voit rouge et
demande aux autorités d’interdire cette projection. Il s’agissait d’une projection dans un lieu privé.
La projection est interdite, procès, etc… On arrive à la CEDH. Ce film parlait de la syphilis, inventée
par le Diable, en coopération avec Marie, pour punir l’Humanité. Normal que ça passe mal pour
l’Eglise. Face à la plainte des responsables du Cinéclub quant à l’atteinte à leur liberté d’expression
en disant que la liberté de religion, c’est la liberté de la manifesté, pas censurer ceux qui la critiquer,
la CEDH va dire qu’elle n’est pas bien placée à Strasbourg pour juger la situation en Autriche, donc
elle laisse les autorités locales voir ce qu’il était nécessaire de faire. C’est lâche de la part de la CEDH.
Wingrove, 25 novembre 1996.
Pour cet arrêt, on peut retrouver le court métrage sur YouTube. Vision of extasy. Mr Wingrove
voulait obtenir un visa d’exploitation X pour pouvoir le vendre dans des sexshops. Il ne l’a pas
obtenu. Il est allé à la CEDH, elle décrit le film de façon assez précise. Il est interdit par les autorités
britanniques. La CEDH dit encore une fois qu’elle n’est pas compétente et laisse les autorités locales
juger de ce qu’il fallait faire.
è DONC en matière de liberté religieuse, la CEDH a tendance à la faire passer avant la liberté
d’expression, ce qui peut poser problème.

Comment peut-on communiquer ?
è Premier élément important, la protection de la liberté de communication ne va pas
s’appliquer seulement au contenu mais va aussi s’appliquer au moyen technique, c’est à dire
toutes les infrastructures qu’on utilise pour communiquer et recevoir.
Arrêt Autronic, 22 mai 1990.
Une société suisse qui vendait des antennes pour satellites a été mise en cause. Dans cette affaire, la
CEDH a dit que la protection de la liberté d’expression passait aussi par les moyens qu’on utilise. Cela
signifie, par exemple, qu’on ne peut pas nous couper l’accès à internet, ce serait nous empêcher de
communiquer/recevoir. Ce serait contraire à l’article 10.

è Deuxième observation : on va tenir compte du contexte dans lequel on communique.

17

Arrêt Janowski, 21 janvier 1999.


C’est l’histoire d’un journaliste polonais qui se promène dans sa ville, un dimanche, et qui est témoin
d’une scène où des policiers s’en prennent de façon brutale à des vendeurs de rue. Le journaliste
intervient, dis aux policiers qu’ils n’ont pas le droit d’agir comme ça, et les « insultes ». Les policiers
n’apprécient pas cette intervention, arrêtent Janowski, qui va être envoyé devant le tribunal, être
légèrement condamné, c’est une atteinte à sa liberté de communication. Il va s’adresser à la CEDH,
cette dernière va dire : vous êtes journaliste, vous avez le droit de communiquer sur des sujets
importants, d’intérêt général, etc… Mais là, vous avez agi non pas en tant que journaliste, mais en
tant que citoyen. Donc quand vous avez insulté ces policiers, vous ne l’avez pas fait dans l’intérêt
public, vous l’avez fait dans une sphère privée. Donc vous ne bénéficiez pas de la même protection
que lorsque vous communiquer dans votre journal. à Enfin, on peut noter que la CEDH reconnait le
droit pour les journalistes d’exagérer. L’exagération fait partie de la communication.

è 3ème observation : la possibilité d’exagérer.
De Haes et Gijsels, 24 février 1997.
Les journalistes s’en étaient pris aux magistrats, affaire d’un notaire pédophile sur ses enfants. Ces
deux journalistes avaient été un peu trop loin dans leur article, mais dans une certaine mesure la
CEDH a reconnu que la communication, surtout sur des sujets qui suscitent beaucoup d’émotion,
pouvait justifier une part d’exagération.

Il y a tout de même des limites à Exagérer ne signifie pas que l’on peut tout se permettre. Il y a des
limites. Tout d’abord, celle de l’injure. On n’a pas le droit d’injurier quelqu’un, même au titre de
l’exagération.
Arrêt Wabl, 21 mars 2000.
Affaire mettant en cause l’Autriche. Wabl est un député écolo autrichien. Il protestait contre la
présence de missiles nucléaires de l’OTAN sur le territoire autrichien. Il s’est attaché aux grilles de la
base militaire avec une chaîne et un cadenas, puis de jeter la clé. Donc quand la police arrive pour les
évacuer, ils ne peuvent pas les bouger. Donc la police doit venir avec des pinces coupantes, la police
s’énerve, il y a des échauffourées, une bagarre se déclenche. Le député mord un policier. Les
journalistes sentent qu’il y a quelque chose d’intéressant : un député qui mord un policier, c’est du
TOP info, on l’exploite pendant 3 jours une info pareille. Les journalistes racontent l’histoire un
premier jour, puis ils y reviennent le lendemain, et qu’est-ce qu’on trouve pour revenir ? Pour
réchauffer l’info ? On va interviewer le policier qui a été mordu. Bonne idée car le policier fait une
belle déclaration : « j’exige un test de dépistage du sida sur le député ». Raccourci : un député écolo
de gauche, si ça se trouve il est homo et donc il a le sida. (Ironie). Le journal populaire publie ça, avec

18

en gros titre « j’exige un test de dépistage du sida sur le député Wabl ». Wabl commence à l’avoir
mauvaise, et de sa plus belle plume, donne une interview à un autre journal, et dis que ses
détracteurs font du journalisme nazi. Formule un peu violente. Donc il va y avoir un procès. Un
procès du journal contre le député. Le journal se plaint que le député ait traité son article de
journalisme nazi. Le député va se faire condamner, interdire par le tribunal de répéter ce type
d’allégation (en plus d’une autre peine). Il ne peut plus dire que c’est du journalisme nazi. Le député
n’est pas content, il arrive à la CEDH, en disant « atteinte à ma liberté de communication ». La CEDH
va lui donner tort. La CEDH va dire : ok à la liberté de communication, ok à un droit d’exagération
dans une certaine mesure, mais là, vous avez été trop loin. Vous êtes tombé dans l’injure. En
qualifiant ce journal de « nazi », c’est trop. ». Limite numéro 1 à la liberté de communication :
l’injure.

Deuxième limite : la diffamation.
Arrêt Lindon, 22 octobre 2007
Jérôme Lindon avait écrit un livre, un roman de fiction : le procès de JM Le Pen. En l’occurrence, il
s’agissait d’un fait divers réel. Lindon était parti d’un fait divers réel, des années 80-90. Avec un
groupe de personnes qui collait des affiches du FN, au moment où un maghrébin passe à proximité.
Les colleurs d’affiches trouvent que c’est de la provocation et se disent qu’ils vont faire un exercice
pratique en poursuivant le maghrébin. Ils essayent de le tabasser, et le poussent dans la Seine, il
meurt dans la Seine, noyé. Au départ de ce fait réel, Lindon imagine le procès du meurtre d’un
maghrébin par un militant du FN, et raconte le procès de ce militant à travers les yeux de son avocat
(du militant), qui plus est, cet avocat est juif donc torturé : doit-il vraiment protéger un militant
d’extrême droite ? Ce qui apparait clairement dans le livre, c’est que le vrai coupable, c’est Le Pen,
donc c’est lui qu’il faudrait citer. Donc à travers ce livre, c’est la doctrine du FN que Lindon dénonce,
il s’en prend à JM Le Pen, en le présentant comme un chef de bande. JM Le Pen n’apprécie pas, il fait
un procès à Lindon, et il gagne son procès en France. L’auteur et l’Editeur vont en recours à la CEDH,
et elle ne tient pas compte de la dimension littéraire du livre. « Oui ok c’est un roman, mais vous
employez les vrais noms des personnes visées, et là vous allez trop loin en dénonçant Le Pen, comme
vous l’avez fait ». La CEDH reconnait qu’il y avait diffamation dans le livre et admet qu’il était légitime
de condamner Jérôme Lindon à des dommages et intérêts. On voit que la CEDH, même si elle
reconnait le droit à l’exagération, même si elle reconnait la liberté artistique, elle considère quand
même que la littérature a ses limites.

19

Liberté de réception
= La liberté de recevoir des informations ou des idées.
C’est une notion ambiguë, la question est de savoir ce qu’on peut véritablement recevoir.
Il faut d’abord se demander si c’est une liberté franchise ou une liberté créance.
1. Une liberté franchise : le droit de faire quelque chose. On a la possibilité, mais on doit se
débrouiller pour faire les choses nous-même. On a le droit de consulter les sources d’infos,
c’est de la liberté franchise. Admettons qu’un article soit publié sur Charles Michel, on a le
droit de le lire.
2. Une liberté créance : Le droit A. On a le droit à quelque chose. On a le droit d’exiger, de
recevoir. Mais on a pas le droit de savoir qui est la maîtresse de Charles Michel, car si
personne n’a publié cette info, elle ne circule pas encore, on n’a pas le droit de créance sur
cette info.

Généralement, quand des médias revendiquent le droit de savoir, ce sont des médias qui cherchent à
violer la vie privée. Et qui pour justifier ces violations de la vie privée, disent qu’ils le font au nom de
leurs lecteurs et de leur droit de savoir. à En Droit, le droit de savoir n’existe pas. Le droit de savoir
peut-être un slogan pour certains médias. Mais le droit de savoir n’est pas une réalité juridique.
Arrêt Guerra, 19 février 1998.
Mme Guerra est une mère de famille italienne, qui vit dans une petite ville où une usine chimique est
implantée. Mais elle ignore ce qu’on fait dans cette usine. Mme Guerra, et d’autres ménagères du
quartier, entreprennent des démarches pour savoir ce qui est fait dans cette entreprise chimique.
Elles s’adressent à l’entreprise, qui les envoie promener, au maire qui ne sait pas, à la province, etc…
Impossible de savoir. A la fin, elles s’adressent à la CEDH en disant que leur liberté de réception est
violée, car on ne leur dit rien sur la nature exacte des activités de cette société. La CEDH va leur
donner raison mais avec un tour de passe-passe juridique. La CEDH va dire « nous comprenons votre
problème, mais ce n’est pas un problème de liberté de réception. Je laisse de côté l’article 10, et je le
remplace par l’article 8, qui consacre le droit au respect de la vie privée et familiale. » Pour la CEDH,
le fait de devoir vivre à proximité d’une entreprise, sans savoir exactement le risque vécu, ça nous
empêche de vivre une vie normale, ça gâche notre vie. Donc la CEDH va dire « Oui vous avez le droit
de savoir, mais au titre de l’article 8 et pas l’article 10 ». Ce qui est intéressant dans ce raisonnement,
c’est qu’on sent qu’elle a cherché une solution pour donner raison aux ménagères, car l’article 10
nous permet de connaitre les infos qui circulent déjà mais ne nous donne pas le droit des connaître
des infos qui ne circulent pas.

20

La liberté d’expression et ses exceptions


L’article 10 a des exceptions, même au sein de l’article il y a des exceptions.
Les régimes d’autorisations.
Cinéma : loi 1er septembre 1920
Réglemente l’accès des mineurs aux salles de cinéma. Il y'a une forme de régime d’autorisation, pas
pour créer des salles de cinémas, mais pour accéder aux salles de cinémas. (Pensé à la base car les
gens copulaient dans les salles, pas pour les films diffusé). Moins de 16 ans interdits dans les
cinémas, sauf pour un film destiné aux moins de 16 ans, et autorisé par une commission.
Pour la radio/TV
Il y a parfois des autorisations, sinon ce sont des déclarations. C’est ce qui subsiste un peu partout en
Europe.
Dans les 3 familles de média, écrits, audiovisuels, internet, ce sont les audiovisuels qui sont les plus
réglementés. L’idée du régime d’autorisation, c’est l’expression de ce degré de réglementation.

Quelles sont les raisons de ce principe ?
1. Raisons techniques : jusqu’aux années 90, l’essentiel de l’audiovisuel passait par les
fréquences hertziennes, ces ondes sont limitées, il n’y a pas de place pour mettre une TV
hertzienne en Belgique, et même en matière de radio c’était limité. Il n’y a pas de place
pour tout le monde. Aujourd’hui, on s’est affranchis de ces limites, la TV ne passe plus
par les ondes hertziennes, c’est par satellite, par câble, par internet, etc…On consomme
la TV par ces voies-là. Ce qui fait qu’en communauté française de Belgique, on n’a plus
besoin d’une autorisation pour créer une chaine TV. On doit juste en faire la déclaration
au CSA. En matière de radio, encore aujourd’hui, si on veut exister sur la bande FM, on a
besoin d’une autorisation, et il n’y en a pas pour tout le monde. Car ici en Belgique, on
est un peu retard. On n’est pas encore en radio numérique, on est encore en analogique.
Donc on reste avec des capacités techniques limitées. La place est limitée. Aujourd’hui,
l’hertzien reste déterminant en matière de radio. Donc la limitation technique concerne
encore la radio, ça reste une raison justifiant un régime d’autorisation.

21

2. Raisons sociologiques : l’audiovisuel sont les médias les plus intrusifs, la radio et surtout
la tv sont les médias qui rentrent le plus facilement chez nous, dans notre maison. Ce
sont les médias qui se consomment le plus facilement (>< pour lire un journal, faut savoir
lire). La TV, n’importe qui peut la suivre. On reconnait qu’il y a une force de pénétration
de l’audiovisuel, qui n’existe pas pour la presse écrite et pour internet car les gens ont
tendance à croire fortement la télévision. L’audiovisuel a cette puissance-là, il faut éviter
de le laisser dans les mains de n’importe qui. Il faut un minimum de contrôle sur qui va
pouvoir diffuser des radios et des TV.
3. Raisons économiques : Faire un site internet, un profil Facebook, une chaine YouTube, ça
ne coute pas grand-chose. Faire un média écrit peut être bon marché. Par contre, faire
de la radio, et surtout de la TV, ça coûte un pont. Budget annuel d’au moins 500 000 €.
Une grosse chaine, plusieurs dizaines de millions d’euros. Si on veut éviter que la TV soit
réservée aux gens qui ont de l’argent, il faut pouvoir arbitrer, limiter, autoriser ou non.
Ces impératifs économiques justifient les régimes d’autorisation. Si on laisse le marché
audiovisuel se développer sans aucune régulation, si on laisse les forces du marchés, les
forces économiques agirent sans contrôle, on s’expose à de vrais problèmes
démocratiques.
a. La cour constitutionnelle italienne libéralise la TV locale, chacun se met à lancer des
TV locales, même un promoteur immobilier du côté de Milan créé sa chaine. Ça
l’amuse, et il rachète progressivement les autres nouvelles chaînes. Puis il créé une
chaîne nationale, il en achète une deuxième et une troisième. Qu’est-ce qu’il lui
arrive ? Il devient premier ministre, c’est Sylvio Berlusconi.
Disparition des monopoles
Monopole jusqu’au début des années 80. La légitimité des acteurs va s’affirmer. La CEDH libéralise le
marché. Les monopoles disparaissent dans les pays démocratiques, il y a des acteurs privés et
publics.

La notion d’ingérence
Le paragraphe 2 de l’article 10 cite 4 types d’ingérence : formalités, conditions, restrictions,
sanctions. Le fait de se mêler de quelque chose, c’est une limite à la liberté. Les ingérences peuvent
être possibles même quand il y a liberté
1. Exemple de formalité : il faut se déclarer auprès du CSA (conseil supérieur de
l’audiovisuel) pour créer une TV, comme éditeur de TV. Se déclarer auprès d’une
autorité, c’est une formalité. Une formalité, c’est le minimum d’ingérence.

22

2. Exemple de condition : Si on veut faire de la TV d’info, il FAUT engager des journalistes


professionnels. C’est plus lourd qu’une formalité.
3. Exemple de restriction : Les choses qu’on ne peut pas faire. On lance un média, on ne
peut pas faire de la pub pour le tabac, car motif de santé publique. On ne peut pas
diffuser des idées révisionniste, d’appel à la haine. Donc c’est une restriction. Plus lourd
qu’une condition, restriction à la liberté d’expression.
4. Exemple de sanction : Un journaliste est sanctionné car il a diffamé un homme politique,
tenu des propos racistes, etc…

Ingérences actives ou passives.
L’Etat interdit un article spécifique àactif.
L’Etat limite la publication d’articles par le biais d’une loi à passif.
Les ingérences peuvent être émises par tous les pouvoirs (législatif, exécutif, judiciaire).
Il y a plein de formes d’ingérence, ça peut venir d’une personne publique mais aussi privée.
Ex : Notre employeur interdit de communiquer sur la restructuration sociale. L’employé le fait tout
de même. Employeur porte plainte. Ingérence dans la liberté d’expression de l’employé. L’employé
demande à l’Etat de reconnaitre la liberté de l’employé et de le protéger.

Exemple : Ozgur Gundem, 16 mars 2000.
C’est un journal turc qui a subi énormément d’attaques (assassinat de journalistes, cambriolage de la
rédaction, etc…) Ils se sont adressés à la CEDH en disant qu’il y avait eu ingérence dans leur liberté
d’expression, ce à quoi la Turquie a répondu qu’elle n’y était pour rien. La CEDH a dit que la Turquie
n’avait apparemment rien fait, mais que justement la Turquie aurait dû mieux protéger l’exercice de
la liberté d’expression. En ne faisait rien, la Turquie a commis une ingérence dans la liberté
d’expression du journal, elle aurait dû les protéger. On peut reprocher à état de n’avoir rien fait.

Conditions d’ingérence
Il peut y avoir des ingérences, mais elles doivent remplir certaines conditions, il y en a trois. Quand la
CEDH sera saisie d’un recours, la première chose qu’elle va vérifier, c’est voir si l’ingérence respecte
les 3 conditions, qui sont : la finalité, la légalité et prévisibilité, la proportionnalité.
1. La finalité, l’ingérence doit poursuivre un but bien précis : la sécurité nationale, l’intégrité
territoriale, la sûreté publique, la défense de l’ordre, la prévention du crime, la protection de
la santé, de la morale, la protection de la réputation ou des droits d’autrui, empêcher la
divulgation d’infos confidentielles, garantir l’autorité et l’impartialité du pouvoir judiciaire.
(Paragraphe 2 de l’article 10).

23

a. Dans tous ces cas-là, on est dans une finalité légitime, tout y est, on arrive toujours à
invoquer l’un de ces motifs. à Donc la condition de finalité est toujours remplie.
2. La légalité et prévisibilité, ça doit être prévu par la loi. Dans le texte de l’article 10,
paragraphe 2, on dit que les restrictions doivent être prévues par la loi. C’est la traduction
d’un vieux principe, il faut toujours se baser sur les lois existantes pour évaluer une action. La
loi doit exister pour qu’on prenne une mesure. La loi existe toujours avant la punition. On ne
peut pas nous arrêter, inventer une loi, puis nous punir. Ce n’est pas possible. En matière de
restriction, d’ingérence à la liberté d’expression, le principe est le même. Il faut que
l’ingérence soit prévue par la loi. La notion de loi peut être comprise de façon très large.
Droit non écrit : Sunday Times, 10 mars 1980.
Dommages et intérêts : Affaire Tolstoy Miloslavsky contre UK, 13 juillet 1995
C’était un émigré russe installé en Angleterre, d’origine noble. Tolstoy avait été très choqué
par un fait de guerre, où un officier anglais avait livré des prisonniers russes aux troupes
soviétiques, et s’en était suivi un massacre. Tolstoy écrit un texte violent. L’officier anglais
mis en cause fait un procès, gagne son procès et Tolstoy est condamné à 1 000 000 de £ de
dommages et intérêts. Bien sûr Tolstoy fait des recours et dis à la CEDH qu’on a fait une
ingérence à sa liberté d’expression. Tolstoy dit que c’était imprévisible, on n’avait jamais
condamné quelqu’un à un montant aussi élevé. La CEDH va dire « non, vous saviez que vous
pouviez être condamné à payer des dommages et intérêt, ce n’est pas un problème de
prévisibilité ». (Par contre, la CEDH va regarder le critère de proportionnalité et va dire que
c’était effectivement trop élevé comme condamnation. – voir 3ème condition)
b. Quand on dit que la mesure doit être prévue par la loi, on entend que la loi doit être
assez précise. Et la Belgique a un problème de précision. En Belgique, on a des textes
généraux qu’on applique à la presse (article 1382 du code civil : responsabilité
extracontractuelle). La CEDH a été interrogée sur cette question-là, savoir si l’usage
de ces textes généraux pouvait être considérée comme suffisamment prévisible.
Exemple : De Haes et Gijsels, 29 novembre 1995
Ils ont été condamnés pour avoir critiqué des magistrats de façon assez violente. Ils
avaient été condamnés sur base d’un article du code civil, le 1382, c’est la bonne à
tout faire du code civil. « Tout dommage fait à autrui doit être réparé ». Dans ce cas-
là, on aurait pu dire que ce n’était pas suffisamment précis. La CEDH a dit « non, c’est
assez précis ».
Exemple : Leempoel, 9 novembre 2006.
Une retombée de l’affaire Dutroux. Sur l’affaire Dutroux, il y a eu une commission
d’enquête parlementaire, ça passait en prime time en direct à la TV, ça faisait des

24

audiences incroyables. A l’une de ces séances, on avait convoqué la juge


d’instruction qui s’était occupée de la disparition de Julie. Cette juge est interviewée,
et à la fin, on lui demande si elle avait préparé des notes pour pouvoir répondre, ce
qui était le cas. Elle a dû donner ses notes, ce qui était tout à fait inhabituel. Elle
remet ses notes, et que se passe-t-il 5 jours plus tard ? Ces notes secrètes sont
publiées dans un magazine. La juge fait un procès d’urgence pour faire retirer ses
notes du magazine, ça se passe rapidement. Bien sûr, le magazine fait opposition, et
saisi la CEDH. Leempoel est l’éditeur du magazine. Un de ses arguments était de dire
qu’il ne pouvait s’attendre à ce que son journal soit saisi. La CEDH rejette l’argument,
et rejette le recours de Leempoel. La CEDH dit ceci à propos de la prévisibilité : « il
existait des précédents judiciaires en matière de presse télévisée, les requérants
pouvaient donc prévoir les conséquences de la publication de l’article litigieux ». Sur
ce combat de la prévisibilité, la CEDH considère que dans ce cas-ci, on ne peut rien
reprocher à la juge. Ce cas est à comparer avec l’arrêt suivant.
Exemple : arrêt RTBF, 29 mars 2011.
L’épilogue de l’affaire du docteur B (il est anonyme), un médecin de Charleroi qui
avait raté quelques-uns de ses patients, et avait donc quelques contentieux. A tel
point que la RTBF avait décidé de lui consacrer un reportage dans son magazine
d’info du mercredi soir. Le Dr B apprend qu’il va y avoir un reportage sur lui, et n’est
bien sûr pas content. Il saisit le juge et lui demande à voir le reportage avant
diffusion. Que fait la RTBF ? Refuse de montrer le reportage, en disant liberté
d’expression etc… Le juge répond ceci : « je vous interdis de le diffuser tant que vous
ne nous l’avez pas montré ». Situation bloquée. La RTBF va à la CEDH, et la première
question posée est celle-ci : est-ce que la loi belge qui organise une procédure de
référé, était assez précise pour être prévisible ? et là, à la différence de ce qui avait
été jugé dans l’affaire Leempoel, la CEDH va donner raison à la RTBF. La CEDH dit ceci
: un contrôle judiciaire de la diffusion des informations opéré par le juge des référés
ne saurait se concevoir sans un cadre fixant des règles précises. En bref, ce n’était
pas assez précis donc pas prévisible. La CEDH dit donc qu’il y a eu atteinte à la liberté
d’expression de la RTBF car la procédure qui a bloqué la diffusion n’était pas
suffisamment prévisible par la loi, pas clairement prévu par la loi.
3. La proportionnalité. On le trouve dans l’article 10 paragraphe 2, une mesure nécessaire dans
une société démocratique, est ce qu’il était nécessaire de prendre cette mesure ? Est ce qu’il
n’y avait pas une mesure moins lourde que l’on aurait pu prendre ? Il faut prendre la mesure

25

la moins restrictive de la liberté d’expression. C’est à nouveau une question de cas par cas. Il
faut vérifier si les motifs invoqués sont pertinents et suffisants.

Liberté d’expression en droit belge


L’article 19 de la constitution belge
« La liberté des cultes, celle de leur exercice public, ainsi que la liberté de manifester ses opinions en
toute matière, sont garanties, sauf la répression des délits commis à l’occasion de l’usage de ces
libertés. »
Principe : liberté d’avoir des opinions et de les manifester, de les exprimer. Ces libertés ne sont pas
absolues, il peut y avoir des délits en exerçant ces libertés. Il y a des opinions que l’on ne peut pas
exprimer à Ex : racisme.
Caractère subsidiaire : On l’utilise de façon accessoire, lorsque l’on n’a pas autre chose (par rapport à
l’article 25 : liberté de presse). L’article 19 est un peu la disposition générale, ça peut s’appliquer à
toute forme d’expression. C’est très large.
Liberté franchise : on a le droit d’avoir une liberté d’opinion, mais on ne va pas nous fournir un
ordinateur et une connexion internet pour qu’on puisse nous exprimer. Ce n’est pas une liberté
créance. On peut parler, mais on se débrouille pour le faire.

L’article 25 de la constitution belge


« La presse est libre ; la censure ne pourra jamais être établie ; il ne peut être exigé de
cautionnement des écrivains, éditeurs ou imprimeurs.
Lorsque l’auteur est connu et domicilié en Belgique, l’éditeur, l’imprimeur ou le distributeur ne peut
être poursuivi. » (Pas modifié depuis 1831).

Cadre général de l’article 25 :
On doit rapprocher l’article 25 de la constitution avec 2 autres articles : 148 et 150 (dans la partie de
la constitution qui traite du pouvoir judiciaire). Pourquoi ? Car ce sont tous les deux des articles qui
parlent de presse. Liberté de presse consacrée à l’article 25 et garanties pour la presse aux articles
148 et 150. Il y a une unité entre ces 3 articles.
L’article 148, al.2 de la constitution belge
« En matière de délits politiques et de presse, le huis clos ne peut être prononcé qu'à l'unanimité. » Il
nous dit qu’en matière de délits politiques et de presses, le huit clos ne peut être prononcé qu’à
l’unanimité. Il faut une unanimité des juges pour pouvoir déroger. En 1831, on voulait vraiment

26

défendre et protéger la presse, car la presse protège la liberté, donc il faut protéger les journalistes.
Donc on ajoute une règle supplémentaire, d’unanimité, pour les délits de presse.
L’article 150 de la constitution belge
« Le jury est établi en toutes matières criminelles et pour les délits politiques et de presse, à
l'exception des délits de presse inspirés par le racisme ou la xénophobie. » (Modifié depuis 1831 : la
dernière partie). Disposition très importante en Belgique. à (Délit de presse = ex : journaliste qui
qualifie un homme politique de « malhonnête »).
Cela signifie que lorsqu’il y a un crime, qui est l’infraction la plus grave, on convoque un jury, et donc
une cour d’assise. Pour les délits de presse, on convoque aussi une cour d’assise. L’idée, c’est que la
cour d’assise est composée d’un jury populaire, donc la presse sera mieux protégée. En 1831, les
magistrats professionnels sont corrompus. On se dit que le peuple protégera mieux la presse car il
n’est pas corrompu. à Crimes, délits politiques et délits de presse devant un jury populaire. Les
autres délits, devant un juge professionnel.

Le problème avec la compétence du jury pour les délits de presse, est que dans la réalité on ne
renvoie pas les délits de presse devant un jury populaire. La principale raison est que la cour d’assise
est l’arme la plus lourde dans la pyramide judiciaire. Il y a déjà du retard dans les crimes jugés devant
les cours d’assise. Les délits de presse ne sont pas renvoyés vers des juges classiques, ils ne sont
simplement pas jugés à il n’y a plus de responsabilité PENALE (société qui fait un procès, avec un
enjeu collectif) de la presse, seulement une responsabilité CIVILE (procès entre individus). Un
journaliste pourra être condamné à des dommages et intérêts au civil.

Précision :
Cette compétence de la cour d’assise sur les délits de presse, elle pose problème. Elle pose problème
car dans la pratique, elle est devenue impossible à réaliser. La Cour d’assise est une juridiction
lourde, car il faut 12 jurés, càd 12 citoyens tirés au sort et qui ne présentent aucun risque d’avoir un
jugement biaisé, auxquels il faut rajouter 3 magistrats professionnels. De plus, les Cours d’assise ne
sont pas des juridictions permanentes. On convoque des sessions d’assise. Donc c’est lourd, à tel
point que même pour les crimes, on a du mal à réunir des Cours d’assise dans des délais raisonnables
(il y a parfois 5,6,7 ans de décalage, donc délais raisonnable dépassé). Donc, si on a déjà cette
lourdeur pour juger les crimes, si on doit en plus rajouter les délits de presse, on ne s’en sort pas. On
ne va pas convoquer des cours d’assise pour des délits de presse si on a déjà du mal à juger les
crimes. Donc en général, quand il y a délit de presse, il n’y a pas de jugement, il ne se passe rien, il n’y
a pas de procès. Donc la responsabilité pénale de la presse en Belgique, ça n’existe pas. Il y a une
responsabilité théorique, mais pas en pratique. Donc si on fait un délit de presse, on est tranquille.

27

On ne sera pas poursuivi. Si on est journaliste presse écrite évidemment. On ne sera pas poursuivi
d’un point de vue pénal, mais il y a encore moyen de faire un procès civil.
Il y a la responsabilité pénale, qui est notre responsabilité vis à vis de la société, de l’ensemble des
citoyens. C’est la société qui estime qu’elle doit punir certains comportements.
La responsabilité civile, c’est la responsabilité des personnes entre elles, entre moi et mon voisin par
exemple.
Donc en cas de délit de presse, pas de procès pénal, mais on peut encore tenter de faire un procès
civil (ce qui est moins lourd, « moins grave », car il n’y aura pas le soutien du parquet de la société).
On a donc un régime de responsabilité pénale qui ne fonctionne pas, ce qui est une aubaine du point
de vue des journalistes de presse écrite.


Notion de presse
Tout d’abord, la notion de presse, concernant le champ d’application de l’article 25 à En 1831, il n’y
avait que la presse écrite.
Dans la constitution en flamand, on voit que le mot « presse » est traduit par le mot « drukpers ».
Dans ce mot, « pers » signifie « presse » et « druk » signifie « imprimé Ce texte flamand, même s’il
date de 1831, n’a été adopté qu’en 1967. Il y avait déjà la radio et la télévision, donc même à un
moment où on connaissait l’audiovisuel, on se référait à un texte qui se limitait à la presse imprimée.
è Donc en flamand, quand on parle de la liberté de la presse, on parle de la presse imprimée,
ce n’est pas l’audiovisuel ni internet, ça resserre le champ d’application de l’article 25.
L’article de 25 vise avant tout la presse écrite, il ne couvre pas les nouveaux médias.

Que fait-on quand on a des questions sur le champ d’application d’un texte ? On se réfère à la Cour
de cassation. Pourquoi ? Car la Cour de cassation est la juridiction qui est au sommet de la pyramide.
C’est la juridiction la plus importante en Belgique. C’est elle qui peut décider de l’interprétation d’un
texte. Elle le fait très occasionnellement.

Décisions de la Cour de Cassation sur le sens de « presse »
Exemple 1 : Cass. 9 décembre 1981.
« Attendu que ni la radiodiffusion ni les émissions de télévision ou de télédistribution ne sont des
modes d'expression par des écrits imprimés ; que l'article 18 de la Constitution leur est donc
étranger. » à L’article 18 est devenu l’article 25 à Presse = imprimée.

28

Exemple 2 : Cass. 2 juin 2006.


« Les émissions de télévision ne sont pas des modes d’expression par des écrits imprimés. Le moyen
qui, en cette branche, soutient que l’article 25 de la Constitution s’applique à de telles émissions
manque en droit. » à L’article 25 ne s’applique pas aux émissions de télévision à le moyen invoqué
manque en droit (= ce n’est pas juste juridiquement).
è Donc, la position de la Cour de cassation est assez claire, de par ces deux exemples, on en
déduit que la « presse », dans la constitution belge, c’est la presse écrite et imprimée. Ce
n’est pas la presse audiovisuelle.
è Quid d’internet ? ça n’a pas échappé à la Cour de cassation et elle va préciser sa position
dans 2 arrêts, de 2012 et 2013.
Exemple 3 : Cass. 6 mars 2012
« Le délit de presse requiert l’expression punissable d’une opinion dans un texte reproduit par voie
d’imprimerie ou par un procédé similaire. La diffusion numérique constitue pareil procédé
similaire. » à Ici, la cour de cassation dit qu’internet est un procédé similaire à la presse imprimée.
è Donc, la Cour de cassation ne reconnaît pas les médias audiovisuels comme de la presse,
mais peut être qu’internet oui.
Exemple 4 : Cass. 29 octobre 2013
Cette fois ci, elle n’est plus amenée à statuer sur un texte écrit que internet, mais sur une vidéo
postée sur internet. Une vidéo raciste partagée sur Facebook. La Cour de cassation dit :
« Le délit de presse requiert l'expression punissable d'une opinion dans un texte reproduit par voie
d'imprimerie ou par un procédé similaire, telle la diffusion numérique. La diffusion d’opinions
punissables orales ou audiovisuelles ne constitue pas un délit de presse parce qu’il ne s’agit pas en
l’occurrence de textes écrits. » à La Cour de cassation s’est rendu compte qu’on pouvait aussi bien
trouver des contenus écrits que des contenus audiovisuels sur internet.
è Elle juge que les contenus écrits sont de la presse au sens des articles 25 et 150 de la
constitution, qu’il s’agisse d’écrits sur papier ou numérique.
è Par contre, les contenus audiovisuels (TV, Radio, Vidéo…) ne sont pas de la presse au sens
constitutionnel.

Notion de délit de presse
Revenons à l’article 150 de la constitution et cette notion de délit de presse. L’article 25 nous dit « la
presse est libre » et l’article 150 nous parle de délit de presse.
La notion de presse ne se définit par l’auteur : Il ne faut pas être journaliste pour faire de la presse.
Qu’est-ce qu’un délit de presse ?

29

« Les délits de presse sont des délits qui portent atteinte aux droits de la société ou des citoyens,
commis en exprimant abusivement des opinions dans des écrits imprimés et publiés » (Cass., 11 déc.
1979).
Ce sont les délits normaux qui peuvent être commis par voie de presse. Pas tous les délits normaux
évidemment, on ne peut pas commettre un délit du code de la route par voie de presse. Certains
délits d’expressions, d’opinions (calomnies, injure, diffamation, racisme, etc…) peuvent être commis
par voie de presse. Ces délits vont devenir des délits de presse.
Pour qu’il y ait délit de presse, il faut :
1. Un délit (c’est à dire un fait punissable par un texte juridique)
2. Que ce délit doit contenir l’expression d’une opinion
3. Que ce soit un écrit imprimé (papier ou reproduction numérique sur internet)
4. Qu’il y ait une multiplicité d’exemplaires
5. Donner à cette opinion une publicité

La condition de l’opinion est importante car tout délit commis par voie de presse ne contient pas
toujours une opinion. Presque tous, mais pas tous.
Pour protéger les victimes de viol, le code pénal interdit aux médias de divulguer l’identité des
victimes, ou de révéler n’importe quel élément qui permette de reconnaître une victime de viol.
Donc impossible de publier quoi que ce soit qui puisse permettre l’identification d’une victime de viol
par l’audience.
La raison, c’est qu’on ne veut pas ajouter à la souffrance des victimes une stigmatisation sociale.
Si un journal ne respecte pas cette règle, et révèle l’identité d’une victime de viol, ce ne sera pas un
délit de presse, ce sera un délit. Pourquoi ? Car révéler un nom n’est pas communiquer une opinion.
Et pour qu’il y ait délit de presse, il doit y avoir opinion.

De plus, l’interprétation du « délit de presse » est suffisamment large pour que des non-journalistes
en profitent aussi. Dans les conditions citées plus haut pour avoir délit de presse, on ne trouve pas «
être journaliste professionnel ». Cela signifie que si n’importe qui écrit un texte délictueux qui est
qualifié de délit de presse, ce n’importe qui va aussi bénéficier de ce régime particulier, qui est la
compétence théorique de la cour d’assise avec une impunité pratique. C’est grave. Si un homme
politique fait des affiches délictueuses, qui seront donc qualifiées de délit de presse, il ne sera pas
poursuivi. Il bénéficiera de cette impunité liée à l’incompétence pratique de la cour d’assise.

è Conséquence à C’est pour ça qu’en 1999, on a modifié l’article 150 de la constitution. On a
rajouté un bout de phrase à la fin. Article 150 : « Le jury est établi en toutes matières

30

criminelles et pour les délits politiques et de presse, à l'exception des délits de presse
inspirés par le racisme ou la xénophobie. » On a ajouté « à l’exception des délits de presse
inspirés par le racisme ou la xénophobie ».
è Situation d’impunité à il n’y a pas de responsabilité pénale des journalistes de presse écrite
en Belgique. Car il y une procédure disproportionnée et un encombrement des sessions.

Réflexion :
De nos jours, les juges ne sont plus corrompus (ou presque plus). Un journaliste pourrait être jugé
par un juge professionnel.
Les juges au civil sont des juges professionnels, donc les journalistes sont jugés par des
professionnels en fin de compte.
Les journalistes n’ont plus une bonne réputation de confiance auprès du peuple. La cour d’assise ne
serait peut-être pas ce qui protègerai le plus la presse.


Notion de censure
Si on reprend le texte de l’article 25 : « La presse est libre ; la censure ne pourra jamais être établie ;
il ne peut être exigé de cautionnement des écrivains, éditeurs ou imprimeurs. Lorsque l’auteur est
connu et domicilié en Belgique, l’éditeur, l’imprimeur ou le distributeur ne peut être poursuivi. »

Qu’est-ce que la censure ? Empêcher quelqu’un de s’exprimer.
4. La constitution belge a été adopter par le congrès national. Si on va regarder dans les travaux
du congrès national pour chercher une définition du mot censure, on ne trouve rien du tout,
ça paraissait relativement évident.
5. Aujourd’hui c’est beaucoup moins évident. Dans la jurisprudence, c’est à dire les jugements
des cours et des tribunaux, il y a plusieurs conceptions de la censure. Il y a une thèse
extensive et une thèse restrictive.
Thèse extensive
On considère que toute intervention préalable à l’exercice de la liberté d’expression est un acte de
censure, peu importe dans quelles circonstances et peu importe qui exerce cette intervention.
Thèse restrictive
On revient à ce qui était considéré comme de la censure sous l’ancien régime, qui était un organe lié
au pouvoir en place, donc un organe gouvernemental, auprès duquel on devait systématiquement

31

présenter nos écrits et qui pouvait interdire certains écrits / supprimer certains éléments de ces
écrits. Il y avait donc une institution qui intervenant systématiquement.

La question, c’est de savoir si un juge qui intervient ponctuellement dans un litige entre une
personne et un média, rien à voir avec le gouvernement. Est-ce que ce juge commet un acte de
censure ?
Exemple : On apprend que l’on va révéler l’existence de la relation secrète que l’on entretient avec le
Prince Laurent. Bref, un truc que l’on veut garder secret va être révélé. Est-ce qu’on a le droit, pour
protéger notre vie privée, de saisir un juge, et de lui demander d’empêcher tel journal de publier
cette information.
On acceptera ou on n’acceptera pas cette intervention du juge en fonction de la thèse que l’on
soutient, soit extensive, soit restrictive.
Si on opte pour la thèse extensive, on considère que toute intervention préalable est un acte de
censure. Dans notre cas, cette intervention du juge serait un acte de censure interdit.
Si on opte pour la thèse restrictive, étant donné que c’est un juge qui intervient de cette manière
(protection de la vie privée), on ne va pas considérer ça comme de la censure qui existait sous
l’ancien régime. Donc pour la thèse restrictive, ça passe.

On peut aussi parler de courant moniste et de courant dualiste.
Courant moniste
On ne se préoccupe que d’une seule liberté, que de la liberté d’expression, et qui considère que pour
protéger cette liberté, il faut bannir toute forme de censure.
è Ce courant moniste renvoi à la thèse extensive.
Courant dualiste
On se soucie de la liberté d’expression, mais on considère aussi qu’il faut protéger le droit des
individus, comme le droit à la réputation, le droit à la vie privée, etc… Donc il faut pouvoir arbitrer
entre plusieurs libertés, et il peut être intéressant de demander l’intervention du juge.
è Ce courant dualiste va vers la thèse restrictive.

Cour de Cassation : Le 29 juin 2000
C’était la publication des notes d’une juge d’instruction par le Ciné Télé Revue. (Cfr. Arrêt Leempoel)
Dans ce cas, la cour de cassation a dit « En l’occurrence, il n’y a pas de censure, parce qu’on avait
déjà commencé à diffuser le CTR, le magazine était déjà dans les librairies. On a ordonné son retrait

32

». Ce n’était pas préalable. Ce qui caractérise la censure : c’est le fait d’intervenir avant la diffusion,
ce qui n’était pas le cas ici donc pas de censure.


Cour de Cassation : Le 2 juin 2006
C’est l’arrêt de l’affaire du Dr B contre la RTBF et son reportage. Dans cette affaire, il y'a eu
intervention avant diffusion, MAIS ce n’est pas de la censure. La cour de cassation a dit que c’était de
l’audiovisuel, pas de la presse, donc pas de censure puisque l’article 25 s’applique à la presse écrite,
et pas à l’audiovisuel.
è Donc rien n’empêche une intervention avant la diffusion d’un média audiovisuel. (Pour
rappel, la CEDH a dit que la Cour de cassation n’aurait pas dû interdire la diffusion de ce
reportage).


Notion de diffusion
En audiovisuel, la diffusion parait relativement claire. On connaît à l’avance les programmes de
radios et de télévision. On peut intervenir avant.
La diffusion d’un écrit, c’est une diffusion matérielle. La presse écrite n’annonce pas ses programmes
à l’avance.
è On s’aperçoit que le passage de l’analogique au numérique change complètement les choses.

Pour protéger les victimes de viol, le code pénal interdit aux médias de divulguer l’identité des
victimes, ou de révéler n’importe quel élément qui permette de reconnaître une victime de viol.
Donc impossible de publier quoi que ce soit qui puisse permettre l’identification d’une victime de viol
par l’audience.
La raison, c’est qu’on ne veut pas ajouter à la souffrance des victimes une stigmatisation sociale.
Si un journal ne respecte pas cette règle, et révèle l’identité d’une victime de viol, ce ne sera pas un
délit de presse, ce sera un délit. Pourquoi ? Car révéler un nom n’est pas communiquer une opinion.
Et pour qu’il y ait délit de presse, il doit y avoir opinion.

Exemple :
Une journaliste du Soir Mag se promène au palais de justice de Bruxelles et va dans une salle
d’audience. Par hasard, elle entend une affaire bien intéressante journalistiquement car c’est une
affaire de viol commis sur la fille d’un homme politique célèbre. La journaliste décide donc de faire
un article là-dessus et le SoirMag ne s’interroge pas sur l’aspect légal et encore moins sur l’aspect

33

moral. L’article est publié « La fille de …. Violée », avec une photo de l’homme politique. Ils ont
oublié cette règle du code pénal interdisant de révéler l’identité des victimes de viol.
C’est là que joue l’effet numérique. On est mardi, le SoirMag doit sortir le mercredi. Un membre de la
rédaction du SoirMag prend un PDF de la page avec l’article en question et l’envoie à l’homme
politique concerné. L’avocat de l’homme politique file chez le juge et fait une requête et obtient
l’interdiction de la diffusion de ce numéro du SoirMag. Cependant, tous les numéros dédiés aux
abonnés avaient déjà été envoyés. Par contre les numéros qui devaient aller en librairie n’était pas
encore partis et ont été mis au pilon. On va refaire le numéro du SoirMag avec une page de pub à la
place de l’article en question car le juge interdit la publication de cet article, car à l’encontre de la loi.
è Sauf qu’on ne peut pas prendre de mesure avant la diffusion, donc pas de mesure avant la
mise en librairie, donc cette ordonnance du juge est contraire à la constitution si on se réfère
à la jurisprudence de la cour de cassation. Le SoirMag aurait pu aller en justice et contester la
mesure.

C’est pour ça qu’il est important de se demander ce que c’est que la diffusion.
Avant le numérique, la diffusion c’était la distribution des exemplaires dans les librairies.
Avec le numérique, on fait des copies PDF/MP3 de n’importe quel reportage. Si on envoie ces copies
par mail à la presse, peut être que la diffusion n’attend plus que le journal soit en librairie. La
diffusion peut commencer beaucoup plus tôt, donc le juge peut intervenir beaucoup plus tôt aussi.
è Cette notion, qui disait avant/après la diffusion, n’est plus aussi claire qu’avant l’apparition
du numérique.

La notion de responsabilité en cascade
Rappel de l’article 25 : « La presse est libre ; la censure ne pourra jamais être établie ; il ne peut être
exigé de cautionnement des écrivains, éditeurs ou imprimeurs. Lorsque l’auteur est connu et
domicilié en Belgique, l’éditeur, l’imprimeur ou le distributeur ne peut être poursuivi. »

Rappel historique
C’est ce qu’on appelle la responsabilité en cascade, ça s’explique par les pratiques de l’ancien régime.
A l’époque, on s’en prenait aux médias par tous les moyens, donc quand on poursuivait un
journaliste, on poursuivait aussi tous ceux qui avaient pu l’aider, donc l’éditeur, l’imprimeur, le
distributeur du journal.

34

Résultat ? Les imprimeurs n’osaient plus imprimer ce qui pouvait déplaire au pouvoir et les
distributeurs ne voulaient pas distribuer des journaux délicats, idem pour les éditeurs. La liberté
d’expression en subissait les conséquences.

Quand on adopte la nouvelle constitution en 1831, on veut éviter cela. Donc on imagine ce système
de responsabilité en cascade/escalier. On va s’adresser à un seul responsable, et ce responsable
privilégié, ce sera l’auteur. Lorsque l’auteur est connu (c’est à dire que le texte est signé) et qu’il est
domicilié en Belgique (s’il est domicilié à l’étranger, on va pas s’amuser à aller le poursuivre là-bas),
on ne peut poursuivre personne d’autre.
Ce n’est que lorsque l’auteur n’est pas connu ou qu’il est domicilié à l’étranger, qu’on pourra
éventuellement poursuivre quelqu’un d’autre, l’éditeur par exemple. Si l’éditeur n’est pas connu ou
pas domicilié en Belgique, on pourra poursuivre l’imprimeur. Si l’imprimeur n’est pas connu ou pas
domicilié en Belgique, on pourra poursuivre le distributeur.
Auteur -> Editeur -> Imprimeur -> Distributeur
è Ça s’applique en matière de responsabilité pénale et civile (Cass., 31 mai 1996).
è C’est une règle qui permet de garantir la liberté d’expression.

Le problème
Le journaliste est en première ligne. C’est un salarié, et il va se retrouver seul devant la justice alors
que ce n’est pas nécessairement à lui que le « crime » devrait être attribué. Un journaliste salarié est
dans un lien de subordination, c’est l’employé de l’éditeur.

Exemple :
Imaginons qu’on journaliste travaille 3 jours sur une enquête, il a un bon sujet, des révélations, mais
il doit encore faire des vérifications. L’éditeur ne lui permet pas de travailler un 4eme jour pour faire
ces vérifications, et l’article est publié. Le journal vend des exemplaires, puis on se rend compte qu’il
y a une grosse erreur dans l’article, qu’il y a eu atteinte à l’honneur d’une personne, qui va réclamer
des dommages et intérêts, et elle va poursuivre le journaliste. (Pour rappel, le journaliste voulait faire
les vérifications mais son éditeur ne lui a pas permis).

La personne préjudiciée ne va pas poursuivre l’éditeur puisque la responsabilité en cascade le lui
interdit.
1. Qui paye les dommages et intérêts ? Le journaliste.
2. Qui a fait des bénéfices grâce à l’article ? L’éditeur.

35


è Certains éditeurs vont dire à leurs journalistes qu’ils payeront les dommages et intérêts en
cas de problèmes, donc certains éditeurs protègent leurs journalistes. Sauf que ce n’est pas
mis par écrit.
o Solidarité fiscale des éditeurs à En France, il existe un système de responsabilité en
cascade, mais le journaliste et l’éditeur sont liés. Les 2 peuvent être poursuivis
directement.
Ce système créé des « malaises » et les juges, les éditeurs, trouvent des chemins
détournés qui peuvent être surprenants.
Il y a des éditeurs qui font semblant de rien, s’ils sont assignés en justice, ils font
comme si de rien n’était. Imaginons que l’éditeur dise à son journaliste qu’il le
couvre. Le journaliste est condamné à 10 000 € de dommages et intérêts. L’éditeur
paye ces 10 000€ pour le journaliste.
Sauf que ces 10 000€ que l’éditeur paye au journaliste, c’est une rémunération
taxable. Donc le journaliste doit payer des impôts, donc l’éditeur doit payer des
cotisations sociales, donc si le journaliste est condamné, et que l’éditeur doit le
couvrir, l’éditeur doit sortir 20 000€. Donc l’éditeur préfère être condamné à la place
du journaliste, ça lui reviendra moins cher. C’est une solidarité de l’éditeur pour des
raisons fiscales.
è Le plan B, c’est que de plus en plus de journalistes s’assurent, ils prennent des assurances.
L’AJP (Association des Journalistes Professionnels) a négocié des tarifs avec une compagnie
d’assurance. On est couvert pour 110€ par an de cotisation.


Certains disent que les condamnations vont être basées sur l’article 1384 du Code Civil, qui prévoit la
responsabilité des commettants à l’égard des préposés.

D’autres juges ont dit que dans la loi de 1978 sur le contrat de travail, il y a un article 18 qui dit :
l’employé n’est responsable de ses fautes que s’il s’agit de fautes lourdes ou de fautes légères
répétées. Donc si on se base là-dessus, on peut se dire que le journaliste est employé, donc tant qu’il
ne commet pas de faute lourde, c’est son patron (l’éditeur) qui est responsable.
Sauf qu’il y a hiérarchie des normes. Toutes les normes n’ont pas la même valeur, pas le même poids.
Chez nous c’est : Droit International > Constitution Belge > Loi > Arrêtés royaux
Quand une loi n’est pas conforme à la constitution, c’est la constitution qui doit être respectée.

36

La Cour constitutionnelle a dit, sur cet article 18 de la Loi sur le contrat de travail, qu’on ne peut pas
interpréter la loi comme violant la constitution, il faut l’interpréter autrement. Comme ne
s’appliquant pas aux journalistes qui exercent leur profession dans les liens d’un contrat de travail.
Donc les journalistes sont les seuls employés qui doivent répondre eux même de leurs fautes.
On pourrait dire que l’éditeur est un peu le co-auteur de l’article.

On pourrait aussi dire que les titres et les chapeaux ne sont pas signés. Donc puisqu’on ignore qui est
l’auteur des titres et des chapeaux, on peut poursuivre l’éditeur car l’auteur est inconnu.

Tout ça, c’est du bricolage juridique. On cherche par tous les moyens à pouvoir impliquer l’éditeur
pour ne pas laisser le journaliste tout seul. Sinon on peut toujours viser le rédacteur en chef car il
n’est pas concerné par la responsabilité en cascade de l’alinéa 2 de l’article 25.
è Donc par rapport à cet article 25, on voit qu’il était très bien conçu et très bien adapté en
1831 mais il faudrait l’actualiser.

Liberté d’entreprise et médias


C’est une liberté à caractère économique, c’est le fondement de toutes sociétés libérales.

Rappel : 2 ordres juridiques :
Le Conseil de l’Europe, l’Europe des 47, c’est le ressort territorial de la Convention Européenne des
Droits de l’Homme à la liberté d’expression.
L’Union Européenne, l’Europe des 28 à la liberté d’entreprise.

La liberté d’entreprise, c’est la liberté de générer des profits. Cette liberté est surtout consacrée au
niveau européen, et particulièrement au niveau de l’UE.

Illustration : RTL TVI


RTL TVI est installée à Bruxelles, toutes les rédactions sont là-bas, toutes les éditions sont
produites là-bas, et pourtant RTL TVI n’est PAS une chaîne belge, c’est luxembourgeois.
Historiquement, ça s’appelait d’abord Télé Luxembourg (chaîne privée), puis ça a changé pour
devenir RTL, et elle a très vite dragué le marché belge de la publicité car jusqu’au milieu des années
80, la pub TV était interdite en Belgique.

37

Donc quand un éditeur voulait faire de la pub TV, il devait aller sur une chaîne étrangère. La
chaîne étrangère la plus proche et la moins chère pour les tarifs publicitaires, c’était RTL. Elle était
déjà reçue en Belgique, grâce au câble. Donc les belges pouvaient voir des pubs belges en Belgique,
mais sur chaine luxembourgeoise.
RTL a commencé à faire des émissions spécifiques pour le public belge, pour faire monter
l’audience. En 1987, RTL s’est rebaptisée RTL TVI, chaîne belge. A partir de là, RTL TVI devient
officiellement une chaîne belge. La première chaîne privée belge. Ils ne se considèrent plus
luxembourgeois. Le gouvernement (de centre-droit) décide de libéraliser partiellement la publicité à
la télévision, et il favorise l’émergence de chaîne privée à 1 chaîne de télé par communauté pourra
diffuser de la pub (VTM et RTL TVi). Côté flamand, la pub reste dans les chaînes privées alors que du
côté francophone, toutes les chaînes peuvent diffuser de la publicité.
En 1995, ils lancent Club RTL, et en 2004 Plug RTL. Donc trois chaines RTL.

Les chaînes belges demandaient des autorisations de droit belge, délivrées par l’Etat fédéral
et les communautés françaises de Belgique, pour pouvoir émettre.
- TVi : 1988-1996
- TVi et Club : 1997-2005
- Plug : 2004-2012

RTL était en Belgique, mais elle annonce en 2005, qu’elle demandait depuis 1995 des
autorisations au gouvernement luxembourgeois. Donc RTL demandait des autorisations à 2 pays
différents, c’est un cas assez spécial.
RTL retourne donc au Luxembourg à partir du 1er janvier 2006. Ce qui n’est pas à prendre au
pied de la lettre, car en 2005, RTL faisait construire ses nouveaux locaux à Bruxelles. Il retourne au
Luxembourg uniquement d’un point de vue juridique.
RTL est une chaine luxembourgeoise depuis le 1er janvier 2006, mais installée à Bruxelles.
RTL continue de s’adresser au public de la communauté française de Belgique, elle fait exactement la
même chose qu’avant, mais ça l’arrange mieux juridiquement d’être luxembourgeoise.
La raison, c’est que la réglementation appliquée à l’audiovisuel au Luxembourg est beaucoup
moins contraignante qu’en Belgique. Les contrôles des autorités luxembourgeoises sont aussi moins
difficiles.
Deux choses qu’RTL n’a pas digéré :
- La Communauté française de Belgique l’a trompé, elle a autorisé AB3, qui est une chaine
privée généraliste comme RTL, cette dernière a été vexée.
- Le CSA surveille un peu trop, ça ennuyait RTL.

38

Quand une entreprise annonce sa délocalisation, tous les hommes politiques réagissent.
Quand RTL annonce sa délocalisation, là personne ne réagit. Il fallait absolument éviter une dispute
avec RTL. C’est une chaine TV, elle donne de la visibilité à ces hommes politiques, ils ont besoin
d’elle.
Le seul à avoir râler, c’est le CSA. Il fait une enquête et sanctionne RTL pour défaut
d’autorisation, le 20 novembre 2006. RTL avait une autorisation luxembourgeoise mais était à
Bruxelles : non-sens. RTL va au conseil d’Etat, et la sanction du CSA est annulée. L’autorisation
luxembourgeoise est considérée comme suffisante par le Conseil d’Etat.
C’est donc le Luxembourg qui régule RTL TVI, un accord est signé par la ministre belge de
l’audiovisuel. Le résultat, c’est que lorsque la communauté française de Belgique prend des
lois/décrets sur l’audiovisuel mais elle touche moins de 25% d’audience.
è Parmi les chaines que regardent les spectateurs francophones, il y a 75% de ces chaines qui
échappent aux lois de la communauté française.

Le droit européen.
Pour rappel, en droit européen, on distingue le droit primaire et le droit dérivé.
- Le droit primaire, c’est le droit des traités. Le droit que les Etats de l’UE ont négocié
ensemble.
- Le droit dérivé, c’est le droit créé par les institutions européennes (commission, parlement,
conseil des ministres). Exemple : directives européennes.

Dans ces 2 droits, il y a des textes qui garantissent la liberté d’entreprise des médias, qui garantissent
la possibilité pour les médias de développer librement leurs activités et de générer du profit.

Droit primaire
Libre circulation
En droit primaire, il y a la libre circulation des marchandises (art. 28 et 29). Rapport ? Des
journaux, des livres, des CD, etc… sont des marchandises qui bénéficient d’une libre circulation. On
ne peut donc pas arrêter un journal à la frontière.
Il y a aussi la libre prestation des services (art. 56 et 57) (immatériels), la TV, la radio,
internet sont des services, et ces services peuvent être donnés librement à travers toutes l’UE. Ce
sont des lois libérales qui s’appliquent aux médias.

Concurrence

39

Pour les règles de concurrence, l’UE cherche à favoriser la libre concurrence (art. 101, 102 et
106). Les règles de concurrence s’appliquent aux médias. On veille à ce qu’il n’y ait pas de coalition
(ex : achat en commun de droit de diffusion de compétitions sportives).

Aides d’Etat
Les aides d’état sont interdites selon le droit européen, on ne peut pas attribuer des aides
d’états à des entreprises. Toutes les donations qui reviennent aux chaines publiques vont devoir
respecter des règles, qui sont celles des aides d’état. On peut financer des services publics
d’audiovisuels, mais c’est très surveillé.

Le droit dérivé
Il y a 3 directives qui peuvent concerner les médias :
Directive de 2000 sur le commerce électronique.
C’est la directive qui fixe les règles de responsabilités des prestataires de services sur internet.
Pour s’assurer que le commerce électronique se développe facilement, l’UE a adoptée des règles très
souples.

Directive cadre communications électroniques (télécoms) (2002 modifié en 2007)
Ce sont les télécommunications (terme un peu ancien à par les fréquence hertziennes). Cette
directive fait partie du groupe de paquet de communication électronique. Elle va s’appliquer pour
des réseaux de VOO, Proximus, Télénet.

Directive SMA, (des) Services de Médias Audiovisuels (au pluriel !).
Cette directive SMA est la version actuelle d’une ancienne directive, la directive TVSF(rontière)
(première directive qui concernait la TV), car on voulait un terme plus large que télévision.
è SEULEMENT pour la télévision.

La directive SMA.
SMA = Services de Médias Audiovisuels. C’est l’appellation que l’on donne à la télévision depuis
2007, c’est à dire depuis la dernière modification de la directive.
Avant 2007, cette directive était désignée par un autre acronyme, TVSF pour Télévision Sans
Frontières. On est passé de « TVSF » à « SMA » car on a constaté que la télévision d’aujourd’hui n’est
plus ce qu’elle était, elle n’est plus linéaire. Avant, on avait un programme fixe, un horaire.

40

Aujourd’hui, et même déjà en 2007, il existe des services de TV à la demande, c’est une autre forme
de télévision qui ne rentre pas dans l’ancienne définition de ce qu’est la TV.
Donc aujourd’hui, la télévision n’est plus uniquement linéaire. Elle est beaucoup plus
diversifiée qu’avant, et on a voulu rencontrer cette diversité avec une nouvelle appellation, SMA en
l’occurrence. Cette directive SMA, qui date de 2007, va encore être modifiée, à priori en 2017, 2018.




Champ d’application : distinction
Radiodiffusion télévisuelle/ émission télévisée : Linéaire = ordonnée sur une ligne du temps.
Services de Médias Audiovisuels à la demande : Non linéaire = à la demande, pas de programme fixe
défini par un horaire.

Principe du pays d’origine
Dans cette directive SMA, et déjà dans la TVSF, il y a un principe central, c’est le principe du
pays d’origine. (RTL a utilisé ce principe pour sa délocalisation).
Selon ce principe, chaque service de médias audiovisuels va tomber sous la loi du pays dont il
émane. Le service de médias audiovisuels répond à la loi de son pays d’origine, et ensuite il peut
circuler dans le reste de l’UE. à Compétence territoriale (art. 2)
Donc on ne peut pas demander à un SMA de respecter la loi du pays dont il émane ET la loi
du pays où il est capté. (S’il émet depuis l’Italie, et qu’il est capté en France, il doit respecter la loi
italienne car c’est son pays d’origine).
è Liberté de réception (art. 3) de la part des autres pays européens, car seule une autorisation
(celle du pays d’origine) est nécessaire.

Dans le cas de RTL TVI, c’est une chaîne luxembourgeoise, elle répond donc au droit
luxembourgeois, et pas au droit belge. Le droit belge n’a rien à dire à RTL TVI, même si c’est une
chaîne clairement dédiée au public belge.

Comment déterminer le pays d’origine ?
Dans certains cas, il n’y a pas de doute. Par exemple, personne ne contredira que la RTBF est belge,
et que France2 est française. 

Mais dans un cas comme celui d’RTL, les choses sont moins claires car on sait que les bureaux d’RTL
sont en Belgique, où on fait de la production, mais elle est « basée » au Luxembourg où on fait de

41

l’édition. On est en manque de critère pour trancher. Si on regarde dans la directive SMA, il faut qu’il
y ait un siège social et l’essentiel de l’effectif au même endroit. Mais pour RTL, le siège social est au
Luxembourg, mais l’essentiel de l’effectif est en Belgique. Quand le siège social et l’essentiel de
l’effectif ne sont pas dans le même pays, on est dans le flou.
Pour trancher, il faut voir où s’exerce la responsabilité éditoriale du SMA. 

Dans le cas d’RTL, il est difficile à croire que cette responsabilité soit au Luxembourg. S’il y avait un
attentat et qu’RTL devait faire une édition spéciale, ils ne vont pas tous courir jusqu’au Luxembourg,
décider de faire l’édition spéciale, puis revenir à Bruxelles.
Donc il faut voir où les décisions sont prises.
Par exemple, la directive SMA définit les conditions pour pouvoir faire des interruptions publicitaires
dans un film diffusé à la télévision.
La directive SMA dit qu’il peut y avoir 1 interruption publicitaire par tranche de 30 minutes de film.

Le principe d’autonomie de réglementation
Signifie que les états membres peuvent avoir des règles plus strictes. En France par exemple, les
chaines publiques ne peuvent pas mettre de publicités après 20h, donc 0 interruption autorisée
pendant un film.
Attention, l’autonomie de règlementation ne va que dans un seul sens. Les Etats membres peuvent
faire des règles plus strictes, et uniquement plus strictes que la directive SMA. Les Etats membres de
l’UE ne peuvent PAS être moins strictes que la directive SMA.
Le danger, c’est que si l’on combine la liberté de réception avec l’autonomie de
réglementation, on risque de voir des chaînes voyageuses. Car si un Etat veut ajouter des règles plus
strictes que celles de la directive SMA, il est possible qu’une chaine déménage dans un autre Etat, qui
n’a rien ajouter à la directive SMA.

En Europe, les 2 états les moins strictes sont le Luxembourg et le Royaume-Uni. 

Il y a donc une quantité de SMA qui s’installent au Royaume-Uni, et qui en profitent pour émettre
dans toute l’UE sans trop de contraintes. à C’est le cas d’RTL.

La directive SMA, comme toute directive, est une norme adoptée au niveau européen, chaque Etat
membre doit la transposer dans son ordre juridique interne.

Directive SMA : règles communes

42

- Obligations de transparence, les éditeurs de SMA doivent indiquer qui détient leur capital, où
est leur siège social, etc…
- Interdiction des émissions qui contiennent des incitations à la haine.
- Permettre l’accès aux émissions pour les déficients visuels/auditifs.
- Règles sur les délais à respecter pour diffuser des films après leur sortie en salle.
- Série de règles sur les communications commerciales audiovisuelles (pub)
o Règles de contenus, par exemple on ne peut pas faire de pubs pour certains secteurs
économiques


Directive SMA : services à la demande
- Protection des mineurs
- Promotion d’œuvres européennes, il faut garantir qu’un certain nombre d’œuvres
européennes soient proposées (linéaire et non linéaire). Il doit au moins y avoir 50%
d’œuvres européennes proposées.
- Etc…
Directive SMA : services de radiodiffusion
- Droits exclusifs et brefs reportages
- Promotion d’œuvres européennes et indépendantes
- Publicité et télé-achat
o Règle de contenu
o Règle de diffusion
- Protection des mineurs
- Droit de réponse

è Plus un média est susceptible de toucher un large public, plus les règles sont strictes.
è La TV linéaire touche plus de monde que la non linéaire.

Notion de fournisseur de services de médias selon la directive SMA : « la personne physique ou
morale qui assume la responsabilité éditoriale du choix du contenu audiovisuel du service de médias
audiovisuels et qui détermine la façon dont il est organisé ».
Notion de responsabilité éditorial selon la directive SMA : « l’exercice d’un contrôle effectif tant sur
la sélection des programmes que sur leur organisation, soit sur une grille chronologique, dans le cas
d’émissions télévisées, soit sur un catalogue, dans le cas de services de médias audiovisuels à la
demande ».

43


Revenons à la responsabilité éditoriale d’RTL.
La responsabilité éditoriale c’est l’exercice d’un contrôle effectif tant sur la sélection des
programmes que sur leur organisation.
Pour RTL, on se demande où se fait ce contrôle, où exerce-t-on un contrôle effectif sur la
sélection et l’organisation des programmes d’RTL ? RTL assure que ça se fait au Luxembourg, on peut
en douter.
Le CSA, qui voulait empêcher la délocalisation d’RTL, a posé la question à la Cour de Justice
de l’UE. La Cour de Justice n’a pas répondu car le CSA n’est pas une juridiction. Les questions
préjudicielles (= avant de juger), ce sont des questions qu’un juge, qu’une juridiction, peut poser à la
Cour de Justice de l’UE. à Cette Cour de Justice de l’UE a dit au CSA qu’il n’était pas une juridiction,
donc elle ne révèlera pas qui exerce la responsabilité éditoriale chez RTL.
En juillet 2017 : le CSA décide de reprendre la régulation.
En Belgique, du côté politique, on s’en fiche complètement car ce qui compte, c’est de
pouvoir passer dans les émissions d’RTL pour avoir de la visibilité. Donc tant mieux si les émissions
ont lieu à Bruxelles. Cette histoire d’RTL avait fait débat entre 2006 et 2010. Depuis, tout le monde
laisse les choses en état.

Le Droit Européen, à travers la directive SMA et le principe du pays d’origine, permet à des chaines
de choisir le pays le plus accueillant et le moins contraignant juridiquement.

Répartition de compétences
Constitution belge, article 127, 1er paragraphe
« Les Parlements de la Communauté française et de la Communauté flamande, chacun pour ce qui le
concerne, règlent par décret :
1° les matières culturelles ;
2° l'enseignement […] ;
3° la coopération entre les communautés […]. »
Les matières culturelles sont une compétence des communautés.
Loi spéciale du 8 août 1980 :
« Les matières culturelles visées à l’article 127, § 1er, 1° de la Constitution sont :
[...]

44

6° les aspects de contenu et techniques des services de médias audiovisuels et sonores à l'exception
de l'émission de communications du gouvernement fédéral ;
6° bis. Le soutien de la presse écrite »
Les communautés sont également compétentes pour les matières personnalisables.

Les communautés vont être compétentes pour :
- Audiovisuelle
- Presse écrite
- Contrôle des films pour l’accès des mineurs aux salles cinématographiques.

Exceptions au principe
Exceptions explicites
- Communications du gouvernement fédéral
Exceptions implicites
- Droit de réponse
Bicommunautaire bruxellois
- Câble
- Editeurs non F et non NL

Services de médias av = radiodiffusion


Distinction non problématique
Téléphone = Point à point
Radio et TV = Diffusion d’un point A (société émettrice) à une multitude de points B.

Depuis les années 90 : zone grise
Le téléphone passe aussi sur les réseaux de TV, de radio.
Internet passe par des réseaux câblés ou hertzien à TV, radio et téléphone passent par internet.
è La constitution dit toujours que les communications sont les compétences des
communautés. Mais tous les réseaux se mélangent
è Il faut un accord de coopération entre l’Etat et les communautés. Ce qui a été fait.


45

Arrêts de la cour d’arbitrage (cours constitutionnelle)


14 juillet 2004 :
Compétence communautaire sur la radiodiffusion :
- Informations publiques
- Pour l’ensemble du public ou une partie de celui-ci
- Sans caractère confidentiel
- Même sur demande individuelle
Compétence fédérale si :
- Information individualisée
- Forme de confidentialité

Accord de coopération
Conférence des Régulateurs des Communications
- CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel)
- VRM (Régulateur Flamand pour les Médias)
- Medienrat (Conseil des Médias)
- IBPT (Institut Belge des Services Postaux et des Télécommunications) : gros régulateur
fédéral à Bruxelles
Échange des projets de décision
Décision CRC : Tous ces régulateurs = CRC
Évocation théoriquement possible au niveau intergouvernemental (Comité interministériel des
Télécommunications et de la Radiodiffusion et de la Télévision)
Recours : Cour d’appel de Bruxelles
Exemple : décisions câble juillet 2011, septembre et décembre 2013

46

Statut des acteurs



Les règles qui s’appliquent aux différentes personnes qui interviennent dans le processus
médiatique.
Si on réfléchit au processus de communication, on va trouver les gens qui produisent le contenu
(journalistes), puis ceux qui éditent le contenu et qui le diffuse (éditeurs), puis on passe par des
intermédiaires techniques (distributeurs de services par exemple Proximus, Voo, etc…), puis on arrive
aux récepteurs.
C’est le cheminement que l’on va suivre dans cette deuxième partie.
On va commencer avec le statut des journalistes aujourd’hui, puis celui des éditeurs (écrits et
audiovisuels), puis celui des intermédiaires, et on terminera avec les quelques règles juridiques qui
s’appliquent aux récepteurs.
La réglementation est assez inégale, certains subissent plus de réglementations que d’autres. Les
éditeurs de SMA sont ceux qui doivent respecter les règles les plus lourdes.

Journalistes
La profession de journaliste n’est pas protégée juridiquement. (Profession non protégée = profession
qui ne bénéficie pas d’une protection juridique particulière)Certaines professions sont protégés
tandis que d’autres ne le sont pas (ex : professions médicale). Ce sont des profession qu’on ne peut
pas exercer librement à professsion protégée
Contre exemple : TOUTES les professions médicales, juridiques sont protégées juridiquement. Idem
en immobilier, les restaurateurs, les architectes, etc…
Une profession protégée va répondre à un ou plusieurs des critères suivants :
- Profession qui a un statut légal
- Conditions de compétences à avoir (diplôme)
- Obligation de s’inscrire à une liste (ex : l’ordre des médecins)
- Contrôle déontologique
- Ordre professionnel (ordre des médecins)

Il ne faut pas nécessairement répondre à tous les critères pour être protégé juridiquement. Par
exemple pour un restaurateur, il faut juste avoir des compétences précises, il n’y a pas de statut
légal, de contrôlé déontologique, ni d’ordre professionnel.

47

Un ordre professionnel ≠ Une union professionnelle.


Il peut y avoir une union professionnelle dans toutes les professions, c’est un simple association. Un
ordre professionnel est plus stricte, il peut punir ses membres, voir bannir/radier. L’ordre
professionnel à des pouvoirs réglementaires et disciplinaires.

La profession de journaliste est un profession non protégée. Pourquoi ?


Le problème avec cette profession, c’est que l’exercice de cette profession se confond avec l’exercice
d’une liberté publique. C’est la liberté publique d’expression, c’est la liberté d’expression, consacrée
par l’article 10 de la CEDH et l’article 19 de la constitution belge.
Ce sont des libertés ouvertes à tout citoyen. Il est très difficile de réglementer l’accès à cette
profession car il s’agit de libertés publiques.

Admettons qu’un journaliste commette une faute grave, et qu’il soit radié par un potentiel ordre des
journalistes. Il pourra de toute façon continuer à écrire car c’est sa liberté d’expression.
Dans le cas d’un médecin, soigner/guérir n’est pas une liberté publique. Défendre en justice comme
un avocat, ce n’est pas une liberté publique.
C’est pour ça que la profession du journaliste n’est pas protégée, car c’est l’exercice d’une liberté
publique.

De plus, les journalistes sont des salariés, ils ont un patron. Ils sont dans un lien de subordination.
Tandis que les médecins, les avocats, et compagnie sont des indépendants. Il est plus simple de
sanctionner un indépendant qu’un salarié. Car on peut dire qu’un indépendant est seul responsable
de sa faute. Tandis que le salarié pourra toujours dire qu’il a fait telle chose car on lui a ordonné.

Les journalistes ont une union professionnelle et non un ordre professionnel. Il n’existe pas d’ordre
des journalistes.

La profession du journaliste a pour caractérisitque de mettre en œuvre la liberté publique, c’est-à-
dire la liberté d’expression. Dès qu’on a une liberté qui est enjeux, on ne peut pas restreinte l’accès à
la profession parce qu’on entraine également l’accès à liberté. Donc on ne peut pas restreindre
l’accès à la profession.
Etre avoccat, médecin, restaurateur ce n’est pas mettre en œuvre une liberté.

48

Il n’y a pas d’ordre professionnel des journalistes, mais il y a des unions professionnelles (càd des
associations avec des membres mais pas de pouvoir disciplinaire). Se caractérise par un pouvoir
disciplinaire.
Sanctionner un journaliste est plus délicat car il exerce une profession qui en relation avec la liberté
d’expression.
Il y a l’AGJPB (Association Générale des Journalistes Professionnels de Belgique), avec une branche
francophone qui est l’AJP. Et il y a l’AJPP (Association des journalistes de la Presse Périodique), toute
petite association.

Une des caractéristiques pour être protégée juridiquement, c’est d’avoir un contrôle déontologique.
Dans le journalisme, il y a une déontologie, mais elle est sans contrainte et sur une base volontaire.
Ce sont les médias qui décident d’accepter une déontologie, mais il n’y a pas de sanctions possibles.
Cette déontologie n’est pas mise en place par la loi mais par les éditeurs et les journalistes.

En Belgique francophone, il y a le CDJ (Conseil de Déontologie du Journalisme), en Flandre il y'a le
RVJ. 

Ces organes n’ont aucun pouvoir de sanction.
La profession de journaliste n’est pas protégée, mais on a créé un titre qui lui est protégé. Ce titre,
c’est le titre de journaliste professionnel. La profession tout le monde peut le faire mais le titre tout
le monde ne peut pas le porter. N’importe qui peut se dire journaliste mais on ne peut pas se dire
jouranlsite porfessionel si on n’est pa reconnu comme journaliste professionnel.

è Donc n’importe qui peut se dire journaliste, mais pas journaliste professionnel. 

Le titre de journaliste professionnel est réservé à certaines personnes. Tout le monde ne peut pas
être journaliste professionnel.
Ceux qui se disent journaliste professionnel sans l’être vraiment peuvent subir une sanction pénale.
Ce statut de journaliste professionnel est organisé par une loi du 30 décembre 1963 qui définit les
conditions d’accès à cette profession et qui organise la protection du titre. Le titre de journaliste est
reconnu légalement et protégé.
è Première condition : 2 ans de pratique du journalisme avant de pouvoir demander le titre de
journaliste professionnel. Il faut avoir 21 ans.
è Deuxième condition : travailler pour un média d’information généraliste, média qui traite
l’ensemble des sujets de l’actualité.
Jouranliste a foot magazine à pas un média général

49

Journaliste à la DH sport à média général



On doit avoir nos droits civils et politiques
Si on travaille pour un média qui n’est pas un média de l’info généraliste (ex : un mensuel dominical),
on ne peut pas porter le titre de journaliste professionnel.
L’absurdité, c’est que si l’on est critique musical au Soir, on peut avoir le titre de journaliste
professionnel. Mais si l’on est critique musical dans un petit journal lambda qui ne fait pas de l’info
généraliste, on aura pas le titre de journaliste professionnel.
Si on est journaliste foot à la DH, on aura le titre de journaliste professionnel. Si on est journaliste
foot à « foot magazine », on aura pas le titre de journaliste professionnel. C’est absurde.
è Troisième et Dernière condition pour avoir le titre de journaliste professionnel : il faut que
l’on n’exerce aucun commerce et aucune activité ayant pour objet la publicité. Donc
impossible d’être à la fois journaliste et responsable de la publicité dans notre journal.

Un journaliste idnépendant, il vend chaque fois ses articles à des médias (on accepter encore car ce
n’est pas du commerce).
(Il faut aussi avoir 21 ans minimum et être journaliste à plein temps, ça doit être notre activité
principale).
Si on remplit ces conditions, on va pouvoir demander le titre de journaliste professionnel.
Il faut remplir ces 6 conditions (voir dia)
On va demander ça à une commission d’agréation. C’est la commission qui va agréer les journalistes
professionnels. Elle vérifie si on remplit toutes les conditions légales. Dans cette commission, on
trouve 50% de journalistes et 50% d’éditeurs.
Si la commission d’agréation nous refuse le titre, on peut monter à l’étage supérieur et voir la
commission d’appel. Moitié des journalistes moitiée des répresentants des auditeurs.
Dans la commission d’appel, on trouve encore une fois 50% de journalistes et 50% d’éditeurs, en plus
d’un magistrat qui amène de la rigueur juridique. On a donc 2 chances de faire passer notre dossier.
Quels sont les problèmes auxquels un dossier peut faire face ?
- Notion du média d’information générale
- La condition qui consiste à ne faire aucun commerce
- à Cas problématique : les photographes. Les photographes de presse arrivent de moins en
moins à ne vivre que de leurs activités de presse. Donc un certain nombre de photographes
doivent vendre des photos à des sociétés privées. On peut leur reprocher d’exercer une
activité commerciale. Ce qui est absurde, car il peut arriver que des sociétés privées

50

demandent des photos à ces photographes, pour ensuite les distribuer aux médias. Utile
d’aller devant la commission d’appel.


Quels sont les avantages que l’on obtient avec le titre de journaliste
professionnel ?
On reçoit un laissez passer national et un laissez passer autos.
C’est tout. Ca ne change pas grand chose. D’autant que si l’on n'est pas journaliste professionnel, il y
a toujours moyen d’obtenir un « coupe file » pour passer plus vite. C’est une alternative presse
périodique d’information spécialisée.
De plus, une carte de presse est très rarement suffisante pour entrer dans les endroits. Il faudra
toujours avoir une forme d’accréditation en plus.
Donc est ce que ça vaut la peine de faire toutes ces démarches pour avoir le titre de journaliste
professionnel ? Oui et non.
Les démarches sont pas si compliquées que ça, et il y a une dimension symbolique au fait d’avoir ce
titre.
Dans certains cas, il y'a une contrainte sur les éditeurs pour engager des journalistes professionnels,
ils doivent le faire, intérêt:
- Cas 1 : L’aide à la presse. En Belgique francophone, on a un mécanisme d’aide à la presse qui
consiste à donner de l’argent aux éditeurs. Pour qu’un éditeur puisse bénéficier de cette aide
financière, on va prendre en compte le nombre de journalistes professionnels qu’il emploie.
Donc l’éditeur a tout intérêt à engager des journalistes professionnels.
- Cas 2 : Un éditeur de SMA n’est pas obligé de faire des émissions d’information. Mais s’il fait
des émissions d’information, il doit confier cette tache à un journaliste professionnel.
Donc dans ces 2 cas, le titre de journaliste professionnel est quand même valorisé.

Passons à la représentation des journalistes, qui est chargé de représenter les


journalistes ?
Qui vont être notre porte-parole si demain on est journaliste ?
Il y a une union professionnelle qui se charge de cette mission de représentation. Donc l’AGJPB,
qui compte 6000 membres.
On a 2 branches. Une branche francophone, l’AJP (2882). Une branche flamande, la VVJ (2653)

51

Il y a plus de francophones que de néerlandophones, car beaucoup de correspondants étrangers


s’inscrivent à l’AJP. (Ils ont plus de chance de parler un tout petit peu de français que de parler
flamand).
Plus de franciphonque et de flamands. Les correspondants étrangers préférent ce mettre
dans l’association francophone que flamande.
L’AGJPB, c’est le syndicat des journalistes. C’est l’interlocuteur naturel du monde politique,
économique, etc… pour représenter les intérêts des journalistes.

L’AGJPB remplit aussi d’autres missions. Elle joue un rôle dans la procédure d’agréation des
journalistes. D’une part, si on veut devenir journaliste professionnel, on peut faire notre dossier tout
seul et le présenter tout seul à la commission d’agréation mais on peut demander à l’AGJPB de le
faire.
Pour rappel, l’une des conditions pour avoir le titre de journaliste est d’avoir 2 ans de pratique.
Pour tous ceux qui n’ont pas ces 2 années derrières eux, l’AGJPB offre une carte de journaliste
stagiaire. Elle presente également notre dossier d’admission à l’agréation.

L’AGJPB remplit aussi un rôle déontologique. Bien sûr, elle ne s’occupe pas seule de la déontologie.
Le contrôle de la déontologie est volontaire chez les journalistes, ce n’est pas imposé par la lois.
(c’était le cas entre 1995 et 2002, il y avait un conseil de déontologie uniquement composé de
journaliste avec un cote ou les loups ne se magner pas entre eux. C’est une série de grosses affairs)
Aujourd’hui, on a de nouveaux organes de déontologie qui sont des organes paritaires. Le RVDJ
côté flamand, installé en 2002. Le CDJ côté francophone, installé en 2009, le conseil de déontologie
jouranliste. C’est paritaire car on y trouve des représentants des journalistes, désignés par l’AGJPB,
ainsi que des représentants des éditeurs et des représentants de la société civile. L’AGJPB participe
au processus déontologique, mais ne l’assume plus de façon exclusive.

A côté de l’AGJPB, on a l’AJPP (plus petite).

A côté de ça, on a des organes qui vont représenter les journalistes média par média. (pas au
niveau fédéral et communautaire).

A l’intérieur d’un média, on trouve ce que l’on appelle une société de rédacteurs.

Ces organes se créé de façon libre. Leur rôle est purement consultatif.

52

Il peut y avoir des exceptions, par exemple en France, pour le journal Le Monde, la société de
rédacteurs détient une partie du capital financier du journal. Le Monde est un cas très particulier,
car il y a aussi une société de lecteurs. 

En Belgique, on a des journaux dont les capitaux sont détenus par un propriétaire/groupe
économique.

L’intérêt d’une société de rédacteurs, c’est se dire qu’un journal n’a pas seulement une valeur
économique. Un journal a aussi une valeur intellectuelle, et la société des rédacteurs représente cette
valeur. Elle représente le capital intellectuel. Ce dernier n’a pas de valeur économique.

Les textes qui obligent les éditeurs à engager des journalistes professionnels, obligent aussi les
éditeurs à faire une place aux sociétés de journalistes.

Les éditeurs de presse écrite et les éditeurs d’audiovisuel doivent reconnaître une société de
rédacteurs et lui donner la parole. (Pour avoir l’aide à la presse écrite et des autorisations en
audiovisuel).

Sociétés de rédacteurs
Dans les grands médias, on a des sociétés de rédacteurs depuis longtemps. Donc quand on dit à des
éditeurs de quotidiens d’avoir une société de rédacteurs et de la consulter, il y a pas de problème.

C’est parfois plus difficile de le demander à des SMA. Par exemple Antipode, dont la rédaction est
composée de 2-4 journalistes, on peut se retrouver dans une situation où on a pas envie de faire
une société de rédacteurs. Création libre et forme libre (niveau du types de société).

Ces sociétés de rédacteurs ont un rôle consultatif, mais quand des décrets imposent ces sociétés de
rédacteurs, ils imposent aussi de consulter les journalistes sur certains points. Ex : désignation d’un
rédacteur en chef.

Un éditeur ne peut pas imposer de rédacteur en chef sans avoir consulter la société de
journalistes.

Consulter = demander l’avis ≠ tenir compte de l’avis

53

Donc il y a un rôle consultatif, mais qui a quand même une importance juridique car on est obligés
de consulter la société.

Un mot sur la déontologie.


La déontologie se sont des règles juridique qui ressemble a du droit, mais ce n’est pas du droit
parce que c’est un droit qui vient de l’intreirur. Ce sont les journalisest eux même qui fixent leur
propores règles. Ils choissients eux-même leur déontologie.

- La déontologie ≠ le droit. La déontologie, c’est aussi un ensemble de règles, mais il y a une


différence. Le droit est généralement imposé par le législateur, tandis que la déontologie
est un corps de règles que des professionnels vont se donner librement à eux même. La
déontologie est généralement produite pour la profession, décidée en vase clos, et elle est
librement acceptée. Une fois qu’on a ces règles qui s’appliquent, on peut soit opter pour un
modèle d’autorégulation, soit pour un modèle d’hétéro-régulation (imposée de l’extérieur).

Donc un journaliste qui se retrouve devant le tribunal de première instance, c’est de l’hétéro-
régulation. Tandis qu’un organe d’autorégulation est mis en place par les professionnels eux-
mêmes, c’est la cas du CDJ en Belgique francophone.

En Belgique c’est devenu l’égal pour les éditeurs.

Où trouve-t-on les règles déontologiques applicables aux journalistes belges ?

On trouve quelques règles générales dans un texte international, la charte de Munich, adoptée en
1971. (Les grands droits et devoirs du journaliste).

On trouve un code de principe qui a longtemps servi en Belgique, adopté conjointement par
l’AGJPB et l’ABEJ, qui est un texte purement belge.

Aujourd’hui, on a un code de déontologie journalistique, adopté en 2013 par le CDJ.
On a des codes de déontologiue journalistiques.

54

C’est dans ces textes qu’on trouve les règles déontologiques qui s’appliquent aux journalistes en
Belgique francophone .

Un mot sur le CDJ auto-dérégulation.

è Les flamands ont mis leur CDJ en place dès 2002, et les francophones ne l’ont pas fait tout
de suite. Pourquoi ? 2 raisons : Les médias audiovisuels francophones avaient déjà le
contrôle du CSA, qui les ennuyait déjà et ils n’avaient pas envie de devoir subir un 2eme
emmerdeur (Au final, le CSA a laissé une partie de ses compétences, en l’occurence la
déontologie, au CDJ) ET le financement.


Pour info, les organes d’autorégulation se mettent en place pendant les périodes de crise, c’est ce
qu’il s’est passé en 1995 avec le premier organe de déontologie, il y avait l’affaire Dutroux.

C’est ce qu’il s’est à nouveau passer en 2009, avec l’émission bye bye Belgium (fausse émission qui
annonçait l’indépendance de la flandre). Cette émission a conduit à la création du CDJ.

En général, les organes de déontologie sont financés par les médias eux mêmes (éditeurs et
journalistes). En Belgique francophone, les journalistes n’ont jamais voulu contribuer au
financement d’un organe d’autorégulation.

Il fallait donc trouver un financement pour la création du CDJ. Le CDJ, ça coûte 160 000 € par an.

Les éditeurs étaient prêts à mettre 80 000€, il restait donc à trouver 80 000€.(provenant des
journalsite)

Le gouvernement de la communauté française a accepté de lâcher l’argent.

Il ne restait donc plus qu’à mettre en place l’organe d’autorégulation. Comment fait-on pour donner
de l’argent public à quelque chose qui est censé être fait par la profession elle même ?

Casse tête. Ca peut pas être la communauté qui crée l’organe, sinon c’est pas de l’autorégulation.
Mais si elle ne le créé pas, pourquoi elle donne 80 000 € ?

55

Inventivité juridique, on a joué les choses en 2 temps. La communauté française a adopté un


décret, le 30 avril 2009, qui organise le financement d’un organisme d’autorégulation des médias.
Ce n’est pas un décret de création, c’est un décret de financement. Donc l’organe a pu être créé
grâce à ce décret et un arrêté de 2010. C’est un organe d’auto-régulation (créer par les auditeurs et
les journalistes) Donc crée par la profession et non la loi.

L’association pour l’autorégulation de la déontologie journalistique est une ASBL formée par l’AGJPB
et l’association des éditeurs de journaux a été financée pour créer un conseil de déontologie
journalistique. Ce conseil est presque composé paritairement : 6 représentants des journalistes, 6
représentants des éditeurs, et 6 représentants de la société civile, et 2 représentants des rédacteurs
en chef. (les rédacteurs en chef ne sont pas tout à fait éditeur et pas tout à fait journalistes) . Ces 20
personnes forment le CDJ.
Donc on a decret de la communauté française qui dit que dans ces conditions la on donnerait des
sous.

Le seul bémol, c’est qui va nommer les représentants de la société civile ? (Société civile C’est en
principe se sont tous les gens qui ne sont ni journaliste, ni éditeurs, ni rédacteurs en chef) . Les
éditeurs et les journalistes, et que se passe-t-il ? On trouve des anciens journalistes et des avocats
de certains médias dans les représentants de la société civile. Donc c’est un peu une duperie.

Droit social
Suite à l’arret de la cour d’abbrtiage de 2006, le journaliste est un employé qui dorit repondre de
lui de TOUTES ses fautes contraiement à d’autre professions qui eux ne doivent répoondre que
pour fautes graves.

Des fois il y a des indépendants, polituqement on attend des journalistes qu’ils soient
indépendants. Indépendnat socialement et economique ca renvoit à la différencete entre les
indépendant et les salairés.

Dans quel cas un journalsite va etre un indépendnat ?
è 1er cas : le journaliste qui n’est journalise qu’a temps partiel, donc pas journlaiste
porfessionel. C’est celui qui a une uatre profession et qui ne rédige que quelques
articles. C’est un respondant locaux qui va couvrir les compétitions locales. Ce sont
souvent des personnes qui font cela en plus.

56

è 2eme cas : journaliste a temps plein et indépendant pcq il choisi de travailler pour
plusieurs médias. Donc travailler à la fois pour la radio et pour la tv, pour un quotidien
ou pour un hebdomadaire.




Qu’est ce qu’un faux indépendant ?
C’est un journaliste qui ne va pas travailler pour un seul média, qui va etre subordonné. Qu’il ne
va pas chosir ses horaires de travail. C’est engager des journalistes comme s’il était salarié mais
sans donner les avantages des salariés.

Officielemnt on dira que ca n’existe plus, mais le risque exsite.

Il y a pour les journaliestes un document qu’on appelel convention collective, c-a-d un accord
qui a été passé entre les representants de journeux quotidien francophone et les journalistes
professionnels francophone.

Un autre point important du statut du journaliste, c’est la question du droit social applicable. La
question de savoir comment on va qualifier le journaliste.

On y a déjà réfléchi après la deuxième guerre mondiale. Les journalistes avaient à coeur de faire
reconnaître la spécificité intellectuelle de leur profession. Ils voulaient qu’on écrive qu’ils n’étaient
pas des travailleurs comme les autres.

Dans les relations du travail, on a les ouvriers et les employés. Les ouvriers qui ont du travail lié à
des tâches physiques, et les employés qui ont un travail plus intellectuel. On a rangé les journalistes
dans la catégorie des employés.

Rappel de la responsabilité en cascade, article 25 alinéa 2 de la constitution, le journaliste est un
employé mais il n’a pas tous les avantages de l’employé. C’est un employé qui va devoir répondre
lui-même de ses fautes. Là où tous les autres employés peuvent s’abriter derrière leur employeur
pour répondre des fautes qu’ils commettent dans leur activité professionnelle.

Il y a des journalistes employés, et il y a des journalistes indépendants.

57


Il faut lever l’ambiguïté sur le mot « indépendant ». Tout journaliste se doit d’être indépendant d’un
point de vue intellectuel. Il faut résister aux pressions (politiques, économiques, etc…). Ici, quand on
parle de journaliste indépendant, on parle d’une catégorie sociale.

Il y a des travailleurs salariés, il y a des fonctionnaires, et il y a des indépendants.

On a soit des journalistes salariés, soit des journalistes indépendants.

Les salariés ont un contrat d’emploi, idéalement un CDI.

Les indépendants sont des travailleurs sans contrat d’emploi, donc pas de lien de subordination.

Il y’a environ 3/4 de journalistes employés et 1/4 de journalistes indépendants.

Dans quel cas rencontre-t-on des journalistes indépendants ?

Soit on a des journalistes tellement spécialisés dans 1 matière, qu’ils ont peu de chance de se faire
engager par 1 journal, mais ils peuvent vendre leurs compétences dans plusieurs journaux.

Soit on a des journalistes qui ont une autre fonction à côté du journalisme. On voit ça dans la presse
locale. La presse locale a tendance à engager des journalistes « en consultance »
Ces journalistes ne sont pas uniquement journaliste, ils ont une autre fonction professionnelle à côté.
Ces correspondants locaux ont une autre fonction principale. Pour s’amuser, ou pour gagner un peu
plus d’argent, ils couvrent l’actualité locale.

Soit on a des journalistes en début de carrière, jeunes. Ils viennent de terminer leurs études, ils ont
un bon diplôme, mais qui ne sont pas les seuls à l’avoir. Bref, il y a une inflation de la valeur des
diplômes. Avec un diplôme de journalisme, il est possible d’avoir du mal à trouver un emploi.
Souvent, on accepte de prendre quelques articles venant de ces jeunes journalistes. On leur donne le
travail, mais sans les engager en CDI.

Le problème, c’est que certain médias, pas tout à fait scrupuleux, disent « ok je t’engage à temps
plein, tu viens travailler à la rédaction ». Il y aura toutes les apparences de l’emploi, mais pas de
contrat. Donc il travaille comme un employé, mais n’a pas le contrat de l’employé. Il est payé un
certain montant brut, et il doit se débrouiller avec ça pour payer ses cotisations sociales, etc…

58


L’avantage pour l’employeur, c’est d’échapper à une série d’obligations sociales et c’est aussi
d’échapper aux règles en matières de licenciement. Car un salarié devra être licencier en
respectant certaines règles. Tandis qu’un indépendant, on peut le virer très facilement.



En début de carrière, on peut être obligé d’accepter ce genre de deal. Ce n’est pas légal.

Les journalistes travaillent dans le cadre d’une convention collective. Convention collective =
accord conclu entre les partenaires sociaux (employeurs - syndicats). Ces conventions sont validés
par des arrêtés royaux pour les rendre légitimes. Dans le cadre du journalisme, on a des
conventions collectives (négociées par le syndicat, càd l’AGJPB, et les employeurs/éditeurs de
presse quotidienne). On va trouver un certains nombres concernant la profession du journaliste.

Il existait une convention collective au niveau national. Les flamands en sont sortis. Côté wallons,
on utilise encore une vieille convention de 2003, 2004. Attention, c’est limité à la presse
quotidienne, ça s’applique pas en audiovisuel et sur internet. Soit on utilise la vieille convention
soit on utilise celle de 2011.

Si on va travailler dans la presse quotidienne, on sera soumis à l’une de ces 2 conventions
collectives.

Dans ces conventions, on va trouver une série d’éléments qui vont expliquer l’organisation de notre
travail. On y voit quels documents on remet à un journaliste qu’on engage, quelle politique de
formation on va lui garantir, des dispositions sur les prestations de travail, des dispositions sur la
rémunération, etc…

Le barème de rémunération, c’est ce qu’on touche, et ça va varier en fonction du type de fonction que
l’on a, du grade que l’on a. La rémunération varie aussi en fonction du tirage du journal.

Dans la nouvelle convention, celle de 2011, on a reconnu le statut du journaliste auteur.
Premier changement : il y a en Belgique depuis qql années des règles fiscales pour les droits
d’auteurs, reconnaître le journaliste en tant que auteur, ca lui permettre de payer moins d’impôt
mais c’est une façon pour l’auditeur de payer moins le jouranliste. Element symbolique, de

59

reconnaissance, on reconnait que le journaliste est un employé qui exerce une fonction
intellectuelle, et qui créé des oeuvres. Il a donc droit à des droits d’auteurs. Au delà de l’aspect
symbolique, il y a l’aspect financier. Car le droit d’auteur est fiscalement moins imposé qu’une
rémunération normale.

On a une rémunération de 1000, avec un taux d’imposition moyen, il restera 650€ net.
Si on calcule 1000€ en droit d’auteur, la première tranche est taxée à 15%, donc on pourrait
gagner 850€ net.

En voyant dans la nouvelle convention qu’il était possible de payer les journalistes en droit d’auteur,
certains éditeurs ont flairé le bon plan. Ils payent moins cher leurs journalistes, mais ils le font en
droit d’auteur, donc les journalistes gagnent la même chose. Ca revient moins cher pour l’éditeur.

C’était un peu gros, les journalistes et le fisc ne se sont pas laissés faire. On a trouvé un moyen, on
va payer 5% de la rémunération du journaliste en droit d’auteur, et 95% en rémunération
traditionnelle.

Dans la convention collective, on voit également quelles sont les activités accessoires qu’on
journaliste peut mener à côté de son activité principale. On voit également sous quelles
conditions il peut être indemnisé s’il utilise sa voiture privée pour un reportage.

On voit aussi la règlementation des vacances des journalistes.

On trouve aussi des règles sur les missions dangereuses.

On a aussi un point sur la clause de conscience.
C’est une disposition qui reconnait la spécificité intellectuelle du travail du journaliste. On
considère qu’on ne peut pas demander à un journaliste d’écrire contre sa conscience. On a voulu
qu’un journaliste puisse être protégé en cas de changement radical de la ligne politique ou
philosophique du journal où il travaille. Le journaliste peut reffuser. Le journaliste à qui on impose
un changement de ligne, peut faire le choixde partir et dêtre indemnise comme si on l’avait
licencié. C’est qqc qui est satisfaisant intellectuellement.

Modification radicale : imaginons que LaLibre soit rachetée par le PTB. Un journaliste de LaLibre
pourrait ne pas vouloir travailler pour le PTB, dans ce cas là, le principe de la clause de conscience,

60

c’est celui d’une démission indemnisée. Ce qui est bizarre, car lorsqu’on démissionne, on n’est pas
indemnisé en général, car on part de notre propre chef.

Pour un journaliste, dans le cas de la modification de la ligne du journal, il sera indemnisé. Car le
journaliste n’a pas le choix, la ligne change contre son gré.

Combien de cas d’application annuelle en Belgique de cette clause ? Zéro. 0. ZE-RO.
Pourquoi ? Car un journal qui change radicalement sa ligne politique ou philosophique, ça n’arrive
jamais.

C’est un beau principe sur la papier, mais en pratique, ça n’arrive jamais.

En France, ça marche mieux. Car en France, on n’exige pas de modification radicale, on se
contente d’une modification significative. En France, on peut faire jouer la clause de conscience
simplement en cas de changement de propriétaire. Même si le nouveau propriétaire ne change
rien au journal, on peut décider de partir.
Il est aussi question de la mobilité du marché des journalistes. En Belgique, le nombre d’emploi est
limité, donc on a pas trop intérêt à démissionner.
La clause de conscience n’est pas vraiment utilisé mais on l’aime intellectuellement.

Question du secret professionnel des journalistes.


Il faut éclaire le terme « secret professionnel ». On parle de gens qui sont destinataires de secret, et
qui révèlent les infos secrètes qu’ils ont reçu.
Admettons qu’on aille chez le médecin, il nous apprend qu’on a une MST. On a envie que ça reste
entre le médecin et nous.
Si on va voir notre curé pour nous confesser, on veut qu’il garde ça pour lui.
C’est le principe du secret professionnel. L’article 458 du code pénal sanctionne ceux qui reçoivent
des secrets et qui les révèlent.

Un journaliste n’est pas du tout dans la même démarche. Un journaliste qui reçoit des secrets, on
attend de lui qu’il les révèle.

Secret professionnel
Le secret des journalistes est différent du secret professionnel. Le secret professionnel porte sur le
contenu de l’info, pas sur l’origine de l’info. Le secret des journalistes porte sur l’origine de

61

l’information, pas sur le contenu de l’info. C’est pour tous ceux qui participe à une enquête
judiciare. Ces concepts ne s’appliques pas aux journalistes.
Les journalistes a son proproe secret le secret des sources.
On parle du secret des sources. En tant que journaliste, on a un secret qui est un droit et un
devoir. Il a le droit et le devoir de protéger l’anonymat des sources. Le secret porte sur
l’origne de l’information et non sur le contenu.
On a aussi le secret de l’instruction, qui n’est pas applicable aux journalistes. C’est une forme de
secrets professionnels qui s’applique aux auxiliaires de justice. Ils sont tenus au secret de
l’instruction, ils ne peuvent pas révéler les infos auxquels ils ont accès grâce à leur fonction.

Le secret des sources est le seul qui s’applique aux journalistes. Ce secret s’est construit à travers la
jurisprudence de la cour européenne des droits de l’homme. Le premier arrêt clé en matière de
secret des sources date de 1996. L’arrêt Goodwin de 1996. Goodwin est un journaliste anglais qui
reçoit des infos sur le plan de restructuration d’une entreprise. Il vérifie la véracité, et publie un
article révélant cette restructuration, ce qui déplait à l’entreprise. Le juge demande à Goodwin
d’indiquer l’origine de l’info. Goodwin refuse, et il est condamné à une peine, « le mépris de la Cour
». Goodwin s’adresse à la CEDH, et elle lui donne raison. La CEDH va fixer les principes du secret des
sources à travers un arrêt.

« La protection des sources journalistiques est l’une des pierres angulaires de la liberté de presse.
L’absence d’une telle protection pourrait dissuader les sources d’informer la presse sur des
questions d’intérêt général. En conséquence, la presse pourrait être moins à même de jouer son
rôle indispensable de chien de garde. …. » 


Si on ne peut plus informer la presse, elle ne pourra plus jouer son rôle de chien de garde.

C’est normal, si on sait que la presse va nous balancer, on va pas aller révéler des infos un peu
chaude. On a pas envie de se mettre en danger pour avoir dit la vérité.

Le secret des sources n’est pas absolu. Il peut y avoir des cas où le journaliste doit révéler sa
source, mais c’est exceptionnel.

Quels sont les cas ?

Il faut un impératif prépondérant d’intérêt public.

62


Par exemple, dans le cas d’un enlèvement d’enfant. Si un témoin anonyme contacte un journaliste,
ce dernier doit révéler l’identité de l’informateur, car ça pourrait aider les informateurs.

Les juges, les policiers, n’aiment pas que les journalistes puissent garder la source de l’info.

Arrêt Fressoz et Roire de 1999.

L’affaire du canard enchaîne (hebdomadiare bien connu)
Fressoz était le rédacteur en chef du canard enchaîné. ils avaient publier un article sur
l’augmentation salariale que s’était octroyé le patron de Peugeot-Citroën, alors que l’entreprise était
en crise. Le canard enchainé avait même une copie de la fiche d’imposition du patron. Ca a mit mal
l’entreprise, car les ouvriers demandaient une augmentation ridicule, pendant que le patron faisait
grimper son propre salaire de 40%. 

La justice française n’a pas demandé au canard enchainé de révéler leur source, aucune chance que
ça passe. Donc ils ont poursuivi le journaliste et le ReC pour recel. C’est un infraction pénale qui
consiste à détenir un objet volé. Ces copies d’impositions ne devaient
pas être détenues par le canard enchainé.

Arrêt Tillack, 2007
Perquisitions chez un journaliste. Police : « il a été cherché des sources illicites ». La CE a dit que la
liberté des journalistes a le droit de garder ses sources secrètes, peu importe leur statut.
Sous l’impulsion de cette jurisprudence, certains pays ont adopté des lois qui consacrent ce secret. La
Belgique a été une des premières à le faire. En avril 2005.

La loi du 7 avril 2005 : protection du secret des sources des journalistes.


Cette loi a été contestée au moment où elle a été adoptée. Elle a fait un passage par la Cour
Constitutionnelle, cette dernière en a supprimé certains éléments, donc son champ d’application a
été élargi.
è La première version de la loi reconnaissait que le secret des sources pouvait bénéficier aux
journalistes ET aux collaborateurs de la rédaction.
è Cette loi a ensuite été modifiée, car contestée, et une série de choses a disparu.
Maintenant, n’importe qui peut bénéficier du secret des sources, dès lors qu’il se donne une mission
d’information. N’importe qui peut revendiquer le droit au secret des sources.

63

Toutes ces personnes ont le droit de taire leurs sources d’informations. On parle d’un droit. Ces
personnes ne peuvent pas être contraintes de révéler leur source d’information.
Dans cette loi, on cible très large dans les destinataires du droit, mais aussi dans le contenu de ce
droit. Facebook, Instagram… deviennent des médias et les utilisateurs sont protégés par cette loi.
è Chaque citoyen peut potentiellement être un journaliste et bénéficier du secret des sources.


Principe
La loi stipule le droit de taire ses sources. (En tant que journaliste, il y a un devoir déontologique de
protéger ses sources.) « les personnes visées à l’article 2… »

Exceptions
Il y a des exceptions (Cfr Arrêt Goodwin). La loi organise ces exceptions en disant :
- Il faut qu’il y ait intervention d’un juge, ce n’est pas la police toute seule qui peut demander
la levée du secret des sources, ça doit passer par un juge. Un juge c’est une garantie
démocratique. Pour qu’un juge puisse demander ça, il faut que les sources soient de nature à
prévenir la commission d’infraction constituant une menace grave pour l’intégrité physique
d’une personne.
- Quelles sont ces sources ? Quels sont les types de sources de nature à prévenir la
commission d’infraction constituant une menace grave pour l’intégrité physique d’une
personne ? Par exemple, les hypothèses d’enlèvement, le terrorisme, etc… Si on peut
prouver que la révélation de l’identité de la source va permettre, non pas de révéler
l’identité de quelqu’un qui a déjà commis une infraction, mais d’empêcher une infraction.
On est vraiment dans la prévention physique. On doit prévenir un danger physique pour
pouvoir lever le secret des sources.

Autres dispositions
Il n’est pas question que, lors d’une phase d’instruction judiciaire, on divulgue des sources.
On ne peut pas condamner le journaliste pour recel de documents.
On ne peut pas condamner un journaliste pour complicité parce qu’il ne viole pas le secret
professionnel.

64

Éditeurs (au sens large)


Il y a une liberté absolue pour les médias écrits. Leur liberté est plus large que celle des éditeurs de
service de médias audiovisuels car on n’a pas toutes les contraintes techniques, économiques, etc…
pour la presse écrite. à Pour rappel, les éditeurs sont aussi protégés par la responsabilité en
cascade. (On poursuit d’abord les auteurs).
La notion d’éditeur responsable (Art. 299 du code pénal) : il est interdit de distribuer un écrit, un
imprimé, où il n’y pas :
- Soit l’indication du nom de l’auteur ou de l’imprimeur
- Soit l’indication de l’identité de l’éditeur.
è On doit savoir d’où ça vient. Pour tous écrits distribués, il doit y avoir un nom de référence.
Ce nom n’est pas obligatoirement l’éditeur ou l’imprimeur, cela peut petre le responsable de
l’organisation qui distribue le papier (flyers, affiches …)

L’organisation de l’aide à la presse


L’aide à la presse pose un problème intellectuel, qui est de dire : est-ce que lorsqu’un on aide
financièrement un média, ce média peut-il encore rester indépendant ?
Si l’on donne de l’argent sur des bases objectives et de façon transparente, est ce que ça porte
atteinte à l’indépendance ?
Ce qui serait dangereux, c’est que le gouvernement donne de l’argent sans la moindre transparence,
et qu’il donne de l’argent à certains journaux, et pas à d’autres. Ce qui orienterait l’information en
faveur du gouvernement en place. Un journal trop critique ne recevrait pas d’aide.
On a donc mis en place un système objectif et transparent, avec des conditions concrètes.
è On distingue les aides indirectes et les aides directes.

Les aides indirectes
Elles consistent à accorder un avantage, permettre à un média de dépenser moins ou de vendre plus.
On ne lui donne pas d’argent, mais on l’aide à faire des économies. Les règles du jeu sont moins
strictes pour lui. Exemples d’aides indirectes :
- TVA : Impôt sur la consommation. On a accepté que la presse quotidienne soit à un taux de
TVA de 0%, au lieu de 21%. Il n’y a pas de TVA sur la vente de journaux en Belgique. Donc
tout l’argent de la vente part à l’éditeur, 0 va à l’état. (Ex : TVA sur les livres à 6%/ disques =
21%).
- Belgacom : elle a l’obligation d’accorder des tarifs préférentiels aux journaux pour la
téléphonie fixe.

65

- Tarifs postaux. La Poste assure la distribution des journaux, à des tarifs limités pour ne pas
plomber les dépenses des journaux qui souhaitent être distribuer à leurs abonnés. Surtout
que l’abonnement est important pour les journaux, ça leur assure du cash.
La distribution est garantie avant 7h30 du matin dans les boîtes des clients. La lutte contre
l’audiovisuel serait encore plus difficile sans ça.
- Transport, les journalistes professionnels bénéficient de tarifs préférentiels. Pour la SNCB, la
TEC, et Brussels Airlines.

Les aides directes
Elles consistent à donner de l’argent. L’Etat donne de l’argent aux journaux pour les aider à
fonctionner. Jusqu’en 1988, c’était une compétence fédérale. Depuis, c’est une compétence des
communautés. En Flandre, ça n’existe plus. En Wallonie :
- Aides sélectives : on ne donne qu’à ceux qui sont en difficultés
- Aides compensatoires : destinées à ceux qui ont perdu des recettes.
- Compensations publicitaires : Ça n’a pas fonctionné, car la loi voulait préserver la diversité
de la presse d’opinion. A l’époque, jusqu’aux années 80, il y avait beaucoup plus que 6
quotidiens. La loi qui visait à maintenir cette diversité n’a donc pas fonctionné, car bcp de
quotidiens ont disparu. Le fait de donner la pub à l’audiovisuel a affaibli les quotidiens, ces
derniers ont connu une baisse de leurs recettes, car tous les publicitaires sont passés en
majorité vers l’audiovisuel.
- Décret du 31 mars 2004, sur les aides directes à la presse quotidienne d’information. Tout
ceci grâce à un centre d’aide à la presse écrite, sous l’autorité du ministre, avec un budget
annexé à partager de 7 000 000 € (pour environ 6 journaux).
o Ratio legis :
§ Prise en compte des spécificités
§ Contrôle
§ Protection des journalistes : aides en fonction du nombre des journalistes.
§ Aide à la création : création de nouveaux titres
§ Éducation aux médias
o Chaque journal doit adresser une demande écrite et motivée, un avis va être donné
par une commission regroupant des éditeurs et des journalistes. Puis on va attribuer
la somme totale du budget en fonction de certains critères. L’idée étant de couvrir
les coûts de l’activité rédactionnelle, permettre la modernisation des systèmes
d’édition, d’adapter les journaux aux technologies modernes, d’inciter à la lecture.
o Destination des aides

66

§ Coût de l’activité rédactionnelle


§ Modernisation des systèmes d’édition
§ Adaptation aux technologies modernes
A COMPLETER AVEC LES SLIDES
è Le non-respect de la déontologie peut-il amener à supprimer les aides à la presse ?
o Le ministre a annoncé qu’il n’y aurait pas d’aides pour Sudpresse et pour la DH (alors
que la DH n’est en rien comparable à Sudpresse).

Les aides à la presse périodique ?
- Pratiquement inexistante
- Montants peu élevés (235.000 €/ an), partagés entre plusieurs titres
- Il n’y a aucune transparence ni critères objectifs à aucun fondement légal
- Ce sont seulement des imputations budgétaire à il y a un certain arbitraire

Le CSA – Conseil Supérieur de l’audiovisuel


Ce n’est pas un acteur de la communication, mais un surveillant.
Comment apparait un éditeur SMA ?
- Création d’un média par les pouvoirs publics
= Création par l’Etat (La RTBF est créée par un décret).
- Éditeur autorisé
- Contrat ou concession avec l’éditeur
- Privatisation (Ex : TF1)

Régulation indépendante
La question essentielle : qui va faire les choix, qui va décider d’autoriser, qui va décider des contrats,
des privatisations ?
è Il faut un régulateur indépendant. Il y a une série d’activités économiques qui doivent être
régulées.
Pendant longtemps, ces activités ont fonctionné avec un seul opérateur, donc l’opérateur unique ne
devait pas être régulé car pas de concurrence (1 TV publique, 1 fournisseur de courant, ...) A partir
des années 80, il y a disparition des monopoles publics, dans le domaine de l’audiovisuel mais aussi
dans d’autres domaines. (TV, Gaz, électricité, téléphonie, etc…). Dans tous ces secteurs-là, électricité,
eau, gaz, trains, téléphone, on peut confier la régulation au gouvernement. Il n’y a pas de conflits

67

d’intérêts. Un homme politique va pas favoriser un fournisseur de gaz plutôt que l’autre, il n’y a pas
d’intérêt.

è Avec l’audiovisuel, il y a un problème de conflit d’intérêt.
Tous les hommes politiques sont obsédés par leur notoriété, car leur notoriété est la condition de
leur élection. Comme ça passe par la notoriété, ça passe par les médias. Un homme politique ne peut
pas avoir une attitude neutre et objective vis-à-vis d’un média. Il ne peut pas s’occuper de façon
indépendante de réguler les médias. Il aura d’office tendance à privilégier un média (radio, TV) car il
pense qu’il recevra une compensation (plus grande fréquence de passage par exemple). Soit il
fermera les yeux sur des inégalités. Donc c’est malsain.

è Il faut donc une autorité spécifique indépendante qui puisse réguler le marché des médias
audiovisuels. Une indépendance politique et économique.
On a donc un concept d’autorité administrative indépendante. C’est un organe qu’on retrouve dans
différents secteurs de la vie publique et qui se caractérise par chacun des mots qui le compose.
- Autorité = elle a un pouvoir de décision
- Administrative = elle se rattache à la sphère du pouvoir exécutif.
- Indépendante = Economiquement et politiquement
è On a donc créé le CSA.
o ARN indépendantes (directive cadre)
o Art. 23 ter directive SMA

Il y a 3 phases dans l’évolution du CSA en Belgique.
- Phase 1 (1987 - 1997) :
o Ce n’était pas une véritable autorité administrative indépendante. A l’époque, c’était
un simple conseil consultatif dans lequel on met des représentants de toutes les
catégories sociaux professionnelles concernées par l’audiovisuel. Chaque fois qu’il y
avait un projet, ou une question sur l’audiovisuel, on leur demandait un avis. C’était
le premier CSA, il donnait simplement des avis, ce n’était pas une autorité ayant un
pouvoir de décision.
- Phase 2 (1997 - 2003) :
o On arrive à un véritable organe de régulation indépendante. On a de véritables
pouvoirs de régulation, c’est une vraie autorité qui peut prendre des décisions mais
le champ de compétence est encore limité. Par exemple, pas de compétence sur la
RTBF.

68

- Phase 3 (2003 - ) :
o On a une autorité administrative indépendante disposant de pouvoirs complets à
l’égard du secteur de l’audiovisuel.
Le régulateur se place dans la sphère du pouvoir exécutif, mais ce n’est pas le gouvernement
car il y a une indépendance politique.
Ce n’est pas du judiciaire (même si pouvoirs de jugment et sanction)
Indépendance
§ Décret du 26 mars 2009, art. 130 : base juridique du CSA.
Quelle est la composition du CSA ?
Le CSA est composé de 4 organes avec 3 organes principaux.
• Le Bureau. C’est l’organe central, le cœur, le noyau dur du CSA. Il est composé de 4 membres
nommés pour 4 ans, par le GCF : 1 Président et 3 Vice-Présidents qui vont être nommés par
le Gouvernement de la Communauté Française. Chaque parti présente 1 membre : 1 PS, 1
MR, 1 CDH, 1 Ecolo. C’est un organe en principe indépendant et non politique MAIS, et c’est
paradoxal, il y a des hommes politiques au sein du bureau.
• Le Collège d’autorisation et de contrôle (CAC) dans lequel on va trouver 6 membres
(nommés pour 6 ans) + les 4 du Bureau. Les gros partis politiques voulaient avoir plus de
représentants que les petits partis. 4 PS, 3 MR, 2 CDH, 1 Ecolo.
o Ce collège est chargé de délivrer des autorisations et de contrôler le respect des
différentes obligations légales par les éditeurs de SMA. Les membres du CAC sont
nommés par le Parlement de la Communauté Française (3 d’entre eux), et par le
Gouvernement de la Communauté Française (les 3 autres). à VRAIE AUTORITÉ !
• Le collège d’avis : Survivance de cet ancien CSA d’avant 1997. 30 membres nommés pour 4
ans par le Gouvernement de la Communauté Française + les 4 membres du Bureau y sont
aussi présents. Ce collège d’avis ne s’est plus réuni depuis 2013, et ses membres n’ont même
plus été renouvelés. Sur le papier, ce collège d’avis existe. Dans la réalité, il n’existe plus.
• Le Secrétariat d’instruction : Petite cellule avec 1 ou 2 fonctionnaires qui reçoit les plaintes
et mène les instructions (comme un juge). Il propose ensuite éventuellement au CAC d’ouvrir
une procédure de sanction.

Quelles sont les compétences du CSA ?
L’essentiel des compétences va au CAC.
• Donner des avis
o Par le collège d’avis

69

o Par le collège d’autorisation et de contrôle


• Faire des codes et règlements
o Sur la publicité pour les mineurs
o Par rapport aux émissions électorales
§ Par le CAC
• Donner des autorisations, principalement pour les radios.
o Elles ont des autorisations de 9 ans. Les dernières sont arrivées à échéance en été
2017, et ont été prolongées dû au contexte politique instable pour refaire les
autorisations.
• Contrôler le respect des lois/ conventions... et va éventuellement sanctionner
• Veiller à la sauvegarde du pluralisme (ne pas avoir de monopole)
• Faire des recommandations
o Ex : volume sonores des publicités

Pouvoir absolu ?
è Le CSA n’a pas un pouvoir absolu. Son pouvoir est limité. Il se limite aux chaines belges
francophones, soit 20-25% d’audience. Les chaînes françaises et RTL échappent au pouvoir
du CSA.
è Le pouvoir est aussi limité car il y'a des possibilités de recours. Toute décision du CSA peut
faire l’objet d’un recours au conseil d’état. C’est ce qu’RTL a fait en 2006 quand le CSA l’a
sanctionnée après s’être délocalisée au Luxembourg. RTL a gagné.

Le CSA est-il vraiment dépolitisé ?
Du point de vue de la structure, le CSA fonctionne avec une logique politique au sein de son Bureau
et de son CAC. La compétence de nommer revient soit au GCF soit au PCF, mais de facto, la
compétence de proposer des membres au sein du CSA revient aux partis politiques. Si on n’est pas
soutenu par un parti, impossible de siéger au CSA.
La première présidente du CSA a fait 2 mandats de 5 ans. Elle était soutenue par le PS, et elle était
très compétente. Mais le PS a trouvé qu’elle est devenue trop indépendante et ne l’a pas soutenue
pour un 3eme mandat. Donc après 10 ans de fonctionnement du CSA, le PS s’est trouvé un nouveau
« toutou » pour diriger le CSA. De nouveau, ce président prend petit à petit son indépendance, il
prend des décisions qui ne plaisent pas aux politiques. Il est « viré » après 5 ans. Ils ont nommé un
3eme président, qui est encore en fonction aujourd’hui, qui était un haut fonctionnaire de la
communauté française et surtout qui sortait du cabinet de la ministre de l’audiovisuel. En termes

70

d’indépendance, nommer un chef de cabinet d’un ministre à la tête d’un organe indépendant, ça met
mal. Le PS voulait reprendre les choses en mains, MAIS à nouveau le président du CSA devient
indépendant, il a pu se débarrasser de ses étiquettes politiques. Résultat, il sera sûrement remplacé
au terme de son mandat.




Les services publics de médias audiovisuels


Évolution historique
Il y a les éditeurs publics et les éditeurs privés. Il y a le secteur public, et depuis les années 80, un
secteur privé.
Pour rappel, les premières émissions de radio en Belgique datent de 1913. Il s’agissait d’émissions
faites par des privés. Ce sont les vendeurs de postes de radio qui font eux-mêmes les émissions. Ils
offraient le software (émission) pour mieux vendre le hardware (postes radio).

En 1930, on crée le premier service public organique de l’audiovisuel, l’ancêtre de la RTBF, qui
s’appelle alors l’INR (Institut National de Radiodiffusion). On est alors avec un monopole public
absolu. Il n’existe plus de radios privées en Belgique.

En 1960, l’audiovisuel va être le théâtre de la première division communautaire à cause du problème
linguistique présent en Belgique. A partir de 1960, on a 2 radios-télévisions publiques, 1 francophone
qui s’appelle la RTB, et 1 flamande qui s’appelle la BRT. Il y a aussi ISC (Institut des Services
Communs).

è A partir de 1971, on a la première réforme de l’Etat en Belgique, l’audiovisuel public devient
une compétence des communautés. Elles commencent donc à marquer leur territoire. En
1977, la RTB devient la RTBF (F= communauté française). La BRT va devenir la BRTN puis
deviendra la VRT, qui ne fait plus du tout référence à la Belgique.

è A partir de 1978, on voit apparaitre les premières radios privées.
è Les TV privées arrivent dans les années 80.

71

La RTBF : Nature et missions


La RTBF est une entreprise publique autonome à caractère culturel.
Objet social
• Exploitation de SMA
• En charge du service public de radio et de télévision (En 1997, internet est encore à ses
débuts. A ce moment-là, quand on crée le nouveau statut de la RTBF, on ne la charge pas
d’un service public sur internet. Ça posera problème.)


Les missions de la RTBF
• Mission en raison des personnes (ratione personae)
o Elle s’adresse à TOUS les francophones de Belgique, même ceux en Flandre.
o Elle est censée rapprocher les publics les plus larges.
o Elle doit faire des programmes mainstream pour avoir une audience assez
importante.
o Elle doit aussi être un facteur de cohésion sociale, elle doit donc aller jusqu’à
répondre aux attentes des minorités.
o Elle doit plaire au plus grand nombre, rassembler l’ensemble de la société, et
respecter les attentes des minorités.
• Mission en contenu (ratione materiae)
o La RTBF doit fournir des émissions d’informations de tous les genres (internationales,
locales, économiques, sportives, etc…).
o Elle doit contribuer au développement culturel des citoyens.
o Elle a une mission d’éducation permanente.
o Elle a une mission de divertissement (en faisant du divertissement une mission
publique, on légitime le fait qu’elle utilise l’argent public pour le divertissement). Le
divertissement attire plus de spectateurs.
o Elle doit diffuser des émissions pour la jeunesse.
o Elle doit mettre en valeur les œuvres de la communauté française.

On trouve ces missions dans le décret de la RTBF de 1997. Elles sont énoncées de manière assez
générale. Ce n’est pas précis. On n’indique pas le nombre de minutes, sur quelle chaîne, etc… Donc
elle est assez libre finalement.

72

RTBF : Contrat de gestion


Le contrat permet de préciser les émissions et de les quantifier, tout ceci avec une certaine
souplesse.
Le décret est assez généraliste, mais le contrat de gestion de la RTBF apporte toutes les précisions sur
les obligations de la RTBF. C’est dans le contrat de gestion qu’on dit qu’il faut 3 JT par jour sur la
première chaîne. Le contrat de gestion a une durée de 4 à 6 ans. Il offre l’avantage de quantifier les
obligations de la RTBF et l’avantage de pouvoir être actualisé au fil du temps (Ex : internet). Ce
contrat peut donc être renégocié, par l’administrateur de la RTBF et le ministre des SMA, puis il sera
validé par le GCF (Gouvernement de la communauté française) et le conseil d’administration de la
RTBF.
Est-ce que c’est un vrai contrat ?
• Il y'a une proximité des parties, on a des structures politisées, l’administration est influencée
par le PS et le CDH. Ce n’est donc pas tout à fait un vrai contrat.
• Obligations relatives pour la Communauté française (seulement les subventions, qui peuvent
être revue à la baisse) par rapport à la RTBF.
• Cour de cassation : pas une loi
• Conseil d’Etat : pas un véritable contrat ; nature réglementaire

Actuellement le contrat date de 2013 et doit aller jusqu’à 2017.

RTBF : organisation
Administrateur général
Dirigeant qui est nommé pour 6 ans (renouvelable). Actuellement Jean Paul Philippot. Il a été nommé
avec le soutien du PS.
• L’administrateur général est nommé par le gouvernement. Depuis que la RTB a été mise en
place depuis 1960, tous les administrateurs généraux ont été soutenu par le PS.
On a durci les conditions de compétences de l’administrateur général. On sélectionne de manière
plus sérieuse, même si le facteur politique est un facteur déterminant. C’est une commission
d’experts qui proposent les candidats. On demande un avis au CSA (conseil d’autorisation). Lors d’un
renouvellement, la procédure est allégée.
Et toutes une série de directeurs : Direction générale Radio et sponsoring
Ð Direction générale TV
Ð Direction générale Technologies et Exploitations
Ð Direction générale ressources humaines

73

Ð Direction RTBF Interactive


Ð Direction Information et sports
Ð Direction Financière
Ð Direction Facilités

Conseil d’administration
C’est de la pur légitimité politique à la belge. On a 13 membres qui vont être élu par le Parlement de
la communauté française, qui vont reproduire les majorités politiques en place à la Communauté
Française : 6 PS, 5 MR, 2 CDH. Ils sont nommés pour la durée de la législature régionale, ce CA est en
place jusqu’en 2019. On ne peut pas cumuler, membre du CA + parlementaire …

RTBF : Moyens et contrôle
En Belgique, quand on est détenteur d’une télévision, on doit payer une redevance. On a une télé
dans la maison, il faut payer 100€ par an. (En France, cette redevance va directement aux chaines de
télévisions, comme France Télévision par exemple.)
En Belgique, la redevance va à la Région, la Région donne de l’argent à la communauté, et la
communauté donne de l’argent à la RTBF. La somme donnée à la RTBF est fixée par le contrat de
gestion. Dotation annuelle de 226 millions d’€, environ. La VRT reçoit 300 millions d’€. Mais la VRT
n’a pas le droit de faire de la pub TV. Tandis que la RTBF a le droit de faire de la pub, qui représente
70 millions de recettes par an, donc ça se vaut. (La RTBF ne peut pas tirer plus de 30% grâce à la
publicité).

L’essentiel des dépenses de la RTBF va au personnel. En 2015 : 2000 temps plein.

Contrôle
La RTBF est contrôlée par des commissaires du gouvernement. Elle est aussi contrôlée par la Cour
des comptes. Elle est aussi contrôlée par le CSA. Elle est donc bien encadrée.

RTBF et internet
La dernière fois qu’on a fait un statut de la RTBF, en 1997, elle n’avait pas encore de rôle sur internet.
Depuis, c’est devenu un vecteur important de la RTBF (Auvio).
Internet est important comme vecteur de diffusion, surtout en matière de partage de vidéo à la
demande. Internet est le seul endroit où l’on peut encore espérer une croissance du chiffre d’affaire
publicitaire.

74

En radio, ce chiffre d’affaire est en saturation.


En TV, idem.
Là où il peut encore y avoir de la croissance, c’est sur internet.
è C’est grâce au contrat de gestion (art. 44 et 45) que l’on arrive à encadrer la présence de la
RTBF sur internet.

Il y a eu un litige avec les éditeurs de presse écrite.
La RTBF ne se contente pas de mettre du contenu audiovisuel sur internet, elle met aussi parfois du
contenu écrit. Les éditeurs de presse écrite ont trouvé que c’est de la concurrence déloyale de la
RTBF. Concurrence car la RTBF va sur le marché de l’écrit sur internet. Déloyale car la RTBF reçoit de
l’argent public (230 millions par an), quand les quotidiens écrits ne reçoivent qu’1 million par an.
Donc les aides bien plus importantes de la RTBF, qui ne devraient servir qu’à créer du contenu
audiovisuel, servent aussi à créer du contenu écrit à concurrence déloyale.

Les éditeurs ont tenté des procédures en justice contre la RTBF, mais n’en ont gagné aucune. La seule
perspective, c’est qu’on a modifié le décret de la RTBF en disant que si elle voulait lancer de
nouveaux services, il y'a tout un processus d’évaluation préalable de l’impact que ça aura sur le
marché.

En Suisse, la RTS peut mettre du contenu écrit en ligne, mais elle est limitée à 1000 signes. Donc la
concurrence avec la presse écrite est limitée.

Télévisions locales
Les télévisions locales = Services publics locaux.
La RTBF = Service public francophone.
En Flandre, on a des télévisions régionales à caractère commercial, petites et privées.
En Communauté française, les premières télévisions locales sont apparues à la fin des années 70.
Conséquence de la présence massive du câble en Belgique. Ce sont des télévisions avec un
financement publics – donc avec des missions.
A partir de 1997, l’ensemble du territoire de la communauté française est maillé de télévisions
locales. Pas de concurrence entre télévisions locales.
Chaque TV locale a une zone de couverture et une zone de réception, qui sont équivalentes.

75

ELSPT
Zone de couverture = zone qui fait la matière rédactionnelle de la télévision. Où la rédaction exerce
son activité.
Zone de réception = elle peut être plus grande que la zone de couverture. Zone dans laquelle la
télévision peut être reçu. Dans la plupart des cas, les deux se confondent, mais pas toujours.

Missions
Les missions des TV Locales ressemblent aux missions de la RTBF. Presque identiques. Information,
Animation, Développement culturel, éducation permanente.
Les TV locales ne sont pas censées faire du divertissement. Elles doivent surtout faire de
l’information.

Organes
Les TV locales ont une assemblée générale, dans laquelle on retrouve les représentants des
communes de la zone de couverture. Et elles ont aussi un conseil d’administration à Tentative de
dépolitisation.
Avant, il pouvait y avoir des bourgmestres au conseil d’administration des télévisions locales. Le
problème, c’est que s’il y a un bourgmestre au conseil d’administration de la TV locale pour laquelle
on travaille, c’est très compliqué de lui dire non s’il nous demande de couvrir un sujet qui a lieu dans
sa commune, même si le sujet est pourri. Donc influence. C’est délicat. Y a des pressions politiques.
è Aujourd’hui, on ne peut plus avoir de bourgmestre dans le conseil d’administration des
télévisions locales. On a un peu dépolitisé. Mais ça reste un secteur politiquement sensible.

Conditions
- Être une ASBL ou SFS.
- Elles doivent garantir leur indépendance politique
- Garantir leur fiabilité économique
- Respecter les droits d’auteur
- Engager des journalistes professionnels
- Garantir 50% de production propre

Si ces conditions sont remplies, les TV pourront recevoir une autorisation PAR le Gouvernement. Ce
sont les seules TV qui doivent encore être autorisées. (Toutes les autres TV, qui ne sont pas locales,
doivent juste se déclarer au CSA.).

76

è 30 à 70% du financement vient des subventions du gouvernement, 20 à 40% vient de


recettes propres. Les subventions dépendent du nombre d’emplois, du nombre d’heures
produites, etc…
 Ces subventions vont de 400 000 à 4 000 000 d’€.

Les éditeurs privés de SMA


Les premières radios privées apparaissent à la fin des années 70. C’était des radios militantes, à
combat. Elles se battaient contre ou pour quelque chose.
- 1978: radios libres
- 1986-87: RTL-TVi
- 1989: Canal +
- 2001 : AB 3
- 2006 : TVi retourne à Luxembourg
- 2008 : plan FM 2008
- 2009 : régime déclaratoire (éditeurs non hertziens)

Communauté française
- Plateformes fermées : les éditeurs doivent obtenir une autorisation ou payer quelque chose
pour accéder la plateforme. Si un éditeur veut monter en satellite, il doit obtenir l’accord de
la société qui gère le satellite.
- Plateforme ouverte : on y accède sans problème. Ex : Internet.
On a beaucoup plus de liberté sur des plateformes ouvertes. Il ne peut pas y avoir de plateformes
fermées reliées à un parti.

Il y a des règles qui s’appliquent à tous les éditeurs SMA, radio TV confondue. Ils doivent respecter
certaines formes juridiques.
- On ne peut pas faire de TV en tant que personne physique. Il faut être une personne morale.
- Les éditeurs doivent garantir leur indépendance politique. On ne peut pas être lié à un parti
politique ou à un syndicat. 

- Ils doivent être transparents, càd laisser l’accès libre à certaines infos. Mais aussi donner un
certain nombre d’infos au CSA.
- Les éditeurs doivent respecter le pluralisme.
- Les éditeurs doivent aussi respecter les droits d’auteurs et les droits voisins. Ils doivent donc
passer des accords avec des sociétés de droit (ex : SABAM). Si pas d’accord, ils doivent payer
les auteurs.

77

- Respecter la chronologie de diffusion


- Professionnalisme de l’information (si information)
- Engagement de journalistes professionnels
- Règlement intérieur relatif à l’objectivité
- Reconnaissance d’une société de journalistes
- Conservation des programmes (3 ou 2 mois) et conduites mois à disposition du CSA, au cas
où il y aurait une plainte. Comme ça le CSA peut voir l’objet de la plainte.
- Rapport annuel


Pour ceux qui font spécifiquement de la télévision :
- On a des règles pour le linéaire et le non linéaire. 

- On doit avoir une majorité de programmes européens.
- Obligation d’avoir au moins 10% de production propre.
- Obligation de contribuer à la production télévisuelle.
- Pas d’attribution de fréquences
-

Pour les radios :
On est passé de radios simples à des réseaux de radios. Ex : Radio Contact. Les gros réseaux se sont
constitués en achetant plein de petites radios. Dès les années 80, on a eu des réseaux de radios. Dans
l’inégalité jusqu’à la fin des années 2000. 

- 2 modes de diffusion :
o Voies hertziennes terrestre
o Tous les autres moyens techniques (internet, satellite, câble, etc…) MAIS la voie
hertzienne est la principale.
- Quatre catégories de radio
o Radio indépendante : 1 seule fréquence
o Radios en réseaux : plusieurs fréquences (Contact, Bel RTL, NRJ, Nostalgie)
o Radios d’école : possibilité pour une école d’avoir sa propre radio, avec un tout petit
rayon d’émission
o Radios provisoires : On les créé pour un évènement. Ex : Festival Esperenzah
Une radio doit garantir la promotion culturelle de son ressort d’activités, garantir 70% de production
propre, les émissions doivent être en français, garantir 30% de musique en français et 4,5% de

78

musique de la communauté française, contribuer à un fond d’aide à la création. à TOUT ÇA pour


pouvoir être RECONNUE.

ESMAS : Procédure d’autorisation
Le grand plan d’attribution de fréquence remonte à 2008, ce qui n’est pas récent. Mais c’est quand
même d’actualité car les fréquences sont attribuées pour une durée de 9 ans, donc les autorisations
arrivent à échéance l’année prochaine. Donc en 2017, on rentre dans une nouvelle attribution de
fréquences aux radios et aux réseaux, on va retomber en pleine actualité par rapport à 2008.

Il y a 2 statuts principaux : radios indépendantes et radios en réseaux. Les attributions vont se faire
selon une procédure codifiée, qui permet de donner une place au gouvernement et au CSA. C’est un
enjeu politique. Dans l’audiovisuel, tout est enjeu politique.

Depuis l’installation du CSA comme autorité de régulation indépendante, il est normal que ce soit lui
qui attribue les autorisations aux radios car c’est un pouvoir très sensible politiquement. Si c’était le
gouvernement qui s’en chargeait, ce serait louche.

Le gouvernement lance quand même la procédure avec 2 premières étapes :
Dresser une liste des fréquences disponibles (C’est un problème technique et une question de choix
politique) En communauté française, on a 250 fréquences dispos. La question, c’est savoir à qui
donner ces fréquences. Radios locales ? Gros réseaux ? En 2008, le gouvernement a décidé que 2/3
des fréquences iraient à des réseaux. Par exemple à Bruxelles, on a 11 radios indépendantes, donc 11
fréquences de prises. Les autres fréquences disponibles à Bruxelles sont allées à des réseaux. Le
gouvernement a décidé de mettre en place 6 réseaux couvrant l’ensemble de la communauté
française. 4 réseaux communautaires (C1, C2, C3, C4) et 2 réseaux multivilles (U1 et U2). La
différence ? Les réseaux communautaires couvrent toute la communauté française, tandis qu’un
réseau multiville a des fréquences dans les grandes villes mais pas partout dans la communauté.
o C1 = Bel RTL
o C2 = Contact
o C3 = Nostalgie
o C4 = NRJ
o U1 = Fun Radio
o U2 = DH Radio
A côté, on a des réseaux P. P pour Provinciaux. Il y en a un pour chaque province. (BW, Hainaut,
Liège, Namur, Luxembourg). Donc 5 réseaux provinciaux

79

Il y a aussi les radios indépendantes qui n’ont qu’une seule fréquence chacune.
On parle ici des éditeurs privés de radio. Les publics, ce sont ceux de la RTBF et ne sont pas mis en
appel d’offre avec les privés. On a 5 réseaux de la RTBF
o La Première
o Vivacité
o Musiq3
o Classic21
o PureFM
Dans ces réseaux de la RTBF, y en a qui couvrent l’ensemble de la communauté, et d’autres qui n’y
arrivent pas.

DONC ça c’est la première étape, le gouvernement dis « il y aura 4 C, 2 U, 5P ».

Puis 2eme étape : Le gouvernement lance un appel d’offre
Ensuite, c’est le CSA qui prend le relais. Le CSA reçoit les candidatures. Chaque personne morale qui
veut une fréquence fait une demande au CSA. C’est le Collège d’Autorisations et de Contrôle qui
décide d’attribuer les fréquences et les réseaux. Il doit choisir entre les candidats. Il sélectionne pour
chaque fréquence le meilleur candidat.

Quels sont les critères de choix du CSA ? Le CSA doit avoir de la diversité et de l’équilibre entre les
différents formats. Il ne faudrait pas 4 chaines d’infos continues sur les 4 réseaux C. Ou 3 chaines de
musique continue et seulement 1 généraliste.

Le CSA vérifie la façon dont chaque candidat répond aux obligations légales. Il y a des conditions à
remplir, la façon dont les candidats répondent à ces conditions peut aboutir à les classer.
Par exemple, si un candidat fait plus que le minimum qui lui est demandé (ex : 10% de musique de la
CF, au lieu de 4,5%), le CSA pourra légitimement favoriser ce candidat.

Le CSA vérifie aussi la qualité du plan financier du candidat. Donc vérifie la viabilité économique des
projets.

Le CSA devra apprécier l’originalité et le caractère novateur de chaque projet. Il devra aussi apprécier
l’expérience acquise par les candidats.

80

Le CSA prend sa décision sur base de tout ça. Et choisi 1 candidat pour chaque fréquence
indépendante et 1 candidat pour chaque réseau.

En 2008, il y a eu un appel d’offre. Et le CSA a pris une série de décision. Il a attribué les 4 réseaux
Communautaires et le premier réseau U. Le U2 n’a pas été attribué car les dossiers de candidatures
pour le U2 ne lui convenait pas. Mint a été recalé car c’est le groupe RTL et le CSA doit veiller au
pluralisme. Donc accepter 3 candidatures RTL, ça passe pas.

Mint était le plus petit réseau du groupe RTL donc logique que ce soit lui qui ait été refusé. Et en plus,
Bel RTL et Contact avait joué la pression sur le CSA d’une façon arrogante.

Comment ? Bel RTL n’a posé une candidature QUE pour le C1. Donc le CSA a été obligé de lui donner
le meilleur réseau, car le CSA ne peut donner le C4 à un candidat qui n’a pas posé de candidature
pour le C4. C’était un coup de poker de Bel RTL : « Vous nous donnez d’office le C1 car vous n’oserez
pas ne rien nous donner ».

Le CSA l’a eu mauvaise, et a dégagé Mint pour prendre une petite revanche.

Bref, le CSA s’apprêtait à donner le réseau U2 à BFM. Sauf que quelque jour avant cette décision, une
enveloppe anonyme a été déposée chez le CSA, avec la copie d’une convention d’actionnaires et on
voyait que BFM appartenait aussi au groupe RTL. Donc le CSA n’a pas donné le U2 à BFM.

Ciel (DH Radio) n’avait pas posé sa candidature pour le U2, ils voulaient un réseau C.
Donc on a fait un deuxième appel d’offre. DH Radio a posé sa candidature, et l’a obtenu.
Le U2 est le moins bon techniquement.
è Aujourd’hui, on se dirige vers l’appel d’offre de 2018. DAB+ = passage à la diffusion
numérique en radio. Avec sans doute une période transitoire : émission en analogique et
DAB+ pendant 10 ans, pour stimuler l’écoute DAB+. Mais maintenant on peut avoir la radio
par internet à travers la 4G.
è LE DAB+ est une garantie d’indépendance pour les radios, elles ne seraient pas dépendantes
des fournisseurs internet.



81

Intermédiaires techniques
Il y a des intermédiaires qui viennent se glisser entre les éditeurs et les récepteurs. Ils font le passage.
Décret SMA.

SMA : évolution historique


1934 : premières prestations de radiodistribution
Années 60 : premiers réseaux câblés
1966 : premier cadre juridique
1995 : loi pour Bruxelles (remplacée en 2017)
2003 : décret du 27 février devenu décret SMA 2009
Avec le développement des possibilités techniques, on est arrivé à ce que ces distributeurs offrent
aussi des services de téléphonie et d’internet. On est arrivé au Triple Play. On parle même parfois de
Quadruple Play (TV+internet+Fixe+GSM).
2011 : ouverture du câble

Principes généraux
Ces intermédiaires techniques ne mettent pas en jeu leur liberté d’expression. Ils ne sont pas des
éditeurs de services. La liberté d’expression des éditeurs s’exerce à travers ces intermédiaires
techniques.

Mode dominant
Le réseau câblé reste un mode dominant en Belgique, alors que dans d’autres pays, le satellite est
beaucoup plus présent.

Modèle économique rare


On est dans un modèle économique relativement rare. Il y'a un certain nombre de chaines non
rémunérées par le distributeur. Le distributeur vend le programme sans l’avoir acheté
préalablement. En gros, le distributeur nous vend quelque chose qu’il n’a pas payé au producteur.
Il est même possible que les éditeurs payent les distributeurs pour pouvoir être diffusés. Le
distributeur est donc payé des 2 côtés.

82

Répartition des compétences


- Fédéral à Bruxelles
- Communautés dans le reste du pays
- Les communes (source de financement)

Situation en région de langue française


En droit d’auteur, on considère que la distribution d’un programme TV par un distributeur de service
constitue un nouvel acte de communication au public. Quand la radio /TV diffuse un clip, c’est une
1er communication au public. Quand le distributeur distribue, c’est une nouvelle communication au
public. Donc les artistes reçoivent 2x des droits d’auteurs.
Décret du 26 mars 2009

Distinction de base
En région de langue française, on est avec un système qui découle du décret SMA de 2009, un
système avec 2 statuts différents. On a les opérateurs de réseaux et on a les distributeurs de services.
C’est la même distinction que l’on trouve dans d’autres secteurs dérégulés. Ex : Infrabel possède le
réseau ferroviaire, la SNCB fait rouler les trains.
è On a donc ceux qui possède les tuyaux, et ceux qui distribuent ce qui passe dans les tuyaux.
è Opérateurs de réseaux = tuyaux
è Distributeurs de services = contenu

Statut des opérateurs de réseaux


Le statut d’opérateur de réseau est quelque chose de facile à obtenir. On fait simplement une
déclaration au CSA. Il n’y a pas besoin d’autorisation.

Statut des distributeurs de services


Ensuite, il y a le statut de distributeur de service, relativement simple à obtenir aussi. Il faut faire une
déclaration au CSA, mais il va avoir quelques obligations :
- Égalité des prix. Tout le monde doit avoir accès à une offre de base similaire. Quelqu’un loin
du centre ne devra pas à avoir payer plus cher que quelqu’un qui est dans le centre.
- Une partie des bénéfices doit être injecté dans la production audiovisuelle. Il doit contribuer
au financement des télévisions locales.
- Distribution par câble, numérique terrestre, satellite.

83

- Ce sont des Must carry (= programmes obligés d’être transmis). - [Il y a aussi les May carry
(pouvoir transmettre librement) et les May carry if (programmes que les distributeurs
pourront retransmettre moyennant des autorisations)].
Le distributeur doit transporter ces éléments quoi qu’il arrive. C’est tout bénef pour une
chaîne d’être une must carry. Le contenu des distributeurs de services n’est pas totalement
libre. Il y a des programmes qu’ils sont obligés de distribuer.
o Notre distributeur de service est obligé de fournir les chaines de la RTBF.
o Il est obligé de distribuer la chaine de TV locale.
o Il est obligé de distribuer les programmes des organismes internationaux auxquels
participe la RTBF.

On constate que tous les opérateurs sont distributeurs. C’est logique. Vu qu’ils ont les tuyaux, autant
les exploiter eux-mêmes. MAIS ils sont amenés à les partager, donc on a quand même plus de
distributeurs que d’opérateurs.

Opérateurs de réseaux
- BruTélé (intercommunale bruxelloise) qui opère sous la marque VOO. (VOO = BruTélé +
Nethys) à Coaxial
- Belgacom à Câble Bifilaire
- Nethys => Intercommunale liégeoise, opère VOO avec BruTélé à Coaxial
- Télénet à Coaxial
- Coditel – Numéricable à Coaxial

Distributeurs de service
- BeTV (anciennement Canal+ Belgique) : au départ, éditeur de service. à câble + internet
- BruTélé à Coaxial + internet
- Belgacom à Coaxial + internet
- Nethys à Coaxial + internet
- Coditel à Coaxial + internet
- Télénet à Coaxial + internet
- Orange Belgium à Câble. Orange n’est pas opérateur de réseau, mais il a la possibilité
d’offrir des services via le réseau des autres (notamment de Voo)

84

Situation en région bruxelloise


Loi 5 mai 2017
Opérateurs de réseaux
- Brutélé
- SFR
- Proximus
Distributeurs de services qui doivent se déclarés préalablement
Le régulateur est la IPBT
Il y a aussi des must carry, may carry, may carry if

Les intermédiaires internet


Identification du responsable
La difficulté, c’est comment peut-on déterminer qui est responsable d’un contenu sur internet. Il y a
des contenus illégaux, comment peut s’opposer à ces contenus et déterminer qui est responsable ?
Sachant qu’internet a un caractère transnational de la communication. On peut avoir des
fournisseurs de contenus, donc des gens qui postent des contenus, qui ne sont pas facilement
accessibles.

Responsabilité en cascade
On s’est dit qu’on pourrait appliquer la responsabilité en cascade. On ne poursuivrait pas les
intermédiaires techniques directement, il faudrait trouver l’auteur / le webmaster / l’hébergeur / le
fournisseur d’accès.

Mais ce n’est pas la solution qui a été retenue, parce qu’internent ne sert pas seulement à véhiculer
un message, du contenu. Internet sert aussi à véhiculer de l’activité économique. Internet est un
secteur de vente. On y fournit des services. Il y a un enjeu économique lié à Internet.

EU : Directive commerce électronique (8 juin 2000)


Donc l’UE a légiféré pour ne pas freiner l’activité économique liée à internet. On a fait passer le
réalisme économique avant l’engagement idéologique.
L’UE a adopté une directive, la directive commerce électronique, elle se soucie de développer le
commerce électronique. On a voulu favoriser les échanges. On a minimisé la responsabilité des
intermédiaires techniques.
On retrouve ces directives en Belgique dans le code de droit économique.

85

Trois hypothèses, trois niveaux d’engagement, visées par la directive :


- Simple transport (engagement minimal) à Fournisseur d’accès : transmettre des infos sur
un réseau. Si on est transporteur, on n’est pas responsable des contenus que l’on transporte,
si :
o Il n’est pas l’origine de la transmission
o Il ne choisit pas le destinataire
o Il ignore de quoi parle le contenu
o Il ne sélectionne pas, ni ne modifie les informations
- Hypothèses de stockage de contenu informatique (engagement minimal) : stockage
temporaire de l’info, on n’est pas responsable si :
o Il est automatique, temporaire
o Il est fait dans le but de rendre l’accès plus efficace
- Fournisseur d’hébergement : stocker des informations fournies par un destinataire de
service. On considère que l’hébergeur n’est pas responsable des infos stockées, MAIS
o S’il a connaissance d’une info illicite, il a l’obligation de la communiquer à la justice.

Différence entre Hébergeur et éditeur ?
Quand on arrête d’être hébergeur et qu’on devient éditeur = Dès qu’il y a capacité de sélection du
contenu, on sort du rôle d’hébergeur et on devient éditeur.
L’activité de l’intermédiaire doit être purement technique, automatique et passive : il n’a ni la
connaissance, ni le contrôle des informations transmises ou stockées.

Cour Justice UE : Pappasavvas, 11/9/2014
La Cour de Justice de l’UE, qui avait statué sur la situation d’un éditeur de presse de Chypre, qui
publiait son journal et des commentaires sur internet. Un éditeur qui publie son journal sur son site,
n’est pas un simple intermédiaire, ce n’est pas un simple hébergeur, il est responsable de ces
contenus.

Du point de vue de la CourEDH, il y'a 2 arrêts qui sont apparemment contradictoire.
Arrêt 1 : Arrêt de 2015/ Delphi contre Estonie.
Site de forums sur lequel on avait posté des coms racistes et antiémétiques à propos d’une personne
accusée de malversations financières. Il y a eu des commentaires haineux et le site internet n’avait
pas réagi. Du coup le site a été puni par l’Estonie. Delphi s’est adressé à la CEDH, et elle a répondu
que dans ce cas-là, pas de violation de l’article 10 de la convention car pour protéger les intérêts de

86

la société dans son ensemble, les états peuvent juger les portails d’actualités sur internet si ces
portails ne font rien pour enlever les commentaires haineux. Donc le site aurait du bouger.
Arrêt 2 : MTE et Index (2/2/2016)
Site d’infos et d’un organe d’auto régulation condamnés par la justice hongroise parce qu’ils avaient
laisser des commentaires très négatifs se développer sur les services offerts par une banque. La
CEDH est arrivée à dire qu’il y'a eu violation de l’art. 10. Elle a dit la même chose que pour l’arrêt
précédent, ça peut être utile de mettre en place un système qui responsabilise les sites qui
hébergent de tels coms. Mais dans ce cas, il n’y a pas de caractère raciste dans les commentaires
haineux. De plus, il n’y avait pas d’intérêts généraux en jeu, c’était les intérêts commerciaux d’une
société. Ce qui nécessite moins de protection. En plus, le site avait une procédure de retrait efficace
de commentaire s’il était notifié. La liberté d’expression du site a donc été violée.

Les hébergeurs n’ont pas d’obligations de surveillance de tous les contenus. Mais on peut leur
imposer une obligation temporaire. Ils ont l’obligation d’informer les autorités judiciaires et
administratives s’ils ont connaissance d’activités illicites. Si les autorités le demande, les hébergeurs
doivent communiquer toutes les infos nécessaires.

Récepteurs
Liberté absolue
Le récepteur, c’est celui qui est au bout de la chaine. On produit les contenus pour lui.
Est ce qu’il est nécessaire d’imagine un statut juridique au récepteur ? Le principe pour la réception,
c’est la liberté absolue consacrée par l’article 10 de la CEDH. Il y a quelques restrictions à la liberté de
réception.

Restrictions : médias écrits


Par exemple, on a eu la loi de 1936 qui interdisait l’entrée de publication étrangère obscène. Elle a
été abolie en 2009.
La loi de 1920 : interdit l’accès aux salles de cinéma pour les moins de 16 ans. Distorsion entre la loi
et la réalité. Les moins de 16 ans ne peuvent pas entrer dans les salles de cinéma. Pourquoi ?



87

Redevance RadioTV
Pour en revenir à la redevance qu’il faut payer chaque année, on est redevable si l’on détient un
poste récepteur d’émissions télévisées chez nous. Peu importe qu’on le regarde ou non, si on a une
TV chez nous, il faut payer la redevance.
Un poste de TV, c’était relativement clair à définir. Aujourd’hui, on peut regarder la TV sur
ordinateur, tablette, téléphone, etc… Ils permettent aussi de recevoir des programmes de télévision.
Là, on en arriverait à dire que tout le monde possède un poste récepteur de télévision, et que donc
tout le monde devrait payer la redevance. On en est pas encore là. La notion de « TV » devient de
moins en moins claire.
Cette redevance n’est pas directement versée à la RTBF. La taxe va à la région wallonne, qui donne
de l’argent à la communauté, qui donne de l’argent à la RTBF.
Principe
Il est prévu que les distributeurs de service doivent collaborer avec l’administration. Ils doivent
transmettre leur liste d’abonnés à l’administration. Donc si on est abonné, l’administration wallonne
nous connait et sait qu’on doit payer la redevance. Pas moyen de se cacher.
Diminution depuis 2009 (TV : 100€, radio : 0€).

Permis d’urbanisme
En Wallonie (CoDT), on ne peut pas placer une antenne satellite comme on veut. Pour placer une
antenne parabolique, il faut un permis d’urbanisme. Sauf si notre antenne fait moins d’1m de
diamètre et n’est pas visible depuis la voie publique.
C’est une restriction à la liberté de réception, mais est acceptable car pas disproportionnée et prévue
par la loi.
A Bruxelles, c’est le COBAT.

Protection de la liberté de réception


Accès à l’information administrative
L’article 32 de la constitution.
La liberté de réception, c’est le droit de recevoir des informations qui circulent déjà. L’article 32 nous
permet d’aller chercher des infos qui ne circuleraient pas encore, aller les chercher auprès de
l’administration.
- La seule situation où l’on peut refuser l’accès à un document, c’est l’idée d’un document à
caractère personnel.
- « Document » c’est une notion large, ce n’est pas qu’un écrit, ça peut être un
enregistrement, une photo, etc…

88

- Chaque citoyen (même s’il n’est pas de nationalité belge) peut consulter tous documents,
avoir des explications, et recevoir une copie de tout document. 

- Droit de regard = prendre connaissance du document
- Droit d’explication = demander à avoir des précisions
- Droit de communication = droit à avoir une copie (à prix coutant)
- Un droit subjectif
- Caractère absolu
- Exceptions relatives et exceptions absolues. Ex : copie du procès-verbal du conseil des
ministres
- Recours si refus : auprès d’une commission sur l’accès aux documents administratifs
- Publicité active : obligation de l’administration de donner des information spontanément
C’est un instrument juridique sous-estimé par les journalistes. Quand ils ont besoin d’infos, il leur
suffirait de revendiquer l’article 32 auprès de l’administration.
En matière d’environnement, la possibilité de recevoir des infos est encore plus large. L’obligation de
transparence de l’administration est encore plus forte.

Access News
Découle de la directive SMA. C’est la possibilité pour les éditeurs SMA et pour les téléspectateurs
d’assister à certains évènements, et donc d’avoir des images de ces évènements. Il va s’agir
d’évènements publics définis comme organisés ou non, pas de nature confidentiel, et pas
d’opposition à ce qu’ils soient rendus publics. Il y a 3 droits, 3 garanties :
- Droit d’accès physique : droit reconnu à tout éditeur SMA de la communauté française
(RTBF, pas RTL) Principe : pour tout évènement organisé en région Wallonne/Bruxelloise,
tout éditeur de SMA aura un libre accès à l’évènement et aura le droit de capter des images.
Certains évènements sont assortis de droit d’exclusivité. Un concert, un évent sportif (ne pas
filmer le terrain) par exemple. Dans ces cas-là, il y aura un libre accès pour un journal télévisé
ou pour un programme d’actualité, pour capter des extraits. Pas tout l’évènement. Quand il y
a des exclusivités, il y a le droit aux extraits.
- Droit aux extraits : Quand il y a des évents publics non accessibles, chaque éditeur a le droit
d’enregistrer des extraits/images captés par un autre éditeur qui aurait été sur place. On a le
droit de les enregistrer mais aussi de les diffuser, à des fins d’informations seulement (JT ou
programmes d’actualité). L’extrait ne peut pas faire plus de 90 secondes. L’extrait doit être
diffusé 20 minutes après la fin de l’évènement.
- Droit d’accès aux évènements d’intérêts majeurs : On va raisonner par rapport aux éditeurs
mais aussi par rapport aux téléspectateurs. Tout téléspectateur de la communauté française

89

doit pouvoir voir un évent d’intérêt majeur sans devoir payer quelque chose. Un évènement
d’intérêt majeur c’est un évènement qui remplit au moins 2 critères d’une liste bien précise :
o Il doit représenter un intérêt auprès du public en général (coupe du monde de foot)
o L’évènement doit avoir une importance culturelle reconnue
o Un évènement dans lequel apparait une personnalité ou une équipe nationale
o Un évènement qui est traditionnellement retransmis par des chaines gratuites =
service linéaire à accès libre (les J-O)
à Si 2 de ces critères sont réunis, on peut décider qu’il s’agit d’un évènement
d’intérêt majeur. Il y a une liste établie par le gouvernement de la communauté
française, sous le contrôle de la commission européenne. L’évent devra donc être
diffusé par un service linéaire à accès libre. JO, Euro, Coupe du monde, grand
tournois de tennis, concours Reine Elisabeth, etc… Ces évènements ne pourront pas
être monopolisés par une TV payante, ce qui est une garantie de liberté de réception
pour le téléspectateur.

90

Règles de contenu
Notion de base autour de l’ordre public et des bonnes moeurs. On emploie souvent les 2 notions
comme un tout indissociable alors que ça peut être 2 choses différentes.

L’ordre public, ce sont les bases juridiques fondamentales sur lesquelles reposent l’ordre
économique et social d’une société déterminée.

Les bonnes moeurs, ce sont aussi des bases juridiques fondamentales, mais celles sur lesquelles
reposent l’ordre moral d’une société.

Ce qui est important, c’est de se dire que ces bases juridiques évoluent avec le temps, elles évoluent.
C’est pour ça qu’on ne trouve aucune définition des bonnes moeurs dans un texte de loi. Par
définition, ce sont des notions qui évoluent. Même l’idée de l’ordre public, qui était envisagé comme
ce qui protégeait la société elle même et ses fondements, est une idée en recule à partir de la fin du
20 eme siècle. Aujourd’hui, on se soucie plus de la protection des individus, plus que de la protection
de la société. Même l’ordre public lui même peut apparaitre comme une notion en recule. Idem pour
les bonnes moeurs, c’est évolutif.


Protection de l’ordre du public
C’était quelque chose de très important dans la première moitié du 20eme siècle. C’était l’idée de
protéger les instituions et les personnes qui incarnaient les institutions. Une série de norme en
découlent, mais elle sont de moins en moins appliquées.

Exemples de normes :
- Infraction pénale qui est l’atteinte à la force obligatoire des lois. On ne pouvait pas dire qu’on
allait pas respecter une loi.
- Atteinte à l’autorité constitutionnelle du roi : Celui qui aurait dit « le roi ne sert à rien » aurait
pu être condamné. (il y'a une centaine d’années).
- L’atteinte au corps constitué
- La provocation à commettre des crimes et des délits.
- La propagation d’informations de nature à ébranler le crédit de l’Etat.

91

- Propagande d’indiscipline (on interdisait d’appeler à l’indiscipline ou la désertion, temps de


guerre oblige)
Au 19 eme siècle, on sanctionnait aussi ceux qui s’en prenaient aux personnes qui incarnaient les
institutions. Comme le roi par exemple.

Il y a également une infraction d’outrage aux membres des chambres et aux ministres. Aujourd’hui,
on peut se déchainer, ce qui n’était pas le cas au 19eme. D’autant plus qu’aujourd’hui, la Cour
Européenne des Droits de l’Homme a ouvert la porte. La CEDH a été saisie de recours introduits par
des journalistes condamnés dans leur état pour avoir critiqué des hommes politiques. La CEDH a
presque chaque fois dit que ça violait la liberté d’expression, et à chaque fois la CEDH a rappelé que
les hommes politiques devaient accepter un degré de critiques plus élevé que les autres membres de
la population.

Ex : voir arrêt Lingens et arrêt Casteels.

Les magistrats n’ont pas le même statut que les hommes politiques du point de vue de la critique de
la presse. Les magistrats sont tenus à un devoir de réserve, un magistrat ne peut pas s’exprimer dans
les médias pour expliquer son jugement et ses actions. Là où les hommes politiques ont la possibilité
de se défendre, les magistrats ne peuvent pas en faire de même. La CEDH va donc être plus critique
avec les journalistes qui s’en prennent à des magistrats qu’avec des journalistes qui s’en prennent à
des hommes politiques.

Arrêt Prager et Oberschlick, 26 avril 1995
Un journaliste avait fait le portrait d’un juge de Vienne, et le portrait était assez violent. Le journaliste
a été condamné, et il est allé à la CEDH. Elle a rejeté le recours car dans ce cas là la condamnation
était justifiée, le magistrat ne pouvant pas se défendre.

Arrêt De Haes et Ghijsels, 24 février 1997
Des journalistes flamands qui s’en étaient pris au magistrat de la cour d’appel d’Anvers, la CEDH a
aussi considéré que la liberté d’expression connaissait des limites dans la critique des magistrats.

Arrêt Perna, 6 mai 2003
Un magistrat italien qui avait reçu une lettre d’un homme politique italien qui se moquait de lui.
L’homme politique avait le droit de critiquer les magistrats, mais il est allé trop loin.

92

Sûreté des relations internationales : idem, on a des lois qui datent du 19eme qui ne sont plus
vraiment adaptées au 21eme siècle.
- Offense envers les chefs d’états étranger : c’était une infraction pénale, abrogée suite à la
jurisprudence de la CEDH.
- Offense envers les agents diplomatiques accrédités : encore d’actualité.

En Bref, les règles existent mais ne sont pas vraiment appliquées car non adaptées à la réalité
d’aujourd’hui.

De nouveaux interdits sont apparus. On est encore dans une optique de pénalisation.

Protection des bonnes mœurs


Autour des bonnes moeurs, on a une série d’incriminations pénales. On interprète différemment les
anciennes incriminations, et de nouvelles incriminations ont été créées.

L’infraction d’outrage aux bonnes moeurs figure dans le code pénal. C’est toujours une infraction
pénale aujourd’hui. C’est une notion assez large.

Si l’infraction existe toujours, qu’est ce qu’on appelle des « figures ou des images contraires aux
bonnes moeurs ». 


Cassation, 11 septembre 1961
L’étalage de nudité afin de provoquer une excitation sexuelle peut constituer un outrage public aux
bonnes moeurs.

Cassation, 4 mai 1964
Le fait d’exposer, de vendre, ou de distribuer des images empreintes de lascivité voulue, même par
camouflage des parties sexuelles, les moyens employés ou les attitudes prises par les personnages
tendant à souligner le caractère voluptueux des images, celles-ci ayant incontestablement l’érotisme
comme seul but.


93

Bruxelles, 24 avril 1991


Après un mouvement de démocratisation de la pornographie, le curseur s’est déplacé.
«Attendu que les images provenant de cassettes vidéo projetées en présence de la cour, pour
érotiques qu’elles soient, ne contiennent notamment aucune scène de violence sexuelle, de
pédophilie, de bestialité ou de sadomasochisme ; qu’il s’agit exclusivement de la représentation
d’actes et de relations sexuelles sous différentes formes entre des adultes consentants ; que, dans
ces conditions, de telles images – si elles sont susceptibles de blesser bien légitimement la pudeur
individuelle de certains spectateurs – ne portent cependant pas atteinte, compte tenu de l’évolution
des mœurs dans la société d’aujourd’hui, à la pudeur publique, c’est-à-dire à la pudeur de la
généralité des citoyens qui consentent à les regarder et aux yeux desquels elles ne sont en aucune
manière imposées »
En gros, ils sont consentants donc OK. C’est la notion de consentement qui est vraiment importante.

La pédophilie est considérée comme quelque chose d’inacceptable. En droit, le mineur n’est pas
susceptible de donner un consentement éclairé.

La bestialité, aka la zoophilie, l’animal ne peut pas donner un consentement donc ça passe pas non
plus.

Chez nous, la prostitution n’est pas interdite, mais la pub pour la prostitution est interdite.
Interdiction de l’incitation à l’exploitation de mineure ou de majeure à des fins d’exploitations
sexuelles.

La pédo-pornographie est aussi condamnée. On est en infraction si on propose ET/OU si on possède
de telles images.

La protection des mineurs face aux SMA. Des règles spécifiques ont été adoptées, en TV, en Cinéma,
en DVD, etc…

En Belgique on a très longtemps fonctionné avec le carré blanc, c’était l’indication qui montrait qu’un
programme ne pouvait pas être vu par des mineures. On a aussi fonctionné avec un office catholique
du cinéma qui cotait les films du cinéma.

En 1989, première directive européenne, qui voulait faciliter la circulation des programmes au sein
de l’UE, on a donc commencé à fonctionner avec des règles qui découlent de cette directive. On a

94

adopté la signalétique française, on l’a copié. Le principe repose sur une nuance infime (voir ppt). Le
principe, c’est qu’il est totalement interdit d’éditer des programmes de tv qui seraient susceptibles
de nuire à l’épanouissement des mineurs. Ces programmes seront toujours interdits. D’autres
programmes sont interdits sauf si on s’assure par le choix de l’heure du programme que les mineurs
ne seront pas exposés, et il faut une indication qui montre que ce n’est pas adapté aux mineurs.
Idéalement, il faut un code d’accès pour pouvoir voir le programme. C’est pour le linéaire. Pour du
non linéaire, le choix de l’horaire n’est pas cohérent, car par définition, il n’y a pas d’horaire pour le
non linéaire.

Donc les programmes qui « peuvent » nuire ne seront pas toujours interdits. Contrairement aux
programmes qui nuisent purement et simplement aux mineurs.

La signalétique c’est -10, -12, -16, -18.

Les règles applicables : on a 5 catégories de programmes.
- Le programme tout public : pas d’indications
- Le programme de catégorie 2 : déconseillé aux moins de 10 ans, peut être diffusé à n’importe
quel heure
- Le programme de catégorie 3 : déconseillé aux moins de 12 ans, ne peut être diffusé
qu’entre 20h et 6h du matin. (entre 22H et 6H le weekend)
- Le programme de catégorie 4 : déconseillé aux moins de 16 ans, ne peut être diffusé avant
22h
- Le programme de catégorie 5 : déconseillé aux moins de 18 ans, ne peut être diffusé sans
cryptage.

Pour ces programmes, chaque éditeur doit avoir un comité de visionnage qui choisit la catégorie des
programmes. Donc il peut y avoir des différences entre 2 éditeur qui diffusent un même programme,
car ils ont un comité de visionnage différent.

Les JT échappent à toute classification.



95

Protection des personnes


On va parler de la protection des droits de la personnalité. Après la WW2, et surtout après mai 68.
On a un glissement progressif des centres d’intérêts et de valeurs dominantes de la société, on va de
moins en moins se soucier des règles institutionnelles d’ordre public et de bonnes moeurs, on va se
soucier moins des institutions, moins de ceux qui nous gouvernent, et s’intéresser de plus en plus à
l’individu et à sa protection.

On passe d’une protection globale à une protection individuelle.

Il y a des règles qui protègent tous les individus et des règles qui protègent des individus en
particulier.

Ce qui va protéger tous les individus, c’est ce qu’on appelle les droits de la personnalité. C’est un
concept juridique que l’on va retrouver dans tous les états démocratiques. Il y a un certain nombre
de droits qui appartiennent à chaque être humain. Il y a par exemple le droit à l’honneur et à la
considération. Le droit au respect de la vie privée. Le droit à l’image. Le droit à l’oubli. Ces droits
concernent aussi les médias.

A côté de ces droits qui s’attachent à tous les individus, il y'a d’autres droits reconnus au bénéfice de
certaine catégories de personnes. Ces catégories sont considérées particulièrement vulnérable dans
nos sociétés aujourd’hui. Il y a des droits pour protéger les justiciables, toute la législation contre le
racisme et contre le révisionnisme vise à protéger des individus jugés vulnérables.

Droit de la personnalité au sens général


Ce sont des droits fondamentaux et inaliénables de la personne humaine.

Les droits de la personnalité ne peuvent pas être vendus, on ne peut pas y renoncer. Ces droits sont
extra-patrimoniaux.

Parmi ces droits, il y en a qui vont concerner les médias et d’autres non. A priori, la protection de
l’intégrité physique, c’est un droit de la personnalité qui ne va pas concerner les médias.

Par contre, tout ce qui est d’intégrité morale de l’individu. Là, on est en plein dans ce qui peut
concerner les médias. Les médias sont susceptibles de porter atteinte au droit du respect de la vie

96

privée, au droit à l’honneur, au droit à l’image, etc… Ces droits peuvent être mis en danger par les
médias. La réglementation qui protège ces droits va donc concerner les médias.

Le droit à l’honneur et à la considération


Le droit à apparaitre comme une personne honnête, morale, qq’un qui ne va pas être sali par des
accusations injustes.

Notion de calomnie et de diffamation.

Il ne faut pas les confondre, la différence est infime. Les 2 notions sont traitées par le même article
du code pénal, le 443. C’est un texte de 1867. « Celui qui, dans les cas ci-après indiqués, a
méchamment imputé à une personne un fait précis qui est de nature à porter atteinte à l'honneur de
cette personne ou à l'exposer au mépris public, et dont la preuve légale n'est pas rapportée, est
coupable de calomnie lorsque la loi admet la preuve du fait imputé, et de diffamation lorsque la loi
n'admet pas cette preuve. »

Il faut de la publicité, on la trouve à l’article suivant du code pénal, le 444.

Revenons à l’article 443 et aux éléments constitutifs de la calomnie et de la diffamation.
- Il faut une imputation méchante, au sens du 19eme. C’est la volonté de nuire à autrui, qui est
dit pour faire du tort à quelqu’un.
- Il faut un fait précis. Sinon, pas de calomnie/diffamation
- Ce fait précis doit porter atteinte à l’honneur ou exposer la personne au mépris.
- Il faut que la preuve ne soit pas rapportée. (Si on accuse Charles Michel de corruption et
qu’on a une preuve, on est pas dans de la calomnie car ce qu’on dit est VRAI)
- Il faut les conditions de publicité (voir art. 444)

Si toutes ces conditions sont réunies, on a soit de la calomnie soit de la diffamation.

Qu’est ce qui différencie les deux ? Ca dépend de la preuve.

En droit, toutes les preuves ne peuvent pas être rapportées. En droit, il y a des choses que l’on peut
prouver et d’autres que l’on ne peut pas prouver.

97

Ex : on accuse Charles michel de corruption. ON peut le prouver légalement. => Calomnie. Autre
exemple, on accuse Paul Magnette d’être un bâtard, on ne peut pas apporter la preuve de ce qu’on
dit. Quand bien même Paul Magnette serait un bâtard, on ne peut pas porter légalement cette
preuve => diffamation.

Ces deux infractions sont dans le code pénal pour protéger l’honneur et la considération des
personnes.

On a voulu protéger la transparence démocratique et la responsabilité des élus. On a des infractions
contre la calomnie et la diffamation des agents publics et des fonctionnaires.

Art. 447 : « Le prévenu d'un délit de calomnie pour imputations dirigées, à raison des faits relatifs à
leurs fonctions, soit contre les dépositaires ou agents de l'autorité ou contre toute personne ayant
un caractère public, soit contre tout corps constitué, sera admis à faire, par toutes les voies
ordinaires, la preuve des faits imputés, sauf la preuve contraire par les mêmes voies.[…]

Il y aura toujours la possibilité de faire la preuve de faits liés aux fonctions. En principe, si c’est des
faits liés aux fonctions, ce sera jamais de la diffamation car la preuve sera toujours admise.

Qu’est ce qui se passe quand on allègue quelque chose qui n’est pas un fait précis ? On est dans
l’injure.

L’injure peut être une infraction pénale, visée par l’article 448 du code pénale. « Quiconque aura
injurié une personne soit par des faits, soit par des écrits, images ou emblèmes, dans l'une des
circonstances indiquées à l'article 444, sera puni d'un emprisonnement de huit jours à deux mois et
d'une amende de vingt-six francs à cinq cents francs, ou d'une de ces peines seulement. »


Il ne faut pas d’intention méchante, il ne faut pas un fait précis, il ne faut pas apporter une preuve, il
faut juste de la publicité. Le délit d’injure est un délit qui peut être commis facilement.

Ca c’est du point de vue du droit pénal. Or, la responsabilité pénale de la presse en Belgique est une
responsabilité relative, car les délits de presse doivent être renvoyés devant la Cour d’assise (mais
long à mettre en place donc jamais de délit de presse, voir plus haut dans le cours). Donc il est
souvent impossible d’utiliser la responsabilité pénale.

98

Donc si on est attaqué dans notre honneur, on va porter plainte au civil et recourir à la responsabilité
civile générale. Enoncée par l’article 1382 du code civil : « Tout fait quelconque de l'homme, qui
cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer. »

S’il y a une faute, un dommage, et un lien de causalité entre les deux, on peut demander une
réparation sous la forme de dommages et intérêts. Si le média impute des faits précis qui sont
inexacts, il devra répondre de cette faute.

Ce qu’on voit dans la jurisprudence, c’est que les juges et les tribunaux sont cléments avec les
journalistes. Car ils considèrent que les journalistes doivent vérifier leurs informations, c’est une
obligation. Les juges en Belgique reconnaissent que cette obligation est une obligation de moyen et
pas une obligation de résultats. Une obligation de moyens : on est tenu de mettre tous les moyens en
oeuvre pour réussir à faire quelque chose, mais si on arrive pas, on ne nous en tient pas rigueur. Une
obligation de résultat : On se soucie pas des moyens, mais on se souci du résultat : on l’a atteint ou
pas.

En Belgique, les journalistes ont l’obligation de vérifier leurs informations, mais que s’ils prouvent
qu’ils ont fait des vérifications (même s’ils se trompent à l’arrivée), ils ne seront pas fautifs.

Donc on peut très bien avoir un journaliste qui écrit quelque chose d’inexact, et que ce fait inexact
porte atteinte à l’honneur de quelqu’un. Si le journaliste montre qu’il a vérifié, même s’il s’est
trompé, il ne sera pas puni. C’est une bonne chose pour les journalistes. S’il a fait son travail
convenablement et qu’il le prouve, il ne sera pas condamné.

Quid du secret des sources ? Si on doit protéger l’anonymat de nos sources, c’est compliqué de dire
qu’on a une source sans la révéler. En tant que journaliste, avant de publier un truc sensible, il faut
vérifier.

La jurisprudence a développé un concept : journaliste normalement avisé et prudent. C’est le bon
journaliste. Style bon père de famille.

La jurisprudence reconnait aussi la précarité des moyens de la presse en Belgique. Elle sait que les
journaux belges sont pauvres, les journalistes sont mal payés, et que parfois, on peut encore se
tromper. La jurisprudence reconnait la précarité de la presse.

99

Il faut souligner que l’on attend du journaliste un vrai travail d’investigation et de recherche. On
distingue le journalisme d’investigation du journalisme de révélation.

En ce qui concerne le jugement de valeur en responsabilité civile, le jugement de valeur ne peut pas
être fautif car il ne peut pas être prouvé par définition. Pas prouvé = pas fautif

Il faudra tenir compte du contexte. Dans un journal de type satirique ou dans un site internet
satirique, on va pas écrire comme dans un journal d’info sérieuse.

On tient aussi compte des antécédents de la personne dont on parle. Les limites qu’il peut y avoir au
jugement de valeur, c’est l’injure au sens courant, pas au sens pénal. On ne peut pas aller trop loin
dans les jugements de valeur.

Ceci pour le droit à l’honneur et à la considération.

Le droit au respect de la vie privée


Les textes de base : Article 8 de la CEDH et article 22 de la constitution belge

On a dans la CEDH, au même titre que la liberté d’expression, un droit à la vie privée et familiale.
Cette notion est large. C’est l’article 8, il consacre le principe et les exceptions « Toute personne a
droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance. Il ne peut y
avoir ingérence d’une autorité publique dans l’exercice de ce droit que pour autant que cette
ingérence est prévue par la loi et qu’elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique,
est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la
défense de l’ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la
morale, ou à la protection des droits et libertés d’autrui. »

Cet article, c’est du ressort du conseil de l’Europe. Dans l’UE, on a une directive sur la protection de
la vie privée par rapport aux communications électroniques. Cette directive va être remplacée à
partir de 2018 par un nouveau règlement. Le règlement européen sur la protection des données à
caractères personnelles. (RGPD)

En droit Belge, on a l’article 22 « Chacun a droit au respect de sa vie privée et familiale, sauf dans les
cas et conditions fixés par la loi. La loi, le décret ou la règle visée à l'article 134 garantissent la
protection de ce droit. »

100


On a aussi la loi du 8 décembre 1992 sur la protection des données à caractères personnels. On a le
droit d’accéder aux données qui nous concernent et de les modifier. Elle réglemente tout ce qui est
traitement de données en Belgique. On a le droit de vérifier les données qui nous concernent.

Il y a des règles spécifiques aux journalistes. On a précisé que de simples infos n’étaient pas des
données à caractères personnels. Par contre on a constaté des photos numériques devient un
traitement données à caractères personnels : MAIS exceptions pour les journalistes, ils ont le droit
d’avoir ces données.

Les notions autour de la vie privée :
- Pas de définition précise de la vie privée. On a peur qu’une définition soit trop restrictive.
C’est le juge qui tranche à chaque fois. Il décide des limites de la vie privée au cas par cas.
- Respect de la vie privée
- Protection de la vie privée
- Vie privée et intimité de la vie privée (distinction faite en France, car on a tellement étendu
l’application de la notion que la jurisprudence française mis en place l’intimité de la vie
privée, c’est le coeur de la VP)
Tout le monde a droit à la protection la vie privée, certains plus que d’autres. Certains vont devoir
accepter des atteintes à leur vie privée.

Niveaux de protection
On arrive à distinguer 3 catégories de personnes.
- Les personnes privées (individus anonymes)
- Les personnes publiques (les peoples, ils doivent accepter que leur vie privée soit moins bien
protégée, comme les familles royales, les personnes politiques, les sportifs de haut niveau,
etc.)
o Les hommes politiques ont fait le choix d’une certaine notoriété, d’exercer des
responsabilités au nom de la collectivité, on attend d’eux un comportement
exemplaire (dans une certaine mesure). Le simple statut de candidats dans des
élections fait d’une personne un personnage public. Ils doivent s’attendre à une
moins grande protection de leur vie privée. La vie privée des hommes politiques peut
avoir une influence sur les choix qu’ils feraient, leurs intérêts personnels (ex :
Theresa May et Junkers). Un trop grand écart entre la vie personnelle et le discours
de l’homme politique aurait une incidence.

101

o Les sportifs de haut niveau ont fait le choix de la célébrité. Ils sont donc dans le
même cas que les autres personnalités publiques.
o Ainsi que toutes les personnalités du monde du spectacle (acteurs, chanteur…).
o Les grands patrons ou les responsables syndicats ont aussi en quelque sorte fait le
choix de la célébrité.
à Donc pour toutes ces personnes publiques, ce sont des gens qui ont fait le choix de la
célébrité ou ont assumer cette célébrité = moins grande protection de leur vie privée.
- Catégorie intermédiaire : les personnes accédant momentanément à l’actualité. Ces
personnes n’ont pas fait le choix de la notoriété, mais qui se retrouvent exposées à l’intérêt
des médias malgré elles. Ex : un magistrat chargé d’enquêter sur un dossier très sensible,
comme celui de Dutroux par exemple. Toujours dans l’affaire Dutroux, les familles des
victimes sont aussi exposées aux médias, même si elles auraient préféré rester tranquilles.

La Cour Européenne des Droits de l’Homme a eu l’occasion de faire la balance entre la protection de
la vie privée et la liberté d’expression.
à Comment trancher ? Quel droit doit primer ? Lequel est plus important ?

La CEDH a dit que ce sont des droits de même valeur qui doivent tous les 2 être protégés, donc on
fait au cas par cas.

3 arrêts emblématiques
Arrêt Von Hannover du 24 juin 2004
La CEDH a donné 2 critères d’appréciation pour vérifier comment il fallait équilibrer l’article 8 et
l’article 10. D’abord, Caroline de Monaco est une personnalité publique mais n’a pas de fonction
officielle. Elle n’était pas destinée à régner. Pour la CEDH, le fait que quelqu’un n’exerce pas de
fonction officielle lui garantit plus de protection de la vie privée que si elle exerçait une fonction.
Ensuite, la question de l’intérêt des infos apportées. La CEDH a dit qu’il fallait faire une distinction
entre les infos qui nourrissent un débat d’intérêt général et les infos qui satisfont juste la curiosité du
public. La curiosité du public est tout de même moins importante que le débat général. Savoir si
Caroline de Monaco a un amant ou non peut intéresser la curiosité mais n’apporte rien au débat
d’intérêt général.
à Conclusion : la protection de la vie privée passe avant la liberté d’expression, dans ce cas-là = mise
en balance des articles 8 et 10 selon 2 critères :
- Notion de fonctions officielles
- Contribution au débat démocratique ou curiosité

102


Arrêt Von Hannover du 7 février 2012
Caroline se plaint encore d’atteinte à sa vie privée. Dans cette affaire-là, la CEDH va développer ses
critères et on a une grille de lecture à suivre. Les critères sont les suivants :
- Contribution à un débat d’intérêt général
- Notoriété de la personne visée (fonction ou pas fonction)
- Objet de l’article
- Comportement antérieur de la personne concernée (proportionnalité, plus on s’expose,
moins on a de protection légitime)
- Contenu, forme et répercussions de la publication
- Circonstances de la prise des photos (intrusif ou pas ? comment la photo a été faite?) Dans
cet arrêt-là, la CEDH a considéré que, étant donné que les photos ont prises dans des lieux
publics et que l’article portait sur la maladie de l’ancien prince, dans ce cas-là, il n’y a pas eu
violation de la vie privée.

Arrêt Couderc et Hachette Filipacchi du 10 novembre 2015
On est dans une mise en balance de l’article 8 et l’article 10 de le CEDH. Il s’agit ici d’Albert de
Monaco. Il s’agissait d’un article de Paris Match, qui était une interview de la célèbre hôtesse de l’air,
avec qui Albert a eu un enfant. Albert a reconnu l’enfant à contre cœur, mais quand Paris Match
publie une interview de l’hôtesse de l’air qui raconte toute leur relation et des détails intimes, qui
publie des photos d’Albert avec le bébé, etc. A ce moment, Albert porte plainte contre Paris Match,
et gagne son procès. Albert a gagné contre les juridictions françaises, du coup Couderc et Hachette
sont allés devant la CEDH pour faire une recours, disant que leur liberté d’expression a été violée. La
CEDH va refaire une analyse et examiner l’ensemble des critères de l’arrêt Von Hannover 2. Le fait
qu’il ait un enfant était de l’intérêt public car il était appelé à succéder au trône, on pouvait donc
savoir si son enfant hors mariage allait devenir prince. La CEDH arrive à considérer qu’il y a eu
violation de la liberté d’expression de Paris Match. Même si Paris Match a été trop loin en détaillant
des moments intimes du couple. De tels détails ne peuvent pas être révélés sans l’accord des 2
partis.

Le droit à l’image
C’est une notion proche de la vie privée, il y a des points communs mais il y a aussi une distinction.
Parmi les droits de la personnalité, il y a le droit de chacun sur son image. Le fondement légal de tout
ça n’est pas clair.

103

On a la loi du 8 décembre 1992 qui porte sur les photos et les films qui peuvent être des traitements
de données.

On a la loi du 30 juin 1994 qui porte sur les droits d’auteurs : « Ni l'auteur, ni le propriétaire d'un
portrait, ni tout autre possesseur ou détenteur d'un portrait n'a le droit de le reproduire ou de le
communiquer au public sans l'assentiment de la personne représentée ou celui de ses ayants droit
pendant vingt ans à partir de son décès. »
Il faut toujours une autorisation de la personne représentée. Pas de publication de photos sans
l’autorisation de la personne représentée, c’est ça le droit à l’image.
- Ca vaut aussi pour les enfants. Ils ne peuvent pas exprimer eux-mêmes leur accord, c’est
donc le représentant légal qui doit donner son accord.

Il y a des cas où il y a atteinte à la vie privée sans atteinte au droit à l’image (fins commerciales).
- Si on publie un article sans photo, révélant l’homosexualité d’une personnalité célèbre, on
commet une atteinte à la vie privée de la personne, mais on porte pas atteinte à son droit à
l’image.
- Imaginons qu’un quotidien publie une série de posters représentants les diables rouges. Ce
sera une atteinte au droit à l’image mais pas à la vie privée. A partir du moment où on utilise
une image pour en faire un argument de vente, un bénéfice commercial, c’est une atteinte
au droit à l’image. On utilise l’image de quelqu’un sans son autorisation. Mais c’est pas une
atteinte à sa vie privée.

Le droit à l’image s’applique aussi à Internet et donc aux images qu’on y trouve.

Attention, l’autorisation de prendre une photo ne signifie pas qu’on a l’autorisation d’utiliser cette
photo.

Exceptions au droit à l’image à des fins d’information
Journalistiquement, il est nécessaire de publier des photos.

Personnalité publique
On a le droit de publier une photo d’un homme politique pour illustrer nos propos. Ce serait
impossible de chaque fois demander une autorisation. Donc l’actualité justifie une atteinte au droit à
l’image des personnes publiques. Attention, on a pas le droit d’utiliser ces photos dans d’autres
contextes.

104

Possibilité d’utiliser les photos de personnes publiques, possibilités d’utiliser les photos de personnes
accédant momentanément à l’actualité, possibilité de publier à des fins d’informations des photos.

Personnalité : catégorie intermédiaire
Les photos peuvent être utilisées comme illustrations au même titre que celles des personnalités
politiques. Il faut que ces photos aient un rapport avec l’information.
Ex : Juge d’instruction dans la salle d’audience /VS/ Juge en bikini à la plage

Personnalité privée
Pour les personnes privées, c’est nuancer. Toujours à des fins d’informations, imaginons qu’on se
promène Rue Charlemagne et qu’un photographe fasse une photo pour illustrer un article sur le
malaise étudiant, cette photo est publiée. On considère que dès lors qu’on est dans lieu public, on
doit accepter la publication d’une photo de nous, Mais une photo d’ensemble, de foule. Il ne s’agit
pas d’un portrait. Si c’est une photo d’ensemble dans un article, c’est bon.
à Des personnes privées qui se retrouvent dans un évènement public d’actualité doivent accepter
que des photos peuvent être publiées.

Il doit y avoir une finalité d’informations pour que la publication des photos soit acceptées

Le droit à l’oubli
C’est une notion récente, mais qui prend de plus en plus d’importance. C’est le droit que l’on a de
retomber dans l’anonymat si l’on a été dans l’actualité pendant un moment. Un droit à l’oubli
numérique et le droit à l’oubli judiciaire.

Le droit à l’oubli judiciaire
C’est une possibilité que l’on a de retomber dans l’anonymat, si l’on a été une personne accédant à
l’actualité par le biais de faits judiciaires. Ça s’applique aussi à des personnes qui ont été condamnées
en justice, et que ça a été médiatisé. Droit à l’oubli judiciaire.
Les tribunaux vont tenir compte de l’écoulement du temps, il y a un moment où c’est plus nécessaire
de parler de certaines choses. Il n’est pas nécessaire de rappeler certaines choses, ça peut être une
atteinte au droit à l’oubli.
Exemple : Un agriculteur en avait tué un autre. Quand il sort de prison, la RTBF voulait faire un
reportage sur les faits. L’intéressé a demandé l’annulation de la diffusion pour ne pas freiner sa
réinsertion. Gain de cause pour l’agriculteur.

105

Exemple : Un jeune s’était tué en voiture. Le journaliste trouve que le jeune avait été condamné 6
mois auparavant pour trafic de drogues. L’accident n’avait rien à voir. La famille a demandé à ne pas
faire de rappel . Gain de cause car atteinte au droit à l’oubli.
Exemple : Canal Zoom rediffuse un reportage sur un vol d’il y a 10 ans. Là encore : absence d’intérêt
du rappel des faits = droit à l’oubli = pas de rediffusion.



Le droit à l’oubli numérique
Lié aux nouvelles technologies. Ce sont les traces numériques qu’on laisse. Les traces de nos
recherches, les traces de notre carte bancaire, etc.

Les 2 peuvent se mélanger, de plus en plus aujourd’hui.

Le droit à l’oubli judiciaire prend encore plus d’ampleur, car on peut retrouver plein d’articles et plein
d’infos en ligne. Avant, on avait pas accès à l’info si facilement.


Arrêt CJUE (cours justice union européenne) du 13 mai 2014 : Google Spain
Il avait demandé à Google de déréférencer des articles. Google avait refusé. La CJUE a considéré
qu’au nom de la protection des données à caractères personnels, quelqu’un pouvait demander un
déréférencement. On peut dès lors faire déréférencer des articles.

Arrêt Cass. 29/04/2016 (recours CEDH)
Une personne cause un accident de la route, en état d’ébriété. A l’époque, en 1994, les journaux
avaient encore l’habitude de donner les identités de tout le monde. Un article est publié sur cet
accident, le conducteur était saoul, il a provoqué la mort des 2 personnes dans l’autre voiture. Il est
condamné, purge sa peine, et commence une vie professionnelle normale.
Puis, quand Le Soir met ses archives en ligne et que l’on Google le nom du conducteur par curiosité,
on tombe sur l’article où on explique qu’il a causé un accident.
Le conducteur a entamé une procédure au nom de la vie privée car il a demandé une anonymisation
dans l’article. Il a obtenu gain de cause : ce n’était pas une personnalité publique, les faits n’ont pas
un intérêts général, l’anonymisation n’est pas une restriction exagéré à la liberté d’expression.
à La CEDH doit se prononcer sur ce cas.
C’est une conjonction entre le droit à l’oubli judiciaire et le droit à l’oubli numérique.

106


Ne pas confondre droit à l’oubli et droit de rectification

Ce qu’on a vu jusqu’ici, ça s’applique à n’importe quelle personne, même s’il y a différent degré de
protection en droit à l’image, tout le monde y a droit.

Ici, on va voir des normes de protection mises en place pour protéger des individus jugés
particulièrement vulnérables. Parce qu’elles sont vulnérables, elles ont besoin de plus de protection.

La protection des justiciables


Ce sont les gens qui se retrouvent devant la justice, soit comme victime, soit comme personne
poursuivie.

La protection des victimes de viol


Première règle importante, article 378 bis du code pénal = Protège les victimes d’attentat à la pudeur
ou de viol.
- Le principe : La publication et la diffusion par le livre, la presse, la cinématographie, la
radiophonie, la télévision ou par quelque autre manière, de textes, de dessins, de
photographies, d'images quelconques ou de messages sonores de nature à révéler l'identité
de la victime d'une infraction visée au présent chapitre sont interdites, sauf si cette dernière
a donné son accord écrit ou si le procureur du Roi ou le magistrat chargé de l'instruction a
donné son accord pour les besoins de l'information ou de l’instruction.
Il est interdit à tout média de révéler l’identité d’une victime de viol, ou d’autres atteintes à la
pudeur. C’est une règle absolue, sauf si la victime a donné son autorisation. Ça ne s’applique pas à
toutes les victimes. Ce principe ne s’applique pas à une victime de coups et blessures par exemple.
Ce principe s’applique aux victimes de viols. Car la souffrance liée à cette infraction serait accrue s’il y
avait cette stigmatisation sociale découlant de la révélation de la personne concernée. On a voulu
éviter la sur-blessure de la victime de viol. On est dans un cas de conflit entre la publicité des
audiences (normalement les audiences sont publiques), et la protection de la vie privée. En tant que
journaliste, on peut très bien assister à une audience concernant un viol, mais on ne peut pas révéler
l’identité de la victime.

Exemple du Soir Mag et de la publication d’un article sur le viol d’une fille d’un homme politique
important, le Soir Mag n’a pas respecté une règle légale.

107

Un journaliste ou un média qui révèlerait malgré tout l’identité d’une victime de viol pourra être
poursuivi, au pénal même. Rappel : Quand il y avait délit de presse, on ne renvoyait pas devant la
cour d’assise. Pour qu’il y ait délit de presse, il doit y avoir expression d’une opinion. Révéler
l’identité d’une victime de viol, ce n’est pas l’expression d’une opinion. C’est une faute pénale que
commet le journaliste, il pourra être poursuivi devant un tribunal correctionnel.

Toujours dans la protection des justiciables, dans la protection de la vie privée, on a voulu réduire la
publicité et la visibilité des divorces et des séparations.

Il est interdit de reproduire dans la presse des débats en matière de divorce ou en matière de
séparation. En tant que journaliste, on peut assister à l’une de ces audiences mais on ne peut pas
reproduire les débats. Car on considère qu’une question de divorce/séparation est une question de
vie privée, et il faut contenir la publicité qui pourrait être faite à ces débats.

La protection des mineurs


Mineurs victimes mais aussi mineurs qui peuvent être poursuivis pour l’une ou l’autre infraction.
L’article 433 bis du code pénal nous dit : La publication et la diffusion au moyen de livres, par voie de
presse, par la cinématographie, par la radiophonie, par la télévision ou par quelque autre manière du
compte rendu des débats devant le tribunal de la jeunesse, devant le juge d’instruction et devant les
chambres de la cour d'appel compétentes pour se prononcer sur l’appel introduit contre leurs
décisions sont interdites. Seuls sont exceptés les motifs et le dispositif de la décision judiciaire
prononcée en audience publique, sous réserve de l’application de l’article 3.

Dire qu’il y a eu condamnation pour tel motif, ça peut se faire, mais pas question de reproduire
l’ensemble des débats. Il y a aussi une interdiction de révéler l’identité d’une personne poursuivie ou
d’une personne qui a fait l’objet d’un placement. Un mineur qui serait poursuivi devant une
juridiction ne pourra pas voir son identité publiée dans la presse.

On veut maximiser les possibilités de réhabilitation du mineur, même s’il a commis des faits graves. Il
faut qu’il puisse se ré-insérer dans la société. Donc on ne peut pas révéler l’identité d’un mineur.


La présomption d’innocence
Toute personne accusée d’une infraction est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été
légalement établie (art. 6.2 CEDH)

108

La présomption d’innocence vise l’ensemble des auxiliaires de justice. Ils ne peuvent pas traiter
quelqu’un comme s’il était coupable alors qu’il n’y a pas eu une décision définitive constatant sa
culpabilité.

La question qui se pose est donc de savoir si les journalistes eux-mêmes sont tenus à la présomption
d’innocence. D’un point de vue stricte, les journalistes ne sont pas des auxiliaires de justice. Ils ne
sont pas tenus à la présomption d’innocence en tant que telle, mais il est évident que si un
journaliste présente quelqu’un comme coupable alors qu’il ne l’est pas encore « officiellement », ce
journaliste commettra une faute. Cette faute pourra entrainer une atteinte à le réputation de la
personne en question. Faute civile pour le journaliste que de porter atteinte à la présomption
d’innocence. Il est donc important d’utiliser une écriture qui laisse place au doute. Dire qu’une
personne est poursuivie : OK. Dire qu’elle est coupable alors que c’est pas établi : PAS OK.

Un journaliste peut être fautif, même s’il a déclaré que quelqu’un était coupable de façon anticipée.
Admettons, lundi il dit telle personne est coupable. Et le mardi, c’est confirmé. Le journaliste peut
être puni car il a dit qu’elle était coupable sans en avoir la certitude/confirmation légale.

Dans certains cas, la présomption d’innocence est praticable. Dans d’autres cas, style affaire Dutroux,
il est difficile de fonctionner pleinement avec la présomption d’innocence. Il y a des cas limites.

Par contre, dans l’affaire Wesphael, un certain nombre de médias a porté atteinte à la présomption
d’innocence. Sur base de faits qui leur semblaient relativement évidents,

En revanche, il est tout à fait légal d’informer sur l’existence d’une inculpation ou d’informer sur
l’existence d’un procès.

Les victimes potentielles de racisme et de xénophobies


L’art. 150 a été modifié en 1999 pour permettre de renvoyer devant les tribunaux correctionnels
ordinaires les personnes qui se rendent coupable par délit de presse inspiré de racisme/ xénophobie.

Loi Moureaux, 30 juillet 1981
Il était ministre de la justice en 1981, d’où le nom de la loi. C’est une loi qui va limiter la liberté
d’expression. En principe, la liberté d’expression permet de tout dire. On rentre ici dans une
catégorie d’idées qui heurtent, qui choquent, qui inquiètent à un tel point qu’on les interdit
purement et simplement. On limite la liberté d’expression tellement c’est choquant.

109

Les critères protégés :


- Nationalité
- Prétendue race
- Couleur de peau
- Ascendance ou origine nationale ou ethnique

Le racisme et la xénophobie ne peuvent pas être exprimés. Nos sociétés occidentales malades du
racisme et du populisme considèrent qu’il n’est plus possible de contester certaines idées
simplement par le débat démocratique, et qu’à défaut de pouvoir les contester, il est plus prudent de
les interdire.
L’idée que l’on retrouve là derrière, c’est que l’interdiction de dire est une façon d’empêcher de faire.

On sait que la violence est interdite mais cela n’empêche pas qu’il y ait de la violence. Pour diminuer
les conditions qui amènent à la violence, on interdit les discours qui légitiment la violence. Légaliser
l’expression de propos racistes favoriserait le passage à l’action, si on pouvait dire des choses racistes
sans conséquences, il y aurait beaucoup plus de violence. Pour limiter les risques de passage à
l’action, on interdit le discours.
à L’interdiction de faire existe et on ajoute l’interdiction de dire.

La loi interdit également
- d’inciter à la discrimination contre une personne ou un groupe.
- d’inciter à la haine ou à la violence contre une personne ou contre un groupe. En se fondant
sur les critères cités plus haut. 

- de diffuser des idées qui seraient fondées sur la supériorité d’une race ou sur la haine envers
une race.
à Au départ, il y a l’interdiction des actes de discrimination mais en plus du faire, il y a l’interdiction
du dire. Car ce dire peut constituer un terreau qui légitimerait le faire.

Loi du 23 mars 1995 : Contre le révisionnisme
En 1995, le législateur a jugé nécessaire de renforcer son arsenal législatif en ajoutant une autre loi.
C’est la loi tendant à réprimer la négation, la minimisation, la justification ou l’approbation du
génocide commis par le régime national-socialiste allemand pendant la seconde guerre mondiale.
C’est le délit de révisionnisme / de négationnisme. Il y a catégorisation précise de 4 degrés
d’infractions.
- Nier, c’est à dire le négationnisme = dire qu’il n’y a pas eu de génocide commis par les nazis.

110

- Minimiser grossièrement
- Approuver le génocide
- Justifier le génocide
Ces 4 infractions sont susceptibles d’être poursuivie devant les juridictions ordinaires. (donc pas la
cour d’assise).
De nouveau, on est face à une loi qui limite la liberté d’expression. C’est légitime (Ratio legis) pour 2
raisons :
- On veut éviter un retour de l’extrême droite au pouvoir. On veut interdire qu’on puisse
mentir sur les conséquences de tels régimes politiques.
- C’est une question de respect des victimes et de leurs proches.
C’est le seul génocide qui fait partie de cette loi.
On est dans une restriction de la liberté d’expression. Est ce qu’il ne convient pas d’étendre cette loi
à d’autres génocides ? Quid du génocide arménien par les turcs ? Le gouvernement turc actuel est
dans une situation de négationnisme envers le génocide arménien.
Ce débat d’étendre la loi est biaisé par les politiciens. Le MR qui n’a pas beaucoup de turcs sur ses
listes proposerait bien l’extension de la loi au génocide arménien juste pour ennuyer le PS qui a pas
mal de turcs sur ses listes.

Loi du 10 mai 2007 : Lutte contre d’autres formes de discrimination
Toujours dans cette optique, on a mis en place depuis 2007 d’autres législation qui visent à
empêcher la discrimination. On parle des discriminations qui n’avaient pas déjà étés visées par la loi
de 1981. C’est à dire l’âge mais aussi :
- orientation sexuelle
- état civil
- naissance
- fortune
- conviction religieuse ou philosophique
- conviction politique
- langue
- état de santé actuel ou futur
- handicap
- caractéristique physique ou génétique
- origine sociale

111

La loi de 2007 interdit la discrimination directe ou indirecte, elle interdit l’injonction de discriminer et
elle interdit le harcèlement.
L’interdiction de l’injonction et du harcèlement peuvent être des délits d’expression.

Limitation de la liberté d’expression donc, mais avec le même objectif de protéger les personnes.
Attention, il est intéressant de connaitre les périodes d’apparition des lois. C’est intéressant de se
dire qu’il y a des lois du 19eme siècle quand on interdit les offenses envers les chefs d’états
étrangers, qu’une loi antiraciste apparait en 1981, vient ensuite la loi antirévisionnisme, puis la loi
anti-discrimination.

Connaitre les textes exacts des articles : pas nécessaire. Par contre il faut avoir une idée de quoi ils
parlent, par exemple savoir de quoi parle l’article 10 de la CEDH, 25 et 150 de la constitution, etc…
Pas connaitre par cœur.

Pour les arrêts, on aura une question portant sur un arrêt. (Pour les arrêts : Voir slides). Il faut
connaitre le nom de l’arrêt, le nom de la partie requérante, et l’histoire derrière.

On a parlé des règles de bonnes mœurs et de protection de l’ordre public.

On a parlé des règles qui protègent les personnes.

Les procédures
On parle maintenant des procédures. La façon dont des personnes préjudiciées vont pouvoir se
défendre contre des médias. Comment peuvent-elles mener des actions contre les médias et
comment les médias peuvent-ils réagir ?

En matière de procédure, on va distinguer ce qui est préventif de ce qui est réparatoire.

Ce qui est préventif, c’est ce qui permet d’agir en amont, avant la publication, avant la diffusion.
Ce qui est réparatoire, c’est ce qu’on peut faire après la publication.

Il faut distinguer les procédures civiles des procédures pénales.

112

La prévention
La prévention c’est la possibilité de s’opposer à la publication/diffusion d’un contenu.

Le référé
La voie normale, c’est la voie de l’action en urgence, c’est ce qu’on appelle le référé. On va voir le
président du tribunal et on va lui demander d’intervenir en référé, prévu par l’article 584 du code
judiciaire. Il y a 2 conditions : il faut l’urgence et il faut le provisoire.
• L’urgence, c.à.d. qu’il va falloir démontrer qu’il est indispensable d’agir par cette loi.
• Le provisoire, ça veut dire que le juge ne va pas statuer au fond, mais il va statuer sur les
apparences de droit. C’est une analyse rapide.
Si on veut aller encore plus vite que le référé, il y a la requête unilatérale. Le référé, c’est rapide mais
contradictoire. Contradictoire car il y a deux partis. On veut empêcher la diffusion d’une émission par
la rtbf. Si on fait du référé, on va citer la RTBF, et il y aura un débat contradictoire devant le juge,
entre nous et la RTBF.

La requête unilatérale
La requête unilatérale c’est la possibilité d’aller voir, quand il y a une extrême urgence, le juge en lui
disant qu’il n’y a pas le temps de faire un débat à 2. « Ecoutez-moi et faites le maintenant, il sera
toujours temps de faire un débat contradictoire plus tard ».

Si on est jeudi, et qu’on veut empêcher la publication d’un contenu le mercredi suivant. On a encore
le temps de faire un référé. Un référé = délai de 48h avant que ça se mette en place. Donc si on est
jeudi, ça aura lieu le mardi suivant.

Par contre si on apprend le mercredi matin qu’un contenu sera publié le mercredi soir et qu’on veut
empêcher sa diffusion, la seule possibilité qu’on a, c’est la requête unilatérale où on va voir le juge
tout seul.

Cette procédure de requête unilatérale en matière de médias devrait être interdite. Le principe du
contradictoire devrait primer. On pourrait faire des délais de citations abrégés.

Un problème majeur pour les personnes visées par les médias, c’est qu’il y a une analyse de la cour
européenne des droits de l’homme dans l’arrêt RTBF de 2011 (voir plus haut), qui dit que dans l’état
actuel du droit belge, une mesure préventive pour s’opposer à la diffusion d’une émission, n’est pas
prévue par la loi. On a le risque que le juge dise que c’est un acte de censure, interdit par l’article 25

113

de la constitution OU que la CEDH a dit que ce n’était pas prévu par le droit belge dans l’état actuel
des choses.

DONC l’action en référé contre un média est extrêmement difficile en Belgique



La réparation
Quand on parle de réparation en droit, il y a deux formes de réparation. Il y'a la réparation en nature
et la réparation en équivalence.

La réparation en nature
La réparation en nature, c’est quand on arrive à réparer par quelque chose de semblable. On détruit
la collecte de pomme de quelqu’un, on répare en lui apportant d’autres pommes similaires en même
quantité.

En matière de médias, on aura plus souvent de la réparation en équivalence sous la forme de
dommages et intérêts. Mais on a certains modes de réparation en nature, comme le droit de réponse
par exemple.

Le droit de réponse
Le droit de réponse est un mode de réparation en nature, c’est à dire que l’on peut répondre à un
article de presse par un autre article de presse ou l’on peut répondre à un contenu audiovisuel par
un contenu sonore.

Le droit de réponse en Belgique s’est organisé en 2 temps. Une première loi en 1961 qui ne
s’occupait que de la presse écrite et une deuxième loi en 1977 qui s’occupait de l’audiovisuel. Quid
d’internet ? Il n’existe pas dans le droit de réponse en Belgique. On l’attend encore, car on n'en sait
pas qui est compétent pour rédiger cette loi. Gouvernement fédéral ? Communautés ? On ne sait pas
donc on ne fait pas. On a donc la possibilité de demander un droit de réponse sur internet sans
passer par un juge.

Ce qu’il faut souligner en droit de réponse, c’est que c’est un mode de réparation facultatif. On n’est
pas obligé de demander un droit de réponse, on peut mais sans obligation. Si on n’utilise pas notre

114

droit de réponse, on peut encore demander des dommages et intérêts. Le droit de réponse est
facultatif. Qu’on l’utilise ou pas, on est toujours en droit de demander des dommages et intérêts si
on est préjudicié. Et même si on utilise notre droit de réponse, on peut encore demander autre chose
en plus. On peut prendre le droit de réponse ET réclamer des dommages et intérêts.

Le droit de réponse est donc doublement facultatif.


Quels sont les inconvénients du droit de réponse ?
Le principe, c’est qu’on constate que l’on parle de nous dans les médias, on a le droit de répliquer et
de répondre. L’inconvénient, c’est que répondre donne un effet amplificateur, ça donne un coup de
pub à ce qui a été dit. Ca fait du bruit, ça attire l’attention. En voulant répondre, on aggrave la chose
à Effet Streisand.
Autre inconvénient, c’est un risque d’engrenage. On a été mis en cause par un article, on envoie un
droit de réponse, Le Soir publie le droit de réponse et comme Le Soir est fâché qu’on réponde, il va
nous le faire payer et le rédacteur en chef va aller creuser, voir si on a pas quelque chose à nous
reprocher à Effet boule de neige.

Il vaut donc mieux laisser couler. Ignorer.

Le droit de réponse dans la presse écrite et dans l’audiovisuel sont organisés de façon assez
différente. Parfois, ça répond à une certaine logique : ce ne sont pas les mêmes médias. Mais
d’autres fois, ce n’est pas logique. On va donc comparer le fonctionnement de ces 2 régimes.

Similarités entre le droit de réponse à la presse écrite et le droit de réponse à l’audiovisuel
Première similitude en matière de droit de réponse, c’est qu’un droit de réponse ne s’exercer que
par rapport à un média/programme périodique. Un quotidien, c’est un périodique. C’est parce qu’il y
a plusieurs exemplaires/publications qu’on a l’occasion de répondre. Idem un hebdo, idem pour un
journal qui n’est publié qu’une fois par an. Bref, ça doit être périodique. Par contre, il est impossible
de répondre à un livre. Un livre est un média, mais pas un média périodique. C’est du one shot. En TV
c’est la même chose, on peut répondre à une émission périodique, type JT ou émission d’information
comme question à la une. On ne pourrait pas répondre à une émission diffusée qu’une fois. Donc ça
doit être périodique pour qu’on puisse répondre.

115

Deuxième similitude : le droit de réponse est ouvert à toute personne citée nominativement ou
implicitement désignée. Citée nominativement : notre nom est écrit noir sur blanc. Implicitement
désigné : on peut nous reconnaitre sans citer notre nom (ex : un restaurateur grec de la place de
l’université => C’est assez précis pour qu’on nous reconnaisse).

Troisième similitude : il y a des cas où un média peut refuser une réponse. Le grand jeu pour un
média, c’est savoir comment ne pas publier une réponse. Pourquoi ? Car une réponse veut souvent
dire que le média s’est trompé. Un média n’aime pas qu’on lui dise qu’il s’est trompé. Publier une
réponse, c’est reconnaitre qu’on s’est trompé et ça fait mal au média. C’est prévu par la loi, il y a
certains cas où l’on peut ne pas publier une réponse. Ne pas diffuser une réponse. Par exemple une
réponse qui n’aurait pas de lien immédiat avec les propos/images incriminés.
- Ex : on est cité dans un article portant sur le Kazakgate et on répond en disant qu’on a rien à
voir avec les incidents du match de foot Charleroi - Liège. Aucun lien. La réponse peut ne pas
être publiée. Notre réponse doit être en lien avec les propos dans lesquels on est cité pour
pouvoir être publiée.

Autre similitude : une réponse injurieuse ou contraire aux lois et aux bonnes mœurs peut ne pas
être publiée. Qu’est-ce qu’une réponse injurieuse ? Raciste ou xénophobe. Il ne faut pas injurier
quelqu’un au sens pénal. Par contre dire « votre journaliste est un connard et écrit n’importe quoi »,
ça peut encore passer. On a le droit de se déchainer sur le journaliste, sans aller trop loin bien sûr.

Autre similitude : une réponse mettant en cause un tiers sans nécessité peut aussi être refusée.
Il ne faut pas que notre droit de réponse ouvre la porte au droit de réponse de quelqu’un d’autre.

Autre similitude : une réponse rédigée dans une autre langue que l’écrit incriminé peut être refusée.

Autre similitude : Quelques règles de procédure. Précisons que le fait de ne pas publier une réponse
est un infraction pénale, bien sûr il faut qu’il y ai une plainte pour que le journal soit poursuivi. En
matière de droit de réponse, la prescription est très courte. Le délit de non publication doit faire
l’objet d’une plainte dans les 3 mois. Et les tribunaux sont censés statuer toutes affaires cessantes
sur les droits de réponse (ce qui est infaisable car trop de retard).

Dernière similitude : réticence des médias à publier les réponses. Il est même pas rare qu’un média
refuse de publier une réponse même si l’on respecte tous les critères. Le média parie sur le fait qu’on
aille pas en justice. Ils espèrent qu’on laisse tomber.

116


Mode d’exercice :
Différences entre le droit de réponse à la presse écrite et le droit de réponse à l’audiovisuel.
En matière de presse écrite, on peut à peu près toujours introduire une réponse. On peut même
exercer le droit de réponse si on a dit du bien de nous. Le droit de réponse dans la presse écrite est
un droit de commentaire. Pas besoin d’avoir quelque d’inexact à corriger, on peut simplement
commenter.

Tandis que dans l’audiovisuel, le droit de réponse se limite à l’idée d’une rectification. Il doit y avoir
une atteinte à notre honneur ou quelque chose d’inexact.
En matière de presse écrite, quand il s’agit d’une critique scientifique, artistique ou littéraire, ils
exigent aussi le droit de rectification. Donc le droit de réponse est plus restreint pour l’audiovisuel et
pour les critiques qu’on vient de citer.

Autre différence (pas logique non plus), pour envoyer un droit de réponse dans la presse écrite, il
faut avoir la personnalité juridique mais pas une association de fait (elles ne peuvent pas répondre
en presse écrite). Alors que pour l’audiovisuel, les associations de fait peuvent envoyer un droit de
réponse.

Association de fait : partis politiques ou syndicats par exemple. Ils ont rarement la personnalité
juridique.

C’est pas logique qu’ils puissent répondre en audiovisuel mais pas en presse écrite.

Autre différence : mode d’exercice de la réponse. En partie logique. Dans la presse écrite, on répond
à un écrit par un écrit. Notre réponse peut soit faire 1000 lettres soit faire le double de l’espace
occupé par l’article auquel on répond.
Dans l’audiovisuel, comme la loi date de 1977, on a admis l’idée qu’on répond à une émission
audiovisuelle par un écrit. Ce texte écrit peut faire 3 minutes de lecture soit 4500 signes. Dans
l’audiovisuel, on envoie notre texte et on lira notre texte écrit à l’antenne.

Autre différence, l’effet boule de neige. En presse écrite, le journal peut répliquer à la réponse. En
audiovisuel, l’éditeur du SMA ne peut pas répondre à la réponse. Pas logique.

117

Autre différence : le délai d’exercice. Assez logique pour autant que l’on se replace au 20eme siècle,
dans un système sans internet. Quand on n’avait pas internet, l’audiovisuel était le média de
l’instant. Il n’y avait pas de permanence ni d’effet retard. Ca veut dire qu’on a pu fixer un délai d’un
mois : on a vu l’émission, on doit répondre dans les 30 jours. Alors que pour la presse écrite,
toujours avec les technologies du 20eme siècle car c’est de cette époque que vient la loi, l’écrit avait
une durabilité supérieure à l’audiovisuel, car l’écrit reste. On admettait un délai plus long pour la
réponse dans la presse écrite : 3 mois. Aujourd’hui, ce n’est plus vraiment pertinent. Car aussi bien
l’écrit que l’audiovisuel est durable.

Dans la presse écrite, il faut publier la réponse dans le premier numéro suivant un délai de 2 jours
après réception de la réponse. On amène notre réponse le mardi, elle doit être publiée le vendredi
au plus tard.

Dans l’audiovisuel, c’est lors de la prochaine émission du même type.

Autre grosse différence. Si un journal ne publie pas notre réponse, soit on abandonne, soit on va voir
un juge. Il y a du doute, on ne sait pas si la réponse va être diffusée. Tandis que dans l’audiovisuel, la
réponse DOIT être diffusée. La procédure en presse écrite n’est pas claire. Tandis que c’est beaucoup
plus clair comme démarche en audiovisuel.

Les procédures pénales et les procédures civiles


En matière pénale, si c’est un délit de presse, c’est la compétence de la cour d’assise. Et en pratique,
on ne réunit pas les cour d’assise pour ça. Il y a donc très peu de procès pénaux en matière de
presse, en pratique. On parle donc de correctionnalisation de délit de presse, pour mieux les
punir/juger.

Le fait que la cour d’assise doive juger les délits de presse, ça date du 19eme siècle. C’est peut-être
plus vraiment d’actualité.

Du côté des procédures civiles, on applique l’article 1382 du code civil. La bonne à tout faire du code
civile, une disposition très général. Si on cause un dommage, on doit le réparer. C’est la disposition
qu’on applique en matière civile pour la presse. On va devoir analyser si le journaliste a commis une
faute. Si cette faute a généré un dommage, et s’il y a un lien de causalité entre la faute et la
dommage. 


118


Quelle type de faute peut commettre un journaliste ? Tout ce qui aurait pu être un délit de presse,
qu’on aurait dû renvoyer vers la cour d’assise. Comme de la calomnie et de la diffamation, pour
lesquelles on peut saisir un juge civil. Une atteinte à l’honneur, à la réputation, à la vie privée, une
violation de son obligation de prudence sont des fautes qu’un journaliste peut commettre.

Côté dommage : il y'a les dommages matériels et les dommages moraux. Le dommage matériel doit
pouvoir être quantifié. Si on écrit un article sur un dentiste, en disant que c’est un pédophile. Ce
dentiste va perdre du chiffre d’affaire, c’est un dommage matériel quantifiable. Quand il y a du
quantifiable, c’est du dommage matériel. Par contre dans la plupart des cas, on ne peut pas
quantifier le dommage. On parle donc de dommage moral, qu’il faudra tant bien que mal évaluer.

Il faut aussi prouver la causalité entre la faute et le dommage. Ensuite, le juge décide de comment
réparer. Soit réparer en nature : comme publier le jugement dans le journal.

Mais le plus souvent, c’est de la réparation en équivalence, sous forme de dommages et intérêts.

C’est difficile d’évaluer des dommages et intérêts.

On doit demander une somme au juge, et le juge ne peut PAS monter plus haut. Si on lui demande
10€, il ne pourra pas aller plus haut. Si on lui demande 100 000€, il ne pourra pas monter plus haut,
mais pourra toujours donner moins.

Le juge ne peut pas donner plus qu’on ne lui demande.

Le juge ne peut pas chercher à punir quand il donne des dommages et intérêts. Les D et I ne sont pas
faits pour punir. Le juge civil ne peut pas punir de cette façon.

Il nous reste quelques points à aborder sur les procédures.

Comment éviter le judiciaire ?
Première possibilité : les organes de déontologie journalistique. On en a déjà parler avec la
représentation des journalistes. Il y a en Flandre le RVJ et en Wallonie le CDJ. Que peut-on faire avec
le CDJ ? On peut lui adresser une plainte. On peut déposer cette plainte sur internet.

119

On va ensuite recevoir un avis sur notre plainte, et c’est tout. Le CDJ se limite à donner un avis. Ils
n’ont pas de pouvoir de sanction. Si on est confronté à quelqu’un qui veut obtenir la consécration
pénale d’une faute commise par un journaliste, ou une amende, etc… Le CDJ n’est pas la bonne voie.
Par contre, si le seul objectif de la personne qui s’estime lésée par un média est de faire reconnaître
par un organe professionnel qu’il y a eu une faute déontologique commise par ce média, alors le CDJ
est une façon d’agir rapidement. Il est possible de demander au CDJ qu’il ordonne la publication de
son avis. Le problème, c’est qu’on peut demander la publication de l’avis, mais on peut pas l’obliger.
Le média mis en cause peut refuser de publier l’avis du CDJ. Donc ça, c’est la voie extrajudiciaire
qu’on peut emprunter. Dès qu’il y a un journaliste et un travail journalistique.

Deuxième possibilité extra judiciaire : le CSA.
On a parlé du CSA en tant que régulateur de l’audiovisuel. Le CSA peut aussi être saisi de plainte.
Pour l’audiovisuel bien sûr. Pour de la presse écrite, on va pas voir le CSA. idem pour internet, on va
pas voir le CSA. Quoique pour des vidéos sur internet, on peut encore passer par le CSA.

Par exemple pour la chaîne des Recettes Pompettes, le CSA français s’est estimé compétent, alors
que c’est sur internet. Donc à voir au cas par cas.

Revenons au CSA belge. On a le droit de poser une plainte au CSA belge, mais on a pas le droit
subjectif à ce que le CSA traite nos plaintes. On peut déposer une plainte, puis on verra ce qu’il se
passera.

Le plus souvent, le CSA traite les plaintes. Le CSA va communiquer la plainte à son secrétaire
d’instruction (un des 4 organes du CSA). Le secrétaire d’instruction va instruire l’affaire, c’est à dire
examiner le dossier puis il va proposer au Collège d’Autorisation et de Contrôle, le CAC, de soit
classer la plainte sans suite soit de notifier un grief à l’éditeur. Si on estime que la plainte a une
apparence de fondement, on notifie un grief à l’éditeur. On rentre dans une procédure
contradictoire, où l’éditeur peut défendre son point de vue. Finalement, le CAC décidera de
sanctionner ou non.

DONC pour tous les médias, si c’est du travail journalistique, on peut aller au CDJ, ce CDJ n’a pas de
pouvoir de sanction. Il rend juste des avis.

Si c’est de l’audiovisuel, on peut aller au CSA qui lui a un pouvoir de sanction.

120

Le CSA agit plus dans une logique de régulation que dans une logique d’indemnité. Le CSA peut
prononcer des sanctions mais il ne va jamais indemniser un plaignant. Si on veut être indemnisé, il
faut prendre la voie judiciaire. Si c’est une question de déontologie journalistique, le CSA doit
prendre l’avis du CDJ, pour savoir s’il y a infraction déontologique ou non.

Publicité
On parle de publicité, aussi appelée communication publicitaire. Le principe de la publicité, c’est de
trouver de nouvelles formes de communication pour toucher les consommateurs. Car dans les
formes traditionnelles de publicité, le consommateur se protège, on ne paye pas attention aux pubs
tv par exemple. La publicité est sans cesse en quête de nouvelles voies pour toucher le
téléspectateur ou l’auditeur, l’internaute. Pour couvrir l’ensemble de ces formes, on parle de
communication publicitaire. On va d’abord voir les buts de la législation qui vise à règlementer la
publicité, on va ensuite voir qu’il y a différents textes (des textes fédéraux qui s’appliquent à tous les
médias et des textes communautaires qui s’appliquent à l’audiovisuel. La réglementation dédiée à
l’audiovisuel est plus stricte que celle des autres médias). On verra qu’il y a quelques définitions. Ce
qui constitue la publicité. On verra les règles qui s’appliquent à la publicité.

Les buts de la réglementation


Que va t on trouver comme buts ?
Un premier objectif, général, c’est de protéger le consommateur contre l’essence même de la
publicité, qui est d’être séduisante et parfois même mensongère. Il faut réfléchir en permanence à
comment protéger le citoyen. Est ce qu’on laisse tout dire par la publicité ? Est ce qu’on laisse
utiliser toutes les méthodes ?

Donc premier objectif : protéger le consommateur de produits et services.

Un deuxième objectif, c’est de protéger le consommateur de contenus médiatiques. On est
entrain de surfer sur internet, et on a des pop ups qui nous sautent à la figure. Est ce que c’est
légal ? Le législateur doit il nous protéger ? Ou alors, on regarde un film, et il y a 6 interruptions
publicitaires, est ce légal ? Dans le domaine de l’audiovisuel, sur internet, il n’y a pas de
réglementation comparable. En télé, on a posé des limites à la publicité. Limiter les interruptions
publicitaires dans les films par exemple.

121

Un troisième objectif poursuivi par le législateur, c’est de protéger d’autres médias. Pourquoi ?
L’ensemble du marché publicitaire représente une source de recettes globales. Il peut se justifier
que le législateur oriente ces recettes dans certaines directions. Le risque pourrait être que tout
aille à l’audiovisuel et qu’il ne reste rien à la presse écrite. Le législateur peut il limiter la pub à la
télévision pour protéger la presse écrite ? Oui.

Quatrième objectif, c’est de protéger des annonceurs. On verra qu’en TV, une règle interdit à un
éditeur de réserver l’ensemble de ses espaces à une marque sur un secteur. Par exemple, il y a 15
ans, RTL a fait une journée dédier à Coca Cola, et la chaîne a été condamnée.

Cinquième et dernier objectif poursuivi quand on réglemente la publicité, c’est de protéger les
auteurs, les créateurs. Quand on a 10 coupures publicitaires, non seulement ça ennuie le
spectateur mais ça porte atteinte à l’intégrité de l’oeuvre.
Ce sont les différents objectifs qui peuvent justifier une réglementation de la publicité.

Les textes appliqués


Au niveau fédéral, c’est là que se trouve la protection des consommateurs. Il y'a par exemple une
interdiction fédérale portant sur la publicité du tabac. Il y a aussi le code de droit économique. On y
retrouve l’ancienne loi sur les pratiques du marché et la protection du consommateur, ainsi que
l’ancienne loi sur la pub pour les professions libérales.

Au niveau communautaire, les communautés sont compétentes pour l’audiovisuel. On va donc
trouver des textes en communautés française et en communauté flamande, et germanophone, qui
vont réglementer la pub en audiovisuel. Soit ces textes sont purement nationaux ou ils sont inspirés
de l’européen.

Par exemple, la directive SMA va contenir des dispositions sur la pub. On va retrouver ces
dispositions dans les textes des communautés. Par exemple le décret de 2009 sur les services de
médias audiovisuels, on y retrouve des expositions européennes sur la publicité.

Dans le décret portant sur le statut de la RTBF, de 1997, on va trouver quelques règles spécifiques

à la RTBF en matière de publicité. On trouve le détail des règles en matière de publicité dans le
contrat de gestion de la RTBF.

122

Enfin, on va trouver sur le site internet du CSA, un certain nombre de codes et de


recommandations applicables en matière de publicité.

Quel est le CONTENU des règles ? Et quelle est la notion de PUBLICITE ?

Il y a une définition au niveau fédéral et une définition au niveau communautaire.

Au niveau fédéral, dans le fameux code de droit économique, on définit la publicité comme une
communication ayant comme but direct ou indirect de promouvoir la vente de produit quelque soit
le lieux ou les moyens de communication mis en oeuvre.

Si on compare ça à la définition qu’il y a dans le décret SMA de la communauté française, c’est
semblable : « Toute forme de message inséré dans un service de média audiovisuel moyennant
paiement ou toute autre contrepartie par une institution ou une entreprise {…} dans le but de
promouvoir la fourniture de bien ou de service contre un paiement {…} »

On y retrouve l’idée de la communication, on y retrouve l’idée d’un but qui est de promouvoir des
ventes de produits ou de service, puis on a l’idée supplémentaire qui est celle du paiement.

Publicité et information: Les éléments constitutifs de la publicité


Arrêtons nous un instant sur ces éléments constitutifs de la publicité. Le fait que la publicité et
l’information sont des notions proches. Il est délicat de ne pas verser de l’une dans l’autre. Comme
la pub, l’information est un message mais elle n’a pas pour but de promouvoir une vente. Oui et
Non. Dans la plupart des cas, l’information n’a pas pour but de promouvoir une vente. Mais dans
certains cas, ça peut être le cas de figure qu’on va rencontrer.
Pensons à certaines formes de journalisme liées à la consommation. La rubrique technologie qui
nous présente le nouveau téléphone Samsung par exemple. On est, dans ce type de journalisme, en
train d’évaluer un produit et en train de pousser les lecteurs à acheter. Idem pour une chaine
youtube qui présente un jeu vidéo par exemple. On recommande des produits. Donc on se retrouve
avec un but proche de celui de la communication publicitaire.

On peut dire que le journaliste ne reçoit pas de contrepartie. Tandis que le publicitaire si.

123

Oui et Non. Par exemple une youtubeuse qui présente des produits de beauté reçoit ces produits
de beauté. Elle reçoit ces produits.
On reçoit aussi des contreparties.
Un journaliste invité tous frais payés à la convention Apple pour assister au lancement de
l’Iphone8. Le fait qu’on nous paye le voyage, qu’on nous donne le nouvel IPhone, etc.. C’est une
contrepartie.

Donc les contreparties existent aussi en journalisme. On voit que le journalisme, l’information et la
communication publicitaire peuvent être très proches.

Elément distinctif ? Qu’est ce qui va faire la distinction ? C’est que le journaliste, pour que ce soit de
l’information, doit garder à l’esprit l’idée qu’il garde son indépendance et sa responsabilité
éditoriale. Si on est dans une démarche de publicité, l’annonceur va nous demander de faire passer
un message publicitaire. On va pas contrôler ce message. Tandis que si je suis journaliste et que je
suis invité à interviewer Mick Jagger pour la sortie du nouvel album des Rolling Stones, j’ai le droit,
en écrivant mon article, de dire que leur album est nul. Mon avis ne sera pas influencé par la
contrepartie que j’aurais reçue. C’est cette « liberté » du journaliste qui va faire la différence entre la
communication publicitaire et l’information. Le journaliste doit toujours garder son libre arbitre et
porter son jugement réel.

On a pris l’habitude de parler de « communication publicitaire » car ça permet de désigner toutes
les formes de publicités.

Dans le décret SMA, il y a une longue définition (voir slides).

De la publcitité à la communication commerciale


L’intérêt du concept de communication commerciale, c’est que ça vise autre chose que le simple
spot publicitaire traditionnel de 30 secondes. Ca peut viser le parrainage, le placement de produit,
etc…

On trouve dans ce décret SMA un certain nombre de définitions qui vont permettre de cadrer et
d’encadrer chacune de ces pratiques publicitaires qui vont faire la communication commerciale.

124

Définitions de forme
Par exemple le parrainage en audiovisuel, c’est une contribution sous forme de paiement (ou
d’une autre contrepartie), qui va être versée dans le but de promouvoir son nom, sa marque, son
image, ses activités ou ses réalisations. L’idée du parrainage, c’est qu’on ne va pas donner les
caractéristiques d’un produit précis. On va donner de la notoriété à la marque.

Le Téléachat se différencie de la pub par le côté direct. On propose directement au public d’acheter
les biens présentés. Dans la pub, on dit « tel coupe légume est super » et on attend du
consommateur qu’il achète par lui même, que la prochaine fois qu’il voit le produit en rayon, il se
souvienne de la pub et achète. Tandis que dans le téléachat, on a à peine montré le produit que la
personne passe commande.
Téléachat permet l’achat immédiat, le comportement d’achat ne sera pas tributaire d’un tiers
vendeur. Publicité traditionnel, incite la personne a de déplacer.

L’autopromotion est une pratique très développée par l’ensemble des éditeurs SMA. C’est l’idée de
promouvoir ses propres produits. Par exemple Viva For Life est de l’autopromotion de la part de la
RTBF. L’autopromotion, c’est pas de la pub au sens traditionnel du terme car on fait de la pub pour soi
même.
La communication par écran partagé. Le but, c’est que le téléspectateur ne change pas de chaine.
Les 2 derniers spots publicitaires pendant le JT sont sur écran partagé. A droite, on a la pub.
A gauche, un compte à rebours indiquant le temps à attendre avant la reprise du JT. Le spectateur
ne change pas et regarde la pub. L’annonceur préfère avoir sa pub sur un demi écran et être sûr que
le spectateur ne change pas plutôt que d’avoir sa pub sur l’écran en entier.
La pub par écran partagé, c’est la violation d’un principe qui existait avant, qui disait séparer les
programmes de la pub.
La communication publicitaire interactive fait aussi partie des nouvelles formes de pubs. C’est la
possibilité de permettre aux spectateurs de réagir à la pub qu’ils voient à l’écran.

La pub virtuelle est un système d’incrustation de publicité dans une image qui nous apparait à
l’écran. La pub est adaptée aux téléspectateurs en fonction de l’endroit où ils se trouvent. Ex : je
regarde un match de foot. Je vois sur un des écrans en bord de terrain une pub pour Ikea.
Quelqu’un qui regarde le même match en Angleterre ne verra pas la même pub que moi.

125

Le placement de produit, c’est la violation suprême du principe de séparation de la pub et des


programmes. Le placement de produit consiste à mettre la pub au milieu du programme. On
connait le placement de produit au cinéma depuis longtemps.

On le connait maintenant en télévision aussi. Il est interdit mais néanmoins il peut etre utlisé.

La réglementation de contenu et la réglementation de diffusion


Côté réglementation, on a la réglementation du contenu et la réglementation de la diffusion.

La réglementation du contenu, c’est le fond de la publicité. C’est ce qu’on dit dans la pub, ce dont
on parle. On est dans la protection du consommateur et des annonceurs.

La réglementation de la diffusion, c’est la forme. On protège les consommateurs, les oeuvres, et
les médias. Par exemple, limiter le nombre de coupures publicitaires dans un film.

En presse écrite, on va jamais réglementer la forme de la pub. Sur internet, si on veut bombarder
notre site de popup, on a le droit. Par contre en radio et surtout en TV, on surveille vraiment la
forme.

En réglementation du contenu, en voici quelques unes :

- Il y a des mentions obligatoires. Si on donne le prix d’un produit, ça doit être TVA comprise. On
doit donner la quantité du produit vendu.
- La pub trompeuse est interdite. La pub mensongère.
- La pub comparative est autorisée mais règlementée. La pub comparative identifie clairement un
concurrent. On a le droit de faire une pub en disant qu’on offre le service le moins cher du
marché. On a pas le droit de déprécier la marque concurrente.

- La publicité agressive est interdite.
- La pub pour les médicaments est limitée. On ne peut faire de la pub que pour les médocs sans
ordonnance.
- La pub pour le tabac est interdite. La protection de la santé justifie cette interdiction. On interdit
aussi la pub pour les marques de tabac. Parce qu’il y a 15-20 ans, des marques comme Camel se
sont mises à vendre d’autres choses que du tabac, mais avec le même logo bien sûr. Donc elle

126

contournait l’interdiction. Les cigarettiers faisaient de la pub pour leurs autres produits, mais
l’idée était quand même de vendre des cigarettes. Donc les marques de tabac ne peuvent plus
faire de pub.

- Les pubs pour les traitements médicaux comme la chirurgie esthétique sont interdites.
- La pub pour les denrées alimentaires est très réglementée. Il y a des mentions obligatoires.
- La pub pour le crédit à la consommation est réglementé. « emprunter de l’argent coûte aussi de
l’argent »
- Le publicité politique est limitée en période de campagne électorale, pour mettre tout le monde
sur un pied d’égalité.


Pour les règles de contenu de médias audiovisuels, on les trouve dans le décret SMA.
- Interdiction de la pub religieuse, philosophique ou politique.
- La pub pour certains biens ou services peuvent être interdites.
- La protection des mineures est renforcée contre la publicité. On ne peut pas montrer des
mineurs en situation dangereuse par exemple.
- Les règles de protection des annonceurs sont aussi dans le décret.

Quelques règles propres à la RTBF en réglementation du contenu, on les trouve dans le contrat de
gestion. Elle doit respecter les codes du CSA.
- Elle ne peut pas utiliser de journalistes ou d’animateurs pour la pub.
- Doit respecter le confort d’écoute des spectateurs/auditeurs
- Quelques services ne peuvent pas faire l’objet de pub : agence matrimoniale et club de
rencontres.
- L’ensemble de médicament : pubs interdites
- Boissons à plus de 20° : pubs interdites.

Réglementation de la diffusion : indexitifcation et séparation.


En réglementation de la diffusion :
Il y a deux grands principes en matière de diffusion de la publicité :

La pub doit toujours être clairement identifiable.


Donc la publicité subliminale est interdite. La publicité subliminale consiste à nous faire voir
quelque chose sans que l’on s’en rende compte.

127


Le téléachat devra être identifiable comme tel, le parrainage aussi, la pub clandestine est interdite
(car elle viole le principe de séparation de la pub et du programme). La pub sur écran partagée est
maintenant autorisée.

Les interruptions publicitaires sont légalisées.


Elles sont autorisées (avant c’était interdit) moyennant certaines règles. Dans un film/long métrage,
il doit s’écouler 30 minutes minimum entre chaque interruption publicitaire. Attention. Imaginons
qu’on a un film d’1h20. Logiquement, on pourrait mettre 2 interruptions publicitaires. SAUF qu’en
faisant ces interruptions, le film va prendre 1h35 avant d’arriver au bout. Donc on rallonge le film à
coup de pub, ce qui permet de mettre 3 interruptions. Tout dépend donc de ceci : est ce qu’on
calcule la longueur du film brute ou la longueur du film net. C’est monté jusqu’à la cour de justice de
l’UE, qui a décidé que chaque pays faisait comme il voulait.

Il y a quelques programmes dans lesquels on ne peut pas faire d’interruptions publicitaires.
En Belgique, les JT, les programmes pour enfants et les cérémonies religieuses.
(Oui mais RTL fait des interruptions => RTL n’est pas une chaîne belge).

Encore un point sur le placement de produit. Il y'a 2 types de placement de produits :

Il y a celui contre rémunération : l’annonceur paye.

Et il y'a celui contre fourniture d’accessoire.

Dans certains programmes, on ne peut jamais faire de placement de produit. Les JT, les
programmes pour enfants : interdit.

Pas de placement de produit financier dans les programmes culturels, les programmes religieux et
d’éducation permanente. Par contre, dans ces programmes là, on peut faire du placement de
produit payé en accessoire (Exemple : l’animateur d’une émission culturelle est habillé avec les
vêtements d’une marque précise).

128

Il doit y avoir des conditions légales respectées : absence d’atteinte à la responsabilité et à


l’indépendance éditoriale. Absence d’incitation directe à l’achat. Absence de mise en avant
injustifiée. Obligation d’identifier le placement de produit. Dans ces conditions là, le placement de
produit est autorisé.

Réglementation de la diffusion : règles de durée



En télévision, il y a des plafonds de publicité à respecter.

Les plafonds quotidiens ont été supprimés, ils n’étaient pas pertinent puisque la nuit était prise en
compte, et c’est ridicule de faire de la pub pendant la nuit. Donc les plafonds quotidiens :
supprimés.

Il en reste d’autres :
Plafond de 20% maximum de publicité. Cela signifie 12 minutes par heure. Il ne peut pas y avoir
plus de 12 minutes de publicité par heure. Par heure d’émission pas plus de 20% de publicité


Attention : comment on calcule 1 heure ? Une heure, ça fait 60 minutes. Mais quand est ce que ça
commence, une heure ? Comment calculer l’heure de pub ?

On peut dire que ça commence à 8h00 et ça termine à 8h59. Mais imaginons qu’il n’est pas 8h00,
mais qu’il est 7h45. L’heure de pub commence à 8h00 ou à 7h45 ? On a l’heure d’horloge et L’heure
glissante.

L’heure d’horloge, c’est celle qui commence à .h00.

L’heure glissante, c’est celle qui commence tout le temps. A chaque nouvelle minute, on a une
nouvelle heure glissante. A 7h45 une nouvelle heure glissante. A 7h46 une nouvelle heure
glissante. Etc…

Qu’est ce que ça donne en matière de diffusion de publicité ?

Si on prend l’heure d’horloge, on va pouvoir mettre plus de pubs.

129

Ex : mon JT commence à 20h00 et se termine à 20h30. Si j’utilise le principe de l’heure d’horloge, ça


veut dire que la pub que je diffuse entre 19h50 et 20h00 fait partie de l’heure d’horloge 19-20. A
20h00, on remet les compteurs à 0. Donc à 20h30, je peux mettre encore 8 minutes de pubs.

Si j’applique le principe de l’heure glissante. On a commencé à 19h50, qui va jusque 20h49 donc.

Je ne peux pas diffuser plus de 12 minutes de pubs.

Donc dans l’heure horloge, on peut en caler 18. Dans l’heure glissante, on est bloqué à 12
minutes. Donc vive l’heure d’horloge. Là aussi, la Cour de Justice de l’UE a dit que les pays
faisaient comme ils voulaient.

Pour la RTBF, selon le contrat de gestion, elle peut faire maximum 30 minutes de pubs entre 19h
et 22h. Normalement, elle pourrait en faire 36. Mais elle est bloquée à 30.




Autres règles
Deux règles spécifiques à la communauté française :
- La RTBF ne peut pas faire plus de 30% de ses recettes avec de la publicité.
- La règle des compensations santé. Chaque fois que la RTBF, ou un autre éditeur,
diffuse de la pub pour une boisson alcoolisée ou une pub pour un médicament en vente
libre, elle doit comptabiliser ce temps d’antenne et doit offrir à la communauté française
le même temps d’antenne pour qu’elle puisse diffuser des campagnes de protection de la
santé. On fait de la pub pour de l’alcool => on doit faire autant de pub pour les
mouvements anti alcool. (article 16)

Contrôles publicitaires
Le CSA est compétent pour la pub en audiovisuel.
Pour l’ensemble des supports, il y a le jury d’éthique publicitaire, JEP.

130

Fondé sur une base tripartite : les annonceurs, les agences, et les médias. On y trouve 50% de
professionnels et 50% de représentants de la société civile. On peut demander des avis au JEP, mais
en général, ces avis sont suivis.

Si un annonceur a un doute avec une campagne/pub pas encore diffusée, il peut la soumettre au
JEP pour savoir si ça passe ou pas.

En tant que consommateur, on peut se plaindre au JEP pour une pub déjà diffusée.










Les droits d’auteur


Voir droit voisin !!

Les droits patrimoniaux et les droits moraux de l’auteur.

Le droit moral ramène de l’argent. Le droit moral est plus intellectuel.

1) Dans les droits moraux de l’auteur, on distingue 3 droits :
- Le droit de divulgation. L’auteur est le seul qui peut décider quand son oeuvre est terminée et
quand il veut la divulguer. Il est donc interdit de divulguer une oeuvre sans l’autorisation de son
auteur.
- Le droit de paternité. Le droit d’être reconnu et présenté comme auteur de l’oeuvre. On ne peut
pas faire circuler une oeuvre sans dire de qui elle est. Sauf si l’auteur veut rester anonyme bien
sûr.

131

- Le droit à l’intégrité de l’oeuvre. Le droit à ce qu’on ne coupe pas dans l’oeuvre, qu’on ne la
modifie pas sans l’autorisation de l’auteur.

2) Dans les droits patrimoniaux (peuvent etre scéder, les chanteur vont céder leur droit à la
SABA par ex.) :
- Le droit de reproduction de l’oeuvre.
- Le droit de communication publique, décider qu’on accepte que l’oeuvre soit diffuser sur
antenne, en TV, dans un film, etc.. c’est eux qui vont payer a l’auteur pour pouvoir les
publier au public

Ces 5 prérogatives font le droit d’auteur dans son ensemble.

Si on est journaliste, on est auteur. En théorie, notre éditeur ne peut pas divulguer notre article si
on l’estime pas terminer. L’éditeur ne peut pas publier notre article sur internet sans notre
autorisation. Il ne peut pas modifier notre article sans violer notre droit à l’intégrité, etc… C’est
contraignant et pas souvent respecter par les éditeurs.

Soit on est salarié, en CDI, et on signe une clause de cession de nos droits d’auteurs, car on exerce
dans le cadre de notre contrat. Soit on est pigiste, et en théorie il faudrait un contrat au cas par cas,
pour chaque article.

Le principe, en matière de droit d’auteur, les droits patrimoniaux sont toujours cessibles, mais les
droits moraux ne le sont pas.

En presse écrite, le journaliste est un auteur.

En audiovisuel aussi.

Sur internet, le droit d’auteur est en permanence appliqué ET violé à la fois. Car internet permet
des reproductions infinies.

Même sur internet, les journalistes et les éditeurs peuvent être protégés. Il y a quelques années, la
société CopyPresse, qui gère les droits d’auteur des journalistes, a fait un procès contre Google. Car
Google Press reproduisait les articles de presse belge. Google a du payer.

132

La notion d’objectivité de l’information


On ne va jamais demander à la presse écrite d’être objective. Par contre on demande à la RTBF de
l’être. Mais les éditeurs SMA doivent aussi l’être. En audiovisuel : il faut rester objectif.

On considère qu’il y a deux parties dans l’objectivité ;

1. L’objectivité collective qui s’applique à l’ensemble (des programmes de l’éditeur) du
média.
2. L’objectivité individuelle qui va s’appliquer à chaque journaliste.
La collective peut se définir par rapport aux matières prêtées mais aussi par rapport aux
personnes. Un média se doit de traiter l’ensemble des sujets d’actualités. Il se doit de donner la
parole à tous les grands courants philosophiques/politiques.
L’individuelle, c’est l’objectivité de chaque journaliste à qui on va demander un comportement
déontologique (compétence + honnêteté). Mais aussi un comportement d’impartialité.
L’impartialité, c’est une forme de devoir de réserve du journaliste. Le journaliste doit rester
indépendant.

Qui est compétent pour contrôler l’objectivité en audiovisuel ?
- Objectivité individuelle : le CDJ
- Objectivité collective : le CSA

Messages urgents d’intérêt général


Tous les médias sont obligés de diffuser des messages importants en cas de catastrophe/urgence.
Enfin s’il y a une catastrophe, les médias en parlent de toute façon, sans qu’on les y oblige.

Quotas TV
En vertu de la directive SMA et dans le but de protéger l’industrie audiovisuelle européenne,
chaque chaîne de télévision est obligée de réserver une proportion majoritaire de sa diffusion à
des oeuvres européennes.
Autre quota : il faut au moins 10% d’oeuvre de producteurs indépendants.
Autre quota en TV : on a des quotas de communauté française. 4,5% de programmation d’oeuvre
de la communauté française.
En radio : 70% de production propre. On a déjà vu ça plus haut

Obligations propres à la RTB

133

Vous aimerez peut-être aussi